You are on page 1of 23

Dossier Pédagogique Faust 

FAUST 
JEUDI 11 AVRIL 2013 à 20h30  
Centre de Congrès ‐ ANGERS 
 

 
 

 
DOSSIER PÉDAGOGIQUE 

 

 

 

 

Dossier Pédagogique Faust 

SOMMAIRE 
 
Le programme du concert Faust ...................…………………….............……………………………………………………..p 3 
L’orchestre en bref ...................................................................................................................................p 4 
L’orchestre symphonique et son évolution .................................................................................p 4 
L’orchestre symphonique et ses instruments ..............................................................................p 5 
L’Orchestre National des Pays de la Loire ………….....…………………………………………………………………………....p 6 
Le chef d’orchestre et Directeur musical, John Axelrod ...........................................................................p 7 
L’artiste invité, Denis Kozhukin ………………………...………………………………………………......…………………………...p 7 
Faust .........................................................................................................................................................p 8 
Faust et les musiciens .............................................................................................................................p 10 
Faust et quelques peintres .....................................................................................................................p 11 
Le contexte artistique au temps de Wagner, Liszt et Brahms ................................................................p 13 
Les compositeurs et leurs œuvres .………………………………………….……………………………....………………….…...p 14 
 

Richard Wagner (1813‐1883) ……………….……………………………………………………………...……….………p 14 

 

Ouverture de Faust …............……………………….…………………………………………….………........…..……..p 16 

 

Franz Liszt (1811‐1886) …................……………………………………………………………………........………….p 17 

 

Concerto pour piano n°1 ………………………….………………………………………..................….…….……..….p 18 

 

Johannes Brahms (1833‐1897) ……………………………………………………………………......…………..……...p 20 

 

Symphonie n°1 ………………………………………………………....................................................………..….p 21 

Le planning du parcours ..........................................................................................................................p 22 
Quelques ressources documentaires ……………………..………………………………………..…………………....………….p 23 
Contacts ONPL ........................................................................................................................................p 23 

   e Cette symphonie de Brahms est souvent appelée « la 10  symphonie de Beethoven ».Dossier pédagogique FAUST  LE PROGRAMME DU CONCERT FAUST          RICHARD WAGNER (1813‐1883)  Ouverture de Faust ‐‐‐      FRANZ LISZT (1811‐1886)   Concerto pour piano n°1   Denis KOZHUKIN. Considéré comme l’héritier de Beethoven. le compositeur a sans doute souffert  d’une forme de complexe de Faust.   C’est Brahms lui‐même qui a avoué avoir mis 21 ans pour composer cette œuvre.   Une autre œuvre qui reprend en musique la dramaturgie du romantisme allemand   er est le virtuose 1  Concerto de Liszt. piano ‐‐‐      JOHANNES BRAHMS (1833‐1897)  Symphonie n°1    John AXELROD. »    John AXELROD        3  .   ce qui prouve que Brahms a remporté son pari. prend ici une pose avec Liszt   et fait ses débuts avec l’ONPL.   Denis Kozhukin. Vivre dans l’ombre de Beethoven  était en effet un lourd fardeau. le gagnant du concours Reine Elizabeth en 2010. direction    JEUDI 11 AVRIL 2013 à 20h30   Centre de Congrès ‐ ANGERS      « L’ONPL poursuit son cycle consacré aux symphonies de Brahms avec la Symphonie n°1.   L’Ouverture de Faust de Wagner nous raconte le drame de ce conte incontournable.

  ils  interprètent  des  opéras. les bois. la flûte et le basson. En  l’espace de 400 ans.  un  ensemble  de  cordes  (frottées  et  pincées).  où  se  plaçaient  danseurs  et  instrumentistes. est caractérisé par sa petite taille et une  moins grande diversité instrumentale que dans l’orchestre symphonique.      *Répertoire : musique savante occidentale du XVIIIè siècle à nos jours      *Nombre de musiciens : de 30 à 100 (environ)    L’orchestre de chambre.Dossier pédagogique FAUST  L’ORCHESTRE en bref  A l’origine. est le fruit de plusieurs siècles d’histoire.  L’orchestre  symphonique  (ou  philharmonique)  est  un  ensemble  de  musiciens.  Aujourd’hui.  les  instruments  les  plus  fréquents  de  l’orchestre  sont  les  instruments  à  cordes.  L’orchestre moderne  Au  début  du  XXè  siècle.       *Répertoire : musique savante occidentale du XVIIIè siècle à nos jours      *Nombre de musiciens : jusqu’à 30 (environ)    L’orchestre  à  cordes  appartient  à  la  famille  des  orchestres  de  chambre. plus rarement du XIXè siècle à nos jours      *Nombre de musiciens : jusqu’à 20 (environ)    L’ORCHESTRE SYMPHONIQUE et son évolution  L’orchestre symphonique. les orchestres  deviennent  de  plus  en  plus  courants .  Par  la  suite. le nombre de musiciens a été multiplié par quatre et de nouveaux instruments se  sont ajoutés. les cuivres et les percussions). notamment grâce au compositeur Claudio  Monteverdi :  dans  son  Orfeo.      *Répertoire : musique des XVIIè et XVIIIè siècles. parfois issus de musiques extra‐européennes. et les différents types d’orchestre se distinguent par leur répertoire et par  le nombre de musiciens qui les composent. qui apparaît à la fin de la Renaissance. le mot « orchestre » désignait la partie des théâtres grecs antiques située entre la scène et  l’auditoire.   L’orchestre baroque  Le développement de l’orchestre débute entre 1600 et 1750.    4  .  réunissant  quatre  familles d’instruments (les cordes. A partir de cette période.  L’orchestre romantique  Au cours du XIXè siècle. dans la famille des bois.  le  mot  désigne  un  ensemble d’instrumentistes. tel qu’il se compose aujourd’hui. tandis que le  clavecin disparaît progressivement.  L’orchestre classique  Au  XVIIIè  siècle. ce sont non plus deux mais trois instruments de chaque  type qui sont sollicités.  ainsi  que  des  musiques  sans chanteur comme les concertos et les suites.  des  messes.  le  hautbois. de vents et de percussions accompagne les chanteurs.  considéré  comme  le  premier  opéra. La clarinette intègre l’orchestre au milieu du XVIIIè siècle.  l’orchestre  atteint  des  effectifs  de  plus  de  100  musiciens. l’orchestre joue dans des salles de plus en plus grandes et son effectif augmente  proportionnellement .  De  nouveaux  instruments à percussions intègrent l’orchestre.  en  étant  uniquement  composé  d’instruments à cordes.  ce  terme  a  été  conservé  pour  désigner  la  partie  réservée  aux  musiciens :  la  « fosse  d’orchestre ».

 dans les cordes pincées.  les  percussions  sont  les  instruments  sur  lesquels  on  frappe  avec  les  mains  ou  à  l’aide  de  baguettes.            *Corps : cuivre  *Clés et pistons : cuivre  *Embouchure : cuivre  Enfin. le xylophone . liège.Dossier pédagogique FAUST  L’ORCHESTRE SYMPHONIQUE et ses instruments  Les  trois  grandes  familles  d’instruments  qui  composent  l’orchestre  sont :  les  cordes. les clarinettes .  la caisse claire . les hautbois .  les  bois  et  les  cuivres.    Les bois sont composés des instruments suivants : les flûtes . le triangle . la grosse caisse . les bassons  (et parfois le contrebasson). moins  nombreux).                *Caisse et touche : bois  *Cordes : nylon et métal  *Archet : bois et crins de cheval  Les  instruments  à  vent  dont  le  son  est  produit  par  le  souffle  du  musicien  (ou  par  une  soufflerie  mécanique)  sont  divisés  en  deux  groupes.  Les  cordes  frottées  sont  divisées  en  cinq  pupitres  d’environ une quinzaine d’instruments (sauf les violoncelles et les contrebasses.  et  forment  des  pupitres  de  deux  à  quatre musiciens seulement. dits les basses. dans les  cordes frappées. On peut noter parfois la présence de la harpe.. mais.   Les instruments à cordes. sont les plus nombreux de l’orchestre  car  ils  représentent  les  trois  quarts  des  musiciens.  les  vents  et  les  percussions. quant à eux. les tubas. bois. jusqu’à la fin du XIXè siècle. le gong . rassemblent : les trompettes .            *Corps : bois (la flute est en métal. les trombones (et parfois le trombone  basse) . . frappées ou pincées. qui sont frottées. était en bois)  *Clés : métal  *Anche : roseau  Les cuivres. Ils sont nombreux et variés : les timbales .        *Corps : bois. feutre. et le piano. éponge        5  . peau  *Baguettes : coton. les cymbales .. les cors .

 Hubert Soudant et Isaac Karabtchevsky. Devenu orchestre national depuis 1996. il assure également plusieurs productions lyriques chaque saison.    L’ONPL  assure  depuis  sa  naissance  une  «saison  symphonique»  à  Nantes  et  à  Angers. cet orchestre présente la particularité d’avoir son siège dans deux villes avec une  centaine de musiciens répartis par moitié.  avec  plus  de  10  000  abonnés  et  environ  200  concerts  rassemblant  près  de  200  000  spectateurs par an.  A  l’initiative  d’Isaac  Karabtchevsky.Dossier pédagogique FAUST  L’ORCHESTRE NATIONAL DES PAYS DE LA LOIRE  En  septembre  1971. Créé à l’initiative de Marcel Landowski.     Ainsi. Marc  Soustrot. à Angers et à Nantes.  l’ONPL acquiert une renommée internationale.  son  répertoire  s’est  élargi  grâce  à  la  création d’un chœur en 2004.  l’Orchestre  Philharmonique  des  Pays  de  la  Loire  donnait  ses  premiers  concerts  à  Nantes et à Angers sous la direction de Pierre Dervaux. grâce aux directions successives de Pierre Dervaux. constitué de chanteurs amateurs de la région. directeur  de  la  Musique  au  Ministère  de  la  Culture.  cet  orchestre  original  était  constitué  de  la  réunion  de  l’orchestre de l’Opéra de Nantes et de l’orchestre de la Société des Concerts Populaires d’Angers.  du  Ministère  de  la  Culture. de Maine‐et‐Loire  et de la Vendée. L’orchestre se produit régulièrement à l’étranger (les  dernières tournées se sont déroulées en Asie en avril 2008 et en Tunisie durant l’été 2009). des Villes de Nantes et d’Angers et des Départements de la Loire‐Atlantique. depuis l’origine.  avec  une  programmation  d’œuvres  appartenant  au  répertoire  symphonique  du  XVIIIè  siècle  à  nos  jours.                6  .     Aujourd’hui.    L’ONPL  bénéficie  du  soutien  financier  du  Conseil  Régional  des  Pays  de  la  Loire. Ses  missions  l’amènent  à  diffuser  ses  concerts  dans  toute  la  région  des  Pays  de  la  Loire  et  à  développer  constamment sa politique d’action culturelle.  Partenaire d’Angers Nantes Opéra. l’Orchestre National des Pays de la Loire est l’un des orchestres connaissant la plus  forte  audience  en  Europe.

 il obtient le prix du 2ème Ensemble de  musique de chambre. il a dirigé plusieurs des meilleurs orchestres  internationaux.     Denis Kozhukin a pris part aux plus prestigieux festivals et s’est produit sur  des  grandes  scènes  comme :  le  Carnegie  Hall. piano  Denis Kozhukin est né en Russie en 1986 dans une famille de musiciens. il est le directeur musical et le chef  principal de l’Orchestre Symphonique et du Théâtre de Lucerne .  parallèlement il a dirigé à l’Opéra de Paris et à la Scala de Milan.Dossier pédagogique FAUST  LE DIRECTEUR MUSICAL : John Axelrod            Élève  de  Leonard  Bernstein.  il  termine  ses  études  de  direction  avec  Ilya  Musin  au  Conservatoire  de  Saint‐Pétersbourg. il étudie à l’Ecole de Musique Reine Sofia de Madrid.     John  AXELROD  est  le  nouveau  directeur  musical de l’orchestre depuis septembre  2010. Lisbonne. Il  commence ses études de piano à quatre ans avec sa mère.  Ses  débuts  avec  les  orchestres  philharmoniques  d’Israël.  Il  reçoit  son  diplôme  des  mains  de  la  Reine  d’Espagne  et  est  nommé  Meilleur  étudiant  de l’année.    . Depuis 2004..  Né  à  Houston.  de  Turin.  Petit  à  petit  il  s’est  imposé  comme  l’un  des  jeunes  chefs  actuellement  les  plus  recherchés  par  les  orchestres  du  monde  entier..            L’ARTISTE INVITÉ : Denis  Kozhukin. amenant énergie  charismatique et programmation innovante. Il poursuit ensuite ses études à l’Académie de piano  de Côme en Italie. et il poursuit de fructueuses collaborations  à Paris.   Comme chef invité. Avec son Trio Cervantès.  de Milan.  l’Auditorio  Nacional  de  Madrid. de Stockholm et de Berlin sont très bien reçus par le  public et la critique. l’Accademia Nazionale di Santa Cecilia de Milan…              7  .  ce  jeune  américain  de  44  ans  est  diplômé  de  l’université  d’Harvard.  Sa  prise  de  fonctions  à  l’ONPL  en  septembre  2010  a  permis  à  l’orchestre d’aborder de nouveaux répertoires. Tokyo.     De 2000 à 2007. il est  l’élève  de  Dimitri  Bashkirov  et  de  Claudio  Martinez‐Mehner.

 il se rend à Cracovie pour étudier la magie.  chants. le sentiment l’emporte sur la  raison.     Dès la mort brutale et mystérieuse de Faust. le folklore. Chez Marlowe. un thème romantique    Au  cours  du  XIXè  siècle. c’est celle de Goethe qui servira de modèle tout au long  du XIXème siècle pour les compositeurs romantiques. dem weitbeschreyten Zauberer und Schwarzkünstler (histoire du Docteur Johann Faust. le surnaturel et la redécouverte des cultures du Moyen‐Âge..Dossier pédagogique FAUST  FAUST    Faust a‐t‐il existé ?    … Le docteur Faust. Dès  lors.  la  passion  de  la  connaissance  qui  doit  s’affranchir de tout interdit.  Mikhaïl  Bulgakov. Les compositeurs utilisent donc  un nouveau langage musical pour exprimer leurs sentiments.     Le mythe de Faust.  les  musiciens  ou  les  peintres.  célèbre magicien et nécromancien).  guerre…  et  en  plus. de nombreux écrivains se sont emparés de cette légende. originaire de Wütenberg.   1598 : traduction en français par Pierre‐Victor Cayet   1592 : adaptation anglaise de Christopher Marlowe : La Tragique histoire du Docteur Faust    Grandeur héroïque du héros.  Johann  Wolfgang  Goethe.  Il  symbolise  l’enchevêtrement  du  bien  et  du  mal.    Parmi  tous  les  sujets  qui  ont  traversé  l’époque  romantique.  Thomas  Mann. Johann Georg Faust (1480‐1540) est un homme bien réel. Avec le romantisme.  le    « Sturm  und  drang »  (tempête  et  passion)  donnent un nouveau visage à la musique occidentale. Les  anciens thèmes littéraires écartés par la période classique et les Lumières reviennent au premier plan :  principalement la nature.    Après Christopher Marlowe.     Pacte avec le démon.  Oscar  Wilde.  Les  nouveaux  genres  de  composition.  fêtes. mais aussi pour raconter des histoires.  magie  noire.  Il  contient  en  effet  tous  les  éléments    propices  à  l’émerveillement  :  démons. comme Lessing.  les  poètes.  On le connaît également sous d’autres noms : « Johann Sabellicus » ou  « Georg Faust » ou « Johannes  Faustus »… Après ses études à l’université de Heildeberg.  Nikolaus  Lenau. Leçon de morale chrétienne.  pacte  avec  le  Diable.  de  nombreuses références au Moyen‐Âge.  duels. permettent aux artistes de sortir des formes classiques  et de développer de nouvelles techniques d’écriture et d’orchestration.. C’était un alchimiste.  poèmes.    Christopher  Marlowe  s’empare  le  premier  de  la  légende  et  en  1592. comme chez Berlioz.  le  dramaturge  en  fait  une  pièce  d’après les fragments du Volksbuch traduits en anglais.  amour. Faust finit  damné.  Joseph Conrad…    Parmi toutes les variantes du mythe de Faust.  sorcières. à la mythologie ou aux mythes germaniques.  comme les poèmes symphoniques ou les lieder. les anecdotes populaires et toutes sortes de rumeurs sont  colportées un peu partout en Europe.  le  mythe  de  Faust  a  été  un  réservoir  inépuisable  pour  les  écrivains.  mystères  du  monde  et  de  la  nature.  danses.  Les  compositeurs  s’émancipent  donc  des  formes  classiques  pour  exalter  leur  sensibilité  et  leur  déchirement  :  la  musique  devient  ainsi  narrative  et  descriptive.       8  .  édité  en  Allemagne  appelé  Historie  von  Doctor  Johann  Fausten.  Paul  Valéry.  l’expression  des   sentiments. Condamnation de Faust. Soif de connaissance universelle qui en fait un homme de la  Renaissance. un diseur de bonne aventure. les rumeurs s’emparent de lui et construisent peu à peu sa légende.  un astrologue qui se présentait aussi comme un magicien.      1578 :  Volksbuch  (livre  populaire).     On sait très peu de choses sur le vrai docteur Faust.

 intrigue complexe et décousue…     C’est donc la première version de Faust de Goethe qui va connaître un succès considérable et éclipser  toutes les versions de ses prédécesseurs.  transcendante.  références  mythologiques  mélangées  avec des légendes germaniques.     Faust I (1808). Le Second Faust déconcerte le public et ne va  pas  rencontrer  le  succès  du  premier.  aux  plaisirs  sensibles. en résumé  Poète.     La  pièce  se  compose  de  4615  vers.     • 1770 : version primitive non publiée. dramaturge.   • 1808 :  version  définitive Faust. jusqu’à sa mort. la géologie et la botanique.  lesquels  ne  participent pas directement à l'action et ne sont pas toujours joués.  l’œuvre  est  plus  longue  (5  actes).  il  est  passionné  par  les  sciences.  mais  n'y  parvient  pas.  unité  très  difficile  (hésitations  et  nombreuses  reprises  de  Goethe).  dont  il  sortira  anéanti mais Marguerite est sauvée. romancier.    Le Faust de Goethe     Goethe publiera deux versions : le premier Faust. il signe un pacte avec Méphistophélès.  vivante.  et le classicisme de Weimar (Weimarer Klassik).   • 1832 : fin de la « Deuxième partie de la tragédie ».  en  comptant  la  dédicace  et  les  deux  prologues.  notamment l'optique.     Celui‐ci  doit  l'initier  aux  jouissances  terrestres.  Accablé  par  l'insignifiance  de  son  savoir et désespérant de ne rien découvrir qui puisse le satisfaire.  qui  peut  obscurcir l'esprit de l'homme ».    Il  est  l'auteur  d'une  œuvre  prolifique  aux  accents  encyclopédiques  qui  le  rattache  à  deux  mouvements  littéraires :  le  « Sturm  und  Drang ».       Faust  y  est  présenté  comme  un  homme  admiré  par  le  peuple  pour  sa  sagesse.   •   Faust  y  est  soumis  par  Méphistophélès.Dossier pédagogique FAUST  Johann Wolfgang von Goethe (1749‐1832)                      Johann Wolfgang von Goethe      Il  est  né  en  1749  à  Francfort  et  mort  en 1832 à Weimar. et le Second Faust qui va lui prendre  de très longues années. Faust s'engage à lui livrer son âme.  dont Berlioz a tiré les épisodes de la Damnation et Gounod de son opéra.  Il  rêve  de  posséder  la  connaissance  universelle.  le  rêve  de  tous  les  hommes qui est celui de percer le secret des questions existentielles et les secrets de l'Univers.     9  .  première  partie  de  la  tragédie).  épris  de  connaissance  profonde. et grand  administrateur. théoricien de l'art et homme  d'État  allemand.  et  le  servir  fidèlement  dans  ce  monde. le plus célèbre. En échange de cela.  mouvement  à  la  fois  politique et littéraire de la seconde moitié du XVIIIè siècle.  En  effet.  des  Tragödie  erster  Teil  (Faust. Il met  tout  en  œuvre  pour  atteindre  ses  ambitions.     Goethe  a  déclaré  que  la  première  partie  de  Faust  était  l'œuvre  « d'un  être  troublé  par  la  passion.    Son travail sur le thème de Faust occupe une longue partie  de sa vie et est souvent considérée comme l'œuvre la plus  importante de la littérature allemande.  à  l’épreuve  d’amour  par  Marguerite.

com/applaudir/lire_article.ch/libretto/libgoufau_f.  Les  compositeurs  les  plus  célèbres.com/catalogue/partitions‐et‐tablatures/art‐musique‐et‐cinema/partitions‐de‐ musique‐romantique/partition‐complete‐szenen‐aus‐goethes‐faust‐scenes‐from‐goethe‐s‐1293243             10  . pour orchestre ou pour  piano.   1868 : Mefistofele de Boito  C’est l’adaptation la plus fidèle de Goethe.aspx?article=588&identifiant=ESP50QSFUG8K8BY O8B279N2JN  Partition « Szenen aus Goethes Faust » de Schumann :   http://www.  1844 ‐ 1853 : Szenen aus Goethes Faust de Schumann.      • • • • • • • • • • • 1814  :  Franz  Schubert  compose  Gretchen  am  Spinnrade  (Marguerite  au  rouet)  et  Szene  aus  Goethes Faust (lieder).youscribe. chœur et orchestre de Mendelssohn. mais de  donner quelques repères chronologiques avec les œuvres et les compositeurs principaux.   1910 : Symphonie n°8.  mais  il  met  davantage  l’accent  sur  l’intrigue  amoureuse  avec  Marguerite  que  sur  les  prolongements  métaphysiques.htm  Faust.  1859 :  Faust  de  Gounod    Gounod  suit  de  près  la  trame  de  la  pièce  de  Goethe.  On y rencontre nombre de personnages nouveaux ajoutés à ceux inventés par Goethe. Il intègre le Prologue  et le second Faust.   1857 : Faust Symphonie de Liszt  recours à l’écriture instrumentale et au leitmotiv.     Il ne s’agit donc pas de dresser une liste exhaustive de toutes les mises en musique de Faust.  mais  aussi  moins  connus.   1925 :  Doktor  Faust  de  Busoni    Opéra  inachevé.  se  sont  attaqués au mythe.impresario.  1816 :  Faust  de  Ludwig  Spohr    L’un  des  premiers  opéras  romantiques  en  langue  allemande.        Ressources documentaires    Livret de « Faust » de GOUNOD :   http://www. mythe mis en musique :  http://www.  Il  s’inspire  de  l’ancien  spectacle  de  marionnettes Das Puppenspiel vom Doktor Faust.   1831 : Première Nuit de Walpurgis pour soli.  1858‐1860 : Méphisto‐Valse de Liszt  Episode d’après Faust de Lenau. dite « des Mille » de Mahler  Le matériau utilisé est le second Faust.  1844 :  Faust‐Ouvertüre  de  Wagner (il  débutera  l’œuvre  en  1839‐1840  pour  la  finir  en  1943‐ 1944).Dossier pédagogique FAUST  FAUST ET LES MUSICIENS    Les  adaptations  musicales  de  la  légende  de  Faust  couvrent  toute  la  période  du  romantisme  et  concernent  tous  les  genres.classiquenews.

  de  nouveaux  sujets  et  un  nouveau  style..  comme  Leys  dans  Promenade  hors  les  murs  (Belgique.  d’après  le  titre  d’une  adaptation  hollandaise  du  milieu  du  XVIIe  siècle  d’une  tragédie  de  Marlowe de 1588.       La  première  édition  du  Faust  de  Goethe  en  1790  fut  illustrée  d’une  gravure  de  J.  Il  est  alors  fortement  influencé  par  l'œuvre  du  peintre  et  graveur  belge  Henri  Leys  (1815‐1869).    Le  disque  lumineux  qui  apparaît  devant  la  fenêtre  recopie l’inscription d’une amulette en métal qui a été  retrouvée. Amsterdam      On  ne  sait  pas  quelle  scène  Rembrandt  a  ici  représenté. ce dernier remportait lors de l'Exposition universelle  de Paris une médaille d'honneur.  INRI.  Avec Tissot…    « La rencontre de Faust et de Marguerite » de James  Tissot (1860)    Musée d’Orsay. La critique avait alors été  enchantée  par  la  qualité  de  ses  reconstitutions  des  siècles  passés.  En  1855.    Ces qualités sont exactement celles que l'on retrouve cinq ans plus tard dans ce tableau de Tissot.  de  même  que  les  détails  du  décor  et  de  l'architecture. à travers l'architecture et les costumes. La Tragique histoire du docteur Faustus.     En s'inspirant ainsi d'œuvres littéraires.  coll..  un  tableau  exposé  en  1855. Paris      Soucieux de régénérer la peinture d'histoire.       11  .  royales).    Il réalise ici un pastiche éclectique de peintures des XVe et XVIe siècles. le dessin minutieux  rappelle  la  manière  des  primitifs  allemands  et  flamands. la vérité des  attitudes et des physionomies. en 1751.Dossier pédagogique FAUST  FAUST ET QUELQUES PEINTRES    Avec Rembrandt. La facture lisse.  H. la nomme             «  Docteur  Fautricus  ».  Lips  copiant  celle  de  Rembrandt. publié en 1808.   ‐ Mais le catalogue de Gersaint.  Clément  de  Jonghe  l’intitule  L’Alchimiste à l’œuvre.  le  jeune  peintre français choisit de puiser son sujet dans le Faust de Goethe.  et  dont  la  signification  insaisissable  aurait  fasciné  Rembrandt.  au  début  des  années  1860.    “Faust”  de Rembrandt (1650 ‐ 1652)     Rijksmuseum.   ‐  Dans  l’inventaire  de  1679. De plus.  Les  lettres  du  tour    composeraient l’anagramme d’une prière. ces artistes renouvèlent les sujets de la peinture d'histoire. la rigueur du dessin et l'éclat  des couleurs.  On  reconnaît  au  centre  le  monogramme  du  Christ. Tissot cherche.

. les thèmes de l'amour et de la mort ce qui donne à son  œuvre une portée tragique.. Sa relation avec le texte comme source d'inspiration dépasse le concept de fidélité  car Delacroix semble donner un plus à l'œuvre littéraire.  vois‐tu  une  fille  pâle  et  belle  qui  demeure  seule  dans  l’éloignement  ?  Elle  se  retire  languissamment de ce lieu.  Delacroix  travaille  deux  ans  à  17  lithographies  accentuant  volontairement  leur  tonalité  noire  qui  donne  à  l’ensemble une atmosphère sombre et dramatique. omniprésent dans ses illustrations. comme dans la plupart de ses œuvres. Le peintre met l’ouvrage moins sous le signe de Faust que  sous celui de  Méphistophélès. Delacroix interprète la légende contrairement à ses  prédécesseurs. et semble marcher les fers  aux  pieds..  Méphisto  est  devenu  le  protagoniste.  avec  son  pied  d’équidé  bien  caché  en  bas  à  droite  de  la  lithographie.  Je  crois  m’apercevoir  qu’elle  ressemble  à  la  bonne Marguerite.Dossier pédagogique FAUST  Avec Delacroix. double nature que Delacroix représente dans  L'Ombre  de  Marguerite  apparaissant  à  Faust.        « L'Ombre de Marguerite apparaissant à Faust »     d’Eugène DELACROIX (1828)        « FAUST : Que vois‐je là ?    MEPHISTOPHELES : Quoi ?    FAUST  :  Méphisto.    Le romantisme est un mouvement de révolution dans l'art.  c'est  lui  qui  fait  avancer  le  "drame  en  images"  par  les  différents rôles qu'il joue. il renforce son côté onirique et dramatique. C'est sa double nature qui le lui permet. »              12  ..   Delacroix mêle.

 etc.  et  en  1862.) ?  On parle ainsi parfois d’une véritable guerre des Romantiques : une durable querelle dont l’objet était la  capacité  de  la  musique  à  exprimer  des  idées. grand critique musical de cette époque à Vienne.  Hanslick. « absolue » dans la lignée de Beethoven.  par  Schumann. Schumann. etc. L’idéal  est‐il de composer une musique « pure ».  des  objets  ou  des  sentiments  précis. Liszt ou Brahms.  instinct. précurseur en la matière.  la  musique absolue contre la musique à programme. philosophique.  L’Allemagne musicale  L’Allemagne  est  le  pays  où  le  romantisme  musical  est  le  plus  fort. mais également sur le mysticisme.).  La « guerre des Romantiques » : deux courants esthétiques opposés  Deux  centres  actifs  et  créateurs  animent  la  vie  musicale  en  Allemagne :  Leipzig  et  Weimar.  Il  s’oppose  ainsi  farouchement aux compositeurs comme Liszt.  le  romantisme  s’appuie  sur  la  poésie  populaire  (nature. travails d’orchestration. les artistes souhaitent donner libre cours à leurs pensées et à leurs émotions en  utilisant de nouveaux modes d’expression (choix des instruments.  Né  du  mouvement  « Strurm  und  Drang »  en  Allemagne. Désormais. ou une « musique à  programme ». qui s’appuie sur une source d’inspiration extra‐musicale (littéraire.  entre  autres. Wagner et Bruckner.   Tout au long du XIXè siècle.  Il  faut  noter  que  le  romantisme  littéraire  est  antérieur  au  romantisme  musical.  surnaturel).  contre  les  partisans  de  la  musique moderne représentés notamment par Liszt et Wagner.  Ces  deux  capitales  culturelles  vont  être  au  cœur  d’un  conflit  esthétique  majeur :  les  partisans  de  la  musique  « pure »  représentés.  l’occasion  pour  les  compositeurs  de  se  détacher  du  style  classique. est un fervent défenseur des compositeurs  dits  « conservateurs  et  traditionnalistes ».  Mendelssohn  et  Brahms.             Richard Wagner                       Franz Liszt   13              Johannes Brahms    . LISZT ET BRAHMS  Le romantisme  Le  XIXè  siècle  est  le  siècle  du  romantisme. Goethe influence beaucoup ses contemporains.  représenté  par  des  personnalités  comme Beethoven. tous les compositeurs qui décident d’écrire une symphonie se demandent  quelle attitude avoir par rapport au modèle que représentent les neuf symphonies de Beethoven. mais aussi Mendelssohn.  il  écrit  un  article  élogieux  sur  Brahms  et  sa  musique  qui  propulse  le  compositeur  au  rang  de  digne  successeur  de  Beethoven.  Autrement  dit.Dossier pédagogique FAUST  LE CONTEXTE MUSICAL AU TEMPS DE WAGNER.

 une œuvre correspondant  à  la  perfection  au  modèle  romantique  d'une  création  inspirée  par  des  sentiments contrariés.  poète  et  écrivain.  grand  admirateur  de  Wagner. est l'auteur de ses livrets d'opéra.     Wagner  s'éprend  de  Mathilde  mais. où Wagner occupe le  poste de directeur musical.  une source d'inspiration pour Tristan et Isolde Elle est l’épouse du riche  commerçant  Otto  von  Wesendonck. brusquement.  Wagner  trouve  en  Mathilde  Wesendonck. non sans avoir transmis au jeune  Wagner sa passion pour le théâtre. pensant l’opéra  avant  tout  comme  un  drame.  petit  fonctionnaire  municipal.  Wagner  ne  souhaite  pas  que  sa  poésie  soit  appréciée  pour  elle‐même.     Ainsi.  meurt  six  mois  après sa naissance. Au mois d'août de l'année 1814.  Le  couple emménage alors à Königsberg puis à Rīga. la composition de  la  Tétralogie  ‐  qu'il  ne  reprend  que  douze  ans  plus  tard  —  pour  commencer à travailler sur Tristan et Isolde. il aurait voulu être Shakespeare avant d'être Beethoven.    Texte et musique    Wagner nourrit d'abord l'ambition de devenir dramaturge.Dossier pédagogique FAUST  RICHARD WAGNER (1813‐1883)    Sa jeunesse    Richard  Wagner  naît  à  Leipzig  le  22  mai  1813.  Wagner n'en laisse pas moins de côté. cas fort rare  dans l'histoire de la musique de scène.     14  .  On  ne  sait  pas  néanmoins  si  cette  liaison  a  été  uniquement  platonique. lequel meurt quelques années plus tard.     Après quelques semaines. vers l'âge de quinze ans.  bien  qu'elle  partage  ses  sentiments.  mais  qu'elle  soit  toujours considérée en relation avec la musique. qui  se terminera dans la souffrance. Puis. dans sa jeunesse. mais  cela marque le début de la progressive décadence de leur mariage.  âgé  de  23  ans.  qui  met à sa disposition une petite maison de sa propriété. il découvre la  musique qu'il décide d'étudier en s'inscrivant à l'université de Leipzig en 1831.  ainsi  que  tous  les  éléments artistiques complémentaires.  Son  père. Elle retourne alors auprès de Wagner. Minna le quitte pour un autre homme qui la  laisse bientôt sans le sou.  texte  et  musique  fondus  dans  le  même  creuset.                 Minna Planer  Mathilde Wesendonck       En  1852.  elle  n'a  pas  l'intention  de  compromettre  son  mariage. ce géant du théâtre lyrique du XIXè siècle. sa mère épouse l'acteur Ludwig Geyer (qui pourrait  bien être son véritable père).     Toutefois.     Ses amours    En  1836. Un idéaliste qui se veut d’abord poète. Il faut d’ailleurs noter  que Wagner.  Wagner  épouse  l'actrice  Minna  Planer.

  les  critiques  assassines  de  Wagner  à  l’encontre  de  l’œuvre  brahmsienne.  Viennent  ensuite  Les  Maîtres  Chanteurs  de  Nuremberg  et  L'Anneau  du  Nibelung.  puisse être monté. les opéras de jeunesse et les opéras principaux.Dossier pédagogique FAUST  En 1862. un fervent partisan de Wagner.  règle  ses  dettes  considérables  et  s'arrange  pour  que  son  nouvel  opéra.  Ses  œuvres  acquièrent  de  ce  fait  une  unité  profonde. De vingt‐quatre ans la cadette de Wagner.  Parsifal.  irrémédiablement  opposés  dans  leur  conception  de  la  musique  :  une  thèse  que  sont  venus corroborer le malheureux manifeste contre la « musique de l’avenir » signé en 1860 par Brahms.  Ludwig van Beethoven et Franz Liszt. La carrière de Wagner prend  un virage spectaculaire en 1864. sa première épouse.  également  appelé  Tétralogie. deuxième épouse     rapidement et scandalise tout Munich.  qui  durera  jusqu'à  la  mort  du  compositeur. et un fils prénommé Siegfried. elle est la  femme de Hans von Bülow. qu’il continue  de soutenir financièrement jusqu’à sa mort.  ainsi  que  les  opinions  tranchées professées par les membres de l’une et l’autre faction. En avril 1865. il se fit le défenseur  d'une  conception  nouvelle  de  l'opéra.  un  ensemble  de  quatre  opéras  inspirés  des  mythologies  allemandes  et  scandinaves.  le  plus  souvent  germaniques. on peut citer Carl Maria von Weber.    Parmi les compositeurs qui exercent sur lui une influence notable. Wagner tombe en disgrâce auprès des membres de la Cour qui le soupçonnent  d'influencer le jeune roi Louis II de Bavière.     Pour ne rien arranger.  On  peut  schématiquement  les  séparer  en  deux groupes. et la fille de  Franz Liszt et de la comtesse Marie d'Agoult.    Son principal testament musical    Les  opéras  de  Wagner  constituent  son  principal  testament.        15  .     La période de la maturité débute avec la composition de Tristan und Isolde. En octobre 1868. Mariant le théâtre et la musique pour créer le « drame musical ». lorsque le roi Louis II accède au trône de  Bavière. parmi lesquels on peut citer Le Vaisseau  Fantôme (1843).     Wagner  se  trouve  ensuite  mêlé  à  un  scandale  du  fait  de  sa  liaison  avec  Cossima von Bülow. Tannhaüser (1845).  empruntant  la  plupart  de  ses  arguments  à  des  légendes  et  mythologies  européennes. souvent considéré comme  son  chef‐d'œuvre.  est  une  œuvre  contemplative  tirée  de  la  légende  chrétienne du saint Graal. elle accouche    d'une  fille  naturelle  qui  est  prénommée  Isolde.  l’on  a  voulu  voir  en  Brahms  et  en  Wagner  deux  ennemis  jurés. ses premiers opéras romantiques.    À travers ses œuvres et ses essais théoriques. Wagner choisit l’exil.  Tristan  et  Isolde. Eduard Hanslick en tête.  dans  laquelle  l'orchestre  occupe  une  place  au  moins  aussi  importante  que  celle  des  chanteurs.     Le jeune roi.  De  ce  second  mariage.    Et  durant  toute  la  seconde  moitié  du  XIXe  siècle. ils auront une autre fille. Wagner exerça une grande influence dans l'univers de la  musique lyrique. qui admire les opéras de Wagner depuis son enfance. Eva. Wagner se sépare de Minna.  La  nouvelle  s'ébruite  Cossima Wagner. décide  en  effet  de  faire  venir  le  compositeur  à  Munich. Cossima convainc son  mari  de  divorcer  et  épouse  Wagner  en  1870.  Le  dernier  opéra  de  Wagner.

 plus  serein.  c’est  la  femme.  par  certains  côtés. à la tête de l’Association Zürichoise  pour la musique. puis.    Le thème de Faust dans la partition de Wagner    De cette page composite dans laquelle passent des échos de Rienzi..  se  détache  le  thème  de  Faust. Mais il  n’a réalisé que le premier mouvement.  Wagner.  aux  inquiétants  chromatismes. Huit ans plus tard.  remanie  sa  partition..  son  désir  et  son  désespoir. de Tannhäuser.  ou  du  Beethoven  de  l’ouverture  de  Coriolan.    Par deux fois.     Elle  marque  aujourd’hui  une  étape  particulièrement  intéressante  dans  l’évolution  esthétique  de  celui  qui demeure le grand réformateur de l’opéra au XIXe siècle. en ré mineur   De la genèse de l’œuvre. il écrit une pièce orchestrale inspirée du même sujet. la Faust Symphonie.  à  la  Gretchen. probablement une symphonie.    .  Au  départ.Dossier pédagogique FAUST  Ouverture de Faust. Liszt s’est par la suite inspiré  de cette organisation pour sa propre symphonie.  alors  qu’il  travaillait  à  la  Walkyrie.  que  suit  un  motif  chromatique des cordes.  En  janvier  1855.      En  1840. le thème de Faust reviendra. au hautbois. de la  Walkyrie.  sur  les  conseils  de  Liszt..     Un  héros  littéraire  auquel. qu’il dirige lui‐même sous sa forme définitive.  tendre. reprise à Weimar le 11 mai 1852.  L’année de la Symphonie en ut (1832).    Ce  sont  d’abord  le  tuba  et  les  contrebasses  qui  présentent  le  thème  du  héros.  Wagner  devait composer une symphonie dont le deuxième mouvement aurait été consacré à la femme. annonçant déjà l’apaisement et le triomphe final.    Un choral en majeur forme avec ces éléments un contraste théâtral qui résume celui présent au centre  même de l’œuvre. de Lohengrin. »  Wagner  lui  répond  en  reconnaissant  que  ce  qu’il  manque  effectivement.  mélodieuse. restée sans suite.  il  ressemblait  trop  pour  l’abandonner  après  cette  première rencontre. d’où le titre de l’œuvre (Ouverture). elle restera néanmoins dans l’ombre. dont on a  pu penser qu’elle était l’ébauche d’une œuvre plus importante. revêtant d’abord une forme pointée.  Liszt  reproche  à  cette  œuvre  l’absence  « d’une  phrase  délicate.  Mais  il  ajoute  qu’il  voulait  décrire  la  solitude  de  Faust. le 23 février.    Une œuvre annonciatrice     Si  l’ouverture  du  Faust  témoigne  de  la  fascination  de  Wagner  pour  le  personnage  de  Faust  ‐  qu’il  caractérise  musicalement  par  un  thème  aux  nombreux  chromatismes  ‐  elle  annonçait  également  une  œuvre plus importante..     Durée : 12 minutes environ     16  . Wagner compose Sept mélodies tirées du Faust de Goethe.à sa création    Créée à Dresde le 22 juillet 1844.

    Revers à Rome    Point de miracle. Il se produit à Vienne à 11 ans. La générosité. à Rome où Liszt s’établit à partir de 1861 : le pape refuse de légaliser sa  liaison avec la princesse von Sayn‐Wittgenstein (à noter que « l’abbé Liszt ». qu’il m’avoua n’avoir pas lu.   17  . Un démon du clavier ?    Les années parisiennes    Les  années  parisiennes  sont  sans  doute  les  plus  propices  au  développement  de  sa  personnalité. lequel lui dédiera en retour sa Faust‐Symphonie. n’a jamais été consacré prêtre et a ainsi conservé le droit de se marier). où il séjourne principalement de 1823 à 1835.  Musset.  comme  de  sa  musique  religieuse. en Hongrie.   Ainsi  marquées  par  l’audition  de  la  Symphonie  fantastique  de  Berlioz. Franz Liszt fait ses débuts de pianiste virtuose dès l’âge de  9 ans.  Heine.  qui  avait  déjà  écrit  ses  Huit  Scènes  de  Faust. C’est là qu’il achève ses deux concertos pour  piano. les années parisiennes de Liszt sont ponctuées par la fréquentation des milieux littéraires ‐  Hugo. Liszt meurt à Bayreuth des  suites d’un refroidissement.  Restent  toujours  et  incontestablement  les  deux  concertos  de  piano.    Son œuvre    La  démonstration  de  son  œuvre  pianistique. où il est venu pour assister à la première de Parsifal.  qu’il  écrit  presque  tous  ses  poèmes  symphoniques.  dont  il  deviendra  l’amical  défenseur. Mais c’est Paris.     On  reproche  parfois  au  Liszt  symphoniste  l’alliage  de  la  poésie  et  de  la  musique. Lorsqu’il s’installe en 1842 à Weimar comme maître de  chapelle de la Cour. il convient aussi de  constater que Liszt fut le véritable créateur du poème symphonique moderne.  Nous  ne  nous  connaissions  pas  encore. » Si sa production orchestrale est moins marquante. chez Chopin de la comtesse Marie d’Agoult (dont Cosima. le 31 juillet 1886.  enfin.  la  rencontre. qui consacre sa réputation  européenne. Je lui parlai du Faust de Gœthe. et pour lequel il se passionna autant  que  moi  bientôt  après..  Quelques  heures  avant  la  création  de  la  Symphonie  fantastique.    Dernières consécrations avant la mort    Derniers triomphes en Europe. qui a pris les ordres mineurs  en 1865.  Liszt  aurait  affirmé  un  jour :  « J’ai  un  penchant  pour  la  religion. véritables « chevaux de bataille » de tous les virtuoses du clavier. et y devient l’élève de Czerny pour le piano.  mais  il  y  a  encore  quelque  chose  de  démoniaque dans ma nature.Dossier pédagogique FAUST  FRANZ LISZT (1811‐1886)     Des débuts fulgurants    Né à Raiding.  que Liszt est le véritable inventeur du récital pour piano).  son  romantisme  clinquant. cette fois comme compositeur « religieux ».     L’affirmation de Weimar    Jusqu’alors.  C’est  là  aussi  qu’il  impose  les  ouvrages  de  Wagner.  dédiera  plus  tard  sa  Damnation à Liszt. de Berlioz et de Schumann entre autres ‐ faisant de la petite cité allemande un centre musical  de première grandeur..  Lamartine  ‐  l’affirmation  de  ses  convictions  progressistes. le 22 octobre 1811.  Sand.  Berlioz  fait  à  Liszt  une  révélation  décisive :  « Ce  fut  la  veille  de  ce  jour  que  Liszt  vint  me  voir. en revanche. Il est partout fêté comme le plus grand pianiste de son temps (on peut dire à cet égard. Liszt a composé pour le piano seul.  en  1830. le désintéressement du musicien ‐ qualités appréciées par tous ses  contemporains ‐ font des miracles. future épouse de Richard Wagner). et de Salieri pour la  composition.  n’est  pas  à  faire. »  Et  Berlioz.  son  esthétique  ornementale. c’est vers l’orchestre qu’il se tourne.

 Allegro maestoso. le concerto adopte très généralement une structure  en  trois mouvements.  Ces  mouvements  se  distinguent  aussi  par  leur  caractère.  se  quereller »).  • Le combat : le soliste et l’orchestre « parlent » l’un après l’autre comme lors du dialogue. Allegretto vivace    IV. en mi bémol majeur Une longue maturation    L'idée d'écrire un concerto pour piano vint à Liszt à dix‐neuf ans. L’œuvre appartient donc à ce que l’on a nommé. le soliste est entendu dans différents climats :   • Les mouvements rapides (I et III) illustrent avant tout son agilité technique .  • Le mouvement lent (II) est le lieu de l’expressivité. le tempo donne son nom au mouvement : on parle d’un Allegro ou d’un  Andante. sous la direction de Berlioz. Le compositeur lui‐même  joua la première au château de Weimar.  la  forme  de  l’ouvrage.     II. dans la vie du musicien. Liszt venait de s’installer  dans cette ville. on a l’impression que les deux  parties jouent l’une « contre » l’autre .  en  quatre  sections  jouées  sans  interruption.  la  majorité  des  concertos  sont  écrits  pour  un  seul  soliste  (les  pianistes  et  les  violonistes ont un immense choix). dans  un soutien léger. se faisant discret. deux ans après que Liszt eut interrompu ses tournées.  dialoguer. années d’équilibre et d’intense production.  ce  genre  musical  évoque  le  dialogue  entre deux entités : l ‘orchestre et l’instrument soliste.  • Le soliste « roi » : l’orchestre ne fait qu’accompagner l’instrument solo.  comme  s’ils  s‘interrogeaient et se répondaient . tous  les  instruments  de  l’orchestre  forment  un  seul  groupe  (en  grec. sa « première  période weimarienne ». Allegro marziale animato   18  .  concertare  signifie  « converser. Lorsque l’orchestre dialogue avec un groupe de  solistes.  déconcerta  ses premiers auditeurs. Elle s’éloigne de la conception traditionnelle du concerto. une aventure en trois chapitres    A  partir  du  XVIIè siècle  et  jusqu’au XXè siècle.    La forme déconcertante du Concerto pour piano n°1    Célébrissime  partition. comme s’ils voulaient rivaliser.  Cependant.  Toutes  les  combinaisons  sont  possibles  pour  le  groupe  soliste.  symphonie  signifie  « sonner  ensemble »).  Dans  le  concerto  au  contraire.    Le concerto. Une ébauche du thème introductif se  trouve dans un cahier d'esquisse daté de 1831.  deux  groupes  dialoguent  (en  latin.    Le soliste et l’orchestre : dialogues et confrontations    Le soliste et l’orchestre jouent l’un avec l’autre de différentes façons.  leur  forme.  Par  extension. en 1855. Quasi adagio    III. Le concerto ne fut pas achevé avant 1849 (puis révisé à  la fin des années 1850).    Qu’est‐ce qu’un concerto ?    La symphonie et le concerto sont deux genres musicaux destinés à l’orchestre.  leurs  thèmes  et  leur  tonalité.  rivaliser. mais  les échanges sont vifs. pour se composer de :       I. Ainsi. Dans la symphonie.  • Le  dialogue :  le  soliste  et  l’orchestre  ‐  ou  tutti  ‐  parlent  l’un  après  l’autre. Dès lors. En général. de l’émotion.  cela  s’appelle  un  concerto  grosso.Dossier pédagogique FAUST  Le Concerto pour piano n°1.

  porta  d’ailleurs  ce  jugement  peu  amène :  « Mais c’est là un concerto pour triangle ! ».  suscitant de nouvelles interventions de percussion (cymbales). revêt un caractère plus grandiose que véritablement héroïque.    Allegretto vivace    Il est conçu dans l’esprit d’un scherzo. Les contrastes dynamiques caractérisent essentiellement  ce mouvement initial gonflé d’héroïsme. d’un sentiment très prenant . 2 trompettes. et présente d’emblée les sept notes du thème principal.    Cette  troisième  section  est  célèbre  pour  l'utilisation  surprenante  du  triangle. dans une présentation rénovée.     19  .         Quoique bâti sur un intervalle faible (tierce diminuée) et déclinant. lui confère toute son ampleur.    Allegro marziale animato    Le finale reprend la plupart des motifs entendus précédemment. 3 trombones  timbales et batterie  cordes    Durée : de 18 à 21 minutes.  ainsi qu’une instrumentation travaillée.Dossier pédagogique FAUST  Allegro maestoso    Il est de forme sonate.    Quasi Adagio    De structure tripartite.  en  dialogue  tour  à  tour  avec l'orchestre.  Le piano. large. de susciter les  railleries  de  certains  critiques. Les effets rythmiques. agrémenté par les arabesques du piano. que chacun connaît. à l'époque. il débute par un motif mélodique ascendant (si majeur).  Orchestre  et  instrument  soliste  rivalisent  aussitôt  d’intentions  persuasives  ‐  le  piano  le  premier  ‐  nourrissant une longue et périlleuse cadence. d’une extrême douceur. où l’on remarquera cependant le profond lyrisme d’un contre‐ thème assez épisodique.  est  investi  d’une  force  vitale  qui  innervera  la  partition  entière.  Hanslick. La section médiane fait entendre un beau solo  de flûte.   Le thème principal. puis avec le piano.  puis  répété  à  l’intervalle  inférieur. ce thème vigoureusement martelé. les autres bois par 2  2 cors. Le piano et l’orchestre terminent en tutti. notamment. ont ici leur importance. le piano arpège délicatement.    L’effectif orchestral     3 flûtes (dont la petite). puissant. Ce procédé novateur n'avait pas manqué.  célèbre  critique.

  il  séjourne à Detmold où il obtient son premier emploi officiel en tant que maître de chapelle.  En  1857. un emploi  qui lui permet d’avoir le temps de composer.  il  retourne  à  Hambourg  pour  se  consacrer  à  la  composition.  Ses  années  d’apprentissage  se  terminent  avec  la  mort  de  son  ami.  il  quitte  Hambourg pour s’installer à Vienne en 1863.  Quelques années après.  Schumann  le  considère  comme son fils spirituel et son engagement permet de le rendre célèbre en  Allemagne. Il est enterré près de Beethoven et Schubert. Sans doute se juge t‐il enfin prêt pour ce répertoire.  Robert  et  Clara.  C’est  là  que  Johannes  découvre  le  répertoire  populaire qu’il utilisera notamment dans certaines de ses œuvres (par exemple. Hormis quelques œuvres de jeunesse. Il donne son premier concert à l’âge de 15 ans en 1848 en tant  que pianiste. Johannes Brahms nait à Hambourg en 1833 d’un père musicien et d’une mère  couturière.  En  1859.  Proche  d’elle.  et  s’installe  même  chez  eux  à  Düsseldorf.  Il  privilégie  le  répertoire  de  musique  de  chambre.  Après  une  brouille  avec  son  ami  et  mécène  Théodor  Avé‐Lallemand.  de  cor.  de  théorie  et  de  composition avec les plus grands maîtres.  le  « père  Brahms »  décèle  les  dons  de  son  fils  pour  la  musique  et  l’emmène  au  cœur  des  tavernes  et  des  brasseries  où  celui‐ci  gagne  sa  vie. au cimetière central de Vienne.   Très  tôt. il rencontre une femme du nom d’Agathe con Siebold.  Robert  Schumann.    Ses amours    Clara Schumann vers 1853    Brahms  noue  une  relation  particulière  avec  Clara  Schumann.  Brahms  devient  une  personnalité  influente  de  la  société  viennoise.    Les honneurs    A  la  fin  de  sa  vie. c’est seulement à partir des années 1870 que Brahms  s’attaque à la musique symphonique.  et  reçoit  de  nombreuses distinctions. C’est à la même époque qu’il se met à la composition.  Il  se  lie  d’amitié  avec  toute  la  famille.  de  violoncelle. dans lequel  il excelle.    Brahms  s’installe  notamment  dans  la  maison  des  Schumann  à  Düsseldorf  avec  Clara  quand  Schumann  tombe  gravement  malade  et  est  hospitalisé.    Rencontre et amitié avec la famille Schumann    1853  est  l’année  de  sa  rencontre  marquante  avec  Robert  Schumann.   20  .  le  garçon  reçoit  des  cours  de  piano.    Le répertoire symphonique. Danses hongroises). Son éventuelle relation amoureuse reste une hypothèse jamais prouvée.Dossier pédagogique FAUST  JOHANNES BRAHMS (1833‐1897)  Années d’apprentissage    Issu d’un milieu modeste.    Les débuts de sa carrière en Allemagne    Brahms  se  fait  connaître  à  Leipzig  et  à  Weimar  où  il  joue  en  récital  en  tant  que  pianiste.  Dès  l’âge  de  7  ans.  se sentant incapable d’assumer une liaison. les  deux protagonistes ayant détruit la plupart des correspondances les concernant.  Brahms  a  alors  20  ans. Brahms s’adonne au répertoire de musique de chambre. en 1856. et reste célibataire jusqu’à la fin de sa vie. Il y obtient des postes prestigieux. signe de maturité    Durant l’essentiel de son existence.  Son  père  pratique  plusieurs  instruments  mais  c’est  en  tant  que  contrebassiste  et  grâce  à  l’influence de son fils qu’il intègre un poste dans l’orchestre municipal de Hambourg. Il rompt ses fiançailles.  il  la  soutient  quand  Schumann est au plus mal.

 à son propos. le quatrième est celui qui permet  de  reconnaître  la  symphonie. Brahms écrivit quatre symphonies ‐ réparties sur neuf années et chronologiquement  regroupées  par  deux  (1876‐1877  et  1883‐1885).  Le  compositeur  n'aborde  ainsi  le  genre  symphonique  que fort tard.  Les  critiques  en  furent élogieuses : Hans von Bülow parla même.  Schumann. laissant peut‐être deviner la responsabilité qu’il entend assumer en devenant l’héritier de  Beethoven. ce qui l'incita à écrire sa première symphonie.Dossier pédagogique FAUST  Symphonie n°1.    Sa place dans le siècle du romantisme    La  Symphonie  n°1  représente  le  retour  à  la  grande  symphonie  classique.  alors  que  la  mode  était  à  la  « musique  à  programme »  des  romantiques  tardifs  et  que  Richard  Wagner  composait  ses  derniers  opéras.  mais  aussi  Mendelssohn.  Brahms.  est  plus  chaleureux  et  tendre.  La  légende  veut  d’ailleurs  que  le  musicien  trouva  une  plume  sur  la  tombe  de  Ludwig  van  Beethoven en 1862.  lent.  alors  que  les  Romantiques  le  mettent  volontiers à la troisième.  et  ce  en  raison  du  thème  du  cor  des  Alpes  et  surtout  de  son  thème  principal.  Le  mouvement  lent  reste  immuablement  en  seconde  place.  les  symphonies de Brahms s’en différencient par le renoncement au scherzo.  le  plus  court.  introduit  une  atmosphère  sombre  et  qui  part  dans  une  violence  très  rapidement. facile à retenir et à chanter.  ne  préférant  pas  tenter  une  première  viennoise  d'emblée. encore faut‐il leur donner  un visage tout à fait différent ! »    Johannes Brahms    L’Allemagne  est  le  pays  où  le  romantisme  musical  est  le  plus  fort. ma con brio – Piu Allegro    Le  premier  mouvement. si important chez Beethoven. si l’on a l’audace d’écrire des symphonies après Beethoven.    Les quatre mouvements de la Symphonie n°1    Elle se compose de quatre mouvements de construction classique :  • Un poco sostenuto – Allegro  • Andante sostenuto  • Un poco allegretto e grazioso  • Adagio – Piu andante – Allegro non troppo.  comporte  un  solo  de  clarinette.  Le  second.  Brahms  ne  dirigea  lui‐même  sa  composition  que  quelques  jours  plus  tard.  Le  dernier  mouvement comporte un thème principal proche du final de la Neuvième Symphonie de Beethoven et  reprend une forme sonate en trois parties.    La composition de la Symphonie n°1 s’étala sur plus de vingt années.  tandis que son exécution à Vienne fut saluée par un article chaleureux de Hanslick. Des quatre mouvements.  et  sa  création  a  lieu  le  4 novembre 1876  par  l'orchestre  grand‐ducal  de  Karlsruhe. peu après la rencontre de Brahms  avec  Schumann.  instrument  de  prédilection  du  musicien.     Si  notamment  dans  cette  Symphonie  n°1.  écrit  après  coup.    Comme Schumann. de « Dixième Symphonie » de Beethoven.  certaines  références  à  Beethoven  sont  évidentes.  Le  troisième  mouvement.  Liszt  ou  bien  sûr.  précurseur  en  la  matière. en ut mineur  L’héritage de Beethoven et le début des symphonies    « Oh ! Mon Dieu.  dénotant  une  certaine  « modestie »  de  l'auteur.    Durée : environ 45 minutes    21  .  représenté  par  des  personnalités  comme  Beethoven.

net  Mr Berrue  Rendez‐vous  au  Musée  des  Beaux‐Arts  d’Angers.nicolas@wanadoo. à la fois chronologique  et thématique.  violoniste à l’ONPL qui se déplacera dans vos établissements courant mars. permettra de construire des ponts entre les différentes disciplines artistiques. autour des tableaux du musée et sera  illustré en musique au piano par Nicolas Dufetel.fr    Médiatrice  Julie GUILLEMAND  julie. Les trois  grandes thématiques abordées sont : l’homme et la mort.  une  rencontre  artistique  en  classe  vous  est  proposée  avec  Thierry  Ramez.fr         davidmo12000@yahoo.  Parcours au  Musée  legrosmichel988@neuf.herve@ville.robin10170@yahoo.net  Brossais     david. Cette rencontre permettra  de  présenter  son  instrument.  Contacts :  SERVICE CULTUREL POUR LES PUBLICS : 02 41 05 38 32  Raphaëlle HERVE  Raphaelle.  ses  différents  modes  de  jeu. Durée total du parcours : 1h15    Le  parcours  au  musée  des  Beaux‐Arts  d’Angers  sera  construit  autour  du  mythe  de  Faust.angers.guillemant@ville.brossais@laposte.  14  rue  du  Musée.fr       Mr Robin         f.Dossier pédagogique FAUST  LE PLANNING DU PARCOURS  La rencontre artistique en classe  En  amont  du  concert. Ce parcours.  15  minutes  avant  le  début  du  parcours. musicologue et enseignant au Conservatoire d’Angers.  Il  mêlera   musique et arts plastiques afin de plonger dans l'univers de Faust. médiatrice.angers.    Jeudi 14 mars 2013‐ 15h/16h15 ‐ Collège La Vallée du Lys de Vihiers   Vendredi 22 mars 2013 – 9h30/10h45 – Collège Honoré de Balzac de Saint Lambert des Levées  Lundi 25 mars 2013 – 15h/16h15 ‐ Collège Saint Joseph de Doué la Fontaine  Le parcours au Musée des Beaux‐Arts     Parcours Croisé FAUST  Etablissement  Ville  Enseignants  Collège Honoré de  Balzac ‐ Classe de 4ème    St Lambert  des Levées  Mme  Merlet     Mr  Moreau  Collège Saint Joseph –  Classe de 4ème  Doué la  Fontaine  Mme  Misandeau  Collège La vallée du lys –  Classe de 4ème  Vihiers    Jeudi 11 avril 2013  Contact enseignant  Nbre  d’élèves  Nbre  d’acc. Il sera commenté par Julie Guillemand.berrue@laposte.com    25  4  14h / 15h15  25  4  16h / 17h15  Mme  ce.  mais  également  le  métier  de  musicien d’orchestre. l’homme et la connaissance. la lutte pour le  salut de l’âme.fr   22  .  le  violon.fr     Musicologue  Nicolas DUFETEL  dufetel.fr  30  4  11h / 12h15  emisandeau@gmail.

fr / 02 41 24 11 20     23  .angers@onpl.     Jeudi 11 avril 2013 à Angers pour l’ensemble des classes inscrites :  18h30 / 19h15 : rencontre artistique avec un ou plusieurs musiciens    Rendez‐vous  dans  le  Hall  du  Grand  Auditorium  (salle  habituelle  de  concert)  de  la  Cité  de  Congrès  d’Angers à 18h15. 1978.org   www. 2006.fr     Anaïs JOYAUX – Assistante à l’Action Culturelle de l’ONPL  ajoyaux@onpl.   Johannes Brahms C.Dossier pédagogique FAUST  LE PLANNING DU PARCOURS (suite)  La rencontre artistique   Le soir de la représentation.  Editions  Fayard. Editions Fayard. Rostand.  Ce  temps  d’échange  d’une durée de 45 minutes sera à préparer par les enseignants afin que des questions d’élèves puissent  être posées aux musiciens. une rencontre artistique avec un ou plusieurs musiciens sera organisée afin  que  les  collégiens  inscrits  au  parcours  abordent  le  concert  de  façon  privilégiée.fr/blog/musique‐classique          CONTACTS ONPL DU PARCOURS FAUST    Service Action Culturelle de l’Orchestre National des Pays de la Loire :   Sophie PAPIN ou Agnès VALLEE – Déléguée à l’Action Culturelle de l’ONPL  spapin@onpl.    Le concert  Un espace sera mis à votre disposition à Angers afin que vous puissiez pique‐niquer avant le concert (à  vous d’apporter les pique‐niques)    Les billets pour le concert vous seront remis en main propre le soir du concert à partir de 20h00.fr ou avallee@onpl.wikipedia.          QUELQUES RESSOURCES DOCUMENTAIRES   Guide  de  la  musique  symphonique  sous  la  direction  de  François‐René  TRANCHEFORT.fr     Service Billetterie de l’Orchestre National des Pays de la Loire :  Valérie GASTINEAU ‐ Accueil et billetterie à Angers  billetterie.aporteedart.   www.