CO: Géopolitique appliquée à l'Europe

Géopolitique = rapport entre le pouvoir et l'espace On a besoin aussi de fouiller l'Histoire. Le pouvoir construit des territoires. Un territoire est un morceau d'espace délimité par un pouvoir qui est capable d'y exercer sa souveraineté. Ex territoire national / régional / départemental. Monter plus haut que Etat pose problème: si certains posent le dépassement de l'Etat et des frontières, ils existent toujours, il n'y a pas encore de supra structure Etat : organisation qui assure ordre et sécurité sur le territoire. Deal ou compromis territorial: l'individu accepte de céder une partie de sa liberté en échange d'une sécurité quotidienne. Territoire est produit, une construction, il a une Histoire, d'où importance de la Géohistoire. Fouiller historiens et juristes constitutionnalistes, voir comment et pourquoi l'ordre territorial a varié au fur et à mesure du temps. Décideurs décident de l'évolution du territoire. Ils sont poussés et contraints par le progrès technologique, ledit progrès vu comme l'ensemble des innovations possibles, notamment militaires donc souvent techniques (cf aussi juridiques). Les décideurs tentent d'appliquer ce progrès au territoire mais ils ne perçoivent les choses du territoire et du progrès que dans la manière où ils les perçoivent: il y a un filtre, la culture. Territoire est un concentré de passé, un mille feuilles qui répond +/- à la situation actuelle. → Clés sont géohistoire, culture, progrès technologique. On ne se pose pas la question « qu'est-ce que l'Europe ? ». Etude discontinue chronologiquement du continent européen. Pour première partie historique: SZUCS Jeno Les trois Europes (jusqu'au XIXe siècle) « C'est pas du Villepin dans le texte » / « On va pêcher, comme pour les truites. » Dissertation sur un sujet vaste.

TABLE DES MATIÈRES
CO: Géopolitique appliquée à l'Europe...........................................................................................1 Le continent avant l'Europe.................................................................................................................4 /I Deux modèles de christianisme...................................................................................................4 )A Le mythe de la chute de l'Empire..........................................................................................4 )B Perception différente du rapport Eglise-société....................................................................4 )C La question de la prééminence...............................................................................................5 /II Deux modèles spatiaux..............................................................................................................5 )A Le modèle impérial - despotique............................................................................................6 )B L'occident...............................................................................................................................6 .1 L'effondrement politique ...................................................................................................6 .2 L'Eglise sans tutelle............................................................................................................7 .3 Société.................................................................................................................................7 Mise en place des partitions fondamentales........................................................................................8 1

/I Europe centrale et orientale: ......................................................................................................8 )A Affrontement de dynamiques:...............................................................................................8 .1 Un terrain d'expansion.......................................................................................................8 -a Religion.........................................................................................................................8 -b Tatars............................................................................................................................8 -c Drang nach Osten..........................................................................................................9 .2 Le choix de Rome...............................................................................................................9 .3 Le choix de Constantinople................................................................................................9 )B Le nouveau modèle impérial................................................................................................10 .1 La Rous de Kiev.................................................................................................................10 .2 Moscou relève l'héritage de Kiev.......................................................................................11 .3 La troisième Rome............................................................................................................12 )C Les marges incertaines entre la Russie et l'Ouest ................................................................12 /II Originalité de l'Ouest ...............................................................................................................13 )A Dynamique spatialisée..........................................................................................................13 )B Affirmation du modèle urbain .............................................................................................14 )C Mutation du contrôle politique ............................................................................................14 .1 Le projet impérial .............................................................................................................14 .2 Le système féodal .............................................................................................................15 .3 Monarchies.......................................................................................................................15 .4 Crise..................................................................................................................................15 Conclusion : de « christinitas » à « Europe » ....................................................................................17 Affirmation de l'Europe......................................................................................................................18 /I A l'Ouest: Etat moderne s'affirme..............................................................................................18 )A Villes et économies mondes.................................................................................................18 )B Montée de l'Etat territorial...................................................................................................18 .1 Innovation stratégique. ....................................................................................................18 .2 Constructions étatiques....................................................................................................19 .3 Géopolitique de l'équilibre ...............................................................................................19 .4 Facteurs de déséquilibre..................................................................................................20 -a Protestantisme............................................................................................................20 -b Capitalisme.................................................................................................................20 /II Affirmation des Empires..........................................................................................................20 )A Absolutisme russe................................................................................................................20 .1 Rapport avec l'Occident....................................................................................................21 .2 Transfiguration.................................................................................................................21 )B Europe médiane...................................................................................................................22 .1 Pologne.............................................................................................................................22 .2 L'Etat des Habsbourgs.....................................................................................................22 Deux ou trois Europes ?.....................................................................................................................24 /I Les dynamiques fondatrices......................................................................................................24 )A L'industrialisation ...............................................................................................................24 .1 Accélération du développement économique ..................................................................24 .2 Mouvement général .........................................................................................................24 -a Révolution agricole......................................................................................................24 -b Révolution démographique.........................................................................................25 -c Révolution commerciale .............................................................................................25 .3 Conséquences spatiales....................................................................................................25 -a Les « pays noirs »........................................................................................................25 -b reclassement des puissances ......................................................................................25 )B L'idée de nation ...................................................................................................................26 .1 Conception du pouvoir ....................................................................................................26 .2 Passage à l'institution ......................................................................................................26 .3 L'extension .......................................................................................................................27 /II Le choc des nations .................................................................................................................28 )A Affirmation de l'Etat-nation.................................................................................................29 2

)B « Fin de siècle » 1880-1913..................................................................................................29 )C Mission de la Russie.............................................................................................................30 .1 Point de départ.................................................................................................................30 .2 Débat slavophiles vs occidentalistes................................................................................30 .3 Poussée révolutionnaire...................................................................................................31 .4 irruption du marxisme......................................................................................................31 /III Le choc des nations et des idéologies.....................................................................................32 )A un règlement qui ne règle rien ............................................................................................32 .1 La haute politique des Alliés.............................................................................................32 .2 Principe des nationalités..................................................................................................32 .3 Traités illusoires...............................................................................................................33 .4 Tension rapide..................................................................................................................34 )B Le projet soviétique..............................................................................................................34 Deux Europes dans le monde bipolaire .............................................................................................37 /I Le bloc de l'Est...........................................................................................................................37 )A L'URSS..................................................................................................................................37 .1 Union des soviets .............................................................................................................37 .2 PCUS.................................................................................................................................37 .3 Economie sous contrôle politique ...................................................................................37 )B « L'Europe de l'Est ».............................................................................................................37 .1 Cohérence spatiale ...........................................................................................................38 .2 Compartimentage religieux..............................................................................................38 .3 Cohérence économique ...................................................................................................39 .4 Impasse économique .......................................................................................................39 /II La mutation de l'Est.................................................................................................................39 )A Initiative américaine............................................................................................................39 .1 Vision globale. ..................................................................................................................39 .2 L'Europe...........................................................................................................................40 .3 Développement de construction militaire.......................................................................40 .4 Nature du projet américain..............................................................................................40 )B Relance du projet européen. ................................................................................................41 )C La pratique européenne 60-89.............................................................................................41 .1 Passage à l'Union européenne ..........................................................................................41 -a Modèle actuel...............................................................................................................41 -b Nouvelle architecture..................................................................................................43 /III Qu’est-ce que l’Etat ? .............................................................................................................44 L’Europe dans la circulation internationale.......................................................................................47 /I Le transport des marchandises générales.................................................................................47 )A Les flux actuels.....................................................................................................................47 )B L’évolution des bateaux ......................................................................................................48 )C Les ports ..............................................................................................................................48 /II Le transport voyageur : deuxième grand réseau......................................................................49 /III Le monde métropolisé...........................................................................................................49

3

Le continent avant l'Europe
XII-XIII « Europe » en tant que continent apparaît, avant cela on ne parle que du « monde chrétien ». Les sociétés européennes qui vont se mettre en place ont bénéficier de différents héritages. Héritage grec mais on ne sait ni par qui ni comment. Histoire de la princesse Europe emportée par Zeus en bœuf puis qui a vécu en Crête. Héritage vient ensuite des Romains. Cadastrer, structurer: ils savent faire, fondement du droit. L'Etat romain n'est pas un Etat européen mais un Etat méditerranéocentré. Conditions techniques de l'époque: une armée qui se déplace fait 40 km / jour si intendance suit (plus lente). Marins se déplacent avec 8 km/h donc 200 km / jour avec beaucoup de matériel. Romains ont réussi à s'implanter sur le pourtour, mais ensuite implantation sur le territoire plus difficile. Quand installation, construction routes. Empires maritimes et empires continentaux, supériorité de longue date de la mer, on s'y enlise moins. → Empire romain qui s'est christianisé a créé conditions de deux lectures de l'espace.

/I Deux modèles de christianisme
)A Le mythe de la chute de l'Empire
Barbares de l'Est ont eu raison de l'Empire, il s'effondre en 476 mais en fait non. Invasions ont eu des effets, cependant. Constantin (IVe siècle) a autorisé religion chrétienne. Il change de capitale, en construit une nouvelle sur un médiocre village de pêcheurs, Byzance. Les intellectuels n'ont pas accepté cela. Il y transfère Constantinople. Byzance est terme dépréciatif, empire « byzantin » aussi. Pas empire byzantin, il y a des romains: ils parlent latins depuis des décennies. Partie orientale de l'Empire ne voit pas de chute, rien remarqué à Constantinople, juste l'autre partie s'effondrant. L'empire romain a toujours sa capitale, son chef, l'empereur romain de Constantinople. Se mettent en place des royaumes barbares fluctuant en partie Ouest fracturée. Période très mal connue, limites floues, pas de constructions solides comme l'est l'empire romain d'orient. 2 interprétations ensuite de la religion chrétienne, qui engendrent 2 systèmes politiques.

)B

Perception différente du rapport Eglisesociété

Ils n'ont pas le choix, ils voient avec leur mentalité. Est, empereur en place alors que début christianisme jusque VIe siècle. Situation pas très claire, Eglise a besoin d'ordre, de savoir quoi appliquer. C'est l'empereur qui dicte l'application, qui réunit concile et définit l'hérésie parce que seule la force militaire peut le faire. On va chercher dans écrits religieux ce qui va orienter conception des choses. On y trouve harmonie du pouvoir spirituel et du pouvoir temporel, puisque Dieu veut les 2, l'un ne l'emportant pas sur l'autre, sauf que un armé, l'autre pas. Empereur Justinien (VIe siècle) convoque concile pour préciser ce point. Pourquoi obéir au pouvoir politique puisque j'obéis au pouvoir religieux ? Explication. « Eglise et Etat sont 2 fonctions d'un même organisme, sans séparation ni confusion, comme le sont l'humain et le divin dans la personne du Christ. » It works ! Un empereur, un chef de l'Eglise en harmonie.

A l'Ouest, le pouvoir politique s'est effondré, royaumes dirigés par des guerriers. L'Eglise d'Occident est toujours organisée selon le modèle romain occidental, territoires quadrillent diocèses, patriarche à Rome, ce dont le Goth de base se fout. → la structure religieuse demeure, durant 400 ans. Nouvelle théorie apparaît pour expliquer la chute, on cherche dans textes religieux justifications. On trouve qu'il y a 2 royaumes: celui des hommes, celui de Dieu. ≠ ce qu'on dit à Constantinople. Saint Augustin explicite dualisme de la cité, d'un côté il y a pouvoir de la force, de l'autre, pouvoir spirituel. César ≠ Dieu → Deux conceptions différentes subsistent jusqu'au Xe siècle. Les modèles socio-économiques s'établissent à partir de cela, amplification par données propres. Question épineuse: qui est le chef ?

)C

La question de la prééminence

VI siècle, à l'Ouest pendant Justinien, on trouve dans texte qu'il paraît que « tu es Pierre et sur cette Pierre je bâtirai ton Eglise », ce qui veut dire que vraie religion est Rome, tout autre est hérétique, on en brûle alors beaucoup. A l'Est, on prend mal ces avancées de barbares. On croit qu'il y a 5 patriaches égaux en droit: Rome, Constantinople, Alexandrie, Antioche et Jérusalem. En Asie mineure, il y avait alors beaucoup plus de population. RATZINGER « il n'existe qu'une Eglise du Christ [...] » été 2000. Aujourd'hui encore tension. Comment expliquer cela aux fidèles ? Pas raison financière à divulguer. On trouve le credo, qu'il a fallu fixer. Ex patre procedit = l'esprit procède du père. Puis dans Espagne de Saint Augustin, on transforme en Ex patre filioque procedit = procède par le père et le fils. Pour Eglise d'Orient nourrie par culture grecque, impossible de dire cela. Et vice de forme, parce que pas de concile, donc pas recevable. Lombards occupent le Nord de l'Italie sans se soucier de la limite des deux Eglises. Constantinople se fout des guerriers, alors que Rome a peur. Lombards menaçants, le chef de Rome a besoin d'appui. Dynastie montante des Francs, Martel vient secourir évêque de Rome. Les deux ont intérêt à s'associer, protection contre autre chose. Francs veulent bien rendre territoires pris aux Lombards, mais pas pour les rendre à Constantinople, pour que Rome les garde. En retour, les Francs veulent que leur roi soit sacré par le patriarche. Pas seul roi, mais seul sacré à l'Ouest. Difficile de sacrer un empereur de l'Ouest. Lettrés élaborent diplomatie, ils veulent par tous moyens aviver les tensions, activent le Filioque. 797 sur le trône de Constantinople, une femme. 800 Charlemagne couronné par le patriarche de Rome comme empereur d'Occident. Scandale à Constantinople, où l'on se considère comme supérieur culturellement. → L'Empire est né à l'Ouest, et l'idée de reconstituer l'empire d'occident renaît souvent. Un acquis historique reste: les empires sont fugaces, son existence est constamment menacée par l'envie des autres. 1054 il y un Pape qui revendique l'autorité sur toute la chrétienté. L'église d'orient refuse, reste avec 4 patriarches. Conséquences énormes.

/II Deux modèles spatiaux
Les modèles sont le produit d'évolutions particulières, pas un projet prémédité

)A

Le modèle impérial - despotique

Identifié par plusieurs chercheurs sous différentes formes. « sociétés orientales » de MONTESQIEU, MARX « mode de production asiatique » ou encore « despotisme hydraulique ». C'est un régime politique basé sur un pouvoir absolu. Despotisme à organisation politicoéconomique. Isolement total, pas de stade d'autre organisation, une seule organisation, l'Etat, pas de guilde ni de corporation, société reste atomisée, individu seul face à un pouvoir, pas de société civile. Pour le faire fonctionner, puissante bureaucratie avec maîtrise de l'écriture et du calcul. A pour fonction de faire rentrer ressource fiscales pour payer force armée, payer bureaucratie et construction. Cela nécessite systèmes de communication efficace, cf Chine Incas Egyptiens. La bureaucratie structure l'espace. Elle participe aux privilèges, mais ils sont sans protection face au despote qui n'a de compte à rendre à personne. Seule sécurité est obéissance aveugle. Il faut des points d'ancrage, les villes, qui sont autant de centres de surveillance, avec administration, armée, trésor public. Les villes sont donc le relais du pouvoir central. Jamais la bourgeoisie / l'aristocratie / la bureaucratie qui gère la ville n'a accès à la rente qui va directement au centre, ni d'exercer moindre pouvoir . (≠ Ouest où villes vont constituer des pouvoir régaliens: monnaies, lois, police... parce que elles maîtrisent rente, ne sont pas simples nœuds de contrôle). L'empereur contrôle tout, a tout droit sur tout. Cas particulier de l'empire romain: structure par le droit, la société ne peut résister à rien. On peut demander des comptes, et l'harmonie doit être respectée, il y a des gens pour le faire valoir. Pas despotisme pur. 1204 croisés partant libérer Jérusalem, trésorerie manquante, Venise les finance à condition de rapporter du bien constantinois. 1453 Constantinople tombe Est et Ouest on a tenté de convertir tout le monde. Constantinople XII siècle fait grand coup en mettant de son côté le souverain de la Rous, à l'époque l'Etat le plus puissant du continent. Sur les restes de la Rous se bâtit le modèle impérial. Question héritage de Moscou

)B

L'occident

C'est le chaos, une période terrible, on essaie de survivre, la société et l'Etat ont disparu en 476. Creuset dans lequel se mêlent diverses influences.

.1 L'effondrement politique
Empire en morceau. Peuple et tribus se taillent royaumes se composant et se recomposant, territoires mal définis intégrant du romain, du barbare, du chrétien. Il se passe des choses différente selon les régions, d'où histoires et pays différents. Le pouvoir passe à une aristocratie de guerriers, fondement puissance militaire de la possession de la terre, paysans les nourrissent et leur procurent impôts. Aristocratie terrienne, rurale. Vassalité se met en place dès VIII siècle. Force brute militaire et paysans travaille, il a besoin de se protéger du guerrier voisin. Système pyramidal. Seigneur règne sur région aidé de sbires, exploite paysans en échange protection. Menace de forces plus importantes contre laquelle on s'associe, au besoin on sert un suzerain. On lui verse de l'argent, on lui doit service. Enchaînement de grandes associations de vassaux en suzerains. → Système de sécurité fondé sur hiérarchie. Il repose sur contrat de fidélité privé et oral, dans lequel on s'assujettit librement, obligations réciproques. ≠ droit romain écrit. Eglise dit qu'on pourrait écrire tout ça sous regard Jésus. Crainte de Dieu, donc organisation devient basée sur jugement devant Dieu. Les Etats se reconstituent ainsi. L'Europe est organisée en châtellenies.

.2 L'Eglise sans tutelle
Pape dirige évêques qui font remonter sous. Structure reste calquée sur celle de l'Empire romain. Organisation de l'Eglise va être amenée à assumer de nouvelles fonctions. Clercs savent lire écrire compter, ils vont avoir monopole absolu de l'écriture, du savoir, de l'Histoire. L'Eglise se retrouve en charge de fonctions étatiques, telles que l'Etat civil pour prouver héritages. Société agricole même frustre a besoin de contrats, Eglise devient gestionnaire des affaires rurales, avec force morale pour faire respecter contrats. Source d'enrichissement, actes payés. Eglise va essayer de civiliser rois barbares. D'abord on les entoure de clercs, qui convertissent la femme, le roi se convertit ensuite puis tout le peuple. Eglise comme unique source d'élite pour ces rois. Pouvoir politique n'envisage pas de devenir pape, deux pouvoirs bien distincts. XI siècle devenus structures puissantes.

.3 Société
D'abord profonde ruralisation, les villes s'effondrent. De V au VII les villes sont en décadence, deviennent carrières de pierres. Elle se rétractent à d'infimes noyaux. Clermont 110 ha au IIIe, 3 ha an l'an mille. Rome perd 90% de sa population, Arles se réduit aux arène. Villes épiscopales survivent, états majors autour évêques: clercs, écoles, du service public, quelques artisans. Objets précieux conservés, besoin de sécurité, donc petite forces armées et murailles. Ces villes deviennent des lieux de sécurité, où on peut organiser des marchés, des échanges, des transactions sans peur des brigands multiples. Elles sont encore de petite taille, petits centres difficilement prenables, personne n'a capacité militaire suffisante. VI siècle professionnels de la guerre = chevaliers urbains dans entourage de l'évêque. A partir IX, nouvelles invasions, Sarrasins par Sud, Normands par rivières, qui pillent. Petits groupes d'hommes, les bourgs fortifiés résistent. Tout l'Ouest se l'Europe se fortifie, soit dans villes, soit dans campagnes par seigneurs. Des bourgs urbains se forment autour de châteaux forts. Dans ces villes, les gens sont obligés de s'organiser, d'assurer sécurité contre brigands, feu, trouver eau, groupes de citoyens jurant fidélité et se pliant aux règles édictées par des groupes autorégulés, ce qui stupéfie les visiteurs Arabes venus de villes magnifiques mais sans pouvoir. En 1007, terme de bourgeois apparaît. Gens des bourgs qui s'auto-administrent, il y a un espace de liberté qui s'est ouvert. C'est l'embryon des sociétés occidentales.

Mise en place des partitions fondamentales
Europe assez différenciée entre centrale et orientale. Systèmes se cherchent, se mettent en place vers 1500. Religions au centre soubresauts et combats.

/I Europe centrale et orientale:
Pas que dynamique religieuse, autres dynamiques.

)A

Affrontement de dynamiques:
.1 Un terrain d'expansion
-a Religion

Tout ce qui est Est Allemagne et Italie, champ de combat de missionnaires. A l'œuvre, les envoyés de Rome et Constantinople, les deux rivalisant pour christianiser selon schéma épouse du roi – roi – peuple. Princes dits barbares comprennent qu'ils sont l'enjeu d'une rivalité, dans l'immédiat ils prêtent oreille aux missionnaires parce que ils sont en recherche d'une structure leur permettant d'affirmer leur pouvoir sur un territoire jusque là mal défini, besoin de clercs pour administrer leur domaine. Choix se fait par armes, plus on est près Rome, plus il faut choisir Rome sinon problèmes du type croisade ou expédition militaire (on regorge de chevaliers). Pareil pour Constantinople. Allemands sont bras armé de Rome, convertissent Pologne, Hongrie... Xe, la Rous. Un seul loin Etat de tout le monde, besoin religion structurante, envoie des audits pour choisir entre les trois religions. Ceux de l'Ouest ne paraissent pas au point (X encore guerre, art pas top, vassalité mal perçue). Seul peuple dans histoire s'étant converti au judaïsme, les Khazars, mais ils se sont fait exterminé, donc ce serait dangereux. Les musulmans ne boivent pas d'alcool, out. Envoyés de l'Orient reviennent éblouis, « paradis », « de l'or partout ». Rous choisit donc celle là librement. Principal est de disposer de cette structure administrative. Ce faisant, conséquences incalculables sur l'Histoire. Rome: ils auraient choisi un système laissant à l'individu et aux villes des libertés considérables. Constantinople: on est dans empire, noblesse et clergé soumis au pouvoir, villes sans autonomie. → décident d'un choix de l'organisation de l'espace subsistant jusqu'au XIX-XX. → fracture sur le continent. Explique empressement de la Commission européenne de faire rentrer Bulgarie et Roumanie pourtant non prêtes pour retrouver fracture initiale.

-b

Tatars

Grand boulevard de l'Eurasie part de la Chine jusqu'à l'Allemagne, prairies géniales pour cavaleries, ramènent pas mal de guerriers. Derniers venus sont Hongrois au Xe, depuis l'Asie centrale. Pour les Rous, les peuples se succèdent, mais ils n'atteignent plus l'Ouest contrairement à ce qui s'était passé jusqu'au VIIIe. Rien n'arrête vraiment les cavaliers jusqu'au Danube. Oural franchissable par cols, fleuves gelés en hiver, nus en été. Après divers invasions, les Mongols, ou Tatars, arrivent en Rous en 1240, ils ravagent complètement les villes. Ils font collines de crânes pour se repérer. Ils continuent vers l'Ouest, affrontent troupes polonais et germaniques qu'ils broient, lorsque courrier annonçant mort de leur

roi. Repartent par le Sud (anéantit tout), ne reviendront qu'en Russie. → l'Europe aurait pu avoir visage et évolution complètement différents.

-c

Drang nach Osten

Paysans germaniques s'installent dans terres riches, colonisation spontanée. Ils manipulent charrue lourde et assolement triennal. Cette maîtrise de la technologie les fait demander par les princes, ils se répandent. Les évêques des grandes villes allemandes poussent à christianisation, conversion en profondeur des peuples polonais, hongrois, tchèques. Noblesse germanique prolifique, aristocratie cherche toujours fiefs ou croisades. Besoin de mineurs, pour cuivre notamment. Ceux qui possèdent ces compétences sont Saxons. Villages entiers déplacés, survivent en communautés fermées en Roumanie par exemple. → entre Xe et XIIIe siècles, un demi million d'allemands s'installent vers l'Est, amènent avec eux droit allemand. Villes libres allemands en terrain orthodoxe. D'où 1939 de grosses communauté allemandes partout en Europe Est et justifient pangermanisme. Estonie et Lettonie ont eu une société originale jusqu'en 1939: une population locale indigène, fortement christianisés, soumis à réforme protestante, le tout dirigé exclusivement par des nobles allemands servis par serfs indigènes. Barons germano-baltes (fin en 1920 puis 1945). Villes presque complètement peuplées de Juifs et d'Allemands, comptoirs de la ligue hanséatique ou Hanse. Exemple curieux.

.2 Le choix de Rome
* Pologne Grand pilier de l'Eglise catholique à l'Est est Pologne, peuplée. Ce choix de Rome aurait dû donner villes libres, mais il y avait déjà embryon Etat polonais avec noblesse très nombreuse, peu de paysans, donc pauvre. Finalement aristocratie ne se distingue des paysans que par privilèges. D'où obstination de la noblesse polonaise de les conserver, ne veut pas d'une bourgeoisie, de corporations pour empêcher que Polonais deviennent plus puissants qu'eux. Le commerce est réservé aux Juifs pour même raison. * Bohême Exemple abouti, modèle occidental presque parfait. * Hongrie déjà noblesse nombreuse, d'où blocages bourgeoisie et industries pour préservations. *Slovaquie et Croatie modèle de l'Ouest mas plus éloigné encore. Cet espace est champ d'expansion des constructions monarchiques parfois immenses, mais qui s'écroulent. Pour créer constructions étatiques, il faut en passer par ces noblesses nombreuses et sourcilleuses, monarchies doivent faire concessions. Pologne roi élu par assemblée des nobles. Amasser collection maximale de territoire, d'où empires fragiles et hétéroclites. => en 150 entre l'an mil et l'an 1200 l'Europe centrale devient périphérie du modèle occidental.

.3 Le choix de Constantinople
Roumanie, Bulgarie, Serbie Villes sont juste des points d'application du pouvoir, des relais, la bourgeoisie n'existe pas. Pas de structuration espace, roi puissant, noblesse asservie. Or arrivent les Ottomans au XIIIe qui conquièrent toute l'aire orthodoxe. 1389 grande victoire, serbes et croates battus lors bataille Kosovo. Pas de conversion du moment que gens paient impôts, pas de changement de la société sauf aristocratie ottomane. Fusion importante religieux et politique, tout le pouvoir appartient au souverain, villes n'ont pas contrôle rente. Mais il ne se passe rien de nouveau pour les paysans. Ottomans n'imposent pas du tout leur religion.

Partie Serbes et Croates se convertissent dans villes à Islam au XVIII. Besoin dans ces régions de pouvoir fort, sinon écroulement.

)B

Le nouveau modèle impérial
.1 La Rous de Kiev

Le modèle de la Rous est-il vraiment européen ?

Magie, légende et Histoire se mêlent. En 862 pour la première fois un Etat structuré apparaît là bas, dynastie installée, on en entend parler. Un certain Rurik créé son Etat. Mélange de tribus slaves et vikkings, différents des Vikkings de chez nous, pillards. Vikkings y sont commerçants. Aussi appelés Varegs, ouvrent routes commerciales sur les fleuves russes. Personne ne sait d'où vient « Rous », ni de quelle origine est Rourik. Déplacement de la capitale à Kiev, moins froide et surtout plus proche de Constantinople, « une ville en or » ou « ville de l'empereur, de César ». Ils disent « Tsar » donc c'est « Tsargrad ». Il faut christianiser ces peuples perçus comme dangereux. Vladimir, 3e fils Rourik, décide en 988 de christianiser son Etat. L'empereur lui donne illico sa fille en mariage. Rous est alors le plus grand Etat d'Europe, plusieurs millions habitants, soit pour l'époque une force militaire considérable. 5 souverains, Iaroslav 1019-1054 est le plus puissant souverain. 3 fils + princesses allemandes, fille empereur et XX) 3 filles demandées de l'Europe entière (Hongrie, Norvège, et France ! Honneur pour le capetien Henri Ier). Faiblesse: grand boulevard de l'Eurasie. Etat dans forêt, Kiev à son orée. Sur difficile à tenir. Route du Nièpre est cordon ombilical reliant à la source de la civilisation, Constantinople, mais cette route de 1500 km est régulièrement coupée par invasions. → Le modèle se transpose difficilement, puisque le flux de techniciens et lettrés est souvent coupé. Du coup espace fonctionne en vase clos, schéma radicalisé pour l'implanter dans population. Orthodoxie n'invente pas de purgatoire (≠ Occident, pour tenir les gens). On considère à partir des mêmes textes religieux que l'homme est mauvais, que ce n'est même pas la peine de tenter de se rattraper. Peines et châtiments doivent être acceptés, sans se plaindre, c'est encore peu par rapport à ce que l'on mériterait comme punition. Seul espoir de rédemption est acceptation, l'homme reste de toute façon pécheur. Politiquement, ça donne qqch de puissant, notamment dans l'orthodoxie russe. Moines russes se retirent de toute vie terrestre, contrairement au monachisme occidental qui apportera beaucoup à civilisation. Les chefs de la Rous ont le titre de Grand Prince. 1223 première invasion mongole, 1240 deuxième passage. Russes disent qui si pas de résistance russe, occident aurait péri. Mongols de la Chine à la Volga, puis se scindent. Partie près Volga dirigée par Khan, chef des mongols. C'est le despote absolu, aucune possibilité de recours. Ils se convertissent à l'Islam, mais comme ottomans se foutent de la foi du moment que impôt, prélèvent un tribut effrayent, sous traitance à des princes russes pour cette tâche de perception. 1240 Khan sur Volga. Avait ravagé Rous sauf Novgorod, sauvée par marais. Tatars savent que c'est la ville la plus riche, veulent l'attaquer. On se prépare à l'attaque Tatare à Novgorod. 1239 le pape avait lancé croisade contre Novgorod, profitant de l'anéantissement de la Rous Kiev. Teutons sommés de récupérer terres des hérétiques, d'installer diocèse et d'y poser leurs pénates. = deux menaces, coincés entre Tatares et Teutoniques.

Alexandre Nievsky est un prince célèbre, a combattu Vareghs (Suédois reprenant habitudes de leurs aïeux de remonter les rivières et piller le nord de la Rous). Il prend décision. Il faut choisir entre les deux ennemis. Paiement tribut à Tatares qui ne convertissent pas, ne menacent pas civilisation si impôt. En revanche, il faut détruire hérétiques menaçants destructeurs et imposant leur vision. 1242 cavalerie teutonique lourde sur la glace du lac Baïkou. Alexandre prend tête Novgorod, doit aller s'incliner devant Khan (allongé devant lui). Implorer pardon, sacrifice pas grave puisque orthodoxe. Khan Berké devient son ami, décide de rompre avec Asie et Pékin. Ils jettent base de l'eurasisme, une théorie encore en vogue actuellement. Ennemi reste Rome. (cf Union européenne, OTAN // Hans , chevaliers teutoniques danger pour russes vient toujours de Rome). → 1300 plus un seul territoire orthodoxe libre, Dieu aurait tranché, on se soumet. Idée russe renaît, à Moscou.

.2 Moscou relève l'héritage de Kiev
Joug tatare terrible, ils interdisent toute construction en pierre. Pour première fois dans Histoire, 1147 on entend parler de Moscou, une résidence princière pour banquets dans petites forteresse en bois, un kreml. Devient petite ville maintes fois brûlées par Mongols. Ivan Ier 1328-1341, nom à connaître. Cet Ivan est fondateur de l'Etat russe. Comme son ancêtre saint Alexandre Nievsky, il devient l'ami du Khan et veut le convaincre qu'il est le meilleur percepteur d'impôt, il prend son pourcentage en terres et en sujets. Il constitue force de plus en plus importante. Khan lui donne le titre de grand prince, ses héritiers le seront aussi. Le chef politique de la Moscovie sera toujours prince de Moscou, devient centre politique. Deuxième astuce: paix en pointillé par Mongols, insécurité présente, notamment pour Eglises. Chef de l'Eglise orthodoxe jusque là errant, invité à Moscou par Ivan. Le chef réside à Moscou, elle devient capitale religieuse de la Russie. Petit fils d'Ivan, Dimitri. Grand prince, à partir de lui, Moscou s'attaque aux Mongols et réussit même à les battre. Mais troupes russes sont parties derrière l'icône de la Vierge. Moscou devient renouveau de la Russie. Reconstituer Kiev, rêve. 1439 Concile à Florence parce que Constantinople encerclée. Empereur de Constantinople obligé de venir demander aide du Pape. Les représentants orthodoxes dont celui de Moscou signent la suprématie du Pape de Rome sur l'Eglise en échange de la promesse d'une armée contre les Turcs (armés de canons lourds, ce qui leur a permis de faire tomber ses murs). => Un seul chef à l'Eglise chrétienne, le Pape. Rentre à Moscou avec cette nouvelle. Grand prince russe refuse cela, décide de nommer autre chef : politique nomme le métropolite. Rome devait envoyer armée, mais que dalle. 1453 Constantinople tombe. Selon les clercs russes, c'est la trahison de Florence qui a poussé Dieu à permettre cela, châtiment divin. Conséquence: plus qu'un seul métropolite libre dans monde, celui de Moscou. Conclusion que Dieu a choisi Moscou comme sa capitale. Ivan III veuf vers 1470, reçoit une épouse de Rome, la très belle Zoé Paléologue, une princesse de Constantinople, nièce du dernier empereur mort sur les murs de Constantinople. Prince exige en plus médecins architectes producteurs de poudre à canon. En échange, il doit reconnaître Pape et accepter armée pour reconquérir Constantinople. Zéro reconnaissance papale, pas d'armée. Reprend pour emblème l'aigle bicéphale de Constantinople, a boule d'or surmonté croix, cérémonial modifié selon règles impériales. Ivan ne se proclame pas empereur, mais Eglise pour ses successeurs veut les convaincre de se proclamer César, ou Tsar, empereur de la nouvelle Constantinople, Moscou.

.3 La troisième Rome
1547 le petit fils d'Ivan III, Ivan IV se proclame tsar et seul héritier sur Terre de l'empire romain d'Orient. Première Rome tombée sous hérésie, 2e sous coup trahison, il n'y aura pas de quatrième même si on pensait que fin du monde imminente. → Tsar lieutenant de Dieu sur Terre, Moscou capitale de la civilisation. A partir de là, politique messianique de la Moscovie. Ivan IV le Terrible, très lettré. Met en place idée de la « Sainte Russie », Russie identifié à la Vierge, à la mère qui a sauvé Russie en 1380. Le tsar est lui le père, il tient son pouvoir de Dieu. Il est celui qui châtie, donc médiateur, chance d'être châtié parce que accès to paradise. S'opposer au tsar c'est s'opposer à Dieu. Appeler jugement du tsar est jugement de Dieu. Obligé d'imposer la souffrance parce que Dieu lui a confié gestion de la terre chrétienne sur Terre, mais il est bon, sinon. Particularité de l'orthodoxie, représentation non pas de Dieu mais du Christ, son incarnation. S'il a yeux doux, c'est fils Jésus, si yeux durs, c'est l'incarnation du père, celui qui châtie sans pitié. Ivan IV est le Christ, doux et juge à la fois. Le pouvoir est sacré, il a un sens religieux. Tout pouvoir émane de Dieu, l'orthodoxe doit respecter pouvoir. Si quelqu'un de mauvais est au pouvoir, c'est que Dieu l'a permis. ( cf allégeance de Russes blancs à Staline). Pas question de Constitution, sainte Russie appartient au souverain, pas de propriété de la terre. Pas musée d'Etat ni université d'Etat mais du souverain. Il possède tout. Notion patrimoniale du pouvoir achevée au XVI quand en occident on pense déjà à propriété. Ivan achève le pouvoir tatare. Le tsar de Russie se prétend héritier du César de Constantinople, mais certains politistes russes actuels disent qu'il est héritier du Khan. Mongols contrôlent Russie de 1242 à 1552. La monarchie russe a duré 675 ans dont 310 sous contrôle mongol. Contrat écrit n'existe pas jusqu'en 1989 en Russie, tout passe par oral, pas dans mentalités russes. Khan avait pouvoir sans limite, oral, pareil pour tsar. Au moment où tout se joue en Occident autour écrit, restent selon modèle de la steppe. Effroi des européens devant violences et cruauté du tsar. 30 000 personnes dans un lac glacé en 3 jours. En Europe, pas vu comme européen mais despotisme asiatique. Ces choses médiévales à l'origine de problèmes et de solutions aujourd'hui ?

)C

Les marges incertaines entre la Russie et l'Ouest

Rous abattue par les Tatares. Rois de Hongrie proposaient leurs services moyennant reconnaissance pape et conversion des peuples. En Galicie près de Cracovie, guerre civile. 1387 elle passe sous contrôle polonais Objectif pape est aristocratie catholique, qui se polonise mais parle toujours l'ancien Rous. Autre morceau est Volhynie qui affronte pays différent, principale menace est Mongole. Point de départ compression en Lituanie, les Teutons qui rebroussent chemin pour convertir ces païens s'embourbent encore et provoquent même unification des peuples lituaniens au début XIV. Naissance énorme Etat russo lituanien, symbiose entre Lituaniens païens et quelques peuples russes orthodoxes, fusion contre ennemis communs, Mongols et Teutons. Noblesse lituanienne subjuguée par culture ancienne Kiev, pour russes ces lituaniens ne sont pas étrangers. Langue « rus » ancêtre biélorusse. On appelle cela l'Etat russo-lituanien, se pose comme successeur de la Rous de Kiev, ceux de Moscou sont barbares. XIV menace tatare très précise. Le grand prince (comme l'autre grand prince, se réclame aussi héritage) Jagellon, sans femme ni sécurité face aux Tatares et Teutonique = on cherche fille dont père a puissante armée. Donc se tourne vers Moscou qui en 1387 a battu les Tatares, et qui sait que

c'était pur miracle. De l'autre côté le roi de Pologne vieux a une seule fille. Début union polonolituanienne. A l 'issue de l'union personnelle les deux Etats doivent se fondre. Jagellon se convertit au catholicisme, convertit aristocratie aidé par envois de Rome et clergé polonais. Eléments séduisants: culture polonaise attirante, noblesse polonaise a privilèges (élection roi) donc noblesse rous se polonaise. A l'Est, on tien à orthodoxie, on se rallie à Moscou. 1569 fusion. Etat lituanien disparaît, naît énorme monstre polonais. [ Union européenne permet retrouver Est, on se venge de la Russie ]

/II Originalité de l'Ouest
)A Dynamique spatialisée
Dynamique cantonnée sur une part du continent. Immenses forêts, terrains peu peuplés. A partir an mil, plus aucune invasion, et la croissance démographie s'amplifie. Grâce à population on défriche, on voit marais se réduire, expansion économique. Il semblerait que 2e soit renouveau du commerce. Les villes italiennes nettoient la Méditerranée, le commerce avec Arabes reprend avec moins de pirates. XI renouveau du commerce Entre un pôle Italie (Aalfie, Gênes, Venise) et un pôle mer du Nord (Bruges). Pôles complémentaires économiquement, chacun touche des pays différents. Entre les 2 il faut un lien, or barrière des Alpes infranchissable. On passe par Sud et on remonte, lieu de rencontre sont les foires de Champagne. Nobles de Champagne ont idée que pour commerce s'établisse il faut sécurité, donc derrière murailles de quatre villes on organise un commerce sécurisé + exemption de taxes, contrôlent légalité transactions + police... 6 foires de 2 mois, 1er moins on échange, 2e mois on fait le change. Banquiers multiples, surtout italiens. Ils mettent au point une innovation, la lettre de change, comptoirs délivrent monnaies. Permet de ne pas se balader dans forêts peu sûres avec monnaies. Paris et rois de France en profitent, cf construction Notre-Dame, Sorbonne 2e université d'Europe. Proximité de Champagne leur donne idée: Philippe le Hardi puis Philippe Le Bel mettent main sur foires, taxent immédiatement, ce qui entraîne tarissement des foires. Phénomène aidé par princes près Alpes, ouverture route nord Sud par passage sur ravin du Saint Gotard, 5 princes helvétiques se réunissent pour protéger le commerce des attaques des brigands. Puis ouverture route maritime commerciales Gênes – Bruges. = 2e essor du commerce. Le troisième essor du commerce: le moulin. Avait commencé avant 1er essor, mais peu à peu toutes opérations industrielles sont facilitées par eau ou vent = utilisation systématique de l'énergie artificielle. Maîtrise du papier en 1000 ans en Chine, en 300 par les musulmans qui nous l'apportent, nous en trente ans, on y arrive si vite grâce à la mécanisation à maîtriser ce papier. Puis lunettes, aussi XIII, permet de développer l'orfèvrerie et l'horlogerie, les artisans devenaient aveugles et peuvent être plus précis. On maîtrisait temps grâce à clepsydre, mais gel eau en hiver et besoin de soleil pour cadran. Naissance horlogerie on ne sait où. Déclenche « première guerre ». Les villes vont pouvoir réguler vie de façon laïque, ouvrir et fermer marché / travail, décider couvre feu... alors que jusque là Dieu maître du temps, d'où lutte contre horloges qui est une oeuvre du diable. Temps à possession de chacun est hérésie. L'imprimerie a été inventée en Chine au IX, apportée par Arabes, elle se répand en 5 ans 145257 parce que ø unité politique qui en freinerait le développement, atomisation en principautés entraîne expansion. Empereur chinois bloque tout, tarissement intellectuel. Arabe pouvoir politique contrôle tout et interdit aux musulmans de lire autre chose que Coran. Pour Rome autre invention diabolique, on va pouvoir voir ce qu'il y a écrit dans Bible voire va pouvoir diffuser autre chose, dessiner.

Invention train d'artillerie mobile 1498 = mort du médiéval et des fortifications. => mobilité ET puissance de tir Entre XII et XV Eglise en période terrible face à inventions. Cette période est clé, mais non connue par Russie, alors que inventions se répandent à toute vitesse, intérêts particuliers y voient argent. Navire chinois étaient géniaux, navigateurs chinois ont plusieurs siècles d'avance, mais empereur de Chine face à menace steppe veut concentrer forces terrestres, interdit bateaux et navigations en mer, emprisonnent ceux qui savent. ≠ aucune force politique pour contrôle en Europe. Plaine du Pô, Venise, Bruges s'enrichissent et mènent le jeu. En 1301 Philippe le Bel visite Bruges, richesse générée par bourgeoisie excède celle des rois de l'époque.

)B

Affirmation du modèle urbain

Xe surplus agricoles XI expansion ville, économie agraire acquiert nouveau rayon d'action. Marchés permettent enrichissement, endroits où faire transactions en toute sécurité. Stabilité poids et mesures. Corporations XI notamment d'artisans qui se mettent à organiser règles de la corporation pour lutter contre concurrence: heures de travail, normes pour objets. L'artisanat se développe dans villes. Très rapidement les commerçants veulent se soustraire à appétit du clergé et des seigneurs, veulent assurer eux mêmes leur sécurité et leur pérennité. Fin XI début XII villes obtiennent chartes. 1066 première charte ville d'Huy dans la Meuse. Villes franchisées menées par conseils élus ou échevins, deviennent de petites Républiques. L'habitant bourgeois vit dans bourg, derrière murailles, donc villes poussent en hauteur. Villes multiplient symboles de leur autonomie: bannières, sceaux, armoires à archives (pour contrats), hôtel de ville qui se couvre horloge XIII et organise activités, grande place. → nouvel ordre sociétal exclusif à l'Ouest sauf villes allemandes. Impôts, justice, « ni rois ni princes, seulement juges qui désignent eux mêmes » auto administrent. On prête serment à la ville parfois tous les ans. Obligation de résidence, de défense (milice), contribution financière = communauté de droits et de devoirs unis par serments. ≠ villes de sujets du souverains en Rous et Arabes. Elections généralisées, même si pas selon modèles actuels de probité. Une personne est investie, débats, décisions. Déploient des chancelleries, services administratifs qui gèrent la ville. Armoire consigne tout, très mal vu par évêques pour qui mémoire est Dieu cf Cluny pas avant XVe. Professions juridiques prennent importance considérable. 1288 Milan 60.000 habitants dont 15.000 avocats, notaires, professions liées au droit. Fonction religieuse des villes, églises continue d'exercer pouvoir par éducation même si quelques écoles se développent. Rome se rend compte de ce mouvement, papes prennent mesures. Pape décide en 1079 de créer universités, dites écoles. 1088 première université à Bologne. Développement de ces écoles aussi argument économique.

)C

Mutation du contrôle politique
.1 Le projet impérial

Il s'efface. Idée de reconstituer empire romain d'occident. Bien un saint empire, mais morcelé. XVI disparition avant renaissance Autriche Hongrie. 2e version d'empereur, version théocratique. Rome tente de le redonner au Pape puisque pas pouvoir politique, quadrille tout territoire, latin comme langue communication, légitime Pape empereur. Beaucoup théologiens de l'époque hostile à cette idée, doit rester augustinien.

1324 texte contre pape, utilisation mot « société civile » c'est bien ce qui se met en place.

.2 Le système féodal
Suzerains et vassaux en cascade principe de châtellenie comme cellule de base, autour château fort. Deal nourriture seigneurs par paysans protégés en retour, pérennisation grâce à ø invasion. Système s'étend, agrégation de châtellenies. Sur elles, établissement monarchies

.3 Monarchies
Construction Rois à la tête d'un système hiérarchique, veulent royautés formelles. Opposition des nobles. Grignote terrain par biais des villes. Donne franchise face à nobles locaux récalcitrants moyennant impôt. Nobles à court d'argent, roi leur attribuent fonction dans administration et commandement contre allégeance éternelle. Pas beaucoup de chance, roi anglais ne développe pas franchises et noblesse récalcitrante. 1215 imposition de la grande Charte au roi avec notamment garantie des personnes. Modèle capétien: les rois facilités par villes, en leur expliquant que pas efficaces, donc envoi de baillis dans les « bonnes villes », appui sur elles contre nobles. Coup de pouce par guerre 100 ans. Guerre coûte cher, finances royales épuisées or pas d'impôt dans féodalité. Imposition de la taille, impôt annuel pour la guerre, on ne peut refuser. Noblesse paie de son sang, clergé de ses prières pour victoire. Taille élevée pour entretenir armée permanente pour réagir plus vite, seul suzerain des suzerains a hommes disponibles a tout moment. Même chose en Angleterre → des royautés s'installent. Mais peu de contenu national. Mouvement engagé, des Cours s'installent, établissement dans capitale permanente. Langues sont inflexions, patois, comme en Espagne ou Italie, langue de la région de la capitale s'impose. Patois difficiles à déraciner, quelques siècles à se mettre en place, mais élites et actes officiels en langue. 1547 françois langue officielle des textes. Ce modèle entre en crise.

.4 Crise
XIV famines terribles, 35% de tués par peste noire, voire 50% en 3 ans 1347-50 Guerres aussi, famines … Pas pareilles partout. On cherche inconsciemment modèle spatial. • Europe des villes est un des modèles, par fédération des villes. C'est le modèle hanséatique. [1990 1995 retour de ce modèle ]. 1267 ligue hanséatique par Lübeck pour régler problème. Hanse = villes commerciales entre Baltique et mer du Nord or roi Danemark veut contrer passage. Milices urbaines prennent Copenhague et forcent roi à signer traité autorisant passage bateaux dans détroits. Langue officielle est bas-allemand. Mettent au point organisation: tous les 18 mois, une diète se réunit et prend décisions qui s'imposent à tous, uniquement sur commerce. Ø sceau ni loi, mais régulation activité économique, de Bergen à Bruges, de Londres à Novgorod. Fluctuation du nombre de villes, entre 70 et 110 . Délégations diètes attaquées, mauvais coups entre villes. Pas modèle de gestion politique. • Les constructions monarchiques succèdent à féodalité, mais châteaux résistent farouchement. • Des territoires résistent à l'extension monarchique: le morcellement féodal subsiste et se poursuit. Villes libres, petits comtés, évêchés et petits royaumes cf Bohême. Début XVIII 350 entités politiques en Allemagne, pareil pour Italie en dizaine de principautés

Etats, villes. Suisse reste confédération de régions distinctes. Dans ces régions, pas d'Etats avant XIX. Villes ont richesse telle qu'elles contrecarrent les projets politiques. ROKKAN anglo saxon connu. Divise territoire européen: Sea based territories | city based trade corridor | land based empires. Au moment où servage disparaît à l'ouest, il apparaît à l'Est until XIX. Ce qui se met en place en Europe Ouest est originale, SZUCS parle de « l'Europe de petits cercles de liberté » Eglise forte mais indépendante du séculier, incapable de prendre le contrôle. Pouvoir guerrier, mais noblesse pas soumise, peut reprendre son serment. Même dans Etats où royauté instaurée, privilèges y compris France until Louis XII. Chacun trop faible pour récupérer l'autre. Villes centres de la richesse, petites République urbaines ou les gens s'auto administrent, échevins ont pouvoir régaliens: monnaie, armée... Roi a intérêt à récupérer impôts, mais pas assez fort pour briser murailles. Liberté s'administre à différents échelons. « société du mouvement » pouvoir politique ou religieux n'ont pas force de le contrôler, les gens se déplacent avec langue commune du latin, les inventions se répandent, l'information circule cf diffusion charte, il y a lien très fort entre technique et évolution de la société, autoentretenu. Etrier et poudre à canon venus de Chine. Là bas ø effet politique mais en Europe il a permis au modèle médiéval de se développer, noblesse sert outil militaire. Poudre feu artifice chinois, canons européens eux détruisent murailles. Perte de l'empire a été bienfait, sinon jamais tout cela. Invasion positives, chute empire romain cool. Cf non mise en place en orient où empires sont subsistants. Fracture séculier religieux fondamentale, ni en islam ni chrétienté orientale, dans interstice se faufile ville et bourgeoise, à l'Est l'aristocratie l'en empêche. Ouest mouvement vs Est immobilisme (historien hongrois XIX ….) On passe fin Moyen-âge de « christianitas » à « Europe ».

Conclusion : de « christinitas » à « Europe »
On désignait espace de l'ouest par ce vocable. Systèmes peu territorialisés. Limites floues et mouvantes des duchés, royaumes, Etat. Allégeances complexes et multiples. Peu de propriété privée, agriculture collective. Associait la chrétienté à cet ensemble. Elle constituait super structure générale pour tout le monde. Langue commune, circulation, religion donne symboles communs: éducation, charte, architecture, culture. Chrétienté globale et quotidienne. Universalité chrétienne coexiste avec morcellement politique extrême, très original. Autre part soit ordre ou chaos, pas de mixage avec organisation religieuse précise. Jusqu'au XV no problème. On commence à cartographier depuis XII. Besoin limites, nécessité de frontières précises. Problème de l'appellation des territoires. « christianitas » à côté Asie Afrique. Europe apparaît par magie. Rajout Amérique bientôt, fallait vraiment trouver. Menace du turc. Sultan de Constantinople étend son pouvoir, puissante armée 100.000 hommes. Empire ottoman projet conquérir Europe. Groupe occidental mené par Ottman voulait extension. Si chrétienté pas unie, pas Résistance face au turc. 1453 Constantinople tombe, extension progressive. 1525 Hongrie occupée, 1620 siège devant Vienne, réalité dangereuse. A l'origine du projet d'une première union européenne. Puis ø unité chrétienne, la chrétienté scinde en deux. « Europe » est un concept laïc mas il se répand. 1306 premier projet unité européenne, Pierre Dubois création République chrétien avec concile des nations contre turc. Peu écouté, menace turque est alors trop vague. 1453, moins vague. Quelque chose plus élaboré « projet d'alliance » pour résister au Turc, Georges Podiebrad, roi de Bohême conscient du problème. Projet vendu par marchand depuis Antoine Marigny, imprimeur à Grenoble. Assemblée permanente à majorité simple pour remplacer Etats européens. Cour justice, budget et armée communs. Siège à Bâle pour 5 ans, puis tournera au sein Etat-membre. Pape exclu. D'où excommunication du projet. Louis XI plus préoccupé par Jacques le téméraire. Sully comme VGE rédige constitution européenne ou « grand dessein ». Problème de finir Europe à Est. Veut tenir Russie en dehors. Ivan IV, souverain russe commence à faire peur, Pologne comme limite orientale. Inclut tous les Etats. Rédige Constitution, chaque Etat fournit argent et contingent, dépasse militaire pour politique avec conseil général (de l'Europe) avec des représentant pour chaque pays en fonction de sa population; décision pour vie politique global. Objectif défense contre turc. Quelle capitale ? Strasbourg Luxembourg Bâle Cologne Nancy, aussi tournante dans ce secteur. Europe se définit contre l'autre, le turc et le knes (refus appellation « tsar »), parce que dans l'esprit des contemporains, Russie ≠ Europe. 1506 Russie: en plus d'être un pays froid, les gens y sont bestiaux, rapporte diplomate français à Moscou 2004 rapport Povnian limites Europe depuis VIII Russie n'a plus participé à union foi, soustraite à la Renaissance, aux Lumières. Contre Ottomans, donc ni Russie ni Turquie dedans.

Affirmation de l'Europe
« Histoire remplace la transcendance » Avant Renaissance, âge d'or était paradis antique perdu. Après Humanisme, idées de culture de civilisation, âge d'or devient à construire, on conçoit des projets pour un monde meilleur. = Idéologie du progrès. Dissociation claire entre société et religion à l'Ouest ≠ Russie. L'Ouest libère les énergies individuelles en 300 ans pendant que la Russie reste ancrée dans l'âge holiste.

/I A l'Ouest: Etat moderne s'affirme
Fin âge moderne, la carte est semée d'Etats.

)A

Villes et économies mondes

Modèle le plus abouti est Venise. D'une ville marchande, elle a couvert la première zone industrielle d'Europe, a constitué une flotte et des comptoirs maritimes, vraie République jusqu'en 1793-4 (Napoléon). Venise affaiblie et méditerranéo-centrée, alors que développement commerce Atlantique croissant. Elle fut supplantée par Anvers qui devint plaque tournante financière et économique mondiale vers 1500 1570. Portugais ont réussi à contourner Afrique. 1504 route du poivre est coupée, Venise y perd. Portugal petit pays, grandes ambitions. Pas capacité industrielle pour soutenir effort, a besoin bois, voile, céréales, produits manufacturés, goudron... Anvers les fournit et portugais reviennent et remboursent par métal: Anvers prête. Gênes réussit entre 1560 et 1620 du fait de ses relations avec les rois d'Espagne forts pourvus en or. Enfin Amsterdam lui succède, résiste mieux aux banqueroutes des Etats. Dans Provinces Unies, 7 Etats qui se chamaillent mais s'unissent pour la pêche et inondent l'Europe de harengs fumés, protéine conservable pratique. Elles développent une flotte et au milieu du XVII la seule flotte des PU est équivalente à toutes les autres de l'Europe réunies. Assurent crédit automatique, indispensable quand communications lentes. Déjà insertion dans Etat. Londres, plutôt le Angleterre la supplante. Reprise par un Etat. → Au XVIIe siècle, l'Etat territorial remplace ces villes

)B

Montée de l'Etat territorial
.1 Innovation stratégique.

1494 Charles VIII envahit l'Italie avec une super nouveauté: 40 pièces d'artillerie mobile (canons sur roues). Aucune ville ou aucun château fort ne peut résister. Tout le système de sécurité médiéval s'écroule. MACHIAVEL a théorisé tout ça, dorénavant il faut passer à l'Etat. Explique que cette nouveauté entraîne nouveau type d'Etat, les Etats princiers n'ont pas carrure nécessaire pour résister. Pièces d'artillerie louuurdes. Création plus pratique et petite, l'arquebuse, qui perce une cuirasse = fin chevalerie. 2 minutes pour recharger. Besoin par milliers. Nouvelle façon de faire des sièges: la « trace italienne » (Vauban n'a rien inventé), mais ça coûte cheeeeer. → guerre devient affaire ruineuse, besoin Etat et administrations organisées, besoin d'argent et de conscrits pour construire fortification et constituer les troupes.

Tout le système est à revoir. Royautés naissantes en profitent, ont surface qui leur permet d'assumer, alors que petits Etats italiens ou allemands n'ont aucune chance. Derrière Machiavel, réflexions sur Etat, son rôle & son organisation. Etat moderne, abstraction théorique indépendante du pouvoir, distincte du monarque. → A partir du XVI, pouvoir se territorialise alors que jusque là, frontières mouvantes, on sait quand commencent les pays, frontières surveillées et policées.

.2 Constructions étatiques
France et Angleterre montent. Leur situation géographique joue sur la façon dont elles se développent. Construction française continentale. Doit faire face aux dépenses de défense des frontières, il lui faut assurer des sommes considérables. Etat capétien devient modèle de construction étatique sur le continent européen. Subordination de toute la société à un projet royal. Accord entre politique et religieux, politique soumet le religieux. Mettre noblesse au pas, pas facile de la dépouiller de ses privilèges médiévaux, résistances. Domestication par la Cour, où il se passe toujours quelque chose, toujours sous l'oeil du roi comme ça. Rois capétiens se sont appuyés sur bourgeoisie des villes, leur milice, on joué noblesse vs bourgeoisie. Quelques bonnes idées comme la vénalité des offices (= fonction publique). 1500 France en avance, déjà 5000 officiers, mais en 1522 on établit la vénalité. L'office est à vendre aux enchères. Permet anoblissement, donc pas impôt, et charge transmissible = affaire intéressante. 1657 on compte 50.000 offices, soit plus que tout le reste de l'Europe réunis. Ce sont de très bonnes affaires pour les rois de France: engrange argent, plus de gens pour maîtriser pays et ramasser ainsi encore mieux les impôts = contrôle territorial très fort, permet absolutisme. Le roi a tous les pouvoirs, mais n'est pas sans limites: morale, lois naturelles, bien public. Pas tsar non plus. Etat français le plus achevé et administré d'Europe. Dans l'Etat anglais, la noblesse limite tout de suite les pouvoirs royaux. Grande Charte 1295 c'est le Parlement qui vote l'impôt et non le roi. Quand roi rend mécontent, soulèvement. 1649 on le décapite (Jacques Ier). Le nouveau roi doit prêter serment sur l'Habeas Corpus, on ne peut arrêter sans juger. En 1688, on rajoute à ce serment un autre sur la Bill of rights. Construction territoriale moins rigoureuse, parce que le territoire et la monarchie sont moins menacés de l'extérieur. Fait rapidement choix de la mer, dès XVIe siècle (Elizabeth Ier). Projet plus global, l'Angleterre a autre vision du monde: tandis que la France défend son pré carré, pour l'Angleterre l'Europe n'est qu'un élément sur son échiquier mondial. Espagne et Portugal plus petits et moins puissants. XVIIe siècle un autre Etat s'affirme. Les souverains prussiens développent un nouvel Etat territorial sur base française. Devient rival France, ils se bataillent avec Angleterre qui soutient le plus faible pour éviter trop grand déséquilibre.

.3 Géopolitique de l'équilibre
1500 plusieurs centaines de domaines territoriaux. En 1650 quelques Etats dominent l'Europe, encore morcellements allemands et italiens. Etats princiers disparaissent dans déchaînement exceptionnel sur fond de guerres de religions. XVIIe siècle est siècle de massacres. 500 armées privées se combattent les unes contre les autres, 1/3 de la population d'Europe centrale disparaît, ravages de la guerre de 30 ans. Massacres et guerres de religions provoquent traumatisme, incitent à construire système de relations internationales. Idée d'Europe dans paix et harmonie. Supplante Christianitas, avec des pays civilisés qui ont entre eux des relations civilisées. 1648 traité de Westphalie. Dernière fois que « christianitas » est utilisé, pape exclu et excommunie les signataires. Aujourd'hui encore système westphalien, ordre juridique pur produit de juristes, relations internationales selon normes fixées. Réelle naissance de la diplomatie. Ici vraie volonté d'une telle évolution, pas arrivée par hasard. Système délibérément cherché parce que on avait compris que guerres de religion sont sans fin, seule issue est extermination d'un des belligérants. Cf Richelieu qui aide des protestants des PU.

Etats constamment en guerre les uns contre les autres. Jusque Westphalie, on avait deux cas: − empires − chaos. Système westphalien régit relations entre petits Etats. Ordre à l'intérieur, chaos à l'extérieur des Etats soit entre les 2 extrêmes, entre chaos et empires.

.4 Facteurs de déséquilibre
À partir XVII, on commence à faire nette distinction entre Europe qui avance et Europe qui stagne.

-a

Protestantisme

Né en Alsace et en Suisse. Conséquences économiques cf WEBER. Obédience protestante a pour particularité de transformer travail en acte religieux, développe dons donnés par Dieu pour le glorifier. Conséquences techniques. Travail activité morale et religieuse. Légitimation du prêt à intérêts, et progression de l'idée de « démocratie parlementaire »= parole de dieu distribuée à tous, liberté de l'homme. Ils élisent leurs pasteur, révolutionnaire d'élire ses dirigeants. L'Eglise est dirigée par synode élu par la base. D'où Edit de Nantes. 1 million d'habitants qui quittent France. Mettent accent sur lecture par individu, donc protestants développent l'alphabétisation. Et quand on sait lire Bible, on peut lire autre chose. Population éduquée, y compris les femmes, enseignent la lecture aux enfants. D'où pays protestants à la base du vote ouvert aux femmes. Acteurs économiques très actifs.

-b

Capitalisme

Italie du Nord volontiers passée au protestantisme. Capitalisme se développe partout, surtout chez protestants. Processus cumulatif complexe, auto entretenu. Accumulation de connaissances et compétences techniques et scientifiques, qui débouchent sur des capacités industrielles et agricoles, sur des équipements militaires plus perfectionnés (cf perfectionnement du fusil et de l'explosif, boulet devient obus), nouvelles structures de production pour répondre à demande croissante et suivre innovation, gens mieux nourris et soignés, donc accroissement population, → augmentation des forces dans ces pays, les autres sont mis à l'écart. En 1648 l'économie a déjà basculé sur l'Atlantique, Angleterre la plus douée. Corsaires anglais se servent dans bateaux portugais et espagnols passant à proximité de l'archipel anglais du fait des vents dominants. Premier triangle Londres Cologne Paris, centre puissance européenne, périphérise le reste. XVIII Espagne quasiment exclue. Pologne a disparu. Plus on s'éloigne du centre, du triangle, plus la diffusion est faible. Mais telle situation pas ancrée partout, on se voit encore comme une grande puissance en Espagne. En revanche, conscience très nette dès XVIIe que fracture est désormais Ouest Est et non plus Nord Sud. Débat sur civilisation et barbarie. Où s'arrête la civilisation ? Selon les opinions, Pologne européenne ou non. En tous cas Russie et Ottomans exclus. Modernité Est, Europe orientale barbare est invention du XVIIIe.

/II Affirmation des Empires
)A Absolutisme russe
Ivan IV pouvoir russe courant XVI affirme sa tournure. Grande province de Moscovie, entreprend

conquête Sibérie. Fin Ivan IV, 5 millions de km², soit plus grand que reste Europe. Etat-continent. A Moscou, on se demande si on est européen ou pas.

.1 Rapport avec l'Occident
C'est un déterminant de la politique russe. Les souverains russes sont conscients que dans leur royaume la technique avance moins vite. Dès XV siècle, lien avec Ouest, mais avec Ivan IV au XVI qui a besoin des techniques pour contrer la Pologne essaie d'amplifier l'apport. Il tient donc à acquérir les techniques. Mais nouveau système en occident. Russie n'est pas opposée à acquérir techniques catholiques, alors que catholiques pas super désireux de les fournir, informés par Pologne. Russie de Ivan est donc tournée vers pays du Nord qui vont tous tourner au protestantisme. Problème du manque d'un accès à la mer, Pologne et ce qu'il reste du teutonique balte bloquent accès à la Baltique. Commerce dans pays baltes très strictement contrôlé pour éviter les russes. Ivan IV récupère un voyageur anglais voulant aller au Japon, entretient commerce avec Anglais, mais que 3 mois par an parce que route du Nord, il arrive quelques architectes et techniciens. Ivan écrit beaucoup à « sa sœur » la reine Elizabeth d'Angleterre. Armée russe en difficulté face à Pologne plus dotée techniquement. Après Ivan IV temps de troubles, les polonais occupent Moscou. Mais Russie reste orthodoxe, Romanoff s'installent. XVIIe les souverains de Moscou sont conscient du retard technique dans tous les domaines. Autorisation des portraits, des théâtres (jusque là homme image de dieu donc ø représentation), et techniciens militaires développent les techniques militaires de l'armée de Moscou. Mais perçus comme hérétiques (mœurs bizarres selon église: pas de barbe, leurs femmes ont le droit de sortir...) parce que occidentaux, relégués dans quartier des muets, sorte de colonie qui se développe. Deuxième fils de l'empereur destiné à ne pas régner adore ses amis du quartier des muets, il mène une vie de débauches. Alexis son père meurt, son frère aussi, Pierre se retrouve grand prince de Moscou. Il a été éduqué par muets, il veut maintenant transfigurer la Russie.

.2 Transfiguration
Premier objectif: l'accès à la mer par la Suède, l'acquiert. Fait tour en occident, première fois que le tsar voyage. Passe 11 diplômes de technicien (horlogerie, artillerie, etc), rentre en Russie pour liquider une révolte, revoyage. Deuxième objectif: couper le peuple Russe de ses manières asiatiques, pour éducation comme autres peuples chrétiens, mais sans parlementarisme. Choc au niveau des mœurs. Pierre le Grand interdit la barbe, interdit accoutrement russe, il faut se présenter à la Cour avec sa femme bien habillée, ø crachat dans salons, fourchette, pomme de terre, déménagement à Saint-Pétersbourg construite sur modèle occidental. Change le calendrier, l'alphabet. Voulait conversion au protestantisme, et adopter le hollandais. Les jeunes élites suivent. Révolution évidente à Saint-Pétersbourg mais ailleurs incompréhension, l'église orthodoxe répand idée que Pierre pas Pierre, ou Pierre = diable antéchrist. Ville d'Astrakchan révoltée. Question de l'apport juste ou non. Un philosophe dit que « Pierre nous a fait sauter du premier mois de grossesse au neuvième » toute la radicalisation de l'intelligentsia russe vient de là. Concept du grand bond pérennisé. Pierre est conscient que la réforme n'atteint pas la Russie profonde, pas grave on utilise terreur pour faire le maximum. Développement d'une administration dans pays où même noblesse est illettrée. Tchin = organisation pyramidale qui fait monter en échelons , hiérarchie des emplois et fonctions. Toute la société est étatisée, tout le monde sert l'Etat, mais caisses vides. On rétribue les gens en âmes, un serf mâle adulte, avec femelle et petits = bouchiks, pas de vrais hommes. Développement industriel, il fait venir des suisses pour fromage, français pour ponts, anglais pour horloges et acier... Pierre veut que les russes apprennent les métiers. On met les serfs au travail. Le noble décide pour lancer industrie textile de faire évoluer tout en village en ouvriers textiles: entre 2 coups de vodka on travaille comme ouvrier. Industrie russe se développe mais intégration du système archaïque. Licence étatique pour pouvoir travailler chez bourgeois. Société duale, haute société bien transformée, bouchik bête.

Eglise orthodoxe veille. N'ose pas trop s'opposer à Pierre, mais rappelle que tout ce qui est vient de Dieu, ce qui est nouveau vient du diable. Donc l'industrie peut pervertir Russie. Il ne faut rien changer, le changement est ordre du malin. Selon les empereurs, plus ou moins développement de la Russie. A partir du moment où noblesse adopte mœurs de l'Europe, la Russie devient européenne. Catherine II avec ses missives, on parle français, on cause. Ottoman reste à l'écart.

)B

Europe médiane

Entre Ouest et Russie montante. Structures médiévales on à peine temps de s'implanter qu'il s'écroule en occident. Essor urbain à l'Ouest, donc il faut des céréales produits par l'Europe de l'Est. Introduction du servage, dit « le second servage », à commencer par le Brandebourg 1494, la Pologne 1496, la Bohême et la Hongrie 1497, pour que les paysans puissent être astreints à produire le grain pour l'envoyer à Anvers. À cela on ajoute menace ottomane.

.1 Pologne
Empire lituano-polonais disparaît de la carte fin XVIII. Noblesse avait maintenu privilèges les plus étendus, quasi République où nobles élisent rois. Nobles suffisamment éduqués pour savoir que développement villes à l'occidental était danger pour eux. Quand Pologne devient fournisseur blé, interdiction aux polonais de commercer. Juifs et allemands s'en occupent. Contrecarre tout projet centralisation de l'Etat, donc interdiction de toute armée permanente, on reste au système de l'aoste. (hoste ?) ø artillerie, la guerre c'est la cavalerie noble qui charge, laminée par ceux qui autour ont des armes, suédois, russes, etc. d'où se fait rayer de la carte. Les deux Etats baltes du nord ont villes hanséatiques allemandes, seigneurs protestants éduquent la populace = paysannerie éduquée.

.2 L'Etat des Habsbourgs
Autriche grossit entre 1400 et 1500. Hongrois ont fait les frais de l'avance ottomane par 1526 victoire du sultan. Résidu de Hongrie subsiste grâce à l'Autriche. Entre 2 offensives ottomanes, le protestantisme prend de l'ampleur autour de Prague. En 1620, les souverains de Vienne appuyés par la noblesse hongroise occupent Prague après avoir vaincu la chevalerie de Bohême protestante. Choix de Vienne a énormes conséquences: punir la Bohême et récompenser la Hongrie, 30.000 familles nobles sont expulsées de Bohême, remplacées par familles hongroises catholiques, et les souverains de Vienne décident que industrie est mal, mais qu'on en a besoin, donc perversion pour la Bohême, on leur refourgue l'industrie. Hongrois sauvegardée de l'industrie, garde bon système médiéval approuvé par Dieu, seigneurs, paysans, Eglise forte. L'Empire d'Autriche s'étend et devient puissant. En 1815, gros morceaux, commence conquête contre ottomans. En 1683 les ottomans attaquent et Vienne sauvée de justesse grâce à coalition de seigneurs catholiques. À partir de là, Autriche reconquiert Hongrie, Transylvanie, et au cours du XVIIe devient puissance européenne mais fondée sur principes ancien régime. Empire ottoman voit son extension régresser sur la carte mais se maintient. Système ottoman était le même qu'avant, ø conversion, empire rural, villes sans autonomie, développement industriel freiné par sultan, ø développement économique ou social. Système musulman fermé hermétiquement aux diffusions occidentales, donc ni baroque ni littérature ni sculptures puisque la religion fonde tout. En Europe médiane, plus aucune nation libre, que des empires, Prusse à l'écart. Encerclement par les trois empires: russe austro-hongrois et ottoman. Problème des nations va être baril de poudre.

Système dit impérial dans lequel les Etats sont des associations dynastiques. Au XIX 2 éléments vont faire voler en éclat cette construction. 1815 traité de Vienne confirme ordre ancien, mais à partir de 1830 le système commence à exploser. Ø règlement par Première Guerre mondiale ni Seconde Guerre mondiale. Entre temps idéologie nouvelle. Maelström provient de la révolution industrielle, de la mécanisation qui permet de donner aux objectifs politiques des moyens inconnus jusqu'alors. Aussi idée nationale fait sauter système territorial.

Deux ou trois Europes ? /I Les dynamiques fondatrices
)A L'industrialisation
Elle rebat les cartes des puissances. Il y a ceux qui veulent / peuvent suivre le mouvement et ceux qui ne peuvent / veulent pas, les trois vaincus de 14-18. Les historiens contestent pour partie le fait qu'il y ait existé une révolution industrielle, mais il y eu manifestement fait industriel très puissant au XIX, phénomène qui tire racines dans Xe et dans progrès continu. Pas de rupture réelle, mais néanmoins marquage. Guerres ont évolué technologiquement.

.1 Accélération du développement économique
Développement technologique qui s'inscrit dans mouvement d'ensemble, pas tout seul. Point de départ du décollage du XIX se cherche au XVIe, Angleterre confrontée à un problème très grave qui menace les fondements de sa puissance; la pénurie de bois. Pays naturellement peu boisé, et pour des raisons techniques, la consommation est considérable pour logement, combustible pour foyer et industries déjà existantes au XVe, en plus volonté de construction très grande flotte de commerce et de guerre. Les prix du bois flambent. Phénomène technologique: certains cailloux brûlent aussi, affleurements de « charbon de terre » un peu partout dans le pays. Pur hasard de découverte de ce combustible dans ce pays très demandeur. XVII le prix du bois n'augmente plus, le charbon lui suppléé dans certains domaines. 1560 -1640 période dans laquelle s'opère la mutation vers l'industrie. Première industrialisation. XVIII succession d'innovations techniques enclenchent le XIX. Imbrication de ces innovations. Esprit de curiosité de XVII-XVIII fait monter intérêt pour la machine cf automates, idée que outils fassent le travail de l'homme. Machines en bois s'usent, le métal s'impose. Machine + métal, première mécanique en route. Force nécessaire pour actionner ces machines, nouveauté va être d'inventer machine à vapeur. Chauffage de l'eau connu depuis Aristote. Il est interdit sous peine de mort d'exporter une machine à vapeur depuis l'Angleterre, très forte surveillance, mais il passe quand même sur continent, on y voit une innovation intéressante. Invention de la machine à vapeur en 1787(?) 20.000 en 1830. Application aux transports. Savants européens ont écrit pétition contre chemin de fer. Puis idée de la mettre sur une coque, pour naviguer. Besoin de machines, métal, matières. Nouveau mode de production : deuxième moitié XIX essentiel de la production se fait en usine dans les régions industrielles. Ateliers ruraux ne disparaissent pas, mais enclenché.

.2 Mouvement général
-a Révolution agricole

Suppression jachère, sélections, légumineux. Si révolution industrielle est lente, révolution agricole encore plus lente. Charrue breveté en 1731, elle ne se développe qu'après 1870. Mais mouvement continu.

-b

Révolution démographique

Avant, un enfant sur deux meurt avant cinq ans. Non pas progrès médecine mais surtout usage du savon qui permet réduction de la mortalité, transition démographique enclenchée. Aussi révolution agricole permet meilleure nourriture. Deux applications différentes: Royaume-Uni et France. Royaume-Uni peuple le monde de ses cadets, du fait lois de succession conservent avantage à l'aîné. La France instaure le partage légal entre enfants, ce qui morcelle encore plus les terres et l'héritage. En France immédiatement la natalité s'effondre. Alors que pays le plus peuplé en 1800, on est largement dépassé en 14. Application malthusianisme (croissance géométrique de la population vs croissance arithmétique des ressources). Mentalités ne s'en rendent pas compte, on se croit en 1792 et on se fait écraser.

-c

Révolution commerciale

Anglais leaders développent idéologie du libre échange, en leur avantage exclusif puisqu'ils sont les seuls à pouvoir les transporter. Nécessite marché important, donc suppression des barrières et acheminement sur le continent. Développement du système bancaire pour financer cela. Banque draine épargne du public pour l'orienter vers les investissements requis.

.3 Conséquences spatiales
Très nettes sur les champs de bataille. Certains pays passent facilement à la consommation d'énergie et de masse. Facteur discriminant est charbon, Royaume-Uni est un vrai scandale géologique relativement à tous les pays d'Europe. Industrialisation en bassins.

-a

Les « pays noirs »

Le charbon est friable, se transporte mal. Royaume-Uni développe plusieurs bassins, ailleurs on a vite fait le tour. Allemagne bien dotée (Ruhr, Sarre) mais n'existe pas. Bassin franco-belge est celui de plus mauvaise qualité, tous petits gisements autres. Charbon – acier – machines – chemin de fer – textiles

-b

reclassement des puissances

Après 1815, petites guerres pendant 60 ans. Développement puissance de la Prusse, c'est la puissance montante du XIXe. XVII FrédéricGuillaume. 1809 suppression du servage (taaard, pays qui avait institué second servage pour céréales). Ø progrès de la bonté, mais 1807 branlée sur champs de bataille par Napoléon donc on les libère. Prussiens ont beaucoup de chance, la Ruhr bien à l'Ouest leur appartient quand même, ainsi que celui de la Silésie et un autre. Aussi dirigeants qui ne sont pas bêtes, ils voient très bien évolution dans industries, dans les premiers à instaurer libre échange. Ils utilisent libre échange comme premier acte de l'unité (morcellement allemand), d'où libre échange allemand. Concours de circonstance fait que se développent. Fin XVIII Royaume-Uni apeuré par cette puissance montante, veulent contrepoids sur continent pour pouvoir dominer le tout de loin. Empires centraux: Autriche-Hongrie, Ottoman, Russie. Ils ne croient pas en la révolution industrielle. Eglise catholique hostile à l'industrie, en punit la Bohême, pas dans Coran, et en Russie tout ce qui est nouveau est invention du diable. Futurs 3 vaincus de 14-18, ils paient cher. Espagne achève de disparaître.

Révolution industrielle pose vrai problème à la France, petits gisements Massif central, plus grand est près de la frontière, on ne peut y localiser les armements, on doit importer le charbon. Attachement viscéral à la terre. Aristocrates n'ont pas droit de travail, attachement comme en Autriche. France en difficulté pour ces raisons géographiques, démographique, psychologiques. => Réseaux d'alliance se créent. On sent montée explication sérieuse.

)B

L'idée de nation

Facteur de bouleversement des frontières. Nation = peuple électeur = territoire défini.

.1 Conception du pouvoir
« nation » progresse avec extension du suffrage et démocratie. HOBBES travaux sur nation et pouvoir. Reflexion sur nature de l'Etat, guerre est état naturel. D'où nécessite d'organisation contraignante pour canaliser homme sauvage. Sécurité contre réduction de la liberté. Individu devient citoyen d'un Etat qui devient souverain. Etat légitime car repose sur le contrat libre. LOCKE même idée, mais pourquoi souverain dirige ? C'est Hobbes sans l'absolutisme, apparition libre consentement et droits naturels. Insiste sur contrat. Limites au pouvoir du souverain, inflexion vers démocratie future. Il insiste sur la propriété. MONTESQUIEU XVIII théorisation de la séparation des pouvoir, recherche du gouvernement juste / idéal, se dvpe au XIX dans ambiance nationale. Fin XVIII démocratie est mot connu. => les penseurs établissent les droits aux XVII- XVIII, et c'est dans cadre des Etats nationaux du XIX que les structures permettent de jouir de ces droits de citoyen.

.2 Passage à l'institution
Révolution française première République & première Constitution sont aux EU. Jefferson Davis a quasiment dicté la première Constitution française avec députés que ne savaient pas trop comment faire. Révolution française veut appliquer les principes, et mécontentement contre gouvernement. Etats généraux, qui se proclament « Assemblée nationale » = assemblée représentant la nation. La nation désigne la majorité de la population, c'est le peuple. Nous sommes un cas particulier. Français combattent ensemble derrière roi depuis guerre de 100 ans, donc pas vraiment choc mental, mais préparation géographique et militaire. Volonté peuple français mise en avant. Guerres avec voisins. Innovation technologique, la nation française attaquée organise levée en masse, 750.000 hommes contre 70.000 partout ailleurs. Malgré mauvais niveau de base, force numérique permet tout. Ensuite généraux doués. Napoléon continue jusqu'en 1807, autres Etats européens laminés parce que armées de professionnels. Développement idée nationale en réaction à ces guerres. 1749 on se prend au jeu, on va « libérer les Républiques soeurs » taxées lourdement pour les frais de guerre. Mais en même temps, se pose le problème des limites de la nation. Pas mêmes langues au sein pays, certains proposent idée qu'est français celui qui habite sur territoire français alors en extension. Droit du sol élaboré à ce moment là, quand France devient puissance impérialiste. Révolution française produit fortuitement deux évolutions. Justice et égalité impliquées par peuple citoyen et souverain. Or pas parce que égalité

juridique que égalité sociale, forte composante sociale en France. On ajoute deuxième dimension de gestion par l'Etat comme organisation collective pour assurer justice sociale = développement socialismes, Révolution française est trop bourgeoise. Idée la nation souveraine, il faut qu'elle soit formée et défende ses droits. Apparition du nationalisme, défense intérêt nation par rapport au voisin. Avec nation, la guerre change de visage. → Dès 1807 massacre de civils et représailles apparaissent, là c'est peuple contre peuple cf Goya dos de mayo.

.3 L'extension
Compte tenu des réalités géographiques, les nations ne se réveillent pas de la même manière, ni à la même époque. 1820 le romantisme commence à infecter toute l'intelligentsia, se mêle parfois à l'idée de nation. 1840 le mouvement est généralisé, l'idée nationale est partout. Même idée que les peuples sont en train de bouger, « printemps de peuples » qui donnerait paix fraternelle. Mais on abouti à guerre. Premier nationalisme est allemand. Idée nationale apparue en Prusse, Prusse pulvérisée par Napoléon, gros choc qui va susciter mesures gouvernementales. Eclatement considérable des Etats allemands: principautés duchés évêchés... plus de 100 éléments. Derrière Prusse parlant allemands, idée unité. Problème les Autrichiens aussi parlent allemand. Ont tous les 2 même problème, ils veulent créer un Etat sur la nation. (France c'est inverse). Or ø unité politique qui permet réalisation nation. Seule façon de faire qu'il existe nation allemande est langue et culture. D'où développement droit du sang, puisque ø sol commun. Allemagne ne voit le jour qu'en 1871, et ne s'appelle que l'empire allemand. Question limite des peuples allemands cf Alsace. Se règle sur champ de bataille. Pologne n'existe plus, Europe centrale ne comprend que les 3 empires, pas un seul peuple libre. Naissance de mouvements nationaux plus tardifs exceptée la Pologne, et ce sera en pleine période romantique. Partout le mouvement national se présente dans conditions spéciales. Pouvoir appartient à noblesse souvent étrangère et restreinte. Jusque 1850 ø mouvement d'assimilation, la noblesse laisse les peuples en paix sans tenter de tous les (Slovaques, croates, serbes...) faire Hongrois: les identités ne sont pas menacées. Estonie Lettonie paysannerie lettone et estonienne, nobles allemands fournissent cadres à la Russie et est fidèle au tsar, combat à ses côtés les Prussiens. La noblesse ne menace pas les gens dans leur culture quotidienne, il existe des cultures populaires qui à l'exception des polonais et des Tchèques n'ont jamais constitué d'Etats très structurés. Il y a des façons de parler. Dès que les intellectuels tentent de développer des sentiments nationaux, mais on a un problème de standard linguistique comme la France en 1522. Inflexions de langages selon régions plus que des langues réelles. XIX premier acte national est choix de l'inflexion de langage. Constitution grammaire et dictionnaires comme acte révolutionnaire; recueil de poésies locales, essor des compositeurs de l'est folkloriques. Fabrication de culture, d'une histoire, d'une littérature. Mise en place canons de la langue et d'une civilisation normale. Pologne financée pour ses dictionnaires par Autriche pour embêter la Russie. Dans ensemble le grand problème c'est choix du critère de différenciation ou de rapprochement. Tchèques et Slovaques cherchent à différencier leurs deux langues, depuis Xe ils ne sont pas dans même Etat. Slovaques sous domination hongroise, Tchèques plus proches d'allemands. On peut aussi chercher le modèle le plus proche. Serbie sous contrôle ottoman, orthodoxe, Croatie

sous contrôle hongrois, catholique. Veulent union des slaves du Sud, constituent une même langue serbo-croate, écrite en latin et en cyrillique. Union européenne encourage à différencier les langues, serbes piochent dans turc pour renouvellement. Russification et germanisation potentielles pour Pologne. Mouvement national polonais a trouvé appui dans partie Pologne sous contrôle de l'Autriche ( aide entre catho contre orthodoxes et protestants). Religion est élément clé à l'Est ≠ ouest où nation s'athéise. 1815: peuples sont dirigés par monarchies étrangères. Lutter pour sa nation c'est donc lutter contre l'Etat oppresseur étranger: il y a bien Etat, mais pas celui qu'on veut. Dans ce contexte, chaque grand peuple d'Europe centrale recense son identité par folklore, religion, et idées forces: sentiment de mission (Pologne défense de la civilisation), influence des oeuvres d'art dans ambiance romantisme. Artistes en tête du mouvement, incarnent nation qui n'existe pas encore sur la carte. Ces mouvements nationaux sont divers et au sein de chaque mouvement, divergences. Particularité de l'Europe centrale: art au niveau des élites, paysans s'en foutent. Dans groupes de villages avec même inflexion de langues, coutumes locales très vivaces ayant survécu à tous envahisseurs et occupants, les penseurs intellectuels magnifient cela sous l'idée de la « petite partie », +/- « Heimat » allemand. Convergence de valeurs, religion, harmonie dans quotidien transmis de génération en génération. Ces petites patries vivent juxtaposées sans interpénétration. Région de Banat au carrefour de Hongrie Roumaine, Croatie, Serbie, avec de multiples petites touches de population dont on se demande parfois ce qu'elles font là. Ces populations sont très homogènes, on y vit entre soi. Rigolo pour tracer la frontière, solution par nettoyage ethnique. => Europe centrale au coeur des problème nationaux au XX, du fait développement idée nation au XIX. Pologne essor national clair. Pour les autres, très difficile de tracer frontière. Ukraine et Biélorussie n'ont pu développer leur langue, aujourd'hui c'est un problème très explosif. Carte Europe 1985 HA en amalgame anarchique. 1989 tous les problèmes de nationalité qui n'ont pas été réglés durant les guerres auraient dû plonger l'UE dans étude profonde mais en fait pas vraiment. Le problème semble anachronique. Découverte 90's mythe de l'empire d'Autriche Hongrie dans lequel cohabitaient des nationalités, découpages multiconfessionnels, entités homogènes se côtoyant. Rêve passéiste, prétendue solution pour Union européenne. Autrichiens consternés par ces âneries, méconnaissance. Pouvoir autoritaire laissant beaucoup de liberté à la base. Connivence entre aristocraties qui effectivement s'entendaient bien, semblaient former groupe social homogène, mais premiers à prendre tête des mouvements nationaux. Connivence au sein intelligentsia, mais ces grands noms de la science, culture, littérature étaient de confession juive, sentiment de communauté. Juxtaposition sans osmose. Lourds contentieux sous-jacents un peu partout. Autre particularité: des groupes compacts de juifs pauvres de l'Est au sein de villes ou régions qui parlent une langue dérivée de l'allemand, le Yiddish. Quelques pogroms, mais mis sur compte conflits sociaux entre gens pauvres, peu évoluées, +/- faits divers.

/II Le choc des nations
XIXe c'est la l'Ouest que les choses se passent. Les barils de poudre s'accumulent en Russie, n'exploseront qu'à retardement.

)A

Affirmation de l'Etat-nation

Conflit généralisé avec épicentre à l'Ouest, était pressenti à partir 1860 puis 1880-90 tension palpable. Rupture relativement au XVIIIe où un européen qui se balade se sent européen, pas tant de barrières. A la fin du XIX, un national se sent étranger hors de son pays. Rupture 1848, système des balances rompus. Dernier acte de consensus a été le Congrès de Vienne de 1815. Conscience que toute nouvelle rupture pourrait être catastrophique. Idée nationale fait son oeuvre, partout où il peut l'Etat est architecte de la Nation. Mais souverains de l'Ancien Régime, pas dans leur temps. Développés. Ceux qui ont une patrie en font une religion, ceux qui n'en ont pas en font un combat. L'heure n'a jamais été au compromis, le printemps des peuples de 1848 met fin au rêve des Etats Unis d'Europe. 1848 Russie intervenue militairement pour écraser des rébellions nationales, en Hongrie notamment. Elle entre en 1848 dans le clan des barbares pour le reste de l'Europe, en plus elle est le dernier à maintenir servage. Mouvements sont en cours, mais équilibre tient jusqu'à une ânerie. 1859 Napoléon III intervient en Italie contre l'Autriche pour aider la libération italienne. Catastrophique pour équilibre européen parce que Autriche seule contenait la Prusse. Sanction immédiate. 1864 attaque de la Prusse en Europe du Nord. 1870 attaque France → Prusse devient LA puissance sur continent européen. Etat se fixe pour objectif de créer une puissance militaire et politique, soutenue par appareil industriel efficace. Gens intelligents style Bismark développe l'industrie, avec intégration de lois sociales très précoces pour s'assurer le soutien de la population. Intégration technologie moderne sur champs de bataille. Intérêt pour chemin de fer, transport de 120.000 en 11 jours en Italie, du jamais-vu, quand napoléon en déplaçait 40.000 en 2 mois. Aussi fusil chargé par la culasse, avec tireur à terre qui recharge rapidement ≠ français en rouge et bleu et or. → généralisation de l'intervention de l'Etat auprès mobilisation de la population. Objectif fusion, école et service militaire obligatoires, administration partout, individu en relation permanente avec l'Etat personnifié par les uniformes. Art monumental à la gloire de la nation. Interventionnisme économique énorme, on n'attend pas 1929: emprunt impôt investissement, etc. → industrialisation massive et développement des phénomènes de masse: instruction de masse, presse de masse, développement de la conscription, développement des partis de masse avec leurs parades et leurs manifestations.

)B

« Fin de siècle » 1880-1913

→ ambiance de fin de siècle. Le pessimisme est généralisé, mais parfois pessimisme enthousiaste. Convaincu qu'il va y avoir une guerre. L'Europe administre la moitié de la Terre, puissance apparente. Mais faits nouveaux, des chiffres passent inaperçus. En 1885 pour la première fois la puissance industrielle des Etats-Unis dépasse le Royaume-Uni, et en 1913 ils représentent 1/3 de la puissance industrielle mondiale, cependant les européens ne s'en rendent absolument pas compte. Pessimisme et inquiétudes assistent à naissance de la géopolitique. 1899 géographe suédois KJELLEN crée terme de géopolitique. Etude scientifique des frontières, au début c'est très mécaniste. Avec Allemagne géopolitique prend son ampleur, pour détournement darwiniste, Darwin qui n'aurait pas compris espace, avec Etats qui doivent dominer progressivement l'espace, d'où utilisation de RATZEL de Lebensraum, théorie biologique de l'Etat. MACKINDER aussi géographe, mais britannique. Considérations technologiques. 1904. comment la technologie bouleverse les forces économiques et les possibilités de déplacement des forces humaines en cas de guerre. Son problème est constatation que la suprématie anglaise a été, mais il craint pour avenir,

conscient montée en puissance américaine. Europe connaît fin de l'époque colombienne, quand suprématie tient au contrôle de la mer. Puissance planète se mesure à l'aune du contrôle de la mer, à savoir l'Anlgeterre ou l'empire romain. Sent montée US qui dispose de la profondeur continentale. Mais avènement chemin de fer. Icelui permet mise en valeur espaces continentaux qui ne l'étaient pas. Abaissement des coûts de transport fait que Etats continentaux peuvent exploiter leurs ressources, et déployer rapidement des forces. A partir du moment où les communications terrestres permettent d'aller plus vite moins cher que mer, menace. Heartland va pouvoir enfin exploiter ses immenses ressources. Quel pays pourrait prendre cela en main ? Russie avec 160 millions habitants, occupe Heartland, mais magma informe et mal équipé. Japon inquiète depuis 1905, mais fin archipel maritime et sur la marge, trop loin. Chine n'existe pas, juste possessions européennes. Seule l'Allemagne peut. Marine allemande devrait dépasser marine britannique en 1917. D'où déclenchement guerre avant. Possibilité union politique entre Allemands et Russie, bloc possible. Mitteleuropa notion variable selon savants (projet politique, zone libre échange, langages). Mais émergence de ce thème fait peur, on y voit embryon unification du Heartland. 1904 formulation Heartland par Mackinder, parachève panique. Guillaume vire Bismark et veut mener Weltpolitik. Cela va créer rapprochements impensables en Europe. Cf France républicaine laïque avec Russie archaïque, France va financer son réseau ferroviaire. Russie rentre en grâce du fait de son épanouissement culturel, cf musique. Royaume-Uni ne s'inquiète pas de ce « tour de valse » pas déséquilibrant mais 1904 roi reçu à Paris, et mise en place triple entente. 1898 crise de Fachoda, on est passé à un cheveu de la guerre franco-britannique. Mais entre temps vraie peur de l'Allemagne. D'où tremblement de terre géopolitique. Moteur crainte de l'Allemagne. Résultat est 14-18. mais intervention de la révolution russe, on ne s'y attendait pas.

)C

Mission de la Russie

A quoi sert la Russie ? Se demande l'intelligentsia russe au cours XIX. Peine à moderniser le pays. Immense paysannerie, pratiquement pas de bourgeoisie, aristocratie francophone est elle peu nombreuse, 2 populations qui ne se comprennent pas. 3 événements au passage XVIIIe

.1 Point de départ
Noblesse réformatrice et empereur s'entendent bien jusque Révolution française. 1792 Publication de La pauvre Lise, roman de chevet de l'ensemble de la noblesse russe. Le rapport c'est que pour la première fois on prête des sentiments humains à une paysanne. Ces bestiaux seraient capables de sentiments ? Napoléon envahit la Russie, premier mouvement national russe, population y compris paysans se soulèvent. Les russes l'appellent l'invasion des français, « la première grande guerre patriotique ». Guerre et Paix un paysan, Platon, fait résistance, sauve les nobles. Sentiment d'abnégation et de sacrifice par le peuple. Mouchiks « petits hommes » sont ptet des hommes, en fait. Noblesse fait combat de la justice pour libération. Séjour armée russe à Paris en 1814, jeunes observent avec consternation mise en place de la charte constitutionnelle. Repartent avec Constitution anglaise. 1825 tsar meurt dans conditions bizarres. 2 frères, un conservateur, un libéral. Conservateur choisi, et première dans histoire russe, des officiers tentent de faire coup d'Etat pour mettre libéral Constantin et Constitution. = un groupe de noble s'est levé pour constitution.

.2 Débat slavophiles vs occidentalistes
Initie débat sur utilité Russie. Toujours 3e Rome. 2 tendances, slavophile et occidentaliste.

Slavophiles s'arc-boutent sur destin religieux de la Russie, supériorité société russe, unie, autocratie, tout les pouvoirs dans mains de ce martyr qu'est l'empereur, l'homme est bien pécheur et incapable de se diriger, mais libéré par prise en charge du tsar. Occidentalistes disent que Russie n'a pas de mission et est juste incapable de suivre monde moderne. Tsar veut soigner un écrivain qui dit « ah si la Russie était devenue catholique au moins elle aurait pu se développer »... → d'accord sur un point, Russie a besoin de progrès, mais on ne sait pas quand et comment, ni à quelle vitesse. Conscience d'un retard à rattraper, mais tout changement dans Constitution ferait inquiètude. On ne peut pas faire ça rapidement, éducation douce (voies communication, école, soins) devrait faire Constitution au bout d'un siècle. Sécrétion d'élites (médecins, avocats...) qui n'ont pas de place dans société d'où impatience révolutionnaire. Modernisation exige maintien Etat autoritaire ce que refusent ces classes. Slavophiles prêchent destin providentiel, de l'autre vœu révolution sanglante et complète.

.3 Poussée révolutionnaire
Semis intellectuel incomplet. Gens assez éduqués pour comprendre inégalités, mais pas suffisamment pour dépasser les solutions simplistes. Vivent fermés dans Russie fermée entre aigris fermés. Catégories dangereuses sont professeurs et étudiants, théorisation révolution avec magnification peuple toutefois vu comme totalement immature. Une minorité pense pour le peuple, mouvement dirigiste. Etat Oligarchie pouvoir Dieu l'a voulu confisque Cause le Pour le salut du peuple Imperfection des pécheurs But Pour bien du peuple Immaturité du peuple

Mission historique de la Russie christianisme

→ gardien du vrai Apporte au monde le socialisme

Messianisme, manichéisme, le bien doit vivre, il faut tuer le mal. Il faut structurer. Populisme fait recette 1870's, TCHERNICHEVSKI Que faire ? - Récit sur des hommes nouveaux qui devient le Graal de la société russe. Echec de gens qui veulent « monter au peuple », se font lyncher. le mouvement se radicalise, tous ceux qui s'opposent sont à tuer, il faut essayer de tout détruire. Nulle part ailleurs telle violence. Etudiants ont idée devoir moral d'étudier grâce au peuple. Révolte contre religion, discipline, Etat. Mode d'action simple: tuer. Théorie des héros, il faut tuer tout ce qui est haut placé. Attentats. Révolutionnaires pendus. Mouvement violent, actif, ø base populaire, que des issus de la noblesse ou de la bourgeoisie, jeunes. Dure jusque 1914.

.4 irruption du marxisme
Marxisme issu de cette mouvance violente. Développement tardif du marxisme par Plekhanov. Aide tsar pour industrie et bourgeoisie, laquelle va faire apparaître prolétariat qui fera révolution, d'ici deux cents ans. Jeunes ont conscience que théorie du héros ne marche pas, cf Oullianov alias Lénine. Il faut innover, faire révolution avec moyens du bord, c'est-à-dire paysannerie, dont servage prend fin en 1861. vu comme loufoque, théorie de Lénine ne prend pas, il s'agirait d'amener la conscience de classe de l'extérieur tandis que dans le marxisme la conscience de classe naît de l'exploitation. Marxisme économie explique histoire, marxisme-léninisme histoire explique tout. Economie sera résultat révolution. Parti Bolchevik, en prison au moment déclenchement guerre.

/IIILe choc des nations et des idéologies
14-18 la grande Guerre affrontement jamais vu en nombre de participants, mal finie, dans on recommence. Seconde Guerre mondiale. Une moitié d'Europe subit extension système communiste. En tout 75 à 80 millions de morts, plus le déficit de naissance = « suicide de l'Europe ».

)A

un règlement qui ne règle rien

Traités parisiens introduisent précédent jamais vu: vaincus dont Allemagne n'y participent pas. Alliés tellement divisés déjà, que sinon ø organisation. SDN sans Allemagne. Traités n'intègrent pas Allemagne dans nouveau système, mais Alliés empêchent France de l'écraser, donc puissance allemande sauvegardée. Gouvernement américain ne veut pas prendre responsabilité, ø garantie et ø ratification du traité, du fait changement majorité.

.1 La haute politique des Alliés
Mackinder participe à délégation anglaise. Clé est Europe centrale, qui tient l'Europe centrale tient le Heartland. Il faut donc casser cordon. Prévention menace absolue entre alliance démographique russe et puissance mécanique allemande. Seule solution: organisation du centre en Etats forts ou « Buffer States » Mackinder et Kurzon veulent ces Etats solides. D'où dessin de cartes, association thèques et slovaques qui n'ont jamais été ensemble, au sud grande Serbie matérialisée en Yougoslavie. 2 Etats multiethniques. Hongrie réduite, grande Roumaine en rognant sur Hongrie. Réapparition Pologne. Royaume-Uni veut Etats à vraie force politique et non pas minorités qui s'atomisent. France alliance de revers avec 4 ce des pays. Etat polonais avoir 70% de non polonais. 1922 Gênes réunion internationale. A Rapallo rencontre clandestine germano soviétique, mais rien n'en sort.

.2 Principe des nationalités
Mort des empires, pour droit des certains peuples, mais pas de tous. 2 peuples bernés. Tchécoslovaquie = Slovaques ont vu partir fonctionnaires hongrois, et s'en sont réjouis, mais replacement de ces fonctionnaires par des Tchèques, qui constituent rapidement 90% de l'administration de l'Etat. Yougoslavie = fédération des croates, catholiques, serbes orthodoxes et slovènes catholiques. Serbes trustent administration. Mouvement nationaliste croate = Oustachis. Fourniront des troupes SS d'une efficacité remarquable. Bosnie-Herzégovine = elle n'a jamais existé en tant que pays, province ottomane. Peuplée de Serbes et de Croates ruraux. Mais certains se sont convertis à Islam dans villes pour gérer la récolte des impôts pour le compte des ottomans. Population qu'on ne sait pas classer, serbes une première fois et croates ensuite avec arrivée armée allemande. Tito propose création nationalité « Musulman ». Albanais musulmans mais restent Albanais. Athéisme, et parfois yougoslaves indifférenciés refusant d'avoir telle nationalité qui est en fait religion. Jamais eu de Bosnie, population qui y habite est croate et serbe.

Hongrie= du mauvais côté du rouleau compresseur. Littéralement punie par le traité de Trianon. Il la réduit au maximum. On donne à Tchécoslovaquie et à la Serbie des zones peuplées 100% de hongrois. Favorisation de la Yougoslavie et de la grande Roumanie. La Transylvanie constituait une zone bien hongroise, île au milieu de roumains. Au total, 1 million de Hongrois en dehors de la Hongrie du fait de la volonté de la France de favoriser ses alliés. Pologne= 2 cas de figure. Problème de la ligne Kurzon. • Est. Fin XVIII 3 partages successifs de la Pologne. Très confus. Territoires sans polonais. 1885 ø Pologne. Au moment où mouvement national se développe, problème pour intelligentsia polonaise, qui elle existe, comme nation polonaise. Galicie avec capitale Lvov une des provinces issue de l'éclatement de la Rous, rapidement intégrée à Pologne, polonisation progressive de la Galicie. Une noblesse polonaise s'installe, « noble »= « polonais » au niveau linguistique. Paysans sont d'abord des ruthènes. Ukrainien = paysan. Répartition sociale assez stricte. Masse importante de Juifs. 1772 contrôle autrichien, aussi catholique. Autorité autrichienne joue ruthen contre nobles. XXXXX Mythe de la Grande Pologne rêvée, poésie de Mieckewicz, dans le passé. Que faire des ruthens ? Poète répond que ce sont des polonais imparfaits, parlent langue slave qui est seul facteur différenciation. Quelles seraient limites de la Pologne ? Nationalistes polonais ne sont pas disposés à laisser du terrain aux ruthens, ceux-ci doivent être polonisés. En 1919 on recrée Pologne, Russie affaiblie. Français donnent chars pour attaquer voisins, se taillent part à l'Est. Lvov = Lviv = Lwùw = Lemberg selon les langues. 1921 officialisation par traité. • Haute Silésie, partagée entre Pologne et Allemagne. En Europe médiane, on se côtoyait sans jamais fusionner, sauf en Haute Silésie où les populations se sont mélangées. Silésie n'est pas dans Pologne historique (royaume de Casimir 1370) mais peuplement polonais. Pas non plus dans Etat Russo-lituanien. Allemagne de 1870 inclut la Silésie. Population allemande importante, sans que la population polonaise en ait été chassée. Donc périphérie des 2 pays, et pas de noblesse ni polonaise ni prussienne, mais développement industriel du fait charbon. Zone de culture polonaise et allemande depuis au moins 3 siècles. 1924 vote. Recensement polonais. Région de Katowice, les gens ne comprennent pas ce qu'on demande, 7 catégories de personne. Certains se disent polonais. Autres de culture polonaise mais ne l'expriment pas, marge. La majorité répartie entre 2 groupes complexes: ceux qui parlent polonais local et allemand mais coutumes polonaises; 2e groupe langue et coutume allemandes,. D'autres se disent allemand, ont nom polonais, se sentent allemands. Allemands de longue date parlant deux langues, renforcé par allemands récent non polonais. Familles mélanges. Répartition par la religion, distorsions familles.

.3 Traités illusoires
Il se prépare d'autres choses pour 45. CECA incompréhensible sinon. Illusion de la France sur sa puissance: armée, avions, industrie, 2e pays du monde avec empire colonial, traités chez nous, Paris centre du monde. Or touchés à mort sur plan de la puissance. Démographiquement anéantis, économique dévastés, financièrement ruinés. On n'a pas compris que faiblesse démographique inquiétante relativement aux autres pays d'Europe, on se croit sous Louis XIV. D'autant que pertes sanglantes dans pays faiblard en 14. 10% d'hommes de 20 à 40 ans tués, 10% invalides. Plus pertes civiles, 3,5 millions de morts. Guerre a dévasté chez nous. 130 milliards de francs or à trouver, alors que ruine. Etat des finances catastrophique, emprunt massif auprès des épargnants français et des US. Débiteurs d'eux, utilisation lors négociation. Mais on se dit « Allemagne paiera ». or américains ne veulent pas nous laisser presser le citron jusqu'à ce que les pépins craquent. Budget de 29: 41% pour le service de la dette, 16% de pensions aux veuves et orphelins. Mais mentalité sûre d'elle.

Nous nous distinguons aussi par conservatisme, difficultés extrêmes pour s'adapter. Entre deux guerres sinistres, gouvernement ne peuvent agir, décomposition des institutions, diplomatie obsolète, déroute économique, etc. → explique 40. Allemagne arrête guerre en 18, mais pas vaincue, militairement elle tient la route, pas envahie, en 18 le 11 novembre est fêté en Allemagne comme en France pour fin de la guerre, ø captation de ce que les traités réservent. Lorsque Allemands lisent traités, « Diktat », injustement punis. Allemagne perd des territoires qu'elle considère comme importants. Alsace-Lorraine (mécontents parce que perdent lois sociales), et territoire à l'Est: Haute Silésie industrielle, Postnanie allemande donnée à Pologne par américains pour leur permettre accès à la mer. On leur dit qu'on applique le principe des nationalités, mon oeil, signature de responsabilité, et paiement mais on leur communique la somme qu'en 1921, 132 milliards de francs or. Allemagne ponctionnée. Anglais et Américains pas très disposés à la faire payer, mais Américains veulent bien être remboursés. Aléas (Ruhr) et commissions, étalement jusqu'à 1988 mais dès 32 arrêtent de payer. Au total aura donné 32 milliards dont 10 à la France. US refusent annuler dette mais sans faire pression sur Allemagne. France et Royaume-Uni poussés dans situation difficile. Banques américaines avaient en effet beaucoup donné à l'Allemagne, ne veulent pas la voir économiquement effondrée. Veulent que Allemagne soit traitée avec modération, mais sans s'engager. Allemagne ulcérée, on a voulu détruire Allemagne en lui laissant son potentiel économique, attitude débouchant sur 39.

.4 Tension rapide
D'abord, élan de paix 20's. Paneuropean Union, animée par Autrichiens et qui regroupent élites. Briand président, discours sur EU d'Europe. SDN accueille Allemagne parrainée par France. 1930 essor des dictatures. Russie 17, Italie 1922, Espagne 23 puis 36, Pologne 26, Allemagne 33, Hongrie... 1929 il ne reste en démocratie que la France, suisse, Royaume-Uni, Scandinavie. Tout le reste dictatures militaires de type putchiste. 3 nouveautés: − Fascisme italien, dictature commune, Mussolini ne veut pas l'imposer universellement. Internationale de Moscou lève étendard de l'antifascisme, terme s'appliquant à l'extrême droite, « fascisme générique ». − Communisme et nazisme d'un autre ordre, appareils idéologiques bien plus puissants. Différent par origine. Fascisme est dégradation du romantisme, communisme déviation du rationalisme (gouvernement des savants de l'Histoire, prétendument). Convergent sur parti unique de masse, moyen de contrainte de la population, économie de commandement rigoureusement mise en place à objectif politique, régimes idéocratiques = objectif méta historique, se disent le sens de l'Histoire, violence justifiée par cette mission (de race, de classe). Ø place pour le débat. Celui qui est contre n'est pas adversaire mais ennemi à éliminer.

)B

Le projet soviétique

Communisme arrivé par accident, tous sont surpris par révolution de février, cadres pas là. Chaos de la guerre et de février leur donne occasion, mais surpris, plan pas prêt. Lénine en Suisse, ce sont les Allemands qui le ramènent. Publie ses thèses d'avril 17, programme. Reste à prendre pouvoir pour le mettre en place. Chaos politique, tsar empêchait développement parti. Donc gouvernements désordonnés, veulent toutefois continuer guerre alors que bolcheviks proposent paix. Mais ne veulent pas faire Révolution tout de suite. Lénine finit par l'emporter, Bolcheviks font

coup d'Etat qu'ils font passer pour Révolution, ce que tout le monde prend pour Révolution alors que bête putsch. Bolcheviks au pouvoir éliminent immédiatement toute opposition. 707 députés dont une centaine de bolcheviks, Lénine fait prononcer dissolution de l'assemblée élue démocratiquement, bolcheviks décident que Soviets sont forme supérieure de démocratie. Opposition exterminée, dictature totalitaire instaurée dès début. Comment 50.000 personnes ont pu prendre un tel pays ? Seuls à être organisés, pas de multiples tendances. Surtout, passivité de la population. 2 arguments massue: paix (alors que ras le bol guerre) et société russe bousculée. Depuis 1890 progrès économique. Groupes de paysans russes, réformes agraires. À partir 1906, koulaks pouvaient acheter terre et en faire ce qu'ils en veulent. Détestés. Développement urbain, bourgeoisie. Monde agricole russe collectif est heurté par les koulaks, l'enrichissement dans villes de gens qui se distinguent des autres. Russie ressent de façon négative l'industrialisation liée à l'occidentalisation de la Russie. Or bolcheviks parlent égalitarisme et propriété collective de la terre. Masse paysanne russe prêtent oreille à slogans vagues, parce que bolcheviks ne savaient pas du tout comment faire. Dernier atout: bolcheviks procèdent par le vide, les gens s'enfuient ou sont expulsés. Idée de Lénine développer un parti puissant, partocratie. Grand parti, il faut recruter. D'où recrutement parmi petite intelligentsia, petits penseurs voient dans communisme une occasion de promotion. D'où 750.000 membres du parti bolchevik en 21, quand 12.000 en 17. Afflux de masse paysanne qui amène avec elle idées de la Russie millénaire. Nouveau tsar est Lénine. 2 millions de membre en 1930, les 2/3 n'ont fait que peu d'école, ne savent ni lire ni écrire. Plébéinisation ou déferlement des incultes qui parviennent aux postes de responsabilité. Cela arrivera aux pays de l'Est à partir de 45. achèvement du parti sous Staline. Staline sorti du séminaire, donne valeurs théologiques. Premier parti, donc donne le la des autres. Cléricarisation: hiérarchie, procès, orthodoxie, excommunication. Ø affrontement politique, mais lutte bien contre mal. Système prend son ampleur 30's. Famines goulags, camps, un parti qui suit. Le premier cercle de P. = film à voir pour comprendre comment les gens se sont retrouvés enfermés. 1939 80% des membres ont adhéré après 35, rotation énorme. Ceux d'avt 35 avait été envoyés en camp de travail. Soit carte du parti, soit mort sociale. Etudiants doivent aussi intégrer jeunesses communistes, système total. Gens massivement suivistes, savent qu'à moindre incartade, ils disparaissent sans savoir comment ni où. Jusqu'à Brejnev, tous les dirigeants du partis quels qu'ils soient sont issu de cette génération, ont sentiment d'avoir construit quelque chose (industrialisation d'un pays rural). Forment élite. Bénéfices substantiels. Officiellement égaux, salaires modestes, mais accès aux magasins, aux datchas, aux voiture de fonction, aux voyages à l'étranger. => privilèges cachés. 1924 prend nom URSS Développement industriel arrive très vite. Impressionne les intellectuels occidentaux. Erreur majeure. 1929 Staline seul maître à bord. Vieille garde était érudite, parlaient langues, avaient voyagé. Staline ne connaissait que livres, révolution sur modèle de Manchester, avec charbon acier. 2nd révolution industrielle de l'électricité ailleurs. URSS n'a pas réussi à sortir de ce modèle industrialiste du XIX. 1919 la III internationale mise en place Lénine pour les vrais les bons socialistes, basée à Moscou. A heurté cadres partis socialistes d'autres pays du fait obligations, mais pour Lénine Russie seule à avoir fait révolution, celle qui trace la voie. URSS ≠ terme géographique, tout le monde peut s'y mettre, Moscou centre d'un monde socialiste à venir. Imprégnation 3e Rome, cela coule de source, capitale qui montre la voie au monde. 1930-39 mise en place système. Tombe en panne parce que bloqué d'avance. Capitalisme est équilibre en évolution permanente, crise en crise mais liberté donc rebondit ≠ système rigide, on s'immunise. Système marxiste-léniniste est fixe une fois pour toutes, parti contrôle tout, donc se prive de la critique.

Presse parle des problèmes économiques mais ne remet pas en cause dogme. Système marxiste-léniniste aura beaucoup adeptes dans pays ruraux ou avec peu de prolétaires, cf Italie Espagne France, alors que pas de développement dans pays industrialisés à prolétariat développé, capitaliste.

Deux Europes dans le monde bipolaire
Post 45, 2 blocs Est et Ouest, Washington et Moscou. Europe négligeable. Etats de l'Est se font imposer dictature communiste. Confrontation sans enjeu territorial. Opposition surtout idéologique.

/I Le bloc de l'Est
)A L'URSS

.1 Union des soviets
Union soviétique est union des soviets. Soviet est sorte de Parlement. Réalité formelle = 15 Républiques, écrit noir sur blanc que si veulent quitter l'union ils peuvent. Parlements sont « brigade des applaudissements » = votent tout ce qui est proposé. Députés, s'ils n'exercent pas droits, peuvent le faire (cf 89)

.2 PCUS
Partocratie, 17 millions d'adhérent, 40 millions dans jeunesse communiste. 200.000 personnes dans l'appareil du parti. 105 ministères officiels, mais 105 directions spécialisées dans parti qui contrôlent tous les rouages. Tout service était doublé par appareil sous marin, mais on ne voyait rien. Ensemble contrôlé par secrétaire général. Bien qu'existe président, rencontres officiels des autres chefs d'Etat avec secrétaires. Commission des cadres = service qui tient à jour une liste stratégique, « nomenklatura » ou liste en russe (ministres, députés, président de quelque chose). Commission désigne candidat unique pour chaque poste. Au niveau de chaque République, chaque région, secrétaires locaux qui tenaient liste. Tout poste de responsabilité était contrôlé par la commission, des directeurs d'école aux dirigeants quels qu'ils soient. Parti non monolithique mais divisés en clientèles, réseaux (de l'Oural, sibérien, de l'agriculture). Fonctionnement clientéliste. À partir de 85, information s'ouvre un peu, système se fissure. Châteaux clandestins, tueurs, passes droits...

.3 Economie sous contrôle politique
Pose encore problème aujourd'hui. Principe de planification de tout sur tout. Planificateurs calculent tout, décomposition des produits finis pour objectifs de production des intrants. Système fermé, ø importation. Ministères gèrent 46.000 entreprises. Chaque acteur essaie de négocier marge de manœuvre dans système, raccommodages du plan. Maîtrise impossible. Information manipulée par les gens « frictionnage des yeux ». Jacques SAPIR culture du marchandage, contrat ne se fait jamais respecter, pas bonnes quantités ni jours. Relation homme à homme qui compte. Système fonctionne par débrouillardise, par l'initiative des acteurs, gens très actifs hors du cadre de la loi, placement en illégalité pour avoir prise sur eux ? Plutôt défaut inhérent au système.

)B

« L'Europe de l'Est »

Europe centrale qui devient de l'Est de l'autre côté du mur. « pays frères » pour l'URSS (on ne

choisit pas sa famille...). On essaie d'opérer une cohérence spatiale et économique. Spatial mouais, économique échec total.

.1 Cohérence spatiale
On tente construire un bloc. Rideau de fer hermétique. Occasions pour lesquelles il y aurait pu avoir rapports disparaissent: officiellement il n'y a plus d'Allemands en Europe de l'Est. Est coupé de ses route traditionnelles. Ports fermés comme Triestre et Hambourg, plus aucune circulation sur ces axes. Question nationale éteinte. On amène eau courante (faux) et électricité (vrai), minorités toutes très satisfaites et siègent même au parlement en costume folklorique. Réalité: serbisation et tchécovatisation (constituent les appareils d'Etat), minorités étouffées. 1949 il se passe quelque chose. Confins de la Pologne, Kresy. 1921 Pologne avait profité de l'affaiblissement de l'URSS pour récupérer des terrains non attribués par traités de Paris. 4 millions d'habitants, dont 30% de polonais, reste sont Lituaniens, Biélorusses, Ukrainiens (polonais qui parlent mal pour littérature polonaise). En septembre 39, région que l'armée soviétique prend avec pacte germano soviétique. Derrière rang armée, NKVD (ancêtre KGB). NKVD fait larges purges dans élites polonaise, nationalistes ukrainiens, il s'agit de soviétiser le territoire. 145.000 personnes arrêtés, 75% sont fusillées. NKVD se méfie des Juifs. Juin 41: rouleau compresseur allemand, en place en juillet. Plusieurs types d'attitude; nationalistes ukrainiens survivants acclament armée, polonais peu touchés. Allemands entreprennent Shoah par balle: s'en prennent aux Juifs alignés, 500.000 personnes massacrées en 3 années sur ces territoires. Problème des Allemands: comment trouver Juifs ? Sous traitent à des populations locales, complicité massive. Massacres épouvantables. → ø cohabitation chaleureuse avant 41 comme prétendu 43-44 développement des mouvements partisans, reste des soldats d'armée rouge, avec nationalistes ukrainiens. Ces partisans indépendantistes s'en prennent aux polonais, 50.000 tués. 44 armée rouge reprend territoire. 45 rectification de la frontière: URSS récupère territoire, en échange gagne sur Allemagne. 800.000 polonais déportés, prédilection pour la région Est. Polonais expulsent Biélorusses, Ukrainiens vers Est. Quelques exactions, mais ø massacre à grande échelle. D'où carte de 45. rectifications du fait Juifs, millions de déplacés. On constitue une RSS d'Ukraine, bric à brac puisque n'a jamais existé. Depuis 91, indépendant. Problème est d'avoir peuple Ukrainien. Un bout de Ruthènes, Galicie (ex Rous de Kiev) longue histoire commune avec Pologne, puis autrichienne, mise dedans. La Volhynie un peu à l'Est entre Galicie et Kiev a été récupérée par Moscou à la fin du XVIII lors des partages de la Pologne. Kiev ukrainien, mais russifié. Ukraine orientale a toujours été sous contrôle Russie. Karkov en Russie avant que Lyon ne soit en France. Le Sud ou « nouvelle Russie » zone très peu sûres, peu de population, peuplement post XVIII après conquête par Catherine II. => ensemble appelé Ukraine, assemblage de territoires disparates, avec plusieurs langues, religions. Complexité considérable. Equilibre tend que URSS tient ça de sa main de fer.

.2 Compartimentage religieux
Officiellement sans intérêt mais en fait si. Opposition chrétientés de l'Est et de l'Ouest. Avec orthodoxie, pas de problème. Politiques anti religieuse, mais jamais la religion orthodoxe n'a constitué de mole de Résistance: tout pouvoir vient de Dieu, ont pas pouvoir pour rien; homme pécheur doit expier ses fautes. Chaque pays a son Eglise orthodoxe, patriarches ont pouvoir flou. Eglise du pays n'a pas relais extérieur ni base arrière.

Islam se moule facilement aussi, ne concerne que Albanais et quelques Serbes. Catholicisme est résistant: n'approuve pas politiques anti religieuses, et surtout raison spatiale: communications passent, bases arrières. Pologne bastion de résistance au communisme. Catholique en position de force, « montrez nous votre monde meilleur » quand eux personnes n'en reviennent, communistes auraient comptes à rendre. Grand développement de la résistance avec syndicat Solidernosc. Avancé sur principes, mais arriéré sur mentalités (droit des femmes, avortement, homosexualité...). → compartimentage religieux se renforce

.3 Cohérence économique
Exportation du modèle économique soviétique connaît des ratés. Collectivisation agraire y échoue totalement, Pologne reste en petites propriétés, le grand projet communiste développement du monde nouveau industriel. Retrouve vieux schéma. Développement industriel marche en Allemagne de l'Est et Tchécoslovaquie, un peu Pologne, et plus on va vers l'Est moins on est industrialisé. Pologne et Tchécoslovaquie ont charbon. Ça aurait pu fonctionner si ø Gorbatchev.

.4 Impasse économique
Tentative de redresser économie amène Gorbi. Fléau est agriculture. Pas de problème de production, mais si on soignait facteurs, on accordait peu d'attention au tertiaire: ø stockage, transport mauvais, emballages, distribution nulle donc perte de la moitié de la production. Industrie lourde marche. Industrie de consommation prévue pour avenir radieux, donc horizon loinnntain, promesse qui n'aboutit pas. N'arrive pas à produire: − ø concurrence − un secteur prioritaire « l'archipel blanc » ou complexe militaro-industriel. Articles d'une grande robustesse au combat même si pas première technologie. Pour tromper CIA, les soviétiques avaient déguisé toute les productions militaires. Apparemment petit budget militaire « on veut paix! » mais en fait distillation. 80's développement informatique, nouveau défi. 85 ø chèque ni carte de crédit, ni photocopieur ni annuaire téléphonique, ø PC. Pays passe à côté de la nouvelle révolution « c'était Juste LePlan » M.T. Andropov, puis Gorbatchev. Met système à terre. Rideau de fer tombe, une seule Europe ?

/II La mutation de l'Est
Développement projet européen. Mythes à faire tomber. Archives J. Monnet ouvertes. « l'américanisation de l'Europe occidentale ».

)A

Initiative américaine
.1 Vision globale.

Démocrates américains ont réfléchi pendant Seconde Guerre mondiale, se sont dit qu'ils avaient pas réussi après guerre de 18. Guerre vue comme conséquence de désordres économiques, monétaires, internationaux. Il faut organiser l'Europe après guerre de manière autoritaire. Idées de chez eux. Pensent procéder par

commerce, annulation douanes. Idée du marché pour aboutir à unification. Dès 42 on voit que experts américains perplexes. Disent que ça peut aussi générer concurrent à US, retour Heartland. D'où ambiguïté, poussent à unification commerciale mais méfiance dès que union politique. Pression soviétique et GF font que prennent risque. Containment avant de lancer machine = leçon atlantiste. Relecture de Mackinder. Heartland conquis par Staline, reste sont puissances maritimes. Hantise de celui qui tient Heartland tient monde, avec chemin de fer, il peut tenir monde quand avant bateaux. Containers n'arrivent que 60's. Heartland s'étend, cf Chine 49, américains développent alliance militaires d'encerclement. Construction européenne n'est qu'un mole de résistance parmi d'autres. Autre organisation mondiale, ONU chez eux. Cadre général, plus précisément, mouvements pilotés par américains: accord de BW font du dollar la monnaie de références, structures précises avec FMI et banque mondiale = unification monétaire, abaissement des barrières GATT. Projet économique global, projet politique dans lequel Europe n'est qu'un sous ensemble.

.2 L'Europe
Pas encore évident que Européens s'associent. Pensent que intégration économique est meilleure solution. Optent pour modèle Hamilton. Erreur est que 13 colonies sans passé ≠ paus se faisant guerre depuis toujours. Théorie néo fonctionnaliste, explique que économie commune → monnaie commune → banque centrale commune → unité politique. Plan Marshall en 47, explique conditions. Américains donnent somme pour tous, les pays doivent négocier. Veulent rétablissement Allemagne. 45 5 Allemagne, ambition une seule Allemagne de l'Ouest. 46 à l'ouest on ne parle plus dommage, RDA paiera pour toute Allemagne pour URSS. Sous houlette américaine, naissance RFA avec président chancelier Constitution. Cela pose vite problème.

.3 Développement de construction militaire
49 OTAN, pacte de Varsovie. 55 RFA dans OTAN. En 55, à part Autriche Suède Finlande, Europe partitionnée, continent face à face. 1950 guerre de Corée, problème pour Américains qui ont peine pour contenir Chinois seuls, frisson si URSS s'y met. Ø force militaire autre qu'américaine en Europe. Il faut donc développement militaire. CED en projet. Pacte militaire pour armée européenne sous commandement unique, incluant divisions allemande. Qui va commander ? Un américain. Traité échoue sur dimension militaire, tollé en France. Signé en 52, 54 toujours par ratifié. Problèmes en Indochine font tomber gouvernement, PMF doit le gérer. Pose question préalable, on en parle ou pas ?? non, et ratage du coche construction d'un Etat européen contenu dans texte.

.4 Nature du projet américain
Traumatismes, continent en ruines, camps de la mort... font construction ? ptet démocrates chrétiens, élites qui prônent cette vision des choses. Ces responsables sont décidés à forcer les choses. Derrière il faut que populations acceptent. Comment, pour quoi sans sourciller ? • Occupés à reconstruire, pourquoi pas développement économique ? Mouvements concomitants de prospérité économique et construction • Peur des 20.000 chars de l'armée russe action est donc économie d'abord. CECA. Textes rédigés par des professeurs américains. Dans CED article 38 créait communauté politique européenne (ø armée sans), prévision Etat européen

unique, vite, en profitant de la peur américaine et anesthésie européenne. Assemblée clandestine, ministres des affaires étrangères et gens de CECA, rédige en 6 mois projet de Constitution européenne, ce sont la traduction conforme de textes d'une revue de Harvard sur la Fédération, le tout soutenu par commission américaine pour unification de l'Europe. Commission les traduit, produit final: 2 chambres, une au SUD, une par Etat au nombre d'habitants. Discutent et votent lois, établissent budget, nomment gouvernement, constituent sujet de droit international. Coup de force, vrai fonctionnement démocratique.

)B

Relance du projet européen.

CECA signée dans ambiance de tensions. Marché commun vocable utilisé, pas CEE. Rome ≠ projet politique. Signature comique: on ne retrouve pas texte ! Négociations marquées par conflits entre participants. Incident techniques: Budapest, canal de Suez... « il faudrait ériger statue à Nasser et mettre « aux fédérateurs de l'Europe » mise en place Commission. Conseil des ministres informelle, ad hoc. Parlement en 62, sans pouvoir. Union douanière et économique, objectif économique. Toujours logique fonctionnaliste ? Voeu pieux. Rome vague et imprécis. Objectif 56 à 58 des Européens parmi OTAN: France cherche réincarnation et Allemagne la rédemption. Sont moteurs. Pays qui ont raison d'avoir projet européen. Allemagne avec Adenauer veut réhabilitation historique et morale, réintégration des nations civilisées. France: communistes et gaullistes contre, idée qu'une construction politique européenne avec Benelux, Italie marginale et Allemagne faible serait amplificateur de la France, jouet. Monnet passe son temps aux States, adepte méthode fonctionnelle, pousse à l'économie. Grande partie des hommes politiques européens mus par développement relations et échanges, pour limiter risques de guerre franco allemande. Tellement liés que guerre impossible. Chaque pays va voir intérêts réalisés au sein projet, et non pas projet unitaire, d'où conflits et contradictions.

)C

La pratique européenne 60-89

Mur, on sait où est limite Europe. Embryon politique dans cadre GF. Collaboration entre Etats de l'OTAN. Sommets de chefs d'Etat, lieu où on règle blocages, têtes politiques de chaque pays qui se réunissent pour gros problèmes. Bruxelles devient machine. Théorie fonctionnaliste prend. Machine de production de droit. 90, 27.000 fonctionnaires, pour droit, harmonisation. Quel contrôle politique ? Quels élargissements ? 73, 81, 86. toute Europe occidentale sauf Islande suisse Autriche. Tous sont membres OTAN. Politique dedans.

.1 Passage à l'Union européenne
Le modèle actuel souffre de problèmes.

-a

Modèle actuel

La grande question est une question de géopolitique : est-ce un espace ou un territoire (là cela serait un embryon de constitution politique) ? En France, version officielle : nous sommes en train de construire une unité politique européenne. en fait dans le fonctionnement actuel il y a un véritable problème fondamental au fonctionnement.

C’est le « déficit démocratique ». d’où vient ce problème ? Cela vient du point de départ qui n’a pas défini les choses précisément. La Commission n’est pas issue du suffrage universel, elle est composée de technocrates. Mais le pouvoir de décision n’est pas à la Commission qui par contre détient le monopole de proposition. Le Parlement est élu. Les textes ont été proposés par la Commission. La capacité de changer le texte proposé est extrêmement faible. Giscard d'Estaing lors d’une interview avait expliqué la nature du problème : tout le monde est très content de cette ambiguïté, selon lui la « zone grise » concernant la prise de décision européenne arrange tout le monde. 2 facteurs à l’origine de cette ambiguïté : on a créé une machine européenne; c’est une machine lourde ayant des dirigeants. Ces dirigeants ont tendance a vouloir toujours de plus en plus de pouvoir réel. Mais comment se fait-il que les dirigeants se laissent ? Pour eux Bruxelles est une institution qui les intéresse puisque dès que des mesures impopulaires sont prises on rejette la faute sur la commission euro. L’ouverture des négociations avec la Turquie. Il est impossible de savoir qui a décidé de négocier avec la Turquie, cela date de 1999. C’est la France qui vote et qui fait basculer le vote en faveur de l’ouverture des négociations (la France avait toujours refusé). La Commission Prodi : texte dans lequel il explique qu’ils donnent un avis favorable à l’ouverture des négociations. Prodi a donné un avis favorable mais il s’en va et ne décide donc rien. Lui succède la Commission Barroso qui donne un avis favorable puisque un avis favorable avait déjà été pris, on ne peut plus reculer. Cela est transmis au Conseil. Le Conseil euro se réunit, on est obligé d’ouvrir les négociations. C’est un prototype de non décision, il n’y a aucun responsable de l’ouverture des négociations. Jusqu’en 2005 il n’y a pas vraiment de discussion sur le caractère démocratique de l’UE. 2005 refus fr sur le traité C° euro, puis même chose aux Pays-Bas. En déc 2007 deux événements: - élections de déc 2007 en Russie. Concerts de klaxons ds la presse occidentale qui dénonce une parodie de démocratie russe. - Le niveau président français, Sarkozy, décide de ne pas tenir compte du référendum de 2005. On revote alors au Pa et cela passe.* Il y a un déficit de légitimité de la part des décisions euro qui ne sont pas issues entièrement d'un organe élu démocratiquement. Le système actuel ne peut que produire du brouillage et des difficultés. Les travaux des juristes : Les juristes américains, notamment un qui est observateur des EU au conseil de l’Europe, écrit un art où il explique que les Européens n’ont pas bien compris. En 39 45 il y a eu victoire du nationalisme américain, ils ont défendu leurs valeurs et les ont fait triompher dans le monde. Or selon ce juriste, ce n’est pas perçu ainsi en Europe où les hommes politiques ont tiré une autre conclusion de la Seconde Guerre mondiale ; le nazisme et le fascisme étant arrivés au pouvoir par les urnes, il est absolument nécessaire de se méfier du SUD et de remettre un pouvoir croissant entre les mains d’individus qui ne peuvent être atteint. C’est pour ça qu’on a prévu une Commission dans le traité de Rome. Il y a une interprétation différente selon le côté où l’on se trouve. Les gouvernements européens après la Seconde Guerre mondiale vont se montrer ouverts aux organisations internationales qui échappent au suffrage universel, contrairement aux américains qui ne font aucune confiance aux OI. Les USA n’ont pas signé la Convention internationale sur le droit des femmes alors que l’Arabie Saoudite a signé ! la construction européenne a un problème de définition, de répartition des pouvoirs et qui affronte une crise économique multiforme. Différents grands problèmes économiques qui se posent : - l’absence de politique économique unique dans l’UE, il y a autant de politiques économiques que de pays européens, sauf de temps en temps par exemple en automne 2008 les politiques européens ont été là harmonisées. Il y a des états de développement économiques différents, des structures économiques différentes par conséquent il est très difficile d’avoir une politique économique qui ne se fasse pas au détriment de certains. - la monnaie unique. La banque centrale euro a reçu un mandat impératif de s’occuper de l’inflation. Cela a donné des situations hubuesques. La po euro menée par la BCE était anti-

inflationniste et paralysait la croissance européenne. La BCE et la Fed sont indépendantes du pouvoir politique, mais la Fed s'occupe aussi de la croissance. - la croissance : nous sommes ds une ère post-industrielle, ce qui est inexacte (jamais l’industrie n’a été aussi puissante le problème c’est qu’elle a externalisé tous ses services). 2 types de politiques à ce sujet : Côté américain : on recherche la croissance par des théories schumpéteriennes, à savoir l’innovation permanente, la destruction créatrice. Côté européen : des projets smithéens, on vise à la croissance économique par l’augmentation et l'extension des marchés. - le déclin démographique : rétraction du nombre de naissance et développement du nombre de personnes âgées. Comment financer le système de retraites ? « encore 15 ans comme les 15 dernières années et l’Europe sera un parc d’attraction pr touristes américain et chinois » Saint Étienne En 1990 (en PIB) RU+ F + All = USA  RU+F+All = 0,65USA Quelles sont les limites de l’UE? La question de l’élargissement ; il existe un Commissaire à l’élargissement. 2 types d’élargissement - le 1er c’est l’élargissement de 1995 Autriche, Suède, Finlande qui sont neutres. Or on veut construire une politique étrangère commune. Comment réaliser ce but entre des pays qui sont membres de l’OTAN et des pays qui sont neutres ? c’est inconcevable. Il ne peut pas y avoir de politique étrangère commune entre ces pays. Dans ces conditions comment prétendre encore avoir un projet politique ? - l’élargissement à l’Est : il est différent parce que là on va s’élargir sur des pays qui ont éventuellement vocation à adhérer l’OTAN. Un élargissement qui pose de sérieuses difficultés. Mais il était guidés par des objectifs concrets. La grande crainte est de voir les ex-pays à l’est du rideau de fer tomber dans le chaos (côté européen). 1er élargissement en 2004, un 2e en 2007. Un des critères de Copenhague est le respect de l’acquis communautaire (en 1990, il y a 100 000 pages d’acquis communautaire). C’est à une construction extrêmement élaborée que ces pays doivent adhérer. Cela même faillit à un moment faire capoter l’adhésion. En 2002, les négociateurs européens tirent la sonnette d’alarme : il y a un problème avec la Pologne, pays qui a le plus de mal à aligner toutes ses institutions sur le modèle européen. On ne peut pas faire adhérer les pays de l’Est sans la Pologne. Tous les dossiers st alors enterrés, adhésion de tout le monde et c’est pour ça qu’en 2004, on fait rentrer ces pays. On adhère et on verra ça ds le temps, on appelle cela le big-bang. En 2007 la Roumanie et la Bulgarie entrent ds l’UE (retard dû au fait qu’elles n’étaient vraiment pas en phase avec les acquis communautaire). Europe des 27. Est-on toujours sur un projet d’union politique ? les nouveaux pays sont sur la ligne anglaise, à savoir considérer l’UE comme un marché commun. 2 perspectives avec ces dernières adhésion : idée économique et sécurité (qui viendrait des EU et non pas de l’UE car cette dernière n’a pas la capacité militaire d’assurer la protection de quiconque sur le continent euro.) c’est donc une vision libre-échangiste qui l’emporte. Le 9 déc 2004 le Herald Tribune se félicite de la victoire américaine: ces pays sont vus comme les protes-voix de Washington. Juste après l’adhésion des pays de l’Est à l’UE, surviennent les élections euro où le taux de participation décroche complètement. Parler d’élan euro est plus qu’exagéré.

-b
Plusieurs solutions géopolitiques sont proposées :

Nouvelle architecture

- L’histoire du Couple franco-allemand (=recentrer la construction euro sur la France et l’Allemagne) ou du Noyau dur (Allemagne + France et quelques autres pays). Plusieurs problèmes :

c’est une idée qui horripile les Anglais car l’Angleterre se sent à l’écart. Deuxième difficulté : deux gouvernements s’engagent dans cette voie, est-ce que la voie en question résisterait à un changement de gouvernement dans un des deux pays ?. Beaucoup journalistes (D. Verney Le Monde) préconisent d’appliquer le traité de l’Elysée signé en 1963 qui prévoit double nationalité pour Français et alld, administration commune, armée intégrées. Est-ce que l’opinion allemande et l’opinion française ont la même vision de l’UE ? Hubert VEDRINE avait expliqué qu’il y a avait des problème parce que sur le plan fondamental, l’Allemagne est mieux adaptée à la situation actuelle alors que la F l’est moins. Les obstacles principaux : on remarque qu’aujourd’hui à part EADS il n’y a plus aucun projet économique commun entre la F et l’Allemagne contrairement à une vingtaine d’années auparavant. Par ailleurs depuis 5 ou 6 ans on observe que systématiquement quand grand industriel allemand cherche un partenaire il prend un partout dans le monde sauf en France et inversement. Les partenariats industriels sont en voie de quasi disparition. Une idée donc qui doit faire ses preuves. - La construction politique comme 2e solution : cette construction politique est connue sous la plume des géopoliticiens sous le nom d’« Europe puissance ». on retrouve là l’idée gaullienne selon laquelle l’Europe serait le porte-voix de la la France. Tous les auteurs le remarquent cette « Europe puissance » est un projet assez français. Tous les auteurs américains expliquent qu’il n’y a pas d’Europe puissance. KAGAN explique que la stratégie de l’Europe est guidée par sa faiblesse, les européens sont toujours partisans de solutions multilatérales mais refusent d’affronter les puissances. On tolère les menaces explique-t-il non pas par respect du droit mais faiblesse et incapacité. Seuls les EU déploient leur puissance ds le monde, l’Europe n’a que le projet de négocier, tout simplement parce qu’elle est faible selon lui. Les Européens auraient opté pour la non puissance. - Les constitutionnalistes proposent de construire un Etat sur le modèle du Saint Empire Romain Germanique = un espace d’agrégats désunis à géométrie variable (on ne savait jamais quelle était la limite exacte de l’Empire romain-germanique). Ce projet correspondrait au modèle de la construction européenne. On a donc un système politique où la décision est assez floue, mais c’est pas grave. On a un modèle aux limites peu nettes puisque ds l’UE il y a des pays membres de la monnaie unique d’autres pas, certains sont membres de l’Espace Schengen, d’On a un modèle aux limites peu nettes puisque ds l’UE il y a des pays membres de la monnaie unique d’autres pas, certains st membres de l’Espace Schengen, d’autres pas. On peut y mettre ce qu’on veut et y faire ce que l’on veut. - Le marché crée l’Union, c’est la voix de Giscard d'Estaing et Monnet : développer les relations, abaisser les frontières, favoriser la circulation, homogénéiser l’espace et de cet espace jaillira le territoire. Le produit politique sera la résultante de l’homogénéisation. C’est un modèle connu, c’est le modèle de l’unité allemande .

/III Qu’est-ce que l’Etat ?
C’est un problème que rencontre également d’autres pays. Le point de départ est Robert COOPER anglais, diplomate, directeur général des affaires politiques du Conseil de l’Europe. En 2003 il explique qu’il y a 3 types d’Etats ds le monde actuel, 3 types d’Etats qui sont à des époques historiques différentes : des Etats modernes traditionnels (ces E modernes st des puissances majeures d’aujourd'hui et encore plus de demain. Ex Chine, Inde, Pakistan, Russie, Brésil. Les questions que nous nous posons sur l’Etat post moderne ne concernent pas ces pays qui ne s’en préoccupent pas), des pays sans Etats (des Etats où les e a cessé d’exister. Somalie, Afghanistan. Dans ces Etats, le gouvernement a perdu le monopole de la force ce qui fait que les groupes règlent leur justice eux-mêmes. Le modèle euro médiéval correspond à ce type d’Etats pour COOPER), les Etats post modernes ou post impériaux. La question d’Etat post-moderne se pose en Europe. Aux EU cette question se pose sous une autre

forme : dépasser l’Etat impérial d’où E post-impérial. Cet auteur explique que la cause fondamentale de tout ce trouble est militaire. Pr la première fois depuis 1500, l’Etat n’a plus le monopole de la violence parce que la technologie a atteint un pt qui permet à des groupes d’individus d’utiliser la violence sans qu’il soit possible de les frapper, ils ne constituent pas de cibles identifiables. C’est le terrorisme, cas de figure de guerre complètement nouveau. 3 catégories d’armes : le nucléaire, le chimique et (la seule arme réellement de destruction massive à al portée des terroristes) l’arme biologique. Aucun E ne peut se servir d’arme bactériologique car on ne peut pas assurer le développement du virus qui peut muter. Par contre pour un groupe terroriste c’est une arme utile (peu d'investissement et arme très efficace). La fin de la Guerre froide n’a pas signifié la fin de la guerre selon Cooper. On est revenu au XIVe siècle avec l’effondrement de l’ordre et des pop soumises à des bandes armées ds certaines parties du monde. Mettre au point quelque chose de nouveau - l’Etat post moderne - certains ont mis au point l’Etat membre. - L’Etat cosmopolite. - L’Etat marché (ça ça tient al route) avec P. BOBBITT géopolitologue américain The shield of Achilles (le bouclier d’Achille). Selon lui le système étatique correspond à un système militaire. Plusieurs Etats se sont succédés dans l’Histoire : Etat princier, Etat royal, Etat territorial, Etat marché. A chaque fois c’est une rupture militaire qui a fait qu’on a changé de type d’Etat. un Etat est un morceau d’espace ds lequel les hab ont établi un compromis avec le dirigeant*. Le canon ruine le système médiéval avec ses forteresses. Le canon impose un nouveau système de compromis territorial car système féodal ne peut plus garantir la sécurité extérieure. Etat princier promet et assure la sécurité externe (= compromis territorial) contre une limitation de la liberté. Ces Etats étaient assez forts pour lutter contre une menace extérieur mais pas assez pour assurer la sécurité intérieure. Cela entraîne un deuxième compromis : Etat royal qui assure sécurité externe et interne (qui était devenue le pb principal) cela signifie plus d’impôt. Etat territorial (1er temps avec l’Angleterre) : assure sécurité externe et interne. En plus il faut rajouter la richesse matérielle (révolution agricole, industrielle) moyennant de nouvelles charges mais il faut noter une diminution de la pression politique. Rupture avec la Révolution française. La Nation Etat avec la France comme modèle : sécurité externe + interne + richesse matérielle + droits civils et politiques. Pr Bobbitt on arrive à l’Etat Nation dans les années 30 : tous les critères précédents sont là (sécu externe + interne + richesse matérielle + droits civils et politiques) + le bien-être social (le Welfare state). C’est ce modèle qui est aujourd'hui en crise car le bien-être social est en cause. Les conditions démographiques se sont effet retournées, aujourd'hui les Etats ne peuvent plus payer les charges auxquelles il s’était engagé. Le compromis est donc caduque. Par ailleurs la sécurité externe est également en cause, les Etats n’étant plus aptes à assurer la sécurité externe et interne aussi. Face à la crise la richesse matérielle paraît bien compromise. Autrement dit le compromis territorial ets mis à mal. Le développement d’armes qui rendent la frontière inopérante par ex l’arme bactériologique. Pr l’arme nucléaire la dissuasion ne fonctionne plus. 3 éléments des menaces dépassant l’échelle étatique se st mises à proliférer : les migrations massives de population, les maladies qui circulent d’autant plus vite que l’homme circule plus vite aujourd'hui, la menace environnementale. Sur le plan économique depuis 1980, depuis qu'on est passé à l’ère globale, les Etats sont désarmés face à l’évolution économique générale. A partir de 80 la régulation devient impossible. Enfin les réseaux de communication qui aujourd'hui dépassent les frontières. La frontière étatique est donc percée de tous les côtés. Quelle est la structure adaptée ? attention ce n’est pas la fin de l’Etat, l’Etat doit trouver la réponse à l’ensemble des défis posés. La solution de Cooper : l’Etat de marché. Il y a plusieurs variantes selon que l’on met en valeur tel ou tel critère. Diminuer les fonctions de l’Etat telle est la solution, c'est-à-dire sous-traiter. Cela se décline de plusieurs façons : L’E ne peut plus être le responsable du bien-être. L’Etat doit inciter chaque individu à maximiser le

choix disponible, c'est-à-dire que l’individu prenne en partie en responsabilité ce que l’Etat du Welfare assurait en totalité. Il s’agit de rendre le monde possible amis s’en garantir les résultats. 2e problème : la défense. Compte-tenu que l’Etat n’assure plus les critères cités plus haut, la conscription devient presque invendable. Il sera de plus en plus difficile de trouver des gens qui acceptent à servir cet E au risque de leur vie. Il faut sous-traiter la défense à des entreprises qui fournissent des combattants professionnels. (2e variante) : financer des forces amies en les armant avec circonspection. On contrôle bien la technologie qu’on diffuse et on fournit le renseignement d’où l’importance de la technologie spatiale. On expérimenté ça : les Américains ont fourni aux Croates les photos sur les positions serbes. On aide un camp a dominé mais pas trop, sans lui fournir les clés de la puissance. 3e problème : l’Etat doit être indifférent à l’ethnie, la race, au genre, à la culture. 4e problème : la globalisation pose un problème en minant les valeurs collectives et en favorisant l’individu. On aura des groupes d’individus qui vont se référer à des identités larges (ex l’écologie). Ceci suppose le contrôle de l’information. Il s’agit d’informer sur les technologies d’info-guidage. On pilote l’information, on contrôle l’opinion. Ex avec la guerre de Yougoslavie. Ceci est essentiellement destiné à l’Etat américain. Si on gère les choses de al sorte pour cet auteur, les Eu continueront à exercer leur suprématie sur le monde. Les guerres dorénavant seront des guerres de basse intensités, info-guidées, leur objet sera juste consolider l'ordre mondial (empêcher déséquilibres locaux sans jamais écraser un pays). Évidemment dans ce concept les Etats fédéraux sont mieux préparés, surtout les US ; face à ce besoin d’Etat marché, la tentative de Bruxelles est pathétique. Mais est-ce que la Chine suit ce modèle ? actuellement qui progresse le plus les USA ou la Chine ? C’est la Chine !

L’Europe dans la circulation internationale
Les territoires sont des compromis. On a aujourd’hui affaire à un système mondial ds lequel on distingue deux éléments : la circulation de marchandises qui est le marqueur de la répartition de l’activité industrielle ds le monde et le développement métropolitain qui est le marqueur de l’activité tertiaire dans le monde. On explique habituellement qu’il y a progression du secteur tertiaire et diminution du secondaire. C’est une illusion. En fait le secondaire n’a jamais été aussi puissant qu’aujourd'hui, en fait le secondaire a été externalisé. Le tertiaire sert l’appareil secondaire. La puissance industrielle reste un élément déterminant de l’économie. La circulation de marchandises internationale se fait par voie maritime, ce qui explique le problème de pays qui st en-dehors des routes maritimes comme la Russie par ex. La circulation maritime se divise entre le vrac (Oil, B = céréales, Or = les minerais) et les MG marchandises générales. Ces marchandises circulent en vrac dans des vraquiers. Les MG désignent tout le reste des produits (frigo, automobile) dont la localisation n’est pas fixée par la nature contrairement aux vracs.

/I Le transport des marchandises générales
On utilisait des cargos. Aujourd'hui 95% des MG circulent en conteneur, une invention technique qui a complètement bouleversé l’industrie du monde*. Le conteneur, qui est une boîte, a été inventé par un camionneur canadien. Conséquence = accélération considérable de la circulation. 1965 le premier conteneur franchit l’Atlantique, c’est le pt de départ de la mutation internationale. Un conteneur est 1 Equivalent Vingt Pieds EVP. Cela peut peser jusqu’à 21 tonnes. On charge les conteneurs dans des navires. L’Asie orientale n’a pas s’orangiser dans la fourniture de biens industriels parce qu’on utilise les conteneurs avec tout un système performant. En 1960 le cargo moyen c’est 10 000 tonnes. Il nécessite 35 hommes d’équipage qu’il faut payer. Il fait le voyage : Japon-Europe, Europe-Japon en 5 mois. En 2000 c’est le porte-conteneur. Le porte-conteneur moyen fait 60 000 tonnes, circule avec 15 hommes et fait le voyage en 2 mois. La circulation ne coûte plus rien. Les escales st très rapides. Pr le chargeur c’est un atout considérable puisque les risques st quasiment nuls (les conteneurs étant verrouillés, pas d’avarie, pas de perte, pas de vol ; par conséquent les primes d’assurance ont été fortement baissées). La taille des navires a augmenté sans cesse, ce qui a provoqué des bouleversements imprévus de la circulation mondiale. Jusqu’en 1988 on ne rencontre pas de souci. Europe, Japon, EU : ts les armateurs ont des services de tour du monde. La moitié des bateaux tourne dans un sens, l’autre moitié dans l’autre. En 1988, les bateaux commencent à faire plus de 32 mètres de large. A 32,6 m, on ne peut plus passer à Panama. Cela a entraîné une réorganisation de la circulation. Cela a des conséquences pour l’Amérique centrale qui est en plus grande difficulté face au développement industriel mondial car il y a beaucoup moins de bateaux qui y circulent. 32 m correspond à 4 800 EVP.

)A

Les flux actuels

Le grand flux c’est l’Asie orientale-Europe avec les grands ports européens et asiatiques. Asie orientale-Amérique de l’Ouest est un autre lien. Le flux transatlantique n’est plus dominant. Le basculement c’est l’Atlantique au profit du Pacifique et de l’Océan indien. On parle maintenant de range. L’Europe de plus en plus voit son activité d’échange se concentrer dans les Northern 47

Range. Il existe un principe de base : chaque armateur a son service, a des dizaines de bateaux donc chaque bateau a un itinéraire fixe. On sait à six heures près à quelle heure votre caisse va arriver ds le port en question. 1 ou 2 escales. Dans les années 50, on dénombre une dizaine de ports en Europe, aujourd'hui il n’en reste plus que 5.

)B

L’évolution des bateaux

On atteint les 13 800 EVP avec 42 m. Le problème c’est qu’avec cette taille on ne passe plus Suez. On est alors obligé de faire le tour par le Cap, alors qu’aujourd’hui l’Afrique est en dehors des routes maritimes internationales. On est en train d’élargir le Canal de Suez ce qui fait que les Africains ont toujours des soucis à se faire sur le développement industriel. Un système s’est mis en place. C’est un système qui est très résiliant (quel que soit le problème il s’adapte immédiatement) : on a des armateurs possédant des bateaux et offrant des services. Ce sont des commerçants. On ne s’arrête que s’il y a du fret (= la marchandise). Si pdt 8 ou 15h le port n’est pas capable de fournir au moins 600 à 1000 EVP, on raye cette escale. On a des ports que l’on appelle des ports d’éclatement. Le feedering : là où l’on a des gros flux, on met des gros bateaux et le reste on le dessert par feedering. L’Afrique est raccordée à la circulation internationale par feedering. Grâce à l’importance des dessertes, le Cap se trouve à 42 jours du Japon. Chaque armateur maritime est lié à son feeder. Chaque jour 100 conteneurs partent du Japon. Une entreprise chinoise veut transporter des T-shirts ds un conteneur de 40 pieds. On peut charger 95 000 T-Shirts et cela coûte 2 200€ pour transporter cela jusqu’en Europe. Rapporté au T-shirt on voit que cela ne coûte rien (2 centimes par T-shirt). Le transport Asie-Europe ne coûte rien et la hausse du pétrole ne change rien parce que c’est marginal. Le coût du transport d’un écran plan est de 10€. Il y a un problème de fond. Ceci est vrai uniquement sur cette ligne. En-dehors de celle-ci les prix augmentent considérablement. C’est soit le transport massifié ou pas de transport du tout. Le prix du transport maritime Japon-Europe (10 000 km) est le même prix que de faire 200 km de route.

)C

Les ports

C’est l’armateur qui choisit où il va. Pr les ports, il s’agit d’offrir le meilleur service aux armateurs. Plus les bateaux st gros, plus il faut des profondeurs. Ce st des bateaux de 100 000 tonnes qui doivent rentrer ds les bassins. Il faut des quasi ( ?), il faut avoir 5 à 10 places pr les portes-conteneurs. Il faut des espaces de stockage pour empiler les conteneurs. Le pb majeur pr le continent est le changement d’échelle. Un camion c’est 2 EVP, on rencontre un problème d’évacuation. Un train c’est 60 EVP. C’est le plus mauvais moyen pour transporter les conteneurs, sachant qu’un train circule beaucoup moins vite qu’un camion et que le train ne peut aller jusqu’à l’usine. Ce qui est très bien adapté, c’est le bateau fluvial de 150 à 450 EVP. En deux bateaux fluviaux on expédie l’ensemble des conteneurs d’un bateau. La carte des voies fluviales explique la carte des ports européens. Rotterdam, Anvers, Hambourg sont tous reliés à un système de navigation fluviale parfaitement organisé. En France c’est difficile, on est en bout de ligne fluviale. On est en train de construire une liaison Seine-Rhin. Rotterdam et Anvers st à la recherche de surfaces à l’intérieur des terres, des « ports secs ». Les armateurs ft leur choix en fonction de la fiabilité du port, de la qualité des connexions avec le port, du temps des escales. Les transitaires transportent les conteneurs vers la circulation internationale. Tout est informatisé. Cela prend son essor à partir des années 1985. L’informatique permet pr les armateurs de gérer un parc. Pour les armateurs à bord, cela sert à placer les conteneurs sur le porte-conteneur (la moitié des conteneurs étant vide, l’autre moitié étant pleine, il faut dc les placer en fct des poids, de l’escale suivante). On sort 45 conteneurs à l’heure. Lorsque l’on décharge les 48

bateaux : pour savoir quel conteneur prendre, où le stocker, cela se fait grâce à l’informatique. Sans l’informatique, ce système ne fonctionne pas. En 2003 la Chine a produit 50% des caméscopes de la planète, 30% des télévisions et climatiseurs, 25% des machines à laver, 20% des réfrigérateurs, ils ont une main d'œuvre au bas prix, un transport qui ne coûte rien. Les Chinois ont l’intention d’augmenter considérablement leur part de marché ds chacun de ces domaines. Par ailleurs ils s’intéressent aussi aux domaines ds lesquels ils ne st pas encore présents (comme l’automobile, puis au train, à l’avion).

/II Le transport voyageur : deuxième grand réseau
Là on est avec l’avion. Le transport voyageur est concentré ds quelques très gds aéroports (trafic en millions de passagers par an). La circulation aérienne internationale est encore plus concentrée que celle des marchandises. On est dans un système Huband spoke (des gds aéroports puis des correspondances). Dans les années 70 on est ds des avions qui ft Milan-NY, Paris-NY, Paris-Chicago etc. A partir de 1978, les compagnies aériennes ont commencé à rationaliser leurs services et à choisir un aéroport par continent que l’on appelle gateway. Ils se st multipliés on parle à nouveau de hub. Pr Air France, c’est Roissy. Cela marche par correspondance. Roissy offre en une semaine 150 000 destinations. 75 000 à Francfort. Les compagnies aériennes ont focalisé chacune sur un hub. Roissy a encore amélioré sa capacité puisqu’Air France a racheté KLM. Roissy fonctionne alors en partenariat avec Schipol. Si on prend aéroport par aéroport, c’est Roissy qui est n°1 européen. On a donc une concentration sur quelques aéroports. L’Amérique, plus précisément les EU, sont le pilier parce qu’ils sont dans la circulation internationale mais aussi parce que pr circuler à l’intérieur des EU, on utilise l’avion alors qu’en Europe avec les TGV, on a une alternative considérable. Comme on a besoin de transport de marchandises comme des puces, là on utilise l’avion. Il y a donc un besoin de fret aérien dans un système de production mondialisée. 1973 premier système de fret aérien lorsqu’un Américain fonde Fedex (Federal express). Fedex est le n°1, mais il existe aussi UBS et l’allemand DHL comme n° 3. Les transports de ce type utilisent la nuit pour assurer la circulation. Les aéroports qui sont les hubs de Fedex par ex, fonctionnent de nuit. Roissy l’est pour Fedex. Comment expliquer qu’il y a une prééminence de l’Amérique du Nord et de l’Europe face à l’Asie orientale ? Le transport voyageur international est le marqueur du développement du système tertiaire.

/III Le monde métropolisé
Les grands hubs sont dans les grandes métropoles internationales, l’un ne va pas sans l’autre. Il y a un lien très complexe grandes métropoles/grands aéroports internationaux. C’est une adaptation de la structure industrielle et économique mondiale à la globalisation qui a donné un tel fonctionnement. Le pouvoir économique, le commandement des grandes industries, grandes entreprises, s’est organisé de telle façon à avoir sa direction dans un lieu branché (à savoir un lieu d’où on peut expédier ses cadres partout ds le monde et en recevoir des entreprises partenaires). C’est là qu’on peut diriger efficacement son entreprise à l’échelle planétaire. Si les pouvoirs publics ont rééquipé les aéroports, on l’a fait à Paris, Londres, Francfort. Le pouvoir se concentre dans les milieux de haute accessibilité internationale (aéroports internationaux) et régionale (liaisons régionales avec l’espace avoisinant). Les grandes décisions se prennent en face à face, il faut donc pouvoir régulièrement rencontrer les partenaires pour signer et faire les suivis. Ce système global a favorisé l’affirmation considérable des métropoles. L’espace économique mondial est métropolisé, certains avaient pronostiqué la fin des Etats 49

puisque les métropoles allaient contrôler le monde (BADIE). Erreur. (+ aspect télécommunication à compléter) - La production matérielle ne déserte pas les métropoles, sauf cas particuliers. - Les métropoles sont les lieux de résidence des décideurs que l’on partage en deux catégories : les décideurs économiques et les décideurs politiques. - (3e éléments) La production de services. Les demandeurs de services sont là, donc les services sont ici. Les services à entreprise sont l’audit, le conseil etc. C’est dans les métropoles qu’on trouve un service de conseil le plus perfectionné. - Ces métropoles sont les centres internationaux de la culture. Tout d’abord parce qu’il y a le marché. Les conjoints des décideurs jouent là un rôle considérable (souvent ils refusent de quitter ces grandes métropoles culturelles). Les mécènes sont également là. Une métropole est un lieu de regroupement polaire, « un lieu où les hommes, les marchandises, les informations, les capitaux affluent et repartent » BRODEL qui décrivait Bruges au XVIè siècle. La métropole est le commutateur d’échelles, c’est le lieu où vs accédez aux autres métropoles internationales et l’endroit où vous passez du régional à l’international. Il existe des métropoles plus ou moins développées. Les métropoles internationales. (Lyon n’est pas une métropole) Il existe 3 types de métropoles (liaison entre les services bancaires, d’audit, de publicité comme critères) Londres, NY, Paris, Tokyo au top ! On a une concentration spectaculaire sur le continent européen. En termes de services, le continent européen est pour l’instant en tête. Une métropole est un centre qui rassemble les commandements des entreprises. Retour à l’échelle euro. On distingue deux catégories de pays : - La France qui n’a qu’une seule métropole : c’est le système centralisé monocentrique. - Les pays qui ont des systèmes décentralisés : L’Italie (Rome -capitale po-, Milan -capitale économique- ; tout le nord de l’Italie est parsemé de sièges sociaux). La Suisse (Bâle -capitale des directions de la chimie suisse-, Zurich, Genève avec Nestlé). Le Luxembourg (c’est la 6è place internationale de gestion des actifs financiers). La Belgique. Les Pays-Bas. Le cas allemand avec le poids du passé (cf les deux Allemagnes) : Francfort en tête. En 1945 les Américains décident que leur commandement militaire sera à Francfort. Cette décision fait que Francfort se met à dominer l’espace Rhénan. On trouve en effet le premier aéroport allemand à Francfort, la BCE est aussi ds cette métropole. Munich : seconde métropole allemande comme capitale de la culture avec des sièges sociaux très importante, la 4e banque allemande . Stuttgart est le plus petit niveau de métropole allemande: 1,5 millions d’habitants, 3e centre de l’édition en Allemagne, 5e centre financier, 4e place européenne de recherche (devant on trouve Londres, Paris et Munich). Le cas de Londres qui est le poids lourd en Angleterre (Edimbourg n°2), THE place financière européenne avec 400 000 emplois qui st la clé de la puissance financière de l’Europe. 20% des prêts bancaires se traitent à Londres. 50% des transactions mondiales se ft à Londres etc. Le problème fondamental de l’Europe est comment faire pour que l’Europe continue à être ds la course économique compte-tenu de la métropolisation ? comment faire pour que notre appareil industriel ne soit pas anéanti par la circulation internationale ?/////// BRZEZINSKI reprend Heartland de MACKINDER: c'est l'Eurasie. Il prône que la conservation de la puissance américaine passe par le contrôle de ce Heartland. // avec la façon dont le RoyaumeUni qui veulent équilibre sur le continent, ne souhaitent pas qu'une entité prennent le pas sur le reste. Quels sont les buts ultimes de l'Allemagne et du Japon ? SPYKMAN 1948 constate unification du Heartland en marche, entre 49 et 56 (jusque rupture sino – soviétique). 50

Yougoslavie HS. Première division: chrétientés orientales et occidentales. Est: disparition de la Rous et recomposition de la Russe, reste est zone de broyage, toujours sous la houlette de pouvoir traditionnels, avec fusion pouvoirs religieux et politiques sans place pour sociétés organisées modernes, ø partage du pouvoir au delà nobles et prêtres ni bourgeoisie qui à l'Ouest a été moteur de la modernisation. Ouest: religieux, politique et société civile s'entremêlent et entraînent morcellement particulier avec développement économique. Cas particulier de Royaume-Uni où nobles et bourgeois subsistent. France prise de pouvoir par le politique cf Louis XIV. Espagne variation France avec fort pouvoir politique. parce que moteur économique que moteur politique. Entre les deux, périphéries toujours menacées d'être conquis, n'arrivent pas à avoir économies aussi performantes, 39 Etats agricoles. 48-70 communisme amène un certain développement industriel. Marge laissée à société civile décidée par religieux. BRZEZINSKI EU membres de droit de l'Union européenne, puisqu'ils en assurent la défense et que les transnationales américaines y font la loi. Solution consiste à pousser Etats dont ils sont sûrs qu'ils sont des pions américains. Baltes et Pologne (anti russes), + Roumanie Bulgarie. Si Turquie, majorité pro américaine. Objectif général: maintenir suprématie EU dans monde incertain. Europe est la clé. Elan bisounoursique a fait élargissement à l'Est. Les Allemands y tenaient. Leur partenaire économique numéro 1, intégration dans appareil économique allemand. Travailler terminologie territoire ou espace. BOBBITT idée 3e Rome 1450-70. millénarisme, problème de la technique. Les pays protestants s'en sortent le mieux post millénarisme passé. Développement machine métal arme à feu, intégration des prémices de la révolution industrielle. Dès XVI pays protestants reconnus comme maîtres de la technique, d'où Ivan IV qui veut copiner avec des protestants. Catholiques se méfient des protestants et de la technique, des gens pas nobles deviennent importants, bêêêêh donc commerce bêêêêêh France reste en dehors jusqu'en 1792, Espagne et Pologne (veut les 3 ordres) et Hongrie out Russie n'a importé sous Pierre que des morceaux. AH s'aperçoit que faut armes contre ottomans, mais n'imposent pas aux bonnes gens le commerce diabolique on refile le bébé aux Tchèques qui comptent nombre de protestants. Raisons religieuses, pas forcément les mêmes. Limites Christianitas mouvante, coeur jusque ouest de l'Europe médiane, qui constitue marge. pologne / Slovaquie et vers sud, zone confrontée à différents envahisseurs. Grand nombre de nations qui n'ont pas réussi à s'exprimer au XIX, d'où expression plus tard. Empires, mouvements nationaux étouffés. Comme jamais eu d'Etat correspondant, limites pas simples, pas possible de les dés-imbriquer. Cohabitation en paix tant que armées impériales présentes, mais dès que pouvoir fort saute, boum. Organisation des réseaux, poly ou mono centriques. Etats parfois rattrapent des temps perdus. Connexions avec le monde: Europe connectée avec certains endroits et pas d'autres, pas par hasard. Evolution territoriale a fait que Francfort Londres(5) Paris ports: Rotterdam, Anvers, Hambourg, Brême, Gênes. Rotterdam et Anevers ont derrière eux le moyen de transport massifié. Déparque 1000 à 2000 EVP, un camion en transporte 2. ont ensuite voie d'eau. 60 EVP train, 150 à 400 EVP sur bateau fluvial, accès à tout le réseau rhénan jusqu'à 51

Berlin. ≠ Le Havre où Paris est cul de sac. Anvers et Rotterdam en avance sur les innovations technologiques. Anvers se maintient malgré position effroyable (équivalent à Rouen), étudie besoin des armateurs, transitaires ramènent Fret. 500 ans derrière, alors que Le Havre est port militaire, meilleur port d'Europe sur le plan nautique mais pas sur le plan technique. Isolation Russie 21 avec développement centré sur industriel, enferme en 48 de fermeture, non concurrence. Monde à eux tous seuls, mais pas de taille à survivre dans compétition internationale. Géographiquement pas sur les routes des containers, pareil pour Afrique, hors les routes internationales sont le suppôt du développement. Retour du maritime toute asie orientale a compris, point de départ des containers, fondement du développement ne sont pas ressources, avantage comparatif est savoir faire, technique. Seuls 2 ports européens acceptent les 13000 EVP (Rotterdam et Le Havre), armateurs n'en veulent pas. Union européenne = association économique. Ouverture max, on restreint le politique à noyau dur. Solution possible. Route Europe au Japon passant par Suez avec gros bateaux. Panama n'accueille que 4800 EVP, dépassés en 1990. Donc gros conteneurs ne font plus le tour du monde mais A/R plus coûteux. Travaux seraient bénéfiques pour Amérique latine, balancier peut se faire, ont très bien compris. Jeu pour autorité politique: être branché, territoire branché. Russie pourrait ouvrir ports, ils visent actuellement Alexandrie. Commerce Chine – Russie fait le tour, bien moins cher. Mais de Shanghai à Hambourg, ils sont en bout de chaîne. Dardanelles engorgées, il faudrait vider le pétrole de la région pour être tranquille. Se relier au flux. D'où souci pour Afrique intérieure où circulation massive est impossible. Zaïre est impossible à utiliser, malgré superbe voie, à cause des chutes d'Inga. Europe favorisée parce que jamais très loin de la mer. ≠ 90% du territoire à plus de 500 km. Entreprises loin, si ø intervention de Etat pour subventionner, ø développement industriel au coeur du pays. D'où interventionnisme indispensable, Etat à tendance à rogner sur ses possessions. Si ø intervention, économie pas compétitive. D'où développement démocratie bien plus ardu.

52

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful