BATISSEURS DE LA VIE Episode 33 : Introduction à la troisième étape

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux, Seigneur de l’Univers et que Ses grâces et Sa paix soient accordées à Son Messager.

A chaque épisode, je vous recevais avec le mot ‘bienvenue’ mais cette fois-ci je dis ‘vous m’avez manqué après Ramadan’. En vérité, je veux commencer l’épisode d’aujourd’hui ou la troisième étape de Sunna’ al Hayat (les bâtisseurs de la vie) avec une effusion d’amitié, d’amour et de fraternité, et je voudrais tendre la main, si possible, à travers l’écran de télévision, saluer chacun d’entre vous et lui sourire au visage. J’aimerais également saluer nos mères, nos pères et toutes les dames. Cela ne serait pas juste une poignée de main, mais une promesse d’engagement à faire quelque chose pour nos pays et notre religion. Nous voulons réaliser une renaissance et y participer. Cette poignée de main sera la promesse de s’activer et d’accomplir des choses pour notre religion et nos pays. Il est vrai que nous ne nous voyons pas à travers les écrans de télévision, mais je suis sûr que les âmes prennent contact et que les mains se serrent. Ces mains se tiendront le Jour de la résurrection et au Paradis et nous nous dirons : “Nous ne nous étions pas vus, mais nos intentions d’accomplir quelque chose pour la renaissance de nos pays étaient sincères. » J’ai souhaité exprimer ainsi un sentiment profond que j’ai et je souhaiterais saluer tout un chacun, serrer dans mes bras chaque jeune homme et encourager chaque jeune fille. Je prie Allah d’agréer nos efforts à tous. La troisième étape de Sunna’ al Hayat (les bâtisseurs de la vie) commence. Mais avant de continuer, j’aimerais dire que nous n’avons pas entrepris ce projet pour nous entendre dire ‘masha’Allah, bravo, c’est une bonne idée, vous avez bien fait … ’ Nous le faisons parce qu’il ne peut pas y avoir autre chose à faire, nos dos sont accolés au mur. Nous n’avons plus, comme espoir, que vous les jeunes qui nous regardez. Egalement vous les dames, tous les spectateurs de Sunna‘al Hayat et les jeunes universitaires. Nous n’avons plus une autre solution.

Cet épisode est une introduction. C’est un épisode où nous expliquons tout ce qui se passera l’année prochaine, si Allah le permet et nous gratifie de Son inspiration. Vous pouvez l’enregistrer et le garder. Nous le mettrons sur notre site Internet, parce qu’il présente une ébauche de tout ce que nous entreprendrons l’année prochaine. C’est un épisode important et ne vous étonnez pas si nous y retournons de temps à autre durant l’année à venir pour vous rappeler de certains accords que nous passerons aujourd’hui. Ainsi, nous fixerons ensemble tous les points aujourd’hui et nous commencerons le travail aux projets de la renaissance à partir du prochain épisode. Nous avons beaucoup à faire devant nous et nous n’avons plus de temps à perdre. Nous ne devons pas nous attendre au repos… Allah est témoin que, depuis le début du projet, Sunna’ al Hayat (les bâtisseurs de la vie) ne connaissent plus le repos. Nous en trouverons, s’il plait à Allah au Paradis, mais nous devons tout d’abord réaliser la renaissance dans ce monde. On a demandé à l’Imam Ibn Hanbal : “Quand est-ce que l’homme trouve le repos? ” Il répondit : “A son premier pas au Paradis. Avant cela pas de repos.” Nous Sunna’ al Hayat, ne ménagerons pas nos efforts. Ce sera un des engagements que nous avons promis

de tenir au début de l’épisode lorsque nous nous sommes serrés les mains. Nous préparerons le travail de Sounna‘ al Hayat pour l’année à venir dès l’épisode d’aujourd’hui. Nous y expliquerons en détail ce que nous devons accomplir et quelle sera la condition de notre réussite. Commençons donc la troisième étape de Sunna‘ al Hayat … Non, ne parlons pas de troisième étape, mais du début effectif des ‘bâtisseurs de la vie’. Mais qu’en est-il de l’année dernière? Aujourd’hui c’est le commencement de l’action pratique et non pas la troisième étape de notre projet. Rappelez-vous cette date, le 22/2/2005. Nous nous la rappellerons et nous continuerons à le faire pendant dix-neuf ans. N’avons-nous pas dit que notre renaissance prendrait vingt ans? Nous en avons terminé un et il nous en reste dix-neuf. L’année dernière était un engagement à la sincérité et à la persistance. C’était l’expression de la volonté de nos jeunes gens dans le monde arabe, et même ailleurs, de réaliser une renaissance pour nos pays et de nous mettre cette idée en tête. C’est ce qui s’est passé l’année dernière. Mais est-ce que cela veut dire que tout ce qui a été accompli n’était qu’un essai de prouver notre sérieux? Oui, c’en est ainsi. Et que dire à propos des projets qui y ont été accomplis, la première étape et la seconde, le projet de combattre le tabagisme, celui contre les drogues ‘les protecteurs de l’avenir’ et celui de la distribution de vêtements? Tout cela n’était que pour prouver le sérieux. Vous rappelez-vous du jour où nous disions : “Embarquons dans l’avion de la renaissance, roulons sur la piste de décollage, décollons? Nous gaurions pu ensuite trouver l’avion vide ? ” Nous nous serions demandés où sont les gens? La réponse aurait été : “Endormis… ” Tout cela aurait pu être le résultat d’un enthousiasme illusoire momentané … Il faut savoir qu’il ne peut pas y avoir de renaissance sans patience ni sacrifices et c’est pour cela que je vous disais tout le temps : “Consolidez-vous.” Et c’est la raison pour laquelle, pendant Ramadan de l’année passée, nous avons entrepris certains pas précis. Nous y avons raconté les histoires des prophètes et nous avons dit que leur patience, leurs sacrifices, leur persistance et leur sérieux avaient été le secret de leur réussite et du soutien d’Allah pour eux. L’année dernière avait pour but d’installer une base, parce que je craignais de voir les gens tout juste s’enthousiasmer aux paroles et ensuite s’en aller.

O Messager d’Allah, je te fais serment d’allégeance, mais … Connaissez-vous l’homme nommé Bichr qui, plein d’enthousiasme, étaiit allé voir le Messager (BP sur lui) et lui avait dit : “O messager d’Allah, tends la main que je te fasse serment d’allégeance de faire triompher

l’islam.” Le Messager (BP sur lui) qui connaissait bien les âmes lui répondit : “Bichr, ton sang coulera et les pattes de ton cheval seront coupées.” Pourquoi le Messager (BP sur lui) voulait-il lui faire peur? Parce que c’était vrai qu’il était plein d’enthousiasme, mais concevait-il bien la chose? L’homme retira un moment sa main puis reprit : “O Messager d’Allah, je te fais serment mais je n’ai pas le moyen de faire l’aumône et je ne suis pas capable de lutter.” (C’est à dire, tout, à part ces deux choses). Le Messager (BP sur lui) retint sa main et dit : “Bichr, pas d’aumône ni de lutte ‘Jihad’, avec quoi veux-tu entrer au Paradis? ” Avez-vous
compris ce que je veux dire? Il fallait qu’il y eût une année entière pour tester le sérieux des gens et de leurs paroles. Nous l’avons fait et nous sommes aujourd’hui le 22/2/2005. C’est le début réel de Sunna’ al Hayat et du projet de renaissance. Acceptez-vous de donner un gage? Mais qu’en est-il de tout ce qui est passé? Je sais qu’il y a maintenant des jeunes gens qui se demandent où est passé tout ce qui a été accompli, s’estil évanoui et ne compte-t-il plus pour rien? Non, ce qui s’est passé l’année dernière est d’une grande importance. Nous avons accompli un grand succès avec la première et la seconde étape auxquelles des milliers de gens ont participé. C’est une chose

considérable de voir aujourd’hui l’idée de renaissance envisageable et discutée après avoir été juste un mot répété. Il y a eu également l’année dernière des jeunes gens et des jeunes filles qui se sont engagés à réaliser une renaissance dans leurs pays. Ils ont réussi, prouvé leur sérieux, insisté et réagi, c’est un événement considérable. Nous ne parlons pas de dizaines ou de centaines mais de milliers et de dizaines de milliers de personnes. Il y a même eu un million de personnes qui ont participé au projet de la distribution des vêtements et du vote sur les rêves. Nous avons le sentiment que quelque chose de très important s’est passée l’année dernière. Elle nous permet de dire : “Maintenant, nous pouvons nous élancer avec le projet de la renaissance.” Ainsi l’année dernière n’a pas été vaine.

L’année dernière et les alliés ‘Ançars’, que l’agrément d’Allah leur soit accordé. Ce qui s’est passé l’année dernière est pareil à ce qui s’est passé avec les Ançars parmi les compagnons du Prophète, que l’agrément d’Allah leur soit accordé. Savez-vous comment ces derniers avaient embrassé l’Islam? Au début, le Prophète (BP sur lui) avait trouvé six jeunes hommes assis, (notez que c’était également des jeunes?), il s’en alla vers eux, fit leur connaissance, leur proposa de leur présenter l’islam et commença à leur en parler. Les jeunes hommes se regardèrent, comprirent que c’était le prophète dont les Juifs de Médine parlaient et embrassèrent l’islam. Ils l’invitèrent à partir avec eux à Médine mais le Messager leur demanda d’y retourner et de revenir l’année d’après. Pourquoi cela? Il ne fixait pas de rendez-vous mais leur demandait de revenir l’année d’après au même endroit. Pourquoi n’acceptait-il pas de régler la question et de partir avec eux, surtout qu’il en avait grand besoin et que la situation à la Mecque devenait difficile ? C’était pour éprouver leur sérieux. Quelle aurait été la situation s’il les avait suivis et qu’ensuite leur comportement avec les Muhâdjirîne (les émigrés) n’aurait pas été conforme à leurs attentes. (Ce ne sont que des suppositions de notre part, que l’agrément d’Allah leur soit accordé). Est-ce que le Messager (BP sur lui) serait parti avec eux pour revenir peu après ? Non, il leur fallait prouver leur sérieux. Ils devaient donc partir et revenir au même endroit l’année suivante. Ils étaient libres de le faire ou pas. Mais le Prophète (BP sur lui) se rappela du rendez-vous, eux également, quel sérieux ! Effectivement, ils se rencontrèrent au même endroit, mais cette fois-ci ils n’étaient pas six mais douze personnes. Ils lui dirent : “Donne ta main que nous te fassions serment d’allégeance, O messager d’Allah.” Il leur tendit sa main et ils lui firent le serment d’accomplir la salât (prière), de pratiquer le jeûne et de ne pas désobéir à Allah. Ensuite, il les laissa partir pour revenir l’année d’après. Le processus devait se faire ainsi par étapes parce que le Prophète ne se leurrait pas de l’enthousiasme momentané même s’ils voulaient promettre beaucoup plus. Ils devaient repartir et revenir l’année d’après. Il envoya avec eux Muç‘ab ibn ‘Umaïr, un jeune homme de leur âge, qui devait leur enseigner l’islam. Ils s’en allèrent et revinrent au même endroit à la même date parmi un groupe de soixante-treize hommes et deux femmes. Le Prophète (BP sur lui) pouvait maintenant serrer leurs mains tendues et accepter leur allégeance. Mais le plus jeune d’entre eux dit : “Attendez, vous les gens.” Ils le regardèrent et il reprit : “ Pensez à quoi vous faîtes serment à l’homme, vous lui promettez d’aller en guerre contre les Arabes et tous les autres de toutes les races. Si vous pensez le trahir, laissez-le dès maintenant.” Ils regardèrent du côté du Prophète (BP sur lui) et lui demandèrent : “Et que gagnerons-nous à le faire ? ” Il répondit : “Le Paradis.” puis il se tut. Ils dirent : “La transaction nous est profitable. Nous ne manquerons pas à la promesse et nous ne nous désisterons pas. Tends la main, O messager d’Allah.” Ils se précipitèrent vers le Messager (BP sur lui) et manquèrent de s’entretuer, sans privilégier aucun parmi eux, pensant que le premier à faire serment sera le premier à entrer au Paradis.

Ainsi, ce qui a été accompli l’année dernière était important, c’était une preuve du sérieux. Aujourd’hui, le 13 du mois de Muharram, le 22/2/2005, compte pour le début véritable après que les gens aient prouvé leur sérieux et se soient tenus les mains.

L’important n’est pas de devancer mais d’être sincère. Quoi dire à ceux qui n’ont pas travaillé avec nous l’année dernière, ceux qui nous écoutent pour la première fois et ceux qui écoutaient mais disaient : “Il n’y a rien à faire, nous n’y réussirons pas.” Nous leur disons : “Allons, venez avec nous, tendez vos mains et faites serment comme nous à Allah. L’important n’est pas de devancer mais d’être sincère. Il se peut qu’une personne nous rejoigne aujourd’hui dans le train de la renaissance, mette sa main dans les nôtres et fasse serment à Allah puis devance tous ceux de l’année dernière par sa sincérité et sa persistance. L’important n’est pas de venir le premier. Vous, qui nous regardez pour la première fois, ‘Omar ibn Al-Khattâb n’embrassa l’islam que cinq ans après les premiers Musulmans mais devança beaucoup d’entre eux et devint Al-Faroûq (celui qui tranche entre le bien et le mal). De même Khaled ibn Al Walid qui a embrassé l’Islam tard après beaucoup d’autres et devint l’épée aiguisée d’Allah. Tendez la main, vous qui nous écoutez pour la première fois et prêtons serment ensemble. L’année dernière n’était qu’un gage pour le sérieux. Que vous y ayez participé ou pas, tendez la main, nous prêterons serment à Allah de réaliser la renaissance de nos pays. Nous rencontrerons Allah au Jour de la résurrection avec des mains lumineuses –ce qui peut être traduit comme : “ Le jour où tu verras les croyants et les

croyantes, leur lumière courant devant eux et à leur droite (par leur fidélité à leurs engagements); (on leur dira): «Voici une bonne nouvelle pour vous, aujourd’hui: des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux pour y demeurer éternellement». Tel est l’énorme succès.” (TSC[i], Al-Hadîd
‘Le Fer’ :12). L’essentiel est de rencontrer Allah, la main haute pour affirmer que nous avons œuvré pour réaliser cette renaissance. C’est pour cela que je vous dis qu’aujourd’hui est le vrai début. Nous verrons par la suite ce qui arrivera et ce qui sera accompli …

Les réalisations. Tous ensemble, avec ceux qui nous entendent pour la première fois et ceux qui travaillaient déjà avec nous, nous nous sommes mis d’accord et engagés, nous avons tendu nos mains et scellé notre accord de travailler pour réaliser la renaissance. Je devine que des personnes pensent : “ Tu dis que l’année précédente était une base et que nous avons fait telle et telle chose, qu’avons nous réalisé ?” Nous avons accompli cinq choses fondamentales qui sont un gage de garantie pour le sérieux et une preuve de notre interaction. Quelles sont ces réalisations ?

Le premier projet:

“Ne nous fais pas du tort avec ton tabac” dans lequel ont participé soixante-dix mille personnes. Nous
avons pu connaître ce chiffre par le nombre des téléchargements de l’affiche concernant le projet et sa diffusion dans les pays arabes.

Le second projet:

“Les Protecteurs de l’avenir” pour éveiller les consciences face aux drogues. Vingt mille personnes y ont
participé et continuent à le faire au Liban, au Bahreïn, au Qatar et en Angleterre.

Le troisième projet:

“La collecte des vêtements”. Nous avons recensé un million de sacs et il y en avait peut-être plus.

Le quatrième projet :

“L’envoi des rêves pour la renaissance” (Comment nos pays doivent être dans vingt ans). Nous avons
reçu sept cent mille suggestions que nous avons recensées sur le site Internet où nous les gardons.

Le cinquième projet :

“Le vote pour la classification des rêves selon leur importance” Un million de personnes ont voté et
un compteur les classait par région. Ce sont là les réalisations de l’année dernière et la base sur laquelle nous nous tenons aujourd’hui. Lorsque nous avons commencé notre projet des ‘Bâtisseurs de la vie’, nous désirions agir et avoir quelque chose en main. Maintenant, nous nous tenons sur une terre ferme et nous avons cinq accomplissements dont nous sommes satisfaits. Mais il faut être réaliste et savoir que ce qui a eu lieu est peu de chose. En vérité, le travail de l’année dernière était juste une garantie du sérieux et ne peut réaliser une renaissance. Cette dernière ne peut pas s’accomplir avec une collecte de vêtements et la pose de quelques affiches, n’est ce pas ? Nous sommes des gens réalistes et nous savons que ce qui a eu lieu est important mais juste un gage pour le sérieux. Nous étions vous et moi heureux des résultats, mais nous savons que cela ne peut pas faire une renaissance. Vous rappelez-vous du premier épisode des ‘Bâtisseurs de la vie’ lorsque nous parlions d’un jeune homme ligoté par dix chaînes, la négativité, l’absence d’un but dans la vie etc. ? Ce jeune homme se tenait dans une chambre obscure où nous avons pénétré pour lui dire ‘sors de là ’ et c’était la première étape. Si nous regardions ce film et ce qui a été réalisé l’année dernière sous un angle différent, nous remarquerons que les jeunes gens qui s’y trouvent ont le même âge que les spectateurs que nous avons devant nous. Ils sont encore au début de leur vie et viennent tout juste d’obtenir leurs diplômes. Peut-être qu’il y en a qui sont encore à l’université, à l’école secondaire ou tout juste diplômés sans emploi, sans expérience ni argent. Peut-être également qu’ils prennent encore leur argent de poche de leurs parents. Un petit nombre seulement de ceux qui ont coopéré avec nous l’année dernière avaient ce qui est le plus important, une grande expérience, mais la majorité, qui était constituée de jeunes, en manquait. Ils n’avaient ni les moyens ni le pouvoir de décision. Je dis avec réalisme, nous ne pouvons pas réussir avec uniquement l’enthousiasme des jeunes. Il faut absolument unir ce dernier à l’expérience pour faire naître une renaissance. Pourquoi n’ai-je pas dit cela depuis le premier jour des ‘Bâtisseurs de la vie’ et pourquoi dans le passé me suis-je concentré uniquement sur l’enthousiasme des jeunes ? Parce que si je l’avais fait lorsque nous étions comme le jeune homme de la chambre sombre et que j’avais dit que le sujet nécessitait de l’expérience, de l’argent et l’autorité des gouvernements, le jeune homme ne serait jamais sorti de la chambre. Il y serait resté à ne rien faire et à dire ‘l’affaire est difficile’. Mais il est effectivement sorti de la chambre et nous pouvons lui dire la vérité, que nous allons pas à pas et que les deux premières étapes se concentraient sur

l’enthousiasme des jeunes et leur sérieux qui sont nécessaires. Cet épisode est très important et surtout la phrase que je vais dire : “Nous avons besoin de la coopération des gens expérimentés, qui s’associeront à nous et c’est la condition pour la réussite de la troisième étape.” Nous ne pourrons pas réussir sans l’association des gens qui possèdent de l’expérience et de l’argent, les gens loyaux envers nos pays. Des partenariats de quels genres ? De toutes les catégories. Qui est-ce qui créera ces partenariats ? Vous ‘les Bâtisseurs de la vie’, vous madame avec votre famille, vous également les jeunes. Recherchez parmi vos parents et faîtes une liste avec leurs noms. Nous verrons dans quel secteur nous voulons faire une renaissance et je vous les présenterai dans ce qui suit. Vous verrez ensuite qui de votre famille a de l’expertise dans ces secteurs et c’est de lui que nous aurons besoin et il deviendra notre partenaire. Nous rechercherons parmi les oncles paternels et maternels, le cousin viceministre de tel ministère, le cousin agriculteur, la tante qui a préparé une maîtrise au sujet de l’état des femmes et de sa réforme. Nous rechercherons dans la famille et à l’école. Vous les jeunes du secondaire, vous êtes chargés d’amener le supérieur et le directeur à s’associer à vous pour reformer l’enseignement. Les jeunes universitaires s’occuperont de la recherche scientifique et de leurs professeurs. Il se peut que ces derniers ne nous connaissent pas, n’ont pas vu les épisodes des ‘Bâtisseurs de la vie’ ou pensent que l’enthousiasme des jeunes est désordonné mais, sûrement ils nous aiment ainsi que leurs pays. Comment les avoir de notre côté et les amener à travailler avec nous ? Nous trouvons dans les mosquées des personnes âgées et des jeunes gens assis côte à côte mais qui ne communiquent pas entre eux. Les premiers sont à la retraite et gardent leur expérience pour eux sans que personne n’en profite. Allons faire leur connaissance et lier les générations entre elles. Nous pouvons aller à la mosquée discuter avec eux, demander leur aide et profiter de leur expérience. Ils peuvent s’associer à nous et reprendre espoir dans la vie au lieu de les laisser désœuvrés n’ayant comme occupation que prier à la mosquée. Ils auraient souhaité faire profiter quelqu’un de leurs connaissances pour la grâce d’Allah et nous les aiderons à le faire. Invitez les ministres loyaux que vous connaissez dans vos pays ou les vice-ministres. Egalement, les associations bénévoles dans nos pays et celles qui s’occupent de développement. Nos savants installés en Occident et dont nos pays ne profitent guère. Intéressez-les à notre projet. Sur le site www.amrkhaled.net vous trouverez un rapport dans les deux langues, arabe et anglaise, imprimez-le et distribuez-le aux gens pour leur faire connaître et comprendre notre projet de renaissance. Vous y trouverez également trois feuillets qui parlent des ‘Bâtisseurs de la vie’ et de ce qu’ils ont accompli. Vous le montrerez à vos pères, vos mères, vos oncles, le ministre untel, l’homme d’affaires etc. pour leur faire connaître le projet et les amener à y coopérer. Nous voulons réaliser des partenariats avec eux et leur dire de mettre leurs mains dans les nôtres parce que c’est la condition de la réussite de la troisième étape. Nous avons commencé nous-mêmes à faire cela. Vous souvenez-vous lorsque je vous disais que nous voulions commencer un projet intitulé ‘Les Protecteurs de l’avenir’ ? Nous pensions déjà en ce temps que nous avions besoin d’une aide pour le faire réussir. Nous voulions éveiller les consciences dans les écoles et les universités au sujet des drogues, mais un programme télévisé sur une chaîne satellite ne pouvait pas le faire seul. La police de Dubaï, nous a alors contactés et nous a demandés de s’associer à nous ainsi que le bureau régional des Nations Unies pour le Moyen Orient. Nous avons signé un contrat entre trois partis. Mais, qu’est-ce qui pousserait les Nations Unies à signer un accord avec les ‘Bâtisseurs de la vie’ ? Parce qu’ils savent que ce projet ne peut réussir sans la coopération des jeunes avec les milieux internationaux. Ceux dont nous recherchons l’association conçoivent également cette réalité. Je veux vous montrer la scène de la signature de cet accord pour vous faire comprendre comment nous concevons la troisième étape des ‘Bâtisseurs de la vie’ et que nous ne pouvons pas réussir sans cela ou même à l’aide de moyens bien plus importants.

Notre ambition est immense. Vous rappelez-vous du début des ‘Protecteurs de l’avenir’ ? Je n’avais encore rien dans les mains et j’étais là à dire que nous entraînerions des jeunes et que nous placerions une personne dans chaque école et chaque université. Je n’avais que mon rêve mais le second jour la police de Dubaï s’y est associée, vinrent après les Nations Unies et ensuite le contrat à trois. Le rêve d’hier s’est réalisé aujourd’hui et celui d’aujourd’hui se réalisera avec l’aide d’Allah. Je vous dis que nous devons avoir de l’espoir.

La troisième étape en détails. Vous nous avez envoyé vos rêves, vos idées et vos suggestions au sujet de la renaissance dans vingt-trois domaines. Nous avons classé les rêves par catégorie et nous avons formé des comités spécialisés dans chaque sujet. Nous avons par exemple réuni des professeurs d’université et des hommes d’affaires dans le domaine de l’agriculture et de même pour l’industrie. C’est un autre genre de partenariat dont je vous parle. Tous étaient venus se joindre à nous à titre bénévole et gracieux. Nous avons ainsi des comités dans tous les domaines avec tout genre d’experts du monde arabe et même d’Arabes ou de Musulmans émigrés en Occident. Nous avons même des Chrétiens parmi nous, parce que la renaissance de nos pays nous concerne tous. Les comités se sont réunis pendant deux mois pour étudier vos suggestions qui nous sont très chères et très importantes. Ils ont commencé à les trier en ce qui est réalisable et ce qui ne l’est pas. Je pense que personne n’en sera contrarié parce qu’il y a des choses possibles et d’autres pas et nous devons suivre les conseils des experts. Après deux mois de travail, ils ont choisi de chaque domaine le projet qui doit être exécuté immédiatement. Ensuite, nous avons organisé un séminaire pour chaque domaine où nous avons invité des gens officiels, des associations progressistes ou charitables qui s’occupent du domaine dont il est question. Ainsi, pour que chacun sente que le projet est sien, nous avons assemblé les avis des jeunes, des experts, des officiels et des gouvernements à propos de ce que nous faisons. Nous allons vous montrer une scène du film de la réunion du comité de l’industrie qui comprenait des individus, non seulement d’Egypte, de Syrie et de l’Arabie Saoudite mais de tous les pays arabes du Soudan au Yémen. De nombreuses personnes y ont assisté pour donner leurs opinions à propos de ce qui sera exécuté par ‘les Bâtisseurs de la vie’. Imaginez-vous l’effort dépensé, parce que je ne vise pas à faire un programme qui ne fera rien d’autre que déchaîner de l’enthousiasme. Nous devons agir selon des bases scientifiques bien conçues. Nous avons commencé par prendre l’avis des jeunes parce que le projet leur appartient. Ensuite, nous nous sommes retournés vers les experts et, après avoir pris leurs opinions, nous pouvons dire que nous avons un projet de base dans chacun des domaines de la renaissance. Nous commencerons dès la semaine prochaine avec l’industrie et le chômage et nous rechercherons quel est le projet de base qui pourra résoudre le problème de ce dernier. Nous ferons ensuite de même avec l’agriculture, la santé, l’environnement, la dévotion religieuse et la proximité d’Allah, que Son nom soit loué et exalté, l’éducation ou le tourisme et nous vous ferons voir l’effort scientifique dépensé avec l’opinion de milliers de gens et des experts.

Quels sont les projets qui seront entrepris durant l’année prochaine ? Nous avons onze domaines. Ils étaient vingt-trois mais nous les avons ramenés à onze et nous avons assemblé quelques-uns ensemble. Par exemple, nous avons uni la santé aux sports et à l’environnement pour leur donner une direction commune. Nous vous présenterons certains des domaines qui feront le sujet des prochains épisodes. Vous aurez idée comment le travail se fera jusqu’à la fin de l’année. Chacun des sujets prendra un épisode ou deux durant lesquels nous nous mettrons d’accord sur le projet. Nous demanderons aux jeunes de nous rechercher des

partenaires et des experts et nous entreprendrons l’exécution du projet, pleins de confiance en Allah. Nous aurons commencé dans un certain domaine et le travail se poursuivra ainsi durant l’année.

Les domaines. Les domaines selon l’ordre des épisodes seront : 1- Le chômage. 2- L’industrie ; 3- L’agriculture. 4- L’éducation. 5- La santé et l’environnement. 6- La femme. 7- La quiétude sociale et la famille. 8- La culture et les arts. 9- La recherche scientifique. 10- La technologie. 11- L’unité de nos pays. Ce sont là les sujets des épisodes qui seront diffusés durant l’année et que nous rapporterons à notre religion pour démontrer comment parvenir avec le projet à l’agrément d’Allah. Nous vous présenterons les projets et nous verrons qui de vous les prendront en charge pendant les vingt ans à venir.

Après la troisième étape. Lorsque je vous ai demandé au début de l’épisode de joindre nos mains et de travailler ensemble, je ne demandais rien de difficile. Que chacun de vous, jeune homme, dame, même élève de la dernière année du secondaire qui n’a pas de temps, fasse connaître le programme à ses amis, leur donne le petit livret des ‘Bâtisseurs de la vie’, leur demande de le voir et de se joindre à nous. Chacun peut avertir ses proches parents et ses connaissances parce que sans partenaires nous ne réussirons pas. Si nous arrivons à étendre ce projet de partenariat, d’ici la fin de l’année, l’idée de la renaissance sera implantée dans les esprits de tous nos jeunes gens des pays arabes et c’est notre but. L’idée leur emplira la tête, ils en parleront partout et à la fin de la troisième étape, l’idée de la renaissance sera diffusée dans le monde arabe. Nous la retrouverons même dans les pays occidentaux, amenée par nos enfants qui vivent làbas. Les jeunes porteront ce rêve sur leurs épaules et il deviendra le but de leur vie. Que chacun des jeunes recherche le sujet du domaine auquel il voudra s’associer. Il prendra Allah à témoin, malgré tous ses péchés, de vivre pour la renaissance et de travailler au projet qu’il a choisi. Nous ne nous mettrons jamais à nous cogner la tête et à dire ‘c’est notre réalité décevante, comment arriverons nous à faire une renaissance’. Nous n’avons pas d’autre choix ou bien alors mettons-nous à nous lamenter pendant cent ans encore. Mais qui donc fera la renaissance si ce n’est nous ? Ne dites pas c’est impossible, parce que nous y parviendrons avec la grâce d’Allah. Savez-vous à quoi je compare la troisième étape ? Nous sommes comme ceux qui creusent le lit du fleuve. Je vous ouvre le chemin et vous amenez les partenaires et les experts et le fleuve se met à couler. Allons les jeunes, prenez les chemins de l’agriculture, de l’industrie etc.

Nous voulons faire une renaissance et le programme des ‘Bâtisseurs de la vie’ se terminera un jour. Il se terminera sûrement parce qu’il ne peut pas continuer vingt ans durant toute la période de la renaissance. Mais nous serons là à travailler à nos projets parce que nous nous sommes mis d’accord. Notre rôle est uniquement de creuser le lit du fleuve pour tracer le chemin aux jeunes qui grandiront de même que les projets. L’eau coulera et les projets se développeront comme la petite pousse de plante. Il en sera ainsi dans tous les domaines et les gouvernements également organiseront et aideront. Les hommes d’affaire qui remarqueront la réussite des jeunes se dépenseront plus et le projet se développera. Vous verrez également que les milieux internationaux se joindront à nous les années prochaines parce que nous allons dans la bonne direction. Nous grandissons et notre projet avec nous, nous verrons notre rêve de renaissance grandir de même. Après quelques années, nous entendrons que le taux chômage a diminué dans le monde arabe de 35% à 5%. Nous fabriquerons nos médicaments nous-mêmes, nous mangerons notre blé sans avoir à le prendre des autres ? Les mosquées seront pleines pour la Salat de l’aube comme pour celle du vendredi et l’amour reviendra dans les familles.

Nous réussirons par la grâce d’Allah. Je sais qu’il y en a de ceux qui se moquent en entendant mes paroles, mais vous verrez que cela se réalisera et que l’espoir est très grand. Je puise cet espoir d’Allah, que Son nom soit loué et exalté, des yeux des jeunes que je vois pleins d’enthousiasme et de vaillance et de leur insistance à coopérer. Egalement, des dames et des jeunes filles pleines d’enthousiasme et de sérieux. Il y a même des dames âgées qui peuvent à peine bouger et qui disent qu’elles sont avec nous dans les ‘Bâtisseurs de la vie’. Tout ce monde nous pousse à avoir de l’espoir et nous devons le garder. Comment ne pas avoir de l’espoir quand Allah, que Son nom soit loué et glorifié, est le Roi Tout-Puissant. Comment ne pas avoir de l’espoir quand notre Livre est le majestueux Coran. Comment ne pas avoir de l’espoir quand nous avons la meilleure doctrine au monde. Comment ne pas avoir de l’espoir quand nous voyons les jeunes hommes et les jeunes filles aimer Allah, que Son nom soit loué et glorifié. Comment ne pas avoir de l’espoir quand Allah, que Son nom soit loué et glorifié, dit dans Son Livre –ce qui peut être traduit comme : “ Dis: «O Allah, Maître de l’autorité absolue. Tu donnes l’autorité à qui

Tu veux, et Tu arraches l’autorité à qui Tu veux; et Tu donnes la puissance à qui Tu veux, et Tu humilies qui Tu veux. Le bien est en Ta main et Tu es Omnipotent. Tu fais pénétrer la nuit dans le jour, et Tu fais pénétrer le jour dans la nuit, et Tu fais sortir le vivant du mort, et Tu fais sortir le mort du vivant. Et Tu accordes attribution à qui Tu veux, sans compter».” (TSC, Âl ‘Imran ‘La Famille Imran’ : 26, 27.)
Le plus grand objectif de Satan et des ennemis de l’islam est de nous faire désespérer et perdre espoir durant les années 2005, 2006, 2007. Pourquoi? Parce que l’espoir garde l’âme en vie et que sa perte est pire que la mort. C’est la raison pour laquelle, Satan essaye de le tuer en nous, mais le croyant sait que Allah est le Roi Tout-Puissant et qu’Il ne perdra jamais nos efforts. Il dit –ce qui peut être traduit comme : “ Nous ne

laissons pas perdre la récompense de celui qui fait le bien.” (TSC, Al-Kahf ‘La Caverne’ : 30.) Si nous
faisons de bons plans, nous avons de bonnes idées, nous nous enthousiasmons, nous patientons et nous nous sacrifions, Allah nous fera triompher sûrement. Remarquez que les Musulmans ont été perdus pendant cent ans à cause des Tatars qui avaient tué deux millions de Musulmans et avaient envahi Bagdad et la Syrie. Le monde semblait entièrement anéanti, mais

qu’est-il arrivé? Nous nous sommes relevés de nouveau, notre gloire nous est revenue et que valent cent ans dans la vie d’une nation? Pourquoi réussirons nous une fois et pas l’autre? Nous y arriverons comme par le passé. Khaled ibn Al Walid a combattu les Perses et les Romains avec dix-huit mille soldats et parfois tout au plus trente mille. Il a pénétré en Perse et entreprit une bataille avec dix-huit mille combattants contre deux cent mille. Il continuait à triompher et le roi des Perses en devenait fou. Il envoya demander à ses commandants comment cela pouvait être possible d’être vaincus par dix-huit mille soldats. Ils lui répondirent : “O Seigneur, il a avec lui des hommes qui croient en la promesse d’Allah comme nous en la vue du soleil. Ils peuvent faire n’importe quoi.” Nous également, nous avons la promesse d’Allah, que Son nom soit loué et glorifié. En réfléchissant un peu, nous remarquons que chaque siècle une idée surgit et domine les esprits des gens au point de ne pouvoir imaginer la vie sans elle. Le monde évolue tous les siècles et les idées également, que signifie cela? Par exemple, dans une période passée l’idée dominante était le communisme. Ses partisans ne voyaient pas comment le monde pouvait marcher sans lui. Après cent ans, les choses changèrent et c’était le tour du nationalisme et un certain temps c’était la domination des grands empires. Pourquoi est-ce que je vous dis cela? Parce que toutes ces idées se sont évanouies. Et si les idées nouvelles sont la spécialité du siècle présent, pourquoi n’en diffuserions-nous pas une nousmêmes? Comprenez-vous pourquoi le Messager (BP sur lui) a dit : “Allah fera apparaître pour cette communauté, à la tête de chaque cent ans quelqu'un qui lui revivifiera sa religion. » Chaque cent ans les idées changent et le monde change. Comprenez-vous le sens de ces paroles d’Allah –ce qui peut être traduit comme : “Ou comme celui qui

passait par un village désert et dévasté: «Comment Allah va-t-Il redonner la vie à celui-ci après sa mort?» dit-il. Allah donc le fit mourir et le garda ainsi pendant cent ans. Puis Il le ressuscita.” (TSC, Al-Baqara ‘La Vache’ : 259.) Je ne dis pas que le chiffre cent est fixe mais le monde
change chaque siècle et également les idées. Maintenant que ces dernières se sont avérées toutes imparfaites, partout et pas seulement chez nous, le monde est à la recherche de nouvelles idées. Quelle est belle la renaissance dont nous annonçons le bon augure. Nous vivrons et œuvrerons pour elle.

Le devoir que nous devons exécuter aujourd’hui. Ne ferons-nous rien aujourd’hui? Si, nous avons trois devoirs essentiels à réaliser.

La première : l’information. Nous voulons que notre programme soit suivi par quinze millions de téléspectateurs. Sera-ce pour en ressentir plus de bonheur? Non, parce que nous ne recherchons pas la célébrité et nous n’y pensons même pas, nous désirons implanter l’idée de la renaissance chez le plus grand nombre de personnes. Nous devons donc être vus par le plus grand nombre possible. Les autres chaînes de télévision satellite aiment avoir beaucoup de spectateurs et se font de la publicité tandis que nous n’en faisons pas. Vous êtes vous-mêmes notre publicité. Je dis en plaisantant, que j’aimerais donner à chacun d’entre vous un haut-parleur. Mais notre Umma a besoin d’un haut parleur qui pénétrera dans chaque ruelle, chaque rue, chaque club, chaque mosquée et chaque école. On y clamera ‘Eveillez-vous, ce n’est plus le temps de dormir’. Nous avons un grand rôle d’information à jouer. Nous voulons faire ce que le Prophète (BP sur lui) a fait lorsque Allah lui dit –ce qui peut être traduit comme :

“ Expose donc clairement ce qu’on t’a

commandé.” (Al Hidjr : 94.) Allah, que Son nom soit loué et exalté, demandait au Prophète (BP sur lui)
d’annoncer la religion aux gens mais il ne l’a pas fait en secret, il escalada le monticule Assafa dans la mosquée sacrée et les appela. Il ne pensait pas se donner de la gloire mais communiquer l’idée et, elle devait l’être. Nous voulons que le monde voie notre programme même si nos paroles ne sont pas délicates et romantiques. C’est un espoir et il n’y a pas d’espoir sans cela, je n’ai rien d’autre à vous présenter que l’organisation de la renaissance.

La seconde : la recherche de partenaires. Recensez les noms de toutes les connaissances que vous avez dans vos agendas et dans vos contacts sur Internet. Envoyez-nous les noms de ceux qui peuvent nous être utiles par téléphone aux numéros du programme, la boîte postale ou l’adresse électronique. Nous avons fixé les moyens qui vous permettront de communiquer avec nous. Recherchez tous les partenaires possibles même les journalistes, les artistes et les gens de l’information. Dîtes-leur à tous de venir se joindre à nous et de voir notre programme.

La troisième : l’accord conclu à chaque épisode. Ce devoir commencera l’épisode prochain. A chaque fois, nous nous mettrons d’accord sur un projet et les gens qui voudront y participer se présenteront et s’en chargeront. Ils le prendront en charge et le fleuve coulera. Nous serons bien heureux le Jour de la Résurrection de l’avoir fait. C’est là ce que nous avons comme marchandise et rien d’autre. Je prie Allah que l’idée vous soit bien parvenue, que l’espoir et l’enthousiasme aient augmenté chez les jeunes. Je dis non au désespoir et nous ne suivrons jamais son chemin. A la semaine prochaine avec le sujet sur le chômage, s’il plait à Allah. Assalamou alaykoum wa rahmatou Allah wa barakatouh

[i] TSC : Traduction des Sens du Coran. Cette traduction est celle du sens courant le plus connu jusqu'à présent de la sourate sus mentionnée. Lire la TSC ne remplace nullement sa lecture en arabe, la langue de révélation du saint Coran.