Episode 18 : Introduction de la deuxième étape

Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, Seigneur de l'univers et que Ses grâces et Sa paix soient accordées à Son Messager. Bienvenue au premier épisode de la seconde étape des “Bâtisseurs de la vie”. Nous avons terminé la première partie avec la cérémonie que nous avons organisée. Je veux vous rappeler également que le programme est intitulé “Les Bâtisseurs de la vie”, nom dérivé du terme “bâtir” qui signifie procéder par étapes productives et en terminer une pour commencer la suivante. Voyons maintenant où nous en sommes avant de commencer celle-ci. Vous rappelez-vous comment nous étions au début du programme des «Bâtisseurs de la vie?» Nous étions des gens pieux, nantis d’une bonne morale, pleins d’amour pour Allah et pour l’Islam mais ligotés par dix chaînes que nous avons commencé à défaire : La passivité, le manque de sérieux, le manque de responsabilité, le manque de but dans la vie, le manque d’organisation du temps etc. Et comme résultat, nous-mêmes et nos personnalités ont beaucoup changé. Comment? Nous nous sommes débarrassés en trois mois de beaucoup de défauts et de chaînes accumulés en nous. Le terme “positivité” était étranger à nos oreilles et peu utilisé, mais dans ce laps de temps, des milliers de jeunes gens ont accompli des milliers d’actions positives. Vous trouverez sur le site www.amrkhaled.net la quantité de choses positives qui ont eu lieu et nous sommes surpris par les milliers de jeunes gens qui s’activent au projet de “Ne nous fais pas de tort avec tes cigarettes” et des “protecteurs de l'avenir” au point que l’Organisation mondiale de la santé a entendu parler de nous et nous a donné un prix. Avec le projet de “La collecte des habits usagés” nous avons ramassé un million et demi de sacs. Il y a des choses qui ont changé, qui ont commencé à bouger et des milliers de personnalités se sont transformées. C’est là le produit de la première étape. Pendant cette étape là, trois choses ont résulté du brisement des dix chaînes et après la sortie de la chambre sombre : 1. L’espoir, surtout chez les jeunes gens et les jeunes filles et le détachement des chaînes accumulées pendant de longues années en un délai court de trois mois… Au début du programme “Des bâtisseurs de la vie” je disais : “Nous réaliserons… ” et j’avais peur tout en ayant un espoir personnel. Maintenant nous avons des résultats concrets entre les mains. 2. Le remplacement du découragement et de l'échec par de l’espoir chez les jeunes hommes, les jeunes filles, les hommes et les femmes. 3. L’idée de la renaissance qui était absente, même chez les gens pieux, nous vient maintenant à l’esprit. Ils priaient, jeûnaient et pratiquaient le culte mais cette idée était loin d’eux. Cependant, toute renaissance n’est au début qu’une idée qui emplit les esprits. La découverte de nos aptitudes. Nous ne sommes pas des enfants qui ne servent jamais à rien, des nullités qui ne savent pas penser, quand ce sont les occidentaux qui peuvent tout faire. Nous avons découvert lors du brisement des chaînes que nous possédons les facultés de penser et d’inventer. Prenez-garde à ne pas mépriser ces trois résultats sans lesquels la renaissance ne peut avoir lieu et imaginez-vous comment cela peut-il être en leur présence. Avant, nous étions des individus qui agissaient chacun tout seul. Je ne dis pas que notre état a changé, mais maintenant il y a des milliers de jeunes qui s’activent, bien qu’il y en ait parmi eux qui restent loin sans rien faire pour leur pays ou leur religion. L’important maintenant est de diriger toute cette force vers la renaissance de nos pays et c’est l’objectif de la seconde étape des “Bâtisseurs de la vie”. Elle dit à ceux qui ont brisé leurs chaînes: 1. Allons bâtir la renaissance de nos pays. 2. Vous, qui avez pu triompher et défaire vos chaînes, l’espoir est beaucoup plus grand, entamons cette renaissance. Si nous avons réussi à la première étape, la seconde exige de nous :

• • •

Un achèvement très important. Un achèvement peu commun et extraordinaire. Dix fois la réussite individuelle de la première étape. Non pas dix fois le nombre, mais la production et l’influence qui en résultent.

Nous parlons de renaissance. A la première étape j’avais mentionné que son but était d’amener les hommes, les femmes, les jeunes hommes et les jeunes filles à avoir un rôle influent dans leurs pays. Mon cœur battait ne sachant pas si nous y serions arrivés ou non… Par Allah et croyez-moi, si nous n’y étions pas arrivés, j’aurais arrêté le programme. Mais, maintenant que nous avons réussi, nous pouvons continuer et viser un objectif plus grand. Le terme “Renaissance”, est le titre de la seconde étape c’est à dire d’un point de vue pratique, le début de l’avance vers la renaissance. Ce terme est très important, très beau et il fait plaisir à Allah. C’est son meilleur attrait d’attirer l’agrément d’Allah quand la nation de “Mohammad” est perdue. Dîtes-moi, par Allah, est-ce que le Prophète peut être satisfait de nous dans cet état, même si nous prions et jeûnons? Le Coran ne fut révélé que pour nous apprendre à progresser et à nous élever. La beauté d’arriver à la renaissance est une chose difficile à atteindre et il faut un effort terrible pour parvenir à l’agrément d’Allah et à la joie du Prophète à nous voir au Jour du Jugement. Nous rencontrerons Allah en ce jour et nous Lui dirons : “ Ô Seigneur! J’ai fait beaucoup de fautes et de péchés, mais j’aimais beaucoup Ta religion. Je me suis activé et j’ai aidé à la renaissance de la communauté musulmane et à l’image des traditions de Ton prophète. La beauté de la renaissance réside aussi dans le fait d’avoir du respect pour nous-mêmes et pour les autres. Nous ne sommes pas des idiots arriérés et des terroristes mais des gens respectables. La renaissance sera dans tous les domaines (sciences, économie...) et le chômage diminuera. Les jeunes produiront, inventeront et se distingueront et gagneront des prix. Une renaissance de la traduction, des sciences, des fondations sociales, des fondations caritatives, tout cela pour Toi et pour parvenir à Ton agrément Seigneur. Est-ce quelqu’un d’entre vous a vu le décollage de l’avion? Imaginez-vous l’énergie colossale qui lui est nécessaire? C’est là la seconde étape. Pour voler, l’avion doit parvenir à une vitesse de propulsion extraordinaire qui le pousse au décollage. Sans y arriver, il ne peut pas décoller. Nous avons également besoin d’une force pareille pour la seconde étape. L’avion décolle à une vitesse de 160 nœuds et le pilote ne peut pas réussir à le faire décoller à 100 nœuds. Nous avons besoin d’idées, de jeunes qui réagissent et produisent pour arriver à ces 160 nœuds au moyen de l’effort, de la réflexion et de gens qui restent en contact avec nous soit sur le site, soit par le fax ou le téléphone. La seconde étape est celle du décollage et les moteurs de l’avion sont poussés au maximum à cette phase. Nous avons besoin de votre énergie, vous les jeunes, les femmes et les hommes qui travaillez avec nous, surtout en été. Je mentionne les femmes parce que chacune peut avoir l’énergie de dix hommes quand elle se met une idée en tête.

-

-

Après être parvenu à la hauteur de 1000 ou 1500 pieds, la force des moteurs de l’avion commence à baisser et l’aviateur la ramène de 100% à 70%. La plus grande quantité du carburant utilisé par l’avion est dépensée au décollage. Par exemple sur le trajet de 7000 miles de Jeddah/ New York qui dure 12 heures et consomme 80 tonnes de carburant, la plus grande partie de ce dernier est brûlé à ce moment.

-

L’avion roule longtemps sur la piste d’envol pour accumuler la force nécessaire qui lui permettra de voler. Nous avons également besoin de quatre mois pour déclarer à Allah, nous les hommes et les femmes, notre intention d’améliorer notre entourage, d’aider les gens,

d’instruire les illettrés, de trouver une solution au chômage… Nous devons courir et courir pour parvenir à l’envol, exactement comme l’avion.

-

En prenant toujours l’exemple de Jeddah/New York, nous voyons que l’avion doit s’élever à 35 000 pieds parce qu’à une hauteur moindre il aura la force des vents contre lui et il brûlera plus de carburant, et plus il prend de l’altitude, plus les vents perdent de leur force et moins il en consomme. Comme lui, nous avons besoin de voler très haut pour éviter la force contraire des vents qui est intense et pour parvenir à la renaissance sans tomber.

Nous sommes pleins d’enthousiasme pour la seconde étape, mais un enthousiasme raisonnable. Arrivés à la vitesse nécessaire qui nous donnera de l’essor, nous saurons nous arrêter, sans accidents et sans détruire nos pays qui nous sont très chers. Le poids que nous portons sur nos épaules est lourd. Nous aurions pu naître à une époque où l’Islam était stable, mais nous nous trouvons là. A votre avis qu’est-ce qui serait mieux? Qu’est-ce que vous auriez préféré? Par Allah, je vous dis moi, l’époque où nous sommes est la meilleure malgré l’ennui que nous en éprouvons. Elle ressemble à celle des Compagnons du Prophète qui n’était pas une époque de prospérité et de renaissance. Imaginez les générations futures qui diront de nous “ces gens qui ont planté ce que nous mangeons maintenant” et imaginez la rétribution que vous mériterez de la part d’Allah au Jour de la Résurrection. Je vous donne des exemples : - Savez-vous que la responsabilité qui vous incombe est comme celle du croyant mentionné dans la sourate “Ya-Sîn” : “Et du bout de la ville, un homme vint en hâte et dit : “Ô mon peuple, suivez les messagers” (TSC[i], Ya-Sîn : 20). Il était venu en courant bien qu’il y eût déjà trois messagers en ville et qu’il aurait pu suffire de faire des invocations pour eux. - Le reste du verset dit –ce qui peut être traduit comme : “ suivez ceux qui ne vous demandent aucun

salaire et qui sont sur la bonne voie. Et qu’aurais-je à ne pas adorer Celui qui m’a créé? Et c’est vers Lui que vous serez ramenés. Prendrais-je en dehors de Lui des divinités? Si le Tout Miséricordieux me veut du mal, leur intercession ne me servira à rien et elles ne me sauveront pas. Je serais alors dans un égarement évident. (Mais) je crois en votre Seigneur. Écoutez-moi donc. » (TSC, Ya-Sîn : 21, 22, 23, 24, 25.) Voyez-vous ce « écoutez-moi? » Nous voulons également
pendant la seconde étape faire entendre de nous le monde entier. Cela peut se réaliser avec la suppression de l’analphabétisme, une nouvelle invention ou la réussite d’un jeune homme qui se trouvera major de sa promotion. - La sourate continue ainsi : “Alors, il (lui) fut dit : “Entre au Paradis.” (TSC, Ya-Sîn : 26). Or, même après son entrée au Paradis, il se préoccupait de son peuple et disait –ce qui peut être traduit comme : “Ah

si seulement mon peuple savait! … en raison de quoi mon Seigneur m’a pardonné et mis au nombre des honorés” (TSC, Ya-Sîn : 25). A sa place, peut-être nous aurait-il suffi de jouir du Paradis sans
rien de plus. Mes amis, j’aimerais vous voir porter la responsabilité comme une petite huppe qui, malgré sa petite taille, a fait le voyage du Yémen en Palestine pour sauver une nation. Voyez comment la volonté fait des choses extraordinaires. A la vue des gens qui adoraient le feu, elle a volé du Yémen en Palestine vers notre maître Solaïman pour lui annoncer –ce qui peut être traduit comme : “J’ai trouvé des gens qui se prosternaient devant le soleil…” Elle se tint avec beaucoup d’assurance devant lui et dit –ce qui peut être traduit comme : “J’ai appris ce que tu n’as point appris, et je t’apporte de Saba’ une nouvelle

sûre : J’ai trouvé qu’une femme est leur reine, que de toute chose elle a été comblée et qu’elle a un trône magnifique. Je l’ai trouvée, elle et son peuple se prosternant devant le soleil au lieu d’Allah. » (TSC, An-Naml ‘Les Fourmis’ : 22, 23, 24). Après, exprimant son indignation et son sentiment de

responsabilité, elle dit –ce qui peut être traduit comme : « Que ne se prosternent-ils devant Allah… ” Nous avons besoin de jeunes hommes et de jeunes filles comme cette huppe. Nous avons besoin de 1000 millions de huppes pour dépenser leurs efforts durant l’été. Nous voulons un genre comme celui de la fourmi de la sourate (Les Fourmis) qui, à cause de son sentiment de responsabilité, s’est tenue à sa place malgré l’avancée de l’armée qui aurait pu l’écraser et dit –ce qui peut être traduit comme : “Ô fourmis entrez dans vos demeures (de peur) que Salomon et ses armées ne vous écrasent (sous leurs pieds) sans s’en rendre compte.” (TSC, An-Naml ‘Les Fourmis’ : 18.) Elle était tellement concernée par son peuple et désirait tant le sauver qu’elle était prête à se sacrifier et à se laisser écraser par l’armée qui avançait sur la route. Voyez-vous cela, ô nation de Mohammad? La différence entre la première et la seconde étape : 1Lors de la première étape vous deviez briser vos chaînes. Pendant la seconde, nous voulons briser celles de nos pays et celles des Musulmans. Dans la première, chacun devait essayer de briser ses chaînes pour voir s’il pouvait réussir…. Maintenant qu’elles sont brisées, envolez-vous. Des exemples : 1C’est comme une équipe sportive qui fait un entraînement pour améliorer les conditions physiques avant une compétition. Les membres de cette équipe terminent l'entraînement et se trouvent bien en forme avant de commencer les jeux. La seconde étape sera la compétition. C’est également comme l’étudiant qui a travaillé et réussi à la dernière année des études secondaires. Ensuite, à l’université il se trouvera dans un milieu social qui ne lui est pas familier. Il en sera de même pour nous à la seconde étape. Attention à ceux qui ont coopéré avec nous à la première étape de devenir imbus d'eux-mêmes et de leurs accomplissements et de s’arrêter là. Cela n’était qu’un exercice, est-ce que cela vous suffira? La compétition doit commencer, où serez-vous à la seconde étape? Allez-vous réagir ou non? Vous ne devez pas vous arrêter. Les gens qui n’ont pas participé avec nous à la première étape peuvent également nous rejoindre, mais ils ne pourront le faire qu’après avoir écouté les épisodes précédents. Ils n’ont pas besoin de tout entendre, juste ce qui est nécessaire pour savoir de quoi il s’agit et faire naître en eux une formidable énergie. Notre programme est technique et ils ne sauront pas y prendre part sans entraînement. A ceux qui ont le souffle court, qui s’enthousiasment le temps de l’épisode puis laissent tomber, je dis : “Recherchez des gens avec qui vous pouvez bâtir. Il y a des associations des “Bâtisseurs de la vie” en Égypte, au Soudan, et partout”. Seuls, vous ne pourrez pas participer au programme de la seconde étape. Pour revenir à l’exemple de l’avion, il ne peut pas y avoir de décollage à moins que le pilote et son aide ne mettent les mains sur les leviers des moteurs et tirent ensemble vers l’avant. S’il arrive au pilote à l’instant du décollage de prendre peur ou de sentir de l’hésitation, il y aura ainsi une autre force qui lui viendra en aide… Nous avons ainsi besoin de nous tenir les mains. Notre maître “Ibrahîm” (Abraham) l’a mentionné à son fils “Isma‘îl” (Ismaël) et lui a dit : “Allah m’a ordonné de Lui bâtir une maison…”. Il lui répondit : “Obéis à ton Seigneur, mon père.” “Ibrahîm” lui dit : “Et tu m’aides?” “Isma‘îl” dit : “Je t’aide.” Le Messager l’a mentionné également et dit : “Qui est-ce qui m’aidera à communiquer le message de mon

2-

2-

Seigneur? Mais les gens ne voulurent pas y contribuer jusqu’à ce que les “Ançârs” vinrent, mirent leurs mains dans celles du Messager et dirent : “Nous t’aidons, ô Messager d’Allah.” La nation naquit et prit son
essor.

La première chose très importante dont nous voulons parler durant la seconde étape et que nous exercerons avec force, est “la volonté”. Sans elle rien ne peut avoir lieu. C’est une force intérieure qui, parfois peut être assoupie et des fois c'est un géant formidable tapi en vous. Vous pouvez la faire sortir, cela est entre vos mains. C’est une force importante cachée qui peut vous aider à accomplir des actions merveilleuses si vous décidez de la faire apparaître. Elle peut être comparée à la lampe d’Aladin…Lorsque vous y pensez, le géant sort, vous demande quels sont vos désirs et les exauce à l’instant. Ce n’est pas une illusion, la volonté qui se trouve en vous est extraordinaire. Je ne dis pas de nous allons nous adonner à des fabulations, qu’Allah nous en préserve, mais avec cette volonté vous pouvez accomplir des choses inimaginables. Dès qu’elle vous pénètre, elle s’infiltre dans vos corps, dans les artères et dans toutes les cellules pour ramener à la vie celles qui étaient mortes. Une force extraordinaire prend naissance. Les psychologues disent : -La personne normale n’utilise que 8% de ses aptitudes et de ses talents. -Seuls ceux qui réussissent utilisent 40% de leur énergie. - Les illustres utilisent jusqu’à 60% de leurs aptitudes et de leurs talents. - Et vous, qu’utiliserez-vous? Vous possédez une source d’énergie formidable par la grâce d’Allah mais elle est inactive. C’est Lui qui dit –ce qui peut être traduit comme : “Il lui donna sa forme parfaite et lui insuffla de Son esprit” (TSC, As-Sâjda ‘La Prosternation’ : 9). Un mot peut faire naître en vous des énergies extraordinaires dont voilà des exemples : - Le jour de la bataille de “ ‘Ein Jalloût”, les Musulmans allaient à la rencontre des Tatares avec les cœurs pleins d’angoisses. Mais, arrivé à Baghdâd “Qutuz” se mit devant eux et cria : “Ô! Mon Islam.” Un mot qui changea toute chose, il pénétra dans les corps et fit réagir les énergies intérieures jusqu’à la victoire. - L’Imâm “Ahmed ibn Hanbal” qui fut emprisonné durant l’épreuve de la violation du Coran disait : “Je ne crains pas la mort qui sera le martyr pour moi, ni la prison car ma maison lui est pareille, mais je crains le fouet. Peu après, ils vinrent le prendre pour le fouetter et l’angoisse lui emplit le cœur. Allah vint à son secours et mit sur son chemin un voleur qui vit la peur sur son visage et lui dit : “Ô ! Imâm, tiens fermement à la vérité. Si tu meurs ce sera pour toi le martyr et si tu vis, tu vivras loué et fier.” Des mots qui ébranlèrent les hormones dont je parle dans le corps de l’Imâm. Le voleur continua : “Tu sais, j’ai reçu 18 000 coups de fouet et j’ai résisté pour Satan, toi résistes pour Allah.” Le gardien de la prison raconta ensuite et dit à propos de l’Imâm : “ Je lui donnais des coups qui auraient pu abattre un éléphant et il les supportait sans bouger jusqu’à ce qu’il se soit évanoui. Je lui apportais de l’eau et je lui disais : “Bois.” Il répondait : “Je jeûne.” Je lui lacérais le dos et je me disais à chaque coup qu'il allait rendre l'âme”. Vous savez, notre religion est celle qui incite le plus à la volonté. Un des bienfaits de la prière du Fajr, du jeûne, du pèlerinage et de la prière en pleine nuit est de fortifier la volonté. J’ai connu un jeune homme espagnol qui me demanda : “Est-ce que vous jeûnez de l’aube au coucher du soleil pendant trente jours consécutifs même en été?” Je lui ai dit :“Oui.” Il reprit : “Vous êtes ainsi supposés diriger le monde entier. Si nous voulions instaurer une loi pour éduquer la volonté nous n’aurions pas pu mieux trouver que ce que vous avez." Je vous cite ces exemples : A la bataille de “Badr” le nombre des Musulmans était de 700 et celui des non-croyants de 3000. Voyez-vous la différence entre les forces. Mais, en tenant compte de la volonté, la balance change. A la bataille de “Uhud”, les Musulmans étaient 1 400 et les autres 10 000.

-

-

A la bataille de “Mu’ta”, ils étaient 3000 Musulmans contre 200 000. A celle du “Yarmûk”, les Musulmans étaient 30 000 et les Roumains 250 000. A l’invasion de l’Iraq les Musulmans étaient 18 000 et les Perses 120 000.

