20eme Session M éditerranéenne des Hautes Etudes Stratégiques et de l’Armement Conférence n°18 « Aspects extérieurs de la politique migratoire européenne

» Date : 03/02/2010 – Conférenciers : Hélène Bourgade, chef de l’Unité « Développement humain, social et Mgrations » à i Europe Aid, et Julien Frey 1-Points forts de la conf érenc e à ret enir : Context e généra l, vu à travers quelques chiffres : La migration dans le monde représente 200 millions de personnes, soit 3% de la population terrestre, plus de la moitié de cette population est installée dans les pays développés. Cependant, la migration n’est pas un débat uniquement Nord/Sud : certains pays du Sud peuvent être des récepteurs nets d’immigration Dans les Etats Membres de l’UE, un quart des 18 millions d’im migrés légaux, ressortissants de pays tiers, vivent en A llemagne, en raison de la mise en œuvre d’une politique de naturalisation plus favorable. En France , l’immigration représente 3,5 % de la population du pays dont 2 millions d’extracommunautaires. A plan u européen, la France se situe au 4eme rang dans le cadre de l’immigration non com munautaire : elle n’est plus un pays primaire d’immigration. Sur les 11 .7 millions de réfugiés dans le monde, moins de 10 sont en Europe. LAllemagne et la Suède sont % ’ les principaux pays récepteurs, ces pays appliquent une politique généreuse d’accueil. La dimension financière et économique des flux migratoires devient une question de premier plan. De l’ordre de 45 milliards de dollars en 2008, les transferts officiels représentent donc des intérêts financiers importants qui doivent aboutir nécessairement à une politique plus construite. Politique migratoire europé enne La politique migratoire européenne est relativement récente. Née 1999 avec le traité d’Amsterdam (Espace SC N N), elle HE GE marque un tournant en 2008 avec la première Com munication liée à « Une politique migra toire commune pour l’Europe », basée sur la prospérité et la solidarité entre les Etats Mmbres. S’ensuivent d’autres Com e munications ou actions, dédiées à la politique d’asile, à la régulation du marché du travail (Blue Card) ou encore au processus de retour vers le pays d’origine ( Directive «Retour») L entend aujourd’hui établir la coopération avec les pays tiers et renforcer sa politique par une approche globale ’UE de la migration. Cette volonté se heurte à des tiraillements entre la politique européenne et les intérêts nationaux. En effet, les Etats Mmbres restent très attachés à leur souveraineté et en même temps attendent des « solutions européennes ». Face à ce e paradoxe, l’Europe fixe des standards minimaux et agit le plus souvent en intergouvernemental L rencontre également d’autres difficultés liées au manque de cohérence selon les pays de destination, aux disparités de traitement ’UE des demandes d’asile et au non respect des engagements des pays tiers. Elle tente d’instaurer des dialogues politiques régionaux et bilatéraux (Processus de Rabat, conférence de Tripoli) et développe un partenariat entre les pays de l’Union et les pays tiers (avec l’ Afrique notamment, sur « la mobilité, la migration et l’emploi »). Dans ce contexte, l’espoir réside dans le traité de Lisbonne qui prévoit une plus large coopération entre les Etats Mmbres et e une démarche communau taire pour appréhender les problématiques migratoires. 2-Intérêts pour le thème de la session « la sécurisation de l’espace maritime méditerranéen »Afin de sécuriser l’espace maritime méditerranéen, l’UP ne pourra pas faire l’économie d’une réflexion euro- méditerranéenne sur les routes de l’immigration M (pays d’origine, de transit, de destination) et les multiples trafics assortis (enfants, êtres humains, drogues, armes …) 3-Remarques év entuelles L ’approche globale de la question des migrations, qui compte à la fois la lutte contre l’im migration clandestine et les enjeux de la coopération et du co-développement, permettra probablement d’apporter des solutions efficaces. Rédacteur : Sabine L N TO (CN ICE ZIA MSS)
Fondation Méditerrané enne d’Etudes Stratégiques Association de préfiguration

04 94 05 55 55