Episode 31: Les fruits récoltés par les Bâtisseurs de la vie – Deuxième partie

Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, Seigneur de l'Univers et que Ses grâces et Sa paix soient accordées à Son Messager. J’aimerais commencer tout d’abord par vous rappeler la prière que le Prophète (BP sur lui), disait au début du mois de Shââban : «Ô Allah, que ce mois de Shââban nous soit béni, offre-nous la chance de jeûner le Ramadan». C’est fascinant d’entendre ce hadith de la part du Prophète (BP sur lui). En effet, le Prophète (BP sur lui), n’a jamais demandé à Allah, le Très Haut, de prolonger sa vie pour une raison autre que celle de passer le Ramadan. Par exemple, il n’a jamais demandé d’Allah, le Très Haut, de vivre assez longtemps pour voir grandir El Hassan et El-Houssein ou pour voir l’islam conquérir les différentes régions du monde. Le Prophète (BP sur lui), demandait de passer le ramadan parce qu’il voulait obtenir la rétribution et le repentir absolus. C’est pour cette raison que nous devons nous rappeler cette prière et demander d’Allah, le Très Haut, de nous donner cette chance inouïe de jeûner le prochain ramadan. Dans son invocation, le prophète, paix et bénédiction, a utilisé le mot bénir pour nous montrer qu’il faut demander à Allah, le Très Haut, de nous aider à accomplir tous les actes d’adoration (prière, jeûne, etc.) avec succès pour que nous soyons préparés pour le Ramadan. De cette manière, nous pourrons avoir la miséricorde, le pardon et atteindre bien entendu le paradis. Nous devons espérer passer la nuit d’Al Qadr, finir le Ramadan avec des cœurs purifiés, commencer une nouvelle page à la fin du mois à l’instar de la djellaba blanche que nous portons le jour de la fête (Al-Eid). L’épisode d’aujourd’hui des bâtisseurs de la vie vient compléter celui de la semaine dernière et exposer le reste des fruits récoltés par les bâtisseurs de la vie. Nous avons dit la semaine dernière que quelqu’un qui sème une graine dans la terre peut croire qu’elle est vulnérable, il peut attendre un peu et se désespérer en croyant qu’elle ne va pas donner naissance à une plante. Il se peut qu’il la laisse tomber et qu’il parte sans savoir que la graine se développait en profondeur pendant ce temps là et qu’elle sortira bientôt de la terre. C’est le cas de plusieurs personnes qui écoutaient nos épisodes et qui croyaient que nous ne faisions que rêver et halluciner, ils doutaient de notre capacité à changer les choses. Il y avait ceux qui ne faisaient que nous regarder sans participer et d’autres qui se sont ennuyés et qui ont décidé de ne plus regarder le programme. Aujourd’hui, je dédie cet épisode aussi bien à ces derniers qu’à ceux qui se sont impliqués dans les différents projets de bâtisseurs de la vie. Nous voulons dire à tout ce monde que la graine que nous avons semée ne peut être ignorée par Allah, le Très Haut tant qu’elle est pure et destinée à sa satisfaction. Allah, le Très Haut, dit –ce qui peut être traduit comme : «N'as-tu pas vu comment Allah propose en parabole une

bonne parole pareille à un bel arbre dont la racine est ferme et la ramure s'élançant dans le ciel? 25. Il donne à tout instant ses fruits, par la grâce de son Seigneur. Allah propose ses paraboles à l'intention des gens afin qu'ils s'exhortent.» (TSC[i], Ibrâhim ‘Abraham’ : 24-25).
Notre arbre ne cessera pas de donner des fruits. Donc, ne vous désespérez pas, soyez patients car les fruits de nos efforts viendront avec l’aide d’Allah, le Très Haut. Prenez l’exemple d’un arbre particulier qui se trouve en Chine. Ce dernier se développe sous la terre pendant longtemps et ne surgit en surface qu’après quatre ans. Donc, quelqu’un qui ne le sait pas s’ennuiera et laissera tomber la graine pendant qu’elle se développe en profondeur et met en place ses racines. Après quatre ans, la graine devient un arbuste qui se développera durant la cinquième année d’une façon fulgurante donnant ainsi naissance à un arbre de 40 pieds ce qui équivaut à un immeuble de 7 étages. Vous imaginez cela, en une seule année!

Ainsi sont les lois divines dans cet Univers, et c’est ainsi que nous sommes dans le projet des bâtisseurs de la vie. Si nous revoyons le parcours de la vie de notre Prophète (BP sur lui), notre histoire et celle de tous les prophètes, paix sur eux, nous trouverons ces lois omniprésentes. - Moise, paix sur lui, a transmis son message au pharaon et à ses partisans, il semait des graines sans savoir lesquelles vont donner des fruits et c’est ainsi qu’un proche du pharaon a été touché par les paroles de Moise, paix sur lui, il a décidé de le défendre et de le protéger de son peuple. Allah, le Très Haut, dit –ce qui peut être traduit comme : «Et un homme croyant de la famille de Pharaon, qui

dissimulait sa foi, dit: ‹Tuez-vous un homme parce qu'il dit: ‹Mon seigneur est Allah›? Alors qu'il est venu à vous avec les preuves évidentes de la part de votre Seigneur. S'il est menteur, son mensonge sera à son détriment; tandis que s'il est véridique, alors une partie de ce dont il vous menace tombera sur vous›. Certes, Allah ne guide pas celui qui est outrancier et imposteur!» (TSC, Ghafîr ‘Le pardonneur’ : 28). Le saint coran nous raconte son
histoire en deux pages. Moise, paix sur lui, est lui-même une graine semée au début par sa mère qui le jeta dans le flot par peur que les partisans du Pharaon lui fassent du mal et qui ne savait pas que ce nourrisson jeté dans le flot deviendrait le messager d’Allah, le Très Haut. - L’histoire de Youssouf (Joseph), paix sur lui, est un autre exemple. Après que ses frères le jetèrent au fond du puits, personne ne savait ni imaginait que cette petite graine qu’est Joseph, paix sur lui, va être à l’origine d’une grande prospérité au niveau du moyen orient arabe. Au cours du règne de Joseph, paix sur lui, les besoins en nourriture de la Palestine à l’Égypte seront satisfaits et le message d’Allah, le Très Haut, va être répandu dans toute la région. - Qui croyait que notre Prophète (BP sur lui), allait jaillir d’un petit village et répandre son message d’un océan à l’autre devenant ainsi une miséricorde à l’univers. - Ali Ibn Abi Taleb était aussi une bonne graine. Quand Allah, le Très Haut, a dit au Prophète (BP sur lui) –ce qui peut être traduit comme : «Et avertis les gens qui te sont les plus proches.» (TSC, AchChou’ârâ’ ‘Les poètes’ : 214), ce dernier a réuni une trentaine des membres de sa famille. Ils ont mangé et bu et à la fin, le Prophète (BP sur lui), leur a demandé qui voulait être avec lui, adopter sa religion, l’aider et entrer avec lui au paradis. Personne ne s’est manifesté. Le Prophète (BP sur lui), a répété la même question à trois reprises. C’est alors qu’Ali a dit : «Moi!!!». Le Prophète (BP sur lui), l’a alors éduqué jusqu’à ce qu’il soit devenu Ali que nous connaissons de par l’histoire. Le Prophète (BP sur lui), savait fort bien que la graine d’Ali donnerait ses fruits un jour. En effet, lors de la conquête de Khaibar, tout le monde se demandait à qui le Prophète (BP sur lui), allait donner le drapeau pour diriger les troupes vers les mécréants. Le Prophète (BP sur lui) a dit : «Demain, je vais donner le drapeau à

quelqu’un qui aime Allah, le Très Haut et Son messager et qui est aimé par Allah et par Son messager et par lequel la victoire viendra.» Il parlait d’Ali Ibn Abi Taleb qui, dès que les juifs l’ont vu, ils ont pris peur
et ont dit « Au nom de celui qui a révélé la Torah à Moïse, nous sommes vaincus ». Ali va prendre le drapeau et combattre en scandant : «C’est moi que ma mère a nommé Haidara (le lion)».

- Abdallah Ibn Massoud était aussi une graine que le Prophète (BP sur lui), avait développée. Il était un berger et une fois, il a entendu le Prophète (BP sur lui), lire le saint coran, il a apprécié et a demandé à ce que le prophète lui apprenne la lecture du coran. Après plusieurs années, Ibn Massoud va devenir l’un des plus grands savants de l’islam. C’est pour cela que vous ne devez pas sous-estimer les efforts déployés par les jeunes «Bâtisseurs de la vie». Ces jeunes qui se dédient pleinement. Nous ne devons pas dire de nos jeunes qu’ils sont bons à rien, ils sont notre espoir. Nous devons leur donner l’occasion et nous verrons le bien qu’Allah, le Très Haut, peut nous offrir par l’intermédiaire des jeunes. Nos jeunes se distinguent par leur vision, leur

dévouement et leur compréhension de la vie. Ils possèdent des graines pouvant être semées au cours des difficiles années à venir. Aujourd’hui, nous allons compléter l’épisode de la semaine dernière et nous allons vous montrer d’autres graines qui ont donné des fruits, ainsi que des projets que nous venons de lancer et qui augurent du bien. De cette manière, nous allons régénérer l’espoir dans les cœurs des gens. N’oublions pas qu’il n’y a pas de renaissance sans espoir et confiance en soi. Première graine : La première graine qui s’est transformée en un merveilleux arbre est celle de la lutte contre les cinq narcotiques. Nous avons parlé dans un épisode entier des drogues et de leurs dangers. Nous avons dit que c’était un fléau qui menace nos sociétés et que nous voulions former une équipe de protecteurs de l’avenir. Au sein de cette équipe, nous pouvons entraîner nos jeunes à combattre les drogues en sensibilisant toute la population à l’école, à l’université et dans les rues. Comme résultat, nous pouvons avoir une génération saine. Nous avons annoncé le début de ce projet et nous avons certes cessé d’en parler à la télé mais sur le terrain, le projet n’a pas cessé car nous avons pris soin de cette graine. Avant que je vous montre les développements qu’a connus ce projet, j’aimerais vous rappeler d’abord quelques données sur l’ampleur du fléau des drogues. Prenons par exemple la quantité en tonnes du Banjo (les feuilles de cannabis) consommée en Égypte. En 1993, elle était de plus de 40 tonnes, en 1997, elle a atteint les 100 tonnes et en 2002, environ les 600 tonnes. Malgré les efforts de la police, seulement 30 % de la quantité du Banjo a été réquisitionnée. Regardons les taux de consommation des drogues en Égypte (source : l’Institut National Egyptien pour la Planification) : 20 à 30 mille héroïnomanes; 22824 accusés et 21201 affaires liées aux drogues; 100.000 comprimés réquisitionnés; 16 milliards de livres égyptiennes dépensés annuellement pour lutter contre la dépendance aux drogues; 30% des étudiants et 22% des élèves des collèges consomment du banjo. En Jordanie, 905 affaires de drogues en 2002. Aux Émirats Arabes Unis, 12500 toxicomanes en 1996. Au Koweït, 1222 accusés dans des affaires de drogues en 1999 et 15 % de dépendants parmi les étudiants. Les décès se multiplient chaque année parmi les jeunes du monde arabe. 94% des cas qui consomment du banjo évoluent vers des drogues dures entre autres vers la prise de piqûres.

-

-

-

Nous allons maintenant vous rediffuser un film que nous avions présenté auparavant et qui parle des dépendants aux drogues et de la nécessité de les aider à s’en sortir. Le film : L’animatrice (AN) demande au jeune dépendant: Quand est-ce que tu as commencé à consommer de la drogue? Le jeune (JN) répond : Depuis 1992, j’ai fait connaissance d’une clique de jeunes qui fréquentaient l’école de notre quartier et j’ai appris avec eux à boire, à fumer et à prendre de la drogue. Nous nous sauvions de l’école pour nous réfugier dans une montagne à côté et consommer de la drogue. AN : As-tu fait des choses que tu n’aurais jamais faites si tu n’avais pas pris de la drogue? JN : Bien entendu, j’ai énervé ma mère, je lui brisais les meubles de la maison quand elle essayait de

m’empêcher de sortir. AN : Est-ce que tu as essayé de t’en sortir? JN : J’ai essayé quatre fois à tel point que j’ai failli perdre la raison. Je parlais à moi-même comme un fou. AN : Faisais-tu la prière? JN : Non AN : D’où achetais-tu la drogue? JN : Du quartier AN : Comment ça se fait? Est-elle tellement répandue? JN : Bien sûr, la drogue est répandue au-delà de ce que vous pouvez imaginer.

Un autre jeune prend la parole: «Tout a commencé par le tabac, puis le Hashish. Pourtant, je détestais au début le tabac et je quittais à chaque fois les endroits où il y avait des fumeurs. Les choses ont évolué jusqu’à ce que je prenne de l’héroïne. Avant, je voyais les gens la prendre et je me disais que c’était impossible que je puisse en prendre un jour. Durant les dix dernières années au cours desquelles je prenais de la drogue, je n’avais que deux amis que je ne quittais pas, j’ai perdu tous mes hobbies que j’avais auparavant, je n’avais plus les mêmes capacités intellectuelles, je ne pouvais plus me concentrer dans mes études. J’ai même volé. Au début dans notre maison, par la suite dans celle des voisins sans que personne ne le sache. J’ai même volé les bijoux de ma sœur. Je pensais beaucoup à ma vie, j’avais honte et je détestais de temps en temps le lever de soleil car il me signifiait que je devais revivre encore une journée de tourmente.

Fin du film Le problème des drogues ne peut être combattu seulement grâce aux efforts des autorités gouvernementales. C’est une affaire d’offre et de demande. L’offre des vendeurs peut être éradiquée par les efforts de la police, de l’appareil judiciaire et du gouvernement. Mais la demande, qui pourrait l’éliminer? Selon les Nations Unies, les gouvernements ne peuvent gagner leur combat contre la drogue en se concentrant seulement sur l’offre. La demande reste élevée et la question de la drogue ne peut être réglée qu’en éliminant la demande et ce, grâce aux efforts de sensibilisation des populations de sorte à amener les jeunes à refuser l’offre et s’abstenir des drogues. C’est le rôle de l’équipe des protecteurs de l’avenir : Quand nous avons annoncé ce projet il y a quatre mois, 8 mille jeunes et 700 médecins volontaires se sont proposés. Pendant ces quatre mois, une association intitulée «Right Start» ‘le bon départ’ a été créée en Angleterre. C’est une association caritative que les jeunes du projet bâtisseurs de la vie ont fondée pour collaborer avec les autres associations du monde arabe dans le but de former des jeunes à la sensibilisation des gens et à la lutte contre la dépendance aux drogues. Pourquoi avoir choisi l’Angleterre comme siège central pour cette association? Parce que nous voulons que nos bonnes œuvres bénéficient à tout le monde à l’image de notre Prophète (BP sur lui), qui était une miséricorde à l’univers. Nous voulons montrer à l’occident que les musulmans ne sont pas un peuple isolé et borné mais qu’au contraire, nous sommes des gens qui veulent répandre le bien et la miséricorde partout dans le monde. L’association «Right Start» a débuté ses activités en Angleterre en entraînant des jeunes musulmans pour sensibiliser les jeunes écoliers de toutes origines et religions. Elle a eu la collaboration de la police britannique et a commencé à prendre contact avec les autres associations caritatives actives dans nos pays pour généraliser cette expérience. Les premiers à répondre à leur appel étaient l’association de

sensibilisation et de développement islamique du Liban et le ministère de la jeunesse au Qatar. En ce sens, nous avions une question importante à traiter et qui consistait à préciser qui sera chargé de la formation de ces jeunes volontaires pour que leur action soit efficace. Avec l’aide d’Allah, le Très Haut, nous avons eu une assistance formidable de la part de la police de Dubaï en la personne du lieutenant Dahi Khalfan Tamim. Ce dernier a gagné le prix des Nations Unies décerné au meilleur agent de police ayant lutté contre la drogue au Moyen-Orient au cours de l’année 2001. Pour la session d’entraînement, nous allons avoir l’aide d’Ibrahim Adoboul qui est un agent d’entraînement agréé par les Nations Unies. Il ne faut pas oublier que la police de Dubaï est très respectée dans les pays musulmans et à travers le monde entier. J’étais surpris la semaine dernière en lisant un article du journal «The Guardian» qui disait que la police britannique devrait apprendre de l’expérience de la police de Dubaï ayant pu protéger son pays malgré le caractère multiethnique de sa population. Il y a eu alors la collaboration de la police de Dubaï, de Right Start des bâtisseurs de la vie et de l’association de sensibilisation et de développement islamique du Liban. D’ailleurs, nous allons voir maintenant quelques images du premier jour d’entraînement des jeunes libanais qui formeront le noyau de l’équipe de protecteurs de l’avenir au Liban. Le documentaire : À l’écran, il y a le médecin Bassem Ittani de l’association libanaise qui dit : «Nous avons constaté que le fléau de la drogue a envahi la famille musulmane, les écoles et les universités. Elle est consommée par les jeunes et les adolescents à un âge de plus en plus précoce. » Le lieutenant Dahi Khalfan Tamim de la police de Dubaï prend la parole: «En 35 ans, je n’ai jamais vu une chaîne ou un programme qui parle de sessions d’entraînement pour la lutte contre les drogues. L’initiative de votre projet est nouvelle, elle mérite notre attention et notre participation pour réussir à combattre les drogues. Il faut qu’il y ait une profonde foi dans chacun de vous et une détermination pour relever le défi. Tant que nous ne faisons pas du fléau de la drogue notre sujet principal dans les différentes rencontres, les divers journaux et dans la rue, ni la police de Dubaï, ni la chaîne Iqraa ni Monsieur Amr Khaled, ne pourra réaliser quoique ce soit. Notre souhait est que ceux qui vont prendre part à cette session d’entraînement qui va durer cinq jours, soient venus pour travailler sérieusement et non pas pour s’amuser et par curiosité. Chacun d’entre eux doit avoir la ferme volonté de changer les choses au Liban et saisir que son rôle repose sur cette mission». Fin du documentaire Rencontrons maintenant le lieutenant Dahi Khalfan sur le plateau. Ce dernier prend la parole : «Je suis vraiment heureux de participer à votre émission que je considère la meilleure. Ce programme m’a rappelé mes 21 ans, quand j’étais nommé secrétaire général à la police de Dubaï. J’avais la pleine conviction que sensibiliser les jeunes est le seul moyen pour réduire les accidents de circulation. D’ailleurs, cette expérience a été fructueuse puisque le pourcentage des accidents de la route n’a pas augmenté tout au long de mon service. C’est pour cette raison que je crois fermement que la sensibilisation et le développement d’un pont entre les agents de police et la population est le seul moyen pour réaliser nos objectifs. Chez nous, à la police de Dubaï, nous affirmons que la sécurité est le pilier du développement. Donc, nous devons être la police la plus efficace, la plus globale, la plus instruite et la plus rapide à l’échelle du monde arabe pour répondre aux besoins des citoyens. Parmi les directives du Lieutenant Général Cheikh Mohammed Al Maktoum, il y a le fait de développer des liens étroits avec tous les pays arabes ainsi qu’avec toutes les parties concernées à travers le monde entier. Par ailleurs, l’une des choses qui m’intéressent dans votre projet est le défi important que vous vous apprêtez à relever et personnellement j’aime les défis. Je recommande aux jeunes de garder secret ce que les gens leur disent pour gagner leur confiance et pour

qu’ils acceptent de collaborer avec eux. Je donne ce conseil aux jeunes non pas comme chef de la police mais comme directeur d’une association de sensibilisation et de suivi. La sensibilisation précède le suivi. J’ai vu dans les centres de suivi que les adolescents qui dévient sont plus nombreux que ceux qui sont guéris. C’est comme ça que j’ai été convaincu de l’importance de la sensibilisation. Une personne sensibilisée possède une forte personnalité, elle est imperturbable quelques soit les incidents qu’elle rencontre dans sa vie. J’aurais pu comme tout le monde aux Émirats Arabes Unis investir mon temps dans les affaires pour gagner beaucoup d’argent. Mais pour moi, ce que j’ai gagné dans mes activités sociales est beaucoup plus précieux que les millions que les autres ont ramassés dans les affaires. Enfin, un autre conseil, essayez de faire du projet des bâtisseurs de la vie, un sujet de discussion important dans vos rencontres, des journaux, des magazines, des chaînes télé ainsi que de toutes les rencontres sociales surtout celles qui rentrent dans le cadre du projet des bâtisseurs de la vie. En répandant l’idée de ce projet vous allez voir et récolter les fruits de vos actions. Je vous souhaite un grand succès». Fin de l’intervention Professeur Amr Khaled reprend la parole : Merci au Lieutenant Dahi Khalfan et la police de Dubaï pour leur collaboration. Les générations précédentes et peut être la nôtre aussi ont vécu malheureusement en ayant un sentiment de peur et de crainte vis-à-vis de la police. Nous ne voyions la collaboration entre la police et la population que dans les romans de fiction. Maintenant, grâce à la police de Dubaï, la fiction devient réalité. Nous remercions la police de Dubaï pour cette initiative et nous souhaitons que les autres unités concernées du monde arabe suivent cet exemple en nous tendant la main. De cette manière, le slogan «la police est au service du peuple» se concrétisera. Professeur Amr Khaled remercie le lieutenant Dahi Khalfan et son équipe et leur remet le plastron des bâtisseurs de la vie. De même le lieutenant Dahi remet à Mr. Amr Khaled celui de la police de Dubaï en témoignage de son appréciation du programme des bâtisseurs de la vie. Par la suite, Professeur Amr Khaled continue l’émission en disant : Le projet des protecteurs de l’avenir continuera et nous invitons l’ensemble des associations caritatives et des instances gouvernementales (polices, ministères et autres) à collaborer avec nous. Ils peuvent communiquer avec nous par l’intermédiaire de notre site en accédant à la page de l’association «Right Start». C’est elle qui représente le projet des bâtisseurs de la vie et elle saura collaborer avec vous pour coordonner la formation des jeunes et la campagne de sensibilisation. Par ailleurs, nous demandons aux jeunes qui ont communiqué avec nous précédemment d’enregistrer leur nom pour la participation dans ce projet et de remplir les fiches de renseignements. Ces derniers seront entraînés une fois qu’ils ont réussi le test d’habileté. De cette manière, nous évaluerons leur capacité à jouer un rôle de sensibilisation dans notre projet. Les séances de formation seront dirigées par le chef Ibrahim Adoboul, par le psychologue Dr Abderahman Dhaker ainsi que par la chercheuse Latifa Al-Akhdar. Leur programme d’entraînement est approuvé par les Nations Unies. Alors, vous voyez, toute personne qui croit fermement en une idée au point qu’elle devienne son objectif de vie, finira par la réaliser un jour.» Dans le projet des bâtisseurs de la vie, nous réussissons grâce à Allah, le Très Haut et notre foi en lui. La deuxième graine : Vous souvenez-vous de l’épisode sur la culture et les arts? Nous avions dit que nous voulions un art qui sert la cause de la renaissance, un art issu de nos pays et qui reflète nos valeurs et non celles des autres pays.

Vous ne croirez pas ce qui s’est passé. J’ai été surpris par six jeunes qui m’ont contacté et qui voulaient me rencontrer pour discuter avec moi la question de l’art. Je les ai rencontrés et la surprise est que ces jeunes sont parmi ceux qui ont été qualifiés pour la finale de Super Stars. J’ai été surpris par leur discours et leur volonté de chercher des textes qui serviront la cause de la renaissance. J’ai reçu alors cette lettre d’un des jeunes, je ne dirai pas son nom mais je vous la lis : «Je suis un jeune qui a participé au concours Super Star comme les millions de jeunes du monde arabe. J’ai atteint les qualifications finales et j’ai été parmi les 17 premiers sélectionnés par ce programme. J’aime chanter et jouer de la musique. J’ai toujours rêvé de servir la cause du bien et de l’humanité par le biais de ma voix. De cette manière, je pourrais améliorer l’état de notre société. Mon rêve est de consacrer ma voix à des chansons qui motiveront les jeunes. Je veux être porteur d’un message et je rêve de contribuer au projet de la renaissance et à la cause de ma religion par l’intermédiaire de la musique et de la chanson mais d’une manière différente. Le problème est que les textes des chansons se limitent aux sujets tels que l’amour et les autres idées classiques. Je sais que ce que je veux faire est difficile et je ressens une grande responsabilité en y pensant. J’ai peur de tourner une chanson qui nuira au projet de la renaissance et déviera notre jeunesse. Je rêve d’une chanson qui aura la satisfaction d’Allah, le Très Haut, et celle de son Prophète (BP sur lui). Je rêve d’une chanson intelligente et efficace qui convient aux besoins actuels de nos sociétés. »

Fin de la lettre. Que pensez-vous si nous aidions ces chanteurs talentueux en leur préparant des textes engagés et efficaces. Nous invitons les écrivains et les poètes à se porter volontaires pour écrire des textes de chansons et de nous les envoyer par l’intermédiaire du site à partir de maintenant et jusqu’au mois de Ramadan. Suite à ça, nous organiserons une cérémonie sur la chaîne Iqraa, durant laquelle nous présenterons les textes de chansons et nous les offrirons aux jeunes talentueux qui cherchent le chemin de la chanson engagée. Plus tard, à la fête du mouton (Eid Al-Adha), nous organiserons une cérémonie que nous appellerons la fête de la renaissance et au cours de laquelle nous donnerons la chance à ces jeunes de nous chanter ces textes. Nous enregistrerons ces chansons sur une bande sonore que nous appellerons l’album de la renaissance. Parmi les signes positifs en relation avec la question de l’art, il y a les lettres que j’ai reçues de la part des peintres, entre autre de notre sœur Salma Faid d’Al Mansourah qui est peintre et poète et qui m’a dit qu’à partir d’aujourd’hui, elle ne dessinerait que des toiles qui servent la cause de la renaissance. Comme autre signe qui augure du bien, il y a le grand nombre de jeunes du forum qui ont écrit des lettres aux artistes arabes pour leur dire : «Compte tenu du fait que vous êtes parmi les artistes les plus distingués du monde arabe, nous avons grandement besoin de vous. Nous avons besoin de votre temps, votre talent et votre art pour nous aider à faire renaître nos sociétés en nous motivant, en nous représentant et en nous guidant vers la bonne voie. Êtes-vous alors prêt à participer avec nous et à assumer cette responsabilité qui repose sur vous d’autant plus que vous avez un don? Nous avons la ferme conviction que vous seriez à la hauteur de cette responsabilité et nous vous invitons à écouter les paroles d’Amr Khaled sur les arts et la culture et nous aider à avancer dans notre projet.». Vos frères du projet Bâtisseurs de la vie.

Fin de la lettre J’ai été touché par une lettre qu’un jeune diplômé de l’institut national des beaux arts de l’un de nos pays m’a envoyée. Il m’a dit que l’épisode sur les arts et la culture l’a beaucoup touché et que même s’il est chrétien de religion, il nous soutient dans notre idée de développer des arts qui reflètent notre culture et sert notre renaissance. Vous voyez alors comment Allah, le Très Haut, peut permettre à nos graines de donner des fruits. Allah, le

Très Haut, dit –ce qui peut être traduit comme : «Entrez chez eux par la porte; puis quand vous y

serez entrés, vous serez sans doute les dominants. Et c'est en Allah qu'il faut avoir confiance, si vous êtes croyants» (TSC, Al-Mâ’ida ‘La table servie’.
La troisième graine : Il s’agit de la formation à l’utilisation de l’ordinateur. Je vous présente les données qui montrent ce que nous avons fait durant les quatre dernières semaines : 1) le nombre de formés a atteint 35.000; 2) le nombre de formateurs est de 22.000; 3) le nombre de cybercafés participants est de 200 et 4) enfin, le nombre de sociétés qui collaborent est de 20. C’est pour cela que nous avons préparé des certificats d’honneur pour tous les formés et les formateurs. Ils ont juste à entrer sur le site, imprimer le certificat et écrire leurs noms afin qu’ils le gardent comme souvenir et preuve de remerciement de la part de l’émission des bâtisseurs de la vie. Nous allons vous montrer un enregistrement vidéo de l’une des sessions de formation à l’utilisation de l’ordinateur qui a eu lieu dans une des mosquées. Le plus beau dans ce que nous allons voir est que l’imam de cette mosquée qui est âgée de 70 ans est aussi parmi les formés. Le film : Le jeune Ibrahim Oussama, un étudiant de la faculté de commerce, dit : «Nous ressentions un vide mortel au cours de l’été mais en regardant l’émission des bâtisseurs de la vie, nous avons découvert et apprécié cette idée de formation à l’utilisation de l’ordinateur. L’idée nous a beaucoup plu et nous avons décidé alors de trouver un endroit pour donner nos séances de formation ce qui fût la tâche la plus difficile. Nous avons enfin trouvé cette mosquée au sein de laquelle nous avons été bien accueillis par l’imam et les membres de la direction qui ont été les premiers à se joindre à la formation et qui nous ont offert tout ce dont nous avions besoin. À partir de là, notre idée qui était au départ pour combler le temps vide est devenue une idée de travail sérieux et efficace. Nous avons apprécié sa valeur et l’ampleur de la responsabilité qui s’y rattache. Allah, le Très Haut, nous a offert cette occasion pour participer à la renaissance de nos sociétés ce qui est pour nous un honneur et un sentiment de fierté inestimable.

Fin du film Vous avez vu comment nos jeunes nous rendent fiers et réalisent nos attentes. Ainsi, j’invite tous les jeunes et les femmes qui n’ont pas encore participé avec nous à se joindre à nous et avoir ce privilège. Quand certains jeunes regrettaient leurs péchés et me demandaient si Allah, le Très Haut, va accepter ce qu’ils ont fait? Je leur dis, oui Allah, le Très Haut, pardonne tous les péchés. Ils me répondent : «mais nous continuons à commettre des péchés». Je leur dis : «Allah, le Très Haut, est généreux, miséricordieux et majestueux, il ne peut ignorer vos bonnes œuvres. Allah, le clément et le miséricordieux ne peut faire ça. Maintenant, je dis aux bâtisseurs de la vie, pouvez-vous imaginer qu’Allah, le Très Haut, le majestueux, le tout puissant et le généreux va ignorer ce que nous faisons pour la renaissance de notre religion et la gloire de Son message? Certes, nous n’avons pas encore atteint nos objectifs ultimes mais nous sommes sur la bonne voie. Si, après six mois, nous avons pu récolter ces fruits et ces signes positifs, c’est qu’avec l’aide d’Allah, le Très Haut, et en faisant preuve de patience et en travaillant sérieusement et continuellement durant les vingt prochaines années, nous pouvons réaliser notre renaissance. Allah, le Très Haut, nous donne de temps en temps des

signes qui apportent de la joie dans nos cœurs et régénèrent notre espoir. Nous avons appris à accomplir nos actes d’adoration envers Allah, le Très Haut, avec le même dévouement que nous avons dans nos activités de formation à l’utilisation de l’ordinateur et dans le projet des protecteurs de l’avenir. Tout ce que nous faisons est pour la satisfaction d’Allah, le Très Haut, c’est ça la signification des cultes dans le projet des bâtisseurs de la vie comme l’exprime le verset suivant –ce qui peut être traduit comme : «Je n'ai créé les djinns et les hommes que pour qu'ils M'adorent.» (TSC, Adh-Dhariyât ‘Qui éparpillent’ : 56). En finissant, je voulais vous dire que nous allons retransmettre la semaine prochaine, Inchaa Allah, l’épisode sur la culture et les arts pour qu’il soit un message aux artistes à propos de ce qu’ils vont présenter pendant le mois de Ramadan. La semaine d’après, nous allons retransmettre un résumé des deux épisodes sur les fruits récoltés par les bâtisseurs de la vie afin de hausser l’espoir des gens avant le Ramadan. Il nous restera un seul épisode avant le Ramadan au cours duquel nous allons aborder « comment nous préparer pour le Ramadan ». Au cours du Ramadan, nous aurons une rencontre quotidienne pour alimenter notre foi et nous préparer au travail après le Ramadan avec une détermination et une grande générosité. Nous allons ressourcer notre foi avec l’objectif de nous lancer dans le projet des bâtisseurs de la vie. Vous savez que la batterie perd sa charge si elle n’est pas utilisée. C’est ce qui nous est arrivé au cours des dernières années. Nous sortions du Ramadan avec une immense foi mais nous ne dépensions pas toute cette énergie dans des activités utiles. Cette année, si nous accomplissons nos actes d’adoration et nos œuvres avec foi, nous sortirons du Ramadan avec une énergie immense pour propulser nos projets utiles et avoir des résultats inimaginables Inchaa Allah. N’oublions pas de commencer nos actes d’adoration durant ce mois de Shââban en priant et en jeûnant afin que nous soyons prêts pour le Ramadan. «Ô Allah, que ce mois de Shââban soit béni, offre-nous la chance de jeûner le Ramadan en étant satisfait de nous et accepte le de nous, toi le Tout Miséricordieux». Le programme s’est terminé avec un cadeau de la part de l’émission des bâtisseurs de la vie pour les amateurs d’art du monde arabe et musulman. Il s’agit d’un clip vidéo de la chanson «Ô Maître» de Sami Yusuf. Wa Assalamou Alaikoum Wa Rahmatou Allah Wa Barakatouh.

[i] TSC : Traduction des Sens du Coran. Cette traduction est celle du sens courant le plus connu jusqu'à présent de la sourate sus mentionnée. Lire la TSC ne remplace nullement sa lecture en arabe, la langue de révélation du saint Coran.