You are on page 1of 244

1

2

Contenu
CHAPITRE 1 : ETAT DE L’ART....................................................................................................................... 5
ANALYSE DES OUTILS EXISTANTS POUR L’ACV DES BÂTIMENTS ........................................................................................ 6
CONCLUSION ........................................................................................................................................................ 12
ANNEXES DU CHAPITRE 1 : ...................................................................................................................................... 13
CHAPITRE 2 : DEVELOPPEMENTS METHODOLOGIQUES ................................................................. 66
INTRODUCTION...................................................................................................................................................... 68
1 MÉTHODOLOGIE D’ÉVALUATION.............................................................................................................................. 69
1.1 Unité fonctionnelle et frontières de l’analyse................................................................................................. 69
1.2 Modélisation du transport, du recyclage et de la fin de vie ............................................................................. 71
1.3 Usage du sol ............................................................................................................................................ 79
1.4 Indicateurs pour la santé et l’écotoxicité ...................................................................................................... 86
1.5 Simplification des inventaires...................................................................................................................... 92
1.6 Intégration d’évaluations qualitatives dans les données quantitatives ........................................................... 105
1.7 Cahier des charges pour le module de rendu des résultats .......................................................................... 105
2 DONNÉES SUR LES MATÉRIAUX ............................................................................................................................ 108
2.1 Recensement des bases de données ........................................................................................................ 108
2.2 Impératifs pour l’harmonisation des données ............................................................................................. 113
2.3 Qualification de la fiabilité, de la transparence et de la qualité des données .................................................. 113
3 QUALITÉ DE L’AIR, DE L’EAU ET DES SOLS............................................................................................................... 118
3.1 Matériaux et produits associés à la problématique de qualité de l’air intérieur ................................................ 118
3.2 Qualité des milieux extérieurs (eaux de ruissellement et d'infiltration et sols) ................................................. 119
3.3 Proposition de pistes de recherche ........................................................................................................... 120
4 ENERGIE ......................................................................................................................................................... 121
4.1 Energie blanche et énergie grise ............................................................................................................... 121
4.2 Liens avec la simulation thermique............................................................................................................ 122
4.3 Equipements « énergétiques » ................................................................................................................. 123
4.4 ACV dynamique ...................................................................................................................................... 124
5 EAU : CONSOMMATION DOMESTIQUE ET GESTION DES EAUX PLUVIALES........................................................................ 131
5.1 Estimation de la consommation d’eau ....................................................................................................... 131
5.2 Rétention d’eau ....................................................................................................................................... 133
5.3 Utilisation d’eau de pluie .......................................................................................................................... 134
6 INTERPRÉTATION .............................................................................................................................................. 137
6.1 Normalisation (ou normation).................................................................................................................... 137
6.2 Analyses de sensibilité (durée de vie, fin de vie) ......................................................................................... 139
6.3 Incertitudes sur différents indicateurs ........................................................................................................ 139
6.4 Approche multicritère pour la comparaison de solutions .............................................................................. 140
6.5 Exigences de performances dans un programme ....................................................................................... 141
CONCLUSIONS .................................................................................................................................................... 142
Annexe 1 : Répartitions des substances listées dans Ecoinvent dans les différentes catégories FDES .................. 143
CHAPITRE 3 : INTEGRATION INFORMATIQUE ................................................................................... 150
INTRODUCTION.................................................................................................................................................... 152
1 ELODIE ........................................................................................................................................................... 153
1.1 La version Béta-test d’ELODIE, en mai 2008 ............................................................................................. 153
1.2 ELODIE en mars 2011 ............................................................................................................................. 158
2 ÉVOLUTION D’EQUER VERS NOVAEQUER ........................................................................................................... 171
2.1 Point de départ : EQUER ......................................................................................................................... 171
2.2 novaEQUER ........................................................................................................................................... 176
2.3 Les évolutions ......................................................................................................................................... 185
2.4 Conclusion ............................................................................................................................................. 186
CHAPITRE 4 : APPLICATION ..................................................................................................................... 187
INTRODUCTION.................................................................................................................................................... 189
1 DESCRIPTION DES BÂTIMENTS ANALYSÉS ............................................................................................................... 190

3

1.1 Maison des Hauts de Feuilly ..................................................................................................................... 190
1.2 Bâtiment Nobatek .................................................................................................................................... 194
1.3 Etude de variantes de systèmes constructifs sur une maison individuelle ...................................................... 194
2 RETOURS D’EXPÉRIENCE ET MODIFICATIONS APPORTÉES AUX OUTILS.......................................................................... 196
2.1 Elodie .................................................................................................................................................... 196
2.2 Equer ..................................................................................................................................................... 197
2.3 Simapro ................................................................................................................................................. 199
3 PRÉSENTATION DES RÉSULTATS OBTENUS ............................................................................................................. 201
3.1 Comparaison des résultats par différents outils sur les Hauts de Feuilly ........................................................ 201
3.2 PRÉSENTATION DE L’ÉTUDE SUR LE BÂTIMENT NOBATEK ................................................................................... 211
a) Liste des matériaux complète ..................................................................................................................... 211
b) Liste des matériaux simplifiée .................................................................................................................... 214
3.3 ÉTUDE DE VARIANTES DE PROCÉDÉS CONSTRUCTIFS SUR UNE MAISON INDIVIDUELLE .............................................. 215
CONCLUSION ...................................................................................................................................................... 223
CONCLUSION GÉNÉRALE.................................................................................................................................... 226
ANNEXES ......................................................................................................................................................... 227
ANNEXE 1 – COMMUNICATION RETENUE POUR LA CONFÉRENCE WORLD SUSTAINABLE BUILDING CONFERENCE 2011 À HELSINKI
........................................................................................................................................................................ 228
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES ........................................................................................................................... 241

4

CHAPITRE 1 : ETAT DE L’ART 5 .

ECOQUANTUM (Pays Bas) correspond à deux logiciels distincts : ECO QUANTUM Recherche (qui est un outil pour analyser et développer des conceptions innovatrices et complexes pour des constructions durables) et ECO QUANTUM Domestique (qui est un outil adaptés aux architectes et révèle rapidement les conséquences environnementales des choix de conception). ce qui implique la création d'outils d'aide à la décision permettant de répondre à ces enjeux. Cette recherche a donc trébuché sur les difficultés d’accès aux méthodes et outils utilisés et nous n’avons donc travaillé que sur la partie émergée de l’information. Niveau d’intégration de l’outil et chaînage éventuels. préalablement retenu par les partenaires. A défaut d’être un indicateur pertinent pour évaluer la viabilité d’un outil ou le degré de recherche associé à ce même outil. Cette analyse devait permettre d’évaluer ainsi la pertinence d’une étude détaillée de leur méthodologie en phase 2. flux par flux) et réaliser des comparaisons d’inventaires et d’impacts avec l’outil. le CSTB et Nobatek sur la base d’une recherche documentaire incluant le projet PRESCO. Plusieurs méthodes existent déjà mais il n'y a pas aujourd'hui d'outil consensuel et harmonisé à l'échelle européenne. Payant pour les industriels (insertion données ACV du produit) ATHENA (Canada) : Version de démonstration téléchargeable et CD d’utilisation à $1100. Le projet COIMBA est découpé en différentes phases et la première a pour ambition l’établissement d’une cartographie des principaux outils ACV (Analyse de Cycle de Vie) existants à l’échelle du bâtiment. seize ont été analysés en vue de distinguer leurs principales caractéristiques. utilisable à différentes phases d’un projet. Modèle économique : Les stratégies commerciales adoptées par les concepteurs ou les éditeurs des différents outils sont variées et assurent des modes de diffusion des outils différents. Le projet COIMBA a pour objectif de développer les outils d’évaluation quantitative de la qualité environnementale des bâtiments (QEB). Licence à 500 €  A Accès et usage différenciés :      2.Analyse des outils existants pour l’ACV des bâtiments Le secteur de la construction évolue vers une prise en compte accrue des impacts environnementaux. que vous trouverez en annexe de cette synthèse ont été établies par Armines. 1. Elle a été effectuée à partir des seules informations disponibles et communiquées par les éditeurs des outils. Ces fiches. EQUER : Version de démonstration gratuite. TEAM (France) Il existe sous format web avec un accès grand public gratuit (après enregistrement) et un accès payant pour les personnes souhaitant prendre connaissance de la partie détaillée de l’évaluation (étape par étape. Parmi l’ensemble des outils identifiés. Les résultats de ces premières analyses ont été présentés suivant un format de fiche de synthèse. la connaissance du modèle économique peut permettre de comprendre quels utilisateurs sont susceptibles d’utiliser le logiciel et d’en déduire les attentes auxquelles les concepteurs des logiciels ont essayé d’apporter une réponse. 6 . Cette cartographie avait pour objectif principal d’identifier quelles sont les données utilisées par les outils. Les outils peuvent être :  Gratuits  A Licence payante   Ecotect (Australie) € 1120 la licence GreenCalc+ licence à 3500 €  ENVEST (UK) : Il existe 2 logiciels distincts : Envest 2 Estimator (les coûts des produits et leur durée de vie sont prédéterminées et ne peuvent être modifiées) et Envest 2 Calculator (les coûts des produits et leur durée de vie peuvent être modifiés). BEES (USA) : Gratuit pour les utilisateurs. les indicateurs exprimés et la forme sous laquelle les résultats étaient exprimés.

Par exemple. Par exemple. L’outil. L’outil Ecotect (Australie) combine différents outils : en plus d’évaluer les impacts environnementaux des bâtiments. USA) s’avère ne pas être un outil d’ACV à l’échelle du bâtiment. se sont avérés ne pas être pertinents pour ce projet puisqu’ils n’incluaient pas de réelle approche ACV mais ont permis l’élargissement de cette analyse. notamment :  Des chaînages peuvent être établis entre des modules juxtaposés  Des chaînages peuvent être établis entre plusieurs outils différents Par exemple. L’outil EQUER est quant à lui chaîné à l’outil de simulation dynamique PLEIADES-COMFIE. on distingue différents niveau d’intégration. Par exemple certains outils utilisent les sorties d’autres logiciels. l’outil BDA (Building Design Advisor. Mais le cœur de l’outil est alors un outil « chapeau » qui coordonne plus ou moins les modules en les rendant plus ou moins interdépendants. consommations d’eau et transport.  Un outil correspond à plusieurs modules. préalablement choisis. à l’outil ECM pour calculer l’éclairage artificiel. c’est devenu une extension du système). Parmi les outils. par exemple. Les modules sont considérés comme juxtaposés. à l’outil DCM pour l’éclairage naturel. 3. Ces outils n’ont qu’une seule fonction et s’attachent essentiellement aux calculs des impacts imputables aux produits de construction. Il est couplé. modéré (le second logiciel utilise un fichier généré par le premier. Si l’utilisateur n’a pas le choix quant à l’utilisation de cet autre logiciel. on appellera ce chaînage comme fermé ou exclusif. les niveaux d'éclairement naturels et artificiels. ce chaînage sera considéré comme ouvert.  Les chaînages peuvent être caractérisés des couplages forts ou faibles. contenant les sorties) ou fort (le premier logiciel a été intégré au second. qui est chaînée à de nombreux outils extérieurs. Remarque : Parmi les modules rencontrés qui complètent l’analyse de la performance environnementale des bâtiments. le confort thermique et la réponse acoustique des bâtiments.  Un outil correspond à un ensemble de modules. l’utilisateur doit décrire le bâtiment sur lequel il souhaite travailler. à DOE-2 pour l’analyse énergétique globale du bâtiment…Cet outil chapeau s’efforce d’aborder tous les aspects de la conception en intégrant au fur et à mesure des liens avec des outils extérieurs. Si au contraire.  Les chaînages peuvent être de type fermés ou ouverts. Le BDA devrait être très prochainement relié à l’outil ATHENA et devenir ainsi l’un des outils les plus complet pour l’évaluation de la performance environnementale des bâtiments. Les outils peuvent être classés en plusieurs catégories selon leur niveau d’intégration et selon leur chaînage avec d’autres outils: Parmi les outils. Il permet de centraliser les données et favorise le contrôle de l’ensemble des processus de conception d’un bâtiment. les plus fréquemment mis en place sont les modules rattachés aux thématiques suivantes: consommations énergie durant la vie en œuvre. il est libre d’utiliser d’autres données. le module produits de construction est un module parmi d’autres. Certains de ces outils. l'exposition au vent. notamment :  Un outil correspond à un module.  Description Top-down 7 . on distingue différents niveaux et différents types de chaînage. Pour ces outils. l'accès au soleil. l’outil comprenant le module produits de construction est chaîné à d’autres outils. Ces outils sont ceux pour lesquels le module produits de construction est un module parmi d’autres au sein d’un outil plus global. Description du bâtiment Dans chacun des logiciels. le chaînage peut être faible (l’utilisateur rentre lui-même les sorties du premier logiciel comme les entrées du second). il s’agit d’une boîte à outil. l’outil Ecosoft (Autriche) est chaîné à un outil d’analyse énergétique correspondant à la certification autrichienne. Seulement. dans son fonctionnement fait donc appel à d’autres moteurs de calcul. les besoins en protections solaires. c’est-à-dire qu’ils sont plus ou moins obligatoires. Lorsqu’un outil utilise les sorties d’un autre logiciel.Les logiciels et outils étudiés avaient été sélectionnés en tant qu’outils utilisant une approche analyse de cycle de vie à l’échelle du bâtiment. Ecotect calcule les masques. ECOTECT fournit également des résultats économiques : investissements mis en jeux et coûts de maintenance prévus.

certaines données environnementales peuvent être personnalisées : les données sont issues d’ACV et peuvent être modifiées en fonction du projet réalisé. EQUER. ATHENA) Ces bases de données peuvent être complétée ou non par les utilisateurs de l’outil en fonction des manques. une description à l’échelle des produits de construction (l’unité fonctionnelle comprend alors des composants complémentaires) est suggérée par le format des FDES. un mur porteur) ou une somme d’éléments disparates.  Qualité et représentativité des données environnementales utilisées Les données environnementales sont caractérisées non seulement par la technologie auxquelles elles sont associées. des tuiles. caractéristique des matériaux. européennes ou nationales. Les valeurs sont valables pour un secteur géographique défini dans l’unité fonctionnelle de l’ACV). chaînées à l’interface. mais elles ont également besoin d’être caractérisées dans le temps et dans l’espace. 8 . les valeurs sont valables pour un secteur géographique défini) ou données spécifiques (données sont issues d’ACV réalisées pour un ou plusieurs produits avec des scénarios de transports. des fenêtres). ECOEFFECT. Ces bases de données ont été constituées à partir de base de données sur les matériaux de construction. . qui peut s’avérer limitante dans le choix des produits. EQUER. Les utilisateurs sont alors libres d’aller chercher les données où ils le souhaitent. du bois. les impacts liés aux transports peuvent être révisés. Dans LEGEP. il est alors plus facile d’utiliser une base de données qui n’est pas homogène (données matériaux.Bases de données internes (BEES. Les bases de données rassemblent en général des données homogènes : données génériques (valeurs par défaut. de valeurs par défauts… Par exemple. éléments simples. plutôt qu’une base de données homogène. Données environnementales sur les produits de construction. d’assemblages…) et qui se complète elle-même. quant à lui privilégie une description orientée objets. Certains outils utilisent un lien dynamique avec une base de données externe. de l’acier). données de process. comme l’incite le choix de la base d’ECOINVENT.). 4.  Origine des données utilisées par l’outil: Les outils fonctionnent avec des bases de données : .Selon la construction des bases de données sur lesquelles sont construites les logiciels (base de données environnementales ou de matériaux). La description de certains bâtiments se trouve parfois fortement handicapée par les lacunes de certaines bases de données. Lorsque les bases de données ne sont pas exhaustives. données moyennées (internationales. produits.Absence de bases de données imposée. utilise des données ECOINVENT pour proposer des inventaires comportant plusieurs centaines de substances. Les modules « impacts des produits de construction » nécessitent le renseignement de données environnementales concernant les produits de construction. Par exemple. ELODIE utilise la base INIES qui compile les FDES disponibles. GreenCalc+. Pour une meilleure représentativité des données. un bâtiment peut être décrit simultanément et de façon complémentaire à différentes échelles : inventaires de cycle de vie. une somme de produits de construction (des éléments simples ou composés : des briques. Le logiciel EQUER. éléments composés (tels que des fenêtres) ou à l’aide de macro-éléments. Certaines bases de données proposent des données uniquement sur les matériaux alors que d’autres mêlent à la fois produits et matériaux de construction. la description d’un bâtiment peut se faire à différentes échelles et avec différentes approches. (tels qu’un toit). pour les matériaux et les procédés. TEAM. destinées à marquer des tendances. Dans ELODIE. Un bâtiment peut ainsi être décrit comme une somme de matériaux (du béton. . Par exemple. o La représentativité spatiale des données caractérise leur validité géographique.Bases de données externes. Un inventaire pour un nouveau produit peut être ajouté dans la base Ecoinvent puis exporté vers EQUER. une somme d’assemblages (un toit. La description d’un même bâtiment sera donc forcément différente selon la structure du logiciel et de la base de données utilisée. le chantier pouvant se trouver à proximité de la fabrication des produits de construction.

entre autres. Elodie propose -par défaut. Par ailleurs. Si certains acteurs se contentent largement d’un outil « presse-bouton ». de déconstruction et de fin de vie du bâtiment et des produits ? Le choix de l’échelle de description d’un bâtiment (dicté bien souvent par le choix d’une base de données spécifique) n’est pas anodin et suggère les choix méthodologiques privilégiés par les concepteurs des logiciels. et d’un point de vue méthodologique un produit de construction n’est pas une somme de matériaux. L’utilisateur. Soutenue le 14 Décembre 1995 9 . tout simplement parce que l’addition des impacts de différents produits ne prend pas en compte la phase d’assemblage de ces matériaux et que d’autres phases sont évincées de l’analyse : la complétude (au sens de la norme ISO 14044) n’est pas assurée. outre la fabrication du produit de construction lui-même (assemblage des matériaux de construction).  Durée de vie des produits de construction et des bâtiments L’identification des méthodologies utilisées dans les outils existants pour traiter les données concernant les durées de vie des produits de construction et des bâtiments modélisés est complexifiée par le manque d’information accessible sur ce point . plus ou moins optimisés. Cette première analyse ne nous a pas permis de distinguer la qualité (mesure des incertitudes. En effet. puisqu’elle induit. Parce qu’il est très difficile de prendre en compte les évolutions technologiques issues d’innovation de process et d’innovations techniques. La durée de vie est pourtant une donnée environnementale non négligeable. il semblerait que toutes les tendances entre « la boite noire » à l’outil le plus transparent soient représentées. De la même façon. Cette représentativité est plus ou moins sensible selon les données considérées. La transparence concerne la définition des frontières de l’étude.égale à la Durée de Vie Typique renseignée par le fabricant dans la FDES. l’ACV d’un bâtiment ne correspond pas à la simple somme de données sur les produits de construction. ne délivrent qu’un facteur d’impact du bâtiment : la contribution des matériaux et produits de construction aux impacts à l’échelle de l’ouvrage par l’agrégation des données environnementales. Quelques outils (GreenCalc+) proposent une analyse à l’échelle quartier. Chaque fabricant a ses propres process. Pour cette raison. celles de vie en œuvre. dont les process et les technologies employées évoluent. niveau de vérification des données utilisées) des différentes données utilisées par les différents outils. disponibilité. pour respecter une approche cycle de vie. mais celle-ci est encore balbutiante. 5. Les données doivent être adaptées et complétées (phases chantiers et transport).une Durée de Vie Estimée -pour chaque produit.o o La représentativité temporelle atteste de la validité des données dans le temps pour des industries. Ce travail sera réalisé en phase 2 à travers une recherche approfondie des bases de données à utiliser. Le soin apporté à la représentativité technologique (technologie spécifique ou mélange des technologies) des données permet d’estimer au plus juste celles-ci. d’un point de vue approche ACV. Les stratégies de transparence ou d’adaptabilité sont fortement liées aux objectifs auxquels entend répondre l’outil. la transparence (affichage et accessibilité des données) est parfois essentielle.  L’adaptabilité et la transparence des données et de leur l’utilisation Parmi les outils étudiés. un produit de construction n’est pas égal à une simple somme de matériaux. il est nécessaire de coller au plus près des produits de construction utilisés. Pour une approche ACV. l’utilisation de bases 1 POLSTER Bernd. tels que la prise en compte de la dégradation dans le temps des performances. Peu d’outils semblent traiter de façon approfondie la fin de vie des bâtiments. CONTRIBUTION A L'ETUDE DE L'IMPACT ENVIRONNEMENTAL DES BATIMENTS PAR ANALYSE DU CYCLE DE VIE. Certains outils. précision des données. ceux qui n’ont qu’un seul module produits de construction. la fréquence de renouvellement des produits de construction. la phase de chantier. Utilisation des données  Comment les données environnementales sont-elles utilisées ? Les logiciels étudiés ici ont été sélectionnés en fonction de l’approche ACV qu’ils semblaient appliquer à l’échelle du bâtiment. Les fonctionnements étudiés semblent plus ou moins matures et plus ou moins justes. Thèse de doctorat. méthodologiquement. en fonction de sa propre expérience peut modifier cette valeur. auraient pu être étudiés. D’autres critères. la réalisation d’ACV à l’échelle du bâtiment correspond à «une projection de l’état actuel de la connaissance sur tout le cycle de vie d’un bâtiment »1. Certains outils sont plus avancés et intègrent des modules pour calculer les impacts lors de la vie en œuvre du bâtiment. La justesse de cette approche partielle réside dans les données environnementales elles-mêmes : les données prennent-elles en compte.

qu’ils soient normalisés ou scientifiques. Sur la base de ces données. les résultats pour l’ensemble du bâtiment peuvent être exprimés en équivalent habitant année (profil normalisé) comme le fait EQUER ou ENVEST (dont les éco-points sont spécifiques au Royaume-Uni) Le profil environnemental agrégé peut également confronté à des classes d’évaluation : GreenCalc+ propose. Pour la plupart d’entre eux. L’outil Greencalc+ s’appuie sur une série de normes hollandaises pour ses calculs sur les consommations d’eau et d’énergie. au contraire. deux indices agrégés associés à des échelles de référence : L’indice environnemental de la qualité environnementale du bâtiment (MIG) correspond à la comparaison des impacts environnementaux du bâtiment (avec son utilisation standard) avec ceux d’un 10 . les unités ont également été renseignées. GreenCalc+ et Ecotect. l’ensemble des indicateurs utilisés par ELODIE sont normalisés. il existe des divergences d’approches. en kg éq. l’utilisateur ne peut consulter qu’une partie des FDES : les tableaux d’indicateurs et pas les tableaux d’inventaires 6. Dans ELODIE. SO2) sont également largement utilisés.avec d’autres projets. qui intègre une pondération. les hypothèses de calculs. Ils peuvent s’attacher à des préoccupations annexes. les indicateurs calculés ont été relevés. L’usager. traité par chaque outil. Par exemple. D’autres outils proposent une agrégation « partielle » comme ECO QUANTUM qui définit quatre scores distincts . Les outils expriment des résultats en s’appuyant sur les méthodologies normalisées. proposent comme résultat les mêmes indicateurs que ceux observés à l’échelle du produit. Ces agrégations ont pour objectif de fournir à l’utilisateur des résultats plus facilement maniables avec le risque d’une perte d’information au cours de l’étape de l’agrégation. D’autres indicateurs (Destruction de la couche d’ozone stratosphérique. R11 ou Acidification atmosphérique. Certains outils proposent. CO2) fait largement consensus parmi les outils suivants : Equer. De plus. dans l’outil BEES peut modifier les paramètres dominants de l’évaluation. les indicateurs Qualité de l’air intérieur (BEES). comme les poids des catégories et a également accès aux bases de données et aux algorithmes. les méthodologies mises en œuvre. Elodie. L’agrégation s’appuie bien souvent sur une pondération des indicateurs initiaux. Enfin d’autres outils proposent comme seul résultat final ou en complément des autres indicateurs un indicateur issu d’une agrégation totale : ENVEST parle d’ecopoints (pour lesquels la normalisation et la pondération sont spécifiques au RoyaumeUni) comme Ecosoft et GreenCalc+ calculent un indice de sustainabilité. Certains outils. Les méthodes associées à chaque indicateur n’ont pas été précisées. génération d’odeurs n’ont été retenus que par de rares outils. Le profil environnemental du projet peut être comparé avec d’autres profils de solutions modélisées par l’utilisateur lui-même (Elodie…). quelques remarques peuvent être formulées. Par exemple. Les critères (ou thématiques) évalués et les indicateurs calculés sont souvent issus de consensus. ressources.  Interprétation des résultats : Agrégation des indicateurs et Échelles de référence Les indicateurs sont bien souvent le résultat de l’agrégation de données issues de l’ICV (Inventaire de Cycle de Vie). énergie et eau. Le profil environnemental du projet peut également être comparé avec un bâtiment de référence prédéfini dans l’outil (les outils GreenCalc+ et LISA dans lequel bâtiment est comparé à un bâtiment typique de d’une région Australienne) ou encore avec un ensemble de référence prédéfini dans l’outil (Ecoeffect). les allergies et un indicateur de Sick Building Syndrome. les éléments permettant l’interprétation des résultats ACV. Antimoine (Sb). D’autres indicateurs semblent exprimer le même questionnement. Athena. Envest. Par exemple l’indicateur de consommation de ressources énergétiques (énergie primaire totale) en MJ se restreint parfois aux énergies fossiles. Chacun de ces indicateurs et scores est divisé en trois catégories : matériaux. Ecoeffect propose des indicateurs pour l’air intérieur. BEES. Par exemple. une présence plus anecdotique. Legep. Les résultats exprimés par les outils  Interprétation des résultats : Indicateurs et normalisation des méthodes de calcul Pour chacun des outils. nouvelles ou sur lesquelles la communauté scientifique n’a pas trouvé de consensus de travail. dans l’outil LISA peut accéder aux détails des calculs. comme ELODIE. si les indicateurs des différents outils semblent porter le même nom. Certains outils proposent pourtant un niveau d’agrégation des indicateurs plus élevé allant parfois jusqu’à un indicateur unique. quant à lui. l’utilisateur. santé humaine. énergie et déchets.de données. Ecoquantum. Par exemple. Par exemple. cette première analyse ne nous permet pas d’affirmer qu’il s’agit bien d’indicateurs équivalents calculés avec la même méthodologie. la comparaison du projet -rentré par l’utilisateur. mais s’expriment de façon différente : la consommation de ressources s’exprime en t de matières premières ou en kg éq. Mais pour le critère de la préservation des ressources. Le profil environnemental peut être traduit en équivalences. émissions. D’autres indicateurs affichent. etc. l’indicateur changement climatique (en kg éq. L’appel à une référence constitue une première étape de l’aide à la décision. en kg CFC éq. en complément d’indicateurs agrégés ou en parallèle. Ecosoft.

exprimés sous forme de tableaux de résultats. un graphique donne la répartition des impacts imputable à chaque zone. ELODIE : Pour chacun des indicateurs environnementaux. Ils peuvent être exprimés avec différentes unités. un simple composant. L’utilisateur peut ainsi étudier les contributions des composants pour chaque indicateur (graphiques camembert ou histogrammes). Un graphique représente la répartition des pollutions dans le temps GreenCalc+ : Donne une étiquette avec classe du bâtiment 11 . des groupes d’assemblage. LEGEP : Dessine un diagramme de Sankey. par exemple : par m². comparer plusieurs bâtiments avec l’ensemble des indicateurs (graphiques radar). L’outil ENVEST permet de comparer à l’échelle des bâtiments. La contribution des différentes phases peut être visualisée par un histogramme pour chaque indicateur. par m3 ou par personne. L’indice environnemental de gestion du bâtiment (MIB) correspond à la comparaison des impacts environnementaux du bâtiment (avec son utilisation effective) avec ceux d’un bâtiment de référence  Unités d’expression des résultats et format de représentation des résultats Les résultats. Ceci reflète la qualité environnementale intrinsèque du bâtiment. Ce même outil offre la possibilité de comparer l’énergie grise avec l’énergie consommée durant la vie en œuvre. telles qu'un matériel particulier. Quelques fonctions proposées par les outils : EQUER : Les variantes sont comparées sur l’ensemble du cycle de vie. Les résultats peuvent être calculés pour l’ensemble du bâtiment ou pour des sections diverses de ce même bâtiment. de graphiques radars ou autre. peuvent être donnés pour le cycle de vie complet d'un bâtiment ou pour chaque étape du cycle de vie (opposition par exemple de l’énergie grise avec l’énergie de fonctionnement). mais permet également de confronter plusieurs matériaux de constructions et différentes stratégies de maintenance.bâtiment de référence. faire exprimer les résultats dans les unités qui « lui parlent le mieux ».

Soit l’outil travaille à partir de données d’ACV partielles (« from cradle to gate ») et l’utilisateur apportent les compléments nécessaires pour son cas d’étude. (Outil type EQUER) 12 .Soit l’outil travaille à partir de données d’ACV produits complètes (« from cradle to grave ») et l’utilisateur peut modifier les données s’il souhaite les personnaliser. présentation graphique)… Les outils semblent pouvoir se classer selon deux alternatives. de la documentation consistante et disponible est quasi-inexistante. données à l’échelle matériaux. . produits. BET. Les outils divergent sur le format et la méthode d’acquisition des données environnementales (acquisition automatique ou manuelle . Les outils proposent -pour l’essentielun cœur commun qui est l’agrégation des données environnementales (matériaux. assemblage . données « from cradle to gate » ou « cradle to grave » . architectes. en termes de méthodologie : . collectivités locales). adaptabilité des données).Conclusion Les 16 outils étudiés ne s’adressent pas tous aux mêmes acteurs (architectes. Pour une majorité des outils observés. sur l’expression des résultats (indicateurs renseignés. ne répondent donc pas aux mêmes besoins et n’affichent pas tous la même transparence. consultants. assemblages) pour obtenir des données à l’échelle de l’ouvrage. produit.

.................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 57 LISA ........... 23 ECO QUANTUM ............................................................Annexes du chapitre 1 : EQUER ................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 20 LEGEP ................. 48 ECOTECT ................................................................................................................................. 40 ECOEFFECT .............................................................................. 54 LCAID .... 45 GREENCALC+....................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 26 TEAMTM BÂTIMENT .................................................................................................................................................................................. 42 ECOSOFT ......................................................................................................................................................................................................................................................................................... 60 LA NORME XP P 01-020-3 .................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 14 ELODIE ............................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................... 51 GBTOOL ........... 17 ENVEST ............................................................................ 28 ATHENA ............................................................................................... 30 BUILDING DESIGN ADVISOR ..................................... 65 Projet financé par l’Agence Nationale de Recherche (PREBAT) ANR-07-P BAT-003-01 13 .......................................................................................................................... 36 BEES .....................................

béton. mixe de production d’électricité. aluminium) Inventaires comportant plusieurs centaines de substances. .ecoinvent.EQUER Outil développé par : Vocation / description sommaire de l’outil Fonctions principales Périmètre : domaine d’application ARMINES IZUBA Énergies Traitement de la fin de vie Localisation des filières locales de traitement Distances de transport vers une décharge (déchets inertes et déchets banals).izuba. www. incinération (inventaires différents pour bois. équipements…) . Visualisation des impacts sur les différentes phases du cycle de vie.scénarios d’utilisation . un incinérateur. Prise en main aisée de l’outil.techniques de construction (parois.type d’énergie. une usine de recyclage Acteurs de la construction. Toutes. transports Sont exclus : procédés industriels induits par le choix du site. Recyclage effectif) Mise en décharge. Permet une aide à l’écoconception des bâtiments (neuf et réhabilitation) Disponibilité de l’outil : Diffusé depuis 2002 www. version 2003 (prochainement 2007) Ou Oekoinventare 1996 14 . Recyclabilité. Calcul des impacts environnementaux d’un bâtiment. Bâtiments neufs ou Bâtiments abritant des existants. vitrages. recyclage (verre. Un inventaire pour un nouveau produit peut être ajouté dans la base Ecoinvent puis exporté vers EQUER. données sur le site Base Ecoinvent. acier.plans par niveau (visualisation 3D) .ch . pour les matériaux et les procédés. Énergie Chaînage à l’outil de simulation dynamique PLEIADES-COMFIE Traitement de la vie en œuvre Eau Consommation d’eau froide et d’eau chaude Émissions Déchets d’activité Pour quel public ? Quelle étape du projet ? Données d’ACV utilisées Données du bâtiment Relié à quelles bases de Traitement de la fin de vie Recyclage des matériaux (Démontabilité. plastiques…). Séparabilité. et de comparer diverses variantes de conception.fr EQUER permet d’évaluer les impacts environnementaux d’un bâtiment par analyse de cycle de vie.

15 . en eq.Changement climatique.Génération d’odeur.Consommation de ressources énergétiques (énergie primaire totale) en MJ . graphiques radars et histogrammes Plusieurs variantes peuvent être comparées à l’aide d’un diagramme radar : Les résultats pour l’ensemble du bâtiment peuvent être exprimés en équivalent habitant année (profil normalisé) Résultats : signification et usage possible Les variantes sont comparées sur l’ensemble du cycle de vie. La contribution des différentes phases peut être visualisée par un histogramme pour chaque indicateur. inertes . en m3 d’air pollué .Déchets radioactifs. en tonnes eq. en m3 .Eutrophisation.Toxicité humaine.Consommation d’eau totale.Formation d’ozone photochimique. éthylène Tableaux.Épuisement des ressources en kg éq. années de vie perdues . SO2 . CO2 .données ? Résultats principaux : Liste des indicateurs Présentation des résultats : Douze indicateurs environnementaux . en kg éq. en kg éq. en kg éq. en dm3 . Antimoine (Sb) . phosphates .Acidification atmosphérique. en % d’espèces disparues x m2 x an .Atteinte à la biodiversité.Déchets ultimes. en kg eq.

ensmp. 2004.org/annex31/index.fr/francais/themes/cycle/index. 1996 Projet tertiaire Le Nautile à Mèze. 2001.cenerg. École des Mines de Paris.Sources : Les résultats sont fournis dans un fichier gérable par Excel pour des analyses spécifiques. 2005 Quartier Lyon Confluence à Lyon (projet ADEQUA). 2008 Projet européen REGENER.html Réseau thématique européen PRESCO.etn-presco.) Validation / intercomparaison de logiciels : Exposition Eco-Logis (maison individuelle neuve). 1995 Bruno Peuportier.html Références Application de cet outil (type de bâtiment. Presses de l’EMP. Bernd Polster.html 16 . http://www. http://www. 2003 Logements sociaux à Montreuil et à Trondheim (projet européen Eco-housing). 1996 Annexe 31 de l’Agence Internationale de l’Énergie. Eco-conception des bâtiments. 2003 http://www. 2000 Réhabilitation HLM à Montreuil (projet européen REGEN LINK). études spécifiques. etc.iisbe. 2006 Maisons passives à Formerie. Thèse de doctorat.net/generalinfo/index.

SHON du bâtiment . Prise en main aisée de l’outil.ELODIE Outil développé par : Vocation / description sommaire de l’outil CSTB_ France Fonctions principales Calcule la part produit des impacts environnementaux d’un bâtiment. Outil d’aide au choix des produits de construction à l’échelle des composants du bâtiment ou parties d’ouvrages.fr) . (on compare des unités fonctionnelles) Traitement de la vie Eau en œuvre Émissions Prévu dans le futur Traitement de la fin de vie Localisation des filières locales de traitement non Traitement de la fin de vie Recyclage des matériaux Pour quel public ? Acteurs de la construction. dans cette version. répertoriant des FDES. Recyclage effectif) .DVT et DVE des produits de construction . (www. pas un outil complet d'évaluation environnementale des bâtiments.Base INIES. durant la durée de vie du Bâtiments neufs bâtiment lui-même Énergie Prévu dans le futur Périmètre : domaine d’application Disponibilité de l’outil : ELODIE a été développé dans l’objectif d’utiliser les Fiches de Déclaration Environnementale et Sanitaire des produits (FDES) de construction (en utilise pour le moment uniquement les données environnementales). Séparabilité. Toutes. Recyclabilité.métré quantitatif du bâtiment à homogénéiser avec les UF des FDES .Possibilité de gérer sa propre base de données et de partager des produits entre les différents utilisateurs. Permet une aide à la conception environnementale des bâtiments Quelle étape du projet ? Données d’ACV utilisées Données du bâtiment Relié à quelles bases de données ? En cours de béta-test Prévu dans le futur non (Démontabilité.données environnementales des produits et matériaux de construction (extraites automatiquement dans INIES ou gestion d’une base de données personnelle) « cradle to grave » (les dix indicateurs environnementaux de la norme NF P01-010) .inies. 17 . ELODIE n'est. Données produits Pas de consommations « cradle to grave » à Sont exclus : énergétiques ou d’eau l’échelle du bâtiment.

Pollution de l’eau.Consommation de ressources énergétiques (énergie primaire totale. déchets non dangereux.totaux pour l’ensemble du cycle de vie. SO2 .Formation de d’ozone photochimique. R11 .totaux par m² de SHON et . 18 . Résultats : signification et usage possible Les résultats affichés sont le résultat de l’agrégation des données environnementales des produits : les phases de construction et de remplacement sont prises en considération. en kg éq. Ils sont calculés grâce à l’agrégation des données produits.Acidification atmosphérique.Consommation d’eau totale.Changement climatique. excepté les déchets valorisés. Les données « produit » intègrent les phases de vie en œuvre et de fin de vie. il est donc possible de comparer plusieurs bâtiments. éthylène Tableaux.Déchets solides éliminés (déchets dangereux.totaux par m² de SHON et par annuité.Destruction de la couche d’ozone stratosphérique.Résultats principaux : Liste des indicateurs Présentation des résultats : Les dix indicateurs environnementaux de la norme NF P01-010. déchets inertes). un graphique donne la répartition des impacts imputable à chaque zone.Épuisement des ressources (ADP) en kg éq. les unités des résultats peuvent être choisies parmi les suivantes : . en m3 . en m3 . énergie renouvelable et énergie non renouvelable) en MJ . graphiques radars et graphiques « camemberts». Antimoine (Sb) . en kg . Pour chacun des indicateurs environnementaux. Pour les résultats pour l’ensemble du bâtiment. déchets radioactifs. ELODIE met à votre disposition des fonctions de comparaison de solutions constructives . en kg CFC éq. en kg éq. . . CO2 .Pollution de l’air. en kg éq. en L .

) Validation / intercomparaison de logiciels : _ 19 .Sources : http://ese.aspx Références _ Application de cet outil (type de bâtiment.fr/elodie/default. etc.cstb. études spécifiques.

Métré quantitatif du bâtiment (nombre d’étage. Recyclage effectif) Pour quel public ? Quelle étape du projet ? large Phase de conception Données d’ACV utilisées Les données d’Envest 2 sont spécifiques au Royaume-Uni: a) la durée de vie b) les facteurs d'expositions c) les référence en matière de consommation d'énergie et d'eau d) les analyse du cycle de vie des matériaux e) les éco-points (la normalisation et la pondération sont spécifiques au Royaume-Uni) . Séparabilité. Il est possible d’échanger des informations avec les autres utilisateurs. Calcule la part produit des impacts environnementaux d’un bâtiment et la consommation du bâtiment durant sa vie en œuvre. % de surface vitrées.durée d’occupation du bâtiment et nombre d’occupants . ascenseurs…) . Données du bâtiment Relié à quelles bases de données ? 20 . Il existe 2 logiciels distincts : Envest 2 Estimator (les coûts des produits et leur durée de vie sont prédéterminées et ne peuvent être modifiées) et Envest 2 Calculator (les coûts des produits et leur durée de vie peuvent être modifiés). % de surface occupées par des portes) .Type de bâtiment . Recyclabilité.Le logiciel utilise la base de données de BRE. …). hauteur des étages. sous licence.type de sol sur lequel le bâtiment est implanté . de l’investissement demandé). refroidissement. éclairage. du type de matériel installé. interface web. … Eau Oui Émissions Non néant Traitement de la fin de vie néant Recyclage des matériaux (Démontabilité. forme du bâtiment. Sont exclus : « Cradle to grave » Énergie Chauffage (pertes de chaleur par paroi. Outil permettant de calculer les impacts environnementaux à l’échelle du bâtiment et le coût global de celui-ci. périmètre.durée de vie du bâtiment (et % de perte de performance) . ascenseurs. ventilation.Composition du bâtiment (nature des matériaux…) . éclairage (demande de la charge d’éclairage.Description des équipements techniques (climatisation. Bâtiments neufs ou existants.ENVEST Outil développé par : Vocation / description sommaire de l’outil Fonctions principales Périmètre : domaine d’application Traitement de la vie en œuvre Traitement de la fin de vie Localisation des filières locales de traitement UK Disponibilité de l’outil : Envest 2. surfaces.

en kg de toxicité (la toxicité est calculée comme la masse nécessaire pour diluer chaque substance toxique au-dessous de sa concentration maximale tolérable) .Changement climatique.Déchets éliminés.L’eutrophisation. Résultats principaux : 13 indicateurs environnementaux valeur quantitative des indicateurs et un indicateur à points : Ecopoint score Des indicateurs économiques Liste des indicateurs . tableaux. plusieurs matériaux de constructions et différentes stratégies de maintenance. La norme est correspond à l’'impact sur l'environnement causé annuellement par un citoyen du Royaume-Uni typique : cette norme vaut 100 Ecopoints. la durée de vie ayant été fixée pour tous à 60 ans. en kg éq. en L . Pour les résultats pour l’ensemble du bâtiment. en tonnes. Phosphate . les unités des operational résultats peuvent être choisies parmi les suivantes : . Les résultats affichés sont le résultat de l’agrégation des données environnementales des produits : les phases de construction et de remplacement sont prises en considération. en kg . La performance environnementale « cradle to grave » est disponible pour des éléments.totaux pour l’ensemble du cycle de vie. en kg CFC11 .Destruction de la couche d’ozone stratosphérique.totaux par m². . CO2 . Possibilité de comparer l’énergie grise avec l’énergie consommée durant la vie en œuvre.Formation de d’ozone photochimique. SO2 . qui donnent le profil environnemental « cradle to gate » des produits.BRE a une base de données répertoriant les impacts environnementaux pour 1 tonne de chacun des matériaux.km) Présentation des résultats : Graphique. Éthylène .La pollution associée au transport et à la congestion du trafic.Acidification atmosphérique. Résultats : signification et usage possible Embodied (in red) Vs. La performance environnementale des produits est exprimée à l’aide de 13 indicateurs différents. L’indicateur à points « Ecopoints » est calculé en faisant la somme des scores obtenus pour chaque indicateur environnemental. Ce qui correspond au profil suivant : 21 .La toxicité pour l'homme dans l'air. m3 de toxicité Indicateur complémentaire : .Extraction de minéraux. en kg . rapports Possibilité de comparer plusieurs bâtiments. en TEP . Le score pour un indicateur est obtenu en multipliant l'impact normalisé avec sa pondération.La toxicité pour l'homme à l'eau . en kg éq.Consommation d’eau totale. en kg éq.Écotoxicité. en kg éq.Consommation de ressources énergétiques fossiles. kilomètres (t.

Eutrophication 8.Pour un citoyen du Royaume-Uni typique Sources : Références Climate Change 12. Photochemical Ozone 32.0777 kg tox Ecotoxicity 178.19 t Transport Pollution & 4140 tonne.5% 6% Wessex Water Operations Centre. Congestion http://www.300 kg CO2 eq Acid Deposition 58.9 kg SO2 eq Ozone Depletion 0.co.km.7 kg tox.jsp?id=52 http://envestv2.09 tonnes of oil eq Mineral Extraction 5.01 kg PO4 eq. par Bennetts Associates (Étude non disponible Application de cet outil (type de bâtiment.5% 5. Fossil Fuel Depletion 4.000 m³ tox.2 kg ethene eq Creation (Summer Smog) Human Toxicity to Water 0.bre.286 kg CFC11eq Human Toxicity to Air 90.uk/page.co.000 litres Waste Disposal 7. études spécifiques.) Validation / intercomparaison de logiciels : _ 22 . etc.bre.04 t Water Extraction 418.uk/ La pondération des impacts est la suivante: 38% 5% 8% 7% 4% 3% 4% 4% 12% 3.

l'électricité) . Calcule les impacts environnementaux d’un bâtiment et son coût global. vie en œuvre -consommations. non seulement . d'eau chaude.ainsi qu’une évaluation de son coût global (construction. d'électricité … Construction du diagramme de Sankey sur les consommations et pertes thermiques. Bâtiments neufs et existants ou produits de construction. Possibilité d’intégrer l’usage d’eau de pluie. Énergie Eau Émissions Traitement de la fin de vie Localisation des filières locales de traitement Pour quel public ? Quelle étape du Disponibilité de l’outil : Sous licence Sont exclus : Sont calculées les consommations de chauffage. Type d’utilisation et densité d’occupation des locaux pour calculer la consommation d’eau ( à partir de données statistiques). LEGEP-Software GmbH Vocation / description sommaire de l’outil LEGEP a été développé dans l’objectif d’être un outil complet pour évaluer le cycle de vie d’un bâtiment.mais également ses impacts sur l’environnement. et ce pour chacune des phases du cycle de vie d’un bâtiment. maintenance. Type d’utilisation et densité d’occupation des locaux pour calculer certains usages.ses consommations énergétiques (chauffage. Possibilité d’intégrer aux calculs les apports solaires et la production d’électricité à partie de panneaux solaires PV. Néant Traitement de la fin de vie Recyclage des matériaux (Démontabilité. l'eau chaude. rénovation. Recyclage effectif) Toutes. Fonctions principales Périmètre : domaine d’application Traitement de la vie en œuvre Données produits « cradle to grave » à l’échelle du bâtiment. démolition) . . 23 . Séparabilité. Recyclabilité. permettant d’obtenir. coût des produits d’entretien-.LEGEP Outil développé par : Allemagne. C’est un outil composé de quatre logiciels.

Ressources.etn-presco. d’entretien. L’utilisateur peut également utiliser une base de données de matériaux de construction ou renseigner l’inventaire du cycle de vie d’un produit (à partir des bases de données ECOINVENT. un bâtiment peut être décrit simultanément et de façon complémentaire à différentes échelles : inventaires de cycle de vie. LEGEP fournit donc les impacts environnementaux pour les étapes de construction. Présentation des résultats : Résultats : signification et usage possible Sources : http://www. L’utilisateur établi également des scénarios de maintenance. énergétiques et économiques.Eutrophisation. GWP 100) au cours de la vie en œuvre du bâtiment. tous contenus dans une base de données interne au logiciel. et de modifications du bâtiment… LEGEP est organisé autour de quatre logiciels qui ont chacun leur base de données. CO2 . éléments composés (tels que des fenêtres) ou à l’aide de macroéléments.Consommation d’énergie renouvelable et non-renouvelable. Pour évaluer le coût de chaque élément renseigné. en MJ . GEMIS. (tels qu’un toit). éléments simples. caractéristique des matériaux. en kg. SO2 . LEGEP propose huit indicateurs : . Antimoine Des indicateurs supplémentaires devraient être bientôt proposés.Acidification atmosphérique. LEGEP utilise ainsi une base de données extérieure nommée SIRADOS.Destruction de la couche d’ozone stratosphérique. en MJ . éthylène .Formation d’Ozone photochimique. Baustoff Okoinventare et la propre base de LEGEP).Changement climatique GWP100 ans (méthode CML) en kg éq.projet ? Données d’ACV utilisées Données du bâtiment Relié à quelles bases de données ? Résultats principaux : Liste des indicateurs Figure 1:Changement climatique (kg équivalent CO2. mise à jour annuellement. Phosphate . données de process. Pour les indicateurs environnementaux.éq CFC-R11 . et de vie en œuvre.net 24 . LEGEP récupère différents données : données environnementales. en kg éq. Dans LEGEP. en kg éq.Consommation d'énergie primaire.de/ PRESCO www. en kg éq. en éq.legoe.

Références Application de cet outil (type de bâtiment.) Validation / intercomparaison de logiciels : LEGEP est un outil complet d'évaluation environnementale des bâtiments au même titre que l'outil français EQUER. études spécifiques. etc. 25 .

Sont exclus : énergétiques ou d’eau durant Bâtiments neufs la durée de vie du bâtiment lui-même Énergie oui Eau Émissions oui Localisation des filières locales de traitement Traitement de la fin de vie Recyclage des matériaux (Démontabilité. .ECO QUANTUM Outil développé par : Vocation / description sommaire de l’outil Fonctions principales Périmètre : domaine d’application Traitement de la vie en œuvre Traitement de la fin de vie Pays Bas_ Disponibilité de Financé par le Steering Committee for l’outil : Experiments in Public Housing.ECO QUANTUM Recherche (qui est un outil pour analyser et développer des conceptions innovatrices et complexes pour des constructions durables) et . ECO QUANTUM est un outil d’aide à la décision basé sur les ACV donnant des informations quantitatives sur les impacts environnementaux des bâtiments. Recyclage effectif) Pour quel public ? Quelle étape du projet ? Données d’ACV utilisées Données du bâtiment Architectes Maîtrise d’ouvrage Toutes.composants du bâtiment et les quantités 26 . « Relié à quelles bases de données ? » .ECO QUANTUM Domestique (qui est un outil adaptés aux architectes et révèle rapidement les conséquences environnementales des choix de conception). Mais en particulier phase de conception Selon la phase de construction. la Fondation pour la Recherche dans la construction. l'Association des Architectes hollandais et le gouvernement hollandais ECO QUANTUM a été développé dans l’objectif d’offrir aux architectes la possibilité d’effectuer une rapide analyse de leurs proposition. Calcule la part produit des impacts environnementaux d’un bâtiment. de faciliter la communication entre les différents acteurs et d’optimiser la conception des bâtiments.cf. Séparabilité. les recommandations deviendront plus détaillées. ECO QUANTUM est couplé à l’outil SimaPro qui calcule les données environnementales par kg de matériaux utilisé. Plus tard dans le processus de construction. EQ est utilisé différemment : pendant la phase de conception préliminaire : les recommandations sur la forme et des dimensions et rempli des éléments de construction peuvent être le résultat d'EQ. Données produits « cradle to grave » à Pas de consommations l’échelle du bâtiment. Il existe deux versions d’ECO QUANTUM : . Recyclabilité. Indiquant par exemple un composant qui devrait être remplacé pour réduire l'impact sur l'environnement de la construction.

Nutrification Ces indicateurs sont ensuite agrégés de manière à obtenir 4 scores distincts . Éthylène . énergie et déchets. Tableaux. Les résultats peuvent être donnés pour le cycle de vie entier d'un bâtiment complet mais également pour des sections transversales diverses du bâtiment. en t de matières premières .html (IEA-BCS Annexe 31 du rapport “Energy related Environmental impact of Buildings”) Centre for Design at RMIT pour le Department of the Environment and Heritage. Building LCA. en kg CFC éq. Les données « produit » intègrent les phases de vie en œuvre et de fin de vie. en m3/ kg . en kg éq. par m². en kg éq. Greening the Building Life Cycle: Life cycle assement tools in building and construction.de/scc/PRO/TOOLS/nl-quantum. sédiments et terrestre).Epuisement des ressources.Changement climatique. Les résultats affichés sont le résultat de l’agrégation des données environnementales des produits. Environment Australia. énergie et eau.Relié à quelles bases de données ? Résultats principaux : Liste des indicateurs Présentation des résultats : Résultats : signification et usage possible Sources : ECO QUANTUM utilise deux bases de données : les Profils Environnementaux et les Composants. http://www. en kg . comme la production d'énergie et l'eau.Toxicité humaine.Formation de d’ozone photochimique. Les onze indicateurs environnementaux et mesures environnementales calculés grâce à l’agrégation des données produits : . La base de données est structurée en 4 niveaux : le logement complet.au] 27 .Déchets éliminés.Écotoxicité (eau. en kWh/unité . en t CO2/ unité .Acidification atmosphérique. Chacun de ces indicateurs et scores sont divisés en trois catégories : matériaux. Tools Description. SO2 . ressources.uni-weimar.Consommation de ressources énergétiques. par m3 ou par personne. 2001. 51 pages. en kg . un simple composant ou une phase du cycle de vie. telles qu'un matériel particulier. Disponible sur [http://buildlca. R11 .edu.Déchets dangereux éliminés.rmit. émissions. Une version spécifique du LCA SimaPro donne les profils environnementaux pour plus de 100 matériaux de construction et certains process.Destruction de la couche d’ozone stratosphérique. le transport et le traitement des déchets. graphiques et rapports générés par le logiciel. 8 « parties » de bâtiment. 24 éléments et environ 60 composants. en t/unité .

Données produits « cradle to grave » à l’échelle du bâtiment. TEAM TM Bâtiment a été développé dans l’objectif d’utiliser les Fiches de Déclaration Environnementale et Sanitaire des produits (FDES) de construction (en utilise pour le moment uniquement les données environnementales). Recyclage effectif) non Accès grand public. Les résultats des simulations thermiques doivent être rentrés pour pouvoir être utilisés oui Émissions non non Traitement de la fin de vie Recyclage des matériaux (Démontabilité. Prise en compte de la maintenance/rénovation . (on compare des unités fonctionnelles) Calcule la part produit des impacts environnementaux d’un bâtiment. Toutes.métré quantitatif du bâtiment à homogénéiser avec les UF des FDES (quantités de produits et de matériaux) 28 .TEAMTM Bâtiment Outil développé par : Vocation / description sommaire de l’outil Fonctions principales Périmètre : domaine d’application Outil Web_ accès grand public (après Écobilan_ France Disponibilité de l’outil : enregistrement) Et accès payant pour les personnes souhaitant prendre connaissance de la partie détaillée de l’évaluation (étape par étape. Séparabilité.données environnementales des produits et matériaux de construction (extraites automatiquement dans INIES ou gestion d’une base de données personnelle) « cradle to grave » (les dix indicateurs environnementaux de la norme NF P01-010) . Recyclabilité. Outil d’aide au choix des produits de construction à l’échelle des composants du bâtiment ou parties d’ouvrages. flux par flux) et réaliser des comparaisons d’inventaires et d’impacts avec l’outil. Énergie Traitement de la vie en œuvre Traitement de la fin de vie Localisation des filières locales de traitement Pour quel public ? Quelle étape du projet ? Données d’ACV utilisées Données du bâtiment Sont exclus : Eau Oui.

.ecobilan. Les résultats affichés sont le résultat de l’agrégation des données environnementales des produits. l’outil permet d’utiliser des modélisations simples (à partir d’ACV publiques différentes des FDES. en kg éq.En absence de FDES. en kg éq.fr). SO2 . . déchets non dangereux. Possibilité de comparer les résultats avec des ordres de grandeurs de la vie courante. excepté les déchets valorisés.Changement climatique.) 29 . en m3 . éthylène Sous forme tabulaire et graphique. R11 .Déchets solides éliminés (déchets dangereux.Consommation d’eau totale. énergie renouvelable et énergie non renouvelable) en MJ .* . http://www. pour décrire certains produits.Épuisement des ressources (ADP) en kg éq.com/lci-building/fr/index. en L . en kg .L’outil stocke parallèlement l’ensemble des données du fascicule AFNOR concernant les énergies et les transports ainsi que des données de sa base de données DEAM. Possibilité de comparer plusieurs bâtiments.Destruction de la couche d’ozone stratosphérique.Pollution de l’eau. de sites web de fédérations ou de FDES provenant directement des fabricants eux-mêmes. Ils sont calculés grâce à l’agrégation des données produits. etc. ou des calculs d’ingénieurs) Les dix indicateurs environnementaux de la norme NF P01-010. déchets inertes). déchets radioactifs.Consommation de ressources énergétiques (énergie primaire totale.Pollution de l’air. en kg CFC éq.Propre base de FDES constituée à partir de la base INIES (www. Antimoine (Sb) . en kg éq. études spécifiques.Acidification atmosphérique.php (rien actuellement) Références Application de cet outil (type de bâtiment. CO2 .Formation de d’ozone photochimique.Relié à quelles bases de données ? Résultats principaux : Liste des indicateurs Présentation des résultats : Résultats : signification et usage possible Sources : . en m3 .inies.

y compris l’extraction de ressources. transport et autres facteurs . Recyclabilité. 30 .la construction in-situ . Permet d’obtenir un profil environnemental du bâtiment et par conséquent d’établir des comparaisons entre différentes alternatives de conception et d’usage de matériaux. la réparation et le remplacement . l’incidence régionale de l’utilisation d’énergie.la maintenance. Séparabilité. du transport et les autres facteurs… L’outil peut être utilisé de manière autonome ou peut s’adapter dans un système comme par exemple le GBC. Évalue l'impact du bâtiment en prenant en compte : .la variation régionale en utilisation d'énergie. les effets du transport. outils d’évaluation environnementale des bâtiments canadiens.le transport .consommations énergétiques liées à l’usage du bâtiment Qualité de l’air intérieur Sont exclus : Traitement de la vie en œuvre Traitement de la fin de vie Localisation des filières locales de traitement Disponibilité de l’outil : Pas de filières identifiées Énergie OUI Eau En cours d’élaboration Émissions En cours d’élaboration Traitement de la fin de vie Recyclage des matériaux (Démontabilité.démolition et traitement des déchets .ATHENA Impact Estimator for Buildings Outil développé par : Vocation / description sommaire de l’outil Fonctions principales Périmètre : domaine d’application ASMI_Canada (Athena Sustainable Materials Institute) CD distribué par Morrison Hershfield Consulting Engineers ~ $1100 Version démo téléchargeable Le logiciel permet de simuler plus de 1000 combinaisons différentes et permet de modéliser 95% des constructions de bâtiments en Amérique du Nord. les produits recyclés.le type de bâtiment et la durée de vie .la fabrication des matériaux (incluant l'extraction des ressources et le contenu en produits recyclés) . L’estimateur tient compte des effets sur l’environnement dus à la fabrication industrielle. Recyclage effectif) OUI : Énergie nécessaire à la démolition des systèmes structurels. Outils de décision.

Pour quel
public ?
Quelle étape
du projet ?

Données
d’ACV
utilisées

Données du
bâtiment

Architectes
Ingénieurs
Chercheurs
Toutes
Conçu pour les
bâtiments neufs
industriels
et
institutionnels,
les bureaux et
les
bâtiments
résidentiels
à
usage individuel
ou collectifs.
Bases de données ACV (qui contiennent 90-95% des systèmes structurels (bois, acier, et
béton ; produits pour les revêtements ; isolants ; plaques de plâtre et matériaux de finition,
choix de marques des fenêtres et des vitrages)).
Consommation d’énergie et émissions sur l’air pour la construction in situ d’assemblages
;Énergie nécessaire à la démolition des systèmes structurels.
Évolutions actuelles en termes de nouveaux produits et sur les étapes opérationnelles
(pendant l’usage) et de maintenance.
- Durée de vie du bâtiment
- Localisation du projet
- Type de bâtiment
- Sources et quantités d’énergie durant l’utilisation du bâtiment
L’utilisateur précise le type ou l’épaisseur des matériaux, ainsi que le métré pour chaque
élément.

Relié à
quelles
bases de
données ?
Résultats
principaux :

Utilise les bases de données de l’institut Athena internationalement reconnues pour l’inventaire
du cycle de vie, couvrant plus de 90 matériaux de structure et d’enveloppe. Utilise également
les données de la US Life Cycle Inventory Database (www.nrel.gov/lci ).
Consommation d’énergie (GJ)
Index de pollution d’air

31

Liste des
indicateurs
Présentation
des
résultats :

Index de pollution de l’eau
Production de déchets solides (Tonnes)
Changement climatique : GWP (Tonnes éq. CO2)
Épuisement des ressources (T) Weighted Ressource Use

Graphiques et tableaux
Graphes de synthèse
-

Graphiques par étapes du cycle de vie (disponibles pour les 6 indicateurs)

-

Graphiques par groupes d’assemblage (enveloppe extérieure détaillée,
structure et enveloppe…) : disponibles pour les 6 indicateurs

-

Camembert de comparaison des opérations de maintenance et de l’énergie
grise du bâtiment (disponible uniquement pour les indicateurs suivants :
énergie primaire et changement climatique)

32

Graphiques de détails des indicateurs - Absolute values

33

Bill of materials : liste et quantité de matériaux
Tableaux

Synthèse par étape du cycle de vie (tableau de résultats annuels et tableau de résultat
sur la durée de vie)

34

Par indicateur ou pour l’ensemble des indicateurs Pour chaque indicateur environnemental. ou à chaque assemblage d’éléments.Résultats : signification et usage possible Sources : Il est possible de comparer plusieurs projets. un graphique donne la répartition des impacts imputables à chaque phase du cycle de vie.  www. Novembre 2004 35 .ca  IPENCO (Imapct Environnemental des Produits de Construction).athenasmi. Durabuild. Rapport final  Les outils d’analyse environnementale des bâtiments.

une aide pédagogique et. utilisation rapide Tout au long de la procédure de conception. Le BDA est compatible avec l'utilisation intégrée et simultanée de multiples outils de simulation et de bases de données et ses résultats sont compatibles avec des jugements multicritères. Ce logiciel est à la fois un outil de recherche.S. Recyclabilité. analyse multicritères Nouvel environnement. Department of Energy (DOE) and the California Institute for Energy Efficiency (CIEE). _ Données d’ACV Sont exclus : Traitement de la vie en œuvre Énergie OUI Eau OUI Émissions Traitement de la fin de vie Localisation des filières locales de traitement NON Pour quel public ? Acteurs de la conception des bâtiments. Recyclage effectif) Prise en main facile. finalement. logiciel sophistiqué destiné à faciliter la prise de décisions en matière de concepts de construction. Séparabilité. dès la première phase d'esquisse de conception d'un bâtiment jusqu'à la spécification 36 . un outil professionnel pratique qui facilite le processus décisionnel stratégique et détaillé. Quelle étape du projet ? Traitement de la fin de vie Recyclage des matériaux NON (Démontabilité. Logiciel visant à répondre aux besoins des acteurs de la conception de bâtiments pour la prise de décision depuis les phases initiales de dessin conceptuel jusqu’aux spécifications détaillées sur les composants et systèmes du bâtiment. Financé par U. N’EST PAS UN OUTIL ACV Mode de représentation des données intéressant Outil d’aide à la décision.BUILDING DESIGN ADVISOR Outil développé par : Vocation / description sommaire de l’outil Fonctions principales Périmètre : domaine d’application Lawrence Berkeley National Disponibilité de l’outil : Version démo Lab_USA téléchargeable .

Données d’ACV utilisées Données du bâtiment Relié à quelles bases de données ? Résultats principaux : Liste des indicateurs Présentation des résultats : _ Schematic graphic editor : modélisation du bâtiment Building browser : paramétrage _ _ Visualisation de plusieurs variantes 37 . construction. exploitation/performances et démolition.détaillée des composants et des systèmes de ce bâtiment. Les objectifs ultimes du BDA sont d'étudier les besoins en données du processus d'analyse du cycle de vie complet d'un bâtiment: conception. mise en service.

gov/bda/ Références _ Application de cet outil (type de bâtiment.Luminosité spatiale éclairage artificiel . études spécifiques. etc.lbl.) Validation / intercomparaison de logiciels : _ 38 .Consommation énergétique totale DOE2 (1) .Coût total annuel .Apports en éclairage naturel… Sources : http://gaia.Résultats : signification et usage possible Décision desktop : Exemples de résultats : .Consommation énergétique mensuelle en fin de vie DOE2 (1) .

conditioning systems (lighting. constructions. The “plain” DOE-2 program is a “DOS box” or “batch” program which requires substantial experience to learn to use effectively while offering researchers and experts significant flexibility. eQUEST is a complete interactive Windows implementation of the DOE-2 program with added wizards and graphic displays to aid in the use of DOE-2.(1) DOE-2 is a widely used and accepted freeware building energy analysis program that can predict the energy use and cost for all types of buildings. to perform an hourly simulation of the building and to estimate utility bills. along with weather data. 39 .) and utility rates provided by the user. etc. HVAC. DOE2 uses a description of the building layout. operating schedules.

souple (les usagers peuvent modifier les paramètres dominants de l’évaluation. Séparabilité. Quelle étape du projet ? Données d’ACV utilisées Données du bâtiment Eau NON Émissions NON Traitement de la fin de vie Recyclage des matériaux (Démontabilité. comme les poids des catégories) et transparent (accès aux bases de données et aux algorithmes). Cet outil dispose d'une base de données sur la performance environnementale et économique pour plus de 230 produits de construction. Recyclage effectif) OUI (précisé dans la fiche produit. pas de saisie manuelle possible Unité Fonctionnelle pour la plupart des produits de construction : 0. Évaluation : outil CAD Analyse environnementale et économique par l’évaluation du cycle de vie « Cradle to grave » à Vie en œuvre l’échelle des éléments de Sont exclus : construction Énergie NON Traitement de la vie en œuvre Traitement de la fin de vie Localisation des filières locales de traitement Pas de filières locales identifiées Pour quel public ? Tous sauf les services d’exploitation des entreprises. Toutes Base de données intégrée. Plateforme : Visual basic Conception : outil CAD. Recyclabilité.09 m2 (1 ft2) pour une durée de vie de 50 ans. 40 . Choix des produits de construction qui correspondent au meilleur compromis entre la performance environnementale et économique. End of life) Pratique.BEES (Building for Environmental and Economic Sustainability (construire pour une durabilité environnementale et économique) Outil développé par : Vocation / description sommaire de l’outil Fonctions principales Périmètre : domaine d’application NIST_USA Disponibilité de l’outil : Gratuit pour les utilisateurs (Building and Fire Research Laboratory of the Payant pour les industriels National Institute of (insertion données ACV du Standards and produit) Technology) Outil d'aide à la décision prenant en compte l'évaluation du cycle de vie.

gov/oae/software/bees. de manière indépendante Résultats : signification et usage possible Comparaison de plusieurs produits ayant la même fonction dans le bâtiment Sources : www.nist.Relié à quelles bases de données ? Données ACV des industriels Résultats principaux : Changement climatique Acidification atmosphérique Eutrophisation Épuisement des ressources fossiles Qualité de l’air intérieur Altération de l’habitat (espèces menacées) Polluants de l’air de référence Prélèvement d’eau Destruction de la couche d’ozone santé humaine Toxicité écologique Tableaux et graphes sur les procédés de production. commerces. etc.html Références Application de cet outil (type de bâtiment.bfrl.) Bureaux. les consommations d’énergie et la performance environnementale Liste des indicateurs Présentation des résultats : ~200 produits dans la base de données Comparaison pour chaque élément de construction. études spécifiques. habitat Validation / intercomparaison de logiciels : 41 .

par exemple réglementation thermique Eau non Traitement de la vie en œuvre Émissions Traitement de la fin de vie Localisation des filières locales de traitement Pour quel public ? Espaces intérieurs et environnement proche Traitement de la fin de vie Recyclage des matériaux (Démontabilité.ecoeffect.ECOEFFECT Outil développé par : Vocation / description sommaire de l’outil Fonctions principales KTH Disponibilité de l’outil : www. Quelle étape Toutes. du projet ? Permet une aide à la conception et à la gestion des bâtiments Données d’ACV utilisées Données du Inventaires pour différents types d’énergies et matériaux génériques . et fournir une base pour la comparaison et l’aide à la décision permettant de réduire ces impacts Calcul des impacts d’un bâtiment sur l’environnement et la santé. Recyclabilité.géométrie (surfaces des parois. Coûts sur le cycle de vie Visualisation des impacts sur les différentes phases du cycle de vie.se Décrire quantitativement les impacts du cadre bâti sur l’environnement et la santé. épaisseurs des couches de matériaux 42 . concepteurs et gestionnaires de bâtiments Prise en main aisée de l’outil. Recyclage effectif) Urbanistes. Périmètre : Bâtiments neufs Bâtiments abritant des domaine résidentiels. Sont exclus : procédés industriels d’application tertiaires et scolaires Énergie Calcul séparé. Séparabilité.

Les résultats pour le projet sont comparées à un ensemble de références : 43 .bâtiment Relié à quelles bases de données ? Résultats principaux : .techniques de construction (parois. vitrages.type d’énergie. équipements…) . mix de production d’électricité. graphiques et histogrammes Résultats : signification et usage possible La contribution des différents matériaux peut être visualisée par un histogramme pour chaque indicateur. données sur le site Base développée par le KTH Liste des indicateurs Présentation des résultats : Tableaux.

etc. Environmental assessment of built environment : ecoeffect method. doctorate thesis. études spécifiques. KTH. experience from system analysis with the Orware and Ecoeffect tools. Décembre 2005 44 .) Validation / intercomparaison de logiciels : Getachew Assefa. KTH. 2004 Références Application de cet outil (type de bâtiment. Stockholm. On sustainability assessment of technical systems. Malmqvist. background and summarized description. Sources : Glaumann. Tove.Les indicateurs de qualité des ambiances intérieures sont comparés à une référence. Stockholm. Mauritz..

Recyclage effectif) Architectes et BET Prise en main aisée de l’outil. vitrages. épaisseur des couches de matériaux) .ibo.techniques de construction (parois. équipements…) 45 . Recyclabilité.at/de/ecosoft. Bâtiments neufs Bâtiments abritant des procédés ou existants Sont exclus : industriels Énergie Traitement de la vie en œuvre Traitement de la fin de vie Localisation des filières locales de traitement Pour quel public ? Quelle étape du projet ? Données d’ACV utilisées Données du bâtiment http://www. Visualisation des impacts sur les différentes phases du cycle de vie. Toutes. Calcul des impacts environnementaux d’un bâtiment. Séparabilité. incinération et recyclage (Démontabilité.géométrie (surfaces des parois.htm Inclut le transport des matériaux en fin de vie Eau Chaînage à l’outil de calcul correspondant à la certification autrichienne non Émissions Traitement de la fin de vie Recyclage des matériaux non Mise en décharge.ECOSOFT Outil développé par : IBO (Österreichisches Institut für Baubiologie und Bauökologie) Disponibilité de l’outil : Vocation / description sommaire de l’outil Fonctions principales Périmètre : domaine d’application Évaluation environnementale des bâtiments selon la méthode des éco-indicateurs. Permet une aide à l’éco-conception des bâtiments (neuf et réhabilitation) Inventaires des matériaux (sortie usine) et des procédés .

en kg eq. inventaires avec émissions dans l’air.Consommation de ressources énergétiques (énergie primaire totale) en MJ . l’eau et le sol. mixe de production d’électricité.Formation d’ozone photochimique. déchets. données sur le site Base WBF développée par IBO avec plus de 500 matériaux de construction. phosphates . CO2 .Eco-indicateur (pondération des précédents) Tableaux. éthylène . SO2 .Relié à quelles bases de données ? Résultats principaux : Liste des indicateurs Présentation des résultats : .Eutrophisation.Acidification atmosphérique. en kg éq. en kg éq. utilisation de matières premières et d’énergie Indicateurs environnementaux : .Changement climatique.type d’énergie. graphiques et histogrammes Plusieurs variantes peuvent être comparées à l’aide d’histogrammes : Résultats : signification et usage possible 46 . en kg éq.

http://www.Sources : IBO. Leitfaden für die Berechnung von Oekokennzahlen für gebäude. 2004. etc.html 47 .net/generalinfo/index. Vienne Décembre 2006 Références Utilisé couramment pour la certification ökopass en Autriche Application de cet outil (type de bâtiment.) Validation / intercomparaison de logiciels : Réseau thématique européen PRESCO. études spécifiques.etn-presco.

méthode hollandaise VPL-KISS Traitement de la Traitement de la fin de Durée de vie. fin de vie vie réutilisabilité Localisation des Recyclage des matériaux (Démontabilité. consultants. transports Sont exclus : procédés industriels d’application induits par le choix du site. Toutes. Séparabilité. Énergie Calcul selon les normes hollandaises NEN 5128 (résidentiel) et 2916 (autres bâtiments) Traitement de la vie en œuvre Eau Consommation d’eau basée sur la norme hollandaise NEN 6922 Émissions Transports. basé sur CML2 Périmètre : Bâtiments neufs ou Bâtiments abritant des domaine existants.greencalc.com/ Ecology (NIBE) GreenCalc+ permet d’évaluer la « soutenabilité environnementale » d’un bâtiment ou d’un quartier en estimant le coût nécessaire pour réparer les dommages évalués par analyse de cycle de vie Calcul des coûts externes et des impacts environnementaux générés par un bâtiment ou un quartier.GreenCalc+ Outil développé par : Vocation / description sommaire de l’outil Fonctions principales Dutch Institute for Disponibilité de l’outil : Diffusé en néerlandais : Building Biology and http://www. collectivités locales Prise en main aisée de l’outil. filières locales Recyclabilité. énergie. réparabilité. Répartition des coûts entre 4 sources (matériaux. eau et transport) Modèle TWIN2002. Recyclage de traitement effectif) Pour quel public ? Quelle étape du projet ? Architectes. Permet de quantifier un « indice de soutenabilité » élaboré par RGD (Dutch Government Buildings Agency) Données d’ACV utilisées 48 ..

en m3 d’air pollué . Des histogrammes fournissent des décompositions plus détaillées. en kg éq.localisation et données sur le transport (accès. 49 . graphiques camemberts. énergie.Consommation de ressources énergétiques (énergie primaire totale) en MJ .Ceci reflète la qualité environnementale intrinsèque du bâtiment. en kg éq.Acidification atmosphérique.Changement climatique. équipements…) .Génération d’odeur.Ceci reflète la qualité du bâtiment plus celle de son utilisation.techniques de construction (parois.Eutrophisation. Les variantes sont comparées sur l’ensemble du cycle de vie. L’indice environnemental de la qualité environnementale du bâtiment (MIG) correspond à la comparaison des impacts environnementaux du bâtiment (avec son utilisation standard) avec ceux d’un bâtiment de référence .altération de la couche d’ozone.Données du bâtiment . en kg eq. vitrages. en % d’espèces disparues x m2 x an .occupation (nombre d’habitants) . inertes . eau et transports. Le bâtiment de référence est un bâtiment typique des années 1990.plans et visualisation 3D . en tonnes eq. histogrammes Le coût externe total peut être décomposé sur 4 sources principales : matériaux. SO2 . La contribution des différentes phases peut être visualisée par un histogramme pour chaque indicateur.Formation d’ozone photochimique.Consommation d’eau totale. en kg éq. en m3 . en eq. parking…) Relié à quelles bases de données ? Résultats principaux : Base de données interne Liste des indicateurs Présentation des résultats : Résultats : signification et usage possible Un indicateur agrégé en €/m2 et plusieurs indicateurs environnementaux : . l’indice correspondant étant 100.écotoxicité aquatique et terrestre (CML) Tableaux exploitables par Excel.Atteinte à la biodiversité. CO2 .Déchets ultimes.Toxicité humaine (CML) . CFC 11 . phosphates . éthylène . L’indice environnemental de gestion du bâtiment (MIB) correspond à la comparaison des impacts environnementaux du bâtiment (avec son utilisation effective) avec ceux d’un bâtiment de référence .

eau et énergie. Naarden / Bussem. Pays Bas. études spécifiques. Sources : Michiel Haas.greencalc. matériaux. 2005 Références Plusieurs dizaines de projets en ligne sur le site internet http://www. Les résultats sont fournis dans un fichier gérable par Excel pour des analyses spécifiques. Nederlands Instituut voor Bouwbiologie en Ecologie (Consultant). NIBE Environmental classification for building materials.) Validation / intercomparaison de logiciels : _ 50 .Étiquette présentant la classe du bâtiment pour différents indicateurs : MIG/MIB. etc.com/ Application de cet outil (type de bâtiment.

Les architectes peuvent évaluer et contrôler les masques. le confort thermique et la réponse acoustique de leur bâtiment. l'exposition au vent.ECOTECT Outil développé par : Vocation / description sommaire de l’outil Fonctions principales Périmètre : domaine d’application SQUARE ONE Disponibilité de l’outil : € 1120 la licence Research _ Australie Outil australien de design conceptuel environnemental conçu pour les architectes. les niveaux d'éclairement naturels et artificiels. Recyclabilité. avec des applications visant également l'ingénierie et la planification. Séparabilité. Bureaux d’études Toutes Traitement de la fin de vie Recyclage des matériaux (Démontabilité. En conjonction avec ces données techniques. Recyclage effectif) OUI (consommation d’eau potable et rejet d’eaux usées) NON NON 51 . aux coûts de maintenance prévus et à l'évaluation du cycle de vie à tous les stades de la conception. ECOTECT fournit un accès instantané aux investissements mis en jeux. les besoins en protection solaire l'accès au soleil. Outil de conception (orienté thermique + confort visuel et acoustique) Module de coût et impacts environnementaux des matériaux existant mais base de données vide « Cradle to Qualité de l’air intérieur grave » à Sont exclus : l’échelle du bâtiment Énergie OUI Traitement de la vie en œuvre Eau Émissions Traitement de la fin de vie Localisation des filières locales de traitement Pas de prise en compte des filières locales Pour quel public ? Quelle étape du projet ? Architectes.

52 .Coûts annuels de maintenance .Référence LCAid (possibilité d’interactions avec le logiciel LCAid.Émissions de GES (kg) .Durée de vie (années) .Énergie grise (Wh) . l’utilisateur doit saisir la référence LCAid dans la description et peut ainsi intégrer les données ACV) : apparemment obsolète Relié à quelles bases de données ? Résultats principaux : Données environnementales à renseigner par l’utilisateur LCAid ? - Coûts et impacts environnementaux des matériaux Ressources énergétiques Changement climatique Liste des indicateurs Présentation des résultats : Résultats : signification et usage possible Pas de fonction comparative dans l’affichage des résultats.Référence externe (accès à une base de donnée externe ?) .Définition de l’unité fonctionnelle (surface. - L’usager renseigne les coûts du matériau et ses impacts environnementaux : . élément) . longueur.Énergie blanche annuelle (Wh) .Coût du matériau .Données d’ACV utilisées Données du bâtiment Renseignée par l’usager Issues de l’outil LCAid ( ?) Modélisation 3D du bâtiment avec affectation des matériaux .

études spécifiques.com Références _ Application de cet outil (type de bâtiment.Sources : www.squ1. etc.) Validation / intercomparaison de logiciels : _ 53 .

Méthode d’évaluation environnementale . Second-œuvre dans énergie grise Sont exclus : Énergie OUI Eau Traitement de la vie en œuvre Émissions Traitement de la fin de vie Localisation des filières locales de traitement Traitement de la fin de vie Recyclage des matériaux (Démontabilité. Séparabilité. structuration des critères) => cet outil répond à un objectif de sensibilisation au niveau international. Mis en application sous forme de feuille de calcul Excel. ventilation forcée. et des critères techniques (présence d'une climatisation. CANMET. aux jugements de valeur implicitement contenus dans les évaluations (pondération entre critères. Kanata (Ottawa) Système d’évaluation multicritère Il s’agit d’un cadre ou d’une boîte à outils mais pas un outil de conception. Capacité à s’adapter aux conditions locales.. L’approche développée par SBTool est très exhaustive.).Rating tool Intègre à la fois des indicateurs environnementaux (potentiel de réchauffement global. sur tous les aspects du développement durable.. potentiel d'acidification…).GBTool Désormais appelé SBTool (intègre des variables socio-économiques) Outil développé par : Vocation / description sommaire de l’outil Fonctions principales Périmètre : domaine d’application RNCan_IISBE (International Initiative for a Sustainable Built Environment) pour la méthode GBC. des critères qualitatifs (espaces verts. aux méthodologies simplifiées. Inconvénients: problèmes liés aux spécificités régionales. choix de matériaux à faible teneur en COV) OUI (Plan de gestion des déchets & % de réutilisation et de recyclage des matériaux prévus dans le plan) 54 . mais ne constitue pas un réel outil d'aide à la conception. Natural Resources Canada by INPOL Consulting . d'une ventilation à double flux. Disponibilité de l’outil : $250 CAD for a permanent or contracted staff of less than 10 persons (jusqu’au 31 octobre 2008) CETC Buildings Group. adaptabilité du bâtiment). Recyclage effectif) Pas de filières locales identifiées OUI (Quantités d’eau potable) OUI (Critères qualitatifs : stockage des matériaux. Recyclabilité.

organisation du projet et développement B-Énergie et consommation des ressources C-Impacts environnementaux D-Qualité environnementale intérieure E-Qualité des services F-Aspects socio-économiques G-Aspects culturels et perceptuels Cf. flexibilité : Permet aux organisations locales de développer un ou plusieurs systèmes d'évaluation convenant à la région. résultats dans le 2ème cadre présenté ci-dessous (« Absolute performance results ») 55 . Opération (après 1 an) Données d’ACV utilisées Saisie manuelle de valeurs issues de méthode ACV « acceptable » ou valeurs par défaut de GBTool Données du bâtiment Relié à quelles bases de données ? Résultats principaux : Métré gros œuvre Liste des indicateurs Approximate SBTool values A-Sélection du site. Construction (réalisation). Toutes les phases 4 phases d’évaluation : Pre-design (APS).Pour quel public ? Usage non commercial Lourdeur de mise en œuvre Quelle étape du projet ? Adaptabilité. Design(DCE).

etc. the number of active low-level parameters is: 116 1 The number of active low-level mandatory parameters with a score of less than 3 is: 3 0 Activ e low-lev el mandatory parameters: To see a full list of Issues.886 13 Proportion of gross area of existing structure(s) re-used in the new project. Canada. 63 77 MJ/m 2*maph 7 Net annualized primary embodied energy and annual operating primary energy. It has an estimated lifespan of 75 years. Project Planning and Development 8% 3.iisbe. 63 77 MJ/m 2*maph 6 Net annual consumption of primary non-renewable energy per dwelling unit in residential element. potential lowlev el parameters: 118 10 Weighted scores A Site Selection. G Cultural and Perceptual Aspects 3% 4. Categories and Criteria. MJ/m2*yr. F C E Max.7 D Indoor Environmental Quality 18% 3. kg. MJ/m2*yr.9 D Performance Issue Areas Design Phase scores indicate Potential Performance as predicted by an assessment of building features and plans for construction and operation that are developed during the design process. CD per m2.1 Absolute Performance Results Total performance level is Good Practice or better These data are b ased on the Self-Assessment values By area By area & occupancy 1 Total net consumption of primary embodied energy for structure and envelope. MJ/m2*year 617 751 MJ/m 2*maph 4 Net annual consumption of primary non-renewable energy for building operations. 5 = Best Practice A 5 Assumed life span is 75 years. go to Active Weights the Issues worksheet. 1258 1533 MJ/m 2*maph 5 Net annual consumption of primary non-renewable energy per dwelling unit in project. The assess ment is valid for the Design Phase. MJ/m2*yr. Bureaux.3 C Environmental Loadings 27% 3. and monetary units are in CD Amortization rate for embodied energy of existing materials is set at 2 % 4 G The project contains 20 apartment units B 3 Design target scores 1 2 With current context and building data. 3 = Good Practice. 1554 1893 MJ/m 2*maph 8 Total on-site renewable energy used for operations. and contains the following occupancies: Apartment and Retail and is located in Ottawa.3 m3/m2*maph 10 Annual use of grey water and rainwater for building operations. 90 109 MJ/m 2*maph 9 Net annual consumption of potable water for building operations. m3 / m2 * year 0.) Validation / intercomparaison de logiciels : 11 ha. GJ/m2 22 27 GJ/m 2*maph 2 Net annualized consumption of embodied energy for envelope and structure. percent 63% Résultats : signification et usage possible Évaluation globale du bâtiment / Certification Sources : www. 0 = Acceptable Practice. percent 64% 14 Proportion of gross area of project provided by re-use of existing structure(s).org http://www.3 T o t a l we Ig h t e d b u i l d i n g s c o r e 3.3 B Energy and Resource Consumption 23% 2. m3 / m2 * year 18 22 m3/m2*maph 11 Net annual GHG emissions from building operations. Ecoles Application de cet outil (type de bâtiment.ca/ Références Bâtiments résidentiels collectifs. de CASBEE au Japon et de VERDE en Espagne 56 . urban expansion of Monaco (en cours) A servi au développement de “Protocollo ITACA” (système d’évaluation italien). MJ/m2*yr. CO2 equivalent per year 69 84 kg/m 2*maph 12 Total present value of 25-year life-cycle cost fot total project.4 E Service Quality 16% 2. 8. MJ/m2*yr. études spécifiques. MJ/m2*yr. 296 361 MJ/m 2*maph 3 Net annual consumption of delivered energy for building operations.greenbuilding.Présentation des résultats : Design target scores for Megaplex project.9 F Social and Economic as pects 5% 2.3 0. Canada Predicted performance results based on information available during Design Phase Active Phase (set in Region file) Relative Performance Results Design Phase Project Information This is a Renovation project with a total gross area of 7000 m2. Ottawa.

Sont exclus : Qualité de l’environnement intérieur / Confort Energie Eau Traitement de la vie en œuvre Émissions Traitement de la fin de OUI + Prise en compte de l’énergie nécessaire à la production d’eau potable NON Traitement de la fin de vie 57 .LCAid Outil développé par : DPWS_Australie Square One Research Disponibilité de l’outil : N’est plus disponible DPWS : Département de services et travaux publics de Sydney Vocation / description sommaire de l’outil Fonctions principales Outils d’aide à la décision pour les concepteurs par l’évaluation des performances et impacts environnementaux des variantes de conceptions sur toute la durée de vie du bâtiment. Peut être également utilisé pour les classements de SEDA's Building Greenhouse Rating Scheme et de Green Building Challenge's Tool 2000. Ne cible pas en particulier les matériaux de construction mais s’attarde sur le bâtiment et définit une unité fonctionnelle pour un usage particulier du bâtiment (ex : UF = n lits d’hôpitaux pour un hôpital). Périmètre : domaine d’application « cradle to grave » à l’échelle du bâtiment Selon la méthode ISO/FDIS 21930 Peut fonctionner sur la base d’un modèle 3D CAD (Autocad…) ou ECOTECT et à partir des données d’ACV DPWS.

vie Localisation des filières locales de traitement Recyclage des matériaux (Démontabilité. SO2) Pollution de l’air d’été (en kg POCP) Pesticides (en kg active ingr. Prise en main aisée de l’outil. Pb) Substances cancérigènes (en équiv. Séparabilité. Données d’ACV DPWS Eco Indicator 95 + rapport sur l’eau.Recyclabilité. Quelle étape du projet ? Toutes Outils d’aide à la décision Données d’ACV utilisées Données du bâtiment Relié à quelles bases de données ? Résultats principaux : Liste des indicateurs Données propres. PAH) Pollution de l’air d’hiver (en équiv. pas de saisie manuelle des données ACV Matériaux et quantités : sélection de matériaux de la bibliothèque ACV des matériaux et saisie des quantités. Recyclage effectif) Pour quel public ? Acteurs de la construction.) Déchets solides Consommation d’eau Energie primaire 58 . OU métrés issus d’Ecotect… Utilise les données relatives à un modèle qui doit être rentré par l’utilisateur et ne se base pas sur une série de modèles établis ou définis pour différents types de bâtiments. les déchets et l’énergie primaire - Changement climatique (en kg GWP) Destruction de la couche d’ozone (en kg ODP) Acidification atmosphérique (en kg AP) Eutrophisation (en kg NP) Métaux lourds (en kg equiv.

études spécifiques.) Validation / intercomparaison de logiciels : 59 .Présentation des résultats : Résultats : signification et usage possible Fonction de comparaison par rapport à un modèle de base Sources : Review of Methodology for Assessing the Environmental Performance of Building Materials. etc. Murray Hall CSIRO Sustainable Ecosystems Références Application de cet outil (type de bâtiment. June 2007.

NON Emissions NON Traitement de la fin de vie Recyclage des matériaux (Démontabilité. Séparabilité. 60 . Transportation mode and distance are included for each material.Recyclabilité. Evaluation de l’impact environnemental du bâtiment “cradle to grave” à Sont exclus : Landfill emissions are l’échelle du bâtiment excluded.Donne aux concepteurs un outil facile à utiliser pour évaluer les aspects environnementaux pour la conception de bâtiment . is used. Recyclage effectif) Acteurs du bâtiment.LISA (LCA In Sustainable Architecture) Outil développé par : Vocation / description sommaire de l’outil Fonctions principales Périmètre : domaine d’application BHP Steel_Australie Disponibilité de l’outil : ? 3e version .Aide à identifier les aspects environnementaux clés dans un projet de construction . Prise en main aisée. The entire life cycle is considered.Permet aux concepteurs et aux prescripteurs de faire des choix éclairés basés sur des considérations sur toute la durée de vie environnementale (ie ACV) Aide à la décision . from resources in ground through to demolition and recycling/landfill of the structure. La localisation du projet Energie Traitement de la vie en œuvre Traitement de la fin de vie Localisation des filières locales de traitement Pour quel public ? Pas d’identification des filières locales Quelle étape du projet ? Conception Aide à la conception Eau Gross energy (GJ/t). or high heating value (HHV).

including manufacturers data and the Australian Bureau of Statistics.Données d’ACV utilisées Données du bâtiment Relié à quelles bases de données ? Résultats principaux : Liste des indicateurs environnementale de bâtiment. Métrés Construction data were obtained from Fairweather Homes and detailed plans of the house. Toutes les données d’ICV australiennes sont issues du modèle ACV du BHP denommé EMMA (Eco-model for Materials and Manufacturing Assessment) Les ACV permettent à l’usager de préciser l’utilisation de l’énergie stockée dans le bois.Base de données ACV de BHP Consommation d’énergie primaire resource energy consumption Emissions de gaz à effet de serre (IPCC weighting factors (global warming potentials) are used in the calculation of greenhouse gas emissions. ainsi que la fabrication de fer et d’acier (données de production moyenne). Data for utilisation were gathered from various sources.EMMA (Eco-model for Material and Manufacturing Assessment) .) Nox SOx NMVOC (non-methane volatile organic compounds) Matières et particules en suspension Consommation d’eau potable 61 . Données d’ACV australiennes : . and global iron and steelmaking LCI data (ie averaged production data). eg for CH4 and N2O. The LCA options and allow the user to specify the use of timber feedstock energy.

et montre également les impacts de l’élément. 62 . un affichage des matériaux et des détails sur les matériaux de base.Présentation des résultats : Les résultats peuvent être visualises de plusieurs manières. avec notamment : un graphique d’impacts. Graphique d’impact total Pour comparaison : impact NSW moyen Détails de l’élément Les détails contiennent les équations qui ont permis de calculer la consommation du matériau.

lisa.au.Listing des matériaux Détails du matériau Résultats : signification et usage possible Comparaison avec impact NSW moyen Sources : www.com 63 .

etc.) Environmental credentials of the Olympics in Sydney 2000 Environmental credentials of housing in Australia .Autonomous mountain home Environmental credentials of housing in Australia .Références Application de cet outil (type de bâtiment.Fairweather Homes … 64 . études spécifiques.

. • un format de présentation du résultat de l'évaluation. • les éléments d’évaluation d’un projet à différentes étapes de son avancement. évaluation.comparer différentes options de conception. outils de calcul existants. cette norme expérimentale va cadrer les développements d’outils et méthodes d’évaluation et de cotation des bâtiments dans les prochaines années. à la conception et au diagnostic. scénarios et algorithmes de calcul de ces contributions (source de l'information. Les intervenants : Le CSTB a été fortement impliqué dans l’élaboration de cette norme. fin de vie).comparer différentes options d'implantation. Elle permet l'évaluation des indicateurs environnementaux à différentes étapes d'un projet (Faisabilité/ programme. 65 . La méthode comprend : • la définition des frontières du système pertinentes. Description du document : La méthode décrite par la norme comprend un ensemble d'indicateurs et leurs règles de calcul associées. Cette norme est un outil d'aide à la programmation. Les industriels de la construction et des concepteurs ont également contribué à la rédaction de ce document. Cette méthode est basée sur des approches de cycle de vie permettant de couvrir la durée de vie du bâtiment et chacune des phases du cycle de vie du bâtiment (construction/ réhabilitation. Commentaires : En attendant la future norme européenne sur le sujet. • l'unité dans laquelle ces indicateurs doivent être exprimés • les méthodes de calcul des valeurs de ces indicateurs. • la définition des contributions à la valeur de l'indicateur. Elle s'appuie fortement sur la méthode d'analyse de cycle de vie décrite dans les normes de la série ISO 14040. . L’objectif de la norme : Il s’agit de fournir une méthode pour l'évaluation de la performance environnementale des bâtiments. La méthode exclut de son champ d'application l'évaluation du risque et de la qualité sanitaire des bâtiments. Partie 3 : Définition et méthodes de calcul des indicateurs environnementaux pour l’évaluation des performances d’un bâtiment (titre non définitif) Date de rédaction : 20/10/08 Mots clés : Indicateurs environnementaux. exploitation. réalisation. exploitation/fin de vie) et assure la cohérence entre ces différentes évaluations pour : . Elle servira aussi de référence pour la mutation engagée par les référentiels de certification HQE des bâtiments vers l’approche performancielle. Domaine d’application : La norme peut s’appliquer à l’évaluation de bâtiments neufs et existants. . Ce document fournit : • la liste des indicateurs pertinents à l'échelle du bâtiment.évaluer un bâtiment.comparer différentes options d'amélioration d'un bâtiment existant. • les hypothèses. elle devrait être disponible publiquement fin 2008 ou début 2009. conception. Date de sortie de la norme : La norme est passée favorablement en enquête commission. note de calcul spécifique…). performance environnementale des bâtiments. .La norme XP P 01-020-3 Bâtiment – Qualité environnementale des bâtiments.comparer réhabilitation et construction neuve.

CHAPITRE 2 : DEVELOPPEMENTS METHODOLOGIQUES 66 .

......1 UNITÉ FONCTIONNELLE ET FRONTIÈRES DE L’ANALYSE ....................7 CAHIER DES CHARGES POUR LE MODULE DE RENDU DES RÉSULTATS .3 QUALIFICATION DE LA FIABILITÉ.............................................................................................................................................................................................................2 QUALITÉ DES MILIEUX EXTÉRIEURS (EAUX DE RUISSELLEMENT ET D'INFILTRATION ET SOLS) .......... DE L’EAU ET DES SOLS ..................................................................................................................................................................................6 INTÉGRATION D’ÉVALUATIONS QUALITATIVES DANS LES DONNÉES QUANTITATIVES............................................................................................................................................................................................ 92 1.... 133 5..................... 113 2...... 119 3............................................... 123 4...............................................3 PROPOSITION DE PISTES DE RECHERCHE ..........................2 RÉTENTION D’EAU.............. DE LA TRANSPARENCE ET DE LA QUALITÉ DES DONNÉES..............................................4 INDICATEURS POUR LA SANTÉ ET L’ÉCO-TOXICITÉ..... 139 6.........................................................................................................................................................................1 ESTIMATION DE LA CONSOMMATION D’EAU ..............................................................................2 MODÉLISATION DU TRANSPORT.......................................................................................................2 LIENS AVEC LA SIMULATION THERMIQUE ....................................................... 137 6................................................................................ 108 2.. 68 1 MÉTHODOLOGIE D’ÉVALUATION ............2 ANALYSES DE SENSIBILITÉ (DURÉE DE VIE............................................. DU RECYCLAGE ET DE LA FIN DE VIE .................................................................................................................................. 124 5 EAU : CONSOMMATION DOMESTIQUE ET GESTION DES EAUX PLUVIALES ...................................................1 RECENSEMENT DES BASES DE DONNÉES ......... 79 1........................................ 118 3............................ 108 2. 86 1...................... 137 6.................................................. 131 5............................................................................................................................................................................................................ 121 4................................................................... 131 5................ 71 1...................... 105 2 DONNÉES SUR LES MATÉRIAUX ................... 140 6.....3 UTILISATION D’EAU DE PLUIE.........................................................................................................................................5 EXIGENCES DE PERFORMANCES DANS UN PROGRAMME.............................2 IMPÉRATIFS POUR L’HARMONISATION DES DONNÉES...................................... 121 4........... 105 1.................................1 MATÉRIAUX ET PRODUITS ASSOCIÉS À LA PROBLÉMATIQUE DE QUALITÉ DE L’AIR INTÉRIEUR ...........................................................5 SIMPLIFICATION DES INVENTAIRES ........... 69 1.... FIN DE VIE).....................................................................1 ENERGIE BLANCHE ET ÉNERGIE GRISE.................................... 142 67 ........................................................................................................................................ 134 6 INTERPRÉTATION ...........................................................................Sommaire INTRODUCTION ....... 69 1..................................................................... 139 6.. 141 CONCLUSIONS .........................................................................................3 USAGE DU SOL .................3 EQUIPEMENTS « ÉNERGÉTIQUES » ........................................................3 INCERTITUDES SUR DIFFÉRENTS INDICATEURS .....................4 ACV DYNAMIQUE ................................................................1 NORMALISATION (OU NORMATION) ...................... 118 3....................................................... 122 4............ 113 3 QUALITÉ DE L’AIR.......................................... 120 4 ENERGIE .........................................................4 APPROCHE MULTICRITÈRE POUR LA COMPARAISON DE SOLUTIONS ................

en particulier le comité technique n°350 du CEN (Contribution des ouvrages de construction au développement durable). et enfin des aspects plus généraux concernant l’interprétation et l’exploitation des résultats. Certains éléments concernant par exemple les indicateurs orientés dommages ou l’analyse de cycle de vie dynamique ne sont pas intégrés dans ces normes ou projets de norme.Introduction La méthodologie d’analyse de cycle de vie est décrite dans les normes ISO 14040 et 14044. par exemple dans le cadre des projets LORE-LCA et SUPERBUILDINGS afin de continuer à faire progresser la démarche. et correspondent à des activités plutôt orientées vers la recherche. ces documents restent assez généraux : par exemple ils ne précisent pas quels indicateurs sont calculés. ni selon quelle méthode. Or ces précisions sont nécessaires par exemple pour comparer différents matériaux de construction sur une même base. l’eau. Le projet COIMBA s’est déroulé en parallèle de travaux menés au sein de différents groupes de normalisation. Des travaux de recherche sont également menés au niveau européen. Des travaux sont alors menés plus spécifiquement dans le secteur du bâtiment. la qualité de l’air. la question des données. le projet COIMBA étant soutenu par l’ANR. 68 . Le présent document aborde la méthodologie globale d’évaluation. le CEN/TC 351 (Produits de construction : Évaluation de l’émission de substances dangereuses) et la commission AFNOR P01E (développement durable dans la construction) ave la parution de la norme expérimentale XP P01-020-3 en juin 2009. S’appliquant à n’importe quelle activité humaine. puis des aspects plus spécifiques concernant l’énergie. de l’eau et des sols.

qui devront être comparées à des valeurs moyennes de références pour chaque usage. - La fonction : l’unité fonctionnelle devra correspondre à un usage donné (logements. ainsi que les valeurs des consignes thermostatiques liées. mais le calcul doit se faire sur une durée plus longue. de manière à « amortir » les impacts liés en particulier à la phase de construction. notamment : . humidité. liée en particulier au niveau de confort. tertiaire…) impliquent différentes conditions (consignes de température.…).…) varient en général d’une variante à l’autre. niveau de bruit. Ainsi les paramètres d’ambiance (températures.1 Méthodologie d’évaluation 1. Ce qui pratiquement semble le plus simple et le plus pertinent à fixer est la présence ou non d’un système de régulation de la température (système de chauffage ou refroidissement). éclairements. acoustique (avec des dispositifs de protection dont les caractéristiques sont réglementées).1 Unité fonctionnelle et frontières de l’analyse Unité fonctionnelle Le choix de l’unité fonctionnelle au cours d’une ACV est une étape essentielle. qualité de l’air (débits hygiéniques réglementaires)… - La durée : celle-ci peut être ramenée à une année. luminosité (prise en compte de l’éclairement moyen naturel ou du Facteur de Lumière du Jour (FLJ)). usage mixte…) - La qualité de la fonction. Néanmoins les différents types d’usages (résidentiel. on notera de plus que certaines performances environnementales exprimées par m² dépendent souvent de la taille du bâtiment. qui permet de définir les bases sur lesquelles vont être comparés différents projets. ou être ramenée à 1 m² de surface utile de manière à comparer le projet à des références. qui dépend de plusieurs facteurs : thermique (locaux climatisés. C’est sans doute pourquoi les documents normatifs européens emploient plutôt le terme d’ « équivalent fonctionnel ». Dans le cas d’un bâtiment. par exemple la consommation de chauffage en kWh/m² décroit du fait d’une augmentation de la compacité du bâtiment. Ces différents aspects sont pour la plupart étroitement liés et interdépendants. exigences réglementaires. bureaux. ou définition d’une température maximale pour une année type ou prise en compte des Degrés-Jours d’Inconfort (DJI)). Il convient alors d’accompagner toute 69 . par exemple la surface utile : l’unité fonctionnelle peut correspondre au bâtiment entier. Les performances correspondant à une unité fonctionnelle ramenée au m² seront donc issues d’un calcul où interviendront des valeurs correspondant à différents usages (dans le cas de bâtiments à usages mixtes). La norme XP P01-020-3 remplace quant à elle la notion d’unité fonctionnelle par celle d’unité de référence et de description du système. cette unité fonctionnelle recouvre de nombreux aspects. A technologie égale.Une quantité. scénarios.

Le traitement des déchets d’activité du bâtiment n’est pas forcément inclus dans le système étudié. il convient de prendre en compte les infrastructures de production. d’éléments de contextualisation permettant d’interpréter les résultats : .les données climatiques . qui peuvent varier d’un site à l’autre. la gestion des déchets ménagers. il convient d'inclure les transports (par exemple domicile-travail)..les paramètres géologiques et hydrologiques .processus liés à l'activité dont le bâtiment est le support . De plus. Si par contre l’objectif est l’aide à la conception sur un terrain déjà choisi. en particulier d'énergie et de traitement de l'eau. Un bâtiment est en effet en lien sur de nombreux aspects avec son environnement extérieur. éventuellement chaleur. La question de la fin de vie du bâtiment reste un sujet ouvert.les réglementations en vigueur (dont contraintes d'urbanisme) .la localisation géographique . le transport des personnes peut alors être négligé si toutes les variantes comparées sont équivalentes de ce point de vue.processus liés aux déplacements des usagers.évaluation environnementale..processus liés aux flux de fonctionnement du bâtiment .les masques proches et lointains . les réseaux d'énergie (électricité. Les limites du système dépendent de l’objectif de l’étude. Outre le bâtiment.) et d'eau. les impacts de l’incinération peuvent être répartis de différentes manières entre le traitement des déchets et la production de chaleur. car ces procédés peuvent être localisés dans le bâtiment lui-même ou sur sa parcelle.processus liés à la mise à disposition du bâti (construction/réhabilitation) . 70 . l'étude se restreint à l'enveloppe et aux équipements du bâtiment. gaz. Si l'objectif est de comparer différents sites pour une nouvelle construction. La norme précise que seuls les deux premiers types de processus doivent être systématiquement pris en compte dans l’évaluation de l’ouvrage. Frontières du système Les frontières du système doivent elles aussi être précisément définies. le traitement de l'eau et éventuellement des déchets ainsi que le transport des matériaux et éventuellement des personnes. La norme XP P01-020-3 explicite quatre types de processus : .les infrastructures et réseaux disponibles. contrairement aux cas des infrastructures pour le transport et du traitement des déchets (hors compost). outre des éléments proposés ci-dessus. Dans le cas d’un chauffage urbain alimenté par une récupération de chaleur sur l’incinération d’ordures ménagères par exemple. L’allocation des flux au cours d’une ACV peut fortement influencer les valeurs des indicateurs obtenus. il est alors préférable d’inclure les impacts induits par la fourniture d'énergie et d'eau. Les processus liés à l’activité et aux déplacements des usagers sont à inclure en fonction des objectifs de l’étude.

Une valeur moyenne peut également être considérée. du recyclage et de la fin de vie Modélisation du transport - transport des produits et matériaux de construction entre l’usine de fabrication et le chantier La modélisation du transport des matériaux peut être effectuée de différentes manières. Le transport des produits de l’usine au chantier s’avère faible dans le cas du bâtiment 1. qui permet une prise en compte raisonnable et conservative de l’impact de cette partie du système.5% (indicateur pollution 71 . tirée d’une base de données (par exemple la valeur moyenne pour un matériau fournie par la base de données INIES) mais il est intéressant de la rendre modifiable par l’utilisateur. cette valeur varie d’un produit à un autre tout en étant fonction du mode de distribution.une habitation optimisée. L’étude comparative a été effectuée sur deux cas types : . Le plus simple est de considérer une valeur par défaut. le taux de retour à vide sera voisin de 100%. - Transport des matières premières et des produits intermédiaires Il est à noter par ailleurs que les transports des matières premières et des produits intermédiaires nécessaires à la fabrication des produits sont inclus dans les données « du berceau à la sortie d’usine » communiquées dans les bases de données ou dans les déclarations environnementales des fabricants pour la phase « production »). Elle reste faible sur tous les indicateurs : elle atteint au maximum 5. le taux de retour à vide sera réduit. Dans le cas contraire où il existe un mode de livraison spécifique au produit. Néanmoins. ces transports sont bien plus importants que le transport au chantier et ne sont pas des paramètres modifiables facilement. Une des hypothèses couramment posées dans la modélisation du transport des matériaux est celle du retour à vide des camions. respectant la RT2005 (bâtiment 1) . . afin de permettre une adaptation au contexte local et/ou particulier au projet. en ossature bois et munie d’une ventilation double flux (bâtiment 2). les FDES considèrent un taux de retour à vide de 30% comme le préconise la norme.e. Généralement. isolée par l’intérieur et munie d’une ventilation simple flux. plusieurs produits livrés sur plusieurs chantiers.1.2 Modélisation du transport. Si le mode de distribution est générique i. Le détail de l’étude est présenté en Annexe 1 (hypothèses des bâtiments et résultats détaillés).une habitation traditionnelle. Analyse de sensibilité du poids du transport des produits à l’échelle du bâtiment sur les indicateurs Énergie et CO2 – Cas d’étude Une étude a été réalisée sur une maison individuelle afin d’illustrer l’évaluation des impacts environnementaux de l’étape du transport des produits. Pour de nombreux produits.

Le transport des produits peut atteindre jusqu’à 12% sur d’autres indicateurs.8 tonnes sur 350 km) et de l’ossature + bardage bois (environ 5 tonnes sur 500 km).de l’eau). 72 . notamment en raison de l’utilisation des briques de terre crue en cloisonnement intérieur (13. Le transport des produits prend une part un peu plus conséquente dans le cas du bâtiment 2 (~ 6% sur l’indicateur changement climatique et ~ 2% sur l’indicateur énergie non renouvelable). Elle est inférieure à 2% pour les indicateurs changement climatique et énergie non renouvelable.

Le transport des matières premières. Dans cette faible part. Energie non-renouvelable (MJ Ep) Changement climatique (kg eq CO2) Matériaux 282962 22560 Transport des matières premières 10600 3.8% 73 . de par sa quantité et l’origine de la donnée Ecoinvent qui considère 0. étudié pour le bâtiment 1 (cf.7% 636 2.3 T.km de camion pour un kg de plaque de plâtre. graphes ci-dessous). le BA13 est l’élément le plus impactant sur les deux indicateurs. représente une part faible de l’impact des matériaux de construction (< 4% pour les deux indicateurs).

une évaluation homogène et précise de ces flux de matériaux semble requise notamment pour correctement évaluer ces flux qui ne seront plus forcément négligeables dans les nouveaux types de bâtiments. Ainsi.. en fonction de l’objectif de l’outil d’ACV de promouvoir la recyclabilité et/ou d’évaluer un recyclage effectif. les résultats ne seront pas identiques. l’évaluation du recyclage se heurte souvent à des choix arbitraires des différentes méthodes illustrant une nouvelle fois l’approche « goal-oriented » de l’ACV.Modélisation du recyclage et de la fin de vie. 74 . Pourtant. comparaison de modèles La modélisation du recyclage fait aujourd’hui appel à de nombreuses méthodes hétérogènes tant sur leur philosophie que sur les résultats auxquels elles conduisent. Cependant.

C11 : Implication sur le processus d’aide à la décision Les approches de recyclage existantes peuvent être regroupées en trois familles conceptuellement bien distinctes : soit A1 les approches par règles de coupures temporelles dites « cut-off » qui considèrent uniquement un mix moyen de production avec un certain taux d’incorporation .C9 : Implication de l’évaluation du recyclage sur l’inventaire de cycle de vie . Le procédé de recyclage est affecté en totalité à la phase de fabrication par A2bis « Avoided burden » 50-50 De la fabrication à la fin de vie du produit. et enfin A3 les approches en stocks « stock flow » qui partent du principe de l’existence de stocks de matières premières secondaires (MPS). S’ajoutent également à ce taux de recyclage les taux relatifs aux autres procédés de fin de vie : taux de mise en décharge.C7 : Complétude du cycle de vie et Autoportance du modèle de recyclage (dépendance au niveau des cycles de vie amont et avals ?) . Dix critères ont été définis dans le cadre de ce travail. Ces trois types d’approches ont été comparés à la fois par rapport à la liste de critères définis précédemment mais ont également été comparées sur une étude de cas à l’échelle d’un kilogramme de produit.C10 : Implication de l’évaluation du recyclage sur les indicateurs d’impacts . Le procédé de recyclage est donc A2 « Avoided burden » WorldSteel De la fabrication à la fin de vie du produit. Procédé de recyclage affecté en totalité en fabrication 75 .C3 : Forme de « recyclage » évaluée (recyclage effectif et/ou recyclabilité) .C5 : Partage de la responsabilité environnementale entre deux produits (allocation ?) .Les méthodes de recyclage implémentées dans les outils considèrent les paramètres suivants : le taux d’incorporation en fabrication et le taux de recyclage en fin de vie. A2 les approches par impacts évités « avoided burden » qui considèrent la boucle de recyclage entre la fin de vie et la production d’un matériau comme un bonus qu’il convient ensuite d’affecter . A1 « Cut-off » C1 De la fabrication à l’utilisation du produit. Pour information. à ce jour.C1 : Définition des frontières du système (quelles sont les règles d’allocation notamment au niveau du procédé de recyclage) . l’outil EQUER se base sur une méthode de prise en compte du recyclage de la famille A2bis tandis qu’ELODIE qui utilise pour prendre en compte le recyclage. taux d’incinération avec ou sans récupération d’énergie.C2 : Choix retenu pour l’évaluation environnementale (attributionnelle. Le procédé de recyclage est affecté pour moitié à la fabrication et pour A3 « Stock flow" 1 système de produit considéré.C8 : Gestion des incertitudes associées aux procédés en fin de vie (scénarios de prudence ou scénario probabiliste) . Il s’agit des critères suivants: .C6 : Statut du déchet valorisé en fin de vie du système bâtiment .C4 : Type de recyclage pris en compte (boucle ouverte et/ou fermée) . les FDES s’appuie sur une approche de la famille A3. différentielle ou conséquentielle) . Les méthodes existantes peuvent être classées par rapport à un ensemble de critères de modélisation du recyclage.

C6 Sans objet (fin de vie non considérée) Sans objet puisque le principe de la méthode raisonne par impacts évités et la fin de vie est assimilée à la fabrication (bonus) Sans objet puisque la méthode est basée sur les impacts évités. NEN8006). entre le système de produit qui génère un déchet valorisable et celui qui l’incorpore en tant que MPS. l’intermédiaire d’un bonus (approche retenue par le WorldSteel par exemple) moitié à la fin de vie (bonus 50-50) ACV attributionnelle (photographie des impacts avec règle de coupures temporelle des flux de recyclage. Le système qui envoie un déchet vers un recyclage est « récompensé » si la filière existe. on ne définit donc pas de co-produit C7 Non. Modèle non dépendant des cycles de vie amont et aval au produit étudié (pas d’élargissement des frontières) Je dirais plutôt non. ACV attributionnelle (photographie des impacts du « berceau à la tombe ») Recyclage effectif Boucle ouverte Partage de la resp. env. Oui mais Si les taux de recyclage et d’incorporation sont maximisés le bonus de recyclage est nul ce qui est incohérent Oui le cycle de vie est complet : il intègre les procédés de recyclage en fin de vie C8 Sans objet puisque la fin de vie est Le bonus prenant en compte le recyclage en fin L’allocation du procédé de recyclage en fin de C2 C3 C4 C5 Méthode valide pour des boucles fermées seulement. Oui. EN revanche si le statut du déchet évolue la méthode des stocks n’est plus applicable. la question de la responsabilité environnementale n’est donc pas plus discutée (1 seul matériau en jeu). du produit. Lieu de définition du stock (frontière du système) reste sujet à débat. Le déchet valorisé est considéré à ce jour comme un sousproduit donc aucun impact ne lui est imputé (flux intermédiaire). Il peut en première approche être basé sur un critère économique (par ex. Pas d’approche cycle de vie complet Non. Boucle fermée Recyclage effectif et Recyclabilité Boucle ouverte et fermée Partage égal du bonus (en cas de recyclage) entre l’acteur qui utilise un produit recyclé et celui qui recycle en fin de vie. car on ne prend pas en compte le procédé de recyclage en fin de vie L’allocation du procédé de 76 . Recyclage effectif ACV différentielle (ou conséquentielle) ACV différentielle (ou conséquentielle) Pourquoi ? Recyclabilité Boucle ouverte et fermée La méthode favorise les filières fournissant des matériaux recyclés en fabrication.inclus en fabrication au prorata du taux d’incorporation par type de produit.

La problématique est donc maintenant un peu plus large que le seul « recyclage » puisque les autres procédés de fin de vie (mise en décharge. possibilités de flux négatifs en fin de vie Même remarque que pour C9 mais avec les indicateurs d’impacts (Énergie. C9 Si recyclage il y a : l’ensemble des flux d’ICV sont réduit en phase de fabrication en fonction du taux d’incorporation Si recyclage il y a : l’ensemble des flux d’ICV est diminué par le bonus (différentiel entre les masses recyclées et recyclables entrants et sortantes du système) C10 Même remarque que C9 mais avec les indicateurs d’impacts (Energie. Lors de l’application sur l’étude de cas de bâtiment se posera notamment la question de la définition des scénarios de fin de vie à retenir par type de produits ou matériaux. GWP. mais peut-on ajouter 1 kg d’acier et 1 kg de béton ? Gains associés au recyclage moins important que d’autres approches sur la plupart des indicateurs d’impacts ACV. Récompense à la fois l’utilisation de matières recyclées en fabrication et l’envoi vers un recyclage en fin de vie. bois. Mais le fait de ne pas prendre en compte le procédé de recyclage en fin de vie induit une imprécision Si recyclage il y a : Apparition au niveau de l’ICV du flux de déchets valorisés (en masse) correspondant à un flux intermédiaire (au sens de l’ACV) Un indicateur agrégé sommant les flux intermédiaires de déchets valorisés (mis en stock dans une filière de recyclage existante). Mais l’utilisateur peut aussi considérer une technique contemporaine (scénario de prudence). Ressources…) Même remarque que pour C9 mais avec les indicateurs d’impacts (Énergie. recyclage à la fabrication du produit permet de toujours évaluer une technologie contemporaine et en conséquence diminue les incertitudes. béton) vont pouvoir être analysés à l’échelle d’une étude de cas de bâtiment du projet. Ressources…) Si recyclage il y a : l’ensemble des flux d’ICV sont réduits en fonction du taux d’incorporation et de recyclage . GWP. incinération…) sont introduits. GWP. Mais création d’un indicateur spécifique au recyclage permettant d’informer le décideur de la masse brute ou nette de matières recyclées utilisées et/ou mobilisées par le système Ces trois types d’approches après avoir été comparées par rapport à un ensemble de critères et sur une étude de cas à l’échelle du kilogramme de produit (acier. vie induit une forte incertitude sur ce que seront les techniques de recyclage lorsque le système arrivera en fin de vie.négligée de vie est affecté en fabrication et masque l’incertitude sur ce que seront réellement les techniques de recyclage lorsque le système arrivera en fin de vie (l’impact de la boucle de recyclage correspond aux technologies actuelles). 77 . Ressources…) C11 N’incite pas à l’emploi de matériaux à fort potentiel de recyclage Incite à l’utilisation de matériaux à fort potentiel de recyclage.

il est également intéressant d’étudier à côté des scénarios conventionnels. des scénarios dits probabilistes. En effet. . le seul impact évité est la mise en décharge.Le choix d’une méthode peut influencer la décision. des taux peuvent être définis et appliqués. l’usage détermine grandement la capacité d’un matériau donné à être recyclé ou mis en décharge (par ex. bétons de fondations vs. une approche de scénarios contemporains semble être bien adaptée bien que probablement conservatrice. Avec la méthode des stocks.Utiliser les scénarios (taux et procédés) contemporains. A ce titre. Le test de ces scénarios probabilistes peut par exemple se faire dans le cadre d’une étude de sensibilité des résultats pour tester leur robustesse. Elle représente l’indicateur de consommation d’énergie primaire en fonction de la distance de transport vers le recyclage. A partir d’une certaine distance. l’utilisation de scénarios contemporains permet d’assurer une homogénéité des hypothèses et de parier sur « si on peut faire ça 78 . il faut faire des choix : . comme le montre la figure suivante concernant le recyclage d’une tonne de béton. Ceci en faisant l’hypothèse que lorsque le bâtiment arrivera en fin de vie les technologies et procédés de fin de vie se seront améliorés notamment pour ce qui concerne le recyclage. donc il suffit d’une distance de 80 km pour annihiler l’intérêt du recyclage. Modélisation de la fin de vie Là encore. bétons de superstructures d’un bâtiment). Sur la base des statistiques actuelles de fin de vie de matériaux et produits de construction. Bien que considérée très conservatrice. la méthode des impacts évités donne un intérêt au recyclage jusqu’à 400 km. Dans ce même exemple. les impacts liés au transport deviennent supérieurs à l’impact évité par le recyclage.Utiliser des scénarios probabilistes. Devant la complexité et les incertitudes associées à la fin de vie. Il peut être également intéressant lors de ce travail d’adapter les scénarios de fin de vie non pas relativement au type de matériau mais au type d’usage.

Ce type d’indicateur est encore peu utilisé aujourd’hui dans l’ACV de produits de construction et l’ACV de bâtiments de par sa complexité. engendré par l’extension urbaine et la consommation croissante de terres agricoles. augmentation des coûts de transport. etc. Cela se traduit par un impact sur la faune et la flore (nombre. Dans cet objectif deux bâtiments ont été modélisés et tous deux analysés comparativement de façon à en extraire l’impact sur l’usage du sol des matériaux et de la parcelle utilisée). pour un bâtiment type. c’est principalement le sol comme support de biodiversité qui est évalué. Ces impacts trouvent leur origine dans le sol ou territoire transformé ou occupé pour les étapes d’extraction de matières premières. diversité. on retrouve un impact sur l’usage du sol (et donc la biodiversité) dans chaque matériaux et produits qui composent le bâtiment.aujourd’hui. segmentation des marchés des matériaux. Pour évaluer le poids du type de matériaux utilisé. fragmentation de l’espace. etc. en évaluant les impacts générés à la fois par la transformation du sol et par sa « mise à disposition » pendant la durée de vie du bâtiment. Néanmoins une approche expérimentale avec ce type d’indicateur peut se révéler intéressante dans le but d’observer l’importance relative de l’impact de la parcelle et celle des matériaux. transformation ou de transport.). L’indicateur « Land use » : 79 .… La question de la prise en compte de la fin de vie des matériaux et produits de construction du bâtiment est rendue plus complexe par leur longue durée de vie qui conduit à introduire des incertitudes quelle que soit la méthode employée liée à l’évolution des scénarios de fin de vie et des process industriels mis en jeu. Les deux bâtiments répondent au même cahier des charges de base (nombre de logements) mais sont de deux formes différentes avec une occupation de parcelle différente. sa dépendance aux spécificités locales et ses nombreuses hypothèses de calcul. comme n’importe quel autre scénario probabiliste. la part d’impact sur l’usage du sol des matériaux qui composent le bâtiment comparativement à l’impact généré par l’occupation de la parcelle. érosion. et sur les régulations écologiques locales et régionales (climat. ruissellement. elle ne permet pas de s’affranchir des nombreuses incertitudes planant sur la valorisation des déchets : réglementations diverses et contradictoires. construction bois et construction acier. alors on ne fera pas moins demain ». Il peut en effet traduire l’effet de consommation de territoire. traitée par d’autres indicateurs qui recensent la ressource consommée. Toutefois. Au-delà de l’impact généré par la transformation et utilisation de la parcelle à construire. Il est intéressant alors d’observer quelle est. disparitions.). 1. L’indicateur « usage du sol » permet d’évaluer en définitive la perte (ou le gain) de biodiversité engendrée par un projet de construction ou d’aménagement réalisé dans un contexte donné. trois modes constructifs ont été évalués pour chaque bâtiment : construction béton.3 Usage du sol Ce chapitre traite l’analyse de l’origine des impacts sur un indicateur d’usage du sol. Plutôt que d’accorder une importance à la nature du sol en tant que tel. sur le sol et sa qualité environnementale.

zone de loisir.) . . zones d’implantation d’usines d’incinération. L’indicateur utilisé dans cette étude est l’indicateur « Land use » mis à disposition dans Eco Indicator 99 dans sa version « hiérarchique ». Il a depuis été repris et optimisé par divers travaux. 2001 . 2000 80 .la nature de l’occupation Pour calculer les différents impacts. L’un d’eux2 a notamment mené à l’intégration de cette méthode pour l’ACV dans l’indicateur Eco Indicator. etc. incluant ou non un caractère irréversible . carrières. Tous les processus inclus dans Ecoinvent intègrent dans leur inventaire la notion de transformation et occupation du sol.L’indicateur usage du sol a été développé initialement par le Ministère des transports. Köllner. zone industrielle.*km2*an) Indicateur (PDF*m2*an) L’indicateur est basé sur deux types d’impact : . etc. travaux publics et gestion de l’eau des Pays-Bas en 1998.la durée de l’occupation .l’impact de l’utilisation du sol : utilisation pendant 50 ans pour un usage industriel construit par exemple ou encore pour un usage de forêt à exploitation intensive Des précisions sur ces deux types d’impacts sont apportées en Annexe 2 Les interventions génératrices d’impact sont de plusieurs types : .usage (zone résidentielle. On le retrouve également intégré dans des versions particulières dans les indicateurs Impact 2002+ et CML 2001. etc.transport (route.) . principalement menés en Hollande. PhD thesis.la zone occupée. etc.process de production (exploitation agricole ou forestière.extraction de matières premières (mines.la nature de la transformation (de quoi en quoi). L’Ecoindicateur 99.le domaine transformé .processus de traitement de déchets (décharges.) .) Pour chaque processus les points suivants doivent être spécifiés dans l’inventaire : .) . les modèles utilisés intègrent les impacts sur les capacités/propriétés suivantes : 2 Méthode Köllner. Goedkoop et Spriensma. etc. évalue l’usage du sol en estimant la perte d’espèces végétales vascularisées et la zone concernée.l’impact de la transformation du sol : de terre arable à espace urbain peu dense par exemple . Changement de la taille de l’habitat Effet régional sur les espèces de plantes vasculaires Land use : occupation et transformation Effet local sur les espèces de plantes vasculaires Dommage sur la qualité de l’écosystème (% d’espèces de plantes vasc. développé par Pre Consultants.

transformation du sol locale et régionale). vent) .« qualité de l’écosystème au niveau du biome considéré ».sur-sensibilisation à des événements exceptionnels (inondations) La traduction méthodologique de ces considérations passe par l’intégration dans les calculs des paramètres de « densité d’espèces de plantes » et de « qualité des écosystèmes ». Le problème avec ce type de données est qu’il n’est pas possible de séparer l’influence du type d’usage du sol de l’influence des émissions. purification de l’eau) o Structure de l’écosystème (régulation du climat –albedo et barrière de vent -.création de couloirs. o Diversité des espèces. . inertie du sol (dégradation de polluants). fertilité du sol. alors que l’effet régional se réfère au changement des espaces naturels hors du sol occupé ou transformé. protection contre l’érosion.dégradation des milieux (perte de niches de biodiversité) . structuration du sol) o Impact structurant sur des espèces (pollinisation. L’indicateur d’impact se traduit finalement en PDF (Potentially Damaged Fraction) rapporté à une durée (un an) et une superficie (m2) PDF  Sréférence  Suse Sréférence Sréférence = diversité d’espèces sur le type d’espace de référence Suse = diversité d’espèces sur l’espace occupé ou modifié. o Diversité génétique L’impact sur la biodiversité est notamment provoqué par la réduction directe d’espace naturel. . Il y a quatre facteurs de caractérisation (occupation du sol locale et régionale.fragmentation des milieux . mais aussi par des actions indirectes : . régulation de maladies par des prédateurs naturels) Valeur intrinsèque de la nature : biodiversité : o Diversité des écosystèmes. Les données sur le nombre d’espèces sont basées sur des observations et non sur des modèles.« vulnérabilité de l’écosystème ». Il faut donc veiller à éviter 81 . L’effet local se réfère au changement du nombre d’espèces se produisant sur le sol occupé ou transformé. Ces paramètres sont par ailleurs contrastés par les facteurs de . purification de l’air. et .- - disponibilité de ressources naturelles : l’utilisation d’espace peut entraîner une raréfaction de certains types d’écosystème et en conséquence une compétition entre espèces pour l’occupation du territoire services de support du vivant : o Maintenance des cycles naturels (régulation du climat – température et humidité -.modification de conditions abiotiques (humidité.« rareté de l’écosystème ». protection contre les inondations.

trois systèmes constructifs : structure en béton..) est présenté en Annexe 2. l’autre est horizontal avec une emprise au sol plus importante sur deux niveaux.le double comptage d’effets qui sont inclus dans l’usage du sol et qui pourraient être inclus dans d’autres modèles de dommages. chaque appartement possède la même surface et le même nombre d’habitants.m2. Bâtiments d’étude Nous avons modélisé deux types de bâtiments avec. quantifications des matériaux correspondantes. structure en acier et structure en bois.. Ces différences structurelles impliquent également des différences dans les quantités de matériaux utilisés pour chaque type de système constructif Il y a vingt-quatre appartements dans chaque bâtiment. Résultats d’analyse Les résultats de simulation réalisés sur les modèles aboutissent aux résultats suivants pour l’indicateur usage du sol : Usage du sol (PDF. Le détail des hypothèses (plans des bâtiments étudiés..an) Bâtiment 1 (vertical) Bâtiment 2 (horizontal) 809 Structure béton 854 2428 1339 Parcelle 46817 Structure acier 5070 116019 4335 Structure bois 82 . pour chacun d’eux. mais ont différentes formes qui leur procurent une occupation différente de la parcelle : l’un est vertical avec une emprise au sol faible et six niveaux. Les deux bâtiments répondent au même cahier des charge.

Le choix privilégié de la verticalité reste pertinent dans les trois cas. en partie pour pouvoir identifier les différences éventuelles entre différents modes de gestion de la forêt ou encore entre les différences entre espèces. Ces résultats incitent à une vigilance accrue sur l’occupation de la parcelle dans le cas de construction traditionnelle en béton. Impact du bois L’étude s’est focalisée sur les impacts du bois lamellé-collé « Glued laminated timber. at plant/RER U » sur l’indicateur « land use ».Les résultats montrent que l’impact sur l’usage du sol est très dépendant des matériaux utilisés. Le béton est peu impactant alors que le bois est à l’inverse très impactant. Ceci s’explique par les larges surfaces de forêt occupées pendant de longues périodes de temps pour l’exploitation forestière. Le tableau ci-dessous présente à titre d’exemple l’analyse par substance de des poteaux LC 40*40 du bâtiment 1. Ceux-ci sont à l’origine de plus de 50% des impacts hormis dans le cas du bâtiment horizontal en structure béton. Les résultats surprenants du cas de la construction bois a conduit à une recherche plus approfondie de l’impact de l’exploitation forestière sur un indicateur de type usage du sol. indoor use. Les différences de matériaux dans les systèmes constructifs ont d’importantes conséquences. 83 .

non-irrigated Analyse de 1 p 'Poteaux LC 40*40 bois 1'. artificial Transformation. road embankment Transformation.06 / Europe EI 99 H/H / normalisation 0. road network Transformation. forest. to arable 1 Occupation.6 Occupation. tableau suivant to :industrial area Transformation. normal Occupation. méthode: Eco-indicator 99 (H) V2. traffic Occupation. arable.2 1 2 3 4 -0. normal PDF*m2yr PDF*m2yr PDF*m2yr PDF*m2yr 0. to industrial area. traffic area. intensive.6 1. to traffic area.6 2.6to traffic area. Transformation. intensive. vegetation Occupation. industrial area Transformation.4 Occupation. intensive. industrial area. méthode: Eco-indicator -0.4to arable 2. industrial area les informations et hypothèses données dans leTransformation. Transformation. artificial 1.4 Glued laminated timber. built up Glued laminated timber. road embankment Occupation. normal Transformation.8 Occupation. to forest.2to industrial area Transformation. de la transformation en terres arables non irriguées.8 Glued laminated timber. intensive.8 normalisation [] 1. intensive.8 2. industrial area.4 Transformation. méthode: Eco-indicator 99 (H) V2. road network Occupation. normal Transform Occupatio Transform Occupatio Transform Occupatio Transform Occupatio Occupatio Transform Transformation. vegetation 1.2 Catégorie 1 Land use Substance Unité Total of all compartments PDF*m2yr 0 Occupation.6 Transformation. forest. mineral extraction site Transformation. intensive. traffic area.4 1.06 / Europe EI 99 H/H / normalisation ois 1'. built up Occupation. to traffic area. forest. to industrial area 1.6 0. traffic area. to mineral extraction site 0. to water bodies.2 Transform Occupatio Transform Occupatio Transform Occupatio Transform Occupatio Occupatio Transform -0. to industrial area. normal Transformation. normal Transformation. indoor use.2 Occupation. at plant/RER U 15095 13569 4499 3391 1030 Glued laminated timber. road embankment 2 Occupation. intensive. vegetation 0. to dump site -0. vegetation L’usage du sol pour la production de bois et les processus de foresterie est calculé selon Occupation. indoor use. industrial area Transformation. non-irrigated -0. dump site -0. to arable Analyse de 1 p 'Poteaux LC 40*40 bois 1'.2. et de la transformation en forêt. built up Occupation. road embankment L’indicateur « land use » de la forêt Occupation.06 / Europe EI 99 H/H / normalisation 84 . at plant/RER U Occupation.2 2 1. Occupation. normal Transformation. at plant/RER U On constate que les impacts importants viennent de l’occupation de la forêt. intensive. to industrial area. to water bodies. to dump site. road network Transformation. Transformation. to arable. traffic area. benthos Transformation.4 Transformation. non-irrigated 0. normal -0.4 0. Occupation.8 0.6 99 (H) V2. at plant/RER U 1. to industrial area.2 area. to arable. indoor use. built up Transformation. industrial area. industrial area.0to water bodies. indoor use.2 Transformation. road embankment -0. forest. to forest. artificial Transformation. to forest.8to forest.

en particulier pour les résineux. Ecoinvent Centre]. Souvent il n’y a pas d’usines fixes. l’utilisation en lieu de détente et de loisirs. En revanche. En effet. son rôle essentiel dans l’écosystème global. Donc les infrastructures ne sont pas évaluées. 85 .. . telles que la protection contre les avalanches et les inondations. l'incertitude est assez élevée. il n’est pas possible de prendre en compte le mode de gestion forestière.Les données pour les infrastructures d’usines de production ne sont pas disponibles. l’habitat des animaux et des plantes.2 ligne n°2) semble plus élevé que les pratiques actuelles connues. .La totalité de la surface de forêt est allouée à la production de bois bien que les forêts aient de nombreuses fonctions parallèles. les mêmes coefficients sont employés pour l’extensif et l’intensif .Notons également que le temps de croissance des arbres pris en compte entre le plant et la coupe (table 4.. .La construction bois peut être fortement pénalisée par ce type d’indicateur. néanmoins il existe des incertitudes sur certains aspects : .0 (2007). Les impacts liés à l’exploitation de la forêt sont importants.Étant donné que les données utilisées sont valides pour une espèce et une région en particulier. etc. mais des lieux de production près des forêts sans infrastructures fixes.Les données d’usage du sol peuvent varier considérablement en fonction de l’intensité avec laquelle la forêt est utilisée [Life cycle inventories of wood as fuel and construction materials – data V2.

Goedkoop & Spriensma. nappes phréatiques. se base sur quatre étapes principales : . L’indicateur DALY.Une analyse de l’évolution des substances considérées. La méthodologie de calcul de ces indicateurs hautement élaborés est elle aussi particulièrement importante. à partir de l’inventaire établi pour le système étudié. C’est un indicateur orienté dommages. basé sur une modélisation de l’évolution et des effets des substances émises dans l’environnement. Ainsi une évaluation des différentes méthodes disponibles a été menée [ILCD. 1. a minima à titre expérimental. Cet indicateur se base sur des données statistiques mondiales concernant la santé humaine. peut être intéressante pour l’ACV de bâtiments dans l’objectif d’observer les impacts directs et indirects sur la biodiversité. Plusieurs analyses critiques et études des méthodologies existantes ont déjà été menées.4 Indicateurs pour la santé et l’écotoxicité Les indicateurs caractérisant les impacts sur la santé et ceux liés à l’éco-toxicité sont des indicateurs relativement élaborés. pour lequel certaines recommandations ont été émises. la transparence et la représentativité de celles-ci doit être la plus élevée possible. notamment de nombreux types de cancers [Frischknet & al. ces dernières sont explicitées dans la partie 2. puisque cet aspect reste encore non évalué dans les indicateurs « classiques ». En revanche il semble particulièrement pénalisant pour le bois: il serait alors opportun sur ce point de réaliser des analyses d’incertitude complémentaires et d’intégrer des facteurs de différenciation plus marqués selon le type de gestion utilisé pour la forêt à l’origine du bois. 1996]. eaux de surface. issu de la méthode Eco-Indicator 99. Il a été calculé pour un grand nombre de maladies. 1999 . consistant à décrire et modéliser les transferts entre les différents compartiments écologiques (air.2 d).Conclusions . Des recommandations ont ainsi été émises [ILCD. hypothèses et modèles. Murray & Lopez.Les indicateurs d’usage du sol ont fait l’objet de nombreux développements scientifiques et trouvent même un fort niveau d’approbation aux Pays-Bas. aboutissant à certaines recommandations. 2000 . 2008]. sols…) et les phénomènes de transport. Santé humaine Le but d’un indicateur sur la santé humaine est de quantifier les modifications concernant la mortalité et la morbidité générées par les émissions de substances intervenant dans le cycle de vie d’un produit ou un procédé. 2008]. la 86 . Leur utilisation. Une attention toute particulière doit être apportée à tous ces facteurs d’incertitudes et à la rigueur des méthodes employées. notamment dans le cadre du projet ILCD (International Life Cycle Database). Son calcul. dont le calcul dépend de nombreuses données. La collecte des données représente un facteur d’incertitude assez important. L’impact des matériaux est fort voire prédominant sur celui généré par la transformation et utilisation de la parcelle : il est important en conséquence d’intégrer la dimension matériaux et produits dans une analyse d’impact sur la biodiversité et non seulement celle de la parcelle. permet ce genre d’évaluation.

en considérant une relation linéaire entre les émissions et les concentrations. qui eux-mêmes déterminent l’évolution de la répartition et de la concentration de la substance (ainsi l’air représente le compartiment le plus important en ce qui concerne la dispersion de substances sur une grande échelle). en lien avec la dose déterminée pour une certaine substance. les animaux. et permet de calculer la concentration présumée de substance dans l’air. tirée d’une analyse d’effet. 1998] en utilisant le POCP (Photochemical Ozone Creation Potential) et les facteurs d’évolution donnés par Jenkin [Jenkin & al. de sa concentration. afin de calculer la concentration résultante dans chacun des compartiments écologiques - Une analyse de l’exposition. qui permettra l’expression dans l’unité considérée des résultats de l’analyse des effets. en déterminant la dose reçue soit directement par l’homme. L’analyse de l’évolution des substances cancérigènes considérées au cours du temps est prise en compte. On prendra en compte les hypothèses suivantes : - La densité de population est égale à la densité en Europe de l’ouest (160 hab/km²) si le temps de résidence de la substance est égal à un jour. la végétation… peuvent être contaminés. Ainsi les grandeurs spécifiques concernant les COV sont calculés par Hofsteter [Hofsteter. Ce paramètre permet de calculer le taux de cancer pour 1 kg de substance émise. de son transport… Les données les plus pertinentes pour l’Europe sont utilisées. 1996].dégradation des substances. Leur prise en compte repose là aussi principalement sur l’analyse de l’évolution de la substance. Concernant l’ozone. liée à une émission instantanée de substance. La densité de population détermine le nombre de personnes qui seront exposées. selon la durée de présence de la substance dans les différents compartiments écologiques considérés. Cette analyse est basée sur la notion de risque : la probabilité qu’un individu moyen développe un cancer après avoir été exposé pendant 70 ans à une concentration en substance considérée de 1 µg/m3. l’eau douce et les aliments. On calcule ici l’impact des substances cancérigènes sur la santé en utilisant EUSES (European Uniform System for the Evaluation of Substances) [EUSES. qu’elles soient organiques ou inorganiques. 1997]. L’autre grande catégorie de substances prises en compte correspond à celles ayant des effets respiratoires. soit indirectement par transfert (via l’eau potable ou la nourriture par exemple) - Une analyse des effets. basée sur les concentrations calculées. des mécanismes de formation non-linéaires et des relations marginales sont utilisées. qui estime à quel point les hommes. Ces données sur la quantité de substance présente dans l’environnement sont mises en lien avec la relation dose-effets. permet de connaitre les types et les fréquences de pathologies (ou autres effets) qui seront développés - Une analyse des dommages. avec une dispersion localisée à l’Europe Elle est prise égale à la densité mondiale si on considère un temps de résidence de 1 an Elle est maximale (300 hab/km²) pour des temps de résidence plus longs. Une approche 87 .

=0. le risque moyen de décès. induisant des incertitudes et est donc largement soumis à discussion. ci-dessous) C : constante d’ajustement. entre 0 et 1) K : facteur de modulation de la pondération en âge.04 L : durée de la pathologie a : âge au décès L : espérance de vie standard à l’âge a (actuellement à la naissance 82. en prenant en compte la concentration en substance. concernant la santé humaine.03 a : âge d’apparition de la pathologie β : paramètre de pondération de l’âge. en sachant qu’un certain niveau d’exposition entraine par exemple un risque d’augmentation d’un certain type de cancer quantifié. 1996] : D : poids de la pathologie (facteur d’équivalence en année de vie perdue. et ainsi calculer les valeurs des YLD (Years of Life Disabled. Ainsi.5 ans pour les femmes et 80 pour les hommes) On obtient alors le DALY en années de vie équivalentes perdues : DALY = YLD + YLL Le calcul de cet indicateur dépend ainsi de nombreux choix et hypothèses. l’ACV ne pouvant de plus que difficilement fournir les 88 .1658 e=2. Ainsi dans la plupart des ACV le calcul du DALY ne tient pas compte de critères d’âge ni d’actualisation selon de possibles futurs dommages à la santé. La santé des enfants n’intervient en général que faiblement dans le cas des ACV).épidémiologique permet ensuite d’estimer une relation dose-réponse. La pertinence pratique de ces deux aspects est en général considérée comme limitée (ainsi la prise en compte de l’âge ne modifie sensiblement l’estimation du DALY que dans le cas où une atteinte à la santé des enfants a un poids élevé dans le calcul du DALY d’une maladie. le nombre de personnes hospitalisées avec des problèmes respiratoires et le risque relatif.1718 r : taux de décompte. il est possible d’obtenir des données sur l’âge moyen des personnes susceptibles de développer ce cancer. 0. selon la méthodologie développée par la banque mondiale [Murray & lopez. 0. durée pendant laquelle un être humain soumis aux émissions induite par le système étudiée vivra sous l’effet d’une pathologie) et YLL (années de vie perdues). =1 (cf. la densité de population. nous proposons de ne pas les prendre en compte.

ayant de fortes périodes de latence). Il n’y a ainsi en général pas de DALY obtenu pour les effets sur la santé des substances toxiques non-cancérigènes. Le calcul des YLD implique lui l’élaboration d’une échelle de valeurs afin de pondérer les différentes pathologies. Ainsi selon la zone géographique considérée les résultats peuvent varier. Ainsi si pour les cancers l’importance du YLD est relativement faible. cette prise en compte de l’état des infrastructures médicales considérées constitue l’introduction dans l’étude d’éléments externes au système. neuropsychiatriques. cette supposition devant être considérée avec de nombreuse précautions. Il n’est alors pas judicieux d’affecter un poids moindre à une pathologie future. A la lumière de ces éléments. L’impact de ces éléments est en général négligé dans une ACV. cancérigènes ou non. Si dans le cas des effets cancérigènes. Le calcul du DALY 89 . qui permet de combiner des informations qualitative et quantitative sur la santé. Un manque conséquent d’information reste problématique dans le cas notamment de produits chimiques ayant des effets toxiques.informations temporelles nécessaires à une bonne appréhension de ces aspects. il en va autrement pour certaines maladies musculo-squelettiques. On notera enfin que l’utilisation du DALY dans le cadre d’une ACV implique de faire bien plus d’hypothèses que dans le cas d’un DALY tiré uniquement de données statistiques liées aux maladies. agrégés en un unique indicateur d’impact. des affections des organes sensoriels… il est néanmoins supposé que l’influence des jugements subjectifs sur les estimations des YLD auront une influence faible sur la valeur du DALY. la valeur du DALY peut être choisie comme la valeur moyenne du DALY des différents cancers (l’amplitude des valeurs concernant ce type d’affection étant inférieure aux incertitudes concernant le potentiel toxique de la majorité des substances cancérigènes). et doit être prise en compte dans toute phase d’interprétation des résultats L’indicateur DALY se réfère de plus à une région spécifique et à un cadre temporel précis. De même des valeurs de DALY calculées aujourd’hui risquent de présenter un écart notable avec celles qui résulteront d’un calcul effectué dans un futur lointain (ce qui peut être significatif dans le cas de substances émises aujourd’hui mais dont l’impact se fera ressentir dans le futur. Ainsi dans une ACV il est nécessaire de connaître l’effet d’une substance sur la santé. et requiert l’avis de spécialistes. lorsque les dommages sont causés par plusieurs facteurs de stress liés à l’environnement. Une ACV ne considère pas la santé humaine comme une valeur fonctionnelle mais cherche à évaluer les changements prenant comme point de départ un humain bien portant. l’usage de cette grandeur doit être accompagné de précautions. On notera de plus que dans le cadre d’une étude des pathologies. notamment selon l’état du système de santé considéré (ainsi des facteurs DALY calculés dans les pays occidentaux seront moins élevés que si la planète est considérée dans sa globalité). Néanmoins dans le cas d’une ACV ayant une visée plus locale. comme par exemple le monde entier en 1990. le cas des effets non cancérigènes reste plus problématique. tant qu’il n’est pas question d’évaluer d’éventuels coûts liés à ces dernières. En effet l’étude de ces pathologies par des tests sur animaux se fait sur la base de critères de réponse corporelle non simplement transposables à l’homme (étude de la perte de poids des cobayes par exemple). le groupe de travail du projet ILCD recommande d’utiliser l’indicateur DALY.

de l’environnement physique et chimique rend difficile l’étude des changements consécutifs à la mise en œuvre du système étudié. La biodiversité ne rend pas directement compte de la santé d’un écosystème. est soumis à débat. qui sera considérée comme représentative de l’état de la structure et des fonctions d’un écosystème. Eco toxicité Cette catégorie concerne les écosystèmes naturels. il sera important de prendre en compte les éventuels effets rebonds et de spécifier la méthodologie correspondante utilisée dans l’ACV. Elle ne représente donc pas la seule façon de modéliser les dommages engendrés sur les écosystèmes. la diversité des populations (diversité des espèces) et la diversité génétique. la valeur intrinsèque d’une vie humaine. On notera de plus que le point de départ de l’analyse portant sur la santé humaine. consécutivement à une exposition à des produits chimiques ou à une transformation physique. en se penchant plus particulièrement sur la diversité des espèces. La complexité des écosystèmes. Le PDF caractérise la part d’espèce dont la probabilité de présence dans un milieu est faible. L’éco toxicologie s’est donc focalisée sur la biodiversité d’un écosystème. C’est néanmoins elle qui sera considérée ici. Si l’état des services de santé actuels entre en compte dans l’évaluation d’un DALY spécifique à une maladie. les impacts positifs sur l’environnement de la structure interviennent dans la phase d’inventaire. leur fonction et leur structure. Il est de plus recommandé d’effectuer certaines analyses de sensibilité de l’indicateur DALY afin de déterminer l’influence de différents paramètres : - Donner les valeurs des YLL et YLD séparément permettra ainsi d’évaluer l’influence de la pondération des différentes pathologies dans le calcul du DALY L’application optionnelle d’une pondération suivant l’âge et une actualisation selon un taux standard de 3 % fournira des informations sur l’importance de ces paramètres. Il existe différentes approches permettant d’évaluer la perte de biodiversité d’un écosystème : - L’approche des PDF (Potentially Disappeared Fraction of species) et des PAF (Potentially Affected Fraction of species). qui dépend aussi de la protection des fonctions de l’écosystème (par exemple la production de biomasse ou le cycle des éléments nutritifs). des liens entre différentes espèces. et pas dans l’évaluation des dommages). Cette dernière peut se définir selon trois niveaux : la diversité écologique (diversité des écosystèmes). Sont considérés comme des dommages tous les changements intervenant de façon incontrôlée dans l’écosystème suite à la mise en œuvre du système (ainsi dans le cas d’une station d’épuration. les fonctions d’un écosystème étant étudiées lorsque l’on s’intéresse aux ressources naturelles.devrait préférentiellement être mené sans pondération d’âge (facteur de pondération K = 1) ni d’actualisation. à cause notamment de 90 .

permet une bonne cohérence avec les conditions aux limites d’une ACV. Néanmoins cet aspect peut constituer une des lacunes de la méthode. la méthode MET présentant des spécificités peu compatibles avec une ACV (les données nécessaires représentent un objectif peu réaliste dans le cadre d’une ACV). Cette méthode. 91 . Cette méthode nécessite une connaissance de l’historique des différentes populations des espèces en présence. de chercher à connaitre les modifications intervenant dans le patrimoine génétique d’une espèce. de migrations. c'est-àdire qu’une espèce disparait quand la concentration de toxique atteint une certaine limite dans le milieu considéré). Ainsi une exposition à des produits polluants peut entrainer des perturbations dans le patrimoine génétique d’une espèce. Cette démarche consiste à considérer que l’exposition à un stress toxique n’entraine pas la disparition immédiate d’une population. d’après les différentes conceptions de la biodiversité explicitées ci-dessus. Ainsi l’avenir est peut être à l’utilisation dans l’ACV d’une approche simplifiée utilisant des indicateurs environnementaux dits « midpoint » et au couplage de l’ACV avec des évaluations de risques sanitaires et environnementaux pour évaluer correctement les systèmes sur les aspects santé et écotoxicité. - Il est aussi intéressant. prenant en compte l’ensemble des exigences sanitaires et environnementales permettra d’appréhender l’impact environnemental global d’un bâtiment ainsi que son impact local sur la qualité des milieux intérieur et extérieur. et les facteurs utilisés pour l’obtention des autres indicateurs nécessitent des études plus poussées. qui peut concerner une petite unité fonctionnelle. Pour pallier les difficultés et les lacunes liées à l’utilisation de ces méthodes dans les études ACV afin de caractériser les impacts sur la santé et les impacts sur les écosystèmes. Cette méthode reste aujourd’hui un champ de recherche. afin de déterminer le taux d’accroissement de cette dernière. de façon réversible ou irréversible. mais rapproche l’instant d’extinction prévu. Une évaluation intégrée. une solution pourrait être le couplage des approche ACV avec les approches d’évaluation des risques sanitaires (HRA – Health Risk Assessment) et les approches d’évaluation des risques écologiques (EDR ou ERA – Ecological Risk Assessment). Parmi ces méthodes. et les courbes de sensibilité obtenues permettent la détermination du PDF ou du PAF (le lien entre PAF et PDF se fait en considérant que la nature du milieu est en lien direct avec la biodiversité. seule une approche cherchant à déterminer les effets sur la diversité en termes de population semble suffisamment développée pour être appliquée à une ACV. que ce soit à la suite de mutations. sur une certaine zone et durant une période donnée. La méthode du PDF semble la plus adaptée à ce type d’analyse. en caractérisant la disparition ou le stress ressenti par une espèce. - L’approche du MET (Mean Extinction Time). La sensibilité d’une espèce à une substance est déterminée par des tests en laboratoires. de dérives génétiques ou de sélection naturelle. avec peu d’information sur les conditions de stress ressenties par l’écosystème considéré découlant des effets d’un autre système.conditions non favorables. ainsi que dans sa diversité.

halogénés et fluorés. Cette option nécessite d’affiner l’évaluation des indicateurs de manière à prendre en compte cette localisation des flux. DEAM et INIES se basant sur la norme NFP01-010. La figure 1 montre ainsi que la base Ecoinvent a choisi de dissocier chaque flux (ici d’émissions dans l’air) en sous-catégories fonction du lieu d’émission. Ainsi.Une autre option consiste à utiliser des flux localisés (selon la densité de population du site d’émission). Dans un souci d’alléger la figure. Ces formats ou modèles d’inventaires différents entrainent bien souvent une propagation de ces hétérogénéités jusqu’à la phase de caractérisation des impacts. La seconde approche (DEAM) constitue déjà une simplification puisque ce niveau de précision est omis. le modèle simplifié3 de la norme NFP01-010 va plus loin en agrégeant les flux d’émission aux propriétés chimiques équivalente. les bases de données les plus réduites (correspondant souvent à des bases spécifiques à une catégorie de produit) réduisent le nombre des paramètres de l’inventaire à quelques dizaines. A titre d’exemple. Ces étapes sont illustrées en prenant quelques flux élémentaires d’émission dans l’air. considérons trois modèles d’Inventaire de Cycle de Vie (ICV) respectivement repris par les bases de données Ecoinvent. seul le flux « styrène » est représentée pour la partie Ecoinvent.5 Simplification des inventaires A l’heure actuelle. 3 A la base l’inventaire type de la norme NF P01-010 n’a pas été conçu comme un inventaire simplifié mais comme un inventaire type pouvant être complété à loisir. d’émission sur le long-terme (sans objet dans l’exemple du styrène sauf pour les substances radioactives). qu’en est-il de la comparaison d’alternatives A et B lorsque ICV1 est remplacé par ICV2 ? Pour répondre à cette question. les hydrocarbures (dont le styrène) sont donc regroupés au sein d’une seule ligne de même que les différents composés organiques et inorganiques chlorés. ce qui permettrait de comparer sur la base d’indicateurs communs un projet induisant davantage d’émissions locales à une variante induisant des émissions ailleurs. La figure 1 représente les étapes de la simplification des flux élémentaires entre chacun des trois modèles d’ICV. Le problème peut être exprimé de la manière suivante : Sachant l’alternative A meilleure que B sur la base d’un modèle d’inventaire ICV1. Or. ces hétérogénéités peuvent entraîner des erreurs à plus large échelle notamment pour la comparaison de variantes de systèmes constructifs ou de bâtiments. A l’opposé. l’utilisateur devra arbitrer entre des performances locales et globales (santé des habitants d’un bâtiment et des riverains ou santé publique globale). Sinon. 1. les bases de données d’ACV les plus complètes (souvent des bases de données génériques) considèrent plusieurs milliers de flux élémentaires. Finalement. il est fait distinction des émissions de styrène à proximité de lieux à forte densité de population (près des villes) des lieux à faible densité de population (extraction de granulats dans une carrière). 92 . de l’émission dans la troposphère (en lien avec le transport aérien) ou non spécifiés si l’information n’a pu être établie.

basse stratosphère et haute troposphère Agrégation styrène Agrégation hydrocarbures .Approche orienté dommages : indicateur de dommages sur la santé (DALY) ... La suite présente une étude de cas réalisée sur deux types de revêtements de sols (bois et PVC). ce type d’indicateur est généralement sensible aux nombres et types de flux d’inventaire sélectionnés. En effet. xylène . En raison de la sensibilité attendue des hypothèses simplificatrices sur la caractérisation des indicateurs d’impacts classiques de l’approche ACV.. 93 . long terme Styrène. cette démarche de simplification de la norme NFP01-010 permet de considérer non plus 4000 lignes de flux d’inventaire (Ecoinvent) ni même 600-1000 lignes (DEAM) mais « seulement » 171 lignes. non spécifiés .. ont été considérés les indicateurs de toxicité suivants : .. Ce travail a été restreint aux indicateurs de toxicité. Illustration de la simplification des Inventaires de Cycle de Vie Au total. un travail d’analyse comparative des inventaires Ecoinvent et NFP01-010 a été mené. Dans le cadre du projet COIMBA.. Styrène. densité faible population..... Norme NFP01-010 hélium Simplification hélium Base de données DEAM Base de données ECOINVENT Figure 1.Approche par volume critique : indicateur de pollution de l’air (PA) Ces deux indicateurs ont été retenus car ils sont à l’heure actuelle implémentés pour l’un dans EQUER et pour l’autre dans ELODIE. densité forte population Styrène. cobalt Classification directe cobalt .. ... densité faible population .amoniaque Classification directe amoniaque . toluène Styrène.. Styrène.

et sont alors plus adaptées que des données correspondant à un m2 de mur d’une certaine épaisseur. en particulier dans le cas de petites entreprises. Il s’agit alors d’étudier la possibilité de passer d’une unité fonctionnelle à une autre. et là encore d’évaluer l’erreur éventuellement commise lors de cette transformation. en considérant des groupes de substances et non chaque substance séparément : Les conséquences d’une telle simplification du modèle doivent être analysées et éventuellement limitées. La simplification modifie le calcul des indicateurs d’impact. Or il n’existe actuellement pas de FDES concernant les procédés (chauffage. le choix d’un matériau ou de la quantité mise en œuvre (par exemple l’épaisseur d’isolant) influence généralement la consommation énergétique d’un bâtiment. Il s’agit alors d’étudier la possibilité d’évaluer des données équivalentes à partir de la base Ecoinvent. Mais ceci pose deux principaux problèmes. mais il convient de vérifier si la simplification des inventaires n’introduit pas d’erreur trop importante. les unités fonctionnelles considérées dans les FDES ne sont pas toujours adaptées à des études en phase de conception : par exemple des données sur les impacts d’un kg de béton permettent à un concepteur de faire varier l’épaisseur d’une paroi. On peut exprimer cette condition en introduisant une valeur seuil qui ne doit pas être dépassée : 94 . Ensuite. Une analyse sur l’ensemble du cycle de vie du bâtiment est alors nécessaire. Il est alors envisagé de rendre ce choix possible dans l’outil EQUER. Ainsi le mode d’agrégation des substances dans une catégorie doit permettre de minimiser la différence qui apparait dans le calcul de l’indicateur selon que l’on considère le modèle détaillé ou le modèle simplifié. éclairage…). Tout d’abord. selon les produits auxiliaires considérés.L’approche simplifiée facilite la production de données par les fabricants. Cette erreur pourrait dépendre de la simplification des inventaires.

Le calcul de l’indicateur DALY représente un des enjeux clés de la simplification de l’inventaire. puisqu’il met en jeu un nombre important de substances (250 sont pour l’instant prises en compte dans le modèle EUSES). un facteur moyen a été affecté à chaque catégorie.En remplaçant Gj par sa valeur. les substances ont été regroupées sur la base de la norme et des classifications telles qu’elles sont menées dans la méthode CML. construit à partir de données Ecoinvent agrégées suivant la méthodologie des FDES. ainsi que du flux total lié à cette catégorie. et la cohérence de cette démarche avec les méthodes de calculs des différents indicateurs utilisés dans la phase d’analyse d’impact d’une ACV. Il convient donc d’analyser l’influence des inventaires simplifiés sur les valeurs obtenues pour cet indicateur. Nous avons donc ici cherché. alors que la méthodologie décrite dans la norme AFNOR P 01010 comporte des valeurs correspondant à des catégories de substances. qui intègrent les substances dont les émissions sont mesurées de façon détaillée et unitaire. Afin d’analyser les conséquences de la catégorisation des différents flux mise en œuvre dans les FDES. Nous comparons ci-dessous des résultats obtenus avec des inventaires simplifiés et détaillés dans le cas d’une étude impliquant deux types de revêtements de sol. 95 . L’analyse de l’influence de la réduction d’inventaire concerne donc ici plus particulièrement la méthodologie d’agrégation des substances au sein de catégories. . La grande variabilité des valeurs de flux pour les différents produits considérés rend difficile la systématisation d’un critère. dans un premier temps. une valeur nulle est utilisée dans le calcul de la moyenne. Ainsi dans le cas de l’air. on peut préciser les conditions portant sur les facteurs de caractérisation permettant de respecter l’inégalité précédente : Avec On voit donc que si l’on souhaite déterminer un critère à respecter en ce qui concerne les facteurs de caractérisation. On notera que dans le cas où il n’existe pas de facteur de caractérisation pour une substance. en utilisant les données issues de la base Ecoinvent et celles fournies par la base de données INIES. des calculs ont été menés à partir des données Ecoinvent disponibles. qui peuvent être sensibles à la qualité des données en entrée. calculé à partir des coefficients existants pour les substances prises en compte dans celles-ci. A partir de ces différentes catégorisations. et puisqu’il repose sur des modèles élaborés. Les listes de substances sont données en Annexe. à évaluer les indicateurs DALY à partir d’un nouvel inventaire. il est nécessaire de tenir compte de l’importance relative de la substance i dans la catégorie concernée.

39999E-07 1. 96 .92003E-03 0.00000E+00 0.00000E+00 5. acétate.00000E+00 0. Il s’agit notamment de : .35557E-08 0.00000E+00 0. etc.35000E-01 2.07708E-03 4.00000E+00 2.42809E+00 0.00000E+00 4.64535E-05 1.Les composés chlorés inorganiques Les composés agrégés concernés ne sont alors pas pris en compte.50003E-05 3.63808E-06 2.41287E-06 5.00000E+00 0.89997E-05 8.Les valeurs obtenues sont les suivantes : Substances Facteur de caractérisation pour le calcul du DALY (a) Hydrocarbures (non spécifiés. (a) Dioxyde de Carbone (CO2) (a) Monoxyde de Carbone (CO) (a) Protoxyde d'Azote (N2O) (a) Oxydes d'Azote (Nox en NO2) (a) Ammoniaque (NH3) (a) Poussières (non spécifiées) (a) Oxydes de Soufre (SOx en SO2) (a) Hydrogène Sulfureux (H2S) (a) Acide Cyanhydrique (HCN) (a) Acide Chlorhydrique (HCl) (a) Composés chlorés non spécifiés (en Cl) (a) Composés fluorés non spécifiés (en F) (a) Composés halogénés (non spécifiés) (a) Métaux (non spécifiés) (a) Antimoine et ses composés (en Sb) (a) Arsenic et ses composés (en As) (a) Cadmium et ses composés (en Cd) (a) Chrome et ses composés (en Cr) (a)g Cobalt et ses composés (en Co) (a) Cuivre et ses composés (en Cu) (a) Etain et ses composés (en Sn) (a) Manganèse et ses composés (en Mn) (a) Mercure et ses composés (en Hg) (a) Nickel et ses composés (en Ni) (a) Plomb et ses composés (en Pb) (a) Sélénium et ses composés (en Se) (a) Zinc et ses composés (en Zn) (a) Vanadium et ses composés (en V) (a) Silicium et ses composés (en Si) 8.46000E-02 1.87002E-05 8.00000E+00 0.00000E+00 0.00000E+00 Tableau 1: valeurs du facteur de caractérisation pour le calcul de l'indicateur DALY.29006E-05 0.00000E+00 0.00000E+00 0.00000E+00 0.00000E+00 0.00000E+00 3.61596E-04 5.00000E+00 0.46007E-05 0.Les hydrocarbures hors HAP .60999E-07 6. excepté méthane) (a) HAP (non spécifiés) (a) Méthane (CH4) (a) Composé organiques volatils (ex : acétone. pour chaque catégorie de substances FDES considérée Une partie de l’inventaire support aux FDES ne permet pas d’associer immédiatement un facteur DALY pour les flux regroupants plusieurs substances.

57E-06 9. Le premier cas considéré est celui d’une dalle de PVC homogène. Ainsi. et reconstituée pour la base de donnée Ecoinvent à partir des fiches concernant le PVC. le zinc. pour une plaque PVC de 2.L’acide chlorhydrique . l’étain.27E-06 1. en considérant le poids de la plaque PVC de 2.974 kg. les catégories de flux retenues ne les permettant pas). En revanche il sera intéressant dans un deuxième temps de considérer les colles et détergents intervenant comme produits complémentaires dans l’unité fonctionnelle. afin de comparer les résultats obtenus avec ceux basés sur des données Ecoinvent détaillées et des données contenues dans les FDES. Il s’agit de : .65E-03 4. le vanadium et le silicium Le calcul du DALY a donc été mené à partir de ces données (aucune correspondance n’ayant pu être déterminée dans le cas de la pollution de l’air et du sol. et pas les différents éléments constituant l’emballage du produit répertoriés dans la FDES (les différents constituants du système ne pouvant pas être pris séparément dans la base de donnée INIES). disponible dans la base INIES.L’acide cyanhydrique . le tellure.Une seconde partie de l’inventaire des flux d’émissions dans l’air ne possèdent pas de facteurs DALY (tout comme l’inventaire Ecoinvent). sa production et sa fin de vie). le mercure. le sélénium. on obtient pour les valeurs DALY calculées à partir de l’inventaire Ecoinvent complet : DALY production plaque DALY incinération plaque DALY décharge plaque 3.52E-06 3. le manganèse. Dans un premier temps le calcul mené à partir des données Ecoinvent ne prend en compte que le PVC. La comparaison a été effectuée sur une dalle PVC homogène de 1 m². les quantités correspondantes pouvant être considérées comme négligeables devant celle du PVC.974 kg On observe donc ici une distorsion dans les résultats consécutive à l’utilisation de valeurs moyennes pour les facteurs de caractérisation du DALY. en considérant la masse équivalente de PVC prise sous Ecoinvent (la fiche Ecoinvent concerne un kilogramme de PVC.41E-08 Tableau 3:: Valeurs du DALY pour les différentes phases du cycle de vie du produit calculées à partir des fiches Ecoinvent simplifiées. pour une plaque PVC de 2. le calcul de la moyenne donne une valeur élevée 97 .974 kg Les valeurs obtenues pour les inventaires simplifiés selon FDES tel que décrit précédemment sont celles-ci : DALY production plaque DALY incinération plaque DALY décharge plaque 4. disponible dans la base de données INIES.06E-06 Tableau 2: Valeurs du DALY pour les différentes phases du cycle de vie du produit calculées à partir des fiches Ecoinvent détaillées. Ainsi on notera que la valeur du facteur de caractérisation pour la dioxine est comparativement aux autres facteurs de caractérisation très élevée.L’hydrogène sulfureux .Le cuivre.

une prise en compte spécifique est donc nécessaire : il s’agit d’utiliser le coefficient de caractérisation associé aux dioxines dans la méthode de calcul du DALY.1. 1.1-trifluoro-. pentachloro- Acetic acid.7. Benzene. HFC-134a Ethane.1-trichloro-.qui surévalue la toxicité de la plupart des substances classifiées avec la dioxine dans la catégorie « composés halogénés non spécifiés ». HFC-143a Figure 2 : valeurs des facteurs de caractérisation pour le calcul de l'indicateur DALY. hexachloro- Benzene.1.1.1. concernant les substances faisant partie de la catégorie "composés halogénés non spécifiés" La valeur moyenne obtenue à partir de ces grandeurs pour le facteur de caractérisation dans ce cas est : Afin de pallier cette distorsion. measured as 2.2-tetrafluoro-.8-tetrachlorodibenzop-dioxin Phenol. HCFC-140 Ethane. 1. 1.3. trifluoro- Ethane. pentachloro- Dioxins. La valeur moyenne affectée à la catégorie « composés halogénés non spécifiée » est alors recalculée : 98 .

pour une plaque PVC de 2. où en ordonnée sont représentés. pentachloro- Phenol. 1. les valeurs de l’indicateur DALY dans les différents cas.1. HFC-134a Ethane.26E-06 6. L’utilisation de valeurs moyennes semble néanmoins sensiblement modifier les résultats.1-trichloro-.95E-08 Tableau 4: Valeurs du DALY pour les différentes phases du cycle de vie du produit calculées à partir des fiches Ecoinvent simplifiées. Or ces émissions ont une importance non-négligeable dans le cas de la mise en décharge. trifluoro- Ethane. Celle-ci s’explique par l’absence de prise en compte des émissions dans l’eau et dans le sol pour le calcul avec la fiche Ecoinvent simplifiée.Benzene.1. dioxine traitée à part Les résultats obtenus ici sont plus proches des valeurs obtenues en utilisant les données Ecoinvent détaillées. hexachloro- Benzene. pentachloro- Acetic acid. Il serait intéressant de recourir à un calcul de moyenne pondéré par les flux respectifs pour chaque substance impliquée dans l’inventaire. 99 .974 kg. dioxines exclues On obtient alors pour le facteur de caractérisation : Un nouveau calcul est mené pour les valeurs de DALY : DALY production plaque DALY incinération plaque DALY décharge plaque 6. aucune correspondance n’ayant pu être déterminée.1. les ordres de grandeur étant sensiblement les mêmes.2-tetrafluoro-.61E-06 2. 1. Les différents résultats obtenus sont regroupés dans le graphique suivant. en échelle logarithmique. HCFC-140 Figure 3 : valeurs des facteurs de caractérisation pour le calcul de l'indicateur DALY. concernant les substances faisant partie de la catégorie "composés halogénés non spécifiés". Une forte disparité existe dans le cas de la mise en décharge.

Dans un deuxième temps c’est le calcul de l’indicateur de pollution de l’air implémenté dans les FDES. électricité. en établissant les catégories en tenant compte des caractéristiques toxicologiques des substances. Il est donc important de vérifier la cohérence des résultats obtenus quand sont calculés les indicateurs FDES à partir de données Ecoinvent. il pourrait donc être judicieux de mieux intégrer les aspects sanitaires lors de la simplification des inventaires. En effet cette catégorisation des substances ne permet pas de calculer l’indicateur DALY de façon pertinente et cohérente. de produire des FDES pour ces procédés (chauffage. basé sur la méthode des volumes critiques. pour utiliser une base de donnée type INIES complète. sont classées dans une catégorie ne tenant pas compte de cette particularité. Dans l’optique d’intégrer des aspects santé à une évaluation des impacts d’un système. ce en fonction de la méthode choisie pour calculer le facteur de caractérisation de la catégorie. il est nécessaire. puisque certaines substances.Figure 4 : Valeurs de l'indicateur DALY pour la plaque PVC homogène On a donc pu mettre ici en avant l’une des limites de l’inventaire simplifié tel que présenté dans la norme NF P01 010. ici les dioxines. qui est étudié. eau potable…). Le calcul du nombre de m3 d’air pollué a donc ici été effectué pour la base de données Ecoinvent simplifiée selon la méthodologie FDES : 100 . soit à la surévaluation de l’impact sur la santé de l’ensemble de la catégorie considérée. qui présentent un caractère toxicologique particulièrement élevé. En effet pour permettre la prise en compte de procédés dans l’ACV du bâtiment. Ce mode de classement conduira donc nécessairement soit à une sous-évaluation du caractère toxique de ces substances.

1 ng/m3. grandeur tirée des réglementations relatives à la loi sur l’air. ramené à une année Ces valeurs sont alors ici aussi recalculées en considérant à part les dioxines. qui permet de déterminer la grandeur correspondante pour la méthode des volumes critiques.0 9. Afin d’affiner l’analyse.67 Tableau 5: Valeurs du nombre de m3 d'air pollués pour les différentes phases du cycle de vie du produit calculées à partir des fiches Ecoinvent simplifiées.974 kg. en cohérence avec les résultats obtenus précédemment.67 Tableau 6: Valeurs du nombre de m3 d'air pollués pour les différentes phases du cycle de vie du produit calculées à partir des fiches Ecoinvent simplifiées. les composés chlorés. ramené à une année. Intégrer les dioxines dans une autre catégorie possible. le même calcul sur l’indicateur FDES de pollution de l’air a été mené sur le cas d’une dalle bois. donnerait des écarts encore plus importants.974 kg. dioxine traitée à part Figure 5 : Valeurs du nombre de m3 d'air pollués dans le cas de la dalle PVC. la toxicité de ces derniers étant considérée comme moindre. Il semblerait donc qu’intégrer ces substances dans une sous-catégorie (ici les composés halogénés non spécifiés) conduise à une sous-estimation des impacts en phase de fabrication. On obtient alors : m3 production plaque m3 incinération plaque m3 décharge plaque 48.m3 production plaque m3 incinération plaque m3 décharge plaque 20.5 7. reconstituée à partir de la fiche Ecoinvent de la planche bois dur. pour une plaque PVC de 2.97 0.13 0. 101 . selon le mode de prise en compte des dioxines On voit donc ici qu’un traitement différencié de la dioxine dans les inventaires tels qu’ils sont élaborés dans la méthodologie des FDES conduit à une valeur d’indicateur plus élevée que lorsque la dioxine et incorporée dans la catégorie « composés halogénés non spécifiés ». pour une plaque PVC de 2. en considérant un seuil d’émission de dioxines de 0.

66 0. selon le mode de prise en compte des dioxines Le résultat obtenu ici correspond à ce qu’on pouvait attendre compte tenu des caractéristiques du bois. dioxine traitée à part Figure 6 : Valeurs du nombre de m3 d'air pollués dans le cas de la dalle PVC. lorsqu’il est question d’évaluer les impacts de ce produit en termes de toxicité. pour une plaque bois dur de 14 kg.m3 production plaque m3 incinération plaque m3 décharge plaque 4. puis en traitant les dioxines à part (deux alternatives ont été considérées avec les données Ecoinvent.15 Tableau 8: Valeurs du nombre de m3 d'air pollués pour les différentes phases du cycle de vie du produit calculées à partir des fiches Ecoinvent simplifiées. ramené à une année. en ne considérant que les phases de production et de fin de vie (dans le cas de la plaque en bois. et enfin à partir des fiches FDES.32 1. le calcul a été mené à partir de la fiche de la poutre lamellée collée adaptée pour correspondre aux caractéristiques de la plaque). l’une correspondant à la transformation de l’inventaire concernant la poutre lamellée collée afin de le faire correspondre aux caractéristiques d’une plaque. selon le type d’inventaire utilisé.31 0.15 Tableau 7: Valeurs du nombre de m3 d'air pollués pour les différentes phases du cycle de vie du produit calculées à partir des fiches Ecoinvent simplifiées. ramené à une année Dans le cas de la prise en compte particulière de la dioxine pour le calcul de l’indicateur : m3 production plaque m3 incinération plaque m3 décharge plaque 4. Nous comparons ici les valeurs obtenues pour l’indicateur FDES calculé à partir d’un inventaire Ecoinvent simplifié. l’autre étant le calcul de l’inventaire de la plaque bois à partir de la fiche « bois dur »). 102 . et met en relief l’importance de la dioxine dans le cas du PVC. faute d’une fiche de ce type de produit disponible. Voyons maintenant les résultats obtenus lorsque l’on cherche à comparer les deux alternatives pour le revêtement de sol étudié ici.71 0. pour une plaque bois dur de 14 kg.

la comparaison est robuste. et la plaque en lamellé collé (en bas) Ce graphique montre que quel que soit le cas de figure. pour la plaque PVC homogène (en haut) et la plaque en bois dur (milieu). la prise en compte spécifique des dioxines dans le calcul donne une valeur plus élevée que la 103 .m3 d'air pollués m3 d'air pollués m3 d'air pollués fin de vie production fin de vie production fin de vie production Figure 7 : indicateur FDES de pollution de l'air. On remarquera néanmoins que si pour la plaque bois dur les valeurs obtenues à partir de données Ecoinvent restent dans tous les cas inférieures à celle calculée dans les FDES. calculé à partir de différents inventaires. la plaque PVC demeurant plus impactante que son équivalent en bois.

soit celui des composés halogénés non spécifiés. la valeur de l’indicateur a été calculée en considérant les flux de dioxines listés dans Ecoinvent. Ceci semble mettre en évidence la sous-évaluation de l’impact des dioxines telle que prises en compte dans la méthodologie FDES. Ainsi il serait intéressant de bien mettre en lien les catégories utilisées 104 .grandeur FDES dans le cas du bois dur et dans le cas du lamellé collé lorsque la plaque est incinérée en fin de vie. Le résultat fourni par cette nouvelle méthode est ensuite comparé aux valeurs obtenues à partir des autres méthodes : Figure 8 : Calcul de l'indicateur AFNOR m3 d'air pollués pour les phases de production et d'incinération de la dalle PVC Il apparait donc que le données brutes tirées des bases de données INIES ou Ecoinvent ne sont utilisables telles quelles qu’avec précaution.Sur les inventaires et les hypothèses faites pour l’élaboration de ceux-ci. basé sur le seuil d’émissions défini dans la loi sur l’air. Ainsi un travail plus poussé devra être mené : . . de la façon suivante : étant le flux de dioxine inventorié dans la base de données Ecoinvent étant le facteur de caractérisation pour la méthode des volumes critiques déterminé à partir de la norme de la loi sur l’air étant le facteur utilisé par défaut à partir de la norme AFNOR. si l’on souhaite par exemple calculer l’indicateur FDES de pollution de l’air à partir de données Ecoinvent. afin d’adapter les flux pris en compte.Sur les regroupements de substances effectuées dans l’un ou l’autre des inventaires.1 ng/m3. Le flux correspondant à cette substance n’étant pas spécifiquement disponible dans la base de données INIES. Nous nous proposons donc ici de recalculer l’indicateur de pollution de l’air en effectuant un traitement spécifique des dioxines. dont les émissions sont particulièrement importantes dans le cas du PVC et pour les procédés d’incinération. soit 0.

etc) cf. Le tableau ci-dessous récapitule les indicateurs pris en compte dans ces différentes méthodes. de qualité de vie (exemple : nuisances du chantier). ou encore de qualité de management du projet (exemple : participation des futurs usagers / riverains à l’élaboration du projet) apparaissent aujourd’hui comme difficiles à associer à une évaluation quantitative consensuelle. des consommations pendant la phase d’usage. 1. visuel. feu. Des critères d’évaluation architecturale (intégration au site. de comparer plusieurs projets de bâtiments et de comparer des variantes sur un même bâtiment. ce afin de limiter au maximum l’utilisation de coefficient « par défaut » dans le calcul de l’indicateur de pollution de l’air. il existe aujourd’hui une liste plus ou moins établie. 1. Il est pertinent de faire apparaître en instantané les graphiques et les résultats en parallèle de la modélisation du bâtiment. possibilité d’évolution etc). Les résultats obtenus doivent permettre à l’usager d’évaluer la contribution des différents composants à l’impact global du bâtiment. caractère innovant. modularité. thermique. fonctionnalité. Les résultats à afficher seront le résultat de l’agrégation des données environnementales des produits.6 Intégration d’évaluations qualitatives dans les données quantitatives Il est proposé d’intégrer les aspects évalués qualitativement aujourd’hui dans les exigences de base de l’Unité fonctionnelle en assumant que les bâtiments étudiés respectent la réglementation qui s’y applique (sécurité. esthétique.1. L’utilisation de ces outils est plutôt orientée vers de l’aide à la conception que pour la certification de projets. 1. et des données environnementales de la phase chantier et de la fin de vie. 105 . Concernant la liste des indicateurs d’impacts. La présentation des résultats doit se faire sous forme de résultats détaillés et de graphiques.7 Cahier des charges pour le module de rendu des résultats L’interview de praticiens de l’AMO et de l’ACV de bâtiments a abouti à la définition des exigences suivantes pour un outil ACV bâtiment. que l’on retrouve dans les méthodes internationales. PMR etc.dans les FDES et l’inventaire Ecoinvent.) et d’autre part en précisant dans l’UF les niveaux de confort visés (acoustique..

tels qu'un matériau particulier. Éthylène kg eq. des différents composants ou des différents lots. SO2 m3 air m3 eau kg éq. les résultats peuvent faire apparaître : . son unité. ou à chaque assemblage d’éléments. Les résultats peuvent être présentés sur un an et sur toute la durée de vie du bâtiment (tableau de résultats annuels et tableau de résultat sur la durée de vie). la répartition des impacts des différents bâtiments. par m². 106 .) donne la répartition des impacts imputables à chaque phase du cycle de vie. sa valeur.Nombre de postes de travail Les résultats peuvent être donnés pour le cycle de vie entier d'un bâtiment complet mais également pour des extraits de l’ACV du bâtiment. Inertes kg éq. Pour chaque résultat. il sera précisé le nom de l’indicateur. histogramme. Ils pourront être présentés pour différentes types « d’unités de bâtiment » afin de pouvoir comparer plusieurs bâtiments sur une même base : .Durée d’occupation du bâtiment.A l’échelle du projet.. Phosphates X X X X X X ELODIE X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X X tonnes eq.. par m3 ou par personne.SHON (m2) . années de vie perdues % d’espèces disparues x m2 x an m3 d’air pollué X X X X X X X X X X X X X X X X Tableaux de résultats détaillés et graphiques Pour chaque indicateur environnemental.A l’échelle du bâtiment. . Les résultats peuvent également être exprimés en valeur absolue et en pourcentage.Indicateur Energie primaire totale Energie renouvelable Energie non renouvelable Consommation ressources énergétiques non renouvelables Consommation de ressources non énergétiques non renouvelables épuisables Epuisement des ressources (ADP) Consommation d’eau potable / totale / eau douce Déchets valorisés Déchets dangereux Déchets non dangereux Déchets inertes Déchets radioactifs Déchets ultimes Changement climatique Acidification atmosphérique Pollution de l’air Pollution de l’eau Formation d’ozone photochimique Destruction de la couche d’O3 Energie primaire procédé Eutrophisation Toxicité humaine Atteinte à la biodiversité Génération d’odeur Unité MJ MJ MJ NF P 01-010 XP P 01-020-3 X X X X kWhep kg éq.. Antimoine (Sb) X m3 X t X X X X X t t t dm3 / t ISO21930 kg éq. CO2 EQUER X eq. en nombre de mois par an (mois) . la répartition des impacts des différentes familles de produits. un simple composant ou une phase du cycle de vie. un graphique (camembert. Pour chaque indicateur d’impact.

.Les tableaux de résultats détaillés doivent faire apparaître le nom du composant.. Fonction de comparaison par rapport à un modèle de base : Les résultats pour le projet pourront être présentés par rapport à un ensemble de références. la durée de vie du composant. les quantités de matériaux en précisant l’unité. les sources des données (nom de la FDES. 107 .). d’autre part des ordres de grandeurs de la vie courante. d’une part des bâtiments de références..

certaines bases sont orientés matériaux (Ecoinvent. doivent être récentes. Données matériaux et produits : la base de l’ACV Le développement de la pratique de l’ACV à l’échelle du bâti passe obligatoirement par la disponibilité de données environnementales quantifiées pour les matériaux et produits utilisés dans le secteur de la construction. de ces données. D’autre part un comité éditorial permet une vérification. INIES.Bases de données d’inventaire .2 Données sur les matériaux 2. FDES…). même minime.Bases de données d’écoprofils (EPD. Parmi ces bases. Elles se développent généralement par pays et/ou par secteur économique. alimentées directement par les industriels. ces données doivent correspondent aux produits utilisés pour son projet. Pour être utilisables par un pratiquant d’ACV. de nombreuses bases de données sont en développement de par le monde. Elles sont assez hétérogènes tant en terme de qualité que de quantité de données et le plus souvent peu accessibles aux pratiquants ACV car 108 . il faut souvent utiliser différentes sources de données. qu’il soit architecte ou bureau d’étude environnement. les données numériques sont complétées par des milliers de pages décrivant les procédés considérés. Ainsi. certaines sont génériques et portent sur tout type de procédés et matériaux (énergie. ce qui n’est pas le cas dans la plupart des autres bases. Que ces bases stockent des inventaires ou des écoprofils elles utilisent comme référence dans le meilleur des cas uniquement la norme ISO14040 ce qui est insuffisant pour assurer leur cohérence. Enfin. Parallèlement à l’essor des pratiques et logiciels ACV. Comme la plate-forme ADEME/AFNOR sur l’affichage environnemental des produits de grande consommation du grenelle de l’environnement. bases de données sur les procédés agricoles…). On peut donc regretter que la base Ecoinvent qui possède ces qualités d’homogénéité ait été développée avec une concertation limitée avec les différentes parties prenantes au niveau européen. l’adhésion à la méthode Ecoinvent n’est pas totale alors que tout le monde utilise ces données faute d’autres sources facilement accessibles et que cette base est reconnue de facto par beaucoup comme la source la plus fiable de données environnementales génériques.…) Au final pour faire l’ACV d’un bâtiment ou d’un produit de construction. bases de données énergétiques. bases de données sur les produits et matériaux de construction. D’autres sont spécifiques à un secteur donné (matériaux plastiques. seule une méthode d’ACV unique appliquée à tout type de produit/matériau/procédé permettrait d’assurer une cohérence complète. matériaux…) . APME…) et d’autres produits (World Steel.1 Recensement des bases de données Il existe plusieurs types de bases de données d’ACV: . et suffisamment transparentes pour qu’il s’assure de la qualité des impacts annoncés. En effet. transport. Ainsi les FDES de la base INIES intègrent souvent des données de la base Ecoinvent non compatibles avec l’application de la norme NF P01-010.

EPD). qui vont pouvoir construire le cycle de vie du bâtiment en assemblant des matériaux et process génériques. En revanche les données utilisées sont le plus souvent des données génériques et il est indispensable de bien maîtriser le contenu des données afin de faire les assemblages opportuns entre matériaux et processus. Les données correspondent à des produits spécifiques disponibles sur le marché et les déclarations sont le plus souvent réalisées suivant un cadre normalisé clairement défini (et renvoyant aux normes de l’ACV de la série ISO 14040). Les points suivants reprennent les principales observations réalisées à partir de ce recensement : 1 JRC.Notten. Les listes de produits ou bases de données de produits évalués qualitativement3 ne sont pas considérées ici. tel que les FDES en France. L’information sur les données est donc cruciale dans ce cas pour maîtriser au mieux les incertitudes de l’analyse dues aux extrapolations et aux hypothèses. Les recherches réalisées nous ont permis d’identifier 13 bases de données pertinentes dans le secteur de la construction et pour lesquelles un minimum d’information était disponible (les bases de données asiatiques n’ont pas été analysées de par les difficultés de traduction pour les manier). 109 . Task Force 1: Database registry. La seconde catégorie de données est basée le plus souvent sur les systèmes de déclaration environnementale de produit (ISO 14025.diffusées uniquement localement. Cette pratique permet de spécifier chaque paramètre du cycle de vie du bâtiment étudié et de personnaliser l’étude. LCA database 2 Summary of global life cycle resources. les bases de données disponibles actuellement et les données qu’elles contiennent ont été recensées et analysées. Cette analyse est en réalité une photographie qui ne correspond qu’à la disponibilité des données en 2009 puisque tant les données que les bases qui les abritent sont en constante évolution. seules quelques-unes proposent des données sur des matériaux et produits de construction. peut éventuellement permettre d’identifier des ressources d’information pour des pratiquants ne retrouvant pas certaines données particulières dans la base qu’ils utilisent (à manier avec précaution toutefois étant donné l’hétérogénéité de la qualité des données disponibles). BRE green guide (UK). Recensement et analyse des bases de données Près de 40 bases de données sont identifiées aujourd’hui pour la fourniture de données ACV12. SETAC/UNEP Life cycle initiative 3 Eco devis (CH). mis en place dans chaque pays (ainsi qu’à l’échelle européenne depuis peu). P. et permet enfin d’identifier les principes généraux retenus dans ces bases tant au niveau de la qualité des données que pour l’information associée à ces données. Parmi celles-ci. Cette analyse permet à la fois d’identifier le potentiel actuel de réalisation d’ACV complètes de bâtiments. MA Curran. Dans le cadre du projet COIMBA. étant donné le nombre de produits et matériaux représentés. La première catégorie s’adresse à des pratiquant plus aguerris de l’ACV. etc. Type de données : Deux approches se confrontent : des données de matériaux et de process (par exemple Ecoinvent). ou des données sur des produits de construction (par exemple la base INIES).

allant d’un bref descriptif de l’unité fonctionelle et des flux associés à des rapports complets sur les hypothèses de réalisation de l’ACV initiale. Cependant le peu de données encore disponible. ainsi que les données qu’elles contiennent qui sont ensuite présentées en Annexe 3. Ce n’est pas toujours le cas et cela réduit grandement les possibilités d’usage de certaines bases de données qui ne déclarent que les impacts selon une série d’indicateurs. la mise à disposition de rapports complets sur l’origine des données (à l’image des rapports Ecoinvent) permet un contrôle idéal sur l’étude réalisée et les incertitudes générées par le choix de processus génériques dans la base de données. Nature des données et information délivrée : Les données réellement utilisables doivent inclure l’inventaire de cycle de vie. . Origine des données : Ces bases de données ont des origines diverses : . Parmi l’ensemble des bases de données identifiées. Les tableaux suivants reprennent l’analyse de ces 13 bases de données. Les informations sur le cycle de vie de chaque donnée sont de qualité inégale.compilation d’ACV réalisées de façon dispersée. Ces données sont déclarées par des industriels ou groupements d’industriels. nous en avons retenu 13 qui proposent des données pertinentes et actualisées pour le secteur de la construction.Certaines de ces données incluent le cycle de vie complet du produit ou ne précisent que les impacts jusqu’en sortie d’usine. . ces informations pourraient s’avérer utiles dans des versions futures des outils d’ACV bâtiment. Certaines bases de données incluent des informations complémentaires sur les impacts sanitaires et de confort des produits concernés : bien qu’inutilisées dans l’ACV aujourd’hui. 110 .déclarations d’industriels ou de groupements d’industriels.travaux de production de données réalisés par des instituts de recherche ou des centres spécialisés dans l’ACV. Bien qu’ajoutant parfois de la complexité dans la pratique. avec des systèmes de vérification proposés mais pas systématiquement obligatoires. comparativement à la multitude de produits sur le marché. De nombreuses données reprennent le format de déclaration de l’ISO 14048. Ces données permettent une lecture plus aisée aux pratiquants de l’ACV pour identifier le produit correspondant à leur besoin. et les champs d’application très précis des données existantes peuvent imposer des extrapolations hasardeuses lorsque la donnée ne correspond pas exactement au produit recherché dans une dimension donnée. Cette grande quantité de données démontre le réel potentiel de réalisation d’ACV de bâtiment aujourd’hui. Ces bases de données mettent à disposition des informations sur près de 650 types de matériaux ou produits et 250 données sur des systèmes actifs.

ce qui impose la "fabrication" de données intermédaires pour la plupart des produits de construction. Disponible au format excel ou Spold production non accessible Peu d'information libre sur la qualité et les modes de production des données. les modes de calcul. Eco-invent Anglais 248 DEAM Base de données de TEAM France Français 60 Transport. seuls les impacts finaux et le descriptif du cycle de vie le sont. l'inventaire et l'origine des données (en anglais et allemand) Base de données de référence pour l'ACV en Europe. non accessible Base de donnée réalisée par le centre IVAM (Université d'Amsterdam). transport.production . Les données concernent des produits finis. production. Données concues par le Swiss Centre for Life Cycle Inventories. Origine des données et hypothèses pas toujours (impacts sanitaire et précisées. information Il s'agit de déclaration de fabricants. Données de matériaux et process. flux. transport. Données actualisées régulièrement et réalisées selon ISO 14040.Abréviation INIES Description Géographie Fiches de déclaration environnementale et France sanitaire Langue Français Nombre de produits ou matériaux de construction Données process Date depuis 2002 de l'extraction des matières gratuit premières à la fin de vie de l'extraction des matières payant premières à la sortie d'usine Ecoinvent reports: information complète sur les hypothèses. transformation récent d'énergie. avec une procédure de de base (UF. fin de vie IVAM Accès Production de données normalisée (NF P 01-010) et en cohérence avec la série ISO 14040 inventaire. durée de vie) ou collectives. et données établies sur la base d'unités fonctionnelles et flux produits complémentaires spécifiques. production. concernant en particulier le contexte des Pays-Bas. inventaire et impacts une autre partie non pas de données process (elles sont intégrées dans les données) extraction des matières premières. production récent et transformation d'énergie. Base de donnée en forte croissance et de plus en plus représentative des principaux produits disponibles sur le marché français. extraction des matières premières GEMIS IBU German Institute Construction and Environment Pay-bas Anglais données par pays Allemand ou anglais. Données réalisées par l'Oko Institut (DE) et le GhK. vérification optionelle.traitement 125 Transport. transformation d'énergie. Peu d'information sur la production et le contenu des données Les données sont produite par l'Institut Bauen und Umwelt (De) et correspondent à des produits disponbile sur le marché allemand. Les données sont récentes. fin de vie récent gratuit Cycle de vie et impacts selon une dizaine d'indicateurs Données liées à un outil ACV proposé pour des analyses rapides et simplifiées. production. Les données peuvent être individuelles origine. mais pas de 50(45) description détaillée Allemand Allemagne Analyse critique Intégrées dans les inventaires de chaque produit Base de données du Swiss Centre for Life Cycle Inventories Global Emission Model for Integrated Systems Information 362 Extracion matière et transformation produits. Disponible sous forme de fiche PDF peu pratiques sur le confort) à intégrer dans les calculs.transform récent ation d'énergie. fin de vie. utilisables au format Sima Pro. Données matériaux et process.transportati récent on. L'inventaire n'est pas prévisé.traitement de déchets(peu de données) production une partie accessible. 111 . avec le soutien de collectivités allemandes. Europe et Suisse Energie par pays Base de données de ECO-Quantum Cycle de vie 47 payant production payant extraction.

transport des matières premières. contient des donénes récentes générées selon l'ISO 14048 et en cohérence avec les exigences de l'ISO 14040. Contient des données de matériaux et process. production Analyse critique récent payant plutôt ancien hétérogène: de l'extraction des matières premières à la production ou seulement production récent de l'extraction à la payant sortie d'usine liste de produits une partie inventaire est gratuite inventaire (inclus dans le logiciel) Base de données produite par le NREL (US) et l'Athena Institute (CA).transform ation d'énergie.Abréviation Description Géographie Langue anglais. transformation d'énergie Transport. Les impacts Les données sont un peu anciennes. Les données correspondent principalement à des production suédoises. comprend beaucoup de produits mais il y a peu d'information disponible sur la qualité des données (proposée par PE International (De)) Données produites par le CPM (Center for environmental assessment of product and material systems) (SE). Peu d'information sur cette base de données autrichienne produite par le Österreichisches Institut für Baubiologie und Bauökologie Base de donnée payante. extraction des matières premières . traitement des déchets transformation d'énergie. Il s'agit de données matériaux et process. avec une revue critique systématique.extraction des matières premières Transport. transformation d'énergie. Les données correspondent au contexte de l'Amérique du nord. extraction des matières premières Date Cycle de vie Accès Information Données recueillies par le JRC Ispra et d'origines variées.traitement des déchets. Athena récent de l'extraction des matières gratuit premières à la production inventaire récent Transport. production. traitement des déchets. production. et composée principalement des données venues d'autres sources. La base de données est composée de données matériaux et process. certaines données en japonais ELCD Environmental Product Declaration Europe Athena Athena institute.base de donnée pour logiciel ECOCALCULATOR Canada et Nord anglais de Amérique US National US LCI Database Renewable Energy Laboratory IBO GaBi CPM LCI database EIME Amérique du Nord Austrian Institute for Building Biology&Ecology un logiciel allemand Nombre de produits ou matériaux de construction 11 114 anglais 18 allemand 19 Europe ou Paybas ou anglais Allemagne 134 Swedish national LCA Suède database anglais 25(24) Environmental Information&Manage ment Explorer anglais 23 France Données process extraction des matières premières. traitement des déchets. 112 . production. récent de l'extraction des matières gratuit premières à la production inventaire et indicateurs des impacts plutôt ancien de l'extraction des matières gratuit premières à la production inventaire dans le rapport. Elles concernent des matériaux et des process. production. transport. avec une déclaration détaillée (inventiare et cycle de vie) suivant ISO 14048. elles sont réalisées par sont calculables par le l'Athena Institute (CA) et concernent des produits de logiciel proposé par construction disponibles sur le marché nord-américain. normes et bibliographie de référence) mais concernent peu de produits de construction. transformation d'énergie Transport. Les données sont récentes et détaillées (inventaire. Base de donées payante liée au logiciel EIME (Bureau Veritas). transformation d'énergie. description du cycle de vie. production.

qui peut adapter la distance moyenne parcourue entre le lieu de production des matériaux et le chantier. L’ACV d’un bâtiment nécessite également des données sur des procédés (production d’électricité.2. En attendant. Cela a notamment abouti au développement d’une base de données d’inventaire de cycle de vie simplifiée sur la base de l’inventaire NFP01-010. la contextualisation des données Equer peut aussi consister en la prise en compte des impacts liés au transport (distances. 2008]. de la transparence et de la qualité des données La phase de collecte des données d’inventaire est une étape clé de l’ACV. 2008]. de chaleur. 2. qui doit répondre à certaines exigences de qualité et de transparence. ainsi que le procédé en fin de vie (décharge. L’intérêt de ce travail a été de ramener tout ICV en provenance de base de données d’ACV sous un même format. Plusieurs recommandations ont été émises dans ce but [ILCD. le format ECOSPOLD est le seul format normalisé utilisé par certains fournisseurs de données ACV. Italie. 113 . Brutto. sont également en cours dans le cadre de la thèse de Sébastien Lasvaux coencadrée par le CSTB et l’Ecole des Mines de Paris.2 Impératifs pour l’harmonisation des données Au sein de l’outil EQUER. la modélisation du transport et des scénarios de fin de vie sont laissés à la discrétion de l’utilisateur de l’outil.…). et les indicateurs d’impact environnementaux de la base de données utilisés sous Equer ont été recalculés sur ces nouvelles bases. Ces données doivent être cohérentes avec celles concernant les matériaux. sur les formats d’inventaire et leur simplification. Les retombées de ce travail devraient contribuer à montrer les potentialités et les limites d’une approche simplifiée en ACV bâtiment.3 Qualification de la fiabilité. Brutto. Ainsi le mix de production électrique a été modifié pour correspondre aux caractéristiques de différents pays (France. 2008]. Il a été nécessaire d’établir des correspondances entre les flux considérés dans Ecoinvent et les catégories de substances de la norme NF P01-010. Il reste insuffisant en matière de nomenclature harmonisée des flux et paraît bien trop complexe au regard des flux d’inventaire réellement exploitées par les méthodes actuelles de caractérisation des impacts. recyclage). en retranchant la contribution de l’énergie électrique telle que prise en compte dans les fiches Ecoinvent (selon la localisation de ces dernières et le mix électrique correspondant) et en y rajoutant les impacts liés au mix électrique spécifique au lieu de production. modes…) [Peuportier. d’eau…). incinération. Des travaux. Des données de la base Ecoinvent ont alors été utilisées pour établir des profils environnementaux de ces procédés. Dans le cas de produits importés. Ainsi les inventaires des produits FDES et des procédés ou matériaux d’Ecoinvent possèdent les mêmes flux environnementaux considérés dans l’inventaire. Les données utilisées peuvent être contextualisées pour s’adapter notamment au mix électrique local [Peuportier.

Afin d’obtenir des grandeurs représentatives des flux entrants et sortants associés. il est important de vérifier si l’inventaire comprend bien tous les éléments attendus. Si une étude de sensibilité portant sur ces données montre leur importance.La phase d’inventaire consiste à déterminer les flux entrants et sortants du système à l’étude. Ainsi pour des procédés qui ne représentent pas une partie clé du système. afin d’assurer la cohérence de l’étude. en tant que flux par unité fonctionnelle. maintenance. une étude plus poussée du procédé devra être menée. La collecte de données doit prendre en compte le cycle de vie entier du procédé. bâtiments. La collecte des données génériques constitue aussi une phase de l’étude où il est possible de faire apparaitre des besoins en données plus représentatives ou plus spécifiques. La fabrication des infrastructures intervenant dans la production (machines. - Contrôle des données concernant les procédés unitaires : en se focalisant sur les procédés et flux clés. éventuellement en comparant les 114 . Elle se fait en deux temps : l’obtention de données spécifiques concernant les procédés unitaires intervenants (correspondant aux plus petits sous-systèmes définissables. Les valeurs obtenues sont elles aussi à inspecter (concordance des ordres de grandeur. il est important de vérifier que toutes les données utilisées dans la modélisation présentent une réelle consistance méthodologique. les émissions dans l’air. de machines standards…). les différents sous systèmes sont classés selon qu’ils nécessitent l’obtention de données spécifiques (procédés unitaires) ou que des données génériques sont appropriées. ou certains aspects du système de premier plan (utilisations de camions. Si cette dernière n’est pas possible. Les procédés unitaires sont alors décrits plus précisément (facteurs influençant les flux entrants et sortants.…). de simples estimations (basées sur des simulations reposant sur les connaissances liées au procédé) peuvent fournir une première approximation des données. pour lesquels le fait de les séparer en plusieurs sous-systèmes ne présente pas d’intérêt pour la phase d’inventaire) et la sélection et la compilation de données génériques concernant les procédés constituant l’arrière-plan de l’étude (ex : le mix électrique). Les données constituant les inventaires doivent être exprimées quantitativement. des valeurs conservatives doivent être considérées. services. conditions d’exploitation pertinentes) et les méthodes de calcul des données d’inventaire sont explicitées. afin d’éviter une éventuelle distorsion des résultats. et donc intégrer toutes les différentes phases de production (stand-by. - Collecte des données pour les procédés unitaires : des données quantitatives concernant les produits entrants (biens manufacturés. en lien avec l’objet de l’étude. ressources. les déchets émis et les produits valorisables sont recensées. les données doivent être négligées et ce choix doit être signalé et pris en compte dans la phase d’interprétation des résultats. matériaux.…). tirées d’une expertise. Dans le cas de données manquantes. Dans le cas de ce qui constitue l’arrière-plan du système. ou encore les collectes de données auprès des opérateurs impliqués (entretiens. celles-ci doivent être quantifiées sur une durée couvrant au moins un cycle entier. La phase d’inventaire suit donc alors une démarche qui peut être itérative : - Identification et description des procédés : après la détermination de l’ensemble des procédés intervenant dans l’étude du système. questionnaires…). conservation des quantités entre l’entrée et la sortie…). l’eau et le sol.…) peut être négligée. La collecte des données doit se faire de façon précise. Les sources de données les plus représentatives pour des procédés spécifiques sont les mesures menées directement sur ces derniers. mais ce choix doit se faire en cohérence avec les objectifs de l’étude et les frontières définies. puis ramenées à l’unité fonctionnelle. Il est ainsi recommandé de fixer et préciser les flux à inventorier pour tous les procédés.

- Choix de données génériques : ce choix doit se faire en respectant la consistance méthodologique d’obtention des différents jeux de données. La même procédure de calcul doit être utilisée tout au long de l’étude. Cette phase de vérification doit être l’occasion de vérifier que la collecte de données à bien été menée.. Il apparaît alors difficile de savoir comment extrapoler une telle fiche à un produit différent (besoin récurrent). Les données relatives aux divers sous-systèmes utilisés sont en général ensuite compilées pour obtenir les flux entrants et sortants concernant le système entier. avec un descriptif détaillé du cycle de vie du produit. d’une étude de sensibilité pour tester la robustesse de la comparaison réalisée. leur complétion et leur précision. afin de faciliter et d’alimenter la phase d’interprétation des résultats. et les résultats obtenus doivent être parfaitement documentés.données avec d’autres études (qui suivent une autre méthodologie ou dont l’objet est similaire).. Ces choix doivent être pris en compte dans l’interprétation des résultats). notamment lorsqu’elle est comparative. durée de vie. il est fortement recommandé d’accompagner une évaluation environnementale. les données doivent être sélectionnées et calculées en conséquence). Toute divergence doit être questionnée. Simapro. Informations sur les données : Les FDES présentent les informations suivantes sur les données : définition du produit. Il est important de vérifier la représentativité des données. Les informations délivrées dans les FDES sont les suivantes : 115 . nous avons étudié la présentation des données de la laine de verre dans une FDES. Il s’agit d’un système permettant à l’utilisateur de bien comprendre la donnée qu’il manie et de son niveau de précision. ainsi que leur accord avec les buts de l’étude. puis en cherchant à évaluer si possible des grandeurs plus pertinentes. Ecoinvent (cf. Il s’agit de trouver un compromis entre une présentation ergonomique et suffisamment détaillée. de l’origine des données. ainsi qu’un graphique expliquant l’origine de la substance. substances. quel que soit le degré d’importance de celles-ci. La précision des données concernées devra alors si possible être améliorée. éléments de confort et impact sanitaire. Ecoinvent fait apparaître un rapport exhaustif accompagnant la donnée. - Enfin il est important de préciser tous les choix et hypothèses faits au cours de la collecte de données. - Prise en compte des données manquantes : chaque donnée manquante doit être signalée. les frontières de l’analyse pouvant elles aussi être redéfinies. A titre d’exemple. et une analyse de sensibilité peut mettre en avant des besoins de raffinement des données. comme le recommande la norme XP P01-020-3. et donc de la capacité à bien l’utiliser dans l’analyse. ce choix devant être documenté et prit en compte. son importance dans l’étude doit être analysée (en utilisant dans un premier temps une valeur fortement conservative. et soumise à l’avis d’experts. Annexe 4). Enfin.. Les données manquantes peuvent être négligées. - Phase itérative : une première analyse peut permettre de déterminer les procédés qui contribuent le plus aux impacts globaux du système. Les résultats et méthodes obtenues doivent être en cohérence avec les frontières et les buts de l’étude (par exemple dans le cas d’une étude géographiquement ou temporellement différenciée.

Représentativité technologique .Sous-catégorie locale Les informations délivrées dans les rapports Ecoinvent sont les suivantes : . ce qu’il manque et ce qui n’est pas considéré (inspirés des tableaux Ecoinvent sur les inventaires du cycle de vie) 116 . conductivité thermique.) et des données complémentaires. des sortants. telles que sur la qualité de l’air.Réserves..Procédés considérés . masse surfacique et épaisseur o Emballages de distribution (nature et quantité) o Produits complémentaires (nature et quantité) pour la mise en œuvre o Taux de chute lors de la mise en œuvre et l’entretien o Justifications des informations fournies (origine des données) Caractéristiques techniques utiles non contenues dans la définition de l’unité fonctionnelle Les informations délivrées dans Simapro sont les suivantes : . voire de les compléter par exemple par des données sur les propriétés physiques importantes (densité. ressources et matières premières o Matières premières o Propriétés physiques o Propriétés chimiques o Usage .Valeurs énergétiques .Inventaires du cycle de vie o Qualité des données o Tableau récapitulatif de la donnée o Tableau des flux récapitulant toutes les entrées et sorties servant à la définition de la donnée Une proposition serait de reprendre les informations données dans Simapro.Remarque . - Traçabilité (rapport ACV de la donnée publique ou publication correspondante) Impacts selon les dix indicateurs des FDES Descriptif du cycle de vie Périmètre d’étude (étapes spécifiques considérées ou non considérées (exemple : emballage pris en compte) Représentativité géographique et « technologique » Hypothèses.Représentativité géographique . ensemble des entrants..Caractérisation du système o Généralités o Fusion o Production de fibres o Formage du produit .Introduction ..Catégorie locale .- - Masses et données de base pour le calcul de l’Unité Fonctionnelle o Durée de Vie Typique o Fonction o Résistance thermique o Quantité de laine pour l’UF.

- Commentaires généraux Il serait pertinent d’organiser ces informations en trois onglets : .indicateurs 117 .synthèse .contenu de la donnée / descriptif du cycle de vie .résultats .résumé .

une démarche d’intégration des aspects sanitaires et environnementaux est visé également lors de travaux de normalisation à l’échelle européenne (normes harmonisées à respecter lors du marquage CE des produits de construction) avec la création d’un groupe de normalisation unique pour les deux volets : émissions des substances dans l’air intérieur et émissions des substances dans l’eau et le sol (pendant leur vie en œuvre dans les bâtiments).est évidente à travers le transfert de pollution via les vecteur de transfert air et /ou eau (un polluant émis dans l’air peut se retrouver lixivié par l’eau de pluie et atteindre ainsi les milieux eau surfacique/souterraine et sol. de l’eau et des sols (traduite par les indicateurs d’impacts sur la santé et sur les écosystèmes) peut être évaluée selon différentes approches dont les approches d’évaluation des risques sanitaires (HRA – Health Risk Assessment) pour ce qui concerne la qualité de l’air intérieur et les approches d’évaluation des risques écologiques (EDR ou ERA – Ecological Risk Assessment) pour ce qui concerne la qualité de l’eau (à l’exception de l’eau destinée à la consommation humaine) et des sols. à l’aide de méthodes de mesures normalisées. en particulier pour des polluants dont les sources sont nombreuses. sauf à faire de nombreuses hypothèses extrêmement simplificatrices. les méthodes de caractérisation sont développées à l’échelle produit et ont fait l’objet d’une démarche de normalisation (série des normes ISO 16000). La prédiction de l’exposition des occupants d’un bâtiment aux polluants émis par les produits de construction tels que caractérisés par les normes d’essais classiques n’est pas possible. 3. de l’eau et des sols La qualité de l’air.1 Matériaux et produits associés à la problématique de qualité de l’air intérieur Concernant l’évaluation de la contribution du bâti à la qualité de l’air intérieur. notamment dans le cadre des labels volontaires existants en Europe (émissions de COV et de formaldéhyde par les produits de construction). elles présentent l’inconvénient de ne pas pouvoir prédire directement la qualité de l’air résultante dans une pièce où plusieurs produits de construction seront placés. puis d’un bâtiment. Par ailleurs. on peut. Dans ce cas. Par ailleurs.air. lorsque l’on réalise un diagnostic de qualité de l’air intérieur dans un bâtiment. aujourd’hui.3 Qualité de l’air. l’harmonisation et la cohérence entre les différentes approches et méthodes utilisées pour l’estimation des impacts est souhaitable. En ce qui concerne une éventuelle pollution induite par le cadre bâti une interdépendance entre ces trois milieux . Elles sont largement utilisées. Il manque donc aujourd’hui un élément permettant de faire le lien entre les caractéristiques (notamment émissives) des produits de construction et la qualité de l’air résultante à l’échelle d’une pièce. eau et sol . Ces méthodes présentent l’avantage de pouvoir comparer des produits entre eux sur la base de leurs émissions et d’identifier des produits faiblement émissifs (c’est le principe des labels). outre le fait qu’il est parfois difficile de relier ces mesures à l’exposition réelle des occupants. Il s’agit du groupe CEN/ TC 351 Produits de construction : Évaluation des émissions de substances dangereuses (WG1 Émissions des substances dans l’eau et les sols et WG2 Émissions des substances dans l’air intérieur). L’état actuel de connaissances sur cette problématique ne permet pas l’estimation de l’impact du cadre bâti sur la qualité de l’air intérieur. caractériser le niveau des polluants dans une ou plusieurs pièces de ce bâtiment. Par contre. De ce fait. il est également difficile de remonter aux déterminants de la qualité de l’air intérieur et d’identifier les principales sources de pollution. 118 .

pondérées par un scénario d’exposition à l’air intérieur (voir norme ISO16000 et projet d’arrêté sur l’étiquetage sanitaire des produits de construction et de décoration). Robert. substance (méthode EDR mise au point et appliquée à la caractérisation de l’écotoxicité d’une substance donnée) et EDR incomplète qui n’évalue pas les impacts écotoxiques mais seulement la dispersion des polluants dans les différents milieux naturels fournissant donc une concentration dans un espace et temps donnés (impact sur la qualité des biotopes . 2004 . 2006. dans la mesure où certains processus clé d’atténuation naturelle ne sont généralement pas pris en compte et notamment la précipitation et coprécipitation de métaux avec des phases minérales néoformées. Schiopu. la diversité de résultats obtenus et de leur expression. Waldron et al.…)).2 Qualité des milieux extérieurs (eaux de ruissellement et d'infiltration et sols) Concernant la contribution du bâti à la qualité du milieu extérieur. 2007]. 2005 . 2000 . il pourrait être éventuellement envisagé l’estimation d’un potentiel d’émissions par le bâti vers les espaces intérieurs. Ce potentiel ne permettrait pas d’estimer la concentration résultante des pollaunst dans l’air intérieur mais permettrait de sélectionner globalement les solutions les moins émissives. les toitures et autres produits métalliques [Bertling. les recherches sur les risques environnementaux sont menées à l’échelle produit : émissions dans l’eau de ruissellement notamment par les produits à base de bois traités [Deroubaix et al. Tout comme dans le cas des émissions dans l’air.Dans un premier temps.g. les méthodes d’évaluation des risques écologiques (EDR) peuvent être considérées comme les mieux adaptées pour la prise en compte de l’impact local du bâti sur les milieux eau et sol. Pour ce qui concerne l’impact des polluants sur le sous-sol et les eaux souterraines. La prise en compte de ces processus d’atténuation nécessite de considérer l’environnement géochimique du sous-sol et nécessite l’utilisation de modèles spécifiques.e. Depuis. 2006] et les produits incorporant des matières premières secondaires [Jayr et al. 2008]). La figure 1 montre un schéma général des méthodes EDR avec leurs étapes et points d’évaluation des dommages environnementaux. reprécipitation. Compte tenu de ces constats. les produits de construction sont testés individuellement et en général en conditions contrôlées d’exposition.. la méthodologie décrite dans la norme NF EN12920 [AFNOR. dissolution. 2006]. adsorption. détérioration (gel/dégel. carbonatation. l’impact du cadre bâti sur les milieux extérieurs eaux et sols est très difficile à estimer dans l’état actuel de connaissances. la diversité de choix de points de caractérisation des impacts. Par conséquent. Ces variantes peuvent cependant être groupées en trois catégories de méthodes: matrice (dont la méthode de l’Ecocompatibilité développée par l’ADEME pour les scénarios de valorisation et stockage de déchets). les évaluations réalisées peuvent souvent être qualifiées de « majorantes ». relaxation. Toutes les méthodes EDR comprennent les trois grandes étapes définies pour la première fois dans le Guidelines for Ecological Risk Assessment de l’EPA (1998). On pourrait donc évaluer un indicateur de « moindre émissivité dans l’air intérieur ». Leray. Les méthodes de caractérisation ne font pas l’objet des normes mais des travaux sont en cours dans le cadre du CEN/TC 351.. 3.. des variantes ont été développées se caractérisant par la diversité d’outils et de données employés. 2002. en attendant le développement de modèles numériques robustes. Heijerick et al. due aux multiples phénomènes entrant en jeu (diffusion. Ce potentiel serait calculé par simple sommation des émissions des produits de construction. 119 . Les recherches menées sur différents type de produits de construction s’accordent sur le constat de la complexité du comportement des produits de construction au contact de l’eau..

par exemple des formaldéhydes ou autres COVs. Par ailleurs. une évaluation des risques d’impacts sur la santé devrait être analysée. donc moins dilués que les émissions extérieures emportées selon le vent. ou des matériaux auxiliaires (colles par exemple) engendrent des émissions de polluants en phase de vie en œuvre. A l’heure actuelle les recherches basées sur les différentes approches d’évaluation de l’impact du bâti sur l’environnement sont menées de manière disjointe et notamment à l’échelle de produit (exception faite des recherches basées sur les approches ACV qui ont abouti à des méthodes normalisées d’évaluation :. Compte tenu de la durée d’exposition des occupants.TERME SOURCE TERME TRANSPORT TERME IMPACT APPROCHE SUBSTANCE APPROCHE MATRICE expérimentations expérimentations expérimentations expérimentations expérimentations modèle modèle modèle modèle modèle espèce α espèce α milieu i MODELE D’EMISSION MODELE DE TRANSFERT espèce α milieu i cible n espèce α milieu i cible n MODELE DE CONTACT MODELE D’EVALUATION DE L’EFFET MODELE D’EXPOSITION Impact sur le biotope Profile d’exposition toutes les espèces milieu i biocénose en milieu i Risque Impact écotoxicologique Profile dose / effet Figure 1 Schéma générale EDR [RECORD. 2005] 3. De plus.3 Proposition de pistes de recherche Certains matériaux. il serait utile d’exploiter ces flux dans une ACV. Le couplage des approches de bilan environnemental global (ACV) et d’évaluation de risques sanitaires et environnementaux parait comme une action nécessaire afin d’obtenir un ensemble d’informations complémentaires à différentes échelles spatiales et temporelles. 120 . mais ceci est en dehors du champ de la présente étude. ces polluants sont émis à l’intérieur des locaux.

La distinction entre le normal et l’activité est parfois difficile et arbitraire. évaluation en exploitation. temporelle (millésime du mix énergétique. . 121 . Ces résultats de calculs thermiques sont exprimés de manière hétérogène : ils n’ont pas tous les mêmes frontières ou ne sont pas exprimés suivant les mêmes unités. ou Comfie complété par Equer) pour tout type d’usage Il faut que les modèles développés prennent en compte tous les usages (pour tous les fluides du bâtiment) mais les périmètres pris en compte dans le modèle doivent varier en fonction des applications (évaluation à différents stades de conception. distribution. 4. les consommations d’énergie de fonctionnement du bâtiment et les consommations d’eau des utilisateurs. Pour évaluer ces impacts. etc.) et des équipements utilisés. Pour le contributeur « consommations d’énergie du bâtiment en vie en œuvre » son impact environnemental est calculé en cohérence avec la norme XP P01-020-3 : est l’impact environnemental du type énergie i (vecteur de valeurs d’indicateurs environnementaux est la consommation du type énergie i est l’impact environnemental du bâtiment lié aux consommations d’énergie (vecteur de valeurs d’indicateurs environnementaux). . chapitre suivant].1 Energie blanche et énergie grise On distingue parfois deux types d’énergies consommées par un système : .4 Energie La réflexion sur les impacts environnementaux des bâtiments distingue généralement la mise à disposition de l’ouvrage.soit des consommations en énergie primaire (RT2005 corrigée par les équivalences ACV.) Les impacts sur l’environnement des consommations d’énergie (consommer 1 kWh d’énergie génère des consommations de ressources. Les consommations du type énergie i sont les résultats soit de calculs réglementaires soit les résultats de logiciels de simulation thermique [cf. des pollutions et des déchets) sont fonction du type d’énergie consommée (gaz. Trnsys). humidité pour le bois.soit des consommations en énergie finale (possible avec Comfie et Trnsys) .L’énergie dite grise correspond à l’énergie nécessaire à la mise à disposition (fabrication. fin de vie) du système indépendamment de son fonctionnement.soit des évaluations des besoins énergétiques ou futures consommations d’énergie utile (par exemple : Comfie. bûches.l’énergie dite blanche correspond à l’énergie consommée pour assurer son fonctionnement. Sont notamment identifiés comme contributeurs : les produits et matériaux de construction. les utilisateurs obtiennent : .) et géographique (mix énergétique utilisé en France) des procédés considérés. son fonctionnement « normal » et son fonctionnement lié à l’activité qui y est hébergée. etc. Notamment. etc. prise en compte moyennée de la phase de démarrage. plaquette forestière. il convient de s’assurer d’une représentativité technologique (combustible et équipement).

leur puissance. Sur l’énergie dite blanche. est d’une importance primordiale lors de l’ACV du bâtiment. Sa définition méthodologique est en cours à partir de la norme XP P01-020-3. par opposition à l’énergie consommée par un système pour son fonctionnement. Ainsi les chaudières utilisées dans un bâtiment peuvent mener à des inventaires différents selon leur type (chaudières à basse émission de NOx. éclairage. 4. eau chaude sanitaire. consommée tout au long du cycle de vie d’un produit. Pour le calcul de l’énergie grise à l’échelle du bâtiment. la norme NF P01-010 définit cinq indicateurs énergétiques : l’énergie primaire totale. l’énergie primaire matière et l’énergie primaire procédé. Le comportement thermique du bâtiment dépend de plus des différents composants et systèmes mis en œuvre au sein de ce dernier (par exemple pompe à chaleur. et donc les déperditions de chaleur et ses besoins de chauffage. fortement influencé par les matériaux utilisés et les choix de conception effectués. chaudières.essentiellement focalisé leurs approches sur l’énergie de fonctionnement des ouvrages et ciblé sur cinq postes réglementaires de consommation d’énergie en exploitation : chauffage. refroidissement. Le concept d’énergie grise est aujourd’hui moins bien cerné et ne fait l’objet d’aucune définition normalisée. matériaux et équipements à intégrer dans l’analyse.2 Liens avec la simulation thermique Le comportement thermique d’un bâtiment. de leurs paramètres de fonctionnement. chaudières à condensation). notamment l’électricité spécifique. La simulation thermique et l’ACV sont alors fortement dépendantes des caractéristiques des systèmes utilisés. A l’échelle des produits et matériaux de construction. les consommations énergétiques en découlant représentant une importante part des éventuelles pollutions. leur vétusté… Les modèles de pompe à chaleur (PAC) développés pour COMFIE font le lien entre le comportement thermique du bâtiment. l’énergie primaire non renouvelable. Afin de permettre l’évaluation de ces performances thermiques. à l’échelle du bâtiment. chaleur massique…). de quantifier l’énergie grise grâce à l’indicateur « énergie primaire totale » et de renseigner parallèlement les indicateurs. L’énergie grise comprend une part renouvelable et une part non renouvelable. il faudrait dans certains cas se donner la possibilité d’ajouter les autres usages. quantifier l’énergie grise reviendrait donc à quantifier l’énergie nécessaire à la mise à disposition du bâtiment. les définitions de la littérature font souvent référence à l’énergie nécessaire à la mise à disposition d’un bien (notamment fabrication et distribution). pour mieux connaître l’énergie grise. il est nécessaire de préciser dans les unités fonctionnelles les propriétés physiques des matériaux (masse volumique. Les Pouvoirs Publics préconisent aujourd’hui. conductivité thermique.jusqu’à la réglementation thermique 2005 (RT 2005). matériaux à changement de phase. Par analogie. les principaux travaux à mener doivent porter sur la définition du périmètre des produits. Il n’y a pas de définition officielle de l’énergie grise. vitrages…).La réglementation et les labels sur les performances énergétiques des bâtiments ont . en cohérence avec les postes considérés dans l’énergie blanche. Toutefois. Les deux principales options aujourd’hui sont d’utiliser l’énergie primaire totale ou l’énergie primaire procédé. les conditions climatiques extérieures (la température notamment) et les performances et modes de 122 . auxiliaires. l’énergie primaire renouvelable. « énergie primaire procédé » et « énergie primaire non renouvelable ».

De même des dispositifs comme les puits climatiques permettent de tempérer l’enceinte d’un bâtiment selon la saison. ou encore être couplés à une PAC pour améliorer l’efficacité de cette dernière. climatiseurs…). solaire thermique. combustible…) ainsi que les réseaux associés (fluides. émetteurs dispersés – radians.(chaudières. escalators…). Pour bien modéliser le fonctionnement d’une pompe à chaleur. ce qui permet à la fois d’améliorer le confort thermique et d’abaisser la consommation énergétique d’un bâtiment [Guiavarch & al.l’éclairage (luminaires. leurs caractéristiques physiques et thermiques devront être connues.la production de chaleur. soit être intégrés au bâtiment en dehors de son enveloppe (microcapsules de paraffine dans une plaque de plâtre par exemple). Il sera donc intéressant. 4. protections solaires. Ces PEP doivent être pris en compte dans la description du bâtiment et sont considérés comme partie prenante de la mise à disposition du bâtiment. il est important de bien connaitre les caractéristiques de fonctionnement de cette dernière. . ainsi que les caractéristiques du puits (nombre de nappes. ordinateurs.la production de froid (pompes à chaleur réversible. Pour simuler l’utilisation de ce type de matériaux sous COMFIE. ventilateurs et échangeurs. 123 . Le modèle développé pour COMFIE nécessite ici de connaitre les caractéristiques de ventilation mise en jeu dans le bâtiment. fibres optiques. Ces matériaux peuvent soit être utilisés à la place d’un autre (le béton par exemple).la gestion. conduits de ventilation. convecteurs…-. ascenseurs et monte-charges. solaire photovoltaïque) .l’électroménager. en se basant notamment sur des données constructeurs expérimentales.Les PEP (Profils Environnementaux Produits). Ces équipements englobent notamment : . et mettent en jeu une infrastructure impliquant des canalisations.…) . lors de l’intégration de ce type de dispositifs dans un bâtiment. COP en fonction du taux de charge). qui peuvent être obtenues par corrélation à partir de différents points de fonctionnement pour lesquels les différentes grandeurs sont connues. nombre de tubes par nappe. Les données environnementales nécessaires à l’évaluation de la contribution des équipements énergétiques aux impacts environnementaux d’un bâtiment sont de trois types : . diamètre externe et épaisseur de la paroi des tubes. longueur moyenne. . Ils peuvent permettre un gain sur les besoins de chauffage ou de climatisation. filtres et épurateurs d’air…). serveurs.…). le stockage et la diffusion de l’information numérique (GTB. radiateurs.la ventilation (ventilateurs et réseau de ventilation. 2008].…) . fibres optiques. l’utilisation de matériaux à changement de phase (MCP) peut permettre d’améliorer l’inertie thermique d’un bâtiment. ainsi que leur caractéristiques thermiques) [Thiers. son efficacité variant selon ces différents paramètres. tous les équipements du bâtiment non passifs et transformateurs d’énergie (électricité. gaz. signalisation sécurité. VDI. équivalents des FDES pour la pluaprt des équipements et certains réseaux (câbles électriques…).la motorisation (volets roulants. électricité. )) . Enfin.Les FDES pour certains types de réseaux (tuyauteries. pompes à chaleur. écrans…) .3 Equipements « énergétiques » Nous appelons ici « équipements énergétiques ». 2008]. . de disposer des courbes de fonctionnement appropriées (puissance calorifique en fonction de la température extérieure.fonctionnement des différents matériels disponibles. Ainsi la température et les déperditions thermiques du bâtiment (et donc ses besoins de chauffage) déterminent le mode de fonctionnement d’une PAC (pleine charge ou charge partielle).la production d’électricité (éolienne.

124 . si pour l’aide à la conception il n’est pas inutile de connaître l’importance de ces postes. Par exemple le bilan carbone incite à développer le chauffage électrique. d’autre part à des effets conséquentiels : l’usage de l’ACV peut dans certains cas conduire au développement d’une technologie qui induit en retour une modification des impacts environnementaux considérés comme hypothèse de départ. Il convient donc de déterminer quels sont les équipements à prendre en compte dans les évaluations environnementales de bâtiment en fonction des objectifs de l’étude : . nécessitent la mise en route de moyens de production de pointe. Il semble alors judicieux d’élaborer un modèle prenant en compte ces effets dynamiques. mais ce développement induit une forte demande de pointe. En effet le mode de production de l’électricité (et donc les impacts sur l’environnement qui y sont associés) dépend fortement de l’usage fait de ce type d’énergie.Nucléaire .- Les DES (Déclaration Environnementale de Service). en particulier des centrales thermiques engendrant de fortes émissions de CO2.Doit-on inclure l’électroménager ? . Ces DES sont issues soit de données conventionnelles (issues de la réglementation thermique et ne portant que sur un nombre limité de critères). là l’échelle de l’ouvrage.Quels sont les consommateurs « d’électricité spécifique » à inclure ? En effet.4 ACV dynamique Le terme « ACV dynamique » fait référence d’une part à une ACV prenant en compte la variation de certains paramètres au cours du temps. la plupart d’entre eux ne sont pas opposables au maître d’ouvrage et au concepteur du bâtiment et dépendent surtout du comportement de l’utilisateur du bâtiment. Certains de ces équipements et consommations associées ne sont aujourd’hui pas prises en compte par la réglementation thermique. et plus particulièrement de la dynamique de ces usages.Fioul + pointe Ces données apportent des informations d’un grand intérêt dans le cadre de l’ACV du bâtiment. qui modifie le mix de production et donc les impacts liés à l’usage de l’électricité. soit de données issues d’ACV (Analyse de Cycle de Vie). Les PEP permettront donc. Ainsi les pics de demande d’électricité. liés par exemple à l’usage de chauffage électrique.Charbon + gaz . Evolution du mix de production électrique au cours du temps RTE fournit depuis 2007 les données horaires de production d’électricité sur une année. sont produites pour exprimer les impacts de la mise à disposition d’une quantité d’énergie. comme vu précédemment. en fonction des différents modes de production : . Par conséquent doit on les compter forfaitairement. pas du tout ? Tout dépend. des objectifs de l’étude. 4.Hydraulique . d’estimer la part d’énergie grise liée aux équipements énergétiques.

Figure 9: Production d'électricité nucléaire en France en 2008 Figure 10: Production d'électricité de pointe et au fioul en France en 2008 125 .

il serait utile de disposer d’un modèle permettant d’évaluer le mix de production au cours du temps. 126 . L’analyse des données passe donc dans un premier temps par une analyse de Fourier. Ce mixe dépend de la saison (et surtout de la température). Une périodicité apparait comme manifeste ici. afin de déterminer des tendances d’évolution du mix énergétique. Cette démarche sera appliquée pour chaque mode de production. afin de déterminer les fréquences déterminantes dans la description du signal. du jour de la semaine et de l’heure. L’objectif est ici d’élaborer un modèle en exploitant les données disponibles pour l’année 2008. ainsi que pour la production totale.Figure 11: Production d'électricité au charbon et au gaz en France en 2008 Afin d’évaluer les impacts liés aux différents usages de l’électricité dans un bâtiment.

comme explicité dans la formule suivante : Où . qui caractérisent la dépendance en température de l’amplitude de chaque variation périodique.Figure 12: Spectre des données correspondant à la production d'électricité nucléaire en France en 2008 (en haut à gauche). à la production de pointe et au fioul (en haut à droite). En première approche une température moyenne nationale sera considérée. et respectivement la population de chaque zone. et sont les températures relevées aux trois stations météos considérées (Agen. Les paramètres à déterminer sont les différentes expressions . on cherchera à déterminer la fonction décrivant. On cherche donc des fonctions de la forme : Où les correspondent aux n fréquences préalablement déterminées par analyse de Fourier. en fonction du temps et de données en température. et la fonction . en utilisant l’algorithme de Levenberg-Marquardt permettant d’implémenter une méthode des moindres carrés non-linéaires. Il convient ensuite d’exploiter les informations fournies par les expressions obtenues. ainsi qu’au charbon et au gaz (en bas) A partir de ces fréquences. On peut déterminer trois morphologies spécifiques. Afin d’étudier l’existence d’un lien entre la production d’électricité et son utilisation pour du chauffage. elles seront validées par application aux courbes de production et de température de l’année 2007. en utilisant des relevés horaires pour chaque station météo considérée comme représentative des trois principales zones climatiques de la RT 2005 (soit Agen Macon et Nice). rendant compte d’éventuelles évolutions de la production en fonction de la température. Macon et Nice). L’objectif est alors de déterminer. pondérés par la population associée à chaque zone. une fonction dépendant du temps et de la température permettant de décrire l’évolution de la production électrique. afin d’affiner le calcul des impacts environnementaux des différents usages de l’électricité. les grandeurs . caractérisant la localisation temporelle des variations. 127 . Ainsi l’analyse des différentes morphologies d’évolution sur la production totale permet de déterminer quels usages en sont la source. et non directement en fonction du temps. il est intéressant de chercher le lien entre cette production et l’évolution des températures en France. Une fois les différentes expressions déterminées. les courbes de production d’électricité. et .

qui présente plusieurs caractéristiques : L’existence d’un minimum global au cours de la période chaude de l’année. où la production d’électricité est maximale sur les cinq premiers jours (avec des maximums locaux dont la valeur reste quasiment constante). La valeur de production atteinte à ce minimum local peut être considérée comme correspondant aux usages constants d’énergie électrique au cours du temps. 128 . par rapport auquel. On observe aussi une tendance hebdomadaire.Une tendance annuelle. apparaissent un maximal local et une hausse globale de la production. Figure 13: Production totale d'électricité en France en 2008. et donc indépendants de la température. Une première analyse simplificatrice peut permettre de considérer que cette hausse locale correspond à l’utilisation de climatisation. heure par heure Ainsi la partie de la production d’électricité correspondant à la différence entre ce minimum global et les valeurs atteintes au cours de la période froide peuvent être reliées à un usage de l’électricité liée au chauffage. au cours de cette même période. et une production dont l’importance est atténuée au cours du week-end.

129 . exemple du jour 56 Les travaux à venir vont donc consister en la détermination des fonctions décrivant les différents types de production d’électricité. zoom sur les semaines 8 et 9 Cette tendance peut être considérée comme illustrant l’influence des usages professionnels de l’électricité. l’un atteignant son maximum dans la journée à 13 heures. qui servira de base à l’évaluation des impacts pour chaque type d’utilisation de l’électricité intervenant dans le bâtiment. qui se superposent aux usages domestiques. Figure 15 : Production totale d'électricité en France en 2008. l’autre à 21 heures. qui met en avant deux pics de production. qui eux apparaissent seuls (ou presque) pour les deux derniers jours de la semaine. puis en une formalisation mathématique de la relation entre usage et mode de production. Ainsi le rapport qui existe entre les valeurs maximales atteintes au cours de la semaine et celles atteintes au cours du week-end peut constituer un premier élément d’évaluation de l’importance des différents usages de l’électricité. On observe enfin une tendance journalière. Ces pics correspondent vraisemblablement à un usage domestique d’électricité.Figure 14: Production totale en France en 2008. et devront donc être traités comme tels.

ses impacts sur l’environnement. et faire évoluer au cours du temps au sein de l’outil d’ACV différentes caractéristiques importantes du système. Ces évolutions modifient le comportement thermique du bâtiment. le rendement des chaudières. ou encore l’étanchéité de l’enveloppe. les caractéristiques physiques de ses différents constituants subissent des évolutions et modifications. sa consommation énergétique. Un travail reste à mener afin de prendre en compte ces différentes évolutions. ce afin de mieux prendre en compte le vieillissement d’un bâtiment et son influence sur la qualité environnementale de ce dernier. comme par exemple la conductivité thermique des isolants utilisés. 130 .Evolution de certaines propriétés Au cours du vieillissement d’un bâtiment.

nombre d’occupants. Les valeurs par default sont des valeurs pénalisantes. Egalement. . il s’agit de déterminer tous les points d’utilisation de l’eau.g. .g. alors il peut renseigner une nouvelle valeur. Autre équipement . les données statistiques de consommation d’eau en France disponible auprès de l’INSEE et les textes réglementaires (e. Le développement du modèle a été réalisé en plusieurs étapes : .5 Eau : consommation domestique et gestion des eaux pluviales L’objectif de cette partie de l’étude a été de définir les moyens pour une prise en compte pertinente de l’impact du bâti sur l’eau (consommation domestique et gestion des eaux pluviales).la troisième étape a consisté à identifier et définir la fréquence d’utilisation par type d’équipement et le cas échant la durée d’utilisation – en fonction de données statistiques sur l’utilisation et la consommation d’eau en France. la surface intérieure. Lave-vaisselle (usages à l’intérieur du bâtiment) ainsi que : Arrosage espace vert. la surface de l’espace 131 .).la quatrième étape a consisté à identifier tous les autres paramètres qui ont un impact sur la consommation d’eau d’un bâtiment (e. Dans cet objectif le travail a visé le développement d’un modèle d’estimation des consommations d’eau domestique (CSTB) et d’un modèle de gestion des eaux pluviales (NOBATEK) 5. les valeurs proposées sont accompagnées d’un commentaire explicatif. l’approche adoptée a été de proposer et de laisser la possibilité à l’utilisateur de l’outil de choisir une valeur parmi plusieurs valeurs possibles / pertinentes (en fonction des équipements disponibles sur le marché à l’heure du développement de l’outil). l’Office International de l'Eau.g. Baignoire. Douche. etc. afin d’améliorer les outils d'évaluation de la qualité environnementale de bâtiments. En ce qui concerne les caractéristiques de consommation. Si aucune des valeurs proposées n’est jugée par l’utilisateur comme étant adaptée au scenario concerné. La même approche que pour les caractéristiques de consommation d’eau a été adoptée (l’utilisateur peut choisir parmi plusieurs valeurs ou proposer lui-même une autre valeur). Lave-linge. l’arrêté du 21 août 2008 sur les modalités d’utilisation de l’eau de pluie dans les bâtiments). Évier. Les postes consommateurs d’eau pris en compte sont : Chasse d'eau. le Centre d’Information sur l’Eau. une valeur par default est proposée dans le cas ou l’utilisateur ne possède pas l’information demandée (réponse «je ne sais pas»).g. piscine (usages à l’extérieur du bâtiment).une première étape a consisté à recenser les besoins en eau d’un bâtiment .e.la deuxième étape a consisté à identifier les équipements utilisateurs d’eau et leur caractéristiques de consommation. Nettoyage parties communes.1 Estimation de la consommation d’eau Le modèle d’estimation de la consommation d’eau des bâtiments a été développé pour le secteur résidentiel et en se basant notamment sur les données disponibles auprès de différents organismes chargés de la gestion d’eau et / ou de recherches sur l’impact de sa consommation sur l’environnement (e. Afin d’orienter l’utilisateur dans le choix de la valeur de consommation d’eau. . Lavabo. Nettoyage à l’extérieur. Nettoyage intérieur logement.

20A et 20B. Pour cela l’approche est de calculer d’abord la quantité totale d’eau consommée pour chacun de ces postes à la température d’utilisation (en m3 d’eau à la température TECS_usage) et ensuite faire la distinction entre la quantité d’EFS. Le coût de l’eau consommée est estimé à partir du prix de l’eau dans la commune d’implantation du bâtiment. ruisselées en aval des toitures. la présence de robinets de soutirage d’eaux distribuant chacun des eaux de qualité différentes est interdite dans la même pièce. le bain. 2 cas on été définis en se basant sur les données Météo France sur plusieurs années: .).consommation d’eau en m3 par an et par personne . . pour une consommation « moyenne » on obtient par simulation à l’aide du modèle développé 4 L’eau de pluie collectée à l’aval de toitures inaccessibles peut être utilisée pour des usages domestiques extérieurs au bâtiment.Cas 2 : une température de 10°C pour tous les autres départements. la surface de récupération (type6 et superficie) et les caractéristiques du réseau de récupération (les pertes dues au filtre et à l’architecture du réseau d’acheminement). eaux recyclées. la plus proche) 6 Le rendement de captage de l’eau de pluie est influencé par les caractéristiques de la toiture. Par exemple. . Pour la température moyenne annuelle de l’eau froide. 13. à l’exception des caves. de coefficients spécifiques de réduction ont été alors utilisées pour moduler les consommations conventionnelles.eaux pluviales. eau puisée sur site et eaux récupérées . L’outil permet également d’obtenir la valeur de la consommation d’eau par poste (en m3/personne/an) et le pourcentage par rapport à la consommation totale d’eau. 2008] 5 Une bonne estimation du potentiel hydrologique du site implique l’utilisation de la hauteur de pluie enregistrée à la station météorologique la plus représentative du site étudié (en général. etc.dans la cinquième étape ont été définies les formules de calcul des consommations d'eau. En ce qui concerne l’utilisation de l’eau provenant d’autres sources que le réseau d’eau potable (i.la sixième étape a consisté à valider le modèle développé par la simulation de différents scenarios et la comparaison des résultats obtenus avec des valeurs de mesures disponibles dans la littérature. pendant toute sa durée de vie. pour les chasses d’eau et le lavage des sols à l’intérieur des bâtiments et. 06. La quantité prévue est mise en évidence lors de la présentation des résultats et comparée avec le potentiel hydrologique du site. . en m3 à la température de production (TECS_production). pendant toute la durée de vie du bâtiment . limiteur de pression à l’entrée de l’installation générale d’eau). Si des équipements ou installations sont mis en œuvre dans le bâtiment ou sur sa parcelle pour réduire ces consommations (e. Dans les bâtiments à usage d’habitation.consommation d’eau en m3 par personne.Cas 1 : une température de 15°C pour les départements suivants (situés au sud de la France) : 04. 83. .vert etc. Les résultats de calcul sont exprimés sous forme de : .consommation d’eau en m3 par bâtiment. 84. le rendement de récupération varie entre 80% (pour une toiture en pente de tuile ou une toiture terrasse non-gravillonnée) et 30% (pour une toiture végétalisée) [norme DIN 1989] 132 . ne respectent pas les limites de qualité réglementaires définies pour l’eau potable et peuvent contenir des micro-organismes pathogènes) [MEEDDAT. 34. 05. La consommation de l’eau chaude affichée en tant que résultat final est celle correspondante à la température de production (TECS_production). Pour l’estimation du potentiel du site en eau de pluie ont été pris en compte les caractéristiques météorologiques locales5. l’évier) une distinction entre la consommation d’ECS et la consommation d’EFS est faite. parce que l’utilisation de l’eau de pluie peut augmenter la probabilité de contamination sanitaire (Les eaux de pluies récupérées. Pour les postes pour lesquels l’eau chaude sanitaire (ECS) est utilisée (la douche. le lavabo. Les consommations sont différenciées par type d’eau consommée (EFS. 48. en m3 à la température TEFS et la quantité d’ECS. Ainsi. uniquement l’eau de pluie4 a été considérée dans cette version du modèle. .).e.consommation d’eau en m3 par an et par bâtiment . 30. . à titre expérimental et sous conditions. sous-sols et autres pièces annexes à l’habitation. pour le lavage du linge . ECS et eau non-potable).g. ou assimilés.

de la perméabilité du sol. ce qui a pour effet d’augmenter le ruissellement des eaux pluviales au détriment de leur infiltration. de la profondeur de la nappe. collecteurs.). Sur le bâtiment : Toits stockants. La gestion des eaux pluviales sur la parcelle vise à compenser l’imperméabilisation des sols inhérente aux constructions et à l’aménagement de leurs abords.) ou le réseau (unitaire ou séparatif) Les possibilités d’infiltration (dépendant du coefficient d’imperméabilisation. Les paramètres de la gestion des eaux pluviales à la parcelle sont principalement les suivants : Le débit de fuite en sortie de parcelle (l/s/ha).2 Rétention d’eau Cette réflexion s’inscrit dans le cadre d’une approche ACV bâtiment intégrant la parcelle dans le périmètre d’étude. il s’agit de privilégier dans l’outil les dispositifs qui : • Limitent les surfaces imperméabilisées pour assurer une infiltration directe à l’endroit même où la pluie rencontre le sol (participe à la recharge de la nappe) • Récoltent l’eau de pluie collectée sur les surfaces imperméabilisées pour l’utiliser ou la restituer au milieu naturel par infiltration forcée. Elle a pour objectif d’atténuer le ruissellement et d’alléger la charge des infrastructures collectives d’assainissement existantes (égouts. en ligne]. Cela induit une concentration importante des flux vers les réseaux existants (et donc des inondations ou des surcoûts de surdimensionnement des canalisations). on assiste à une imperméabilisation croissante des sols par les constructions. Les dispositifs de stockage agissent pour retenir l’eau pendant la durée du processus d’infiltration. Elle contribue à prévenir les inondations et la pollution des eaux de surface ainsi qu’à réalimenter la nappe phréatique.. la réalimentation de la nappe (qui conditionne la préservation des ressources futures en eau). des sources de pollution) 133 . stations d’épuration). mais aussi de diminuer leurs charges polluantes (limiter les phénomènes de lessivage des surfaces urbaines par les eaux de ruissellement et décantation. la limitation des inondations et des pollutions liées au ruissellement.. toitures végétalisées. et notamment la sensibilité du milieu récepteur. selon que le rejet se fait vers le milieu naturel (eaux de surface. données pluviométriques. et du projet (Imperméabilisation de la parcelle. La solution est d’avoir recours aux techniques de rétention/infiltration des eaux de ruissellement sur la parcelle. ce qui correspond à la consommation moyenne en France. d’après les données CIEau [CIEau. dispositifs de stockage et d’infiltration) L’exutoire. Un exemple de copie d’écran du module d’estimation de consommation d’eau est présenté en annexe 4. récupération de l’eau de pluie. Ces techniques permettent de diminuer les débits et/ou les volumes d’eaux pluviales. 5. Le développement urbain conjointement à celui des infrastructures d’assainissement a un deuxième effet : celui de la détérioration de la qualité des milieux. Par ordre de priorité. Les nappes phréatiques et les ruisseaux reçoivent de moins en moins d’eau de façon naturelle et les inondations se multiplient. sol. • Retiennent l’eau et l’évacuent lentement (à débit régulé) vers le réseau d’égouts ou les eaux de surface. Face à l’urbanisation grandissante. Les enjeux principaux sont donc la limitation du surdimensionnement des infrastructures d’assainissement. les parkings et les rues. qui intègre les données du site (topographie.une valeur d’environ 44 m3 / an / personne..

les types d’occupation de la parcelle sont considérés dans l’indicateur Land Use (cf. Le débit de fuite à la parcelle (débit de pointe à l’aval) est un indicateur pertinent car sa réduction entraîne la limitation du surdimensionnement des réseaux et des ouvrages annexes. soit : 134 . L’aggravation du coefficient d’imperméabilisation pourrait également être un indicateur pertinent. Cependant. .Surface de récupération.3 Utilisation d’eau de pluie La récupération d’eau de pluie a été considérée dans l’élaboration du module « consommation d’eau domestique » présenté précédemment (5.1 Estimation de la consommation d’eau).les besoins en eau pour les usages non potables (WC. L’indicateur proposé n’intègre pas les problématiques d’infiltration et de pollutions.) . sur la base des données d’entrées suivantes : .de prendre en compte la problématique de la gestion des eaux pluviales à la parcelle par la mise en place d’indicateurs parallèles à l’ACV du bâtiment 5. Cela permet en effet de prendre en compte les variations. arrosage. vidange de la cuve. Si on ne veut retenir qu’un indicateur. mais des précipitations quotidiennes.. On peut ainsi en déduire l’apport par le réseau en eau potable (et donc la consommation réelle en eau potable pour ces usages).le volume généré (qui dépend des surfaces et caractéristiques des toitures et de la pluviométrie) ..Les risques de pollutions et les abattements de pollution par les techniques employées Le débit de fuite à l’exutoire de la parcelle constitue un indicateur pertinent de la gestion quantitative des eaux pluviales à la parcelle. ainsi que les besoins en fonction de la saison (ex : les besoins dans un collège sont quasi nuls en été). Ceci afin de déterminer le potentiel du site en eau de pluie pour la surface de récupération renseignée. m2 . remplissage. nettoyage. L’objectif de cette étude est de considérer dans le module d’estimation d’eau. On se base sur une période de retour de 10 ans.Pluviométrie locale. A noter que sur de nombreux projets le débit de fuite en sortie de parcelle est imposé. Les formules de calcul sont présentées en Annexe 6.. Les paramètres du modèle ont été définis.3 Usage du sol). Aux entrées venant du module d’estimation de consommation d’eau domestique. De plus. chapitre 1. Ce travail permettra : . Un module a été élaboré afin de déterminer le débit de fuite en sortie de parcelle. ce sera le pourcentage d’amélioration du débit de fuite. celui-ci est déjà pris en compte dans le calcul du débit de fuite.le niveau de la cuve de la veille.Le type de la surface de récupération de l'eau de pluie. non plus une pluviométrie locale exprimée en moyenne annuelle (mm/an). Les données sont issues de documents développés par Nobatek concernant la récupération d’eau pluviale. Le niveau de la cuve dépend des paramètres suivants : . mm/an . de données de l’OIEAU et de manuels d’arrosage d’espaces verts. .

Des besoins journaliers afin de prendre en compte la variation des consommations sur l’année .92 0. ensoleillement. température. sanitaires.. . En effet. On pourra retenir les taux de récupération suivant : hiver printemps été automne 0.35 0.- Surfaces de récupération des eaux pluviales (m2) et types de surface de récupération Besoins en eau pour les usages pour lesquels il est possible d’utiliser les eaux de pluie récupérées (arrosage. vitesse du vent. .La pluviométrie du site sous forme de précipitations quotidiennes. 2006].Les besoins en arrosage des espaces verts [m3/m²] en fonction du type d’aménagement de l’espace vert (% d’arbustes.71 Les besoins en eau pour l’arrosage peuvent varier d’au moins 20% en fonction de plusieurs paramètres : .le choix des végétaux . % de gazon) et de la saison .techniques d’arrosage Mise à part la saison et les grandes typologies de végétation..Pour la toiture végétalisée. le taux de récupération varie en fonction du moment de l’année. % de massif. la rétention des toitures vertes dépend des saisons : au printemps (fraction évacuée de 6 à 51%).la saison .pluviométrie. .la zone climatique du projet .B (Volume Pertes Apport réseau généré – Niveau cuve (m3) (m3) Besoins) (m3) Consommations en eau pluviale récupérée (m3) Les formules de calcul sont présentées en Annexe 7 Les indicateurs principaux résultants et à retenir sont : . Les données d’entrées permettent d’afficher les informations présentées dans le tableau suivant par jour : Moi Jour s Besoin Précipitati Volume espace vert ons (mm) généré (m3) (m3/m²) Besoins Besoins autres Globaux (m3) (m3) Les sorties Les valeurs intermédiaires obtenues sont les suivantes : V. elles présentent une rétention plus importante qu’en hiver (fraction évacuée de 86 à 98%) [CSTC.nature du sol (ex : besoin en eau supérieur si sol sableux par rapport à un sol argileux) . Ces données sont à obtenir auprès de Météo France .L’apport par le réseau (m3/an).) Surfaces d’espaces verts Volume de la cuve de récupération (m3) Viennent s’ajouter : . . 135 .59 0. les variations citées ci-dessus ne sont pas prises en compte dans l’étude. Cela permet de considérer des intervalles réels de sécheresse. entretien..

de prendre en compte un volume d’eau plus précis pouvant être recueilli dans une cuve de récupération d’eau pluviale et donc d’affiner l’apport en eau par le réseau en eau potable (consommation réelle en eau potable pour ces usages) 136 .- L’eau de pluie consommée (m3/an). Ce travail permettra : .

6 Interprétation 6. La normation est aussi très utile pour la définition de classe ou catégorie pour « trier » les solutions comparées. Saadé Myriam et Crettaz Pierre. il n’est pas simple de comparer les différents impacts d’un bâtiment. 2008 137 . 2005]7 établies au niveau européen. considérées pour les indicateurs orientés dommages. Lausanne. kg PO43. Eco-conception des bâtiments et des quartiers. Il suffit pour ce faire de définir un profil environnemental de référence (ou profil de normation). Mais les unités et les ordres de grandeur des indicateurs étant différents. kWh kg SO2 eq.51 Source CITEPA Observatoire de l’Energie CITEPA CITEPA IFEN IFEN ANDRA 7 Jolliet Olivier. Si par exemple le bâtiment génère l’émission de 800 tonnes d’équivalent CO2 sur son cycle de vie et si les émissions par habitant et par an sont de 8 tonnes. du CITEPA. Dans ce cas. produit pondérée.1 Normalisation (ou normation) a) Aide à l’établissement de priorités entre les indicateurs Lorsque plusieurs variantes architecturales ou techniques d’un projet sont comparées. et données issues de [Jolliet.3 19. L’un des critères concerne l’importance de la contribution du bâtiment aux différents problèmes environnementaux. 2008]8. compilées dans [Peuportier.7 38. . La variante minimisant l’impact B serait alors choisie. mais le m2 de SHON/ou SHAB-année pourrait être envisagé. de l'ADEME et du ministère de l'Industrie. comprendre et réaliser un écobilan Presses Polytechniques et Universitaires Romandes. IMPACTS MOYENS PAR HABITANTS ET PAR AN (France) thème effet de serre énergie primaire acidification smog eutrophisation eau déchets radioactifs unité kg CO2 eq. Presses de l’Ecole des Mines. il serait utile d’établir un ordre de priorité entre les indicateurs. alors la priorité pourrait être donnée à l’indicateur B par rapport à l’indicateur A. …). 2005 8 Peuportier Bruno. La normalisation des impacts permet de transformer les indicateurs de manière à les exprimer dans une même unité. de l'ANDRA.dans le cas de la France. Les équivalents habitant-année sont généralement utilisés. Par exemple si le bâtiment contribue beaucoup plus au problème B qu’au problème A. Cette transformation peut être effectuée sur les indicateurs pour lesquels des moyennes par habitant et par an sont disponibles. m3 dm3 Année-habitant 8 680 48 670 62. Paris. La normation est une opération mathématique permettant de transformer un profil multicritère exprimés dans des unités différentes en un profil multicritère exprimé en une seule unité ou adimensionnel. il peut arriver que l’une des variantes soit plus performante sur certains indicateurs mais moins performante sur d’autres. alors la contribution du bâtiment est équivalente à 100 habitants-années. Analyse du cycle de vie. La normation est une étape nécessaire pour l’agrégation multicritère totale (somme pondérée.1 339 0. données de l'IFEN. kg C2H4 eq. Les tableaux ci-dessous montrent de telles données par habitant et par an pour différents indicateurs issues de différentes sources.eq.

4-DB eq. et 4% de la consommation nette. BRE materials industry briefing note 3b : Normalisation. La consommation nette d’eau potable représente alors 24% de la consommation brute. soit environ 540 m3 par habitant. issues du ministère en charge de l’environnement9.ecologie. Green guide to specification.4-DB eq. tonne 1. soit 97 m3 par personne et par an. Le ratio entre consommation nette et brute n’est alors que de 6%. IMPACTS MOYENS PAR HABITANTS ET PAR AN (Europe de l’Ouest) thème effet de serre épuisement des ressources acidification smog eutrophisation eau destruction de la couche d’ozone déchets radioactifs autres déchets toxicité humaine éco-toxicité aquatique éco-toxicité terrestre unité kg CO2 eq. .000241 (haute activité) 19.an pour l’éco-toxicité. Mais ceci nécessiterait de calculer le prélèvement net correspondant à la consommation d’eau potable dans un bâtiment. tonne 1.m2. Année-habitant 12 300 39. 2005 138 .217 0. kg 1.0068 13 700 ADEME Jolliet (Europe) Jolliet (Europe) Des valeurs différentes sont données pour les indicateurs orientés dommages dans l’annexe du rapport Eco-indicator 99 de juin 2001 (option « hiérarchiste ». London. Une autre possibilité serait d’appliquer un ratio moyen entre consommation brute et nette pour l’eau potable. qui selon la même source représente 11% de la consommation brute. la plus grande part de l’eau prélevée retourne au milieu naturel (après avoir été traitée). en tenant compte de l’évaporation par exemple. de l'Energie. Des données plus récentes. soit 3. Or c’est actuellement la consommation brute qui est évaluée. kg Sb eq. kg C2H4 eq. kg SO2 eq. www.1 71. du Développement durable et de l'Aménagement du territoire. la consommation nte d’eau potable représente 18% de la consommation brute totale.eq.fr. IMPACTS MOYENS PAR HABITANTS ET PAR AN (France) 9 Ministère de l'Ecologie. qui s’élèvent alors à 91 m3 par habitant et par an en France.autres déchets toxicité humaine éco-toxicité kg éq.m2.5 32. intermédiaire entre « égalitariste » et « individualiste ») : 0.an 10 400 0. juillet 2002.2 21. 4 fois plus faible que celui correspondant à l’eau potable. Il serait alors plus pertinent de ne considérer que les prélèvements nets.4-DB eq. « Valeur de normation pour les indicateurs environnementaux ».gouv.2 123 .7 13. mai 2007 10 BRE.5 0. et 25% de la consommation nette. m3 kg CFC-11 eq. donnent une valeur plus élevée que la source IFEN citée précédemment : de l’ordre de 34 milliards de m3 par an. DALY PDF. soit 23 m3. Selon les données de 2007.154 DALY pour la toxicité humaine et 5130 PDF.Document de l’association RECORD. mm3 kg éq. La normalisation devrait alors également considérer la consommation brute.6 m3. kg PO43. En ce qui concerne les prélèvements d’eau. soit 59 m3 par personne et par an. Mais ce ratio est différent dans l’industrie.données du Building research establishment (BRE) au Royaume Uni10.

Dans ce cas. SO2 139 . il s’agit de diviser les valeurs d’indicateurs par ceux correspondant au logement moyen. 11 1 kg eq. au regard des réglementations et certifications actuelles. et constituent dans ce cas une véritable aide à la décision. D’importants travaux vont être menés dans les prochaines années pour obtenir ces valeurs de référence dans le cadre de l’association HQE et de projets européens comme Superbuildings. il paraît souhaitable de travailler sur des valeurs de référence exprimées dans une unité du bâtiment (m2 de SHON. par même unité de surface. ou par même nombre d’habitants. pour les gaz autres que le CO2. /lit. La principale difficulté pour pouvoir appliquer ce type de normation est de disposer des profils de référence. 6. Certains autres indicateurs sont beaucoup plus incertains. Pour les bâtiments. l’incertitude globale n’est alors que de 7%.3 Incertitudes sur différents indicateurs Selon le GIEC. Année-habitant 10 839 11 227 46 780 49 408 58. Par exemple le choix d’une durée de vie plus courte peut désavantager des composants à impact de production plus élevé mais réduisant les impacts en phase d’utilisation. 6. et une valeur correspondant aux meilleures pratiques.…). en particulier en ce qui concerne la santé et l’éco-toxicité. Or elles pourraient influencer la comparaison de variantes. ou si au contraire les résultats dépendent d’hypothèses difficiles à étayer. Le CO2 représentant de l’ordre de 80% de cet impact. /nuité.thème effet de serre unité kg CO2 eq. ou ne sera valable que sous certaines hypothèses. auquel cas la décision ne pourra pas être justifiée par l’ACV. Un projet éco-conçu peut alors être évalué par rapport à ces deux niveaux de performance. Une étude de sensibilité devrait accompagner toute évaluation environnementale de bâtiment. m2 de SU…). l’incertitude sur le potentiel de réchauffement global correspond à 35%. énergie primaire kWh acidification kg SO2 eq. H+ = 32 kg eq. fin de vie) Certaines hypothèses comme la durée de vie d’un bâtiment et le scénario de fin de vie des différents matériaux sont très incertaines.2 Analyses de sensibilité (durée de vie.2411 - Zone géographique Europe EU15 France Europe EU15 France Europe EU15 France b) Comparaison à des références Savoir qu’un logement émet 400 tonnes de CO2 sur son cycle de vie ne donne pas autant d’information sur sa performance qu’une information du type « ce logement émet 20% de moins que la moyenne actuelle des logements neufs ». Il est alors utile de faire varier ce type de paramètre incertain pour savoir si les résultats de l’ACV sont robustes. Cette unité pourrait d’ailleurs être propre à chaque usage (/élève. Il peut être intéressant de disposer de deux références : une valeur moyenne.

de les agréger partiellement par thématique puis éventuellement globalement pour obtenir une note unique (points. Les pondérations restent cependant arbitraires. Il existe d’autres méthodes d’agrégation multicritère. moins intuitives et moins faciles à appréhender par le décideur. Certains études se sont basées sur des panels d’experts afin d’établir ce type de pondération.com). Une possibilité consiste alors à établir des priorités entre les critères et à définir des pondérations.4 Approche multicritère pour la comparaison de solutions Lors de la comparaison de solutions. et les incertitudes sont ainsi réduites. Développées notamment par l’ « école francophone » (voir ROY et SCHARLIG).biois. Or cette compensation n’est souvent pas écologiquement acceptable. elles sont aussi un plus difficile à mettre en oeuvre. ces méthodes conduisent à donner une grande responsabilité au décideur ce qui est « conforme à la pratique » mais qui peut mettre le décideur en insécurité puisqu’il n’a pas de « note » pour prouver qu’il a fait le meilleur choix. par exemple en ce qui concerne l’évolution au cours du temps du mix de production d’électricité. il nous semble difficile à courte échéance d’implémenter ces méthodes dans les évaluations environnementales de bâtiment notamment si les objectifs de l’évaluation sont la vérification d’une exigence réglementaire ou la certification de performances. Ces méthodes ont montré leur efficacité lors de processus complexe d’aide à la décision. permettant de fortement limiter les phénomènes de compensation. par exemple le projet européen Lense (www. Par contre. Par exemple le problème des ressources en eau peut être plus important dans certaines régions que dans d’autres. Des systèmes de cotation environnementale à partir d’un profil multicritère sont en cours d’élaboration par les Pouvoirs Publics. 140 .com) ou un projet animé par BioIS sur la priorisation des thèmes environnementaux (www. Malgré tout. L’approche multicritère a été préférée dans le projet de norme européenne. Par ailleurs. ou plus généralement les processus intervenant en phase d’utilisation.Certaines approches méthodologiques peuvent permettre de réduire certaines incertitudes. de chaleur. les impacts correspondent à une année proche d’aujourd’hui. Mathématiquement. de premier abord. ces méthodes sont de bons outils de recherche de consensus. Il s’agira de regrouper les critères environnementaux par thématique (nombres et nom à définir). dites méthodes d’agrégation partielle. refusant l’agrégation totale. L’idéal serait de ne conserver que 5 à 6 thématiques et d’éviter l’agrégation totale fortement demandée par le marché mais fortement compensatoire (je peux être très bon sur un critère pour compenser sur un autre critère où je serai très mauvais). La proximité d’un cours d’eau ou d’un lac à protéger peut donner plus d’importance à des impacts comme l’eutrophisation. 6. Une autre possibilité consiste à prendre en compte le contexte et le dialogue avec le maître d’ouvrage.lensebuildings. Ces méthodes sont néanmoins. mais moins favorable sur d’autres. étoiles…). Si les impacts sont évalués en considérant les processus actuels (par exemple le mix actuel de production d’électricité) et divisés par la durée de vie supposée de l’ouvrage. il peut arriver qu’une solution soit plus favorable sur certains critères.

6.5 Exigences de performances dans un programme
Objectifs en termes d’impact par m2 et par an
Comme on l’a vu, se ramener à une année (considérée dans un futur proche) permet de réduire les
incertitudes liées à un futur plus éloigné. Mais un deuxième intérêt est de pouvoir comparer le projet à
une référence. Dans ce cas, il est également utile de se ramener à une unité de référence indépendante
du projet : par exemple 1 m2 de surface chauffée, 1 m3, 1 personne etc. Ce type de ratio peut être utilisé
en phase de programmation, puis évalué durant les phases suivantes par les équipes de conception et
de réalisation, voire de gestion du bâtiment.
Des objectifs ont été exprimés sous cette forme par exemple dans le projet européen (programme
CONCERTO) sur le quartier Lyon Confluence.
Logements
Bureaux

kg CO2 / m2 / an
7
5

g déchets radioactifs / m2 / an
2
2

Il est dans ce cas nécessaire de bien préciser quelle surface est considérée pour établir les ratios :
SHAB, SHON, surface chauffée…
Le projet européen Superbuildings devrait permettre d’avancer sur ce sujet.

141

Conclusions
La présente étude a permis de proposer les grandes lignes d’une méthodologie pour l’application de
l’analyse de cycle de vie aux bâtiments, en précisant la définition du champ pour de telles études, le
mode de calcul de l’inventaire de cycle de vie, l’évaluation des impacts et l’interprétation des résultats.
L’analyse des pratiques existantes a également permis de clarifier différentes approches de modélisation
du cycle de vie des bâtiments, par exemple en ce qui concerne la prise en compte du recyclage, du
transport des matériaux ou des étapes de fin de vie.
La simplification des inventaires a été étudiée : sa validité dépend des indicateurs que l’on souhaite
évaluer.
Deux bases de données ont été considérées : une base « spécifique », INIES, formée par les FDES
fournies par les industriels, et une base générique, Ecoinvent, fournissant des inventaires plus détaillés
mais correspondant à des moyennes européennes ou nationales. Le choix d’une base peut dépendre de
l’objectif de l’étude, en particulier les indicateurs sélectionnés et l’avancement du projet : des données
génériques peuvent être utilisées en phase amont, puis des données spécifiques en conception détaillée.
Certains aspects de la modélisation ont été approfondis, en particulier sur les aspects de gestion de l’eau
et sur l’évolution dans le temps des impacts liés à la production d’électricité. Les bâtiments à énergie
positive produisent davantage d’électricité l’été et en consomment plus l’hiver : considérer des impacts
moyens annuels est alors moins précis qu’une approche plus dynamique.
En ce qui concerne l’aide à l’interprétation des résultats, des étapes de normalisation sont proposées,
d’une part afin de situer un projet par rapport à une moyenne et des meilleures pratiques, d’autre part
dans le but d’établir des priorités parmi les indicateurs environnementaux, facilitant ainsi la mise en
œuvre d’une démarche multi-critères.
Le projet a donc permis de clarifier les hypothèses et les choix méthodologiques, et de développer des
compléments aux outils actuels. Certains travaux se poursuivent dans le cadre d’activités européennes
avec les projets LoRe-LCA et Superbuilding.

142

Annexe 1 : Répartitions des substances listées dans
Ecoinvent dans les différentes catégories FDES
(a) Hydrocarbures (non spécifiés, excepté méthane)
m-Xylene
o-Xylene
Styrene
Toluene
Xylene
Acenaphthene
Isoprene
Terpenes
Hydrocarbons, aliphatic, unsaturated
Butane
Butene
Ethane
Heptane
Hexane
Hydrocarbons, aliphatic, alkanes, cyclic
Hydrocarbons, aliphatic, alkanes, unspecified
Pentane
Propane
Ethene
Propene
Ethyne
Butadiene
Cumene
Cyclohexane
(a) HAP (non spécifiés)
PAH, polycyclic aromatic hydrocarbons
Benzo(a)pyrene
(a) Méthane (CH4)

Methane, biogenic
Methane, fossil
(a) Composé organiques volatils (ex : acétone, acétate, etc,

NMVOC, non-methane volatile organic compounds, unspecified origin
Acetone
Acetaldehyde
Acrylic acid

143

Formaldehyde
Acrolein
Methyl acrylate
Chloroform
Methane, monochloro-, R-40
Mercury
Lead
Dimethylamine
Nitrobenzene
Phenol
Ethene, tetrachloroMethane, tetrachloro-, R-10
Ethane, 1,1,2-trichloroEthene, trichloroEthyl cellulose
2-Methyl-2-butene
Benzal chloride
Butanol
Diethyl ether
1,4-Butanediol
3-Methyl-1-butanol
4-Methyl-2-pentanone
Acetonitrile
Diethylene glycol
Ethyl acetate
Formic acid
Furan
Methyl ethyl ketone
Methyl formate
Propanol
(a) Dioxyde de Carbone (CO2)

Carbon dioxide, biogenic
Carbon dioxide, fossil
Carbon dioxide, land transformation
(a) Monoxyde de Carbone (CO)

Carbon monoxide, biogenic
Carbon monoxide, fossil
(a) Protoxyde d'Azote (N2O)

Dinitrogen monoxide
(a) Oxydes d'Azote (Nox en NO2)

144

5 um.Nitrogen oxides (a) Ammoniaque (NH3) Ammonia (a) Poussières (non spécifiées) Particulates. < 2. and < 10um (a) Oxydes de Soufre (SOx en SO2) Sulfur dioxide (a) Hydrogène Sulfureux (H2S) Hydrogen sulfide (a) Acide Cyanhydrique (HCN) Cyanide (a) Acide Chlorhydrique (HCl) Hydrogen chloride (a) Composés chlorés non spécifiés (en Cl) Chlorine Epichlorohydrin Phosphorus trichloride Potassium chloride Sodium chlorate Sodium hypochlorite Sodium perchlorate Trichlorosilane Chlorosilane. > 2. trimethyl(a) Composés fluorés non spécifiés (en F) Fluorine Fluosilicic acid Hydrogen fluoride (a) Composés halogénés (non spécifiés) 145 .5 um Particulates. > 10 um Particulates.

2-trifluoro-. HFC-23 Ethane. HCFC-141b Ethane. 1. HCFC-123 Ethane. CFC-113 Ethane.2-tetrafluoro-.2.3. bromochlorodifluoro-.1-difluoro-. HFC-32 Methane.1-trifluoro-.2-tetrafluoro-.1. HCFC-140 Ethane. trifluoroEthane.1. R-14 Methane. chlorodifluoro-.7. trichlorofluoro-. CFC-115 Ethane. trifluoro-. chlorinated Methane.1. tetrafluoro-. chloroHalogenated hydrocarbons. dichloro-.1. Halon 1211 Methane.1.2. 1. HFC-152a Ethane. 1-chloro-1.Benzene. CFC-114 Ethane. CFC-11 Methane. Halon 1301 Methane. CFC-13 Methane. HCFC-31 Methane.8-tetrachlorodibenzo-p-dioxin Phenol.1-difluoro-.2-dichloro-1. bromotrifluoro-. HCC-30 Methane. HCFC-21 Methane. HCFC-142b Ethane. 1. 1. HFC-134a Ethane. HFC-125 Ethene.1. pentafluoro-.2-dichloro(a) Métaux (non spécifiés) Silver Barium Beryllium Molybdenum Thallium Aluminum Iron Magnesium Platinum Titanium 146 . CFC-12 Methane. pentachloroDioxins. measured as 2. pentachloroAcetic acid. 1. hexafluoro-.1-dichloro-1-fluoro-.2-dichloro-1. 1. HFC-143a Ethane. HCFC-124 Ethane. HCFC-22 Methane.1.1-trifluoro-. chlorotrifluoro-. chloro-fluoro-. HFC-116 Ethane. dichlorodifluoro-. chloropentafluoro-. hexachloroBenzene.1. 2.1-trichloro-.2-tetrafluoro-. difluoro-. 2-chloro-1. dichlorofluoro-.1.2-trichloro-1. 1. 1.

Tungsten (a) Antimoine et ses composés (en Sb) Antimony (a) Arsenic et ses composés (en As) Arsenic Arsine (a) Cadmium et ses composés (en Cd) Cadmium (a) Chrome et ses composés (en Cr) Chromium Chromium VI (a) Cobalt et ses composés (en Co) Cobalt (a) Cuivre et ses composés (en Cu) Copper (a) Etain et ses composés (en Sn) Tin (a) Manganèse et ses composés (en Mn) Manganese (a) Mercure et ses composés (en Hg) Mercury (a) Nickel et ses composés (en Ni) Nickel (a) Plomb et ses composés (en Pb) 147 .

Lead (a) Sélénium et ses composés (en Se) Selenium (a) Zinc et ses composés (en Zn) Zinc (a) Vanadium et ses composés (en V) Vanadium (a) Silicium et ses composés (en Si) Silicon Silicon tetrafluoride (a) Substances sans correspondances Ammonium carbonate Boric acid Boron Boron carbide Boron trifluoride Bromine Calcium Calcium hydroxide Diborane Helium Hexamethyldisilizane Hydrogen peroxide Iodine Isocyanic acid Lanthanum Lithium carbonate Methyl amine Nitrogen fluoride Ozone Phosphine Potassium Potassium hydroxide Scandium Sodium Sodium formate Sodium hydroxide 148 .

unspecified Propanal Acetic acid Propionic acid Ethylene oxide t-Butyl methyl ether Methane. aromatic Nitrate Phosphorus Sodium dichromate Sulfur hexafluoride Ethanol Methanol Aldehydes. bromo-. Halon 1001 Polychlorinated biphenyls 2-Methyl pentane 2-Methyl-1-propanol 2-Propanol Butyrolactone Carbon disulfide Ethane thiol Ethylene diamine Ethylene glycol monoethyl ether Hydrogen Methyl borate Monochloroethane Monoethanolamine N-Bromoacetamide Paraffins Phosphoric acid Propylene oxide Sulfuric acid 149 .Sodium tetrahydroborate Strontium Sulfate Tetramethyl ammonium hydroxide Thorium Uranium Water Zirconium Benzaldehyde Hydrocarbons.

CHAPITRE 3 : INTEGRATION INFORMATIQUE 150 .

.....2......3.....9 LA VERSION BÉTA-TEST D’ELODIE.....2.........2.2 1....2 2..3..............1......2..........2..Sommaire INTRODUCTION ...2.3...2.....2...............................1.1 1..............3 2....1........2 2......3 2..5 2.1 2........2........2........5 1..2.....2 2....3 1..................1 1....3...............2........ 152 1 ELODIE ..1 2.....4 2.2.. 171 2..............................1.............2...........5 2.......1..............3 2...4 2.........3...............................1 2........6 2.3 2.4 1.................................2 1......2......1 1....2 2.............3.... 153 1....7 1.........1 2.............2 1.....4 2... EN MAI 2008 ____________________________________ 153 Evaluer un projet avec la version Béta-test d’ELODIE____________________________ 154 Les limites de la version Béta-test d’ELODIE __________________________________ 157 ELODIE EN MARS 2011 ______________________________________________________ 158 Présentation générale ____________________________________________________ 158 Créer un projet sous ELODIE ______________________________________________ 159 Prendre en compte le contributeur produits et matériaux de construction _____________ 162 Prendre en compte les consommations d’énergie pendant la vie en œuvre du bâtiment _ 163 Prendre en compte les consommations d’eau pendant la vie en œuvre du bâtiment ____ 164 Prendre en compte la phase chantier du bâtiment ______________________________ 166 Les transports des occupants ______________________________________________ 167 Les résultats calculés par ELODIE __________________________________________ 167 Vers un ELODIE V2 ______________________________________________________ 170 2 ÉVOLUTION D’EQUER VERS NOVAEQUER .................6 POINT DE DÉPART : EQUER ___________________________________________________ 171 Présentation ____________________________________________________________ 171 Fonctionnement _________________________________________________________ 171 Limites ________________________________________________________________ 176 NOVAEQUER ______________________________________________________________ 176 Les bibliothèques ________________________________________________________ 177 Le bâtiment ____________________________________________________________ 178 L’énergie ______________________________________________________________ 179 L’eau _________________________________________________________________ 180 Le calcul _______________________________________________________________ 181 Les résultats ____________________________________________________________ 182 LES ÉVOLUTIONS ____________________________________________________________ 185 Noyau de calcul _________________________________________________________ 185 Mix électrique dynamique _________________________________________________ 185 Bibliothèques d’impact ____________________________________________________ 185 Bibliothèques d’éléments __________________________________________________ 185 Gestion des résultats _____________________________________________________ 186 Étiquette _______________________________________________________________ 186 CONCLUSION _______________________________________________________________ 186 151 .8 1.......................6 1.......

Dans le présent document nous aurons un bref aperçu des fonctionnalités existantes et des limites des outils ACV utilisés comme base d'intégration . Il correspond à l'intégration dans un logiciel du livrable 2 concernant la méthodologie et les fonctions nécessaires à la réalisation d'un outil d'ACV bâtiment.Introduction Ce livrable correspond à l’avancement du projet en janvier 2011. il pourra donner lieu à une actualisation en fin de projet. soit en mars 2011. nous verrons les évolutions en cours d'intégration ou qui sont envisagées. nous détaillerons ensuite les modifications apportées dans le cadre du projet COIMBA. Enfin. 152 .

1 La version Béta-test d’ELODIE. en mai 2008 Le logiciel ELODIE v0 ou béta-test a été mis à disposition de béta-testeurs volontaires en mai 2008. Figure 16: Page de garde du logiciel Elodie en béta-test 153 . de valeurs par défaut et de méthodologie. de faire remonter les besoins des utilisateurs en termes d’ergonomie. ELODIE est relié à la base de données INIES et permet ainsi d’exploiter les indicateurs des FDES.1 Elodie 1. ELODIE v0 permettait alors d’effectuer des calculs de performance environnementale à l’échelle du bâtiment pour un seul contributeur : l’ensemble des produits et matériaux le constituant. Les béta-testeurs qui se sont inscrits ont permis de tester cette première version d’ELODIE. sous la forme d’un outil web (voir Figure 16).

La figure ci-dessous montre le projet d’une maison déjà renseigné.1. L’utilisateur découpe son ensemble de produits et matériaux de construction en zone (le plus généralement ces zones sont des lots de construction).1.1 Évaluer un projet avec la version Béta-test d’ELODIE Un projet sous ELODIE peut regrouper différents bâtiments d’une même opération ou permettre de décliner un même bâtiment en différentes variantes. Figure 17 : L’écran projet d’ELODIE 154 . Chaque bâtiment est spécifié par sa SHON et sa durée de vie programmée (DVP). pour permettre une analyse thématique par la suite.

inies.Le bâtiment est décrit par l’utilisateur d’ELODIE comme une somme de composants. Figure 19: L’outil ELODIE est relié à la base de données INIES (www.fr) 155 . à partir de la donnée suggérée par le fabricant de ce produit (DVT : durée de vie typique) au sein de la FDES. Le métré est traduit sous la forme de « quantité » pour chacun des composants. La version de test permettait d’avoir plusieurs types de données : fiches créées et communiquées par le CSTB à l’ensemble des utilisateurs. ELODIE n’impose aucune frontière d’étude : l’utilisateur doit lui-même décider les éléments qu’il intègre dans son périmètre d’évaluation. fiches créées par les utilisateurs (qui avaient également la possibilité de partager leurs fiches à l’ensemble de la communauté des utilisateurs d’ELODIE). L’utilisateur doit également déterminer une Durée de Vie Estimée (DVE) pour chaque composant. Figure 18: Renseigner un composant sous ELODIE Le choix des données environnementales se fait entre les FDES existantes sous INIES (voir Figure suivante) ou la propre base de données d’ELODIE.

Figure 21: Comparer les résultats de différentes variantes sous ELODIE 156 . Une fois l’ensemble du projet décrit. que l’utilisateur peut enrichir. Les informations demandées sont celles relatives à la définition de l’unité fonctionnelle et des indicateurs de la FDES Figure 20: ELODIE possède également sa propre base de données. l’utilisateur obtient les résultats agrégés à l’échelle du projet. qu’il peut consulter sous forme de tableau ou graphique.La figure suivante illustre la création d’une fiche ELODIE par un utilisateur.

Figure 22 : Comparer graphiquement les résultats de différentes variantes sous ELODIE ELODIE permet de comparer le poids relatif des différents éléments constitutifs du bâtiment. 1. Figure 23: Analyser les poids respectifs des lots pour le contributeur produit et matériaux de construction sous ELODIE ELODIE permet d’exporter les résultats sous un format figé PDF. 157 .2 Les limites de la version Béta-test d’ELODIE Les limites d’ELODIE. sont aussi bien d’ordre méthodologique qu’ergonomique. en mai 2008.1.

notamment les équipements qui sont systématiquement absents des évaluations environnementales effectuées. . Les fonctionnalités sont alors réduites et la version n’évolue pas. il est essentiel de définir pour chaque projet ELODIE un équivalent fonctionnel précis. Ensuite. 1.Si ELODIE laisse l’utilisateur libre dans la définition de ses frontières. (SHON et DVP). début mars 2011 158 . .1 Présentation générale Le logiciel ELODIE est un outil web à présent disponible à l’adresse suivante : www. Notamment en créant des modules spécifiques à chaque contributeur pris en compte dans la norme XP P020-3 (énergie. ELODIE version 1 aura pour ambition de traiter les points suivants. etc. eau. Or pour comparer différents projets et pour capitaliser des données sur l’ensemble du parc. présentes dans le catalogue formation du CSTB. en version de démonstration en se créant un compte. Figure 24 : La page d'accueil d'Elodie www.La base de données INIES et celle d’ELODIE sont lacunaires pour nombre de produits et matériaux.fr Il est toujours possible d’utiliser ELODIE.La prise en compte des consommations d’eau devrait être intégrée sous ELODIE par le biais d’une calculette permettant d’estimer ces consommations d’eau (eau potable ou eau de pluie).ELODIE se comporte encore trop comme une boîte noire.2 ELODIE en mars 2011 1. transport) . ELODIE ne permet pas de stocker des informations sur les différents contributeurs pour aider à l’interprétation des résultats.elodie-cstb. en cohérence avec le projet COIMBA : . des aides devront lui être apportées à terme. d’usage de graphiques esthétiques.L’unité fonctionnelle du bâtiment n’est traitée que sommairement sous ELODIE version 0.Le format des sorties des calculs sous ELODIE v0 n’est pas satisfaisant en terme de possibilité de retraitement. . L’interface du logiciel ELODIE est à présent disponible en français ou en anglais. La version complète d’ELODIE est diffusée par le biais de formations. L’ensemble de l’outil a été redéveloppé en technologie Silverlight.2.La décision est alors prise de changer la technologie de développement et ELODIE version 1 sera développée sous Silverlight.fr. au caractère plus esthétique.elodie-cstb. .

 et celle spécifique de la phase de chantier de construction du bâtiment. Figure 25 : Le principe de base de l’outil ELODIE 1. interface permettant d’associer des données environnementales à des quantités.ELODIE. 159 .  consommations d’eau des bâtiments (résidentiels et tertiaires)  contribution des produits de construction aux impacts environnementaux de l’ouvrage.2 Créer un projet sous ELODIE L’outil permet la création de projet et le partage de ceux-ci entre différents utilisateurs d’ELODIE. permet de prendre en compte les contributeurs suivants :  consommations d’énergie de fonctionnement du bâtiment (postes RT ou autres usages).2. en mars 2011. Cette fonctionnalité peut s’avérer utile si l’un les projets nécessite la saisie de données détenues par différents utilisateurs. Le schéma suivant illustre le principe général d’ELODIE.

s’il connait leurs identifiants) DES énergie DES eau DES transport DES immobilisation 160 . si la saisie en a été faite sous INIES). ELODIE possède ensuite sa propre base données qui comporte les éléments suivants : de Figure 27 : Bibliothèques de données environnementales sous ELODIE Fiches composant ELODIE Fiches de profil énergie Fiches de profil eau Fiches de profil transport Fiches de profil immobilisation Bibliothèque contenant les valeurs par défaut diffusées par le CSTB et les fiches créés par les utilisateurs (un utilisateur peut choisir de partager ses fiches avec d’autres utilisateurs.Figure 26 : Liste du projet de l’utilisateur « Démonstration » sous ELODIE L’outil ELODIE utilise plusieurs bases de données environnementales. (ELODIE peut également récupérer ces données phase par phase. à laquelle ELODIE est raccordé permet de mettre à disposition des utilisateurs les indicateurs de ces FDES pour les calculs à l’échelle du bâtiment. La base de données INIES.

Unités complémentaires. A la création d’un bâtiment. L’utilisateur est toujours libre des frontières d’évaluation de son projet (en termes de contributeur. Réglementation en Vigueur. Caractérisation du bâtiment. Certaines données sont indispensables aux calculs. Les modèles peuvent être définis par le CSTB ou les utilisateurs eux-mêmes. Typologie. d’autres seront essentielles lors d’actions de capitalisation. de données environnementales utilisées. comprenant un bâtiment.L’utilisateur a la possibilité de créer un projet vierge ou de créer un projet à partir d’un modèle. sous ELODIE.) Figure 28: Création d’un nouveau projet. 161 . Un modèle de projet comporte déjà des éléments renseignés. un certain nombre d’éléments doivent être renseignés afin de définir l’équivalent fonctionnel évalué : Description. etc. Localisation Géographique.

Figure 29 : Renseigner l’équivalent fonctionnel d’un bâtiment sous ELODIE pour permettre une analyse complète des résultats et leur capitalisation.3 Prendre en compte le contributeur produits et matériaux de construction Pour le module Composants. les zones peuvent êtres utilisées comme une façon de ranger les produits par type ou par fonction. 162 .2. 1. Renseigner un composant revient de la même façon que dans le béta-test à quantifier chaque composant et lui affecter des données environnementale et une durée de vie estimée. . . la description d’un bâtiment se fait par le biais de différents modules : Chaque bâtiment comporte quatre modules : - le Module Composant - le Module Energie - le Module Eau - le Module Chantier . Ensuite. . Figure 30: Découpage du projet suivant les lots pour le module Composant (contributeur produits et matériaux de construction).

La mise à disposition de l’énergie engendre des impacts sur l’environnement en termes de consommations de ressources énergétiques et non énergétiques. etc.Figure 31 : Renseigner un composant sous ELODIE : il faut spécifier une DVE. il faut associer une FDES (présente sous INIES) ou une fiche ELODIE. une quantité et documenter ces valeurs et le choix des données environnementales associées. mais également en termes de pollution de l’eau. deux types de données environnementales : - des données conventionnelles (celles utilisées dans la RT) des données issues d’ACV (Analyse de Cycle de Vie). 1.en impacts environnementaux. pollution de l’air.4 Prendre en compte les consommations d’énergie pendant la vie en œuvre du bâtiment Le module énergie d’ELODIE permet de calculer les impacts environnementaux liés aux consommations d’énergie qui ont lieu sur la parcelle pendant la phase d’utilisation du bâtiment. l’utilisateur a le choix entre une FDES (Fiches de Déclaration Environnementales et Sanitaires) existante dans la base INIES ou une fiche ELODIE (existante ou à créer). Figure 32 : A chaque composant. 163 . Ce module n’a pas vocation à effectuer lui-même les calculs thermiques (réglementaires ou issus de simulations thermiques) : il permet seulement de transposer les résultats obtenus par d’autres logiciels ou par calculs. Le module énergie d’ELODIE utilise ainsi. pour calculer les impacts de ces consommations. Pour l’affectation des données environnementales à un composant. La récupération des données nécessaires se fait donc encore de façon manuelle.2. ELODIE effectue donc deux calculs en parallèle et exprime deux profils environnementaux : un conventionnel et un issu d’une approche ACV. émission de CO2.

Figure 33 : La prise en compte des consommations d’énergie sous ELODIE se fait en utilisant les sorties des logiciels de calcul thermique réglementaire ou de simulation thermique dynamique. Le module eau est alors découpé en quatre volets : Informations générales. ventilation. des escalators. auxiliaires. C’est au sein du projet COIMBA. Equipements. des installations de sécurité. mais il peut également ajouter d’autres consommations telles que l’énergie spécifique. ECS. Résultats des calculs de consommation et Impacts sur l’environnement. matériel de bureautique. certaines valeurs par défaut pouvant être automatiquement attribuées dans le cas d’un bâtiment tertiaire. de communication) et celles des appareils connectés au réseau électrique du bâtiment (électroménager. Le renseignement des informations générales et des équipements diffère légèrement suivant le type de bâtiment décrit (résidentiel ou tertiaire). etc.Il est conseillé à l’utilisateur de renseigner au minimum les postes RT (chauffage. Pour tout autre type de bâtiment. l’utilisateur doit au choix : - répondre à une liste de questions et renseigner les caractéristiques des équipements présents dans le logement ou bâtiment étudié. 1. saisir directement la consommation totale d’eau du bâtiment (en m3/an/bâtiment) ainsi que la part des rejets (en m3/an/bâtiment).) Les valeurs des consommations doivent être renseignées pour l’ensemble du bâtiment par année. A chaque consommation doit être associé une DES (déclaration environnementale de service).2. Cette énergie spécifique regroupe : - les consommations liées aux systèmes intégrés au bâtiment (consommations des ascenseurs. éclairage). en kWh d’énergie finale. Dans le module Eau.5 Prendre en compte les consommations d’eau pendant la vie en œuvre du bâtiment Le module eau d’ELODIE permet actuellement d’estimer les consommations d’eau de bâtiments résidentiel ou tertiaire. l’utilisateur ne peut que saisir la consommation totale d’eau du bâtiment 164 . que le CSTB a développé la méthodologie d’évaluation des consommations d’eau des bâtiments résidentiels.

Figure 34: Le module Eau d’ELODIE permet d’estimer les consommations d’eau des bâtiments résidentiels et tertiaires. 165 . Figure 35: Le module Eau d’ELODIE permet d’estimer les consommations d’eau des bâtiments résidentiels et tertiaires en prenant en compte les équipements et les habitudes des occupants.et la part des rejets dans le volet Impacts sur l’environnement. L’utilisateur est une fois encore libre d’intégrer ou non chacun des postes proposé par ELODIE.

Coût eau potable consommée. Il s’agit des consommations en énergie. Figure 36 : Le module Eau d’ELODIE permet d’estimer les consommations d’eau des bâtiments résidentiels et tertiaires et de donner des indications de performance Le dernier volet du module eau permet à l’utilisateur d’ELODIE d’affecter des données environnementales aux différents types d’eau consommée et rejetée. en eau et celles liées au transport et à l’immobilisation de matériels de chantier. déplacement des ouvriers sur chantier.Le module eau d’ELODIE permet d’obtenir les résultats suivants : Consommation par poste d’usage. Consommation par types d’eau. 166 . etc.2. Figure 37 : Le module eau d’ELODIE permet d’associer des données environnementales (DES) aux consommations et rejets d’eau du bâtiment en usage.6 Prendre en compte la phase chantier du bâtiment Ce module a été créé de façon à permettre la prise des impacts de la phase chantier qui ne seraient pas comptabilisés à l’échelle des produits et matériaux de construction. Il permet d’estimer les impacts environnementaux liés aux activités de chantier (vie de chantier. 1.). aménagement de la parcelle. terrassement.

Figure 39 : Le module chantier.8 Les résultats calculés par ELODIE A partir des informations renseignées par l’utilisateur. poste énergie permet de prendre en compte les consommations d’énergie spécifiques au chantier (hors consommations déjà prise en compte dans les FDES). Figure 41 : Le module chantier. poste transport permet de prendre en compte les déplacements spécifiques au chantier (hors transport déjà pris en compte dans les FDES).2.7 Les transports des occupants Sous ELODIE a été développé un module permettant de pendre en compte les déplacements des occupants pendant la phase d’utilisation du bâtiment. poste immobilisation permet de prendre en compte l’amortissement des engins et installations de chantier (hors amortissement déjà pris en compte dans les FDES).2.Figure 38: Le module chantier. 1. 1. ELODIE calcule pour chaque contributeur sa contribution aux impacts environnementaux de l'ouvrage par la méthode définie dans la norme XP P01- 167 . Figure 40 : Le module chantier. Ce module n’est actuellement disponible qu’en interne au CSTB. poste eau permet de prendre en compte les consommations d’eau spécifiques au chantier (hors consommations déjà prise en compte dans les FDES).

mais cette possibilité n’est pas encore offerte à l’ensemble des utilisateurs.). Les résultats peuvent alors être exprimés sur le cycle de vie total du bâtiment ou ramenés à l’annuité. nombre d’occupants. on observe ci-dessous la répartition des impacts pour l’indicateur « Consommation des ressources énergétiques – énergie non renouvelable » entre les différents contributeurs au sein de la zone « Cloisonnement et isolation ». Un calcul phase par phase est également possible. SHAB. 168 . Les impacts de chaque contributeur peuvent être étudiés de manière absolue (par le calcul des indicateurs) ou relative (par la comparaison de différents contributeurs sur des graphiques camemberts). Figure 42 : Les résultats de l’évaluation d’un bâtiment sous ELODIE peuvent être exprimés suivant diverses unités . en raison du faible nombre de FDES définies phase par phase sous INIES . les indicateurs peuvent être exprimés selon les unités disponibles (SHON. etc.020-3. Ensuite. Par exemple.

ceci pour tous les indicateurs.Figure 43: ELODIE permet d’évaluer les poids relatifs des contributeurs à différentes échelles : échelle du bâtiment. d’un module ou d’une zone (pour le module composant). l’utilisateur peut également obtenir le graphique radar du projet global : Figure 44 : Visualisation du graphique radar sous ELODIE permettant la comparaison des 2 bâtiments modélisés. Pour avoir une vision globale de la performance comparée des différents bâtiments. pour chaque indicateur environnemental 169 .

Création de profils environnementaux pour des bâtiments de référence 170 . D’autres points. La réutilisation des résultats calculés et leur exploitation en sont ainsi facilitées. en cohérence avec la norme XP P01-020-3 .2.9 Vers un ELODIE V2 Entre ELODIE v0 et ELODIE version 1. cette fonctionnalité permet d’exporter l’essentiel des éléments renseignés et des résultats dans un unique fichier.L’utilisateur peut enfin exporter les résultats d’ELODIE sous Excel. notamment : . 1. COIMBA aura permis de traiter un certain nombre de points méthodologiques.La cohabitation des données « cradle to gate » et « cradle to grave ». en relation avec ce projet seront ultérieurement développés sous ELODIE. Figure 45: Les résultats d’un projet modélisé sous ELODIE peuvent être exportés sous Excel.

1 Point de départ : EQUER 2.. a) Bibliothèque 171 .2 Fonctionnement Le fonctionnement du logiciel peut être compris en parcourant les différents onglets qui le composent .1.)  les caractéristiques des bâtiments étudiés o les matériaux qui constituent le bâtiment et leurs quantités o le mode de gestion de déchets o le comportement des occupants o . pour cela.1 Présentation EQUER est un logiciel d'ACV bâtiment fruit d'une collaboration entre le CEP de l'École des Mines de Paris et la société IZUBA énergies. il s’appuie sur les résultats de simulation de Pleiades+COMFIE (noté P+C dans la suite de ce texte). traitement d'eau et des déchets. La simulation du cycle de vie s’appuie sur :  une base de données d’inventaires de cycle de vie et d’indicateurs d'impacts : o pour la fabrication des matériaux o pour les procédés (transport de personnes ou de matériaux. ils sont structurés pour passer d’étape en étape à la saisie. au calcul puis à l’analyse des résultats. Il permet d'évaluer l'impact environnemental d'un bâtiment et de ses occupants . 2.... logiciel de simulation thermique dynamique. énergie.1.2 Évolution d’EQUER vers novaEQUER 2.

Il est également possible d’indiquer des informations générales sur les durées de vies des éléments et les distances de transport de ces éléments. Ceci permet. On va pouvoir préciser la composition du mix énergétique utilisé pour l’électricité de base et celui de l’électricité tenant compte des pics de consommations pour le chauffage. 172 . b) Énergie On indique ici l’énergie de chauffage et d’ECS.On retrouve dans la bibliothèque tous les éléments et procédés pris en compte dans les calculs et les impacts associés par catégorie. étape et procédé avec leur unité fonctionnelle (sous forme abrégée). en cas de chauffage électrique. d’évaluer les impacts correspondant aux besoins de chauffage calculés par P+C. ce qui est lié à des usages comme la cuisson ou l’électro-ménager. On peut également indiquer des consommations supplémentaires en électricité et en gaz pour chaque habitant d’une zone thermique.

c) Eau La fenêtre Gestion de l’eau nous donne la possibilité de saisir le rendement du réseau d’eau. permet de définir les distances pour acheminer les déchets à leur destination et le comportement des occupants concernant le traitement de ces déchets (tri sélectif). en plus des consommations supplémentaires que l’on retrouve dans les autres onglets. la consommation quotidienne d’ECS et les consommations quotidiennes supplémentaires d’eau froide en litre par personne pour chaque zone du bâtiment. d) Déchets L’onglet Déchets. l’utilisation de toilettes sèches. e) Transport 173 .

par exemple en spécifiant le fabricant et la référence d’un produit particulier. un choix d’association à un élément de la bibliothèque est proposé autant de fois que cet élément apparait tant qu’il n’a pas été associé avec mémorisation. 174 . Dans ce cas. lancer le calcul et consulter les résultats présentés sous la forme d’un tableau dommant les indicateurs environnementaux calculés sur les différentes phases du cycle de vie. si un élément en provenance de P+C n’a pas de correspondance dans la bibliothèque EQUER. Lors du lancement du calcul. par exemple « laine de verre ». f) Calcul C’est ici que l’on peut choisir la durée considérées dans les simulations. Les onglets suivants concernent l’analyse et la représentation des résultats. il faut établir une correspondance entre le nom de l’élément dans P+C et le matériau le plus approprié de la base de données d’Equer. La base de données comporte le plus souvent des données « génériques ».On peut donner ici les informations relatives au comportement des occupants du bâtiment lors de leurs déplacements (choix du mode de transport) et aux distances parcourues. correspondant à une moyenne européenne d’un type de produit. Une description plus précise a pu être donnée à l’étape de simulation thermique.

ou bien en vectoriel au format EMF ou WMF. on peut imprimer ou exporter le diagramme. comme pour les graphiques. Par ajout de nouvelles variantes par glisser/déposer de la « liste des résultats » vers la « liste des résultats à afficher » d’ajouter au diagramme de nouveaux polygones qui représentent les valeurs d’impact de ces variantes. On a ainsi une vision synthétique qui permet de comparer les impacts de plusieurs variantes . h) Comparatif Le comparatif permet de choisir une variante EQUER comme référence d’un diagramme radar (les valeurs d’impact de cette variante font le tour du bord extérieur du repère). il est possible de l’imprimer ou de le sauvegarder en bitmap au format BMP. 175 .g) Graphiques Les graphiques affichent un histogramme des valeurs d’impact que l’on choisit pour les phases calculées par EQUER sur une variante donnée .

elles sont perdues. Une seule bibliothèque d’impact peut être utilisée.1. c’est donc sous l’appellation novaEQUER que nous désignons dorénavant le logiciel.3 Limites Les résultats de simulations ne sont pas enregistrés avec la variante du projet Pleiades+COMFIE si on modifie le nom par défaut qui est proposé .i) Écoprofil L’éco-profil est un histogramme normalisé dont le but est de pouvoir comparer des variantes EQUER qui peuvent être complètement différentes en ramenant les valeurs d’impacts à une référence en annéehabitant (étape de normalisation de l’ACV). Il est impossible de consulter/modifier le nombre d’occupants de chaque zone. Les menuiseries internes ou en toiture ne sont pas prises en compte et les parois internes à une zone sont simplifiées ou négligées si ce sont des parois légères. Les unités des indicateurs environnementaux ne changent pas si on change de bibliothèque d’impact. on ne peut associer qu’un seul résultat EQUER à une variante P+C.2 novaEQUER L’intégration informatique des fonctionnalités présentées dans la partie méthodologique de COIMBA nous a amenés à envisager l’outil comme pouvant être indépendant de Pleiades+COMFIE. lorsqu’on recharge une variante EQUER si on n’a pas mémorisé les associations au niveau de l’application. 2. Or l’utilisateur peut choisir entre une base composée de FDES (18 indicateurs correspondant à la norme AFNOR P01 020) ou issue d’Ecoinvent et intégrant des indicateurs orientés dommages (santé et biodiversité). Il est difficile de représenter les quantités de tuyauterie. Les associations effectuées entre des éléments en provenance de P+C et ceux d’EQUER ne peuvent être mémorisés que pour l’application. 176 .… sauf en les ajoutant dans des parois au travers de compositions créées pour ce seul usage dans P+C en prenant garde que ces parois n’influent pas sur le résultat du calcul thermique (intégration dans une zone non chauffée). 2. Ici encore on peut imprimer ou exporter le diagramme. câblage. Il est donc difficile de s’y retrouver avec les calculs déjà effectués.

nous allons une fois de plus reprendre le déroulement de la saisie d’une variante. le retour à des valeurs par défaut est proposé. 177 . lors du survol d'une liste de résultats ou d'une grille. Lors du lancement de l’application la fenêtre de choix de la variante P+C ou novaEQUER à ouvrir Si c’est une variante P+C qui est chargée. 2.2. les recherches dans les boîtes de dialogue… Pour détailler ces modifications. on peut donc faire défiler les données avec la molette de la souris. En ne validant pas ces choix. des infobulles sont affichées dans les bibliothèques pour donner les valeurs d’impact des éléments lors de leur survol. de supprimer les limites qui existaient ou de permettre à l’utilisateur de donner de nouvelles informations au noyau de calcul. celle-ci est automatiquement sélectionnée.1 Les bibliothèques a) Généralités Les informations concernant les impacts ne sont plus affichées sous forme abrégée mais en toutes lettres. si c’est une variante novaEQUER. c’est le chargement des valeurs saisies pour cette variante qui est proposé ce qui n’était pas le cas auparavant. on conserve les valeurs qui sont déjà affectées dans l’interface.Nous ne présenterons ici que les fonctionnalités qui ont été ajoutées dans le but de faciliter son utilisation. par exemple. L'interface graphique a été reprise pour être plus facile et agréable à utiliser .

DBE. la structure des bibliothèques a été modifiée pour autoriser la prise en compte d'un nombre d'indicateurs variable. le travail porte également sur la diminution des temps de traitement.2 Le bâtiment Un onglet « Bâtiment » fait son apparition pour permettre de consulter/modifier les informations générales du bâtiment : Estimation de la SHON et du nombre d'habitants du bâtiment d'après le projet P+C permettant de nouveaux diagrammes dans le comparatif mais également les calculs de consommation d’eau. la référence à cette bibliothèque est intégrée à la variante novaEQUER et cette bibliothèque est rechargée si nécessaire avec la variante.Il est maintenant possible de choisir la bibliothèque d’impacts avec laquelle on effectue la simulation. ce qui entraîne des processus de traitement de données supplémentaires difficilement automatisables. Pour la prise en compte de ces indicateurs qui sont plus nombreux et qui ne sont pas les mêmes que pour Ecoinvent. Pour la bibliothèque FDES. leur durée de vie et les valeurs d’impacts ne sont pas uniformes ou pas toujours renseignées. Des évolutions sont en cours de développement pour intégrer complètement ces changements dans le logiciel.2. Nous avions auparavant une seule famille de bibliothèque : Ecoinvent . il n’est pas possible de comparer un projet évalué sur la base des indicateurs Afnor à un autre projet évalué avec des indicateurs orientés dommages. b) Génération des bibliothèques La génération des bases de novaEQUER à partir des données Ecoinvent ou FDES est en cours de refonte pour essayer d’automatiser les traitements et de limiter au maximum l’intervention des personnes en charge de leur constitution . Un utilitaire dont la fonction est de charger tout type de bibliothèque (STP. texte ou le nouveau format de bibliothèque NEQL) et de le sauvegarder vers n’importe quel format a été écrit. sur la documentation des opérations à effectuer et de l’historique des modifications. tout comme les suivantes. ce sont 18 indicateurs qui interviennent. Les quantités de tous les éléments récupérés du projet P+C qui est chargé avec la variante novaEQUER sont visibles 178 . les libellés et unités sont modifiés lors de l’affichage des résultats ou graphiques d’une variante et des contrôles de compatibilité des bibliothèques sont effectués lors de l’utilisation de l’outil comparatif. Étant donné que l’on peut choisir la bibliothèque de calcul de chaque variante. Ainsi. Les unités fonctionnelles des éléments. 2. la version de 1996 avait 12 indicateurs d’impact. mais certaines unités fonctionnelles n’étaient pas identiques. il permettra également la comparaison des bibliothèques entre elles au travers de son export au format texte.

On peut aussi ajouter des quantités de matériaux. On peut voir des exemples de choix pour des matériaux et des menuiseries : La présentation des matériaux pris en compte dans le calcul permet d’avoir un aperçu des différents éléments et de leur emplacement.2. 2.3 L’énergie Les rendements des chaudières et le COP des systèmes thermodynamiques sont pris en compte dans le calcul des consommations pour le chauffage et l'ECS. en provenance des bibliothèques P+C ou directement de la bibliothèque de novaEQUER (les correspondances ne sont plus à faire dans ce cas et seul le poids ou la surface doivent être renseignés) au travers d'une zone supplémentaire du bâtiment. les quantités (poids ou surface selon le type) sont affichées en infobulle. 179 . et en passant la souris sur un des éléments.

Dans tous les cas les impacts des équipements ne sont pas pris en compte. Des bibliothèques d'équipements courants avec des caractéristiques prédéfinies rendraient la saisie plus aisée. seule la consommation d’eau est gérée.On a maintenant la possibilité de visualiser et modifier les besoins de chauffage. 180 .2. 2.4 L’eau On a intégré les calculs de consommation d'eau selon la méthode développée par le CSTB dans le cadre du projet COIMBA. de climatisation (et de lumière) par zone générés par P+C lors de la simulation et pris en compte dans les calculs de novaEQUER.

2. Les correspondances entre les matériaux de P+C et de novaEQUER sont présentées avant le calcul dans un tableau qui reprend tous les éléments présents et leur association : Lors du choix d’une association une boite de dialogue permet de modifier l’association : 181 . seuls les éléments « compatibles » (en se basant sur l’unité fonctionnelle) peuvent être sélectionnés. Lors du choix d'une association. on ne se base plus sur les fichiers générés par le noyau COMFIE.2.5 Le calcul C’est maintenant le fichier projet P+C qui est utilisé pour obtenir les données représentant le bâtiment.

Les limites de novaEQUER concernant la représentation interne du bâtiment ont été supprimées : les vitrages en toiture. SYLK et HTML pour permettre leur exploitation ou visualisation dans la plupart des tableurs.6 Les résultats Les variantes de novaEQUER sont sauvées dans le dossier EQUER de la variante P+C associée ce qui permet de lier une ou plusieurs variantes novaEQUER à une variante P+C. texte. Graphiques Dans le graphique du résultat. menuiseries internes et toutes les parois internes sont prises en compte.Le choix d’une association est toujours mémorisé dans la variante. 2. Toutes les données saisies par l'utilisateur sont sauvegardées et peuvent être restaurées lors de l'ouverture d'une variante de novaEQUER Dans l’onglet « Calcul » les résultats peuvent être exportés au formats CSV. XLS. on a la possibilité de choisir non seulement les impacts à afficher mais également les étapes du cycle de vie 182 . Les correspondances ne sont plus mémorisées au niveau de l’application : chacune des bibliothèques d’impact a dorénavant ses propres correspondances. lorsque la mémorisation du choix est proposée. traitements de texte ou navigateurs internet.2. La réécriture du noyau de calcul pour conserver des inventaires et impacts au niveau le plus bas possible n'est pas encore terminée car cette opération est assez lourde et complexe. elle concerne son enregistrement comme correspondance entre élément P+C et novaEQUER dans la bibliothèque d’impact en cours d’utilisation.

Deux nouveaux types de diagrammes comparatifs sont disponibles : L’histogramme en barre regroupé par impact Le graphe radar (le maximum de toutes les courbes pour chaque impact est choisi comme référence) .Comparatif Plusieurs types de comparatifs et choix des valeurs de référence sont dorénavant disponibles. Les choix des valeurs de référence sont les suivants : Les valeurs prises en compte étant celles saisies dans l’onglet bâtiment. On peut imaginer d'autres valeurs (une évolution de novaEQUER avec une unité et une valeur libre est prévue) ou combinaisons possibles. 183 .

il est possible de choisir celle qui est utilisée. Écoprofil Dans l'écoprofil. Le fichier des écoprofils a été externalisé pour faciliter l’ajout de nouvelles références.Ces diagrammes viennent s'ajouter au radar avec référence (la première courbe définit la référence de présentation des autres courbes) : En combinant les différentes représentations des valeurs possibles des comparaisons entre variantes et projets peuvent être effectués avec plus de cohérence. 184 . les valeurs de référence sont affichées. si plusieurs références d'écoprofil sont disponibles.

3 Les évolutions En dehors de l’interface qui devrait encore une fois être reprise pour que l’utilisateur ne soit pas « noyé » dans les différentes saisies et puisse se focaliser sur une tâche particulière . cette fonctionnalité sera certainement ajoutée dans P+C lors du calcul des besoins horaires. mais également de la présentation des résultats qui doit devenir complètement paramétrable au lieu d’être figée sur 12 impacts comme c’est la cas actuellement. ou les mêmes unités ou le même nombre d’impact amène à une nouvelle refonte du noyau de calcul.3 Bibliothèques d’impact L’utilisation de bibliothèques d’impact n’ayant pas les mêmes indicateurs impacts. 2. elle peut être issue des bibliothèques d’équipements que l’on trouve dans le DPE.3. De la même façon que les correspondances entre matériaux sont enregistrées par bibliothèque. …). des changements ont été apportés :  un clic sur le titre de la référence permet de choisir la référence d'écoprofil affichée (si plusieurs références existent)  un clic droit sur la zone des valeurs de référence ou sur le graphe permet d'afficher/masquer les références  le déplacement de la zone de référence se fait en cliquer/glisser sur la zone des valeurs de références 2.3. 185 .Au niveau de l'interface.3.4 Bibliothèques d’éléments L’intégration dans les calculs des consommations d'énergie des équipements de chauffage et d'ECS est effectuée .3. 2.2 Mix électrique dynamique L’intégration d’une fonction donnant la composition du mix énergétique en fonction du moment de l’année reste à intégrer. il serait intéressant d’intégrer une bibliothèque pour les équipements consommateurs d’eau dans le bâtiment . 2. une suite du développement consisterait à ajouter automatiquement les impacts liés à l’équipement et à son utilisation (consommation énergétique éventuelle.1 Noyau de calcul La prise en compte des impacts par matériau et par phase est encore en cours de développement. De la même manière. une bibliothèque d'équipements sera mise en place pour faciliter les choix de l'utilisateur . d’autres éléments sont en cours d’intégration ou devraient être ajoutés prochainement. on devrait pouvoir indiquer des valeurs par défaut pour toutes les propriétés générales d’une variante comme la durée de vie d’éléments ou de catégories d’éléments. 2.

3. Des rapports reprenant les informations d’une ou plusieurs variantes avec des modèles de présentation adaptés seront ajoutés pour permettre la constitution rapide de dossiers sur l’ACV d’une étude.2. Les indicateurs seraient alors rapportés à cette référence. 2.5 Gestion des résultats Dans la version actuelle. 186 . phases et procédés au lieu de phase uniquement) qui est en cours donne de nouvelles pistes d’analyse des résultats. Enfin le travail sur le niveau de détail (matériaux. on mesure au travers des améliorations envisagées que cet outil peut devenir assez ouvert pour pouvoir utiliser tout type de bibliothèque d’impact et permettre l’analyse de n’importe quel bâtiment avec un niveau de détail très fin. par exemple le lit pour un hôtel. 2.6 Étiquette Il est envisageable de créer une étiquette « impact environnemental » comparable à ce qu’on retrouve pour le DPE dans le bâtiment permettant de communiquer les résultats plus facilement auprès du grand public . les indicateurs peuvent être rapportés au m² de surface utile ou à la personne. il est par conséquent indispensable de trouver une fonction qui s’appuiera sur les caractéristiques de la variante novaEQUER et ses résultats pour donner une valeur qui soit le plus parlante pour tous type de bâtiment. La liberté pourrait être donnée à l'utilisateur de choisir une autre référence.3.4 Conclusion Le logiciel d’ACV a déjà reçu de nombreuses améliorations. De nouvelles références d’écoprofil sont souhaitables pour pouvoir comparer les variantes à des valeurs plus récentes ou localisées.

CHAPITRE 4 : APPLICATION 187 .

............................................................. 190 1...................................................................................................................................2 PRÉSENTATION DE L’ÉTUDE SUR LE BÂTIMENT NOBATEK . 201 b) Liste des matériaux simplifiée ....................................................................................................................................................................................................................... 214 3................................................................................................................................................................................................................................................................................ 211 a) Liste des matériaux complète ..2 Equer .............................................................................................................................. 194 2 RETOURS D’EXPÉRIENCE ET MODIFICATIONS APPORTÉES AUX OUTILS .........................................................1 Elodie . 209 3........... 197 b) Retour d’expérience ................................................... 201 a) Liste des matériaux complète ................................................................................... 198 c) Modifications apportées à l’outil ..................................................................1 Maison des Hauts de Feuilly.......................................... 190 b) Echanges entre les partenaires pour l’harmonisation des données d’entrée .............................................................................................................................................. 197 a) Présentation succincte de l’outil................................................................................................................................................................................................................................. 196 a) Présentation succincte de l’outil....................................................................................... 215 CONCLUSION ............................................. 190 a) Description du bâtiment ......................................................................................................................................3 Simapro ....................... 199 a) Présentation succincte de l’outil.................. 200 3 PRÉSENTATION DES RÉSULTATS OBTENUS ... 194 1.............................................................................................................................................................Sommaire INTRODUCTION ............ 223 188 .................................... 194 Description du bâtiment ................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................................. 199 b) Retour d’expérience ................................................ 201 3....1 Comparaison des résultats par différents outils sur les Hauts de Feuilly .............................................................................................................................. 198 2........................................................... 197 2...................................................................................... 196 b) Retour d’expérience . 196 c) Modifications apportées à l’outil ..................................................................................................................................................................................................................................189 1 DESCRIPTION DES BÂTIMENTS ANALYSÉS ........................................................................................................................................................................... 194 Description du bâtiment et des variantes ............................................................................................................................................ 191 1.....................................................................................................................................2 Bâtiment Nobatek................................................................3 Etude de variantes de systèmes constructifs sur une maison individuelle .................................................. 211 b) Liste des matériaux simplifiée .................................................... 199 c) Modifications apportées à l’outil ...................3 ÉTUDE DE VARIANTES DE PROCÉDÉS CONSTRUCTIFS SUR UNE MAISON INDIVIDUELLE............................... 196 2...................................................

d’identifier les contributeurs principaux et de comparer quelques variantes de procédés constructifs. Simplifié variante constructive Outil Elodie Equer Equer Simapro Simapro Simapro Simapro Base de Données Inies Ecoinvent Ecoinvent Ecoinvent Ecoinvent Ecoinvent Ecoinvent Réalisé par CSTB Izuba / Armines Izuba / Armines Nobatek Nobatek Nobatek Nobatek Simapro Ecoinvent Nobatek 189 .de comparer les différents outils entre eux sur un bâtiment unique. Les objectifs de ces travaux sont : .Introduction Le présent document présente les travaux qui ont été effectués par l’ensemble des partenaires sur la phase d’application des outils sur un cas pratique.de mesurer l’impact d’une simplification de la liste des matériaux prise en compte dans le périmètre de l’étude . Présentation des modélisations réalisées : Bâtiment Liste de matériaux Hauts de Feuilly Détaillé Détaillé Simplifié Détaillé Bâtiment Nobatek Détaillé Simplifié MAISON À ARBONNE Simplifié Maison à Arbonne.de fournir un retour d’expérience sur l’utilisation pratique. . . ce qui a permis des améliorations sur les outils informatiques . en s’efforçant d’unifier les quantitatifs saisis pour mesurer les variations dans les résultats induits par les différences méthodologiques et les différences de bases de données utilisées . .

Architecture compacte Test d’infiltrométrie I4 = 0.24 m3/h/m² n50 = 1.1 Maison des Hauts de Feuilly a) Description du bâtiment Le bâtiment étudié est une maison individuelle d’un niveau de performance équivalent au PassivHaus allemand.alu Occultations : Brise soleil orientable.10 W/m². treille végétale à feuilles caduques.K 40 cm de laine de verre U= 0.1 Description des bâtiments analysés 1.K Surface en 28. Caractéristiques principales : Projet Equipe de maîtrise d’oeuvre Enveloppe Intitulé du projet Localisation Maître d’Ouvrage SHAB Nombre de logements Architecte Economiste BE fluides Procédé constructif Compacité Etanchéité à l’air Murs extérieurs Plancher bas Toiture Ponts thermiques Menuiseries Systèmes Chauffage Hauts de Feuilly – maison de type C Saint Priest (69) MCP Promotion 149 m² SHON 1 Nombre d’étage 157 m² R+1 Atelier Thierry ROCHE MCP – Bureau d’études Cabinet Olivier SIDLER Ossature bois.19 W/m².K 28cm de polystyrène sur terre plein Ue = 0. elle a été construite en ossature bois. U= 0. Vitrage Triple Cadre Bois .5 W/m² 190 . Rupture de pont thermique entre la dalle basse et les longrines. Sa toiture accueille 6 m² de capteurs solaires thermiques et 12 m² de capteurs photovoltaïques.8W/m². D’une surface habitable de 149 m².K Le doublage intérieur de l’ossature bois permet de rompre le pont thermique structurel. Garage en agglo.14 vol/h Mur ossature bois : ossature de 15cm avec Laine de verre + doublage intérieur de 5 cm de laine de verre.5 kW soit 23.8 m² soit 19 % de A* A4 tableaux la SHAB VMC thermodynamique Puissance installée 3.11 W/m². Uw < 0.

Besoin de chauffage de 37. y compris sur les lots fluides (chauffage. . A noter qu’il est important de toujours préciser si l’on parle de surface vitrée ou de surface en tableaux.487 t pour Simapro : l’écart s’explique en partie par la non prise en compte des taux de chute (avec 5% de chutes on atteindrait 511 t). En effet certaines modifications ont été apportées en cours de chantier comme le passage au triple vitrage partout. Des échanges entre les partenaires nous ont permis d’harmoniser les surfaces vitrées (modifiée entre la phase conception et la phase chantier. Rafraîchissement actif possible. Vérification du poids total des matériaux saisis : .3 kWc Equivalent PassivHaus : 120 kW. et des variantes proposées par les entreprises sur les matériaux (référence d’isolant).h EP / m² SHAB. Nous sommes donc restés sur les quantités correspondant à de fondations classiques. ce qui a permis d’établir une base commune.an Réalisée. La référence est celle des plans qui sont les plus à jour. plomberie. ventilation. Puissance installée .525 t pour Elodie . En effet en phase chantier l’étude de sol a montré la nécessité de passer en fondations spéciales à cause d’un sol très mauvais.539 t pour Equer.6 kW. Ces variantes ont été validées à performances thermiques supérieures ou égales. 191 . mais cela peut impacter l’entrée utilisée dans les bases de données d’ACV. La prise en compte des quantités réelles de béton en fondation n’aurait pas été représentative de l’immense majorité des maisons à ossature bois. b) Nature des matériaux Les données utilisées sont celles de la phase chantier.h/m².an Campagne de mesure en cours b) Echanges entre les partenaires pour l’harmonisation des données d’entrée a) Métrés L’ensemble des données a été fourni par Enertech. ECS. Les données utilisées sont celles de la description du projet en phase Chantier (quantitatifs « MCP »). sauf pour les fondations.Rafraîchissement Ventilation ECS Performance Photovoltaïque Objectif / label Simulation dynamique Mesures Emission Soufflage Confort d’été passif (inertie.kW Double flux thermodynamique Débit de pointe 240 m3/h Efficacité échangeur 70% Solaire appoint électrique Capteurs solaires 6 m² Capteurs cristallins : 1. électricité) pour lesquels les saisies sont particulièrement fastidieuses. occultation). au final 29 m²).

9 67. méthode 3.15 Fiche DES "Electricité française" module DEAM 3.77 grid/FR U" EN DÉTAIL. Modélisation sous Equer par Armines : o Harmonisation du catalogue des ponts thermiques.13 Autres usages 3. SANS QUE CELA CHANGE LES ORDRES DE GRANDEUR : Poste chauffage : Elodie Pléiades / Equer SimaPro 192 .23 comme coefficient d’énergie primaire pour l’électricité. qui est explicité dans le tableau suivant : Elodie Global 3. Comparaison des résultats de consommation d’énergie en utilisation : Les consommations ont été harmonisées sur une base commune : Répartition des consommations d'énergie primaire Chauffage 29% Electricité spécifique 49% ECS 10% Cuisson 9% Ventilation 0% Chauffage ECS Rafraîchissement 40. Les calculs des différents partenaires divergent sur ce facteur.2 Simapro Ecoinvent.an Rafraîchissement 3% Ventilation Compris poste chauffage Cuisson Electricité spécifique 12.5 14.c) Calculs thermiques et énergétiques - - Modélisation sous Elodie par le CSTB : o Consommations énergétiques harmonisées sur la base du calcul réalisé par Enertech. Modélisation sous Simapro par Nobatek : o Consommations énergétiques harmonisées sur la base du calcul réalisé par Enertech.1 ACV dynamique du mix électrique français 3.13 Chauffage 3.6 4. o Intégration des ponts thermiques structurels des murs : prise en compte d’une paroi multiple sous Pléiade. processus "electricity. low voltage.77 demand".1 Total en kW.13 Pléiades / Equer 3. at 3.h EP /m² SHAB .8 Les valeurs ci-dessus sont celles du calcul d’Enertech avec 3. o Mise à jour des surfaces vitrées et passage au triple vitrage partout.77 "cumulative energy 3. QUELQUES DIVERGENCES APPARAISSENT SUR LES INDICATEURS PRINCIPAUX.

6 4.032 0.0 2.0 12.7 6.Nom du module ACV mix de différents modules.7 6.00 14.00 3.par contre les différences sont très importantes sur le CO2.0 12.5 4.).13 0.1 4.00 0.6 0. . nous avons considéré ici une valeur forfaitaire (mix européen). France Electricity.6E-04 % % % % % % MJ / UF kg eq-CO2 / UF L / UF kg eq-SO2 / UF L'étude d’ACV dynamique réalisée par Armines montre que : ..598 1. avec une variation entre 180 et 600 g CO2/kWh.032 0.1 4.7E-04 1 kWh d’énergie finale 77.460 4.8 3. at grid/FR U nuclear.2 11. low par exemple : electricity.6E-04 % % % % % % MJ / UF kg eq-CO2 / UF L / UF kg eq-SO2 / UF Autres postes : Elodie Nom du module ACV Pléiades / Equer SimaPro mix de différents modules. at grid/FR U nuclear.6 4.1 4.00 4. at power plant Base de données ACV d'origine du module DEAM Ecoinvent Unité fonctionnelle (UF) 1 MJ d'énergie finale 1 MJ d'énergie sortie de centrale Part du nucléaire dans le mix Part de l'hydraulique dans le mix Part du gaz dans le mix Part du charbon dans le mix Part du pétrole (fioul) dans le mix Pertes sur le réseau Indicateur d'énergie primaire Indicateur changement climatique Indicateur consommation d'eau Indicateur d'acidification 78.3E-03 1 kWh d’énergie finale 77. Electricity.0 13.0 13.6 0.00 9.00 10. at power plant Base de données ACV d'origine du module DEAM Ecoinvent Unité fonctionnelle (UF) 1 MJ d'énergie finale 1 MJ d'énergie sortie de centrale Part du nucléaire dans le mix Part de l'hydraulique dans le mix Part du gaz dans le mix Part du charbon dans le mix Part du pétrole (fioul) dans le mix Pertes sur le réseau Indicateur d'énergie primaire Indicateur changement climatique Indicateur consommation d'eau Indicateur d'acidification 78. (2005): Production voltage.5 0.1 21.0 2.00 3.00 10.075 6.8 5.00 9.8 5.5 0. L’étude sur la variation du mix en fonction de l'heure et de la température n'étant pas terminée. 193 .13 0.2 0.1 4.00 28. justement pour bien montre l'influence de ce paramètre. France Electricity.9E-04 Ecoinvent 78.. Electricity.5 4.1 0.9E-04 Ecoinvent 37.2 11.598 1.4 1.00 4. low par exemple : electricity. (2005): Production voltage.l’équivalent en énergie primaire n'est pas très différent en fonction du mix de production.1 21. qui dépend de l'hypothèse considérée (émissions moyennes ou marginales.00 15.4 1.8 3.

Année de construction : 2009 DVT = 30 ans SHON = 815 m2 Surface de la parcelle = 4000 m2 Enveloppe Procédé constructif Compacité Murs extérieurs Plancher bas Toiture Menuiseries Systèmes Performance Chauffage Rafraîchissement Ventilation ECS Photovoltaïque Objectif / label Simulation dynamique Mesures Ossature bois. Laine de roche. 1.3 Etude de variantes de systèmes constructifs sur une maison individuelle Description du bâtiment et des variantes Le bâtiment de référence est une maison individuelle de 160m2 située à Arbonne (Pyrénées Atlantiques).1. Terrasse en bois autoclave Vitrage Double Cadre Aluminium Occultations : Caillebotis brise soleil. avancée de toiture Pompe à chaleur Air . charpente et couverture acier.2 Bâtiment Nobatek Description du bâtiment Localisation : Anglet (64) Structure béton/acier. ayant une durée de vie de 30 ans. En partie végétalisée.Eau Emission Plancher chauffant / Ventilo-convecteur Ventilation naturelle et inertie. Structure en béton banché brut. A compléter sur 12 mois. Bardage bois autoclave. Architecture compacte Laine de verre. Polystyrène. Double flux Ballon électrique Réalisée Sur quelques mois. Données partielles à cause d’un dysfonctionnement de la PAC. pin des Landes (local). bardage bois. stores déroulants. 194 . dalle béton pour l’inertie. une façade alu/vitrée.

C’est une habitation traditionnelle. elle sera nommée « bâtiment 2 ». Elle sera nommée « bâtiment 1 ». 195 . en ossature bois et munie d’une ventilation double flux a été modélisée. Une habitation optimisée. respectant la RT2005. isolée par l’intérieur et munie d’une ventilation simple flux.

Toutefois. Pour le reste. Dans le logiciel ELODIE.D’autres sources de données saisies par l’utilisateur (fiche Elodie) Cette étape d’association est généralement responsable des écarts en sortie des différents outils d’ACV bâtiment. Par conséquent. A ce stade. utilisant la base de données Inies. plusieurs types de données peuvent être utilisés. la base de données FDES ou fiches ELODIE ne contient pas d’acier galvanisé ou inoxydable à ce jour. par usage et par type d’énergie. une démarche d’écoconception est alors possible. par exemple des métrés exprimés par kilogramme en m² et inversement : c’est la première étape de la modélisation ACV. lot technique par lot technique. d’identifier les composants les plus contributeurs. seules les consommations énergétiques fournies par ENERTECH ont été saisies dans le logiciel en énergie finale. Cependant le métré fourni n’est pas toujours exploitable directement car l’unité fonctionnelle est définie par le choix de la donnée environnementale. b) Retour d’expérience Le logiciel ELODIE n’a pas pour vocation à effectuer les calculs thermiques. En effet. L’analyse critique des résultats en sortie d’Elodie est ensuite fonction de la personne qui modélise un projet.Les valeurs par défaut (établis par le CSTB en 2010) . Cet outil a été utilisé par le CSTB dans le cadre des présentes études. dans l’ordre de préférence suivant : . Puis la deuxième tâche est de choisir pour chaque élément du métré une donnée environnementale appropriée. pour associer des données ACV de type FDES.Les FDES disponibles dans la base INIES . dans notre cas d’étude. Ainsi. Les éléments du métré correspondant ont donc été associés à la donnée environnementale sur l’acier de bardage ou de ferraillage même s’il ne s’agit pas exactement du même procédé de fabrication. la majorité de l’acier mis en œuvre dans les Hauts de Feuilly est de l’acier de bardage ou de ferraillage ce qui limite l’incertitude des résultats sur ce point là. une étape importante consiste à saisir les différents éléments du métré dans le logiciel.1 Elodie a) Présentation succincte de l’outil Outil développé par le CSTB. Les résultats sont ensuite présentés sous la forme de diagrammes circulaires et permettent. Par exemple.2 Retours d’expérience et modifications apportées aux outils 2. il est parfois nécessaire de convertir des données. 196 . une bonne compréhension des données FDES et fiches Elodie manipulées permet de mieux comprendre les résultats et éventuellement d’identifier des erreurs.

utilisation et fin de vie. ce retour d’expérience a montré qu’il était nécessaire d’investir un capital temps important pour la saisie et surtout pour la conversion des données du métré fourni par ENERTECH vis-à-vis des unités fonctionnelles des FDES. Ces évolutions seront cohérentes avec le projet de norme européenne sur l’évaluation de la performance environnementale des produits de construction12 et des bâtiments13. chantier. 47 p.Assessment of environmental performance of buildings Calculation method. 197 . il sera alors possible d’évaluer un projet de bâtiment aux différentes phases : production. des documents de cadrage des modélisations deviennent essentiels. qui devraient être publiées en 2012 décrivent les règles de catégories de produits mais également les méthodes de calcul des indicateurs environnementaux. 12 Draft prEN15804 Sustainability of construction works – Environmental product declaration – Product category rules (2010). April 2010. les différentes personnes ont pu discuter et sont parties d’un même métré pour modéliser les mêmes bâtiments.2 Equer a) Présentation succincte de l’outil Outil développé par Izuba et les Mines de Paris. utilisant la base de données Ecoinvent. Dans l’outil ELODIE. Ce travail est mené en partenariat avec les acteurs de la construction (adaptation des unités sous ELODIE les plus pertinentes vis-à-vis des unités utilisées dans les études de prix notamment). 13 Draft prEN15978 Sustainability of construction works . A cette petite échelle. 55 p. Dans la continuité de cette réflexion. Par ailleurs. Ce travail de capitalisation de données à l’échelle bâtiment est actuellement en cours avec les projets HQEE (Haute Qualité Energétique et Environnementale) coordonné par la DHUP (Direction de l’Habitat. Le CSTB travaille actuellement au développement d’un mode simplifié permettant à l’utilisateur final de saisir rapidement les quantités des principaux matériaux d’un bâtiment. le retour d’expérience des Hauts de Feuilly a montré la nécessité de disposer de valeurs de référence afin de comparer les résultats obtenus sur ce bâtiment à un bâtiment type. transport. 2. Enfin. Mais comment modéliser de manière homogène des bâtiments sans disposer de règles communes complètes. Par ailleurs. La saisie des FDES dans la base INIES prévoit déjà cette fonctionnalité. Ces normes.c) Modifications apportées à l’outil Les évolutions d’Elodie vont permettre de prendre en compte les différentes étapes du cycle de vie d’un bâtiment. April 2010. de l’Urbanisme et des Paysages) et l’ADEME et le projet HQEPerf. porté par l’Association HQE et les certificateurs. Cet outil a été utilisé par Izuba et Armines dans le cadre des présentes études. les industriels étant invités à saisir les indicateurs par phase du cycle de vie de leur produit. le CSTB a participé à la création de l’annexe HQE Performance définissant précisément les éléments à prendre en compte pour le contributeur produit et matériaux de construction.

Certains éléments. tuyau pour ventilation de la cave. et d’acquérir ainsi une expérience utile pour interpréter les résultats. géotextile. Dans ce cas particulier. habillage des gaines techniques. n’ont pas été pris en compte faute de pouvoir déterminer le matériau adéquat dans la base de données. La décomposition des impacts sur les différentes phases et les graphes comparatifs permettent par des analyses de sensibilité de mieux cerner l’influence des choix de conception.  rendre la compréhension et l’utilisation de l’outil aussi aisées que possible : l’ajout des fonctionnalités et l’augmentation du volume de données consultable et modifiable nous amenés à revoir l’interface du logiciel pour ne pas noyer l’utilisateur dans de fastidieuses saisies  éliminer les limites du noyau de calcul et permettre d’obtenir un niveau de détail plus élevé des résultats  augmenter les possibilités de présentation des résultats : les types de graphiques de sorties sont plus nombreux afin de rendre les comparaisons de variantes plus aisées. c) Modifications apportées à l’outil Les évolutions d’EQUER vers novaEQUER ont été effectuées dans plusieurs directions comme cela est détaillé dans le livrable 3 du projet :  intégrer les bibliothèques d’impacts environnementaux Ecoinvent ou FDES : cela nécessite l’utilisation sur toute la chaîne de saisie / calcul / résultat à un nombre variable d’impacts environnementaux  donner accès à toutes les données utilisées pour le calcul aussi bien en consultation qu’en modification : l’objectif est de permettre à l’utilisateur de voir ce qui est pris en compte dans le calcul et éventuellement de le corriger par des valeurs mesurées ou envisagées. Le matériau « bois certifié – planches » a été considéré. Ceci étant l’évaluation est complexe et l’effet « boite noire » est inévitable pour un utilisateur qui n’a pas été formé à la méthode. heureusement présents en faible quantité. des formats d’exportation de données ont été ajoutés pour pouvoir traiter les résultats avec d’autres logiciels  ajouter la possibilité d’utiliser l’outil de manière autonome en dehors de son couplage avec le logiciel de simulation thermique dynamique Pléiades+COMFIE. l’élément « Terrasse en Silvadec » ne figure pas dans la base de données. plomberie et fondations. ce qui simplifie notablement la mise en œuvre de l’ACV.b) Retour d’expérience Le modeleur graphique Alcyone a permis la quantification automatique de la plupart des matériaux et composants considérés dans cette étude de cas. réalisés par l’économiste) et les données de la simulation thermique dynamique qui avaient été fournies (phase conception. Par exemple. 198 . Ces différentes étapes sont présentées dans des manuels décrivant les algorithmes et les hypothèses des calculs. les matériaux ou composants les plus proches de ceux définis dans le projet. correspondant par exemple aux lots électricité. par exemple : fourreau gaz DN90. Un utilisateur expérimenté peut alors effectuer la saisie de ce type de bâtiment en moins d’une journée. fourreau pour plymouth. L’interface d’Equer a été améliorée de manière à pouvoir ajouter des composants supplémentaires. les difficultés ont été liées à l’incohérence entre les quantitatifs des matériaux (phase chantier. Certains quantitatifs n’étaient pas renseignés. Une étape délicate consiste à choisir. réalisée par le BET). dans la base de données environnementales. Les résultats des calculs intègrent la simulation thermique du bâtiment et l’évaluation des impacts environnementaux. Cette difficulté n’est pas spécifique à l’ACV : il en est de même de n’importe quel outil (calculs thermiques. câble ethernet. éclairage…). ce qui est compatible avec la durée d’étude pour une opération impliquant un BET. en particulier : seuils de porte.

Pour la phase d’usage :  Concernant l’électricité. etc. Cet aspect rallonge donc le temps de saisie des données. Le plus long a été de sélectionner le bon processus Ecoinvent dans la base de données et de créer les bons assemblages qui permettent une visualisation intéressante des résultats. le ballon d’eau chaude Ecoinvent est un 600 litres.  Les câbles qu’il faut renseigner en mètres. Au moment de la création des assemblages. des difficultés rencontrées lors du développement et du temps disponible.7 pour modéliser le 400 litres. Par exemple. composites…) en assemblant divers matériaux. il faut donc en utiliser 0. sauf pour :  Le bois qu’il faut renseigner en m3. 2. il faut connaître la masse totale des matériaux. Les masses volumiques suivantes ont donc été utilisées : 500kg/m3 pour du résineux. Hormis pour les menuiseries dont l’unité était le m². utilisant la base de données Ecoinvent. il faut également penser à leur future fin de vie. Ensuite. donc il faut déterminer le poids des éléments en m² et des équipements (à partir de masses surfaciques ou unitaires).  Concernant l’eau.Compte tenu de l’ampleur des modifications. il a fallu également faire quelques conversions pour les équipements. Ceci convenait donc parfaitement aux unités des processus Ecoinvent utilisés pour modéliser ces matériaux. Ecoinvent propose la masse linéaire de 0. 199 . Avec le logiciel Simapro. on peut dire que ce ne sont pas les unités du DPGF qui ont influé sur le temps de saisie des données. il faut directement rentrer les kWh d’énergie finale donc pas de conversion à faire. Cet outil a été utilisé par Nobatek dans le cadre des présentes études. l’unité de tous les autres matériaux était le kg. b) Retour d’expérience Concernant l’ACV des hauts de Feuilly : La modélisation a été réalisée en utilisant le métré basé sur le DPGF (métré déjà utilisé par Enertech pour sa modélisation). En dehors de ces quelques conversions.3 Simapro a) Présentation succincte de l’outil Outil d’Analyse de Cycle de Vie. Un dernier aspect qui prend du temps est qu’il faut parfois chercher comment modéliser des matériaux qui ne sont pas dans la base de données (ex : fermacell. Ecoinvent propose les masses volumiques de 2 380 kg/m3 pour du béton normal et de 2 385 kg/m3 pour du béton de dalle et fondations. donc pas de conversion non plus (1 kg = 1 litre) Pour le transport des matériaux.079 kg/m.  Le béton qu’il faut également renseigner en m3. et donc mettre à l’intérieur d’un même groupe des matériaux qui subiront le même traitement lors de la déconstruction du bâtiment. et 650 kg/m3 pour de l’OSB. 800 kg/m3 pour du feuillu. l’unité du processus Ecoinvent est le kg. certaines modifications ne sont pas encore finalisées. le seul moyen d’avoir un regard sur les résultats en cours de saisie est de lancer des simulations intermédiaires.

Le travail de conversion pour avoir toutes les quantités en kg ou en m 3 a été assez long. on peut identifier la ressource la plus épuisée : phases du cycle de vie  transport des matériaux  camion  diesel  pétrole brut. concernant la modélisation. puis de retraiter et d’exploiter les résultats. ou des mesures et observations in situ. Il a donc fallu réaliser un inventaire complet des matériaux. Concernant l’ACV du bâtiment Nobatek : Le travail a été beaucoup plus long car il n’y avait pas de métré déjà réalisé. notamment car des nombreux éléments étaient chiffrés en unités (u). des fiches techniques de produits. il faut extraire les résultats chiffrés. Cette architecture en réseau permet d’identifier les sources principales d’impact. Ensuite. le plus long étant de créer les bons assemblages. pour les matériaux et les équipements. En revanche.Lorsque la totalité du bâtiment est modélisé. Des sources très diverses ont été utilisées pour obtenir un relevé le plus exhaustif possible. si on veut représenter les résultats par indicateurs en présentant la valeur de l’impact (sous forme d’histogramme). et non le pourcentage. fiches de simulations énergétiques. un complément d’information a parfois dû être obtenu avec des CCTP (Cahier des Clauses Techniques Particulières). c) Modifications apportées à l’outil Sans objet. fiches de relevés de consommations énergétiques et de consommation d’eau. sont les DOE (Dossier des Ouvrages Exécutés) et les factures. et en affichant sous forme de réseaux les différents contributeurs au sein de chaque groupe de matériaux. des mesures sur des plans du bâtiment. Les documents qui ont été le plus utilisés. 200 . des DCE (Dossier de Consultation d’Entreprise). le travail a été similaire à celui mené sur les Hauts de Feuilly. les documents suivants ont été utilisés : fiches de suivi chantier. équipements et consommations. Mais comme la composition et la description des éléments n’étaient pas toujours suffisamment précises. les exporter vers un tableur et les retraiter. des FDES (Fiches de Déclaration Environnementale et Sanitaire). Par exemple sur l’indicateur « épuisement des ressources ». si on remonte les flux d’impact les plus importants. Concernant les consommations. l’analyse des résultats peut être menée assez finement en visualisant directement la part d’impact de chaque groupe de matériaux sur les différents indicateurs.

3.3 Présentation des résultats obtenus Les rapports détaillés de chacune des études figurent en annexe.1 Comparaison des résultats par différents outils sur les Hauts de Feuilly a) Liste des matériaux complète Le tableau de la page suivante permet de comparer les résultats de chaque étude. rapporté à une unité commune : 201 .

8 95.8 0.253 402.h EP / m² SHON.199 kg éq.002 0.433 g éq.10 5 167 24 284 210.8 0.2 22.7 m3 / m² SHON 0.2 0.6 124.80 464.049 955 0.74 664.3 0.4 8.8 23.1 8.0 0. CO2 / m² SHON 1.5 0. + Réno.4 3 015. Sb / m² SHON 121.5 0.5 147.1 0.8 1 194.5 - - 0.4 16.01 Constr.018 0.174 2 105 - 130.12 64.1 2.00 934.295 264.5 kg éq.7 0.055 0.5 88.023 179.238- 0. CFC R11 / m² SHON kg éq.206 10.8 1.1 44.012 0.1 0.015 - - 0. C2H4 / m² SHON - 0.195 171. + Réno.5 9.020 174 7.5 3.097 - 0.1 4.12 18. Fin de vie Utilisation Total - 0.9 0.315 kg / m² SHON dm3 562.an 177.5 0.080 1 229 6.319 0.27 kg / m² SHON 1053.5 3.Rénovation tion Total 62.18 176.6 22.4 1.44 19 537 51 639 641.389 6 437 0.5 87.289 3 515 0.8 1.h EP / m² SHON.01 40.4 - - 0.3 23.8 kW.978 1 070 0.4 0.132 0.an DALY Nm3 202 .4 4.8 0.44 0.4 75.26 78.7 0.2 5.013 0.2 kg / m² SHON kg / m² SHON 0.6 5.2 2.001 0.6 3.0 103.70 427.3 kW.6 43.1 3 350.0 - - - - 115. + Fin Utilisation de Vie Energie primaire totale consommée Energie renouvelable Energie non renouvelable Epuisement des ressources Consommation d'eau Déchets dangereux Déchets non dangereux Déchets inertes Déchets radioactifs (poids) Déchets radioactifs (volume) Changement climatique Acidification atmosphérique Pollution de l'air Pollution de l'eau Formation d'ozone photochimique Destruction de la couche d'ozone stratosphérique Eutrophisation Ecotoxicité aquatique Toxicité humaine Odeur - Pléiades .047 - Simapro 0.6 kg éq.6 1.59 78 464 53 289 239.39 0.Equer Construc.271 - 0.138 233.4 0.013 0.332 0.h EP / m² SHON.4 104.8 18.14 - 0.187 9.058 108.85 24 084 14 881 205.04 73 082 48 462 87.0 7.6 416.an 5.4 3.7 0.30 0.an 27.80 1 132.1 0. PO4(3-) / m² SHON PDF.010 - - 0.3 7.04 98 001 104 929 - 0.5 - 0.86 683.0 1.m².0 0. Logiciel Phase Elodie Constr.029 0.013 1 917.064 511 Unité Fin de vie Utilisation Total 66.003 0.2 0.409 1.99 kg éq.Tableau 1 : Résultats détaillés des analyses de la maison des Hauts de Feuilly.1 kW.1 2.0 5.074 896 0. liste des matériaux complète.7 0.010 191 3. SO2 / m² SHON 102 332 m3 / m² SHON 87 626 m3 / m² SHON 0.7 335.0 - - - 0.018 48.5 74.

Fin de vie et Utilisation.Ecarts entre les résultats : Les écarts relatifs à la moyenne entre les différents résultats sont présentés dans les graphiques suivants sur les indicateurs utilisés par les trois logiciels. Formation d'ozone photochimique Formation d'ozone photochimique 203 . Rénovation. en séparant les phases construction. les valeurs sont très homogènes sur l’ensemble des phases Construction. rénovation et fin de vie de la phase utilisation : Ecarts à la moyenne des indicateurs communs aux trois étude Phase Utilisation Ecarts à la moyenne des indicateurs communs aux trois étude Phase Construction Rénovation et Fin de vie -100% -75% -50% -25% Energie primaire totale consommée Epuisement des ressources 0% 25% 50% 75% Elodie Equer 100% -100% -75% -50% -25% 25% 50% 75% 100% Energie primaire totale consommée Epuisement des ressources Simapro Consommation d'eau 0% Elodie Consommation d'eau Equer Déchets radioactifs (poids) Déchets radioactifs (poids) Changement climatique Changement climatique Graphique 1 et 2 : comparaison des indicateurs communs aux trois études Analyse des divergences : Acidification atmosphérique Simapro Acidification atmosphérique Sur l’indicateur Energie primaire totale consommée.

0 Menuiseries Couverture .0 0. on constate la cohérence des résultats.0 200.0 Elodie Pléiades .0 Elodie Simapro 204 . Rénovation et Fin de vie Graphique 4 : décomposition de l’indicateur énergie primaire totale sur les trois outils pour la phase Construction.h /m²SHON .0 Graphique 3 : comparaison de l’indicateur énergie primaire totale sur les trois outils 50.Etanchéité 30.0 Voirie .Réseaux divers 0.0 Structure 10. Rénovation et Fin de vie. kW.0 150.0 100. Décomposition de l'énergie primaire de Construction.h EP / m² SHON.Utilisation Energie primaire totale consommée en kW.0 Equipements techniques 60. le taux de chute sur chantier est pris en compte dans chaque FDES.Equer Simapro Si on entre dans le détail de la décomposition par lot de l’énergie primaire de construction.0 Façades 20.0 Isolation 40. De même. Rénovation et Fin de vie . NB : Le transport des matériaux sur le chantier est pris en compte dans chaque FDES du module composant sous Elodie.0 Finitions intérieures 50.an Fin de vie Rénovation Construction 250.an Transport des matériaux 70.

NB : Les modules « Chantier » (postes communs de type engins de terrassement et grues) et
« Transport des usagers» n’ont pas été pris en compte conformément aux objectifs de l’étude (cf. rapport
d’accompagnement tâche 4, CSTB)
Equer ne permet pas encore la décomposition par lot. On souligne que l’implémentation de cette
décomposition nécessiterait au préalable de standardiser le classement des matériaux par lot. Par
exemple un mur en brique monomur est-il classé dans structure, façade ou isolation ?
On peut se poser la question de la pertinence de ce classement s’il n’est pas standardisé. Cependant il
nous semble utile afin de pouvoir en phase conception identifier les principaux contributeurs pour orienter
les efforts de conception vers ces lots dans le but d’en réduire l’impact.
Détail des divergences :
Phase
Energie primaire totale consommée
Energie renouvelable
Energie non renouvelable
Epuisement des ressources
Consommation d'eau
Déchets dangereux
Déchets non dangereux
Déchets inertes
Déchets radioactifs (poids)
Déchets radioactifs (volume)
Changement climatique
Acidification atmosphérique
Pollution de l'air
Pollution de l'eau
Formation d'ozone photochimique
Destruction de la couche d'ozone stratosphérique
Eutrophisation
Ecotoxicité aquatique
Toxicité humaine
Odeur

Construction +
Rénovation + Fin
de Vie

-

Utilisation

Total

10%
13%
14%
13%
41%
105%
29%
40%
69%

9%
8%
13%
53%
16%
141%
52%
25%
27%

10%
12%
13%
24%
18%
138%
30%
38%
21%

36%
41%
0%
22%
44%
123%
38%

46%
50%
15%
78%
77%
41%

40%
43%
3%
13%
25%
114%

-

-

Tableau 2 : détail des différences entre les résultats sur tous les indicateurs. L’écart est exprimé en écart
type rapporté à la valeur moyenne.
Dans le tableau 2, les valeurs en gras correspondent aux indicateurs pris en compte dans les trois outils,
les valeurs en italique ne sont prises en compte que dans deux outils. Les cases vertes correspondent à
un écart de moins de 25%, les cases vert clair à un écart de 25 à 50%, les cases jaunes de 50 à 75%, et
les cases rouges à un écart de plus de 75%.
Les divergences sont peu importantes (écart type rapporté à la moyenne de moins de 25% sur l’analyse
complète) pour :
- Les indicateurs d’énergie primaire, renouvelable ou non,
- L’épuisement des ressources, même si une divergence est visible sur la phase utilisation,
- La consommation d’eau,
- Pollution de l’air et de l’eau, malgré un écart important sur la phase Utilisation,
- Formation d’ozone photochimique,

205

Divergences importantes (écart type de 25 à 100% de la valeur moyenne) :
- Déchets non dangereux, déchets inertes,
- Déchets radioactifs (valeur élevée en phase Construction Rénovation et Fin de vie dans Elodie et
valeur élevée dans Simapro en phase utilisation),
- Changement climatique,
- Acidification atmosphérique,
Divergences très importantes (écart type supérieur à 100% de la valeur moyenne) :
- Déchets dangereux, écart entre Simapro et Elodie,
- Destruction de la couche d’ozone stratosphérique, écart entre Simapro et Elodie,
Explications des divergences :
L’origine des divergences touchait principalement aux caractéristiques du bâtiment et aux hypothèses de
modélisation ACV :
1) CARACTERISTIQUES DU BATIMENT (quantitatif/métré des matériaux, nombre d’habitants,
consommation énergétique et d’eau pendant l’utilisation)
-

Homogénéisation des quantités de matériaux
Cet aspect n’a pas pu totalement être mis en cohérence malgré l’utilisation du même métré. Les
quantités de matériaux modélisées varient de 487 t pour SimaPro, à 525 t pour Elodie et 537 t
pour Equer.

-

Nombre d’habitants considérés
Cet aspect a pu être mis en cohérence. Le nombre d’habitants est de 4 personnes.

-

Valeurs utilisées pour les consommations énergétiques
Les consommations énergétiques utilisées dans SimaPro et Elodie se basent sur la simulation
thermique dynamique effectuée par ENERTECH en avant-projet. Pour Equer, la simulation
thermique a été reprise sous Pléiades-Comfie avec les caractéristiques du bâtiment en phase
chantier (donc correspondant au métré du bâtiment). Malgré cette différence de méthodologie,
les résultats en énergie finale sont très similaires. Par ailleurs les mix énergétiques de l’électricité
présentes des différences, qui contribuent également aux écarts sur l’énergie primaire et les
autres indicateurs.

-

Valeurs utilisées pour les consommations d'eau
La consommation d’eau retenue est de 133 l/pers/jour soit 194.18 m 3 par an. Il s’agit d’une
donnée statistique utilisée dans les trois logiciels.

2) HYPOTHESES DE MODELISATION ACV (métré des composants, consommation énergétique et
d’eau pendant l’utilisation)
-

Durée de vie prescrite (DVP) en années
Cet aspect a pu être mis en cohérence. La DVP retenue pour la maison individuelle est de 50
ans.

-

Modélisation ACV de la production des matériaux et produits

206

Les écarts sur un certain nombre d’indicateurs proviennent des flux pris en compte dans les
indicateurs qui sont différents selon la méthode d’ACV utilisée.
Les données utilisées dans SimaPro et Equer sont des données génériques de la base
Ecoinvent. Elles sont représentatives de la situation suisse ou européenne.
Pour réinterpréter la base Ecoinvent dans le contexte français, une méthodologie a été mise au
point dans Equer afin de créer l’équivalent d’une fiche FDES pour des procédés à partir des
données Ecoinvent : à chaque procédé de la base Ecoinvent correspond un inventaire des flux
élémentaires. Après avoir listé les substances intervenant dans leur calcul, les indicateurs FDES
sont calculés à partir de l’inventaire Ecoinvent en appliquant la méthodologie de calcul FDES
(avec des coefficients d’équivalence). Ceci permet de disposer d’une base de donnée plus
complète qu’Inies.
Les données utilisées dans Elodie correspondent, pour partie, aux FDES fournies par les
industriels français. Elles prennent en compte les données du procédé de fabrication du produit
qui peut ne pas être considéré dans les données génériques (p. ex. cas du tuyau en PVC vs.
matériau brut PVC générique). Les infrastructures et biens de production sont également omis
dans les FDES utilisées dans Elodie. Cet aspect est généralement peut influant sur certains
indicateurs comme l’énergie primaire consommée ou le changement climatique mais constitue
une source de variabilité potentielle.
-

Modélisation ACV du transport des matériaux et du retour à vide des camions
Cet aspect est, a priori, traité de manière identique dans les modélisations sous Equer et
SimaPro : utilisation d’une seule donnée :la base Ecoinvent 2007 considère un taux de charge
moyen de 9,68 tonnes pour un camion de 40 tonnes, soit 24%) et d’une seule distance de
transport forfaitaire de 100 km. Dans Elodie, le taux de retour à vide est fonction du circuit de
distribution de chaque produit de construction : il peut donc varier de 0% à 100%. De même, la
distance de transport usine-chantier peut varier de 15 km à 1260 km (données collectées dans
les différentes FDES de la base INIES). Toutefois, le premier retour d’expérience statistique sur
la contribution des phases du cycle de vie des FDES montre que la phase transport des
matériaux est plutôt faible. En effet, la majeure partie du transport des matériaux a lieu avant
l’usine de production (acheminement des matières premières notamment).

-

Modélisation ACV de la phase de mise en œuvre
Un taux de chute de 5% a été considéré dans Equer pour l'ensemble des matériaux, et le
traitement des déchets est pris en compte
Dans Elodie, les FDES intègrent un taux de chute qui est spécifique au produit concerné. Par
exemple, il est de 4% pour le mur en maçonnerie mais de 0% pour la poutre en bois lamellécollé.
Dans Simapro, le taux de chute n’a pas été pris en compte (cet aspect avait été omis au début et
nécessitait trop de modifications par la suite pour être intégré, vu le mode de saisie des données
sur Simapro. Cela explique en partie l’écart sur les quantités de matériaux (masse totale du
bâtiment).

-

Modélisation ACV de la consommation énergétique
Les coefficients de conversion énergie primaire/énergie finale ne sont pas identiques (variant de
3,13 à 3,77) ce qui peut expliquer de légères différences sur ce poste de l’ACV.

-

Modélisation ACV de la production d’électricité PV pendant l’utilisation
Dans les trois outils, la production PV étant considérée comme de l’énergie renouvelable, elle
n’est donc pas chargée d’impacts. La production d’électricité a été soustraite à la consommation

207

d’électricité. Ainsi les consommations d’électricité évitées correspondent à de l’électricité
française de base dont le mix est défini précédemment pour chaque logiciel.
L’impact de la production des modules a été pris en compte dans chacun des outils.
-

Modélisation ACV de la consommation d’eau
Le calcul des impacts lié à la consommation d’eau s’est appuyé sur des données Ecoinvent pour
les trois outils : mise à disposition « tap, water » et traitement des eaux usées « sewage water ».
Il n’existe donc pas de divergence liée à ce poste de l’ACV.

-

Renouvellement des équipements : durées de vie typique (DVT) considérées
Ces aspects ont été mis en cohérence par les différents membres du projet. Les revêtements de
sols n’ont pas été pris en compte car les données n’étaient pas disponibles dans le métré. Il n’y a
donc pas de variabilité.
Equer
Simapro
Elodie
Portes et fenêtres
30 ans :
1 remplacement
30 ans :
1 remplacement
1 remplacement
Revêtements de sol
Sans objet – non quantifié
Equipements
Remplacement négligé 1 remplacement
25 ans :
techniques
1 remplacement

-

Fin de vie
Dans Equer, il a été décidé de prendre en compte des fins de vies par type de matériaux. Le
béton et les métaux seront recyclés (concassage du béton), le bois incinéré, et les autres
matériaux seront placés en décharge de type 3 (DCIII) pour les déchets inertes et décharge de
type 2 (DCII) pour les déchets industriels banals (DIB). Voir le détail dans le rapport complet
d’Armines.
Dans Simapro, le béton pur (dallages, chapes) est considéré comme recyclé (concassé), les
métaux sont recyclés, le bois est incinéré (sans récupération d’énergie), le reste des matériaux
va en décharge. Simapro prend de plus en compte le transport induit pour cette fin de vie
(Décharge : 20km, Recyclage : 250 km, Incinération : 10 km). Voir le détail dans le rapport
complet de Nobatek.
Dans Elodie, par défaut les produits sont mis en décharge à l’exception des produits pour
lesquels une filière de valorisation pérenne existe déjà (cas des métaux), auquel cas seul le
transport est pris en compte (32 km).

208

extrait du rapport détaillé d’Armines On note que l’impact de la simplification des listes de matériaux est non négligeable. . .Ventilation.b) Liste des matériaux simplifiée L’analyse des écarts entre une description complète et simplifié du bâtiment a été réalisée uniquement sous le logiciel Equer. en négligeant les postes suivants : . Les écarts sont importants. y compris la phase Utilisation. Objet : la saisie complète de tous les composants d’un bâtiment est très fastidieuse. L’objet de ce chapitre est d’évaluer l’impact d’une saisie simplifié. Aussi la simplification des listes de matériaux en négligeant totalement ces équipements amène à un résultat partiel.Aménagements extérieurs. L’impact relatif sur le poste Construction serait a priori encore plus important.Serrurerie. 209 .Menuiseries techniques.Photovoltaïque. jusqu’à 47% sur l’écotoxicité. . .Façades. . .ECS. A noter que ce pourcentage est rapporté à l’impact à toutes les phases de vie du bâtiment. Comparaison entre liste des matériaux complète et simplifiée sous Equer : Variante détaillée Variante simplifiée Graphique 5 : Comparaison des impacts évalués par les modèles détaillé et simplifié.Electricité. .Chauffage : groupe thermodynamique).Plomberie . .

210 .…) nous semble donc à privilégier. etc.La piste des indicateurs par ratio déterminés par typologie de systèmes (PAC + plancher. Chaudière gaz + radiateur.

Ventil.7 Répartition des consommations d'énergie primaire Bureautique 16% Eclairage 13% Ascenseur 3% Chauffage 6% ECS 0% Rafraîchissement 5% Auxiliaires 11% Ventilation 46% Graphique 6 : décomposition des consommations d’énergie en phase utilisation Le poste ventilation prend une part très importante qui est très surprenante. Total en kW.5 92. 211 .2 43.0 10.5 2.h EP /m² SHON . qui (une fois multipliés pour modéliser les consommations sur la durée de vie) peuvent expliquer ce pourcentage élevé.4 12.3.an Chauffage ECS Rafraîch. Auxiliaires Ascenseur Eclairage Bureautique Total 6.1 14. Mais il y avait eu quelques problèmes de fonctionnement de la pompe à chaleur.0 0.0 4.2 Présentation de l’étude sur le bâtiment Nobatek a) Liste des matériaux complète Consommations d’énergie en phase utilisation : Ces consommations ont été évaluées en partie sur des mesures et en partie sur des estimations. sur ces premiers mois. On souligne que ces chiffres avaient été estimés il y a plus d’un an à partir de résultats de STD et de relevés sur les premiers mois d’utilisation.

150 93. CO2 / m² SHON 1.09 kg / m² SHON 311. le lot « électricité ».0 0.4 0.h EP / m² SHON.9 7.015 0.03 0.19 9.00 210.9 0.5 kg éq.163 kg / m² SHON 610. et l’ascenseur).5 3.0 536 11 599 0.Tableau 2 : Résultats détaillés des analyses du bâtiment Nobatek.5 0.137 0.287 Unité Fin de vie 0. Les consommations d’énergie (trois premières lignes) sont rapportées à l’année pour rendre comparables les valeurs en phase utilisation.0 0. SO2 / m² SHON 114 219 m3 / m² SHON 60 192 m3 / m² SHON 0. Bâtiment Bâtiment Nobatek Phase Construction + Rénovation Energie primaire totale consommée Energie renouvelable Energie non renouvelable Epuisement des ressources Consommation d'eau Déchets dangereux Déchets non dangereux Déchets inertes Déchets radioactifs (poids) Changement climatique Acidification atmosphérique Pollution de l'air Pollution de l'eau Formation d'ozone photochimique Destruction de la couche d'ozone stratosphérique 71.9 0. 212 .0 kg / m² SHON 0. Sb / m² SHON 24.5 4.7 0.0 0.004 181.47 kg éq.85 kg éq.024 0. CFC R11 / m² SHON Attention ces résultats ne sont pas directement comparables avec ceux de la maison des Hauts de Feuilly car la durée de vie prise en compte est différente (50ans pour les Hauts de Feuilly. 30 ans pour le bâtiment Nobatek.09 91.h EP / m² SHON.63 14.5 kg / m² SHON 0.9 0.00 9.8 0.1 kW.4 10 735 5 207 0. Liste des matériaux complète. C2H4 / m² SHON 0.h EP / m² SHON.1 102 947 43 386 0.an 12.000 73.5 m3 / m² SHON 0.3 0. ce qui implique moins de remplacements de matériaux pour les rénovations).4 64. mais cela a pour conséquence de diviser la consommation des autres phases par une durée de vie plus courte.001 Utilisation Total 108.an 169. certains éléments de plomberie. certains matériaux notamment des systèmes ne sont pas pris en compte (réseau de ventilation.0 kW.292 g éq.012 442.1 kW.6 0.an 3.176 kg éq.6 103. Par ailleurs.8 1.1 0.0 0.7 0.

Rénovation et Fin de vie ramenée à une année Le graphe ci-contre permet de donner des ordres de grandeur des divergences en répartition de l’énergie primaire de Construction.0 Equipements techniques 2500.0 Transport des matériaux 3000. Rénovation et Fin de vie.0 Transport des matériaux Equipements techniques Finitions intérieures 60.Etanchéité 30.0 0.0 Finitions intérieures 2000. kW.0 Structure .0 Menuiseries En revanche.Réseaux divers Graphique 7 : décomposition de l’indicateur énergie primaire totale ramenée à un an de la maison des Hauts de Feuilly et du bâtiment Nobatek pour la phase Construction. Cet indicateur reflète l’impact rapporté au service rendu au maître d’ouvrage (une surface et une durée d’existence du bâtiment). Hauts de Feuilly Bâtiment Nobatek 213 .0 Ces deux graphiques illustrent l’importance de l’hypothèse faite sur la durée de vie du bâtiment.an 70.0 Façades 20. et ce à cause d’une hypothèse de durée de vie différente. 10. Couverture .isolation Voirie . Rénovation et Fin de vie sur la durée de vie prise en compte kW. Graphique 8 : décomposition de l’indicateur énergie primaire totale sur la durée de vie supposée de la maison des Hauts de Feuilly et du bâtiment Nobatek pour la phase Construction.Décomposition de l'énergie primaire de Construction.30 ans pour le bâtiment Nobatek On considère ici un indicateur reflétant l’impact initial de la construction.0 Couverture . Rénovation et Fin de vie.0 Menuiseries 40.0 Hauts de Feuilly Bâtiment Nobatek Décomposition de l'énergie primaire de Construction.Réseaux divers 0.0 50. le graphe ci-contre prend en compte la durée de vie totale supposée : .h /m²SHON 3500.50 ans pour la maison des Hauts de Feuilly .Etanchéité 1500.isolation 500. Il est donc essentiel pour pouvoir comparer des bâtiments entre eux de convenir d’hypothèses cohérentes et justifiées sur la durée de vie à prendre en compte en fonction du procédé constructif.0 Voirie . La comparaison des deux bâtiments est radicalement différente selon l’indicateur pris en compte.0 Façades 1000. Rénovation et Fin de vie si on ramène ces valeurs à un an.0 Structure .h /m²SHON .

Aussi il nous semble qu’il faut rester sur l’idée que la simplification de la liste des matériaux génère un résultat partiel qui peut comporter selon les cas une divergence non négligeable sur certains indicateurs. capteurs solaires…) dans l’étude de la maison des Hauts de Feuilly. Extrait du rapport détaillé de Nobatek Ici l’impact de la simplification est jugé ici peu important (au maximum 14% sur l’énergie renouvelable consommée).2%) avec un résultat assez différent.b) Liste des matériaux simplifiée Graphique 7 : variation d’impact entre ACV simplifiée et détaillée. La différence de conclusion sur la pertinence de la simplification de la liste des matériaux semble venir : . le lot « électricité ». qui comportait plus d’équipements techniques (groupes thermodynamiques. certains éléments de plomberie.Des matériaux négligés même dans l’étude complète sur le bâtiment Nobatek (réseau de ventilation. 214 .3 % de la masse. et dont l’impact rapporté à la masse est particulièrement important. .de la liste des matériaux négligés dans la version simplifiée. NB : la simplification porte sur 5. ce qui reste du même ordre de grandeur que la simplification de la liste des matériaux réalisée par Armines sur la maison des Hauts de Feuilly (6. et l’ascenseur).

3 Étude de variantes de procédés constructifs sur une maison individuelle Cette petite étude est tirée de l’analyse de sensibilité du poids du transport des produits qui avait été menée dans le cadre de la phase 2 « Méthodologie » du projet COIMBA. et la fin de vie n’avait pas été modélisée. et modules choisis évaluer les impacts environnementaux sur SimaPro. La base de données de matériaux utilisés pour l’ACV est Ecoinvent version 2. C’est pourquoi la phase d’usage n’est pas très détaillée (seulement les consommations d’électricité et de gaz).3.0. Hypothèses sur les bâtiments : Les tableaux suivants présentent les matériaux. Bâtiment 1 : 215 . quantités. pour toute la durée de vie du bâtiment (30 ans).

air/k Bordeaux(18718 km) iln dried.5 250 _ BA13 kg 2387 2387 Gypsum plaster board.at plant/CH U Base plaster.at plant/CH U 150 324 _ 20 994 _ 150 61 _ 150 1721 _ 261 24427 5091 hypothèse: 4 fenêtres .2 M2K/W.hardwood. U=1.at plant/CH U Sawn de Shanghai à timber. wood.km) 13109 24427 1583 216 .at plant/CH U m3 Film+Isolation répartie(Polystyrène expansé) Toiture Commentaires Camion (T.5 884 _ 231.une habitation traditionnelle. at plant/RER U Menuiseries bois m2 6 57 Placoplâtre kg 3817 3817 plâtre kg 1078 1078 Window frame.1 W/m2K.sole plate and foundation.sur gravier de protection contre le gel(sable) m3 6. lorry 16-32t. at plant/CH U 57 1452 _ Plâtre Chape ciment avec ragréage kg 1078 1078 Base plaster.at plant/ CH U Parpaing kg 56420 56420 Concrete block.at plant/CH U Base plaster.u=10%. at plant/CH U 460 100 _ 230 549 _ 500 91 _ 500 29 _ 231. transoceanic freight ship/OCE U 150 1107 _ Distance (km) Cement mortar.at plant/RER U Glass wool mat.5kW/m2K.14 m.33 m 2835 Dalle béton armé ep.7 11475 Parquet m3 2.at plant/CH U Roof tile.6 49680 kg 405 405 Béton de proprété. EURO4/RER U Module utilisé dans Simapro : Transport. largueur unit: 1.with deicing salt contact. at plant/DE U 57 3216 _ Laine de verre kg 217 217 Glass wool mat. at plant RER U Gypsum plaster board.Bâtiment 1 .66% de vitrage) m2 6 182 Glazing.at plant/RER U Concrete.km) kg 522 522 kg 5434 5434 kg 286 286 kg 1573 1573 Polystyrene foam slab.at plant/CH U 3100 Etudier également avec 500 km 501 460 240 _ 200 1087 _ 460 132 _ 232 364 _ Transport total (T.6 1305 Plancher intermédiaire Isolant(laine de verre)+aggloméré Tuiles terre cuite Isolant-laine de verre Enduit plâtre km (camion de 24 tonnes) Concrete.at plant/CH U Vitrage(double vitrage)(U=2.planed.exacting. U<1.5 250 _ kg 2160 2160 Cement mortar. at plant/CH U 231.double(2-IV). hauteur 1. isolée par l'intérieur et munie d'une ventilation simple flux Modèle de bâtiment Modèle de transport Quantité Lot Element Enduit (projeté/tranché mortier ciment) Murs extérieurs Murs intérieurs Unité Module utilisé dans Simapro dans Quantité Quantité en kg SimaPro kg 7378 7378 Bâteau (T. 16 cm sur 135 m2 Plancher bas 21.at plant/RER U Glass wool mat.km) (camion de 16-32T) Module utilisé dans Simapro : Transport. at plant/CH U Parpaing kg 25480 25480 Concrete block.

66% de vitrage)argon m2 6 181. at plant/RER U Oriented strand board. at plant/CH U 477 311 _ BA 13 kg 2387 2387 Gypsum plaster board.km) 364 16275 _ 24427 ne expansé) Toiture 500 Distance (km) 4991 Plancher bas Film+isolation isolé en sous répartie(Polystyrè face Plancher intermédiaire Module utilisé dans Simapro : Transport. exacting.hardwood.at plant/CH U 230 549 _ Vitrage(double vitrage)(U=2. softwood.sole plate and foundation.with deicing salt contact.0 Panneau OSB+pare pluie Isolation(laine de verre) Murs intérieurs Sawn timber. at plant/RER U 500 91 _ Menuiseries bois m2 6 57 Window frame.07 M2K/W.at plant/CH U Base plaster. at plant/ CH U 232 250 _ kg 2160 2160 Cement mortar.7 11475 Concrete. air dried. U<1.at plant/RER U 18718 261 24427 Isolant(laine de cellulose)+agglom éré kg 522 522 Cellulose fibre. at plant/DE U 57 1452 _ Plâtre Chape ciment avec ragréage kg 1078 1078 Base plaster.inclusive blowing in.at plant/CH U 20 994 _ kg 405 405 polystyrene foam slab. at plant RER U 500 29 _ Briques de terre crue kg 13800 13800 350 4830 _ Plâtre kg 1078 1078 Light clay brick.double(2-IV).1 W/m2K.u=10%. lorry 16-32t. at plant/RER U 150 1721 _ Parquet m3 2.at plant/CH U 460 200 _ Isolation extérieure (laine de roche 5cm) m3 10.km) (camion de 16-32T) Module utilisé dans Simapro : Transport.at plant/CH U 150 324 _ Dalle béton armé m3 21. U=1. at plant/RER U Bâteau (T.planed.85 651 Rock wool.km) Isolant-ouate de cellulose Enduit plâtre Cellulose fibre. transoceanic freight ship/OCE U 10.6 1736 kg 434 434 Glass wool mat. wood.at plant/CH U 400 209 _ Tuiles terre cuite kg 5434 5434 Roof tile.Bâtiment 2 Bâtiment 2-une habitation optimisée.sur gravier de protection contre le gel(sable) m3 6. at plant/ CH U 232 250 _ Parpaings kg 25480 25480 Concrete block.en ossature bois et munie d'une ventilation double flux Modèle de bâtiment Modèle de transport Quantité Lot Element 2496 _ 250 434 _ m3 2.at plant/CH U 217 .air/ kiln dried.inclusive blowing in.61 1305 Sawn timber. at plant/DE U (modifié pour simuler de la terre crue) Base plaster.8 Glazing.at plant/RER U 203 82 _ Béton de propreté. EURO4/RER U m3 Bardage+ossature Murs extérieurs Unité dans Module utilisé dans Simapro Quantité Quantité en kg SimaPro Camion (T. planed.at plant/RER U 200 1087 _ kg 858 858 400 343 _ kg 1573 1573 232 Transport total (T.5kW/m2K.6 49680 Concrete.

natural gas. - De la toiture : la laine de verre (286 kg) a été remplacée par de la ouate de cellulose (858 kg). Evaluation des besoins de chauffage.Températures de consigne : chauffage 19°C en journée et 15°C la nuit .medium voltage.at boiler condensing modulating<100kw/RER U 218 . les différences se situent au niveau : - Des murs extérieurs : l’enduit (7 378kg).at boiler condensing modulating<100kw/RER U Source Module utilisé dans SimaPro Bâtiment 2 : Modèle d'énergie Consommation d'électricité kwh 120000 INES Electricity.medium voltage. - Des murs intérieurs : le Placoplâtre (3 817 kg) a été remplacé par des briques de terre crue (13 800 kg) pour améliorer l’inertie. de la laine de verre (434 kg). at grid/FR U Consommation énergétique pour le chauffage(gaz naturel) MJ 1265436 STD heat. les parpaings (56 420 kg) et la laine de verre (217 kg) du bâtiment 1. d’où les hypothèses suivantes prises en compte dans le modèle : Bâtiment 1 : Modèle d'énergie Source Module utilisé dans SimaPro Consommation d'électricité kWh 120000 INES Electricity.production FR. et de la laine de roche en isolation extérieure (651 kg) dans le bâtiment 2. du panneau OSB (1 736 kg). Cette simulation a été réalisée sur les logiciels Alcyone et Comfie-Pléiade.De nombreux matériaux sont les mêmes entre les deux bâtiments. ont été remplacés par du bardage/ossature bois (4 991 kg).production FR. Hypothèses : .Débits de ventilation : 0.Scénarii de fonctionnement : occupation par une famille standard de 4 personnes .6 vol/h Les résultats des simulations de Simulation Thermique Dynamique ont donc permis de définir les consommations énergétiques pour le chauffage. at grid/FR U Consommation énergétique pour le chauffage(gaz naturel) MJ 348192 STD heat.natural gas.

87E+01 4.41E+01 7.54E+06 1.61E+02 2.23E+01 1.01E+05 2.51E+06 8.95E-01 7.18E+00 3.24E+00 2.69E+05 4.53E+01 3.32E+05 5.20E+04 9.34E+06 3.51E+03 1.21E+05 3.42E+03 3.23E+01 4.42E-01 1.18E+01 Construction du bâtiment Murs extérieurs Murs intérieurs Plancher bas Plancher intermédiaire Toiture 1.37E+03 2.79E-01 1.49E+03 3.40E+01 3.33E-02 1.45E+05 2.50E-04 2.03E-04 1.34E-04 2.34E+01 2.94E+03 7.48E-03 9.10E+05 2.36E+01 9.48E+05 6.03E-01 Usage du bâtiment Transport bâteau Transport camion Electricité Gaz naturel 5.07E+06 5.92E+01 7.94E+03 3.95E-05 3.33E+04 4.28E+06 9.89E+04 3.33E+05 2.27E-01 1.78E-01 1.00E+04 3.44E+03 4.97E-04 1.66E+02 5.95E+04 3.34E+05 3.46E+04 8.85E+03 7.49E+05 9.59E+05 1.91E+01 3.95E+03 1.46E-02 5.94E+00 Bâtiment 2 Catégorie d'impact Energie renouvelable Energie non renouvelable Epuisement des ressources Consommation d'eau Déchets dangereux Déchets non dangereux Déchets radiocatifs Changement climatique Acidification atmosphérique Pollution de l'air Pollution de l'eau Destruction couche d'ozone Formation ozone photochimique Unité MJ MJ kg Sb eq litre kg kg kg kg CO2 eq kg SO2 eq m3 m3 kg CFC-11 eq kg C2H4 Total 2.49E+02 7.37E+05 2.61E+02 1.54E+02 4.14E+05 6.14E+02 1.73E+00 219 .24E-04 2.75E+04 1.93E+04 1. IPCC GWP100.00E+03 1.16E+02 5.81E-04 2.48E+00 2.93E+05 2.39E+06 1.06E-01 3.70E+04 3.22E+04 1.21E+05 2.42E+03 4.81E+00 4.86E-01 2.Résultats de l’analyse des impacts environnementaux : Les résultats des indicateurs environnementaux (indicateurs que l’on retrouve dans la norme XP P01 020 3 « Qualité environnementale des produits de construction et des bâtiments ») ont été calculés avec une méthode élaborée par Nobatek et basée sur la norme XP P01 020 3.81E+04 3.87E+01 Construction du bâtiment Murs extérieurs Murs intérieurs Plancher bas Plancher intermédiaire Toiture 2.97E+02 5.46E+02 3.29E+03 1.75E+04 1.01E+05 4.15E+04 1. etc.43E+01 5.09E+03 3.88E-01 3.03E+01 1.75E+00 1.84E-01 2.77E-02 3.25E+05 1.24E+05 1.41E-01 1.64E+04 3.21E+01 3.99E+03 9.93E+04 4.10E+04 2.40E+03 4.03E-01 4.92E+01 2.61E+05 9.60E+04 3.15E+01 3.41E+05 4.57E-01 3.47E+04 2.76E-04 4.60E+03 3.48E-03 1.10E+04 9.23E+06 2.42E+06 4.99E+01 4.55E+00 2.14E+06 4.91E+05 3.62E+04 2.71E+05 4.65E+02 7.72E-02 1.65E+03 2.41E-02 1.13E+01 6.49E+02 1.15E+03 4.29E+01 1.06E+03 2.57E-01 1.77E+04 1.54E+00 4.87E+00 2.63E+00 3.84E-01 3.18E+00 8.07E+05 1.78E+05 2.60E+02 8.24E+00 1.31E+01 5.75E+00 1.13E+00 4.36E+00 2.32E+03 2.85E+01 1.70E+04 2.28E-05 1.00E-03 2.92E+01 2.35E+00 3.28E+00 5.75E+05 6. Bâtiment 1 Catégorie d'impact Energie renouvelable Energie non renouvelable Epuisement des ressources Consommation d'eau Déchets dangereux Déchets non dangereux Déchets radiocatifs Changement climatique Acidification atmosphérique Pollution de l'air Pollution de l'eau Destruction couche d'ozone Formation ozone photochimique Unité MJ MJ kg Sb eq litre kg kg kg kg CO2 eq kg SO2 eq m3 m3 kg CFC-11 eq kg C2H4 Total 1.73E-04 1.14E+02 8.14E+02 2.56E+05 2.27E+02 4.18E+05 9.38E+03 1.87E+01 5.71E+05 1.49E+06 2.24E-03 1.73E+00 7.46E+04 3.38E+04 1.43E+06 5.42E+06 1.86E+00 8.31E+04 9.45E-02 1.69E+03 1.12E+01 1.66E+04 8.88E-02 2.48E+00 9.37E-01 1.19E+05 1.97E-04 3.40E+02 7.03E-01 5.10E+04 8.34E+01 7.93E+04 5.82E+00 3.27E+04 1.23E-01 1.26E-03 1.19E-02 1.18E+00 2.02E-01 1.55E+00 2.17E+05 3.36E+01 3.82E-02 6.63E+00 1.84E+02 1.61E+05 1.11E-04 4.50E-01 2.54E+03 -2.76E-04 1.24E-01 3.22E+06 3.36E+00 2.98E+04 1.06E+02 8.44E+00 4.26E+06 2.27E-01 5.78E+01 7.96E+05 1.95E-05 3.90E+02 5.01E+02 1.17E-01 2.18E-04 1.24E+00 1.27E+05 1.59E+05 4.00E-03 3.68E+00 1.99E-01 5.94E-04 4.50E+02 3.58E-01 Usage du bâtiment Transport bâteau Transport camion Electricité Gaz naturel 5.17E+03 2.09E+03 4.49E+03 4.46E+04 6.48E+04 5.08E+05 5.75E+05 2. les méthodes « Cumulative Energy Demand ».36E-02 6.10E+04 2.73E-02 -6.58E-01 5.54E+03 -2.47E+03 1.64E+00 8.20E+04 3.70E+00 4.32E+06 5.09E+05 2.03E-01 9.15E-01 2.45E+05 8.47E+01 3.73E+06 7.05E+02 2.16E+05 3. « Abiotic depletion » de CML2000.

De même.3 tonnes au lieu de 170. Ci-dessous. ce qui a pour effet d’émettre moins de GES. Au niveau de la phase d’usage. quelques exemples d’indicateurs pour illustrer cela : Changement climatique Le bâtiment 1 est donc plus impactant que le bâtiment 2 sur cet indicateur.9 tonnes). Sur la phase d’usage cela s’explique facilement.D’une façon générale : La modification des murs extérieurs sur le bâtiment 2 entraîne des impacts moins élevés. Energie primaire 220 . le bâtiment 2 est également plus vertueux envers l’environnement puisqu’il nécessite moins de gaz naturel pour le chauffage. à la place de la laine de verre sous la toiture. apporte aussi un petit un gain environnemental. via l’effet « puits de carbone ». car le bâtiment 2 consomme beaucoup moins de gaz pour le chauffage. L’utilisation de ouate de cellulose. l’usage du bois dans la construction diminue l’impact des matériaux puisque le bois a un impact « négatif » sur le changement climatique. via l’emploi du bois et le fait que le poids global des matériaux soit beaucoup diminué (125.

Cela s’explique par le qu’il y a beaucoup moins de déchets inertes générés lors de la production des matériaux des murs extérieurs.Au niveau de l’énergie primaire. Déchets non dangereux Au niveau de la production de déchets non dangereux. 221 . En revanche pour la phase de construction. L’emploi de matériaux classiques sur le bâtiment 1. qui représente de la biomasse à fort pouvoir calorifique). on constate que l’écart vient essentiellement de la consommation d’énergie renouvelable. Si on regarde le détail de cet impact. le bâtiment 2 est moins impactant que le premier. on peut faire la même observation pour la phase d’usage que sur l’indicateur précèdent (le fait qu’il ait moins besoin de gaz évite de la consommation d’énergie primaire). le bâtiment 2 qui est un peu plus impactant que le bâtiment 1. Et sur l’énergie renouvelable. Acidification L’impact sur l’acidification est quasiment équivalent pour la construction des deux bâtiments. a donc peu d’effet sur cet indicateur. ce sont les murs extérieurs qui sont le plus impactants (notamment le bois.

La phase d’usage est également plus favorable au système constructif bois qui est équipé d’une ventilation double flux. à des cloisonnements intérieurs en terre crue. Avec un effort supplémentaire sur la provenance des matériaux. Il faut également noter que la fin de vie n’a pas été modélisée. associée à une isolation extérieure (laine de roche). l’impact du bâtiment 2 pourrait donc être encore plus réduit. 222 . Si on avait considéré une durée de vie plus longue. On peut noter que la durée de vie utilisée dans la modélisation est de 30 ans. etc. et qu’elle aurait probablement influé aussi (de façon différente pour les deux bâtiments) sur le bilan environnemental du cycle de vie. le gain environnemental lors de la phase d’usage aurait été amplifié et les impacts liés aux matériaux auraient été réduits sur l’ensemble du cycle de vie. dans ce cas d’étude. ce qui n’est pas très élevé. En effet. on peut retenir que. la structure bois. l’utilisation d’un système constructif à base de bois a été moins néfaste pour l’environnement qu’une structure classique (béton).En conclusion. On remarquera toutefois que les distances de transports sont plus élevées pour ces matériaux et donc le bilan global du transport en t*km est quand même supérieur pour le bâtiment 2 (16 275 t*km en camion. nécessite une production de matériaux moins impactante et permet un gain de poids.. contre 13 109 t*km pour le bâtiment 1).

Il existe donc des perspectives pour simplifier les listes de matériaux.Conclusion Comparaison des résultats de l’ACV des Hauts de Feuilly à partir des logiciels Elodie. peuvent être liés à plusieurs sources d’incertitude (qui peuvent s’accumuler) : o 1ère couche d’incertitude induite par les inventaires (simplifications. SimaPro Les différents écarts de résultats observés entre les outils. La thèse de S. le % d'acier dans le béton. le mix de production d'électricité. le type de ciment et d'acier. il serait nécessaire de poursuivre ce travail dans d’autres configurations. Equer. EQUER ou ELODIE sur un bâtiment réel semble trop complexe en raison de la diversité des matériaux pris en compte. En complément de l’analyse des données ACV. Ce projet européen a permis d'étudier quelques sources d'écart entre les différents modèles par une analyse de données concernant par exemple les masses de matériaux. 2004). et dans l’autre les écarts sont jugés faibles. hypothèses sur le cycle de vie. 223 . Lasvaux (Lasvaux. La comparaison des résultats d’outils logiciels comme SimaPro. précision …) o 2ème couche d’incertitude induite par le logiciel (mode de calcul) o 3ème couche d’incertitude induite par la pratique/l’utilisateur (élaboration du métré. Mais comment modéliser de manière homogène des bâtiments sans disposer de règles communes complètes. A l’échelle du projet COIMBA. du reste. qui s’est déroulée en parallèle du projet COIMBA. Ces deux études ne permettent par ailleurs pas de rendre compte de l’ensemble des typologies de systèmes utilisés dans les bâtiments. des documents de cadrage des modélisations deviennent également indispensables. Il serait alors utile de l’utiliser. Un outil d’analyse a été mis au point à l’issue de ce travail de recherche. les différentes personnes ont pu discuter et sont parties d’un même métré pour modéliser les mêmes bâtiments. Ce premier comparatif montre qu'il reste encore de nombreuses questions à éclaircir et d'ouvrir quelques perspectives pour progresser vers davantage de fiabilité des ACV et vers une aide à l'interprétation des résultats. 2010). a justement permis d’approfondir l’analyse des données ACV de type Ecoinvent et FDES. Comparaison entre l’étude sur la liste complète des matériaux et l’étude sur une liste simplifiée Les deux études réalisées aboutissent à des conclusions différentes : dans un cas des écarts importants sont constatés. C’est. des hypothèses de modélisation à tous les niveaux et de l’effet boîte noire. pour approfondir les écarts dans les résultats d’ACV bâtiment. base de données utilisées …) Une analyse plus poussée des écarts entre les différents outils n’a pas pu être menée faute de temps et d’outil d’analyse adéquat. à l’avenir. une des raisons qui ont poussé les membres d’un précédent projet Européen à s’intéresser dans un premier temps à un cube de béton à la géométrie simple en ne faisant intervenir qu’un nombre limité de données ACV avant d'étudier une maison réelle dans une deuxième étape (Peuportier et al. les inventaires pour quelques matériaux de la maison et le chauffage gaz. mais le choix des matériaux à négliger doit se faire avec une grande prudence.

deux pistes sont envisageables : o Standardiser le classement des matériaux par lots afin de permettre la décomposition de l’analyse par sous-ensembles . notamment avec l’outil de Sébastien Lasvaux. Ainsi lorsque l’on identifie un indicateur montrant un impact important du bâtiment. et les valeurs prises en compte devront être justifiées et consensuelles. Il nous semblerait intéressant de développer des ratios sur des indicateurs pertinents par typologie de systèmes pour simplifier la saisie très fastidieuse des métrés des lots fluides sans perdre en précision comme on le ferait en négligeant totalement ces éléments. il serait facile de remonter aux contributeurs principaux à cet impact. et ainsi d’identifier les matériaux ou procédé sur lesquels il faudrait travailler pour améliorer l’impact du bâtiment. - L’Analyse de Cycle de Vie ayant pour but d’être un outil d’aide à la conception. - Définir des durées de vie de référence pour les bâtiments en fonction du procédé constructif. 224 . Ceci passe par un travail de modélisation d’un grand nombre de bâtiments présentant des procédés constructifs et des systèmes différents.Piste de recherches à poursuivre : - Analyse approfondie des écarts entre les outils. o Prévoir dans les outils d’identifier les contributeurs principaux à un impact. Ce point a une importance cruciale dans la comparaison des projets entre eux. - Nous avons vu que la simplification de la liste des matériaux prise en compte peut conduire selon les cas à des écarts non négligeables.

225 .

226 . Les perspectives sont orientées vers la systématisation de l’analyse quantifiée en phase conception pour mesurer les impacts environnementaux des bâtiments. On le constate en effet avec les travaux de l’association HQE qui vont dans ce sens là. Tant le contenu de l’analyse que sa précision et son adéquation aux besoins des concepteurs des bâtiments ont été optimisés par les travaux réalisés sur de nombreux points. les versions améliorées des outils ACV Equer et Elodie ont été évaluées par des analyses comparatives réalisées sur des bâtiments à faible consommation d’énergie. L’effet de levier du projet COIMBA consiste à l’harmonisation et à la consolidation de l’ACV bâtiment. La tendance est à la généralisation de l’approche ACV pour maîtriser la Qualité Environnementale des Bâtiments.Conclusion générale Les travaux réalisés ont permis d’aboutir à une véritable maitrise de la méthodologie ACV appliquée au bâtiment. offrant par conséquent la possibilité d’utiliser l’ACV pour évaluer plus précisément et plus facilement les impacts des bâtiments en phase conception. ce qui suppose de poursuivre le travail de maîtrise des différents outils d’analyse et en particulier la pratique de l’ACV bâtiment. L’amélioration de la méthodologie permet de rendre la pratique d’autant plus possible. maitrise traduite dans deux outils spécifiques. Enfin. Le projet COIMBA a ainsi apporté une valeur ajoutée à l’approche environnementale dans le bâtiment. Ces propositions ont été en partie intégrées dans les outils Elodie et Equer.

Annexes 227 .

Taking into account the seasonal mix may allow a more precise calculation of climate change indicators. Sébastien LASVAUX2. as well as total output. Both buildings meet the same specifications. 3-IZUBA . to determine trends in the energy mix. and not just on the plot. its dependence on local conditions and numerous calculation assumptions. This may be applied particularly to the energy mix used in the calculations. Data and simplification of inventories There are several types of LCA databases: inventory databases. Concerning human health. Nevertheless an experimental approach with this type of indicator can be interesting in order to observe the relative importance of both the impact of the plot and that of the materials. specific heat . in LCA of buildings.. Alexandra LEBERT2. which combines qualitative and quantitative information on health. only an approach seeking to determine the effects on diversity in terms of population seems sufficiently developed to be applied to a building LCA. To optimize this method. a weekly trend and a daily trend.. Lucie DUCLOS5. we selected 13 that provide relevant and timely data for the construction 228 . Jean-Louis SENEGAS3 1. three building systems: concrete structure. We modelled two types of buildings with. Jacques CHEVALIER2. for each one of them. FDES. when the damage is caused by several stressors related to the environment..ARMINES . due to its complexity. Among all the identified databases.Annexe 1 – Communication retenue pour la conférence World Sustainable Building Conference 2011 à Helsinki Methodological improvements in life cycle analysis of buildings: results from the COIMBA project Authors: N. It is therefore important to integrate materials and products in an impact analysis on biodiversity. Water Calculation modules allowing the evaluation of water consumption in buildings and rainwater management on building sites were developed and integrated in LCA tools. Olivier SIDLER4. Three specific morphologies were determined: an annual trend. The PDF method seems best suited to this type of analysis. Nicoleta SCHIOPU2. The “land use” indicator is still rarely used today in construction products and building LCA. 2-Centre Scientifique et Technique du Bâtiment . steel structure and timber structure. Gregory HERFRAY1. it is necessary to clarify the physical properties of the materials (density. Energy The first work concerns the homogenisation between LCA tool and dynamic thermal simulation. Concerning the ecotoxicity. Indicators An analysis was conducted on the use of "end-points" indicators such as land use or ecotoxicity. Thierry RIESER4. Methods already exist but they need to be adapted to new demands. Bruno PEUPORTIER1. thermal conductivity. This approach was applied to each mode of production. and ecoprofiles databases (EPD. The results show surprisingly that the impact of materials has a strong influence on the overall impact generated by the transformation and the use of the plot.. one solution might be the coupling of the LCA approach with the approaches of health risk assessment (HRA) and approaches to ecological risk assessment (ERA).). whether it aims at a better understanding of low energy buildings environmental profile or at allowing a daily use of environmental evaluation tools in the design process. 4-ENERTECH . Another approach undertaken during the project is that of the dynamic LCA. COIMBA is a collaborative project initiated by a team of 5 partners in 2008 with the goal to improve buildings LCA tools available in France: Equer and Elodie. 5-NOBATEK Fast development of sustainable construction requires more precise and relevant tools for low impact buildings design and decision-making assistance. the ILCD project workgroup recommends using the DALY indicator. Salmon5.). aggregated into a single indicator impact. but have different shapes that give them a different occupation of the plot. Fabien FILLIT5. To enable the evaluation of the thermal performance of a building. Renaud MIKOLASEK3.

It seems therefore essential to define a framework for the realization of inventories. establishing categories on the basis of toxicological characteristics of substances. offer an ever widening and growing range of products.S. 2008-2011. called "cut-off". GaBi CPM LCI Database. with all factors of complexity and uncertainty inherent in the reality of practices. Today. particularly in France with specific tools such as EQUER and ELODIE that recently allow taking into account the full life cycle of a building. A comparative analysis of Ecoinvent and NFP01-010 inventories was conducted onto toxicity indicators (study on the "damage to health (DALY)” indicator). Pilot case evaluation Some methodological elements previously mentioned or proposed have led to imrpovements of the two French LCA softwares: EQUER and ELODIE. and continue to work on the transparency of the databases. probabilistic scenarios. the databases of construction products such as INIES. Indeed. IBU ELCD. here the dioxins. In order to integrate aspects of health impact assessment of a system. alongside the software SimaPro. The five project partners were so able to receive support from the ANR (Research National Agency) for this work. INIES database). We were thus able to highlight one of the limits of the simplified inventory as presented in the NF P01 010 standard. Making comparisons between buildings on the basis of different tools must also be avoided. the categorization of substances does not allow to calculate the DALY indicator in a relevant and consistent way. which uses FDES to take recycling into account. These databases provide information on nearly 650 types of products or materials and 250 data on active systems available. Currently. LCI Database. IVAM.g. Existing approaches on recycling can be grouped into three families: the approaches by temporal cuts rules. Significant differences between the results given by each tool were observed. and EIME. Acknowledgments The project COIMBA was conducted under the PREBAT (Research and Experimentation Program on energy in the building). Athena. while ELODIE. the tool EQUER is based on a method taking into account the recycling of the A2 family. is based on an approach of A3 family. The objective of this analysis was to observe the real conditions use of these solutions of building LCA. Ecoinvent). that consider only an average production mix with a certain degree of incorporation (A1). it requires to better integrating health aspects while simplifying inventories. It may also be useful to adapt the end of life scenarios. These two tools. not considering the type of material. that consider the recycling loop between the end of life and production of a material as a bonus which is then necessary to assign (A2). or data on construction products (e. DEAM. They may be linked to several sources of uncertainty: inventories. offering henceforth the possibility of using LCA to more accurately and easily assess the impacts of buildings in design phase. The project COIMBA has highlighted many methodological points to harmonize for a consensus approach usable by any user. software. Approaches by stocks. regulations and frameworks including the LCA of buildings. Ecoinvent. Moreover. "avoided burden". On the opposite. the most synthetic databases (often corresponding to data specific to a product category) reduce the number of inventory flows to a few dozen.g. 229 . These proposals have partly been integrated into the ELODIE and EQUER tools. were then tested and compared by studying a practical case: the construction of a new individual home. that present a specially high toxicological nature. The avoided impacts approaches. and user. are classified in a category that does not include this feature. the most complete databases (often generic databases) consider several thousands of potential elementary flows for each data. GEMIS. U. This is supported by new standards. since some substances. IBO. but the type of use instead. Conclusion LCA use is growing fastly in the construction sector.sector: INIES. which is based on the principle of the existence of secondary raw materials stocks (A3). Perimeter An analysis was conducted on defining the study perimeter to be used for a building LCA. Two approaches are confronted: material and process data (e. “stock flow”. It is also interesting to study beside conventional scenarios. and in particular on the treatment of end of life.

Renaud MIKOLASEK3. 5-NOBATEK Summary Fast development of sustainable construction requires more precise and relevant tools for low impact buildings design and decision-making assistance. 2-Centre Scientifique et Technique du Bâtiment . 3-IZUBA . Australia. North America. Gregory HERFRAY1. Introducing fine analysis of water consumption and management in assessment tools: calculation modules allowing the evaluation of water consumption into buildings and rainwater management on building sites were developed and integrated in LCA tools  Energy. Jacques CHEVALIER2. Jean-Louis SENEGAS3 1.Methodological improvements in life cycle analysis of buildings: results from the COIMBA project portrait of the presenting author Nicolas Salmon Head of the Technologies for Construction Unit NOBATEK.) work has been dedicated to improve methodological approaches:  Water. Analysis of end of life and transports treatment in buildings LCA  Ergonomics. LCA methodology 230 . Sébastien LASVAUX2. Performing better integration of energy issues into LCA tools: compulsory information to be delivered about thermal performance of products to be used in a LCA analysis. to include daily and seasonally variations of the electricity production mix into the calculations and thus allowing more precise climate change indicators calculation. Methods already exist but they need to be adapted to new demands. LCA tools. COIMBA is a collaborative project initiated by a team of 5 partners in 2008 with the goal to improve buildings LCA tools available in France: EQUER and ELODIE. improved version of LCA tools EQUER and ELODIE have been evaluated through comparative analysis performed on low impact buildings. Practical recommendations for tools editors on data transparency and results reporting. and the possibility to simplify life cycle inventories  Perimeter. Finally. Analysing the use of end-points indicators like “land use” and “eco-toxicity” in buildings LCA  Data.. Alexandra LEBERT2. aiming either at acquiring a better understanding of low energy buildings environmental profile or at allowing a daily use of environmental evaluation tools in the design process. Defining the way to use both Ecoinvent data and French EPDs (FDES) in LCA tools. Thierry RIESER4. 4-ENERTECH . Olivier SIDLER4. Technical Research Centre France nsalmon@nobatek.  Indicators.. Lucie DUCLOS5. Keywords: sustainable construction.ARMINES . Fabien FILLIT5. After a detailed analysis of existing tools (in Europe. Nicoleta SCHIOPU2.com portrait of the co-author Co-authors : Bruno PEUPORTIER1.

the translation of results in environmental impacts (inventory). sometimes into a single indicator (with the aim of providing the user with results that are more manageable but with the risk of an information loss). In a LCA. Indicators are often the result of aggregating data from the LCI (Life Cycle Inventory). some specific tools that have been developed for the building sector offer the advantage of quantitative analysis. Introduction Life Cycle Analysis (LCA) is a scientific tool to measure the environmental impacts associated with the lifecycle of a product or a service. Compared to existing systems for the environmental evaluation of buildings. have a license fee. The available tools are either free of charge. A building can be described as a sum of materials. the environmental aspects taken into account. a sum of manufactured products or a sum of assembled components. On one hand. However. 231 . the impact on the quality of indoor air. are represented. LCA methods are however difficult to apply directly in the construction industry since the buildings are quite special "products". On the other hand. it appears that all the trends. whether from industrial standards or scientific work (e. For several years the construction sector has been the subject of a growing awareness of environmental issues. from the extraction of raw materials to the end of life (waste or recycling). their complexity requires analysis of many different elements for which data are often not available.. product use and maintenance. several environmental aspects cannot be taken into account in this analysis because of the difficulty to quantify them and the lack of adequate indicators. It is a multi-criteria and multi-stage method and can be used for ecodesign. The procedure for conducting an LCA is defined by the standards of ISO 14040 "Environmental management Life Cycle Analysis". Other indicators show. however.g. Taking into account the environmental dimension is now at the heart of the construction industry agenda. or even between different tools (eg EQUER which is linked to the COMFIE PLEIADES tool). On the other hand.1. a more anecdotal presence (e. assembly. The tools work with either internal databases.g. Low Consumption Building (BBC Effinergie ® label). such as standardization. thermal regulation (RT 2005. through the manufacture of materials. several approaches have been implemented to address this problem: High Environmental Quality (HQE ®). or the impact related to user satisfaction. Sixteen tools were examined for the state of the art phase of COIMBA project. RT 2012). or follow differentiated access and use schemes. or even for different sections of the same building. just deliver an impact factor of the building: the contribution of materials and construction products impacts on the scale of the site. few of them seem to fully address end of life of buildings. which have only one construction products module. Some tools. Among the tools reviewed. as elsewhere in Europe. In France. and possibly additional steps. The choice of calculated indicators often comes from consensus. climate change). or no database at all. they are limited by the approximations imposed on multiple calculation steps: this being the case for the quality of data. so the results are objective and allow for comparison. The tools deliver results based on standard methodologies: it is the case for example of ELODIE which is based on indicators from French standards (see Table 1). The results are generally expressed in tables of results or graphs. The description of a building can be done at different scales and with different approaches. air quality). They can be expressed with different units. the entire lifecycle of the product is analysed. This is the case today for the impact on the implantation site.. Some tools provide yet a higher level of aggregation of indicators. they can be given for the full life cycle of a building or for each stage of the life cycle for the entire building. rather centred on qualitative approaches. the types of available data. from the "black box" to the most transparent tool. external ones chained to the interface. Some other tools are more advanced and include modules to calculate the impacts during the life period of the building (in use). the real estate residential and commercial uses count for a 44 percent of energy use in France and it is the third source of CO2 emissions (23 percent). there are different levels and different types of chaining: linkings can be established between juxtaposed modules (including the module "Building Products" for example). Indeed. Among the existing tools.

Idemat. These fiches are produced according to standard NF P01-010 which specifies the framework for evaluating these data and their mode of representation. The tools offer in common the aggregation of environmental data (materials. data concerning materials. or assemblies. At the European level. verified and approved data. complete and detailed documentation is merely not available. However these data generally do not allow integration into the tools specifically dedicated to the building sector and do not feature French products. The main innovation comes from the intellectual work carried around a tool based on a consensual pooling of current scientific knowledge and powered by reliable. the tools appear to be classified according to two alternatives: 1 The tool is based on LCA data of the complete product (“from cradle to grave ") and the user can modify the data for customization. targeted users are different (architects. environmental fiches also do exist in most other countries. both in substance (indicators shown) as in form (graphical presentation).). the INIES database includes a set of Environmental and Health Declaration Fiches (FDES in French) that deliver accurate and complete information about the products they concern. including working on methodological approaches. products. products. In the French context. They differ in format and method of acquisition of environmental data: automatic or manual acquisition. This led to an overall methodology capable of promoting the French approach to the environmental quality of buildings. In terms of methodology. have also become more consistent. adaptability of data). data "from cradle to gate" or "cradle to grave". and works towards harmonizing all these data are under way. local authorities) and don’t meet the same needs neither show the same methodological transparency. now there is data available on a wide range of materials and commodities. They also differ on the expression of the results.: a tool like EQUER) Alongside with the development of the LCA tools. 2. The complexity of the results thereby declared (LCA inventory) actually hinders their use. ELODIE and EQUER. including construction. 232 . often corresponding to the European context. 2 The tool is based on partial LCA data ("from cradle to gate") and the user provides the necessary complement to his/her case study.. LCA databases (Ecoinvent. (E. are regularly updated and expanded. their corresponding databases.Table 1: Standards for analysis of the life cycle of building materials and buildings Among the sixteen tools studied in project COIMBA's state of the art. whether national or European. the COIMBA project aimed at developing tools for the quantitative assessment of the environmental quality of buildings. technical consultancy agencies. For a majority of the tools observed. Methodological developments The COIMBA project has improved two LCA of buildings tools available in France.g. Buwal . In this context. and the integration of these data in ergonomic tools (like ELODIE) can be particularly beneficial to end-users. to be used in an HQE type approach. assemblies) to obtain data on the scale of the whole site.

the surface of green spaces. Drinking water A model for estimating the water consumption of buildings has been developed for the residential sector and is in particular based on data available from different French agencies responsible for water management and/or research. The development model has been implemented in several stages:  Detailed identification of water requirements of a building. however the indicator does not include the problems of infiltration and pollution.2 Storm water The key issues of storm water management on the parcel are : preventing the oversize of sanitation infrastructures. according to statistics on usage and water consumption in France.). the calculation results are expressed as water consumption in m3 per year per person. and limiting flooding and pollution associated with water runoff . mm / year. A module was developed to calculate such indicator. that hold water and slowly evacuate it. However. m²  Type of collecting surface for rainwater harvesting. that collect rain water from impermeable surfaces for use or returning it to the cycle. which roughly corresponds to the average consumption in France.  Identification and definition of the frequency of use by equipment type and duration of use .2. the overall impact of these issues is difficult to demonstrate by a single indicator. 2. these aspects have been neglected or poorly regarded in available tools. the interior surface.  Identification of all the other parameters that impact on water consumption of a building (number of occupants. The input data allow to see the following information: Month day Rainfall (mm) Generated Volume (m3) Intermediate values of output are then as follows: G-N Generated Volume / Needs Losses Tank (m3) (m3) level Green (m3/m²) space need Other needs (m3) Global needs (m3) Inputs to network Recovered rain water consumption (m3) (m3) The main resulting indicators are:  The inputs to the network (m3 per year). It contributes to reduce oversizing of the network and other installations. 2. m3 per building throughout its entire life cycle.  Validation of the model by simulation and comparison with measured values from the technical literature.  Definition of formulas for calculating water consumption. Distinctions between hot (DHW) or cold water consumption have been made.1. The leakage rate at the outlet of the plot is a useful indicator of the quantitative management of storm water within the plot. Indeed. It has been considered in the development of the module "domestic water consumption”.The aim here is to promote devices that prevent or limit the impermeable surfaces to provide a direct infiltration to the place where the rain meets the floor.  Identification of equipment consumption characteristics. etc. Taking into account water related issues The work aimed at developing a model to estimate household water consumption and a model of stormwater management.1. m3 per person throughout the life of the building. the recharge of groundwater (which determines the future preservation of water resources). In the end. The recovery of rainwater is also a technique that should be included in the analysis. 233 .  Rain water consumption (m3 per year). based on the following input data:  Local rainfall. taking into account specific factors like water flow reduction equipment. according to CIEAU (French Water Information Centre) data.2.  Collecting area.1. m3 per year per building. An "average" consumption rate of approximately 44 m3 per person per year has been obtained by simulation using the model.

This trend can be seen as illustrating the influence of professional uses of electricity. requires the use of advanced production methods. specific heat . and should therefore be treated as such. where electricity production is highest during the first five days (with local maxima value remaining almost constant). To enable the evaluation of the thermal performance of a building. which can be obtained by correlation from different operating points where the various quantities are known. For modelling the operation of specific equipment. thermal conductivity. At the life cycle scale. It will be useful. Another approach undertaken during the project is that of dynamic LCA. This approach was applied to each mode of production. as well as total output. and time. for example related to the use of electric heating..3. Materials and products used in the LCA must have the same physical properties. There is also a weekly trend. Finally. appear a local maximum and an overall increase in output. allow this estimation of the part of embodied energy (grey energy) related to energy equipments. to introduce the appropriate operating curves (capacity based on outdoor temperature. Performance coefficient based on the charge rate). The PEP (Product Environmental Profiles) will. the other at 9 PM. we observed a daily trend. Dynamic LCA refers to an LCA taking into account both the changes in certain parameters over time. and a production whose importance is diminished during the weekend..2. against which. one during the daylight period at around 1 PM. and then use 2009 data for validation. to determine trends in the energy mix. on the scale of the whole site. Three specific trends were identified: An annual trend characterized by the existence of a global minimum during the warm period of the year. This may be applied particularly to the energy mix used in the calculations. such as a heat pump. hydro. which can provide the basis for impact assessment for each type of use of electricity involved in the building sector. which corresponds to air conditioning use. The COIMBA project worked to introduce new precise factors in this consideration. The first works concerns the homogenisation between LCA tools and dynamic thermal simulations. and their consequential effects. The objective here was to develop a model using data available for 2008. during that same period. to the LCA analysis. especially thermal power plants producing high emissions of CO2. during the integration of such devices in a building. The electricity production mix depends on the season (especially temperature). Indicators 234 .2. it is necessary to clarify the physical properties of materials (density. Taking into account the seasonal mix may allow a more precise calculation of indicators of climate change. according to different modes of production (nuclear. 2. this results however in important simplifications. Improving Energy aspects The consideration of energy issues is at the heart of environmental approaches of construction. it is important to know their operating characteristics. In France RTE provides data since 2007. day of the week. These observations refer to future work on determining functions describing the different types of power generation. which highlights two peaks of production. then the mathematical formalization of the relationship between use and production methods.). These peaks probably correspond to a household electricity consumption. which overlap with domestic uses which almost only appear for the last two days of the week. Graph 1: Electricity generation by coal and gas in France in 2008 Coping with peak demands for electricity. on hours of electricity production per year. coal + gas + oil + peak).

1. The preferred choice of verticality is still relevant in all three cases. However it seems particularly disadvantageous for timber: it would be appropriate on this point to perform additional analysis of uncertainties and to incorporate additional differentiation factors following the management conditions of the forest that is at the origin of the wood. This is explained by the large areas of forests occupied for long periods of time for forestry. The calculation of DALYs should preferably be conducted without weighting of age or updates. The differences of materials in building systems have very important consequences. Public Works and Water Management of the Netherlands in 1998. which are also a source of transformation and land occupation. It is a damage-oriented indicator. particularly in the ILCD project (International Life Cycle Database). it is important to consider the possible rebound effects and to specify the methodology used in the LCA.3. It is further recommended to perform some sensitivity analysis of the DALY indicator to determine the influence of various parameters:  Set the values for YLL and YLD separately will allow to evaluate the influence of the weighting of 235 . 2. Several studies and critical analysis of existing methodologies have already been undertaken. 2. Data collection is a fairly large factor of uncertainty. The ILCD project workgroup recommends using the DALY indicator. Human health / Ecotoxicity The indicators characterising the health impacts and those related to eco-toxicity indicators are relatively well developed indicators.3. can be subject to debate. Nevertheless an experimental approach with this type of indicator can be interesting in order to observe the relative importance of both the impact of the plot and that of the materials. Also. when the damage is caused by several stressors related to the environment. the transformation and occupation effects on a territory (the plot) which are often solely attributed to the building on it. Land use This kind of indicator is still rarely used today in construction products and building LCA. Ecoinvent integrates the notion of transformation and land use in all its inventories. aggregated into a single indicator impact. whose calculation depends on a lot of data. exception made of the case of horizontal concrete structure building. due to its complexity. based on modelling the evolution and effects of substances released into the environment. its dependence on local conditions and numerous calculation assumptions. The land use indicator was originally developed by the Ministry of Transport. for which certain recommendations were made. allows this kind of evaluation. We modelled two types of buildings with. These are the source of over 50 percent of the impacts. Indeed. the other is horizontal with a bigger footprint on two levels. Both buildings meet the same specifications.2. should be enhanced with the consideration of the materials of the building. Concrete has little impact whereas timber has in contrast a big impact. and not just on the plot. The impact of materials has a strong influence on the overall impact generated by the transformation and the use of the plot: this indicator shows that it is therefore important to integrate materials and products in an impact analysis on biodiversity. This method has been integrated for LCA in the “Eco-Indicator” indicator.An analysis was conducted on the use of "end-points" indicators such as land use or ecotoxicity. which combines qualitative and quantitative information on health. Particular attention should be given to all these factors of uncertainty and to a rigorous use of available methods. It is also embedded in particular versions of indicators Impact 2002 + and CML 2001. assumptions and models. the intrinsic value of human life. The results show surprisingly that the impact on land use is highly dependent on materials. in LCA of buildings. but have different shapes that give them a different occupation of the plot: one is vertical with a small footprint and six levels. the starting point of the analysis for human health. derived from the Eco-Indicator 99 method. for each one of them. The purpose of an indicator on human health is to quantify the changes in mortality and morbidity generated by emissions of substances involved in the life cycle of a product or process. Transparency and representativeness of these should be as high as possible. Even if the state of current health services is taken into account in evaluating a specific disease DALYs. steel structure and timber structure. three building processes: concrete structure. DALY indicator. These structural differences also imply differences in the quantities of materials used for each type of construction system.

. as the FDES in France (NFP01-010 standard). only an approach seeking to determine the effects on diversity in terms of population seems sufficiently developed to be applied to the LCA of a building. 236 . over a certain area and during a given period. However the still limited availability of data. The second category of data is based on systems of Environmental Product Declaration (ISO 14025 at the international scale. the second category of data allows to select products on a more accurate basis. compared to the multitude of products on the market. and accuracy demanding fields of application lead to risky extrapolations in studies of LCAs of buildings. characterising the disappearance or the stress experienced by a species. Although we should not mix these data for a same analysis. LCI Database. Ultimately to make the LCA of a building or a building product. we selected 13 that provide relevant and timely data for the construction sector: INIES. the use of different data sources is widespread. GEMIS.  2. Among all the identified databases. To overcome these difficulties and gaps. and factors used to obtain other indicators require further study. U. IVAM. Athena.4. reversibly or irreversibly. one solution might be the coupling of the LCA approach with the approaches of health risk assessment (HRA) and approaches to ecological risk assessment (EDR or ERA). with little information on conditions of stress experienced by the ecosystem in question arising from the effects of another system. So future developments of LCA may include a simplified approach using environmental indicators called "midpoint" and coupling LCA with evaluations of health risks and environmental systems to properly assess the aspects of health and ecotoxicity. due to the implementation of the system (as in the case of a sewage treatment plant. and EIME. These databases either storing inventories or ecoprofiles. CPM LCI Database. Two approaches are confronted: material and process data (e. which would permit to compare a project on the basis of common indicators. positive impacts on the environment of the structure involved in inventory phase and not in the assessment of damages). For detailed design. IBO. which may involve a small functional unit. because the construction products are not yet defined precisely so the use of generic data is relevant. at best they all use as a reference only the ISO14040 standard. Ecoinvent). These databases provide information on nearly 650 types of products or materials and 250 data on active systems available. Ecoinvent.g. following exposure to chemical or physical transformation. urban design). Data There are several types of LCA databases: inventory databases and ecoprofiles databases (EPD. INIES database).1. DEAM. Eco-toxicity concerns natural ecosystems.4. GaBi. Any changes occurring in an uncontrolled way in the ecosystem are regarded as damage. This method. construction site selection. FDES.). The data correspond to specific products available on the market and the declarations are most often carried out on a standard and clearly defined framework (and referring to standard LCA of ISO 14040) from a Product Category Rules (PCR) defining the methodological rules of these EPD. These databases have different origins:  Work of data production by research institutes or centres specialised in LCA. However this aspect can be a weakness of the method. inducing more local emissions to an alternative inducing emissions elsewhere.  Declarations of industrials or industrial clusters  LCA compilation performed in a dispersed manner. or data on construction products (e. IBU ELCD. Data and simplification of inventories 2. Among several methods. The first category is more suitable for early phases of design (architectural sketch. this large amount of data demonstrates the growing potential for producing Building LCA today. which is insufficient to ensure their consistency.S. their function and structure.g. provides a good consistency with the conditions and the boundaries of a LCA.. The PDF method seems best suited to this type of analysis.different pathologies in the calculation of DALYs The optional application of an age-weighting and updating according to a standard rate of 3 percent will provide information on the importance of these parameters. prEN15804 at the European scale). Another option is to use localized flows (depending on population density of emission site).

Inventory simplification Currently. 2. This work has been limited to toxicity indicators.. aggregated using the FDES methodology. We were thus able to highlight one of the limits of the simplified inventory as presented in the NF P01 010 standard. A comparative analysis of Ecoinvent and NFP01-010 inventories was conducted. for two types of flooring (wood and PVC) by constructing a new inventory from Ecoinvent data.2. Norme NFP01-010 hélium Simplification hélium Base de données DEAM Base de données ECOINVENT the "styrene " flow is shown for the Ecoinvent part. densité faible population. these heterogeneities may cause errors on a larger scale in particular for the comparison of alternative constructive systems and buildings. DEAMs and INIES database. densité forte population Styrène.4. long terme Styrène.. During the COIMBA project. we considered three Life Cycle Inventory (LCI) models as respectively used by the Ecoinvent. cobalt Classification directe cobalt .. the most synthetic databases (often corresponding to data specific to a product category) reduce the number of inventory flows to a few dozen. Indeed. Styrène. Figure 2 shows the steps in the simplification of elementary flows between each of the three ICV models. toluène Styrène.. are classified in a category that does not include this feature. we calculated the indicators for "damage to health (DALY)" and "air pollution (PA)".5.. .1000 flows (DEAMs) but "only” 171 flows. since some substances. This classification method will necessarily lead to an underestimation of the toxic nature of these substances. here the dioxins. non spécifiés .. For this. Perimeter 237 . that present a specially high toxicological nature. In the concern of alleviating the figure. xylène . Styrène.. Indeed. only amoniaque Classification directe amoniaque .. depending on the method for estimating the characterization factor of the category.. However. Figure 2: Example of the approach of the inventory simplification on some flows Finally.. These different formats and inventory models often lead to the spread of these heterogeneities up to the impact characterization phase. On the opposite. densité faible population .. establishing categories on the basis of toxicological characteristics of substances. this type of indicator is generally sensitive to the number and types of inventory flow selected.. it might be wiser to better integrate health aspects while simplifying inventories. basse stratosphère et haute troposphère Agrégation styrène Agrégation hydrocarbures . In order to integrate aspects of health impact assessment of a system..2.. the most complete databases (often generic databases) consider several thousands of elementary flows in their nomenclature. the categorization of substances does not allow to calculate the DALY indicator in a relevant and consistent way. this process of simplification of the NFP01-010 standard allows to no longer considering either 4 000 inventory flows (Ecoinvent) or 600 . These steps are illustrated by taking a few elementary flows of air emissions. or even to the overstatement of the health impact of the entire class considered.

CSTB used on ELODIE a calculation made by Enertech. This by assuming that when the building will reach the end of life. that consider the recycling loop between the end of life and production of a material as a bonus which is then necessary to assign. but the type of use instead. The test of these probabilistic scenarios may for example be done as part of a sensitivity study of results to test their robustness. the end of life treatment technologies and processes will be improved especially with regard to recycling. rates can be defined and implemented. “stock flow”. the EQUER tool is based on a method taking into account the recycling of the A2 family. that consider only an average production mix with a certain degree of incorporation. Depending on the purpose of the LCA tool. the avoided impact approaches. the results will not be identical. Concerning energy consumption during the life out. Existing methods can be ranked against a set of criteria for recycling modelling. probabilistic scenarios. Figures 3 and 4 show some of the main results obtained from this analysis. called "cut-off". With a living area of 149 m². Nobatek did the same on SimaPro. "avoided burden". Here we present observations on the treatment of end of life. which helped to establish a common basis. Eleven criteria were defined as part of this work:  C1: Definition of system boundaries (what are the allocating rules at the level of recycling)  C2: Choices selected for the environmental assessment (attributional. Given the complexity and uncertainty associated with the end of life. 238 . These data came from the description of the project at construction phase. with all factors of complexity and uncertainty inherent in the reality of practices: three tools used by three LCA practitioners.6. beside conventional scenarios. namely to promote recycling and / or evaluate an effective recycling. It is also interesting to study. The objective of this analysis was to observe the real conditions use of these solutions of building LCA. Its roof accommodates 6 m² of solar thermal panels and 12 m² of solar photovoltaic panels. The recycling modelling today appeals to numerous heterogeneous methods both on their philosophy and on the results to which they lead. which is based on the principle of the existence of secondary raw materials stocks (MPS). is based on an approach of A3 family. consequential or differential)  C3: Form of "recycling" evaluated (effective recycling and / or recyclability)  C4: Type of recycling taken into account (open loop and / or closed)  C5: Sharing of environmental responsibility between two products (allocation)  C6: Status of waste recovered at the end of life of the building system  C7: Completeness of the life cycle and self-supporting of the recycling model (dependency at the level of upstream and downstream life cycles?)  C8: Management of uncertainty associated with end of life processes (scenarios of prudence or probabilistic scenario)  C9: Involvement of the recycling evaluation in the inventory life cycle  C10: Involvement of the recycling evaluation in impact indicators  C11: Involvement in the process of decision support Existing approaches on Recycling can be grouped into three conceptually distinct families:  A1. were then tested and compared by studying a practical case: the construction of a new individual home (in the “Hauts de Feuilly” district. and Armines conducted a Comfie-Pleiade simulation (taking into account glass surfaces and thermal bridges). The "materials" data set was provided by an engineering office (Enertech).An analysis was conducted on defining the study perimeter to be used for a building LCA. These two tools. alongside the software SimaPro. Based on current statistics of building products and materials end of life. Pilot case evaluation Some methodological elements previously mentioned or proposed have led to changes of the two French LCA software: EQUER (Izuba Energies . approaches by stocks. which uses FDES to take recycling into account. this house was built in timber frame.  A3. St Priest (Fr) ) with a performance level equivalent to German PassivHaus standard. a contemporary scenario approach seems well suited although probably conservative.Armines) and ELODIE (CSTB). while ELODIE. It may also be useful in this work to adapt the end of life scenarios. the approaches by temporal cuts rules. 2. Today.  A2. not considering the type of material.

Deviation from the average of the indicators
common to the three studies
Total life cycle
-50%
-25%
0%

Elodie
Equer
SimaPro
25%

50%

Total primary energy demand
Depletion of resources

Water consumption
Radiactive waste (weight)

Cimate change
Air acidification
Photochimical ozone formation

Total primary energy consumed (kWh / m²
net gross floor area / year)

Use
End of life
Renovation
Construction

250
200
150
100
50
0
Elodie

Pléiades - Equer

Simapro

Fig. 3 and 4: Comparative results of a building LCA realized by three tools/three practitioners
The different gaps observed on results between tools may be linked to several sources of uncertainty (which can
accumulate):
 1st uncertainty layer induced by the inventories (simplifications, accuracy ...)
 2nd uncertainty layer caused by the software (calculation, indicators)
 3rd uncertainty layer induced by the practice / user (the bill of quantities preparation, assumptions about
the life cycle, databases used ...)
Moreover many of the differences between the models are probably related to electricity generation
mix considered: average annual mix for Elodie and SimaPro and specific heating mix for Equer.
Eventually, comparing the results of software tools such as SimaPro, ELODIE or EQUER on a real building is
complex because of the diversity of materials taken into account, modelling assumptions at all levels and the still
existing black box effect.

3. Conclusion
LCA use is continuously and fastly growing in the construction sector, particularly in France with specific tools
such as EQUER and ELODIE that recently allow taking into account the full life cycle of a building. This is also
supported by new standards, regulations and frameworks including the LCA of buildings. Moreover, the
databases of construction products such as INIES, offer an ever widening and growing range of products.
The COIMBA project has highlighted many methodological points to harmonize for a consensus approach usable
by any user. These proposals have partly been integrated into the ELODIE and EQUER tools, offering henceforth
the possibility of using LCA to more accurately and easily assess the impacts of buildings in the design phase.
However the comparison of several tools in a complex context, still representative of actual practices, reveals
many discrepancies between results. At the heart of the problem lies the quality of data used, but the practical
aspects (level of proficiency of LCA, initial source of data, real control of the study perimeters, etc..) also generate
significant discrepancies, despite the diffusion of standards framing these practices.
It seems therefore essential to define a framework for the realization of inventories, and continue to work on the
transparency of the databases. Making comparisons between buildings on the basis of different tools must also
be avoided. Finally, these conclusions call for new research focused on the practice of LCA to identify, in the

239

context of detailed LCA analysis on real cases, the levers of management of uncertainties, whether they are at
the scale of databases, tools, and especially working practice.

Acknowledgments
The project COIMBA was conducted under the PREBAT (Research and Experimentation Program on energy in
the building), 2008-2011. The five project partners were so able to receive support from the ANR (Research
National Agency) for this work.

240

Références bibliographiques
AFNOR. Qualité environnementale des produits de construction. Norme NF P01-010, Paris, 2005, 47 p.
AFNOR, Norme NF EN 12920 Caractérisation des déchets - Méthodologie pour la détermination du
comportement à la lixiviation d'un déchet dans des conditions spécifiées. 2008, 13p.
AFNOR. Qualité environnementale des produits de construction et des bâtiments – Partie 3 : définition et
méthodes de calcul des indicateurs environnementaux pour l’évaluation de la qualité environnementale d’un
bâtiment. Norme XP P 01-020-3, Paris 2009, 28 p.
Bertling, S., Corrosion-induced metal runoff from external constructions and its environmental interaction. A
combined field and laboratory investigation of Zn, Cu, Cr and Ni for risk assessment. Thesis. Stockholm : Royal
Institute of Technology, 2005, 116 p.
Chevalier J, Lebert A, Schiopu N, Alirol O, Ravel P, Hans J, Chevalier J-L, Ciuti E. ELODIE: a tool for the
environmental assessment of building. CIB 2010: Proceedings of the international conference on Research and
Innovation in Building and Construction: Construction for Development, The Lowry, Salford Quays, United
Kingdom, May 10th - 13th, 2010
CHEVALIER, J. Elaboration d'un protocole d'analyse de cycle de vie des procédés – application aux traitements
des fumées d'incinération des déchets ménagers, thèse de doctorat : Institut National de Sciences Appliquées de
Lyon, 1999, 236p.
CHEVALIER J., MAUPETIT F.. Etude des caractéristiques environnementales et sanitaires de trois procédés de
construction « murs ». RAPPORT FINAL d’étude Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB) (SB
2007-009) 26 juin 2007, 44 pages.
CHEVALIER J., MAUPETIT F. Centre Scientifique et Technique du Bâtiment (CSTB). Etude préalable à la mise
en place d'un étiquetage sanitaire et environnemental des produits de construction. Rapport Final. 27 juin 2007
CHEVALIER J. Etude de faisabilité d’une identification des performances environnementales des produits de
construction. Rapport final d’étude du CSTB réalisé à la demande de la DGUHC. (Décision n° Y0213 du
07/11/2002) 35 pages.
CIEau - Le Centre d’Information sur l’Eau. Les consommations domestiques. Disponible sur:
http://www.cieau.com/toutpubl/sommaire/texte/6/f61221.htm
Deroubaix, G. & al.; Environmental Risk Assessment of treated wood in service : the EFG approach; proceedings
of IRG 32, 2000, Kona ; USA
DIN - Deutsches Institut fur Normung e.V. Norme DIN 1989-1: 2002-4. Rainwater harvesting systems Part1:Planning, installation, operation and maintenance, 2002, 35p.
Ecoinvent Centre, Life cycle inventories of wood as fuel and construction materials – data V2.0 (2007),
Filliard B., Guiavarch A., and Peuportier B., performance evaluation of an air-to-air heat pump coupled with
temperate air-sources integrated into a dwelling, IBPSA 2008
Guiavarch A., Bruneau D., Dauvergne J.L. , Palomo Del Barrio E., Peuportier B., Clottes F., Intégration d’un
modèle simplifié de matériau à changement de phase dans une plate-forme d’aide à la conception énergétique
de bâtiments, IBPSA 2008

241

Guiavarch A. and Peuportier B., improving the environmental balance of building integrated photovoltaic
systems, ISES Conference; Goteborg, juin 2003
Guiavarch A. and Peuportier B., Environmental assessment of building integrated solar components,
development of a simulation tool, PLEA Conference, Toulouse, juillet 2002
Guiavarch A. and Peuportier B., Development of a Simulation and Life Cycle Assessment Tool for Solar
Buildings, Eurosun Conference, Bologna, juin 2002
Heijerick D.G., Janssen J.R., Karlen C., Odnevall Wallinder I. et Leygraf C., Bioavailability of zinc in runoff water
from roofing materials, Chemosphere, 2002, 47, p. 1073 – 1080.
HUGREL, C., Contribution à l'élaboration d'un outil d'aide à la décision multicritère pour la mise en place des
politiques environnementales des collectivités locales, thèse de doctorat : Institut National de Sciences
Appliquées de Lyon, 1998, 290p.
Jayr, E. Vernus, E, Naquin, P., Incorporation de matières premières secondaires (MPS) dans les matériaux et
produits de construction, Lyon : Pollutec, 29 novembre -1 décembre 2006
ILCD, Main guidance document for all applications and scope situations (DRAFT), 22 may 2008
ILCD, Requirement for impact assessment models for LCIA WORKING DRAFT version 0.7, 2008
Lasvaux L., Peuportier B., Chevalier J., Towards the development of a simplified LCA-based model for buildings:
recycling aspects, CISBAT 2009, Lausanne, septembre 2009, pp 107-112
Sébastien Lasvaux, Jacques Chevalier, Bruno Peuportier, Development of a simplified LCI database gathering
EPDs and generic data for the French construction sector, Conference LCA X « Bridging Science, Policy and the
Public », Portland (USA), novembre 2010
Leray, F., Les déchets en TP : quel enjeu pour le MTETM - présentation du CCTP. JOSTE 2006 : Les Journées
Scientifiques et Techniques d’EDEEMS. Villeurbanne - France, 21-22 juin 2006.
MEEDDAT. Récupération des eaux de pluie, leur usage a l’intérieur et a l’extérieur des bâtiments (cadre et
réglementation). Disponible sur : http://www.ecologie.gouv.fr/La-recuperation-des-eaux-de-pluie.html
MEEDDAT. Arrête du 21 aout 2008 relatif a la récupération des eaux de pluie et a leur usage a l’intérieur et à
l’extérieur des bâtiments, JO n°0201 du 29/08/2008, 4p.
Peuportier B., Eco-conception des bâtiments et des quartiers, Presses de l’Ecole des Mines, 336p, novembre
2008
Peuportier B., Life Cycle Assessment applications in the building sector, International Journal of Environmental
Technology and Management Vol. 9, No.4 pp. 334 – 347, automne 2008
Peuportier B., Kellenberger D., Anink D., Mötzl H., Anderson J., Vares S., Chevalier J., and König H., Intercomparison and benchmarking of LCA-based environmental assessment and design tools, Sustainable Building
2004 Conference, Warsaw, octobre 2004
Peuportier B., Assessment and design of a renovation project using life cycle analysis and Green Building Tool,
Sustainable Building 2002 Conference, Oslo, septembre 2002
Peuportier B., Brutto E., Tools for promoting sustainability in the construction field – Materials database for high
environmental performance constructions, phase 1, 2008
Peuportier B., Application de l’analyse de cycle de vie à l’évaluation comparative de maisons individuelles,
Conférence Internationale Energie Solaire et Bâtiment, Lausanne, septembre 1999
Peuportier B., Comparative assessment of a « high environmental quality » house, a standard house and a
wooden solar house by life cycle simulation, Green Building Challenge Conference, Vancouver, octobre 1998
Peuportier B. and Diaz Pedregal P., Application of life cycle simulation to energy and environment conscious
design, PLEA Conference : Environmentally friendly cities, Lisbon, juin 1998

242

B. Lausanne: Presses polytechniques et universitaires romandes. Paris. Blanc Sommereux I. Bilans énergétiques et environnementaux de bâtiments à énergie positive. Projet n° 04-1012/1A. 278 p. and Blanc Sommereux I. Diaz Pedregal P. Modeling of Wood Preservative Leaching in Service. Toulouse. Bedel S. Gromaire M.ccaresearch. juin 1997 Peuportier B. and Boonstra C. Lausanne.. Salomon T. 17èmes Journées Scientifiques de l’Environnement : le Citoyen. et Peuportier B. réalisé par l’INSA Lyon (responsable L. septembre 2009 Trocmé M. 1985. 254 p Thiers S.. Juillet 2001 Waldron.. (1990) Décider sur plusieurs critères. 2007. CISBAT 2009. juin 1998 Peuportier B.. pp 820-831. European project REGENER.. Thèse de doctorat INSA Lyon. 57 n°3. P. Thèse de l’Ecole des Mines de Paris. 2004. Development of an object oriented model for the assessment of the environmental quality of buildings. Ghebbo. and T. S. The life cycle simulation method EQUER applied to building components. PLEA Conference. Thermal and environmental assessment of a passive building equipped with an earth-to-air heat exchanger. ENS Cachan – Antenne de Bretagne. et Peuportier B. Conférence IBPSA France. mai 1998 Peuportier B.D. First International Conference "Buildings and the environment". outil d’analyse d’impact environnemental. Watford. L.. Robert. B. Approche méthodologique intégrée pour l’évaluation des impacts environnementaux des filières de valorisation des résidus minéraux – Etude prospective..pdf.-C. Leiden. P. Polster B. February 8-11.. mars 2007 Van der Voet Ester. Solar Energy vol 82 n°9. Orlando. Germany. Life Cycle Assessment of a Positive Energy House in France. Kohler N.. pp 219-230. Mikolasek R. FL. 23-24 mai 2006.CO. Eindhoven. Using life cycle assessment as decision support in the design of settlements. PLEIADES + COMFIE. C. CIB.. Evaluation of the environmental quality of buildings . 2008. logiciel de simulation thermique dynamique couplé avec EQUER. septembre 2008 Thiers. CIB Conference : Construction and the environment.R. 243 . JEEA 2007. 2nd International Conference « Buildings and the environment ». Peuportier B. CML-SSP Working Paper 02.. Proceedings of Environmental Impacts of Preservative-Treated Wood Conference.. Thiers S. Bonn. Analyse de Cycle de Vie d’un bâtiment. and Peuportier B. Collection HAL Archives Ouvertes ( http://hal. life cycle analysis of buildings. Impact des matériaux de toitures sur la contamination métallique des eaux de ruissellement urbaines... panorama de l’aide à la décision multicritère. 2005.. and Peuportier B..002.org/Pre-Conference/pdf/Waldron. A.archivesouvertes.fr/JSE2006 ) ROY. Gävle (Sweden). Paris : Edition Economica. Benetto).. disponible sur http://www.. Solar Energy vol.. 209p. Land use in LCA. mars 1996 Popovici E. Schiopu N... septembre 2004 RE. Caractérisation des émissions dans l’eau des produits de construction pendant leur vie en œuvre.. Atelier « Energie et développement durable ». octobre 2004 SCHÄRLIG.. 5th European conference solar energy in architecture and urban planning "Building a new century".a step towards a more environmentally conscious design. Cooper. Gobin C. Ung.. and Durand E. Life cycle analysis of buildings: the European project REGENER. Barna) et la société Ecoinnova (responsable E. la Ville et l’Environnement. (2ème édition).. Méthodologie multicritère d'aide à la décision..Peuportier B. de Gouvello. 423 p. mai 1994 Polster B. Peuportier B.

244 .