"Le Paradis dans nos foyers" Episode 2

Les principes de l'entente familiale

Au nom d'Allah le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux ; louanges à Allah, Seigneur de l'univers et bénédictions et paix sur le messager d'Allah.

Qu'Allah accepte de nous toutes nos actions pendant le Ramadan au cours duquel nous devons beaucoup travailler pour être libérés pour toujours de l'Enfer.

L'épisode d'aujourd'hui présente une nouvelle règle : Sentir la valeur de la famille. Nous parlons d'une question très précieuse, tellement précieuse chez Allah au point de faire trembler les Cieux et la Terre. L'Humanité toute entière s'est constituée autour de la famille qui est aussi source de la grande satisfaction d'Allah. Tel est le sujet de l'épisode d'aujourd'hui.

Pourquoi toute cette importance accordée à la valeur de la famille? Car, de nos jours, il y a une grande sousestimation de la famille qui apparaît, par exemple, dans les raisons futiles du divorce qui met fin à un mariage qui a duré uniquement six mois, ou dix ans ou même trente. Les divorcés même disent ne pas savoir pourquoi ils se séparent pour des raisons si banales. La réponse est que la valeur de la famille pour eux est aussi banale. Quand vous demandez à un jeune : qu'est ce qui est plus important pour toi ta famille, ou tes amis ? Il ne vous répondra peut-être pas, mais la réponse est évidente quand on voit que ses secrets sont confiés à ses amis dont il écoute les conseils plus que son père. Tout cela est dû à la régression de la valeur de la famille. C'est ainsi que les frères se disputent très facilement après la mort de leur père à cause de l'absence de cette valeur.

Pendant le Ramadan, si vraiment vous voulez qu'Allah vous pardonne, soit satisfait de vous, vous affranchisse de l'enfer, vous ouvre les portes du Paradis, il faut que votre famille soit la plus importante pour vous car elle l'est pour Allah, le Seigneur du Ramadan. Pour mesurer cette importance, passons en revue l'histoire de l'humanité, celle des Prophètes et la biographie du Prophète Mohammad (BP sur lui).

Commençons par le tout début de l'humanité : Adam et Eve qui sont une famille. Allah aurait pu créer beaucoup de femmes et beaucoup d'hommes à la fois, mais Il a voulu que la terre soit construite à partir d'une famille, qu'elle sorte d'un seul utérus. La première scène de l'humanité est donc la famille et la première institution dans le monde est la famille. Comme si la Terre pour évoluer, devrait avoir pour centre la famille... Des sociétés, des communautés, des tribus ont pour noyau la famille.

La grande famille aussi (les oncles, les cousins...), est une composante essentielle de la première scène de la création : après la création et avant la descente d'Adam sur la Terre, al rahem s'est attachée au trône et a dit à Allah: "C'est la place de celui qui implore Ta protection contre la rupture", Allah lui a répondu : "Ne seras-tu pas satisfaite si je lie celui qui te lie et je romps avec celui qui rompt avec toi? Elle répondit: "Si Allah, je serai satisfaite". Au paradis, il y a des niveaux ; l'intercession pour accéder à un niveau supérieur n'est donnée qu'aux membres de la même famille, par exemple, le grand-père qui intercède pour que son petit-fils accède à son niveau conformément au Coran où il est dit-ce qui peut être traduit comme : "Ceux qui auront cru et que

leurs descendants auront suivis dans la foi, Nous ferons que leurs descendants les

rejoignent.[1]" TSC[i] .

Cela prouve à quel point la famille est importante pour Allah. Alors vous qui jeûnez, qui voulez bénéficier de la satisfaction divine et être sauvé pendant le Ramadan, vous avez devant vous une voie peu exploitée par les gens : celle de la famille. Vous pouvez dire : "Allah affranchis-moi cette année pour mes efforts pour grouper ma famille".

Le but de notre émission n'est pas de mettre fin aux problèmes familiaux, mais de dire "assez à l'isolement" dans la même famille, responsable de l'accroissement des problèmes dans nos maisons.

Quand vous fortifiez la famille, vous fortifiez la société, l'islam, vous satisfaites au Prophète (BP sur lui), vous satisfaites à Allah.

Le seul contrat qu'Allah a nommé "contrat solennel" est celui du mariage. C'est même plus qu'un contrat, c'est un engagement vue son importance. C'est ainsi qu'Allah a décrit le jour du contrat de mariage dans le Coran où il est dit ce qui peut être traduit comme : "…et qu'elles aient obtenu de vous un engagement solennel[2]?".

Pour les hommes qui sont sur le point de se marier, faites attention à ce jour où vous concluez un engagement solennel conformément aux prescriptions d'Allah et à la tradition de Son Messager.

Nous rappelons que le terme "engagement solennel" a été cité trois fois seulement dans le Coran: une fois en parlant des Prophètes, une deuxième en parlant des fils d'Israël qui étaient responsables de la réforme sur Terre, et une troisième pour décrire le contrat de mariage.

Tout ce qu'on vient de dire est vrai sur le plan de la théorie mais il y a aussi une chose pratique qui nous rappelle la famille en l'accomplissant. Il s'agit d'une pratique, d'un des actes d'adoration les plus chers : le pèlerinage. Le pèlerinage concrétise dans son ensemble des relations familiales. Chacune de ses étapes nous rappelle la famille.

Prenons par exemple, la course entre As-Safa et Al Marwa qui a pour origine l'inquiétude et l'amour d'une mère pour son nourrisson sur le point de mourir, assoiffé. Elle qui a dû courir sept fois entre les deux montagnes une distance de 500m, pour lui chercher de l'eau. Dans ce trajet, à un moment donné, quand elle n'entendit plus les cris de son fils, elle courut, et c'est pourquoi, durant le pèlerinage, entre ces deux montagnes, à un certain point, il faut courir pour imiter Hâdjar. C'est pour rappeler aux pèlerins cette scène. Est-ce que quelqu'un peut imaginer qu'une pratique vienne concrétiser les sentiments d'une mère pour son fils? Est-ce que vous, en tant que père, vous pouvez maintenant, après votre pèlerinage, priver une mère de sa fille? Et la mère qui laisse son enfant aux soins de la nourrice, comment peut-elle faire le pèlerinage? Et vous, fils, qui renoncez à votre mère, comment pourriez vous faire le pèlerinage?

Passons maintenant à un autre aspect du pèlerinage : Zamzam. Zamzam a pour origine la prière d'un père qui a laissé sa femme et son fils dans le désert conformément à l'ordre divin, mais qui, dévoré par l'inquiétude sur leur sort, leur fait cette prière dans le Coran où il est dit, ce qui peut être traduit comme : " Ô notre Seigneur, j'ai établi une partie de ma descendance dans

une vallée sans agriculture, près de Ta Maison sacrée [la Ka`ba], -ô notre Seigneur -afin qu'ils accomplissent la Salat. Fais donc que se penchent vers eux les cœurs d'une partie des gens. Et nourris-les de fruits. Peut-être seront-ils reconnaissants?", [3]

Alors Jibril descend du Ciel pour faire jaillir, par un coup de son aile, le puits de Zamzam dont tous les musulmans boivent jusqu'au jour de la résurrection et exaucer ainsi la prière de Ibrâhîm. Pour montrer également que les prières du père sont exaucées par Allah.

Vous, jeune homme, demandez à vos parents de prier pour vous. C'est très important de le faire.

Un autre aspect: le sacrifice qui concrétise l'entente extrême entre un père et son fils. Rappelez-vous alors toujours de cette relation. C'est un père qui a dit à son fils dans le Coran : " Ô mon fils, je me vois en

songe en train de t'immoler. Vois donc ce que tu en penses". Ismaël dit: "Ô mon cher père, fais ce qui t'es commandé : tu me trouveras, s'il plaît à Allah, du nombre des endurants [4]".

Le père demande à son fils son avis et il aurait pu ne pas le faire et exécuter l'ordre divin sans s'en soucier. Nous avons là un comportement qui mérite d'être médité et soigneusement étudié. Qui parmi les pères d'aujourd'hui traite son fils d'une façon pareille? Et voyons que le fils se montre obéissant car il a été ainsi éduqué.

Tel est l'objectif de cette émission, faire en sorte que les relations familiales soient semblables à celles existantes dans la famille de Ibrâhîm.

C'est pourquoi, dans chaque prière nous demandons à Allah que Ses bénédictions et Sa paix soient sur le Prophète (BP sur lui), sur sa famille, ainsi que sur Ibrâhîm et sur sa famille, parce que chaque musulman doit se rappeler de ces deux grandes familles.

Alors, voudriez-vous commencer par vous-même? Allah (SWT) accorde à l'entente existant entre les membres d'une même famille une place primordiale. En effet, cette concorde en famille prend divers aspects que le Noble Coran relate à travers les histoires des Prophètes dans leur bon et mauvais côté : En les évoquant en tant qu'époux : il cite Adam et Eve ; Ibrâhîm et Sarah, puis Ibrâhîm et sa seconde épouse, Hâdjar ; Moussa et l'histoire de son mariage. Moussa et son frère Haroun (Aaron), incarnent la relation fraternelle idéale, lorsque Moussa demande à Son Seigneur de lui rendre le cœur apte à recevoir La Révélation Divine et de lui assigner son frère Haroun (Aaron) pour l'assister dans sa noble mission prophétique. Il n'a pas fait appel à son ami!! D'un autre côté, la sœur de Moussa qui est parvenue à le sauver de Pharaon et à le rendre à sa mère quand cette dernière, résignée à l'Ordre Divin, l'a jeté en pleine mer alors qu'il n'était qu'un nouveau-né. N'oublions pas à ce niveau, le rôle de la mère qui a incité sa fille à aller à la recherche de son frère. Les relations fraternelles d'aujourd'hui ont gelé, frères et sœurs vivent en isolés, préférant de loin leurs amis. Parallèlement, les frères de Youssouf représentent la relation fraternelle hostile et évoquent en même temps les machinations du diable. Allah (SWT) met les parents en garde, en ce sens que l'intérêt et l'affection doivent être portés à tous les enfants, à même titre d'égalité. En parlant de la relation harmonieuse entre père et fils, le Coran nous cite Dawoûd et Solaïman. A l'opposé, le Prophète Ibrâhîm n'arrive pas à s'entendre avec son père Azâr. La femme du Al-'Azize représente la trahison conjugale en excellence.

-

-

-

La famille s'incarne également dans la biographie du Messager d'Allah, Mohammad, Bénédiction et Paix sur lui ; petit-fils orphelin. On le voit dans le giron de son grand-père Abdel-Mottaleb à l'ombre de la Ka'ba. Fils docile, on le voit visitant la tombe de sa mère, 50 ans après le décès de celle-ci, versant de chaudes larmes et provoquant les pleurs de ceux qui l'accompagnaient. Père chaleureux, le voici qui se rend chez sa fille avant d'aller à une bataille et en rentrant. Beau-père affectueux, il enveloppe de son propre vêtement le cadavre de la belle-mère de sa fille, Fâtima Bint Asad, comme pour rendre honneur à son gendre 'Ali Ibin Abou Tâleb, époux de Fâtima. Préoccupons-nous donc de rallier nos familles si nous tenons à obtenir l'Agrément d'Allah et à sauver nos âmes du supplice de Géhenne.

Allah (SWT) a créé la terre puis nous a crées, non seulement pour l'adorer mais aussi pour peupler cette terre et la réformer. Mais l'histoire n'est pas aussi simple que nous le pensons, surtout avec la tentation du diable et l'existence du Mal. C'est pourquoi Allah, le Tout Miséricordieux et le Généreux, nous a privilégiés par une base solide qui engendre cet état affectif dont l'homme peut avoir besoin et qui se manifeste par la Famille. Au sein de cette famille, Il a, Exalté et Glorifié soit-Il, donné naissance à une multitude de sensations qui entraînent la concorde et l'entente au sein du foyer : c'est cette relation affective spéciale scellée par l'union légale appelée le mariage, qui naît entre les conjoints et qui dure toute une vie. C'est le sentiment involontaire de maternité, de paternité et de filiation qui unit parents et enfants et qu'Allah planté dans leurs gènes. C'est par l'affection qui joint réciproquement parents et enfants que la terre sera peuplée. Par contre, le monde occidental a extirpé les relations familiales en leur substituant des relations illicites et anormales entre des gens du même sexe. Lors de la révolution industrielle, le monde occidental a pensé appliquer l'évolution et le développement qui sont propres à la science sur la sociologie et les relations familiales, détruisant par là la grâce dont Allah a comblé l'humanité. Si l'Occident l'a emporté au niveau des sciences, nous autres les Orientaux, nous avons le privilège de posséder un Bien beaucoup plus précieux que représente la Famille.

[1] [2]

"At-Toûr" : 21 "An-Nisă' (Les Femmes) : 21 (ABRAHAM) : 37. "AS-Sâffât" (Les Rangées) : 102

[3]"Ibrahim" [4]

[i] TSC : Traduction des Sens du Coran. Cette traduction est celle du sens courant le plus connu jusqu'à présent de la sourate sus mentionnée. Lire la TSC ne remplace nullement sa lecture en arabe, la langue de révélation du saint Coran.