COURSE À PIED TRAIL / ULTRA / RAIDS

75 x 4 0 0 m à 2

Ben oi

u tZa

m 0k

LES COMMUNAUTÉS, LES RÉSEAUX SOCIAUX, LES MEILLEURS SITES

Handisport | Amy, 100 miles à travers la prairie Diagonale des Fous | Authentique, volcanique, diabolique Marathon Nice-Cannes | De la Promenade à la Croisette Kilian’s Quest | Bip-bip autour du lac Tahoe Nutrition | Dompter son estomac

LE COUREUR
M 04382 - 65 - F: 6,00 E
n o 65 - DÉCEMBRE 2009 www.ultrafondus.fr

h

ta

s

de
/

3:HIKONI=WU[UUX:?k@a@g@f@k;

ENTRAÎNEMENT | L ’ANNÉE EN PENTE DOUCE

DOS SIER

> LE COUREUR 2.0

1 2 4 3

20| ultrafondus décembre 2009 / janvier 2010

QUAND LES NOUVELLES TECHNOLOGIES DÉCUPLENT LES PASSIONS
La course à pied, et le sport dans sa grande généralité se joue de l’électronique, de l’informatique, et bien souvent de toute technologie. Pas besoin d’un ordinateur pour courir, pas besoin d’un cardio-fréquencemètre pour s’entraîner, pas besoin d’internet pour choisir ses courses. Et pourtant, en une dizaine d’années… non, c’est plus court que cela… depuis deux ou trois ans, les ressources internet dévolues aux coureurs à pied ont littéralement explosé. Aujourd’hui, il est certes toujours possible de courir sans être connecté au réseau, mais si vous l’êtes (connecté) vous accédez à un véritable foisonnement d’idées, d’expériences, et de tout ce qui au final peut déchaîner votre passion des longues distances. Mais la route est semée d’embûches, de débalisages sauvages et de sites qui vous laissent en autonomie totale. Suivez-nous à travers le web 2.0, le web interactif et participatif, et venez partager les sentiers numériques avec nous.

p22 >>>
Communautés | En chaque coureur, un webmaster.

p28 >>>
Courir connecté | Quand ton smartphone va, tout va

p31 >>>
Témoignages | Les hautes technologies, pour revenir aux sources

p32 >>>
Pratique | 80 liens sélectionnés par la rédaction

Le coureur 2.0

DOS SIER

> LE COUREUR 2.0

1 2 4 3

SOCIÉTÉ | LES COMMUNAUTÉS DE COUREURS

En chaque coureur, un webmaster
PAR HENRI LACROIX, AVEC PHILIPPE BILLARD

Les communautés de coureurs existent sur internet depuis une petite dizaine d’années. Hier, l’internaute-coureur était relativement passif. Les forums ont créé des communautés et donné à leurs membres la soif de participer. Aujourd’hui, réseaux sociaux, forums, blogs et sites portails se mêlent pour offrir de multiples accès aux passions les plus dévorantes… la course à pied par exemple.

« 2.0 » OU LE PRINCIPE ACTIF DU WEB Le Web 1.0 et ses pages statiques, difficiles à mettre à jour et impossibles à commenter… Ce web là est mort, vive le Web 2.0 et l’interactivité entre les internautes. Cette technologie leur a permis de passer de l’autre côté du miroir, de contribuer au contenu même des sites en publiant leurs propres articles et en commentant ceux des autres, en demandant des conseils et en partageant leurs expériences. Ajoutezy une passion commune (forcément), ainsi que quelques personnes motivées, et vous avez déjà les bases de votre communauté internet. Le besoin de partager une passion, la simplicité de mettre en œuvre une communauté sur Internet expliquent l’explosion des communautés online. « COMMUNAUTÉS DE COUREURS »… UN PARADOXE ? Qu’en est-il de la légendaire « solitude du coureur de fond » ? La course à pied n’est-elle pas avant tout un plaisir solitaire ou un défi qu’on se lance à soi-même ? On attribue à un mystique indien du VIIe siècle cette phrase : « L’homme naît et meurt seul… Alors que sont pour lui ses amis ? Des entraves. » Il en faudra plus pour me convaincre de cela, mais j’ai longtemps pensé, oui, qu’on courait seul. Tiens ? Pourquoi serions-nous condamnés à courir sans personne pour partager passions, expériences et conseils ? Bien sûr les plus motivés ont tenté l’aventure du club de course à pied. Mais pour beaucoup les contraintes des entrainements collectifs sont incompatibles avec l’esprit de plaisir et de liberté codés dans l’ADN de chaque coureur. La situation aurait pu en resLe Web 1.0 ter là … sans l’avènement de est mort, la fée Internet. Internet, qui vive le Web 2.0 permet de dialoguer au sujet de la Western States avec un et l’interactivité entre coureur californien, quasiles internautes. ment instantanément et tout à fait gratuitement. Ou de rejoindre un groupe qui se prépare pour la Saintélyon pour se motiver et s’y retrouver au départ. De l’Internet qui rapproche les coureurs aux communautés de coureurs en ligne, il n’y avait donc qu’un pas à franchir. Vous participez déjà à une communauté, ou pas. Vous avez peut-être envie d’en créer une, correspondant davantage à vos aspirations, et déjà les doutes vous assaillent. Battons en brèche quelques idées reçues, et commençons à faire de vous un coureur 2.0.

Source : http://blog.aysoon.com/Le-Web20-illustre-en-une-seule-image

22| ultrafondus décembre 2009

1

1 VOTRE ORDINATEUR, UNE FENÊTRE OUVERTE SUR UNE INFINITÉ D’AVENTURES. 2 BONNE OU MAUVAISE SURPRISE ? 2

DOS SIER

> LE COUREUR 2.0

1 2 4 3

TROIS IDÉES REÇUES SUR LES COMMUNAUTÉS Première idée reçue : inutile, toutes les communautés ont déjà été créées. À quoi bon dépenser son temps et son énergie à lancer une communauté de coureurs sur Internet puisqu’il en existe déjà beaucoup, depuis des années et, comme pour Nike ou Adidas, avec des ressources financières et techniques que l’on imagine ? Et bien tout simplement parce qu’il existe toujours un nouvel angle pour intéresser les coureurs, de nouveaux contenus à imaginer (podcast de récits), des rapprochements innovants (comme la géo-localisation des photos de courses), d’autres manières de faire communiquer (vidéo) et rencontrer les coureurs (visite des grandes capitales en courant). Les prochaines communautés nous surprendront. Par ailleurs, les communautés ne s’excluent pas entre elles et sont bien souvent complémentaires. Il est fréquent de voir que des coureurs possédant leurs habitudes au sein de plusieurs groupes, telle Nadine Racat, qui a commencé la course à pied en 2006 pour faire sa première Saintélyon en 2008. Pour elle, le site « Athlète Endurance » est un peu sa maison, et « Ultrafondus » est devenu « une résidence secondaire bien sympa ». Deuxième idée reçue : créer un site communautaire, c’est compliqué et cela prend du temps. C’est tout

réserve de comprendre un peu l’anglais, comme pour KickApps2. • Des sites communautaires « en kit » qui eux demandent des compétences en programmation. Plus ardus à mettre en place mais plus évolutifs. Parmi ces CMS (Content Management System ou en français, systèmes de gestion de contenu), Drupal3, Spip4 et surtout Joomla5 avec son extension « Community Builder » sont les plus utilisés. • Des forums en kit, gratuits ou non, qui à l’opposé des CMS permettent de créer des portails communautaires plus ou moins évolués, tels que vBulletin6 (payant), phpBB7 (gratuit). • Des forums améliorés qui permettent de partager simplement des photos, des agendas comme les Groupes Google8 ou les Groupes Yahoo9.

LES COMMUNAUTÉS DE MARQUES ÉQUIPEMENTIÈRES

DU CONCEPT MARKETING À LA COMMUNAUTÉ
es « marketeurs » des équipementiers de course à pied (chaussures, cardio, etc.) ne pouvaient pas rester inactifs devant ce vivier de clients potentiels que constitue les membres des communautés de coureurs. Depuis 2006, Nike fait la course en tête grâce à son système Nike+. Une puce logée dans les chaussures Nike (évidemment), communique avec un iPod, qui mémorise les distances et vitesses d’une sortie courue en musique. Une fois rentré à la maison, on connecte l’iPod à son ordinateur et on transfère ses données de course sur le site communautaire Nike+. Je peux montrer mes sorties, commenter celles des autres et surtout me mesurer à d’autres au travers de défis comme sur le groupe de ceux « qui veulent faire le plus de km au mois d’Août » par exemple. Nike a réussi à mobiliser sa communauté, et bien au-delà, dans une initiative originale : The Human Race, une course de 10 km se déroulant au même moment dans 24 villes du monde pour un total de 1.3 millions de kilomètres parcourus ! On trouve ensuite Adidas, qui suit deux approches complémentaires. Tout d’abord créer une communauté, les Adidas Runners Partners, en proposant des entraînements chaque samedi en s’appuyant sur des magasins spécialisés dans une douzaines de grandes villes françaises. Ensuite, proposer à des représentants d’autres communautés (courir le monde, courir au féminin, etc.), ou des blogueurs identifiés comme étant « influents », de tester leur équipements (chaussure ou système MiCoach par exemple) La stratégie communautaire des autres équipementiers se résume surtout à l’animation de sites communautaires proposant forums de discussions, blog personnels, carnets d’entrainements, conseils, etc. comme pour ASICS avec MyAsics, New Balance avec Running Club, Décathlon avec Kalenji Club ou Polar avec la Communauté Polar (forums en anglais). Avec Garmin Connect, Garmin permet aux membres de la communauté de partager ses itinéraires, de s’engager dans des compétitions virtuelles sur un même parcours, de comparer les données enregistrées le jour d’un évènement sportif et de les exporter sur sa page Facebook. Ce système marque une évolution sur les autres, avec un système de carnet d’entraînement en ligne capable de gérer ses entraînements dans toute leur dimension. Liens : • http://nikerunning.nike.com/nikeos/p/nikeplus/fr_FR/ • http://adidasrunningpartners.com/ • http://www.myasics.fr/ • http://www.newbalance.fr/ • http://www.kalenji-club.com/ • http://www.polar.fi/fr/communaute_polar • http://www8.garminfrance.com/connect/

L

Pour Nadine Racat
le site « Athlète Endurance » est un peu sa maison, et « Ultrafondus » est devenu « une résidence secondaire bien sympa ».
l’inverse : lancer un site communautaire est paradoxalement l’étape la plus facile et la plus rapide. De quelles fonctionnalités avons-nous besoin ? Une gestion des membres (inscription, modération, profils, recherche), un espace de partage de documents (publication des textes, commentaires et photos/videos), de dialogue (forums, messagerie privée, commentaire, chat, blog), la possibilité de personnaliser son look, interfaçable avec Facebook, etc. La bonne nouvelle est que tout cela existe… et gratuitement ! L’apprenti démiurge a même le choix en fonction de ses connaissances techniques. • Des sites communautaires « clés en main », toute la personnalisation se faisant par des interfaces simples d’utilisation. Le leader, avec 1,8 million de sites créés et 37 millions d’utilisateurs est sans conteste Ning1. Sa version gratuite est limitée à 10 Go de données et il faudra subir un bandeau publicitaire, mais on peut déjà commencer à s’amuser… sous
24| ultrafondus décembre 2009

3

LA PRESSE SPÉCIALISÉE

INTERAGIR AVEC SES LECTEURS
PLUS ON A DE POTES… PLUS ON A DE POTES ! 3

Alors, super facile de créer une communauté ? Malheureusement – ou plutôt heureusement – non. Le site communautaire n’est que la partie émergée de la future communauté, un outil nécessaire mais pas suffisant. Troisième idée reçue : un site communautaire = une communauté. On vient de le voir, créer un site communautaire peut se faire en quelques jours mais créer une communauté vivante, un réel sentiment communautaire parmi ses membres prendra des mois, des années. Les « community managers » le savent bien – ou l’apprennent vite – une communauté, c’est 20 % de technique et 80 % de sociologie des groupes. Lancer un site communautaire puis ne rien faire est voué à l’échec. La preuve en est de certains sites communautaires « de marque », très bien réalisés au demeurant, mais sans vie : des forums qui ressemblent à des villes fantômes, des « derniers messages » qui datent de plusieurs mois. LES SECRETS D’UNE COMMUNAUTÉ QUI MARCHE Pourquoi allez-vous consulter un site communautaire, puis vous y inscrire et contribuer ? Comme nous l’avons vu plus haut, le succès d’une communauté ne tient pas au look ou aux fonctionnalités techniques de son site. Ces points, s’ils sont de piètre qualité, lasseront et feront fuir les membres mais l’inverse n’est pas vrai. Sinon comment expliquer le succès de communautés indépendantes sans grand moyen ou l’échec de certaines communautés de marque ? Non, il faut laisser les outils à leur place et parler de l’humain, de sentiments… Car c’est d’abord le sentiment de confiance (le mot clé des communautés) que vous inspire ce site qui sera déterminant. En effet, la première visite sur un site communautaire est souvent consécutive à la recherche d’informations indépendantes car les consommateurs devenus adultes ne croient plus aux messages des sites officiels : avantage-produit

