1- PHILOSOPHIE.......................................................................................................................2 Le Sel de la terre n° 47 (Dossier Louis Jugnet)......................................................................

3 2- SAINT THOMAS D’AQUIN.................................................................................................4 De l’humanité de Jésus Christ notre Seigneur .......................................................................4 Initiation A Saint Thomas D'aquin - Sa Personne Et Son Oeuvre .............................................5 3- RELIGION – SPIRITUALITE...............................................................................................7 Bible audio Editions DFT ...............................................................................................................................................10 Grande vie de notre-Seigneur Jésus-Christ (La), par Ludolphe le Chartreux (†1378). .......17 Évangile de notre-Seigneur Jésus-Christ (L’). Commentaire littéral, doctrinal et spirituel .18 Traité de la doctrine chrétienne, par le Père Louis de Grenade o.p. ....................................18 4- HISTOIRE............................................................................................................................21 5- MESSE-LITURGIE..............................................................................................................23 La messe expliquée aux fidèles (Abbé Jolly).......................................................................23 Bref Examen Critique du Nouvel Ordo Missae des cardinaux Ottaviani et Bacci...............23 6- DIVERS...............................................................................................................................24 Les mères patries : Jérusalem, Athènes, Rome.....................................................................24 Le latin par la lecture de l’ancien testament (abbé Lhomond).............................................24 Le latin par la messe..............................................................................................................24 Cours de latin liturgique........................................................................................................24 Réponses aux objections sur l'usage du latin et du grégorien...............................................25 7- CHESTERTON....................................................................................................................26 Orthodoxie............................................................................................................................26 Homme éternel (L’), par Gilbert-Keith Chesterton. ............................................................26

Bibliographie

1/27

1- PHILOSOPHIE
Y a-t-il une vérité ?, Jean Daujat
Cet ouvrage vulgarisateur de la philosophie chrétienne thomiste présente de façon complète et excellente les grandes lignes, les grands concepts métaphysiques et les grandes notions indispensables pour avancer dans la réflexion philosophico-thomiste. Il s'adresse aux commençants en philosophie qui cherchent à ne pas s'égarer dans les méandres de la réflexion philosophique, et à posséder un "manuel" sous la main. consiste en une exposition très claire des notions philosophiques de la pensée chrétienne (et thomiste). Editions Téqui. http://www.librairietequi.com/Default.aspx? Contexte=View&Param=ViewKey:VueWebKey_CatalogueTheme|IDCatalogueTheme:94| TitrePage:Catalogue%20%C2%BB%20Th%C3%A9ologie%20-%20philosophie %20%C2%BB%20Jean%20Daujat| WithOnglet:1&Action=&IDModule=001#{%22pageClientSt

Précis d’histoire de la philosophie, Thonnard ; Desclée et Cie, Paris, 1945.
http://www.inquisition.ca/fr/livre/thonnard/histo/h01_index.htm

Eléments de philosophie,Jacques Maritain ; tomes I et II, Pierre Téqui.
(Réimpression, il s’agit d’un cours de terminale datant de 1920 !) Ce livre passionnant constitue une remarquable initiation à la philosophie et ne requiert pas de connaissances spécifiques préalables. http://www.librairietequi.com/Default.aspx? Contexte=View&Param=ViewKey:VueWebKey_CatalogueTheme|IDCatalogueTheme:94| TitrePage:Catalogue%20%C2%BB%20Th%C3%A9ologie%20-%20philosophie %20%C2%BB%20Jean%20Daujat| WithOnglet:1&Action=&IDModule=001#{%22pageClientSt

Traité de philosophie, Régis Jolivet 4 tomes, Vitte, 1939. Très complet et
néanmoins assez facile à lire tant il est bien rédigé ; c’est LE cours de philosophie par excellence.

Extraits des grands philosophes, Thonnard ;Desclée et Cie Manuel de philosophie thomiste Abbé Henri Collin, 2 vol., Pierre Téqui Ed.,
1926 (existe en 3 volumes dans une version ultérieure dite « revue et corrigée » que nous ne connaissons pas). Ouvrage de référence parfaitement orthodoxe et accessible aux débutants (avec du travail évidemment). http://www.librairietequi.com/Default.aspx? Contexte=View&Param=ViewKey:VueWebKey_CatalogueTheme|IDCatalogueTheme:94| TitrePage:Catalogue%20%C2%BB%20Th%C3%A9ologie%20-%20philosophie %20%C2%BB%20Jean%20Daujat|

Bibliographie

2/27

WithOnglet:1&Action=&IDModule=001#{%22pageClientSt

Les Pensées de Pascal
Classées selon les indications manuscrites de Pascal. Préfacées et annotées par Francis Kaplan Paru en : Août 2005. Prix 62,00 € - Disponible - 716 pages Editions du CERF Collection « Sagesses chrétiennes » http://www.editionsducerf.fr/html/fiche/fichelivre.asp?n_liv_cerf=6853

Les métamorphoses de la Cité de Dieu, Etienne gilson Vrin, « Bibliothèque
d’Histoire de la Philosophie ». 288 p., 11,5 × 17,5 cm. ISBN : 978-2-7116-1740-1 Editions VRIN 6, place de la sorbonne http://www.vrin.fr/html/main.htm

Le Sel de la terre n° 47 (Dossier Louis Jugnet)
http://seldelaterre.fr/product_info.php?cPath=23&products_id=115

Bibliographie

3/27

2- SAINT THOMAS D’AQUIN
Sermons; Saint Thomas d’Aquin Editions du Sandre
http://www.editionsdusandre.com/home.php?contexte=book_details&id=41

Commentaire de la seconde épître aux corinthiens , Saint Thomas
d'Aquin Editions NEL

Le Credo, Saint Thomas d'Aquin Editions NEL Les commandements, Saint Thomas d'Aquin Editions NEL Le Pater et l'Ave, Saint Thomas d'Aquin Editions NEL Les principes de la réalité naturelle, Saint Thomas d'Aquin Editions NEL
http://www.editions-nel.com/rayons/spiritualite.shtml

De l’humanité de Jésus Christ notre Seigneur
Saint Thomas d’Aquin. Traduit du latin par le R.P. Géry Delalleau. Un ouvrage peu connu de saint Thomas d’Aquin et pourtant d’un grand intérêt ! Le saint Docteur s’applique en effet à nous détailler, dans un langage simple et accessible à tous, toutes les étapes humaines de la vie du Christ Sauveur lors de son passage sur cette terre. En commençant par le mystère de l’Incarnation, il poursuit sur l’Annonciation, sur la sainteté de la Bienheureuse Vierge Marie, il parle aussi des Perfections du Christ et d’abord de ses perfections naturelles. Il parle ensuite de sa naissance, de la Circoncision, de la Présentation de Jésus-Christ au Temple, du Baptême du Christ, du jeûne du Christ, de la (triple) tentation du Christ, de la manière de vivre du Christ, de l’enseignement de Jésus-Christ, de ses auditeurs, de ses miracles, de la Transfiguration, de la dernière Cène… Enfin, il évoque la Passion sous ses différents aspects (cruauté des tourments, tristesse, douleur, crainte, honte, effets de la Passion : comment elle opère notre Salut). Il finit cette partie en continuant sur la mort de Jésus-Christ, sa sépulture et sa signification mystique, sa Descente aux enfers, la vérité de la Résurrection et sa nécessité, des qualités du corps ressuscité de Jésus, de ses cinq apparitions, des marques de notre Résurrection spirituelle, de l’Ascension du Christ. Il

Bibliographie

4/27

conclut en montrant comment la vie du chrétien doit se modeler sur les mystères du Christ. Le livre III traite de la Rédemption considéré dans le deuxième Avènement (qu’il définit comme l’avènement spirituel dans nos âmes). Enfin, l’ouvrage se termine par le Livre IV : “Du mystère de la Rédemption considéré dans le troisième Avènement” (vues classiques sur l’Antéchrist, les Signes qui paraîtront sur la terre et dans le Ciel, le Jugement, la Conflagration finale, la Résurrection des morts, l’équité du Souverain Juge, les Différences de ceux qui seront jugés, la Rénovation du monde). Voir aussi à : “Somme théologique…”. 386 pages (imprimatur 1898, rééd. 2002), 14 x 21 cm. Texte intégral recomposé. Scivias. ....................................................................................... 22,11 EUR http://www.fatima.be/fr/editions/dft/download/thomas.pdf

Initiation à la philosophie de Saint Thomas d'Aquin, Gardeil, Henri
Dominique. Paris, Cerf, 1953. - Court, facile à lire, conforme à s. Thomas, comprend de nombreux textes importants de Saint Thomas. http://www.editionsducerf.fr/html/fiche/ficheauteur.asp?n_aut=1892

La pensée de Saint Thomas Louis Jugnet,, N.E.L. Ce livre est à lire avant
d’aborder saint Thomas dans le texte. Date : 1999 | Pages : 244 | Prix : 19 € ISBN : 2-72332005-7 http://www.editions-nel.com/cc/spiritualite/EEZkplFAluYMKwiBfE.shtml

Initiation A Saint Thomas D'aquin - Sa Personne Et Son Oeuvre
Jean-Pierre Torrell Editions CERF http://www.editionsducerf.fr/html/fiche/ficheauteur.asp?n_aut=234

Les plus belles pages Saint Thomas d’Aquin. Un petit livre bien
conçu, à la portée de tous, pour mieux connaître saint Thomas d’Aquin et sa doctrine. On y trouvera tout d’abord une petite vie du saint (sur 35 pages), et le plan détaillé de sa Somme Théologique (13 pages). Suivent cinq parties des plus beaux textes de saint Thomas d’Aquin sur : 1/ Dieu, 2/ Les manifestations divines, 3/ L’âme et la vie de l’âme, 4/ La prière et les sacrements, et enfin 5/ La vie sociale. Une introduction simple à la doctrine du Docteur commun de l’Église. 272 pages (1996), 11 x 16,5 cm. Clovis. Collection “Itinéraires spirituels”. http://www.clovis-diffusion.com/PBSCCatalog.asp? ActionID=67174912&PBCATID=212018&PBCATName=Pi%E9t%E9%20Les%20plus %20belles%20pages

Un docteur pour tous Saint Thomas D'Aquin
JACQUES & DELPHINE HENRY 245 pages sur papier chamois, une illustration, format 12x18 Introduction par l’exempleà la pratique de la philosophie

Bibliographie

5/27

Neuf articles sur l’obéissance et la désobéissance Somme de Théologie IIa IIae Q104 et Q10517ème Question disputée A4 Introduction, traduction nouvelle et notespar Jacques et Delphine Henry Pourquoi cet ouvrage ? Le présent opuscule veut intéresser à la philosophie de saint Thomas d’Aquin, en illustrant sur un exemple la pertinence de ses méthodes d’analyse et la profondeur de ses conclusions. Cela peut ressembler à une gageure : la philosophie est aujourd’hui peu rentable ; saint Thomas est vieux ; le thème d’illustration choisi – l’obéissance – est tout sauf alléchant. Eh bien ! tant pis, ou plutôt tant mieux : n’en essayons que de plus belle. Chacun sent bien que la philosophie demeure quelque chose d’important ; nous entreprenons de montrer, à la suite du docteur commun, qu’elle est également utile et agréable. Vous n’avez encore jamais ouvert saint Thomas ? qu’importe, il faut bien commencer, et, si vous êtes ici, voilà qui est presque fait. Vous craignez un auteur austère ou réservé aux docteurs de Sorbonne ? Saint Thomas a rédigé sa grande œuvre pour des débutants ; allez juger sur pièce et retrouver le professeur qui enthousiasmait naguère le Quartier latin. Quant à l’obéissance, si le concept ne vous plaît pas, reconnaissez qu’il vous concerne : vous avez un chef, vous êtes ou serez bien un jour le chef de quelqu’un. Tout problème peut être abordé de cent manières différentes ; ceux qui aiment la sagesse n’en négligent aucune. Si la philosophie s’est progressivement constituée en discipline scientifique, avec son vocabulaire et ses techniques, elle n’en demeure pas moins une bonne fille, capable d’égayer le café du commerce ou les soirées au coin du feu. Pour préparer à l’étude minutieuse du texte de saint Thomas, une réflexion préliminaire sur l’obéissance ne peut que se révéler fort utile : saint Thomas ne dispense pas de penser, il enseigne au contraire à mieux utiliser par soi-même son intelligence. Avec ceci, il ne s’agit toutefois pas de réinventer l’Amérique ; de meilleurs que nous ont pensé avant nous, et nous avons choisi le plus grand pour guide. La seule étude de la place que saint Thomas a réservée à l’obéissance dans la Somme de théologie vaut déjà bien des traités. Il sera temps ensuite d’introduire quelques outils plus techniques et de les appliquer à l’obéissance. Vous serez alors bien outillé pour aborder ce qui est l’essentiel de ce petit volume, et qui en demeurera bientôt pour vous l’unique intéressant : les textes de saint Thomas lui-même. N’hésitez pas à y passer directement si vous êtes déjà un tant soit peu familier de la pensée scolastique, ou si vous souhaitez vous jeter à l’eau sans plus attendre, ce qui est peut-être la vraie sagesse. De nombreuses notes devraient en outre vous aider à poursuivre ensuite, dans des textes ou des élargissements qui ne seront qu’esquissés ici. En avant. http://www.editionsdelareconquete.com/uneformidable.php

Bibliographie

6/27

3- RELIGION – SPIRITUALITE
Bible (La Sainte) selon la Vulgate traduite en Français
, AVEC DES NOTES par l’Abbé Jean-Baptiste Glaire Editions D.F.T. C’est véritablement une grande joie pour un éditeur catholique de remettre en disponibilité une Bible d’une aussi grande valeur que celle qui est ici rééditée ! C’est aussi un événement car une telle réédition ne s’était jamais vue depuis un siècle ! C’est enfin, devant la multiplication des mauvaises bibles, une oeuvre de salut public ! Aussi étonnant que cela puisse paraître, il n’existe plus actuellement sur le marché du livre catholique, de Bibles traduites en français (et approuvées par l’Église) à partir de la Vulgate latine de saint Jérôme, texte de nos jours bien méprisé et banni de toutes les traductions modernes de la Bible... Il faut donc commencer par rendre à la Vulgate latine ses lettres de noblesse, pour être capable ensuite d’en apprécier une traduction fidèle et rigoureuse. Rappelons donc que c’est devant le foisonnement des versions et traductions qui menaçaient l’intégrité et la crédibilité de la sainte Écriture, que le Pape saint Damase (366-384) demanda à saint Jérôme (347-420) de reprendre, de corriger, de faire ou de refaire une traduction latine de la sainte Écriture à partir des meilleurs manuscrits grecs du NouveauTestament, des manuscrits hébreux et de la version grecque des Septante pour l’Ancien-Testament. Autrement dit, de restituer en latin l’Ancien et le Nouveau Testament dans leur intégrité originelle. À cette grande oeuvre qui fut celle de sa vie, saint Jérôme apporta son immense talent fait de génie littéraire, de connaissance approfondie des langues hébraïque et grecque, d’extraordinaire capacité de travail et d’un esprit de contemplation parvenu aux sommets de la vie spirituelle. Il avait à sa disposition les manuscrits hébreux les plus anciens et de précieux documents qui ont disparu depuis, et qui n’avaient pas été altérés par les falsifications introduites par les juifs qui voulaient gommer ou atténuer les prophéties qui les condamnaient très clairement. Le résultat des travaux acharnés de saint Jérôme (menés pendant plus de quinze ans à Bethléem même où il s’installa en 386) est réuni dans la version latine de la sainte Écriture désignée sous le nom de Vulgate, dont l’autorité est sans égale, d’une part parce que saint Jérôme avait reçu une mission explicite de l‘Église pour sa réalisation, et d’autre part, parce que le Concile de Trente (1546) l’a déclarée authentique, c’est-à-dire ayant valeur d’original. Aucun des manuscrits que nous possédons aujourd’hui n’a l’antiquité de ceux que suivait saint Jérôme; ils sont même, et de beaucoup, postérieurs à la Vulgate elle-même (l’hébreu massorétique — compilation et révision des anciens manuscrits — date du Xème siècle). Aucun des traducteurs contemporains ne peut jouir de cette connaissance de l’hébreu antique

Bibliographie

7/27

que saint Jérôme avait acquise à grand labeur, auprès de rabbins qui lui faisaient payer fort cher leurs leçons. Aucun critique moderne ne peut égaler le discernement surnaturel dont saint Jérôme a fait preuve pour cette oeuvre, car celui-ci, comme Père de l’Église, est un témoin privilégié de la tradition apostolique. Aucune version, si soigneuse et savante soitelle, ne peut avoir l’autorité de la Vulgate que l’Église, garante infaillible de la Révélation divine, a déclaré « absolument exempte de toute erreur en ce qui concerne la foi et les moeurs ». De surcroît, saint Jérôme avait une conscience scientifique proprement moderne qui lui a permis d’accomplir une oeuvre scrupuleuse, d’une parfaite authenticité, à la fidélité et à la vigueur de laquelle les historiens et les philosophes actuels rendent encore hommage quelles que soient leurs opinions religieuses. Ce travail surhumain qu’est la Vulgate s’imposa dès lors très vite universellement dans toute l’Église. Ce fut la version de référence durant tout le Moyen-Âge. Mais vint la Renaissance... Il fallut la Réforme Protestante pour bien évidemment se défier de la Vulgate et opérer un retour aux prétendus “textes originaux” hébreux, araméens et grecs, et opérer de nouvelles traductions faites sur ces textes. De là viennent toutes les bibles modernes actuellement disponibles qui, même chez les catholiques, rejettent comme un “écran” la Vulgate de saint Jérôme. « Voudrait-on se justifier en disant que, pour l‘Ancien Testament du moins, le texte massorétique (hébreu) que nous possédons, est le texte primitif qu’avaient sous les veux les Septante et saint Jérôme ? Mais qui ne sait que ce texte a subi plusieurs variantes, altérations et (un grand nombre d’exégètes et des Pères de l’Église le soutiennent) des interpolations ? Non. Le texte hébreu que nous possédons aujourd’hui, n’est pas, tant s’en faut, le texte authentique et primitif. D’autre part, la Vulgate a été rédigée par saint Jérôme sur le texte primitif, original hébreu qui a disparu. Pourquoi donc et de quel droit lui donner le second rang ? » (R.P. Mortara). La Vulgate est à ce titre au moins au même niveau que les Septante. D’ailleurs, le Souverain Pontife Léon XIII, en traçant la ligne que doit suivre l’exégèse catholique, prescrit de s’en tenir de préférence au texte de la Vulgate. Si le sens est parfois obscur, on pourra l’éclaircir, en se servant des versions grecques et hébraïques actuellement disponibles. Mais c’est donc à la Vulgate qu’il faut d’abord s’en rapporter. Les versions grecques araméennes et hébraïques — que l’Église catholique est loin de mépriser mais qu’elle remet à leur juste place — doivent seulement servir d’auxiliaire. Il faut être arrivé au XXème siècle pour finalement ne même plus trouver de Bibles traduites en français sur cette vénérable et antique Vulgate latine ! C’est pourquoi la réédition de cette Bible Glaire / Vigouroux est d’une importance capitale. Car, de surcroît, cette Bible n’est pas n’importe quelle Bible. Ce fut la dernière grande édition française et Bibliographie 8/27

catholique de la Vulgate, la seule approuvée par le Saint-Siège et publiée sous le patronage de 55 évêques francophones qui étaient «profondément affligés de voir les protestants répandre leurs Bibles parmi les familles catholiques avec une profusion alarmante, et par ce moyen y exercer beaucoup d’influence, soit en déprimant à leurs yeux nos saintes croyances, soit en attirant les enfants de ces familles dans leurs propres écoles... (...) N’y at-il pas un grand avantage à substituer une version fidèle et autorisée aux traductions inexactes et dépourvues de toute approbation ecclésiastique ? » Cette Bible avait notamment pour objectif de donner une traduction encore plus satisfaisante des Écritures que celles jusqu’alors utilisées chez les catholiques (Genoude, Sacy : ce dernier étant plus paraphraste que traducteur), et pour cela l’Abbé Glaire, comme il l’explique dans son introduction, choisit “une rigoureuse littéralité” : « La Bible conserve mieux son admirable simplicité, sa noble concision, la richesse et la vivacité de ses images... tout le charme d’un style pittoresque, qui attache le lecteur sans jamais le fatiguer». « Une littéralité qui n’autorise point la licence criminelle d’introduire dans le texte des paraphrases qu’on devrait renvoyer dans les notes, pour ne point mêler ou substituer la pensée de l’homme à la pensée de Dieu ». Ainsi, cette Bible est un des plus purs chefsd’oeuvre de la traduction biblique. un monument de conscience, de savoir et de respect. Publiée d’abord de 1871 à 1873, elle fut dans une 3ème édition, encore bien améliorée par F. Vigouroux (1890) avec des introductions, notes complémentaires et appendices (4 volumes 15 x 23 cm). Cette édition fut approuvée par le Saint-Siège (Pie IX) “après examen fait à Rome par la Sacrée-Congrégation de l’Index”. Nous avons donc ici la version la plus achevée, la meilleure donc, de la Bible selon la Vulgate en langue française. Il n’y en a pas eu d’autres par la suite puisque dès le début du XXème siècle, ce fut l’engouement pour les traductions modernes faites sur les prétendus “textes originaux” et par des néotraducteurs qui réussirent à jeter le doute, par petites touches accumulées, sur les fondements des principaux dogmes catholiques. C’est donc cette dernière édition dans l’un de ses derniers tirages (1902) qui se trouve aujourd’hui non seulement rééditée mais entièrement recomposée en caractères très lisibles, et en un seul volume ! Et cela, c’est du jamais vu depuis un siècle ! Une Bible-référence qui doit donc se trouver dans toutes les bibliothèques ! ISBN 2-904770-35-6. 3 200 pages (1902, rééd. 2002), papier bible 40 grs. Reliure simili-cuir vert foncé marbré (titre or), sous étui rigide couleurs. Tranchefile, deux signets. Format 15,5 x 22,5 cm. (2,5 Kg). Éditions D F T ...............68,00 EUR

Bibliographie

9/27

Bible audio Editions DFT Bible d’une grand’mère, par la Comtesse de Ségur. ANCIEN ET
NOUVEAU TESTAMENT EN UN VOLUME. À la fin de sa vie, la comtesse de Ségur a raconté à ses nombreux petits enfants, en trois ouvrages qui remportèrent un succès considérable, et avec l’aide de son fils l’Évangile, les Actes des Apôtres et, pour finir, l’Ancien Testament. Rassemblés ici en un seul volume sous le titre La Bible d’une grand’mère, ces trois récits très complets présentent toute l’histoire sainte, depuis la création du monde jusqu’à la mort du dernier apôtre. Ainsi est née cette Bible, expliquée à la juste mesure des jeunes, avec une finesse et une saveur exquises. C’est un livre dont les parents aimeront à s’inspirer pour l’enseignement religieux de leurs enfants. Les jeunes, quant à eux, apprécieront ces récits racontés à la manière d’anecdotes particulièrement vivantes et relevées de toute cette savoureuse bonne humeur qui fait honneur à l’une de nos plus célèbres écrivains français. Ouvrage sans équivalent, textes sûrs et bien écrits. Merveilleux outil pour les mères ou les grands-mères et les catéchistes ; il le sera également pour les enfants, qui sauront le lire par eux-mêmes. Si on connaît par coeur cette Bible-là, on devient imbattable sur la plupart des points de doctrine attaqués actuellement : la lire et la relire, sans jamais se lasser. 958 pages (rééd. 1997), 14 x 21 cm, broché cousu sous couverture souple.................................................. 30,00 EUR > RAPPEL : Disponible aussi en édition reliée, couverture rouge avec titre or. 2 tomes 15 x 22 cm (vendus séparément). ANCIEN TESTAMENT tome 1 / NOUVEAU TESTAMENT tome 2. Chaque tome ........................................ 24,00 EUR

Biographies évangéliques, par Mgr Gaume. « Sous le titre de
Biographies évangéliques, voici une collection de petits livres d’une lecture attachante et d’une incontestable utilité. Nous n’exagérons pas : quelques détails suffisent à le prouver. A l’exception de Notre-Seigneur, de la Sainte Vierge, des Apôtres, de saint Jean-Baptiste et de quelques autres, l’Évangile se contente presque toujours de nommer les personnes mêlées aux petits faits qu’il rapporte, et le nombre en est grand ; souvent même il ne prononce pas leur nom. Elles paraissent et disparaissent sans que la lettre sacrée dise ce qu’elles sont devenues. Le chrétien réfléchi comprend ce silence divin. Toutefois nous croyons traduire sa pensée en disant que sa pieuse curiosité trouverait douce satisfaction à posséder quelques détails historiques sur les personnes qui furent assez heureuses pour converser avec le Fils de Dieu lui-même, l’avoir entendu de leurs oreilles, touché de leurs mains, avoir mangé avec lui, et sur qui sa bonté répandit des faveurs presque royales. Il faut ajouter, avec toute la tradition, que ces mortels privilégiés, témoins Bibliographie 10/27

occulaires de la vie du Verbe incarné, étaient venus, en grand nombre, des différentes parties du monde, même les plus éloignées de la Palestine. Reconduits par la Providence, ou dispersés par la persécution, en Orient et en Occident, ils devinrent, dans une sphère inférieure à celle des Apôtres, les propagateurs de l’Évangile et le premier noyau des chrétientés naissantes. A ce titre, un sentiment de reconnaissance filiale nous a inspiré un vif désir de les connaître et de les faire connaître. Pour cela, il a fallu interroger les plus anciens monuments de notre histoire. Nos Biographies sont le résultat de dix années de travail. Elles sont au nombre de 104, et comprennent 147 noms. Ce travail, nous l’avons fait avec conscience et avec bonheur." 2 vol. 1162 pages, 14,5 x 20,5 cm. Éditions saint Rémi. Texte intégral recomposé. ...................................... 60,00 EUR

Cours d’apologétique chrétienne, ou exposition raisonnée des
fondements de la foi, par le R.P. W. Devivier, s.j. — Si saint Pierre nous fait un devoir d’être capable de rendre compte de notre foi à tous ceux qui nous interrogent à son sujet, il est certain que l’étude de l’apologétique n’est pas du tout facultative. En France, on trouve couramment un manuel qui n’est pas exempt de tendances modernistes, et celui-ci en est exempt, comme le justifie l’approbation de Saint Pie X : « Tel est en vérité le mérite de cet ouvrage, que partout où il sera connu, les prêtres ne manqueront pas de se le procurer, afin d’avoir sous la main un livre qui leur rappelle les vérités apprises dans leurs Cours de dogme. Ils le répandront aussi dans les familles, comme un résumé de cette théologie que les laïcs ne peuvent étudier d’une manière complète, mais qu’il leur est cependant nécessaire de ne pas ignorer, pour qu’ils soient en état de se rendre à eux-mêmes raison de leur foi, et de la défendre contre les accusations soulevées à son sujet. J’approuve donc, comme il le mérite, le jugement favorable porté par tant d’hommes distingués, et j’ose dire que l’éloge que le traducteur en fait dans sa préface est inférieur à la valeur du livre luimême. Aussi voudrais-je le voir entre les mains des jeunes gens et des hommes de toute condition, et même entre celles des dames ; car à cette époque de négligence en matière d’instruction religieuse, elles manquent souvent d’approfondir les choses de la foi, et elles vivent dans un doute créé par des objections qu’elles ne savent pas résoudre. (…) Ils reconnaîtront en même tout ce qu’il y a de perfide dans d’autres livres, trop répandus, attaquant la religion, et, grâce aux arguments puisés dans cette lecture, ils réduiront au silence, avec une noble franchise, ceux qui, dans leurs conversations privées, ne se font pas faute de calomnier l’Église en tel ou tel point. » (Cardinal Sarto, 1894) Texte intégral recomposé. 574 pages (imprimatur 1910, rééd. 2005 ), 14,5 x 20,5 cm. Éditions Delacroix. ............30,00 EUR

Bibliographie

11/27

Imitation de Jésus-Christ. Traduction en vers et adaptation
(paraphrases) de Pierre Corneille. Notes de Mgr François Ducaud-Bourget. Préface de Bernard de Give. Grand classique de la spiritualité chrétienne, L’Imitation de Jésus-Christ, attribué avec une quasi-certitude au mystique Thomas a Kempis, reflète l’esprit de la devotio moderna, qui fleurit à partir du XIVe siècle dans la lignée de Jean Ruysbroek l’Admirable. Pierre Corneille, dont on méconnaît souvent la foi ardente, traduisit ce joyau de la sagesse humaine en lui donnant le rythme, l’élan et la splendeur qui caractérisent son oeuvre. Parmi les centaines d’éditions que connut L’Imitation, cette traduction par l’auteur du Cid demeure aujourd’hui la plus saisissante de profondeur et de beauté. Elle est ici présentée par le moine bénédictin Bernard de Give, grand connaisseur de la méditation chrétienne comme aussi… des spiritualités orientales. 536 pages (1941, rééd. 1998), 11 x 18 cm, poche “spiritualités vivantes” 161, Albin Michel.......9,00 EUR

Imitation de la trés Sainte vierge Marie, sur le modèle de l’Imitation de
Jésus-Christ, par le Père Alexandre de Rouville. Très belle réédition de ce précieux texte si apprécié, tant de fois réimprimé, dont l’origine remonte au XVIIe siècle. L’auteur se propose d’animer les fidèles à la pratique de la vertu par l’exemple le plus noble et le plus parfait qui puisse être offert après celui de Jésus. Aucune créature n’a aimé Jésus comme l’a aimé sa Mère. Heureux donc qui imite Marie, puisqu’en imitant Marie, il imite Jésus, le Roi et le premier modèle de toutes les vertus ! « L’auteur suit la Mère de Dieu dans les différentes circonstances de sa vie, met sous les yeux des fidèles les sentiments qui l’ont animée, les vertus qu’elle a pratiquées et les exhorte à se former sur ce parfait modèle dans tous le détail de leur conduite, selon les différentes situations où la divine Providence permet qu’ils se trouvent. Cet ouvrage renferme des instructions aussi solides que touchantes. La lumière de la science s’y trouve jointe à l’onction de la piété. » (Approbation de la Faculté de Sorbonne en 1772). « Afin d’attacher davantage son lecteur, l’auteur a tâché de varier la manière de présenter les sujets d’instruction, parlant tantôt à Dieu, tantôt à celui qui lit, tantôt aux chrétiens en général, réfléchissant quelquefois comme s’il était seul, et en forme de méditation, et d’autres fois, très souvent même, introduisant la Mère de Dieu, qui s’entretient avec son serviteur. » (Avertissement de l’auteur, 1772) La vie de la Vierge Marie est une leçon universelle. Ainsi, on y apprend de quelle manière il faut se comporter dans la prospérité et dans l’adversité, dans la prière et dans le travail, dans les honneurs et dans les humiliations. Nous n’atteindrons certes jamais la perfection qu’elle donnait à toutes ses actions ; mais celui-là est le plus parfait qui s’en écarte le moins ! À cause de l’urgence de recourir à Marie pour notre temps, on fera de ce petit ouvrage un guide de choix pour notre vie spirituelle.

Bibliographie

12/27

350 pages (1772, rééd. juin 2009), relié fibres de cuir avec marquage or 10,5 x 15 cm. Éditions D F T ....... 16,00 EUR

Missel rituel et vespéral, par l’Abbé A. Guilhaim et H. Sutyn.
Réédition exceptionnelle de grande qualité (mars 2008) d’un ancien Missel selon le rite traditionnel (imprimatur 1957, liturgie 1962) : le « GRAND MISSEL-RITUEL ET VESPÉRAL » édité à l’origine par les Ets PROOST à Turnhout en Belgique et composé par l’Abbé A. Guilhaim et H. Sutyn. Ce Missel contient vraiment tout ce que l’on peut attendre d’un Missel quotidien complet : Ordinaire de la Messe en deux couleurs avec explications, le Propre du Temps (Temporal) et le Propre des Saints (Sanctoral) pour tous les jours de l’année liturgique, avec tous les textes liturgiques (Introït, Collecte, Épître, Graduel, Alléluia, Évangile, Offertoire, Secrète, Communion, Post-Communion) en latin et en français (bonnes traductions d’après la Vulgate et avec vouvoiement) et avec une notice assez complète pour chaque jour (y compris tous les jours de carême). Avec également : les grandes prières du chrétien (matin et soir, Actes…), Litanies et dévotions diverses, Chants pour les Saluts, Vêpres (avec le Propre du Temps : antiennes et hymnes), Complies, Chemin de Croix, Psautier (85 psaumes pour la pénitence, la communion, etc)… Les Matines et les Laudes de Noël, des morts et du Triduo de la Semaine Sainte (latin-français). Le rituel complet des Sacrements (avec les prescriptions de l’Église –1962– concernant le jeûne et l’abstinence), communion des malades et prières des agonisants, les Bénédictions, les Messes votives et les Oraisons, un Kyriale en notes grégoriennes (64 p.), le Code abrégé de la vie chrétienne (cardinal Mercier), l’Exorcisme intégral de Léon XIII latin-français, ainsi qu’un grand choix de prières traditionnelles indulgenciées... Propre de France et de Belgique. Présentation attrayante avec de nombreux tableaux noir & blanc in texte. Impression parfaite ; caractères bien lisibles. Papier Bible 36 gr. ivoire. Épaisseur 5 cm. Reliure SkinLuxe (fibres de cuir) : Noir, bordeaux ou marron foncé. « Ce nouveau Missel, très complet et composé avec soin, met à la portée des fidèles les richesses d’instructions et de prières de la liturgie catholique. Nous souhaitons qu’il reçoive de tous le meilleur accueil. » † Monseigneur Georges GAUTHIER, ARCHEVÊQUE COADJUTEUR DE MONTRÉAL. 2 368 pages (imprimatur 1957, rééd. septembre 2007), reliure 10 x 16,5 cm. Tranchefile, trois signets. Tranche dorée, coins ronds. Titre or. ISBN 2904770-82-8. Parution MARS 2008 Editions DFT..........................................46,00 EUR Accessoires pour ce Missel, vendus séparément : — Une liseuse en cuir avec rabat et bouton-pression : noir, bordeaux ou marron foncé : 23,00 EUR — Un étui cache-poussière en Tyvek® nacré or avec soufflets sur les côtés (léger, imperméable, indéchirable, imputrescible, lavable) : 4,50 EUR (en cours de fabrication, pour 2009)

Bibliographie

13/27

Missel des dimanches et fêtes, par Louis Bouyer, prêtre de l’Oratoire
(1961). Voici la réédition d’un excellent petit Missel traditionnel de poche ou de voyage, bien conçu, bien présenté (impression deux couleurs). Il s’agit de satisfaire la demande de jeunes ou de voyageurs qui veulent emporter avec eux un Missel “léger”, de manipulation simple et de petit format. Le public visé est donc celui des participants aux camps scouts, aux camps de jeunes, aux pèlerinages ; mais aussi tous les adultes qui ne souhaitent pas emporter avec eux en voyage, en vacances ou simplement à l’église, chaque dimanche, un missel trop précieux qu’ils pourraient perdre ou détériorer. C’est pourquoi il est proposé avec une housse de protection en toile à fermeture éclair qui le protégera de « presque » tous les risques inhérents à sa fonction de « missel de voyage ». Sans être évidemment aussi détaillé qu’un Missel complet, il comporte néanmoins l’essentiel, à savoir : l’Ordinaire de la Messe latin-français — Les grandes prières du chrétien — Le rituel des sacrements — Propre du Temps (Les Épîtres et Évangiles sont en français seulement) — Propre des principaux saints (1ère et 2ème classe seulement) — Deux Messes votives, Messe de mariage, Messe des défunts — Saluts du S.S. ; Chemin de Croix ; Litanies des saints, du Sacré-Coeur, de la Sainte Vierge et du saint Nom de Jésus ; Te Deum. Un petit Missel pour tous (à partir de 7 ans !). 640 pages (1961, rééd. 2007), relié 9 x 14 cm (épaisseur 2 cm), tranche rouge, signet.....27,00 EUR

Pratique de la perfection chrétienne, par le R.P. Alphonse Rodriguez († 1616). Traduction nouvelle faite sur l’espagnol par l’Abbé J.P. Crouzet (éd. 1928). « On a dit avec vérité que l’Imitation de Jésus-Christ “était le plus beau livre qui fût sorti de la main des hommes, puisque l’Évangile n’en était pas” ; avec tout autant de vérité on peut dire que, immédiatement après ce livre incomparable, merveilleuse exposition de la céleste doctrine apportée au monde par la sagesse incréée, l’oeuvre de Rodriguez vient se placer, à côté du Combat spirituel, de la Guide des pécheurs, de l’Introduction à la vie dévote, à la tête des meilleures productions destinées à conduire les âmes chrétiennes dans les voies difficiles de la sainteté et du salut. Ainsi en ont jugé toutes les générations qui se sont succédé depuis son apparition. Adoptés dans toutes les communautés comme type pratique de la perfection religieuse ; dans tous les séminaires, comme une sorte de manuel classique d’éducation cléricale ; à la place d’honneur, comme conseiller et vade-mecum indispensable, dans la bibliothèque de tout prêtre animé du zèle des âmes

Bibliographie

14/27

et de sa propre sanctification, de tout chrétien pénétré du désir d’élever ses sentiments et ses actes à la hauteur de sa vocation, l’oeuvre de Rodriguez, envisagée au triple point de vue de son objet, de sa diffusion et des fruits qu’elle produit, peut être proclamée universelle et d’une utilité générale. » (Préface du traducteur). “Ouvrage excellent qui, laissant de côté toute spéculation, ne traite que du côté pratique des vertus : innombrables éditions” (Tanquerey) Qu’il nous soit permis cependant d’ajouter à la liste des livres cités, le Précis de Théologie ascétique et mystique (Tanquerey) et Le Saint Abandon (Dom Vital Lehodey), ouvrages du XXe siècle peut-être plus adaptés aux problèmes de notre temps (voir à ces titres, réédités en 2004). Réédition très soignée de ce grand classique de la spiritualité, en quatre petits tomes reliés imitation cuir. Possibilité d’acheter les tomes en séparé, mais à 39 euros l’un 4 tomes d’environ 500 pages 12 x 20 cm (1928, rééd. 2004), relié avec titre or. A.B.S.C.A.. 140,00 EUR

Précieux recueil de spiritualité, par A. Ponthaud. « Sainte Thérèse
affirme que la capacité de notre âme étant infinie, elle désire toujours s’entretenir de nouvelles pensées parce qu’une seule n’est pas capable de la contenter. Afin d’empêcher que l’âme s’attiédisse et pour ranimer le feu du divin Amour, il faut que nous nous retrempions en de nouvelles pensées, conservant ainsi notre esprit et notre volonté dans une vigueur active et forte, qui maintient l’âme lucide et reposée comme sur un ferme îlot. » Ce « Précieux Recueil », composé vers 1919, répond tout à fait à cette attente spirituelle. Des centaines de pensées de saints, de courtes méditations et de révélations mystiques (sainte Mechtilde, sainte Brigitte, sainte Gertrude, etc), se rapportant aux situations spirituelles les plus diverses, ont été rassemblées dans cet ouvrage qui connut un très grand succès avant la crise de l’Église (tiré à 103 000 ex. au total). Et toutes ces pensées, anecdotes, révélations divines sont judicieusement classées par thème en autant de chapitres : l’adversité, la vie intérieure, la souffrance, les mérites de la vie, le péché, les maladies, la mort, la prière, le silence, les tentations, les âmes du purgatoire, la confiance en Dieu, les jugements de Dieu, la Passion, etc... Aux heures d’incertitudes, de troubles ou tout simplement lorsque nous en ressentons le besoin, il remplira le rôle qu’il a tenu auprès de milliers d’âmes : celui d’un guide spirituel, d’un ami précieux, d’un père. Il saura redonner aux âmes affligées, fatiguées sous le poids de l’épreuve, courage, confiance et espoir ! « Qu’il soit comme un arbre dans la plaine, un puits dans le désert, un phare sur les écueils, un foyer où l’on viendra chercher de la lumière et de la flamme !... » De

Bibliographie

15/27

lecture facile, ce recueil — un véritable baume pour l’âme chrétienne ! — vous aidera à reprendre des forces et continuer ainsi la route qui mène au Ciel... Un livre de chevet pour tout chrétien, accessible à tous ! 672 pages (1919, rééd. 1996), 12,5 x 17,5 cm. ISBN 2-904770-19-4. Éditions D F T . 24,39 EUR

Précis de théologie ascétique et mystique, par Adolphe Tanquerey.
Réédition exceptionnelle d’un manuel très célèbre et très apprécié de Théologie ascétique et mystique. “L’objet propre de la Théologie ascétique et mystique, c’est la perfection de la vie chrétienne.” Beaucoup parmi nos contemporains se plaignent de ne plus trouver de bons directeurs spirituels, les vrais prêtres étant déjà tellement rares… ceux qui restent étant le plus souvent débordés… Savent-ils que ce “Précis” leur apportera quantité de conseils utiles pour progresser dans les voies spirituelles, en leur exposant clairement les moyens, les méthodes et les “mécanismes” de cette progression, de cet avancement, et les difficultés qui jonchent notre chemin. C’est pourquoi, dès le début de son ouvrage, l’auteur insiste non seulement sur la nécessité pour les prêtres d’étudier la théologie ascétique, mais insiste aussi sur son utilité pour les laïques également. « Cette étude leur sera très utile pour trois raisons principales : a) Pour stimuler et entretenir le désir de la perfection, comme aussi pour donner une certaine connaissance de la nature de la vie chrétienne et des moyens qui nous permettent de la perfectionner. (…) b) De plus, même lorsqu’on a un guide spirituel, la lecture d’une bonne Théologie ascétique facilite et complète la direction. (…) c) Enfin la lecture d’un traité de vie spirituelle pourra suppléer, dans une certaine mesure, à la direction qu’on ne peut recevoir, faute de guide spirituel, ou du moins qu’on ne reçoit que rarement. » (l’auteur) Un enseignement précieux donc, qui était pourtant devenu introuvable depuis tant d’années ! Réédition d’autant plus exceptionnelle que le texte — intégral — est entièrement recomposé pour une lisibilité et une présentation parfaites. Impression numérique avec brochage souple et solide. 800 pages (imprimatur 1924, réédition intégrale recomposée 2009), 15 x 21 cm. ISBN 2-904770-53-4. Éditions D F T ...................................................................................................46,00 EUR

Quatre évangiles en un seul, par le Chanoine Alfred Weber. Dès la
fin du siècle dernier, le chanoine Alfred Weber avait achevé cette admirable Concordance évangélique qui, sous le titre tout de suite célèbre des Quatre Évangiles en un seul, devait connaître un succès considérable : le tirage avoisina le million et demi d’exemplaires ! L’OEuvre Catholique de la Diffusion du Saint Évangile, établie à Verdun et dirigée par A. Weber sous le patronage de l’évêque, reçut les plus vifs éloges de Léon XIII et de saint Pie X. C’est qu’elle répondait merveilleusement au voeu de Léon XIII : « La diffusion de l’Évangile, voilà la seule oeuvre vraiment

Bibliographie

16/27

nécessaire, la seule qui sera certainement efficace.» Voici donc, de nouveau disponible, ce précieux ouvrage qui a fait tant de bien aux âmes. L’invention littéraire n’y a aucune place. Les quatre Évangiles (dans leur texte intégral) y sont simplement fondus en un récit unique, à la chronologie suivie. De surcroît, enrichie de 576 notes, l’oeuvre du chanoine Weber a éclipsé les autres travaux du genre. Ces notes sont diverses : éclaircissements de points difficiles, développements moraux ou pratiques, commentaires tirés des Pères de l’Église, etc. Comme le soulignait, à l’époque, l’évêque de Verdun, « on voit, par la lecture des Quatre Évangiles en un seul, que les récits inspirés se fondent, s’éclairent et se complètent dans une si belle harmonie, qu’il suffit d’en établir la concordance pour obtenir l’histoire la plus attachante et la mieux suivie de Notre-Seigneur Jésus-Christ. » La lecture fréquente, l’étude, la méditation continuelle des Évangiles a, de tout temps, été encouragée par l’Église — à qui il appartient de juger de leur interprétation véritable de par le pouvoir que le Christ lui a conféré. Tous les papes ont exhorté les fidèles à aller puiser dans ce livre unique au monde la connaissance de Jésus-Christ en dehors duquel, comme le dit saint Pierre, il n’est pas de salut. « Heureuse l’âme qui ouvre chaque jour l’Évangile ! Elle boit à la source même des eaux vives. » (Dom Marmion) Très belle réédition avec des lettrines et de nombreuses illustrations en noir & blanc traditionnelles (Texte intégral recomposé). Un ouvrage à offrir impérativement pour toutes les fêtes religieuses (communion, mariage, etc.). 510 pages (imprimatur 1908, 1947, réédition 2002), relié cartonné 12 x 17,5 cm. Magnificat.25,00 EUR

Grande vie de notre-Seigneur Jésus-Christ (La), par Ludolphe le
Chartreux (†1378). Parmi les auteurs qui ont écrit la Vie de Jésus-Christ, d’après les quatre Évangélistes et d’après les saints Pères, il en est un qui, depuis près de 700 ans, jouit d’une réputation justement méritée : c’est Ludolphe, surnommé tantôt le Saxon, à cause de son origine, et tantôt le Chartreux, à cause de sa profession monastique. Il vécut dans la compagnie d’illustres mystiques, et se sentant appelé à la contemplation des choses célestes, il résolut d’embrasser la vie solitaire pour s’y livrer tout entier avec uneplus grande facilité. Le chroniqueur Hermann Schedelius n’a pas hésité à dire : “La Vie de J.-C. est écrite avec un art si merveilleux que ce livre paraît céleste”, il semble être l’effet de l’inspiration plutôt que le résultat de l’étude. Son vénérable auteur y montre “une connaissance approfondie des choses divines et humaines, mais surtout une notion aussi complète que possible de la Vie de J.-C.”. Bostius atteste que de son temps, au XVe siècle, on conservait avec une grande vénération à la Chartreuse de Mayence l’autographe de Ludolphe : Liber Vitæ Christi. C’est ce même ouvrage que sainte Thérèse avait lu et qu’elle relisait en castillan, lorsqu’elle entra dans le sublime ravissement dont elle parle au chapitre 38° de sa Vie. Saint François de Sales mettait le livre de Ludolphe au même rang qu’un petit nombre d’écrits ascétiques dont il recommandait la lecture à sainte Jeanne- Françoise de Chantal ; et la servante de Dieu, fidèle aux avis de son sage directeur, faisait ses plus chères délices de méditer habituellement ce qu’on appelait alors en France la Grande Vie de Jésus-Christ. Ce qui prouve en outre combien ce livre a été généralement estimé et recherché dans les pays catholiques, depuis plusieurs siècles, ce sont les nombreuses éditions et les différentes traductions qui en ont été publiées. Wilmart en 1935 n’a pas hésité à l’affirmer : “C’est l’un des plus beaux et savants ouvrages qui nous viennent du Moyen-âge… presque toute la littérature patristique s’y trouve incorporée.” Cette réédition du texte original

Bibliographie

17/27

(traduction du XIXe ; typographie recomposée pour une lisibilité parfaite) est réellement un événement ! Voir aussi à : “Commentaires du Sermon sur la Montagne” et “Au commencement était le Verbe”. — 7 tomes d’environ 400 pages (rééd. 2005), 14,5 x 20,5 cm (dos carré-collé). Éditions Delacroix. LE tome.... 23,00 EUR — ou version abrégée en 1 volume édité par Clovis “Vie de Jésus-Christ” (625 pages, 14 x 21 cm). 150,87 FRF/ 23,00 EUR

http://www.editions-delacroix.com/librairie/index.html?c32.html

Évangile de notre-Seigneur Jésus-Christ (L’). Commentaire littéral,
doctrinal et spirituel

des textes évangéliques replacés dans le cadre de la vie de Jésus, par Dom Paul Delatte (18481937). Il existe actuellement peu de livre pour commenter les Évangiles… (mis à part la “Chaîne d’or” de saint Thomas d’Aquin mais qui totalise 17 tomes !). Celui-ci est donc le bienvenu, d’autant qu’il fut rédigé au début du XXe siècle, par un célèbre moine de Solesmes, dans un esprit tout à fait traditionnel. Une oeuvre bien appréciée pour pénétrer plus en profondeur dans l’esprit de l’Évangile (que l’on pourra aussi
2 tomes de 560 et 448 pages (Mame 1922, rééd. 1975), 13,5 x 21 cm. Solesmes. ................249,26 FRF / 38,00 EUR http://www.abbayedesolesmes.fr/FR/livres/catalogue.php?js=1&par=JmNjPTE=#c1

Qui a tué Jésus-Christ ? , par le Père Isidoro da Alatri.

Bien avant le concile Vatican II, l’historien juif Jules Isaac réclamait une “réforme nécessaire de l’enseignement chrétien“ sur le judaïsme, réforme qui consistait à attribuer aux Évangiles et aux Pères de l’Église la responsabilité de la naissance de l’antisémitisme. Depuis, tant les documents conciliaires que le catéchisme promulgué par Jean-Paul II ou que nombre de déclarations officielles nient la responsabilité du judaïsme dans la mort de Jésus… Dans cet opuscule, le Père Isidoro da Alatri s’emploie à défendre l’enseignement traditionnel de l’Église, l’historicité des Évangiles et l’autorité des Pères sur la question de la responsabilité juive dans la mort de Jésus (responsabilité réaffirmée encore en 1937 par Pie XI dans la célèbre encyclique Mit brennender Sorge qui condamnait le National-Socialisme). L’ouvrage du Père Isodore, soucieux uniquement de “ne pas trahir, mais dire toute la vérité” est toujours — quarante ans après — d’une brûlante actualité ! A lire absolument ! Voir aussi l’excellent titre réédité par Éditions D F T : “Juifs dans le mystère de l’histoire (Les)” (Abbé Julio Meinvielle). 128 pages (imprimatur 1961, réédition 2001), 15 x 21 cm. Sodalitium. ...................................... 69 FRF / 10,52 EUR http://www.sodalitium.eu/index.php?ind=reviews&op=entry_view&iden=1

Traité de la doctrine chrétienne,

par le Père Louis de Grenade o.p.

(traduction en français par l’Abbé Bareille). Ce Traité de la doctrine chrétienne fut publié par le Père Louis de Grenade, de sainte et glorieuse mémoire, en langue portugaise, afin de suppléer à la pénurie de ministres évangéliques, fort grande dans les contrées montagneuses de ce royaume ; c’est encore dans ce but qu’il l’écrivit en langue vulgaire, voulant ainsi le rendre plus accessible à toutes les intelligences. Là vous seront

Bibliographie

18/27

offertes, en abrégé, toutes les vérités que tout chrétien doit connaître ; et cette doctrine, puisée aux sources pures des saints et des docteurs, vous la jugerez telle qu’on pouvait l’espérer de l’heureux et bienfaisant génie de notre vénéré frère, le Père Louis de Grenade. Dos carré collé. Du même auteur, voir aussi à : « Sermons », « Guide des pécheurs », « Fêtes de la Vierge ». 2 tomes de 450 pages (imprimatur 1862, rééd. 2006), 14,5 x 20,5 cm. Éditions Delacroix. (27 EUR le tome)54,00 EUR http://www.editions-delacroix.com/librairie/index.html?c32.html

Pour qu’Il règne- Jean Ousset éditions DMM, 32 €
Le Christ fondement de la vie en société. L’Eglise ne peut prendre en mains directement la construction d’un ordre social juste. Ce sont les laïcs qui en sont chargés dans le respect de la distinction du spirituel et du temporel, mais toujours en relation de réciprocité. A ce projet d’ordre social juste s’opposent de multiples agents historiques et actuels qui ont en commun l’arrachement de la vie sociale au Christ et à l’Eglise. C’est ce qu’on appelle la Révolution. Face à l’humanisme athée, l’humanisme chrétien, raison d’espérance pour agir dans le sillage de cet Homme qu’on appelle le Christ.

Bibliographie

19/27

La vie de Jésus christ par Giuseppe Riccioti
traduction de Maurice Vaussart, Payot, Paris, 1954. (710 pages qui se lisent avec délectation). On peut le trouver d'occasion par la filière habituelle (abebook, etc) et aussi en reproduction de bonne qualité à la procure de l'IMBC (Centro Librario Sodalitium, adresse infra). Tout le contexte palestinien est traité en détail au départ, les différentes interprétations hétérodoxes réfutées, les questions ouvertes clairement et humblement exposées. L'auteur était un authentique savant, philologue, historien, fin connaisseur de la géographie et des moeurs orientales, sans parler des langues sémitiques, du grec et du latin évidemment. Et modeste avec ça. Un vrai nectar qui n’a rien perdu de sa valeur scientifique .
http://www.sodalitium.eu/index.php?ind=reviews&op=entry_view&iden=8

Bibliographie

20/27

4- HISTOIRE
Histoire partiale, histoire vraie Professeur Jean Guiraud: Editions pamphiliennes
Avez-vous assez des mensonges des manuels d’histoire officiels? Le pape St. Pie X loua l’auteur d’avoir réfuté de nombreuses calomnies dirigées contre la civilisation chrétienne, colportées par les manuels d’histoire officiels. Présentation bien structurée par petits chapitres. 4 tomes. 25 € par tome ou l’ensemble moins cher à 75 € (au lieu de 100 €) T. 1: Les origines du monde — les druides — l’Église et l’Empire romain — l’Église et l’esclavage — St. Martin, Ste. Geneviève, Clovis, Charlemagne — la féodalité — les croisades — l’inquisition — l’instruction au Moyen Âge — le peuple était-il misérable au Moyen Âge? — Jeanne d’Arc.

http://www.catholique.info/histoire/professeur-jean-guiraud-histoire-partiale-histoire-vraietome-1
T. 2: Les sciences, la littérature, les arts et la connaissance du monde au Moyen Âge (une église du Xe siècle en Amérique du Nord!) — Renaissance chrétienne et Renaissance païenne — intolérance de la Réforme — vandalisme protestant (chapitre gratiné!) — responsabilité des guerres de religion — la SaintBarthélémy. T. 3: Révocation de l’Édit de Nantes — la dîme — à quoi servaient les biens du clergé? — instruction populaire avant la Révolution. T. 4: Suppression de la Compagnie des jésuites: calomnies jansénistes – Blaise Pascal, théologien improvisé — manigances des gouvernements — complot maçonnique international.

La conjuration antichrétienne Mgr Delassus:Editions pamphiliennes
La célèbre “Somme” de la contre-révolution enfin rééditée! Une mine de documents sur le long travail de sape de la judéo-maçonnerie. Le texte des trois tomes a été entièrement recomposé informatiquement et réuni en un seul tome. De plus, un index des noms très utile y a été ajouté. 48 € http://www.catholique.info/histoire/mgr-delassus-la-conjuration-antichretienne

Précis d’histoire Dominicaines enseignantes (Saint Pré – Brignoles) – 1990 ;
éditions Fideliter ; 112 route du Waldeck 57230 EGUELSHARDT.) 5 tomes : • • • • Tome I : L’Antiquité Gréco-Latine ; la France de 496 à 1328. Tome II : La France de 1328 à 1774. Tome III : La France de 1775 à 1870. Tome IV : Histoire contemporaine (en deux volumes : I de 1871 à 1945 et II de 1945 à 1990)

Bibliographie

21/27

Cet ouvrage ne constitue pas un cours détaillé mais seulement, comme son nom l’indique, « un précis ». C’est pourquoi il sera d’une grande valeur pour celles et ceux – sans doute nombreux – qui ont oublié les leçons de leur jeunesse. De plus, il présente une lecture catholique de l’histoire, et non pas matérialiste comme le font les traités en vigueur dans l’enseignement public ou assimilé.

Mémoires pour servir à l'histoire du jacobinisme (la procure) Editions de
Chiré revus et corrigés par l'auteur en 1818 Barruel, Augustin ISBN : 2-85190-144-3

Bibliographie

22/27

5- MESSE-LITURGIE
Petite méthode pour suivre la sainte messe
Un livret pour assister dévotement à la Sainte Messe (selon le rite de St Pie V) qui reprend les intentions de la Sainte Église dans la célébration. Il est accompagné d'une simple et brève explication liturgique et d'images illustrant le rite. Pour retrouver la Messe de notre enfance… http://www.sodalitium.eu/index.php?ind=reviews&op=entry_view&iden=14

La messe expliquée aux fidèles (Abbé Jolly)
http://www.librairiecatholique.com/livres/liturgie/forme_extraordinaire_du_rit_romain/la_me sse_expliquee_aux_fideles_9782912642035_daniel_joly_.asp

Bref Examen Critique du Nouvel Ordo Missae des cardinaux Ottaviani et
Bacci
« Le nouvel Ordo Missae, si l’on considère les éléments nouveaux, susceptibles d’appréciations fort diverses, qui y paraissent sous-entendus ou impliqués, s’éloigne de façon impressionnante, dans l’ensemble comme dans le détail, de la théologie catholique de la Sainte Messe, telle qu’elle a été formulée à la XXIIe session du Concile de Trente, lequel, en fixant définitivement les « canons » du rite, éleva une barrière infranchissable contre toute hérésie qui pourrait porter atteinte à l’intégrité du Mystère ». C’est en ces termes que le cardinal Ottaviani, préfet émérite de la Congrégation pour la Doctrine de la foi, et le cardinal Bacci, principal rédacteur de l’encyclique Veterum sapientia de Jean XXIII, s’adressaient le 3 septembre 1969 à Paul VI en lui présentant leur « examen critique » de la nouvelle messe, à quelques semaines de son entrée en vigueur. Publiée à l’occasion de l’année de l’Eucharistie qu’a promulguée Jean-Paul II, alors que se multiplient les demandes pour que soit mis fin au bannissement du rite immémorial de la messe catholique, cette nouvelle édition du texte fondateur de toute la critique de la messe de Paul VI est éclairée de rappels historiques et accompagnée des enseignements de saint Pie V et du concile de Trente qu’il cite en référence.

Elle vise à replacer le débat sur la messe sur le terrain qui est le sien : celui de la doctrine.

http://www.renaissancecatholique.org/Bref-Examen-Critique-du-Bref.html

Bibliographie

23/27

6- DIVERS
Les mères patries : Jérusalem, Athènes, Rome
PAUPERT Jean-Marie

http://www.editions-de-paris.com/article.php3?id_article=102

Le latin par la lecture de l’ancien testament (abbé Lhomond)
http://www.editions-de-paris.com/article.php3?id_article=33&var_recherche=latin

Le latin par la messe
http://www.editions-de-paris.com/article.php3?id_article=209

Les symboles chrétiens primitifs
Jean Danielou editions Seuil

Cours de latin liturgique
« On ne comprend rien à la liturgie latine » nous dit-on ! Jean-Paul II répondait non sans beaucoup d'humour : « Et si on réapprenait le latin... ! ». Benoît XVI va plus loin et nous met au pied du mur en nous offrant par son Motu proprio la messe latine grégorienne pour tous ceux qui la veulent. L'Association Una Voce est de l'avis des souverains pontifes : l'unité de l'Eglise passe avant tout par une unité de langage sacré et de chants liturgiques. C'est ce qu'avaient bien compris les successeurs de Pierre quand ils réformèrent les « errances » des églises locales et luttèrent contre le régionalisme de certains diocèses. Bernadette Lécureux en a tenu compte. Elle nous propose un ouvrage remarquable, intitulé « Cours de latin liturgique ». Parfaitement adapté aux besoins des fidèles de notre époque, quels qu'ils soient, il est d'une indéniable clarté. Nous ne saurions trop vous conseiller de l'acquérir. Il propose une formation aussi bien adaptée aux débutants qu'aux personnes qui désireraient raviver leurs connaissances et progresser dans leur participation aux offices. Ne manquez pas d'en faire l'acquisition, vous ne le regretterez sûrement pas. http://www.unavoce.fr/component/page,shop.product_details/flypage,flypage_unavoce.tpl/pro duct_id,110/category_id,4/option,com_virtuemart/Itemid,192/

Bibliographie

24/27

Réponses aux objections sur l'usage du latin et du grégorien
Ce petit livret a été réalisé par Una Voce dans le but d'aider le lecteur, jeune ou moins jeune, à répondre aux objections diverses qui pourraient lui être opposées quant à l'usage de la liturgie latine et du chant grégorien dans nos églises. Il a été fait en collaboration avec plusieurs personnes très attachées à la beauté des cérémonies liturgiques, estimant comme le saint curé d'Ars que rien n'est jamais trop beau lorsqu'il s'agit d'une offrande à Dieu. A chaque objection, le lecteur trouvera plusieurs réponses, qui ne constituent pas les différents points d'un exposé, mais des points de vue divers qui se complètent, lui permettant de choisir celui qui conviendra le mieux à son interlocuteur. Après les objections se rapportant directement au latin et au chant grégorien, nous répondrons également à quelques objections plus générales qui nous ont été faites au sujet de la liturgie traditionnelle. Pour plus de clarté, nous faisons précéder ces réponses d'un petit lexique et d'un bref rappel historique concernant la messe. Nous les complétons par ailleurs en donnant en annexe des extraits de l'instruction "Inaestimabile donum" de 1980, texte du magistère trop peu connu des fidèles, rappelant quelques principes fondamentaux qui doivent régir la liturgie.

http://www.unavoce.fr/component/page,shop.product_details/flypage,flypage_unavoce.tpl/pro duct_id,56/category_id,4/option,com_virtuemart/Itemid,192/

L’Homme, Ernest Hello.
Réédition de ce texte mythique de E. HELLO, qui devrait faire partie du programme des classes de première ou de terminale. Ce livre apporte une réflexion et un argumentaire de premier ordre sur toutes les manifestations de la folie et du mal qui nous entourent. C’est une lecture essentielle pour les lecteurs exigeants. Ernest Hello a souvent été comparé à Pascal. Certes, l’impact de leurs propos et la justesse de leurs tirs peuvent le permettre. Mais Pascal était un janséniste recroquevillé sur lui-même, tandis que Hello n’était concerné que par l’être, c’est-à-dire par la manifestation active du divin en lui et en tout, et du moyen de se placer en harmonie avec. Penseur original, mais aussi poète incroyable. Il faut lire ses pages lumineuses sur la vapeur, le télégraphe électrique ou encore la photographie. http://www.editionsdelareconquete.com/lhomme.php

Bibliographie

25/27

7- CHESTERTON

Orthodoxie
Orthodoxie présente l'intérêt d'une apologie de la religion chrétienne par un converti. Païen à 12 ans, agnostique à 16 ans, quel chemin Chesterton a parcouru pour venir à la foi. Quelques aspects du christianisme authentique y sont mis dans une lumière vigoureuse : en particulier ce que Chesterton appelle son "romantisme", c'est-à-dire en somme son caractère poétique, extrême, enthousiaste, infiniment éloigné des platitudes d'une religion naturelle ou rationnelle. Apologiste à coup sûr, mais d'une espèce à part : jamais abstrait, ni grave, ni docte, jamais superficiel non plus, cet esprit pénétrant et singulier a réalisé ce paradoxe de mettre l'humour au service de la foi. http://www.saint-remi.fr/details-catalogues.php?id=%20299

Homme éternel (L’),

par Gilbert-Keith Chesterton.

Dans la première partie de L’homme éternel, Chestertons’applique à étudier l’homme comme s’il n’était qu’un animal et montre qu’il serait moins invraisemblable de le tenir pour un ange. Le même type de raisonnement l’amène ensuite à regarder le Christ comme s’il n’était qu’un homme, afin de rendre évident qu’il est plus rationnel de croire ce qu’en dit l’Église. On peut dire autrement que la première partie de L’homme éternel est un résumé de l’aventure de l’humanité païenne et la seconde un aperçu du bouleversement que fut son passage au christianisme. S’il est très difficile de donner en quelques mots une vue précise du contenu de L’homme éternel, qui passe Outre-Manche pour le chefd’oeuvre de son auteur, il est impossible de donner à ceux qui ne connaissent pas Chesterton une idée de la puissance de ses raisonnements, de la vivacité de son imagination et de l’éclat de ses paradoxes. L’homme éternel, que Chesterton écrivit après sa conversion, est sans doute l’un des plus grands parmi les livres qui peuvent amener des incroyants à considérer avec attention et sympathie ce que l’Église enseigne sur l’homme et sur Dieu ; et certainement l’un des plus beaux jamais consacrés à exalter la révélation divine. 302 pages (1999, 2ème édition 2004), 15 x 22 cm. Dominique Martin Morin..........................157,43 FRF / 24,00 EUR http://www.saint-remi.fr/details-catalogues.php?id=%20903

Saint-Thomas d’aquin Ouvrage biographique qui est présenté d'une façon dynamique et très accrochante. Réjouissant, vivace, soutenu, drôle. À conseiller impérativement. Le grand E. Gilson a dit de cet ouvrage qu'il humilie par sa qualité la plupart des plus grands professeurs titulaires de chaires thomistes. Editions Saint-Rémi http://www.saint-remi.fr/recherche.php? Liste1=1&Liste2=&Liste3=&mot=&aut=CHESTERTON&rechercher.x=45&reche rcher.y=12&rechercher=rechercher
Bibliographie 26/27

Hérétiques
l se peut, écrit Chesterton, le ciel me pardonne, que j'aie essayé d'être original, mais je n'ai réussi qu'à inventer par mes propres moyens une copie inférieure des traditions existantes de la religion civilisée... Je m'ingéniai à trouver une hérésie originale et, quand j'y eus mis les derniers soins, j'ai découvert que c'était l'orthodoxie…. Et j'ai trouvé que j'étais dix-huit cents ans en arrière." http://www.saint-remi.fr/details-catalogues.php?id=%20830

La sphère et la croix
La Sphère et la Croix nous conduit dans le royaume enchanté de la philosophie chestertonienne. Donnant libre cours à son étourdissante et neuve fantaisie, à tel point que certains chapitres ont le charme rajeunissant d'un théâtre de marionnettes, Chesterton y expose ses idées si vivantes, sa foi sans détour, intrépide et rayonnante avec une hardiesse belliqueuse : celle de son héros dont l'épée, toujours prête au combat, semble l'outrancière parodie.

http://www.saint-remi.fr/details-catalogues.php?id=%20640

Bibliographie

27/27