‫ا ــ ـــ ـــ ـــ ا ــ ـ ا ـــــ ــــ ــ ــ ــ‬

‫ا ــ ـــ ــ ـــ ر ــ ا ــــ ا ـــ‬

REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE

‫ــ ــ‬

‫ـــــ ــ ل ا ـــ ــ‬

‫وزارة ا‬

MINISTERE DES TRAVAUX PUBLICS

‫ـــ ــــ ــــ ا ــــ ـــ ق‬
DIRECTION DES ROUTES

‫وع ا ـ ــ ــ م ا ــ ــ د ــ زل ا ــ ــ ص‬ ‫ــ ــ ــ ـــ ت ا ـــ ــ ــ ـــ‬

‫ـــ‬

PROJET DU REGLEMENT PARASISMIQUE DES OUVRAGES D’ART

PARTIE I – PONTS NEUFS PARTIE II – TUNNELS PARTIE III – PONTS EXISTANTS
RECOMMANDATIONS POUR L’EVALUATION EN VUE DE RENFORCEMENT PARASISMIQUE EVENTUEL

Version : mai 2007 Valide

PARTIE I – PONTS NEUFS
Comité d’élaboration Hocine NECIB Rabah BOUGUETOF Responsables de projet Amar AZZOUNI Rachid BOUKHETTALA Rédacteurs Dr Abdelkader ZENATI Boualem AMEUR Comité de lecture Amar AZZOUNI Rachid BOUKHETTALA Youcef DJIAR Dr Hamid AFRA Farid MAKHLOUFI Dr Abdelkader ZENATI Boualem AMEUR Fatiha AZOUANI Ferhat FEDGHOUCHE Comité de lecture : Directeur des études CTTP : Chef de département Ouvrages d’Art CTTP : Sous Directeur Ouvrages D’art MTP : Consultant CTTP (DG CNERIB) : Consultant CTTP (Directeur des OA SAETI) : Consultant AZ_C : Chef de département Normalisation CGS : Ingénieur OA DOA/CTTP : Consultant CTTP (C.C ENTP) : Consultant AZ_C : Chef de département Normalisation CGS : Directeur des études CTTP : Chef de département Ouvrages d’Art CTTP : Directeur des Routes MTP : Directeur Général CTTP

Groupe GTS Le groupe technique spécialisé est composé des membres suivants : M. MOHAMED BELAZOUGUI : Directeur du CGS, Président M. CHELGHOUM ABDELKRIM : Expert M. MOHAMED CHERIF MOHAMED AREZKI : Président Directeur Général du CTC Centre Mme SALIHA AIT MESBAH : Directrice de la Recherche et de la Construction, représentante le Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme. M. AFRA HAMID : Directeur Général du CNERIB M. AMEUR BOUALEM : Chef de Département au CGS M. FARSI MOHAMED NABOUSSI : Chef de Département au CGS M. BOUKHETTALA RACHID : Chef de Département Ouvrages d’Art - CTTP M. DJIDJELI ZAHIR : Directeur de la Recherche et de la Prospective – MTP M. MOULOUD ABDESSEMED: Directeur des Infrastructures Aéroportuaires – MTP M. DJIAR YOUCEF : Sous Directeur des Ouvrages d’Art – MTP M. KIBBOUA ABDERRAHMANE : Chargé de la Recherche au CGS M. REBZANI BRAHAM : Consultant CTC – CHLEF

2/95

version de : mai 2007 valide

M. DJERIR BAAZIZ : Chef de Département Etude, Représentant l’Entreprise SAPTA M. ZENATI ABDELKADER : Directeur Général du AZConsulting Mme CHERID -------- : Enseignante à l’ENTP M. TAHRAOUI MOHAMED : Représentant le Ministère de la Défense Nationale M. FRIDI AZZEDINE : Chef de Département Ouvrages d’Art - SNTF M. MEZAACHE FARID : Représentant le Laboratoire Centrale des Travaux Publics M. HAMDACHE MOHAMED : Maître de Recherche, Représentant le CRAAG M. ZEGHLACHE BRAHIM : Enseignant Chercheur à l’ENTP M. FEDGHOUCHE FERHAT : Chargé de Cours – ENTP M. RILI MOUSSA : Enseignant à l’Université de Bab-Ezzouar M. DJAFFOUR MUSTAPHA : Enseignant à l’Université de Tlemcen M. NOUREDDINE BOURAHLA : Professeur à l’Université de Blida M. KENAI SAID : Professeur à l’Université de Blida M. BOUHICHA MOHAMED : Enseignant à l’Université de Laghouat M. AYADI HACENE : Directeur Technique, Représentant du CTC-EST M. MAKHLOUFI FARDI : Directeur Opérationnel d’Ouvrages d’Art, Représentant de la SAETI Mme BELMAHDI NADIA : Ingénieur, Représentante de l’Entreprise COSIDER M. MRAIN YAHIA : Chef de Département Etudes, Représentant de l’Entreprise ENGOA Mme MOKHBI NAIMA : Chef de Bureau – MTP M. ALLOU RACHID : Ingénieur Représentant de la DTP de Boumerdès Mme AKLI ZOUINA : Ingénieur, Représentant de l’ANA M. NAHAL SAID : Ingénieur Représentant de la DTP de Constantine Melle SADAOUI FATIHA : Ingénieur, Représentante du Ministère des Transports M. MESSAOUD SADALLAH KAMEL : Ingénieur, Représentant de la DTP d’Alger Article 3 : Le secrétariat du groupe technique est assuré par la Sous-Direction des Ouvrages d’Art. Article 4 : Le Directeur des Routes est chargé de l’exécution de la présente décision. Article 5 : La présente décision sera publiée au bulletin officiel du Ministère des Travaux Publics.

3/95

version de : mai 2007 valide

Sommaire
1 Introduction ............................................................................................................ 8 1.1 Domaine d’application ............................................................................................................8 1.2 Conditions d’application .........................................................................................................8 1.3 Unités et notations principales utilisées ..................................................................................8 1.3.1 Notations principales utilisées..........................................................................................8 1.3.2 Unités utilisées .................................................................................................................9 1.4 Définitions...............................................................................................................................9 2 Exigences fondamentales et règles générales de conception ........................ 10 2.1 Objectifs ................................................................................................................................10 2.2 Classification des ponts.........................................................................................................10 2.3 Exigences fondamentales ......................................................................................................11 2.3.1 Exigence de non effondrement (état limite ultime)........................................................11 2.3.2 Minimisation des dommages (état limite de service).....................................................11 2.4 règles générales de conception..............................................................................................11 3 Actions sismiques ............................................................................................... 14 3.1 Critères de classification .....................................................................................................14 3.1.1 Classification des zones sismiques.................................................................................14 3.1.2 Coefficient d’accélération de zone.................................................................................14 3.1.3 Classification des sites ...................................................................................................16 3.1.3.1 Catégories et critères de classification ........................................................................16 3.1.3.2 Classement du site selon la disponibilité des essais....................................................18 3.1.3.3. Conditions de site nécessitant des investigations approfondies .................................18 3.2. Détermination des actions sismiques ...................................................................................18 3.2.1 Spectre de réponse élastique ..........................................................................................19 3.2.1.1 Composante horizontale..............................................................................................19 3.2.1.2 Composante verticale ..................................................................................................20 3.2.2 Spectre de dimensionnement..........................................................................................21 3.3 Discontinuité mécanique.......................................................................................................22 3.4 Déplacements ........................................................................................................................22 3.4.1 Déplacements absolus horizontal DM(H) et vertical DM(V) ..........................................22 3.4.2 Déplacement différentiel ................................................................................................22 4 Analyse ................................................................................................................. 23 4.1. Principes généraux et hypothèses.........................................................................................23 4.1.1 Principes .........................................................................................................................23 4.1.2 Hypothèses de base ........................................................................................................23 4.2 Modélisation..........................................................................................................................23 4.2.1 Degrés de liberté dynamiques ........................................................................................23 4.2.2 Masses ............................................................................................................................24 4.2.3 Raideurs des éléments ....................................................................................................24 4.2.4 Amortissement ...............................................................................................................24 4.2.5 Modélisation du sol ........................................................................................................25 4.2.6 Effets de torsion .............................................................................................................25 4.3 Analyse..................................................................................................................................26 4.3.1 Analyse spectrale monomodale (mode fondamental) ....................................................26 4.3.1.1 Principe .......................................................................................................................26 4.3.1.2 Domaine d’application ................................................................................................26 4.3.1.3. Méthodes d’analyse....................................................................................................27 4.3.1.3.1 Séisme longitudinal .....................................................................................27 4.3.1.3.2. Séisme transversal .....................................................................................28 4.3.1.3.3 Effets de torsion en direction transversale...............................................30
4/95 version de : mai 2007 valide

4.3.1.3.4. Composante verticale du séisme .............................................................30 4.3.2 Analyse dynamique linéaire — Méthode du spectre de réponse ...................................31 4.3.2.1 Définition, domaine d'application ...............................................................................31 4.3.2.2 Modélisation des fondations .......................................................................................31 4.3.2.3 Modes significatifs ......................................................................................................31 4.3.2.4 Combinaison des réponses modales............................................................................32 4.3.2.5 Combinaison des composantes de l’action sismique ..................................................32 4.3.2.6 Déplacements différentiels..........................................................................................33 4.3.3 Autres méthodes linéaires ..............................................................................................33 4.3.3.1 Analyse par le spectre de puissance ............................................................................33 4.3.3.2 Analyse temporelle......................................................................................................33 4.3.4 Analyse temporelle non linéaire.....................................................................................34 4.4 Coefficient de comportement pour le dimensionnement en capacité .................................34 4.4.1 Comportement sismique ductile.....................................................................................34 4.4.2 Critère de régularité........................................................................................................35 4.4.2 .1 Cas des ponts réguliers...............................................................................................36 4.4.2 .2 Cas des ponts irréguliers ............................................................................................36 4.4.3 Limitation pour effets de second ordre .........................................................................36 5 Vérification de la résistance................................................................................ 38 5.1 Combinaison des actions de calcul ......................................................................................38 5.2 Vérification de la résistance des sections..............................................................................38 5.3 Sécurité aux déplacements différentiels...............................................................................39 On doit vérifier que chaque élément structural conserve sa capacité de résistance sous l’effet des déplacements différentiels définis en 3.4.2 et 4.3.2.6.......................................................39 5.4 Tablier ...................................................................................................................................39 5.5 Appuis ...................................................................................................................................40 5.5.1 Piles ................................................................................................................................40 5.5.1.1 Dimensionnement en capacité.....................................................................................40 5.5.2 Culées et murs de soutènement ......................................................................................42 5.5.2.1 Exigences générales ....................................................................................................42 5.5.2.2 Culées liées de manière flexible au tablier..................................................................42 5.5.2.3 Culées liées de manière rigide au tablier.....................................................................43 5.5.2.4 Murs de soutènement ..................................................................................................43 5.5.2.5 Stabilité des talus - Remblais d’accès .........................................................................45 5.6 Fondations .............................................................................................................................45 5.6.1 Généralités......................................................................................................................45 5.6.2 Effets des actions de calcul ............................................................................................45 5.6.3 Vérification de la résistance ...........................................................................................45 5.6.3.1 Fondations superficielles.............................................................................................46 5.6.3.2 Fondations profondes ..................................................................................................46 5.7 Interaction sol structure.........................................................................................................47 6 Organes d’appui................................................................................................... 48 6.1 Généralités.............................................................................................................................48 6.2 Actions de calcul. ..................................................................................................................48 6.3 Appareils d’appui ..................................................................................................................49 6.3.1 Appareils d’appui fixes ..................................................................................................49 6.3.2 Appareils d’appui mobiles .............................................................................................49 6.3.3 Appareils d'appui en élastomère.....................................................................................49 6.3.3.1 Module de cisaillement ...............................................................................................49 6.3.3.2 Résistance à la compression........................................................................................49 6.3.3.3 Sécurité au flambement...............................................................................................50 6.3.3.4 Limitation de la distorsion ..........................................................................................50
5/95 version de : mai 2007 valide

6.3.3.5 Condition de non glissement .......................................................................................50 6.4 Repos d’appui minimal .........................................................................................................51 6.5 Vérifications des appareils d'appui spéciaux.........................................................................52 6.6 Attelages sismiques ...............................................................................................................52 6.7 Isolateurs sismiques ..............................................................................................................53 6.7.1 Généralités......................................................................................................................53 6.7.2 Critères de conformité....................................................................................................53 6.7.3 Propriétés de calcul des isolateurs..................................................................................53 6.7.3.1 Généralités...................................................................................................................53 6.7.3.2 Rigidité dans la direction verticale..............................................................................53 6.7.3.3 Propriétés de calcul dans la direction horizontale.......................................................53 6.7.3.4 Variabilité des propriétés des isolateurs......................................................................54 6.7.4 Conditions d'application des méthodes d'analyse ..........................................................54 6.7.5 Vérification des isolateurs sismiques .............................................................................54 6.7.6 Exigences spéciales ........................................................................................................55 6.7.6.1 Capacité de rappel latéral ............................................................................................55 6.7.6.2 Maintien latéral au niveau de l'interface d'isolation....................................................55 6.7.6.3 Inspection et maintenance ...........................................................................................55 7 Dispositions constructives spécifiques aux appuis......................................... 56 7.1 Dispositions générales...........................................................................................................56 7.1.1 Généralités......................................................................................................................56 7.1.2 Recouvrement ................................................................................................................56 7.1.3 Aciers de coutures ..........................................................................................................57 7.1.4 Ferraillage des zones nodales.........................................................................................57 7.2 Piles en béton armé ...............................................................................................................58 7.2.1 Pièces comprimées .........................................................................................................58 7.2.1.1 Ferraillage longitudinal ...............................................................................................58 7.2.1.2 Ferraillage transversal........................................................................................59 7.2.1.3 Ancrage et tenue des barres du ferraillage longitudinal..............................................59 7.2.2 Pièces fléchies ................................................................................................................60 7.2.2.1 Armatures longitudinales ............................................................................................60 7.2.2.2 Armatures d'effort tranchant .......................................................................................60 7.3 Piles en acier .........................................................................................................................61 7.4 Dispositions constructives pour les organes d’appuis...........................................................62 7.4.1 Butées ..........................................................................................................................62 7.4.1.1 Butées de sécurité ...........................................................................................63 7.4.1.2 Butées de blocage ............................................................................................63 7.4.1.3 Conception et dimensionnement des butées ...............................................................64 7.4.2 Inspection et remplacement des organes d’appuis .........................................................64 7.4.3 Organes de couplage ......................................................................................................65 7.5 Autres éléments .....................................................................................................................65 7.5.1 Ferraillage des chevêtres ................................................................................................65 7.5.2 Joints de chaussée ..........................................................................................................65 7.5.3. Eléments de rive et équipement des tabliers .................................................................65 7.6 Fondations .............................................................................................................................66 7.6.1 Semelles .........................................................................................................................66 7.6.1.1 Semelles superficielles ................................................................................................66 7.6.1.2 Semelles sur pieux.......................................................................................................66 7.6.2 Pieux ou barrettes ...........................................................................................................66 7.6.2.1 Dispositions générales.................................................................................................66 7.6.2.2 Dispositions de ferraillage...........................................................................................67 7.6.3 Risque de liquéfaction....................................................................................................68
6/95 version de : mai 2007 valide

8 Ponts-Cadres et Portiques – Ouvrages enterrés ............................................ 70 8.1 Introduction ...........................................................................................................................70 8.2 Coefficients sismiques ..........................................................................................................70 8.3 Combinaisons et vérifications .............................................................................................70 8.3.1 Combinaisons.................................................................................................................70 8.3.2 Vérifications ...................................................................................................................71 8.4 Sollicitations dues au séisme.................................................................................................71 8.4.1 Sollicitations verticales dues au séisme .........................................................................71 8.4.2 Sollicitations horizontales dues au séisme. ....................................................................71 ANNEXE A ............................................................................................................... 72 Définitions ............................................................................................................... 72 ANNEXE B ............................................................................................................... 75 Classification sismique des Wilayas et communes d’Algérie ............................ 75 Annexe C ................................................................................................................ 78 Interaction sol - structure....................................................................................... 78 Annexe D ................................................................................................................ 80 Détermination des sollicitations horizontales dues au séisme pour les ponts cadres et portiques................................................................................................. 80 Annexe E Ponts spéciaux ..................................................................................... 86 Annexe F Comportement des isolateurs dans la direction horizontale ............ 89 Annexe G Essais pour la validation des propriétés de calcul des isolateurs sismiques ................................................................................................................ 93

7/95

version de : mai 2007 valide

1 Introduction
1.1 Domaine d’application
Le présent règlement contient des principes de conception et de dimensionnement, des critères et des dispositions constructives pour les ponts neufs, pour réduire au minimum leur susceptibilité aux dommages dus aux actions sismiques. Ce règlement couvre essentiellement la conception parasismique des ponts pour lesquels les actions horizontales sismiques sont principalement reprises, soit par les culées, soit par la flexion des piles, c'està-dire les ponts composés d'un système de piles sensiblement verticales, supportant le tablier. Il peut être appliqué également pour le dimensionnement sismique d'autres types de ponts, comme les ponts en arc, les ponts portiques, les ponts à béquilles, et les ponts haubanés (voir annexe E, ponts spéciaux). Les ponts cadres et portiques et les ouvrages enterrés sont traités dans la section 8. Les ponts suspendus, les ponts mobiles, ou les cas de ponts de configuration extrême (par exemple les ponts fortement biais ou les ponts avec une courbure horizontale importante) ne sont pas complètement couverts par les dispositions contenues dans ce règlement. Pour ces cas extrêmes de ponts, des approches conservatrices adéquates, basées surtout sur les principes en capacité, doivent être adoptées, afin de couvrir les risques issus des particularités de chaque cas et d'éviter l'apparition de modes de rupture fragile.

1.2 Conditions d’application
Les conditions suivantes doivent être satisfaites : les structures sont conçues et dimensionnées par un personnel ayant une qualification et une expérience appropriées ; un contrôle et un système de suivi de la qualité adéquats sont assurés pendant la réalisation de l'ouvrage, c'est à dire en bureau d'études, dans les usines et sur chantier ; la mise en œuvre est réalisée par un personnel ayant la qualification et l'expérience appropriées ; les matériaux et produits de construction sont utilisés comme prescrit dans les règles en vigueur ou dans d'autres spécifications sur les matériaux et les produits ; la structure doit être entretenue de façon satisfaisante ; la structure doit être utilisée conformément aux hypothèses prises en compte lors de la conception et du dimensionnement ; Les constructions auxquelles s’appliquent les présentes règles doivent satisfaire concomitamment aux règles de conception, de calcul et d’exécution applicables. Par ailleurs, au cas où les sollicitations issues d’un calcul aux effets du vent sont plus défavorables, ce sont ces dernières qu’il y a lieu de prendre en considération pour la vérification de la résistance et de la stabilité de l’ouvrage, mais, en même temps, les dispositions constructives du présent règlement doivent être respectées.

1.3 Unités et notations principales utilisées
1.3.1 Notations principales utilisées
G : valeur nominale des charges permanentes / module de cisaillement ; P : forces de précontrainte éventuelles (à long terme) ; E : action sismique limitée au mouvement d'ensemble ; E’ : action sismique limitée aux déplacements différentiels ; Q : actions variables des charges d'exploitation ; Ψ : coefficient de combinaison ; ∆T : désigne les variations de température ; 8/95 version de : mai 2007 valide

D : les déformations différées des matériaux (retrait et fluage du béton) ; Sd : sollicitation agissante de calcul de la combinaison d'action définie en 5.2 ; γo :coefficient de surcapacité ; γR : permet d'apporter une sécurité complémentaire vis-à-vis des ruptures fragiles ; Rd : résistance de calcul de la structure ; g : accélération de la pesanteur ; q : coefficient de comportement ; A : coefficient d’accélération de zone ; ξ : taux d'amortissement visqueux exprimé en pourcentage ; ξ ‘ : taux d'amortissement visqueux exprimé par rapport à l'unité (ξ ‘=ξ / 100) ; β : angle de biais (ponts biais) ; Mo : surcapacité en flexion d'une section de rotule plastique ; MRd : moment plastique ; Mt : action sismique de torsion ; T : période fondamentale ; T1, T2 : périodes caractéristiques associées à la catégorie de site ; Sae (T) spectre de réponse élastique ; Sad (T) spectre de dimensionnement.

1.3.2 Unités utilisées
Les unités suivantes sont recommandées pour les calculs : -

-

masse forces et charges masse volumique poids volumique contraintes et résistances moments (fléchissant, etc.) accélération angle de biais

: : : : : : : :

t kN ; kN/m ; kN/m² t/m3 kN/m3 MPa kN.m m/s² grade

1.4 Définitions
Les termes utilisés dans ce document sont définis dans l’annexe A.

9/95

version de : mai 2007 valide

2 Exigences fondamentales et règles générales de conception
2.1 Objectifs
La vérification des ouvrages vis-à-vis des actions sismiques de calcul doit être telle que le risque de défaillance sous séisme potentiel soit suffisamment faible. La démarche de dimensionnement de ce règlement est basée, en ce qui concerne la résistance sismique des ponts, sur l’exigence générale d’après laquelle les communications d’urgence doivent être maintenues, avec une fiabilité appropriée, après l’événement sismique de calcul et sur l’exigence que les dommages que pourraient provoquer leur défaillance sur les constructions et installations environnantes soient maîtrisés. Il n’y a pas de protection absolue et de risque « nul », mais une protection relative et un risque « acceptable », aussi, il est admis que certaines structures puissent subir des déformations qui se situent dans le domaine post élastique entraînant des détériorations : fissurations, destruction de certains éléments non structuraux.

2.2 Classification des ponts
Pour la prise en compte du risque sismique, les ponts sont classés en trois groupes.

Groupe d’usage Groupe 1 Groupe 2 Groupe 3

Importance Pont stratégique Pont important Pont d’importance moyenne Tableau 2.1 : classification des ponts

La classification des ponts selon leur importance est du ressort du maître d’ouvrage qui doit la faire figurer dans le cahier des charges. Groupe 1 : Pont stratégique Ce groupe recouvre les ponts stratégiques devant rester circulables après avoir subi l’action sismique ultime réglementaire : Les ponts dont l'utilisation est primordiale pour les besoins de la sécurité civile, de la défense nationale ainsi que pour le maintien de l'ordre public ; Les ponts supportant des pistes d'avion appartenant à des aérodromes ; Les ponts sur itinéraires d’acheminement des secours vers les zones affectées par le séisme et de desserte des installations d’implantation vitale (Groupe 1A / RPA 99).

-

Groupe 2 : Pont important Dans ce groupe sont classés les ponts qui franchissent ou longent au moins une des voies terrestres ciaprès : Autoroutes, routes express et voies à grande circulation; Liaisons assurant la continuité du réseau autoroutier ; Grandes liaisons d'aménagement du territoire ; Liaisons ferroviaires ; 10/95 version de : mai 2007 valide

-

les ponts situés dans les emprises des ports commerciaux maritimes ; les ponts sur itinéraire de desserte des installations de grande importance (Groupe 1B/ RPA 99).

Groupe 3 : Pont d’importance moyenne Les ponts qui ne sont rangés ni en groupe 1 ni en groupe 2.

Les ouvrages classés dans les groupes 2 ou 3 pourraient être surclassés d’un rang si leur endommagement provoquerait des dommages à un bâtiment, équipement ou installation d’importance moyenne à vitale.

2.3 Exigences fondamentales
La conception parasismique a pour but de satisfaire les deux exigences fondamentales suivantes :

2.3.1 Exigence de non effondrement (état limite ultime)
Après l'occurrence de l'événement sismique de calcul, le pont doit maintenir son intégrité structurale et une résistance résiduelle adéquate, malgré le fait qu'en certaines parties du pont des dommages considérables puissent s'être produits. Le pont doit pouvoir tolérer des dégâts, c'est-à-dire que les parties du pont susceptibles d'être endommagées par leur contribution à la dissipation d'énergie durant l'événement sismique, doivent être dimensionnées de manière que la structure puisse supporter les actions d'un trafic d'urgence et que l'inspection et les réparations puissent être effectuées facilement. Dans ce but, la plastification en flexion de certaines sections (c'est-à-dire la formation de rotules plastiques) est permise dans les piles. Elle est en général nécessaire dans les régions de forte sismicité, afin de réduire l'action sismique de calcul à un niveau qui n'entraîne que des coûts de construction supplémentaires raisonnables. Le tablier doit cependant se trouver prémuni vis-à-vis de la formation de rotules plastiques ainsi que de la perte d'appuis sous les déplacements sismiques extrêmes.

2.3.2 Minimisation des dommages (état limite de service)
Il est à noter que, sous l’effet d’un séisme de calcul, (moins intense mais plus fréquent) la structure doit rester dans le domaine élastique (ELS) permettant la reprise des circulations après une courte inspection. Pour les ponts routiers, les critères ELS sont couverts par les critères ELU. Après les actions sismiques de haute probabilité d'occurrence pendant la durée de vie prise en compte pour le pont, les parties de ce dernier, destinées à contribuer à la dissipation de l'énergie durant l'événement sismique de calcul, doivent subir uniquement des dégâts mineurs. Ceux-ci ne doivent entraîner ni réduction du trafic, ni nécessité d'effectuer des réparations immédiates.

2.4 règles générales de conception
La prise en compte des effets sismiques dès le stade de la conception du projet du pont est importante, même pour les régions à faible sismicité.

11/95

version de : mai 2007 valide

Lors de l’étude du site de l’ouvrage, une attention particulière doit être portée aux conditions défavorables ou pénalisantes telles que la présence de failles tectoniques potentiellement actives et/ou de zones liquéfiables. Le potentiel de liquéfaction du sol de fondation doit faire l'objet d'investigations conformément aux dispositions de l’article 7.7. Il convient d’éviter la proximité immédiate d’une faille active (à moins de 500m) où les mouvements sismiques sont particulièrement violents et mal représentés par les spectres réglementaires. Dans le cas de ponts passant au-dessus de failles tectoniques potentiellement actives, la discontinuité probable des déplacements du sol doit généralement être évaluée et prise en compte, soit par une flexibilité appropriée de la structure, soit par une disposition convenable des joints de dilatation. La conception parasismique de l’ouvrage porte essentiellement sur les appuis (piles et culées) et notamment, l’interface entre les appuis et le tablier. Elle doit faire l’objet d’une étude spécifique pour éviter toute rupture fragile des fûts des piles. Les ouvrages monolithiques (ponts cadres ou portiques) ont généralement un bon comportement sous séisme ; ils sont traités dans le chapitre 8. Les efforts horizontaux mis en jeu dépendent principalement de la souplesse des piles et du type de liaison retenue entre le tablier et les piles et les culées. Le choix du système de liaison tablier/appuis a pour objectifs de limiter les déplacements du tablier ainsi que les efforts dans les appuis. Deux approches pour la conception des appuis : Concevoir des appuis élastiques (piles et culées) sous réserve d’un choix judicieux d’appareils d’appui au niveau de l’interface tablier/appuis. Concevoir des appuis ductiles (piles) sous réserve d’une conception détaillée des rotules plastiques dont la formation doit être confirmée par calcul.

-

Dans les zones à sismicité modérée ou forte, le choix du comportement ductile est en général approprié. Dans le cas d’appuis ductiles, l'emplacement des points de dissipation de l'énergie (rotules plastiques) doit être choisi de manière à assurer leur accessibilité pour le contrôle et les réparations. Le comportement sous séisme des tabliers de ponts courants demeure généralement, dans le domaine élastique. En général, les structures continues se comportent mieux dans les conditions sismiques que les ponts ayant de nombreux joints de dilatation et sont donc à privilégier. Les critères de choix du type d’ouvrage porte essentiellement sur les points suivants : Un tablier léger pour minimiser les actions sismiques sur les appuis, Eviter autant que possible et notamment en zone de forte sismicité, les travées isostatiques. A défaut, les dispositions décrites au § 7.4.3 sont à adopter, Etudier le mode de liaison tablier/appuis et comparer entre encastrement et appuis simples.

Un équilibre doit en général être maintenu entre les prescriptions de résistance et de déformabilité pour les supports horizontaux. Une grande déformabilité réduit le niveau de l'action sismique de calcul, mais augmente le mouvement aux joints et aux appuis mobiles et peut conduire à des effets du second ordre importants. Pour la maîtrise des déplacements, deux systèmes de butées existent (§ 7.4) : Les butées de sécurité, destinées à empêcher le tablier de quitter ses appuis sous séisme ultime, Les butées de blocage, destinées à limiter fortement le déplacement relatif du tablier par rapport à ses appuis sous séisme sont utilisées en complément à des appareils d’appui en élastomère fretté ou à des appareils d’appui spéciaux glissants.

Les fondations sont à dimensionner conformément à l’article 7.6, en particulier :

12/95

version de : mai 2007 valide

- Les culées fondées superficiellement en tête de remblai sont à priori interdites, sauf justifications particulières sur la stabilité au glissement du remblai en tenant compte des actions sismiques. - Les fondations superficielles sur des sols granulaires lâches ou des sols cohérents mous (catégorie S4) sont interdites, des fondations profondes sont alors recommandées. - En présence de couches superficielles liquéfiables, des fondations profondes ancrées dans les couches sous jacentes et un drainage adéquat sont préconisées. Dans ces conditions, les fondations doivent faire l’objet d’une étude spécifique. Les dispositions constructives (chapitre 7) doivent être cohérentes avec le fonctionnement de la structure sous séisme. Dans le cas de ponts de longueur exceptionnelle, ou de ponts traversant des formations de sol non homogènes, on doit décider du nombre et de l'emplacement des joints de dilatation intermédiaires. L’attache des équipements sur les tabliers (corniche, canalisation) et les piles (éléments préfabriqués) doit être calculée comme indiqué au §7.5.3.

13/95

version de : mai 2007 valide

3 Actions sismiques
Le séisme est traité comme une action accidentelle.

3.1 Critères de classification
Le présent chapitre expose un ensemble de classifications nécessaires à la définition de la situation sismique de l’ouvrage étudié et constituent un préalable indispensable pour le choix du modèle, de la méthode de calcul et des paramètres à utiliser.

3.1.1 Classification des zones sismiques
Le territoire national est divisé en cinq (5) zones de sismicité croissante : Zone 0 Zone I Zone IIa Zone IIb Zone III : négligeable : faible : moyenne : élevée : très élevée

La figure 3.1 représente la carte des zones sismiques de l’Algérie. Un tableau (Annexe B) précise cette classification par Wilaya et par Commune. Tout pont qui a des fondations dans deux zones de sismicité différentes est considéré comme étant situé tout entier dans la zone de sismicité supérieure.

3.1.2 Coefficient d’accélération de zone
Le coefficient d’accélération de zone A est défini en fonction de la zone sismique et de l’importance du pont, définie en 2.2, est indiqué dans le tableau 3.1 ci dessous :

Groupe de pont 1 2 3

I 0.15 0.12 0.10

Zone sismique IIa IIb 0.25 0.30 0.20 0.25 0.15 0.20

III 0.40 0.30 0.25

Tableau 3.1 Coefficients d’accélération de zone

14/95

version de : mai 2007 valide

Figure 3.1 carte de zonage sismique de l’Algérie

15/95

version de : mai 2007 valide

3.1.3 Classification des sites
3.1.3.1 Catégories et critères de classification
Les sites sont classés en quatre (04) catégories en fonction des propriétés mécaniques des couches de sols qui les constituent. • Catégorie S1 : (site rocheux)

Rocher sain ou autre formation géologique caractérisée par une vitesse d’onde de cisaillement VS ≥ 800m/s • Catégorie S2 : (site ferme)

Dépôts de sables et graviers denses à très denses, marnes ou argiles raides très surconsolidées sur 10 à 20m d’épaisseur avec Vs ≥ 400m/s à partir de 10m de profondeur. • Catégorie S3 : (site meuble)

Dépôts épais de sables et graviers moyennement denses ou d’argile moyennement raide avec Vs ≥ 200m/s à partir de 20m de profondeur. • Catégorie S4 : (site très meuble)

Dépôts de sables lâches avec ou sans présence de couches d’argile molle pour Vs < 200m/s dans les 20 premiers mètres. Dépôts d’argile molle à moyennement raide avec Vs < 200m/s dans les 20 premiers mètres. Par ailleurs, les valeurs moyennes harmoniques des caractéristiques mécaniques mesurées au moyen d’essais réalisés sur site ou en laboratoire sur les différentes couches de sol constituant la colonne de sol sur une profondeur de 30m peut être utilisées pour classer le site. Ces valeurs sont indiquées dans le tableau 3.2 ci-dessous.

Cat S1 S2

Description Rocheux (a) Sable/ Ferme gravier Argile Sable/ Meuble gravier Argile Très Sable/ meuble gravier Argile (b)

qc(MPA) (c) ->15 >5 5-15 1,5-5 <5 <1,5

N (d) ->50 -10-50 -<10 --

pl(MPA) (e) >5 >2 >2 1-2 0,5-2 <1 <0,5

Ep(MPA) (e) >100 >20 >25 5-20 5-5 <5 <

qu (MPA) (f) >10 ->0,4 --

Vs (m/s) (g) Vs ≥800 400≤ Vs<800

S3

200≤ Vs<400 0,1-0,4 -<0,1 100≤ Vs<200

S4

Tableau 3.2 Caractéristiques géotechniques des sites

a) La valeur de Vs doit être mesurée sur site. Les roches tendres ou altérées sont à classer en S2 dans le cas où Vs n’est pas mesurée. Le site ne peut pas être classé en S1 s’il existe plus de 3m de sol meuble entre la surface du rocher et le niveau bas des fondations. b) Le site est classé en S4 s’il y a présence d’au moins 3m d’argile molle caractérisée par un indice de plasticité IP>20, une teneur en eau naturelle wn ≥ 40%, une résistance non drainée Cu <25 kPa et une vitesse de cisaillement Vs <150m/s.

16/95

version de : mai 2007 valide

c) La moyenne harmonique d’un paramètre quelconque « p » est donnée par

p=

H   ∑  hi pi   i =1 
n

avec

H =

n

i =1

h i (= hauteur de la colonne de sol 30m).

hi : épaisseur de la couche « i » caractérisée par une valeur « pi » n : nombre de couches constituant la colonne de sol p : représente un des paramètres suivants : • • • • • • qc : résistance au pénétromètre statique Nspt : résistance SPT pl : pression limite pressiomètre Ep : module pressiomètre Qu : résistance en compression simple Vs : vitesse d’onde de cisaillement

(c ) - Pénétromètre statique

∑h
qc =
i

n

i

∑ q
i

n

 hi    ci 

hi épaisseur de la couche (i) q ci résistance de pointe moyenne à travers la couche (i)

(d) Essai SPT :

N=

hs n  h ∑ Ni  i  i

Ni < 100, nombre de coups moyens non corrigé, enregistré à travers la couche (i) d’épaisseur hi. hs: épaisseur totale des couches de sols granulaires (sables et/ou graviers). Pli Pression limite moyenne à travers la couche (i) d’épaisseur h i

(e) - Pressiomètre :

∑h
Pl =
i n i

n

i

∑ P
n i n i

 hi    li 

∑h
Ep =

i

∑ Ep   
i

 hi 

Epi Module pressiométrique à travers la couche n(i), d’épaisseur h i

(f)

Résistance en compression simple

qu =

hc n  h  ∑ q i  i  ui  i

hc épaisseur totale des couches de sols cohérents, argile et/ou marne. qui résistance en compression simple à travers la couche (i) d’épaisseur h

17/95

version de : mai 2007 valide

(g)
n i

- Vitesse des ondes de cisaillement :

∑h
Vs =
n i

i

∑Vs   

 hi 
i i

Vsi Vitesse d’onde de cisaillement à travers la couche (i) d’épaisseur hi

3.1.3.2 Classement du site selon la disponibilité des essais
Selon la disponibilité et la fiabilité des résultats des différents types d’essais, le site sera classé dans la catégorie la plus appropriée. En cas de doute entre deux catégories, classer le site dans la catégorie la plus défavorable

3.1.3.3. Conditions de site nécessitant des investigations approfondies
Les conditions de site qui nécessitent des investigations approfondies sont les suivantes : présence de terrains instables sous séisme : sols liquéfiables, sols faiblement cimentés, anciens remblais. présence de sols vaseux ou d’argile molle avec une forte teneur en matières organiques. présence d’argile très plastique (IP > 75) sur une épaisseur de plus de 6m. présence sur une épaisseur de plus de 30m d’une couche d’argile molle à moyennement raide (qc < 5MPa, pl <2MPa, Ep <25MPa, qu <04MPa)

-

3.2. Détermination des actions sismiques
L’action sismique résulte des mouvements du sol qui sont pris en compte sous deux aspects : une translation d’ensemble (tous les points du sol se déplacent en phase) dans chacune des trois directions de l’espace ; un déplacement différentiel entre points du sol dans chacune des trois directions de l’espace. Ce déplacement différentiel dépend de la distance entre les points et des caractéristiques géotechniques et topographiques du site. Pour le mouvement sismique de calcul, la translation d’ensemble est définie par le coefficient d’accélération de zone A (défini en 3.1.2), un spectre de réponse horizontal valable pour les deux composantes horizontales du mouvement et un spectre de réponse verticale valable pour la composante verticale du mouvement. Le déplacement différentiel entre points du sol est défini par le même coefficient d’accélération de zone A et les spécifications de l’article 3.4.2. Les spectres de réponses, élastiques ou de dimensionnement, qui dépendent de la catégorie du site de l’ouvrage, du coefficient d’accélération de zone (A) et du taux d’amortissement critique (ξ) par le biais du facteur de correction d’amortissement ( η en 3.21 et 3.2.2.

= 7 (2 + ξ ) ) quand ce taux est différent de 5% sont définis

18/95

version de : mai 2007 valide

3.2.1 Spectre de réponse élastique
Le spectre de réponse élastique constitue généralement la donnée de base pour le calcul sismique.

3.2.1.1 Composante horizontale
Le spectre de réponse élastique (Sae ) pour les deux composantes horizontales est donné en fonction de la période élastique (T) et du taux d’amortissement ( ξ ) de l’ouvrage par.

T  0 ≤ T ≤ T1  AgS (1 + T (2.5η − 1) ) 1  T1 ≤ T ≤ T2 2.5ηAg S    T2  = Sae (T, ξ ) T2 ≤ T ≤ 3.0s (m/s 2 )  2.5ηAgS   T    2.5ηAgS  3T2  T ≥ 3.0s  2   T   g: accélération de la pesanteur (=9,81m/s²) T1, T2 : périodes caractéristiques associées à la catégorie de site S: coefficient de site A: est donnée dans le tableau 3.1 η: facteur de correction dd l’amortissement ( η = 7 ( 2 + ξ ) ) ξ: taux d’amortissement défini en 4.2.4
Site T1 T2 S 1 S1 0,15 0,30 1,1 S2 0,15 0,40 1,2 S3 0,20 0,50 1,3 S4 0,20 0,70

(3.1)

Tableau 3.3 valeurs de T1, T2 et S pour la composante horizontale
3.5 3.25 3 2.75 2.5 S1 S2 S3 S4

Spectres Sae / A x g

2

1.5 1.3 1.2 1.1 1

0.5

0

0

0.15 0.2 0.3 0.4 0.5

0.7

1

1.5

2

2.5

3

3.5

4

Période (sec)

Figure 3.2 spectre de réponse élastique- composante horizontale- 5% d’amortissement 19/95 version de : mai 2007 valide

3.2.1.2 Composante verticale
Le spectre de réponse élastique pour la composante verticale est défini pour un taux d’amortissement de 5% (η =1.0) par :

  1.5T    αAg 1 +  T1     2.5αAg  v  = Sae (T) T  2 (m/s ) 2.5αAg  2  T    2.5αAg  3T2   2   T  

0 ≤ T ≤ T1 T1 ≤ T ≤ T2 T2 ≤ T ≤ 3.0 s T ≥ 3 .0 s
(3.2)

g: A: α:

accélération de la pesanteur (=9,81m/s²) est donnée dans le tableau 3.1 coefficient qui tient compte de l’importance de la composante verticale en zone de forte sismicité :

α = 0,7 pour les zones sismiques I, IIa et IIb et 1,0 pour la zone sismique III. T1, T2 : périodes caractéristiques associées à la catégorie de site données dans le tableau ci après.
Site T1 T2 S1 0,15 0,30 S2 0,15 0,40 S3 0,20 0,40 S4 0,20 0,40

Tableau 3.4 Valeurs de T1 , T2 pour la composante verticale Le coefficient de site, dans le cas de la composante verticale, est pris égal à 1

3.5 S1 S2 S3 S4

3

2.5

Spectre Sae / A x g x Alpha

2

1.5

1

0.5

0 0

0.15 0.2 0.3 0.4 0.5

1

1.5

2

2.5

3

3.5

4

Figure 3.3 spectre de réponse élastique- composante verticale- 5% d’amortissement 20/95 version de : mai 2007 valide

Période (sec) Figure 3.3: Spectre de réponse élastique - Composante verticale - 5% d'amortissement

3.2.2 Spectre de dimensionnement
Le spectre de dimensionnement pour les deux composantes horizontales à utiliser, pour le calcul de résistance (approche du comportement inélastique par un calcul élastique équivalent), avec un coefficient de comportement (q) est donné par :

  2.5ηAg S 0 ≤ T ≤ T2  2  T  3  Sad (T, ξ ) =  2 5ηAgS  2  ... T2 ≤ T ≤ 3.0s T   2 5   T2  3  3.0  3 T ≥ 3.0s 2.5ηAgS       3.0   T  

(3.3)

η
g: T2 : S: A:

est défini en 3.2 accélération de la pesanteur (=9,81m/s²) période caractéristique donnée dans le tableau 3.3 coefficient de site donné dans le tableau 3.3 est donnée dans le tableau 3.1

3.5 3.25 3 2.75 2.5 S1 S2 S3 S4

Spectre Sad / A x g

2

1.5

1

0.5

0

0

0.3 0.4 0.5

0.7

1

1.5

2

2.5

3

3.5

4

4.5

5

Période (sec)

Figure 3.4 spectre de dimensionnement- 5% d’amortissement

Le coefficient de comportement q est introduit et pris en compte en 4.4 et 5.5.2.

21/95

version de : mai 2007 valide

3.3 Discontinuité mécanique
Dans le cas où l’on a plusieurs sites différents à considérer pour un même ouvrage, le mouvement d’ensemble à retenir pour l’ouvrage est obtenu en combinant, au moyen d’une méthode scientifiquement validée, les mouvements des différents sites. A défaut, l’enveloppe des spectres des différents sites peut être retenue.

3.4 Déplacements
3.4.1 Déplacements absolus horizontal DM(H) et vertical DM(V)
Site LM DM(H) DM(V) (m) (m) (m) S1 600 0.03 0.02 S2 500 0.05 0.04 S3 400 0.07 0.06 S4 300 0.09 0.08

Tableau 3.5 Valeurs des déplacements absolus LM est la distance au delà de laquelle les mouvements des deux points peuvent être considérés comme indépendants. Les déplacements DM sont donnés pour une accélération unité (1m/s²).

3.4.2 Déplacement différentiel
Sur un site sans discontinuité mécanique accusée, le déplacement différentiel maximal d entre deux points distants de X , en fonction du coefficient d’accélération de zone A, est égal à :

d = η AgX

si X < LM

avec

η=

DM LM

2

d = AgD M 2 si X ≥ LM
Le coefficient d’accélération de zone A est donné dans le tableau 3.1. Les valeurs de η selon le site sont données dans le tableau 3.6 ci dessous :

Site 104 η en horizontal 104 η en vertical

S1 0.7 0.5

S2 1.4 1.1 Tableau 3.6 Valeurs de η

S3 2.5 2.1

S4 4.2 3.8

Dans le cas où les deux points appartiennent au même type de site, mais sont situés de part et d’autre d’une discontinuité topographique accusée (vallée), en l’absence d’une démarche appropriée définie, la valeur de d est à majorer de 50%. Dans le cas où les deux points sont situés de part et d’autre d’une discontinuité mécanique (faille), le déplacement différentiel d est calculé par la relation :
2 2 d = Ag DM ,1 + DM , 2

(3.4)

DM,1 et DM,2 étant les déplacements absolus des deux points. 22/95 version de : mai 2007 valide

4 Analyse
4.1. Principes généraux et hypothèses
4.1.1 Principes
Les ouvrages, objets du présent règlement, sont calculés à l’aide d’un spectre de réponse. Dans le cas d'un calcul élastique, on utilise le spectre élastique défini en 3.2.1. Les efforts ainsi obtenus sont directement utilisés pour dimensionner les sections. Pour certains systèmes d'appui et sous réserve d'adopter des dispositions constructives particulières (voir section 7), il est possible de procéder à un calcul inélastique qui réduit forfaitairement les efforts, à l’aide d’une approche linéaire équivalente, en utilisant le spectre de dimensionnement défini en 3.2.2 et les coefficients de comportements définis en 4.4. Pour déterminer les sollicitations, on commence par effectuer un calcul élastique, quelle que soit la méthode de dimensionnement utilisée par la suite. Dans tous les cas, le tablier est dimensionné de façon à ce qu'il reste élastique.

4.1.2 Hypothèses de base

On distingue les trois directions du séisme, longitudinale, transversale et verticale que l’on traite de façon indépendante. La composante horizontale du mouvement sismique est appliquée selon la direction longitudinale et la direction transversale du pont. Pour les ponts courbes, on définit l’axe longitudinal par la corde joignant les appuis extrêmes intervenant dans la reprise des efforts horizontaux.

4.2 Modélisation
Pour analyser le comportement dynamique de l'ouvrage, il faut définir sa masse, sa raideur, éventuellement la raideur du système de fondation (ou les conditions d’encastrement de la structure dans le sol) et l’amortissement provenant du comportement viscoélastique des matériaux et de la structure. Pour schématiser, on pourra considérer que la masse de l’ouvrage est concentrée dans le tablier, et la raideur dans le système d’appui (fondations, appuis et appareils d appui). La modélisation de la structure dépend beaucoup de la direction d’excitation du séisme.

4.2.1 Degrés de liberté dynamiques
Le modèle du pont et le choix des degrés de liberté dynamiques doivent représenter, de manière appropriée, la distribution de la raideur et de la masse, afin que tous les modes de déformation et toutes les forces d’inertie significatifs soient convenablement mobilisés sous l’excitation sismique de calcul. Dans la majorité des cas, il suffit d’utiliser pour l’analyse deux modèles séparés, un pour la modélisation du comportement en direction longitudinale, et l’autre pour la direction transversale. Pour les cas où il serait nécessaire de considérer la composante verticale de l’action sismique, cette dernière est définie en 3.2.1.2 et 4.3.1.3.4.

23/95

version de : mai 2007 valide

4.2.2 Masses
Pour le calcul des masses, on doit prendre en compte les valeurs moyennes des charges permanentes de la structure. Pour les ponts supportant un trafic intense, on peut considérer une part des charges d’exploitation : • • • 20% des charges d’exploitations routières pour ponts routiers urbains, 30% des charges d’exploitations ferroviaires, 0% pour les autres cas.

Les masses distribuées peuvent être concentrées aux nœuds conformément aux degrés de liberté choisis. Lorsque les piles sont immergées dans l'eau, faute d'une approche rigoureuse de l'interaction hydrodynamique, cet effet peut être estimé en prenant en compte une masse additionnelle d'eau entraînée par unité de longueur des piles immergées.

4.2.3 Raideurs des éléments
Les raideurs à prendre en compte proviennent des trois parties d’ouvrages suivantes : • • • fondations et sol environnant, appuis, appareils d’appuis.

Pour l'estimation de la raideur des éléments en béton armé, on utilise la section non fissurée. Pour les effets du second ordre on se reportera au § 4.4.4. Des effets importants du second ordre peuvent se produire dans les ponts ayant des piles élancées et dans les ponts spéciaux tels que les ponts en arc et les ponts haubanés.

4.2.4 Amortissement
L'amortissement dans un matériau est conventionnellement introduit par un modèle visqueux. La valeur du taux d'amortissement critique ξ (en %) pour les matériaux courants est : • Acier soudé : • Acier boulonné : • Béton précontraint : • Béton non armé : • Béton armé : • Élastomère fretté : 2 4 2 3 5 7

Le matériau à considérer est celui des appuis et non celui du tablier. Pour les ouvrages dont les modes principaux mettent en jeu la déformation simultanée d'éléments constitués de matériaux différents, on retient l'amortissement le plus faible. Ces valeurs ne concernent que les ouvrages massifs, sans remplissage, ni segmentation. Quand un pont est muni de dispositifs amortisseurs, on doit savoir que : ces dispositifs se comportent souvent comme un système ressort et amortisseur agissant en parallèle. Il faut en déterminer la raideur et l’incorporer au modèle de calcul ; le coefficient d’amortissement qu'on leur associe est souvent d'une valeur très élevée, de sorte que la matrice d’amortissement du système peut s’écarter beaucoup du cas diagonalisable sur la base des modes propres non amortis. Le choix de la méthode de résolution doit en tenir compte.

24/95

version de : mai 2007 valide

4.2.5 Modélisation du sol
De manière générale, on négligera la souplesse des fondations pour la justification du tablier et des appuis. Les appuis peuvent etre considérés fixés au sol. Néanmoins, il est recommandé de prendre en compte les effets d’interaction sol structure lorsque le déplacement du sol est supérieur à 30% du déplacement total du centre de masse du tablier. Les effets d'interaction sol-structure peuvent être pris en compte par toute méthode scientifiquement validée. Pour la prise en compte de l'interaction sol-structure, une méthode est proposée en annexe C :

4.2.6 Effets de torsion
Les ponts biais (angle de biais ϕ < 70 grades) et les ponts dont le rapport

L ≤ 2.0 ont tendance à B

tourner autour d'un axe vertical, malgré une coïncidence théorique du centre des masses avec le centre de raideur ( L est la longueur totale du tablier continu et B la largeur du tablier).

L

ϕ

ϕ = angle de biais

Β

Figure 4.1 Pont biais Les ponts très biais (ϕ < 50 grades) devraient en général être évités, dans les régions à forte sismicité. Si cela n'est pas possible, il faut effectuer une modélisation appropriée de la raideur horizontale réelle des appareils d’appui, tenant compte de la concentration des réactions verticales près des angles aigus. On peut aussi utiliser une excentricité accidentelle majorée. Une approche similaire doit généralement être adoptée dans le cas des ponts à courbure horizontale importante. Lorsque la méthode monomodale est utilisée (voir 4.2.2) pour le dimensionnement des ponts biais, on doit prendre en compte le moment de torsion statique suivant, agissant autour de l'axe vertical passant par le centre de gravité du tablier. Mt = ± F e où : F est la force horizontale déterminée conformément à l'équation (4.3) ; e = e a + e d, ea = 0,03 L ou 0,03 B est l'excentricité accidentelle de la masse ; (4.1)

25/95

version de : mai 2007 valide

ed = 0,05L ou 0,05B est une excentricité additionnelle qui reflète l'effet dynamique de la vibration simultanée de translation et de torsion ; pour le calcul de ea et ed, on doit utiliser la dimension L ou B transversale à la direction de l'excitation. Lorsqu'on utilise un modèle dynamique complet (modèle spatial), la partie dynamique de l'excitation de torsion est prise en compte, si le centre des masses est déplacé par l'excentricité accidentelle ea dans la direction et le sens les plus défavorables. Toutefois, les effets de torsion peuvent être estimés également en utilisant le moment de torsion statique de l'équation (4.2). La résistance à la torsion de la structure d'un pont ne doit pas se baser sur la rigidité à la torsion d'une seule pile. Dans le cas des ponts à une seule travée, les appuis doivent être dimensionnés pour résister aux effets de la torsion.

4.3 Analyse
De manière générale, l’analyse d’un pont se fait par la méthode spectrale monomodale (mode fondamental) ou par la méthode du spectre de réponse (analyse dynamique linéaire). L’utilisation d’autres méthodes (spectre de puissance, analyse temporelle linéaire ou non linéaire) doit faire l’objet de justifications scientifiquement validées.

4.3.1 Analyse spectrale monomodale (mode fondamental) 4.3.1.1 Principe
Pour les ponts réguliers, les effets du mouvement d'ensemble sont déterminés par un calcul spectral monomodal. Les déplacements différentiels sont pris en compte de façon statique. Les caractéristiques du mode fondamental dans chaque direction sont déterminés soit à l’aide d'une analyse modale dans la direction considérée à condition de remplacer, pour le calcul des efforts, la masse du mode fondamental par la masse totale du modèle soit en appliquant la méthode approchée exposée ci-après.

4.3.1.2 Domaine d’application
Cette méthode ne s’applique pas aux ponts spéciaux : arcs, ponts à béquilles, ponts à câbles (de suspension ou de haubanage), ponts cantilever. Elle s'applique aux ponts remplissant les critères suivants simultanément : • La masse modale (Masse totale mise en mouvement par ces modes de vibration approchés) doit être supérieure à 70% de la masse totale de la structure, y compris la masse des appuis en élévation (fut et chevêtre). • Le biais (Angle de l'axe du tablier avec l'axe de ses appuis) est supérieur à 70 grades et les raideurs longitudinale et transversale totales des appuis) ne variant pas de plus de 10% par rapport aux valeurs calculées sans biais. • La courbure (Angle balayé en plan par la tangente à l'axe) est inférieure à 30 grades et les raideurs longitudinale et transversale totales des appuis ne variant pas de plus de 10% par rapport aux valeurs calculées sans courbure. • La symétrie transversale c’est à dire la distance entre le centre de masse du tablier et le centre élastique des appuis (excentricité théorique eo) n'excède pas 5% de la distance entre appuis extrêmes pour l'étude du séisme transversal. 26/95 version de : mai 2007 valide

4.3.1.3. Méthodes d’analyse
Le calcul est monomodal dans chaque direction et s'exécute selon les trois directions. Dans chacune des directions, il y a lieu de considérer le mode fondamental sur lequel on reporte la totalité de la masse vibrante.

4.3.1.3.1 Séisme longitudinal
Dans la direction longitudinale des ponts sensiblement rectilignes à tablier continu, la déformation du tablier dans le plan horizontal est négligeable par rapport au déplacement de la tête des piles sous l’effet de l'action sismique. Les effets sismiques doivent être déterminés en utilisant le modèle à tablier rigide.

d

d

d

d

d

A

Figure 4.2 séisme longitudinal

On applique au tablier une force horizontale statique équivalente F donnée par l'expression :

F = M . Sa (T)
où :

(4.2)

M est la masse effective totale de la structure, égale à la masse du tablier augmentée de la masse de la moitié supérieure des piles liées au tablier ; Sa (T) est l’accélération spectrale du spectre de calcul correspondant à la période fondamentale T : Sa (T) = Sae (T) pour un calcul élastique (q=1) ; Sa (T) = Sad (T) pour un calcul en capacité (q>1) Sae (T) et Sad (T) étant respectivement le spectre élastique et le spectre de dimensionnement définis à l’article 3.2. La période fondamentale T a pour expression :

T = 2π

M K
27/95

(4.3)

version de : mai 2007 valide

où : K = ∑Ki est la raideur du système, égale à la somme des raideurs des éléments résistants dans le sens du séisme. Le déplacement a pour expression :

 T  d =  .S a (T )  2π 
La force horizontale se répartit sur chaque appui (i) au prorata des raideurs :

2

(4.4)

Fi =

Ki F K

(4.5)

Pour des piles de forte masse excédant le cinquième de celle de la portion de tablier qu’ils portent, l’addition à cette dernière de la moitié de leur masse peut conduire à un surdimensionnement. on pourra modéliser ces piles en répartissant leur masse en masses partielles sur leur longueur et en adoptant les formules de calcul transversales (4.8).

4.3.1.3.2. Séisme transversal
Selon les caractéristiques particulières du pont, cette méthode peut être appliquée en utilisant pour le modèle deux approches différentes, à savoir : • Le modèle à tablier rigide ; • Le modèle à tablier flexible.

a) Modèle à tablier rigide
En direction transversale, le tablier peut être supposé comme étant rigide si si la condition suivante est satisfaite :

L ≤ 5 ou, dans le cas général B

∆d −−− ≤ 0,20 da
où :

(4.6)

est la longueur totale du tablier continu ; est la largeur du tablier ; et ∆d et da sont respectivement la différence maximale et la moyenne des déplacements transversaux du sommet de toutes les piles liées transversalement au tablier, sous l'action sismique transversale. L B Le modèle du tablier rigide décrit à l’article 4.3.1.3.1 est alors applicable. Les formules (4.3), (4.4), (4.5), (4.6) sont à considérer avec la raideur K et la période T dans le sens transversal.

28/95

version de : mai 2007 valide

b) Modèle à tablier flexible
La période fondamentale de la structure, dans la direction transversale étudiée, peut être estimée par la méthode de Rayleigh utilisant un système généralisé à un seul degré de liberté comme suit, ou par toute autre méthode scientifiquement validée :

T = 2π
où :

∑m u ∑fu
i i

2 i i

(4.7)

mi est la masse concentrée au i-ème point nodal ; ui est le déplacement dans la direction étudiée, lorsque la structure est soumise aux forces ; fi = mi g agissant à tous les points nodaux dans la même direction.

m1

m2

m3

mi

mn

Figure 4.3 séisme transversal

Les effets du séisme doivent être déterminés en appliquant à tous les points nodaux des forces horizontales Fi , qui ont pour expression :

Fi =
où : T mi ui g

4π 2 S a (T ) . .u i mi g T2

(4.8)

est la période du mode fondamental de vibration pour la direction considérée ; est la masse concentrée au point i; est le déplacement du i-ème point nodal déterminé approximativement par la forme du premier mode. est l'accélération de la gravité.

Sa (T) est l’accélération spectrale du spectre de calcul correspondant à la période fondamentale T : Sa (T) = Sae (T) pour un calcul élastique (q=1) ; Sa (T) = Sad (T) pour un calcul en capacité (q>1) Sae (T) et Sad (T) étant respectivement le spectre élastique et le spectre de dimensionnement définis à l’article 3.2.

29/95

version de : mai 2007 valide

Les déplacements correspondants ont pour valeur :

ur T  di = M  S a (T ) ∑ mi ui  2π 
Avec

2

(4.9)

M = ∑ mi

Pour les nœuds situés au droit des appuis bloqués sur le tablier, la masse de la moitié supérieure de l'appui bloqué est incorporée dans le mi correspondant.

4.3.1.3.3 Effets de torsion en direction transversale
Dans la direction transversale d'un pont, pour les tabliers d’épaisseur supérieure à un mètre, les effets de torsion doivent être évalués en appliquant un moment de torsion statique, Mt = F. e L'excentricité à prendre en compte doit être calculée comme suit :

e = eo + ea + ed
où : eo ea = 0,03 L

(4.10)

est l'excentricité théorique (voir dernier point de 4.3.1.2) ; est l'excentricité accidentelle ; et

ed = 0.03L 1 +

e0 ea

est une amplification dynamique de l’excentricité.

La force F doit être déterminée soit conformément à l'équation (4.3) soit comme ΣFi conformément à l'équation (4.9). Le moment Mt peut être distribué aux éléments porteurs en utilisant le modèle à tablier rigide.

4.3.1.3.4. Composante verticale du séisme
Dans les tabliers en béton précontraint, les effets de la composante sismique verticale ascendante doivent être examinés systématiquement. Les effets de la composante sismique verticale sur les appareils d'appui et les attelages doivent être évalués dans tous les cas. Les effets de la composante sismique verticale sur les piles peuvent être en général négligés, pour les zones de faible sismicité.

La force totale verticale peut être distribuée proportionnellement au mode fondamental flexionnel du tablier, en utilisant le modèle à tablier flexible.

30/95

version de : mai 2007 valide

Fi =
où : T mi
vi

v 4π 2 S ae (T ) . .vi mi g T2

(4.11)

est la période du mode fondamental de vibration pour la direction considérée ; est la masse concentrée au point i; est le déplacement vertical du i-ème point nodal déterminé approximativement par la forme du premier mode. est l'accélération de la gravité.

g

v S ae (T ) est l’accélération spectrale du spectre de calcul pour la composante verticale :

4.3.2 Analyse dynamique linéaire — Méthode du spectre de réponse 4.3.2.1 Définition, domaine d'application
L'analyse par le spectre de réponse est une analyse élastique des réponses dynamiques maximales de tous les modes significatifs de la structure. La méthode se base sur un calcul dynamique multimodale spectrale et tient compte de façon statique des déplacements différentiels. La réponse globale est obtenue par des combinaisons statistiques des contributions modales maximales. Les effets de l'action sismique doivent être déterminés à partir d'un modèle linéaire dynamique complet, en accord avec les lois de la mécanique et avec les principes de l'analyse structurale. Pour les types de ponts suivants, qui sont définis comme ponts spéciaux, il y a lieu de prendre en compte également les recommandations de l’annexe E : ponts haubanés, ponts en arc, ponts à béquilles inclinées, ponts ayant une géométrie très particulière, ponts dont les plastifications dans les piles sont sensiblement différentes, etc.

4.3.2.2 Modélisation des fondations
Si nécessaire, les effets d’interaction sol structure sont à prendre en compte comme indiqué à l’article 4.2.5

4.3.2.3 Modes significatifs
Tous les modes qui ont une contribution importante à la réponse structurale totale doivent être pris en compte. Le critère ci-dessus est considéré comme satisfait si la somme des «masses modales effectives», atteint pour les modes considérés au moins 90 % de la masse totale du pont. Le critère ci-dessus est également considéré comme satisfait si cette somme atteint pour les modes considérés au moins 70 % de la masse totale du pont, à condition de considérer le mode résiduel qui tient compte des modes négligés.
La masse du mode résiduel est égale à Mr = M - ∑Mi, M étant la masse totale vibrante et Mi les masses des différents modes calculés.

31/95

version de : mai 2007 valide

4.3.2.4 Combinaison des réponses modales
La valeur maximale probable E, de l'effet d'une action (force, déplacement etc.) doit être considérée en général comme égale à la racine carrée de la somme des carrés des réponses modales Ei (règle SRSS) .

E=

∑E

2 i

(4.12)

L'effet de cette action doit être supposé agir dans les deux sens. Lorsque deux modes ont des périodes naturelles peu espacées Ti ≤ Tj , avec le rapport dépassant la valeur de pas sécuritaire. La méthode de la combinaison quadratique complète (méthode CQC) peut alors être appliquée :

ρ=

Ti Tj

10 10 + ξ

où ξ est le taux d'amortissement visqueux, la règle SRSS (4.12) n’est

E=
avec : i = 1 ... n; j = 1 .... n

∑∑ E r E
i ij i j

j

(4.13)

n étant le nombre de modes significatifs considérés avec le facteur de corrélation :

rij =

8ξ 2 (1 + ρ ) ρ 3 / 2 10 4 (1 − ρ 2 ) 2 + 4ξ 2 ρ (1 + ρ ) 2

(4.14)

4.3.2.5 Combinaison des composantes de l’action sismique
La combinaison des forces sismiques orthogonales est employée pour tenir compte de l’incertitude directionnelle du séisme. L'effet probable de l'action maximale E, dû à l'apparition simultanée des actions sismiques le long des axes horizontaux X et Y et de l'axe vertical Z, peut être estimé, à partir des effets d'actions maximales Ex, Ey et Ez dus à l'action sismique indépendante le long de chaque axe, comme suit : Les effets des différentes composantes du mouvement d'ensemble sont combinés de la manière suivante :

E = Ex ± 0.3 Ey ± 0.3 Ez E = Ey ± 0.3 Ex ± 0.3 Ez E = Ez ± 0.3 Ex ± 0.3 Ey
où :

(4.15)

Ex, Ey et Ez sont les effets des actions sismiques dans chacune des directions respectives X, Y et Z. L’action Ez est à prendre en compte conformément aux exigences de 3.2.1.2

32/95

version de : mai 2007 valide

4.3.2.6 Déplacements différentiels
Lorsque le déplacement différentiel le long de la base du pont peut induire dans la structure des contraintes significatives, il est procédé comme suit : • on calcule le déplacement différentiel, longitudinal et transversal entre les extrémités du pont (voir 3.4) et on applique à l'ouvrage un champ de déplacements imposés statiquement en chacun de ses points d'appui, en bloquant une extrémité et imposant à l'autre le déplacement différentiel calculé (longitudinal ou transversal), tandis que les appuis intermédiaires en subissent un proportionnel à la distance à l'extrémité bloquée ; quand le pont franchit une discontinuité mécanique (faille), on calcule le déplacement différentiel entre les deux points d'appui successifs qui encadrent la discontinuité et l'on applique à l'ouvrage un champ de déplacements imposés statiquement aux points d'appui, tels que tous les points d'appui d'un côté de la discontinuité soient bloqués et que tous ceux de l'autre côté subissent un déplacement égal au déplacement différentiel calculé, soit longitudinal, soit transversal, soit vertical ; si le pont franchit plus d'une discontinuité mécanique, on procède comme ci-dessus successivement pour chaque discontinuité.

4.3.3 Autres méthodes linéaires
Les méthodes d’analyse par le spectre de puissance et d’analyse temporelle données ci-après, le sont à titre indicatif. Toute utilisation de l'une de ces méthodes doit faire l'objet de justifications scientifiquement validées.

4.3.3.1 Analyse par le spectre de puissance
Une analyse linéaire stochastique de la structure doit être effectuée, soit en appliquant l'analyse modale, soit par des matrices de réponse dépendant de la fréquence, à partir du spectre de densité de puissance en accélération. Les effets élastiques de l'action doivent être définis comme la valeur moyenne de la distribution statistique de la valeur extrême maximale de la réponse pendant la durée considérée dans le modèle sismique. Les valeurs de calcul doivent être déterminées en divisant les effets élastiques par le coefficient de comportement q approprié. La méthode a le même domaine d'application que l'analyse par le spectre de réponse.

4.3.3.2 Analyse temporelle
Dans une analyse temporelle, les effets de l'action sismique sont obtenus en faisant la moyenne des échantillons de la réponse extrême, calculée pour chaque accélérogramme. L’action sismique peut être décrite par un ensemble d’accélérogrammes construits artificiellement ou réels. Cet ensemble doit contenir un nombre suffisant (une dizaine) d’accélérogrammes construits pour obtenir une estimation fiable des effets de l’action sismique. Il doit couvrir le spectre de réponse du site. Toute utilisation de ce type de représentation de l’action sismique doit faire appel à une méthode scientifique validée.

33/95

version de : mai 2007 valide

4.3.4 Analyse temporelle non linéaire
Cette analyse temporelle non linéaire est donnée à titre indicatif. Son utilisation doit faire l’objet de justifications scientifiquement validées. La réponse de la structure au cours du temps peut être obtenue par intégration numérique directe de ses équations différentielles non linéaires du mouvement. La sollicitation sismique doit consister en une description temporelle du mouvement du sol développée pour le site particulier et représentant de préférence des séismes réels. Sauf précision différente dans cette partie, cette méthode ne peut être utilisée que conjointement avec une analyse standard par le spectre de réponse, pour donner un aperçu de la réponse post-élastique et une comparaison entre les ductilités locales exigées et disponibles. À l'exception des ponts placés sur des dispositifs d'isolation et des ponts spéciaux, les résultats de l'analyse non linéaire ne doivent pas être utilisés pour assouplir les prescriptions résultant de l'analyse par le spectre de réponse. Il y a lieu de respecter les règles pour la vérification de la résistance des sections (5.3) et pour le dimensionnement des fondations (5.6), ainsi que les règles particulières de détail visant à un minimum de ductilité

4.4 Coefficient de comportement pour le dimensionnement en capacité
Lorsque le tablier de l'ouvrage est fixé sur une ou plusieurs piles, on peut admettre un comportement non linéaire de celle(s)-ci par plastification des aciers longitudinaux dans des zones bien délimitées appelées rotules plastiques. Les efforts obtenus par l'analyse linéaire élastique peuvent ainsi être réduits, ce qui peut être bénéfique en particulier pour le dimensionnement des fondations. Pour réduire les efforts de dimensionnement, la notion de coefficient de comportement q est utilisée. Les efforts obtenus par un calcul élastique, en utilisant le spectre de dimensionnement Sad (défini en 3.2.2), sont divisés par ce coefficient " q " pour le dimensionnement de la structure. Seuls les efforts sont divisés et non les déplacements. La formation de rotules plastiques de flexion dans les éléments ductiles est une exigence essentielle pour l'application des valeurs du coefficient q pour le comportement ductile. Si la formation de rotules plastiques dans les piles n'est pas probable, il ne faut pas utiliser de coefficients de comportement supérieurs à 1 sans motivation particulière, puisque les piles n'arrivent pas à la plastification sous l'action sismique de calcul. Ceci est susceptible de se produire lorsque pratiquement la totalité de l'action sismique est supportée par un ou deux éléments très raides et résistants (culées ou piles) qui demeurent dans le domaine élastique. Dans des zones de forte sismicité, lorsque la dissipation est concentrée aux culées, il convient de disposer sur celles-ci des dispositifs qui absorbent l'énergie.

4.4.1 Comportement sismique ductile
Les valeurs maximales admissibles pour le coefficient q sont définies à partir d'une valeur de base qo : • Piles en béton armé :

qo = 1 +

0 .5 l k h

qo est plafonné à : . 3,5 pour les piles encastrées en tête et en pied
. 3,0 pour les piles articulées en tête et encastrées en pied 34/95 version de : mai 2007 valide

k vaut 2 pour les piles encastrées à leurs deux extrémités et 1 dans les autres cas ; . l est la hauteur de la pile ; . h est la hauteur de la section transversale suivant la direction du séisme.
. La valeur de base ci-dessus est corrigée pour tenir compte de l'effort normal dans les appuis en béton armé. On définit l'effort normal réduit concomitant

ν=

σ cm

f c 90

, où σcm est la compression moyenne sous

l'effort normal de calcul et fc90 est la résistance en compression du béton à 90 jours. Le coefficient de comportement vaut alors : si ν ≤ 0.3

q = qo
q = qo − 10 (ν − 0.3)(qo − 1) 3

si 0.3 ≤ ν ≤ 0.6

• q =1
• • • •

si 0,6 ≤ ν q=1

Piles avec appareils d'appui en élastomère Blocage sur culée rigide Arcs q = 2

q=1

Piles métalliques constituées de structures à : - cadres dissipatifs : - cadres dissipatifs avec croix de Saint-André : - contreventement excentré : - contreventement en croix de Saint-André : - contreventement en V (ou V inversé) : - contreventement en K :

q=4 q=4 q=4 q=3 q=2 q=1

Les valeurs de q ci-dessus ne conviennent qu'aux seules sollicitations sismiques horizontales dues aux translations d'ensemble. Si un pont comporte des éléments de diverses ductilités, ceux-ci sont tous alignés sur le moins ductile (plus petit q).

Le coefficient de comportement pour l'analyse dans la direction verticale doit toujours être égal à 1. Pour l'estimation du coefficient de comportement des ponts spéciaux, il y a lieu de se reporter également à l’annexe E.

4.4.2 Critère de régularité
En désignant par Mi, la valeur maximale du moment de calcul à l'emplacement de la rotule plastique prévue de l'élément ductile i et en désignant par MRi, le moment résistant de la même section, le coefficient de réduction de force locale ri associé à l'élément i est alors défini comme suit :

ri = q

Mi M Ri

(4.16)

35/95

version de : mai 2007 valide

Lorsque, la valeur maximale de ri pour tous les éléments ductiles i, rmax , est sensiblement inférieure à q, le dimensionnement ne peut exploiter pleinement les valeurs q maximales admissibles. Lorsque rmax = 1,0, le pont apporte une réponse élastique au séisme de calcul considéré.

4.4.2 .1 Cas des ponts réguliers
Un pont doit être considéré comme ayant un comportement sismique régulier dans la direction horizontale concernée, lorsque la condition suivante est satisfaite :

ρ=
où :

rmax ≤2 rmin

(4.17)

rmin est la valeur minimale de ri rmax la valeur maximale de ri pour tous les éléments ductiles, ri est le coefficient de réduction de force locale défini en 4.2.2.

4.4.2 .2 Cas des ponts irréguliers
Les ponts ne satisfaisant pas à l'expression (4.17) doivent être considérés comme ayant un comportement sismique irrégulier dans la direction horizontale concernée. Les ponts de ce type doivent être dimensionnés soit en utilisant une valeur q réduite :

qr =

2q

ρ

≥1

(4.18)

Soit au moyen d'une analyse temporelle non linéaire dynamique. Une valeur approchée de la réponse non linéaire peut également être obtenue par la combinaison d'une analyse linéaire équivalente et d'une analyse statique non linéaire (analyse en poussée progressive). conformément à 4.2.5. Si on ne dispose pas d'une méthode élasto-plastique validée, les cas les plus complexes peuvent se traiter par une approche élastique ( q = 1) .

4.4.3 Limitation pour effets de second ordre
On limite également le coefficient de comportement pour des piles élancées, afin de contrôler les effets du second ordre. • Pour les piles en béton, les valeurs de q sont justifiées par toute méthode validée scientifiquement.

A défaut d'évaluation plus précise, on vérifie que les valeurs de q satisfont la relation :

ϕ (q) = qλ2

σ cm
Ei

≤ 1.8

(4.19)

Dans le cas contraire, une valeur limitée de q notée qI est donnée par la relation ϕ(qI)=1,8, avec une valeur plancher qI=1. 36/95 version de : mai 2007 valide

avec :

-

λ est l'élancement mécanique donné par la relation λ =
pile considérée et r le rayon de giration de la section ;

lf r

, lf étant la longueur de flambement de la

-

σcm est la contrainte moyenne de compression sous effort normal de la combinaison sismique de calcul;
Ei est le module d'Young instantané du béton.

Pour les ponts irréguliers, la limitation ci-dessus est appliquée à chaque appui indépendamment des autres. Les effets du second ordre, sous combinaisons sismiques, ne sont pris en compte que si l'application des prescriptions précitées conduit à q = 1 ou à ql =1. - Pour ϕ ≤ 1,8, les effets du second ordre sont négligés ; - Pour 1,8 < ϕ ≤ 4,5, les efforts sismiques dans l'appui concerné sont multipliés par le coefficient d'amplification θ = 0.9 / (1- ϕ /18) ;

Pour 4,5 < ϕ une vérification particulière est nécessaire.

Les piles métalliques sont vérifiées suivant les spécifications de l’article 7.3 et par application des règles de construction métalliques en vigueur.

37/95

version de : mai 2007 valide

5 Vérification de la résistance
5.1 Combinaison des actions de calcul
Les combinaisons à prendre en compte et les coefficients partiels de sécurité sont propres aux calculs sismiques . On distingue : • • la vérification des structures : G + P + E + 0,4 ∆T + D + ΨQ la vérification de la sécurité aux déplacements différentiels : G + P + E' + 0,4 ∆T + D avec : G : valeur nominale des charges permanentes, P : forces de précontrainte éventuelles (à long terme), E : action sismique limitée au mouvement d'ensemble, obtenue par la combinaison la plus défavorable des composantes de l’action sismique définie en 4.3.2.4, E’ : action sismique limitée aux déplacements différentiels qu’elle engendre, Q : actions variables des charges d'exploitation, ∆T désigne les variations de température, D les déformations différées des matériaux (retrait et fluage du béton). Ψ : coefficient de combinaison,

Ψ = 0,2 pour les ouvrages routiers urbains, Ψ = 0,3 pour les lignes ferroviaires, Ψ = 0 pour les autres cas.

Pour les ponts rails, la combinaison à l’ELS suivante est à considérer : G + P + 0,6E + 0,3Q

5.2 Vérification de la résistance des sections
Le format général des vérifications est le suivant :

γ o Sd ≤
avec les notations :

1

γR

Rd

(5.1)

Sd sollicitation agissante de calcul de la combinaison d'action définie en 5.1

γo=0,8+0,2q, dit coefficient de surcapacité, permet de prendre en compte de manière forfaitaire la conception en capacité de la structure, plafonné à 1,2 pour les moments fléchissants, q est le coefficient de comportement. γo= 1 pour les vérifications à la flexion dans les zones critiques des piles telles que définies en
38/95 6.3.2.

version de : mai 2007 valide

γR

permet d'apporter une sécurité complémentaire vis-à-vis des ruptures fragiles, ayant pour valeur : 1,4 pour tout élément ou tout raccordement (attaches, ancrages, culots, manchons de raccordement, etc...) de type fragile, 1,4 pour l'effort tranchant dans les piles, 1,0 dans tous les autres cas, sauf pour les appareils d'appui pour lesquels les spécifications sont précisées à la section 7

Rd résistance de calcul de la section.
Les résistances des matériaux à prendre en compte sont obtenues en divisant les valeurs caractéristiques fc28 ou fe par un coefficient de sécurité γm dont les valeurs sont :

γm γm

= 1,30 pour le béton = 1,00 pour les armatures du béton armé, ou pour les poutres et les piles métalliques.

Pour la détermination de la résistance des sections, les diagrammes contraintes-déformations des matériaux seront ceux des règlements de calcul en vigueur pour l'Etat Limite Ultime. Ces coefficients doivent être introduits au moment de la vérification des sections et selon la nature et la position de l'élément vérifié.

5.3 Sécurité aux déplacements différentiels
Les effets des déplacements différentiels entre les appuis sont généralement négligeables pour les ouvrages courants. Toutefois, leurs effets doivent être examinés lorsque l'ouvrage franchit une faille active ou lorsque les appuis sont fondés sur des sols très différents ou dans le cas d’ouvrages très longs (longueurs supérieures aux valeurs du tableau 3.5). Dans ce cas, les composantes des différentes directions ne sont pas prises en compte simultanément lors des vérifications. On doit vérifier que chaque élément structural conserve sa capacité de résistance sous l’effet des déplacements différentiels définis en 3.4.2 et 4.3.2.6. On doit vérifier également que les éléments non structuraux ne subissent pas, sous les mêmes déplacements, de dommages tels qu’ils pourraient compromettre le franchissement de l’ouvrage après séisme.

5.4 Tablier
Le tablier doit toujours être dimensionné pour rester dans le domaine élastique. Pour les zones de forte sismicité (zones IIb et III ), les tabliers de pont en béton précontraint doivent être vérifiés sous l'effet de la composante verticale du séisme. Pour des piles encastrées dans le tablier, on doit s'assurer lors du dimensionnement du noeud que la rotule plastique se forme dans la pile et non dans le tablier. On prend donc en compte le coefficient de surcapacité γo pour calculer le ferraillage dans le tablier dû au moment d'encastrement. La diffusion des efforts concentrés doit être étudiée en cas de possibilité de choc du tablier, par exemple contre une butée, lors du mouvement sismique. 39/95 version de : mai 2007 valide

5.5 Appuis
Les organes d’appuis sont traités au chapitre 6.

5.5.1 Piles 5.5.1.1 Dimensionnement en capacité
Md est le diagramme des moments dans les appuis issu du calcul utilisant le spectre de dimensionnement Sad (T). Dans la conception en capacité, pour les structures à comportement ductile, on divise ces moments par le coefficient de comportement q défini en 4.4; La valeur MRd à utiliser dans le calcul de la résistance à la flexion , dans la direction et le sens choisis du séisme est donnée par l’expression :

M Rd =

Md q

(5.2)

Les rotules plastiques se forment en pied de pile, ou éventuellement en tête (en cas d'encastrement dans le tablier), là où la valeur du moment fléchissant atteint son maximum. Des " zones critiques " englobent les zones de rotule plastique et qui s'étendent à partir de l'encastrement sur une longueur lc qui est la plus grande des deux valeurs : •

lc = λ h

λ = 2 + 

1 3

l avec 1 ≤ λ ≤ 2 h

et l est la longueur de l'élément en béton, h est la hauteur de sa section transversale ; • la longueur sur laquelle le moment (résultant du calcul élastique avec spectre de dimensionnement) est compris entre 0,8 Mmax, et Mmax’

Section transversale

h D l h= D/1.4 lc Semelle b D

h = hauteur de la section dans le sens du séisme lC = longueur critique l = hauteur de la pile les autres formes de sections peuvent être ramenées à une section équivalente rectangulaire ou circulaire. Figure 5.1 Zone critique

Des dispositions constructives (voir article 7.2) concernant notamment le ferraillage transversal assurent un comportement non linéaire convenable de cette zone.

40/95

version de : mai 2007 valide

Dans cette zone critique, on dimensionne le ferraillage longitudinal pour la valeur de MRd et l'effort normal concomitant le plus défavorable. Il est important de ne pas surdimensionner le ferraillage longitudinal de façon à ce que la rotule plastique se produise bien dans la zone critique et pas ailleurs. En dehors de la zone critique, les dispositions constructives sont moins conséquentes et ont pour but d’assurer qu'aucune rotule plastique ne s'y forme. C'est pourquoi, il y a lieu de multiplier MRd, en dehors des zones critiques, par un coefficient de "surcapacité" γo qui est d'autant plus grand que le comportement inélastique prévisible (q) est grand :

γo

= 0,8 + 0,2q pour le béton γo = 1,2 si q>1 pour la charpente métallique

TABLIER

TABLIER RP
haut γ o M Rd haut M Rd

M o = γ o M Rd
Md q

M Rd =

lc

RP

γoMRd

MRd

SEMELLE

γ oM

bas Rd

M

bas Rd

RP SEMELLE

Pile encastrée à sa base
RP = rotule plastique

Pile encastrée à sa base et en tête

Figure 5.2 Moments de dimensionnement en capacité On dimensionne le ferraillage longitudinal de la rotule plastique pour MRd à partir de l'encastrement jusqu'à l'intersection avec la courbe Mo. Au-delà la surcapacité en moment d’une section doit être calculée pour Mo = γo MRd Sur une longueur d'au moins lc , le ferraillage longitudinal doit rester constant et complètement actif. La Figure 5.2 ci-dessus donne respectivement les diagrammes des moments à adopter pour le dimensionnement dans des cas de piles mono ou bi-encastrées. On doit se limiter volontairement à un moment résistant de calcul égal à MRd dans la zone critique : si on dépassait cette valeur, sans augmenter simultanément les moments résistants ailleurs, on pourrait développer une rotule plastique hors zone critique, là où les dispositions constructives ne le permettent pas. Le surdimensionnement risquerait de modifier le mode de rupture pouvant basculer vers un mode fragile, dangereux pour la structure. Pour le dimensionnement des aciers longitudinaux, on applique les dispositions usuelles du béton armé, avec en particulier un décalage de la ligne des moments sur une longueur environ égale 0,8 fois hauteur de la section.

41/95

version de : mai 2007 valide

On dimensionne les éléments à l'effort tranchant pour les sollicitations élastiques divisées par le coefficient q, multipliées par le Coefficient de surcapacité γo, et puis par un coefficient de sécurité vis-à-vis des ruptures fragiles par effort tranchant γR = 1,4. Les effets du dimensionnement en capacité doivent être calculés en général dans chaque sens de l'action sismique et dans les directions longitudinale et transversale

5.5.2 Culées et murs de soutènement 5.5.2.1 Exigences générales
Tous les éléments structuraux des culées et murs doivent être dimensionnés de manière à demeurer élastiques sous l'effet de l'action sismique de calcul. Le dimensionnement des fondations doit être conforme à 5.6. Le remblai derrière la structure doit présenter une granulométrie soigneusement choisie et être compacté in situ de manière à réaliser, autant que possible, une continuité avec la masse du sol existant. Les matériaux de remblaiement doivent avoir les caractéristiques suivantes : . Être sableux ou granuleux, ne pas contenir d'éléments organiques, putrescibles, combustibles, solubles, polluants ou corrosifs vis à vis du béton . Leur teneur en fines définie comme le passant à 0,08mm, doit être inférieur à 8%, . Ne pas contenir d'éléments dont la plus grande dimension est supérieure à 100mm (D< 100mm) . Être insensible à l'eau, . Avoir un angle de frottement interne ϕ ≥30° . Le système de drainage derrière la structure doit être capable d'absorber des mouvements transitoires ou permanents sans perte de fonctionnalité. En particulier, dans le cas de sols sans cohésion contenant de l'eau, le drainage doit être efficace jusqu’à des profondeurs nettement plus importantes que celle de la surface de rupture potentielle derrière les structures. Il convient d’éviter la stagnation d’eau dans le sol et les remblais d’accès. Il y a lieu de s'assurer que le sol supporté ne risque pas de se liquéfier sous l'effet du séisme de calcul. En fonction du rôle structural de l'assemblage horizontal entre la culée et le tablier, les règles suivantes sont à appliquer.

5.5.2.2 Culées liées de manière flexible au tablier
Dans le cas de ce type de culée, le tablier est supporté par des appuis mobiles ou en élastomère. Ni les appuis en élastomère, ni les attelages sismiques éventuels ne sont dimensionnés pour supporter l'action sismique de calcul. Ce type de culées a une contribution négligeable en ce qui concerne le maintien horizontal du tablier. Pour le dimensionnement sismique de ces culées les actions suivantes, supposées agir en phase, doivent être prises en compte. a) Poussées des terres incluant les effets sismiques, comme indiqué en 5.5.2.4 (mur de soutènement) b) forces d'inertie agissant sur la masse de la culée et sur la masse du remblai supportée éventuellement par la culée. Ces effets peuvent être déterminés, en général, en utilisant la valeur du coefficient d’accélération de zone (A), (tableau 3.3). c) actions transmises par les appareils d'appui.

42/95

version de : mai 2007 valide

5.5.2.3 Culées liées de manière rigide au tablier
L'assemblage entre la culée et le tablier est soit monolithique, soit réalisé par des appareils d'appui fixes ou par des attelages dimensionnés pour supporter l'action sismique. De telles culées ont une contribution majeure à la résistance sismique du tablier, dans les directions longitudinale et transversale. Les actions suivantes doivent être prises en compte en direction longitudinale : a) forces d'inertie agissant sur la masse de la structure, qui peuvent être estimées en utilisant la méthode du mode fondamental (4.3.1) ; b) poussée statique des terres agissant sur les deux culées (Eo) ; c) les poussées des terres supplémentaires dues au séisme.

∆Ed = Ed – Eo
où :

(5.3)

Ed est la poussée des terres totale agissant sur la culée dans les conditions sismiques. Les poussées ∆Ed sont supposées agir dans la même direction sur les deux culées. L'assemblage du tablier avec la culée (incluant éventuellement des appareils d'appui fixes ou des attelages) doit être dimensionné, dans ce cas, pour l'effet des actions résultant des alinéas ci-dessus. Pour que les détériorations du sol ou du remblai derrière les culées restent dans des limites acceptables, le déplacement sismique de calcul ne devrait pas dépasser 6 cm. La réaction du sol, provoquée par le mouvement de la culée et des murs en aile assemblés à la culée de manière monolithique, est supposée agir sur les surfaces suivantes : • En direction longitudinale sur la face extérieure du mur de culée, qui se déplace contre le sol ou le remblai ; • En direction transversale, sur la face interne des murs en aile de culée qui se déplacent contre le remblai. Ces éléments de culée sont à dimensionner pour résister à cette réaction du sol, en complément à la poussée statique des terres.

5.5.2.4 Murs de soutènement
La poussée dynamique des terres est calculée par toute méthode scientifiquement validée. A défaut, la méthode de Mononobé-Okabé décrite ci dessous peut être appliquée. On négligera en général la butée et le poids des terres se trouvant à l'avant du mur. Les efforts d'inertie du mur ou des terres reposant sur la semelle sont calculés à partir des coefficients sismiques kH et kV.

kH = A kv = 0,3 kH
A : coefficient d’accélération de zone (tableau 3.1) Sous séisme, la poussée dynamique globale, comportant à la fois les effets statiques et dynamiques de la poussée active des terres, s'exerce à mi-hauteur de la paroi (diagramme de pression rectangulaire) et a pour valeur : (5.4)

Fad =

1 γ (1 ± k v )H 2 K ad 2
43/95

(5.5)

version de : mai 2007 valide

Avec

K ad =

cos 2 (ϕ − θ )  sin ϕ sin(ϕ − β − θ )  cos 2 θ 1 +  cosθ cos β  
2

(5.6)

θ = arctan 

 kh  1 ± kv

   

H est la hauteur du mur ; γ est le poids volumique des terres,

ϕ l'angle de frottement interne du remblai sans cohésion, δ l'angle de frottement sur le mur,
β angle de la surface du remblai sur l’horizontal. • Lorsqu'il est nécessaire de prendre en compte une butée passive des terres pour assurer d'ensemble d'un ouvrage, celle-ci est limitée à: l'équilibre

1 Fpd = γH 2 2
Elle s'exerce horizontalement au tiers de la hauteur H de fiche de la paroi. Dans ce cas de figure, le coefficient de butée a été pris égal à 1. •

(5.7)

Lorsque le terre-plein supporte une charge uniforme d'intensité q, la poussée dynamique active globale correspondante est prise égale à :

Fad (q) =

qH (1 ± k v ) K ad cos β

(5.8)

Elle s'exerce à mi-hauteur de la paroi (diagramme de pression rectangulaire). • Cas des sols saturés :

La poussée dynamique globale (effets statique et dynamique) est la somme de la poussée dynamique du terrain déjaugé :

F ' ad =

1 (γ − γ w )(1 ± k v ) H ² K ad 2

(5.9)

S’exerçant à mi-hauteur de la paroi (diagramme de pression rectangulaire) et de la poussée hydrostatique s'exerçant au tiers de la hauteur (diagramme de pression triangulaire) :

1 Fw = γ w H ² 2

(5.10)

La valeur du coefficient de poussée active dynamique Kad est évaluée avec un angle

θ ' = arctan 

 kh γ     1 ± kv γ − γ w 

(5.11)

Il y a lieu d’effectuer les vérifications de stabilité interne (ferraillage des murs, ...) et la stabilité externe (glissement ou renversement de la semelle..,voir §5.6).

44/95

version de : mai 2007 valide

5.5.2.5 Stabilité des talus - Remblais d’accès
Les exigences générales de l’article 5.5.3.1 sont à respecter, Les talus et les versants naturels ou artificiels dans leur configuration en fin de projet doivent rester stables sous l’action sismique, En absence de sols liquéfiables, la vérification de la stabilité des talus et des remblais d’accès peut être effectuée en première analyse avec un calcul statique équivalent par application à tous les éléments de sol et aux charges supportées de deux coefficients sismiques kh = 0.5 A et kv = ± 0,3 kh représentant les forces horizontales contenues dans les plans verticaux de plus grande pente et dirigées vers l’aval et les forces verticales descendantes ou ascendantes selon les combinaisons (kh , kv) et (kh , - kv). Le coefficient A est le coefficient d’accélération de zone (tableau 3.1) choisi en fonction de la zone sismique et du groupe d’importance de l’ouvrage affecté par le glissement ou menacé par lui. L’équilibre du massif délimité en profondeur par la surface de rupture doit être vérifié compte tenu d’un coefficient de sécurité partiel égal à 1 sur les résistances des sols concernés.

5.6 Fondations
5.6.1 Généralités
Les systèmes de fondation des ponts doivent être dimensionnés de manière à ne pas être endommagées sous l'effet de l'action sismique. La raideur de la fondation doit permettre la transmission au sol, de manière aussi uniforme que possible, des actions localisées provenant de la superstructure ; Les effets des déplacements horizontaux différentiels entre les éléments verticaux doivent être pris en compte dans le choix de la raideur de la fondation dans son plan horizontal ; L'effet possible d'interaction sol structure doit être évalué sur la base des dispositions appropriées de l’article 5.7. Pour les ponts spéciaux, on peut utiliser l'analyse non linéaire pour l'estimation des effets non linéaires concernés. Les pieux inclinés sont interdits sauf s'ils sont justifiés par une méthode scientifiquement validée.

5.6.2 Effets des actions de calcul
Les effets des actions de calcul doivent être obtenus en appliquant aux piles le procédé de dimensionnement en capacité, conforme à 5.5.2.

5.6.3 Vérification de la résistance
Dans un premier temps, il y a lieu de contrôler que le sol ne présente pas de risque de liquéfaction conformément à l’article 6.3. La vérification des fondations se fait selon les règles techniques de fondations en vigueur en tenant compte des précisions détaillées ci-après. Les états limites concernant les matériaux constitutifs des éléments de fondation seront justifiés selon les règles adaptées.

45/95

version de : mai 2007 valide

5.6.3.1 Fondations superficielles
Dans la grande majorité des cas, il s'agit de semelles rectangulaires. Le modèle de Meyerhof selon lequel les contraintes normales sont uniformes sur un rectangle de surface réduite permet de vérifier aisément que les contraintes au sol restent admissibles. C'est pourquoi les calculs doivent être menés en combinant les directions longitudinales et transversales du séisme. Par contre, pour ce qui est du ferraillage de la semelle, il peut être déterminé en considérant séparément les plans principaux d'inertie du fût de l'appui.

Les vérifications seront faites selon les règles en vigueur et porteront sur : • • • • la mobilisation du sol, le renversement, le glissement, la stabilité générale si nécessaire.

Le coefficient de sécurité au glissement est pris égal à 1,2. Lorsque la rupture par glissement doit être évitée, les efforts résistants sont obtenus par mobilisation du frottement et, dans des conditions particulières, par mobilisation de la butée latérale des terres. Dans le cas des fondations situées en dessous du niveau de la nappe phréatique, la valeur de calcul de la force de frottement doit être évaluée sur la base de la résistance non drainée La surface du sol comprimé sous la fondation doit être au moins égale à 10 % de la surface totale de celleci si le coefficient de comportement retenu est égal à 1 et à 60% en flexion déviée (prise en compte simultané des composantes longitudinale et transversale de l'accélération sismique) lorsque q>1 .

5.6.3.2 Fondations profondes
Le calcul des efforts dans chacun des pieux ou barrettes doit se faire en tenant compte simultanément des trois directions de séisme. Il convient de prendre en compte également les déformations imposées directement par le sol selon la méthode détaillée en 4.2.5. Les vérifications portent sur : la mobilisation locale du sol, la mobilisation globale du sol.

Pour ce qui est de la mobilisation locale du sol, on vérifiera que les charges axiales restent comprises entre les limites admissibles dans la fourchette Qmin - Qmax calculées à partir des charges limites ultimes en compression Qu et en traction Qtu correspondant aux combinaisons accidentelles : Qmin =

Qtu 1,30

Qmax =

Qu 1,20

(5.12)

Le calcul des forces internes le long du pieu, ainsi que de la flèche et de la rotation en tête de pieu, doit être fondé sur des modèles discrets ou continus qui peuvent reproduire de manière réaliste (même si elle est approchée) : — la raideur à la flexion du pieu ; — les réactions du sol le long du pieu avec la prise en compte des effets du chargement cyclique et amplitude des déformations du sol ; — les effets de l'interaction dynamique entre pieux (dénommés également effets de groupe dynamique) ;

46/95

version de : mai 2007 valide

— le degré de liberté de rotation en tête du pieu, ou de la liaison entre le pieu et la structure. La résistance latérale des couches de sol sensibles à la liquéfaction ou à une dégradation importante de la résistance doit être négligée. Les moments fléchissant dus à l'interaction cinématique doivent être calculés seulement dans les cas où deux ou plusieurs des conditions suivantes se produisent simultanément : — le profil du sol de fondation appartient au site S3 ou S4, ou est de moins bonne qualité et comporte des couches successives ayant des raideurs nettement différentes ; — il s'agit d'une zone de sismicité modérée ou forte ; — la superstructure appartient à la classe du groupe 1 ou groupe 2. Les pieux doivent être armés sur toute leur longueur de la manière indiquée à l’article 7.6.2.

5.7 Interaction sol structure
Les effets de l'interaction dynamique sol structure doivent être pris en compte dans les cas de : - structures pour lesquelles les effets 2e ordre (P-δ) jouent un rôle prépondérant. - structures avec fondations massives ou profondes comme les piles de ponts, - structures supportées par des sols très mous avec une vitesse moyenne des ondes de cisaillement vs,max (définie dans le tableau 3.2) inférieure à 100 m/s.

Les effets de l'interaction sol structure sur les pieux doivent être évalués, conformément à l’annexe C.

47/95

version de : mai 2007 valide

6 Organes d’appui
Les organes d’appuis constituent la liaison entre le tablier et les appuis (piles ou culées).

6.1 Généralités
Les différents types de liaisons entre les tabliers et les appuis sont les suivants :

Encastrement ou articulation du tablier aux piles ou culées, Appuis fixes dans une ou dans toutes les directions horizontales, Appareils d'appui en élastomère fretté , attelages sismiques, isolateurs sismiques.
La raideur propre des organes d'appui doit être prise en compte pour calculer les périodes propres de l'ouvrage. Les organes de transmission des efforts (appareils d'appui, butées parasismiques) doivent être dimensionnés en fonction de leur type et de leur rôle (voir 6.3 et 7.4.1). L'intégrité structurale du pont doit être assurée en cas de déplacements sismiques extrêmes. Cette exigence doit être satisfaite au droit des supports fixes par le dimensionnement en capacité des appuis normaux ou en prévoyant des attelages additionnels comme défense supplémentaire. Au droit des assemblages mobiles, il y a lieu de prévoir soit des repos d'appui appropriés conformes à 7.5, soit des attelages sismiques. Tous les types d'appareils d'appui doivent pouvoir être remplacés sans difficulté majeure. Les sections rétrécies de béton sont déconseillées en zone sismique. En effet l’inclinaison de la réaction d’appui ne peut excéder un quart. Ce qui limite leur emploi.

6.2 Actions de calcul.
On dimensionne les organes d'appui sous les sollicitations dues aux efforts horizontaux en déterminant ceux-ci par l’une des trois méthodes suivantes : a) les efforts horizontaux sont calculés selon les combinaisons d'actions définies en (5.1). Ils sont multipliés par les coefficients γR = 1,4 et γo = 0,8+0,2q ; b) les organes d'appui sont dimensionnés selon les combinaisons d'actions définies en (5.1) sans aucune majoration des sollicitations. Les précautions complémentaires suivantes sont à prendre : • Les repos d'appuis transversal et longitudinal sont calculés suivant les dispositions du paragraphe (6.5) avec :

b = bo + 1,4(d + D)

(6.1)

• Les butées sont calculées pour reprendre une fraction de l'effort de dimensionnement de l'appui égale à 40%.

48/95

version de : mai 2007 valide

Les butées doivent laisser libres les déformations des appuis sous charges de dimensionnement sans aucun jeu complémentaire. c) Les organes d'appui ne sont pas dimensionnés pour résister aux efforts horizontaux sismiques (il est donc admis un endommagement en cas de séisme à condition que la portance verticale ne soit pas affectée) mais sont complétés par des butées élastiques, élasto-plastiques ou à absorption d'énergie. Le modèle de calcul doit tenir compte de la loi de comportement réel de l'appui (organes d'appui et butées élastiques, élasto-plastiques ou à absorption d'énergie). Les efforts horizontaux issus de ce calcul particulier sont ensuite multipliés par les coefficients γo = 0,8+0,2q.

γR = 1,4 et

Dans l'hypothèse où le comportement de l'appui tel qu'envisagé en c) peut être modélisé par une loi «Contrainte-déformation» non linéaire ou bilinéaire, à rigidité décroissant avec la déformation, un calcul linéaire équivalent, avec le module sécant de l'appui, peut être effectué. À défaut de la détermination du module sécant exact (ce qui nécessite des calculs itératifs), deux valeurs de module encadrant le module sécant peuvent être prises en compte. En tout état de cause, les efforts dus aux actions de freinage sur l'ouvrage ne sont pas à prendre en compte lors des vérifications sous actions sismiques.

6.3 Appareils d’appui
6.3.1 Appareils d’appui fixes
Les actions sismiques de calcul agissant sur les appareils d'appui fixes doivent être déterminées comme des effets du dimensionnement en capacité ; toutefois il n’est pas nécessaire qu’elles dépassent celles qui correspondent à q = 1.

6.3.2 Appareils d’appui mobiles
Les appareils d'appui mobiles doivent supporter sans endommagement le déplacement sismique de calcul total.

6.3.3 Appareils d'appui en élastomère
Les vérifications à effectuer sous les combinaisons sismiques concernent la résistance à la compression, le flambement, la distorsion et le glissement.

6.3.3.1 Module de cisaillement
Le module de cisaillement à utiliser est le module de l'élastomère. En l'absence d'autre indication de la part du fournisseur, on prendra sa valeur, pour un élastomère classique, égale à 1,2 MPa.

6.3.3.2 Résistance à la compression
Le coefficient de sécurité à appliquer en résistance à la compression du matériau est pris égal à 1,5. Les contraintes sont calculées en utilisant l’aire d'appui réduite par les déplacements maximaux horizontaux dans les deux directions orthogonales. 49/95 version de : mai 2007 valide

6.3.3.3 Sécurité au flambement
On doit vérifier : Avec :

γs Pu < Pc

(6.2)

γs =

3 : coefficient partiel de sécurité,

Pu : valeur maximale des charges verticales sous les combinaisons d’état limite ultime,
La charge critique de l’appareil d’appui s’obtient par la formule :

Pc = 4GBS² d/h
Avec :

(6.3)

B : aire nominale en plan de l’appui ( B = a x b), d : somme d’une épaisse de frette et d'une épaisseur d'élastomère, h : hauteur totale de l'appareil d'appui, G : module de cisaillement, S : facteur de forme (rapport de l’aire nominale en plan à la surface extérieure d’un feuillet).
Il convient de tenir compte de la composante verticale du séisme pour cette vérification.

6.3.3.4 Limitation de la distorsion
La distorsion δ=tan(γ), rapport du déplacement horizontal à l'épaisseur totale d'élastomère doit être limitée aux valeurs suivantes : Pour p

= Pu/Pc < 0,25 :

δ < 0,7+ 4(δo - 0,7)(0,25 - p)

(6.4)

δo = c/hc, borné par [0,7 < δo < 2]
c : diamètre pour un appui circulaire, petit côté pour un appui rectangulaire, hc : épaisseur totale d'élastomère.
Pour

p > 0,25

:

δ < 1,4(1-2p)

(6.5)

6.3.3.5 Condition de non glissement
La stabilité au glissement de l'appareil d'appui doit être justifiée en tenant compte de la composante verticale du séisme selon les combinaisons définies en 5.2. On vérifiera : où : • H est l'effort horizontal, • N est l'effort de compression vertical, • f est le coefficient de frottement. f a pour expression : f = 0,10 + 0,60/σm lorsque les faces de l'appareil en contact avec la structure sont des feuilles d'élastomère. σm est la contrainte moyenne de compression exprimée en MPa. 50/95 version de : mai 2007 valide

H<fN

(6.6)

6.4 Repos d’appui minimal
Sur les appuis où un déplacement relatif entre l'élément supporté (tablier) et le support est prévu sous les charges sismiques, un repos d'appui minimal doit être prévu. Ce repos d'appui doit assurer que le recouvrement entre le tablier et son support présente une longueur suffisante et que la fonction du support soit maintenue en cas de déplacement sismique extrême. Le repos d'appui minimal b peut être évalué comme suit :

b = bo + d + D

(6.7)

b b
bo Tablier d+D bo d+D

Poutre

Poutre

Culée

Culée

b
bo d+D

b
bo Tablier d+D Tablier Chevêtre Poutre Poutre

Chevêtre

Pile

Pile

Pile

Figure 6.1 Repos d’appuis minimal où :

bo est la longueur minimale d'appui assurant la transmission en toute sécurité de la réaction verticale
statique, avec un minimum de 40 cm ;

d est le déplacement différentiel du sol entre le barycentre des appuis fixes et l’appui considéré (voir 4.2.6); D est le déplacement du tablier au niveau de l’appui du à la déformation de la structure sous les combinaisons sismiques.

51/95

version de : mai 2007 valide

Dans le cas d'un joint intermédiaire entre deux tronçons du tablier ou d'un appui d'extrémité d'un tronçon de tablier sur une pile intermédiaire, le repos d'appui b doit en général être évalué en prenant la racine carrée de la somme des carrés des valeurs calculées pour chacun des deux tronçons dans le premier cas, pour le tronçon et la pile dans le second cas.

6.5 Vérifications des appareils d'appui spéciaux
Les appareils d'appui spéciaux, à pot de caoutchouc sous pression ou métalliques sont le plus souvent des produits fournis sur catalogue par les fabricants, en fonction des efforts verticaux et horizontaux à transmettre, II convient de s'assurer que les efforts obtenus sous les combinaisons sismiques sont dans le domaine d'emploi de l'appareil d'appui choisi. On pourra exiger du fabricant une note de calculs ou, des procès verbaux d'essais

6.6 Attelages sismiques
Les attelages sismiques sont des limiteurs de déplacement par lesquels une partie ou toute l'action sismique peut être transmise. Utilisés en association avec les appareils d'appui, ils sont prévus en général avec un jeu approprié afin d'être activés uniquement lorsque le déplacement sismique de calcul est dépassé. Si nécessaire, les attelages sismiques peuvent consister en dispositifs à clavettes, tampons, amortisseurs, et/ou boulons ou câbles de liaison. Les assemblages par frottement ne sont pas considérés comme des attelages effectifs. Les butées sont utilisées et dimensionnées selon 7.4.1 Dans les autres cas, faute d'une analyse rationnelle qui tienne compte de l'interaction entre le tablier et les appuis, les éléments de liaison peuvent être dimensionnés pour une action égale à 0,5AQ pour les organes horizontaux et 0,35AQ pour les organes verticaux. Dans ces relations : Α représente la valeur du coefficient d’accélération de zone; Q représente le poids du tronçon de tablier lié à une pile ou à une culée, ou, dans le cas de deux tronçons de tablier liés l'un à l'autre, le plus faible des deux poids. Des dispositifs anti-soulèvement doivent être prévus sur tous les appuis où la valeur de calcul de la réaction sismique totale verticale se soustrait aux réactions dues aux charges permanentes, et en dépasse les pourcentages suivants : • 80 % dans les structures à comportement ductile, où la valeur de calcul de la réaction sismique verticale est déterminée comme un effet de dimensionnement en capacité, toutes les rotules plastiques ayant développé leur surcapacité ; • 50 % dans les structures à comportement non ductile, où la valeur de calcul de la réaction sismique verticale est déterminée par l'analyse sous l'effet des seules actions sismiques de calcul (incluant la contribution de la composante sismique verticale). Les exigences précédentes se rapportent à la réaction verticale totale du tablier sur un appui et ne sont pas applicables pour des appareils d'appui isolés. Néanmoins, aucun soulèvement des appareils d'appui isolés ne doit se produire sous l'action sismique de calcul.

52/95

version de : mai 2007 valide

6.7 Isolateurs sismiques
6.7.1 Généralités
Les isolateurs sismiques visent à réduire la réponse du pont due à l'action sismique horizontale. Les isolateurs sont disposés au dessus de l'interface d'isolation, généralement située sous le tablier et audessus de la tête des piles/culées. La réponse peut être réduite : par une augmentation de la période fondamentale de la structure (effet du décalage de la réponse lue sur le spectre de réponse), qui réduit les forces mais augmente les déplacements ; par une augmentation de l'amortissement, qui réduit les déplacements et peut réduire les forces ; par une combinaison de ces deux effets (solution préférable).

6.7.2 Critères de conformité
Une plus grande fiabilité concernant la résistance et l'intégrité des isolateurs est requise, du fait du rôle critique joué par leur capacité de déplacement pour la sécurité du pont. Pour tous les types d'isolateurs, à l'exception des appareils d'appui simples en élastomère à faible amortissement conformes à 6.3.3 et des appareils d'appuis glissants plats conformément à 6.3.2, les propriétés de calcul doivent être validées sur la base des essais de qualification et de prototype. L'annexe H fourni des recommandations concernant les essais de prototype dans les cas où la réglementation en vigueur ne comporte pas d'exigences détaillées relatives aux essais de ce type.

6.7.3 Propriétés de calcul des isolateurs
6.7.3.1 Généralités
Tous les isolateurs doivent être conformes aux normes en vigueur ou faire l'objet d'un agrément technique. Dans le cas des isolateurs dont les essais de prototype ne sont pas entièrement couverts par ladite norme, les exigences mentionnées dans l'annexe G peuvent être appliquées.

6.7.3.2 Rigidité dans la direction verticale
Les isolateurs porteurs verticalement doivent avoir une rigidité verticale suffisante. Cette exigence est considérée satisfaite si le déplacement horizontal au centre de gravité de la superstructure, dû à la flexibilité verticale des isolateurs, est inférieur à 5 % du déplacement de calcul. Il n'est pas nécessaire de vérifier cette condition si des appareils d'appuis glissants ou simples en élastomère à faible amortissement (§ 6.3) sont utilisés comme éléments porteurs verticalement au niveau de l'interface d'isolation.

6.7.3.3 Propriétés de calcul dans la direction horizontale
Les propriétés de calcul des isolateurs dépendent de leur comportement, qui peut être un comportement ou une combinaison des comportements décrits dans l’annexe F.

53/95

version de : mai 2007 valide

6.7.3.4 Variabilité des propriétés des isolateurs
Les propriétés de calcul nominales des isolateurs doivent être validées en général conformément aux normes en vigueur ou être incluses dans un avis technique, à l'exception des cas spéciaux des appareils d'appui en élastomère à faible amortissement conformément à 6.3.3, et des appareils d'appui glissants conformément à 6.3.2. Les propriétés nominales des isolateurs, et donc celles du système d'isolation, peuvent être affectées par le vieillissement, la température, le chargement cyclique (rugosité), la contamination et la course cumulée (usure). Cette variabilité doit être prise en compte par toute méthode scientifiquement validée, en utilisant les deux ensembles suivants de propriétés de calcul du système d'isolation, correctement établis : propriétés de calcul limites supérieures ; propriétés de calcul limites inférieures. En général et indépendamment de la méthode d'analyse choisie, deux analyses doivent être effectuées : une analyse qui utilise les limites supérieures, qui entraîne généralement l'application des forces maximales sur l'infrastructure et le tablier, et une autre analyse qui utilise les limites inférieures, qui conduit généralement aux déplacements maximaux du système d'isolation et du tablier. L'analyse spectrale multimodale ou l'analyse temporelle peuvent être effectuées sur la base de l'ensemble des propriétés de calcul nominales, uniquement si les déplacements de calcul, résultant de l'analyse par le mode fondamental, sur la base des propriétés limites supérieures et limites inférieures, ne diffèrent pas de ceux correspondant aux propriétés de calcul nominales de ± 15 %.

6.7.4 Conditions d'application des méthodes d'analyse
L'analyse spectrale par le mode fondamental peut être appliquée si toutes les conditions suivantes sont satisfaites : La distance entre le site d'emplacement du pont et la faille sismique active connue la plus proche est supérieure à 10 km. Le taux d'amortissement effectif n'excède pas 0,30. L'analyse spectrale multimodale peut être appliquée si le taux d'amortissement effectif n'excède pas 0,30. L'analyse non linéaire temporelle peut être appliquée pour le dimensionnement de tout pont avec isolateur sismique.

6.7.5 Vérification des isolateurs sismiques
L'augmentation de fiabilité requise doit être mise en application par le dimensionnement de chaque isolateur pour des déplacements de calcul majorés par 1,5. Le déplacement total maximal de chaque unité d'isolateur dans chaque direction doit être obtenu en ajoutant au déplacement sismique de calcul amplifié susmentionné le déplacement horizontal potentiellement induit par : a) les actions permanentes ; b) les déformations à long terme (précontrainte, retrait et fluage des tabliers en béton) de la superstructure ; c) 50 % de l'action thermique. Tous les composants maximaux. de l’isolateur doivent être capables de fonctionner aux déplacements totaux

54/95

version de : mai 2007 valide

La résistance de calcul de chaque élément porteur de l’isolateur, y compris son ancrage, doit être supérieure à la force qui agit sur l'élément au déplacement total maximal. Elle doit également être supérieure à la force de calcul générée par l'action du vent sur la structure dans la direction appropriée. Il n'est admis aucun soulèvement au droit des isolateurs supportant une force verticale dans la situation sismique de calcul avec l'action sismique.

6.7.6 Exigences spéciales
6.7.6.1 Capacité de rappel latéral
L’isolateur doit présenter une capacité de rappel latéral dans les deux directions principales, afin d'éviter tout accroissement cumulé de déplacements. Cette capacité est effective lorsque le système comprend l'une des deux propriétés suivantes : déplacement résiduel faible par rapport à sa capacité de déplacement ; en partant de la position de déplacement résiduel, le système présente une rigidité sensiblement moins importante à tout mouvement en direction du centre, par comparaison à tout mouvement dans la direction opposée.

6.7.6.2 Maintien latéral au niveau de l'interface d'isolation
L’isolateur doit fournir un maintien latéral suffisant au niveau de l'interface d'isolation afin de satisfaire aux exigences correspondantes des autres règlements ou normes concernant la limitation des déplacements/déformations pour le respect des critères d'aptitude au service. Lorsque des contreventements sacrificiels (systèmes fusibles) sont utilisés au droit de certains supports dans la configuration finale du pont pour permettre la limitation des déplacements entre le tablier et les infrastructures dans les conditions de service, il convient que leur capacité élastique n'excède pas 40 % de la force sismique de calcul transmise à travers l'interface d'isolation de la structure isolée, aux mêmes support et direction. Lorsque des unités de transmission des chocs avec fonction de limitation des forces sont utilisées pour limiter les déplacements en service, il convient d'intégrer les unités de transmission des chocs dans le modèle, dans les vérifications et dans la méthode d'essai du système d'isolation.

6.7.6.3 Inspection et maintenance
Toutes les unités d'isolateurs doivent être accessibles pour les opérations d'inspection et de maintenance. Un programme d'inspection et de maintenance du système d'isolation et de tous les composants traversant l'interface d'isolation doit être élaboré. La réparation, le remplacement ou la mise à niveau de toute unité d'isolation ou de tout composant traversant l'interface d'isolation doivent être effectués sous la direction de l'administration responsable de la maintenance du pont, et doivent être consignés de manière détaillée dans un rapport approprié.

55/95

version de : mai 2007 valide

7 Dispositions constructives spécifiques aux appuis
7.1 Dispositions générales
7.1.1 Généralités
En zone sismique, les dispositions constructives de ferraillage suivantes doivent être adoptées pour les différents éléments d’appuis en béton. Elles ne s’appliquent qu’aux éléments d’appuis qui participent à la résistance au séisme et s'ajoutent aux principes de base définis dans les règles de béton armé en vigueur. Ces dispositions concernent le ferraillage minimal longitudinal (moment fléchissant) et transversal (effort tranchant), en section courante comme en zone courante : Diamètre minimal des barres d'aciers longitudinales et transversales : 10 mm (hors dalots armatures de construction non prises en compte dans la résistance). Les aciers HA sont calculés avec leur valeur caractéristique. Toutes les longueurs de recouvrement ou d'ancrage sont à majorer de 30 % par rapport aux dispositions non sismiques (longueur de recouvrement moyenne 50 Φ en général et 65 Φ pour les fondations). Φ étant le diamètre des barres d’aciers. et

Les appuis métalliques sont traités en 7.3

7.1.2 Recouvrement
Dans les zones de recouvrement, il doit être disposé des armatures de couture (cadre ou aciers de répartition), d'espacement au plus égal à 12 fois le diamètre de la plus petite barre longitudinale concernée (figure 7.1).

ls = 50ΦL

d
ΦL : armature longitudinale ls : longueur de recouvrement ls = 50ΦL d : écartement armatures de coutures d < 12ΦL Figure 7.1 Dispositions des barres

ΦL

Pour les armatures d’effort tranchant, l'emploi de recouvrements rectilignes est interdit en parement (sur chaque face).

56/95

version de : mai 2007 valide

7.1.3 Aciers de coutures
Les armatures transversales sont de préférence constituées par des cadres ou des étriers, dont la continuité, la fermeture, et l'ancrage sont assurés au moyen de crochets d'angle égal à au moins 135° et comportant un retour rectiligne de 10 Φ. En parement, l'emploi de coudes ou crochets d'angle au centre inférieur à 135° assurant la continuité, la fermeture ou l'ancrage des armatures transversales est interdit. Les épingles sont admises en renfort dans les poutres dalles (radiers, piédroits, dalles) sous réserve que leur proportion n'excède pas 1/3 et qu'elles soient ancrées par des crochets à 180° . Les armatures transversales doivent être disposées de façon telle que chaque barre longitudinale (ou chaque groupe de barres) soit individuellement maintenue par une armature s'opposant à son flambement. Chaque cours d'armature doit comprendre au moins un cadre (ou plusieurs, si la forme de la section l'exige) disposé de façon à s'opposer au gonflement du béton. Les spires sont interdites dans tous les éléments porteurs verticaux (piles, culées, pieux, barrettes). Les épingles sont à éviter et ne sont admises qu'en complément de cadres quand le nombre d'armatures longitudinales l'impose. L'ancrage des cerces devra respecter les conditions principales au minimum. ci-dessous et être réalisé sur deux armatures

B ≥ d avec B recouvrement des brins de cerce et d espace entre 2 barres longitudinales (figure 7.2).

d B
10ΦL

ΦL

Φt

Figure 7.2 Dispositions des cerces Il convient de ne pas disposer tous les recouvrements sur la même génératrice (décalage du recouvrement).

