You are on page 1of 30

Monsieur Philippe-Alain Blerald

Théorie du marché politique et rationalité des politiques
publiques
In: Revue française de science politique, 41e année, n°2, 1991. pp. 235-263.

Abstract
The theory of political markets
And the rationality of public policies
The concept of political market seems increasingly fashionable among French political scientists. Its use — often a-critical —
justifies a doser analysis of the varions éléments of a theory which purports to derive behavior and political rules from the model
of the market economy. Treating political space as a market implies an analogical construction. It is necessary, in the first place,
to explicate its postulates and hypotheses. In the second place, the neo-liberal paradigm inherent to the political market leads
Public Choice theorists to deconstruct the foundations of the Welfare-State. In conclusion, there appears to be a logical
incompatibility between the postulate of egoism and the very existence of public policies inherently redistributive or regulatory.
Résumé
La notion de marché politique semble de plus en plus en vogue chez les politistes français. Son usage, le plus souvent a-critique,
justifie que l'on s'attache à analyser les tenants et aboutissants d'une théorie prétendant dériver les comportements et règles
politiques de l'économie de marché. Traiter l'espace politique à l'instar de marché relève d'une construction par analogie. Il
incombe, en premier lieu, d'en expliciter postulats et hypothèses. En second lieu, le paradigme néo-libéral immanent au marché
politique conduit les adeptes du Choix public à déconstruire les fondements de l'Etat-providence. En conclusion, il apparaît une
incompatibilité logique entre le postulat d'égoïsme et l'existence même des politiques publiques, par nature redistributrices ou
régulatrices.

Citer ce document / Cite this document :
Blerald Philippe-Alain. Théorie du marché politique et rationalité des politiques publiques. In: Revue française de science
politique, 41e année, n°2, 1991. pp. 235-263.
doi : 10.3406/rfsp.1991.394553
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rfsp_0035-2950_1991_num_41_2_394553

TH

ORIEET
DU
RATIONALIT
MARCH
POLITIQUE
DES POLITIQUES PUBLIQUES
PHILIPPE-ALAIN BL

RALD

LA

méthodologique
politique
dans
problématique
rence
ideel
partir
implicites
du
sans
semblable
de
contraste
péfiante
et
sont
Journal
ment
20
of
the
S.S
un
économique
politique
nationale
Leca
le
ouvrage
Fondation
Explication
1986
280-284
Michigan
troisième
marché
1957
study
la
appréhender
de
Quelles
marché
son
Nilson
synthétisés
phénomène
notamment
avoir
Sur
mais
les
Les
Parmi
théorie
un
par
autre
of
par
marxiste
Adair
Modéliser
des
pionnier
epistemologie
of
nous
individualisme
de
nationale
attraits
Economies
théorie
sphères
du
343-360
représente
de
qui
et
la
Press
théorie
politics
est
au
préalablement
politique
économique
les
sciences
ensemble
sont
la
vote
politique
la
Politometric
rigueur
de
avons
par
sens
ouvrage
économique
That
se
concret
récentes
littérature
le
vie
les
du
de
reste
1967
concepts
Un
ainsi
mais
les
du
C.B
manifeste
quasi-mutisme
politique
des
ériger
chap
politique
tel
la
and
politiques
politics
épistémologique
marché
relevé
American
bilan
bref
hypothèses
Tullock
science
celui
marché
sciences
de
que
par
plus
R.R
par
Macpherson
publications
un
Paris
Political
ont
en
de
Les
11models
des
ce
trois
celle
may
affirme
sans
de
instrument
anglo-saxone
Paris
et
posant
la
le
plus
Pagen
ou
questionné
non
rares
économique
études
cet
Presses
néo-classique
Towards
Political
1985
12
politiques
fait
apparaissent
entre
et
Offèrié
formalisation
politique
le
politique
be
un
ouvrages
Science
moins
être
respectivement
PUF
Favre
ou
économique
égard
reduced
plus
pas
et
un
politistes
Jacques
en
électorales
des
le
identité
theorical
de
Some
objet
Market
moins
un
les
Science
second
langue
Les
du
la
modèle
1972
livrés
mathematics
sur
formalisé
27
politistes
La
1976
souvent
et
explicitation
ni
to
Fondation
en
relations
le
constitué
ambitionne
on
contributions
partis
terme2
4)
Attali
des
décision
côté
le
premier
les
en
fran
sous
concepts
visiblement
élaborés
Review
note
science1
fran
prédominance
science
Ne
ne
mathématiques
comportementale
novembre
rédigés
somme
France
mode
une
non
conditions
politiques
Les
aise
la
est
peut
abondance
hypothèses
agit-il
fait
fran
par
of
de
ais
Il
nationale
codirection
constitutives
sous
55
Political
enquête
in
politics
par
abordant
pas
convient
majorité
politistes
Paris
accepter
Huntington
of
sa
de
expliquer
toute
de
political
décembre
être
1961
La
ais
la
avoir
mathematical
de
définition
Paris
séduits
simplement
la
pas
manière
direction
Presses
Lavau
des
théorie
sur
Ann
ni
aux
Studies
la
par
nord-américaine
de
surdétermination
sur
leParis
utilisé
la
490-497
theory
par
sciences
vie
yeux
PUF
carrément
la
Library
thème
Arbor
par
plus
frappé
1961
remplacer
tenants
la
et
des
les
de
de
teneur
par
Birnbaum
question3
le
de
conséquent
politique
Presses
scientificité
21
du
dans
la
des
reasoning
a-critique
ce
la
modalités
ou
1987
individus
la
politique
du
Pizzorno
Fondation
politiques
University
la
Quarterly
3)
au
Canadian
cf
marché
politistes
888-900
théorie
détour
notion
par
moins
Analyse
marché
une
étude
de
cohé
Gaxie
égale
de
1973
sens
Mais
stu
et la
le
to

235

Philippe-Alain Blérald
Le marché politique correspond-il
un
modèle gadget
ou bien
renvoie-t-il
une construction solide et cohérente dont il importe élu
cider la généalogie épistémologique
approche en termes de marché conduit
reconsidérer la nature et
le jeu des acteurs que représentent la classe politique les électeurs la
bureaucratie. Elle débouche sur une réfutation des fondements théo
riques de économie du welfare et de Etat-providence Sous cet angle
la critique la plus rigoureuse et la plus radicale nous est livrée par la
Nouvelle Economie Publique autrement baptisée Public Choice laquelle
nous est présentée en ces mots par James
Buchanan un de ses pères
fondateurs
La théorie du choix public prend essentiellement les outils
et les méthodes approche qui ont été développés des niveaux analyse
presque sophistiqués dans la théorie économique et applique ces outils
et ces méthodes au secteur politique et gouvernemental aux politiques
économie publique
Le marché politique offre-t-il ainsi que énon
cent certains de ses adeptes les instruments capables de conjurer hydre
bureaucratique
Il existe pléthore de modèles politico-économiques ou politométriques
il serait fastidieux de recenser On se contentera ici dans un premier
temps de reconstruire un méta-modèle en essayant de synthétiser les
caractères génériques qui se dégagent des contributions inscrivant dans
la problématique du marché politique On étudiera dans un second
temps la redéfinition de la rationalité des politiques publiques induite
par leur subordination aux exigences du marché politique3

LE MOD LE DU MARCH POLITIQUE
FLEXIONS
THODOLOGIQUES
SUR UN RAISONNEMENT ANALOGIQUE
On
signalé la théorie
extrapolation de concepts
convient abord examiner
fonde ladite théorie avant de
nement un tel modèle

du marché politique édifie moyennant
empruntés
analyse économique Il
les postulats et hypothèses sur lesquels se
considérer les problèmes liés au fonction

Cf
Aitali Les modèles politiques Paris PUF 1972
8-9
Politics without romance
sketch of positive public choice and its normative
implications
dans J.M Buchanan R.D Tollinson ed. The theory of public choice Ann
Arbor University of Michigan Press 1984
13 traduit par nous de même que les autres
textes cités en anglais
Le problème de la rationalité est traité par
Meny et J.-C Thoenig dans leur
récent manuel Politiques publiques Paris PUF 1989 coll
Themis
dans une optique
proche de la nôtre
236

T Haefele utility theory of representative government American Economic Review 61 3) juin 1971 350-367 expression est de R.J Groth R.A Simon Human nature in politics the dialogue of psychology with political science American Political Science Review juin 1985 293-304 Sur la filiation doctrinale de individualisme cf Hollander Adam Smith and the self-interest axiom Journal of Law and Economics 20 avril 1977 133-152 cf également Birnbaum et Leca dir.M Buchanan Individual choice in voting and the market Journal of Political Economy 62 1954 334-343 Pour un inventaire des apports de la psychologie la science politique on lira H. travers notre modèle nous soutenons que chaque agent agit en accord avec cette vue de la nature humaine Ainsi chaque fois que nous parlons de comportement rationnel nous signifions tou jours comportement rationnel originellement dirigé vers des fins égoïstes La problématique en adéquation avec la doctrine utilitariste suppose que chaque personne cherche maximiser ses propres utilités dont le bien-être économique représente une composante essentielle5 égoïsme relève non pas simplement de fondements économiques mais également de fondements psychologiques Il en résulte que la rationalité humaine dont il est ici question tient de la double équation que voici homo politicus homo econ micas homme psychologique6 Par Choix collectifs et préférences individuelles Paris Calmann-Lévy 1974 19 Ainsi que explique E.L Curry Jr Individual system preference model of rational choice Public Choice 1974 11-23 An economic theory of democracy New York Harper and Brothers 1957 2728 Cf J. Sur individualisme op cit 237 .L Wade theory of political exchange Englewood Prentice Hall 1968 Pour une présentation en termes de marché des traits génériques des régimes politiques on se reportera A.LA CONSTRUCTION DU MOD LE POSTULATS ET HYPOTHESES Le modèle du marché politique procède de postulats et hypothèses déterminés il nous incombe énoncer On relève en premier lieu des postulats ordre institutionnel et ordre comportemental Sur le plan des institutions on postule que le marché politique est applicable aux régimes de démocratie représentative Car ainsi que le souligne Kenneth Arrow en démocratie libérale il existe deux fa ons effectuer des choix collectifs le vote que on utilise pour prendre des décisions de caractère politique et le mécanisme de marché que on utilise pour les décisions de caractère économique La démocratie libérale se définit instar du capitalisme comme un système échanges comme un espace transactionnel régi par la compétition politique On impute au vote un rôle régulateur il est censé contribuer expression des préférences particulières et conditionner de la sorte la décision publique enjeu démocratique consiste faire prendre en charge par un gouvernement représentatif les utilités indivi duelles Partant la démocratie est assimilable un marché politique ouvert Le second postulat se rapporte la rationalité comportementale de individu Fondamentalement homme est appréhendé comme une entité égoïste mû par son seul self interest égoïsme se trouve élevé au rang un axiome par Anthony Downs un des pionniers de la théorie du marché politique qui affime que chaque individu quoique rationnel est aussi égoïste.L Curry et de L.

Philippe-Alain Blèr aid conséquent conformément la tradition behavioriste il agit un individualisme méthodologique lequel dans sa variante pure ou ultra évacue la dimension groupale des phénomènes sociaux1 On peut identifier trois niveaux hypothèses En premier lieu celles qui assimilent activité politique un marché On sait que la théorie marginaliste fonde le théorème de la concurrence pure et parfaite sur cinq conditions atomicité du marché est-à-dire le fait que per sonne ne doit avoir assez de poids pour influencer un autre agent la parfaite homogénéité du produit synonyme absence de monopole de marque la libre entrée et sortie du marché qui équivaut inexistence de barrières monopolistes la pleine mobilité des facteurs de produc tion la parfaite connaissance du marché qui signifie information convenable et transparence intégrale Il résulte de ces cinq conditions que équilibre est assuré par les prix lesquels constituent indice de rareté relative des biens ou prestations échangées Sans entrer dans des querelles byzantines on admet depuis au moins les travaux Alfred Marshall que le modèle paretiano-walrasien de concurrence pure et parfaite doit être amendé sinon invalidé dans le sens une concurrence inter-monopoliste2 Il conviendrait bien sûr de interroger pour savoir dans quelle mesure les conditions sus-énumérées sont vérifiables par la théorie du marché politique instar de activité économique on identifie dans le processus politique des trends des cycles des fluctua tions.A Hibbs Jr Political parties and macroeconomic policy American Political Science Review 71 1977 1467-1487 Kramer Short term fluctuations in US voting behavior 18961964 American Political Science Review 65 1971 131-143 Ginsburgh Michel Random timing of elections and the political business cycle Public Choice 40 1983 155 et suiv Lächler The political business cycle Public Choice 44 1984 411430 C..D Macrae political model of the business cycle Journal of Political Economy 85 1977 239-263 W.A Hayek Thé constitution of liberty Chicago University of Chicago Press 1960 de Friedman Capitalism and freedom Chicago Chicago Univer sity Press 1962 de Nozick Anarchie Etat et utopie Paris PUF 1988 de Rothbard Power and markets Kansas City St Andrews and McMeel 1977 Conception réfutée par L.3 Enfin toujours exemple de économie la politique est supposée avoir un coût En second lieu on considère le marché politique comme un lieu expression des choix politiques individuels comme une sphère de confrontation offre et de demande politiques On assimile les procédures politiques des échanges une des assertions génériques de la théorie du marché politique est que la généralisation du système échanges non contraints préserve la liberté de individu où son éthique démo cratique4 Le vote en tant que révélateur des préférences politiques Mancur Oison essaye articuler éthique individualiste et action collective dans son étude classique Logique de action collective Paris PUF 1978 Pareil constat conduit sinon bannir tout du moins redéfinir le concept équilibre ainsi que nous invite Neisser Competitive equilibrium existence and approach Journal of Political Economy 76 6) novembre-décembre 1968 1199-1206 Cf Alesina Rosenthal Partisan cycles in congressional elections and the macroeconomy American Political Science Review 83 juin 1989 374-398 D.D Nordhaus The political business cycle Review of Economic Studies 42 1975 169-189 est la thèse de F.M Preston qui objecte un point de vue marxisant que les échanges sur le marché opèrent exclusivement sous la forme acquisitions ou de transferts de titres de propriété 238 ..

Marché politique et politiques publiques individuelles se voit assigner une fonction régulatrice équivalente au rôle indicateur de rareté dévolu aux prix1 On soumet hypothèse que la régulation démocratique par les élec tions défaut être optimale dans la mesure où celles-ci effectuent sur le mode compétitif avère allocation des ressources politiques la moins imparfaite En troisième lieu viennent enfin les hypothèses relatives la ratio nalité comportementale des acteurs de la vie politique Il découle du postulat de égoïsme que chaque catégorie acteur est censée intervenir sur le marché politique non pas en raison une quelconque finalité normative mais en fonction de ce elle considère comme conforne son intérêt électeur le candidat les partis politiques le bureaucrate les groupes de pression bref tous les protagonistes du jeu politique sont assimilés des vendeurs ou des acheteurs de biens publics individu électeur mû par son egoïsme est le dépositaire de la souveraineté Une question se pose alors est-ce qui en dehors de son propre intérêt peut obliger accepter de déléguer son pouvoir une représentation parlementaire2 Ce qui signifie que on admet par hypothèse que le citoyen attend de la classe politique outre une éco nomie de temps et énergie une relative efficacité électeur représente un citoyen consommateur de biens publics qui par son vote sanctionne directement élu ou indirectement le bureaucrate3 Les élus et les partis politiques sont supposés offrir sur le marché des biens ou des prestations publics dans la perspective de la réélection ou de élection qui forme leur fonction-objectif Le marché politique paraît régenté par les luttes inter-partisanes et intra-partisanes pour hégémonie parlementaire le leader de la majorité est décrit tel un agent ayant le pouvoir de négocier et ajuster la donne entre les demandes et les offres de législation cette fonction intermédiation est estimée réduire les coûts intervention sur le marché législatif vu ses coûts accès au marché relativement moindres que ceux de ses rivaux le parti majoritaire bénéficierait une rente il reverserait totalement ou partiellement ses adhérents4 La bureaucratie quant elle se voit assimilée un entrepreneur qui sous couvert intérêt public cherche maximiser la taille de ses buindividuels Freedom markets and voluntary exchange American Political Science Review 78 4) décembre 1984 959-970) Sur la corrélation vote-prix on se reportera aux réflexions de Shubik Voting or price system in competitive market structure American Political Science Review 64 1) mars 1970 179-181 Un commentaire critique de la thèse de Shubik est effectué par Ferejohn et Page note on Voting or price system in compétitive market structure American Political Science Review 67 l) mars 1973 157-160 Comment dans une société hyper-égoïste chaque citoyen ne voterait-il pas exclu sivement pour lui-même Ce est pas le moindre des paradoxes soulevés par la problé matique individualiste ainsi que observe opportunément Tullock dans une brève note The paradox of not voting for oneself American Review of Political Science 69 3) septembre 1975 919 Cf Bowen The interpretation of voting in the allocation of economic resources Quarterly Journal of Economics 58 1943 27-48 R.E McCormic R.D Tollinson Rent-seeking competition in political parties Public Choice 34 1979 5-14 239 .

A Niskanen Jr Bureaucracy and representative government Chicago AldineAtherton 1971 B.W Pommerehne How powerful are bureaucrats as voters Public Choice 38 1982 253-262 An economic theory of democracy op cit.S Frey W. 28 Breton The economic theory of representative government Chicago Aldine Publishing Company 1974 Tout vote est-il pas assimilé une demande de consommation collective par les citoyens ainsi que le suggère Bowen dans son article précité 240 .Philippe-Alain Blèr aid reaux1 elle assume le monopole de offre des biens publics selon explication retenue soit exclusivement soit concurremment soit conjointement soit de manière subordonnée la classe politique On émet hypothèse que les bureaucrates seraient des électeurs comme les autres avec leurs préférences avec cette singularité notable au vu enquêtes opinion les employés des administrations gouvernementales nord-américaines apparaissent plus favorables au secteur public que les électeurs travaillant dans le secteur privé2 Les décideurs politico-administratifs se trouvent soumis une logique entrepreneuriale consistant déterminer les biens qui par le biais du marché seront offerts aux citoyens lesquels pour leur part cumulent la fonction duale de consommateur et électeur Nous proposons par conséquent de subdiviser le marché politique en deux sous-marchés le sous-marché électoral où affirment les soutiens et les exigences les allégeances et les hostilités le sous-marché des décisions publiques il existe bien sûr entre les deux une interdépendance est de cette inter section que autorise Anthony Downs pour avancer titre hypothèse fondamentale de son modèle que les partis formulent des politiques policies de fa on gagner les élections plutôt ils ne gagnent les élections pour formuler des politiques En résumé est partir de axiome du self interest que se trouvent élaborées les hypothèses comportementales des agents opérant sur le marché politique Il agit un modèle qui combine une part la demande des citoyens cherchant maximiser leurs désirs par des poli tiques publiques appropriées et autre part offre des politiques pu bliques émanant de la classe politique et des bureaucrates cherchant maximiser la première la probabilité une ré)élection les seconds le volume de leur budget4 intérêt une telle démarche qui dérive les politiques publiques du marché politique est elle appréhende inter action des attitudes individuelles et des décisions publiques5 Voyons comment fonctionne le marché politique et quelles objections soulève pareil modèle OPERATIONALITE ET LIMITES DU MODELE Le fonctionnement du marché politique soulève une série de ques tions comment les aspirations individuelles moulées par égoïsme vontelles se métamorphoser en volonté majoritaire sinon consensuelle Comment les besoins particuliers vont-ils se transformer en besoins W.

nd due Par quel biais aggrègent les fonctions offre et de demande émanant des individus La volonté générale se réduit-elle la règle majoritaire1 la question par quelle procédure les besoins particuliers sont-ils révélables les adeptes de la théorie du marché politique répondent grâce au vote Toutefois le fonctionnement du marché politique ne va pas sans poser problème La théorie du vote Le modèle du marché politique se fonde abord sur le vote lequel se voit traité comme une variante formelle de la théorie des choix rationnels attitude de électeur rationnel apparaît synthétisée par la célèbre formule Anthony Downs2 où le rendement net du vote la probabilité que le vote sera décisif utilité du vote les coûts du vote non liés au résultat == les bénéfices du vote De fait il agit davantage une micro-économie que une micro politique du vote La rationalité comportementale implique que tout individu acceptera de voter la condition que les bénéfices escomptés soient supérieurs aux coûts relatifs ou dans le cas inverse de abstenir Le pouvoir de électeur est rrele directement ou indirectement avec la probabilité que le scrutin paraît autant plus serré que le vote individuel pourra en changer issue3 hypothèse indifférence jouera si un citoyen ne trouve aucun intérêt défendre les candidats en compétition on suppose en la circonstance il abstiendra En définitive la décision de voter ou de abstenir dépend de évaluation effectuée par chaque individu quant impact marginal de son vote Le vote peut intervenir sur le sous-marché des biens publics dans ce cas de figure les citoyens doivent approuver ou désapprouver en votant ou en refusant de voter la nouvelle proposition budgétaire alternative se situant entre le nouveau projet de budget et le statu quo4 Il peut être également envisagé telle une demande de tarification le cadre analyse initialement utilisé renvoie un gouvernement majorité simple où les électeurs confrontés une structure préétablie de taxe choisissent simultanément le niveau des taxes et le taux associé de rendement pour un service public collectivement pourvu exemple de Sans même tenir compte des incidences archiconnues des modes de scrutin il importe de signaler il existe non pas une mais plusieurs procédures logico-formelles permettant de calculer la volonté générale savoir celle de Condorcet celle de Borda ou encore celle Arrow que chacune entre elles aboutit des résultats différents dans attribution des votes aux candidats cf le suggestif article Stoetzel Comment reconnaître la volonté générale Revue fran aise de sociologie mars 1976 3-11 et Favre La décision de majorité op cit. 33-93 On retrouve une formulation similaire dans D.C Mueiïer Analyse des décisions publiques Paris Economica 1982 105 et suiv Hypothèse testée et partiellement réfutée par C.C Durden Gaynor The rational behavior theory of voting participation evidence from the 1970 and 1982 elections Public Choice 53 1987 231-242 241 .B Foster The performance of rational voter models in recent presidential elections American Political Science Review 78 3) septembre 1984 678-690 G.Marché politique et politiques publiques sociaux Comment passe-t-on de équilibre intra-mdrviauei équilibre mier.

Philippe-Alain Blèr aid éducation Vu issue du scrutin électeur soupèse le bénéfice potentiel additif il compare au coût supplémentaire de la taxe et vote en conséquence Dans le contexte un scrutin général électeur supposé rationnel et correctement informé établira une balance des gains escomptables pour chaque parti ou chacun des candidats en lice Le parti au pouvoir sera jugé positivement ou négativement aune de ses performances effectives et sanctionné en conséquence Si les gains espérés des partis équilibrent et si par ailleurs le citoyen affiche aucune volonté de changement il devrait logiquement abstenir optimum sur le marché politique exprime la situation où chaque électeur ne peut espérer obtenir davantage au détriment un autre Dans le schéma de raisonnement initial il est affirmé que la sincérité du vote est de mise que les citoyens pleinement informés voteront irréversiblement après leurs préférences avérées Or observation de la réalité nous enseigne que tel est pas toujours le cas Constat qui conduit introduire une hypothèse duale une attitude sincère se traduisant par un vote sincère quand le choix de électeur accorde directement son échelle de préférence électeur peut également déterminer son choix en fonction de calculs dits stratégiques et retenir une option différente de ses convictions1 La théorie formelle du vote fait de électeur un individu rationnel exclusivement guidé par son propre intérêt Pareille assertion mérite être fortement nuancée voire partiellement récusée Car les recherches empiriques des politistes inclinent attester les élections se déroulent toujours sous influence Des études des enquêtes opinion indiquent que individu peut être influencé dans son choix de vote par la décision un proche parent ami.L Dodgson 1876 Discussion method of the of various methods of procedure in concluding elections Princeton Princeton University Li brary Parrish Collection 1873 Suggestions as to the best method of taking votes Oxford Bodleian Library 1874 qui sont origine de actuelle théorie des jeux illustrée par Von Neumann et Morgenstern Theory of games and economic behavior New York John Wiley and sons 1967 On se reportera également Deutsch Game theory and politics some problems of application Canadian Journal of Economics and Political Science février 1954 76-83 et J.M May et Martin ont élaboré un modèle intégrant les phénomènes inter relation entre électeurs Voting models incorporating interactions between voters Public Choice 1974 37-53 Pour une appréhension de information politique travers sa composante publicitaire cf Nelson Political information Journal of Law and Economies 19 août 1976 315-336 Sur la détermination des attitudes politiques par les variables ethnique et socioéconomique cf D.C Nelson Ethnicity and socioeconomic status as sources of partici pation the case for ethnic political culture American Political Science Review 73 4) ..) soit par la prise de position publique un leader politique soit par information qui est loin être neutre2 Dans le même ordre idées il est largement démontré concernant les EtatsUnis que la participation électorale est une fonction croissante des revenus elle varie selon appartenance ethnique que on abstient plus que proportionnellement parmi la minorité noire3 que on vote taking votes Le mérite on more initial than incombe two issues aux Oxford travaux pionniers Bodleian Library de C..M Buchanan Simple majority voting game theory and resource use Canadian Journal of Economics and Political Science août 1961 337348 R.

) Traité de science politique Paris PUF tome 1985 175-239 est la position de Ecole arrowienne ce propos Abram Bergson attire pertinemment attention sur le fait que le théorème dit impossibilité été édicté par Arrow strictement dans le cadre de la démocratie directe et attèle pour sa part établir dans un contexte de démocratie représentative dans Social choice and welfare economics under representative government Journal of Public Economics octobre 1976 171 90 Certames problématiques essayent de leur côté de réconcilier règle majoritaire et rationalité cf.K Sen possibility of theorem on majority decisions Econometrica 34 2) avril 1966 491-499 A.Marché politique et politiques publiques variablement selon les tranches âge.K Sen P. sans compter la pression des groupes intérêts qui par vocation cherchent interférer dans le processus électoral1 Partant il incombe de restituer au vote sa muitidimensionalité laquelle est inhérente tout système politique2 Le marché politique un fonctionnement problématique Les problématiques du marché politique se heurtent trois séries obstacles qui dans leur champ théorique se révèlent autant de ques tionnements cardinaux premièrement articulation moins évidente des préférences individuelles en choix collectifs deuxièmement le pro blème de la révélation des besoins politiques par offre et la demande troisièmement la contrainte information Le problème de agrégation est exposé en des termes voisins de aporie par Kenneth Arrow qui se demande il est formellement possible établir une relation entre un ensemble de préférences indivi duelles et un modèle de prise de décision collective cet égard on sait que intransitivité des choix personnels illustrée par le paradoxe de Condorcet conduit Arrow formuler un théorème impossibilité de transformation des rationalités personnelles en rationalité collective4 où pour certains impossibilité théorique de optimum sur le marché politique5 Dès lors que le marché ne peut par lui-même générer une allocation optimale des ressources politiques reste en suspens le problème de la révélation des besoins Quelles sont les principales procédures proposées en vue contribuer James Coleman est attelé de manière notable la résolution du problème de la transformation des utilités individuelles en choix collectifs Il proposé un système où les individus sont confrontés des séquences de choix sociaux et ont dans optique du marché parfait la décembre 1979 1024-1038 la variable ethnico-culturelle est empiriquement testée dans le modèle forgé par Capron et J.B Krau et Rubin après enquête concluent influence effective de ces derniers dans les votes de la représentation élue Public interest lobbies membership and influence Public Choice 34 1979 45-54) Pour une analyse de la composante multipartisane partir du cas néerlandais cf Bronner de Hoog Choice models and voting behavior the case of the dutch electorate Public Choice 37 1981 531-546 Choix collectifs et préférences individuelles op cit. 21 Pour une explication approfondie de cette question se reporter utilement Lagrange Théorie politique formelle dans Grawitz Leca dir.K Pattanaik Necessary and sufficient condition for rational choice under majority decision Journal of Economic Theory 1969 178-202 243 . notamment A.-L Kruseman Is rivalry an incentive to vote Public Choice 56 1988 31-43 J.

..H Koehler Vote trading and the vote paradox proof of logical equivalence et Vote trading and the voting paradoxe rejoinder American Political Science Review 69 3) septembre 1975 954-960 967-969 Oppenheimer Some political implications of vote trading and the voting paradox proof of logical equivalence comment American Political Science Review 69 3) septembre 1975 963-966 N.R Bowen The interpretation.H Ricker S. de avoir formalisée Cf 244 . soit par les citoyens-électeurs soit par des candidats soit par des élus propose de voter en faveur de telle décision la condition que engage en retour voter telle autre mesure souhaitée par Si le marchandage intervient est bien parce que la décision publique se trouve affectée un coût monétaire le plus souvent synonyme impôts titre illustration le vote sécuritaire implique que on est partisan augmenter les effectifs de police et disposé en supporter le coût additionnel En adéquation avec le théorème dit indifférence on estime que le citoyen acceptera ce calcul ce que la courbe des coûts marginaux rejoigne la courbe effi cience marginale de investissement sécuritaire passé ce seuil la dépense publique devient non rentable et doit être rationnellement rejetée par le citoyen Comment ne pas admettre que cette procédure de marchandage par-delà sa séduction novatrice que ce négoce de voix contrairement aux dénégations un Gordon Tulloch débouche sur une dénaturation du suffrage universel et de la volonté générale qui en dégage Autre type de procédure électeur médian La compétition politique la plus franche comporterait avantage de limiter inclination discrétion naire des membres de la classe politique Dans optique de leur réélec tion ils se doivent en effet de proposer des politiques policies collant le plus possible aux désirs de électeur de rang médian celui-ci occupe dans la distribution des votants la position dont écart-type est le plus fort par rapport aux extrêmes Par conséquent les besoins moyens seraient révélés par électeur médian qui la manière un holotype est censé exprimer la moyenne des revendications de bien-être de la société3 adaptation des programmes la médiane jouerait pour J.R Miller Logrolling vote trading and the paradox of voting game theorical overview Public Choice 29 1977 5175 Il revient H. art cité avoir le premier formulé la thèse de électeur médian et Downs pp cit.Philippe-Alain Blèr aid possibilité échanger leur contrôle sur des résultats qui les intéressent peu contre un contrôle plus important sur des résultats les intéressant davantage était la porte ouverte tous les travaux menés sur le marchandage Le logrolling marchandage entend comme une procédure intégrant intensité des préférences et susceptible de contourner favorablement impossibilité Arrow2 Il désigne les transactions formelles ou infor melles effectuées au niveau des différents sous-ensembles politiques élec tif parlementaire gouvernemental.J Brams The paradox of vote trading American Political Science Review 62 4) décembre 1973 1235-1247 D.S Coleman Foundations for theory of collective decisions American Journal of Sociology 71 6) mai 1966 615-626 Pour une présentation exhaustive du logrolling on consultera Tullock Le marché politique Analyse économique des processus politiques Paris Economica 1978 49-63 Bernholz Logrolling Arrow and decision rules generalization Kyklos 27 1974 49-62 On the stability of logrolling out-comes stochastic games Public Choice 33 1978 65-82 W.

C Mueller Analyse des décisions publiques op cit.S Coleman Internal processes governing party positions in elections Public Choice 11 1971 35-60 Aranson P. 23 et suiv.C Ordeshook Spatial strategies for sequential elections dans R.P Inman Testing political as if proposition is the median income really decisive Public Choice 33 4) 1978 45-65 Cf J.T Deacon Voting behavior efficiency and equity Public Choice 1974 1-14 Barzel Silberberg Is the act of voting rational Public Choice 1973 51-58 Corps hypothèses qualifié juste titre absurde par D.Marché politique et politiques publiques permettre aux candidats non seulement de conquérir électorat mais aussi de gagner le leadership partisan1 autant dire une telle procé dure revient gouverner par le centre En clair il est soutenu que le rendement une élection correspond la médiane de optimum indivi duel est-à-dire aux taux approvisionnement désiré par électeur médian2 notre sens ce théorème appelle la critique tant au niveau de ses présupposés au niveau de son énoncé Car sur un plan logico-formel il est opératoire que sous une triple contrainte unimodalité et la symétrie de la distribution des opinions existence de deux alternatives3 la réalité des scrutins démocratiques qui le plus souvent confrontent une immensité électeurs une grande diversité alternatives généralement supérieures deux candidats invalide le théorème de électeur médian4 Cette problématique se fonde sur une théorie spatiale postulant que les fonctions utilité individuelles ont une configuration homogène et elles sont distribuées dans la population de manière régulière Une telle approche qui se caractérise par une vision isotypique de espace politique procède de idée fort contestable une convergence parfaite sinon une identité intégrale entre état de opinion publique et la carte des besoins individuels Il agit là de deux ordres de grandeur fonciè rement différenciés Admettons que on traite la demande sociale comme une dérivée de électeur médian A-t-on pour autant explicité la méca nique autorisant émettre existence un recoupement automatique entre une évidence statistique en occurrence électeur de rang médian et un fait sociologique savoir la demande sociale émanant de la popu lation En bref la position médiane dans la ventilation des votants estelle intrinsèquement porteuse de signification sociologique Il est permis en douter Décrit tel un algorithme dans la résolution du problème de agrégation politique des besoins particuliers le théorème de électeur médian relève en vérité de artefact Les contraintes liées information On déjà souligné que le degré information de électeur-consommateur conditionne en partie équilibre du marché politique observation empirique atteste que information est rarement parfaite où introduction par exemple par Robin Farquharson dans son modèle une double hypothèse premier cas de figure dit information minimale où électeur ne dispose Tullock Le marché politique op cit. et R. 85-108 Les multiples recherches se proposant de reformuler le théorème de électeur médian dans une perspective plurimodale se sont il est vrai avérées peu convaincantes .G Niemi H.F Weisberg eds) Probability models of collective decision-making Columbus Merrill 1972 Cf Barzel R.

R Palfrey Rosenthal Voter participation and uncertainty American Political Science Review 79 1) mars 1985 62-78 Thèse exposée par ces deux auteurs dans leur ouvrage commun The calculus of consent Ann Arbor The University of Michigan Press 1962 est le point de vue soutenu par W. Variations autour de idéologie de intérêt général Paris PUF vol et 1978 et 1979) par contre aux Etats-Unis la 246 .H Riker Implications from the desequilibrium of majority rule for the studies of institutions American Political Science Review 74 2) juin 1980 432-446 Pour une position adverse cf Koford An optimistic view of the possibility of rational legislative decision-making Public Choice 38 1982 3-19 Si la forme rationalisatrice de intervention étatique qui prédomine en France est la doctrine du service public cf Chevallier dir.Philippe-Alain Elevaid de données que sur son propre choix second cas de figure dit infor mation parfaite où chaque électeur connaît tous les choix possibles1 En réalité il faut considérer que chaque individu se situe dans une position intermédiaire entre ces deux extrêmes que sont la méconnais sance totale et la connaissance intégrale Certains modèles tentent de mesurer les incidences de information sur le vote étant entendu que sa carence peut être analysée comme un facteur abstention2 informa tion outre être rarement complète est jamais idéologiquement neutre Par conséquent il importe de ne pas la cantonner une fonction mécaniquement communicationnelle car elle apparaît modelable en fonc tion enjeux stratégiques conflictuels interférence des trois types obstacles concourt faire ressortir une contradiction entre le postulat hyperindividualiste de la souveraineté de électeur laquelle se trouve fréquemment illustrée par le dilemme du passager clandestin free rider et émergence une rationalité collective qui puisse fonder le choix social Cette difficulté théorique conduit formuler des conceptions divergentes de équilibre sur le marché politique il bien sûr la variante pessimiste Arrow qui conclut impossibilité générale de optimum oppose la variante optimiste de Buchanan et de Tulloch qui prétendent contourner impos sibilité arrowienne par la notion de contrat constitutionnel procédant du libre consentement et de la libre association de tout un chacun3 enfin aucuns arguent que instabilité chronique des processus législatifs induit impossibilité de équilibre sur le sous-marché de la législation4 Dès lors que on analyse le politique par le marché il convient de se demander de quelles logiques procèdent les politiques publiques INTERVENTION TATIQUE ENTRE GESTION BUREAUCRATIQUE ET MANAGEMENT PUBLIC MANTELER LEVIATHAN Si on entend par rationalité combinaison cohérente de fins et de moyens il convient examiner les objectifs assignés et les modes appro priés de action publique Quant leur finalité par-delà idéologie du service public ou de intérêt public5 les politiques publiques paraissent Theory of voting New Haven Yale University Press 1969 Tollinson Crain Pautler Information and voting an empirical note Public Choice 1974 43-49 T.

K Pattanaik Risk impersonality and the social welfare function Journal of Political Economy 76 novembre 1968 1152-1169 Pascallon La théorie du second best en procès premier état de la question Cahiers de ISEA 2-3) février-mars 1972 série EM 4) 247 .) soit par contrôle du marché par Etat régulation On examinera successivement ces deux modes interventionnisme public avant de présenter des apnorme prevalente est intérêt public ou plus exactement intérêt du public au sens de intérêt des usagers Cf RM Bator The anatomy of market failure Quarterly Journal of Economics 72 1958 351-379 W.G Head Public goods and public policy Public Finance 17 1962 197-219 P.Marché politique et politiques publiques osciller entre logique bureaucratique et efficience manageriale Concernant leur mode on peut les appréhender travers les successives configura tions structurales du couple Etat-marché Le secteur public constitue le lieu ancrage privilégié de la bureau cratie Il est théoriquement per soit comme un facteur pervers de bureaucratisation soit comme une sphère propice une croissance économique mieux maîtrisée au service de intérêt général On tentera dans un premier temps expliciter les soubassements théoriques de action publique au prisme du binôme Etat-marché On interrogera dans un second temps sur les enjeux et les impératifs de la lutte antibureaucratique tels énoncés par les critiques de Etatprovidence se réclamant de la Nouvelle Economie Publique LES FONDEMENTS THEORIQUES DE INTERVENTIONNISME PUBLIC VARIATIONS SUR LE COUPLE TAT-MARCH Par interventionnisme public on désigne action de Etat au service du public Mais de quel public agit-il Le terme re oit au moins deux acceptions différentes la première relevant de la tradition fran aise du service public assimile public et intérêt général la seconde de filiation anglo-saxonne inscrit dans la problématique du marché politique où public signifie avant tout ensemble des usagers des consommateurs particuliers de biens publics Dans le cadre de économie libérale interventionnisme étatique se justifie par les insuffisances voire par impuissance supputée congénitale du marché prendre en charge certains intérêts utilité générale est la fameuse thèse de la faillite du marché idéologie du welfare se fonde sur idée mythique que le gouvernement se doit par son inter vention de préserver en même temps que les conditions de la croissance économique le consensus social sur lequel repose la légitimité du système Pour sa part économie du bien-être édifie partir de opérationalité une fonction de bien-être social ou utilité collective mise en uvre par Etat2 Les politiques publiques naissent de la rencontre de Etat et du marché cette articulation revêt généralement deux formes elle opère soit par substitution de Etat au marché biens collectifs.J Baumol Welfare economics and the theory of the state Cambridge Harvard University Press 1965 2e éd J...

au niveau de leur gestion ils sont administrés par lesdites insti tutions publiques sur le marché de consommation ils concourent la consommation socialisée Il importe de mentionner existence une controverse sur la question de savoir si la présence exclusive de une ou autre condition suffit ou si la réunion des deux avère indispensable pour qualifier un bien collectif titre exemples-types on cite commu nément la défense nationale la sécurité la justice les ressources naturelles non renouvelables tels air et eau mais également les équipements socio-culturels.C Kol économie des services publics Economie appliquée 1965 557-582 J. Si on considère les agressions de la pollution indus trielle conséquence en la circonstance effets externes négatifs on comprend il ressortit Etat de sauvegarder espace collectif moyen nant élaboration de politiques publiques de environnement La caractérisation en tant que biens collectifs des fonctions sociales que représentent la santé et éducation divisibles mais génératrices effets externes est admise par les partisans une définition extensive du concept et rejetée par les tenants une acception restrictive Pour P.A Samuelson The pure theory of public expenditure Review of Economics and Statistics novembre 1954 387 cf également sur les biens publics Milleward Exclusion costs external economies and market failure Oxford Economic Papers 1970 24-38 En langue fran aise on se reportera aux études suivantes S.-F Besson Centralisation ou décentralisation le problème des biens collectifs Revue économique juillet 1966 560-602 Culot Problèmes de la définition du bien collectif Les Annales de économie collective janvier-mars 1971 3-19 Wolsfeisperger Les biens collectifs Paris PUP 1969 248 .Philippe-Alain Blèr aid proches dérivant les politiques publiques du marché et de interroger pour savoir ce qui de intérêt public ou de la logique bureaucratique emporte Il agit somme toute de faire le tour des problématiques explicatives de intervention publique La substitution de Etat au marché biens collectifs biens publics Le point de départ est bien sûr la théorie de Paul Samuelson qui stipule que Etat doit se substituer au marché en occurrence inefficient allouer de manière optimale les biens dits collectifs On qualifie de collectif un bien dont on jouit en commun au sens que toute consommation un individu un bien ne conduit aucune soustraction de la consommation aucun autre individu de ce bien Ce que contient cette définition est axiome de indivisibilité qui constitue la caractéristique première de tout bien collectif Seconde caractéristique les effets externes on désigne par externalité les effets induits une décision ou un acte sur des personnes non liées cette décision ou cet acte De la combinaison de ces deux caractéristiques indivisibilité et externalité résulte impossibilité une discrimina tion une élimination par le prix où incapacité avérée du marché garantir les préférences Partant il relève de la légitimité de la puissance publique de prendre en charge ce type de biens Les biens collectifs sont identifiables un triple niveau au niveau de leur mise en place ils sont créés ou appropriés par des institutions collectives Etats collectivités etc.

) temporairement ou définitivement in capables de intégrer la logique du marché en règle générale les transferts sociaux liés aux politiques publiques de répartition jouent un rôle central dans la dynamique de économie du bien-être1 En sorte que le développement des biens collectifs et publics génère corrélativement la propension expansive des dépenses publiques illustrée par la loi de Wagner2 Le contrôle du marché par Etat la régulation Examinons comment opère la justification de interventionnisme public au travers des théories de la régulation La régulation se définit par des contrôles étatiques spécifiés relatifs aux prix entrée de branches ou de firmes par une tarification et des subventions publiques en vue de maximiser efficience économique On recense dans la littérature américaine une diversité de probléma tiques qui partagent le mérite éclairer des aspects particuliers néanmoins complémentaires de la régulation La théorie dite de intérêt public prescrivant que Etat doit réguler uniquement lorsque des phénomènes économies échelle ou indivisibilité créent des monopoles naturels ou encore en cas effets externes négatifs3 La théorie capture constate que le régulateur alloue ses sub sides des groupes intérêts différents afin de maximiser leurs appuis politiques cette approche signale que la régulation se concentrera essen tiellement dans les secteurs activité ou dans les entreprises ayant tout gagner organiser en coalitions politiques4 Daly J.J Heggen concluent la vérification de cette loi dans leur article Expenditures and votes in search of downward sloping curves in United States and Great Britain Public Choice 45 1) 1985 19-34 C.Marché politique et politiques publiques dépasser ce débat nous proposons de distinguer les biens collectifs obéissant aux règles précitées des biens publics ces derniers incorporent de multiples secteurs activité comme électronique les télécommuni cations énergie les chantiers navals toutes filières productrices de biens ou de services marchands que on nationalisées au nom de intérêt général Etat intervient ainsi dans la gestion de biens publics outre la santé et éducation certaines actions publiques ont pour cible des couches sociales réputées particulièrement vulnérables malades enfants vieillards handicapés pauvres.F Giertz Welfare economics and welfare reform American Eco nomic Review 61 1972 131-138 Transfers and Pareto optimality Journal of Public Economics 1976 179-182 A...G Cuzan et R.E Mc Lure Jr Welfare maxi mization the simple analytics with public goods Canadian Journal of Economics 3) août 1968 633-639 est le cas de la dégradation de environnement qui peut contraindre Etat moduler les politiques industrielles dans une optique antipollution Sur les problématiques fran aises de la régulation cf Nizard Administration et société planification et régulation bureaucratique Revue fran aise de science politique 23 2) avril 1973 199229 Nécessaires régulations planificatrices de appareil Etat dans la France capitaliste aujourdhui Revue fran aise de sociologie 16 1975 625-652 Cf aussi ouvrage collectif Etat et régulation Lyon PUL 1980 Cf Keeler Theories of regulation and the deregulation movement Public Choice 44 1) 1984 103-145 Peltzman Toward more general theory of regu lation Journal of Law and Economics 19 1976 211-240 249 .

en intégrant la contrainte de sa réélection5 Il en résulte que enjeu de la régulation ne se cantonne pas aux seuls intérêts économiques Interviennent concurremment des pressions de nature politique telles celles visant modifier la politique de répartition ce propos comment ne pas évoquer la planification la fran aise vaste procédure de régulation par excellence des conflits non pas simple ment échelle une entreprise une branche voire une région mais la dimension de la nation G.Philippe-Alain Blérald La régulation expliquerait par la carence du marché laquelle conduirait les bureaucrates essayer de monopoliser les marchés en vue de redistribuer les revenus entre consommateurs1 Les régulateurs sont dépeints tels des maximiseurs utilité qui davantage que les autres bureaucrates astreindraient minimiser les attaques provenant un côté des consommateurs de autre des pro ducteurs On peut également identifier la régulation une forme déguisée de taxation un groupe au profit un autre inscrivant dans une politique de redistribution des revenus3 Une autre approche soutient que les bureaucrates proposent tou jours davantage de régulation afin de rendre inefficient le secteur privé et accroître autant attractivité du secteur public lequel recueillerait leurs faveurs par-dessus tout la régulation se déployerait comme un puissant outil de promotion des intérêts bureaucratiques4 La démarche en termes de marché politique implique une révision de la conception traditionnelle de la régulation Bien plus un mécanisme correcteur des distorsions du marché en adéquation avec les intérêts du public elle désigne un processus de transfert de richesses influencé par le jeu du marché politique où les citoyens les groupes intérêts de mandent de la régulation et où les responsables politiques en onrent Sur semblable marché les citoyens en tant usagers consommateurs gagnent quand les prix baissent et perdent quand ces derniers augmentent contrario les entrepreneurs de branches régulées ont grand intérêt ce que les prix grimpent toute diminution induisant une compression de leur marge bénéficiaire la fonction du gouvernement régulateur consiste gérer cet équilibre contradictoire.A Posner Taxation by regulation Bell Journal of Economics and Manage ment Science 1971 22-50 R.-L Migé Controls versus subsidies in the economic theory of regulation Journal of Law and Economics 20 avril 1977 213-221 Cf Planification et société actes du colloque Uriage octobre 1973) Grenoble PUG 1974 Nizard De la planification fran aise production de normes et concer tation Revue fran aise de science politique 22 5) octobre 1972 1111-1132 Plani fication processus décisionnel et changement Bulletin de Institut international administration publique 24 octobre-décembre 1972 673-709 1971 250 .J Stigler The theory of economic regulation Bell Journal of Economics 1-21 Tullock Regulating the regulators dans Pejovich ed. Government controls and the free market the US economy the College Station Texas et University Press 1976 141-159 R.B Mc Kenzie H.H Mac Aulay bureaucratic theory of regulation Public Choice 35 1980 297-313 J.

M Buchanan The power to tax analytical fundations of fiscal constitution Cambridge Cambridge University Press 1980 G.R Plott notion of equilibrium and its possibility under majority rule American Economic Review 57 1967 787-806 257 .R Weingast The congressional-bureaucratic system principal agent perspective with applications to SEC Public Choice 44 1) 1984 147-191 Hettich Bureaucrats and public goods Public Choice 1974 15-25 R.A Boyne Median voters political systems and public goods an empirical test Public Choice 53 1987 201219 J.B Mc Kenzie The cost of voting its fiscal impact on government Public Choice 34 1979 271-283 Cf A.M Feldman model of majority voting and growth in government expenditure Public Choice 46 1985 3-17 G.H Kramer On class of equilibrium conditions for majority rule Econometrica 41 1973 285-297 R. art cité 227 Cf B.D Mc Kelvey Intransitivities in multi-dimensional voting models and some implications for agenda control Journal of Economic Theory 12 1976 472-482 C.J Vanberg The politization of market failure Public Choice 57 1988 101-113 R.E Goodin The logic of bureaucratic back scratching Public Choice 1974 53 Cf Brennan J.Marché politique et politiques publiques II convient indiquer que la régulation apparaît conditionnée par la conjoncture économique est ainsi elle semblerait plutôt orientée en phase dépressive vers la protection du producteur et en phase expansive vers la protection du consommateur ce stade de analyse nous émettrons un constat et une interro gation Observons que la régulation opère non seulement comme un arbitrage entre intérêts divergents de groupes de pression mais également comme enjeu conflictuel entre fractions rivales ou alliées de la bureau cratie Quant la question elle est la suivante dans quelle mesure peut-on image de entreprise dépendant des consommateurs traiter instance régulatrice comme satisfaisant la demande et des usagers et de la représentation élue En clair la régulation se déploie-t-elle sur un mode démocratique ou sur un mode bureaucratique Logique marchande ou logique bureaucratique La problématique du marché politique se fonde sur idée que la compétition électorale produit les politiques publiques Ce qui se révèle loin être acquis car on signalé certaines approches dérivent les politiques publiques de la bureaucratie Sous cet angle ce dernier courant appréhende les décisions gouvernementales comme le résultat des po litiques bureaucratiques dans lesquelles les bureaucrates essaient de maximiser les gains de leur agence Le produit la politique gouverne mentale est une réflexion des préférences politiques des bureaucrates chacune étant pondérée par le pouvoir relatif de son agence Il existe un débat entre tenants du paradigme de Downs expliquant les politiques publiques par le marché et ceux qui tels Buchanan Tullock Niskanen les identifient prioritairement aux intérêts de la caste bureaucratique qui serait globalement encline maximiser sa fonction utilité4 Il est plus besoin de souligner impossible théorique pour des raisons déjà largement explicitées une allocation de deux ou de plus de deux biens par équilibre général du vote sur le marché politique5 où allocation par Etat Toutefois est-il précisé le gouvernement Peltzman Toward more.M Buchanan V.E Mc Cormick R.

E Wagner Economie manipulation for political profit macroeconomic consequences and constitutional implications Kyklos 30 1977 395410 C.R Baber P.J Barrilleaux Miller The political economy of state medicaid policy American Political Science Review 82 4) décembre 1988 1089-1107 252 .K Sen The political process and the use of debt financing by state governments Public Choice 48 1986 201-205 En plus des auteurs cités la note 238 cf B.S Frey Politico-economic models and cycles Journal of Public Economies 1978 203-220 R.Philippe-Alain Blèr aid consigne sur agenda les préférences émises occasion élections Pa reille démarche déduit accroissement des dépenses publiques non pas une quelconque mission de service public mais de expression majo ritaire du marché politique Des recherches empiriques ont été menées inscrivant dans cette problématique Des investigations se fixent comme objectif établir une interdépen dance entre politique budgétaire et cycle électoral Ainsi étude des scrutins gubernationaux aux Etats-Unis révèle une part accroissement relatif de la dette des Etats fédérés durant la période pré-électorale et autre part sa diminution pendant les deux années suivant élection1 Ce qui expliquerait par le fait que dans 47 des 50 Etats de Union Office du gouverneur initie la procédure budgétaire tandis que dans les Etats restants Office partage cette responsabilité avec les groupes parlementaires et que dans 46 Etats la législature dispose de la préro gative illimitée augmenter les propositions budgétaires Autre sphère expérimentation du marché politique les politiques publiques de la santé est ainsi été élaboré un modèle offre et de demande appliqué aux politiques de santé dans les Etats fédérés2 les mécanismes politiques ont pour fonction agréger les demandes des citoyens afin que les services gouvernementaux les transforment en actions offre conditionnée par des contraintes normatives et tech niques procède du développement de services spécialisés habilités payer hypothèse retenue inégalité accès au marché de la consom mation médicale résultant entre autres de incidence conjuguée du statut social et de degrés différenciés de maîtrise de information La recherche est axée sur étude du Medicaid programme fédéral créé en 1966 ayant pour finalité de garantir accès aux soins médicaux aux pauvres et nouveaux pauvres Etat finance ce programme qui articule secteurs public et privé le financement fédéral calculé par une formule basée sur le revenu per capita des Etats fédérés intervient hauteur de 50 77 de la dépense totale Il se dégage trois conclusions principales De larges portions des budgets fédéral et fédérés se trouvent accaparées par une minorité par quelques intérêts bien orga nisés Les associations de professionnels de la santé ont systématiquement récupéré leur avantage les diverses réformes les plans successifs pro posés pour améliorer les performances du programme On relève que sur le marché médical certaines catégories de professionnels qui par intérêt cherchaient maximiser offre ont vu leur influence sensiblement entamée par la montée en puissance des compagnies assurances mues par des mobiles inverses Interprété travers le code de idéologie libérale et les justificatifs bureaucratiques comme exigence altruiste le W.

de Romer et H.L Eavey et de G.A Niskanen Bureaucracy and representative government op cit.J Miller Bureaucratie agenda control imposition or bargaining American Political Science Review 78 3) septembre 1984 719-733 253 .R Rosenthal Political resource allocation controlled agendas and the statu quo Public Choice 33 1978 27-45 de Denzau Mackay et Weaver Spending limitations agenda control and voter expectations National Tax Journal 32 juin 1979 189-199 suppi.D Fort The median voter setters and non-repeated construction bond issues Public Choice 56 1988 213232 est la thèse de W.Marché politique et politiques publiques Medicaid désigne prosaïquement le lieu de convergence des fractions déshéritées de la population et des trusts médico-pharmaceutiques les quels trouvent communément avantage un emballement de offre Il est statistiquement établi que les citoyens vivant dans les Etats les plus opulents ont proportionnellement davantage re au titre du Medicaid que ceux résidant dans les Etats plus pauvres Il va sans dire que pareille déviation légitime la critique énoncée par les théoriciens du Choix Public après laquelle au lieu de réduire les inégalités sociales Etat-providence les accentue Autre procédure de détermination des choix collectifs électeur médian Des enquêtes corroborent le rôle-clef du revenu médian dans les politiques budgétaires singulièrement par le truchement de la demande de biens éducatifs De même le modèle de électeur médian permet évaluer les niveaux des dépenses hospitalières1 ensemble de ces approches soulignent chacune sa fa on que intervention publique assortit inéluctablement une emprise bureau cratique Par conséquent il revient de se questionner sur la nature du pouvoir bureaucratique Couche autonome ou dépendante du pouvoir politique Défenseur du secteur public ou du secteur privé Agent au service de Etat de électeur de élu ou de ses propres intérêts Théoriquement on recense trois types de réponses la première indique avantage de la bureaucratie le monopole de offre conjugué au contrôle de la mise sur agenda des décisions publiques et stipule une subordination du personnel politique la bureaucratie est la thèse dite de imposition bureaucratique2 La seconde estime que dans un Etat de droit est le législateur qui fixe le cadre réglementaire de activité bureaucratie thèse de la soumission politique de la bureaucratie aux organes centraux de Etat lesquels sont eux-mêmes soumis par le biais de impératif de réélection la logique du vote3 Enfin la troisième observe il se manifeste une telle intrication entre bureau crates et élus il vaut mieux parler leur sujet de coexistence que de conflit de collaboration que de concurrence de négociation que im position4 Au regard de la réalité la réponse ne saurait être unilatérale car la logique de action bureaucratique obéit un faisceau complexe de variables En sorte il incombe ébaucher partir de problématiques forcément partielles une amorce de synthèse R. est la thèse de Downs et de ses émules est la thèse de C.P Inman Testing political as if proposition is the median income voter really decisive Public Choice 33 4) 1978 45-65 R.

Philippe-Alain Blèr aid Les théories abordées concordent imputer intervention publique la cause de inflation bureaucratique Une désinflation du phénomène bureaucratique est-elle possible et quelles conditions LE FI DE LA LUTTE ANTIBUREAUCRATIQUE RENDRE AU MARCH CE QUI APPARTIENT AU MARCH Les théories critiques de la bureaucratie estiment que la condition sine qua non une débureaucratisation réside dans le désengagement de Etat dans sa subordination au marché On envisagera successivement deux aspects liés on recensera en premier lieu les griefs ordre théorique énoncés par Ecole des choix publics contre Etat-providence on considérera en second lieu les procédures élaborées par les doctrines anti-interventionnistes en vue affaiblir Etat La critique de Etat failite du marché du bien-être par Ecole du choix public la faillite du non-marchand de la Les adeptes de la Nouvelle Economie Publique se livrent une critique tous azimuts de économie du welfare de Etat-providence de idéologie pseudo-égalitaire du service public masque dont se parerait la bureaucratie afin de perpétuer sa mainmise monopoliste et antidé mocratique sur les leviers décisionnels des politiques publiques La caste bureaucratique est globalement accusée de approprier la majeure partie voire intégralité du surplus du consommateur sans offrir ses interlocuteurs une contrepartie équivalente en termes de biens publics ou de prestations clientélistes1 On reproche Etat sous couvert de prospérité élaborer des politiques où utilité des usagers compte incomparablement moins que intérêt de certains groupes de pression par conséquent est de inter action entre ces derniers et le complexe politico-administratif que sur gissent les situations de changement ou de blocage dans la conduite des politiques publiques2 action tutélaire adresse des couches sociales dans le besoin qualifiée de paternaliste se voit décriée comme génératrice effets pervers3 Etat du bien-être contribuerait aggraver les inégalités de revenus ce qui situerait son action aux antipodes de sa prétendue mission égalitariste Pareille inefficience pratique enracinerait dans des prémisses épistémologiques erronées savoir impossibité être de toute fonction utilité collective Si dans le schéma keynésien on considère accroissement des dépenses gouvernementales comme une incitation propice la croissance générale de économie la vision sous-jacente au Choix public est tout autre qui W.C Littlechild et Wiseman dans The political economy of restriction of choice Public Choice 51 2) 1986 161-172 254 .A Niskanen op cit Tullok Le marché politique op cit McCallum Biais Government special interest groups and economic growth Public Choice 54 1987 3-18 Les principales problématiques des politiques publiques sont passées en revue par S.

M Buchanan V..R Wilson Arthur The publicness of local public goods evidence from Ontario municipalities Canadian Journal of Economics novembre 1981 596-608 Pack J.J Vanberg The politization of market failure Public Choice 57 1988 101-113 Cf Bergstrom Goodman Private demand for public goods American Economic Review mars 1973 280-296 Borchedering Deacon The demand for the services of non-federal governments American Economic Review décembre 1972 992-901 M. Et la régulation et les biens collectifs font objet de récusations ordre théorique Aucune raison ne fonde penser que la régulation bureaucratico-administrative sujete aux pressions les plus incohérentes contribuerait tant soit peu relever efficacité ensemble de écono mie3 Les attaques se focalisent également sur un des piliers de la théorie des biens collectifs en occurrence le postulat de indivisibilité Des travaux tentent établir que certains types de consommation ap paremment indivisibles au niveau macro-économique national se révèlent divisibles échelle plus réduite des services municipaux4 Incidence politique majeure résultant un tel constat on revendique comme antibureaucratique et démocratique le transfert de gestion des biens publics de Etat central en la circonstance des instances fédérale et fédérée vers les collectivités les plus décentralisées les plus petites en taille et en population de ces institutions apparaissent plus aisément et moins onéreusement gérables au besoin en privatisant des pans soit et de la production soit/et de la distribution de biens publics5 Sur fond de crise de Etat-providence est opéré un déplacement du point de mire de la critique théorique accusé ce est plus le marché et ses carences mais bien le secteur public source de tous les maux En sorte que de la thèse naguère hégémonique de la faillite du marché on est passé la prédominance de la thèse de la faillite du nonmarchand ou du hors marché est ce essaye de prouver Landau dans une étude consacrée aux 16 principaux pays capitalistes du monde Government expenditure and economic growth in the developped countries 1952-76 Public Choice 1985 459-477 Gre ïe économie politique de la bureaucratie Paris Economica 1988 155158 J.Mc Millan W.R Pack Metropolitan fragmentation and public local expenditures National Tax Journal décembre 1978 349-362 Vehorm Market interaction between public and private goods the demand for fire protection National Tax Journal mars 1979 29-40 Cet antijacobinisme cette exaltation de la démocratie locale explique vraisembla blement que certains théoriciens du Choix public revendiquent Tocqueville comme un de ses précurseurs Cf L.L Wade Tocqueville and public choice Public Choice 47 3) 1985 491-508 Wolf Jr The theory of non market failure framework for implementation analysis Journal of Law and Economics 1979 107-139 255 .Marché politique et politiques publiques identifie en raison de la prédation colossale perpétrée par la bureau cratie comme la cause une pression inflationniste insoutenable singulièrement en phase de récession laquelle conduirait irréversiblement une réduction drastique des dépenses sociales elles-mêmes1 Semblable diagnostic autorise énoncer suite au théorème slogan de Laffer après lequel trop impôts tuent impôt2 que dans optique du Choix public trop de dépenses sociales tuent la dépense sociale trop Etat tue Etat.

art cité Sjöblom Voting for social security Public Choice 1985 225-240 J.H Long Social pressure and contributions to health charity Public Choice 28 1976 55-67 Spann Collective consumption of private goods Public Choice 20 1974 63-81 Tullock Charity of the 256 .S Watson The relative efficiency of private and public transferts Public Choice 49 1) 1986 29-45 On consultera sur cette question S.Les procédures affaiblissement de Etat La dérégulation introduction de règles de management dans ad ministration publique la concurrence inter-bureaucratique la révélation des préférences voilà quelles sont les principales techniques recomman dées et testées pour limiter en même temps que pour rationaliser inter ventionnisme public Un vent de réformes des politiques de régulation souffle aux EtatsUnis depuis le milieu des années 1970 avec la double finalité aug menter efficience économique et de mieux prendre en compte les aspi rations de usager Ce mouvement imprimé par une constante administrative allégement des réglementations) touche des branches aussi diverses et vitales que les transports aériens les chemins de fer le camionnage les télécommunications extraction et la distribution du pétrole et du gaz naturel les banques et autres institutions financières1 Au début de la décennie 1980 le rythme de la déréglementation se trouvera singulièrement accéléré en raison du désengagement financier massif de Etat lequel découle de impératif de la lutte anti-inflationniste et de la compression des dépenses budgétaires prévalant alors dans tous les pays capitalistes industrialisés Ea déréglementation étendra également la politique sociale est que le système des transferts sociaux inter-générationnels un des axiomes des politiques du bien-être auquel la problématique redistri butrice inspiration samuelsonienne impartissait de parachever opti mum parétien se voit critiqué par la Nouvelle Economie Publique et préféré une formule assurances privées basée sur les anticipations individuelles2 cet égard les tenants de approche économétrique ont confronté les performances relatives des transferts publics et des alloca tions privées On élaboré cet effet un modèle public de répartition des revenus qui ne peut atteindre optimum cause de biais bureau cratiques et faute informations suffisantes On construit en vis-à-vis un modèle alternatif de dons privés où équilibre des transferts dérive des anticipations de maximisation de utilité effectuées par les donateurs Ea simulation comparée des deux modèles permettrait après nos auteurs identifier les conditions auxquelles le système allocations privées porterait le bien-être des donateurs autrement dit des cotisants un point plus élevé que ne pourrait le permettre la redistribution financement public contrôlée par le gouvernement Ea conclusion ressor tant une semblable analyse est il avérerait impérieusement conforme intérêt de usager de démanteler les procédures publiques de redistribution au profit un système de charité privée4 Cependant Keeler Theories of régulation.J Cordes R.S Goldfarb H.

J Hammond Charity altruism or cooperative egoism R. avec la position co-défendue par Chevallier et Loschak dans le même spécial de la revue précitée contribution significativement intitulée Rationalité juridique et rationalité manageriale dans administration fran aise 53-94) 257 .S Phelphs ed.Marché politique et politiques publiques cette substitution de la protection sociale publique par des transferts privés de type caritatif se heurte une contradiction de taille dans un cas de figure où acteur paraît essentiellement voire exclusivement motivé par égo sme on imagine mal en absence de toute contrainte étatique quel intérêt matériel tangent le prédisposerait se préoccuper de autre par la médiation de la solidarité caritative Pour sortir de impasse certains analystes tempérant voire contredisant les prémices hyper-individualistes se sont trouvés dans obligation de recomposer homme dans son intégrale ambivalence en le définissant comme un être la fois égoïste et altruiste1 Pour les tenants du Choix public il importe de déréguler de manière systématique afin de revigorer économie afin assainir nouveau un corps social gangrené par le virus bureaucratique Or expérience indique que souvent loin de opposer antinomiquement la dérégulation travaille au ur de la régulation il agit des deux faces un processus identique assortissant de la perpétuation moyennant adaptation du pouvoir du complexe politico-bureaucratique Ce dernier tout en inté grant les ajustements induits par la dynamique du marché cherche maintenir son contrôle sur les secteurs affectés sur les rythmes et sur ampleur de la dérégulation En quoi la dérégulation peut se révéler aussi bureaucratique que la régulation Le management public désigne application au secteur public de critères de gestion ayant déjà fait leurs preuves dans les entreprises privées Cette innovation découle du grief inefficience porté contre la bureaucratie Dans une telle perspective comment ne pas partager le jugement après lequel la démarche des auteurs de école du Public Choice les réflexions ils mènent sur efficacité des interventions publiques au regard de leurs coûts relèvent manifestement du manage ment public Si bien que ce que semble remettre en cause la rationalité manageriale ce est pas tant la rationalité juridique que le paradigme bureaucratico-administratif wébérien3 Bien plus encore que la régulation le management public inscrit dans un procès de rationalisation des méthodes de mobilisation et organisation des ressources de administration publique Car encontre des représentations conventionnelles postulant inefficience ou irrationalité de celle-ci la problématique du management suppose elle uncharitable Western Economie Journal décembre 1971 379-392 P.-M Duffau Avant propos au spécial consacré au management public de la Revue fran aise administration publique 24 octobre-décembre 1982 cet égard nous nous trouvons plus en phase avec J.G Warr Pareto optimal redistribution and private charity Journal of Public Economies 19 1) octobre 1982 131-138 Cf E.D Roberts positive model private and public transfers Journal of Political Economy 92 mars 1984 136-148 Stark On private charity and altruism Public Choice 46 1985 325-329 J.-M Duffau pp cit.) Altruism morality and economic theory New York Russel Sage 1985 se reporter notamment la contribution de P.

R Wise Recascino Wise Productivité et évaluation de programmes aux Etats-Unis spécial précité de la Revue fran aise administration publique 25-37 cf Terny une rationalisation des décisions économiques de Etat une fonction de préférence étatique Analyse et prévision juillet-août 1970 457-507 258 .Philippe-Alain Blèr aid peut agir rationnellement efficacement sous réserve de contraintes dé terminées La rationalité manageriale chercherait circonscrire une zone de compatibilité entre trois logiques spécifiques celle de administration celle des particuliers et celle de la société1 Le management combiné la déréglementation peut favoriser une tendance insertion marchande du secteur public intervention pu blique apparaît de moins en moins dictée par le régime monopoliste et de plus en plus régentée par des normes concurrentielles Pareille évo lution aboutit un glissement de la tarification correspondant une finalité de service ou intérêt public au prix répondant une finalité gestionnaire On désigne conventionnellement par tarif ou tarification le prix de vente exigé par toute entreprise publique en position de monopole exer ant une activité réputée intérêt général ou produisant soit des marchandises soit des prestations dont les conditions de distribution sont sous contrôle des pouvoirs publics2 Les prix stricto sensu indicateurs de rareté relative des biens échangés sur le marché un moment donné résultent de la confrontation de offre et de la demande on leur prête comme but de guider rationnellement les agents dans leurs choix Le tarif prix directement ou indirectement administré ne peut être discuté ni par le consommateur ni par usager La tarification dans optique de intérêt général assume ordinairement une fonction distributive on doit évoquer exemple fréquent de transferts de revenus provenant du sous-paiement une prestation publique en la circonstance la règle est le déficit exploitation de entreprise publique compensé par les subventions de Etat La crise des finances publiques qui sévit depuis le milieu des années 1970 acculé la plupart des gouvernements appliquer au secteur public une politique de vérité des prix Voilà qui symbolise les modalités de la mutation une rationalité de service public une rationalité de management public Les Etats-Unis ont été parmi les premiers expérimenter le mana gement public dans ce pays la volonté rationalisatrice poussé calculer partir une combinaison des paramètres efficacité et ef ficience une productivité de administration publique instar des variables Travail et Capital au sein de entreprise3 En France le management public intervient après les échecs successifs de opération dite Organisation et méthode et de la rationalisation des choix budgétaires on appréhende comme une tentative amélioration des résultats de action publique moyennant emprunt de procédés supputés plus performants car relevant du mode de gestion des entreprises privées public 52 suiv Ainsi que indiquent Laufer et Burlaud Les paradoxes du management dans le spécial précité de la Revue fran aise administration publique 39Berthomieu La gestion des entreprises nationalisées Paris PUF 1970 41 et C.

Marché politique et politiques publiques Pour attrayante que puisse paraître la problématique du management public elle en repose pas moins sur une hypothèse contestable la dichotomie entre le secteur privé et le secteur public dont précisément il importe de mesurer et de comparer les performances intrinsèques Or en réalité leur constante interpénétration les incessantes fluctuations de leurs frontières posent le problème de identification public/privé1 Quant la concurrence inter-bureaucratique le modèle de Niskanen qui en la matière fait autorité ne assigne aucunement de supprimer la bureaucratie mais simplement amender de réformer son comporte ment essentiellement en intégrant de manière compétitive au marché politique Il peut agir soit une concurrence interne administration entre bureaux soit une concurrence externe confrontant administra tion ou certains de ses segments des entreprises privées Bon nombre de recherches et de propositions ont été effectuées en ce sens De cette insertion dans un univers compétitif on escompte la conversion des bureaucrates aux principes du management Or cette métamorphose est loin être acquise car ainsi que objecte fort opportunément Armen Alchian est oublier la différence notable des entrepreneurs les bureaucrates ne sont pas propriétaires de leur bureau2 où des fonc tions de motivation et de maximisation en déplaise Niskanen qui ne peuvent être identiques concernant les bureaucrates et les chefs entreprise Dernier type de procédure envisagée pour rationaliser et limiter action publique la révélation des préférences Ecole du Choix public constatant infinie difficulté élaborer des politiques publiques partir des procédures basées soit sur le vote règle majoritaire directe dans le cadre un gouvernement représentatif indirect soit sur la bureaucratie se met en quête une procédure alternative3 Sans entrer dans des détails par trop sophistiqués tout bien public étant supposé correspondre une valeur marchande opération consiste faire ressortir grâce un modèle économétrique le prix acceptera de payer tout citoyen désireux de consommer le bien en question Le prix sera majoré une taxe destinée dédommager ceux qui éventuellement estiment ils sont lésés par la production un tel bien Calculé de la sorte ce prix définit le coût opportunité et est censé être applicable importe quelle mesure sociale une des critiques adressées univers parétien et par ricochet la problématique samuelsonienne des politiques publiques ce sujet Laufer et Burlaud Les paradoxes.A Alchian Some economics of property rights Politico 30 4) 1965 816-829 cité par R.G Hollombe et Price III Optimality and the institutional structure of bureaucracy Public Choice 33 1) 1978 55-69 J. art cité invoquent indétermination tandis que Lavau parle pour sa part de contamination réciproque de la société civile et de Etat dans propos de trois livres sur Etat Revue fran aise de science politique 30 2) avril 1980 410 A.N Tideman Tullock new and superior process for making social choices Journal of Political Economy 84 décembre 1976 1145-1159 Groves Ledyard Optimal allocation of public goods solution to the free rider problem Econometrica 45 mai 1977 783-809 Margolis thought experiment on demandrevealing mechanisms Public Choice 38 1982 87-91 259 .

N Tideman Ethical foundations of the demand-revealing process 71-77) The demand-revealing problems.Philippe-Alain Blèr aid réside dans ignorance un tel coût1 On décrit le processus de révé lation par la demande comme administrativement moins coûteux comme plus efficient fournir les critères du bien-être individuel et de la redistribution où sa supériorité présomptive non seulement par rapport la bureaucratie mais aussi par rapport au marché Et Tullock avouer quand nous en venons aux biens publics ou biens ayant quelque degré externalité le marché ne peut plus logiquement assumer cette fonction de manière efficiente En clair écouter les tenants du Choix public le vote avère impuissant révéler les choix collectifs sur le marché politique tout autant que les prix sur le sous-marché des biens publics Partant quelle validité conférer au fameux coût opportunité et son expression en prix Reste entière la question de déterminer par quelle médiation opérera la révélation des préférences Loin aider contourner le théorème impossibilité Arrow la théorie dite de la révélation emprunté une voie qui ressemble étonnamment une impasse Pour en terminer que penser de ces procédures construites pour démanteler Etat-providence Au prétexte de réduire interventionnisme public aune de efficacité on légitime les attaques les plus dures contre les dépenses sociales de solidarité sans pour autant en prendre réellement au pouvoir de la bureaucratie Ces approches participent sans exception de la dénégation du principe équité et de la valorisation corrélative du principe efficience Quelles conclusions provisoires se dégagent de ces réflexions relatives une matière en pleine gestation identitaire et qui certainement invite des recherches ultérieures plus approfondies Il incombe de procéder un bilan inventoriant aspects positifs et négatifs de analyse corrélée du marché politique et des politiques publiques Quels sont les principaux enseignements porter au crédit des problématiques examinées Tout abord étude en interconnexion du marché politique et des politiques publiques jette un éclairage novateur et pertinent sur les fondements non pas éthiques mais épistémologiques de agir individuel et de action collective Ensuite la théorie du marché politique comporte le mérite avoir affranchi la réflexion politique de sa pré-détermination macro-historique ou macro-sociologique avoir encontre des démarches holistes redécouvert sinon réinventé individu avoir contribué de la sorte la réhabilitation dans le champ politique de action intentionnelle autrePublic Choice consacré un spécial la question printemps 1977 avec des contributions notamment de Tullock Practical problems and praticai solutions 27-39 et The demand-revealing process as welfare indicator 53-63 et de J. art cite 59 260 .

Marché politique et politiques publiques ment dit de autonomie des acteurs Elle offre travers explication individualiste du self interest une interprétation formellement cohérente du comportement des protagonistes de arène politique que représentent électeur élu et le bureaucrate Enfin autre donnée positive les avancées de investigation sous angle des politiques publiques autorisent actuellement démythifier comme une fausse question interrogation-tarte la crème servie par de nombreux spécialistes de la science administrative propos de ineffi cacité des bureaucrates1 Désormais on tend analyser action de la bureaucratie non plus en termes (in efficience on ne cherche plus évaluer sa capacité ou son incapacité atteindre des objectifs que lui aurait assignés le système mais plutôt au prisme une logique particulière une stratégie spécifiée bref une rationalité incorporant une complexité intérêts dont les siens Au-delà de ses indéniables qualités la théorie du marché politique suscite la critique et laisse en suspens beaucoup de questions Sur le plan théorique la problématique du marché politique est quelque part victime de son ambition qui consiste traiter le marché comme un paradigme interprétation générale du politique un peu la manière du modèle parsonien ou du systémisme eastonien Dans cet espace opérationalité toutes les attitudes tant sociales économiques et politiques se ramènent un comportement rationnel présumé type Voilà un réductionnisme par holotypie grandement contestable Le mimétisme méthodologique amenant construire analyse poli tique par extrapolation de concepts empruntés économie se révèle pour le moins critiquable Pour ne citer un exemple peut-on assimiler le vote un acte de pure rationalité économique En autres termes la décision de voter explique-t-elle exclusivement par anticipation comptable des avantages et des désavantages a-t-il pas lieu pour appréhender correctement le phénomène électoral et plus généralement la détermination des choix politiques de prendre en considération des aspects tels que la stratification sociale les variables socio-culturelles les représentations symboliques2 Autant de composantes que la problé matique du marché politique fidèle son modèle matriciel le margi nalisme) incline évacuer Car ne pas imposer analyse élargissement idoine ne pas réintroduire adéquatement la perspective axiologique équivaudrait paradoxalement en ces temps de rejet de la vulgate marxiste enliser dans ornière un nouvel économisme Les biais précédemment enumeres découlent de ontologie de homme sous-jacente la problématique du marché politique idéologiquement imprimée par le libéralisme Car au regard un hyper-égoïsme Cf Breton Wintrobe Are bureaucrats inefficient Working paper for Interlaken Seminar on Analysis and Ideology Interlaken 27-31 mai 1980 Ainsi que nous convie Weatheford dans son article Economie voting and the symbolic politics Argument an reinterpretation and synthesis American Political Science Review 77 1) 1983 158-174 cf également D.O Sears R.R Tyler H.M Allen Jr Self interest vs symbolic politics in policy attitudes and presidential voting American Political Science Review 74 3) septembre 1980 670-684 261 .R Lau T.

D Opp Personal influence collective rationality and mass political action American Political Science Review 83 3) septembre 1989 885-903 Excès justement critiqué par Tsebelis Thé abuse of probability in political analysis the Robinson Crusoe fallacy American Political Science Review 83 l) mars 1989 77-90 Sorokin Déboires de la sociologie américaine Paris Aubier 1959 262 . Sur individualisme op cit. 61-63 Cf la conclusion de son ouvrage déjà cité Choix collectifs et préférences indivi duelles Quoique la sociologie durkheimienne reconnaisse individu cf Lacroix Durk heim et le politique Paris Montréal Presses de la Fondation nationale des sciences politiques Presses de Université de Montréal 1981 Ce que démontrent S.Philippe-Alain Blérald auto-finalisant bien malin en effet qui pourrait déceler ce qui pousse homme accepter les valeurs consensuelles constitutives de la cité Il importe par conséquent en opposition une approche aussi étriquée de restituer individu intégralité de sa richesse humaine Entre individualisme éthique1 sur lequel se fonde la théorie du marché politique et éthique solidariste condition existence des poli tiques publiques intervient une contradiction insurmontable cette incompatibilité théorique se surajoute objection Arrow qui proscrit carrément expression de intérêt général partir des intérêts individuels et en déduit impossibilité de facto de construire une procédure de choix collectifs obéissant aux critères génériques de la démocratie sousentendu répondant la logique du vote2 La parenthèse fermée reve nons-en antagonisme ci-devant décelé et qui tient en ceci comment dans une société composée agents hyper-égoïstes instaurer des méca nismes de représentation politique Pourquoi élaborer des politiques publiques de redistribution sociale Sous le signe de la rationalité manageriale au motif de sonner la charge contre Etat bureaucraticoprovidence la tendance native de la théorie du marché politique im plique-t-elle pas une réfutation des concepts équité et de transferts sociaux La démarche relevant de individualisme non pas seulement sur un plan méthodologique mais surtout sur un plan éthique mine les soubassements de la solidarité organique qui selon la perspective chère Durkheim sert de ciment ordre social3 Quelque part individualisme achoppe sur la dimension collective de la rationalité et de action politiques4 Le projet épistémologique initial ériger le politique en science en adéquation avec la rigueur formelle de la mathématique par observation quantifiable et mesurable des phénomènes explique le foisonnement pour le moins édifiant de modèles politométriques enjeu politique ne saurait se circonscrire la probabilité5 La science politique encourt-elle pas le risque de embourber dans les travers que décriait si opportunément en son temps propos de la sociologie Pitirim Sorokin la testomanie et la quantophrénie Au ur de la réflexion se trouve la question rémanente et capitale des relations entre le politique et économique Si certaines probléma tiques dans la mouture originelle du marché dérivent le politique de Pour une distinction entre individualisme méthodologique et individualisme éthique se reporter utilement Elster Marxisme et individualisme méthodologique dans Birnbaum Leca dir.N Muller K.E Finkel E.

Explication du vote op SUM DE ARTICLE/ABSTRACT TH ET RATIONALIT ORIE DU MARCH DES POLITIQUES POLITIQUE PUBLIQUES PHILIPPE-ALAIN BL RALD La notion de marché politique semble de plus en plus en vogue chez les politistes fran ais Son usage le plus souvent a-critique justifie que on attache analyser les tenants et aboutissants une théorie prétendant dériver les comportements et règles politiques de économie de marché Traiter espace politique instar de marché relève une construc tion par analogie Il incombe en premier lieu en expliciter postulats et hypothèses En second lieu le paradigme néo-libéral immanent au marché politique conduit les adeptes du Choix public déconstruire les fondements de Etat-providence En conclusion il apparaît une incompatibilité logique entre le postulat égoïsme et existence même des politiques publiques par nature redistributrices ou régulatrices THE THEORY OF POLITICAL MARKETS AND THE RATIONALITY OF PUBLIC POLICIES PHILIPPE-ALAIN BL RALD The concept of political market seems increasingly fashionable among French political scientists Its use often a-critical justifies closer analysis of the various elements of theory which purports to derive behavior and political rules from the model of the market economy Treating political space as market implies an analogical construction It is necessary in the first place to explicate its postulates and hypotheses In the second place the neo-liberal paradigm inherent to the political market leads Public Choice theorists to deconstruct the foundations of the Welfare-State In conclusion there appears to be logical incompatibility between the postulate of egoism and the very existence of public policies inherently redistributive or regulatory 263 .Marché politique et politiques publiques économique subordonnant celui-là celle-ci en réaction certains ana lystes prétendent expliquer économique savoir les politiques pu bliques par des enjeux politiques soit inhérents au pouvoir bureaucratique soit relatifs aux exigences du clientélisme électoral in terrogation émerge qui nous assaille le vote attitude économico-ration nelle ou acte intrinsèquement politique1 Sempiternel dilemme auquel se sont colletés les pionniers de la sociologie électorale nord-américaine voir par exemple Lazarsfeld Berelson Gaudet The choice How the voter makes up his mind in presidential campaign New York Columbia University Press 1948 avant être pris au rebond par actuelle génération de politistes fran ais cf Gaxie dir.