You are on page 1of 36

Cycle de formation des ingénieurs en Télécommunications

Rapport de stage
de formation humaine
Réalisé par :
Akermi Rami
Encadré par :
Mr Saad Fedi
Période:
de 01/07 à 01/08 2012
Entreprise d’accueil : Tunisie Télécom
Centre de commutation numérique

Année universitaire : 2012/2013

1

Avant propos

Au terme de ce modeste travail que j’espère avoir réussi, je tiens à remercier Mr Saad Fedi
pour les précieuses suggestions et les conseils qu’il n’a cessés de me prodiguer, pour l’intérêt
qu’il m’a manifesté, et a tous ceux qui mon aidé à accomplir ce travail tant de façon
matérielle que morale.
N’ayant pas les vrais moyens de les récompenser, je leur dis merci et que cet ouvrage s’il est
bien établit, révèle leur aide.
Je remercie également tout les personnels de Tunisie Télécoms de Gafsa.
Enfin, à mes enseignants et à mon école «SUP’COM ».
Veuillez trouver dans ce travail l’expression de ma reconnaissance et le témoignage de mon
respect.

2

Sommaire
Liste des figures………………………………………………………………….5
Introduction…………………………………………………………………….6
Le secteur de télécommunications……………………………………………….7
Présentation générale de Tunisie Télécom……………………………………...9
Présentation du central de télécommunication de GAFSA……………………12
1- Introduction..................................................................................................12
2- Définition du système EWSD..........................................................................13
3- Architecture matérielle de L’EWSD…………………………………………14
3.1- Unité de ligne numérique : DLU…………………………………………...14
a- Définition.................................................................................................14
b-fonction …………………………………………………………………15
3.2- Groupe des lignes /jonctions LTG (Line Trunk Group) ……………………….15
a- Définition……………………………………………………………….15
b- structure...................................................................................................16
c- fonction…………………………………………………………………16
d- types……………………………………………………………………16
e- liaison entre DLU et LTG…………………………………………………16
3.3- Réseau de commutation : SN………………………………………………17
3.4- Processeur de Coordination : CP…………………………………………...17
3.5- Unité de signalisation sur voie commune : CCNC……………………………17
4- Logiciel de L’EWSD………………………………………………………..18
I- Les composants du logiciel………………………………………………….18
1- Logiciel utilisateur………………………………………………………18
a- La base de données………………………………………………………...18
b- Programmes de traitement des appels…………………………………………19
c- Programmes administratifs…………………………………………………..19
3

....Programmes de maintenance ………………………………………………....25 b.....28 4......Le répartiteur général………………………………………………………24 a........Définition………………………………………………………………...Energie...Les câbles du réseau téléphonique……………………………………………29 4 ......Source secondaire………………………………………………………….............Source tertiaire……………………………………………………………......27 b....Structure………………………………………………………………….......21 2.......d....Définition………………………………………………………………..........23 a..Les commandes standards………………………………………………….Rôle………………………………………………………………………27 3.......Le système d’exploitation(SE) ……………………………………………20 II- Langage Homme-Machine………………………………………………20 1.Langage d’entrée…………………………………………………………..23 2..Point de concentration………………………………………………………28 a......................Structure de base des commandes MML……………………………………..........Climatisation………………………………………………………………23 Les différents éléments d’un réseau téléphonique…………………………24 I- hiérarchie d’un réseau téléphonique………………………………………24 1.........Définition…………………………………………………………………................Source primaire……………………………………………………………23 b.....20 b..Rôle………………………………………………………………………28 c.Rôle………………………………………………………………………25 c..21 c.............Explication de la syntaxe MML……………………………………………...28 b.Raccordement……………………………………………………………...23 c..20 2..22 Environnement de l’EWSD : Energie et climatisation……………………23 1.......27 a..............26 2.Sous répartiteur…………………………………………………………..............Composition………………………………………………………………25 d....20 a......Langage de sortie.......

...Contenance des câbles………………………………………………………29 L’établissement d’une communication.32 B.....a.....31 1.31 3.Définition…………………………………………………………………29 b..31 2....Les apports du stage………………………………………………………32 Conclusion…………………………………………………………………34 5 ...Découverte du central électronique numérique et du répartiteur général………….Lecture d’un livre intitulé EWSD……………………………………………..Manipulation du langage MML……………………………………………......................................Les travaux effectués………………………………………………………............30 Les travaux effectués et les apports du stage…………………………………31 A.

.....33 6 ....12 Figure 3 : Autocommutateur EWSD…………………………………………..26 Figure 10 : Structure d’un répartiteur général…………………………………………...Liste des figures Figure 1 : organigramme de Tunisie Télécom…………………………………10 Figure 2 : Le central téléphonique numérique de GAFSA…………………..13 Figure 4 : Schéma synoptique d’un réseau téléphonique…………………....15 Figure 6 : hiérarchie d’un réseau téléphonique………………………………...25 Figure 8 : réglette verticale ……………………………………………………………26 Figure 9 : réglette horizontale………………………………………………………….14 Figure 5 : Les modules d’une DLU……………………………………………...27 Figure 11 : armoire de sous répartiteur…………………………………………29 Figure 12 : Phases d’établissement d’une communication……………………31 Figure 13 : Pratique du BMML………………………………………………...24 Figure 7 : répartiteur général………………………………………………….

Introduction En raison de l’importance accrue de la formation qui devient un outil nécessaire pour garantir l’adéquation du futur des employés à leur travail. C’est avec une satisfaction et un encadrement efficace que j’ai passé mon stage d’été du 01/07au 01/08 /2012 au central téléphonique numérique de la société nationale des télécom de Gafsa. ensuite je vous présente l’organisation du central. Ce rapport a pour but de présenter la société et les services proposés. 7 . Mon rapport va porter grandes parties. Comme conclusion. Dans une première partie une présentation générale de la Tunisie Télécom. Mon objectif consiste à connaître le processus du travail du centre de commutation EWSD du Gafsa (comment établir une liaison entre deux abonnés). j’ai élaboré mes réflexions personnelles. de relater les travaux effectués durant le stage mais aussi tout ce que j’ai pu apprendre techniquement et humainement. L’année 2011/2012 fut la fin d’une période de dur labeur mais elle a aussi été l’occasion pour beaucoup d’entre nous pour découvrir pour la première fois la vie professionnelle. la direction de l’Ecole supérieure des communications de Tunis (SUP’COM) m’a donnée la chance de s’intégrer dans la vie pratique à travers un stage qui constitue une occasion pour connaître de plus proche les services dans le domaine de télécommunications et confronter les connaissances théoriques à l’exercice pratique. dans une deuxième partie il y aura une présentation du centre de commutation de Gafsa (EWSD) et ses activités essentielles. à s’intégrer dans la vie professionnelle et surtout à améliorer mes connaissances théoriques avec l’aspect pratique dans le domaine de télécommunications.

Les télécommunications. soit 3%. optique ou radioélectrique. des services à domiciles peuvent être obtenus sur simple appel téléphonique. . Dans le monde entier. ou améliorer leur efficacité. de signes. Un récepteur qui reçoit le signal et le convertit en information utilisable. radioélectricité. de signaux. d’écrits. comme les ventes en ligne. émission et réception à distance. comme les magasins traditionnels. l’industrie des télécommunications représentait un revenu de 1200 milliards de dollars. les entreprises utilisent les télécommunications pour construire leur activité. une fibre optique ou l'espace radioélectrique. à la quelle une grande partie du monde n’a pas accès. des livraisons à domicile au dépannage. En raison des avantages économiques d’une infrastructure correcte de télécommunications. qui relie l’émetteur et le récepteur. optique ou autres systèmes électromagnétiques.  Télécommunications et société Les télécommunications sont un élément crucial de la société moderne. d’images. on entend par télécommunications toute transmission. Dans les communautés les plus pauvres. du revenu mondial. ne sont pas considérées comme une science. A l’échelle microéconomique. mais comme des technologies et techniques appliquées. l’écart de développement peut se creuser par manque de télécommunications. par fil électrique. Une ligne de transmission. de sons ou de renseignements de toutes natures.Le secteur de télécommunications Dans une conception purement formelle.  Actualité du secteur 8 . En 2006. Une liaison de télécommunications comporte trois éléments principaux : Un émetteur qui prend l’information et la convertit en signal électrique. le téléphone mobile sert aussi pour négocier les ventes agricoles au meilleur prix du marché.

internet haut débit et mobile). est l’entrée en service d’un troisième opérateur. 9 . à la promotion de l’investissement et de l’emploi. après l’opérateur Tunisiana. autant pour le secteur des télécommunications en Tunisie que pour Tunisie Télécom.L’actualité la plus importante. L’entrée en service d’un nouvel opérateur de télécommunications a pour objectif de contribuer à la dynamisation du paysage du secteur des télécommunications (fixe. Divona. en ce moment. En effet. Le Groupement Divona/Orange est retenu en tant que soumissionnaire de la meilleure offre technique dans le cadre du processus d’attribution d’une licence pour un nouvel opérateur des télécommunications en Tunisie. qui représente un deuxième concurrent pour Tunisie Telecom.

le centre des lignes à grandes distances (LGD). régionales. Son rôle est : communication. télécommunication. ionales et régionales spécialisées dans le domaine de télécommunication. service d’exploitation télécoms. Ainsi.Présentation générale de Tunisie Télécom « TUNISIE-TELECOM » est une entreprise publique à caractère commercial et industriel. crée par la loi n°9536 du 17 avril 1995 et mise en place le 1 janvier 1996. TUNISIE TELECOM doit gérer tout un très vaste réseau portant sur des communications variées . L’adoption de ces valeurs se traduit en particulier par une amélioration continue des standards de l’entreprise et de la qualité des services. 80 centrales électroniques et les agences commerciales de télécommunications (ACTEL) et 13 mille points de ventes privés. Tunisie Télécom compte dans ses rangs plus de 6 millions abonnés dans la téléphonie fixe et mobile en Tunisie et à l’étranger. Tunisie télécom œuvre à consolider l’infrastructure des télécoms en Tunisie. service de qualité des services…) et des centres spécialisés tel que le centre de construction des lignes (CCL). à la tête de la direction régionale est placée le directeur régional aidé par un ensemble de services (service administratif et financier. le centre de commutation (Commutation). Depuis sa création. locales. Pionnière du secteur des télécoms en Tunisie. Elle joue en outre un rôle important dans l’amélioration du taux de pénétration de l’internet en Tunisie. Elle contribue également activement au développement des sociétés innovantes dans le domaine des télécoms. à améliorer le taux de couverture et à renforcer sa compétitivité. Tunisie Télécom a établi un ensemble de valeurs définitoires qui place le client au centre de ses priorités. interurbaines et internationales en plus des communications elle 10 . Tunisie Télécom se compose de 24 directions régionales.

Ce qu'il ne faut pas oublier c'est que la révolution technologique. D'une part. Structure et organisation de Tunisie Télécom 11 . Ainsi. le réseau de télécommunication devient de plus en plus vaste et étendu et le nombre d’abonnées augmente d'un jour à l’autre. surtout en électronique. fax.doit gérer le transfert de donnée entre ses différents abonnés en leur assurant une qualité de service continue. On constate que les communications téléphoniques prennent une place importante dans le travail de Tunisie télécoms. Le choix s'est porté sur « TUNISIE TELECOM . son utilité dans les affaires). Elles deviennent une partie de la vie économique et sociale pour plusieurs facteurs (sa facilité d'utilisation. ainsi que son influence dans le monde moderne : les nouvelles technologies et inventions très évolués. GSM. ADSL…). cette révolution est marquée par un gain de temps et une efficacité en équipements. cette évolution apparaît dans les équipements nouveaux caractérisés par la grande qualité et efficacité de service des télécommunications.DISTRICT GAFSA» dont le service est de faciliter et d'assurer pour ses clients et abonnés leurs communications sous ses différents formes (téléphoniques. D'autre part. de ce siècle évolue . sa rapidité de connexion.

par le Directeur Général Adjoint (DGA) qui. autrement dit : o Direction Centrale Wholesale et International o Direction Centrale Commerciale et Marketing o Direction Centrale des Finances Elles sont dirigées. lui-même.Figure 1 : Organigramme de Tunisie Télécom Comme le montre l’organigramme ci dessus (figure 1). Ingénierie et Déploiement o Direction Centrale des Opérations et de la Maintenance de Réseaux o Direction Centrale des Ressources Humaines o Direction Centrale de Systèmes d’Informations Les 24 directions régionales Quant au trois directions centrales restantes. Tunisie Télécom est constituée de 10 directions centrales (incluant d’autres directions chacune). rend compte au PDG. de 4 directions et de 24 directions régionales. en premier lieu. 12 . Les directions suivantes sont sous direction directe du PDG : Les 4 directions: o Direction Cabinet du Président o Direction des Affaires Juridiques o Direction Communication Corporate o Direction des Achats Les 7 directions centrales suivantes: o Direction Centrale Stratégie Corporate o Direction Centrale Contrôle Général o Secrétariat Général o Direction Centrale de la Planification. toutes dirigées par le Président Directeur Général (PDG).

Introduction : Le central de télécommunication de GAFSA est basé sur le système EWSD de SIEMENS. Figure 2 : Le central téléphonique numérique de GAFSA Le système EWSD s’adapte à toutes les applications quelques soient leurs volumes. le niveau de performance désiré. Il permet au réseau téléphonique de se muer en réseau numérique à intégration de service (RNIS). Son caractère modulaire et la transparence de son matériel et de son logiciel lui permettent de s’adapter à n’importe quel environnement de réseau. 13 . Il satisfait aux normes et recommandations internationales édictées par le CCITT et la CEPT.Présentation du central de télécommunication de GAFSA 1. Sa technologie et son architecture sont basées sur la très vaste expérience que détient SIEMENS dans les domaines de commutation de l’informatique et de composants.C’est un système électronique de commutation numérique puissant et flexible destiné aux réseaux publics de commutation. l’étendue des services et l’environnement du réseau.

L’EWSD convient tout autant pour un petit central rural que pour la plus grande centrale locale ou de transit . 14 . le système EWSD a acquis une excellente réputation en des nombreux pays en raison de sa rentabilité et multiples possibilités qui offre tant aux abonnés qu’aux sociétés d’exploitation. Le système de commutation numérique (EWSD) fait l’établissement des communications entre les abonnés quel que soit interne ou externe .Définition du système EWSD Le système EWSD (Électronique World Switch Digital) est un système électronique de commutation numérique .Il est fabriqué par Siemens.Depuis son lancement sur le marché en 1981.Figure 3 : Autocommutateur EWSD 2. Le schéma ci-dessous représente un réseau téléphonique utilisant le commutateur EWSD. qui réclame que les commutateurs d’EWSD exécutent la commutation pour plus de 200 millions d’abonné dans plus de 105 pays.

LTG : Groupe des lignes /jonctions « Lignes Trunk Group ». SN : Réseau de commutation « Switching Network » CP : Processeur de Coordination « Coordination Processor ».C’est l’unité fonctionnelle à laquelle aboutisse les lignes d’abonnés ces lignes peuvent êtres analogiques ou numériques. elle est susceptible d’être utilisée localement au sein du central ou à distance.1.PC RG SR Réglette V PC EWSD LGD H SR Figure 4 : Schéma synoptique d’un réseau téléphonique PC : point de concentration SR : sous répartiteur RG : répartiteur général EWSD : central de commutation LGD : ligne à grande distance Le système EWSD se compose des unités suivantes : DLU : Unité de ligne numérique « Digital Lignes Unit ». 15 .Définition : La DLU est l’unité de ligne numérique (DLU) . CCNC: Unité de signalisation N° 7 sur voie commune « Commun Channel Network Circuit » 3-Architecture matérielle de L’EWSD 3. Chaque DLU contient 8 rangés numérotées de 0 à 7 et chaque rangée contient 16 Modules de cartes électroniques numériques numérotées de 0 à 15.Unité de ligne numérique : DLU a.

-TU : unité de test à partir du quel. -L’EMPS : une carte qui reçoit les codes multifréquences.fonction Parmi ces caractéristiques.2. 2) SLMD : comprend 16 abonnés numériques. . Chaque DLU peut raccorder au maximum 952 abonnés. b. le SULIM ou terminal d’exploitation et de maintenance fait le test de ligne.Figure 5 : Les modules d’une DLU Il existe 2 types de carte d’abonné : 1) SLMA : dédier au abonnés analogiques au qu’elle existe deux genres : SLMACOS : comprend 8 abonnés ordinaires.L’ALEX : une carte qui renvoi des alarmes à distance. SLMACMRL : comprend 6 abonnés taxiphones. 3. numériques (RNIS) · Des PBX analogiques. les DLUs peuvent raccorder · Des lignes d’abonnés analogiques. numériques (RNIS) · Alimentation du poste d’abonné · Détestation de décrochage et raccrochage Chaque DLU est raccordé à deux LTG (B) ou LTG (G) par des liaisons à 2 Mb /s pour raison de sécurité.Groupe des lignes /jonctions LTG (Line Trunk Group) a-Définition : Le LTG est le groupe de lignes /jonction qui constitue l’interface avec le réseau de commutation (SN). 16 .

· Unité de signalisation (SU) pour tonalités audibles . Chaque groupe de lignes/jonction comporte les unités fonctionnelles suivantes : · Processeur de groupe (GP).Fonction : _ Fonction de traitement d’appels : · Raccordement physique de lignes jonction · Emission des chiffres composés par l’abonné · Emission des messages de traitement d’appelés le CP · Envoi de tonalité audible _ Fonction de sauvegarde · Détection d’erreur dans le LTG · Surveillance MIC (modulation par Impulsion codé) · Transfert des messages d’erreur au CP _ Fonction d’exploitation · Acquisition de données de trafic · Gestion des données semi permanentes · Exécution de mesures de qualités du service d. 17 .La liaison entre la DLU et LTG La liaison se réalise par PDC (onde porteuse numérique primaire) qui contient 32 voies séparées : 1voie de synchronisation (IT0). tension alternative. · Unités d’interface numérique (DLU).Les types de LTG On distingue trois types de LTG _ LTGB : pour la connexion des DLU _ LTGC : *connexion des jonctions *connexion vers grande PBX (réseau privé) _ LTGN : peut connecter les DLU . c.structure : Chaque LTG est connecté aux deux plans du réseau de commutation dédoublé. · Commutateur de groupe (GS) · Multiplexeur de parole (SPMX).b.c’est une nouvelle version qui peut jouer le rôle d’un LTG B ou LTG C selon le besoin. e. 30 voies de parole et de 1 voie de signalisation (IT16). · Unité d’interface de liaison (LIU).

3. · Sauvegarde. sa capacité maximum de traitement des appels dépasse 1 million de tentatives d’appels à l’heure chargée. · Mémorisation et gestion de tous les programmes.3. 3. _ les étages spatiaux (S) : les bytes changent de bus sans changer d’intervalle de temps. 18 .Réseau de commutation : SN Le réseau de commutation du central EWSD se compose de deux types des étages qui sont : _ Les étages temporels (T) : Les bytes qui doivent être commutés changent d’intervalle de temps et de bus en fonction de leur destination. de telle sorte qu’en cas de défaillance une connexion de réserve sera disponible immédiatement.Définition : C’est un processeur qui traite la base des données ainsi que des fonctions de configuration et de coordination. b. On a deux versions de processeurs de coordination CP112. toutes les données du central et des abonnés.Processeur de Coordination : CP a. CP113 Le CP113 c’est un multiprocesseur dont la capacité peut être étendue par phases successives.5.Fonction : · Traitement des informations reçues.4. Le réseau de commutation est dédoublé (0 et 1) chaque connexion est commutée simultanément à travers chacun des deux plans . · Exploitation et maintenance. Les unités de base du CP113 ce sont : _ BAP : processeur de base _ IOP : processeur d’entrée/sortie _ IOC : commande d’entrée /sortie _ CMY : mémoire commune _ CAP : processeur de traitement des appels 3.Unité de signalisation sur voie commune : CCNC La commande du réseau de signalisation sur voie commune est connectée au réseau de commutation (SN0/SN1) par l’intermédiaire des bus à 8Mb/s.

Le recours à des variantes de son système approprié ou l’adjonction de nouveaux sous-systèmes permettent l’implémentation de nouvelle facilité.32 groupes de SILT (terminal pour voie de signalisation commune) avec Chacun 8 terminaux de liaison de signalisation. de maintenance.Logiciel de L’EWSD : Introduction : Le logiciel de l’EWSD se caractérise à la fois par son niveau de qualité élevé et sa très grande fiabilité. I- Les composants du logiciel : La grande flexibilité du système EWSD provient d’une large utilisation d’un logiciel rechargeable. 4. La base de données comprend les données spécifiques au central. administratives.  a) La base de données : La base de données contient à la fois des données transitoires et des données semipermanentes. la CCNC est équipée d’un processeur dédoublé (CCNP) et connecté au processeur de coordination (CP) au moyen d’un système de bus dédoublé lui aussi. et base de données associées nécessaires à toute application spécifique. Ce logiciel est divisé en deux parties : 1.et sa flexibilité quant à l’implémentation de fonctions nouvelles. par exemple les informations suivantes : o Description du matériel : o Configuration du matériel o Caractéristiques du matériel o Etats du matériel 19 . Les données semi-permanentes sont modifiés par l’entrée de commandes appropriées en langage MML ou au moyen d’entrées effectuées par l’abonné. Ces données sont partagées contre l’écriture et leur contenu actuel est toujours mémorisé dans la mémoire externe. ainsi que par ses possibilités dynamiques étendues (capacité à réagir en temps réel). .Il est possible de connecter à la CCNC un maximum de 254 paires de voies communes de signalisation par l’intermédiaire des liaisons numériques ou analogiques. Pour des raisons de fiabilité opérationnelle. La CCNC se compose des éléments suivants : .Logiciel utilisateur : Le logiciel utilisateur implémente les fonctions de traitement des appels.un processeur dédoublé de commande du réseau de signalisation sur voie commune (CCNC).

20 . Les activités faites par ces programmes sont : - Modification des données dans la base de données. - Lecture et édition de données provenant de la base de données en vue de leur sortie.  Sélection d’une voie dans le schéma du réseau de commutation et envoi des commandes d’établissement à la commande du réseau de connexion.  Traduction des chiffres.  c) Programmes administratifs: Les programmes administratifs du CP traitent les commandes administratives du MML.  Envoi des messages aux processeurs de groupes en vue de déclencher des actions spécifiques. les programmes de traitement des appels ne traitent que les fonctions de traitement des appels qui nécessitent l’accès à des données uniquement accessible au CP :  Lecture et analyse des données relatives aux appels aux terminaisons. Les programmes de traitement des appels dans les processeurs de groupe (GP) assurent la plupart de leurs tâches de traitement des appels sans faire intervenir le CP. comme : o Catégorie de la ligne o Etat de la ligne o Facilité du service o Système de signalisation o Catégories d’abonnés o Groupage de ligne (groupe de jonctions)  Les données pour l’établissement des appels : o Traduction des chiffres o Acheminement  Les données pour l’établissement des liaisons : o Numéro de l’équipement et données de terminaison o Numéro et données de l’abonné  Données accumulant en cours d’exploitation : o Taxation o Mesure de trafic  b) Programmes de traitement des appels : Dans le processeur de coordination (CP). Caractéristiques des terminaisons.

1. Ces commandes peuvent être les suivantes : Commande des processus de configuration et de rétablissement.Langage d’entrée : Le langage d’entrée est constitué de commande MML ayant une structure et une signification spécifique. avec l’aide des - programmes de sauvegarde. localisation des erreurs et sauvegarde des symptômes des erreurs. Chaque processeur possède son propre SE qui doit remplir toutes ses fonctions.Le système d’exploitation(SE) : C’est un logiciel indépendant de l’application.  d) Programmes de maintenance: Les programmes de maintenance de CP traitent les commandes MML essentielles à la fourniture d’un service. L’entrée de commande MML est dès lors simplifié de manière considérable et peut être effectuée également par la personne d’exploitation ayant une connaissance moins profonde du système. 21 . a) Structure de base des commandes MML : Une commande se compose d’un code de commande et de plusieurs paramètres de commande. - Commande des processus de mesure et de test pour les réseaux de lignes d’abonnés et de jonctions.- Contrôle des opérations de mesure de trafic dans le CP. Commande des processus d’analyse des défaillances. Le système d’exploitation du CP consiste-en :  Programmes d’exécution : Ces programmes permettent la gestion d’horloge d’entrée et de sortie. Le MML est recommandé par le CCITT. CCN) concernant toutes modifications de données. II- Langage Homme-Machine : La communication entre la personne d’exploitation et le système EWSD est rendue possible grâce à un langage homme-machine MML de base(BMML). - 2. - Utilisation de messages appropriés pour transmettre les informations aux processeurs périphériques (GP.  Programmes de sauvegarde : Dont les fonctions sont : analyse.

des chiffres ou des chaînes de texte.». Unité d’information : Les unités d’information peuvent être des chaînes de caractères prédéfinies. La fin de la commande peut contenir au maximum 256 caractères (les espaces n’étant pas comptés en tant que caractère). Nom du paramètre : Le nom du paramètre indique le type et la structure de la valeur qui suit. tandis que les arguments composés consistent en deux ou quatre unités d’information reliées par «-». des noms symboliques. Les paramètres : contiennent l’information complémentaire nécessaire à l’exécution. Il est possible de combiner plusieurs commandes MML qui ne diffèrent que par les unités d’information pour un argument de paramètre. composé et nouveau/ancien.Les commandes standards : 22 . c. Tous les deux peuvent être séparés par un espace. Code de la commande : La commande comprend l’action et l’objet. Paramètre : Un paramètre se compose d’un nom de paramètre et d’une valeur. NB : Il y a des paramètres obligatoires et des paramètres optionnels.Le code de commande : indique l’action et l’objet. b). Les arguments simples comprennent une unité d’information unique. Arguments de paramètre : Il existe trois types d’arguments : simple. Les paramètres sont séparés du code de commande par un double point «:» et entre eux par des virgules «. afin de former une commande unique dans la quelle les différents arguments seront reliés par le signe «&». Valeur du paramètre : La valeur du paramètre comporte un ou plusieurs arguments. tous les deux sont séparés par un signe d’égalité «=».Explication de la syntaxe MML Commande : Toutes les commandes commencent par un code de commande.

Modify (modifier. MOD) MOD modifie les données semi-permanentes relatives à un objet existant ou crée une nouvelle entrée pour l’objet spécifié dans la commande. STAT) STAT affiche sous forme éditée les états opérationnels des objets spécifiés. Diagnose (diagnostic. CR) CR (commande inverse : CAN) crée une topographie-mémoire pour un objet jusqu’alors inconnu dans le système. L’objet doit être MBL.Langage de sortie : Le système EWSD utilise le langage de sortie en réponse à des commandes entrées au cours du dialogue homme-machine pour fournir une information sur des événements spéciaux survenus dans le système hors du cadre du dialogue (par exemple.ACTION Display (affichage. Activate (activer. DIAG) DIAG est utilisée pour rechercher d’éventuelles erreurs dans l’objet spécifié. ACT) ACT (commande inverse :DACT) active un objet ou une fonction du système existant. Avec SUB (Subscriber) désigne l’abonné. Exemple : DISP SUB : DN=1234 . l’objet doit pouvoir être configuré et la transition d’état doit être autorisée. Status (état. Create (créer. CONF) CONF modifie l’état opérationnel de l’objet spécifié. DISP) Signification DISP affiche sous forme éditée (généralement tableau ou matrice) les données spécifiées dans une commande relative à un objet donné. 2. Exemple : STAT TRUNK : TGNO=IYT23 . Exemple : CR SUB : DN=1234 . défaillances du matériel ou expiration de travaux à minutage). Configure (configurer. 23 . A cet effet.

L’exploitation de plusieurs matériels met en évidence de l’énergie sur la disposition des systèmes EWSD.Energie : L’énergie présente un facteur nécessaire pour alimenter les organes des différents centres. la tension délivrée par la STEG est abaissée à une tension de 220/380 V. Pour des besoins en courant continu dans la téléphonie. 2. La technique de conditionnement d’air ou climatisation consiste à placer les équipements dans des salles de grande dimension assurant un système de conditionnement excellent. des redresseurs sont utilisés.Environnement de l’EWSD : Energie et climatisation 1. donc les conséquences d’un défaut affectent plusieurs abonnés. Ce sont des convertisseurs destinés à transformer. a) Source primaire : Cette source est la principale. redresser et filtrer une tension alternative en tension continue. tandis que les deux autres présentent des sources de secours. Source secondaire : le groupe électrogène. Source tertiaire : les batteries d’accumulation. b) Source secondaire: Ce groupe électrogène est un moteur entraînant un alternateur qui fournit un courant électronique nécessaire pour l’alimentation des équipements en cas de coupure du réseau de la STEG. A l’aide des transformateurs.Climatisation : Le système de commutation EWSD nécessite des conditions climatiques stables pour assurer une meilleure qualité de fonctionnement. 24 . c) Source tertiaires: Elle est formée des batteries d’accumulation qui sont des éléments électrolytes destinés à emmagasiner de l’énergie électrique et de la restituer en cas de besoin. Ce groupe démarre automatiquement. le système de commutation doit être alimenté par trois sources de courant : Source primaire : le courant fournit par la STEG. L’entretient de ces batteries se fait par la mesure de la densité ainsi que le niveau d’eau. Pour éviter ces problèmes.

Les différents éléments d’un téléphonique : I- Hiérarchie d’un réseau téléphonique Figure 6 : hiérarchie d’un réseau téléphonique 1.Le répartiteur d’entrée : RG Figure 7 : répartiteur général 25 réseau .

 Il permet la coupure d’une ou plusieurs lignes pour les diverses raisons : suspension provisoire. un abonné est facilement identifié des deux cotés du répartiteur. etc. Chaque réglette se compose de 16 lignes dont chaque ligne est dite amorce.  Localiser un défaut soit du côté du commutateur soit du côté des lignes. et ceci en déplaçant la jarretière du côté de la réglette horizontale. Cette protection est assurée par l’insertion des microparafoudres côté ligne. On a donc : Le numéro de la tête de câble (112 paires) Le numéro de l’amorce (7 paires) Le numéro de la paire ou la couleur b. et ceci en déplaçant la jarretière du côté de la réglette verticale. transfert.Composition : Sur le plan pratique et par constatation. Dans un RG. le répartiteur général est composé essentiellement de deux parties principales :  Les réglettes verticales où sont raccordées les lignes du réseau téléphonique. réalisation.  Protéger les équipements contre les surcharges. 26 . c.  Garder le même numéro d’abonné en changeant la position géographique de celui-ci.Rôle :  Assurer la liaison des organes du central de commutation et des lignes téléphoniques. Il est repéré sur les têtes verticales par la construction de sa ligne et sur les têtes horizontales par le numéro d’équipement.a.  Changer le même numéro d’abonné en gardant la position géographique de celui-ci. Ce qui donne que pour une réglette aboutit112 paires.définition : C’est l’ensemble des organes de connexion accessibles en permanence dans lesquels les autocommutateurs sont connectés au réseau téléphonique par l’intermédiaire des fils jarretières.

Structure d’un RG 27 . Figure 9: réglette horizontale d. chacune des réglettes ayant plusieurs modules formées par des branches métalliques en disposition matricielle 8*16.Figure 8 : réglette verticale  Les réglettes horizontales reliées au central de commutation où aboutissent les câbles de raccordement des équipements individuels.

b.Définition : Le sous répartiteur est une armoire implantée sur la voie publique. 28 . côté distribution. C’est un organe de raccordement qui relie le répartiteur aux PC. Diviser les extensions en distribution et transport. c’est à l’intérieur de celui-ci que seront éclatés les câbles de transport en câbles de distribution ou autrement dit des câbles de grande capacité en câbles de capacité inférieure grâce au fils jarretières.Figure 10 : Structure d’un répartiteur général 2.Sous répartiteur : a. situé entre câbles de distribution et câbles de transport ou entre deux câbles de distribution. C’est le point de coupure pour la localisation des défauts. donc c’est un point d’essai.Rôle : Le sous répartiteur a pour rôles : Optimisation des investissements : utilisation maximale du câble de transport.

c) Raccordement : La boite de distribution comprend à sa partie inférieure un orifice conçu pour la pénétration du câble de distribution. qui permet le raccordement sous ces bornes à vis des câbles à paires (5/9) desservant les abonnés.Le point de concentration (PC): a) Définition : Les points de concentration (PC) sont des boîtes installées sur les poteaux ou sur façade ou comme réglettes à l’intérieur du local. PC à 14 paires : utilisés pour les grands bâtiments . immeubles . sur sa face avant. C’est aussi l’endroit ou viennent se raccorder les câbles de branchement d’abonnés.Figure 11 : Armoire de sous répartiteur 3. b) Rôle : Le principal rôle de PC est de relier les câbles de distribution avec les câbles de branchement en divisant les paires des câbles et les envoyant chacune à un abonné. hôtels… Remarque : Un PC comporte 8 paires mais au moment de leur utilisation on laisse toujours une de ces paires non branchée pour l’utiliser comme réserve pour le cas urgent. la première permet sur sa face arrière de raccorder sur les broches à vis des conducteurs du câble de distribution et la deuxième. On distingue deux types de PC selon la capacité : PC à 7paires : utilisés pour les quartiers de logement normal. Une réglette inférieure la divise en deux parties . elle permet aussi de localiser les défauts soit côté abonné soit côté sous répartiteur S/R. 29 .

30 . Il existe deux types de câbles. Pour ce besoin. d’où la nécessité d’assurer une liaison entre les différents points constituants le réseau téléphonique. les câbles à une paire (uni-paire) et les câbles à plusieurs paires (multi-paires).  Câbles uni-paire : sont utilisés généralement à partir du point de concentration jusqu’au poste téléphonique de l’abonné. mais pour le réseau tunisien on se limite à 1792 paires (ce câble est appelé câbles 1800 par les ouvriers). Sa contenance varie entre 8 et 56 paires pour le réseau de BenArous. on fait appel à des câbles spéciaux. - Câbles souterrains : peut aller de 8 à 2688 paires de contenance. de diamètre de conducteur 0. - Câbles aériens: conçu pour l’installation aérienne.Contenance des câbles : La contenance des câbles est le nombre nominal de paires.56 dB/Km et 80 /Km de résistance de boucle. Un numéro d’un câble est lut de gauche à droite dont :  les deux premiers chiffres indiquent la série: aérien (98) ou souterrain (88).  Un chiffre indiquant le calibre ou diamètre des fils conducteurs. Appelé aussi câble auto porté. Exemple : 98 14 4 Câbles multi-paires (aérien porté) à14 paires et de diamètre 4/10.74 cm et de couleur noire avec un affaiblissement de 0. b. - Câble de couleur grise conçu à l’installation interne chez l’abonné. appelés aussi câbles de branchement et son divisés en deux types : - Câbles 5/9 conçu pour l’installation externe. tiré sur deux poteaux.définition: Une communication téléphonique n’est autre qu’un courant électrique.  Deux chiffres donnent indication sur la contenance: capacité en paires.  Câbles multi-paires : ces câbles se divisent en deux groupes. le calibre et la série du câble.4) Les câbles du réseau téléphonique : a. Remarque : A partir du numéro de la nomenclature inscrite sur le câble on peut identifier la capacité. Chaque groupe est conçu pour une usure bien déterminée.

L’établissement d’une communication : Figure 12 : Phases d’établissement d’une communication 31 .

de sections latérales et de glissières de guidage pour les modules. un module de châssis se compose d’une plaque arrière. Fondamentalement. Ces visites m’ont permis de s’exercer et de voir sur le plan pratique tous ce que j’ai vus théoriquement. j’ai pu visiter le central plusieurs fois. 32 . sur le central. 2. Les châssis de modules permettent de combiner les modules afin de constituer une unité de construction et de câblage. j’ai eu l’occasion d’étudier la DLU. LTG. En outre.Découverte du central électronique numérique et du répartiteur général: Durant le stage. notamment :  Architecture du matériel : Le central téléphonique numérique est réparti sur une ou plusieurs salles selon la taille du matériel. SN … d’une façon détaillée.Lecture d’un livre intitulé EWSD : Pour mieux comprendre les notions que je ne connaissais pas. Chaque salle est formée de plusieurs rangées. Les modules ont un format standard et se montrent verticalement dans le châssis de modules. de rails d’assemblage.  Logiciel : Grâce à la lecture de ce livre. j’ai eu l’opportunité de découvrir un métier sous toutes ses formes et de comprendre de manière globale les difficultés que les ingénieurs en télécommunications pouvaient rencontrer dans l’exercice de leur travail. il m’a été confié d’étudier et comprendre quelques notions sur le central. j’ai su comment ce faire l’exploitation et la maintenance du système (operating and maintenance). Pour une meilleure compréhension des tâches que j’ai pu effectuer. 1. En fait.Les travaux effectués Au cours de ce stage. Il est nécessaire d’aménager un chemin de câbles au dessus des bâtis de telle sorte que tous les câbles sont de type à enficher. tout cela peut se faire à l’aide des OMT (operating and maintenance terminal) tout en manipulant le langage MML jouant le rôle d’une interface entre l’homme et la machine. et aussi pour mieux comprendre la signification des informations que j’allais devoir utiliser dans la vie professionnelle. Les bâtis accueillent des châssis de modules et des équipements auxiliaires (Exemple : les convertisseurs de courant). il apparaît approprié de les traiter de manière détaillée. CP.Les travaux effectués et les apports du stage A.

Monsieur Saad Fedi ma confié la tâche de pratiquer le BMML.3. o Afficher et /ou changer l’état d’un abonné ou d’un organe du central (Par exemple la DLU). Compétences acquises Durant le mois de stage dans la Direction régionale de télécommunications. o Enregistrer ou annuler une tâche. 33 . les difficultés rencontrées et solutions apportées ainsi que la vie en société. o Tester le fonctionnement d’une entité du central. N’ayant aucune connaissance autour du BMML. Enfin.Les apports du stage Au cours de ce stage. etc. j’ai pu acquérir différents compétences et savoirs. j’ai beaucoup appris. o Activer ou désactiver un organe. Figure 13 : Pratique du BMML B. Les apports que j’ai tirés de cette expérience professionnelle peuvent être regroupés autour de trois idées principales : les compétences acquises. o Afficher toutes les alarmes ou une alarme particulière (concernant un seul organe).Manipulation du langage MML (BMML) : Après avoir assimilé les différentes notions que j’ai étudiées sur le central et sur le RG. je peux maintenant faire plusieurs tâches : o Créer ou supprimer un abonné. o Diagnostiquer le fonctionnement des organes. j’ai dû en premier lieu lire et comprendre ce langage pour pouvoir mener à terme cette tâche.

Au-delà. Au cours de ce mois. Donc si l’un des ingénieurs rencontre un problème ou une difficulté. les relations humaines entre les différents employés de la société. de l’activité de chacun des services. l’atmosphère au sein de la société était très conviviale. Et j’ai pu heureusement après des jours de lecture sur ce langage et grâce à la supervision de monsieur Saad Fedi de surmonter cette difficulté. Difficultés rencontrées et solutions apportées La principale difficulté que j’ai rencontrée est survenue lors de la manipulation du BMML. que les différents ingénieurs de la direction s’entraident pour mener à bien leur travail.J’ai tout d’abord compris et assimilé le fonctionnement non pas du central mais aussi du répartiteur d’entrée. Par ailleurs. j’ai pu comprendre que l’activité d’une société est plus performante dans une atmosphère chaleureuse et bienveillante. J’ai aussi acquis quelques notions sur le fonctionnement du réseau fixe et des mobiles GSM. De plus. J’ai ainsi constaté que la hiérarchie des fonctions de la société Tunisie Télécom était bien structurée ce qui se reflétait dans les rapports entre les employés. j’ai ainsi pu observer le fonctionnement d’une direction. indépendamment de l’activité exercée par chacun d’eux. j’ai pu apprendre comment s’articulent les différents départements d’une telle entreprise. m’a appris sur le comportement à avoir en toute circonstance. La vie en société Mon stage chez Tunisie Télécom a été très instructif. j’ai pu constater durant mon stage. et que le rendement d’un employé s’améliore d’autant plus dans une ambiance cordiale et un milieu accueillant. j’ai pu ressentir la bonne ambiance dans la quelle travaillent les ingénieurs des différentes divisions de la direction. Les relations humaines entre les employés Au-delà du fonctionnement de l’entreprise. j’ai appris le langage d’exploitation et de maintenance du système : BMML. il peut compter sur l’aide de ses collègues. 34 . Au travers de cette convivialité. Quant aux compétences. En effet.

Durant ce stage. car ça offre beaucoup d’opportunités. j’ai donc pu intégrer la vie en entreprise et en avoir une nouvelle vision. j’ai assimilé le fonctionnement de la direction. je pourrais beaucoup apporter à Tunisie Télécom. Ce stage m’a été très utile sur plusieurs plans et m’a permis d’approfondir mes connaissances acquises durant la première année d’études à SUP’COM et de me familiariser avec le milieu socioprofessionnelle. En effet. il semble intéressant de mettre en évidence les questions actuelles qui se posent sur l’avenir de l’industrie des télécoms en Tunisie. tout au long de mon stage. des choses que j’ignorais avant ce stage. tant au niveau de son organisation qu’au niveau humain. Réaliser ce stage au sein de Tunisie Télécom a accru mon désir d’y travailler. et plus généralement de la vie professionnelle et ce en observant et en comprenant la structuration de l’entreprise. Je me suis rendu compte qu’avec ma future qualification d’ingénieur en télécommunications.Conclusion Ce stage de formation humaine a pour objectif de me permettre de faire l’expérience de la vie en entreprise. de savoir comment Tunisie Télécom va réagir face à ses concurrents et qu’elle sera sa stratégie pour les confronter et pour persister sur la marché. 35 . il y’a tout ce qui touche à l’aspect réseau. l’hiérarchie de l’entreprise ainsi que les relations horizontales et verticales entre les employés. ses moyens et ses méthodes de travail. A titre de conclusion.

Des notes prises le long du stage [1] fr.org/wiki/Tunisie_Télécom [2] http://www.Bibliographie .com 36 .Des documents fournis lors de mon stage .wikipedia.infos-reseaux.