7.1.4 Ferraillage des zones nodales
Les zones nodales (encastrement pile/semelle, pile chevêtre, pile /tablier ou nœuds des piles portiques) doivent être ferraillées de manière à assurer le confinement du béton. On désigne par poteau les piles et par poutre les autres éléments. Les armatures transversales (cadres, épingles, cerces) des poutres et des poteaux doivent être prolongés jusqu’à l’intérieur des nœuds (figure 7.3). En cas de difficulté de mise en œuvre, des sujétions alternatives sont toutefois acceptées : 57/95 version de : mai 2007 valide

Des barres en U, entourant l'armature longitudinale «de poutre» au droit de la face opposée au poteau peuvent représenter jusqu'à 50 % du nombre total d'étriers verticaux requis dans le nœud ; 50 % des barres des armatures longitudinales supérieures et inférieures des «poutres», lorsqu'elles sont continues à travers le nœud et ancrées de manière appropriée au-delà de celui-ci, peuvent être prises en compte dans le décompte de la section d'armatures horizontales requise pour le nœud ; Il convient que les armatures longitudinales (verticales) «de poteau» pénètrent dans la «poutre» aussi loin que possible, leur extrémité étant située juste en amont des couches d'armature de la «poutre» au droit de la face opposée à l'interface «poteau»-«poutre». Dans la direction de flexion de la rotule plastique, il convient d'ancrer les barres des deux zones en traction du «poteau» au moyen d'un crochet rectangulaire dirigé vers le centre du «poteau». hb/2 hc hb/2

5 cm

hb

Figure 7.3 Dispositions des armatures du nœud Le premier cours d'armature transversale doit être disposé à 5 cm au plus du nu de l'appui ou de l'encastrement.

7.2 Piles en béton armé
On entend par pièce fléchie un élément soumis à la flexion simple ou déviée, dans lequel le taux de compression moyenne dû à l'effort normal réduit le plus défavorable est au plus égal à 0,07 fcj, (σcm ≤ 0,07 fcj). La pièce est dite comprimée dans le cas contraire.

σcm est la (σcm=N/S.

contrainte moyenne de compression dans une section S sous l'effort normal de calcul N,

Les zones critiques sont définies en 5.5.1.1

7.2.1 Pièces comprimées 7.2.1.1 Ferraillage longitudinal
Le pourcentage géométrique des barres longitudinales doit respecter la condition de non fragilité en flexion composée tout en restant compris dans les fourchettes admissibles données ci-dessous :

58/95

version de : mai 2007 valide

• Hors zone de recouvrement
Le pourcentage géométrique ρg doit être compris dans les limites de : 0,5% ≤

ρg < 3%

avec

ρg = As/B
As section totale d'acier. B section totale du béton.

• Zone de recouvrement
Dans les zones de recouvrement le rapport ρg doit être inférieur ou égal à 6%.

• Espacement
L'espacement des barres longitudinales ne doit pas excéder 250 mm.

7.2.1.2 Ferraillage transversal
• Section courante
II y a lieu de satisfaire la condition : Espacement maximal = Min [12 ΦL ; b ; 200 mm].

b est le petit côté du rectangle circonscrit.
ΦL : plus gros diamètre des armatures longitudinales

Zone critique (q > 1) :

En zone critique (définie en 5.5.1.1), le pourcentage de ces armatures transversales ne doit pas descendre au-dessous de 0,4 % par direction en zones I IIa et 0.5 % par direction en zones IIb et III. De plus, il y a lieu de respecter la condition : Espacement maximal = Min [8 ΦL ; 0,5b ; 200 mm].

b et ΦL ont la même définition qu'en section courante.

7.2.1.3 Ancrage et tenue des barres du ferraillage longitudinal
Les barres longitudinales doivent respecter les dispositions du § 7.1.2. Les recouvrements de barres dans la zone critique (q > 1) sont interdits. Dans l'impossibilité pratique d'une telle disposition, les longueurs de recouvrement sont doublées (en moyenne 2 ls = 100 ΦL) et les aciers transversaux sont majorés pour respecter la règle des coutures dans la zone de recouvrement. Chaque barre longitudinale est tenue par cadres ou étriers contre son flambement vers l’extérieur sous l’effet du séisme.

59/95

version de : mai 2007 valide

7.2.2 Pièces fléchies 7.2.2.1 Armatures longitudinales
Le pourcentage géométrique ρg global est comprit dans les limites 0,5 % < ρg < 3 % , par ailleurs le pourcentage géométrique ρg des armatures disposées sur une zone tendue (hors zone de recouvrement) est comprit dans les limites suivantes : 0,15 % < ρg < 1.5 % en zones I et IIa ; 0,25 % < ρg < 1.5 % en zones IIb et III.

Dans les régions critiques, la section des armatures comprimées doit être au moins égale à la moitié de celles des armatures tendues.

7.2.2.2 Armatures d'effort tranchant
• Espacement des armatures d'effort tranchant.
Uniquement en zones critiques, l'espacement maximum des armatures d'effort tranchant devra satisfaire les conditions suivantes : Min [24 Φt ; 8 ΦL ; 0,25 d] avec : d : hauteur utile, ΦL: diamètre des armatures longitudinales, Φt : diamètre des armatures transversales.

• Section minimale des armatures d'effort tranchant
La section At du brin ou des brins d'une armature transversale assurant le maintien d'une barre longitudinale ou d'un groupe de barres de section AL, doit satisfaire la relation suivante :

At ≥

At A f AL f el S t (mm) . ⇒ ≥ L . el S t (m) 1,6 f et 16 f et 100

(7.1)

Expression dans laquelle : - St représente l'espacement des armatures transversales en mm ou en m, - AL est la section totale des armatures longitudinales, - fel, fet caractéristiques de l'acier des armatures respectivement longitudinales et transversales.

60/95

version de : mai 2007 valide

h
St

Φt

lc

ΦL

lc : longueur de la zone
critique, définie § 5.5.1.1

Pour les piles encastrées en tête et en pied, il existe 2 zones critiques ; une zone critique en pied et une zone critique en tête. Le schéma ci-dessus s’applique aux 2 zones.
Figure 7.4 Dispositions des armatures

7.3 Piles en acier
Les parois des sections transversales comprimées et/ou fléchies des éléments dans lesquels des rotules plastiques sont susceptibles de se former pendant les déformations inélastiques doivent avoir un rapport largeur sur épaisseur b/t suffisamment faible pour prévenir des voilements locaux prématurés. Des valeurs maximales du rapport b/t pour des sections couramment utilisées, sont indiquées dans le tableau 7.1. Toutes les barres des palées triangulées doivent être calculées pour résister à 1.25 fois la force déterminée en 5.2. Les assemblages doivent être calculés pour permettre de développer les forces maximales dans les barres ou doivent être calculés sur la base de 1.5 fois la force déterminée en 5.2. Les assemblages travaillant en traction doivent être utilisés avec des boulons précontraints, à haute résistance, et à serrage contrôlé.

61/95

version de : mai 2007 valide

b/t

<

Tableau 7.1 valeurs maximales du rapport b/t

Avec ε =

235 fy

et fy en N/mm²

7.4 Dispositions constructives pour les organes d’appuis
L'environnement des appareils d'appui (visibilité, possibilités de vérinage...) doit être complété par des dispositions permettant de se prémunir contre les déplacements entre le tablier et ses appuis provoqués par le séisme. Ces déplacements sont difficilement prévisibles par le calcul et il convient de prendre les mesures complémentaires suivantes (figure 6.1) : mise en place de butées de sécurité, repos d'appui minimum.

7.4.1

Butées

Il convient de distinguer les butées de sécurité (encore appelées attelages sismiques), des butées de blocage. 62/95 version de : mai 2007 valide

7.4.1.1

Butées de sécurité

Les butées de sécurité n'entrent en jeu qu'en cas de rupture de l'appareil d'appui (option de calcul b, voir § 6.2). Elles doivent donc être conçues de telle sorte qu'elles laissent libre un jeu égal au déplacement calculé sous la combinaison sismique.

Dans le cas de butées de sécurité disposées pour éviter la chute du tablier sous l'effet du séisme longitudinal, il y a lieu de prendre en compte également une portion des effets thermiques et la totalité des effets différés dans le calcul du jeu d :

d = dG + 0,4d∆T + dD+ ds
-

(7.2)

dG d∆T dD ds

: déplacement dû aux actions permanentes et quasi-permanentes ; : déplacement de calcul dû aux mouvements thermiques ; : déplacement dû aux effets différés ; : déplacement sismique de calcul ;

Le jeu dégagé ne doit pas être plus important afin de limiter les effets de choc provenant de la mise en mouvement du tablier. d Tablier Hourdis Poutre Poutre d

Bossages d’appui Chevêtre sur pile ou culée

> 10 cm

> 10 cm

Chevêtre sur pile ou culée

Figure 7.5 Exemples de butées de sécurité La figure 7.5 ci-dessus présente deux dispositions possibles. La butée est obtenue par des tenons en béton armé solidaires de l'appui ou du tablier et se recouvrant sur une hauteur de l'ordre de 10 cm. La butée de sécurité ainsi constituée fonctionne dans le sens transversal uniquement. Une autre disposition possible consiste à intégrer les butées dans les murs caches qui reposent sur les chevêtres des culées et jouxtent le tablier. Les butées doivent être calculées selon le règlement adapté à leur matériau constitutif. Les butées en béton armé, seront calculées comme des consoles courtes. Il doit être vérifié que les butées n'amènent pas de dispositions préjudiciables à la durabilité des appareils d'appui (évacuation des eaux, possibilités de vérinage, gène dans les dilatations thermiques...).

7.4.1.2 Butées de blocage
Les butées de blocage reprennent par contre la totalité des efforts sismiques (option de calcul c voir § 6.2). Pour des ouvrages courants, le dispositif peut être analogue à l'attelage sismique décrit ci-dessus, avec un jeu réduit à une valeur ne dépassant pas 15 mm. Ce nombre constitue un compromis entre : les tolérances de réalisation sur chantier, le jeu nécessaire pour laisser libres les déformations dans la direction perpendiculaire au blocage, le jeu à ne pas dépasser pour éviter les effets de chocs.

63/95

version de : mai 2007 valide

Les exemples de butées de blocage sont comme décrits dans la figure 7.5 ci-dessus avec d ≤ 15 mm.

7.4.1.3 Conception et dimensionnement des butées
On dimensionne les butées selon l’une des trois options suivantes : a) Butée non exigée

La butée n’est pas exigée dans le cas où les appareils d'appui sont dimensionnés pour les efforts nominaux issus du calcul majorés par γo= 0,8+ 0,2q et par γR= 1,4 b) Butée de sécurité

Cette seconde option est la plus courante. L'appareil d'appui doit alors être complété par des butées de sécurité. Ces butées doivent être dimensionnées sous un effort H égal à 40% des efforts horizontaux sous séisme. Dans le sens longitudinal, il sera suffisant de prévoir des butées unilatérales sur chaque culée. Cette fonction peut être remplie par le mur garde-grève. Il convient alors de vérifier que le repos d'appui est suffisant pour que le tablier ne tombe pas de l'une des culées avant de venir en appui contre la butée longitudinale qui se trouve sur l'autre culée. Si la rigidité du tablier dans le plan horizontal le permet (c'est-à-dire s'il vérifie les conditions du 4.3.1.3.2), on pourra se dispenser de prévoir des butées sur certains appuis (par exemple sur les piles). Il faudra alors s'assurer que les butées de sécurité mises en place reprennent 40% de la totalité des efforts sismiques. c) Butée de blocage

Les efforts sismiques sont repris par des dispositifs spécialement prévus à cet effet et il n'est généralement pas nécessaire de prendre des mesures complémentaires. II est intéressant de se placer dans cette configuration lorsque l'on souhaite bloquer le fonctionnement d'un appareil d'appui en caoutchouc fretté dans une des deux directions horizontales, par exemple pour préserver l'intégrité des équipements (joints de chaussée, dispositifs de retenue...). Bien entendu, le modèle de calcul sismique doit tenir compte de ce blocage. Comme indiqué ci avant, le dispositif spécial peut être constitué d'une simple butée de blocage. Pour des ouvrages spéciaux, on peut aussi admettre des dispositifs plus complexes ; par exemple, un appareil d'appui en caoutchouc placé verticalement. Toutefois, le projeteur et le gestionnaire doivent garder à l'esprit que, plus le système sera sophistiqué, plus il a de chances de ne pas fonctionner en vieillissant et plus il nécessitera un entretien coûteux.

7.4.2 Inspection et remplacement des organes d’appuis
Même si les organes d’appui de diverses sortes remplissent des fonctions différentes, ils peuvent tous connaître des détériorations mineures, voire importantes, alors que le séisme ne sera que peu destructif pour le pont dans son ensemble. On doit donc veiller à assurer de bonnes conditions d’inspection et de remplacement de ces organes.

64/95

version de : mai 2007 valide

7.4.3 Organes de couplage
On peut recourir, notamment pour les tabliers à travées isostatiques à divers couplages entre tablier et appuis : Des amortisseurs, dissipant une partie de l’énergie sismique, Des liens sismiques, Des épingles, absorbant la composante verticale, Des attelages ou boulonnages horizontaux, reliant le tablier à sa culée ou des travées successives entre elles. Ces organes seront dimensionnés forfaitairement pour une accélération de 0,5 A s’ils sont horizontaux et 0,35 A s’ils sont verticaux.

7.5 Autres éléments
7.5.1 Ferraillage des chevêtres
Les chevêtres en tête d'appui (culées ou piles) doivent comporter des surfaces planes (assises, platines, bossages, encuvements) convenablement ferraillées (frettes) et propres à recevoir des vérins de reprise ou des appareils d'appui temporaires. Leur usage normal est de permettre le remplacement des organes d'appui. Après séisme ayant entraîné des déplacements du tablier, ils doivent permettre de repositionner celui-ci. Leur dimension longitudinale doit tenir compte du repos d'appui minimal indiqué en 6.5.

7.5.2 Joints de chaussée
Le joint est dimensionné classiquement pour les effets usuels (température, retrait, fluage, vent, freinage) comme si le pont était en zone sismique. Sa réalisation, en revanche, tient compte du déplacement sismique pour minimiser les désordres dans ses lèvres supports (entrechoquement), en particulier pour les ponts du groupe 1. On dimensionne les joints de chaussées avec la combinaison suivante :

W = WD + 0,4 WT + Ws/3 W WD WT Ws
: souffle total du joint, : souffle des déformations différées (retrait+fluage), : souffle thermique, : souffle sismique.

(7.3)

7.5.3. Eléments de rive et équipement des tabliers
Un élément de rive du tablier est tout élément longitudinal qui en délimite l’un ou l'autre bord : bordures de trottoir, dallettes, corniches, murets, glissière, garde corps, canalisations,… Pour éviter leur chute lors de la secousse accélération forfaitaire de 1,5 m/s². sismique, il convient de calculer leur ancrage pour une

Les équipements du tablier (candélabres, panneaux ou Portiques de signalisation, etc.) sont calculés avec une accélération forfaitaire de 1,5 m/s² applicable pour toute zone de sismicité.

65/95

version de : mai 2007 valide

7.6 Fondations
7.6.1 Semelles 7.6.1.1 Semelles superficielles
a) Armatures de flexion armatures sollicitées en traction : pourcentage minimum est de : 0,15 % < ρg < 1.5 % en zones I et IIa ; 0,25 % < ρg < 1.5 % en zones IIb et III. armatures sur face comprimée : pourcentage minimum est de 0,10 % . Aucune disposition particulière n’est requise pour les faces latérales en zone sismique. Elles seront ferraillées selon les règles en vigueur. b) Armatures de cisaillement Des cadres calculés au minimum pour reprendre un cisaillement τu égal à 0,4 Mpa sont disposés dans un maillage d’espacement maximal de 40 cm, de façon à tenir chaque armature longitudinale au moin un lit sur deux.

7.6.1.2 Semelles sur pieux
a) Armatures de flexion armatures sollicitées en traction : pourcentage minimum est de : 0,15 % < ρg < 1.5 % en zones I et IIa ; 0,25 % < ρg < 1.5 % en zones IIb et III. armatures sur face comprimée : pourcentage minimum est de 0,10 % .

b) Armatures de cisaillement Des cadres calculés au minimum pour reprendre un cisaillement τu égal à 0,4 Mpa sont disposés dans un maillage d’espacement maximal de 40 cm, de façon à tenir chaque armature longitudinale au moins un lit sur deux.

7.6.2 Pieux ou barrettes 7.6.2.1 Dispositions générales
Dans le cas des fondations sur pieux, il est parfois difficile, sinon impossible, d'éviter des plastifications localisées dans les pieux. Dans de pareils cas, l'intégrité des pieux et le comportement ductile doivent être assurés. Les localisations potentielles des rotules sont : a) à proximité de la tête des pieux, à la jonction avec la semelle de fondation, lorsque les caractéristiques mécaniques des couches supérieures du sol sont faibles, b) aux interfaces des couches du sol ayant des déformabilités au cisaillement sensiblement différentes. Pour les localisations de type (a), on doit prévoir, sur une longueur verticale égale à 5 fois le diamètre du pieu, un ferraillage de confinement dont la quantité est précisée en 7.6.2.2.

66/95

version de : mai 2007 valide

Pour les localisations de type (b), et en l'absence d'une analyse plus rigoureuse, il y a lieu de prévoir un ferraillage longitudinal et un ferraillage de confinement, leurs quantités étant les mêmes que celles exigées pour la tête du pieu. La longueur sur laquelle doivent être disposées ces armatures est égale à deux fois le diamètre du pieu, de chaque côté de l'interface entre les couches du sol.

7.6.2.2 Dispositions de ferraillage
Les dispositions de ferraillage sont indiquées ci-dessous :

a) armatures longitudinales : Nombre minimal de barres Diamètre minimal 6 12 mm

Section totale rapportée à la section nominale du pieu : Minimum : 0,5 % Maximum : 3 %

b) armatures transversales :

Elles doivent être composées de cerces ou cadres répondant aux conditions ci-après : Diamètre minimal Pourcentage minimal en volume : diamètre du pieu, en mètres 10 mm 0,4 % /

d

borné supérieurement à 0,4 % où d représente le

Espacement maximal nu à nu des cerces : 12 fois le diamètre des barres longitudinales.

Dans tous les cas de pieux en béton, il doit être prévu des renforts sur : une profondeur 2d à partir de la tête du pieu ; une longueur ± 2d à partir de chaque interface entre deux couches présentant une différence marquée de raideur au cisaillement (rapport des modules de cisaillement > 6).

où d représente le diamètre du pieu. Ces renforts concernent uniquement les aciers transversaux ; les armatures transversales en zones renforcées sont caractérisés par un pourcentage en volume de 0,8 %/ et un espacement des cerces de 10 cm.

d , borné supérieurement à 0,8 %,

67/95

version de : mai 2007 valide

2d

renfort

Couche 1 Rapport des modules de cisaillement > 6 Couche 2

2d renfort

2d

Φt ΦL d
Figure 7.6 Ferraillage d’un pieu ou barrette

7.6.3 Risque de liquéfaction
Les sols susceptibles de se liquéfier sont en général des sables propres ou limoneux situés dans les vingt (20) premiers mètres de profondeur, et présentant les caractéristiques suivantes : saturés d’eau, une granulométrie relativement uniforme correspondant à un coefficient d'uniformité Cu inférieur à 15 (Cu = D60 / D10 < 15) et, un diamètre à 50% (D50) compris entre 0.05 mm et 1.5 mm. Dans ces expressions D60, D10 et D50 représentent les diamètres des tamis correspondant aux passants de 60%, 10% et 50% respectivement des échantillons de sols considérés. Lorsque ces conditions minimales sont réunies sur un site, il y a lieu de procéder à des investigations complémentaires pour l’évaluation de la résistance à la liquéfaction. Ces investigations seront essentiellement basées sur des essais SPT et/ou des essais au pénétromètre statique. Les résultats des essais SPT et leur interprétation sont très sensibles à toutes modifications de la procédure standard d’exécution de l’essai; Aussi il faudra veiller à suivre scrupuleusement le mode opératoire de l’essai. La résistance à la liquéfaction peut être aussi déterminée en laboratoire à partir d’un essai triaxial dynamique (cyclique) sur des échantillons non remaniés (difficiles à obtenir dans les sols sableux) et en veillant à respecter le chemin de contrainte entre l’état initial et l’état final du projet. L’évaluation du potentiel de liquéfaction devra être envisagée dans le cas des ouvrages de groupe 1 en zones sismiques IIa, IIb et III et du groupe 2 en zones sismiques IIb et III et ceci, moyennant les données sismiques complémentaires suivantes : - Accélérations maximales au sol prises égales à la valeur du coefficient de zone A (tableau 3.1)

68/95

version de : mai 2007 valide

- Magnitude d’ondes de surface Ms égale à 6,5 et 7,0 en zones sismiques IIa d’une part et IIb et III d’autre part. Les sols sont réputés liquéfiables lorsque le rapport de la résistance à la liquéfaction sur la contrainte de cisaillement engendrée par le séisme est inférieur à 1,25. La contrainte effective verticale σ‘v à prendre dans les calculs est celle régnant dans le sol après la réalisation du projet. Pour éliminer ou réduire les risques de liquéfaction, il y a lieu de mettre en œuvre une ou plusieurs des mesures suivantes, à titre d’exemples : - une densification des couches liquéfiables (préchargement, compactage dynamique,...), - une amélioration de la perméabilité des couches liquéfiables par la réalisation de drains en matériaux grossiers, - une substitution aux couches liquéfiables de matériaux appropriés convenablement compactés. Le mode de fondation devra être alors adapté aux nouvelles conditions crées par les mesures retenues dont l’efficacité doit faire l’objet d’un contrôle préalable par des essais et des mesures appropriés.

69/95

version de : mai 2007 valide

8 Ponts-Cadres et Portiques – Ouvrages enterrés
8.1 Introduction
Les ponts cadres et les portiques sont réputés peu sensibles aux séismes, car ils sont relativement souples et suivent la déformation du massif sans perturber notablement la propagation des ondes de cisaillement dans le sol. Une justification parasismique de ces structures reste cependant nécessaire, en particulier dans les zones de forte sismicité. Les ouvrages enterrés ont généralement un bon comportement sous séisme. La prise en compte du risque sismique modifie peu les dimensionnements sous l’action des charges statiques réglementaires, sauf dans les zones fortement sismiques. Les présentes règles intéressent également les ouvrages faiblement ou moyennement enterrés dans un sol non saturé.

8.2 Coefficients sismiques
L'action sismique applique à l'ouvrage ainsi qu'aux terres qui lui sont solidaires une accélération horizontale maximale caractérisée par le coefficient sismique kH et une accélération verticale concomitante caractérisée par le coefficient sismique kv. Les coefficients sismiques sont donnés par les expressions suivantes (aux ouvrages non déplaçables) :

kH = A kV = 0,3k H
avec ,

(8.1)

A : coefficient d’accélération de zone (tableau 3.1)

8.3 Combinaisons et vérifications
8.3.1 Combinaisons
La vérification de la résistance de la structure s'effectue sous combinaison sismique dont le format général est :

G + E + ΨQ
Avec : G : charges permanentes E : action sismique évaluée à partir des coefficients sismiques kH et kv Q : action variable des charges d'exploitation Ψ : coefficient de combinaison

Ψ = 0.2

pour les charges routières (ouvrages urbains), = 0.3 pour les charges ferroviaires, =0 pour les autres cas.

