Mathématiques Sup et Spé : [http://mpsiddl.free.

fr] dD

1

Suites numériques
Convergence d'une suite numérique
Exercice 1 :
Soit (un ) et (vn ) deux suites réelles convergeant vers Montrer qu'à partir d'un certain rang : un < vn .
[ 02247 ]

Calculs de limites
Déterminer la limite, si celle-ci existe, des suites (un ) suivantes : n n 1 n a) un = 1 + n b) un = 3n −(−2)n 3 +(−2) √ √ √ n− n2 +1 c) un = n2 + n + 1 − n2 − n + 1 d) un = n+√n2 −1 n √ n 1 e) un = n2 k f) un = n2
k=1

Exercice 8 :

[ 02254 ]

et

avec

< .

Exercice 2 :

Soit (un ) ∈ ZN . Montrer que (un ) converge si et seulement si (un ) est stationnaire.

[ 02248 ]

Exercice 9 :

Déterminer les limites des suites dont les termes généraux sont les suivants :

[ 02255 ]
1/n

Exercice 3 :

[ 02249 ]

1 a) un = sin n

b) un =

n−1 n+1

n

Soit (a, b) ∈ R2 , (un ) et (vn ) deux suites telles que : Montrer que un → a et vn → b.

n ∈ N, un a et vn un + vn → a + b

b

Exercice 10 :
c) un = e) un =

Déterminer par comparaison, la limite des suites (un ) suivantes : n! sin n a) un = n+(−1)n+1 b) un = nn
n−(−1)n n+(−1)n
n

[ 02256 ]

Soit (un ) et (vn ) deux suites réelles telles que (un + vn ) et (un − vn ) convergent. Montrer que (un ) et (vn ) convergent.

Exercice 4 :

[ 02250 ]

d) un =

nn

en

2 + (−1)n

Exercice 11 : Exercice 5 :
Soit (un ) et (vn ) deux suites convergentes. Etudier lim max(un , vn ).
n→+∞

[ 02251 ]

Déterminer les limites des sommes suivantes : n n √ 1 √ . k b) Sn = a) Sn = k c) Sn =
k=1 n k=1 k=1 n k=1 n k=0 1 n2 +k2 n n2 +k2

[ 02257 ]

d) Sn = f) Sn =

Exercice 6 :

2 Soit (un ) et (vn ) deux suites réelles telles que u2 + un vn + vn → 0. n Démontrer que (un ) et (vn ) convergent vers 0.

[ 02252 ]

e) Sn = g) Sn =

1 k2 k=n+1 n √ 1 n2 +k k=1

2n

(−1)n−k k!.

Exercice 7 :

Soit (un ) et (vn ) deux suites telles que 0 Que dire de ces suites ?

[ 02253 ]

un

1, 0

vn

1 et un vn → 1.

Comparer

Exercice 12 :

[ 02258 ]

m→+∞ n→+∞

lim

lim

1−

1 m , lim lim n n→+∞ m→+∞

1−

1 m n

et lim

n→+∞

1−

1 n . n

Mathématiques Sup et Spé : [http://mpsiddl.free.fr] dD

2

Soit (un ) une suite de réels strictement positifs. On suppose a) Montrer que si < 1 alors un → 0. b) Montrer que si > 1 alors un → +∞. c) Montrer que dans le cas = 1 on ne peut rien conclure.

Exercice 13 :

[ 02259 ]

√ n

un → .

Exercice 19 :

Soit z ∈ C avec |z| < 1. Existence et calcul de
n n→+∞

[ 03039 ]

lim

1 + z2
k=0

k

.

Soit (un ) une suite de réels strictement positifs. On suppose a) Montrer que si < 1 alors un → 0. b) Montrer que si > 1 alors un → +∞. c) Montrer que dans le cas = 1 on ne peut rien conclure.

Exercice 14 :

[ 02260 ]

un+1 un

→ .

Suites monotones et bornées
Soit (un ) une suite croissante de limite . On pose vn = a) Montrer que (vn ) est croissante. un +vn b) Etablir que v2n . 2 c) En déduire que vn → .

Exercice 20 :

[ 02265 ]

u1 +···+un . n

Exercice 15 :

[ 02261 ]

Pour tout n ∈ N, on pose Sn =

n

dx 1 dx . En déduire la limite de a) Etablir que pour tout p > 1, p x p p−1 x (Sn ). b) Etablir que S2n = Sn . En déduire la limite de (Sn ).

k=1 p+1

1 n+k

et Sn =

n k=1 p

(−1)k−1 k

Exercice 21 :

Soit (un ) une suite réelle convergente. Etudier la limite de la suite vn = sup up .
p n

[ 02266 ]

Exercice 16 :

[ 02262 ]

Soit a ∈ R et pour n ∈ N, Pn = Montrer que sin
a 2n

n k=1

cos

a . 2k n∞

Soit (un ) une suite réelle bornée. On pose vn = sup up et wn = inf up . Montrer que les suites (vn ) et (wn ) possèdent chacune une limite dans R et comparer celles-ci.
p n p n

Exercice 22 :

[ 02267 ]

Pn =

1 2n

sin a et déterminer lim Pn .

Exercice 17 :

[ 02263 ]
n k=0

Déterminer la limite de un =

n k

−1

Exercice 23 :
.

[Somme harmonique :]

[ 02268 ]
n k=1 1 k. 1 2.

Pour tout n ∈ N, on pose Hn = Montrer que ∀n ∈ N , H2n − Hn
−1 n

Exercice 18 :

[ 02264 ]

En déduire que lim Hn = +∞.
n∞

n+p et Sn = uk . n k=1 a) Montrer que ∀n ∈ N, (n + p + 2)un+2 = (n + 2)un+1 . 1 b) Montrer par récurrence : Sn = p−1 (1 − (n + p + 1)un+1 ). c) On pose ∀n ∈ N vn = (n + p)un . Montrer que (vn ) converge vers 0. d) En déduire lim Sn en fonction de p.
Soit p ∈ N\ {0, 1}. Pour n ∈ N on pose un =

Exercice 24 :

[ 02269 ]

Soit (Hn ) la suite dénie pour n ∈ N par Hn =

n k=1

1 k.

a) Montrer que Hn → +∞. b) Soit (un ) une suite telle que n(un+1 − un ) → 1. Montrer que un → +∞.

Mathématiques Sup et Spé : [http://mpsiddl.free.fr] dD

3

Exercice 25 :

On pose un = 1×3×5×···×(2n−1) . 2×4×6×···×(2n) a) Exprimer un à l'aide de factoriels. b) Montrer que (un ) converge. c) Soit vn = (n + 1)u2 . Montrer que (vn ) converge. Déterminer lim un . n

[ 02270 ]

Exercice 30 :

Suites adjacentes
Exercice 26 :
Soit θ ∈ ]0, π/2[, un = 2n sin 2θ , vn = 2n tan 2θ . n n Montrer que les suites (un ) et (vn ) sont adjacentes. Quelle est leur limite commune ?
[ 02271 ]

[Moyenne arithmético-géométrique] √ a) Pour (a, b) ∈ R+2 , établir : 2 ab a + b. b) On considère les suites de réels positifs (un ) et (vn ) dénies par : u0 = a, v0 = b √ et ∀n ∈ N, un+1 = un vn , vn+1 = un +vn . 2 Montrer que, pour tout n 1, un vn , un un+1 et vn+1 vn . c) Etablir que (un ) et (vn ) convergent vers une même limite. Cette limite commune est appelée moyenne arithmético-géométrique de a et b et est notée M (a, b). d) Calculer M (a, a) et M (a, 0) pour a ∈ R+ . e) Exprimer M (λa, λb) en fonction de M (a, b) pour λ ∈ R+ .

[ 02275 ]

Suites extraites
Exercice 27 :
[ 02272 ]

Pour tout n ∈ N , on pose Sn =

n k=1

Exercice 31 :
1 k2 1 et Sn = Sn + n .

Montrer que les suites (Sn ) et (Sn ) sont adjacentes. On peut montrer que leur limite commune est π 2 6, mais c'est une autre histoire...

On suppose que (un ) est une suite réelle croissante telle que (u2n ) converge. Montrer que (un ) converge.

[ 02276 ]

Exercice 32 : Exercice 28 :
[Critère spécial des séries alternées ou critère de Leibniz] Soit (un ) une suite de réels décroissante et de limite nulle. Pour tout n ∈ N, on pose Sn =
n

[ 02273 ]

Soit (un ) une suite complexe telle que (u2n ), (u2n+1 ) et (u3n ) convergent. Montrer que (un ) converge.

[ 02277 ]

Montrer que les suites extraites (S2n ) et (S2n+1 ) sont adjacentes et en déduire que (Sn ) converge.

k=0

(−1)k uk .

Justier que la suite de terme général cos n diverge.

Exercice 33 :

[ 02278 ]

Exercice 29 :
Soit an =
n k=0

[Irrationalité du nombre de Néper]
1 k!

[ 02274 ]

Exercice 34 :
n 1 k!

Montrer que la suite de terme général sin n diverge.

[ 00327 ]

et bn =

+

a) Montrer que (an ) et (bn ) sont strictement monotones et adjacentes. On admet que leur limite commune est e . On désire montrer que e ∈ Q et pour / cela on raisonne par l'absurde en supposant e = p avec p ∈ Z, q ∈ N . q b) Montrer que aq < e < bq puis obtenir une absurdité.

k=0

1 n.n!

= an +

1 n.n! .

Soit (un ) une suite réelle telle que ∀n, p ∈ N , 0 un → 0.

Exercice 35 :

[ 02279 ]

un+p

n+p np .

Montrer que

Mathématiques Sup et Spé : [http://mpsiddl.free.fr] dD

4

Comparaison de suites numériques
Exercice 36 :
Classer les suites, dont les termes généraux, sont les suivants par ordre de négligeabilité : √ 1 1 n 1 n2 a) n , n2 , ln n , ln 2 , n ln n b) n, n2 , n ln n, n ln n, ln n . n n
[ 02280 ]

Exercice 42 :

Soit (un ), (vn ), (wn ), (tn ) des suites de réels strictement positifs tels que un ∼ vn et wn ∼ tn . Montrer que un + wn ∼ vn + tn .

[ 02286 ]

Trouver un équivalent simple aux suites (un ) suivantes et donner leur limite : √ 2 3 3 − n2 −ln n+1 a) un = nln n−2n+1 b) un = 2n n2 +1 c) un = ln(n +1) 2 n+1 d) un = (n + 3 ln n)e−(n+1) e) un =
n!+en 2n +3n

Exercice 37 :

[ 02281 ]

Soit (un ) une suite décroissante de réels telle que un + un+1 ∼ a) Montrer que (un ) converge vers 0+ . b) Donner un équivalent simple de (un ).

Exercice 43 :

[ 02287 ]

1 n.

f) un =

√ 2 √n +n+1 3 2 n −n+1

Etude de suites dénies implicitement
Trouver un équivalent simple aux√ suites (un ) suivantes : √ 1 1 a) un = n−1 − n+1 b) un = n + 1 − n − 1 c) un = ln(n + 1) − ln(n) 1 1 √1 d) un = sin n+1 e) un = ln sin n f) un = 1 − cos n .

Exercice 38 :

[ 02282 ]

Exercice 44 :

Montrer que l'équation xex = n possède pour tout n ∈ N, une unique solution xn dans R+ . Etudier la limite de (xn ).

[ 02288 ]

Exercice 39 :
a) un = n

Déterminer la limite des suites (un ) suivantes :

[ 02283 ]
1

Exercice 45 :
n

ln 1 +

n2 +1

1 b) un = 1 + sin n

c) un =

n n+1 √ . (n+1) n

Soit n un entier naturel et En l'équation x + ln x = n d'inconnue x ∈ R+ . a) Montrer que l'équation En possède une solution unique notée xn . b) Montrer que la suite (xn ) diverge vers +∞. c) Donner un équivalent simple de la suite (xn ).

[ 02289 ]

Exercice 40 :

[ 02284 ]

Pour n ∈ N, on pose un = 0! + 1! + 2! + · · · + n! =

n k=0

k!. Montrer que un !.

Exercice 41 :
On pose Sn =

[ 02285 ]
n

Soit n un entier naturel et En l'équation x + tan x = n d'inconnue x ∈ ]−π/2, π/2[. a) Montrer que l'équation En possède une solution unique notée xn . b) Montrer que la suite (xn ) converge et déterminer sa limite.

Exercice 46 :

[ 02290 ]

√ √ 1 √ . a) Justier 2 n+1− n n b) Déterminer la limite de (Sn ). √ c) On pose un = Sn − 2 n. Montrer que (un ) converge. d) Donner un équivalent simple de (Sn ).

1 √ . k k=1 √1 que n+1

Exercice 47 :

Soit n un entier naturel non nul et En l'équation : xn ln x = 1 d'inconnue x ∈ R+ . a) Montrer que l'équation En admet une unique solution xn , et que xn 1. b) Montrer que la suite (xn ) est décroissante et converge vers 1.

[ 02291 ]

Mathématiques Sup et Spé : [http://mpsiddl.free.fr] dD

5 a) Exprimer zn sous forme d'un produit. b) Déterminer lim zn .
n→+∞

Soit n ∈ N et En : xn + xn−1 + · · · + x = 1. a) Montrer que l'équation En possède une unique solution xn dans R+ et que xn ∈ 1 , 1 2 b) Montrer que (xn ) converge. c) Déterminer la limite de (xn ).

Exercice 48 :

[ 02292 ]

Etudier la suite (zn )n

Exercice 54 :

[ 03048 ]
0

dénie par z0 ∈ C et ∀n ∈ N, zn+1 =

zn +|zn | . 2

Expression du terme général d'une suite récurrente
Exercice 49 :
Donner l'expression du terme général et la limite de la suite récurrente réelle (un )n 0 dénie par : a) u0 = 0 et ∀n ∈ N, un+1 = 2un + 1 +1 b) u0 = 0 et ∀n ∈ N, un+1 = un2 .
[ 02293 ]

Suites récurrentes linéaire d'ordre 2
Exercice 55 :
Donner l'expression du terme général de la suite récurrente complexe (un )n 0 dénie par : u0 = 0, u1 = 1 + 4i et ∀n ∈ N, un+2 = (3 − 2i)un+1 − (5 − 5i)un .
[ 02298 ]

Soit (xn ) et (yn ) deux suites réelles telles que ∀n ∈ N, xn+1 = et yn+1 = xn +yn . 2 En introduisant la suite complexe de terme général zn = xn + i.yn , montrer que les suites (xn ) et (yn ) convergent et déterminer leurs limites.

Exercice 50 :

[ 02294 ]

xn −yn 2

Donner l'expression du terme général des suites récurrentes réelles suivantes : a) (un )n 0 dénie par u0 = 1, u1 = 0 et ∀n ∈ N, un+2 = 4un+1 − 4un b) (un )n 0 dénie par u0 = 1, u1 = −1 et ∀n ∈ N, 2un+2 = 3un+1 − un c) (un )n 0 dénie par u0 = 1, u1 = 2 et ∀n ∈ N, un+2 = un+1 − un .

Exercice 56 :

[ 02299 ]

Exercice 51 :

Soit (zn ) une suite complexe telle que ∀n ∈ N, zn+1 = 1 (zn + 2¯n ). z 3 Montrer que (zn ) converge et exprimer sa limite en fonction de z0 .

[ 02295 ]

Soit θ ∈ R. Déterminer le terme général de la suite réelle (un ) dénie par :

Exercice 57 :

[ 02300 ]

u0 = u1 = 1 et ∀n ∈ N, un+2 − 2 cos θun+1 + un = 0.

Soit (un ) et (vn ) les suites déterminées par u0 = 1, v0 = 2 et pour tout n ∈ N : un+1 = 3un + 2vn et vn+1 = 2un + 3vn . a) Montrer que la suite (un − vn ) est constante. b) Prouver que (un ) est une suite arithmético-géométrique. c) Exprimer les termes généraux des suites (un ) et (vn ).

Exercice 52 :

[ 02296 ]

Etude de suites récurrentes
Exercice 58 :
[ 02301 ]
n k=0

Soit a ∈ R+ . On dénit une suite (un ) par u0 = a et ∀n ∈ N, un+1 = a) Déterminer la limite de (un ). b) Déterminer la limite de un+1 − un .

uk .

Exercice 53 :

Soit ρ > 0 et θ ∈ ]0, π[. On considère la suite complexe (zn ) dénie par z0 = ρ eiθ et ∀n ∈ N, zn+1 =

[ 02297 ]

zn +|zn | . 2

Mathématiques Sup et Spé : [http://mpsiddl.free.fr] dD

6

Exercice 59 :

On considère la suite (un ) dénie pour n √ un = n + (n − 1) + · · · + 2 + 1. a) Montrer que (un ) diverge vers +∞. b) Exprimer un+1 en fonction de un . c) Montrer que un n puis que un = o(n). d) Donner un équivalent simple de (un ). √ e) Déterminer lim un − n.
n→+∞

[ 02302 ]

1 par

Exercice 67 :

Soit a ∈ C tel que 0 < |a| < 1 et (un ) la suite dénie par

[ 02310 ]

u0 = a et ∀n ∈ N, un+1 =

un . 2 − un

Montrer que (un ) est bien dénie et |un | < 1. Etudier la limite de (un ).

Exercice 60 :

Etudier la suite (un ) dénie par u0 = 1 et ∀n ∈ N, un+1 =

[ 02303 ]

1 + un .

Déterminer le terme général de la suite (un ) dénie par : u0 = a > 0, u1 = b > 0 et ∀n ∈ N, un+2 un = u2 . n+1 A quelle condition (un ) converge ?

Exercice 68 :

[ 02311 ]

Exercice 61 :

Etudier la suite (un ) dénie par u0 = a ∈ R et ∀n ∈ N, un+1 = u2 . n

[ 02304 ]

Exercice 69 :

[ 02312 ]
1 2

Soit a > 0 et (un ) la suite dénie par u0 > 0 et ∀n ∈ N, un+1 =

un +

a un

.

Exercice 62 :

Etudier la suite (un ) dénie par u0 ∈ R et ∀n ∈ N, un+1 = u2 + 1. n

[ 02305 ]

Exercice 63 :

a) Etudier la convergence de √ suite (un ). la un −√a b) On pose ∀n ∈ N, vn = un + a . Calculer vn+1 en fonction de vn , puis vn en fonction de v0 et n. √ √ 2n c) Montrer que, si u0 > a, on a | un −√ a | 2u0 .v0 . 2n Ainsi, un réalise une approximation de a à la précision 2u0 .v0 → 0. On peut alors par des calculs élémentaires, déterminer une approximation de Cette méthode était exploitée par les Babyloniens 3000 ans avant notre ère.
n∞

Etudier la suite (un ) dénie par u0

[ 02306 ]

1 et ∀n ∈ N, un+1 = 1 + ln un .

a.

Exercice 64 :

Etudier la suite (un ) dénie par u0 ∈ R et ∀n ∈ N, un+1 = eun − 1.

[ 02307 ]

Exercice 65 :

Etudier la suite (un ) dénie par u0 > 0 et ∀n ∈ N, un+1 =

[ 02308 ]

1 2+un .

On considère l'équation ln x + x = 0 d'inconnue x > 0. a) Montrer que l'équation possède une unique solution α. b) Former, par l'algorithme de Newton, une suite récurrente réelle (un ) convergeant vers α.

Exercice 70 :

[ 02313 ]

Exercice 66 :

√ Soit (un ) la suite réelle dénie par u0 = a ∈ [−2, 2] et ∀n ∈ N, un+1 = 2 − un a) Justier que la suite (un ) est bien dénie et ∀n ∈ N, un ∈ [−2, 2]. b) Quelles sont les limites nies possibles pour (un ) ? c) Montrer que (|un − 1|) converge puis que lim |un − 1| = 0. En déduire lim un .

[ 02309 ]

Etablir

Exercice 71 :

[ 00094 ]

1+

1+

1 + ··· = 1 +

1 1+
1 1+

..

.

Mathématiques Sup et Spé : [http://mpsiddl.free.fr] dD

7

Corrections
Exercice 1 :
Posons m = ∃n1 ∈ N, ∀n Pour tout n
+ 2

Exercice 9 :
1 a) sin n 1/n

. On a un → < m et donc ∃n0 ∈ N, ∀n n1 , vn > m. max(n0 , n1 ) on a un < m < vn .

n0 , un < m et

b)

n−1 n+1

n

1 1 1 1 1 = e n ln(sin n ) or n ln sin n ∼ n ln n → 0 donc sin n 2 2 = en ln(1− n+1 ) or n ln 1 − n+1 ∼ −2 → −2 donc n−1 n+1

1

1

1/n n

→ 1. → e−2 .

Si (un ) est stationnaire, il est clair que cette suite converge. Inversement, supposons que (un ) converge et notons sa limite. Montrons ∈ Z. Par l'absurde, si ∈ Z alors E( ) < < E( ) + 1 donc à partir / d'un certain rang E( ) < un < E( ) + 1. Or un ∈ Z. Absurde. Ainsi ∈ Z. Puisque un → et − 1 < < + 1, à partir d'un certain rang − 1 < un < + 1. Or un ∈ Z et ∈ Z donc un = . Finalement (un ) est stationnaire égale à .

Exercice 2 :

1 a) |un | n−1 → 0 donc un → 0. 1.2...n 1 b) 0 un n.n...n n → 0 donc un → 0. n−1 n+1 n−1 n+1 c) n+1 un n−1 avec n+1 , n−1 → 1 donc un → 1. e e × 1 × · · · × 1 × e → 0 donc u → 0. d) 0 un n 1 n √2 1 n e) 1 un 3 = e n ln 3 → 1 donc un → 1.

Exercice 10 :

Exercicen11 :
a) Sn b) Sn c) 0
k=1 n k=1

Exercice 3 :

1 = n → +∞
1 √ n n

0 a − un (a − un ) + (b − vn ) = (a + b) − (un + vn ) → 0 donc un → a puis vn = (un + vn ) − un → (a + b) − a = b.

=

n → +∞. =
n n2 +1

Exercice 4 :

Sn Sn
n2 +n n

Supposons un + vn → et un − vn → . un = 1 (un + vn ) + 1 (un − vn ) → + et de même vn → 2 2 2

− 2

.

d) 0 e) f)
n k=1

1 n2 +1 k=1 2n k=n+1

→ 0 donc un → 0. → 0.
n n+1 √ 1 n2 +1

1 (n+1)2 n k=1 n n2 +1

n (n+1)2

Exercice 5 : Exercice 6 :

max(un , vn ) =
2

1 2

((un + vn ) + |un − vn |) → max(lim un , lim vn ). u2 n
2 vn

un
n k=1 : Sn

donc
n k=1

un =

n2 n2 +1 √ n n2 +1

puis un → 1.

√ n n2 +n

=

√ 1 n2 +n

Sn

par le théorème des

conclure un , vn → 0.

2 2(u2 + un vn + vn ) + 2un vn + 0 (un + vn ) = n 2 2 2 puis un vn = (un + vn ) − (un + un vn + vn ) → 0 et donc

→ 0. Ainsi un + vn → 0 2 u2 + vn → 0 qui permet de n

Exercice 7 :
un vn

gendarmes → 1. g) Sn = n! − (n − 1)! + (n − 2)! + · · · + (−1)n . Par regroupement de termes. Si n est pair alors Sn n! − (n − 1)! et si n est impair Sn n! − (n − 1)! − 1. Puisque n! − (n − 1)! = (n − 1).(n − 1)! → +∞, on a Sn → +∞.

un , vn

1. Par le théorème des gendarmes : lim un = lim vn = 1.
1 n

Exercice 12 :
n→+∞

Exercice 8 :

lim

1− 1

a) un = en(ln(1+1/n)) or n ln 1 + suite un → e. n b) un = 1−(−2/3)n → 1. 1+(−2/3) 2n c) un = √n2 +n+1+√n2 −n+1 = d) un =
1− 1+1/n2 1+ 1+1/n2 (n+1) 1 2n → 2 2 ln n n

=

1 1/n

ln 1 +

1 n

→ 1 car

ln(1+x) −− −→ x x→0

1. Par

m→+∞ 1 n 1− n

lim

1 m 1 m = 1m et lim lim 1 − n = 1. n m→+∞ n→+∞ 1 m 1 m −n = 0 et lim lim 1 − n = 0. n→+∞ m→+∞
1

= en ln(1− n ) → e−1 .

2 1 1 1+ n + n2 +

1 1 1− n + n2

→ 1.

Exercice 13 :

→ 0.
ln n n

e) un = f) un = e

→ 1 car

→ 0.

a) Soit ρ = +1 de sorte que < ρ < 1. √ 2 √ Comme n un → < ρ, il existe un rang N au delà duquel n un ρ donc 0 < un ρn . On a alors un → 0. b) Même démarche mais par minoration. c) un = n, un = 1 et un = 1/n sont des exemples prouvant qu'on ne peut rien dire.

Mathématiques Sup et Spé : [http://mpsiddl.free.fr] dD

8

Exercice 14 :

a) Soit ρ = +1 de sorte que < ρ < 1. 2 n+1 n+1 Comme uun → < ρ, il existe un rang N au delà duquel uun ρ. uN +1 un−1 un n−N On a alors 0 un = un−1 un−2 · · · uN uN ρ uN → 0 donc un → 0. b) Même démarche mais par minoration. c) un = n, un = 1 et un = 1/n sont des exemples prouvant qu'on ne peut rien dire.
dx a) p x sur [p, p + 1].

Exercice 18 :
a)

Exercice 15 :
p+1 p dx p−1 x

p+1 dx p p

=

1 p

car la fonction décroissante x →
1 x

1 x

est majorée par
1 p

1 p

n+p+2 n+p+1 = n+p+2 d'où la relation. n+2 n+2 n+1 b) Par récurrence sur n ∈ N : 1 2 1 Pour n = 1 : S1 =  1  et p−1 (1 − (p + 2) (p+2)(p+1) ) = p+1 ok p+1   1 Supposons la propriété établie au rang n 1. 1 1 Sn+1 = Sn + un+1 = p−1 (1 − (n + p + 1)un+1 ) + un+1 = p−1 (1 − (n + 2)un+1 ) =
1 p−1 (1 HR

[p − 1, p]. Pour n 1,

p dx p−1 p

=

1 p

car la fonction décroissante x →
n+k dx n+k−1 x

est minorée par

sur

n+k+1 dx 1 x n+k n+k 2n+1 dx 2n dx Sn x x . n+1 n 2n+1 dx 2n+1 Or n+1 x = ln n+1 → ln 2

donne en sommant

et

b)

2n dx x n

− (n + p + 2)un+2 ). Récurrence établie. n!p! c) 0 vn =  n+p  = (n+p−1)! n+p   n 1 d) Par opérations : Sn → p−1 .

p! n+1

→ 0.

= ln 2 donc Sn → ln 2. 1 1 1 + + ··· + 1 2 2n 1 = k
n k=1

S2n =

1 1 1 1 1 1 − + − + ··· + − = 1 2 3 4 2n − 1 2n
2n

−2

=
k=1

1 − k

n k=1

1 = k

2n

Par suite S2n → ln 2. De plus S2n+1 = S2n +

k=n+1 1 2n+1

1 = Sn n+k

(1 − z) 1 + z 2 = (1 − z)(1 + z)(1 + z 2 ) . . . (1 + z 2 ) = (1 − z 2 1 1 1 + + ··· + k=0 n 2 4 2n n+1 k 1 Or z 2 → 0 donc lim 1 + z 2 = 1−z .
n→+∞ k=0

Exercice 19 : n

k

n

n+1

).

→ ln 2 donc Sn → ln 2.

Exercice 20 :

a) vn+1 − vn =

a 1 a a sin 2a Pn = sin 2a cos 2a cos 2n−1 · · · cos a = 2 sin 2n−1 cos 2n−1 · · · cos a = . . . = n n n 2 2 1 2n sin a. Si a = 0 alors Pn = 1 → 1. Si a = 0 alors, pour n assez grand, sin 2a = 0 et Pn = 2nsin a a → sin a car n sin 2n a 2n sin 2a ∼ 2n 2a = a. n n

Exercice 16 :

vn un b) v2n = 2 + 2 . c) On a ∀n ∈ N , vn et (vn ) croissante donc (vn ) converge vers un réel La relation précédente, passée à la limite, donne 2 + ce qui permet de conclure vn → .

nun+1 −(u1 +···+un ) n(n+1) u1 +···+un + un+1 +···+u2n 2n 2n

0 donc (vn ) est croissante.
.

Exercice 17 :
un = 1 +
1 n

+

n−2 k=2

n k

−1

+

1 n

+ 1. n k n 2 =
n(n−1) 2

Or pour k ∈ {2, . . . , n − 2},

donc

(un ) converge donc (un ) est bornée. La suite (vn ) est donc bien dénie et elle-même bornée. On a vn+1 vn donc (vn ) est décroissante et donc converge. Posons = lim un et = lim vn . vn un donc à la limite . + Si > alors > 2 > . A partir d'un certain rang vn > + et un < + . Impossible. Il reste = . 2 2
On a vn+1 vn donc (vn ) est décroissante. On a wn+1 croissante. De plus wn vn .

Exercice 21 :

0

n−2 k=2

n k

−1 2(n−3) n(n−1)

→ 0 puis un → 2.

Exercice 22 :

wn donc (wn ) est

Mathématiques Sup et Spé : [http://mpsiddl.free.fr] dD La suite (vn ) est décroissante et minorée par w0 donc elle converge vers une limite . De même la suite (wn ) converge vers une limite m. Enn wn vn donne à la limite m .

9

Exercice 28 :

Exercice 23 :
H2n − Hn =

S2(n+1) − S2n = u2n+2 − u2n+1 0, S2(n+1)+1 − S2n+1 = −u2n+3 + u2n+2 0 et S2n+1 − S2n = −u2n+1 → 0. Les suites (S2n+1 ) et (S2n ) étant adjacentes elles convergent vers une même limite et par suite (Sn ) converge aussi vers cette limite.

2n

k=n+1

1 k

2n k=n+1

1 2n

=

n 2n

= 1. 2

Exercice 29 :

a) an+1 − an =

1 (n+1)!

> 0 donc (an ) est strictement croissante.
2

(Hn ) est croissante car 0. Si (Hn ) converge vers − = 0. Ceci est impossible puisque 1 H2n − Hn 2. Par suite (Hn ) diverge, et puisque (Hn ) est croissante, (Hn ) diverge vers +∞.

1 Hn+1 − Hn = n+1 alors H2n − Hn →

Exercice 24 :
a)
1 k

1 1 bn+1 − bn = + (n+1)(n+1)! − n.n! = n(n+2)−(n+1) < 0 donc (bn ) est n(n+1)(n+1)! strictement décroissante. 1 Enn bn − an = n.n! → 0. b) On a aq < aq+1 e bq+1 < bq . 1 Par suite aq < p < aq + q.q! puis q.q!aq < p.q! < q.q!aq + 1. q 1 (n+1)!

ln 1 +

1 k

= ln(k + 1) − ln k donc Hn

n k=1

ln(k + 1) − ln k = ln(n + 1) 1/2.

Or p.q! ∈ Z et q.q!.aq = q

q

k=0

q! k!

∈ Z. Absurde.

donc Hn → +∞. b) Il existe N ∈ N tel que pour tout n On a alors un+1 − uN
n

N , n(un+1 − un )
1 2 n k=N 1 k

Exercice 30 :2
a)

uk+1 − uk

=

un → +∞.

k=N

1 2

(Hn − HN −1 ) → +∞ puis

Exercice 25 :
a) un =

n+1 b) uun = 2n+1 1 donc (un ) est décroissante. 2n+2 Or (un ) est minorée par 0 donc (un ) converge.

(2n)! 22n (n!)2 . = (2n+2)(2n+1) 4(n+1)2
2 n+2 un+1 n+1 u2 n

c)

= n+2 2n+1 or (n + 2)(2n + 1)2 − 4(n + 1)3 = −3n − 2 < 0 n+1 2n+2 donc vn+1 − vn 0. (vn ) est décroissante et minorée par 0 donc (vn ) converge. Nécessairement lim un = 0 car sinon vn = (n + 1)u2 → +∞. n =

vn+1 vn

2

θ θ Via sin 2a = 2 sin a cos a, un = 2n+1 sin 2n+1 cos 2n+1 un+1 . n+1 tan(θ /2 ) 2 tan a Via tan 2a = 1−tan2 a donc vn = 2n+1 1−tan2 (θ 2n+1 ) vn+1 . / sin x ∼ x et tan x ∼ x donc un → θ et vn → θ d'où vn − un → 0.

Exercice 26 :

0 donne l'inégalité demandée. √ un−1 +vn−1 b) Pour n 1, un = un−1 vn−1 = vn en vertu de a. 2 √ 2vn un+1 = un vn u2 = un et vn+1 = un +vn n 2 2 = vn . c) La suite (un )n 1 est croissante et majorée par v1 donc elle converge vers une limite notée . La suite (vn )n 1 est décroissante est minorée par u1 donc elle converge vers une limite notée . En passant la relation vn+1 = un +vn à la limite, on obtient = + d'où = . 2 2 d) Si b = a alors les deux suites (un ) et (vn ) sont constantes égales à a et donc M (a, a) = a. Si b = 0 alors la suite (un )n 1 est constante égale à 0 et donc M (a, 0) = 0. e) Notons (un ) et (vn ) les suites dénies par le procédé précédent à partir de u0 = λa et v0 = λb. Par récurrence, un = λun et vn = λvn donc M (λa, λb) = λM (a, b). a− b

Exercice 31 :

Les suites (un ) et (vn ) sont adjacentes de limite commune égale à θ.

x→0

x→0

(un ) étant croissante, elle admet une limite, (u2n ) qui en est extraite a la même limite. Puisque (u2n ) converge, il en est de même de (un ).

Exercice 32 :
0 et

Exercice 27 :

1 Sn+1 − Sn = (n+1)2 , Sn+1 − Sn = 1 Sn − Sn = n → 0.

1 (n+1)2

+

1 n+1

1 n

=

1 (n+1)2

1 n(n+1)

u2n → , u2n+1 → et u3n → . (u6n ) est extraite de (u2n ) et (u3n ) donc u6n → et u6n → . Par suite = . (u6n+3 ) est extraite de (u2n+1 ) et (u3n ) donc u6n+3 → et u6n+3 → . Par suite = .

Mathématiques Sup et Spé : [http://mpsiddl.free.fr] dD Il en découle = . Puisque les suites extraites (u2n ) et (u2n+1 ) convergent vers une même limite, la suite (un ) converge vers celle-ci.

10

Exercice 39 :
a) ln 1 +

1 n2 +1


1 n

1 n2 +1

1 n2

car

1 n2 +1

→ 0. Par suite un ∼ 1 → 1.

Exercice 33 :

Par l'absurde, supposons cos n → ∈ R.

cos p + cos q = 2 cos
donne

p+q p−q cos 2 2

cos(n + 1) + cos(n − 1) = 2 cos n cos(1).

A la limite on obtient 2 = 2 cos(1) d'où = 0. Or cos 2n = 2 cos2 n − 1 donne alors à la limite 0 = −1. Absurde.

1 1 1 1 b) un = en ln(1+sin ) , ln 1 + sin n ∼ sin n ∼ n donc n ln 1 + sin n → 1 puis un → e. √ √ n+1 ln n− n ln(n+1) c) , √ √ un = e √ √ √ 1 n + 1 ln n − n ln(n + 1) = n + 1 − n ln n − n ln 1 + n . √ √ ln n ln n ln Or n + 1 − n ln n = √n+1+√n = 2√n+o(√n) ∼ 2√n et n √ 1 1 ln n ln 1 + n ∼ √n = o 2√n donc n √ √ ln ln n + 1 ln n − n ln(n + 1) = 2√n + o 2√n → 0 donc un → 1. n n

Exercice 40 :
un = n! + (n − 1)! +

n−2 k=0

Exercice 34 :

k!.
k!

Par l'absurde, supposons sin n → ∈ R.

n−2

p−q p+q sin p − sin q = 2 sin cos 2 2
donne

(n−1)! n!

=

1 n

→ 0 et 0

k=0

n! n−2 k=0

=

n−2 k=0

k! n!

n−2 k=0

(n−2)! n!

=

n−2 k=0

1 n(n−1)

1 n

→ 0 donc

un = n! + (n − 1)! + sin(n + 1) − sin(n − 1) = 2 sin(1) cos n.

k! = n! + o(n!) ∼ n!.

A la limite, on obtient cos(n) → 0. Or cos 2n = 2 cos2 n − 1 donne alors à la limite 0 = −1. Absurde.

Exercice 35 :
0 u2n
2n n2

=

2 n

→ 0 et 0
1 n

u2n+1
ln n n .

2n+1 n(n+1)

→ 0 donc un → 0. n n ln n
n2 ln n

Exercice 36 :
a)
1 n2 ln n n2

1 n ln n

b)

n ln n

n2 .

1 a) un ∼ − 2 n → −∞ b) un ∼ 2n → +∞ c) un ∼ 2 ln n → 0 n −n n! d) un = nee → 0 e) un ∼ 3n → +∞ f) un ∼ n1/3 → +∞.

Exercice 37 :

√ √ 1 1 √ . donc √n+1 2 n + 1 − n n n √ √ √ b) Sn 2 k + 1 − k = 2 n + 1 − 2 puis Sn → +∞. k=1 √ √ 1 0 donc (un ) est décroissante. c) un+1 − un = √n+1 − 2 n + 1 − n √ √ √ Or un = Sn − 2 n 2 n + 1 − 2 − 2 n −2 donc (un ) est aussi minorée. Par suite (un ) converge. √ √ √ √ d) Sn = 2 n + un = 2 n + o( n) ∼ 2 n.
a) 2

Exercice 41 : √ √
n+1−

n =

2 √ n+1+ n

Exercice 42 :

Exercice 38 :
a) un = b) un = c) un =

2 2 n2 −1 ∼ n2 . 2√ √ n+1+ n−1

Supposons un ∼ vn et wn ∼ tn . (un −vn )+(wn −tn ) un +wn vn +tn − 1 = vn +tn
1 √ . n 1 n

|un −vn | vn

+

|wn −tn | tn

=

un vn

−1 +

wn tn

− 1 → 0.

= ∼

√ √ 2√ √ n+o( n)+ n+o( n) 1 n

=

1√ √ n+o( n) 1 n

ln 1 +

1 n

=

1 √ n

car ln 1 +

1 n

puisque

→0

1 1 1 1 d) un = sin √n+1 ∼ √n+1 ∼ √n car √n+1 → 0. 1 1 1 e) sin n ∼ n → 0 = 1 donc un ∼ ln n = − ln n. 2 1 1 f) un = 2 sin 2n ∼ 2n2 .

a) (un ) est décroissante donc admet une limite ∈ R ∪ {−∞}. 1 Puisque un + un+1 ∼ n → 0+ , on a + = 0 donc = 0. De plus, à partir d'un certain rang : 2un un + un+1 > 0 1 b) un+1 + un 2un un−1 + un avec un+1 + un ∼ n et un−1 + un ∼ 1 1 donc 2un ∼ n puis un ∼ 2n .

Exercice 43 :

1 n−1

1 n

Mathématiques Sup et Spé : [http://mpsiddl.free.fr] dD

11

Soit f : R → R dénie par f (x) = xe . f est dérivable et f (x) = (x + 1)ex > 0 donc f est strictement croissante. f (0) = 0 et lim f = +∞ donc l'équation xex = n possède une unique solution xn .

Exercice 44 :
+

x

1 = xn + · · · + xn = xn 1−xn donne à la limite 1 = n n nalement = 1/2.

1−xn

1−

car 0

xn n

n

→ 0 et

xn = f −1 (n) → +∞.

+∞

Exercice 49 :

Exercice 45 :

a) Le tableau de variation de f : x → x + ln x permet d'armer que cette fonction réalise une bijection croissante de R+ vers R. L'équation En possède alors pour solution unique xn = f −1 (n). b) Le tableau de variation de f −1 donne lim f −1 = +∞. Par suite xn → +∞. c) xn → +∞ donne ln xn = o(xn ). La relation xn + ln xn = n donne alors xn + o(xn ) = n et donc xn ∼ n.
+∞

a) Posons vn = un + 1. (vn ) est géométrique de raison 2 et v0 = 1 donc un = 2n − 1 → +∞. b) Posons vn = un − 1. (vn ) est géométrique de raison 1/2 et v0 = −1 donc un = 1 − 21 → 1. n

Exercice 50 :
On a zn+1 =

1+i 2 zn

donc zn =

1+i n z0 . 2

Or

1+i 2

< 1 donc zn → 0 puis xn , yn → 0.

Exercice 46 :

n Introduisons xn = Re(zn ) et yn = Im(zn ). On a xn+1 = xn et yn+1 = − y3 . xn → x0 et yn → 0 donc zn → Re(z0 ).

Exercice 51 :

a) Le tableau de variation de f : x → x + tan x permet d'armer que cette fonction réalise une bijection croissante de ]−π/2, π/2[ vers R. L'équation En possède alors pour solution unique xn = f −1 (n). b) (1) Le tableau de variation de f −1 donne lim f −1 = π . Par suite xn → π . 2 2 (2) xn + tan xn = n donne xn = arctan(n − xn ). Or n − xn → +∞ car (xn ) bornée donc xn → π . 2 a) Le tableau de variation de fn : x → xn ln x permet d'armer que l'équation fn (x) = 1 possède une unique solution xn sur R+ et que de plus xn ∈ [1, +∞[. 1 b) 1 = xn+1 ln xn+1 = xn+1 fn (xn+1 ) donc fn (xn+1 ) = xn+1 1 = fn (xn ) donc n+1 xn+1 xn car f est strictement croissante sur [1, +∞[. La suite (xn ) est décroissante et minorée par 1 donc elle converge. Posons sa limite, on a 1 n Si > 1 alors xn ln xn ln → +∞ ce qui est absurde car xn ln xn = 1. Il reste n n = 1.
+∞

Exercice 52 :

a) un+1 − vn+1 = un − vn et u0 − v0 = −1 donc (un − vn ) est constante égale à −1. b) vn = un + 1 donc un+1 = 5un + 2. La suite (un ) est arithmético-géométrique. c) un+1 − a = 5(un − a) + 4a + 2. Pour a = −1/2, (un − a) est géométrique de n n raison 5 et de premier terme 3/2. Ainsi un = 3.5 2 −1 et vn = 3.5 2 +1 .

Exercice 53 :
a) z1 = ρ 1+2e b) ei 2n → 1,
θ iθ

Exercice 47 :

= ρ cos θ ei 2 , z2 = ρ cos θ cos θ ei 4 ,..., zn = ρ 2 2 4
n

θ

θ

n k=1

cos 2θk ei 2n .

θ

k=1

cos 2θk =

sin θ 2n sin 2θ n

sin θ θ

donc zn → ρ sin θ . θ

On peut écrire z0 = ρeiθ avec ρ On a alors

Exercice 54 :

0 et θ ∈ [0, 2π[
n

z1 = ρ

θ 1 + eiθ θ θ θ θ θ = ρ cos ei 2 , z2 = ρ cos cos ei 4 ,..., zn = ρei 2n 2 2 2 4

cos
k=1

θ . 2k

Exercice 48 :
x→+∞

a) f : x → xn + · · · + x est continue, strictement croissante, f (0) = 0 et lim f (x) = +∞.

Par suite l'équation En possède une unique solution xn ∈ R+ . n f (1/2) = 1 1−1/2 < 1 et f (1) = n 1. 2 1−1/2 n+1 b) xn + · · · + x2 + xn = xn (xn + · · · + xn ) + xn = 2xn 1 donc xn+1 n n La suite (xn ) est décroissante et minorée, donc elle converge. c) Posons = lim xn . Puisque x2 < 1, xn x2 donne à la limite < 1.

Si θ = 0 alors zn = ρ → ρ. Si θ = π alors pour n 1, zn = 0 → 0. Sinon, pour tout n ∈ N , sin 2θ = 0 et n

xn .

sin

θ 2n

n

cos
k=1

θ sin θ = n 2k 2

par exploitations successives de l'identité sin 2a = 2 sin a cos a.

Mathématiques Sup et Spé : [http://mpsiddl.free.fr] dD On en déduit
n

12

cos
k=1

θ sin θ sin θ = n → θ 2k θ 2 sin 2n

Finalement zn →

ρ sin θ . θ
n

√ √ √ 0 un = n + un−1 n + (n − 1) = O ( n) donc un = O ( n) = o(n). √ d) un = √ n + o(n) ∼ n √ √ un−1 e) un − n = un +√n or un−1 ∼ n − 1 ∼ n et √ √ √ √ √ √ un + n = n + o( n) + n ∼ 2 n donc un − n → 1 . 2

Exercice 55 :
n

Exercice 60 :
Pour tout n

un = (2 + i) − (1 − 3i)

1 : un+1 − un =

Exercice 56 : Exercice 57 :

a) un = 2n (1 − n) b) un = −3 + 22−n c) un = 2 cos (n−1)π . 3

(un ) est une suite récurrente linéaire d'ordre 2 d'équation caractéristique : r2 − 2 cos θr + 1 = 0 de solutions r = eiθ et r = e−iθ . Par suite il existe α, β ∈ R tels que ∀n ∈ N, un = α cos nθ + β sin nθ. n = 0 donne α = 1 et n = 1 donne α cos θ + β sin θ = 1 donc 2 θ/2 β = 1−cos θ = 2 sin θ = tan θ . sin θ sin 2 Finalement ∀n ∈ N, un = cos nθ + tan θ cos((2n − 1)θ/2) sin nθ = . 2 cos(θ/2)
n−1 k=0

est croissante. √ √ Si (un ) converge vers alors un+1 = 1 + un donne à la limite = 1 + donc 2 − − 1 = 0 et√ 0. Par suite = 1+2 5 = α. Par récurrence on montre aisément que ∀n ∈ N, un α et par suite (un ) converge vers α.

un −un−1 √ √ . 1+un + 1+un−1

u1 − u0 =

2−

1

0 donc (un )

Exercice 61 :

On a u0 = a, u1 = a2 , u2 = a4 , par récurrence un = a2 . Pour |a| < 1 alors un → 0, pour |a| = 1, un → 1 et pour |a| > 1, un → +∞. La suite (un ) est bien dénie et supérieure à 1 à partir du rang 1 car la fonction itératrice f : x → x2 + 1 est dénie sur R et à valeurs dans [1, +∞[. un+1 − un = u2 − un + 1 0 car le discriminant de x2 − x + 1 est ∆ = −3 < 0. n La suite (un ) est croissante. Si celle-ci converge vers un réel alors en passant à la limite la relation d'itération : = 2 + 1. Or cette équation ne possède pas de racines réelles. Par suite (un ) diverge, or elle est croissante, donc (un ) diverge vers +∞. La suite (un ) est bien dénie et à valeurs strictement supérieure à 1 car sa fonction itératrice f : x → 1 + ln x est dénie sur [1, +∞[ à valeurs dans [1, +∞[. Pour n 1 : un+1 − un = ln(un ) − ln(un−1 ) est du signe de un − un−1 . La suite (un ) est monotone et de monotonie déterminée par le signe de u1 − u0 = 1 + ln u0 − u0 . Etudions la fonction g(x) = x → 1 + ln x − x dénie sur [1, +∞[. 1 g est dérivable, g (x) = x − 1 0 ne s'annulant qu'en 1, g(1) = 0 donc g est strictement négative sur ]1, +∞[. La suite (un ) est décroissante. De plus elle est minorée par 1, donc elle converge vers un réel 1. En passant la relation d'itération à la limite, on obtient = 1 + ln i.e. g( ) = 0. Par l'étude de la fonction g , on conclut = 1. Finalement (un ) converge vers 1.

n

Exercice 62 :

Exercice 58 :
a) Pour n

1 : un+1 − un =

n k=0

uk −

uk =

un
n k=0

uk +

n−1 k=0

0 donc
uk

(un )n 1 est croissante. √ Supposons un → ∈ R. On a u1 = a > 0 En passant la relation précédente à la limite : 0 = + = 1 . C'est absurde. 2 Par suite un → +∞. u n+1 1 b) un+1 − un = un+1n n donc uun − 1 = un+1 +un → 0. Par suite un+1 ∼ un et +u 1 1 un+1 − un = un+1 /un +1 → 2 .
a) un n → +∞. b) un+1 = (n + 1) + un . c) Montrons par récurrence sur n 1 que un n. Pour n = 1 : ok Supposons la propriété établie au rang n 1. un+1 = (n + 1) + un (n + 1) + n n + 1. Récurrence établie.
HR

Exercice 63 :

Exercice 59 : √

Mathématiques Sup et Spé : [http://mpsiddl.free.fr] dD

13

La suite (un ) est bien dénie car sa fonction itératrice f : x → ex − 1 est dénie sur R. Pour n 1, un+1 − un = eun − eun−1 est du signe de un − un−1 . La suite (un ) est monotone et de monotonie déterminée par le signe de u1 − u0 = eu0 − u0 − 1. Etudions la fonction g(x) = ex − x − 1 dénie sur R. g est dérivable et g (x) = ex − 1 du signe de x. g(0) = 0 donc g est positive. Si u0 = 0 alors (un ) est constante égale à 0. Si u0 > 0 alors (un ) est croissante. Si (un ) converge vers un réel alors = e − 1 donc = 0. Or (un ) est minorée par u0 > 0 donc ne peut converger vers 0. Par suite (un ) diverge vers +∞. Si u0 < 0 alors (un ) est croissante et majorée par 0 donc (un ) converge vers la seule limite nie possible 0. La suite (un ) est bien dénie et strictement positive car de fonction itératrice 1 f : x → 2+x dénie sur R+ et à valeurs dans R+ . Si la suite (un ) converge, sa √ 1 limite vérie = 2+ et 0 donc = −1 + 2.

Exercice 64 :

Exercice 68 :

Par récurrence, on montre que un existe et un > 0. Posons vn = ln(un ). On a vn+2 − 2vn+1 + vn = 0. (vn ) est une suite récurrente linéaire d'ordre 2 d'équation caractéristique (r − 1)2 = 0. b ∃λ, µ ∈ R, vn = λn + µ. v0 = ln a et v1 = ln b donc λ = ln a et µ = ln a. n b b Par suite : un = evn = en ln a +ln a = a a . La suite (un ) converge ssi b a.

Exercice 65 :

√ La suite (un ) est bien dénie et à valeurs dans [ a, +∞[ à partir du rang 1 car de √ 1 a fonction itératrice f : x → 2 x + x dénie sur R+ et à valeurs dans [ a, +∞[. √ 1 Si (un ) converge vers un réel alors = 2 + a et 0 donc = a. √ √ 2 √ √ √ |un − a| |un − a| (un − a) a |un+1 − a| = 1 un + un − a = 2|un | = . 2 2 un √ √ √ √ | u n − a| − = unun a 1 donc |un+1 − a| 1 |un − a|. Pour n 1, un 2 √ √ √ 1 Par récurrence : |un − a| 2n−1 |u1 − a| donc un → a.
a a n 2 2 b) vn+1 = un+1 −√a = un +2√aun +a = un −√a = vn donc vn = v0 . 2 un+1 + un + n √ √ n 2 c) |un − a| vn |un + a| 2u0 vn = 2u0 v0 . √ √ u2 −2 au +a √ 2
n

Exercice 69 :

|un+1 − | =

1 2+un

1 2+

=

Par récurrence, on montre

|un − | (2+un )(2+ ) |un − | = 41 n

1 4

|un − |.

|u0 − | et on conclut un → .

√ a) L'application x → 2 − x est dénie de [−2, 2] vers [0, 2] ⊂ [−2, 2]. b) Supposons un →√. Puisque ∀n 1, un ∈ [0, 2], à la limite ∈ [0, 2]. √ La relation un+1 = 2 − un donne à la limite = 2 − donc 2 + − 2 = 0 d'où = 1 ou = −2. Or 0 donc = 1. |un −1| c) |un+1 − 1| = 1+√2−u |un − 1| donc (|un − 1|) est décroissante et par suite n converge vers α 0. √ √ Si α > 0 alors 1 + 2 − un = |un+1 −1| → 1 donc 2 − un → 0 puis un → 2. C'est |un −1| impossible. Nécessairement |un − 1| → 0 et donc un → 1.

Exercice 66 :

a) f : x → ln x + x réalise une bijection strictement croissante de R+ vers R. L'équation proposée possède une unique solution α = f −1 (0). b) L'algorithme de Newton, propose de dénir la suite (un ) par la relation : f +un un+1 = un − f (un )) = un − ln unn +1 = un (1−ln un ) . (un 1/u un +1 1 1 La fonction f est de classe C 2 , f (x) = x + 1 et f (x) = − x2 ne s'annulent pas. Pour u0 > 0 tel que f (u0 )f (u0 ) 0, la suite converge vers α.

Exercice 70 :

Exercice 71 :

Exercice 67 :

Posons (un ) la suite déterminée par u0 = 1 et pour tout n ∈ N, un+1 = La suite (un ) est bien dénie et à valeurs positive. √ Si celle-ci converge, c'est vers 0 vériant = 1 + i.e. √ 1+ 5 = (nombre d'Or) 2 On a

1 + un .

Par récurrence montrons un existe et |un | < 1. Pour n = 0 : ok Supposons la propriété établie au rang n 0. Par HR, un existe et |un | < 1 donc 2 − un = 0 d'où |un |un | un un+1 = 2−un existe et |un+1 | |2−u| | 2−|un | < 1. Récurrence établie. n

|un+1 − | =

1 + un −

1+

=√

|un − | √ 1 + un + 1 +

|un − | 2

|un+1 | |un+1 |

|un | |un | donc (|un |) est décroissante d'où |un | 2−|un | n |un | 1 |a| → 0. Par suite un → 0. 2−|a| puis |un | 2−|a|

|a| puis

Par récurrence, on obtient

|un − |

1 |u0 − | 2n

Mathématiques Sup et Spé : [http://mpsiddl.free.fr] dD et donc un → . Ainsi

14

1+

1+

1 + ··· =

Posons (vn ) la suite déterminée par v0 = 1 et pour tout n ∈ N, vn+1 = 1 + v1 . n La suite (vn ) est bien dénie et à valeurs supérieures à 1. 1 Si celle-ci converge, c'est vers 1 vériant = 1 + . On retrouve = . On a 1 |vn − | |vn − | 1 |vn+1 − | = − vn |vn | Par récurrence, on obtient

|vn − |
et donc vn → Ainsi car

1
n

|v0 − |

> 1. 1+ 1 1+
1 1+

=
.

..