Episode 8 : Être Sérieux Au nom d’Allah Le Tout-Miséricordieux, Le Très Miséricordieux Mes frères, soyez les bienvenus.

Je commence cet épisode par une question que je me suis posée. Quel est l’instant réel de naissance d’un être Humain ? Est-ce l’instant où il quitte le ventre de sa mère, frappe du pied par terre puis se développe et trottine marche sur ses deux jambes, grandit, apprend et se marie conçoit des enfants et enfin meurt ? Ou bien est-ce l’instant où il apporte une valeur ajoutée à lui-même, à sa communauté, à sa Oumma (nation). L’instant où il devient un des bâtisseurs de la vie ? La naissance réelle d’un être humain, c’est quand il commence à prendre en main sa vie et à contribuer à celle de sa communauté, et quand il ne représente plus un fardeau pour celle-ci. Alors, est-ce que nous sommes déjà nés ou pas encore ? Ceci est le but de notre programme “Les bâtisseurs de la vie”. Notre rencontre aujourd’hui traitera de la troisième chaîne. La chaîne du manque de sérieux, la chaîne de l’inconsistance, de la frivolité, de la futilité. Tous ces termes décrivent une seule chaîne qui est enracinée dans beaucoup d’aspects de notre vie quotidienne. Mais aujourd’hui, nous allons nous concentrer sur le manque de sérieux dans les médias. Parce qu’il est temps que nous mettions fin à cette histoire. Nous sommes devenus positifs et nous agissons rapidement. Il n’y a plus d’obstacles à nos mouvements. Nos mains sont libérées. Il est temps que nous bougions face à ce problème effrayant. Le problème de la propagation de la frivolité dans les médias d’une façon étrange et suspicieuse. Avant d’entrer dans le vif du sujet et d’expliquer comment les médias, comme les chaînes TV, les stations radio, les journaux, les magazines et Internet, diffusent la frivolité parmi les jeunes, j’aimerais commencer l’épisode par la présentation d’exemples de gens sérieux, et cela pour la gravité du sujet. Les exemples de gens sérieux : 1Notre maître “Abu Bakr aç-Çaddîq” : le frêle, au corps fragile, mais avec une forte personnalité et une forte volonté, disait de lui-même : “Par Allah, je n’ai pas dormi jusqu’à rêver, je ne me suis pas laissé distraire jusqu’à la négligence et je suis sur le chemin sans m’en écarter”. Ces paroles montrent le degré de sa conviction, ainsi que la conception que se fait “Abu Bakr” du sérieux. La vie est courte et le but est noble et il n’y a pas de temps pour les futilités. Celui qui s’active arrive à ses fins.

2-

Le jour de la bataille de “Qadissya”, alors que les gens faisaient des dons à “Sa‘ad ibn Abi Waqqâç” pour financer la bataille, une femme est venue en pleurant lui dire qu’elle n’avait rien à donner, mais qu’elle avait coupé sa tresse de cheveux pour qu’il en fasse une bride pour son cheval. Elle voulait participer à la victoire des Musulmans. Je compare cette femme aux Musulmanes futiles d’aujourd’hui qui passent plus de la moitié de leur temps devant la télé ou au téléphone.

3-

Avant le début de la bataille, un jeune garçon s’approcha de “Sa‘d” et lui demanda la permission

de rejoindre l’armée. “Sa‘d” le renvoya lui disant que c’était une affaire d’adultes. Mais le garçon le surprit par ces paroles : “En quoi cela te regarde “Sa‘d”, c’est une affaire entre Allah et moi Allah a acheté et j’ai vendu. Pourquoi tu te mets entre ALLAH et moi.” “Sa‘d” lui donna alors l’autorisation de rejoindre l’armée. La nuit de la bataille, le garçon revint vers ce dernier et lui dit : “Ô “Sa‘d”, j’ai fait un rêve étrange, j’ai vu que je me promenais dans des jardins qui ne sont pas de ceux de ce monde, et j’ai vu des fleuves qui ne ressemblaient pas aux fleuves de ce monde, et aussi des femmes qui ne sont pas comme les femmes de ce monde…” “Sa‘d” lui répondit: ‘Allah Akbar’ (Allah est plus grand), je pense que c’est un signe de ton futur martyr…” Le garçon lui dit : “Est –ce que tu voudrais quelque chose de moi “Sa‘d” ?” Ce dernier répondit : “Oui. Si tu rencontres le Messager d’Allah (BP sur lui) salue le de ma part et dis-lui que “Sa‘d” prie Allah de te rétribuer pour nous de la meilleure rétribution, car nous avons vu se réaliser ce que tu nous avais promis.” Le garçon reprit : “Et toi “Sa‘d” rapporte ce message à ma mère, dis lui que j’ai trouvé ce qu’Allah m’a promis. Je vois le Paradis.” “Sa‘d” lui dit : “Et qui est-ce ta mère ? ” Le garçon dit : “La propriétaire de la tresse.”

