Jean-Marie Gibbal

Possession, représentation de l'autre et récherche d'identité
/Possession, the Image of the other and the Search for Identity
In: Archives de sciences sociales des religions. N. 79, 1992. pp. 7-18.

Citer ce document / Cite this document :
Gibbal Jean-Marie. Possession, représentation de l'autre et récherche d'identité /Possession, the Image of the other and the
Search for Identity. In: Archives de sciences sociales des religions. N. 79, 1992. pp. 7-18.
doi : 10.3406/assr.1992.1543
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/assr_0335-5985_1992_num_79_1_1543

Arch de Sc Soc des Rel. 1992 79 juillet-septembre) 7-18 Jean-Marie GIBBAL POSSESSION REPRESENTATION DE AUTRE ET RECHERCHE IDENTIT Keeping in mind the idea according to which the body is the main place of transaction in the many situations the individual has to face all his lifelong the author asserts that ritual possession gives the possessed the opportunity to be the other during the time of his mystical crisis It operates according to two complementary but opposite directions On the one hand the possessed embodies roles taken from the surrounding society and its elementary powers through first movement leading from the outside into his body On the other hand the possessed may also exhibit in demonstrative way his secret len dandes his other self his twin-like through second movement leading from his inner body to the outside To conclude the author explains how these possession cult control re strain deviate and even repress through their ritualised order the subversive potentialities and the calls for merging of separate worlds that find themselves spontaneously liberated owing to the possessive trance La idea central es que el cuerpo es el principal lugar de transici el espacio donde se producen los cambios que ell individuo tiene que enfrentar lo largo de su vida El autor asegura que el ritual de posesi da al pose do la oportunidad de ser otro durante el tiempo de su crisis stica Esta se opera en dos direciones opuestas pero complementarias En el primer caso el pose do asume roles que le vienen de la sociedad circundante poderes que se introducen en su cuerpo En el segundo caso el pose do mani fiesta sus tendencias secretas su otro yo en un movimiento que viene desde el interior de su cuerpo hacia el exterior Para concluir el autor explicita mo el control de este culto de posesi restringe desv veces reprime través del orden de su ritualizacion las potencias suversivas unifica munds separeados los cuales se encuentran expontaneamente liberados través del trance de posesi .

ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS est partir du corps que organisent la fois la perception du dedans le monde mental intériorité et celle du dehors le monde social et naturel Le corps est le support des représentations auxquelles donnent lieu ces deux voies de la perception Il offre une figuration possible entre les incertitudes de être et la distance autre et univers Aussi est-ce en lui que viennent inscrire ces deux instances celle du dedans celle du dehors Dans son der nier essai le Dieu Objet amorce une anthropologie de identité Marc Auge situe justement le corps la pliure du monde intérieur et du monde social et le qualifie de matière organique de être de identité et de la relation 1) En gardant esprit cette idée du corps opérateur général des situations auxquelles sera confronté un individu sa vie durant je dirai que la possession rituelle phénomène central des cultes avec lesquels je travaille depuis une vingtaine années offre au possédé la possibilité être autre le temps de sa crise mystique Elle le fait dans deux directions complémentaires mais de sens opposé le possédé incarne la fois des rôles empruntés la société et aux forces élémentaires du milieu où il vit dans un premier mouvement qui va de extérieur son corps Il lui arrive aussi de donner une expression extériorisée ses tendances cachées son autre lui-même son double en quelque sorte il va mettre en scène en dehors de lui il va montrer Après avoir développé ces deux premiers points je parlerai dans un troi sième temps de la manière dont les cultes de possession canalisent contien nent dévient voire répriment par leur ordre rituel les potentialités de subversion et appel la fusion des mondes que la transe possessive mobilise de fa on spontanée POSSESSION ET REPR SENTATION DU MONDE AUTRE DU DEHORS La possession est abord une représentation du monde qui permet aux hommes de se situer dans leur société et dans univers exprimant la part la plus extérieure la plus sociale de eur identité évoquerai successivement et plus ou moins succinctement les avatars de cette représentation dans trois cultes différents Les Ghimbala Les Ghimbala sont les génies des eaux de la Haute Boucle du Niger au Mali Ils se manifestent chez les hommes au cours des cérémonies noc turnes que ces derniers leur consacrent Ces génies des eaux incarnent un double titre identité des habitants de la région tant par leur enracinement dans un territoire précis que par les traits de leur personnalité renvoyant des références historiques culturelles religieuses de la société qui les fait naître Le pays des Ghimbala est une contrée de basses terres facilement inon dables pendant hivernage Entre Mopti et Tombouctou sur près de cinq cents kilomètres le cours du fleuve infléchit peine une trentaine de mètres Dans cette région le Niger se ramifie en une multiplicité de bras de lacs et de mares temporaires ou perennes Les pêcheurs les éleveurs et les agricul teurs qui composent la paysannerie locale toutes ethnies confondues vivent .

REPR SENTATION DE AUTRE ET RECHERCHE IDENTIT au rythme des crues et des décrues de leur fleuve eau élément primordial est source de vie mais aussi de dangers et de malheurs quand elle vient manquer ou que les pluies et les crues sont trop violentes et prolongées Le paysannat de la Boucle rassemblé autour de ses prêtres-magiciens les gaw symbolisé les forces de eau par un monde de génies dont il peuple les lieux marquants de son territoire aquatique les grands trous du fleuve et les lacs les quelques gués caillouteux les isthmes les grandes mares les grands arbres du bord les quelques rares reliefs de la région Il faut aussi savoir que les génies magistraux des Ghimbala incarnent les éléments naturels liés au cycle de eau la foudre la pluie les crues par exemple Le territoire est divisé entre En haut Bene et En bas Ganda En bas comprend les eaux permanentes ainsi que ensemble des terres inondables En haut commence là où arrête la crue Les hommes se déplacent entre En haut et En bas au gré des saisons et du régime fluvial les génies en font autant Expression du milieu naturel le monde des génies du Ghimbala se pré sente aussi comme le double de la société humaine non seulement parce que ces génies sont dans leur majorité anthropomorphiques mais aussi parce que leur histoire fait écho celle des hommes Ces derniers ont connu la domi nation de tous les grands empires qui depuis plus de mille ans se sont succédé sur le territoire de actuel Mali La présence de ces génies des eaux et de certains lieux de cultes qui leur sont dévolus atteste ancienneté une religion territoriale archaïque préislamique bien que les gaw les prêtres ne fassent remonter la création de leur culte au début du siècle dernier était le moment où Sheikou Hamadou saint homme guerrier fonda empire peul du Macina et étendit son hégémonie sur toute la Boucle du Niger Le premier gaw du culte aurait rencontré le fondateur de la Dina ce royaume de Dieu sur terre dans sa capitale Hambdalaye De cette rencontre serait née une alliance entre empereur musulman et le prêtre magicien grâce efficacité du génie personnel du second qui avait soutenu dans la confrontation Il en sortit un pacte mutuel basé sur les conditions suivantes reconnaissance par le prêtre magicien de la suprématie du Dieu unique sur le monde des génies reconnaissance par empereur musulman des vertus thérapeutiques du culte des génies et des dons divinatoires de son interlocuteur malgré ses pratiques païennes 4) Un débat engage donc entre islam et ces cultes paysans dès les origines historico-mythiques des Ghimbala Dans ces régions islam était la religion des villes des princes des conquérants La légende des Ghimbala le présente comme faisant bon ménage avec le culte des génies Dans la réalité il est imposé dans la première moitié du XIXeme siècle aux populations paysannes de la Boucle du Niger par une guerre sainte Les peuples vaincus ont été convertis de force et ont perdu leur indépendance expansion peule pro fondément marqué imaginaire des populations soumises le panthéon du culte reflète cette histoire Ainsi les génies des Ghimbala sont-ils divisés entre génies noirs et génies blancs Les gangi bibi les génies noirs sont les génies païens les génies blancs gangi kore sont ceux qui ont embrassé islam et qui prient Le monde des Ghimbala organise donc partir une double opposition En haut En bas Blanc Noir .

ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS Les génies magistraux du culte gangi Koy résident plus souvent en bas en haut même il leur arrive de faire des incursions sur la terre ferme Parmi eux les génies noirs donc païens sont considérés comme les plus dan gereux les plus puissants et sont plus craints et honorés que les génies blancs Certains de ces derniers ont ailleurs une personnalité religieuse ambiva lente tantôt musulmans tantôt païens suivant les circonstances comme leurs adeptes ailleurs Voici la devise de un entre eux Moussa qui dit ceci Moussa quand tu vas la Mecque tu te mets au premier rang de la prière mais quand tu prends un tu oublies tout ton islam Les fidèles des Ghimbala retrouvent dans ce monde des génies du Fleuve les repères physi ques et culturels de leur identité où la suprématie En bas sur En haut et du Noir sur le Blanc apparaît comme une inversion symbolique de la réalité historique islam est la religion dominante et est toujours En haut des villes de la steppe du désert que sont venus les conquérants qui imposèrent leur loi aux peuples du Delta Voici pour conclure cette présentation trop succincte le portrait de quel ques-uns des grands génies du culte Moussa Awa et Baana forment le trio dominant du monde des Ghimbala Moussa est le prince des génies ainsi que leur généralissime Il est noble et courageux Mais malgré sa bravoure il perdu ses forces avec âge Il une identité religieuse ambiguë comme nous avons vu Awa sa ur est la princesse des Ghimbala Sa démarche incarne la beauté patricienne elle est musulmane fervente et en va toujours vêtue de blanc elle est très riche et porte des voiles tissés or et de nombreux bijoux Baana est un génie noir le païen par excellence II peur ni de Dieu ni du Prophète dit-on dans ses devises Ancien captif il est devenu le chef de guerre le plus réputé des génies Moussa lui non seulement confié ses armées mais il lui donné la main de sa ur Awa Il est le plus craint et le plus vénéré des génies Les plus grands gaw sont des prêtres de Baana le génie central du culte Il vient par temps orage tout vêtu de noir maître de la foudre il la déclenche volonté est lui le responsable de la pluie également Mayé le maître des crues est aussi un génie païen humeur irascible Il provoque des possessions très violentes la guerre est un habile stratège qui combat avec au poing son sombé sorte de recade utilisée dans le culte Samba Poulo est le berger des poissons et des génies qui possèdent des troupeaux Quand la surface de certains grands trous du fleuve est agitée par les vagues que le vent provoque on peut voir paraît-il affleurer les cornes des animaux qui paissent dans les prairies sous-marines sous la conduite de leur pasteur armé du long bâton il brandit il descend sur un Marna Kyria est un vieil homme pieux qui incarne islam un des rares grands génies résider en haut de fa on permanente Comme il est lépreux il se déplace avec difficulté Ses possédés imitent son infirmité dans leur transe claudiquant doigts crochus et lèvres rétractées Ainsi le Blanc et le Noir dialoguent dans le monde des Ghimbala Une alliance même été scellée par le mariage Awa et de Baana Selon leur appartenance religieuse les génies et par conséquent leurs possédés se vêtent de blanc ou habits sombres re oivent des sacrifices et des offrandes aux couleurs de leur confession Les traits des principales figures du culte ren voient ainsi des archétypes de la société humaine et leur monde en constitue un double plus ou moins approximatif 10 .

REPR SENTATION DE AUTRE ET RECHERCHE IDENTIT Les Jiné Don Cultes de ouest malien les Jiné Don possèdent un panthéon encore plus diversifié et complexe qui affirme également comme le double de la société humaine Ils reflètent la société féodale des anciens empires mandingues Et on retrouve en leur sein les différents clivages et hiérarchies de cette société au sommet des princes des chefs de guerre des prêtres auxquels sont soumis des gens de caste griots forgerons tisserands Le monde des Jiné Don le Narena est traversé par une série de clivages qui font écho ceux de la société humaine les vieux et les jeunes les premiers peu mobiles un peu absents intervenant rarement mais de fa on terrible les seconds très présents et subordonnés aux premiers sont moins craints Les puissants et les dominés un côté les détenteurs des pouvoirs politiques et religieux chefs de guerre prêtres musulmans ou païens et des pouvoirs spécifiques chasseurs et magiciens par exemple de autre les griots les serviteurs les captifs et le groupe des jeunes Les musulmans et les païens les uns réputés tranquilles pacifiques les autres ombrageux fantasques dangereux Enfin les sédentaires et les nomades les seconds génies peuls ou maures souvent ber gers des génies sédentaires et incarnant des rôles existant dans la société mandingue Ces cultes nés en milieu paysan au Nord-Ouest du Mali dans le pays Soninké se sont propagés chez les Bambara du Kaarta dans la région de Kayes et au sud en milieu urbain Bamako Leurs adeptes se disent musulmans et comme ceux des Ghimbala respectent en apparence les grands principes du Coran Mais pour eux également les génies païens sont les plus puissants et les plus représentatifs de la société en double Ce monde des génies apparaît comme un reflet fidèle du corps social Les Candomblés du Brésil Dans la religion Yoruba origine les grands Orix étaient des ancêtres royaux divinisés qui revenaient chez les hommes travers les possessions La déportation et le déracinement qui en est suivi ont coupé de leurs origines les fidèles réduits en servitude Les orix sont seulement demeurés incar nation des éléments naturels alors ils étaient aussi des ancêtres de lignage dans la religion africaine Le Candomblé cependant conservé en profondeur son caractère africain En revanche observent des glissements identité dans ses manifestations extérieures Ainsi Salvador lorsque les fidèles sont pris par leur orix revêtent-ils de somptueux vêtements de lumière aux riches tis sus aux couleurs chatoyantes de style fort éloigné une tradition africaine Il agit vraisemblablement un emprunt aux habits apparat des maîtres autrefois sur lesquels les esclaves prenaient modèle Tout un décorum savant et une politesse exquise se sont développés pendant les longues années de mise en place du culte entre le milieu du XVIIIeme siècle et la fin du siècle dernier Les habits et le cérémonial se sont perpétués références une société disparue mais aussi expressions bien vivantes de affirmation une double identité africaine et brésilienne chez les fidèles du candomblé contemporain On peut se demander quels sens renvoient les représentations Les rôles incarnés dans les possessions des cultes maliens la mise en scène qui les 11 .

Ces représentations contiennent une critique sociale sur laquelle nous reviendrons Enfin les habits de lumière des orix la politesse de cour qui préside leur descente parmi les hommes sont les traces du regard porté par les anciens esclaves sur leurs anciens maîtres époque où le Candomblé pris forme en même temps que ces créations raffinées affirmaient humanité de leurs auteurs dans leur résistance la condition servile Ces différentes représentations du monde extérieur tout en reflétant or dre social contiennent aussi des ferments de contestation et de syncrétisme religieux dont il sera question après avoir traité du double intérieur qui ex prime aussi dans la possession LA MONT DU DOUBLE Henri Michaux écrit quelques très belles pages sur insurrection du double et son surgissement dans le champ du réel propos des phénomènes para-physiques englobés sous le terme de Poltergeist et des manifestations agression démoniaque dont furent victimes des saintes et des saints chré tiens Il voit me semble-t-il avec justesse un dédoublement de person nalité où la partie dominée refoulée nocturne se venge de la partie dominante apparente diurne de être Ces états de dédoublement de présence étrangère se retrouvent dans les transes possessives surtout leur début 12 .ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS sous-tend renvoient de fa on immédiatement visible aux composantes exté rieures de identité dans ses aspects cosmiques et sociaux je reviens sur ces derniers Dans les cultes concernés les séances de possession sont une représentation de ordre social puisque la société des génies se présentait comme le double de la société des hommes hiérarchisée et féodale comme elle marquée par les valeurs guerrières Les possédés origine souvent très humble incarnaient dans leur transe les rôles gratifiants des grands génies chasseurs ou chefs de guerre princesses ou magiciennes Ces séances de culte sont aussi marquées par élaboration une réflexion collective sur celui qui diffère le plus des participants savoir le musulman Il ne faut pas oublier que si la présence de islam est ancienne les fondations de la mosquée de Djenné remontent au VIeme siècle de Egire) ce dernier est pendant longtemps cantonné aux groupes dirigeants et les campagnes hui ne sont pas islamisées en profondeur Jiné-Don et Ghimbala sont de véritables religions populaires qui ont un fort accent de poly théisme malgré les protestations islam de leurs adeptes et leur dépendance affichée vis-à-vis de la religion du Livre dont je détaillerai certains points dans le troisième volet du texte Le désir de incorporer autre dans sa différence et éventuellement le neutraliser par le dispositif rituel affirme nettement dans un autre culte songhay différent des Ghimbala le culte des Haoukas né plus est au Niger dans les années 20 en pleine période occupation coloniale Ce culte met en scène des génies de la force et du feu incarnations de personnages colo niaux qui ont particulièrement impressionné les paysans nigériens par leurs exactions Komdant Mourgou Kaptain crocichia Kaporal Guardi Fatimata Sodié etc.

REPR SENTATION DE AUTRE ET RECHERCHE IDENTIT avant que celui ou celle qui en est le siège ne soit intégré un culte Car la transe possessive exprime aussi le désir abandonner une identité construite plus ou moins contraignante La présence étrangère qui possède est alors ex pression de la part cachée refoulée contrainte de individu La part intérieure explose dans la transe qui remplit également une fonc tion de purification et de libération momentanées dont rend compte apaise ment qui suit la manifestation corporelle intense laquelle la phase initiale de possession donné lieu En écrivant cela je fais expressément référence ce est la possession chez les Ghimbala La descente des génies sur les hommes est toujours dramatique que les premiers se manifestent pendant ou en dehors des cérémonies Le corps du sujet en transe est soumis une agitation paroxystique après être passé par un sommet convulsif le possédé effondre sur le sol comme privé de vie et la transe achève dans un état de type cataleptique Je ai jamais vu de transes qui atteignent un tel degré intensité dramatique et de violence exception peut-être des quelques séances du culte des Haouka émigrés Bamako auxquelles ai assisté il déjà longtemps extraordinaire dureté de la vie du paysannat de la Boucle du Niger sem ble trouver un écho dans les bouffées pathétiques qui montent du corps en transe des possédés Il expose une revendication de être en réponse ordre contraignant qui impose sans autre alternative que ce désordre du corps Dans sa phase initiale non contrôlée dans le culte aptitude la transe est ailleurs per ue ici comme une forme de désordre et plus précisément comme une attaque des génies une fa on générale les troubles de compor tement sont interprétés comme agression de ces êtres invisibles mais omni présents Il été quelques fois possible de mettre en rapport ces troubles avec certaines séquences de histoire de ceux qui en sont le siège Ainsi les premières transes se déclenchent-elles occasion événements particuliè rement traumatisants deuils répétés par exemple ou au moment une phase critique de la vie des individus adolescence par exemple les débuts de la vie conjugale également La transe ne donne alors pas lieu élaboration très raffinée un rôle Elle ne se modèle pas non plus sur les traits du ca ractère apparent du sujet elle fait surgir massivement le trop-plein de la part refoulée sans différenciation poussée de expression elle va au plus pressé Elle prend plutôt la forme une révolte primaire aveugle qui sera canalisée par sa ritualisation dans le culte Quand les conditions de vie le permettent la transe possessive traduit une expression plus individualisée et différenciée de la part cachée de la personne de son double est ce que dit Verger propos des rôles incarnés par les fidèles des orix dans le Candomblé de Bahia La possession permet alors individu de trouver son harmonie grâce extériorisation de son double au lieu de le vivre sur le mode un dédoublement douloureux tel il se manifeste avant intégration au culte Une fois ritualisée la possession de vient adéquation entre autre intérieur et la personnalité manifeste de depte du Candomblé Les païs de santo ou maïs de santo des religions populaires brésiliennes ont habitude évaluer les composantes psychiques et les traits de caractère de ceux qui font appel eux Leur longue pratique des hommes leur permet souvent de deviner orixa du consultant sans même il leur soit nécessaire de tirer les zios les cauris) comme le veut la pratique orthodoxe du culte 13 .

ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS Les prêtres des Jiné-don de ouest malien prennent aussi en compte les comportements quotidiens des nouveaux fidèles pour prévoir avance leur génie avant même il se soit déclaré au cours de la première possession ritualisée Ils se livrent ailleurs ce type appréciation avec des personnes qui ne font pas forcément partie de leur confrérie Retenons que iden tification du double caché qui affleure parfois dans les attitudes de individu devient élément déterminant pour déclarer publiquement son génie ou son orix au Mali comme au Brésil Mais avant être institutionnalisé dans la transe rituelle le double en se manifestant dérange la tranquillité apparente du corps spasmes transe sauvage ou délire disloquent individu comme si un autre le tour mentait Cet autre va pouvoir exprimer dans les séances du culte au prix une certaine domestication Avant en arriver là ses manifestations sont porteuses une contestation de ordre ordinaire Le négatif la part ombre que chacun porte en lui est bien symbolisé par Exu une divinité brésilienne origine Yoruba dont les traits ont évolué de fa on autonome par rapport au modèle premier Chaque être humain possède son la fois protecteur et fauteur de tourments est exu qui suscite les sentiments troubles ou violents et est lui qui pousse les individus commettre des actes asociaux des trans gressions de toute espèce autre qui monte la surface du corps et celui qui vient de extérieur de ailleurs social et naturel se rencontrent ainsi dans la possession et se superposent La lecture de la réalité instituée ils proposent contient des éléments de contestation et de critique côté de facteurs adaptation Nous allons voir comment les institutions et les agents de la possession contiennent et canalisent ces ferments de désordre de révolte LE CORPS EN TRANSE LIEU DE PART ENTRE LE ME ET AUTRE Les cultes de possession dont je parle ressortent de fa on plus ou moins explicite des systèmes religieux polythéistes ce titre ils proposent une conception cyclique du monde plutôt il engendrent des visions messia niques du devenir humain Les représentations des deux autres celui du dedans et celui du dehors inscrivent dans cette conception globale Les ten dances contestataires sont absorbées par les procédures ritualistes et orien tées vers des formes expression syncrétiques Nous allons voir comment les figures de autre sont ramenées au même dans les Ghimbala et dans le culte voisin des Haoukas Il persiste chez les Ghimbala une sourde résistance islam qui au cours des cérémonies éclate parfois en brusques accès de contestation soit drama tiques soit bouffons Ainsi en 1985 en pleine période de sécheresse et de famine ai-je entendu les gaw en transe fulminer contre intolérance dont ils étaient objet de la part de certains musulmans des bourgs et des villes Ils rappelaient alors que le grand empereur peul Sheikou Hamadou peu suspect de paganisme était plus accommodant avec les Ghimbala son époque Il agit dans autres cas épisodes bouffons au cours desquels le possédé mime une prière impie envers au milieu des rires des spectateurs tourné 14 .

REPRESENTATION DE AUTRE ET RECHERCHE IDENTITE vers le sud-ouest opposé de la direction de la Mecque Mais ces mani festations en restent là La suprématie de islam est pas vraiment remise en question Les adeptes des cultes se plaignent seulement de ne plus être acceptés comme ils étaient jadis Pour le reste le Dieu unique et présent dans les évocations proférées Chaque cérémonie est placée sous sa protection Le prêtre et assistance psalmodient la profession de foi du croyant La cé rémonie se conclut aussi par le rappel il un seul Dieu et que le monde des génies lui est soumis et est même la fa on choisie pour congé dier ces derniers De même il pas de séance de culte le vendredi largissant interdit les adeptes des Ghimbala cessent toute activité pendant le carême On dit alors que les génies musulmans sont partis la Mecque quant aux génies Kafires les païens) ils sont retenus enchaînés par Dieu dans leurs grottes sous-marines Mais cette dépendance affichée entame pas pour autant les aspects profondément païens du culte des Ghimbala commencer par ces sacrifices sanglants aux génies malgré la précaution que prennent les offi ciants de tourner la bête immolée vers est auxquels ajoutent diverses pra tiques dont il va être tout de suite question Le culte se vêt donc des aspects syncrétiques des fragments du Coran des expressions en arabe évocation du prophète Mohamed et plus lointainement du roi Salom émaillent les suppliques adressées aux génies du Fleuve avec qui se poursuit le dialogue principal Car ceux qui profèrent ces phrases croient efficacité du rite pour déclencher la faveur des dieux En cela les fidèles des Ghimbala procèdent des emprunts et des détournements de la religion monothéiste au profit de leurs pratiques polythéistes La pré sence immanente du sacré quand les génies descendent sur les hommes permet des relations échanges et de négociation avec eux basées sur la croyance que les hommes et les dieux ont besoin les uns des autres Utilisation ins truments magiques détenteurs de force récitation incantations secrètes et bien sûr nombreux sacrifices et offrandes complètent ce dispositif païen Dans le même temps la dimension rituali ste et les actes qui en découlent font tomber les forces de contestations contenues dans les représentations les plus critiques de autre Comme il suffisait imiter formellement pour neu traliser ou mieux encore détourner la religion dominante En dernière analyse les fidèles du culte se disent la fois musulmans et adeptes des Ghimbala de même que ceux du Candomblé de Bahia affirment catholiques et filhos et filhas do santo Dans le cas des Ghimbala les adeptes du culte des génies prient et respectent du moins le pensent-ils les grands principes de islam aussi ne comprennent-ils pas intolérance dont ils sont objet de la part des Waabites aurais pu faire la même analyse avec les Jiné Don de ouest malien qui allient de la même fa on une dépendance proclamée vis-à-vis de islam des pratiques polythéistes Je reprendrai seulement exemple des Haoukas du Niger anthropologue américain Paul Stoller bien souligné la force de contestation première conte nue dans ce culte partir de explicitation des rôles et des propos tenus par les génies qui incarnent Dans ce culte les génies blancs se montrent particulièrement grossiers ridicules et violents ils descendent sur leurs fidèles Les spectateurs rient des prestations de ces derniers mais craignent la fois beaucoup leurs réactions Ce sont les comportements des européens fran ais ou anglais de la période coloniale qui ont été caricaturés de la sorte 15 .

ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS et poussés au grotesque Le lm de Jean Rouch Les maîtres fous rend parfaitement compte de cette critique théâtralisée de la colonisation au torité coloniale avait ailleurs per apparition de ce culte comme un danger et en avait persécuté les promoteurs Ce fut peine perdue le culte se répandit très rapidement dans la région de Niamey au sein des songhay-Zerma Ses représentants durent affronter non seulement le pouvoir colonial mais les te nants des religions en place prêtres des anciens cultes songhay et autorités musulmanes Pour se les concilier les prêtres et les fidèles du nouveau culte inventèrent abord une alliance avec les génies de la tradition songhay tait le plus prestigieux entre eux Dongo le dieu de la foudre qui aurait aidé les Haoukas installer dans la région en leur faisant franchir le fleuve Niger quant aux musulmans on pensa les neutraliser par la création une famille de génies originaires des bords de la Mer Rouge les génies Malia qui introduisirent islam dans le nouveau culte Il eut plus par ailleurs de révolte ouverte contre les violences coloniales qui cessèrent sur ce point faute objet heure actuelle les Haoukas sont parfaitement intégrés au panthéon des cultes songhay et font partie intégrante de leur système religieux Dans leur pays origine ils drainent plutôt les jeunes gens aventureux qui affichent des idées modernistes et qui partent volontiers chercher fortune étranger Ceux que avais croisés Bamako recrutaient dans les milieux de chômeurs et de salariés un très bas niveau un prolétariat urbain démuni Ainsi image de autre musulman ou européen se superpose et se mêle celle du même travers le corps en transe quand la possession renvoie ordre extérieur Mais cette dernière est aussi la mise en forme des tendances individuelles qui surgissent au moment de la transe extériorisation de autre ou des autres que chacun porte en lui Les manifestations trop individualisées dans les transes atypiques pertur bent la bonne marche des cérémonies Elles sont souvent le fait de nouveaux adeptes qui ont pas encore intériorisé dans leurs transes les rôles codés de leurs maîtres mystiques Elles apparaissent aussi chez des personnes qui se laissent dominer par des affects renvoyant des événements forte charge émotionnelle vécus récemment dans les heures précédant le culte par exem ple ai également remarqué que de telles possessions intervenaient plutôt en fin de séance et pouvaient se poursuivre au delà entraînées par le flux céré monie qui un moment submerge ordre rituel 10 Ces expressions non conventionnelles de la transe quand elles sont poussées aux limites échappent aux rôles codés qui expriment la venue des dieux parmi les hommes et per mettent que surgissent les exigences et les revanches de être Je me souviens une séance de Linha Cruzada 11 Porto Alegre au Brésil dont le dénouement illustre tout fait mon propos la fin de la cérémonie deux jeunes filles prises par des Pombas Giras les épouses ïExu poursuivirent leurs transes bien après le chant de clôture malgré les injonctions du pai de santo Cela dura plus une heure transes erratiques cris ricane ments et convulsions se succédaient sans que personne ne pût arrêter ces mani festations jugées pourtant incongrues par assistance Les deux jeunes filles étaient toujours possédées malgré les pétards on leur faisait partir sous le nez expédient jugé en général efficace les dieux aimant ni le bruit ni deur de la poudre et éclipsant aussitôt usage en était fait Excédé le prêtre se déclara décidé employer les grands moyens il tira devant auteur un rideau derrière lequel il entraîna les deux ouailles récalcitrantes en me 16 .

acceptée par tous adeptes du culte et simples spectateurs Les cérémonies offrent un cadre accueillant et permissif dans les limites du rituel parmi le développe ment des facultés médiumniques du possédé Le passage par la transe ritualisée donne forme au monde intérieur et aux tendances individuelles du possé dé 13 Mais la réduction des stéréotypes de comportements se fait au prix de abandon de certaines de ses revendications les plus profondes celles qui ne trouvent pas place dans explication du monde que propose la transe ri tualisée Peut-être les deux doubles mis en scène dans la possession se complè tent-ils équilibrent-ils mutuellement Ainsi autre intérieur obscur instable fou dans ses manifestations se stabilise-t-il se pacifie-t-il en endossant le per sonnage connu un génie ou un dieu ancré dans le monde social et naturel inverse la manifestation de ce dieu ou de ce génie individualise se personnalise au contact singulier de tel ou tel adepte du culte car dieux et génies incarnent souvent sous des aspects différents Ces aspects ne pourraientils pas correspondre une adaptation du dieu au caractère de sa monture 14 II empêche certains moments rares il est vrai les systèmes de représentation du monde tant intérieur extérieur effondrent sous la vio lence insidieuse de la transe Plus de mise en scène de autre alors plus de rôles codés mais des états du corps et parfois des paroles proférées qui fis surent la réalité établie en attendant être interprétés et récupérés par les détenteurs du pouvoir culturel qui se réservent le droit de décrypter les mes sages des dieux Jean-Marie GIBBAL 17 .REPRESENTATION DE AUTRE ET RECHERCHE IDENTIT priant poliment mais fermement de bien vouloir quitter les lieux Je ne sus donc jamais directement quels furent ces grands moyens mais appris le jour suivant que les possessions étaient interrompues grâce eux appris aussi que les jeunes femmes étaient de nouvelles recrues et que leurs Pombas Giras étaient pas encore domestiquées En revanche ai souvent été témoin de rituels de séparation chez les Ghimbala Ces pratiques plus ou moins expéditives sont employées pour sé parer les hommes de leurs génies quand la présence de ces derniers est pas ou est plus souhaitable En voici quelques-unes bague interrompant la pos session sitôt introduite dans la bouche du possédé imposition des mains sur la tête du fidèle en transe accompagnée incantations coup de tête ou coup de Sombé un instrument du culte sur le crâne du criseur La possession ne doit pas sortir du champ des règles qui contiennent la présence des dieux parmi les hommes présence jugée particulièrement dangereuse car trop de sacré risque de faire verser la cérémonie du registre du positif celui de la négativité 12) Il ne faut pas exagérer cependant les aspects répressifs des cultes égard des médiums Les contraintes sont plutôt un autre ordre chercher du côté des manipulations des adeptes par les prêtres En attendant les séances où les dieux incarnent offrent aux possédés la possibilité de socialiser leurs transes de mettre en quelque sorte leurs propres génies en commun avec ceux des autres tant les cérémonies de possession du monde entier sont des lieux de communication En distribuant une autre fa on les données de cet article je dirai que image de autre que donne le corps en transe est.

et surtout au Brésil où de très nombreux pa de santo le sont Ainsi des déviants sexuels ou sociaux par rapport aux normes dominantes de la société trouvent-ils un lieu où exprimer et affirmer grâce la possession rituelle 14 Monture la métaphore du cheval est souvent utilisée pour désigner les fidèles en transe 18 .cit.ARCHIVES DE SCIENCES SOCIALES DES RELIGIONS NOTES Marc AUGE Le Dieu Objet Paris Flammarion 1988 auteur dit également du corps en lui éprouve aussi la force de oubli le vieillissement la dépossession de soi im manence de la matière et imminence de la mort Leur culte couvre plus précisément le territoire compris entre le lac Debo ouest la région de Dire au nord et le rebord du plateau central soudanais est-sud-est II existe dans quelques villages des grosses pierres consacrées par des offrandes et des sacrifices depuis des générations vestiges anciens cultes disparus Pour plus de détails sur tous ces points Cf Jean-Marie GIBBAL Les Génies du Fleuve Paris Presses de la Renaissance 1988 Je renvoie pour plus de détails étude que le leur ai consacrée J-M GIBBAL Tam bours eau Paris Le Sycomore 1982 Henri MICHAUX Affrontements Paris Gallimard Pierre VERGER Orisha Paris Anne-Marie Métailié 1982 Roberto Motta anthropologue brésilien de Recife bien développé ce thème dans la communication il faite au Congrès des américanistes Amsterdam en juillet 1988 Paul STOLLER The Horrifie Comedy 10 J-M GIBBAL Ordre rituel et flux ceremoniels in La cérémonie -Traversesmai 1981 11 Linha Cruzada religion qui mêle Umbanda la Macumba et le culte des orix 12 Déclinaison païenne Porto Alegre J-M GIBBAL Communication au Congrès des américanistes Amsterdam juillet 1988 13 Dans cet ordre idées il faut noter la forte présence homosexuels au sein des cultes urbains au Mali Cf J-M GIBBAL Tambours eau op.