You are on page 1of 156

ESSTT

Mémoire de mastère professionnel

2011-2012

Introduction

Ce travail réalisé pendant cinq mois, a consisté à mettre en application les outils théoriques
acquis au cours de ma formation pour l’étude d’un projet réel "pont dalle" qui est en cours
d’exécution.
Le travail présenté entre dans le cadre du mémoire de mastère professionnel : Ingénierie et
management des systèmes industriels, parcours : Bâtiments et ouvrages, à l’école supérieure
des sciences et techniques de Tunis (ESSTT). Je l’ai effectué au sein de la société tunisienne
de contrôle "VERITAS". Le sujet était l’étude d’un projet de pont dalle (type PSI-DA) situé à
l’autoroute Sfax-Gabes, lot Nº2 (SFAX SUD- MAHRES).
L’élaboration de ce mémoire a pour principale source les différents enseignements tirés de la
pratique journalière des taches auxquelles j’étais affecté.
Le but du travail n’est pas de faire uniquement une présentation exhaustive de tous les aspects
techniques de l’ouvrage, que j’ai pu apprendre ou approfondir, mais aussi de manière
synthétique et claire, de faire une analyse détaillée des calculs effectués pour les différents
éléments de structure constitutifs de ce type de pont.
Au long de ce mémoire, je vais résumer mon travail en trois parties principales :
La première partie présentera une définition générale des ponts dalles ainsi les règles
techniques pour la conception de ce type de pont.
La deuxième partie donnera un aperçu global sur les aspects techniques de l’ouvrage
(présentation générale du projet).
La troisième partie sera consacrée à la présentation en détails des calculs des sollicitations et
du ferraillage des différents éléments de structure constitutifs de ce pont.

Quelles sont les difficultés que j’ai été confronté pendant l’étude de ce type de pont ?
Et, quelles sont les compétences que j'ai pu acquérir pendant cette expérience ?

1

ESSTT

Mémoire de mastère professionnel

2011-2012

Présentation de la société

VERITAS

Société Tunisienne de Contrôle VERITAS (1*)
Siège : Les Berges du Lac, B.P.728, 1080 Tunis-Cedex Tél. : 71.861.050 (LG) - Fax : 71.861.692
E-mail : stcveritas@planet.tn - http : //www.veritastunisia.com

Bureau Veritas est une référence mondiale en certification, évaluation de conformité,
formation et conseil qui accompagne les entreprises dans la gestion de la qualité, de la santé,
de la sécurité, de l'environnement et de la responsabilité sociale.
Depuis sa création en 1828, le groupe Bureau Veritas a progressivement développé une
expertise reconnue, aidant ses clients à se conformer aux normes et réglementations
appliquées dans les différents secteurs d’activités.
Des secteurs d’activités variés…
Une gamme de services allant de l’évaluation de conformité, à l’assistance technique et à la
mise en œuvre de solutions sur mesure dans les domaines suivants : construction des
bâtiments, bâtiments et infrastructures en service, état des patrimoines immobiliers ou
industriels, risques sanitaires et performances énergétiques et environnementales, analyse,
mesure et expertise en laboratoire, inspection des équipements et maîtrise des procédés
industriels, maîtrise des risques HSE, formation, certification, marine, biens de consommation
et commerce international.
C’est un groupe très présent dans le BTP et qui recrute des chargés d'affaire, pour le contrôle,
la coordination SPS, et le management QHSE des bâtiments et des projets d'infrastructures.
Une référence mondiale dans ses métiers
Bureau Veritas sert plus de 280 000 clients à travers le monde dans les domaines les plus
diversifiés, des entreprises locales aux plus grands groupes mondiaux.
Bureau Veritas dispose de compétences multidisciplinaires grâce à ses 39 000 employés et ses
900 bureaux et laboratoires dans le monde entier.
Depuis 1996, Bureau Veritas est certifié selon la norme ISO 9001, par un organisme de
certification international reconnu.

2

ESSTT

Mémoire de mastère professionnel

2011-2012

Partie 1 : Généralités sur les ponts dalles (PSI-DA)
I.

Définition générale des ponts dalle :

1- Introduction :
Un pont est un ouvrage d’art pour lequel une voie de circulation franchit un obstacle naturel
ou une autre voie de circulation terrestre, fluviale ou maritime. C’est le type d’ouvrage le plus
employé en Tunisie. Dans la pratique on parle d’un ouvrage d’art pour désigner un pont.
La conception des ponts est en constante évolution grâce à l’emploi de matériaux de plus en
plus performants, à des moyens de calculs permettant d’établir des modèles de comportement
très sophistiqués et à la création de formes originales apportant de nouvelles solutions, pour
apporter de nouvelles solutions aux problèmes posés par le franchissement d’obstacles de
plus en plus impressionnant.

2- Définition d’un pont en dalle armée: (PSI-DA) :(passage supérieure ou inférieure en
dalle armée).
C’est un ouvrage en béton armé ou précontrainte qui permet de franchir un obstacle naturel
ou une autre voie de circulation terrestre, fluviale ou maritime, les tabliers du pont dalle sont
généralement de faible épaisseur et donne au franchissement un aspect harmonieux très
élancé pour des portées importantes.
3- Statut des ponts en dalle armée en Tunisie : (fig 1)
Les ponts-dalles constituent le type d'ouvrage le plus répandu et le plus construit en Tunisie,
puisqu'ils représentent près de la moitié de la surface totale des ponts construits ces dernières
années.
Cette population d'ouvrages comprend dans une large proportion des passages supérieurs ou
inférieurs routiers ou autoroutiers et, dans une moindre mesure, des tranchées couvertes et des
passerelles pour piétons. Leur longueur varie d'une quinzaine à une soixantaine de mètres et,
parfois, dépasse une centaine de mètres. Leurs travées déterminantes se situent entre une
douzaine et une trentaine de mètres.
Ces ouvrages sont d'aspect élancé et restent cependant robustes, grâce à leur monolithisme. La
simplicité de leur forme et leur grande réserve de sécurité constituent par ailleurs des atouts
importants, ainsi que leur souplesse dans l'adaptation à toute difficulté d'implantation grâce à
leur construction par coulage en place (dans le cas de tracé biais ou courbe en plan ou en
élévation). Ces avantages s'avèrent d'autant plus intéressants que ce type d'ouvrage demeure
parmi les solutions de franchissement les plus économiques, sur le double plan de
l'investissement et de l'entretien.

3

 Les trottoirs  Garde corps  Corniche Fig 3 : Coupe transversale d’un pont dalle 4 . les culées peuvent aussi soutenir les terres par des murs. de plus ils permettent le mouvement du tablier (dilatation thermique. .  Le joint de chaussée : il est placé au bout du tablier destiné à assurer la continuité de la chaussée tout en permettant les mouvements de l’extrémité du tablier sous l’effet de la dilatation.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Fig 1 : Répartition des ouvrages routiers en Tunisie selon les matériaux employés (2*) 4.Tablier : généralement est une dalle à encorbellement latéraux.Les fondations : ce sont des ouvrages qui exercent des charges verticales ou des poussées horizontales sur le sol. .Superstructure : (Fig 3) :  Chaussée : elle consiste en une couche de roulement d’épaisseur constante sur une chape d’étanchéité. efforts de freinages développés par les charges roulantes …) .Culées : le rôle essentiel des culées est de supporter les bouts du tablier. .Différents éléments constitutifs d’un pont dalle : .Appareils d’appuis : ce sont des organes de liaisons disposés entre la structure et les supports et chargés de transmettre les réactions de ce support et de centrer les efforts.Piles : ce sont des supports intermédiaires. . ils supportent des charges essentiellement verticales et accessoirement horizontales. ces charges sont transmises aux fondations généralement par des piles.

à travée unique ou à plusieurs travées continues sur appuis simples. Ceci ne semble nullement oublié par les projeteurs de tracé et ouvrages d'art. Les ponts dalles sont donc des ouvrages robustes et d'exécution facile. les ponts dalles possèdent une très grande résistance au cisaillement et à la torsion. Ces ouvrages biais ou courbes restent des ouvrages spéciaux bien qu'étant ouvrages types. Dans le cas de la dalle en béton armé. pour les ouvrages hydrauliques. 5 . ils permettent de gagner beaucoup sur les coffrages (environ 1 m2/m2 de surface de tablier) et surtout. l'utilisation d'une main-d'œuvre non spécialisée. tranchées couvertes et passerelles pour piétons. à un moindre degré. et ne dépassent pas 10 % des pontsdalles construits. Au point de vue capacité. à inertie constante. Les ponts-dalles constituent une solution viable pour le franchissement des brèches de longueur variant de 15 m a 60 m avec des portées unitaires maximales de vingt cinq mètres environ. certains ponts-rails. En effet. puisque les ouvrages très biais réalisés représentent une population peu nombreuse. par rapport à un franchissement droit et rectiligne leur coût est plus élevé.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 5. le gain est très important sur les cadences d'exécution. Le choix d’un ouvrage biais ou droit dépend des contraintes liées à l’implantation des appuis et le type d’obstacle à franchir. Il s'agit donc d'un type d'ouvrage très fréquemment utilisé pour les passages supérieurs ou inférieurs autoroutiers et.Domaine d'emploi : Les ponts-dalles sont constitués dans le sens longitudinal par une dalle pleine de béton coulé en place. De plus.45 m à 1 m. le comportement mécanique des ouvrages droits et rectilignes est différent des ouvrages biais ou courbes dans lesquels les états de flexion sont modifiés du fait de la torsion introduite par le biais ou la courbure. du fait aussi des dispositions constructives particulières portant sur les divers renforcements locaux. la possibilité de réutiliser les cintres et les coffrages.DA ou PSI. ceci du fait de leurs travées de longueur plus importante et de leurs appuis plus longs. la simplicité des formes. le domaine des portées économiques se situe entre 7 et 15 mètres pour les ouvrages à 1 ou 2 travées et entre 6 et 18 mètres pour les ouvrages comprenant 3 travées ou plus. varie de 0. compensent une consommation plus importante des matériaux. s'ils consomment en moyenne un peu plus de béton que ces derniers.DP ont presque entièrement supplanté les tabliers à poutres sous-chaussée en béton armé coulés en place compte tenu des conditions économiques du marché français. donc moins onéreuse. C'est pourquoi on les utilise souvent en ouvrages biais et en ouvrages courbes. L'épaisseur optimale de la dalle qui dépend essentiellement de la répartition des travées et de la portée la plus longue de l'ouvrage. Sur le plan du calcul. Les tabliers du type PSI. En effet.

Différent cas d’emploi des ponts dalles en passage supérieures :(3*) .Largeur de terre-plein central suffisante (>3m) 6 .ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 6.Biais faible (Φ > 75 grades) .3 travées : - Fort déblai Biais faible (Φ > 75 grades) Largeur de terre-plein central inférieure à 3 m - 2 travées : Remblai ou petit déblai .4 travées - Remblai ou petit déblai Biais important Epaisseur de dalle minimale Largeur de terre-plein central suffisante (≥3m) .

dans le cas de plate-formes larges. Lorsque l'autoroute est croisée par un chemin à rétablir dans une section où elle se présente en tranchée de déblai de plus de 8 m. plus longues.Remarques : -Le tablier à 4 travées est le type d'ouvrage le plus couramment rencontré. Un tel ouvrage est mince (0. on profite de l’avantage de la continuité (réduction des moments en travées) pour concevoir des dalles à plusieurs travées.Remblai ou déblai modérés . Dans ce cas. tant du point de vue esthétique que technique. Il faut cependant veiller à équilibrer convenablement travées de rive et travées centrales.65 m) et donne passage aux chaussées à travers des rectangles assez allongés horizontalement (largeur voisine du triple de la hauteur) encadrés par des triangles (travées de rive et talus des terrassements) qui sont sensiblement des demi triangles équilatéraux. -Les dalles étant coulées en place. du point de vue esthétique.travée unique : . 7 . en effet.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 .Biais modéré (Φ > 50 grades) . les travées centrales. Si son utilisation. peut être discutable pour des franchissements d'autoroutes à plateforme étroite. Toutefois.40 à 0. ces éléments de l'aspect cessent d'être heureux lorsque le tablier doit se trouver à plus de 8 mètres au-dessus des chaussées de l'autoroute.Plate-forme réduite . une bonne solution sera a priori celle d'un trois travées sans appui sur le terre-plein central. donnent à l'ouvrage un aspect plus ouvert et équilibré. l'ouvrage à quatre travées apparaîtrait comme un tablier trop mince haut perché sur des piles également trop grêles et découpant des rectangles centraux mal proportionnés .

5% à 6% (en simple pente) suivant le rayon de courbure en plan dans le cas d'ouvrages courbes.Coupe transversale d’un tablier de pont dalle : La forme transversale d'un tablier-dalle est fonction de la largeur de la voie portée et de ses dévers transversaux nécessités par l'écoulement des eaux et par la courbure en plan éventuelle. Ces valeurs doivent être considérées comme valeurs minimales même en présence d'une pente longitudinale. quant à elle. La face inférieure de la dalle. peut être soit horizontale dans le cas d'ouvrages rectilignes et peu larges (profil bombé) soit inclinée et parallèle à la face supérieure dans le cas d'ouvrages rectilignes et de grande largeur (profil en "toit") et dans le cas d'ouvrages courbes (profil "déversé").5% (en double pente) pour les ouvrages rectilignes et de 2.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 7. Fig 2 : différents profils d’un tablier 8 . (fig 2). Le dévers transversal minimal est de 2.

Possibilité fréquente d'accepter dans ces conditions une fondation superficielle (semelles filantes de largeur comprise entre 1.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 8. 9 .Réactions d'appui de l'ordre de 20 t (pile-culée) à 70 t (pile intermédiaire) par mètre de largeur droite de tablier. grâce à l'importance de leur rigidité horizontale. un tablier de type PSI. les dalles. d. De même.50 m.Minceur et légèreté relatives : . b. de l'ordre de un mois par ouvrage. le gain de remblai est de l'ordre de 2000 m³ lorsque l'on substitue au tablier à poutres sous chaussée d'environ 1 m d'épaisseur. peuvent résister sans trop de dommages aux chocs de véhicules lourds circulant sur la voie franchie. du fait qu'ils sont construits par coulage en place.DP de moitié moins épais. c. Ce gain est d'autant plus significatif que la main d'œuvre est moins importante et pas nécessairement spécialisée dans la mise en œuvre du ferraillage et de la précontrainte à l'exception de la mise en tension et l'injection. Ces conditions favorables rendent l'exécution à la fois facile et rapide.Poids propre de 1. Il dégrade la ligne rouge de la voie portée avant d'endommager le tablier.Avantages des ponts-dalles dans le cadre de leur domaine d'emploi : a. . C'est cet avantage qui fait de la dalle continue l'instrument des franchissements légers sur terrains médiocres.Liberté dans la conception des formes : Enfin.DA ou PSI. cette légèreté peut permettre une limitation du nombre ou de la longueur des pieux. lorsque les appuis sont faits. Dans la plupart des cas un tassement différentiel de 6 ou 7 cm correspond à des tassements absolus de l'ordre de 20 cm ou plus. Le projeteur est ainsi libre dans sa conception des formes (ponts courbes.5 et 4 mètres avec un taux de travail du sol inférieur à 200 ou 300 KPa ).Lorsque la fondation sur pieux est inévitable. les ponts-dalles.Enfin. dans le cas d'une route à chaussée de 6 m enjambant une autoroute au niveau du terrain naturel par un dos d'âne d'environ 5. ce qui conduit à des prix unitaires bas et compense une consommation de béton et d'aciers évidemment supérieure à celle d'ouvrages à poutres. Ces avantages qu'on trouve aussi dans les poutres à âmes larges ont pour effet de rendre les dalles insensibles aux tassements différentiels d'appuis inférieurs à 2 ou 3 cm et aptes à supporter des tassements différentiels trois fois plus élevés moyennant peu de renforcements en armatures passives ou de précontrainte.2 à 2 t/m² selon les portées. s'adaptent à toute difficulté d'implantation. ponts en Y. cette minceur relative devient déterminante lorsqu'elle retentit beaucoup sur le cube des terrassements adjacents. . . tabliers comportant des élargissements). leurs coffrage et cintre sont plus simples que pour les structures à poutres coulées en place. de mêmes portées et de même surface utile.Grande réserve de sécurité : Comportement satisfaisant sous fissuration et réserve élevée en flexion.Construction rustique : En raison de l'absence de retombées dans les ponts-dalles. Par exemple. .

l'épaisseur économique d'une dalle de béton armé est plus faible que son épaisseur technique.87 H 0.Conception générale :  Choix du type de dalle : Par rapport à la dalle à encorbellements.81 H Tableau 1 : épaisseur de la dalle selon la classe du béton employé 10 . Dans le cas de tabliers-dalles en béton armé. la dalle rectangulaire est d'un coffrage plus simple mais devient trop lourde pour le franchissement des portées supérieures à une vingtaine de mètres. c'est le critère technique. et non le critère économique comme dans le cas de tabliers-dalles précontraints. 2011-2012 Conception des ponts dalles (PSI-DA) La tâche du concepteur consiste alors à collecter toutes les données relatives au franchissement. Autrement dit. Cette remarque est utile pour le choix d'une part du type de dalle (dalle rectangulaire ou dalle à encorbellements) en fonction de la travée la plus longue de l'ouvrage. il est possible de diminuer légèrement l'épaisseur de la dalle. moyennant adaptations. à savoir le non dépassement de la contrainte admissible en compression. Par ailleurs.ESSTT Mémoire de mastère professionnel II. Cette dernière épaisseur peut être déterminée par l’abaque présenté ci-dessous (Fig 4) de dimensionnement dans le cas d'ouvrages à quatre travées symétriques construits avec un béton de classe B25. L'appréciation de cette bonne proportion relève de l'art de construire dont il serait trop long de décrire dans le cadre du présent chapitre les règles générales et encore moins les règles quantifiées. On adopte parmi ces possibilités celles qui respectent la "bonne proportion" entre la longueur de chaque travée et la hauteur des appuis qui l'encadrent d'une part et entre la longueur des travées prises les unes par rapport aux autres d'autre part. dans le cas d'ouvrages dissymétriques ou dans le cas d'ouvrages comportant un nombre quelconque de travées. l'épaisseur varie selon la loi suivante : Epaisseur B25 B30 B35 H 0. A titre indicatif. qui est déterminant pour le dimensionnement. L'analyse de ces données permet de dégager une ou plusieurs possibilités d'implantation des appuis et donc de répartition des travées. lorsque le béton employé est de classe supérieure à B25. 1. Cet abaque peut également être utilisé.

ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Fig 4 : Epaisseur d’un pont dalle en BA à 4 travées Avec : ht : épaisseur de la dalle en m Pour le cas de cet ouvrage on θ = Pour cet ouvrage : ht = 0.65 m 12.6 m ≤ ht ≤ 0.75 vérifiée 11 .9 17.65 m lrive l centrale .2 . θ= 0. l : portée centrale en m = 0.

12 .61 m  Encorbellement : (fig 5) : Le recours à des encorbellements est généralement dicté par des considérations d'ordre esthétique. = 0. renforcent ainsi la qualité architecturale de ce type de tablier et favorisant certaines dispositions particulières d'appuis.65 < 0.74 donc c’est justifier = 0.61 < 0.74 m 0. on distingue les ponts dalles à travées indépendantes et les ponts dalles continues. ce type est rarement employé. il convient de respecter les conditions suivantes : Fig 5 : Pont dalle à encorbellement latéral Un encorbellement avec une seule pente est utilisé pour faciliter le coffrage. est tq : hd = ( 23 à 1 28 ) Lmax et hd ≥ 12 cm. Pour que les calculs de dimensionnement puissent être faits par les méthodes usuelles. La section à encorbellement latéraux convient pour des portées excédant 15 m.2 28 1 L’épaisseur de la dalle. La dalle est dite à larges encorbellements lorsque ces derniers occupent la moitié ou plus de la largeur totale de l'ouvrage.  Ponts dalles continues en béton armé :(c’est le cas de ce projet) : 17. Notons que leur présence augmente également le rendement géométrique de la section et permet ainsi d'atteindre des portées plus importantes.2 23 17.ESSTT - Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Justification de l’épaisseur de la dalle : Suivant le schéma statique.  Ponts dalles à travées indépendantes en béton armé on une épaisseur (hauteur de section) de : hd = 1 22 Lc et hd ≥ 12 cm. hd. ceux-ci diminuant l'épaisseur apparente de la dalle.

50 et 16 mètres.14206 m⁴ 1. Le ≤ 0. 6. L'épaisseur he est de l'ordre de 15 cm et il est à porter à 22 cm dans le cas d'un ancrage de BN4.𝟔𝟓³ ] = 0.35 m C’est vérifier  La largeur droite de l'encorbellement "Le" doit être inférieure au 1/5 de la portée du travée centrale lc.5 LT Pour cet ouvrage on a : LT = 8. généralement comprise entre 5.2 lc Pour cet ouvrage on a : Le = 1. 1 ou 2. Pour cet ouvrage on a : I = Avec : I = Et : 𝐋𝐓.1) LT. 8. suivant la voie portée.d : (1+0.d : Ln ≥ 0. Mécaniquement. 𝐡³ 𝟏𝟐 6 .14206 m⁴ = 6.éq ≥ Lch Lch est une largeur déduite de la largeur roulable. 0.é𝐪 . 13 ..2 .2³ 12 𝟎.𝟏𝟒𝟐𝟎𝟔 . encorbellements compris. 0.20 = 6. 0.[ = 0. 0.20 m Lch = 6 m C’est vérifier (1 + 0.à.éq = + 1.à. 17.44 m C’est vérifier  La dalle rectangulaire équivalente (même inertie et même épaisseur que la section réelle).à. c. 𝟏𝟐 𝟎.2 = 3. on peut considérer qu'un ouvrage est de grande largeur lorsque la largeur de la dalle est supérieure à la portée dans l'une des travées. Ainsi la largeur surchargeable est : « Lch = Lr – n . doit couvrir entièrement la largeur surchargeable "Lch" de la chaussée. qui est la distance entre les bordures de la chaussée. élargie de 5% de chaque côté.5 .7 = 4.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012  La largeur de la nervure "Ln" doit rester supérieure à la moitié de la largeur totale "LT" du pont.5 m » avec n le nombre de dispositif de retenue tel qu’une glissière de sécurité et n = 0. c.2 m 1.82 m > Lch = 6 m Remarque : la coupe transversale du tablier de cet ouvrage est présentée en annexe 5  Largeur du tablier : La largeur droite de la dalle est.35 .35 < 0.34³ 36 LT.35 m et lc = 17.35 .1) .7 m et Ln = 6 m 6m > 0. c.65³ 12 + 2.d.

ESSTT

Mémoire de mastère professionnel

2011-2012

 Balancement :
En ce qui concerne le rapport entre la portée des travées de rive et celle de la travée adjacente
(fig 6), il ne doit pas descendre au-dessous de 0,5 dans les cas courants ou 0,6 dans le cas de
biais prononcé. Si, pour des raisons qui doivent rester exceptionnelles, cette limite ne peut pas
être respectée, il convient de rétablir l'équilibre statique sur l'appui d'extrémité concerné au
moyen de dispositifs particuliers (appareils d'appui spéciaux anti-soulèvement par exemple)
dont le coût reste relativement élevé et souvent disproportionné au regard du problème à
traiter. Ce rapport ne doit pas non plus dépasser 0,85, pour des raisons d'aspect et aussi de
dépense supplémentaire en armatures. Il s'agit par conséquent dans un cas comme dans l'autre
de respecter non seulement les règles de bonne proportion mais également celles d'ordre
technique et économique.

Répartition optimale :
0,6 ≤ 𝐥 𝐋

≤ 0,85

Fig 6 : Travée de rive et travée intermédiaire d’un pont
0,6

< 𝟏𝟐

,𝟗 𝟏𝟕
,𝟐

= 0,75

<

0,85

donc c’est justifier

 Elancement
Hormis les difficultés d'exécution dues à la sujétion du cintre dans certains cas (cours d'eau,
voies en exploitation), le domaine d'emploi des dalles est surtout limité par leur faible
rendement géométrique, qui les rend peu adaptées dès que les portées unitaires deviennent
importantes.
Par contre, dans la gamme des portées moyennes, leur très fort élancement constitue un atout
important, tant du point de vue esthétique que technique. A titre indicatif, les élancements
(rapports de l'épaisseur sur la portée la plus longue) courants sont les suivants :
Nombre de travée

Travée unique

Deux travées

Trois travées ou plus 𝟏 𝟏 𝟐𝟐 𝟐𝟑

Tableau 2 : élancement d’un PSI-DA selon le nombre de travée
Pour cet ouvrage :
Elancement d’un PSI-DA

On définit : Elancement =

épaisseur du tablier
portée déterminante

14

=

0,65
17,2

=

1
26

1
28 𝟏 𝟐𝟖

c’est justifiée

ESSTT

Mémoire de mastère professionnel

2011-2012

2- Conception des appuis du pont :
 Les Culées : Sont les appuis extrêmes de l’ouvrage. Les culées raccordent l’ouvrage
aux accès (remblai ou terrain naturel), elles subissent des actions (poussée des terres,
écoulement d’eaux provenant du tablier …) une mauvaise conception peut conduire à
des désordres difficiles à réparer d’où on s’attache à leur donner des
dimensionnements généreux et à soigner leurs dispositions constructives.(Fig 7).

Fonction des culées :
Fonction mécanique :
- Transmission des réactions du tablier au sol de fondation
- Transmission de la poussée des terres au sol de fondation
- Limitation des déplacements horizontaux et verticaux vis-à-vis :
Du comportement mécanique du tablier
Du fonctionnement des équipements : appareils d’appuis, joint de chaussée.
Fonction entretien :

La culée doit permettre l’accès et l’entretien des équipements spécifiques : appareils d’appuis,
gargouilles des évacuations des eaux.
Pour les grands ouvrages, la culée permettre l’accès à l’intérieur de l’ouvrage et permettre un
certain nombre d’opérations liées à la présence de réseaux ou à l’entretient et à la visite de la
structure du tablier.

Fig 7 : Prédimensionnement des culées d’un pont dalle
-

Dalle de transition : évite le tassement en ̎ marche d’escalier ̎ du remblai.
Dalle de transition : LDT = min [ 6 m ; max ( 3m ; 0,6 hauteur du remblai )]
Mur garde grève : sépare le remblai d’accès et l’about du tablier

Epaisseur e = max

H/8
0,25 à 0,3 m
15

ESSTT

Mémoire de mastère professionnel

Pour cet ouvrage on a : H = 1,1 m

e = max

2011-2012

1,1/8 = 0,137 m
0,25 à 0,3 m

e = 0,25 m
-

c’est vérifiée.
Culées remblayées :

Fig 8 : prédimensionnement des fûts d’une culée
 Mur de front : l’épaisseur doit être comprise entre 0,8 et 1,2 m avec un minimum
absolu de 0,7 m. elle est généralement surabondante mécaniquement mais ce sont plus
des considérations de rigidité qui la déterminent.(pour cet ouvrage l’épaisseur du mur
de front est égale à 0,9 m donc c’est vérifiée )
 Semelle de fondation :
Superficielle : emin ~ épaisseur du mur front.
Sur pieu : emin ~ max (1,2 Ø ; épaisseur mur de front).

 Mur en retour :

Fig 9 : Mur en retour suspendu

16

Cette dimension forfaitaire est largement suffisante sous réserve d'un ancrage par courbure et au-delà de la ligne d'appui des armatures passives en face inférieure de la dalle. 17 . D : désigne le diamètre du plus gros fer ancré par courbure au-delà de la ligne d'appui. sur chaque appui extrême.1 + 15. Ces armatures sont destinées à reprendre d'une part. l'effort tranchant (réduit dans le cas des ouvrages en béton précontraint) et à assurer. En pratique. l'équilibre du coin inférieur.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012  Abouts : La "longueur d'about" est définie comme la partie de tablier délimitée par la face d'about et l'axe d'appui de la culée ou de la pile-culée (croquis ci-après). cette longueur d'about peut être prise au moins égale à la valeur ci-après : 0. d'autre part. D dans le cas de dalles en béton armé. Fig 10 : about d’un tablier La longueur d'about doit permettre un ancrage suffisant des armatures passives en face inférieure.

𝟒 .6 m > 0.𝟐 𝟏𝟎𝟎 Pour cet ouvrage on a : + 0. 𝟔. Les fûts sont du type poteaux ou voiles : pour cet ouvrage on a recours à des voiles grâce à la grande largeur du tablier.37m) = 0.1 m) Fig 11 : Epaisseur des voiles (piles) Pour cet ouvrage on a : H = 6. les efforts qui proviennent des réactions horizontales et verticales du tablier. L = 17.5 m . La largeur des voiles dépend du nombre et de l’espacement des appareils d’appuis reçus par chacun d’entre eux. 0. 𝟒 𝐇+𝐋 𝟏𝟎𝟎 + 0.5 m c’est vérifiée E = 0.5 m .1 m) = max (0.5 m .5 m . L’épaisseur minimale des voiles est définie à partir de la figure suivante (fig11) : L portée centrale ou déterminante H E E > max (0.2 m max (0. les fûts et les organes de liaison à la fondation : Les fûts doivent satisfaire : - La résistance mécanique aux différentes actions L’esthétique Les actions mécaniques sont : les actions accidentelles dues au choc de camion.5 m 18 .ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012  Les piles : Les corps de piles des ouvrages courant : Le corps des piles comprend.𝟓+𝟏𝟕.

Pour cet ouvrage le corps de la pile est un voile 19 hn = hs = 0.8 m et hs = 0.6 m b = E + 0. Liaison fûts/ fondation :(fig 12 ) Cette liaison doit permettre une bonne répartition des efforts apportés par fûts à la fondation et dépend de la présence d’un ou plusieurs fûts. Dans le cas d’un fût unique (voile).6 m = 0.2 m . Dans le cas de fûts multiples (c’est le cas de cet ouvrage).2 = 0. hs ≥ max 𝑩𝒔 − 𝒃 𝟒 0. la longueur et la hauteur de la semelle sont données dans la figure suivante : E b hn hs Bs Fig 12 : Liaison fût/ fondation d’une pile 0.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Les têtes de piles : la tête des piles doit recevoir : - Les appareils d’appuis définitifs Les éventuels appareils d’appuis provisoires Les emplacements des vérins pour :  Le changement des appareils d’appuis  Le pesage des réactions d’appuis  Le transfert des appuis provisoires aux appuis définitifs.6 m = 0.6 m Pour cet ouvrage b = 0.𝟖 𝟒 C’est vérifier.55 m .6 m ≥ max 𝟑− 𝟎.6 + 0. celui-ci s’encastre directement dans la semelle.

avait démarré. une distance de 155 km. le dimensionnement et le calcul d’un pont dalle en béton armé (passage supérieure). Fig13 : Autoroute Sfax-Gabès  Situation géographique : l’ouvrage à étudier est situé entre Sfax sud et Mahrès (fig2) Réalisée En cours d’exécution Fig 14 : site de construction 20 . moyennant 817 millions de dinars. Le projet de construction de l’autoroute Sfax-Gabès.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Partie 2 : Présentation générale du projet Cette étude porte sur la conception. Il consiste. 65 passages supérieurs. entre Métouia et Skhira. un carrefour giratoire et six relais. Le pont s’inscrit dans le cadre d’une opération routière: projet de l’autoroute Sfax-Gabes qui est en cours d’exécution. également. en mars 2010. Il couvre. 6 passages inférieurs et 195 petits ouvrages hydrauliques. au total. Le projet est divisé en six tranches dont la cinquième et la sixième sont réalisées. sur une distance de 43 km. simultanément à Gabès et à Sfax. à partir de la région de Gabès. l’ouvrage à étudier fait partie de nombreux ouvrages qui accompagnent ce projet. Le projet de l’autoroute Sfax-Gabès se compose de plusieurs ouvrages dont dix grands barrages. en l’aménagement de quatre échangeurs. pour un coût de 152 millions de dinars.

uTLD. est tel que : uTLD = εTLD . le niveau de la nappe (au sens le plus général) et le (ou les) niveau(x) possible(s) de fondation.Description du projet : C’est un PSI-DA à 4 travées qui comporte 2 travées de rive de 12.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 A. 2. avec du béton B 25.7 m et d’une longueur de 61. et ceux de courte durée. L’ouvrage se situe au niveau du point kilométrique 32+145.Déformation du béton :  Retrait : ε r = 4 . .10ˉ⁴. avec de faibles encorbellements latéraux. L uTCD = εTCD . 10ˉ⁴ 21 .5 . d’une travée de longueur L. et 2 travées intermédiaires de 17.Déformation de température de longue durée : εTLD = ± 2. de la manière suivante : . L’ouvrage sera coulé en place sur cintre. Le tablier en béton armé est à inertie constante.Données naturelles du projet : 1. Les normes tunisiennes donnent les déformations εT.Actions d’origine naturelle :  Température : L’effet de la température est pris en compte en tant que dilatation ou raccourcissement longitudinale. d’une largeur totale de 8. Le rapport géotechnique de ce projet est présenté en annexe 4. B. uTCD.Déformation de température de courte durée : εTCD = 10ˉ⁴.12 m . mais elles constituent l’un des éléments du choix de la solution pour le franchissement projeté. L 3. les déplacements longitudinales de longue durée. Non seulement elles déterminent le type de fondation des appuis.9m chacune. Elles sont obtenues à partir d’une reconnaissance qui doit donner les informations désirées sur le terrain naturel.18 L’allure générale du pont est définie par le tracé en plan et le profil en long en annexe 5. L’effet du gradient thermique à travers l’épaisseur est négligé (souvent l’épaisseur et notamment pour les ouvrages courants permet la non considération du changement de température entre l’intrados et l’extrados d’un pont). Ainsi.Les données géotechniques : Les données géotechniques sont évidemment fondamentales dans l’étude d’un ouvrage.20m.

s'il y en a. bandes dérasées (BDG). etc.Définition : Avant de procéder à l'étude de chargements du pont. Toutes les parties de tablier ne sont pas forcément à charger par les charges de chaussée. Largeur chargeable(Lch) 22 . On donne ci-dessous les définitions correspondantes :(Fig 15).n .Largeur roulable (Lr): C'est la largeur de tablier comprise entre dispositifs de retenue. 0. on définit tout d'abord certaines notions qui seront utiles pour la suite. Elle comprend donc la chaussée proprement dite et les surlargeurs éventuelles telles que les bandes d'arrêt d'urgence (BAU).Données fonctionnelles du projet : 1. Il faut donc définir une largeur chargeable qui se déduit elle-même de la largeur roulable. . Lr: Largeur roulable en m n: Nombre de dispositifs de retenue. n ≤ 2. .5 Lch: largeur chargeable en m. ou bordures.Largeur chargeable (Lch) : Lch = Lr .ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 C. Figure 15: Largeur roulable (Lr).

et leur destination: . on peut tirer les caractéristiques suivantes :  Classe du pont : Les ponts sont rangés en 3 classes suivant leur largeur roulable. .00 m.00 m de largeur totale comprenant deux voies 3. c.d.à.P.50 m et 7 m. 23 .d. prévus sur les routes moyennes et faible importance ou sur les pistes principales. deux surlargeurs de 0.S. Lr ≤ 5. .d. Lr ≥ 7 m et ceux portant des bretelles d'accès à de telles chaussées. II et III du Cahier des Prescriptions Communes (C.2ème classe : Tous les ponts autres que ceux de la 1ère classe supportant des chaussées de largeur roulable comprise strictement entre 5.25 m de largeur chacun. Les Passages supérieurs de type 2 (PS2). prévus pour le réseau routier principal : les Routes Nationales (RN) et les Routes Régionales (RR) ou Locales (RL) importantes.C.75 m de largeur chacun. D’après cette définition le pont à étudier est de 1ère classe  Classe du passage supérieur (profil en travers) :(fig16) Définition : Pont de passage supérieur : Le pont est placé en dessus de la voie principale prise comme référence tel qu’une autoroute ou la voie à construire.5 m < Lr < 7 m.50 m. deux surlargeurs de 0. Lr. ainsi que les autres ponts éventuellement désigné par le Cahier des Prescriptions Spéciales (C. tels que ponts urbains ou en zone industrielle avec risque d'accumulation de poids lourds quelque soit leur largeur.à.Caractéristiques de l’ouvrage : D’après les règlements de charges sur les ponts qui sont regroupés dans le fascicule 61.).50 m de part et d’autre (caniveaux de surface) et supporte deux trottoirs de 0.5 m.3ème classe : les ponts autres que ci-dessus portant des chaussées de 1 ou 2 voies de largeur roulable inférieure ou égale à 5. Les passages supérieurs de type 1 (PS1). c.5 m. Les PS2 ont une chaussée de 7. Les PS1 ont une chaussée de 8. titre I.00 m de largeur totale comprenant deux voies 3.50 m de part et d’autre (caniveaux de surface) et supporte deux trottoirs de 1.1ère classe : Tous les ponts supportant une largeur roulable supérieure ou égale à 7 m c.à.).P. 5.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 2.

50 m de largeur totale comprenant une voie 4. on parle donc d’un pont droit. D’après cette définition le pont est un passage supérieur type 2 (PS2) Fig16 : Passage supérieur type 2  Biais de l’ouvrage : Ce classement tient compte de l’implantation par rapport aux lignes d’appuis transversales (ligne passant par l’axe des appareils d’appui). Dans le cas de ce projet les lignes d’appuis sont perpendiculaires à l’axe du tablier. Fig 17 : Pont droit (tracé en plan) 24 .00 m.75 m de largeur chacun. La nécessité de recourir à de tel ouvrir est dictée par le tracé de la route en traversant un obstacle.25 m de part et d’autre (fils d’eau) et supporte deux trottoirs de 0. prévus sur les pistes secondaires d’intérêt local ou les chemins ruraux. Les PS3 ont une chaussée de 4. Si cet obstacle (oued. deux surlargeurs de 0. L’angle de biais est défini comme l’angle exprimé en grade compris entre l’axe longitudinal du tablier et les lignes des appuis (figure N°17). route ou chemin de fer par exemple) est biais par rapport à la route alors l’ouvrage est conçu biais de manière à avoir des appuis parallèles à la direction du flux (eaux ou véhicules).ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Les Passages supérieurs de type 3 (PS3).

Le gabarit d’espace libre à respecter est de G0= 4.10 à 0. Fig 18 : gabarit et ouverture 25 . Ouverture = Lchs + b Lchs : Largeur de la Chaussée. G = G0 + (0. Le terrain naturel est relativement plat et ne présente pas de gêne particulière pour l’ouvrage En plus de ce gabarit minimum.ESSTT  Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Gabarit : C’est la hauteur minimale à dégager au-dessus de la voie franchie.20 m)  Ouverture : C’est la largeur utile droite comptée entre nus intérieurs des appuis de l’ouvrage qui l’encadrent (fig 18). b : distance du nu d’un appui au bord le proche de la chaussée. mesurée perpendiculairement à cette voie (fig 18). une revanche est nécessaire pour tenir compte d’un futur renforcement éventuel de la chaussée de la voie franchie ou d’un éventuel tassement des appuis (de 10 à 20 cm). En cas de franchissement d’une autoroute (c’est le cas de ce projet).75 m au dessus de la chaussé de l’autoroute.

charges sur les trottoirs et charges sur les remblais. Exemple : Lch = 7 m → Nv = E ( 7 3 ) = 2 voies.9 m chacune et 2 travées centrales de longueurs 17. Dans le cas de cet ouvrage Lch = 6m →Nv = E ( 𝟔 𝟑 ) = 2 voies.2 m soit 2 travées de rives de longueur 12. Les systèmes A. Dans le cas de ce projet on va s’intéresser aux charges : AL.2 m chacune entre les axes des piles et culées. Bc. aux séismes et les efforts dus à un choc de bateaux sur un appui de pont. 3. Les définitions et les règles d’application de chaque type de charges sont présentées en annexe 1.Types des surcharges appliquées sur l’ouvrage : Le texte du titre II [5] définit essentiellement : -les charges routières normales avec deux systèmes différents: Système A et système B. B. le nombre de voies de circulation des chaussées Nv est tel que: Nv = E .ESSTT  Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Nombre de voies : Par convention. -les charges sur remblais. leurs effets ne peuvent être appliqués simultanément. V. militaires et exceptionnels sont distincts et indépendants. 6 V = = 3m 2 Longueur du pont : L = 60.  Largeur d'une voie (V): La largeur d'une voie de circulation. Mc120. -les charges routières à caractère particulier du type militaire et du type exceptionnel. Exceptions: Les chaussées comprises entre 5 m (inclus) et 6 m sont considérées comme ayant 2 voies. Bt. -les charges sur les trottoirs et sur les pistes cyclables du type local et du type général . 5 ≤ Lch ≤ 6 m → Nv = 2 voies. ( Lch 3 ) Lch: largeur chargeable en m. 26 . Le symbole E désigne la partie entière. -les charges dues au vent. est donné par V=  Lch Nv .

on admet que les charges localisées appliquées à la surface de la dalle se diffusant suivant un angle de 45° jusqu'au plan moyen de la dalle.2.. localisée sur le plan moyen de la dalle.. P.). béton bitumineux. En ce qui concerne le revêtement qui est en général composé de matériaux moins résistant que le béton (asphalte coulé. l'angle de diffusion des charges localisées diminue à 37°.Diffusion des charges localisées : D'après l'article A. 27 .vo). Figure 19: Diffusion d'une charge. enrobés. .3.5 des règles BAEL 83.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Partie 3 : calcul des différents éléments de structures d’un pont dalle I Evaluation des actions des différentes charges appliquées sur le tablier : A. Soit une charge localisée P s'appliquant suivant une aire rectangulaire de dimension (uo.

5 .65 = 1 m V = 0.tg37° .5 .25 +1.95 m V = 0.( 0.075) + 0. 0.65 = 1. hr + hd et V = vo + 1.075 ) + 0.5 .075 + 0.Système Bt : U = 0. 0. U = uo + 1.v).2 +1. celle parallèlement à l'axe yy est notée v.65 = 0.6 + 1. hr + hd La dimension de la roue parallèlement à l'axe xx est notée u.5 .5 .85 m V = 1+ 1.5 .5 . 2.1 + 1.65 = 0.5 . 3.5 .5 . (u // lx et v // ly). (0.(hd/2) = uo + 1.075 +0.Système Mc120 : U = 6.65 = 1.075 + 0. hr + hd de même V = vo + 1. 0. hr + hd 1.( 0.5 .075) + 0.Convoi Bc : Rectangle de répartition des roues arrière : U = uo + 1.35 m L’application de ce type de charge provoque un chevauchement des rectangles de répartition comme indique la figure 23 présenté ci-dessous.95 m Remarque : Le positionnement du convoi Bc sur le tablier du pont selon les règles d’application de ce type de charge provoque un chevauchement des rectangles de répartition des roues arrière et des roues avant comme indique la figure 20 présenté ci-dessous. appelée rectangle de répartition.2 +1. 0.5 .5 .075) + 0.5 . (0.25 + 1.65 = 1 m V = vo + 1.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 La charge se répartie au niveau du plan moyen de la dalle sur une aire rectangulaire de dimension (u.075 + 0.65 = 1m Rectangle de répartition des roues avant : U = 0. hr + hd = 0.75 m 28 . hr + hd = 0.25 + 1. tel que: U = uo + 2 .65 = 6.hr + 2 .

29 t/ml 29 (0.03 +0.005 .154 = 0.29) 0. 2.2 = 0.Détermination des charges (calcul) : 1.8 t/ml G étanchéité = 0.011 t/m² G1 superstructure = 0.73 t/m² .Charges permanentes : G dalle (pp) = 11.165 t/m² G c.03 t/ml G2 superstructures = G trottoirs = 0.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 B.07 .3 + 0.154 t/m² G corniche = 0.3 t/ ml G gare-corps = 0.011 + 0.2 = 0.85 = 0.roulement = 0. 2.

annexe 1) -Détermination des rectangles de répartition des charges : Dans ce système les roues arrière se chevauchent au niveau de leur rectangle de répartition comme indique la figure ci-dessous (fig 20 ).5 m 0.45 m 2m 1m 0.5 m Fig 20 : Dimensions des Rectangles de répartition des charges du convoi Bc 30 4 .5 m 0.5 m 1.5 m 4.95m 1m 1.5 m .95 m 0.95 m 0.95 m 2m 1. Sens de déplacement 1m 0.95 m 1.95 m 1m 1m 1m 0.95m 1m 1m 0.5 m 4.Charges roulantes : Convoi Bc : (Fig 1 .ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 2.5m 1.45 m 1.

δB U.δB U. 1 12 .4 1+0. 2 files de camion) G( 1ère travée ) = 176.19 . 2 .95 6 . 1.1 = 132 t 0.19 = 4.ESSTT Mémoire de mastère professionnel .1 = 118.1 0. 176 .bc . 1.74 t .Densité de charge du convoi Bc :  Donnée générale : bc = 1.19 .2 + + 0.35 t/m² = 5. 2 . 0.9 δB(2ème travée ) = 1 + 0.7 t/m² 31 = 1. 17. 1.47 t/m²  Densité de charge des roues avant : P3 = P4 = P . V = = 3 .δB U.45 = 1. 1. 1.1 1 . V P . 235 .2 . 1.8 t G(2ème travée) = 235.95 . 1.8 118 . Bc(1ère travée) = (30 + 24 ) .6 1+4 .5 = 10. 1.δB U.4 δB(1ère travée ) = 1 + 1+0.95 .6 1+4 . 12. V = = 6 .74 132 δB = 1.bc . V P .16 2011-2012 .19  Densité de charge des roues arrière : P1 = P2 = P .19 .85 t/m² 1.1 (pont de classe 1 .19 .1 0. 1. 1.bc . 1.bc .8 0.8 t Bc(2ère travée) = (30 + 30 ) .1 = 7.2 . 1.

ESSTT Mémoire de mastère professionnel 7.35 t/m² Fig 21 : densité de charge du convoi Bc 32 t/m² t/m² .47 t/m² 5.7 t/m² 4.35 t/m² 5.85 t/m² 4.47 t/m² 10.47 t/m² 10.85 t/m² 10.85 t/m² 4.85 t/m² 7.85 t/m² 7.47 t/m² 7.35 7.85 t/m² 7.7 t/m² 10.85 t/m² 7.85 t/m² 4.35 2011-2012 7.

75 0.75 0.5 m Axe du tablier .5 m 1m Plan moyen de la dalle Axe du convoi Bc 0.25 1m 2.5 0.75 2.25 1m 1.1ère cas : l’axe du convoi BC est excentré par rapport à l’axe du tablier : 0.25 2.25 2.25 1.5 0.5 m 1m Plan moyen de la dalle Axe du convoi Bc Axe du tablier Fig 22 : position du convoi Bc par rapport à l’axe du tablier 33 .ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Mode d’application du convoi BC : .2ème cas : l’axe du convoi BC est confondu avec l’axe du tablier : 0.

1.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Convoi Bt : (fig 2 annexe 1) : -Densité de charge du convoi Bt : bt = 1 (pont de classe 1) P1 = P2 = P .35 = 7.05 t/m² 2m 1m 2m 1. V = = 8 . 1 1 .19 .35 m 7. 1.19 .35 = 8.1 t/m² Rectangle de répartition du convoi Bt densité de charge du convoi Bt Sens de déplacement 1m 1m 1.δB U. 2. 1.05 t/m² 7. V P .05 t/m² 16 .1 t/m² 1.δB U.bt .bt . 1 1 .05 t/m² 7.35 m Fig 23 : rectangle de répartition et densité de charge du convoi Bt 34 .35 m 8.05 t/m² 2.1 t/m² 8.35 m 7.

35 m Plan moyen de la dalle Axe du convoi Bc Axe du tablier Fig 25 : position du convoi Bt par rapport à l’axe du tablier 35 .1 seul cas est possible : l’axe du convoi Bt est confondu avec l’axe du tablier : 0.75 0.35 m 2.5 2.5 1.35 m 2.5 1.5 0.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Fig 24 : densité de charge du convoi Bt -Mode d’application du convoi Bt : .

8 t G(2ère travée ) = 235. 235 .45 t/m² 1.75 m Fig 26 : rectangle de répartition et densité de charge du convoi MC120 36 + 0.19 6.74 110 .74 t δM(1ère travée ) = 1 + 0. 1.δM U.2 m Mc120 = 110 t Mc120 = 110 t G(1ère travée ) = 176.45 t/m² 1.75 m 3.9 m travée 2 = 17. 1. 17.85 .2 = 1. 12.2 .3 m 5.45 t/m² Sens de déplacement 6.75 = 5.6 1+4 .8 110 = 1.4 1+0.15 δM = 1. V = 55 .6 1+4 .ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Système Mc120 :(fig 3 annexe1) Coefficient de majoration dynamique : Travée 1 = 12.2 .19 δM(2ème travée ) = 1 + 0.19 Densité de charge du système Mc120 : P= P .85 m 5.9 + 0.4 1+0. 176 .

3 m 1m 1m Plan moyen de la dalle Axe du convoi Bc 0.1ère cas: l’axe du convoi Mc120 est excentré par rapport à l’axe du tablier : 0.47 m Axe du tablier Fig 28 : position du convoi MC 120 par rapport à l’axe du tablier .75 0.2ème cas : l’axe du convoi Mc120 est confondu avec l’axe du tablier 37 .ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Fig 27 : densité de charge du convoi Mc 120 Mode d’application du convoi Mc120 : .5 3.

2+12 = 1. 12.166 A(30.0. a2= 1.166 .2 m : deux voies chargées : a1 = 1 . 1.0002 . 1.166 = 1.166 A(17.1+12 = 1.675 = 1.44 – 0. a2 = V0 V A(12.9 m : deux voies chargées : a1 = 1 .462 = 1.17.166 A2(12.462 = 1.2) = 0.9+12 = 1.23+ = 3.95 t/m² 3) Travée 2 : 17.9 0. 1.462 t/m² (0.085 t/m² A2(30.166 A2(17.462 t/m² A2(17.085 = 1.95 t/m² 2) Travée 1 :12. 1.75 0.675 t/m² A2(12.1) = 1 . 1.675 t/ m² (0. a2 = 1.44.ESSTT Mémoire de mastère professionnel Système de charge "A" : La valeur du coefficient a1 est déterminée à partir du tableau suivant : 2011-2012 Nombre de voies chargées 1 2 3 4 ≥5 1ère 1 1 0.5 3 36 12.23+ 36 17. 1.7 t/m² 4) Travée 2 : 17.2) = 1 . 1. a2= 1.9) = 1 .2) = = 0.9 m : une seule voie chargée : a1 = 1 .9) = 0.9 0.23+ 36 30. 1.26 t/m² 38 .7 1 0.1 m : une seule voie chargée : a1= 1 .166 .675 = 1.7 t/m² 5) Travée 1+ travée 2 : 30.2) = 1 .9 0.166 .8 ------- ------- ------- Classe du pont ème 2 3ème Tableau 3 : Valeur de a1 en fonction de Nv et de la classe du pont 10 cas de charge possible : 1) Travée 1 :12.166 .1) = = 0.436 t/m² < 1.437 t/m² < 1. a2 = 1.166 .9 ) = 0. 1.9) = 1 .0002 . 1.2 m : une seule voie chargée : a1 = 1 .

1.1) = 1 . a2 = 1. a2 = 1. 1.166 = 1.1 m : une seule voie chargée : a1=1 A(30.1+12 .16 t/m² 9) Travée 1 + travée 3 : 30.085 = 1.16 t/m² 8) Travée 2+ travée 3 : 34.166 . 1 = 1.4) = 1 .166 A2(34.166 A2(30.085 = 1.1) = = 0.1 m : deux voies chargées : a1=1 .26 t/m² Explication de la méthode de chargement du système Al : - 1ère et 2ème cas de charge : 3ème et 4ème cas de charge : 5ème et 6ème cas de charge : 7ème et 8ème cas de charge : 9ème et 10ème cas de charge : sollicitation de la 1ère travée sollicitation de la 2ème travée sollicitation de l’appui 2 sollicitation de l’appui 3 sollicitation des appuis 2 et 3 en même temps 39 .4 m : deux voies chargées : a1=1 . a2 = 1. 1. 1.1) = 1 .166 .166 . 1.26 t/m² 7) Travée 2 + travée 3 : 34.4) = 1 .1 m : deux voies chargées : a1=1 .ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 6) Travée 1 + travée 2 : 30.166 .4) = = 0.23+ 36 30.4 m : une seule voie chargée : a1=1 A(34.166 A2(30.085 t/m² A2(30. 1. a2 = 1. 1.4+12 .1) = 1 .085 = 1. a2 = 1.166 = 1 t/m² A2(34. 1 = 1.166 . 1.23+ 36 34.26 t/m² 10) Travée 1 + travée 3 : 30.

12 m Axe du convoi Bc excentré par rapport à l’axe du tablier Axe du tablier Fig 29 : Maillage du tablier 40 .Maillage transversale : 62 divisions 61.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 3.Maillage longitudinale : 10 divisions . 4 cas de charges sont possible : - Charge sur les trottoirs appliqués sur la travée 1 Charge sur les trottoirs appliquée sur la travée 2 Charge sur les trottoirs appliquée sur la travée 3 Charge sur les trottoirs appliquée sur la travée 4 Remarque : Maillage du tablier : On a conçu un maillage avec un pas de 1 m dans les deux sens : longitudinale et transversale se qui donne le nombre de division suivant : .Charge sur les trottoirs : qtr = 0.15 t/m² À disposer sur les trottoirs bordant une chaussée.

Bt et Mc120 seront définie en 62 positions (nombre de pas) .ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012  Combinaison des charges à l’ELS : (pour le système Bc) Pondération d’après la norme de BAEL 91 Nombre de pondération estimé : 135 On définit les numéros suivante pour chaque cas de charge : 1 : poids propre du tablier 2 : charge du convoi Bc excentré par rapport à l’axe du tablier 6 : charge AL : 1ère travée .Chaque type de charge roulante : Bc. 41 . Bt et Mc120).deux voix chargée 8 : charge AL : 1ère travée – une seule voix chargée 9 : charge AL : 2ème travée – une seule voix chargée 10 : charge AL : 2ème travée – deux voix chargée 11 : charge AL : travée 1 +travée 2– une seule voix chargée 12 : charge AL : travée 1 +travée 2– deux voix chargée 13 : charge AL : travée 2 +travée 3– une seule voix chargée 15 : charge AL : travée 2 +travée 3– deux voix chargée 26 : charge AL : travée 1 +travée 3– une seule voix chargée 27 : charge AL : travée 1 +travée 3– deux voix chargée 28 : charge sur les trottoirs de la travée 1 29 : charge sur les trottoirs de la travée 2 30 : charge sur les trottoirs de la travée 3 31 : charge sur les trottoirs de la travée 4 18 : poids de la superstructure 22 : charge du convoi Bc centré par rapport à l’axe du tablier Remarque : . juste on modifie le numéro désignant le cas de charge du convoi Bc par celui désignant le cas de charge du système Bt ou Mc120.Le calcul des sollicitations est fait d’une manière identique pour chaque type de charge roulante (Bc. . se qui permet ensuite de déterminer les sollicitations enveloppes.Les combinaisons de charge avec le système Bt et le système Mc120 sont identique aux celles du système Bc.

00 66 1*1.00 63 1*1.00 32 1*1.20 + 18*1.00 + 2/56*1.00 37 1*1.00 30 1*1.00 9 1*1.00 12 1*1.20 + 18*1.00 53 1*1.00 1 2 3 4 5 6 Définition de la combinaison (pour système Bc) 1*1.20 + 18*1.00 + 2/9*1.20 + 18*1.00 67 1*1.00 + 2/60*1.00 40 1*1.20 + 18*1.00 59 1*1.00 + 2/55*1.20 + 18*1.00 52 1*1.00 55 1*1.00 + 2/7*1.00 + 2/59*1.00 22 23 1*1.20 + 18*1.00 39 1*1.20 + 18*1.20 + 18*1.00 7 1*1.00 + 2/11*1.20 + 18*1.00 62 1*1.00 48 1*1.00 1*1.00 1*1.20 + 18*1.00 + 2/24*1.20 + 18*1.00 + 2/3*1.20 + 18*1.00 26 1*1.00 + 2/29*1.00 + 6*1.00 + 2/51*1.20 + 18*1.20 + 18*1.00 + 2/10*1.20 + 18*1.20 + 18*1.00 N° 42 .00 + 2/41*1.00 + 2/50*1.00 + 2/44*1.20 + 18*1.00 + 2/16*1.20 + 18*1.00 + 2/36*1.00 49 1*1.20 + 18*1.00 + 2/33*1.20 + 18*1.20 + 18*1.00 + 2/4*1.00 28 1*1.00 42 1*1.00 60 1*1.00 61 1*1.00 19 1*1.20 + 18*1.00 56 1*1.00 + 18*1.00 21 1*1.00 + 2/52*1.00 + 2/45*1.20 + 18*1.20 + 18*1.20 + 18*1.00 29 1*1.00 70 1*1.20 + 18*1.00 + 2/40*1.20 + 18*1.20 + 18*1.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 36 1*1.20 + 18*1.00 + 12*1.00 + 2/43*1.00 + 2/34*1.20 + 18*1.20 + 18*1.20 + 18*1.00 + 2/48*1.00 10 1*1.00 + 2/2*1.00 + 2/15*1.00 + 9*1.20 + 18*1.00 47 1*1.20 + 18*1.00 + 10*1.00 + 2/14*1.00 + 2/6*1.20 + 18*1.00 44 1*1.00 + 2/25*1.00 + 2/54*1.00 + 2/28*1.00 46 1*1.00 + 2/57*1.20 + 18*1.20 + 18*1.00 33 1*1.20 + 18*1.20 + 18*1.00 1*1.20 + 18*1.00 + 13*1.00 38 1*1.00 24 1*1.20 + 18*1.00 + 2/58*1.00 8 1*1.00 + 2/38*1.20 + 18*1.20 + 18*1.20 + 18*1.00 18 1*1.00 15 1*1.00 1*1.20 + 18*1.20 + 18*1.00 + 2/39*1.20 + 18*1.00 + 2/49*1.00 + 2/35*1.20 + 18*1.00 45 1*1.00 + 2/31*1.00 + 2/21*1.00 + 2/27*1.00 + 2/17*1.20 + 18*1.00 + 2/26*1.00 50 1*1.20 + 18*1.00 16 1*1.00 + 2/19*1.00 + 2/61*1.00 + 2/1*1.20 + 18*1.00 + 2/13*1.20 + 18*1.00 + 2/47*1.00 41 1*1.00 54 1*1.00 25 1*1.20 + 18*1.00 65 1*1.00 58 1*1.20 + 18*1.20 + 18*1.20 + 18*1.20 + 18*1.00 35 1*1.20 + 18*1.00 31 1*1.00 57 1*1.20 + 18*1.00 + 2/20*1.00 11 1*1.20 + 18*1.00 34 1*1.00 1*1.00 + 2/46*1.00 43 1*1.00 69 1*1.00 + 2/32*1.00 + 8*1.00 + 2/12*1.00 64 1*1.20 + 18*1.20 + 18*1.00 + 2/37*1.00 + 2/8*1.00 + 2/23*1.00 51 1*1.20 + 18*1.00 + 2/42*1.00 + 2/22*1.00 20 1*1.00 27 1*1.20 + 18*1.20 + 18*1.00 + 11*1.00 68 1*1.20 + 18*1.00 + 2/30*1.00 + 2/5*1.00 14 1*1.00 + 2/62*1.20 + 18*1.00 13 1*1.00 17 1*1.00 1*1.20 + 18*1.00 + 2/53*1.00 + 2/18*1.

00 + 22/7*1.20 + 30*1.00 + 31*1.00 + 28*1.00 101 1*1.20 + 18*1.00 81 1*1.20 + 30*1.00 + 28*1.00 + 29*1.00 + 31*1.20 + 30*1.00 + 28*1.00 + 18*1.00 + 22/13*1.00 + 31*1.00 + 29*1.20 + 30*1.00 + 31*1.00 + 22/30*1.00 + 31*1.00 + 22/9*1.00 94 1*1.00 + 18*1.20 + 30*1.00 + 31*1.00 98 1*1.20 + 30*1.00 + 28*1.00 100 1*1.00 91 1*1.00 + 29*1.00 75 76 77 1*1.00 + 18*1.00 + 31*1.20 + 30*1.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 71 1*1.00 + 18*1.20 + 30*1.00 + 18*1.00 + 29*1.00 + 28*1.00 + 28*1.00 + 18*1.00 + 28*1.00 95 1*1.00 + 29*1.00 + 29*1.00 + 31*1.00 + 31*1.00 + 28*1.00 + 18*1.00 + 31*1.20 + 30*1.00 + 27*1.00 + 29*1.00 1*1.00 + 29*1.00 + 18*1.00 106 1*1.00 + 31*1.20 + 30*1.00 + 29*1.00 + 22/27*1.00 + 22/19*1.00 + 30*1.20 + 30*1.00 + 28*1.00 87 1*1.20 + 30*1.00 + 28*1.20 + 30*1.00 + 22/8*1.00 + 28*1.00 + 18*1.00 + 22/18*1.00 83 1*1.00 + 31*1.00 89 1*1.00 + 31*1.00 + 29*1.00 + 28*1.00 + 31*1.00 + 29*1.00 + 22/3*1.00 + 28*1.00 + 28*1.00 + 18*1.20 + 30*1.00 + 22/14*1.00 72 1*1.00 43 2011-2012 .00 + 22/6*1.00 102 1*1.00 + 31*1.20 + 18*1.00 + 29*1.20 + 30*1.20 + 30*1.00 + 31*1.00 + 22/32*1.00 78 1*1.00 + 31*1.00 + 31*1.00 + 31*1.00 1*1.20 + 18*1.20 + 30*1.00 + 30*1.00 + 29*1.00 + 22/26*1.00 + 31*1.00 90 1*1.00 + 22/29*1.00 103 1*1.00 88 1*1.00 + 31*1.00 92 1*1.00 + 18*1.00 + 29*1.00 + 22/2*1.00 104 1*1.00 + 28*1.00 + 29*1.00 99 1*1.00 + 18*1.00 + 18*1.00 + 18*1.00 + 22/10*1.00 + 29*1.20 + 18*1.00 + 22/22*1.00 85 1*1.00 + 18*1.00 + 18*1.00 + 31*1.00 + 18*1.00 + 29*1.00 + 28*1.00 + 28*1.00 + 31*1.00 + 29*1.00 + 22/25*1.20 + 30*1.00 + 22/23*1.00 79 1*1.00 80 1*1.00 + 29*1.00 93 1*1.20 + 30*1.20 + 30*1.00 + 28*1.00 + 22/24*1.20 + 30*1.20 + 30*1.20 + 30*1.00 + 28*1.00 97 1*1.00 + 29*1.00 + 31*1.20 + 30*1.00 + 28*1.00 + 18*1.00 86 1*1.00 + 22/21*1.00 + 29*1.00 + 29*1.00 + 22/31*1.00 + 18*1.00 + 28*1.20 + 30*1.00 + 29*1.00 + 31*1.00 + 29*1.00 + 18*1.00 84 1*1.00 + 28*1.00 + 29*1.00 + 29*1.00 + 28*1.00 + 22/12*1.00 + 28*1.00 + 31*1.00 + 29*1.20 + 30*1.00 74 1*1.00 + 28*1.00 + 18*1.00 + 28*1.00 + 18*1.00 + 29*1.00 + 18*1.00 + 18*1.00 73 1*1.00 82 1*1.00 + 31*1.00 + 31*1.00 + 22/20*1.00 + 28*1.00 + 22/5*1.00 + 22/17*1.00 + 22/15*1.00 105 1*1.00 + 18*1.00 + 31*1.20 + 30*1.00 + 18*1.20 + 30*1.20 + 18*1.00 + 28*1.00 + 22/33*1.00 + 18*1.20 + 30*1.00 + 22/16*1.00 96 1*1.00 + 22/1*1.00 + 18*1.00 + 28*1.00 + 18*1.00 + 22/11*1.00 + 22/4*1.00 + 29*1.00 + 18*1.00 + 29*1.00 + 31*1.00 + 28*1.00 + 29*1.20 + 30*1.00 + 29*1.00 + 18*1.00 + 26*1.20 + 30*1.00 + 15*1.00 + 28*1.00 + 28*1.00 + 22/28*1.00 + 29*1.00 + 31*1.00 + 31*1.00 + 31*1.00 + 28*1.

20 + 30*1.00 + 22/36*1.00 + 29*1.00 + 29*1.00 108 1*1.00 + 31*1.00 + 31*1.20 + 30*1.00 + 28*1.00 + 28*1.00 120 1*1.00 + 28*1.00 111 1*1.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 107 1*1.20 + 30*1.20 + 30*1.00 + 22/53*1.00 + 31*1.00 + 28*1.00 + 22/51*1.00 + 28*1.00 + 18*1.00 + 22/47*1.00 + 18*1.20 + 30*1.00 + 29*1.00 + 29*1.00 + 29*1.20 + 30*1.00 + 28*1.00 + 22/39*1.00 + 29*1.00 124 1*1.00 + 18*1.00 + 28*1.00 + 28*1.00 + 18*1.00 109 1*1.00 + 18*1.00 132 1*1.00 + 28*1.00 119 1*1.00 133 1*1.00 + 22/41*1.00 + 31*1.00 + 22/62*1.00 135 1*1.00 + 31*1.20 + 30*1.00 + 22/57*1.00 + 28*1.00 122 1*1.20 + 30*1.00 + 22/45*1.00 + 18*1.00 + 22/37*1.00 123 1*1.20 + 30*1.20 + 30*1.00 + 18*1.00 + 29*1.00 + 31*1.20 + 30*1.00 129 1*1.00 126 1*1.00 + 18*1.00 + 28*1.00 + 22/52*1.00 + 29*1.00 128 1*1.00 116 1*1.00 + 22/42*1.00 + 29*1.00 + 29*1.20 + 30*1.00 121 1*1.00 + 29*1.00 + 28*1.00 114 1*1.00 + 22/54*1.00 + 31*1.00 134 1*1.00 + 22/59*1.00 + 22/49*1.20 + 30*1.00 + 28*1.00 + 18*1.00 110 1*1.00 + 18*1.00 + 29*1.00 + 28*1.00 + 29*1.00 + 18*1.00 + 31*1.00 118 1*1.00 Tableau 4 : combinaison de charge à l’ELS 44 .00 113 1*1.00 + 31*1.00 + 31*1.00 + 28*1.00 + 28*1.00 112 1*1.00 + 29*1.00 + 29*1.00 + 28*1.00 + 31*1.00 + 18*1.00 + 18*1.00 + 22/44*1.00 + 18*1.00 + 31*1.00 + 22/46*1.00 117 1*1.00 + 18*1.00 + 29*1.20 + 30*1.00 + 28*1.00 + 18*1.00 125 1*1.00 + 22/58*1.00 130 1*1.20 + 30*1.20 + 30*1.00 + 29*1.20 + 30*1.00 + 31*1.00 + 31*1.00 + 18*1.00 + 31*1.00 + 29*1.20 + 30*1.00 + 31*1.00 131 1*1.00 115 1*1.00 + 28*1.20 + 30*1.00 + 18*1.00 + 28*1.00 + 31*1.00 + 18*1.00 + 22/35*1.00 + 29*1.00 + 28*1.00 + 28*1.00 + 18*1.00 + 28*1.00 + 22/43*1.20 + 30*1.00 + 18*1.00 + 22/50*1.00 + 29*1.00 + 31*1.20 + 30*1.20 + 30*1.00 + 29*1.00 + 28*1.20 + 30*1.00 + 18*1.00 + 18*1.00 + 29*1.00 + 22/56*1.00 + 31*1.00 + 31*1.00 + 22/48*1.20 + 30*1.00 + 29*1.00 + 29*1.00 + 22/38*1.00 + 18*1.20 + 30*1.00 + 31*1.00 + 18*1.00 + 29*1.00 + 29*1.00 + 29*1.00 + 31*1.00 + 18*1.00 + 29*1.00 + 31*1.00 + 31*1.00 + 28*1.00 + 31*1.00 + 28*1.00 + 29*1.00 + 22/34*1.00 + 22/61*1.00 + 22/55*1.00 + 22/40*1.20 + 30*1.20 + 30*1.00 + 18*1.20 + 30*1.00 + 28*1.20 + 30*1.00 + 28*1.00 + 31*1.00 + 28*1.00 127 1*1.00 + 18*1.00 + 18*1.00 + 31*1.00 + 31*1.00 + 31*1.00 + 22/60*1.

83 -57.58 -59.65 18.29 -0.48 24.83 0.58 33.24 -0.05 -68.38 -0.7 2.69 42.37 -0.98 58.57 32.54 18.87 -32.44 21.74 50.51 -56.04 41.37 13.8 5.23 -33.55 30.21 41.61 35.29 -11.11 -16.8 31.83 18.15 -37.77 41.71 55.64 38.98 -0.38 16.74 46.2 -0.4 -47.31 50.2 4.42 6.33 -63.11 8.69 57.2 0.51 16.34 -0.02 82.81 -0.75 -0.45 2.71 28.35 9.4 -0.74 51.70 56.43 5.51 -69.92 -21 -3.7 2.12 -0.44 Tableau 5 : valeurs enveloppe du moment fléchissant 45 .19 -49.40 9.52 58.38 -0.68 58.18 6.13 -45.9 0.72 -64.96 -15.39 10.86 18.85 -54.66 -32.76 -30.67 60.22 -20.36 14.12 0.71 44.48 -11.34 -0.4 17.71 54.32 16.37 15.47 23.19 2.69 61.41 18.91 2.29 -0.53 -30.13 6.42 19.72 45.3 -0.75 47.69 -57.79 -68.06 27.99 43.61 0.45 -58.49 25.88 -54.08 0.75 49.19 -0.71 -46 -33 -16.70 1.36 -0.9 29.46 1.93 0.14 -56.7 9.87 0.8 57.12 -0.44 3.86 -45.65 39.89 -65.25 -0.46 -58.68 41.43 20.78 -67.14 0.01 81.93 0.63 37.51 27.18 0.75 41.94 0.38 -0.19 -65.68 59.41 7.24 0.67 40.91 0.4 -0.8 90.52 27.97 -47.35 49.21 0.41 8.56 -1 -4.98 31.64 57.ESSTT Mémoire de mastère professionnel II 2011-2012 Détermination des sollicitations Moments fléchissant : Les valeurs enveloppes des moments fléchissant pour chaque abscisse X du tablier sont présentées dans le tableau ci-dessous : X (m) ELS - ELS + 0 0.29 1.38 -0.54 29.38 12.65 8.51 -50.85 -38.29 28.26 -45.72 53.84 -59.52 28.73 52.44 4.61 -60.76 48.37 -0.3 -0.62 36.81 -60.45 22.5 26.38 11.6 34.36 -0.15 -14.

46 .71 55.38 17.45 23.38 13.39 11.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 100 80 60 40 20 ELS ELS + 0 1.55 31.64 39.5 27.62 37.76 49.6 35. c’est la méthode d’éléments finis qui a été employé.71 45.7 57.48 25.44 5.74 47.57 33.69 43.41 9.73 53.74 51.43 21.41 19. tous les 1m les sollicitations du tablier de ce pont.36 15.68 59.67 41.42 7. cette méthode a permis de calculer.12 0 -20 -40 -60 -80 Fig 30 : diagramme enveloppe du moment fléchissant Méthode de calcul employée : Le logiciel "Robot" utilisé pour le calcul des sollicitations du tablier tient en compte automatiquement la répartition transversale des charges sur toute la surface du tablier.52 29.67 61.45 3.

ESSTT

Mémoire de mastère professionnel

2011-2012

Le ferraillage du tablier (nappe inférieure et supérieure) sera déterminé à partir de la courbe
enveloppe des moments décalés (décalage de 0,8 x H).

100

80

60

40
ELS -

20

ELS +
M.décalé

0
-10

0

10

20

30

40

50

-20

-40

-60

-80

Fig 31 : diagramme enveloppe du moment décalée

0,8 x H = 0,8 x 0,65 = 0,52 m

47

60

70

M.décalé

ESSTT

Mémoire de mastère professionnel

2011-2012

 Calcul du ferraillage longitudinal nécessaire pour le tablier :
- Calcul des arrêts de barre pour la travée 1 (travée de rive) : 12,9 m :
On a conçu un ferraillage du tablier constitué par 3 paquets de 3barres chacune comme
l’indique la figure suivante :

0,65 m

Fig 32 : Coupe transversale du tablier

Mmax = - 60,58 t.m
Caractéristique géométrique :
-

Hauteur de la section h = 0,65 m
Largeur de la section b = 0,78 m
Hauteur utile d = 0,59 m
Caractéristique des matériaux :

-

Résistance du béton fc28 = 25 MPa
Résistance acier ζs : en fissuration préjudiciable :
2

ζs = inf

3

.fe =

2
3

. 400 = 266,66 MPa

110 Ϥ . ftj

= 110 1,6 . 2,1

= 201,63 MPa

ζs = 201,63 MPa

48

avec Ϥ = 1,6

ESSTT

β =

Mémoire de mastère professionnel 𝑀 𝑏

. 𝑑²

β lim =

−0,6058 . 0,78 .0,981

=

0,78 . 0,59²

2011-2012

= 1,705

0,9 . fc 28² . ( 18. fc 28 + 3 .σs)
(9. fc 28+σs )

0,9 . 25² . ( 18. 25 + 3 .201,63 )

=

(9. 25+201,63 )

β < β lim OK

1,705 < 4,16

α = 0,413
Z=d.(1-

Ai (cm²) =

α
3

)

= 0,59 . (1- 𝑀𝑠𝑒𝑟 𝑍

. σs

=

0,413
3

) = 0,509

0,6058 .0,78 . 0,981

. 10 ⁴ = 45,14 cm²

0,509 . 201,63

7 HA 32 (56,29 cm²)

Mr = 74,6 t.m

paramètre

Expression

M1

Moment de flexion

M

hauteur section

Résistance béton

h
b
d
fc28

Résistance acier

s

201,63



= M / (bd²)

1,705
4,169

 lim

lim=
 <  lim =
² = (90/s) x (1-) / (3-)

0,413

z

z = d (1 - α / 3)

0,509

Armatures inférieures
(cm²)

Ai = M / ( z. s)

45,14

largeur section
hauteur utile



0,6058
0,65
0,78
0,59
25

OK

Tableau 6 : calcul de la section d’acier nécessaire pour la travée 1

49

= 4,16

ESSTT

Mémoire de mastère professionnel

2011-2012

 Moment en travée :
- Moment de la travée de rive :(fig 33)
0,8 . H = 0,8 . 0,65 = 0,52 m

12,9 m
0,52
0

0,77

2,73

5,42

8,73

10,77

11,89

13,36

2 HA 32

Mr1 = -18,28 t.m

3 HA 32

Mr2 = -47,65 t.m
0,57

-60,58 t.m

2 HA 32

Mr3 = -74,6 t.m

6m

10 m

12 m

Fig 33 :Diagramme du moment fléchissant, moment décalée et moment résistant de la travée1

Courbe du moment
Courbe du moment décalé
Courbe du moment résistant
50

73 t.m Mr2 = .57.6905 0.α / 3) 0.84.169  lim lim=  <  lim = ² = (90/s) x (1-) / (3-) 0.m 51 Mr = .5 t.78 0. s) 51.84.m paramètre Expression M1 Moment de flexion M hauteur section Résistance béton h b d fc28 Résistance acier s 201.89 largeur section hauteur utile  0.435 z z = d (1 .504 Armatures inférieures (cm²) Ai = M / ( z.65 0.87 t.Calcul des arrêts de barre pour la travée 2 (travée intermédiaire) : 17.m Mr3 = .63  = M / (bd²) 1.05 t.69.2 m : Mmax = .ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 .944 4.59 25 OK Tableau 7 : calcul de la section d’acier nécessaire pour la travée 2 Ai = 51.5 t.33 cm² ) Mr1 = .m .32.89 cm² 3 HA 32 + 3 HA 32 + 2 HA 32 8 HA 32 (64.

36 14.m 0.45 3 HA 32 3 HA 32 24.m 2 HA 32 Mr3 = -84.m 6m 10 m 12 m Fig 34 : Diagramme du moment fléchissant.87 29.m Mr2 = -57.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 .87 18.87 t.87 26.73 t.87 16. moment décalée et moment résistant dans la travée 2 Courbe du moment Courbe du moment décalé Courbe du moment résistant 52 .03 30.87 21.2 m 0.05 t.Moment de la travée intermédiaire :(fig 34) 17.57 -69.5 t.56 Mr1 = -32.52 13.

498 largeur section hauteur utile  z 0.169  lim lim=  <  lim = ² = (90/s) x (1-) / (3-) 0.318 4.65 0.α / 3) 0.Ferraillage nécessaire pour l’appui N°2 : Mmax = 82.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Calcul du ferraillage sur appui : .78 0.63 Tableau 8: Calcul de la section d’acier nécessaire pour l’appui N°2 As = 62.m Mr3 = 84.63 cm² 3 HA 32 + 3 HA 32 + 2 HA 32 8 HA 32 ( 64.5 t.35 t.68 t.465 z = d (1 . s) (cm²) OK 62.8235 0.m paramètre Expression M1 Moment de flexion M hauteur section Résistance béton h b d fc28 Résistance acier s 201.m Mr2 = 54.59 t.63  = M / (bd²) 2.5 t.59 25 Armatures supérieures As = M / ( z.33 cm² ) Mr1 = 29.m .m 53 Mr = 84.

56 Fig 35 : Diagramme du moment fléchissant.71 13.35 t.59 t.36 3 14.75 30.71 15.m 2 HA 32 82.m 3 HA 32 Mr2 = 54.91 19.5 t.95 9.91 11.m 0.68 t.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012  Moments sur appuis N°2 : 12 m 6m 3m Mr3 = 84. moment décalée et moment résistant dans l’appui N°2 54 .m 3 HA 32 Mr1 = 29.46 2 5.52 1 0.

9098 0.65 0.3 t.483 z = d (1 .m Mr2 = 50.38 cm² ) Mr1 = 22.495 largeur section hauteur utile  z 0.3 t.m paramètre Expression M1 Moment de flexion M hauteur section Résistance béton h b d fc28 Résistance acier s 201.59 25 Armatures supérieures As = M / ( z.98 t.69 cm² 3 HA 32 + 3 HA 32 + 3 HA 32 9 HA 32 ( 72.α / 3) 0. s) (cm²) OK 69.m Mr3 = 94.m .69 Tableau 9 : calcul de la section d’acier nécessaire dans l’appui N°3 As = 69.7 t.169  lim lim=  <  lim = ² = (90/s) x (1-) / (3-) 0.78 0.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012  Ferraillage nécessaire pour l’appui N3: M max = 90.m 55 Mr = 94.61 t.561 4.63  = M / (bd²) 2.

61 t.m 3 HA 32 Mr2 = 50.99 26.56 34 .m 3 HA 32 Mr1 = 22.7 t.54 32.13 3 Fig 36 : diagramme du moment fléchissant.55 37.m 0.52 23.54 30.3 t.55 28 .ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012  Moment sur appuis N°3 : 12 m 8m 4m 3 HA 32 Mr3 = 94. moment décalée et moment résistant dans l’appui N°3 56 .

87 12 4–5–6 32 16.73 6 1–2–3 32 14.55 8 7–8–9 32 28.77 10 7–8 32 2.77 10.71 14.87 24.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Tableau récapitulatif du ferraillage du tablier : Travée 1 Travée 2 Appui 2 Appui 3 Numérotation des barres Diamètre (mm) Origine Extrémité Longueur (m) 1–2 32 0 12 12 4–5–6 32 0.54 4 Tableau 10 : ferraillage du tablier Remarque : Le ferraillage du tablier des travées 3 et 4 est identique à celles des travées 1et 2 puisque l’ouvrage présente un axe de symétrie.87 26.73 8.71 3 9 12 11.55 34.54 32.99 12 4–5–6 32 26.91 6 7–8 32 11.87 6 9 12 18.95 17.87 10 7–8 32 18.95 12 4–5–6 32 9.99 35.73 6 3 12 0 12 12 9 12 2.71 14.71 3 1–2–3 32 23. 57 .91 15.87 26.87 6 1–2–3 32 5.73 8.87 24.

ESSTT Mémoire de mastère professionnel Plan de ferraillage du tablier 58 2011-2012 .

35 4.6 ζs = 201.63 MPa avec Ϥ = 1.35 2.35 6. 400 = 266.65 m Largeur de la section b = 1 m Hauteur utile d = 0.35 8.17 t.6 .m) -0.03 8.59 m Caractéristique des matériaux : - Résistance du béton fc28 = 25 MPa Résistance acier ζs : en fissuration préjudiciable : 2 ζs = inf 3 .21 -15.35 3.17 -13.96 -13.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012  Calcul des armatures transversales : (disposé parallèlement aux lignes d’appuis) : .47 -12.35 4.96 -4.35 8.35 5.63 MPa Calcul en flexion simple d’une section rectangulaire à l’ELS : Travée 1 : moment max en section médiane : Mxx = -15.21 -12.fe = 2 3 .35 3.35 2.93 -13.1 = 201.47 -0. 2.17 -15.Calcul des sections d'acier du ferraillage transversal inferieur en section médiane de chaque travée : Caractéristique géométrique : - Hauteur de la section h = 0.68 1.68 1.35 7.35 6.m X (m) 0 0.49 -4.35 7.49 Tableau 11 : valeurs du moment fléchissant transversal de la travée 1 0 -2 0 0.03 8.7 -4 -6 -8 MXX -10 -12 -14 -16 -18 Fig 37 : Diagramme du moment fléchissant transversal dans la section médiane de la travée 1 59 .7 M(t.66 MPa 110 Ϥ . ftj = 110 1.35 5.

16 β < β lim OK 0. 𝑑² β lim = −0.ESSTT β = Mémoire de mastère professionnel 𝑀 𝑏 .544 0. 10 ⁴ = 13.59 .1517 0.σs) (9.9 .544 .63 ) = 4. (1- = 0.59² 2011-2012 = 0.16 α = 0.1517 = 1 .436 < 4. 25 + 3 . 25² . σs = 0. ( 18.201.436 0.9 . fc 28+σs ) = 0. 201. 0. fc 28 + 3 . ( 18.63 ) (9.(1- Ai (cm²) = α 3 ) 𝑀𝑠𝑒𝑟 𝑍 .82 cm² 60 9 HA 14 / m .232 Z=d.232 3 ) = 0. fc 28² .63 . 25+201.

m) -0.63 ) = 4.35 6.35 5.23 -20.35 4.σs) (9.59 . (1- = 0.87 -0.63 .2023 = 1 .35 2.35 7.264  Z=d.m X (m) 0 0. fc 28² .9 .16  α = 0.03 8. fc 28 + 3 . σs = 0.35 3.59² = 0. 0.68 1.538 . 25² . 10 ⁴ = 18. fc 28+σs ) = 0.63 -5.02 -18.(1- Ai (cm²) = α 3 ) 𝑀𝑠𝑒𝑟 𝑍 .35 3.35 7.87 -18.35 4. ( 18.02 -20. 25+201.35 8.2023 0. 𝑑² β lim = −0.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Travée 2 : moment max en section médiane : Mxx = -20.35 2.68 1.35 6.46 cm² 61 12 HA 14 / m .09 -18.7 -5 -10 Mxx -15 -20 Tableau 12 : valeurs du moment fléchissant transversal de la travée 2 -25 Fig 38 : Diagramme du moment fléchissant transversal dans la section médiane de la travée 2 β = 𝑀 𝑏 . 201. ( 18.7 M(t. 25 + 3 .201.35 5.33 -5.23 -19.436 < 4.581 0.33 -19.264 3 ) = 0.538 0.16 β < β lim OK 0.9 .35 8.23 t.03 8.63 ) (9.63 0 0 0.

17 Hauteur de section h (m) 0.232 Z 0.538 0.16 β < β lim OK OK OK OK α 0.59 0.63 201.59 Résistance du béton fc28 (MPa) 25 25 25 25 Résistance acier ζs (MPa) 201.85 cm²) 12 HA 14 /m (18.436 β lim 4.63 201.65 Largeur de section b (m) 1 1 1 1 0.16 4.544 0.59 0.85 cm²) Ferraillage transversale (face supérieur) 9 HA 10 /m 12 HA 10 /m 12 HA 10 /m 9 HA10/m Hauteur utile d (m) ferraillage transversale (face inférieure) Ai (cm²) Tableau 13 : récapitulatifs du ferraillage transversal du tablier 62 .59 0.581 0.264 0.16 4.65 0.47 cm²) 12 HA 14 /m (18.436 0.17 -20.538 0.82 cm² 18.264 0.m) -15.23 -15.16 4.65 0.65 0.63 201.46 cm² 18.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Travée 1 Travée 2 Travée 3 Travée 4 Moment transversal (t.23 -20.544 13.82 cm² Nombre d’armature correspondant 9 HA14 /m (13.581 0.232 0.63 β 0.46 cm² 13.47 cm²) 9 HA14 /m (13.

20 m 12 HA 10 /m Fig 40 : Nappe supérieure du ferraillage transversale 63 .ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Ferraillage transversale : nappe inférieure 13.20 m 9 HA 14 /m 12 HA 14 /m Fig 39 : nappe inférieure du ferraillage transversal Ferraillage transversale : nappe supérieure 13.36 m 17.36 m 9 HA 10 /m 17.

71 0.23 -0.37 -0.79 -8.12 -25.1 -0.61 -15.28 -24.04 15.87 11.61 35.34 45.73 52.92 0.51 27.69 42.16 19.58 30.69 57.59 28.57 32.79 -0.15 -19.96 0.74 50.56 -0.85 0.2 -23.45 22.49 25.48 Tableau 14 : valeurs enveloppes de l’effort tranchant 64 .4 17.62 36.39 11.99 4.17 38.33 -0.9 -0.38 12.17 0.82 -0.47 23.04 35.16 15.27 -1.36 2.3 -27.17 -22.06 -19.7 -10.28 -15.66 31.28 19.2 19.97 0.68 58.58 33.99 2.14 0.37 13.6 34.46 1.45 2.41 8.42 27.71 44.05 0.87 -0.69 -5.71 55.64 38.27 -0.04 -42.12 18.36 -29.03 0.16 7.38 11.06 -0.12 10.43 5.52 -4.21 -2.44 21.41 18.15 -0.48 24.84 0 30.35 -30.01 1.02 14.32 23.41 -31.71 -4.57 -38.63 37.68 59.9 7.5 26.18 -45.36 14.82 0.44 4.48 -5.08 7.7 43.74 46.74 51.76 -14.04 42.34 -0.29 -11.27 0 38.04 11.72 53.6 0.67 60.99 -0.55 -5.45 -2.53 -0.48 -3.92 -7.39 -28.38 23.6 -36.12 5.67 40.71 4.06 6.7 56.06 5.42 6.08 -19.75 49.17 0.17 0.35 0.02 -19.52 28.11 -12.91 -0.07 -7.36 29.4 9.08 15.71 0.42 19.37 15.05 -0.5 4.66 61.54 29.8 -0.85 0.96 0.72 45.03 -0.41 7.25 -26.08 -0.64 -38.14 0.34 44.03 -15.06 0.96 0.56 31.39 10.71 54.12 -45.6 -0.42 1.43 20.26 23.65 39.32 -11.04 0.36 26.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Effort tranchant : X (m ) ELS - ELS + 0 0.44 3.76 48.01 -5.36 24.38 16.68 41.75 47.

ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 50 40 30 20 10 ELS 0 0 10 20 30 40 50 -10 -20 -30 -40 -50 Fig 41 : Diagramme enveloppe de l’effort tranchant 65 60 70 ELS + .

d Avec : Vu : effort tranchant à l’état limite ultime.𝟐 𝐟𝐜𝟐𝟖 𝛄𝐛 .La contrainte tangentielle conventionnelle : u La justification de l’ame d’une poutre sera conduite à partir de la contrainte tangentielle u prise conventionnellement égale à : u = Vu b0 .𝟗 . 𝐬𝐭 ≥ Z = 0.3 MPa soit ft28 < 3.9 . 𝐊 . γs 𝐀𝐭 𝐛𝟎 .ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012  Méthode de Calcul des armatures d’efforts tranchants : Les aspects réglementaires : 1.Les armatures d’âmes On avait trouvé plus haut At = st Vu − V0 σt (sin α + cos α ) Sachant que Vu = u .𝐟𝐞 .3 MPa Avec les valeurs suivantes pour K : K = 1 en flexion simple K= 0 s’il ya une reprise de bétonnage ou en fissuration très préjudiciable 66 . b0 : largeur de l’âme. V0 = 0.b0 . 𝐟𝐭𝟐𝟖 ) 𝟎.𝟑 . b0 .𝟏𝟓 𝐟𝐜𝟐𝟖 𝛄𝐛 . K . la contrainte tangentielle u doit être inférieure aux valeurs suivantes : u ≤ Min ( u ≤ Min ( 𝟎.d Si on prend ζt = On en déduit : fe . d . (𝐬𝐢𝐧𝛂 + 𝐜𝐨𝐬 𝛂 ) On borne ftj (ft28 en général ) à 3. 4 MPa) en fissuration préjudiciable et très préjudiciable 3.d .La justification du béton : Dans le cas où les armatures sont droites (α =90°) qui est le cas le plus fréquent. ftj 𝛄𝐬 .3 . 5 MPa) en fissuration peu préjudiciable 𝟎.( 𝐮−𝟎. d : hauteur utile 2.

ESSTT

Mémoire de mastère professionnel

2011-2012

4- Les dispositions minimales :
En plus des formules ci-dessus on doit respecter la condition de non fragilité : 𝐴𝑡
.𝑓𝑒 𝑏
0 .𝑠𝑡

≥ 0,4 MPa

Cette condition nous impose un espacement maximal :
St max ≤ Min (0,9.d ; 40 cm )
Les conditions de bétonnage correct imposent :
Øt ≤ Min (

h
35

; ØL ;

b0
10

)

5- Espacement minimum et maximum :
a- Espacement maximum :
On utilise les conditions : st ≤ Min (0,9 d ; 40 cm ) et

At .fe
b0 .st

≥ 0,4 MPa

st ≤

At .fe
0,4 .b0

b- Espacement minimum :
On utilise la condition 𝐀𝐭 𝐛𝟎

. 𝐬𝐭

≥ 𝛄𝐬

.( 𝐮−𝟎,𝟑 . 𝐊 . 𝐟𝐭𝟐𝟖 ) 𝟎
,𝟗 .𝐟𝐞 . (𝐬𝐢𝐧𝛂 + 𝐜𝐨𝐬 𝛂 )

Elle donne pour le cas courant d’armatures verticales :(α = 90°)
St ≤

0,9 𝑑 𝐴𝑡 𝑏
0 . 𝛾𝑠

. 𝑓𝑒

u−0,3 . K . ft 28

6- Répartition des armatures transversales :
Méthode exacte de répartition :
On positionne le premier cadre empiriquement à une distance st0 telle que :
St0 = Max [ 7cm ;

h
6

;

st min
2

]

Connaissant les variations de l’effort tranchant le long de la poutre, on peut ensuite
commencer à placer les armatures à l’espacement minimum st1 = st min puis déterminer à la
nouvelle abscisse st0 + st1 le nouvel effort tranchant et le nouvel espacement st2 et ainsi de
suite jusqu'à l’espacement maximum st max.

67

ESSTT

Mémoire de mastère professionnel

2011-2012

- Détermination des armatures d’effort tranchant :

Fig 42 : coupe transversale du tablier
At = 18 .

Π . d²

= 18 .

4

Π . 0,8 ²
4

= 9,04 cm²

Contrainte conventionnelle :
Vmax = 45,34 t

u =

; b0 = 0,78 m 𝟒𝟓

,𝟑𝟒

; d = 0,59 m

= 0,98 MPa 𝟎

,𝟕𝟖 . 𝟎,𝟓𝟗

Justification du béton :
Min (

0,15 fc 28
γb

; 4 MPa) = Min (

0,15 . 25
1,5

; 4 MPa) = Min ( 2,5 ; 4 MPa) = 2,5 MPa

0,98 < 2,5 MPa c’est justifiée

Espacement maximum :
St ≤

At . fe
0,4 . b0

=

9,04 .10ˉ⁴ . 400
0,4 . 0,78

= 1,15 m

Espacement minimum : K = 0
St ≤

0,9 . At
b0 .γs

. 𝑓𝑒

𝑢

=

0,9 .9,04 .10ˉ⁴
0,78 . 1,15

68

.

400
0,98

= 37 cm

ESSTT

Mémoire de mastère professionnel

Répartition des armatures: travée 1 + console = 13,36 m
On positionne le premier étrier à une distance telle que :
St0 = max [ 7cm ;

65 37
;
6
2

]

= 18,5 cm

Puis St1 = St min = 37 cm
St0 + St1 = 55 cm

St2 =

V = 28,72 t

0,9 .9,04 .10ˉ⁴
0,78 . 1,15

.

400
0,62

;

u =

0,2872
0,78 .0,59

= 0,62 MPa

= 57 cm

V= 26,23 t ; u = 0,56 MPa ; St3 = 63cm

St0 + St1 + St2 = 1,135 m
St0

St3 = 1,77 m

V = 22,93 t ; u = 0,49 MPa ; St4 = 71 cm

St0

St4 = 2,49 m

V = 18,7 t ; u = 0,40 MPa ; St5 = 87 cm

St0

St5 = 3,37 m

V = 14,5 t ; u = 0,31 MPa ; St6 = 1,14 m

On rappelle que :

st max = 1,15 m

St7 = 1,15 m
St8 = 1,15 m
St9 = 1,15 m
St10 = 1,15 m
St0

St10 = 9,12 m

V = 18,87 t ; u = 0,41 MPa ; St11 = 87 cm

St0

St11 = 10 m

V = 22,52 t ; u = 0,489 MPa ; St12 = 71 cm

St0

St12 = 10,74 m

V = 25,63 t ; u = 0,55 MPa ; St13 = 63 cm

St0

St13 = 11,39 m

V = 28,37 t ; u = 0,61 MPa ; St14 = 57 cm

St0

St14 = 11,98 m

V = 33,07 t ; u = 0,71 MPa ; St15 = 50 cm

St0

St15 = 12,49 m

V = 36,89 t ; u = 0,80 MPa ; St16 = 45 cm

St17 = St min = 37 cm
St18 = St0 = 18,5 cm
69

2011-2012

u = 0. St39 = 57 cm St0 St39 = 28. St38 = 63 cm St0 St38 = 27.59 MPa .55 t .42 MPa .07 t .7 MPa . u = 0. St27 = 67 cm St0 St27 = 17.15 m St0 St34 = 24.06 t .71 t .94 m V = 28.15 m St32 = 1.52 m V = 31.43 t .17 m V = 16.48 MPa . St36 = 80 cm St0 St36 = 26. u = 0. St29 = 86 cm St0 St29 = 19.89 m V = 25.31 m V = 38. St28 = 75 cm St0 St28 = 18.76 MPa .71 t .36 MPa . u = 0.8 m V = 17.15 m St34 = 1. u = 0. u = 0.6 m V = 23.08 t .31 m V = 26. u = 0.01 t . St23 = 47 cm St0 St23 = 15.5 cm St20 = St min = 37 cm St0 St20 = 13.64 MPa .46 t . St40 = 53 cm St0 St40 = 29.21 m V = 32.2 m St19 = St0 = 18.27 t .76 t .8 m V = 20.46 t .91 m V = 41.31 m V = 19. St21 = 40 cm St0 St21 = 14. u = 0. St41 = 47 cm 70 2011-2012 .35 t .15 m St33 = 1.23 t .03 m St31 = 1. u = 0.35 MPa .57 MPa . St22 = 43 cm St0 St22 = 14.63 t .56 m V = 22. u = 0. u = 0.84 MPa . St24 = 53 cm St0 St24 = 15. u = 0.67 MPa .51 MPa .77 MPa . u = 0.9 MPa . St37 = 72 cm St0 St37 = 27.87 t .54 MPa . St26 = 63 cm St0 St26 = 16. u = 0.ESSTT Mémoire de mastère professionnel Travée 2 : 17. u = 0. St25 = 57 cm St0 St25 = 16. u = 0. u = 0.72 m V = 29.45 MPa . St35 = 1 m St0 St35 = 25.74 m V = 35.67 t . St30 = 1.06 m V = 35.28 m V = 27.62 MPa .

84 MPa . Coupe longitudinal de la travée 1 : Fig 43 : répartition des armatures d’effort tranchant dans la travée 1 (travée de rive) Coupe longitudinale de la travée 2 : Fig 44 : répartition des armatures d’effort tranchant dans la travée 2 (travée intermédiaire) 71 . u = 0.53 m 2011-2012 St43 = St min = 37 cm St44 = St0 = 18.ESSTT Mémoire de mastère professionnel St0 V = 38.5 cm Remarque : le calcul des armatures d’efforts tranchants est fait seulement pour les deux premières travées puisque le tablier du pont présente un axe de symétrie. St42 = 43 cm St41 = 29.84 t .

54 131.26 131.18 Al max 68.02 239.43 246.2 trott max 1.74 -10.4 2.2 132.16 2.3 -0.49 -11.98 68.73 Bc max 68.82 415.02 73.7 123.22 2.74 -11.08 -12.54 Al min -11.26 -0.73 223.48 Gmin 73.28 223.87 436.98 -11.96 226.98 126.87 415.08 Nmax(ELS) 199.62 63.ESSTT Mémoire de mastère professionnel III.56 123.49 -12.2 68.Efforts verticaux ramenés aux appuis : Les efforts verticaux transmis par le tablier aux différents appuis ont été déterminés lors de la justification du tablier.44 264.7 Bc min -10.87 Nmin (ELS) 63. Ces efforts sont présentés dans le tableau suivant : C1 P2 P3 P4 C5 G max 81.18 -0. 2011-2012 Descente de charge : 1.96 Tableau 15 : efforts verticaux ramenés aux appuis 72 .2 -11.34 226.16 1.59 -12.26 -0.4 trott min -0.62 245.44 81.87 199.48 246.

048 0.333 Tableau 16 : souplesse des appareils d’appuis Les valeurs de a.042 1.521 0. b T  Si : souplesse instantanée = ∗ 10 Gi .  Surf : surface de l’appareil d’appuis = a . Surf  Sd : Souplesse différée = T Gd .03 0.09 0. N . Surf 73 ∗ 10 .8 MPa Appui C1 P2 P3 P4 C5 a 0.3 0.09 Si 1.b.3 b 0.6 0.048 N 2 2 2 2 2 Surf 0.042 3.18 0.Efforts horizontaux ramené aux appuis :  Rigidité des appuis : .01 0.3 0.03 0.6 0.t  N : nombre des appareils d’appuis sur chaque appui.t et n sont déterminés à partir des plans du coffrage.Souplesses des appareils d’appuis : Gi = 1.042 1.012 n 4 3 3 3 4 T 0.03 0.3 0.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 2.  T=n. N .18 0.3 0.01 0.012 0.521 1.18 0.01 0.6 MPa Gd =0.521 0.667 Sd 3.333 1.667 0.3 0.6 0.3 t 0.

8 3 6.5 0.1 7.6 0.1 0.5846E-07 15.6 0. Ev .40126E-09 4.00080398 0.00080398 0.5 0.975 1.1 0.000267992 0.00080414 Somme Tableau 17 : souplesse des appuis Les valeurs de L.2038E-09 0.000268046 0.282E-08 1.60085E-08 2.Ei .6 0. Si = H³ 3 .40126E-09 4.975 1.1062 0.26026667 8.000267992 0.5 0.51 0.6 0.6 0.282E-08 1.000268079 0.26026667 5.000267992 0.9 6. B et H sont déterminés à partir des plans du coffrage. Sv = 74 H³ 3 . I .6 0.ESSTT - Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Souplesses des appuis : Les culées sont supposées être bloquées par les remblais contigues et par la présence de la dalle de transition.975 1.1062 0. La souplesse étant le déplacement sous un effort unitaire.9 6.51 0. elle est donnée par : bas de semelle x² dx  EI appareild'appui On rappelle les valeurs de Ei et Ev : Ei = 3216420 t/m² Ev = 1072140 t/m² L B H I P2 fûts soubassement semelle 5.8 3 6.2038E-09 Somme 0.2038E-09 Somme 0.00080424 P4 fûts soubassement semelle 5.1062 0.000268046 0. Leurs souplesses sont donc réduites aux souplesses de leurs appareils d’appuis.00080414 P3 fûts soubassement semelle 5.6 0. I= L .8 3 6.1 7.1 7.9 6.5846E-07 15. Le tableau ci-dessous présente la souplesse des appuis du tablier.1 0.26026667 5.5803E-07 15. B³ 12 .40126E-09 4. I Si Sv .00080398 0.

333 0.789 1.804 0.789 1. 1. 1000 Souplesse Appui : Souplesse des culées égales 0 la Souplesse des piles = Σ souplesses des éléments constituants la pile (fut.268 0.souplesse instantanée de la pile P2 : Si = 0.333 0.667 3. Différée 300 1268 542 1268 542 1268 542 600 5003 Tableau 18 : souplesse et rigidité totale Souplesse Néoprène = souplesse des appareils d’appuis (Si et Sd ) (à partir du tableau 16).042 1.333 600 Différée 600 300 1 920 960 1 920 960 1 920 960 600 300 Instant.846 0.804 0 0 3731 1244 3730 1243 3731 1244 - 1.521 1.1000 = 0.042 0.268 0.521 1.804 Rigidité Appui : La rigidité est l’inverse de la souplesse donc : Rigidité de l’appui = 1 souplesse de l ′ appui Exple : rigidité instantanée de la pile P2 = .Ki ( t/m ) Instant.804 0.instantanée = Rigidité Néoprène .789 1.différée = 1 Sd 1 Si .1000 1 0. 1000 = 0.268 Souplesse différée de la pile P2 : Sv = 0. . soubassement.ESSTT - Mémoire de mastère professionnel Souplesse et rigidité totale : Les culées sont considérées comme infiniment rigides à la souplesse de ses appareils d’appui.000268046 . Différée Instant. Rigidité Néoprène .846 0. semelle) .846 1. Appuis C1 P2 P3 P4 C5 2011-2012 la souplesse d’une culée est égale Nature Souplesse Néoprène ( 10-3 m/t ) Rigidité Néoprène ( t/m ) Souplesse Appuis ( 10-3 m/t ) Rigidité Appuis ( t/m ) Total souplesses ( 10-3 m/t ) Rigidité Instant.00080414 .268 75 .667 3.268 0. Différée Instant.667 3.667 3. Différée Instant.333 0 0 0.521 1.042 0. 1000 exple : .1000 = 3731 Rigidité Différée Kd ( t/m ) 300 2225 . 1000 .

9+17.2 .9 .9 m X C1 P3 P2 P4 C5 Fig 45: position du centre de déformation Xi= Xd= ( 12.2+12. Kd c1 ) ΣKd On rappelle que : Ki : rigidité instantanée (t/m) Kd : rigidité différée (t/m) Appui C1 P2 P3 P4 C5 ΣK Ki (t/m) 600 1268 1268 1268 600 5003 + (12.2 .9 m 17.9+17.2) Kd (t/m) 300 542 542 542 300 2225 Xi = 30.2 . Ki c1 ) ΣKi + (12. Kd c5 + 17.2) ( 12. Kd P4 − 17.2 .1 m Le centre de déformation se trouve au niveau de la pile P3 76 .2 .2 m 12.1000 Répartition des efforts horizontaux : 1.9 + 17. Ki P2 − 17.1000 souplesse instantanée totale 1 souplesse différée totale .9 + 17. Ki c5 + 17.1 m Xd = 30. Ki P4 − 17.2+12. Kd P2 − 17.2 m 17.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Totale souplesse = souplesse néoprène + souplesse appui Rigidité instantanée Ki (t/m) = Rigidité différée Kd (t/m) = 1 .9 .2 .Centre de déformation : Le centre de déformation désigne l’abscisse du point du tablier qui reste indéformable 12.

0.Lc ) = 1 . 6) Où : (Lch x Lc) représente la surface chargée S en m2 Al : poids de la surcharge Al correspondante L’effort Hi au droit d’un appui i : = 0.23 + HAL = 36 𝐿+12 où L : la longueur chargée en m 36 (0.72 .12 .ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 2.Effort de courte durée : Température (TCD) : ε Ɵ = 10ˉ⁴ Freinage Bc : un seul camion Bc freine sur un même tablier : HBc = 30 t Freinage Al : AL = 0.46+12. a2 .0035 .0035 (Lch .9+0.9+17. 10ˉ⁴ L’effort s’exerçant sur un appui i donné et dû à une déformation Où : - ε est Hi = ε li .Effort de longue durée : εr = . 3. 6 ) 20 +0.166 . 1. 10 ˉ⁴ - Retrait : - Température (TLD) : ε Ɵ = ± 2.46 t . Al .2+12.23 + AL = 0.(Lch .( 61.2+17. (61.12 .46)+12 a1 .5 .72 t/m² Hi  ri  H  ri 77 = 14.4 .Lc ) 20+0. ri ri : rigidité de l’appui i (déterminée plus loin) li : distance longitudinale entre l’appui i et le centre de déformation (point de déformation nulle).

10ˉ⁴ .60 3.61 30. 𝐇𝐀𝐋 𝚺𝐊𝐢 Exple : freinage AL au niveau de c1 = freinage AL au niveau de P2 = = 3. 10ˉ⁴ .5 . 10ˉ⁴ .60 1. 30. Xd(centre de déformation) .60 3.82 4.66 t  TCD = Xi(centre de déformation) .ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 4. HBc = 30 t Exple : freinage Bc au niveau de c1 = 600 .46 t 600 .81 2. 600 = 1. 30 5003 𝐊𝐢 𝐚𝐩𝐩𝐮𝐢 .08 6. 10ˉ⁴ . 30 5003 Freinage Bc au niveau de P2 =  Freinage AL = 1268 . 300 = 2.08 6.26 3.1 .66 3.81 2.73 1.52 P4 7.08 6. 14.66 3.26 3.46 Tableau 19 : répartition des efforts horizontaux par appui  Freinage Bc = 𝐊𝐢 𝐚𝐩𝐩𝐮𝐢 .5 .46 5003 1268 . Ki (Appui) Exple : TCD au niveau de C1 = 30.60 1.81 t  TLD = 2.Répartition des efforts horizontaux par appui : FreinageBc (t) FreinageAl (t) TCD (t) TLD (t) Retrait (t) C1 3.73 t = 3.82 4.1 . avec HAL = 14.66 3. Kd(Appui) Exple : TLD au niveau de C1 = 2.82 4. 14.52 P3 7.26 t 78 .60 3.46 5003 = 1.00 14.6 t = 7.52 C5 3.6 t . 𝐇𝐛𝐜 𝚺𝐊𝐢 Ki : rigidité instantanée (t/m) déterminé à partir du tableau 18: où totale ̎ ̎ souplesse et rigidité définie ci-dessus.61 P2 7.73 1.

30.63 2.6 2 = 1.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012  Retrait = 4 .13 1.81 6.04 P4 3.13 1. l’effet thermique à courte durée : Freinage.1 .63 2.04 3.80 1.55 Tableau 20 : répartition des efforts horizontaux par appareils d’appui  Freinage Bc (sur appareil d’appui) = 𝐞𝐟𝐟𝐨𝐫𝐭 𝐝𝐞 𝐟𝐫𝐞𝐢𝐧𝐚𝐠𝐞 𝐝𝐞 𝐁𝐜 𝐬𝐮𝐫 𝐀𝐩𝐩𝐮𝐢 - 𝐍 L’effrot de freinage de Bc sur appui est déterminé à partir du tableau19 - répartition des efforts horizontaux par appui ̎ définie ci-dessus. 𝐓𝐂𝐃 (𝐬𝐮𝐫 𝐚𝐩𝐩𝐮𝐢 ) 𝐍 Exple : TCD (sur appareil d’appui) au niveau de C1 = 79 4 .83 7.05 C5 1.10ˉ⁴ .26 9. 300 = 3.80 0.61 t ̎ . N : nombre des appareils d’appui sur chaque appui.FreinageBc(t) Al(t) TCD(t) TLD(t) ε = ± 4.04 3. 10ˉ⁴ retrait + max((0.80 1.05 P3 3.(TLD+TCD)) C1 1.83 7.04 3. Kd(Appui) Exple : retrait au niveau de C1 = 4 . Xd(centre de déformation) .55 P2 3.26 9. où Exple : Freinage Bc (sur appareil d’appui) au niveau de C1 = 3.6TLD + Retrait(t) 1.Répartition des efforts horizontaux par appareil d’appui : Pour les appareils d’appui.8 t  De même pour l’effort de freinage de AL  TCD (sur appareil d’appui) = 𝟒 .26 9.81 2 = 3. 1.61 1.2FreinageBc).87 3.61 t Remarque : les valeurs de Ki et Kd sont déterminées à partir de tableau 18 ̎ rigidité totale souplesse et ̎ 5.81 6.80 1. 10ˉ⁴ .61 1.87 3.83 7.63 2.80 0.

Distorsion des appareils d’appui : Le déplacement longitudinal des appareils d’appui d’une ligne d’appui i : U i  Où : - rv ε li ru  rv rᵥ : rigidité de l’appui i rᵥ : rigidité du néoprène lᵥ : distance longitudinale entre l’appui i et le centre de déformation (point de déformation nulle).00 0. 10 ˉ⁴ .54 2. 1000 .54 C5 12.81 t 6.04 7. 10 ˉ⁴ . 1000 .13 t 𝐫𝐞𝐭𝐫𝐚𝐢𝐭 (𝐬𝐮𝐫 𝐚𝐩𝐩𝐮𝐢) 𝐍 Exple : retrait (sur appareil d’appui) au niveau de C1= 3. La culée est considérée comme infiniment rigide.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 𝐓𝐋𝐃 (𝐬𝐮𝐫 𝐚𝐩𝐩𝐮𝐢 )  TLD( sur appareil d’appui ) = 𝐍 Exple : TLD (sur appareil d’appui) au niveau de C1 =  Retrait (sur appareil d’appui) = 2. 10 ˉ⁴ .53 12.82 4. lᵥ Déplacements longitudinaux (mm) U_TCD U_TLD U_Retrait C1 12.04 7. le déplacement longitudinal des appareils d’appuis Uᵥ =ε . Xd(centre de déformation) 80 Où Xi = Xd = 30.26 2 = 1.61 2 = 1.54 P3 0.04 P2 4.00 P4 4. Xd(centre de déformation) U_TLD = 2.1 m .04 Tableau 21 : distorsion des appareils d’appui Pour les culées : U_TCD = 4 .82 4.5 .53 12. 1000 .00 0. Xi(centre de déformation) U_Retrait = 4 .54 2.

5 . 10 ˉ⁴ . 10 ˉ⁴ . 10 ˉ⁴ . U_retrait = 4 .│Xi – (L1+L2+L3)│. 1000 . U_TLD = 2. │Xi – ( L1+L2+L3 ) │.│Xi – L1│.5 . 1000 . 10 ˉ⁴ .│Xi – ( L1+L2 ) │.│Xi – ( L1+L2+L3)│. 𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐢𝐧𝐬𝐭 𝐝𝐞 𝐏𝟐 𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐧é𝐨𝐩𝐫è𝐧𝐞 𝐢𝐧𝐬𝐭+ 𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐢𝐧𝐬𝐭 𝐝𝐞 𝐏𝟐 U_TLD = 2.│Xi – L1│. 1000 . 1000 .ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Pour les piles : 1. 1000 .Pile P2 : U_TCD = 4 . 𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐢𝐧𝐬𝐭 𝐝𝐞 𝐏𝟑 𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐧é𝐨𝐩𝐫è𝐧𝐞 𝐢𝐧𝐬𝐭+ 𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐢𝐧𝐬𝐭 𝐝𝐞 𝐏𝟑 3. 1000.│Xi – ( L1+L2)│. 𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐢𝐧𝐬𝐭 𝐝𝐞 𝐏𝟑 𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐧é𝐨𝐩𝐫è𝐧𝐞 𝐢𝐧𝐬𝐭+ 𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐢𝐧𝐬𝐭 𝐝𝐞 𝐏𝟑 𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐢𝐧𝐬𝐭 𝐝𝐞 𝐏𝟑 𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐧é𝐨𝐩𝐫è𝐧𝐞 𝐢𝐧𝐬𝐭 + 𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐢𝐧𝐬𝐭 𝐝𝐞 𝐏𝟑 U_retrait = 4. 1000 . U_retrait = 4 . 𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐢𝐧𝐬𝐭 𝐝𝐞 𝐏𝟐 𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐧é𝐨𝐩𝐫è𝐧𝐞 𝐢𝐧𝐬𝐭+ 𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐢𝐧𝐬𝐭 𝐝𝐞 𝐏𝟐 𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐢𝐧𝐬𝐭 𝐝𝐞 𝐏𝟐 𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐧é𝐨𝐩𝐫è𝐧𝐞 𝐢𝐧𝐬𝐭+ 𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐢𝐧𝐬𝐭 𝐝𝐞 𝐏𝟐 2. 10 ˉ⁴ .5 .10 ˉ⁴.│Xi – L1│.Pile P4 : U_TCD = 4.Pile P3 : U_TCD = 4. 10 ˉ⁴ . 81 𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐢𝐧𝐬𝐭 𝐝𝐞 𝐏𝟒 𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐧é𝐨𝐩𝐫è𝐧𝐞 𝐢𝐧𝐬𝐭+𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐢𝐧𝐬𝐭 𝐝𝐞 𝐏𝟒 𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐢𝐧𝐬𝐭 𝐝𝐞 𝐏𝟒 𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐧é𝐨𝐩𝐫è𝐧𝐞 𝐢𝐧𝐬𝐭 + 𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐢𝐧𝐬𝐭 𝐝𝐞 𝐏𝟒 𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐢𝐧𝐬𝐭 𝐝𝐞 𝐏𝟒 𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐧é𝐨𝐩𝐫è𝐧𝐞 𝐢𝐧𝐬𝐭+𝐫𝐢𝐠𝐢𝐝𝐢𝐭é 𝐢𝐧𝐬𝐭 𝐝𝐞𝐏𝟒 . 10 ˉ⁴ .│Xi – ( L1+L2 ) │. 1000 . U_TLD = 2. 1000 . 10 ˉ⁴ .

ESSTT Avec Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 L1 = longueur de la travée 1 = 12.9 m L2 = longueur de la travée 2 = 17.2 m Et Xi : abscisse du centre de déformation instantanée = 30.1 m Xd : abscisse du centre de déformation différée On rappelle que : Rigidité instantanée de P2 = 3731 (t/m) Rigidité instantanée de P3 = 3730 (t/m) Rigidité instantanée de P4 = 3731 (t/m) Et rigidité inst néoprène de P2 = rigidité inst néoprène de P3= rigidité inst néoprène de P4 = 1920 (t/m) Ces valeurs sont déterminées à partir du tableau 18 ̎ 82 souplesse et rigidité totale ̎ .2 m L3 = longueur de la travée 3 = 17.

min (t) 111.51 Ng.00 1.Justification des appareils d’appuis des piles P2.3 m (coté parallèle à l’axe de l’ouvrage) b= 0.7 4 1.0000 0.22 Nmin (t) 113.64 111.0045 Utld : Temp° LD (m) 0.33 Appui Rx (ELS) (10-3 rad) t (10-3 rad) 83 .0028 0.0000 0.0000 0.0045 H2 (t) : freinage 4.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 IV Justification des appareils d’appuis :(annexe 2): 1.0045 0.010 m ts=0.0045 0.56 4.21 123.31 122.67 113.22 132. P3 et P4 : Caractéristique géométrique :(fig1: annexe 2 ) et (annexe 5) a= 0.93 218.max (t) 123.18 m² P2 P3 P4 Ng.13 4 3.23 1.003 m T=0.13 1.31 Nmax (t) 207.93 Ur :Retrait en (m) 0.56 Rx (g) (10-3 rad) 3.0028 Utcd : Temp° CD (m) 0.41 207.039 m Gv = 80 t/m² S= 0.33 1.03 m Caractéristique mécanique : n= 3 Gi = 160 t/m² H= 0.56 4.51 119.4 tg (10-3 rad) 1.6 m (coté perpendiculaire à l’axe de l’ouvrage) t= 0.4 3 3.

tg (10-3 rad) = 'tg (10-3 rad) = 𝐑𝐱 (𝐠) (𝟏𝟎ˉ³ 𝐫𝐚𝐝) 𝐧 𝐑𝐲 (𝐠) (𝟏𝟎ˉ³ 𝐫𝐚𝐝) 𝐧 .2 .min = .max = Nmax = 𝐆𝐦𝐚𝐱 (𝐬𝐮𝐫 𝐚𝐩𝐩𝐮𝐢) 𝟐 . Gmin . Nmin (ELS) sont déterminer à partir du tableau N°15 : « efforts verticaux ramenée aux appuis ». Nmin = 𝐍𝐦𝐚𝐱 𝐄𝐋𝐒 𝐬𝐮𝐫 𝐚𝐩𝐩𝐮𝐢 𝟐 𝐆𝐦𝐢𝐧 (𝐬𝐮𝐫 𝐚𝐩𝐩𝐮𝐢) 𝟐 𝐍𝐦𝐢𝐧 𝐄𝐋𝐒 𝐬𝐮𝐫 𝐚𝐩𝐩𝐮𝐢 𝟐 Avec : Gmax . 't (10-3 rad) = 84 𝐑𝐱 (𝐄𝐋𝐒) (𝟏𝟎ˉ³ 𝐫𝐚𝐝) 𝐧 𝐑𝐲 (𝐄𝐋𝐒) (𝟏𝟎ˉ³ 𝐫𝐚𝐝) 𝐧 . Formules utilisées : Ur :Retrait en (m) Déterminées à partir du tableau 21 : « distorsion des appareils d’appuis » Utld : Temp° LD (m) Utcd : Temp° CD (m) H2 (t) : freinage = 1. Ng.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Ry (g) (10-3 rad) 0 0 0 Alpha’-tg : 'tg (10-3 rad) 0 0 0 Ry (ELS) (10-3 rad) 0 0 0 Alpha’-t : 't (10-3 rad) 0 0 0 Tableau 22 : efforts verticaux. Freinage Bc(t) Rx (g) (10-3 rad) : rotation de l’appui suivant l’axe XX due aux charges permanentes Rx (ELS) (10-3 rad) : rotation de l’appui suivant l’axe XX due à la combinaison de charge à l’ELS. Nmax(ELS) . t (10-3 rad) = . Donc : Ng. horizontaux et rotations ramenées aux appareils d’appui Remarque : La transmission de la charge du tablier vers les appuis se fait par l’intermédiaire de deux appareils d’appuis sur chaque pile et culée.

𝐆𝐯 𝐓(𝐦) H1 =  H1r +  H1tld (t/m²) 𝐒 (𝐦𝟐 ) 𝐍𝐦𝐚𝐱 (𝐭) H1tcd (t/m²) = 𝐒 (𝐦𝟐 ) 𝐔𝐫∶𝐑𝐞𝐭𝐫𝐚𝐢𝐭 𝐞𝐧 𝐦 .5 > 200 Max (1155.68 0.11 0. 1155.33 25.5 max (t/m²) 1155.5) = 629.16 1213.5 Gv = 40 t/m² 19. 𝐆𝐯 H2d (t/m²) = 𝐓 (𝐦) 𝐔𝐭𝐜𝐝∶ 𝐓𝐞𝐦𝐩° 𝐂𝐃 𝐦 . 1213.57 H1 =  H1r +  H1tld (t/m²) 19.𝐆𝐯 𝐓 (𝐦)  𝐇𝟐 (𝐭)∶𝐟𝐫𝐞𝐢𝐧𝐚𝐠𝐞 𝐒 (𝐦𝟐 ) On se basant sur les valeurs du tableau N°23.5 629.11 7.11 H2d 25.16 H1r (t/m²) 12.00 12.16 .68 < 40 c’est vérifié c’est vérifié c’est vérifié Remarque : la définition des différents paramètres nécessaires pour la justification des appareils d’appuis sont présentés en annexe 2 85 .00 19.00 12.38 .ESSTT Mémoire de mastère professionnel   = ab/2t(a+b) 2011-2012 P2 P3 P4 10 10 10 min (t/m²) 629.33 25.11 0. il faux vérifier les relations suivantes : min > 200 t/m² max < 1500 t/m² Min (629.33 H1tld (t/m²) (t/m²) Tableau 23 : contraintes dans les appareils d’appui  = ab/2t(a+b) min (t/m²) = max (t/m²) = H1r (t/m²) = H1tld (t/m²) = 𝐍𝐦𝐢𝐧 (𝐭) 𝐔𝐭𝐥𝐝∶ 𝐓𝐞𝐦𝐩° 𝐋𝐃 𝐦 .5 . 681.57 0. 629.5 .00 7.38 1155.68 H1tcd (t/m²) 12.16) < 1500 H1 =  H1r +  H1tld < 0.5 681.

5 x maxg/ (t/m²) 102.22 < 56 c’est vérifié.40 48.00 24. 32.66 32.27  Ng = 1.5 x max / (t/m²) 173.5 x H2d < 0.35) = 32.00 44.68 110. ( )2 .8 36 40.35 < 56 c’est vérifié Combinaison II :   H =  H1r +  H1tcd (t/m²) P2 P3 P4 24. 12. 86 .17 102.8 Tau’-Rot : ' Rot (t/m²) 48 44.80 36.35 .4 48 Rx :  Rotg = ( Rx :  Rot = ( Ry :  Rotg = ( Ry :  Rot = ( Où et 𝐆𝐯 𝟐 𝐆𝐯 𝟐 𝐆𝐯 𝟐 𝐆𝐯 𝟐 𝐚 ) . 10ˉ3 𝐭 ' Rotg = (𝐑𝐱:  𝐑𝐨𝐭𝐠 )² + (𝐑𝐲 ∶  𝐑𝐨𝐭𝐠 )² 𝐚 ) . 't .22 t/m² < 0.66 . 10ˉ3 𝐭 Il faux vérifier que :  H =  H1r +  H1tcd = 24. 10ˉ3 𝐭 ' Rot = (𝐑𝐱:  𝐑𝐨𝐭 )² + (𝐑𝐲 ∶  𝐑𝐨𝐭 )² 𝐚 ) .7 Gv = 56 t/m² 24.35 12.22  N = 1. tg . ( )2 .80 (t/m²) 48. ( )2 . 'tg .ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Combinaison I :  H = H1 + 0.22 0.00 Ry : Tau-Rotg :  Rotg (t/m²) 0 0 0 Ry : Tau-Rot :  Rot (t/m²) 0 0 0 Rx :  Rot (t/m²) Tau’-Rotg : ' Rotg (t/m²) 40.5 x H2d (t/m²) P2 P3 P4 32.68 Rx :  Rotg 40.00 40. ( )2 .35 Il faux vérifier que : H = H1 + 0.7 Gv = 56 t/m² Max (32.27 182 173. 10ˉ3 𝐭 𝐚 ) . t .

05 Efort horizontal transmis (t) Tableau 24: vérification de la condition de non cheminement Effort normal N (t) = Nmin (t) Coefficient de frottement f = 0. 167. Gv = 400 t/m² Max ( 253.13 23.70 Il faut vérifier que :  =  H +  Ng + 'Rotg < 5 .05 9.70 146.06 22.62 239.07 .62 ) = 253.07 253.04 9.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Combinaison I’ :  = H +  N + ' Rot (t/m²) 253.67 113.17 167.70 < 400 t/m² c’est vérifier Condition de non cheminement : P2 P3 P4 Effort normal N (t) 113. 239.62 Il faut vérifier que :  = H +  N + ' Rot < 5.195 0.195 Effort horizontal admissible H (t) 22.31 Coefficient de frottement f 0.70 ) = 167. Gv = 400 t/m² Max ( 167.31 122.70 .𝟔 𝐍 𝐦𝐢𝐧 𝐒 /𝟏𝟎𝟎 Effort horizontal admissible H (t) = Effort normal N (t) .6TLD + Déterminée à partir du tableau 20: répartition des efforts horizontaux par appareils d’appui.13 9. A partir de ce tableau on a : Effort horizontal admissible H > Effort horizontal transmis 87 .62 .2FreinageBc).17 . 253. Coefficient de frottement f Effort horizontal transmis (t) = ̎ 1. 146.1 + 𝟎.62 < 400 t/m² c’est vérifier Combinaison II’ :  =  H +  Ng + 'Rotg (t/m²) 167.188 0.(TLD+TCD)) ̎ retrait + max((0.

00 1. 𝑺 𝑵𝒎𝒂𝒙 𝑮𝐢 .13 1.33 1.40 3. .52 2.70 4. 𝑺  t : angle de rotation (rad) d'un feuillet élémentaire due à l’application de la combinaison de charge à l’ELS. 𝐚 𝐭 𝟐 𝐚 .58 4.40  t adm (10-3 rad) Tableau 25 : vérification de la condition de non soulèvement D’après ce tableau on peut remarquer que :  tg (10 -3 rad) <  tg adm (10 -3 𝟑 rad) = 𝜷 𝟑 .13  tg adm (10-3 rad) 2. Conditions de non soulèvement ( αt < α adm ) : P2 P3 P4 Rx (g) (10-3 rad) 3.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Donc la condition de non cheminement est vérifiée.  t (10-3 rad) <  t adm (10-3 rad) = 𝜷 𝐭 𝟐 .  tg : angle de rotation (rad) d'un feuillet élémentaire due à l’application de la charge permanente G. On rappelle que :  tg (10-3 rad) =  t (10-3 rad) = 𝐑𝐱 (𝐠) (𝟏𝟎ˉ³ 𝐫𝐚𝐝) 𝐧 𝐑𝐱 (𝐄𝐋𝐒) (𝟏𝟎ˉ³ 𝐫𝐚𝐝) 𝐧 La condition de non soulèvement est vérifiée 88 et .76 2.23 1.40 2.00 3.40  tg (10-3 rad) 1. 𝑵𝒈𝒎𝒊𝒏 𝑮𝐯 .58 2.00 1.33 Rx (ELS) (10 -3 rad)  t (10-3 rad) 2.00 3.

54 mm C’est vérifié ts = 0.𝟓 = 1. 𝟏𝟐𝟏𝟑. 𝛔𝐞 et ts ≥ 2 mm où 𝛔𝐞 = 215 MPa acier E-24 si ts < 3 mm 𝛔𝐞 = 235 MPa acier E-24 si ts > 3 mm ts ≥ 𝟎.𝟏𝟔) 𝟏𝟎 . 1000 = 3 ≥ 1.54 Remarque : En général.𝟏𝟔 . on peut adopter les valeurs des frettes comme suit: t(mm) 8 10 12 20 ts(mm) 2 3 3 4 Tableau 26 : choix des valeurs de ts en fonction de t 89 .𝟑 𝐦𝐚𝐱 (𝟏𝟏𝟓𝟓.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Condition de non flambement : 𝐚 𝟏𝟎 𝟎. 𝟐𝟑. 𝟏𝟏𝟓𝟓.𝟑 ≤ 0.03 ≤ 𝟏𝟎 𝟎.𝟑 ≤ T ≤ 𝐚 𝟓 La condition de non flambement est vérifiée 𝟓 Dimension des frettes : ts ≥ 𝒂 𝛔𝐦𝐚𝐱 𝜷 .003 .𝟑𝟖 .

48 1.9 5.86 Ng.01204 Utld : Temp° LD (m) 0.9 t (10-3 rad) 1.01204 0.98 31.00752 Utcd : Temp° CD (m) 0.93 Ur :Retrait en (m) 0.2 tg (10-3 rad) 1.98 Nmax (t) 99.min (t) 36.74 40.3 m (coté parallèle à l’axe de l’ouvrage) b= 0.tg : 'tg (10-3 rad) 0 0 Ry (ELS) (10-3 rad) 0 0 Appui Tableau 27 : Efforts verticaux.003 m Caractéristique mécanique : T=0.Justification des appareils d’appuis des culées C1et C5 :(annexe 2) : Caractéristique géométrique : (fig 1 annexe 2) et (annexe 5) a= 0. horizontaux et90 rotation ramenées aux appareils d’appui des culées .30 1.06 m S= 0.86 36.3 m (coté perpendiculaire à l’axe de l’ouvrage) t= 0.16 2.48 Ry (g) (10-3 rad) 0 0 Alpha’.01204 0.74 Nmin (t) 31.16 Rx (g) (10-3 rad) 5.30 Rx (ELS) (10-3 rad) 5.09 m² C1 C5 Ng.048 m Gi = 160 t/m² n= 4 Gv = 80 t/m² H= 0.01204 H2 (t) :freinage 2.2 5.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 2.max (t) 40.93 99.00752 0.012 m ts=0.

54 12.33 1110. t (10-3 rad) = .07 H2d 23.2 .99 23.𝐆𝐯 𝐓 (𝐦) 𝐇𝟐 (𝐭)∶𝐟𝐫𝐞𝐢𝐧𝐚𝐠𝐞 𝐒 (𝐦𝟐 )  .25 min (t/m²) 355.ESSTT Mémoire de mastère professionnel Apha’-t 't (10-3 rad) 2011-2012 0 0 On rappelle que : H2 (t) : freinage = 1.61 H1tcd (t/m²) 20. 𝐆𝐯 H2d (t/m²) = 𝐓 (𝐦) 91 𝐔𝐭𝐜𝐝∶ 𝐓𝐞𝐦𝐩° 𝐂𝐃 𝐦 .33 H1r (t/m²) 20.07 12. 't (10-3 rad) =   = ab/2t(a+b) 𝐑𝐱 (𝐄𝐋𝐒) (𝟏𝟎ˉ³ 𝐫𝐚𝐝) 𝐧 𝐑𝐲 (𝐄𝐋𝐒) (𝟏𝟎ˉ³ 𝐫𝐚𝐝) 𝐧 C1 C5 6.54 H1 =  H1r +  H1tld (t/m²) 32.33 max (t/m²) 1110.61 32.07 20.07 20.99 H1tld (t/m²) (t/m²) Tableau 28 : contrainte dans les appareils d’appui  = ab/2t(a+b) min (t/m²) = max (t/m²) = H1r (t/m²) = H1tld (t/m²) = 𝐍𝐦𝐢𝐧 (𝐭) 𝐔𝐭𝐥𝐝∶ 𝐓𝐞𝐦𝐩° 𝐋𝐃 𝐦 .33 355. 𝐆𝐯 𝐓(𝐦) H1 =  H1r +  H1tld (t/m²) 𝐒 (𝐦𝟐 ) 𝐍𝐦𝐚𝐱 (𝐭) H1tcd (t/m²) = 𝐒 (𝐦𝟐 ) 𝐔𝐫∶𝐑𝐞𝐭𝐫𝐚𝐢𝐭 𝐞𝐧 𝐦 . Freinage Bc(t) tg (10-3 rad) = 𝐑𝐱 (𝐠) (𝟏𝟎ˉ³ 𝐫𝐚𝐝) 'tg (10-3 rad) = 𝐧 𝐑𝐲 (𝐠) (𝟏𝟎ˉ³ 𝐫𝐚𝐝) 𝐧 .25 6.

60 Il faux vérifier que : H = H1 + 0.5 32.60 < 56 c’est vérifié Combinaison II : C1 C5  =  H H1r +  H1tcd (t/m²) 40.33 < 1500 c’est vérifié c’est vérifié H1 =  H1r +  H1tld < 0.87 Rx :  Rotg Rx :  Rot Ry :  Rotg Ry :  Rot (t/m²) (t/m²) (t/m²) (t/m²) Tau-Rotg : ' Rotg Tau-Rot : ' Rot (t/m²) (t/m²) 92 .5 x max / (t/m²) 266.5 x maxg/ (t/m²) 108.5 Gv = 40 t/m² 32.13  N = 1.5 32.87 0 0 0 0 32.60 44.5 36.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 On se basant sur les valeurs du tableau il faux vérifier les relations suivantes : min > 200 t/m² 355.5 36.64 32.13 40.5 x H2d < 0.64 108.61 < 40 c’est vérifié Combinaison I :  H = H1 + 0.7 Gv = 56 t/m² 44.48  Ng = 1.33 > 200 max < 1500 t/m² 1110.48 266.87 36.5 x H2d (t/m²) C1 C5 44.87 36.

27 < 400 t/m² c’est vérifiée 93 181.13 < 56 c’est vérifié. ( )2 . tg . 10ˉ3 𝐭 (𝐑𝐱 ∶  𝐑𝐨𝐭)² + (𝐑𝐲 ∶  𝐑𝐨𝐭 )² Il faux vérifier que :  H =  H1r +  H1tcd < 0.95 347. 10ˉ3 𝐭 𝐚 ) . 't .27 . 'tg .95 HN'RotG = 400 t/m² c’est vérifiée Combinaison II’ : HNg'Rotg (t/m²) 181. 10ˉ3 𝐭 𝐚 ) . ( )2 . ( )2 .ESSTT Mémoire de mastère professionnel Rx :  Rotg = ( Rx :  Rot = ( ' Rotg = 𝐆𝐯 𝟐 𝐆𝐯 𝟐 𝐚 ) . t .7 Gv = 56 t/m² 40.G = 400 t/m² 181.27 Il faut vérifier que : HNg'Rotg < 5.95 < 400 347. Combinaison I’ : HN'Rot (t/m²) Il faut vérifier que : 347. 10ˉ3 𝐭 (𝐑𝐱 ∶  𝐑𝐨𝐭𝐠)² + (𝐑𝐲 ∶  𝐑𝐨𝐭𝐠 )² 2011-2012 Ry :  Rotg = ( Ry :  Rot = ( ' Rot = 𝐆𝐯 𝟐 𝐆𝐯 𝟐 𝐚 ) . ( )2 .

Coefficient de frottement f Effort horizontal transmis (t) = ̎ 1.55 6.2FreinageBc).1 + 𝟎.6TLD + Déterminée à partir du tableau 20 : répartition des efforts horizontaux par appareils d’appui.(TLD+TCD)) ̎ retrait + max((0.598 6.55 Effort horizontal transmis Tableau 29 : vérification de la condition de non cheminement Effort normal N (t) = Nmin (t) Coefficient de frottement f = 0.27 Effort horizontal admissible H 8. A partir de ce tableau on a : Effort horizontal admissible H > Effort horizontal transmis Donc la condition de non cheminement est vérifiée.598 8.98 Coefficient de frottement f 0.𝟔 𝐍 𝐦𝐢𝐧 𝐒 /𝟏𝟎𝟎 Effort horizontal admissible H (t) = Effort normal N (t) .ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Condition de non cheminement : C1 C5 Effort normal N 31.27 0.98 31. 94 .

𝑵𝒈𝒎𝒊𝒏 𝑮𝐯 .93 3. 𝑺 𝑵𝒎𝒂𝒙 𝑮𝐢 .30 1.20 5. .ESSTT Mémoire de mastère professionnel condition de non soulèvement : (  t <  adm ) : C1 C5 Rx (g) (10-3 rad) 5.32  t adm (10-3 rad) Tableau 30 : vérification de la condition de non soulèvement D’après ce tableau on peut remarquer que :  tg (10-3 rad) <  tg adm (10-3 rad) =  t (10-3 rad) <  t adm (10-3 rad) = On rappelle que :  tg (10-3 rad) =  t (10-3 rad) = 𝟑 𝜷 𝟑 𝜷 .48 1.90 5.93 Rx (ELS) (10-3 rad) 5. 𝑺 𝐑𝐱 (𝐠) (𝟏𝟎ˉ³ 𝐫𝐚𝐝) 𝐧 𝐑𝐱 (𝐄𝐋𝐒) (𝟏𝟎ˉ³ 𝐫𝐚𝐝) 𝐧 La condition de non soulèvement est vérifiée 95 et 2011-2012 . 𝐚 𝐭 𝟐 𝐚 .32 5.20  tg (10-3 rad) 1. 𝐭 𝟐 .48 5.30  tg adm (10-3 rad) 3.90  t (10-3 rad) 1.

26 mm C’est vérifié ts = 0.𝟑 𝟔.𝟓 = 2.𝟐𝟓 . 𝟏𝟏𝟏𝟎.003 .ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Condition de non flambement : 𝐚 𝟏𝟎 𝟎.𝟑𝟑 𝟐𝟑.048 ≤ T ≤ 𝐚 𝟓 La condition de non flambement est vérifiée 𝟓 Dimension des frettes : ts ≥ 𝒂 𝛔𝐦𝐚𝐱 𝜷 .26 96 . 1000 = 3 ≥ 2. 𝛔𝐞 et ts ≥ 2 mm où 𝛔𝐞 = 215 MPa acier E-24 si ts < 3 mm 𝛔𝐞 = 235 MPa acier E-24 si ts > 3 mm ts ≥ 𝟎.𝟑 ≤ 𝟏𝟎 𝟎.𝟑 ≤ 0.

56 123.26 -0.02 239.2 freinage (Bc) + retrait + 0.54 Almin -11.08 4.6 1.35 retrait + 0.2 Bc max + 1.605 freinage (Al) + 1.26 Retrait 3.54 131.60 7.35 Gmax + 1.49 -12.78 TLD C2 : 1.98 126.7 Bcmin -10.2 Bc min + 1.605 freinage(Bc) +1.22 2.78 TLD C3 : Gmin + 1.48 Gmin 73.1.7 123.73 3.59 -12.35 retrait + 0.60 7.98 68.605 trott max + 1.60 3.98 -11.48 246.08 TCD 1. P4) 1.78 TLD Combinaisons à l’ELS : C4 : Gmax + trott max + 1.16 1.16 2.6 TLD 97 .08 2. 2011-2012 Justification des piles (P2.1 Récapitulatif des efforts en tête d’appuis : C1 P2 P3 P4 C5 Gmax 81.44 264.82 1.3 -0.605 freinage (Bc) + 1.605 trott min + 1.ESSTT Mémoire de mastère professionnel V.605 Al max + 1.66 Tableau 31 : récapitulatifs des efforts en tête d’appuis 1.6 TLD C5 : Gmax + trott max + 1.74 -11.08 4.81 TLD 2.35 retrait + 0.Justification des fûts : .26 131.2 Al max + 1.6 TLD C6 : Gmin + trott min + 1.52 6.605 Bc min + 1.6 7.73 223.2 combinaison de charges : Combinaisons à l’ELU : C1 : 1.61 6.52 3.49 -11.2 freinage (Al) + retrait + 0.605 Bc max + 1.08 -12.4 trott min -0. P3.82 3.2 68.82 3.18 Almax 68.44 81.74 -10.605 trott max + 1.2 132.2 -11.66 3.52 6.81 3.28 223.26 -0.2 freinage (Bc) + retrait + 0.4 2.73 Bcmax 68.66 3.43 246.35 Gmax + 1.02 73.2 trott max 1.61 Freinage Bc 3.18 -0.26 4.73 Freinage Al - 1.

87 572.19 219.2 Bc max H= 1.74 17.35 retrait + 0.35 Gmax + 1.2 Al max C5 : H= 1.6 TLD V = Gmax+ trottmax + 1.605 Al max H= 1.09 418.74 17.38 18.19 535.605 Bc max C1 : C2 : H= 1.19 203.38 18.67 18.87 546.36 13.36 406.605 freinage (Bc) + 1.605 freinage (Bc) + 1.09 C5 406.60 18.19 C4 397.09 397.82 17.2 Bc min 98 .605 freinage (Al) + 1.15 24.37 C6 208.04 13.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Les résultats de ces combinaisons sont présentés dans le tableau suivant : P2 P3 P4 V H V H V H C1 535.09 224.78 TLD C4 : V = Gmax+ trottmax + 1.605 trottmin + 1.52 18.605 trottmax + 1.09 208.87 C3 203.605 trottmax + 1.78 TLD V = Gmin+ 1.605 Bc min C3 : H= 1.35 Gmax + 1.35 retrait + 0.04 13.19 C2 546.15 24.6 TLD V = Gmin+ trottmin + 1.67 24.57 24.19 563.76 24.76 24.2 freinage (Al) + retrait + 0.2 freinage (Bc) + retrait + 0.37 425.35 retrait + 0.67 18.78 TLD V = 1.09 Tableau 32 : combinaison des efforts en tête d’appuis à l’ELS et à l’ELU V = 1.

8 .71 V(t) 621.5 . 2.40 169.68 93.5 . poids des fûts +soubassement C1 et C2 M(en bas des fûts) = H(en tête d’appui) x hauteur des fûts +soubassement V(en bas des fûts) = V(en tête d’appui) + poids des fûts +soubassement C3. C4.64 64.9 .06 M(t.1 7. 0.24 660. 0.01 Tableau 33 : poids des fûts +soubassement des piles Poids des fûts : Poids des soubassements : P2 : 5. 0.5 = 57.51 .51 .52 t P4 : 6.6 TLD - 1.9 .24 128.55 C2 632.8 .6 .3 Sollicitation : (annexe 5) P2 P3 P4 Poids des fûts+soubassement (t) 63.52 t P2 : 6.5 = 57.02 126.52 t P3 : 6. 0.69 272.40 169.08 94. 2.C5 et C6 M(en bas des fûts) = H(en tête d’appui) x hauteur des fûts +soubassement Où V(en tête d’appui).5 = 7.65 125.72 63.82 289.89 469.82 483. 6. 0.12 t Les sollicitations en bas des fûts des piles sont présentées dans le tableau suivant : P2 ELU ELS P3 P4 C1 V(t) 621.2.2 freinage (Bc) + retrait + 0.85 632.06 M(t. 6.35 .m) 171. 2.m) 169.44 Tableau 34 : sollicitations en bas des fûts des piles 272.04 M(t.82 C6 V(en bas des fûts) = V(en tête d’appui) +1.69 490.31 126.5 .5 = 57.01 7.65 125.32 128.24 C3 267. 0.6 . 6. 0.55 V(t) 651.6 . 0.82 C5 469.5 = 6.19 126.55 C4 461.55 284.6 .31 126. 2.02 126.9 .64 hauteur des fûts+soubassement (m) 7.29 171.44 461.12 t P3 : 5. 0.2 t P4 : 5.68 93.8 .m) 169. 2.71 267.5 = 6.ESSTT C6 : Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 H= 1. H(en tête d’appui) sont déterminés à partir du tableau 32 99 .

26 2.0.126.26 m⁴ + 126.b = 𝑁 𝑆 ±M.31 5.95 10.6 m .31 t I= 0. 5.6 .6 272.82 t.45 t/m² 100 .9 ³ ζa = ζb = 12 272.82 .9 .ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Poids des (fûts + soubassement) et hauteur des (fûts +soubassement) sont déterminée à partir du tableau 33 Ferraillage des piles : Le calcul du ferraillage de la pile sera fait à l’ELS. y I avec : N : effort normal M : moment fléchissant Y : centre de gravité de la section du voile dans le sens du plan moyen I : moment d’inertie de la section du voile Remarque : Si ζa et ζb sont des signes négatifs on aura une section entièrement tendue Si ζa et ζb sont des signes positifs on aura une section entièrement comprimée Si ζa et ζb sont des signes contraires on aura une section partiellement comprimée Donnée de calcul : b= 0.9/2 = 2.9 . La combinaison la plus défavorable est celle qui admet l’effort vertical minimal avec un moment maximal.31 5. y = 5.m .38 t/m² = 40. M = 126.6 . h = 5. La combinaison la plus défavorable est C6 pour la pile P4 Le calcul est fait en situation de fissuration préjudiciable : Calcul des armatures verticales : On détermine les contraintes par la formule de NAVIER – BERNOULLI ζa.95 10. 2. .26 = 113. N = 272.9 m .0.95 m = 10.82 .

0 0. 5. la section d’acier sera celle exigé par la formule du ferraillage minimum.00 Diamètre (mm) Acier A (m) B (m) C (m) 6.0 6.58 101 .00 Armatures transversales .98 0.58 0.6 .partie droite 31 RL 235 6.0 Armature de bord (Af): Nombre Armatures longitudinales .1 cm² soit 38 HA 14 (58.60 5.25 X0 .0 Espacement (m) 6.00 0.00 0.15% .partie droite 12 HA 400 14.49 cm²) On adopte un ferraillage longitudinale 19 HA 14 pour chaque nappe Note de calcul du ferraillage : Armatures verticales : Zone X0 (m) X1 (m) Nombre 0.59 0.58 0.00 Armatures longitudinales . b .0 6.ESSTT Mémoire de mastère professionnel ζa et ζb sont de même signe 2011-2012 section entièrement comprimée Dans ce cas on a deux contraintes de compression.58 Armatures transversales .88 B (m) C (m) Espacement (m) 0.Fin de la zone Armatures horizontales : Type Nombre droit 52 Acier Diamètre A (mm) (m) HA 400 8.partie gauche 12 HA 400 14.00 0.Début de la zone X1 .98 0.9 = 53. h = 0.15 % .98 0.0 0. 0. la section du voile est soumise à la compression et comme le béton résiste bien à la compression.30 38 Acier Diamètre (mm) HA 400 Longueur (m) 14. Amin = 0.partie gauche 31 RL 235 6.0 5.25 Epingles: Nombre 969 Acier Diamètre (mm) RL 235 A (m) B (m) C (m) 0.

31 0.4 V b .9 .00 0.25 MPa OK 102 2011-2012 .6 .4 272.25 Mpa 1.partie gauche 124 6.65 t/m² Ґadm = min (0.5.d avec : V : effort tranchant en bas du fut b : épaisseur du voile d = 0.partie droite 124 6.9 .9 = 119.00 Vérification au cisaillement : Ґ= 1. hauteur de la section Ґ= 1.00 Épingles .58 0.0 RL 235 0. 4 MPa ) = 3.0.00 0.0 RL 235 0.19 MPa < 3.13 fc28 .58 0.ESSTT Mémoire de mastère professionnel Épingles .

6 .61 Tableau 35 : poids des semelles Les semelles des 3 piles P2.63 304.C5 et C6 M(en bas des semelles)= H(en tête d’appui) x hauteur (fût+ soubassement+ semelles) 103 .95 31.51 + 0.03 102.6 = 7.7 m ( pour P3) 2.22 492.35 184.67 101. P3.35 .96 184.22 675.6 = 7.33 137.27 139.5 + 0. 2011-2012 Justification des semelles sous les piles P2.67 V(en bas des semelles) = V(en bas des fûts) +1. 0.91 304. P4 (annexe 5) 1.61 m ( pour P2 et P4) -Hauteur des fûts + soubassement + semelle = 6. 3 .1 .7 7.Sollicitation : Les poids des semelles sont présentés dans le tableau suivant : P2 P3 P4 poids des semelles (t) 31.5 = 31. poids des semelles C1 et C2 M(en bas des semelles) = H(en tête d’appui) x hauteur des (fûts +soubassement +semelles) V(en bas semelles) = V(en bas des fûts) + poids des semelles C3.06 316.63 101.Les sollicitations en bas de semelles des piles : P2 ELU ELS C1 C2 C3 C4 C5 C6 P3 V M V M 664.35 492.67 515.29 501.ESSTT Mémoire de mastère professionnel VI.95 hauteurs des fûts (+soubassement) + semelle (m) 7.18 186.97 501.20 184.78 299.06 137.67 321.26 137.6 + 0.20 675.26 M 184.5 + 0.96 703.19 139. P4 ont le même poids -Poids des semelles = 7.95 31.56 299.71 137.61 7. C4.06 135. 2.24 186.06 694.29 Tableau 36 : sollicitations en bas des semelles P4 V 664.71 522. P3.95 t -Hauteur des fûts + soubassement + semelle = 6.97 137.78 135.

1 3 7.90 Sigma min : ζmin (t/m²) 10. 𝑵 𝟑.61 100% Moment (M) et l’effort vertical (N) sont déterminés à partir du tableau36 « sollicitation en bas des semelles des piles ».82 Sigma ref : 100% Surface comprimée (%) Sigma ref : ζref (t/m²) Surface comprimée (%) Où : - 29.47 Sigma max : ζmax (t/m²) 36.67 Effort vertical : 664.1 b/6 (m) 0.07 Sigma min : ζmin (t/m²) 13.97 0.Contraintes sous semelles :(fig 1 et 2 . 𝒃 − 𝟐 𝒆 .28 N(t) Excentrement : e (m) Dimension de la semelle suivant la direction de M : b (m) dimension de la semelle transversale : a (m) b/6 (m) Dimension de la semelle suivant la direction de M (m) dimension de la semelle transversale (m) 3 7.m) 184.5 Diagramme trapézoïdal Diagramme trapézoïdal Sigma max : ζmax (t/m²) 48.5 0.20 Effort vertical (t) 492. 𝐌 Excentrement e = 𝐍 a: longueur de la semelle b : largeur de la semelle Si e > σ max : ζref (t/m²) b 6 : σ max = 𝟐.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 V(en bas des fûts) est déterminé à partir du tableau 34 et H(en tête d’appui) est déterminé à partir du tableau 32 3.28 Excentrement (m) 0.06 Moment (t.22 39.m) 137.annexe 3) : Plan des semelles Comb C1 : ELU (pile P2) Comb C4 : ELS (pile P2) Moment : M (t. 𝒂 104 .

σ max + σmin sigma ref = ζref = 4 où ζmax et ζmin sont respectivement les contraintes maximale et minimale (éventuellement nulle) du diagramme des contraintes normales appliqué par la semelle au sol de fondation. : surface comprimée = 100 % 105 𝒃 𝟐 − 𝒆 . 𝒆 𝒃 𝟔. Si e > % Surface comprimée: Si e < b 6 b 6 : surface comprimée = 𝟑 𝒃 .𝒃 : σ min = 0 : σ min = 𝑵 𝒂 .100 . Cette contrainte est définie par l´expression suivante : 3 . 𝒆 𝒃 2011-2012 ) ) Avec σ max et σ min les contraintes maximale et minimale appliquées par la semelle au sol de fondation. (1- 𝟔.ESSTT Mémoire de mastère professionnel Si e < Si e > σ min : Si e < b 6 b 6 b 6 : σ max = 𝑵 𝒂 . La justification des fondations vis-à-vis de certains états-limites est menée à partir d´une contrainte conventionnelle de référence notée ζref. (𝟏 + . 𝒃 .

m) 186.27 Dimension de la semelle suivant la direction de M (m) dimension de la semelle transversale (m) 3 7.ESSTT Mémoire de mastère professionnel Comb C1 : ELU (pile P3) Moment (t.11 30.5 Diagramme trapézoïdal Diagramme trapézoïdal Sigma min : ζmin (t/m²) 139.5 Sigma max : ζmax (t/m²) 2011-2012 Sigma max : ζmax (t/m²) 50.1 0.27 3 7.73 100% .19 0.29 Effort vertical (t) 694.33 ζref (t/m²) Surface comprimée (%) 100% 106 37.18 0.22 Effort vertical (t) Excentrement (m) Dimension de la semelle suivant la direction de M (m) dimension de la semelle transversale (m) b/6 (m) Excentrement (m) 0.10 Sigma ref : 41.m) Comb C4 : ELS (pile P3) Moment (t.1 b/6 (m) Sigma ref : ζref (t/m²) Surface comprimée (%) 515.27 11.08 Sigma min : ζmin (t/m²) 15.

07 10.20 0.47 Sigma min : ζmin (t/m²) 13.82 ζref (t/m²) Surface comprimée (%) 100% 107 36.67 Effort vertical (t) 664.1 0.5 Diagramme trapézoïdal Sigma max : ζmax (t/m²) 48.28 3 7.5 Sigma max : ζmax (t/m²) 2011-2012 492.1 b/6 (m) Diagramme trapézoïdal Sigma min : ζmin (t/m²) Sigma ref : ζref (t/m²) Surface comprimée (%) 137.06 Effort vertical (t) Excentrement (m) Dimension de la semelle suivant la direction de M (m) dimension de la semelle transversale (m) b/6 (m) Excentrement (m) 0.28 Dimension de la semelle suivant la direction de M (m) dimension de la semelle transversale (m) 3 7.m) 184.61 100% .90 Sigma ref : 39.ESSTT Mémoire de mastère professionnel Comb C1 : ELU (pile P4) : Moment (t.97 0.22 29.m) Comb C4 : ELS (pile P4) : Moment (t.

5 Diagramme trapézoïdal Diagramme trapézoïdal Sigma ref : 2011-2012 Sigma max : ζmax (t/m²) 31.51 % 108 27.61 Dimension de la semelle suivant la direction de M (m) dimension de la semelle transversale (m) 3 7.1 b/6 (m) b/6 (m) Sigma max : ζmax (t/m²) Sigma min : ζmin (t/m²) ζref (t/m²) Surface comprimée (%) 304.35 Excentrement (m) 0.ESSTT Mémoire de mastère professionnel Comb C3 : ELU (pile P2) : Comb C6 : ELS (pile P2) : Moment (t.75 100 % .82 Surface comprimée (%) 88.45 3 7.21 1.06 Effort vertical (t) Excentrement (m) Dimension de la semelle suivant la direction de M (m) dimension de la semelle transversale (m) Effort vertical (t) 299.26 0.36 20.m) 137.67 184.1 0.76 Sigma min : ζmin (t/m²) 0 Sigma ref : ζref (t/m²) 23.m) Moment (t.5 0.

59 Dimension de la semelle suivant la direction de M (m) dimension de la semelle transversale (m) 3 7.11 % 109 28.29 Effort vertical (t) 316.43 3 7.59 Sigma min : ζmin (t/m²) 0 Sigma ref : 24.5 Diagramme trapézoïdal Diagramme trapézoïdal Sigma min : ζmin (t/m²) 139.1 b/6 (m) Sigma ref : ζref (t/m²) Surface comprimée (%) 321.ESSTT Mémoire de mastère professionnel Comb C3 : ELU (pile P3) : Moment (t.27 0.1 0.62 100 % .5 Sigma max : ζmax (t/m²) 2011-2012 Sigma max : ζmax (t/m²) 32.24 0.00 21.22 Effort vertical (t) Excentrement (m) Dimension de la semelle suivant la direction de M (m) dimension de la semelle transversale (m) b/6 (m) Excentrement (m) 0.16 2.m) Comb C6 : ELS (pile P3) : Moment (t.m) 186.44 ζref (t/m²) Surface comprimée (%) 91.

m) Effort vertical (t) Excentrement (m) Dimension de la semelle suivant la direction de M (m) dimension de la semelle transversale (m) b/6 (m) Comb C6 : ELS (pile P4) 184.06 Moment (t.49 Comb C4 (pile P3) 27.m) Comb C4 (pile P2) 26.m) Comb C1 (pile P2) 36.21 1.20 Comb C4 (pile P4) 26.35 Effort vertical (t) 0.75 100 % On calcul le moment de calcul pour chaque combinaison et on détermine la combinaison la plus défavorable pour le calcul du ferraillage de la semelle.5 Diagramme trapézoïdal 31.63 Comb C6 (pile P2) 19.22 Comb C6 (pile P3) 20.m) 299.76 Sigma max : ζmax (t/m²) 0 Sigma min : ζmin (t/m²) Sigma min : ζmin (t/m²) Sigma ref : 137.5 b/6 (m) ζref (t/m²) Surface comprimée (%) 304.45 3 7.82 ζref (t/m²) Surface comprimée (%) 88.1 0.92 Comb C3 (pile P2) 22.20 ELS Moment de calcul MC Combinaison (t.63 Comb C6 (pile P4) 19.55 Tableau 37 : détermination du moment de calcul pour toutes les combinaisons à l’ELU et à l’ELS ELS : la combinaison la plus défavorable est C4 pour la pile P3 110 . ELU Moment de calcul MC Combinaison (t.36 20.61 Excentrement (m) 7.26 0.31 22.67 Dimension de la semelle suivant la direction de M (m) dimension de la semelle transversale (m) 3 Diagramme trapézoïdal Sigma max : ζmax (t/m²) 2011-2012 Sigma ref : 23.ESSTT Mémoire de mastère professionnel Comb C3 : ELU (pile P4) Moment (t.51 % 27.88 Comb C1 (pile P4) 36.1 0.92 Comb C1 (pile P3) 37.55 Comb C3 (pile P3) Comb C3 (pile P4) 23.

55 Dimension du poteau suivant la direction de M b’(m) 0.ferraillage des semelles : Ferraillage transversal de la semelle : Le ferraillage transversal est calculé pour équilibrer le moment dans la section située à 0.6 Sigma max σmax(t/m²) 37.51 % > 10 % Etats limites de décompression du sol : (article B. ELS) on calcule le moment de calcul Mc.3 fascicule 62) « A l’ELS. la surface de sol comprimé doit etre au moins égale à 75 % de la surface totale de la semelle.8 t/m² (13. (La combinaison la plus défavorable est celle où Mc est maximal) ELS (combinaison C4 (pile P3)) Dimension suivant la direction de M b(m) 3 Hauteur utile d(m) 0. la surface de sol comprimée doit être au moins égal à 10 % de la surface totale de la semelle.m/ml) 27.3.27 Sigma min σmin(t/m²) 11.02 Mc(t. Etats limites de mobilisation de sol : La contrainte maximale à l’ELS sous les semelles est toujours inférieure à la contrainte admissible du sol limité à 130.08 bar) (justification en utilisant l’essai pressiométrique SP76-1 présenté en annexe 4).35 b de l’axe de raidisseur (b = largeur du raidisseur).89 σA(MPa) 164 Sigma 1 (contrainte dans la section de calcul) Moment de calcul Mc Contrainte admissible de l’acier : sigma A 111 . et on choisie la combinaison où Mc est maximal pour le calcul du ferraillage des semelles. Surface comprimée est égale à 100 % > 75 % 4.3.2 fascicule 62) « A l’ELU. » A l’ELS les semelles restent toujours entièrement comprimées pour toutes les situations de calcul.11 σ 1(t/m²) 26. Pour chaque combinaison de chaque état limite (ELU. Etats limites de renversement du sol :(article B.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 ELU : la combinaison la plus défavorable est C1 pour la pile P3 La méthode de calcul utilisée pour déterminer le moment de calcul est présentée dans le tableau 38 présenté ci-dessous. » A l’ELU la surface minimale du sol comprimé est égale à 88.

𝟑𝟓 . Tableau : section d’acier nécessaire pour le ferraillage transversale à l’ELS σ 1 = σmin + Mc = 𝛔𝐦𝐚𝐱 − 𝛔𝐦𝐢𝐧 .35 b’ )² Anéc = 𝐌𝐜 𝟎.77 Sigma 1 Moment de calcul Mc Contrainte admissible de l’acier : sigma A Section d’acier Tableau 39 : section d’acier nécessaire pour le ferraillage transversale à l’ELU σmax . σ 1 = σmin + Mc = 𝐛 . σmin38: déterminer à partir de la combinaison la plus défavorable.04 Mc(t.( 𝒃 𝟐 .ESSTT Mémoire de mastère professionnel Section d’acier Anéc(cm²/ml) 2011-2012 34.08 Sigma min σmin(t/m²) 15. σmin : déterminer à partir de la combinaison la plus défavorable.𝟗 .0.35 σmax . 𝐛 + 𝟐 𝟎. 𝐝 .100 (cm²/ml) .𝐛′ 𝒃 𝛔 𝟏+ 𝟐 .0.10 σ 1(t/m²) 35.50 σA(MPa) 348 Anéc(cm²/ml) 21.35 b’ )² σA = 164 MPa Anéc = 𝐌𝐜 𝟎. 𝛔𝐦𝐚𝐱 𝟔 . 𝛔𝐀 . 𝛔𝐀 112 . 𝟐 + 𝟎.𝟑𝟓 .( 𝒃 𝟐 .55 Dimension du poteau suivant la direction de M (largeur de la pile) Sigma max b’(m) 0.100 (cm²/ml) ELU combinaison C1(pile P3) Dimension suivant la direction de M b(m) 3 Hauteur utile d(m) 0.𝐛′ 𝛔𝐦𝐚𝐱 − 𝛔𝐦𝐢𝐧 𝛔 𝟏+ 𝟐 .𝟗 .6 σmax(t/m²) 50. 𝐝 .m/ml) 37. 𝛔𝐦𝐚𝐱 𝟔 σA = 348 MPa 𝒃 .

- On adopte pour la nappe supérieur des semelle (P2. 6 HA 14 /m 3m 7 HA 25 /m 7. e = 15 cm (34.12 % de la section de béton de la semelle.89 t.1 m Fig 46 : Ferraillage longitudinale et transversale de la semelle 113 .12 % de la section du béton.P3.24 cm² > 0.P4) : 7 HA25 /m .P3.35 cm²/ ml.6 cm²/ml On adopte pour les deux nappes de la semelle des armatures longitudinales : 6HA14/m soit 9.P4) : A> 1 4 des armatures transversales = 8.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012  Ferraillage de la semelle : Ferraillage transversale de la semelle : Le moment de calcul maximal à l’ELS pour les semelles de fondation est M = 27. Ferraillage longitudinal des semelle (P2.36 cm²) > 0.m/ml Le calcul en situation de fissuration très préjudiciable donne une section d’armatures Anéc =34.

7 = 48. hw = γ h – γw – hw s’il ya présence d’eau ) Dans le cas de ce projet et d’après le rapport géotechnique le niveau de la nappe se situe à une profondeur de 6 m. 114 . donc : q’0 = q0 = γ .8 .1 du fascicule 62. 2. h  = 17.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Justification d’une fondation superficielle :en utilisant l’essai pressiométrique SP76 – 1 : Le fascicule 62 titr V propose la formule suivante : qref ≤ q’adm = q’0 + iδβ . iδβ dépend de la pente du sol support β et de l’inclinaison de la charge δ. ( 𝐪′ 𝐮 − 𝐪′ 𝟎 ) 𝛄𝐪 Fig 46: détermination de la contrainte admissible du sol  q0 = γ .06 KN/m² iδβ : coefficient minorateur se calcule à partir de l’annexe F. le sol support est supposé parfaitement horizontale donc β = 0. (iδβ = 1 si : β = 0 et δ=0) En cas de ce projet et à partir du plan de l’ouvrage OA 76 – 1.( h – hw ) + γ’. h (ou q’0 = γ .

1 .06 + 1 .ESSTT Mémoire de mastère professionnel Fig 47: Angle β’ en fonction de 𝒅 𝑩 Fig 48 : Coefficient iδβ β = 0 et δ=0 iδβ = 1  γq : coefficient de sécurité ( γq = 2 à l’ELU . ( 𝟑𝟖𝟐𝟗.1 KN/m² À l’ELS q’adm = 48.4 KN/m² selon la combinaison C4 P3 : qref = 30. γq = 3 à l’ELS )  q’u = Kp . 3481 = 3829.73 t/m² ≤ 130. Pl* = 1.𝟎𝟔 ) 𝟑 = 1308.8 t/m² c’est justifiée 115 2011-2012 .𝟏 − 𝟒𝟖.

Densité du remblai γ = 2 t/m³ .Données géométriques : Hauteur (m) Largeur (m) Longueur (m) Fût 1.98 .48 99. ( 𝟑𝟖𝟐𝟗. présentés en annexe 5 Densité du béton = 2.7 0.32 0.03 -0.73 1.24 -0. Øremblai = 30 ° 2.54 73.8 t/m² c’est justifiée VII.3 5 8 Remblai sur DT 0.8 0.5 KN/m² selon la combinaison C1 P3 : qref = 41.5 t/m³ .25 2.06 + 1 .25 8.93 10.33 t/m² ≤ 193.𝟏 − 𝟒𝟖.95 9.9 8.40 11.18 92.53 68.26 0.𝟎𝟔 ) 𝟐 = 1938.75 ELU ELS ELU ELS ELU ELS ELU ELS ELU ELS ELU 116 H(t) - M(t.54 92. C5 : 1.03 12.7 2 2 9.Calcul des efforts : Gmax TABLIER Gmin Trottoir-max Trottoir-min Qmax (Al) Qmax (Bc) V(t) 110.4 5 8 Mur en retour 1.89 1.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 À l’ELU : q’adm = 48.40 -0.3 0. Justification des culées C1.7 Dalle de transition 0.m) 15.7 Semelle Tableau 40 : donnée géométrique d’une culée Ces valeurs sont déterminées à partir des plans de coffrage des culées.00 81.2 -0.60 12.41 13.7 Mur garde grève 0.

605 Retrait 1 1.2 1.77 4.81 9.35 TLD 0.35 2.32 2. Bc max .78 TCD 1 1. freinage Al.605 Freinage Al 1.35 Tableau 42 : coefficient de pondération pour chaque type de charge  M = effort normal (V) . retrait TCD.61 1.6 0.14 m (comme indique la figure ci-dessous) M = 0.14 . TLD) sont déterminées à partir du tableau 31 « récapitulatif des efforts en tête d’appui ».08 4.70 - ELS Freinage-Bc Freinage-Al Retrait TLD TCD ELU ELS ELU ELS ELU ELS ELU ELS ELU ELS 2011-2012 5. Gmin. trott min.d : la distance entre le point d’application de l’effort et le centre de gravité du culée En se basant sur le plan de coffrage Donc : d = 0.44 1.76 1. trott max. d Avec : . avec la prise en compte des coefficients de pondérations suivantes : ELS ELU Freinage Bc 1.8 m 117 .88 3.78 2. Al max.2 1. N 0. freinage Bc.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 68.62 - Explication du calcul : Tableau 41 : sollicitations en tête des culées transmis par le tablier les efforts transmis par le tablier (Gmax.

5 = 5.20 ELS 50. 2.47 ELU gmax 37.3 .59 1.35 2.00 ELS 2. 0.25 .00 ELS Tableau 43: sollicitations due aux surcharges des différents éléments constitutifs d’une culée Remarque : Ce calcul est fait avec la prise en compte d’une surcharge de 1 t/m² sur la dalle de transition.7 ) . 8.Poids du mur garde grève (ELU): MGV = 1. 2. 2.03 ELU P.25 .3 .GV 4. Explication du calcul :  Effort normal V(t) : .Surch.45 -25.00 ELS 47.7 ) .20 ELS 40.81 -36. 2.0. 0. 2.8 .25 .75 1.40 ELU DT 30.00 -24.14 0.m) 5.48 ELU P. (1.Terres MGV 1. MGV 2.1 ELS 54.19 -4.96 -6.85 -25.00 -32. 2.(0.02 ELS 2.20 ELU gmin 35.64 -28.00 -43.71 1.35 t .87 t - Poids du mur en retour (ELS) = (1.20 ELU Surcharge DT 40.73 ELU M.8 .ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 0.35 .0.76 ELS 3.465 Appui V(t) H(t) M(t.87 2.7 ) .5 = 2.7 ) .19 t Poids du mur en retour (ELU) = 1.Poids du mur garde grève (ELS): MGV = (0.35 .5 = 2. 8.50 -32.00 ELU Mur en retour 2.96 t 118 .5 = 4.25 .92 0.

2.59 t - poids de la surcharge de 1 t/m² sur la dalle de transition donne un effort normal sur le MGV ( ELS) = 1.97 = 35. 0465 =2.2. 40 = 54 t  Efforts horizontaux H (t) : - poids de terres sur MGV (ELS) : Coefficient de poussée qa = tan² ( Coefficient de butée : b = 1 qa 𝛱 4 Ø − 2 ) = tan² ( 180 4 − 30 2 ) = 0.50 ) . ELS M = 4.( 0.m ELU M = 5. 2 0.72 t.03 = 50.96 + 40.87 + 2.19 + 30 ) .35 .35 .33 = 3 L’effort normal dû à l’application du remblai sur le mur garde grève : N=b.45 t gmin(ELU) = (5. 0465 =2. 0. 5 .8 = 2. 2. 8 ) .m avec d = 0.35 .5 = 40.2 .85 t - surcharge DT (ELS) = 1 . 0.19 + 30 ) . 0.97 = 47.50 t - gmax(ELS) = ( 4.qa . 8.75 = 3.5 = 30 t Poids de la dalle de transition (ELU): DT = 1.64 t gmax(ELU) = (5.50 ) . 1. d . 1.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 - Poids de la dalle de transition (ELS): DT = ( 0.92 t - poids de terres sur MGV (ELU) : 1.m ) : Mur garde grève : M (MGV) = effort normal ( V ) . 0.71 t Moments (t.35 + 2.35 + 2. 1 .92 = 2. ℎ² = 3.3 .8 ² 2 = 1.02 t. L .81 t - gmin(ELS) = ( 4.7 . 2. 1. 5 = 40 t surcharge DT (ELU) = 1.465 m Mur en retour : 119 . 8 ) .2 .75 t - poids de la surcharge de 1 t/m² sur la dalle de transition donne un effort normal sur le MGV ( ELU) = 1.96 + 40.33 .87 + 2.h = 1.35 .03 = 37.3 . 5 .35 .γ. 8 . 1 .87 .

2.4 = 1.5 .9 = .59 .2. où H MGV 2 = 0.97 M(gmax) = ( M(DT) + M (MGV) + M(mur en retour ) ) . 1.40.19 . 0.71 .6 (t.m) Moment du au poids de surcharge sur MGV ELS M(terre sur MGV) = 2.03 Moment du au Poids de terre sur MGV : ELS M(surcharge sur MGV) = 1.4 = 1.m) ELU M(terre sur MGV) = 3.03 (t.48 (t.92 .4 = 1.m) 2011-2012 Dalle de transition (DT) : ELS M(DT ) = .30 .9 = . 0.1 (t.4 = 0. 1.75 . 1.4 m .4. 0.m) ELU M(surcharge sur MGV) = 2.76 (t.2 (t.24 (t.32.m) 120 .m) ELU M(DT) = .m) ELU M(mur en retour ) = .m) M(gmin) = ( M(DT) + M (MGV) + M(mur en retour ) ) . 0.96 . 0.ESSTT Mémoire de mastère professionnel ELS M(mur en retour ) = . 0.4 (t.8 = .8 = . 0.

35 TCD.17 13.2 (AL + FAL) + retrait + 0. 2) ELS : C4 = Gmax +Retrait C5 = Gmax + 1.2 Sr. C3 = Gmin + Ret + 1.605 (AL + FAL) + 1.58 27.78 TLD + 1.93 121 .54 -82.23 22.2 Sr C7 = Gmin + Ret + TCD.6 TLD + 1.m) 465.6 TLD+ 1.35 retrait + 0.Combinaison de charges pour le calcul des culées : 1) ELU : C1 = 1.605 (Bc + FBc) + 1. C2 = 1.+ 1.64 147.605 Sr.35 Gmax + 1. Où Sr : surcharge C6 = Gmax+ 1.69 465.39 8.78 TLD.35 retrait + 0.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Récapitulatifs des sollicitations appliquées sur les culées C1et C5 : .605 Sr. C1 ELU C2 C3 V (t) H (t) M (t.34 -82.2 (Bc + FBc) + retrait + 0.35 Gmax + 1.

54 + 47.35 retrait + 0.35 .64 t.605 (AL + FAL) + 1.40 + 1. 4.54 t M = 1.605 .20 + 1.61 11. V =1.605 . 110 + 1.605 .76 + 1.58 t H = 1.12 3.m ELU : C2 = 1. 5. V = 1.35 Gmax + 1.71 ) = 27.605.29 109.53 ) + 1.605 .ESSTT Mémoire de mastère professionnel C4 C5 ELS C6 C7 2011-2012 119.m ELU : C3 = Gmin + Ret + 1. ( -36.48 ) = -82.605 Sr.605 .35 . 110 + 1. 12.78 .18 5.09 15.20 + 1.77 + 1. 15.605 .81 + 54 ) = 465.+ 1. (2.605 Sr.605 .35 Gmax + 1.48) = -82.88 +1. (50.35 .78 TLD + 1. 12.59 +3. 2.605 ( 92.41 256.98 + 1.78 .59 + 3.605 .39 t 122 . ( -36.35 retrait + 0.23 t H = 1.42 -15.53 -47.90 12.605 .32 257.605 (Bc + FBc) + 1.34 t M = 1.605 (54 +50.40 + 1.71 ) = 22.35 TCD.8) = 465.35 .21 -47.78 + 0.74 .03 + 1. (2.03 +1.75 + 1.88 + 0.85 = 147.78 TLD.07 Tableau 44 : récapitulatifs des sollicitations appliquées sur les culées Explication des valeurs : ELU : C1 = 1. 1. 15.47 – 43. 1.35 .43.35 . 92.69 t.95 + 1. V = 99. 4.76 +1.

41 + 1.1 +0.07 t.92 +2. V = 73.41 + 1.( -28.48 + 37 .44 = 8.61 + 1.48 + 1.( 1.2 .64 = 119.45 = 109.m ELS : C6 = Gmax+ 1.61 + 0.6 .2 (Bc + FBc) + retrait + 0. 68.76 ) = -47.2 .73 + 35.9 t H =1. 4.76 ) = -47.81 = 5.6 TLD + 1.6 TLD+ 1.32 + 1.6 . 2. 1.2 Sr V = 81.m Remarque : les culées sont fondées sur du gros béton 123 2011-2012 .29 t.08 + 3.2 .2 .2 .35 + 1.39 = -15.2 .92 ) = 15.41 t.( -28.m ELS : C7 = Gmin + Ret + TCD. 68.( 37.2 .09 t H = 1.7 + 1.61 t M = 11.64 + 40 ) = 257.m ELS : C4 = Gmax +Retrait V = 81.12 t H = 3.m ELS : C5 = Gmax + 1.( 37. 2.32 + 3.61 + 0.2 .32 -25.21 t M = 11.2 .35 .2 Sr V = 81.2 .1 +0.40 .54 + 1.17 t M = 13.42 t M = 10.32 t.75 +1.48 + 1. 1. 9.64 + 40 ) = 256.18 t H = 3.35 + 1.40 -32 + 1.2 .( 2.6 +1.62 +1.ESSTT Mémoire de mastère professionnel H = 4. 9.93 t.2 (AL + FAL) + retrait + 0.88 + 1.2 .53 t M = 11.75 ) = 12.

124 . Kp : coefficient de portance qui dépend de D B et de la nature du sol.D où : PL* est la pression limite nette équivalente calculée comme la valeur moyenne des valeurs existant sur la profondeur de 1.5 B sous la semelle. la valeur de la contrainte limite ultime est : qu = Kp .ESSTT Mémoire de mastère professionnel VIII 2011-2012 Calcul de la capacité portante des semelles à partir des essais pressiométrique (annexe 4 ) L’essai pressiométrique permet de déterminer une pression limite nette notée pl* Pour une semelle de largeur B soumise à une charge verticale et d’encastrement D . Pl* + γ .

27 m N 125 .ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Tableau 45 :Type de sol pour la détermination de Kp D B Fig 49 : Coefficient de portance Kp en fonction du type de sol Il est défini 3 facteurs de portance KP : - Kp0 : semelle filante (largeur B) Kp1 : semelle carrée (largeur B) - Kp : semelle rectangulaire Kp = Kp1 . ( 1 - 𝐁 𝐋 )  Calcul à partir de l’essais pressiométrique SP76-1 :(annexe 4) 0. 𝐁 𝐋 + Kp0 .

3.76 𝐵′ 3.5 .1 D’après les essais en laboratoire on a : poids volumique du sol : γ = 17.5 .31 m D + 1.06 .7 2011-2012 m 3m = 5.7 bar 2.ESSTT Mémoire de mastère professionnel = 2.7+33+36+36+36+36+37 ) 7 3m 33 = 34 .54 7.8 KN/m³ 126 . 0.7 m Pl* = ( 29.54 D’après les courbe de Kp : on a : Kp 0 = 1. ( 1 – 3.31 m 8m Fig 50 : détermination de la pression limite nette pl* B’ = B + 2.06 .e = 3 +2 .7m ) = 22 + (33 – 22 ) .1 ) = 1. ( 1 – B′ L ) = 1.7 m on une couche de sable 𝐷 2.5 B’ = 2. 0.81 bar = 3481 kN /m² Coefficient de portance Kp: à une profondeur de D = 2.54 7. B′ L + Kp0 .54 m 1.27 = 3.31 = 8 m 22 2m Pl (2.54 = 5.7 + 5.7 = 29.1 + 1. 3.7 légèrement argileux donc on utilise la courbe Π .15 .15 Kp = Kp1 . avec = = 0. Kp 1 = 1. B’ = 1.

𝐿 𝑭𝐸𝐿𝑈 𝐵. 3.31 = 8 m 2m 20 Pl (2.18 3 .54 bar = 3254 kN /m² 127 34 .8+34+32+28+30+37+37 ) 7 = 32. 𝐿 𝐪𝐮 𝟑 = = = 𝟑𝟖𝟕𝟕 𝟑 515.7 m 3m Pl* = ( 29.1 694.1 = 1292 KN/m² q ELU = = 24.8 t/m² 𝐪𝐮 𝟐 = 𝟑𝟖𝟕𝟕 𝟐 = 1938.5 KN/m² c’est justifiée c’est justifiée  Calcul de la capacité portante à partir de l’essai pressiométrique : SP 76 -2 B’ = B + 2.7 + 5.1 .e = 3 +2 . 0. 0.5 .7 = 29.7 = 3877 KN/m² q ELS = 𝑭𝐸𝐿𝑆 𝐵.54 = 5. 7. B’ = 1.7m ) = 20 + (34 – 20 ) .2 t/m² = 32. 3481 + 17.18 t/m² < 129. 2. 7.31 m D + 1.8 bar 2.59 t/m² < 193.5 B’ = 2.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 qu = 1.8 .5 .27 = 3.54 m 1.19 3 .

15 .e = 3 +2 .7 argileux avec présence de tuf on travail avec la courbe Π avec = = 0. 7.54 D’après les courbe de Kp : on a : Kp0 = 1.19 3 .1 + 1.7 = 33.5 B’ = 2.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Coefficient de portance Kp: à une profondeur de D= 2.2 KN/m³ qu = 1.54 m 1.𝟓 𝟐 = 24.7 + 5.06 .54 7.6 bar 2. 𝐿 𝐪𝐮 𝟑 = = = 𝟑𝟔𝟐𝟖.18 t/m² < 120. 3.7 m on une couche de sable légèrement 𝐷 2.51 bar = 3551 kN /m² 128 36 .54 7. 0.5 KN/m² q ELS = 𝑭𝐸𝐿𝑆 𝐵. Kp 1 = 1. 𝐿 𝑭𝐸𝐿𝑈 𝐵.06 .31 = 8 m 2m 28 Pl (2.5 .1 ) = 1.5 .31 m D +1.27 = 3.2 KN/m²  Calcul de la capacité portante à partir de l’essai pressiométrique : SP 76 -3 : B’ = B + 2. 7. ( 1 – 3.𝟓 𝟑 515. 0.7 m 3m Pl* = ( 33. B’ = 1.9 t/m² c’est justifiée = 32.76 𝐵′ 3.59 t/m² < 181.18 3 .15 Kp = Kp1 .1 D’après les essais en laboratoire on a : poids volumique du sol au niveau de SP76-2 : γ = 18.7 = 3628. 3.54 = 5.6+36+32+36+37+37+37 ) 7 = 35. 3254 + 18.1 . 2.1 694.1 = 1209.7m ) = 28 + (36 – 28 ) .5 KN/m² q ELU = 𝐪𝐮 𝟐 = 𝟑𝟔𝟐𝟖. B′ L + Kp0 . ( 1 – B′ L ) = 1.2 .4 t/m² c’est justifiée = 1814.

8 t/m² c’est justifiée = 32.D ) .06 .D ) λc .1 = 694. 𝐿 = 3 .1 ) = 1.𝟐 𝟐 = 24.7 = 3954 KN/m² q ELS = 𝑭𝐸𝐿𝑆 𝐪𝐮 𝟑 𝑭𝐸𝐿𝑈 𝐵. B0 .7 t/m² c’est justifiée IX ΔH = Sc + Sd 𝐪𝐮 q ELU = = 1318 KN/m² Calcul des tassements des semelles selon la méthode pressiométrique (selon l’essai SP76-1) où Sc : tassement sphérique Sd : tassement déviatorique Sc = Sd = α 9 .54 D’après les courbe de Kp : on a : Kp 0 = 1.1 D’après les essais en laboratoire on a : poids volumique du sol au niveau de SP76-2 : γ = 17.( ζ – γ.18 3 .1 + 1.06 . 𝐿 𝟑𝟗𝟓𝟒 𝟑 515. ( 1 – 3.76 𝐵′ 3. (ζ – γ.6 m ζ : contrainte dans la semelle due à l’application d’une charge verticale.19 = 𝐵.1 𝟐 = 𝟑𝟕𝟗𝟏.8 . 𝐵 B0 ) α Avec : B0 = 0.1 . 7. 129 . B′ + Kp0 . ( 1 – L B′ ) = 1. 7.54 7.B . 3551 + 17. 2. avec = = 0. Kp 1 = 1.59 t/m² < 197.54 7.15 Kp = Kp1 .7 on travail avec la courbe Π .18 t/m² < 131.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Coefficient de portance Kp: à une profondeur de D= 2.8 KN/m³ qu = 1. Em = 1977 KN/m² . L 3. (λd .15 .7 m on une couche de sable 𝐷 2. Em 2 9 .

3 4 E2 = 980 .1 2 3 5 20 1.53 1. altéré - 7-9 1/2 5-8 1/2 5-7 1/3 - - Tableau 47 : Coefficient α Détermination du module pressiométrique du sol Em : (annexe 4) D’après l’essai pressiométrique SP76 -1 on a : 870 3 3m E1 = 870 .2 1.4 1. 980 = 923.4 130 980 Em(bar) .3 1.14 2. normalement serré 1 9-16 2/3 9-14 1/2 7-12 1/3 6-10 1/4 Sous consolidé.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Em : module pressiométrique du sol 1 L/B λc λd Cercle 1 carrée 1.78 2.65 Tableau 46 : Coefficient λc et λd tourbe Argile limon sable Sable et gravier Type α E/Pl α E/Pl α E/Pl α E/Pl α Sur consolidé très serré - >16 1 >14 2/3 >12 1/2 >10 1/3 Normalement consolidé. 989 = 984.5 1 1.12 1.

02 . 994 = 996.09 .09 .3 1 0. 10ˉ ³ 1 1 996. 10ˉ ³ Em = ? 4 Em = = 1 E1 + 1 923.4 976 8 E6 = 976 .E2 + + 1 E3à5 1 0.2 1 = + 963.4 + 973. 10ˉ ³ + 131 1 2.9 986 11 E9 = 986 .4 1 1 + 984. 4.9 1004 15 1 E 3à5 1 E 6à8 1 = E3 1 = 1 E 9à12 + + E6 1 = E9 Z (m) 1 E4 1 E 10 + 1 E5 1 + E7 1 + + E8 1 E 11 = = + 1 978.9 1 967.02 .9 994 14 E12 = 994 .984.9 = 4.03 .5 .9 + 1 991.E9à15 1 2. 986 = 998.9 998. 976 = 967. 10ˉ ³ .4 971 9 E7 = 971 .4 1 998.4 959 7 E5 = 959 .9 1000 13 E11 = 1000 . 968 = 978.9 968 6 E4 = 968 . 10ˉ ³ = 3.9 + = 3.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 989 5 E3 = 989 .5 . 1004 = 998.85 . 971 = 973.2 1012 10 E8 = 1012 . 1012 = 991. 984 = 984.5 . 10ˉ ³ + 1 2.4 + 1 2. 1000 = 991. 3.85 .E6à8 + + 3. 959 = 963.5 .9 984 12 E10 = 984 .9 1 E 12 1 + 991.03 .

10ˉ ³ α: 𝐿 𝐵 Mémoire de mastère professionnel = 𝐸1 𝑃𝑙1 = 7. Dans un premier temps.65 . (27. (1. 10ˉ ³ m = 0. 2.8 t/m² .8 ) 1. Dans un deuxième temps. l’étude a consisté en la modélisation de pont et le choix des hypothèses admissibles pour l’étude des éléments de structures de ce pont à l’aide du logiciel "ROBOT".54 870 33 Sc = Sd = 4 8.36 > 14 λc = 1. 3.66 9 .18 7.61 t/m² .8 .6 m .265 = 0.45 . 3.ESSTT 4 Em = 8.06 KN/m² = 4.2 =2 B0 = 0. D = 17.18 .145 cm .( 27.8 ) .54 0.1 .6 . 10ˉ ³ m = 0.66 ) 0.41 cm Ce travail réalisé est avérés très intéressant et très enrichissant pour mon expérience professionnelle. après validation des hypothèses et des résultats. piles. Le travail a été axé sur l’étude béton armé des principaux éléments constitutifs d’un pont dalle type (PSI-DA).6 = 2.6 – 4. 4890 λd = 1. ζ = Em = 2011-2012 Em = 4890 t/m² 694.53 = 27.66 = 26. culées. 4890 2 9 . 3. et semelles de fondations.54 = 1.7 = 48. il m’a permis d’entrevoir en quoi consiste l’étude d’un ouvrage d’art dans le secteur du génie civil. appareils d’appui.1 3. 0.2 .54 0.265 cm ΔH = Sc + Conclusion : Sd = 0. j’étais intéressé à la justification des différents éléments de structure tels que : tablier. 132 .10ˉ ³ = 489 bar = 4890 t/m² d’après le tableau 47« coefficient α » : α = 0.53 . γ .18 .61 – 4.145 + 0.

tels que : "ROBOT. Bibliographie  (1*) : www.b2bspace. en découvrant plusieurs méthodes de calculs. Enfin ce travail m’a formé à bien maitriser certains logiciels de calcul de structures utilisés actuellement dans plusieurs bureaux d’études. 1987. mais aussi de compléter le bagage technique acquis à "l’ESSTT ".eu/annuaire/fr/stcv-ste-tunisienne-de contrôle . « Etat des Ouvrages d’Art par Portée et par Nature du Tablier ».Veritas-societe 657128/  (2*) : Ministère de l’Equipement et de l’Habitat.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Cette expérience m’a permis d’engranger des connaissances techniques liées à l’approfondissement des règlements. Paris. Excel et AutoCAD". ISTED. « Le Savoir Faire Français en Matière d’Ouvrages d’Art ». 2001). 133 .  (3*) : Association Française pour la Construction. Jan. Communication personnelle.

Règles techniques de conception et de calcul des ouvrages et construction en béton armé suivant la méthode aux états limites BAEL 91révisé 99.Système de charge "A" : Ce système se compose des charges uniformément réparties d'intensité variable suivant la longueur surchargée et qui correspondent à une ou plusieurs files de véhicules à l'arrêt sur le pont. Elles représentent un embouteillage ou un stationnement (pont urbain équipé de feux aux extrémités ou embouteillage d'ordre quelconque). Annexe 1 - Définition des charges : (4*) 1). Pierre Charon. Titre 1. Ainsi.  Fascicule n°62.  Le Calcul et la vérification des ouvrages en béton armés. Section 1. 134 . calculs et épreuves des ouvrages. la chaussée des ponts de portées unitaires inférieures à 200 m est soumise à une surcharge uniformément répartie dont l'intensité est égale au produit de AL (variable avec la longueur surchargée L) par des coefficients a1 et a2 donnés ci-après.  (5*) : Fascicule n°62 Titre V Règles techniques de conception et de calcul des fondations des ouvrages de génie civil.Charges routières normales : .ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012  (4*) : Fascicule spécial na 72-21 bis cahier des prescriptions communes. ou bien tout simplement une circulation continue à une vitesse à peu près uniforme d'un flot de véhicules composé de voitures légères et de poids lourds. Fascicule n° 61 Titre II Conceptions.

9 1 0. où L.44 . Les valeurs du coefficient a1 sont données dans le tableau ci-dessous: Nombre de voies chargées 1ère Classe du pont 2ème 3ème 1 2 3 4 ≥5 1 1 0. AL À appliquer uniformément sur toute la largeur de chaussée des voies considérées..ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 La valeur de AL est donnée par la formule: AL = 0. c.d.00 m pour les ponts de la 2ème classe 2.0.002 L) exprimé en kN/m2.8 0. A1 = sup [ a1.0002 L) exprimé en t/m2 (avec L en m) ou à (3. Cette valeur tient compte des effets dynamiques et donc elle n'est pas à multiplier par un coefficient de majoration dynamique.23 + 36 L+12 ( t/m² ) . ( 4 – 0. (2.  Règle d’application de la charge AL : 135 .75 m pour les ponts de la 3ème classe Donc en général on a: A2 = a1 . la longueur chargée.50 m pour les ponts de la 1ère classe V0 ayant pour valeur = 3. c'est cette dernière valeur qu'il faut prendre en compte.75 ------- 0. la charge A1 est multipliée par le coefficient a2 qui est donné par: a2 = V0 V On rappelle que V étant la largeur d'une voie V= Lch Nv 3. a2 .92 – 0. Cette valeur de AL est à multiplier par des coefficients de corrections a1 et a2.3 + 360 ) .9 ------- 0.à.002 L ) ] 𝐿+12 Ensuite.7 ------- Tableau 1: Valeur de a1 en fonction de Nv et de la classe du pont Mais si la valeur de A1= a1 x AL trouvée par application des règles ci-dessus est inférieur à (0.9 0. est en m.

. la longueur L à prendre en compte est la somme des longueurs des zones chargées. etc. trois ensembles. .. δ. en essayant toutes les combinaisons possibles.  Pour déterminer l'effet le plus défavorable de AL. puis deux ensembles. sauf.  les zones chargées sont déterminées par la considération de la ligne d'influence de l'effort considéré (Moment fléchissant.le système Bc se composant de camions types. Convoi Bc : 136 . . Celui-ci influe sur la valeur de a1 comme indiqué dans le tableau1. Ces convois sont mobiles et les valeurs de charges de ces trois types sont multipliées par un coefficient de majoration dynamique.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Les charges AL doivent être disposées sur le tablier de manière à produire l'effet le plus défavorable pour l'élément considéré. Les règles ci-après sont applicables: .le système Br qui est une roue isolée. Effort Normal ou Effort Tranchant): Les limites de ces zones coïncideront avec le zéro de la ligne d'influence. qui sera explicité par la suite. de manière à trouver l'effet le plus défavorable. On choisit la longueur et la largeur des zones chargées de façon à produire les effets maximaux dans l'élément d'ouvrage dont on étudie.Transversalement.d. Système de charge "B" : Les charges de type B sont composées de 3 systèmes distincts: . Par conséquent. si certains cas peuvent à l'évidence être écartés d'office.le système Bt composé de groupes de 2 essieux (essieux-tandems).à.  Si l'on surcharge plusieurs zones. il faut prendre la plus grande valeur de ALi ωi (Figure 2). il faut charger ces zones une à une. la valeur de AL est différente dans chaque cas. la largeur de la zone surchargée comprend un nombre entier de voies de circulation.Longitudinalement. si une ligne d'influence comporte plusieurs zones de même signe. c.

Les charges sont données par essieu.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Le convoi Bc se compose d'un ou au maximum de 2 camions types par file. Longitudinalement : (masse relative à une file de camion et charge donnée par essieu) Transversalement : 137 . Dans le sens transversal le nombre de files est inférieur ou égal au nombre de voies. Les caractéristiques du convoi Bc sont présentées ci-après (Figure 3).

2 1 1 1. Nf.95 ------- 0. orientés dans le même sens. 138 . l’autre partie étant sur la travée suivante ou sur le remblai d’accès. mais on ne peut couper un camion.8 0. ne doit pas dépasser le nombre de voies. les valeurs des charges du système Bc à prendre en compte sont multipliées par un coefficient bc dont les valeurs sont indiquées dans le tableau suivant (Tableau 2): Nombre de files de camions 1ère Classe du pont 2ème 3ème 1 2 3 4 ≥5 1. le nombre de files de camions.5 m entre essieux des 2 camions). le nombre de camions est limité à 2 par file. Nf ≤ Nv). Nv.d.  Dans le sens transversal. tout en respectant le règlement suivant:  Dans le sens longitudinal.7 ------- Tableau 2 : valeur de bc en fonction de Nf et de la classe du pont  Règles d'application de la charge Bc: On choisit le nombre et la disposition des convois de manière à produire l'effet le plus défavorable.1 1 0.8 ------- 0. On peut considérer une partie d’un camion. La distance des 2 camions d'une même file est déterminée pour produire l'effet le plus défavorable et peut être nulle (minimum 4. (c.à. même si cela est géométriquement possible.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 En plan : Figure 1 : système Bc Suivant la classe du pont et le nombre de files de camions considérées.

25 m (Figure 3) est exigée entre l'axe de la file de roues la plus excentrée et le bord de: 1. Les caractéristiques du système Bt sont présentées ci-dessous (Figure 4). une distance minimale de 0.la largeur roulable s'il s'agit du calcul des autres éléments du tablier (hourdis. 2. Système Bt : Un tandem se compose de 2 essieux munis de roues simples pneumatiques. entretoises).ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 On ne peut pas couper une file de camion.  Terminologie :  Longitudinalement :  Transversalement :  En plan : 139 .la largeur chargeable s'il s'agit du calcul des poutres principales. De plus.

Une distance minimale de 0.50 m (Figure 4) est exigée entre l'axe de la file de roues la plus excentrée et le bord de: . un seul tandem est supposé circuler sur les ponts à une voie. Alors que pour les ponts supportant deux voies ou plus.la largeur chargeable s'il s'agit du calcul des poutres principales. Le système Bt ne s'applique pas au pont de la 3ème classe. il convient de respecter les règlements suivants:  Dans le sens longitudinal. les valeurs des charges du système Bt à prendre en compte sont multipliées par un coefficient bt dont les valeurs sont indiquées dans le tableau suivant (Pour le pont de la 3ème classe il n’y a pas de coefficient bt): Classe du pont 1ère 2ème 3ème Coefficient bt 1. 140 . de manière à obtenir l'effet le plus défavorable.  Dans le sens transversal.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Figure 2 : système Bt Suivant la classe du pont. côte à côte ou non. on ne peut placer que 2 tandems au plus sur la chaussée.9 ----- Tableau 4: Valeurs de bt en fonction de la classe du pont. Pour les ponts de la 1ère et de la 2ème classe.0 0. un seul tandem est disposé par file.

c.S: Charge B maximale susceptible d'être placé sur la travée considérée (en tenant compte des coefficients bc ou bt). L'effet développé est égal à son poids. Ces efforts n'intéressent que la résistance des appareils d'appui et la stabilité des appuis. Efforts de freinage (de AL et et de Bc) : Les charges de type A et Bc sont susceptibles de développer des réactions de freinage. 2)-Charges routières à caractère particulier Charges militaires : 141 . En ce qui concerne la charge Bc. δ.la largeur roulable s'il s'agit du calcul des autres éléments du tablier (t. sera noté δB pour la charge B (δB ≥1).  Coefficient de majoration dynamique. un seul camion est supposé freiner. δ: Les charges du système B sont des surcharges roulantes et par conséquent doivent être multipliées par un coefficient de majoration pour effets dynamiques.à. Il est déterminé à partir de la formule: Où : . En ce qui concerne la charge AL. Dans l'étude du tablier.G: Poids total de cette travée (même unité que S). Bt et Br est le même pour chaque élément du pont. les efforts de freinage ne sont pas à considérer. applicable aux trois systèmes Bc.d : FBc = 300 KN Cette valeur n'est multiplié ni par le coefficient bc. l'effort de freinage correspondant est donné par: Où AL est la valeur calculé d'après l’équation (4 ou 4a) et (Lch x Lc) représente la surface chargée S en m2. .ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 .L: Longueur de la travée considérée = Lc (en m) .q. le hourdis ou les entretoises). Ce coefficient. ni par le coefficient de majoration dynamique δB.

8). Les charges militaires sont supposées ne développer aucune réaction de freinage.L: Longueur de l'élément considéré (en m) .G: Poids propre de l'élément considéré . Les charges militaires doivent être multipliées par un coefficient de majoration dynamique δ. Ce coefficient est calculé par la même formule donnée pour le système B (éq. Mc120. seulement la charge Mc 120 (défini ci-dessous) sera prise en compte parmi les différents types des charges militaires. Dans ce projet. Chaque classe se compose de 2 systèmes distincts: -Mc: véhicule type à chenilles -Me: groupe de 2 essieux. ni de force centrifuge. Le système Mc à chenille est plus utilisé que celui à essieux. Me80 et Me120. Ainsi on distingue: Mc80. Où : .S: Charge Mc ou Me maximale susceptible d'être placé sur l'élément considéré.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Elles ne sont à prendre en compte que pour les itinéraires classés par l'armé. Les charges militaires sont de deux classes: M 80 et M 120. Longitudinalement transversalement 142 .

d.à. Dans le sens longitudinal. la distance entre deux véhicules successifs d'un convoi est au moins égale à 30. Les chenilles peuvent être disposées sur toute la largeur chargeable.50 m entre les points de contact avec la chaussée (il en résulte que la distance 143 . Leur position est choisie de manière à obtenir l'effet le plus défavorable..ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 En plan Fig 3 :Système Mc 120 Ce système répond aux règles d'applications suivantes: Chaque système est exclusif de toute autre charge routière. Le rectangle d'impact de chaque chenille est uniformément chargé. par exemple. c. un seul convoi est supposé circuler quelle que soit la largeur de la chaussée. on ne lui ajoute pas l'effet de la charge de trottoir. Dans le sens transversal.

Les diverses charges de trottoir ne sont pas majorées pour les effets dynamiques..  Cette charge est cumulable avec la charge routière à caractère normal et particulier. Le système général comprend une charge uniformément répartie d'intensité qtr de valeur: qtr = 0. on dispose cette charge pour qu'elle produise l'effet le plus défavorable (soit de la même façon que la charge AL des tabliers de ponts routiers). Figure 4 : Distance longitudinale minimale entre 2 charges du système Mc120 3). Dans ce projet seulement le système général sera pris en compte.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 minimale entre les axes des véhicules est de 35.à.Charges sur les remblais : 144 .Charges sur les trottoirs : Le règlement prévoit deux systèmes de charges: un système local destiné à la justification des éléments de couverture du tablier (hourdis. 4). de manière à obtenir l'effet le plus défavorable (suivant le signe de l'effet). soit que les deux le sont. à la charge Bc ou à la charge Mc si elle peut donner un effet plus défavorable. c.  Dans le sens transversal.d.60 m pour Mc120).40 m pour Mc80 et de 36. entretoises) et un système général pour le calcul des poutres principales.(voir Figure 8). qu'on peut l'ajouter à la charge AL. À disposer sur les trottoirs bordant une chaussée.15 t/m2 = 1. toute la largeur du trottoir est chargée. mais on peut considérer. Ce système répond aux règles d'application suivantes:  Dans le sens longitudinal.5 kN/m2. soit qu'un seul trottoir est chargé.

En outre pour la justification des éléments de faible dimension (t. murs garde-grèves et mur en retour).35 1 Caractère normale (A. B) 1.6 1.Principe de dimensionnement : 145 . il est recommandé de disposer sur le remblai les systèmes Bt ou Br (sans majoration dynamique δB). Le tableau suivant présente les valeurs de ces coefficients selon le type de charge : Type de charge ELU ELS Charge permanente 1. qui peuvent donner des effets plus défavorables que celui de 1t/m2.6 1.35 1 Charges sur trottoirs 1.2 Caractère particulier Mc120 1.2 0 Choc de bateaux 1.2 Charge due au vent 1.6 1 Charge sur remblai 1.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Sur les remblais d'accès aux ouvrages.2 1 Charge sismique 1.2 0 Tableau 5 : coefficient de pondération de chaque type de charge Annexe 2 Etude des appareils d’appui en élastomère fretté 1. on dispose une charge uniforme répartie sur toute la largeur de la plate-forme et d'intensité égale à: Sr = 1 t/m² .q. Les charges définies ci-dessus seront majoré par des coefficients de pondération. ou Sr = 10 kN/m² Elle intervient dans la justification de la stabilité des culées.

de dilatation thermique et de la rotation aux appuis. t: épaisseur d'un feuillet élémentaire de l'élastomère. ts: épaisseur d'une frette intermédiaire.  Rotation due à la pose et aux surcharges. à la distorsion et la rotation.Compression : 146 . Figure 2 : Sollicitations des appareils d’appui Le dimensionnement des appareils d'appui est essentiellement basé sur la limitation des contraintes de cisaillement qui se développent dans l'élastomère au niveau des plans de frettage et qui sont dues aux efforts appliqués ou aux déformations imposées à l'appareil. de retrait (et fluage). a.  Efforts Normaux provenant des efforts verticaux (poids propre et surcharges). L'appareil d'appui est soumis à la compression. b : Dimension n plan du côté perpendiculaire à l'axe longitudinale du pont.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Figure 1: Appareil d'appui en élastomère fretté a : Dimension n plan du côté parallèle à l'axe longitudinale du pont.  Efforts Horizontaux provenant des efforts de freinage. T: Epaisseur totale de l'élastomère.

γ: Angle de distorsion. 147 . H: Effort Horizontal appliqué. La valeur maximale de cette contrainte.b 2. des contraintes de cisaillement ηN apparaissent au niveau du plan de frettage suivant la répartition donnée sur la figure 2. η N.t (a+b ) σm : Contrainte moyenne de compression = N a.5 σm η N= β Où β : coefficient de forme = a.b Figure 3 : répartition des contraintes de cisaillement sous l’effet de la compression b. Les contraintes maximales se développent sur les bords de chaque feuillet et plus précisément au milieu des grands côtés. est (au milieu de b):  1.Distorsion: La distorsion des contraintes au niveau du plan du frettage est uniforme.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Sous un effort normal.

tg γ 1 = U1 T η H 1 = G tgγ 1 = G. Figure 5: Effet de la déformation u1. 2ème cas: L'effort dynamique H2 (freinage) est connu. 148 .b.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Figure 4: Répartition des contraintes de cisaillement sous l'effet de la distorsion.a. U1 T Où G: module d'élasticité transversal (statique). 1er cas: La déformation u1 de l'appareil est lente (dilatation thermique de longue durée.U1 T H 1 = a b η H 1 = G. On peut déterminer l'angle de distorsion γ1. retrait-fluage) est connue. la contrainte de cisaillement ηH1 et l'effort correspondant H1.

Rotation: 149 . tg γ 2 = 𝑈2 𝑇 ηH 2 2G = tg γ 2 = H2 2Gab 1er et 2ème cas: On introduit une contrainte conventionnelle de calcul qui sous effort statique seul nous donne la même déformation totale U = u 1 + u 2. ηH2= H2 ab Effort dynamique _ module d'élasticité transversal Gdyn = 2 Gstat = 2 G.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Figure 6: Effet de l'effort dynamique H2. Cette contrainte conventionnelle est: 1 G U1 2 T η H = G tgγ = η H 1 + η H 2 = + H2 2ab c. Figure 7: Effet d'une déformation totale conventionnelle u.

10-3 rad pour les tabliers métalliques.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Lorsqu'une frette. Répartition des efforts horizontaux sur les appuis : 150 . La contrainte maximale apparait généralement sur les bords parallèles à l'axe de rotation et a pour valeur: ηα= 𝐺 2 . accomplit une rotation par rapport à l'autre frette solidaire du même feuillet.( 𝑎 𝑡 )² αt Où αt: angle de rotation (rad) d'un feuillet élémentaire = αt n avec αT l'angle de rotation de l'appareil d'appui. On tient compte des défauts de pose en ajoutant à la rotation due aux charges αc une rotation α0.10-3 rad pour les tabliers en BA préfabriqués. la répartition des contraintes de cisaillement s'établit comme indiquée dans la figure 7. α0 = 10 . α0 = 3 .10-3 rad pour les tabliers en BA coulé sur place. solidaire d'un feuillet. Figure 8: Variation des contraintes de cisaillement due à la rotation. Cette rotation est prise généralement comme suit: α0 = 3 .

1. C’est logiciel de calcul de sollicitations et de déplacements sous l’action d’un effort unitaire en tête (instantané et différé). avec: U1: Déformation des appareils d’appui U2 : Déformation des appuis.Souplesse des appuis : U2 Cas d’un voile (fût) de hauteur h.8 MPa en différé Gi = 2 Gv = 1. na : nombre des appareils d’appui sur une ligne d’appui. U3 : Déplacement et déformation de la fondation. 2. : U3 : Pour les fondations profondes sur pieux.Souplesse des fondations. A T : épaisseur nette de l’élastomère. rt. G .Souplesse des appareils d’appui : U1 : La souplesse des appareils d’appui est exprimée par : Sa = U1 = T na . Gv = 0. les souplesses sont déterminés à l’aide s’un logiciel de calcul PSH du SETRA. Si I(z) = c t U2 = h³ 3EI 3. U2 et U3 sont dus à un effort unitaire H = 1. La souplesse totale (inverse de la rigidité) st (st= 1/rt) des appuis est exprimé par : st = U1 + U2 + U3. Efforts horizontaux agissants sur les appuis d’un pont : 151 . G : module d’élasticité transversale de l’élastomère A : surface de l’appareil d’appui.ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 Les efforts sur les appuis sont répartis sur les appuis en fonction de la rigidité totale. U1 . de chaque appui.0 kN appliqué au niveau des appareils d’appui.6 MPa en instantané.

ESSTT Mémoire de mastère professionnel Force de freinage : FAL = Al : Bc : a1 .0035 (Lch . lc Avec : εr = 4.Lc ) 20+0. Prescriptions pour un appareil d'appui en élastomère fretté : 1) Limitation des contraintes de cisaillement : η=ηN+ηH+ηα≤5G η H 1 ≤ 0. Action de longue durée : εt = 3. 𝑏 < 2 MPa avec : N: Valeur minimale de l'effort Normal.10ˉ⁴ ouvrage en BA (retrait).6/ζm) 4) Condition de non-flambement : 152 2011-2012 .N 𝑁 𝑎. lc.10-4.Lc ) FBc = 30 t. Dilatation linéaire (thermique): Ut = εt .(Lch . a2 . εr = 7.7G 2) Limitation de la contrainte moyenne : L’aire (a b) doit être t. Action de courte durée : εt = 4. 3) Condition de non-cheminement et de non-glissement ζm. Retrait et fluage : raccourcissement : Ur = εr .q : ζm = Nmax a.1 + (0. f: Coefficient de frottement: f = 0. b < 15 MPa.10ˉ⁴ ouvrage en BP(retrait+fluage). Al .min = H<f.5 G ηH≤0.10-4.

σm G 6) Dimensionnement des frettes : ts ≥ 𝑎 𝛽 . Remarque : Acier de Frettage sous les appareils d’appui : Af = 0. Annexe 3 Calcul des contraintes sous semelle (5*) : 153 Ru Fsu .04 . ts ≥ 2 mm En général. σmax σe Où : ζe = 215 MPa acier E-24 si ts < 3 mm = 235 MPa acier E-24 si ts > 3 mm.ESSTT a 10 Mémoire de mastère professionnel ≤ T ≤ 2011-2012 a 5 5) Condition de non-soulèvement : 3 αt ≤ β . on peut adopter les valeurs des frettes comme suit: t(mm) 8 10 12 20 ts(mm) 2 3 3 4 Tableau N°1: Valeurs de l'épaisseur des frettes en fonction de l'épaisseur de l'élastomère.( t a )² .

12 et 2. état limite ultime de résistance et B 2.100 % . 𝑸′ Pmax = Avec 𝑩 𝟑.𝑩 Pmin = Pref = 𝟔. 𝑸′ Pmax = Avec 𝑨 .3. 𝒆 𝑩 ) ) 𝟑 𝑷𝒎𝒂𝒙 + 𝑷 𝒎𝒊𝒏 𝟒 Fig 1: semelle entièrement comprimé Surface comprimée = 100 %  Si l’excentrement e ≥ B 6 . la totalité 6 de la semelle est comprimé . B  Si l’excentrement e se situe dans le noyau central on a e ≤ . 𝑩 𝑩 𝟔. (𝟏 + 𝑸′ .ESSTT Mémoire de mastère professionnel 2011-2012 On ce qui concerne la répartition des contraintes sous la semelle. on travaille à partir du modèle linéaire classique ou modèle de Navier (DTU 13. 𝑩 𝟐 − 𝒆 .2 fascicule 62). dans ce cas la semelle est partiellement comprimée : 𝟐 .1. dans ce cas. (1- 𝑨.2. 𝒆 . 𝟐− 𝒆 . 𝑨 Pmin = 0 Pref = 𝟑 𝑷𝒎𝒂𝒙 Fig 2 : semelle partiellement comprimé Surface comprimée = 154 𝟒 𝟑 𝑩 .

ESSTT Mémoire de mastère professionnel Annexe 4 Rapport géotechnique 155 2011-2012 .

ESSTT Mémoire de mastère professionnel Annexe 5 Différents plans de l’ouvrage 156 2011-2012 .