You are on page 1of 4

F É D É R A T I O N

C G T

D E S

C H E M I N O T S

FICHES DE PAIE
C TN S C

M o n tr e u i l , l e 2 1 s e p t e m b r e 2 0 1 5

CONTRACTUELS, SNCF, HUMANIS

LOGICIEL DE PAIE,
LA FACTURE S’ALOURDIT
POUR LES CHEMINOTS CONTRACTUELS
Le mois d’août 2015 a été
l’apothéose et sans soleil
pour les cheminots
contractuels.
Dans tous les
établissements, une large
majorité de contractuels
a, une nouvelle fois, été
victime du nouveau logiciel
de paie (HR ACCESS) mis
en place unilatéralement
par la Direction de
l’entreprise depuis
le 1er janvier 2015.
Imposée aussi, la
Complémentaire Santé
obligatoire Humanis a
également fait partie de
cette confusion qui a
touché les fiches de paie
de nos collègues
contractuels et CDD.

Erreurs de prélèvements de la cotisation HUMANIS :
pourquoi la Fédération CGT des Cheminots entend clarifier
la situation ?
1. Dès le mois de novembre 2014, la Fédération CGT a
alerté la Direction des Services Communs sur
l’évidence des risques encourus par les cheminots
(primes, EVS, salaires ! etc….) du fait de la mise en place
d’un nouveau logiciel de paie clairement inadapté.
De nombreux « bugs » ont effectivement eu lieu dès janvier
2015. La CGT avait pourtant tiré le signal d’alarme se basant
sur l’expérience d’EDF ou encore de l’Armée qui avaient tenté
de mettre en place ce progiciel avec une seule ambition : la
productivité et l’externalisation.
Devant un résultat d’adaptation catastrophique, l’Armée a
décidé au bout de cinq ans d’abandonner le logiciel en avril !
Allons-nous attendre cinq années de dysfonctionnements avant
de réagir ?
Aujourd’hui, malgré l’entêtement de la Direction et les alertes
de la CGT, les problèmes salariaux pour les cheminots
contractuels, en autres, ont bien eu lieu et perdurent depuis
plus de 8 mois !
Et pendant que la Direction se permet des largesses quant à
ses obligations d’employeur, ainsi qu’une grande tolérance
quant à sa marge d’erreurs, les salariés eux ne sont pas
dûment rémunérés.

263, rue de Paris, 93515 MONTREUIL - Tél : 01.55.82.84.40 - Fax : 01 48 57 95 65 – coord@cheminotcgt.fr – www.cheminotcgt.fr

2. Allocations, primes de travail, de traction, indemnités,
cotisations HUMANIS, contrats, etc.… la liste continue de
s’allonger.
Les premiers salariés à en pâtir sont les cheminots ne percevant pas
leur salaire dû pour le travail qu’ils effectuent chaque jour.
Quand ces erreurs se répètent sur les petits salaires des contractuels et
des CDD, c’est davantage choquant !
Et dans ce sac de nœuds, les personnels administratifs et leur
encadrement, en sous-effectif, se débattent au mieux pour apporter des
solutions.
Certains dysfonctionnements ne sont même pas encore identifiés,
d’autres le sont mais aucune solution n’est apportée !
En effet, après les « couacs » des primes, des EVS et du salaire, pas
totalement résolus, maintenant ce sont les cotisations de la
complémentaire santé obligatoire qui sont impactées.
3.

L’obligation d’adhérer à une Complémentaire Santé, malgré de
nombreuses mobilisations de salariés de toutes les
entreprises durant l’année 2013, a été validée par certaines
organisations syndicales (CFDT, CFE-CGC, CFTC,…, et
cautionnée par l’UNSA).

Cette mutuelle, rendue obligatoire, s’ajoute aux dysfonctionnements du
logiciel de paie HRA.
En août encore, les délégués CGT locaux ont été interpellés par les
cheminots dont la paie était une nouvelle fois tronquée.
La Fédération CGT a donc contacté la Direction de l’entreprise SNCF et
celle d’HUMANIS afin que les cheminots trop prélevés soient
remboursés, et qu’au contraire les cheminots sous prélevés bénéficient
d’un échelonnement en cohérence avec les possibilités de chacun.
CE QUE LA FÉDÉRATION CGT CHEMINOTS DÉNONCE :

2

Des prélèvements effectués sans que soit prise en compte la
situation personnelle de chacun. Certains salariés contractuels se
trouvant déjà dans des situations critiques financièrement dues à
la politique salariale de la SNCF : des cotisations famille sont
prélevées à des salariés célibataires, ou à des salariés dont le
conjoint est concerné lui-même par une mutuelle obligatoire, les
taux de cotisations sont erronés, etc.

La mise en place de la Complémentaire Santé obligatoire qui ne
respecte pas le libre choix de chaque salarié de sa propre
mutuelle, qui affaiblit la Sécurité Sociale et finance le secteur
assuranciel et spéculatif.

La mise en place d’un logiciel de paie au sein de l’entreprise sans
avoir pris en compte les alertes des cheminots administratifs avec
la CGT.

Le mal-être au travail devant être supporté par les cheminots des
Agences Paie et Famille subissant ce logiciel et l’ayant combattu
aux côtés de la CGT.

L’irresponsabilité de la Direction mettant certains cheminots
contractuels ou CDD sans réelles réponses à leurs
problématiques (cellule dédiée aux sujets Humanis injoignable ou
dans l’incapacité de répondre aux questionnements des
cheminots concernés).

Le manque de formation des personnels RH, GA, etc… qui sont
au plus proche des cheminots et subissent de fait les critiques,
alors que ces salariés n’y sont pour rien.

La Fédér ation CGT des cheminots exige :




3

La mise à disposition d’un outil de travail adapté au travail des
gestionnaires ;
La proximité des gestionnaires avec les cheminots en
établissements pour une organisation géographiquement et
humainement cohérente ;
La prise en compte de la situation financière au cas par cas de
tous les cheminots contractuels impactés par le scandale !
La convocation d’une réunion nationale avec les premiers
responsables de l’entreprise sur ce sujet ;
Le remboursement de toutes les sommes aux cheminots et
l’échelonnement du trop-perçu en fonction des capacités de
remboursement de chaque salarié ;
la liberté des salariés à avoir une mutuelle ou non ou encore à
adhérer à la mutuelle de leur choix ;
dans le cas d’un accord imposé par la loi concernant une mutuelle
obligatoire entre l’Entreprise SNCF et une Complémentaire Santé,
l’entreprise doit fournir les moyens humains et les formations
nécessaires afin que les salariés concernés aient un interlocuteur
en capacité de répondre aux sollicitations.

Une telle erreur d’une telle ampleur ne doit pas se reproduire, nous
exigeons un étalement des sommes dues pour les cheminots le
souhaitant.
Dès que la Fédération CGT des cheminots a eu connaissance des faits,
elle est intervenue au plus haut niveau de l’entreprise afin que les
cheminots contractuels ne soient pas une nouvelle fois péjorés par une
politique d’entreprise jugée inacceptable par la CGT, qui continuera de
défendre l’ensemble des salariés.

A savoir : Depuis la mise en place de la mutuelle
Humanis, en janvier 2014, il est très clairement
apparu que le régime restait excédentaire. La CGT
a, de ce fait, exigé la baisse des cotisations
notamment pour les salaires les plus faibles.

Les cheminots contractuels, comme tous les salariés de
notre entreprise, ne doivent en aucun cas subir les choix
hasardeux d’une Direction irresponsable !
La Fédération CGT se réserve le droit d’interpeller de nouveau
la Direction ainsi qu’HUMANIS si nous n’obtenons pas
rapidement de réponse à nos revendications et ce dans
l’intérêt des cheminots.

4