Episode 2 : Introduction – Deuxième Partie Au Nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

Qu'Allah accorde Sa grâce et Sa paix à son prophète Mohammed ainsi qu'à sa famille et ses compagnons. Après avoir défini les objectifs de notre programme ou notre projet de vie comme nous l’avions déjà appelé, nous répondrons cette fois-ci aux questions suivantes :

Pourquoi ce programme et quelle est la différence avec l’ancien programme : ‘Nous rencontrons les bien-aimés ?

• •

Pourquoi la devise du programme ‘Ensemble nous bâtissons la vie’ ? Est-ce qu’il y a réellement un espoir de réussite et de succès ?

Lors du prochain épisode et si Allah le veut nous discuterons des points suivants :
• • •

Comment l’occident a traité le problème de la renaissance ? Comment réussir cette renaissance chez les musulmans ? Le plan de travail du projet et sa durée !

L’objectif de cet épisode, à part celui de rappeler que nous sommes arrivés à des niveaux de décadence inimaginables, est de comprendre correctement l’Islam. L’Islam n’est pas uniquement une religion d’adoration, de vénération et de dévotion exprimées par les prières et le jeûne, etc. Ceci ne diminue en rien leur importance. Mais certaines personnes ont limité la définition de l’Islam à cela. Elles ont considéré que faire le jeûne pendant le mois du Ramadan et porter le voile … sont les buts uniques de notre religion. Notre programme a pour objectif de corriger ce genre d’idées. L’Islam bâtit la vie, pour élever des individus qui réussissent et qui comprennent l’Islam de la bonne manière. Je commencerai par vous citer un verset très important du Coran et qui en dit long. L’avenir de tous les musulmans dépend de ce verset que l’on trouve dans la sourate Fatiha (Ouverture du Coran) et que l’on récite chaque jour pendant nos prières plus de 17 fois pendant nos prières obligatoires et même plus si nous faisons des prières subrogatoires. Ce verset dit –ce qui peut être traduit comme : « C’est Toi [Seul] que nous adorons, et c’est Toi [Seul] dont nous implorons le secours. » (TSC[i], Al-Fâtiha ‘Prologue ou ouverture’ : 5.) L’interprétation connue de ce verset stipule qu’Allah nous aide dans notre adoration et vénération. Mais il a un autre sens encore plus profond, plus important et plus fort. Quel est ce sens qui constitue le cœur de notre programme ? Il tourne autour de la notion qui dit que tout cet Univers nous appartient, et qu’Allah l’a ainsi crée pour nous servir. D’ailleurs nous trouvons dans plusieurs versets du Coran l’expression « Il a soumis à votre service.. », et « …et c’est Toi ‘Seul’ dont nous implorons le secours » dans la Fatiha, ce qui veut dire que nous utilisons ce que Allah a crée pour nous pour réussir et pour le vénérer de la manière qui lui est due. Ce verset englobe toute l’essence de l’Islam. Ibn El-Qayem l’un des exégètes les plus célèbres a dit : « Allah a regroupé tous les livres sacrés dans trois livres, la Torah, la Bible et le Coran, puis il a regroupé les trois livres sacrés dans le Coran, puis il a regroupé le Coran dans la Sourate Al-Fatiha et enfin il a regroupé la Fatiha dans ce verset ». l’Islam en entier a été résumé dans ce verset. Mais malheureusement, nous musulmans, nous ne prenons en compte que la première moitié de ce verset. Nous adorons et vénérons Allah mais nous n’implorons pas Son secours et Son aide pour bien faire. L’Homme ne demande de l’aide que quand il s’agit de situations difficiles et bien précises. Et puisqu’en général nous ne sommes pas dans des situations difficiles, nous avons donc négligé d’implorer le secours d’Allah.

Les occidentaux, quant à eux, ont mis en pratique la deuxième moitié que nous avons négligée. Ils ont défié les situations difficiles et les ont vaincues, ils ont travaillé durement et ont produit avec l’aide de Dieu. Mais à leur tour ils avaient négligé la première moitié et leur civilisation a échoué. Seuls ceux qui ont mis en pratique « C’est Toi [Seul] que nous adorons, et c’est Toi [Seul] dont nous implorons le secours » ont mérité « le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs… ». La civilisation musulmane n’a vécu ce cas là qu’une fois depuis l’époque du prophète Mohammed (BP sur lui). Et tant que les musulmans négligeront la deuxième moitié du verset, leur situation ne changera jamais. L’objectif de ce programme est justement de le leur rappeler. Complétons ensemble l’image. Si nous négligeons « … c’est Toi [Seul] dont nous implorons le secours.» nous négligerons, par la même occasion « C’est Toi [Seul] que nous adorons… ». C’est logique et en voici la preuve : nos moyens utilisés pour vénérer Allah sont par exemple le tapis de prières, un chapelet, et même la lanterne de Ramadan (Jouet sous forme de lanterne avec lequel les enfants jouent pendant le mois du Ramadan) et les horloges indiquant l’heure de la prière, tous ces objets ne sont pas produits chez nous ! Ainsi nous avons également échoué à mettre en pratique « C’est Toi [Seul] que nous adorons… » ! Et pour mieux comprendre l’idée, l’occident a défini les conditions et bases qui régissent la vie et les projets économiques selon leur propre style de vie et non selon nos valeurs et conditions stipulées dans le saint Coran. En commençant par le système métrique jusqu’au système d’étoiles pour évaluer les hôtels et en passant par le système de contrôle de la qualité ISO. Tu veux réaliser un projet touristique? Un hôtel de luxe cinq étoiles ? Tu ne pourras obtenir cet agrément que si tu offres parmi tes services un débit d’alcool et un casino ! Pourras-tu t’y opposer et dire que c’est interdit par l’Islam ? Tu ne recevras donc pas cet agrément ! Qui pose les conditions et décide? Sûrement et malheureusement, ce n’est pas toi. Tu n’as ni le droit de refuser ni le droit d’accepter, puisque tu ne possèdes pas les clés de l’économie, tu n’es qu’un simple opportuniste qui essaye de faire partie du monde des affaires dont les conditions sont établies par le plus fort. Voyez-vous ? Même l’adoration et vénération d’Allah sera polluée ! Il est alors temps d’utiliser les deux ailes pour voler. Suivons l’exemple de ceux qui ont bâti la première civilisation musulmane, prêtres et adorateurs pendant la nuit et chevaliers et guerriers pendant le jour. Seul le concept d’adoration et vénération dans l’Islam mène vers la réussite. Il existe un autre sens à la réussite dans la vie, un sens important en relation avec la cause et l’objectif de la création. Platon après étude et longues méditations avait sorti la fameuse théorie qui stipule qu’Allah avait créé l’Univers puis l’a oublié ! La réponse à une telle allégation, on la trouve dans le saint Coran dans Sourate « Marie », verset 64 « …Ton Seigneur n’oublie rien. » Karl Marx à son tour avait sorti sa théorie qui dit qu’Allah voulait s’amuser et a créé les Hommes ! (J’implore le pardon d’Allah). Le saint Coran a également répondu à ce genre de discours dans la sourate « Les croyants », versets 115/116 : « Pensiez-vous que Nous vous avions créés sans but, et que vous ne

seriez pas ramenés vers Nous?… Que soit exalté Allah, le vrai Souverain! Pas de divinité en dehors de Lui, le Seigneur du Trône sublime! »
Elia Abu Madi, un poète arabe, s’est égaré et a composé un poème où il dit qu’il ne connaît pas la raison de son existence. La réponse est dans la sourate « Qui éparpillent », verset 56 « Je n’ai créé les djinns et les hommes que pour qu’ils M’adorent.»… et la sourate « La Vache », verset 30 «Lorsque Ton Seigneur confia aux Anges: «Je vais établir sur la terre un vicaire …» L’Homme est le vicaire d’Allah sur terre et il en est responsable. Le verset 31 de la même sourate dit: «Et Il apprit à Adam tous les noms (de toutes choses)… » les noms des technologies de la vie et comment les gérer. C’est ainsi qu’Allah l’a enseigné à Adam.

Il ne te reste donc qu’à commencer à chercher un chemin, un métier, et un moyen pour réussir. Pour que ton Islam soit complet et pour que tu ne sois pas de ceux dont parlait le Calife Omar dans sa supplication où il disait «Allah, je me lamente auprès de Toi de la force des pécheurs et de l’impuissance des croyants ». Et n’oublie pas de répéter le Du’aa du matin du Prophète Mohammed (BP sur lui) : «Allah je cherche Ta

protection contre l’anxiété et la tristesse, contre la faiblesse et la fainéantise, contre la lâcheté et l’avarice et contre l’accablement par les dettes et être vaincu par les hommes ».
Même après notre mort, le Prophète nous indique comment être des bâtisseurs de la vie quand il nous dit :

« Quand l’Homme meurt, ses faits ont pris fin, à l’exception de trois : une charité donnée continuellement en sa mémoire (représente un investissement financier en son vivant), une connaissance ou science (étude et effort) de laquelle d’autres peuvent bénéficier après sa mort, et un descendant (éducation d’une génération) qui prie Allah pour lui »
Et même si l’heure du jour du jugement dernier sonne le Prophète (BP sur lui) nous dit : « Quand l’heure

sonnera et que l’un d’entre vous a une racine dans la main, s’il peut la planter qu’il le fasse »
Egalement pendant le jour du jugement dernier, le Prophète (BP sur lui) dit : « Nul ne sera avancé vers le

Sirate (Pont construit sur l’enfer et qui mène au paradis) sans qu’il ne soit interrogé sur quatre ‘choses’, sa vie, sa jeunesse, son argent et ses connaissances »
N’est-il pas curieux que les premiers versets que le Prophète (BP sur lui) a reçus contiennent les mots ‘Lis’ et ‘enseigne’ deux fois dans la sourate « L’Adhérence : « Lis, au nom de ton Seigneur qui a créé...qui a

créé l’homme d’une adhérence… Lis! Ton Seigneur est le Très Noble…qui a enseigné par la plume…a enseigné à l’homme ce qu’il ne savait pas. ». Même l’outil (la plume) utilisé pour apprendre
a été cité une fois. La sourate « Les fourmis » parle de l’avancement et de la réssite des civilisations. La sourate « le Fer encourage l’industrie de l’armement. La sourate « La Royauté » nous parle des moyens d’éliminer le chômage. Et même la sourate « Le Vendredi » nous incite à travailler avant le temps des prières et du congé. Nombreux sont les exemples de ceux qui ont réussi. Leur réussite commence par une idée simple comme nous l’avons dit avant. Une idée qui habite l’esprit et les émotions de l’individu et qui devient sa raison d’être: notre prophète Mohammed (Que les prières et le salut soient sur lui) a dit : « Ne comprendra ni ne fera vaincre cette religion que celui qui en aura compris l’essence et les tenants et aboutissants ». Rappelez-vous Avicenne que l’Europe surnommait le prince des médecins, il a été le premier à mettre au point les bases de la médecine moderne, son ouvrage « Le Canon en médecine » était la référence en médecine enseignée pendant quatre siècles. Quand il a été interrogé sur sa façon de résoudre plusieurs équations difficiles, il avait répondu que c’était grâce à un verset du Coran qui dit –ce qui peut être traduit comme : « Et aussi Nous avons fait de vous une communauté de justes[ii]… » (TSC, ‘Al-Imrân ‘La Famille D’Imrân’ : 143), ainsi à chaque fois qu’il ne pouvait résoudre une équation, il se concentrait sur son milieu. Abbas Ibn Firnas a été le premier à effectuer un vol d’essai pendant le deuxième siècle de l’hégire. Un verset du Coran l’avait encouragé : sourate « Le Tout Miséricordieux », verset 33 :« O peuple de djinns et

d’hommes! Si vous pouvez sortir du domaine des cieux et de la terre, alors faites-le. Mais vous ne pourrez en sortir qu’à l’aide d’un pouvoir [illimité] » Il a mis en application ce verset et a réuni les
habitants de Gordoba pour être témoins de son essai, et contrairement à ce qui a été raconté par la suite, son essai a été une réussite et il s’était uniquement fracturé les jambes à l’atterrissage. Ibn Khaldun a été le précurseur de la sociologie et le premier à mettre au point les bases du cycle de vie

des nations et à étudier l’influence de la géographie et du climat sur le comportement des individus, sujets relatés dans son fameux ouvrage « Introduction à l’histoire ». Ce fameux savant a été influencé par un verset qui dit –ce qui peut être traduit comme: « Avant vous, certes, beaucoup d’événements se sont

passés. Or, parcourez la terre, et voyez ce qu’il est advenu de ceux qui traitaient (les prophètes) de menteurs. » (TSC, ‘Al-Imrân ‘La Famille d’Imran’ : 137).
Qui d’entre nous prend un verset du Coran et se dit qu’il va en suivre les consignes et réussir ? Ainsi, la réponse à la question sur la différence entre ce programme et ‘Nous rencontrons les bien-aimés’ est plus claire, deux ailes représentées par la foi et l’Islam. Le programme ‘Nous rencontrons les bien-aimés’ nous aide dans la première moitié «C’est Toi [Seul] que nous adorons… », à poser les bons fondements et bases à en faire allonger les racines profondément dans la terre. ‘Les bâtisseurs de la vie’, quant à lui, nous montre comment obtenir à partir des racines, des fruits. Aux deux programmes s’appliquerait le verset dans la sourate ‘Ibrahim, verset 24’ qui dit –ce qui peut être traduit comme : « N’as-tu pas vu comment

Allah propose en parabole une bonne parole, pareille à un bel arbre dont la racine est ferme et la ramure s’élançant dans le ciel? ».
Et si nous réfléchissions ensemble, vers qui doivent être dirigées de telles paroles ? Je vous dirais qu’elles sont en premier lieu destinées à la majorité de la population du monde arabe, à l‘espoir de notre avenir, aux jeunes.

1. Aux jeunes: selon les statistiques des Nations Unies sur la situation mondiale en 2002, la distribution
des populations selon l’âge montre que plus de 38% de la population mondiale en dessous des 14 ans est présente dans le monde arabe. Cela veut dire que l’avenir est à nous. L’avenir que nous allons construire nous-mêmes.

2. La femme: la moitié de la société qui fait l’autre moitié et qui l’éduque. 3. Les parents responsables de l’éducation de leurs enfants et de leur remodelage.
4. Aux non-pratiquants: dont la construction crée une renaissance civique et un prestige personnel dont nous avons tous besoin. 5. Aux non-musulmans: pour l’avancement des pays. En rassemblant ensemble deux idées, nous aurons une infinité d’idées. Tout comme l’infinité d’images que tu obtiens quand tu te mets entre deux miroirs et tout comme la fission cellulaire. Nous sommes d’accord que ce projet n’est pas un projet pour un seul individu mais c’est un projet pour toute une nation, un projet par lequel nous défions notre situation. C’est un projet qui dépend de vos idées. Nous avons tous un exercice pratique à effectuer avant de nous rencontrer la prochaine fois. J’attends vos suggestions pour savoir ce que nous devons faire pour réussir et pour nous sortir de ce niveau de décadence. Pensez-y et envoyez-nous vos idées. Nous lirons toutes vos suggestions car chaque mot est important et pourrait nous mener vers la réussite. Et pour répondre à la question qui se pose sur cette certitude de réussite, je vous rappellerai que quiconque vit pour une idée finit par la réaliser. Le défi est un ingrédient principal à la réussite. La vie est faite d’épreuves … « Nous vous éprouverons par le mal et par le bien [à titre] de tentation… » (TSC, ‘Al-‘Anbiya’ ‘Les Prophètes’ : 35). Les défis sont de trois sortes. Ceux qui sont faciles et qui n’encouragent pas la créativité. Ceux qui sont impossibles et décourageants et enfin ceux qui stimulent les énergies et la créativité. Et nous sommes devant ce dernier genre de défi. Regardons ensemble un documentaire de cinq minutes qui nous montre une expérience de réussite contemporaine unique dans son genre. Celui qui l’a vécu se nomme Khaldun un jeune homme tétraplégique

qui respire de manière artificielle. Mais Allah l’a béni et il a le cerveau intact. Il a défié son handicap et est devenu l’un des ingénieurs informaticiens les plus demandés. Regardez ce documentaire et sachez que l’impossible n’existe pas pour celui qui veut réussir.

[i] TSC : Traduction des Sens du Coran. Cette traduction est celle du sens courant le plus connu jusqu'à présent de la
sourate sus mentionnée. Lire la TSC ne remplace nullement sa lecture en arabe, la langue de révélation du saint Coran.

[ii] C’est à dire une religion de modération