Numéro#126

9 Mars 2007
www.myfreesport.com
LE PATRON
DES JEUX 2012
S’EXPLIQUE
RUGBY
ENGLAND-FRANCE
« THE » CHOC
RELIGION
LONDON
FOOTBALL CITY
FORMULA ONE
LEWIS HAMILTON...
BRITISH BOMB
EXCLUSIF
SEB COE
J
8
C
F
D
F
E
C
U
T
D
C
C
P
.
C
C
M
X
A

P
P
C

3
D
!S MAP5
TPAIL DU VENTCUX
BEDCIN (S4)
!EP AVPIL
TPAIL DE LA VALLÉE DE
CHEVPEU5E
AUFFAPCI5 (7S)
6 MAI
TPAIL DU NIVCLET/PEVAPD
VCCLAN5 (73)
26/27 MAI
TPAIL DE CUEPLÉDAN
5AINT·CELVEN (22)
30 JUIN/!EP JUILLET
MAPATHCN DU MCNT·BLANC
CHAMCNIX (74)
S JUILLET
TPAIL DU BCUT DU MCNDE
PLCUZANÉ (29)
5 ACÛT
CHAMPICNNAT DU CANICCU
VEPNET·LE5·BAIN5 (66)
!5 5EPTEMBPE
EU5KAL ENDUPANCE
5T·ETIENNE·DE·BAICCPPY (64)
N
I
C
K

5
H
A
P
P
V
A
I
N
C
U
E
U
P

D
U

M
A
P
A
T
H
C
N

D
U

M
T
·
B
L
A
N
C

2
0
0
6
FPE5H. CCPYPICHT©5ALCMCN5A. TCU5 DPCIT5 PÉ5EPVÉ5. PHCTC5: MAPC MULLEP.
É D I T O R I A L
LONDRES, OF COURSE
L’Angleterre, ennemie héréditaire. Et Londres, éternelle
rivale de Paris. Une rivale qui gagne. Quand Paris ima-
gine que les Jeux sont faits pour 2012, à son profit, c’est
Londres qui, au finish, emporte la mise. Quand Londres
aligne deux clubs en Ligue des
champions, Paris en est absent.
Même le Tour de France part cet
été de… London. Pourtant, la
domination british n’est pas
aussi marquée qu’il y paraît.
C’est Sebastian Coe, le patron
des Jeux de Londres, qui l’affir-
me dans ces colonnes. Et puis le
français s’exporte et se porte
bien dans la capitale britannique. Nombre d’entraîneurs,
de footeux, de rugbymen y parlent avec un fort accent de
titi parisien. Enfin, si le sport a été inventé par les Anglais,
c’est bien Sport, votre magazine, qui s’est installé récem-
ment dans la City. Profitez d’ailleurs de ce numéro « spé-
cial England » pour découvrir notre édition anglaise sur
myfreesport.com. Of course. ■ BRUNOCLEMENT
36
Sport Free Attitude
R. STONEHOUSE/CAMERA PRESS/GAMMA
SPORTFREEATTITUDEESTDISTRIBUÉ
DANS 55 VILLES SUR TOUTE LA FRANCE
Pour les trouver, ainsi que tous les points de distribution :
www.myfreesport.fr
Siège social :
16-18, rue Rivay
92300 Levallois-Perret
SA au capital de 1 744 000 €
RCS Nanterre B 449 019 967
Tél. : 01 41 27 89 79
Fax : 01 47 37 68 44
Web : www.myfreesport.fr
Email : contact@freesport.fr
Principaux associés
et fondateurs :
Bruno Breton, Francis Jaluzot,
François Rossignol
Président et directeur
de la publication :
Francis Jaluzot (89 76)
Directeur général délégué
à l’éditorial : Bruno Breton (89 78)
Rédacteur enchef : Bruno Clement
Direction artistique :
Pascal Larché (89 58)
Rédactrice en chef adjointe :
Claire Raynaud (89 73)
Rédacteur en chef adjoint :
Lionel Vella (football) (89 62)
Chef de service :
Stéphane Méjanès (loisirs) (89 67)
Grand reporter :
Gérald Mathieu (89 72)
Rédacteurs : Ronan Folgoas
(89 65), Viviane de Flers (89 66),
Juliette Pascal (36 32)
Première maquettiste :
Laetitia Kalafat (89 61)
Secrétaire général
de rédaction :
Jean-Noël Tristan (89 56)
Secrétaire de rédaction :
Laurent Giraud-Coudière (89 57)
Direction photo :
Catherine Baduel (89 64)
Iconographe : Alexis Réau (89 63)
Responsable de production :
Bruno Bergia (89 69)
Ont collaboré à ce numéro :
Gautier Lamy,
Philippe Testard-Vaillant
Création : Antoine Laffolay (Labe)
Assistante : Françoise Le Mesle
(Adhérent à l’OJD
et au CESP)
©Sports Médias
&Stratégie, 2005
Toute reproduction
et/ou représentation même partielle
est interdite sans l’autorisation
écrite préalable de l’éditeur.
Directrice du développement
international :
Nadia Nardonnet (89 50)
Directeur général délégué :
François Rossignol (89 77)
Directeur général adjoint
au commercial et au marketing :
Guillaume Astruc (89 55)
Directeur des opérations :
Frank Ducret (89 68)
Responsable diffusion :
Claire Meegens (89 70)
Chef de produit marketing :
Virginie Péron (89 74)
Chargée d’études :
Clémence Raffour (37 57)
Publicité : Jaël Azoulay (89 54),
Vincent Leluc (89 59), Adrien Clayeux
(37 58), Alexandre de Boncourt
(37 54), Bénédicte Sauty de Chalon
(37 51), Sébastien Soboul (37 52),
Cécile Leduc (37 59)
Fabrication : Annick Torrès (Delta
Graphic), 92 Issy-les-Moulineaux
Photogravure : Compos Juliot
Impression : Maury,
à Malesherbes (45)
Tirage : 750 000 exemplaires
Dépôt Légal : à parution
N° ISSN : 1764-1756
BONNEHUMEUR
MURRAY HEAD
Depuis l’arrivée d’Eric Cantona à
Manchester United, l’attitude anglai-
se envers les Français a changé. Il
venait jouer chez nous et il était
incompris dans son pays. Aujourd’hui,
les Anglais ont beaucoup de respect
pour les Français. Ils les considèrent comme des
êtres nobles et dignes. Il y a eu une grande rivalité
entre Paris et Londres lors de la désignation de la
ville organisatrice des Jeux de 2012. Aujourd’hui, la
pression est énorme, on espère ne pas avoir honte !
Les JO vont coûter trois fois plus cher que prévu et on
va entendre des gens dire que ça aurait été mieux si
la France avait gagné ! ■
Chanteur et acteur britannique, né à Londres.
NUMÉRO#126 9 MARS 2007
NEWS
04 RUGBY : LE
JOURNAL DE LA
COUPE DU MONDE
06 ENJEUX &
RÉSULTATS
Ligue 1 :
Lyon – Marseille
08 La page de
Pierre Ménès
10 SPÉCIAL
ANGLETERRE
JO Londres 2012
Lord Sebastian Coe
fait le point pour Sport
16 Rugby :
Jonny Wilkinson
20 Les Français
d’Angleterre
22 Foot : les clubs
de Londres
26 Cyclisme : David Millar
contre le dopage
28 F1 : la bombe Hamilton
30 7 JOURS DE SPORTS
Les grands
rendez-vous
LIFESTYLE
32 FREESTYLE
Les surfers français
en Australie
36 REPORTAGES
Le World Press
Photo 2007
40 BIEN-ÊTRE
La chiropratique
42 GLAMOUR
Les filles du rugby
44 MÉMOSPORT
Le sport à la TV
46 SPORT NUMÉRIQUE
High-tech, jeux et DVD
RENDEZ-VOUS PAGE 7
A
N
D
R
É
P
I
C
H
E
T
T
E
/
A
B
A
C
A
SOMMAIRE 3
9 MA R S 2 0 0 7
9 MA R S 2 0 0 7
LEJOURNALDELACOUPEDUMONDE
LIONEL BEAUXIS
UN HÉROS TRANSFORMÉ
Comment êtes-vous tombé
dans le chaudron du rugby dès
la petite enfance ?
« J’ai commencé le rugby à l’âge de 5-6 ans. Difficile
de débuter plus tôt. Mon père, Patrick, était lui
aussi demi d’ouverture. Il m’avait construit des buts
de rugby dans la cour de la maison familiale à
Juillan (Hautes-Pyrénées), un village situé à une
quarantaine de kilomètres de Pau. Dès mon plus
jeune âge, je me suis donc entraîné à frapper.
Quand vous aviez une dizaine d’années,
pensiez-vous déjà à l’équipe de France ?
Difficile d’imaginer à cet âge toutes les étapes
qu’il faut franchir pour rejoindre les Bleus. Mais,
très tôt, j’ai eu l’envie d’aller loin. En benjamins,
je jouais avec le Rugby Club de Louey-Marquisat,
dont ma tante est d’ailleurs la présidente.
Nous avions une très belle équipe, l’une des
meilleures de la région. En fin de saison, nous
avons remporté trois tournois en trois semaines.
Nous étions sur un petit nuage.
À 11-12 ans, vous avez fait parler
de vous en remportant un concours très prisé.
De quoi s’agissait-il ?
’ai gagné deux années de suite une compétition
assez originale organisée par le comité Armagnac-
Bigorre. Il s’agissait de réaliser un parcours
chronométré constitué d’une succession de
courses, d’accélérations, de passes, de réceptions.
Bref, un parcours du combattant !
Il paraît que je détiens toujours le meilleur temps.
Ce concours était bien doté : j’avais gagné
un voyage aller-retour à Paris pour assister
à la finale du championnat de France.
Vous étiez donc dans les tribunes du Stade
de France lors de la victoire de votre club actuel,
le Stade Français, face à Perpignan…
Exact. Mais avant de rejoindre Paris, j’ai d’abord
intégré la section paloise en 2001. C’est là que
j’ai découvert ce qu’était vraiment la concurrence.
Au poste de demi d’ouverture, je devais me battre
pour trouver du temps de jeu avec un
certain David Aucagne qui était international.
C’était déjà un beau challenge.
Que ressentez-vous avant de taper une pénalité
ou une transformation importante ?
C’est devenu pour moi un exercice mécanique.
J’essaie de ne pas penser. Je prends mes marques,
trois pas en arrière, deux sur le côté… et c’est parti.
La pénalité de 50 m qui donne la victoire au
Stade Français face aux Ospreys, à la dernière
minute, est à ce jour mon plus beau souvenir.
Depuis votre arrivée en équipe de France,
fin janvier, les joueurs vous ont-ils attribué
un petit surnom ?
On m’appelle “Boxe”, comme d’habitude. » ■
PROPOS RECUEILLIS PAR RONAN FOLGOAS
Champion du monde des -21 ans et meilleur joueur de cette
catégorie en 2006, Beauxis est la star montante du XV de France.
BRÈVES
Les Pumas
griffent les Bleus
Malgré la présence de douze pensionnaires
de Marcoussis peu ou pas observés depuis
le début du Tournoi des VI Nations par le
staff de l’équipe de France, les Barbarians
français se sont inclinés, la semaine passée
à Biarritz, 14 à 28 face à l’Argentine.
Coca Cola fidèle
au rendez-vous
Partenaire de la Coupe du monde de rugby
depuis 1995, Coca Cola sera cette année
encore fournisseur officiel de boissons.
C’est Powerade, son produit de l’effort, qui
sera mis en avant puisque toute sa gamme
sera à la fois mise à disposition des équipes
nationales, offerte aux 6 000 bénévoles
du comité d’organisation et présente
à l’intérieur de tous les stades. De son côté,
la maison-mère Coca Cola lancera
prochainement une campagne intitulée
« Fête le rugby côté Coca-Cola »
pour inciter les fans de l’ovalie à vivre
intensément l’événement.
Crédit limité
La Société Générale vient de lancer une
série limitée de quatre cartes de crédit
collector spécial rugby. Décorées pour
l’occasion, ces cartes bancaires offrent
également de nombreux avantages
exclusifs, tels le remboursement des places
de matches officiels des équipes de France
auxquels vous n’auriez pas pu assister pour
cause d’accident ou maladie.
Renseignements en appelant le 39 33.
La chance
au tirage
Le Comité d’organisation a procédé à un
premier tirage au sort qui a permis de
désigner les 15 000 premiers bénéficiaires
d’une offre d’achat de deux places
pour les demi-finales et la finale.
La liste des élus est disponible sur
www.france2007.fr. Prochaine attribution
de 30 000 places en juin prochain.
Carré VIP
Lancé à l’initiative de Bernard Laporte, le
club des VIP qui soutiennent l’équipe de
France commence à s’étoffer puisqu’il
comprend déjà Bixente Lizarazu,
Luc Alphand, Gérard Houllier, Paul Bocuse
ou encore Jean-Luc Reichmann.
LE CHIFFRE DE LA SEMAINE
5
C’est le nombre de mois
maximum durant lesquels
Sylvain Marconnet devrait être
éloigné des terrains. De « permission »
le week-end dernier, le pilier le plus
capé de l’histoire du rugby français
(71 sélections) s’est fait une double
fracture tibia-péroné à la jambe gauche
en skiant avec sa fille dans une station
savoyarde. Une catastophe à six mois
de l’ouverture de la Coupe du monde.
A
. B
IB
A
R
D
/
F
E
P
/
P
A
N
O
R
A
M
IC
9 MA R S 2 0 0 7
J-183
LA RÈGLE
DU HORS-JEU
Dans le langage du rugby, quand une équipe
manque de « discipline », cela signifie
qu’elle se met souvent en faute par rapport
à la règle du hors-jeu. Explications.
1
EN SITUATION DE HORS-JEU,
un joueur ne peut momentanément
plus participer au jeu, sinon une
pénalité est sifflée.
2
DANS LE JEU COURANT, un joueur
peut être remis en jeu, soit par une
action d’un coéquipier, soit par une
action d’un adversaire.
3
UN JOUEUR en situation de hors-jeu
ne peut être remis en jeu s’il
interfère avec le déroulement de
l’action, s’il avance vers le ballon ou s’il ne
s’écarte pas de 10 mètres du point de chute
du ballon. Dans chacun de ces trois cas, une
pénalité est sifflée.
4
EN-AVANT. Lorsqu’un joueur
commet un en-avant et qu’un
coéquipier hors-jeu se saisit du
ballon, empêchant du même coup l’équipe
adverse de tirer avantage de la situation, un
coup de pied de pénalité est sifflé.
5
TRAÎNARD. UN joueur qui reste en
position de hors-jeu est considéré
comme un « traînard », dans la
mesure où il empêche l’équipe adverse
de jouer le ballon comme elle l’entend.
RUGBY D’ÉCOLE – LEÇON N° 6
IIn
II
n
I1n
I1
n
lijrº n
ºiiirº
a
n
B„a‚Z[Zgb‚Z
BVja
B„a‚ZdjkZgiZ
8]VcYZaaZh
6 7
lr nº|ºº fºrnºº, |i |ijrº iº |crs·jºt rissº rir |º |i||cr. lº iºni iº nº|ºº ||irt
r'i ris |º ircit iº |i frirt|ir i:irt jtº scr :is·ï·:is r'iit rcsº |ºs niirs str |º |i||cr.
8
9irs |ºs nit|s, |i rej|º ºst |i nºnº jt'ºr nº|ºº fºrnºº. lcrsjtº |º nit| rrcjrºssº
|iti |ºs ||ºtsl, |ºs jctºtrs ||irt jti sº iºsc|iiirisºrt it rºjrctrºnºrt ici:ºrt sº rºr|itºr
ririiºnºrt iirs |ºtr tinr, sirs rºrttr|ºr |'crjirisiticr iº |'ºjtirº ii:ºrsº.
A^\cZYZ]dgh"_Zj
A^\cZYZ]dgh"_Zj
A^\cZYZ]dgh"_Zj
A^\cZYZ]dgh"_Zj
lr tis iº nº|ºº ct:ºrtº ||i||cr it sc| ºr rcssºssicr iºs ||ºtsl, |i |ijrº iº |crs·jºt rissº
rir |º iºrriºr riºi it iºrriºr jctºtr ||irt rrºsºrt iirs |º rºjrctrºnºrt.
9
Str |ºs t|iriº||ºs, |i rºfºrºrtº ºst |º jctºtr jti |cttº. !ctt ||ºt r|itº it·iº|ï
iº tº|ti·ti it ncnºrt iº |i frirrº rºtt ºtrº iºt|irº |crs jºt s'i| fiit itticr iº jºt.
lctr rºnºttrº ºr jºt scr ºjtiriºr, |º |cttºtr icit rºncrtºr |º tºrriir.
« Grâce à son sans-faute face
à l’Italie, l’Irlande et le pays de
Galles, l’équipe de France est la
seule équipe encore en course pour le Grand
Chelem, soit le Tournoi parfait : cinq victoires
en cinq matches. Pour les Anglais, par contre,
quelle désillusion ! Après un beau match
d’ouverture contre l’Écosse, les premiers
doutes étaient apparus à la suite de la petite
victoire face à l’Italie. À Dublin, les lacunes
sont apparues au grand jour. Les champions
du monde en titre, étrillés par les Irlandais
(43-13), ont été renvoyés à la case départ.
Constat d’échec ligne par ligne. Le cinq
de devant ne donne pas de garanties dans
les phases de conquête : mêlées et touches.
La 3
e
ligne manque de complémentarité, de
vitesse, de puissance, ne serait-ce que pour
peser en défense. La charnière, si brillante
face à l’Écosse, est branchée sur courant
alternatif. Quand le demi de mêlée Harry Ellis
tente d’accélérer le jeu, le convalescent
Jonny Wilkinson, encore très incertain pour le
match contre la France, cherche à le fermer.
LE POIDS DE TWIKENHAM
Pour le reste, on attend toujours que le jeu
des trois-quarts se déploie. C’est loin d’être
le cas pour l’instant. L’association de la star
du rugby à XIII Andy Farrell et du champion
du monde Mike Tindall aux postes de premier
et de deuxième centre ne fonctionne pas.
Quant au trio d’attaquants de feu Robinson-
Cueto-Lewsey, il attend d’être servi pour
s’exprimer. Bref, on ne reconnaît pas le style
du nouvel entraîneur anglais Brian Ashton,
un adepte du mouvement général
et de l’initiative offensive. Seulement voilà :
l’équilibre d’une équipe de haut niveau
repose sur la sérénité et la confiance.
Autant d’ingrédients qui manquent justement
aux Anglais. Quand les Latins savent
recycler le désespoir et le doute en énergie
constructive, les Anglo-Saxons, eux, ont
besoin de références solides pour s’exprimer.
Reste une inconnue, parfaitement
incontrôlable : le poids des 82 000 fidèles
du stade de Twickenham. » ■
LE REGARD DE FABIEN GALTHIÉ, CONSULTANT DE
A
L
E
X
IS
R
É
A
U
Réagissez à la chronique
de Fabien Galthié sur
www.myfreesport.com
QUESTIONS SUR UNCHAMPION
L’Angleterre, mal en point mais championne du monde, peut-t-elle inquiéter le XV de France ?
Entraîneur du Stade Français
et ex-capitaine du XV de France.
BUTS ENCAISSÉS
5 0 4 5 1 6 3 6 3 5 4 5 1 1
15’ 30’ 45’ 60’ 75’ 90’ AJ
PARIS NOUS AVAIT
HABITUÉ À MIEUX...
« L’actuelle position de relégable du Paris-SG me surprend.
D’autant que depuis PSG-Sochaux du 27 janvier dernier (0-0),
les Parisiens nous avaient habitué à de beaux matches... Je
continue pourtant à dire que Paris est une bonne équipe de L1,
riche en qualité technique et individuelle. Le mercato hivernal a
été plutôt bien géré avec les arrivées intéressantes de
Gallardo et Luyindula notamment... Le groupe dirigé par
Paul Le Guen traverse une mauvaise passe mais nous ne
sommes pas à l’aube d’une nouvelle crise. La preuve,
le président Alain Cayzac ne perd pas son sang-froid...
Reste qu’il faut avouer aujourd’hui que le PSG fait partie des
huit ou neuf clubs qui vont se battre jusqu’au bout pour ne pas
descendre en Ligue 2. Doit-il laisser tomber la Coupe de l’UEFA
pour mieux se concentrer sur le championnat ? En fait, il n’y a
pas de règle. Souvent, bien jouer dans une épreuve permet de
se relancer dans une autre. Je fais confiance à Paul Le Guen
pour trouver la meilleure solution aux maux parisiens ! »
GUY ROUX, CONSULTANT DE
LE PSG
EST UNE
BONNE
ÉQUIPE
DE L1...
S
T
É
P
H
A
N
E
D
E
S
A
K
U
T
IN
/
A
F
P
LYON
1
er
61 pts +28
C
H
R
IS
T
IA
N
G
A
V
E
L
L
E
/
/
F
L
A
S
H
P
R
E
S
S
/
D
P
P
I
SAISON 2006-2007
DIMANCHE 11 MARS À 21 h – STADE GERLAND
ARBITRE : M. KALT
ÉVOLUTION DU CLASSEMENT DES ÉQUIPES
TOUS LES LYON – MARSEILLE EN LIGUE 1 (DEPUIS 1932-1933)
Lyon Marseille Ligue des Champions Relégation
1
5
10
15
20
1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38
BUTS PAR 1/4 D’HEURE EN 2006-2007 (À L’EXTÉRIEUR ET À DOMICILE)
BUTS MARQUÉS
5 3 5 0 6 6 6 6 10 9 16 6 2 1
15’ 30’ 45’ 60’ 75’ 90’ AJ
MARSEILLE
8
e
38 pts +3
À DOMICILE

SÉRIE ACTUELLE NPNGN Ä

BILAN Victoires 8 Défaite 1 Nuls 4

CETTE SAISON

MOYENNE DE BUTS Marqué 1,7 Encaissé 0,9

INCIDENCE DU 1
er
BUT

MOYENNE DE TIRS 15,7

HOMMES À SURVEILLER
2
e
Lyon – Toulouse 1-1
5
e
Lyon – Troyes 2-0
7
e
Lyon – Lille 4-1
9
e
Lyon – Saint-Étienne 2-1
11
e
Lyon – Nancy 1-0
13
e
Lyon – Valenciennes 2-1
15
e
Lyon – Auxerre 1-0
17
e
Lyon – Paris-SG 3-1
19
e
Lyon – Monaco 0-0
21
e
Lyon – Bordeaux 1-2
22
e
Lyon – Nice 1-1
24
e
Lyon – Lorient 1-0
26
e
Lyon – Sochaux 3-3
Quand Lyon inscrit le 1
er
but,
il obtient
Victoires 7
Nul 1
Défaite 0
Quand Lyon encaisse le 1
er
but,
il obtient
Victoire 1
Nuls 2
Défaite 1
Tirs cadrés 83 Tirs non cadrés 121
BUTEURS
Fred 4 buts
Juninho 4
Florent Malouda 4
Milan Baros 2
PASSEURS
Juninho 5 passes
Florent Malouda 2
À L’EXTÉRIEUR

SÉRIE ACTUELLE PPNNP Ê

BILAN Victoires 3 Défaites 8 Nuls 3

CETTE SAISON

MOYENNE DE BUTS Marqué 0,8 Encaissé 1,2

INCIDENCE DU 1
er
BUT

MOYENNE DE TIRS 9,1

HOMMES À SURVEILLER
1
re
Sedan – Marseille 0-0
3
e
Auxerre – Marseille 0-3
5
e
Paris-SG – Marseille 1-3
7
e
Nantes – Marseille 2-1
9
e
Lens – Marseille 1-1
11
e
Nice – Marseille 2-1
13
e
Lille – Marseille 1-0
15
e
Troyes – Marseille 1-1
16
e
Sochaux – Marseille 1-0
18
e
Nancy – Marseille 2-0
20
e
Rennes – Marseille 0-2
22
e
Le Mans – Marseille 2-0
24
e
Bordeaux – Marseille 1-0
26
e
Toulouse – Marseille 3-0
Quand Marseille inscrit le 1
er
but,
il obtient
Victoires 3
Nul 1
Défaite 0
Quand Marseille encaisse
le 1
er
but, il obtient
Victoire 0
Nul 1
Défaites 8
Tirs cadrés 57 Tirs non cadrés 71
Toifilou Maoulida Mamadou Niang
BUTEURS
Toifilou Maoulida 3 buts
Mamadou Niang 3
Mickaël Pagis 3
Djibril Cissé 1
PASSEURS
Mamadou Niang 3 passes
Franck Ribéry 2
L’AFFICHE DU WEEK-END
Fred Juninho
16 victoires pour Lyon
CLASSEMENT PTS J G N P BP BC DIF
1. Lyon 61 27 19 4 4 50 22 +28
2. Lens 48 27 13 9 5 41 29 +12
3. Lille 42 27 11 9 7 36 25 +11
4. Toulouse 42 27 12 6 9 30 28 +2
5. Sochaux 40 27 10 10 7 31 30 +1
6. Bordeaux 40 27 12 4 11 28 29 -1
7. Saint-Étienne 39 27 11 6 10 42 36 +6
8. Marseille 38 27 11 5 11 31 28 +3
9. Rennes 36 27 9 9 9 23 23 0
10. Nancy 36 27 9 9 9 25 29 -4
11. Le Mans 35 27 8 11 8 31 32 -1
12. Auxerre 35 27 8 11 8 30 33 -3
13. Lorient 35 27 9 8 10 25 29 -4
14. Monaco 34 27 9 7 11 31 28 +3
15. Nice 30 27 7 9 11 24 26 -2
16. Troyes 30 27 7 9 11 27 38 -11
17. Valenciennes 29 27 8 5 14 26 39 -13
18. Paris-SG 28 27 6 10 11 27 34 -7
19. Nantes 26 27 5 11 11 22 33 -11
20. Sedan 25 27 5 10 12 35 44 -9
27
e
JOURNÉE (3 ET 4 MARS)
SAMEDI Saint-Étienne – Lyon 1-3
Lorient – Nice 0-0
Lille – Troyes 4-0
Nancy – Le Mans 1-1
Sedan – Paris-SG 2-0
Auxerre – Rennes 1-0
Monaco – Bordeaux 0-0
Valenciennes – Toulouse 0-0
DIMANCHE Sochaux – Nantes 1-2
Marseille – Lens 0-1
LIGUE 1 – SAISON 2006-2007
1 LYON–MARSEILLE 1 N 2
2 LENS–SEDAN 1 N 2
3 BORDEAUX–SOCHAUX 1 N 2
4 LE MANS–SAINT-ÉTIENNE 1 N 2
5 LORIENT–LILLE 1 N 2
6 NICE–RENNES 1 N 2
7 NANTES–NANCY 1 N 2
8 PARIS-SG–AUXERRE 1 N 2
9 TROYES–VALENCIENNES 1 N 2
10 AS ROMA–UDINESE 1 N 2
11 INTERMILAN–MILANAC 1 N 2
12 TARRAGONE–FCSÉVILLE 1 N 2
13 OSASUNA–FC VALENCE 1 N 2
14 FCBARCELONE–REAL MADRID 1 N 2
28
e
JOURNÉE (10 ET 11 MARS)
SAMEDI Toulouse – Monaco 17h10
Bordeaux – Sochaux 20h
Le Mans – Saint-Étienne 20h
Lorient – Lille 20h
Nantes – Nancy 20h
Nice – Rennes 20h
Troyes – Valenciennes 20h
DIMANCHE Paris-SG – Auxerre 18h
Lens – Sedan 18h
Lyon – Marseille 21h
VALIDATION JUSQU’AU 10 MARS 2007,
AVANT 19 h55
1 = victoire de la 1
re
équipe, N = match nul,
2 = victoire de la 2
e
équipe.
GRILLE N°18 -
LES PRONOSTICS DE SPORT

CLASSEMENT, RÉSULTATS, MATCHES À VENIR

LOTO FOOT 7&15
5 victoires pour Marseille
15 matches nuls
P
H
O
T
O
S
J
M
H
E
R
V
I
O
/
F
L
A
S
H
P
R
E
S
S
/
D
P
P
I
P
H
O
T
O
S
J
M
H
E
R
V
I
O
/
F
L
A
S
H
P
R
E
S
S
/
D
P
P
I
9 MA R S 2 0 0 7
ENJEUX ET RÉSULTATSFOOTBALL–LIGUE1 6
ENJEUX ET RÉSULTATSFOOTBALL 8
LAPAGE
DE PIERRE MÉNÈ S
QUI VEUT DE
CARLOS TEVEZ ?
Élu, les deux dernières saisons,
meilleur joueur d’Amérique du
Sud, Carlos Tevez avait étonné tout
le monde en signant à West Ham,
attiré par la puissance financière
d’un milliardaire américain… qui
s’est finalement fait souffler le
club londonien par un Islandais !
Aujourd’hui, les Hammers se
traînent en queue de classement et
l’Argentin est hors du coup, même
s’il a eu un sursaut dimanche
(un but, une passe décisive), ce
qui n’a pas empêché la défaite de
son club (3-4). Peu de clubs anglais
vont miser sur lui. La suite de sa
carrière semble devoir prendre la
direction de l’Espagne ou de la
France (Lyon, Marseille).
PERRIN À LYON ?
Ça ne se sait pas mais le climat
entre Jean-Claude Plessis,
président du FC Sochaux, et
son entraîneur, Alain Perrin, est
plus que frisquet. Au point que
l’ancien coach de l’OM aurait
d’ores et déjà décidé de quitter
le Doubs à la fin de la saison.
Comme Gérard Houllier ne
souhaiterait pas poursuivre sa
mission à Lyon, le profil Perrin
conviendrait parfaitement à Jean-
Michel Aulas. Encore que de
nombreux détails restent à régler.
Alain Perrin, par exemple, n’aime
guère partager le pouvoir sportif.
Et ça, à Lyon, c’est très compliqué.
CHRISTIAN
GOURCUFF
À SOCHAUX ?
Alain Perrin sur le départ, sa
succession est déjà envisagée.
Un homme se dégage dans l’esprit
du président sochalien : Christian
Gourcuff, qui réalise des miracles
à Lorient avec un effectif restreint
qualitativement et quantitativement.
Très attaché aux Merlus, le Breton
traversera-t-il la France d’ouest
en est pour se retrouver à la tête
LE FOOT EST MALADE

J’ai toujours eu horreur des
curés du foot, des discours
moralisateurs et des béni-
oui-oui de toutes sortes. Mais les
incidents de ce week-end donne la
nausée et inquiète au plus haut point.
Entre les fumigènes balancés entre
Stéphanois et supporters lyonnais à
Geoffroy Guichard lors d’un derby arrêté
plus de 20 min, la charge de hooligans
néerlandais (on croit rêver…) à Sedan
contre les supporters parisiens puis le
match de CFA du PSG arrêté au bout de
7 min au camp des Loges, le foot
français a connu un week-end noir. À
l’image, hélas, de ce qui se passe aux
quatre coins de l’Europe. On déplore
déjà deux morts cette saison, un
supporter parisien et un policier italien.
Malheureusement, la prise de
conscience ne semble pas encore
d’actualité. Un exemple atterrant nous en
est venu d’Espagne. Lors du derby
sévillan, l’entraîneur du FC Séville est
frappé à la tête par une bouteille. Victime
d’un traumatisme crânien, il perd
connaissance sur la pelouse. Or le Bétis,
qui recevait, a été condamné à… trois
matches de suspension. Ridicule
sanction, sans commune mesure avec la
gravité de l’incident. Faut-il un nouveau
Heysel pour que chacun se réveille ?
Les premières victimes de cette violence
sont les supporters. Les vrais, à
commencer par ceux qu’on appelle les
« Ultras », désormais classés comme
espèce dangereuse. Ils sont pourtant le
cœur de notre foot, capables de traverser
l’Hexagone pour porter leur équipe.
Le président de la Ligue, Frédéric Thiriez,
a violemment réagi aux incidents de
Saint-Etienne. Mais quelle est sa marge
de manœuvre ? Est-il capable de prendre
les mesures qui s’imposent ? En a-t-il les
moyens juridiques ? Sera-t-il suivi par
les présidents de clubs qui ne pensent
qu’à leur pré carré et qui, parfois, jettent
de l’huile sur le feu ? Je suis inquiet.
Très inquiet. Et je déteste ça.
FAUT-IL UN
NOUVEAU
HEYSEL ?
LE FC MONTCEAU
Un club de CFA demi-finaliste de la
Coupe de France, après avoir sorti
Bordeaux puis Lens, c’est particulièrement
rafraîchissant. Surtout quand la manière
l’est tout autant. Contre les Lensois,
les Bourguignons de Montceau-les-Mines
ont manœuvré à la perfection, cherchant
à jouer au football, sans jeter les
ballons ni paniquer ou mettre des coups.
Ils peuvent rêver du Stade de France,
s’ils réalisent un nouvel exploit à Gueugnon
contre le FC Sochaux.
d’un club aux moyens financiers
et humains bien supérieurs ?
En tout cas, ça devrait bouger sur
les bancs de L1 à l’intersaison.
CHELSEA PRÉPARE
LA SUITE
Roman Abramovitch adore faire
des chèques. Il peut accumuler
les pertes, il s’en moque, vu
l’immensité de sa fortune.
Pas franchement ravi du
comportement de son équipe
cette année, il se dit prêt à de
nouvelles folies. Plusieurs joueurs
sont déjà dans le collimateur.
Adriano, même si sa cote est
en baisse, serait apprécié. Deco,
qui aurait fait savoir qu’il aimerait
quitter le Barça, l’est aussi.
Côté français, le duo Abidal-
Malouda est aussi sur la liste
du directeur sportif Peter Kenyon.
Quant à José Mourinho, la
question est de savoir s’il sera
toujours sur le banc des Blues.
Rien n’est moins sûr.
L’avenir incertain
de Djibril Cissé
Après une vraie lune de miel et un retour assez fracassant,
les temps sont durs pour Djibril Cissé à Marseille. Il est
d’ailleurs pris en grippe par le public du vélodrome, qui l’a
conspué lors de sa sortie, dimanche, contre Lens.
Prêté par Liverpool, qui ne souhaite pas le récupérer (à moins
que l’entraîneur des Reds, Rafaël Benitez, ne retourne
en Espagne), il pourrait émigrer sous d’autres cieux, d’autant
que l’OM n’a pas encore de propriétaire. Un flou artistique qui
ne sert pas les desseins de l’attaquant des Bleus.
LE PSG
Cela fait vingt ans que le PSG ne s’était pas
retrouvé en position aussi critique. Depuis
l’accablante défaite à Sedan (0-2), le club
parisien se retrouve à la 18
e
place. La rechute
est étonnante pour les joueurs de Paul Le
Guen, qui ont subi leur troisième défaite
consécutive après avoir réussi une série de
quatre succès, dont deux en Coupe de l’UEFA.
L’absence de Gallardo est certainement un
élément d’explication. Pauleta, relégué sur
le banc dans les Ardennes, risque de devenir
un problème. Un de plus.
J
E
A
N
-
M
A
R
IE
H
E
R
V
IO
/
F
L
A
S
H
P
R
E
S
S
/
D
P
P
I
L
A
U
R
E
N
T
B
A
H
E
U
X
/
F
L
A
S
H
P
R
E
S
S
/
D
P
P
I
P
H
IL
IP
P
E
L
A
U
R
E
N
S
O
N
/
F
L
A
S
H
P
R
E
S
S
/
D
P
P
I
T
O
N
Y
O
B
R
IE
N
/
A
C
T
IO
N
IM
A
G
E
S
/
F
L
A
S
H
P
R
E
S
S
/
D
P
P
I
É
R
IC
R
O
B
E
R
T
/
M
6
C’EST MON AVIS !
JE VOTE POUR JE VOTE CONTRE
JE ME SUIS LAISSÉ DIRE...
S T AT I S T I Q U E S ,
I N T E R V I E WS ,
C L A S S E ME N T S ,
R E T R O U V E Z P L U S D E
F O O T B A L L S U R
WWW. MY F R E E S P O R T. C O M
9 MA R S 2 0 0 7
J
I
M
W
A
T
S
O
N
/
A
F
P
SPÉCIAL ANGLETERRE LONDRES2012 10
9 MA R S 2 0 0 7
Double champion olympique d’athlétisme, ancien député
conservateur, Lord Sebastian Coe, préside le comité
d’organisation des Jeux olympiques de Londres 2012.
Pour les Français, il reste l’homme qui a ravi les J.O. à Paris.
Pour la première fois depuis la désignation de Londres
en juillet 2005, Sebastian Coe a accepté d’accorder
une interview à la presse française.
A-t-il été plus difficile d’obtenir
les Jeux que de conquérir deux
titres olympiques ?
(Il rit.) Les deux ont vraiment été difficiles !
Mais franchement, cela m’a quand même pris
plus de temps pour remporter mes médailles !
Vous savez, j’ai commencé l’athlétisme à
12 ans et il m’a fallu attendre d’avoir 22 ans pour
conquérir mon premier titre olympique. Ensuite,
j’ai dû patienter encore 4 ans pour gagner le
second. Bref, j’ai du batailler et travailler
pendant seize longues années pour arriver à ce
résultat. Alors qu’il s’est écoulé moins de deux
ans entre mon arrivée à la tête du comité de
candidature de Londres 2012 et notre victoire.
Alors, oui, ces deux challenges ont été difficiles,
mais il y en a un qui a quand même été
beaucoup plus rapide que l’autre !
Diriger le comité de candidature de Londres
était un challenge économique, politique
et stratégique. Ce projet avait-il encore
quelque chose à voir avec le sport ?
Oui, vraiment. Je voulais avant tout que
la candidature londonienne soit une candidature
sportive. Bien sûr, tout le monde sait que
les Jeux, c’est beaucoup plus que seize jours
de compétitions sportives. Il y a des enjeux
culturels, économiques, éducatifs… Il y a
aussi l’image que vous allez donner de votre
pays. Mais, au départ, cela reste tout de même
un événement sportif. Évidemment, dans notre
SEBASTIANCOE
J’Y CROYAIS
DEPUIS
VINGT ANS
9 MA R S 2 0 0 7
11
ITINÉRAIRE
LORD SEBASTIAN COE
Né le 29 septembre 1956
à Chiswick (Angleterre)
Carrière sportive
1980 : champion olympique
du 1 500 m et vice-champion
olympique du 800 m.
1984 : champion olympique
du 1 500 m et vice-champion
olympique du 800 m.
Records du monde :
800 m (1'41"73 en 1981),
1000 m (2'12"18 en 1981),
1500 m (3'32"03 en 1979),
mile (3'47"33 en 1981)
Carrière politique
• Député des Comtés de Falmouth
et Camborne pour le parti
conservateur de 1992 à 1997.
• Secrétaire général du
gouvernement en 1996.
• Président du Comité
d’organisation des Jeux olympiques
de Londres 2012 (depuis 2004).
P
H
O
T
O
S
D
O
N
A
L
D
M
A
C
L
E
O
D
/
T
P
S
L
/
C
A
M
E
R
A
P
R
E
S
S
/
G
A
M
M
A
9 MA R S 2 0 0 7
SPÉCIAL ANGLETERRE LONDRES2012 12
dossier, il y avait beaucoup de choses
qui n’avaient rien à voir avec le sport, et
nous avons démontré que notre projet allait
bien au-delà du sport. Mais j’ai toujours fait
en sorte que le sport, justement, reste au
cœur de notre candidature.
Quand vous avez été nommé patron du
comité de candidature londonien en 2004,
vous avez déclaré que vous ne disputiez
jamais de compétition si vous ne pensiez
pas pouvoir gagner. En 2004, tout le monde,
et pas seulement en France, donnait Paris
favori. À quel moment avez-vous vraiment
commencé à croire aux chances anglaises ?
Vous voulez vraiment le savoir ? Et bien je
vais vous le dire. Cela faisait déjà vingt ans
que je croyais aux chances de Londres. (Il rit.)
Sérieusement ?
Oui, sérieusement. Je ne plaisante pas ! Vous
savez, quand Birmingham a été candidate pour
les Jeux de 1992 et quand Manchester a
également présenté un dossier de candidature
pour ceux de 1996 puis de 2000, j’étais déjà
persuadé que la Grande-Bretagne devait
proposer un dossier qui soit porté par une
ville reconnue médiatiquement, sportivement,
culturellement, économiquement,
financièrement… Bref, la candidature
britannique devait être celle d’une très
grande ville, parce que c’était le seul
moyen d’être compétitif et de l’emporter.
Or il n’y a pas de plus grande ville que Londres
en Grande-Bretagne.
Le lendemain de la désignation de Londres, la
capitale britannique a été endeuillée par une
série d’attentats sanglants et meurtriers...
Nous sommes passés d’un état euphorique
à un état de stupeur, de l’ivresse à la sobriété.
Nous étions terriblement choqués par ce qui
se passait. D’autant plus que quelques heures
avant ces attentats, nous avions évoqué devant
le Comité international olympique, l’énorme
pouvoir qu’ont les Jeux à rapprocher les
peuples, à mélanger les cultures et à augmenter
la communication et la compréhension
entre les différentes communautés. Et moins
de 24 heures après, vous avez des bombes
qui explosent en plein centre de Londres
et des terroristes qui viennent anéantir toutes
ces idées, tous ces espoirs. Je crois qu’aucun
d’entre nous n’avait conscience, quand nous
avions évoqué ces sujets, combien ces mots
et ces valeurs prendraient tous leurs sens
quelques heures plus tard…
C’est la première fois depuis la désignation de
Londres que vous accordez une interview à la
LES JEUX
OLYMPIQUES
ONT LE
POUVOIR DE
RAPPROCHER
LES PEUPLES,
DE MÉLANGER
LES CULTURES,
D’AUGMENTER
LES ÉCHANGES
ENTRE LES
COMMUNAUTÉS
PLAYER VIDÉO
VISIONNEZ
LA VIDÉO
EN LIGNE
TAPEZ :
FREESTYLE
AIRWAVES
www.myfreesport.com
Détendu et souriant, Lord
Sebastian Coe veut que
les Jeux de 2012 laissent
une trace en Grande-
Bretagne, mais aussi
dans le monde entier.
L
O
N
D
O
N
2
0
1
2
I
A
N
W
A
L
D
I
E
/
G
E
T
T
Y
/
A
F
P
9 MA R S 2 0 0 7
13
presse française. Qu’est-ce qui a fait, selon
vous, la différence entre les candidatures
française et britannique ?
Je ne peux pas répondre à cette question.
Pourquoi ?
Parce qu’en tant que président du comité
d’organisation des Jeux olympiques de
Londres 2012, j’ai un devoir de réserve, qui
m’interdit notamment de porter un jugement
ou un avis sur les autres dossiers de
candidature qui ont été présentés. Ce que
je veux juste vous rappeler, c’est que nous
n’avons pas remporté une victoire écrasante,
mais une très courte victoire, que le dossier
français était très solide et que vous avez fait
aussi une très belle campagne.
Parlons du futur : les Jeux de 2012
semblent très lointains. Sauf pour vous,
qui devez avoir l’impression qu’ils débutent
demain ! Êtes-vous dans les temps par
rapport à votre calendrier ?
Oui, nous sommes dans les temps. En matière
d’accueil et de transport notamment, où les
projets sont très avancés et sur lesquels nous
avons vraiment travaillé en concertation avec les
athlètes. Nous avons aussi planché sur tous les
évènements culturels qui auront lieu pendant
les Jeux. Le mois prochain, nous avons une
autre étape très importante, puisque nous allons
réunir tous les partenaires financiers et les
investisseurs. Même si nous savons qu’il nous
reste cinq ans et que le plus gros du travail est
devant nous, nous sommes très motivés. Nous
avons vraiment une excellente équipe, avec des
gens qui ont tous conscience que nous avons la
très grande responsabilité d’organiser des Jeux
qui doivent être vraiment exceptionnels.
Depuis quelques semaines, il y a une
énorme polémique en Grande-Bretagne,
concernant le budget des J.O., qui passerait
de 3,7 à 13,3 milliards d’euros. Info ou intox ?
Je ne veux ni spéculer ni polémiquer sur ce
sujet. Ces chiffres que vous me demandez de
commenter ne sont pas ceux du budget du
comité d’organisation. D’autre part, c’est
au gouvernement et non pas à la presse
d’en discuter. Parce que, dans les chiffres
qu’évoque actuellement les journaux, il y a
des coûts qui ne sont pas imputables à
l’organisation des Jeux mais au développement
de Londres et au budget que l’État engagera
pour rénover notamment East London [le
quartier de Londres où seront situés la quasi-
totalité des sites olympiques, ndlr].
Vous avez déclaré que les Jeux laisseront un
héritage colossal aux Londoniens.
Concrètement, en quoi la face de Londres
sera-t-elle changée après 2012 ?
Pas besoin d’attendre 2012 : Londres a
déjà commencé à évoluer. En matière de
transports par exemple, avec des lignes
de métro qui ont été prolongées et d’autres
créées pour relier l’aéroport au centre-ville.
Grâce aux Jeux, des travaux qui n’auraient peut-
être pas été réalisés avant des décennies
sont lancés et seront achevés dans des délais
très rapides. Nous avons comme impératif
que tout soit terminé avant le coup d’envoi
de la cérémonie d’ouverture.
À l’occasion des Jeux
de 2012, c’est toute
une ville qui devrait être
redessinée avec comme
principe de base l’écologie
et le développement
durable. Paula Radcliffe
(au centre), recordwoman
du marathon aura,
à 38 ans, peut-être
l’occasion de terminer
sa carrière en apothéose
dans les rues de
la capitale anglaise.
D
O
C
U
M
E
N
T
S
L
O
N
D
O
N
2
0
1
2
9 MA R S 2 0 0 7
SPÉCIAL ANGLETERRE LONDRES2012 14
Vous sentez-vous soutenu par la population
britannique et plus particulièrement par les
Londoniens ?
Oui, vraiment. Nous avons fait une étude il y a
quelques jours : il en ressort que 79 % des
Britanniques sont vraiment contents que les
Jeux aient lieu à Londres. Ce qui est plus qu’en
2005 lorsque nous avons gagné. Pour continuer
à recevoir l’adhésion du public, nous devons
être vraiment transparents et communiquer
régulièrement sur l’avancée des travaux et des
projets. Pas seulement envers les Londoniens,
mais envers tous les Britanniques car ces Jeux
sont ceux de tout un pays plus que d’une ville.
Une délégation du Comité international
olympique a fait une visite d’inspection, la
semaine dernière, à Londres. Comment s’est-
elle déroulée ?
Très bien. Les membres du CIO ont indiqué
qu’ils étaient très satisfaits de l’avancée des
travaux, ainsi que des progrès que nous avions
effectués dans bien des secteurs.
Alors ils vous ont donné une bonne note !
Oui (il rit). Mais c’est à eux de le dire, pas à moi !
En 2000, Juan Antonio Samaranch, qui était
président du CIO, a menacé les Grecs de leur
retirer les Jeux d’Athènes 2004, car ils avaient
pris trop de retard dans les préparatifs. Est-ce
qu’il vous arrive d’avoir ce genre de crainte ?
Non, jamais. J’ai confiance en notre projet et en
mon équipe.
Tony Blair a déclaré il y a quelques mois, que
les Jeux de 2012 seraient un modèle de
durabilité et qu’ils seraient les plus écologiques
de l’histoire. Quelle politique de développement
durable avez-vous mis en place ?
Tout ce qui sortira de terre et qui sera construit
ou réalisé pour ces Jeux a été pensé dans une
logique de recyclage. Je vais vous donner un
exemple très concret : j’ai assisté la semaine
dernière à la démolition d’un vieux complexe
sportif. À sa place sera bientôt bâti un site de
compétition, qui servira pendant les Jeux
paralympiques. Et bien 80 % des gravats que j’ai
vus sur place ne partiront pas à la décharge. Ils
seront utilisés pour construire le nouveau stade.
Tout est comme ça : nous aurons par exemple
une ligne de métro qui ira directement de
l’aéroport jusqu’au village olympique, ce qui
signifie que les athlètes n’auront pas à prendre
le taxi… Que vous dire encore ? Tous les sites
seront éclairés avec des ampoules à faible
consommation d’énergie… La liste est encore
très longue. Je vous le répète, ces Jeux
ont été pensés de manière écologique,
tout simplement et dès le départ.
La Grande-Bretagne a terminé à la 36
e
place
des Jeux d’Atlanta en 1996 et au 10
e
rang de
ceux de Sydney et d’Athènes. Que préféreriez-
vous ? Que votre pays termine parmi les trois
meilleures nations ou que l’on dise que les
Jeux de Londres sont les plus beaux qui aient
jamais été organisés ?
Le Comité olympique britannique s’est fixé
comme objectif de finir ces Jeux à la quatrième
place du classement des nations. Tout est mis
en place pour atteindre cet objectif et je suis
donc assez optimiste… J’espère évidemment
que la Grande-Bretagne obtiendra d’excellents
résultats. En tant qu’ancien athlète, je suis très
sensible à cela. Mais plus que le nombre de
médailles, c’est l’héritage que nous laisserons
aux générations futures, grâce à ces Jeux,
qui me préoccupe. Ainsi que l’envie que nous
donnerons à tous les enfants et à tous les jeunes
à travers le monde de faire du sport.
Une dernière question : est-ce que vous faites
un métier difficile ?
C’est le plus beau métier que j’ai jamais fait.
Sincèrement, que pouvais-je espérer de mieux ?
J’ai disputé les Jeux, j’ai remporté deux titres
olympiques et maintenant j’organise les J.O.
dans mon propre pays. Même si c’est un boulot
difficile et s’il y a des dizaines de challenges à
relever tous les jours, je me dis que j’ai vraiment
une chance incroyable… ■
ENTRETIEN RÉALISÉ À LONDRES PAR CLAIRE RAYNAUD
79 % DES BRITANNIQUES
SONT HEUREUX QUE LES
JEUX SE DÉROULENT À
LONDRES. CES JEUX SONT
CEUX DE TOUT UN PAYS
www.formexpo.fr
16-17-18 mars 2007
Paris Expo / Porte de Versailles
9h30 à 19h - Organisation Groupe 76
Envie d’une remise en forme avant l’été ?
Venez découvrir et tester toutes les nouveautés forme et bien-être.
Des animations et des démonstrations non stop : Fitness, danse,
diététique, mode et beauté.
C
o
n
c
e
p
t
io
n

e
t

r
é
a
lis
a
t
io
n

:


































S
a
lo
n

a
u
t
o
r
is
é

p
a
r

a
r
r
ê
t
é

d
u

p
r
é
fe
t

d
e

la

r
é
g
io
n

d
’Ile
-
d
e
-
F
r
a
n
c
e
,
p
r
é
fe
t

d
e

P
a
r
is
,
d
u

2
4
/
0
6
/
9
7
L’événement
forme et bien-être
BILLETS EN VENTE : Carrefour, Fnac, Géant, Printemps, Bon Marché
0 892 692 694 (0.34 u TTC/min) - www.francebillet.com
Auchan, Cora, Cultura, E. Leclerc, Virgin
0 892 390 100 (0.34 u TTC/min) - www.ticketnet.fr
N’oubliez pas vos baskets !
2 salons en 1
2 fois plus de forme !
15
9 MA R S 2 0 0 7
QUAND IL JOUE, IL A
LE DON DE FAIRE
GAGNER SON ÉQUIPE
Philippe Saint-André,
entraîneur des Wasps
D
A
V
ID
R
O
G
E
R
S
/
G
E
T
T
Y
/
A
F
P
9 MA R S 2 0 0 7
16 SPÉCIAL ANGLETERRE RUGBY ANGLETERRE–FRANCE
JONNY WILKINSON
MONSIEUR
PLUS ?

Ne comptez pas sur lui pour
esquisser le moindre sourire. Ce n’est
pas le genre de la maison. Aussi
généreux dans l’effort qu’économe dans
l’extériorisation de ses sentiments, Jonny
Wilkinson est une star à part. « Je ne suis pas
quelqu’un qui apprécie les moments de bonheur
instantanés », se plaît-il à rappeler. Comme pour
justifier auprès de ses fans ce repli chronique
sur lui-même qui commence, d’ailleurs, à
insupporter quelque peu outre-Manche…
Éternel insatisfait dont le dernier éclat de rire
observé sur un terrain remonte à son drop
victorieux inscrit dans les arrêts de jeu de la
finale de la Coupe du monde 2003, le maestro
anglais aurait, aujourd’hui, toutes les raisons de
fendre son armure.
LE PORTE-BONHEUR ANGLAIS
Après 1 165 jours d’absence, neuf vilaines
blessures et quatre lourdes opérations, il vient
tout juste de retrouver sa place en sélection.
La France peut trembler : Jonny Wilkinson et ses frappes chirurgicales sont de retour.
Surtout que dans son jardin de Twickenham, il est particulièrement dangereux. Sauf si
une blessure à la cuisse le pénalise plus... ou moins.
Pourtant, rien n’y fait. « Je suis comme cela,
poursuit-il. Ce n’est pas une question
d’amusement. C’est juste que je ne suis jamais
content de moi. » Ainsi donc est l’idole du pays : un
antihéros taciturne à la carcasse d’argile. « Il est
comme vous et moi, explique Jonathan Moore,
journaliste à la BBC. À la différence près que c’est
le plus grand rugbyman anglais actuel. Il est ce
qu’on appelle un type bien, un gars sur qui on peut
compter et c’est la raison pour laquelle il est vénéré
chez nous. » Interrompu en pleine gloir, ce culte
de la personnalité est reparti de plus belle depuis
le début du Tournoi des VI Nations. Certes, la
simple présence du demi d’ouverture de
Newcastle n’a pas suffi à gommer les doutes qui
ITINÉRAIRE
JONNY WILKINSON
Né le 25 mai 1979 à Frimley
(Angleterre)
1,77 m – 84 kg
Poste : demi d’ouverture
Numéro : 10
Carrière internationale :
54 sélections, 859 points
(6 essais, 22 drops, 171 pénalités,
125 transformations)
Palmarès international :
Coupe du monde en 2003
Tournoi des VI Nations en 2000,
2001 et 2003 (Grand Chelem)
RETROUVEZ ANGLETERRE – FRANCE EN DIRECT SUR www.myfreesport.com
9 MA R S 2 0 0 7
17
DI MI TRI YACHVI LI
F R A N C E
Né le 19 septembre 1980
(26 ans) à Brive (19)
Taille : 1,82 m
Poids : 83 kg
Poste : demi de mêlée
Club actuel :
Biarritz Olympique
Gonflé à bl oc
Après trois
matches passés
sur le banc des
remplaçants
depuis le début du Tournoi,
Dimitri Yachvili s’apprête
enfin à effectuer son grand
retour au poste de demi de
mêlée de l’équipe de France.
Le Biarrot retrouve la pelouse
de Twickenham, théâtre
de l’un de ses plus beaux
exploits. Il y a deux ans,
« Yach’ » avait inscrit 18 points
suite à 6 pénalités…
et la France s’était imposée
17-18 en Angleterre.
En concurrence directe avec
Jean-Baptiste Elissalde et
Pierre Mignoni, Dimitri joue
ce week-end une partie de
son avenir en Bleu.
ÉQUI PE DE FRANCE
DI MI TRI YACHVI LI
PRÉSENTE LE CHOC
DES TI TANS
t
e
a
m

r
u
g
b
y

p
u
m
a
M
A
R
C
O
L
I
V
A
/
I
C
O
N
S
P
O
R
T
A
. B
IB
A
R
D
/
F
E
P
/
P
A
N
O
R
A
M
IC
18
SPÉCIAL ANGLETERRE RUGBY AN
P
H
O
T
O
S
C
H
R
IS
Y
O
U
N
G
/
A
F
P
9 MA R S 2 0 0 7
1
Après s’être
imaginé la
trajectoire
qu’il souhaite donné
au ballon, Jonny
Wilkinson adopte
une posture de
concentration qui
n’appartient qu’à lui.
2
Parfaitement
équilibré, le
botteur anglais
peut alors laisser
parler une puissance
de frappe digne
des meilleurs
footballeurs.
3
« Wilko »
accompagne
son geste
jusqu’au bout,
à l’instar des
tennismen, pour
obtenir une précision
maximale.
MATTHEW TAI T
A N G L E T E R R E
Né le 6 février 1986 (21 ans)
à Shotley Bridge (Angleterre)
Taille : 1,80 m
Poids : 85 kg
Poste : trois-quarts aile
Club actuel : Newcastle
Le nouveau
vi sage du XV
de l a Rose
Cheveux blonds,
sourire de pop
star et jambes de
feu, il est en train
de devenir l’emblème de la
jeunesse agitée de Newcastle,
où il joue sous les couleurs
des Falcons. Coéquipier de
Jonny Wilkinson en club et
en sélection, Matthew Tait
est devenu en 2005 le 2
e
plus
jeune joueur de l’histoire de
l’équipe d’Angleterre depuis
la seconde guerre mondiale
après… Jonny Wilkinson.
Capable de jouer au poste
de trois-quarts centre ou à
l’aile, Tait est issu de l’école du
rugby à VII. La meilleure pour
développer rapidité et vivacité.
ÉQUI PE D’ ANGLETERRE
MATTHEW TAI T
PRÉSENTE LE CHOC
DES TI TANS
t
e
a
m

r
u
g
b
y

p
u
m
a
M
A
T
T
H
E
W
L
E
W
I
S
/
G
E
T
T
Y
/
A
F
P
P
U
M
A
19
NGLETERRE–FRANCE
entourent le niveau de performance du
XV d’Angleterre. Mais quand Jonny est
là, tout va mieux ou moins mal. « À
chaque fois qu’il joue, il a le don de faire
gagner son équipe ou d’exercer une
influence majeure », explique Philippe
Saint-André, l’ancien Bleu aujourd’hui
entraîneur des Wasps. Son poids dans
le jeu comme son impact psychologique
sur le reste du groupe sont indéniables.
L’équipe de France le sait bien pour
l’avoir appris à ses dépens en demi-
finale de la Coupe du monde 2003 où
« Wilko » s’était chargé de crucifier les
Bleus en inscrivant la totalité des points
de son équipe (24-7). « Il bénéficie d’un
crédit illimité car c’est le seul à pouvoir
remettre de l’ordre dans la maison
anglaise », soutient même l’ancien
international tricolore Olivier Magne,
exilé chez les London Irish.
UNE MACHINE À BOTTER
Moribonde sans lui au point d’avoir
perdu 18 de ses 30 derniers matches,
l’Angleterre a retrouvé des couleurs
depuis un bon mois. Contre l’Écosse
(42-20) puis l’Italie (20-7), elle a aligné
deux succès d’affilée et fait preuve
d’une autorité retrouvée. Avant de
tomber de très haut en Irlande (13-43).
Et comme par hasard ce jour-là,
Wilkinson carburait à l’ordinaire,
visiblement à court de forme. Mais
statistiquement, les chiffres restent
éloquents. Quand son numéro 10
fétiche est aligné, la sélection anglaise
remporte trois matches sur quatre. Dès
que le prodige est aux abonnés absents,
la moyenne tombe à un sur deux. Bref,
« Wilko », c’est Monsieur Plus.
Si son registre est assez complet, son
arme fatale reste sa frappe chirurgicale.
Botteur hors pair, le natif de Frimley n’a
pas son pareil pour empiler les drops et
les pénalités. Cette précision d’orfèvre,
il la doit à une rigueur incroyable, qui lui
vaut d’être souvent comparé à une
machine. « Son professionnalisme est
exacerbé », souligne Magne. Été comme
hiver, après les séances collectives ou
en solo le jour de Noël, Wilkinson
s’astreint à un entraînement spécifique
des deux pieds. Parfois même avec des
ballons miniatures afin d’affiner son
geste. Pour élever encore la difficulté
de l’exercice, le bourreau de travail
se fixe pour objectif de transformer
20 coups de pieds de pénalité d’affilée.
S’il échoue à 18, il remet les compteurs
à zéro. Jusqu’à atteindre le total
escompté. L’obsession de la
perfection…
UN PAYS SUR LE DOS
À 27 ans, l’intraitable buteur semble ne
rien avoir perdu de sa superbe. Mieux, il
paraît s’être bonifié avec le temps
malgré son récent parcours parsemé
d’embûches. « C’est bon d’être de retour,
confie-t-il. J’ai très faim. Mon approche
physique et mentale du rugby est la même
qu’en 2003. Mais je suis un joueur
différent. Avec l’âge, j’ai gagné en calme et
en sérénité. » Pas encore au top
physiquement, Wilkinson ne devrait
cesser de monter en puissance d’ici à la
Coupe du monde. À condition que sa
charpente tienne le coup et qu’il
encaisse correctement l’intensité des
matches à venir. « Quand un joueur, qui
a goûté tôt au très haut niveau commence
à se blesser, ça peut se mettre à craquer
de partout. Et signifier peut-être le début
de la fin », avance Marianne Groc,
médecin du sport à l’Insep. Avec
l’attente de tout un pays sur les épaules,
« Wilko » aura fort à faire lors du
Mondial. Mais s’il parvenait par magie
à endosser, une fois encore, les habits
du Messie capable de faire main basse
sur le Graal, nul doute qu’il deviendrait
pour l’éternité « Jonny be God ». ■
GÉRALD MATHIEU
9 MA R S 2 0 0 7
LES BLEUS VERS LE GRAND CHELEM ?
L’encadrement du XV de France a choisi
de fermer son groupe en apportant
seulement cinq changements par
rapport au dernier match contre le pays
de Galles. L’exhibition des Barbarians
a été préjudiciable à Elvis Vermeulen,
qui laisse sa place à Sébastien Chabal
(photo). Idem pour le talonneur
Sébastien Bruno, qui prend la place
de Benoît August. Pieter De Villiers
remplace Sylvain Marconnet, qui s’est
fracturé un tibia en faisant du ski alors
que Pascal Papé remplace Grégory
Lamboley. Enfin, un seul changement
chez les arrières, où Cédric Heymans
a été préféré à Aurélien Rougerie.
D
A
V
ID
R
O
G
E
R
S
/
G
E
T
T
Y
/
A
F
P
TV
ANGLETERRE – FRANCE
À Twickenham, dimanche
11 mars, 15 h 50
FRANCE 2
Raphaël Ibanez et
Thomas Castaignède,
partenaires en
équipe de France
mais adversaires
dans le championnat
anglais, sont tous
les deux installés
à Londres.
Le premier joue
chez les Wasps,
le second avec
les Saracens.
LA SOCIÉTÉ
ANGLAISE VALORISE
LES SPORTIFS
DE HAUT NIVEAU
P
H
O
T
O
S
:
D
A
V
ID
R
O
G
E
R
S
/
G
E
T
T
Y
/
A
F
P
E
T
J
O
H
N
G
I
C
H
I
G
I
/
G
E
T
T
Y
/
A
F
P
SPÉCIAL ANGLETERRE RUGBY 20
9 MA R S 2 0 0 7
LESFRANÇAIS D’ANGLETERRE
MY RUGBYMAN
IS RICH

Qu’est-ce qui peut pousser les
joueurs français à s’expatrier en
Angleterre ? Serait-ce le confort de
l’Eurostar qui relie Paris à Londres en 2 h 30 ou
l’inclination traditionnelle des rugbymen pour les
langues étrangères ? « Les joueurs internationaux
haut de gamme sont mieux payés en Angleterre,
répond Pascal Forni, agent notamment de
Sébastien Chabal et observateur privilégié du
système anglais. On constate un écart d’environ
30 % entre les revenus des joueurs du XV de France
et ceux du XV de la Rose. Lorsque l’on cumule le
salaire de base et les contrats d’image, le capitaine
Phil Vickery, par exemple, encaisse 1,5 million
d’euros par an. Ne parlons même pas de Jonny
Wilkinson qui, grâce à ses contrats publicitaires,
émarge à 3 millions d’euros annuels. » Dans le
même temps, Frédéric Michalak percevrait, selon
des sources toulousaines, environ 700 000 € par
saison. « Même s’il existe encore des disparités sur
les hauts revenus, la moyenne des salaires français
s’est rapprochée aujourd’hui de la moyenne
anglaise, observe Paul de Keerle, directeur
financier de la Fédération française de rugby.
En revanche, le taux d’imposition reste largement
favorable outre-Manche, dans le rugby comme dans
les autres secteurs d’activité. » L’international Olivier
Magne (34 sélections), qui termine sa deuxième
saison anglaise avec les London Irish, nuance
cette vision idyllique. « Ici, je paye 40 % d’impôts,
alors qu’en France, le taux était de 54 %, confirme-
t-il. Mais le coût de la vie à Londres n’a rien à voir
avec celui du reste de l’Angleterre et de la France.
Je paye un loyer d’environ 2 300 € pour une petite
maison de 60 m
2
dans le quartier de Richmond
[banlieue très hype du sud-ouest de Londres,
ndlr]. » Au-delà des particularités de l’immobilier
britannique, les Français d’Angleterre doivent faire
face à une spécificité locale autrement plus
contraignante. Une clause, systématiquement
mentionnée sur les contrats, précise qu’un joueur
blessé continue d’être payé pendant une période
déterminée : entre treize et vingt-six semaines,
selon le club et selon la réputation du joueur.
PAS DE PITIÉ POUR LES BLESSÉS
« C’est une pression terrible sur les épaules des
joueurs, témoigne Olivier Magne. Les dirigeants
anglais n’ont pas de scrupules pour se débarrasser
des blessés. Du coup, on précipite parfois le retour
à la compétition… » Attention les dégâts ! Mais outre-
Manche, ce mode de fonctionnement ne choque
plus personne et n’est pas perçu comme un signe
La première division anglaise compte dans ses rangs une diaspora française
riche de dix-sept joueurs, dont treize ont déjà porté les couleurs de l’équipe de France.
Un exil doré ? Pas forcément au vu du code du travail très strict de la Premiership.
de mépris à l’égard des travailleurs sportifs.
Au contraire. « Le sportif de haut niveau est
extrêmement valorisé dans la société anglaise,
atteste David Bory, trois-quarts aile de Bath. C’est
une personnalité recherchée par les entreprises, les
sponsors. » Lesquels n’hésitent pas à débourser
jusqu’à 5 000 € pour s’assurer de la présence d’un
joueur dans le cadre d’une opération de relations
publiques. « En France, les joueurs en activité sont
souvent pris pour des imbéciles, qui ne sont
bons qu’à faire des tours de terrain et qui n’ont
rien d’intéressant à dire », tacle Olivier Magne.
Reste un inconvénient majeur pour les joueurs
français expatriés en Angleterre. La Guinness
Premiership, nom officiel de la première division,
ne serait pas, dit-on, la tasse de thé de Bernard
Laporte. Profitera-t-il de son déplacement à
Londres, ce week-end, pour assister au derby entre
les Harlequins et les Wasps ? Wait and see… ■
RONAN FOLGOAS
LA COLONIE FRANÇAISE EN PREMIERSHIP
En intégrant l’effectif des Requins de Sale la semaine
dernière, dans la grande banlieue de Manchester, l’arrière
international Julien Laharrague (photo) complète une
véritable colonie tricolore. Quatre frenchies, Sébastien
Chabal, Sébastien Bruno, Lionel Faure et Daniel
Larrachea portent en effet le maillot du champion
d’Angleterre en titre. Dans le paysage du rugby anglais,
Sale n’est pas une exception. À 300 km au sud, Gloucester
héberge quatre représentants de l’Hexagone, dont le pilier
Christian Califano, qui a traversé la Manche, l’été dernier,
pour la deuxième fois de sa carrière. Un seul Anglais
évolue cette saison dans le Top 14 : Perry Freshwater.
À RETROUVER SUR www.myfreesport.com
W
A
R
R
IN
/
S
IP
A
REPÈRES
LES DIX-SEPT FRANÇAIS
DE LA PREMIERSHIP
Bath : David Bory
Gloucester : Olivier Azam,
Christian Califano, Patrice
Collazo et Ludovic
Mercier
Harlequins :
Nicolas Spanghero
London Irish :
Olivier Magne
London Wasps :
Raphaël Ibanez
Northampton :
David Gerard,
Christian Labit
Sale : Sébastien Bruno,
Sébastien Chabal,
Lionel Faure, Julien Laharrague,
Daniel Larrachea
Saracens : Thomas Castaignède
Worcester : Thomas Lombard
9 MA R S 2 0 0 7
21
9 MA R S 2 0 0 7
SPÉCIAL ANGLETERRE FOOTBALL
WEEK-ENDÀ LONDRES
FOOT CITY
Fait unique dans le monde, la capitale anglaise abrite cette saison douze clubs
professionnels, dont six au plus haut niveau. Nicolas Anelka explique le phénomène.
Nicolas Anelka, savez-vous combien
de clubs professionnels compte
aujourd’hui la ville de Londres ?
« Oui, il y en a douze.
Exactement ! Ils évoluent entre
la Premier League et la League Two,
l’équivalent de la 4
e
division. Comment
expliquez-vous un tel phénomène ?
En Angleterre, le football est une véritable
religion. Et à Londres, ça dépasse tout ce que
l’on peut imaginer partout ailleurs dans le
monde. Au contraire de Paris, la capitale
anglaise est très étendue géographiquement
[1 580 km
2
contre 105 km
2
]. Chaque quartier
possède son équipe de foot et généralement un
stade digne de ce nom, avec 25 000 places
minimum pour les plus importants. Ceci est
impensable à Paris où il n’y a que trois stades
[Jean-Bouin, Charléty, Parc des Princes],
dont un seul est occupé à l’année par un club
de haut niveau, le Paris-Saint-Germain.
Qu’est-ce qui vous a le plus marqué quand vous
avez débarqué à Londres pour la première fois ?
Le fait que l’on naisse et que l’on meurt en ne
supportant qu’une équipe dans sa vie.
C’est aussi le cas dans tout le reste du pays.
Si vous voyez le jour dans le quartier de Barnet,
vous supporterez Barnet. Même chose si vous
habitez du côté d’Arsenal ou de Tottenham.
En fait, cela se transmet de génération en
génération. On voit souvent des grands-parents
emmener leurs petits-enfants au stade.
Pour que la flamme ne s’éteigne jamais !
Quel est le derby londonien qu’il ne faut
manquer sous aucun prétexte ?
Arsenal-Tottenham. Ces deux clubs se détestent
copieusement. Depuis toujours. Quand j’ai signé
à Arsenal, les supporters m’ont prévenu
qu’il ne fallait jamais perdre contre Tottenham.
Cela vous met tout de suite dans l’ambiance.
Quel stade à Londres vous a
particulièrement impressionné ?
L’ambiance à White Hart Lane (Tottenham)
est souvent étonnante. Il y a aussi l’Emirates
Stadium. C’est un très beau stade, spécialement
imaginé et conçu pour le football. J’y conserve
d’ailleurs mon plus beau souvenir. Il est récent. Il
date du 28 janvier dernier. Avec Bolton, on est venu
faire 1-1 en Coupe d’Angleterre. Je ne marque pas
mais je suis à l’origine du but. Je me suis fait siffler
quasiment tout le match. J’ai adoré ça !
Justement, lorsque vous portiez les couleurs
d’Arsenal, entre 1997 et 1999,
était-ce facile pour vous de vous promener
dans des quartiers “adverses” ?
J’habitais dans le nord de la ville, pas loin du fief
d’Arsenal. J’étais donc chez moi en quelque
sorte. Mais même quand je me baladais ailleurs,
je n’avais jamais le moindre problème. Au-delà
de la haine qui peut exister entre les clubs, les
supporters respectent toujours les joueurs. Je
croisais souvent des fans de Tottenham. Ils
avaient toujours l’œil du connaisseur. Ils adorent
leur équipe mais ce sont avant tout des amoureux
du football. Et ça, c’est extraordinaire ! » ■
PROPOS RECUEILLIS PAR LIONEL VELLA
À RETROUVER SUR www.myfreesport.com
C’est en arrivant à Londres,
à Arsenal, en 1997 que Nicolas
Anelka est devenu une star.
L’actuel buteur de Bolton
(9 buts) se souvient...
J
A
M
IE
M
C
D
O
N
A
L
D
/
G
E
T
T
Y
/
A
F
P
S
E
B
&
E
N
Z
O
/
S
P
O
R
T
22
9 MA R S 2 0 0 7
LES FRENCHIES DE LONDRES
Arsenal FC : Jérémie
Aliadière, Gaël Clichy,
Abou Diaby, Mathieu
Flamini, William Gallas,
Thierry Henry, Armand
Traoré et Arsène
Wenger (manager)
Chelsea FC : Lassana
Diarra, Claude Makelele
et Thierry Laurent
(physiothérapeute)
Fulham FC :
Philippe Christanval,
Franck Queudrue
Tottenham FC : Steed
Malbranque, Dorian
Dervite, Adel Taarabt,
Pascal Chimbonda
Millwall FC :
Samy Mawene
Brentford FC :
Thomas Pinault
CHIFFRES
DERBIES À GOGO
Les Londoniens sont des
veinards. Rien qu’en Premier
League, ils sont assurés
d’assister à 30 derbies tout au
long de l’année. Si l’on prend en
compte les quatre divisions
professionnelles, 38 derbies
sont au programme durant
la saison 2006-2007.
Pour les inconditionnels, le
week-end du 5 et 6 mai 2007
s’annonce dantesque.
Les six clubs de l’élite jouent
en effet à « domicile » :
Arsenal – Chelsea,
Fulham – Liverpool,
West Ham – Bolton et
Charlton – Tottenham,
sans oublier QPR – Stoke City
(en 2
e
division) et
Barnet – Wycombe (4
e
division).
Le foot amateur n’est pas en
reste puisque la London
Football Association (fondée
en 1881) gère tous les
week-ends le calendrier
de 2 300 clubs, soit un
peu plus de 6 500 équipes !
D
A
V
E
W
I
N
T
E
R
/
I
C
O
N
S
P
O
R
T
23
9 MA R S 2 0 0 7
SPÉCIAL ANGLETERRE FOOTBALL 24
CAPACITÉ : 19 100 spectateurs
Inauguré le 22 octobre 1904.
RECORD D’AFFLUENCE :
35 353 spectateurs, QPR-Leeds Utd,
27 avril 1974*.
RANGERS : surnom donné aux
joueurs en référence au nom du club.
ANECDOTE : entre 1889 et 1917,
les Rangers vont jouer leurs
matches à domicile dans 14 stades
différents de Londres (record non
égalé depuis) avant de s’installer
définitivement à Loftus Road.
QUEENS PARK RANGERS FC
Fondé en 1885
STADE :
Loftus Road
ADRESSE : South
Africa Road, W12
7PA, London
, / . $ / . COMMENT S’Y RENDRE ? En métro, ligne Hammersmith and City,
descendre à Shepherd’s Bush. Ligne Central, direction Ealing
Broadway, descendre à White City
1
CAPACITÉ : 5 500 spectateurs
Inauguré le 14 septembre 1907.
RECORD D’AFFLUENCE :
11 026 spectateurs, Barnet FC-
Wycombe, 23 février 1952*.
BEES : les abeilles. Surnom
donné aux joueurs en référence
au maillot jaune et noir.
ANECDOTE : c’est au Underhill
Stadium, en 1947, qu’un club chinois
joua son premier match officiel
au Royaume-Uni. Il s’agissait
du Sing Tao Club de Hong-Kong,
battu par le Barnet FC, 5-3.
BARNET FC
Fondé en 1888
STADE :
Underhill Stadium
ADRESSE : Barnet
Road, EN5 2DN,
Barnet
, / . $ / . COMMENT S’Y RENDRE ? En métro, ligne Northern,
descendre à High Barnet
2
CAPACITÉ : 22 200 spectateurs
Inauguré le 10 octobre 1896.
RECORD D’AFFLUENCE :
49 335 spectateurs, Fulham-
Millwall, 8 octobre 1938*.
COTTAGERS : surnom donné
aux joueurs en référence au stade
du Fulham, Craven Cottage.
ANECDOTE : le plus ancien des clubs
londoniens peut compter sur le
soutien inconditionnel de certaines
grandes stars du cinéma. Citons ainsi
Hugh Grant, David Hasselhoff (K2000,
Alerte à Malibu) ou Daniel Radcliffe
(Harry Potter). Une autre grande
personnalité avait avoué son amour
pour Fulham : le pape Jean-Paul II !
FULHAM FC
Fondé en 1879
STADE : Craven
Cottage
ADRESSE :
Stevenage Road,
Fulham, SW6 6HH,
London
, / . $ / . COMMENT S’Y RENDRE ? En métro, ligne District,
direction Wimbledon, descendre à Putney Bridge
12
CAPACITÉ : 12 800 spectateurs
Inauguré en 1904.
RECORD D’AFFLUENCE :
39 626 spectateurs, Brentford FC-
Preston North End, 5 mars 1938*.
BEES : les abeilles. Surnom
donné aux joueurs en référence
au maillot rayé du club.
ANECDOTE : le saviez-vous ? Au
début des années 60, la rock star
Rod Stewart fut à 16 ans stagiaire
pro à Brentford. Mais il décida
de quitter le club parce qu’il ne
supportait pas d’être remplaçant.
BRENTFORD FC
Fondé en 1889
STADE : Griffin Park
ADRESSE :
Braemar Road, TW8
ONT, Brentford
, / . $ / . COMMENT S’Y RENDRE ? En métro, ligne District, descendre à
Richmond. En train (30 minutes de trajet), depuis Waterloo Station,
descendre à Brentford Station ou à Kew Bridge Station
11
CAPACITÉ : 42 500 spectateurs
Inauguré le 28 avril 1877.
RECORD D’AFFLUENCE :
82 905 spectateurs, Chelsea-
Arsenal, 12 octobre 1935*.
BLUES : les bleus. Surnom
donné aux joueurs en référence au
maillot bleu du club londonien.
ANECDOTE : inauguré en 1877,
Stamford Bridge est resté
dédié uniquement à l’athlétisme
jusqu’en 1904.
CHELSEA FC
Fondé en 1905
STADE :
Stamford Bridge
ADRESSE : Fulham
Road, London
, / . $ / . COMMENT S’Y RENDRE ? En métro, ligne District,
direction Wimbledon, descendre à Fulham Broadway
10
ICI LONDRE
* Après la tragédie de Hillsborough en avril 1989, où 95 personnes
avaient trouvé la mort lors d’un mouvement de foule dans
une tribune, le Rapport Taylor a exigé que les places debout
soient supprimées dans les stades anglais.
CLUBS DE PREMIER LEAGUE
(équivalent de la L1)
CLUBS DE CHAMPIONSHIP
(équivalent de la L2)
CLUBS DE LEAGUE ONE
(équivalent du National)
CLUB DE LEAGUE TWO
(équivalent de la CFA)
, / . $ / .
P
A
U
L
G
IL
H
A
M
/
A
C
T
IO
N
IM
A
G
E
S
/
D
P
P
I
G
A
R
E
T
H
B
U
M
S
T
E
A
D
/
A
C
T
IO
N
IM
A
G
E
S
/
D
P
P
I
A
N
D
R
E
W
C
O
U
L
D
R
ID
G
E
/
A
C
T
IO
N
IM
A
G
E
S
/
D
P
P
I
L
E
E
M
IL
L
S
/
A
C
T
IO
N
IM
A
G
E
S
/
D
P
P
I
M
IC
H
A
E
L
R
E
G
A
N
/
A
C
T
IO
N
IM
A
G
E
S
/
D
P
P
I
9 MA R S 2 0 0 7
25
CAPACITÉ : 36 200 spectateurs
Inauguré le 4 septembre 1899.
RECORD D’AFFLUENCE :
75 038 spectateurs, Tottenham-
Sunderland, 5 mars 1938*.
SPURS : les éperons. Surnom donné
aux joueurs en souvenir de sir Henry
Percy, tué au combat en 1403, qui
possédait des terres dans le nord
de Londres. Sa bravoure lui avait
valu le surnom de « Henry Hotspur ».
ANECDOTE : le tout premier
événement à se dérouler
sur la pelouse du stade fut
un tournoi… militaire !
TOTTENHAM HOTSPUR FC
Fondé en 1882
STADE :
White Hart Lane
ADRESSE :
748, High Road,
Tottenham, N17 0AP,
London
, / . $ / . COMMENT S’Y RENDRE ? En métro, ligne Victoria,
descendre à Seven Sisters ou Tottenham Hale
4
CAPACITÉ : 35 100 spectateurs
Inauguré le 1
er
septembre 1904.
RECORD D’AFFLUENCE :
42 322 spectateurs, West Ham-
Tottenham, 14 octobre 1970*.
HAMMERS : les marteaux. Surnom
donné aux joueurs en souvenir
de la Thames Ironworks company
(Compagnie métallurgique de la
Tamise), dont l’équipe de football fut
à l’origine de la création du club.
ANECDOTE : West Ham a disputé la
première finale de la Cup dans le
nouveau stade de Wembley, le 28 avril
1923, devant 250 000 spectateurs.
Défaite face à Bolton, 2-0.
WEST HAM UNITED FC
Fondé en 1900
STADE :
Boleyn Ground
ADRESSE : Green
Street, Upton Park,
E13 9A2, London
, / . $ / . COMMENT S’Y RENDRE ? En métro, ligne District ou Hammersmith
and City, descendre à Upton Park ou East Ham
6
CAPACITÉ : 27 100 spectateurs
Inauguré le 13 septembre 1919.
RECORD D’AFFLUENCE :
75 031 spectateurs, Charlton-
Aston Villa, 12 février 1938*.
ADDICKS : les harengs. Surnom
donné aux joueurs en souvenir d’un
supporter qui se rendait toujours au
stade avec un long bâton au bout
duquel pendait un hareng. C’est dans
son restaurant de fish and chips
que les joueurs se changeaient
au tout début de l’histoire du club.
ANECDOTE : Jimmy Sead, manager
de Charlton depuis 1933 est limogé
en 1956 alors que la saison n’a
débuté que depuis… 23 jours !
CHARLTON ATHLETIC FC
Fondé en 1905
STADE : The Valley
ADRESSE : Floyd
Road, SE7 8BL,
Charlton
COMMENT S’Y RENDRE ? En train (20 minutes de trajet), depuis
Charing Cross ou Cannon Street, descendre à Charlton Station
7
CAPACITÉ : 60 432 spectateurs
Inauguré le 22 juillet 2006.
RECORD D’AFFLUENCE :
60 128 spectateurs, Arsenal-
Manchester Utd, 21 janvier 2007.
GUNNERS : les canonniers. Surnom
donné aux joueurs lorsque le club
est venu s’installer près du dépôt
de munitions de Londres.
ANECDOTE : construit sur l’ancien
site d’une usine de recyclage,
l’Emirates Stadium, du nom du
principal sponsor, la compagnie
aérienne Emirates, gardera ce nom
au moins pendant 15 ans.
ARSENAL FC
Fondé en 1886
STADE :
Emirates Stadium
ADRESSE :
Highbury House,
75 Drayton Park,
London
, / . $ / . COMMENT S’Y RENDRE ? En métro, ligne Piccadilly, descendre à
Holloway Road ou Arsenal. Ligne Victoria, descendre à Finsbury Park
3
CAPACITÉ : 7 920 spectateurs
Inauguré en 1937.
RECORD D’AFFLUENCE :
34 345 spectateurs, Leyton Orient-
West Ham Utd, 25 janvier 1964*.
THE O’S : les O. Surnom donné aux
joueurs en souvenir des premiers
maillots rouges du club au dos desquels
la lettre O remplaçait les numéros,
qui apparaîtront bien plus tard.
ANECDOTE : le club a été mis
en vente en 1995 pour 5 livres
seulement après que son président,
Tony Wood, a fait faillite
avec sa société de café au Rwanda
durant la guerre civile.
LEYTON ORIENT FC
Fondé en 1881
STADE : The
Matchroom Stadium
ADRESSE :
Brisbane Road,
Leyton, E10 5NF,
London
, / . $ / . COMMENT S’Y RENDRE ? En métro, ligne Central,
descendre à Leyton
5
CAPACITÉ : 20 100 spectateurs
Inauguré le 4 août 1993.
RECORD D’AFFLUENCE :
20 093 spectateurs, Millwall-
Arsenal, 10 janvier 1994
LIONS : les lions. Surnom
donné aux joueurs en référence
à l’emblème du club.
ANECDOTE : les supporters
de Millwall furent pendant
très longtemps considérés comme
les plus dangereux d’Angleterre.
« Personne ne nous aime
mais on s’en fout ! », scandaient-ils
depuis les tribunes.
MILLWALL FC
Fondé en 1895
STADE :
The New Den
ADRESSE : Zampa
Road, SE16 3LN,
London
, / . $ / . COMMENT S’Y RENDRE ? En métro, ligne East London,
descendre à Surreys Quays ou New Gross Gate
8
CAPACITÉ : 26 300 spectateurs
Inauguré le 30 août 1924.
RECORD D’AFFLUENCE :
51 482 spectateurs, Crystal Palace-
Burnley FC, 11 mai 1979*.
EAGLES : les aigles. Surnom
donné aux joueurs en référence
à l’emblème du club.
ANECDOTE : lors de la descente
en D3 au début des années 70,
Malcom Allison, le manager de
l’époque, décide de changer les
couleurs du club (alors bleu ciel) et
sa mascotte. Il choisit les couleurs
rouge et bleu du FC Barcelone
et la mascotte de Benfica, un aigle.
CRYSTAL PALACE FC
Fondé en 1905
STADE :
Selhurst Park
ADRESSE :
Selhurst Park, SE25
6PU, London
COMMENT S’Y RENDRE ? En train (25 minutes de trajet), depuis
les stations Victoria ou London Bridge, descendre à Selhurst Park
9
ES !
Si vous ne savez pas quoi faire un week-end et que l’aventure londonienne vous tente,
n’hésitez pas un seul instant. La capitale anglaise est en effet un véritable paradis pour
les amoureux du football. Un match de haut niveau y est programmé au moins une fois
par semaine. De quoi y perdre son latin et peut-être son flegme, fut-il britannique…
T
O
N
Y
O
’B
R
IE
N
/
A
C
T
IO
N
IM
A
G
E
S
/
D
P
P
I
M
A
T
T
H
E
W
S
H
IL
D
S
/
A
C
T
IO
N
IM
A
G
E
S
/
D
P
P
I
G
A
R
E
T
H
B
U
M
S
T
E
A
D
/
A
C
T
IO
N
IM
A
G
E
S
/
D
P
P
I
G
A
R
E
T
H
B
U
M
S
T
E
A
D
/
A
C
T
IO
N
IM
A
G
E
S
/
D
P
P
I
P
A
U
L
H
A
R
D
IN
G
/
A
C
T
IO
N
IM
A
G
E
S
/
D
P
P
I
P
A
U
L
H
A
R
D
IN
G
/
A
C
T
IO
N
IM
A
G
E
S
/
D
P
P
I
P
E
T
E
R
B
E
N
N
E
T
T
/
A
C
T
IO
N
IM
A
G
E
S
/
D
P
P
I
ID
E
&
S
P
O
R
T
DANS LE VÉLO,
IL Y A UNE CULTURE
DE LA SERINGUE
QUI DOIT CESSER
S
A
U
N
IE
R
D
U
V
A
L
SPÉCIAL ANGLETERRE CYCLISME 26
9 MA R S 2 0 0 7
DAVID MILLAR
NOTRE SPORT
ESTSALE”
Que vous inspire l’affaire Puerto,
cette vaste opération
antidopage menée depuis
l’été dernier en Espagne ?
« C’est une affaire de m… qui prouve, une fois de
plus, que le vélo a un problème fondamental avec
le dopage. Même si ça doit prendre 5 ou 10 ans, il
faut nettoyer le milieu. Malheureusement, rien ne
se passe. C’est en train de prendre une tournure
politique. D’autres sports, comme le football ou
l’athlétisme, sont cités dans l’affaire mais ne sont
absolument pas inquiétés. La police comme
les juges doivent prendre leurs responsabilités.
Quelles mesures immédiates permettraient
de lutter efficacement contre le dopage ?
Interdire les seringues ! Dans le vélo, il y a une
culture des seringues, des piqûres et des
perfusions qui doit cesser. Il faut arrêter de faire
croire aux coureurs, et notamment aux jeunes qui
arrivent, qu’on ne peut pas finir une course sans
piqûres. On les éduque mal. C’est n’importe quoi !
La seringue, c’est le premier pas vers le dopage.
Je trouve ça dégueulasse !
Que pensez-vous de l’instauration
d’une sorte de “permis à points”
qui permettrait de sanctionner
collectivement des cas de dopage isolés ?
C’est une bonne idée de suspendre une équipe
pour une ou deux semaines. Ça mettrait enfin
les dirigeants et les médecins face à leurs
responsabilités. À l’heure actuelle, ce sont les
coureurs qui prennent tout dans la gueule !
Regardez la formation Phonak : six coureurs ont
été sanctionnés (Landis, Hamilton, Botero, Perez
et les frères Gutierrez), mais leur équipe
a continué. Quant aux chartes éthiques, elles
ne sont pas respectées la plupart du temps.
Les dirigeants s’en moquent !
Qu’entendez-vous par là ?
Quand on est dirigeant d’une équipe, on a
accès aux fiches médicales. On sait donc très
bien si un coureur a pris un produit interdit.
Malheureusement, la plupart des patrons
des équipes du ProTour font mine de ne rien
voir. Pour moi, l’exemple à suivre, c’est celui
de Dave Brailsford, le performance director
de l’équipe nationale britannique. Avec lui,
il n’y a pas la moindre ambiguïté : si tu triches,
t’es mort ! C’est comme ça qu’il faut agir
dans les équipes du ProTour.
Ne faut-il pas aussi exclure du cyclisme
tous les dirigeants au passé trouble ?
Il faut être pragmatique. Si l’on doit juger le
monde du vélo par rapport à l’histoire de chacun,
Contrôlé positif à l’EPO en 2004, David Millar a été condamné à deux ans de suspension.
Revenu l’été dernier dans le peloton, le coureur repenti a décidé de partir en croisade contre
le dopage. À l’aube de cette nouvelle saison, le Britannique s’est confié à Sport.
on ne trouvera plus personne dans notre sport…
Du haut de la pyramide au bas de l’échelon,
tout le monde a quelque chose à se reprocher
car notre sport est sale. Mais on doit nettoyer
le cyclisme pour les générations à venir
et changer de culture.
Le cyclisme a donc encore un avenir ?
J’y crois vraiment ! Sinon je ne serais pas là
à parler avec mon cœur. Le vélo est un sport
magnifique. Je suis convaincu qu’il y a une
lumière au bout du tunnel mais, je le répète,
nous devons tous prendre nos responsabilités.
Y compris les coureurs propres, qui doivent être
fiers de l’être et, surtout, le clamer haut et fort.
Est-ce pour cette raison que vous parlez ?
Je me dois de parler du sujet, d’éduquer les gens
et de leur expliquer comment ça arrive. Je ne
veux plus que d’autres vivent ce que j’ai vécu. J’ai
des choses à dire. Je dois parler du dopage. » ■
PROPOS RECUEILLIS PAR GÉRALD MATHIEU
ITINÉRAIRE
DAVID MILLAR
Né le 4 janvier 1977 à Malte
Nationalité écossaise
1,91 m – 77 kg
Professionnel depuis 1997
Suspendu pour dopage
de juin 2004 à juin 2006
Meilleur classement UCI :
16
e
en 2001
Equipes successives :
Saunier Duval (depuis 2006)
Cofidis (de 1997 à 2004)
Palmarès : 3 victoires d’étape
sur le Tour de France (2000,
2002, 2003), 3 victoires d’étape
sur la Vuelta (2006, 2003,
2001), Tour de Picardie 2003,
Circuit de la Sarthe 2001,
Tour du Danemark 2001.
UN TOUR DE FRANCE MADE IN ENGLAND
Avec un prologue de 8 km programmé dans les rues
de Londres suivi d’une première étape entre la capitale
anglaise et Canterbury (203 km), David Millar a déjà
l’esprit tourné vers le prochain Tour de France.
Régional de ce début de Grande Boucle, le Britannique
aura à cœur de briller devant les siens. Mieux, il a
clairement annoncé qu’il souhaitait remporter le
prologue (exercice dans lequel il excelle) afin de parader
le lendemain sur les routes anglaises avec le maillot
Jaune sur le dos. Après Amsterdam, Bruxelles, Berlin,
Luxembourg et Dublin, Londres sera la sixième
capitale européenne à accueillir le grand départ du Tour.
À RETROUVER SUR www.myfreesport.com
9 MA R S 2 0 0 7
27
IS
O
S
P
O
R
T
/
IC
O
N
S
P
O
R
T
C’EST L’ANGLAIS
QU’IL NOUS
FAUT SUR LA
GRILLE DE DÉPART
Bernie Ecclestone
B
E
R
N
A
T
A
R
M
A
N
G
U
E
/
A
P
/
S
IP
A
9 MA R S 2 0 0 7
SPÉCIAL ANGLETERRE FORMULE1 28
LEWISHAMILTON
LE JOYAU
DELACOURONNE

À 22 ans, sa vie est une suite
d’épisodes qui s’enchaînent d’une
manière tellement évidente et
irrésistible que l’on cherche toujours la limite
entre biographie et légende. Vérification faite
auprès du principal intéressé, l’anecdote qui sert
généralement d’introduction est authentique.
À peine âgé de 10 ans, Lewis profite d’une
cérémonie de remise de prix pour approcher
Ron Dennis, directeur de l’écurie McLaren
et monstre du sport automobile britannique.
Mais le petit Hamilton n’est pas un simple
chasseur d’autographes. Il est là pour poser la
première pierre de son plan de carrière. « Me
laisserez-vous un jour prendre le volant d’une
voiture de course ? », demande-t-il à Ron Dennis.
Celui-ci se contente d’un sourire et d’une
boutade : « Voici mon numéro de téléphone, passe-
moi un coup de fil dans une dizaine d’années. »
La deuxième rencontre a lieu plus tôt que prévu,
trois ans plus tard exactement. Hamilton
remporte le titre de champion de karting du
Royaume-Uni, sous l’œil impressionné de Ron
Dennis, qui en a pourtant vu d’autres. L’ex-patron
d’Ayrton Senna et d’Alain Prost bondit sur le
phénomène et lui propose d’intégrer un
programme de formation haut de gamme
estampillé McLaren. Les deux hommes scellent
alors un pacte qui reste en vigueur aujourd’hui
encore. « Quand tu gagnes un championnat, je te
paye un volant pour l’année suivante », propose Ron
Dennis. Lewis, fils d’Anthony Hamilton, originaire
de Trinidad-et-Tobago et employé des chemins
de fer anglais, n’a pas le choix. Comme Fernando
Alonso, son nouveau coéquipier, fils d’un artificier
de l’industrie minière, il n’est pas né avec une
cuiller d’argent dans la bouche et une collection
de kartings rutilants dans le garage.
À chaque course, il joue son avenir.
LA PLACE DU FILS PRÉFÉRÉ
De saison en saison, il va pourtant tenir ce pari
insensé et conserver ainsi auprès de son mécène
la place du fils préféré. Champion d’Europe junior
de karting à 13 ans, champion d’Angleterre de
Formule Renault à 17… La voie est libre mais le
talent ne lui épargne pas certaines sorties de
piste. L’une d’entre elles, alors qu’il court en
Formule 3, le laisse complètement KO. Direction
l’hôpital. Il s’en remet en quelques semaines et
entame la dernière ligne droite vers la F1, la plus
difficile. Sa route passe alors par la France.
« Ron Dennis a placé Lewis Hamilton chez nous
pour qu’il coure une saison en F3 Euroseries et une
autre en GP2, l’antichambre de la F1, se souvient
Frédéric Vasseur, patron de l’écurie ASM-ART
Grand Prix, basée dans l’Yonne. Pendant ces deux
saisons, au cours desquelles il a remporté une
vingtaine de courses et deux titres, j’ai découvert ce
qu’est l’âme d’un grand champion. Quand il est
Dimanche 18 mars, Lewis Hamilton deviendra le premier Noir à courir en Formule 1.
Belle gueule, précocité, intelligence et talent brut : le pilote britannique a tout pour devenir
le « Tiger Woods » de la F1. Histoire d’une ascension programmée.
dans la voiture, Lewis dispose d’une énorme
confiance en lui. En dehors, il se remet en question,
doute, discute avec son équipe et trouve des
solutions. » Reste désormais à répondre aux
attentes du public britannique… et des argentiers
de la F1. L’été dernier, Bernie Ecclestone, patron
commercial du championnat du monde, a laissé
parler son cœur. « C’est le garçon qu’il nous faut
sur la grille de départ de la saison 2007 », a-t-il
lâché, visiblement soucieux de combler le trou
d’air créé par le départ de Michael Schumacher.
Les désirs de mister Ecclestone sont des ordres.
Hamilton a été propulsé fissa en F1, aux côtés du
double champion du monde en titre Fernando
Alonso, transfuge de l’écurie Renault. D’aucuns
pensent que le duo de choc formé par McLaren
est le plus séduisant depuis la fin des années 80,
à l’époque où la paire Senna-Prost enflammait le
championnat, déjà sous les couleurs des Flèches
d’Argent. Le vétéran du plateau, David Coulthard,
35 ans, émet, lui, de sérieuses réserves. « La
carrière de Lewis Hamilton pourrait être détruite
avant qu’il ait la moindre chance de s’exprimer,
affirme le pilote écossais. Son potentiel
ne fait aucun doute mais la première personne
à laquelle vous êtes comparé est votre équipier.
Si Lewis supporte mal la comparaison avec
Alonso, ça pourrait ébranler sa confiance. »
Scepticisme visionnaire ou simple jalousie entre
sujets de sa Gracieuse Majesté ? Réponse sur le
circuit de Melbourne, dès le week-end prochain. ■
RONAN FOLGOAS
ITINÉRAIRE
LEWIS HAMILTON
22 ans
Né le 7 janvier 1985
à Tewin (Angleterre)
1,74 m – 68 kg
18 mars 2007 : premier
Grand Prix de F1 de sa carrière
en Australie (sa voiture
portera le n° 2).
Novembre 2006 : désigné
coéquipier de Fernando Alonso
par l’écurie McLaren-Mercedes.
Septembre 2006 : remporte
le championnat GP2 (écurie
française Art-Grand Prix).
2005 : remporte le
championnat F3 Euroseries
(écurie française ASM).
2003 : remporte le championnat
britannique de Formule Renault.
1998 : membre du programme
de formation de McLaren
et Mercedes-Benz.
À RETROUVER SUR www.myfreesport.com
9 MA R S 2 0 0 7
29
PUBLI-INFO
MARATHON DE BARCELONE
Cavalcade à travers
la capitale catalane
Puma était pour la seconde fois le sponsor officiel du
marathon de Barcelone qui réunissait, le 4 mars, plus de
7 000 personnes. La marque s’investit de plus en plus
dans ce sport, en développant des produits qui simplifient
la course à pied : la gamme Complete. Chaque produit
est pensé avec un seul objectif : faire tomber les barrières
qui rendent la course à pied inaccessible et pénible.
Puma propose aux coureurs une expérience nouvelle, une
perspective « course à pied haute performance » innovante
et unique. Une philosophie qui repose sur une transition
en douceur du talon à l’avant-pied, pour un déroulé
souple et naturel. Cette approche a permis à la marque
de repenser la conception technique des chaussures
de course pour que le pied évolue plus naturellement.
Le résultat est une chaussure très légère et extrêmement
flexible, qui garantit un déroulé du pied sans à-coup
et soutient l’appui naturel du coureur : la Concinnity.
P
H
O
T
O
S
P
U
M
A
7 JOURS DE SPORTS 30
9 MA R S 2 0 0 7
préparée. Le géant
mettra aux prises trois
concurrents, évoluant sur
trois parcours parallèles
pour une course
de vitesse décoiffante.
En savoir plus :
www.les3vallees.com
12-18 MARS
TIR OLYMPIQUE
CHAMPIONNATS
D’EUROPE DE
TIR À 10 M, À
DEAUVILLE (14)
Concentration,
coordination et maîtrise
de soi. Le tir sportif est un
sport à part entière.
600 représentants de
47 nations ont rendez-
vous à Deauville pour
ces championnats
d’Europe. Outre les titres
remis en jeu à la carabine
et au pistolet à air
comprimé, cette
compétition permettra
aux meilleurs tireurs de
remplir les quotas en vue
de la participation aux J. O.
de Pékin en 2008. Rendez-
vous à ne pas manquer
donc pour les Français
Franck Dumoulin,
Walter Lapeyre, Valérian
Sauveplane ou Myriam
Duperron, chefs de file
d’une délégation tricolore
championne d’Europe
masculine par équipe
au pistolet et médaillée
au mondial 2006.
En savoir plus :
www.fftir.org
9 MARS
FREESTYLE
SALOMON
X WING
AUX TROIS
VALLÉES (73)
Une compétition sur
mesure pour les skieurs
acharnés. Le plus grand
domaine skiable du
monde accueille la finale
du Salomon X Wing, une
compétition aussi
originale qu’amusante.
Les concurrents, pros ou
amateurs de bon niveau,
prendront le départ par
équipes de trois
personnes des quatre
stations : Courchevel,
Méribel, Les Menuires et
Val-Thorens. Huit
disciplines sont prévues
pour satisfaire les
débutants comme les
chevronnés, dont le
Skier-X, du ski-cross sur
piste sinueuse parsemée
de bosses, ou encore le
freeride, exercice de
fluidité, de style et de
vitesse sur pente non
COUPE D’EUROPE DE BIATHLON, DU 9 AU 11 MARS À BESSANS (73)
La relève française est là !
Bessans, en Haute Maurienne, est comme à l’accoutumée la seule station
française à accueillir cette saison une compétition internationale de biathlon.
Deux cents athlètes, venus de vingt pays, s’affronteront durant trois jours
à l’occasion de cette manche de Coupe d’Europe. Si les Poirée, Defrasne
et autres Baverel-Robert ne seront pas présents, puisqu’ils disputent
ce même week-end la dernière manche de la Coupe du monde, la relève
tricolore tiendra le haut de l’affiche à Bessans. En janvier dernier à Martell,
en Italie, les jeunes Francais ont fait un énorme carton en remportant pas
moins de onze médailles aux Mondiaux juniors ! Cette Coupe d’Europe à
Bessans sera donc l’occasion de découvrir la génération « Vancouver 2010 »,
emmenée par Jean-Guillaume Beatrix, Marie-Laure Brunet,
Martin Fourcade et Anaïs Bescond, pour ne citer qu’eux.
En savoir plus : www.bessans.com
D
U
O
D
E
C
IM
J
E
F
F
R
E
Y
R
A
C
E
T
T
E
/
IC
O
N
S
P
O
R
T
S
M
E
D
IA
/
D
P
P
I
M
IC
H
E
L
G
A
N
G
N
E
/
A
F
P
31
9 MA R S 2 0 0 7
JÉRÉMY FLORÈS
IDOLE
DES HOULES
CE JEUNE FRANÇAIS
EST PLUS FORT QUE
MOI AU MÊME ÂGE
Kelly Slater
K
A
R
E
N
W
IL
S
O
N
/
G
E
T
T
Y
/
A
F
P

F
R
A
N
C
K
F
A
U
G
R
E
/
D
P
P
I –
M
O
N
T
A
G
E
S
P
O
R
T
9 MA R S 2 0 0 7
FREESTYLE SURF 32
À 18 ans, Jérémy Florès est le plus jeune surfeur de l’histoire à intégrer le Top 44, l’élite du surf pro.

Coolagantta… Le nom de la station
balnéaire australienne parle de
lui-même. Située à une heure de
route au sud de Brisbane, sur la Gold Coast, la
petite ville est l’un de ces endroits où le stress
et la pression n’existent pas. Quelques
immeubles plantés le long d’une immense
plage de sable blanc, que viennent caresser
les eaux turquoise du Pacifique, deux ou trois
boutiques de maillots de bain, quelques
restaurants… Ce n’est pas l’endroit le plus
animé d’Australie, ni le plus beau d’ailleurs.
Mais il règne à Coolagantta une certaine
douceur de vivre. Pour le touriste lambda,
il faut avouer qu’en dehors des plaisirs
balnéaires, il n’y a pas grand-chose à faire.
Mais justement, ce qui fait la spécificité de
Coolagantta, c’est qu’il n’y a pas de touristes
ordinaires. On y vient dans un but bien précis
et souvent unique : surfer. Car tout amateur
de déferlantes qui se respecte doit s’attaquer
au moins une fois dans sa vie à l’Everest local,
Snapper Rocks. C’est une vague mythique,
que l’on vient défier du monde entier, car c’est
tout simplement la plus longue « droite » de la
planète. Autant dire qu’il vaut mieux faire sa
prière avant de s’engouffrer dans son tube, car
on s’engage alors dans un long et périlleux
voyage, qui conduit les moins expérimentés
vingt mille lieues sous la mer… C’est sur ce
spot ultra-renommé qu’a débuté, le 26 fevrier,
le coup d’envoi de la saison. Une fois n’est pas
coutume, filles et garçons disputent ensemble
cette première manche du championnat du
monde 2007, puisque le Roxy Pro et le
Quiksilver Pro Snappers Rocks ont lieu
simultanément et au même endroit. A priori,
tout est donc réuni pour que les meilleurs
riders mondiaux s’en donnent à cœur joie
et en mettent plein la vue aux spectateurs
australiens, fans de surf devant l’Éternel.
Sauf que les dieux ne sont pas de la partie.
Une sale météo due au cyclone Gamède,
occupé à ravager les îles de l’océan Indien,
mais dont les effets se font sentir jusque
sur les côtes australiennes. Les premiers
jours de la compétition en ont donc été
perturbés : un vent trop violent, des vagues
pas à la hauteur, bref, des conditions
à ne pas mettre une planche à l’eau. À moins
d’être un vrai mordu et d’avoir envie de
rentabiliser chaque seconde de son séjour
à Coolagantta, comme Jérémy Florès.
SOUS L’ŒIL DE KELLY SLATER
Le jeune Réunionnais de 18 ans est un peu
l’attraction de ce premier contest de l’année.
Et pour cause. C’est sa première compétition
WCT, le World Championship Tour, qui n’est
ouvert qu’aux 44 meilleurs surfeurs de
la planète. Et c’est surtout la première fois
qu’un surfeur de cet âge réussit à se qualifier
sur le circuit professionnel. Sur la plage
de Coolagantta, à chaque fois que le Français
entre dans l’eau pour s’entraîner, tous les
concurrents gardent un œil sur lui, même s’ils
ont l’air ailleurs. À l’image de Kelly Slater,
l’octuple champion du monde, qui regarde
fixement l’océan, sur lequel Florès fait des
merveilles. Caché derrière des lunettes
noires, impossible de voir si l’Américain
l’observe vraiment. Jusqu’à ce qu’il finisse
La première étape des championnats du monde de surf se
déroule sur la Gold Coast australienne jusqu’au 11 mars. Les
Quiksilver et Roxy Pros réunissent le gratin de la discipline.
Parmi eux deux Français : Jérémy Florès et Caroline Sarran.
À RETROUVER SUR www.myfreesport.com
ITINÉRAIRE
JÉRÉMY FLORÈS
Né le 27/04/1988 à La Réunion
1,75 m – 65 kg
Réside à La Réunion
Sponsors : Quiksilver et Evian.
2007 : plus jeune surfeur de
l’histoire à intégrer l’élite
mondiale, le Top 44.
2006 : champion du monde
WQS (World Qualifying Series).
2005 : champion d’Europe
pro-junior, 17
e
du
Quiksilver Pro France.
2000 : champion d’Europe
minime, intègre
l’équipe de France.
P
H
O
T
O
S
B
O
U
E
/
F
E
P
/
P
A
N
O
R
A
M
IC
9 MA R S 2 0 0 7
33
CAROLINE SARRAN
ITINÉRAIRE
CAROLINE SARRAN
Née le 24/12/1984
à Bayonne (64)
1,67 m – 54 kg
Vit à Anglet
Sponsor : O’Neill
Palmarès
2007 : plus jeune surfeuse
européenne de l’histoire
à intégrer le Top 17.
2006 : 7
e
du circuit WQS.
2005 : championne
d’Europe ASP.
2000 : championne
de France Open.
Championne de France
et d’Europe Espoir en 1998,
1999, 2000, 2001 et 2002.

« Cinq minutes avant d’entrer dans
l’eau, la tension est montée d’un cran.
Mais je me suis rendue compte que
j’étais finalement beaucoup moins tendue et que
j’avais beaucoup plus de pression l’an dernier sur le
WQS, le circuit qualificatif. Là, je suis une débutante,
j’ai tout à gagner. » Caroline Sarran n’a visiblement
pas été traumatisée par ses premiers pas
officiels chez les pros, effectués la semaine
dernière à Coolangatta, à l’occasion de la
première manche du championnat du monde.
La jeune Française de 22 ans respire la sérénité
et la joie de vivre. Un nouveau sponsor,
un petit ami qui l’accompagne désormais sur les
compétitions, et une grande année devant elle
pour faire ses preuves sur le circuit WCT au sein
de l’élite mondiale du surf : Caroline nage dans
le bonheur. Son objectif pour 2007 est bien sûr
de réussir à se maintenir dans le Top 17, ce
qu’aucune Européenne n’a jamais réussi jusque-
là. Sans se mettre une pression d’enfer pour
arriver à ses fins. « Je suis heureuse de pouvoir
me confronter aux meilleures et de surfer les plus
grosses vagues au monde, mais je ne suis pas plus
stressée que ça, rigole-t-elle. Si je pouvais finir
parmi dans le top ten, ce serait vraiment une belle
performance. » La surfeuse d’Anglet aimerait
également remporter une compétition
cette saison. Car si Caroline doit son accession
à l’élite du surf mondial à sa grande
régularité l’an passé, elle n’a pas encore
réussi à soulever un premier trophée.
LUDIVINE MORBIN
COOL ATTITUDE
par lâcher, admiratif : « Il est vraiment plus fort que
moi à son âge. » Dans la bouche de Slater, légende
vivante du surf, le compliment prend tout son sel.
La France, effectivement, n’a jamais eu un jeune
surfeur offrant un tel potentiel. À Coolagantta,
après sa victoire dans la première série,
arrachée face au champion du monde américain
C. J. Hobgood, et qui le propulse directement
en 1/8 de finale, les concurrents restent pantois.
Comme Kelly Slater, qui se fait éjecter de sa
planche et qui doit en passer par les repêchages…
BIENTÔT DANS LE TOP 10 ?
Tous s’accordent pour prédire un avenir radieux
au petit Frenchy et certains n’hésitent pas à dire
qu’il pourrait même s’incruster dans le top 10
d’ici peu ! C’est beaucoup de pression pour un
gamin de 18 ans… « Pas du tout, rétorque son
père, Patrick Florès, qui l’a entraîné jusqu’à
l’année passée et qui travaille désormais pour
le WCT. Sa grande force, c’est qu’il sait ce qu’il veut
et ce qu’il vaut. Sans être arrogant, il a conscience
que, dans le top 44, il ne fait pas partie des dix
plus mauvais techniquement, tactiquement et
mentalement. » Très sollicité, Jérémy est difficile
à aborder. Il évite la presse pour mieux se
concentrer, s’entraîne avec les touristes pour
mieux passer inaperçu et passe tout son temps
libre aux côtés de sa petite amie et de ses
copains. « Il n’est pas stressé, mais extrêmement
concentré. Quand il se fixe un objectif, il s’y
consacre totalement et n’aime pas être perturbé
dans sa préparation. Certains disent qu’il a la
grosse tête, mais ce n’est pas vrai, affirme encore
le papa. Ce n’est pas évident pour lui de tout gérer
à 18 ans. Il a encore des difficultés avec les
médias. » L’objectif de Jérémy est de réussir ce
qu’aucun Européen n’est jamais parvenu à faire :
se maintenir dans le Top 44. ■
LUDIVINE MORBIN, ENVOYÉE SPÉCIALE À COOLAGANTTA
Comme Jéremy Florès, Caroline Sarran fait ses grands débuts sur le circuit WCT,
sur la côte orientale australienne. Sans stress et uniquement que pour que le fun !
3 QUESTIONS À JÉRÉMY FLORÈS
Comment avez-vous préparé vos débuts
sur le circuit pro, le WCT ?
Je suis resté chez moi avec ma famille.
J’avais besoin de me ressourcer. J’ai surfé
tous les jours et essayé le plus de planches
possible pour être affûté pour le grand
tour. J’ai bossé physiquement pour prendre
un peu de poids, car la puissance et la
forme sont indispensables pour réussir
face aux meilleurs mondiaux.
Comment abordez-vous cette première
épreuve ici à Coolagantta ?
J’ai souvent surfé sur la Gold Coast.
J’y ai des amis et j’ai eu la chance de
pouvoir passer quelques années en
Australie. Je me sens plus en confiance
en débutant sur un spot que je connais.
Quels sont vos objectifs pour cette saison ?
Je n’en ai pas de spécifiques. Je vais me
laisser porter par mon surf et le laisser
s’exprimer. L’année 2007 est importante,
mais j’ai besoin de temps pour trouver mon
rythme, apprendre et m’habituer au WCT.
D
R
9 MA R S 2 0 0 7
FREESTYLE SURF 34
F
r
a
n
c
e

2
0
0
7
MALHEUREUSEMENT LES DÉCHETS NE SE RAMASSENT
PAS TOUT SEULS. PARTICIPEZ AU NETTOYAGE DES PLAGES
LES 23, 24 ET 25 MARS. 12
ÈME
ÉDITION DES INITIATIVES OCÉANES
WWW.SURFRIDER.FR AIDEZ-NOUS À GARDER LA MER PROPRE
1
2
3
4
5
6
1
CATÉGORIE ACTION, 1
er
PRIX. Championnat du monde de gymnastique au Danemark.
Max Rossi (Italie) pour Reuters.
2 CATÉGORIE ACTION, 3
e
PRIX. Match de base-ball entre les Milwaukee Brewers
et les San Francisco Giants. Jeffrey Phelps (États-Unis) pour The Associated Press.
3
CATÉGORIE ACTION, REPORTAGE, 2
e
PRIX. Portfolio réalisé
pour le Sydney Morning Herald par Craig Golding (Australie).
4 CATÉGORIE ÉVÉNEMENTS SPORTIFS, 1
er
PRIX. Guillaume Néry,
champion du monde d’apnée. Franck Seguin (France) pour Deadline Photo Press.
SPORT
36
Le World Press est à la photo ce q
Mondial est au foot : la plus extrao
des compétitions. Mais quand les
luttent par images interposées, il
simplement l’histoire du monde.
des catégories Sport et Nature.
REPORTAGES
9 MA R S 2 0 0 7
5 CATÉGORIE ÉVÉNEMENTS SPORTIFS, 3
e
PRIX. Les élèves de la Beijing Guoan Football
Club School (Chine) à l’entraînement. Lorenzo Cicconi Massi (Italie) pour Contrasto.
6 CATÉGORIE ÉVÉNEMENTS SPORTIFS, 2
e
PRIX. Meeting Arena Sprint à Rouen.
Nicolas Gouhier (France), Abaca Press pour Sports Illustrated.
37
ue le
rdinaire
reporters
composent
Palmarès
9 MA R S 2 0 0 7
1

5

6
CATÉGORIE NATURE, REPORTAGE, 3
e
PRIX. Pingouins des îles Sandwiches
(Atlantique Sud). Maria Stenzel (États-Unis) pour National Geographic Magazine.
2

3

4
CATÉGORIE NATURE, REPORTAGE, 1
er
PRIX. Léopard des mers en chasse.
Paul Nicklen (Canada) pour National Geographic Magazine.
7
CATÉGORIE NATURE, REPORTAGE, 1
er
PRIX. Serval dans le parc national de Zakouma
au Tchad. Michael Nichols (États-Unis) pour National Geographic Magazine.
1
2 3 4
5
6
7
NATURE
38 REPORTAGES
9 MA R S 2 0 0 7
39
9 MA R S 2 0 0 7
PLUS D’IMAGES SUR www.myfreesport.com
9 MA R S 2 0 0 7
D’ESSAYER
LACHIROPRATIQUE
Mondialement reconnue et déjà centenaire, la chiropratique peine à s’installer en France,
qui compte vingt fois moins de praticiens par habitant qu’aux États-Unis.
1
PREMIÈRE PROFESSION DE SANTÉ MANUELLE
Née en 1895, partenaire officielle de l’OMS (Organisation mondiale de la santé) et revendiquant
le titre envié de « première profession de santé manuelle pratiquée dans le monde » avec près
de 100 000 diplômés, la chiropratique (du grec kheir, main, et praktikos, mis en action) est « une
médecine douce, préventive et curative qui cherche à corriger les douleurs et les dysfonctionnements
du corps grâce à des ajustements de la colonne vertébrale et de certaines articulations », résume
Caroline Lambert, chiropraticienne et porte-parole de l’Association française de chiropratique.
2
LES SOUFFRANCES DU JEUNE VERTÈBRE
Tout l’art d’un(e) chiropraticien(ne) consiste à repérer le mauvais positionnement d’une ou
de plusieurs des 24 vertèbres et à corriger ce défaut pour garantir le fonctionnement optimal
du système nerveux. « Colonne vertébrale et système nerveux sont intimement liés, explique
Caroline Lambert. Un choc, une mauvaise position, une alimentation déséquilibrée, une poussée
de stress... peuvent affecter la tension musculaire et de ce fait la mobilité des vertèbres, donc
entraver la transmission de l’influx nerveux dans le corps et engendrer des troubles organiques. »
3
DES « POP », PAS DE « CRAC » !
Un chiropraticien vous parlera toujours d’« ajustements », jamais de « manipulations », synonymes
de gestes violents. Traduction : pour repositionner une vertèbre, il exerce des pressions très
douces (règle d’or : un patient ne doit pas avoir mal), très précises et très rapides sur la zone à
traiter, avec un bras de levier très court. D’où les petits « pop » que l’on entend et qui proviennent
de la libération des bulles de gaz (de l’azote) emprisonnées dans l’articulation à rectifier.
4
6 000 HEURES DE COURS À TEMPS PLEIN
Avec seulement 500 praticiens en France, contre 65 000 aux États-Unis, la
profession reste assez méconnue du public tricolore et peine à recruter de nouveaux
candidats. Logique : décrocher son doctorat professionnel exige six années d’études
à temps complet. Bon côté des choses : ce cursus hypersélectif incorpore les
sciences médicales de base (physiologie, anatomie, biochimie…), les sciences
cliniques (anatomie, dissection, diagnostic radiologique, neurologie…) et
l’expérience clinique. Bref, impossible d’apposer une plaque de chiropraticien
sur sa porte après seulement quelques week-ends de formation
et de vagues séances de « pop » sans palper le moindre patient…
5
DES BÉBÉS AUX PÉPÉS
La chiropratique s’adresse à tout le monde, des enfants aux seniors, puisque « tout le
monde a une colonne vertébrale qu’il maltraite », dit Caroline Lambert. Les principales
indications ? Les douleurs du dos (lumbagos, torticolis, hernies discales, sciatiques,
lombalgies aiguës ou chroniques…), les migraines et le trop-plein de stress, sans oublier
les vertiges, les bourdonnements d’oreille, les troubles du sommeil…
6
TIGER WOODS : « JAMAIS SANS MON CHIRO »
Que le responsable de l’unité médicale de l’AC Milan soit un « chiro » et que moult champions,
dont Tiger Woods, ne jurent que par cette médecine manuelle n’est pas un hasard. Si vous
êtes abonné à l’effort physique et si, surtout, vous pratiquez une discipline sollicitant
particulièrement le dos (jogging, muscu, tennis, volley, foot, golf…), confier régulièrement
vos vertèbres à un as de l’ajustement vous évitera tout déséquilibre qui, amplifié par l’effort
musculaire, risquerait de compromettre votre plaisir et vos performances. À RETROUVER SUR www.myfreesport.com
BIEN-ÊTRE CHIROPRATIQUE 40
9 BONNES RAISONS
C
O
R
B
IS
7
DEUX A TROIS VISITES PAR AN MINIMUM
Même si, en sédentaire endurci, vous avez oublié jusqu’au sens du mot sport, courez
voir un chiro pour retrouver une bonne dynamique vertébrale et n’oubliez pas de lui
rendre visite deux à trois fois par an minimum. « Une colonne effectue en moyenne
2 500 mouvements de rotation dans une journée, rappelle Caroline Lambert. Vulnérable
aux mauvaises postures, aux chutes, au stress, aux microtraumatismes répétés, elle se
détériore et entraîne à la longue un cortège de complications et de douleurs. »
8
UN ACCIDENT SUR 6 MILLIONS D’ACTES…
Vous craignez qu’un « pop » pas très orthodoxe vous laisse paralysé ? Pas de panique : la
colonne « accidents » de la chiro effectuée dans les règles de l’art tutoie le néant. L’amie
américaine est l’une des thérapies manuelles les plus fiables. « Le risque d’accident est
statistiquement très faible, assure Caroline Lambert. À titre d’exemple, la probabilité
d’une dissection artérielle suite à un ajustement cervical est approximativement de
1 sur 6,06 millions de consultations. D’ailleurs, la prime d’assurance de responsabilité
civile des chiropraticiens français a baissé de 30 % en 2004 ! ».
9
ENTRE 40 ET 70 EUROS LA SÉANCE
Pour trouver les coordonnées d’un chiropracteur bien sous tous rapports, deux
solutions : soit téléphoner au 0 820 888 37 77 (le serveur vocal de l’Association française
de chiropratique vous indiquera les quatre adresses les plus proches de votre domicile),
soit consulter le site de l’AFC, www.chiropratique.org. Comptez de 40 à 70 € la
consultation, non remboursée par la Sécurité sociale. Renseignez-vous auprès de votre
mutuelle, certaines remboursent partiellement les séances. À votre santé ! ■
PHILIPPE TESTARD-VAILLANT
41
9 MA R S 2 0 0 7
LE RUGBY EST UN
BON MOYEN POUR
FAIRE RESSORTIR
L’AGRESSIVITÉ
Sophie Jenner, 20 ans
L
O
U
D
E
N
IM
, B
R
IA
N
K
E
V
IN
H
O
W
B
R
O
O
K
/
C
R
A
IG
F
Y
F
E
9 MA R S 2 0 0 7
GLAMOUR 42
RUGBY GIRLS
ESSAI
CONCLUANT

Si tous les joueurs de rugby leur
ressemblaient, les mêlées seraient
beaucoup plus amusantes...
Malheureusement pour les hommes, ce sport
est souvent une question de gros piliers de
120 kg qui transpirent des aisselles. Pour les
filles, comme vous pouvez le constater, le sujet
est très différent. Chez Sport, on recherche à
Hawaï ou en Australie les talents susceptibles
d’agrémenter nos pages. Comme un écureuil
prévoyant, notre directeur artistique met de côté
des images de filles que nous ne verrons jamais.
Cette semaine, notre homme a trouvé sa
noisette un peu plus près de chez nous. L’équipe
féminine de rugby de l’Université de Londres
avait plusieurs raisons de nous plaire. Primo,
comme vous pouvez le voir, elles sont très
séduisantes, comme la brune Sophie Jenner
(20 ans), que nous avons élue comme la plus
mignonne. « Je voulais pratiquer un sport d’équipe
sans me prendre au sérieux, affirme-elle. Mon but
était d’essayer une discipline que je n’avais jamais
pratiquée auparavant. Quoi qu’il en soit, cela ne
fait pas si mal que ça et c’est un bon moyen pour
faire ressortir l’agressivité. » Deuzio, elles sont
Des filles qui jouent au rugby ? Ce n’est pas possible ! Eh bien si !
À Sport, nous avons trouvé Sophie Jenner et ses copines du club
de rugby féminin de l’Université de Londres, qui ont fait tourner
quelques têtes cette saison, même avec leurs tenues sur le dos…
d’excellentes sportives dans leur discipline,
invaincues cette saison et bien accrochées
à la première place de leur championnat.
Tertio, et c’est un argument de poids, elles
ont réalisé un calendrier nu.
UNE TOURNÉE AU SOLEIL
« Certaines personnes ne sont pas très à l’aise
quand il faut se déshabiller, j’en fais partie,
raconte Sophie, après la séance qu’elle
a dû réaliser en plein hiver sur le terrain
d’entraînement de Regent’s Park, à six heures
du matin. Nous étions persuadées qu’avec
cela, on gagnerait de l’argent pour des œuvres
de charité et pour financer une tournée au soleil.
Ce qui est sûr avec ce calendrier, c’est que les
gens ne pourront plus dire qu’il n’y a que des
lesbiennes qui jouent au rugby. » Quels que
soient les clichés qui trottent dans votre tête,
avec le temps que vous avez passé sur cette
page, vous allez désormais voir les rugbywomen
sous un nouveau jour. Et vous pourrez même
faire un petit footing à Regent’s Park quand
vous irez à Londres… ■
MARK BAILEY ET VIVIANE DE FLERS
À RETROUVER SUR www.myfreesport.com
9 MA R S 2 0 0 7
43
www.myfreesport.com
myfreesport TV
PROGRAMME DE LA SEMAINE D
VENDREDI
9 MARS

MAGAZINE
19 h 10 CANAL + SPORT « American Dream »,
avec V. Radureau
22 h 30 EUROSPORT « 22 h 30, c’est l’heure
du foot », avec Ch. Jammot

RUGBY
20 h 45 CANAL + SPORT Super 14, 6
e
j. :
Brumbies – Stormers

BASKET (DIRECT)
20 h 30 SPORT + Pro A, 24
e
j. : Le Mans – Roanne

GOLF (DIRECT)
22 h 15 SPORT + PGA Tour,
Tampa Bay Championship, 2
e
j.

COMBINE NORDIQUE (DIRECT)
15 h EUROSPORT Coupe du monde
à Lathi (Fin) : Gundersen 15 km individuel

MOTO GP (DIRECT)
12 h 30 EUROSPORT Grand Prix du Qatar
à Doha : qualifications

SKI FREESTYLE (DIRECT)
18 h 30 EUROSPORT 2 Championnats du monde
à Madonna di Campiglio (Ita) : finale bosses
OUTDOOR
Dans le massif du Beaufortain,
découvrez la Pierra-Menta,
la plus prestigieuse compétition
de ski-alpinisme au monde. L’épreuve
réunit plus de 3 000 concurrents
sur les sommets savoyards.
GLAMOUR
Égérie préférée de la marque Oxbow,
la plantureuse Stéphanie
dévoile ses atouts.
FREESTYLE
Guillaume Chastagnol, champion
du monde de snow-kite,
en démonstration sur le col du Lautaret.
Frissons garantis.
SAMEDI
10 MARS

MAGAZINE
13 h 25 W9 « Fast Club », avec S. Rotenberg
14 h 05 M6 « 100 % Foot », avec E. Denis
15 h 45 EUROSPORT « Après-ski »
18 h EUROSPORT « Eurosport Buzz »,
avec J.-P. Mothes
19 h 05 M6 « Turbo », avec D. Chapatte
22 h 55 CANAL + « Jour de foot », avec A. Ruiz

FOOTBALL (DIRECT)
16 h 45 CANAL + L1, 28
e
j. : Toulouse – Monaco
22 h CANAL + SPORT Liga, 26
e
j. :
Barcelone – Real Madrid

RUGBY
10 h 40 CANAL + SPORT Super 14, 6
e
j. :
Brumbies – Stormers
14 h 25 FRANCE 2 Tournoi des VI Nations :
Écosse – Irlande
16 h 20 FRANCE 2 Tournoi des VI Nations :
Italie – Pays de Galles
18 h 30 EUROSPORT Match amical :
Biarritz – Toulouse

MOTOCROSS FREESTYLE
14 h EXTRÊME SPORTS CHANNEL Championnat
du monde de FMX à Katowice (Pol)

BOXE (DIRECT)
20 h 55 CANAL + Championnats du monde :
Asloum – Narvaez et M’Baye – Kotelnik

GOLF (DIRECT)
8 h SPORT + Masters de Singapour, 3
e
j.

MOTO (DIRECT)
9 h 45 EUROSPORT Grand Prix du Qatar à Doha
20 h MOTORS TV 200 miles de Daytona (USA)

BIATHLON (DIRECT)
14 h 30 EUROSPORT Coupe du monde
à Holmenkollen (Nor) : poursuite messieurs

SAUT À SKI (DIRECT)
17 h EUROSPORT Coupe du monde à Lathi (Fin)

HANDBALL (DIRECT)
20 h 30 EUROSPORT D1 (M), 18
e
j. :
Nîmes – Dunkerque

SKI ALPIN (DIRECT)
11 h 30 EUROSPORT 2 Coupe du monde
à Kvitfjell (Nor) : descente messieurs
13 h 15 EUROSPORT 2 Coupe du monde
à Arber (All) : slalom géant dames

SKI FREESTYLE (DIRECT)
14 h 15 EUROSPORT 2 Championnat du monde
à Madonna di Campiglio : finales sauts
18 h 30 EUROSPORT 2 Champt du monde
à Madonna diCampiglio :
finales descente parallèle

DOCUMENTAIRE
20 h 50 CANAL + SPORT « FC Barcelone »
TENNIS
Les meilleurs tennismen mondiaux se retrouvent
sur la surface dure d’Indian Wells pour le
premier Masters Series de l’année. L’homme
à abattre sera bien sûr le n° 1 mondial, Roger
Federer. Depuis l’édition 2004, le Suisse règne
sans partage sur le tournoi. A noter cette
année le retour du Brésilien Gustavo Kuerten,
bénéficiaire d’une wild card, qui retrouvera pour
l’occasion le haut niveau mondial.
19 h SPORT + Masters series ATP
d’Indian Wells : 1/16 de finale
La 28
e
journée
de Ligue 1
en direct sur
myfreesport.com
DIMANCHE
11 MARS

MAGAZINE
9 h 45 TF1 « Auto-Moto », avec T. Sénécal
10 h 55 TF1 « Téléfoot », avec Th. Gilardi
12 h 15 M6 « Warning »
13 h 45 EUROSPORT « Après ski »
17 h 50 FRANCE 2 « Stade 2 », avec G. Holtz
20 h CANAL + SPORT « News Sport »
20 h 30 DIRECT 8 « Direct Sport »,
avec J. Lemonier et M. Cirieix
21 h 05 TPS FOOT « 100 % Girondins »
23 h CANAL + « L’équipe du dimanche »,
avec H. Mathoux

FOOTBALL (DIRECT)
13 h 25 CANAL + SPORT Championnat écossais,
30
e
j. : Celtic – Rangers
16 h 45 TPS STAR Bundesliga, 25
e
j. :
Bayern Munich – Werder Breme
17 h 50 CANAL + SPORT L1, 28
e
j. : Lens – Sedan
20 h 20 CANAL + L1, 28
e
j. : Lyon – Marseille
20 h 25 CANAL + SPORT Série A, 28
e
j. :
Inter Milan – Milan AC

HANDBALL (DIRECT)
17 h SPORT + Coupe de la Ligue (F), finale

BASKET (DIRECT)
14 h 30 TPS STAR Pro A, 24
e
j. : Orléans – Pau
20 h 45 SPORT + NBA :
Sacramento Kings – Denver Nuggets

GOLF (DIRECT)
7 h 30 SPORT + Masters de Singapour, 4
e
j.

TENNIS (DIRECT)
19 h SPORT + Masters Series ATP
d’Indian Wells : 1/16 de finale

SKI DE FOND (DIRECT)
9 h 45 EUROSPORT Coupe du monde
à Lahti (Fin) : 10 km classique dames

SKI ALPIN (DIRECT)
11 h EUROSPORT Coupe du monde
à Kvitfjell (Nor) : super-G messieurs
13 h 15 EUROSPORT Coupe du monde
à Arber (All) : slalom dames

BIATHLON (DIRECT)
12 h 30 EUROSPORT Coupe du monde
à Holmenkollen (Nor) : Mass Start dames

CYCLISME (DIRECT)
13 h 25 FRANCE 2 Pro Tour, Paris-Nice :
prologue à Issy-les-Moulineaux

AUTO (DIRECT)
16 h EUROSPORT FIA WTCC,
circuit du Brésil à Curitiba

PATINAGE DE VITESSE (DIRECT)
20 h 15 EUROSPORT Championnat du monde
à Salt Lake City (USA)
RUGBY
Avant-dernière ligne droite pour le XV de France,
qui affrontera en Angleterre une équipe mal en
point malgré le retour de leur buteur providentiel
Wilkinson. Les Anglais redouteront de subir la
même humiliation qu’en 2005, lorsque les Bleus
l’avaient emporté in extremis. Une victoire française
à Twickenham serait un grand pas vers le Grand
Chelem, avant de recevoir pour la dernière journée
les modestes Écossais au Stade de France.
15 h 50 FRANCE 2 Tournoi des VI Nations :
Angleterre – France
www.myfreesport.com
Lyon –
Marseille
en direct sur
myfreesport.com
www.myfreesport.com
V
O
T
R
E

W
E
E
K
-
E
N
D
Retour del’anticycloneceweek-end. Letempsest pluscalmeet sec
malgrélapersistancesamedi d’instabilitésur lequart Nord-Est avec
desondéesneigeusessur lesreliefsjusqu’àbassealtitude. Partout
ailleurs, tempssouvent bienensoleillémaisbeaucoupplusfrais.
Mistral et tramontaneenMéditerranéeavecdesrafalesde70à80km/
h. Dimanche, lesnuagesdevraient revenir par laBretagne. EnCorse, les
éclairciesalterneront avecquelquesaverses. Partout ailleurs, letemps
seracalmeet peunuageux. Températuresenlégèrehausse…
C
H
A
R
L
E
S
B
A
U
S
/
I
C
O
N
S
P
O
R
T
S
M
E
D
I
A
/
D
P
P
I
H
E
N
R
Y
B
R
O
W
N
E
/
A
C
T
I
O
N
I
M
A
G
E
S
/
F
L
A
S
H
P
R
E
S
S
/
D
P
P
I
9 MA R S 2 0 0 7
44 MÉMOSPORT
DU 9 AU 15 MARS
LUNDI
12 MARS

MAGAZINE
20 h EUROSPORT « Ligue 2 Mag »
20 h 45 CANAL + SPORT « Les spécialistes »,
avec C. Linette
21 h 10 LCI « On refait le match »,
avec E. Saccomano
22 h 30 EUROSPORT « Moto critiques »

RUGBY
17 h 15 SPORT + Championnat d’Angleterre,
18
e
j. : Gloucester – Leicester

SUPERCROSS
16 h 15 SPORT + World Grand Prix 125 cc
à Saint-Louis (USA)

TENNIS (DIRECT)
19 h SPORT + Masters Series ATP
d’Indian Wells : 1/16 de finale

SAUT A SKI (DIRECT)
17 h 30 EUROSPORT Coupe du monde
à Kuopio (Fin)
MARDI
13 MARS
MERCREDI
14 MARS
JEUDI
15 MARS
ZOOM SUR...
JEAN-CLAUDE BOUTTIER
Consultant sur Canal +
“On manque
de jeunes”
Comment s’annonce la grande
soirée de boxe sur Canal +
le 10 mars prochain à 20 h 55 ?
« Très belle. On assistera à deux championnats
du monde de très haute volée : Brahim
Asloum tentera de conquérir la ceinture
WBO des poids mouches de l’Argentin Omar
Narvaez et Souleymane M’Baye remettra
en jeu son titre WBA des super-légers
contre l’Ukrainien Andreas Kotelnik.
Le match de Brahim Asloum mérite-t-il
d’être diffusé en prime-time un samedi ?
Bien sûr. Il fait toujours partie des très
bons boxeurs français, malgré sa défaite
face à Lorenzo Parra, il y a un an. On lui en
a trop demandé après son titre olympique
en 2000. Il doit relancer sa carrière et,
face à Narvaez, ça ne va pas être facile.
La boxe est-elle un sport “ringard” ?
J’admets qu’on manque de bons jeunes
boxeurs en France. La boxe ne mobilise
pas un public spécifique mais la plupart
des abonnés qui aiment le foot et le rugby
suivent les combats. S’il n’est pas en haut
de l’affiche, notre sport reste populaire. »
PROPOS RECUEILLIS PAR GAUTIER LAMY
CYCLISME
Après le prologue de la veille à Issy-les-
Moulineaux, le Paris-Nice prend la route de
Limoges avant de traverser le Massif central
vers la Côte-d’Azur. Un parcours montagneux
hautement sélectif sur lequel une vingtaine
d’équipes se disputeront la victoire finale.
Pour cette 1
re
étape, les 20 équipes du peloton
arpenteront les routes d’Eure-et-Loire et de
l’Indre, entre Cloyes-sur-Loire et Buzançais.
16 h 05 FRANCE 4 Pro Tour,
Paris-Nice, 1
re
étape

MAGAZINE
7 h 30 EUROSPORT 2 « Morning News »
17 h 30 EXTRÊME SPORTS CHANNEL « Genex »,
le magazine de la glisse
20 h 10 FRANCE 3 « Tout le sport »,
avec H. Sannier

FOOTBALL (DIRECT)
20 h 45 EUROSPORT Match amical :
Manchester United – Onze UEFA

RUGBY
20 h 45 CANAL + SPORT Super 14, 6
e
j. :
Western Force – Hurricanes

TENNIS (DIRECT)
21 h 30 SPORT + Masters Series ATP
d’Indian Wells : 1/8 de finale

CYCLISME (DIRECT)
16h05 FRANCE 4 Pro Tour, Paris-Nice : 2
e
étape

BASKET (DIRECT)
19 h 30 EUROSPORT 2 Coupe ULEB,
1/2 finale aller
VOLLEY-BALL
Le Tours Volley-Ball, dernier rescapé français,
retrouve dans cette 2
e
phase de play-off de
la ligue des champions les Espagnols de
Majorque. De vieilles connaissances puisque
les deux équipes se sont déjà affrontées en
poules, Majorque l’emportant à deux reprises.
Loïc de Kergret et ses coéquipiers devront
hausser le ton pour espérer poursuivre leur
route vers le Final Four.
19 h 30 SPORT + Ligue des champions (M),
play off : Tours –- Majorque

MAGAZINE
19 h 40 CANAL + SPORT « Jour de sport »,
avec L. Rosso
20 h SPORT + « Ski report »
20 h 45 CANAL + SPORT « NBA Time »,
avec G. Eddy
23 h SPORT + « Infinidade », sports extrêmes

BASKET (DIRECT)
18 h 15 SPORT + Euroligue (M), Top 16 :
CSKA Moscou – Olympiakos

TENNIS (DIRECT)
20 h 30 SPORT + Masters Series ATP
d’Indian Wells : 1/4 de finale

FREESTYLE
16 h 15 SPORT + Freeskiing tour à La Plagne

CYCLISME (DIRECT)
16 h 05 FRANCE 4 Pro Tour, Paris-Nice : 3
e
étape
SKI ALPIN
Après le désastre des Mondiaux d’Are,
l’équipe de France de ski alpin espère tourner
la page et relever la tête en Coupe du monde.
Lors de la première descente de Garmisch, le
24 février dernier, Pierre-Emmanuel Dalcin,
récent vainqueur à Val-d’Isère, s’est classé
5
e
et Marc Bottollier-Lesquin 7
e
. Revenus
dans le tempo, les Bleus aimeraient clore
une saison mitigée par un podium.
9 h 30 EUROSPORT Coupe du monde
à Lenzerheide (All) : descente messieurs

MAGAZINE
18 h 15 EUROSPORT « Total rugby »
20 h 45 CANAL + SPORT « Jeudi soir Boxe »,
avec J.-C. Bouttier et C. Delcourt

FOOTBALL (DIRECT)
21 h EUROSPORT Coupe de l’UEFA,
1/8 de finale retour

TENNIS (DIRECT)
20 h 30 SPORT + Masters Series ATP
d’Indian Wells : 1/4 de finale

CYCLISME (DIRECT)
16 h 05 FRANCE 4 Pro Tour, Paris-Nice : 4
e
étape

SKI ALPIN (DIRECT)
12 h 30 EUROSPORT Coupe du monde
à Lenzerheide (All) : super-G dames

FORMULE 1 (DIRECT)
0 h EUROSPORT Grand Prix d’Australie
à Melbourne : essais libres
BIATHLON
Khanty-Mansiysk est la dernière étape de
la Coupe du monde de biathlon. Les Bleus,
performants lors des Mondiaux d’Antholz avec
six médailles, mettront les bouchées doubles
pour finir la saison en trombes derrière les
intouchables Ole Einar Bjorndalen et Michael
Greis. Un épilogue synonyme d’adieu pour le
champion du monde Raphaël Poirée, qui mettra
fin à sa carrière au bout de la piste russe.
13 h 45 EUROSPORT Coupe du monde
à Khanty-Mansiysk (Rus) : sprint messieurs
myfree
> Le journal du Tournoi avec les dernières infos
> Tous les matches en direct commentés
> Toutes les statistiques

DIMANCHE 11 MARS, 16 h : FRANCE – ANGLETERRE
À SUIVRE EN DIRECT SUR www.myfreesport.com
S
E
B
E
T
E
N
Z
O
/
S
P
O
R
T
F
R
A
N
C
K
F
A
U
G
E
R
E
/
D
P
P
I
P
H
I
L
I
P
P
E
M
I
L
L
E
R
E
A
U
/
D
P
P
I
R
U
B
E
N
S
P
R
I
C
H
/
P
E
N
T
A
P
H
O
T
O
/
D
P
P
I
C
U
R
U
T
C
H
E
T
/
D
P
P
I
-
S
I
P
A
C
A
N
A
L
+
9 MA R S 2 0 0 7
45 45
LES BONS PLANS
DVD
HIMALAYA EXTRÊME
L’expédition dramatique sur la
face sud du Lhotse (8 516 m), à
laquelle participaient Reinhold
Messner, Hans Kammerlander
et Christophe Profit, et qui a
coûté la vie à Jerzy Kukucska.
(Lhotse, l’année noire du serpent,
réal. Fulvio Mariani, 49’).
Filigranowa, 24 €
JEUX
LE BUT AU BOUT DES DOIGTS
Les pros du stylet ont attendu
quatre mois ce PES 6, première
version du Pro Evolution Soccer
évoluant sur Nintendo DS.
Graphismes perfectionnés encore
plus réalistes, nouvelles
animations et jeu à deux en WiFi
avec une seule cartouche.
Konami, 39,99 €
HIGH-TECH
POUR RÉSERVER VOTRE PUB 01 45 04 58 50
NAVIGUER
Premier téléphone portable GPS de Nokia,
le 6110 intègre une solution complète de
navigation, avec la carte routière de la
France ainsi que de nombreux services à
télécharger (radars, info-trafic, météo…).
S’y ajoute un lecteur musical, une radio,
un appareil photo et la fonction bluetooth,
le tout avec 11 jours d’autonomie en veille.
Nokia, 599 € (hors abonnement)
FONCER
Montre de sport par excellence, portée par
Fernando Alonso, la TAG Heuer Formula 1
existe en version montre ou chrono, avec
lunette tournante en acier, étanchéité
à 200 m, marqueurs luminescents sur
les aiguilles, glace en saphir qui ne se
raye pas et fermoir à double sécurité.
De quoi satisfaire les fous de vitesse !
Tag Heuer, à partir de 640 €
(bracelet caoutchouc)
AVANT-PREMIÈRE
Avec son écran tactile LCD de 7 pouces, le
baladeur multimédia Archos 704 WiFi sait
tout faire : surfer sur Internet, se connecter
à son e-mail, enregistrer la télé en Mpeg 4,
lire les films, photos et chansons stockés
sur PC via le réseau WiFi. Disque dur
de 40 ou 80 Go pour stocker 70 films,
800 000 photos ou 45 000 chansons.
Archos, 499 €
9 MA R S 2 0 0 7
SPORTS NUMÉRIQUES 46
RENDEZ-VOUS CHAQUE
VENDREDI !
TOUS LES SITES DE DISTRIBUTION SUR
www.myfreesport.com

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful