You are on page 1of 4

Pour ou

CONTREBASSE
Tout le monde reconnaît une contrebasse dans la rue,
c’est l’instrument qui fait “boum boum boum boum…”.
Mais encore ?
Du classique au jazz en passant par le rock, de Bach
à Ellington en passant par Legrand, ce spectacle ludique
et éducatif vous emmène à la découverte du plus
imposant des instruments à cordes.

l’artiste le spectacle contact
l’artiste
Pierre Boussaguet est un des contrebassistes incontournables
dans l’univers du jazz. Basé à Paris, il partage son temps entre la
scène internationale et le studio. Protégé de Ray Brown, il crée
avec lui en 1988 le groupe “Two Bass Hits” ; ils enregistreront sous ce
nom deux albums mémorables.
Très demandé comme accompagnateur, il a joué notamment avec
Clark TERRY, Joe PASS, Tommy FLANAGAN, Milt JACKSON, Wynton
MARSALIS, Didier LOCKWOOD, Diana KRALL, Lalo SCHIFRIN,
et récemment Michel LEGRAND.

Accueil le spectacle contact
Le spectacle
Ce que vous allez voir et entendre…
Le son À partir des années 50, un nouveau piz-
La contrebasse est présente dans pratique- zicato permettant d’obtenir des notes plus
ment toutes les musiques depuis la musique longues (sustain) est développé.
classique jusqu’au hiphop d’aujourd’hui. Cela donne à l’instrument déjà 5 voix dif-
Elle se joue bien entendu différemment car férentes.
contrairement aux autres instruments, elle a
dans chaque musique une fonction spécifique. la fonction
En classique, elle se joue à l’archet (arco) Mais le vocabulaire et le discours sont to-
et aussi pincée avec les doigts (pizzicato) talement différents d’une musique à l’autre :
tout comme dans le tango. Dans la musique classique, la contrebasse
Au début du xxe siècle, pour le jazz dit double souvent la voix du violoncelle en
“New-Orleans”, la contrebasse se joue en jouant une octave en dessous, c’est-à-dire
slap, technique reprise et développée pour en plus grave, d’où le nom contre… basse.
la guitare basse depuis les années 80. Pour le jazz New-Orleans, elle est aussi ryth-
Puis un pizzicato plus puissant est créé pour mique que la batterie tout en suivant la pro-
le jazz “Swing” (années 30 et 40). gression des harmonies du morceau joué.

Accueil l’artiste contact
Le spectacle (suite)
À partir des années swings, elle prend la re- voix soliste. Dès la deuxième moitié du xixe
lève de la main gauche du pianiste (stride) et siècle, on a commencé à écrire des œuvres
joue un chant spécifique en développant les spécifiques pour la contrebasse. Le concerto
harmonies. C’est ce que l’on appelle la “wal- du compositeur et chef d’orchestre Kous-
king bass”, la basse qui marche, le célèbre sevitsky est un des plus remarquables
“boum boum boum boum”. exemples.
Cette liberté s’est considérablement déve- De même dans le jazz, à partir des années
loppée et aujourd’hui depuis les années 60, 40, certains bassistes ont créé leur orchestre
la basse est une voix à part entière. Tout en et leur style de musique à partir de leur vision
continuant de faire le lien entre le rythme et les de contrebassiste. John Kirby, Oscar Petti-
harmonies, elle crée sans cesse des couleurs ford, Charles Mingus, Ray Brown,
et assure un contrepoint permanent avec les Ron Carter (USA), Henri Texier et Patrice
autres instruments solistes de l’orchestre. Caratini (France, cocorico !) sont de beaux
exemples de cette émancipation.
l’homme-contrebassiste
Parallèlement à toute cette évolution, le En fin spécialiste du genre, Pierre Boussa-
contrebassiste a lui aussi changé. Il a pris le guet et sa contrebasse vous feront faire ce
temps de travailler sa musicalité et donc sa voyage musical sur un ton ludique agrémenté
virtuosité, et ne se satisfaisant pas seulement d’anecdotes appropriées. Quant à son ac-
de remplir une fonction, mais aussi d’être une cent, il chante comme sa contrebasse.

Accueil l’artiste contact