Toute cette différence a pu être compensée par la volonté. 1- “Salâh ad-Addîn al-Ayyûbi” qui a accompli toutes ces magnifiques victoires avait sur le corps des pustules qui l’empêchaient de monter à cheval. Mais il domptait la douleur avec sa volonté jusqu’à ce qu’il eût obtenu ce qu’il désirait. 2De notre temps, nous avons “Khaldûn” qui a été paralysé à la suite d’une chute sur la tête à vingt ans. Il donne un des meilleurs exemples de volonté. Malgré son état, il est devenu ingénieur en Informatique et il utilise sa langue avec expertise pour travailler sur ordinateur. 3Nous avons également avec nous une sœur qui est venue spécialement d’Égypte. Je l’avais mentionnée dans un des épisodes et j’avais dit que c’était une jeune fille aveugle qui avait appris l’écriture Braille et qui avait transcrit dans cette méthode les épisodes des “Bâtisseurs de la vie” pour les autres aveugles. Elle est pour nous un exemple de positivité, de volonté, de persévérance et de réussite dans la vie. Le projet de cet épisode : C’est un projet qui teste la volonté et prépare à l’étape du décollage. Il est un peu surprenant, difficile et nécessite beaucoup de volonté, en fait, c'est un test pour cette dernière. C’est l’épreuve du Marathon. L’idée du Marathon de 42 kilomètres est née de l’histoire d’un homme qui avait pris part à une grande bataille. Après la victoire, il était retourné à sa ville en courant les 42 kilomètres qui l’en séparaient pour y annoncer la bonne nouvelle. Il leur avait dit : “Nous avons vaincu.” et puis, il est mort sur le champs car il n'était pas entraîné à courir une aussi longue distance. Nous parcourrons donc ce marathon à pied, parce que la marche est une des choses qui fortifie le plus la volonté. Les Thérapeutes disent que la longue marche est le meilleur sport pour s'exercer à l’endurance. Tous les sports, excepté le marathon, nécessitent du talent ou de la force musculaire. Seul ce dernier exige de l’endurance. Lorsqu’on demanda à un savant comment est-ce qu’il trouvait toutes ses idées, il répondit : “Je fais de longues marches.”

-

-

Envoyez-nous sur notre site de l’Internet, la distance que vous aurez parcourue en deux semaines. Cette semaine sera celle de l’entraînement. Les thérapeutes auprès desquels nous nous sommes informés disent que personne ne peut accomplir le marathon de 42 kilomètres avant de s’être exercé à la marche pendant une demi-heure par jour et pendant dix jours.

Des exemples : Le Prophète et ses compagnons ont fait des marches beaucoup plus longues. Sayyeda “Asmaa”, enceinte de sept mois, faisait tous les jours trois miles à l’aller et au retour pour amener la nourriture au Prophète et à son père dans la caverne de Hirâ’”.

-

Sayyeda “Um Salama” émigra de la Mecque à Médine à pied. La bataille de “Dhât ar-Riqâ‘ ” (Des haillons) avait eu lieu à une distance de 700

Kilomètres. Les Compagnons les avaient parcourus à pied avec une monture pour sept combattants. Leurs sandales s’étaient usées et la chair de leurs pieds, avec leurs ongles, étaient tombés et ils coupaient leurs habits pour couvrir leurs pieds qui ne supportaient plus la marche.

-

Le parcours du pèlerinage est de 40 kilomètres de la Mecque jusqu’à “‘Arafât” puis jusqu’à “Muzdalifa” et la Mecque à nouveau. Les savants pensent d’ailleurs que le pèlerinage à pied est plus méritoire. Le Messager l’a fait à pied et il ne monta que lorsqu’on lui fit savoir que les gens voulaient le voir.

J’ai commencé par moi-même et je l’ai essayé. Essayez, vous aussi. Vous sentirez une volonté et une énergie extraordinaires. Faites 6 kilomètres par jour en une heure, sept fois par semaine. Vous aurez donc, 7x6= 42. Si vous pouvez le faire en moins de temps ce sera mieux. L’idée de notre projet exerce la volonté pour que nous puissions décoller et planer en hauteur. Rendez Allah témoin de votre volonté et de votre désir de participer à la seconde étape avec force, ce qui est une preuve du sérieux.

[i] TSC : Traduction des Sens du Coran. Cette traduction est celle du sens courant le plus connu jusqu'à présent de la sourate sus mentionnée. Lire la TSC ne remplace nullement sa lecture en arabe, la langue de révélation du saint Coran