4-

Durant la bataille, un aveugle se rapprocha de “Sa‘d”, et demanda à porter le drapeau. C’était “Abdillâh ibn Umm Maktûm” qui appelait à la ‘çalat’ (prière musulmane) avec “Bilâl” au temps du Messager (BP sur lui). Il a rejoint l’armée bien qu’il en fût dispensé à cause de sa cécité. Mais “Sa‘d” refusa catégoriquement et lui dit : “Comment ? Mais tu es aveugle ?” L’homme lui répondit : “Un voyant fuira à la vue d’un cheval, mais moi, je ne vois rien et je resterai à ma place immobile ” “Sa‘d” lui dit : “Tu as raison.” Il lui donna le drapeau. Après la fin de la bataille, ils le trouvèrent mort en martyre le drapeau à la main. Voyez-vous la virilité ? Pour nous aujourd’hui, la virilité c’est de fumer une cigarette ou d’être entouré d’amies filles etc.

5-

Voici l’histoire d’un jeune garçon qui croyait au message de Jésus à une époque où ses disciples étaient tués. Le roi voulu tuer ce garçon qui lui dit : “Tu ne pourras pas me tuer avant de réunir les gens. Le roi ordonna à quelques-uns de ses soldats de le jeter du haut de la montagne. Mais le garçon fît cette prière : “Ô Allah protège-moi d’eux de la façon et par le moyen que Tu veux. Tu as le pouvoir sur toute chose.” Tous sont alors tombés du haut de la montagne et le garçon, au lieu de fuir, revint vers le roi, car il avait un but et un message à communiquer, c’était de sacrifier sa vie pour donner la foi aux gens. Le roi essaya une autre fois de le noyer dans la mer, mais il n’a pas réussi non plus et le garçon lui dit : “Tu ne pourras me tuer qu’en réunissant les gens, prends une de mes flèches et dis : “Au nom d’Allah Le Seigneur du garçon.”. Le roi exécuta ce que le garçon lui avait dit et le petit mourut en martyr. Les gens dirent alors : “Nous croyons en le Seigneur du garçon.” La naissance réelle de ce garçon était le jour de son martyre, parce qu’il avait guidé les gens vers le droit chemin.

6-

Une des causes de la fermeté et de la constance de “Omar ibn ‘Abdil ‘Azîz” sur le chemin de la vérité et de sa force était son fils “‘Abdillâh”, qui lui avait dit le jour de son investiture comme Calife : “Tu seras interrogé le Jour de la Résurrection et ta famille avec toi. Suis le droit chemin même si nous devons bouillir dans des chaudrons. Ne lâche pas cette voie mon père“. Omar répliqua : “Loué soit Allah pour m’avoir donné un fils qui me rappelle le Bien…”. Le jeune homme n’avait que 17 ans, mais il était sérieux. Le jour de la collecte de l’argent ramassée injustement par les “Bani Umayya” (les ascendants de “‘Omar”), certains des “Ulémas” (hommes de science religieuse) décrétèrent que le péché de cet argent illicite retombait sur ceux qui l’avaient amassé avant et ainsi il ne devait pas être rendu à ceux desquels il avait été usurpé, mais “Omar” insista pour le rendre. Et comme il

faisait très chaud. Il dit : “Je le rendrai dans l’après-midi.” “Abdillâh” vint le voir et lui dit : “Est-ce que tu es sûr de vivre jusqu’à l’après-midi ?!” Ce jeune homme est mort à 19 ans, après avoir raffermi son père et l’avoir rendu plus fort ne craignant rien ni personne dans son combat pour la cause d’Allah.

7-

Notre maître “‘Aly ibn Abi Tâlib” qui a porté la cause de l’Islam sur ses épaules depuis l’âge de 7 ans et jusqu’à son martyre à 63 ans.

8-

“Ibrahîm Ibn Adham” était un jeune homme futile et dont les préoccupations se limitaient à
s’amuser avec son cheval. Un jour, un vieillard qui passait près de lui dit : “Est-ce pour cela que tu as été créé “Ibrahîm” ou est-ce cela qui t’a été ordonné ? Il retourna chez lui et jura de vivre pour la cause pour laquelle il a été créé. Allah (glorifié soit-Il) dit : [“"Je n'ai crée les djinns et les hommes que pour qu'ils M'adorent”.] (“AD- Dariyat” (Qui éparpillent) : 56)). Il est devenu le plus éminent des “Tâbi‘îne” (les successeurs des Compagnons du Messager) (BP sur lui).

9-

“Abdillâh ibn az-Zubaïr ibn al-‘Awwâm”, à l’âge de 7 ou 8 ans, alors qu’un jour le Calife “‘Omar ibn
al-Khattâb”, que tous les enfants fuyaient par crainte respectueuse, passait près de lui, ne fuit pas,“Omar” lui demanda : “Pourquoi n’as-tu pas couru comme tes camarades ?” Oh répondit : “Je n’ai rien fait de mal pour courir et le chemin n’est pas étroit pour que je te fasse de la place”. “Omar” lui demanda : “Pourquoi ne joues-tu pas avec tes amis ?” Le petit répondit : “Je le fais quelques fois, mais je n’ai pas été créé pour jouer. “Omar” reprit : “Pourquoi donc as-tu été créé ?” “Abdillâh” répondit : “Pour aider à la gloire de l’Islam.”

Là c’étaient des exemples de gens sérieux, malgré leur rareté. Voyez-vous, comment ces générations ont été élevées dans le sérieux, tandis que maintenant, nos générations sont élevées et elles élèvent dans la frivolité. Les médias implantent ce principe dans leurs esprits. Comment être inconsistant et comment être futile. Je peux presque certifier que la différence entre nos générations et celle des Compagnons du Prophète (BP sur lui) est le sérieux. Ils recevaient le Coran pour l’exécuter et nous le recevons pour passer le temps ou bien nous ne le recevons pas du tout. Le Compagnon écoutait le verset qui disait : “Ô vous les croyants…” et il répondait : “Oui mon Seigneur qu’ordonnes-Tu…” C’est ainsi est certes, une parole que tu vois les versets du Coran dire –ce qui peut être traduit comme : “Ceci [le Coran] est certes, une parole décisive [qui tranche entre le Vrai et le faux]" (TSC[i], AtTariq ‘L'Astre Nocturne’ : 13) pour affirmer l’importance du sérieux dans les ordres du Coran. Un autre verset dit –ce qui peut être traduit comme : "Quiconque désire [la vie] immédiate, Nous

nous hâtons de donner ce que nous voulons, à qui Nous voulons. Puis, Nous lui assignons l'Enfer où il brûlera méprisé et repoussé. Et ceux qui recherchent l’au-delà et fournissent les efforts qui y mènent, tout en étant croyants… alors l’effort de ceux-là sera reconnu. Nous accordons abondement à tous, ceux-ci comme ceux-là…" (TSC, Al-‘Isra” ‘Le Voyage Nocturne’ : 1820). Ce verset montre que celui qui cherche avec sérieux à avoir ce monde ici-bas l’aura, et que celui qui recherche l’Au-Delà l’aura. Tandis que les non sérieux, qui sont entre ceci et cela, ceux qui tiennent le bâton

par le milieu, ne méritent pas d’être mentionnés. Celui ou celle qui dit : “ Je me conformerai (Aux ordres divins) après un an. Je porterai le voile après mon mariage.”, ceux-là sont inconsistants et ne sont pas sérieux. Le Message à son début et sa Révélation au Messager d’Allah étaient très sérieux. “Djibrîl” (Gabriel) pressait fortement le Messager d’Allah (BP sur lui) contre lui puis le relâchait pour lui montrer qu’il s’apprêtait à lui révéler un message d’une extrême importance. Le verset dit –ce qui peut être traduit comme : ‘Quand tu te libères, donc, lève-toi,” (TSC, Ach-Charh ‘L’Ouverture’ : 7) pour affirmer le niveau du sérieux de l’affaire et le Messager d’Allah (BP sur lui) disait à “Khadîdja” : “Le temps du repos est fini, ô Khadîdja”. Un jour, un homme appelé “Bichr” vint dire au Messager (BP sur lui) d’Allah : “Tends ta main que je te fasse serment d’allégeance, ô Messager d’Allah’. Le Messager tendit sa main, mais l’homme reprit : “Mais je ne peux ni donner l’aumône ni lutter pour la cause…” Le Messager (BP sur lui) retira sa main et dit : “S’il n’y a ni aumône ni lutte alors de quoi tu me fais allégeance.” Un autre jour, une délégation vint au Messager d’Allah (BP sur lui) pour faire serment d’allégeance. Un jeune homme qui se trouvait parmi ses membres vit une jeune fille et la tira par ses habits. Lorsqu’au matin ils furent devant le Messager d’Allah (BP sur lui) qui tendait la main à chacun à son tour et que ce fut au tour du jeune homme de donner sa main, le Messager retira la sienne et dit : “ N’est-ce pas toi qui as tiré ‘les habits’ hier ?” Il répondit : “Oui, ô Messager…” Il lui dit : “Par Allah, je ne te donnerai jamais la main pour que tu fasses allégeance.” Et il détourna son visage. Le jeune homme cria : “Non, ô Messager d’Allah, je ne le referai jamais plus. Le Messager (BP sur lui) dit : “J’accepte donc ton allégeance”. Que pensez-vous que le Messager dirait s’il voyait ce qui arrive maintenant entre les jeunes hommes et les jeunes filles musulmans !! Comment les personnes responsables de la frivolité dans les médias et de la corruption des jeunes rencontreront-ils le Messager d'Allah (BP sur lui) le Jour de la Résurrection ?! Le jour de la bataille de “Badr”, deux jeunes adolescents,“Samra ibn Djundub” et “Râfi‘ ibn Khadîdj”, vinrent vers le Messager (BP sur lui) et lui demandèrent de se joindre à l’armée des Musulmans. Le Messager refusa à cause de leur jeune âge. “Samra” lui dit alors : “Ô Messager (BP sur lui), mes flèches ne ratent jamais leurs cibles’ et il essaya devant le Messager qui l’adjoint à l’armée en voyant qu’il touchait sa cible. “Râfi‘” dit alors : “Je vaincs “Samra” quand je me bats avec lui.” Il le fit devant le Messager (BP sur lui) qui l’adjoint également à l’armée. “Mu‘âdh” et “Mu‘âwwidh” qui avaient 13 et 14 ans, ont tué “Abi Djahl”, un des polythéistes les plus hostiles, le jour de la bataille de “Badr”. Ils s’attachaient les épées sur les mains tellement ils étaient jeunes. Il y a une grande différence entre celui qui vit pour connaître une fille et celui qui vit pour aller au Paradis. Il y a aussi le sérieux dans la pratique du culte. Lorsque les versets qui défendaient la consommation d’alcool furent révélés, tant de boissons alcooliques furent déversées, que les habitants de Médine, en se réveillant le matin, trouvèrent les ruelles toutes boueuses. Alors que de nos jours, nous trouvons encore ceux qui doutent de la l’interdiction de la consommation d’alcool. Concernant les versets sur le port du voile, nous observons la même chose. Les versets étaient accueillis pour être obéis et non pas pour passer le temps, alors que de nos jours, nous trouvons celui qui met en doute le port du voile ! “Ibn an-Nafîsse” :

Ce savant musulman est un exemple de l’érudit sérieux. Il a découvert la petite circulation sanguine (la pulmonaire), et comment le sang était purifié par les poumons. Il a également découvert le mouvement des valves du cœur et son anatomie. Ses inventions étaient de grandes révélations pour la médecine. Ceux qui lui ont succédé ont beaucoup profité de son travail pour comprendre la fonction du cœur et découvrir la grande circulation. La raison de la réussite et du génie de ce savant était un “hadîth” du Messager d'Allah (BP sur lui), qu’il avait entendu pendant sa jeunesse, et qui disait : “Allah a certes fait descendre la maladie et le remède et a destiné un remède à chaque maladie.” Il avait remarqué que les gens en doutaient, sous prétexte qu’il y avait des maladies incurables. Alors, il a insisté pour prouver la véracité du “hadîth” et il s’est investi pour cela. “Ibn an-Nafîsse” était un exemple du sérieux dans son travail. Il taillait plusieurs crayons avant de commencer ses écrits pour ne pas être distrait et pour que personne ne l’interrompe et pour qu’il se concentre. Cet érudit avait écrit plus de 80 volumes à 35 ans. Parmi ses livres se trouve : ‘ENCYCLOPEDIE MEDICALE” (AL-SHAMIL FI AL-TIBB). Au Jour de la Résurrection lorsque ce savant rencontrera le Messager d'Allah (BP sur lui) il lui dira : “J’ai prouvé la véracité de ton “hadîth”, ô Messager d’Allah.” Moi je dis que ce “hadîth” ne s’applique pas uniquement à la médecine mais à plusieurs autres domaines. Comme par exemple les problèmes des Musulmans et nos problèmes sociaux… Maintenant, et après cette longue présentation pour démontrer que l’Islam est une religion sérieuse et après que je vous ai donné plusieurs exemples de gens sérieux, nous parlerons de l’état de la “Umma” (Nation) et comment nous y sommes parvenus. Je vais vous dire comment l’inconsistance et le manque de sérieux nous contrôlent. Je me concentre sur les médias parce qu’ils sont un moyen dangereux pour bâtir ou détruire les principes et les moralités. Je le dis, il n’y aura pas de réussite pour les bâtisseurs de la vie sans se débarrasser de la chaîne du manque de sérieux. Je vous présente maintenant des indications du manque de sérieux dans les médias.

Les vidéo-clips : qui ont rendu normale l’utilisation du corps de la femme et tout ce qui attise les instincts, dans les chansons.

Les journaux et les magazines dont plus de 70% de leurs écrits se concentrent sur les nouvelles des acteurs et des actrices, sur leurs vies intimes et les rumeurs les concernant. Les programmes télé qui sont nuisibles et qui attirent les jeunes hommes et les jeunes filles pour regarder d’autres jeunes se faire concurrence et prouver leurs talents en danse et au chant. Les messages “MSI”qui défilent sur les écrans des chaînes satellites, entre les jeunes hommes et les jeunes filles et par lesquels ils s’avouent leur amour mutuel, en prenant tout ceux qui regardent en témoins ! Les bénéficiaires finales sont les chaînes de télévision qui amassent l’argent de cette manière abjecte qui augmente la frivolité des jeunes.

Les paroles des chansons : Toutes ne traitent que des tourments de l’amour, de l’abandon, de la détresse et de l’incapacité de supporter la séparation. Depuis des dizaines d’années, ce sont les mêmes paroles. Les programmes qui encouragent l’écoute aux portes et à l’espionnage des autres.

Au profit de qui tout ceci est accompli ? Sommes-nous à cette époque et avec ce degré de frivolité superficielle capables de nous relever ?

Je ne parle pas aujourd’hui du licite et de l’illicite. Je parle de la renaissance de la “Umma” (nation). Je parle de pays qui vont à la dérive, de nations qui chutent et nous voyons l’inconsistance et le manque de fermeté morale augmenter entre les jeunes. Le modèle et l’exemple à suivre entre les jeunes est devenu celui qui est entouré d’amies filles, ou qui se fait faire une coupe de cheveux à la manière de tel, ou qui s’habille d’une certaine façon et c’est la même chose pour les filles. Je vais vous raconter l’histoire d’un jeune homme qui travaille dans une maison d’édition dans la section de développement. Il a trouvé qu’un magazine publié par cette maison, n’avait pour but que la frivolité et il n’en a rien cru jusqu’à ce qu’il pose la question au président du conseil d’administration. Dans un programme télévisé, on a demandé à une chanteuse la raison pour laquelle elle dévoilait son corps dans ses vidéo clips, elle a alors répondu que c’était pour que les jeunes gens la regardent. On a demandé à un autre jeune acteur la raison de sa nouvelle coupe de cheveux stricte. Il répondit que c’était “Juste des manières…! En regardant ces scènes fâcheuses sur les écrans des chaînes satellites, je me suis rappelé ce “hadîth” du Messager d'Allah (BP sur lui) : « peu s’en faut que les nations ne se jettent sur vous comme des affamés

autour d’un plat. » Les compagnons (qu'Allah les agrée) demandèrent : « est-ce parce que nous serons peu nombreux ce jour-là, O Messager de Dieu ? » Il répondit : « Au contraire, vous serez nombreux ce jour-là mais vous serez comme l’écume du torrent. En vérité, Dieu enlèvera des cœurs de vos ennemis toute crainte de vous, et il mettra dans vos cœurs la faiblesse.» Un sahabi demanda : « Et qu’est-ce donc que cette faiblesse, O Messager de Dieu ? ». Il répondit : « L’amour de ce bas monde et le fait de détester la mort. »
Quel est le secret de la renaissance et de la chute des civilisations ? Comment les civilisations Perse et Romaine ont-elles été fondées ? Comment celle de l’Islam est née ? Et le communisme aussi. Comment il a chuté ? Une seule chose explique tout cela : l’existence d’une idée forte qui pénètre le cœur des gens, qui emplit leur sentiment et fait naître en eux une grande énergie qui leur fait accomplir des merveilles et ainsi naît la civilisation. Toute chose au monde commence par une idée. Le communisme est né de l’idée de distribuer les biens et ressources entre les individus du peuple. L’Europe s’est formée à partir de l’idée de la liberté. Toutes les inventions commencent par une idée. Tout produit artistique aussi. L’Islam a commencé par une idée majestueuse, celle de vouloir plaire à Allah, d’aller au Paradis et de réussir dans la vie. En résumé : Les civilisations naissent à partir d’idées et si ces dernières échouent, elles entraînent la chute des civilisations.

Mais quelle est la relation entre l’inconsistance et le manque de fermeté morale et l’idée ? Ce que les médias diffusent comme programmes frivoles qui propagent la futilité et le manque de sérieux parmi les peuples, est le plus grand destructeur d’idées. Nous possédons la meilleure idée qui puisse exister, qui a été testée et qui a réussi dans le passé. Mais il nous faut la faire rentrer dans les cœurs des gens pour qu’ils y réagissent et pour générer la réussite. Le danger des programmes qui aiguisent les instincts, qui présentent des émisions futiles et nuisibles aux moralités, est au delà d’une question de licite et d’illicite, mais leur danger réside dans le fait qu’ils empêchent la renaissance des Musulmans. Parce que chaque fois que tu essayes de te concentrer sur la renaissance, ces programmes et leurs moyens te tirent vers la décadence. Une théorie : Certains savants disent qu’il existe trois mondes : 12Celui des objets : comme la montre que je porte, la chemise, la voiture etc. Celui des personnes : qui est ton père, qui est ta mère, qui est la personne que tu prends comme modèle, qui sont les personnes qui ont de l’influence dans ta vie. Celui des idées : quelle est l’idée à laquelle tu penses ?

3-

A sa naissance, l’enfant ne s’intéresse qu’au monde des objets autour de lui. Ensuite, il grandit peu à peu et s’intéresse à celui des personnes. Il commence à faire connaissance avec ceux qui l’entourent, papa, maman. Puis il devient grand et commence à s’imprégner des idées de ceux qui l’entourent. Le problème de l’inconsistance et du manque de fermeté morale est qu’ils font tourner les Musulmans uniquement dans le monde des objets ! Ils sont alors comme retombés en enfance et ils manquent de maturité ! Un jour j’étais dans une école et j’ai demandé à un enfant : “Qu’est-ce que tu prends à l’école ?” Il me répondit : “Des biscuits.” Je lui ai dit : “Non. Je veux dire qu’est-ce que tu apprends ?” Ainsi, selon l’éducation qu’il a reçu, l’enfant s’est exprimé par instinct à propos du monde des objets et non celui des idées. C’est là le danger du vidéo-clip et de des mauvais médias. J’avais lu dans une étude que l’enfant égyptien était le plus intelligent au monde jusqu’à l’âge de 6 ans. Cette histoire qui n’est pas comique suscite l’interrogation. Qu’est-ce qui arrive après l’âge de 6 ans ?… Le problème de l’inconsistance, du manque du sérieux et de la destruction des idées est une affaire très dangereuse. Ainsi, il n’y a pas d’espoir. Et c’est pour cela que nous lançons un appel aux responsables des médias dans le monde arabe, aux metteurs en scènes, aux producteurs, aux scénaristes, aux auteurs de paroles de chansons. Nous vous prions de ne pas tuer les idées, parce que nous voulons faire renaître nos pays. Est-ce que vous aimez nos pays ? Est-ce que vous aimez l’Islam ? Nous vous prions de ne pas nous ruiner. Ne faites pas de la destruction des idées chez les jeunes la source de votre subsistance. Ne vous réjouissez pas de l’argent que vous gagnez par la diffusion de l’inconsistance parmi la jeunesse. L’examen sera terrible le Jour du Jugement dernier. Allah (glorifié soit-Il) dit –ce qui peut être traduit comme : “Et arrêtez- les : car ils doivent être

interrogés" (TSC, As- Saffat ‘Les Rangées’ : 24) “Qu'ils portent donc, au jour de la Résurrection, tous les fardeaux de leurs propres œuvres ainsi qu'une partie des fardeaux de ceux qu'ils égarent, sans le savoir » (TSC, An-Nahl ‘Les Abeilles’ : 25) Le Messager d'Allah (BP sur lui) dit : « quiconque introduit une mauvaise coutume (sunna), dans l'Islam, supportera la mauvaise conséquence de cette coutume (sunna) et celle de ceux qui la mettront en pratique jusqu’au jour de la Résurrestion.”
Il y a une question qui me vient à l’esprit : Est-ce que ce qui se passe maintenant dans les médias est dû au hasard ou est-ce un plan monté ? Je ne sais pas, mais Allah (glorifié soit-il) dit –ce qui peut être traduit comme : " Ceux qui aiment que la

turpitude se propage parmi les croyants auront un châtiment douloureux, ici-bas comme dans l'au-delà. Allah sait, et vous vous ne savez pas ” (TSC, An-Nour ‘La Lumière’ : 19).
Il me reste un point que j’aimerai mettre en évidence. Etre sérieux ne veut absolument pas dire rester tout le temps renfrogné avec un visage grimaçant. Non, moi je sors pour me détendre, mais ce qui est important c’est que je porte une idée importante en tête pour laquelle je vis et je persévère. Il faut qu’il y ait de l’équilibre. Je donne comme exemple à cela, un groupe de jeunes libanais qui, à une certaine époque, n’étaient pas très sérieux. Mais ils le sont devenus et ont fondé une association appelée “Hadîr”, qui comprend 20 jeunes hommes et jeunes filles, qui se comportent entre eux suivant les règles morales en tant que garçons et filles. Leur travail consiste à faire des travaux de publicités constructifs, pour prouver que, malgré leur jeune âge, qui tourne autour de la vingtaine, ils peuvent réussir. Parmi leurs activités et travaux, il y a eu : 1Des chansons pour enfants qui ont été diffusées sur toutes les chaînes satellites durant le mois de Ramadan passé. La création d’un site Internet pour rapprocher les jeunes d’Allah. La publication d’un livre sur les mosquées du Liban, pour faire apparaître la face lumineuse de ce pays. La publication d’un fascicule avec les horaires du jeûne et des prières qu’ils ont distribué aux étudiants des universités. L’organisation d’un tournoi de basket-ball entre les mosquées.

23-

4-

5-

Je termine par une question : Est-ce que les nations renaissaient avec ces idées destructrices ? Est-ce que le Japon, la Chine et l’Allemagne pendant leur renaissance diffusaient ce genre de choses ? Non. Alors, est-ce que nous pouvons changer ? Le projet de la semaine : Pour diffuser l’inconsistance et le manque de fermeté morale, les médias ont utilisé comme moyen unique le corps de la femme, sa féminité et son charme pour aguicher les instincts. Aussi, notre projet cette semaine s’appelle “Le projet du respect de la femme”. Nous n’accepterons jamais que la dignité de la femme soit bafouée.

1-

A la vue de toute image dans une chaîne satellite, un magazine, une publicité ou un produit qui

utilise le corps de la femme, nous devons tout d’abord envoyer des dizaines ou des milliers de messages très polis disant que nous allons boycotter ce produit. Parce que cette femme est maintenant ma mère, ma sœur, ma fille. De plus le respect de la femme est une valeur humaine. L’utilisation du corps de la femme pour la vente des produits est une humiliation pour toutes les femmes. 23Les messages doivent être envoyés aux fabricants de produits. Un message poli qui démontre ton point de vue et ton refus à propos de cette fâcheuse utilisation du corps de la femme, qui te fait du tort ainsi qu’à toutes les femmes.

Si des milliers de messages sont envoyés, un changement se produira sûrement. Nous reprendrons la discussion la semaine prochaine incha Allah. Wa assalamu alaykum wa rahmat Allah wa barakâtuh.

[i] TSC : Traduction des Sens du Coran. Cette traduction est celle du sens courant le plus connu jusqu'à présent de la sourate sus mentionnée. Lire la TSC ne remplace nullement sa lecture en arabe, la langue de révélation du saint Coran.