BATISSEURS DE LA VIE Episode 37 : Le métier artisanal Introduction

:

Nous avons parlé dans l'épisode précédent de l'industrie et de la petite entreprise, et nous avons dit qu'il ne saurait y avoir de renaissance sans industries. Aujourd'hui, nous poursuivons ce discours, car le projet Sunna El Hayat est comme un puzzle que nous construisons petit à petit jusqu'à ce que la renaissance à laquelle nous aspirons soit complète. Donc nous avons parlé d'industrie et aujourd'hui nous parlerons d'artisanat qui fait partie de l'industrie. Le problème de cet épisode, ou le problème de l'artisanat en général, est que les gens le considèrent dédaigneusement, pour ne pas dire avec mépris. Il est considéré comme étant un travail déshonorant, avilissant, un travail sans valeur. Les gens ont deux problèmes; ils considèrent le métier artisanal avec dédain et pensent qu'il est sans valeur. Dans cet épisode, nous réaliserons trois choses, deux avec nos esprits et la troisième de nos mains. Quelles sont ces deux choses que nous réaliserons avec notre esprit ? Nous changerons deux convictions que nous tenons pour sûres. Une conviction qui stipule que le métier artisanal n'a pas de valeur, et une autre qui consiste à penser que le métier artisanal n’est pas digne de respect et de considération dans nos pays. Donc nous sommes venus changer ces convictions.

La première conviction c'est de respecter le métier artisanal. La deuxième, c'est qu'il ne saurait y avoir de renaissance sans les métiers artisanaux. Donc nous changerons deux convictions au cours de cet épisode et nous accomplirons de nos mains un projet sur lequel nous nous entendrons. Des convictions et des certitudes que le programme Sunna El Hayat essaye, à force d'épisodes et de thèmes proposés, de changer. Certes, il n'est pas toujours facile de changer les convictions, mais rassurez-vous, nous vivons, dans le monde arabe, un temps où les gens changent rapidement leurs convictions, surtout durant la décennie écoulée, et les dix prochaines années verront survenir des changements qui dépasseront toute imagination. Pis, ce qui adviendra dans les dix prochaines années, dépassera ce qui s'est passé durant les cents dernières années. Et vous, jeunes hommes et jeunes filles, vous les bâtisseurs de la vie qui vivrez dans cette région du monde dans les dix ou vingt ans à venir, vous aurez à promouvoir les convictions que nous défendons aujourd'hui, ceci est votre rôle, le rôle des bâtisseurs de la vie. Vous changerez les convictions, car nous vivons l'ère du changement des convictions, et c'est vous qui parrainerez ces changements. Alors commençons après cet avant-propos, par la première conviction que nous désirons changer.

Faites attention, l'épisode d'aujourd'hui s'adresse à toute la société. L'épisode qui a traité des petites industries était peut-être restreint à une catégorie de la société, mais aujourd'hui, je m'adresse aux femmes aux foyers, aux pères, aux enfants encore au primaire, ceux du collège et du secondaire. Les étudiants à l'université, garçons et filles, je m'adresse au monde arabe tout entier. Je m'adresse aux responsables de l'éducation dans nos pays, je m'adresse aux responsables de l'information, aux imams des mosquées, aux prédicateurs, aux artisans eux-mêmes. Je m'adresserai dans cet épisode à toutes les catégories de la société. Ceci est la première conviction que nous devrons changer. Cette conviction a cent ans, pourrons nous la changer en l'espace de cet épisode ? J'en doute, mais vous vous chargerez de propager et de répandre cette conviction dans le monde entier. Nous sommes à la hauteur, et Dieu nous soutiendra. Imaginez-vous la rétribution que nous gagnerons à changer dans l'esprit de tous les musulmans une conviction qui satisfera Allah et la nation et fera changer notre état ? Imaginez-vous ma récompense et votre récompense quand nous diffuserons cette conviction à travers les moyens de communication ? Pouvez-vous imaginer la récompense d'Allah quand nous aurons réformé une partie de notre nation ? Ceci serait un

accomplissement grandiose, et nous rencontrerons Dieu (exalté et glorifié soit-Il) fiers de nous-mêmes. Alors concentrez-vous et laissez cette conviction remplir votre esprit et diffusez-la après cet épisode à travers les moyens de communication et dans toutes les sociétés.

Quelle est la première conviction ? La première conviction est que le métier artisanal est important et nécessaire pour qu'il ait une renaissance.

Mais avant, que signifie le métier artisanal ? Un métier artisanal est un métier ou une production de créations d’art d'une personne qui travaille de ses mains en faisant travailler son esprit et qui nécessite de l'exercice pratique et n'a pas besoin de règles scientifiques théoriques que l'artisan doit apprendre. Donc il repose sur quoi ? Il repose sur un travail manuel qui nécessite un effort mental et un savoir-faire. Pour acquérir ce savoir-faire, tu dois voir le travail se faire devant tes yeux. En fin de compte, le métier artisanal c'est quoi ? Des mains, un esprit et un savoir-faire. C'est tout ce qu'est un métier artisanal.

Quels sont les exemples de métiers artisanaux ? Ils sont nombreux : le forgeron, le plombier, le soudeur, le tourneur… qui font quoi ? Qui produisent les engrenages et les moules… et les autres pièces, dont aucune machine au monde ne peut se passer pour bien fonctionner. Ce qui veut dire en fait que toutes les industries du monde sont régulées en fin de compte par des artisans. Que veut dire ceci ?

Vous voyez le décor qui pare notre plateau maintenant, qu'il vous plaise ou pas est une autre paire de manche, mais il est conçu par un décorateur. Sait-il le monter ? Non. En d'autres termes, la voiture luxueuse que tu conduis, elle est conçue par un ingénieur, mais qui a façonné la tôle et dessiné ses contours avec précision et l'a fait avec application et avec art, qui a fait ceci et fixé cela ? C'est un artisan. Donc toute industrie ne peut être performante et réussir sans qu'il ait des artisans derrière. Notre agriculture, notre industrie et notre vie personnelle sont liées au métier artisanal. C'est comme si je vous disais que toute civilisation dans l'histoire compte un artisan derrière son succès. Me croyez-vous ? Regardez la civilisation pharaonique, tout l'art qui s’y rattache est le fait des artisans. La civilisation des pharaons dont les vestiges sont encore présents est le fait des artisans. Regardez la civilisation musulmane et ses vestiges en Egypte, en Syrie et en Andalousie. Regardez la civilisation européenne de l'époque de la renaissance et les grands et magnifiques musées. Non seulement les musées, mais aussi les bâtiments, quand vous vous rendez en France ou en Allemagne vous verrez le formidable et minutieux travail des artisans. Il y a plus que ça : sachez que le travail artisanal qui a été accompli il y a des centaines d'années, nous continuons aujourd'hui à en bénéficier et profiter de ses biens, nous et nos enfants ? Comment cela ? Avez-vous oublié qu'il y a un métier dont le chiffre d’affaire s’élève à des milliards de livres, et qui emploie des millions de travailleurs, qui est l’industrie du tourisme ? Sur quoi repose une grande partie du tourisme ? Des gens qui se rendent d'un pays à un autre pour visiter des monuments réalisés par d'autres civilisations. Ces vestiges sont faits par qui ? Khan El Khalil, Tripolis et les vielles ruelles qui s'y trouvent, ne sont-elles pas l’œuvre artisanale d’artistes, inventeurs et experts ? Ce que je veux vous faire comprendre c'est que l'artisanat a été l’un des piliers des plus grandes civilisations, alors pourquoi méprisons-nous le métier artisanal ? Bien plus encore; nous avons étudié à l'école que les Turcs, du temps de l'Empire Ottoman, ont drainé tous les artisans et les ouvriers qualifiés d’Egypte et de Syrie vers la Turquie. Justement pour qu'ils bâtissent la civilisation de l'Etat Ottoman que nous connaissons. Et cela a eu ses effets sur le développement de ces pays, comme l'attestent les études historiques. Et comment ? Parce que ces ouvriers qualifiés et ces artisans qui ont quitté l'Egypte et la Syrie sont partis en Turquie et l'on voit aujourd'hui la majesté des monuments qui s'y trouvent, et on constate la prospérité du tourisme là-bas. As-

tu vu par exemple la mosquée de Souleymania, et la beauté de son architecture. Ce sont les Egyptiens et les Syriens qui ont bâti cette imposante mosquée, et il existe jusqu'à nos jours une place qu'on appelle le marché des Egyptiens, et qui aurait été probablement le quartier où logeaient les ouvriers égyptiens. Et les touristes européens aujourd'hui apportent aux caisses de la Turquie des millions de dollars pour voir des monuments construits par des Egyptiens et des Syriens.

Donc nous vivons des revenus d'un travail que des hommes ont réalisé il y a de cela cent ou mille ans, nous profitons de leurs bienfaits et en fin de compte, nous nous en moquons. Je ne veux pas que vous compreniez qu'il s'agit juste d'architecture et de construction, non, les artisans ont été à l'origine de nombreuses mutations qualitatives dans nos pays. On avait construit en Egypte en 1963 un avion qu'on a dénommé "El Qahira 300", et c'était le premier avion entièrement construit au niveau local sans aide étrangère dans le monde arabe. C'était un avion d'exercice, on l'avait fabriqué et on a volé avec en 1963 ! Les ingénieurs égyptiens l'ont conçu et ont tout fait, mais sans les artisans de haut niveau qu'avait l'Egypte à cette époque, l'avion n'aurait pas vu le jour. L'avion a donc volé, puis vint la crise 1967, et le rêve a été abandonné, mais n'oublions pas que sans les artisans cet avion n'aurait pas volé. En 1973, pendant la guerre, on sait tous que la péninsule du Sinaï était occupée et que les Egyptiens devaient traverser le canal de Suez. Mais comment contourner cet obstacle d'eau qu’est le canal de Suez et le traverser d'une rive à l'autre ? Il fallait des ponts, on devait construire des ponts

Mais comment construire des ponts ? En plus, ils pourraient être la cible de l'aviation ennemie, il fallait donc les construire en l'espace de peu de temps et qu'ils puissent supporter le poids des tanks et des soldats. Quelle imagination ! Nos capacités sont énormes sauf qu'il faut que nous rendions leur place et leur valeur aux métiers artisanaux. Que se serait-il passé en 1973 sans ces ouvriers artisans ? Alors valorisez le travail artisanal en regardant ce film.

Projection de la traversée du canal de Suez pendant la guerre de 1973

Ce que nous avons visionné a été fait grâce aux artisans, le tourisme existe grâce aux artisans, des industries reposent sur les artisans, la victoire à la guerre était obtenue grâce aux artisans, tout cela se fait grâce aux artisans. Mais quelle est la position des artisans aujourd'hui ? Nous les considérons avec dédain et nous pensons que leur travail est sans valeur. Dans l'épisode précédent nous avons parlé des petites industries, mais les jeunes qui créeront ces petites entreprises, pourront-ils le faire sans les ouvriers artisanaux qui accompliront tous les travaux sur lesquels reposent ces industries ? Lorsque j'ai dit au cours de l'épisode précédent que nous devons relancer la petite industrie et que je vous ai donné des exemples, ces exemples ne sont pas obligatoires, ce qui est obligatoire c'est de chercher à ce que cette industrie soit compétitive, et ceci est la tâche des experts qui vous diront que tel projet est rentable et permettra de supplanter vos concurrents. Mais en fin de compte, ces projets pourront-ils aboutir sans l'apport des ouvriers artisanaux ? Je me le demande.

Sachons qu'il n'y a point d'industrie sans artisans, et donc point de renaissance sans l'artisanat. Le travail artisanal est la colonne vertébrale de l'industrie, et par conséquent du développement. Car cet ouvrier artisan est le dernier maillon de la chaîne de l'agriculture et de l'industrie sans lequel ces créneaux ne sauraient se développer et s'épanouir. Il est la colonne vertébrale, ceci donc est la première conviction. Ai-je contribué à son changement ?

Il ne saurait y avoir de renaissance sans le métier artisanal, faisons de cette conviction un slogan et appelons les gens à y adhérer. Vous les jeunes, les bâtisseurs de la vie, les différents groupes des bâtisseurs de la vie, activez-vous à travers les moyens de communication. A tous ceux qui nous disent qu'ils ne savent pas comment participer avec nous au programme, il vous suffit d'informer et de propager nos idées et vous tiendrez à l'engagement que nous avons passé entre nous et avec Dieu et son Prophète pour que nous réalisions cette renaissance.

A vous les femmes, changez vos convictions, car il est temps de les changer et l'avenir sera pour vous les jeunes. Ceci est la première conviction, après l'entracte nous discuterons de la deuxième conviction.

Annonce publicitaire

La deuxième conviction que nous voulons changer concerne le respect du métier artisanal, le considérer comme un travail respectable. Savez-vous pourquoi nous dédaignons tant aujourd'hui le travail manuel ? Car nous sommes tous intéressés par les diplômes universitaires et académiques, et nous y tenons, peu importe que nous ayons du travail par la suite ou pas. Ce qui nous importe c'est d'accrocher nos diplômes dans nos maisons. Que je fasse un travail manuel ? Mais que racontez-vous là ! Ceci ne convient ni à ma position ni à celle de ma famille, je ne peux pas me rabaissez à ce niveau. Ceci est malheureusement le raisonnement qui prévaut chez nous. Et puis, le grand souci de nos mères c'est que leurs enfants aient leurs diplômes pour qu’elles puissent s'en vanter et dire mon fils est diplômé de telle ou telle faculté. Pour qu'elle puisse prétendre au mariage avec une fille de famille aisée à laquelle elle pourra se présenter en se parant du diplôme de son fils. Alors nos enfants étudient dans le but d'avoir des diplômes et en fin de compte se retrouvent chômeurs et sans travail. Et nos filles restent sans mariage, car leurs parents n'acceptent pas de les marier à des prétendants sans travail et chômeurs. Mais imaginons quelqu'un qui s'est pourvu d'un métier et a su monter son petit projet et travaille et réussit et gagne bien sa vie, accepteriez-vous de lui donner vos filles en mariage ? Ou attendrez-vous que se présente celui qui vous épatera avec son diplôme mais qui ne fait rien dans la vie.

Il y a encore autre chose ; on croit que la mère idéale est celle qui a élevé ses enfants et les a soutenus jusqu'à ce qu'ils aient leurs diplômes, et on la présente comme le modèle de la mère parfaite, et on l'invite sur les plateaux de télévision pour qu'elle dise : Dieu soit loué, moi j'ai veillé et éduqué mes deux enfants, et aujourd’hui l'un d'eux est ingénieur et l'autre est docteur. Mais travaillent-ils ? Qu'importe, ceci est une autre histoire !

N'allez pas croire que je sous-estime les mères et le rôle des mères dans nos sociétés, au contraire, nos mères sont au dessus de tout. Mais en fin de compte, qu’est-ce qui est important ? Que vous ayez souffert pour que votre enfant ait son diplôme ? Ou bien pour qu'il soit productif et profite à la société ? Mais il y a pire encore, on trouve des artisans qui vous disent : moi je n'accepterai pas que mon fils devienne artisan, moi je veux que mon fils fasse ses études et joigne l'université et ait son diplôme ! Et tout ceci pour qu'à la fin son fils se retrouve sans emploi et chômeur !

Ne vous ai-je pas dit que nous sommes venus pour changer les convictions ? Attention ne vous méprenez

pas, les jeunes qui sortent aujourd'hui de l'université ne sont pas tous doués. Car on connaît l'université, l'enseignant ne peut pas bien former tous les mille étudiants que compte son amphithéâtre, et on sait bien ce que font ceux qui s'assoient au fond derrière dans les amphis, ceux qui passent leur temps à jouer aux cartes et aux échecs, non pas aux échecs car les échecs sont un jeu de gens intelligents. Alors ne croyez pas que tous nos diplômés sont utiles et bien formés.

A ce propos je vous raconterai une anecdote significative. Deux jeunes qui ont achevé leurs études secondaires et s'apprêtaient à intégrer l'université, ont été dans un bureau de coordination qui s'occupe des orientations. Cette histoire est bien réelle et elle s'est passée dans un pays arabe dont je ne citerai pas le nom. Après avoir fait la queue derrière des centaines de jeunes comme eux et nantis de leurs papiers, ils arrivent devant l'employé préposé au guichet. Après avoir consulté leurs papiers, celui-ci leur demande quelle faculté ils veulent intégrer, ils lui répondent qu'ils veulent joindre la faculté des sciences. Il leur dit qu'il n'y a plus de place à la faculté des sciences et les presse de faire leur choix car la queue est longue. Alors le jeune lui dit : Qu'est-ce que vous proposez monsieur ? L'employé lui répond : il y a littérature et commerce. Alors le jeune regarde son ami et dit : Puisque nous allons étudier ensemble, peu importe la filière qu'on suivra. Puis s'adressant à l'agent, il dit : Allez-y monsieur, mettez-nous sur la filière encore disponible !

Voulez-vous que je vous raconte la suite de la blague ? Même si ce n'est pas une blague car elle fait mal. Ils ont donc suivi une formation qui n'a aucun rapport avec le marché du travail. Ils ont obtenu leur diplôme et ils ont rejoint les 16 millions de chômeurs du monde arabe !

Je ne me lasserai pas de vous le répéter; nous devons changer notre façon de raisonner. Bien sûr il peut se trouver à l'heure où je parle un père et son fils assis devant la télévision, le père veut que son fils s’inscrive à l'université puis entre dans un institut d'art; alors il va lui dire : Eteins la télévision, nous n'avons cure de ce qu'il raconte. Mais attendez, je n'ai pas encore dévoilé tous les projets, et peut-être que tu en trouveras un qui te sied. Mais soyons unanimes à le croire : nous devons changer nos convictions. Notre Prophète ne faisait-il pas cette invocation : "O Dieu garde-moi d'un savoir inutile" ? Alors transposons ce hadith à l'état actuel de la nation, apprenez-le à vos enfants. C'est tout ce que je vous demande. Quel mal y a-t-il à ce que ton fils devienne imprimeur, qu'il ait sa propre imprimerie et qu'il crée par la suite une maison d'édition. Ou bien que ta fille apprenne le métier de pâtissière, et qu'elle s'y investisse et arrive à avoir le plus grand magasin de confiseries de la ville ! Ne sont-ils pas des métiers d'art ?

Cette conviction doit donc changer, le métier artisanal doit être respecté et honoré. Savez-vous pourquoi nous considérons l'artisanat de cette façon ? En connaissez-vous la cause ? La cause est le colonialisme. Pourquoi le colonialisme est-il la cause de l'idée que nous nous faisons de l'artisanat ? Parce que les colonisateurs quand ils sont venus dans nos pays, étaient soucieux de détruire les métiers artisanaux. Comment cela ? Il y avait un personnage du nom de Dunlop, et c'est lui qui a mis au point presque toutes les politiques d'enseignement dans le monde arabe. Et dans quel but a-t-il orienté ces politiques ? Pour produire des fonctionnaires. Mais pourquoi des fonctionnaires et non pas des artisans ? Les colonialistes sont venus essentiellement pour commercialiser les produits qui ont été faits par les artisans de leurs pays.

Nous avons des industries alors pourquoi ne seriez-vous pas des artisans ? Vous rappelez-vous le film de Gandhi dans lequel il s'est montré soucieux de produire dans son propre pays tous les produits dont ils

avaient besoin ?

Dunlop a mis au point, avec grande malice, un système d'éducation qui a permis de former des fonctionnaires qui ne s'occupent que de la commercialisation des produits et biens venant d'outre mer. Mais le colonialisme a disparu et Dunlop aussi, et cent ans ont passé, pourquoi alors les systèmes éducatifs n'ont pas changé ? Et pourquoi le regard que nous portons sur l'artisanat n'a pas changé ? Mais ce qu'a fait Dunlop ne nous a pas suffi, nous nous sommes mis à nous concentrer et à verser tous les budgets dans l'enseignement universitaire et académique et nous avons délaissé l'enseignement technique et professionnel. Et nous n'avons même pas amélioré le niveau de nos artisans et leur instruction. Alors nous avons eu des artisans qui ne maîtrisent pas leurs professions, qui en sont gênés, dénués de toute instruction et sans éducation. Et la société s'en indigne de plus en plus et l'artisan se retrouve au bas de l'échelle sociale. Mais ceci est inadmissible, et ne sert en rien nos efforts de renaissance, et nous devons changer tout cela. Je sais que c'est difficile, mais les années à venir verront beaucoup de changements, alors vous devez suivre ce mouvement et changer vos convictions.

En Europe, on porte un intérêt aussi bien à l'enseignement universitaire qu'à l'enseignement professionnel. Parce qu'ils se complètent, et l'industrie ne saurait exister sans ces deux branches de l'enseignement. Alors tu vois un homme respectable qui te dit avec fierté que son fils est diplômé d'un tel institut professionnel. Si vous regardez les programmes "top show" diffusés en Grande Bretagne, vous pouvez voir un ingénieur à coté d'un mécanicien sur un même niveau, et les deux parlent en faisant référence à la même culture ! Pourquoi donc, parce que le mécanicien a été pris en charge et on a dépensé pour sa formation, tout comme pour l'ingénieur. Quand nous en viendrons à parler de l'enseignement dans les prochains épisodes, nous parlerons beaucoup de ce sujet, mais pour le moment, nous devons changer ces convictions, afin que le métier artisanal soit respecté et honoré. Ce qui s'est passé chez nous, c'est que les gens ont dit non à l'enseignement professionnel. Pis, les gens de l'information et le cinéma aidant, ont accentué cet état de faits en tirant à boulets rouges sur l'artisan, en s'en moquant au lieu de parfaire son éducation et son instruction. Ce qui a fait que les gens répugnent davantage à ce que leurs enfants deviennent des artisans. C'est pourquoi, je suis venu aujourd'hui, et durant cet épisode changer ces convictions, et nous les changerons avec le Coran, et avec l'islam. Retournez au Coran et vous verrez comment l'islam a traité l'artisan, comment notre Prophète le considère. Nous changerons les convictions avec notre religion, car nous avons une grande référence qui est l'islam qui n'est pas seulement prière et jeûne. Mais Dieu a voulu que la vie soit faite ainsi. Méditons ce verset :" Nous avons effectivement envoyé Nos Messagers

avec des preuves évidentes, et fait descendre avec eux le Livre et la balance, afin que les gens établissent la justice." (TSC[i], Al-Hadid ‘Le Fer’ : 25) Le Coran et la religion puis quoi ? Regardons la suite du verset " Et Nous avons fait descendre le fer " le Livre, la justice et le fer, voyez comment ils sont juxtaposés. Puis " Et Nous avons fait descendre le fer, dans lequel il y a une force redoutable, aussi bien que des utilités pour les gens". En quoi réside l'utilité d’un minerai ? C’est, bien sûr, dans sa
transformation et son façonnage par les artisans.

Prenons un autre verset, celui-ci porte sur l'architecture et la construction. Dieu nous recense Ses grâces " Et

rappelez-vous quand Il vous fit succéder aux Aad et vous installa sur la terre. Vous avez édifié des palais dans ses plaines, et taillé en maisons les montagnes. Rappelez-vous donc les bienfaits d’Allah" (TSC, Al ‘Aâraf : 74) donc le fait que Dieu leur a appris à édifier des palais est une grâce
de Sa part ! Vous voyez donc la valeur de l'artisanat dans le Coran. Un autre exemple; tout un pays, le Yémen, s'est converti à l'islam grâce à un métier artisanal. Le métier de la fabrication du verre. Comment ? " On lui dit : «Entre dans le palais»". Belqis la reine du Yémen, quand elle se rendit chez le prophète

Souleymane (que la paix soit sur lui), fut invitée à entrer dans son palais. Ce palais était construit sur l'eau, elle a cru que le palais était entouré d’eau “ Puis, quand elle le vit, elle le prit pour de l’eau profonde" et eut peur de se mouiller. Alors elle releva un peu ses habits pour traverser "Puis, quand elle le vit, elle le prit pour de l’eau profonde et elle se découvrit les pieds" mais quand elle posa ses pieds dessus, elle s'aperçut que c’était ferme. Qu'était-ce donc ? De l'eau recouverte d'une vitre. Imaginez-vous comment était leur industrie ! La suite du verset nous dit –ce qui peut être traduit comme : " Alors, [Salomon] lui dit :

«Ceci est un palais pavé de cristal»" alors elle fut fascinée et ébahie, peuvent-ils être obéissants à Dieu et développés de la sorte ! Elle dit "«Seigneur, je me suis fait du tort à moi-même : Je me soumets avec Salomon à Allah, Seigneur de l’univers»". Voyez comment un métier artisanal fut la cause d'une
conversion à l'islam. Vous vous rendez compte de quelle façon le Coran considère la question ?

Encore un autre exemple; savez-vous comment Noé fut sauvé du déluge ? Bien sûr en montant à bord de l’arche." Et construis l’arche sous Nos yeux et d’après Notre révélation. Et ne M’interpelle plus

au sujet des injustes, car ils vont être noyés»" (TSC, Hûd : 37) Qui avait construit l'arche ? Sans
aucun doute des artisans et des ouvriers. N'oubliez pas que le peuple de Noé avait dit d’eux " et nous

voyons que ce sont seulement les vils parmi nous qui te suivent sans réfléchir" ils étaient comme
nous, ils méprisaient les gens de métiers. Mais Dieu a dit du Coran à l'égard des artisans.

–ce

qui peut être traduit comme : " Et construis

l’arche sous Nos yeux", et il a apporté Son aide et Son soutien à ces mêmes artisans. Tels sont les propos

Je vous citerai un exemple plus significatif encore; il y a des sourates qui recensent cinq ou six métiers. L'histoire de Dhūl-Qarnayn qui nous est contée dans la sourate El Kahf. Dhūl-Qarnayn était un roi juste, et il était pourvu de beaucoup de métiers. Un jour qu'il sillonnait la terre, il foula les terres d'un peuple faible qui était à la merci d'un peuple voisin conquérant qui menaçait sans cesse leur sécurité et qui s'appelaient les Yā jūj et les Mā jūj[ii]. Quand ils virent qu'il avait une armée nombreuse et forte, ils lui demandèrent " Ils

dirent: «Ô Dhūl-Qarnayn, les Yā jūj et les Mā jūj commettent du désordre sur terre. Est-ce que nous pourrons t’accorder un tribut pour construire une barrière entre eux et nous?»" (TSC, Al
Kahf ‘La Caverne’ : 94). Ils habitaient entre deux montagnes, ils lui demandèrent de leur construire une barrière entre les montagnes pour parer aux invasions de leurs voisins en contre1partie d'une somme d'argent. Il dit

–ce

qui peut être traduit comme : «Ce que Mon Seigneur m’a conféré vaut mieux (que

vos dons). Aidez-moi donc avec votre force et je construirai un remblai entre vous et eux" . Mais
Dhūl-Qarnayn refusa leur avance et leur proposa de l'aider de leur force, justement pour qu'ils travaillent et apprennent. Il n'y a aucun mal à ce que tu aies un diplôme et que tu apprennes en même temps un métier.

Qu'est-ce qu'a fait Dhūl-Qarnayn ? Il a réalisé un travail prodigieux. Il a construit une barrière en fer entre les deux montagnes. Et cette barrière retient les Yā jūj et les Mā jūj jusqu'à nos jours dans une région toujours inconnue. Il a mobilisé tous les forgerons, les soudeurs et les tourneurs qui ont coupé le fer en morceaux de la longueur qui sépare les deux montagnes et les ont superposés jusqu'à ce qu'ils atteignent les sommets des deux montagnes.

Regardons ce que disent les versets : " Apportez-moi des blocs de fer" des morceaux de fers " Puis,

lorsqu’il en eut comblé l’espace entre les deux montagnes, il dit: «Soufflez!»" il a allumé du feu
tout autour des blocs de fer " Puis, lorsqu’il l’eut rendu une fournaise" jusqu'à ce que le fer devienne

rouge de chaleur " il dit: «Apportez-moi du cuivre fondu, que je le déverse dessus»". Tandis que le fer chauffait, il avait préparé des citernes de cuivre fondu et les a déversées sur le fer, de façon à ce que le liquide remplisse les vides qui se trouvaient entre les morceaux de fer et forme avec le fer un métal dur et lisse. Vous imaginez ce travail gigantesque ! Fondre le cuivre et chauffer le fer à des températures très élevées ! Quel art et quel métier c’était ! Et il a fait travailler avec lui les gens qui n'avaient pas de métiers (tel les nantis de diplômes d'aujourd'hui) et leur a confié à chacun une tâche déterminée. Celui-là fond le fer, celui-ci s'occupe du cuivre et l'autre de la construction, et ainsi le travail parfait, je le répète parfait, le travail parfait de Dhūl-Qarnayn empêche jusqu'à nos jours les Yā jūj et les Mā jūj de percer le mur et de sortir.

Dites-moi donc, quel est l’édifice le plus grandiose, les pyramides ou bien la barrière des Yā jūj et Mā jūj ? Les gratte-ciels de nos jours ou bien la barrière des Yā jūj et Mā jūj ? Lequel de ces édifices est plus résistant? Ce récit coranique vient honorer le travail artisanal. Les gens de cette histoire étaient faibles, et ils ont cru que l'argent leur apporterait la solution. Mais Dhūl-Qarnayn leur a appris un métier, car c'est dans ce métier qu'ils trouveront leur salut. C'est là un sens très important; travaille de tes mains et réussis sans gêne, car le Coran fait l'éloge de Dhūl-Qarnayn qui a régné sur terre avec justice, et y a répandu abondance et prospérité grâce à ses métiers et son savoir-faire. C'est de cette façon que nous devons comprendre le Coran. Et c'est d'ailleurs la raison pour laquelle nous récitons la sourate El Kahf tous les vendredis, pendant le congé hebdomadaire, pour réussir pendant la semaine. Et c'est pourquoi le Prophète nous recommandait de la réciter; pour saisir les sens que nous venons d’évoquer.

Le Prophète (BP sur lui) nous dit "Dieu aime le croyant artisan". Vous voyez comment notre Prophète rehausse la valeur du métier artisanal. Le terme "croyant" fait référence à une bonne moralité, tandis que "l’artisan" est celui qui a une profession. Aujourd'hui, le mot professionnel est attribué au joueur de football, au chanteur professionnel. Alors que le mot professionnel est issu de profession. Avez-vous oublié que nos familles s'enorgueillissaient de porter des noms de métiers ? On dit par exemple la famille Haddad (forgeron en arabe), un nom de famille issu du nom d'une profession. La famille Assanâa (l'artisan en arabe), un nom très répandu au Kuwait. La famille An-Najjar (le menuisier en arabe). La famille Asseqqaf (le charpentier en arabe). Ne sont-ce pas là des noms de famille répandus à travers le monde arabe ? Pourquoi prennaient-ils les noms de leurs métiers ? Parce qu'ils en étaient fiers, et appliquaient le hadith du Prophète que j'ai cité tout à l'heure. Vous les pères, vous les mères soyez fiers que vos enfants soient des artisans, parce qu'ils gagneront la satisfaction d'Allah, et ceci est notre islam. Plus encore, notre Prophète (BP sur lui), quand il prenait la main de quelqu'un et qu'il la trouvait rude et rêche à cause du travail, disait "cette main est aimée de Dieu et de Son Prophète". Aujourd'hui, quand on prend la main d'un artisan, on le fait à contrecœur parce qu'elle est rugueuse ! On craint d'irriter nos mains lisses ! Mais notre Prophète, lui, la prenait et la caressait affectueusement et ceci est notre islam ! Les artisans doivent s'estimer heureux et avoir la tête haute, parce qu'ils reçoivent l'agrément d'Allah.

Les Compagnons du Prophète étaient des artisans. Amr Ibn Al-Äç était boucher. Khebbab Ibn Al'âret était forgeron. Sâad Ibn Abi Waqqaç, qui fut le chef des musulmans à l'expédition d'El Qadessia et dont nous aimons donner le nom à nos enfants, était un fabriquant de flèches. Alors ne ressentez aucune gêne mes frères. Le fils du Prophète (BP sur lui), Ibrahim, était allaité par la femme d'un forgeron, et le Prophète en était content. La chaire que nous voyons dans nos mosquées est l'invention d'un artisan. Elle n'a pas été dictée par un texte coranique ou par le Prophète. Mais un artisan avait proposé un jour au Prophète de lui construire une estrade sur laquelle il s'élèverait pour prêcher, et il construisit la chaire que nous connaissons rendant un grand service à l'islam. Ce sont là les métiers en islam et la valeur des métiers dans notre

religion, alors prenons acte, et soyons respectueux du travail artisanal. Nixon quand il présenta sa démission au peuple américain avait tenu des propos extraordinaires. Il avait dit "si je quitte mon poste de président aujourd'hui, cela ne veut pas dire que je ne servirai plus mon pays. L'Amérique a certes besoin d'un président, mais elle a aussi besoin d'un électricien, d'un menuisier, d'un plombier. Nous sommes tous nobles, nous sommes tous grands quelle que soit notre position tant que nous servons notre pays".

Nous avons là un secret parmi tant d'autres de la réussite de l'Occident, tandis que nous, nous campons toujours sur nos vieilles idées et nous ne voulons pas changer ! Le président actuel du Brésil a une histoire pour le moins curieuse. Il était tourneur ! Il entra dans une école de formation professionnelle pour apprendre le tournage et la mécanique à l'âge de quatorze ans. Adulte, il occupa le poste de président d'un syndicat ouvrier. Puis il créa un parti politique et participa aux élections et devint ainsi président du Brésil. Et il n'a jamais été gêné ou amoindri devant les Brésiliens du fait qu'il fut un jour tourneur.

Sachez aussi que les métiers artisanaux peuvent vous rendre très riches. Il y a des gens qui ont connu une grande réussite grâce à leurs métiers. Je vais vous citer des exemples. Vous entendez sûrement parler des magasins Channel ? Channel gagne des milliards de livres chaque année. Mais qui est Channel ? Madame Channel est une couturière qui avait commencé avec une machine à coudre et est devenue ce qu'elle est aujourd'hui ! Alors arrêtez de garnir la queue des chômeurs et allez travailler de vos mains. Il n'y a pas de mal à avoir un diplôme et à faire un travail manuel pourvu que vous le fassiez bien. Connaissez-vous l'histoire de Ezza Fahmi qui possède le plus grand magasin de bijoux dans le pays ? Ezza Fahmi est universitaire, mais elle a vu qu'elle ne pouvait pas travailler avec son diplôme. Alors elle est descendue dans la rue Assaigha[iii] du Caire et a observé pendant trois ans comment travaillent les bijoutiers jusqu'à ce qu'elle ait les ongles cassés et les mains écorchées par le métier. Mais aujourd'hui elle possède le plus grand magasin de joaillerie d'Egypte et elle fabrique des bijoux qui symbolisent notre culture et notre civilisation.

Il y a parmi nous aujourd'hui dans l'assistance un coiffeur. Ce jeune coiffeur s'appelle Houssam. Quand la guerre du Liban éclata, Houssam a émigré en Grande Bretagne comme tant d'autres à cette époque-là. Mais les autres jeunes comme lui qui n'avaient pas de métier ont échoué. Par contre Houssam qui était un bon coiffeur a travaillé dans la coiffure pendant des années en Angleterre. Aujourd'hui, il possède un grand salon de coiffure à Beyrouth, et il n'est nullement gêné d'être coiffeur.

Dans le golfe arabe aujourd'hui, beaucoup de jeunes pâtissent des effets du chômage et commencent à agir dans ce sens. Nous vous montrerons un film qui a été réalisé par la filiale de Toyota en Arabie Saoudite, que Dieu les récompense pour ce qu'ils font. Ils étaient intéressés par ce qui se passe, alors ils ont contacté des hommes d'affaires soucieux du bien de leur pays, ces hommes d'affaires dont nous sollicitons à l'occasion l'aide dans le projet de Sunna El Hayat. Regardons le film qui s'intitule "je suis fier", être fier de sa profession, nous remercions la maison Toyota qui a bien voulu nous donner le film.

Projection de film

Alors les convictions ont-elles changé ? Vous les jeunes, les bâtisseurs de la vie, je vous ai dit que cet épisode était disponible sur le net, avec les images et les vidéos qu'il contient. Nous voulons répandre ces idées dans le monde entier, et nous devons commencer par nous-mêmes, commencer par apprendre un

métier. Vous les femmes et les mères, qui dites que les petites industries ce n'est pas pour nous, voici un projet qui est à la portée de tout le monde. Alors apprenez un métier et apprenez-le à vos enfants. Car celui qui grandit dans un métier, devient un grand maître dans son domaine.

Connaissez-vous un personnage du nom d'Ezzourkani ? Ezzourkani était un artisan qui s'occupait de monter et de fabriquer les plans de machines que des savants lui donnaient. À force de travailler sur les plans des savants il devint lui aussi un grand savant et des plus grands du monde musulman et ouvrit sa propre fabrique. Et il fut l'auteur d'une grande invention. Nous lui devons l'astrolabe qu'on utilise pour observer le mouvement des astres et des étoiles. L'astrolabe est donc une invention islamique. Savez-vous ce qu'est l'astrolabe ? C'est le logo de notre programme, le logo de Sunna El Hayat. Vous vous êtes sûrement interrogés sur la signification de ce logo, il représente donc l'invention d'Ezzourkani. Nous l'avons choisi pour vous dire que nous étions, nous musulmans, très grands même si nous avons débuté tout petits. Regardons ce film sur Ezzourkani qui débuta petit artisan et qui devint un grand savant.

Projection de film

Nous avons besoin de fierté, et de volonté, être fier du métier artisanal. Je vais vous montrer quelque chose qui vous fera dire : pourquoi n'agissons-nous pas comme ça ? Une ville d'Egypte, cette ville est celle qui compte le taux le moins élevé de chômage en Egypte. Cette ville s'est entièrement consacrée à un travail artisanal; la fabrication du meuble. L'écolier qui sort des cours, rejoint l'atelier de fabrication où travaillent déjà son père et sa mère. C'est toute la société qui travaille et produit. Regardons la ville de Damiette que nous louons pour son taux le moins élevé de chômage.

Projection de film

Dans tout ce qui a précédé, nous avons insisté sur le fait que le métier artisanal est le fondement de la renaissance, la colonne vertébrale de l'industrie, et qu'il ne saurait y avoir de renaissance sans artisanat. Ceci a été la première partie.

Dans la deuxième partie, nous sommes convenus d'être fiers du métier artisanal, de ne plus jamais le dédaigner et de répandre ce sens dans nos sociétés. Vous les mères et les pères, nous vous exposerons le projet au cours de la troisième partie, après que nous soyons convenus de changer nos convictions, préparez-vous à réaliser ce projet.

Ce sont là donc les principes sur lesquels nous nous sommes mis d’accord. J'espère que nos convictions ont changé, et qu'elles changeront grâce au film et au documentaire que nous avons préparés et que vous allez télécharger sur notre site et diffuser dans le monde entier. Que nous reste-il maintenant que nos convictions ont changé ? Il nous reste à accomplir un travail de nos mains avant de nous quitter. De quoi pourrait-il s'agir après tout ce que nous avons dit ? Eh bien, nous allons tous réaliser un projet, un projet simple. Vous les pères, vous les mères, vous les enfants qui êtes encore au primaire, ceux qui sont au secondaire. Vous les étudiants à l'université, vous allez tous dès demain vous mettre à apprendre un métier artisanal. Dorénavant vos enfants apprendront un métier. Comment faire ? Vous allez improviser une petite table, que

ce soit sur la terrasse ou dans les caves ou dans les arrière-cours, et vous ferez appel à un artisan et vous lui rassemblerez les enfants du quartier pour qu'il leur apprenne un métier, n’importe quel métier.

Je connais une personne au Caire, qui envoie son fils durant toutes les périodes de vacances chez un bon mécanicien en qui il a confiance pour qu'il apprenne son métier. J’en connais un autre qui envoie aussi son fils depuis dix ou onze ans en Allemagne pour qu'il apprenne un métier. Nous voulons promouvoir cette culture, la culture du travail manuel. Nous voulons que vous changiez les habitudes de vos enfants. Au lieu que ton fils fasse par exemple la grasse matinée jusqu'à une heure tardive de la journée, ou qu'il aille jouer au football, ou que tu insistes à ce qu'il aille avec toi au club, apprends-lui un métier.

N'attendons pas pour cela que viennent les grandes vacances, profitez dès maintenant de vos congés de fin de semaine et trouvez-vous une profession à apprendre. Vous les filles, apprenez la couture ou tout autre métier qui vous sied. Et je porte à votre connaissance que les gouvernements de nos pays, les autorités chargées de préparer les programmes scolaires ont pris conscience de l'importance des métiers artisanaux et ont prévu l'étude de trois ou quatre matières portant sur le travail manuel. Le saviez-vous ? Saviez-vous qu'il existe dans les programmes scolaires des matières telles que technologie, la rénovation, la maintenance, les travaux manuels et ménagers ? Nos gouvernements ont fait ce qu'ils avaient à faire, on a mis ces matières au programme scolaire de nos enfants. Alors que s'est-il passé ? Nous les parents, les élèves, les enseignants, les proviseurs, avons délaissé l'enseignement de ces matières et avons négligé ce que nos gouvernements ont fait. Nos enfants descendent dans la cour jouer au lieu d'étudier ces métiers, et l'on prend les horaires de ces matières pour les ajouter à d'autres matières qui accusent un retard sur leur programme en prétendant qu'elles sont plus importantes. On s'est concentré sur l'enseignement théorique et on a abandonné et sacrifié l'enseignement pratique qui était susceptible d'être porteur d’une renaissance. Les parents ont contribué aussi à leur façon à saborder l'enseignement pratique en disant à leurs enfants : ne révisez pas ces matières-là, elles ne seront pas comptabilisées dans vos notes, révisez plutôt telle ou telle matière. Et on perd ainsi la nation avec de tels agissements.

Aujourd'hui même en Grande Bretagne, tous les titres de la presse parle de cette jeune fille pakistanaise qui a eu gain de cause devant les tribunaux contre son école qui l'a obligée à enlever son voile. Savez-vous pourquoi elle a eu gain de cause ? Parce qu'elle était prête à défendre corps et âme sa cause, beaucoup de musulmans aujourd'hui de par le monde luttent pour la victoire de leur cause. Mais il existe des causes que personne ne défend et qui sont pourtant celles qui feront notre renaissance.

Je ne vous incite pas à aller au lycée pour accabler le proviseur d’accusations, non. Mais je vous interpelle, vous les parents, vous les étudiants, vous irez demain voir le proviseur et vous lui ferez écouter l'épisode d'aujourd'hui, et vous le trouverez certainement patriote comme vous et désirant le bien de vos enfants. Vous lui expliquerez que la renaissance de notre nation n'aura pas lieu sans les métiers artisanaux. Et vous lui direz que vous voulez que ces matières qu'on a tant négligées soient enseignées à vos enfants. Il vous dira peut-être qu'il manque d'instituteurs, vous lui rappellerez qu'il est de son devoir de trouver des enseignants pour ces matières. Ou bien, vous irez vous-même chercher ces enseignants dans les instituts professionnels spécialisés. Vous chercherez tous les artisans moralité en qui vous avez confiance et vous les solliciterez pour qu’ils dispensent ces cours à vos enfants. Et comme la fille pakistanaise que nous avons citée tout à l'heure, nous aussi nous défendrons notre cause. Si jamais vous rendez visite à l'école une fois et qu'on vous promet de régler le problème, retournez-y plusieurs fois et insistez. Et vous les lycéens et les étudiants des universités, vous chercherez un métier à apprendre et sachez qu'on ne sait pas où Dieu a mis

les causes de Ses bienfaits et de Ses grâces. Alors on ira à leur recherche en pensant à la parole de Dieu, exalté et glorifié soit-Il, lorsqu'Il dit

–ce

qui peut être traduit comme : "C’est Lui qui vous a soumis la

terre : parcourez donc ses grandes étendues. Mangez de ce qu’Il vous fournit". Tu auras ta part
de Ses bienfaits quand tu auras parcouru Sa terre. Alors travaillez, car c'est là que réside la solution du chômage.

Ceci est le premier projet. Aboutira-t-il ? Je sais que c'est difficile, mais nous sommes convaincus que nos jeunes vont relever le défi. Et tant qu'il y a des hommes et des femmes dans nos pays, et surtout des femmes, car les femmes ont la volonté encore plus ferme lorsqu'elles croient à la justesse de leur cause…

Le deuxième projet est une prière que nous adressons à toutes les tribunes, à tous ceux qui travaillent dans le domaine de la communication, nous voulons rehausser la valeur et les mœurs de nos artisans. C'est un message que nous adressons aux comédiens, aux artistes, aux écrivains de scénarios, aux écrivains de chansons. Un message aux imams de mosquées. A tous les acteurs du monde de l'information. Vous les bâtisseurs de la vie, vous prendrez l'enregistrement de cet épisode que vous téléchargerez sur notre site et vous irez le présenter à tous les tenants des moyens de l'information. Vous ferez entendre ce message à toutes les personnes concernées, faites-leur savoir l'importance du métier artisanal et son rôle dans l'éveil et la renaissance.

Le troisième projet est destiné aux hommes d'affaires. Nous les prions de nous rejoindre dans le programme de Sunna El Hayat. Contribuez à promouvoir le métier artisanal, participez à votre manière. Vous qui avez des usines, apprenez le métier à nos jeunes et formez-les dans le domaine dans lequel vous oeuvrez. Nous avons mis sur notre site www.amrkhaled.net une adresse pour nous contacter businessmen@amrkhaled.net

Êtes-vous prêts à nous aider ? Êtes-vous prêts à lancer avec nous des centres de formation, pour former nos jeunes qui vous aideront à leur tour dans vos usines. Faites comme Toyota, comme la société Abd El Latif El Jamil; c'est bien de ce genre d'initiatives que nous avons besoin.

Un autre projet pour les parents, informez et faites passer le message. Une grande part de notre travail repose sur l'information. Et à ce propos, je salue les bâtisseurs de la vie en Jordanie, qui passent des annonces à travers tout le pays avant tous les mardis pour informer sur l'émission. Je salue aussi les bâtisseurs de la vie au Soudan, qui ont pu grâce à leurs efforts, conclure un accord avec la télévision soudanaise pour diffuser les épisodes de Sunna El Hayat. A tous ceux qui ne peuvent pas participer de fait avec nous, répandez nos idées et participez avec nous à changer les convictions.

Je salue les bâtisseurs de la vie en Egypte pour tout ce qu'ils font. Nous avons mis sur le site un document qui présente toutes les activités des bâtisseurs de la vie durant les deux dernières semaines en Arabie Saoudite, au Soudan, en Jordanie. J'ai terminé. Quels étaient les objectifs de l'épisode d'aujourd'hui. Nous avions des convictions et un projet. La première conviction est que le métier artisanal est le fondement de la renaissance. La deuxième conviction est le respect du métier artisanal. Quant à ce que nous sommes convenus de faire, nous avons conclu d'aller dans les écoles et exiger que l'on enseigne à nos enfants le travail manuel. En second lieu,

nous nous sommes mis d’accord de faire en sorte que nos enfants apprennent un métier artisanal, que ce soit à la maison ou dans un atelier.

Vous allez vous y mettre dès demain. Alors nous attendrons vos e-mails, écrivez-nous sur Internet, et racontez-nous ce que vous avez fait. Faites-nous sentir que les choses bougent et que le projet a réussi. Imaginez notre récompense auprès d'Allah quand nous aurons accompli ce projet ! Et rappelez-vous les propos du Prophète "le croyant artisan est aimé de Dieu" et "cette main est aimée de Dieu et de Son

Prophète".
Nous sommes arrivés au bout de cet épisode. Mais avant de vous quitter, nous vous offrons un cadeau. Nous avons parlé dans l'épisode réservé aux arts, de ce que doit être l'artiste et nous avons présenté lors de cet épisode le chanteur Sami Youssef. En retour, il a bien voulu nous envoyer sa nouvelle chanson qui est un hymne à la mère. Et au moment où je vous parle, Sami Youssef fête ses noces alors nous le félicitons à l'occasion. Je vous laisse avec cette chanson et je vous dis merci et au revoir.

i] TSC : Traduction des Sens du Coran. Cette traduction est celle du sens courant le plus connu jusqu'à présent de la]

.sourate sus mentionnée. Lire la TSC ne remplace nullement sa lecture en arabe, la langue de révélation du saint Coran
[ii] Gog et Magog

[iii] Quartier du Caire connu pour ses magasins de bijoux et d'orfèvres