You are on page 1of 10

4

L’Entreprise
“Chaque entreprise essaie de dominer l’autre en offrant plus: plus de
valeur à l’achat, plus de gualité, de robustesse, de plaisir, de tout ce qui
est nécessaire pour gagner la confiance de l’acheteur et être préférée de
lui.”
Christian DUSSART Le marketing de la 3ème vague
(G. MORIN éditeur – QUEBEC, Canada)

Les sociétés vivent depuis le moyen âge sous la domination d’une structure
verticale fortement hiérarchisée, qui est restée préponderante jusqu’au milieu du XIX-e
siècle. A cette hiérarchie correspondait un système d’inégalités bien établies: accès inégal
à l’information, au savoir et à la richesse. Certains de ces privilèges se transmettaient de
génération en génération.
Dans la vie économique, l’entreprise reflétait naturellement la structure verticale
de la société, empruntant au modèle pyramidal sa concentration de pouvoir au sommet, un
certain nombre d’échelons intermédiaires et une large base tournée vers le marché.
La société verticale n’existe plus. Une structure horizontale l’a progressivement
remplacée ces soixante dernières années. Certes, de grandes inégalités perdurent; il existe
encore des riches et des pauvres, des experts et des gens sans instruction, mais la plupart
se situent à peu près au même niveau. La société a été marquée par un nivellement des
savoirs qui connaît d’ailleurs une très forte accélération de nos jours. Des sommes
fantastiques ont été consacrées à un système éducatif fondé sur l’égalité de chances
d’accéder aux connaissances. Parallèlement, la technologie de l’information a permis de
créer une banque complète de connaissances, qui, accessibles à tous, atténuent les
inégalités sociales.
De nos jours, il faut que toutes les entreprises se plient aux conditions de
l’environnement. L’ère de l’orientation-marché a débuté et impose d’adopter une
perspective nouvelle.
Dans l’entreprise classique, la stratégie de produit se déclinait dans le sens:
investissement, produit, vente. Si les ventes baissaient, on décidait de réduire les coûts;
comment vendre plus, en effet, que le marché ne peut absorber ? Bien prévoir, planifier,
diriger signifie dans ces conditions moduler le niveau des coûts en fonction des ventes
réalisées.
L’entreprise nouvelle prend le marché comme point de départ pour déterminer les
besoins d’investissement, de changement, ou pour envisager toute autre mesure. Pour
mettre en œuvre une stratégie de marché, l’entreprise doit privilégier la flexibilité et
bannir le conservatisme. L’innovation provient de ceux qui perçoivent les besoins réels du
marché, c’est-à-dire les hommes de terrain qui sont en prise direct avec le client. La
stratégie de marché implique une entreprise décentralisée par définition avec un transfert
de responsabilités à ceux qui jusqu’à présent constituaient la base de la pyramide.
Après une période d’ambitions démesurées quand à la capacité de certains outils à
résoudre les problèmes industriels complexes, nous sommes parvenus aujourd’hui à une
situation plus raisonnable où il apparaît clairement que l’efficacité industrielle ne peut

organisation adéquate et systèmes d’évaluation cohérents.résulter que d’un compromis délicat entre approches formalisées. L'ENTREPRISE ET SON ENVIRONNEMENT Concurrents Technologies Fournisseurs Marche ENTREPRISE Clients Réglementation Modèle Culturel Economie ENTREPRISE Actions sur composantes milieu Retroaction .

L’étude de la gestion des entreprises a énormément progressé dans les dix ou vingt dernières années. Cependant. Dans les grandes entreprises performantes. le type H et le type M. L’aptitude à travailler en équipe est particulièrement importante dans deux situations: la prise de décision et l’allocation de ressources. Une grande entreprise ne peut pas davantage réussir si personne n’accepte de prendre de décision ou encore si c’est le président qui prend toutes les décisions. Une grande entreprise ne peut réussir si chaque division est entièrement indépendente: une certaine collaboration est nécessaire entre ses différentes divisions. Le processus de prise de décision doit être décentralisé pour au moins une raison bien simple: le président n’est pas omniscient et ne peut savoir à tout instant ce qui convient le mieux à chaque division. d’autre part. L’entreprise de type M comprend de nombreuses divisions séparées don’t chacune fabrique et commercialise une gamme différente de produits. l’esprit d’équipe. le type d’organisation qui s’avère le plus performant est la structure multidivisionnelle ou type M. la façon don’t l’homme se comporte au sein de chaque type d’organisation varie énormément. d’une part. Dans l’organisation des grandes entreprises. seules trois structures élémentaires sont possibles: le type U. Le type d’organisation le plus connu est le type U. à prendre des décisions et à se comporter comme s’il n’avait pas de concurrents dans son secteur. De nombreux universitaires spécialistes de gestion ont étudié la réussite de ces entreprises et ont dégagé de ces observations précises des facteurs de succès qui présentent des schémas assez fiables. Cependant. un équilibre existe entre. chaque responsible de division est encouragé à atteindre la rentabilité maximale. D’une part. Les entreprises performantes se sont structurées et ont instauré un mélange d’esprit d’équipe et d’esprit d’entreprise individuel qui assure la réussite de la société. Les entreprises de type M doivent leur succès au seul fait qu’elles encouragent l’initiative et l’effort individuels de chaque division. Mais leur succès dépend étroitement d’une bonne cohésion interne et de l’absence d’antagonisme. D’autre part. Elles ne peuvent être souples et adaptables que si elles sont décentralisées. les chefs de telles entreprises assument un double rôle. plus couramment connu sous le nom d’organisation fonctionnelle. l’effort individuel et. Un résultat semble apparaître avec une relative régularité (bien que certains faits prouvent le contraire): parmi les plus grandes sociétés. L’entreprise de type M réussit car elle atteint un point d’équlibre entre l’esprit d’équipe d’une parte et l’effort individuel d’autre part. On peut représenter une structure simple de type U comme suit: . chaque responsable de division doit également agir comme s’il faisait partie d’une équipe. Décrire la structure d’une organisation revient à simplifier à outrance les subtilités de la vie d’une entreprise. Pour les grandes entreprises diversifiées une seule structure s’avère efficace dans tous les cas: le type M. Tout spécialiste admet qu’il est très rare que les individus qui la composent perçoivent clairement les divisions entre les différents responsables et entre les différentes unités.

P. Le deuxième Type de structure fondamentale correspond à la société holding ou type H. Une entreprise modèle (mais imaginaire) de type H aurait l’aspect suivant: P. elle ne peut pas être traitée comme un centre de profit. Aucune sous-unité ne connaît ses propre résultats.D. Finance & Comptabilité Location de Voiture Pain Saralee Caisse d’Assurance Jouets Tyco Cosmétiques Max Factor Films MMG Structure de type H La caractéristique essentielle de la structure de type H est que les unités opérationnelles qui la composent fonctionnent dans dessecteurs d’activités séparés. Aucune sous-partie de l’organisation ne peut avoir d’existence indépendant. Le département Recherche & Développement n’aurait en tant que tel aucun produit à vendre. L’entreprise de type U n’a pas une bonne rentabilité. l’organisation tend vers une fort centralisation. la fabrication n’aurait par elle-même aucun projet à partir duquel elle pourrait travailler. Recherche & Ingénierie Développement Fabrication Ventes Comptabilité & Finance Structure de type U La structure est unifiée (d’ou son nom de type U) dans la mesure où elle peut exister comme une unité. les ventes seraient à elles seules une entité vide. sauf dans le cas d’organisations de taille modeste et elle est caractérisée par une efficacité très médiocre. l’état-majeur de la société est très réduit et n’exerce un contrôle financier que sur les unités opéationnelles. Dans la forme la plus simple de l’entreprise de type H. Étant donné que chacune d’entre elles est entièrement dépendante des autres.G. c’est- . Plus important encore.D.G. aucune des composantes d’une entreprise de type U ne peut évaluer clairement ou tout simplement mesurer sa performance.

Cependant. Il faut reconnaître que l’économie ne prospère que grâce à de nombreuses dotations sociales. la structure de type M ou multidivisionnel est le type le plus performant. Planification Stratégique DIVISION A Finance & Comptabilité DIVISION B Recherche & Développement DIVISION C Production DIVISION D Ventes Structure de type M La caractéristique la plus importante de la structure de type M est que ses unités fonctionnelles sont partiellement interdépendantes. La véritable structure multidivisionnelle est à mi-chemin dans son degré de centralisation entre le type U centralisé et le type H décentralisé.à-dire que la société de location de voitures et la société de cosmétiques n’ont en commun ni usines. La structure de type H est très proche du modèle optimal d’organisation pour une économie de marché. Dans sa forme la plus dépouillée. Il a connu un certain développement au cours des soixante dernières années en Europe occidentale et aux États-Unis. Elles se trouvent à l’opposé des unités fonctionnelles de l’entreprise de type U où tous les départements et unités sont totalement dépendants les uns des autres. qu’aucun secteur et qu’aucune entreprise ne peut se contenter de ses essources propres et qu’un processus de décision complètement décentralisé n’est pas possible. Le troisième type de structure. ni force de vente etc. une centralisation qui empêche les entreprises d’abuser des dotations sociales et qui les encourage à en créer de nouvelles pour l’avenir. lesavoir-faire ainsi que d’autres caractéristiques importantes. elle peut être évaluée en tant que centre de profit ou en tant que centre d’investissement. chaque unité est autonome. . Chaque division en effet fabrique un produit ou fournit un service qui est nettement différent de ceux que produisent ou fournissent toutes les autres divisions. on peut tout simplement demander à la direction de chacune d’entre elles d’atteindre la rentabilité maximale et laisser ensuit les responsables agir à leur guise. elles partagent toutes des ressources communes telles que la technologie. Dans le cas présent. ni laboratoires.D. on peut la représenter comme suit: P. La solution est donc dans un équilibre entre centralisation et décentralisation: une décentralisation qui laisse aux entreprises la liberté quasi-totale de rechercher la rentabilité maximale.G.

chacune des activités de la société est partiellement indépendante et cependant dépendante de l’ensemble. Les entreprises de type M ne peut connaître la réussite que si elle maintient son équilibre. Les efforts des chefs de division ne doivent pas être bridés mais ils doivent travailler dans un climat de collaboration et nond’antagonisme.Chaque division d’une entreprise de type M a une clientèle légèrement différente. La structure formelle de l’entreprise de type M reflète cette ambiguïté et permet d’atteindre un équilibre entre l’autonomie des divisions et le contrôle central qui s’exerce sur elles. Les unité qui la composent sont presque autonomes et elles disposent des moyens nécessaires à la recherche d’une rentabilité maximale. . elles utilisent certaines méthodes de fabrication qui sont similaires et c’est un processus permanent d’invention générépar les laboratoires centraux qui assure leur réussite. chacune emploie des méthodes de fabrication différentes. Dans une entreprise. La structure de type M peut employer les modes d’administration du marché. de la bureaucratie et du clan. Le terme gestion fait référence à la prise de décisions opérationnelles tandis que celui d’administration désigne plutôt la création d’un cadre dans lequel d’autres individus sont capables de gérer efficacement. les hauts responsables ont l’obligation de créer une forme efficace d’administration. Dans la réalité. Mais elles ont une base commune dans le secteur d’activité.

FONCTIONNEMENT: Entreprise ou Unité ENVIRONNEMENT Entrée Flux en Objectifs: •… MACHINES ET Apports PILOTAGE HOMMES Aptitudes Volonté Affectivité Implication = Energ. + Activité Moyens physiques: Machines/Equipements/… TRANSFORMATIONS (Actions) • physiques • des informat. = Savoir-faire + Outils Tableau de pilotage Transformation (activité) Intègration de capacités (efficacité) Autorèglage (adaptabilité) Plan d'actions . • psychologiques •… Flux en DYNAMIQUE de: Sortie ET (synergie) METHODES Mémoire Formation Information Entrainem. motr.

ORGANISATION • Raccourcissement de la vie des produits des marchés des technologies N. TECHNOLOGIES NECESSITE D'ADAPTATION INNOVATION MISE EN CONCORDANCE APPROCHE METHODIQUE L'ADAPTATION PERMANENTE DE L'ENTREPRISE A SON ENVIRONNEMENT NECESSITE UNE APPROCHE METHODIQUE LA VUE GENIALE NE SUFFIT PLUS .LA REFLEXION STRATEGIQUE: UNE NECESSITE POUR L'ENTREPRISE. MARCHES • Changements brusques • Croissance ralentie NOUVELLES DONNEES DE L'ENVIRONNEMENT N. N. PRODUITS E E' N.

LE CONTEXTE: COMPETITIVITE ET INNOVATION Entre compétitif c'est offrir sur le marché des produits "qui s'achètent" Parce que: • ils satisfont les besoins. à leurs attentes. tant technique que commerciale. Mais les clients attendent de plus en plus aujourd'hui une réponse fine. mais seulement des mesures relatives: – par rapport au potentiel du marché – par rapport aux autres: • concurrence directe • concurrence indirecte . c'est-à-dire de l'INNOVATION. MESURE DE LA COMPETITIVITE "Le "MARCHE" est le juge de paix irréfutable" (PMI – Enjeux nationaux et internationaux) • Entre compétitif c'est posséder les moyens de garder et mieux d'augmenter sa part du marché • Mais il faut aussi se donner les moyens d'être durablement compétitif • Il n'y a pas de mesure absolue de la compétitivité. diversifiée. originale. motivations des clients • au niveau de qualité nécessaire • avec un rapport qualité fonctionelle attractif Prix Le prix est en relation ± proche avec le coût qui dépend entre autres de la "PRODUCTIVITE". attentes.

attentes. – des possibilités qu'offre la technologie. taux d'innovation.– Mais on peut suivre l'évolution dans l'entreprise de certains facteurs déterminants: productivité. . – des conditions économiques générales et de celles imposées par le segment de marché visé ("prix de marché qui servira à déterminer le coût maximal admissible) – des possibilités de l'Entreprise (qu'il faudra sans doute adapter sur certains points pour pouvoir atteindre les objectifs fixés par la stratégie). c'est pourquoi elle doit être ajustée en permanence. motivations des "clients-cibles". évolution des coûts… UNE ENTREPRISE COMPETITIVE PAR LA COMPETITIVE DE SES PRODUITS • Stratégie "Produits" • Adéquation des produits à l'entreprise • Adéquation des produits au Marché • Optimisation de la conception • Optimisation de l'industrialisation • Efficacité de la production QUALITE INDUSTRIELLE Niveau de qualité qui tient compte à la fois: – des besoins. dans l'espace et dans le temps. La "Qualité Industrielle" est relative.