You are on page 1of 28

CRÉDIT À LA CONSOMMATION

LE COMITÉ DE SAUVEG
SAUVEGARDE DE LA JS KABY
DES COMITÉS LOCAUX

Les banques hésitent “Un changement radical
à formuler des offres P.4 à la JSK s’impose !” P.23
LES RENCONTRES CINÉMATOGRAPHIQUES
DE BÉJAÏA AURONT LIEU DU 5 AU 11
SEPTEMBRE AU TRB ET À LA
CINÉMATHÈQUE

Abdenour Hochiche :
“Proposer des objets
filmiques qui questionnent plus qu'ils
n'imposent des
réponses” P.14

LIBERTE
LE DROIT DE SAVOIR, LE DEVOIR D’INFORMER

PATRICK ALEXANDRE, DG
COMMERCIAL D’AIR FRANCE- KLM,
À "LIBERTÉ"

“L’Algérie
g
est la
locomotive de
l’Afrique
q du
Nord” P.7

QUOTIDIEN NATIONAL D’INFORMATION. 37, RUE LARBI BEN M’HIDI, ALGER - N° 7016 JEUDI 3 SEPTEMBRE 2015 - ALGÉRIE 20 DA - FRANCE 1,30 € - GB 1£ 20 - ISSN 1111- 4290

ABDELMALEK SELLAL EST CATÉGORIQUE

"Pas de parti
pour Madani
Mezrag"
P.3

BLOCAGE DES MARQUES
AUTOMOBILES ALLEMANDES

Réunion entre
omates
érien
allemand
erlin P.7
LOGEMENTS AADL

souscripteurs
2001-2002
elés à choisir
sites dès
samedi P.4
ANNONCÉES PAR LA TUTELLE À
L’OCCASION DE LA NOUVELLE
RENTRÉE UNIVERSITAIRE 2015-2016

Les nouvelles
mesures à
l’épreuve
p
du
terrain P.6
REPORTAGE
ILS ONT RENONCÉ À SE
RENDRE EN ALGÉRIE CET ÉTÉ

Newpress

LE PORTE-PAROLE DES
VICTIMES DU TERRORISME À
TIZI OUZOU L’A AFFIRMÉ HIER

Ces Algériens
de France privés
de vacances
au pays P.9

“Nous sommes partants
pour le dépôt d’une
plainte au TPI contre
Madani Mezrag”

P.2
Publicité

Jeudi 3 septembre 2015

2 L’actualité en question

LIBERTE

LE PREMIER MINISTRE RASSURE

“Nous disposons
d’importantes potentialités
pour faire face à la crise”
Le ministre des Finances a, pour sa part, annoncé la tenue, du 10 au 17 septembre,
de réunions au niveau de chaque wilaya consacrées aux dispositions de la LFC 2015.
ous disposons d'importantes potentialités
pour faire face à la crise”, a rassuré, hier, le
Premier ministre, Abdelmalek Sellal, à l’Assemblée populaire nationale (APN), dans une
déclaration à la presse en marge de l'ouverture de la session d'automne des deux chambres
du Parlement. M. Sellal reconnaît que l’Algérie subit “un choc économique” à cause de la
chute des prix du pétrole. Le Premier ministre
a évoqué une stratégie économique, dont la
mise en œuvre a été entamée avec la loi de finances complémentaire 2015. “Des décisions
très courageuses ont été prises pour faciliter l’investissement”, a-t-il indiqué, estimant que “la
création de richesse est l’unique solution, et non
pas l’austérité qui n’engendre que le sentiment
de désespoir”. Le gouvernement, insiste le

“N

Premier ministre, a opté pour la politique de
croissance et de création de richesse en lieu et
place de l’austérité. Parallèlement, M. Sellal
souligne la nécessité de rationalisation des dépenses. Dans ce cadre, “l’État a pris des mesures, y compris en matière de budget de fonctionnement. Des baisses sont prévues. Des dispositions allant dans le même sillage seront
prises dans le budget de 2016. Mais notre objectif est de poursuivre le développement national”, a-t-il indiqué.
Le Premier ministre a annoncé une réduction
des investissements publics, en matière de
grands projets et de routes. Mais concernant
le volet social, les efforts seront poursuivis.
“Nous disposons d'importantes potentialités
pour faire face à la crise”, a insisté le Premier
ministre. Cependant, a-t-il indiqué, ces potentialités ne doivent pas être utilisées pour
maintenir le statu quo. “Il faut difficilement sor-

tir de l’économie basée sur les hydrocarbures”,
a lancé M. Sellal, estimant que la réussite de cette démarche nécessite l’adhésion de tous les
opérateurs, de tous les partis politiques et de
tous les membres de la société. Interrogé au niveau du Conseil de la nation sur les mesures
prévues dans l’avant-projet de loi de finances
2016, le ministre des Finances, Abderrahmane Benkhelfa, a indiqué que le texte “est encore au niveau des laboratoires”.
Le gouvernement, a-t-il affirmé, se préoccupe,
actuellement, de la mise en œuvre des dispositions de la loi de finances complémentaire
2015, et qui concernent, entre autres, l’investissement, le foncier et le financement de
l’économie. Dans ce cadre, le ministre des Finances a annoncé la tenue, du 10 au 17 septembre, de rencontres des cadres des banques,
des finances et du commerce dans toutes les
wilayas consacrées à la promotion de l’inves-

tissement, au foncier industriel et à la collecte des ressources qui sont en dehors des
banques. Interrogé sur les prévisions de croissance de 4,6% en 2016 au moment où le gouvernement annonce une baisse de 9% des dépenses globales, M. Benkhelfa a affirmé que “la
croissance n’est pas portée uniquement par la
dépense publique”. Le ministre des Finances a
indiqué que la croissance de 4,6% prévue en
2016 est portée à la fois par la commande publique, l’industrie, l’agriculture, les travaux publics et les services. M. Benkhelfa a affirmé que
tous les budgets de 2015 à 2019 sont orientés
vers la croissance, dans un contexte d’une récession mondiale. Pour sa part, le ministre de
l’Aménagement du territoire, du Tourisme et
de l’Artisanat, Amar Ghoul, a annoncé la tenue, avant la fin de l’année, des assises nationales sur l’aménagement du territoire.
MEZIANE RABHI

OUVERTURE DE LA SESSION PARLEMENTAIRE D’AUTOMNE

Ould Khelifa tente de minimiser la crise

L

se profonde, qu’il qualifie de “simples
points de vue et d’analyses”, le président de
l’ANP a longuement défendu le bilan de
Bouteflika. Selon lui, la panique serait le résultat d’“une vague de pessimisme et de
désespoir, véhiculée par certains leaders de
partis et autres experts et médias qui ont
dressé un tableau noir sur la situation
économique et monétaire actuelle de l'Algérie”. Or, juge-t-il, “il existe des réalités objectives qu'il faut rappeler”. Cela, même si,
paradoxalement, il ne veut pas “minimiser
les difficultés, ni s'éloigner de toute tentative d'affolement ou de panique” ! M. Ould
Khelifa préfère, cependant, faire l’éloge du
bilan de la gouvernance de Bouteflika. “Depuis le début du millénaire, sous le leadership du président Abdelaziz Bouteflika,
une vision stratégique du développement qui
lui a valu d'élever son niveau d'immunité
monétaire et une capacité à anticiper les
crises financières et monétaires et la chute
des prix des hydrocarbures, qui est une cri-

se internationale à laquelle font face la plupart des pays, y compris les grandes économies mondiales.” Pour étayer ses propos,
il citera les axes principaux de cette “vision
stratégique” dont le paiement anticipé de
la dette extérieure, le règlement des équilibres financiers et monétaires globaux, la
rationalisation des dépenses publiques.
Ce qui a, selon lui, “permis d'engranger une
réserve inégalée en devises et d'importants
capitaux au Fonds de régulation des recettes”. Et d’ajouter que “l'Algérie a pu, grâce à cette stratégie de développement, se hisser au niveau des indices internationaux de
développement et renforcer la stabilité financière de son économie, (...)”. Le président de
l’Assemblée estime, de ce fait, qu’il n’y a pas
lieu de s’alarmer outre mesure. Il a appelé, par conséquent, ceux qu'il a qualifiés de
“partenaires au service de la nation à être
optimistes”, non sans les rassurer sur “le
présent d'une Algérie stable et sûre”.
FARID ABDELADIM

Zehani/Archives Liberté

e discours prononcé, hier à l’ouverture de la session parlementaire d’automne par Mohamed-Larbi Ould
Khelifa, président de l’APN, cache mal la
crainte du pouvoir face au risque d’une crise économique aiguë qui plane sérieusement sur le pays, suite à la baisse sensible
des recettes pétrolières. Reconnaissant ce
contexte de “conjoncture économique particulière”, M. Ould Khelifa a jugé ainsi que
la présente session “exige de s'armer de patience et de confiance afin de mettre en
œuvre les objectifs inscrits au programme
du président de la République, Abdelaziz
Bouteflika, et de vaincre les défis auxquels
font face l'État et la société”. D’où son appel à “la conjugaison des efforts et la création d'un consensus entre les partenaires politiques et les organisations socioculturelles
afin de sauvegarder la sécurité et la stabilité de l'Algérie”. Dans sa tentative de minimiser les alertes de l’opposition, d’experts et des médias sur les risques d’une cri-

Le président de l’APN, Mohamed-Larbi Ould Khelifa.

LE PORTE-PAROLE DES VICTIMES DU TERRORISME À TIZI OUZOU L’A AFFIRMÉ HIER

“Nous sommes partants pour le dépôt
d’une plainte au TPI contre Madani Mezrag”
ous sommes partants
pour le dépôt d’une plainte au Tribunal pénal international de La Haye contre Madani Mezrag”, dira, d’emblée, Khaled
Boutaba, tout en exprimant, au nom
des victimes du terrorisme de la région, son  indignation contre  les
dernières sorties médiatiques “irresponsables” de la part, dit-il, “du sanguinaire Madani Mezrag, un chef terroriste dont les mains sont encore tachées du sang des Algériens et des Algériennes de la décennie noire”. “18
ans après, Madani Mezrag se glorifie de créer un parti politique portant
le slogan de la réconciliation nationale, une réconciliation qui lui a

“N

permis d’insulter tout le peuple algérien et de toucher les familles des victimes dans leur amour-propre”, liton dans la déclaration du bureau de
l’organisation, qui estime qu’au lieu
de demander des excuses au peuple,
“il persiste et signe, et se considère
comme un zaïm sauveur de la République devant le mutisme des pouvoirs
publics”.
Un mutisme qui ne peut être interprété, dit-il, “que par la complicité de
certains responsables de l’État”. Car,
estime-t-il, fermer les yeux sur la tenue du rassemblement de Jijel et de
Mostaganem, avec l’annonce directe de la création d’un parti politique,
“n’est qu’un indice révélateur des

connivences entre le terroriste et le
pouvoir en place”. Rappelant que le
texte de la Charte portant réconciliation nationale dans son article 26
interdit toute activité politique et encore moins la création d’un parti à
ces chefs terroristes et leurs sbires,
Khaled Boutaba insiste sur le fait
que les victimes du terrorisme ont
accepté la réconciliation nationale
parce qu’ils ont choisi l’Algérie,
mais sans pardonner. “Je dénie le
droit à quiconque de pardonner à ma
place”, s’est-il insurgé, avant de s’en
prendre à la présidente du bureau
national de cette organisation qui
compte, rien que dans la wilaya de
Tizi Ouzou, 1 136 adhérents parmi

les membres des familles des 390 victimes tuées et des 650 blessés par le
terrorisme. “Nous ne comprenons pas
le silence et l’attitude de la présidente de l’ONVT, Mme Flici Fatma-Zohra ; elle qui devait être la première à
réagir pour dénoncer les dépassements de ce chef terroriste qui veut se
refaire une virginité sur le dos des victimes”, s’est-il indigné, affirmant
qu’il compte l’interpeller, afin de réunir le conseil national de l’ONVT
dans les plus brefs délais et de réagir
aux agissements de Mezrag, faute de
quoi, le bureau de Tizi Ouzou fera,
a-t-il dit, cavalier seul dans la dénonciation de ce sinistre personnage. “Ce
n’est pas normal qu’on soit les pre-

miers à être concernés et les derniers
à réagir, et ce n’est pas normal de laisser Madani Mezrag refaire exactement ce que le FIS faisait au début des
années 1990”, a-t-il déclaré, tout en
dénonçant le fait déjà que Mezrag
soit accueilli comme une personnalité nationale par Ahmed Ouyahia,
qui l’a consulté quant à la révision de
la Constitution et, pis encore, a-t-il
ajouté, sans que la présidente de
l’ONVT réagisse, elle qui n’a même
pas rendu compte de sa rencontre
avec le même Ouyahia dans le même
cadre.
SAMIR LESLOUS

LIBERTE

Jeudi 3 septembre 2015

L’actualité en question

3

ABDELMALEK SELLAL EST CATÉGORIQUE

"Pas de parti
pour Madani Mezrag"
Abdelmalek Sellal remet de l’ordre dans le désordre créé par l’annonce de création d’un parti politique sous l’impulsion de Madani Mezrag. Il a affirmé que l’État ne transgressera pas les lois de la République. Sauf qu’en la matière,
il y a eu dérive le jour où l’ex-chef de l’AIS a été invité aux consultations autour de la révision constitutionnelle.
e Premier
ministre,
Abdelmalek Sellal,
est venu,
hier, au
palais Zighoud-Youcef, pour participer au
cérémonial de l’ouverture de la session parlementaire, avec la ferme intention de remettre les pendules à
l’heure dans la polémique naissante autour de la volonté de
Madani Mezrag, ancien chef terroriste, de
créer un parti politique.
Il n’a guère attendu
que les journalistes lui
posent la question pour
entrer dans le vif du sujet. “On parle beaucoup, ces jours-ci, du retour d’un parti poli-

Yahia/Liberté

L

Le Premier ministre Abdelmalek Sellal
était hier à l’ouverture de le session parlementaire.

LE PROJET DE RÉVISION CONSTITUTIONNELLE
EST PRÊT SELON LE PREMIER MINISTRE

“C’est au président
de la République
de décider quand
le soumettre”
névitablement, le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, a été
interpellé, hier à l’APN, sur la
mise en œuvre du projet de révision
constitutionnelle. “Le projet est prêt.
Mais il revient au président de la République de le soumettre”, a-t-il affirmé. Autrement dit, aucune
échéance précise du passage du projet en réunion du gouvernement,
Conseil des ministres, puis le Parlement et éventuellement à un référendum, n’est fixée pour l’heure.
Pour rappel, le chef de l’État a annoncé une révision constitutionnelle en avril 2011, en même temps
que la réforme de certaines lois organiques, soit celles se rapportant au
régime électoral, aux partis poli-

I

tiques, aux associations et la promulgation d’une loi qui consacre le
principe des quotas au profit des
femmes dans les institutions élues.
L’ensemble des projets engagés a
abouti, à l’exception de celui de la loi
fondamentale.
Lors de la campagne électorale pour
le quatrième mandat, le projet a été
présenté comme une priorité absolue. À peine le président Bouteflika
réélu, qu’il lance, sous la direction
d’Ahmed Ouyahia, le deuxième
cycle des consultations politiques autour de cette révision. Depuis, la démarche se nourrit de moult spéculations pour survivre à des reports
devenus récurrents.
S. H.

TRAVAIL LÉGISLATIF

L’instruction d’Ouyahia aux parlementaires du RND

n Le secrétariat national du RND s’est réuni, hier, en présence des
députés et des sénateurs pour débattre de la situation politique du
pays. La réunion a été aussi l’occasion pour Ahmed Ouyahia de
donner des instructions aux parlementaires du parti, leur
demandant “une participation active aux travaux législatifs et aux
débats dans chacune des deux chambres du Parlement en veillant à
y faire entendre les préoccupations des citoyens sans se laisser
entraîner dans la surenchère de l’opposition”. Les parlementaires du
RND sont aussi instruits pour soutenir, lors des votes, les textes
présentés par le gouvernement, au sein duquel, le parti est
représenté. Enfin, il est également demandé aux députés et
sénateurs du parti “une mobilisation sur le terrain pour participer à
la sensibilisation de la population sur les enjeux d’une crise
financière réelle à laquelle le gouvernement fait face dans
l’attachement à la justice sociale”.

tique dissous. Nous confirmons qu’il
n’en est rien”. Très généreux, pour
une fois, en déclarations sur le sujet,
il a précisé que dix ans se sont écoulés depuis la mise en œuvre de la
charte portant réconciliation nationale. “L’État a appliqué ce que le
peuple a approuvé (par voie référendaire le 29 septembre 2005, ndlr). La
charte a donné à ces gens-là (comprendre les terroristes repentis) des
droits, mais les a soumis aussi à des
obligations. Chacun d’entre eux doit
s’en tenir strictement aux dispositions
de cette charte.” Haussant légèrement
le ton, le Premier ministre a affirmé
que nul n’a le droit de replonger le
pays dans la crise sécuritaire des années 1990. “Toute personne, impliquée dans cette crise, n’a pas le droit
de créer un parti politique ou même
d’adhérer à une formation politique
existante”, a-t-il asséné implacable.
Il a appuyé ses propos par l’article 26
de la charte pour la réconciliation nationale et l’article 5 de la loi organique relative aux partis politiques.
La première disposition édicte clairement que “l’exercice de l’activité politique est interdit, sous quelque forme que ce soit, pour toute personne
responsable de l’instrumentalisation
de la religion ayant conduit à la
tragédie nationale. L’exercice de l’activité politique est interdit également à quiconque, ayant participé à
des actions terroristes, qui refuse,
malgré les dégâts commis par le terrorisme et l’instrumentalisation de la

religion à des fins criminelles, de reconnaître sa responsabilité dans la
conception et la mise en œuvre d’une
politique prônant la violence contre
la nation et les institutions de l’État”.
Le deuxième article cité stipule aussi distinctement que “le droit de
fonder un parti politique, de prendre
part à sa fondation ou de faire partie de ses organes dirigeants est interdit pour toute personne responsable de l’instrumentalisation de la religion ayant conduit à la tragédie nationale. Ce droit est interdit également à quiconque ayant participé à
des actions terroristes et qui refuse de
reconnaître sa responsabilité pour sa
participation dans la conception, la
conduite et l’exécution d’une politique
prônant la violence et la subversion
contre la nation et les institutions de
l’État”.
Ainsi, la sentence est donc tombée
sur Madani Mezrag, qui a annoncé,
le 27 août dernier à Jijel, la création
d’un parti politique qui porte un
nom fortement évocateur : Front de
l’Algérie pour la réconciliation et le
salut. Bien entendu, ex-chef de l’AIS
(bras armé du FIS dissous), Madani Mezrag ne pouvait ignorer qu’il
tombait, dans sa démarche, fatalement sous le coup des articles de loi
susmentionnés.
D’où lui venait alors son outrecuidance à entreprendre publiquement
une option politique, vouée, dans
l’absolu, à l’échec ? Il est loisible de
croire que l’ancien meneur du grou-

L’ÉDITO

pe islamique armé ne cherchait
qu’un coup d’éclat, soit se montrer
en vedette dans l’actualité de cette fin
d’été. Et c’est assurément réussi,
puisqu’il est parvenu à créer de sacrés remous sur la scène médiatique et politique jusqu’à inciter le
Premier ministre à sortir de sa réserve pour affirmer que l’État ne
transgressera pas les lois de la République.
Sauf qu’en la matière, il y a bien eu
des dérives qui ont peut-être suggéré à Madani Mezrag la possibilité de
franchir aisément les lignes rouges
et revenir à l’exercice politique malgré son passé qui le met sous le sceau
des interdictions posées par la Charte pour la réconciliation nationale et
la loi sur les partis politiques, révisée en 2012. Quasiment seul interlocuteur du pouvoir, pour le compte des groupes terroristes armés,
depuis 1997, l’homme a été reçu, lors
du deuxième round des consultations politiques autour de la révision
constitutionnelle comme une personnalité nationale par Ahmed
Ouyahia. Si l’État lui a donné le droit
d’intervenir sur la loi fondamentale, pourquoi le priverait-il d’activer
au sein d’un parti politique ou même
d’en créer un ? C’est certainement
de là que lui est apparue la possibilité de ressusciter le FIS dissous.
Un rêve que lui et d’autres leaders du
Front islamique caressent, sans aucun doute, depuis des années.
SOUHILA HAMMADI

PAR SOFIANE AÏT IFLIS

Sommation
a République a officiellement décidé de faire de Madani Mezrag un courtisan éconduit. L’ancien chef terroriste n’est pas éligible à l’exercice de
La mise au
l’activité politique partisane, encore moins à fonder et présider son propre
point était
parti. Parole du Premier ministre, Abdelmalek Sellal, qui s’est chargé de le lui
signifier, hier, mercredi, l’opinion prise à témoin. La mise au point était imimpérative
et dans les termes que le pérative et dans les termes que le Premier ministre lui a choisis, à savoir que
le repenti jouit des droits que lui confèrent la Concorde civile et la Charte pour
Premier ministre lui a
la paix et la réconciliation nationale, mais reste également et surtout souchoisis, à savoir que le
mis aux interdits que lui imposent ces mêmes lois. Il était temps qu’une voix
repenti jouit des droits
autorisée lui rappelle ces interdits de manière claire et assumée, même si celque lui confèrent la
le du ministre de l’Intérieur, qui s’est exprimé samedi sur le sujet, ne l’est éviConcorde civile et la
demment pas moins. Par trop prudentes, voire alambiquées pour cerCharte pour la paix et la
taines, les explications de Bedoui ont manqué de dissiper totalement les soupréconciliation nationale,
çons d’un deal qui serait engageant, mais gardé secret, qu’auraient passé les
mais reste également et
négociateurs en 1997 de la reddition de l’AIS, en l’occurrence l’ex-émir de l’orsurtout soumis aux
ganisation terroriste autodissoute par la suite et les officiers représentant
interdits que lui imposent l’Armée nationale populaire (ANP). Des soupçons, au demeurant, fondés pour
au moins deux raisons : d’abord parce que personne n’a jugé nécessaire de
ces mêmes lois. Il était
démentir “l’émir” qui passe son temps, tel un héraut surexcité, à narguer l’autemps qu’une voix
torité
publique, claironnant à qui veut l’entendre que son ambition politique
autorisée lui rappelle ces
a
l’onction
des militaires. Ensuite, parce qu’il s’est vu distinguer comme perinterdits de manière claire
sonnalité nationale digne d’être consultée sur la Constitution de demain, et
et assumée, même si celle
reçu, pour ce faire, à la présidence de la République.
du ministre de l’Intérieur, Dès lors que Mezrag a eu droit à un tel honneur, rien n’empêchait de susqui s’est exprimé samedi pecter une vérité dans ce qu’il déclinait comme projet politique. La suspicion
sur le sujet, ne l’est
n’aurait, d’ailleurs, pas été si ample et autant amplifiée, avec toutes les craintes
évidemment pas moins.”
qu’elle a suscitées chez nombre de citoyens si la communication officielle
s’était fait prompte. Pourquoi fallait-il qu’elle soit tardive, alors que les réactions
indignées, nées dès l’instant où l’ex-chef terroriste a commis sa faconde provocante mais, au-delà, offensante à la mémoire des victimes de la barbarie
intégriste, sont allées crescendo ? Là est la question. n

L

Jeudi 3 septembre 2015

4 L’actualité en question

LIBERTE

CRÉDIT À LA CONSOMMATION

Les banques hésitent
à formuler des offres
e nouvel ancrage juridique du
crédit à la consommation
consolidé en mai dernier par
un décret, explicitant les modalités d’offres en la matière,
n’a toujours pas favorisé sa relance, et les banquiers hésitent à formuler
des offres pour leurs clientèles. D’aucuns
attribuent cela au retard accusé par la mise
en place de la “centrale des risques”, une
base de données où sont enregistrées les informations sur les crédits accordées aux
personnes morales et physiques. “Si le compartiment des entreprises est opérationnel,
celui des particuliers ne l’est pas”, a indiqué
un banquier du secteur public, qui a estimé que le souci du gouvernement, quand
il a interdit le crédit à la consommation,
était le surendettement des ménages et la
centrale des risques est un instrument qui
permet d’éliminer les emprunteurs non
solvables. Sinon, a-t-il ajouté, le lancement
d’un tel produit relève plutôt des choix
stratégiques des banques. Le gouverneur
de la Banque d’Algérie avait, en tout cas,
répondu à cette préoccupation en juin dernier, et selon la cellule de communication
de cette institution, elle devrait être opé-

L

rationnelle vers la fin de l’année. Il n’y a,
néanmoins, a souligné la même source,
“aucune corrélation entre la mise en service de la centrale des risques et la formulation d’offres de crédits à la consommation
par les banques commerciales” dans la
mesure, explique-t-on, où les banques
peuvent traiter les dossiers avec leurs
propres moyens. Le directeur de la réglementation et des affaires juridiques au ministère du Commerce, El-Hadi Bakir, a
abondé dans le même sens. Celui-ci rappelle que la centrale des risques était un
prérequis à la relance du crédit à la
consommation dans le souci d’éviter le surendettement des ménages. Il a estimé que
cet instrument n’est qu’une “précaution
technique” et le cadre juridique mis en place permet aux banques de le commercialiser. D’autant que beaucoup d’entre elles
ont l’habitude de le faire. “Les banques sont
ainsi interpellées maintenant que le cadre
juridique est mis en place”, a-t-il conclu.
Mais, selon nos sources, c’est la rentabilité du crédit à la consommation, dans le
cadre du nouvel ancrage juridique, qui
pose problème, et le retard accusé par la
mise en service de la centrale des risques

ne serait qu’un prétexte. Le crédit à la
consommation, qui a connu son essor durant la décennie 2000, grâce, notamment,
aux ventes d’automobiles, avant d’être
interdit par la loi de finances complémentaire pour 2009, peine donc à redémarrer à cause de la limitation des produits
qui sont éligibles à ceux fabriqués localement. C’était, en effet, une recommandation de la tripartite ayant pour but la
promotion de la production nationale. La
loi de finances pour 2015 l’a rétabli et un
décret explicitant les modalités d’offres a
été promulgué en mai dernier. Un décret
qui n’a épargné aucun produit fabriqué localement, quel que soit le taux d’intégration. Nos sources notent aussi la concurrence de la “vente à tempérament” que les
commerçants n’ont jamais cessé de pratiquer, notamment pour la commercialisation des appareils électroniques et électroménagers. Une démarche commerciale qui se fait loin de toute traçabilité bancaire. C’est qu’à l’exception de la Renault
Symbol, il y a peu de produits éligibles au
crédit à la consommation, et le marché
n’en vaut pas la peine pour les banques.
L. H.

D. R.

La limitation des produits éligibles au crédit à la consommation à ceux fabriqués localement freine
son redémarrage. Les banques, qui réalisaient de bonnes affaires avec les ventes d’automobiles
avant l’interdiction du crédit à la consommation en 2009, pensent justement à la rentabilité d’un tel crédit
et hésitent à suivre la démarche du gouvernement et à formuler des offres en la matière.

Le directeur de la réglementation et des affaires juridiques
au ministère du Commerce, El-Hadi Bakir.

LOGEMENTS AADL

Les souscripteurs de 2001-2002 appelés à choisir les sites dès samedi
es souscripteurs au programme
de location-vente 2001-2002
vont pouvoir choisir le site de
leurs logements à partir du 5 septembre, une opération qui devrait
s'élargir prochainement au profit
des souscripteurs au programme
2013. L'Agence nationale de l'amélioration et du développement du logement (AADL) a invité tous les
souscripteurs au programme de location-vente 2001-2002, ayant actualisé leurs dossiers en 2013 et versé la première tranche de 10%, à
choisir le site de leurs logements dès
samedi prochain via le site Web
(www.aadl.com.dz). Le nombre des
souscripteurs de 2001 et 2002 à la
formule location-vente de l'AADL
s'élève à 104 757, dont 89 152 souscripteurs ont payé la première
tranche (66 436 à Alger).

L

Ces mêmes souscripteurs, appelés
également à renseigner le formulaire affiché sur le site, seront invités sur
rendez-vous affichés sur le même site
Web, à se présenter aux agences de
wilaya et au siège de la direction générale pour les souscripteurs de la wilaya d'Alger, afin de retirer l'ordre de
versement de la deuxième tranche de
5%. Les futures bénéficiaires devraient s'acquitter du montant de la
deuxième tranche, fixé à 5% du coût
global du logement, estimé à
2,1 millions de dinars pour un F3 et
2,7 millions de dinars pour un F4,
avant de recevoir leur décision de
pré-affectation. Selon le ministre de
l'Habitat, de l'Urbanisme et de la Ville, Abdelmadjid Tebboune, quelque
45 000 décisions de pré-affectation
seront remises d'ici à décembre 2015
aux souscripteurs dans les pro-

grammes AADL, notamment ceux
de 2001 et 2002 (ou AADL1), afin de
les fixer sur leurs sites d'affectation,
le numéro de l'immeuble et de
l'appartement. Le ministère de l'Habitat compte réceptionner quelque
460 000 logements durant l'année en
cours, un chiffre jamais atteint par le
secteur, selon un bilan présenté en
mars dernier.
À juin dernier, le nombre de logements de location-vente en cours de
réalisation à travers l'ensemble du
territoire national était de 104 000
unités dont 90 000 à Alger. Les nouveaux souscripteurs inscrits en 2013
seront, quant à eux, appelés prochainement à procéder au choix du
site de leurs logements à travers le
site Web de l'AADL avant le paiement de la deuxième tranche du prix
du logement. Les services des

CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL DE LA LIGUE ARABE

Belaïb prend part
à la réunion ministérielle
e ministre du Commerce, Bakhti Belaïb, prendra
part, aujourd’hui, à la 96e session de la réunion ministérielle du Conseil économique et social (CES)
de la Ligue arabe, prévue du 30 août au 3 septembre au
Caire, a indiqué un communiqué du ministère. Cette réunion examinera plusieurs questions économiques et sociales qui seront soumises au prochain sommet arabe
dont le suivi des décisions du dernier sommet, entre
autres la mise en œuvre de “la Déclaration de Lima” issue du troisième sommet des pays arabes et des pays
d'Amérique du Sud, a précisé le communiqué. Les participants examineront la question du développement de
l'action arabe commune à travers l'adoption de la
convention unifiée pour l’investissement des capitaux

L

arabes dans les pays arabes, qui a été modifiée, et le suivi du dossier économique relatif au 27e sommet arabe
ordinaire.
La réunion évoquera la question de la création du centre
de formation sino-arabe pour l'utilisation de l'énergie
atomique à des fins pacifiques, la mendicité dans les pays
arabes, la coopération arabe et internationale dans le domaine de l'investissement et les domaines sociaux et le
projet de l'Union arabe de l'éducation physique et du
sport scolaire. La session, qui se tiendra aujourd’hui, a
été précédée par une réunion de coordination au niveau
des experts, qui s'est tenue du 15 au 20 août dernier à
Alexandrie.
APS

Domaines et les Conservations foncières procèdent, pour leur part, au
traitement des listes des souscripteurs
envoyées par le ministère de l'Habitat. Une telle opération permettra
d'accélérer l'élaboration des contrats
de préaffectation et s'assurer que
les souscripteurs éligibles ne possèdent pas déjà de bien immobiliers.
Quant aux préaffectations des souscripteurs de 2013, l'AADL, qui avait
procédé à la délivrance de 541 423
ordres de versement (OV) sur
560 658 dossiers admis, dont 142 230
OV ont été remis aux souscripteurs
de la capitale, selon des chiffres pu-

bliés en mai dernier, entamera l'opération de leur remise aux bénéficiaires, une fois celle des souscripteurs 2001-2002 achevée. Le nombre
des bénéficiaires des logements
AADL devrait être revu à la baisse à
la suite des opérations de vérification
menées par les Conservations foncières qui avaient décelé, dans une
première opération effectuée en mai
dernier, que 119 souscripteurs du
programme 2001-2002 sur les 6 000
concernés par cette première enquête
possédaient déjà des biens immobiliers, selon le ministère de l'Habitat.
APS

AVEC MOBILIS, LA RÉCEPTION D’APPELS POUR NOS
PÈLERINS EST À SEULEMENT 17 DA LA MINUTE

Le prix le plus bas du marché !
n Mobilis accompagne pour la cinquième saison consécutive nos pèlerins
aux lieux saints pour l’accomplissement de l’un des piliers de l’islam.
En partenariat avec la compagnie nationale Air Algérie, Mobilis a
reconduit son opération spéciale hadj qui consiste à offrir à tous nos
pèlerins des lignes prépayées Mobilis, dotées d’un crédit initial de 1000
DA, et un service roaming imbattable, au tarif le plus bas du marché, soit
17 DA la minute en mode réception.
À cet effet, des points de présence Mobilis ont été installés dans les
agences Air Algérie et agences de voyages privées, pour la remise des
lignes, lors de la récupération des billets d’avion.
En plus des SIM offertes à des milliers de pèlerins, nos hadjis recevront au
moment de l’embarquement des gourdes cobrandées, Air Algérie et
Mobilis, un outil indispensable et très pratique durant toute la période du
pèlerinage.
À travers cette action d’accompagnement, Mobilis confirme, une fois de
plus, son label d’entreprise citoyenne qui ne ménage aucun effort pour
être plus proche de tous les Algériens et veiller en particulier au confort
de nos hadjis et leur permettre de rester en contact permanent avec leurs
familles et proches.
Mobilis saisit cette occasion pour souhaiter à tous nos pèlerins de partir
et nous revenir en bonne santé.
Hadj Moubarek ! Et surtout n’oubliez pas votre ligne Mobilis !

LIBERTE

jeudi 3 septembre 2015

LE RADAR

5

DE LIBERTÉ

PAGE ANIMÉE PAR SOUHILA HAMMADI
radar@liberte-algerie.com

ENTRETIEN DE L’AMBASSADEUR D’ALGÉRIE AVEC LE MAE ALLEMAND
ASSEMBLÉE POPULAIRE NATIONALE

Sellal élude la question
FINALE
DU 4e TOURNOI
INTERNATIONAL
DE BEACH-VOLLEY
D’ALGER

Douze projets de loi
au menu de la session
parlementaire d’automne

Les
Tunisiens
l’emportent
haut la
main

n Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal,
prompt à communiquer sur la polémique
créée autour de la création d’un nouveau parti politique sous l’impulsion de Madani Mezrag, a soigneusement évité de répondre à une
question relative à la convocation de l’ambassadeur algérien à Berlin par le ministre des
Affaires étrangères allemand, que lui a posée
un journaliste. De sources concordantes, il est
avéré qu’Abdelmalek Sellal ne pouvait apporter le moindre commentaire sur cette affaire dès lors que notre représentant diplomatique en Allemagne n’a guère été convo-

qué par le MAE allemand. Un entretien a eu
lieu entre les deux hommes, hier, dans un
cadre habituel d’échanges entre le ministre allemand et les ambassadeurs accrédités dans
le pays. L’occasion était propice pour aborder
le dossier du blocage des importations des véhicules de marque allemande. Alors que
Volkswagen, Audi et Mercedes sont particulièrement pénalisées par le nouveau cahier des
charges imposé aux concessionnaires automobiles, il semble, a priori, plus souple avec
les marques françaises.

EN PROMENADE DANS LA FORÊT DE TLEMCEN

Un septuagénaire attaqué par un loup
n Alors qu’il se promenait avec son
jeune fils dans la forêt de Zarifet, sur
les hauteurs de la ville de Tlemcen, à
proximité du parc d’attractions, un
septuagénaire a été soudainement
attaqué par un loup. C’est du moins
ce qui lui a semblé être, car il pouvait
s’agir d’un chien errant à forte corpulence. L’animal lui a porté des
coups de griffe à l’œil et à la joue droite. La victime est tombée à terre,
mais s’est vite relevée pour éloigner
la bête de son fils, complètement tétanisé. Admis à l’hôpital le 28 août, il
a été orienté vers le service d’ophtalmologie où il est encore sous observation. Selon son médecin traitant, ses
jours ne sont pas en danger.

LE WALI AUX DIRECTEURS DE L’EXÉCUTIF LOCAL

n Deux participants
tunisiens ont remporté la
4e édition du tournoi
international de beachvolley masculin d’Alger
2015, en s’imposant, ce
week-end, face à leurs
homologues algériens
sur le score de 2 sets à 0.
La troisième place sur le
podium est revenue à un
second duo algérien, qui
a gagné son match
contre l’équipe de Libye.
Cette manifestation
sportive originale mise
sur pied par la ligue de
la capitale de volley-ball
a connu la participation
d’une douzaine de paires
représentant outre
Algérie, la France, la
Belgique, la Tunisie, la
Libye et le Niger.

“Je ne veux plus entendre parler de rétention
d’informations”
n Le nouveau wali d’Aïn Témouchent n’a pas raté l’occasion de la rencontre qui l’a
regroupé lundi dernier avec
l’ensemble des responsables
locaux pour aborder le volet
lié à la communication. “J’ai
entendu dire qu’il y avait
une rétention de l’information à la wilaya sous le fallacieux prétexte d’attendre le
feu vert du wali”, a-t-il souligné, avant de dire qu’il est
aberrant d’exiger du correspondant local “la carte professionnelle ou l’ordre de mission alors que vous les
connaissez tous et qu’ils activent quotidiennement. Si
vous ne lui donnez pas l’information, il la ramènera
par ouï-dire où par le biais de

n Même s’il est peu probable que le projet de révision
constitutionnelle soit soumis
à l’approbation des députés et
sénateurs durant cette session
parlementaire d’automne, la
moisson des projets de loi qui
y sont programmés est assez
étoffée. Ainsi, le président
de l’APN, Mohamed Larbi
Ould-Khelifa, a annoncé que
cinq projets de loi ont été déjà
transmis à son institution
par le gouvernement : le projet d’ordonnance portant loi
de finances complémentaire
pour 2015 ; le projet d’ordonnance portant Code de
commerce ; le projet de loi
d’orientation sur la recherche
scientifique et le développement technologique ; le projet de loi portant organisation

de la profession de commissaire-priseur et le projet de loi
modifiant et complétant l’ordonnance relative à la lutte
contre la contrebande. Sept
autres projets sont attendus,
en l’occurrence le projet de
révision du Code de procédure pénale ; le projet de loi
portant règlement budgétaire pour l’exercice 2013 ; le
projet de loi de finances pour
2016 ; le projet de loi relatif à
la santé ; le projet de loi relatif à la promotion de l’investissement et au développement de l’entreprise ; le projet d’ordonnance relative à
l’organisation, à la gestion et
à la privatisation des entreprises publiques économiques et, enfin, le projet de
loi sur la publicité.

RASSEMBLEMENT ACTION JEUNESSE

L’université d’été rend
hommage à Assia Djebar
et Ourida Chouaki

n L’association RAJ organise du 3 au 5 septembre au camp
d’été Mam-Tours à Tichy, Béjaïa son université d’été sous
le thème : “Jeunesse, engagement, citoyenneté et développement”. Cette rencontre permettra à plus de 150 jeunes
de différents horizons de débattre, d’échanger et de partager leurs expériences mais aussi d’engager des réflexions
sur l’actualité nationale, les défis et les attentes. Cette année, l’université d’été du RAJ rendra hommage à l’écrivaine
Assia Djebar et à la militante des droits humains Ourida
Chouaki, toutes les deux disparues cette année.

APC DE ROUIBA

Pagaille au service d’état civil

l’entourage le plus proche
mais pour des desseins inavoués dans certains cas et
pour la déformer ensuite”. Il
a soutenu que l’administration locale et le journaliste

ont le même objectif : servir
le citoyen.
“S’il y a une rétention de
l’information, c’est qu’il y a
quelque chose qui ne va pas”,
a-t-il conclu.

n C’est la pagaille absolue qui prévaut ces derniers temps au service d’état civil de l’APC de
Rouiba. Hier, sur plus d’une dizaine de guichets, seulement deux étaient ouverts. Ce qui
a fait sortir de leurs gonds certains citoyens
qui ont attendu de longues heures pour se faire délivrer un document. Face à une telle lenteur et une telle débandade, certains ont demandé à voir le chef de service. Renseignement pris, ce dernier est absent de 11h à 16h.
Et “c’est tous les jours comme ça”, avoue un
agent qui a requis l’anonymat en recommandant d’aller “se plaindre plus haut”. Et dire
que le ministre de l’Intérieur et des Collecti-

vités locales ne cesse de clamer l’amélioration
des prestations du service public et surtout de
l’administration de proximité.

Jeudi 3 septembre 2015

6 L’actualité en question

LIBERTE

ANNONCÉES PAR LA TUTELLE À L’OCCASION DE LA NOUVELLE RENTRÉE UNIVERSITAIRE 2015-2016

Les nouvelles mesures
à l’épreuve du terrain
Près d’un million et demi d’étudiants prendront le chemin de l’université, dès le 6 septembre prochain, à l’occasion
de la rentrée universitaire 2015-2016. Un nombre record qui pose avec acuité le problème de prise en charge de
ces étudiants, au vu du déficit que connaît le secteur en places pédagogiques et d’hébergement.
e sont, en effet,
1 400 000 étudiants
pour le cycle de
graduation, 50 000
dans la postgraduation et près de
50 000 dans l’université de formation
continue, auxquels le secteur d’enseignement supérieur doit assurer le
banc, le gîte et le couvert. Pour autant, l’université algérienne dispose
de 97 établissements répartis sur
48 couvrant tout le territoire national, selon les données officielles.
Mais cette situation, a priori handicapante, ne semble pas préoccuper
outre mesure le responsable du sec-

C

teur qui se veut rassurant. Le ministre de l’Enseignement supérieur
et de la Recherche scientifique, Tahar Hadjar, a annoncé de nouvelles
mesures pour cette rentrée universitaire.
Il a annoncé que les nouveaux étudiants seront répartis sur les universités du pays dans un souci de rationalisation des structures pédagogiques existant dans le secteur. Le
ministre a fait état, en outre, de la réception de 76 000 nouvelles places
pédagogiques et de 50 000 nouveaux lits, même s’il a dû reconnaître
que certaines universités, plus que
d’autres, connaîtront une pression.

Il a, enfin, annoncé l’ouverture de
nouvelles spécialités au sein des
grandes écoles et des écoles préparatoires, ainsi que quatre nouvelles
écoles pour la formation des enseignants.
Côté encadrement, M. Hadjar a assuré qu’il n’y a pas de déficit. L’université algérienne dispose non seulement de 55 000 enseignants, mais
il est question de recruter 3 000
nouveaux enseignants cette année et
700 postes de contractuels pour le
personnel de soutien.
Par ailleurs, le ministre soutient
que son département accorde une
importance capitale à la formation

des enseignants pour assurer un
encadrement de qualité. Selon lui,
50% de l’enveloppe financière allouée au secteur est consacrée aux
étudiants inscrits en doctorat et en
mastère pour bénéficier de stages de
courte durée à l’étranger.
Au-delà de ces capacités d’accueil,
qui semblent largement assurer une
bonne prise en charge du flux d’étudiants attendu, les données sur le terrain donnent une image qui ne correspond pas à celle qu’avancent les
officiels. Les rapports en provenance de certaines wilayas font état de
surcharge des structures pédagogiques et d’hébergement, mais aus-

si d’absence de nouvelles structures
devant accueillir les 363  141 nouveaux bacheliers de cette année. En
définitive, il faudra attendre le lancement effectif de l’année universitaire pour pouvoir juger de leur
efficience.
Ce que ne manqueront pas, également, de rappeler les partenaires sociaux. Ces derniers qui, soulignonsle, ne seront pas en reste, puisque la
tutelle a annoncé son intention de
mener des consultations avec les
syndicats des enseignants et étudiants, pour créer un climat apaisé
dans les universités algériennes.
AMAR R.

RENTRÉE UNIVERSITAIRE À ORAN

Bousculade dans les campus
vec un taux de réussite de plus de 51%
au baccalauréat à Oran, les craintes de
se retrouver avec des amphithéâtres
bondés va certainement se vérifier dès cette miseptembre, avec la rentrée universitaire 20152016. Les deux universités d’Oran, celle des
sciences et de la technologie Mohamed-Boudiaf (Usto) et d’Es-Sénia avec son pôle de Belgaïd, vont accueillir un nombre record de nouveaux inscrits.
Si à l’université d’Es-Sénia Oran 1, avec le département de médecine, il y a 4 382 nouveaux
bacheliers inscrits, Oran 2, le pôle Belgaïd a atteint le nombre très conséquent de 6 609 nou-

A

veaux inscrits. Ce pôle universitaire est particulièrement sollicité par les bacheliers section
littéraire, puisque les départements de droit,
des sciences commerciales, des sciences économiques s’y trouvent.
À l’Usto, le nombre record de bacheliers inscrits est aussi la marque de cette rentrée universitaire puisqu’ils sont 5 541 à avoir choisi
cette faculté. Une augmentation de nouvelles
inscriptions de l’ordre de 51%, apprend-on encore. L’Usto, au fil du temps, ne cesse de
prendre de l’ampleur avec des domaines d’enseignement, eux aussi, de plus en plus prisés
par les futurs diplômés.

Ce sont cinq grands domaines d’enseignement
et de recherche qui sont prévus pour cette année universitaire, comme par exemple les
sciences et technologie majoritairement choisis par les nouveaux bacheliers au nombre de
2 522 inscrits dans cette spécialité, mathématiques et informatique avec seulement 278 nouveaux étudiants et l’architecture qui en comptera 358. Pour cette faculté, la rentrée universitaire va être marquée par la poursuite des
cours de l’exercice passé. Les grèves des étudiants d’architecture ont grandement perturbé l’année écoulée qui n’a pas été validée. En
termes d’encadrement, pour les 7 facultés et

les 22 départements de l’Usto, il y aura 883 enseignants-chercheurs dont 30% de rang magistral avec une prévision du recrutement de
44 enseignants. Par ailleurs, il est à signaler que
les aménagements du système LMD, bien réels
depuis deux ans, avec la réintroduction des
troncs communs et le retour aux programmes
nationaux au lieu des offres de formation
éparses pour chaque faculté, auront pour
effet de limiter les déficits d’encadrement et
d’unifier les diplômes délivrés à l’échelle nationale. En attendant la conférence d’évaluation nationale prévue pour la fin de l’année.
D. LOUKIL

THÈME D’UN SÉMINAIRE À ANNABA

La refonte pédagogique et sa concrétisation
e volet relatif à la refonte pédagogique, dont la concrétisation se poursuivra durant
l’année scolaire 2015-2016, a constitué le thème d’un séminaire national ouvert hier à Annaba en présence
d’inspecteurs de l’éducation des différentes wilayas du pays.
Les opérations initiées par le ministère de l’Éducation nationale au

L

plan de la refonte pédagogique, à
mettre en œuvre dès cette rentrée, visent, notamment, la régulation des
enseignements, des apprentissages,
des évaluations et de la pertinence du
système d’orientation et de guidance, a souligné, en substance, l’inspecteur général de la pédagogie au
ministère, Saïd Bensalem. Ce responsable a ajouté, en ouverture des

travaux, que le cadre général du
système éducatif national, ainsi que
les objectifs de la réforme en cours
dans le pays “resteront la référence
pour l’élaboration des programmes
pédagogiques attendus dans le cadre
de la refonte”.
Il a été souligné, au cours des débats,
que cette refonte pédagogique comprend, dans un premier temps, la

OUM EL-BOUAGHI

Une rentrée universitaire
sans difficultés
a rentrée universitaire 2015-2016 se déroulera
“sans difficultés” et dans une atmosphère “sereine” dans la wilaya d’Oum El-Bouaghi, a affirmé,
hier, le wali, Abdelhakim Chater. Le chef de l’exécutif
local qui s’exprimait au siège de la wilaya, au cours d’une
rencontre avec les élus de l’Assemblée populaire de wilaya (APW), a souligné que l’université Larbi-Ben-M’hidi sera renforcée par deux nouveaux instituts, le premier
pour l’éducation physique et sportive, entièrement
équipé, et le second pour les sciences économiques, commerciales et de gestion, doté de 1 000 places pédagogiques.
Après avoir exprimé sa satisfaction devant ces nouvelles
réalisations, qu’il a considérées comme “une fierté pour
la wilaya”, M. Chater a ajouté que l’université sera dotée d’autres infrastructures nouvelles, notamment une
résidence universitaire au pôle d’Aïn Beïda, d’une capacité d’accueil de 500 lits, et 12 laboratoires sur les 20
inscrits au bénéfice de cet établissement d’enseignement
supérieur. Ces différents projets, qui ont mobilisé plus

L

multiplication progressive des classes
préparatoires, l’élargissement de
l’enseignement de tamazight à 20 wilayas et la distribution des manuels
scolaires durant les vacances.
Le séminaire auquel ont participé
quelque 150 inspecteurs a également donné lieu à une évaluation du
degré de préparation des établissements scolaires des trois paliers en
vue de la rentrée de dimanche prochain, notamment en ce qui concerne la mise en œuvre des directives de

la tutelle en matière de distribution
des manuels et d’inscription des
nouveaux élèves durant le mois de
juillet.
La rencontre organisée au lycée
Mohamed-Djouamaâ par le ministère de l’Éducation nationale avec la
collaboration de la Direction locale
du secteur, se poursuivra jeudi sous
forme de groupes de travail qui
plancheront sur la pédagogie, l’organisation et la gestion.
R. N./APS

BOUMERDÈS

d’un milliard de dinars, ont fait l’objet, mardi soir, d’une
visite d’inspection du chef de l’exécutif local dans le cadre
de la préparation de la rentrée universitaire. M. Chater,
qui a informé les élus locaux sur l’objet de la dernière
rencontre gouvernement-walis, a mis l’accent sur l’importance de la poursuite de la dynamique de développement, “de façon efficiente et en impliquant l’ensemble
des acteurs”.
S’agissant du secteur de l’éducation, également abordé
lors de cette réunion, le wali a souligné que la situation
se présente également “sous les meilleurs auspices” au regard des nombreux projets à réceptionner, parmi lesquels 11 groupes scolaires, 5 lycées, 2 collèges d’enseignement moyen (CEM), plusieurs classes d’extension
et des demi-pensions. La rencontre s’est achevée par des
échanges de vues et l’expression, de la part des élus de
l’APW, de préoccupations liées à divers domaines vitaux
comme l’agriculture, l’hydraulique, l’habitat ainsi que
la jeunesse et les sports.
APS

Neuf nouveaux établissements
scolaires pour la rentrée
n Neuf nouveaux établissements éducatifs (moyen et secondaire)
entreront en exploitation, à Boumerdès, durant à la nouvelle rentrée
scolaire 2015-2016, en plus de 9 demi-pensionnats, a-t-on appris, hier, de
la directrice du secteur. Il s’agit de 6 lycées attendus à Boudouaou,
Kherrouba, Ouled Moussa, Hammadi, Si-Mustapha et Legata,
parallèlement 6 demi-pensionnats, 4 classes extensives et une salle de
sport, a indiqué, à l’APS, Sonia Gaïd.
D’autres structures sont
attendues à la réception, dans le même cycle (secondaire), avant fin 2015,
dont un demi-pensionnat, 4 classes extensives et une salle de sport, a-telle ajouté.
Dans le cycle moyen, Mme Gaïd a fait part de l’ouverture
programmée à la même rentrée scolaire de 3 CEM à Khemis El-Khechna,
Naciria et Ouled Aïssa, outre 3 demi-pensionnats et un terrain de sport,
alors que 3 autres terrains seront réceptionnés avant fin 2015. Un total de
209 000 élèves (tous cycles confondus), dont 16 500 inscrits en classes
préparatoires, rejoindront les bancs des écoles, à Boumerdès, le 6
septembre courant, a-t-elle souligné. Cet effectif se répartit à raison de
104 216 dans le cycle primaire (371 blocs scolaires), 60 962 dans le cycle
moyen (104 CEM) et 27 234 pour le secondaire (48 lycées). Quelque 9 467
élèves des trois cycles suivent les cours de tamazight dans 26
établissements de la wilaya a-t-elle, par ailleurs, indiqué.
APS

LIBERTE

Jeudi 3 septembre 2015

L’actualité en question

7

BLOCAGE DES MARQUES AUTOMOBILES ALLEMANDES

Réunion entre diplomates algérien
et allemand à Berlin
L’ambassadeur d’Algérie à Berlin s’est réuni, hier, avec le ministre allemand des Affaires étrangères
pour la seconde fois en l’intervalle de deux mois. Au menu de la réunion était inscrit le problème du blocage
des marques automobiles allemandes.
e blocage risque de
s’inscrire dans la durée si les deux parties
ne trouvent pas un
accord qui permettrait de débloquer la
situation. “Il n’y a aucun développement de la situation. On attend les résultats des entretiens entre l’ambassadeur d’Algérie en Allemagne et le
ministre allemand des Affaires étrangères pour connaître la suite à donner à ce sujet”, a confié, hier, l’attaché de presse de l’ambassadeur d’Allemagne à Alger, contacté par nos
soins.
La réunion intervient après celle
survenue en juillet dernier pour débloquer une situation que connaissent les marques automobiles allemandes en Algérie depuis plus de
trois mois. L’on citera les marques du
groupe Volkswagen (Volkswagen,

L

AIR ALGÉRIE

Le ministre
des Transports
écarte toute idée
de privatisation

n Le ministre des transports,
Boudjema Talaï, a écarté, hier à
Alger, toute idée de privatisation
d'Air Algérie, rappelant le
lancement du plan de
modernisation visant à combler
les lacunes relevées dans la
gestion de cette compagnie
publique. “Il est vrai que des
dépassements ont été constatés, à
l'instar de ce qui se passe dans
toutes les compagnies aériennes,
mais nous nous employons à
résoudre ces problèmes, à travers
un plan de modernisation”, a
indiqué M. Talaï en marge de
l'ouverture de la session
d'automne du Parlement. À une
question sur l'incident survenu à
l'aéroport d'Oran lorsqu'une
employée d'Air Algérie a refusé à
un voyageur l'enregistrement sur
la liste d'attente du vol OranBéchar et dont la vidéo circule sur
les réseaux sociaux, M. Talaï a
précisé que son ministère
attendait de recevoir le rapport
final de l'enquête ouverte par la
compagnie sur cet incident. Par
ailleurs, le ministre a annoncé le
lancement, début octobre
prochain, du plan de
modernisation de toutes les
filiales du secteur, en vue de
hisser le niveau des prestations
aux normes internationales. Dans
le cadre de sa nouvelle
restructuration, approuvée par le
Conseil des participations de
l'État (CPE), Air Algérie va se doter
de quatre filiales. Il s'agit d'une
société de catering (l'activité de
préparation des repas destinés
aux passagers), d'une filiale
spécialisée dans le transport de
marchandises (cargo), une
troisième dédiée au handling
(embarquement, enregistrement
des bagages...). Ce plan de
restructuration prévoit,
également, le lancement d'une
société qui assurera la
maintenance et la réparation des
aéronefs d'Air Algérie et d'autres
compagnies aériennes.
APS

Volkswagen Utilitaire et Audi) que
représente le groupe Sovac et la
marque Mercedes que représente
GMS Motors.
Selon une source proche du groupe
Sovac, plusieurs courriers adressés au
ministère de l’Industrie et des Mines
sont restés sans réponse. Pourtant,
explique notre source, les véhicules
allemands importés en Algérie répondent aux normes exigées par
le cahier des charges qui définit
l’agrément pour l’exercice de
l’activité de commercialisation des
véhicules neufs et l’activité du
concessionnaire.

Et si l’ambassade parle de 1 800 unités bloquées jusqu’ici, il faut savoir
que les concessionnaires algériens
ont, entre temps, revu leur portefeuille de commandes à la hausse
après que le ministère de l’Industrie
et des Mines eut débloqué les importations. Autrement dit, ce sont
des milliers de voitures qui sont
bloquées dans les ports internationaux et que les concessionnaires
ne peuvent pas importer à cause du
blocage des lettres de crédit, d’une
part, et la saturation des entrepôts où
sont également stockées les voitures
bloquées, d’autre part.

Aucune voix n’est venue jusque-là
expliquer les raisons exactes de cet
état de fait qui ne touche que les
marques germaniques en Algérie. La
question est en cours de discussion
à Berlin, sachant que le gouvernement algérien s’est engagé en juillet
dernier à débloquer les importations des marques allemandes. Du
côté allemand, on soupçonne une
concurrence déloyale, alors que du
côté algérien, on se demande pourquoi les concessionnaires ont saisi
officiellement les Allemands pour interpeller la chancellerie algérienne à
Berlin. À ce sujet, nos sources esti-

ment que cette situation pourrait gêner les relations commerciales entre
les deux pays, d’autant plus que les
Allemands soupçonnent carrément
“une concurrence déloyale avérée”.
Face à cette crise qui ne dit pas son
nom, les clients continuent d’affluer
vers les showrooms pour se faire livrer, alors que d’autres expriment au
quotidien leur colère, après avoir
payé leurs voitures rubis sur l’ongle.
Contactée par nos soins, la Chambre
algéro-allemande de commerce et
d’industrie ne s’est pas exprimée
sur le sujet.
FARID BELGACEM

PATRICK ALEXANDRE, DG COMMERCIAL D’AIR FRANCE-KLM, À LIBERTÉ

“L’Algérie est la locomotive
de l’Afrique du Nord”
Dans cet entretien, ce haut responsable de la compagnie aérienne
française parle de l’importance du
marché algérien, de la stratégie à
mener et des ambitions dont des
relations de travail à développer
avec Air Algérie.
Liberté : Air France a ouvert récemment une
agence à l’hôtel El-Aurassi avec un standing
meilleur que la précédente. Est-ce un indice
pour dire qu’il existe une nouvelle stratégie
sur le marché algérien ?
Patrick Alexandre : L’ouverture de la nouvelle
agence à El-Aurassi aura sans nul doute un impact positif sur les
Entretien réalisé par : ventes. Cela dénote
NABILA SAÏDOUN
aussi de l’attention
que nous portons vis-à-vis du marché algérien
qui, à nos yeux, jouit d’un grand potentiel. Nous
considérons l’Algérie, et c’est une réalité, comme étant la locomotive de l’Afrique du Nord. C’est
la raison pour laquelle nous avons travaillé sur
la durée avec une capacité de desserte économiquement positive. Je précise, à l’occasion, que
nous passons à cinq vols quotidiens lors des périodes de pointe en rajoutant Marseille (cinq fois
par semaine) en plus de Lyon via la compagnie
Transavia, dans le cadre du groupe, à raison de
deux fréquences hebdomadaires qui passeront
à trois dès septembre.
Nous décelons comme un nouveau discours
vis-à-vis du marché algérien. Doit-on s’attendre désormais à une plus grande offensive sur le plan commercial ?

Si vous voulez me faire dire qu’il existe une relation affective entre Air France et l’Algérie, la
réponse est oui. Est-ce qu’elle doit être rationnelle ? La réponse est également oui, sinon nous
n’arriverons à rien. Ce qui s’est passé, c’est
que nous vivons au rythme des échanges et
d’une relation durable qui relève de l’économique. Il est vrai qu’à un certain moment
nous avons réduit notre activité sur l’Algérie, et
maintenant nous sommes repartis en rajoutant
de nouvelles capacités pour répondre à la demande sans perdre de vue que nous ne sommes
pas les seuls acteurs entre la France et l’Algérie.
Il y a aussi Air Algérie et nous sommes ravis de
développer des relations très positives avec son
nouveau PDG qui affiche de grandes ambitions
vis-à-vis des clients.
Il était justement question d’un accord commercial entre Air France et Air Algérie qui n’a
pas connu d’aboutissement. Doit-on s’attendre à du nouveau à ce propos ?
Vous savez, pour monter un accord, il faut des
préalables, à commencer par la volonté de le faire. Aujourd’hui, je peux aisément dire que cette volonté existe, notamment avec l’arrivée de
l’actuel PDG d’Air Algérie. Mais il ne faut pas négliger les aspects techniques dont les systèmes informatiques. Il y a donc un certain
nombre de prérequis pour développer cette relation. Retenez bien cela : il y a du travail à faire c’est sûr, mais il y a une réelle volonté et un
réel respect dans notre relation que nous souhaitons faire évoluer positivement avec toute
la considération que j’ai pour le responsable d’Air
Algérie qui veut porter la compagnie et la

moderniser davantage à la hauteur de l’Algérie
qui a un grand marché avec beaucoup de passagers. N’oublions pas, non plus, que Paris,
au-delà de la destination, est le point d’accès sur
le reste du monde avec le plus grand réseau qui
existe, ce qui augure des pistes de travail intéressantes.
Air France, justement, compte beaucoup sur
la clientèle d’affaires et les continuations.
Comment appréciez-vous ce segment, y compris pour l’Algérie ?
Le marché français pour Air France reste très important et représente environ 40% de son
chiffre d’affaires. Mais pour autant, Air France
est une compagnie mondiale qui croît plus en
télémarchés. L’Algérie constitue pour nous un
marché extrêmement important, non pas des
plus grands actuellement, mais il reste l’un des
plus dynamiques et dans lequel on remarque
une évolution forte en termes de voyage et donc
plus de connexion, comme c’est le cas en direction du Canada ou de l’Asie. Air France mise
aussi sur les continuités et fait valoir, en ce sens,
des atouts irréfutables : beaucoup de compagnies partenaires, un hub, des horaires mieux
aménagés, des tarifs attractifs, la qualité de service, l’accueil, des sièges plus confortables,
etc. Je souligne aussi la proximité qui existe
entre la France et l’Algérie avec une démarche
citoyenne de la part d’Air France. Ce qu’il faut
comprendre, c’est que nous évoluons sur des
marchés réels (3 000 emplois en Afrique) pour
dire qu’Air France n’est pas là juste pour prendre
du trafic…

AU DÉPART D’ALGER

La nouvelle classe affaires d’Emirates
mirates, connecteur mondial
de personnes et de lieux,
vient de lancer une offre spéciale destinée aux voyageurs en classe affaires à destination de Dubaï depuis Alger, valable jusqu’au 7 septembre, pour un voyage allant jusqu’au 30 novembre 2015. Elle permettra de voyager en première classe au même prix que la classe affaires, à partir de 253 796 DA en aller-retour. “Les services offerts par
Emirates en première classe sont
parmi les meilleurs dans l’industrie

E

aérienne, et ont été récompensés à travers plusieurs prix internationaux.
Cette offre exclusive offrira à nos
voyageurs de la classe affaires le privilège de goûter au prestige de la première classe à un prix attractif”, a déclaré Maya Zouggar, directrice générale d’Emirates en Algérie.
Les clients de cette offre exclusive
pourront profiter des nombreuses
commodités offertes par la compagnie Emirates à bord de ses avions
pour les passagers de la première
classe, dont des repas gastrono-

miques préparés par des chefs étoilés et du système de divertissement
en vol avec des centaines de chaînes
vidéo et audio.
Une fois arrivés à destination, les
passagers pourront bénéficier du
service chauffeur gratuit vers et à
partir de l’aéroport de Dubaï ainsi
que l’accès au Lounge première
classe d’Emirates.
“Nous voulons à travers cette offre récompenser nos plus fidèles voyageurs
de la classe affaires, mais également
mettre en valeur Dubaï. C’est une vil-

le très dynamique et en constante expansion. À chaque visite, on peut y
noter des évolutions importantes”, at-elle ajouté. La liaison Dubaï-Alger
est actuellement assurée par un Airbus A340-300 avec une configuration de trois classes.
Le vol EK757 décolle de Dubaï cinq
fois par semaine à 8h45 et atterrit à
l’aéroport d’Alger Houari-Boumediene à 13h10. Le vol retour, EK758,
décolle d’Alger à 15h45 et atterrit à
Dubaï à 1h25 le lendemain.
R. N.

8

Jeudi 3 septembre 2015

Publicité

LIBERTE

ANEP n°341 394 Liberté du 03/09/2015

ANEP n°342 744 Liberté du 03/09/2015

ANEP n°208 550 Liberté du 03/09/2015

ANEP n°208 551 Liberté du 03/09/2015

LIBERTE

Reportage

Jeudi 3 septembre 2015

9

ILS ONT RENONCÉ À SE RENDRE EN ALGÉRIE CET ÉTÉ

Ces Algériens de France
privés de vacances au pays
Le prix exorbitant des titres de voyage, le parcours du combattant pour l’obtention du passeport biométrique et les
contraintes financières ont poussé un certain nombre d’Algériens de France à annuler leur séjour estival au bled.
sa façon, Azouz résume bien la
situation. “C’est abusé ! Entre
le prix des billets et la galère au
consulat pour le passeport, c'est
trop. On se moque de nous. En
plus quand enfin on arrive au
bled, on se rend compte que les prix ont triplé
dans les magasins. Franchement, ça ne valait
pas la peine d’y aller.” Sur la page FaPar : SAMIA
LOKMANE-KHELIL cebook de la communauté “Billets
trop chers pour l’Algérie. Boycottons”, cet algérien de France a glissé son post au milieu de
dizaines d’autres, tout aussi outrés. Comme
Azouz, leurs auteurs ont fait le choix de sacrifier leur pause estivale en Algérie, refusant
comme écrit Nassima d’être les proies du “braconnage” des compagnies aériennes. “Air Algérie et les autres se sont entendues pour nous
saigner à blanc. L’Algérie, ce n’est comme
même pas les Caraïbes !” s’exclame-t-elle, dévoilant toute sa frustration.
Pour Lyes, l’addition était en effet très salée.
Ce père de trois enfants, cadre supérieur
dans une entreprise, a vite fait ses calculs et tiré
sa conclusion. À plus de 2000 euros le prix des
billets d’avion, il allait tout bonnement consentir à une grosse arnaque. L’Algérie, ce sera pour
les vacances d’automne ou d’hiver, quand la
demande sera moins importante et les transporteurs plus raisonnables. Cet été, pour se dorer au soleil de la Méditerranée, Lyes a loué une
maison près de Marseille, une ville qui déboule
sur la mer comme Alger où il est né et a grandi. L’air est le même, les paysages quasiment.
Sauf qu’Alger et l’Algérie plus globalement et

À

D. R.
Pour certains émigrés, voyager constitue une dépense qu’ils n’arrivent pas à assurer.

ne sont pas aussi parés que le Midi de la France pour accueillir les vacanciers. “On a eu l’occasion de nous rendre au cours de notre séjour
à Monaco, un rocher qui attire des foules de touristes du monde entier. À l’opposé, notre pays
reste dépeuplé en dépit de sa grande beauté et
de la diversité de ses sites naturels”, déplore
notre compatriote qui dénonce dans la foulée
la gestion approximative du potentiel touristique de l’Algérie. Cette façon de “mal faire”,
s’exerce d’ailleurs, selon lui, à tous les niveaux,
y compris extra-muros. À titre personnel, il l’a
subi au consulat de Vitry-sur-Seine, en région
parisienne où il vit, en tentant se faire établir
un passeport biométrique. Voulant anticiper

l’échéance fixée officiellement à novembre
2015 et surtout parce que son ancien passeport
allait expirer en mai, il s’est rendu deux mois
plutôt dans les locaux de la représentation diplomatique algérienne, pleine comme un
œuf. “Des gens qui arrivaient de très loin se tassaient dans des files interminables. Les agents
consulaires étaient dépassés. C’était l’anarchie
totale.” C’est en assistant à ces mêmes scènes
de chaos que Hassina a décidé à son tour de
zapper l’escale algérienne cet été. Elle s’est rendue au Maroc d’où est originaire son mari mais
pas dans son propre pays natal. “Il fallait passer des nuits sur place pour avoir la chance de
déposer son dossier. Ce n’était pas pour moi”,

confie-t-elle encore navrée par cette absurde
déconvenue qui l’a empêchée de rendre visite à ses parents. La galère des ressortissants algériens devant leurs consulats ont défrayé la
chronique en Hexagone. Le consulat de Vitrysur-Seine tout particulièrement a fait les
choux gras de la presse. Des policiers ont été
réquisitionnés pour faire l’ordre sur les abords
du bâtiment, assailli par la foule. “Les pompiers
aussi ont du intervenir aussi pour porter secours
à des personnes épuisées par l’attente”, raconte Lamia. Étudiante à Paris depuis deux ans,
elle avait décidé de s’offrir ses premières vacances en Algérie, cet été. Or, après moult péripéties, le rendez-vous le plus proche qu’elle a obtenu pour se faire délivrer un passeport
biométrique est fixé au mois d’octobre. Du
coup, elle ne reverra ses parents que l’hiver prochain. “Nous devons nous résigner au diktat des
services consulaires qui font mal leur travail alors qu’il est déjà assez difficile de mettre
de l’argent de côté pour financer le voyage”, regrette Lamia. Les contraintes financières
constituent en effet une autre raison de renoncement aux vacances au pays. Brahim, lui,
n’a pas trop réfléchi. Le solde de son compte
en banque ne l’autorise à aucun excès et il s’y
résout volontiers. “Beaucoup d’Algériens font
des folies, s’endettent pour acheter une voiture et la remplir de cadeaux. Ils débarquent au
pays comme des nababs alors qu’ils vivent dans
des cités HLM. Je ne veux pas être comme ça”,
tranche-t-il. Pour lui, l’Algérie, ce sera peutêtre pour l’été prochain lorsque ses économies
auront grossi et si par miracle, le prix des billets
s’est atrophié !
S. L.-K.

JENNIFER BIDET, ENSEIGNANTE À L’ÉCOLE NATIONALE
SUPÉRIEURE DE PARIS

SALAH HADJAB, PRÉSIDENT DU COLLECTIF CONTRE
LA CHERTÉ DES TRANSPORTS VERS L’ALGÉRIE (CCTA)

“Partir pour certains représente
un budget trop important”

“Ces pratiques éloignent
la diaspora algérienne
de son pays d’origine”

Docteur en sociologie et spécialiste des migrations, Mme Bidet a réalisé
une thèse sur les vacances des descendants d’immigrés algériens dans
le pays natal de leurs parents.
Liberté : Un certain nombre d’Algériens vivant
en France ne se rendent pas en Algérie pour
les vacances. Quelles sont les raisons de cette désaffection ? Celle-ci exprime-t-elle un
choix ou une contrainte ?
Jennifer Bidet : Il faut souligner qu'en France,
les “Algériens” (mêPropos recueillis par : lant immigrés d'AlS. L.-K.
gérie et descendants
d'immigrés) sont surreprésentés dans les catégories populaires
(exerçant des métiers d'ouvriers et d'employés). Or les inégalités sociales existent
jusque dans l'accès aux vacances : c'est parmi
les ouvriers et les employés qu'on trouve le plus
de personnes ne partant pas en vacances
pendant l'été. Notamment parce que les
moyens économiques manquent. Au cours de
la préparation de ma thèse, j'ai rencontré des
descendants d'immigrés algériens ayant entre
18 et 50 ans qui partaient soit régulièrement
soit au moins ponctuellement en Algérie. Parmi ceux qui ne partaient pas régulièrement, les
raisons étaient de plusieurs ordres. Pour certains, partir tous les ans représentait un budget trop important (coût élevé des transports).
Il peut être moins cher de partir en France, ou
de ne pas partir du tout. Le coût du voyage en
Algérie peut être difficile à mesurer car, outre
le transport, certains incluent le prix des cadeaux faits à la famille. D'autres préfèrent dé-

couvrir d'autres destinations, en France ou
ailleurs dans le monde. Les raisons de ce choix
sont multiples. L'offre touristique en Algérie
n'est pas assez développée (il est notamment
difficile de trouver un hébergement marchand permettant de ne pas être hébergé
uniquement par la famille ou de pouvoir bouger dans le pays). Certains n'ont pas envie de
passer toutes leurs vacances “en famille”. Enfin, il faut bien reconnaître que le développement de l'offre de transport et d'hébergement à bas coût à l'international permet d'aller voyager ailleurs.
Le nombre des émigrés qui renoncent à leur
séjour au pays a-t-il tendance à augmenter ?
Il n'y a pas de données statistiques fiables permettant de dire quelle est la proportion d'Algériens de l'étranger ou de France à partir ou
non chaque année en Algérie. L'enquête Trajectoires et Origines de l'INSEE/INED, grande
enquête statistique française, permet seulement de dire que 83% des descendants d'immigrés algériens ayant entre 18 et 50 ans en
2008 sont partis au moins une fois en Algérie
dans leur enfance, dont 34% tous les ans. C'est
un peu moins élevé que pour les descendants
d'immigrés marocains par exemple (95,1%
dont 65% tous les ans). Mais cela ne nous renseigne pas sur l'évolution de leurs départs aujourd'hui, adultes.

Liberté : Vous militez depuis quelques années
pour que le prix des titres de voyage en Algérie soit abordable. Pensez-vous que votre
appel a une chance d’être entendu ?
Salah Hadjab : Nous utilisons tous les moyens
pour plaider notre
Propos recueillis par : cause, y compris la
S. L.-K.
justice. Nous avons
réussi à sensibiliser de nombreux Algériens
de France à la nécessité de se défendre, y compris en réclamant systématiquement des indemnités en cas de retards ou d’annulations
des dessertes. Nous organiserons le 12 septembre une réunion publique à Paris pour expliquer davantage à nos compatriotes leurs
droits et les démarches à suivre pour les obtenir. Cela même si notre association souffre
d’un problème de reconnaissance surtout
de la part des autorités algériennes.
Les Algériens de l’étranger se plaignent
continuellement de la cherté des billets.
Pourquoi les prix restent-ils aussi exorbitants ? 
Cette question mérite effectivement d’être posée, y compris pour les vols intérieurs. Il est
quand même inadmissible qu’un billet d’avion
Lille-Alger atteigne 700 euros en période de
pointe. Cela s’explique essentiellement par des
pratiques de fausse concurrence dans un
marché qui n’est pas aussi ouvert qu’on le croit.
Air Algérie partage la grande partie des

lignes avec son faux concurrent Aigle Azur et
laisse quelques vols pour les autres compagnies comme Air France, bridées par des accords bilatéraux. Les compagnies low cost
étrangères telles que Ryain Air et Easy Jet sont
interdites en Algérie. Au niveau du transport
maritime, la situation est identique : Algérie
Ferries (ENTMV) a un seul faux concurrent, la
SNCM française, qui est obligée de s'aligner
sur ses tarifs. Résultat, ce genre de pratiques
affecte terriblement le tourisme. Pis, il éloigne
la diaspora algérienne de son pays natal.
Outre les prix des billets, votre association
dénonce également les conditions de prise
en charge et d’accueil des voyageurs en Algérie ? Que déplorez-vous exactement ?
Nous déplorons les conditions d'achat de
billets. L’accueil du personnel des compagnies nationales est souvent glacial et arrogant. Il n’y a aucune transparence dans la vente des places en promotion.
Les conditions de voyage peuvent être également exécrables, avec le lot des retards et des
annulations des dessertes. À l’arrivée, les
ports essentiellement se transforment en
véritables parcours de combattant.
Les scanners sont souvent en panne. Les
douaniers pas toujours corrects. Il faut en plus
faire la queue pour assurer sa voiture car les
polices contractées à l’étranger ne sont pas reconnues en Algérie !

Jeudi 3 septembre 2015

10 Publicité

LIBERTE

Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville

Agence Nationale de l’Amélioration
et du Développement du Logement
BP n°62 Saïd Hamdine, Bir Mourad Raïs, Alger
Tél. : 021 56 12 26
Télécopie : 021 44 63 18

COMMUNIQUÉ
La Direction Générale de l’Agence Nationale de l’Amélioration et
du Développement du Logement (AADL) informe l’ensemble des
souscripteurs du programme location-vente 2001-2002 ayant actualisé
leurs dossiers en 2013 et versé la première tranche de 10%, qu’ils
peuvent consulter le site web de l’AADL (www.aadl.com.dz) pour effectuer le choix du site et renseigner le formulaire affiché et ce, à partir du
05 septembre 2015.
Les rendez-vous des souscripteurs seront affichés sur le site web de
l’AADL et seront invités à se présenter à nos agences de wilaya et au
niveau du siège de la direction générale pour les souscripteurs de la
wilaya d’Alger pour retirer l’ordre de versement de la deuxième tranche
de 05%.
ANEP N° 342 571 Liberté du 03/09/2015

AVIS D’ATTRIBUTION PROVISOIRE DE MARCHÉ
L’Entreprise portuaire de Béjaïa informe l’ensemble des soumissionnaires ayant participé à l’appel d’offres
national et international restreint n°10/DG/2014, relatif au projet de réalisation du poste 25 «170 ML», qu’à
l’issue de l’évaluation et l’analyse des offres, le marché est attribué provisoirement au soumissionnaire suivant :
Objet
du marché
Réalisation
du poste 25
«170 ML»

Note globale
Soumissionnaire Numéro dʼidentechnique et
retenu
tification fiscale
financnière
CHINA HARBOUR
ENGINEERING
COMPANY LTD

000716097484980 93,24 points

Montant total de la souDélai de
mission en équivalent en
réalisation
dinars algériens en TTC
2 898 926 981,10
DA

17
mois

Tout soumissionnaire contestant ce choix peut intorduire un recours auprès de la commission des marchés de
l’Entreprise Portuaire de Béjaïa dans les dix (10) jours qui suivent la date de publication du présent avis.
Les autres soumissionnaires intéressés sont invités à se rapprocher de l’Entreprise Portuaire de Béjaïa, service
des marchés, au plus tard trois (03) jours à compter du premier jour de la publication du présent avis à l’effet
de prendre connaissance des résultats de l’évaluation de leurs offres techniques et financières.
ANEP n°208 554 Liberté du 03/09/2015

ANEP N°342 472, Liberté du 03/09/2015

Entreprise privée recrute dans lʼimmédiat
1/ COMMERCIALE

4/ SECRÉTAIRE

Universitaire - 40/45 ans - Sérieuse références professionnelles - 10 ans dʼexpérience minimum.

Universitaire - 34/40 ans - 20 ans dʼexpérience - Présentable - Parfaitement
bilingue

2/ DÉLÉGUÉS COMMERCIAUX
Universitaires - 40/45 ans - Expérience
dans le domaine - Véhicule en bon état Présentables - Bonne élocution Bilingues.

3/ ASSISTANT EN ADMINISTRATION GÉNÉRALE
Universitaire
économie) bilingue - 20
et rigoureux
diat.

(droit, sciences sociales,
50/55 ans - Parfaitement
ans dʼexpérience - Sérieux
- Disponinle dans lʼimmé-

TEMPORARY MARKET ALLOTMENT NOTICE

5/ STANDARDISTE
Universitaire - 35/40 ans - Bonne présentation - Bonne élocution - Avec expérience

Envoyer vos CV à :
pers.recrutement15@gmail.com
F.1699

The Harbour Company of Bejaia informs all the tenderers having participated in the restricted national and
international call for tenders n°10/DG/2014, having for object the realization of the dock 25 «170 LM», that
at the end of the evaluation and the analysis of the offers, the market is temporarily awarded to the following
tenderer :
Object of the
market

Retained
tenderer

Réalization
of the dock 25
«170 LM»

CHINA HARBOUR
ENGINEERING
COMPANY LTD

Technical Total amount of the submisNumber of fiscal
Execution
and financial sion in equivalent in Algerian
registration
delays
global note Dinars including all taxes
000716097484980 93,24 points 2 898 926 981,10 DA

17
months

All the tenderers contesting the choice operated by the contracting service can introduce a recourse in the ten
(10) days that follow the day of the publication of the present notice.
The tenderers who are interested to acquaint with the results of the evaluation of their technical and financial
offers, are invited to get closer to the Harbour Company of Bejaia, service of markets, at the latest three (03)
days as from the first day of the publication of the present notice.
ANEP N°342 472, Liberté du 03/09/2015

LIBERTE

Jeudi 3 septembre 2015

L’internationale 11

ILS DÉBARQUENT PAR MILLIERS EN GRÈCE ET EN HONGRIE

IRAK

Dix-huit Turcs enlevés
par des hommes armés
à Bagdad

C’est la déferlante des
migrants sur l’Europe
Alors que la tension est toujours vive en Hongrie, où pas moins de 50 000 migrants ont afflué
au cours du seul mois d’août, le port du Pirée d’Athènes a été submergé hier par des milliers
d’autres réfugiés, déterminés à poursuivre leur chemin vers le nord de l’Europe.
es milliers de migrants, surtout
des réfugiés syriens, ont été
acheminés hier par les autorités grecques au port du Pirée,
afin de pouvoir les transférer
vers d’autres pays du nord de
l’Europe. Les arrivants débarqués pour leur
part à bon port au Pirée, environ 1800 mardi
soir et 2500 hier à l'aube, ont été acheminés
dans une gare à proximité, a indiqué la police
portuaire grecque. Les autorités helléniques
ont organisé ce transfert à bord de deux
bateaux spécialement affrétés pour soulager
Lesbos. Avec Kos, l'île est devenue l'un des
principaux points d'accès à l'Europe pour réfugiés et migrants de par sa proximité avec la
Turquie par où transitent exodes et flux migratoires. Depuis le début de l'année, la Grèce a
comptabilisé le chiffre record de 160 000 arrivées, sur un total de plus de 350 000 personnes
ayant tenté le passage de la Méditerranée.
Pendant ce temps, la tension demeurait vive à
Budapest, devenue une plaque tournante pour
ces exilés. Mardi, 2 280 personnes, dont 353
enfants, sont encore arrivées en Hongrie selon
les autorités, malgré la clôture de barbelés érigée le long de la frontière avec la Serbie. En
renonçant à renvoyer les Syriens vers leur
point d'entrée dans l'UE, Berlin, qui s’est engagé du même coup à traiter leurs demandes
d'asile, a accentué davantage la pression sur
une Union européenne confrontée à sa plus
grave crise migratoire depuis la Deuxième
Guerre mondiale. Selon les chiffres de la police

D

D. R.
Mardi, 2 280 personnes, dont 353 enfants, sont encore arrivées en Hongrie selon les autorités, malgré la clôture de barbelés.

allemande, 3500 demandeurs d'asile ayant au
préalable transité par la Hongrie sont passés
d'Autriche en Bavière entre lundi matin et
mardi après-midi. Réagissant à ce phénomène,
le chef du gouvernement espagnol Mariano
Rajoy, qui était en visite à Berlin, a estimé
mardi que l’afflux de populations fuyant la
guerre, les persécutions et la pauvreté au
Moyen-Orient et en Afrique constitue “le plus
grand défi pour l'Europe pour les années à
venir”. Ceci étant, la mise en place d'une
réponse européenne coordonnée sera aujourd’hui au centre d'entretiens à Athènes entre les

autorités grecques et le vice-président de la
Commission
européenne,
Frans
Timmermans, attendu en compagnie du commissaire européen en charge des migrations,
Dimitris Avramopoulos. Athènes réclame plus
de solidarité, mais est sommé de mieux canaliser et tracer les nouveaux arrivants par ses partenaires. Il n’en demeure pas moins que les 28
pays membres de l’UE restent divisés avant
une nouvelle réunion d'urgence prévue le 14
septembre, la Hongrie étant notamment montrée du doigt pour le traitement qu'elle réserve
aux demandeurs d'asile.
MERZAK TIGRINE

LA CPI ENQUÊTE SUR LES CRIMES DE GUERRE ET CONTRE L’HUMANITÉ

Huit pays africains dans la ligne de mire
ouverture hier du procès de l’ex-chef
rebelle congolais Bosco Ntaganda a été
l’occasion de confirmer le lancement
d’enquêtes dans huit pays africains par la
Cour pénale internationale, depuis son entrée
en fonction en 2003. Cela ne plaît guère à
l'Union africaine, qui l’accuse de mener “une
sorte de chasse raciale”. Outre le chef rebelle
congolais Bosco Ntaganda, qui est accusé de
crimes contre l'humanité et crimes de guerre
commis sous son commandement par les
Forces patriotiques de libération du Congo en
2002 et 2003 en Ituri (est de la RDC), l’ex-chef
de milice congolais Thomas Lubanga a été
condamné à 14 ans de prison en 2012 pour
avoir utilisé des enfants-soldats durant la
guerre civile. En Ouganda, la CPI a émis des
mandats d'arrêt en 2005 contre Joseph Kony
et d'autres hauts commandants de la rébellion
de l'Armée de résistance du seigneur (LRA),
notamment pour enrôlement d'enfants-sol-

L’

dats et esclavage sexuel entre 2002 et 2004. Au
soudan, en plus du président soudanais Omar
El-Béchir, cinq autres personnes sont poursuivies dans l'enquête menée au Darfour
(ouest du Soudan), déchiré depuis 2003 par
une guerre civile qui a fait plus de 300 000
morts, selon l'ONU. Au Kenya, le vice-président kényan William Ruto et le présentateur
de radio Joshua Arap Sang sont jugés pour des
crimes contre l'humanité pendant les violences postélectorales de 2007-2008. En Côte
d’Ivoire, l’ex-chef d'État remis à la CPI,
Laurent Gbagbo, est écroué à La Haye depuis
le 30 novembre 2011. Son co-accusé, l'ex-chef
de milice Charles Blé Goudé, est lui écroué
depuis mars 2014. Leur procès pour des
crimes contre l'humanité commis lors de violences postélectorales entre décembre 2010 et
avril 2011 doit s'ouvrir le 10 novembre.
L'épouse de Laurent Gbagbo, Simone, fait
également l'objet d'un mandat d'arrêt de la

CPI. Actuellement détenu en Libye, Seif alIslam, fils de l'ex-dirigeant Mouammar
Kadhafi, fait l'objet d'un mandat d'arrêt pour
crimes contre l'humanité commis pendant le
conflit qui a provoqué la chute et la mort de
son père en 2011. Jean-Pierre Bemba, ancien
vice-président de la RD Congo, est dans l'attente d'un jugement pour des crimes commis
par sa milice en Centrafrique entre octobre
2002 et mars 2003, où elle était venue soutenir
les troupes du président Ange-Félix Patassé,
face à la rébellion de François Bozizé. Le procès s'est déroulé entre 2010 et 2014. Par
ailleurs, la Gambienne Fatou Bensouda, procureur de la CPI, a annoncé le 16 janvier 2013
avoir ouvert une enquête sur des crimes de
guerre commis depuis janvier 2012 par divers
groupes armés “qui ont semé la terreur et infligé des souffrances à la population”.

L

LIBYE

Cinq soldats tués
dans de nouvelles
violences à Benghazi

n Cinq membres des forces spéciales du
gouvernement libyen reconnu par la
communauté internationale ont été
tués mardi dans l'explosion d'un engin
piégé à Benghazi, dans l'est du pays
plongé dans le chaos, a rapporté
l'agence de presse Lana. “Deux
commandants (...) et trois soldats ont été
tués”, a indiqué l'agence proche du
gouvernement, citant un porte-parole
militaire. Ce dernier a précisé que les
cinq hommes avaient été tués par
l'engin piégé alors qu'ils avançaient
dans une zone dans le sud-est de
Benghazi, précisant qu'ils étaient des
membres des forces spéciales. Le même
porte-parole avait déjà fait état, lundi,
de la mort d'un commandant des forces
spéciales dans l'explosion d'une mine
dans cette même ville. Et la veille,
quatre soldats avaient été tués dans des
affrontements violents avec la branche
libyenne de l'organisation djihadiste
État islamique (EI).

R. I. /AGENCES

SOMALIE

50 soldats tués
dans l'attaque de la base
de l’UA

ment américain des forces spéciales. Le centre
antiterroriste de la CIA (CTC) et le JSOC
“sont deux des outils préférés” de l'administration Obama contre les groupes extrémistes,
selon le Washington Post. Le quotidien rappelle que le CTC a mené la traque d'Oussama
Ben Laden, et que le JSOC a conçu et mené
l'opération au cours de laquelle le chef d'AlQaïda a été tué en 2011.
R. I./AGENCES

R. I. /AGENCES

M. T./AGENCES

La CIA et les forces spéciales US à l'œuvre
contre Daech
hauts responsables américains anonymes.
Une “poignée” de frappes a eu lieu jusqu'à
maintenant, selon la même source. Dans cette
campagne, la CIA et son puissant centre antiterroriste “se sont vu attribuer un rôle étendu
dans l'identification et la localisation” des
chefs de l'EI, selon le quotidien. Les frappes
elles-mêmes sont “menées à bien exclusivement” sous l'autorité du JSOC, une branche
très discrète mais puissante du commande-

R. I. /AGENCES

n Au moins 50 soldats ougandais de la
Force de l'Union africaine (Amisom)
auraient été tués lors de l'attaque,
mardi, de leur base du sud de la Somalie
par les islamistes shebab, selon des
militaires occidentaux incorporés à
l'Amisom. “Les estimations sont qu'au
moins 50 militaires de l'Amisom ont été
tués” dans l'attaque de la base de
Jalane, dont les shebab se sont un temps
rendus maîtres, indique une note
rédigée à l'intention de diplomates et
consultée par l'AFP hier. Au total, “une
centaine de soldats de l'Amisom
manquent à l'appel, ce qui ne veut pas
dire qu'ils sont morts”, poursuit cette
note, estimant que certains sont
toujours cachés dans les environs du
camp, repassé mardi soir sous le
contrôle de la Force africaine. Ce bilan
rejoint celui des shebab, qui ont
revendiqué l'attaque et affirmé avoir
tué une cinquantaine de soldats de
l'Amisom.

SYRIE

a CIA et les forces spéciales américaines
mènent ensemble une campagne d'élimination ciblée de chefs du groupe État
islamique en Syrie, séparée des autres opérations militaires menées contre le groupe
extrémiste, a affirmé le Washington Post.
Cette campagne a notamment abouti à l'élimination la semaine dernière de Junaid
Hussain, un cyber-activiste de l'EI près de
Raqqa en Syrie, selon le quotidien qui cite de

n Dix-huit employés d'une entreprise
de travaux publics turque ont été
enlevés par des hommes armés et
masqués sur un chantier de Bagdad, un
enlèvement qui pourrait être crapuleux
ou politique. Plusieurs dizaines de
ressortissants turcs ont été kidnappés,
puis libérés en Irak par le groupe
extrémiste État islamique (EI) au cours
des derniers 18 mois. Mais ce dernier
enlèvement est survenu dans un fief
des forces paramilitaires chiites qui
soutiennent les forces
gouvernementales dans leur combat
contre les djihadistes sunnites de l'EI.
Les 18 Turcs travaillaient sur le chantier
d'un stade de football dans le quartier
de Sadr City, dans le nord de la capitale
lorsqu'ils ont été enlevés dans la
matinée par des inconnus circulant à
bord de pick-up. “Nous avons été
informés que les travailleurs turcs
avaient été séparés de ceux d'autres
nationalités au moment de
l'enlèvement et qu'ils avaient été
spécifiquement visés”, a précisé un
porte-parole du ministère turc des
Affaires étrangères, Tanju Bilgiç, cité
par l'agence de presse
progouvernementale Anatolie. Le vicePremier ministre turc, Numan
Kurtulmus, a indiqué que des
discussions étaient en cours avec les
autorités irakiennes pour obtenir leur
libération.

Jeudi 3 septembre 2015

12 Environnement

DÉPÉRISSEMENT DE L’OASIS ET POLLUTION DU GOLFE DE GABÈS

Échos

Un autre héritage
de Ben Ali

2015 : année de tous les
records de chaleur,
selon NOAA et peut être
aussi d’El Niño

Le mois de juin dernier, Laura Baeza,
ambassadeur de l’Union européenne en
Tunisie, a donné le coup de starter du projet
d’appui à la gouvernance environnementale
locale de l’activité industrielle, dans le
gouvernorat de Gabès. Doté d’un montant de

5 millions d’euros sous forme de don
(environ 11 millions de dinars tunisiens),
et d’une durée de quatre ans, le projet vise
l’amélioration de la connaissance de la
pollution industrielle et de ses effets sur la
santé humaine.

a Tunisie est le cinquième producteur mondial de phosphate.
L’exploitation génère plus de 3%
du PIB et autour de 10% des
exportations du pays. Gabès, Gafsa
et Sfax, à quelque 400 km de Tunis,
constituent le cœur minier et industriel de
l’exploitation. C’est aussi le cœur de la contestation qui a commencé au
Par : RABAH début de l’année 2008. Les
SAÏD
citoyens, fatigués de se
voir confisquer la richesse
générée par l’exploitation du phosphate tout
en subissant les désagréments, descendent
dans la rue et affrontent une violente répression. Ils reviendront à chaque occasion à la
charge jusqu’aux événements de Sidi Bouzid
dans la même région. Les séquelles de la pollution que toute une région a subie durant le
long règne de Ben Ali sont toujours prégnantes. Durant 30 ans, les normes d’exploitation ont été bafouées, laissant derrière des
oasis asséchées, une pollution marine, un air
chargé de poussières de cadmium et d’uranium issus de la centrifugation du phosphate,
résultat de l’activité industrielle du Groupe
chimique tunisien (GCT). Les impacts sociaux
et environnementaux sont désastreux.

L

D. R.

Eau et agriculture

L’eau qui faisait de Gabès un paradis a disparu. La faute, tout le monde pointe du doigt la
GCT qui traitait bon an, mal an 4 millions de
tonnes de phosphate pour fabriquer des
engrais dont la quasi-totalité est expédiée par
la mer, principalement vers l’Europe. Pour
produire une tonne d’acide phosphorique, il
faut en moyenne 9 m3 d’eau. Cette eau est
pompée dans les nappes sans tenir compte du
facteur de renouvellement naturel. Résultat,
“les sources naturelles d’eau ont tari depuis des
années, maintenant on n’a accès à l’eau qu’avec
des forages”, se plaint un agriculteur.
La conséquence du tarissement de l’eau douce,
c’est la remontée des eaux salées ; l’agriculture
oasienne est bouleversée. Les cultures d’été
sont presque impossibles, car pendant des
mois ce sont les eaux saumâtres qui remontent
dans les pompages. Des espèces d’arbres disparaissent progressivement. “Les pommiers, les
pêchers, les poiriers et les abricotiers disparaissent.” La biodiversité s’amenuise ; de 750 ha en
1970, l’oasis ne compte guère plus de 150 ha
aujourd’hui. “Le taux de contamination des
eaux de la nappe au voisinage de ces sites est
très élevé  : les teneurs en fluor, phosphates et
métaux lourds ont été mesurées et les valeurs
dépassant de plus de 100 fois les spécifications
des normes tunisiennes sur les rejets ont été
enregistrées” (Impacts environnementaux du
stockage du phosphogypse à Sfax, M. Zairi, M.
Rouis).
Des boues partout

La production d’acide phosphorique n’est pas
uniquement une activité grande consommatrice d’eau  ; elle génère des phosphogypses,
composés notamment d’uranium, de plomb,
de polonium et de radium. Pour une tonne
d’acide phosphorique, 5 t de phosphogypse
sont rejetées. Ces déchets radioactifs sont stockés à l’air libre à Sfax ou à Skhira, sous forme
de casiers plutôt mal protégés. À Gabès, en
revanche, le phosphogypse est entièrement

D. R.

n Le mois de juillet 2015 est le mois le
plus chaud de tous les temps, depuis
que la mesure des températures est
officiellement en vigueur en 1880.
Selon l’Agence américaine
océanographique et atmosphérique
(NOAA), la moyenne de la
température, calculée sur la surface
terrestre et les océans, enregistre une
élévation de 0,96° au cours de ce
mois ; c’est le mois le plus chaud de
tous les 1627 mois depuis 1880. De
même que les sept premiers mois de
l’année 2015 ont été les plus chauds de
l’histoire. La tendance au
réchauffement semble à l’ordre du
jour ; l’année 2014 a été la plus chaude
depuis 135 ans. La température
moyenne combinée (surface des terres
et des océans) en juillet 2015 s'est
située 0,81°C au-dessus de la moyenne
du XXe siècle (15,8°C), surpassant de
0,08 degré le précédent record établi
en juillet 1998. Les dix années les plus
chaudes de tous les temps sont se
comptent après 2000 (exceptée 1998).
Avec la réapparition du phénomène El
Niño (réchauffement des
températures du Pacifique Est de 5° en
moyenne) qui, s’il s’accentue jusqu’à la
fin de l’année, les températures et le
climat risquent d’être bouleversés
pour plusieurs mois avec notamment
des sécheresses plus fortes dans notre
région et le sahel. El Niño, l’enfant en
espagnol, a sévi en 2010, il revient tous
les trois à sept. Après une apparition
avortée en 2014, la plupart des
agences météorologiques s’accordent à
dire qu’il sera au rendez-vous.
Concernant les liens entre El Niño et le
changement climatique, le
réchauffement pourrait conduire à
une augmentation de la fréquence des
événements violents. “Actuellement,
environ un Niño sur six est très
intense”, selon Eric Guilyardi de
National Center for Atmospheric
Science (Grande-Bretagne). “Si les
émissions de gaz à effet de serre se
poursuivent au rythme actuel, nous
pourrions voir avant la fin du siècle
cette proportion doubler.”
Un compte épargne CO2 !
En 2013, un Breton lance un nouveau
concept : donner une valeur
marchande aux quantités de CO2 à
travers un système de l’épargne. En
2015, près de 4 000 ménages et une
vingtaine d’entreprises animent ce
nouveau produit. Le système est
baptisé “450” tiré de la limite des
concentrations de CO2 à ne pas
dépasser pour maintenir la
température de la planète en dessous
de 2° d’augmentation à la fin du siècle.
Ce seuil émane du Groupe d’experts
intergouvernemental sur l’évolution
du climat (GIEC).
C’est une sorte de monnaie locale.
Quand un particulier ou un ménage
évite des émissions de carbone par un
changement de moyen de transport
(voiture économe, covoiturage…), une
nouvelle chaudière moins énergivore
ou toute autre action justifiée
(isolation thermique…), il épargne les
kilos de CO2 évités. Il reçoit des bons
d’achat des entreprises partenaires.
Des sociétés de transport comme la
SNTF ou des vendeurs de chaudières et
autres coopératives de ramassages de
produits agricoles sont membres de
450.
Le prix du CO2 fixé par 450 est 10 fois
plus que celui du marché européen du
carbone. C’est celui fixé par les experts
du GIEC : 52,64 euros la tonne en 2014,
avec une augmentation de 4% chaque
année, pour arriver à 100 ¤ la tonne en
2030. Le but recherché par ce signal
prix fort est le changement des
habitudes et la signification de
l’urgence à pallier aux changements
climatiques.

LIBERTE

déversé dans le golfe par un canal à ciel ouvert.
Mélangé à l’eau de mer, il forme des boues
gypseuses.
Un air chargé de particules radioactives et de
soufre

Les plages paradisiaques de Gabès sont désertées (la baignade est interdite depuis plusieurs
années) et les touristes ont disparu. La dégradation de la qualité de l’air souvent chargé de
soufre ne rassure personne. Dans une enquête
publiée le 22 juillet 2015, Nathalie Grubézy,
Simon Gouin et Sophie Chapelle
(bastamag.com), Foued Kraiem, le président
de l’Association tunisienne de l’environnement et de la nature déclare que la région de
Gabès recense une forte densité de maladies,
dont des cancers. “Dans certaines familles, plusieurs membres sont malades”, des pathologies
pulmonaires comme les allergies ou l’asthme
sont courantes. Il y a aussi des problèmes de
dentition à cause du fluor présent dans l’eau. Il
réclame une étude qui permettrait enfin d’établir les éventuelles responsabilités de l’usine de
transformation du phosphate. Et de contrebalancer l’extraordinaire poids économique
qu’elle représente à l’échelle de la région et de
la Tunisie ! Les malades de la région, démunie
d’infrastructures de soins, partent à Sfax ou à
Tunis pour se faire soigner, ce qui rend difficile le lancement d’une telle étude.
Un littoral à l’agonie

Quotidiennement pendant trois décennies,
13 000 t de boues chargées en phosphogypse,
qui sortent des usines ruissellent pour finir
dans la mer.  Samir Jomaa, de l’université de
Carthage, estime que 135 millions de tonnes
de phosphogypse sec ont été rejetées sur les
côtes du golfe durant les trente dernières
années (reporterre.net). Les fonds marins sont

recouverts de boues et se sont progressivement
désertifiés. Les quelques pêcheurs qui demeurent encore en activité voient leurs filets piégés
dans les boues qui couvrent le fond de la mer.
La baignade est interdite et la biodiversité
marine est presque anéantie ; seules quelques
espèces subsistent encore.
Et l’avenir ?

L'oasis de Gabès est l'unique oasis littorale de
la Méditerranée. Elle constitue un refuge pour
une grande variété d’espèces de petits mammifères, reptiles, mollusques et insectes. Elle est
aussi une halte pour les oiseaux transsahariens, migrateurs et hivernants d'intérêt international. Dans la foulée de la révolution, des
associations de défense de l’environnement,
interdites jusque-là, se mobilisent pour informer les citoyens sur les dangers du phosphate,
la dépollution de la région, l’observation des
normes environnementales et une meilleure
redistribution des richesses produites. Pour
l’UGTT (Union générale tunisienne du travail), le principe du “pollueur payeur” doit
prévaloir partout. “Il n’y a pas d’équilibre entre
un secteur qui produit beaucoup d’argent, mais
aussi beaucoup de dégâts. Les habitants sont
obligés d’aller à Sfax ou Sousse pour se faire soigner. Malgré les législations tunisiennes, aucune étude d’impact n’est réalisée.”  Jusque-là, la
classe politique tunisienne se désintéresse
quelque peu des questions environnementales.
Elles ne sont pas encore porteuses électoralement devant les attentes démocratiques et les
urgences sociales multiples. Pourtant, la
dégradation des conditions générales de la
qualité de la vie influera, à coup sûr, aussi sur
le tourisme qui demeure une manne incontournable de la stabilité sociale et du progrès
économique.
R. S.

LIBERTE

Jeudi 3 septembre 2015

Publicité 13

SOCIÉTÉ NATIONALE DES TRANSPORTS FERROVIAIRES
DIRECTION GÉNÉRALE
DIRECTOIN DES RESSOURCES HUMAINES
La Direction des Ressources Humaines de la SNTF
recrute :
DES CONDUCTEURS DE TRAINS

pour les besoins de ses directions régionales
ferroviaires de :
ANNABA - CONSTANTINE - ALGER - ORAN
après une formation dʼune année au niveau de
Annaba.
Conditions dʼadmission :
4 Etre titulaire dʼun diplôme de TS ou DEUA dans les spécialités ci-après :
- Electromécanique - Electrotechnique - Electronique Electricité - Fabrication mécanique - Automatisme Maintenance industrielle - Informatique
4 Etre de sexe masculain
4 Etre âgé entre 23 et 30 ans
4 Etre dégagé des obligations du service national
Avantages :
- Cadre de travail agréable
- Evolution de carrière

Les candidats intéressés doivent se rapprocher
des directions régionales de la SNTF Annaba,
Constantine, Alger, Oran
pour déposer leur candidature et ce,
avant le 20 septembre 2015.
ANEP N°342 572 Liberté du 03/09/2015

Récépissé dʼenregistrement
de déclaration de constitution
dʼune organisation syndicale
Conformément aux dispositions de la loi
n°90-14 du 02 juin 1990 relative aux modalités dʼexercice du droit syndical, modifiée et
complétée, a été enregistrée auprès du
ministère du Travail, de lʼEmploi et de la
Sécurité sociale la déclaration de lʼorganisation syndicale ci-après :
Dénomination : Organisation Nationale des
Editeurs du Livre - ONEL 
Siège : 25, Coopérative de lʼUniversité
dʼAlger, rue Benchaoua Khraissia, Alger
Président : M. KALLAB DEBBIH Mustapha
né le 24 février 1968 à Aïn Mʼlila
Cette organisation syndicale est enregistrée
sous la référence n°105 R/E du 26 août
2015, conformément à la loi n°90-14 du 02
juin 1990 sus-citée.

C0166

Publicité
Bureaux régionaux

ORAN
26, rue de Nancy
derrière l’ex consulat de Russie)
Tél. : 041 41 53 97
Fax : 041 41 53 99

BLIDA
79, boulevard Larbi Tebessi
Tél./Fax : 025 40 85 85

BR14366

AVIS
Aux buralistes
et lecteurs
du journal Liberté.
Pour toute
réclamation au sujet
de la distribution
du journal
Acom

Tél./Fax : 021 87 77 50
SPR

jeudi 3 septembre 2015

14 Culture

LIBERTE

LES RENCONTRES CINÉMATOGRAPHIQUES DE BÉJAÏA AURONT LIEU DU 5 AU 11 SEPTEMBRE AU TRB ET À LA CINÉMATHÈQUE

Abdenour Hochiche :“Proposer des objets
filmiques qui questionnent
plus qu'ils n'imposent des réponses”
Le directeur des Rencontres cinématographiques de Béjaïa et président de l’association Project’Heurts, initiatrice et organisatrice de
cette manifestation, revient, dans cet entretien, sur les grandes lignes de la 13e édition, qui démarre ce samedi à 20h au musée Bordj
Moussa avec la projection de 10949 femmes de Nassima Guessoum.
Liberté : 35 films seront projetés lors de cette 13e édition marquée notamment par
l'arrivée d'une nouvelle équipe de programmation. Est-ce qu'on peut parler d'une
nouvelle orientation des Rencontres cinématographiques de Béjaïa ou alors vous gardez le même cap et les mêmes objectifs?
Abdenour Hochiche : Avant de pouvoir programmer les 35 films, nous en avons visionné plus de 300. C'est
Entretien réalisé par : un record pour nous.
Même si l'équipe de
SARA KHARFI
la programmation a
partiellement changé, l'esprit des RCB est resté le même, nous gardons le cap en mettant en place une programmation qui a pour but d'offrir au public
et aux professionnels présents des films et des
objets filmiques qui questionnent plus qu'ils
n'imposent des réponses. Des films qui mettent le spectateur dans une position d'acteur
et dans une interaction. Il faut aussi noter que
nous aurions pu programmer plus de films,
mais ni les moyens techniques ni les moyens
financiers ne le permettent. Autant dire que
nous avons dû laisser sur le bas-côté des films
qui nous ont interpellés faute de moyens.

Abdenour Hochiche, directeur des RCB et président de
l’association Project’Heurts.

Le programme de cette année, et à l'instar des
précédentes éditions, est dense. En plus des projections, il y a une exposition, une rencontre avec
les photographes, une master class...

Nous essayons de faire de ces RCB un
lieu de rencontre du cinéma mais aussi
d'autres arts dans la mesure du possible.
Cette année, nous avons mis en place
une nouvelle activité surnommée “Intersection”, c'est-à-dire là où se rencontrent
les arts avec le cinéma. Pour cette première
édition, nous avons choisi la photographie,
ainsi nous aurons une exposition photo
pendant la semaine des rencontres. Mardi 9 septembre, nous organisons une table
ronde sur la relation image/photo, la composition du cadre. Certains des photographes exposés seront là pour débattre et
échanger avec les réalisateurs. Nous aurons
aussi une master class avec Malek Bensmaïl sur l'écriture documentaire. Nous
allons également, et pour la huitième année consécutive, organiser l'atelier Côté
court d'écriture de scénarios de courts
métrages, qui est devenu, depuis deux ans,
un atelier maghrébin. Nous allons aussi
avoir une rencontre avec le cinéaste malien
mais aussi secrétaire de la Fepaci (Fédération panafricaine des cinéastes), Chikh Oumar Sissoko, qui va nous entretenir sur le cinéma en Afrique.

Vous avez lancé, il y a quelques semaines,
un appel à candidature pour l’atelier Côté
Courts Maghreb, dont une des sessions se
déroulera durant les Rencontres. Pourriez-vous nous en parler ?
Nous avons reçu une soixantaine de candidatures de trois pays pour l’atelier, et nous
avons retenus sept candidats (trois Marocains, deux Algériens et deux Tunisiens). La
première session se déroulera pendant les
Rencontres alors que la deuxième aura lieu
vers la fin de l’année.
Cet atelier sera encadré par Jean-Pierre Morillon et Meriem Hamidat.
Cette année, il y aura également pour la
première fois le “Béjaïa film laboratoire”.
Le Béjaïa film laboratoire est une rencontre entre
les porteurs de projets algériens (réalisateurs, producteurs) et des fonds de financement algériens
et étrangers.
L'objectif à terme est d'avoir un rendez-vous annuel dédié à la recherche de financements et à la
présentation des projets pour la production, voire la postproduction.

PROGRAMME
n Du 5 au 11 septembre, 13
Rencontres cinématographiques de
Béjaïa. À l’exception de l’ouverture
prévue au musée Bordj Moussa,
toutes les activités (projections,
exposition, rencontres) auront lieu
au théâtre régional MalekBouguermouh. Les films seront
rediffusés le lendemain de leur
projection à 11h à la Cinémathèque
de Béjaïa :
n Samedi 5 septembre à 20h au
musée Bordj Moussa : projection de
10949 femmes de Nassima
Guessoum.
n Dimanche 6 septembre : à 13h30,
vernissage de l’exposition
Chawari3 ; à 14h30, projection de
Amara de Claudia Molles ; à 17h,
projection de Kings of the wind &
es

AMIN ZAOUI
ÉCRIVAIN

electric queens de Cédric Dupire et
Gaspard Kuentz ; à 20h, projection
du Roi rebelle de Mohamed
Megdoul et Histoire de Juda de
Rabah Ameur Zaïmèche.
n Lundi 7 septembre : à 10h, cinécafé ; à 14h30, projection de la
Route du pain de Hicham
Elladdaqi ; à 17h, projection de Qui
vive de Marianne Tardieu ; à 20h,
projection de Karama karama de
Camille Lugan et Voyage en
Barbarie de Delphine Deloget et
Cécile Allegra.
n Mardi 8 septembre : à 10h, cinécafé ; à 14h30, projection de la Main
bleue de Mehdi Benallal et
l’Homme qui n’a pas d’heure de
Vianney Lambert et Vincent
Reignier ; à 17h, projection de

Promeneuse et les Filles et le chien
de Guillaume Mainguet, Jennah de
Meryem Benm’Barek, En dehors de
la ville de Rym Mejdi, Renée de Lisa
Reboulleau et Marion de Nathalie
et Raphaël Holt ; à 20h, projection
de Si la mer se meurt de Lorris
Coulon et Aujourd’hui d’Alain
Gomis.
n Mercredi 9 septembre : à 10h,
table ronde “Intersection”
(photo/image) ; à 14h30, projection
du Rocher noir de Cherif Aggoune ;
à 17h, projection de Bla cinéma de
Lamine Ammar-Khodja et Garuda
power de Bastian Meiresonne ; à
20h, projection de Cet homme qui
est-il de Raouf Benia et Contrepouvoirs de Malek Bensmaïl.
n Jeudi 10 septembre : à 10h,

master class Malek Bensmaïl ; à
14h30, projection de Trêve de
Myriam El-Hajj ; à 17h, projection
de la Nuit et l’enfant de David Yon ;
à 20h, projection de Serial K d’Amin
Sidi-Boumediène, Exteriminator
d’Abdelghani Raoui et Je suis mort
de Yacine Mohamed Benelhadj.
n Vendredi 11 septembre : à 10h,
table ronde “Cinéma africain” ; à
14h30, projection de Je suis le
peuple d’Anna Roussillon ; à 17h,
projection d’Augusta Amiel
Lapieski de Frank Renaud, Fasa de
Laza Razanajatovo, Lmuja d’Omar
Belkacemi ; à 20h, projection du
Père de Lotfi Achour et Fièvres de
Hicham Ayouch.

…SOUFFLES…SOUFFLES…SOUFFLES…

Ça sert à quoi ?

Ç

a sert à quoi de traduire un roman algérien de
langue française en arabe, en Algérie ? Comme un grain de sable bloquant le rouage ! Le
moteur de la société intellectuelle souffre. Il est grippé. En Algérie, ça ne sert à rien de traduire un roman
algérien de langue française vers l’arabe. Ça ne sert
à rien de traduire ce qui n’est pas lu par le lecteur
ciblé. Le lecteur arabophone. Ça ne sert à rien de traduire ce qui n’est pas lisible. C’est un effort, avec tout
le respect à mes amis les traducteurs, en vain. On
pleure pour l’arabe. On pleure sur l’arabe.
On pleure en arabe. Mais une fois que quelque belle littérature est traduite, on ne lit pas cette belle chose ! Des noms, des écrivains algériens dont le talent
est mondialement reconnu, sont traduits en arabe.
Du moins quelques titres d’eux, peut-être les
meilleurs. Des romanciers algériens d’expression française, appartenant à la dernière génération, font l’exception littéraire dans le monde francophone. Leurs
romans font un bon tirage. Une bonne vente. Une
bonne visibilité médiatique. Quelques-uns parmi ces

écrivains, une fois traduits dans d’autres langues européennes ou américaines, gardent leur succès. Mais
ce qui est inexplicable, ce qui est indéchiffrable, pourquoi est-ce que ces mêmes auteurs, une fois traduits
en arabe, en Algérie, et ils sont Algériens, et leurs romans dans la plupart du temps traitent de l’Algérie,
ces mêmes auteurs ne sont pas lus. Ils passeront en
silence. Dans la poussière des étagères. Sans aucun
écho. On a traduit Boualem Sansal, en arabe, en Algérie. Une belle traduction.
Et je suis sûr et certain que son célèbre roman, le plus
connu, Le Serment des Barbares, n’a pas vendu cent
exemplaires. On a traduit Yasmina Khadra en arabe, en Algérie. Une belle traduction subventionnée
par l’argent de l’État, et c’est tant mieux. Il est le plus
traduit de tous les autres écrivains. Et je suis sûr et
certain que les ventes de tous ses titres traduits n’ont
pas dépassé les deux cent exemplaires. On a traduit
Anouar Benmalek, en arabe, en Algérie. Une belle
traduction subventionnée par l’argent de l’État, et
c’est tant mieux. Et je suis sûr et certain que l’éditeur

n’a pas pu écouler cinquante exemplaires. On a traduit Malika Mokadem, en arabe, en Algérie. Une belle traduction subventionnée par l’argent de l’État,
et c’est tant mieux. Et je suis sûr et certain qu’elle n’a
pas vendu quarante exemplaires. Comment explique-t-on ce boycott manifesté par le lecteur arabophone en Algérie vis-à-vis de ces bons écrivains
francophones ? Certes, le lecteur arabophone souffre
d’une allergie culturelle chronique. Cette allergie algérienne s’appelle : tourner le dos à tout ce qui est
célébré par le champ culturel et littéraire français.
Pourquoi est-ce que la première génération des écrivains en langue française, celle des années cinquante,
de Mohammed Dib, Kateb Yacine, Mouloud Mammeri, Mouloud Feraoun, Malek Haddad, Assia Djebar… avait un lectorat arabophone considérable, en
Algérie comme dans le monde arabe. Dès qu’un roman ou un recueil de poèmes fut traduit, même si
c’était dans la plupart des cas des traductions “militantes”, le lecteur est au rendez-vous. Certes que tous
ces écrivains de la dernière génération que j’ai cités

un peu plus haut, et d’autres, sont bien lus en Algérie,
mais dans la langue d’origine, c’est-à-dire le français.
Profitant de la promotion faite de l’autre côté, leurs
romans sont attendus par le lectorat averti. Et tant
mieux ! Comment explique-t-on ce boycott manifesté par le lecteur arabophone en Algérie vis-à-vis
de ces bons écrivains francophones ? La machine livresque est grippée. Nous n’avons pas d’éditeurs professionnels. Nous ne possédons pas de chaîne de librairies rodée. L’école ainsi que l’université ne font
pas le travail pédagogique et médiatique pour
pousser à une lecture des œuvres traduites en arabe. En somme, malheureusement, nous n’avons pas
su comment profiter de notre richesse linguistique, de notre diversité linguistique. Cette richesse, par l’idéologisation aveugle du champ culturel,
a créé une sorte de fracture dans la société d’intellectuels. Je ne suis pas pessimiste, mais c’est la réalité criante.
A. Z.

aminzaoui@yahoo.fr

LIBERTE

Jeudi 3 septembre 2015

Publicité 15

F.1676

F.1701

16 Publicité

Jeudi 3 septembre 2015

LIBERTE

LIBERTE

L’Algérie profonde 17

Jeudi 3 septembre 2015

VILLE DE BÉJAÏA

BRÈVES du Centre

Une opération
de nettoiement sera
bientôt lancée

OUARGLA

Les chômeurs bloquent
la route 
Plusieurs dizaines de chômeurs ont saisi,
mardi et pendant toute la journée, plusieurs
camions et camions-citernes dont on ignore
encore le nombre, appartenant à des sociétés
et entreprises publiques sur la route de
Soukra, qui était complètement bloquée à la
circulation. Ce mouvement est donc venu
annoncer la reprise des protestations que les
chômeurs et demandeurs d’emploi mènent
depuis plusieurs mois dans le but d’obtenir des
postes dans les entreprises pétrolières de la
région Sud. Longuement exclus et discriminés,
ces derniers se sont installés sous une tente,
qu’ils ont implantée il y a quelques jours sur le
bord de la même route. Les manifestants
promettent cette fois d’intensifier leur
mouvement et selon eux “le temps des
promesses est fini et les protestations seront
quotidiennes et non stop jusqu'à l’obtention de
postes de travail stables”. “Nous ne nous
arrêterons que lorsque nos revendications
seront entièrement satisfaites”, déclare
l’ensemble des protestataires avec un air
sévère et ferme.

Selon la cellule de communication de la wilaya, l’opération qui s’inscrit dans la
cadre d’un programme complémentaire de nettoiement vise à débarrasser les rues
de la ville des amoncellements des ordures et offrir ainsi un cadre de vie sain et
agréable aux habitants.
ne opération
d’envergure
pour le nettoiement
des
artères de la
ville de Béjaïa
sera lancée dans les prochains
jours. La préparation de cette
campagne qui s’étendra à
d’autres municipalités par la
suite, a fait l’objet d’une
réunion de travail qui a regroupé, lundi, le wali de Béjaïa,
Ouled Salah Zitouni, les directeurs de l’exécutif et les chefs de
daïra. Selon la cellule de communication de la wilaya, l’opération qui s’inscrit dans la cadre
d’un programme complémentaire de nettoiement, vise à
débarrasser les rues de la ville
des
amoncellements
des
ordures et d’offrir ainsi un
cadre de vie sain et agréable aux
habitants. “Un arrêté portant
création d’une commission de
wilaya, composée des directeurs
de l’exécutif ainsi que d’autres
au niveau des communes et des
daïras, a été signé par le wali à
l'effet de recenser, dans une première phase, tous les points
noirs qui affectent l'environnement, l'hygiène et la salubrité
publique dans les quartiers, les
cités d'habitation, les axes routiers et l'ensemble des lieux
publics, et arrêter ainsi les
modalités pratiques pour y
intervenir”, a-t-on indiqué.
Dans le même sillage, un appel
a été lancé à l’adresse des
citoyens et des associations de
quartier afin de prêter mainforte aux entreprises en charge
de l’opération sur les sites. “La
priorité sera donnée à l'enlèvement des bouteilles et des sacs en

U

G. CHAHINEZ

MÉDÉA

Inondation de plusieurs
habitations et des dégâts
matériels à Rebaia

D. R.
Les Béjaouis ont la ferme volonté d’améliorer leur cadre de vie en débarrassant leur ville de tous ses détritus.

plastique qui jonchent tous les
espaces aux côtés des détritus,
des gravats, des déchets de chantiers”, ajoute la cellule de communication de la wilaya. Aussi
une décision a été prise pour
l’éradication des décharges sauvages, le curage des réseaux
d’assainissement et de drainage
des eaux pluviales. Dans ce
sens, et à titre de rappel,
M.Ouled Salah Zitouni a signé
récemment un arrêté pour la
fermeture de la décharge
publique de Boulimat, après
avoir procédé à l’ouverture
d’un CET à Sidi Boudrahem.
Autre décision prise lors de
cette rencontre : la prise en
charge du problème de l’éclai-

rage public dans le cadre de
cette opération de nettoiement
et le lancement d’une campagne de désherbage des cimetières. Lors de cette réunion
axée notamment sur l’environnement, le wali de Béjaïa a saisi
également l’occasion pour instruire le directeur des transports afin d’accélérer les travaux concernant le plan de circulation de la ville de Béjaïa et
inscrire des plans de circulation
pour d’autres communes
importantes. Aussi et pour
mettre un terme à l’urbanisme
anarchique, le chef de l’exécutif
a décidé de présider désormais
toutes les commissions d’architecture. Des commissions, pré-

cise-t-on, qui seront également
constituées du chef de la daïra
concerné, du président de
l’APC, du président de l’Ordre
des architectes et des directeurs
concernés. La publication des
avis d’appels d’offres se fera
dans les journaux à grand tirage, a-t-on encore décidé. À l’issue de la rencontre, des rapports sur la rentrée scolaire et
universitaire ont été présentés
respectivement par le directeur
de l’éducation de la wilaya, le
recteur de l’université et la
directrice de la DOU. Une rencontre avec les directeurs des
établissements scolaires est prévue dans les prochains jours. 

La montée du niveau des eaux de l’oued
traversant la localité Kraïmia dans la
commune de Rebaia, 40 km au sud-est du cheflieu de wilaya, la nuit de mardi à mercredi, a
causé l’inondation de 14 habitations et des
dégâts, selon un communiqué de la cellule de
communication de la Protection civile. Les
eaux de pluie qui sont tombées dans la région,
ont provoqué le débordement de l’oued et
également causé des dégâts matériels dont la
perte de 5 poulaillers d’élevage de dinde
contenant une batterie de 400 têtes. En outre,
il a été enregistré la détérioration de quantités
d’aliments divers stockés, dont 27 quintaux de
blé, 490 bottes de paille et 86 q d’aliment de
volaille. L’intervention des éléments de la
Protection civile a permis de sauvegarder des
crues de l’oued et des infiltrations des eaux de
pluie les installations et quelque 1000 dindes.
M. EL BEY

10 ha de forêt partis
en fumée 
Pas moins de 10 ha de forêt et de
broussailles ont été la proie des flammes au
cours des dernières 24 h dans 2 endroits de la
commune de Bouaïchoune, 20 km à l’ouest du
chef-lieu de wilaya. Selon le bilan de la
Protection civile, le premier incendie s’est
déclaré au lieudit F’hama, causant la
destruction de 2 ha de broussailles et d’espèces
végétales locales, alors que le deuxième
incendie a été signalé au lieudit “Intersection”
et causé la perte d’un ha de pins d’Alep et 7 ha
de broussailles.
M. EL BEY

H. KABIR

LAGHOUAT

Les cimetières chrétien et juif dans un piteux état
u chef-lieu de la commune
de Laghouat, de surcroît
chef-lieu de wilaya, les
cimetières chrétien et juif ne sont
pas épargnés par le laisser- aller et
l'abandon. Ils sont laissés à leur
sort au point de dire que de nos
jours, rien ne se respecte ni les
cimetières ni les lieux de culte,
prenant l’exemple sur les cimetières chrétien et juif de ksar
Lebzayem, au sud du chef-lieu de
la wilaya de Laghouat, qui sont
devenus par le fait de la négligence
des responsables locaux et l’incivisme ambiant, un dépotoir à ciel

A

ouvert où le saccage des sculptures
et l’envahissement par les chiens
errants et animaux domestiques se
fait constater sur les lieux. En
dépit des déclarations d’intention
des responsables locaux, notamment de l’APC, ces cimetières ne
sont pas encore clôturés. Du coup,
ils sont devenus des lieux de
débauche de jour comme de nuit
où tous les bestiaux sont attelés au
milieu de ces cimetières. Un nonrespect des morts qui démontre
clairement l’indifférence des élus
locaux. Constat fait sur les lieux,
ces cimetières sont livrés à eux-

mêmes depuis plusieurs années.
Non clôturés, les herbes sauvages
ont envahi la totalité des deux
cimetières avec les odeurs nauséabondes des urines et des excréments humains. Indigné, un sexagénaire nous a déclaré que “cet
état de fait constitue une violation
du respect aux morts et une irresponsabilité de la part des élus
locaux’’. Plusieurs citoyens approchés ont souligné l’absence de
civisme et des bonnes attitudes
que nous conseille la religion
musulmane pour le respect d’autrui en général et des morts en

particulier. Devant de tels agissements si graves, pourquoi nous
plaignons-nous quand d’autres
nous font subir le même sort et
nous touchent dans notre propre
âme et religion ? Il est du devoir de
chaque responsable ou citoyen de
respecter ses lieux sacrés dans un
cadre de civisme et de respect
d’autrui. Il est à noter et à rappeler
aux dits responsables de la commune de Laghouat de bien réagir
afin de prendre en charge l’entretien de ces deux cimetières pour
prouver qu’ils jouent pleinement
leurs rôles d’élus sans pour autant

différencier entre les cimetières
musulmans et autres chrétiens et
juifs afin que ces morts reposent
en paix. Pour l’heure, aucune réaction pour une réfection n'a vu le
jour, une image qui a laissé plusieurs citoyens dans la stupéfaction, lesquels interrogés par nos
soins, ont souhaité l'intervention
des services concernés pour
redonner à chaque cimetière son
cachet sacré et son visage de sainteté tout en soulignant que toutes
les religions s'alignent sur le devoir
du respect des morts.
BOUHAMAM AREZKI

Jeudi 3 septembre 2015

18 L’Algérie profonde
BRÈVES de l’Est
SKIKDA

Les habitants
d’El-Match bloquent
la route

n Des dizaines d’habitants du
bidonville d’El-Match, situé dans la
périphérie de Skikda, ont de
nouveau organisé une
manifestation publique, lundi en fin
de journée. Ils ont bloqué la route
menant de leur cité vers le centreville vers 18 heures et durant toute
la soirée, obligeant les
automobilistes à effectuer un long
détour via la RN3. Par cette sortie
publique, les protestataires veulent
dénoncer ce qu’ils ont appelé les
lenteurs de l’administration locale
concernant le relogement pour
certains et pour d’autres
l’aménagement urbain de la cité qui
est appelée à disparaître dans le
cadre de l’éradication de l’habitat
précaire. Les protestataires ont en eu
assez de promesses et veulent passer
l’hiver dans des logements décents
qui sont prêts à l’attribution, ou
l’aménagement extérieur de ce
bidonville. À signaler que c’est la
énième manifestation des habitants
de ce bidonville pour dénoncer la
mal-vie dans cette cité.

LIBERTE

GUELMA

Des écoles primaires
dans un état déplorable
La situation matérielle des écoles primaires n'a pas changé d'un iota : vitres brisées, fenêtres
et portes défectueuses, tables-bancs branlantes, murs sales, interrupteurs et prises
inopérants, cour encombrée de détritus, toilettes bouchées, manque d'eau potable, etc.

A. BOUKARINE

JIJEL

n Dans le cadre de l’application du
plan Azur élaboré par la DGSN, les
éléments de la police judiciaire ont
procédé, au courant de la semaine, à
l’arrestation de sept individus âgés
entre 15 et 26 ans. Ces derniers ont
été surpris en flagrant délit entrain
d’extorquer de l’argent aux
automobilistes qui stationnaient
leurs voitures dans la ruelle
jouxtant le stade de la ville (ColonelAmirouche), la ruelle près de l’hôtel
Kotama et la cité Plage. Selon la
cellule de communication de la
Sûreté de wilaya, une somme de
7560 DA a été saisie lors de
l’arrestation des individus qui ont
arnaqué les estivants durant toute la
saison. Par ailleurs, la même source
nous a fait savoir que 11
commerçants informels ont été
neutralisés par la police, suite à
leurs activités non autorisées, en
l’occurrence le squat de trottoirs et le
branchement illicite d’électricité. Les
prévenus impliqués dans ces deux
affaires ont été traduits en justice.
MOULOUD S.

TÉBESSA

Saisie de 100 000
cartouches
de cigarettes

n Les éléments de la Sûreté
nationale ont réussi, avant-hier soir,
à déjouer une opération de transport
illégal d'une importante quantité de
cigarettes étrangères destinée à la
contrebande, transportée à bord
d'un fourgon grand tonnage de
marque Iveco. C’était lors d'un
contrôle de routine au niveau d'un
barrage fixe sur la RN10, que les
policiers ont découvert la
marchandise estimée à 100 000
paquets de cigarettes Marlboro
d'une valeur de près de deux
milliards de centimes sur le marché
parallèle. Le conducteur et son
convoyeur, âgés respectivement de
34 et 24 ans, originaires d'une
wilaya limitrophe ont été
immédiatement arrêtés et placés en
garde à vue. Une enquête judiciaire
a été ouverte pour déterminer la
provenance de cette marchandise
prohibée, a-t-on appris de sources
policières.
HAFID MAALEM

D. R.

Plusieurs personnes
arrêtées suite à
des activités illicites

Vitres brisées, fenêtres et portes défectueuses, tables-bancs branlantes, murs sales, interrupteurs et prises inopérants, cour encombrée de détritus, toilettes bouchées, manque d'eau potable.

omme à l'accoutumée, les écoles
primaires, patrimoine communal,
sont dans un état peu reluisant à la
veille de la rentrée scolaire, car les
élus locaux ne leur accordent pas
un intérêt particulier. Contrairement aux collèges et lycées qui disposent de l'autonomie financière, elles sont rattachées aux
municipalités pour les travaux, réparations, entretien des locaux, gardiennage, frais d'énergie
électrique, chauffage, fournitures scolaires, cantine... Des directeurs d'école se sont rapprochés
de nous pour déplorer les carences des présidents
d’APC qui ont pourtant été destinataires de rapports de fin d'année scolaire, transmis fin juin
2013, où un état détaillé des travaux à effectuer durant les grandes vacances a été mis en relief. Selon ces directeurs, la situation matérielle des écoles
primaires n'a pas changé d'un iota : vitres brisées,
fenêtres et portes défectueuses, tables-bancs
branlantes, murs sales, interrupteurs et prises inopérants, cour encombrée de détritus, toilettes
bouchées, manque d'eau potable, etc. D'autre part,
il est relevé une insuffisance avérée des femmes
de ménage, et l'hygiène s'en ressent au grand dam
du personnel enseignant, des élèves et de leurs parents. Comment concevoir que des milliers
d'élèves rejoignent les bancs de leurs écoles

C

quand l'environnement est malsain ? Sous d'autres
cieux, les établissements scolaires sont repeints,
propres, agréables et accueillants, et ce, pour stimuler les enfants qui prennent plaisir à y évoluer.
Dans un souci d'objectivité, il faut rendre hommage à de rares municipalités qui ont accompli
un travail louable durant les vacances. Nos interlocuteurs nous font part de leur découragement
et de leur colère, car ils sont tenus d'effectuer la
rentrée des classes en dépit de toutes ces insuffisances. D'aucuns auraient souhaité que les élus locaux entreprennent une tournée dans les écoles
pour s'assurer de visu de l'état des lieux et discu-

ter avec les chefs d'établissement quant à leurs besoins immédiats. Ils estiment qu'ils sont lésés et
méprisés par certains élus locaux qui se dérobent
à leurs prérogatives et font preuve d'irresponsabilité. Des directeurs d'écoles primaires saisissent
cette opportunité pour interpeller les autorités locales, car cette situation est intolérable. Ils souhaitent qu'une commission pluridisciplinaire
soit mise en place pour visiter ces établissements scolaires et prendre des décisions salutaires,
et ce, dans l'intérêt général, car la santé, la sécurité et le bien-être de nos enfants sont sacrés !
HAMID BAALI

4 800 élèves bénéficiaires de la prime
de scolarité à Aïn Makhlouf
n Les services sociaux des
communes de Aïn Makhlouf,
Tamlouka et Aïn Larbi (daïra de
Aïn Makhlouf) ont finalisé
l'étude des dossiers présentés
par les chefs d'établissement
des trois cycles. Dans le cadre
de la solidarité nationale, les
élèves scolarisés issus de
familles démunies percevront
chacun une prime de scolarité

de 3000 DA, initiée par le
président de la République, qui
leur permettra d'acquérir les
fournitures scolaires à la veille
de la rentrée scolaire. Dans ce
contexte, le secrétaire général
de cette daïra a affirmé à
Liberté que les listes de 4080
bénéficiaires sont au niveau
des intendants concernés qui
assureront le paiement aux

parents et celles des 720 autres
sont en voie d'achèvement par
la commission désignée à cet
effet. Il souligne que ces 4800
élèves recevront également à
titre gracieux leurs lots de
manuels scolaires, et ce,
consécutivement aux
instructions des pouvoirs
publics.
HAMID B.

OUM EL-BOUAGHI

Le nouveau chef de l'exécutif sur le terrain
e nouveau chef de l'exécutif de
la wilaya d'Oum El-Bouaghi a
préféré marquer la rentrée sociale par une sortie sur le terrain qu’il
a effectuée lundi après-midi. Accompagné du P/APW, des responsables de la communauté universitaire et des services techniques, le
wali s'est enquis de l'état d'avancement des travaux de plusieurs projets relevant du secteur de l'enseignement supérieur et de la recherche

L

scientifique. Intervenant à la veille de
la rentrée universitaire fixée au 6 septembre 2015, cette visite d'inspection
a été l’occasion pour lui d’accélérer
la cadence du rythme des travaux
pour achever les diverses infrastructures destinées à renforcer l'accueil, l'hébergement au niveau de
l'université Larbi-Ben-M’hidi dont
le nombre d'étudiants ne cesse de
croître chaque année. Aussi, il était
question de la réalisation de 1000

places pédagogiques et installations
sportives, 1000 autres places pédagogiques de l'Institut des sciences
économiques et commerciales, les
travaux de réhabilitation et mise à niveau des résidences universitaires
Larbi-Ben-M’hidi (garçons), Ghédiri
Abderahmane (filles) et la cité des
100-Lits. Tout en passant au peigne
fin les moindres détails quant à la finition, le respect des normes, l'esthétique, le rythme des travaux des

structures, le nouveau chef de l'exécutif a sommé les services techniques à plus de rigueur dans le suivi des travaux, notamment lorsqu'il
a remarqué la présence de conduites
sanitaires en plein amphithéâtre de
l'institut des sports. Une situation qui
a soulevé le courroux du wali qui
s'est montré menaçant quant à la prise de sanctions sévères à l'encontre
de toute défaillance.
K. MESSAD

LIBERTE

L’Algérie profonde 19

Jeudi 3 septembre 2015

UNE LÉGENDE DU RAÏ S’EN EST ALLÉE

BRÈVES de l’Ouest

Belkacem Bouteldja
est mort à Oran

MOSTAGANEM

Arrêtés pour violation de l’ordre public
n Trois individus, âgés de 26,
30 et 33 ans, ont été placés en
détention mardi après-midi
par le procureur de la
République près le tribunal de
Mostaganem pour atteinte à
l'ordre public, ivresse
publique, possession de
drogue et port d'arme blanche
prohibée. Ils ont été arrêtés
par les policiers de la 4e sûreté
urbaine de passage au
quartier populaire CriqueSalamandre, lors d’une ronde
de routine. Les trois individus,
dans un état d’ébriété avancé,
harcelaient les passants et les
automobilistes en bloquant la
route pour les empêcher de
passer.

Abandonné face à sa maladie malgré ses appels de détresse, ce pilier du raï a lâché prise dans
l’anonymat le plus absolu.

E. YACINE

TLEMCEN

D. R.

Après le carburant,
le trafic de dattes

Belkacem Bouteldja décédé, mardi soir, à l'âge de 68 ans des suites d'une longue maladie.

elkacem Bouteldja, pionnier de la
chanson raï dans les années 1960 et
1970, est décédé, mardi soir, à l'hôpital
universitaire d'Oran, à l'âge de 68 ans
des suites d'une longue maladie.
Abandonné face à sa maladie malgré
ses appels de détresse, ce pilier du raï a lâché prise dans l’anonymat le plus absolu sans que personne
n’ait daigné lui offrir une aide. “Je n’ai rien. Je ne
possède absolument rien (…) Abandonné ! Oublié
! Je suis abasourdi !”, s’est plaint cet artiste de génie à des confrères quelques semaines avant de
mourir.
Handicapé par une lourde maladie, Bouteldja ne
pouvait compter que sur sa fille, résidant dans la
wilaya de Saïda, pour le soutenir dans son malheur,
ou des voisins charitables. Ni les autorités locales,
ni le ministère de la Culture et encore moins “ses
confrères et consœurs” n’ont frappé à sa porte pour
lui apporter une quelconque assistance. Pourtant,

B

l’homme n’est pas n’importe qui et son parcours
plaide pour lui.
Né en 1947 dans le quartier populaire d'El-Hamri à Oran, il est venu au raï dans les années 1960
alors qu’il n’était qu’adolescent.
Très vite, il enregistre ses premiers tubes qui le propulsent en haut de l’affiche et lui valurent le sobriquet de Joselito d’Oran (en référence à José Fernandez, prodige de la chanson espagnole de
l’époque). Quelque temps plus tard, il contribue
avec son compère Messaoud Bellemou à moderniser le raï en introduisant de nouveaux instruments, de nouvelles sonorités. Ils intègrent notamment l’accordéon et le synthétiseur à la place
du guellal et de la gasba.
L’ère des Bouteldja et Bellemou avait commencé
et allait durer jusqu’au milieu des années 1980 avec
l’apparition des Khaled, Sahraoui et consorts,
nouvelle génération de raïmen qui allaient progressivement ravir la vedette aux anciens. Plus tard,

lorsque la maladie le contraindra à une semi-retraite, il se retrouvera démuni de tout : sans couverture sociale, sans retraite et sans pension.
Comme de très nombreux artistes habités par leur
art, il n’a pas calculé, n’a pas été prévoyant. Désormais, il attend la reconnaissance des siens, de
son pays, pour sa contribution à un genre de musique devenu un phénomène mondial.
Il n’aura rien d’autre que l’indifférence et le mépris. Vaincu par la maladie autant que par le désespoir, Belkacem Bouteldja est mort en laissant
derrière lui un style de musique mondialement reconnu, des titres que les puristes réécoutent avec
plaisir (Gatlek Zizia, Hadi França, Milouda Ya Ray,
Hiya Hiya Wahrania) mais, surtout, cette conviction qu’en matière de culture, l’Algérie ne reconnaît toujours pas les siens. Le défunt a été inhumé
hier en début d'après-midi au cimetière de Aïn ElBaïda, à Oran.

n Les trafiquants de
carburant ont trouvé un
nouveau moyen pour réaliser
des gains substantiels. Ils
exportent frauduleusement
vers le Maroc les dattes de
premier choix dans des
jerricans à dos de baudets
lesquels, tels des automates,
empruntent de nuit des
chemins détournés,
contournant le fossé profond
mis en place par les éléments
de l’Armée nationale
populaire. Les gardesfrontières de Bab El-Abbès, à
l’extrême ouest du pays, ont
réussi cette semaine à mettre
la main sur deux
contrebandiers et procédé à la
saisie d’une cargaison de
250 kg de dattes dont le kilo
est proposé à 750 DA à
Tlemcen. Il y a deux mois, la
brigade mobile des douanes
de Maghnia avait saisi près de
15 q de dattes qui devaient
prendre la route à bord d’un
camion pour le pays voisin.
L’opération s’est déroulée
dans la commune de
Hammam Boughrara (38 km
de Tlemcen), à proximité de la
station thermale qui porte le
même nom. La valeur de la
saisie est estimée à 1,5 million
de dinars.
A. BEREZEL

S. OULD ALI

Des Usir pour le bitume d’Oran
ace aux nombreux désagréments causés par le réseau
routier aux usagers, surtout
ceux de l’autoroute Est-Ouest, le ministère des Travaux publics, et suite à l’instruction n°164 du 24 juin, a
mis en place des Usir (Unités de surveillance et d’intervention routière)
chargées de l’entretien du réseau
routier à travers le pays. Oran est,

F

quant à elle, concernée sur 1100 km
(autoroute : 20 km, RN : 580 km,
CW : 580 km et CC : 275 km) qui seront pris en charge par 48 Usir
pour les 4 divisions de la wilaya.
“Nous avons pour Oran 3 Usir pour
188 km, également 3 à Arzew pour
315 km, 3 à Es-Sénia pour 300 km et
3 à Aïn Turck pour 300 km. Pour la
réussite des opérations, des moyens

Deux véhicules brûlent à El-Yasmine

n Une femme a été asphyxiée, ce mardi, à haï El Yasmine, par la fumée
qui s’est dégagée de l’incendie de deux véhicules stationnés devant
l’immeuble où elle habite. Le feu a pris à 11h dans une Renault Kangoo
appartenant à O. A., 56 ans, et une Golf série 7 de S. Y., 34 ans. Les deux
véhicules ont été complètement calcinés et une enquête a été ouverte.
AYOUB A.

humains et matériels ont été mobilisés”, précise notre source.
Camions, pick-up, outillage, fournitures de voirie, accessoires de sécurité routière et signalisation temporaire sont mis entre les mains des
unités de surveillance et d’intervention routière. “En plus de l’entretien du réseau routier programmé,
nous avons été dotés de tous les

moyens pour faire démarrer ces unités qui, sans aucun doute, apporteront un plus aux interventions d’urgence sur le réseau routier de notre
wilaya, et cela suite aux instructions du ministre lors du regroupement du 4 août à Alger”, confie un
cadre des travaux publics.
Notons au passage que les travaux
entamés sur la voie rapide Oued Tlé-

Un chauffard assassin en fuite
à Coca

n Un chauffard a tué, ce mardi, à Coca, secteur urbain
de Bouamama, B. A., 39 ans, qui traversait la route.
La femme a succombé à ses blessures au cou et au dos
et le criminel au volant a pris la fuite. Il est activement
recherché par les services de sécurité.
A.A

lat-Oran sont achevés et la circulation a repris son cours normal.
Pour l’accès vers Arzew, les automobilistes sont contraints de passer
par la localité de Oued Tlélat, créant
des embouteillages monstres au
centre-ville.
NOUREDDINE BENABBOU

Enquête à propos d’un mort
à Es Sénia
nLe corps de CH. J., 62 ans, originaire de Sidi Bel-Abbès,
a été découvert ce mardi à proximité de la clinique
Kara, à Es Sénia. Le corps ne porte aucune marque
extérieure de violence et une enquête a été ouverte.
A.A

Jeudi 3 septembre 2015

20 Publicité
LIBERTE PUB

BÉJAÏA
Route des Aurès, bt B, appart
n°2, 1er étage.
Tél. /Fax : 034 16 10 33

OFFRES
D’EMPLOI

—————————————
BET Alger recrute chimiste.
Envoyez CV sur :
betmaritime@hotmail.com
- MTX

—————————————
Imprimirie Les Oliviers à Tizi
Ouzou recrute infographe
expérimenté.
Tél. : 0549.14.41.79 - TO/BR 018307
—————————————
Imprimirie Les Oliviers à Tizi
Ouzou recrute électricien
industriel + électromécanicien ou technicen maintenance industrielle + offsettiste
expérimenté.
Tél. : 0549.14.41.79 - TO/BR 018306
—————————————
Hôtel El Mers sis à Tizi
Gheniff cherche femme de
chambre. Hébergement assuré. Tél. : 0770.40.54.47 /
0661.11.54.92 - TO/BR 018302
—————————————
Société de transport à Tizi
Gheniff, Tizi Ouzou, cherche
femme
de
chambre.
Hébergement assuré.
él.
:
0770.40.54.47
/
0661.11.54.92 - TO/BR 018303
—————————————
Importante briqueterie installée à Tizi Ouzou recrute dans
l’immédiat : 05 techniciens en
électrotechnique, 05 techniciens en électromécanique, 05
techniciens en automatisme,
05 opérateurs sur machine, 02
caristes, 02 conducteurs d’engins
(chargeur).
Rémunération
motivante.
Possibilité
d’hébergement.
Résidant dans les environs.
Adressez votre CV à l’adresse
suivante : Zone industrielle
Tala Athmane, Tizi Ouzou.
Tél. : 0560 192 712 / 0560 192
812. Fax : 026 27 51 53 (avec
mention : à l’ordre de briqueterie industrielle Amraoua).
- TO/BR 018304

—————————————
Cherche secrétaire, bonne
présentation, maîtrisant l’outil
informatique, ayant permis de
conduire. Tél. 0676.85.66.00
- BR 14353

—————————————
Clinique dentaire cherche
femme de ménage.
Tél. : 0561.72.17.42 -F 1677
—————————————
Ecole privée Hydra recrute
enseignants primaire arabe et
français retraités ou licenciés
avec beaucoup d’expérience.
Lot. Belle Vue Hydra (entre la
clinique Chiffa et la maison
Toyota, proximité ambassade
de la Corée du Nord).
Tél. : 0668 42.80.00 - 0666
66.06.38 - BR 14342
—————————————
Ecole privée Hydra recrute
enseignants collège arabe,
français, maths, anglais retraités ou licenciés avec beaucoup
d’expérience. Lot. Belle Vue
Hydra (entre la clinique chiffa
et la maison Toyota, proximité
ambassade de la Corée du
Nord). Tél. 0668 42.80.00 0666 66.06.38 - BR 14342
—————————————
Ecole privée Hydra recrute
cuisinière qualifiée, femme de
ménage, agent de nettoyage,
factotum adjoint d’éducation
avec beaucoup d’expérience,
sérieux exigé. Lot. Belle Vue
Hydra (entre la clinique
Chiffa et la maison Toyota,
proximité ambassade de la
Corée du Nord). Tél. : 0668
42.80.00 - 0666 66.06.38 - BR
14342

PETITES
ANNONCES

Pour toute publicité, adressez-vous à Liberté Pub : Lotissement Ezzitoune n°15 - Oued Romane,
El Achour, Alger - Tél. : 021 30 78 97 - Fax : 021 30 78 99 - servicepubliberte@yahoo.fr

—————————————
Atelier de confection cherche
repasseuses et modélistes +
surjeteuses à Bordj El Kiffan.
Tél. : 0552 88 58 05 - MTX
—————————————
Société à Staouéli recrute
chauffeur, hébergement assuré + femme de ménage habitant Alger et environs.
Tél. : 023.20.91.26. Email :
rapitron_elec@yahoo.fr - MTX
—————————————
Recrute gouvernante, contrôleur de gestion, femmes de
ménage, main-courantier. Tél.
: 023.20.11.57
Fax : 023.20.12.28 - BR 14365
—————————————
Société de distribution agroalimentaire recrute des vendeurs niveau 1AS et plus, possédant permis de conduire.
Veuillez adressez vos CV à
l’adresse e.mail suivante :
sarlnrl@yahoo.com. Lieu de
travail à Oued Smar. - Epcom
—————————————
Hôtel restaurant avec alcool
cherche directeur contrôleur
de gestion, chef de cuisine,
gérant restaurant, maître
d’hôtel, main-courantier.
Tél. : 023 20.11.57- 023
20.12.28 - TO/BR14339
—————————————
Ecole à Baba Hacen recrute
profs de primaire et collège
avec
expérience. Tél.
:
0554.14.38.69 / 0552.88.61.27
/ 0661.53.09.11- ACOM
—————————————

COURS
ET LEÇONS

—————————————
Ecole materelle El Fanous,
Béni Messous, ouvre ses
portes pour le primaire.
Tél. : 0560 36 25 87. - BR 14368
—————————————
L’Ecole privée “La source
d’éducation” maternelle (primaire, collège et lycée), sise au
20, rue Kaouche, Cheraga.
Site
www.source-education.com.
Tél. :
0559.225.828
/
021.34.18.92 - XMT
—————————————
Ecole Eveil scolaire Hydra inscrit les enfants de 4 ans en
maternelle et les enfants de 5
ans en préscolaire.
Enseignement bilingue. Lot.
Bellevue Hydra (entre la clinique Chiffa et la maison
Toyota, proximité ambassade
de la Corée du Nord).
Tél. : 0668 42.80.00 - 0666
66.06.38 - BR 14342
—————————————
Ecole Eveil scolaire Hydra inscrit les enfants de 6 ans en CP
(1re année primaire) et les
enfants ayant obtenu leur
sixième en classe de première
année moyenne (classe de
6ème) enseignement bilingue.
Lot. Bellevue Hydra (entre la
clinique Chiffa et la maison
Toyota, proximité ambassade
de la Corée du Nord).
Tél. : 0668 42.80.00 - 0666
66.06.38 - BR 14342
—————————————
Ecole El-Mutanabi ouvre inscriptions 2015/2016 primaire,
collège. Tél. : 0554.14.38.69 /
0552.88.61.27 / 0661.53.09.11
- ACOM

—————————————
HLS Baba Hassen ouvre les
inscriptions pour les cours de
langues général/business et
cours de soutien.
Tél. : 0559.42.79.52 - BR 14351
—————————————

AVIS DIVERS

—————————————
Prends travaux décoration

placoplâtre, faux-plafond pul
8 BA13, menuiserie aluminium, façade Aluco, panneaux
pub lumineux, Alger Tél. :
0541.86.10.71 - BR 14369
—————————————
Bordures, caniveaux, pavés,
hourdis, parpaings etc. Sarl
Béton Art Birtouta. Tél. :
0560.53.02.92/0549.89.40.38 ALP

—————————————
Réparation TV + Plasma à
domicile 7/7 “Lyes” Sonacat.
Tél. : 0561 27 11 30 - BR14346
—————————————

LOCATIONS

—————————————
Possède chambre froide neuve
à Birkhadem, accès direct par
autoroute, cherche fournisseur pour dépôt-vente ou
location. Tél. : 0775 47 75 95 /
0561 39 45 39. - A/BR 43362
—————————————

APPARTEMENTS

—————————————
Loue appart. équipé en
bureaux 126 m2, terrasse 1er
étage à El Achour, 2 lignes
téléphoniques + internet.
Tél. : 0560 065 044. Email :
bouat@yahoo.fr. Libre
de
suite. - BR 14371
—————————————
Vend à Tizi Ouzou appartement au RDC 83 m2 à usage
d’habitation et commercial +
F2 40 m2 à Tigzirt-sur-mer.
Tél. : 0550 95 58 01 / 802 - TO/BR
018305

—————————————
Vend F3 à Beni Haoua, vue
sur mer. Tél. : 0555.61.48.43
- ALP

—————————————
Coop. Dar El Hana réalise et
met en vente F3, F4 en mode
semi-fini à Aït Mendil, commune de Béni Ksila, Béjaïa.
Tél. : 0550 820 815/0561 820
297/0561 820 266/0540 768
132/034 12 46 39. Fb : coopérative immobilière. - BJ/BR023324
—————————————

LOCAUX

—————————————
Jijel à vendre des locaux de
service, vue sur mer avec des
surfaces différentes de 35 m2
à 59 m2. Prix à partir de 250
millions. Pour tous renseignements. Tél. : 0553.89.85.21 ou
0661.97.90.74 - F 1655
—————————————

TERRAINS

—————————————
Particulier vend terrain 2655
m2 à Boulimat-Plage, Béjaïa.
Pied dans l’eau, 100 m de la
mer, avec acte plus permis de
construire. Complexe touristique 55 appartements F3 100
m2, 18 locaux commerciaux
80 m2 en R+5 et sous/sol. Tél :
0661 35.12.20 / 0661.13.73.31
- F 1702

—————————————
Particulier vend un terrain
plat de 1009 m2 à Seballa,
Draria dans une impasse, site
résidentiel avec toutes les
pièces juridiques.
Tél. : 0770.25.68.04. - - ALP
—————————————
Part. vend zone industrielle El
Kseur 5000 m2 dont 2 hangars (1500 m2 + 500 m2) bloc
administratif R+1 de 200 m2
à 800 m de la pénétrante
autoroutière, acte + permis de
construire + livret foncier.
Tél. : 0771 18 48 38 - BJ-BR23307
—————————————
Vends des lots de terrain
urbanisables R+4 limitrophes
université d’El Affroune w.
Blida acte + LF prix 13000

DA/m2. Contacter-nous 0560
73.80.52 - 0771 61.52.07 0558 18.69.27 - 024 48.58.93 BR14260

—————————————

VILLAS

—————————————
Vends vieille maison superficie 172 m2, impasse rue
Bouâamama, Belfort, El
Harrach. Tél. : 0776 23 02 95
- F. 1679

—————————————
Vends 2 duplex F6, 1 F4 type
haut standing, fini 100 % dans
une nouvelle résidence “Les
Cyprès” à Cheraga, Kaouch
côté le centre El Qods. Tél. :
0770 25 68 04 - ALPUB
—————————————

DEMANDES
D’EMPLOI

—————————————
Homme marié titulaire CAP
CMTC, 27 ans d’exp. PC
compta, paie, déclaration fiscale CNAS, cherche emploi.
Tél. : 0662 19 57 70
—————————————
Homme cadre comptable,
titulaire CMTC CED plus de
15 ans d’exp. PC compta,
déclaration CNAS, PC, paie,
cherche emploi.
Tél. : 0776 83 19 49
—————————————
TS en bâtiment, option
conducteur de trx., exp. professionnelle 12 ans, cherche
emploi dans une société privée, étatique ou BET, environs
d’Alger. Tél. : 0554 04 86 99
—————————————
JF 27 ans, Master commerce,
option FCI, maîtrise : finance,
comptabilité, gestion d’entreprise, commerce international, cherche emploi à Béjaïa.
Tél. : 0541.87.03.19
—————————————
JH 32 ans, diplôme auxiliaire
de vie sociale (garde-malade)
ayant de l’expérience, cherche
emploi chez un particulier.
Tél. : 0555 14 71 84
—————————————
JH 32 ans, marié avec expérience, cherche emploi dans le
domaine
du
marketing.
Etudie toutes propositions.
Tél. : 0554 11 50 82
—————————————
JH 30 ans, marié, DEUA
hydraulique, 5 ans d’exp.
comme conducteur, superviseur des travaux bâtiment,
hydraulique, maîtrise l’outil
informatique, cherche emploi
dans la wilaya de Béjaïa.
Tél. : 0790 13 84 27
—————————————
JH sérieux, dynamique avec
exp., cherche emploi comme
agent de sécurité. Etudie
toutes propositions.
Tél. : 0550 880 341
—————————————
JH 30 ans, résidant à Meftah,
licence en sciences de gestion
option comptabilité avec4 ans
d’expérience comme gestionnaire de stocks, cherche
emploi dans les environs de
Meftah. Tél. : 0793 210 727
—————————————
J.F. cherche emploi en qualité
d’assistante administrative.
Tél. : 0553 625 521
—————————————
JH 28 ans, licencié en sciences
économiques, option EGE,
diplôme intendant, maîtrise
l’outil informatique, ayant une
expérience dans le domaine
commercial à ce jour.
Tél. : 0670 44 65 34
—————————————
JH opérateur machine indus-

LIBERTE

LIBERTE PUB

TIZI OUZOU
Bt. bleu Cage C. 3e étage
Tél : 026 12 67 13

trielle presse moule souflage
inject, exp. 10 ans connaissance dessin industriel autocad
CAO DAO, libre de suite,
habitant Alger-Centre.
Tél. : 0795 00 13 47
—————————————
Infographe, BTS en art graphique avec longue expérience, ponctuel, sérieux, cherche
emploi.
Tél. : 0554 07 95 19
—————————————
Dame cherche emploi comme
assistante de direction ou
assistante commerciale.
Tél. : 0558 59 92 56
—————————————
Ingénieur génie civil, 18 dans
le management des projets
BTPH, cherche emploi dans le
domaine. Tél. : 0796 48 01 59
—————————————
Cuisinière professionnelle, 12
ans d’exp. cherche emploi à
Alger. Tél. : 0555 65 78 68
—————————————
Homme ayant une longue
expérience dans le domaine
de la comptabilité, paie,
stocks, bilan G50, fiscalité.
Libre de suite.
Tél. : 0797 97 99 35
—————————————
Retraité bonne santé physique
et mentale, cherche emploi
chauffeur, permis de conduire
B.C.D longue expérience ou
gardiennage, agent de sécurité, coursier, sachant lire et
écrire le français, apte aux
déplacements. Tél. 0557.64.78.35
—————————————
JF 24 ans, architecte, cherche
emploi à Tizi Ouzou ou ses
environs. Tél. : 0791 30 86 88.
E.mail : gh159archi@gmail.com
—————————————
JH Ing. en instrumentation,
14 ans d’exp. dans l’ind. du
pétrole & gaz avec Sonatrach
& comp. étrang., bonne
connaissance en instrumentation automatisme électrotechnique maintenance ind. et
supervision
des
trav.
construction, cherche emploi.
Tél. : 0696.29.61.14
—————————————
H 45 ans, diplômé des BeauxArts et expérience dans l’enseignement + langue française
et permis de conduire catégorie B. Sérieux, responsable,
dynamique, cherche emploi
dans le domaine ou autre
comme
administration,
démarcheur ou autre.
Tél. : 0668 12 32 13
—————————————
Cadre comptable, retraité,
habitant Boudouaou, 30 ans
d’exp NFSC tenue comptabilité, commercial, paie, bilan,
déc. fisc, soc, maîtrise Excel,
Word, logiciels, cherche
emploi
axe
Boumerdès,
Reghaïa,
Rouiba. Accepte
d é p l a c e m e n t . Té l . :
0555.64.68.79 / 0663.86.25.22
—————————————
Conducteur de travaux bâtiment TCE génie civil VRD,
niveau ingénieur, 40 ans d’expérience, cherche emploi ou
sous-traitance maçonnerie,
assistance technique, métrés,
suivi de chantiers jusqu’à 100
km de rayon ouest d’Alger.
Tél. : 0662.91.23.37
—————————————
JH 28 ans, licencié en droit +
CAPA, maîtrise l’outil informatique + les langues étrangères, exp. 1 an, cherche
emploi dans le domaine.
Tél. : 0790 10 12 86
—————————————
JH 30 ans, diplôme DEUA
génie mécanique et DEP

superviseur HSE avec expérience, cherche emploi.
Tél. : 0770 41 60 59
—————————————
Ingénieur en génie civil, grande expérience professionnelle
dans le domaine, plus de 20
ans d’exp. cherche poste en
rapport. Etudie toute proposition. Tél. : 0665 53 06 89
—————————————
Jeune fille cherche emploi
comme secrétaire, assistante,
hôtesse, vendeuse. Exp. 4 ans.
Tél. : 0556 84 88 25
—————————————
JF habitant Alger, niveau universitaire, licence en espagnol,
connaissance en langues
national, anglaise et française,
notions en informatique,
cherche emploi dans école,
administration, étude d’avocat, ambassade, société privée
ou étatique, libre de suite.
Tél. : 0555 97 40 13
—————————————
JH de Tizi Ouzou, Master 2 en
génie civil op C.C.I, cherche
emploi dans le domaine.
Tél. : 0557 03 75 66
—————————————
Comptable ayant + 32 années
d’expérience,
résidant
à
Rouiba, maîtrise bien normes
NSCF, cherche emploi axe
Rouiba-DEB. Libre de suite.
Tél. : 0674. 52.79.80
—————————————
JH 31 ans, célib. cherche
emploi conducteur niveleuse
rétrochargeur, 6 ans exp +
permis de conduire B.C.D.E.
Tél. :0664 93 41 42
—————————————
J. femme cherche emploi,
diplômée d’une licence en
sciences de gestion, option
management, maîtrise les
deux langues : française, arabe
et l’outil informatique, 8 mois
d’exp dans une entreprise de
bâtiment. Tél. : 0658 47 88 89
Email : bouziddina@gmail.com
—————————————
JH 23 ans, célibataire, diplômé
d’une licence en sciences de
gestion option budget, maîtrise deux langues : arabe et
française et l’outil informatique. Tél. : 0659 20 07 04
Email :
mehdidahmed@hotmail.com
—————————————
JH31 ans, célibataire, cherche
emploi conducteur niveleuse
et rétrochargeur. 6 ans exp. +
permis conduire BCDE.
Tél. : 0664.93.41.42
—————————————
H 62 ans père de famille
bonne santé, ayant une longue
exp. dans
le
commerce
cherche emploi environs
Alger, Bab El Oued.
Tél. : 0561 24 47 78
—————————————
H 53 DRH, cherche emploi.
Libre de suite. Diplôme en RH
et comptabilité. Procédures
paie, déclarations, organisation, etc. Tél. : 0771.29.08.47
—————————————
Homme conducteur de travaux, coordinateur, maîtrise
VRD, cherche emploi dans le
domaine. Tél. : 0560.24.03.18
—————————————
JF prof d’arabe expérimentée,
cherche emploi privé ou particulier. Tél. : 0554.06.07.66
—————————————
JH niveau universitaire médecine, 5ème niveau en langue allemande, traduction et interprète
de la langue allemande. Sérieux,
dynamique, habitant à Alger,
cherche emploi stable. Tél.
0554.09.31.09
—————————————

LIBERTE

Jeudi 3 septembre 2015

Publicité 21

Condoléances

Pensée

Le bâtonnier, les membres du Conseil de l’ordre et les avocats du barreau
de Tizi Ouzou présentent à leur confrère Me Bouderssa Mourad,
avocat à la Cour de Tizi Ouzou, ainsi qu’à toute sa famille
et à ses proches leurs sincères condoléances suite au décès
de son épouse Me Kherchaoui Sabrina, avocate omise.
“A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.”
Le bâtonnier Chellat Smaïn

TO/BR 18301

Anniversaire

Cela fait 3 ans déjà
depuis que tu nous
as quittés, chère
épouse, maman,
belle-maman et
grand-mère, mais la
douleur est aussi vive qu’en cette journée
du 03.09.2012.
En ce triste souvenir, ton époux, tes
enfants, tes belles-filles et tes petitsenfants demandent à tous ceux qui ont
connu et aimé
Mme YAGUER née OULD HAMOU
Djouher d’avoir une pieuse pensée en sa
mémoire et prient Dieu Tout-Puissant de
lui accorder Sa Sainte Miséricorde et de
l’accueillir en Son Vaste Paradis.
Repose en paix Djou, tu resteras vivante
dans nos cœurs et dans nos esprits
pour toujours.

La famille MABHI
souhaite un joyeux
anniversaire à sa fille
MABHI NDAYA
WINNER,
la princesse de Dely
Brahim, qui vient de
totaliser ses trois ans
d’âge. Elle est née à
Baïnem, à Alger, le 3
septembre 2012. Fille de Mabhi Ndjoly
Doudou et de Mbaya Ndaya Solange.
La famille Mabhi remercie
la communauté subsaharienne en Algérie
ainsi que tout le peuple algérien
qui l’a soutenue.
En l’honneur de Winner, la famille Mabhi
organise une petite réception
le lundi 7 septembre à 15 h
à l’hôtel El Aurassi d’Alger.

ALP

BR 14360

Pensée

Pensée

Cela fait déjà un an
que notre très cher
père
M. BAKACHE Hassan
nous a quittés à
jamais, laissant
derrière lui un vide
immense que nul ne peut remplir. Tu
es parti en douceur et avec dignité
comme le fut ta vie. Tu étais et tu
resteras toujours dans nos esprits.
En ce douloureux souvenir, la famille
Bakache demande à tous ceux qui
l’ont connu et aimé d’avoir une
pensée en sa mémoire.
“A Dieu nous appartenons
et à Lui nous retournons.”
BR 43364

Pensée

SOS
•• Le jeune Ammouchi Omar, 24
ans, handicapé, soutien de famille,
demande à toute âme charitable
de l’aider pour l’achat d’une prothèse afin de pouvoir travailler et
aider son père âgé et sans ressources. Dieu vous le rendra.
Tél. : 0550 73 01 17

Carnet

—————————————

Décès
—————————————
Les familles Sadchaouche et
Graïne, parents et alliés ont la
douleur de faire part du décès de
leur cher et regretté époux, père,
frère, oncle et beau-frère
Sadchaouche Ali, survenu à
Paris. L’enterrement aura lieu
aujourd’hui 03.09.2015 au village natal Stita, cne de Makouda
(TO). “A Dieu nous appartenons
et à Lui nous retournons.”
—————————————
La famille Derriche de Boghni,
parents et alliés, a l’immense
douleur de faire part du décès de
son cher et regretté Derriche
Mohand Akli (ambulancier à
l’hôpital de Boghni), survenu
hier des suites d’une intervention
chirurgicale à l’âge de 56 ans. La
levée du corps est prévue aujourd’hui, à 13h, du domicile mortuaire sis rue des Frères Bouzidi,
à Boghni. L’enterrement aura
lieu après la prière du d’hor au
village Maâla d’Ath Kouffi
(Boghni).“À Dieu nous appartenons, à Lui nous retournons.”

Cherche : CALCIUM SANDOZ
(sachets), UNOLFA (cp) - XALGESIC
(cp) Tél. : 0775 87 17 34
Cherche : TESTOENANT (inj), TESTOGEL (gel), TESTO PATCH, ALDACTAZINE (cp), BIPROTENS 2,5 mg.
Tél. : 0774 42 41 78

—————————————

Pensées
—————————————
Yemma, trois ans après ta mort,
tu nous manques énormément.
Tes éclats de rire, ta joie de vivre,
ta bonté nous manquent.
Nous ne cessons de nous remémorer nos moments passés en ta
compagnie avec un sourire aux
lèvres. Yemma, tu n’es plus là où
tu étais, mais tu es partout là où
je suis.
Que
Dieu
t’accorde
Sa
Miséricorde et t’accueille en Son
Vaste Paradis. Je vous demande
de prier pour Djoudjou Yaguer.
Ta petite-fille Lylia Senani. - BR
14367

—————————————
A l’occasion du 40e jour de la
disparition de feu Mohand
Zabar, le 27.08.2015, la famille
Zabar tient à remercier toutes les
personnes qui ont contribué à
honorer sa mémoire, notamment
l’association Le Défi, les
citoyens de Tala Amara et toutes
les personnes qui l’ont connu.
“A Dieu nous appartenons et à
Lui nous retournons.”- BTO/BR
018309

—————————————

Une famille de 3 enfants
handicapés à 100 % demande aide et
cherche des couches adulte.
Tél. : 0556 33 25 43/ 0665 71 35 79
Jeune femme 31 ans, amputée de la
jambe droite depuis 1996 suite à une
tumeur osseuse, demande de l’aide pour
l’acquisition d’une prothèse.
Tél. : 0797 43.41.54

A l’être le plus cher au monde, en
hommage à notre chère et combien regrettée maman Mme
YAGUER née Ould Hamou
Djoudjou. Qui a dit que le temps
c’est l’oubli, que la douleur s’estompe avec le temps ? Trois
années se sont écoulées depuis
que la bougie qui illuminait notre
vie et nos cœurs s’est éteinte à
jamais, mais la douleur de la
séparation est toujours aussi
grande. Dieu, que ton absence est
dure à supporter ! Nos cœurs
sont meurtris et nos pensées sont
toujours pour cette grande Dame
qui fut notre fierté. Sa bonté et
son amour du pardon tout au long
de son existence ne l’ont jamais
quittée de son vivant. Tu resteras
éternellement une brave et merveilleuse femme, chère maman.
En ce douloureux souvenir,
Samia et Chichi implorent tous
ceux qui l’ont connue et aimée
d’avoir une pieuse pensée en sa
mémoire. Que
Dieu
ToutPuissant lui accorde Sa Sainte
Miséricorde et nous aide à supporter l’immense peine de sa disparition.
Chichi et Samia
BR 14367

Les êtres ne meurent jamais
quand on les enterre, mais
lorsqu’on les oublie. A notre très
cher papa adoré
ARAB Mohammed.
Cela fait déjà une année, le
03/09/2014, que tu as refermé
doucement les yeux pour une
nouvelle vie, à l’âge de 71 ans
(retraité des TPWA). Malgré
notre déchirement, notre douleur s’est alors faite discrète, car
seule la pensée à la fin de tes souffrances nous aide à
surmonter ce vide laissé par ton départ. Ce repos, tu l’as bien
mérité, mais pour nous, nous qui t’aimons, cela est arrivé trop
vite. Ton visage, ta voix, tes valeurs et tes principes sont gravés
à jamais dans notre cœur. C’est pénible pour nous d’affronter la
vie sans toi à nos côtés. On te remercie pour la bonne
éducation, la parfaite orientation dans la vie et le sérieux dans
le travail bien appliqué. La phrase que tu répétais tous les
jours : “Un problème bien posé est à moitié réglé.”
En ce douloureux souvenir, Mme Vve Arab née Boukandoura,
tes fils, ta fille, tes petits-fils et ton gendre ainsi que toute la
famille demandent à tous ceux qui t’ont connu et aimé d’avoir
une pieuse pensée en ta mémoire. Puisse Dieu Tout-Puissant
t’accueillir Son Vaste Paradis et t’accorder Sa Sainte
Miséricorde. Repose en paix, cher papa.
“A Dieu nous appartenons et à Lui nous retournons.”
La famille Arab
BR 43365

Pensée

Le 03.09.2014 fut triste
et douloureux et le sera
à jamais pour tous ceux
qui t’ont aimé. C’est le
jour où la vie s’est vidée
d’une femme d’une
grande générosité et
d’une haute dignité,
d’une femme qui ne vivait que pour sa
famille, ses frères (qu’elle vénéraient) et ses
sœurs. Une femme qui aimait son pays et
qu’elle défendait haut et fort. Une année est
passée sans toi, Mme Merabtène M’Barka
épouse Benhalima, et la douleur est encore
très profonde. Tu es toujours présente dans
nos pensées et nos cœurs
et tu nous manques chaque jour.
Repose en paix, maman chérie,
auprès du Tout-Miséricordieux.
“A Dieu nous appartenons
et à Lui nous retournons.”
Settika qui te pleure encore et encore.

A notre chère maman
Ouiza AIT MESBAH
Déjà un an depuis que tu es partie rejoindre Allah
Taala, mais pour Azzeddine et moi, c’est comme si
c’était hier, l’émotion est toujours là aux bords des
yeux. Maman chérie, notre ange, notre amour, tu
resteras dans nos cœurs jusqu’à la fin de nos jours.
On ne cessera jamais de pleurer ton absence, tu es
partie sans dire un seul mot. On veut te dire
combien tu nous manques, la vie ne sera plus
jamais pareille sans toi, elle n’a plus aucun goût.
Une partie de nous, de notre vie est partie avec toi,
maman chérie, laâziza el ghalia.
Tu as laissé un grand vide difficile à combler. Merci
maman pour tout ce que tu nous as donné. Tu nous
manques terriblement, affreusement, tu manques
aussi beaucoup à tata Zina.
Nous demandons à tous ceux qui l’ont connue et
aimée d’avoir une pieuse pensée en sa mémoire.
Repose en paix, maman chérie.
Tes enfants Karima et Azzeddine

F 1700

BR 43363

Condoléances
Le directeur général et l’ensemble des travailleurs du
Complexe laitier d’Alger (Colaital SPA), profondément
attristés par le décès de l’époux de Mme DJABI S.,
directrice de l’Administration générale Colaital SPA
Birkhadem, présentent à cette dernière ainsi qu’à sa famille
et à ses proches leurs sincères condoléances, les assurent
en cette pénible et douloureuse circonstance de leur
profonde sympathie et prient Dieu Tout-Puissant
d’accorder au défunt Sa Sainte Miséricorde
et de l’accueillir en Son Vaste Paradis.
“A Dieu nous appartenons
et à Lui nous retournons.”
ANEP N° 342 733, Liberté du 03-09-2015

Jeudi 3 septembre 2015

22 Sport

LIBERTE

IL REVIENT SUR LA FINALE DU 1500 M DES MONDIAUX D’ATHLÉTISME DE PÉKIN
QU’IL AVAIT RATÉE

RC RELIZANE

Le temps
de revoir
certaines
choses

E. YACINE

e champion olympique
algérien
Taoufik
Makhloufi est revenu
hier sur la finale du
1500 m du championnat du monde d’athlétisme de Pékin qu’il avait disputée
dimanche dernier, où il s’est
contenté de la 4e place, cédant ainsi
le titre mondial au Kényan
Kiprop.  “Je n’ai pas menti avant
quand j’avais déclaré que j’étais
prêt pour les Mondiaux de Pékin.
Oui, j’étais prêt, je me suis bien préparé pour cette compétition. Je
reconnais tout de même que j’ai
commis une faute tactique lors de
la finale. Nous étions six ou sept
athlètes tous du même niveau, ce
qui a fait que la course de la finale
surtout soit aussi difficile, et qui
demandait plus de concentration”,
a reconnu Makhloufi lors d’une
interview accordée au site TSA, et
d’ajouter  :  “Je ne vous cache pas
que mon objectif à Pékin était de
gagner la finale du 1500 m, je ne
visais pas autre chose que la
médaille d’or. Ça ne m’intéressait
ni la deuxième ni la troisième
places. Malheureusement, je me

L

suis précipité à lancer mon sprint
plus tôt qu’il le fallait. Car au
milieu de la course il y avait de la
tension, et surtout de la pression.”
Makhloufi est revenu notamment
sur la préparation qu’il avait effectuée tout au long de la saison et
l’arrivée du nouvel entraîneur, le
Français Dupont. “C’est vrai que je
me suis bien préparé, mais j’ai eu
du retard dans la préparation en
début de saison qui a influé négativement sur ma forme. J’ai parlé
avec mon entraîneur, il m’a dit que
je manque un peu de volume de
travail, et qu’il me faut un peu plus
de séances que j’ai manquées en
début d’année. Avec mon entraîneur, on s’adapte de plus en plus. Il
a besoin de temps pour me
connaître plus et qu’est-ce qu’il me
faut pour être plus performant.
Dans ce genre de discipline, il est
important que ton entraîneur te
connaisse le mieux possible pour
que, par la suite, il te trace un programme de travail sur mesure”,
dira-t-il.
La déception de Makhloufi d’avoir
raté la finale mondiale du 1500 m
n’était pas aussi importante que de

D. R.

n Afin de préparer les prochaines
échéances, Omar Belatoui a
programmé deux matchs
amicaux qu’ils
disputeront aujourd’hui face au
CRB Émir-Abdelkader, une
équipe évoluant en division
nationale amateur groupe
“Ouest” au stade de cette
dernière. À ce sujet, nous avons
interrogé le coach en chef qui
nous dira : “C’est l’arrêt forcé du
championnat, et donc on doit
meubler ce vide afin de rester
compétitifs. Notre programme est
déjà prêt. À mon avis, ce ne sera
pas évident de rester toute cette
période sans compétition. Raison
pour laquelle on va se préparer
pour la rencontre RCR/ESS, fixée
pour le 15 septembre prochain,
suite au report du match à la
demande du président de
l’Entente de Sétif. Pour éviter un
éventuel fléchissement, il est
important de revoir certaines
choses durant cette période avant
le prochain rendez-vous qui nous
attend face au gars d’Aïn Fouara.
On travaillera tous les volets.
Notre objectif est de parfaire tous
les aspects afin d'être au top pour
la suite du parcours. Aussi notre
préparation sera intensifiée dans
les jours qui viennent, mais il faut
dire aussi que ce ne sera pas
comme durant la préparation
d’intersaison ou les stages
bloqués”.

Makhloufi : “Je suis plus déçu
pour le peuple algérien
que pour la médaille d’or”

décevoir tout un pays.  “Certes, je
suis très déçu d’avoir raté la
médaille d’or, mais je suis plus déçu
pour le peuple algérien. Je sais que
beaucoup de gens avaient confiance
en moi et je n’ai pas pu être à la
hauteur, c’est ce qui me fait le plus
mal”, dira Makhloufi, qui promet

de “travailler encore plus à l’avenir
et corriger mes erreurs commises en
ce championnat du monde pour
m’améliorer encore”. “Je reste fidèle
à moi-même, optimiste pour les
échéances à venir. Je ne suis pas
quelqu’un qui baisse les bras facilement”, précise-t-il.
AHMED IFTICEN

ALORS QU’IL S’EST FÉLICITÉ DE LA DÉSIGNATION DE LA VILLE D’ORAN POUR L’ORGANISATION DES JM 2021

Mustapha Berraf : “Au niveau où nous sommes, 
difficile pour l’Algérie de s’imposer aux JO de Rio !”
e président du Comité olympique algérien, Mustapha Berraf, a affirmé
concernant la contre-performance de
Makhloufi aux derniers Mondiaux de Pékin
: “Je pense que Makhloufi avait largement la
possibilité de rentrer au minimum à la
deuxième place, mais ma foi, il a mal géré sa
course, en faisant une accélération dans les
derniers 200 m. Je pense que c’est une erreur
tactique de sa part. Makhloufi doit se
remettre en cause et changer sa stratégie pour
tenter d’y remédier plus tard. En tout cas, je
ne suis pas là pour tirer sur la personne.
Makhloufi est un athlète de haut niveau, je
sais qu’il va se transcender dans les prochaines compétitions”, a indiqué le président
du COA hier au forum d’El-Moudjahid.

L

Berraf a précisé qu’il souhaite que
“Makhloufi prenne part aux Jeux africains
qui débuteront demain, puisque les Jeux africains c’est un vrai baromètre pour les JO
2016 notamment dans les spécialités du
demi-fond”.
Berraf n’a pas tari d’éloges aussi sur la participation honorable du décathlonien
Bouraâda à Pékin.  “Je suis content pour
Bouraâda. Avec peu de moyens, il a réussi
une grosse performance (5e place). Je pense
que s’il continue de la sorte, il fera de belles
choses notamment lors des prochains JO”, at-il souhaité. En parlant des Jeux olympiques
de Rio, Berraf était sceptique quant aux
chances de l’Algérie de décrocher des
médailles. “Il ne faut pas mentir à l’opinion

publique, nos athlètes accusent un énorme
retard en matière de préparation, les JO se
préparent en trois ou quatre années. Or nos
athlètes, pour la plupart, ont souffert des
conflits avec leur responsable, ou des problèmes avec les fédérations sportives. Vu ces
paramètres, ça va être très difficile de réaliser
des podiums”, avoue le premier responsable
du COA. Dans un autre registre, le président
du COA s’est félicité de la désignation de la
ville d’Oran pour abriter les Jeux méditerranéens de 2021. “Il n’y avait pas photo entre le
dossier d’Oran et celui de la ville tunisienne
de Sfax. Je félicite les autorités de cette ville
qui ont contribué à ce succès. Je suis persuadé
que les Jeux méditerranéens seront réussis
dans cette ville très chaleureuse. Il ne faut pas

oublier qu’Oran est la 2e ville du pays, je suis
sûr qu’elle sera au rendez-vous”,  assure le
premier responsable du COA. Pour ce qui
est des infrastructures, Berraf a assuré
que “les travaux vont bon train, c’est des projets inscrits dans le programme du président
de la République. D’ailleurs, ces infrastructures seront opérationnelles en 2019”. Par
ailleurs, le président du COA a évoqué la
participation algérienne aux prochains Jeux
africains, où l’Algérie souhaite faire mieux
par rapport à la précédente édition à
Maputo au Mozambique, où nous avons
récolté 84 médailles dont 22 en or.
“L’objectif assigné est de décrocher 34
médailles d’or, donc 25% de plus par rapport
à ce qu’on a réalisé à Maputo”.
SOFIANE MEHENNI

EN AMICAL : ESS 0 - EN MILITAIRE 1

Madoui présent mais… dans les tribunes
ien qu’il n’ait pas dirigé ses joueurs à
partir du banc de touche lors du
match amical disputé avant-hier au
stade du 8-Mai-1945 de Sétif face à l’équipe
nationale militaire, il reste cependant que la
présence du coach Madoui n’est pas passé
inaperçue puisque ce dernier a pris place
dans les tribunes où il a eu l’opportunité de
superviser ses joueurs au cours de cette rencontre amicale qui fut le moins qu’on puisse
dire un bon galop d’entraînement pour les
partenaires de Sid Ali Lamri en vue de leurs
prochaines sorties avec en point de mire le
derby continental face au MCEE dans le
cadre de la 6e et ultime journée de la phase
de poules de la Ligue des champions africaine, et ce, malgré la défaite d’un but à zéro.
Une joute qui aura ainsi permis au staff

B

technique de faire tourner son effectif en
donnant la chance notamment aux éléments
qui n’ont pas étaient trop utilisés depuis le
début de cet exercice afin d’abord de cumuler du temps de jeu dans leurs jambes et se
préparer éventuellement à prendre leur
place dans l’équipe en vue des prochaines
échéances. Ça sera également le cas pour la
seconde joute que le staff technique ententiste a programmée durant cette trêve et qui
va mettre aux prises le onze champion
d’Algérie en titre avec l’équipe du DRBT,
auteur d’un bon début de saison et qui a
enregistré deux victoires lors des trois premières journées du championnat Mobilis de
Ligue 1. Il faut dire à ce titre que le staff technique ententiste espère en effet en profiter
au maximum de cet arrêt du championnat

ainsi que le match de la LDC face au MCEE
pour tenter d’apporter les correctifs nécessaires aux lacunes qu’il a eu à constater dans
l’équipe depuis le début de cet exercice. Il
utile de souligner que l’unique but de la partie du match amical entre l’ESS et l’équipe
nationale militaire a été de l’œuvre de
Haddouche sur penalty en première mitemps et qui n’est autre que l’attaquant du
groupe de Madoui. Interrogé à la fin du
match, celui-ci nous a affirmé que son team
tentera d’arracher le gain du match de la
rencontre face au MCEE, et ce, même si ce
derby n’a aucun enjeu. “Certes, c’est un
match sans grand enjeu. Toutefois, nous ne
comptons pas nous laisser faire. Nous allons
tout faire pour le gagner et engranger les trois
points de la victoire. C’est vrai que notre mis-

sion ne s’annonce pas de tout repos face à une
équipe d’El-Eulma qui ne viendra pas pour
faire du tourisme. Cependant, les joueurs
sont bien décidés à finir cette phase de poules
sur une bonne note.” Et d’enchaîner sur le
prochain match du championnat face au
RCR dans le cadre de la 4e journée et qui a
été reportée à une date ultérieure : “C’est une
rencontre que nous allons tenter de bien
négocier bien que j’avoue que notre mission
ne sera pas de tout repos devant un adversaire qui vient d’enregistrer son premier succès
de la saison, de surcroît à l’extérieur.” “Ceci
dit, nous allons bien nous préparer en
conséquence pour essayer de réussir un bon
résultat et rester sur notre lancée”, a-t-il
conclu.
FARÈS ROUIBAH

LIBERTE

Jeudi 3 septembre 2015

Sport 23

LE COMITÉ DE SAUVEGARDE DE LA JS KABYLIE OPTE POUR DES COMITÉS LOCAUX

“Un changement radical
à la JSK s’impose !”
près avoir tenu une réunion interne dimanche dernier pour
plancher sur la situation peu reluisante du
club kabyle en ce début
de saison catastrophique, le comité de
sauvegarde de la JSK a animé hier matin un point de presse à la salle des fêtes
Azzam pour tirer la sonnette d’alarme,
une fois de plus, quant à l’avenir du
club qu’ils ont qualifié d’inquiétant. Par
la même occasion, le comité de sauvegarde a installé solennellement “les
premiers comités locaux qui serviront
désormais de relais pour sensibiliser et
mobiliser les supporters kabyles, au
niveau de chaque daïra de Kabylie dans
l’intérêt suprême du club kabyle” pour
reprendre les termes de Mouloud
Iboud, ancien capitaine d’équipe du fameux “Jumbo jet” dans son allocution
d’ouverture. “Nous espérons qu’il y
aura prochainement un changement
radical au niveau de la direction de la
JSK ce sont justement ces comités locaux
qui éliront librement et démocratiquement un comité de supporters de la
JSK légitime dont le futur président siégera légitimement au niveau du nouveau bureau exécutif de la JSK”, dira
encore Iboud. “Après avoir installé officiellement les premiers comités locaux
des daïras de Tizi Rached, d’Azazga, de
Draâ El-Mizan, de Mekla et des Ouadhias, nous envisageons d’installer, dans
les jours à venir, d’autres comités de

A

Haouchine/Liberté

daïra similaires dans les wilayas de Tizi
Ouzou, de Bouira, de Béjaïa, de Boumerdès, voire d’Alger”, dira à son tour
de Mokrane Rezgui, ancien gardien de
but des années 70 qui précisera que
“l’heure est grave et une telle situation
de chaos était prévisible”.
Pour sa part, l’ancien avocat du club,
Salah Meriem, interviendra pour rappeler que “le comité de sauvegarde a
réalisé un travail titanesque sur le
plan légal pour exiger un changement
radical dans la gestion de la JSK et les

supporters de la JSK doivent se mobiliser en masse car notre comité ne peut
avancer dans sa démarche sans l’appui
indéfectible de notre fidèle public”.
Dans la lancée, Me Meriem a promis,
pour les jours à venir, “d’autres révélations graves sur la gestion de la JSK”
tout en clamant, une fois de plus que
“le bureau actuel de la JSK est illégitime”. Il ira même jusqu’à pointer du
doigt la LFP en clamant haut et fort
que “si le président Kerbadj a déclaré
tout récemment que la JSK a régulari-

sé sa situation, cela veut dire qu’elle
n’était pas en règle ces dernières années
et nous persistons à dire que l’équipe dirigeante actuelle n’est pas légale envers
la réglementation en vigueur”.
De son côté, l’ancien milieu de terrain
Kamel Abdeslam a été très virulent
dans son réquisitoire. “Il ne faut pas se
voiler la face car la situation de la JSK
est dramatique avec un seul point obtenu en trois matchs et aucun but inscrit jusque-là. C’est du jamais vu dans
l’histoire du club !”.

La parole est ensuite donnée aux nombreux supporters acharnés présents
dans la salle et le ton a tourné très vite
au vinaigre entre quelques “ultras” du
club qui sont montés violemment au
créneau pour exiger des actions plus
radicales telles que “la fermeture du stade du 1er-Novembre ainsi que le siège du
club, l’organisation d’une nouvelle
marche de protestation, voire une grève générale pour exiger le départ inconditionnel de l’actuelle équipe dirigeante de la JSK”.
Et il aura fallu l’intervention tant attendue des anciens joueurs pour calmer l’ardeur des uns et des autres, notamment Djamel Menad qui, en dépit
du terrible deuil qui l’a frappé, ces derniers jours, avec le décès de sa regrettée mère, a tenu à être présent à cette
rencontre. “Nous sommes là pour l’intérêt suprême de la JSK et nous ne permettrons aucun dérapage. Notre comité
est toujours présent et uni pour exiger
un souffle nouveau pour la JSK. Personnellement, j’ai eu tout récemment
une proposition émanant d’un club
étranger mais je l’ai déclinée car je me
suis engagé totalement avec ce comité
pour tenter de sauver la JSK qui est
notre patrimoine”, dira Menad sous les
applaudissements de la foule avant que
la séance ne soit levée pour apaiser
quelque peu le climat de tension qui régnait dans la salle.
MOHAMED HAOUCHINE

STAGE DES VERTS EN AFRIQUE DU SUD

Gourcuff à la recherche d’un onze face au Lesotho
a sélection algérienne est à pied d'œuvre depuis mardi à Pretoria en Afrique du Sud
pour un stage préparatoire. Après une
première séance d'entraînement effectuée mardi à leur arrivée sur la pelouse du Loftus Versfeld stadium de Pretoria, les Verts se sont entraînés hier après-midi au même endroit. C'est
au cours de cette deuxième séance que Gourcuff
devrait mettre en place l'équipe qui sera alignée
dimanche prochain au Setsoto stadium de Maseru, face à la sélection du Lesotho pour le
compte de la 2e journée (Gr. J) des qualifications
de la Coupe d'Afrique des nations CAN-2017. Situation et circonstances obligent, l'entraîneur de
la sélection nationale, Christian Gourcuff, va procéder à un remaniement de l'équipe pour cette

L

APS

confrontation. Les forfaits de Sofiane Feghouli
et Nabil Bentaleb, et l'incertitude qui tourne autour de la participation de Ryad Mahrez, souffrant
du dos mais présent au stage de Pretoria, pousseront le technicien breton à procéder à des changements au sein du onze habituel des Verts. Le
revenant Walid Mesloub, qui retrouve la sélection cinq années après une première convocation
sous l'ère de l'ancien coach Abdelhak Benchikha,
devrait tenir sa place, d'autant qu'il a été encensé lors du dernier point de presse tenu à Alger par
Gourcuff avant le déplacement en Afrique du
Sud. Auteur d'un bon début de saison avec le FC
Lorient, Mesloub (30 ans) va constituer ainsi une
sérieuse solution de rechange au poste de milieu
défensif, dans un contexte particulier pour

MCO

Cavalli expose ses problèmes au wali
entraîneur du Mouloudia
d’Oran, Jean-Michel Cavalli, n’a pas pu assurer le bon
déroulement de la séance d’entraînement du mardi après-midi.
Son absence fort remarquée avait,
toutefois, une explication : le technicien français avait rendez-vous
avec le wali d’Oran, M. Abdelghani Zaâlane. Les deux hommes ont,
d’ailleurs, beaucoup échangé et leur

L’

rencontre a duré près de trois
heures, a-t-on appris de source
autorisée.
Cavalli et Zaâlane se sont également
vus hier matin. Bien qu’ayant mis à
profit cette rencontre en tête-à-tête
pour le féliciter de vive voix après
l’obtention de l’organisation des
Jeux méditerranéens 2021, l’ancien
driver de la sélection nationale a surtout dressé au wali un tableau ré-

capitulatif des principaux problèmes
qui entravent la bonne marche de
son projet à la tête de l’équipe professionnelle du MCO.
En particulier, les difficultés rencontrées pour pouvoir transférer en
France, d’une façon réglementaire,
les importantes sommes d’argent représentant ses salaires et primes.
Ayant perçu en tout début de saison
onze millions de dinars (1,1 milliard

de centimes) mais ne pouvant les
transférer ou en faire ce qu’il voulait car bloqués dans un compte en
raison des règlements bancaires et
lois en vigueur, Jean-Michel Cavalli
a, ainsi, exposé cela au wali d’Oran.
“Le wali a fait le nécessaire pour que
tout soit réglé aujourd’hui” assurera, à ce propos, un responsable du
MCO.
RACHID BELARBI

Mahrez opérationnel

TRANSFERT

Guedioura : “Je suis enthousiasmé par mon retour à Watford”
international algérien Adlène Guedioura,
qui vient de quitter Crystal Palace pour
s'engager avec Watford FC, s'est déclaré
“heureux” et “enthousiasmé” de retourner chez
les Hornets. “C'est formidable d'être de retour à
Watford, il y a quelque chose de spécial d'être ici.
Ce fut un long processus, mais maintenant il est
fait, je suis vraiment heureux et enthousiasmé”,
a indiqué Guedioura à la Télévision du club de
Premier League. Le milieu de terrain algérien a
rejoint Watford FC pour trois ans, juste avant la
fermeture du mercato d'été. “Ce fut une bonne

L'

journée pour moi. (...). Maintenant, je vais donner le meilleur de moi-même pour apporter un plus
au club”, a-t-il dit.
Agé de 29 ans, Guedioura avait été prêté à deux
reprises à Watford la saison dernière, contribuant
largement à l'accession du club en Premier
League. Il avait été aligné à 17 reprises, marquant
trois buts et fait quatre passes décisives. “Je suis
vraiment flatté et honoré de toutes les offres que
j'ai eues de la part d'autres clubs, mais pour moi,
je voulais retourner à Watford”. En outre, l'ancien joueur de Crystal Palace s'est montré im-

l'équipe nationale. Le milieu offensif de Montpellier, Ryad Boudebouz, devrait être aligné
d'entrée pour la deuxième fois de rang, après avoir
réussi son retour en sélection en juin dernier lors
de la large victoire face aux Seychelles (40). Boudebouz (25 ans) serait ainsi appelé à occuper le rôle d'animateur de jeu en compagnie
de Yacine Brahimi. Dans les autres compartiments, le coach national ne devrait pas apporter
des changements notables, avec notamment
une charnière centrale, qui a donné entière satisfaction, formée de Medjani et Mandi, alors que
sur les côtés, Mehdi Zeffane, excellent avec son
nouveau club du Stade Rennais et Faouzi Ghoulam sont indétrônables. Au niveau de l'attaque,
Gourcuff va renouveler sa confiance au tandem
Slimani-Soudani, buteurs lors du dernier match face aux Seychelles. Enfin, en l'absence du gardien de but Raïs M'bolhi, non convoqué pour cette rencontre, les cages seront gardées sans surprise par Azzedine Doukha.
De son côté, le milieu de terrain international algérien du FC Porto, Yacine Brahimi, nourrit des
appréhensions quant à la pelouse synthétique de
Setsoto stadium à Maseru, qui abritera dimanche prochain le match face au Lesotho : “C'est
toujours gênant de jouer sur une pelouse en gazon artificiel, surtout que nous n'y sommes pas habitués, mais il va falloir s'adapter. Cela ne devrait
pas constituer une excuse pour nous, nous devons
sortir un bon match”, a affirmé Brahimi à quatre
jours du match.

patient de travailler avec le nouvel entraîneur de
Watford, l'Espagnol Quique Sanchez Flores.
“Les mêmes joueurs et les mêmes personnes sont
toujours là. Certes, il y a de nouveaux joueurs et
un nouvel entraîneur en chef, mais je suis vraiment
excité d'être parmi eux. D'après les échos que j'ai
eus, c’est vraiment un bon entraîneur. Je veux lui
montrer de quoi je suis capable. Il devrait être heureux avec moi”, a t-il conclu. Outre Guedioura,
Watford compte dans ses rangs, un autre international algérien Essaïd Belkalem, dont l'avenir
avec le club est incertain.

n Le fait marquant lors de la dernière
séance d’entraînement de la sélection
nationale effectué hier mercredi en fin de
journée, a été le retour du milieu de terrain
offensif de Leicester City, Ryad Mahrez, au
travail du groupe après s’être ménagé lors
du premier galop effectué mardi, a cause
d’une blessure qu’il avait contractée lors de
son dernier match du championnat
anglais. Mahrez pourrait même jouer le
match de dimanche prochain face au
Lesotho puisque le coach national
Christian Gourcuff l’avait testé avec
l’équipe type qui sera proposée pour ce
rendez-vous.

24 Jeux
Nazisme
----------------Abrégement

s

s

s

s

Comédiennes
----------------Aucune
chose

s

s

Obstacle
----------------Fin de partie

s

s

s

s
Pièce
de charrue

s

s

s

s

Origines d‘un
événement
----------------Possessif

Pronom
----------------Dans le vent

s

s

Tueur
----------------Transpire

s
Retardé

s

s

s

Fit un choix
----------------Déesse
marine

s

s

s

s
s

s

s

s

s

s

s

s

Oui, à Bonn
----------------Dégradation

s

s

s

s

Dépose les
œufs
----------------Ex-parti politique français

Vont avec les
autres

s

Petites
pommes au
parfum anisé

s

Assortir les
couleurs
----------------Paresseux

s

s

Petit
passereau
arboricole
----------------Suppôt de
Satan

Registre du
parlement de
Paris
----------------Racontèrent

s

Petit
entêté

Exactitude

s

s
Nouvelle
----------------Cales

s

s

s

s

Diviniser
----------------Prétendu

s

s

s

Fiente de
vache
----------------Peu commun

Révolution
----------------Dépourvus
de queues

s

s

Secouons
vivement

Luth

s

s

s

s

s

s

Habileté

s

Attirance
----------------Fleuve côtier
du Nord-Pasde-Calais

Période
----------------Déshydratait

s

s

s

Petite
monnaie
----------------Baryum

s

s

s

s

s

Qui manque
de naturel
----------------Affranchir
d’une autorité

Angoisser

s

s

s

Défavorisé
----------------Surveillant

Ronge
lentement

s

s

Vallée
envahie par
la mer

s

Plébiscite

Chimiste
autrichien

s

s

s

Es utile
----------------Devant une
sainte

s
s

Brame

s

s

Lui
----------------Agissons

s

s

Espagnol
----------------Politique
portugais

s

On y trouve
de belles
chutes
----------------Illuminerais

Petite prairie
----------------Médecin
français
inventeur du
stéthoscope
Homme
politique
français
(1847-1919)

s

Brins
de paille
----------------Carabines à
canons longs

s

Possessif
----------------Lettre
grecque

s

s
Artère
----------------Fouillis

s

s

s
Possessif
----------------Avantage

Union
continentale

Installé
sur un siège
----------------Céder

Marque la
surprise
----------------Complication

s

s

GRILLE GÉANTE DE MOTS FLÉCHÉS N° 95

s

s

Partie de
l’année

s

s

s

Nichon
----------------Dévêtu

s
Privatif
----------------Cap
d’Espagne

s

Officiers
municipaux

Mesure
le bois

Domiciliées

s

s
Économise à
l’excès

s

s

s

s

Mamelle

Creuse une
entaille
longue et
étroite

Les plus
âgées
----------------Équipée

Raz-demarée

s

s

s

s

Partie
de tennis
----------------Monnaie
bulgare

Chanteurs
d’opéra

s

Numéral
allemand

Fleuve de
Sibérie
----------------Européennes

Dans la
gamme

Intégra
----------------Enzyme

s

s

s

s

Indulgents
----------------Augmenta

Course d‘obstacles pour
les chevaux
----------------Nickel

s

s

s

s

s

Intitulé
----------------Confiscations
de biens par
la justice

Erbium
----------------Conjonction

s

Sulfate
double
----------------Rempli

Ensemences
----------------Vaste
étendue

Affaibli
----------------Vague d’origine sismique

s

Difficulté
----------------La rumeur

s

Riches
----------------Manteaux
gaulois

s

s

s

Intégralité
----------------Petites
batteries

Zéro
----------------Habitante du
désert

s

Agissement
----------------Détroits

LIBERTE

s

Par :
Nacer Chakar

Jeudi 3 septembre 2015

s

s

Pourvoir
de ce qui est
nécessaire

Déshabillé

s

s

Lié

Déploie

s

s

Étale
----------------Anneaux de
cordage

s

SOLUTION
DE LA GRILLE N°94

Transpire

s

s
Demeurai

S - E - B - L - A - E - E - A. Applaudissements. Ersatz - Etripées. Sciera - Plu - Ter - E. Tenesme - Co - Ives. Erre - Irais - Reis. Oeuvres - Etrenne. Oh - Ré - Ligue - T U. Ec - Ri - E - Sied - Or. Plongeon - Entités - Ilien - Na - Erses. Doperaient - Oc - Tr. Go - S - Asse - Nuire. Erre - Am - Ers - Tues. Attribuer - Valse. Opère - Erses - Ie
- R. H - Anis - Soul - Ev. Serval - Orteils - A. Décape - Ru - Etat. Osa - Ln - Tueras - Ui - I - Léguai - En - Sto. Prairie - Station. Ela - L - Et - Tribu. Intimant - Pestera.
Ios - Nurses - Ar - D. De - Ongle - T - Anier. None - LSD - Assène. Uses - Se - Urne - Nat.

LIBERTE

Jeudi 3 septembre 2015

Sudoku

Jeux 25

6

7 9
3

Comment jouer ?

N° 2061 : PAR FOUAD K.

8

5
5
2 8
1
8
4
3 1 6
3
8 2
7
4
6
3
4
4
9

6
5
1

9 2 5 4 8 6 7 1 3

1 8 6 3 2 4 9 7 5

BALANCE
(23 septembre - 22 octobre)
En amour, le dialogue avec votre
moitié vous apaisera, il saura
vous soutenir dans vos moments
de
doutes
relativement
fréquents cette fin de semaine.

HORIZONTALEMENT - I - Sud-Américains. II - Corde végétale Langue d’Asie. III - Rustique - Règle double. IV - Infante
d’Espagne - Remplis. V - Éperon d’un navire romain - Habileté.
VI - Préposition -Île européenne - C’est-à-dire. VII - Neptunium Grivois. VIII - Massacre - Dissimulation. IX - Augmente de
volume - Écloses. X - Domiciliée - Cérémonie liturgique.
VERTICALEMENT - 1- Peu épaisses. 2 - Plante potagère - Sans
aspérité. 3 - Dieux romains du foyer - Vaisseaux. 4 - Danse
américaine - Laize. 5 - Possessif - Pouffé - Fer. 6 - Partie d’une
seconde. 7 - Question de test - Instrument de chirurgie. 8 Interjection - Baryum - Suivis par les autres. 9 - Nudistes. 10 Petit somme - Cap.

Solution mots croisés n° 5472

I
II
III
IV
V
VI
VII
VIII
IX
X

1

2

3

5

6

G
O
R
G
O
N
A
I
R
E

L
U
E
U
R

O R I
R E B
S I
E
S
G E
A D O
R E S
E
I
N C E
T E R

E
I
D
E
R
S

C
L
O
S

4

7

8

9

10

U S
O
E R
N T
A
E
B R
O T A
S
T
L O

E
T
E
I
N
T
E

S
A

VERSEAU

s
s s

s

Xénon

s

s

Repas de bébé
(ph)

s

BÉLIER

s
s

Éventrer

s

s

Museau du
cochon
———————————
Contracté

Causa du dépit

TAUREAU

s

(21 avril - 21 mai
Vous rechercherez un confort
plus grand par l'achat de
nouveaux
appareils
électroménagers, et peut-être
même d'un micro-ordinateur
personnel que vous considérerez
comme indispensable.

s

s
s

s
Huches à pain

s

s

Fils en arabe

s

s
Démonstratif
———————————
Filets
———————————
Règle

s

s

Préposition

s

s
s

Arsenic

Ruthénium

(22 juin- 22 juillet)
On vous confiera des tâches
supplémentaires
que
vous
n'accueillerez pas de gaieté de
cœur.

LION
(23 juillet - 22 août)
Aujourd’hui vous sentirez que
vous franchissez un nouveau cap
dans votre carrière et que ce n'est
pas le moment de vous disperser.

s

s

s

s

s

Manteau ouaté
———————————
Petites
offrandes

s

s

Tests
———————————
Obtenus

s

Aigres
———————————
Friandise
———————————
Garanties

SOLUTION
DES MOTS FLÉCHÉS N°567

CANCER

s
Note

GÉMEAUX
(22 mai - 21 juin)
Vous vous tiendrez à l'écart des
autres, affectivement vous serez
dans une période de bilan.

s

Naturisme
———————————
Palpa

s
s

Conjonction

s

s

Id est
———————————
Ville
d’Allemagne
———————————
Étoile

s
s

s

Baryum
———————————
Dans bar

Châtre

Mouche
———————————
Démonstratif

s

Rubidium

s

Longtemps
———————————
Mesure jaune

s

Construire
———————————
Borné

s

Augurer
———————————
Trésorier de
Dagobert

(20 février - 20 mars)
Votre pouvoir de séduction sera
puissant, vous n'éprouverez aucune peine à élargir votre cercle
d'amis. Vous ferez des rencontres
insolites et inattendues.

(21 mars - 20 avril)
Comme vous aurez envie de prouver la valeur des idées que vous défendez, vous ne perdrez pas de
temps pour mettre en place la logistique qu'il conviendra de développer.

s

Île du désert

s

s

s

s

(23 novembre - 20 décembre)
Si vous êtes célibataire, vous
ferez de réels efforts pour
transformer votre vie affective,
et vous vous donnerez toutes les
chances pour stabiliser vos
amours.

(21 janvier - 19 février)
Vous chercherez dans votre vie
amoureuse à mettre en avant
l'essentiel. En couple vous
souhaiterez consolider votre
relation en partageant davantage
de choses ensemble.

s
Ville
d’Allemagne

SAGITTAIRE

(21 décembre - 20 janvier)
Vous multiplierez les démarches
afin d'obtenir l’argent nécessaire
pour vos projets. Vos ambitions
sont grandes et vous ne voudrez
pas vous arrêter en si bon chemin.

Avec les autres

Problème
———————————
De nuire
———————————
Peine afflictive

Des déplacements professionnels
seront possibles, votre travail exigera une très grande disponibilité.
Vos relations avec vos collaborateurs seront favorables et laisseront
la porte ouverte à des engagements plus solides pour l'avenir.

CAPRICORNE

R
E
C
L
U
A S
M E

s

À la mode
———————————
Thymus

Union
Africaine

SCORPION
(23 octobre- 22 novembre)

POISSONS

Poisson
———————————
Vase

s

Démonstratif
———————————
Avilissants

MOTS FLÉCHÉS N° 568

Votre budget sera à la hausse
mais vous ne prendrez pas de
risques inutiles. Votre optimisme
sera le moteur de toutes vos actions.

X

s

s
Ruthénium
———————————
Avant
la matière

de Mehdi

(23 août - 22 septembre)
AUJOURD’HUI

IX

s

L’HOROSCOPE
VIERGE

s

Fier
———————————
Putréfaction

9 10

VIII

Quand un arbre
tombe, on l'entend.
Quand la forêt pousse, pas un bruit.

5 7 3 6 9 8 2 4 1

8

VII

On est plus le fils de
son époque que le
fils de son père.

2 9 4 1 5 7 8 3 6

7

VI

L’espoir est le pilier
du monde.

7 3 8 5 1 2 4 6 9

6

V

Les marques de
fouet disparaissent,
la trace des injures
jamais.

4 6 1 7 3 9 5 2 8

5

IV

Le mensonge porte
des fleurs mais pas
de fruits.

6 5 7 9 4 3 1 8 2

4

III

Proverbes
africains

3 1 2 8 7 5 6 9 4

3

II

Cette grille est de niveau
moyen : elle contient
déjà 30 chiffres.

8 4 9 2 6 1 3 5 7

2

N°5473 : PAR FOUAD K.

I

- chaque bloc de 3X3
contienne tous les
chiffres de 1 à 9.

Solution Sudoku n° 2060

Par
Naït Zayed

1

- chaque ligne contienne
tous les chiffres
de 1 à 9 ;
- chaque colonne
contienne tous les
chiffres de 1 à 9 ;

2

5

Mots croisés

Le sudoku est une grille
de 9 cases sur 9, divisée
elle-même en 9 blocs de 3
cases sur 3. Le but du jeu
est de la remplir
entièrement avec des
chiffres allant de 1 à 9
de manière que :

Distraction - Iambe - Maie - E - N - Pie - Er - N - C - Tour - On - Rive - Rôder - Drus - S - A - E - Té - Isis - Nanan - Rose - I - Setter - Si - T - Id - Celle - Le Général - Aveu - E - Oro - Ulex - Ase - Sale - A - Nouée - Avanie - T - Dû - Sien - Sn.

Jeudi 3 septembre 2015

26 Interprétation des rêves

LIBERTE

Vos rêves et vous
Avertissement : Que certains rêves soient véridiques ne
devrait pas pousser nos lecteurs à leur accorder une importance excessive. Il en est ainsi qui considèrent chacun de leurs
rêves comme étant “véridique” (prémonitoire ou autre), qui
vivent ainsi dans un monde quasi virtuel et qui, parfois, s'angoissent pour des causes bien légères.

Prendre
langue
en songe !
a langue dans un rêve représente son interprète ou son porte-parole. Rêver d'une langue très
longue indique qu'on gagnera ses
arguments ou qu'on prouvera son innocence après une fausse accusation. Rêver d'une langue très longue
d'un juge indique la justice et la clarté dans une situation.
Une langue petite et mince dans un
rêve représente la maladie, la dépression et la pauvreté. Cela représente aussi une personne qui n'est pas
digne de confiance. Rêver qu'on possède deux langues indique qu'on ac-

L

Votre

Par Mme BOUKSANI Louiza

POMMIER

louisa.bouksani@hotmail.com

REPRÉSENTE LE MÉTIER
D’UN HOMME, SON SALAIRE
ET SA VOLONTÉ. MANGER
DES POMMES SIGNIFIE OBTENIR DES BIENS MATERIELS
DONT L’ÉTAT EST FONCTION DES POMMES.

Notez

querra deux connaissances. Rêver
qu'on montre quelque chose sur sa
langue indique qu'on montrera ses
faiblesses et ses défauts.
Rêver qu'on se mord la langue indique
le regret. Rêver qu'on regarde sa
langue indique qu'on se protège des
pièges qu'on pourrait rencontrer. Rêver qu'on porte sa langue dans la
main indique qu'on recevra des dommages après une blessure grave ou
qu'on recevra de l'argent qui est
souillé par le sang.

Saveurs locales

Dico rêve

vos rêves

n Tenez près de votre lit à
portée de la main une feuille
de papier et un crayon pour
noter les bribes de rêve qui
surgissent lorsque vous passez
d'une phase de sommeil à une
autre. À ce moment-là, c'est-àdire environ toutes les
quatre-vingt-dix minutes, on
dispose d'un court instant
d'éveil suffisant pour écrire
quelques mots. Avec un peu
d'entraînement, vous y
parviendrez facilement. Si
vous le préférez, au lieu de
tenir un “journal” de vos rêves,
vous pouvez
simplement noter ceux qui
sont pour vous inoubliables.
C'est déjà un bon exercice.

Gombos : (Abelmoschus esculentus)
lante potagère tropicale, appelée également ketmie, dont on consomme, selon les espèces, soit les feuilles “oseille de Guinée”, soit les fruits
(ketmie-gombo).

P

Il existe plusieurs variétés de cette seconde espèce, la plus répondue, qui
se différencient par la forme
du fruit ; strié de sillons longitudinaux celui-ci est
soit allongé (6 à 12
cm de long) soit
court et trapu (3
à 4 cm de
long).
Originaire
d ’A f r i q u e
ou d’Asie,
riche en calcium, en phosphore,
en fer et en vitamine C, le ketmie-gombo
fournit 40 calories pour 100 gr.
On l’utilise avant maturité, quand il
est bien tendre, pulpeux et vert, et que
les graines ne sont pas complètement formées.

RECETTES

M’loukhiya
Gombos à la viande

COURRIER & COURRIEL

Temps de cuisson : 40 minutes.

Mon maktoub à moi !
n Je me suis levée à 3h
pour faire une prière du
douaa concernant une
personne que j'estime
beaucoup mais le destin
nous sépare chaque fois.
Après cette prière, je
m'endors et je fais ce rêve.

J'étais avec ma sœur et
quand je lui ai dit : “Alors
où est mon mektoub?”,
elle me répond : “Il est
bien caché à Bousaikira
(dans mon rêve j'ai
compris qu'il s'agissait de
la ville de Biskra). Dans le

rêve j'étais un peu
contente et en même
temps pas très contente,
car il s'agissait de la ville
de la personne qui
m'intéresse, à ce moment
je me réveille et j'entend
l'adhan d’el-fedjr.

Ingrédients
l 2 beaux morceaux de viande d’agneau “épaule” l 300 g de m’loukhiya “gombos” l 2 gros oignons l 1 belle tomate l 1 cuillère à soupe
de beurre l 1 cuillère à café de sel l 1/4 de cuillère à café de poivre blanc
l 1/4 de cuillère à café de cannelle l 1 citron. .

RÉPONSE :

n Votre rêve est
intéressant, il se situe
déjà dans le bon lieu,
rêvez davantage pour
avoir la bonne réponse !

Préparation

Il m’a tout dit
Je suis une femme célibataire, j’ai
fait ce rêve le 30/3/2015 à l’aube.
J’ai rêvé que mon défunt papa est
venu à la maison. Il était tout en
blanc et a circulé dans toutes les
pièces de la maison puis il est venu
vers moi et m’a dit : “Fais attention
à toi, ma fille !” Je lui ai dit si cela
me concerne personnellement, il

m’a répondu que non.
Après je lui ai demandé si j’allais
me marier, il m’a dit : “Mais tu es
obnubilée par le mariage” et après
il m’a donné le nom et prénom de
mon futur mari et m’a dit : “Je t’ai
trop donné d’informations
concernant ton futur” et il est
reparti.

Pensez-vous que les choses que
mon défunt père m’a dites sont
véridiques ?
F.

RÉPONSE :

Il est dit que les personnes à partir
de l’autre monde détiennent toutes
les vérités !

UN RÊVE VOUS INTRIGUE, IL VOUS DÉRANGE, VOUS VOULEZ CONNAÎTRE SON SENS, VOUS VOULEZ AVOIR
SON INTERPRÉTATION, MEHDI VOUS RÉPOND TOUS LES JEUDIS. ENVOYEZ UN E-MAIL À :
REVESETVOUS@GMAIL.COM
LES RÉPONSES SE FONT EXCLUSIVEMENT PAR VOIE DE PRESSE.

l Couper la viande en morceaux, assaisonner.
Faire revenir pendant quelques minutes, couvrir d’eau et continuer la
cuisson 20
minutes.
D’autre part, laver,
égoutter les
gombos et couper
à peine
l’extrémité.
À mi-cuisson de la
viande, ajouter les
gombos et les
oignons coupés en
lamelles fines,
laisser cuire 20
minutes, puis
ajouter la tomate
coupée en
rondelles, laisser mijoter à petit feu 5 minutes environ.
Si la sauce est abondante, la faire réduire.
Servir avec un filet de citron.
Recette extraite du livre Gastronomie
traditionnelle algérienne

L’origine des prénoms employés en Algérie
Chafie, Chafia
es prénoms Chafie et son équivalent féminin, Chafia, dérivent du nom arabe
chafi‘ (intercesseur, qui a le droit d’intercéder pour quelqu’un), du verbe chafa‘a
(intercéder pour quelqu’un). L’intercession
-en arabe : chafaa- est considérée comme une
forme d’entraide, l’homme répondant à
l’appel de celui qui est dans le besoin. C’est
pourquoi l’intercession en faveur de tierces
personnes est autorisée dans le Coran. Mais
elle doit toujours se faire dans le bien : “Qui
intercède dans le bien a une part (dans le

L

bien), qui intercède dans le mal a également
une part (dans le mal). Dieu veille sur toute chose” (sourate 4, 85). Dans le Coran, la chafaa se rencontre principalement dans les descriptions de l’au-delà, c’est-à-dire là où
l’homme, en présence de Dieu, doit rendre
compte de ses actes et a besoin d’une intercession pour obtenir le pardon. Le Coran
souligne que l’intercession appartient à
Dieu. “Dis : l’intercession appartient entièrement à Dieu” (39, 44). Toutefois, dans
d’autres passages, il est précisé que Dieu délègue ce droit à qui Il veut : “Qui intercède
auprès de Lui, si ce n’est avec sa permission ?”

(sourate 2, 255). C’est ainsi que le Prophète apparaît comme l’intercesseur de la communauté musulmane, ce qui justifie son épithète de al-Shafic, l’Intercesseur.
Le nom de Chafie a été porté par un illustre
juriste, Abû Abd Allah Ibn Idrîs al-Châfi’î (767820). Il perdit son père alors qu’il était encore
jeune, et il vécut toute son enfance dans la
pauvreté. Il étudia le droit musulman à
Médine sous la direction de l’imam Malik ;
à sa mort, il quitta Médine où il s’occupa d’enseignement. Il fut accusé de chiisme. Appelé
à Bagdad auprès du calife Harûn al-Rachîd,
il sut plaider sa cause et parvint à se faire in-

nocenter. Il resta à Bagdad et continua sa formation. Il se rendit à la Mecque où il entreprit de lancer une nouvelle école juridique,
qui n’est ni celle de Médine, c’est-à-dire
malékite, ni celle des Irakien, c’est-à-dire des
hanafites, mais qui combine les deux systèmes. Après un séjour de neuf ans à la
Mecque, il se rendit de nouveau à Bagdad
avec son système juridique qu’il améliora.
Vers la fin de sa vie, il se fixa en Égypte. Il se
fit de nombreux disciples, et son enseignement rencontra un grand succès.
M. A. HADDADOU

mahaddadou@hotmail.com

LIBERTE

Télé 27

Jeudi 3 septembre 2015

NUMÉROS UTILES

LA MÉMOIRE
DANS LA PEAU
19H50

CANAL+

Un homme est repêché au
large de Marseille. Il ne se
souvient de rien.
Seul indice : un microfilm
greffé sous sa peau, contenant le numéro d'un coffre

WAYWARD PINES

LE MYSTÈRE DU LAC 19H55

19H58

Capitaine à la Crim' de Paris, Lise Stocker retourne dans sa
ville natale pour rendre visite à sa mère atteinte de la maladie d'Alzheimer. 

Beverly Brown fait l'objet d'une opération punitive sanglante menée par le shérif Pope pour avoir transgressé les règles de la ville.

URGENCES MÉDICALES : 115
- Samu 021 43.55.55 / 021.43.66.66
- Centre antipoison 021.97.98.98
- Sûreté de wilaya 021.73.00.73
- Gendarmerie nationale 021.76.41.97
- Panne gaz 021.68.44.00
- Panne électricité Bélouizdad
021.67.24.52
- Panne électricité Bologhine
021.70.93.93
- Panne électricité El-Harrach
021.52.43.29
- Panne électricité
Gue de Constantine
021.83.89.49
- Service des eaux
021.67.50.30 - No vert : 1594
- Protection civile
021.71.14.14
- Renseignements : 19
- Télégrammes : 13
- Gare routière Caroubier :
021 49.71.51/021 49.71.52/021 49.71.53 021
49.71.54
- Ministère de la Solidarité nationale, de
la Famille et de la Communauté nationale
à l’étranger. Personnes en difficulté ou
en détresse :
No vert : 15-27

HÔPITAUX

BONES
GANGSTER
SQUAD
19H50

19H55
Le corps d'une jeune femme a été trouvé dans
les bois par un homme qui a pris la fuite. Il pourrait s'agir de celui de Molly Delson, une adolescente portée disparue depuis quelque temps.

Le parrain de la mafia,
Mickey Cohen, dirige
Los Angeles et obtient
tout ce qu'il veut grâce
à la protection de ses
hommes de main, mais
aussi de la police et
des hommes politiques
sous sa coupe.

- CHU Mustapha: 021.23.55.55
- CHU Aït Idir : 021.97.98.00
- CHU Ben Aknoun : 021.91.21.63 021.91.21.65
- CHU Beni Messous : 021.93.15.50 021.93.15.90
- CHU Kouba : 021.28.33.33
- CHU Bab El Oued : 021.96.06.06 021.96.07.07
- CHU Bologhine : 021.95.82.24 021.95.85.41
- CPMC : 021.23.66.66
- HCA Aïn Naâdja : 021.54.05.05
- CHU El Kettar : 021.96.48.97
- Hôpital Tixeraine : 021.55.01.10 à 12
(standard)

COMPAGNIES AÉRIENNES

OBÈSES :
PERTE
DE POIDS
EXTRÊME 22H05

THE TEAM 19H55

AIR ALGÉRIE
1, place Audin 16001 Alger
- Tél. : +213 21.74.24.28
- +213 21.65.33.40
Réservation : 021.68.95.05
AIGLE AZUR
Aéroport d’Alger H - B
- Tél. :+213 21.50.91.91
21.50.91.91. Poste 49.31
AIR FRANCE
Centre des affaires
- Tél. :021.98.04.04
- Fax. :021.98.04.43

LES TRÉSORS DES HÔTELS
PARTICULIERS 20H45
Du Marais aux Champs-Élysées, de l'île Saint-Louis à la
Plaine-Monceau, de la butte Montmartre au faubourg
Saint-Germain, les hôtels particuliers de Paris font partie
des plus précieux trésors de la capitale française.

LA VIE RELIGIEUSE
Henry est atteint d'obésité
morbide. Avec ses 322 kilos,
il souffre de nombreuses
complications. Apnée du
sommeil, irritations des plis
cutanés, crises de goutte et
calculs biliaires peuvent en
découler. Henry souhaite
perdre du poids de manière
drastique.

Horaires des prières
20 dhou el quîda 1436
Jeudi 3 septembre 2015
Dohr............................. 12h48
Asr................................ 16h26
Maghreb.................... 19h17
Icha................................. 20h39
21 dhou el quîda 1436
Vendredi 4 septembre 2015
Fadjr............................. 04h51
Chourouk..................
06h21

Malgré la situation difficile, Jackie parvient à saisir
son portable pour appeler Natascha. Sur ses
conseils, elle arrête l'ascenseur, contraignant son
agresseur à prendre la fuite.

LIBERTE

Directeur de la Publication-Gérant : Abrous Outoudert
e-mail : abrousliberte@gmail.com

Quotidien national d'information - Édité par la SARL - SAEC - Capital 463 000 000 DA
Siège social : 37, rue Larbi-Ben M'Hidi - Alger BP. 178 Alger-Gare

Directeur de la rédaction : Saïd Chekri

DIRECTION ET RÉDACTION

PUBLICITÉ

Lotissement Ezzitoune n° 15 Oued Roumane- El Achour - Alger
Tél. : (021) 30 78 47/ 48/ 49 (lignes groupées)
Fax (021) 31 09 09 (direction générale) - Fax : 021 30 78 70 (rédaction)

BUREAUX RÉGIONAUX
ANNABA
26, rue Mohamed-Khemisti
Tél / Fax : (038) 86 75 68
CONSTANTINE
36, avenue Aouati-Mostéfa
Rédaction : Tél. : (031) 91 20 39
Tél./ Fax : (031) 91 23 71
Publicité : 39, avenue
Aouati-Mostéfa
Tél. : (031) 92 24 50
Tél./ Fax : (031) 92 24 51

ORAN
26, rue de Nancy
(derrière l’ex-consulat de
Russie)
Fax : (041) 41 53 99
Tél. : (041) 41 53 97
MASCARA
Maison de la Presse :
Rue Senouci Habib - Mascara
Tél. / Fax : (045) 80 36 85

BLIDA
79, boulevard Larbi-Tébessi
Tél. / Fax: (025) 40 85 85
TIZI OUZOU
Bâtiment Bleu - cage C
2e ét Tél. : (026) 12 67 13
Fax : (026) 12 83 83
BÉJAÏA
Route des Aurès - Bt B - Appt
n°2 - 1er étage
Tél. / Fax : (034) 16 10 33

Siège Liberté Tél. : (021) 30 78 97 / Fax : (021) 30 78 99
ANEP 1, avenue Pasteur - Alger
Tél. : (021) 73 76 78 / 73 71 28 Fax : 021 73 95 59

TIARET
Maison de la presse
Saim-Djillali
Tél. / Fax : (046) 41 66 92
CHLEF
CIA des Fonctionnaires
Bt C cage M n°03
Tél. / Fax : (027) 77 00 17

OUM EL-BOUAGHI
Cité 1000-Logements (NASR)
Tél./Fax : (032) 55 78 99

PAO
SARL - SAEC
IMPRESSION

SIDI BEL-ABBÈS
Immeuble Le Garden
(face au jardin public)
Tél./Fax : (048) 65 16 45

Centre : Liberté : 021 87 77 50
Ouest : Liberté - Est : Sodipresse
Sud : Sarl TDS : 0661 24 209 10
Agence BDL 1 rue, Ali Boumendjel
16001 (Alger)
CB : 005 00107 400 229581020

SÉTIF
9, rue Colonel Amirouche.
Tél/fax : 036 82 14 14

Les manuscrits, lettres et tous documents remis
à la Rédaction ne sont pas rendus
et ne peuvent faire l’objet d’une quelconque
réclamation.

ALDP - Simprec - Enimpor - SIA-SUD
DIFFUSION

LIBERTE
LE DROIT DE SAVOIR, LE DEVOIR D'INFORMER

PAR
M. HAMMOUCHE

CONTRECHAMP
La fonction
parlementaire
en temps de crise

Le Parlement
est rentré. Il va
probablement suspendre ses activités au lendemain des cérémonies d’ouverture de session.
Le temps, après une si longue absence, de se remettre dans le bain.
Le temps pour les élus d’apprendre
le mémento de l’expression politique saison 2015-2016 : à savoir
qu’il n’y a pas de crise, mais juste un choc auquel notre gouvernement saura faire face, qu’il n’y
aura pas d’austérité mais seulement une rationalisation des dépenses, que nous sortons d’une
économie dépensière de rente
pour entrer, enfin, dans une économie “productrice de richesse”,
que le projet de Constitution est
prêt mais son apparition publique
dépend toujours du Président…
Tout en s’entraînant au lexique de
la circonstance, ils se poseront
les mêmes questions que nous :
pourquoi le dinar que l’État dit
n’avoir pas dévalué se dévalue
de manière aussi rapide et aussi
soutenue ? Pourquoi a-t-on arrêté et emprisonné le général Hassan ? Certains se demanderont
même pourquoi Madani Mezrag
qui, en tant qu’ancien terroriste
devrait raser les murs, fait, au
contraire, preuve d’une grande
arrogance… Certains, pas nombreux, parce que, ne l’oublions
pas, la “réconciliation nationale”
interdit que l’on se pose certaines
questions.
Nos sénateurs et députés, rentrés de vacances, vont apprendre
que les agréments d’importation
vont se raréfier, que les projets
d’équipement votés dans la loi de
finances pour 2015 sont suspendus
de réalisation, sauf avis du gou-

vernement… Et que, donc, le budget effectivement dépensé ne
sera pas celui qu’ils ont voté.
Peut-être que l’Exécutif, visiblement en panne d’idées, va-t-il,
enfin, solliciter la contribution de
la communauté parlementaire à
la recherche de solutions que nécessite la réponse au “choc”. Si le
Cnes, qui avait perdu l’habitude du
diagnostic économique et social
pour se consacrer à l’événementiel,
vient d’être invité à reprendre la
réflexion, il n’y a pas de raison
qu’en ces circonstances difficiles,
le Parlement soit en reste de l’effort national d’imagination économique.
Pour une fois qu’il y a possibilité
de faire autre chose que de soutenir le programme du Président,
la “représentation nationale” ne
devrait pas se priver de faire la démonstration de son utilité créatrice. C’est le moment de montrer
que des élus peuvent faire autre
chose que de garder le temple
des “constantes nationales”, de
barrer la route à toute proposition
émise dans le sens de l’amélioration de la condition de la femme
ou visant à libérer l’école de l’emprise obscurantiste.
C’est peut-être le moment de lancer une session de réflexion sur la
fonction parlementaire en temps
de crise. C’est-à-dire en ce temps
où la rente déclinante n’autorise
même plus la revendication de privilèges supplémentaires.
La crise économique a parfois
ceci de positif : elle ne lèse pas que
les citoyens ; c’est un moment de
vérité pour les institutions aussi.

Elle poignarde sa rivale
sur le Front de mer

n Dans l’espoi
époux, une femme habitant El-Hassi, secteur
urbain de Bouamama, a poignardé mortellement, ce mardi, sur le Front de mer, sa
rivale, présumée être la petite amie de son
ex-mari, venue de Batna pour passer des vacances. La victime est décédée des suites du
coup de couteau reçu au foie. La coupable a
été arrêtée et présentée à la justice.

DILEM

AYOUB A.

alidilem@hotmail.com

M. H.
musthammouche@yahoo.fr

CHU CONSTANTINE

Le Forum de “Liberté”
reçoit Ahmed Benbitour

Louiza/Archives Liberté

n Liberté reprend ses forums pour
cette rentrée 2015. Notre premier
invité est Ahmed Benbitour. L'ancien
chef de gouvernement présentera à
l'assistance un document sur le
renouveau de la pensée politique dans
un contexte algérien marqué par la
chute des cours de pétrole. Notre
conférencier abordera aussi les
opportunités et les menaces de la
géostratégie mondiale. La presse et le
public sont conviés lundi 7 septembre à 11h au siège du journal
à El-Achour. Vous pouvez également adresser vos questions à
l'adresse électronique : forum@liberte-algerie.dz.

TOUT EN SALUANT LES MESURES PRISES AU PROFIT
DES ENTREPRISES NATIONALES

Le FCE souhaite la révision de
certaines dispositions de la LFC 2015
nLe président du Forum des chefs
d’entreprise, Ali Haddad, a réuni,
hier à Alger, le comité exécutif et le
conseil d’orientation stratégique
de l’organisation. Cette nouvelle
réunion à laquelle ont pris part
près de 200 membres marque le premier évènement de la rentrée sociale
pour le FCE. M. Haddad a salué,
globalement, les mesures prises par
les pouvoirs publics, dans le cadre
de la loi de finances complémentaire
2015 au profit des entreprises nationales mais a souhaité que le gouvernement revoie certaines dispositions. Il s’agit, notamment, du
taux de l’IBS imposé au secteur
des services. “Nous comptons bien
interpeller le gouvernement sur cet-

www.liberte-algerie.com
g

- www.facebook.com/JournalLiberteOfficiel
- twitter : @JournaLiberteDZ

ORAN

te question. Le secteur des services qui
est très important en termes de création d’emplois et de contribution au
PIB, ne peut en aucun cas subir le
même régime fiscal que les importateurs”,
” a indiqué le président dub
FCE.
Le FCE projette également de sensibiliser les pouvoirs publics sur la
TAP. Les opérateurs économiques
revendiquent sa suppression.
M. Haddad a réaffirmé la disponibilité du FCE à prendre part à la
prochaine réunion de la tripartite
souhaitant que celle-ci “soit celle des
décisions et des actes et qu’elle fasse
l’objet d’une véritable feuille de route opérationnelle et consensuelle”.
M. R.

BOGHNI (TIZI OUZOU) 

Les services ORL et ophtalmologie
de nouveau opérationnels

n Les deux services de l'oto-rhino-laryngologie (ORL) et d’ophtalmologie
du Centre hospitalo-universitaire
(CHU) de Constantine, longtemps
fermés, sont de nouveau opérationnels,
a indiqué, hier, un responsable de
cette structure. Le chef de la cellule de
communication du CHU, Aziz Kaâbouche, a précisé dans une déclaration
à l’APS que le service ORL, fermé depuis onze mois à cause de l’indisponibilité de l’oxygène indispensable à

cette spécialité médicale, vient de reprendre ses activités après avoir été approvisionné en cette variété de gaz. Il
a également fait état de la réouverture “graduelle” du service d’ophtalmologie du CHU, fermé depuis cinq ans
à cause de son état “déplorable”. Le service est actuellement fonctionnel et les
consultations assurées en attendant sa
prise en charge en matière de travaux
de réhabilitation et d’équipement, at-il indiqué.

ALGER-JIJEL

Renforcement des liaisons aériennes
n Les dessertes aériennes
entre Jijel et Alger seront
renforcées, à partir de ce
jeudi, par un vol supplémentaire. Ce vol supplémentaire quotidien effectué au moyen d’un appareil de transport régional

de type ATR 72, s’ajoutera
aux dessertes opérationnelles depuis la réouverture de l’aéroport dont la
piste principale a récemment fait l’objet de travaux de réhabilitation, a-ton ajouté de même source.

Une forte demande est enregistrée sur les transports
aériens entre Jijel et Alger notamment en période
estivale avec un important
coefficient de remplissage,
a-t-on indiqué de même
source.
APS

DÉBORDEMENT DE L’OUED KRAIMIA À MÉDÉA

Des habitations inondées et des dégâts
matériels

n Près d’une quinzaine d’habitations,
situées dans la commune de Robeia, à
60 km à l’est de Médéa, ont été inondées, mardi soir, suite au débordement
de l’oued Kraimia, a-t-on appris, hier
mercredi, auprès de la Protection civile. La crue de ce cours d’eau a causé d'importants dégâts matériels, notamment dans le quartier Ouled Safia,
où plusieurs unités d’élevage avicole
ont été fortement endommagées, a indiqué la même source. Outre les dégâts
matériels, plus de 400 dindes ont péri,

selon la Protection civile qui fait état
également de la destruction de 27
quintaux de blé, 86 quintaux de fourrage et près de 500 bottes de paille. Des
opérations de pompage d’eau des habitations inondées, ont été engagées
par les éléments de la Protection civile, jusqu’à une heure tardive de la soirée de mardi, a ajouté la même source, précisant que la plupart des occupants de ces maisons ont pu regagner
leurs demeures, après la sécurisation
du site touché.
APS

4 personnes
d'une même
famille placées
sous mandat dépôt

n L'enquête ouverte par la
brigade de gendarmerie de
Mechtras, à 30 kilomètres au
sud de Tizi Ouzou, suite au décès d’une personne, jeudi
dernier, dans une bagarre au
lieudit Sotravo sur la route
d'Ath Kouffi, dans un bar
clandestin, s'est soldée par
l'arrestation de quatre personnes membres d'une
même famille et la saisie de
6 949 bouteilles de différentes marques de boissons
alcoolisées, a indiqué hier
un communiqué de la Gendarmerie nationale. Les mis
en cause ont été présentés devant le procureur de la République près le tribunal de
Draâ El-Mizan pour coups et
blessures ayant entraîné la
mort involontaire de A. K.
âgé de 37 ans. Les mis en cause ont été placés sous mandat
de dépôt. Il y a lieu de rappeler que suite à cette rixe qui
a tourné au drame, une personne est décédée après avoir
été blessée mortellement à la
tête et deux autres ont subi
des blessures à des degrés
divers. Les victimes ont été
prises en charge dans la structure sanitaire de la localité.
F. I.