You are on page 1of 29

Madame Dominique Schnapper

Modernité et acculturations
In: Communications, 43, 1986. Le croisement des cultures. pp. 141-168.

Citer ce document / Cite this document :
Schnapper Dominique. Modernité et acculturations. In: Communications, 43, 1986. Le croisement des cultures. pp. 141-168.
doi : 10.3406/comm.1986.1645
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/comm_0588-8018_1986_num_43_1_1645

Dominique Schnapper
Modernité et acculturations
A propos des travailleurs émigrés

Dans la mesure où la sociologie n'est jamais indépendante de la
réalité sociale dans laquelle elle s'élabore, le discours sociologique sur
les contacts de culture depuis la Seconde Guerre mondiale a suivi les
étapes de l'histoire du développement économique et de la diffusion de
la modernité. La littérature sociologique d'inspiration économiste des
années 1960 impliquait un modèle unique de développement, avec ses
étapes successives *, et supposait que les différents domaines de la vie
sociale fussent entraînés vers la modernité selon une démarche uni
forme
2 ; plus ou moins explicitement, elle ne pouvait que déboucher
sur la conception, fortement marquée d'évolutionnisme, de la conver
gencevers un modèle unique de société industrielle 3. On ne comprend
rait
pas cette littérature si l'on oubliait que sa production était
contemporaine de l'accession à l'indépendance des États colonisés, qui
se réclamaient ouvertement des valeurs de la modernité politique (État
centralisé et unité, opposé aux particularismes de toutes espèces) et de
la croissance économique comme mode de l'affirmation et de la puis
sance nationales. Ce discours unificateur de la modernité comme
forme appelée à dominer progressivement toutes les sociétés et tous les
domaines de la vie sociale a été radicalement remis en cause au cours
des années 1970. L'évolution des nations nouvellement indépendantes
a révélé une variété extrême dans les formes de la croissance écono
mique (y compris la non-croissance et le recul) et des transformations
sociales, dans la manière dont les traditions « indigènes » se mainte
naientou se renforçaient malgré l'adoption de certains des traits liés à
la modernité. Des analyses plus fines rappelaient, par ailleurs, que les
relations entre tradition et modernité ne se résumaient pas à une
simple opposition et que des pays aussi divers et aussi industrialisés
que la Grande-Bretagne, l'Italie ou le Japon avaient fondé leur déve
loppement
en réinterprétant des traditions prémodernes. Bien plus, la
participation des élites traditionnelles, l'incorporation d'éléments tra141

loin de détruire les cultures traditionnelles. Enfin. Là encore. sensibles aux « désillusions du progrès ». Eisenstadt. ou plutôt à un discours à double face. impliqués par les nécessités. d'ailleurs. aussi bien par les acteurs des mouvements sociaux d'inspiration gauchiste que par les sociologues. que partir du fait de la diversité des formes d'échanges et d'emprunts qui s'établissent entre certains modèles de comportement. s'imposent désormais au monde entier.N. il n'en reste pas moins que. dont les dimensions économiques. à l'élaboration du concept d'ethnicité pour rendre compte de la forme nouvelle des conflits sociaux aux États-Unis 7. du « cosmopolitisme niveleur ». me semble-t-il. elle se trouve réinterprétée. la valeur même du développement et de la modernité était remise en question à l'intérieur des sociétés occidentales. l'évocation pathétique de la crois sance économique « destructrice de toute diversité 5 ». quand elle opposait la communauté à la société ou la Kultur à la Zivilisation. D'autre part. Cette diversité n'est. expli cites ou implicites. Même si. par les diver ses unités culturelles . constitue un type de civilisa tion. à l'affirmation des particularismes aux dépens de la participation natio nale. de l'« univers concentrationnaire ».Dominique Schnapper ditionnels. évoluaient selon leur logique propre. loin de suivre le modèle de l'Europe occidentale. de la « lutte titanesque » entre les « pouvoirs homogénéisants » et les « capacités différentielles 6 ». apparaissaient moins comme des freins à une évolution irrésistible que comme une des conditions nécessaires au développement et à la stabilité d'une société moderne 4. à laquelle la socio logie classique avait déjà fait écho. outre la constatation empirique que les nouvelles nations. comme le constate S. Ces critiques ont donné lieu à un double discours. des formes de contact entre la modernité d'une part et les formes culturelles. objectifs ou symboliques. Cette critique de la modernité retrouvait ainsi la critique romantique contre le procès de rationalisation de la société moderne. on ne peut. D'une part. de la révélation des régionalismes comme mouvements sociaux privilégiés dans l'Europe occidentale. au sens des anthropologues. Si l'on tente aujourd'hui de poursuivre la réflexion sur la dialectique du Même et de l'Autre. politiques et idéologiques. sociales et politiques traditionnelles d'autre part. que la conséquence de celle des sociétés humaines. de la modernité et les modèles hérités des traditions particulières. les analyses consacrées à l'identité et aux formes des retours identitaires. ou la modernité. la modernisation. de l'« uniformi sation planétaire ». les formes de cette réinterprétation dépendant à 142 . par ties de l'Europe occidentale. la sociologie se trouvait enracinée dans les revendications et les conflits des groupes sociaux qu'elle étu diait.

Malgré la variété des conditions et des significations de la migration et des formes de l'acculturation. Au discours essentialiste d'une modernisation unique. ils diffèrent par le moment de la migration par rapport à l'histoire de la société d'origine 9 et de la société d'immigration . il ne perçoit l'Autre qu'à travers les catégories de sa propre culture. Comme on l'a écrit justement. que définit une population de même origine nationale pendant une période donnée 10. L'ethnologie elle-même peut être interprétée comme une remise en question de la culture à laquelle appartient l'ethnologue autant que de la culture qu'il observe puisque. le véritable objet de l'analyse sociologique est constitué non par « les émigrés ». Les contacts de culture qui s'établissent en France à l'occasion de la migration des travailleurs étrangers ne constituent qu'un cas particul ier d'une confrontation beaucoup plus large. présente un certain nombre de spécificités. Cette diffu sion conduit à une sorte de confrontation culturelle généralisée : la colonisation. puis la décolonisation ont provoqué une remise en ques tion. sur la diversité des procès de modern isation. confrontées les unes aux autres. on tentera d'éclairer certaines des formes que peut prendre le procès d'accultura tion à la modernité et les limites qu'il rencontre. Les populations migrantes. ils diffèrent par la trajectoire individuelle qui a précédé la migration. Le rétrécissement poli tique des pays de l'Europe occidentale depuis la Seconde Guerre mond iale s'est accompagné d'une diffusion de la modernité occidentale. se trouvent en effet confrontées aux exigences de la société dans laquelle elles s'établissent. de moins en moins globalisant. On se propose ici d'apporter une contribution à un discours sociologique. qui est aussi la société moderne. par définition. Cependant la confrontation culturelle. A partir de cet exemple particulier. en analysant quelques caractéristiques de l'acculturation des travailleurs émigrés en France 8. comme fait et comme valeur. même si la confrontation se déroule en termes inégaux. aussi bien de la culture occidentale que des cultures « indigènes ». qui s'éta blitlors de la migration des travailleurs émigrés.Modernité et acculturations la fois des caractéristiques de la culture d'origine et des conditions historiques selon lesquelles s'est établi et maintenu le contact avec l'Occident. Les travailleurs émigrés ne constituent pas une population homog ène: ils différent les uns des autres par la culture d'origine . tendance à la rationalisation croissante dans l'organisation économique. directe ou indirecte. mais par la vague migratoire. on tentera ici de dégager ce qui carac143 . formées dans et par une société traditionnelle. avec ses traits essentiels : primauté de l'État national. se substitue une pluralité d'analyses particulières.

en apparence éloignés l'un de l'autre : les émigrés italiens entre 1950 et 1970 et les Turcs depuis 1970. comporte une diversité d'éléments « tradi tionnels » et « modernes » : comme on l'a dit plus haut. celui du sociologue de l'action sociale ou du politologue qui s'interroge plus particulièrement sur le migrant comme acteur historique ou politique . De même qu'on ne peut parler des « émigrés ». Si les 144 . S'il est vrai. Le point de vue culturaliste est en effet heuristiquement fécond lorsqu'il pro longe l'analyse de la condition sociale objective et lui donne son véri table sens — autrement dit. peut se révéler pertinente. portant sur des populations qui partagent la même condition sociale objective et disposent de chances (au sens de Max Weber) comparables. celui du sociologue d'inspiration culturaliste qui tente de rendre compte des formes de l'acculturation induites par l'émigration et l'installation dans le pays moderne n. même dans les domaines les plus susceptibles d'être touchés par la rationalité. lorsque. mais elles s'appuient plus particu lièrement sur deux exemples. on ne peut analyser la société d'installation comme si elle formait un tout homogène. le procès de rationalisation n'a éliminé ni la force des héritages ni l'imprégnation des traditions. La littérature sociologique sur les travailleurs étrangers migrants adopte trois points de vue : celui de l'économiste qui traite de la logique de la répartition des ressources. le « foyer » des valeurs collectives. du capital. mais toute société. Il ne s'agit pas de nier les différences entre les groupes ou de revenir à une interprétation globa lisante. précisément parce qu'ils découlent directement de leur condi tionde populations émigrées confrontées aux mêmes exigences d'une société moderne. à la suite de Halbwachs. mais à certaines de ses exigences. il révèle la cohérence symboli que de l'ensemble de leurs pratiques. Ces analyses sont inspirées par la lecture de nombreux textes relatifs aux travailleurs émigrés en France. Les analyses qui suivent se situent dans cette dernière perspective. La société d'immigration n'est pas plus totalement moderne que la société d'origine n'est purement traditionnelle. Non seulement elle comporte une diversité culturelle liée aux formes variées d'inégalités sociales et d'inégale participation à ce qu'on peut appeler. du travail et des transferts financiers à l'échelle internationale . que la modernité implique d'abord une attitude intellectuelle et éthique à l'égard du monde.Dominique Schnapper térise directement la condition d'émigré. mais de tenter d'analyser les traits communs à plusieurs popul ations. sous certaines conditions. l'analyse cultu raliste. comme l'ont écrit à l'envi les théoriciens de la modernité depuis Max Weber. Ce n'est pas à la société d'immigration dans son ensemble que doit s'adap ter l'émigré.

p. sont limitées aux relations de travail indispensables. L'analyse du mode de vie des ouvriers turcs à Stuttgart rejoint celle que les chercheurs ont proposée pour la même population en France. *. Notre seul but. outre l'accoutumance aux exigences du rythme du travail collectif. n. les enquêtes empiriques confirment.K. même si les postes de travail. l'intériorisation par les émigrés d'une condition sociale conforme à cette définition. Il reste que. pendant les premières années de leur présence en France et en Allemagne. » De fait. où ils se consti tuent une rente. « De toute façon. présence provisoire.Modernité et acculturations travailleurs italiens paraissent. plus particulièrement aptes à s'intégrer dans la société française. les tra vailleurs turcs. De rémigration économique à rémigration de peuplement Une définition idéale-typique de la condition des travailleurs émi grés comporte trois termes : « Présence étrangère. La consommation est réduite au minimum incomp ressible au profit de cette épargne. On constate par exemple que les émigrés turcs. trois caractéristiques de la présence immigrée corrélatives l'une de l'autre. ne procurent qu'une participation marginale à la vie économique (le plus souvent dans le bâtiment ou comme OS dans l'industrie lourde ou l'industrie automob ile). Mais les émigrés ne se conforment à cette définition idéale-typique — travailleurs étrangers dont la présence ne se justifie que par le travail et de manière provisoire — que pendant une période courte. c'est l'argent » (R. Le refus d'apprendre la langue du pays d'ins tallation ne fait que traduire l'attitude d'ensemble à l'égard de la société globale. 12. l'accumulation et le rapatriement de l'épargne impliquent déjà. eux.. 87). Les relations avec le pays d'immig ration. qui n'exigent le plus souvent aucune qualification professionnelle. présence pour raison de travail. où le séjour est considéré comme provisoire.. l'intériorisation au moins partielle (qui n'exclut pas les erreurs) du calcul économique rationnel. un étranger vient comme travailleur et repart comme il est arrivé. p. travaillent le plus possible afin d'accumuler au maximum et de transférer vers leur pays les sommes épargnées. solidaires et mutuellement dépendantes 13. 145 . pour un temps. 165. sous forme d'achats immobiliers ou d'acquisition d'un fonds de commerce. affirment leur volonté de rester turcs 12. * Cf. d'après l'expérience historique.

contrairement à certaines idées reçues. multipliant les occasions de pénétration des normes de la société d'émigration : scolarisation des enfants. se révèle un facteur favorable à l'intériorisation des normes liées à l'activité profession nelle du pays d'installation. bien entendu. les ouvriers turcs ont donné à leur départ le sens d'un projet de mobilité sociale à l'intérieur de la Turquie. que ce travail soit chargé d'une forte valeur symbolique dans la société d'origine — n'excède pas les deux ou trois premières années du séjour des émigrés. Le regroupement familial qui apparaît en moyenne trois ans après l'émigration du chef de famille constitue à la fois le facteur essentiel et le signe de cette transformation : l'émigré cesse d'être exclusivement défini par son rôle de travailleur. mais rendue ambitieuse par sa position sociale dans le pays d'origine. la remise en cause des rôles familiaux sous l'effet de l'urbanisation. même la plus récente. dans lequel l'activité professionnelle dans le pays d'émigration constituait une étape nécessaire et provisoire. les migrants constituent une population non pas misérable. l'acculturation à la société d'installation contribue aussi à infléchir le projet initial. Ayant déjà pris une certaine distance à l'égard de l'éc onomie et de la culture traditionnelles. la volonté des ouvriers turcs et le sens qu'ils avaient donné à leur départ. la présence dans le pays moderne modifie cette première attitude. liée à ce projet de mobilité. La socialisa tion anticipatrice. En ce sens. Comme les travailleurs italiens une vingtaine d'années plus tôt. la part croissante des 146 . partici pation des femmes à la production industrielle ou à la vie quotidienne des classes moyennes ou supérieures par l'intermédiaire du travail domestique. s'est en effet rapidement rééquilibrée. une part croissante des femmes émigrées participent au mar ché du travail. La migration vient entériner et accélérer un processus déjà entamé dans la société d'origine. la socialisation anticipatrice des travailleurs turcs et italiens n'est pas fondamentalement différente de celle des Méridionaux « montés » des campagnes de l'Italie du Sud ou des îles pour travailler dans l'industrie du triangle industriel de l'Italie du Nord pendant toute la période du « miracle italien 14 ». souvent déjà urbanisés.Dominique Schnapper Les enquêtes empiriques concordent pour montrer que ce rapport purement instrumental à la vie économique — ce qui n'exclut pas. On sait en effet que. sans oublier. On ne comprend la condition de l'émigré qu'en faisant intervenir l'histoire de sa trajectoire individuelle avant la migration. De plus. Quelle que soit. Or ce projet même est déjà en contradiction avec le rôle purement écono mique que le pays d'immigration tend à imposer à l'émigré. La struc ture de la population migrante. par exemple. par ailleurs. la première déstructuration des rapports sociaux traditionnels.

sous toutes leurs formes. les Turcs. orne tous leurs intérieurs. de la réussite de l'émi gration. toujours allumé. occupent soit les quartiers anciens les plus pauvres. en tant que derniers arrivants. Dans les villes petites ou moyennes. ils cumulent souvent l'entreprise de couture à domicile et la vie familiale dans des appartements minuscules. Le poste de télévision. après quelques années. symbole d'une nouvelle conception du travail domestique. L'émigré acquiert en particulier l'équ ipement électro-ménager et la voiture qui. la ségrégation du logement s'est accrue depuis dix ans . Les conditions sociales et économiques qui pèsent sur le logement dans la société d'émigration ajoutent leurs effets à ceux de l'attitude propre aux émigrés qui. p. en France et en Allemagne. pendant une décennie. dans l'Europe des trente dernières années. même lorsque les migrants ignorent tout de la langue du pays. les mouvements de revendication des travailleurs émigrés.Modernité et acculturations enfants de migrants 15. A Paris. Les parents n'ont jamais le temps » (R. L'exemple des émigrés italiens qui. la nourriture et les loisirs pour investir en Turquie ou en Italie. en Turquie ou en Italie. privilégient l'acquisition de biens mobiliers. L'exemple des Noirs aux États-Unis le démontre encore : malgré leur progression globale. Alors que les comportements étaient jusqu'ici dictés par la volonté d'épargner sur le logement..K. montrent l'accentuation des conduites de consommation aux dépens de l'épargne. font des économies sur tous les postes de dépenses pour acheter un terrain où ils construisent une maison avec l'aide de leur famille montre que cette attitude n'est pas définitive 18. il reste plus cher. dans leurs premiers choix économiques. celui de consommateur. « Chaque fois qu'on demande à mon père de nous 147 . Aussi. l'acquisition de la voiture. Une émigration économique. soit les HLM les plus dégradées n. c'est prioritairement autour des problèmes du logement que se sont manifestés. 124). aux dépens de l'immobilier. moins bien équipé et plus peuplé que celui des Blancs de même niveau social 16. La contradiction entre le premier comportement du migrant et les demandes de consommation de ses enfants apparaît rapidement : « J'ai été une fois au cinéma avec l'école. définie par et pour le travail. la présence de la famille impose et justifie un nouveau comportement économique emprunté à la société d'installa tion. est rapidement devenue une émigration de peuple ment. ont constitué les indices privilégiés de la réussite sociale. condition de l'indépendance familiale et symbole. C'est pour le logement que la consommation reste longtemps diffé rente de celle des travailleurs français — proposition qui s'applique à toutes les populations défavorisées. La machine à laver.

j'ai du travail ! On est comme des enfants sans parents » (R. Il faut pourtant se garder de ne voir dans la perpétuation d'une communauté particulière qu'un facteur de conservation des fo rmes traditionnelles de la vie sociale. Ils impliquent aussi la valeur accordée à l'individualisme.Dominique Schnapper emmener à la campagne. Il importe toutefois de préciser les effets et les limites du procès d'acculturation induit par les comportements économiques. Comme la famille. selon l'origine des migrants : pour certains. Cette réinterprétation diffère selon les populations concernées . 124). d'autres. ce sont apparemment les relations à l'intérieur du groupe familial qui sont remises en cause : les compor tements de Y homo œconomicus ne sont jamais purement économiques. une première forme d'urbanisation ou de semi-urbanisation . en revanche. A travers les normes de comportement économique. dans laquelle la vie communautaire organisée et le contrôle social exercé par la communauté contraignent les émigrés à continuer à se conformer autant que possible aux normes de conduite tradition nelles 19. p. il dit : Ah ! non. la migration signifie aussi le passage du monde rural au monde urbain . avaient déjà connu dans le pays d'origine une rupture avec la société paysanne.. à l'accom plissement de soi et à la satisfaction de ses désirs aux dépens de la valeur accordée à la conformité aux normes d'un groupe fortement constitué. Elle diffère aussi selon que les migrants se retrouvent relativement dispersés dans l'espace urbain ou concentrés dans un foyer de travailleurs (comme dans le cas de villages africains transportés collectivement dans un foyer unique). la commun auté joue un rôle conservatoire. mais elle fournit aussi à l'émigré une forme d'intégration à la société d'installation. Elle diffère à l'intérieur de chaque groupe national. la migration accélère alors un processus de mobilité sociale urbaine dont les conditions avaient été pour partie au moins intériorisées avant la migration. Le bricolage culturel ou l'acculturation limitée L'exemple des émigrés italiens et turcs révèle que l'acculturation ne porte pas seulement sur les conduites économiques et que l'émigration entraîne aussi une réinterprétation des rôles familiaux.K. ou dans un quartier d'une petite ou moyenne ville de province. en aidant à résoudre les 148 . ainsi les familles italiennes se rapprochent plus du style des familles françaises de même niveau social que les familles turques.

certains éléments des modèles de conduite perçus comme modernes. bien qu'inégalement affirmée. en particulier celles qui avaient connu l'urbanisation avant la migration et sont installées à Paris. un qui va à droite. il y avait les « grands » et on ne pouvait pas agir comme on voulait. ainsi que de centre de décision com mune.K. en favorisant la réduction des conflits familiaux et l'élaboration d'une acculturation limitée. on constate une évolution commune. devant notre père. » Même dans les familles turques. « La famille a besoin d'être ensemble.K. 148). qui devient communauté de consommation et (pour les Turcs en particulier) de production. Ici on est tous ensemble. comme nous le verrons ci-dessous. Unanimement. La plus grande solidarité du couple s'accompagne d'une relation plus chaleureuse aux enfants : Au village. p. donc valorisés. le couple prend une importance que lui interdisait la famille patriarcale. Outre la trajectoire sociale qui a précédé l'émigration et la forme de l'installation en France. l'histoire des contacts qui se sont établis entre 149 . Même dans les familles restées le plus proche de la tradition. déclarent atta cher de l'importance aux études de leurs enfants.. comme on veut. turcs et italiens. Toutes les familles de migrants italiens déclarent attacher autant d'importance aux études de leurs filles qu'à celles de leurs fils et rejettent avec indignation l'idée qu'un garçon pourrait renoncer à ses études pour doter ses sœurs. dans la mesure où le rôle de l'homme cesse d'être défini essentiellement par sa participation à la vie de la communauté à l'extérieur de la famille. vers la nuclearisation de la famille. sont intériorisés. On est mieux ici. On discute de tout avec mon mari et on prend des décisions ensemble. l'autre à gauche 20. On n'est pas des chiens. p. Malgré l'effet différentiel de ces variables. 194). Le renouvellement de la vie de famille est plus visible dans le cas des émigrés italiens. on ne pouvait pas les aimer ni les gâter. les parents migrants.Modernité et acculturations conflits avec la société globale. décider de leur ins tallation dans le pays d'origine ou en France au nom de leur avenir.. Les liens entre le couple prennent un sens nouveau. modifiant en particulier l'intensité des relations à l'intérieur du couple et l'attitude à l'égard des enfants. Ici on peut aimer les enfants comme on veut (R. En Turquie. plus tranquilles (R.

sous l'influence indirecte des modèles occidentaux.. C'est la raison pour laquelle ils insistent si longuement sur l'évolution « positive » de la société d'où ils ont émigré. 150 . avec son inégalité fondamentale entre le groupe colonisateur et le groupe colonisé. le passé colonial. alors même que la référence à l'islam est constante dans les propos de l'émigré turc . quant à eux. d'ailleurs carac téristique des groupes minoritaires. de la gloire de l'Empire : « Leur mémoire collective. conserve le souvenir du peuple turc ottoman. [. c'est bien. Avant quand on est venus. ils vivent bien. affirmant ainsi leur propre dignité et donnant rétrospectivement à leur départ le sens d'un choix rationnel. gardent le souvenir. [.] Maintenant. elle explique aussi la relation ambiguë. mais maintenant ce n'est pas la même chose. maintenant là-bas. Cette mémoire explique sans doute l'absence de relations objectives et le mépris affiché pour l'autre popu lation musulmane nombreuse en France. les relations qu'ils entretiennent avec la société d'émigration incorpore l'idée d'une éga lité de richesse et de modernité entre le pays d'installation et le pays d'origine. Maintenant il y a du travail. De plus. dans une continuité d'histoire et de population 22. même s'il est infor mulé. c'est évolué. Les émigrés italiens appartiennent à la tradition occidentale. nous. les gens. maintenant. mais issue de l'initiative de leurs propres gouvernants (Mustapha Kemal). De la même manière. que les émigrés entretiennent avec la société d'émigration : attirance à l'égard de la modernité et condamnation des comportements des Français et des autres émi grés. justifiée par la supériorité morale et religieuse de l'islam. continue à définir l'horizon des relations entre Algériens et Français. » Ils gardent aussi le souvenir ou la mémoire (ce que Bernard Lewis appelle history remembered) d'une volonté de modernisation non pas directement imposée par une puis sance occidentale comme dans la situation coloniale. tel que l'entretiennent les livres de classe. c'était la misère en Italie.. les poèmes de la littérature et la conscience de soi 21. On sait que les populations minoritaires compensent leur infériorité objective par la référence à leur supériorité morale. Le contact entre les émigrés et les pays d'émigration reste marqué par ce que j'ai appelé ailleurs l'« inconscient historique 23 ».] A côté de ce que j'ai connu... fondée sur l'histoire de l'Empire ottoman. Les Turcs. tellement c'était changé.Dominique Schnapper la société d'origine et les modèles occidentaux constitue un facteur de l'inégal renouvellement des normes familiales. les Maghrébins. Je ne reconnaissais plus mon pays.

Modernité et acculturations II ne suffit pas de constater les formes différentes du bricolage cul turel 24 auquel se livrent les émigrés comme s'il s'agissait d'étapes d'un processus unique. » Le « en » désignant ce noyau culturel dur que. les enfants de migrants prennent conscience de cette distinction entre ce qu'on peut appeler le « noyau dur » de la culture d'origine et ce qui est le résultat de l'acculturation à la société globale. Devenus quasi-sociologues par leur position entre deux cultures. elles épouseront le jeune homme choisi par leur famille : « On a beau faire. négociations à travers lesquelles s'affirme. on ne peut pas s'en débarrasser. La culture ne peut être conçue que comme condition et conséquence de l'action sociale et des interactions avec la société globale. la culture forme un système au sens non rigoureux du terme. c'est la conception de la morale entretenue depuis la première enfance par la relation entre les parents — et surtout la mère — et l'enfant. Or. Du fait de ces négociations constant es — en quoi se résument les phénomènes analysés par les anthro pologues en termes d'emprunts. elle constitue une construction ou une dynamique qui doit être analysée dans les termes des réinterprétations culturelles. est le résultat de négo ciations continuelles avec le monde extérieur. Portant sur leur propre destin social et en particulier sur leur futur mariage un juge ment de type sociologique. A 151 . même dans les familles les plus « modernis ées » : c'est cette limite qu'il faut maintenant préciser. une identité qu'on ne peut définir que comme une création continue. elles jugent « dépassé » 25. loin d'être un donné. Certains traits peuvent être transformés par l'individu sans remettre en cause son identité profonde. mais qu'elles respecteront dans leurs comportements. Le noyau dur Toute culture en effet. plus ou moins avancé. il apparaît que les différents éléments du système culturel sont inégalement susceptibles d'être négociés au cours des processus d'acculturation à la société globale que connaissent les travailleurs émigrés. comme un horizon. au nom des valeurs « modernes » transmises par l'École. d'oublis et de réinterprétations d'éléments particuliers — . les filles de harkis élevées en France consta tent que. d'autres impliquent cette remise en cause. en dépit du jugement négatif qu'elles portent sur la tradition algérienne héritée de la socialisation familiale. Ce qui est exprimé à travers cette formule et ressenti comme un « poids ». Il existe des limites à l'accul turation des migrants.

K. lorsqu'elles éduquent leurs filles et leurs fils en fonction de leurs rôles traditionnels : 152 . qui ont maintenu une identité spécifique à travers les siècles d'une histoire mouvementée. dans les populations méditerranéennes — qui forment la masse des travailleurs migrants — . la socialisation à la fois la plus intime et la plus politique implique de manière nécessaire et fondamentale l'opposition du domaine de l'homme (l'extérieur) à celui de la femme (l'intérieur). affirment leur volonté que leurs enfants restent turcs s'effor cent de leur imposer la conception traditionnelle des rôles sexuels et le respect des règles alimentaires et.. elle ne doit pas se mettre en maillot de bain (R. La sociologie spontanée se révèle dans ce cas singulièrement éclairée. Il faut qu'ils sachent la différence [entre les Français et les Turcs]. d'avoir des amis ici. une division du travail selon le sexe 27. Depuis des siècles. ni de viande de cheval.Dominique Schnapper travers cette relation intime et. de son épouse. de regarder certains films à la télé vision. des deux règles à forte valeur symbolique. Il ne peut y avoir d'amitié entre filles et garçons.K. 171). De même les femmes respectent ces normes. pas d'alcool. de sa fille ou de sa sœur . se transmet une morale. les émigrés turcs qui. une différence des comportements quotidiens. pas de viande de porc. vestimentaires) constituent une expression privilégiée. dont les pratiques alimentaires (et très secondairement. c'est-à-dire un système de normes de com portements défini par l'âge. Je lui montre les habitudes turques (R. p. p. Ainsi. la non-consommation du porc et de l'alcool : Je lui parle de la Turquie.. J'interdis à ma fille de sortir. p. On peut d'ailleurs rappeler que les juifs. je lui raconte la vie là-bas. 160). C'est cette culture qui lie de manière nécessaire l'honneur de l'homme et le comportement sexuel de la femme qui continue à inspirer les jugements moraux des émigrés turcs : Nous. pour la génération migrante. de s'habiller comme les Françaises. l'honneur de l'homme. en particulier. ont tou jours concentré leurs efforts pour maintenir les normes d'une morale spécifique et les règles alimentaires de la cacherout 26. au sens propre. autrement dit. Comme ça elle n'aura pas de problème en Turquie.. on est turcs. passe par le comportement sexuel de la femme — qu'il s'agisse de sa mère. La fille ne doit pas aller à la piscine. au nom de la supériorité de leurs valeurs morales. car elle est éduquée d'après la culture turque (R. le sexe et la situation matrimoniale. incorporée à l'individu. le régime alimentaire. 150).K.

elle se fait accompagner par son frère (R. maintenant que eux aussi ne « rapportent » pas. La remise en cause de la supériorité du père est d'autant plus déchi rante que les filles d'émigrés sont. qu'on n'a pas besoin de lui 29. Quand tout les dépasse.Modernité et acculturations Je lui [sa fille] apprends à faire des travaux ménagers. A travers cette remise en cause du rôle du père. employées qualifiées. c'est intolérable. on vient apporter la preuve. Formulation traditionnelle de la conception des rôles sexuels par lesquels l'émigré tente de transmettre à ses enfants le noyau dur de sa propre culture.. susceptibles d'adopter les consommations urbaines extérieur es. et cela même s'ils travaillent. Décrivant l'évolution de sa propre famille en France. et plus loin. sans compter le petit nombre qui atteint le niveau de l'enseign ement supérieur). p. je suppose 30 . Mais quand c'est avec leurs enfants. assumant la direction morale et la responsabilité de la famille. « rappor tent » encore moins que les filles. « il faut qu'il soit libre comme son père ». elle n'a pas le droit de sortir toute seule. évoquant ce qui est une souffrance continue pour le père : Un père qui se croyait indispensable — tant qu'il est là — pour que ses enfants vivent. et à qui on vient dire. issues de la paysannerie. C'est d'ailleurs la raison pour laquelle les conflits entre les sexes et à l'intérieur du groupe familial se révèlent les facteurs et les indicateurs privilégiés des conflits de cultures. la démonstration qu'il n'est pas indispensable. Quant au fils. passe encore quand c'est dehors. 150).). C'est déjà l'expérience qu'avaient connue les migrant es françaises. ça donne à réfléchir 28 . symboliques de la modernité (vêtements.K. une fille de migrants algériens prend conscience que le déchirement essentiel vient précisément de cette remise en cause des rôles familiaux : Dans les familles algériennes. il faut la préparer pour la belle-famille . et même d'accéder au marché du travail (vendeuses. les écrase comme tu dis. dont l'installation en milieu urbain avait ébranlé le système de reproduction du groupe paysan 31. l'important c'est le garçon. Mais voilà. hors d'eux-mêmes. plus que les autres membres de la famille. parfums. hors de chez eux. c'est tout le système mythique 153 . etc.

dans une situation où l'extérieur est étranger. vient aussi de ce que l'élaboration culinaire est. L'attachement aux pratiques alimentaires. L'ordre du monde pour les émigrés. elle affirme l'ordre du monde. c'est toute la conception et la perception du monde social. on peut penser que dans la relation établie par la mère avec ses enfants se 154 . est le résul tat de cette transmission par la mère à l'enfant. On sait d'ailleurs que le retour à des formes culinaires traditionnelles accompagne les mouvements de revendication régionale ou nationale. que manifestent tous les migrants 32. dans nos sociétés. dont les responsables justifient l'action par une affirmation identitaire. des goûts et des dégoûts alimentaires. c'est d'abord l'ordre des comportements selon le statut familial. tout l'ordre du monde italien qui s'expriment. celui des filles dont l'honneur doit être protégé par la famille jusqu'à leur mariage. dans lesquels on peut voir une des dimensions de l'ordre social caractéristique d'une culture. c'est tout le rôle de la mamma et. les sensations gustatives (qui sont en même temps tactiles et olfactives) forgées tout au long de l'intimité de la jeune enfance sont recherchées. et tout particulièrement celui des femmes. dont la division selon le sexe constitue l'un des principes.Dominique Schnapper de l'opposition complémentaire — pour reprendre l'expression d'Evans-Pritchard — entre les sexes. et par là menaçant. à moins que. à titre d'expressions privilégiées de retour à soi. En inter disant de manière passionnée la consommation de porc à leurs enfants — ce qui les conduit à refuser la commensalité et la convivialité normales (interdiction de fréquenter la cantine de l'école ou d'être invités dans les familles françaises) — c'est tout l'ordre moral. Plus que d'autres. qui est aussi tout l'ordre social de l'islam turc. la consommation familiale et l'appréciation des pâtes les jours de fête. « ciment de la famille » selon le pro verbe italien. On ne comprendrait pas l'attachement que manifestent les migrants et même les fils de migrants italiens — participant par ailleurs pleinement à la société française — pour certains aspects de la cuisine italienne si l'on oubliait qu'à travers la fabrication. celui aussi de la mère. L'ensemble de la cuisine. elle se résigne à y dévoiler ses contradictions 33. La situation d'émigration. sans le savoir davantage. » Si elle révèle « les spéculations les plus abstraites de la pensée mythique 34 ». en rétrécissant la vie sociale extérieure à la famille. « La cuisine d'une société est un langage dans lequel elle traduit inconsciemment sa structure. renforce les liens qui unissent la mère aux enfants . que les migrants tentent de transmettre à leurs enfants. d'une certaine façon. c'est tout le noyau dur du système culturel qui est remis en question. partie intégrante du rôle de la mère.

la vie privée de la vie de travail. La distinction entre le noyau et la périphérie du système culturel n'est pas donnée une fois pour toutes. c'est-à-dire une conception des rôles sexuels. le lieu de la production du lieu d'habitation. entre une activité professionnelle régulière et une vie familiale stable.Modernité et acculturations transmet un ensemble de normes explicitées sous forme de jugements moraux et de rappels à Tordre plus ou moins énergiques. où se trouve préservée. connaît de graves troubles mentaux. C'est dans ces termes que Steve Uran analyse la grande marche des fermiers boers vers le nord. la conclusion du mariage des uns et des autres indépendamment des règles que fixait la tradition (fondée sur l'accord entre deux familles et non sur le libre choix des deux individus) — remet profondément en cause le « noyau dur » culturel. L'islam. tel que l'a élaboré la socialisation de la prime enfance dans la société algérienne avant l'émigration 35. Ce n'est pas un hasard si un psychiatre cite le cas d'un de ses malades. dans son essence. elle autorise (favorise parfois) la séparation de la conception des rôles sexuels de l'activité 155 . qui autorise. après plus de vingt ans de présence et de travail en France. le service militaire de ses fils (symbole de leur « francité »). Dans la mesure où la société industrielle. qui amènent le groupe à prendre conscience de lui-même et. le travail ou la participation à la production peut ne pas être directement lié à la conception des rôles sexuels et familiaux. refusant de participer au travail de la mine et à l'indus trialisation introduits par les colons anglais. une dichotomie entre la vie du travail et celle de la famille. Dans d'autres groupes. Ainsi. le lien entre les deux est si étroit que l'individu refuse de modifier une vie de travail trop étroitement liée à la conception des rôles sexuels. fournit un système d'explication et de justi fication à la transmission des normes de comportements conformes à la société d'origine. elle dépend des cultures d'origine et des circonstances historiques. par conséquent. pour l'essentiel. sans problème d'adaptation apparent. pour le plus grand nombre. travailleur algérien qui. comme dans le cas des migrants italiens ou turcs. Les Boers ont préféré abandonner tous leurs biens pour maintenir ce qui n'était pas seul ement une activité professionnelle (le travail de la terre). une morale et une perception du monde qui s'expr imaient dans le travail de la terre lié à une forme de la vie de fa mille 36. On peut penser que le passage au statut d'adultes de ses enfants — matérialisé par les études et l'activité professionnelle de ses filles (contrairement à la conception traditionn elle). mais une identité. dans le cas des ouvriers turcs. la conception traditionnelle. de ses limites. une lan gue (l'afrikaner). tend à séparer.

une conception différente du travail restait à ce point liée à l'identité incorporée lors de la prime enfance que les populations. L'acculturation périphérique et le maintien du noyau dur culturel permettaient aux migrants une adap tation partielle aux exigences de la société française. Espa gnols. le passage d'un pays à l'autre représente un conflit mieux négociable. par exemple. On comprend que la migration du monde rural au monde de l'industrie urbaine puisse être l'occasion d'un conflit particulièrement intense (et plus intense pour le respon sabled'une exploitation agricole que pour les ouvriers agricoles). auxquelles le colonisateur tentait d'impos er l'obligation du travail réglé selon le modèle occidental. dans d'autres les migrants recréent dans la société d'immigration un uni vers où l'unité de production recoupe partiellement ou totalement l'unité familiale. La masse des populations émigrées en France depuis la Seconde Guerre mondiale comprenait soit des Méditerranéens (Italiens. c'est cette séparation elle-même qui formait l'objet du conflit). En revanche. par exemple. Dans certains cas une première migration a conduit cette population déjà touchée par des formes de la vie « moderne » 37 de la campagne vers une ville de son propre pays . pour lesquels la conception du travail était suffisamment proche de celle de la société d'immigration pour que l'acculturation au travail avec ses diverses dimensions — rapport au temps et à la hiérarchie. la séparation du lieu de travail et du lieu d'habitation (avec tout ce qu'implique cette séparation dans l'ordre familial) était un fait acquis avant la migration. Yougoslaves ou Turcs).Dominique Schnapper professionnelle (dans le cas des Boers. dans le cas des Amérindiens. Portugais. soit des populations qui avaient connu par la situation coloniale une pre mière occasion d'acculturation. se sont laissé mourir plutôt que de s'y soumettre. On sait que. minimum de compétence techni que — pût se faire sans provoquer de remise en cause d'identité . 156 . comme dans le cas des petites entreprises du Sentier à Paris créées par les migrants juifs d'Europe centrale entre les deux guerres et depuis 1970 par les émigrés turcs. pour certaines vagues migratoires. lorsque. puisqu'elle impose une rupture dans le système symbolique qui oppose le monde intérieur de la femme au monde extérieur de l'homme et rompt la continuité « naturelle » qui s'établit dans le monde paysan entre la dichotomie sexuelle et la division du travail.

. malgré la stabilité de la culture d'émigré. Ce n'est pas un hasard si l'on a souvent constaté que le maintien de contacts avec la société d'origine et la perpétuation de pratiques socio culturelles spécifiques favorisaient l'intégration et la réussite dans la société d'accueil 40. Comme le disent deux migrants italiens en Australie : A l'intérieur de ma maison. Mais ma famille est typiquement italienne. le même ennui et la même désociali sation que pour les autres travailleurs. 157 . nous pensons. [. La participation à l'activité économique s'accompagne d'une vie privée dont les éléments périphériques connaissent une acculturation aux normes de la société globale. Reste que même cette attitude comporte une part d'instabilité. est un morceau d'Italie. Dehors. de compor tements et de valeurs dont l'actualisation est compatible avec les com portements professionnels et familiaux exigés par la société d'installa tion. nous sommes en Italie. rue B. nous crions comme en Italie.] nous mang eons. comme dans l'exemple traité par Tobie Nathan. vous êtes à Catania.. Dehors je suis un bon Australien.Modernité et acculturations Culture d'émigré ou blocage culturel C'est la distinction entre la périphérie du système culturel et son noyau dur qui rend compte des deux attitudes qu'on peut observer parmi la génération migrante 38. L'émigré a d'abord été exclus ivement défini comme travailleur. c'est australien 39. laissant intact le noyau culturel dur. qui risque de se révéler à l'occasion d'une crise liée au cycle de vie. nous agissons. mais qu'elle révèle en plus les contradictions qui se maintiennent. L'émigré a élaboré ce qu'on peut appeler une « culture d'émigré ». Je me suis bien débrouillé ici. ou d'une crise suscitée par une situation générale comme le chômage. nous parlons. On comprend dès lors que l'épreuve du chômage se tra duise par la même humiliation. apparemment la plus fréquente parmi les émigrés italiens et turcs. 39. et dans la mesure où il reste un travailleur pour lequel la réussite relative (par rapport à ceux qui n'ont pas émigré) est devenue la justification de la dureté de l'expérience de l'émigration. c'est-à-dire un ensemble cohérent de modèles. On peut analyser dans les termes d'une « dichotomie stabilisée » la première attitude.

Au moins rentrer en Turquie sans être obligés de travailler là-bas (R. On ne pense qu'à construire. A la fois parce que leur socialisation familiale transmet pour partie le noyau dur culturel et parce que. Leur socialisation par des parents émigrés. ne recoupe pas la socialisation qu'ils auraient connue si leurs parents étaient restés dans la société d'origine. On ne pense pas rester ici jusqu'à notre mort.. Puisqu'on est venu pour travailler..Dominique Schnapper Je n'ai rien à faire..K. Au moins qu'on ait un peu plus d'argent et qu'on puisse assurer. l'avenir des enfants (R. élevés par l'école française. 209)..K.]. les émigrés évoquent toujours un retour proche ou lointain. c'était trop cher. déjà partiellement acculturés aux valeurs de la société d'arrivée. p. ils ne sont pas susceptibles de se livrer au même bricolage culturel que leurs parents migrants.]. 102).. pour rentrer. sans oublier l'influence des mass media et l'ensemble des interactions avec la société globale. originaires de l'Asie du Sud-Est ou du monde communiste. De ce point de vue. Mon retour dépend de notre avenir.. Cet été on a voulu acheter une maison mais ça ne nous a pas plu. qui savent que la rupture est radicale et définitive. mythique en ce qu'ils ne prennent jamais les dispositions pratiques qui seraient nécessaires pour l'assurer et se contentent de le situer dans un avenir indéterminé et de le soumettre à des conditions irréalisables. Leur simple existence d'enfants juridiquement et 158 .. même si celle-ci a déjà connu la rencontre avec la modernité occidentale. Le mythe du retour pour les travailleurs émigrés permet de résoudre en termes magiques la situation contradictoire du migrant installé dans le pays moderne 41. puisqu'ils ne sont ni migrants ni émigrés — risquent toujours de faire éclater la stabilité culturelle de leurs parents. leur condition est différente de celle des exilés politiques. La socialisa tion familiale se heurte à celle de l'école et du groupe des pairs. je préfère travailler là où il y a du travail [. nés ou arrivés très jeunes en France. Avant. Il y en a eu d'autres qu'on n'a pas pu. Pour justifier leur présence dans le pays d'émigration.. On se dit qu'on accumule un peu d'argent pour faire construire. que voulez-vous que je fasse [. ils ont fait venir des émigrés pour travailler et maintenant il n'y a rien (extrait d'entretien). On a déjà acheté un terrain. les enfants de migrants — qui ne sont pas des « deuxième génération » d'émigrés. p.

car ils avaient. parviennent. mais porteurs d'une culture et d'une condi tionspécifiques sert de révélateur à l'irréalité fondamentale du projet de retour ou du mythe de retour entretenu par leurs parents. ont été renvoyés à ce traditionalisme exacerbé. qu'elles ont été traitées par leurs parents de manière plus sévère et conforme à la tradition que le reste de la famille restée dans une Algérie touchée. avant le mouvement d'Émancipation. par l'extension et la diffusion des modèles culturels d'origine occidentale 42. stabilisée. socialement et indiv iduellement. admis la reconstruction des événements imposée par le FLN victorieux. selon laquelle les harkis avaient joué pendant la guerre d'Algérie le rôle des collaborateurs français lors de la Seconde Guerre mondiale. Alors que les plus instruits ou les plus aptes. des communautés juives qui. Alors qu'ils étaient plus que d'autres désireux de « s'assimiler » — d'autant plus qu'il leur était interdit de cultiver le « mythe du re tour » — . à intérioriser une partie des normes et des comportements exigés par la société moderne. les filles des harkis. si l'on accepte ces analyses. lors de leurs voyages en Algérie. Il est facile de comprendre. bien que d'une autre manière. nées et élevées en France. celle de 1960. De même. Il semble qu'aujourd'hui cette attitude soit assez fréquente parmi les migrants « harkis ». dans les campagnes turques. d'autres mi grants. On a ainsi connu au XVIIIe siècle. dont la condition est le produit de ce qu'on peut appeler un piège historique. grâce à ce bricolage culturel. dépourvus de cette aptitude. en sorte que certains enfants turcs élevés par des parents venus directement des villages d'Anatolie et installés en groupes compacts dans des villes de province française risquent d'être élevés de manière moins « moderne » que leurs cousins urbanisés en Turquie. tout en conservant la part la plus intime de leur identité. au moins pour un temps. les harkis. à établir une dichotomie.Modernité et acculturations culturellement français. La référence de leurs parents reste une Algérie qui n'existe plus. la famille patriarcale commence à se disloquer sous l'effet de l'urbanisation et de la remise en cause des rôles familiaux. tendaient à un état de pure reproduction sociale. Le FLN avait aussi gagné la bataille de la mémoire. pourquoi tous les chercheurs s'accordent pour constater l'échec de la politique que les pays d'Europe occidentale ont tenté de mettre en place à la suite 159 . transformant en destin volontaire ce qui était l'effet d'une condition objective — . en fait. Les Français ne les ont acceptés qu'avec réticence. faisant de nécessité vertu — autrement dit. à une sorte de blocage culturel — forme de retour à soi dans une situation vécue comme menaçante pour sa pro pre identité. menacées par le monde extérieur. décontextualisé. D'après l'enquête de Claude Delaunay. sont renvoyés à un traditionalisme exacerbé. découvrent.

tout le procès de modernisation. Cette condition des enfants de migrants n'exclut pas la permanence d'un lien spécifique avec le pays d'où leurs parents sont issus — lien symbolique ou sentimental. L'expérience historique toutefois montre que le mythe du retour reste le plus souvent effectivement mythique. ils esquissent un nouveau rapport au monde. par l'apprentissage de la langue des parents. D'où ces rêves significatifs que nourrit une adolescente tur que : « Je voudrais vivre la moitié du temps en Turquie. Devenus producteurs. à un autre moment de l'entretien : « Non. parfois comme une langue étrangère. le retour serait perçu comme une régression. J'aime mieux voyager que de rester dans un même pays » (R. on nourrit des sentiments ambigus. Les popula tionsdiasporiques ne retournent pas toujours vers la Terre Promise.K. Mais les comportements économiques sont plus que des comportements. d'où elles ont été chassées par un événement tragique et où elles rêvent de retourner. 160 . ayant perdu toute identité religieuse ou nationale. dans les pays d'origine. 215). parfois hostiles à l'égard des émigrés. qui peut se traduire par l'entretien d'une maison familiale (ou même l'achat de terres). ont été amenés à accomplir. la moitié en France » . Italiens et Turcs migrants ont élaboré une culture spécifique. puis. puis consommateurs d'un pays moderne. elles ont aussi élaboré une culture liée au pays d'installation. Moins de 50 000 familles auraient demandé à bénéficier de la « prime de retour » instaurée à la fin des années 1970. pour leurs enfants élevés en France. Les enfants des migrants turcs ou algériens ne se sentent pas « chez eux » quand ils retournent en Turquie ou en Algérie. lorsque l'occasion leur en est donnée : malgré la perpétuation d'une identité spécifique et leur sentiment d'appartenir à une unité disper sée. De plus. deviennent par fidélité à eux-mêmes historiens ou sociologues du judaïsme. même si leur propre culture et l'attitude des Français à leur égard ne leur donnent pas toujours le sentiment d'être des Français tout à fait « comme les autres ». la grande majorité des émigrés verrait sans doute une régression dans leurs conditions de vie s'ils retournaient dans un pays plus pauvre. bricolant autour du noyau de la culture d'origine des éléments empruntés à la culture moderne. p. Les dias poras créent des populations qui se réfèrent à une patrie originelle. A fortiori. Les enfants des migrants ont alors le même comportement que les juifs qui.Dominique Schnapper de la crise économique et de l'accroissement du chômage pour rapa trier au moins une partie des émigrés. malgré leur volonté initiale. je ne veux vivre ni en Turquie ni en France. éventuell ement pour les plus cultivés par le choix d'une spécialité universitaire. Le retour au pays d'origine remettrait en question tout le travail de réélaboration culturelle que les émigrés..

et ça. Il importe en effet de distinguer l'identité des objets propres à l'analyse sociologique que sont l'affi rmation identitaire (telle qu'elle se révèle par le discours) et la reven dication identitaire liée à une forme d'action politique. la condition de l'émigré — et c'est en quoi elle tend à prolonger sous un mode différent la condition du colonisé. quand le contact avec une autre culture force l'individu à prendre conscience de ce qui allait de soi. de la fin des années 1950 au milieu des années 1970. je ne me suis jamais posé la question. se voient refuser toute forme d'action ou de participation politiques. Quand je lis des piles d'études sur le « Pourquoi suis-je juif ? Com ment suis-je juif? » [.. volontaire ou non. il faut que la conscience devienne aussi représentation et volonté politiques. S'il est vrai que « toute util isation de la notion d'identité commence par une critique de cette notion 45 ». restés citoyens de leur pays d'origine. juri161 . La prise de conscience n'entraîne pourtant pas nécessairement une revendication d'ordre politique. les enquêtes empiriques constataient d'une part la faible participation des émigrés à la vie politique.] Jusqu'à l'âge de 17 ans. dans la mesure où elle renvoie à une définition psycholo gique et métaphysique. même plus en Israël 44.. C'est l'absence. De fait. On l'était comme on respire . ce sont des générations authentiques qui ne se reproduiront plus que..Modernité et acculturations La situation d'émigration crée une des occasions possibles de trans formation de l'identité comme donnée immédiate de la conscience en identité comme conscience reflexive. On retrouve le fait bien connu que la conscience de l'identité apparaît « quand apparaît la diff érence 43 ». impliquant l'idée d'une unité de la personne humaine que les sciences sociales tendent à remettre en cause. la critique ne s'entend pas de la même manière lorsqu'il s'agit d'affi rmations ou de revendications identitaires. les émigrés. c'est-à-dire de mouvements sociaux qui se réclament d'une identité.. de cette distinction analytique qui rend ambigus nombre de textes consacrés à l'identité. Pour qu'il n'y ait pas seul ement conscience mais affirmation et revendication identitaires. Or. Cultures d'émigrés et expressions politiques Dans leur définition initiale de travailleurs étrangers. qui reste sujet et ne peut accéder au statut de citoyen — tend à nier la dimension poli tique.

nombre de textes qui concluent à la politisation nouvelle des émigrés adoptent implicitement le sens large. des partis d'opposition avant 1981. cette « opposition extra-parlementaire ». droit de grève. se concentrait sur des problèmes du logement. les émigrés pouvaient-ils faire l'objet du discours politique ou sociologique des autres . d'autre part. limité par la non-participation au choix des gouvernants. dans une société démocrat ique. les grèves de la faim en 1972-1973 contre la circulaire Marcellin-Fontanet. droit d'être électeurs pour élire les comités d'entreprise et les délégués du personnel et droit d'être élus (à condition de savoir le français) — et qu'ils disposaient de moyens juridiques et politiques de peser sur les décisions du gouver nement. c'est le non-politique qui se trou verait politisé 48. la moitié a été créée depuis cette date). On a rappelé ajuste titre que si les émigrés ne disposaient ni du droit de vote ni du droit de concourir pour les emplois publics. Or. et. en sorte que l'affirma162 . droit syndical. les grèves sauvages à propos du statut juri dique. les défilés de protestations contre les attentats « racistes ». relayée par l'action des syndicats. On a pu aussi analyser la manière dont l'univers politique des émigrés. comme l'ont montré leur victoire lors des grèves de loyer ou la non-application de la circulaire Marcellin-Fontanet. massive dans certains secteurs 46. ils n'apparais saient pas comme acteurs politiques. et de multiples organisations rel igieuses. la multiplication des associations d'émigrés depuis 1970 (sur les 400 associations d'émigrés italiens. puis des conditions de travail et sur les relations avec la police et l'administration : pour les émigrés. et même à la vie syndicale du pays d'installation. s'est révélée efficace 47. De fait. Tout au plus. mais essentielle entre le domaine étroit du politique — concernant la participation. sinon simpliste.Dominique Schnapper diquement interdite. Cette distinction ne fait d'ailleurs qu'appliquer au politique celle que pro posait Max Weber entre l'acte économique et l'acte à portée économi que. Pour tenter d'apprécier ces faits. la réticence des responsables syndicaux à assumer le problème nouveau créé par la présence des ouvriers émigrés. les grèves spectaculaires dans les usines (depuis Pennaroya à Lyon en 1971 jusqu'à Poissy en 1982-1983) ont provoqué un nouveau discours sur la politisation nouvelle des émigrés. il importe de rappeler une distinc tion simple. ils n'étaient pas pour autant privés des droits économiques et sociaux — droit d'association. au choix des gouvernants par le vote et le militantisme partisan — et le sens large du politique. selon lequel toute forme de participa tion à la vie sociale finit par avoir une implication politique. Les mouvements de revendications liés aux conditions de logement entre 1969-1970 et 1979.

la multiplication récente des associations d'émi grés. n'en sont pas moins deve nusaussi des acteurs de la vie sociale — donc politique (au sens large) — de la société d'émigration. moins pour exprimer des revendications identitaires ou politiques (au sens étroit) que pour défendre des droits économiques et sociaux — qui constituent la dimension essentielle de la condition d'émigré — . s'agit-il d'une participation symbolique liée au mythe du retour. privés des droits polit iques selon la définition étroite du terme 49. qui dépasse le 163 . quelle que soit leur nationalité. On peut penser que les formes d'expression politique spécifique qui sont apparues à partir des années 1969-1970. au contraire. à l'acculturation d'une part croissante de la population émigrée selon les lignes que nous avons esquissées. ou MPAM » constituent des manières savantes ou scientifiques de rappeler à juste titre que. par laquelle les émigrés entretiennent des liens avec un pays où la majorité d'entre eux ne retournera pas ? Ou d'une participation effec tiveà l'action syndicale — donc politique au sens large — du pays dans lequel ils vivent et travaillent 50 ? Des enquêtes empiriques permett raient aussi de préciser la spécificité des formes de revendication identitaire — expressions de la culture d'émigré ? — que traduit. est devenue une émigration de peuplement. en France. participent effectivement à l'activité économique et sociale du pays d'émigration. de ceux qui sont installés pour une période longue ? Seules des enquêtes empiriques nombreuses. les émigrés. Les théories de l'« opposition extra-parle mentaire». pour chaque population.à condition de ne pas oublier qu'elle prend place dans un déve loppement général du mouvement associatif en France. A quelles origines nationales et/ou religieuses appartient la minor itédes émigrés qui prend part aux actions de revendication dans le pays d'installation ? Font-ils partie des émigrés les plus récemment arrivés ? De ceux qui sont arrivés les plus jeunes ? Des plus cultivés ? De ceux qui gardent des liens étroits avec le pays d'origine ou. La proposition vaut a fortiori pour les enfants de migrants nés en France et de nationalité française. étant donné le nombre des variables à prendre en compte. les migrants. qui a cessé d'être défini par sa seule condition de travail leur . permettraient de répondre aux ques tions que l'on peut se poser sur la dimension politique de la condition de l'émigré. de la « politisation du non-politique » ou des « Modes popul aires d'action politique. sont directement liées à la transformation d'une émigration économique en une émi gration de peuplement.Modernité et acculturations tion tend à être tautologique : puisque l'émigration. activité à portée politique — l'analyse devant porter sur les formes de cette participation. restés l'un des enjeux des conflits politiques et syndicaux.

notamment à cause 164 .Dominique Schnapper cas des émigrés. qui laisse intacte la forme la plus intime de l'identité personnelle et sociale. laisse d'abord peu de place à la participation politique dans le pays d'émigration. La dichotomie entre l'univers de la vie privée et l'univers professionnel. que le développe ment économique qui repose sur la vitalité de la petite entreprise familiale ou d'inspiration familiale avait gardé jusqu'à aujourd'hui des traits particuliers 52. c'est d'abord par la participation économique que s'opère. Autrement dit. le travailleur émigré italien ou turc en France a élaboré une culture dans laquelle se combinent un noyau dur et des éléments empruntés à la société moderne et réinter prétés selon les normes de la société d'origine. un processus spécifique de modernisation. sauf pour une minorité — souvent des étudiants. et pas seulement pour des raisons juridiques. employés et techniciens) en France. On a pu montrer à partir de l'exemple italien que les relations proprement économiques s'inscrivaient dans le style du clientélisme traditionnel 51 et. une forme nouvelle de participation à la société d'installation par la constitution de groupes primaires favori santl'attitude de la « dichotomie stabilisée » et l'intégration à la société globale ? Défini d'abord comme un travailleur et comme un non-national dans une nation fortement constituée. n'impliquent en aucune façon cette uniformité concentrationnaire qui hante les rêves des militants de la diversité culturelle. On a pu aussi constater des différences systéma tiques dans l'organisation du même type d'entreprises en France et en Allemagne : proportion toujours plus forte de personnel non ouvrier (cadres. Il semble que. arrivés très jeunes en France et fortement politisés — . pour la masse de la population migrante. Les analyses qui précèdent veulent contribuer à renforcer une théo riede la diversité des formes non seulement du procès de la modernis ation. réseaux de communicat ion plus « horizontaux » en Allemagne et plus « verticaux » en France 53. en quoi se résume sommairement la condition de nombreux émigrés. proprement techniques. plus généralement. pour des populations particulières.mais aussi des résultats de cette modernisation. Les mêmes exigences. si les formes qu'adopte la hiérarchie inhé rente à toute organisation rationnelle de la production et le style des relations sociales à l'intérieur de l'entreprise se révèlent aussi diffé rents dans des pays voisins de l'Europe occidentale. Ces associations maintiennent-elles d'abord des liens — et lesquels ? — avec le pays d'origine ou constituent-elles.

9. Harvard University Press. 5. Denoël. 2. élevés en France. P. Moynihan (eds.). Maugué. Cambridge University Press. du rôle de l'État et. p. « Theories of Industrial Socie ties».). » Cf. p. Identités collectives et Relations cultu relles. Sayad. 1977. selon les périodes de l'histoire sociale de l'Algérie. des relations entre le système d'éducation et le système économique.. Bruxelles. appelés improprement « migrants de la deuxième génération » (puisqu'ils ne sont pas des migrants). p. New York. 1979. 1978. Change and Modernity. p. Eisenstadt.W. 1981. Si tous les pays modernes accordent une place cen trale au domaine économique. 5-19. voir J. D. CNAM. « Les trois âges de l'émigration algérienne ». Cambridge (Mass. 1973. La forme la plus élaborée et la plus célèbre est celle qu'a popularisée W. sous la forme : « Si vous étiez président des États-Unis. il n'est pas aventuré de conclure que la diversité. 179. la première étape d'un processus de modernisation. S. ce trait commun n'interdit en aucune manière la variété des formes sociales et politiques. 263-288. Wiley. nous parlerons d'enfants de migrants. même à l'intérieur du système de production — pour ne parler ni de la vie sociale ni de la vie politique — . p.Modernité et acculturations de l'histoire différente de la croissance économique. Clencoe. 11.. n° 15. Actes de la recherche en sciences sociales. On ne trouvera pas ici une analyse de la combinatoire culturelle déjà présentée dans 165 . 8. Ethnicity. 112114.). Un ouvrage réputé ne reculait pas devant l'utilisation d'un questionnaire. une forme du respect de la tradition ou un signe de rupture avec cette tradition. Ces expressions sont tirées de C. Cf. Tripier. Goldthorpe. « Travailleurs immigrés : pour l'analyse des générations migratoires ». Eisenstadt. vol. 7. Tradition. Modernizing the Middle East. Il va de soi que cette distinction est idéal-typique et que beaucoup de chercheurs s'efforcent de concilier ces points de vue. Contre V État-nation. M. sera encore plus grande au fur et à mesure que les pays non occidentaux élaboreront des formes nouvelles de modernisation. Dominique SCHNAPPER École des hautes études en sciences sociales. XII. Complexe. 1975. 3. The Free Press.. qui inter rogeait le paysan d'Anatolie sur ses rapports avec les mass media et avec le monde politique. 6. cit. Archives européennes de sociologie. Michaud (éd.N. 1958. 59-79. Theory and Experience. Voir aussi la bibliographie sur ce thème. Les termes de migrants ou d'émigrés dans ce texte désignent des populations nées et élevées dans un autre pays et installées en France. 262. A. 12. The Passing of Traditional Society. Le plus célèbre de ces livres est celui de Clazer et D. Sur l'ensemble de cette littérature. op. Rostow dans The Stages of Economie Growth : a Non-Communist Manifesto. Cl. ainsi que S. 1971. des idéologies et des symboles. 1961. Lerner. 179. 10. Paris NOTES 1. les Communautés pertinentes de l'action collective.N. n° 2. Pour leurs enfants. plus généralement. en particulier le deuxième et le troisième. p. On a pu montrer que la même conduite — l'émigration d'Algérie en France — pouvait signifier. 4. p.

p. Greco 13. « Célibat et condition paysanne ».. Recherches sur les migrations internationales. passim. 3. in Seymour Martin Lipset (éd. L'integrazione delV immigrato nella société industriale.. Lewis. Paris. The Third Century. ». B. Pitt-Rivers. l'Iran. un certain type de modernisation. 32-136. dans un foyer de la rue de Charonne. Studi emigrazione. 2. et «Tradition culturelle et appartenance sociale : émigrés italiens et migrants français dans la région parisienne». cf. Actes de la recherche en sciences sociales. CNRS. 25. « Portuguese Immigrants in France : Familial and Social Networks and the Structuring of Community ». «Centralisme. 4/5. Bologne. p. 13. 1977). 166 . P. La proportion des Maghrébines actives reste toutefois bien inférieure à celle des Portugaises et des Espagnoles. 22. le recensement révélait que le taux d'activité des femmes immigrées attei gnait 37. Annales ESC. p. En 1975. Callier-Boisvert. Schnapper. D. « Tradition culturelle. 75. Baglioni. Schnapper. America as a Post-Industrial Society. juin 1977.1 % (contre 50 % des femmes françaises). The Dynamics of Modernization. Schnapper.). Ibid. F. 14. 1982. p. Barou. Paris. p. « Les Turcs à Stuttgart. 28. D. Influence de l'organisation sociale des familles immigrées turques sur la socialisation des enfants. cité. Recherches sur les migrations internationales. « L'insertion urbaine des étrangers dans une ville moyenne ».. la Mésaventure de Sichem. 1979. 1975. Sycomore. le Japon. du point de vue politique. Sayad. n° 26/27.C. art.Dominique Schnapper d'autres textes . 1983 (lr< éd. A. Alberoni et C. 1976. II Mulino. p. Paterson. 20. en langue anglaise. 16-28... déjà cités. ses conditions sociales et sa signification chez les immigrés algériens ». 24. 1966. Cetinsoy. Hoover Institution Press. 18. art. Études rurales. ». Paris. parce que plus spécifique : toute culture est le résultat d'un métissage cul turel. 16. Ibid. 1983 . 485-498. Black classe ainsi la Turquie avec la Russie. Bretelle et C. avril-sept. Schnapper. Kastoryano. p. p. Les références issues du travail de Riva Kastoryano seront indiquées par R. a Study ofCompa~ rative History. C. Le premier conflit dur éclata en 1967. 149-203. p. Invented. n° 25. Anthropologie de l'honneur. Recherches sur les migrations internationales. 38.. octobre 1974. 1150. Black. p.. Ce thème est central dans les travaux de Riva Kastoryano. 1159. « Centralisme et fédéralisme culturels : les émigrés italiens en France et aux États-Unis». 17. l'Afgha nistan. 1982. Le terme de bricolage culturel me paraît préférable à celui de métissage culturel souvent utilisé. « Les enfants illégitimes ». 30. Espaces et Migrations. mais on doit évidemment tenir compte de l'importance de l'activité domestique (y compris garde d'enfants et travaux de couture) non déclarée.C. 23. Revue française de sociologie. Les analyses concernant les travailleurs turcs reposent particulièrement sur les informations fournies par deux enquêt es : R. l'Ethiopie et la Thaïlande comme incarnant. p. 27. 1962.. E. p. 80. New York. History Remembered. « La naturalisation. 15. Cette analyse repose sur les travaux que Claude Delaunay a consacrés aux problèmes identitaires des enfants de harkis (thèse en cours) et sur la lecture du DEA de Mohand Hamoumou. J. Princeton University Press. 29. Sayad. 1981. Greco 13. 19. O.B. n° 46. D. 269-270. « Centralisme. Harper and Row. 31. lorsque les Africains islamiques découvrirent que les poulets étaient tués à l'électricité au lieu d'être égorgés rituellement. « The Black Community : Is there a Future ? ». J. et M. Cf. 21. Rediscovered. cité. mars-avril 1979. Greco 13. 480 sq. 1965. On trouvera une analyse du rapport des Italiens avec la construction de la maison in D. 1141-1159. art. cité.K. 26. E. thèse de doctorat de III' cycle de l'EHESS. A. p. ». 122. n° 5/6. évolution et adaptation d'une com munauté étrangère dans une grande agglomération allemande ». Bourdieu. la Chine.

Paris X. p. Cf. p. S. De même. R. Selon une enquête récente. p. cycle. c'est qu'ici. Chicago University Press. et un secteur hérité du système colonial. p. J. Cf. Cronin. art. 332. 411. thèse de l'EHESS. 36. 41. Paris. Barou. « Figures ». de fêtes annuelles. Palidda. 1975 (I). Paris X-Nanterre. ». p. p. L'Origine des manières de table. Paris. De la souillure. Lévi-Strauss. d'où la dimension politique française (au sens étroit) est évacuée. art. 50. J. de Fondation Wenden-Didier. P. Routledge and Kegan. tout en affirmant leur aspiration au retour. octobre 1983. Abou. art. J. M. Schnapper. Maspero. n° 25. Cf. 13. Ekeh. Voir aussi Mary Douglas. Il semble que les associations italiennes réunissent les émigrés issus d'une même région ou d'une même province autour d'excursions communes. On note que. Juifs et Israélites.Modernité et acculturations 32. arrivés pour 90 % du même village d'Anatolie centrale. 34. Londres. « Pour une approche de la dimension sociopolitique de l'immigration italienne en France ». 1967). « Centralisme. Hassoun. Paris. 1970. Ekeh. n° 22. Streiff-Fenart. le Mouvement syndical et les Travailleurs immigrés. 33. 38. • Idées ». en France. 1968.. rapport de la Fondation européenne de la science. op. Paris. Voir D. De la souillure. Madi son. thèse de doctorat d'État. 40. Pion. Schnapper. Mhong réfugiés : trajectoires ethno-sociales. cit. thèse de IIIe cycle. Paris. M. 91-112. 1983. S. 1981. donc de la culture indigène. cité. 65. Entretien cité dans D. 44.. après une installation de quatre ans. Jean-Pierre Hassoun a ainsi montré que l'installation de familles mhong dans le milieu rural a été un échec. Miller. 1977. des immigrés 1975. parce que le projet négligeait le fait que la population mhong avait déjà connu pendant une dizaine d'années une forme d'urbanisation liée à la guerre. et que les émigrés manifestent de la réticence à l'égard de la politique au sens étroit du terme. c'est pire : on est élevé comme là-bas ou c'est pire encore. Sayad a fait la même observation : • Ce qu'elles ne savent pas. coll. Extraits d'interviews cités par C. nationaleL'Univers des sciences politique politiques. cité. Tripier. « Choix du conjoint et identité sociale. 1979. « Colonialism and the Two Publics in Africa ». 1151. 31. Boudon. J. 1983. la majorité des parents algériens accepte les « mariages mixtes ». 45. cité. Paris. New York. Lévi-Strauss. L'Identité culturelle. Uran. Praeger. L'ambiguïté du projet de retour apparaît très tôt. entre un secteur directement issu de la vie privée. S. à l'intérieur de la vie publique dans les pays d'Afrique noire après la décolonisation. coll. les associations turques se trouvent calquées sur les modes d'action 167 . « Que sais-je ? ». p. 46. En tenant compte des conditions historiques différentes. Même si cet argument statistique est exact. il ne remet pas en question cette analyse. PUF. 1983. 1981. dans l'Aisne. 166. Grasset. Concurrence et Substitution. 14. Identité et Culture. Afrikaner Fascism and National Socialism in South Africa. Voir plus haut l'analyse sur le rôle de la communauté d'origine. Gallimard. L'Identité (séminaire de Cl. 1975. C. 1980. Nathan. Paris.-P. on peut trouver une homologie entre cette dichotomie et celle que souligne Peter P. 43. n'en manifestent pas moins le désir d'améliorer leur logement en France. dans la mesure où mes parents ici se sentent complètement isolés du contexte social ». 35. 1971 (Purity and Danger. mémoire de 49. Les Méthodes en sociologie. 47. p. Apport de l'ethnopsychiatrie à la théorie et à la pratique de la clinique psychanalytique.University of Wisconsin. Cl. The String of Change. 1933-1945. On remarque que les naturalisés continuent à faire peu d'usage de leur droit de vote. Comparative Studies in Society and History. 18. IIIe48. p. 37. Lévi-Strauss). Cl. coll. Anthropos.. 39. 42. T. des immigrés turcs parmi les plus traditionnels. p. de cours de langues ou de réunions amicales. 96. L'interview de A. 20. Cf. p. Cf. Les mariages des émigrés maghrébins de la deuxième génération ». Peuples méditerranéens. Foreign Workers in Western Europe : an Emerging Political Force. p.

A. Poci (éd. Recherche d'un effet societal. L'Italie rouge et noire.-J. F. PUF. 52. . Production de la hiérarchie dans l'entreprise. Milan. 51.Dominique Schnapper politique du pays d'origine (il faut dire que. Paris. Paris. les Modèles culturels de la vie quotidienne à Bologne.). M. Sylvestre. 1971. Comunità e razionalizzazione. « Sociologies ». Gallimard. Maurice. coll. Schnapper. Sellier et J. Pizzorno. Famiglia e mercato del lavoro in una economia periferica. 53. 1967 . Ricerca sociologica su un caso di sviluppo industriale. Angeli. 1980. Turin. 1982. D. M. il s'agit des relations avec un pays autoritaire). France-Allemagne. dans ce cas.