70/95

version de : mai 2007 valide

8.3.2 Vérifications
La vérification se limite à la vérification de la résistance des sections. L'application de ces coefficients donne pour le béton et l'acier ;

- contrainte de calcul de compression du béton :

f bu =

f c 28 1 .3

- contrainte de calcul des aciers :

f su =

fe = fe 1

8.4 Sollicitations dues au séisme
8.4.1 Sollicitations verticales dues au séisme
Les sollicitations verticales dues au séisme sont déterminées par l'application aux diverses parties de l'ouvrage (et des charges solidaires de l'ouvrage) de l'accélération verticale définie ci-dessus. La force d'inertie par unité de volume qui s'exerce sur un élément de poids volumique γ est égale à :

fi = γ kv

(8.2)

Le frottement des terres en contact avec les piédroits est supposé négligeable.

8.4.2 Sollicitations horizontales dues au séisme.
Les sollicitations horizontales dues au séisme peuvent être déterminées par toute méthode scientifiquement validée. A défaut, deux méthodes approchées sont proposées en annexe D.

71/95

version de : mai 2007 valide

ANNEXE A Définitions
Les termes utilisés dans ce document ont les significations suivantes :

Amortissement matériel : exprime l’amortissement propre du matériau "sol", dû au frottement interne du sol en mouvement. Amortissement radiatif : exprime la dissipation d'énergie par les ondes rayonnantes qui parcourent le sol, s'éloignant de la fondation et introduisant une atténuation du mouvement, Appareils d'appui spéciaux en élastomère : appareils d'appui en élastomère fretté destinés à l'isolation sismique des ponts, conformes aux essais sur prototype. Attelages sismiques : dispositifs limiteurs de déplacement par lesquels une partie ou toute l'action sismique peut être transmise. Utilisés en association avec les appareils d'appui, ils sont prévus en général avec un jeu approprié afin d'être activés uniquement lorsque le déplacement sismique de calcul est dépassé. Coefficient de comportement : coefficient utilisé pour les besoins du dimensionnement, qui réduit les efforts obtenus par un calcul élastique afin de tenir compte du comportement ductile d’une structure par création d’une rotule plastique. Ce coefficient est lié au matériau, au système structural et aux méthodes de dimensionnement. Comportement sismique : le comportement du pont sous l'effet de l'événement sismique de calcul, qui, en fonction des caractéristiques de la relation globale force-déplacement de la structure, peut être soit ductile soit à ductilité limitée / essentiellement élastique. Constructions courantes :Toute construction dont la ruine ou les dommages ne peuvent avoir de conséquences sur l’environnement (hormis les abords immédiats). Critère de cohérence : vérification, pour les structures à comportement ductile, de la formation effective des rotules plastiques dans les éléments structuraux concernés, sous la combinaison sismique de dimensionnement (efforts sismiques calculés par une analyse élastique pure et divisés par le coefficient de comportement q dans la direction considérée). Si ce critère n’est pas vérifié, il est adopté une valeur plus faible de q jusqu’à satisfaire ce critère de cohérence. Déformation élastique : Déformation réversible qui disparaît après suppression des charges qui l’ont provoquée. Déformation post-élastique : Déformation irréversible d’éléments réalisés en matériaux ductiles (accompagnée de dissipation d’énergie) après dépassement de la limite d’élasticité. Déplacement sismique de calcul : déplacement calculé sous l'action sismique de calcul. Dimensionnement en capacité : procédé de dimensionnement utilisé pour les structures à comportement ductile, permettant d’assurer la hiérarchie des résistances des divers composants structuraux, à savoir : • la dissipation d’énergie, par création de rotules plastiques, sous l’effet de déformations importantes de certains éléments du système structural. Ces rotules plastiques sont choisies, conçues et détaillées de manière appropriée pour éviter les risques de rupture fragile ; • la résistance suffisante des autres éléments structuraux. Ductilité : Capacité d’un matériau, d’une section, d’un élément ou d’une structure de subir avant rupture des déformations irréversibles sans perte significative de résistance sous sollicitations alternées. Faille active : Fracture de l’écorce terrestre sur laquelle un glissement s’est produit à une période géologique récente .Elle constitue ainsi, une source sismique qui peut engendrer un futur séisme.

72/95

version de : mai 2007 valide

Isolation sismique : aménagement des structures de ponts au moyen de dispositifs isolants spéciaux visant à réduire la réponse sismique. Liquéfaction d’un sol : Perte momentanée de capacité portante de certains sols sableux saturés lâches, transformés en fluide dense sous l’effet des secousses sismiques. Palée de stabilité triangulée : Structure de contreventement en treillis. Portiques (cadres rigides) : Structure composée de poteaux et de poutres rigidement liés. Protection parasismique : Niveau minimal de protection sismique accordé à un ouvrage en fonction de sa destination avant et après un séisme ou de son importance stratégique vis à vis des objectifs de sécurité et des coûts fixés par la collectivité. Raideur : force due à un déplacement unitaire. Repos d'appui minimal : mesure de sécurité caractérisée par une distance minimale entre le bord extérieur de l'élément supporté et le bord intérieur de l'élément servant de support. Le repos d'appui minimal est destiné à s'assurer que la fonction du support est maintenue sous des déplacements sismiques extrêmes. Rotule plastique : Zone d’un élément de structure (pile) subissant des déformations irréversibles et capables de dissiper de l’énergie sous sollicitations alternées. Au delà d’un seuil de sollicitation, elle se comporte comme une articulation autorisant la rotation des autres parties de l’élément. Rupture ductile : Rupture précédée de déformations irréversibles à la différence d’une rupture fragile qui est soudaine et quasi-instantanée. Séisme majeur : Evénement sismique relativement rare comparativement à la durée de vie utile de la construction. Les dommages structuraux doivent être limités et tout effondrement partiel ou total évité. Séisme modéré : Evénement sismique relativement fréquent comparativement à la durée de vie utile de la construction. Les dommages non structuraux doivent être limités à un coût de réparation acceptable. Site : Terrain d’implantation retenu pour la construction, caractérisé par un ensemble de conditions géologiques, hydrogéologiques, topographiques et géotechniques. Spectre de réponse : Courbes permettant d’évaluer la réponse d’une structure à un séisme passé ou futur. Stabilité d’ensemble : Capacité d’une structure à conserver sa géométrie et sa position (non glissement, non renversement) sous l’action des charges. Elle est obtenue par les liaisons des divers éléments constitutifs, par le contreventement et l’ancrage au sol. Elle requiert que les conditions de stabilité de forme et de résistance des éléments soient assurées. Stabilité de forme : Capacité d’une structure ou de l’un de ses éléments à conserver sa forme sous l’action des charges. L’instabilité de forme due au manque de rigidité se produit pour des éléments élancés ou des parois minces par flambage, cloquage, déversement avant que la résistance de leur matériau ne soit épuisée. Structure dissipative : Structure capable de dissiper de l’énergie grâce à des déformations postélastiques. Système de contreventement : Ensemble d’éléments de construction assurant la rigidité et la stabilité vis à vis des forces horizontales engendrées par le vent ou le séisme. Valeur de calcul du déplacement total dans des conditions sismiques : le déplacement utilisé pour déterminer les marges de débattement appropriées pour la protection des éléments structuraux critiques ou majeurs. Il comprend le déplacement sismique de calcul, le déplacement dû à l'effet à long terme des actions permanentes et quasi-permanentes et une fraction convenable du déplacement dû aux mouvements thermiques.

73/95

version de : mai 2007 valide

Zone critique : Région d’une structure où sont concentrées principalement les sollicitations d’origine sismique, elle peut être dissipative ou fragile. Zone dissipative : Partie prédéfinie d’une structure dissipative où est principalement localisée l’aptitude de la structure à dissiper de l’énergie. Zone sismique : Partie du territoire national dont les limites sont déterminées en fonction de l’aléa sismique.

74/95

version de : mai 2007 valide

ANNEXE B
Classification sismique des Wilayas et communes d’Algérie

N° 01 02

WILAYAS OU COMMUNES ADRAR CHLEF Groupe de communes A Toutes les communes autres que celles figurant aux groupes de communes B et C Groupe de communes B El karimia, Harchoun, sendjas, Oued sly,Boukadir Groupe de communes C Ouled Ben Abd El Kader Hadjadj LAGHOUAT OUM EL BOUAGHI BATNA BEJAIA BISKRA BECHAR BLIDA Groupe de communes A Toutes les communes autres que celles figurant au groupe de communes B Groupe de communes B Meftah, Djebabra, Souhane, Larbaa, Ouled Selama, Bougara, Hammam Melouane, Ain Romana BOUIRA TAMENRASSET TEBESSA TLEMCEN TIARET TIZI-OUZOU Groupe de communes A Mizrana Groupe de communes B Toutes les communes autres que celles figurant au groupe de communes A ALGER DJELFA JIJEL SETIF SAIDA SKIKDA SIDI BEL-ABBES ANNABA GUELMA CONSTANTINE MEDEA Groupe de communes A El hamdania , Medea, Tamesguida, Groupe de communes B Toutes les communes autres que celles figurant aux groupes de communes A et C Groupe de communes C Bou Aiche, Chahbounia, Boughzoul, Saneg, Meftaha, Ouled 75/95

ZONE SISMIQUE 0 III

IIb IIa

03 04 05 06 07 08 09

I I I IIa I 0 III

IIb

10 11 12 13 14 15

IIa 0 I I I IIb IIa

16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26

III I IIa IIa I IIa I IIa IIa IIa IIb IIa

I

version de : mai 2007 valide

Maref, El Aounet, Ain Boucif, Sidi Damed, Ain Ouksir, Cheniguel 27 MOSTAGANEM Groupe de communes A Ouled Boughalem, Achaacha, Khadra, Nekmaria Groupe de communes B Sidi Lakhdar, Tasghait, Ouled Maalah Groupe de communes C Toutes les communes autres que celles figurant aux groupes de communes A et B M’SILA Groupe de communes A Beni Ilmane, Ounougha, Hammam Dalaa, Tarmount, Ouled Mansour, M’sila, M’tarfa, Maadid, Ouled Derradj, Ouled Addi, Dahahna, Berhoum, Ain Kadra, Magra, Belaiba Groupe de communes B Toutes les communes autres que celles figurant au groupe de communes A MASCARA Groupe de communes A Toutes les communes autres que celles figurant au groupe de communes B Groupe de communes B Ain Fares, Ain fekran, Bouhanifia, Guerdjoum, Oued Taria, Ghris, Benaine, Mokhda, Aouf, Gharouss, Nesmoth, M’hamid, Hachem, Oued El Abtal, Ain Ferrah. OUARGLA ORAN EL BAYADH ILLIZI BORDJ BOU ARRERIDJ BOUMERDES Groupe de communes A Toutes les communes autres que celles figurant aux groupes de communes B et C Groupe de communes B Afir, Benchoud, Taouerga, Baghlia, Oued Aissa, Naciria, Bordj Menail, Isser, Beni Amrane, Souk El Had, Bouzegza Keddar, Kharouba, Larbatache, Khemis El khechna, Ouled Moussa, Hammadi. Groupe de communes C Timezrit, Ammal, Chaabet El Ameur EL TARF TINDOUF TISSEMSILT EL OUED KHENCHELA SOUK AHRAS TIPAZA MILA AIN DEFLA Groupe de communes A Tacheta, Zegara, El Abadia, Ain Bouyahia, El Attaf Groupe de communes B El Amra, Mekhtaria, Arib, Rouina, Ain Defla, Bourashed, Zeddine, Tiberkanine, Meliana, Ain Torki ,Hammam Righa,Ain Benian, Houceinia, Boumadfaa

III IIb IIa

28

IIa

I

29

IIa

I

30 31 32 33 34 35

0 IIa I 0 IIa III

IIb

IIa IIa 0 IIa 0 I I III IIa III IIb

36 37 38 39 40 41 42 43 44

76/95

version de : mai 2007 valide

45 46 47 48

Groupe de communes C Toutes les communes autres que celles figurant aux groupes de communes A et B NAAMA AIN TEMOUCHENT GHARDAIA RELIZANE Groupe de communes A Mediouna, Sidi M’hamed Ben Ali, Mazouna,El Guettar Groupe de communes B Merdja Sidi Abed, Oued Rhiou, Ouarizane, Djidiouia, Hamri, Beni Zenthis Groupe de communes C Toutes les communes autres que celles figurant aux groupes de communes A et B

IIa

I IIa 0 III IIb

IIa

77/95

version de : mai 2007 valide

Annexe C Interaction sol - structure
La prise en compte de l'interaction sol-structure est inutile sauf si les piles sont sensibles aux effets du second ordre au sens de l’article 4.4.4 ou si l'ouvrage est calculé avec le spectre élastique (non de dimensionnement) et que sa période fondamentale à base fixe (interaction négligée) est inférieure à T2 définie à la section 3

Pour la prise en compte de l'interaction sol-structure, la méthode suivante est acceptable :

a) Les caractéristiques des sols sont évaluées à partir d'essais appropriés, en tenant compte du fait que celles-ci doivent être compatibles avec le niveau moyen de déformation induit par le séisme. A défaut de justification particulière, la valeur du module de cisaillement G peut être obtenue à partir de la valeur du module Gmax en la multipliant par un coefficient fonction du coefficient d’accélération de zone (A) : ≤ 0.1 0.80 5 ≥ 0.3 0.40 15

Coefficient d’accélération de zone ; A Valeur de G / Gmax Valeur de l'amortissement matériel β (%)

0.15 0.65 8

0.2 0.50 10

Tableau C.1 valeurs de G et de β

Lorsqu'on dispose d'essais sismiques («cross-hole», etc.) la valeur de Gmax est donnée directement par ces essais. On doit considérer pour les calculs une variation possible entre 2/3 et 3/2 de cette valeur. Lorsqu'on ne dispose pas de ces essais, la valeur de Gmax est calculée par la formule Gmax = ρ(νs) , 3 3 ρ étant la masse volumique (2 400 kg/m pour les rochers, 2 200 kg/m pour les sols de bonne à très 3 3 bonne résistance mécanique, 2 000 kg/m pour les sols de résistance mécanique moyenne, 1 800 kg/m pour les sols de faible résistance mécanique) et νs la vitesse des ondes de cisaillement lue sur le tableau 3.2 :
2

— lorsque le tableau indique une fourchette pour νs, on doit envisager la variation de νs entre ces deux valeurs ; — lorsque le tableau n'indique qu'une valeur (νs)min , on lui associe (νs)max = 2 (νs)min ; — lorsque le tableau n'indique qu'une valeur (νs)max , on lui associe (vs)min = 1/2 (νs)max. En cas d'essais de type pressiométrique ou autre, les valeurs de G directement issues des essais doivent être corrigées. Faute d'avis d'expert sur cette correction, les valeurs approximatives des modules données dans le tableau 3.2 peuvent être utilisées.

b) À partir des valeurs des modules définies au paragraphe a), un calcul statique permet d'évaluer la raideur du système sol-fondation pour les différents degrés de liberté : translations verticale et horizontale, balancements autour d'axes horizontaux, torsion d'axe vertical. Ces raideurs statiques sont corrigées, par toute méthode scientifiquement validée, pour tenir compte de la variation de la raideur avec la fréquence. Des itérations pourront être nécessaires pour ajuster la raideur à la fréquence fondamentale du mode d'interaction sol-structure.

78/95

version de : mai 2007 valide

Xstructure

Kstructure Usol Xsol Xpieu Couches superficielles du sol Ksol Xstructure = déplacement structure Xpieu = déplacement du pieu Xsol = déplacement du sol Usol= déplacement du sol en surface Kstructure = raideur de la structure Ksol = raideur du sol

ROCHE Figure C.1 Interaction sol - structure

La définition d'une raideur équivalente peut nécessiter, dans le cas de géométries complexes (stratification prononcée, fondations profondes,...) le recours à des évaluations numériques. Pour chacun des degrés de liberté, un ensemble de ressorts correspondant aux raideurs précédemment calculées, est défini et incorporé au modèle de calcul de l'ouvrage, modélisant ainsi l’encastrement partiel. Ce modèle fait l'objet d'une analyse modale classique (modes non amortis et indépendants). Dans tous les cas, l'amortissement total associé à chaque degré de liberté sera limité à 30 % de l'amortissement critique. Cette pratique suppose que le mouvement du sol au niveau des fondations, en l'absence de la structure, est sensiblement égal au mouvement du sol en champ libre (interaction cinématique négligeable). Ce n'est pas le cas pour les fondations rigides présentant un encastrement important dans le sol (barrettes, caissons, ...). c) En l'absence de justification particulière, on retient pour valeur de l'amortissement total du système solfondation, la valeur de l'amortissement matériel, donnée dans le tableau C.1, que l'on peut augmenter d'une fraction de l'amortissement radiatif théorique validée par toute méthode scientifiquement éprouvée. Les amortissements correspondant à chacun des degrés de liberté peuvent être évalués à partir de formulations simplifiées. On attire l'attention sur le fait qu'une stratification marquée du profil stratigraphique tend à diminuer fortement l'amortissement radiatif. L'amortissement radiatif doit être éventuellement ajusté comme la raideur, sur la fréquence fondamentale du mode d'interaction solstructure. En l'absence de justifications particulières, on peut retenir, pour le cas de fondations superficielles, une valeur d'amortissement radiatif égale à la moitié de l'amortissement théorique relatif à une fondation sur sol homogène de raideur équivalente. Dans le cas de fondations profondes, une justification particulière doit être apportée au choix de la valeur retenue pour l'amortissement radiatif.

79/95

version de : mai 2007 valide

Annexe D Détermination des sollicitations horizontales dues au séisme pour les ponts cadres et portiques
Les sollicitations horizontales dues au séisme peuvent être prises en compte selon deux méthodes : - Une approche en déformation imposée représentative du comportement des ouvrages enterrés. - Une approche en force (de type calcul à la rupture poussée butée du sol) représentative du comportement des ouvrages proches de la surface.

D.1 Approche en déformation
La déformée de l’ouvrage est assimilée à celle du premier mode de vibration du sol en champ libre. Dans le cas d’un sol homogène d’épaisseur H, on peut admettre que la déformée du sol est un quart de sinusoïde défini par le déplacement maximal à la surface soit

 2H dmax = λAg   πV  s
Avec :

   

2

(D.1)

A : coefficient d’accélération de zone (tableau 3.1) g : accélération de la pesanteur

= 1 en site de type S1 = 0.9 en site de type S2 = 0.8 en site de type S3 Vs : vitesse de l’onde sismique (tableau 4.2)

λ

dmax Zs

SURFACE DU SOL

ds

Zi H
OUVRAGE

di
∆d SOL

ROCHE

Figure D.1 Déformation du sol et de l’ouvrage 80/95 version de : mai 2007 valide

La déformation à imposer à l'ouvrage est égale à la différence entre la déformée du sol au niveau de la cote supérieure zs et au niveau de la cote inférieure zi.

Soit :

 z π ∆d = d s − d i = d max  cos s    2H

  z π   − cos i      2H  

(D.2)

Pour obtenir cette déformation, on peut appliquer une pression uniforme sur la paroi latérale de l'ouvrage telle que la déformée entre le haut et le bas de l'ouvrage soit égale à ∆d.

∆d

Figure D.2 Pression uniforme sur l’ouvrage

- Dans l'hypothèse où le comportement de la colonne de sol reste élastique (cas des ouvrages fortement enterrés), cette approche conduit à une surestimation des efforts dans l'ouvrage. - Pour un ouvrage avec une faible couverture de sol, cette approche conduit à des efforts négligeables et doit être complétée par une approche en force. - La position du sommet rocheux doit être connue.

D.2 Approche en force D.2.1 Principes généraux
Les sollicitations provenant d'une accélération horizontale peuvent se décomposer comme suit:

Sollicitations actives : - incrément de poussée active du sol. - forces d'inertie dues à l'accélération horizontale de l'ouvrage. - force de frottement due au remblai situé sur la traverse supérieure. Réactions passives : - force de butée du sol (à négliger dans les calculs).

81/95

version de : mai 2007 valide

- force de frottement au dessous de l'ouvrage

A
Sollicitation due au remblai

D

SURFACE DU SOL

Butée du sol à négliger

Force d’inertie de la structure

Incrément de poussée active

OUVRAGE

B

C
Frottement au dessous de l’ouvrage Sens du déplacement du sol

ROCHE

Figure D.3 Forces agissant sur l’ouvrage L'ouvrage constitue un «trou» à l'intérieur du massif de sol. L'ouvrage à une masse faible par rapport au sol qu'il remplace et doit donc suivre les mouvements du sol.

D.2.2 Evaluation des sollicitations
La force d'inertie par unité de volume qui s'exerce sur un élément de poids volumique γ est égale à :

fi = γ kH

(D.3)

L'incrément dynamique de poussée active qui s'exerce sur un écran de hauteur H est prise égale à :

∆Fad =
avec:

1 γH ²[(1 ± k v )K ad − K a ] 2

(D.4)

γ

poids volumique du sol

kv coefficient sismique vertical. Kad coefficient de poussée dynamique active Ka coefficient de poussée statique active
- L'angle de frottement sol/écran doit être inférieur à ϕ / 3 et est pris couramment égal à zéro. - Dans un but de simplification, on peut admettre que la résultante ∆Fad s'exerce à mi-hauteur de l'écran, et qu'elle peut être modélisée par une charge uniformément répartie sur l'écran. - Le coefficient de poussée dynamique active peut être calculé suivant la formule dite de MononobeOkabe. Dans le cas d'un écran vertical, d'un sol horizontal en surface et d'un angle de frottement sol/écran égal à zéro on obtient : 82/95 version de : mai 2007 valide

K ad =

cos ²(ϕ − θ )

 sin ϕ sin (ϕ − θ )  cos ²θ 1 +  cos θ  

2

(D.5)

avec : ϕ : angle de frottement interne du sol

θ = arctg

kh 1 + kv

L'incrément dynamique de poussée passive qui s'exerce sur un écran de hauteur H est prise égale à :

∆F pd =

1 γH ² (1 ± k v )K pd − K a 2

[

]

(D.6)

Avec : poids volumique du sol coefficient sismique vertical Kpd coefficient de poussée dynamique passive Ka coefficient de poussée statique active La réaction passive basée sur la formule de Mononobe-Okabe avec un coefficient de frottement sol/écran égal à zéro est donnée par l’expression suivante :

γ σv

K pd =

cos ²(ϕ − θ )

 sin ϕ sin (ϕ − θ )  cos ²θ 1 −  cos θ  

2

(D.7)

D.3 Prise en compte du remblai situé au dessus de la traverse D.3.1 Ouvrage partiellement enterré ou faiblement enterré
Dans le cas où l'ouvrage est partiellement remblayé ou faiblement enterré (Hr < 1m), la traverse supérieure subit la force d'inertie du remblai. Soit : S = Hr L γ k H (D.8)

83/95

version de : mai 2007 valide

L
Surface du sol

Sollicitation due au remblai

Hr

Figure D.4 Ouvrage partiellement enterré

D.3.2 Ouvrage fortement enterré ou fortement remblayé
Dès que la hauteur H, augmente, la force d'inertie dans le remblai devient très importante et dépasse la résultante des contraintes de cisaillement mobilisables à l'interface ouvrage/remblai. En fait, cette résultante tend vers zéro lorsque l'ouvrage est suffisamment enterré et ne perturbe que faiblement la propagation des ondes de cisaillement à travers le massif de sol.

L
Surface du sol

Butée du sol

Inertie du remblai Sollicitation due au remblai

Poussée du sol

Hr

Figure D.5 Ouvrage fortement enterré

Le remblai est soumis aux forces suivantes : - la force d'inertie correspondant à la masse du remblai ; - les forces de poussée-butée du sol adjacent. - la réaction de la traverse sur le remblai L'équilibre horizontal du remblai permet de déterminer la sollicitation de l'ouvrage provenant du remblai :

Sr =
avec:

1 γH r2 (K ad − K pd ) + γk H H r L 2

(D.9)

Kad coefficient de poussée dynamique active Kpd coefficient de poussée dynamique passive

γ

poids volumique du remblai

84/95

version de : mai 2007 valide

A partir d'une certaine hauteur de remblai ( Hr ~ 0,25 L A g ), Sr, devient négative ce qui correspond à un remblai entraîné par le terrain adjacent plutôt que par l'ouvrage. D'une manière générale, ce calcul conduit alors à des efforts inférieurs à l'approche «en déplacement».

D.3.3 Modélisation de l'action du séisme
L'action du séisme est modélisée comme suit :

Surface du sol Sollicitation due au remblai

Incrément de Poussée dynamique

Inertie de l’ouvrage

ROCHE Figure D.6 Action du séisme sur l’ouvrage

Le fonctionnement mécanique des ouvrages enterrés et des ponts cadres fait intervenir une forte interaction sol/structure. Les hypothèses de fonctionnement de ces ouvrages indiquées sont simplistes, mais donnent des résultats numériques en accord avec les rares publications sur le sujet.

Les dispositions constructives de la section 7 sont applicables, en particulier : vérification du sol de fondations (liquéfactions.) confinement des aciers verticaux (flambement.)

85/95

version de : mai 2007 valide

Annexe E

Ponts spéciaux

E.1 Introduction
Les types de ponts suivants sont considérés comme spéciaux, en ce sens que les règles du présent document peuvent ne pas couvrir tous les aspects de leur dimensionnement sismique : • Ponts en arcs, • Ponts à béquilles inclinées ou à piles en V, • Ponts haubanés et suspendus, • Ponts à géométrie extrême (ponts fortement biais ou ponts à forte courbure horizontale), • Ponts à plastification sensiblement différente d'une pile à l'autre. Les dispositions de cette annexe sont à considérer comme des recommandations générales et non comme des règles de dimensionnement décisives pour chaque cas particulier.

E.2 Choix du comportement sismique recherché E.2.1 Comportement élastique
Dans de nombreux cas il est préférable de choisir un comportement sismique élastique (q = 1), c'est-à-dire de dimensionner le pont pour qu'il demeure élastique sous l'effet sismique de calcul. De tels cas sont : • Les ponts en arc ou ponts à béquilles inclinées pour lesquels le dimensionnement et les dispositions constructives concernant la ductilité des rotules plastiques peuvent manquer de fiabilité à cause de la présence d'une forte compression axiale ; • Les ponts haubanés pour lesquels la réponse sismique peut être dominée par les effets des modes supérieurs. Dans ces différents cas, il est recommandé d'effectuer une analyse multimodale par le spectre de réponse élastique et d'évaluer avec une précision appropriée les effets du second ordre. Les sections critiques résultant de l'analyse élastique doivent en général être situées dans les éléments ayant un certain niveau de ductilité , et des dispositions constructives appropriées visant à améliorer cette ductilité sont recommandées. Conformément à E.3, on doit généralement s'assurer que les modes de rupture fragile sont évités.

E.2.2 Comportement ductile E.2.2.1 Généralités
L'hypothèse d'un comportement ductile des ponts spéciaux est autorisée, si les coefficients de comportement peuvent être justifiés au moyen d'une analyse temporelle non linéaire appropriée, conformément à 4.3.4.

E.2.2.2 Efforts normaux d'intensité élevée
Lorsque, aux rotules plastiques, des efforts normaux d'intensité élevée (ν > 0,30) prédominent (par exemple dans le cas des ponts en arc et des ponts à béquilles inclinées), le recours à une analyse linéaire multimodale utilisant, des valeurs réduites du coefficient q défini en 4.4 pour le comportement ductile est permis, si les conditions suivantes sont respectées : a) le tablier demeure élastique ; 86/95 version de : mai 2007 valide

b) le déplacement sismique est causé principalement par la déformation des appuis de la structure (c'està-dire ni par la déformation des appareils d'appui, ni par celle du sol) ; c) l'influence sur la réponse sismique des modes supérieurs n'est pas importante. Cette condition est considérée comme satisfaite si la masse modale du mode fondamental dans la direction considérée représente au moins 70 % de la masse du tablier.

E.2.2.3 Plastification séquentielle des piles
Dans le cas des ponts rectilignes, satisfaisant aux conditions (a) (b) et (c) de l'article précédent, on peut en général faire l'hypothèse d'un comportement ductile en direction longitudinale. En direction transversale, il y a lieu de prendre en compte l'influence de la plastification séquentielle des piles sur la flexion transversale du tablier et sur la distribution de l'action sismique aux piles.

E.2.2.3.1 Plastification séquentielle en direction longitudinale
Les déformations post-élastiques maximales sont induites dans les piles qui se plastifient les premières, là où la demande en ductilité locale la plus importante doit probablement apparaître. Le renforcement du ferraillage de certaines piles fait qu'elles subissent la plastification plus tard. Mais, en dépit de la réduction des déformations plastiques, cela ne produit en général pas une réduction de l'énergie dissipée du fait de l'augmentation des efforts qui se développent dans ces piles. Les piles très souples qui ne peuvent arriver à la plastification avant que le déplacement ultime du système ne soit atteint, présentent dans tous les cas une contribution négligeable à la résistance sismique. C'est pour cette raison, que dans la direction longitudinale des ponts rectilignes, on peut faire l'hypothèse d'un comportement ductile même dans les conditions de plastification séquentielle des piles. En cas de plastification séquentielle, l'estimation de la raideur des piles doit être prudente, afin d'éviter une sous-estimation de la raideur totale ainsi que des effets de l'action dynamique. Il est recommandé d'utiliser pour toutes les piles la raideur non fissurée, comme hypothèse conservative dans l'estimation des effets de l'action sismique. Après l'analyse, une correction du déplacement correspondant, basée sur le niveau de déformation calculée pour les piles, doit en général être opérée.

E.2.2.3.2 Plastification séquentielle en direction transversale
La plastification séquentielle des piles en direction transversale peut causer des différences essentielles entre les résultats d'une analyse linéaire «équivalente» et la réponse non linéaire réelle du pont. Quelques unes des causes de ces différences sont les suivantes : a) une éventuelle plastification progressive des piles d'un bout à l'autre du pont peut induire une excentricité horizontale additionnelle aboutissant à une augmentation disproportionnée des demandes en ductilité des piles qui se plastifient les premières ; b) la flexion transversale du tablier obtenue par l'analyse linéaire peut être invalidée après la plastification des piles. Une estimation fiable des effets dans le cas (a) ci-dessus n'est en général possible qu'en réalisant une analyse temporelle non linéaire appropriée. Toutefois, on peut éviter les effets indésirables si le système structural du pont est symétrique en élévation, ou peut être conçu comme tel. Faute d'une analyse dynamique non linéaire, les effets du cas (b) sur le tablier peuvent être pris en compte approximativement en dimensionnant le tablier pour qu’il résiste aussi aux effets dus à la charge statique

87/95

version de : mai 2007 valide

transverse équivalente. On utilise pour chaque pile (i) une raideur corrigée égale à sa raideur sécante calculée pour un déplacement de son sommet égal à :

d i = δd Ei
où :

(E.1)

dEi est le déplacement résultant en tête de la pile i provenant de l'analyse linéaire ; δ est le maximum des rapports :

δj =
où :

d yj d Ej

=

M Rdj M dj

(E.2)

dyj est le déplacement de la tête de la pile j correspondant à la plastification ; MRdj et Mdj sont respectivement le moment de flexion résistant de calcul et le moment sismique de calcul à la base (rotule plastique) de la pile j.

E.3 Préventions vis-à-vis des ruptures fragiles
Les composants structuraux, tels que les appareils d'appui fixes, les selles et ancrages pour les câbles et les haubans ainsi que d'autres assemblages non ductiles, doivent être dimensionnés en utilisant les effets du dimensionnement en capacité déterminés à partir de la résistance des câbles et avec un coefficient de surcapacité d'au moins 1,4. Cette vérification peut être négligée si l'on peut prouver que l'intégrité de la structure n'est pas affectée par la défaillance de ce type d'assemblage. Cette preuve doit couvrir également le risque de défaillances séquentielles, comme cela peut se produire dans les haubans des ponts haubanés. Des hypothèses conservatives similaires à celle du premier alinéa ci-dessus doivent être utilisées afin d'éviter d'autres modes de rupture fragile comme : • Rupture par torsion du tablier dans les ponts à forte courbure horizontale ; • Rupture combinée par torsion et flexion des piles dans les ponts fortement biais.

88/95

version de : mai 2007 valide

Annexe F

Comportement des isolateurs dans la direction horizontale

F.1 Comportement hystérétique
La relation force-déplacement d'un isolateur dans la direction horizontale peut être représentée de manière approchée par une relation bilinéaire, telle qu'illustré dans la Figure F.1, pour un isolateur.

Figure F.1 Approximation bilinéaire d'une loi de comportement hystérétique exprimée en force-déplacement

Les paramètres de l'approximation bilinéaire sont les suivants : dy = déplacement à la limite d'élasticité ; dcd = déplacement de calcul du système global d'isolation ; dbd = déplacement de calcul de l'isolateur ; ED = énergie dissipée par cycle correspondant au déplacement de calcul dbd, égale à l'aire de la boucle d'hystérésis réelle = 4(Fydbd – Fmaxdy) ; Fy = force plastique dans un chargement monotone ; F0 = force correspondant au déplacement nul lors d'un chargement cyclique = Fy – Kp dy ; Fmax = force maximale correspondant au déplacement de calcul dbd ; Ke = rigidité élastique pour un chargement monotone = Fy/dy, égale également à la rigidité de déchargement en chargement cyclique ; Kp = rigidité post-élastique (tangente) = (Fmax – Fy)/(dbd – dy).

F.2 Comportement des appareils d'appui en élastomère
On distingue les appareils d'appui en élastomère à faible amortissement et ceux à amortissement élevé. Les appareils d'appui en élastomère à faible amortissement sont les appareils dont le taux d'amortissement visqueux équivalent ξ est inférieur à 6%. Ces appareils d'appui ont un comportement cyclique similaire à un comportement hystérétique avec des boucles d'hystérésis très étroites. Ils sont à prendre en compte conformément à 6.3.3. Les appareils d'appui en élastomère à amortissement élevé présentent des boucles d'hystérésis importantes, correspondant à un coefficient d'amortissement visqueux équivalent ξ généralement compris entre 10% et 20%. Il convient de considérer leur comportement comme hystérétique linéaire. Eu égard aux essais spéciaux requis pour évaluer les performances sismiques, la présente partie différencie les appareils d'appui simples en élastomère à faible amortissement des appareils d'appui spéciaux en élastomère. 89/95 version de : mai 2007 valide

Les appareils d'appui à faible amortissement conformes à 6.3.3 sont définis comme des appareils d'appui simples en élastomère à faible amortissement. Les appareils d'appui simples en élastomère à faible amortissement peuvent être utilisés comme isolateurs, sans être soumis à des essais spéciaux pour évaluer leurs performances sismiques. Les appareils d'appui spéciaux en élastomère sont des appareils d'appui en élastomère à amortissement élevé soumis à des essais spéciaux conformément aux exigences des normes en vigueur. Il convient que les propriétés de calcul des appareils d'appui en élastomère utilisés dans la présente annexe couvrent à la fois les conditions de rugosité et de non rugosité des appareils d'appui. Les appareils d'appui en caoutchouc à noyau de plomb (LRB) consistent en des appareils d'appui en élastomère à amortissement faible, comportant un noyau cylindrique en plomb. La plastification du noyau en plomb confère à ces dispositifs un comportement hystérétique important. Ce comportement hystérétique peut être représenté par l'approximation bilinéaire illustrée à la Figure F.1 avec les paramètres suivants :

Rigidité élastique : Ke = KL + KR
où KR et KL représentent respectivement les raideurs au cisaillement des parties en élastomère et en plomb de l'appareil.

Rigidité post-élastique : Kp = KR Force plastique : Fy = FLy (1 + KR/KL)
où FLy est la force plastique du noyau en plomb

F.3 Amortisseurs visqueux fluides
La réaction des amortisseurs visqueux fluides est proportionnelle à v
αb

, où

v = db =

d ( d b ) est la vitesse dt

du mouvement. Cette réaction est nulle quand le déplacement est maximal dmax = dbd et, par conséquent, elle ne contribue pas à la rigidité effective du système d'isolation. La relation force-déplacement d'un amortisseur visqueux fluide est illustrée à la Figure F.2 (pour un mouvement sinusoïdal), en fonction de l'exposant αb.

Figure F.2 Loi de comportement visqueux exprimée en force-déplacement

db = dbd sin(ωt), avec ω = 2π/Teff
F = C v α b = F max (cos (ω t ))
αb

90/95

version de : mai 2007 valide

F = C (d bd ω )

αb

ED = λ(αb) Fmax dbd

λ (α b ) = 2 2+α

b

(1 + 0,5α b ) (2 + α b )

Γ ( ) = est la fonction gamma

F.4 Comportement frottant
Les dispositifs glissants à surface de glissement plate limitent la force transmise à la superstructure à :

Fmax = µdNSdsign( d b où :

)

µd est le coefficient de frottement dynamique ; NSd est la force normale transmise par l'appareil ;

Sign ( d b

) est le signe du vecteur de vitesse d b ;

db est le déplacement relatif entre les deux surfaces de glissement Des appareils de ce type peuvent toutefois entraîner des déplacements permanents importants. Il convient par conséquent de les utiliser avec des appareils fournissant une capacité de rappel adéquate.

Figure F.3 Comportement frottant exprimé en force-déplacement

Les appareils glissants ayant une surface de glissement sphérique de rayon Rb fournissent une force de rappel au déplacement db égale à NSddb/Rb. Pour un dispositif de ce type, la relation force-déplacement est la suivante :

Fmax =

• N Sd d b + µ d N Sd sign (d b ) Rb

Dans les deux cas susmentionnés, l'énergie dissipée par cycle ED (voir Figure F.3), pour le déplacement de calcul dbd s'élève à : ED = 4µdNSddbd Le coefficient de frottement dynamique µd dépend principalement de : 91/95 version de : mai 2007 valide

la composition des surfaces de glissement du recours ou non à la lubrification de la pression sur la surface de glissement dans la situation sismique de calcul de la vitesse de glissement et il convient de le déterminer au moyen d'essais appropriés. Des informations concernant les essais pouvant être utilisés pour déterminer le coefficient de frottement dynamique sont données dans l'annexe G. Il convient de noter que, dans le cas d'un polymère dans son état initial lubrifié glissant (type PTFE) sur une surface en acier inoxydable polie, le coefficient de frottement dynamique peut être relativement faible (≤ 0,01) dans la gamme de vitesses correspondant aux mouvements sismiques et dans les gammes usuelles de pression exercée sur la surface de glissement dans la situation sismique de calcul.

92/95

version de : mai 2007 valide

Annexe G
sismiques

Essais pour la validation des propriétés de calcul des isolateurs

équations d’annexe [L]!!! G.1 Domaine d'application la présente annexe est destinée à fournir des recommandations concernant les essais de prototype (ou de type) lorsque la réglementation en vigueur ne comporte pas d'exigences détaillées relatives aux essais de cette nature. La plage des valeurs des caractéristiques de déformation et des valeurs d'amortissement des isolateurs utilisés dans le dimensionnement et l'analyse des ponts possédant une isolation sismique peut être validée par les essais décrits dans la présente annexe. Ces essais ne sont pas destinés à être utilisés comme essais dans le cadre du contrôle qualité. Les essais de prototype spécifiés en G.2 ont pour objectif d'établir ou de valider la gamme des propriétés de calcul nominales des isolateurs utilisés pour le dimensionnement. Ces essais sont généralement spécifiques au projet concerné. Toutefois, les résultats disponibles des essais effectués sur spécimens de type et de taille similaires, et avec des valeurs identiques des paramètres de calcul, sont acceptables. Les essais définis en G.3 visent à corroborer les propriétés des isolateurs, qui ne sont habituellement pas spécifiques au projet.

G.2 Essais de prototype G.2.1 Généralités Il convient d'effectuer les essais sur au moins deux spécimens. Il convient de ne soumettre les spécimens à aucun chargement latéral ou vertical préalablement aux essais de prototype. Il convient généralement d'utiliser des spécimens grandeur réelle. L'autorité compétente peut autoriser la réalisation de certains essais sur des spécimens à échelle réduite, uniquement lorsque les laboratoires d'essai existants n’ont pas une capacité suffisante pour soumettre à l'essai des spécimens grandeur réelle. Lorsque des spécimens à échelle réduite sont utilisés pour les tests, il convient qu’ils soient constitués du même matériau et qu’ils soient du même type, avec une géométrie similaire à celle des spécimens grandeur réelle. Il convient également que leur fabrication utilise les mêmes procédures de réalisation et de contrôle qualité.

G.2.2 Séquence d'essais Il convient d'appliquer la séquence d'essais suivante pour le nombre de cycles prescrit, avec une charge verticale égale à la charge permanente moyenne, sur tous les isolateurs d'un type et d'une taille courants : T1 Trois cycles alternés complets, à plus ou moins le déplacement thermique maximal à une vitesse d'essai d’au moins 0,1 mm/min. T2 Vingt cycles complets de chargement alterné, à plus ou moins la réaction de calcul non sismique maximale, à une fréquence d'essai moyenne de 0,5 Hz. Suite aux essais cycliques, il convient de maintenir la charge sur le spécimen pendant une minute. T3 Cinq cycles alternés complets, au déplacement sismique de calcul amplifié. T4 Quinze cycles alternés complets, au déplacement de calcul amplifié, commençant à la valeur du déplacement initial. Les cycles peuvent être appliqués en trois groupes de cinq cycles chacun, chaque groupe étant séparé par un temps d'arrêt afin de permettre le refroidissement des spécimens. T5 Répétition de l'essai T2 avec un nombre de cycles réduit à trois (au lieu de 20). T6 Si un isolateur est également un élément porteur vertical, il convient alors de le soumettre également à l'essai pour un cycle alterné complet au déplacement sismique total de calcul, avec application des charges verticales suivantes : 1,2 QG + |∆FEd| 0,8 QG – |∆FEd| où : QG est la charge permanente et

93/95

version de : mai 2007 valide

∆FEd est la charge verticale supplémentaire due aux effets sismiques de balancement, sur la base de la réponse maximale sous l'action sismique de calcul. Il convient d'effectuer les essais T3, T4 et T6 à une fréquence égale à l'inverse de la période effective du système d'isolation. Il est permis de faire exception à cette règle pour les isolateurs qui ne dépendent pas de la vitesse de chargement (cette dernière entraîne, comme effet premier, l'échauffement visqueux ou par frottement des spécimens). Les caractéristiques force-déplacement d’un isolateur sont considérées comme étant indépendantes de la vitesse de chargement, lorsque les deux valeurs Fo et Kp définissant la boucle d'hystérésis (voir Figure F.1) présentent chacune une différence inférieure à 15 %, lorsque les spécimens sont soumis à trois cycles alternés complets au déplacement de calcul et à des fréquences comprises entre 0,2 et 2 fois l'inverse de la période effective du système d'isolation.

G.2.3 Détermination des caractéristiques des isolateurs G.2.3.1 Caractéristiques force-déplacement Il convient de calculer la rigidité effective d’un isolateur pour chaque cycle de chargement comme suit :

K eff =
où :

Fp − Fn dp − dn

dp et dn sont respectivement les déplacements d’essais maximaux positif et négatif, et Fp et Fn sont respectivement les forces positive et négative maximales, pour les unités ayant un comportement hystérétique et de frottement, ou les forces positive et négative correspondant à dp et dn, respectivement, pour les unités ayant un comportement viscoélastique.

Figure G.1 — Diagrammes des essais force-déplacement (gauche : comportement hystérétique ou frottant ; droite : comportement visqueux)

G.2.3.2 Caractéristiques d'amortissement Il convient de déterminer l'énergie dissipée par cycle EDi d’un isolateur i, pour chaque cycle de chargement, comme l'aire de la boucle d'hystérésis correspondante des cinq cycles alternés complets au déplacement total de calcul défini à l'essai T3 de G.2.2. G.2.3.3 Adéquation du système Il convient de considérer la performance des spécimens comme appropriée si les exigences suivantes sont satisfaites : R1 à l'exception des amortisseurs visqueux fluides, il convient que les tracés force-déplacement de tous les essais spécifiés en G.2.2 aient une force résistante croissante en phase de chargement. R2 dans l'essai T1 de G.2.2, il convient que la force maximale mesurée n'excède pas la valeur de calcul de plus de 5 %. R3 dans les essais T2 et T5 de G.2.2, il convient que le déplacement maximal mesuré ne soit pas inférieur à 90 % de la valeur de calcul. R4 dans l'essai T3 de G.2.2, il convient de déterminer les valeurs maximale et minimale de la rigidité effective Keffi (et les diagrammes force-déplacement correspondants), ainsi que de l'énergie dissipée par cycle, EDi, comme étant les valeurs maximale et minimale, respectivement, de la moyenne de chacune des quatre paires de cycles d'essai consécutifs. Il convient que ces propriétés nominales se situent dans la gamme des propriétés nominales de dimensionnement supposées. 94/95 version de : mai 2007 valide

R5 dans l'essai T4 de G.2.2, il convient que le rapport des rigidités effectives, minimale et maximale, mesurées dans chacun des 15 cycles ne soit pas inférieur à 0,7. R6 dans l'essai T4 de G.2.2, il convient que le rapport minED/maxED pour chacun des 15 cycles ne soit pas inférieur à 0,7. R7 Il convient que toutes les unités porteuses verticalement demeurent stables (c'est-à-dire avec une rigidité incrémentale positive) au cours de l'essai T6 de G.2.2. R8 À la fin des essais, il convient d'examiner tous les spécimens afin de déceler tout signe de détérioration significative, pouvant constituer une cause de rejet, tel que (le cas échéant) : - Absence d'adhérence caoutchouc-acier - Erreur de positionnement des frettes - Épaisseur ou profondeur de fissuration du caoutchouc superficiel supérieure à 70 % de l'épaisseur de l'enrobage en caoutchouc - Écaillage des matériaux sur plus de 5 % de la surface d'adhérence - Absence d'adhérence PTFE-métal sur plus de 5 % de la surface d'adhérence - Marquage de la plaque en acier inoxydable par des entailles d'une profondeur ou d'une largeur supérieure à 0,5 mm et sur une longueur supérieure à 20 mm - Déformation permanente - Fuite. G.3 Autres essais G.3.1 Essais d'usure et de fatigue Il convient que ces essais tiennent compte de l'influence de la course cumulée due aux déplacements occasionnés par les chargements thermiques et les actions dues au trafic, au cours d'une durée de vie d'au moins 30 ans. Pour les ponts de longueur normale (jusqu'à environ 200 m), et à défaut d'une valeur différente déterminée par un calcul plus précis, la course cumulée minimale peut être prise égale à 2 000 m. G.3.2 Essais à basse température Si les isolateurs sont destinés à être utilisés dans des zones à basse température, avec une température d'isolateur minimale pour le dimensionnement sismique Tmin,b < 0 ° il convient alors d'effectuer un essai à C, cette température, ledit essai consistant en cinq cycles alternés complets au déplacement de calcul, dans les conditions réelles spécifiées dans l'essai T3 de G.2.2. Il convient de maintenir le spécimen en dessous d'une température inférieure à 0 °C pendant au moin s deux jours avant l'essai. Il convient d'évaluer les essais tel que spécifié en R4 de G.2.3.3. Dans les essais de G.3.1, il convient d'effectuer 10 % de la course sous la température Tmin,b.

95/95

version de : mai 2007 valide

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful