N° et date de parution : 4428 - 15/03/2010 Page : 38 Diffusion : 78363 Taille : 70 % Périodicité : Quotidien 655 cm2 TRIBUNE_4428_38_36.

pdf Site Web : http://www.latribune.fr

Larelation client

s'

dans

engouffre

le

[

arrivéedes réseaux sociaux
,

permetaux entreprises
, ' à l

grandes oupetites dese mettre écoute de leurs

pouvez utiliser soulignait ainsi
' l

vosclients vous Intelligence fournissent volontairement spontanément dudéclaratif vous
. « Si et , à

bon escient
a y ,

»

,

Elledevient une clefde croissance
la

il

,

clients Encorefaut-il
.

marketing de
, . )

qu'elles disposent desbons outils.
oserait encore parler de relation client sans
que les clientsdisent
, ,

éditeur de Business Intelligence SPSS groupe IBM Est-ce réellement différent avec les réseauxsociaux Sur fondpasvraiment Simplement massede données traiter est certainement plusimportante.
' l ( ? le . la à y

années

Hervé Dhélin directeur

quelques

des entreprises.
Ce qui nécessite une

l

ounégative de perception des internautes Cependant tout est pas rose au royaume desnouvelles stars de Internet La créationde valeur
la , . » n' , ' . « ,

dans
membres

montée en qualité
deséchanges
Paul Pietyra
, . »

estbien entendu nouvelle maistotalement imparfaite observePaul Pietyra directeur général deNekoé pôle de compétitivité spécialisé
membres
présente
, , , , , le le ,

échange entre les entre lesmarques
' l

et

les

desentreprises notePaul Pietyra Celanécessite une enqualité deséchanges Ajoutons que lescommunautés
croissance
, .

un produit une technologie mais devient une clefde
' ' d d , la

,

montée

»

.

dans
services
.

'

l

sur dessites comme Facebook ItN.ritter Viadeo ou Linkedln pour
,

Càui
[

prendre en compte ce

TROIS ÉTAPES

directeur général

ne parler quedes plus connus

ou

Denouveauxoutils permettent aujourd hui de synthétiser sentimentqui circulesur Toile ausujet une entreprise ou un produit donné souligne
« ' le la ' ' d d

deNekoé
compétitivité

le

,

pôle de
' l

spécialisé dans innovation parles services.

patrons ou descadres en tirent valeur qu' une partinfime comparativement aux potentiels detelles plates-formes La relation client neseraitdonc

Sur terrain
le

innovation par les
la ,

plupart des
n' ,

satisferont plus longtemps de tchats de forums estimentles experts BearingPoint dans une récente étude Ils voudront vivre une expérience plusriche
et

en ligne ont aussi des limites. Les fans une marque nese
' « d

de
.

,

.

de
. » et

avecelle Le point devente est lieu rêvé pour cela condition delui donner les moyens de dépasser son rôle transactionnel.
le À .

Le marketingsensoriel
design
le , ,

le

encoreadaptée

encore

émotionnel

beau en unmot ont leur place
y

,

'

l

et

pas

arrivée desréseaux sociaux
,

permetaux entreprises
, ' à l

grandes oupetites dese mettre écoute de leurs

clients Encore faut-il
.

qu'elles disposent desbons outils.
oserait encore parler

de relation client sans

sur dessites comme Facebook ItN.ritter Viadeo ou Linkedln pour
, , ,

Càui
'

prendre en comptece
que les clientsdisent

ne parler quedes plus connus ou des commentaires dessites information Le Web2.0 est

sur
à . À

,

d

?

s'

imposé rapidement
de
la

'

l

ce phénomène avait été anticipé

relation client

vrai dire

univers
,

parles spécialistes de

la

Business

INTERVIEW

1/2
Copyright (La Tribune) Reproduction interdite sans autorisation

Microsoft - RP - Le Marché

N° et date de parution : 4428 - 15/03/2010 Diffusion : 78363 Page : 38 Périodicité : Quotidien Taille : 70 % TRIBUNE_4428_38_36.pdf 655 cm2 Site Web : http://www.latribune.fr

vosclients vous Intelligence fournissent volontairement dudéclaratif vous spontanément
. « Si et , '

utiliser bon escient soulignait ainsi quelques
pouvez
l à » , il a ,

marketing de éditeur de Business Intelligence SPSS groupe IBM Est-ce réellement différent avecles réseauxsociaux Sur fondpas vraiment Simplement massede données traiter est certainement plusimportante.
, , ' l ( . ) ? le . la à y

années

Hervé Dhélin directeur

y

ou négative de perception des internautes Cependant tout est pas rose au royaume des nouvelles stars de
la , . » n' , ' l

Internet
' l ,

dans
membres

membres estbienentendu
, , , ,

La créationde valeur échange entre les entre les marques les
. « et ,

TROIS ÉTAPES

Denouveaux outils permettent aujourd hui de synthétiser sentiment qui circulesur Toile ausujet une entreprise ou un produit donné souligne Mouloud Dey directeur Business Solutions de SAS Institute On peut obtenir cerésultat en combinant trois types de
« ' le la ' ' d d , , .

valeur qu' unepartinfime comparativement aux potentiels detelles plates-formes La relation client ne seraitdonc
, . »

présente nouvelle mais totalement imparfaite observePaul Pietyra directeur général deNekoé pôle de compétitivité spécialisé dans innovation parles Sur terrain plupart des patrons oudes cadres en tirent
le le , ' l

services

.

le

la

,

de
n' et

pas encoreadaptée
Cependant
,

moins industrialisée
d

encore
. '

Dans unpremier temps Web-Crawlingcollecte lesinfor
.

technologies

le

,

structures un moyen imaginer denouveaux services coproduits
, le . « n' le

Paul Pietyravoit dans ces

avec client Larelation client estdoncplus complément

l

decatégoriser contenu en identifiant desmots-clés Enfin analyse desentiment permet de déchiffrer popularité positive
le , . , ' la ,

mations analyse de données non structurées permetensuite
' . L

un produit une technologie mais devient une clefde
' ' d d , la

,

croissance

montée

Ajoutons que les communautés
' « d

desentreprises notePaul Pietyra Cela nécessite une en qualité des échanges
, . » .

satisferont plus longtemps de tchats de forums estimentles experts BearingPoint dans une récente étude Ils voudront vivre une expérience plus riche
et

enligne ont aussi des limites. Lesfans unemarque ne se

de
.

,

.

avecelle Lepoint devente est lieu rêvé pour cela condition delui donner lesmoyens de dépasser son rôle transactionnel.
le . À

Le marketing sensoriel
design
le , , , y

le

beau en un mot émotionnel ont leurplace pas seulement pour égayer visite
, ' l et la

du consommateur
a . À

'

» . L

économie

traditionnelle donc encore toutes ses chances condition de
savoir adapter.
s'

PASCAL BOULARD

2/2
Copyright (La Tribune) Reproduction interdite sans autorisation

Microsoft - RP - Le Marché

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful