You are on page 1of 2

La crise énergétique au Bénin, bientôt plus qu’un

souvenir ?
L’année 2015 fut un début d’année dur pour le peuple béninois. En effet,
les plus graves crises d’énergie électrique connues au Bénin du
renouveau démocratique remontent aux années 1997 et 1998. Le Bénin
souffre d’un besoin énergétique de185 à 230 Mégawatts. L’analyse du
secteur énergétique démontre que TCN (Transmission company of
Nigeria) à cause de situations diverses n’honore pas son contrat de
fourniture des 200MW d’énergie électrique à la CEB. D’autre part, la
CEB n’arrive plus à s’approvisionner ni au Ghana ni en Côte d’Ivoire, en
raison notamment des mêmes difficultés de déficit énergétique observé
dans ces deux (2) pays ce qui met la CEB dans une situation
inconfortable, celle de ne fournir que 30 MW cumulativement pour le
Bénin et le Togo. Les différents apports des partenaires privés pour
renforcer les capacités de la Société béninoise d’Énergie Electrique
(SBEE) dans la distribution de l’énergie électrique ne suffisent pas à
combler le déficit actuel d’environ 230 MW pour le Bénin entrainant des
coupures intempestives dans le pays. Il ressort de cette analyse que non
seulement la situation n’a pas son origine au Bénin, elle n’est ni
spécifique à ce dernier, mais elle est plutôt sous régional. Cependant,
l’état béninois par l’adoption de certaines mesures fit la promesse que
cette crise ne serait plus qu’un souvenir à compter décembre 2015. Au
court terme, elle prévoit le redémarrage de la centrale hydro-électrique
de Nangbéto qui après avoir eu son rôle à joué dans la situation
énergétique actuelle à cause de sa suspension de fonctionnement en
raison des travaux de construction du pont d’Athiémé, devrait fournir
quelques 40 mégawatts dès le 15 juin, la location de générateurs,
l’approvisionnement en gaz naturel pour faire tourner la centrale de
Maria-Gléta, la mise en oeuvre d’un programme d’énergies
renouvelables, au long terme l’investissement de 411 millions de dollars
dans les 5 années par le MCC (Millenium challenge corporation)
essentiellement dans la production, la distribution et les réformes dans le
secteur de l’électricité et enfin la construction d’une centrale de 120MW
à financer par la BID, la BOAD et l’État Béninois.
La mise en place de toutes ses réformes devrait permettre au Bénin
d’atteindre une capacité de production de 1500 Mégawatts d’ici à
décembre 2015. Une grande ambition qui sera exécutable grâce à la
combinaison de plusieurs moyens allant du développement des énergies
renouvelables à la construction d’une nouvelle centrale de 120
Mégawatts et surtout à l’apport du Millénium Challenge Account dont le
deuxième compact auquel le Bénin a eu droit sera consacré
exclusivement au secteur de l’énergie.