You are on page 1of 3

LIBERTE

Mercredi 11 février 2015

L’Algérie profonde 15
BOUZEGUÈNE (TIZI OUZOU)

BRÈVES du Centre

L’école d’Ihitoussène
sinistrée

BÉJAÏA

Deux dealers écroués

n Deux dealers ont été arrêtés la fin de la semaine passée
par la brigade antistupéfiants relevant de la police
judiciaire de Béjaïa, a indiqué la cellule de
communication de la Sûreté de wilaya. Il s’agit de M. Y., 19
ans, et Ch. S., 27 ans. Ils ont été arrêtés au niveau de
l’ancienne gare routière, précise la même source. Une
quantité de kif traité et un couteau ont été découverts en
leur possession. Les deux mis en cause, présentés devant
le procureur de la République près le tribunal de Béjaïa,
ont été écroués pour “possession de drogue avec intention
de revente”.

Les petits enfants grelottent dans des salles de classe inondées par les eaux
pluviales qui traversent les plafonds en mauvais état. Laissée à l’abandon
depuis plusieurs années, à l’instar de nombreuses écoles de la commune,
l’école d’Ihitoussène n’a cessé de se dégrader.
es élèves de l’école
primaire Chahid
Aliane Mohand
Ouamar, du village
d’Ihitoussène, relevant de la commune
et de la daïra de Bouzeguène, 60
km à l’est de Tizi Ouzou, poursuivent leur scolarité dans des
conditions lamentables.
Les petits enfants grelottent dans
des salles de classe inondées par
les eaux pluviales qui traversent
les plafonds en mauvais état.
Laissée à l’abandon depuis plusieurs années, à l’instar de nombreuses écoles de la commune,
l’école d’Ihitoussène n’a cessé de
se dégrader.
Les logements d’astreinte inhabités ont subi d’énormes dégâts,
notamment au niveau des toitures. L’affaissement des charpentes et l’effritement des plafonds de trois logements
construits en surélévation des
salles de classes constituent de
gros dangers au quotidien.
Les eaux pluviales et les chutes de
neige pénètrent dans les logements, traversent le béton des
terrasses et inondent les classes
depuis plusieurs mois. La peinture du plafond et des murs,
entièrement abîmée, s'écaille et
laisse apparaître d’énormes
traces de moisissure.
La situation perdure et s’aggrave comme ce fut le cas, tout récemment avec la neige qui s’est
accumulée à l’intérieur des logements ouverts aux quatre
vents. Les eaux de pluie ont
inondé le sol carrelé des salles de
classe qui sont transformées en
piscine. Des débris de plafond se
détachent, déplore-t-on, et l’eau

H. KABIR

484 accidents enregistrés durant l’année 2014

n Quelque 484 accidents ont été enregistrés sur les routes
de Béjaïa durant l’année 2014, a indiqué la cellule de
communication de la Sûreté de wilaya. 20 décès, dont 17
hommes et 3 femmes et 678 blessés, ont été déplorés,
précise la même source. Durant la même période, 3775
permis de conduire ont été retirés par les services de
Sûreté de wilaya. Quelque 21 948 contraventions ont été
établies et 16 5313 véhicules ont été contrôlés dans les
quatre coins de la wilaya. À l’issue de ces contrôles, 287
véhicules ont mis à la fourrière, a-t-on indiqué.

L

H. KABIR

AGRESSION SUIVIE DU VOL DE 50 MILLIONS DE DA À BÉJAÏA

D. R.

Les auteurs arrêtés par la gendarmerie

L’état des classes est tel qu’il représente un véritable danger pour les enfants.

menace les équipements électriques, ce qui fait que personne
n’est à l’abri d’un court-circuit ou
d’un risque d’incendie.
Parfois, il faut couper l’électricité
de certaines salles pour éviter
d’éventuelles courts-circuits ou
électrocutions dans d’autres
salles. Devant l’état préoccupant de cette école, les enseignants ne savent plus à quel
saint se vouer. D’aucuns s’interrogent sur les raisons qui ont
laissé cette institution scolaire atteindre un tel degré de dégradation sans que les responsables

daignent réagir au bon moment.
Les parents d’élèves soucieux
de la santé de leurs enfants ont,
à maintes reprises, envisagé de
retenir leur enfants à la maison
et de fermer l’école afin d’attirer
l’attention des responsables de
l’APC et de la direction de l’éducation. Contacté par nos soins,
le P/APC de Bouzeguène nous a
affirmé qu’une commission diligentée par ses soins s’est déplacée, dernièrement, dans cette école et a établi un constat de
carence. Une enveloppe financière de 4 millions de dinars a été

dégagée pour les réparations des
dégâts. Au vu de l’importance
des travaux et pour ne pas perturber la scolarité des élèves, les
travaux ne pourront démarrer
qu’à partir du mois de juin,
c’est-à-dire, à la fin de l’année
scolaire en cours.
Cependant, le personnel enseignant et les parents d’élèves s’inquiètent et ne savent pas comment terminer l’année scolaire
dans de pareilles conditions surtout que des dangers permanents menacent les écoliers.
KAMEL NATH OUKACI

BOUIRA

Des transporteurs d’Ouled Bouchia
bloquent la RN5
es transporteurs d’Ouled Bouchia sont
revenus à la charge, avant-hier matin,
en barricadant la RN5 à l’intersection
menant vers la ville de Bouira et le CW127
reliant Sour El-Ghozlane. Pneus en flamme,
des fûts usagés, des branchages et autres barricades de fortune empêchaient toute circulation sur ce tronçon.
Dès le début de matinée, des altercations
entre usagers de la route et manifestants ont
éclaté alors que les gendarmes n’étaient
toujours pas intervenus.
La veille, ces mêmes transporteurs privés
avaient protesté devant le siège de l’APC de
Bouira pour réclamer l’aménagement et la
réfection de la route reliant leur localité au
chef-lieu de wilaya.
Ces transporteurs de la ligne n°7, reliant Ouled Bouchia, distante de cinq kilomètres de
la ville de Bouira, avaient manifesté leur mécontentement en interpellant les autorités
communales, à leur tête le P/APC. “La dégradation avancée de la chaussée malmène
sérieusement nos véhicules, sans parler des
clients qui se plaignent quotidiennement. La
route est tellement exiguë que, régulière-

L

ment, des tôles se froissent en croisant d’autres
véhicules”, fulmine Ahmed, un transporteur
privé exaspéré par le laxisme des autorités.
Il est à souligner que la boue couvre toutes
les crevasses et autres nids-de-poule en
rendant quasiment impraticable ce tronçon
de route. Cela serait dû, selon les protestataires, à la non finition des travaux de raccordement au réseau de l’assainissement.
Une délégation de ces transporteurs avait été
reçue, et les autorités communales ont promis d’étudier la situation pour y remédier
dans les plus brefs délais. Hier, le P/APC de

Bouira, qui s’est rendu sur les lieux, a une fois
de plus réitéré ses promesses en affirmant
que l’entrepreneur chargé des travaux de réfection de la route et de l’assainissement doit
reprendre les travaux incessamment. L’édile a même promis que l’éclairage public, une
des revendications soulevées également serait prise en charge très rapidement. Aux
alentours de 10h, les manifestants ont levé
le camp, non sans promettre de nouvelles actions de rue si rien n’est fait dans les
meilleurs délais.
HAFIDH BESSAOUDI

F. B.

MÉDÉA

Prise en charge des cas d’ectopies testiculaires
en milieu scolaire

n Une campagne de grande envergure sera lancée par la
direction de la santé et de la population de la wilaya de
Médéa pour la prise en charge chirurgicales des cas
d’ectopies testiculaires dépistés en milieu scolaire, selon
un communiqué émis à la presse. La 1re dans son genre,
l’opération se déroulera en 3 phases consistera en un
réexamen des cas recensés, la réalisation des bilans
préopératoires et avis spécialisés et la pratique des
interventions chirurgicales. Les interventions
chirurgicales se dérouleront pendant les vacances
scolaires du printemps et concerneront quelque 428 cas
recensés parmi les élèves des établissements
d’enseignement de la wilaya. Selon le même
communiqué, les interventions sont programmées du 3
au 12 mars 2015 au niveau de 8 polycliniques désignées
parmi les établissements de santé publique de la wilaya.
La 1re phase de l’opération sera menée sous la houlette de
médecins spécialistes en chirurgie qui seront assistés par
24 agents paramédicaux. L’opération consistant à
réexaminer tous les cas déjà dépistés afin de confirmer
les diagnostics et poser les indications chirurgicales
appropriées.
M. EL BEY

3 blessés dans une collision entre un bus
et 2 véhicules

n Un bus de transport de voyageurs a percuté 2 véhicules
légers circulant en sens inverse, avant-hier, au lieudit
Boukmouri, sur la RN1, dans la commune d’Aziz, faisant 3
blessés âgés entre 24 et 44 ans, lesquels ont reçu les
premiers secours par les éléments de l’unité secondaire
de la Protection civile de la daïra d’Aziz qui ont procédé à
leur évacuation vers l’établissement de soins de la même
ville pour des traumatismes divers.
M. EL-BEY

Incendie dans une habitation : 3 personnes brûlées

BLIDA

d’aucun moyen ou matériels antiincendie qui doivent être disposés dans
un magasin de stockage. L’intervention
rapide de la Protection civile de Boufarik a
permis d’éviter la propagation du feu vers
les maisons limitrophes et les voitures qui
se trouvaient tout près de l’entrepôt.

n Un incendie s’est déclaré dans une habitation située au
quartier Aïn Araïs, sur les hauteurs de la ville de Médéa,
suite à une fuite de gaz butane d’une bonbonne, faisant 3
blessés parmi les membres des occupants de l’habitation.
Selon les informations fournies par les éléments de la
Protection civile, les victimes ont eu des brûlures du 1er
degré au visage, à la tête et aux membres supérieurs.
L’incendie a aussi causé des dégâts matériels à la
construction sommaire recouverte de plaques ondulées et
de matériaux disparates.

K. FAWZI

M. EL BEY

Incendie dans une usine à Soumâa
n Un incendie s’est déclaré hier dans un
entrepôt d’une usine de fabrication de
serpillières, située au quartier Benaïssa,
au centre de Halouiya, relevant de la
commune de Soummâa. L’incendie s’est
vite propagé dans l’entrepôt qui contenait
des cartons d’emballage, des tissus et des
machines à coudre, et qui n’est doté

n Trois personnes, auteurs d’une agression suivie du vol
d’une somme d’argent estimée à 50 millions de DA dans
la ville de Béjaïa, ont été arrêtées par les gendarmes de la
section de recherches et présenté devant le procureur de
la République près le tribunal local qui les a placés sous
mandat de dépôt pour association de malfaiteurs et
agression suivie de vol, dont ont été victimes deux
employés d'une entreprise à El-Kseur (w. Béjaïa).
Rappelons que le comptable de ladite entreprise
accompagné du chauffeur à bord d'un véhicule de
marque Hyundai Accent, se dirigeant vers la ville de
Béjaïa, pour déposer la somme de 50 millions de DA à la
BNA, s'est arrêté dans la circonscription de Oued-Ghir,
suite à un accident matériel de la circulation routière
provoqué par le conducteur d'un véhicule de marque
Atos, qui était en compagnie de deux individus. Ces
derniers ont dépossédé les victimes de leur véhicule avec
la somme d'argent, avant de prendre la fuite en direction
de Béjaïa.

LIBERTE

L’Algérie profonde 15

Mercredi 11 février 2015

SKIKDA

Des experts italiens
pour former les artisans
en marbrerie

BRÈVES de l’Est
MILA

Les chasseurs traquent les animaux
dangereux

Cette formation entamée mardi sera encadrée par le Dr Morizio Martinelli, expert
international dans le domaine du marbre et de la pierre ornementale, et M. Umberto
Morescalchi, technicien supérieur et maître artisan qualifié.
ne trentaine d’artisans en marbrerie,
dont 20 de la wilaya
de Skikda, seront
formés par l’école
italienne des métiers
“Instituto Rinascenza Lysle” de Carrarra, à raison de 8 jours/mois pendant une période de 5 mois, au niveau des ateliers de l’Enamarbre de
Skikda, nous indiquera une source de
la Chambre d’artisanat et des métiers
de Skikda. La CAM, qui organise ce
projet de formation-apprentissage
dans le cadre de la coopération internationale entre dans le programme promotionnel du ministère du
Tourisme et de l’Artisanat de l’année
2013 et le programme du Fonds
national de promotion des activités
de l’artisanat traditionnel. L’objectif
principal est le transfert du savoir-faire des experts italiens aux artisans locaux. Cette formation théorique
dans le domaine du marbre, une richesse locale, est considérée, avec
l’apport du savoir-faire italien, de
haut niveau et concerne le sculptage, le polissage, la mosaïque, l’entretien et la restauration des anciens et
nouveaux objets en marbre, les techniques des formes ainsi que les produits artistiques et artisanaux. Elle
tend aussi à améliorer les compétences et le savoir-faire des artisans
experts dans le domaine du marbre
ainsi que des apprentis. Cette formation entamée mardi sera encadrée
par le Dr Morizio Martinelli, expert

U

D. R.
L’objectif principal est le transfert du savoir-faire des experts italiens aux artisans locaux.

international dans le domaine du
marbre et de la pierre ornementale,
et M. Umberto Morescalchi, technicien supérieur et maître artisan qualifié. Cette formation est dictée par
un besoin exprimé par les artisans
pour une meilleure professionnalisation de ce métier en vogue et
même par les exploitants qui éprouvent d’énormes difficultés à trouver

de la main-d’œuvre qualifiée pour
perpétuer cette tradition et partant
l’exploitation des gisements en
marbre locaux porteurs d’emplois. En
effet, la région de Filfila dispose
d’une importante carrière de ce matériau de qualité, comme les marbres
blancs et gris, qui sont très prisés,
particulièrement dans la décoration
des habitations et la sculpture. L’uti-

lisation du marbre remonte à
l’époque romaine où il a été abondamment exploité. Mais aujourd’hui, il reste relativement sous-exploité eu égard aux filons que recèlent les carrières de Skikda. Un créneau porteur qui peut favoriser la
création d’emplois, l’insertion des
jeunes et booster encore plus l’économie locale.
A. BOUKARINE

FORÊTS DE BATNA

La chenille processionnaire :
ennemi numéro un
l’instar des autres forêts du pays, celle de
la wilaya de Batna, qui reste parmi les plus
importantes en superficie et en variété, fait
face à une menace pourtant bien connue des services des forêt, en l’occurrence la chenille processionnaire du pin d’Alep. À la direction des forêts
de Batna, plus précisément au service de la faune et de la flore, le chef de bureau, M. Rezoughi
Abderahmane, nous dira que les larves sont
connues pour leur mode de déplacement en file
indienne, se nourrissent des aiguilles de diverses
espèces de pins, provoquant un important affai-

A

blissement des arbres. Aussi, pour lutter contre ce
fléau, notre interlocuteur nous explique
que “la campagne de lutte contre la chenille de procession est en réalité un programme qui touche 11
500 hectares à travers toute la wilaya. Nous avons
réalisé plus de 51% du programme, qui consistait
à enlever les nids des chenilles et leur incinération ;
l’opération est confiée à des forestiers qualifiés”. Et
de rajouter : “L’opération a lieu au moment où l’insecte confectionne son nid d’hiver, stades L3 et L5 ;
sachant qu’il y a un souci de santé publique, la chenille n’est pas uniquement dangereuse pour l’arbre”.

La prison ferme requise contre neuf faussaires 
Une peine de cinq ans de prison ferme a été requise, avant-hier, par le procureur de la
République près le tribunal de Batna à l’encontre de neuf personnes âgées entre 29 et 56 ans,
pour possession de matière et de matériel destinés à la fabrication de monnaie contrefaite.
Les faits remontent au 14 décembre 2012 lorsque les services de la police judiciaire (PJ) ont été
avertis, par un coup de téléphone, de l’existence d’un réseau qui s’adonnait à la contrefaçon
de monnaie. Agissant sur la base de cette information, la PJ a pu mettre la main sur deux
suspects, dans une embuscade, sur une route périphérique de la ville de Batna. Les deux
faussaires, qui se déplaçaient à bord d’un véhicule de tourisme, étaient en possession de
28 paquets de papier confectionné aux dimensions du billet de 1000 DA (2820 billets). Les
billets saisis étaient imbibées d’un produit verdâtre. Les autres membres du groupe faussaire
ont été appréhendés, plus tard, suite aux informations fournies par les deux individus
arrêtés. Il s’avèrera par la suite que les accusés procédaient à la manière des escrocs africains.
Ces derniers, faut-il le rappeler, faisaient croire à leurs victimes que le papier vert se
transformerait en billet d’argent, après un laps de temps déterminé.
LALDJA MESSAOUDI

En effet, en plus de se nourrir des aiguilles des pins,
entraînant une défoliation de l’arbre, la chenille
peut-être extrêmement dangereuse pour l’homme, l’insecte possède 600 000 poils urticants qui
sont projetés en l’air à la moindre agression,
pouvant provoquer  d’importantes réactions allergiques, mais aussi des troubles oculaires ou respiratoires. Selon le responsable du service, toutes
les dispositions sont prises pour que ce genre d’accidents n’arrive pas, sachant que les citoyens
sont informés de la dangerosité du nid mais
aussi de l’insecte, surtout dans les agglomérations
mitoyennes des forêts, soit urbaines ou suburbaines. Enfin, si la chenille possède quelques insectes prédateurs (ennemis naturels) à l’exemple
des guêpes, coccinelles, les mouches, ou certains
oiseaux à l’exemple de la mésange, le coucou ou
encore la huppe fasciée, le traitement  mécanique
reste le moyen le plus efficace et le plus radicale.
On apprend que les attaques à répétition donnent
d’autres maladies encore plus graves ; nos interlocuteurs nous disent vouloir faire le nécessaire,
que le mal se propage et du coup il passe à un stade plus dangereux. Jusque-là, 6351 hectares ont
été traités depuis janvier, période où la chenille est
la plus vorace. Ce traitement ne concerne qu’une
partie du programme, qui se poursuivra par des
opérations de lutte mécanique (échenillage) et incinération, dans l’espoir de réduire au maximum
le nombre de nids de chenilles.
RACHID HAMATOU 

Plus de 3 000 chiens errants et 300
sangliers ont été abattus, ces derniers
jours, en différents endroits de la wilaya
de Mila, lors de battues organisées par la
wilaya. En effet, pour réduire, un tant
soit peu, les dangers que représentent les
chiens errants, les sangliers et les
renards, la wilaya de Mila vient de
lancer de vastes opérations de chasse à
travers toute la wilaya. Objectif :
ramener la population canine errante et
le nombre de sangliers à des proportions
acceptables. Motivées par la
recrudescence, sans précédent, du
nombre de chiens errants et de sangliers
dans la région, des battues sont
organisées, ces derniers jours, à travers
l’ensemble des communes de la wilaya.
Cette opération, rendue possible grâce à
l’implication des chasseurs de toutes les
communes, s’est soldée, selon un
décompte encore provisoire, par
l’abattage de 3 038 chiens errants, 301
sangliers, 2 renards, une vache enragée
et un chat sauvage. En nombre de chiens
errants abattus, la ville de Chelghoum
Laïd détient temporairement la première
place avec 460 chiens tués, suivie par
Aïn M’louk, où le nombre des chiens
errants abattus a atteint les 238. Les
chasseurs de la commune de Rouached,
région montagneuse particulièrement
infestée de sangliers, ont réussi à
éliminer 71 têtes porcines depuis le
début de l’opération. Soulignons que les
chiens errants et les sangliers, en
constante progression au niveau
pratiquement de toutes les villes de la
région, sont devenus un réel danger pour
les populations locales, le cheptel et les
cultures maraîchères. On se rappelle
encore le cas de la petite écolière de
Arras mangée, il y deux ans, par un
chien errant, ou encore le cas des
cultivateurs séricicoles de la commune
de Baïnan qui, en 2013, avaient
abandonné leurs serres par peur des
hordes de sangliers qui écumaient la
région.
KAMEL B.

CONSTANTINE

Un mort dans un accident
de la route 
Un tragique accident de la circulation
est survenu avant-hier,
sur  l’autoroute  Est-Ouest entre la
commune de Aïn Smara et la cité
Zouaghi-Slimane, à Constantine. Un
camion a violemment heurté une
voiture à bord de laquelle se trouvaient
trois personnes. Le conducteur du
véhicule, un jeune homme de 30 ans est
mort sur le coup, alors que son épouse et
leur petite fille de 5 mois s’en sont
sorties indemnes. Le corps de la victime
a été transporté à l’hôpital de la nouvelle
ville Ali-Mendjeli. Les services de la
gendarmerie ont diligenté une enquête
pour déterminer les causes exactes de ce
drame.
HOUDA CHIED

KHENCHELA

Un motocycliste mortellement
percuté par une voiture 
Un jeune homme de 17 ans est décédé
hier, au CHU de Batna suite à un terrible
accident de la circulation qui s'est
produit à l’entrée ouest de la ville de
Khenchela, selon une source bien
informée. En effet, la victime qui était
sur sa moto a été violemment percutée
par une voiture venant dans le sens
inverse. Les services de sécurité ont
ouvert une enquête pour élucider les
causes exactes de ce drame. Il y a lieu de
rappeler que les éléments de la
Gendarmerie nationale de Khenchela
ont enregistré durant l’année 2014, plus
de 57 morts et 680 blessés dans 315
accidents de la route. Le bilan le plus
lourd a été enregistré sur la RN88 avec 93
accidents, a-t-on précisé.
M. ZAIM

LIBERTE

Mercredi 11 février 2015

L’Algérie profonde 15

SALON DE LA BOULANGERIE ET DE LA BISCUITERIE À ORAN

BRÈVES de l’Ouest

Les boulangers veulent
augmenter le prix du pain

SUITE À LA MANIFESTATION DE SIDI
ABDERAHMANE À TIARET

11 personnes sous
contrôle judiciaire
n 11 personnes parmi les manifestants
de Sidi-Abderahmane qui ont bloqué, la
semaine dernière, les RN 90 et 111, reliant
la wilaya de Tiaret à celles de Saïda et ElBayadh, ont été présentées ce dimanche
devant le procureur de la République
près le tribunal de Frenda qui les a
placées sous contrôle judiciaire en
attendant un complément d’enquête. Ces
dernières ont été arrêtées le lendemain
de la manifestation par les éléments de
la gendarmerie. Pour rappel, la
manifestation a commencé après un
tirage au sort entrepris en présence du
maire de Sidi-Abderahmane, du chef de
daïra d’Aïn-Kermes et supervisée par un
huissier de justice. Les mécontents ont
choisi la voie de la violence pour
dénoncer le tirage au sort qui a consacré
212 chômeurs bénéficiaires sur 600
demandeurs de terres agricoles.

Mais alors que le nombre de boulangers mettant la clé sous le paillasson augmente
chaque année, sur 800 boulangers recensés à Oran, ces dernières années, ils ne
seront que 500 dorénavant.

R. SALEM

BÉCHAR

D. R.

Arrestation de sept
dealers
n Les éléments du service de police
judiciaire de la sûreté de wilaya de
Béchar ont traité ces derniers jours 5
affaires de trafic de drogue qui ont
permis l’arrestation de 7 mis en cause,
tandis que deux autres dealers sont en
fuite. Selon un communiqué remis à
notre rédaction, l’âge des personnes
arrêtées varie entre 20 et 40 ans. Après
avoir exécuté un mandat de
perquisition, les policiers ont découvert
292,6 g de kif traité. Présentés au parquet
de Béchar, ils ont été écroués pour
détention de drogue destinée à la
commercialisation et à la
consommation.
R. ROUKBI
L’une des revendications des boulangers est la mise sur le marché de la farine “3SF” qui est d’une meilleure qualité est plus nutritive.

ORAN

a 3e édition du Salon de la boulangerie, de la biscuiterie et des équipements
des métiers de la bouche (Scobbi) a
ouvert ses portes lundi au centre des
conventions d’Oran et surtout sur
un nouvel appel des boulangers à
l’intention des pouvoirs publics. Le salon, qui regroupe quelque 40 professionnels du secteur de
la boulangerie, de la pâtisserie ainsi que des producteurs de matières premières et les grands
groupes de l’agroalimentaire et des équipementiers étrangers, a été l’occasion pour les représentants des boulangers de revenir une fois de plus
sur l’une de leurs plus anciennes revendications,
à savoir une augmentation des prix de la baguette de pain.
Ainsi, Baïche Fawzi, président de la section boulangers au sein de l’Union des associations des

L

commerçants, explique que les 10 DA actuels de
la baguette c’est un “prix qui a été fixé par le terrain, par l’informel. Le ministère avec qui nous
avons eu de nombreuses discussions a accepté ce
prix, mais c’est de manière informelle. Aujourd’hui
l’étude que nous avons faite avec des représentants
du ministère du Commerce montre qu’un prix réel
de la baguette serait de 11 DA”, assure notre interlocuteur. Mais alors que le nombre de boulangers mettant la clé sous le paillasson augmente chaque année – sur 800 boulangers recensés à
Oran, ces dernières années, ils ne seront que 500
dorénavant.
Ces derniers reprennent une autre de leurs revendications. Celle-ci concerne la mise sur le marché d’une farine spéciale la “3SF” qui aurait
comme atout d’être de meilleure qualité, permettant la fabrication d’un pain plus riche, plus

nutritif. En fait, il s’agit d’une farine mixte mêlant
semoule, son et farine qui permettra aussi de réduire la facture des importations, puisque contenant 30% de blé dur produit localement et 70%
de blé tendre.
Ce sont les Eriad qui auraient dû mettre sur le marché ce produit, or après quelques essais et analyses
économiques, les Eriad ont réalisé que le coût de
revient serait trop important, compte tenu des investissements très coûteux qui seront nécessaires
pour acquérir les équipements indispensables à la
mise en place de ce nouveau produit.
Ainsi le débat lancé au salon risque de perdurer,
alors que le salon en lui-même a cette particularité de mêler affaires et convivialité avec démonstrations de maîtres boulangers et pâtissiers
ainsi que le savoir-faire de vrais pizzaïolos.
D. LOUKIL

LUTTE CONTRE LA CRIMINALITÉ À ORAN

90% des affaires enregistrées
ont été traitées
es activités de la Sûreté de wilaya relatives à la lutte contre la
criminalité ont enregistré un
taux de traitement de plus de 90% en
2014 dans plusieurs affaires traitées
par les services compétents des sûretés urbaines d’Oran et de daïra.
Les chiffres font état de 3528 affaires
enregistrées, dont 2923 ont été traitées (82,85%) impliquant 3690 individus et 12 étrangers, soit 1919
mandats de dépôt, 42 autres mis sous
contrôle judiciaire, 42 citations directes et 720 relaxes pour les chefs
d’inculpation d’atteinte aux personnes (2159 cas) et destruction de
biens d’autrui (2539).
Concernant le volet des coups et
blessures volontaires, les services

L

de sécurité ont comptabilisé 1962
cas, dont 14 crimes de sang et 183
méfaits contre ascendant dans 2159
affaires enregistrées pour 1476 traitées, soit un taux de traitement de
68,36%. Le vol qualifié (1157), le vol
simple (1226) et le vol de véhicules
(149) ont connu 2523 affaires dont
1434 ont été traitées (56,83%).
Les affaires liées aux crimes économiques ont enregistré 12 cas, les
crimes financiers 146 dans 150 affaires qui se sont soldées par la mise
sous mandat de dépôt de 82 individus et 21 relaxes.
Les délits liés au faux et usage de
faux, l’escroquerie, l’abus de confiance, la fausse monnaie, le trafic de documents de véhicule ont enregistré

146 affaires ayant abouti à l’incarcération préventive de 138 individus.
Le trafic de drogue a connu une
courbe ascendante de 100% avec 744
affaires pour le même nombre traité. La saisie de 19 817 t de résine de
cannabis et de 12 709 comprimés de
psychotropes s’est soldée par l’arrestation de 811 individus, dont 4
étrangers, et la mise sous mandat de
dépôt de 669 inculpés.
Dans un autre contexte et en 2014,
les accidents de la circulation ont atteint 337 cas faisant 386 blessés et 47
décès. Le facteur humain est responsable de 299 accidents, 29 cas
sont dus à la vétusté du véhicule et
9 pour l’environnement. De ce
constat, il ressort 1891 cas de non-

respect du code de la route ayant
abouti à la mise en fourrière de
1378 véhicules et 8642 retraits de
permis de conduire.
Les contraventions dressées par les
services de police sont de l’ordre de
28 625, dont 24 664 ont été recouvrées par le Trésor public, a-t-on indiqué. Enfin, les 148 policiers activant sur les 31 plages ont procédé à
l’arrestation de 787 personnes pour
divers délits.
Les 160 interventions de cette police aux 10 postes du littoral oranais
ont permis de présenter à la justice
94 individus qui ont été écroués.
K. REGUIEG-ISSAAD

20 ans de prison pour les
assassins du clandestin
n La cour de justice d’Oran a condamné
ce lundi trois hommes accusés
d’homicide volontaire avec
préméditation, association de
malfaiteurs et vol, à 20 ans de prison
ferme alors que le procureur général
avait demandé, dans son réquisitoire, la
peine capitale. Les faits remontent à
avril 2013 quand les services de la
Gendarmerie nationale d’Aïn El Bia ont
ouvert une enquête sur la disparition,
signalée par sa famille, d’un homme de
28 ans. Son corps sera découvert dans
une ferme près du domicile familial. Les
premiers éléments de l’enquête
convergent vers un assassinat puisque la
victime trouvée ligotée avec du fil de fer,
avec une blessure crâne. Les
investigations des enquêteurs les
conduiront à identifier trois suspects, les
dernières personnecqu’il a rencontrées
avant sa disparition. Ces derniers,
interrogés, nieront leur implication dans
le meurtre mais seront confondus par le
témoignage du frère de la victime. Il dira
que le jour du match entre le MCO et
l’USMA, son frère, taxieur clandestin,
l’avait déposé au stade lui donnant
rendez-vous à la fin de la rencontre pour
le raccompagner. Mais il le rappellera
pour le prévenir de ne pas compter sur
lui puisqu’il avait été sollicité par trois
individus pour les accompagner à
Canastel. L’enquête relèvera qu’en cours
de route, les prévenus demanderont à la
victime de changer de cap et de les
déposer dans une boîte de nuit à Aïn
Turck. Profitant de la nuit, ils passent à
l’acte en lui portant des coups avec un
objet contondant à la tête, se
débarrassant ensuite du corps dans une
des fermes de la région. Le véhicule, une
Peugeot Partner, sera désossé et revendu
sous forme de pièces détachées.
AYOUB A.