N" 2 PnlX DU NUMERO

-

élrstiqtre, dc ?éÍo à l'infini (pridn

Ms

v.,enàcure de nc

Ni aÊit&r afltí t.-

[A LIBR E BEI.EIO lgË Ë"*
16{.rili.6 quj nour tóriBpo6..j. ^r..Èatbvisie.i! -

"Y5*^*

env.61.. FtuÈrq!' doni..nt trr r. rd(. adlrtr. .ro'16q.6 qq.*nm& r;"*, iïS!Ë r;,;. ÍGo.dB qd dr.r .ó!t trpd.hr .uft r.it.hi q!1d q.nr in.,r!. nr I t.lihda d. ros(6nr!..a.iraiáea

i

pATRroïeuE -. RÉGULrÈREMENT tRRËcuLtËR
ANNONCES ^DtEssE
iÈLÉcRÀPHreuE

KOMANDANTUR

- BRUXELLES

ne pouvant èlre un emplacemenl de lout repos ils sonl rnstallès oans une cave automobile

il.tioo illcmand.. ilos rlons suppdFë ra pagê o rtrnonc.r .t conrêiltons à E cr,.nN d. rt<Qrver l.ur lrg.nt 9ouÍ dè Irnns oeitlèurs

L.s aÍÍrilesétánr nules sols

L dN!

(oEs i.RAirts oE tg3l - tg39 et lg70)

LEcii,FFoNouooo,ul^_^. ïr'irli"iï;'liï;1ïHï::::':.ï::qu'!nch*{n
, Ma conversarion avec Sir E. Goschen, djt,il, all lieu le 4 aoÉt

LES BRouBElAcES DU CHANCELTER pRUssrEN li. vou Bícuerr-l louwro LA REPONSE DE SIR E. \JREY .
SecÍétarre des Afíaiíes EtÍángèÍes d'Anglelerre

L . Assocrdled Press ' publie le Íécil d'unê interview que son coírespondant près de l'étal ÍÍ\aloí allemand daos rne ville du notd de la France a eu avac filonsieur
Bethmann Hollweg, le chancelie. impéÍial MonsieuÍ voo Bethmann dans le cours de la conveÍsalion lui a dil . .,e silis surpris d'apprendÍe que I'expression tr chifÍoil d.c popiêr dont j'at usé dans ma deÍnière conveÍsalion av( I'Ambassadeur britanriique en parlant du traité ÍelatiÍ à Ia neÍtralité belge, r gu causeÍ une. telle impÍession défavoíable aux Etats.Unis

à travers la Belgique, mais qu,clb était prete à répaier le tort commis. euaild ie Dariáir arnsi i'avars déjà certarnes indicá!ións _ mais ias rte pÍeuves absolues pouvant.seÍvfde base à une acoF tion publique - que la Belgjque aváit depuis.tongtempr abandon!ê sa neutÍalilé dans ses Íel&otrs evec I,Anqlè terÍe Néanmoiíts,. je prerrais lel'ement au sêrieux

I'Allehagde à marcheÍ

. Je venais de déclarer au Reichstag que seEle !{e cÍuell€ oécessilé, la luÍe tpouÍ I'existence, avaii foÍoó

.esponsabilitéE

de

ls

I

Allemagne,

neutÍes que ie parlai,olveÍtemen: I'Allemagne

vi5-l.vts de! Etrtr du mal conmrs ,s

Quelle Íut I'attitod€ de l,AngleteÍÍe dans ceLte,têar question ? Le iorr avaot ms snveÍsslion avec l,ambc sadeuÍ britanniquc, SirEdwar tircy avarr pÍononcé rr PÁÍlement son discouÍsbien coDnu, daos jeq,,tl, tod en n€

.

L'crpÍessior avajt uEe toute autre signification quc celle qui .e6soÍt du Íapport de Sir Edw. Goschen. Le our qui lui est donné daos les commentai(es embig$
de nós ennems, est ccrtainement la cause dë cette mauvaise impr€:"sion. I Le ChancelieÍ rmprovisa aloÍs une gptication dc tette Íéelle significatioí ; la voici en substance : ll a perlé du traité non comme d'un chiffon de papieÍ pout 'Allcmagne, mais comme d'un rcte qui élail devenu comme un chiilon de papteÍ paÍce que Ir Belgique avril cootÍevenu elle-même à sa neutÍalilé et que l'Aígletcre av.it tant d'eutres tarqs d'entÍeÍ €n gueaR, que lc

distt

pas expressément,que l.Ajtgletene

'paÍt à la gueÍÍe, il laisse epcidalttort p€u de doata a ce pÍopos, ll 6utfit de liÍc sllcqtivm€ít c€ discours pó$ connaltÍe la cause de I'inteíyentior de I'Angletere d&Ê
la gu€ÍÍe

}íendÍla

. Au m.ilicu de toutes ss bcl6 pf,rases sur t,t rn€uÍ de I'Angleterre et s{r i€s obligations de I'AnÉÉ
tqre,
nous trouvonc

sni 6se gpÍimé de nouyá
,

quc les intéÍêts de I'Angletene. ses seuts intéÍêts, I,aplF laient à paÍticipcr au conflil parce qu,il o'étlil p.s dr-

:

16 intéÍêts de l'AngleterÍe que l'Al}êEágne sortit Íic$c et p8Í coméqucol pl[ lqrt! de ette guqÍc

vid}.

. Le vlêfl pÍinopc d€ h g'olitiqul anghrse' c'est'à' líté' dlÍê prendÍe @nme seule Íèglê de ses tctlons scs ou l€s rêts ilives. sans égrrd Po[ lG dÍoit' la Íarsoo diséouÍs conaióémtions d'ltumanité, st spÍrmé dans cc de bladstone en t870 sr.lÍ ta nêrtÍalite belgc' 4isco!Ís
que Sir iiJwanl s ragpelé

d€Puis looglenps soutdcment détÍuit mililrlres evcc Ia Btlgiquc

prt

des

aeoÍd3

. l.'À,,gielen(, ! rnilsté le chancelieí pÍussten' a trrê l'lgêe rrrquemcrt jláícequ'ellè cíoy'it que s€s Intércis lc deriiàidaieo!. l-l neuiíalilé belge seule ne l'eut iamats eFtÍalnêe à 1a gutfre . C'éi'ri ce qrti: ;È voulals dire quand, dans ce deÍ' niel enir3lien av,rr: :iia Groschen, étant assls el causanl paÍmi l)rtmenrent. d'ho,Ir'n: a hommc. le lur dit que' les Íàrsons qul ),)ussalenl I'AngleterÍe à se baíÍe' pouÍ elle'que Iaváleut la neililelité belgl: r'avait eu d'un chifion r1e Dlotst J'at pu êtte un peu excitê cl tnrmé. íii:l ne I eul )as étè en voyaít les espoiÍs et le -tÍavail de toute une DÀÍtie de ma vte de chancclier s'cn lller À la dêÍive ) . Je rappela! à I ambassadeuÍ mes efiorts durant des
annêes Êo!Í arÍtver à une enlenle ent.e l'Allemagne el I'Alglelerre, une enteíte qul, le le lur Íappelai' eut Íerdu intosstbie une guetÍe générale et €ut absolument gaÍJnii la pdri de I'Ed(ope. Une telle entelte eul Íormê ls.bagr; irtr lesquc lei nous aunons pu íappíocheí les États-Llils comme rÍcrsième partenaiÍe. Mati I'Angle' teÍre fl]2','Rit pas àdoplé ce plao et p.i son entree en gueíra lr'Í1'rs!it urt{i iculours I espoir de gon accomplisserr'.r1. !n pÍê!e r :e JÈ Lonséquences sr inportanles le tÍiiii: r'étatt-ii pàJ ur chiirorr de papreÍ 1 l-'AnglQ' tdre dy'ri.ii íéeliemeÍt cÈsser de . loutí Cle l3 hrrpe ' sui cÊ iljilre de lr! ra!lrtlité belgÊ

. Souy€íu-vous quc Sir EdwaÍd Grey a expresse' ment íelusé dc mus asgurer d€ la neutrálité angltrsq si lAtlmrèf,è Íspdtàil la netttÍalité belge' en m en' Aussr te comptends le déplaisir de ItAngleterÍe de teodart caÍáctéÍiseí le tÍáité de 1839 de ' chilfon pcuÍ I'AngleteÍÍe paprer . car ce.chiÍloil de l)aplèí avall
mêaè

uneexlÍème valeuÍ. ll lur louíiltssail devánt lenon'le uí€ excuse pouÍ s embarquer dails cette gueÍÍe . J'espère dotrc qn'aux Êlats'Unts vous penseíer ne! tenentque d4ns cette ililaiÍe iAilglilleríe a agl seille' iloí' menl d'apíès ce prttrcipe : Que cela ioit ius{e ou
mes lnléÍè15 avanl toul.

'

LA RÉPONSE DE SIR OREY Le s€cÍétáiie d Êtat eux aÍlaires éiÍangèíes Íépond rinsi à I'iotaÍview Íécemment accoídée pcÍ lÈ chancelieÍ rllemand à un corespondant 3méÍicrtn ' . ll n'est pas étonnrni qle le ch3ncelis allemqnd au cKit nécessatae dc donneÍ de nouvelles explicrlions suict de sa phrNse dêsoíííais hisloÍique suÍ le tÍaité papieÍ ' La phraJe a lalt unÈ pro' simple " chillon de londe topíÈsslof, paÍceque le pÍogrès du monde dé'
pend gÍandement du fespect des conventloni enlÍe Indl' vtdus €t entre nations et que là politique Íevélée paÍla phrase de lleÍl von Bethmann Hollweg teod à aD'tssÊÍ le nlveau de la clvllisatlon au polnt dc vle légal et moral est cecl: l'An' " Ce clu r dit le chailcêlieÍ êllemand gleteÍÍe etr exrgeanl que I'Allcnagne Íespecie la neulÍ!' guerre ' seulement pour lité de la Belgtque va latre la un mot, seulèment po'rr un chiíion de paprer ' t'est-à_ diÍe qile l.\nglet€rÍe laisait d'une taupinjère une mon'

. Hèr' vnl Betir'rrrto Hollweg allirm€ que les PapieÍs'. c,:]e tlcul i /jfs llouvés drss les àíchlveJ du lunistèrp dÊs aliai.(:'i èl.angères à BrurelleS, alontÍenl que l'ÀnÊleitrre, cr I9il, était déterminee à leteÍ des tíoupcr t-i hllqrque sans I'assentiment du OouveÍne' ment i,nigc sr la grtefÍe avlit'éclaté' I en d aulíes mols' d€ laiÍe eiilclemenl,:a qu clle . repÍoche matnt€nnrÍl à l'Allemagne ávec une sr vertueuse lndignation '
rappoÍl, SiÍ Edward'Orey, le crols, " Dans un dsnief rniotma ta llelgique qu il ne croyert pas qtre I'r\ngleteÍre alrrait pirs ilte telle décision parcÈqu'il ile pensall pas que I opini3n publique anglalse eut Íltiiiê une aclion s€mbtáble. F,t cependaít il y á des gens aux Etats'Unts {jrl s'étonnent que i'di traltÉ de chilfon de paplel, un tÍaité dont l'obreÍvallon, selon I'avis d'houme d'États respon' ,sablés arrAlaís auíait dép€ndu du bon plaisiÍ de I opi' oion publilue anglalsè, un tÍEitê que I'Anglereríc avail

tagne. ll denlznde maintenant aux anlé'!c2!Íls iie c!nrre qu il a eu'il loulatt diÍe exactement lc coítrarÍe de cc dit . Que c'est l'AngleterÍe qur en Íéqlilé íegaÍdait Ia que neulralrte de la Belglque colnnle une bagnlellc et I'Allemagne prcnait au sét:iux ses tesponsabililéJ el' neufÍes. ' Les argoments paÍ lesquels ueÍs les Êlots dé' Hetr von Bèthmanrl Holl*eg cherche à assoiÍ sa hlts lense sonl en llsgÍante contÍadi'lion 'v6 les . lo Le chàncelieÍ allcmaíd allègue quc ' I'Angle' irgupes en leÍÍe eo l9l I était dèteÍmlnée à lctèí dÈj
belge' ' Belgtque sans I assenlimeot du Couverilem'nt EllÈ esl bases Cefte allégation'est absolumenl lausse (re!t docum€nts tÍouvés à BÍuxelles qul ont suÍ ceÍtains bÈliei et ltrgllis cn à des conveísrtionj cntre ofliLicís dc lgll Le hii qu ilcuil:rrqe 1906 et de aouveiu en

ces cof,verFtiofis ne se tÍoovc nt tu minisière des. allartes élÍangëre9 tnglals ni au ftinistèle de |r guetre angla,s dcntíe Qu'elles avalcnl un ciractère non oiliciel el cu aucur!! convenllon frllllJile d auclne Sotte elt ele jam3rs íaite entÍe les deuí Oouvernenents' Avant que ces conversállons alent eu lieu entre olli' cterr anglals el belges, il avalt ète expressementétabii du cólé anglars que tes engagements devaient résulteÍ des èvéne6ents militaiíes, seÍálent Íédigés de telle sorte qu eÍr cas de íecessité I'assistonce.de l'ÀngleteÍÍè gursse ètÍe donnée à 12 Belglque de Ia manière lá plus eliic.ce pooí !,t deÍlnse de sL7 nedlrcli!è; et du tÓté bêlg€ une note en maÍge du doculnell expliquait que . t'entrée d.es Anglais €n BelStque auiaii lieu seulcmenl 0\fts la xtoldtion dc ld nru!rc|\të par I'Altènaguè. ' Dàns la cooversallon de l9ll, ]'oÍticieÍ betge dit à f'oÍíicier anglars " c'cst a'iec notre conteníement seule' ildl qw ooLs pourrcz entret dans notrc pals ' el en t913 sií Edward Oíey donoait au CouveÍnement belSe I'lssur!Íce catégorrque que le 6ouverntment bÍitanaiquc ne violerait pas l. neulÍallle belge; et qu àussl 'lorgtcmPs qu ellg nÈ seÍlit pas violée p{Í aucune autre guissance !ous n eilvénoxs cettalnemenl pas nos
tÍouDes dans soo leríltolteL. manière du chanqelier d abuser de e document peut ètre donnèe d.ns cette íelalloil ll Íegtésenli SiÍ Ed$taÍd OÍey comme disaot i " qu'il trÈ crcyait p ls qu. I'Angi.lerrc rulait Pris une telle décl' sion Drrce qu'ii Ile peilsait pás quÈ I'opinlon publiqus angla,se ruí3tt a?prouve unc telie actlon. Ce que Sir Edwaíd O.ey ecÍivaiialcrs ét3il. " .le dlsarsque j'étars s[í que cê golveÍnement ne vloleÍall pas le premleÍ I! t€uríalrté belge Èt que ia nê cíoyals pas qu'aucun gou

tice s'il avait corinu .lpÍs ler coivcfiEtions dc 1906 Gf l9ll. ll paÍai.l dêcall.Í de cel! que, selDe la rode dc HeÍí von Eethnann i-loll!veg, !oe injuEti!! dêvisnt u! dÍoil, si la paÍtiÊ qui doit ê:re l. victime Cè cÊi:È inlu' ticé ên préroit la cossibilité el se prépaÍe á y tésiÊl€Í. Ceux qui se contenleot d'uí idÍrl p!u' !i:bx €t piqt générai.ment acceité seront pluló! d. I'avls dr sÍcinsl Mrrcier ; il dit daÍrs sa leltÍe prslorriê : " La ,!èigi.iur étáit eng.gée d'honneur à délendÍe son indépencêtcè Elle a gaÍdé son seÍmenL [.es autÍes puissanc€j élaienl tenres de ÍespectÈt el dc protégeÍ sr neulÍalilê. L'Àll!. nrgire a violC sor sermani,.l'AngletefÍe y e5l lidèl!,
VoilÀ Ies

Ílils.
VERTTABLE RAISON

LA

DE L',lflvAsl0r.l.

I'appui de lr seccnde parlie de la lhèse du chaic+ liêÍ altemand, savoir, que l'Ailcmagne a séÍieuseqenl saisi ses Íesponsabilités enveÍs les Etats nèutÍrs, il !liè' gue seulement qu'il a parlé iraÍchement de l'inilrsli.e cnmmise par I'All€magne etr ehvlhissanl 13 gelJjqur. Qu'un hodme conilaissadt ce q!i est jusle ccmmettq I'injxstice, celà n'est oÍdiilairement pas .ccepté commÊ

{

vcmefrent britannique seralt le piemleÍ I le irire, ni que l'oprnioil publiq!e icl ÀpprouverJtl latnals cel3 LES DSSSEINS DE L'AI.LEM.{CNE r.Á SELOlQUÊ.
SIJR

Si lè chaicèh:Í dèstrÈ connaitrÈ porlrquoi il y eut des conveÍsationi sur dÊs suiels nilitsiieJ entÍe oliicieÍs britanniques et belges, rl peul en trouveÍ la leisdn dalts un llrt blen connu da lul. sJlolÍ: qile les Allemands avaienl éiablr uo íeseru prépáÍé de chenills de fer stÍa' téglqu., coiduisáít Cu Rhilr J la líciltleÍe belge et tÍJ' vcÍsanl une icnirec nue st lÍès peu peuplèe, chemií de leÍ délibérémenl corslruil pour peÍnlettte ! re allaque soudaine suÍ l, BelgiquÈ, telle que celiÈ qut s est PÍo' duite en aoit deÍni3r. CÈ frii 3eul iusiilirit tcutes les Onversttionr 4nlíe lr 3tlgique et lcs aulres pcissancËs en vue Ce 'licideí que ia nlrtralité belge ne setait vio' léc que dtili lÈ tas:o! une autre puissance I'auÍáit violée aug{rlvrnt. Lr Belgique o'. Jam4is e.u des ccm' Íunlcatiors ruí d'auiÍes bases que ctil6'là En dé?it de c3s taits le chance:ier all(mand paÍle dÈ ià Betgique com$c tyrnt pàÍ ce ííoyen ' abrirdonné ' ot. aliéné r u cÈutÍÁliié, et dit qu'il n'aurait pas p3Ílé C'cn lort o! d'une injus' d€ I'iov{sion allimrn{e.oilse

une pÍeuve de séÍicuse délicalesse de consciencÈ. La natute Íéelle du point de vue alléiland au tiujat {:e . ses responsabilités envÊÍs les Stals nellres . pcut êlÍe appÍise par une lutorité qui ne pcut étrJ ciscuiêe, ls lecture du . Wite iaper " ànglais. Sr ces respoisabilitis é13ient Íéeliedent pÍiJe a:l 5:riÉux p{ l'Allenagoe, poutíluoi r'l-elle Íetusé, qu:nd on lul a demandé de Íespecteí Ia neutÍalité belge sr el!e élait .esoectee Paí la FÍance I Quand on . posé à la F-Íance ii qusstion coÍÍeJpol' dantr, <1le a acceple, Cecr a!íail gaíarti l AIlefi2gne dc toul dangeÍ d'trle attaque PàÍ l1 Belgique. La írison du Íelus de I'Allemagne est ddnn(e par le collèBue de HerÍ vcn Bathmann Hollweg. Ceil peul êtÍe p:rírphÍ,rsé dans l! glcse bien snÊuÈ sur 5h3keJpeaÍÈ: qur a une querelle jus(e " Il est aÍmé tíois ioii celui quatíe iois s'il á poíte le pÍêh|ier couP. , . ll9 devaicrt avanceÍ en FÍance, dit Herr vOn Jagov r paÍ la ÍOulc ir ptus couÍte et la plus lacilc afin d'èiÍê bieo ef, {ète PouÍ le!ís opéíations et d'essayÈ( de ÍÍappeÍ un coup déiiirt alssttól que Possible " L'attitude Íéellc de l',\llemagne enveís la Belgiqur. lu{ aiosr fÍaf,chemenl donnée paÍ le secÍélaiÍe des AJiai' ree ÊIrangères allemand à l'amba$adeuÍ bÍitaínrque €t le chàn.elieí allemand, ddns son {lscoutt rq (elchsbg, Íeclamart le dÍort de commettíe mie iniustice en vertu de la ilécessitè nilitaiÍe de " tailleÍ unc toule au lÍnveÍs t Le tÍÀrté qur déiendrit I inlustice étail en colnprÍJisoil un simple chilíon de papier', La véÍité frl dile ddns cet

pÍemièies déclaÍauons

d.s deur ntf,lttÍes iiicndn'lt,

ToutÈs les apologies et les aiguments qul oni s!!vl Sona des rétlexions taídives lait€s póuí cxcu$eÍ el expiiqueí uile flrE.ante iniushce. D JilleuÍJ ttutes stlJques ctnlÍe la Graide Bretrgne par rappoÍl à ce Sujet et t)ulgs ht conveÍJltions touchant les i Í6porslbiiités Ê.vÈÍs l€l Etrts Neqlí6 . viert vÍaissnt mrl dÈ i'lonme q[j lê

20

Juillcl dcd.ndaii

i

!d nrÍóé qui f€Íail srcuseÍ la violation
de la Belgique

la Gnnde BreÈegnc dÊ cmclurc d€ lá neulralité

d'apprèndíe aux autr6,belligérants l. €n gleÍÍe

qains. ApÍès cela il n'appartietrt pas au Chancelier condqiteà tÊni(

PRIX D'UNE ENTENïE ANGLO{LLEMANDE DERNIÊRES NOUVELLES DE LA OUERRE Le charcelier allesand á parlé à (r coÍrespoídanl DU 7 FÉVRIER améficain de s€s elloÍts durant des années pouÍ .meoer Suí l€ f Íont occidenlal les alliés oot obteru des succès une ef,teite entre I'Allemagne et I'Anglet€Ííe, . ententc, cn enlevanl des tÍanchêes enDemies à I'Ouest de lr. ajoute-l-rl, qui devait àbsolirment gáÍantir la pair dc Íoute de Lille-AÍras, e! Íéduisanl au silence des bÁt.tel'Europe.llomettaitdc mentioneÍ ce que M. Asqoilh Íies sllemandes et en abàllant un avion pÍès de Verdun avaitíeddu,public dans son discoilrs à Cardifl; quc dt m Íepoussant une attaque allemande en A.lsace A I'Est, les Russes progresscnl en Píusse oíientale le I'Allemagoe Íequerait @mme prix de celte entenle, un long de la ScheÍschouppe íaflluertl du NiéneÍ, à 20 ki€ngágemeot satrs conditions de Ia neutÍalité de l'Angl€looètres en avant de la ÍÍontière russe teÍí.. Le Oouvernement BÍitannique était prêt à s'engaMalgré les renfoÍts que les Allemands ont aeclmulés geÍ à de pí€trdÍe paÍt à aucune agrcssion contre I'Alle- au Sud de la Vistule en masses compactes, les Russs bragne; il n élait pas pÍéparé à engageÍ sa neutÍalité eI .onl Íéussi à ÍOrcer I'ennemi à se tenií suí la déiensrve el leuÍoít inlligé de foÍtes peÍtes en tes attaq0ant à lÀ d'agression paÍ t'Allemagn€
ces

Unr entente Anglo.Allemande dans c$ derni€rs teÍmeg n'auráii pos donné uile gaÍantie absolue pouÍ la paix de l'Europ€, mais elle auÍaii donoé une absolue liberlé d'action à I'Allemagne,-en cc qui concernait I'AngleteÍre pour ÍoopÍe la paix de I'EuÍope. Le Chancelierdisait oue dans sá convcÍsation rve( I'AmbassadeuÍ firitaun,quc eo Aor]t deÍnreÍ il r pouvarl avoiÍ étê un peu qcrtê en voyaot ses cspéÍances el le tÍavail de toute sa carrière de ChancelirÍ aller à Íien , Si l on coosidèÍ€ qu'à la dale de la conveÍsation (4 aoil I'Allemagne étail dóJà en guerre ávec la FÍance, lá con' clusion nÁlurelle est qle le nauiÍage des espéÍances du ChancelieÍ ccnsislait, ilon dans le lait d'une gueííe Euro. pè.nne, mars da(s le lait que I'.\ogleteÍre n'aváit pas dÈ n y point prendÍe pail
"crapté UN TÉIIOIONAGE DU PCU DE SINCERITÉ DE L'ÀLLEUACNE
La sincéÍi{é des déclsÍaiionJ

baïonnetle SuÍ plusiêuÍs points des KaÍàrthes ils cnt fait des prisonnieÍs et pris des mitrailieus€S. Les eiloÍts allemards pÍouveot que ceux-ci sentert la nécessité d'obtenir dessuccès de narirÍe à sátislaiíe la population .llemande qui commence àtÍouteí que la guelra trainÈ ed longueuÍ. " EI.I BET,GIQUE La bataille dans la région des d0nes pÍend de gÍandes pÍoportions, etles nouvelles télégÍaphiées p3Í lescoÍrespondanls de:r journaux hollaídbii coilírrmcnl que lès alliés se rÍqilvent à oÍoxinrile dc Weslsnde. Le - Telegrxaí ' d'AmsteÍdam doilne des détails ail sujel des aitaques faites par les Allemands contre les positions occupées pár les tÍoupes belges 8u-delà de Lontbardzydc el de St'OeoÍges. On sail qu il y a quelques jouír, les

aliiásprrrentcred dansla gr?nde dune, que l'iilrlleÍre avait pÍéalablemenl boilbarCée. Les tuícos puÍent

au correspcndant améiicrin Fe!t êtrc inontíé paÍ un simple témoi8nage, dont l2oplicaticil vrenl ici tÍès à p.opos patcc qu'il serl à rappeler lss pÍii€ipaur ieits qui on produit Is gucrE pr€sente. Heir vcn Belhmann Hótl?eg reiusa 14 pÍoposition Í!ite paÍ l'Angl€leÍre et à laqueile Ia Francr, l'liétie, et i! Russie devaient pÍendÍe part. L'AngleleÍre proposait !ile coníéíence .ru la dispute erl été árÍan8ée en teÍEes LonoÍabl€s cl claiÍs, $ns gurrre. 5i Íé€lleEenl il désirait agirave.- l'.Ang:et€ríe pouÍ cons.rveÍ la pair, pourquoi t'o-t-il pasaccepté cctte pÍopositioo ? ll devril savoir, agrès le conféÍ.nce des Balkans à Londres qu il pouvait.voiÍ loutcconÍtance
dans I'Anglet€fre. au Rcichstag d€ trêgocralons.

dr

Chancelia! ailealnnd

s'avancer iusbu'aux 1ÍanÊhées allemandes de WÈstende. Depuis lcrs !'ennemi a Íeirloícó ses lroupes fe ce cêlé et il a essayé par des attaqucs iuneuses de ieconquértt ce qu'il avait peÍdu. Son ellott a porte so.loui contre les troupesbelges. Les !Íoupes du Íor Albe.t onl exécuté plusieuÍs clraíges à la b?ïonnelle el sonl Íestées maitÍesses des positions qu'elles occuDaient. Du large, les navires anglais onl bonlttardé la aóie aux environs de Westende.-Les pertes allemanCes dans cÊtle àfiaire oÍrt
été

sonl aírivés
máEne

coísidérábles el de nosbreuj< convois de blessés à BÍuges. d'oó ils ont élé diíigés vers l'Alle-

fieir von JÁgow a Íerdu témoignage ls bonne loi de l'ÀngleteÍre drns ces

d'ilÍe seccide coniérence ent.e 16 ful Íaite par SiÍ Edvard Crey, en expÍimant lcs nénes Césirs de paix qu'en l9l2 et 1913. Le ChrnceiieÍ Allematrd teieia cÈ foJ en d'évileÍ la guíÍe. Celui qui ile veul pas les Eoyens íe doit pas se plaindÍe si la Íin n'esl pas ce qu'il désiie La seconde paÍtie de l'en1Íevue alec lc cor.éspondrnl améri€iil ccilsis:eit dan3 un discocrs gur la DoÍslité de
La pÍoposition
Puissances gueÍte Les choses que I'Alieíàgie. faites en Belgicue et FÍerae ort étê ceÍtiiiées d€vaot le ncnde Daí ceul qui en ont 30!lied el qii lcs cocm:ssenr de pÍemièrc
La

!n

Le. Haodelsbtad ^ est rnÍoimé dc I'Eduse du'cnc action d'ártill€rie se pouÍsuit deplis deux iotrÍs , otr enlend loule la jctrÍnée le bruit du catron. Les Allemalds continuenl la lltte sans inteÍruplion, dans le but de conseíveÍ coile qre coite lelrs positions sut la cóle el les bases de leurs sous-marins. Les alliés pÍogÍessenl tot!.. iour$, cepeodanl, dans les dunes qui s'étendent entÍe Lombírtzyde et la meí, €t DÍès rlc Westende ; iis se 9nl empares áe deux tranchéeé €t les sviatess ont lancé des bombes sur Knocke .Cette nuit, quatÍe áviateurs ool fait une reconnahsaf,ce le lorg de la cóte ; m4lgré le ler diriqé conlÍe cux, ils onl dispaÍu, irdemnes, vss l'est Lè même orrespondant du . TelegÍáal. assuÍe qrc toutos les ooéÍations sont susDendues entÍ€ les dunê ct Dimude, oir I'inondation s'sl sé.icusement étendsc. AceÍhirs e.dÍoits,ily á deur mèiÍes d'eau. Daf,s It région d'Ypres, le duel d'ertillerie * porÍsuit. Là en@rê I'ennemi a subi de grandes pertes, à en iuee! pd b noEbre de blÊssés qui sont évdés suí Roulers €l Coutrri.