E

t la presse « course à pied » me direz-vous ? Depuis quelques années, toutes les revues running majeures ont pris position sur le net pour limiter la dispersion de leurs clients vers ce paradis de l’information gratuite. Toutes les rubriques classiques d’une revue papier se retrouvent sur des sites ou des blogs spécialisés : plan d’entraînement, récit de coureurs, calendrier de courses, test d’équipements, conseils diététiques. Et si l’on prend le temps de chercher, des passionnés y délivrent une information de qualité quasi-journalistique.

Tous ces sites ont donc fait évoluer leur contenu, de simples pages affichant les extraits du journal (à acheter !) vers des articles écrits pour la version internet. Par contre, l’évolution du rapport avec leurs lecteurs est plus lente. Cela va de l’absence d’interaction avec les lecteurs pour Run in Live, du formulaire pour faire passer ses « coups de cœur/coups de gueule » pour Zatopek au classique forum pour Running-Attitude, Runner’s World. Seul Jogging-International affiche un onglet « Communauté » qui permet de partager un parcours d’entraînement, de le commenter, d’ajouter des photos et de dialoguer avec son auteur. Liens : • http://www.runinlive.com/ • http://www.zatopek.be/ • http://www.running-attitude.com/ • http://runners-world.fr/ • http://www.jogging-international.net/communaute/annuaire

invérifiable, témoignages douteux, etc. Par contre, Internet a démultiplié le bon vieux bouche-à-oreille des parents, le retour d’expérience désintéressé d’amis et de collègues. La quantité disponible – et statistiquement la qualité – des avis est impressionnante. En 2009, 57 % des internautes recherchent les avis d’autres internautes avant d’acheter (source : Credoc10) et pour trouver ces avis les plus pertinents, quel meilleur endroit qu’un site communautaire rempli de passionnés par le produit ou le service qui vous intéresse ?
ultrafondus décembre 2009

|25

DOS SIER

> LE COUREUR 2.0

1 2 4 3

LES COMMUNAUTÉS DE PASSIONNÉS

BÉNÉVOLAT ULTRA MOTIVÉ SUR LA TOILE

P

• Courir au Féminin est un site entièrement dédié aux femmes coureuses de la débutante à la confirmée (http://www.courir-aufeminin.com/) • Courir le Monde est le site communautaire dédié aux marathoniens lus huile de coude que budget marketing, les communautés de et propose des récits, forums, notations et surtout rendez-vous passionnés n’ont vu le jour que grâce à l’obstination de leur(s) fonsur tous les marathons du monde (http://www.courirlemonde.org/) dateur(s) et ne continuent à croître que par la ferveur de leurs mem• Kikourou est le site communautaire plutôt dédié aux trails français et propose récits, forums et rendez-vous (http://www.kikourou.net/) bres. Au gré des disponibilités et des compétences, un membre code • courseapied.net à l’origine un immense forum qui propose une nouvelle fonctionnalité qui sera testée par un deuxième, un autre maintenant des comparaisons de temps, des blogs personnels… modère les forums pendant qu’un dernier réserve les restaurants pour (http://www.courseapied.net/) la pasta-party. Pour le vivre quotidiennement, l’utilisation de la force • Ahotu (ex- 42k195) est la référence des calendriers de courses partout dans le monde qui propose d’ajouter des récits, collective d’une communauté soudée est terriblement efficace. des commentaires (http://marathons.ahotu.com/fr) • Com des Coureurs est un blog communautaire dédié aux Parfois structurées en associations, comme Kikourou, les communau« professionnels de la communication et du Marketing »… qui courent tés « indépendantes » peuvent devenir très puissantes, et ainsi attirer (http://nicolasbard.typepad.fr/comdescoureurs_le_blog_de/) • courirenfrance toutes les courses françaises l’appétit des équipementiers qui, comme on l’a vu, peuvent multiplier (http://www.courirenfrance.com/) les appels du pied (tests produits, organisation de voyages « de • MyActivaSport plutôt orienté trail, offre de partager ses photos/ presse », etc.). L’indépendance, donc, reste une notion floue. vidéos et son carnet d’entraînement, d’héberger des blogs des membres… (http://www.myactivasport.com/communauterunning- trail-triathlon.html) Voici donc un rapide (et forcément incomplet) tour d’horizon des communautés indépendantes les plus pérennes et les plus importantes en • Wanarun qui permet de partager des parcours et de noter des chaussures de running (http://www.wanarun.net/) terme de membres :

La bonne nouvelle c’est que la confiance – pas plus sur internet que dans la « vraie vie » – ne se décrète pas, ne se force pas, ne s’achète pas. Elle se construit dans le temps. Pas à pas, message par message, article par article. Dans cette longue phase initiale, la responsabilité du fondateur est engagée à 200 % : c’est à lui de tenir fermement la barre, de repousser les propositions d’instrumentalisation de la communauté par ceux qui loucheront sur sa base de membres, de refuser les publi-reportages déguisés, de répondre aux messages de ses nouveaux visiteurs et de trouver des animateurs capables de le faire avec lui. Mais il faut une autre qualité pour faire passer notre visiteur du statut de visiteur opportuniste (je visite, je prends l’information, je pars) à celui de membre contributeur, de celui qui prend à celui qui partage. C’est le
26| ultrafondus décembre 2009

ton, l’ambiance qui se dégage des conversations du site. Là encore, c’est comme dans la vraie vie. Il y a des clubs de sport où l’on se sent bien et d’autres que l’on quitte, des collègues que l’on voit en dehors du travail et d’autres qui ne resteront que des relations de travail. Délicate alchimie des relations humaines. Et là encore l’attitude et les actions des membres fondateurs sont importantes : saluer les nouveaux et les aider à briser la glace sur les forums, prendre en compte les remarques des membres, rappeler les sujets des forums en cas de messages hors-sujet, calmer les plus agressifs si nécessaire, trouver ce fameux « ton » qui imprégnera les conversations et donnera une couleur chaleureuse au site. Facile au départ, très difficile si votre communauté compte plusieurs centaines de messages par jour.

QUEL EST L’AVENIR DES COMMUNAUTÉS DE COUREURS ? Devant l’irruption des réseaux sociaux comme Facebook, on est en droit de se demander si les communautés de coureurs, soudain atteintes d’un gros coup de vieux, vont disparaître. L’irruption du réseau social anglais a inquiété les fondateurs de certaines communautés. Est-ce que ses 340 millions de membres et surtout ses 45 millions de groupes actifs n’allaient pas détourner les internautes de leurs sites ? Comme l’a très bien expliqué Fred Cavazza11 l’absence de sentiment d’appartenance des réseaux so-

Devant l’irruption des réseaux sociaux comme Facebook,
on est en droit de se demander si les communautés de coureurs vont disparaître.

ciaux comme Facebook n’en fait pas un concurrent pour les sites communautaires. Selon lui, « Les plateformes sociales comme Facebook, sur lesquelles les membres s’expriment mais n’attendent pas nécessairement de réaction, reposent avant tout sur le besoin d’appartenance et l’ego des membres, motivés par la visibilité et les rencontres. Il n’y a pas réellement de dialogue juste des micro-discussions entre visiteurs de passage. Sur les forums, les membres engagent des conversations : ils posent des questions, débattent, se chamaillent et témoignent. La dynamique communautaire repose avant tout sur des membres qui cherchent à partager une passion ou un vécu. Le dialogue est donc l’ingrédient essentiel des communautés. » Ajoutez à cela l’absence totale d’organisation des groupes Facebook (il y a plus de 500 groupes pour le Marathon de Paris 2010, de plus de cents membres à… un seul membre !) et les sites communautaires ont encore quelques années devant eux.

VERS UNE COMMUNAUTÉ DES COMMUNAUTÉS DE COUREURS ? Faisons un rêve. Imaginons qu’une nouvelle inscrite sur courir-au-feminin.com puisse, d’un click et sans se réinscrire, poser une question sur le forum de Kikourou puis s’inscrire à un rendezvous pour le marathon de Berlin sur courirlemonde.org, pour ensuite L’AUTEUR lorgner vers les 100 km de Millau et UN EXPERT QUI COURT ET QUI JOUE COLLECTIF aller se renseigner sur Ultrafondus. enri Lacroix est le responsable de Courir le Monde (www.courirlemonde.org) C’était le pari initial de Kikourou, qu’il a créé en 2003 pour partager l’expérience des marathoniens qui devait être une « communauté et favoriser leurs rencontres sur tous les marathons du monde. Henri est de communautés » mais qui s’est ingénieur dans un cabinet de conseil américain où, depuis 2008, il gère des transformé, succès oblige, en comcommunautés d’experts (Communities of Practice). henri.lacroix@courirlemonde.org munauté à part entière. Dans ce vœu pieu, l’internaute ne verrait qu’une communauté – une base de memHISTORIQUE bres, des fonctions communes de rendez-vous, etc. ULTRAFONDUS : UNE IDENTITÉ HYBRIDE – tout en comprenant bien qu’un des sites sera plus spécialisé sur les marathons, que l’autre sera capable est en couverture. Les membres réé en 2001 sur l’idée de le renseigner sur les raids multisports, le suivant de rassembler des informations sur de la communauté s’abonnent massivement (enfin… par dizaines…) l’ultra-endurance, le site (initialement sur les questions féminines… au format papier. http://ultrafondu.free.fr, maintenant Inimaginable pour des communautés de marque où http://www.ultrafondus.fr/) a rapidement Formé dans le sens inverse des autres la base de membres est considérée comme une base magazines, avec une communauté qui pris son envol. Au printemps 2002, de clients potentiels, serait-ce viable pour les comse comporte en quelque sorte comme une version graphique apparaît, et une « super rédaction », à l’origine dans la foulée, en mai, un forum munautés de passionnés ? Après l’indépendance de du support papier, Ultrafondus conserve uniquement consacré aux distances leur contenu, ne serait-ce pas un nouvel atout pour aujourd’hui une forte identité numérique. supérieures au marathon est créé. elles ? Ne craindraient-elles pas de perdre leur idenLe site « compatible web 2.0 », permet Il s’agit alors de l’un des tout premiers tité ? L’avenir nous dira si l’évolution se fera dans ce aux lecteurs de réagir aux sujets publiés, forums de course à pied en France, et le premier ne concernant que l’ultra. le forum conserve son rang parmi sens-là… ou dans un autre.

H

C

L’histoire se souvient qu’il était gris, qu’il a fourni 5 ans de bons et loyaux services, et qu’après environ 200 000 messages, il a dû passer la main à un système plus performant. C’est de ce forum qu’est née l’idée d’un magazine consacré à l’ultra, sur le mode « ça vous dirait si on lançait un mag papier ? ». Et en mai 2003 le numéro 1 sort, uniquement sur abonnement. Un coureur italien, lors de la Fort’iche de Maurienne,

les plus actifs de France dans le domaine de la course à pied, et vous pouvez également suivre les news de l’ultra via Facebook et Twitter. Pur produit d’internet et défenseurs du papier, convaincu de l’intérêt des technologies et amoureux du dépouillement, là où d’autres notent un paradoxe, Ultrafondus développe une identité hybride, dont le credo est de multiplier les formules d’accès à la connaissance sur l’ultra-endurance.

(1) www.ning.com (2) http://www.kickapps.com/ (3) http://drupalfr.org/ (4) http://www.spip.net/ (5) http://www.joomla.fr/ (6) http://www.vbulletin.com (7) http://www.phpbb-fr.com/ (8) http://groups.google.fr/ (9) http://fr.groups.yahoo.com/ (10) http://www.journaldunet.com/cc/01_internautes/inter_usage_fr.shtml (11) http://www.fredcavazza.net/2008/11/20/ne-confondez-plus-communautaire-et-social/

ultrafondus décembre 2009

|27

DOS SIER

> LE COUREUR 2.0

1 2 4 3

TECHNOLOGIE | COURIR CONNECTÉ

Quand ton smartphone va, tout va
PAR PHILIPPE BILLARD

Les téléphones mobiles servent à… téléphoner. Ils servent aussi à se connecter à Internet, à vous guider comme un GPS ou à vous donner votre allure comme un accéléromètre. Vous pouvez par exemple raconter un long périple ou permettre à vos proches de suivre votre course sur un blog, uniquement avec ces 150 g de technologie.

CONNECTÉ AU MONDE La caboche pleine des aventures que vous avez lues, des conseils que vous ne suivrez pas, et des courses dont vous rêvez, vous voilà tout fier, et bien sûr, tout galopant. En mode traditionnel, vous portez short, t-shirt et deux ou trois bricoles, comme des chaussures par exemple. En mode 2.0, vous voilà connecté au monde entier ou connecté à vous-même. Avec votre téléphone portable, vous donnez de temps à autre des nouvelles de votre périple à vos amis ou mettez à jour votre blog en direct. Avec votre GPS -cardiofréquencemètre, vous êtes en prise directe avec vos données physiologiques essentielles, et vous récupérez des données que vous pourrez transférer par le suite sur le net. Voilà à peine quelques années, un téléphone portable servait à… téléphoner. Aussi incongru que cela puisse paraître, c’est bien vrai. La carte à puce embarquée, la fameuse carte SIM n’avait d’autre utilité que de personnaliser les fonctions basiques de votre appareil. Puis cette carte a gonflé, gonflé, gooonflé, pour devenir de plus en plus puissante et inclure des logi-

4

28| ultrafondus décembre 2009

4 NE LAISSEZ PAS VOS SOURIS EN CAGE.

ciels. En parallèle, les mémoires et les puissances des téléphones portables se sont elles aussi développées, ainsi que les réseaux hauts débits spécialement conçus pour les applications dites « mobiles ». GPRS, Edge, 3G, tous ces noms étranges identifient ces réseaux, qui vous permettent de surfer sur internet ou d’envoyer des messages électroniques.

COMPARATIF

FACEBOOK OU TWITTER ?

V

ous avez sans doute déjà entendu ces noms-là. Peut-être avez-vous déjà un compte sur Facebook. Il existerait, selon le site qui ne communique pas ses chiffres officiels, 11,4 millions de connectés actuellement rien que pour la France et 250 millions dans le monde. Pour Twitter, véritable phénomène en pleine explosion, on n’en serait « que » à 12 millions d’utilisateurs dans le monde dont 125 000 en France. Seul 2 % des internautes français possèderaient un compte. S’il est donc peu probable que vous soyez familier de Twitter, voire de Facebook, sachez qu’il y a de grandes chances que vous soyez un jour ou l’autre confronté à l’un ou l’autre de ces systèmes, que ce soit en tant qu’éditeur – avec vos propres comptes – ou en tant que lecteur. Facebook, qu’est-ce au juste ? Littéralement, un trombinoscope. Créé en 2004 par les étudiants de Harvard en réseau fermé, il s’étend vite à d’autres université, puis s’ouvre au grand public à partir de septembre 2006. Il s’agit aujourd’hui du deuxième site le plus consulté au monde après Google. Créer un compte sur Facebook vous permettra de rassembler des amis eux aussi connectés, de suivre leur actualité et celle que vous mettrez à leur disposition, mais également d’échanger des documents multimédias ou des messages privés. Il est possible de créer des groupes d’intérêt (par exemple sur l’ultra, comme celui d’Ultrafondus) permettant d’échanger, un peu comme sur un forum, mais avec un potentiel beaucoup plus important… en théorie. Et Twitter ? Vous savez ce qu’est un blog ? Vous avez désormais avec Facebook une petite idée de ce qu’est un réseau social. Et bien Twitter est un peu de tout ça, et pas tout à fait non plus. On définit Twitter comme un service de microblogging, permettant à ses utilisateurs de publier de courts messages (moins de 140 caractères, soit une ou deux phrases) sur un site, un blog, ou plutôt un micro-blog hébergé par Twitter. Sa simplicité est sa force : il ne s’agit que de publier de courts messages, incluant le plus souvent des liens vers des articles complets, qui seront automatiquement diffusés à tous vos abonnés, qui eux-mêmes peuvent faire suivre. Il est très facile de sous estimer la puissance de ce nouveau moyen de communication, qui permet pourtant d’être tenu au courant très rapidement des informations qu’on a sélectionnées et également d’en envoyer à ceux qui ont choisi de vous lire. Deux différences fondamentales avec Facebook : impossibilité de commenter directement les micro-publications et possibilité de s’abonner au blog Twitter d’une personne sans lui demander son autorisation. Respect absolu du principe : « rester simple et stupide ».

GÉOLOCALISATION POUR SUIVI EN DIRECT Notre but n’est pas de vous démontrer l’intérêt de ces technologies, mais de vous montrer ce que vous pourriez en faire si l’envie vous prenait. Ce qui est d’ores et déjà réalisable, c’est de vous connecter à la toile, sans que vous n’ayez rien de précis à faire. Sauf bien sûr d’engraisser les opérateurs de téléphonie mobile, mais c’est un autre débat. Première forme d’accès : la connexion passive. Vous envoyez des données sans faire quoi que ce soit, et elles sont récupérées pour donner des informations sur vous. Rassurez-vous, Big Brother est encore loin, du moins dans le contexte qui nous intéresse, puisqu’il s’agit là de fournir des données de localisation par exemple, ce qui peut être informatif si vous voulez faire suivre votre traversée du Groenland en courant ou sécurisant si vous participez à une course un peu engagée. Au chapitre des traversées en solo ou en petit groupe, les Transpyrénéens Stéphane Couleaud et Lionel Planes s’étaient munis en juillet dernier d’un système de suivi GPS. Un émetteur dans leur sac à dos émet

Rassurez-vous,
Big Brother est encore loin.
des signaux à une cadence paramétrable (par exemple toutes les 10 mn), qui permettent de géolocaliser les coureurs à distance. Un système de traitement automatique les place ensuite sur une carte, elle-même publiée sur Internet. Depuis quelques semaines et pendant quelques mois encore, Serge Girard utilise un système identique pour que tous ses fans le voient se déplacer au fil de son tour d’Europe d’un an. La Petite Trotte à Léon (PTL, environ 250 km et 18 000 m de dénivelé positif, à parcourir par équipes de trois en moins de 120 heures), le Libyan Challenge et d’autres, utilisent le même type de technologie pour suivre la progression des équipes ou des individuels. Le caractère fortement engagé, voire potentiellement dangereux, de certaines balades en autonomie totale ou peu s’en faut, a rendu intéressante l’utilisation d’émetteurs GPS pour localiser les équipes. Accessoirement, il est aussi possible de détecter certains cas de fraude. Une autre application « passive », de plus en plus utilisée sur des courses telles que l’Ultra-Trail du MontBlanc, consiste à faire remonter les temps de passage en certains points de contrôle. Là encore, cette information est publiée en temps réel sur le site internet de la course. Vos proches, vos amis, peuvent ainsi vous suivre de chez eux, et s’ils n’ont pas accès à leur ordinateur, il leur est possible de se faire envoyer vos temps de passage en direct sur leur téléphone portable.
ultrafondus décembre 2009

Liens • www.facebook.com • www.twitter.com • Ultrafondus sur Facebook : www.facebook.com/ultrafondus • Ultrafondus sur Twitter : www.twitter.com/ultrafondus

|29

DOS SIER

> LE COUREUR 2.0

1 2 4 3

DE LA PUBLICATION WEB beaucoup plus pour les moyennes sur les longs trajets. À L’ENTRAÎNEUR VIRTUEL Malheureusement, tout le monde ne possède pas un Si le téléphone portable semble être aujourd’hui l’outil iPhone. Adieu donc les milliers de gadgets informaultime des coureurs geeks (personne accroc aux nouvelles tiques vous donnant votre horoscope, vous apprenant technologies), il sera peut-être demain celui de tout la langue des signes, ou encore simulant de manière un chacun. Emportez l’engin avec vous et vous voici très réaliste le « pile ou face » avec une pièce de actif, c’est-à-dire capable d’envoyer des informations 1 euro. On vous a sans doute demandé, lorsque vous complètes et aussi capable d’en récupérer. étiez enfant, quel vœu vous feriez si vous n’en aviez Voilà 15 ou 20 ans, il était encore possible de se requ’un. Choisir cet appareil, c’est tricher en disant beller contre l’utilisation du GSM. En 2008, une en« je fais le vœu que tous mes vœux s’exaucent ». quête TNS Sofres annonce que Et si vous n’avez pas ce mons79 % des Français étaient tre, rassurez-vous, vous pourrez équipés d’un téléphone mosurvivre. Google, qui n’est pas bile. Elle révèle de plus que les un poids plume, a développé Les capteurs GPS usages propres à ce type de un système d’exploitation, ultra puissants communication progressent « Google Android » permeteux aussi fortement. Ainsi, 4 ont trouvé leur petit coin tant à tout développeur de utilisateurs sur 5 envoient des créer des applications sur les téde paradis à l’intérieur SMS (textos), et 22 % utilisent léphones qui en sont dotés. En des coques internet. le disant simplement, on peut Que peut-on en déduire ? Simpenser que ce système permetde nos mobiles. plement qu’il y a de grandes tra de disposer d’autant de vachances (ou risques, selon où riété, sur n’importe quel vous vous placez), que ces téléphone à partir du moment technologies soient de plus en plus présentes dans où il est doté de ce nouveau système d’exploitation. nos quotidiens, et notamment dans le domaine sporIl est encore un peu tôt pour filer acheter un noutif. Aujourd’hui, la flambée des iPhone d’Apple, et veau mobile hi-tech, du moins si vous cherchez unides milliers d’applications qui fleurissent sur son quement des applications pour la course à pied. Si écran, téléchargeables en deux clics via internet, revous en avez déjà un, le premier intérêt peut simpleprésente un phénomène inimaginable voilà seulement consister à éviter d’investir dans une montre GPS ou cardio fréquencemètre. L’utilisation sera bament deux ans. sique mais envisageable pour commencer. Utiliser un Ce téléphone en particulier marque un véritable téléphone mobile surgonflé peut également se justitournant, voire une révolution. Il inclut quelques fier dans le contexte d’un long périple que vous soutechnologies n’étant pas a priori conçues pour lui haitez partager via un blog, sur un compte Facebook mais dont les utilisations ingénieuses offrent aux couou plus minimaliste encore, sur Twitter (voir encareurs de nouvelles options pour, par exemple, suivre dré). Bien souvent, un simple accès au web, voire à leurs entraînements. un service de SMS, peuvent vous permettre de mettre Ainsi la présence d’un détecteur de mouvement à l’inà jour un site internet. Et partager. térieur de certains appareils peut servir à repérer s’ils sont en position horizontale ou verticale, de manière à afficher une photo dans le bon sens à l’écran. MiraRESSOURCES cle, ce détecteur de mouvement n’est autre qu’un acLA COURSE À PIED SUR TÉLÉPHONE MOBILE céléromètre, qui peut donc également calculer une accélération et tous ses produits dérivés : vitesse, disour la plupart des applications de course à pied sur téléphone portable, tance ou encore, nombre de pas. On ne vous garantit il faut vérifier un certain nombre de points, qui vous permettront pas la fiabilité, mais c’est le propre de toutes les invende vous aiguiller au bon endroit. • Est-ce que votre mobile est un iPhone ou est-il muni du système d’exploitation tions que d’être peu fiables dans les premiers temps.

P

PARTAGER PARTOUT, TOUT LE TEMPS, SI J’VEUX Vous en voulez plus ? La miniaturisation est là encore à votre service ! Les capteurs GPS ultra puissants ont trouvé leur petit coin de paradis à l’intérieur des coques de nos mobiles. Une pléthore d’applications sont disponibles, allant de la localisation au guidage en ville, en passant par les relevés de vitesse, de distances ou de tracés parcourus. Moins fiable qu’un « bon » accéléromètre pour ce qui est des données instantanées, mais sans doute
30| ultrafondus décembre 2009

Google Android ? • Possède-t-il un détecteur de mouvement / accéléromètre ? • Possède-t-il un GPS ?

Passé cette première étape, vous pouvez aller sur ces quelques sites pour vous faire une idée de l’offre logicielle disponible. • http://fr.androlib.com : les applications sur le système d’exploitation Google Androïd (All Sports GPS, Body Runner, Grunner, Interval Training, Run+ (Nike+), Soft Race) • Buddy Runner : www.buddyrunner.com • www.smartappli.com : bibliothèque d’applications pour téléphones mobile, essentiellement iPhone (321 run, Follow My Way, Ibikenrun, Interval Trainer, iTrail, Nokia Sport Tracker, iPedometer, Rubi Track, Test course navette) • Run Keeper : http://blog.jiwok.com/2009/05/28/test-comparatif-runkeepernike-foreunner-50/

TÉMOIGNAGES | AVEC OU SANS TECHNO

Les hautes technologies, pour revenir aux sources
PAR PHILIPPE BILLARD

En matière de sport, on oppose fréquemment les nouvelles technologies à la liberté. La présence de nous autres coureurs devant un écran d’ordinateur pour échanger sur un forum, c’est du temps perdu sur celui passé à courir. Et si finalement, c’était exactement le contraire ?

en virtuel, pour briser la solitude du coureur de fond, mais aussi et surtout pour attiser la passion. Pour Olivier Harduin, tout est prétexte à « animer la flamme de [sa] passion pour les très longues distances » : « Je cherche des infos sur l’ultra dans toutes les couleurs de son camembert : résultats, diététique, comptes rendus, agenda, etc. » Internet, avant d’être interactif, se constitue donc avant tout comme un catalyseur de passion. Comme on pourrait le faire avec un livre, des vidéos, un club, on galope sur la Toile avec pour seul but de courir mieux, plus longtemps, dans de meilleures conditions, et si possible bien accompagné. Les connexions avec le monde réel sont évidentes et il est symptomatique de voir le taux de coureurs qui possèdent dans leurs favoris un site de course à pied régional, de leur club, ou d’une association de copains vivant à deux pas de chez eux. Le site, quelle que soit sa forme, n’éloigne pas mais représente au contraire le centre de gravité de pratiquants. Il leur permet de se rapprocher dans le temps – en communiquant plus souvent – et dans l’espace, en se fixant régulièrement des sorties ou en se donnant rendez-vous sur les grandes courses. COMPRENDRE LES NOUVEAUX CODES RELATIONNELS On l’a vu dans la première partie de ce dossier, il est très difficile de mettre en place une vraie communauté virtuelle. L’échec de nombre d’entre elles provient assurément du fait qu’elles ont adopté certains codes liés au net qui lorsqu’ils ne sont pas maîtrisés sont des armes d’autodestruction redoutables. L’anonymat, la sacro-sainte liberté d’expression, et parfois la liberté qu’on s’octroie à ne pas respecter l’autre. Christian Mauduit, Spartathlète émérite, tri-Ironman (en une seule fois) et grand connaisseur de l’attitude communautaire, ne fait que peu de différence entre les liens réels et virtuels : « Internet, c’est un moyen de plus de tisser des liens sociaux avec d’autres coureurs. Quand je vois des coureurs en vrai je leur dis ‘alors ça boume ?’, j’écoute leurs salades et je raconte les miennes. Sur internet, c’est pareil. » Par-delà les communautés et les échanges d’expérience, les coureurs sont acteurs de leur propre mise en scène. Si le blog est à l’origine un moyen quelque peu exhibitionniste de raconter sa vie, la plupart de ceux des coureurs à pied se limitent à leur passion. Qu’estce qui domine dans l’appétit de raconter ses courses, ses sorties longues, ses performances ? Sans doute un mélange entre l’archivage, la sensation sourde qu’on a quelque chose à transmettre, et le plaisir de voir sa passion prendre de la dimension à travers des articles, des images, et le regard des autres. Les carnets d’entraînement en ligne (moncarnet.org, kikourou.net, pour ne citer qu’eux) représentent une sorte d’extension à ce phénomène des sites persos. Pour ceux qui les utilisent, l’intérêt semble évident, et il s’agit moins de partager que de disposer d’un système gratuit, convivial, et accessible de n’importe où. Pour les autres, le tableur est roi, et même le cahier : « Tout est manuscrit et archivé depuis plus de 30 ans. C’est assurément plus fiable et moins chiant que l’informatique. » Une façon un peu provoc’ de dire qu’un bon cahier à spirales suffit bien souvent.
ultrafondus décembre 2009

LE CHOC DES CULTURES La lutte entre l’ancien et le neuf, c’est un grand classique. Elle oppose le traditionnel et le progressiste, le classique et le moderne, l’orthodoxe à l’hérétique, et bien souvent le sage au fou. Dans chaque attitude, il y a du bon et du mauvais, la justesse se trouve souvent quelque part entre les extrêmes. Les nouvelles technologies, appliquées à la course à pied, mettent elles aussi en scène ces oppositions. Le refus affiché par certains coureurs devant la mise en ligne d’un site internet, le partage d’expérience sur un forum ou via un réseau social, ou encore l’utilisation d’un carnet d’entraînement électronique, reproduit des schémas mille fois observés au cours des siècles. Peur de la nouveauté, pragmatisme, techno-réfraction ou simplement attentisme, sont des attitudes normales, que nous avons tous utilisées à un moment ou à un autre devant l’apparition d’une nouveauté. ALLUMER LE FEU Pour ne pas avoir à se perdre dans les méandres d’internet, le coureur d’ultra évoque le temps. L’équation est simple : « Je m’entraîne beaucoup, donc je n’ai pas le temps d’aller sur internet. » Argument quasiment imparable, et au cas où il serait paré, vous entendrez : « Je préfère voir les gens en vrai, prendre mes notes sur du vrai papier, vivre ma passion sur de vrais sentiers. » À moins de rechercher la solitude, internet, les forums et ce qu’on appelle désormais les réseaux sociaux (Facebook en premier lieu), sont justement de formidables moyens de faire connaissance avec d’autres passionnés. Car c’est bien la motivation numéro un du coureur : l’instinct grégaire. Dit autrement, nous avons besoin, surtout quand on est coureur d’ultra, « de retrouver des gens ‘normaux’ comme nous », selon les termes de Samuel Rauline sur le forum de l’ultrafond. Les retrouver

|31

DOS SIER

> LE COUREUR 2.0

1 2 4 3

PRATIQUE | LISTE DE SITES

Les meilleurs liens, sélectionnés par la rédaction
Sites persos, Les carnets d’entraînement en ligne clubs, blogs
Si vous voulez saisir vos entraînements en ligne, vous aurez de nombreuses possibilités. L’avantage d’utiliser un site en ligne ? Certaines fonctionnalités absentes des logiciels « hors ligne », la possibilité de se connecter de n’importe où, et le partage d’informations au sein d’une communauté.
www.moncarnet.org : L’une des références en France. Willy, le créateur, est toujours prêt à faire évoluer son système au gré des demandes des utilisateurs. http://entrainement-sportif.fr/carnet-entrainement-course-pied.htm : Bruno Chauzi est l’un des « anciens » du net. Sur la Toile depuis plus de 10 ans, il est depuis très longtemps connu pour ses bons conseils, et ses développements logiciels soignés. www.kikourou.net : Créé par Mathias Géry, un monstre de créativité et de puissance informatique, Kikourou fourmille de fonctionnalités telles que les forums, les blogs, les statistiques coureurs, et le carnet d’entraînement, doté de nombreuses possibilités de statistiques et de filtres. www.zonefivesoftware.com/SportTracks/ : SportTracks est notre coup de cœur. Le logiciel s’installe sur son ordinateur, toutes les données sont chez soi, et il sait tout faire : statistiques au-delà de l’imaginable, détail des séances, paramétrages de sports, cartographie, gestion de n’importe quel type de matériel avec fiches détaillées. S’il n’y en a qu’un à essayer… www.garminconnect.com : Initialement Motion Based, Garmin a mis en place sa propre plate-forme, qui permet de partager ses entraînements et surtout ses tracés. www.polarrunningcoach.com : le carnet d’entraînement de Polar http://www.3-book.com/ : logiciel de suivi d’entraînement payant http://herve.gueit.free.fr/ : logiciel de suivi d’entraînement par un triathlète (+++) http://www.saring.de/sportstracker/ : Sportstracker (simple, ok pour Windows ?) http://pppsw-online.sourceforge.net/ (pour Polar) http://fr.yourtrainings.com/ : carnet d’entraînement en ligne

Sites généralistes / portails
De l’ultra, bien sûr, même s’il en manque, ainsi que quelques sites incontournables de référence, avec de quoi lire, ou même voir.
www.ultrafondus.fr http://multidays.com/ http://ultrarunning.com/ http://planetultramarathon.wordpress.com/ http://overelement.com/ http://www.grough.co.uk/ http://www.wanarun.net/ http://www.conseils-courseapied.com/ www.courir-au-feminin.com/ www.courseapied.net www.runinlive.com http://www.volodalen.com/ www.jiwok.com

Une cinquantaine de membres du forum de l’ultra ont répondu à nos questions pour réaliser ce dossier. Ils nous ont décrit leur utilisation d’internet, des forums, leurs habitudes, et nous ont cité pas mal de sites. Voici leur sélection, qui vous donnera déjà un bon aperçu du foisonnement qu’on peut trouver sur la planète web ultra.
http://acvaroute.blogspot.com/ : Club d’athlé de Villeneuve d’Ascq http://antonkrupicka.blogspot.com/ : Anton Krupicka http://www.arthurbaldur.fr/ : Arhtur Baldur http://cbarbier59.free.fr : site nordiste de Christophe Barbier http://chti.sportif.free.fr : Chevalier des horizons, Rémy Honoré (Nord) www.couleaud.com : Stéphane Couleaud www.coureurs-de-reves.com/ : Sylvain et Laëtitia Dessailly http://depasseur-de-bornes.over-blog.net/ : Thierry Degoulange http://fartherfaster.blogspot.com/ : Jean Pommier http://gaetan.janssens.free.fr : Petit Nuage http://jdseyres.blogspot.com/ : Yoga et course à pied http://jean-marie.gueye.over-blog.com/ : Akunamatata http://karlmeltzer.com/ : Karl Meltzer http://keeprunning.info/ : Cédric Malecot http://www.kilianjornet.com/ : Kilian Jornet http://web.me.com/krissymoehl/Krissy_Moehl/ : Krissy Moehl http://laconfreriedeshorizons.blogspot.com : blog de la Confrérie des horizons http://www.lescoureurscelestes.be : les coureurs célestes (Belgique) http://lizzyhawker.blogspot.com/ : Elisabeth Hawker http://lpomme.over-blog.com/ : Ludovic Pommeret http://manuwak59.over-blog.net/ : Emmanuel Wackers http://nikoverdosedetrail.blog4ever.com : Nicolas Darmaillacq http://www.normandiecourseapied.com : Site régional http://pagesperso-orange.fr/roger-ultra/index1.html : Roger Warenghem http://sebchaigneau.canalblog.com/ : Sébastien Chaigneau http://sentier-libre.blogspot.com/ : Michel Arnaud http://tercantrail.martinsfamilly.fr/index.php : Cyril Martins http://runtrails.blogspot.com/ : Scott Dunlap http://trailetcacahuetes.blogspot.com/ : Guillaume Bernard www.trail-passion.com : Olivier Stembert (Nord) http://www.trans-canada2011.fr/ : Gwenaël Quéant http://ufo.ufoot.org/ufoot/ : Site de Christian Mauduit www.ultramarathonien.com : Stéphane Pélissier http://ultrapassions.blogspot.com/ : Michel Arnaud www.z-trailerz.com : site de coureurs du Nord

Forums et réseaux sociaux
Si vous voulez causer, échanger avec des gens qui vous ressemble, demander des conseils et en donner, pêcher de l’information brute, les forums et autres réseaux sociaux sont faits pour vous.
http://forum.ultrafondus.fr www.facebook.com/ultrafondus www.twitter.com/ultrafondus www.kikourou.net http://forum.brunoheubi.com www.courirlemonde.org www.facebook.com www.twitter.com

La rédaction d’Ultrafondus en ligne
Chez Ultrafondus, nous avons tous notre petit coin de rêve et certains d’entre nous vous ouvrent un coin de voile sur nos envies, nos fiertés, nos projets, nos galères, bref, tout ce qui fait qu’on est complètement dingos des (très) longues distances.
http://forum.ultrafondus.net/blog.php?u=1 : Philippe Billard http://forum.ultrafondus.net/blog.php?u=6 : Emmanuel Lamarle http://www.ultra-au-feminin.fr/ : Annick Le Moignic http://www.redge.ultrafondus.fr/ : Régis Coquemont http://runstephane.blogspot.com/ : Stéphane Marchand http://objectif.badwater.free.fr/ : Vincent Toumazou

Sites utilitaires
Dans les sites qui suivent, quelques véritables perles. Allez au moins sur les trois premiers, vous ne serez pas déçu.
www.softrun.fr : prévisions de temps sur parcours et distances type ainsi que sur des épreuves phares www.openrunner.com : tracé et calcul d’itinéraires avec IGN Top 25 http://www.skitour.fr/maps/ign/gpx-online.php : idem, avec possibilité d’étendre la carte www.gpsies.com : conversion de tracés GPS http://clic0.free.fr/spip.php?article84 : cartes IGN top 25 en ligne et gratuit http://clickroute.de/ : pour ajouter les infos d’altitude http://fr.wikiloc.com : plus de 120 000 itinéraires partout dans le monde

TOUS CES LIENS ET BIEN D’AUTRES SONT DISPONIBLES SUR

WWW.ULTRAFONDUS.FR

32| ultrafondus décembre 2009