You are on page 1of 50

PRESENTATION DU JOINT

MOUTTE Ophélie

Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005

Page 1

PRESENTATION DU JOINT

Procédé utilisé :
Joint exécuté avec le procédé semi-automatique. Le métal d’apport utilisé est de Ø 2.4 mm.

Données Générales :
Préparation en T

MOUTTE Ophélie

-

cours de technologie

-

courbe TRCS

-

abaque IRSID

-

NF EN 288-3

Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005

Page 2

Données du métal de base :
-

Matière : S 355 JR (E36)

-

Epaisseur : 15 mm

-

Soudure à pleine pénétration.

(250 mm)

15

a=8
300 mm

15

a=8

MOUTTE Ophélie

Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005

Page 3

A.

NATURE DES PRODUITS CONSTITUANT LA SOUDURE

Nature des produits constituant et participant à la soudure.

L’acier est du S355 JR : c’est un acier de construction avec limite d’élasticité de 355 N/mm².
Les sigles JR désignent une énergie de rupture de 27 J/cm² à 20°C.

Le fil est du NERTALIC 70 S.

Le gaz est de l’ATAL 6 : mélange Argon + 18% CO2.

Les applications appropriées à ce couple sont les suivantes ; grosse chaudronnerie, tuyauterie, charpente
métallique, chantiers navals, soudage circulaire et longitudinal de gros réservoirs, raboutages de panneaux.

MOUTTE Ophélie

Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005

Page 4

B.

PARAMETRES DE SOUDAGE
- CORDON 1
- Longueur de l’Eprouvette : 300 mm
- Section du Métal d’Apport : 4.5 mm²
- Calcul du volume de Métal d’Apport à déposer : 

Surface du chanfrein 1 .
 11,31x11,31 
S chanfrein = 
 = 63,95mm²
2

 

1

Volume du chanfrein 1 .

a=8

Vchanfrein = S chanfrein xLéprouvette
3

V chanfrein = 63 ,95 x 300 = 19185 mm 

Volume du cordon 1 .
Vcordon = Vchanfrein + 20%
V cordon = 19 ,185 + 20 % = 23 , 002 cm

MOUTTE Ophélie

3

Donc le volume de métal d’apport à déposer est de 23,002cm3

Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005

Page 5

MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 6 .

185 + 20% = 23.Longueur de l’Eprouvette : 300 mm .95mm ² 2   2 a=8  Volume du chanfrein 2 .CORDON 2 .002cm3 Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 7 .31x11.  11. Vchanfrein = S chanfrein xLéprouvette  15mm Vchanfrein = 63.5 mm² .Calcul du volume de Métal d’Apport à déposer :  Surface du chanfrein 2 .Section du Métal d’Apport : 4.31  S chanfrein =   = 63..95 x300 = 19185mm 3 Volume du cordon 2 .002cm MOUTTE Ophélie 3 Donc le volume de métal d’apport à déposer est de 23. Vcordon = Vchanfrein + 20% Vcordon = 19.

3m  Calcul du temps de soudage : Tps =  Le 0.min-1 Vitesse du fil : Vf = 12 m. Diamètre du fil : ∅ 1 mm Vitesse d’avance de la torche : Vt = 0. Intensité : I = 245 A.CORDON 1  Données : Tension : U = 26 V. CALCUL DU VOLUME DE METAL DEPOSE .1 Calcul de la longueur de fil utilisé Lf: L f = V f xTs = 12 x3 = 36m MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 8 .1 m.min-1 Nombre de passes : 2 passes Longueur de l’éprouvette : Le = 300 mm = 0.C.3 = = 3 min Vt 0.

54cm  3 Conclusion : Le volume de métal d’apport déposé qui a été calculé dans les paramètres de soudage est tout proche de celui calculé ci dessus : 23.54 cm3 MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 9 .43mm  4   Calcul du volume de métal d’apport déposé : Vtotal = V f xNb passes = 28.002 cm3 < 56. Calcul du volume de fil d’apport utilisé Vf:  1² xπ  3 V f = L f xSection fil = 3600 x  = 2827.27 x 2 = 56.

Diamètre du fil : ∅ 1 mm Vitesse d’avance de la torche : Vt = 0.min-1 Nombre de passes : 5 passes Longueur de l’éprouvette : Le = 300 mm = 0.1 m.1 Calcul de la longueur de fil utilisé Lf: L f = V f xTs = 12 x3 = 36m MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 10 .3m  Calcul du temps de soudage : Tps =  Le 0. Intensité : I = 245 A.CORDON 2  Données : Tension : U = 26 V.min-1 Vitesse du fil : Vf = 12 m.3 = = 3 min Vt 0..

08cm  3 3 Conclusion : Le volume de métal d’apport déposé qui a été calculé dans les paramètres de soudage est tout proche de celui calculé ci dessus : 23.27 x5 = 113.002 cm3 < 113.08 cm3 MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 11 . Calcul du volume de fil d’apport utilisé Vf:  1² xπ  V f = L f xSection fil = 3600 x  = 2827.44mm  4   Calcul du volume de métal d’apport déposé : Vtotal = V f xNb passes = 28.

min-1  60UI   60 x 26 x 245  En =  =  = 32.75 k 1 0.67=21.25 0.73 0.cm  1000V   1000 x12   −1 Calcul de l’énergie corrigée : Ec = En .89 0.57 1 1.67 pour un chanfrein en T.k Soudage à plat k=1 k est un coefficient que l’on peut déterminer grâce au tableau cicontre et en fonction du type de joint.D.67 0. CALCUL DE L’ENERGIE DE SOUDAGE  Données :  Calcul de l’énergie nominale : Tension : U = 26 V Intensité : I = 245 A Vitesse d'avance : Vf = 12 m.38x0. Donc l’énergie corrigée est de : Ec =32.5 On obtient donc un coefficient k de 0.7KJ.38 KJ .5 0.8 0.cm MOUTTE Ophélie −1 Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 12 . a s 0 0.

1 m/min Vitesse du fil = 12 m/min Temps de préparation de la machine = 10 min MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 13 .4 €/h − Données de Soudage : Vitesse d’avances de la torche = 0. CALCUL DU COUT DE REVIENT POUR UN METRE  Données : − Données Machine : Investissement Machine = 3000 € Amortissement de la Machine sur 3 ans Temps d’utilisation journalier = 8 h Nombre de jours dans un mois = 21 jours Nombre de mois dans l’année = 11 mois − Donnée Salarié : Salaire brut d’un opérateur = 7.E.

05 €/h (5 x12 x 21x 4) − Coût d’un mètre de soudure : 2.41=3. 4    x 20 = 2.46+1.1 − Charge salariale :  7.46 €  60  − Amortissement machine : 30500 = 6.41 €/m  60  Page 14 . MOUTTE Ophélie Calculs : − Temps pour un mètre de soudage : 1 = 10 min 0.05    x14 = 1.87 €/m 10 + 10 = 20 min Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 soit  6.

LES RISQUES METALLURGIQUES ENCOURUS MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 15 .

 Les fissurations à chaud (des fissures dans la zone fondue) Elles se forment sous l’effet du retrait. lors du soudage sous flux solide ou en une passe à haute énergie de soudage et à grande vitesse. lors du refroidissement de la soudure. profondeur du bain P l arg eur du bain Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 16 . quand la ductilité à chaud du métal fondu est insuffisante. aux contraintes dues à une structure de trempe dans la Z.LES RISQUES METALLURGIQUES ENCOURUS Les principaux risques métallurgiques encourus lors d’une opération de soudage sont les fissurations à chaud ou à froid.T. la structure de solidification grossière que l’on obtient risque de conduire à une fissuration dans la zone fondue si le rapport : MOUTTE Ophélie L n'a pas une valeur suffisante. et au volume du bain de fusion. Un facteur géométrique est lié à la limite d’élasticité du métal d’apport.A. on prendra   . En particulier. au degré de bridage du joint soudé.

− Présence d’hydrogène dans la zone fondue et dans la Z. MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 17 . La présence de martensite risque de conduire à une structure dure et fragile. peut conduire à l’apparition de petites cassures locales par dé cohésion du métal. : l’hydrogène peut être présent sous forme d’eau dans les enrobages ou dans le flux. Trois causes principales sont à l’origine des fissurations à froid : − Structure fragile dans la Z.T. Les fissurations à froid (créer des fissures dans la Z. parfois quelques heures après le soudage.A. liée aux déformations plastiques dans la zone fondue..T. qui s’ajoutent aux contraintes dues aux sollicitations de l’assemblage en service.T.A. − Etat de contrainte : les contraintes de bridage dues au retrait empêché. facilitent la micro fissuration en accélérant le processus de migration de l’hydrogène vers la Z. Dans notre cas nous pourrions avoir cette présence d’hydrogène car nous n’avons pas étuvé le flux. Cette dernière a une ductilité très faible .A.T.T. sous forme de graisse. son réseau cristallographique est le siège de nombreuses dislocations et de contraintes résiduelles élevées qui la prédispose à la naissance et à la propagation de micro fissures. de peinture ou de la rouille sur le métal de base.. sous forme d’humidité dans l’air ou sur les pièces à souder. Les fissurations apparaissent à basse température dans la Z.A. : les paramètres de refroidissement influent sur la structure de la zone affectée de la chaleur.A. La présence d’hydrogène. d’huile.) C’est de loin le défaut le plus redouté dans le soudage des aciers.

DMOS PREVISIONNEL MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 18 .

32.38 DIAGRAMME D’IRSID A. DMOS PREVISIONEL MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 19 .

45 Si Cr Ni Mo DIAGRAMME TRCS C B.063 Al S 0.026 DMOS PREVISIONEL 0.MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 20 Mn 1. Cu V Nb 0.17 0.40 0.027 P 260 .

A.S Polarité Inverse PA NON Ø1 135 Préparation en T S 355 JR 15 mm MOUTTE Ophélie 154 rue J-B Clément 08000 Villers-Semeuse NF EN 288-3 10/04/2005 DESCRIPTIF DE MODE OPERATOIRE EXAMINATEUR OU ORGANISME DU CONSTRUCTEUR OU FABRICANT D’INSPECTION Référence N : Référence N : PV-QMOS PRÉVISIONNEL .MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 21 Code / Norme d’essai applicable : Date de soudage : Etendue de la qualification : Procédé de soudage : Type de joint : Matériaux de base : Epaisseur matériau(x) de base (mm) : Diamètre matériau(x) de base (mm) : Type de matériau(x) d’apport : Gaz / Flux de protection : Type de courant de soudage : Position(s) de soudage : Préchauffage : Traitement thermique après soudage et / ou vieillissement : Autres remarques : Constructeur ou Fabricant : Adresse : NON R.

CAHIER DE SOUDAGE MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 22 .

Réalisation de la première passe. 4. REALISATION DE L’EPROUVETTE 1. Réglage des paramètres de soudage.CAHIER DE SOUDAGE A. 7. 2. 3. 6. Réalisation de la seconde passe. MOUTTE Ophélie Vérifier que le bombé est suffisant à la dernière passe. Pointage de la pièce. Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 23 . 5. Retirer le laitier. 8. la quatrième et la cinquième tout en retirant le laitier entre chaque passe. la troisième. Vérification de l’alignement du chanfrein avec la torche.

le domaine de validité sera de (0. Notre éprouvette étant en soudage multi-passes et ayant une épaisseur de 15 mm. Un dépassement de la plage de validité impose une nouvelle épreuve de qualification de mode opératoire de soudage.5 t à 2 t. MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 24 . on se rend compte qu’il appartient au Groupe1 .5 mm à 30 mm. qui est un S 355.B. d’ou Re ≤ 355 N/mm² et ou l’analyse chimique sur coulée n’excède pas les valeurs admises par la norme.  Domaine de validité pour les assemblages bout à bout : Dans le tableau 5. on se retrouve avec une épaisseur admissible.  Le tableau du Groupement des aciers permet d’étendre la qualification à tous les aciers du même groupe. − Pour un soudage multi-passes.8 t et 1. le domaine de validité s’étend de 0.1 t. c’est à dire de 7. VALIDATION DE L’ASSEMBLAGE (NORME 288-3)  Domaine de validité : Toutes les conditions énoncées ci-après doivent être satisfaites indépendamment les une des autres. Pour l’acier utilisé lors du soudage de notre éprouvette.5 x 15) à (2 x 15). comprise entre 0. on détermine le domaine de validité par rapport à l’assemblage de qualification : − Pour un assemblage où l’épaisseur (t) de qualification est comprise entre 12 mm et 100 inclus. soit plus faiblement alliés ou soit aux aciers de limite élastique spécifiée inférieure ou égale de ce groupe.

− Une qualification obtenue sur un métal d’apport s’étend à tous les autres appartenant au même groupe spécifié sauf si des prescriptions d’énergie de rupture en flexion par choc sont spécifiées. MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 25 . alternatif.  Domaine de validité par rapport au type d’assemblage : − D’après le tableau 7. − Une qualification (tube ou tôle) obtenue dans une position étant la qualification à toutes les positions de soudage si aucune exigence de résilience ou de dureté n’est pas spécifiée. (continu. − La qualification obtenue est limitée au type de courant. Une qualification obtenue en soudage multipasses n’est pas valable pour un soudage mono passe et inversement pour un procédé donné.− Une qualification n’est obtenue que pour le procédé de soudage utilisé pour exécuter l’assemblage de qualification. (Par exemple : un changement d’enrobage ou de flux entraîne une nouvelle épreuve de qualification). dans la cas d’un soudage bout à bout de tôles avec soudage d’un seul côté et avec support envers. ou pulsé) et à la polarité utilisée pendant l’épreuve de qualification d’un mode opératoire de soudage. − La limite inférieure du domaine de validité est la température nominale de préchauffage appliquée au début de l’épreuve de qualification du mode opératoire de soudage. le domaine de validité s’étend au soudage bout à bout de tôles en soudage d’un seul coté avec support.

nous avons utilisé un système à fil unique. Pour un procédé 121 : − La qualification obtenue est limitée au système de fil utilisé pendant l’épreuve de qualification du mode opératoire de soudage (exemple : système à fil unique ou à fils multiples). Pour notre éprouvette. − La qualification obtenue est limitée au flux de marque et codification utilisé pendant l’épreuve de qualification du mode opératoire de soudage. MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 26 .

LES DIFFERENTS CONTROLES MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 27 .

LES DIFFERENTS CONTROLES A.  Le contrôle visuel  Le contrôle de ressuage  Le contrôle de métallographie  L'essai de dureté VICKERS LE CONTROLE VISUEL MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 28 .

LE CONTROLE DE RESSUAGE MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 29 .B.

T.C. Réactif : Nital Résultat : MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 30 .A. LE CONTROLE DE METALLOGRAPHIE Repère : Grossissement : Localisation : Réactif : Résultat : Repère : Grossissement : Localisation : Début de Z.

Réactif : Nital Résultat : Repère : Grossissement : x100 Localisation : Zone fondue Réactif : Nital Résultat : MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 31 .Repère : Grossissement : Localisation : Z.T.A.

Repère : Grossissement : x50 Zone fondue 1 Localisation : Z.T.A. Résultat : Zone fondue 2 MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 32 .A.T.. Zones Fondue Réactif : Nital Z.

d Syboles et Désignations : La dureté VICKERS est la quotient de la charge d’essai (P).D. un pénétrateur en forme de pyramide droite à base carrée. exprimée en daN par l’aire. LE CONTROLE DE DURETE VICKERS Schéma du Principe : Principe de l’essai VICKERS L’Essai consiste à imprimer dans le métal. d’angle au sommet 136°. de l’empreinte considérée comme une pyramide droite à base carrée de diagonale (d) et ayant au sommet le même angle que le pénétrateur. sous une charge (P). MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 33 . exprimée en mm². et à mesurer la diagonale(d) de l’empreinte laissée sur la surface après l’enlèvement de la charge.

50. 80.4mm. La charge doit être choisie de telle sorte que la diagonale (d) soit au moins égale à 0. La longueur de la diagonale (d) est mesurée à 0. MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 34 . HV : Dureté Vickers. 10. d : Diagonale de l’Empreinte. 120 daN. 5. Les charges d’essai normales sont les suivantes : 1.8544 x aireempre int e d² d² Le symbole HV est suivi de l’indice de charge.La dureté VICKERS (HV) s’exprime par la relation suivante :  Données : P : Charge de l’Essai en daN.  136  2 xP sin  ch arg e de essai P 2   HV = = = 1. 40. 20.5% prés. 30.

) MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 35 . Schéma de Filiation de Dureté : 9 8 9’ 8’ 7 7’ Zone fondue 1 2 3 6 5 4 10 11 12 6’ 5’ 10’ 11’ 12’ 4’ 3’ 2’ 1’ Métal de base Zone Affectée Thermiquement (Z. il a fallu tracer sur la pièce les emplacements des points d’essais comme sur le schéma ci-dessous. des tables permettent d’avoir la dureté en fonction de la longueur de la diagonale mesurée. Ici nous avons utilisé une charge de 40 daN afin d’obtenir une empreinte relativement conséquente.A.Comme pour l’essai Brinell. Pour réaliser l’essai VICKERS selon la norme NF 288-3.T.

72 0.66 0.68 0.68 0.7 2' 0.65 7' 0.Résultats de l’essai VICKERS MOUTTE Ophélie 1 0.63 0.75 0.7 0.69 Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 36 .65 0.72 0.68 11' 0.65 0.71 0.65 6' 0.66 5 0.7 0.7 0.7 3' 0.68 0.7 7 0.64 5' 0.68 0.66 0.67 9' 0.66 8 0.69 10 0.67 0.68 6 0.7 1' 0.72 0.73 3 0.66 9 0.69 0.7 2 0.65 8' 0.73 12 0.7 0.69 12' 0.71 11 0.7 0.71 4 0.63 0.63 10' 0.62 4' 0.7 0.68 0.

NOTE 2 : pour les aciers dont la limite élastique minimale Re > 885 N/mm² une valeur spéciale doit être déterminée par agrément entre les parties.Tableau 2 : Essai de Dureté HV 10. NOTE 3 : valeur à déterminer par agrément entre les parties. Groupe d'acier Soudure monopasse bout à bout ou d'angle Soudure multiple bout à bout ou d'angle Non traité Traité Non traité thermiquement thermiquement thermiquement Traité thermiquement 1. L'essai de dureté VICKERS : détermination de la valeur de la dureté maximale admissible . 2 380 320 350 320 3 (2) 450 (3) 420 (3) 4. Valeurs Maximales Admissibles. nous pouvons voir que la limite de dureté à ne pas dépasser est de 350 HV. MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 37 .5 (3) 320 (3) 320 6 (3) 350 (3) 350 Ni < 4% Ni > 4% (3) (3) 300 (3) 320 400 300 (3) NOTE 1 : si l'essai de dureté est requis. Donc d’après ce tableau.

9%. 1.60 Par autre élément unitaire = 0. la teneur des alliages révèle de l'analyse chimique sur coulée MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 38 .55 Mn = 1. Mo max.65 S = 0.5% voir note 1 7 Aciers avec Ni max. V max. 1%.045 Somme de tous les autres éléments = 0. Mo max. 1 Aciers de limite d'élasticité minimale spécifiée Re ≤ 355 N/mm² ou de résistance à la traction Rm ≤ 520 N/mm² ayant une analyse chimique sur coulée n'excédant pas en % : C = 0. 0.25 % voir note 1 5 Aciers avec Cr max.24 Si = 0. 0. 0. 12%..045 P = 0.8 2 Aciers normalisés ou à laminage thermomécanique contrôlé à grains finis à limite d'élasticité minimale spécifiée Re > 355 N/mm² 3 Aciers à grains fins trempés et revenus à limite d'élasticité minimale spécifié Re > 500 N/mm² 4 Aciers avec Cr max.Tableau 3 : Groupement des Aciers. 0. D’après ce tableau nous pouvons en déduire que l’acier S 355 utilisé pour notre éprouvette fait parti du Groupe 1.6%.9% voir note 1 8 Aciers inoxydables ferritiques ou martensitiques avec une teneur en Cr de 12 à 20% voir note1 9 Aciers inoxydables austénitiques NOTE 1 : pour les groupes 4 à 8. Mo max.3 Mo = 0.5% V max.2% voir note 1 6 Aciers avec Cr max.

DMOS FINAL MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 39 .

38 A. DIAGRAMME D’IRSID DMOS FINAL MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 40 .32.

45 Si Cr Ni DIAGRAMME TRCS C B.MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 41 Mn 1.026 S 0.17 0.063 Al 0. Mo Cu V Nb DMOS FINAL 0.027 P 260 .40 0.

température. méthodes : Vitesse de montée en température et de refroidissement : L'assemblage de qualification décrit ci-dessus a été soudé en présence de : Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Métal d'apport : Procédé Passes a=8 Lieu : Charleville-Mézières DMOS référence n° : …………….85 31.MOUTTE Ophélie 135 135 135 135 135 135 135 1 2 1 2 3 4 5 245 245 Ø1 Ø1 Ø1 Ø1 Ø1 245 245 245 245 245 Ø1 Ø1 Courant (A) Dimensions Métal d’apport codification : marque et type : Reprise spéciale ou séchage : Gaz de protection / flux : endroit : envers : Débit de gaz : endroit : envers : Type d'électrode de tungstène/dimension : Détails de gougeage ou du support envers : Température de préchauffage : NON Température entre passes: Traitement thermique après soudage ou vieillissement Temps.85 31.. temporisation : Soudage pulsé détails : Distance de maintien : Détail plasma : Angle de torche : Type de courant Polarité 2 Examinateur ou Organisme d'inspection : :………. BAZIN Nom du soudeur : MOUTTE Procédé de soudage : …….85 Energie de soudage Autres informations : par ex : balayage (largeur maximale) oscillation : Fréquence.. PV-QMOS n° : ………………… Constructeur ou fabricant : Lycée F.85 31.85 31.85 31. Détails de préparation du joint 26 26 26 26 26 26 26 Tension (V) 1 3 12 m/min 12 m/min 12 m/min 12 m/min 12 m/min 12 m/min 12 m/min Alimentation en fil Vitesse d’avance 2 1 31.85 31. Type de joint : ………. Méthodes de préparation et nettoyage : Meulage Spécification matériau de base : S 355 Epaisseur du matériau de base : 15 mm Diamètre du matériau de base : Position de soudage de l'assemblage : T DMOS FINAL 15mm Page 42 .

MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 43 Code / Norme d’essai applicable : Date de soudage : Etendue de la qualification : Procédé de soudage : Type de joint : Matériaux de base : Epaisseur matériau(x) de base (mm) : Diamètre matériau(x) de base (mm) : Type de matériau(x) d’apport : Gaz / Flux de protection : Type de courant de soudage : Position(s) de soudage : Préchauffage : Traitement thermique après soudage et / ou vieillissement : Autres remarques : Constructeur ou Fabricant : Adresse : NON R.S Polarité Inverse PA NON Ø1 135 Préparation en T S 355 JR 15 mm MOUTTE Ophélie 154 rue J-B Clément 08000 Villers-Semeuse NF EN 288-3 10/04/2005 DESCRIPTIF DE MODE OPERATOIRE EXAMINATEUR OU ORGANISME DU CONSTRUCTEUR OU FABRICANT D’INSPECTION Référence N : Référence N : PV-QMOS FINAL .A.

AUTRES MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 44 .

000 80.000 100.000 309.000 60.000 120.000 L1 307.000 160.000 Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 45 .000 308.000 304.000 L2 L3 306.000 0.000 MOUTTE Ophélie 20.000 40.000 140.000 305.AUTRES 310.

765 306.628 305.652 175.154 305.095 128.978 305.041 306.950 277.026 173.821 304.20 58.262 Y Z X 306.031 71.945 Y Z 305.121 223.707 -285 -285 -285 -285 -285 -285 -285 -285 -285 -285 -285 -285 -285 -285 -285 -285 -285 -285 -285 -285 Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 L3 Y modif 140 151.934 180.820 261.142 305.18 35.184 306.458 305.423 236.717 250.701 90.848 306.426 305.X -25 -25 -25 -25 -25 -25 -25 -25 -25 -25 -25 -25 -25 -25 -25 -25 -25 -25 -25 -25 L1 Y modif 137 146.379 305.25 82.286 283.509 270.12 75.467 69.262 148.133 305.72 46.52 20.978 306.036 304.209 9.437 10.175 305.503 306.999 290.00 143.855 206.967 163.701 265.250 229.832 279.485 306.74 53.712 305.087 128.095 275.026 23.11 41.209 155.23 109.574 116.62 116.522 81.233 256.285 307.744 99.52 11.722 193.081 304.251 306.855 62.744 246.881 193.886 268.772 41.486 305.019 307.701 121.740 202.51 124.183 181.108 186.336 307.194 40.292 243.286 140.832 146.031 222.467 211.624 255.463 306.702 305.112 62.029 305.041 164.886 121.182 240.437 154.348 305.881 47.226 305.037 215.112 211.037 178.307 305.775 305.934 33.278 305.542 305.910 193.635 74.480 Page 46 .968 304.946 305.55 130.232 233.346 284.922 Y MOUTTE Ophélie Z X 306.717 103.96 100.941 305.596 304.95 150.967 14.565 305.741 304.624 110.037 27.970 305.547 277.077 135.454 199.519 160.69 53.196 305.964 304.078 305.522 227.772 185.077 280.950 134.783 307.922 142.374 140.35 137.985 305.087 271.737 307.292 96.374 288.454 56.423 89.881 304.910 48.213 306.701 236.82 115.245 306.218 253.574 258.706 304.033 307.04 65.207 305.694 198.792 307.65 27.200 205.964 249.624 264.218 109.121 -150 -150 -150 -150 -150 -150 -150 -150 -150 -150 -150 -150 -150 -150 -150 -150 -150 -150 -150 -150 L2 Y modif 140 150.23 83.18 93.604 304.025 304.097 307.518 167.041 18.635 218.194 187.

MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 47 .

Z X Y MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 48 .

Point de la ligne 25 X MOUTTE Ophélie Y Z Point de la ligne 150 X Y Z Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Point de la ligne 285 X Y Z Page 49 .

MOUTTE Ophélie Rapport de soudure au Semi Automatique 2004/2005 Page 50 .