VASILE PARVAN

nouvelle reconstruction de la ville se servaient pour leurs réparations du matériel trouvé parmi les ruines mê-

*fl

-y-

mes. Nous avons déchiffré ce que l'on voit fig. 27: II () i Histrianorîum civitas ~\i · · · · Ijeg Aug pr. j>/r

Il s'agit donc d'un mo­ nument dédié à un empe­ reur par la ville d'Histria, sous les auspices du gou­ verneur de la Mésie InfériF »g· 27 · eure. Le matériel, le st\l<· des lettres, les proportions importantes de la plaque originale, témoignent, une fois de plus, de la grande pros­ périté d'Histria au ΙΙ-e s., à partir surtout de l'épo­ que de Trajan. 18. Autel en pierre calcaire, dont le profil supérieur et une partie du tronc manquent, haut, à l'état, actuel, de 86 cm, large de 37, épais de 32 (v. fig. 28 et 29). Ce bloc avait fait partie du parement de la tour A. Les vagues de la mer qui frappaient ici le mur de la ville avec fureur (c'est la tour du NE, la direction d'où arrivait le terrible vent scythique), ont poli la pierre et presque effacé les lettres. Monument très fruste, oeuvre paysanne, à lettres sans aucun carac­ tère, hautes de 4 — 5 cm, à ligatures capricieuses. Langue approximative, orthographe vaccillante. — Les lacunes des deux premières lignes sont les plus difficiles à suppléer. En effet, d'après les restes de lettres de la première ligne, nous avons affaire d'a­ bord à un datif du pluriel et à un et. Le datif ne nous assure qu'un tout petit fragment de la racine même du m o t : est-ce un S, pour lire MuJsis? Est-ce un H, pour lire Nympjhis? Le premier cas serait trop excep­ tionnel. La seconde hypothèse serait très convenable: nous aurions le lecture, bien familière 1 ), Nympjhis et [Silvano ; cependant la trace de lettre conservée sur la Fig. 28.
») V. p. e. CIL. III 9754 ^equum-Dalmatia) et 13187 (Delminium, ibid.); Arch.-epigr. Mitt., XVII, 88, 12: φνλή Λίγικορέων (cTJstria) τυν βωμύν ταΐς Νύμφαις άνέστηαεν. En Scythie Mineure, comme en

214 www.cimec.ro

FOUILLES D'HISTRIA

pierre (cf. fig. 28) ne semble pas avoir appartenu à un H. Quant au nombre de lettres qui manquent, la lacune admet, avant Vis du datif, trois ou quatre lettres, dont la dernière serait celle en partie visible sur le monument; de même après Yet nous pou­ vons restaurer autres trois ou quatre lettres, p . e. SÏLV, et puis, à la 2-e ligne, avant SACRVM le reste de deux let­ tres: A en ligature avec N, et O: ANO. — A la 6-e ligne nous avons la triple ligature de ΓΑ, de TV et du R : A V R : il faut donc lire comme dans l'inscrip­ tion publiée dans Histria, IV, p . 85, Aur(eli).— A la 8-e ligne, avant SATVR, nous avons cru déchiffrer sur la pierre: T I B ; nous restaurons toutefois ce nom avec un signe dubitatif. — Le nom du quaeslor, dans la 10-e ligne, est abrégé d'une manière assez exagérée: T E R . MAT; nous lisons cependant, avec les meilleures chances de certitude, Ter(entio) Mat(erno). Il est vrai que le cognomen pourrait être lu aussi Mat(uro). Nous choisis­ sons le premier comme plus fré­ M : O-itS — Jquent. — A la 9-e ligne, après Fig. 29. NIN, il y a une brisure dans la pierre: d'après la forme de l'éclat nous devons supposer qu'un O y a été gravé.— lecture IVN à la 12-e ligne est certaine. ? Nymphjis et fSilv? ? anoj sacrum^ prjo salutem IJmp. T. Aeli AntfnJnini Hadrea(ni) (sic) Aug. et Aur. Veri Caes(aris), cura âge· ntibus f?Tib.J Saturninfoj et Bizienem mag(istris) et Ter(entio) Mat(erno) storem, idibus Iun(is), Q. Statio Maxime et Avito c(onsulibus).

5

10

quae-

Dalmatie, l'eau est très rare et le culte des Nymphes très à sa place. 215 www.cimec.ro

VASILE PÂRVAN L e n o m du p r e m i e r consul est assez m a l t r a i t é : au lieu de T. et de Staliliiis. ou lui a p r ê t é le p r é n o m de Q. et le n o m de Statius. Mais la d e r n i è r e faute est assez vénielle, p a r œ qu'il n e s'agit au fond q u e de d e u x ligatures non t r a n s c r i t e s sur la pierre; ( T I L I , devenu TI). Le m o n u m e n t a d o n c été c o n s a c r é en 144 le m ê m e j o u r (13 juin) q u e les n o m ­ b r e u x a u t e l s votifs du riens Quintionis. d é c o u v e r t e sur le m ê m e t r a c é du m u r d ' e n c e i n t e d l l i s t r i a , d a n s les r u i n e s de la c o u r t i n e a 1 ) . D ' a p r è s les formules e m p l o y é e s , la d a t e de la d é d i c a t i o n , les fautes de r é d a c t i o n (Antoninus Hadreanusl), les m a g i s t r a t s c i t é s , la r é p a r t i t i o n d'égal à égal e n t r e R o m a i n s et T h r a c c s des d e u x places d e m a i r e s du vil­ l a g e , enfin d ' a p r è s l ' e n d r o i t m ê m e où le m o n u m e n t a é t é t r o u v é , il n ' y a a u c u n d o u t e q u e c e t t e ara aussi a été dédiée p a r les retentiti et cives Romani et Iiessi consistentes rieo Quintionis. Si cela est v r a i , n o t r e m o n u m e n t serait le plus a n c i e n de t o u t e la série des a u t e l s consacrés d a n s ce village c h a q u e a n n é e le 13 j u i n , c'est-à-dire en 144 (le n ô t r e ) , en 149 {Histria, V I I , 57), en 1(><) (ib., p . 64), en 175 ( p . 68), en 176 (p. 71), en 177 (p. 74). , T r è s curieuse est la p e r s i s t a n c e a v e c laquelle ces villageois r é p è t e n t d a n s t o u s leurs m o n u m e n t s d u t e m p s d ' A n t o n i n le P i e u x la d é n o m i n a t i o n f a u t i v e d e leur e m p e r e u r : en 144, en 149 e t à u n e d a t e r a p p r o c h é e , m a i s p a s i n d i q u é e 2 ) , p a r trois fois, les chefs de ce village a p p e l l e n t leur e m p e r e u r Antoninus Hadrianus, q u o i q u e le p r e m i e r pas q u ' i l s a u r a i e n t fait d a n s les rues d ' H i s t r i a les a u r a i t renseignés s u r son v r a i n o m , q u ' i l s p o u v a i e n t lire s u r d ' i n n o m b r a b l e s m o n u m e n t s p u b l i c s : cf. s e u l e m e n t p a r m i les choses dé­ c o u v e r t e s j u s q u ' à p r é s e n t : Histria, I V , n o s . 2 1 , 22 e t 2 3 ; Histria, V i l , n o . 4 7 ; l ' a r t i c l e p r é s e n t , n o s . 15 — 1 6 . — Q u a n t au n o m du p r i n c e «héritier», ils s o n t aussi très c o n s t a n t s : ils l ' a p p e l l e n t t o u t e s les trois fois Aurelius Verus Caesar, s a n s p r é n o m ( Marvus), c'est-à-dire, à la p a y s a n n e , a v e c le p r é n o m ( !) Aurelius et le n o m ( !) Verus, c o m m e leur p r o p r e s con­ c i t o y e n s : Claudius Gaius et Servilius Primigenius (Histria, V I I , p . 56), Sulpicius Nar~ cissus et Cocceius Phoebus (Histria, I V , p . 85), Tiberius Saturninus et Terentius Ma· ternus ( n o t r e m o n u m e n t ) , e t c . 3 ) . J ' a i t r a n s c r i t cura agentibus, t o u t s i m p l e m e n t , c o m m e d a n s Histria, VIT, p . 56 (le d o c u m e n t d e l ' a n 149), p a r c e q u e la g r a m m a i r e de nos i n s c r i p t i o n s n o u s a u t o r i s e et m ê m e n o u s oblige à ce p a r f a i t d é m o c r a t i s m e . R i e n de n o u v e a u d a n s n o t r e village, q u a n t à l ' a p p a r i t i o n solennelle d u collège c o m ­ p l e t des magistrati (cf. Histria, I V , p . 85) et a u x n o m s des d e u x «Romains» le magister et le quaestor. A u c o n t r a i r e l ' a u t r e magister vici, se p r é s e n t e a v e c u n n o m assez original. T o u t d ' a b o r d il est son p r o p r e fils: p a s de n o m de p è r e , c o m m e il a r r i v e d ' h a b i t u d e m ê m e ici a u village de Quintio: Durisses Bithi (Histria, V I I , p . 56), Derzenus Aulupori (Histria, I V , p . 85), e t c . E n s u i t e le n o m m ê m e : au n o m i n a t i f , Bizienis. C'est u n dérivé d u n o m besse t r è s c o n n u , Bisa, Βίζης, Βνζος*), à l'aide d u suffixe -nis, d o n t j u s t e m e n t les Besses d u vicus Q u i n t i o n i s p a r a i s s e n t a v o i r fait u n assez large u s a g e . E n effet n o u s a v o n s fait ici la c o n n a i s s a n c e en 176 d u magister Valerius Cutiunis e t en 177 celle du quaestor F r o n t o Burtsitsinis, d e u x n o u v e a u x «Romains», d o n t les n o m s Valerius et Fronto, m a l g r é leur a s p e c t r o m a i n , é t a i e n t c e p e n d a n t aussi b a r b a r e s q u e c e u x de leurs ') Pârvan. Histria, VII. p. 56, 63, 67, 72, 75. -) Pârvan, Histria. IV, p. 85. 3 ) Nous n'insistons pas sur les autres inscriptions du vicus Quintionis d'époque plus tardive: v. les citations ci-dessus dans le texte. 4 ) Tomaschok, Die altni Thrakrr, II 2, p. 15 eq.

216

www.cimec.ro

FOUILLES D'HISTRIA

pères, Cutiunia el liurtsitsinis '), vu que c'étaient des noms personnels au sens moderne du mot, et non des noms de famille, ou, éventuellement, des prénoms romains. —Le suffixe -nis n'est pas Hop fréquent en thrace, mais il est très bien connu 2 ). Notre Bizienis — à un seul nom — est un exemple de ces vieux Thraces consistentes vico Quintionis, lesquels, lorsqu'on leur offrait l'honneur d'être maires ou caissiers du village, à côté des Romaine, ne perdaient pas leur t ê t e ; dans ces premiers temps de l'organisation quasimunicipale 3 ) des villages de la Scythie Mineure, on ne pouvait pas s'attendre à voir les indigènes — aussi riches et plus nombreux que les Romains — quitter leurs an­ ciennes traditions et devenir des adeptes des coutumes nouvelles. C'est justement la grande différence entre ces paysans thraces, romanisés à peine au cours de nombreuses générations, mais, une fois devenus romains, fondant un nouveau romanisme, aussi du­ rable que celui d'Italie, — et les Graeculi d'origine syrienne ou anatolienne, très vite métamorphosés en Italiques irréductibles, t a n t qu'ils étaient pressés par leurs intérêts économiques ou sociaux, mais oubliant tout aussi vite leur passé romain et revenant aux anciennes traditions orientales. Quant aux ides de juin, grand jour de fête non seulement dans notre village, mais aussi ailleurs en Scythie Mineure, j ' a i montré en d'autres occasions 4 ), qu'à cette date l'on fêtait ici les Rosalia italiques, la fête de l'été, devenue chez les Daco-Romains du Bas-Danube le jour sacré par excellence, lorsque les morts et les vivants communiaient ensemble dans le culte de la terre-mère (Terra Mater, Cere.s, Diana Regina, etc.), — et que les citoyens des villages florissants de ces contrées élevaient des autels «à la santé» des empereurs et à la leur ( ! ) , a u x Dieux suprêmes de l'Empire, ou encore à leurs bons dieux paysans, Silvanns Sator à leur tête 5 ). 19. Fragment d'une plaque en marbre, épaisse de 10 cm, haut et large de 15 cm, trouvé dans les décombres des maisons immédiatement au N de la grande porte de la ville. Lettres de la première moitié du ΙΙ-e s., hautes de 35 mm. La seule chose que nous pouvons tirer de l'examen du texte, c'est que nous avons affaire à une inscrip­ tion grecque (v. fig. 30). ....0.... ? ajioiafa? . . ? τ]ov %[....
Fig. 30. ') J ' a i discuté cette question déjà dans mon Ilistrïa V I I , p. 72 et suiv., et je n'y reviens plus. -) En voir Histria, V I I , /. c , les exemples les plus caractéristique· et les origines du suffixe. 3 ) Notre village p . e. était, à l'époque où nous nous trouvons — vers 1 5 0 — a s s e z ancien et flo­ rissant non pas pour bâtir alors pour la première fois, mais déjà pour «réparer» (auditorio restituto) le vieux local de la mairie et le décorer d'arae, de tablât (sic) et <le sigilla (sic) grâce aux contributions également empressées des Thraces et des Romains (Histria, IV, p. 83 et suiv.). 4 ) Crestinismul Dacoroman, Bucarest, 1 9 1 1 ; Ul~ metum, 1911—1913 ; Histria, IV, 1916 ; Histria, V I I , 1923 et surtout Inneputurile vietii rom. la gurilc Dunârii, Bucarest. 1923. p. 98 et suiv. et 174 et suiv.—Voir en italien mes Primordi délia civiltà romana dans Ausonia, X , 1921 (Rome), p. 187—209. s ) Pârvan, Primordi, l. c, p. 207 sq.

217 www.cimec.ro

VASILE P A K V A N

20. Icône non achevée du Dieu Cavalier, en pierre calcaire, trouvée in situ, en­ castrée comme image (de culte?) dans le mur septentrional d'une maison, au S de la grande place d'entrée de la ville ; la plaque est haute de 75 cm, large de 50 et épaisse de 15. Très haut relief, jusqu'au profil de 6 cm. Travail rustique du Il-e s. Très large espace réservé en bas du relief pour l'inscription dédicatoire qui allait être gravée après la vente de l'icône, d'après les noms et les voeux de l'acheteur. (Fig. 31). L'on voit re­ présenté le Cavalier galopant vers la droite, l'autel au feu allumé en dessus, l'arbre au grand dragon, dont la tête, à gueule largement ouverte, se dirige vers la droite, descendant audessus d'un hermès, qui occupe l'angle extrême droit de la scène. L'autel et le dragon sont des symboles presque obligatoires dans le culte thracc du Héros Cavalier '). Au contraire l'hermès est exceptionnel 2 ). Notre monument a été très bien conservé, encastré dans un mur de l'époque by­ zantine, très probablement comme image chréti­ enne (!) de St. Michel ou de St. Georges. Quant à son emploi originaire, nous sommes d'avis qu'il a été soit l'enseigne même, soit l'un des exemplaires mis en vente, dans la boutique d'un lapi(i<iriiis,negotiator d'Histria 3 ). 21. Stèle en marbre blanc (pris à un monu­ ment antérieur) 4 ) équarrie d'une manière assez pri­ mitive, haute de 0,45, large de 0,32 épaisse d'env. 0,18 m, trouvée dans les décombres du quartier méridional de la ville, au NO de la basilique by­ zantine, comme matériel de construction d'un des Fig. 31. murs tardifs des habitations de cette région. Let­ tres assez rustiques, hautes de 12 — 1 5 mm. Le texte est complet, mais assez mal conservé; la plaque a été soumise à de rudes épreuves, qui ont par endroits presque to­ talement effacé les lettres (v. fig. 32 et 33). Nous pouvons toutefois lire presque tout. Il y a à retenir, pour la critique du texte, ce qui suit. A la 2-e ligne, malgré les trois traits verticaux au commencement, il n ' y a qu'une seule lettre à lire, un / / ; à la fin de la ligne un tout petit Ω, presque complètement disparu. En général les deux bouts de chaque ligne sont plus ou moins endommagés. Nous n'avons cependant mis entre crochets que les lettres dont nulle trace n'était plus à voir. A la 4-e ligne, avant νπατικοϋ, il y a une brisure plus grande, où l'on surprend les traces très faibles d'une lettre, et une
') V. p. e. Kalinka, o. c , nos. 335, 341 et Dobrusky, dans Izvestia Muzei, Sofia, 1907, I, p. 36 et suiv. 2 ) L'hermès est un motif décoratif presque ba­ nal dans l'art décoratif hellénistique et romain: peintures, stucs, reliefs, représentant des scènes religieuses ou pastorales, et en général des paysages, l'emploient fréquemment. Il est très probable que notre relief, oeuvre d'un artisan citadin qui voyait ce motif chaque jour autour de lui, représente justement la contamination des symboles sacrés traditionnels du Héros Cavalier, avec les scènes de genre de l'art décoratif contemporain. 3 ) Ou bien negotiator artis lapidariac: cf. P â r v a n , Nationalitiit der Kaufleute, p . 60 (Germania). 4 ) A ce qu'il semble, la moitié d'un fût de co­ lonne.

218 www.cimec.ro

FOUILLES D'HISTRIA

autre brisure plus petite, où nous ne pourrions pas affirmer avoir déchiffré les traces d'un A, pour pouvoir compléter les sigles A li: à(no) β(ενεψικιαρίον ) . A la fin de la 5-e ligne nous avons un T. Quant à la forme de l'aoriste, 3-e pers. du pi., les traces encore conservées indi­ quent la lecture ΕΓ/ΚΛ/Ν comme plus pro­ bable que ΕΓ[ΚΟ]Ν. Les lignes 6 et 7 sont plus courtes que les autres vers la fin, par suite d'une lacune dans la pierre. A la 10-e ligne les lettres de la fin, ΠΟΝΤΑΡ, sont parfaitement lisibles. A la 15-e ligne nous déchiffrons aisément avant ύπατΐΧθϋ le sigle pour β(ενεφικιάριος), ce qui nous met sur la voie juste pour compléter aussi à la 4-e ligne le même sigle. Le commen­ cement et la fin de la 17-e ligne ne permettent que les restaurations proposées ci-dessous:

ίίΠϋΕΡΪΐαΥΛΙΟΥΣΒ*' £"1?ΗΛΕ0ΥΚΜ . EBcSb

^ΙΟΥΛΠ Art^lûQWn»RB™ ,Ί ΠΟΑΟΧΟ^Π ΥΟΙΟ'Γ·/ΟΓ 1 lAPnOI/«)RfcÎAftPOY ■ \
\^ ΛI£T PAfOT -^ΟΛΚΟΔ9Ρθ Λ | v

ΥΛ 8A7l,!oIfr. > f l W Ι«οΥ i # ' pHMC'-mAl-r'IMA.MOl
Λ

MM ON ÎÎJoSàH^I OKP/\]o J φΐ ρ-Μ ο Δ* ο rv ΥΤΪ°2- ûîo(vYY'/y ™

10

15

Τνχηι άγαϋηι. Ήλίωΐ Μίϋρα άνεικήτω. 1 7·Λτΐ ιέ[ρ]εο) Ίυν/.ίον Σεονήρο[ν ] [β (ενεψικιαρίον ) ] νπατικοϋ, υϊοε συνεισήνεγ[κα]ν εΐς τ[ψ·/ [οβκοόομίαν τοϋ ίεροϋ οπηλέου καί [ϋεο}οέβειαν, νπη[ρ]ετυν[ντ]οζ τιατρόζ [ε]νσεβυνζ M[εν]ίοκου Νονμηνί[ον]' [M.J Ονλτι. 'Αρτεμίάωρος ποντάρ[χης] [*1/ππόλοχος Πυ&ίωνος [Κ]άρττοζ Ά[π]ολλοδώρον [Κ](άλίστρατος 'Απολλοάώρου [Α]ϊλ. Αιονύσιος Δΐ]μοκράτου[ς] [Ί]θύ%. Βάοοος β (ενεϊρικιάριος) νπατικοϋ [A ύ /ρήλιος Αΐμάιανός [Αϊ]λ. Φίρμος, Διονύοιος Αιοννσοό[ώρον]'.

Fig 33.
χ

Document très important sur le culte de Mithra à Histria. Quelque part dans la ville existait donc un « spélée », grotte artificielle, bâtie par les fidèles du dieu iranien 1 ). C'est
Franz Cumont, Textes et monuments figurés rela-

) Nous renvoyons pour les détails à l'oeuvre de

219 www.cimec.ro

Y λ SI I I , l'A K VAN

toujours l'élément militaire et romain qui apparaît ici aussi, comme porteur de la nouvelle croyance. Histria possédait naturellement une statio de benejiciarii (cousuloris Moesiae Inferioris), choisis parmi les principales de ce rang, dans les légions de INovae, Durostorum ou Troesmis λ). Les chefs de cette station de la poste impériale appa­ raissent dans la nouvelle inscription soit comme hqtïç, soit comme ενεργέται du col­ lège culluel. Quant aux autres fidèles, nous voyons cité à leur tête le pontarque même des villes grecques du Pont Thrace: ce chef du culte de Rome et des Empereurs dans le KOIVÔV politique était assez souvent un hislrien, quoique la résidence de la Pontarchie fût à Tomi 2 ). Il est dans notre cas un citoyen romain dont la famille avait reçu le droit de cité romain de l'empereur Trajan, probablement à l'oc­ casion des grandes réformes de l'an 100, lorsque le gouverneur Laberius Maximus en personne avait octroyé — au nom de l'Empereur — une nouvelle «magna charla» des droits et des privilèges de la «ville libre» d'Histria 8 ). Les autres membres du collège mithriaque sont soit des Romains comme Aurelius Aemilianus ou Aelius Firmtis, soit des Gréco-Romains comme ΑΌ.ιος Αιοννοιυς Αη/ιοκράτους, ou le pontarque Artemidorus, soit des Grecs. Parmi ces derniers avait été choisi le pater du collège 4 ), Fis:. 34. Μενίσκος Νονμηνίον, lequel n'était pas un prêtre — au sens propre du mot — m a i s plutôt l'administrateur du collège, comme dans les thiases d'autres dieux aussi: du Héros thrace 5 ), d'Isis "), de Silvanus 7 ). La datation d'après le prêtre du collège mithriaque n'est pas inconnue. Carnuntum, le grand centre militaire du culte de Mithras, nous offre — à ce qu'il paraît — un autre exemple: Mal... sac(erdote) it(erum) 8 ). Parfois le sacerdos et le pater ne font qu'une seule personne, comme à Virunum, l'autre grand centre mithriaque de l'Empire 9 ). L'on emploie d'habitude le mot templum, teQOv, pour désigner le sanctuaire du Dieu. Cependant nous connaissons aussi dans nos régions danubiennes le terme carac­ téristique de .spe/aei/m, employé dans une inscription dédicatoirc: Invicto Milhrae spelaeum cum onine impensa Hermès... fecit 10 ).
tifs aux mystères de Mithra. Bruxelles, J 896 —1899, 2 vol. gr. in 4°. *) Voir les documents que j ' a i publié dans Histria, IV, p. 136 sqq. et Histria, V I I , p . 52. 2 ) Voir p. les détails et la bibliographie, mon Histria, IV, p . 92 sqq. 3 ) P â r v a n , Histria, IV, p. 31 sqq. 4 ) V. aussi CIL. I I I 3479, 11152, etc. et Cumont,
0. C,

6) CIL. III 8147 (Sinpidiiiium). e ) CIL. III 882 (Potaiesa).
') CIL. I I I 633, IV 3 (Pbilippi); cf. aussi l'in­ scription de Poetovio pour les patres du eollegium luventutis (CIL. I I I 4045). ») CIL. I I I 4417. ») CIL. I I I 4800, de l'année 239.

10

) CIL. III 13283 (Senia, Dalmatie).

S.

V.

220 www.cimec.ro

FOI ILLES D'HISTRIA V e r s le milieu du I I - c s. a p r . J . - C h r . le c u l t e de M i t h r a s est t r è s familier d a n s les villes e1 d a n s les c a m p e de la S c y t h i e M i n e u r e , m a i s p o i n t encore d a n s les villages des colons civils et des T h r a c e s q u i se r o m a n i s e n t . A p r è s 200 les j e u n e s r e c r u e s , les v é t é r a n s e t les p e t i t s n é g o c i a n t s et a r t i s a n s — c i r c u l a n t à la c a m p a g n e — intensifient l'oeuvre d e p r o ­ p a g a n d e p a r l ' e x e m p l e de leur p r o p r e c r o y a n c e . L a S c y t h i e Mineure est a u 111-e s. aussi i n t e n s é m e n t i r a n i e n n e ') et s y r i e n n e 2 ) d a n s sa religion, q u e l ' é t a i t la Dacie de T r a j a n . 2 2 . Moitié du côté d r o i t d ' u n g r a n d bloc en pierre calcaire — h a u t e t large d ' e n v . c. 80 c m , épais de 0,45 c m — e n c a s t r é d a n s le p a r e m e n t de la c o u r t i n e /, à Γ Ε de la V-e p o r t e de la ville. La face s c u l p t é e est assez e n d o m m a g é e (v. fig. 34). D a n s le t r i ­ angle de la tabula ansata q u i d é c o r a i t le bloc, c o n t e n a n t l ' é p i g r a p h e , on n e recon­ n a î t plue q u ' a v e c difficulté mut ê t e d e m é d u s e , ailée (v. fig. 35),

comme sur le sarcophage analogue àeDurostorum, publié par Kalinka,
o. c , p . 280 et fig. 112. Ce motif, s a n s les ailes, est d'ailleurs c o n n u aussi à ri br il lus a ) . Il semble q u e cet

ornemenl apotropaïque, assez cou­ rant sur les monuments funéraires, j
é t a i t e m p l o y é bien s o u v e n t en Scyt hic M i n e u r e 4 ) . C'est p o u r q u o i n o u s n ' i n s i s t o n s plus sur ce d é t a i l . L ' i n ­ scription g r a v é e d a n s le c h a m p de la tabula ansata est m u t i l é e : il en m a n q u e à peu près la m o i t i é . Ce­ p e n d a n t elle p e u t ê t r e r e s t a u r é e p r e s q u e e n t i è r e m e n t . L e t t r e s assez soignées du ΙΙ-e siècle, h a u t e s de 35 — 37 m m . [D(is)jM(anibus). I? L. Aclin?/ Severino [trieraJrcho cl(assis) Fl(aviae) IMoes(icae) qu/i vixit an· 5 [nos.../, Claudia Sa[? bina cjoniux me-

I mariant cjum sarco(phago)
/mûriflo bene me· frentij et sibi fe-

10 [citj.
Fig. 35. ) V. mes Primordi dans Ausonia, X, Home, 1921 p. 206. *) Ibidem et Durostorum dans Mvista di Filologia, LU, Torino, 1924, p. 325. 3 ) Kalinka, o. c, p. 223 et fig. 7».
1

) Nous ne pensons pour le moment qu'aux mo­ numents funéraires. Car par ailleurs le motif se re­ trouve p. e. en profusion aussi sur le trophée du Mo­ nument d'Adamclissi: v. chez Tocilescu, Fouilles et recherches, Bucarest, 1900, p. 19 suiv. et fig. 7 et suiv.

4

221

www.cimec.ro

VASFLK 1»AKVA\

La 2-e ligne a été complétée exempli gratiu. A la 3-e ligne nous avons préféré /triera/rcho à [navajrcho, d'après les autres cas survenant dans l'épigraphie des flottes de guerre danubiennes: dans la classis Flavia Moesica, p. e. à Chersonesus Taurica, où, de même qu'à Histria, nous rencontrons un trierarchus de cette flotte, en activité de ser­ vice * ) , — et dans la classis Flavia Pannonica, p. e. à Bassiana 2 ), à Poetovio 3 ), à Brigetio 4 ) ou à Aquincum 8 ). — A la 6-e ligne il est beaucoup plus probable de sup­ poser un nom plus bref, comme Sa/bina/, au lieu d'un nom trop long comme Sa/tarninaj: ce sont les deux cognomina classiques des inscriptions de l'Illvrique, et. le premier a dû être, très probablement, gravé aussi sur notre monument. Cependant nous avons maintenu le point d'interrogation, pour faire la part due au hasard: rien n'empêche que ce fût: Safturia/, Sa/batiaJ, Sa/cretia], Sa-

[lonia], SafhiaJ, Safpricia /, Safrapia],
Sa/tria/* Sa/tara/, etc. — Les lignes 7—10 sont sûres. Pour la manière de s'exprimer, memoriam cum sarcophago... fecit, cf. d'un côté memoriam sibi fecil e) ou memoriam et statuas posait7), et de l'autre monnmentnm cum sarcophago fecil 8 ). 23. Grande stèle funéraire en pierre cal­ caire, brisée en trois morceaux, pour être employée avec le plus de profit dans le pa­ rement du côté septentrional de la tour G d'Histria. La partie supérieure, avec le tri­ angle du fronton et les deux aerotères laté­ raux, est perdue. Quant aux deux autres morceaux, ils constituent un bloc de 1,46 de haut, 0,85 de large et 0,29 d'épais, coupé au milieu d'une manière tellement barbare, Fig. 36. qu'on a détruit presque totalement deux lignes de l'inscription (fig. 36). Lettres bien soignées, encore du ΙΙ-e s., hautes de 50 — 55 mm. Le relief au-dessus de l'inscription représente l'habituel banquet funèbre: deux hommes sur la κλίνη, leurs couronnes de fête dans la main droite, une femme sur le trône à haut dossier, un puer servant auprès de la table ronde à trois pieds ; le cadre du champ sculpté et gravé est rempli du motif ornemental de la vigne à larges feuilles et à raisins «pis de chèvre», très fréquents sur les monuments funéraires des régions da­ nubiennes.
>) ) 3 ) «)
2

CIL. CIL. CIL. CIL.

III III III III

1421434. 322? et p. 22' 4025. 4319.

*) ·) 7 ) «)

CIL III. CIL. III CIL. III CIL. III

10343. 1891, de Narona. 6147, de Nicopolis ad Istruni. 6077, d'Ephèse.

www.cimec.ro

222

FOUILLES D'HISTRIA

Après le nom du père, dans la 2-e et la 3-e lignes, nous pourrions supposer qu'on ait mis ses titres ou son métier, ou son origine ; toutes les hypothèses sont possibles. La forme sapulchrum, au lieu de sepulcrum, est assez intéressante pour le latin populaire de nos régions; le c aspiré est fréquent justement dans notre vocable (v. CIL. I I I , p . 2571 et 2604) ; au contraire Va au lieu de Ve est assez rare: il n'est vraiment usuel que dans le

latines, quand on conserve si fidèleFig. 37. ment son esprit indigène: il s'agit très probablement d'une famille thrace: des Gètes, des Besses ou des Laïens (v. ci-dessous les inscr. nos. 41 et 43) du territoire rural d'Histria, gagnés pour le romanisme par leurs convicani, les cives Romani et les veterani, avec lesquels ils partageaient les champs fertiles de la Scythie Mineure. Très curieux est le détail suivant. La moitié supérieure de notre bloc, mise dans le parement la face écrite en haut, porte sur sa face étroite latérale, du côté droit, Vacclamatio HAVE, qui était visible déjà en 1915 et a été publiée par nous dans Histria, IV, p. 153. A cette époque-là nous n'avions pas encore fait le sondage néces­ saire pour rechercher l'aspect des autres faces de notre bloc. Maintenant, que la chose est faite, nous pouvons ajouter aussi l'explication définitive de Vacclamatio citée. Cornélius «le père» paraît avoir voulu créer à son fils Victor une ambiance très sympathique aussi parmi les générations à venir, en le présentant comme un jeune homme très amical, qui déjà de loin salue les passants, non seulement par la façade prin­ cipale, mais aussi par le côté étroit et non travaillé de son monument (v. fig. 37). 24. Bel autel funéraire en pierre calcaire, brisé intentionnellement en deux moitiés et ensuite calciné et brisé encore par le feu qui a détruit la ville, dans le mur de laquelle

www.cimec.ro

223

VASIU; ΐ'λΐιν \ \

(courtine h, près de la tour G) il avait été employé, en deux blocs de parement. Haut de 1,47, large de 0,68 (0.735) et épais de 0,65 (0.67). Toutes les quatre faces de l'autel sont sculptées: en face l'inscription (v. fig. 38 et 39), des trois autres côtés de grandes couronnes en re­ lief, chacune stylisée d'une manière différente (fig. 40 —42). Belles Ici très du Il-e s., hautes de 50 — 5 5 mm. Malgré la grande lacune du milieu, provoquée par la coupure de l'autel en deux blocs, ce qui a dé! mit deux lignes de l'inscription, l'épigraphe peut être complètement restaurée, grâce aux restes de lettres encore lisibles dans les deux lignes mutilées: l)(is) M (an Unis. Ulp(ius) Latinus ex

sig(nifero)

5

vet(eranus) leg(ionis) V Mac(edonicae) rixii annis LX. Aufidia Avita, coiux dus, hères
Ipianissimo, beneJ fmjerenti positif, de suo.

D'après son aspect si soigné le monument est en tout cas du ΤΙ-e s. Est-ce de l'épo- | que où la V-e lé- | gion était encore I en Mésie, c'est-àdire antérieure­ ment à Marc-Aurèle? Car il est ^ Fig. 38. bien plus facile à ■$ comprendre que l'ancien signifer de la legio V Macedonica ait choisi comme lieu de retraite pour ses | vieux jours la ville d'Histria, si nous supposons qu'il I avait fait son service à Troesmis en Scythie Mineure, . et non à Potaissa en Dacie septentrionale. Cependant rien n'empêche que l'inscription appartienne juste à | l'époque de transition *), où la légion se trouvait déjà | en Dacie, mais les terribles guerres de l'Empire contre I
I ') J ' a i parlé ailleurs (Stiri noua din Dacia Malvensis, Buca- | rest, Académie Roumaine, 1913, p . 45) sur cette question, me i alliant a l'opinion de Premerstein (Wiener Eranos, 1909, p. 268) comme quoi déjà vers 166 la V-e légion était en garnison à Potaissa.

o6t

Vtpi-ATINVSEXSIcVET^LEGVMAO VIXITANNIS^LX<5

AVFIDIAMVITA
j^yioTr-

'«SrfENTIPOSVr ■^DESVO^l

^ oui

.

y jrj5 —

i

Fig. 39.

224
www.cimec.ro

FOUILLES D'HISTRIA

les Suèbes et les autres barbares du N semblaient ne plus finir; il n'est que trop naturel que notre vétéran ait préféré de rentrer en Scythie Mineure, où il avait, un quart de siècle auparavant, commencé son service militaire, et où la situation était parfaitement consolidée, plutôt que d'accepter un lot de colon en Dacie, où les invasions des Germains, des Sarmates et des Daces libres se succédaient à l'infini.

25. Stèle funéraire en pierre calcaire ayant servi de pierre de parement à l'angle septentrional de la tour F d'Histria, haute de 1,58 m., large de 0,735 et épaisse de 0,30, brisée par calcination en deux grands morceaux et en plusieurs petits éclats. Décora­ tion très chargée sur la partie supérieure (v. fig. 44), mais complètement dépourvue de toute représentation anthropomorphe. L'inscription est très mal conservée: le deuxième nom du défunt ne peut être restitué qu'avec beaucoup de peine. Lettres assez régu­ lières, à ce qu'il semble, de l'âge des Sévères, hautes de 25 — 35 mm (v. fig. 43). La stèle a été achetée, toute prête à recevoir l'épigraphe, chez un negotiator lapidarius *), dont la clientèle était plutôt romaine que grecque, car il avait déjà gravé, pour réduire au minimum la besogne du scriplor, la formule de consécration latine: D(is) M(anibus), ce que l'acheteur, qui parlait et écrivait le grec, n'a plus changé.
') V. p. e. les dix autels votifs, «nur roh behauen» trouvés dans la boutique d'un negotiator lapidarius de DionysopoJie, chez Kalinka, Ant. Denkm. in Bulg., no. 231.

225 www.cimec.ro
15 Dacia II 1925

VASILE PARVAN
w

.

; 3

j _

1

I

p

!i . /îïw.

«-■feHCAC6.TW>€'"TW ΤΙβΑΥΡ-MAPKOC /\ lioOCM\E1AlXAP!i-M
i l XAIPGITAPQ^ELITAI

[•ÉÉË
U-^
Fip. 43.

D(is) M(anibus) Ένϋάόε κεϊται Άπολλινάρις A ολιχην[άρ ?]ις ζήοας ετη λε', τψ' οτήλην άνέϋιγκε(ν ) Ανρ(ήλως) Μάρκος δ άδελφός μνείας χάριν. Χαϊρε παροδεϊτα. www.cimec.ro

226

loi IIJKS irmsTRiA
Rien d'exceptionnel dans cette inscription, sauf le nom Δολιχην[άρ?]ις. L'époque à laquelle notre document appartient, est caractéristique pour la fréquence des noms à aspect théologique. Les dieux à cultes mystiques sont pris pour patrons par d'innom­ brables croyants, qui donnent à leur descendants les noms de ces dieux pré­ férés. Or le culte de Jupiter de Doliché est très répandu aux II — I l l - e s. en Scythie Mineure et en général sur le Bas-Danube ] ) , par suite de la présence d'un grand nombre de Syriens, soit com­ me soldats dans les corps auxiliaires, soit comme négociants. Quant à la forme même du nom, Δολιχην [άρ? ]ις, le texte de notre in­ scription étant très effacé, justement à cette place, nous avons cru de notre devoir de mettre le point d'interroga­ tion à propos des deux lettres comprises entre les crochets. Toutefois nous de-

Fïg. 44

Fig. 45.

vons ajouter que la lecture Δολιχην[άρ]ις est très probable: en effet nous croyons pouvoir lire VA en ligature avec Λ' (entre les deux premières barres), tandis que le P paraît s'im) P â r v a n , Vurostorum, dans Hivista di Filologia, L U , Torino, 1924, p . 323—326, avec le» textes et
l

la bibliographie.

227
www.cimec.ro
15·

VASILE PAR VAN

poser par la présence des restes d'une barre verticale tout de suite après le N.— Si nos yeux ne nous trompent pas, la forme que le nouvel appellatif aurait prise, aurait été calquée d'après celle, très commune, du nom semblable, *Απολλινάρΐς. 26. Stèle en pierre calcaire, haute de 1,28 m, large de 0,89, épaisse de 0,37, encastrée dans le parement de la courtine /, à ΓΟ de la V-e porte de la ville. La partie supérieure de la stèle est décorée de la scène habituelle du repas funèbre. La partie inférieure est brisée, de manière que le texte de l'inscription n'est pas entièrement conservé. Lettres soignées de la fin d u l l - e ou du commencement du I l l - e s., hautes de 35 — 45 mm (v. fig. 45 et 46). Nous lisons: D(is) M(anibus). Aur(elio) Ercula· no Seuti, Aur(elia) Dus''a Seuti coiux et Aur(elius) Cocceius, er(es), et Aur(elius) Genialis, er(es), et Aur(elius) Claudius, er(es), et Aur(elius) Vindix, er(es), fili et eredes, bene mferenti patri posueruntj.

5

10

Fig. 46.

Cette famille ne nous est pas tout-à-fait inconnue à Histria. En effet une inscription trouvée déjà en 1915, à la même place (pare­ ment de la courtine /), contenant seulement la fin d'une épitaphe 1 ), fait l'impression d'être non seulement apparentée, mais la directe continuation de notre épitaphe, dont juste­ ment la fin m a n q u e : [Cocceius et Genialis et] Claudius et Vindix, fili Erculani et eredes, mutri pientis(s)im(a)e, vivo, titulum posuerunt, bene meritfaje, memoriae causfaje. ave viator et vale.

Cependant les deux inscriptions sont différentes. La vraie restauration de l'inscrip­ tion de 1915, que nous ne pouvions pas offrir dans notre Histria, IV, parce que nous ne
') En voir le commentaire détaillé dans notre Histria, IV, p. 148

»« q

228 www.cimec.ro

FOUILLES D'HISTRIA

savions encore rien des relations de famille entre tous ces personnages, que la nouvelle inscription d'Histria nous révèle, peut être maintenant donnée. Déjà en 1896 Tocilcscu publiait dans les Arch.-epigr. Mitt., X I X , p. 92 (et le Corpus, I I I , enregistrait sous no. 14214 25) la partie supérieure d'une stèle funéraire 1 ) avec les premières lignes de notre inscription de 1915: D(is) M(anibus). Claudia Dusia vifxit an(nis) . . ./. E t la continuation immédiate 2) en est l'inscription de 1915. Cette inscription, connue ainsi en deux reprises, est maintenant éclaircie d'une manière inattendue par la nouvelle épitaphe. Claudius, Vindix et leur père Erculanus sont des Thraces, très fraîchement romanisés. Ils sont les petit-fils de Seutus (sic) et ( ?) d'Aurelia Dusia, sa femme. La mère de Claudius et de Vindix, Claudia Dusia, est ellemême une indigène. Il est très probable que les deux Dusiae — la «grand'mère» et la mère — sont aussi des Thraces, leur nom devant être mis en relation avec la racine thrace dysi, dyzi, disa, diza*). A l'aide des trois inscriptions nous pouvons donc établir cette généalogie: (I-ère femme?)—Seutus—Aurélia Dusia (II-c femme?) Aurelius Erculanus—Claudia Dusia Vindix

Aurvlius Cocceius Aurelius Genialis Aurelius Claudius Aurelius

Notre nouvelle inscription est intéressante à plusieurs points de v u e ; nous relè­ verons en premier lieu le côté juridique du document. L'épouse du père du défunt contribue à côté de ses «grand'fils» à ériger le monument funéraire à Erculanus, mais elle ne nous dit pas qu'elle fût sa mère et elle n'est pas son héritière; c'est pourquoi le document répète après chaque nom des quatre fils, la qualité d'«ercs». L'épouse du défunt, Claudia Dusia, est absente de la stèle de son époux. Il semble qu'elle aussi était morte presque en même temps que son époux de sorte que les quatre orphelins du­ rent élever une autre stèle pour leur mère, justement comme fili Erculani et eredes. Ils sont mineurs. Il semble que leur «grand'mère» était leur tuteur: en tout cas elle expose sur la pierre même ses droits sur les mineurs: Aurelio Erculano Seuti, Aurélia
1 ) Trouvée à Kassapkeuy, où Tocilescu croyait devoir localiser Histria même, tandis qu'en réalité il n'y a là-bas q u ' u n village du territoire rural d'Histria. 2 ) C'est-à-dire, très probablement, avec les noms des deux frères, Cocceius et Genialis, qui manquent sur l'épitapbe de 1915, à compléter immédiate­ m e n t a v a n t Claudius et Vindix; en effet, nous

avons déjà remarqué que chaque brisure intentionnée des monuments d'Histria, employés d a n s les murs de la ville, détruisait deux lignes de l'épigraphe. 3 ) Voir Tomaschek, o. c , I I 2, p . 32 sq. Pour le vocalisme u > y > i , cf. p. e. le nom Buzes, Byzes, Bizes, que Tomaschek, p . 15—17, essaye d'expli­ quer — de manière erronée — par des étymologies différentes.

229 www.cimec.ro

VASILE PARVAN

Dusia Seuti coiux: elle est l'épouse légitime du père du défunt; mais elle n'a pas Pair d'être aussi la mère du défunt. Probablement le défunt avait été le fils de Seutus d'une autre femme. En tout cas c'est la «grand"marâIre» qui paraît avoir eu soin des quatre enfants d'Aurelius Erculanus et de Claudia Dusia. En ce qui concerne le nom du grand'père, le Thrace Seutus, nous avons préféré de rétablir cette forme latine, dont le génitif est tout naturellement Seuti, au lieu de la forme thrace Seutes, le génitif de laquelle ne serait Seuti, que dans l'hypothèse qu'il aurait eu en thrace — plus ou moins — le même traitement grammatical que Posses, dont le génitif thrace est Possei *), ou Dateizes, dont le génitif est Dateizei '*), c'est-à-dire pas tout-à-fait la même chose. En effet les Thraces du territoire rural d'Hist ria latinisent leurs noms presque couramment: Mucatralus et Dolus au lieu de Mucatralis et Doles :i), Britius au lieu de Brinis 4 ), Mucatrio, -nis au lieu de Muratra et Seuto, -onis, au lieu de Seuthes r>), etc.—Nous devons encore ajouter que l'on pourrait penser, à propos du génitif Seuti, aussi à une forme de nominatif Seutius, dont plusieurs exemples nous sont connus de l'O italo-pannonien 6 ). Pour le procès de la romanisation des Thraces du Bas-Danube notre nouvelle in­ scription, corroborée par les deux autres fragments, devient un document de toute pre­ mière valeur. 27. Fragment d'un monument funéraire en pierre calcaire (base, épistyle ou sarco­ phage) à tabula ansata, haut de 0,245 m. Lettres assez soignées de la fin du ΙΙ-e s., hautes de 36—40 mm (v. fig. 47). Trouvé dans les décombres de la région méridionale de la ville, près de la basilique byzantine. Ce qui est con­ servé de l'épitaphe ne permet aucune restitution plus importante:

fjlio]
fpjientfissimo Crispof posufit. vixit XVIII f annis

5

Les noms Crispas, Crisj)inus, Crispa, Crispina, Fig. 47. sont assez fréquents dans nos régions. 28. Fragment de la partie supérieure d'une stèle funéraire en pierre calcaire, haut de 1,04 m, large de 0,86, épais de 0,25, trouvé dans le parement de la courtine k, tout près de la tour I, la face sculptée en haut. Travail très naïf d'un lapidarius assez malhabile. Contamination intéressante des deux scènes symboliques, généralement rencontrées sur les pierres tombales de la Mésie Inférieure : «le héros cavalier» et «le banquet funèbre». On voit à gauche le «héros» che­ vauchant vers la droite ; un puer lui offre la couronne. A droite on distingue (la stèle a été martelée) une femme sur le trône. Au fond, sur la κλίνη, trois personnages.
) Pârvan, Ulmetum, I, 1912, p. 65 sq. ) Pârvan, Histria, VII, p. 46. 3 ) lbid., p. 68 sq.
2 1

6

*) lbid,, p. 66. ) Pârvan, Histria, IV, p. 154 sq. «) lbid., p. 155.

230 www.cimec.ro

FOUTIJ.ES D'HrSTRIA

L'épigraphe est perdue, sauf les deux premières lignes, à lettres hautes de 40 — 50 mm (v. fig. 48). D(is) M(anibus) Val(eri) Iustini. Iusti[nus, ou -na . . . . fecitj. Ce qui est intéressant au point de vue du faste de ces monuments provinciaux, c'est que notre stèle était, en plus, pourvue à sa partie supérieure d'une cavité où venait se fixer par une proéminence, une faîte, très pro­ bablement en forme de grand fronton à acrotères. Les voies romaines qui débouchaient d'Histria ont dû être ornées entre 100 et 238 apr. J.-Chr. d'innombrables monuments funéraires, qui, tous, après le sac de l'an 238, ont été démolis et transportés dans la ville pour servir à la réparation de l'enceinte détruite par les Carpes et les Goths.

•N^^^i.v.SU-J·-

Fig. 48.

ΣΥΜΒΟΛΛΜΕΝΤΕΧΝΗΣΕΣΟΡΑΖΤΟΔΕ ΟΥΝΟΜΑΓΕΤΤΟΣ& ΓΕΙΝΛΤΟΔΕΙΑΚΟΡΙΝΘΟΣΕΤΩΝΔΕΚΑ ΔΑΙΔΕΒΙΩΣΑΙ *a ΕΠΤΑφΐΛΗΣΑΑΟΧΟΥΕΝΙΧΕΙΛΕΠΚΑΛ

29. Partie supérieure d'un autel funéraire en pierre calcaire, large de 0,95 (0,82) et épais de 0,55 m, conservé jusqu'à une hauteur de 1,10 m (fig. 49 et 50 ). Trouvé dans le parement de la courtine r, la face écrite en bas, dans la rangée supérieure des blocs, vers le milieu du front de la courtine. Très endommagé en haut, comme en bas. Belle épigraphe, en vers, du ΙΙ-e s.,finement gravée et ensuite peinte au minium, dont les traces se sont conservées jusqu'à nos jours. Par malheur nous ne possédons plus que les trois premiers hexamètres de l'épitaphe : Σύμβολα μεν τέχνης εσοοάς, τό δε οννομα Σέξτος. Γείνατο δεία Κόρινΰος, ετών δεκάδας δέ βιώσας 'Επτά, φίλης άλόγου ενΐ χείλεοι κάλλιπον ήτορ. Sextus nous dit qu'il a fait sculpter sur autel funéraire les symboles de son

Fig. 49.

son

231 www.cimec.ro

VASILE PARVAN m é t i e r : p r o b a b l e m e n t u n n a v i r e , c o m m e sur un a u t r e a u t e l funéraire d ' H i e t r i a , décou­ v e r t c e t t e a n n é e m ê m e et encore i n é d i t , — mais une a u t r e e m b l è m e aussi est possible. C o m m e t a n t d ' a u t r e s Grecs d u Midi, d o n t les é p i t a p h e s en v e r s ont été t r o u v é e s à T o m i «■I ailleurs ' ) , S e x t u s , n é à C o r i n t h e , m e u r t à l l i s l r i a . à soixante-dix ans, après une longue a c t i v i t é 8 ) . D ' a p r è s le s t y l e des l e t t r e s , le m o ­ n u m e n t est de la b o n n e é p o q u e de l ' E m p i r e . Q u a n t à la l a n g u e e m p l o y é e d a n s c e t t e épil a p h e , l'expression όεία (p. à la) Κ6οινϋο^'λ), reste un peu a r c h a ï q u e (il s'agit é v i d e m m e n t de l ' é p i t h è t e l a u d a t i v e : la d i v i n e C o r i n t h e ) ; κάλλιπιν, à la 3-e ligne, est e m p l o y é p o u r χατέλΐπον: n o u s le c o n n a i s s o n s aussi p a r u n e a u t r e é p i t a p h e en v e r s , p u b l i é e d a n s n o t r e

Wstria, VII, p. 27 (χάλλιπες, pour χατέλιπες),
de l ' é p o q u e d ' A u g u s t e . 30. A u t r e a u t e l f u n é r a i r e à é p i t a p h e p l u s ou m o i n s p o é t i q u e , d ' u n e é p o q u e de beaucoup postérieure au précédent, peutê t r e m ê m e d e la I-ère m o i t i é d u I l l - e s. B e a u m o n o l i t h e en p i e r r e c a l c a i r e , h a u t de 1,54 m , l a r g e de 0,76 (0,80), épais d e 0,50 —0,52 m . , t r o u v é d a n s la r a n g é e s u p é r i e u r e des blocs du p a r e m e n t , s u r le côté s e p t e n t r i o n a l d e la t o u r F. L e t t r e s h a u t e s de 30 — 35 m m , s a u f la d é d i c a c e Θ. À', d o n t les l e t t r e s o n t 60 m m de h a u t e u r , et les Φ e t les Ψ, d o n t la b a r r e m é d i a n e se p r o l o n g e j u s q u ' à 85 m m d e h a u t e u r . C e r t a i n e s l e t t r e s a j o u t é e s à la fin des lignes, e n t r e les a u t r e s ou a u - d e s s u s , s o n t t r è s p e t i t e s . L e c a r a c t è r e des l e t t r e s e s t t r è s a p p a r e n t é à celui de l ' é p i g r a p h e p u b l i é e ci-dessous, n o . 4 2 , d o n t la d a t e p e u t ê t r e p r é c i s é e : 235 — 2 3 8 . L i g a t u r e s q u i a n n o n c e n t la Basse É p o q u e , p . e. 0-\- Y de la 3-e ligne. Sous l ' é p i g r a p h e u n e a m p h o r e e n t r e d e u x p e t i t s o i s e a u x affrontés, a y a n t c h a c u n u n e fleur a u b e c (v. fig. 51 et 5 2 ) . Θ (εόΐς) K (αταχΰονίοις). Φΰ.Ιππον. όκτώ·

Ένΰάο'εγώ κείμε
Κλΰτη *ΛπφΙα τε πανοαμένη βωτοιο ψάονς ετών εϊκοοι
*) Voir en premier lieu l'épitaphe d'F.piphaniu de Tomi, dont le père et l'époux étaient également ναύκληρου du Midi, Arch.-epigr. Mitt., X I X , 1896, p. 228 (Tocilescu), — ou celle de Caecilia Artemisia, ibid.. p . 2 2 5 ; cf. pour Histria, p. e. l'inscr. : Arch.epigr. Mitt., V I I I , p. 24 (Tocilescu): Άοχληηΐάδης ΜηνοφίΧον Νειχομηδεύς ό και Άζανείτης, rvτιοηος, Μηνοφίλφ Βάσαφ, άδε?.φώ, ένπόρφ, xai 'Λσκ/.ηηιάόης Μηνογίλον τφ πατρ«· εϊη ht] f, τυν βωμόν μνήμης χάοιν.... V. encore Arch.-epigr·

Mitt., V I I I . p . 20 sqq. et 3 eq. ; X I , p. 51 e t s u i v . ; X I V , p . 28, 35 s q . ; X V I I , 204; X , 242 et 163 et t o u t spécialement CIL. I I I 7532 et P â r v a n , Nationalitàt dvr Kauflcute, p . 100, 85 sq., 107 sq. 2 ) Très probablement comme ναύκληρος: voir la note préc. et Arch.-epigr. Mitt., X I X , 1013 ) Les Corinthiens prétendaient, avec beaucoup d'insistance, être par Κόρινϋος le fils de Ζενς, les descendants du Dieu Père lui-même. Cf. Passow, Gr. Wôrterb. s. v. Κόριν&νς.

232 www.cimec.ro

FOUILLES D'IIIST.UA

10

15

λίψα δ'έτηχϋονίοις Ttalâa μοϋνον έμόν τεκέων σρρενα πενταετή ονν πατρϊ φίλο) έμώ τε συνεύιφ' Λισχρίων 'Αριοταγόρον, βονλεντής, δς ενικα μνή/ιης καϊ τής παρεμοι φιλότητος ζών τε και φρονέων τόν δ'άνέΰηκε τίτλον. Χαίρετε οοοι τυ ζί;ν βιότον TtOQOΟεύετ άλνπως.
— — oib —

\ εΝΘΑΔ ε τ ο ΰ κ e i j u e i | \ Κ\Ί Ή Λ π φ ! ΑΤ€φΐΛΙΠΒ| jnAYCAueViHBWToio | ΐφ^ογοεταϋΝεικοα^ι ]Λΐ|ΑΔεπΐΧΘΟΝ1ΟΙ0|| pAJAAUOYNONeUo^l jT€ Κ €θ)ΝΑΡΙΕΝΑΤΈ NAëRl |ΣΥΝ7ΤΑΤΡΐφ!Λ Ι Λ £ Μ ^ Ε [ Χ / ^ | ΐΜΣΧΡΐυΝ'ΑΠΣΤΑΓθ^^ jBOYAErRSOlENIKANmU|ΚΑΙΤΗΓΠΑΡΕΜθΐφΐΑΟΤ<^

m

μη ΝΚΑΐφρο Ν en Ν ^
ITONAAN'EOHCETITAoN ΙΧΑΙΡΕΤΕΟΓΟΙΤΟ ΓΖΗΝβίθΤΟΥπΑΡΟ ϊΔΕΥΕΤΑΛΥπηΣ: :
I

m
i 111 " "\
y//-

© ^

<m<y%\\\\M

:^fife
.,. \\

</0,

wàmkt wmmmm
ViZ—

I l ·'

— ï

www.cimec.ro

ΥλΜΙ,Κ

PARVAN

Les intentions poétiques de Fauteur de cette épitaphe ont été très au-dessous de ses moyens techniques.—Il y a peu à dire sur la langue de l'épigraphe, qui se range très naturellement parmi ses compagnes de style analogue, trouvées, soit à Tomi, soit à Histria même 1 ). A la 3-e ligne l'on pourrait lire aussi Κλντίη: la liga­ ture du T avec 17/ le permettrait; cependant VI n'est pas suffisamment indiqué et la forme Κλντη, quoique mmÈmummm mm 1 mi HÉ-iTummury 1 plus rare que Κλντίη, n'est pas moins correcte, intéressante est la double ■ IIIL I m . m i , I III appellation de la défunte: grecque ■ , «m . ..... m.-.mm·*·^ ■'BllEl'ÉI (Κλντη)^ latine Άππία (c'est ainsi que l'on explique ' Λπφία: Pape, o. c , .s. v.), ou bien thraco-phrygienne (v. Pârvan, Histria, IV, p. 64). —A la 6-e 1. la forme λίψα, pour λείψασαι (cf. p. e. Arch.-epigr. Milt., VI, 29, 59), est L"ftC;U\TA(ïi assez curieuse ; elle ne semble pas ι ΤΓΛΓΓίφ.ίΛ!Λί·Μ-ί{!\^· être une abréviation, mais un réel provincialisme. De même, à la 8-e 1. τεκέων (pour τεκοϋσα) 2 ), comme P φρονέων, à la 13-e. La forme τίτλον, à la 14-e 1., est connue à cette épo­ que-ci aussi ailleurs, en territoire grec . Xn:^nuiiN!v\i'ii;TArot\vi ï (v. Dittenberger, Syll.\ III 1123, d'Amorgos, ΙΙΙ-e s., avec les notes). Ce qui serait au contraire très inattendu, ce serait la phrase: A. A. βονλεντής, δς ενίκα μνή/ιης και τής ,ταρ' ε/iol φιλότητος ζών και φρονέων τόν ό' άνέΰηκε τίτ/.ον, où ενίκα, d'ail­ ίΠ"ΛΛΥΓΓ. leurs très clairement lisible et sans aucune ligature, donnerait une ex­ pression tellement alambiquée, qu'elle nous apparaît comme parfaitement absurde, — tandis que si nous pre­ Fig. 52. nons la liberté de lire ενικα (pour ενεκα) la phrase devient tout simplement touchante par sa sincère simplicité. Il est vrai νμχ'ενεκα est presque toujours employé après son régime ; mais les cas où il se met avant, ne manquent pas (v. p. e. Dittenb., Syll.3, IV, p. 326, s. v.). Quant à Vi au lieu de Ρε, cette vocalisation est au I l l - e s. apr. J.-Chr. presque obligatoire dans nos régions gréco-thraces : nous rencontrons p. e. des formes comme ΐνεκα (au lieu άαίνεκα:
V >■'■!■

1 ) V. le texte et les notes de notre numéro précé­ dent. ■) Voir pour l'emploi des formes masculines au

lieu des féminines, Kalinka, o. c , p . 288 su;, et 437 sqq.

www.cimec.ro

234

FOUILLES D'HI STRIA

Arch.-epigr. Mitt., XVII 220, 128), μι (au lieu de με, pour μετά: ibid., 192, 53), etc. (v. l'index de Frankfurter aux AEM., p. 175). Nous avons donc lu ci-dessus, dans la transcription de notre épitaphe, tout simplement ëvixa, sans aucun point d'interrogation. 31. Partie supérieure d'une énorme stèle funérai­ re en pierre calcaire ; frag­ ment haut de 1,10, large de 0,98, épais de 0,36, trouvé dans le parement du côté septentrional de la tour G, la face sculptée en haut. Tout le champ à inscription est perdu. De même le faîte de notre fragment n'est pas complet. A juger d'après ce qui a été conservé, la stèle entière a dû avoir une hau­ teur de 2,50—3,00 m, ce qui d'ailleurs n'est pas excepti­ onnel en Scythie Mineure. La stèle funéraire d'Ithazis Dada d'Ulmetum 1 ) a une hauteur totale de 2,81 m, une largeur de 0,83 — 0,85 et une épaisseur de 0,27 — 0,33. Les excellentes carrières du pays permettaient l'extrac­ Fig. 53. tion de très beaux monoli­ thes, comme, p. e. celui de C. Iulius Quadratus 2 ), ou les architraves dédiées à Histria par le gouverneur Vilrasius Pollio3), d'une consistance et d'une durabilité parfai­ tes. Notre stèle est une oeuvre paysanne, très naïve et malhabile, où nous retrouvons de nouveau (v. ci-dessus, no. 28), la double représentation funéraire du héros cava­ lier et du banquet mystique. Très intéressante est l'asymétrie des deux acrotères qui flanquent la scène du registre supérieur. Des addenda .syncrétistes — empruntés au culte solaire thraco-iranien — enrichissent la composition: le buste du soleil (très endommagé) et une rosette; la signification de ce dernier symbole n'est pas trop claire (elle pourrait être un signe solaire aussi bien que l'allusion plastique à la grande fête des morts, les Rosalia) 4 ). Dans le registre inférieur le banquet funèbre est beaucoup mieux réalisé: la composition et la technique sont presque satisfaisantes 5 ). ') Pârvan, Ulmctum, I, p. 67.
) P â r v a n , Viafa romand la gurile Dunârii, p. 52 sqq. 3 ) P â r v a n , Histria, IV, no. 21 ; Histria, V I I , no. 47 et les fragments publics ci-dessus, no. 15 et 16. 4 ) Voir les textes et la bibliographie dans mes
a

Primordi, Ausonia, X , Rome 1921, p . 207; Histria, V I I , p. 57 et Viata romanâ, p . 98—102 et 174—177. 6 ) Cf. pour le coussin, et en général pour la forme de la κλίνη, le monument en marbre, de Tomi, publié dans notre Viata romanâ, p . 170.

235 www.cimec.ro

VASILE Ι'ΛΚΥΛΝ

Deux esclaves, un homme à droite, la serviette sur l'épaule, une femme à gauche, portant des mets, encadrent avec aisance la scène centrale (v. fig. 53 et 54).

32. Partie supérieure d'une autre stèle funéraire en pierre calcaire, dont l'inscription est perdue. Frag­ ment haut de 0,72, large de 0,87, épais de 0,32 m, trouvé dans le socle de la courtine / tout près de la tour K. Pas de fronton. Un seul registre, avec la scène du banquet funèbre. Nous voyons représentée sur la κλίνΐ/ une femme entre deux hommes, dont celui de gauche (point de vue du specta­ teur) est presque un enfant. C'est donc la famille complète, que nous retrouvons ici: père, mère et fils. Les trois pieds zoomorphes de la petite table à manger sont lourde­ ment stylisés en forme d'énormes griffes félines. Un esclave à droite et une esclave à gauche complètent la scène (v. fig. 55). 236 www.cimec.ro

FOUILLES D'HISTRIA

3 3 . P e t i t f r a g m e n t (éclat) d ' u n e stèle funéraire en p i e r r e calcaire, h a u t et large d e c. 35 c m , t r o u v é d a n s les d é c o m b r e s de la c o u r t i n e / . O n v o i t sur la m a r g e restée libre, le long d u feston d e p a m p r e , des l e t t r e s h a u t e s de 20—25 m m , q u i n e p e u v e n t p a s a p ­ p a r t e n i r à l ' é p i g r a p h e de la stèle, m a i s d o i v e n t c o n s t i t u e r u n allaqnium ou u n e acclamatia, ajoutés à l'épitaphe propre, à l'intention de g a r a n t i r le m o n u m e n t c o n t r e t o u t e i m p i é t é (v. fig. 56). N o u s c r o y o n s p o u v o i r l i r e : tijbi cofm/mendfo

L e s t e r m e s manda, commcnda, s o n t c o n n u s d a n s l ' é p i g r a p h i e funéraire b a l c a n i q u e : p . e. (hic) mariens mandaverat, (illa) riva faciendum curavit1); ou bien (illum) com(m)e(n)do cum libertin rneis 2 ) . Ce qui est t r è s c a r a c t é r i s t i q u e , c'est q u e l ' a u t r e e x e m p l e — seul c o n n u — de l'emploi de la p a r o l e commendo d a n s les p r o ­ vinces d a n u b i e n n e s est aussi d e n o t r e région d ' H i s t r i a : n o u s le t r o u v o n s d a n s l'inscription funéraire de Lucius Pampeius Valens, grand p r o p r i é t a i r e r u r a l , é t a b l i regione Histri, — q u i n e

F

>g- 56.

p é c h a i t p a s p a r excès d e p u r i s m e , m a i s au con­ t r a i r e parlait le serma rusticus le p l u s a u t h e n t i q u e . — Or, d a n s le r o u m a i n a c t u e l il y a la p a r o l e comênd3), d ' u s a g e e x c l u s i v e m e n t funéraire, signifiant les dernières dispositions au sujet d e l ' e n t e r r e m e n t et le b a n q u e t funèbre y a t t e n a n t . — C'est d o n c d e p u i s 157, la d a t e de l'inscription de V a l e n s , j u s q u ' à nos j o u r s , q u e n o u s p o u v o n s p o u r s u i v r e en t e r r i t o i r e d a n u b i e n la formation et l'évolution de ce t e r m e r o m a n spécial, d e c a r a c t è r e religieux et j u r i d i q u e . 34. A u t r e f r a g m e n t (éclat) d ' u n e stèle funéraire en pierre calcaire, h a u t d ' à peine 24 c m , t r o u v é q u e l q u e p a r t d a n s les d é c o m b r e s de la c o u r t i n e / . L e t t r e s assez r u s t i q u e s , h a u t e s de 5 c m . N o u s déchiffrons (v. fig. 5 7 ) : . . . . £ . . ?ljucf. . vjixfit. Fig. 57. 35. P e t i t éclat de la m ê m e h a u t e u r et p r o v e n a n c e q u e le p r é c é d e n t , a y a n t a p p a r t e n u aussi à u n e stèle funéraire en p i e r r e calcaire. L e t t r e s h a u t e s de 7 3 — 7 5 m m , ce q u i suggère des p r o p o r t i o n s exagérées et u n c a r a c t è r e r u s t i q u e

') CIL. TU 676, de Philïppi, en Macédoine. 2 ) CIL. III 12489, du territorium d'Histria. 8 ) V. lev dictionnaires de H. Tiktin, I p. 395,—

Fr. Damé, s. v., comândare, comôndat, — CandreaDensusianu, s. v. comândà.

237
www.cimec.ro

VASILE PÂRV V\

du monument auquel le fragment a appartenu. Noue ne déchiffrons que ces lettres (fig.58): usfdea? ri rixi/t. 36. Fragment d'un monument en pierre calcaire, haut de 0,148, trouvé dans les décombres de la courtine i. Lettres de caractère tardif (111-e s.), hautes de o cm. Ligatures. Nous lisons (fig. 59)
Fig. 58.

. . . . e ... . . . . . et 77/. .

37. Fragment d'une stèle . . . . bfo . . . . (ou rfo). en pierre calcaire, haut de 0,16 m, trouvé dans les décombres de la courtine g. Lettres de la même époque qu'au no. précédent, hautes de 42 — 45 mm. Ligatures. On lit (fig. 60):

f^lS
k*k

. . . . ib . . . ufr . .
. . . . o/et . . 38. Partie in­ férieure d'une stèle funéraire en pierre calcaire, haute de 0,85, large de 0,80, épaisse de 0,36, trouvée dans le pa­ rement delà cour­ tine k, à droite de Fig. 60. la IV-e porte de la ville, dans la Il-e rangée de blocs. Lettres de hauteurs va­ riées, de caractère t a r d i f ( I l l - e s.: c f. j). e. ci-dessous, no. 43, de l'an 238), de 20—35 mm. ■fu La lecture est aisée (v. fig. 61). Seule la I-ère 1. reste obscure, quant au nom du patron de Fig. 61. l'affranchie qui a érigé le mo­ nument. Nous croyons lire au moins les lettres DA. Le monument présentant un grand intérêt linguistique, nous en donnons aussi la copie dessinée (fig. 62).

Marna, Da[dae'ij

libfertja,

238 www.cimec.ro

FOUILLES D'HISTRIA

patrono bene me· renti lillum posuit de suo segundum voluctatem testamenti. Ave viator. Marna, dans la 1-ère 1. est un nom propre, comme p. e. à Alburnus Dacie *), ou à Tomi2). Quant au nom du patron, /)«/(/«/, comme à Ulmetum et ailleurs :i ), nous avons mis un point d'interrogation après lui, parce que nous n'en sommes pas sûrs: les traces qu'on peut déchiffrer sur la pierre sont trop peu claires, pour en tirer une lecture t a n t soit peu certaine. Titlum, à la 3-e 1. est fré­ quent dans les inscriptions de nos régions (v. p . e. ci-dessus, no. 30 et CIL. N I , p. 2604). Mais l'intérêt principal de notre inscription réside dans l'expression si caractéristique pour le latin populaire des provinces danubiennes : segundum voluctatem testamenti. Nous ne croyons pas que segundum fût une simple faute de lapicide, comme dans Claudius, Gregam ou Magrini, où le G prend, par manque d'attention du gra­ veur, la place d'un C 4 ). Il est bien plus pro­ bable que nous ayons dans segundum la tran­ scription phonétique d'une prononciation effec­ tive, dont les vestiges se retrouvent jusqu'à nos jours dans les langues romanes, où le C est par­ Fig. 6Î fois prononcé comme un G (second = segond). Maior en

Quant à voluctatem au lieu de voluntatem, nous devons relever des faits encore plus inattendus.Une inscription d'Adiaum en Pannonie 5) emploie l'expression ex voluptate testamenti, que les éditeurs du Corpus relèvent avec un «sic», mais refusent de l'enregistrer aux Indices, ce qui est, comme nous le verrons, une erreur de méthode. Avant la découverte de notre inscription l'on aurait pu croire que voluptas de l'inscription d'Adiaum n'est qu'un terme littéraire égaré chez des paysans qui l'ont mal compris. A présent nous pouvons affirmer que voluptas d'Adiaum et voluctas d'Histria sont des formes étroitement apparentées. Rangeant les trois formes qui nous intéressent dans leur ordre génétique nature], nous obtenons: 1. voluntas, 2. voluctas (où le n avant le t est devenu u n e , soit
') CIL. III 7830: Arria Marna. 2 ) CIL. III 7559 Marna Dadae (Dadas, le mari, de nom thrace): voir notre Ulmetum, I, p. 69; dans le CIL. III, p. 2600, on commet l'erreur de prendre marna pour le correspondant latin de μάμμη; v. cependant CIL. III, p. 2399, s. v. ) Pârvan, Ulmetum, I, p. 69, avec tous les textes. <) CIL. III, p. 2570. 5 ) CIL. III 4282: latin rustique; des indigènes romanisés.
3

239 www.cimec.ro

VASILE l'\l{\ \ \ d i r e c t e m e n t , soit en p a s s a n t d ' a b o r d p a r la p h a s e /ir), 3 . voluptas (où le g r o u p e et est d e v e n u pt, c o m m e le l a t i n r u s t i q u e lactem d e v i e n t en r o u m a i n lapte). N o u s s u r p r e n o n s d o n c u n des a s p e c t s p h o n é t i q u e s d e la f o r m a t i o n du p a r l e r r o m a n d a n u b i e n en pleine é v o l u t i o n déjà au Ι Ι Ι - e s. a p r . J . - C h r . N o u s a v o n s relevé aussi à d ' a u t r e s o c c a s i o n s 1 ) qtie la vallée du D a n u b e avec- ses larges p l a i n e s fertiles, d e la P a n n o n i e , de la D a c i e e t des d e u x Mésies, a c o n s t i t u é u n orga­ n i s m e indivisible à t o u s les p o i n t s d e v u e : é c o n o m i q u e ( p a y s a n s a g r i c u l t e u r s , résistant à t o u t e s les i n v a s i o n s e t c o n s e r v a n t le r o m a n i s m e , p a r t o u t ou ils se t r o u v a i e n t , à force d ' a c t i v i t é p r o d u c t i v e s u r place), l i n g u i s t i q u e (le m ê m e p a t o i s p a r l é s u r t o u t ce g r a n d t e r r i t o i r e , p a r c e q u e les voies d e c i r c u l a t i o n y é t a i e n t e x t r ê m e m e n t n o m b r e u s e s e t faciles e t le D a n u b e m ê m e est j u s t e m e n t l ' a r t è r e c e n t r a l e de ce s y s t è m e ) , s p i r i t u e l (la m ê m e civilisation r u r a l e r o m a i n e , greffée p a r t o u t s u r le m ê m e fond d e civilisation c e l t i q u e , d e p u i s la B a v i è r e j u s q u ' e n D o b r o u d c h a et en B e s s a r a b i e ) , e t h n o g r a p h i q u e (il n ' y a, à v r a i dire 2 ) , q u ' u n e seule nation à la b a s e d e t o u t le r o m a n i s m e o r i e n t a l : les D a c o - G è t e s : d e p u i s la M o r a v i e e t la P a n n o n i e j u s q u ' a u D n i e p e r et a u x B a l k a n s ) 3 ) .

*) Dans nos conférences faites à l'Université de Cambridge en mars 1926 et à l'Université de Paris en mai 1926 (le volume est en préparation). 2 ) Car il faut tenir compte aussi — comme détails—de l'apport illyrien dans le SO et thrace dans le S. s ) Pârvan, Getica, Bucarest, Académie Roumaine,

1926, 851 pp. in 8"; 462 fig., 43 pi. et 4 cartes, 4 ) La Dacie colonisée par des'«Romains» déjà mis à point comme langue, parle plus correctement que les Pannonies ou les Mésies, où les indigènes euxmêmes s'expriment en latin: v. p. notre expression, CIL. III 1230, Apulum.

www.cimec.ro

240

FOUILLES IVFÏISTRTA

de 0,70, large de 0,80, e p a . s e de 0,28 m, trouvée dans le parement de la tour C, dans la rangée supérieure des blocs, sur le côté septentrional, vers 1 angle extérieur. Lettres irrégulières, gravées sans „/ BOin, a hauteurs variées ( 2 0 - 3 0 mm). Nous ne possédons ai vixii anni pins que les trois dernières lignes de l'épitaphe (fig. 63): s quinquagintI renonciation et orthographe populaires, connues a cuincue. aussi par d autres exemples (v. CIL. I I I , p . 2570). A Histria même nous avons l'inscription du sescupheiarius T.t.nms Severinus, dont l'auteur était encore plus avancé que le nôtre dans la confusion des q avec les c (Histria, IV, p. 144 sq.). 40. Fragment de la partie inférieure d'une stèle funéraire en pierre calcaire, haut de 67 cm, trouvé dans les décombres des thermes romains. Une seule lettre, un A, plutôt grecque ro­ main, haut de 45 mm. Vu que c'est la fin de l'inscription, peut<'tre (fig. 64): (palmette) [χαϊρε] ΐ£]α[ροδεϊτα] (?).
Fig. 64.

tz

£V-Ï* "\ y % $¥ -Y" » " < - '

f I ' . I I i ï | l

" ' J T E k^-'é·-.fRE0i yiÇOlECV N.QJ Nil

T E ΛΛ D O M Î mÛ βνΛΛ Νξ>

STRORW, I ΛνΡΕ U ATO

I

41. Partie su­ périeure d'un autel en pierre calcaire, de dimensions assez modestes, haute de 0,58, large de 0,40, épaisse de 0,35, trouvée dans le parement de l'angle formé par la tour I avec la courtine k. Lettres irrégulières et inégales, hautes de 20 — 25 mm. Ligatures assez rares. L'épigraphe est com­ plètement déchiffrable, malgré l'état de conservation assez mauvais de ce monument. Nous lisons (cf. fig. 65 et 66) : fljovi Optimo Maxirno, c(ives) R(omani) et Lai consistentes reg(ione) Si(tri?) [ = Is(tri) !], vico Secundini, posuerufnt pjro salutem Dominorum no241

Fig. 66.

16 Dacia II 1925

www.cimec.ro

VASILE PÂRVAiN

strorum Imperatorum Luci Septumi Severi PertenacifsJ [et Imperajt(oris) Mafrci] [Ântonini J

AurfeliJ

10

La fin de la troisième ligne doit contenir une erreur de lapicide: en effet le mot reg(ione) est parfaitement lisible. Nous nous attendons à voir suivre le mot Is(lri), ou Is(triae), comme dans l'inscription de Litchis Pompeius Valens: consist(il) r(egione) Hist(ri) muneraque fecit Ilistro in oppido . . . ' ) . Car il serait absurde de chercher un autre nom de région dans le territoire d'Histria, où le viens Secundini, très voisin de la ville (il contribue par ses monuments —comme le vicus Quintionis et le vicus Céleris 2 ) — à la réparation des remparts de la ville après la catastrophe de 238) se trouvait sans doute: regio et territorium sont, comme l'on sait, des synonymes. Il faut donc admettre que le lapicide s'est embrouillé dans la suite des deux seules lettres IS en les écrivant — comme il nous arrive souvent — dans l'ordre inverse: SI. De nombreux exemples de «litterae transpositae», recueillis dans les Indices du Corpus :i) inviteront le lecteur à prendre en sérieuse considération l'explication que nous offrons pour éclaircir le texte si curieux de la 3-e ligne. La lecture de la 10-e ligne est conforme aux faibles traces que nous avons pu dé­ chiffrer du nom de Caracalla, et qui montrent que le nom Marcus était écrit en toutes lettres, étant précédé de Ylmperat(or) seul, dont le T est visible avant le M. Cette nouvelle inscription, datable entre 198 et 211, remet en discussion la question de la population appelée du nom de Lai, largement traitée dans notre Histria, V I I , p. 98—106 et 129—132. Nous avons essayé alors de démontrer que les Lai d'Histria et les Lae de Tomi (CIL. I I I 7533) sont des Λαοί, des Gentes, venues de l'autre côté de la frontière d'Empire pour obtenir des terres et devenir des colons dans les divers vici de la Romania danubienne: «les Lai (Lae) de Scythie Mineure ne peuvent pas être des laeti dans le sens germanique du mot, adopté par la suite aussi chez les Romains, de Liten, mais des gentes libres, à propre civitas, comme p . e. ces cives Cotini, que nous rencontrons en 223 à Rome dans la garde prétorienne ; il n'est donc pas nécessaire d'ad­ mettre déjà du temps de Maximin des laeti en Scythie Mineure, mais seulement des Lai [AaoiJ Lae (Laoe, de Λαοί, gentes) ; les cives Romani et Lai consistentes vico Secundini sont tout simplement des Romains et des Pérégrins qui vivent ensemble, à la romaine, exactement comme quelques dizaines d'années auparavant les cives Romani et Bessi» (Histria, VII, p. 132). — Malgré les adhésions de plusieurs savants étrangers, dont l'opi­ nion m'est hautement précieuse 4 ), je ne pourrais plus maintenir l'interprétation donnée ci-dessus et que l'acquiescement de tels maîtres aurait dû confirmer encore de plus dans mon esprit.
' ) CIL. I I I 12489. 2 ) Histria, V I I , p . 56 sqq. et 79. 3 ) V. p . e. CIL. I I I , p . 2568 et suiv. 4 ) Parmi ces confrères, Rostovtzeff est le seul qui se soit prononcé contre mon explication (Soc. and ccon. History of the Roman Emp., Oxford, 1926 p. 5 5 8 ) — en d o n n a n t la s u i v a n t e : «I t h o u g h t originally of an abbreviation of «Laeti», b u t I am inclined now to suggest t h a t «Lai») or «Lae» are b o t h tran­ scriptions of the same n a m e which was given later in the forrn «Laeti». On verra t o u t de suite, com­ bien Rostovtzeff se t r o m p e , lui aussi, à cet égard.

242 www.cimec.ro

FOUILLES D'HISTRIA

En effet, reprenant la question des consistentes = κατοικοϋντες dans les provinces danubiennes de l'empire Romain, j ' a i remarqué que cette expression qui correspond à une situation juridique précise, s'emploie d'habitude avec des noms propres, de caractère ethnographique, et non pas avec des noms communs ou des épithètes, de caractère social et économique. D'autre part les cives Romani et veterani consistentes dans les villages des riches campagnes danubiennes partagent les avantages de leur pros­ périté rurale avec d'autres consistentes d'origine indigène: ce sont les Thraces du Rhodope, et en première ligne les Besses, que les guerres romaines pour la pacification de la Thrace chassèrent à partir de l'an 73 av. J.-Chr. toujours plus loin vers le N, jusqu'en Scythie Mineure '). Déjà en 1915 j'avais essayé d'expliquer les Lae de l'inscription de Tomi (CIL. I I I 7533) 2) par quelque ethnikon thrace, sans trouver cependant un nom parfaitement satisfaisant. J e disais alors : «nous ne connaissons aucun peuple thrace dont le nom com­ mence par Lae-»3). Une information essentielle m'avait échappé, comme d'ailleurs à tout le monde, et l'absence de ce texte dans mes essais de reconstruction historique avait produit toute la suite d'explications erronées: les miennes, ouïes autres. Thucydide racon­ t a n t la guerre entre ses contemporains Perdiccas de Macédoine et Sitalcès de Thrace, décrit la puissance Odryse de la manière suivante 4 ): άνίοτη ôè και Άγριάνας καΐ Λαιαίονς καί αλλα δαα ε&νη Παωνικά, ών ήρχε καϊ εοχατοι τής άρχης οντοι ήσαν μέχρι γάρ Ααιαίων ΙΙαιυνων καϊ τοϋ Στρνμόνος ποταμοϋ, δς εκ τον Σκόμβρον δρονς δι' Άγριάνων καϊ Λαΐαίων gel, ώρίζετο ?/ άρχή τά πρός Παίονας αντονόμονς ηδη. E t Thucydide répète quelques lignes plus bas 6) : le royaume Odryse s'étendait d'Abdère jusqu'au Danube et du Pont Euxin jusqu'au Strymon: άπό Βνζαντίον ες Λαίαίονς καϊ επι τον Στρνμόνα. Les Laïens (Laeaei en latin) habitaient donc la région au S des Agrianes sur les bords du Strymon supérieur. Les Denthelètes, les Mèdes et les Besses étaient ainsi les voisins des Aauùoi. Appartenant à la Péonie comme région géographique et politique, les Λαιάΐοι Παίονες étaient en réalité des Thraces, comme tous les habitants de la vallée du Strymon. En effet les Thraces arrivaient, comme nation, presque partout jusqu'à l'Axios 6 ). D'ailleurs ce qui est important pour notre démonstration, n'est pas le thracisme des Laïens (ou si l'on préfère: des «Lééens») — nous les acceptons volontiers aussi comme Péoniens — mais leur voisinage avec les Besses. L'histoire agitée des Mèdes et des Besses a dû être partagée aussi par les Laïens, dont le petit pays se trouvait juste dans ce «Hexenkessel» thrace. Ce qui est plus curieux, au point de vue de la persistance des noms ethnographi­ ques, c'est la réapparition au ΙΙΙ-e s. apr. J.-Chr. du nom de la modeste tribu thrace des Laïens, dont, sans Thucydide, l'incomparable connaisseur de la Thrace, nous n'au­ rions peut-être jamais su, où et à quelle époque ils ont vécu. Une fois trouvée la clef de l'énigme, tout s'explique. 1. Le nom à double orthographe Lai et Lae : il était en effet un peu difficile de fixer l'aspect latin de ce nom thrace par trop exclamatif. 2. Le voisinage avec les Besses, et 3. Les conditions identiques de colonisation agricole, en Scythie Mineure, des deux peuples, les Besses et les Laïens, qui habitent les *) Pârvan, Primordi, l. c, p. 198 sqq. et Histria,
VII, passim.
4

) Hist., II 96, 3.

e *) Pârvan, Le Mur d'enceinte de Tomi, Anal. Ac. ) Voir, après Tomaschek, o. c, aussi Mateescu, Rom., XXXVII, 1915, p. 432 sqq. Granifa de Apus a Thracilor, Cluj, 1925, p. 66-76. ») Ibid., p. 433 (19).

») Hist., II 97, 2.

243 www.cimec.ro
lfi*

vvsii.i: PARVAN

mêmes territoires ruraux, d'Histria et de Tomi, à côté et en honne fraternité avec les cives Romani et les veterani, fondateurs de vici à organisation quasi-municipale romaine, dans un pays thrace qui ne demande pas mieux que de devenir romain.—Les Besses émigrés en Dohroudcha au I-er s. avant J.-Chr. ont entraîné avec eux leurs voi­ sins occidentaux, les Laïens, lesquels étant trop peu nombreux n'ont pu jouer aucun rôle dans l'histoire de la Scythie Mineure: Ovide, qui connaît très bien les Besses à Tomi, à côté des Gètes quasi-autochthones J ) , ne parle jamais des Laïens, et les autres auteurs encore moins. Au contraire, à l'époque des Sévères, lorsque toutes les petites nations de l'Empire commencent à faire valoir leur existence propre, comme gardiennes des frontières, la tribu des La­ ïens prend elle aussi le courage de se pré­ senter sur un pied d'égalité à côté des Bes­ ses. des Sarmates, des Carpes, ou des Bastarnes, qui fondent un peu partout des vici nommés d'après eux-mêmes: Basternae2),

riens Carporum*)) Sarmatorum mutatio*),
pour ne plus parler des Bessi consistenles un peu partout, parmi les Daci et à côté des Romani. Grâce à Thucydide nous croyons donc pouvoir affirmer que le problème des Lai de Scythie Mineure a pu être définitive­ Fi K . 67. ment résolu. Sur les noms de vici, donnés d'après des noms de personnes, nous avons déjà insisté de manière détaillée à d'autres occasions 5 ). — En ce qui concerne la langue de notre in­ scription, rien d'exceptionnel dans sa rusticité: Seplumi6) et Pertenacis1) sont connus aussi par d'autres inscriptions des régions danubiennes. 42. Base en pierre calcaire, assez mutilée, employée comme matériel de construction dans le montant extérieur gauche de la grande porte d'Histria. Le bloc, dans son état actuel, mesure encore 1,17 m de haut, pour 0,69 de largeur et 0,625 d'épaisseur (v. fig. 67 et 68). Lettres soignées, hautes de 45—50 mm. Les noms impériaux sont martelés. Cependant les traces de lettres restées par-ci par-là (fig. 68) permettent une restitution sûre et complète de toute la dédicace:
*) Trist., IV 1, 67 sqq. fvivere quant miserum est inter Bcssosque Getasque). 2 ) P â r v a n , Getica, p. 87. 3 ) P â r v a n , Durostorum, 1. c , p. 334. 4 ) K . Miller, Itin. Romana, s. v. (en Mésie Supé­ rieure). ) Ulmetum, II 2, p. 4 2 ; Primordi, p . 202 sq. ; etc. e ) Cf. d ' a u t r e s exemples chez P â r v a n , Ulmetum, II 2, p . 42. 7 ) D'autres exemples, CIL. III, p. 2430.
5

244 www.cimec.ro

FOUILLES iniISTlUA

Άγαϋήι τύχηι. Tov ϋεοφιλέστατον Καίοαρα [Γ. Ιούλ(ιον) OÎ) ^ροΐ' Μάξψθv /, υί'όν το# κυρίου ήμών Αντοκράτο(joc / / ' . Ίονλ(ίου) Ουήρον Μαξιμείνου ], βονλη Οή/ιοζ ' Ιοτριηνών. Nous avions trouvé déjà en 1914 dans le pa­ rement de la même tour extérieure (septentrionale) <le la grande porte d'Histria la base de la statue dédiée à l'empereur Maximinus (Histria, IV, p. 125 suiv.) : la partie inférieure du monument était en­ close dans le montant même, où nous avons main­ tenant trouvé aussi la base dédiée au fils, Maximus. L'on revit ainsi les moments tragiques, où cette ville malheureuse fit transporter tous ses monuments de la grande place publique dans l'ordre même où ils avaient été érigés, et les fit bâtir de suite dans le mur d'enceinte: père et fils se rencontrèrent de nouveau, se soutinrent et s'enchaînèrent l'un à l'autre dans le rempart résuscité de la ville, qui avait été assas­ sinée par les Carpes et les Goths en 238.

/ΆΓΑΘΗΙ

/Τ0ΝΘ6θΦΐΛ6(ΙΤΛ >T0NfCAlÇAPAf<Ë3!S YiONTOYKYPlOYîTf s ξ JUICJDNAYTOKPATO BOYAHAHJUOC 1CTPIHNUDN

τγχ.ι-ιι, II 1

Fig. 68.

A quelle date a été dédiée cette base? Maxi­ mus n'est pas le collègue de son père, comme nous le connaissons par d'autres in­ scriptions, p. c. à Philippopolis 1 ) ou ailleurs 2 ),— par les monnaies, et, aussi par la biographie des S. H. Α.'Λ). Il est vrai que plusieurs savants ont refusé à Maximus la qualité d'/iugu.sfas, soutenant qu'il n'a jamais été Σεβαστός*). Ce n'est pas ici la place appropriée à la discussion de telles questions. Cependant nous devons relever que rien ne s'oppose à ce que Maximus ait été, au moins en 238, proclamé coregent de son père. Son âge, son éducation, ses qualités personnelles et militaires auraient justifié même à l'avènement de son père, en 235, un tel honneur; d'autant plus en 238. La nouvelle inscription d'Histria a dû être dédiée plutôt vers le commencement que vers la fin du règne de Maximinus. En effet, comme nous l'avons vu par l'exemple
») Kalinka, o. c , no. 56 et Gagnât, IGRRP. I, «) Cf. Schiller, /. c , avec Kalinka, l. c , et Cagnat, 1474. IGRRP. I, 1474: la date de l'inscription. V. aussi η CIL. III et Cagnat, o. c , I et III s. v. Liebenam, Fasti Consulares, Bonn, 1909, qui ne 8 ) Voir Schiller, Gesch. d. rom. Kaiserz., I 2, p. 795. l'enregistre pas.

245
www.cimec.ro

VASILE PÂKVAX

de Macrinus (llistria, IV, p. 116 sq.) et le verrons encore ci-dessous, no. suivant, par celui de Gordien, les villes et les autorités constituées de l'Empire avaient tout l'intérêt de témoigner au plus vite leur loyauté envers le nouveau souverain, en lui érigeant dans les premiers mois mêmes de leur règne, la statue maintenant obligatoire. NOMS sup­ posons donc que de même que pour Macrinus et Diadumenianus, ainsi pour Maximinus et Macrinus, il faut admettre comme date probable des dédicaces non pas, généralement, toute la durée de leurs règnes si brefs, mais la première année même de ces règnes, c'està-dire 217 et 235. 43. Autel en pierre calcaire, haut de 1.30 m, large de 0,39 — 0,40 (0,52 — 0,54), épais de 0,42 (au fût), trouvé dans le parement du socle de la courtine i, — la face écrite à l'intérieur du mur, — orné antérieurement à l'épigraphe (chez le negoliator lapidarius qui l'avait fait sculpter pour l'agrément de tous les clients présumables), d'une simple rosette centrale, à tiges latérales courant en volutes vers les pseudo-acrotères des angles. Inscription très rustique, détonnant par sa primitivité à côté de l'ornement assez convenablement sculpté sur le profil de l'autel. Cette inscription est ellemême, à son tour, gravée en deux phases: d'a­ bord la formule générale avec la date de la dédicace d'après les noms des consuls éponymes ; plus tard, dans un large espace libre, réservé au milieu du champ de l'épigraphe, le nom de l'empe­ reur, dont, un certain temps, on n'avait pas été tout à fait sûr. Les deux lignes respectives sont encore plus mal gravées que les autres et le nom de l'em­ pereur n'est pas accordé grammaticalemerit avec le reste des formules de la dédicace. Lettres inégales, hautes de 25—40 mm. Ligatures assez rares. Texte parfaitement clair (v. fig. 69). I(ovi) O(ptimo) M(aximo) et Iunoni Rcg-

infaje
c(ives) R(omani) et Lai consistentes vico Secundini posuerunt pro sainte Imp(eratoris) M. Ant(onius) Gordianus (sic !), cura agentibus magfistris duobus), Bonoso B· onunis et Iusto Iustini, Pio et Proculo co (n) s (ulibus).

5

10

Pour la troisième fois nous rencontrons dans nos fouilles le vicus Secundini, et pour la 246 www.cimec.ro

FOUILLES D'HISTRIA

quatrième fois les Lai (Lae). Nous renvoyons au commentaire donné au no. 4 1 , t a n t pour le vicus, que pour les Lai. Ce que nous devons ajouter encore, c'est que par la découverte du nouvel autel nous sommes en mesure de constater dans le village de Secundinus, ainsi que dans le village de Quintio, la coutume de dédier chaque année (v. ci-dessus, p . 216), probablement toujours aux grandes fêtes de l'été, aux Rosalia, une ara votive aux dieux de l'Empire pour la prospérité de la maison impériale. En effet l'on avait consacré en 237 l'ara habituelle, découverte précédemment et publiée dans Histria, V I I , p . 97 suiv., a la santé de Maximinus et Maximus. Mais dès le mois de fé­ vrier 238 tout l'empire est en révolte contre Maximinus : Gordien le vieux, et son fils, ensuite Pupienus et Balbinus, sont aussi proclamés empereurs. Ce n'est que vers la moitié de juin que tous ces six empereurs disparaissent et l'empire reste sous la con­ duite d'un enfant de treize ans, Gordianus III. A l'époque où les cives Romani, les Bessi et les Lai du territoire rural d'Histria dédiaient leurs monuments (à Quintio, p . e., le 13 juin), l'on ne savait pas encore à la santé de qui devra-t-on consacrer l'autel. On a accompli donc le rite avec une dédicace en blanc, qui n'a pas été complétée que quelques semaines plus tard lorsque tout le monde a consenti a reconnaître Gordien, le pauvre enfant, comme empereur. C'est ainsi que le nom du souverain s'est trouvé plutôt gratté que gravé et mis au nominatif, sans aucun lien grammatical avec le reste. Cura agentibus, non curam, est commun en Scythie Mineure (v. ci-dessus, p . 216). Comme dans l'autre inscription, de l'an 237, on ne mentionne à Secundini vicus que les deux magistri, tandis qu'à Quintionis vicus le quaestor (unique) partageait réguliè­ rement cette distinction accordée à ses collègues majeurs. Un autre fait très caractéristique: en 237 les deux magistri étaient, tout au moins d'après la manière de s'appeler, deux citoyens romains: Aurelius Fortunatus et Aelius Herculanus ; en 238 les magistri sont tous les deux des Lai : ils s'appellent, à la manière barbare, avec le second nom au génitif: Bonosus Bonunis et lustus lustini. Le tour de rôle entre les Romains et les Thraces est en principe également effectif dans l'occupa­ tion des «magistratures» rurales, à Quintionis v. comme à Secundini v. ; en pratique, le premier de ces villages, partageant toujours les deux places de magistri entre les Ro­ mains et les Besses, ne changeait chaque année que — tout au plus — la nationalité de ses quaeslores, tandis que le second village avait à tour de rôle une paire de Romains et une paire de Thraces, comme magistri. Le nom Bonosus n'est pas trop fréquent dans les provinces danubiennes; mais il est romain. Au contraire Bonunis est épichorique. Est-il illyrien ou bien thrace ? Le suf­ fixe -nis est thrace. Nous en avons parlé ci-dessus, p. 216 et suiv., où nous avons mentionné aussi les exemples les plus caractéristiques. D'après le suffixe il y aurait quelque raison de croire que le mot entier fut thrace. Ceci ne voudrait rien dire sur la question princi­ pale de la nationalité péonienne, ou bien thrace, des Laïens, parce que toute la Scythie Mineure était géto-besse et dans le vicus Secundini aussi, beaucoup de ces Thraces se seront infiltré déjà depuis longtemps. 44. Fragment d'un couvercle de dolium de l'époque chrétienne de la ville d'Histria ; terre-cuite (fig. 70); diamètre de la face inférieure 0,47 m., de la face supérieure, 0,48; trou central, par où passait le bois du manche à manier le couvercle (ou la corde à sou­ lever). Trouvé dans les nouvelles fouilles au N de la place centrale d'Histria. Epigraphe chrétienne. Lettres hautes de 5—6 cm. La croix, de 6 cm (v. aussi fig. 71). Le sens de

247
www.cimec.ro

VASILE PARVAN

l'inscription est clair: il s'agit d'une substance (conservée dans le ilolium), nom et la quantité étaient indiqués sur le cou vercle, p. c.:

dont le

f?ëXaioJv f
/ ? mesures/ κε . Il faut supp ser, à considérer le grand nombre des boutiques de l'épo­ que byzantine, déFig. 70. couvertes dans le quartier septentri­ onal de la cité, que ce dolium a appartenu à quelque négociant d'huile d'Histria. D'ailleurs les couvercles de vases à inscriptions chrétiennes en grec sont connues en Scythie Mineure même dans des centres aussi éloignés de la côte, comme le camp d'Ulmetum (v. notre Ulmetum, II 2, p. 24 sqq.). Mais tandis que les petits vases sont ornés plutôt d'adloquia et d'acclamationes, sur les grands pithoi nous devons presque toujours nous attendre à des épigraphes de carac­ tère pratique: indication de la marchandise à vendre et de la quantité contenue dans le pithos. 45. Le nombre des bri­ ques a\i timbre de l'empe­ reur Anastase I, trouvées dans le mur de la court ine Ιψ. 72. b, au dessus même de la porte I d'Histria, s'est accru pendant les dernières fouilles. Nous ne reviendrons pas sur le commentaire que nous en avons donné dans Histria, IV, p. 169 et suiv., auquel nous n'avons rien d'essentiel à ajouter. Nous offrons seulement la photographie de quelques nouveaux exemplaires (fig. 72) et nous retenons le fait important, (que les ruines anépigraphes si nombreuses de l'époque byzantine d'Histria ne font que confirmer chaque jour) de la renaissance de notre cité au Vl-e s., sous la protection des empereurs d'Orient, exercée non pas par terre, où depuis longtemps toute communication directe avait été interceptée par les barbares, mais par mer. Avant Gênes et Venise, Byzance s'est créé dans le Pont Euxin et en amont des grands fleuves qui y aboutissent, tout un empire colonial, dont les seules voies de communication vers la capitale étaient celles de l'eau. Comme à l'époque géto-scythique, les Grecs du Midi civilisèrent de nouveau les barbares du Nord. L'influence directe de leurs factoreries du Pont Euxin sur les riches régions agricoles de l'intérieur, retombées dans la barbarie à la suite de la débâcle romaine sur le Bas-Danube, fut vraiment admirable. www.cimec.ro 248
VASILE PÂRVAN

LES STATIONS PREHISTORIQUES
1)1 LAC DE BOÏAN
Le lac de Boïan est une des nombreuses nappes d'eau auxquelles le Danube donne naissance le long de son cours, sur toute sa rive gauche. A mi-chemin entre les villes dOltenita et de Càlârasi (70 km), l'une et l'autre ports sur le Danube, le lac de Boïan s'étend à 7 km environ vers l'Est de l'étang de Mostistea, sur les rives duquel on a déterminé de nombreuses stations préhistoriques, dont la plus importante est Sultana. Entre l'étang de Mostiçtea et le lac de Boïan, il existe une communication par un chenal, dénommé «Batrâna». Au milieu du lac, il y a un îlot de forme allongée, composé de deux parties bien distinctes (fig. 1). Dans la partie Ouest, on re­ marque un mamelon de 7 m de hauteur (à 18 m au-dessus du niveau de la mer), qui est rongé, en grande partie, par les eaux. Exception faite pour le mamelon, le reste de l'emplace­ ment est à 1 m —1,50 m au-dessus du niveau de l'eau, au mois de juillet, quand le Danube est b a s ; mais le terrain s'exhausse, vers l'extré­ mité Est, de 2 m audessus du même niveau. A la base du mamelon, de même que dans la partie la plus élevée vers l'Est, il y a des ormeaux, ce qui a fait donner à l'îlot le nom de «la Ulmi» (aux Ormeaux). L'îlot a une très bonne défense naturelle, et d'autant plus qu'à l'époque de la crue des eaux, il est complètement isolé de la terre ferme. Les parties les plus élevées émergent de l'eau. Ce fait a été propice aux établissements humains aux temps les plus anciens. Les établissements étaient aussi facilités par le fait que la nourriture était assurée, d'un côté, par l'abondance du poisson, et, de l'autre, par la possibilité de 249

www.cimec.ro

V. CHRISTESCU

cultiver des céréales dans la zone inondable et la «lunca» du Danube, car la distance entre l'îlot et la rive de la «lunca» est de 1.000 m en ligne droite. Les premières recherches opérées du point de vue archéologique, sont dues à mon collègue Vlâdescu-Vulpe, qui a noté les stations le long du Danube, de Mostiçtea à Câlâraçi '). Il a rapporté de ce lieu de nombreux tessons, dont le caractère particulier (décors formés par excision de la pâte) a attiré l'attention de M. le directeur V. Pârvan. Pendant l'été de l'année suivante, au début de la campagne de fouilles archéologiques, il m'a chargé de faire de nouvelles recherches. A mon arrivée dans l'îlot, j ' a i vu qu'il y avait là deux stations différentes: la pre­ mière, qui se trouve sur un tumulus, dont le sol a été érodé par les eaux, a livré un ma­ tériel céramique primitif comme technique et ornementation. La second e est située vers l'extrémité Est de l'îlot; bien plus grande que le tumulus, mais basse et lavée par les eaux qui, aux époques de grande crue, l'inondent complètement 2 ), elle a fourni un matériel céramique très caractéristique, surtout comme décor, ce qui a attiré l'attention de mon collègue sur leur apparition plutôt rare dans ces régions et il a cru devoir appliquer aux tessons l'épithète provisoire d'«exotiques» '). Cependant j ' a i moi-même découvert une céramique identique à Luptâlori auprès de l'étang de Mostiçtea et à Cemica, dans la vallée de Tânganul (à 15 km de Bucarest). Mon collègue Gh. Çtefan a rencontré, lui aussi, une céramique analogue à Vqlp.n.-Pçpii- sur la rive droite d'Arges 4 ). Deux fragments céramiques à décor semblable se trouvent même au Musée National d'Anti­ quités, où ils sont donnés comme provenant de Hinog (Dobroudja) 5 ). Une nouvelle station avec une céramique pareille, a été découverte par mon collègue I. Nestor à Glina-Bâlâceanca sur la rivière de Dâmbovitza (10 km de Bucarest). Ce qui donnait une importance extrême à cette station de Boïan, c'était le très grand nombre de frag­ ments céramiques existants à la surface du sol. Après l'examen du matériel que j'avais apporté, M. le directeur V. Pârvan a décidé que des fouilles fussent effectuées aux stations de l'îlot et il m'a fait l'insigne honneur de m'en charger. Pour me seconder dans ma tâche, il m'a adjoint M-lle Hortansa Dumitrescu, assistante au Musée National d'Antiquités, dont le concours m'a été bien pré­ cieux. Les fouilles ont été pratiquées dans des conditions difficiles, non seulement parce que la station était éloignée de notre logis, situé au village de Vârâçti (à 3 km de l'îlot), mais encore parce qu'il fallait traverser le lac en barque sur environ l km. Ajoutons à cela le fait qu'à la station de l'extrémité Est, station sur laquelle s'est principalement
' ) Voir la carte archéologique de Radu Vulpe, insérée au Buletinul Commisiunii Monumcntclor Istorice (en roumain avec des résumés en français), Bucarest, 1924, fasc. 40, p. 80 et 97 (le résumé français). 2 ) Nous croyons que le lieu était jadis plus élevé, car les fouilles nous ont permis de constater que la couche de culture va jusqu'au niveau actuel de l'eau. Il serait d'ailleurs inadmissible qu'une station, sujette à des inondations, eût pu subsister si longtemps, alors surtout que nous n'avons pas coustaté l'existence d'habitations lacustres construites sur pilotis. L'explication réside dans le fait que les alluvions ont exhaussé le lit de l'étang. 3 ) Bul. Com. Mon. /si., Bucarest, 1924, fasc. 40, p. 84. 4 ) Un tesson avec décor identique fait partie de la collection Istrati-Capsa, où il est mentionné comme provenant de la localité Nazâru, département de Brâila. — Voir C. Moisil: Antiquités préhistoriques de Roumanie, (en roumain) Bul. Com. Mon. lit., IV-ème année, Bucarest, 1 9 1 ' , p. 138 — 140, fig. I. 5 ) Musée National d'Antiquités de Bucarest, salle 1, vitrine IV.

250 www.cimec.ro

LES STATIONS PRÉHISTORIQUES DU LAC DE BOlAN

portée notre attention, il y avait de nombreux ormeaux dont les racines s'étaient enchevêtrées sous terre, ce qui rendait les fouilles très difficiles. D'autre part, l'eau «'étant infiltrée dans la terre argileuse, celle-ci devenait gluante vers 50 — 60 cm., ce qui accroissait les difficultés. Elles ont pu cependant être surmontées, et les fouilles ont été effectuées en un mois aux deux stations. Ce sont les fouilles pratiquées à l'ext rémité Est de l'îlot qui ont exigé le plus de temps. Je désignerai cette station par la lettre A et celle du tumulus par la lettre B. Commentons l'étude de la première station (A). STATION A Situation. La station s'étend sur la rive Nord-Est de l'îlot, et occupe une aire d'en­ viron 12.500 me. Sa longueur Est-Ouest est d'environ 250 m et sa largeur, direction Nord-Sud, d'à peu près 50 m (la bordure septentrionale commence à la rive même). Il est à noter que c'est sur cette surface que nous avons trouvé des tessons. L'eau a érodé et lavé une bonne partie de la station qui, autrefois, était peut-être plus étendue qu'elle ne l'est aujourd'hui. J e me suis efforcé de ramener au jour le plus possible de matériel, en E fouillant presque tout l'espace libre com­ pris entre les arbres. C'est ce qui ex­ plique pourquoi les fouilles ont un carac­ tère irrégulier (fig. 2). Elles ont été pous­ sées jusqu'à 1,80 — 2 m, profondeur à laquelle la terre glaise est apparue au niveau de l'eau (au mois de juillet, quand elle est basse; autrement, le ni­ veau de l'eau est plus élevé que celui de la dernière couche de culture). Les fragments céramiques décou­ verts à la surface sont très variés com­ me technique et surtout comme orne­ mentation ; ils révèlent une succession d'établissements de culture différente. Par exemple, à côté de tessons à décors géométriques incisés ou excisés et emplis d'une matière blanche, j'en ai Fig. 2. découvert un autre, finement patiné, décelant une technique avancée, mais sans ornement. A côté de ces tessons, il y en avait des autres dont la technique et les décors étaient de caractère néolithique. Des tessons d'époque La Tène et grecs, sur­ tout des fragments d'amphores, complètent l'inventaire des tessons trouvés à la sur­ face de la station. Comme objets: quelques haches en pierre polie, des silex, des pieds de figurines ou de tables à décor géométrique servant au culte; un objet ressemblant à une poi­ gnée de poignard anthropoïde (ou peut-être à un harpon pour saisir le poisson). www.cimec.ro 251

Stratigraphie. Bien que les fouilles aient porté sur presque toute la surface libre comprise entre les arbres, les objets céramiques caractéristiques des diverses couches de civilisation ont été trouvés brisés et mélangés, à cause des racines des arbres et de l'infiltration des eaux : aussi est-il difficile d'établir une succession de couches. On pourrait peut-être avancer, se basant sur les foyers découverts à des profondeurs diverses, qu'on est en présence de deux grandes couches. Dans deux endroits seulement (tranchées A et B), où la céramique est moins mé­ langée, il a été possible de définir trois couches céramiques, bien que trois rangées de foyers ne leur correspondent pas. Nous allons étudier la stratigraphie de chaque tranchée en particulier. Tranchée A. Tracée au milieu de la station, sur la partie la plus élevée, cette tran­ chée a 15 m de longueur NS et 5 m de largeur EO. Jusqu'à 0,30 — 0,40 m de profon­ deur, les tessons étaient mélangés. C'étaient tantôt des tessons de pâte impure, décorés de bourrelets et de proéminences, tantôt des tessons La Tène et grecs, ou bien des tes­ sons à décor géométrique incisé et excisé, couverts ou non de patine, tantôt de simples tessons en pâte fine, sans nul décor ou bien de simples raies légèrement tracées. Il a été aussi trouvé un fer de lance, un petit bracelet de fer, une fusaïole et une perle d'ar­ gile, une hachette en pierre lisse et plusieurs silex. A partir de cette profondeur, le caractère de l'inventaire céramique n'est plus uni­ forme pour toute la tranchée: il varie. Ainsi, dans la partie Nord de la tranchée, jus­ qu'à 6 m vers le Sud, apparaissent, en grande et prépondérante quantité, des fragments céramiques dont la pâte a été façonnée au tour, habituellement de couleur grise, plus rarement rouge ou jaunâtre, ainsi que des fragments d'amphore: fonds, anses, etc. Très peu de tessons à décor géométrique, un peu plus à proéminence et à bande ondulée. Fragments de bousillage et très peu de silex. Nous sommes évidemment dans un milieu d'époque La Tène. Ce milieu persiste jusqu'à 0,60 m de profondeur, à partir de laquelle prédominent presque exclusivement des fragments à décor géométrique incisé ou ex­ cisé. Parmi ceux-ci, à part quelques-uns présentant le caractère d'époque La Tène, épars ci et là, il en est d'autres dont le décor est formé de lignes mises en léger relief par pression du doigt sur la pâte encore molle, ou bien par un bourrelet à alvéoles et à proéminences, grandes, aplaties, parfois rondes et alvéolaires. Entre 0,90 —1,10 ni de profondeur, à côté de tessons à décor géométrique, on en voit de simples, sans décor particulier, chargés seulement d'un bourrelet à alvéoles^ souvent aussi à proéminences alvéolaires. Les tessons dépourvus d'ornementation sont couverts d'une belle patine brune, ou de teinte jaunâtre-rougeâtre; la pâte est fine. A partir de 1,10 m et jusqu'à la terre glaise les tessons mentionnés plus haut sont prépondérants ; ceux à décor géométrique ou de caractère La Tène sont en quantité extrêmement réduite. A 1,70 m, nous avons trouvé un anneau en bronze et très peu de silex. Bien que de la terre brûlée, du bousillage et même du charbon aient été découverts dans cette partie de la tranchée, il a été impossible d'y déterminer l'emplacement d'un foyer. Comme on le voit, l'inventaire céramique de cette partie de la tranchée révèle l'existence de trois couches de civilisation : la 1-ère de caractère La Tène, la 2-ème, carac­ térisée par de la céramique à décor géométrique, et la 3-ème, caractérisée par une 252 www.cimec.ro

LES STATIONS PRÉHISTORIQUES DU LAC DE BOÏAN

poterie à patine brune, noire ou bien de teinte à la fois jaunâtre et rougeâtre, ou sans patine et portant le décor habituel du bourrelet alvéolaire. La situation est toute autre dans le reste de la tranchée: Nous avons vu que jusqu'à 0,30 — 0,40 m, l'inventaire céramique avait un carac­ tère uniforme dans toute la tranchée. A partir de cette profondeur, la partie méridio­ nale de la tranchée A présente, entre 6 et 15 m de longueur un inventaire céramique net­ tement distinct. Vers 0,35 m, les tessons La Tène et grecs sont en quantité un peu plus grande; à partir de cette profondeur, ils deviennent rares, puis manquent complète­ ment vers le fond. La céramique prépondérante jusqu'à la terre glaise est couverte d'une patine de teinte brune ou bien à la fois jaunâtre et rougeâtre, rarement noire, sans décor, ou sans patine et ornée du bourrelet alvéolaire. Bien que nous n'ayons pas trouvé de vases entiers, les fragments découverts ré­ vèlent des vases à fond plat, à panse légèrement oblique, ou, parfois, renflée vers le milieu : le rebord est droit ou légèrement rabattu à l'intérieur du vase, quelquefois un peu évasé. D'autres fragments, ceux surtout dont la patine est brune ou noire, indiquent des vases à pied ou en forme de verre. Un de ces derniers présente aussi des traces de cou­ leur rouge. Un autre tesson à patine brune est décoré de files verticales de trous. Les tessons à décor géométrique se rencontrent incidemment. Comme objets, mentionnons un petit bracelet d'argile et quelques silex. Dans cette partie, nous avons pu identifier aussi deux foyers, donf l'un visible à 0,20 m de profondeur et l'autre à 0,90 m. Le premier est de forme à peu près ovale; le second est rond. Leur présence à des profondeurs différentes prouve qu'il y avait là deux rangées de huttes, fait que corrobore la poterie qui y a été découverte. On a trouvé de la terre brûlée et des restes de charbon dans presque toute la tranchée. Nous avons rencontré une grande quantité de charbon à côté d'un peu de terre brû­ lée, à 0,90 m de profondeur, vers le milieu de la tranchée et à proximité de la paroi Est. Tranchée B. En la traçant d'après les dimensions: EO 6 m X NS 3 m, du bord Ouest de la tranchée A, à 5 m du bord Nord, nous avons tâché de nous rendre compte, par les fouilles pratiquées, de l'étendue de la couche de civilisation vers l'Ouest. L'inven­ taire céramique est généralement plus simple que dans la partie correspondante de la tranchée A. Ainsi, jusqu'à 0,40 m de profondeur, nous avons un mélange de tessons La Tène, grecs (peu nombreux), à décor géométrique ou ornementés de raies en relief et du bourrelet à proéminences ; les tessons sont chargés d'une patine brune, noire ou de teinte à la fois jaunâtre et rougeâtre. Jusqu'à cette profondeur, les tessons La Tène sont en infériorité numérique comparativement à ceux dont le décor est géo­ métrique ou bien en relief et patiné. Vers 0,40 m, le nombre de tessons La Tène s'ac­ centue, pour décroître ensuite immédiatement, à tel point qu'à partir de 0,60 m, on n'en trouve qu'incidemment. Les tessons à décor géométrique, incisé et excisé, se rencontrent en plus grand nombre vers 0,60 m, sans avoir toutefois la prépondérance dans l'inventaire céramique, car on trouve en tout aussi grand nombre les tessons à patine brune, noire ou de teinte à la fois jaunâtre et rougeâtre, ou bien sans patine et avec décor en relief. A partir de cette profondeur, jusqu'à 1,80 m, où nous avons rencontré la terre glaise, la prépondérance revient aux tessons patines et sans décor, ou bien non-patinés www.cimec.ro 253

V. CHMSTKSCU

et avec décor en relief; ceux qui sont à décor incisé et excisé se raréfient sensiblement. Tous les tessons se multiplient d'ailleurs quantitativement. Les formes des vases sont également celles des spécimens découverts dans la tran­ chée A. En dehors de quelques silex trouvés dans les couches supérieures, nous avons encore découvert les objets suivants : une pendeloque en os, un petit peson de filet, un fragment de vase troué (faisselle). A 0,45 m: deux pieds de table-support de vases à ornement géométrique incisé. A 0,95 m, nous avons trouvé, au coin SO, une pierre parallélipipédique, longue de 0,30 m, haute de 0,11 m, et dont la partie haute est évidée et arrondie comme un caniveau. Le bousillage, découvert à la profondeur de 0,30 m, existait en petits fragments, comportant des restes de brindilles. A 1,40 m, vers le coin NO, nous en avons rencontré un plus gros morceau (0,20x0,12 m ) ; mais on n'a pas trouvé autre chose, sauf quel­ ques petits tessons patines. Pas un foyer. C'est toujours afin de suivre vers l'Ouest la couche de culture, que nous avons tracé une tranchée C, parallèle à la tranchée B, en partant de l'extrémité Sud de la paroi Ouest de la tranchée A. A cause des arbres qui ont empêché l'élargissement de la tranchée, nous avons tracé un fossé «a» pour unir la tranchée C à la tranchée B et iden­ tifier la couche de culture. C'est également afin de suivre la couche de culture, que nous avons tracé, vers le Sud, en partant du bord Sud de la tranchée C une autre tranchée D, tandis que nous tracions, à partir du coin NO, un autre fossé, de direction NO. Ces couches présentent toutes une uniformité stratigraphique. Nous allons les étudier l'une après l'autre. Tranchée C. Tracée dans la direction EO, d'après les dimensions 12 X 2,50 m. Le niveau de l'excavation varie à cause des racines; il y a toujours une différence de 0,10 — 0,20 m. en plus pour la rive Sud. Le bord Ouest se trouve d'ailleurs, lui aussi, à un niveau plus bas d'environ 0,10 m que la rive Est. L'inclinaison est donc fort réduite. Jusqu'à 0,35 m, l'inventaire céramique est tout aussi mélangé que dans les autres tranchées: tessons La Tène, fragments d'amphore, tessons à décor géométrique incisé et excisé. Certains tessons ont des décors en relief; d'autres, et ils sont assez nom­ breux, sont privés de décor, mais couverts d'une patine brune, noire ou de teinte à la fois jaunâtre et rougeâtre. Peu de silex. Vers le centre de la tranchée, les fragments d'amphores et de vases La Tène sont particulièrement abondants. A partir de 0,45 m de profondeur, nous avons fait la constatation suivante : tandis que la présence de tessons grecs et La Tène persiste dans la partie Ouest de la tranchée, on remarque que des tessons à patine brune, noire, ou rougeâtre-jaunâtre, de même que des tessons non patines à décor en relief, commencent à prédominer dans la partie Est. Vers 0,60 m, les tessons à décor géométrique incisé et excisé se multiplient, pour faire ensuite presque exclusivement place, à partir de cette profondeur, à la poterie patinée, sans décor, ou bien sans patine et à décor en relief. En relation avec ce genre de céramique, apparaissent des fragments de pe­ tits vases en forme de verre, dont la pâte est habituellement fine et couverte www.cimec.ro 254

LES STATIONS PRÉHISTORIQUES DU LAC DE BOÏAN

d'une patine noire, brune, ou café, qui présente parfois des traces de couleur rouge *). A 0,60 m, de profondeur, nous avons trouvé un petit vase de pâte grossière; le contour, irrégulier, autorise à croire qu'il était caliciforme. Vers 0,80 m, nous avons ramené au jour un autre petit vase, ayant la forme d'une petite écuelle, au rebord irrégulier, de pâte fruste, de teinte rougeâtre-jaunâtre. En ce qui concerne la quantité des tessons, elle a été assez grande jusqu'à 1,50 m., puis elle a subitement diminué. Dans la moitié Ouest de la tranchée, les tessons sont de­ venus rares à partir de 1,20 m, puis nous n'en avons plus vu à la profondeur de 1,60 m Au contraire, dans la motié Est, leur présence s'affirme jusque vers 1,80 m, où appa­ raît la terre glaise. Comme objets, nous n'avons trouvé que quelques silex. Ce qui donne une importance particulière à cette tranchée, c'est le grand nombre de foyers que nous y avons découverts (fig. 3).

A la profondeur de 0,20 m un foyer est apparu à 2,50 m de distance vers l'Ouest de la tranchée A. La pioche a permis d'en préciser les dimensions, soit: EO 0,80 m, NS -- 0,55 m. A 0,45 de profondeur, nous avons trouvé, à 4 m. de distance vers l'Est du bord Ouest, un gros morceau de bousillage (0,17x0,12 m), à traces visibles de brindilles, qui était enfoncé dans la paroi septentrionale. Nous avons d'ailleurs trouvé du bou­ sillage, mais en petite quantité, sur divers points de la tranchée. Vers 0,70 m, nous avons commencé à apercevoir des traces de foyer et de terre brûlée. Les foyers découverts, en dehors de celui dont nous avons parlé, sont au nombre de six et sont tous situés vers la même profondeur (entre 0,80 —1,20 m). Il est à noter que le groupement de ces foyers est distinct: dans la partie Ouest, il existe un groupe, qui est formé de deux foyers (,i et β sur la figure), situés à une faible distance du point où nous avons trouvé le bousillage; dans la partie Est, il y a le deuxième groupe, qui comprend quatre foyers (y. ô, e, η sur la figure). Un intervalle de 3,80 m sépare les deux groupes. Bien que nous ayons rencontré, près du foyer /5, un morceau de bo^s calciné (char­ bon) et de pierre (l'un et l'autre à 1,40 m de profondeur), et bien que la présence du
') Des fragments de ces vases ont été découverts incidemment dans la tranchée A, mais ici nous les y avons trouvés en bien plus grande quantité,

www.cimec.ro
255

V. CTÏRÏSTESC.IT

morceau de bousillage trouvé plus haut semble se rattacher lui aussi au foyer, on ne saurait tirer aucune conclusion en ce qui concerne la forme de l'habitation. En ce qui touche le groupe Est de foyers, on ne peut également tirer aucune conclusion surtout que certains foyers (s, η) ont des dimensions trop exiguës. Il est à remarquer que le foyer γ se prolonge, vers le Sud, au-dessus des racines d'un ormeau; mais nous n'avons pas pu voir jusqu'où va le prolongement, à cause des racines de l'arbre. Dans ce foyer, nous avons découvert un squelette, qui paraît être de date récente. Le corps était orienté NS. Nous sommes donc ici en présence de deux rangées d'habitations. Comme l'indique le premier foyer, découvert à 0,20 m de profondeur, la première couche des stations s'est moins bien conservée; la seconde, plus ancienne, est au contraire dans un état de conservation bien meilleure, ce qui ressort du plus grand nombre de foyers qui s'y trouvent et de leurs plus grandes dimensions (fig. 4, 5).

Fig. 4.

Tranchée D. Tracée à partir du bord Sud de la tranchée C; dimensions: E 0 4 X N S 6 m. A cause des racines de l'arbre, nous n'avons pu approfondir la tranchée sur une portion de 1,50 X 1,50, vers le bord Est. L'inventaire céramique est identique TERRE SABLONEVSE " NOIRE à celui de la tranchée C. A mentionner " ARG1LEVSE deux vases de pâte noirâtre, mal pétrie: a rr FERME l'un est plus grand que l'autre, il a la GLAISE forme d'un double tronc de cônes sans BRVLEE rebord ni anse; l'autre est plus petit et caliciforme. Ces deux vases ont été découverts près de la tranchée C, Le plus grand con­ tenait quelques osselets et de la cendre. Nous avons d'ailleurs trouvé des os, de la terre brûlée et du charbon sur presque tout cet emplacement, sur une superficie de 1,50 X 3 m. Nous avons aussi trouvé là une pierre. A cette profondeur (1,60 m), la terre est très molle et devient brusquement gluante, ce qui prouve une puissante infiltration d'eau. Dans la tranchée D, nous avons pu identifier un foyer nouveau, de forme ronde et de 2 m de diamètre. Situé à 1,20 m de profondeur, à 1,10 m de distance du bord Sud et à 0,25 m de celle de l'Est, il était plein de cendre, d'os et de coquilles. Nous y avons également trouvé beaucoup de tessons patines ou non, à ornement en relief et à décor géométrique (ces derniers moins nombreux).

SB

256 www.cimec.ro

LES STATIONS PRÉHISTORIQ1 ES 1)1 LAC DE BOÏAN

Un autre foyer existe dans la paroi Est ; il est comme le prolongement du fo­ yer γ de la tranchée C, où nous avons découvert le squelette dont il a été fait mention. Comme objets distincts, la terre a livré des silex, un projectile d'argile et une fusaïole. Fossé «a». Tracé un peu obliquement, à cause des arbres, pour rattacher la tranchée C à la tranchée B, ce fossé a comme dimensions 1,50 m EO X5,50 m NS. La terre et la poterie rappelent celles de la tranchée C, à cette différence près qu*ici la terre abonde en conquilles et en os d'animaux. Objets distincts trouvés: quelques silex, un fragment de hachette de pierre verdâtre polie, une aiguille en bronze à quatre arêtes, pointue aux deux extrémités (découverte à 0,70 m de profondeur). Fossé «6». Tracé à partir du coin NO du chantier C, nous lui avons donné la di­ rection NO sur une longueur de 10 m ; largeur: 1,50 m. Comme des tessons n'ont été découverts que dans la moitié Sud du fossé, il a été réduit, à partir de la profondeur de 0,35 m, à 5 x 1 , 5 0 m. En ce qui regarde l'in­ ventaire céramique, il est à remarquer que jusqu'à 0,45 m, la terre s'est montrée pauvre de matériel ; c'est à peine à cette profondeur-là que les tessons sont devenus nombreux. Le caractère et la stratification rappelent ceux de la tranchée C. Objets différents: quelques silex, une hachette en pierre polie. A 1,50 m de profondeur, dans la paroi Est, dans une aire de 0,65 m EO X 0,45 m NS, nous avons trouvé du bousillage ainsi que de la terre bridée mélangée à un très grand nombre de coquilles, os et tessons. Tranchée E. Tracée dans la direction NS, parallèle­ ment à la tranchée A, à 10 m de distance de celui-ci, vere le S, cette tranchée a eu comme dimensions initiales 8 m EO X 12 m NS. La différence de niveau en plus pour le bord Nord était de 0,40 m. Comme nous dispo­ sions de peu de temps et qu'il était difficile de piocher, nous avons à 0,60 m de profondeur, réduit de 4 m de longueur l'étendue de la tranchée, de sorte qu'elle prend par la suite la forme d'un carré dont le côté a 8 m. <fig. 6). La nature de la terre et la stratification de la céra­ mique se présentent généralement comme dans la tranchée A, avec cette différence que les éléments La Tène sont en quantité réduite. Ainsi, jusqu'à 0,40 m, les tessons se trouvent mélangés: portant une patine rougeâtre-jauî - * ' ■ ' l nâtre, soit noire ou brune, sans décor, ou à décor géoméFig. 6. trique ou encore à décors en relief et sans patine. Les tessons à décor géométrique sont abondants, surtout dans la partie Nord de la tranchée, fait également constaté dans la tranchée A. Quelques tessons La Tène et grecs sont disséminés parmi les autres. Les fragments céramiques décèlent des vases comme ceux des autres tranchées fouillées. Là aussi, on rencontre fréquemment le petit vase en forme de verre. www.cimec.ro 257

V. CHRISTESCU

Comme objets: un objet en fer ayant la forme d'un briquet (découvert à 0,10 m de profondeur), une minuscule perle blanche, quelques fragments de tables-supports de vases à décor géométrique, une fusaïole, un fragment de pied de figurine, des silex. Vers 0,45 m, on a trouvé des foyers et «lu bousillage. A Ο,ύΟ ni de profondeur, la céramique à patine jaunâtre-rougeâtre et brune prédomine, sans qu'il y ait, toutefois, une réduction très accentuée des fragments à décor géométrique. A mentionner le fragment d'un vase en forme de verre, à belle patine brune ; un petit sillon est excisé parallèlement au rebord; l'emplacement excisé est plein d'une matière rouge (v. fig. 2, pi. XV). Vers 0 95 m les tessons deviennent moins nombreux; nous en trouvons deuxtrois qui sont grecs (fragments d'amphore) et quelques-uns à décor géométrique. De-ci de-là un silex. A 1,50 m nous rencontrons la terre glaise. Deux fragments d'un vase en forme de verre, de pâte fine, à patine noire, présentent de larges excisions, pleines de couleur rouge (planche X X I I , fig. 1, 2, 3). M- Jfc m\ Dans cette tranchée également, on
\_ C i A
J

«lislingm· d e u x rangées de

IUNCIS:

ΓΙΙΙΚ·

à 0,45 m de profondeur, l'autre à 1,20 m. La couche inférieure est plus riche. Alors que dans la couche supérieure, les foyers n'ont pas une forme définissable, dans la couche inférieure, nous avons pu déterminer avec précision la forme d'un foyer, qui est rond, plein de cendres et a un diamètre de 1,40 m. Dans ce foyer, nous avons aussi trouvé un objet en bronze ayant la forme d'un gros clou. A cette profondeur, nous avons remarqué de la cendre sur plusieurs points de la tranchée. Dans un endroit, il y avait des os calcinés ainsi que des tes­ sons pleins de charbon et de cendre. A 0,75 m de profondeur, vers le coin NO de la tranchée nous avons ramené au jour un crâne — malheureusement brisé par la pioche — et, à côté, le pied d'un vase, de forme cylindrique, décoré d'incisions circulaires (pi. X I V , fig. 2), contenant un per­ cuteur en silex. Conclusion sur la stratigraphie. En résumé, nous pouvons affirmer, d'après les descriptions qui précèdent, que nous sommes en pi ésence de deux couches de civilisation déterminées avec précision par deux rangées de foyers: la première est à 0,20 — 0,45 m de profondeur; la seconde à 0,85 m — 1 , 2 0 m. Bien que la céramique soit irrégulière­ ment disposée du point de vue stratigraphique, elle correspond, en traits généraux, aux deux rangées de foyers. La céramique La Tène correspondrait à la première rangée de foyers ; la céramique patinée, sans décor ni patine, à décor en relief, correspondrait à la seconde rangée. 258 www.cimec.ro

LES STATIONS PRÉHISTORIQUES DU LAC DE BOÏAN

Il semblerait, logiquement, que la seconde rangée de foyers dût être à une plus grande profondeur, étant donné que la couche de civilisation de la céramique correspon­ dante va jusqu'à près de 2 m. La couche de culture de la céramique à décor géométrique, localisée sur certains en­ droits, apparaît comme quelque peu intermédiaire entre la couche La Tène et celle de la céramique à patine ou à décors en relief.

SILEX E T O B J E T S EN P I E R R E ET EN OS Silex (pi. I et X X I , fig. 4 — 6). Dans toute la station, aussi bien à la que dans l'excavation, nous avons trouvé environ 150 silex; 17 seulement sont et leur longueur varie entre 0,03 — 0,10 m ; leur largeur entre 0,02— 0,04 m. te n'est formé que de fragments, dont certains sont assez longs (0,12 m) et lement bien travaillés. Quelques-uns d'entre eux sont minuscules. Cinq noyaux de grandeurs diverses (0,04 — 0,08 m), un racloir et cinq percuteurs (le plus grand a un diamètre de 0,05 m) complètent l'inventaire des silex. Haches (pi. II fig. 9 — 1 1 , 14—16, 19 — 21 1 ). Nous avons découvert neuf haches. Les plus petites sont entières. La pierre est bien polie ; elle est de couleur variée: blanche, jaunâtre ou bleuâtre. La forme des plus petites haches est plutôt I riangulaire ; la partie la plus large est vers le tranchant. Les plus grandes sont plutôt quadrangulaires. La hachette la plus pe­ tite et la plus finement travaillée a 0,04 m. de long, tandis que la plus grande est large de 0,045 m, longue de 0,065 m et épaisse de 0,015 m. Trois fragments sont à mentionner comme instruments en pierre: 1) la partie supérieure d'une hache-marteau, 2) la par­ tie inférieure d'un autre instrument iden­ tique, et 3) la moitié de la partie inférieure d'un instrument en forme de pic, à quatre arête·? qui se terminent en pointe (pi. II fig. 8, 22, 23). Un petit ciseau en pierre de couleur à la fois jaunâtre et rougeâtre; il est 0,035 m (pi. I l Fig. 18). surface entiers Le res­ généra­

Mil*

long de

*) E n ce qui concerne leur aire de dispersion dans la contrée carpatho-balcanique, voir I. An-

driesescu: Contributions à la Dacie d'avant les Romains (en roumain), Iasj 1912, p . 31 et suivantes.

www.cimec.ro 259

V. CHRISTKSCr

Trois herniinettes, dont une longue de 0,07 m et large de 0,03 au tranchant ; vers l'arête elle se rétrécit jusqu'à 0,025 m; la deuxième, longue de 0,055 m et large de 0,015 au tranchant, se rétrécit jusqu'à 0,010 m vers l'arête; la troisième, plus large vers l'arête et plus étroite vers le tranchant, est longue de 0,075 m, large de 0,013 m au tranchant et large de 0,025 à l'arête (pi. II, fig. 12, 13, 17). Objets en os. Nous avons trouvé: 1) une pendeloque en os lustré, courbe, pointue à l'extrémité, aplatie et trouée à la partie supérieure; longueur: 0,10 m; 2) un poinçon, long de 0,065 m ; 3) deux autres fragments ronds de poinçon, de 0,55 et 0,45 m de long (pi. XXII, fig. 15 — 19).

CÉRAMIQUE La poterie de cette station est très variée formes qu'au point de vue du décor. lies groupes céramiques suivants sont tout 2) < 3) aussi bien comme technique et comme d'abord à distinguer: 1) gréco-La Tène; à décor géométrique excisé ou incisé; à décor en relief ou sans décor.


D'après la stratification, nous avons constaté que ces deux derniers groupes se figBr ΛΛΕΕΕΛ ^ Η fî\ rattachent étroitement l'un à l'autre. Nous j lUlV \^· " allons les examiner, en commençant par 1rs vases à décor géométrique excisé et incisé. Nous passerons ensuite à ceux à décor en relief, et finiront par les gréco-La Tène. Vases à décor géométrique. Technique. La pâte des vases de ce groupe a été pétrie à la main. Certains fragments de grands vases sont en pâte bien pétrie, mais im­ pure; d'autres, plus petits, sont en pâte plus fine. La pâte d'un certain nombre est très bien cuite, et les nuances vont par­ fois du rouge au brun ; dans ce dernier cas, les tessons sont couverts de patine. Assez fréquemment remarquée, celle-ci est fine en général. Sur certains de ces vases, PI. I I I . les excisions sont emplies d'une matière blanche. Sur très peu d'exemplaires qui appartiennent à un type spécifique (de verre) et semblent ne pas être de pro­ duction locale, l'excision est pleine d'une matière rouge (pi. XXII, nos. 1, 23) ] ). Ce qui caractérise encore les vases à excisions remplies de matière blanche, c'est ') Sur certains tessons, les raies ont été tracées260 procédé à l'excision (pi. I I I fig. 1, 4). L'excision www.cimec.ro
pouvait être linéaire, quand on laissait en relief des ornements linéaires, ou en surface, quand on

Ç\.

avec u n e l a m e ; disposées pour former les motifs d'ornementation, elles montrent qu'on a ensuite

LES STATIONS PRÉHISTORIQUES 1)1 LAC DE BOÏAN

que souvent, après les avoir façonnés, on les a encore enduits d'une pâte argileuse sur laquelle on a exécuté le décor 1 ). Les raies des ornements sont tracées avec précision et leurs combinaisons présen­ tent de la variété. 11 en est de même pour le contour des vases, ce qui prouve l'habileté particulière des potiers de la région *). Cette opinion est aussi corroborée par l'étude des formes et des décors. Formes. Les formes des vases de cette catégorie sont variées. Le type le plus fréquent, caractéristique du groupe entier, est celui d'un vase aux flancs obliques, sans courbure, vase dont l'orifice, terminé par un rebord qui émerge verticalement du col fort réduit du vase, est plus grand que le fond. Toute la paroi extérieure est couverte du décor géométrique (pi. III, no. 11, pi. IV, no. 1, pi. V, fig. 2 et 3, pi. X, fig. 12). Cette forme se retrouve aussi dans des variantes (pi. IX, f. 3 et pi. V, fig. 4 ; pi. X, fig. 10 et pi. V, fig. 9). Sur les vases de ce type, y compris toutes ses variantes, le décor débute à une certaine distance de la dépression du col; la séparation est marquée par une zone d'incisions parallèles, ou, rare­ ment, par une zone d'ornementation formée de cariés excisés en damier (pi. IV, fig. 1, 2 et pi. V, fig. 2 ; pi. X, fig. 10 et pi. V, fig. 19). PI. IV.
laissait des surfaces en relief. Sur un tesson, on voit l'excision d'une grande partie de la surface du vase, pour ne laisser en relief qu'une bande verticale (pi. I X fig. 2 ; des exemplaires identiques ont .été découverts à Cascioarelc par mon collègue Gh. Çtefan: Câscioarcle, Dacia II). L'emploi du même procédé se remarque sur un tesson du Musée d'Antiquités de Bucarest (salle I, vitrine I V ) ; il proviendrait de Hinog. E n ce qui concerne le procédé par incrustation avec de la matière blanche ou rouge et son aire / d'expansion, voir M. Wosinsky: Die inkrustierte H Keramik, Berlin, 1904,passim et L. Rey: Bull. Corr. \ Hell, 1917 — 1919, p . 222 sqq. Il convient de mentionner la station nouvelle de «Mfigura-Fetelor», découverte par nous à Vâdastra département de Romana^i, où des fouilles ont été pratiquées pendant l'été de 1926 et où la terre a livré de la céramique à décor excisé, incrustée de matière blanche et rouge. ') Ce procédé technique a été également remarqué en Transylvanie, à Korpad, sur le Someç. Voir: .1. Kovâcs, La station préhistorique de Korpad, Dolgoszatok, Travaux de VInstitut archéologique. Cluj, 1913, p. 16. Cette station, datant du début de l'âge du bronze, présente aussi un système de décor géométrique des vases, système qui se rap­ proche de celui des groupes céramiques que nous avons étudiés. 2 ) Déchelette mentionne cette technique dans son Manuel d'archéologie préhistorique, I I , 1, p. 378 et suivantes ; il dit qu'elle a fait son apparition pen­ dant le Bronze I I I . Il est à remarquer que dans les

www.cimec.ro
261

V. CHRISTESCU

On trouve aussi le vase à panse verticale et rebord droit (pi. III, fig. 7; pi. VI, fig. 6, 11, 16; pi. X, fig. 6). Un autre type, tout aussi fréquent, est celui des vases à rebord droit et dont la panse est, le plus souvent, renflée. Certains fragments, d'une pâte couleur brique, bien cuite, décèlent des vases cy-

l'I. V.

lindriques. Le rebord est constitué par l'extrémité même de la paroi ; l'ornement, formé d'une zone verticale, avec décor en damier, commence au rebord même du vase (pi. VII, fig. 16 et pi. V, fig. 7).
stations de France, de même que dans celle de Bolan, la céramique de cette catégorie n'a été découverte qu'à l'état fragmentaire (Déchelettc: ibidem, p. 379). Cette céramique, comme décor analogue, se re­ trouve aussi en Bulgarie: Wilke, art. Bulgarien — Reallexikon der Vorgesch, II, Berlin 1925, page 204 sqq., planche 89, fig. a, pi. 95, fig. C (pré· / mier tesson à gauche), fig. b. (dernier néolithique, j et en Transylvanie, à Mâgura: Wosinsky, Inhr. '■ Keramik, pi. X, fig. 5). Des recherches que nous avons faites ultérieure­ ment nous ont permis de reconnaître deux autres stations de céramique analogue, mais elles sont plus petites et plus pauvres. T,a première est à «Luptâ· tori», sur la Mostiçtea (à 12 km au Nord de Boïan), la seconde à Cvrnica, dans la vallée Tfmganul (à 15 km à l'Est de Bucarest). Une céramique semb­ lable à été découverte dans la station préhistori­ que de Glina-Bâlâceanca sur la rive droite de la rivière Dâmbovitza, a 10 km de Bucarest (fouilles pratiquées par mon collègue I. Nestor). Dans cette station, les tessons excisés ont été trouvés à 3 m de profondeur, sous une couche à céramique pri­ mitive.

www.cimec.ro 262

LES STATIONS PRÉHISTORIQUES DU LAC DE BOÏAN Les vases caliciformes se rencontrent assez souvent (pi. I I I , fig. 10, pi. V, 5 ; pi. IV, fig. 9, pi. V, fig. 1 2 ; pi. I X , fig. 4 , pi. V I , fig. 7 ; pi. X , fig. 8, pi. V, 10), a.nsi qne les vases à forme d'écuelle (pi. I I I , fig. 5, p l . V , fig. 1 1 ; pi. I I I fi„ pi. V I , fig. 2 ; pl. X , fig. H , p l . V I , fig. 1 ; p i . χ γ π ΐ , fig. 1, pl. V I . fig. 8 ; p l fig. 4). fig. fig12 Vl]

D ' a u t r e s fragments révèlent le vase à pied (pl. V I I I , fig. 15) Souvent, le pied, de

Pl. VI.

g r a n d e u r et forme variées, est lui-même décoré d'excisions circulaires. Un grand et beau pied cylindrique indique un grand vase (pl. X I V , fig. 2). Des vases en forme de verre se rencontrent surtout sans décor ou avec décor à re­ liefs t o u t aussi fins que la p â t e . (Voir le groupe des vases à relief et sans décor). On p e u t toutefois distinguer quelques fragments dont la pâte est d'égale finesse, mais à décor excisé. U n exemplaire, de p â t e couverte d'une patine brune, porte à l'extérieur u n e incision profonde, qui divise la surface extérieure du vase en d e u x ; la zone supérieure a u n décor géométrique peint en rouge. Sur la surface intérieure, le vase a aussi d e u x zones: la zone supérieure indique l'alternance d'un triangle excisé avec un rectangle en relief; le rectangle et les extrémités de la zone paraissent avoir été peints en rouge. La zone inférieure — a u t a n t qu'on puisse distinguer — paraît être divisée en carrés, d o n t l'un est peint en rouge, l'autre non (pl. V I I I , fig. 2).

www.cimec.ro 263

Y. CHRISTEL I

Un autre type est celui d'un vase à long col, se terminant par un rebord dont l'ex­ trémité se dirige vers l'intérieur (pi. XVI, fig. 6). Le décor de ces vases est formé de dépressions. Une rangée de petites dépressions se trouve sur l'extrémité extérieure du rebord; une autre rangée de plus grandes dépressions, parallèle à la première, se trouve plus bas (pi. X I X , fig. 9). Un vase minuscule, sacré probablement, dont la pâte a été mal pétrie et non cuite, au rebord irrégulier, a la forme d'un petit verre. La panse porte quelques lignes incisée* qui sont évidemment un essai d'ornementation (pi. X X I I , fig. 8).

PI. VII.

PI. VIII.

Sur une sorte de proéminence triangulaire, la seule qui ait été rencontré sur des vases de cette catégorie, on distingue l'ornement «dents de loup» ; cet ornement se trouve aussi sur une poignée de couvercle (pi. X X I , fig. 2). Sur une autre poignée de cou­ vercle, il y a des raies incisées en forme de croix; des lignes angulaire se voient entre les bras de la croix (pi. VIII, fig. 14 et pi. X I I , fig. 14). Ornements. Sur les vases de la catégorie étudiée ici, l'ornementation présente une grande variété dans la combinaison des motifs. Les décors, formés de lignes inci­ sées, indiquent une première étape vers l'aspect définitif du vase, décoré par excision, car l'incision la précède (pi. I I I , fig. 1, 4, 8). La forme la plus simple du décor géo­ métrique, soit incisé soit excisé, se réduit à des zones de raies parallèles que divisent www.cimec.ro 264

LES STATIONS PRÉHISTORIQUE

Dl I.AC DE ROÏ\N

les zones de la panse du vase restées non travaillées au point de vue du décor (ol. I I I , fig. 2, 3, 7). Cet ornement se rencontre, il est vrai, rarement, car il est presque toujours com­ biné avec un autre. Un peu plus complexe est le décor formé d'une zone de raies paral­ lèles situées au-dessus du col, au-dessous duquel commence immédiatement une zone de raies verticales (pi. I I I , fig. 5), qui se prolongent vers le fond du vase. Cette zone peut partir parfois de dessous le rebord (pi. I I I , fig. 2); quelquefois, les raies verticales sont réduites et forment des zones sur la panse du vase (pi. IX, fig. 8).

PI. IX·

PI. X.

La zone de raies parallèles et horizontales peut être variée, du point de vue du décor, par l'entaille régulière des raies (pi. I I I , fig. 12) ou bien on peut y intercaler des rangées de petits carrés en relief, disposés en angles sur la zone (pi. I I I , fig. 9, 14; pi. X V I I I , fig. 1). Il est des cas où L· zone de raies horizontales débute par deux ou trois rangées de ces carrés en relief, disposés en damier (pi. X, fig. 4, 10). La plupart des fragments que nous avons découverts portent des zones de ce genre, dont chacune a un décor géométrique différent. Sur un fragment, on voit que la panse du vase était divisée en bandes par des raies incisées. Les bords de ces bandes sont entaillés (pi. I I I , fig. 6). Sur un autre fragment, au-dessous de la zone de raies parallèles et horizontales, sont rangées 265 www.cimec.ro

V. CHRISTESCU des zones des raies obliques parallèles (pi. V I I , fig. 12). Ces zones p a r t e n t m ê m e , par­ fois, de dessous le rebord (pi. I I I , fig. 7). Le décor formé de raies revêt aussi la forme angulaire, mais le s y s t è m e des zones e s t toujours respecté. A certaine d i s t a n c e de la zone à lignes parallèles et horizontales,

PI. XI.

PI. XII.

c o m m e n c e la zone angulaire, où la p o i n t e de l'angle est dirigée vers la p r e m i è r e zone (pi. IV, fig. 1). Il est des zones où les pointes des angles sont disposées sur u n e ligne imaginaire horizontale qui ceint la panse d u vase. E n laissant sur la p a r o i u n espace n o n o r n e m e n t é , le potier a formé des zones nouvelles ou des triangles (pi. I V , fig. 2, 4, 5, 7, 9 ; pi. I X , fig. 4, 5, 9, 1 3 : pi. X , fig. 11 ; pi. X I , fig. 12). Le triangle est l u i - m ê m e , parfois divisé p a r u n e ligne bissectrice (pi. I V , fig. 4). Il est u n a u t r e o r n e m e n t , formé d ' u n triangle d o n t les côtés sont f o r t e m e n t incisés sur la surface sans décor du vase. A l'intérieur de ce triangle on voit u n décor n o u v e a u , exécuté p a r incisions plus légères et plus irrégulières (pi. IV, fig. 3). L ' i n t e n t i o n de décorer t o u t e la surface dispo­ nible se t r a h i t dans cet essai. L'évolution de ce décor se clôt p a r la forme méandrique. A peine esquissé au d é b u t (pi. I V , fig. 6, 7, 8 ; pi. I X , fig. 4, 5), le m é a n d r e n e t a r d e pas à revêtir sa forme complète et c a r a c t é r i s t i q u e (pi. IV, fig. 10, 11 ; pi. V I I , fig. 1 — 9 ; pi. X , fig. 1 4 ; pi. X I I , fig. 1). D a n s certains cas, u n e surface n ' e s t p a s entière266 www.cimec.ro

LKS STATIONS PRÉHISTORIQUES DU LAC. DE ROÏAN

ment travaillée en lignes méandriques, mais, pour qu'il y eût plus de variété, le potier a laissé intacte une partie intérieure (pi. IV, fig. 6, 8, 9, 11 ; pi. VII, fig. 5, 7, 9). Cette surface peut être couverte, elle aussi, d'autres motifs ornementaux (dents de loup, etc., pi. V I I , fig. 5,9). Sur un fragment de vase, de pâte fine, couverte d'une patine d'un brun rougeâtre et présentant des raies en léger relief tracées très régulièrement, on distingue, sur deux points, des zones formées de lignes brisées et incisées, qui donnent naissance à des parallélogrammes à l'intérieur de la zone (pi. VII, fig. 8). Par une légère courbure de la ligne oblique ou angulaire, on peut former des décors nouveaux ayant un caractère sinueux, circulaire (pi. VII, fig, 10—15). Au lieu d'angles nous aurons alors des lignes courbes, et au lieu des triangles résultant de la surface où mille excision n'a été pratiquée, nous aurons des fragments de cercles (pi. V I I , fig. 13, 1 5 ; pi. XT, fig. 7, 11). L'évolution de cet ornement se clôt par la spirale. Comme ornements particuliers, mentionnons le décor «en damier» 1 ) qui ne se trouve seul que sur quelques fragments (pi. VII, fig. 16; pi. IX, fig. 10). Ce décor entre, d'ha­ bitude, combiné avec les éléments décrits plus haut ou avec d'autres, que nous décrirons plus loin (pi. I I I , fig. 9, 14; pi. X, fig. 1, 4, 5, 7 , 9 , 1 2 ; pi. X I , fig. 14; pi. X V I I I , fig 1). L'ornement dénommé «dents de loup» 2 ) se trouve seul lui aussi (pi. I X , fig. 3 ; pi. X , fig, 2, 3) ou combiné avec d'autres motifs (pi. V I I , fig. 5 ; pi. V I I I , fig. 7, 9, 12, 1 3 ; pi. I X , fig. 2, 1 1 ; pi. X , fig. 5, 13 ; pi. X I , fig. 7, 13, 14). Sur un fragment de table-support pour vase, on voit des raies méandriques. Une de ces raies est rem­ placée par trois «dents de loup» (pi. X , fig. 14). Sur un fragment de vase analogue nous avons, au lieu de «dents de loup», une zone verticale «en damier». La spirale est assez bien représentée, soit seule, soit, principalement, alliée à d'autres motifs ornementaux. Solitaire, elle est admirablement excisée, sur deux tessons, dont l'un est en pâte épaisse, impure (pi. X , fig. 16 3 ), sur l'autre, de même pâte, les exci­ sions sont pleines d'une matière blanche (pi. X I , fig. 9 4 ).
') 1-e décor en damier est la caractéristique de l'ornementation géométrique. Incisé et incrusté de matière blanche, il se trouve dans le néolithique crétois. (Déchelette: Manuel, I I , 1, p, 42, fig. 10 e). On le voit aussi dans la péninsule balcanique (en Bulgarie à Tell Melchkur: Seure-Dcgrande, B. C.H. 1906 p. 417 c, et à Deve Bargan: Reallexikon d. Vorgesch., I I , Berlin 1925, art. Bulgarien, planche 65 b.). de même q u ' e n Hongrie (département de Tolnn. Wosinsky, op. cit., p , 79 et suiv., et pi. X L I , No. 6 ; en Transylvanie, à Turdaç (H. S c h m i d t : Tordas dans Zcitschr. far Ethnologie 1903, p.452, fig. 34 b), à Grossgartach (A. Schliz: Dos steinzeitliche Dorf Grossgartach Stuttgart, 1901, pi. V I I I — X I ) et en France (Déchelette: Manuel, I I , 1, p. 379;. '*) Cet ornement, qui est excisé, se trouve sur un tesson d o n t la pâte bien cuite, est à la fois rougeâtre et j a u n â t r e ; ce tesson provient de Hinog en Dobrogea (Musée National d'Antiquités de Bu­ carest, salle I, vitrine IV). Il porte également une zone de raies en creux, au-dessous de laquelle commence une autre zone de raies — peut-être de méandres — mises en relief par excision de la pâte. On l'a aussi remarqué en Transylvanie, à Csaklya (Wosinsky: op. cit., pi. V I I No. 7) et à Pétris (néolithique, ibidem, pi. I X No. I ) . 3 ) Un correspondant de cet ornement, de forme à peu près identique, se voit sur u n fragment de céramique, de pâte épaisse et bien cuite (grise à la cassure) du Musée National d'Antiquités de Bucarest (salle 1, vitrine I, provient de Hinog, Dobrogea) On y remarque des traces d'incrusta­ tions faites avec une matière blanche dans les interstices résultants d'excision. *) Un correspondant peint de la spirale de ce tesson se remarque sur u n autre provenant de Satoralya-Ujhely (département de Zemplén — Hon­ g r i e — Archeologiai Êrtesitô, 1907, p . 281, fig. 5, et pi. I, No. 15 (le même).

267 www.cimec.ro

V. CIIKISTESCU

La spirale se trouve seule sur nombre d'autres fragments. Combinée, elle peut figurer dans le décor, aussi bien sous forme de raie que sous forme de bande. La raie horizontale ou angulaire est d'habitude l'élément auquel elle est associée (pi. X I , fig. 3, 4, 5, 6, 8, 10, 15, 16 l ). Il est un genre d'ornementation caractéristique de ce groupe de vases. Ce genre consiste à tracer — par excision de surfaces entières aux formes régulières — des tri­ angles, des bandes horizontales ou verticales (pi. IX, fig. 2 ; pi. XVIII, fig. 4). Dans d'autres cas, l'excision est très peu profonde et les reliefs sont faibles (pi. VIII, fig. 1, 4). Ici nous sommes évidemment, en présence d'une manifestation $ d'influence de la céramique peinte. Trois fragments de vases nous offrent un décor identique ; leur pâte est fine ; leur patine est brune-noire. Les décors en relief ont la forme de bandes horizontales ou cour­ bes (spirales) ; quelquefois ils ont la forme de rectangles dis­ posés obliquement, de manière PI. XIII qu'ils ne puissent se toucher que par une pointe. Us ont aussi d'autres formes géométriques. Le reste de la panse du vase est excisé et empli d'une matière rouge, qui disparaît sous un léger frottement (pi. X X I I , fig. 1 — 3). La couleur ne s'employait d'ailleurs que comme un élément absolument secondaire. Elle est blanche d'ordinaire; plus rarement rouge; elle servait à emplir les raies en creux et à agrémenter le décor 2 ). Le désir de l'ornementation était si profond chez les potiers, qu'ils ont paré jusqu'aux protubérances et même le pied des vases.

Groupe des vases à décor en relief et sans décor. Comme nous l'avons dit plus haut, ce groupe est en étroite liaison stratigraphique avec le précédent.
l ) La spirale excisée, combinée avec d'au­ tres éléments ornementaux, se voit également sur trois tessons découverts en Roumanie à Petresti40-de-Cruci (départ, de Vlasca). Wosinsky: op. cit., pi. CXI, Nos. 2, 4, 5 (douteux). Sa présence a été constatée en Transylvanie, en amont de la rivière Oit (J. Teutsch: Die spàtneolitischen Ansiedlungen mit bemalten Keramik am oberen Laufe des Ait· /lusses, Mitteilungen der Pràhist. Kommission d. Kais. Akademie d. Wissenscha/ten, Wien, I-er vol. No. 6, 1903, p . 394, fig. 163. i ) L'incrustation avec de la matière rouge, au

lieu de la matière blanche, se remarque habituelle­ ment au Sud (à Klicevats en Serbie. — Wassits: Rev.Arch., 1902, p. 172 —190 et L. R e y : Observa­ tions sur les premiers habitats de la Macédoine dans B. C. H., 1917 —1919, p. 222. L'incrustation n été aussi rencontrée au Sud de la France (Déchelette: Manuel, I I , 1, p . 382. L'incrustation avec de la matière blanche et rouge a été égale­ ment constatée sur de la céramique découverte dans la station de «Mâgura-Fetelor», dans le village Vâdastra (départ, de Romana^i), où des fouilles ont été pratiquées en 1926.

www.cimec.ro
268

LES STATIONS PRÉHISTORIQUES DU LAC DE BOÏAN

Technique. La manière dont les vases de ce groupe sont travaillés présente de la variété. Sans avoir été façonnés au tour, certains petits vases, rarement des grands, sont de pâte très fine et mince; la patine, qui les recouvre est ordinairement brune ou noire. Le décor de ces vases consiste, d'habitude, en reliefs très fins, en forme de raies ou de cercles. Ces reliefs s'obtenaient probablement par pression très légère et faite avec soin sur la pâte encore crue l ). En dehors de ces vases, il en est d'autres, plus nombreux, dont la pâte est épaisse et plus impure ; et, pour certains, même grossière. La cuisson de ces derniers a été souvent rudimentaire. Formes. Les formes des vases de ce groupe sont plus variées que celles des spéci­ mens du groupe précédent. Le type le plus en usage est celui de l'écuelle à fond plat et à flancs plus ou moins hauts. Ces vases sont ordinairement décorés d'un bourrelet à proéminences ou bien complètement privés de décor (pi. XV, fig. 1. 9, pi. VI, fig. 5, 9, pi. XVII, fig. 2 et pi. VI, fig. 14). Il est des vases, à fond plat également, dont la panse est renflée vers le milieu (pi. XIV, fig. 1 et pi. VI, fig. 17 ; pi. XV, fig. 6, et pi. VI, fig. 3). Un vase, découvert à 1,20 m de profondeur, de pâte cuite jusqu'au rouge, a un fond plat, au-dessus duquel la panse se dresse dans le sens oblique; vers son milieu, elle est légèrement renflée. L'orifice, qui est large, a un rebord formé par la paroi même du vase, laquelle est tranchée obliquement vers l'intérieur (pi. X I I I , fig. 6, pi. VI, fig. 15). Il y a des vases où le ren­ flement de la panse est près de l'orifice. Le rebord est formé par la paroi. Celle-ci est amin­ cie, puis rabattue vers l'intérieur (pi. XV, fig. 4, pi. XVI, fig. 1). Trois vases de cette catégorie, de grandeurs diverses, sont faits d'une pâte bien pétrie. Un petit vase, peut-être <e ^ * s g S sacré — découvert à la surface PI. XIV. — à fond plat, à panse légère­ ment renflée, présente des lignes courbes sur l'épaule et la dépression du col (pi. VI, fig. 12). Un autre vase, à patine brune, présente près de l'orifice, une dépression qui forme le col, à partir duquel s'érige le rebord (pi. XV, fig. 5, pi. VI, fig. 13). D'autres vases sont à large ouverture; leurs parois s'affaissent dans le sens vertical jusque près du milieu de la panse, pour prendre ensuite une direction oblique et gagner le fond, qui est bien plus étroit que l'orifice (pi. XVII, fig. 2, pl.VI, fig. 14 ; pi. XVII, fig. 9). D'autres formes de vases rappelent celles qui figurent dans le groupe précédent ; ces vases sont à panse oblique (quelquefois légèrement renflée) ; leur col forme une dé­ pression en angle droit, qui donne naissance au rebord parfois légèrement rabattu en dehors (pi. XVII, fig. 6; XVI, fig. 4 ; pi. XVIII, fig.. 3 ; pi. XV, fig. 5, 7; pi. VI, fig. 13; pi. XVII, fig.. 13; pi. XVI, fig. 14).
*) Cette céramique, rencontrée aussi en Macédoine, a été dénommée par L. Rey «avec la face externe plissée» (op. cit., dans B. C. Ji.,1917—1919, p. 225); elle se rattache au style No. 4 de la eéramique des tumulus macédoniens. Le même auteur donne aussi l'aire de dispersion de cette céramique.

269 www.cimec.ro

v. cnmsrcscu Il est aussi des vases à panse renflée d'où émerge un long col terminé par un rebord évasé vers l'intérieur (pi. XVI, fig. 6). Une forme, très fréquente dans ce groupe, est celle du «verre». Les vases de cette catégorie sont petits et de pâte fine, généralement patinée. Le décor habituel est celui de rais et lignes circulaires en relief (pi. XV, fig. 2, 3 ; pi. XVI, fig. 5 ; pi. XVII, fig. 3, 7, 10; pi. XVI. fig. 2 ; pi. XVIII, fig. 2 ; pi. XVI, fig. 7). Certains portent l'ornement incisé (voir pi. VII, fig. 8, cité au groupe ci-dessus, à savoir : le parallélogramme). Un petit verre, à fond presque aussi large que l'orifice, trouvé à la surface et très rongé par les eaux, présente sur la face extérieure des dépressions verticales résultant de la pression du doigt. Le contour n'est pas très bien précisé, bien que la pâte soit en partie cuite jusqu'à ce qu'elle soit devenue rouge (pi. XVI fig. 12). Des vases à pied se voient aussi dans ce groupe. Comme vases présentant des parti­ cularités, nous avons — en dehors de ceux qui seront mentionnés plus loin — des spécimens dont les fragments marginaux indiquent qu'ils avaient un rebord dentelé à larges lobes. Dans ce cas, le rebord est droit, la pâte grossière et non cuite (pi. XVII, fig. 1; pi. XVIII, fig. 8). Mentionnons des vases entiers ou pouvant être reconstitués: une écuelle à oreillette (pi. X I I I , fig. 4, pi. XVI fig. 8) ; un plus grand vase, trouvé à la dernière profondeur (1,75 m) et ayant la forme d'un double tronc de cône. La pâte est impure, mais bien pétrie ; le contour n'est cepen­ dant pas assez finement précisé. L'anse, Vji JÉ*.^1 H Βί indiquée seulement par la partie inférieure, ^fcjI H adhérente à la ligne médiane du vase (par8 ^^^^*™ ^ ^ ^ ^ ^ P ^ - P | j ( . [a plus renflée), lait défaut, de même Pi. xv. que le rebord (pi. X I I I , 2 ; XVI, 10). Au même endroit, nous avons décou­ vert un petit vase (caliciforme) à fond plat; les flancs s'érigent légèrement obliques. Vers le milieu, les flancs sont renflés, puis se rétrécissent et forment le col ; vers l'ori­ fice, le col s'élargit et donne naissance au rebord. La pâte, impure, n'est pas cuite ; le flanc du vase présente des irrégularités (pi. X I I I , fig. 1; pi. XVI, fig. 9). Un autre petit vase, probablement de culte, trouvé à 0,50 m de profondeur, a une forme qui se rapproche de celle du précédent; mais la pâte est très épaisse et | irrégulière. Du fond du vase, les flancs se dressent dans le sens oblique, jusqu'à son ; milieu. En ce point-là, ils s'élargissent et se renflent, pour se rétrécir ensuite brusquement et finir en un col allongé. Près de l'orifice, celui-ci, s'évase subitement et son diamètre atteint celui du vase à son milieu. L'évasement du goulot donne naissance au rebord, 270 www.cimec.ro

LES STATIONS PRÉHISTORIQUES DU LAC DE BOÏAN

qui, sur la partie supérieure, est plat et poli. Le pourtour du rebord est irrégulier. L'orifice et la cavité du vase sont, par contre, parfaitement circulaires, ce qui dénote que le vase a été d'abord façonné en argile, et que, pour former sa cavité, il a été en­ suite évidé à l'aide d'un objet cylindrique (pi. X I I I , fig. 3). Un autre petit vase, trouvé à 0,60 m, a la forme d'une écuelle ; le fond est troué d'un côté; le rebord est irréguhèrement tracé (pi. X I I I , fig. 5, pi. XVI, fig. 11). Ornements. Le nombre en est réduit. Le décor qui se voit le plus fréquemment est le bourrelet alvéolaire. Formé d'alvéoles très régulières et légèrement évidées, il est dis-

Pi. XVI.

posé au-dessous du rebord, tout autour du vase (pi. XVIII, fig. 12; pi. X I X , fig. 1). Le bourrelet se présente parfois, sur des fragments de pâte plus impure, sous forme de reliefs résultant d'une pression exercée de place en place. Ce bourrelet est interrompu de-ci de-là par une proéminence, d'ordinaire aplatie et pointue (pi. XVIII, fig. 14; pi. X I X , fig. 12). La proéminence peut-être demi-ovale (pi. X X , fig. 11). Le bourrelet se présente également sous forme de reliefs résultant de l'évidement de la pâte à l'aide d'un objet pointu (pi. XVIII, fig. 11) »). Comme éléments ornementaux, on distingue sur quelques tessons, dont l'un est couvert à l'extérieur d'une belle patine noire, des fragments de spirale en relief (pi. X I X , fig. 2 — 4, 6 2 ). Sur un autre tesson, de pâte jaune bien pétrie, on voit une sorte de
*) Nous croyons que les fragments céramiques ornés d'un bourrelet appartiennent à la couche La Tène. En ce qui concerne l'analogie, voir la céramique à bourrelet de Crâsani (I. Andriesescu, Piscul Crâsani (en roumain avec un ré­ sumé en français), Bucarest, 1924 (pag. 35 et 99), et Zimnicea (encore inédit).
2 ) Certaines peuvent être des anses «muettes», comme, par exemple, les spécimens découverts à Sanskimost (Fiala, Das Flachgràberfeld und die prahistorischen Ansicdlung in Sanskimost, Wissenschaftlichen Milteilungen aus Bosnien und Herzegovina. VI, 1899, p . 103, fig. 156: «Tonbecher mit drei plastischen, halbmond formigen Verzierungen

www.cimec.ro 271

V. CHKISTKSOI

moulure verticale en relief. Peut-être se répète-t-elle sur le reste du vase; dans ce cas, elle devient un élément ornemental (pi. X I X , fig. 11). Sur un tesson, on voit un décor d'alvéoles profonds, quadrangulaires, qui recou­ vrent toute la surface extérieure du vase (pi. XVIII, fig. 9 J ). La plus simple forme d'ornement en relief se trouve d'habitude sur des tessons de pâte grossière. Ce décor se compose de raies verticales, horizontales ou obliques,

PI. XVII.

PI. XVIII.

mises en rebief par pression du doigt sur la pâte molle (pi. XVIII, fig. 5, 10). Sur un tesson orné de raies verticales en léger relief, le potier a ajouté, pour compléter le décor, deux petites protubérances, disposées l'une à côté de l'autre. Il est des tessons ou les raies en relief sont disposées obliquement et verticalement, et partent d'une protubé­ rance en allant dans des directions diverses (pi. XVIII, fig. 10). Sur les vases de pâte fine, à belle patine brune ou noire, nuancés parfois de rougeâtre et jaunâtre, le potier a fait ressortir les décors en relief, très finement exprimés, avec précision et régularité (pi.
— junghallstattisch) et ceux provenant de Bazzano prov. de Bologne, Italie (Montelius: Civilisation primitive en Italie, I, pi. 91· No. 5, âge du Fer). Des spirales en relief ont été aussi trouvées en Bulgarie, à Tell Metchkur (Seure-Degrande dans B. C. H., 1906, p. 416.) ) Paraît être une empreinte «en forme de gaufres*, comme celles qui ont été découvertes à Beauvray (France) et à Stradonitz (Bohême). Déchelette: Manuel, I I , 3-e La Tène, p. 1546, fig. 715, Nos. 4 et 5).
J

www.cimec.ro 272

LES STATIONS PRÉHISTORIQUES DU LAC DE ROÏAN

XV, fig. 3 ; pi. XVI, fig. 5 ; pi. XVII, fig. 2, 3, 7,13 ; pi. XVI fig. 2, 4 ; pi. XVIII, fig. 2, 7 ; pi. XVI fig. 7). Les lignes en fin relief sont disposées horizontalement, verticalement ou obliquement en forme de rais. Le rôle des protubérances est à la fois ornemental et fonctionnel, ou seulement ornemental. La première catégorie comprend les grandes protubérances, aplaties, de forme quadrangulaire ou demi-ovale (pi. XX, fig. 11) et les protubérances triangulaires

PI. XIX.

PI. XX.

qui ont la pointe dirigée un peu vers le rebord du vase (pi. XVIII, fig. 14; pi. X I X , fig. 12). Mentionnons une petite proéminence, oblongue, perforée de deux trous, ce qui marque son caractère d'anse. D'autres proéminences, triangulaires n'ont pas les bords arrondis mais taillés en surfaces régulières, ce qui donne à la protubérance la forme pyramidale. Les protubérances aplaties sont de caractère plus ornemental ; elles ont la forme d'un anneau, mis en relief sur le flanc du vase, ou de deux valves (pi. XVIII, fig. 12 ; pi. X I X , fig. 6 — 8). Les anses sont d'habitude rondes (pi. XV, fig. 8). Une seule in­ dique une anse à surfaces rectangulaires et disposée en angle droit sur le vase (pi. X X I , fig. 3). Une autre, petite et courbe, porte des raies en creux sur la surface extérieure (pi. X I X , fig. 14). Vases La Tène et grecs. Ces vases, découverts par petits fragments, sont peu nombreux. La pâte des vases La Tène est grise et façonnée au tour. Quelques teswww.cimec.ro 273

\ . UIHISTESCIT

sons sont en pâte jaunâtre. D'après les fragments de rebords, qui ont été décou­ verts, on constate que la forme la plus répandue est celle des vases à rebord évasé (pi. X X , fig. 2, 4). Certains vases ont le rebord profilé en arêtes et rabattu en dehors ; au-dessous se trouve une raie circulaire en relief parallèle au rebord. Sur d'autres vases, le rebord est arrondi et rabattu vers l'intérieur (pi. X X , fig. 8). Quelquefois, le rebord évasé est travaillé de place en place en forme d'anse en tort il. Les anses sont en général rondes ou aplaties. Sur les fragments découverts, il n'y a aucun décor. Les vases grecs qu'on trouve le plus fréquemment sont les amphores. Nous avons découvert à l'état fragmentaire: des fonds, des panses, des anses (pi. X X fig. 3, 5, 6, 10). La pâte de certains fragments est jaunâtre, celle d'autres est d'un rouge vif. Nous avons également découvert quelques fragments à petit pied, toujours en pâte grecque (pi. X X , fig. 7). Aucune anse d'amphore ne porte d'estampille, hormis un fragment ou l'estampille n'est conservée qu'en partie. On peut y distinguer un tête barbue fort bien rendue ; la chevelure, disposée suivant la mode grecque, est retenue sur la nuque par un ruban. La partie supérieure de la tête manque, l'anse étant brisée; la couleur de celle-ci est jaunâtre (pi. X V I , fig. 13 et pi X X I I fig. 7). Ce groupe, restreint en ce qui concerne la quantité, est un matériel à part dans la culture de la couche supérieure de Boïan. Les vases grecs et La Tène décrits plus haut sont d'importation; ceux qui sont de provenance locale portent l'empreinte de l'ancienne tradition de l'époque néoli­ thique comme à Crâsani ou dans d'autres stations La Tène ' ) . Leur présence, surtout celle d'amphores grecques, est expliquable par le fait que les Grecs faisaient du com­ merce sur le Danube et que, Boïan, Mânâstirea, Coconi '-), étaient des stations ou s'arrêtaient leurs bateaux.

O B J E T S EN A R G I L E E T EN METAL Objets en argile. Nous avons trouvé: quatre fusaïoles entières :!) dont une grande ayant un diamètre de 0,05 m, et la forme d'un double tronc de cône; deux autres, tou­ jours de la même forme, mais mieux travaillées et d'un diamètre de 0,03 m ; une autre, sphérique, plus mal travaillée et d'un diamètre de 0,025 m (pi. I I , fig. 3,5, 6, 7). Sur une moitié de fusaïole d'un diamètre de 0,04 m, on voit un décor d'angles profon­ dément incisés (pi. X X I I , fig. 12 4 ). Trois perles d'argile, cylindriques, dont une de 0,10 m, de long, l'autre de 0,085; la troisième, moins longue (0,06 m), a un diamètre de 0,04 m, (pi. II, fig. 1, 2,4). Un anneau d'argile, d'un diamètre de 0,05 m, (pi. X X I I , fig. 13); un
*) I. Andrieçescu, Piscul Crâsani (en roumain, avec un résumé en français), Bucarest, 1924. page 35. 2 ) V. Pârvan, La pénétration hellénique et hellénisti­ que dans la vallée du Danube, Bucarest, 1923, p. 15. ^) Voir à ce sujet: I. Andrieçescu, op. cit, p . 37. 4 ) Ce décor, incisé sur une fusaïole, se voit assez fréquemment ; il a été également remarqué sur des fnsaïules découvertes à Troie (III—V station, Doerpfeld: Troja und Ilion, I, p . 424, pi. 47, No. 4793); en Bosnie, à Debelo Jirdo bei Serajevo (Wissenschaftlichen Mitthvilungen aus Bosnien u. Herzegovina, 1896, IV, p. 52, fig. 101). Toujours comme décor angulaire, mais formé de cordes incisés, il a été également rencontré à Borsod, en Hongrie (Arch. Êrt., 1894, pi. I).

www.cimec.ro 274

LES STATIONS l'KKII ISTOKI 01 ES DU LAC DE BOÏAIN

autre, fortement calciné, à bords plats, d'un diamètre de 0,03 m (pi. X X I I , fig. 14). Quatre projectiles d'argile; le plus grand a un diamètre de 0,06, le plus petit de 0,025 m. Sept pesons, dont quatre de forme ovale (pi. X X I , fig. 8, 9); les autres sont informes. Nous avons également découvert plusieurs fragments de tables-supports de vases, probablement de culte. Le travail en est soigné; au milieu, la dépression est ronde et le contour bien fait. D'habitude, sur la partie extérieure, principalement sur les pieds, elles ont un décor géométrique incisé λ) (pi. X, fig. 14, pi. V, fig. 1). Figurines. Nous n'en avons pas trouvé d'entières. Quatre pieds de figurines dé­ couverts à la surface de la station et dans l'excavation, révèlent toutefois leur existence (pi. X X I I , fig. 6, 9, 10, 11). Objets en métal. Nous en avons peu trouvé; ils sont en cuivre, en bronze et en fer. L'inventaire comprend: un objet en cuivre ressemblant à un clou ou à un poinçon, long de 0,085 m, découvert à 1,50 m, de

bronze, ayant un diamètre de 0,03 m, découvert à 1,60 m, de profondeur dans la tranchée A (pi. X X I I , fig. 21). Une aiguille en bronze à quatre arêtes, trouvée à 0,60 m, de profondeur, pointue aux deux extrémités, mais plus affilée à l'une d'elles ; elle est longue de 0,14 m (pi. X X I I , fig. 20).
') Des objets semblables ont été découverts à Gumcîni}a (voir Vladimir Dumitrescu: Gumelnita, Dacia I I , 1925); mais ils sont bien plus primitifs comme exécution et n'ont aucun décor.

www.cimec.ro
275

V. CHRISTESCU

Les objets en fer ont été généralement trouvés vers la surface. Un petit bracelet en fer, découvert à 0,10 m, de profondeur, est effilé vers les extrémités, qui se superposent; il est travaillé en arêtes; son diamètre est de 0,04 m, (pi. X X I I , fig. 28). A 0,15 m, de profondeur, nous avons rencontré un objet qui ressemble à une poignée de poignard à antennes; sur la surface on voit aussi un bouton; selon toutes appa­ rences, le bois était fixé à l'aide d'un clou. J e crois que c'est un harpon pour saisir le poisson (pi. X X I I , fig. 27). A la même profondeur, nous avons trouvé: 1) un fer de lance mieux conservé 1) ; la forme en est précise; sa longueur, y compris la fusée à introduire dans le bois, est de 0,12 m ; sans la fusée, elle est de 0,75 m (pi. X X I I , fig.. 29); 2) un objet, composé d'une lame plus large vers le milieu, à extrémités renversées en forme d'arcs ; on dirait un briquet; les extrémités sont brisées (pi. X X I I , fig. 23 2) ; quelques frag­ ments de couteaux (pi. X X I I , fig. 26, 30 — 32).

STATION B Situation. La station B est à l'extrémité Ouest de l'îlot, qui est à 7 m environ audessus du niveau de l'eau et à 18 m. au-dessus du niveau de la mer. La station a été aux trois quarts érodée par les eaux, dont l'action s'est principalement exercée sur la partie Sud. La partie encore existente est longue de 80 m, en direction EO, et large de 20 m, en direction NS (dans la portion existante). Stratigraphie. Nous avons creusé deux tranchées, dont la première A de 3 EO X 6 m, NS, est orientée vers le N S ; le bord Sud atteint les confins érodés parles eaux. Entre le bord Nord, qui est plus bas, et le bord Sud, qui est plus élevé, il y a une différence de niveau de 1,40 m, A l'Ouest de celle-ci, qui est de direction EO et parallèle au bord Sud des confins, à une distance de 2 m de la tranchée A, nous avons creusé la deuxième tranchée B, dont les dimensions sont 10 m EO X 3 m, NS. Dans la même direction, à une distance de 3 m vers l'Ouest de la surface B, nous avons étendu les recherches en creusant le fossé I (dimensions: 8 EO X 2 m, NS). Pour reconnaître l'étendue de la couche de culture, nous avons aussi pratiqué des son­ dages, l'un vers l'extrémité Est du tumulusfaj, l'autre vers le Nord (b) (fig. 7). Nous avons distingué, en général, deux couches de culture: la première, qui va, en moyenne, jusqu'à 0,80—1 m, de profondeur; la seconde jusqu'à 1,50—1,70 m. A cette dernière profondeur, nous avons rencontré la terre glaise. La première couche de culture est caractérisée par une poterie de technique variée, rarement patinée, mais de formes et décors présentant assez de variété. Au contraire, la couche inférieure a livré presque exclusivement une céramique patinée, de teinte brune ou jaunâtre, de formes moins variées et plus pauvre en ornements. Du point de vue technique, la poterie de la couche inférieure est supérieure à celle de la couche su­ périeure. C'est là un phénomène remarqué dans la plupart des stations du Sud-Est
') Selon toutes probabilités, ce fer de lance date d'une époque récente: La Tène ou barbare. *) Des briquets semblables ont été trouvés aux stations de Bosnie (Radimsky: Die Nekropole von Jezerina in Pritoka. Wiss. Mitt. B. u. IL, 1895, I I I , p. 166, fig. 513 ; id. : Der pràhist. Pfahlbau von Ripac bei Bihac, ibidem, 1897, V, p . 41 et pi. X V I I I No. 9. Les deux sont d'époque La Tène.

www.cimec.ro 276

LES STATIONS PRÉHISTORIQUES DU LAC DE HOÏAN

européen '). Au fond delà couche inférieure, nous avons rencontré des foyers, tandis qu'ils faisaient défaut dans la couche supérieure. Nous n'avons trouvé qu'un four. Nous allons maintenant étudier la stratigraphie de chaque fouille. Tranchée A. Dimensions: 3 x 6 m, direction: N S ; elle atteint le bord éboulé. Cette tranchée a une inclinaison de niveau de 1,40 m. Jusqu'à 0,60 m de profondeur, nous avons rencontré en abondance des tessons, de technique diverse. Pour les uns, elle est assez avancée; pour d'autres, elle est restée inférieure, Inventaire: Rebords de vases aux formes variées, dont certains sont à entailles, fonds plats, indiquant parfois un vase à pied, proéminences (les unes plus petites et plus anguleuses, d'autres plus grandes et plus larges). Quelques-unes ont la forme d'une tête d'oiseau. Une des proéminences est aiguë et ressemble à une corne; elle est ornée de trois rangées de dépressions, qui partent de l'extrémité. Des boutons, soit un seul soit plusieurs ensemble, des fusaïoles, deux lingots d'argile parallélipédiques, un fragment de hachette en pierre polie, une pendeloque en os, des perles en ar-

Les décors sont d'habitude: le bourrelet, souvent alvéolaire ou formé d'évidements pratiqués à l'aide d'un ébauchoir; le décor se compose parfois de lignes en reUef, exécutées par pression du doigt sur la pâte encore molle; sur un tesson, il y a une spirale. Déjà, à partir de 0,30 m, on voit de la terre brûlée dans la paroi E s t ; à 0,45 m, apparaissent les pierres symétriquemment disposées en forme de voûte. Tout révèle la présence d'un four. De 0,70 à 0,90 m, les tessons deviennent sensiblement plus rares. La terre, tou­ jours plus dure, à mesure qu'on approfondit, se pioche difficilement. Les tessons pré­ sentent le même caractère que ceux constatés précédemment, et les nombreux rebords de vases portent des entailles. Comme ornements nouveaux, en dehors de ceux que nous connaissons, il y a les cannelures, ou bien les petits trous oblongs disposés sous le rebord. Comme objets: un grès, une fusaïole et quelques silex. A partir de 0,90 m, la terre, jaune et dure, renferme de nombreux fragments cé­ ramiques et beaucoup de coquilles.
') Voir I. Andrieçescu, Contributions sur la Dacie avant les Romains (en roumain), Iaçi, 1912, chap. I I , Céramique, p . 47 et note 17.

277 www.cimec.ro

V. CHRISTESCU F o r m e s et r e b o r d s de vases r a p p e l e n t les p r é c é d e n t s , à c e t t e différence près q u ' o n n e voit p a s de rebords à entailles. Les tessons se raréfient à m e s u r e q u ' o n fouille. De-ci de-là de grosses pierres. A cette profondeur, la c a r a c t é r i s t i q u e de la poterie est u n e p a t i n e g é n é r a l e m e n t b r u n e ou j a u n â t r e - r o u g e â t r e , r a r e m e n t noire. Les décors, si variés d a n s la couche supé­ rieure, se simplifient. L ' o r n e m e n t d o n t la présence persiste est celui du b o u r r e l e t al­ véolaire ou bien des raies en relief, ou, t r è s r a r e m e n t , la b a n d e formée d'incisions verticales ; m a i s le b o u r r e l e t alvéolaire p r é d o m i n e . Les p r o é m i n e n c e s , p e t i t e s et per­ forées, s e r v e n t d'anses ; elles s o n t s o u v e n t appliquées sur la p a r t i e inférieure d u vase ' ) . A 1,50 m , n o u s avons r e n c o n t r é la t e r r e glaise. P o u r d é t e r m i n e r l ' e m p l a c e m e n t du four situé d a n s la paroi E s t de la t r a n c h é e , n o u s a v o n s pioché a u t o u r des pierres et de la t e r r e brûlée. Bien q u e c e t t e dernière et le bousillage soient a b o n d a n t s (on voit des traces de c h a u m e d a n s la t e r r e rouge calcinée (voir pi. X L I , fig. 15), n o u s n ' a v o n s p u identifier a u c u n e forme précise d ' h a b i t a t i o n . Seule la forme du four reste établie et encore est-elle i n c o m p l è t e m e n t précisée. Visible à 0,45 m . il p é n è t r e de 0,45 m , à l'intérieur de la t r a n c h é e , à p a r t i r d u b o r d E s t . Le bousillage, la t e r r e brûlée et les pierres o n t été r e n c o n t r é s m é l a n g é s , vers 4 m N S d a n s la p a r o i E s t et vers 1,80 m , du côté de l ' E s t . D a n s l ' e x c a v a t i o n creusée j u s q u ' à 0,50 m , n o u s a v o n s t r o u v é , en dehors des tes­ sons analogues à ceux du c h a n t i e r A , à la m ê m e profondeur, d e u x pesons de filet, plus d e u x p e r c u t e u r s en pierre, u n fragment de couvercle avec p r o é m i n e n c e en forme de t ê t e d'oiseau. Tranchée B. T r a c é e à 2 m , vers l'Ouest de la t r a n c h é e A et à 1 m de d i s t a n c e vers le N o r d du bord Sud éboulé d u t u m u l u s , c e t t e t r a n c h é e , q u i est de direction E O , a c o m m e d i m m e n s i o n s 3 m N S X 1 0 m E O ; son inclinaison est de 0,60 m , S N . N o u s avons pioché j u s q u ' à 1,70 m , profondeur à laquelle la t e r r e glaise a été ren­ contrée. La t e r r e , effritée à la surface, est noire j u s q u ' à 0,80 — 0,90 m . A c e t t e p r o ­ fondeur, la t e r r e glaise a p p a r a î t . Ici, de m ê m e q u e d a n s la t r a n c h é e A, on p e u t distinguer d e u x c o u c h e s : 1) celle de la surface, q u i livre u n e c é r a m i q u e inférieure c o m m e t e c h n i q u e , de formes et décors variés ; 2) la couche inférieure, qui est caractérisée p a r u n e c é r a m i q u e d o n t la p a t i n e est b r u n e , noire ou de t e i n t e à la fois j a u n â t r e et r o u g e â t r e , et q u i est ornée de p e u de d é ­ cors. C o n t r a i r e m e n t à la t r a n c h é e A , la poterie de la couche supérieure de la t r a n c h é e B livre de n o m b r e u x tessons p a t i n e s , q u i a p p a r t i e n n e n t sans conteste à la couche infé­ rieure. A u c o n t r a i r e on c o n s t a t e d a n s la couche inférieure la présence de tessons de la couche supérieure. C'est é v i d e m m e n t l'effet d ' u n m é l a n g e , mais q u i n ' e m p ê c h e pas d'identifier les d e u x couches. J u s q u ' à 0,50 m , les tessons se t r o u v e n t en a b o n d a n c e ; à p a r t i r de c e t t e p r o f o n d e u r et j u s q u ' a u fond de l ' e x c a v a t i o n , ils se raréfient sans cesse. J u s q u ' à ce n i v e a u , l'inven') Il y a une grande ressemblance entre une partie de la céramique de cette couche — aussi bien aux points de vue de la technique et des formes qu'en ce qui concerne les décors — et celle de la couche inférieure, céramique patinée sans ornement ou sans patine et avec décor en relief, de la station A.

278 www.cimec.ro

LES STATIONS PRÉHISTORIQUES DU LAC DE BOÏAN

taire se montre assez riche. De nombreux tessons, de pâte révélant un art assez peu avancé, hormis quelques, exceptions présentent les décors habituels, à savoir: 1 ) le bourrelet, parfois double et triple, pui ceint le vase; le bourrelet est, souvent aussi, alvéolaire; 2) les cannelures ou raies en relief formées par pression du doigt sur la pâte molle; 3) les incisions en forme de parenthèses, décor plus rare; plus souvent les incisions sont disposées en rangées autour du vase. Nous n'avons trouvé qu'un seul tesson orné de deux raies incisées, légèrement en zigzag, au-dessous desquelles figurent des triangles incisés *). Un autre tesson, de pâte fine, est décoré de groupes de raies parallèles, horizontales et obliques, qui forment des angles; deux petits boutons se trouvent dans l'ouverture du premier angle. Mentionnons des proéminences, variées comme forme et dimensions, ainsi que des boutons plus ou moins grands. Les rebords des vases sont variés. A noter une proéminence organique, ronde et plate, sur un fragment de vase rougeâtre, de pâte fine et mince, portant des traces d'incisions. L'inventaire se complète de quelques vases entiers ou qu'on peut reconstituer, ainsi que de deux fragments de harpons, deux fusaïoles, deux perles oblongues en terre, des silex, un percuteur en silex, un os travaillé comme une lame, des pierres (calcaires ordinairement) et du bousillage, disséminé de-ci de-là. A partir de 0,50 m, et jusqu'à 0,80 — 0,85 m, où apparaît la terre argileuse dure, les tessons se font rares, mais leur caractère est le même. Ceux qui sont couverts de pa­ tine deviennent nombreux, sans prédominer toutefois. A noter: un tesson à proéminence, près de et au-dessous de laquelle se déploient des bourrelets alvéolaires ; puis un rebord de vase, tronqué dans sa partie intérieure, de forme évasée, à poignée aplatie, formée par l'évasement du rebord. Autres objets trouvés: un harpon (brisé), un os travaillé, cinq silex, un percuteur en silex, une figurine en argile, assez primitive ; les bras sont ramenés sur la poitrine. Nous avons trouvé beaucoup d'os d'animaux. Entre 0,85 — 1,40 m, la terre argileuse, dure, surabonde en os et surtout en coquilles d'escargots ; de-ci, de-là du bousillage. De 1,40 m à 1,70 m, — dernier niveau jusqu'où l'on ait pioché — la terre est tou­ jours argileuse, mais molle et à nuances verdâtres. Les tessons patines commencent à prédominer. La patine est ordinairement de teinte à la fois jaunâtre et rougeâtre, noire ou brune. Les formes des vases, rebords et anses sont généralement identiques aux spécimens découverts antérieurement. L'ornementation consiste en bourrelets, raies obliques ou verticales en relief, boutons, proéminences et cannelures. Les formes et ornements nouveaux appartiennent à des vases entiers ou pouvant être reconstitués, vases qui sont énumérés ci-dessous. Ainsi, à 1 m, de profondeur, près du bord Sud, nous avons découvert un vase piriforme, à protubérances en forme de cornes et à rais obliques (pi. X X V I I , fig. 1). A 1,10 m,
*) Ce tesson s'est égaré quand on a transporté le matériel. En ce qui touche la zone de dispersion de ce genre de décor dans l'aire géographique de civilisation carpatho-balkanique, voir I.Andrieçescu, op. cit., p . 80 et note 216.

www.cimec.ro 279

V. C.IIRISTESCU

la terre a livré deux petits vases en argile non cuite, dont l'un, en forme de verre à pied, et l'autre ressemblant à une petite écuelle. A cette même profondeur, nous avons ramené au jour un vase qu'il est possible de reconstituer; la pâte est mauvaise; il est orné d'un bourrelet et porte une proéminence. A 1,50 m : cuillère d'argile hémisphérique, avec son bec; à 1,60 m : un fragment de soucoupe d'argile. En dehors des vases, nous avons aussi trouvé: une petite table pour le culte, à laquelle il manque un pied; des objets en os lustré et travaillé comme des lames poin­ tues, un fragment de poinçon, des os aux formes courbées (l'un d'eux paraît être le fragment d'un bracelet). Les objets en pierre comprennent une lame travaillée comme un silex, trois projectiles (percuteurs), une hachette en pierre calcaire jaunâtre, bien polie. Vers le fond, les silex sont plus nombreux. A 1,40 m de profondeur vers le bord Est, nous avons trouvé un fragment de figu­ rine stéatopyge (la partie supérieure manque) ; le sexe est indiqué par un triangle. Le travail de cette figurine est bien supérieur à celui de la figurine trouvée plus haut. A partir de 1 m de profondeur, des pierres de grandeurs diverses apparaissent, et, de-ci de-là, on voit de la terre brûlée. A 1,40 m les pierres se multiplient et forment même des groupes. Par exemple, à 3,60 m, de distance du bord Est et à 0,65 m, du bord Sud, il y a plusieurs pierres superposées ; celle de dessus est longue de 0,36 m, et large de 0,12 m. A 1,40 m de distance de cette pierre et à une égale distance du bord Sud, il existe un autre tas de pierres ; en ce point, la profondeur à partir de la surface est de 1,10 m. A 0,90 m de cet endroit, il y a encore un tas de pierres de formation simi­ laire et adhérant à la paroi Sud. Presque en face de celui-ci il en est un autre analogue, adhérant à la paroi Nord. La distance qui les sépare est de 1,55 m. Les pierres sont parallélipipédiques (long. = 0,36 m, larg. = 0,06). Parmi elles, il se trouve des mottes calcaires informes. La profondeur, par rapport au niveau de la surface, est, pour le tas de la paroi Sud, de 1,25 m, et pour celui de la paroi Nord, de 0,70 m ] ). Ayant remarqué un amas de cendre près de la paroi Sud et pour 2,70 m du coin Ouest, nous avons creusé celleci sur 0,60 m de profondeur. Les cendres étaient pétrifiées et il y avaient une pierre par dessus. Bien que les pierres trouvées soient disposées avec une certaine régularité, nous n'avons pu identifier la forme d'aucune habitation. Nous avons, par contre, identifie un foyer, à proximité immédiate de la paroi Nord, sur 1,85 m, de longueur. La plus grande largeur est de 1,30 m, laquelle se rétrécit, vers le Sud, jusqu'à 0,75 m. La profondeur, par rapport à la surface, est de 0,90 m, à la bordure Est, et de 1,05 à celle de l'Ouest (du foyer). La hauteur du foyer est de 0,35 m ; la partie la plus élevée, au centre, a 0,60 m (la hauteur la plus grande est donc de 0,60 m). Etant donné que tous les tas de pierres sont, jusqu'à un certain point, groupés autour de ce foyer, nous sommes induits à croire que nous nous trouvons en présence d'une habitation. Tenant compte de la différence de niveau entre les bords Sud et Nord (0,60 m en plus pour le bord Nord), nous aboutissons à la conclusion que les pierres et le foyer se trouvent sur le même plan. D'autre part, si nous prenons en con­ sidération la distance qui existe entre les tâs de pierres et le foyer, on pourrait fixer
') On doit tenir compte de la différence de niveau.

www.cimec.ro 280

LES STATIONS PRÉHISTORIQUES DU LAC DE BOÏAN

les dimensions relatives de cette hutte, sans pouvoir toutefois en déterminer la forme. Comme dimensions approximatives, nous pouvons donner 3m X 3 m. (fig. 8). Fossé I. Creuse à 3 m, vers l'Est de la tranchée B ; dimensions : 2 X 8 m ; orientation EO. La distance à partir du bord Sud (éboulé) du tumulus est de 1,50 m ; la diffé­ rence de niveau entre les bords Sud et Nord est de 0,30 m en plus pour le bord Sud. La terre a été creusée jusqu'à 1,80 m, où la terre glaise a été rencontrée. La stratification de ce fossé est différente que celle de la tranchée B. La terre noire se voit jusqu'à 1 m de profondeur, où commence la terre argilleuse. La céramique, abondante jusqu'à 0,50 m, se raréfie sur une portion de 0,20 m de profondeur, puis devient abondante jusqu'à 1 —1,20 m, profondeur à laquelle les tessons diminuent sen­ siblement pour se multiplier encore vers 1,40 m, puis décroître aussitôt et finalement aller en diminuant à mesure que l'exploration avance. A partir de 0,80 m, le nombre de tessons patines augmente, mais c'est seulement à partir de 1,20 m qu'ils commencent à prédominer. A 0,60 m, nous avons trouvé des os, dont certains calcinés, et des coquilles. Ces dernières ont été rencontrées jusqu'à 0,80 m. Nous n'avons vu ni pierres, ni bousillage. L'inventaire se présente ainsi: jusqu'à 1,20 m, tessons de pâte accusant une tech­ nique variée. Ils sont chargés de décors variés, comme ceux qui ont été découverts dans la couche supérieure de la tranchée B : bande alvéolaire, parfois double ou triple; dans cer­ tains cas, files de raies en creux, verticales ou obliques, cannelures, raies mises en relief par la pression du doigt sur la pâte encore molle, protubérances, boutons. Les rebords et les fonds de vases ressemblent à ceux des couches supé­ Fig. 8. rieures des tranchées A et B. Les anses de vases, plus nombreuses ici, présentent une plus grande variété. Dans cette tranchée, la quantité de vases, entiers ou se prêtant à une reconstitution, est également plus grande. Ainsi, en dehors des vases qu'il est possible de reconstituer comme forme, nous avons rencontré à 0,70 m, un vase à trois protubérances en forme de petites cornes, mais l'anse est très grande; le rebord, du côté opposé à l'anse, est plus élevé (mit abgeschràgtem Rande) (pi. X X V I I , fig. 3). A 0,90 m de profondeur, nous avons rencontré un vase piriforme; le rebord et l'anse manquaient; aucune proéminence (pi. X X V I I , fig. 6). En dehors de la poterie, nous avons découvert: quelques bois de cerfs ou des frag­ ments ; l'un d'eux est travaillé ; c'est un manche de hache (pi. X X V I , fig. 5) ; un bout d'os poli, un harpon, un peson de filet, des fragments de perles en argile, un lingot parallélipipcdique en argile, des fragments de silex. A partir de 1,20 m, les tessons, assez rares, sont presque tous patines. Vers 1,40 m, ils deviennent abondants, puis rares subitement, et, tout à coup, on n'en voit plus. Les rebords et les fonds des vases n'ont rien de particulier qui les distingue de ceux qui ont été découverts jusqu'à présent dans les couches respectives des autres chantiers fouillés. Il en est de même pour les décors. www.cimec.ro
281

V. CHKISTKSCU

Un tesson présente cependant une particularité: le décor est formé de boutons d'où émergent des raies obliques en relief. Un autre est orné de plusiers rangées d'al­ véoles imbriquées, rappelant une carapace de poisson. La terre nous a également livré: une hachette de pierre assez détériorée, un percu­ teur de pierre, deux perles en argile entières et une brisée, puis un petit silex. Dans cette zone du fossé, nous avons trouvé un peu de bousillagc et de terre brûlée éparse, mais nous n'avons pas pu conclure à l'existence d'un foyer ou d'une hutte. Sondage «a». Tracé sur une superficie de 3 X 3 m, à 2,50 m vers l'Est de la tranchée A, ce sondage se présente comme il suit : L'excavation a 1,60 ni, profondeur à laquelle nous avons rencontré de la terre glaise. La terre, noire jusqu'à 0,80 m, devient ensuite argileuse. La stratification est généralement la même que celle de la tranchée A. Jusqu'à 0,80 m, la poterie est abondante, mais elle diminue au-dessous de ce ni­ veau. Dans cette dernière couche, elle est surtout formée de tessons chargés de patine. Dans ce sondage, la poterie correspond généralement, comme technique, forme et décor, à celle des tranchées A et B. La pâte est souvent fort grossière, surtout celle des tessons de la couche supérieure. A signaler: 1) deux rebords de vase rabattus et une protubérance identique à celle qui a été remarquée dans la tranchée A, avec le décor formé de rangées de petits cercles incisés (pi. XL, fig. 13); 2) des raies en creux, en forme d'angles, sur un tesson, de pâte fine auquel adhère un fragment d'anse; sous le côté horizontal de l'angle, il y a des lignes parallèles dans lesquelles se terminent des lignes verticales ; 3) une protubérance sur un tesson prouve qu'elle était fixée sur la paroi intérieure du vase. L'inventaire des objets est réduit, à savoir: un harpon, une fusaïole, un fragment de perle en argile et quelques silex. A 0,80 m de profondeur, un tesson porte des traces de coquilles et des arêtes de poisson. Vers 0,40 m de profondeur, nous voyons quelques os et des pierres. A 0,90 m, nous ramenons au jour de nombreux tessons couverts de patine, mais ils ne prédominent, qu'au-delà de 1 m. La patine est ordinairement brune ou jaunâtre. Dans cette seconde partie du sondage, la plupart des tessons apparaissent vers 1,20 m. Leur caractère est le même que celui des tessons de la tranchée A. Nous n'avons vu ni formes ni décors particuliers. Quelques silex. Vers 1,30 m, nous constatons la présence de coquilles, qui se multiplient vers 1,40 m ; sur ce point, apparaissent des traces de terre brûlée, puis, brusquement, à 1,50 m, des cendres et du charbon. Sondage «6». Ce sondage, dont les dimensions sont de 2 x 2 m, a été pratiqué à 6 m de distance de la fossé I, vers la bordure Nord du tumulus. La situation se pré­ sente comme il suit: Jusqu'à 0,80 m, le caractère des tessons est le même que celui qui a été remarqué dans les autres fouilles. L'inventaire de la céramique et des autres objets est réduit. Nous avons trouvé un fragment de harpon à 0,30 m, et deux petits fragments de silex. De 0,80 m, à 1,50 m, dernière profondeur où va la couche de culture, presque tous les tes­ sons sont couverts de patine. Les décors et les formes sont identiques à ceux et celles des vases provenant des couches correspondantes. www.cimec.ro 282

LES STATIONS PRÉHISTORIQUES DU LAC DE BOÏAN

SILEX, OBJETS EN P I E R R E ET EN OS Silex. Nous avons trouvé sur le chantier 95 silex soit entiers, soit fragments. La terre a livré 4 lames entières dont la longueur varie entre 7 et 11 cm; la largeur varie entre 2 — 3 cm. En dehors de 8 noyaux, de 7 râcloirs (les dimensions varient: hauteur 5 — 8 cm, largeur 3 — 5 cm), le reste des silex est composé soit de fragments de lames ou râcloirs, soit de fragments indéterminables (pi. XXIII). On a découvert cinq percuteurs en silex; le plus grand a un diamètre de 0,035 m, (pi. XXVI, fig. 9). Objets en pierre. Projectiles. Les projectiles en pierre qui ont été découverts sont

PI. XXIII.

'

PI. XXIV.

au nombre de 8 ; ils sont de grandeurs diverses et leur diamètre varie entre 0,02 — 0,06 m, (pi. XXVI fig. 9). Haches et marteaux '). Les fouilles ont livré des fragments de quatre hachettes et d'un marteau, tous de pierre. Trois de ces fragments sont plus grands et permet­ tent d'en préciser la forme. L'un d'eux (pierre jaunâtre, calcaire, polie) est de forme triangulaire; le tranchant n'est pas conservé entier (pi. XXIV, fig. 5). Dimensions: 0,06 X 0,045 m. Le deuxième fragment, sans tranchant ni partie supérieure, est en pierre polie; type quadrangulaire. Dimensions: 0,06 X 0,04 m, (pi. XXIV, fig. 6).
*) Au sujet de l'industrie des haches et des marteaux ainsi que de leur zone de dispersion dans l'aire de culture carpatho-balkanique, voir I. Andriesescu, op. cit., p. 31 et suivantes.

283 www.cimec.ro

V. CHRISTESCU Le troisième fragment est privé de la p a r t i e s u p é r i e u r e ; le t r a n c h a n t , en forme de demicercle, est, p a r c o n t r e , bien conservé. Ce fragment est aussi en pierre polie, c o m m e le p r é c é d e n t . L'épaisseur est u n peu plus prononcée q u e celle des a u t r e s h a c h e t t e s . Di­ m e n s i o n s : 0,055 m , X 0,045 m , (pi. X X I V , fig. 2). U n fragment, bien plus p e t i t , n ' a y a n t plus que le t r a n c h a n t , est en pierre t o u t aussi polie q u e la p r é c é d e n t e (pi. X X I V , fig. 4). D i m e n s i o n s : 0,02 m de h a u t e u r sur 0,045 m de largeur. Le cinquième fragment est la p a r t i e supérieure d ' u n e h a c h e - m a r t e a u (pi. X X I V , fig. 1). D i m e n s i o n s : 0,05 m , X0,035 m . Grès. D é c o u v e r t à 0,70 m , de profondeur, il p o r t e u n t r o u de suspension. L o n g u e u r : 0,22 m ; largeur de la p a r t i e s u p é r i e u r e : 0,04, qui se rétrécit vers la p a r t i e inférieure et a t t e i n t 0,03 m, (pi. X X I V , fig. 19). Objets en os. P a r m i les 45 cornes et bois de cerfs, fragments et objets en os, il con­ v i e n t d e signaler: 1) six fragments d e h a r p o n s , à d e u x rangées de b a r b e l u r e s ; le plus g r a n d fragment a 0,19 m (pi. X X V , fig. 16 — 2 1 ) ; 2) trois lames en os bien polies, d o n t d e u x de forme q u a — — j drangulaire et la troisième t r a p é z o ï d a l e ; . ^K «... 1 1 i l 1 Ê^ / fi I \ leurs dimensions v a r i e n t , à s a v o i r : longueur, 0,05 0,75 m ; largeur, 0,025

f 11
^fe ■ I? | Ê S |

m llU
P vï» oT

* *n\
*3

°'03 m · ( | ' 1 · X X N f i g ·

7)

· "es1

n o t e r q u e les d e u x premières lames q u a d r a n g u l a i r e s , moins bien travaillées q u e la l a m e t r a p é z o ï d a l e , p r o v i e n n e n t de la couche de c u l t u r e supérieure (la plus p e t i t e a été t r o u v é e à 0,10 m de profondeur, la plus g r a n d e à 0,95 m , alors q u e la l a m e trapézoïdale a été dé­ c o u v e r t e à 1,50 m ) . L a m ê m e couche supérieure a livré d e u x poinçons en os, de formes diver­ ses: l'un est plus long (0,08 m ) , l'évidem e n t d e l'os a été p r e s q u e e n t i è r e m e n t r é d u i t p a r le polissage (pi. X X V , fig. PI. XXV. 8). Le second plus m i n c e , est formé p a r u n os évidé, mais t r a v a i l l é e x t é ­ r i e u r e m e n t p a r polissage et aiguisage vers la p o i n t e (0,05 m ; pi. X X V , fig. 9). D e u x a u t r e s fragments de poinçons, p r o v e n a n t de la couche inférieure, p r é s e n t e n t u n caractère différent. Le premier, t r o u v é à 1,30 m, de profondeur, est poli, très bien a p p o i n t é et de petites dimensions (long. 0,05, larg. 0,01 à la base). Le second, décou­ v e r t à 1,50 m , est conique et très bien a r r o n d i ; l o n g u e u r : 0,05 (pi. X X V , fig. 10, 12) Une rotule est percée au milieu ; impossible de préciser son rôle (fusaïole ?) (pi. X X I V , fig. 17). Une r o u l e t t e en os, d o n t le d i a m è t r e est de 0,05 m , a le bord r e l a t i v e m e n t bien taillé et poli. Elle a été t r o u v é e à 1,40 m de profondeur (pi. X X V , fig. 15). P a r m i les a u t r e s os, nous m e n t i o n n e r o n s les s u i v a n t s : 1) u n os r o n d , d o n t le p o t i e r devait p r o b a b l e m e n t faire q u e l q u e chose, car ils est poli ; sa longueur est de 0,33 m ;

www.cimec.ro
284

LES STATIONS PRÉHISTORIQUES DU LAC DE BOÏAN

on voit d'ailleurs qu'il a été coupé d'un côté ; 2) une corne, découverte à 0,80 m, est façonnée en deux parties ; la plus petite est courbée et forme un angle droit avec la plus grande ; l'une et l'autre sont appointées aux extrémités. Au point de suture, on remarque une cassure; cela prouve la présence d'une autre partie, qui a été brisée. La partie la plus petite a 0,04 m, la plus grande 0,13 (pi. XXV, fig. 13) ; 3) un bois de cerf, tra­ vaillé pour servir de manche à une hache ; c'est l'unique spécimen découvert dans la tran­ chée à 0,60 m de profondeur (pi. XXVI, fig. 5). CÉRAMIQUE Technique. Comme nous l'avons dit plus haut, quand nous avons fait la strati­ graphie de la station, la céramique que la terre y a livrée révèle l'existence de deux couches de culture, distinctes l'une de l'autre. En ce qui touche la technique, cette différence persiste, avec quelques ex­ ceptions explicables. La poterie de la couche inférieure, plus ancienne, est caractérisée par une technique supérieure à celle de la poterie de la couche supérieure, qui est plus récente '). Les vases de la couche inféri­ eure, dont la patine est noire, brune ou rougeâtre, nuancée de jaunâtre, sont en pâte bien pétrie et les contours sont bien définis. Les fragments de poterie qui ne sont pas couverts de patine ré­ vèlent une technique avancée. Les exem­ plaires mal cuits sont rares. Dans la couche supérieure, hormis les vases et fragments patines, qui accu­ sent une persistance des anciennes for­ mes de la couche de culture inférieure et dont la pâte est généralement mieux travaillée, le reste de la céramique est d'une technique moins avancée. La pâte est plus impure, souvent mal pétrie PI. XXVI. et présente des irrégularités sur les parois du vase. La cuisson est imparfaite, et elle n'existe même pas pour certains vases de dimensions moindres. Mais les vases à proéminence en forme de corne nais­ sante et le vase en forme d'écuelle (pi. X X V I l , f. 1; pi. X X V I I I , f.. 1) sont d'un travail soigné, bien que la pâte ne soit pas très fine. Il est aussi à noter que les vases de petites dimensions sont, sauf quelques exceptions, d'un travail plus soigné, et cette remarque s'applique tant aux vases de la couche
*) C'est un phénomène qui se remarque dans toute la région danubienne et dans tout le Sud-Est européen (Andrieçescu, op. cit., p. 46, note 17).

www.cimec.ro 285

V. CHRISTESCU

W

supérieure qu'à ceux de la couche inférieure. La pâte est fine, les contours sont précis, et s'ils portent un décor, celui-ci est bien rendu. Formes. Les formes des vases de la couche inférieure, de même que leur technique, se distinguent de celles des vases de la couche su­ périeure. Formes de la couche in­ férieure. Les formes des vases de la couche inféri­ eure se retrouvent en par­ tie dans les spécimens de la couche supérieure qui est plus récente. La forme qui se voit le plus fréquemment dans la couche inférieure — fré­ quence également remar­ quée, d'ailleurs, dans la PL XXVII. couche supérieure — est celle de l'écuelle (pi. XXVII, f. 2), dont le rebord varie comme forme '). La pâte est le plus souvent patinée. Le rebord d'un vase de ce genre, découvert à 0,^0 m de profondeur, est rabattu vers l'intérieur. Sur un autre vase, un petit pli vertical en relief est perpendiculaire au rebord (pi. X X V I I I , f. 1). Il arrive aussi que le rebord, rabattu vers l'intérieur, pré­ sente des reliefs obliques rappelant le tortis d'une corde (pi. X X X I , f. 7, pi. X X I X , fig. 1). Sur d'autres vases, le rebord, également rabattu vers l'intérieur, pré­ sente, au lieu de reliefs obli­ PI. XXVIII. ques, des raies obliques al­ lant de gauche à droite, ou inversement, (pi. X X I X , fig. 2, 32). Quelquefois, au lieu de
') E n ce qui concerne les diverses formes mar­ ginales de ces sortes de vases, consulter, pour le Sud balkanique: Léon R e y , Observations sur les pre­ miers habitats dp la Macédoine, B. C. H., 1917-1919, p . 184, et fig. 1). 2 ) Les vases a y a n t des bords de ce genre se rencontrent aussi en Bosnie, à l'âge du bronze Curiic, Die Gradina an der Ramaqucllc in Bezirkc· Prozor. Wiss. Mitt. Bos. Uerzeg., 1902, V I I I , pi. V I I I , fig. 7, 8, 9 ; à Donja Dolina: Trubelka, ibidem, 1904, I X , pi. X L , fig. 18. Un autre t y p e du même genre est donné p a r

www.cimec.ro
286

LES STATIONS PRÉHISTORIQUES DU LAC DE BOÏAN

raies, il y a des incisions remplies d'une matière blanche (pi. XXIX, f. 11 et 12, '). Dans d'autres cas, le vase est muni, sur la paroi extérieure, d'une anse relativement petite (pi. X X I X , fig. 4 et 5); cette anse a quelquefois l'aspect d'une petite protubérance percée d'un trou de suspension 2 ). D'autres vases, de même forme, découverts dans les deux couches de civilisation, ont

PI. XXIX.

de grandes dimensions ; au lieu d'anses, ils portent de simples proéminences dont le caractère est ornemental l ). Sur certains fragments de vases, le rebord est presque droit, et la panse est droite ou renflée. Ces fragments sont aussi munis d'une anse en forme de proéminence (pi. X X I X , fig. 6, 7, 8, 9, 10, 17 et pi. X X X I I I , fig. 6). II est des fragments, appartenant peut-être à des vases en forme d'écuelle, où le rebord est droit et ne porte aucun indice de séparation du corps. D'un tesson de ce genre, émerge une haute protubérance pyramidale. Tels fragments présentent des
H. Schmidt in Zeitschr.fur EthnoL, 1905, p. 97, fig. 2 (de Hagio Elia en Macédoine). Nous avons trouvé très peu d'exemplaires de ce genre dans notre station. ') Il en a été trouvé aussi à Sultana. I. Andricçescu, Fouilles de Sultana, Dacia I. En ce qui touche la technique de l'incrustation avec de la matière blanche, voir plus haut, p . 260, note 1. 2 ) Pour ce genre de proéminences, consulter: I. Andrieçescu, Contributions sur la Dacie avant les Romains (en roumain), p. 65. 3 ) Ibidem, p. 69, 70.

287 www.cimec.ro

V. CHKISTKSCU

rebords qui sont séparés de la panse du vase par un évidement plus ou moins accentué du rebord. Celui-ci est situé entre l'extrémité supérieure et la ligne de démarcation du rebord. Dans ce cas, le profil du rebord peut varier, mais le corps du vase, reste le même. Le rebord peut être incliné vers l'intérieur du vase, ou bien, au contraire, légèrement rabattu en dehors. Cette inflexion à l'extérieur peut être prononcée ; en ce cas, la ligne de séparation entre le rebord et le corps du vase passera par la pointe même de l'angle formé (pi. X X X I I , fig. 2 ; pi. X X I X , fig. 7, 18, 23). La panse d'un vase de ce genre est cannelée (pi. X X I X , fig. 14, tesson patiné). Un autre vase, cannelé lui aussi, a le rebord rabattu vers l'intérieur. Ces cannelures sont couvertes d'une belle patine d'un gris brun ou de teinte jaune. Sur un tesson où le rebord est rabattu en dehors,

PI. XXX.

on remarque trois trous très nets dans le corps du vase, dont deux au-dessous du re­ bord et un plus bas *) (pi. X X X I I , fig. 2). Un petit vase, couvert d'une fine patine à nuances rougeâtres, a le rebord élevé, légèrement rabattu au dehors à la partie supérieure, puis droit jusqu'à la ligne de sé­ paration du corps du vase (pi. X L I , fig, 4). Sur certains vases, la ligne de séparation entre le rebord et le corps du vase est un bourrelet, formé d'évidements ou d'alvéoles, de laquelle émergent d'habitude des raies obliques ou verticales en relief. Ces bourrelets sont interrompus par une proéminence
') Sur les vases percés de trous, voir la bibliographie donnée par L. Rey, op. cit., B. C. H., 1917 — 1919, p. 189 et note 2.

288 www.cimec.ro

LES STATIONS PRÉHISTORIQUES DU LAC DE BOlAJN

qui, dans certains cas, a un caractère ornemental, dans d'autres fonctionnel (pi. XXXV fig. 6; pi. X X X V I , fig. 1—4, 12; pi. X X X I X , fig. 6). Les vases de plus grandes dimensions sont, d'habitude, à fond plat. Dans certains cas, la séparation entre le rebord et le corps du vase est obtenue par l'accentuation du rebord et par des groupes de petites proéminences, d'où partent des raies obliques en relief ou en creux (pi. XXXVI, fig. 1, pi. X X X V I I , fig. 8). Il est des grands vases dont le rebord est grand et séparé du corps par 1s mise en relief de la ligne de séparation, de telle sorte que le rebord décrit avec le corps du vase un angle, dont la pointe est sur la ligne de séparation. De cette ligne partent des raies verticales très symétriques et en relief, qui divisent la panse en compartiments (pi. XXXV, fig. 2). Nous avons enfin des vases à pied de grandeurs diverses. Le pied est parfois le prolongement dans le sens vertical de la panse renflée du vase. On peut classer dans cette catégorie un petit vase en forme de verre, d'une technique primitive et dont le pied est formé d'une plinthe (pi. XXVII, fig. 5, pi. X X I X , fig. 12 ] ). Le vase à pied pro­ venant de la couche supérieure a un caractère d'évolution plus accentué. Mentionnons aussi la particularité suivante: le fond d'un vase, formé par le pro­ longement vertical de la paroi du vase, présente à l'intérieur une petite paroi circulaire qui sépare la cavité du fond de celle du vase (pi. X X X I I I , fig. 8). Une autre forme est à signaler: c'est celle d'une écuelle à parois élevées. Un vase de ce genre, dont nous avons une moitié, a des parois élevées ; la pâte dénote une tech­ nique supérieure ; elle est bien cuite et couverte d'une patine à nuances à la fois rougeâtres et brunes (pi. X X X I I , fig. 5). Le vase-coupe est également représenté. Un petit vase de ce genre a le rebord irrégulier, et le poli de la pâte l'est aussi. Un petit vase en pâte impure, grossièrement façonnée et mal cuite, est aussi une coupe a ). D'autres vases sont piriformes. Ils ont été presque tous découverts au milieu de la tranchée, au point de passage de la couche inférieure à la couche supérieure. Un petit vase en pâte fine et patinée a sa partie inférieure convergente vers le fond étroit, tandis que la partie supérieure est penchée moins obliquement vers l'orifice du vase, bien plus large que le fond (pi. X L I , fig. 2). 3) La ligne de profil qui sépare la partie su­ périeure du vase de sa partie inférieure devient, sur les grands vases qui accusent une évolution, une surface qui peut être sujette à une ornementation particulière, de sorte que le corps de celui-ci est divisé en trois parties, à savoir: la partie supérieure, com­ prenant l'anse, le col et le rebord ; la partie médiane, et la partie inférieure avec le fond. Dans ce cas, la partie médiane du vase peut présente un décor différent.
*) Un vase à pied plinthe, comme celui qui a été décrit plus h a u t , mais bien mieux façonné et d'une technique supérieure, a été découvert à Jezérine: Radimsky, Die Nekropole von Jézerina in Pritoka. Wiss. Mitt. B. Herz., 1895, I I I , p . 70, fig. 71. Contrairement à la plinthe de notre vase, dont les bords sont obliques, celle du vase de Jézerina a les bords droits. Pour les vases à pied plinthe, voir aussi I. Andrieçescu, op. cit., p. 51 et note 35, puis p. 54 et note 53. 2 ) Sur Taire de dispersion dans le milieu carpathobalkaniquc, consulter I. Andriesescu, op. cit., p. 51 et suivantes. 3 ) De tels vases se retrouvent à Sultana (I. An­ driesescu: Sultana, Dacia I, 1921), à Câscioarele (Gh. Çtefan: Câscioarele, Dacia II), et à Gumelnila (VI. Dumitrescu: Gumelnila, Dacia II).

www.cimec.ro

289

V. CHRISTESCU

L'évolution se remarque sur quelques vases entiers et sur quelques tessons dé­ couverts dans cette station. Sur le vase no. 6 de la planche XXVII, la partie médiane, sans nul ornement, ne forme qu'un passage de la partie inférieure à la partie supérieure. Par rapport au vase cité plus haut, nous n'avons qu'une seule variété de profil : mais la partie médiane du vase à patine brune (pi. X X X I , fig. 1) est aussi travaillée au point de vue du décor, qui consiste en can­ nelures verticales, interrompues de-ci de-là par une proéminence organique, résultant du relief exagéré d'un des bords de la cannelure '). Ce fragment de vase est muni d'une anse large, qui s'élève, en partie, au-dessus de l'orifice, pour se fixer au milieu du vase, après avoir décrit une jolie courbe. Sur le vase no. 4 de la planche XXVII, les rais sont plus drus et moins prononcés ; la proéminence est par con­ tre plus prononcée; elle devient angu­ leuse et a la pointe élancée. Nous avons, au total, trois pro­ éminences symétriquement disposées vis-à-vis de l'anse. Dans la zone qui ^^m^^ P - a voisine le rebord, la partie supérieure V V ÂÊ ~ commence à être, elle aussi, décorée de ^Bj HF fl^fl *y circulaires, <l<· eorte <ju<· la ligne ^^j^r \^. Z$r de démarcation entre le col el la panse est définie. Comme dernier spécimen de ce genre PI. XXXI. d'évolution, nous avons le vase no. 1 de la planche XXVII, (pi. X X I X , fig. 24), où la partie médiane est également décorée de raies, mais obliques cette fois et très régulières. Les proéminences, toujours au nombre de trois, sont plus accentuées et ressemblent à des cornes ; disposées à égale
*) Un correspondant de ce vase, qui est d'une technique avancée, a été découvert en Bosnie, à Donja-Dolina (Truhelka in Wiss. Mitt. B. u. IL, 1904, I X , pi. XLIV, fig. 25 et pi. L X I , fig. 16), et dans la région de Prozor; ibid., 1902, V I I I , p. 55, fig. 23). Des vases à cannelures sur la partie médiane ont été également découverts en Styrie centrale. (Radimsky et Szombathy, Urgeschichtliche For· schungen in der IJmgegend von Wies in MittelSteiermark. Mitteilungen d. Anlhrop. Gesdlschaft, Wien, XV, 1885, pi. X I , fig. 1); en Basse Autriche, à Statzendorf (Adalbert Dungel, Die Flachgriïber der HallstaUzeit bri Statzendorf in JSiederosterreich. Mitt. d. prahist. Kommission d. K. Altad. d. Wisscnsch., Wien, I I , No. 1, 1908; p. 3, fig. 3 ; p. 6, fig. 1 3 ; p. 8, fig. 21 ; p. 9, fig. 25); en Bohême, a Platenice (Pic: Die Urncngrâbcr Bbhmens, planches X X X V I , X X X V I I , X X X V I I I ) , en Silésie et en Occident. C'est au III-ème âge du bronze que ce vase apparaît dans ces contrées (Déchclctte, Manuel, I I , 1, p. 385). Au Sud du Danube, on l'a rencontré à KodjaDermen (Popov, Isvestia. Bulletin de la Société Archéologique Bulgare, 1916—1918, p. 111, fig. 104).

290 www.cimec.ro

LES STATIONS PRÉHISTORIQUES OU LAC DE BOÏAN

distance l'une de l'autre, y compris l'anse, elles divisent le vase en quatre parties égales. Il est à noter que le col du vase est différencié par le décor de raies circulaires ' ) . Sur des fragments de grands vases, on constate que la partie renflée, prenant nais­ sance immédiatement au-dessous du rebord, présente des reliefs obliques, faibles et irrégulièrs, issus de la pression du doigt sur la pâte crue ; on voit parfois une légère proé­ minence au-dessous du rebord. Mais ce qui caractérise ce genre de vases, c'est que le rebord est toujours patiné extérieurement, tandis que la panse est sans patine (pi. X X X I V , fig. 1, pi. X X I X fig. 23 2 ). Dans la couche supérieure, cette forme se distingue surtout en ce que le rebord est plus étroit et sans patine, et que les bgnes obliques sont plus en relief (pi. X X X V , fig. 9). Il est aussi des cas où, dans les deux couches de culture, le corps du vase est moins renflé si le rebord du vase est plus grand et r a b a t t u au dehors (pi. X X I X fig. 18,19). Pour qu'on se fasse une juste idée des formes de vases de la couche inféri­ eure, nous reproduisons quelques tes­ sons (pi. X X I X , fig. 20, 2 1 , 22, pi. X X X , fig. 2) et anses. A remarquer une anse, étroite vers sa partie supé­ rieure, qui porte quelques cannelures transversales, puis s'élargit vers la partie PI. XXXII. inférieure. La patine, grise, et la forme sont de type Lausitz (pi. X L , fig. 1 1 ; pi. X X I X , fig. 11). La couche inférieure a livré aussi quelques couvercles; certains sont munis d'une anse large ; d'autres ont un bouton proéminent, qui remplit l'office d'anse (pi. X X X I I fig.
*) Le vase à cornes est également répandu dans le milieu Sud-Est européen, de Troie jusqu'en Lusace. Pour Troie, voir Hubert Schmidt, dans en Lusace et dans le Brandenburg (Voss: Keramischc Stilarten der Provinz Brandenburg u. Nach· barter-Gebiete. Zeitschr. fur Ethnologie, 1903, p. 177, fig. 32 a et b). M. le Prof. V. Pârvan est d'opinion que ce type de vase est originaire des régions carpatho-danubiennes et que son apparition à la Vll-èm? période de Troie est due aux éléments gétiques qui y avaient été entraînés par les migrations trérocimmériennes (V. Pârvan, Les Daces à Troie (en roumain), extrait de la revue «Orpheus», Bucarest, II-ème année, No. 1, p. 7). *) Des fragments indiquant des vases semblables ont été aussi découverts dans les sondages faits à

Dôrpfeld: Troja und Won, 1902,1, p. 301, fig. 216
et Reaïlexik. d Vorgesch. Berlin 1925, II, art. Buckelkeramik, page 200 et pi. 85 e. f. ; en Hongrie, il a été rencontré à Borsod (I. Hampel, .4 bronzokor emlékei Mngyarhonban, II, pi. CXLI, 2 et sur la couverture du volume) ; à Donja-Dolina en Bosnie (Truhelka Wiss. Mitt. B. u. //., IX, 1904, pi. X I X , No. 9 ; LXII, No. 2, LXXIII No. 1, LXXVTI, No. 31); à Wivs en Styrie (Radimsky et Szotnbatby, Mitt. d. Anthrop. Ges. in Wien, XV, 1885, pi. X, fig. 3 ; pi. XI, fig. 1 ; pi. XII, fig. 9 et 12);

www.cimec.ro
291

V. rilRISTKSCl'

7 ; pi. X X X I I I , fig. l).Sur l'envers d'un de ces couvercles, on voit des raies en spirale en puissant relief (pi. X L fig. 4). Formes propres à In couche supérieure. Les caractéristiques de cette couche sont représentées par les vases suivants: Un vase, en pâte de qualité inférieure et non patinée, à fond plat, à la panse légè­ rement renflée et à orifice bien plus large que le fond, a un rebord droit. Au-dessous du rebord, un bourrelet, résultant des re­ liefs obtenus par pression du doigt sur la pâte crue (le bourrelet avait peut-être été disposé en guirlande) décore le vase (pi. X X V I I I , fig. 2, pi. X X X fig. 1 ' ) . Quelques vases à paroi oblique et d'as­ pect trapu, dont la pâte est travaillée comme celle du vase précédent, ont également le fond plat et plus étroit que l'orifice. Ces vases, dont nous n'avons que des fragments, sont de petites dimensions. Le fond de l'un d'eux présente une arête vers son extrémité. Un petit vase, probablement sacré, ressemble à une soucoupe. Il est en pâte assez grossière et non cuite; la panse et le rebord, qui se confondent, résultent de l'amincissement du fond vers les extrémi­ tés, afin de produire un léger évidement, qui dévient la cavité même du vase. Un vase en forme de tasse plus grande, est muni d'une anse qui, partant du rebord, PI. XXXIII. s'érige au-dessus de celui-ci, puis s'incline pour aller se fixer sur le milieu de la panse. La pâte est impure et non cuite (pi. X X V I I I , fig. 3). Un fragment marginal, peut-être toujours de tasse, porte une proéminence per­ forée, qui se trouve près du rebord et correspond avec la cavité du vase par un trou qui le traverse. Ce devait être un bec pour verser le liquide du vase (pi. X L I , fig. 6, pi. X X X , fig. 3). Un vase, qui révèle une technique soignée, est orné sur sa partie médiane, de raies ainsi que de proéminences ; le rebord est rabattu en dehors et légèrement relevé dans la zone opposée à l'anse («mit abgeschrâgtem Rande). L'anse aplatie ressemble à celle décrite plus haut (pi. X X X I , fig. 1); elle se détache du rebord pour se dresser à une assez grande hauteur et le dominer. Après avoir décrit une courbe élégante, l'anse
Fundeanca-Chisclet (à 12 km. à l'Ouest de Boïan; M-lle H. Dumitrescu, Dacia II). x ) C'était peut-être une urne, car un vase-urne de même forme et sur lequel le bourrelet est disposé de la même manière que sur notre vase, a été découvert a Plalvnice en Bohême (Pic: Die Urnengràber Bohmens, Leipzig, 1907 pi. XL, fig. 2).

www.cimec.ro
292

LES STATIONS PRÉHISTORIQUES DU LAC DE HOÏAN

vient s'appliquer sur la partie médiane du vase (pi. XXVII, fig. 3, pi. X X X , fig. 4). Il est à noter que cette anse est disposée asymétriquement par rapport aux trois proé­ minences, contrairement au vase décoré de cornes, vase dont il a été question plus haut (pi. XXVII, fig. 1 ' ) . Dans cette couche de culture, un groupe distinct est formé par des vases de dimen­ sions variées, couverts ou non de patine, et dont le rebord, large d'habi­ tude, est rabattu au dehors (pi. X X X I I I , fig. 4, 5, pi. X X I X , fig. 16, 19). Le rebord est souvent indiqué, à son point de suture avec le corps du vase, par une ligne légère ou par plusieurs raies (pi. X X X I I I , f. 5), soit encore par des raies en creux ver­ ticales ou horizontales, soit enfin par une rangée d'entailles (pi. X X X , fig. 5). Il existe peu de vases où le renflement se manifeste au-dessous même de la ligne de séparation du rebord. Il est aussi des vases, qui décèlent une technique moins par­ faite, dont le rebord est plus étroit et moins rabattu à l'extérieur, mais toujours à entailles (pi. X X X V I I I , % 2,3«). Mentionnons un fragment de plat dont le rebord est évasé et décoré d'in­ cisions angulaires (pl.XXXVII,fig. 4). Citons aussi un fragment de vase PI. XXXIV. dont la panse est renflée vers la par­ tie inférieure ; le fond est plat et large. Vers la dépression du col, la paroi prend une allure oblique et donne naissance à un col étroit qui s'épanouit au dehors en un rebord également étroit (pi. X X X I , fig. 2 ; pi. X X X , fig. 6). D'autres grands vases, de pâte plus grossière et non patinée, ont des parois droites, terminées par un rebord dentelé. Ce qui caractérise ces vases, c'est une anse en forme de tête d'oiseau (pi. X X X I X , fig. 8, 9 ; pi. X X X , fig. 9 3 ).
J ) Du point de vue du style, ce vase peut être apparenté au vase que représente la figure 4 de la planche X X V I I , et surtout au fragment de vase à cannelures et proéminences organiques (pi. X X X I , fig. 1) dont l'anse ressemble à celle de ce vase. Une forme moins ressemblante a été remarquée à Debelo Brdo, près de Serajevo (Fiala dans Wiss. Mitt. Bosnien u. Herzeg., 1896, IV, p. 48, fig. 68) ainsi qu'en Transylvanie. Dolgozatok — Travaux, 1911, p . 13. 2 ) Les rebords à entailles se voient sur des vases découverts à Ripac, près de Jezerina en Croatie (Radimsky, dans Wiss. Mitt. B. u. H., 1895, I I I , p . 221, fig. 1 1 ; p. 222, fig. 14), en Bosnie (Curcic: Die Gradina nu der Kamaquelle, ibidem, 1902, V I I I , p . 54, f. 20) et à Gradina-Cungar, près de Cazin (Radimsky, ibidem, 1896, IV, p . 88, fig. 9 1 ; p . 91, fig. 112, 113). 3 ) En ce qui regarde les anses en forme de tête d'animal de la zone carpatho-balkanique, voir I .

49 « m

www.cimec.ro
293

V. CHRISTESCU U n fragment de de laquelle se dégage d ' a n s e (pi. X L I , fig. Un vase en p â t e vase présente u n rebord qui se termine p a r u n e a r ê t e l a t é r a l e , u n e p r o é m i n e n c e aplatie et perforée en son milieu, p o u r servir 13) : 1 ). i m p u r e a u n double orifice et la p a n s e renflée. Les d e u x orifices s o n t disposés o b l i q u e m e n t (pi. X X V I I I , fig. 5 a). Un vase en p â t e calcaire très i m p u r e , auquel il m a n q u e une p a r t i e ainsi q u e le fond est a r r o n d i v e r s la base. P a r u n e a r ê t e en relief, la paroi se dresse pres­ q u e verticale et forme la c a v i t é supé­ rieure du vase, qui se t e r m i n e p a r u n rebord droit. Sur la p a r t i e inférieure du v a s e , il est u n e a u t r e a r ê t e parallèle à celle-là, mais son c a r a c t è r e est p u r e ­ m e n t o r n e m e n t a l . D e u x anses a u x con­ tours parfaits se d é t a c h e n t de l'arête qui sépare le v a s e en d e u x p a r t i e s op­ posées et r e t o m b e n t sur les fiances (pi. X X X . fig. 15). U n p e t i t v a s e , de p â t e i m p u r e , n o n cuite, a la forme d ' u n e coupe (pi. X X X , fig. 7). Des fragments de g r a n d s vases inJB Jbk *^. B | Q ^ ^ IF" ^ ^ m ^ t B WÊ ^ίΕτ ^ B JBL ^2 V^lt\y i In " ' d i q u e n t des vases en forme de c h a u d r o n . U n v a s e , d o n t il n ' e s t resté q u e

'*' , ' " ' r l ''' rebord, paraît ™ La pâte a une patine d'un brun j a u n â t r e ; fo rr elle est noire si on la b r i s e ; elle a été PI. XXXV. bien p é t r i e et façonnée. Le col se rétrécit puis se r a b a t a u d e h o r s . Le col est orné de cannelures circulaires. U n v a s e en argile n o n c u i t e , criblé de t r o u s , a été t r o u v é entier d a n s la couche supérieure (pi. X X V I I I , fig. 4) *). P o u r compléter nous donnons quelques profils de vases de c e t t e couche (pi. X X X , fig. 8, 1 1 , 12, 13, 14, 17 et pi. X L , fig. 8, 1). Les anses p r o v e n a n t de cette couche sont de formes plus variées q u e celles de la couche inférieure. U n e anse habituelle est ici de forme r o n d e ou a p l a t i e , mais l ' o u v e r t u r e est p r e s q u e circulaire (pi. X X X I V , fig. 14).
Andriesescu: Contributions sur la Dacie, p. 68. Pour les anses en général, idem, p . 65 et suivantes. x ) Anse qui se trouve également sur les vases prémycéniens de Macédoine (Léon R e y : op. cit., B. C. H., 1917—1919, p . 192, fig. 8 et p . 193, pbpoli (Thrace) ont livré un vase à double orifice, ayant la forme d'un goulot; ces orifices sont dis­ posés perpendiculairement sur la panse du vase (Seure-Degrand: B. C. IL, 1906, p. 424, fig. 68). 3 ) Pour les vases percés de trous de l'aire carpathobalkanique, voir I. Andriesescu : Contributions sur la Dacie, p. 63 et note 121. Un vase semblable au nôtre a été découvert à Tel Metchkur, en Bulgarie (Seure-Degrand, B. C. IL,

fig. 10).
) Un vase identique n'a pas encore été ren­ contré dans les régions carpatho-balkaniques. Des fouilles pratiquées à Tell Costievo près de Philip2

www.cimec.ro 294

LES STATIONS PREHISTORIQUES 1)1 I.AC DE BOÏAN

Les anses sont ordinairement fixées à l'endroit où la panse du vase est la plus renflée. Une anse épaisse, de rondeur irrégulière, légèrement évidée au-dessus de l'ouver­ ture circulaire, est assez petite (pi. X X X I V , fig. 13). Une autre anse, large, en pâte grossière, présente sur la surface des raies verticales (pi. XXXV, fig. 8). Une autre anse — d e couvercle probablement — a le centre quadrangulaire terminé en petits coins (pi. X X X I V , fig 12). Deux fragments d'anse décèlent la présence de deux anses d'une technique avancée. L'une d'elles est plate et légèrement recourbée en dedans. La pâte est fine et couverte d'une belle patine rougeâtre. Au-dessous de l'anse se trouvent deux petits mame­ lons (pi. X X X I I I , fig. 3). L'autre anse, couverte d'une patine grise, présente à la surface, sur la partie courbe, plusieurs sillons petits et fins, disposés symétriquement et partant tous de la même ligne. L'anse, demi-ronde, est concave dans sa partie supérieure (pi. X X X I X , fig. 13 ] ). Les autres anses sont comme celles de la couche inférieure. Ornements. Les décors des vases de la station préhistorique dont nous nous occupons forment quatre groupes, à savoir: un groupe d'ornements, formé PI. XXXVI. de raies en relief et de bourrelets à proéminences ; le deuxième d'incisions ; le troisième de cannelures ; le quatrième, réduit à quelques exemplaires, se compose d'ornements spiralo-méandriques 2 ). Nous ne pouvons pas établir une distinction ornementale précise entre la couche de culture inférieure et la couche supérieure. La plus simple forme de décor formé de lignes en relief se voit sur deux fragments de vases piriformes, découverts dans la couche de culture inférieure. Des raies en relief, obtenues par la pression du doigt apposé irrégulièrement sur la pâte molle, partent de
1906, p . 409, fig. 44). Un autre, identique, a été trouvé au Camp de Chassey (Saône-et-Loir, France) ; reproduit par Déchelette: Manuel, I, p . 556, fig. 203. *) Une anse identique a été découverte en Bosnie (Cur£ié: Die Gradina ander Ramaquelle in Bezirke Prozor. Wiss. Mitt. B. u. H., 1902, V I I I , pi. V I , fig. 9, âge du bronze) et en Styrie (Dungel: Die Flachgràber der Ilallstattzeit bei Statzendorf. Mitt. d. pràhist. Kommission d. k. /ikad. in Wien, I I , No. 1, 1908, p . 4, fig. 6). 2 ) En ce qui concerne les décors de la céramique carpatho-balkanique, voir I. Andrie^escu, op. cit., p. 73 et suiv. Pour les décors en relief dans le Sud balkanique, voir également L. R e y : Observations sur les pre­ miers habitats de la Macédoine. B. C. H. 1917—1919, p . 203 et 211.

www.cimec.ro 295

Y. CI1MSTK5CIT

a

dessous le r e b o r d , de-ci de-là, d a n s le sens oblique, et recouvrent la panse du v a s e . C'est ce qui explique p o u r q u o i les lignes, imprécises, sont à peine perceptibles. U n décor si primitif p a r r a p p o r t à la t e c h n i q u e et à la forme, assez a v a n c é e s , d ' u n v a s e , p a r a î t s u r p r e n a n t . A première v u e , on serait i n d u i t à croire q u e ce serait s e u l e m e n t u n essai de décor et q u e le v a s e a u r a i t été ensuite laissé sans o r n e m e n t ; m a i s sur le second fragment, encore plus précis c o m m e forme, nous t r o u v o n s , en dehors des raies faiblement et irrégulièrement mises en relief, u n e p e t i t e p r o é m i n e n c e , qui noue i n d i q u e u n e forme d ' o r n e m e n t a t i o n (pi. X X X I V , fig. 1 ) ; le vase est sans p a t i n e , sauf le rebord. Ces raies se r e t r o u v e n t , toujours obliques et irrégulières, mais plus en relief, sur u n fragment de plus grand vase, sur H ^P» ^Jfer-r lequel se t r o u v e u n e p r o é m i n e n c e éga-

lement plus g r a n d e . Sur divers a u t r e s fragments, décou­ v e r t s d a n s la couche supérieure ou bien d a n s la couche inférieure, les raies, plus ou moins en relief, sont soit obliques ou horizontales, soit verticales (pi. X X X I V , fig. 2 — 10 ; pi. X X X V , fig. 1 — 4). D a n s ce dernier cas, les raies sont très s y m é t r i ­ q u e m e n t séparées et elles divisent les flancs du v a s e en p a r t i e s égales (pi. X X X V , fig. 1, 2 — couche inférieure). D ' h a b i t u d e , u n e raie horizontale en f |:> B| am^^&Êi ° relief, parfois i n t e r r o m p u e par des proé(Β ^ η ^ {I , minences simples < u doubles, <li\ ise le > m >T >·*· **- v a s e en z o n e s ; les a u t r e s raies p a r t e n t ^^r IJV' Jf ' M ''' , , | , Γ r i l ' r horizontale et se dirigent vers l'orifice ou la base du vase (pi. X X X I V , fig. 7, 9 ; pi. X X X V , fig. 2). L a figure n o . 7 de la p l a n c h e X X X I V PI. XXXVII. d o n n e u n décor plus v a r i é , p a r suite d e la combinaison des lignes obliques a v e c les lignes horizontales. Il est u n cas où sur le r e b o r d , u n e raie oblique se t r o u v e au-dessus de la zone des raies verticales (pi. X X X V , fig. 4). U n f r a g m e n t de vase, d é c o u v e r t près de la surface, p r é s e n t e , u n décor formé de raies obliques et d i v e r g e n t e s , q u i p a r t e n t du b o r d de la b a s e . A l'intérieur de la zone formée, des lignes courbes, d o n t l'arc se dirige vers le fond, u n i s s e n t les b o r d s de la zone (pi. X X X V , fig. 5). Les b o u r r e l e t s bien plus r a p p r o c h é s sur les t e s s o n s de la couche supérieure, s o n t soit alvéolaires ou formés de reliefs r é s u l t a n t d ' u n evidem e n t , soit à dépressions c o n t i n u e s . Ces bourrelets sont disposés de diverses manières sur les flancs d u vase ; ils s o n t parfois i n t e r r o m p u s p a r des p r o é m i n e n c e s . Ils ceignent o r d i n a i r e m e n t le v a s e a u - d e s ­ sous du r e b o r d . D a n s ce cas, le décor se complète p r e s q u e toujours p a r de lignes e n www.cimec.ro 296 relief sur les flancs du vase (pi. X X X V , fig. 6 ; p i . X X X V I , fig. 4 ) . «3i£& ΒΜί

|£ lB£i^

LES STATIONS PRÉHISTORIQUES DU LAC DE BOÏAN

Sur des tessons, le bourrelet se répète deux, trois, quatre fois et même plus (pi. X X X V I , fig. 5, 6, 8, 9, 13; pi. X X X V I I , fig. 13, 14). Sur un tesson, plusieurs bourrelets alvéolaires obliques s'arrêtent dans d'autres bourrelets alvéolaires, mais disposés horizontalement; ce décor paraît sur tout le vase pi. (XXXVI, fig. 13). Sur un fragment marginal, le bourrelet part vertical de dessous le rebord et fait cro­ ire qu'il se répétait sur tout le vase (pi. X X X V I , fig. 5). Sur une autre frag­ ment, un bourrelet vertical se détache d'un bourrelet oblique (pi. X X X V I , fig. 11). Un tesson de la partie inférieure d'un vase présente un décor formé de groupes de trois rangées de reliefs, qui résultent de l'évidement de la pâte à l'aide d'un instrument. Ces groupes sont disposés symétriquement sur les flancs du vase (pi. X X X V I I , fig. 10). Les proéminences sont à peu près les mêmes dans les deux couches de culture et se présentent très fréquem­ ment associées à un autre ornement. Les proéminences qu'on rencontre le plus souvent sont aplaties et ont le bord arrondi. D'autres fois, elles sont de for­ me pointue ou rectangulaire; dans ce dernier cas, elles remplissent aussi le rôle d'anses. Sur un tesson, il y a une proéminen­ ce à la forme d'une pyramide triangulaire, à dos plat. Certaines proéminences sont évidées au milieu et, si l'on a fait deux dépressions, il en résulte une double ou triple proé­ minence. D'autres proéminences ont la forme de petits boutons (pi. X X X \ r , f. 11 ; pi. X X X V I I , fig. 3 ; pi. X X X V I I I , fig. 10; pi. X X X I X , fig. 13). Deux grandes proéminences, dont une haute et l'autre plate, ont le caractère très net d'anses (pi. XL, fig. 12: pi X X X I , fig. 8). On peut aussi ranger parmi les proéminences celles, trouvées dans la couche su­ périeure, qui ont la forme d'une tête d'oiseau (pi. X X X , fig.9 J ). Une proéminence plate, découverte dans la couche supérieure, a les extrémités allongées comme des petites cornes (pi. XXXV, fig.. 12 2 ).
*) Voir plus haut page 293, note 3. *) Cette sorte de proéminence, qui sert d'anse, se rencontre en Macédoine, à l'époque prémycénienne ( L é o n R e y : o p . cit., B. C. H., 1917 — 1919, p . 186 et pi. II,fig. 5 ; pi. I I I , fig.3 — 4 et note 5); en Bosnie: à Butmir (Die neolit. Station von Bumir, pi, IV, fig. 17), à Ripac (Radimsky : Der pràh. Pfahlbau von Ripac. Wiss. Mitt. a. B. u. H., 1897, pi. X X X V I , fig. 290, 296, 301, âge du bronze) et en Hongrie, dans la station de bronze de Velem Szent-Vid (département de Vas), Arch. Ertesito, 1897, p. 297, fig. 23.

www.cimec.ro 297

V. CHRISTESCU

A signaler deux proéminences, de grandeurs diverses, provenant de la couche supérieure; elles sont de forme triangulaire, connues une corne dont la pointe a la direction à peu près verticale. Chacune d'elles porte trois rangées d'incisions, qui di­ vergent de la pointe pour aller vers la hase de la proéminence. Sur la plus grande proéminence, les incisions sont en forme de deux cercles concen­ triques ; sur la plus petite, il y a aussi deux incisions rapprochées l'une de l'autre, mais verticales (pi. XL, fig. 10 et 13) *). Les tessons à décor incisé provenant de la couche de culture inférieure sont en quantité bien plus réduite que ceux de la couche supérieure. Sur les reboids de deux vases de la couche inférieure, on remarque de profondes raies en creux, irrégulières, qui forment des angles. Quelques traces prouvent que les raies étaient pleines d'un ematière blanche (pi. XXXVII, fig. 11, 12) 2 ). Sur un autre fragment, les raies entourent com­ plètement le vase. Dans ce dernier cas, les incisions, bien que profondes, sont cepen­ dant imprécises. Enfin, sur un fragment marginal, on voit Une raie profondément incisée, qui indique une spirale (pi. XXXVII, fig. 2). Trois autres décors incisés, dé­ couverts incidemment dans la couche inférieure, ont d'assez nombreux correspondants dans la couche supérieure. Les ornements formés d'entailles se rencontrent sur les rebords de nombreux vases (pi. XXXVIII, fig. 1— 3, 5,6 ; pi. X X X I X , fig. 12, 15). D'habitude une rangée d'entailles entoure le vase à la base du col. Les entailles sont parfois interrompues par de petits mamelons (pi. XXXVIII, fig. 1, 3, 6; pi. X X X I X , fig. 2 — 4 , 10). Mais les entailles varient, car elles sont tantôt plus ou moins profondes, tantôt plus minces. Dans d'autres cas les incisions sont doubles et constituent une variété ornementale (pi. X X X I X , fig. 11). Sur des tessons, on voit au-dessous du col une double rangée, de dépressions, ré­ sultant d'une excision à l'aide d'un instrument pointu (pi. X X X I X , fig. 3) ; on voit aussi sur les flancs du vase une rangée de dépressions, obtenues de la même manière, mais dont la disposition est assez irrégulière (pi. X X X I X , fig.l).
') Des proéminences identiques en forme de cornes ont été rencontrées à Troie (sur des vases de forme humaine: Hoernes, Urgesch. d. bild. Kunst, 1925, p. 361, fig.6 et Schliemann, Bios, trad. d'Egger, p. 282, fig. 70; p. 673, fig. 1082); en Bosnie (Curcic, Die Gradina an der Ramaquelle, Wiss. Mitt. a. B. u. H., 1902, V I I I , pi. VI, fig. 9 ; à Cungar bei Cazin, Radimsky, ibid., 1896, IV, p. 82, fig. 45); en Bohême, sur des vases type silésien (J. Pic: Die Urnengràbcr Bbhmens, pi. X X V I I I , fig. 3, 13). Ces proéminences qui ont la forme de cornes et sont appliquées se rattachent étroitement aux proéminences organiques qui se trouvent sur les vases à cornes dont nous avons parlé plus haut (p. 43 et note 1); leur aire de dispersion s'étend jusqu'en Lusace et dans le Brandebourg (Voss, Keramische Stilarten. Zeitschrift fur Ethnologie, 1903, p. 177), en Bavière et dans les régions avoisinantes (Déchelette: Manuel, I I , 1, p. 384). Le décor formé de cercles concentriques, incisé sur nos proéminences, est fort répandu dans la péninsulc balkanique: à Gonna (tuinulus),en Macédoine (L. Rey, op. cit., B. C. H., 1917 — 1919, pi. X I X , fig. 1, 2, 3, 4, 6), sur les idoles de Golubac en Serbie (Hoernes: Urgesch. d. bild. Kunst, 1925, p. 411, fig. 4, 5), sur la céramique de Klicevats (Serbie, Vassits: Rev. Arch., 1902, p. 172 — 190), sur une idole en os découverte à Troie (Diirpfeld, Troja u. //ton, I, p. 384, fig. 352), en Bosnie (à Ripac, Radimsky, Der pràhist. Pfahlbau von Ripac bei Bihac-Wiss. Mitt. a. B. u. H., 1897, V, pi. X X X V I I I fig. 325, 329 — toujours sur des objets en os), et jusqu'en Italie (dans la province de Bologne), où ce décor a paru précisément à l'âge du fer (Montelius, La civilisation primitive en Italie, I, pi. 94, No. 6). 2 ) Pour la céramique incisée carpatho-balkanique voir I. Andrieçescu, op. cit., p. 78. Pour la technique d'incrustation avec de la matière blanche, voir pag. 260 note l(Wossinsky,op. cit., Berlin, 1904, p. 38 et L. Rey, op. cit., B. C. H., 1917 — 1919, p. 222).

298 www.cimec.ro

LES STATIONS PRÉHISTORIQUES DU LAC DE BOÏAN

Un tesson présente une file de doubles dépressions disposées obliquement, ce qui fait qu'elles ont l'apparence de petites feuilles implantées sur le même rameau (pi. X X X I X fig. 7). Ce tesson provient, comme les autres fragments, de la couche supé­ rieure. Un décor particulier se voit sur un tesson à patine brune, qui a été décou­ vert dans la couche supérieure. Il se compose d'une rangée de dépressions oblongues, disposées horizontalement deux par deux au-dessous du col du vase (Voir aussi le décor de la proé­ minence, pi. XL, fig. 10). Au-dessous, une autre rangée de petites entailles obliques complètent l'ornementation (pi. X X X V I I I , fig. 12). Un fragment présente sur la surface extérieure une rangée oblique de dépres­ sions irrégulièrement élargies, et, sur la surface intérieure, du côté opposé de la ligne de suture du col, trois raies inci­ sées. Sur un fragment marginal, prove­ nant de la couche supérieure, nous dis­ tinguons des raies obliques incisées qui partent de dessous la ligne du col, par dessus laquelle se trouve un groupe de quatre petites proéminences, et, un peu plus loin, un groupe de raies verticales incisées (pi. X X X V I I , fig. 8). Sur un autre fragment, les raies incisées sont dispo­ sées en angles sur la surface du rebord évasé (fig. X X X V I I , fig. 4) Sur la surface d'un petit vase fin, nous trouvons des raies horizontales disposées en angles aigus, et l'on voit deux petits mamelons sur l'espace resté sans décor (pi. X X X V I I , fig. 3). Un décor également formé de raies incisées, mais un peu plus compliqué, se rencontre sur un fragment provenant de la couche supérieure ; la paroi est mince et la pâte fine; les raies incisées avec soin sont disposées obliquement pour former trois angles superposés; d'autre part, les lignes des angles se prolongent par en bas, et, parallèle­ ment à eux, sont tracées trois autres raies verticales; une zone de raies horizontales parallèles part de la dernière de ces raies (pi. X X X V I I , fig. 5). Un fragment, de pâle plus grossière (pi. X X X V I I , fig. 7) semble indiquer un décor peut-être identique. Quelques tessons présentent comme décor des séries d'incisions en forme de pa­ renthèses, qui parfois se répètent sur toute la surface du vase (pi. X X X V I I I , fig. 4 et 7 ; pi. X X X I X , fig. 9 ) l ) .
*) La présence de ce décor a été également remarquée sur les vases découverts à Sultana (I. Andrieçescu, Fouilles de Sullana. Dacia, I, et à Gumelnita (VI. Dumitrescu, Gumelnita. Dacia, I I ) .

3* £-**-2^* f

299

www.cimec.ro

V. CHHISTESCU

A mentionner aussi comme décor exécuté par incision, celui qui est formé de pe­ tits cercles concentriques sur la proéminence; v. pi. XL, fig. 13 '). Les cannelures sont assez bien représentées dans les deux couches. En de­ hors des cannelures horizontales qui figurent sur l'anse de type Lausitz, de même que sur les vases mentionnés plus haut, on voit aussi sur de grands vases des cannelures courbes ; l'arc de la courbe se dirige vers l'orifice ou vers le fond du vase (pi. XL, fig. 5, 6). Sur un fragment marginal, gris sur la surface extérieure, on distingue un décor formé de cannelures peu profon­ des et larges ; ces cannelures sont sous le rebord du col, sur lequel se trouve la proéminence. Des cannelures hori­ zontales, parallèles à la ligne de sépa­ ration du col s'arrêtent dans d'autres cannelures verticales, partant de des­ sous la proéminence qui est sur le bord du col (pi. XL, fig. 3). Sur un fragment marginal, on distinsue des cannelures sur les surfaces extérieure et intérieure. Celles qui sont sur cette dernière forment une zone de quatre cannelures, qui commence im­ PI. XL. médiatement au-dessous du rebord (pi. X X X , fig. 18). Les cannelures des tessons de la couche supérieure sont bien rendues et prouvent une technique avancée (pi. XL, fig. 1, 5, 6, 9). Sur la surface intérieure d'un couvercle, on distingue des cannelures en forme de cercles concentriques ou, peut-être, de spirale (pi. XL, fig. 4). Le groupe d'ornements spiralo-méandriques est faiblement représenté par deux fragments qui ont été découverts dans la couche supérieure. Ainsi, sur un tesson dont la pâte n'est pas cuite, on distingue nettement le relief du bord d'une bande en spirale (pi. XL, fig. 7 ■). Le second fragment, marginal, présente l'ornement méandrique stylisé par excision. Une bande en spirale (pi. XL, fig. 8 3 ) est indiquée, toujours par excision, sur la partie inférieure du vase.

' ) Voir plus haut page 298, note 2. 2 ) Pour l'ornement spiralique dans les régions carpatho-balkaniques, voir I. Andriesescu: Contri­ butions à la Dacie, p. 80 et suivantes. Pour la spi­

rale en relief, voir L. Rey, op. cit., B. C. H., 1917—· 1919, p. 210 et fig. 27. s ) E n ce qui concerne l'ornement méandrique, voir I. Andriesescu, op. cit., ibidem.

www.cimec.ro 300

LES STATIONS P R É H I S T O R I Q U E 1)1 LAC DK BOÏAN

OBJETS EN ARGILE Fusaîoles. La première couche de culture a livré sept fusaîoles de grandeurs et ca­ ractères différents (pi. X X I V '). Quatre ont la forme d'un double tronc de cône; Tune d'elles a une forme précise, elle est plus allongée; hauteur: 0,04 m diamètre: 0,04. Les trois autres sont aplaties et plus larges au centre que hautes ; leurs dimensions varient entre 0,04 — 0,045 m, pour la hau­ teur et 0,05 — 0,06 pour le diamètre. Deux autres fusaîoles sont de forme ronde et aplatie; les trous qui le traversent sont plus larges. Diamètre: 0,05 et 0,055 m. Une autre fusaïole a la forme d'un cône dont la pointe est percée d'un trou assez étroit, qui va jusqu'à la base du cône. Hauteur: 0,015 m ; diamètre: 0,04 m, (pi. XXIV, fig. 3). Perles en argile. Le résultat des trou­ vailles faites dans les deux couches de culture se totalise par 10 perles entières ou fragmentées, de forme cylindrique. La longueur de celles qui sont entières varie entre 0.07 — 0,095 m, et leur diamètre entre 0,015 — 0,035 m (pi. XXIV, fig. 8, 9. 13, 14). Pesons de filet. Il n'en a été trouvé que trois dans la couche supérieure. Ils ont PI. M l . la forme d'une prisme rectangulaire, légè­ rement arrondie à sa partie supérieure. L'un d'eux porte sur la surface de la base six petits trous, disposés symétriquement comme les points noirs d'une pièce de domino (pi. X X X , fig. 10 2 ). Tous ces pesons ont à peu près la même hauteur (0,11—0,12 m) et la même largeur (0,045 — 0,05 in; pi. XXVI, fig. 1—3). Table de culte. Table de forme carrée, grossièrement travaillée ; il lui manque deux pieds (pi. XXV, fig. 4). Un pendantif en argile (pi. XXV, fig. 14). Cuillère. La couche inférieure a livré une cuillère hémisphérique; le bord est ébréché par endroits de même que le manche (pi. X X X I , fig. 3, pi. X X X fig. 16). Lingots en argile. Nous en avons découvert quatre, dont un brisé. De même que les pesons de filet et les fusaîoles, ils ne proviennent que de la couche supérieure. Ils
*) Pour cela, ibidem, p. 37 et suivantes. 2 ) L'ornementation avec des trous des pesons de filet se voit aussi dans d'autres contrées (Bosnie), à cette différence près que le décor n'est pas sur la surface de la hase, mais sur d'autres parties (à Donja-Dolina, Wiss. Mitth. aus Bosnien und Hercegovina, 1904, I X , p . 36, fig. 15 et pi. X ; ibid., X I , 1909, pi. VI). Ce décor a été également remarqué à Gradina près de R a m a (Curcic: Die Gradina an der Ramaquelle im Bezirke Prozor. Wiss. M Ut. a. Bosnien u. Herzegovina, 1902, V I I I , p. 57, fig. 38, 39, époque du bronze).

301 www.cimec.ro

V. CHRISTESCU

ont la forme d'une prisme rectangulaire; leurs arêtes sont précises. Les dimensions des lingots entiers varient entre 0.045 — 0,075 m pour la hauteur et 0,013 — 0,02 m pour la largeur (pi. X X V I , fig. 4, 7, 8). Figurines. ] ) Une petite figurine (0,045 m), assez bien traitée, les bras ramenés sur la poitrine, provient de la couche supérieure. Les yeux sont indiquée par deux cavités, et les pieds par un évidement à la base. Les oreilles sont indiquées par deux creux plus petits, en arrière de l'orbite des yeux (pi. XXV, fig. 2) 2 ). De cette même couche provient aussi une figurine représentant un animal incomplet (longueur: 0,065 m (pi. XXV, fig. 3). Comme la tête est brisée, il est impossible d'iden­ tifier l'animal. En ce qui concerne la forme, elle se rapproche de celle de la figurine découverte à Chiselet 3 ). L'exploration de la couche inférieure a fait apparaître un pied de figurine (pi. XXV, fig. 6). La même couche a livré une autre figurine stéatopyge (pi. X X V , fig. I et pi. X X X I , fig. 6), dont il n'existe que la partie inférieure. Les contours de la stéatopygie sont harmonieux et précisés par une ligne médiane qui indique aussi les pieds, qui se confondent à la base en un seul bloc. La différence sexuelle est figurée par un triangle très régulier, dont la pointe est en bas. Afin de préciser davantage le sexe, le potier a pratiqué une incision verticale qui part du centre du triangle et aboutit à sa pointe. La technique du façonnage est assez avancée. La moitié restée est longue de 0,08 m ; le milieu de la figurine est large de 0,04 m. D'après ces dimensions, la figurine devait être assez grande, comparativement à celle qui a été découverte dans la couche supérieure 4 ).

*) Sur les figurines de l'aire carpatho-balkanique, voir: I. Andrieçescu, op. cit., p. 97 et sui­ vantes. 2 ) Telles figurines, avancées comme réalisation, mais toujours avec les mains sur la poitrine se rencontrent aussi dans le monde miuoïque (Hoernes, Urgesch. d. bildenden Kunst, 1925, p. 389, fig. 5 et Déchelette, Manuel, I I , 1, p . 57, fig. 1 et 2. à Petsofa, les statuettes peintes du minoen moyen I et I I ) . C'est encore avec le mains sur la poitrine qu'est représentée la figurine de pierre aOliaros (figurine ammorgienne) prémycénienne. Déchelette, ibidem, p . 45, fig. 12. Les mains posées sur la poitrine se voient aussi sur les idoles en marbre, découverts à Stara-Zagora (Bulgarie) et qui varient en ce qui concerne le travail des autres parties du corps et de la tête (Isvestia. Bulletin de la Société archéologique bulgare, 1925, p. 9 1 , fig. 1 (avec le triangle indicateur du sexe). Voir aussi l'idole trouvé dans la station énéolithique de Sveti Kirilovo (près de Stara Zagora-Bulgarie), qui ressemble à notre figurine ( Reallexikon d. Vorgesch. I I , 1925, art. Bulgarien. pi. 97 fig b.).

Mentionnons deux figurines provenant de Butmir et qui ressemblent à la nôtre (Fiala-Hoerncs: Die ncolitische station von Butmir, I I , Wien, 1898. pi. I I I , fig. 1 et 2, surtout I). 3 ) Voir Dada, I I I , 1926. 4 ) L'absence de la partie supérieure de cette fi­ gurine rend impossible la découverte d'un cor­ respondant dans d'autres régions. Il paraît avoir un corespondant dans l'idole en argile (seulement lu partie inférieure) trouvé a Cernavoda (Dobroudja. — Reallexikon d. Vorgesch,. I I , Berlin 1925, page 295 et pi. 145d. Des figurines stéatopyges en argile, avec indi­ cation du sexe, se trouvent dans toute l'aire de culture du SE européen (Andriesescu, op. cit., p. 97 et suiv.). Seul reste acquis le fait que cette figurine est d'un travail supérieur à celui de la figurine de la couche supérieure. De même, le pied de figurine, dont nous avons parlé plus h a u t et qui provient de cette couche, montre la supériorité, au moins technique, égale­ ment dans le domaine de la plastique de cette couche, par rapport à la couche supérieure.

www.cimec.ro 302

LES STATIONS PRÉHISTOBIQ1 ES Du LAC DE BOÏAN

CONCLUSION SUR LA STATION B. D'après le matériel qui a été découvert, on peut affirmer que la station B fait partie intégrante de l'aire de culture du Sud-Est européen. Cette station, où se rencontrent des éléments allant de l'énéolithique au IV-ème âge du bronze, présente une continuité de civilisation variée comme formes, qui s'est manifestée en une période de temps assez respectable. On a constaté, ici comme ailleurs, que la couche civilisation plus récente se montre inférieure à la couche plus ancienne. On peut en imputer la cause à une invasion d'un peuple plus arriéré, qui a implanté les éléments de sa civilisation sur les anciens éléments, dont très peu se sont conservés. A noter que les vases à cornes, qui ont leurs correspondants dans la Vll-ème couche de Troie, et, par conséquent, au IV-ème âge du bronze, ont été trouvés à une assez grande profondeur, à savoir: entre la couche inférieure, qui est de culture plus ancienne, et la couche supérieure, qui est de civilisation plus récente. Il n'est pas admissible que ces vases soient sortis des mains des potiers qui ont façonné les vases de la couche supérieure. Il y a en effet entre eux et ces derniers pro­ duits une grande différence du double point de vue de la technique et du style. Ile apparaissent aussi comme des éléments distincts par rapport à la poterie de la couche inférieure, ce qui fait aboutir à la conclusion qu'ils ne sont pas l'œuvre des potiers représentant cette civilisation. Nous avons vu qu'en dehors du vase à cornes, dont la présence a été également constatée dans la Vll-ème couche de Troie, de même qu'à Borsod, en Hongrie, on a également découvert des vases à grande anse s'érigeant au-dessus du rebord, qui est parfois tranché («mit abgeschragtem Rand»). Ces vases se trouvent également en Tran­ sylvanie et Bosnie. Faut-il voir en eux des éléments d'importation ? On ne saurait l'af­ firmer. Le fait suivant est également à noter: bien que cette station appartienne abso­ lument à l'âge du bronze, elle n'a cependant livré aucun objet en métal.
V. CHRISTESCU

rP

www.cimec.ro 303

FOUILLES DU LECHINJA-DE-MUREÇ
Lechinta-de-Mureç (département de Turda, Transylvanie), située sur la rive droite du Mures, est une de ces nombreuses stations pré- et protohistoriques disséminées le long des deux rives du Mures, rivière qui, de l'Est à l'Ouest, arrose presque toute la Transylvanie.

station. La rive du Mures, qui atteint par endroits 8 m de hauteur domine les alentours. Au Nord, le ruisseau Comlodul, après avoir décrit une courbe d'une large amplitude, en coulant du Nord à l'Ouest de la station, isole l'emplacement le long de celle-ci. Vers l'Ouest, où le terrain est bien plus bas, on pourrait admettre que les eaux du Mures ont franchi la rive et que, après s'être confondues avec celles du ruisseau, elles ont formé une sorte de péninsule, où, tout au moins, un terrain inondable, marécageux, qui, en ce point, met la station à l'abri de toute attaque. La zone Est, en effet, est la seule abordable (fig. 1). Fig. 1. * * *

Π_

I

304 www.cimec.ro

FOI'ILLKS ni; LK<:IUNTA-DE-MI;REÇ

Depuis longtemps, les habitants de la commune de Lechinta-de-Mures découvraient des fragments de poteries, qui retenaient leur attention, sans qu'il leur fût toute-fois possible, d'en expliquer la provenance. M. Sever Dan, député, ayant entendu parler de cette découverte, eut l'heureuse idée de montrer un certain nombre de tessons à M. le professeur Vasile Pârvan, direc­ teur du Musée National d'Antiquités. Mon maître, M. Pârvan se rendit personnellement sur place, constata la présence encore inviolée d'habitations préhistoriques et considérant d'après les fragments mis à jour et la configuration du terrain, qu'il s'agissait d'une station, où des fouilles pour­ raient donner des résultats importants pour l'histoire de la Dacie avant la domination romaine, m'honora de la charge d'exécuter ces fouilles et d'en publier les résultats. J ' y ai travaillé pendant les mois de juillet et d'août 1925 aidé par M. Remus Popescu et jouissant du bienveillant concours de M. Ioan Boeriu, le prêtre de Lechinta. J'ai à coeur de les remercier ici même des marques de cordial dévouement dont ils se sont montrés prodigues à mon égard. Les fouilles n'ont peut-être pas donné les résultats désirés et attendus, mais elles ont permis d'exhumer un matériel assez intéressant par sa variété. * *

Comme les abords Sud et Nord de la station ont à peu près 300 m de longueur, ceux de l'Ouest 100 et ceux de l'Est 250, il m'a été impossible de procéder à des fouilles sur une si vaste superficie. J'ai en conséquence, fait des fouilles dans trois points, à la bordure marginale Sud, c'est-à-dire précisément au sein de la rive même du Mureç, emplacement qui, par son élévation et sa proximité de la rivière, m'a paru le plus propice à des recherches. Les surfaces fouillées sont les suivantes : A = 18 m X 5 m ; B = 9 m X 3 m et C C = 10 m X 10 m. * *

Parallèlement à la rive droite du Mures, à 200 m vers l'Ouest du village et à 5 m du talus, les fouilles ont été entreprises sur une superficie de 18 m X5 m et dans la di­ rection EOU (A). Il m'eût été plus agréable de débuter à la bordure du talus, car, au cours des âges, une bonne partie de la rive a été lavée par les eaux, de sorte que les habitations, qui étaient probablement sises à proximité du talus, ont dû laisser des traces tout près de celui-ci. Mais comme une large bande de la bordure a été creusée pendant la guerre à une grande profondeur, afin d'y ouvrir des tranchées, j ' a i jugé inutile de recommencer à remuer le terrain. La couche d'humus reste apparente jusqu'à 30 cm environ. Les tessons découverts dans l'excavation A formaient un ensemble fort hétéroclite. E t a n t donné qu'ils datent de quatre époques différentes, il m'a été difficile de préciser distinctement les couches de civilisation. J e m'efforcerai néanmoins de dresser un tableau quantitatif où se révélera la prédominance qu'une catégorie de fragments, découverts à diverses profondeurs, présente par rapport aux autres. Jusqu'à 35 cm de profondeur, c'est-à-dire tant qu'on voit la couche d'humus, la plupart des fragments proviennent de poteries dites barbares (du moyen âge), fragments 305 www.cimec.ro
20 Dacia II l!^5

DORIN O. l'OPESCU

qui sont constitués d'une pâte noirâtre et légère, travaillée au tour. Le trait en bande ondulée, tracé horizontalement au-dessous du rebord, puis les raies simples en creux, toujours horizontales, en sont l'ornement caractéristique et presque unique. Les re­ bords de la plupart des fragments font plus ou moins saillie en dehors. A ces fragments de poterie barbare s'ajoutent quelques débris de poteries en pâte grise La Tène, façonnée au tour, ainsi que des débris, très peu nombreux, d'une poterie en pâte noire datant de l'âge du bronze et qui, à mon avis, ont été rejetés à la surface du sol, quand on a ouvert des tranchées. Plus bas, en effet, ces fragments disparaissent, pour reparaître à une plus grande profondeur et en quantité plus considérable. A partir de 35 cm de profondeur et jusqu'à 85 cm, les fragments de poterie «barbare» continuent à prédominer, mêlés à une faible quantité de débris de poterie romaine, d'une pâte rouge, fine, lustrée ou mate, et à quelques tessons de La Tène, de couleur grise. Entre 85 et 105 cm, le rapport entre les divers fragments est le même ; mais ceux de La Tène disparaissent pour le moment. A 105 cm de profondeur, apparaissent, sans transition aucune et presque subite­ ment, des tessons caractéristiques de l'âge du bronze, de patine noire ou brune, en quan­ tité assez grande et égale à celle des fragments de poterie romaine. Les fragments de poterie de La Tène viennent en troisième lieu et ceux de poterie «barbare» en dernier lieu. Cet ordre de succession se maintient jusqu'à 140 cm, profon­ deur à laquelle les débris de l'âge du bronze ont toujours la prééminence, les fragments de poterie «barbare» figurent au deuxième rang, pour laisser le troisième aux débris de l'époque romaine, et, finalement, à des débris de La Tène. A la profondeur de 155 cm — 20 cm plus bas — les fragments appartienent, pour la plupart, à l'âge du bronze. Viennent ensuite les débris de poterie «barbare», puis ceux de La Tène. Les «spécimens» de poterie romaine disparaissent ensuite définitivement. De 170 à 190 cm on constate que les fragments sont en quantité minime et tous de l'âge du bronze. Ayant rencontré du sable jaune à cette profondeur, j ' a i fait sus­ pendre les fouilles sur le point A, car poussées plus loin elles eussent été infructueuses. En ce qui concerne la quantité de fragments — de quelque nature qu'ils soient — la situation se présente comme il suit: À partir de 0,30 cm: peu de fragments De 30 à 60 cm: fragments un peu plus nombreux » en plus grande quantité » 60 » 85 » » moins nombreux qu'à la profondeur précédente » 85 » 125 » » plus nombreux » 125 » 155 » » bien moins nombreux qu'à la profondeur précédente. » 155 » 175 » A 140 cm, des traces d'habitations apparaissent. Elles consistent en une terre calcinée, pulvérulente, éparse, et à légère teneur en gravier et cendres. En ce même endroit, j ' a i relevé une trace digne de remarque et qui est aussi un argument à l'appui de l'existence d'habitations à cette profondeur. Ces indices d'habitations sont d'ailleurs, des plus imprécis: en effet, pas la moindre parcelle de chaux, nul vestige d'âtre; seules quelques dalles, épaisses et larges, éparses sans aucun ordre. Bien que les couches ne se distinguent entre elles par aucune particularité, il me semble acquis qu'en ce point de la station, c'est l'âge du bronze qui imprima son ca306 www.cimec.ro

FOUILLES DE LECHINJA-DE-MURES

ractère, car la poterie de cet âge-là se révèle à une certaine profondeur et persiste jusqu'à la fin. La prééminence lui est acquise non seulement à diverses profondeurs, mais même sur l'ensemble des tessons recueillis dans cette excavation. * *

A l'extrémité Ouest de la station et à 3 m de distance du talus, distance qui, vers l'Ouest, décroît jusqu'à 1 m, parce que la rive s'est écroulée, le terrain a été fouillé sur une superficie de 9 X3 m, dans la direction NS (B). L'emplacement exigu, ne permet pas de procéder à des fouilles sur un plus grand espace, d'autant plus que les tranchées passaient près de son bord. La surface B a plutôt l'aspect d'un fossé, à cause de ses dimensions restreintes, et elle remplit aussi le rôle d'un fossé de sondage, creusé pour élucider le caractère de la station. Dans cette excavation, de même que dans la précédente, l'ordre suivant lequel se présentent les diverses catégories de tessons est tout à fait irrégulier: à partir de 0 — 45 cm, on voit prédominer les fragments de l'âge du bronze, près desquels se trou­ vent deux débris de poterie romaine en terre rouge. Par un renversement inexplicable de l'état de choses, à partir de 45 — 80 cm, les tessons, qui appartiennent, pour la plu­ part, à la poterie «barbare», figurent à côté de quelques fragments de poterie romaine. A partir de ce point-là, on ne voit plus de tessons de poteries barbare et romaine. Seuls ceux de l'âge du bronze s'y font remarquer en quantités plus ou moins grandes, Sur 2 m, de profondeur. La patine de la plupart d'entre eux est noire ou brune; quelques fragments ont des ornements géométriques ou creux. Le fait que les tessons des trois autres catégories sont si peu nombreux m'induit à admettre qu'ils sont ici en état sporadique et que cette extrémité de la station pré­ historique n'a été habitée qu'à l'âge du bronze, les hommes des âges suivants ayant préféré la zone Est, qui est plus élevée et plus nette. La quantité des fragments varie d'après la profondeur: Jusqu'à 110 cm: fragments très peu nombreux De 110 à 140 cm: fragments un peu plus nombreux qu'à la profondeur précédente » 140 » 175 » : » bien moins nombreux » 175 » 200 » : » un peu plus nombreux. * *

La troisième et dernière superficie fouillée a la forme d'un carré dont les côtés ont 10 m ; elle est située parallèlement à la rive du Mureç, à 150 m, vers l'Ouest des abords du village et à 1 m, du talus. Cette superficie est donc située plus vers l'Est que les deux autres. Le matériel provenant de ce point se présente tout aussi irrégulièrement que celui des superficies explorées précédemment. La différence qui existe entre elles est la suivante: tandis que le caractère principal de ces dernières était celui de l'âge du bronze, c'est la poterie de La Tène qui prédomine ici. A la surface des terres remuées, j ' a i trouvé un assez grand nombre de fragments de poterie barbare, analogues à ceux qui ont été trouvés lors des deux autres fouilles. Cette découverte s'est accrue de celle de deux tessons de poterie romaine et d'un de 307 www.cimec.ro
20*

IMUUN

O.

l'DI'FSII

La Tène, preuve qui, dès le début, trahit le principal caractère de cette partie de la station. A partir de 0 — 1 5 cm, la majorité est acquise aux débris de poterie barbare; viennent ensuite ceux de La Tène, puis ceux de poterie romaine. Même rapport de 15 à 30 cm. A 30 cm, apparaissent en grand nombre des fragments de La Tène, qui prédo­ mineront jusqu'à 130 cm, de profondeur. Près d'eux, les spécimens d'autres catégories se trouvent dans le rapport suivant: 30 — 50 50 — 80 80—100 100—115 cm » » » La Tène » » » Barbares » » » Romaines — Romaines »

La poterie de l'âge du bronze se révèle, pour la première fois, dans cette excava­ tion, à la profondeur de 115 cm Jusqu'à 130, cm les tessons de poterie de La Tène pré­ dominent ; le 2-ème rang revient aux fragments de l'âge du bronze, puis succèdent des débris de poterie romaine en petit nombre et quelques-uns de poterie barbare. Ces derniers semblent être en voie de disparition, mais nous les rencontrerons aux profon­ deurs suivantes: A partir de 130 —145 cm, le rapport est le suivant: d'abord les fragments de po­ terie romaine en assez grand nombre, puis ceux de poterie barbare — qui ne disparais­ sent pas — et ensuite quelques débris de poterie de La Tène. A partir de 145 cm, la prédominance est acquise aux tessons de poterie de l'âge du bronze, et elle restera établie jusqu'à la fin. Le rapport de ces derniers, conjointement avec les fragments des autres catégories, se voit dans le tableau suivant: La Tène 145 — 160 cm Bronze Romaines Barbares (peu) 165 — 180 » » » 180 — 200 » » » (peu) Barbares 200 — 220 » » La Tène La quantité de fragments varie comme il suit: A partir de 0 — 30 cm : fragments assez nombreux De 30 à 50 cm: fragments un peu plus nombreux en plus grande quantité » 50 >> 100 » » » moins nombreux » 100 >> 115 » un peu plus nombreux » » 115 >> 165 » moins nombreux » » 165 >> 200 » en très petit nombre. » » 200 > 220 » Les traces d'habitations sont si réduites qu'il est impossible de déterminer l'em­ placement même d'un seul logis. A 1 m de profondeur, on a trouvé un âtre en pierre, qui accuse de manière plus précise le niveau des habitations.

Comme on l'a vu par cet essai de stratigraphie, il ne peut s'agir, pour Lechintade-Mures, de couches de civilisation nettement distinctes, montrant dans l'excavation l'épaisseur d'une couche et aidant à déduire la durée ainsi que l'intensité d'une civili­ sation. 308 www.cimec.ro

FOUILLES DK LLCHINJA-DE-MUREÇ U n fait c e r t a i n , c'est q u e n o u s s o m m e s ici en présence de vestiges de q u a t r e épo­ q u e s t o u t à fait distinctes et d ' i n t e n s i t é s variables. L a p r e m i è r e , la plus a n c i e n n e de t o u t e s , et q u i , m a l g r é le mélange irrégulier des f r a g m e n t s de diverses catégories, se t r o u v e n é a n m o i n s à la plus g r a n d e profondeur, c'est l'âge du b r o n z e . N o u s v e r r o n s quelle p h a s e de cet âge est r e p r é s e n t é e ici, q u a n d n o u s en é t u d i e r o n s les divers t y p e s . L ' é p o q u e L a T è n e se classe d e u x i è m e . Elle p r é d o m i n e d a n s la p a r t i e E s t de la s t a t i o n , alors q u ' à l'âge d u b r o n z e la vie fut plus i n t e n s e d a n s la zone Ouest. V i e n t e n s u i t e l ' é p o q u e r o m a i n e , p r o l o n g a t i o n de celle de L a T è n e , p r é c é d a n t u n é t a b l i s s e m e n t q u i a eu lieu a u m o y e n âge et a u q u e l n o u s n e p o u v o n s q u ' a p p l i q u e r l'épitliète d e barbare. Cette dernière é p o q u e est r e p r é s e n t é e p a r d'assez n o m b r e u x f r a g m e n t s de p o t e r i e . C o m m e n o u s l ' a v o n s déjà dit au c o m m e n c e m e n t , n o u s a v o n s r e n c o n t r é , à p r e s q u e t o u t e s les p r o f o n d e u r s , des f r a g m e n t s d a t a n t de cet âge et des trois é p o q u e s citées p l u s haut. U n e x e m p l e t y p i q u e de ce désordre s t r a t i g r a p h i q u e n o u s est fourni p a r le fait q u ' a u p o i n t C, on a t r o u v é des f r a g m e n t s de poterie b a r b a r e à la surface et des frag­ m e n t s analogues à 2 m , de profondeur. J e crois q u e cet a m a l g a m e de «spécimens» d ' é p o q u e s diverses p r o v i e n t de ce q u e la s t a t i o n a t o u j o u r s été h a b i t é e . A u x débris de poterie de l'âge d u b r o n z e o n t succédé c e u x de l ' é p o q u e L a T è n e ; celle-ci s'est prolongée d a n s l'époque r o m a i n e , sur laquelle s'est i m p l a n t é , u n p e u plus t a r d , u n é t a b l i s s e m e n t p r o b a b l e m e n t slave, à l ' é p o q u e barbare. A ces diverses é p o q u e s , la c u l t u r e doit avoir eu u n c a r a c t è r e peu intensif, car les fragments de p o t e r i e s o n t g é n é r a l e m e n t en n o m b r e r é d u i t p a r r a p p o r t à ceux q u i o n t été d é c o u v e r t s d a n s d ' a u t r e s s t a t i o n s . L ' e f f o n d r e m e n t t o t a l des h a b i t a t i o n s , ou, p o u r m i e u x dire, l ' é t a t p u l v é r u l e n t des d é c o m b r e s s'explique p a r le fait q u e les h o m m e s d ' u n e é p o q u e u l t é r i e u r e o n t c o n s t r u i t leurs logis sur les ruines des anciennes h a b i t a t i o n s , e t ceci a v a n t q u e la t e r r e p r o t e c t r i c e se fût tassée. Il en est résulté q u e la t e r r e , t a n t d e fois creusée et r e m u é e , n ' a p u conserver les formes des h a b i t a t i o n s .

LES

HABITATIONS

Bien q u e j e n ' a i e p u relever p e n d a n t les fouilles a u c u n p l a n c a p a b l e de d o n n e r u n e idée de la forme des h a b i t a t i o n s de L e c h i n t a ainsi q u e de la t e c h n i q u e q u i a présidé à leur c o n s t r u c t i o n , j ' a i affecté ce p e t i t c h a p i t r e à la description des t r a c e s d ' h a b i t a ­ t i o n s d é c o u v e r t e s hors de la zone des fouilles, traces d o n t on p e u t t i r e r certaines con­ clusions. D a n s l'impossibilité où j ' é t a i s d ' e n t r e p r e n d r e des fouilles a u b o r d de la r i v e , puis­ qu'elle a été creusée p e n d a n t la guerre et q u ' o n a, p a r c o n s é q u e n t , d é t r u i t , sans d o u t e , t o u t e s les t r a c e s e x i s t a n t e s , j e m e suis b o r n é à é t u d i e r en détail la rive d u Mures. C e t t e é t u d e a d o n n é u n r é s u l t a t assez satisfaisant, car elle m ' a p e r m i s de découvrir, sur d e u x p o i n t s d i s t i n c t s , des t r a c e s d'anciennes h a b i t a t i o n s . Ces t r a c e s , i m p r i m é e s d a n s la r i v e , consistent en u n e couche horizontale de larges pierres, couche située à la p r o f o n d e u r d e 1 7 2 m > de la surface. Sous c e t t e couche longue d ' e n v i r o n 2 m , on r e m a r q u e d a n s la

www.cimec.ro

309

DORIN 0 . POPESCU

rive les traces verticales de deux pieux minces, fichés en terre à leurs deux extrémités et à faible distance l'un de l'autre. Ces pieux devaient être minces et pointus. Les traces qu'ils ont laissées n'étant longues que d'une main, il va de soi qu'on ne voit plus que la forme de la pointe qui pénétra dans la terre. Dans la partie gauche, la distance séparant les deux pieux n'est que de 35 cm ; vi^.nt ensuite une distance de 130 cm, jusqu'aux deux autres pieux, qui sont disposés à 75 cm, l'un de l'autre. Leur longueur et leur épaisseur sont inégales, fait sans impor­ tance, car, du moment qu'ils étaient enfoncés en terre, ils pouvaient être plus ou moins aigus et plus ou moins longs. Non loin de là, on remarque les traces d'une autre habitation de la même forme, avec cette différence que la distance entre les pieux n'est plus la même. Dans la bordure gauche de la couche de pierres, le premier pieu a été enfoncé à 75 cm, du second. L'un et l'autre sont d'égale longueur. A une distance de 75 autres centimètres, on voit les traces de deux pieux un peu plus longs et plus aigus, disposés à 10 cm, l'un de l'autre. Il n'y a plus que 60 cm, environ jusqu'à l'extrémité de la couche de pierres. Ces traces sont à 2 m, de la surface ; elles sont, par conséquent, un peu plus profondes, que les premières. Sur les deux points, la couche de pierres est épaisse d'environ 10 cm A en juger par ces modestes vestiges qui doivent, remonter à l'horizon des âges, le corps du logis devait être de claies, de ramilles ou de chaume, sur lesquelles on établis­ sait ensuite l'aire de terre. Des pieux auxquels se rattachaient les claies étaient en­ foncés en terre à distance irrégulière. En ce qui concerne la couche de pierres, dont j ' a i trouvé une grande quantité en remuant la terre, je crois qu'elles servaient à consolider les pieux fichés en terre. Ce qui renforce cette supposition, c'est que cette disposition a été constatée également ailleurs, par exemple aux habitations de l'âge du fer de Vehlow, à Ostprignitz x ), où le socle des maisons reposait sur des pierres, là où se trouvaient des poutres. Les parois du logis étaient étayées de poteaux, un à chaque coin, avec un côté dedans et un autre dehors. Les autres poteaux s'échelonnaient le long de la paroi. Les habitations de Vehlow étaient formées de solives, comme un «blockhaus», et il fallait des poutres pour les soutenir. Les habitations de Lechinta étant formées de claies, il suffisait de simples pieux pour remplir le rôle de poutres. Voici comment peut s'expliquer le fait qu'une très petite quantité de bousillage a été découverte: Les habitations n'ont probablement pas subi les ravages du feu; en ce cas, le bou­ sillage n'ayant point brûlé, il n'a pas pu se durcir à la façon d'une brique, mais il s'est mélangé avec la terre, sans laisser de trace. Le peu de bousillage qui a été retrouvé provenait certainement d'une ou deux habitations détruites par le feu. En ce qui concerne la grandeur et la forme des habitations, on peut tirer les con­ clusions suivantes des traces imprimées sur la rive: La distance entre le point de l'extrémité gauche de la couche de pierres et celui de l'extrémité droite étant très faible (2 m, seulement), on ne peut pas supposer que ces traces soient celles de la façade d'une habitation, car celle-ci aurait eu, en ce cas, dee
) Paul Quente, Das germanische II ans von Vehlow, Ostprignitz, 25 Jahre Siedlungsarcheologie, Arbeiten aus dem Kreise der Berlincr Schule, heraus1

gegeben von Prof. Dr. H . H a h n e . Mannus Bibliothek No. 22, Leipzig 1922, p. 67, pi. V I et V I I .

310

www.cimec.ro

FOUILLES DE LECHINTA-DE-MURE§ dimensions t r o p p e t i t e s . La seule explication admissible de ce fait est q u e ces h a b i t a ­ tions é t a i e n t disposées de m a n i è r e q u ' u n de leurs côtés étroits d o n n â t sur la rivière et q u e leurs façades se fissent vis-à-vis ou bien encore q u e la façade de c h a c u n e d'elles fît face a u côté p o s t é r i e u r de l ' a u t r e . Cette m a n i è r e d ' o r i e n t a t i o n des h a b i t a t i o n s p o u r r a i t être a t r i b u é e , au besoin q u ' o n é p r o u v a i t d'édifier le plus g r a n d n o m b r e possible de logis sur la r i v e ; mais c o m m e la p a r t i e h a u t e de celle-ci — la plus propice à u n é t a b l i s s e m e n t — é t a i t é t r o i t e , les h a b i ­ t a t i o n s o n t dû ê t r e disposées c o m m e on l'a v u ci-dessus. D ' u n a u t r e côté, il est clair q u e leur forme ne p o u v a i t être q u e r e c t a n g u l a i r e , car si elles a v a i e n t eu la forme d ' u n c a r r é les côtés n ' a u r a i e n t p u avoir q u e 2 m , de long. J e ferai aussi u n e m e n t i o n , à ce p r o p o s , d ' u n a m a s de pierres d é c o u v e r t d a n s l'ex­ c a v a t i o n C, à la p r o f o n d e u r de 1 m et qui c o n s t i t u a i e n t p r o b a b l e m e n t u n â t r e . Les pierres s o n t disposées en forme de r e c t a n g l e , d o n t les plus longs côtés sont d a n s la di­ rection E O U . L a p l u p a r t d ' e n t r e elles sont de forme p l a t e , légèrement allongée, et elles s o n t fichées en t e r r e p a r u n de leurs longs côtés. A u c e n t r e de ces pierres, on r e m a r q u e u n e dépression. Au-dessus du p o u r t o u r de c e t t e rangée de pierres, on voit, u n cercle d ' a u t r e s pierres d o n t le rôle semble avoir été de consolider les premières. Il résulte de c e t t e disposition q u e l'âtre r e v ê t la forme d ' u n rectangle compris d a n s u n cercle. Les côtés c o u r t s du rectangle n ' o n t pas plus de 60 c m . ; q u a n t a u x côtés longs, bien qu'ils soient éboulés, ils n ' o n t pas dû avoir plus de 80 à 90 c m . J ' a j o u t e à l ' a p p u i de m o n affirmation, q u e t o u t e s ces pierres formaient u n â t r e , le fait q u e certaines d ' e n t r e elles p o r t a i e n t des traces de fumée et q u ' a u t o u r d'elles on a t r o u v é u n peu de cendre.

*

*

*

E n ce qui concerne la d a t e de la c o n s t r u c t i o n des h a b i t a t i o n s de L e c h i n t a , m o n e m b a r r a s est g r a n d , car le matériel des q u a t r e époques é t a n t m é l a n g é , on n e p e u t p a s affirmer, en t o u t e c e r t i t u d e à quel n i v e a u de civilisation il doit ê t r e a t t r i b u é . Bien q u e les vestiges d ' h a b i t a t i o n s se révèlent à u n e profondeur où la poterie de l'âge du b r o n z e semble p r é d o m i n e r , il serait i m p r u d e n t d ' a v a n c e r qu'elles r e m o n t e n t à ce t e m p s - l à ; or, on n e p e u t établir une d a t e q u ' e n se b a s a n t sur le m a t é r i e l circonvoisin, lequel est t r o p m é l a n g é , p o u r q u ' o n puisse risquer u n e affirmation. CÉRAMIQUE Céramique de Vâge du bronze. P o u r faire la description chronologique d u m a t é r i e l r e n d u à la lumière, j e parlerai t o u t d ' a b o r d de la c é r a m i q u e de l'âge d u b r o n z e , laquelle est la m i e u x r e p r é s e n t é e d a n s cette s t a t i o n . Sa présence se décèle irrégulièrement à diverses profondeurs ; m a i s , à c e r t a i n e p r o f o n d e u r , elle à la p r é é m i n e n c e sur t o u t e s les a u t r e s poteries, a u p o i n t de v u e n o n seule­ m e n t de la q u a n t i t é , m a i s encore de la v a r i é t é des formes et des o r n e m e n t s . L a t e c h n i q u e q u i a présidé à la fabrication des différents vases p r é s e n t e assez d e v a r i é t é . O n d i s t i n g u e , en p r e m i e r lieu, des fragments faits d ' u n e p â t e fruste, de t e i n t e t e r r e u s e . La p â t e est g r e n u e , m a l cuite, d ' h a b i t u d e m i n c e , mais o n en t r o u v e aussi d'épaisse, et, d a n s ce cas, elle p a r a î t encore plus fruste. E n dehors de ce spécimen, il est aussi d ' a u t r e s f r a g m e n t s de la m ê m e p â t e , m a i s elle est m i e u x c u i t e , et l ' a s p e c t i n d i q u e plus de consistance.

www.cimec.ro

311

DORIIS <). POPESCU Mais, c'est la p a t i n e , d o n t de t r è s n o m b r e u x fragments s o n t c h a r g é s , qui décèle la v a r i a t i o n de la t e c h n i q u e . Les vases p a t i n e s o n t u n aspect bien plus fin, p a r leur poli. L a p a t i n e se v o i t sur t o u t e la surface des f r a g m e n t s , parfois m ê m e sur la p a r o i i n t é r i e u r e s e u l e m e n t , m a i s , le plus s o u v e n t , sur les d e u x surfaces. Le noir l u s t r é en est la t e i n t e c a r a c t é r i s t i q u e . L a p a t i n e r a p p e l é , parfois, aussi, le l a q u e n o i r ; quelquefois é g a l e m e n t , elle est d ' u n t o n m a t p r o n o n c é . Il est encore u n e v a r i é t é de p a t i n e : sa t e i n t e b r u n foncé, p r e s q u e o r a n g é , d o n n e au vase plus d ' a t t r a i t q u e la p a t i n e noire. Il a r r i v e aussi q u e les d e u x p a t i n e s se t r o u v e n t sur u n m ê m e f r a g m e n t ; m a i s , d a n s ce cas, la p a t i n e noire r e v ê t la p a r o i e x t é r i e u r e et la p a ­ t i n e b r u n e la paroi i n t é r i e u r e .

11 est fort malaisé d'identifier les diverses formes d e vases, car les débris p r o v i e n n e n t , p o u r la p l u p a r t , de la p a r t i e inférieure d u r e b o r d . J e vais n é a n m o i n s t e n t e r d e p r o c é d e r à u n e r é p a r t i t i o n , en é t a b l i s s a n t q u a t r e princi­ pales catégories et en a d o p t a n t c o m m e c r i t é r i u m la forme des r e b o r d s . Fig. 2. A v a n t de c o n t i n u e r , j e dois dire q u e les f r a g m e n t s p r o v i e n n e n t , en m a j e u r e p a r t i e , de p e t i t s vases ; moins n o m ­ b r e u x s o n t c e u x q u i a p p a r t i e n n e n t à des vases de dimensions m o y e n n e s ; q u e l q u e s - u n s seulement surpassent cette dernière grandeur. 1. L a p r e m i è r e catégorie c o m p r e n d r a i t les vases à r e b o r d d r o i t , p r e s q u e i n e x i s t a n t . L e u r p a n s e , p r e s q u e verticale, semble c o n t i n u e r le r e b o r d ; quelquefois s e u l e m e n t , elle est légèrement renflée, de sorte q u ' o n p e u t en d é d u i r e q u e la forme des vases d e v a i t être p r e s q u e cylindrique (PI. I , 1), si la p a n s e n ' e s t pas renflée. Mais si elle l'est, le v a s e a alors la forme d ' u n oeuf t r o n q u é p a r le milieu, à c e t t e différence p r è s q u e le fond d e v a i t être n e t t e m e n t m a r q u é et bien plus é t r o i t q u e l'orifice. J e crois q u e le p l u s g r a n d dia­ m è t r e de ces vases é t a i t à l'orifice et qu'il allait en décroissant vers le fond. J ' a i dit q u e le r e b o r d de ces vases est c a r a c t é r i s t i q u e , car, sur q u e l q u e s f r a g m e n t s , le r e b o r d fait très p e u saillie en d e h o r s . Il est m ê m e à r e m a r q u e r , parfois, q u e sur la p a r o i extérieure on voit u n e b a n d e l é g è r e m e n t infléchie i n d i q u a n t le col du v a s e (PI. I , 2). B e a u c o u p de fragments de p â t e fruste, ainsi q u e q u e l q u e s débris à p a t i n e b r u n e , a p p a r t i e n n e n t p a r leur forme à c e t t e catégorie. A n o t e r l'absence c o m p l è t e de tessons à p a t i n e noire, car les vases de ce genre o n t des formes t o u t à fait différentes. J e classerai aussi d a n s c e t t e catégorie u n v a s e r e c o n s t i t u é p r e s q u e en son e n t i e r et q u i , bien q u e différent, a t o u s les c a r a c t è r e s d ' u n e forme définitive. Le v a s e , h a u t de 15 c m , est c o u v e r t , t a n t au dehors q u ' a u d e d a n s , d ' u n e a d m i r a b l e p a t i n e b r u n e . L'orifice, d o n t le d i a m è t r e est de 17 c m , p o r t e u n e raie ondulée q u i est ornée d e q u a t r e lobes élégants, caractéristiques p o u r l'âge d u b r o n z e . Le r e b o r d , où les lobes p r e n n e n t naissance, est t r è s peu saillant en d e h o r s . Au-dessous d u r e b o r d , u n e b a n d e de 2 c m , se déroule, légèrement incurvée et f o r m a n t le col m ê m e d u v a s e . A t r è s p e u de d i s t a n c e , le v a s e p r e n d b r u s q u e m e n t la forme de p a n s e , et il est de la m ê m e largeur q u e l'orifice. Vers le b a s , la p a n s e se r é t r é c i t p r o g r e s s i v e m e n t et n ' a p l u s , à la b a s e , q u e 8 7 2 c m .

www.cimec.ro

312

FOUILLES DE LECHINJA-DE-MURES

Comme ornement, le vase présente, au-dessous de la ligne du col, sous chaque lobe du rebord, deux petites proéminences, coniques et accolées. Au-dessous de ces proé­ minences, une bande ondulée et incisée, constituée par quatre raies fines, ceint le vase. Au-dessous de cette bande se détachent, à 2 cm, de distance, quatre raies presque ver­ ticales (légèrement obliques), qui descendent jusqu'à la base du vase (PI. I, 5 et fig. 2). Un autre fragment appartient à la même forme de vase ; l'ornement est identique, mais, au lieu de compressions, on voit deux dépressions circulaires (PL I, 10).

PI. I.

Puisqu'il s'agit de cette forme, il faut décrire aussi une urne funéraire, haute de 30 cm, exhumée, à la profondeur de 140 cm, de la bordure Est de l'excavation: et qui fait partie de la même catégorie. L'urne se trouvait dans un amas de terre calcinée, de gravier et de cendre ; elle était, par conséquent, en des parages qui étaient habités. On pourrait même en inférer que les habitants de la station enterraient les urnes funéraires autour de leurs logis. Le rebord de l'urne, très peu saillant en dehors, a la forme d'un bourrelet dentelé. Audessous du rebord se détachent des raies verticales, irrégulièrement incisées, qui se dirigent jusqu'à un autre bourrelet alvéolaire, sur une bande large de 10 cm. Au-dessous 313 www.cimec.ro

DORIN O. POPESCU

de ce bourrelet, le flanc est légèrement renflé, puis le renflement va en décroissant vers le fond. La panse porte la trace de raies verticales mais très irrégulières. Sur un point, on distingue un ornement en zigzag légèrement incisé, lequel se trouve à 2 cm, du fond, sur une hauteur de 7 cm. La pâte, à la fois rougeâtre et noirâtre, est épaisse, inégalement cuite et assez fruste. Le diamètre de l'orifice est de 20 cm ; celui du fond est de 13 cm (PL I, 3 et fig. 3). Une urne semblable, mais plus élégante et plus finement travaillée, a été décou­ verte dans l'îlot de Gruia 1 ). 2. Je classerai dans la deuxième catégorie de formes les vases à rebord plus accusé, plus saillant en dehors, et au col plus accentué. J e décrirai d'abord le fragment d'une urne qui appar­ tient à cette catégorie, à cause de son large col de 7 cm, légèrement renflé, bien que le rebord fasse à peine saillie en dehors. A en juger par le fragment découvert, les di­ mensions de cette urne devaient être assez grandes, non pas tant en hauteur qu'en largeur de l'orifice, dont le dia­ mètre a pu être d'environ 40 cm. La panse débutait certai­ nement à la base du col et devenait plus renflée vers le fond du vase. La pâte est moins fruste que celle des au­ tres urnes ; la patine est d'un brun clair. Un fragment d'un grand vase se distingue du précé­ dent par la grandeur du vase auquel il appartenait qui est cette fois plus haut que large. Le rebord est étroit et saillant en dehors. Le col, légèrement arqué, est haut de 16 cm. A partir du col, le vase est un peu renflé. La largeur de l'orifice n'est que de 20 cm, tandis que la hauteur du vase devait être d'environ 40 cm. La patine est d'un brun noir. Des formes identiques, sur lesquelles des cannelures horizontales se voient sur tout le pourtour du col ont été remarquées à Câscioarele 2 ). Seuls ces deux fragments appartiennent à des vases d'une grandeur excédant la moyenne. Les autres fragments proviennent de vases semblables comme forme, mais bien plus petits, au rebord saillant en dehors et au col plus ou moins large, ou plus ou moins arqué. Ces vases devaient être tous pansus au-dessus du milieu, ou ils avaient à peu près la largeur de l'orifice. Certains sont couverts de patine brune ou noire ; sur d'autres, elle fait défaut. Il y en a aussi qui sont ornés de raies verticales au-dessous du rebord. Un fragment a la ligne du rebord ondulée en forme de lobes; au-dessous du col, il y a une bande ondulée comportant quatre raies, brisées chacune par une rainure circulaire.

X

3. La troisième catégorie de vases se distingue de la première en ce que le flanc, au lieu d'être vertical, est un peu incurvé vers l'orifice du vase et il en résulte que l'ou­ verture devient plus étroite que le milieu du vase (PI. I, 9).
') V. Pârvan, Considérations sur les sépultures celtiques de Gruia, Dacia I, 1924, p. 36,fig. 2. ) Cf. Dada, rele.
2

I I , Gh. Çtefan, Fouilles de Câscioa-

www.cimec.ro

314

FOUILLES DE LKCHINJA-DE-MURES Seuls q u e l q u e s vases de g r a n d e u r m o y e n n e ont c e t t e f o r m e - l à ; les a u t r e s s o n t d e m o i n d r e s dimensions. La p a t i n e de la p l u p a r t d ' e n t r e e u x est noire ou b r u n e . Le t r a v a i l est plus soigné et semble t r a h i r le souci q u ' a eu le potier p o u r les vases de p e t i t e s dimensions, r e m a r q u e q u e j ' a i déjà faite en d ' a u t r e s cas. Voici d ' a b o r d u n f r a g m e n t à r e b o r d ondulé, p o r t a n t les traces d ' u n e anse c o u r t e e t large, q u i s'évade à 1 c m , du r e b o r d . Le profil du vase ressemble à u n arc infléchi. Le fond d e ces vases est t o u j o u r s plus étroit q u e leur orifice. J e m e n t i o n n e r a i aussi u n a u t r e tesson, qui a p e u t - ê t r e a p p a r t e n u à u n e j a t t e ou à u n e écuelle assez g r a n d e . Le flanc est toujours incurvé d a n s la direction de l'ouver­ t u r e . Le r e b o r d est r e t r o u s s é , ce qui lui d o n n e u n aspect très agréable (PI. I , 6). D ' a u t r e s f r a g m e n t s p r o v i e n n e n t de vases a y a n t u n e forme i d e n t i q u e , m a i s des d i m e n s i o n s m o i n d r e s . Cette forme n e p e u t d'ailleurs être d é t e r m i n é e , p a r c e q u e le fond manque. A m e n t i o n n e r a u s s i : d e u x fragments a u rebord é g a l e m e n t r e t r o u s s é ; p a t i n e noire (PI. I , 12), puis u n f r a g m e n t p r o v e n a n t d ' u n e sorte de p e t i t e écuelle a u r e b o r d plissé, a v e c , au-dessous d u r e b o r d , u n e b a n d e p r o é m i n e n t e , longue de 4 c m , horizontale et é g a l e m e n t plissée (PI. I , 13). L a moitié d ' u n a u t r e vase n o u s p e r m e t de n o u s r e p r é s e n t e r p a r f a i t e m e n t sa forme : c ' é t a i t u n e j a t t e h a u t e , à large o u v e r t u r e (20 c m environ) et à fond é t r o i t (PI. I , 4). Ses d e u x parois s o n t couvertes de p a t i n e noire. J e m e n t i o n n e r a i aussi des p e t i t e s écuelles de formes diverses, m a i s n ' a y a n t rien de caractéristique. T o u s ces v a s e s — j a t t e s ou écuelles — se r a t t a c h e n t à u n e seule et m ê m e caté­ gorie, t a n t p a r la forme du rebord q u e p a r celle de la p a n s e .

*
A v a n t d ' a b o r d e r la quatrième catégorie, j e décrirerai plusieurs formes de vases q u ' i l m ' a été impossible de classer d a n s a u c u n e des catégories q u i p r é c è d e n t . T o u t d ' a b o r d , u n g r a n d v a s e d o n t la p a t i n e extérieure est noire et d o n t le fond a é t é r e s t a u r é , ce q u i p e r m e t d'en r e c o n s t i t u e r la forme. C'est u n vase piriforme q u i v a g r a d u e l l e m e n t , en s'élargissant vers le milieu, où le d i a m è t r e est de 30 c m ; le fond est é t r o i t : il n ' a q u e 10 c m . A p a r t i r d u milieu, la p a n s e s'incurve, p o u r se t e r m i n e r p a r u n col élevé d ' e n v i r o n 10 c m , a u r e b o r d retroussé en dehors (PI. I , 11). Ensuite, un rifice fait défaut b r u s q u e m e n t la renflée d u v a s e , f r a g m e n t de vase a u profil aigu ; la p a t i n e est d ' u n b r u n foncé. L'o­ ; le col est élevé, l é g è r e m e n t oblique. Au-dessous d u col, le v a s e p r e n d forme p a n s u e , puis il v a en se r é t r é c i s s a n t vers le fond. S u r la ligne on r e m a r q u e u n e p e t i t e proéminence conique.

S u r u n a u t r e f r a g m e n t , le col est encore h a u t et oblique, m a i s , à p a r t i r d u col, il e s t p l u s l é g è r e m e n t renflé et zébré de t r a i t s courbés, obliques et a c c o l é s ; la p a t i n e est noire. M e n t i o n n o n s aussi d e u x f r a g m e n t s de r e b o r d et de col a p p a r t e n a n t à d e u x v a s e s d e p â t e fruste ; le r e b o r d fait saillie en dehors ; le col, h a u t et oblique, p o r t e u n e p e t i t e a n s e (PI. I I , 1 — 2 ) . D e u x a u t r e s f r a g m e n t s a p p a r t i e n n e n t à des tasses ; la ligne de r e b o r d d e l ' u n d ' e u x e s t o n d u l é e . Au-dessous d u r e b o r d , c h a c u n a u n e anse n o n t r o u é e (PI. I I , 3).

www.cimec.ro

315

DOK1N O. POPESCU

Rappelons également la moitié d'un petit vase, faisant partie de la série dite «Râuchergefâsse». Hauteur: 10 cm. La surface extérieure porte des rangées verticales de sept trous. Au bout le plus étroit, la distance entre ces rangées est de 2 cm ; vers l'autre extrémité, elle va jusqu'à 4 cm '). Mentionnons aussi un fragment de grande écuelle au large rebord, légèrement rabattu en dehors ; à l'intérieur, il est orné entièrement de cannelures horizontales. La paroi est oblique, un peu infléchie vers l'intérieur; le fond est bien plus étroit que l'orifice. La surface intérieure est chargée d'une patine noire. De nombreux rebords proviennent de petites assiettes identiques entre elles, au rebord plus évasé et au corps plus petit. Un fragment de soucoupe en miniature a le rebord légèrement ondulé ; «omphalos» au fond ; patine brune. Tous ces rebords, à l'exception d'un seul, sont ornés de cannelures à l'intérieur et chargés de patine noire ou brune sur les deux parois. Il arrive aussi que la patine soit la même à l'extérieur et à l'intérieur. Voici la description d'une jatte, presque intacte, dont le rebord seul est ébréché. Elle est profonde ; le rebord, large de 6 cm, est évasé, entouré à l'intérieur de cannelures ; le fond est haut de 1 cm ; à l'intérieur, renflement circulaire, dit «omphalos» produit par une pression extérieure. Patine noire aussi bien à l'extérieur qu'à l'intérieur (PI. I I , 7). Cette forme se maintiendra jusqu'à l'époque LaTène, où nous la trouverons presque identique à celle des vases de pâte grise travaillée au tour 2 ). Rappelons enfin quelques fragments au rebord infléchi ou presque oblique par le haut (PI. 11,4 — 6). * * 4. Passons maintenant à la quatrième catégorie, où j'ai classé plusieurs formes de petites coupes se ressemblant beaucoup. Elles portent toutes, l'empreinte d'un travail particulièrement soigné; leur patine est noire ou brune. Comme nous possédons des moitiés de coupes, il est possible d'en rétablir la forme. Elles sont petites et le fond est à peine marqué; au fond de certaines d'entre elles, on remarque l'«omphalos» caracté­ ristique de cette époque (PI. I I , 8). Aucune n'atteint la grandeur moyenne, et leur paroi est plus ou moins incurvée. Le fond de certaines d'entre elles est mieux marqué, et la ligne du rebord est très légèrement ondulée. Le rebord d'une autre coupe, très peu dé­ taché du corps du vase, est plissé verticalement; les plis sont des petites lignes incisées, assez rapprochées l'une de l'autre. Le dessous de ces entailles est orné d'amas de sept points enlevés en creux et disposés par groupes de trois points parmi les raies obliques, le septième étant au-dessus de la première. Les amas sont distants de l 1 2 cm, l'un de l'autre (PI. I I , 10). Les autres fragments ont pour unique ornement un rebord légèrement ondulé ou retroussé (PI. II, 11). L'élégance des formes et le soin apporté à la fabrication de ces poteries accusent l'emploi, assez répandu, des coupes à boire. * * *
') Des fragments de formes semblables ont été découverts à Câscioarele, Cf. Dacia, I I , Gh. Çtefan, op. cit., et à Boian, Cf. Dacia, I I , V. Cristescu, Fouilles de lioian. 2 ) Cf. I. Andricçescu, Piscul Crâsani.

316 www.cimec.ro

FOUILLES DE LECHINJA-DE-MIJRES

La figure (PI. I I , 13) représente la moitié d'une belle tasse au rebord lobé; le col, large de 2 cm, est légèrement incurvé; au-dessous, la paroi est renflée, puis s'infléchit brusquement vers l'intérieur jusqu'au fond. Une anse, courte et plate, commence au dessous du rebord et va jusqu'au-dessous du col. Les flancs de la tasse sont ornés de traits verticaux ressemblant à d'étroites cannelures. La paroi, tant extérieure qu'inté­ rieure, est couverte de patine noire. * * *

Avant de clore la série des formes, je décrirerai quelques vases entiers:

PI. IL

Le premier qui se signale à l'attention est un petit vase à patine noirâtre, haut de 6 cm, le diamètre de l'orifice est de 5 cm. Le rebord fait saillie en dehors. Au-dessous du rebord, le vase descend en ligne presque droite jusqu'au milieu, ou il est renflé, puis se rétrécit vers le fond, large de 2 cm seulement (PI. I I , 15). Le deuxième vase est encore plus petit que le premier ; il n'a que 4 cm, de haut, et l'orifice est de la même largeur. Le rebord est formé de quatre lobes saillants, ce qui lui donne l'aspect d'une fleur épanouie. La panse est si fortement renflée au milieu que le vase est plus large là qu'à l'orifice. Le fond comprimé à l'intérieur, i'«omphalos» à pu se former. La patine est d'un brun clair (PI. II, 16). 317 www.cimec.ro

ηοπΐΝ ο. poi'isi ι Passons maintenant à la plus belle découverte qui ait été faite à Lechinta: Il s'agit d'un vase d'une élégance remarquable. La hauteur de la paroi n'est que de 4 cm. Par la forme, il appartient à la série de ces vases que les archéologues alle­ mands nomment «Schopfgefâsse». Il est en argile, et, en toute certitude, bien plus an­ cien que les vases en métal d'Occident, de forme identique mais provenant de l'époque hallstattienne ou d'une époque plus récente encore. Il est ellipsoïdal et aplati sur l'un des côtés longs, où se trouve l'anse. Celle-ci est large et éyidée, ce qui fait que les bords se relèvent un peu. Partie du fond, elle va en s'exhaussant, puis surplombe l'orifice du vase, soutenue qu'elle est par une bande haute de 1 cm, qui émerge du rebord. Cette bande est ornée de cinq stries horizontales cannelées. Elle sont légèrement incisées dans la partie qui est devers l'orifice du vase. C'est une des caractéristiques du type Lausitz. Le rebord est quelque peu saillant en dehors ; et très fi­ nement, presque imper­ Fig. 4. ceptiblement ondulé. Un «omphalos» ellipsoïdal est résulté de la compression subie par le fond. Le vase est long de 15 cm et large de 11 (fig. 4 et 5).

Il n'y a pas grand'chose à dire à propos des anses de cette époque, qui ont été dé­ couvertes à Lechinta. Elles sont presque toutes larges, légèrement renflées au milieu et jamais très résistantes. Elles diffèrent par leur grandeur des autres anses semblables. Certaines oreillettes sont très petites, à peine trouées ; elles sont plates quelquefois et à peine évidées (PI. I I , 9, 14, 17, 18, 20). Il en est deux dont l'extrémité supérieure se termine par un bouton; elles appartiennent donc au genre dit «à bouton» (PI. I I , 19).

Passons maintenant aux ornements des divers fragments, ornements dont je vais former plusieurs catégories, afin de rendre l'exposé plus clair: www.cimec.ro
318

FOUILLES DE LKCIILNJA-DE-MUREÇ

1. Les ornements en relief, qui comprennent les proéminences et le bourrelet. Les proéminences ont des formes diverses et se voient le plus souvent sur des vases sans patine. Celles qu'on rencontre plus fréquemment sont assez longues et dis­ posées à peu de distance du rebord ; elles sont parfois plissées au milieu et forment ainsi deux proéminences coniques. Il y a aussi des proéminences simples, courtes et coniques, qui se trouvent sur deux fragments à patine brune. Plus rarement, on en voit sur quelques tessons, les proéminences sont en forme de bouton. J e n'ai trouvé qu'un seul spécimen A de proéminence or­ ganique, légèrement en relief, sur un tes­ son à patine brune. Fig. 5. Au demeurant, les proéminences sont plus ou moins grandes, ou plus ou moins épaisses, suivant les dimensions des vases sur lesquelles elles se trouvent. Elles n'ont rien de spécifique. On en voit souvent dans nos stations néolithiques et énéolithiques, de même qu'à celles de l'âge du bronze; certaines se retrouvent même sur des poteries de l'époque La Tène. Des proéminences identiques ont été remarquées à Gumelnita '), à Câscioarele 2 ), à Boian :1) et à Sultana 4 ), où des fouilles ont été effectuées. Le mascaron de tradition néolithique, aussi fréquent que les proéminences, est aussi un ornement en relief. Il est toujours disposé horizontalement sur le vase, qu'il ceint ; il se trouve même, parfois, sur le rebord (pour les ornements en relief voir pi. I I I , IV, V, VI, V I I , VIII). Il existe divers autres ornements qui, le plus souvent, se trouvent sur des vases sans patine : ce sont les entailles des rebords, entailles drues et courtes ; elles forment aussi une bande en relief qui se développe sur tout le pourtour du rebord et immédia­ tement au-dessous de celui-ci ; ou bien encore, une bande à entailles parfois verticales et formant ce qu'on nomme des «dents de loup», parfois obliques, drues et courtes. Ces incisions sont plus fréquentes au-dessous même du rebord, et sans bande en relief. Les entailles sont souvent remplacées par une rangée horizontale de points en creux, plus ou moins grands, qui soulignent, tout autour du vase, la ligne du rebord. Bien que les traits incisés et les points en creux se rattachent plutôt à la deuxième catégorie des ornements en creux, je les ai classés dans la présente catégorie à cause de leur affinité avec les traits incisés sur les bandes proéminentes, lesquelles appar­ tiennent aux ornements en relief 5 ).
') Cf. Dacia, II, Vlad. Dumitrescu, Fouilles de Gumelnita. -) Cf. Dacia, II, Gh. Çtefan, op. cit., *) Cf. Dacia, II, V. Cristescu, op. cit. *) Cf. Dacia, I, I. Andrieçescu, Fouilles de Sultana. fc ) Ces lignes étaient aussi usitées que les proéminences et les bourrelets. On en a trouvé aux stations ci-dessus, de même qu'à celles des contrées avoisinantes, par exemple à Ripaç en Bosnie. Cf. Wiss. Mittheilungen aus Bosnien undder Herzégovine, vol. III, 1895, p . 2 2 1 - 2 3 , et idem, vol. V, pi. X X X I I I , fig. 243.

www.cimec.ro

319

DOKIN (). POPKSCU

2. Les ornements en creux entrent dans la deuxième catégorie. Je parlerai tout d'abord de l'ornement en forme de triangle qui se voit sur de nom­ breux fragments. Aucun ne nous est, malheureusement, parvenu intact. Sur un frag­ ment, il comporte de grands triangles en creux à proximité l'un de l'autre, ayant tous la base en haut et surchargés de nombreuses raies obliques (PI. I X , 9). Un autre frag­ ment porte des triangles alternants ; la base de l'un est en haut, tandis que la base de l'autre est en bas. L'espace compris entre les deux côtés est vide; mais une bande étroite, située entre deux triangles, est, par contre, ornée de quatre courtes raies tracées obliquement l'une sur l'autre (ΡΙ.ΙΧ,Ι). Cet ornement a aussi une autre forme qui consiste en un triangle dont la base est en haut et qui est compris entre deux triangles dont la base est en bas ; le premier est vide ; les autres sont couverts de lignes obliques (PI. X I , 5). Enfin, j ' a i trouvé encore deux variantes de cet ornement, dont la complication est telle qu'elle rend toute description difficile. L'ornement en triangle incisé ap­ paraît souvent, des les temps néoli­ thiques, dans presque tous les pays • d'Europe. On le trouve à Phylakopi (île de Milo) x ), puis plus tard à Hôtting, près d'Insbruck 2 ). Dans le Sud-Est de l'Europe, on en a constaté la présence en de nom­ breux endroits, en Bosnie et Herzé­ ^^ govine 3 ), en Bohême 4 ), en Hongrie (à Vatya 5 ) (département de Pest), etc. PI. m . Mentionnons aussi un autre orne­ ment, qui n'est représenté que par un seul fragment à patine brune et consiste en une spirale incisée, dont les raies sont distantes de 1 cm, l'une de l'autre. Cet espace est couvert de raies horizontales et obliques en creux (PI. IX, 6). L'ornement spirale se voit aussi sur un fragment de vase découvert antérieurement aux fouilles de Lechinta et offert par M. Sever Dan à M. le Prof. Pârvan, en même temps que de nombreux tessons sans importance. Le vase dont ce fragment fait partie devait être d'une grandeur peu ordinaire. Le rebord n'est pas saillant en dehors ; le col, haut de 8 cm, est fortement infléchi vers
*) Cf. Hoernes-Menghin, Urgeschichte der bildenden Kunst in Europa, p . 369. '') Idem, ibidem, p . 417, fig. 1. 3 ) Wiss. Mittheilungen aus Bosnien und der Herzégovine, vol. IV, 1896, p . 45, fig. 1 1 ; vol. I I I , 1895, p. 137, fig. 370, et p . 138, fig. 3 7 9 ; vol. V , 1897, pi. X X X V . 4 ) I. L. P i c : Urnengriiber Bôhmens. 6 ) Archeologiai Êrtesito, vol. 29, 1909, p . 126.

320 www.cimec.ro

FOI ILLES DE LECHINJA-DE-Ml MIS l'intérieur. Au-dessous du col, la p a n s e d u vase devient très renflée, mais elle perd de son a m p l e u r vers le fond, qui d e v a i t être u n peu plus étroit q u e l'orifice, d o n t le dia­ m è t r e p o u v a i t avoir 40 c m . La h a u t e u r a pu être d'environ 60 c m ; sa plus g r a n d e lar­ geur, i m m é d i a t e m e n t au-dessous du col, d e v a i t être d'à peu près 50 c m . I m m é d i a t e ­ m e n t au-dessous du col, le fragment est orné d ' u n e rangée de p e t i t s triangles, h a u t s d'environ 2 c m , et d a n s chacun desquels sont comprises d e u x raies obliques en c r e u x . Ces triangles sont soulignés d ' u n e ligne horizontale en creux. Au-dessous de cette ligne il y a t o u t a u t o u r du vase, u n e rangée de spirales reliées e n t r e elles. La h a u t e u r de c h a q u e spirale est de 10 crn. Les spirales forment des b a n d e s d o n t la largeur varie e n t r e 1 et 2 c m ; elles sont bordées de raies p r o f o n d é m e n t incisées. P a r m i ces raies, il y en a de petites en c r e u x , q u i sont c o u r t e s , obliques et dis­ t a n t e s de l'/g c m , l'une de l ' a u t r e (fig. 6). T a n t à l'extérieur q u ' à l'intérieur, le vase est c o u v e r t d ' u n e p a t i n e n o i r â t r e . U n a u t r e fragment, p r o v e n a n t d ' u n vase s e m b l a b l e , p o r t e sur le pli m ê m e du rebord trois raies obliques en c r e u x , auxquelles en s u c c è d e n t trois a u t r e s , disposées en sens in­ verse. Au-dessous du col, on aperçoit l'ébau­ che d ' u n o r n e m e n t spirale en creux, large d ' e n v i r o n 1 c m , et e n t o u r é , des d e u x côtés, de raies courtes et obliques en c r e u x . L ' o r n e m e n t m é a n d r i q u e se r e t r o u v e sur u n tesson où les raies en creux sont très n e t ­ tes ; l'espace compris e n t r e d e u x raies est com­ blé de raies obliques en creux (PL X , 9). Le m ê m e o r n e m e n t existe sur u n f r a g m e n t d é ­ c o u v e r t à P e r t o s a ' ) , près de Salerno (Italie), m a i s , au lieu de raies obliques, il y a des p o i n t s en c r e u x .

PI. IV.

Les o r n e m e n t s décrits j u s q u ' à p r é s e n t : triangle, spirale et m é a n d r e sont d'ori­ gine n é o l i t h i q u e , et l'usage en a persisté j u s q u ' à l'âge du b r o n z e . D a n s nos contrées, le m é a n d r e p a r a î t n é a n m o i n s avoir été assez r a r e en ce t e m p s - l à . S u r u n tesson, on voit, i m m é d i a t e m e n t au-dessous du r e b o r d , des plis c o u r t s e t v e r t i c a u x ; au-dessous des plis, il y a des groupes de raies courtes et horizontales en c r e u x , d o n t d e u x s o n t d a n s la m ê m e rangée, soit u n e en h a u t et l ' a u t r e en b a s (P1.X,2). U n a u t r e o r n e m e n t est à m e n t i o n n e r : il consiste en des raies horizontales, longues de 1 c m , et disposées l'une sous l ' a u t r e (PL X , 8). D e très p e t i t s triangles excisés, disposés face à face, c o n s t i t u e n t l ' o r n e m e n t d ' u n tesson u n i q u e . *) Cf. Hoernes-Menghin, op. cit., p. 397.

www.cimec.ro
21 Dacia II 1925

321

DOHIN o. rnpKsci'

Un fragment porte en creux des petits carrés, disposés obliquement et reliés entre eux; au-dessous du rebord, il y a une rangée de raies courtes et obliques. A 1 cm, de distance, une autre rangée, et, au-des­ sous de celle-ci, des lignes obliques plus longues, disposées en sens inverse et com­ prises entre deux raies en creux (PI. X I , 9). Un ornement li­ néaire, imprécis, se trouve sur un autre fragment. Trois fragments ont sur toute leur surface des raies ver­ Fig. 6. ticales longues de 2 cm et situées à petite distance l'une de l'autre. Mentionnons trois rangées de raies courtes en creux, dont celle du milieu est en sens inverse. Elle sont comprises entre deux files de points en creux (PI. X I , 8). Sur un fragment, apparaît isolé un orne­ ment dérivé de la spirale, lequel consiste en un grand cercle, à peine incisé (PI. X I , 3). Toute la surface de certains tessons de pâte plus fruste est couverte de raies hori­ zontales incisées, mais très irrégulières. Sur la partie renflée d'un fragment de vase, on voit encore des plis verticaux, audessous desquels se trouvent, à une grande distance, quatre points en creux (PI. X , 10). A une faible distance du rebord, un frag­ ment porte des dépressions circulaires, qui ceignent la panse comme une bande. Mentionnons un ornement, d'âge plus récent, qui consiste en des raies formant une bande ondulée («Wellenornament») et que j ' a i retrouvé sur quelques fragments découverts à Lechinta. Sur trois tessons à patine brune, on voit des bandes horizontales formées de cinq raies finement incisées (PI. X I I , 1, 3, PI. V. 5). Sur les fragments d'un vase à patine noire, au rebord fortement lobé, cet ornement est identique, mais il est interrompu

Λ

S

322 www.cimec.ro

FOUILLES DE LECHINJA-DE-MUREÇ

par une dépression circulaire (PI. IX, 3). Sur trois autres fragments, la bande est tou­ jours formée de cinq raies, plus ou moins ondulées. La plus belle bande ondulée, se voit sur un vase intact à patine brune et au rebord lobé (voir pi. I, fig. 5). Composée de cinq raies fines, à ondulation très accentuée, elle enveloppe la panse du vase. Sous la bande ondulée quatre raies obliques en creux, se dégagent légèrement courbées à leur naissance, puis infléchies à leur extrémité; ces raies vont jusqu'au fond du vase; un espace de 1 à 2 cm les sépare l'une de l'autre. Chacun des quatre lobes du rebord a par dessous deux petites proéminences coniques. La même forme d'ornement se retrouve sur un autre tesson, mais deux dépressions < irculaircs y remplacent les proéminences (PI. IX, 5). Des ornements identiques, consistant en raies verticales, qui se détachent de des­ ''1 sous le voile pour gagner le fond du vase, ont été remarqués sur des fragments de formes diverses appartenant à la même époque et qui ont été découverts sur plusieurs points de notre pays. Ce fait prouve que ce motif d'ornementation était d'usage répandu 1 ). (pour les ornements en creux voir les pi. I X , X, X I et X I I ) . J e classerai aussi parmi les ornements les diverses cannelures: horizontales, verti­ cales, obliques, dont les potiers de l'âge du bronze ont fait un si large emploi (voir pi. X , 11 — 15 et PI. X I I I ) . PI. VI Il est à remarquer que ces ornements ne se trouvent que sur des vases chargés d'une patine, parfois extérieure, parfois intérieure (les assiettes). En dehors des cannelures, qui, appartiennent à une technique supérieure, les vases de Lechin^a, plus petits, plus fins et d'emploi plus général, se font aussi remarquer par l'élégance de ligne de leur rebord lobé et ondulé. A noter également la présence de l'«omphalos», qui provient certainement de l'influence du métal. Céramique de Vépoque La Tène. Du point de vue de la technique, la poterie de La Tène de Lechinta-de-Mures se divise en deux catégories, à savoir: 1. La poterie modelée, dont je ne fais mention qu'en passant, car elle n'est repré­ sentée que par des rebords, et 2. La poterie façonnée au tour, à laquelle appartiennent les autres fragments de La Tène, qui sont en assez grande quantité.
' ) (If. Dolgozatok-Travaux, Dr. Roska Mârton, Âsatâs a Nagy Sanczon, p . 12, fig. 16 ; p . 23, fig. 38· — Archaeologiai Êrtesito, vol. 14, 1894, Wosinsky Mor: A Gerjeni asatasok 1892-ben, p . 8, fig. 7 . — Arch. ÊrU, vol. 18, 1898, Br. Miske Kâlmân, Ujabb leletek Lovasb(rényben, p . 327, fig. X V I .

323 www.cimec.ro
21*

DOH1.N 0 . POPESCU

Les tessons en pâte modelée soni en très petit nombre et de la même pâte grise. Leurs formes ne semblent pas se distinguer beaucoup de celles des tessons provenant de vases façonnés au tour. A en juger par un rebord à évasemenl de 7 cm, le vase dont il est détaché devait être de grandeur considérable. Deux autres rebords, épais et plus résistants, un peu évasés et qui ne peuvent pro­ venir que de vases dont la pause présente une saillie légèrement anguleuse, complètent la série des tessons de vases modelés. Il y a peu de chose à dire à propos de la technique de la poterie façonnée au tour. La pâte dont cette poterie est faite est celle qu'on employait pour les pro­ duits de l'époque La Tène, laquelle est façonnée au tour, résistante, bien cuite, très sonore et de teinte grise. Des spécimens faits de cette pâte ont été découverts à toutes les stations de l'épo­ que La Tène de notre pays *). L'épaisseur de la pâte varie d'après les dimensions des vases, les plus grands ayant, naturellement, la panse plus épaisse que les petits. La patine ne se rencontre que par exception. Les fs décors sont rares et se réduisent presque à des raies horizontales, car le tour réduit sensiblement l'étendue de l'orne­ ment. Les tessons provenant, pour la plu­ part, du rebord, il est difficile de dé­ terminer les diverses formes de vases dont ils sont détachés. Presque tous les rebords font saillie en dehors ; les autres sont seulement arrondis, mais toujours en dehors. A en juger par les rebords qui sont PI. VII. soit évasés, soit droits, soit légèrement inclinés ou arrondis, la forme qu'on rencontre le plus fréquemment est de grandeur moyenne et rappelé celle d'une écuelle (PI. XIV, 3, 5).' Il y a aussi des vases de grandeur moyenne, à la même forme d'écuelle, forme qui a été souvent remarquée dans le matériel de Piscul Crâsani 2 ).
) E n ces derniers temps, des poteries identi­ ques ont été découvertes: à Crâsani (voir: I. Andrieçescu: Piscul Crâsani, Bucarest, 1924), à Zimnicea (matériel qui n'a été l'objet d'aucune publication), à Tinosul, dép. de la Prahova (voir: Dacia, I,
J

Vlâdescu-Vulpe, Fouilles de Tinosul) et à Mânâstirea (voir: Dacia, I I , Gh. Çtefan, Fouilles de Manaslirea). *) Cf. I. Andrieçescu, op. cit., fig. 133 -159.

324 www.cimec.ro

FOI ii.iKs D E Μ·;<:ιιι.Υ(\\-ΐ)ΐ:-Μΐ m s Si Ton s'en rapporte à deux pieds de vases (PI. XIV, 14, 15), certains de ceux-ci auraient été à pied *) ; les autres auraient eu seulement un fond haut d'un doigt environ, qui remplissait fort bien le rôle d'un pied, mais faisait perdre au vase de sa souplesse et de son élégance 2 ). En ce qui touche leurs dimensions, elles varient d'un vase à l'autre, sans toute­ fois dépasser la moyenne. En dehors de ces rebords, qui proviennent des écuelles décrites, il en est quelques-uns qui appartiennent à des bols. Un seul de ces rebords est plus grand que les autres. Ce fragment représente à peu près la moitié d'un bol fort bien façon­ né et dont la pâte est plus fine que cel­ le des autres tessons. Le rebord, peu prononcé, retombe légèrement en s'arrondissant; il est séparé du reste du vase par iine strie profonde. Le profil se dégage de dessous le rebord, en trait oblique, sur une distance de 1 cm, puis continue, après avoir formé un pli lé­ gèrement anguleux. A l'intérieur, le profil entier revêt un aspect un peu anguleux (fig. 7). Le sol de toutes les stations mention­ nées plus haut a livré des bols de formes semblables. En Transylvanie, au cime­ tière d'Apahida 8 ) (de l'âge de LaTène), le Dr. I. Kovâcs a ramené au jour un grand nombre de bols, qui ne présentent que de très légères différences au point de vue de la rotondité des rebords. Un autre bol découvert à Lechinta PI. VIII. est de petites dimensions ; la panse est plus renflée et traversée horizontalement par une raie incisée. Ce bol, dont le fond a dû présenter une légère saillie anguleuse — comme aussi un autre bol, découvert à Crâsani 4 ) — ressemble parfaitement à celui qui a été décrit (PI. XIV, 7). Mention doit être faite aussi de quatre fragments de bols, qui se distinguent un peu des autres par les rebords plus ou moins saillants en dehors (PI. XIV, 11, 22). Le bol étant une forme typique dans la céramique, il ne peut présenter trop de dissemblances, parce que son caractère de bol en serait altéré; or, c'est précisément le respect d'une forme nettement déterminée qui lui confère ce caractère 5 ).
') Idem, ibidem, fig. 154. ") Idem, ibidem, fig. 123. 3 ) Dolgozatok-Travaux, 1911, I I , 1. Dr. T. Kovues, Az apahidai oskori telep es La Tène temetô, p. 26, 3 1 , 36, 37, 4 1 , 43, 48, 51. *) I. Andriesescu, op. cit., fig. 170. ) Des bols de formes semblables ont été trouvés en Hongrie, à Balsa (département de Szabolcs), cf. Dolgozatok-Travaux, 1895, VI. 1. Dr. Roska Mârton, Kelta sirok es egyébb emlékek Bahârol, fig. 4 — 5.
6

325 www.cimec.ro

DOUIN O. POPESCU

Mentionnons aussi un fragment de rebord évasé d'un grand vase à parois plus épaisses. Au-dessous du rebord, la panse est légèrement incurvée, puis elle avance et devient renflée, ce qui donne au vase — dont la hauteur a pu être d'environ 30 c m , — un profil presque rond J ). Un autre rebord, de même forme, est plus étroit ; il provient d'un vase plus petit. Un rebord fragmenté, quoique légèrement dévié, de certain vase, de dimensions bien moindres, au rebord moins évasé et /^lP\ ""^^^^^^ta—^. s'affaissant en sens oblique se rattache fl Γ^. " ^ ■ aussi au même type. La paroi se dégage ViL I i ~-\ brusquement de dessous le rebord, puis VH^P p avance sous forme de bandes larges de 1 cm, dont l'une est plus profondément in­ cisée que l'autre, ce qui donne à la paroi l'aspect du décor géométrique en échelle (PI. XIV, 4) (ceci entraîne la dispari\s lion de l'arc constituant le col). De nombreux rebords, les uns plus étroits, d'autres plus larges, mais en général, plutôt étroits, semblent avoir appartenu au même type de vases, plus ou moins dénaturé. Je décrirais l'un d'entre eux dont le profil est identique à celui d'un vase entier, qui a été dé­ couvert en Hongrie, à Balsa 2 ) (départe­ ment de Szabolcs). Le vase est d'une grandeur dépas­ sant la moyenne, mais on en trouve cependant aussi de plus petits ; le re­ bord est arrondi en dehors, les arêtes sont parfois affilées. Au-dessous du re­ PI. I V bord, la paroi est incurvée à l'intérieur, et la dépression persiste jusque vers le milieu du vase, point à partir duquel l'arc décrit une courbe en sens inverse, qui se prolonge jusqu'au fond. Des vases semblables, de grandeurs diverses, au profil plus rond et au ressaut anguleux, ont été découverts à Apahida 3) (Transylvanie), ce qui prouve qu'ils se ratta­ chent à une famille dont la forme est fréquente en Dacie. Il est aussi des formes qui sont plus rares que celles dont j ' a i fait la description. Il s'agit de vases, en général bas, dont le petit rebord, arrondi au dehors, est séparé de la paroi par un trait infléchi. La paroi est légèrement renflée jusqu'au milieu du vase,
') Des tesson de vases semblables, mais à paroi plus renflée et ornementée ont été découverts en Hongrie: à Hatvan-Boldog (département de PestKis-Kun), cf. Archeologiai Êrtesitë, vol. 15, 1895; Dr. Posta Bêla, A Hatvan-Boldogi âsatâsok, p . 13, fig. 24 — 25.
2 ) Dolgozatok-Travaux, 1895, V I , 1. Dr. Roska Mârton, op. cit., p. 20, fig. 2. 3 ) Dolgozatok-Travaux, 1915, V I , 1. Dr. Kovâcs Ietvfin, op. cti. Un vase identique se trouve au musée du collège réformé d'Aiud.

www.cimec.ro

326

FOUILLES DE LECHINJA-DE-MURES où u n pli horizontal en relief, r e s s e m b l a n t a u rebord, divise le vase en d e u x ; à p a r t i r d u pli, la paroi p r e n d u n e direction oblique et va en se r é t r é c i s s a n t vers le fond. O n a d é c o u v e r t q u a t r e f r a g m e n t s de forme .semblable; ils n e diffèrent e n t r e e u x q u e p a r le rebord, qui est plus ou moins rond ou a n g u l e u x . J e n ' a i r e m a r q u é des formes analo­ gues q u ' à A p a h i d a ' ) , en D a c i e ; l e profil d ' u n des vases r a p p e l a i t celui des vases décrits. P a r m i les n o m b r e u x fragments de p e t i t s vases de t y p e s divers, il en est u n au r e b o r d rond à peine accusé, la p a n s e d r o i t e s e m b l a n t p r o v e n i r d ' u n e tasse (PI. X I V , 3). U n a u t r e a le r e b o r d u n p e u saillant en dehors. U n spécimen i n t é r e s s a n t est celui d o n t la paroi est f o r t e m e n t i n c u r v é e ; le r e b o r d , à peine accusé, très peu ar­ r o n d i en dehors et i n t e r r o m p u p a r u n e a r r ê t e horizontale. U n f r a g m e n t a la paroi p r e s q u e ver­ ticale, mais le r e b o r d est f o r t e m e n t i n c u r v é (PI. X I V , 10). Si j ' a i m e n t i o n n é en d é t a i l t o u s ces tessons, qui sont dissemblables, c'est PI. X. p a r c e qu'il y a e n t r e e u x d e u x t r a i t s d e ressemblance c o m m u n e : la g r a n d e u r et l'emploi. D e u x a u t r e s fragments a p p e l l e n t et r e t i e n n e n t l ' a t t e n t i o n : à p e u près i d e n t i q u e s , ils sont détachés de d e u x vases de forme t o u t à-fait particulière, d o n t l'un est plus g r a n d que l ' a u t r e . L e u r forme rappelle celles des p e t i t s vases décrits à la p a g e p r é c é d e n t e , mais ils en diffèrent en ce qu'ils n ' o n t p a s de rebord et q u ' à p a r t i r du pli circulaire Fig. 7. q u i encercle le v a s e , la paroi s'élève, p u i s subit u n e dépression, large de 4 c m . Elle v a en s ' a m i n c i s s a n t et se t e r m i n e à l ' o u v e r t u r e du vase, en u n e saillie anguleuse (PI. X I V , 23). J e clos la série des formes de vases l'âge de L a T è n e découverts à L e c h i n t a de-Mureç, en m e n t i o n n a n t encore quelques rebords évasés, caractéristiques p a r le fait q u e sur la surface de leur é v a s e m e n t , d e u x cannelures circulaires divisent le r e b o r d e n trois b a n d e s p r e s q u e égales (PI. X I V , 12). A u t a n t q u e j e sache, ce genre de r e b o r d ') Dolgozatok-Trauvax, 1915, VI, 1, p. 25, fig. 4, Dr. Kovâcs Istvân, op. cit.

327 www.cimec.ro

IHMUN 0 . POPESi I

n'est pas très en usage dans nos contrées, car on n'a pas signalé sa présence aux stations typiques de La Tène de notre pays. Nous verrons cependant cette forme per­ sister dans certains vases romains découverts à la même station. Mentionnons enfin le fragment d'un petit vase à rebord vertical, au-dessous duquel la paroi est renflée. Ce fragment complète la série des diverses formes. Le rebord est sillonné par deux cannelures étroites et profondes, fait qui démontre que le même système a été appliqué à un rebord tout-à-fait distinct des précédents (PI. XIV, 8). Comme on l'a vu, des fragments de poterie de La Tène, sont en nom­ bre relativement restreint, et présen­ tent un assez grand nombre de vari­ étés. Bien que l'adoption du tour, à cette époque-là, ait tenté d'unifor­ miser la fabrication de la poterie, on n'en constate pas moins la persis­ tance de formes diverses. J'ai fait cette constatation non seulement, par le matériel de Lechinta-de-Mures, mais encore par celui d'autres stations de la même époque dans notre pays. A Zimnicea, Cràsani, Tinosul, Mânastirea, stations de l'An­ cien Royaume, où de fouilles ont été entreprises en ces dernières années, le matériel est tout aussi varié, et il ne l'est pas seulement dans les PI. XI. stations isolées, mais aussi, en compa­ raison avec d'autres stations, ce qui dénote une abondance de formes encore plus grande. Ce qui caractérise les stations La Tène en Dacie, c'est leur pauvreté en métal. A Lechinta, par exemple, en dehors de quelques fragments de clous de fer, je n'ai pas trouvé d'autre objet en métal remontant à cette époque-là. Le fait serait explicable, étant donnée la pauvreté de la station, mais il en est de même pour les stations men­ tionnées un peu plus haut, entre autres à Zimnicea et Crâsani, qui ont le caractère d'agglomérations riches et occupent une vaste superficie. Cependant on n'y a découvert que peu d'objets en métal. M. V. Pârvan attribue leur absence à l'emploi d'outils en bois, qui ont pourri ensuite.

Avant d'entreprendre la description des décors, je reparlerai des cinq anses d'époque La Tène découvertes à Lechinta. Elles sont toutes du même type, mais elles diffèrent par la longueur et la largeur. Trois sont larges de 3 à 4 cm. Quant à leur longueur, elle ne peut être déterminée avec www.cimec.ro
328

FOUILLES DE LECHINJA-DE-MUKEÇ

précision, car elles sont brisées» on peut toutefois avancer qu'elle ne devait pas dépasser 12 cm. Les anses sont traversées, dans leur longueur, par deux cannelures, qui les divisent en trois parties bien distinctes (PI. XIV, 18), dont l'une — la bande marginale — est presque aussi large que les deux autres ensemble. Ces dernières n'ont que 2 cm, de largeur ; l'une d'entre elles, presque intacte, est longue de 7 cm, mais je crois que l'autre ne devait pas être plus longue. Tout comme les autres anses, celles-ci sont traversées par deux cannelures longi­ tudinales (PI. XIV, 19), mais elles parais­ sent être rares dans nos contrées, où les anses habituelles sont ordinairement en­ trelacées, forme qui n'exclue pas plusi­ eurs variétés. A Crâsani, on n'a trouvé qu'une seule anse appartenant au même type, mais elle est divisée, dans sa longueur, en six parties égales *). Par contre, à Mânâstirea — station tout aussi pauvre que Lechin­ ta —, on a découvert des anses identi­ ques 2 ). Comme on a trouvé de la poterie romaine tant à Mânâstirea qu'à Lechinta, ces anses pourraient trahir une influence romaine, d'autant plus que les fouilles de Lechinta ont livré des anses identiques, dont la pâte est analogue à celle des po­ teries romaines. On a trouvé une anse semblable à llatvan-Iioldo g ^~-'.^<u,Y Passons maintenant aux décors, qui, PI. XIE ainsi que je l'ai dit, au début du chapitre, se réduisent à la raie ondulée et à divers traits incisés. Le décor de la simple bande ondulée se voit sur trois tessons. Elle est au-dessus d'une raie incisée horizontalement. La raie de la bande est large, peu profonde, de cour­ bure très prononcée et d'une élégante simplicité. M. I. Andriesescu 4 ), qui a étudié l'origine de cet ornement, cite, à ce sujet, un passage de Forrer — passage que je crois intéressant de reproduire. Il aboutit à la conclusion qu'on verra plus loin. Voici comment Forrer s'exprime au sujet du décor en forme de bandes ondulées 5) :
' ) I. Andrieçescu, op. cit., p . 62, fig. 149. 2 ) Dacia, I I , Gh. Stefan, Fouilles de Mânâstirea. 3 ) Archaeologiai Êrtesito, vol. 15, 1895. Dr. Posta Héla, op. cit., p. 13, fig. 33. *) I. Andries,escu, ibidem. b ) Dr. Robert Forrer, Keallexicon der prehistorischen, hlassischen und friïchristlichen Allertiimer, Berlin u. Stuttgart, 1907, p. 900. Nous reproduissons aussi l'opinion de T. L. Pic sur la bande ondulée: «Die Wellenlinie als keramisches Ornament gehôrt gewiss zu den so einfachen Ausschmuckungen, dass es in den verschiedenartigen Kulturzentren erscheinen konnte. I n naherem Zusamenhange steht das La Tène-Ornament, in altérer Zeit, aus graphitierter, eingepresster Linie bestehend auf den» Mont Beuvray und in Stradonic

www.cimec.ro

329

nom\

< . POPESCU >

«Les bandes ondulées, utilisées comme décor céramique, se voient également sur des vases découverts dans les sépultures égyptiennes de l'époque néolithique, qui ont été exhumées à Nequada et à Ballas. C'est souvent la raie en zigzag qui s'est comme arrondie. Bien plus tard seulement, à un stade avancé des temps historiques, on la voit à peine apparaître sur des vases de l'époque La Tène, puis sur la poterie romaine rus­ tique. Elle aura ensuite un cachet particulier, sur la céramique slave plus ancienne». M. Andriesescu, qui s'est demandé à quelle époque l'usage de ce décor remonte dans notre pays, a abouti à la première conclusion, à savoir: que ce décor ne peut être d'origine slave, parce qu'il diffère du décor slave tant par les formes que par la technique. D'autre part, on le re­ marque sur des vases de l'époque La Tène, lesquels sont antérieurs aux vases slaves. Il ne peut non plus, dit-il, dater de l'époque de l'empire romain, car, bien qu'on le retrouve dans le milieu romain et gréco-romain, au Nord et au Sud du Danube, on n'a cependant rien décou­ vert à Crâsani qui ait le cachet romain. D'un autre côté, la présence de ce décor n'est pas suffisante pour qu'on puisse se permettre d'appliquer une date à tout le matériel de cette époque. Voici en quels termes M. Andrie­ sescu termine ses considérations sur le bandes ondulées: «Ce décor est de tradition antique dans nos contrées, caractérisées préci­ sément par l'emploi exubérant du décor méandro-spiralique, néo-énéolithique et Pi. XIII. de l'âge du bronze. Cette explication me paraît d'autant plus vraisemblable qu'elle n'a rien d'autre. Ce même décor a été ensuite presque complètement abandonné, de même, d'ailleurs, que toute la tradition artistique plus ancienne, au cours des événements troubles de la fin du II-ème millénaire et du début du I-er millénaire avant Jésus Christ. Il s'est passé quelque chose ici: une invasion conquérante, une migration épuisante, enfin quelque chose dans ce genre. Sans quoi, on ne peut pas s'expliquer, du point de vue archéolo­ gique, le mouvement rétrograde, presque total, mouvement qui contraste si violemment avec le passé. Cette culture primitive, se différencie également de la culture orientalescythique et occidentale-hallstattienne, de celle du Sud-Est de la Grèce et de la Grèce même, ainsi que de l'Ouest et du Nord-Ouest La Tène-celtique. La situation s'entrevoit dans la simplicité même de la vie au Piscul Crâsani, au sein d'un monde ambiant toutbereits aurh mit einern K a m m ausgefuhrt». I. L. Pic, Die Urnengràber Bohmens. p . 260, note 240.

330 www.cimec.ro

FOUILLES DE LECHINTA-DE-MUREÇ

à-fait supérieur. Le décor de la bande ondulée apparaît de la sorte sous les formes caractérisées que voici : à la fin de l'époque de La Tène, il est simple en Orient, comme une nouveauté, bien qu'aucune des formes ne soit stylisée; il est complexe et ample en Occident ! ), qui à l'abri des secousses dont l'Orient a été ébranlé, a conservé et perpétué - en simplifiant et amplifiant, d'après les lieux et les peuples — la plupart des traditions anciennes. Sur celle-ci se sont implantés, de manière lente et organique, les éléments supérieurs du monde méditerranéen. Nous arrivons ainsi, avec le décor de la bande ondulée, à l'époque impériale romaine, dont le rôle a été important, mais sans distinction particulière, puis, par adaptation, au milieu absolument inférieur qu'est le monde slave» 2 ). Un ornement identique a été aussi trouvé à Mânâstirea 3 ). Le décor de la raie ondulée peut être plus compliqué. Deux tessons *) sont, en effet, ornés de trois raies au lieu d u n e , mais elles sont plus fines, plus courtes et incisées hori­ zontalement. Plusieurs fragments, détachés de plus grands vases, portent comme décor une ou deux raies incisées horizontalement tout autour du vase, lignes qui, à cause de leur largeur, ont parfois l'aspect de cannelures. Des raies identiques occupent une grande partie de la surface de deux autres tessons; elles sont accolées et assez profondément incisées. La pâte des fragments est plus gros­ sière et plus dure. Le même décor, mais représenté sur un seul fragment, consiste en deux raies, verti­ cales et courtes, distantes l'une de l'autre de 1 cm, et qui semblent avoir été tracées à l'ongle. À letir extrémité inférieure, deux autres raies identiques comprennent entre elles les deux premières. Au-dessus des deux premières, il y a une raie horizontale profondément incisée. Sur un autre tesson, des raies verticales, très rapprochées, faiblement incisées et irrégulières, se dégagent au-dessous de trois autres raies incisées horizontalement, mais on ne peut en suivre le développement, car elles ne figurent que sur un fragment. Mentionnons aussi un décor linéaire, que j ' a i vu seulement sur un seul tesson. Il consiste en raies obliques et parallèles, faiblement incisées. Je rappelerai aussi un tesson ornementé de deux raies horizontales de rosettes imprimées. Cette technique est d'ori­ gine hallstattienne et elle se continue jusqu'en plein moyen âge (PI. XIV, 3). Enfin, en dehors des décors incisés, mention doit être faite également d'une proé­ minence légèrement allongée, de caractère néolithique, ainsi que d'une bande de la même tradition, lesquelles complètent la série des décors. Céramique romaine. L'époque romaine est la plus faiblement représentée à Lechinta-de-Mureç ; c'est celle aussi qui nous intéresse le moins, car la céramique romaine
') Beuvray d'après Déchelette, Fouilles de Beauvray, pi. X V I I , trois fragments avec décor de bande ondulée. Cf. Déchelette: Manuel, I I , 3, p. 1485, fig. 679, et passim, tout l'aspect du La Tène occidental. Archéologiquement parlant on pourrait même suivre la ligne jusqu'à laquelle on voit en Europe centrale les traces des grands bouleversement d'Orient, depuis le début de l'an 1 avant J . C. Mais c'est une question à p a r t . 2 ) I. Andrieçescu, op. cit., p . 66 — 68. 3 ) Cf. Dacia, I I , Gh. Çtefan, Fouilles de Mânâstirea. *) Même décor qu'à Crâsani, à cette différence près qu'il est compris entre deux lignes simples. Cf. I. Andriesescu, op. cit., p . 74, fig. 195.

www.cimec.ro

331

nom\

o. POPESCI

se trouve en abondance en Transylvanie. Son importance consiste en ce qu'elle décèle la continuité de la station jusqu'à cette époque-là et qu'on découvre des types qui ne sont que la transposition des formes de La Tène en pâte romaine. En ce qui concerne sa technique, la céramique romaine de Lechinta-de-Mures peut être divisée en deux catégories, à savoir: I. La poterie de pâte plus fine, rouge — caractéristique de la céramique romaine— de teinte plus ou moins foncée, lustrée ou mate.

PI. XIV.

2. La poterie faite d'une pâte rougeâtre, plus âpre au toucher; elle est douée de la même résonance que la poterie en pâte grise de La Tène. La plupart des tessons de la première catégorie appartiennent à un type unique, représenté par plusieurs variétés, dont la caractéristique commune est le rebord plus ou moins arrondi. Les fragments proviennent tous de petits vases qui, parfois, atteignent à peine la grandeur moyenne, sauf un seul, qui est détaché d'un vase plus grand, à large orifice, à panse légèrement renflée, ce qui donne au vase l'aspect d'une écuelle (PI. XIV, 13). De nombreux tessons proviennent de petites écuelles qui, toutes, ont l'ouverture plus large que le fond (PI. X I V , 16) et les flancs presque droits. Certains fragments, légèrement renflés, proviennent certainement de bols dont le fond est juste assez large, pour que le vase puisse rester debout (PI. X I V , 21, 24, 26, 33). 332 www.cimec.ro

FOUILLES DE LEfUlYTA-DE-Ml RES

La figure 30 PL, XIV reproduit la forme d'un bol peu différent des autres spécimens. Il est plus grand et plus bas et ressemble plutôt à une assiette. Le flanc étant infléchi, le rebord paraît incurvé, bien qu'il soit arrondi. De dessous le rebord se dégage une raie large, à peine accentuée, qui ceint le vase; la panse se continue régulièrement sur une distance de 1 cm, où un pli très en relief et arrondi scinde le vase en deux. Au-dessous de ce pli, le flanc du vase s'infléchit pour former ensuite le fond. Deux fragments de petits bols ont la paroi trouée, l'un immédiatement au-dessous du rebord, l'autre à 2 cm, afin de pouvoir les suspendre à l'aide d'une ficelle. Ce fait prouve l'étroitesse de leur fond et l'impossibilité où ils étaient de rester debout. Le seul décor qu'on remarque sur la plupart des vases consiste en une ou deux raies horizontales incisés sous le rebord. Un autre type de petit vase est identique à ceux de l'époque La Tène qui ont été décrits plus haut. Au milieu de la panse, il est divisé en deux par un pli en relief, audessous duquel la panse prend la forme incurvée. Jusqu'à ce pli, le flanc est presque droit ou légèrement concave, et le rebord plus ou moins arrondi en dehors. Un seul fragment a une forme distincte, par le fait que le rebord est à peine indiqué par un léger relief de la paroi; celle-ci est presque imperceptiblement infléchie jusqu'à un point où la raie horizontale, largement incisée, divise le vase en deux. Au-dessous de cette raie, le flanc est légèrement incurvé. De l'orifice jusqu'à la raie incisée, trois raies décorent le vase. Les deux bandes ondulées supérieures semblent être plutôt des zigzags, la troisième est un peu plus aplatie et plus ronde (PI. XIV, 20). De nombreux fragments de bols se distinguent des premiers en ce que leur rebord est fortement dirigé vers l'intérieur, d'où il résulte que la paroi est en arc de cercle plus prononcé (PI. XIV, 27). En dehors de ces tessons, dont beaucoup appartiennent à un même type de vase, il y a des formes rares que je ne mentionnerai qu'en passant, car une description détaillée n'offrirait pas d'intérêt. J e ferai mention, en premier lieu, d'un fragment d'assiette presque plate ainsi que de deux fragments d'un vase bas aux flancs presque verticaux. Comme il s'élargit vers l'orifice, qui est entouré de cannelures horizontales, il a l'aspect d'un lampion (PI. XIV, 31). A citer aussi deux tessons provenant de deux vases identiques, mais à cannelures plus larges. Quelques fragments ont le rebords fortement dirigé vers l'ex­ térieur (PI. XIV, 23, 25, 32, 34). Je n'insisterai pas non plus sur plusieurs rebords — épaves de petits vases — plus ou moins saillants au dehors, plus ou moins arrondis ou anguleux. Un fragment de tasse (PI. XV, 2) au profil anguleux est muni d'une anse courte, scindée en deux bandes verticales qui se dégagent sur la droite du rebord. N'omettons point trois tessons provenant de petits vases à rebord presque droit, divisé en trois bandes horizontales et au-dessous duquel la panse prend la forme renflée vers le fond. Ajoutons un petit vase dont la forme se retrouve parmi celles de l'époque La Tène (PI. XV, 8). Les figures 3 — 7, PI. XV montrent plusieurs profils particuliers. * 333 www.cimec.ro

Ι Ι Ο Κ Ι λ (». 1MHM s< ι

En ce qui concerne les décors des divers tessons, on peut compléter leur description par les exemplaires suivants: Un seul d'entre eux a un décor très beau et varié; il consiste en une file de rosettes en creux, disposées l'une à côté de l'autre, file qui surmonte une rangée de croix, à laquelle succède une rangée de croissants. Deux fragments à décors également en creux; sur l'un d'eux, l'ornementation consiste en rangées horizontales de feuilles (PI. XV, 12), sur l'autre, elle est plus compliquée, elle comporte une série de croissants qui se font suite et que surmonte une file de points d'interrogation renversés dont la tête touche les extrémités des croissants. Mais on trouve des décors plus simples: par exemple, deux tessons sont ornés de séries horizontales de raies in­ cisées, rapprochées l'une de l'autre. J e dois mentionner aussi trois minées fragments dont la pâte se distingue par sa finesse et qui est couverte d'une patine noirâtre. Le rebord du premier est infléchi et séparé du col par une raie horizontale en relief, au-dessous de la­ quelle vient une raie incisée, puis le col se prolonge en décrivant un arc aussi élégant que celui du rebord. Aussi Fig. 8. bien à la naissance qu'à la limite du col, trois rangées très serrées de pointillé en creux à peine ébauché achèvent la parure de ce fragment de vase façonné avec un soin exceptionnel (PI. XV, 10). Un autre fragment, un peu plus épais mais de pâte semblable, couvert de patine noirâtre, porte des décors en relief dont l'interruption ne permet pas de concevoir le développement. Un tesson de la même pâte a pour décor des rangées horizontales de raies incisées, courtes et verticales. Un seul vase a été reconstitué en partie, de sorte qu'on peut en reconnaître la forme. J'en ferais la description parce que le col porte une inscription faite à l'aide d'un objet tranchant. Le rebord du vase, étroit et oblique, est toutefois en relief, parce que le col décrit un petit arc à l'intérieur et se prolonge, presque dans le sens vertical, jusqu'à la panse du vase. Celle-ci devient très renflée et va en décroissant vers le fond étroit du goulot (fig. 8). La hauteur du vase est de 15 cm, le diamètre de l'orifice est de 9 cm, et celui du fond de 4. Les lettres, très finement gravées, sont hautes de 2 cm, et se présentent comme il suit : MARIT(V)MI L'inscription, interrompue, parce que le col du vase est brisé, devait comprendre encore autant de lettres. On le voit d'ailleurs à quelques traits indistincts de quelques lettres qui se continuent sur le col à une distance de 7 cm. de la dernière lettre lisible.

334 www.cimec.ro

FOUILLES DE LECIllYrA-DE-MUREÇ

Passons maintenant à la seconde catégorie de fragments, d'une pâte plus fruste, ressemblant à la pâte grise des poteries de La Tène, dont elle se distingue seulement par sa couleur rougeâtre. Tous les fragments proviennent de vases d'une seule et même forme, les uns plus grands, d'autres plus petits, mais presque tous de grandeur moyenne. Il est difficile d'en déduire la forme précise du vase, étant donné que tous les fragments appartiennent au rebord, mais elle devait probablement être celle de vases à large orifice, au col élevé et à panse renflée, comme celle de certains pots. Un fragment (fig. 9), qui entre dans la première catégorie, en ce qui concerne la pâte, permet de mieux se rendre compte de leur forme. Leur anse, divisée en deux,

Fig. 9.

Fig. 10.

trois ou quatre bandes longitudinales, par les cannelures qui les sillonnent dans le sens de la longueur, prend naissance à la lèvre même, puis forme un arc de cercle à convexité dirigée vers la panse du vase. Le rebord, plus ou moins évasé, présente, sur tous les tessons, la même caractéristique, c'est-à-dire qu'il est divisé en plusieurs bandes inégales, par des raies incisées horizontales, qui, parfois, revêtent, à cause de leur largeur, l'aspect de cannelures (PI. XV, 11). Le même genre de rebord se voit aussi sur des fragments de la première catégorie, mais ceux-là proviennent de vases plus petits. Nous avons un fragment de rebord identique provenant d'un bol. En dehors des rebords, il est de nombreuses anses, dont la forme rappelle celles qui ont été décrites plus haut et qui appartiennent à des vases de forme analogue (fig. 10). * * * L'mportance de la poterie romaine de Lechinta-de-Mures, dont j ' a i fait la brève description, consiste pour nous en sa ressemblance avec celle de la période de La Tène. Au cours de cette description, j'ai d'ailleurs fait remarquer les formes rappelant celles des vases de cette période. Les dernières, qui figurent sur la page précédente, sont iden­ tiques, comme rebord et anse, à celles des vases La Tène, décrites plus haut. Cette ressemblance s'explique très facilement, quand on pense que la civilisation romaine a été, elle aussi, influencée, en grande partie, par la civilisation celtique, et si elle n'a pas engendré les mêmes formes, rien n'empêche qu'en s'infiltrant dans nos régions, elle ait adopté des formes qui auparavant lui étaient familières. 335 www.cimec.ro

DOIUN (t. POPESCl

Céramique barbare. Dans ce chapitre, je décrirai diverses formes de vases faisant partie d'une autre catégorie de céramique de la même station, .l'appliquerai la déno­ mination de barbare à cette céramique parce que la poterie du moyen âge des invasions barbares se ressemble tellement de peuple à peuple, qu'à défaut d'un autre matériel permettant d'assigner une date, il est fort malaisé de préciser le peuple auquel elle appartient. J'incline à croire toutefois que, dans le cas présent, nous avons affaire à de la poterie slave et je m'y sens autorisé par le minutieux examen aussi bien de la technique

que des décors. L'épithète de slave, qu'on a appliquée à cette «Burgwallkeramik», n'est fondée qu'en partie, car l'origine de cette poterie n'est pas slave, elle est, au contraire, bien plus ancienne. La fabrication s'est développée dans les provinces romaines, sous l'influence de la poterie de l'époque La Tène 1 ), influence qui se manifeste aussi sur les fragments de vases découverts dans notre pays. Vers le II-ème siècle après Jésus Christ, elle a pris naissance en Noricum et en Rhaetia, puis elle a subsisté comme poterie de province romaine, et à l'arrivée des Bar­ bares, elle a été adoptée par eux. La fabrication s'est ensuite maintenue pendant tout
') I. L. Pic, Die Urnengràber Bôhmcns, p. 260 «In den romischen Provinzen lasst sich sozusagen die ganze Entwickelung diescr Keramik ans den Typen der La Tène-Keramik verfolgen» . . . .

www.cimec.ro

336

FOUILLES DE LECHINJA-DE-MURES

le moyen âge. Au temps de la civilisation germano-mérovingienne, elle ne s'est révélée que sous forme sporadique, au-delà de l'Elbe, mais dans les pays slaves elle est devenue la céramique typique de cette époque x ). En ce qui a trait à la technique de ce genre de poterie, que je nommerai encore «barbare», elle offre le même caractère que la technique de la céramique slave. La pâte, de couleur grise, est façonnée au tour et bien cuite, elle est mince et légère, et plus friable, moins consistante que la pâte grise de l'époque La Tcne. Comme je l'ai dit, les flancs des vases sont minces et la pâte devient très rarement épaisse vers le rebord 2 ). Les fragments sont, pour la plupart, des petits débris de rebords, aussi n'est-il point facile de déterminer les contours des vases. Néanmoins, comme l'indi­ quent deux fragments d'un même vase (PI. XV, 17), il faut voir en eux les res­ tes de grands vases, à large orifice, et dont le diamètre pouvait être de 25 à 30 cm. Au-dessous du rebord, à la nais­ sance de la panse, celle-ci devient brus­ quement très renflée, puis offre une déclivité progressive jusqu'au fond du vase 3 ). Il est à noter qu'un vase identi­ que, de la même époque et à rebord légèrement différent, a été découvert à PI. XVI. liutzow, dans le Brandenbourg 4 ). J'en fais mention, parce qu'il est entier, ce qui donne une idée très nette de la forme de ces vases. 11 va de soi que les fragments ne proviennent pas tous de vases d'aussi grandes dimensions. A en juger par les rebords, certains vases devaient être de grandeur moyenne,
' ) Idem, ibidem, p. 2 6 1 : «Wir konnen daher mit ganzer Sicherheit behaupten, dass sich die Burgwallkeramik, dem Zeugnisse der Miinzen gemâss, schon im I I . .Jahrh. n. Ch. in Noricum und Rhaetien entwickelt hat, dass sie als provinzial-romische Lokalkcramik erhalten blieb, ja dass sie den Untergang diescr Provinzen uberdauert und bei den Barbaren Aufnahme gefunden h a t , wo sie in der germanischen Merowingerkultur im ganzen sporadisch crscheint, jenseits der Elbe aber in den slavischcn Landern, in der nachfolgenden Période die typische Keramik wird». 2 ) Robert Behla, Die vorgeschichtlichen Rundwâlle im ostlichen Deutschland, Berlin 1888, p . 15: «Die slavischen Scherben haben einen ganz abweichenden Charakter. Der Hauptunterschied besteht darin, dass sie henkellos sind; noch nirgende hat man bis jetzt am slavischen Topfgerath einen Henkel entdeckt. Dieselben sind grob, plump geformt, von grauer Farbe, hart g e b r a n n t ; selten ist die Farbe rothlich, wahrscheinlich sind letztere stiirker gebrannt». . . . 3 ) Robert Behla, op. cit., p . 15: «Die Bruchstûcke lassen auf Topfe mit weiter Ôffnung schliessen. Manche erweiten sich nunmehr von u n t e n nach oben und aussen bis zum oberen R a n d , der regelmâssig nach aussen umgelegt ist ; in der Mehrzahl bauchen sie sich in der Mitte am meisten aus, um sich dann nach dem Hais zu verjungern». «) I. L. Pic, op. cit., p . 259, fig. 81.

22 Dacia II 1925

337 www.cimec.ro

IXHUN 0. POPESCU

d ' a u t r e s m ê m e plus p e t i t s , mais la forme d o n n e à p r e s q u e t o u s un air de p a r e n t é ; seuls les r e b o r d s sont divers. II est encore u n e forme q u ' o n r e n c o n t r e f r é q u e m m e n t , à s a v o i r : celle de v a s e s à p a n s e très renflée, au col b a s et i n c u r v é ; le r e b o r d fait saillie en d e h o r s . C e t t e forme est i d e n t i q u e à celle des vases d e l ' é p o q u e L a T è n e , q u i s o n t décrits plus h a u t . Ces vases s o n t de d i m e n s i o n s d i v e r s e s ; leur goulot est parfois é t r o i t , parfois p l u s l a r g e et à peine i n c u r v é . Quelquefois, la p a n s e se dégage b r u s q u e m e n t d u col, en f o r m a n t u n arc de cercle élégant d o n t le r e n f l e m e n t s ' a t t é n u e vers la base du vase (PI. X V , 13); quelquefois, la c o n v e x i t é de l'arc esl moins accusée d a n s la p a r t i e h a u t e de la p a n s e , puis elle d e v i e n t plus p r o n o n c é e à son milieu (PI. X V , 21). La plus g r a n d e diversité se r e m a r q u e d a n s la forme des rebords : les u n s s o n t sail­ l a n t s au d e h o r s , d ' a u t r e s a r r o n d i s , certains sont p r e s q u e h o r i z o n t a u x et r e s s e m b l e n t fort a u x r e b o r d s évasés. Quelquefois, le r e b o r d va en dehors d a n s le sens oblique scindé en d e u x b a n d e s p a r u n e p s e u d o c a n n e l u r e circula­ ire (PI. X V , 20). H y a des r e b o r d s saillants en dehors et o b l i q u e s ; leur col, qui se dissimule sous la lèvre du r e b o r d , est à peine m a r q u é d a n s le goulot p a r u n e très é t r o i t e i n c u r v a t i o n (PI. X V , 22). D ' a u t r e s rebords qui se t e r m i n e n t p a r u n e a r ê t e , a v a n c e n t à peine a u d e h o r s . Ainsi d o n c , t o u s les r e b o r d s se dirigent en dehors et il n ' e n est pas u n qui se dirige vers l'intérieur.

λ

~J4JF

PI. XVII.

Les rebords s o n t , d a n s la p l u p a r t des cas, plus épais q u e le flanc d u v a s e , mais on r e m a r q u e aussi le c o n t r a i r e . Quelques r e b o r d s s o n t bien plus épais (PI. X V , 24). Ceux-là sont v e r t i c a u x , en relief au-dessus de la p a r o i d u v a s e , q u i est p r e s q u e d r o i t e et se dirige g r a d u e l l e m e n t en d e h o r s . Ces frag­ m e n t s p r o v i e n n e n t c e r t a i n e m e n t de vases à t r è s large o u v e r t u r e . Tel f r a g m e n t qui a p p a r t e n a i t à u n v a s e à large orifice a u n c a r a c t è r e p a r t i c u l i e r : le r e b o r d est large et il est très saillant en dehors (PI. X V , 23). M e n t i o n n o n s encore trois r e b o r d s , l é g è r e m e n t saillants en dehors ; la p â t e en est bi en plus épaisse et plus fruste. Ils p r o v i e n n e n t c e r t a i n e m e n t de g r a n d s v a s e s , à large orifice (PI. X V , 16). La p a r t i e supérieure de l ' u n d ' e u x est sillonnée p a r u n e profonde c a n n e l u r e circulaire. Il résulte de ces m u l t i p l e s o b s e r v a t i o n s q u e , m a l g r é la g r a n d e v a r i é t é de formes d e s r e b o r d s , celles des vases n e diffèrent guère l'une de l ' a u t r e . J ' a i c o n s t a t é , j u s q u ' à p r é s e n t , q u ' i l existe trois formes principales de v a s e s , à s a v o i r : 1. Les vases à r e b o r d saillant en d e h o r s , à col p l u s ou m o i n s large et i n c u r v é . C e st au-dessous du col q u e le v a s e a t t e i n t la plus g r a n d e largeur.

www.cimec.ro

338

FOI ILLES DE LECHI^A-DE-MUREÇ

2. Les vases identiques, mais qui se distinguent des premiers en ce que la plus grande largeur se trouve au milieu de la panse. 3. Les vases à rebord moins saillant, presque droit, et à flancs en arc de cercle peu prononcé. Le plus grand diamètre de ces vases est à leur orifice. C'est à des vases de cette dernière forme qu'appartiennent de nombreux fragments de rebords. Ces vases avaient de grandes dimensions, leur orifice était très large et leur diamètre avait près de 40 cm. Les rebords sont horizontaux et font très peu saillie en dehors. Quelquefois la saillie est plus pro­ noncée à l'intérieur et le bord est lobé. (PI. XV, 14). Les lobes portent des trous verti­ caux et assez larges. Je ne sais pas si tous les lobes étaient perforés, car il n'existe pas un seul fragment à plusieurs lobes, mais je crois qu'il devait s'y trouver deux trous où s'introduisait le lien destiné à suspendre le vase. La panse du vase s'élance de dessous le rebord en décrivant un arc de cercle peu prononcé, puis elle incline vers le fond, qui devait être, lui aussi, assez large. Une ligne ondulée, largement incisée et légèrement courbe, serpente au-dessous «lu rebord même de certains fragments. A ces formes — à en juger du moins par quelques fonds qui ont été découverts — il convient d'en adjoindre une qui rappelle un pot de fleurs. Certains de ces vases ont le fond large et plane; leurs flancs se dressent en s'élargissant vers l'orifice (PI. XV, 15). La pâte de ces vases est épaisse et lourde, comme celle des trois rebords FI. XVIII. décrits. La pâte des autres vases ne sort pas de l'ordinaire, et les flancs, en arc de cercle, font saillie en dehors bien plus brusque­ ment (PI. XV, 19). J e ne saurais dire quelle était la forme des rebords, mais je sup­ pose que celle des deux premiers était presque droite, tandis que chez les autres, elle se dirigeait au dehors ] ). Mentionnons aussi plusieurs fragments de couvercles, munis d'une anse dont la forme rappelle celle d'un fond de vase, rond, large de 3 à 5 cm, et haut de 1 cm. A partir de l'anse, le couvercle prend une direction oblique; sa forme est élégante, l'ouverture du couvercle est large. La hauteur de ces couvercles atteint jusqu'à 8 cm, l'ouverture du couvercle en a jusqu'à 15 cm. Certains sont petits. L'anse de deux d'entre eux est perforée au centre, probablement pour y introduire un lien de suspension.
' ) J e crois que ces formes ressemblant à celles de trois vases entiers découverts à Kcszthely (Hon­ grie). Cf. Archaeologiai p . 143. Értesitô, 1881, vol. 1 — 2,

www.cimec.ro
22»

339

DOHIN <>. POPESCL

Ce qui me fait affirmer qu'on est en présence de couvercles, c'est que des fragmente identiques ont été découverts à Also-Szent-Ivâny (département de Fejér). appliqués sur des vases à large orifice, où ils remplissaient le rôle de couvercles *). Avant de passer à la description des décors, je citerai quelques endroits, tant de notre pays que des régions avoisinantes, où Ton a trouvé une céramique de ce genre. En Roumanie: à Manastirca 2) (dép. d'Ilfov). En Hongrie: à Nyitra a ), à Velem-Szent-Vid 4 ), à Also-Szent-Ivany 5 ), à SzilàgyNagyfalu 6) et à Keszthely 7 ). Les décore de la céramique «barbare», qui est décrite dans ce cbapitre, sont assez variés. Les mêmes motifs d'ornementation se répètent de diverses manières. Ils consis­ tent presque tous en raies horizontales incisées et en raies ondulées, également incisées. Les premières semblent variées à cause de la disposition des raies. Sur la plupart <Ies fragments, on trouve de deux à trois raies horizontales incisées ou même plus, dis­ posées l'une à côté de l'autre et qui s'évadent de dessous le col du vase, qu'elles font ressortir. Elles annoncent l'éclosion de la panse du vase. Les raies sont parfois claires, larges et ressemblent plutôt à d'étroites cannelures, parfois aussi, elles sont très étroites, fort rapprochées et tracées assez régulièrement. J'ai sous les yeux un fragment qui, à faible distance du rebord, est orné de 11 de ces raies, finement incisées et serrées. Sur un autre fragment les raies partent de dessous le rebord, drues et irrégulières, et. vont rayonnant sur toute la surface du tesson. Quelques fragments montrent des raies incisées à 1 — P/o cm, au-dessous du rebord; elles sont au nombre de six, peu pro­ fondes et de teinte claire. Sur d'autres fragments, les raies émergent de dessous le rebord sans la moindre symétrie; un espace inégal les sépare. Sur des fragments, qui ne proviennent pas de rebords de vases, les raies sont dis­ posées de manières diverses. Dans la plupart des cas, elles zèbrent toute la surface du tesson et ne sont distantes l'une de l'autre que de 11/2 cm ; elles sont larges et profondes ; leur teinte est claire. De même que sur les fragments de rebords, on trouve des raies fines et drues et presque toujours irrégulièrement tracées. Parlons maintenant de la ligne ondulée («Wellenornainent»), ce décor caractéristique de l'époque. L'opinion a été longtemps accréditée que ce décor était purement slave; mais on a ensuite acquis la conviction qu'il était bien plus ancien, non seulement en Occident, mais aussi dans notre pays, où son existence à l'âge du bronze a été constatée. Il n'en «st pas moins vrai, toutefois, qu'au début du moyen âge, il était devenu un décor typique pour la céramique slave 8 ).
») Arch. Êrt.,\ol. 13,1893, Nagy Géza, Az AlsôSzent-Ivanyi Sirdombok (Kunhalmok) Fejérmcgyé· hen, p . 35, fig. 4, 7 ; p . 37, fig. 11 b , 11 a-b, 13 b . 2 ) Cf. Dacia, I I , Gh. Çtefan, Fouilles de Mânàjstirea. 3 ) Archeaologiai Êrtesitô, 19-e vol., 1899, p. 404 — 407; à mentionner, entre autres, deux anses identiques à la seule anse d'un vase d'époque barbare qui a été découverte à Lechin^a. «) Arch. Êrt., 17-e vol., 1897, p. 299. ) Arch. Êrt., 13-e vol., 1893, p . 28 — 37. «) Arch. Êrt., 1-er et 2-e vol., 1881, p . 156—161. 7 ) Ibidem, p. 163. 8 ) Robert Behla, op. cit., p . 15: «Charakteristiscb sind die Ornarnente ; ain hervorstehendsten ist die sogenannte Wellcnlinie. Dieselbc besteht darin, dass auf dem Gefass mit cinem mehrzinkigen (1 — 4 meist 3-zinkigen) Gerath, Wellenlinien eingeritzt sind, zuweilen senkrecht, manchmal unter und ineinander ziehend».
s

340 www.cimec.ro

FOUILLES DE LECHINJA-DE-MUREÇ L a b a n d e ondulée, représentée, au d é b u t , c o m m e u n e ligne simple, se r e t r o u v e aussi d a n s des décors plus compliqués. C o m m e t r a i t simple, elle a p p a r a î t , sur quelques tessons, comprise e n t r e d e u x raies horizontales l a r g e m e n t incisées; elle est large, p e u profonde, et de c o u r b u r e élégante. Elle a été c e r t a i n e m e n t incisée à l'aide d ' u n i n s t r u ­ m e n t peu aiguisé. Elle est i d e n t i q u e au décor de L a Tène du m ê m e genre. Il existe u n e a u t r e raie ondulée, t o u t aussi simple et large, mais bien plus c o u r t e et de c o u r b u r e moins p r o n o n c é e ; son allure est légèrement oblique j u s q u ' à l'arc de cercle, q u i offre u n e b r u s q u e déclivité j u s q u ' à la raie s u i v a n t e , puis elle p o u r s u i t sa m a r c h e de la m ê m e m a n i è r e . Les stries horizontales de ce décor se succèdent à p e t i t e d i s t a n c e l'une de l ' a u t r e . Cette m ê m e disposition n e se voit q u e sur u n seul fragment, mais la raie est d o u b l e . L a b a n d e ondulée simple se voit encore sur quelques fragments de rebords de ces g r a n d s vases d o n t j ' a i parlé, vases à large orifice et à flancs v e r t i c a u x . Elle est large, profonde, parfois légèrement courbée, parfois aussi seulement ondulée ou c o u r t e et f o r t e m e n t convexe, de saillie presque anguleuse ; elle m e t en relief le rebord. Quelques fragments s o n t parés d u m ê m e décor, mais l'ondulation de la raie est plus accusée. Plus c o u r t e , tracée avec moins de soin avec u n objet plus aigu, on la t r o u v e disposée en zones horizontales assez serrées. S u r u n f r a g m e n t , on v o i t trois zones horizontales de raies ondulées, très larges, à bords bien m a r q u é s . A u c u n e de ces zones n ' e s t égale a u x a u t r e s . U n e zone est moins ondulée, e t la d i s t a n c e e n t r e d e u x p o i n t s plus élevés est plus g r a n d e ; la d e u x i è m e zone offre des o n d u l a t i o n s plus prononcées mais plus c o u r t e s ; la troisième zone p r é s e n t e des o n d u l a t i o n s peu accusées, mais bien plus arrondies. De ces formes simples du décor à raies ondulées, nous allons passer à des formes plus compliquées. L a complication consiste d a n s la multiplication de la raie. Sur d e u x f r a g m e n t s , la b a n d e à o n d u l a t i o n c o m p r e n d six raies fines et serrées, qui s'élargissent un peu à la courbe. Le m ê m e décor n'est formé que de trois raies. U n tesson est o r n é de rangées de b a n d e s à six raies mais plus larges ; la distance est faible e n t r e la cour­ b u r e de la p a r t i e h a u t e et celle du b a s . Sur u n a u t r e tesson, on voit des rangées horizontales de b a n d e s formées de six raies, larges et très o n d u l é e s ; les rangées s o n t p e u espacées l'une de l ' a u t r e ) . Ces rangées sont, d ' h a b i t u d e , p r e s q u e t o u t e s insérées e n t r e d e u x a u t r e s rangées de raies horizontales et de n o m b r e égal à celui des b a n d e s . Quelque­ fois, u n e seule rangée de b a n d e s y est comprise, parfois plusieurs. L a v a r i a t i o n des b a n d e s ondulées est g r a n d e ; elles p e u v e n t se modifier à l'infini,, s u i v a n t le n o m b r e de leurs raies et selon le degré de leurs o n d u l a t i o n s . Il est donc superflu de décrire c h a c u n e d'elles en particulier. S u r t o u s les fragments où elle a p p a r a î t , la ligne ondulée est incisée plus ou moins p r o f o n d é m e n t ; elle est plus ou moins large, selon q u e l'incision a été p r a t i q u é e a v e c u n objet plus ou moins aigu. L a b a n d e ondulée, composée de plusieurs raies, a d û ê t r e t r a c é e d a n s l'argile encore molle, à l'aide d ' u n peigne ou d ' u n objet analogue. E n dehors des décors décrits j u s q u ' à présent, il en est u n a u t r e qui caractérise la cé­ r a m i q u e slave. Il consiste en u n e rangée de raies courtes, convexes et tracées à l'ongle 1 ) . ') Robert Behla, op. cit., p. 15: «Anstatt der Wellenlinie bemerkt man ofters und um das Gefâss 341 ziehende, wahrscheinlich durch Nageleindrucke bewirkte Vertiefungen».

www.cimec.ro

i><>m M O. POPESCU Au-dessous du rebord de quelques fragments et sur t o u t le p o u r t o u r , ces raies c o u r t e s et obliques, sont incisées à u n e faible d i s t a n c e l'une de l ' a u t r e . Des raies i d e n t i ­ q u e s , mais plus c o u r t e s , se t r o u v e n t sur u n tesson, où elles a l t e r n e n t avec u n e b a n d e formée de trois raies, légèrement ondulée et très c o n v e x e . Signalons enfin de petites dépressions superposées, faites à l'ongle q u i , à p a r t i r d ' u n p o i n t , se t r a n s f o r m e n t b r u s q u e m e n t en cinq raies ondulées. C'est avec ces d é ­ pressions q u e se t r o u v e close la série des décors de la c é r a m i q u e «barbare» de L e c h i n t a de-Mureç. ( P o u r les décors de la c é r a m i q u e b a r b a r e voir les pi. X V I , X V I I , X V I I I ) .

OBJETS

DIVERS

P a r m i les divers objets d é c o u v e r t s à Lechinta-de-Mures, je mentionnerai a v a n t tout quelques figurines en argile. L ' u n e d'elles, qui est entière, r e p r é s e n t e u n bélier. U n e a u t r e , i d e n t i q u e , est l é g è r e m e n t ébréchée. U n e troisi­ ème r e p r é s e n t e u n cheval au col perforé à sa p a r t i e supérieure et d o n t u n e seule j a m b e est entière. U n e q u a t r i è m e figure é g a l e m e n t u n cheval, d o n t le v e n t r e et u n e seule j a m b e s u b ­ sistent. L a m ê m e t e c h n i q u e a présidé au t r a ­ vail de ces figurines, qui o n t été modelées avec soin et sont légèrement stylisées. J e ne crois pas faire erreur, en leur a t t r i b u a n t u n e origine r o m a i n e (PI. X I X , 4 , 5, 6, 7). M e n t i o n n o n s des fusaïoles habituelles, d o n t la q u a t r i è m e bicontronique, puis u n e m o i t i é e (/ de fusaïole s p h é r i q u e . L e u r d i a m è t r e est de 2 à 3 2 c m (PI. X I X , 8, 9, 10, 11). D e u x petites billes d'argile. U n objet conique en argile, d o n t la p o i n t e est coupée, a y a n t u n t r o u peu profond à sa b a s e ; h a u t e u r , 3 c m ; d i a m è t r e de la b a s e : 3 l / 2 c m . U n e pierre r e c t a n g u l a i r e , longue de 7 c m , large de 6, a y a n t d a n s sa largeur u n e raie fortement entaillée, et, vers le milieu, u n t r o u conique. Elle s e r v a i t p r o b a b l e m e n t à a p p o i n t e r des poinçons de m é t a l (PI. X I X , 3). U n e a u t r e pierre, plus large, p l a t e , longue de 21 c m , large de 18, p o r t a n t à sa surface des traces de r a y u r e s . Métal. D a n s l ' e x c a v a t i o n A j ' a i t r o u v é u n e f i b u l e ; c'est la seule q u i ait été décou­ v e r t e à Lechinta-de-Mure§. Elle consiste en u n e p l a q u e de b r o n z e , longue de 8 c m , en forme de coeur ou de feuille, q u i se t e r m i n e p a r u n p e t i t b o u t o n . U n cercle, incisé à sa surface, se développe a u t o u r de sa b o r d u r e . D a n s sa p a r t i e h a u t e , u n e p e t i t e d e n t ressort, à laquelle on fixait c e r t a i n e m e n t l'aiguille. L ' a u t r e e x t r é m i t é est u n peu brisée (PI. X I X , 2). Sa forme i n a c c o u t u m é e m ' i n d u i t à croire q u e c'est u n e fibule d u m o y e n âge, r a p p e l a n t le m ê m e degré d e c u l t u r e q u e la c é r a m i q u e «barbare» de L e c h i n t a .

342 www.cimec.ro

FOUILLES 1)1. LECHINJAOE-M1 RES E n ce qui concerne le fer, il est représenté p a r q u a t r e lames de c o u t e a u : la p r e m i è r e est longue de 14 cm et large de V/t c m ; la deuxième a 11 cm de long et \xj2 cm de l a r g e ; la troisième, q u i est brisée, est longue d'environ 8 c m , la q u a t r i è m e est plus p e t i t e . Les d e u x premières lames sont presque droites, leur t r a n c h a n t est l é g è r e m e n t a r q u é ; la troisième a les dos f o r t e m e n t courbé, mais, en r e v a n c h e , le t r a n c h a n t e s t rectiligne (PI. X X , 4 , 5, 6, 7). U n e b a g u e de fer d o n t le d i a m è t r e est de 4 cm (PI. X X , 1). U n «lingot» de fer, effilé, long de 13 cm et large de 4 (PI. X X , 2). U n e l a m e de fer (PI. X X , 3). Quelques fragments de clous de fer. U n e d é c o u v e r t e intéressante est à s i g n a l e r ; il s'agit de d e u x éperons de fer, de forme différente, qui o n t été d é c o u v e r t s d a n s l ' e x c a v a t i o n C. à 20 c m de profondeur. Le premier est m u n i d ' u n clou p o i n t u , long de 6 c m , les b r a n ­ ches s o n t f o r t e m e n t courbées. Le clou d u second n ' a q u e 3 cm de long ; à micourbe il d e v i e n t renflé en forme de pris­ m e . Ses b r a n c h e s sont t o u t aussi cour­ bées q u e celles du premier, mais plus c o u r t e s , et elles se t e r m i n e n t p a r u n e t ê t e p r e s q u e horizontale, longue de li/2 c m (PI. X X , 8, 9). D ' a p r è s leurs for­ m e s , ils sont d ' u n e époque plus récen­ t e , ils d o i v e n t d a t e r du m o y e n âge, du t e m p s de l'invasion des Hongrois. Des éperons i d e n t i q u e s se voient PI. XX. a u m u s é e du d é p a r t e m e n t de Szabolcs (Hongrie) ; ils r e m o n t e n t , d ' a p r è s Géza N a g y , à l ' é p o q u e d ' Â r p â d 1 ) . O n a découvert des éperons semblables à Szentes, en H o n g r i e ; ils s o n t de la m ê m e é p o q u e 2 ) . Les éperons découverts à L e c h i n t a y s o n t p r o b a b l e m e n t arrivés d ' u n e m a n i è r e accidentelle, ce q u e p r o u v e le peu de profondeur à laquelle ils ont été t r o u v é s . CONCLUSIONS Les conclusions q u i s'imposent à la fin de cette é t u d e sont déjà en p a r t i e c o n n u e s p a r ce q u ' o n a dit a u cours des descriptions que nous avons faites. Le m a t é r i e l , assez p a u v r e , de cette s t a t i o n , n ' a p p o r t e q u e peu de précisions et n e p e r m e t p a s de se livrer à de très amples considérations sur son caractère à q u e l q u e p o i n t de v u e q u ' o n se place. Il est évident q u ' à L e c h i n t a , on se t r o u v e en présence *) Arch. Êrt.y 18-ème vol., 1898, p. 61, fig. 2 et 4.
2

) Arch. Êrt., 25-ème vol., 1905, p. 43, fig. 12 et 13.

343 www.cimec.ro

1)0 JUN O. POFESCU

de traces de quatre époques bien tranchées, qui ne se distinguent l'une de l'autre que par des restes particuliers et non par la disposition des couches. Au début de ce travail j ' a i attribué l'irrégularité de la stratification — constatée aux trois endroits fouillés — au séjour continu des habitants. A cette station la vie commence à se manifester dès l'âge du bronze, et, surtout, je crois pendant les dernières phases de cette époque. Elle s'est prolongée probablement aussi à l'époque du Hallstatt occidental, lequel correspond ici à la fin de l'âge du bronze. De cet âge elle passe à l'époque La Tène, assez bien représentée par des fragments céramiques, caractéristiques de l'époque. Les formes céramiques offrent une grande ressemblance avec celles des fragments découverts à d'autres stations La Tène du pays, mais certaines de ces formes sont rares. La ressem­ blance de quelques-unes avec des formes de la céramique romaine, m'induit à croire que nous avons affaire à une tardive période de l'époque La Tène, qui s'est continuée dans l'époque romaine. La céramique romaine de cette station ne présente rien de particulier, elle rappelle la céramique romaine habituelle de la Dacie. Certaines formes sont la répétition de celles de l'époque La Tène, fait qui s'explique, puisque l'établis­ sement des Romains est venu continuer celui d'une station La Tène. A l'établissement de cette dernière a succédé, au moyen âge initial, l'établissement d'une station barbare, à laquelle j ' a i cru devoir attribuer une origine slave, en invoquant comme arguments la technique, les formes et les décors de la céramique slave, telle qu'elle est décrite par Robert Behla. L'établissement de ces quatre stations distinctes s'est opéré en laissant entre cha­ cune un espace de temps trop bref pour qu'une assise protectrice s'ait pu former par dessus les divers établissements. Ainsi s'explique, je crois, le mélange de couches de ces quatre époques. En ce qui a trait à l'intensité de culture de Lechinta-de-Murcs — bien que cette station soit pauvre comparativement à d'autres — elle a dû atteindre le point culmi­ nant à l'âge du bronze, à en juger par la quantité et la qualité des fragments découverts. Au point de vue de l'intensité de culture, le deuxième rang doit être assigné à l'époque La Tène et le troisième à l'époque barbare. Quant à l'époque romaine, elle est très faiblement représentée.
DORIN O. POPESCU Membre de VÊcole roumaine en France

344 www.cimec.ro

NOUVELLES CONTRIBUTIONS SUR L'AGE DU BRONZE EN ROUMANIE
LE D É P Ô T D E B R O N Z E S D E D R A J N A - D E - J O S E T L ' É P É E D E BUCIUM Lorsqu'en 1915, conformément à la mission que m'avait confiée M. P â r v a n , direc­ teur du Musée National d'Antiquités de Bucarest, j ' a i commencé l'arrangement et la publication des collections préhistoriques du Musée, opération qui n'est pas encore achevée pour des raisons se r a t t a c h a n t à des conditions peu favorables, dont la plus importante est le défaut de place suffisante, j'avais choisi parmi les matériaux existants au Musée, les pièces du dépôt de bronze de Sinaïa, ainsi que quelques objets du même métal découverts à Prédéal *). J ' a i fait alors ce choix surtout comme un commence­ ment de preuve que la Roumanie, et particulièrement le territoire de l'ancien R o y a u m e auquel je me rapportais spécialement, loin d'être considérée comme une région possédant une florissante culture néo- et énéolithique, connue comme telle antérieurement, mais surtout depuis les fouilles de Cucuteni, dues à M. H . Schmidt de l'Université de Berlin (1909—1910), a eu de même, disais-je, «une époque florissante du bronze», ainsi que «l'époque connue sous le nom d'époque du bronze hongroise-transylvaine ne s'arrête nullement a u x Carpathes, mais qu'elle peut être poursuivie ici (l'ancien Royaume) dans toute l'extension de son évolution» 2 ). Nos affirmations étaient alors plutôt des suppositions, — suggérées à leur tour à un faible degré par le matériel se t r o u v a n t au Musée ou p a r d'autres collections publiques et privées existantes, que je connaissais ; rien n ' a v a i t encore été publié. Ce qui surtout me semblait tout-à-fait surprenant, c'était le contraste, que rien ne faisait prévoir, entre la Roumanie néolithique, reconnue florissante, et celle du bronze, presqu'entièrement dépourvue d'une culture remarquable, laquelle s'arrêtait ainsi, selon l'opinion générale, à la chaîne des Carpathes — d'où la dénomination, bien connue dans les recherches archéologiques a y a n t trait à l'Europe centrale, de «type hongrois». On attribuait donc à cette chaîne de montagnes un caractère de frontière, caractère qui, nous le savons bien par l'histoire, ne lui a jamais appartenu. Nos suggestions et nos affirmations obtinrent, dès l'année suivante, une confirmation brillamment fondée. Il s'agit justement du dépôt de Drajna-de-jos dont il sera ques­ tion dans ce qui suit. Au printemps de l'an 1916, la Direction du Musée National d'Antiquités recevait de M. N . Iorga de Valenii-de-Munte (localité bien connue dans l'Occident par l'Uni­ versité populaire sous la direction de notre grand historien), une petite caisse qui,
*) I. Amlrieijescu: «Asupra epocei de bronz în Romània» avec un précis en français «Sur Vépoque du bronze en Roumanie» dans le «Bulletin de la Commission des Monuments historiques», 1915 et séparément. *) Op. cit., publ. sép., pag. 17.

345

©ONATl*

PROF. ION NESTOR
www.cimec.ro

I. ANDRIEÇESCU à notre grande et agréable surprise, contenait une série entière de bronzes préhistoriques, les uns d'une forme encore tout-à-fait inconnue dans l'ancien R o y a u m e , haches, bâtons de commandement, faucilles etc. *). Ainsi que nous l'avons appris plus lard, les pièces en question n'étaient que des échan­ tillons d'objets a y a n t été trouvés antérieurement à I)rajna-de-jos, mais dont 1rs autorités n'avaient trouvé la trace qu'à l'époque indiquée, à l'occasion de la réquisition du cuivre. Le vigilant administrateur d'arrondissement, M. ]\l. Cheorghiu, a y a n t re­ m a r q u é dès le premier instant l'aspect et les formes inusitées des objets, en avait choisi quelques uns — son choix porte sur les objets dont il avait disposé tout d'abord — et les avait présentés à M. lorga pour en obtenir des éclaircissements. M. Iorga les expédia au Musée. Nous attendions des détails sur la provenance des objets, lorsque par une lettre directe (No. 1067 du 9 mai 1916), l'administration de l'arrondissement du Téléajen de Prahova nous fit savoir qu'elle nous avait expédié une caissette renfermant «autres 34 pièces métalliques anciennes, de formes variées, trouvées par un h a b i t a n t sur la rive gauche de la rivière Téléajen». L'administrateur joignait à son envoi un procès-verbal sur les «conditions dans lesquelles ces objets d'importance archéologique ont été trouvés». II est mentionné, dans le procès-verbal du 29 avril 1916, que le nommé Soare Dursinâ, habitant Drajna-de-jos, s'est présenté à la commission pour la réquisition du cuivre et lui a remis 34 pièces de vieux m é t a u x de formes diverses. Lorsqu'on lui eût demandé des explications sur leur provenance, le nommé Soare Dursinâ déclara qu'il avait trouvé les métaux en question deux ans avant sur la rive gauche du Téléajen, en amont des maisons seigneuriales et des jardins de M-me Cretzulescu, sur le territoire de cette commune, à l'endroit appelé «près du chemin de la vallée» où le paysan creusait une fosse pour en extraire la glaise nécessaire à la construction d'une maison. Le nombre des pièces découvertes paraît avoir dépassé celui que notre paysan avait déclaré. E n effet, à la fin du même mois l'administration de l'arrondissement, par une nouvelle lettre, 2 ) nous expédiait «encore quatre pièces en vieux métal», faisant suite à l'envoi antérieur, ces dernières pièces a y a n t été trouvées chez un autre h a b i t a n t de la même commune. La direction de notre Musée venait de prendre les dispositions nécessaires en vue de recherches minutieuses sur les lieux, qui devaient avoir lieu sous peu, au commence­ m e n t de la campagne d'été, lorsque, cette fois-ci par un télégramme a ) , l'administration du même arrondissement nous faisait connaître q u ' a u même endroit «on avait encore trouvé 200 pièces en bronze de l'époque préhistorique» et qu'elles ont été expédiées, par l'entremise de la gendarmerie, à la Préfecture de P r a h o v a . J e me suis immédiatement mis en liaison avec cette dernière et j ' a i fait des re­ cherches sur les lieux, mais sans de nouveaux résultats, excepté la confirmation de
*) N. Iorga. Documents de la Vallée du Téléajen, Vâlenii de Munte, 1925, p. I. «A Drajna-de-jos ont été trouvées de très belles armes de l'époque du bronze, semblables aux produits les plus fins des ateliers de l'Occident, montrant l'ancienneté des établissements humains dans cette région. Je les ai déposées moi-même au Musée des Antiquités de Bucarest». *) No. 1265 du 31 mai 1916. 3 ) No. 1435 du 10 juin 1916 (enr. au Musée sous le No. 104 du 16 juin 1926).

346 www.cimec.ro

NOUVELLES CONTRIBUTIONS SUR L'ÂGE DU BRONZE EN ROUMANIE

l'endroit de la trouvaille et des précisions sur les conditions dans lesquelles les objets avaient été découverts. J e me fis confier les objets remis à la préfecture de Prahova et je les emmenai moi-même à Bucarest. Le procès-verbal, dressé par le poste local de gendarmerie et annexé à la lettre de la préfecture de Prahova *) au Musée d'Antiquités porte que le 10 juin 1916 il fut informé que dans ladite commune, «derrière la cour de M-me Cretzulescu, sur la butte auprès de laquelle passe le chemin de la vallée vers les eaux du Téléajen, il a été trouve par le nommé Const. G. Vàcârelu, pendant qu'il piochait pour extraire de la glaise, plusieurs objets anciens en métal». Arrivé sur les lieux, le représentant de l'autorité trouva le paysan nommé chargeant sur un char à boeufs de la terre destinée à construction d'une maison et ex­ traite des rives du cours d'eau, sur lesquelles, «en piochant jusqu'à 40 cm», il avait découvert plusieurs morceaux de métal en forme de faucilles et de javelots. Le représentant de l'autorité a arrêté le piochage et, ayant fait le compte des objets, en a trouvé 190 en forme de petites faucilles et 18 en forme de petits javelots.
RAJKA DE JOS

La première question qui se posa évidemment à notre esprit et qui nous fit mettre en quête d'éclaircissements était de savoir si les objets avaient tous été trouvés au même endroit et, dans ce cas, comment se faisait-il que les derniers n'en avaient été découverts que deux ans plus t a r d ? Comme dans d'autres circonstances semblables, les af­ in mations de ce qui ont fait les découvertes et celles des témoins, plus ou moins authentiques, sont loin d'être abso­ lument concordantes. Le nommé Soare Dursinâ, ayant eu besoin de terre glaise pour bâtir sa maison (suivant l'usage ancestral avec des parois en glaise soutenues par des potelets et des claies) s'était mis à creuser en mars 1914 sur l'une des hautes rives du Téléajen, derrière la maison seig­ neuriale, vers la gauche, mais assez loin du chemin montant de Vâlenii-de-Munte vers Fâget — Drajna-de-sus—Ceres — Slon (fig. 1). A une profondeur d'environ 0,40 m. — rien d'étonnant ; bien au contraire 2) — le paysan est tombé sur les objets de la première série envoyée au Musée, parmi lesquels les haches à douille, trouvées toutes «en tas, sans de la terre entre elles». Nous ne saurons toutefois jamais combien il y a eu de ces objets. Il est d'ailleurs difficile d'admettre que la fouille
) No. 466 du 18 juin 1916. ) J . Déchelette: Manuel d'Archéologie préhistorique, Paris, 1 1 , 1 , 1910, pag. 163: «Les dépôts,
a l

Fig. 1.

enfouis communément à une profondeur de 0,50 m à 0,80 m. se rencontrent surtout, au cours des travaux__de terrassement ou de défrichement».

www.cimec.ro

347

1. ANDKIEÇESCU

ait été immédiatement arrêtée. Il n'est pas possible qu'il n'y ait eu d'autres objets que ceux réunis par les premiers fouilleurs. Nous avons appris qu'il y avait encore d'autres détenteurs d'objets de même provenance et qu'ils continuent à les receler. Il est certain que deux ans après cette première découverte, le 10 juin 1916, l'habitant Const. G. Vacârelu, faisant une fouille au même endroit et dans le même but, trouva «immédiatement en-dessous» les 200 et quelques derniers objets, faucilles et javelots. Cette fois-ci mon informateur, non prévenu de la manière dont on peut trouver de pareilles choses, a pu me donner certaines précisions sur les conditions de leur découverte, tout particulièrement intéressantes. Les faucilles (de la seconde décou­ verte, car on en avait trouvé aussi lors de la première), étaient disposées ordonnément, en cercle; au milieu se trouvaient les javelots. Voilà à quoi se réduisent les données obtenues. Pas la moindre trace de tessons, de maisons, de cendres ou de pierres de clôture, qui n'eussent pas manqué d'éveiller l'at­ tention des autochtones. A notre avis, il n'y a pas de trace de couches de civilisation qui puissent être attribuées à l'habitation prolongée de cet endroit ' ) . Ce sont là les conditions habituelles de découverte d'un dépôt, dont la trouvaille, comme en beaucoup d'autres endroits, est due au hasard 2) ; mais, toujours comme ailleurs, sa présence, à l'endroit où il a été trouvé, — enterré en deux séries, l'une immédiatement au-dessus de l'autre et toutes les deux, sans doute, ensevelies à la même époque, comme nous le verrons — constitue un document probant de vie, d'existence et de relations suivies dans la vallée du Téléajen — une puissante artère de vie, même à cette époque reculée, ensuite pen­ dant l'époque romaine, lorsqu'un peu plus au Nord, à Drajna-de-sus a existé une citadelle romaine gardée par des troupes de la Mésie inférieure 3) et jusqu'à une époque très rapprochée de nous, lorsque par un événement tout-à-fait inattendu, toute son importance lui a été enlevée par la vallée voisine de Prahova, vallée choisie comme résidence par le roi de la Roumanie contemporaine 4 ). Quelque part, aux environs de l'endroit où a été trouvé le dépôt, il a dû exister des établissements destinés à la cohabitation d'êtres humains, très probablement même des temps néolithiques. La vallée de Téléajen ne peut faire exception parmi les autres vallées du pays et d'ailleurs 5 ). Bien plus même, la rive gauche de la rivière est partout plus
) Parmi les dépôts plus rapprochés de nous et étudiés méthodiquement, nous retrouvons la même situation en Bosnie, à Sumetac, par exemple, comme à Drenovi dô, où, en plus, nous retrouvons aussi des objets du même genre que les nôtres de Drajna-dc-jos, faucilles et haches à douille. Wissenschaftliche Mitteilungen aus Bosnien u. Her­ zégovine Wien 1893, I, pag. 3 5 ; I X , 1909, pag. 16. *) Déchelette: Manuel, I I , 1, pag. 170. Pour leur classification, idem, pag. 65 et plus complè­ tement Reallexikon der Vorgeschichte, éd. par Max Ebert, I I , 1925, pag. 362 et suiv. Depotfund (G. Wilke). Le dépôt de Drajna-de-jos est tout à fait semblable à la 2-e catégorie établie par Déchelette d'après les dépôts de fondeurs. Ce sont les dépôts simples qui se composent des trouvailles qui ne contiennent aucune pièce indiquant une exploi­
l

www.cimec.ro
348

tation industrielle et comprennent sans doute tout à la fois des offrandes votives ou religieuses. 3 ) V. P â r v a n : Les commencements de la vie ro­ maine aux bouches du Danube. Collection «Tara noastra», Bucarest, Cultura Najionalâ, 1923, pag. 140 et 142. 4 ) G. M. Murgoci: La Vallée du Téléajen, des­ cription en vue des excursions, avec un complément descriptif et informatif par N. Iorga, Valenii-deMunte, 1909. Esquisse succincte, mais complète, concernant la géologie, l'anthropogéographic et les monuments avec un supplément indiquant la plupart des inscriptions religieuses. *) Déchelette, op. cit., pag. 172. «La répartition des villages néolithiques nous a déjà montré que les agglomérations se groupaient de préférence le long des cours d'eau. C'est aussi dans les vallées

NOUVELLES CONTRIBUTIONS SUR I/ÂGE DU BRONZE EN ROUMANIE

baute et domine d'en haut les localités d'en face et des alentours, situation habituelle de nos établissements préhistoriques de tout le pays. Le point le plus élevé de la localité c'est «Cetâtuia» (petite citadelle), dans la partie nord du village Drajna-de-jos, devant les villages de Drajna-de-sus et Homoriciul, sommet recouvert de forêts avec une petite clairière vers le sommet extrême. L'extrémité crénelée, due non pas à la nature, mais, au dire des gens du peuple, à la main de l'homme, aurait abrité une enceinte forti­ fiée aux murs en pierre que l'on ne retrouve plus aujourd'hui. Dans l'enceinte même, l'imagination populaire place un caveau rempli de monnaies et d'objets précieux, ne pouvant être découverts à cause du diable qui habiterait des cachettes fermées par des portes en pierre armées de chaînes en fer. En cherchant des trésors, les habitants ont, comme d'habitude, fait de nombreuses fouilles dont le résultat nous est inconnu. A gauche de Cetâtuia l'on voit la région de Homoriciul et Cheia, dans le voile de bruine recouvrant les montagnes, voile au travers duquel on passait il y a quelques années l'ancienne frontière. Du haut du sommet de Cetâtuia on peut contempler à l'oeil libre toute la contrée de Prahova jusqu'à Ploesti. * * Le dépôt de bronze de Drajna-de-jos se compose de 240 pièces, à savoir: 7 épées plus ou moins fragmentaires, 16 pointes de javelots, 13 haches à douille lon­ gitudinale, 2 haches à douille transversale, 2 haches-marteaux à douille transversale, 1 sceptre de commandement à douille transversale et enfin 199 faucilles. Je suis sûr, selon des informations de toute confiance, que le nombre des pièces du dépôt a été beaucoup plus grand et qu'un certain nombre a passé, à l'occasion des découvertes, en mains diverses ; en tout cas ces pièces ont dû être peu nombreuses. Pendant la guerre le dépôt a été conservé presqu'intact ; on n en a égaré que trois tronçons d'épée qui ont été soustraits au Musée dans des circonstances qu'on ne saurait reconstituer avec certitude. Nous avons toutefois conservé de ces tronçons le» croquis exécutés antérieurement par notre dessinateur expérimenté, M. D. Pecurariu. Nous pourrons de la sorte en donner les dimensions à défaut de leurs poids. Le caractère de dépôt de la découverte étant hors de doute — des cas semblables de simultanéité d'inventaire se rencontrant à plusieures reprises en d'autres endroits — nous décrirons tour à tour chaque catégorie de pièces trouvées, en les accompagnant des photographies et des dessins nécessaires, ainsi que des spécifications de leurs dimen­ sions principales ou de toutes autres données utiles. Nous concluerons par les observations concernant le style, l'ordre chronologique, culturel et historique que comporte une pareille découverte. * * Des sept épées trouvées à Drajna-de-jos trois seulement représentent leur partie supérieure et peuvent par conséquent être identifées (pi. I, fig. 1—3 et fig. text 2). Parmi les autres quatre pièces, l'une est un fragment de la partie moyenne (pi. I, fig. 4) et les trois autres sont toutes des pointes d'épées (pi. I, fig. 5—7) dont nous ne connaîtrons jamais avec précision la partie supérieure.
des fleuves et de leurs affluents que s'échelonnent les dépôts de l'âge du bronze. D'ailleurs les vallées n'étaient pas seulement des centres d'habitat; elles servaient de voies de communications et c'est par elles que les productions industrielles s'échan­ geaient d'une province à l'autre».

www.cimec.ro 349

I. ANDRIEÇESCU Les dimensions et les d o n n é e s principales sont les s u i v a n t e s :
No. d'inven­ taire de l'ob­ jet a
V

o "2
T3

NATURE DE LA PIÈCE DÉCOUVERTE

0 1-1

P
§ 342

kl

-. E E S u a
ii a

-S S ' E

6

a * -o E Figure OBSERVATIONS

M S J 'H

1a

o

1 2

La partie supérieure'

3
4

» »
La parti·· moyenne La partie inférieure


7 31 34

226

54 46
52 7 9

7 4 41 3(?)

PI

I fig. 1 2 :t 1 Fig. text 2 1 n peu recourbée


289 330

205
240

» »
1)

35
40 37 33

5
6 7

316
200 152

6

» >>

» »

» »


32


5

— — — —

316


1(12

» » »

5 6 7

F o n d u e s en u n e seule pièce, les poignées des trois premières o n t d u ê t r e très pro­ b a b l e m e n t pareilles. E n t o u t cas les d e u x t r o u s l a t é r a u x s o n t disposés e x a c t e m e n t de la m ê m e m a n i è r e . Leurs l a m e s s o n t t r è s s e m b l a b l e s , p r e s q u e i d e n t i q u e s , c h a c u n e à d e u x t r a n c h a n t s parallèles e t renforcée d ' u n e a r ê t e m é d i a n e ( f o r m a n t d e u x g o u t t i è r e s à s a n g ) . L a l a m e se t e r m i n e à la poignée p a r d e u x p r o l o n g e m e n t s l a t é r a u x en f o r m e de cornes. P o u r t o u t e s les trois la l a m e e s t large e t d r o i t e . E n ce q u i concerne les frag­ m e n t s s u i v a n t s , il est certain q u ' a u m o i n s p o u r d e u x les poignées é t a i e n t s e m b l a b l e s (pi. I, fig. 4 e t 7). L a section d ' u n e setilc l a m e est p l u s c o m p l i q u é e (pi. I, fig. 5) ' ) . U n e seule des lames f r a g m e n t a i r e s a conservé u n e belle p a t i n e v e r d â t r e ; à signaler p o u r c e t t e l a m e les fines n e r v u r e s parallèles entaillées d ' u n c ô t é e t d e l ' a u t r e d e l ' a r ê t e m é d i a n e . L ' é p é e entière a u r a é t é d ' u n e forme plus é l é g a n t e q u e celle des a u t r e s , d e m ê m e qu'elle e s t d ' u n e t e c h n i q u e s u p é r i e u r e à celle d e t o u t e s les a u t r e s . J u g e a n t d ' a p r è s les trois p r e m i è r e s pièces d o n t les p a r t i e s supérieures o n t é t é assez bien conservées, il e s t clair q u e notis a v o n s à faire à D r a j n a - d e - j o s à ce t y p e d'épées signalé p a r e x e m p l e à Mycènes d a n s les h a b i t a t i o n s de basse é p o q u e m y c é n i e n n e e t en Crète d a n s le cimetière d e M o u l i a n a , t o m b e d e la fin du m i n o e n r é c e n t I I I , d o n t n o u s parle déjà D é c h e l e t t c 2 ) e t il y est d ' a u t a n t plus a u t o r i s é q u ' i l p o s s é d a i t t o u t le m a t é r i e l m i n u t i e u s e m e n t r é u n i a n t é r i e u r e m e n t p a r le D r . J u l i u s N a u e d a n s son o u v r a g e : «Les épées p r é r o m a i n e s en c u i v r e , en b r o n z e et en fer» (Die vorroinischen Schuerter aus Kupfer, Bronze und Eisen) : i ). lia ressemblance des épées d e D r a j n a a v e c
*) Comparable par exemple à celle de Peringrad en Bosnie ,trouvée de plus également dans u n dépôt de l'époque du bronze, dans le voisinage d ' u n autre fragment d'épée similaire ; il en est de même des faucilles (à Peringrad toutes sont du type à languette, à Drajna une seule a p p a r t i e n t à ce t y p e ) et d'une hache à douille longitudinale (d'une autre forme que celle des nôtres de Drajna, mais ce-ci a moins d'importance). V. Mitteilungen aus Bosnien und Herzegovina, I V , 1896, pag. 180 — 182. *) Déchelette: Manuel, I I , 1, p a g . 213, d'après la chronologie actuellement en usage, ceci signifie: 1400—1100. V. René D u s s a u d : Les civilisations pré­ helléniques, Paris, 1914, ou bien 1400—1250—1200— (1120); Dietrich Fimmen, Die kretisch-mykenische Kultur, Leipzig u. Berlin, 1 9 2 1 ; G. Glotz: La civilisation égéenne, Paris, 1923, et Histoire ancienne, Paris, 1925. 3 ) Miiiichen, 1903.

www.cimec.ro 350

NOUVELLES CONTRIBUTIONS SUR L'ÂGE DU BRONZE EN ROUMANIE

les épées à soie plate aux bords relevés et à rivets, c'est-à-dire, d'après lette, semblables à l'une des épées les plus communes durant l'âge du l'Europe occidentale et centrale, est pareillement évidente. Ce type, dit lette, se rencontre dans la Grèce continentale, dans l'Italie centrale, en

le même Déchebronze IV dans plus loin DécheHongrie et dans

les Balkans. «Il est possible, conclut-il, que, contrairement aux autres modèles, il ait été importé de l'Europe centrale sur le territoire grec, d'où il aurait cheminé jusqu'en E g y p t e . M. Arthur Evans a montré que les premières épées de fer de la période géo­ métrique ou dipylienne, en Grèce et à Chypre ont eu ce modèle pour prototype» *). Naue avait à peu près dit la même chose: «Après de longues études et un examen approfondi, je suis arrivé à la conviction qu'en ce qui concerne l'épée trouvée dans l'Acropole de Mycènes, considérée jusqu'à présent comme une «épée plus récente de Mycènes», elle ne peut être considérée comme un prototype apporté d'Egypte en Grèce, ni comme s'étant répandu d'ici en Europe centrale et dans le Nord de celle-ci». «Il est indubitable que l'Egypte ne peut être mis en discussion, d'après ce qui vient d'être dit plus h a u t . De même l'île de Chypre ne peut avoir donné naissance au proto­ type ; sans cela, après les nombreuses fouilles qui y ont été faites, on aurait découvert *) Déchelette, loc. cit. 351 www.cimec.ro

Γ. ANDKIEÇESCU

un plus grand nombre d'épées en bronze de la même espèce. De la Grèce nous ne con­ naissons que deux épées en bronze trouvées à Mycènes, Tune de la maison eyelopéenne, l'autre du trésor de l'Acropole. J e me rallie pour cette raison à l'opinion de Montélius, c'est-à-dire que «l'épée mycénienne a dû être apportée de l'Europe centrale en Grèce, parce que ce type, que nous rencontrons partout dans certains pays de l'Europe moyenne et du Nord, en Grèce ne se trouve pas dans son milieu» *). Un an après l'apparition de l'ouvrage de Naue, à l'occasion de l'apparition de la publication des matériaux de Donja Dolina, sur les rives de la Sava (en Bosnie) 2 ), le Dr. Ciro Truhelka présentait parmi d'autres objets de cet endroit, deux épées (il n'en reproduit qu'une) ressemblant comme type aux nôtres de Drajna, mais plus anciennes. Avec une lame plus svelte, les épécs ont de chaque côté de la poignée un trou (non point deux comme à Drajna), la soie de la poignée ayant seulement deux trous (et non pas trois, comme à Drajna). Se reportant à Montélius, le seul qu'il cite 3 ), Trubelka classe les épées de Donja Dolina dans la même époque, s'appuyant sur le fait qu'en même tempe que les épées de Donja Dolina il a été trouvé également un poignard dont la forme, d'a­ près Montélius, dériverait de celle d'un poignard italien, courte et triangulaire, de la première période de l'époque italique du bronze. «Les deux épées, dit-il, appartiennent à la même époque. Elles représentent l'une des formes les plus répandues de l'époque du bronze, de Mycènes jusqu'en Scandinavie, de l'Espagne jusqu'au Caucase ; elle s'étend même au-delà de la Méditerranée, en Egypte et probablement dans des régions plus écartées vers l'Est de notre continent, car on a trouvé des formes semblables d'épées et de couteaux dans des stations transcaucasiennes et sibériennes. Ce vaste territoire d'expansion de l'une des formes les plus habituelles de l'époque du bronze est la meilleure preuve de l'uniformité et de la puissance d'expansion de la culture de l'époque du bronze, qui, en cette circonstance, a dépassé de beaucoup l'époque grécoromaine». G. Kossinna est du même avis que Montélius, Artbur Evans, Naue, Truhelka et Déchelette, en ce qui concerne l'origine et la direction de l'influence culturelle nordsud (quoique non seulement pour les cas isolés, comme celui des épées du type indiqué) ; — il encadre aussi mais avec plus de minutiosité leur typologie dans son système complet stylistique et chronologique qui souvent présente d'importantes différences de style et de chronologie par rapport aux prédécesseurs, — Déchelette avait place l'épée de Mycènes purement et simplement à côté de celle de Mouliana *).
) N a u e , Die vorromischen Schiverter, pag. 15. Les épées de Mycènes sont classées par N a u e , d a n s son t y p e I I . Dans une notice il cite à n o u v e a u l'opinion de Montélius qui donne pour d a t e à l'épée de l'Acropole de Mycènes l'an 1200 av. J . Ch., mais aussi la contradiction de celui-ci lorsqu'il donne l'épée pour contemporaine de t o m b e a u x qu'il considère comme é t a n t du XV-e siècle a v . J . Ch. 2 ) Mitteilungen aus Bosnien u. Herzégovine^, I X , 1904, pag. 69 et fig. 40 de la page 68. 3 ) L'épée mycénienne, semblable aux nôtres de Drajna, est reproduite dans son o u v r a g e : Die
1

Chronologie der àltesten lîronzezeit in Deutschland u. Skandinavien, Braunschweig, 1900, pag. 168, fig. 405 (avec trois troux latéraux — comme à Drajna — mais avec 4 trous de rivets a la soie de la poignée et non pas 3, comme a Drajna). *) N a u e avait fait la même chose, lorsqu'il m e t t a i t l'épée de Sulmoua de l'Italie m o y e n n e , ù côté de l'épée des rives du lac Trasimène. Cette épée est en tous points semblable a u x nôtres de Drajna, mais plus ressemblable ù l'épée mycénienne ; sur les côtés il y a toujours trois t r o u x et la soie de la poignée est toujours à q u a t r e t r o u s . Il en est de même d ' u n e a u t r e épée des bords du m ê m e

352 www.cimec.ro

NOl M i l I S CONTRIUl TIONS SI M I/ÂGE DU BRONZE EN ROUMANIE

Pour des considérations de style, qui réclament une différentiation claire entre ce que les archéologues allemands appelent «Schwerter mit Griffzunge» ') ou Griffzungenschtverter et les épées qui en plus ont un appendice (mit obèrent Zungenfortiatx),— Kossinna attribue l'épée de Mycènes 2) à la ΙΙΙ-e période a de l'époque du bronze; l'épée de Mouliana, répondant à la dernière variante du même type, appartient toute­ fois d'après lui, à la 111-e période 6, ce qui, dans ses précisions de chronologie absolue, constitue la différence entre 1400—1300 (ΠΙ-e période a) et 1300 — 1150 (Ill-e période b) 3) av. J.-Chr. Insistant davantage sur la typologie de ces épées, G. Kos­ sinna dit : «Les épées à soie plate germaniques apparaissent pour la première fois dans la période du bronze germanique ΙΙ-e b (ce qui pour Kossinna signifie 1750 — 1550 av. J.-Chr.) — et nous montrent qu'à ce temps-là la poignée de la soie plate qui devait être en bois, en corne ou en os (aujourd'hui généralement pourrie depuis longtemps) était consolidée à la base de la soie, élargie à cet effet en demi-cercle, seulement à l'aide de deux rivets de chaque côté, tandis que la soie même en faisait tout-à-fait dé­ faut. Dans la ΙΙ-e période c germanique (Kossinna: 1550 —1400 av. J.-Chr.), la soie de la poignée reçoit déjà trois rivets de chaque côté. On trouve souvent maintenant même un seul rivet ou, d'après le modèle antérieur, deux rivets de chaque côté; ce­ pendant dans ce cas la soie ou la lame de la poignée reçoit un ou deux rivets». «C'est à peine pendant la Ill-e période (Kossinna: 1400 — 1300) que nous voyons apparaître des soies dont la base élargie est traversée de trois, rarement de deux rivets de chaque côté ; simultanément, la lame ou la soie de la poignée elle-même, est traversée par trois ou quatre rivets» 4) et l'auteur donne comme exemple une épée jutlandaise, ressemblant aux nôtres avec cette différence toutefois que la lame de l'épée jutlandaise est, comme la lame mycéenne, plus élancée. Fig. 2.
lac, encore plus semblable aux épées de Drajna, même quant au nombre et à la distribution des trous. Il en est de même aussi d'une autre épée de l'Apulie (mit etwas kiirzerem oberen Zapfen). Die vorromischen Schwerter, pag. 25 et Album pi. V I I , fig. 1 et 2 ; pag. 1 6 ; Album pi. V I I , fig. 4 et 6. Que Naue ne les distingue pas comme époque, cela se voit aussi par ailleurs: «Dit; Mehrzahl der Schwerter bezeigt hornerartige Grifffliigel (comme la première de Drajna) seltener kugelformige, diinne Zapfen und noch seltener nagelartige Aufsatze», pag. 17. *) V. aussi, J . Schlemm: Worterbuch zur Vorgcschichte, Berlin, 1908, pag. 191. 2 ) Mise en comparaison avec les similaires du Nord, spécialement les épées hongroises: Unsed, Études sur Vâge de bronze de la Hongrie, Christiania, 1880, pag. 148 et fig. 19, plus in extenso et avec un cadre de classification stylistique et chronolo­ gique de Julius N a u e : Die vorromischen Schwerter, pag. 12 et suiv., pi. VI, fig. 3 ; ce n'est d'ailleurs pas la seule ; il y en a une autre trouvée par Tsountas dans le trésor de l'Acropole de Mycènes et publiée par lui dans: Tsountas, Έν Μηκηνιδν de Έφ. Λρχ. 1891, pag. 2 6 ; Naue la cite aussi, l. c , note 3. Voyez aussi plus haut.
a ) G. Kossinna: Deutsche Vorgeschichte, etc., 3-e éd. Leipzig, 1921, p. 127. *) Op. cit., p . 126.

www.cimec.ro
23 Dacia ΙΓ 1925

353

I. ANDRIEÇESCU Si les précisions ci-dessus ') (de s t y l e et de chronologie) s ' a p p l i q u e n t aussi chez n o u s , il e s t clair q u e les trois p r e m i è r e s épées de D r a j n a , - d e - j o s , d r o i t e s et p l a t e s , à soie p l a t e , sans c r o c h e t s , p o s s é d a n t d e u x t r o u s de c h a q u e côté de la l a m e élargie, d ' a u ­ t r e s trois orifices t r a v e r s a n t la soie de la p o i g n é e , d o i v e n t ê t r e i n t e r c a l é e s t y p o l o g i q u e m e n t , après celles d e D a h m s d o r f , B r e s l a u (Silésie) et a p r è s celles d u c o m i l a t h o n g r o i s de B é k é s (à d e u x orifices de c h a q u e côté de la l a m e élargie, la soie é t a n t c o m p l è t e m e n t p r i v é e de pareils t r o u s , a p p a r t e n a n t d a n s la chronologie d e K o s s i n n a , à la Ι Ι - e p é ­ riode b) ; a p r è s aussi celle d e T e m p l i n (Marche de B r a n d e b o u r g ) a v e c s e u l e m e n t trois t r o u s l a t é r a u x , a p p a r t e n a n t d ' a p r è s la m ê m e chronologie à la p é r i o d e I I c; a p r è s e n c o r e celle de D o n j a Dolina (avec u n t r o u l a t é r a l e t d e u x t r a v e r s a n t la soie de la poignée) 2 ) et c e r t a i n e m e n t atmnt c o m m e t y p e et c o m m e é p o q u e , à celles de Mycènes ( I l l - e p é r i o d e a) et celle d e M o u l i a n a ( Ι Ι Ι - e p é r i o d e b) 3 ) . Mais a v e c t o u t cela, les e x e m p l a i r e s d ' é p é e s similaires a u x n ô t r e s d e D r a j n a - d é j o s , — les u n e s d a v a n t a g e , les a u t r e s m o i n s , m a i s t o u t e s s t r i c t e m e n t d u m ê m e t y p e , — s o n t loin d ' a v o i r été épuisées. N o t o n s e n c o r e : u n e épée s e m b l a b l e à la n ô t r e de p a r le n o m b r e de t r o u s e t de leur d i s t r i b u t i o n — ( q u o i q u e p l u s c o m p l i q u é e c o m m e section) — , a été t r o u v é e en I t a l i e m o y e n n e , s u r les b o r d s du lac T r a s i m è n e 4 ) ; u n e a u t r e t r è s r e s s e m b l a n t e à celle-ci est d e Zlebic ( S t y r i e ) δ ) . N a u e en c i t e e n c o r e u n e a u t r e d e Suisse, d ' E s t e v a y e r (mais a v e c 2 + 4 t r o u s d a n s la poignée) B ). L ' é p é e citée p a r G. e t A . de Mortillet, e t t r o u v é e à B l i g n y ( F r a n c e ) , est é g a l e m e n t à 2 t r o u s -f et 4 t r o u s d a n s la poignée 7 ) . N a u e cite encore u n e a u t r e épée, t r o u v é e en B a v i è r e , c e t t e fois-ci d a n s u n t o m b e a u : u n v a s e plus g r a n d possède u n o r n e m e n t a v e c u n e ceint.urette, fait a v e c le b o u t d u d o i g t ; u n a u t r e v a s e noir, l é g è r e m e n t passé au g r a p h i t e , a s u r le v e n t r e d u v a s e q u a t r e p r o é m i n e n c e s d i a m é t r a l e m e n t e t s y m é t r i q u e m e n t opposées 8 ) , — forme e t o r n e m e n t s q u i n e s o n t nulle p a r t p l u s familiers q u e d a n s n o t r e S u d - E s t , e x p r e s s i o n s t y l i ­ s t i q u e a n c i e n n e e t o r g a n i q u e ici, p l u s q u e p a r t o u t ailleurs. T o u t e f o i s le fait est t r o p isolé p o u r q u e l'on puisse en d é d u i r e u n influence de l ' E s t , qui m a l g r é t o u t s'en d é t a c h e , d u moins pour moi, d'une manière remarquable.

) C e t A. de Mortillet classaient (1903) le type d'épées, du genre des nôtres — (pour préciser type II Naue), dans le «morgien», à côté des faucilles du type à bouton (à Drajna-de-jos une seule), dis­ tinctes de celles du «larnaudien», sa deuxième et dernière période de l'époque du bronze ; ces épées ont été ensuite comprises par Naue dans le type I I a et suivants. G. et A. de Mortillet: Musée préhistorique, 2-e éd., Paris, 1903, pi. LXXV, fig. 856 et pi. LXXXVII, fig. 1068. 2 ) Trouvée avec le poignard du type caracté­ ristique italien, (voyez plus baut les références de Truhelka), elle se place, à cause de cela, à côté, des plus anciennes épées italiques du type A Naue ce qui, de l'avis de ce dernier, signifie, comme d'ailleurs d'après Truhelka, — la première période de l'époque du bronze italique de Montélius (en­ viron 1700—1650 av. J. Ch.). (Naue: Vorrômische

1

Schwerler, page 43 et suiv. avec 112). Cependant d'après tout ce qui précède, aussi bien dans la péninsule des Balkans, que dans l'Europe centrale et dans celle du Nord, les épées de notre type ont une plus grande ancienneté que celle d'Italie, ce qui s'oppose assez sérieusement à l'ad­ mission d'une origine italienne, préconisée par Naue (ibid., p. 17). Nous reviendrons encore plus tard sur cette question. 3 ) En ce qui concerne Kossinna, op. cit., p. 126, fig. 251, 253. 4 ) Naue, op. cit., p. 26; Album pi. VU, fig. 4. 6 ) Cf. Naue, p. 19. «) Ibid. ") Musée préhistorique, pi. LXXV, fig. 856. 8 ) Naue, op. cit., p. 19 et 108; Album pi. XL, fig. 3—7.

354 www.cimec.ro

\ o r \ i : u . i ; s CONTRIBUTIONS SUR L'ÂGE DU BRONZK EN ROUMANIE Plus près de nos frontières sont les fragments d'épée de Péringrad, publiés par Fiala l), et mentionnés aussi par Naue 2 ). Ce qui présente pour nous un intérêt particulier, indiqué aussi partiellement plus haut, c'est que ces fragments ont été trouvés dans un dépôt et que ce dépôt comprend en dehors de fragments d'épées, plusiers faucilles (toutes à languette, une seule à Drajna de ce type) et même une hache à douille: même si la forme du tranchant diffère totalement de celle de nos haches de Drajna, on la rencontre toutefois fréquemment dans les régions occidentales de notre Dacie et en Hongrie 3 ). En Bulgarie on n'a trouvé que la soie d'une épée, tout-à-fait semblable aux nôtres. Présentant deux trous de rivets sur les côtés de sa partie inférieure, la lame de la soie elle-même en a quatre 4) et non point trois comme à Drajna. Quoique fragmentaire, par la région à laquelle elle appartient, elle remplit un vide de manière caractéristique, à côté des pièces similaires déjà mentionnées. Beaucoup plus nombreux, quoique présentant quelquefois un caractère de variante, mais toutefois intéressants, sont les exemplaires trouvés à l'Ouest de nos régions. Parmi trois épées de notre type, trouvées dans le comitat hongrois de Borsod, sur le côté droit de la Theiss du Nord-Ouest, l'une a de chaque côté deux trous latéraux et trois dans la lame de la soie (comme les nôtres de Drajna), une autre a de chaque côté deux trous latéraux et quatre ; sur une troisième, n'étant pas droite, mais échancrée à la base, on ne peut apercevoir que les deux trous latéiaux de chaque côté 5 ). Il faut ajouter que toujours en cet endroit, semblable à celle que nous avons citée- en dernier lieu, il en a été trouvé une autre 6 ), qui, plus échancrée encore à la base (avec deux trous latéraux de chaque côté et un seul à la base) présente une res­ semblance frappante avec une épée trouvée au Sud du Danube, en Bosnie à Buzija (publié par Fiala) 7 ). Un autre exemplaire similaire retrouvé dans la Drina, noté par Fiala H)„ est aussi consigné par Naue comme une variante ultérieure des épées de son type II ! ) ) qui constitue le type de nos épées. La correspondance des types du Nord au Sud du Danube est encore une fois docu­ mentée et, se trouvant dans une aire relativement étroite, elle ne peut à mon avis manquer de la signification, qui se rapproche le plus de la certitude d'une ressemblance de manifestations culturelles croisées, ayant une plus grande importance comme va­ leur déductive que d'autres manifestations semblables de par ailleurs, plus isolées ou moins convergentes. Revenant à ce qui a été trouvé dans le comitat hongrois cité, nous trouvons remar­ quable non seulement une cinquième épée, qui, du type E Naue, appartient, d après toutes les données, à la fin de l'époque du bronze plus récente 1 0 ), mais le fait qu on a conservé une série entière de pointes de lance, du même endroit, les uns très
') Wissensch. Milleil aus Bosnien u. Herzegovina, IV, 1896, p . 180—182. *) P . 17. *) E n plus de ce que cite Fiala (p. 180), v. J . H a m p e l : A bronzkor emlékei magyarhonban, II, B u d a p e s t , 1892, p . C L I , fig. 2 et 4 ; pi. C L X X I I , fig. 15 et 1 8 ; I I I , 1896, pi. CCXIV, fig. 2 1 . 4 ) Bulletin de la Société archéologique bulgare, I I I , 1913, p . 293 et fig. 217. *) H a m p e l , op. cit., I I I , pi. CCXVI, fig. 2—4. *) Idem., pi. CCXVI, fig. 1. ) Wissensch. Mitteilungen aus B. u. H., V I , 1899, p . 142, fig. 10, et p . 143. 8 ) Wiss. Mitt. aus B. u. IL, V I , p . 143 (publié dans le vol. I, 1893, p . 318, fig. 4). 9 ) N a u e : Die vorromischen Schuerter, p . 17, note 1 «eine Weiterbildung des Typus II». 10 ) Hampel, pi. CCXVI, fig. 5 ; N a u e , op. cit. et Atlas passim.
7

www.cimec.ro 355
23*

I. WDKIKSKSCU

ressemblants à celles trouvés à Drajna (voyez plus bas) ; de même, plusieurs haches à douille, toutes avec la ligne du tranchant plus ou moins concave *), ressemblant du reste à la seule hache en ce genre trouvée à Drajna. Nous signalons à nouveau la similitude des inventaires, caractéristique par les différences même qu'ils présentent. Certaines différences sont dues sans doute aux différences de régions, d'autres auront aussi une signifi­ cation de chronologie absolue qu'il faudra avoir en vue dans l'avenir. Toujours du côté Ouest de la Dacie, citons encore les exemplaires du comitat hongrois Bereg dont l'un avec deux orifices latéraux de chaque côté et trois sur la soie de la poignée (comme à Drajna, mais moins droite, ce qui lui donne un aspect de variante) ; la deuxième a deux trous de chaque côté et cinq trous dans la soie de la poignée 2 ). Parmi deux autres 3 ), l'une est large et droite comme les nôtres (à deux trous de chaque côté et un seul dans la soie de la poignée), l'autre quoique du même type, a une silhouette d'épée du type II a Naue prononcée, type qui, d'après Naue, a évolué à partir du type de nos épées et se trouve fré­ quemment dans toute la seconde moitié de l'époque du bronze 4 ). A signaler ici un exemplaire similaire de la Pologne occidentale (ayant deux trous de chaque côté et deux dans la soie de la poignée) 5 ). Du grand dépôt-fonderie de Spâlnaca, (Tiansylvanie), quelques frag­ ments au moins sont sûrement du type des nôtres 6 ), ajoutant encore une note de similitude d'inventaire, qui, comme on le verra, n'est pas unique, mais compte au contraire parmi les nombreuses notes qui font que ce dépôt-fon­ derie soit des plus resemblants au nôtre. Voici dans quel cadre de faits il convient, à mon avis, de présenter de suite l'épée qui, sans être de Drajna, est quand même d'en deçà des Carpathes, de Bucium, près de Iassy, épée qu'une chance heureuse m'a permis d'identifier pour la première fois, il y a 9 ans, mais que je n'ai pu malheuresement acquérir pour notre Musée, faute des fonds nécessaires (fig. 3) ' ) . D'une longueur de 0,785 m. et d'une largeur maximum de 0,050, avec deux rivets de chaque côté et cinq autres traversant la soie de la poignée même, pesant 625 gr., l'épée des environs de Iassy, par l'élégance de sa forme et sa perfection technique (sa surface est recouverte d'une splendide patine verdâtre), occupe une place spéciale et significative parmi toutes celles présentées plus haut. Un peu moins que les épées similaires de Drajna et d'ailleurs, citées par nous, avec la soie de la poignée plus longue, l'épée Fig. 3. de Bucium a sa nervure médiane encadrée par deux autres nervures paral­ lèles et d'une grande finesse. ') Ibid., pi. CCXVII, fig. 1—9. «) Hampel, II, pi. CLXXI, fig. 4 et 3. 3 ) Ibid., pi. CLXXX, fig. 13 et 10. *) Naue, op. cit., p. 20; Atlas, pi. IX, fig. 2. 5 ) Dr. Josef Kostrzewski : Wirlkopolska w czasach przedhistorycznych, Poznan, 1919, p. 61, fig. 174. ) Cf., par exemple, Hampel, II, pi. CXLIV, fig. 22—24 avec les premières de nos épées, ou Hampel, fig. 5 et 6 avec nôtre fragment 3; de même fragment 1 et 19 de Hampel avec nôtre fragment no. 4. 7 ) L'épée, considérée alors comme une falsifie

356 www.cimec.ro

NOUVELLES CONTRIBUTIONS SUR L'ÂGE Dl BRONZE EN ROUMANIE

Un peu plus récente, par conséquent, que les nôtres de Drajna-de-jos, elle me semble, par dessus tout, un nouvel exemple des surprises que nous réserve encore le sol et l'avenir. Ceci jette une lumière spéciale, indiquant le provisoire, sur les théories que l'on émet, tant que le matériel afférent de tant d'endroits est encore aussi réduit ou fait complètement défaut. * De beaucoup plus nombreuses et presque toutes entières, ont de-jos les lances au nombre de 16. S'il faut en croire notre que les faucilles (de la seconde découverte) étaient arrangées en lance se trouvaient rangées au milieu. Leurs dimensions ainsi que leurs données principales sont
B

été trouvées à Drajnainformateur, pendant cercle, les pointes de les suivantes:

c
u

e

E -0 u 0

ETAT DE L'OBJET

'3 6 a

3 s
o *>

ai

S
■o

g s
116 126 128 158 161 132 116 142 132 122

s1
G

6

l s

ce

s1
16 x l 3 17 x l 4 17 x l 7 18x16 12 x l 2 16 x l 5 16 x l 5 12 x l 2 17 x l 7

il
y.

a 14 1 Entière 2 Pointe un peu brisée 11 35 3 » 36/41 » 4 12 » 5 13 Entière 6 44 » 7 8 38 » 9 Brisée en deux 42/43 10 Lame part, brisée 37

o

Έ a 3 « fi Sb

Figure

OBSERVATIONS

38 30 33 34 34 30 30 32 31 40

16x13 1 2
2 2 2 2 2 2 2 2 2

71 PLI]Uig.l 88 » » 2 83 » » 3 » » 1 119 113 » » 5 79 » » 6 69 » » 8 87 » » 9 70 » » 10 98 » » 11

belle patine verte les 2 trous brisés

un des trous fort brisé un des trous brisés l'un des trous brisé : largeur quand elle était entière deux brisures près des trous un trou brisé et un creux deux brisures sur les côtés. le trou unique est brisé

11 12 13 14 15 lf

Entière

8 40 10 39 33 5

135 137 123 146 216 271

33 42 32 42 36 58

21 x l 9 18 x l 7 17 x l 6 18 χ17

2 2 2 1

103 106 65 92 132 221

» »

13

» » »
Pointe brisée Brisée à la douille

» » 11 » » 1S » » 1(>

— —

1-

» » l\ » » 1 2 bien conservée

Nous sommes en présence, je crois, de deux types de lances et d'une forme à part qui toutes, si elles n'apportent rien d'exceptionnel dans l'entière l'étendue de la Dacie et de l'Europe du Sud-Est, sont d'autant plus caractéristiques, que nous les trouvons, pour la première fois, en plus grand nombre au Sud des Carpathes, de même en une compagnie d'inventaire qui, encore une fois, consolide notre dépôt comme t e l 1 ) .
cation sans valeur par le titulaire de la chaire d'ar­ chéologie de Jassy, M. O. Tafrali, à qui elle avait été tout d'abord présentée, a été immédiatement achetée. Elle constitue aujourd'hui un bel ornement de la collection de notre numismate bien connu, le Dr. Severeanu. x ) Un modèle d'inventaire être, par exemple, le dépôt ticeu (Pânczélcseh), district (Hampel, I I , pi. C X L I I I ) , où similaire me semble de bronze de Pande Solnoc-Dobâca, de semblables lances

www.cimec.ro 357

I. AINDRIESESCU

Ces types sont les suivants: 1. Les lances simples en forme de feuille, normale ou plus longue et étroite, avec une douille percée de trous à une destination facile à reconnaître. Elles constituent, la majorité de celles de Drajna, avec une variation de dimensions qu'il faut mentionner· 2. Les lances qui maintenant le type précédent, en constitue un autre assez à part, d'abord par la forme de leur lame, beaucoup plus élancée; de plus celle-ci acquiert un ou deux fillets en saillie qui lui donne une toute autre apparence que celle des lances simples du type antérieur. A ces deux divisions on peut ajouter: 3. Unique et tout-à-fait à part est à Drajna-de-jos la lance en forme de feuille très effilée et étroite, sans douille et renforcée par une arête très saillante et massive, destinée à augmenter sa résistance (pi. II, fig. 7). Elle était utilisée probablement en la fixant par la partie opposée à la pointe à une perche en bois à l'extrémité de laquelle elle était attachée. En forme de feuille normale, la lance représentée dans la pi. II, fig. 1, a le pro­ longement de la douille au-dessous de la lame beaucoup plus courte que toutes les autres
(fig. 5 et 6) ont été trouvées, comme à Drajnade-jos, a côté de faucilles à bouton (fig. 14—18) — à Drajna une seule, et des faucilles à languette (fig. 12) — à Drajna aussi une seule; — à côté aussi de trois haches à douille (fig. 2—4) — à Drajna, 1 8 , — dont une (fig. 3), de même qu'à Drajna, avec la ligne de l'embouchure concave. Il est certain toutefois que le plus riche et le plus complet inventaire est toujours celui de Çpalnaca, district Alba-de-jos où, quoique en petit nombre, les lances ne font pas défaut, quelques-unes assez ressemblantes aux nôtres. Hampel, II, pi. CXLIV, fig. 30—32 et 33—44. Des fers de lance, des haches à douille et des faucilles (à languette, du type desquelles une seule à Drajna) ont aussi été trouvés ailleurs, dans les comitats de Tolna et Zala (Ilampel, I I , pi. CLI et CLV) ; une lance simple avec une hache (la ligne de l'ouverture longitudinale, concave) et plusieurs faucilles à bouton, — aussi a Bezdad en Zabal{i (pi. CLVI); pour /.iliaiti voir aussi Hampel, I I I , pi. CCXXIX — CCXXXIV, avec une série com­ plète de lances, une épée du type des nôtres, de nombreuses faucilles (la plupart à languette, mais une toutefois à bouton), de nombreuses haches à douille (les unes avec la ligne de la douille concave). Que l'on compare également les riches inventaires similaires de Borsod (Hampel, I I I , pi. CCXVI et CCXVII: beaucoup de lances et de haches avec la douille longitudinale concave) et Vas., ibid., pi. CCXXXV — CCXL: lances et haches à douille lon­ gitudinale, faucilles et fragments d'épées. Λ Nagydem, dans le comitat de Veszprém, les lances persis­ tent à accompagner les haches à douille et les faucilles dans un milieu hallstattien (Hampel, I I I . pi. CXC.V). De semblables exemplaires ne manquent ni au Sud du Danube. Nous pouvons noter le dépôt de Mackovac, en Bosnie du Nord, avec un fragment de lance en bronze, accompagné de quatre faucilles (à languette, deux entières et deux fragmentaires), ainsi que de quatre haches à douille — «de forme hongroise» (ungarischer Form) s'exprime Fiala, qui publie le dépôt (Wissensch. Mitteil. v. B. u. II., V I , 1899, p . 141 et 142 avec pi. VI). De même la lance et la hache à douille, trouvées, cette fois-ci dans un tombeau avec d'autres objets, parmi lesquels un poignard en bronze, dans la localité de Tesanj, en Bosnie ( Wissensch. Mitleilungen aus B. u. H., X I , 1909, p . 60 et suiv.,fig, 11 et 10 (26 et 27). La manière vague de dater de Truhelka acquiert, je crois, dans le cadre des faits présentés par nous, un point d'appui d'une utilité plus réelle, que la seule poursuite comparative des motifs ornementaux, qui décorent également la belle hache à douille, le morceau de bronze, conservé dans une gaine en bois (pourrie), de l'intéressant poignard, qui, comme un autre, de Debelo brdo (Wissensch. Mitt. aus B. u. H., IV. 1896, p. 61, fig. 162), en nul cas ne peuvent être étrangers à notre milieu (déterminé par le type d'épées citées plus haut), ainsi que le disque ornemental (Zicrbuckel) ou les fragments de vases conservés du même tombeau. Ce n'est pas le lieu convenant à de pa­ reilles discussions. — Nous nous dispensons de citer des lances trouvées isolées, même semblables avec l'un des types de lances trouvées à Drajna, parce qu'elles ne disent presque rien pour l'encadrement stylistique ou chronologique de notre dépôt.

www.cimec.ro 358

NOUVELLES CONTRIBUTIONS SUR L'ÂGE DU BRONZE EN ROUMANIE

lances retrouvées à Drajna-de-jos. C'est une pointe de lance vraiment solide quoique de petites dimensions. Perforée par deux trous, la douille conique, dans laquelle se fixe le bois de la lance se prolonge presque jusqu'à l'extrémité de la pointe. De dimensions variables, notées plus haut, les lances suivantes (pi. I I , fig. 2—6, 8 et 9) appartiennent en tout au même type, que la lame soit plus ou moins effilée et étroite ou que le prolongement de l'orifice dans lequel pénètre la hampe de la lance ait quelquefois des dimensions assez grandes par rapport à la longueur de la lame. Ce qu'il faut mentionner, de plus, c'est que les deux lignes du contour latéral de la lame se prolongent le long de la douille, non seulement jusqu'aux trous de rivets par lesquels on fixait la lance à la hampe, mais jusqu'à son bord. Le profil de la douille a ainsi la forme d'un cercle légèrement écrasé dans la direction des bords du contour de la lame ' ) . Une seule fois, à Drajna-de-jos, la lame en forme de feuille ne se pro­ longe pas du tout le long de la douille qui, dans ce seul cas, a un contour de cercle parfait (pi. I I , fig. 11). De forme plus gracieuse en ce qui concerne le contour de la lame, les lances que nous avons rangées dans le type 2 ont un ou deux filets sur les côtés de la nervure médiane (pi. I I , fig. 13 —15 et 12). Le dernier fer de lance (pi. I I , PI. IL fig. 12) est le plus grand parmi ceux trouvés à Drajna. L'arête médiane, avec un relief précis, à nervures parallèles par­ tiellement à l'arête médiane, partiellement avec la rotondité proéminente de la lame, se distingue fort bien. De même et toujours pour ce fer de lance, quoique la ligne du contour de la lame se prolonge jusqu'au bord inférieur de la douille qui recevait la hampe., cette douille a quelquefois un contour circulaire plus exact que les fers de lance du type 1. Une seule parmi les pointes de lance trouvées à Drajna (pi. II, fig. 7), quoiqu'elle ait le contour des fers de lances no. 2, et même avec un rétrécissement de la feuille vers sa pointe, n'a aucune espèce de nervure.
l ) Les 2 trous de rivets de la lance (fig. 3) se sont r o m p u s et élargis irrégulièrement, certai­ n e m e n t à cause de l'usage. De même quelques-uns des trous des lances représentées dans les fig. 6, 9 et 1 1 . L a douille d a n s laquelle s'enfonçait la h a m p e de la lance pi. I I , fig. 4, a un profil de cercle

parfait, mais les parois de la douille sont plus épaisses, constituant un profil du cercle aplati légè­ r e m e n t dans la direction de la largeur de la lance ; c'est le même cas pour le fer de lance représenté d a n s la pi. I I , fig. 6 et 10, mais avec des parois de la même douille beaucoup plus minces.

www.cimec.ro
359

I. ANDRIEÇESCU

Sans doute les 13 haches à douille, 1rs 2 haches à douille transversale, les 2 hachesmarteaux à douille transversale, enfin l'exemplaire auquel nous ne t r o u v o n s p a s d ' a u t r e à douille transversale, dénomination appropriée q u e celle de sceptre de commandement sont beaucoup plus caractéristiques q u e les pointes de lance, a u t a n t pour l'encadrement, plus précis de n o t r e dépôt, q u e pour le caractère spécial de son inventaire. Nous les décrirons à tour de rôle, en p r é s e n t a n t d'abord dans le tableau ci-joint leurs dimensions et leurs données principales.
No. d'inven­ taire de l'ob­ jet Largeur du tranchant en mm
E

-

e
1) M

G V

-o ro ό

N A T U R E D E LA P I È C E DÉCOU­ VERTE

(A

a o

P
116

E

Forme du tranchanl

e * *

ΐ ε ΓΗ E
0H

S
29 x 23 30 x 20 31 x 2 3 34 x 2 3 34 x 23 33 x 23 36 x 2 7 27 x 2 5 34 x 2 3 34 x 2 3 35 x 2 5 32 χ 22 29 x 2 5 21
x

1
PI. I I I f. 1

( >IPS<T\ niions ')

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18

H a c h e à douille
» Λ »

20 6 26 19 22 29 21 27 28 23 24 25 30 9 4 2 3 1

1 48 46 49 48 48 48 55 35 48 48 50 46 33 35 42 45 43

légère, c o u r b e

297 259 352 425 436 430 462 352 432 433 435 432

avec

132 139 135 135 135 146 105 135 134 135 122 77 131 160 184 180 192

»
droit

»

>> » »
1)
»

» » » » » »
» » »

presque droit

» »
presque droit
sans t r a n c h . droit

1)

» »
»

» » » »
l>
»

»
p r e s q u e droit.

»
1)

» »
)>
»

Marteau

»

»

» » » »
droit


351 385 541 602 567

» » » » » » > » > » > > » » » » » » » » » » » » » » > > ) > » » > » ) » »

0

3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18

» » » » »
brisés sans avec
Λ

»
brisée avec

H a c h e à douille trans­ versale

21

»
Hache-marteau à douille t r a n s v e r s a l e

22 x 2 2 18 x l 8 21 x 2 1 19 x 2 0

»
Sceptre de commendement

»

"

A y a n t toutes u n e section ovale, — ce qui leur donne dès le début un caractère unitaire qn'il faut mentionner, — les haches à douille de Drajna p e u v e n t être séparées en deux t y p e s , représentés tous les deux, e t m ê m e assez souvent, aussi bien dans n o t r e Dacie, que dans l'Europe d u S u d - E s t . 1. Les haches à douille au bord de la douille droit e t parallèle à la ligne opposée d u t r a n c h a n t plus ou moins droit. Toutes les haches de Drajna a p p a r t i e n n e n t à ce t y p e à l'exception d'une seule q u i doit être classée dans u n 2-e t y p e comprenant les haches à douille, mais avec le bord de l'ouverture concave, c o n t r a s t a n t avec la ligne opposée d u t r a n c h a n t plus d u moins droit. (A Drajna u n seul exemplaire, p i . I I I , fig. 12 2 ) .
) Avec ou sans anse. ) Pour la classification, la nomenclature, la géographie et la chronologie des haches en bronze, v. G. de Mortillet: Classification et chronologie des
2 x

haches en bronze, dans «l'Anthropologie», 1881, p . 61—72; Dr. R. Forrer: Reallcxikon der pràhist. klassischen u. frùhchristlichen Altertiimer, Berlin u. Stuttgart, 1907, p . 64 et suivantes, article Aexte

www.cimec.ro 360

NOUVELLES CONTRIBUTIONS SUR L'AGE DU BRONZE EN ROUMANIE

Aux haches du type 1 comme à celle du dernier, la douille ne s'étend pas j u s q u ' à la même distance du t r a n c h a n t . Dans un seul cas, la hache—soit dit en passant—fortement usée, comme u n m a r t e a u , possède une longueur presqu'égale à la douille qui la longe (pi. I I I , fig. 13). Souvent la douille s'étend jusqu'au-delà de la moitié de la
Tullenaexte; J . Schlemm: Wôrterbuch zur Vor· geschithle, p. 115, art. Diillenaxte; Déchelette: Manuel, I I , 1, p. 242—243; Louis Siret: Questions de chronologie et d''ethnographie ibériques, I, Paris, 1913, p. 333 et suiv.; I. Andriesescu: Sur Vâge du bronze en Roumanie, dans le «Bulletin de la Com­ mission des Monuments historiques», 1915, lorsque je publiai la première hache de cette sorte de Prédéal; Reallexikon der Vorgeschichte, éd. Max Ebert I, 1924, p. 292 et suiv.: art. Axt. En ce qui concerne la présence de cette sorte de haches au Nord du Danube, il me semble inté­ ressant de mentionner surtout ces localités où ces instruments ont été trouvés en une compagnie plus ou moins semblable à celle trouvée à Drajna. Encore une fois, le dépôt le plus ressemblant est celui de Spalnac, où, en dehors d'autres éléments d'inventaire communs, tels que épées, lances et faucilles, — certains exemplaires de haches (Hampel, I I , pi. CXLV, fig. 32, 33, 39 et 44), sont les plus semblables aux nôtres des deux types de Drajna,— avec cette différence qu'à Spalnac il n'a pas été trouvé un seul exemplaire de notre type I I , mais bien plusieurs. Une hache à douille concave avec des faucilles (la plupart à bouton ; à Drajna nous verrons qu'il n'en a été trouvée qu'une seule à bouton) et des fers de lance,— a été trouvée en Tolna (Hampel, I I , pI.^CXl). Une hache du type i l Drajna, avec un fer de lance et plusieurs fau­ cilles (à bouton) a été trouvée aussi dans l'ancien comitat de Zâbalh (Hampel, I I , pi. CLVI). Une hache de même, avec des faucilles à languette dans Ung (pi. CLVIII). De même encore, avec en plus des fragments d'épées et de points de lance, on en a trouvé en Komarom (pi. CLIX); deux autres haches, aussi du type II Drajna, et une faucille à bouton, sont de Nogrod (pi. CLX). D'autres fois encore les haches sont des deux types de Drajna et l'accompagnement est presque le même: pointes de lance et faucilles à bouton (Ham­ pel, pi. C L X X I I — CLXXIII) ; plusieurs sans fers de lance, mais avec des faucilles à languette, en Bihar (Hampel, I I I , pi. CCVI); au contraire beaucoup de haches, des deux types, avec beaucoup de pointes de lance, ont été trouvés en Borsod (pi. CCXVII). La présence simultanée de haches des deux types avec des faucilles, surtout à languette, se répète en Pest (pi. CCIX) ; avec des haches du 1-er Jet en Somogy (pi. Parmi les nombreuses haches du type 1 Drajna, trouvées dans Solnoc Dobâca (beaucoup plus décorées avec des nervures obliques et ho­ rizontales à surface), l'une se rapproche beaucoup (le nos exemplaires (pi. T C X V I I I . fig. - j . D'une façon ou d'autre, les exemples de la présence simultanée d'inventaire se répète en Bihar (pi. iCÇXXVIiVhaches des Heiix sortes avec pointes de lance), dans Zàbalri i(pl. CCXX1X3 des haches des deux types; pi. CCXXX: haches des deux sortes avec des fragments d'épée et dfigjttintds de lance ; pi. CCXXXII:, idem et fCCXXXIII;t haches d e s \ deux types). Enfin, dans le même ordre d'idées, la présence, dans un même dépôt de Bereg, d'une hache du type Drajna I et d'une hache à douille transversale, mérite une mention spéciale (Hampel, I I I , pl.jCXCIX, figV 10 et 4 ) ; cette hache est d'un type que nous retrouvons à Drajna; nous la trou­ vons même en trois variantes, comme nous le verrons de suite. Du Sud du Danube je puis citer, en premier lieu, le petit dépôt trouvé entre Sobunar et Debelo brdo, constitué par 5 haches à douille ty­ pe Drajna I et une hache archaïque à douille transversale, toutes, dit Fiala, de type «hongrois», le dernier, prétend le même auteur, rapelle les for­ mes hongroises de bronze et de cuivre ( IT'issensch. Mitt. aus B. u. H., IV, 1896, p. 58—59, fig. 155— 160); en fait, la dernière hache est du type de nos haches de Sinaïa (mon étude: Sur Vâge du bronze en Roumanie, p. 6 et suiv.) ; mais nous reviendrons là-dessus. Un autre dépôt de Motke, en Bosnie, publié aussi par Fiala, se compose de 21 haches, type I Drajna, et de 2 faucilles à languette (Mitteil. aus B. u. H., VI, 1899, p . 144 et fig. 12—22). D'autres fois, comme à Sumetac, près de Cazin, le dépôt se compose seulement de 4 haches à douille et de 2 faucilles, les 2 à languette, (ibid., X I , 1909, p. 93 et 94 et pi. X V I I , fig. 6 et 11); le dépôt de Drenovi dô, se compose seulement de 2 haches, et de 5 faucilles (toutes à languette), ibidem, p. 56 et suiv., pi. XVI. Il convient de mentionner de nouveau ici le tombeau déjà cité de Tesanj en Bosnie, dans lequel, en dehors d'une hache à douille, joliment ornée, il a été trouvé un poig­ nard au point de vue du style semblabe à nos
*v*^

<h*j'rM

4-Ί»

V

Α»Λ'£7Τ

~r*

361

WfV <Λ/ί w
\>

www.cimec.ro

l

/N/

ΛΙ

I. ANDRIKÇKSCU longueur des haches. C'est le cas pour q u a t r e de nos haches (pi. I I I , fig. 1 — 3 et 7). Pour les autres huit, la douille va j u s q u ' à la moitié de la longueur des haches (pi. I I I , fig. 4—6 et 8—12). En ce qui concerne l'extérieur, aucune de nos haches n'est décorée d'un ornement a u t r e que celui de deux haches à bords droits, ainsi que les désignent les archéo­ logues français, ornement dont sont nées des arêtes, p r e n a n t quelquefois l'aspect de nervures (pi. I I I , fig. 4—6 et 9—10). C'est clair et je crois inutile d'insister, malgré la faible différence qui me sépare de Mortillet et de Déchelctte, sur le point d'établir que telle a été probablement l'évolution des haches de cette v a r i a n t e , du moins chez nous. Dans l'étendue de l'époque du bronze IV (Montélius-Kossinna) les haches de Drajna de-jos représentent, par r a p p o r t aux nombreuses haches similaires de notre voisinage, une phase beaucoup plus rapprochée de l'évolution de ces instruments p e n d a n t l'épo­ que antérieure. T a n t de dépôts en témoignent. La partie supérieure des haches originaires (que nous pouvons reconstituer mentale­ ment presque pour chacun de nos exemplaires) se terminent le plus souvent a u x bords <-baudise plus fine». Pour la Bulgarie, v. G. Wilkc dans Heallexikon der Vorgeschichtr. éd. de Max Kbert, II, 1925, pi. 104. De notre pays, en dehors de Sinaïa et Mosna (Fâlciu), à mentionner deux exemplaires de Gorj (Musée de Tg.-Jiu) et Mchedinii (Musée du lycée de Turnu-Scverin), ainsi que les moules de Logreçti-Birnici (Gorj) et Plcnija (Dolj) que j'ai men­ tionné dès 1915 (.Sur Vâge du bronze ru Roumanie, p. 13, note 2). J'ai noté alors plusieurs exemplaires des musées de Transylvanie et du musée de Dzieduczychi de liCnibcrg en Pologne. A cette occasion j'ai attribué par erreur à Mr. le Dr. Rosca Marton de Cluj l'opi­ nion ipic les haches de cette sorte seraient daciques, cette-à-dire appartenant aux Daces dans l'acception historique du mot. J e rectifie la con­ fusion. J e suis aujourd'hui d'avis que le type de ces haches garde ses caractères unitaires dans une aire géographique qui, en conformité avec d'autres données archéologiques convergentes, s'accommo­ dent fort bien et délimite, dirait-on, l'aire même d'établissement et de vie en commun de ceux qui ont été les ancêtres immédiats, d'origine certaine, des Daces et des Gètes, ainsi que des tribus illyriennes du Sud du Danube et de celles voisines de l'Adriatique. Mais ceci est encore une autre question. Pour la représentation des haches à douille, vers le NW, voir encore Dr. Josef Kostrzewski: Wielkopolska tv czasach przedhistoryeznych p. 75, fig. 242—245 ; pour celle, de beaucoup plus étran­ gère, des mêmes haches vers l'Est, voir A. M. Tallgren: U Époque dite d'Ananino dans la Russie orientale, Helsingfors, 1919, p. 111 et suiv.

épées de Drajna, poignard avec un accessoire orné d'un décor similaire à celui de l'extérieur de la hache (Min. a. B. u. H., X I , 1909, p. 61 et les fig. 10 et 11 (26 et 27). Il est évident que des haches de même espèce, isolées, ont été trouvées en plusieurs endroits de la même région. Je cite: Ohrovac (Mitteil. aus B. u. IL, III, 1895, p. 43, fig. 6 ) ; Grahovo (id., III, p. 291, fig. 14); Prozor (id., p. 511, fig. 3); Peci (id., IV, 1896, p, 192 et fig. 14); Zovic, (id., VI, p. 1899, p. 140, fig. 4); Dristi (près de Scutari), (id., X , 1903, p. 4, fig. 4), la région Petrovac, (id., X, p. 374, fig. 29), d'autres trouvées dans un jardin de la même localité Tesanj, (id., X I , 1909, p. 72 et suiv., fig. 32, 35, 39 et 40, le dernier avec le bord de la douille décoré d'un ornement de creux obliques, ornement à peu près identique à celui que nous allons retrouver sur les 2 bords des douilles transversales des 2 haches-marteaux de Drajna-de-jos (v. plus bas). Parmi les 6 haches similaires trouvées dans la région de Lyubuski, (Mitt. aus B. u. IL, X I , p, 97 et pi. XVII, fig. 10, 8 et 9), l'une, la dernière, est la plus semblable, comme extérieur, à nos haches. En énumérant d'autres localités de Bosnie et de Herzégovine où ont été trouvées de semblables haches et en leur attribuant «à la dernière phase de l'époque du bronze hongroise» (sic), Curcic dit (ibid., p. 94): «Il n'est pas inadmissible que plu­ sieurs de ces haches aient été coulées dans nos lo­ calités. On peut dire cela des haches sans ornements trouvées isolément, dont les moules se trouvent si souvent dans nos stations (on cite Ripac). Les dépôts auront été importés de Hongrie (sic); il se peut toutefois que les ouvriers autochtones aient bientôt essayé d'imiter aussi cette sorte de mar-

www.cimec.ro
362

NOUVELLES CONTRIBUTIONS SllR L'ÂGE DU BRONZE EN ROUMANIE de la douille m ê m e (pi. I I I , fig. 2 — 7 , 9 — l l j e t 13), hords qui à Drajna sont généralement simples, u n e seule fois épaissis. Dans un (seul exemplaire seulement, cette bordure est plus épaisse, sans a u t r e complément (pi. I I I , fig. H ) . C'est beaucoup plus r a r e m e n t que la partie supérieure des haches originaires, com­ p o s a n t le t y p e , que nous devons nous imaginer, se t e r m i n e n t plus bas que le bord de la douille (pi. I I I , fig. 1 et 8). C'est une a u t r e question de savoir si cette a u t r e v a r i a n t e est lypologiq u e m e n t antérieure ou postérieure à la précédente. Il est toutefois certain, et les dépôts le confirment, que les haches du type I I sont les dernières de la série. Nous avons noté dans le tableau général lesquelles des haches ont des, anses ainsi que celles qui n ' e n ont p a s . L'exemplaire (pi. I I I , fig. 8), faute d'anses fondues en même t e m p s que lui, a un t r o u latéral élargi p a r l'usage et u n renfoncement de l'autre côté, renfoncement qui n ' e s t q u ' u n essai de p e r c e m e n t postérieur à la coulée.

'i

min·

IIIIII

!

Les d e u x haches à douille trans­ PI. m. versale, les deux haches-marteaux à douille transversale, enfin cet i n s t r u m e n t que nous avons dénommé sceptre de com­ m a n d e m e n t ou de distinction, à douille transversale, sont d ' a u t a n t plus intéressants qu'ils sont rares en Dacie, aussi bien que dans notre Sud-Est et qu'ils ont été trouvés p o u r la première fois dans un dépôt comme le n ô t r e . Quoiqu'avec la même façon d ' e m m a n c h e m e n t , ce qui les fait a p p a r t e n i r t o u t e s a u m ê m e t y p e de haches dites à douille transversale chacune des haches de cette sorte trouvées à Drajna constitue une forme à p a r t , à l'exception des deux h a c h e s - m a r t e a u x qui ne se distinguent que par leurs dimensions. Décrivons-les à t o u r de rôle, Tandis que la douile transversale de la première hache (pi. I I I , fig. 14 ou pi. IV, fig. 1 e t 1 a ) , la plus p e t i t e de t o u t e s , est également circulaire et forme une espèce de chaînon épais qui s'attache massivement au corps de la hache,—la hache suivante (pi. I I I , fig. 15 ou pi. I V , fig. 2 et 2 a), a une douille transversale dont la partie supérieure s'alonge e t se replie à gauche et à droite. La p a r t i e prolongée de droite se biffurque et cha­ cune des ailes est percée p a r u n t r o u rectangulaire s e r v a n t à m i e u x fixer le m a n c h e que l'on emboîte dans la douille de la hache. La p a r t i e extéri­ eure de la première hache est ornementée de 13 nervures parallèles, séparées p a r

www.cimec.ro
363

I. ANDRIEÇESCU

quatorze petits cannelures ayant de même leur effet décoratif. La 2-e hache ne possède aucun ornement.

H. IV.

La présence de cette deuxième hache à Drajna-de-jos est particulièrement caracté­ ristique. Loin d'apparaître ici pour la première fois, comme c'est le cas pour la 1-ère et la dernière hache à douille de Drajna — du moins à notre connaissance — cette hache

www.cimec.ro
364

NOUVELLES CONTRIBUTIONS SUR L'AGE DU BRONZE EN ROUMANIE pose, me semble-t-il, p o u r la première fois d ' u n e manière plus précise, p a r le m a t é ­ riel de d é p ô t et p a r le m a t é r i e l c o m p a r a t i f plus g r a n d qu'elle p r é s e n t e , le p r o ­ b l è m e de l'explication et de l'origine de ce t y p e - m ê m e d a n s t o u t e la région de la Dacie et d e n o t r e S u d - E s t , m a l g r é ses v a r i a n t e s les unes e x c e p t i o n n e l l e m e n t bien représentées d a n s t o u t e c e t t e région. Après avoir passé en r e v u e t o u t le m a t é r i e l que nous avons p u avoir à n o t r e dispo­ sition, la s i t u a t i o n me semble la s u i v a n t e : les haches à douille t r a n s v e r s a l e , de la forme d e celle de D r a j n a , s o n t u n e v a r i a n t e des haches à douille en général, h a c h e s q u e J u l i e S c h l e m m appelle d i r e c t e m e n t «haches hongroises» (ungarische Àxte) x), considérées c o m m e telles aussi p a r d ' a u t r e s , à plusieurs reprises, q u o i q u e pas d a n s t o u t e la succession t y p o l o g i q u e q u e nous allons essayer d ' é t a b l i r n o u s - m ê m e s . N o u s n e croyons pas nous t r o m p e r en affirmant q u e n o u s r e n c o n t r o n s de pareilles h a c h e s , ouvrées en pierre déjà à l'époque néo- et énéolithique, c o m m e n o u s l ' a v o n s m o n t r é autrefois, à l'occasion de la p r é s e n t a t i o n des t r a v a u x de S u l t a n a -). Le ressemblance a v e c les premières haches d u m ê m e t y p e , exécutées en cuivre et p u i s en b r o n z e , est é v i d e n t e , — e t n o n s e u l e m e n t avec celles publiées p a r F r a n z v o n P u l s z k y 3 ) et Joseph Hampel4). Considérées p a r Oscar Montélius d a n s ses recherches sur la chronologie de l ' é p o q u e d u b r o n z e plus a n c i e n n e 5 ) , les v a r i a n t e s de ce t y p e de h a c h e s , en c u i v r e , en b r o n z e et en or, s o n t b e a u c o u p plus n o m b r e u s e s q u e ne se l ' i m a g i n a i t J u l i e S c h l e m m e t elles o n t été t r o u v é e s en b e a u c o u p plus d ' e n d r o i t s q u e ceux q u e connais­ s a i e n t les archéologues cités. J e n o t e le d é p ô t de 35 haches de Grica (Bosnie), décrit p a r T r u h e l k a , e t , ce qui est plus i m p o r t a n t , le d é p ô t a été t r o u v é en m ê m e t e m p s q u e 24 h a c h e s p l a t e s e ) (Flachbeile ou haches plates, c o m m e on les d é n o m m e d a n s la t e r m i ­ nologie a l l e m a n d e et française). T r u h e l k a i n d i q u e en m ê m e t e m p s les n o m s de b e a u c o u p d ' a u t r e s localités où o n t été t r o u v é e s de pareilles h a c h e s , en Croatie, en Slavonie et d a n s les p a y s circonvoisins 7 ) . C'est encore T r u h e l k a qui p r é s e n t e u n d é p ô t similaire de K o g a r a c , celui-ci composé u n i q u e m e n t de neuf e x e m p l a i r e s 8 ) . U n a u t r e encore de L o h i n j a , aussi en Bosnie et p u b l i é toujours p a r lui 9 ) , a été t r o u v é en m ê m e t e m p s a v e c u n e h a c h e p l a t e , s e m b l a b l e c o m m e t y p e à celui de Grica. Nous s o m m e s , sans n u l d o u t e , a u c o m m e n c e m e n t de l ' é p o q u e d u b r o n z e , et nous p o u v o n s n o u s faire u n e idée de la forme d e ces h a c h e s , sans les r e p r o d u i r e , en les r a p p r o c h a n t , n o n s e u l e m e n t de celles p r é s e n t é e s p a r P u l s z k y et H a m p e l , Montélius et J u l i e S c h l e m m , — les différences s o n t i m p e r c e p t i b l e s — m a i s aussi de celles du N o r d du D a n u b e , d u voisinage i m m é d i a t de D r a j n a , à savoir des h a c h e s de Sinaïa, publiées p a r n o u s , a u n o m b r e de v i n g t cinq 1 0 ) . S a n s insister a u t r e m e n t sur ces formes de b e a u c o u p a n t é r i e u r e s c o m m e v a r i a n t e s et

T

/u/iM'f'' '"' < · · "Ί * *

Y H
<J»

,

u

4 ) Op. cit., III, p. 51, avec des moules. *) Julie Schlemm, Worterbuch ZUT Vorgeschichte, 5 ) Op. cit., p. 12, fig. 19 et p. 179, fig. 433. p. 632: «Beile mit geschwungenem Blatt und ·) Wissenschaft. Mitt. a. B. u.JH., XI, 1909 Schafthùlse». 2 ) V. Dacia 1: I. Andrieçescu, Les fouilles de p. 43 si pi. XIV. ') Ibid., p. 44—45. Sultana, pi. VII, fig. 5 ou pi. VIII, fig. 5 et pi. 8 ) Wiss. Mitt. a. B. u. H., XI, p. 54 et pi. XV VII, fig. 14 ou pi. VIII, fig. 15. 3 ) Fr. v. Pulzky: Die Kupferzeit in Ungarn fig. 1 - 9 . ») /</., p. 55 et pi. XV, fig. 10 et 11. p. 68 et suiv., avec la théorie jqui cependant doit 10 ) Sur l'âge du bronze en Roumanie, p. 6 et suiv. être vérifiée de leur rareté à l'époque du bronze.

U

www.cimec.ro

365

I. ANDRIESESCU

comme époque à nos haches à douille transversale de Drajna de-jos, il me eemble tout-à-fait clair que, différemment d'autres instruments et objets de cette époque, trou­ vés dans notre pays ou ailleurs, nous pouvons reconstituer la série de ces haches à peu près complètement, dirions-nous, et, ce qui est plus intéressant, sans nous déplacer, sans sortir de notre Sud-Est, et encore une fois, en dépassant de beaucoup les fron­ tières de la Hongrie. En suivant la définition établie par Julie Schlemm et ses variantes J ) , qui nous semblent assez convenables comme éléments d'engrenage de notre énumération, nous pouvons facilement observer que ces variantes ne peuvent se réduire aux seules q u a t r e fixées par Julie Schlemm. Le matériel présent nous montre que le procès typologique ne s'est pas arrêté ici, mais a continué. D'une p a r t par les formes qu'on pu prendre et ont prises les lames des haches, plus ou moins incurvées ou droites et ornementées ou non ; d ' a u t r e p a r t , par la forme continuellement différente de la m a n c h e t t e de ces haches, évidemment susceptible de beaucoup plus de variantes. Des haches très ressemblantes avec celles du Nord et du Sud du Danube, déjà men­ tionnées, o n t été trouvées en assez grand nombre aussi en Bulgarie'-). Les unes sont sem­ blables à celles publiées par Pulszky et H a m p e l , d'autres à celles de Bosnie ou de notre Sinaïa 3 ). Ces dernières ne sont pas les seules d'en deçà des Carpathes. Une hache de Rudari (Dolj) a la ligne du t r a n c h a n t bombée comme celle de la hache bulgare trouvée dans le district de Varna, à laquelle elle ressemble aussi comme forme de la lame ; la m a n c h e t t e de la hache d'Olténie est toutefois d'un contour intermédiaire entre les deux variantes de Schlemm 4 ). A la m a n c h e t t e de beaucoup allongée d'un seul côté, dans le sens de la variante b Schlemm et de celles de Grica, Kozarac et Lohinja s ) sont, deux autres haches, l'une de Ciovarniseni (Mehedinti) et l'autre aussi de l'Olténie mais d'une prove­ nance autrement inconnue e ) . Deux autres haches, à m a n c h e t t e toujours droite, mais un peu plus prolongée vers l'extérieur, d'une manière intermédiaire entre les variantes b et c de Schlemm, sont, l'une de Andreesti (district de Gorj) et l'autre du district de Mehedinti 7 ). Nous nous trouvons, sans doute, au milieu d'une famille de formes dont les éléments de ressemblance se croisent dans toute l'étendue de notre S u d - E s t . Il faut mentionner q u ' u n e hache du même t y p e général, mais beaucoup plus large, corres­ p o n d a n t à une variante que nous trouvons chez Pulszky 8 )., mais non pas chez Schlemm (ce qui constitue une lacune), nous a été apportée comme découverte de Cetâtuia (Mehedinti), avec, entre autres, une hache dite à bords droits "). Il n'est pas é t o n n a n t

>) l. c 2 ) Max Ebert, Reallexicon, I I , pi. 100-102. 3 ) Cp. la hache de Sevlievo (Bulgarie, pi. 100, fig. b) avec celle publiée par Pulszky (op. cit., p. 71, fig. 2) ou Hampel, ( I I I , p. 51, fig. 4), qui est la même que la variante a de Schlemm, (op. cit., p. 633, fig. a). De même, la hache de Bulgarie (pi. 100, fig. c) et celle du distr. de Varna, toujours en Bulgarie (pi. 101, fig. b), avec les nôtres de Sinaïa, (op. cit., p. 7, fig. 1 et 2). ') Ou de Pulszky et Hampel, /. c. La hache de www.cimec.ro

Rudari se trouve au Musée Aman de Craïova. '") En spécial l'exemplaire de la dernière localité (Wissensch. Mitlvil. a. B. u. If., X I , 1909, pi. XV, fig. 10. l; ) Toutes les deux dans la petite collection pré­ historique du musée Aman de Oaïova. 7 ) La première se trouvait avant la guerre au Musée de Târgu-Jiu; lu deuxième se trouve au Musée du lycée de Turnu-Sevcrin. 8 ) Op. cit., p. 71, fig. 4 et 5. 8 ) Au Musée national d'Antiquités de Bucarest.

366

NOUVELLES CONTRIBUTIONS SUR L'ÂGE DU BRONZE EN ROUMANIE

qu'un ensemble similaire ait été trouvé dans un dépôt du comitat de Tolna ») en Hon­ grie, comprenant cette fois-ci une hache plus rapprochée de l'autre variante: GricaKozarac-Sinaïa-Bulgarie 2 ), variante intermédiaire entre celles b et c de Schlemm, à côté, parmi d'autres, de deux haches toujours du type à bords droits, voir même d'une épée caractéristique, qui, ainsi que les haches à bord droits font dater le dépôt à la ΙΙ-e période de l'époque du bronze (Montélius, Kossinna). Commençant à varier par son allongement d'un côté, ainsi que nous l'avons vu. la manchette variera aussi du côté opposé. Avec cela nous dépassons de beaucoup les variantes établies par Schlemm, pour arriver à notre exemplaire de Drajnade-jos, qui a été notre point de départ. Nous pouvons poursuivre le changement pas à pas comme auparavant. Un exemplaire de hache de Pârscov (Buzàu) 3 ), — difficile à placer autrement, mais si natuiel dans le cadre de notre énumération typologique, — a la manchette droite d'un côté et prolongée de l'autre ; mais en ce dernier point en angle droit par rapport à la ligne horizontale du tranchant et sans échelon intermédiaire, comme c'est le cas pour les haches de Sinaïa ou de Bulgarie 4 ). Deux des trois haches en or de Tufalàu (Czôfalva), qui ont été égarées 5 ), ont la manchette parfaitement droite d'un côté, mais prolongée de l'autre côté par un échelon intermédiaire d'un contour toutefois beaucoup plus souple que dans le cas de Sinaïa et de Bulgarie. Vient ensuite la variante où le manchon se creuse d'un côté, devenant beaucoup plus concave que les variantes citées antiéreurement (la 2-e de Sinaïa, c et d de Schlemm, ou celle de Pulszky, p. 71, fig. 1 et Hampel, p. 51, fig. 6), de Bosnie et de Bulgarie. C'est le cas où l'autre côté du même manchon prend une forme de plus en plus fine, soit que la lame de la hache reste droite comme avant, soit qu'elle prenne un aspect beaucoup plus élancé et harmonieusement recourbé. Ici prendrait place, d'une part la moule de la hache à douille transversale trouvée à Troie VII 6 ), d'autre part l'exemplaire de Ugarcin,
1 ) Hampel, I I I , pi. C C X X I I I , fig. 1 avec 2, 3 et 6. 2 ) Max E b e r t : Reallex. I L , pi. 100, fig. c. ') C. Moisil: Collections particulières d'Antiquités en Roumanie, (Colec^mni particulare de Antichitâ^i în România). E x t r a i t du Œul. Comis. Monum. Hist.», 1911, p . 8, fig. 4. *) Il faut noter à cette occasion que la hache en bronze de Pârscov n'a pas le bord de la douille rehaussé par deux bourrelets seulement, mais bien par un troisième d'intermédiaire. Leur explica­ tion la plus plausible me semble ressortir de l'impression de puissance et de sûreté de l'em­ manchement, représentant ou simulant l'atta­ chement, comme le bouton du dessus qui mar­ que la fixation. Il est intéressant de noter qu'un bouton semblable se voit exactement au même endroit sur l'une des haches en cuivre de Grica (Wissensch. Mitt. aus B. u. H., X I , pi. X I V , fig. 4). E n ce qui concerne les bourrelets, je ne puis donner d'autre parallèle que la hache en

bronze ou en cuivre, tout d'abord, dite hache d'armes à trou d'emmanchure transversale de Russie, musée de Tsarskoeselo, citée par G. et A. de Mortillet, (Musée, pi. X C I X , fig. 1327) qui même comme forme est étroitement sem­ blable aux nôtres, ensuite la hache en bronze à trou transversal, mais d'une technique de beaucoup supérieure, de l'île de Chypre, présentée déjà par Montélius, (Die Chronologie, p. 253, p. 367). Nous nous abstenons d'insister en ce moment sur les suggestions qu'elle nous inspire. 5 ) Max E b e r t : Reallexikon der Vorgeschichte, I I , 1925, pi. 171, fig. c et d. e ) H . Schmidt: Heinrich Schliemanns Sammlung Trojanischer Altertiimer, fig. 267, no. 67, 6 8 ; Dorpfeld: Troja u. Ilion, Athen, 1902, p . 408 et 4 0 3 ; Max E b e r t : Reallexikon, I I , 1925, pi. 74 fig. h; V. P â r v a n : Dacii la Troia, dans «Orpheus», I I , 1926, séparément, p. 5, fig. 3.

www.cimec.ro
367

I. AÏNDRIEÇESCU

s
i f t^m/ ', fj ΙΡ^ΛΚ ,<v^ . i , / u ■**

1

de Bulgarie1), les deux exemplaires de Moldavie (sans pouvoir les situer d'une manière plus précise) 2 ), un exemplaire de Nehoi (de Buzau)3), de même que le 3-e exemplaire en or de fufalàu 4 ). Nous faisons asbtraction des ornements de l'exemplaire de Nehoi et de fufalâu. Enfin, ces haches à trou transversal prennent leurs derniers aspects de variante lorsque, aussi bien la partie supérieure que la partie inférieure du manchon passe de beaucoup au delà de la ligne horizontale de la lame. Un exemplaire de Hongrie a la lame droite et la partie inférieure de la manchette un peu plus longue que la partie supérieure, sans autre détail r'). La 4-e hache en or de Tufalàu a les deux parties de la manchette à peu près égales, massivement incurvées, en accord avec la courbure harmonieuse de sa lame 6 ). Typologiquement, notre hache de Drajna-de-jos, de laquelle nous sommes partis, avec la bifurcation de la partie inférieure de la manchette, perforée de chaque côté d'un trou rectangulaire, ne peut être, à mon avis, que le dernier terme de l'évolution présentée plus haut. Conséquent avec cette énumération, je dois placer, après cette hache, comme forme et comme époque, la seule de ce type qui d'après nos informations nous soit encore restée : l'exemplaire hongrois publié par Hampel (II, pi. CLXXIV, fig. 1 a et 1 6 ) ; en dehors d'autres traits, ce n'est que de cette façon que nous pouvons nous expliquer l'ap­ pendice qu'il possède à la partie inférieure, prolongée et bifurquée de sa manchette. Revenant à notre description, nous trouvons tout aussi caractéristiques à Drajnade-jos les deux dernières haches-marteaux à douille transversale ou haches d'Ormes à douille transversale (pi. III, fig. 16 et 17 ou pi. IV, fig. 3 et 3 σ ainsi que 4,4 σ et 4 h ) ; de même que le sceptre de commande à douille transversale, cité plus haut (pi. III,

Ifh^r
'
v

fi

8· 18 ou P1· IV' f i s · 5 ' 5

a et 5 ό

ill

i f VX^\^ /?> î D'un t v P e c ° n n u e t déjà classé par Gabriel de Mortillet7) (d'ailleurs comme appari y /tenant toujours à la Hongrie), les haches marteaux à douille transversale de Drajnade-jos, correspondent en tous points à celles bien connues comme telles, — sous le réserve que d'après la croyance générale admise jusqu'à maintenant, l'aire où elles ont été découvertes ne dépasserait pas vers l'Est les limites de la Hongrie d'avant guerre, — c-à-d. les Carpathes 8 ). Ce n'est pas d'ailleurs la faute
Y

n Q î StΛ^Ί^ί^Λ tjl·' /Γ/ίΥΐ/ / il """
_y^I . L· VA (JA- t ^ J i Γ

d'une

insuffisance

' ) Max E b e r t : Reallexikon der Vorgeschichte, I I , 1925, pi. 102, fig. e. ) Bulletin de la société archéologique bulgare, I I I , 1912, p . 88, fig. 67 et 68. «Par leur forme ces haches appartiennent au t y p e connue des y/ |\ιΤΓ*" " haches hongroises» d i t A. Tchilinghirow qui les I wrç I f j p ^ " ^ i publie. 3 V\ \J n \ C ) ^ ' M m 8 " · Colecfiuni particulare, p . 8, fig. 3, A r r^, I * 3 a et b. 4 ) Reallexikon, I I , 1925, pi. 171, fig. b. 6 ) Hampel, I I I , p i . C C X L V I I I , fig. 2. 6 ) Reallexikon, I I , p i . 171, fig. a. La même reproduite déjà par Gr. Tocilescu: Dacia înainte de Romani, Bucuresti, 1880, p . 443 et pi. I I , fig. 15 * ou p a r G. et A. de Mortillet: Musée, pi. X C I X , fig. 1326. 7 ) Classification et Chronologie des haches en bronze, p . 7 1 , fig. 8. 8 ) Julie Schlemm, op. cit., p . 490 e t suiv., a r t .

v^}*

. ^jWi

Acxtc mit angegossencr Schafthulsc. P a u l Reinecke les appelle: Streithammer mit Scheibe (apud Schlemm). Plus intéressantes sont les considérations de G. Kossinna q u i , en parlant de cette sorte d e haches-marteaux de la 2-e période de l'époque d u bronze d i t : «Au contraire des objets bien meilleurs (qu'en Suisse, France e t Angleterre), — quelques uns même étant jolis, fins et même splendides d'une manière frappante, se trouvent chez les h a b i t a n t s de la Hongrie, qui tenaient pour la plus grande partie de la race des Aryens du Nord, à savoir des Illyriens (Hongrie d u Nord, de l'Ouest et moyenne) ; en u n e moindre mesure (dans la Hongrie de l ' E s t et du Sud), cette population tenait de la race des Aryens du Sud ou, m a i n t e n a n t , après l'émigration de leur noyau vers l'Est, plutôt des Aryens de l'Est à savoir de la tribu thracique v . G. Kossinna: Die deutsche Vorgeschichte, p . 60, fig.

www.cimec.ro 368

NOUVELLES CONTRIBUTIONS SUR L'ÂGE DU BRONZE EN ROUMANIE

d'information. Une hache-marteau de ce genre a été trouvée très tard dans notre ancien royaume. C'en est une de Nehoï, du district de Buzâu, publiée à peine en 1911 *). Le trou transversal de nos haches est comme un tube massif qui se croise avec la hachemarteau poprement dite. Celle-ci, à son tour, possède d'un côté et de l'autre de ses plats, à peu près à son croisement avec l'orifice transversal, une saillie d'arrêt horizontale, assez élevée (comme cellà se voit surtout dans la pi. IV, fig. 4 a), trace de caractère pur ornemental, à présent, des mêmes saillies des haches dites à talon des temps antérieurs. L'ornement aussi joue maintenant un certain rôle. Nous le rencontrons sous la forme de nervures obliques sur les bords épaisses des trous, des deux haches-marteaux de Drajna-de-jos, même lorsque cet épaississement variait d'une hache-marteau à l'autre. C'est avec la même technique et le même soin, mais avec un ornement plus compliqué, que sont décorés les grands boutons des deux haches, qui s'opposent à leurs tranchants, leur attribuant de la sorte la qualité des marteaux. Leur surface est par­ tagée en quatre ou trois petits champs remplis de nervures parallèles entre elles, sé­ parées par de petits creux. Un autre détail intéressant, c'est que ni le partage de la sur­ face ni la direction des nervures ne se répètent exactement (pi. IV, fig. 3 a et 4 b). Exactement de même forme mais de dimensions différentes, la moins élancée des deux haches est aussi la plus lourde. S'il est vrai que les haches-marteaux de ce type se rencontrent dans l'Europe centrale et dans l'Europe du Nord déjà dans la période II de l'époque du bronze (Kossinna) *), en Pologne dans la période II et III (Kostrzewski) :î ), d'après moi les exemplaires de Drajna-de-jos nous ne pouvons nous les imaginer, ni comme formes, ni chrono­ logiquement, qu'en liaison avec tous les autres éléments d'inventaire comme nous avons procédé jusqu'à présent. Plus concluante que la similitude remarquable de nos exemplaires avec certains autres de l'Occident publiés par Hampel 4 ), me semble être la présence simultanée d'éléments d'inventaire que nous rencontrons, une fois dans le comitat hongrois de Bereg, où, à Tôkés, a été trouvée une hache-marteau semblable, en même temps qu'une hache à douille 5 ), — donc à peu près comme à Drajna; — une autre fois et beaucoup plus près, à Panticeu (Panczélcseh) dans le dép. de Solnoc-Dobâca, on a trouvé deux frag­ ments de pareilles haches-marteaux, avec d'autres éléments d'inventaire présents aussi à Drajna-de-jos: fers de lance, plusieurs haches à douille, dont l'une à ouverture concave (à Drajna de même), plusieurs faucilles à bouton (à Drajna une seule) et une à languette 6) (à Drajna de même).
126, 2—4 et 127, 1. De même Tallgren, parlant des haches de la Russie, dites du type de Pinega, les relie à celles «de type hongrois» («je crois que ce modèle se rattache à des types plus méridionaux, hongrois»): A.M.Tallgren, L'époque dite d'Ananino, p. 127 et 128, fig. 92 et 120, 12. ') C. Moisil: Colecpiuni particulare, p. 8, fig. 2. Nous n'insistons pas ici sur les questions de détail. Gr. Tocilesco qui avait utilisé tout le matériel connu jusqu'à son époque (1880) cite et reproduit seulement des exemplaires de Transylvanie et de Hongrie ; v. Gr. Tocilesco: Dacia înainte de Romani, p. 443 et suiv. pi. C, fig. 13 et 28. L ) Op. cit. Nous avons vu que c'est le même cas avec nos épées. *) J. Kostrzewski: Wielkopolska, p. 61 et pi. fig. 172—181, où l'on donne aussi deux épées du type et des variantes de celles qui ont été discutées en leur lieu. 4 ) I I , pi. CLXXIV, fig. 3 a et 3 b ; I I I , pi. CCXLVIII, fig. 1. 5 ) Hampel, I I I , pi. CXCIX, fig. 4 et 10. f ) Id. pi. CXL111, fig. 7 et 8 avec 5, 6, 2—4 et 12—18.

369 www.cimec.ro
24 Dacia I I 1925

V* I. ANDRIEÇKSCl) L ' e x e m p l a i r e s p l e n d i d e de t o u t e la collection d ' o b j e t s de D r a j n a - d e - j o s e s t , s a n s d o u t e , celui q u e n o u s a v o n s a p p e l é sceptre de commandement à douille transversale (pi.

I I I , fig. 18 et pi. IV fig. 5 a, et 5 b). De forme plus compliquée que les baches-marteaux antérieures, par la tournure spiraloïde que prend la partie qui pour les autres hacbes s'effile en un tranchant, le sceptre est, comme type principiel, identique. Le trou transversal se distingxie par ce qu'il a les bords beaucoup moins épais; l'épaississement est, proprement dit, remplacé par deux nervures parallèles en relief. Les saillies d'arrêt, horizontales et proéminentes de sa surface sont moins apparentes. Le sommet du marteau en forme de bouton est plus haut, plus bombé. En son tout l'objet est, paraît-il, le plus soigneuse­ ment fondu. Pas de traces d'emploi et d'aucune sorte. De même que pour la forme, l'ornement ne se répète pas identiquement. Non seulement que des saillies d'arrêt pro­ éminentes, à l'endroit du trou transversal, partent vers le bas deux nervures qui se resserrent en spirale d'escargot et décorent ainsi ce qui constitue pour les hachesmarteaux antérieures les faces nettes de la lame ; le gros bouton de la partie opposée, quoiqu'il répète comme ornement la division en quatre, ainsi que le parallélisme des nervures de chaque champ, varie dans le sens que les nervures d'une section sont dis­ posées d'une façon toujours plus oblique et non pas perpendiculaire envers la direc­ tion des sections voisines. L'intention de varier, même quand elle se répète, est évidente. J e crois encore une fois ne pas me tromper, quand je vois dans cette continuelle variation des formes et des ornements, d'ailleurs d'une manière fort simple, une habitude invétérée depuis des époques lointaines, attitude persistante qui s'impose presque comme ,un trait fondamental et spécifique de l'âme de ceux auxquels appartiennent de sem­ blables manifestations plastiques. Encore une fois l'aire géographique se définit avec des limites toujours moins vagues, 'par rapport aux régions avoisinantes. Il est encore une question qui se pose: c'est de 'savoir si à ce caractère spécifique de l'âme en correspond un de valeur ethnique per­ sistante ; du néolithique jusqu'au commencemen de l'histoire. L'avenir le saura de plus en plus clairement et sûrement. Qu'il me soit permis de le dire tout bas que je le crois dès à présent. Toutes les haches et les haches-marteaux à trou transversal, décrites plus haut, sont recouvertes d'une légère patine verdâtre, presqu'uniforme pour tous les éléments d'inventaire présentés jusqu'à présent et pour ceux qui vont suivre. Une seule fois, une seule hache-marteau à trou transversal a été noircie, ayant été sans doute mise au four par celui qui l'a découverte, pour s'assurer qu'elle n'était pas en or. Il n'en est pas de même des traces d'utilisation de ces objets. Contrairement à tous les éléments d'inventaire mentionnés et que l'on voit ou qui paraissent avoir été utilisés, les uns plus, les autres moins — aucun des objets décrits en dernier lieu, de la première hache à trou transversal et jusqu'au sceptre de commandement, ne nous donne pas cette impression. C'est un détail à noter.

Les pièces les plus nombreuses du dépôt de Drajna sont les faucilles. Au nombre de 199, elles peuvent être réduites à quelques types suivant spéci370 www.cimec.ro

NOUVELLES CONTRIBUTIONS SUR L'ÂGE DU BRONZE EN ROUMANIE

fication du tableau ci-dessous portant également sur la longueur, la largeur maxima, l'ouverture et le poids de chaque pièce.
B E

3
ESPÈCE ET CONDITION DE L'OBJET

u

"P
u

-o

g

.s

a >

« E -3 S
3 t> fi 3 '/) Mi _ï

S
2 S B E
M

ù
M C <u

Z O Figure

t

a

3
U

-a 2

se
1 2 Faucille à crochet

h-1 3

ss
11

u

'/>

< >

g
u
V

rs
'S
0L|

i
h-)

K W en 03 O

3

»
1)

»
»

»
»

3
4 5

» » >

» »

patte crochet

6
7

»>
» ■ >

»

»

» 9
10

» patte » crochet

»>
»

» »

» »

» patte » crochet » patte

11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43

»
» »

»
»

» »
1 >

» »
»

» crochet

»
»

» » » » » » » » » » » » » » » »
»

» » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » > » » » » » »
» patte

» » » »
» »

» » » »

» » » »

» languette » crochet

» »
»

» »

» »

» patte

15 16 17 18 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83

326 383 322 318 394 326 297 321 401 301 281 339 305 302 318 341 396 348 288 276 303 341 284 312 280 347 318 325 323 273 302 288 325 289 323 252 320 310 289 326 327 296 297

48 51 42 33 49 48 29 44 54 29 33 46 27 29 41 48 54 48 37 29 46 47 33 41 28 46 51 51 34 40 46 32 40 30 49 50 37 41 39 47 52 36 32

157 o 182 171 141 152 152 166 163 175 139 161 156 172 144 162 155 177 178 170 159 161 171 165 161 164 175 155 152 162 170 177 136 162 150 157 179 155 162 130 154 156 166 143

144 257 155 132 290 230 121 150 300 115 105 166 133 128 164 151 296 202 115 94 143 147 95 155 117 141 140 149 154 112 150 108 166 143 147 176 105 155 148 122 140 110 135

IV b IV c IV a III IV c IV b III IV b IV c III III IV a III III IV b IV b IV c IV c IV a IV a IV b IV c IV a IV b IV a IV c IV c IV c IV b IV b IV b IV b IV b III IV c IV b IV b IV b II IV c IV c IV b III

PL VII, fig. » IX, » > » VIL , > V, > » IX, i » VII, » » v, » IX, » » v, > > v, » > > VII, » > » V, » » v, » > > VII, » > » VII, » » IX, »
l> l>

VII, »

> > > > » » vu, > . » VII, » ') V I I , i » IX, » > ') X , » > X, » > > » VII, » » VII, «
■>

IX, VII, VII, VII, IX,

» > > » »

VII, »

» VII, » > VII, » > v, » » X , )> > » VII, » » VII, » » VII, » » v, »
1

» »
( >

X, X,

» > » >

VII, » >

www.cimec.ro

v,

»

23 21 1 7 22 24 6 25 23 8 9 2 10 11 26 27 24 25 3 4 28 26 5 29 6 27 1 2 30 31 32 33 34 12 3 35 36 37 4 4 5 38 13

371

I. ANDRIESESCU
V
M

V

Ό M

k l

_o
O E

ESPÈCE ET CONDITION D E I/OBJET

'3 a
V

H
«2 . < S
u 3

g 'R .
a S

0 S c
B
1>

C/3

>

ί

4 S
N3

S S

B) a 8

S5

O u

44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 60 61 62 63 64 65 66 67 68 69 70 71 72 73 74 75 76 77 78 79 80 81 82 83 84 85 86 87 88

faucille à crochet » » patte » » crochet » » ) > » > patte > » » crochet » » patte » » crochet » » » » » » » » patte » » crochet » » patte » » croc lift » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » patte » » » » » » » » » » » bouton » » crochet » » » » » » » » » » » » » » » » » patte » > crochet > » » » » » patte » » » » > > » » » » » » crochet » » patte » » »

S s 2 84 85 86 87 88 89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128

s 1 o o

B

M H

«

3 O 227 142 158 201 172 176 147 161 152 176 148 157 126 159 168 155 220 170 156 132 161 138 161 148 155 162 151 161 147 156 178 172 182 154 187 151 176 159 169 152 129 170 162 178 157

t S

u S

p. s*»

Figure

'3 a.

O H > ce a
03 O

353 297 316 389 325 306 275 337 275 335 248 314 279 300 326 335 324 299 341 246 326 213 336 262 297 303 302 281 240 334 321 335 343 266 270 311 390 323 290 296 263 286 323 248 303

42 29 50 43 33 45 25 47 38 43 26 48 23 42 44 48 48 44 47 39 42 37 43 38 28 34 25 27 34 49 38 44 46 29 37 35 53 48 29 29 23 28 41 27 27

161 124 135 220 169 130
84

IV c

III
IV b IV c

III
IV b

III
IV b IV b IV b

158 91 152 70 145 85 141 145 140 184 155 150 113 128 78 158 110 135 157 110 120 113 145 145 150 176 129 96 160 280 155 111 134 86 97 148 103 133

III
IV c

III
IV b IV h IV c IV c IV b IV b IV a IV b IV b IV a IV b

III III III III I
IV IV IV IV IV IV b b c a a c

III
IV c IV b

III III III III
IV b

III III

PI. X , fig. 6 » V, > » 14 » VII, » 39 > > » X, » 7 » V, » 15 » VIII, » 1 > » V, » 16 » VIII,.) 2 » VIII,» 3 » VIII,» 4 » V, » 18 » X, » 8 » V, » 17 » VIII,» 5 > » VIII,» 6 » X, » 9 » X, » 10 » VIII, » 7 » VIII,» 8 » VII, » 7 » VIII, » 9 » VIII,» 10 » VII, » 8 » VIII, » 11 » V, » 19 » V, » 20 » V. » 21 » V, » 22 » V, » 5 i VIII, » 12 » VIII,» 13 > » X, » 11 » VII, » 9 » VII, » 10 » X, » 12 » V, » 23 » X, » 13 » VIII, » 14 » V, » 24 » V, » 25 » V, » 26 » V, » 27 » VIII, » 15 » V, » 1 » V, » 28

www.cimec.ro 372

NOUVELLES CONTRIBUTIONS SUR L'AGE DU BRONZE EN ROUMANIE
B M

'S
B u

a
ESPÈCE E T CONDITION D E L'OBJET o >

.ta

3
.

-a
u

©

2 B Ό S £ K
S

« S 'P. . s

S
u 3

S S a
tu

ù M

a
u
tfi

s ligure

V

P

§

Eb a o 193 318 301 313 296 279 238 299 295 306 332 287 275 277 339 441 265 323 323 315 329 242 287 278 210 198 362 298 333 304 214 318 325 277 274 324 295 323 327 380 293 281 290 281 301

ÛD u es h-1

u S

'S

S o
153 143 163 146 128 238 149 146 157 169 164 207 196 157 183 135 165 152 158 174 — 149 — — 209 240 170 161 161 135 163 158 155 139 158 143 166 159 179 155 133 148 147 150 45 118 132 150 137 81 89 118 120 133 144 102 67 86 138 247 77 148 132 157 154 108 128 161 89 90 200 115 118 94 63 149 144 94 87 142 114 142 130 246 134 94 130 98 135 III III III IV h III III IV b III III III IV b IV b III III IV b IV c — IV b IV 1 . IV b IV b IV b III IV c IV b IV b IV c IV a IV a IV a IV b IV b IV b IV b III IV b III IV b IV b IV c III III III III III t » „ » » » i » » » » » » » » » . » » » i » » » t » » » » i » PL V, fig. 30 » V, » 29 » V, » » Mil. » V, > » » » i » > » » VI, » VIII,» VI, » VI, » 31 16 32 1 17 2 3

89 90 91 92 93 94 95 96 97 98 99 100 101 102 103 104 105 106 107 108 109 110 111 112 113 114 115 116 117 118 119 120 121 122 123 124 125 126 127 128 129 130 131 132 133

faucille à patte » » » » » » » ■ > » » > > » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » crochet » patte » » » crachet » patte » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » crochet » patte » crochet

129 130 131 132 133 134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173

25 33 28 40 29 24 43 27 28 37 46 37 26 26 48 53 24 44 49 42 47 44 28 47 48 41 41 39 39 35 35 45 50 35 26 47 30 44 48 52 28 24 29 24 28

brisée

I VII, » I VIII, » 18 VIII,» 19 V, V, X, VL » » » „ 3 2 14 4

VIII, » 20
tonne tlifférenlr

VIII, » 21 VIII,» 22 VIII,) 23 VIII,» 24 VIII,» 25 5

» patte » crochet » » » » » » » » » » » » » » » » » » » »

- VI, » >

X , » 15 VIII, » 26 V I I I , » 27 X, » 16 V I I , » 12 V I I , » 13 V I I , » 14 VIII, i 28 VIII,) 29 VIII,» 30 VIII,» VI, » VIII,» VI, » VIII,» 31 6 32 7 33

» patte » crochet » patte » crochet » » » » » » » » » » » »

V I I I , > 34 X , » 17 VI, » 8 » 9 V I , » 10 V I I , » 15 VI, » 11

» patte

) VI, )

www.cimec.ro 373

OBSERVATIONS

G

i. A M ) i { i i : . s i ; s c i i
(A

β

E
13 u O
O In «4>

ESPÈCE ET CONDITION D E L'OBJET

s 'S 3 B

>

S <i2

B B

V

|
B

a
'"0

o c

•S s * S
a o

S E S
v

S S a B
t > 1* 3 O

C

Λ

O
M
CL.

a

Figure

k l

H

H

3 a
btl

i
s
134 135 136 137 138 139 140 141 142 143 144 145 146 147 148 149 150 151 152 153 154 155 156 157 158 159 160 161 162 163 164 165 166 167 168 169 170 171 172 173 174 175 176 177 178
faucille à patte » » crochet » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » » »

S>
282 302 303 360 293 307 327 332 326 274 336 277 319 315 321 320 322 338 280 263 293 303 300 323 310 295 314 333 317 323 296 306 295 331 334 366 275 306 306 295 310 315 330 342 251

a

B a

u

' 3 a.

O
133 184 185 175 168 162 162 169 163 177 168 126 169 162 163 163 177 175 170 140 185 159 149 170 160 166 165 170 178 175 172 155 149 165 154 203 125 165 145 148 157 158 176 164 154
86 107 154 185 112 139 136 126 157 94 135 86 122 168 150 150 165 153 83 74 128 124 138 162 162 113 148 157 128 143 105 157 132 162 140 240 89 144 138 135 159 159 169 130 127

$ ai a CÛ

» patte » crochet » » » » » patte » crochet » patte » » » crochet » » » » » » » » » » » ?

» crochet » patte » » » crochet » » » » » » » » » » » »

» patte » » » » » patte » crochet » » » patte » » » » » patte » crochet » » » patte » crochet » patte

174 175 176 177 178 179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 199 200 201 202 203 204 205 206 207 208 209 210 211 212 213 214 215 216 217 218

B

o
III
IV a IV c IV b IV a PI. VI, fi?. 12 » VII, » ic « « » » X, » > VIII,» VII, » > VI, »

23 33 44 41 38 28 42 40 44 29 45 24 28 40 44 45 40 40 35 24 39 26 29 50 43 38 41 49 43 47 30 33 28 31 50 53 24 31 28 29 40 42 30 43 30

III
IV a IV h IV b

» VU, » > » VIII,» » VIII,» » VI, » » VIII,» » VI, » » VI, » » VIII,» » VIII,» » » » » » » » » » » » » » » » » VIII,» IX, » IX, . > VII, » VI, » IX, » VI, » VI, » IX, » IX, » IX, » IX, » IX, » IX, » IX, » VI, »

III
IV b

III III
IV b IV b IV b IV b IV b IV a


IV b

III III
IV b IV b IV IV IV IV IV b b b b b

III III III III
IV b IV c

. VI, » » VI, » ' » VI, » » IX, » » » » » » » » » » » X, » VI. » VI, » VI, » VI, » IX, » IX, » VI, » IX, » VI, »

III III III III
IV b IV b

III
IV b

III

18 35 17 13 18 36 37 14 38 15 16 :9 i 40 41 1 2 19 17 [orme différente 3 18 19 4 5 6 7 8 9 10 20 21 22 23 11 19 24 25 26 27 12 13 28 14 29

www.cimec.ro
374

NOUVELLES CONTRIBUTIONS SUR L'AGE DU BRONZE EN ROUMANIE u s
E

•v
fi
u
O E

h*

E
9

ESPÈCE ET CONDITION DE L'OBJET

'3 3

>

•S -s s
b P
il

ce

C/3

S

|
" ë 5 C S
kl

s
Cv

C tt

e
M

α
Cv

o
u

s
179 180 181 182 183 184 185 186 187 188 189 190 191 192 193 194 195 196 197 198 faucille à crochet

S 3 219 220 221 222 223 224 225 226 227' 228 229 230 231 232 233 234 235 236 237 238

-

o S
S

h3 334 353 315 268 330 300 328 322 281 306 330 355 333 286 332 276 282 295 310 302 46 39 45 29 48 29 45 49 22 30 41 43 31 29 50 24 35 40 28 30

3 E ce

C

a s >
O 156 201 190 138 157 146 163 155 129 151 152 167 170 135 157 155 155 135 145 143

a. H

F i g u r e.

< >

O H

'S eu

K en

m o

» »
» » » »

» »

» »

» patte » crochet » patte » crochet

141 184 137 108 129 134 159 146 85 133 151 177 166 122 151 83 110 111 139 136

IV a IV c IV c III IV b III IV b IV b III III IV a IV b III III IV b III IV a IV b III III

ΙΊ

vu, fig . 20
X, X, VI,

» »

»
»

» » » »

» » » »

» patte » crochet » patte » crochet » patte » crochet

»
»

»
»

»
» » »

»
»

» »

» »

» patte

»

» IX, » VI, » IX, » IX, % VI, » VI, > » VII, » ix, » VI, » VI, » IX, » VI, ) vu, > » IX, » VI, » VI,

» » » ) > » » ) ! > » » » » ) > » » » » » » »

20 21 30 15 31 16 17 32 33 21 18 34 35 20 36 22 19 37 38

Vu les classifications des faucilles de l'époque du bronze, besogne accomplie très minutieusement depuis longtemps — il nous faut citer au premier chef l'étude de M. H . Schmidt de l'Université de Berlin, entreprise à l'occasion de la publication du dépôt des faucilles de bronze de Oberthau, Merseburg (40 pièces) — la classification des fau­ cilles de Drajna-de-jos fut pour nous une tâche relativement peu difficile. 1 ) Nous avons t o u t d'abord et nous pouvons ranger sous le type I la faucille (inv. n o . 112 pi. V, fig. 5) qui est une faucille à bouton circulaire ou cylindrique, du t y p e connu comme tel dans toutes les classifications existantes. Avec la lame assez fortement
') E . Chantre: L'âge du bronze, I, 66 et suiv.. I I , 125 (faucilles à bouton, f. à talon, f. à languette, f. à rivets, f. à côtes transversales). E. Desor et L. F a v r e : Le bel âge du bronze lacustre en Suisse, 1874, p . 2 2 ; S c h u m a n n : Boit. Stud., N . F. IV, 1900,· p. 1 4 8 ; Die Kultur Pommerns in vorgeschichtlicher Zeit, p. 39 et s u i v . ; Cp. E v a n s : Bronze Implements, p. 194 et s u i v . ; L i n d e n s c h m i d t : Ait. unser. heidn. Vorze.it, I, 12, 2 ; K e m b l e : Horae ferales, p. 162 s u i v . ; Mortillet: Musée préhistorique, p. L X X et L X X V I I I (se ralliant plus étroitement à la classification de Chantre). Cf. H u b e r t S c h m i d t , Der Bronzesichelfund v. Oberthau, Kr. Merseburg, dans «Zf. fur Ethnologie», 1904, p. 416 et s u i v . ; H . Schmidt cite l'édition plus ancienne de Mor­ tillet; dans l'édition de 1903 les planches corres­ pondent aux planches L X X V e t L X X X I I I . Montelius, en 1900 (Die Chron. d. àltest. Bronzezeit, Braunschweig) s'occupe des faucilles e n passant et seulement de quelques exemplaires d e l'Europe orientale. L a classification de H . S c h m i d t a été adoptée ensuite par J . S c h l e m m : Wort. zur Vorgeschichte, p. 550 et suiv., art. Sicheln et prise en considération par J. D é c h e l e t t e : Manuel d,archéol. prêhist., II, 2, 1910, p. 267.

www.cimec.ro 375

I. ANDRIESESCU

recourbée et munie d'une seule nervure longitudinale lui affermissant le dos, notre faucille correspond parfaitement au type II β déterminé par H. Schmidt que l'on rencontre en maint endroit de l'Europe septentrionale et centrale. Différemment d'autres trois variantes, le bouton a la forme habituelle et se trouve au coin de droite de la partie inférieure de la faucille '). Phis intéressante pour nous que la dispersion en Europe de ce type de faucilles est bien sa présence à des endroits plus rapprochés de notre région. Parmi les endroits illustrés par Hampel comme étant compris dans l'ancienne Hongrie, il en est où ce type fut découvert exclusivement *). Dans certains autres, toutefois, de même qu'à Drajna-de-jos, on a trouvé des faucilles de ce type associées à des faucilles de type différent :! ), ce qui nous aide d'autant plus à définir le carac­ tère de notre dépôt. Il faut ajouter, à part cela, qu'on a découvert également dans cer­ tains endroits d'autres éléments d'inventaire, présents à Drajna aussi ou qui, n'étant pas représentés à Drajna, n'en sont pas moins des éléments précieux de caractérisation typologique et chronologique. Aussi voyons nous par exemple qu'on a trouvé à Panticeu (Pânczélcseh), distr. de Solnoc-Dobâca (Hampel, I I , pi. CXLIII), en dehors d'un certain nombre de faucilles à bouton (fig. 13—18), une à languette, telle qu'à Drajna (fig. 12), de même que deux pointes de lance (fig. 5 et 6) toujours tels qu'à Drajna, voire même trois haches à douille (fig. 2—4), dont une à bord concave (fig. 3). Beaucoup plus intéressant à notre point de vue comparatif est le grand dépôtfonderie de Spàlnaca (Ispânlaka), distr. Alba-de-Jos (Hampel, op. cit., I I , pi. CXLIV— CL), où furent trouvées non seulement des faucilles de tous les types rencontrés à Drajna, mais bien aussi d'autres éléments d'inventaire qui, représentés ou non représentés à Drajna, constituent des éléments caractéristiques d'encadrement de notre dépôt 4 ). En ce qui concerne les faucilles, la plupart de celles de Spàlnaca sont précisément du type à bouton (type II Schmidt, Hampel I I , pi. CXLVII, fig. 1—20, 23—32) cor­ respondant à notre faucille de Drajna, où elle se trouve en un seul exemplaire. On trouve à Spàlnaca en deuxième lieu les faucilles à languette (Hampel, pi. CXLVII, fig. 33—38 ; pi. CXLVIII, 14, 16—34), dont quelques-unes tout pareilles à notre faucille de ce type, représentée à Drajna par un seul exemplaire également et que nous rangerons sous le type II (pi. V. fig. X). Beaucoup moins nombreuses sont à Çpâlnaca les faucilles à
') a: der Knopf sitzt quer in der Mitte des Griffrandes; /;': der K n o p f h a t die gewôhnliche F o r m u n d sitzt a u c h in der r e c h t e n , oberen E c k e des Griffendes; y: m i t 2 Knôpfen in d e n E c k e n des Griffrandes; à: der Knopf ist noch m e h r n a c h der u n t e r e n . in der Schneide gelegenen E c k e des Griffrandes verschoben, als bei Variation a», Op. cit., p. 444. P o u r la dispersion de ce t y p e en E u r o p e , ibid., p . 432 et n o t e 5. f\ 2 ) J . H a m p e l : A bronzkor, I, L X L V , 2 0 ; C X I V , 5—10, 3 7 ; C X X , 1 1 — 1 9 ; I I , J C L X V , | 9 — 1 9 ; C L X , 4. Cf. H u b e r t S c h m i d t , op. cit., p . " 4 3 0 , n o t e 3. 3 ) Des faucilles à b o u t o n trouvées associées à des faucilles à l a n g u e t t e : H a m p e l , I , L X X X I X , 11, 1 2 ; C V I I , 23—27, 2 1 ; C V I I I , 32—39, 4 1 ; C X V I , 2 4 — 2 6 ; C X X I I , 2 9 — 5 4 ; I I , C X L I I I , 12, 13—18 ; C X L V I I , 1—20, 23—32, 33—38 ; C L X X I I I , 11, 10, 1 2 ; I I I , CXCVI, 22, 25, 27, 20—24 ( s u r t o u t 2 1 ) ; CCIV, 10—12, 14, 15, 1 9 ; 13, 16, 17, 1 8 ; C C X X X I I I (parmi 36 fragments de faucilles à l a n g u e t t e , d e u x seulement, n o . 16 et 25, du t y p e à bouton). 4 ) Épées et pointes de lances ( H a m p e l , I I , pi. C X L I V ) ; haches à douille et haches au bord concave ( H a m p e l , I I , pi. C X L V ; d ' a u t r e s éléments d'inventaire, pi. C X L V I , C X L I X et CL.— H . Schmidt observe u n e seule n o t e d i s c o r d a n t e ; c'est à propos de la hache à bords droits ( H a m p e l , I I , pi. C X L V , fig. 15) qu'il t r a i t e de «altes Eisen» Op. cit., p . 440, n o t e 2.

www.cimec.ro
376

NOUVELLES CONTRIBUTIONS SUR L'AGE DU BRONZE EN ROUMANIE

crochet (Hampel, pi. CXLVIII, fig. 1—13), type qui, ainsi que nous le verrons, est re­ présenté à Drajna par le plus grand nombre de faucilles. Il convient de faire remarquer à cette occasion que deux des faucilles de Çpàlnaca, rangées par Hubert Schmidt parmi les faucilles à bouton (Hampel I I , p . CXLVII, fig. 21 et 2 2 ; H. Schmidt, op. cit., p. 430, note 3) n'appartiennentt pas à ce type, mais à un type différent. Ce dernier, ainsi que nous le venons, est si bien représenté à Drajna, qu'il mérite une place spéciale dans la typologie des faucilles en bronze de la Dacie et de l'Europe sud-est. Aussi le rangerons nous sous le type I I I Drajna (pi. V I I — X ) . Nous ferons toutefois, au préalable, quelques considérations à l'égard de notre faucille type II à languette (Inv. no. 79, pi. V, fig. 4). Décrite comme type par H. Schmidt ') et caractérisée pareille­ ment par G. et A. de Mortillet 2 ), ainsi que par Déchelette 3 ), notre fau­ cille est une faucille à languette, à triple nervure, sans trou de rivet, et munie d'un talon qu'il faut distin­ guer du «point de coulée» (Gusszapfen), la plupart du temps brisé et dont les traces se trouvent à la hau­ teur de la courbe de la faucille (H.

Schmidt).
Très simple, elle n'accuse aucune des crénelures ou rainures garnissant d'habitude la languette des faucilles similaires des autres régions de la Dacie et de la Hongrie 4 ). Entre les variantes a et b établies par H. Schmidt (dont l'une à forme plus oblongue, au tranchant plus ou moins recourbé, sur la ligne duquel tombe plus ou moins verticalement le côté emmanché, et l'autre à forme géné­ rale plutôt demi-circulaire, avec une ligne non-interrompue du tranchant par rapport à la ligne du côté emmanché), notre faucille correspond beaucoup plus convenablement
') Op. cit., pag. 419, son type I (mit Ansatz, Ferse, talon). 2 ) Musée, pi. CXXXIII. Mortillet attribue les faucilles à languette «ausschliesslieh seincr époque larnaudienne, also der jungcren Bronzezeit», H. Schinidt, op. cit., p. 443. G. et A. de Mortillet ont observé «qu'il n'existe au morgien que des faucilles à bouton». Ils ajoutent «que si le bouton cylindriqucse trouve à toutes les époques du bronze, le bouton aplati est exclusivement morgien». V.Musée, 2-e éd. pi. LXXV.— V. aussi Déchelette, II, 2, p. 268, note 2. 3 ) Son type II, Manuel, II, 2, p. 267 et suiv. «Bien qu'il soit malaisé de classer les types chronologiquement avec une entière précision, on peut reconnaître que les faucilles à bouton se trouvent ordinairement dans les dépôts des périodes II et III, tandis que le type à languette est plus fréquent à la période IV». *) H. Schmidt, op. cit., p. 419 et suiv.

www.cimec.ro
377

I. ANDRIEÇESCll

à la variante a, sans toutefois aucune accentuation de la verticalité des deux parties composantes. Ressemblant beaucoup, surtout à l'une des faucilles du même type de Spâlnaca (Hampel I I , pi. CXLVII, 37: la même nervure affermissant le tran­ chant), moins, mais sensiblement beaucoup, à une autre du comitat hongrois Zala sur la rive droite du Danube (Hampel, I I , pi. CLIV, fig 15: qui est cependant plus oblongue en ce qui concerne le bout, et les nervures de la languette sont crénelées), notre faucille ressemble considérablement à celle que Schmidt cite comme ayant été trouvée à Tarente, à Scoglio del Torno — «forme de faucille archaïque», dit Schmidt, «qui se distingue très bien des faucilles en bronze plus récentes appartenenant déjà à la première époque du fer et représentant les formes de transition à celles en fer» ' ) . Par contre les faucilles, autrement ressemblantes, mais aux nervures la plupart du temps crénelées, soit de Piricse, en Zabalti, sur la rive gauche de la Theiss (Hampel, I I I , pi. CXCII, fig. 4) 2 ), soit surtout de Nagydém, dans le comitat de Veszprém (id. I I I , pi. CXCV, fig. 19) 3) ou de Kurd, dans le comitat de Tolna (Hampel, I I I , pi. CCX, [fig. 16, 20, 29] — pi. CCXII1), appartiennent à coup sûr à un milieu plus récent, illustré à plusieurs reprises par des éléments caractéristiques d'inventaire, épées et fibules, ou par certains éléments ornementaux tel que l'oiseau halstattien ornant une tête d'é­ pingle de Nagydém (Hampel, I I I , pi. CXCV, fig. 18 a). C'est bien le cas de faire remarquer que la susdite faucille, à laquelle correspondent vers l'Ouest beaucoup d'autres du même type, mais presque toujours garnies d'orne­ ments divers, qui ont été étudiées par H. Schmidt, est — comme d'ailleurs la plupart des éléments d'inventaire de Drajna-de-jos - - d'une simplicité qui milite égale­ ment à un certain degré pour la thèse d'une ancienneté que n'accusent la plupart des exemplaires similaires de la Dacie et de la Hongrie. Le dépôt tout entier de Drajna assume de ce fait un caractère unitaire beaucoup plus étroit. La simplicité veut dire ancienneté en espèce également, mais seulement à un certain degré et d'une manière respective. Dans le dépôt de Nemet Bogsan de l'ancien comitat Krasso du Banat (Hampel, I I , pi. CLXIV), qui excepté trois faucilles à languette 4 ), a livré une hache à douille (à trous) 5) et — ce qui est plus caractéristique — un ciseau plat' 5 ) du genre particulier à la soi-disante époque de cuivre de la Hongrie 7 ), deux faucilles ont la languette garnie de nervures crénelées. Le dépôt de Nemet Bogsan est par cela même, non seulement un indice précieux sur l'ancienneté des faucilles à languette (Période II), mais aussi le terminus a quo le plus convenable à l'orientation chronologique des matériaux affé­ rents de Drajna. _ Avec moins de dates comparatives, mais avec des caractères distinctifs assez précis par rapport à tous les types de faucilles connus jusqu'à présent, c'est le troisième type qu'il faut à mon avis distinguer à Drajna-de-jos: les faucilles que je ne saurais qualifier plus convenablement que faucilles à patte. Dépourvue d'autres mérites, cette
*) H . Schmidt, op. cit., p. 429 et fig. 29 p. 421. 2 ) Période I I I hongroise Reinecke ; cf. I I . Schmidt, op. cit., p . 441, note 3. 3 ) Période IV hongroise Reinecke. <) Fig. 7—9. : ·) Fig. 1 a et 1 b. «) Fig. 14 a et 14 b. ) F r a n z v. P u l s z k y : Die Kupferzeit in Ungarn, Budapest, 1884: «liinglich viereckige, diinne Flachmeissel», p . 51—52 et p . 53. V. aussi H . S c h m i d t , op. cit., p . 447.
7

378 www.cimec.ro

NOl VKI.I.KS CONTRIBUTIONS SUR L'ÂGE DU BRONZE EN ROUMANIE

^ ^ **Τ ^

dénomination a certes l'avantage de respecter le critérium de classification de tous les autres types de faucilles: leur façon d'emmanchement qui diffère de toutes les autres par un élargissement et par une disjonction de la nervure dorsale de la faucille, élargisse­ ment et disjonction qui servaient, sans doute, à son emboîtement dans un manche en bois confectionné spécialement en vue de ladite façon. Trop peu représenté vers l'ouest (nous avons constaté et séparé plus haut les deux exemplaires de Spâlnaca — Hampel, * II^jgJM^XLVI^^ — qui

(M l·^ ^Cov, ^ e P e u v e n t aucunement être des fauj j- pilles à b o u t o n ; mais il est expli1 quable que H. Schmidt les ait pas­ sées sous silence, vu qu'elles ne sont qu'au nombre de deux), — ce type de faucilles se distingue très nettement à Drajna-de-jos de tous les autres, non seulement par l'aspect de leur côté inférieur, précisément différent de celui des faucilles à languette ou à bouton et des faucilles, beaucoup plus nombreuses, à crochet, dont nous al­ lons nous occuper, mais par leur forme dissemblable aussi. Plus régulièrement arquée que toutes les autres, à une forte nervure dorsale et sans aucun autre orne­ ment, la faucille de ce type se répète à Drajna-de-jos 69 fois, ce qui est suffisant à assurer une place distincte à ce type de faucille, sous la réserve PI. VI. que des découvertes et observations ul­ térieures la confirment et la discutent. Dans trois cas seulement, les faucilles de ce type de Drajna-de-jos accusent une forme plus oblongue, plus ouverte (Inv. no. 127, 141 et 142, pi. V, fig. 1, 3 et 2), la­ quelle, en vertu de certains précédents 5 ), milite peut-être pour leur ancienneté plus reculée par rapport aux autres faucilles du même type. Une variante dans le même sens est même l'une des deux faucilles de Spâlnaca 2 ).

W%^S,

») «En outre, dans leur ensemble, les faucilles morgiennes sont en général moins courbées, moins arquées que celles du larnaudien», G. et A. de Mortillet: Musée préhisl., pi. LXXV ; v. aussi Déchelette, op. cit., p. 268, note 2. «Die Form der Sichel (du type à bouton) kann mehr oder weniger gekriimmt sein, teils halbkreisformig, teils nach der Art der Messcr mehr flach oder sogar mit aufgerichteter Spitze und geschwungener Schneide. Wie weit wir berechtigt sind in diesen Unterschied

die Merkmale verschiedener, auch chronologisch oder lokal getrennten Variationen zu sehen, soll erst weiter unten entschieden werden», H. Schmidt, op. cit., p. 422, note 2. «Die andere Grundform desselben Typus (à bouton) mit geringerer Krummung nach Art der Winzermesser kommt ebenfalls in Bôhmen schon in der altesten Bronzezeit vor etc.». Ibid., p. 447. 2 ) Hampel, II, pi. CXLVII, fig. 21.

379 www.cimec.ro

I. ANDRIEÇKSCU

Au fait, la plupart des faucilles de Drajna-de-jos sont décidément du type à crochet (128 exemplaires, pi. VII-X). Remarquées déjà comme type distinct par Oscar Montélius qui en met face à face deux exemplaires, l'un de la Hongrie et l'autre du Caucase, avec l'opinion que ce tvpe de faucille relèverait en Hongrie, comme tant d'autres choses, d'une influence de l'est 1 ), les faucilles de ce type ont été considérées jusqu'à Hubert Schmidt comme une «spé­ cialité hongroise», comme «une forme caractéristique du domaine de l'épo­ que hongroise du bronze, forme qui s'est développée exclusivement dans cette contrée» ou comme «type tran­ sylvain», selon Hampel «erdely typus» -). C'est justement ce que H. Schmidt conteste résolument, en montrant d'un côté qu'en ce qui concerne la fréquence, les faucilles à crochet ne peuvent pas contre-balancer celles du type à languette et à boulon, et de l'autre côté que les fau­ cilles de ce type ne sont pas limitées à la Hongrie, mais se rencontrent aussi bien au-delà de ses frontières, dans la Russie méridionale, dans le Cau­ case et en Pologne. Leur présence actuelle à Drajna-de-jos, entre les Carpathes et le Danube, dans des endroits qui n'ont jamais et d'aucune façon été hongrois, est de la sorte une confirmation en même temps 3/ 32 J3 J ^ 3 i Jo 3f 3S sy Se de ces opinions du savant alle­ PI. VII. mand. Ainsi qu'elles furent décrites toujours par lui, les faucilles de ce type ont à Drajna aussi le bout toujours recourbé en bas et le côté opposé par contre rehaussé en forme de crochet, probablement pour la même raison de l'affermissement de l'emmanchement 3 ). Le matériel disponible auparavant à Drajna était cependant trop exigu pour la caractérisation du type. Ce type de faucilles est caractérisé non seulement par le bout recourbé en bas et par la portion du manche rehaussée en forme de crochet. Un de leur traits

') Oscar Montslius: Die Chronologie d. àltesten Bronzezeit, p . 213 et fig. 513—514. 2 ) Ortway: Mitteil. anthrop. Gcsellschaft in Wien, 1887, X V I I , p. 39, cf. H . Schmidt, op. cit., p . 431. Une autre, toujours du Caucase, de Bekechew, de musée de Moscou, est reproduite par G. et A. du Mortillet: Musée, pi. L X X X I I I , fig. 1011 avec la remarque: «Cette forme se rencontre fréquemment

en Hongrie». Julie Schlcmm utilise les recherche» de H. Schmidt: «Sicheln mit hakenformig umgchogenem Griffende. Ihr Ursprung ist in Siïd-OstEuropa (Kaukasus, Sudrussland, Ungarn) zu suchen», Wôrterbuch zur Vorgeschichte, art. Sicheln, p. 551. 3 ) Op. cit., p. 423.

380 www.cimec.ro

NOUVELLES CONTRIBUTIONS SUH L'ÂGE DU BRONZI

EN ROUMANIE

distinctifs — même seulement d'après le matériel qu'ont eu à leur disposition Monte­ lius et Hampel λ ) — est l'angle formé par la ligne de leur côté dorsal, qu'il soit tout simplement intentionné, ce qui arrive aux faucilles de dimensions mineures, ou même réalisé, ce qui est le cas des faucilles de dimensions majeures ou tout-à-fait grandes. Cette considération m'a déterminé à séparer les faucilles de ce type en trois variantes a, b et c, qui ont été spécifiées dans le tableau respectif, en face de cha­ cune. [V. pour notre type IVa pi. VII, fig. 1 —22 (à l'exception des fig. 10, 11 et 15 qui sont de notre type III ou à patte); pour le type IV b, pi. VII, fig. 23 — 39, pi. V I I I , fig. 1 — 41 et pi. IX, fig. 1 — 20; pour le type IV c, pi. I X , fig. 21 — 27 el pi. X, fig. 1 — 21 j . Les variantes, loin de diminuer, corroborent l'exis­ tence du type comme tel, rencontré maintenant pour la première fois dans cette réunion caractéristique d'inventaire. Par contraste avec le dépôt de Bodrog - Keresztur, dans le comitat de Zemplen (Hampel, I, pi. LXLV, une faucille à crochet à côté d'autres du type à languette et à bouton) ou de Kér, dans le comitat de Somogy (id., pi. CXVIII, toujours une fau­ cille à crochet en face de beaucoup ïo Vf d'autres du type à languette) ou même de notre Çpâlnaca, où tous les PI. VIII types de faucilles de Drajna se ren­ contrent à côté d'autres éléments d'inventaire fréquents à Drajna aussi (des épées et des pointes de lances, des haches à douille et même une hache à bord concave) — ce n'est que la proportion qui est différente 2) — les faucilles à crochet se rencontrent
l ) Voir par exemple celles de Çpalnaca (II, pi. C X L V I I I , fig. 1 — 13) de la réunion suggestive avec les autres types de faucilles, pareille à celle de Drajna, mais diféremment répartie. *) Un exemple caractéristique d'association d'in­ ventaire des faucilles avec des exemplaires de haches à douille est certes cel.ii que cite H. Schmidt: le dépôt du Brod hongrois en Moravie (Mitteil. anthrop. Gesell. in Wien, X I V , 1884, Sitzber., p. 36: «haches à douille et faucilles dans un vase». Cf. Zf. f. Ethnol., 1904, p. 432, note 5. Le dépôt de P r a t o di San Francesco de Bo-

logna, cité par Déchelctte, où l'on a découvert en 1877 un vase énorme d'argile renfermant plus de 14.800 objets ou fragments en bronze, haches à douilles, faucilles, lances, etc. a été plutôt «le trésor d'un sanctuaire entretenu pendant une longue période de temps (Montelius dit même «une très longue période») par les offrandes succesives des dévots». Déchelctte, op. cit., p. 163 et 167, note 1. Des faucilles (toutes à languette, simples, assez ressemblantes aux nôtres) avec deux haches à douille, ainsi que d'autres éléments d'inventaire, parmi lesquels sont à mentionner deux colliers

381 www.cimec.ro

I. WDKIKSKSCl

pour la première fois à la Drajna-de-jos dans une majorité dominante leur valant sous ce rapport une place distincte. Est-ce que cela signifie en même temps une gradation chronologique de notre dépôt? D'accord avec H. Schmidt je pense qu'il soit difficile de résou­ dre la question avec une parfaite certitude. Quoi qu'il en soit, je me rallie tout-à-fait à son avis que Mortillet est dans l'erreur lorsqu'il considère le type de faucilles à cro­ chet plus récent que les autres (/. c , 2-e éd.; éd. l-ère,pl. L X X V I I I , fig. 862, citée par H. Schmidt, op. cit., p. 431, note 6). Bien plus, j'ai l'impression que vu les autres dépôts où ce type de faucilles est en minorité et où par contre — comme à Çpâlnaca, en comparaison de Drajna — d'autres éléments d'inventaire sont nom­ breux, comme par exemple les ha­ ches à douille et à bord concave que nous rencontrons à Drajna en un seul exemplaire, mais qui se trouvent ailleurs en plusieurs exemplaires et dans un milieu décidément plus ré­ cent ' ) , les faucilles à crochet de Drajna, présentes ici comparative­ ment en si grand nombre, non seuleu. H., 1896, p . 180 et suiv., Mackovac — cité par («zwei massive tordierte Halsringe») et surtout une fibule, pouvant être attribuée à la période IV Montelius, ont été trouvés dans le dépôt de Drenovi dô en Bosnie (Mitteil. aus Bosnien und Herzégovine, XT, 1909, p . 56 et suiv. et pi. X V I ) . Des faucilles (2) furent également trouvées associées aux haches à douille (21) à Motke en Bosnie (Wissenschaftl. Mitteil. aus B. u. H., V I , 1899, p . 144 et suiv.); de même à Mackovac dans la Bosnie septentrionale (deux faucilles à languette, 4 haches à douille ; «ungarischer Form», dit Fiala qui les publie Wiss. Mitteil. aus B. u. H., V I , p. 141 et pi. VI). V. Curcic enregistre ailleurs tous les endroits à fau­ cilles et à haches à douille de Bosnie et de Herzé­ govine, en comparant les premières avec des exem­ plaires de la Hongrie. «La plupart — dit-il — sont assurément importées de la Hongrie, à savoir celles des dépôts renfermant des haches à douille (Sumetac, Peringrad, V. aussi Wiss. Mitteil. aus B. nous plus h a u t également — et Zgosca) ce qui peut très bien être prouvé au moyen de types analogues de la Hongrie». Après avoir donné plu­ sieurs exemples comparatifs, Curcic conclut: «Les faucilles à la Mitteil. de ce type appartiennent en période du bronze» Hongrie (Wissensrh. IV-ème

a. B. u. il., I X , 1909, p. 94—95).

Avant Curcic, dès 1904, H . Schmidt s'exprime dans l'étude que nous avons citée a plusieurs re­ prises au sujet des faucilles de Bosnie et de l'Istrie, en les désignant des «pièces justificatives indubi­ tables q u a n t à l'origine hongroise nord-sud». «Elles concordent si bien avec les faucilles hon­ groises, qu'on est enclin à admettre une importa­ tion directe de la Hongrie». (Les paroles soulignées appartiennent à M. H . Schmidt). Op. cit., p. 432. *) Le dépôt de Komjâth, dans le comitat de Liptau (Hampel, I, pi. C X X — C X X I ) ou celui de

www.cimec.ro 382

NOUVELLES CONTRIBUTIONS SUR L'ÂGE DU BRONZE EN ROUMANIE

ment caractérisent une situation locale, mais réfléchissent en même temps, à un certain degré et au point de vue chronologique, un intervalle pendant lequel ce genre de faucilles étaient les plus nombreuses, comme les haches à douille, à Drajna, aussi bien qu'à Spalnaca. Les haches à douille à bord concave font à peine leur apparition et sont en tout cas relativement rares (Drajna). Elles seront plus tard, en échange, beaucoup plus fréquentes (Spalnaca, Komjath, Lâzârpatak) et, par contre, les faucilles à crochet diminueront. S'il en fut ainsi, n'avons nous pas le droit de considérer la seule hache à douille à bord concave de Drajna comme le terminus ad quem de son matériel? J e crois que oui. Les faucilles à crochet avec leur nombre respectable de Drajna appuient donc tous les autres indices de caractère stylistique et chronologique conféré h ce dépôt par une ancienneté devançant celle des dépôts identiques avec lesquels il a été comparé et dont quelques-uns accusent des éléments cer­ tains et fréquents d'inventaire hallstattien. * * * En ajoutant à ce qui précède le fait remarqué par H. Schmidt que, par contraste avec les périodes récentes et les plus récentes de l'époque du bronze — avec leurs riches matériaux (notre Spalnaca est peut-être typique avec des faucilles de tous les types de Drajna), — les faucilles du type à crochet font complètement défaut dans la période plus ancienne du bronze — nous voyons les faucilles de Drajna, à côté de l'autre matériel d'inventaire que nous avons passé en revue, dans la situation de délimiter chronologiquement notre dépôt d'une façon concordante et dans un cadre temporel assez bien précisé. Plus ancien que le dépôt de Nagydém (qui appartient selon Reinecke à sa période IV b ; parallèle et en partie plus ancien que celui de Piricse (qui selon le même auteur appartient à sa période I I I ) , — notre dépôt occupe au Sud des Carpathes une place à part, plus ancienne et dont le parallélisme envers la place occupée par Spalnaca de Transylvanie n'est que peu prononcé. Ce dernier dépôt accuse bien des traits communs
L a z â r p a t a k , Comit. Bereg (id., pi. C V I I I — C I X ) . H . Schmidt dit à propos de ces dépôts et de certains a u t r e s : «Die fur aile dièse jiingsten Dépôts charakteristischen Hohlcelte mit ausgeschnittenem R a n d e finden wir ferner in der Gussstâtte von D o m a h i d a (Domànesti, Satu-Mare)». H a m p e l , I , pi. C X X I I — CXXIV.

383 www.cimec.ro

I. ANDRIESESCl'

d'inventaire par rapport à celui de Diajna, mais des dissemblances appréciables n'en séparent pas moins l'un de l'autre au point de vue topographique et chronologique. J'estime attribuer à juste titre le dépôt de Drajna-de-jos aux périodes qui—selon la chro­ nologie de Kossinna-Montélius — correspondent à la seconde moitié du deuxième mil­ lénaire av. J.-Chr. Disposés par deux rangées de succession peu retardée, dont on ne saurait déter­ miner la précédence, les objets respectifs auront constitué le stock principal de quelque famille de commandant, ainsi que le témoignent le sceptre, les épées et les autres haches à douille transversale. Ce sont tous des objets qui dans ces temps-là avaient une valeur remarquable. Quant à l'origine de ces pièces, nous pouvons nous prévaloir des précédents créés par H. Schmidt en affirmant qu'elles furent moulées dans nos contrées et qu'en tout cas elles ne furent importées de régions étrangères ou éventuellement trop distantes, malgré qu'on n'ait découvert jusqu'ici que des moules de haches à douille et seulement en Olténie. Si l'une des conclusions de cette étude est celle, d'ailleurs naturelle, d'un échange culturel dans toute l'étendue de notre Europe sud-est poussée vers l'Ouest jusqu'en Italie et vers l'Est jusqu'au Caucase, sans nous préoccuper pour le moment des origines limitées à ce cadre de telle ou telle forme de civilisation — en tout cas le Sud classique ultérieur est loin d'imposer dans une proportion tant soit peu signifiante ' ) — une seconde conclusion qui, à mon avis, se recommande à notre esprit, est celle que nous devons abandonner, en fait de localisation géographique, le terme foncièrement impropre de Hongrie et le remplacer par celui de Dacie dans l'acception préhistorique et romane de ce terme. Ce que nous ne faisions qu'admettre par hypothèse en 1915, à l'occasion de la pu­ blication du dépôt de bronze de Sinaïa et de quelques pièces de Prédéal, est confirmé à présent d'une manière assez péremptoire par le dépôt de Drajna-de-jos inférieure, par l'épée découverte près de lassy et par les autres objets en bronze de provenance ciscarpathine qui ont été mentionnés à cette occasion.
I. ANDRIESESCU.

1 ) V. aussi H. Schmidt, op. cit., p. 452: «Wir sehen, wie auch ohne die sonst so massgebenden Einfliisse des klassischen Kulturbodens in Mittelund Nordeuropa eine reichc Entwickelung sich abspielt und ihre Spuren sogar an den Kiisten des

Jonischen Meeres znrucklasst». La citation se rap­ porte en détail à l'exemplaire déjà cité de faucille à languette de Tarente ressemblant beaucoup au nôtre, ainsi qu'on l'a spécifié plus haut.

www.cimec.ro

384

FOUI L L E S DE M AN AS Tl II E A
L'emplacement de la station de Mânâstirea se trouve sur la lisière N E du village de Mânastirea ') et se distingue par u n niveau très bas s'élévant de 4 m seulement au-dessus de la vallée de Mostistea. Aucune considération stratégique ne semble avoir présidé au choix du terrain et cette indifférence contraste singulièrement avec la prudence des autres stations contemporaines bâties toujours sur des hauteurs et occupant même des collines t o u t entières (ainsi Piscul Crâsani 2 ), Zimnicea 3 ) , Càscioarele 4 ). L'écoulement irrégulier des eaux de l'étang de Mostiçtea a miné les rives et n'a pu être endigué que récemment par le creusement d'un canal reliant l'étang au D a n u b e . Aux causes naturelles de destruction il faut ajouter les ouvrages d'extraction de terre glaise servant à la fabrication de briques et de torchis. On s'explique ainsi l'extrême trituration des restes céramiques ainsi que leur confusion et leur éparpillement sur une superficie de 3,50 m X 60 m. TERRAIN A Le terrain A (fig. 1) [a superficie de 20 m X 8 m] sur lequel s'exercèrent les premières fouilles fut choisi à l'endroit où un éboulement de la rive avait mis à nu de n o m b r e u x tessons et une grande quantité de torchis. J u s q u ' à 0,30 m de profondeur les fragments céramiques sont très mêlés et le torchis est presque entièrement effrité. On a trouvé à ce niveau la moitié d'un m a r t e a u en pierre. E n t r e 0,30 m et 0,50 rn de profondeur beaucoup de torchis très mal conservé et de nombreux tessons très mêlés. On remarque la fréquence de la bonne poterie grise, travaillée au t o u r , d a t a n t de la seconde époque du fer (Latène). Quelques fragments d'amphores grecques sans grande importance représentent seuls la céramique étrangère. Le métal est assez r a r e : à 0,30 m. de profondeur nous avons trouvé une fibule en bronze, sans aiguille (fig. 12, 20) de t y p e provincial romain, et à 0,40 m une petite lame de couteau en fer (fig. 12, 18). Le silex est très r a r e : on n'en a trouvé que deux éclats. E n t r e 0,50 et 0,90 on a trouvé une immense quantité de torchis dont les blocs très durs gardent encore l'empreinte de tiges de roseau, de baguettes flexibles de pieux et de brindilles de paille. De nombreux tessons dont la plupart travaillés au tour accompagnent ces restes. E n t r e 0,90 m et 1,30 on voit diminuer la quantité de torchis et le nombre de fragments céramiques. On trouve surtout des tessons de fabrication locale et de facture inférieure dont l'ornementation répète les motifs habituels: le bourrelet et les proéminences (Buckelkeramik).
*) Cf. Tocilescu, Dacia înainte de Romani p. 56, note 18; cf. aussi Radu Vlâdescu-Vulpe: Materiale isloricoarheologice (Duletinul Comisiunii Monumentelor istorice X V I I I , 40, p. 81). 2 ) I. Andricsescu, Piscul Crâsani f Analele Academiei Romane^, Bucuresti, 1924. 3 ) Fouilles de Zimnicea (inédites). 4 ) Gh. Çtefan, Station Latène de Càscioarele, I I I , 1926.

Dacia

385
25 Dacia II 1925

www.cimec.ro

GH. ÇTEFAN A 1 m de profondeur une anse d ' a m p h o r e grecque à estampille assez bien conservée (fig. 12,14). A 1,30 m u n e pendeloque en os ornée de p e t i t s cercles incisés (fig- 12, 10). D e 1,30 m à 1,80 m la t e r r e d e v i e n t plus dense. Les restes c é r a m i q u e s sont t r è s r a r e s .

Pjo

1" γ

» t ' Jo 60

)Q *> 90

tOC'i

Fig. 1. A 2 m ( m a x i m u m de profondeur des fouilles) absence complète de restes c é r a m i q u e s . Nous p o u v o n s s e u l e m e n t 1,80

On a t t e i n t la couche d'argile q u i n ' a p r o b a b l e m e n t j a m a i s été explorée. Ces premières fouilles ne p e u v e n t r é s o u d r e e n t i è r e m e n t le p r o b l è m e des h a b i t a t i o n s . m d é t e r m i n e r l ' e m p l a c e m e n t d e d e u x maisons d o n t l'une a longue d e 3,50 m et large d e

se t r o u v e a u coin N E , et l ' a u t r e β longue de 4 m et large de 2 m a u coin S E d u t e r r a i n

exploré. D a n s l'enceinte de la première maison, à 0,80 m d e profondeur, nous avons t r o u v é l ' â t r e long et large d ' u n m è t r e , c o n t e n a n t des restes de c h a r b o n , des os d ' a n i m a u x , et plusieurs tessons noircis.

www.cimec.ro

386

FOI ILLES DE MÂNÀSTIRKA TKRRAIN R La seconde t r a n c h é e , creusée à 120 m nord de la première, recouvre une détendue d e ' 2 0 X 8 m . La paroi de la rive p r é s e n t a i t ici aussi des m o r c e a u x d e torchis et de n o m b r e u x restes céramiq u e s . Mais les fouilles n ' o n t révélé q u ' u n matériel c é r a m i q u e fort t r i t u r é qui ne p e r m e t la reconstitution d'aucun vase. La succession des couches est plus n e t t e m e n t précédente. mise La en évidence tranchée que d a n s la fragments m quel-

proportion des Jusqu'à 0,60

céramiques est la s u i v a n t e : ques fragments d ' a m p h o r e s grecques assez r a r e s ; de la b o n n e c é r a m i q u e t r a v a illée au t o u r en proporFig. 2.

tions presque égales avec la c é r a m i q u e locale à proéminences et à b o u r r e l e t . A 0,20 m u n e p e t i t e fibule en b r o n z e , sans aiguille (fig. 12, 13). D e 0,60 m à 1,20 m d i m i n u t i o n progressive des fragments grecs et L a t è n e t r a v a i l l é s au t o u r et s u b s t i t u t i o n de la c é r a m i q u e m o u l é e à la m a i n . A 0,80 m et 1,10 d e u x fusaïoles en terre glaise. Les restes de torchis se t r o u v e n t e n t r e 0,40 m et 0,80 m de p r o f o n d e u r a u x points indiqués sur le p l a n (fig. 2). Nous a v o n s p u identifier a u t o u r des âtres α, β, y l ' e m p l a c e m e n t de trois h a b i t a ­ tions d o n t les dimensions sont les s u i v a n t e s : H a b i t a t i o n No. 1 a u t o u r de l ' â t r e a 2 m X 1,60 m . 3 m/2 m. H a b i t a t i o n No. 2 a u t o u r de de l ' â t r e β

H a b i t a t i o n N o . 3 a u t o u r de l ' â t r e y 2,80 m X 2 m . Le niveau des foyers varie : le foyer a est à 0,40 m de p r o ξ^ fondeur, le foyer β à 0, 80 m le foyer y à 1 m . Ils contienn e n t des restes de c h a r b o n , de cendres, de coquillages et d'os d ' a n i m a u x (principalement de porc et de m o u t o n ) . D a n s la Fig. 3. p r o x i m i t é de l ' h a b i t a t i o n 3 et près de la façade sud d u t e r r a i n B nous avons t r o u v é , à 1 m de profondeur, u n four ô les dimensions sont indiquées sur le plan (fig. 3). A u - d e s s o u s et au-dessus du four se t r o u v e n t des m o r c e a u x de torchis. D a n s la p a r o i i n t é rieure cuite j u s q u ' a u rouge on p e u t distinguer des tessons calcinés, des cendres et du c h a r b o n . A côté de ce four ô se t r o u v e u n e fosse ε en forme de callotte s p h é r i q u e a y a n t 0,80 m de profond e u r et 1,80 m de d i a m è t r e . Elle é t a i t remplie d'escargots, d e coquillages, de p e t i t s os a p p a r t e n a n t p r o b a b l e m e n t à des oiseaux, de p e t i t s tessons, d ' u n g r a n d fragments de j a r r e , de p e t i t s m o r c e a u x de t o r c h i s , etc. Elle servait à recevoir les restes m é n a g e r s de l ' h a b i t a t i o n . On r e m a r q u e e n t r e 1,40 m et 2 m la d i m i n u t i o n progressive des restes c é r a m i q u e s , et à 2 m leur complète disparition (fig. 4). N o u s signalons l'apparition de quelques fragments à p a t i n e . 387 dont

»~

www.cimec.ro
25·

GII. ÇTEFAN

SONDAGES Afin de déterminer l'étendue de la station nous avons procédé à une série de sondages dont le résultat a confirmé et complété l'aperçu stratigraphique indiqué plus haut. Sondage Z. Outre les fragments de céramique locale, moulés à la main, plusieurs tessons en bonne pâte Latène et de rares fragments grecs, nous avons trouvé les morceaux d'un peigne en fer (fig. 12, 12) à 0,40 m de profondeur, une meule de moulin à main gisant à côté d'un foyer à 0,80 ni de profondeur et tout près un broc Latène travaillé au tour et manquant d'anse et de bord ') (fig. 6, 6). Sondage R. Le sondage R (2 m X 2 m) [fig. 1] fournit de précieuses données stratigraphiques. Le matériel de la couche de civilisation, moins mêlé ici, permet de reconstituer le premier aspect de la station de Mânâstirea et de dresser le suivant tableau stratigraphique: Jusqu'à 0,60 m. de profondeur peu de torchis et de tessons dont la plupart en bonne pâte travaillée au tour. De 0,60 m à 1 m un nombre grandissant de fragments «locaux» de tradition néolithique et moulés à la main. De 1 m à 1,50 m des fragments d'une céramique plus ancienne dont la couleur brune, noire ou rougêatre est recouverte d'une belle patine. Nous avons trouvé ici une tasse (fig. 6, 3) de forme néolithique ; mais son voisinage avec la moitié d'une tasse datant sûrement de l'époque du bronze (l'exécution minutieuse en fait foi: v. plus bas la description pag. 6) prouve qu'elle appartient également à cette époque. D'ailleurs la présence à ce niveau d'un fragment de vase à patine (fig. 5, 14) dont la partie supérieure est côtelée, est décisive. Le petit vase en forme de double tronc de cône (fig. 6,2), orné de légères incisions obliques, est de la même époque. Autres sondages. À cet inventaire commun à tous nos sondages de Mânâstirea on doit ajouter de vagues fragments céramiques à patine, trouvés dans la tranchée C à proximité du sondage R. Les sondages P, O, R ont pu établir que la couche de culture ne dépasse pas l'épaisseur d'un mètre. Nous mentionnons aussi quelques tessons de l'époque romaine d'importance secondaire. LA CÉRAMIQUE L'inventaire de la station de Mânâstirea est formé surtout de restes céramiques. On peut distinguer deux groupes importants: I Les vases moulés à la main. IL Les vases travaillés au tour. I. VASES MOULÉS À LA MAIN Cette catégorie comprend un grand nombre de fragments céramiques trouvés surtout au plus profond de la couche de civilisation et mêlés en
*) Un broc pareil a été trouvé à Piscul Cràsani (cf. Fig. 4. fig. 182). I. Andrieçescu, Piscul Crusnni,

03

■fi

il

www.cimec.ro

388

FOUILLES DE MAlvASTIREA p r o p o r t i o n s égales à la b o n n e poterie travaillée au t o u r . Elle c o n t i n u e a) Céramique à patine. d'anciennes t r a d i t i o n s

néolithiques et se r e n c o n t r e f r é q u e m m e n t d a n s les a u t r e s stations c o n t e m p o r a i n e s . Au plus profond de la couche de civilisation se t r o u v e la plus ancienne poterie à p a t i n e q u ' o n ne r e n c o n t r e ni d a n s la s t a t i o n de Piscul C r â s a n i 1 ) , ni d a n s celle Zimnicea '-) et qui aidera à d é t e r m i n e r l'âge de la s t a t i o n , Son c o m m e n c e m e n t r e m o n t e à u n e é p o q u e plus reculée que celle qui vit n a î t r e les a u t r e s s t a t i o n s . La forme la plus fréquente est celle d'écuelle plus ou moins évasée (fig. 5 , 8 ) . Quelques fragm e n t s d'écuelle p r é s e n t e n t un profil légèrement recourbé en d e h o r s , à b o r d s p r e s q u e d r o i t s

(fig. 5, 1). C'est une ancienne forme q u ' o n r e n c o n t r e d a n s nos s t a t i o n s enéolithiques, p a r e x e m p l e à G u i n c l n i f a 3 ) , S u l t a n a 4 ) , Câscioarele 5 ), Boian 6 ), etc. On r e c o n n a î t l'influence de la t e c h n i q u e d u m é t a l d a n s l'emploi des légères incisions obliques q u i o r n e n t les b o r d s . C e t t e m a nière est f r é q u e n t e d a n s nos s t a t i o n s . Nous rappellerons les exemplaires à o r n e m e n t s pareils t r o u v é s d a n s la couche supérieure de la s t a t i o n de Câscioarele 7 ) q u e nous p o u v o n s r a n g e r avec c e r t i t u d e d a n s l'âge
1

du bronze et ceux de Lechin^a de M u r e s 8 ) . U n f r a g m e n t
8 e

d'écuelle

2

) f. Andrieçescu, op. cit., pag. 34. ) Fouilles de Zimnicea (inédites).

) Cf. notre article, Fouilles de Câscioarele, Dacia I I . ) V. Cristescu, Fouilles de Boian, Dacia I I . ) Dacia, I I . ) Dorin Popescu, Fouilles de Lechinfa, Dacia I I .

3

) VI. Dumitrescu, Fouilles de Gumelnita, Dacia II. *) I. Andrieçescu, Fouilles de Sultam, Dacia I.

7 8

389 www.cimec.ro

G i l . ÇTEFAN

présente un profil plus accusé qu'accentue encore l'incision horizontale qui marque la 1ίμ;ιι«· du bord. Ce profil est très fréquent ainsi que celui de la figure dont les bords légèrement moulés au doigt présentent trois sillons obliques et qu'on trouve habituellement dans nos stations de GumelniÇa et Câscioarele. Une autre forme assez fréquente est celle de bol à bords droits accentués à leur naissance par une cannelure horizontale et dont la surface est entièrement grêlée de légères impressions digitales (fig. 5,3). Les vases en forme de tasse sont également assez fréquentes. Un exemplaire entièrement conservé (fig. 6,3) d'une pâte rougeâtre soigneusement travaillée, de dimensions moyennes (hauteur 0,055 m, diamètre du fond 0,03, diamètre de l'ouverture 0,075) conserve l'anse qui s'élève beaucoup au - dessus du bord pour redescendre en décrivant un arc. Nous signalons surtout la tasse de la figure 5,15 de mêmes dimensions que la précédente à l'exception du fond dont le diamètre atteint seulement 0,02 m. La pâte est noire et présente une belle patine. La l'ifi. 6. panse du vase est ornée d'une zone de légères incisions verticales. Les cannelures horizontales, légèrement imprimées sur l'anse à l'endroit où elle rejoint le bord du vase, indiquent l'influence de la technique du métal. Les détails caractéristiques de l'ornementation rangent cet exemplaire dans l'âge du bronze tandis qu'on peut faire remonter plus haut l'origine de l'exemplaire précédent. Un petit vase en forme de double tronc de cône, à bords obliquement profilés en dehors, dont l'anse est perdue, a les dimensions suivantes: hauteur 0,67, diamètre du fond 0,035, diamètre de l'ouverture 0,07 (fig. 5,7). Sous une mince patine noire on discerne difficilement les incisions obliques assez irrégulières qui recouvrent toute la partie supérieure du vase. Cette même forme se rencontre fréquement en Bohême a ) dans la céramique de type Lausitz. Avec ces petits vases se trouvait aussi un fragment (fig. 5,14) de vase piriforme dont la partie supérieure était divisée en quatre secteurs par de côtes arquées en sens vertical. L'espace qui les sépare était coupé à son tour de deux côtes plus petites et à peine saillantes. Nous ne connaissons pas la forme de l'anse et des bords, mais les ornements ainsi que la pâte noire recouverte d'une belle patine suffisent à ranger cette pièce dans l'âge du bronze 2 ). Nous retrouvons d'ailleurs la même intention ornementale sur un autre tesson à cannelures obliques fort répandues dans l'âge du
J ) Cf. I. Pic, Die Urnengrâber Bôhmens, pi. V I I I No. 29 (l'exemplaire trouvé à Sovcnic bei Turnau) et p i . VII No. 27 (l'exemplaire trouvé à Lhan). 2 ) Ibidem, Tafel IV, No. 2, u n petit vase trouvé à Wesseln bei Aussig présente également des nervures

verticales descendant jusqu'au-dessous de sa ligne médiane. Cf. aussi Gawril Kazarow, Forgeschichtliche Funde aus Svetikyrillovo (Prahistorische Zeitschrift, VI, p . 70, fig. 3 a).

www.cimec.ro

390

F O U I L L E S DE MÂNÂSTIREA

bronze. La céramique à patine ne dédaigne pas non plus l'ornement en relief. Nous signalons ainsi de longues proéminences peu saillantes dont le rôle est purement ornemental (fig. 5,5). Une autre forme de proéminence caractéristique de l'époque du bronze est celle pointue à bout retroussé rappelant une corne. Les grandes proportions indiquent clairement les dimensions du vase auquel elle devait appartenir (fig. 5,11). Cette forme tourne notre attention vers la station voisine de Boian x) ou plus loin vers la civilisation du bronze de l'ouest balcanique. b) Céramique Latène faite à la main. La céramique que nous nommons «locale» gétique, par opposition à celle à patine, se caractérise par une technique inférieure, une pâte négligée et une mauvaise cuisson. A ce point de vue la poterie de Mânâstirea rappelle celle de Crâsani a ) de Câscioarele 3) de Tinosul *). Les formes manquent de variété. La plus fréquente forme est celle d'urne (ainsi qu'à Crâsani 5 ), à parois droites ou aussi légèrement arquées en dehors. Les bords sont droits et quelquefois recourbés obliquement vers l'extérieur. On rencontre aussi d'autres formes. Ainsi nous possédons la partie supérieure d'une cruche à parois épaisses, munie d'une anse rattachée directement au bord et décrivant un arc assez irrégulier (fig. 5,6). Un fragment de marmite conserve une partie du bord qui s'élève vers l'anse bien au-dessus du niveau habituel (fig. 5,12) rappelant l'exemplaire de Crâsani e ). La plus fréquente ornementation est celle en relief ayant comme principaux motifs les proéminences (Buckelkeramik) et le bourrelet alvéolaire. Ce bourrelet se rencontre dans toutes les stations similaires du Sud-Est européen, tantôt simple, tantôt double et reliant souvent les proéminences entre elles. Sur la plupart des fragments il est disposé horizontalement sur le corps du vase ou au bas des bords dont il accentue la ligne. Nous le voyons souvent oblique (fig. 11, 1 et 2) ou légèrement arqué reliant entre elles les proéminences. Les ornements recouvrent presque toujours la partie supérieure du vase. Nous ne possédons que deux tessons qui montrent des flancs de vase ornées l'un d'un petit bourrelet vertical, l'autre de deux bourrelets horizontaux surmontant immédiatement le fond. Les proéminences jouent ici le même rôle que dans la céramique de Crâsani. Nous remarquons des proéminences horizontales, longues, très saillantes et pointues, reliées souvent deux à deux par de petits bourrelets alvéolaires7)(fig. 5,9 et 10). Quelques-unes présentent un ou deux légers sillons8). D'autres, tout aussi nombreuses, ont la forme de bouton simple 9) (fig. 7,16) ou aplati par la pression du doigt 10 ) (fig. 5,13). Un autre fragment est orné d'un bouton écartelé en sautoir par deux diamètres croisés (fig. 11,8) rappelant l'exemplaire de Crâsani 11 ). Mais le bouton, cette fois, n'accompagne pas le bourrelet habituel, mais un ornement incisé obtenu en promenant un peigne sur la surface du vase. Cet ornement assez fréquent dans le Sud-Est se remarque aussi à Crâsani 12) où son éxecution est moins soignée. Plusieurs tessons provenant d'une grande urne sont ornés d'un bourrelet alvéolaire horizontal qui traverse une multitude de petits boutons répandus sans ordre sur toute la surface du

*) 2 ) 3 ) *)

Cf. V. Cristescu, Dacia I I . I . Andrieçescu, Piscul Crâsani, p. 36. Station Latène de Câscioarele, Dacia I I I , 1926. R. et E c . Vulpe, Tinosul, Dacia I, pag. 194 sqq., fig. 22—24. 6 ) I . Andrieçescu, op. cit., p . 37. o) Ibidem, fig. 74.

') ) ') 10 ) u ) 12 )
8

I. Andrieçescu, op. cit., fig. 33. Ibidem, fig. 31. Ibidem, fig. 29 sqq. Ibidem, fig. 23, 24. Ibidem, fig. 28. Ibidem, fig. 41, 42, 43.

www.cimec.ro

391

GH. ÇTEFAN vase (fig. 11,6). La partie supérieure est ornée d'une mince moulure qui décrit un S horizontal — très ouvert. C'est un ancien ornement néolithique et énéolithiqun du inonde Egéen et de tout le Sud-Est européen *).

d'incisions obliques ornant sa partie extérieure (fig. 7,20), et le troisième d'incisions irréguli· ères plus profondes et plus espacées recouvrant l'extrémité supérieure du bord (fig. 7,43). II. VASES TRAVAILLÉS AU TOUR Les tessons de Mânâstirea appartiennent pour la plupart à la céramique travaillée au tour. Leur pâte est celle de notre Latène: grise, bien pétrie, dure et résonnante. Nous devons signaler d'abord une catégorie de fragments qui présentent cette particularité d'appartenir par leur pâte à l'époque Latène et par leurs formes et motifs ornementaux à une époque plus reculée. La forme la plus fréquente est celle de vase plus large que haut, à profil angulaire assez accusé (fig. 7,21) à bords recourbés en dehors et moins en dedans présentant sur le rebord une incision circulaire parallèle à sa ligne intérieure. Quatre anses plates continuent la ligne du bord
*) Cf. F . Courby, Les vases grecs à reliefs (Paris 1922) p . 11, fig. 3, 5.

www.cimec.ro

392

FOUILLES DE MÂNÂSTIREA et rejoignent b i e n t ô t l ' é q u a t e u r d u v a s e . Cette forme très ancienne se r e n c o n t r e à L h a n *) en B o h ê m e a p p a r t e n a n t à l'âge du bronze. La ligne incisée q u i se t r o u v e sur n o t r e vase indique qu'il est plus récent. Les formes Lausitz persistent d a n s l'époque H a l l s t a t t et quelques-unes m ê m e d a n s celle l a t è n e . Ainsi l'urne de Pasakioi 2) r e p r o d u i t l'ancien vase arrivé a u t e r m e de son évolution. Le rebord de ce vase est orné d ' u n e série d'incisions horizontales et les q u a t r e anses o n t u n aspect plus a r t i s t i q u e . L ' é t a p e intermédiaire de cette évolution est représentée p a r le vase d e Mânâstirea q u e nous n'oserions faire r e m o n t e r à l'époque d u bronze. Des considérations de t e c h n i q u e nous p e r m e t t e n t de le ranger d a n s l'époque H a l l s t a t t . Lès m ê m e s qualités de p â t e et de forme plus large que h a u t e se r e t r o u v e n t d a n s le fragment de la figure 8. Les b o r d s sont également repliés en dehors et en d e d a n s mais cette fois ils sont b e a u c o u p plus larges. L ' e x t r é m i t é du rebord intérieur est légèrement élevée, t a n d i s que le rebord extérieur s'élève vers le milieu en u n e légère courbe. Le col est encerclé d ' u n e légère n e r v u r e qui le sépare du corps du vase. Celui-ci est orné d ' u n e double rangée de zig-zags parallèles exécutés Les angles des zig-zags sont ornés de rosettes en points incisés i m m é d i a t e m e n t sous la m o u l u r e . exécutées p a r l'impression d ' u n e estampille. U n a u t r e fragment présente u n e rosette liée à de faibles moulures horizontales ou obliques bordées d ' u n e double rangée de points incisés 3 ) . Si le fragment précédent ne p e u t être rangé avec c e r t i t u d e dans la catégorie des vases travaillés au t o u r , celui-ci présente à l'intérieur des traces évidentes de son emploi. On p e u t supposer que les o r n e m e n t s ont été exécutés à la m a i n et à l'aide d ' u n e estampille après que le v a s e a v a i t été moulé au t o u r et p e n d a n t q u e sa p â t e d e m e u r a i t molle. Un a u t r e fragment, a p p a r t e n a n t p r o b a b l e m e n t à u n e écuelle, r é p è t e le m ê m e o r n e m e n t . Cet o r n e m e n t , consistant en rangées de points incisés f o r m a n t des angles, se r e t r o u v e sur u n fragment de petit vase sans rebord ou plus p r o b a b l e m e n t de coupe. La p â t e noire à p a t i n e nous p e r m e t de faire r e m o n t e r son origine j u s q u ' à l'âge d u bronze (fig. 7,24). Le m ê m e o r n e m e n t infiniment plus compliqué se r e t r o u v e sur la p a r t i e supérieure d ' u n e cruche et consiste d ' a b o r d en u n e mince moulure horizontale qui accentue la ligne du col, puis en u n e rangée de points incisés en zig-zags d o n t les angles sont ornés c h a c u n d ' u n p e t i t cercle écartelé, ensuite en u n e zone nue bordée de deux incisions horizontales, et enfin en d e u x r a n gées de points incisés entremêlés de p e t i t s cercles, séparées e n t r e elles p a r une c h a î n e t t e parallèle de cercles écartelés (fig. 7,23). P a s s a n t à l'examen de la céramique travaillée a u t o u r , nous r e m a r q u o n s q u e la forme la plus fréquente est celle de terrine à parois plus ou moins évasées et à rebord fortement accusé (fig. 7,18,19,25). B e a u c o u p de ces fragments p r o v i e n n e n t p r o b a b l e m e n t de vases à pied d o n t ils r a p p e l l e n t le profil caractéristique. Nous n ' a v o n s t r o u v é à Mânâstirea a u c u n fragment de s u p p o r t , mais leur fréquence d a n s nos a u t r e s stations L a t è n e plaide en faveur de cette h y p o t h è s e . Quelques tessons ont le rebord légèrement replié en d e d a n s , d ' a u t r e s l'ont recourbé en dehors. U n fragment d'écuelle à bords repliés en d e d a n s et en dehors présente des lobes à l'extérieur d u rebord. On reconnaît l'ancienne manière néolithique qui inspire les p r o d u c t i o n s (fig. 7,22). La forme d'écuelle très évasée est également fréquente. Son profil se caractérise p a r u n e ligne oblique très inclinée f o r m a n t un angle o b t u s avec la ligne verticale d u col d o n t les b o r d s légèrement recourbés en dehors, r e m o n t e n t o b l i q u e m e n t vers l ' e x t r é m i t é (fig. 7,34).
) Cf. I. Pic, Die llmengraber Hiihmens, Planche VI, 17. *) Cf. Poppow, Godisnik, Annuaire du Musée National de Sofia, 1921, fig. 180.
J 3 ) Cette ornementation se rencontre en Bohême à Platenic (Cf. Pic, Die Vrnengraber Cëi/imens, PI. X X X V I I I , 23 et 27).

Latène

www.cimec.ro

393

CH. ÇTEFAN Nous rencontrons souvent la forme de bol au rebord a r q u é en dehors et accentué d ' u n e ligne incisée (fig. 7,42). Des profils pareils se t r o u v e n t en assez g r a n d n o m b r e à Lechinta de Mureç ') et d a n s la s t a t i o n L a t è n e de Câscioarele. U n fragment a des bords repliés en dehors et leur e x t r é m i t é obliquement ourlée en d e d a n s . Une a u t r e série de fragments a p p a r t i e n t à des vases plus h a u t s que larges, à p e t i t s b o r d s repliés en dehors t a n t ô t à angle d r o i t , t a n t ô t en sens oblique. D ' a u t r e s à large panse o n t u n col très r é d u i t , des bords droits également repliés en dehors et en d e d a n s , et u n profil triangulaire (7, 31,32,41). Quelques fragments de grandes j a r r e s (dolia), très nombreuses d a n s t o u t e s nos s t a t i ons L a t è n e , o n t le rebord fortement replié en

plusieurs sillons h o r i z o n t a u x . I n g r a n d fragment à le rebord orné de d e u x b a n d e s d'incisions horizontales. Un a u t r e exemplaire a p p a r t i e n t à u n dolium avec le corps du v a s e . L a t e c h n i q u e L a t è n e s'est aussi e m p a r é e de l'ancienne forme de broc. U n exemplaire t r o u v é à Mànâstirea (fig. 6,6) rappelle p a r ses dimensions et sa t e c h n i q u e le vase t r o u v é à Crâsani 2 ) mais son o r n e m e n t a t i o n se b o r n e à une ligne horizontale incisée i m m é d i a t e m e n t au-dessous de l'anse. Les éclats d ' u n p e t i t vase en forme de poire, forme fréquente d a n s t o u t le S u d - E s t , ne nous o n t conservé ni l'anse ni le rebord (fig. 6,4). Nous signalons le profil d ' u n fragment d'écuelle à rebord scindé en d e u x p a r t i e s d o n t l'une est droite et légèrement recourbée en d e d a n s , et l ' a u t r e repliée o b l i q u e m e n t en dehors (fig. 7,38). Nous r e t r o u v o n s ce profil à Zimnicea 3 ) t a n d i s qu'il est a b s e n t des s t a t i o n s de Crâsani et d e Lechinta de Mureç. C'est u n e indication q u e nous devons chercher les analogies vers l'ouest, sur le D a n u b e . Mais la forme la plus intéressante t a n t p a r sa fréquence q u e p a r sa n o u v e a u t é est celle d e vase t r è s o u v e r t à panse rebondie, a y a n t la p a r t i e supérieure r e c o u v e r t e de moulures horizontales b o r d a n t des o r n e m e n t s g r a p h i t é s . Le vase est s u r m o n t é d ' u n goulot très c o u r t et étroit (fig. 9) continué p a r u n rebord évasé en e n t o n n o i r . L ' e x t r é m i t é supérieure d u rebord est quelquefois b o m b é e ou légèrement recourbée vers l'intérieur (fig. 7,39) ou aussi s i m p l e m e n t repliée en dehors (fig. 7,37). U n e a u t r e série de fragments se distingue p a r u n profil n e t t e m e n t angulaire p a r l'intersection d e la moitié inférieure à peine a r q u é e , et de celle supérieure d o n t le rétrécissem e n t est accentué p a r des incisions et des m o u l u r e s horizontales (fig. 10J44, 4 6 , 4 8 ) . Le rebord est
*) Cf. Dorin Popescu, Fouilles de Lechinfa, 2 ) I. Andriesescu, op. cit., fig. 182. Ducia II.
3

s p h é r i q u e , d o n t le d i a m è t r e mesure

0,17 à l ' o u v e r t u r e . Les bords sont tellement repliés en dehors q u e leur ligne se confond presque

) Fouilles inédites de

Zimnicea.

www.cimec.ro

394

FOUILI.KS DK MÂNÂSTIREA

presque toujours droit. On remarque quelquefois un léger renflement à son extrémité, ou une faible courbure continuée en haut par une ligne oblique. Ces deux dernières formes sont rares dans la plaine valaque. On ne les trouve ni dans les stations de Cràsani (la station la plus rapprochée de Mânâstirea) et Zimnicea, ni dans les sondages de Câscioarele. Leur importance très réelle sera accrue quand de nouvelles fouilles fourniront le matériel comparatif qui permettra de déterminer leur zone de développement. Une simple suggestion serait d'attribuer ces formes à une influence occidentale (celtique) s'exerçant le long du Danube

ttfa**

Fig. 10. Une autre forme assez inusitée dans la plaine valaque est celle de marmite pansue à col très court et à rebord tantôt droit, tantôt horizontalement replié, soit en dehors, soit en dedans (fig. 7,27,31,36) *). Quelques fragments présentent à la naissance du col une moulure horizontale surmontant une zone étroite de zig-zags graphités (fig. 10, 44, 48). Nous devons signaler un fragment d'oenochoe en glaise qui conserve encore un lobe du rebord. Celui-ci est travaillé à la main à l'imitation des objets de bronze du Sud (fig·!^]^ On doit certainement reconnaître ici une influence méridionale plus ancienne. Ceci n'a rien d'étonnant si on pense aux rapports très serrés qui unissaient ces régions au sud hellénique 8) par l'entremise des cités grecques du Pont Euxin. Enfin un fragment de passoire en forme de tasse évasée à base sphérique et à bords légèrement arqués a conservé son anse. Celle-ci s'élève au-dessus du bord, décrit un arc et revient obli' ) Des profils ressemblants se trouvent à Hatvan Iioldog (Arhaeologiai Êrtesitô, 1895, p . 1 3 j . 2 ) V. Pûrvan, La pénétration hellénique et hellénistique dans la vallée du Danube (Académie Roumaine, Bull, de la Section historique, tome X) Bucarest, 1923·

i*K« H

www.cimec.ro

395

C i l . STEFAN

quement rejoindre la passoire à mi-hauteur. Le milieu de l'anse est marqué par un sillon plat moulé au doigt. De pareilles passoires se trouvent dans toutes les stations Latène et nous citerons seulement l'exemplaire de Cràsani l ) presque identique dans tous ses détails (fig. 12,4). Anses. Les formes et les profils danses présentent une grande variété. Quelques-unes sont simplement rondes, d'autres présentent une incision longitudinale, d'autres sont tordues et rappellent (fig. 10,60) parfaitement l'exemplaire de Cràsani -), enfin d'autres sont larges, plates et toutes simples ou sillonnées d'incisions longitudinales. Un exemplaire est sillonné à égale distance de deux cannelures longitudinales assez profondes (fig. 10,50). Lin autre exemplaire est partagé en deux bandes inégales par un sillon moulé au doigt (10,61). La bande la plus large présente en outre une légère incision longitudinale. L'anse est quelquefois séparée en deux par une nervure, longitudinale (fig. 10,55) 3 ). Celle-ci atteint parfois une assez grande largeur et est alors marquée d'une légère incision longitudinale qui la divise en deux parties inégales. Ornementation. La céramique travaillée au tour est ornée d'incisions et de dessins graphités. Le plus fréquent ornement incisé est la ligne ondulée (Wellenornament) à amplitude variable. Cet ornement est très ancien et dérive de la ligne en zigzag*). Le problème de ses origines à soulevé la discussion des archéologues qui l'ont attribué aux Slaves. Mais nous le trouvons dans nos stations Latène, donc dans un milieu archéologique plus ancien que l'époque des migrations 5 ). Ces lignes ondulées forment de bandes plus larges on plus étroites que nous remarquons sur des tessons en bonne pâte travaillée au tour, et surtout sur Fig. 11. des fragments de grands vases dont ils ornent la partie supérieure. Ces bandes sont très souvent bordées d'une incision horizontale. Un tesson est orné d'une double rangée horizontale de petits losanges emboîtés. Un vase a la surface entièrement recouverte de poinçonnages. Des formes et des ornements analogues se trouvent en Roumanie seulement à Apahida (près de Cluj) ,! ). Les petits vases sont
) I. Andrieseseu, op. cit.. fig. 185. , I. Andrieseseu, op. rit., fig. 152. 3 ) Comme à Ilatvan Boldog, (Arharlogiai f~.rlc.sito 1895 pag. 13, fig. 33). 4 ) Dr. R. Forrer, Reallexikon der priihistorischen, klassixrhen und fruhehristlichen Altertiimer, Berlin und Stuttgart 1907: «Wellenlinie als Gefiissornamente lui. n
2 J

schon auf Tongeftissen aus den agyptischen Steinzeit Hockergriibern von Nagada und Rallas auf. Oft erseheinen sie als Ahrundungen der Zickzack linie». b ) I. Andrieseseu, Piscul Cràsani, p . 68. e ) Cf. Dr. Kovâcs Istvân dans Dolgozatok-Travaux, 1911, fig. 27, 1, fig. 29, 1 et 4.

www.cimec.ro

396

*<

Ç^&jcffî

FOUILLES DE MÀ!NASTIMV\

d ' h a b i t u d e ornés de motifs burinés. Ceux-ci concordent p a r f a i t e m e n t avec les motifs incisés. Les plus fréquents sont la ligne en zig-zag et celle ondulée qui en dérive. Des o r n e m e n t s analogues se r e n c o n t r e n t en g r a n d n o m b r e en B o h ê m e l ) . L ' o r n e m e n t buriné en u n t o n plus foncé sur la p â t e grise et bordé de d e u x moulures parallèles r e m o n t e p r e s q u e j u s q u ' a u col (fig. 46). Il est quelquefois doublé c o m m e d a n s la figure 10,44. Nous r e t r o u v o n s la m ê m e manière d a n s l'ornement losange formé de lignes obliques b u r i nées (fig. 12,1). U n tesson reproduit très irrégulièrement ce motif qui devient 12,2). ainsi une espèce de réseau (fig. 10,

Le fragment de la fig. 12,3 est orné d ' u n e série de lignes burinées qui s'entrecroisent p o u r former de p e t i t s losanges surm o n t a n t d e u x lignes en zig-zag bordées de deux incisions horizontales. Céramique étrangère. La s t a t i o n de Mânâstirea nous à fottrnj tn-s IMMI de

fragments de céramique é t r a n g è r e . M. R a d u Vulpe, qui a v a i t exploré cette station d e u x ans a u p a r a v a n t , affirmait d a n s le r a p p o r t publié d a n s le Bulletin de la Commision des M o n u m e n t s historiques 2 ) q u e la poterie grecque y é t a i t très r é p a n d u e . Ce fut aussi n o t r e impression à nombreux locale poula première exploration. De fragments de céramique

tessons d ' a m p h o r e s grecques mêlés a u x v a i e n t faire croire à la fréquence de la c é r a m i q u e é t r a n g è r e . Mais les dernières fouilles nous p e r m e t t e n t d'affirmer la s t a t i o n de M â n â s t i r e a effet la s t a t i o n n'a pu que être
Fig. 12

u n g r a n d centre commercial gétique. E n de Piscul Crâsani a

fourni u n g r a n d n o m b r e de fragments de vases connus sous le n o m de «bols mégariens» «(en r é alité déliens) à o r n e m e n t s en relief 3 ) et aussi u n g r a n d n o m b r e de fragments a p p a r t e n a n t à la c é r a m i q u e hellénique 5 ) . d'amphores4). Les p e t i t s sondages de Piscul Coconilor ont fourni à M. R a d u V u l p e u n e riche moisson de restes

') Cf. I. I,. Pic et J . Déchelette, Le Hradischl Stradonitz No. 4, 9 et 14.

de

gcpresster Linie bestehend auf den Mont Beuvray in Stradonic bereits auch mit einen K a m m
2

und des

en Bohême, pi. I I I , Nos. 16, 4, 6 et pi. LIV

ausgefiihrt*.

) Cf. Radu Vulpe, Bulletin

de la Commission

Cf. aussi Dr. 1. Pic, Die Urnengrâber Biihmens, p . 260, note 242: «Die Wellcnlinie als keramisches Ornament gehort gewiss zu den so einfachen Ausschmiickungen

Monum.
3 4

hist., X V I I , 40, 1921, pag. 81.

) Cf. I. Andriesescu, op. cit., fig. 207 — 219. ) Ibidem, p . 69, fig. 204 si 20S. ) Cf. Radu Vulpe, Raport asupra sâpâturilor de la Commission des delà Monum-

dass es in den verschiedenartigen Kulturzentren erscheinen konnte. In niiherein Zusammenhange steht das La Tène Ornament in Altérer Zeit aus graphietierter ein-

6

Piscul Coconilor, Bulletin hist. X V I I , 39, p . 48.

www.cimec.ro

397

e n . ÇTEFAN

La station de Tinotul ') (bien plus éloignée de la vallée du Danube), celle de Zimnicea '-) et même celle de Câscioarelc 3) nous fournissent un plus grand nombre de fragments de céramique étrangère que ceux trouvés dans la station de Mânâstirea. Il est vrai qu'on à trouvé à Mânâstirea un nombre suffisant de fragments d'amphores, mais ils ne présentaient aucune particularité. Par contre on n'a pas trouvé de restes de <<bols déliens» si fréquents à Crassani et dans toute la plaine valaque tant dans les fouilles (Zimnicea) que dans les simples explorations qui servent à relever la carte archéologique de la Roumanie (p. e. à Vasilafi ou à Radoranul). « Deux anses d'amphores nous permettent de dater avec quelque précision la partie supérieure de la couche de civilisation. La première anse est malheureusement assez endommagée. L'estampille v * _ . comprend une seule rangée de lettres. Cel-

Ρ^

les-ci sont très grandes. Les lettres HP étant les seules conservées (fig. 12,11) ne permettent aucune reconstitution. Il est certain qu'elles devaient appartenir à un nom propre. Plusieurs noms commencent ainsi. Le plus fréquent est ΗΡΑΚΑΚΙΔΟΥ4) qu'on trouve aussi sous la forme H PA­ Fig. 13. KE ΙΔΟ Y 6 ). On rencontre aussi Ήρακλήτον β) et ΤΗρακ?ύωνος 7 ). La technique de la pâte semble indiquer Cnide comme lieu d'origine. Le timbre de la seconde anse présente deux rangées de lettres. La première est assez tremblée. On y peut lire la lettre E—ê[7iÎJ. La seconde contient les lettres ΑΙΊΟΛΑΟ[viov]. La forme arrondie de la lettre E prouve que l'amphore appartient au premier siècle avant Jésus-Christ. Quelques anses non estampillées, dont deux toutes simples, ainsi que deux fragments d'anses formées chacune de deux bandes soudées (fig. 10,59) et une anse inégalement divisée en quatre par trois moulures longitudinales (fig. 10,61) complètent l'inventaire de céramique étrangère de Mânâstirea. Céramique barbare. La partie supérieure de la couche de civilisation de la station de Mânâstirea a fourni aussi un petit nombre de restes céramiques appartenant à la première époque des migrations. Ils sont travaillés au tour. Leur pâte de qualité inférieure, mal pétrie et mal cuite présente un aspect brun et terreux. La seule forme rencontrée est celle de marmite rebondie à col très réduit. Le rebord est assez arqué et obliquement replié en dehors. Quelques exemplaires présentent un repli plus accusé et un sensible renforcement des extrémités. Quelques fragments se distinguent par un rebord droit légèrement creusé d'un sillon et bordé à l'extrémité d'un renflement harmonieusement arrondi (fig. 10,52 et 10,45). Nous signalons aussi le profil d'un rebord droit légèrement épaissi et arrondi à l'extrémité. Ces deux derniers profils indiquent les 5 ) Dumont, elles céramiques, suffit même de *) R. rapports qui unissent ces Dacia I. à celles étroits et Ec. Vulpe, Fouilles de Tinosul, formes p, 203. Latène dont Inscript,dérivent. Il pag. 316, No. 117, ,r ·";'/.". t, 'A /·,, — ff '·', £\
) ) *) 116,
3 2

Γ

I. Andriesescu, matériel inédit. Cf. Les fouilles de Câscioarele, Dacia II. pp. 138— 197. Dumont, Inscript. Céramiques de Grèce, p . 316, No. provenance de Cnide.

provenance de Cnide. Cf. aussi C. /.G". I I I , p . X V I I I , No. 77 et 78.
7

Pruefatio,

·) C. L G., ibidem, No. 79. ) C. 1. G., ibidem, No. 80.

398 www.cimec.ro

F O U I L L E S D E MÀNÂSTIREA

comparer quelques-uns des profils Latène de Mânàstirea aux exemplaires «barbares» de la même station pour être fixé. L'ornementation consiste en incisions horizontales et surtout ondulées 1 ). Ce motif, si fréquent qu il a fini par caractériser essentiellement la céramique «slave», se remarque dans de nombreux points de notre pays et tout le long du Danube bordant la plaine valaque 2 ). Deux fusaïoles entières, une moitié de fusaïole, une rondelle et une perle en terre glaise complètent l'inventaire des objets d'argile de Mânàstirea. Autres matériaux. L'os semble avoir été d'un usage très rare. Ceci expliquerait le nombre infime d'objets en os trouvés à Mânàstirea. Excepté un nombre très réduit de fragments d'os poli, nous avons trouvé une amulette, de forme prismatique, ornée sur trois de ses faces de petits cercles gravées pourvus chacun d'un petit point à l'intérieur. L'extrémité supérieure est percée pour laisser passer le fil destiné à la suspendre (fig. 12,10). Le verre n'est représenté que par trois fragments sans importance. On à trouvé fort peu de silex: à peine quelques fragments de lames de couteau, et quelques éclats qui ont dû servir à produire le feu. Nous devons citer aussi la moitié d'un marteau en pierre polie (fig. 12,5) qui pourrait bien être un objet votif. Conclusion. Le tableau stratigraphique nous permet de formuler certaines conclusions touchant le train de vie de Mânàstirea. Le sondage R prouve que la station a été habitée à partir du bronze IV et peut-être même du bronze III. Plus resserrée au commencement, et occupant une petite étendue située à la partie centrale de la rive, elle s'est étendue, au nord jusqu'à l'actuelle «vallée du tabac», éparpillant ses habitations même au-delà jusqu'à la vallée «de la terre rouge», et au sud jusqu'à la route qui longe la glacière de la propriété du Prince Carol. Le maximum d'étendue a dû être atteint au I-er siècle av. J. Chr. La station a été plus faiblement habitée durant l'époque des migrations, mais elle n'a sûrement jamais eu de population très dense étant dépourvue d'ouvrages de fortification. Les rapports commerciaux avec le Sud grec n'ont jamais eu l'importance que pouvait offrir sa position voisine du Danube et bordant une vallée qui ouvre l'accès de la plaine valaque . Les produits grecs sont plus nombreux dans la station voisine de Piscul Coconilor ainsi que dans des stations situées plus au nord: par exemple Piscul Cràsani, etc., ou le long du Danube à l'ouest de Mânàstirea. La vie locale s'y est développée à l'abri d'influences étrangères trop puissantes. L'état des fouilles ne nous permet pas de préciser les rapports qu'entretenait cette station avec les autres stations contemporaines. Nous remarquons cependant de nombreuses analogies avec les autres stations Latène surtout en ce qui concerne la céramique locale qui continue l'ancienne base néolithique commune. Mais les différences aussi doivent être notées. La céramique travaillée au tour de Mânàstirea ne ressemble à la céramique d aucune autre station de Valachie. Des analogies de forme et de technique d'ornementation ne peuvent s'observer que dans la région qui s'étend de la Tisa (Theiss) moyenne jusqu'à Apahida (N O de la Transylvanie). Mais tandis que de Hatvan Boldog à Apahida le Nord Ouest transylvain se caractérise par l'unité de sa civilisation due à la migration celtique, la station de Mânàstirea demeure isolée jusqu'à présent dans la plaine valaque.
GH. STEFAN. *) I . Forrer, Reallexikon p. 90 de l'article cité: «Zu • i mu i typischen Ornament wird die Wellenlinie erst in der epatgeschichtlichen Zeit, wo sie auf Gefiissen der epat Tène Zeit (so auf dem Hradischt von Stradonitz dani^auf rômischer Baucrnkeramik und besonders ausir gebildet in der friihslavischen Tôpferware («Ringwallkeramik») widerkehrt. 2 ) A Greaca (district d'Ilfov). Cf. notre article, Matériel pour servir à la carte archéol. de la Roumanie, Dacia I I I , 1926. 3 ) Nous adressons nos vifs remercîments à M-lle M. Holban pour la traduction en français du présent r a p p o r t ·

www.cimec.ro

399

RAPPORT PRÉLIMINAIRE SUR LES FOUILLES ARCHÉOLOGIQUES DE L'ANNÉE 1925
I. La premier© fouille de cette année a été laite pour le Musée d'Oradca-Mare, dans la commune Otomani (Ottomâny, distr. de Bihor) en deux endroits: à Cetà{uia (Varhegy) et dans une île de la rivière Er, vis-à-vis de Cetàtuia, au point nommé par les habitants du pays citadelle en terre (Foldvar). 1. Cetàtuia, est un promontoire élevé qui domine les environs, c'est-à-dire un point très propice pour une station, d'autant plus qu'au pied du promontoire, coulait la rivière, dont la rive abrupte, la défendait de ce côté. Les premiers colons, les représentants de la culture énéolithique, en y creusant un fossé dans les directions. E et S (les côtés où le promontoire communiquait avec, les territoires avoisinants), ont fortifié de cette manière leur abri. L'existence de notre station a duré jusqu'à la première phase de l'époque du bronze. Celle de l'île de l'Er, lui était contemporaine Des vestiges d'habitation, ont été trouvés tant en dehors des fossés, que dans les jardins de la commune, qui s'étendent vers l'Er. Il y a des indices que ces habitations n'ont pas du tout mené une vie séparée et indépendante, mais au contraire ont eu entre elles des relations, même très étroites. Cetàtuia n'est pas d'une grande étendue. Seul un nombre très limité de familles a pu vivre sur ce territoire, et même ces dernières ont dû passer une bonne partie de leur temps au dehors, obligées qu'elles l'étaient, de s'adonner à l'agriculture (qu'on ne pouvait pratiquer que dans les plaines environnantes) et à la pêche dans l'Er. Les sites constatés dans les jardins de la commune, jalonnaient probablement une route qui devait mener à la rivière, fait qui confirme que les habitants de la citadelle se livraient au canotage et à la pêche, ce qui devrait nuire aux moyens d'existence et aux intérêts des autres habitants de l'île d'Er. On n'a trouvé à Cetàtuia aucun tesson grossier ou négligemment travaillé, mais seulement des restes de produits soignés, qui dénotent un goût affiné. Selon nous, les choses se sont passées de la manière suivante: la vie quotidienne de la tribu se passait en grande partie dans l'île, sur la rive gauche de l'Er et au pied de Cetàtuia; le territoire de la citadelle constituât la résidence du chef et le refuge où on portait les objets de valeur et où on s'abritait en cas de péril. Avec les fonds amassés par les amis de la Valea lui Mihai, pour le musée d'Oradea-Mare et dont nous avons pu disposer à notre gré, on n'a pu fouiller qu'une superficie de 180 m 2 . Cette recherche a néanmoins été assez riche en résultats vraiment importants. Quant à la stratigraphie, on a pu distinguer trois couches. La troisième atteint la profondeur de 1 m ; la seconde de 60 cm en partant d'en haut ; la première de 30 cm. Chaque couche

400

www.cimec.ro

RAPPORT PRÉLIMINAIRE SI |{ LES FOUILLES ARCHÉOLOGIQUES DE L'ANNÉE 1925 conserve des restes d'âtres à feu, les uns très peu usés, les autres enduits d'argile et devenus rouges à force de cuisson, dénotant ainsi un long emploi; puis des décombres d'habitations qu'on pourrait grouper en deux types: le type rond et le type carré. Les habitations de forme ronde sont en partie souterraines. Des rapports spéciaux suivront, les fouilles terminées. Nous donnerons toutefois ici, le plan d'une habitation, située à la seconde couche, à 60 cm de profondeur. L'aspect de l'emplacement est celui d'un espace couvert de crépi et de terre brûlée. Après le nettoyage on a pu constater que le pavement de la chaumière avait été fait d'argile très compacte, à force d'être battue. Autour d'elle, on a découvert des traces de pieux — au nombre de 12 — enfoncés dans la terre jusqu'à 30 cm et dont l'épaisseur était de 8 — 1 2 cm. Deux fois on a trouvé deux pieux, l'un près de l'autre. On doit y voir très probablement l'entrée de la cabane, d'autant plus qu'en face d'elle, on a fait une -fHOO. découverte assez importante: une habitation souterraine d'un diamètre de 2 m, enfoncée de 1.25 m dans la Fîg« l· terre. Les parois étaient brûlées et sur le «pavement» on a constaté les traces d'un feu, qui aurait mis assez longtemps à se consumer. On connaît aussi une autre variante de ce même type — habitation souterraine (fond de cabane) — située au même niveau que la précédente, et correspondant à la découverte analogue de Valea lui Mihai. Elle est pourvue d'un trou ou entrée ronde, d'un diamètre de 80 cm, s'élargissant de 60 cm, jusqu'à la profondeur de l—2 m, puis se rétrécissant immédiatement et se continuant de la sorte encore 20 cm. On a constaté sur le fond de la cabane des traces de feu, elle était, d'ailleurs entièrement bourrée de restes céramiques, de charbons, d'os d'animaux domestiques et sauvages. Quoique la durée de cette station s'étende de l'énéolithique jusqu'à l'époque du bronze, on n'y a découvert aucun vestige métallique, mais des ustensiles en pierre, os et argile. On a trouvé un moulin à main (pierre à moudre le blé, en pierre, qui témoigne des occupations agricoles de la tribu, ainsi que plusieurs lames, racloirs, voire même une scie, le tout en silex ou obsidienne. Les objets en os sont pour la plupart des alênes ou des poignards. Le cuivre rouge étant très probablement importé et par conséquent trop cher, l'os, bon marché et facile à travailler, conserve encore son rôle prépondérant. Les cornes de cerf, de chevreau, les défenses de sanglier sont des témoignages de la vie de chasse des habitants, tandis que les os de boeuf, cheval et .porc, nous font penser à l'élevage. Plusieurs poids de filet de pêche, les accessoires les plus usités parmi les ustensiles de la pêche, ont été façonnés en argile. Néanmoins le nombre le plus considérable a été constitué par les tessons céramiques, aiusi que par les vases entiers ou très peu endommagés. Tous sont des exemplaires d'une technique fine et avancée et leur décor témoigne d'un goût assez développé. Les motifs décoratifs sont: le point, la ligne droite la ligne brisée, la spirale sculptée, entaillée ou légèrement incisée, l'empreinte du bout du doigt ou de l'ongle appuyé sur l'argile encore molle, puis: le trait, la bosse.

www.cimec.ro
26 Dacia II 1925

401

Dr. MARTIN ROSKA Le plus important des ornements est sans doute la spirale développée de la fin de

notre néolithique·
Contemporaine de cette station est celle de l'île d'Er que les paysans nomment «la citadelle en terre» (Foldvâr). On n'a creusé ici qu'un'fossé de 12 X 3 m, toutefois cela a été suffisant pour nous donner une idée de sa culture, d'après ses couches stratigraphiques. La profondeur de cette fouille atteint 90 cm, correspondant presque exactement à celle de Cetà^uia. A 30 cm de profondeur on a constaté une habitation à demi souterraine, correspondant à la couche supérieure de Cetàtuia. Un fond de cabane ronde, avec âtre bien cuit à cause du feu qui y était constamment allumé, a été trouvé à une profondeur de 60 cm, comme dans la couche moyenne de Cetàtuia. A la profondeur de 90 cm, on a atteint la terre vierge. La faune était la même que celle de Cetâjuia. On a trouvé également beaucoup de meules. La céramique correspond aussi, étant contemporaine. On n'y a pas trouvé non plus de métal. Une pointe de poignard en pierre confirme notre détermination chronologique concernant cette station. Nos recherches comme aussi d'autres recherches, exécutées dans des points différents, nous démontrent assez clairement, qu'un centre de civilisation devait exister dans ces

V-

&

402 www.cimec.ro

RAPPORT PRÉLIMINAIRE SUR LES FOUILLES ARCHÉOLOGIQUES DE L'ANNÉE 1925 parages, qui. tout en devant beaucoup à ses voisins et à des contrées plus éloignées, était assez original pour étendre à son tour son influence jusqu ' à Troie et en Crète.

le fait que du X I Fjg· 3. au X I I siècles, on avait employé ce terrain en guise de cimetière (j'ai fouillé plusieurs de ces tombes) et ensuite, du X V I au X V I I siècles on y a bâti plusieurs constructions en pierre et en briques. 4. En cette même occurence on a éclairci également la question du cimetière préhistorique de Cheç (Magyarkécz, distr. de Bihor) près de la ferme de Iuliu Lukaszy. Les résultats nous ont prouvé qu'ici il ne peut être question que de deux ou trois tombes éparses, dues probablement à une famille ou tribu qui aux temps énéolithiques aurait traversé ce territoire, se dirigeant vers la rivière de l'Er. 5. Près de la commune de Biharia, (Bihar) on a commencé l'année passée la fouille d'un cimetière de l'époque des migrations, resp. du X I au X I I I siècles, au-dessous duquel il y avait une considérable station énéolithique, représentée par une seule couche de culture, ruinée en partie par les enterrements ultérieurs. Cette année on a fouillé encore 133 tombes (en tout 506), au-dessous desquelles on a découvert d'importants restes préhistoriques. 6. Après les fouilles de Biharia, nous avons accompli un ancien devoir, en allant voir la collection archéologique de M. le pharmacien Paukerth de Çecheihid (Székelyhid distr. de Bihor), provenant en grande partie de l'Ouest de la Hongrie et se composant d'objets romains, ainsi que de quelques exemplaires préhistoriques de l'époque néolithique et de l'époque du bronze. Quelques éclats en silex du caractère du paléolithique supérieur, provenant du loess de la terrasse, près de la commune montrent la nécessité de continuer les fouilles ; la terrasse a été habitée aussi à l'époque énéolithique, les habitations souterraines remarquées à la briqueterie, en font foi. J'espère qu'avec l'aide des amis du Musée d'Oradea-Mare, de Valea Erului, au cours du printemps prochain, nous serons en mesure d'élucider la question des silex paléolithiques, ainsi que d'entreprendre la fouille de la station située près de la briqueterie, le propriétaire, M. A. Fabry nous ayant fait la promesse, de laisser intact le terrain, auquel nous nous intéressons.

403 www.cimec.ro
2G*

Dr. MARTIN ROSKA I I . 1. C'était un ancien projet du «Palatul Cultural» de la ville d'Arad d'entreprendre la fouille des cinq collines situées près il·· la commune de Glogovaf, rangées toutes à la file, se dirigeant vers ΓΕ de la commune et ayant à peu près toutes les mêmes dimensions. 11 est sûr que nous nous trouverions en présence de tomîtes de l'époque des migrations, mais cette entreprise a échoué car elle aurait coûte une somme très forte. 2. «Palatul Cultural» ne disposant pas d'un fond si considérable, avec la modique somme de L0.000 Ici, offerte par la ville, augmentée encore de 5000 Ici, donnés par la société <<koIcsey», il nous a été possible de commencer la fouille des cavernes de Moneasa (Menyhâza, distr. d'Arad). Dans Hoanca ') coului près de la commune on a découvert des vestiges moustériens, tandis que en haut, dans la couche alluvienne il y avaient dés r o t e s «néolithiques. La faune paléolithique n'étant représentée que p a r l ' t / r sus spclaeus. Sur le territoire de la commune, à Piatra-Mare, nous avons visité encore trois cavernes. Λιι-dcdans on a trouvé des restes énéolithiques, tessons de vases en argile. La somme qui nous restait a été employée à nous rendre à Iosiïsel, (Joszâshely) informés par Mdrki, qui dans sa monographie du district Arad, y mentionnait une vallée: Cremenèa8at très riche en silex (cremene). On a découvert à ce point une très importante station paléolithique de caractère chel-

Fig. 4.

léen inférieur. Le matériel brut ainsi que les produits fabriqués, gisent partie dans le lit de la rivière, partie sur les rives escarpées, apportés ici par les eaux. E n amont de la rivière, on a trouvé aussi du matériel brut puis des nucleïs et quelques ustensiles ou armes. Pour atteindre sa source, au pied de la colline de Miezes, il faut parcourir une distance de 6 km. Il y a des endroits où la vallée s'est tellement rétrécie, que les couches sédimentaires
) On appelé à Moneasa «Hoanca» la grotte qui possède une entrée horizontale, et pestera ou caverne, celle dont l'entrée est taillée en plan vertical, par un de ses tuyaux ou orifices. Hoanca coului, ou cohului,
l

a pris son nom de l'usine de fer (en hongrois: koho) qui a existé jadis au pied de la colline (Dcalul Cohului) à l'intérieur duquel se trouve la grotte,

404 www.cimec.ro

RAPPORT PRÉLIMINAIRE SUR LES FOUILLES ARCHÉOLOGIQUES DE L'ANNÉE 1925 ont été tout à fait lavées et ses flots coulent à présent au-dessus des roches d'andésit. La même roche constitue aussi du côté droit et gauche de la rivière le noyau des terrasses couvertes par le gazon et la forêt. C'est ici au pied de Mezieçul sur les hautes terrasses de la rivière, que devaient être placés les ateliers ou les stations respectives. C'est précisément de ce point que les eaux ont pris et porté avec elles t a n t de débris. Tout de même il est resté assez de matériel sur place. Avec cela nous pouvons clore notre exposé concernant les musées provinciaux. I I I . Pour l'Instit u t Archéologique de l'Université de Cluj on a entrepris les recherches suivantes: 1. A la grotte de Cioclovina. Mon compagnon M. I.

Moldovan,

conti-

nuant les fouilles a découvert juste au milieu de la grotte du matériel de caractère moustérien, connu déjà par nos recherches de 1911 et 1921. Moi, selon mon ancien dessein, j ' a i essayé d'éclaircir la question de l'entrée de la grotte. Après avoir creusé la terre et ôté les pierres qui s'y étaient accumulées à la longue, précisément à l'entrée et à une profondeur de 70 cm., on a découvert un âtre à feu, qui a été en partie presque immédiatement exploité. Sur l'âtre et près de lui, il y avaient de nombreux restes d'industrie moustérienne, façonnés en pierre calcaire cristallisée, rappelant ceux trouvés dans les grottes de Coasta-Vacii

www.cimec.ro

405

Dr. MARTIN ROSKA

à Fcderi. La plupart conserve encore des traces de fumigation. Sauf des nucleïs et fragments de nucleïs, on a N ^ ^ ^ S trouvé aussi quelques coups de poing, des racloirs et des éclats retouchés ou seulement usés. Outre la pierre calcaire cristallisée, on a travaillé également une sorte de silex inférieur, se trouvant dans les roches calcaires, en masse plus ou moins considérable. La faune n'y était représentée que βρβpar VUrsus laeus.

2.AFederi(di»tr. Hunedoara) nous
avons commencé à défoncer la grotte: Gaura Cocosului sur Piatra Muntenilor, en nettoyant à la fois aussi la petite terrasse devant elle. L'entreprise nécessitait d'ailleurs un travail si intense et si périlleux, que pour le moment il n'a pas été possible d'atteindre les couches paléolithiques. Les restes énéolithiques de la couche alluviale supérieure, nous étaient connus aussi par les autres grottes. Pendant ce temps M. Moîdovan, mon distingué compagnon, continuant le déblayement de l'entrée du corridor, commencé l'année dernière par nous, vers le N-K de Gaura-Cocosului, a eu la bonne chance, de découvrir des restes moustériens typiques, là, où en 1924 nous n'avions trouvé, que quelques ustensiles d'un caractère moustérien. C'est M. Moîdovan

www.cimec.ro

406

RAPPORT PRÉLIMINAIRE SUR LES FOUILLES ARCHÉOLOGIQUES DE L'ANNÉE 1925

également qui a continué la fouille de la grotte I I de Coasta-Vacii, en y récoltant quantit é de matériel moustérien. Près du corridor déjà nommé, on a découvert une nouvelle station énéolithique. Justement à ce point, on a trouvé deux éclats en quartz laiteux, sans contre-

Fig. 7. Coup de poing chcllécn, Josâçel, Cremeneasa.

dit de caractère paléolithique, qui pourraient être dus à une station lavée au cours du temps par les e a u x ; il faut y voir, des exemplaires perdus par les habitants du corridor de Valea Cocoçului.

Fig. 8. Coup de poing chelléen, Josâçel, Cremeneasa.

Non loin d'ici, vers le S-O, encore à Piatra Muntenilor, on a découvert une autre grotte, dont l'entrée était tout à fait cachée par les rochers, de sorte qu'elle ne saurait être accessible que par l'élargissement d'un de ses orifices (tuyaux). 3. E n compagnie de M. Moldovan nous avons fouillé aussi à Ohabaponor. Pour le musée de Deva, on a commencé en 1923, de compagnie avec M. Malldsz, à déblayer la première entrée de la grotte Bordul-Mare, travail qui s'est continué aussi pendant l'année 1924. La

407 www.cimec.ro

Dr. MARTIN 110SKA

Fig. 9« Coup de poing chelléen, Josâsel, Cremeneasa.

a.

c.
408 www.cimec.ro

b

Fig. 11. Coup de poing chelléen, ovaloide. Josâsel, Cremeneasa.

RAPPORT PRÉLIMINAIRE SUR LES FOUILLES ARCHÉOLOGIQUES DE L'ANNÉE 1925

situation stratigraphique, que nous avons pu constater, est la suivante: en h a u t : couche alluviale, épaisse de 30 cm, contenant des restes romains, énéolithiques et néolithiques. Au-

Fig. 12. Coup de poing chelléen, ovale.

Fig. 14. Disque. Josâçel, Cremeneasa.

La faune y est représentée par V Ursus spelaeus, Equus caballus foss., Félix catus férus. L'industrie consiste en éclats de silex, alêne en os de l'aurignacien inférieur, racloirs en quarlz laiteux de caractère moustérien.

Fig. 13. Disque, Josâsel, Cremeneasa.

Fig. 15. Racloir. Josâçel, Cremeneasa

plus consistante que la couche I. La faune: Ursus spelaeus, Equus caballus foss. L'industrie de type moustérien: coups de poing (Faustkeil), racloirs, éclats en forme de lame de couteau, éclats en silex dont quelques uns un peu retouchés.

www.cimec.ro

409

Dr. MARTIN ROSKA I I I . Couche d'une épaisseur de 90—100 cm. Le même loess bourbeux, rempli de pierres

Fig. 16 a. b, Rucloir. JosSçel, Cremeneasa. calcaires de différentes grandeurs, alternant avec des fragments d'os ou quelque dent d'animal. D'une consistance très serrée, on l'a fouillée à grand'peine, excepté sa partie inférieure moins

Fig. 17. Racloir. Josâçel, Cremeneaea.

noceros tichohinus. Il y a aussi des restes non encore

Rg

Jg

^ ^ ^ ^ meneasa.

^

déterminés. L'industrie, de type moustérien moyen, est représentée par des coups de poing en quartz blanc ou en silex, façonnés seulement sur une des faces, ; il existe aussi des exemplaires travaillés sur les deux surfaces, des racloirs de plusieurs formes typiques, des lames plus ou moins larges rappelant celles des couteaux, des os brisés ou usés, retouchés quelquefois comme le silex. Le quartz laiteux ou grisâtre prédomine, les ustensiles en silex représentent néanmoins un nombre assez important. L'aspect entier de la couche milite pour l'existence d'un atelier situé vis-à-vis de notre grotte. IV. Couche d'une épaisseur de 60 cm, en loess bourbeux, jaune-grisâtre, rempli de pierres à chaux. On a trouvé, dans sa partie inférieure, des produits moustériens en quartz et silex, en nombre plus restreint que dans la couche I I I , mais conservant le même caractère q u a n t au coup de poing. Le racloir typique du moustérien moyen n'a pas été encore trouvé dans cette couche. La faune: Ursus spelaeus, Equus caballus foss. La consistance de la couche est moins serrée que celle de la couche I I I . V. Couche d'une épaisseur de 80 cm, consistant en loess bourbeux jaune-grisâtre, mêlé à de grandes pierres à chaux. Pour le moment cette couche paraît stérile, sa consistance ét a n t celle de la couche I I I . Il serait assez probable que la grotte eût aussi une seconde entrée à 14 m vers le S-E — 1 0 ° et de 3 m, plus bas que la première. On a commencé son déblaiement, travail assez dur, l'étroite terrasse qui la précède étant encombrée par de gros rochers. On constaté en haut, encore une couche alluviale, contenant quelque tessons énéolithiques ; son
410 www.cimec.ro

RAPPORT PRÉLIMINAIRE SUR LES FOUILLES ARCHÉOLOGIQUES DE L'ANNÉE 1925

épaisseur était de 80 cm. Audessous il y avait unecouche du même loess bourbeux, jaune-grisâtre, contenant des pierres calcaires de différentes dimensions, tombées d'en haut. Le massif rocheux ne nous a pas permis de dépasser, en sondant, plus de 70 cm. de profondeur. Excepté les os brisés, la faune se composait des restes d'Ursus spelaeus, Hyaena spelaea et Canis lupus spelaeus. L'industrie, sans grand essor, y est représentée par d'humbles exemplaires. Quelques éclats, racloirs et lames, quoiqu'ils ne soient pas des échantillons typiques, portent néanmoins l'empreinte moustérienne. Par des recherches continuelles, on arrivera à distinguer et à déterminer plus précisément cette subdivision de l'époque. Face à face avec notre grotte se trouve le mont Piatra lui Cocolbe, possédant une caverne dont le net-

Eig. 19. Grattoirs. Josàsel, Cremeneasa.

toyage de l'entrée a été entrepris par M. Mallâsz qui a trouvé, dans la couche supérieure, alluviale, quelques débris énéolithiques. Nous avons continué le sondage jusqu'à la couche paléolithique, mais sans y découvrir des traces de sites humains. On m'avait signalé encore à Ohabaponor la grotte Pestera din pârâul gâurii. Elle pourrait très bien avoir été habitée, vers la fin de l'époque paléolithique, mais en y faisant des fouilles nous n'avons trouvé que quelques tessons énéolithiques. 4. E n descendant de Bordu-Mare, resp. Piatra lui Cocolbe, vers la commune de Ponor^ on passe par les quelques terrasses diluviales appartenant à la rivière de Streiu. Sur celle de Râcurele, on a trouvé, apportées par les eaux, deux lames en silex, brisées avec intention.

www.cimec.ro

411

Dr. MARTIN KOSKA

Il n'est pas impossible qu'elles proviennent de quelque station située, quelque part, sur u n promontoire, non encore découverte. Plus bas sur une autre terrasse de Streiu, sur Vârful Coastei, on a découvert un grattoir en silex atypique. C'est une nouvelle indication, qui nous pousse à scruter très attentivement les superficies de ces terrasses, d'autant plus qu'on a trouvé à Bordai-Mare dans la ia. direction Ouest, un racloir moustérien isolé, en quartz laiteux. A l'intérieur du rocher nommé Piatra l'ami i, situé sur le territoire de la commune Ponor, il y a une grotte, mais se trouvant à la hauteur de 1132 m. au-dessus du niveau de la mer, les chasseurs paléolithiques, ne l'ont pu habiter que pendant la chaude saison, les choses s'étant passé de la même manière aussi à Cioclovina. La grotte, même aujourd'hui, est envahie par les eaux et ce n'est qu'un tiers, vers l'enFip. 20. Grattoirs ovales. Josasel, Cremeneasa. trée, qui se trouvait être habitable. Dans les fouilles exécutées à l'entrée, on a mis au jour quelques os intentionnellement brisés. Les fouilles prochaines expliqueront leur origine et résoudront la question de savoir quelle sorte de vestiges paléolithiques existe dans les abris sous roche, situés du côté gauche et droit de l'entrée. 5. Encouragé par les beaux résultats obtenus par le «Palatul Cultural» d'Arad à Iosâsel, notre Institut, pour se procurer le matériel nécessaire à ses collectins, a Fig 21. Perçoirs. Josasel, Cremeneasa. jugé digne de sacrifier lui aussi une somme assez forte à des fouilles semblables. Nous avons donc eu de nouveau la possibilité de parcourir la vallée de Cremeneasa et toutes ses terrasses jusqu'au pied d e l à colline volcanique Miezeçul, d'où jaillit la source de notre rivière, élargissant aiusi le domaine de nos recherches. Cela nous a permis de constater, que les courants d'eau ont transporté des restes non seulement dans la direction de la vallée Cremeneasa, mais aussi vers l'Ouest. Par le matériel récolté dans le lit de la rivière, ainsi que sur ses rives et ses terrasses: Plopât, Bûrne, Dealul Rofii, Pe Cosini et ensuite vers ΓΟ de Miezes à Prosele, on est autorisé à conclure à la prépondérance de la culture du chelléen inférieur, dans ces contrées. s£S"t££&. ^ v i^w ;CH •'ç

412 www.cimec.ro

RAPPORT PRÉLIMINAIRE SUR LES FOUILLES ARCHÉOLOGIQUES DE L'ANNÉE 1925 Cette culture y est représentée par les £oups de poing grossièrement taillés, se rattachant à trois types principaux: le type ovale, celui en amande et celui en forme de lance (dont plusieurs exemplaires se trouvent dégrossis sur les deux faces), il y en a d'autres formés

Fig. 22. Pointes moustériennes. Ohabaponor, couche I I I . 1, 2, 5, silex, 3, 4, 6, 7, quartz.

par les éclats, qui ont sauté en façonnant un objet quelconque, ceux-ci n'ont qu'une des faces dégrossie, puis des disques, nombre de racloirs et grattoirs, allant de l'exemplaire assez grand à ceux formés par de simples lames et enfin des vrilles. Les exemplaires recueillis dans le lit de la rivière, ainsi que sur ses rives basses se trouvent plus ou moins émoussés ; on constate sur leurs surfaces des égratignures et des facettes

www.cimec.ro

413

Dr. MARTIN ROSKA

résultant du frottement des eaux, tandis que les exemplaires, pris des terrasses près du pied de Miezeçul, n'ont pas souffert de telles modifications, leurs marges sont acérées et seuls les exemplaires exposés aux influences extérieures présentent des transformatione semblables aux précédentes. On nous a fait remarquer encore deux grottes, comprises sur le territoire de la commune Iosâçel, de près la vallée de Gruiu. Quoique nous estimions que ce qu'on nous racontait, ne pût être la pure vérité, nous nous sommes cependant rendus à l'endroit indiqué et nous avons constaté que les soi-disant grottes, n'étaient en somme, que des mines abandonnées. Cependant près de la chaussée qui conduit à Zimbru, nous avons trouvé un racloir atypique en silex, que je considère comme un ustensile perdu et isolé. Près de la rivière de Cremeneasa, ainsi qu'à son emFie. 23. Racloirs moustériens. Ohabaponor, couche I I I . 1—5, silex, 6 — 8, quartz.
6

,

i

·ι

Ί ' houchure, il y a quelques abris dont les fouilles ont été remises au printemps prochain. Pendant notre seconde étape à Iosâsel, nous avons entendu dire qu'on trouvait des silex aussi sur le territoire de la commune Gurahont à Poieni în deal. E n arrivant à l'endroit

www.cimec.ro

414

RAPPORT PRÉLIMINAIRE SUR LES FOUILLES ARCHÉOLOGIQUES DE L'ANNÉE 1925 indiqué, il nous a fallu bien longtemps, avant de trouver un coup de poing chelléen et quelques lames, dont l'aspect ne promet rien de caractéristique. On ne peut émettre que deux suppositions: la station serait-elle couverte par la forêt et l'épais tapis de verdure dont les racines pivotantes se sont enfoncées assez profondément dans le sol ? Ou ne sontils, ces exemplaires, que des objets isolés, perdus par les chasseurs paléolithiques de ces parages. 7. L'ex-professeur universitaire M. ArpadGyer· gyay, nous avait informé que, dans les jardins de son domaine de Cardos (Kardosfàlva) près de Cluj, il y avait des pierres dégrossies, semblables à celles du musée. E n arrivant dans cette localité nous avons constaté que les objets se trouvaient sur une terrasse diluviale de la rivière de
V H I . I - . et en fouillant un

peu la terre labourée, on a trouvé plusieurs morceaux en quartz visiblement façonnés. Toutes les facettes de ces ustensiles sont émoussées, fait qui témoigne qu'ils ont été transportés ici par le courant. C'est la même situation qu'à AndrâFig. 24. Lames moustériens, Ohabaponor, couche III, 1, 2, 4, 5, 6, quartz. shâzapusta, près de Nâ3,7, 8, silex. dâscl. Le lieu d'où provenaient ces derniers produits, a été tout récemment découvert par mon ancien élève, aujourd'hui Tulogdy. professeur au lycée des réformés à Cluj, Dr. Iean

www.cimec.ro

415

Dr. MARTIN ROSKA 8. Quoique cela ne concerne pas notre cycle de recherches, je nommerai ici encore une station, celle de la vallée de Someç. Le très distingué membre de notre Commission, M. / . Marfian nous a procuré quelque éclats façonnés, de caractère aurignacien, provenant de Minuit-Românesc (distr. Bistrija-Nàsâud). [Nous ne pouvons terminer notre rapport, sans accentuer l'importance du fait que les fouilles de Crcmeneasa Iosâselului représentent aussi chez nous, et assez richement, la civilisation du chelléen inférieur. Fait assez encourageant, qui nous impose en même temps le devoir d'élargir les cadres de nos découvertes par des recherches plus nombreuses et plus intenses. Les dénominations des confins, dérivées des mêmes racines, l'abondance du silex cl des autres roches, ainsi que l'étude des terrasses nous guideront. C'est par ce labeur ardu et sans repos qu'il nous sera possible de découvrir les vestiges de l'époque acheuléenne en Transylvanie. L'unique lame connue, trouvée par M. Breuil, près de Capusul-Mic, nous stimule à ce travail. Le moustérien est assez bien connu chez nous tant par le grand nombre des stations de Transylvanie, que par leur richesse. Les matériaux n'étant pas de qualité très supérieure, on n'a pu y admirer des exemplaires parfaits et aussi bien travaillés que dans l'Ouest de l'Europe ; en revanche on a façonné l'os t a n t par le cassage que par le retouchage. Près des produits bien connus de Cioclovina et de la grotte d'Igrit, se placent ceux de la grotte de BordulMare, près de la commune d'Ohabaponor. Tout cela constitue de nouveaux points de comparaison, qu'on ne saurait mépriser en se référant à la technique de l'industrie moustérienne. En voyant les os des animaux, si bien conservés dans les cavernes, on est tenté d'espérer, que bientôt il nous sera donné de découvrir aussi le squelette ou seulement quelques restes de celui qui fut le créateur de cette industrie, l'homme qui vivait à une époque si éloignée.
Cluj. Dr. MARTIN ROSKA

www.cimec.ro

416

LE POIGNARD SCYTHE DE BOURENI
(MOLDAVIE)
On a constaté depuis longtemps que les Scythes avaient poussé leurs invasions en E u rope Centrale jusqu'en Hongrie et en Lusace, bien au-delà des limites très vagues que leur assignait Hérodote. Ce qui restait à établir, c'était l'importance qu'il fallait accorder au témoignage des fouilles: étaient-ce des traces isolées d'une incursion passagère, d'une conquête sans lendemain, ou bien fallait-il conclure à l'existence d'une hégémonie scythe au-delà des Carpathes? M. Rostovtzeff, en se posant cette question, prévoyait que l'on trouverait la réponse «dans les innombrables Tumuli épars en Bulgarie et en Roumanie» l). Il n'y a pas lieu d'anticiper ici sur la description très détaillée des antiquités scythes de Transylvanie et de Valachie, auxquelles M. P â r v a n a consacré tout un chapitre de son nouvel ouvrage sur l'histoire ancienne de la Dacie 2) ; il nous suffira cependant de rappeler que l'auteur des Getica a indiqué trois routes d'invasion par lesquelles la vague iranienne a pu déferler, au VI-e siècle av. J . Chr., jusqu'à l'Oder et l'Adriatique. C'est d'abord la voie qu'ont dû suivre les bandes venues de Podolie, à travers la Galicie et les défilés des Carpathes du Nord, pour déboucher dans la plaine hongroise: les armées russes de 1914 n'auront pas d'autre itinéraire. Les fouilles de Sapohovo en Galicie et les objets scythes très nombreux trouvés en Hongrie attestent l'exactitude du tracé. D'autre part les divers objets qu'ont livré les fouilles de Valachie prouvent abondamment le passage des envahisseurs à travers la plaine du D a n u b e : depuis le district de Brâila jusqu'à Craiova, en passant par Bucarest et Giurgiu, des ornements caractéristiques jalonnent les étapes de l'avance scythe, qui atteint, bien au-delà du fleuve, la région septentrionale de la péninsule balkanique et la Dobrogea, la Petite Scythie du IV-e siècle et de l'époque romaine 3 ). E n t r e ces deux lignes extrêmes, M. Pârvan suppose l'existence d'une troisième route d'invasion à travers les Carpathes de Moldavie, ce qui expliquerait la présence des antiquités scythes assez nombreuses que l'on a pu découvrir dans certains districts de la Transylvanie méridionale. Si les trouvailles ont été fort nombreuses à l'Ouest des Carpathes, entre l'Oit et le Mureç, on ne saurait faire la même constatation pour la Moldavie et la Bessarabie. La région entre les montagnes et le Dniestr a été en somme assez peu étudiée, et les résult a t s des fouilles exécutées par les Russes ne sont guère accessibles. Il n'est donc pas sans intérêt de signaler un objet que l'on vient de trouver au début de cette année, sur le versant occidental de la chaîne de collines qui sépare la vallée de la Moldova de celle du Sereth. Il s'agit d'un poignard en fer (longueur totale: 24 cm., 8 ; largeur de la garde : 68 mm ; poids : 320 gr.), déterré par des paysans qui travaillaient au forage d'un
*) Iranians and Greeks, Oxford 1922, p. 42. ) Getica, An. Ac. Rom., hist. Ill-e série, t. I I I , Bucarest 1926. 3 ) Ouïr, cité, pp. 9-33.

2

417
27 Dacia I I 1925

www.cimec.ro

G. I. B R À T I A N U

puits, près du village de Boureni (district de Fàlticeni) ' ) . Malgré l'épaisse couche de rouille qui la recouvre, l'arme est facile à identifier: l'ornement de la garde, en forme de coeur, se retrouve sur tous les poignards Scythes de Russie et de T r a n s y l v a n i e 2 ) : la ressemblance avec la poignée de l'arme trouvée à Vettersfelde, en Lusace, est particulièrement frappante 3 ). d'Hérodote, que les Perses suspendaient à leur ceinture, et dont la C'est bien Υάκινάκης longueur ne dépasse généralement pas 50 cm ; en Hongrie la dague s'allonge et devient une sorte de glaive trapu, mais elle reste là aussi une arme d'estoc. Peuple d'archers à cheval (ίπποτοξόται), les Scythes employaient Takinakès pour le combat corps-à-corps, après avoir vidé leurs carquois: le peigne de Solokha nous montre deux fantassins a t t a q u a n t un cavalier, la dague au poing 4 ). Le carquois et le poignard, le γωρντός et Γάκινάκης, sont aussi caractéristiques pour la civilisation scythe que l'épée longue et la lance pour l'armement des Sarmates: ce contraste entre l'archer aux vêtements légers et le cataphractaire couvert d'écaillés se retrouve du reste à l'autre extrémité du monde iranien, lorsque la lourde chevalerie des Sassanides remplace le cavalerie légère des Partb.ee 5 ). Le poignard de Boureni ajoute un anneau à la chaîne des établissements scythes, qui pourrait s'étendre à travers la Haute-Moldavie, pour relier ainsi les stations transylvaines à celles de la Russie du Sud. Il convient d'ailleurs de signaler la trace que l'élément iranien a laissée dans la toponymie ancienne de la région. Le nom scythe du P r u t , JJ'ορατα, et les anciennes formes du nom du Séreth, Τιαραντός et Ίέραοος peuvent être ramenées à des racines iraniennes e ). Il est probable que les fouilles confirmeraient les résultats des recherches philologiques: le poignard que l'on vient de trouver près de la vallée du Sereth en est u n premier Fig. 1. Poignard indice.
scythe de Boureni

E n Moldavie, comme en Valachie et en Hongrie, les Scythes ont apporté avec eux l'aspect oriental de la civilisation du fer. Il est difficile de se prononcer sur la qualité du travail dans cette région, que l'on ne saurait juger d'après un seul objet, mais il faut remarquer le manque total d'ornements du poignard de Boureni. E n général les Scythes occidentaux, d'après les résultats des fouilles de Valachie et de Transylvanie, étaient beaucoup plus pauvres que les rois fastueux de la Russie méridionale et de la Crimée: on n'a encore trouvé nulle part, à l'Ouest du Dniestr, l'équivalent des trésors de Kul Oba et Tchertomlyk. Une exploration plus complète des stations de Moldavie donnerait certainement des résultats intéressants et plus précis. L'hypothèse de M. P â r v a n sur le passage des Scythes à travers le défilé d'Oituz, poux arriver en Transylvanie, est d ' a u t a n t plus vraisemblable que sur ce point, comme sur t a n t d'autres, la domination des nomades iraniens du Vl-e siècle avant J . Chr. coïncide avec les limites de l'occupation mongole du X I I I - e siècle de notre ère.
1

) M. M. Sturdza a eu l'obligeance de me remettre la route qui va de Paçcani and Greeks, à

zig 1921 p.
4 δ

120. Cf. le poignard trouvé

à

Romny

l'objet, qui a été trouvé sur la propriété de M. H u sàrescu, au bord de
2

(Poltava) Minns, ouvr. cité, p. 186. ) Rostovtzeff, ouvr. cité, pi. X I X . ) Ibid. p. 129. asupra hisl. unor nume de Ill-e série, I An. Ac. Rom.

Boureni, par Sodomeni et Secàtura. ) Cf. E . Minns, Scythians Cambridge Bonn-Leip1913, pp. 68 — 72 et Pârvan, Getica, p. 7 et 353 — 357. *) V. Ebert, Siidruszland im Altertum,

e

) V. Pârvan, Considérâtιuni daco-scitice,

râuri

(1923) p. 9 — 1 1 .

www.cimec.ro

418

LE POIGNARD SCYTHE DE BOURENI

Sous les successeurs immédiats de Gengiskhan, Batou et Nogaï, les T a t a r s envahirent la Pologne, la Silésie et la Hongrie: la marche des colonnes de la grande armée de Souboutaï, en 1240, suit exactement les trois routes que les Scythes avaient déjà employées, dix-neuf siècles plus tôt, pour tourner ou pour traverser la barrière des Carpathes 1). Iraniens ou Mongols, les nomades suivent éternellement, à travers les siècles, les mêmes itinéraires et c a m p e n t souvent aux mêmes endroits. Les vallées de la Moldova et du Sereth semblent d'ailleurs particulièrement indiquées pour une campagne fructueuse de recherches. La tradition voit dans les villages de la Mol" dova le noyau primitif de la principauté moldave de X l V - e siècle et r a t t a c h e le nom de Boureni à la légende de l'auroch éponyme. Mais les témoins du passé sont ici bien plus anciens que les légendes du Moyen Âge ; t o u t près du Sereth, à quelques kilomètres de Boureni, les tumuli j u m e a u x de Heleçteni dominent l'horizon des collines. Des fouilles systématiques nous en apprendraient sans doute plus long sur l'extension et l'importance des établissements scythes et sarrnates de Moldavie.
G. E BRÀTIAISU

*) Strakosch-Grassmann, Der Einfall

der Mongolen in Mitteleuropa,

Innsbruck 1893.

www.cimec.ro
27·

419

L \ AES GRAVE OLBIEN À

SALSOVIA

C'est au capitaine I. I. Bàlan, de l'École Navale de C o n s t a t a , que le Musée National de Bucarest doit l'avantage de posséder un grand A PIX rond, à tête de Méduse et à aigle t e n a n t le dauphin, de provenance assurée (ce qui arrive assez rarement avec les divers exemplaires qui circulent dans le commerce des monnaies et des poids grecs anciens) ^ . M. Bâlan a trouvé cet aes grave olbien à Mahmudia, sa ville natale, et il a eu la grande obligeance d'en faire don à notre Musée. Nous le remercions aussi à cette occasion de son geste amical et éclairé. Le nouvel exemplaire (fig. 1) a 67 m m de diamètre et 98 gr de poids. Très bien conservé

Fig. 1. Aes grave olbien trouvé à Mahmudia (l'ancienne Salsovia). Gr. nat.

— à p a r t le trou moderne pratiqué par telle mère superstitieuse qui l'avait suspendu au cou de son mioche en guise d' άτζοτρόπαΐον 2) — cet exemplaire a été trouvé, à ce qu'il paraît, dans un tombeau des alentours de Mahmudia. Or, rien de plus naturel, que de supposer à Salsovia (l'ancienne forteresse gétique, sise à ΓΟ de l'actuelle ville de Mahmudia) 3 ) , un pied-àterre grec du Vl-e s. av. J.-Chr. E n effet nous avons montré à une autre occasion 4 ), que les Grecs avaient pris possession déjà au Vl-e s. de tout le Bas-Danube j u s q u ' à l'embouchure du
) L'exemplaire analogue de la Collection des Médailles de l'Académie Roumaine, mal conservé, est de provenance inconnue. 2 ) En effet c'est d'après la tête de Méduse que le trou est orienté, afin de suspendre cette figure (et non
x

celle du revers) en juste position. 3 ) Cf. Pârvan, Salsovia, Bucarest, 1906, p. 24 sq. 4 ) Pârvan, Pénétration hellénique et hellénistique dans la vallée du Danube, dans le «Bulletin de la Sect. Hist. de l'Académie Roumaine», X 1923, p. 26.

420

www.cimec.ro

UN AES GRAVI, OLBIEN

A

SALSOVJA

Sereth, où ils avaient fondé, à Barbosi, une factorerie stable en plein pays géto-scythique. D ' a u t a n t plus devaient-ils avoir parsemé de leurs stations commerciales toute la bouche apellée actuellement St. Georges, qui reliait Istria, l'aînée de toutes les colonies ioniennes de ces parages, à l'intérieur gétique. Or Salsovia, comme Aegyssus et Troesmis, est une très vieille fondation t h r a c e : son nom a été depuis longtemps reconnu comme tel ' ) . A l'époque où les Grecs commencèrent leur pénétration en a m o n t du Danube (vers la seconde moitié du VH-e s. av. J.Chr.), les escales naturelles de leur flotte marchande durent être justement les vieilles forteresses gétiques de Salsovia, Aegyssus, Dinogeteia, Troesmis, Beroe, Cius, Carsium, Capidava, Du· rostorum, etc. Uaes grave trouvé à Salsovia, malgré sa conservation excellente, n'a que le poids de 98 gr. II a donc a p p a r t e n u aux séries à poids minimum (103—104 gr.) du t y p e archaïque à tête de Méduse et à aigle t e n a n t le dauphin dans ses griffes 2 ). Nous regrettons que l'exemplaire d'aes grave, similaire au notre, de la Collection des Médailles de l'Académie Roumaine, soit si oxydé qu'il a perdu presque la moitié de son poids original. 11 ne peut ainsi être pris en considération qu'au point de vue de sa grandeur et de sa figuration, qui le placent dans la même série que Minns, pi. I I , no. 1 et que notre nouvel exemplaire, de Salsovia. Constatant donc, une fois de plus, la grande diffusion de Vaes grave olbien comme moyen d'échange généralement reconnu dans les pays géto-scythiques du P o n t - E u x i n , non seulement dans le territoire d'Olbia, mais aussi dans le domaine d'exploitation histrien, nous n'essayerons pas — d'ailleurs vainement — de reprendre le problème de la légende APIX, que ces grandes pièces portent, et nous nous contenterons de noter que nous partageons l'opinion de ceux qui, avec Minns, o. c, p. 484, voient dans ces lettres le commencement d'un nom de magistrat olbien, très probablement d'origine iranienne.
V. P.

) Tomaschek, Die alten Thraker, Il 2 (Académie des Sciences de Vienne, 1894), p. 79. 2 ) V. chez Minns, Scythians and Greeks, Cambridge,

1

1913, p. 482 sqq. et pi. II tout le matériel comparatif pour les divers types d'aes grave olbien.

www.cimec.ro

421

I.\ «STATUE-MENHIR» DE HAMANGIA
Les «statues-menhirs» n'étaient pas inconnues en territoire daco-gétique. Nous possédions la partie supérieure d'une telle idole, assez informe, de Gherla (Szamosiijvâr) l) (fig. 1) et toute une collection de «statues», assez soigneusement sculptées, de Baia de Cris 2 ) (fig. 2). Mais la nouvelle «statue» de la déesse funéraire, gardienne des sépultures 3 ), trouvée non loin de Hamangia en Dobroudcha, est de beaucop la plus caractéristique. En voici d'abord les détails de la découverte. Comme les trouvailles de Gruia 4 ), ainsi celles de Hamangia sont dues au hasard des t r a v a u x publics; et la même malchance a présidé à leur découverte. E n effet les terrassiers qui exécutaient le grand remblai de la voie ferrée Medgidia — Babadag — Tulcea rencontrant non loin de Hamangia un énorme tumulus plat, qui barrait le tracé de la voie, en profitèrent pour construire avec la terre amoncelée à cette place il y a quatre mille ans, le terrassement du chemin de fer, assez h a u t à cet endroit (v. fig. 3). De nombreux tessons de vases, des restes humains, du mobilier funéraire et une grande statue-menhir
Fig. 1. P a r t i e supérieure d ' u n e s t a t u e - m e n h i r de Gherla ( S z a m o s u j v â r ) , d ' a p r è s Orosz d a n s AÊ. X X I V 1904, f u r e n t retrouvés et, par c u r i o s i t é — . . . A , „ ,,. * seulement , , „

...
p . 405.

en partie — mis de cote a 1 intention du chet

des t r a v a u x de ce secteur, M. l'ingénieur N. Màinesco. La sépulture fut fouillée et détruite par les terrassiers en l'absence de t o u t e personne cultivée, qui eût pu retenir, pour le moins, certains détails topographiques de la découverte. Lorsque des mois plus t a r d M. Màinesco eût l'obligeance de porter à notre connaissance la découverte et qu'il voulut bien nous faire don des quelques objets que les ouvriers lui avaient conservés, il était trop t a r d , pour refaire quoique ce soit des détails de la découx

) Publiée p a r E . Orosz d a n s ΓArehaeologiai

Êrtesito

Urg.

d. bild.

Kunst,

éd. Menghin, Vienne, 1925, p .

de B u d a p e s t , X X I V m e n t s assez utiles.

1904, p . 405 e t suiv., avec u n

619 sq. les r a p p o r t e t o u t n a t u r e l l e m e n t u leur vrai â g e , p r é h i s t o r i q u e , en les i n t e r p r é t a n t c o m m e des m e n h i r s .
3

c o m m e n t a i r e très naïf, m a i s c o n t e n a n t certains renseigne-) Publiées p a r G. Téglâs, d a n s Ungarische Érl., Revue, V, 1885

) Cf. D é c h e l e t t e , Manuel, ) P â r v a n , d a n s Dacia,

I , p, 594 sqq. et H o e r n e s -

Menghin, o. c , p . 218 et suiv.
4

I V 1884, p . 359 et suiv. et d a n s YArch.

I, 1924, p . 35 et s u i v .

et a t t r i b u é e s à l'âge r o m a i n (!) de la Dacie. H o e m e s

422

www.cimec.ro

LA «STATUE-MENHIR» DE HAMANGIA

verte sur place. C'est en vain que j'envoyais MM. le conservateur Metaxa et le dessinateur Pe-

f*i

I
.0 Ϋΐ~-

ψ.

W

ΐ .ι. ; : :
Fig. 2. Statues-menhirs de Baia de Cris (Korii.sbânya) d'après G. Téglâs, dans AÊ. V 1885.

Fig. 3. Vue du tumulus

de Hamangia,

après son utilisation pour le remblai de la voie ferrée,

eurariu, de mon service des fouilles d'Histria (où je me trouvais moi-même sur le chantier),

www.cimec.ro 423

pour faire une enquête minutieuse parmi les terrassiers et un relevé du terrain en surface comme

Fig. 4. Statue-menhir de Hamaiigia. Face antérieure.

Fig. 5. Statue-menhir de Face dorsale.

Hamaiigia.

en profondeur: t o u t avait été bouleversé ou détruit ; ils ne purent que recueillir quelques tessons de plus et rapporter les objets que M. l'ingénieur Mâincsco nous avait généreusement cédés, ce dont nous le remercions aussi à cette occasion. Cependant même dans ces tristes conditions la découverte de Hamangia est de la plus grande importance. Les objets sauvés parlent un langage très clair ; ils appartiennent à une époque facilement datable, et leur nouveauté au milieu d'un monde assez différent du leur (l'énéolithique peint de type bas-danubien), bien q u ' u n Fig. 6. Partie supérieure de la statue-menhir de Hamangia. peu surprenante, n'est pas du t o u t énigmatique, comme nous allons le montrer par la suite. Évidemment la pièce capitale de cette découverte est la statue-menhir en grès v e r d â t r e , haute de 1,95 m, large de 0,93 m et épaisse de seuls 20—25 cm (c'est comme très souvent, une

424 www.cimec.ro

LA «STATUE-MENHIR» DE HAMANGIA plaque très plate). La face antérieure du menhir (fig. 4), représente la divinité féminine aux bras appliqués sur la poitrine, et, ce qui est nouveau, à l'indication très claire du triangle sacré. Un lourd collier entoure le cou de la figure. Quant aux traits du visage (cf. la vue aggrandie de la fig. 6), la bouche est nettement marquée, ce qui n'est pas fréquent ; les yeux et le nez sont presque vraisemblables. À côté de cette statue, le menhir de Gherla (fig. 1), avec l a seule

Fig. 7. Profil» des vases trouvés à Hamangia. indication des seins ( ?) de la divinité (les deux ars de cercle à peine visibles sur la poitrine), se présente de manière assez fruste et insuffisante. Les menhirs de Baia de Cris (fig. 2) sont également inutilisables pour un essai de détermination plus précise du type féminin des statuesmenhirs de l'énéolithique carpatho-danubien. D'autre part la manière dont la plaque de Hamangia reproduit la région sacrée du corps de la divinité, avec les deux grands arcs de cercles indiquant les courbes des hanches, est faite pour nous rappeler les sculptures de Hal-Sâflieni à Malte *), et en général toutes les figures féminines stéatopyges depuis les jeliefs sur roche du paléolithique tardif 2 ), jusqu'aux figurines en terre-cuite du néolithique tardif 3 ). Ce détail qui est aussi très caractéristique, rehausse encore la valeur documentaire de notre nouveau menhir. Mais la face dorsale de la «statue» de Hamangia (fig. 5) n'est pas Fig. 8. Fragments de vases trouvés dans la sépulture de moins intéressante que la face antéHamangia. 3/10 gr. nat. rieure par ses gravures et ses essais de sculpture. Naturellement la hache est — comme d'habitude — le symbole qui remplit, plusieurs fois répété, presque toute cette surface de la plaque. Cependant il faut relever d'abord que le sculpteur a donné aux deux bras de la figure et au collier de la face *) Cf. Hoernes-Menghin, o. c, p. 206 et suiv., et fig. 1 de la p. 209.
2 3

) Cf. les reliefs de Laussel en Dordogne, /. c , p. 167. ) En Thrace, ibid., p. 319.

www.cimec.ro 425

VASILE PAR VAN

antérieure une continuation logique sur la face postérieure, en faisant partir les bras de deux «omoplates» et en prolongeant le collier par un très long cordon j u s q u ' a u niveau de la ceinture. On ne voit aucune indication de la ceinture; mais nous devons supposer que les deux grandes haches y étaient suspendues, tout comme sur les statuesmenhirs de Baia-de-Cris (fig. 2 ) ; on voit très bien à Baiadc-Cris comment le manche de la hache passe en dessous de la ceinture et la hache se soutient par son t r a n chant même, auquel elle reste suspendue. Toujours comme suspendus à la ceinFig. 9. Casse-tête et vase caliciforme de Hamangia. 2/5 gr. nat. ture, qui avait, été peut-être seulement peinte à l'ocre rouge ' ) , faut-il imaginer les deux objets gravés à droite et à gauche des grandes haches ; d'après leur forme de gorytos scythique, ces objets ont pu représenter des carquois ^cependant leur signification peut avoir été aussi une autre, qui nous reste inconnue. Une grande hache «contournée», et beaucoup d'autres simplement grattées, à une seule ligne, remplissent tout l'espace entre le collier et la ceinture. La forme sculptée des haches de notre statuemenhir est exécutée avec une fidélité digne des sculptures sur roche du Portugal, de la Ligurie

Fig. 10. Céramique de Hamangia.

ou de l'Asie Mineure. Cette forme est identique avec celle des haches en métal de l'Europe Centrale à l'âge de la céramique cordée: en voir le choix donné chez Hoernes-Menghin, o. c , p. 321.N ous ne croyons pas que les haches de Hamangia aient été effectivement en métal ; un casse-tête en diorite, trouvé dans la sépulture, nous fait plutôt croire que ces haches étaient modelées toujours en pierre dure, mais d,après des modèles en métal, — t o u t comme en Scandinavie et ailleurs. E n effet le dépôt de Borodino en Bessarabie — c'est-à-dire pas trop
l

) Cf. pour des cas pareils, Déchelette, o. c , I, p. 586.

www.cimec.ro 426

Ι,Α «STATl Κ-ΜΙΛΗΙΒ» l)K HAMANGIA

loin de Hamangia — nous semble être par ses haches en diorite l'illustration la plus appropriée de ces rapports étroits, stylistiques et chronologiques, entre les hommes de la céramique cordée et des haches en métal des régions de l'Elbe et du Rhin, j u s q u ' e n Suisse et en Moravie, les hommes à haches en pierre polie et à vases caliciformes du J u t l a n d ou de la Scandinavie et nos hommes de Borodino ') et de H a m a n g i a , à haches et à casse-tête en pierre polie, à vases caliciformei (voir plus bas) 2 ) et à grands menhirs sculptéa en guise de statues de la grande déesse fuFig. 11. Céramique de Hamangia. néraire.

La céramique trouvée à H a m a n g i a fournit des détails encore plus précis et très précieux à notre esquisse. 11 y a deux sortes de tessons: 1° fragments de vases de type caliciforme, plus ou moins profond (v. les profils de la fig. 7, nos. 2 — 9), et dont l'exemplaire reproduit fig. 8 (à gauche) et 9 (à droite) est très i m p o r t a n t par sa décoration spécifique ; 2* fragments de vases à très h a u t col convexe a ), peutêtre, comme à Balta-Verde, près de Turnu-Sever i n 4 ) , a p p a r t e n a n t sans doute, par la forme et la technique, n e t t e m e n t à l'âge du bronze: v. le profil no. 1 de la fig. 7 et le tesson de la fig. 8 (à droite ; cf. aussi le tesson de la fig. 10, en bas à gauche), et dont la décoration se résume à peine à quelque grandes et rares lignes gravées ou pointillées.
Fig. 12. Céramique de Hamangia. ) V. l'article reep. dan» le Lexikon de Max Ebert. Cf. pour les rapport» entre Borodino et le Jutland. mais aussi entre Borodino et Troie, Menghin, o. c, p. 827. 2 ) Cf. Déchelette, Manuel, I, p. 54H ; Hoernes-Menghin, p . 739; v. aussi p. 336 et 607 et suiv. à propos de
1

la controverse concernant les «Glockenbecher» et la «Schnurkeramik» en Hongrie et en Transylvanie. 3 ) Ou plus simplement: doublement pansus. 4 ) Bârcàcilâ dans Dacia, I, 1924, p. 294, fur. 260.

www.cimec.ro 427

\ \ S I I . I : PARVAIS

Or la céramique du premier type, à motifs ornementaux assez variés (v. fig. 8—12), parmi lesquels les «dents de loup» sont caractéristiques, este une falsche Schnurkeramik, à lignes plutôt poi titillées que réellement cordées. Le remplissage des «points» avec de la matière blanche, conformément à l'ancienne tradition de la céramique incisée et excisée, se retrouve ici aussi ' ) . Quant au décor, le calice des fig. 8 et 9 dément la parenté ornementale trop étroite avec le nord ou l'ouest, par l'absence presque totale des zones décoratives horizontales, qui sont remplacées ici par de grands «dents de loup» en h a u t et par des traits verticaux, en bas, analogues à ceux qui décorent, en gravure, les vases de l'âge du bronze «moyen» à Baestii-Aldetii 2) et à Montcoru :{), mais, il faut ajouter tout de suite, aussi les vases imitant le chapeau haut de forme, du J u t l a n d (Hoerncs-Menghin, p . 741). La céramique pseudo-cordée est connue aussi en Lairope centrale et septentrionale et elle ne contredit point les conclusions que nous avons tirées de l'examen de la statue-menhir et de ses décorations. D'autre part les vases à

Fig. 13. Vue de détail du cas«c-tête de Hamangia.

Fig. 14. Vue de face du maxillaire inférieur de Hamangia. 2/3 gr. nat.

h a u t col convexe apparaissant de manière assez fréquente aussi dans le bassin du Danube moyen à un âge plus tardif, nous invitent à dater la sépulture de H a m a n g i a , comme d'ailleurs aussi le dépôt de Borodino, plutôt à l'âge du bronze qu'à celui de la pierre, c'est-à-dire en t o u t cas à une période très tardive de Vénéolithique du Bas-Danube. E n effet certains détails de la technique du menhir de Hamangia dénotent par la précision et la sûreté de la ligne sculptée une parenté assez étroite avec les menhirs de Baia-de-Criç, c'està-dire, en général, avec les statues-menhirs de l'âge du bronze proprement-dit.

J ) La seule monographie de caractère général sur la céramique «incrustée» dans les pays carpatho-danubiens est celle publiée par M. Vozsinszky en 1904 dans les Êrtekezések historiques de l'Académie des Sciences de Budapest, Az ôskor mészbetêtes diszitésii agyagmiivessége, 166 pp., suivies de CL planches: elle comprend le néolithique et l'âge du bronze et elle offre un matériel comparatif très précieux. Malheureusement le

labyrinthe de la céramique carpatho-danubienne de l'âge énéolithique et du bronze propre n'a pas trouvé son fil d'Arianne, et la plus belle — sans conteste — des industries céramiques préhistoriques de l'Europe ne possède encore que des classifications arbitraires et hypothétiques.
3

-) Rapport de M. Stefan, à paraître dans Daeia III. ) Idem, de M. Andriesescu, ibid.

www.cimec.ro 428

LA «STATUE-MENHIR» DE HAMANGIA

La présence du casse-tête énéolithique, de t y p e piriforme, en diorite (fig. 9), d'une technique parfaite (cf. fig. 13), de provenance, peut-être, étrangère, comme d'ailleurs les objets analogues des sépultures énéolithiqucs de l ' I t a l i e 1 ) , et aussi les haches de Borodino, ne fait que confirmer la date /îosi-néolithiquc que nous avons assignée à la sépulture de H a m a n g i a . Un détail encore à propos du rite funéraire de Hamangia. Il y a eu i n h u m a t i o n : le maxillaire inférieur du mort en a été seul conservé (fig. 14 et 15) ; mais ce reste — à certains détails anatomiques intéressants — suffit pour pouvoir établir q u e , malgré le rite très fréquent à cette époque-ci dans nos régions, de l'incinération, les hommes de Hamangia o n t conservé leur ancienne tradition funéraire, de l'inhumation. La statue-menhir, le casse-tête, la céramqiue, le rite funéraire, tout milite pour une origine étrangère, adventice, des hommes de Hamangia. Avec de la bonne volonté l'on pourrait raisonner avec la même insistance e t des arguments également respectables pour u n e origine «orientale», d'Asie Mineure (haches de Troie, coupes «en cloche» d ' E gypte e t d'Asie Mineure, casse-tête «égyptiennes»), ou p a r contre pour une provenance «occidentale», d ' E u r o p e centrale, de la civilisation nouvellement constatée à Hamangia.
Cependant nous croF i g 15 V u e d e profi] d u maxinaire

inférieur de Hamangia. 3/4 gr. nat,

yons que p a r rapport à l'époque assez tardive (débuts de l'âge du bronze en Europe Centrale) à laquelle nous devons forcément dater notre sépulture, il n ' y a qu'une seule explication possible: la sépulture e t le menhir de Hamangia doivent être une apparition extrême, vers ΓΕ pontique, des formes de civilisation de l'Europe p r o p r e : d u centre et d u nord, ainsi que de l'ouest. Les menhirs de Gherla et de Baia-de-Cris^ en Dacie transylvaine, en forment le chaînon naturel e t très bienvenu vers ΓΟ. V. P .

l

) Cf. Déchclette, I, p . 519 et 523.

www.cimec.ro
429

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful