You are on page 1of 6

Le discours explicatif

Arielle Noyère IUFM Nord Pas-de-Calais (2008)

Définition
“ Rendre clair, faire comprendre ce qui est ou paraît obscur ” (Le Robert)
Le discours explicatif (DE) répond à une question que se poserait le lecteur/l’interlocuteur :
question en comment (moyens et manières de faire) ou en pourquoi (causes). Le discours
explicatif vise à faire comprendre un processus, un phénomène, un événement ; il s’inscrit donc
dans une situation de communication précise. L’explication peut avoir deux fonctions : faire
comprendre, informer ou faire agir, inciter

Explication et enseignement/apprentissage
Savoir expliquer est une compétence essentielle, à la fois langagière et intellectuel.
Le DE est à la fois un objet d’enseignement au programme de français et un outil conceptuel
utilisé dans toutes les disciplines. C’est une forme discursive difficile à circonscrire car elle est
présente dans tous les genres de l’écrit et de l’oral, constamment convoquée et complémentaire
des autres formes de discours.
Le travail sur le DE est en effet envisagé dans les programmes de français comme une transition
entre d’une part la narration et la description et d’autre part l’argumentation
L’explication est sollicitée tant à l’oral qu’à l’écrit dans toutes les disciplines. L’enseignant, dans
sa pratique quotidienne, informe, explique, argumente. L’élève quant à lui reformule, paraphrase
des explications qui lui ont été données, ou bien construit lui-même des explications sur des
savoirs nouveaux, sur des stratégies. En classe, l’explication doit combler le déficit de sens, lever
l’implicite, mettre en question les fausses évidences, déconstruire des représentations pour leur
en substituer de nouvelles.
Le DE est donc un moyen d’enseignement/apprentissage qu’il s’agit de travailler en tant qu’objet
d’enseignement. Cependant, afin de ne pas figer cet objet et ne pas se limiter à une information
métalinguistique sur le DE, il convient de mettre en place des situations de classe qui requiert
l’usage du DE et permettent ainsi de développer le “ savoir expliquer ”.

Le roman policier repose sur une explication différée jusque dans les dernières pages. notice. dans un discours narratif . l’objet à lire est considéré du point de vue de ses formes concrètes (support. réelle ou simulée : . la scène d’exposition est descriptive et explicative . les oeuvres de fiction : l’explication vise à poser le monde de référence. Comment le DE se réalise-t-il en fonction du genre dans lequel il s’inscrit ? · dans les genres non-littéraires : dictionnaires. règlement : l’explication vise à faire comprendre pour faire agir le discours scientifique est plus que tout autre en relation privilégiée avec l’explication l’image sous toutes ses formes est souvent associée au discours explicatif dans ces genres d’écrits · dans les textes littéraires. les romans policiers. · dans une situation de communication orale. dans les récits fantastiques qui ne choisissent pas entre explication réaliste et explication surnaturelle (jeu sur une vraie/fausse explication). de son organisation rhétorique (le schéma narratif par exemple) Ø un discours : l’objet à lire est considéré du point de vue de son intention de communication. dans les récits historiques. les 2 niveaux. Dans les récits naturalistes par exemple l’explication a une valeur démonstrative. explicatif.Distinction genre/texte/discours Ø un texte : l’objet à lire est considéré du point de vue de sa construction. itinéraire. de son mode d’énonciation c’est la société qui constitue les genres de façon empirique (genres littéraires et nonlittéraires) Discours explicatif et genres Les situations d’apprentissage mises en place articuleront le DE et les genres qui recourent à l’explication. elle est mêlée à la description. de sa fonction par rapport au destinataire (discours narratif. transmettre un savoir mode d’emploi. documentaires. argumentatif). Ø un genre : c’est la forme que prend le discours. elle contribue à créer l’effet de réel ou à crédibiliser le récit (sciencefiction : La Nuit des Temps par exemple) . l’explication a une fonction argumentative lorsqu’elle apporte une justification. mise en page) de sa thématique. la fin est ouverte car l’explication est suspendue. recette. une preuve. descriptif. encyclopédies. texte et discours ne se superposent pas exactement: un texte narratif peut avoir une fonction argumentative. manuels. presse : l’explication vise à faire comprendre pour informer. dans le théâtre classique.

réaliste ou non-réaliste. le discours explicatif est alors objectif et se distingue de l’argumentation . On peut travailler les questions suivantes : qui explique à qui ? qu’est-ce qui provoque l’explication / quel est l’obstacle à la compréhension ? quels sont les objets d’explication ? quels peuvent être les enjeux de l’explication ? quelles sont les marques linguistiques du passage à l’explication ? quelles sont les caractéristiques du DE ? Travailler l’explication dans un roman suppose qu’on s’intéresse aux situations de communication mises en place dans ce roman. il forme une “ boucle explicative ”. Tout univers. Explication et argumentation · L’explication peut être un outil au service de l’argumentation : . l’explication intervient alors dans un échange verbal pour lever un obstacle dû à la mauvaise compréhension de l’un ou l’autre interlocuteur . une parenthèse dans l’interaction verbale. des récits de vulgarisation scientifique destinés aux enfants. créé par le langage dans un récit a une logique. tout n’est pas expliqué : rôle du lecteur Un roman intègre souvent des parenthèses explicatives qui ont pour fonction d’informer à la fois le lecteur et les personnages . théâtre. comme dans les scènes d’exposition au théâtre. Paradoxalement. dialogue romanesque) . elles ne sont pas objectives. Dans le roman policier. une cohérence interne. une explication.l’explication peut se présenter sous la forme d’un dialogue (interview. si cet univers est explicable. l’explication finale du détective apporte la résolution de l’énigme au lecteur mais également aux autres personnages : l’explication est généralement mise en scène pour ne pas être plaquée artificiellement sur le récit. Ces séquences explicatives répondent à la question : quels événements ont conduit à la situation présente ? Elles constituent des pauses dans le récit et peuvent donc être travaillées dans le cadre d’une séquence sur le rythme du récit. Explication et narration (voir Pratiques n°58) La cohérence d’un texte narratif tient au fait que tout est sous-tendu par une explication : logique des personnages et enchaînements logique des faits. Les explications peuvent également constituer des commentaires du narrateur : elles expriment alors un point de vue. Un récit peut avoir une fonction explicative : c’est le cas des romans didactiques (Jules verne).

La description pose l’objet mis en jeu dans l’explication. les documentaires. elle a une fonction explicative. L’énonciation se veut neutre et objective : l’énonciateur s’efface derrière le ON dans les textes scientifiques. Enonciation Le discours explicatif suppose. · L’explication est donc un acte indirect d’argumentation .. le DE doit toujours être envisagé dans le cadre d’un échange communicationnel. Celui qui explique dans le cadre d’un échange argumentatif se donne comme objectif de changer l’univers de croyance de son interlocuteur. le contenu de l’explication et le destinataire sont au 1°plan. un savoir sur l’objet expliqué et sur le rapport de l’autre à l’objet. . développer une causalité. La légende explique l’image. c’est-à-dire se référant à une vérité établie. présenter un argument abstrait. alors que le discours argumentatif se réfère au domaine de l’opinion. de la conviction. ou bien elle se substitue au texte. de la part de celui qui explique. une relation logique · présenter un fait ayant valeur d’argument concret amène une explication qui mette en relation ce fait avec la thèse défendue · expliquer un fait ignoré du destinataire pour le dissuader de faire quelque chose.· justifier un point de vue. La description répond à la question “ comment ? ” : elle montre pour faire comprendre. Le schéma utilise des symboles. les essais. c’est expliquer. en particulier dans les genres scientifiques. Les boucles explicatives introduisent la démonstration dans l’argumentation. énonciateur passe à l’arrière-plan. Explication et description Ces deux formes discursives sont très souvent liées et complémentaires. dans cette mesure. L’explication sera d’autant plus convaincante qu’elle apparaîtra objective. L’explication répond à la question “ pourquoi ? ” Explication et image L’image illustre le texte : elle est redondante ou complémentaire.

Le discours explicatif suppose un minimum de connaissances partagées entre l’énonciateur et le destinataire . Les différentes étapes de l’explication s’enchaînent de façon logique. dans l’analyse. déroulement de l’explication (réponse à la question ou résolution du problème) . qui connaît bien le sujet. précis (on travaillera l’étymologie). termes génériques . L’énonciateur est donc une personne informée. Organisation du texte explicatif Le déroulement chronologique des faits expliqués est impérativement respecté.Dans les séquences explicatives insérées dans les récits. au raisonnement (“ il a plu puisque le sol est mouillé ”). son expérience. Le vocabulaire. on y retrouve les marques de l’objectivité. . à la 1° personne . sa nationalité. La prise en compte du destinataire oblige l’énonciateur à se distancier. la syntaxe. le registre de langue. champ lexical du domaine de connaissance évoqué . à se demander ce qu’il faut dire à l’autre pour éclairer ce qui pose problème. verbes d’état. il convient. le ton. Le destinataire peut être présent dans le discours . diffèrent selon le destinataire. d’évaluer la part de ces connaissances partagées. Le discours explicatif informe pour faire comprendre ou pour faire agir. néologismes (SF) . son âge. sa culture. conclusion Procédés d’écriture · temps verbal : présent de vérité générale dans les textes de type documentaire · vocabulaire technique. L’explication articule les faits et les causes . On distingue l’explication factuelle qui se réfère à la chronologie (“ le sol est mouillé parce qu’il a plu ”) de l’explication argumentative qui se réfère à la logique. Il vise à transformer le savoir du destinataire. Les informations sont sélectionnées dans un but de clarté et d’efficacité. Les informations sont hiérarchisées : infos principales / secondaires (la hiérarchisation peut être soulignée par la mise en page) Organisation textuelle en 3 étapes : questionnement initial (ou problématisation : quel est l’obstacle cognitif ?). l’énonciation est souvent prise en charge par un personnage.

paragraphes. notes . phrases complexes qui énoncent des hypothèses et exposent les causes et les conséquences . · connecteurs temporels. nominalisations · progression thématique de type linéaire ou éclaté · présentatifs (c’est. parenthèses . couleurs. voix pronominale (le fait occupe la position de sujet) · formes verbales impersonnelles (“ il est établi que. la métaphore. numérotation. · définitions . le syllogisme · mise en page : différents caractères typographiques. inter-titres. à des faits ou des personnes faisant autorité . ”) .· voix passive . spatiaux et logiques · les propositions subordonnées relatives et les appositions qui apportent des précisions (distinguer relatives déterminative et appositive) . · propositions participiales à valeur causale · références à des expériences. images . paraphrases . citations · figures de style : la comparaison. à des exemples ayant valeur de preuves. voici) · phrases interrogatives et interro-négatives (fausses questions) · phrases juxtaposées ..