You are on page 1of 16

Support de cours levé et implantation

Année Universitaire 2014/2015

Chapitre 1

DENSIFICATION DE CANEVAS

1- GENERALITE :

Pour réaliser le levé d’une très grande zone, on effectue souvent un certain nombre d’opérations

enchaînées. Il faut réduire le nombre de mesures pour minimiser les erreurs systématiques et accidentelles. On est donc amené à procéder en deux étapes :

On détermine dans un premier temps un ossature de levé constitué par un nombre assez réduit de points d’appuis. Ces points vont servir comme charpente du levé et ils constituent le canevas planimétrique.

On réalise en suite le levé de détail à partir du canevas planimétrique.

2- CANEVAS PLANIMETRIQUE :

Le canevas a pour objectif de déterminer un certain nombre de points d’appuis. Sa conception

dépend de la forme et de l’importance de la zone à lever. Dans le cas d’un territoire de grande

étendue le canevas géodésique est subdivisé en plusieurs ordres comme indiquer dans le tableau çi dessous mentionné.

Canevas

Espacement (Km)

Erreur (cm)

1ere Ordre

30

à 60

10

2éme Ordre

15

à 20

10

3éme Ordre

 

6 à 10

10

4éme Ordre

 

2 à 3

10

5éme Ordre

 

1

10

En plus du réseau de cinquième ordre, on densifie encore les points du canevas par des levés de détails. Il ya plusieurs façons de procéder qui sont dans l’ensemble des mesures combinées d’angles

et de distances. On présente ci après les différents procédés de levé.

Support de cours levé et implantation Année Universitaire 2014/2015 Chapitre 1 DENSIFICATION DE CANEVAS 1- GENERALITE
1
1

Mr : ABADLIA ZIED

ISET TOZEUR

Support de cours levé et implantation

Année Universitaire 2014/2015

3- TRIANGULATION :

3-1- Principe :

Lorsqu’on ne dispose d’aucun canevas préexistant, le topographe est amené pour asseoir son levé à effectuer une triangulation locale dans laquelle les opérations essentielles sont des mesures d’angles. La triangulation a pour but d’établir un canevas de points éloignés les uns des autres. Les points sont reliés entre eux essentiellement par des opérations de mesure d’angles.

Les opérations comportent :

Le choix d’une base et la mesure de sa longueur

L’orientation de la base

La mesure des angles au goniomètre

Le calcul de la triangulation

Eventuellement la mesure d’une base supplémentaire et l’ajustement des angles.

3-2- Choix et mesure de la base :

La base peut être :

 Rectiligne, formée d’un seul tronçon AB suffisamment long I J K A B E F
Rectiligne, formée d’un seul tronçon AB suffisamment long
I
J
K
A
B
E
F

Figure 1 : Triangulation a une base AB

2
2

Mr : ABADLIA ZIED

ISET TOZEUR

Support de cours levé et implantation

Année Universitaire 2014/2015

 Composée de deux ou trois tronçons consécutifs AM, MN, NB M B A N
Composée de deux ou trois tronçons consécutifs AM, MN, NB
M
B
A
N

Figure 2 : Triangulation avec plusieurs Bases consecutifs Composée de plusieurs segments AB, AC, AD aboutissant à un point commun A

B A C D
B
A
C
D

Figure 3 : Plusieurs bases aboutissants à un point commun

Après reconnaissance, on jalonne les extrémités des différents tronçons ou segments; on mesure

ensuite ses bases par un procédé suffisamment précis. Les deux ou plusieurs extrémités de la base constituent deux sommets de la triangulation proprement dite. On reconnaît les autres sommets de façon qu’ils soient visibles les uns des autres et on les balise. En chaque sommet on effectue un tour d’horizon dans lequel on vise tous les sommets environnants ; pour chaque triangle on vérifie que la somme des angles est égale à 200,0000Gr.

L’erreur de mesure d’angle à l’intérieur du triangle est appelé erreur de fermeture fa, il est répartit

de façon égale entre les trois angles et on obtient ainsi les angles compensés.

3
3

Mr : ABADLIA ZIED

ISET TOZEUR

Support de cours levé et implantation

Année Universitaire 2014/2015

3-3- Orientation de la base :

On commence par la mise en station au point A, et on effectue la mise à zéro sur le nord (c’est

l’orientation générale de la station). En connaissant le gisement de la base, on peut déterminer le gisement des autres segments par simple opérations de mesure d’angles. 3-4- Calcul de triangulation :

Soit à déterminer les coordonnées du point C par triangulation à partir de la base AB (Voir la

figure si dessous mentionnée).

Distance AB, G AB , X A et Y A sont connus Objectif :

A

Détermination des points B et C

Nord  A B
Nord
 A
B

C

On stationne sur chaque point du triangle ABC et on mesure les angles intérieurs du triangle Tableau : mesure de triangulation

   

Lectures

 

Station

Points visés

horizontales

(Gr)

Angles

intérieurs (Gr)

A

C

   

B

 

A

B

A

   

C

 

B

C

B

   

A

 

C

Vérification : A + B + C = 200 Gr Calcul des angles compensés du triangle ABC :

La fermeture angulaire est donnée par l’expression suivante :

Si f a ≤ T fa avec T fa = 2,7

n1
n1

f a =   i 200Gr

Avec

= 2 mgr : l’écart type sur chaque angle i mesuré Et n+1 est le nombre d’angle du triangle n+1 = 3

4
4

Mr : ABADLIA ZIED

ISET TOZEUR

Support de cours levé et implantation

Année Universitaire 2014/2015

On procède au calcul de la compensation angulaire :

i comp = i + Ca

Ca =

f

a

3

Calcul de G AC

Règle des sinus

On a donc

G AC = G AB - A

comp

AC AB

sin

B

sin

C

AC

AB

sin

C

sin

 B
B

Calcul des coordonnées du point B et C

X

Y

B

B

X

Y

A

A

sin

AB G

AB

AB

cos

G

AB

X X AC sin G

C

A

AC

Y Y AC cos G

C

A

AC

Vérification :

X

C

Y

C

X

B

sin

BC G

BC

Y BC

B

cos

G

BC

Avec

G BC = G BA + B comp 400

et

BC

AB

sin

C

sin

A

On calcule ensuite les coordonnées de tous les autres points du réseau

4- INTERSECTION :

4-1- Principe :

C’est un procédé de détermination planimétrique d’un point M par l’intersection de visées

directes issues de mesures d’angles effectuées à partir d’au moins trois points connus. Les trois

doivent se couper en M.

M Nord  2  1  2 β 2 A  1 β 1 B
M
Nord
 2
 1
 2
β 2
A
 1
β 1
B

C

5
5

Mr : ABADLIA ZIED

ISET TOZEUR

Support de cours levé et implantation

Année Universitaire 2014/2015

Soit à déterminer le point M à partir de trois points connus A, B et C. On stationne sur chaque point connu et on mesure les angles 1 , 2 , β 1 , β 2 , 1 et 2 comme indiqué dans le tableau de mesure suivant :

   

Lectures

Station

Points visés

horizontales

(Gr)

 

M

 

A

C

 

B

 
 

A

 

B

M

 

C

 
 

B

 

C

A

 

M

 

A partir des deux points A et B on peut déterminer les coordonnées approchées du point M, soit M1. Le point C sera utilisé pour faire la vérification A partir des deux points A et C on peut déterminer les coordonnées approchées du point M, soit M2. Le point B sera utilisé pour faire la vérification. A partir des deux points B et C on peut déterminer les coordonnées approchées du point M, soit M3. Le point A sera utilisé pour faire la vérification.

La position du point M est à l’intérieur du triangle M1M2M3, ses coordonnées peuvent être

déterminé soit graphiquement soit par la méthode des moindres carrés. On présente si dessous la méthode de calcul des coordonnées approchées du point M à partir de deux visées entre A et B.

4-2- Principe de détermination des coordonnées approchées du point M à partir de la base AB A partir des coordonnées des points A et B on calcul le gisement G AB on détermine G AM et G BM en fonction des angles mesurés et des gisements G AB et G BA

G AM =

G AB -

G BM = G BA

+

β 1

Avec

= 1 + 2

6
6

Mr : ABADLIA ZIED

ISET TOZEUR

Support de cours levé et implantation

Année Universitaire 2014/2015

On a

tg G BM = (X M -X B ) / (Y M -Y B )

De même

tg G AM = (X M -X A ) / (Y M -Y A )

 

X M -X B = (Y M -Y B ) tg G BM

X M -X A = (Y M -Y A ) tg G AM

(1) - (2)

X A -X B = (Y M -Y B ) tg G BM - (Y M Y A ) tg G AM

(1)

(2)

X A -X B = Y M (tg G BM - tg G AM ) -Y B tg G BM -Y A tg G AM

X A -X B = Y M (tg G BM - tg G AM ) -Y B tg G BM -Y A tg G AM +Y A tg G BM -Y A tg G BM

X A -X B = (Y M -Y A ) (tg G BM - tg G AM ) + (Y A - Y B ) tg G BM

On obtient:

(Y - Y ) tg G - (X - X ) Y -Y  B A
(Y
- Y
) tg
G
- (X
- X
)
Y
-Y
B
A
BM
B
A
M
A
tg
G
- tg
G
BM
AM
X M -X A = (Y M -Y A ) tg G AM
  • 4-3- Vérification de l’intersection obtenue à partir de la base AB

A partir des coordonnées approchées déjà calculées du point M, on calcul G CM et on la compare à celle calculer à partir de Gzéro de station en C. si la différence est inférieure à l’erreur de mesure de

l’appareil. On entame le calcul du point définitif. Calcul de G CM à partir de Gzéro moyen station en C.

Calcul de Gzéro moyen station en C

G

moy

0

st

A

G G

0

0

B

2

G CM est déterminé par l’expression :

G CM =

G0

moy

st

+ L M (C)

Calcul de G CM à partir des coordonnées du point M :

∆X = X M - XC ∆Y = YM – YC   X  
∆X = X M - XC
∆Y = YM – YC
 X
  
X  
tg u ) 
(
tg 
 1
u =
 Y
   Y  

A partir des signes de ∆X et ∆Y on place dans l’un des quatre cadrans et on calcule G CM

Comparaison entre les deux résultats trouvés

7
7

Mr : ABADLIA ZIED

ISET TOZEUR

Support de cours levé et implantation

Année Universitaire 2014/2015

5- RECOUPEMENT:

5-1- Principe :

Soient A, B et C trois points connus ; supposons que parmi eux, seul le point A est

stationnable. On veut déterminer les coordonnées du point M par recoupement de visées entre les points A et M.

5-2- Mode opératoire :

A

Nord M  β B
Nord
M
β
B

C

On stationne en A avec un goniomètre et on vise les points B, C et M

On détermine le Gzéro de station en A

G

moy

0

st

C

G G

0

0

B

2

On stationne en M et on mesure les angles et β Avec les mesures effectuées sur le terrain, on peut déterminer

G AM =

G0

moy

st

+ L M

et

G MB = G MA

D’où on déduit le gisement de BM :

- G BM = G MB ± 200Gr

Ainsi le calcul du recoupement se réduit à un calcul d’intersection à partir de deux points A et B et des gisements G AM et G BM . Soit M 0 (X 0 , Y 0 ) le point approché de M.

5-3- Vérification:

Etant en station en M, en mesurant l’angle β = BMC, on peut déterminer le gisement observé G MC

G MC

=

G MB - β

On calcule ensuite G MC et on vérifie que ce gisement diffère peu de gisement observé G MC

8
8

Mr : ABADLIA ZIED

ISET TOZEUR

Support de cours levé et implantation

Année Universitaire 2014/2015

6- RELEVEMENT :

6-1- Principe :

Le relèvement consiste à déterminer les coordonnées d’un point en le stationnant et en effectuant un tour d’horizon sur des points de coordonnées connues. Les visées doivent être réparties aussi uniformément que possible autour du point et leur nombre doit être suffisant pour assurer une détermination correcte. (Quartes visées au minimum : 3 pour calcul est 1 pour vérification)

M(x,y) ??

Données :

  • - 3 points connus,

Les conditions :

  • - M est stationable.

Support de cours levé et implantation Année Universitaire 2014/2015 6- RELEVEMENT : 6-1- Principe : Le
  • - 3 points visibles à partir de M.

Support de cours levé et implantation Année Universitaire 2014/2015 6- RELEVEMENT : 6-1- Principe : Le

6-2- Coordonnées approchées à partir de trois visées :

On détermine les coordonnées d’un point approché Mo à partir de trois visées de relèvement correctement choisies :

elles doivent être longues et bien réparties autour du point cherché M et doivent se couper sous un angle favorable (proche de 100 Grd) mais en évitant les couples de visées parallèles.

Support de cours levé et implantation Année Universitaire 2014/2015 6- RELEVEMENT : 6-1- Principe : Le

Les coordonnées du point approché Mo sont calculées à partir des formules de Delambre pour le relèvement, c’est-à-dire :

Support de cours levé et implantation Année Universitaire 2014/2015 6- RELEVEMENT : 6-1- Principe : Le

Ainsi le calcul de relèvement se réduit à un calcul d’intersection à partir de deux points A et B et des gisements G AM et G BM . Soit M 0 (X 0 , Y 0 ) le point approché de M.

9
9

Mr : ABADLIA ZIED

ISET TOZEUR

Support de cours levé et implantation

Année Universitaire 2014/2015

7- TRILATERATION:

7-1- Principe :

C’est un procédé de détermination planimétrique d’un point M par mesure de distances entre M et au moins deux points connus. C’est une méthode très utilisée suite au développement des appareils

électroniques de mesure de distances.

7-2- Mode opératoire :

M

Nord  β A
Nord
β
A

B

Support de cours levé et implantation Année Universitaire 2014/2015 7- TRILATERATION: 7-1- Principe : C’est un
  • On mesure les distances AM et BM par un distancemètre ou une station totale. On calcule les angles intérieurs du triangle en utilisant la méthode de Pythagore généralisée.

AM AB BM AB BM

2

2

2

2*

*

*cos

De même pour l’angle :

 

cos

BM AB AM

2

2

2

2* AB * BM

cos

1

BM AB AM

2

2

2

2* AB * BM

BM AB AM AB AM

2

2

2

2*

*

*cos

cos

1

AM AB BM

2

2

2

2* AB * AM

  • A partir des angles calculés et β, on détermine les Gisements observés G AM et G BM .

G AM = G AB - 
G AM =
G AB - 

et

G BM = G BA + β
G BM =
G BA + β
  • Ainsi le calcul de trilatération se réduit à un calcul d’intersection à partir de deux points A et B et les Gisements G AM et G BM .

10
10

Mr : ABADLIA ZIED

ISET TOZEUR

Support de cours levé et implantation

Année Universitaire 2014/2015

8- POLYGONATION :

8-1- Principe du cheminement polygonal :

La polygonation est l’ensemble des opérations qui consistent à mesurer et à calculer une polygonale.

Soient deux points connus A et B. On détermine à partir de A une succession de rayonnement. Tous

les sommets 1, 2, 3, …., n-1 d’une ligne polygonale aboutissant en B. les éléments de cette ligne sont donc déterminés par des mesures d’angles et de distances.

8-1-1- Caractéristiques de la polygonale : C P 1 ……………. A P 2
8-1-1- Caractéristiques de la polygonale :
C
P 1
…………….
A
P 2
P n-1 B P n-2
P n-1
B
P n-2

D

Figure : Polygonale ouvert Point d’origine de la polygonale : A Point extrémité de la polygonale : B Points de la polygonale A, P 1 , P 2 , …, P n-1 , B Visée d’orientation de la polygonale : Visée AC, de gisement G AC Visée de fermeture de la polygonale : Visée BD, de gisement G BD

Angles intérieurs de la polygonale : i Angles extérieurs de la polygonale : βi = 400- i Cotés de la polygonale : A_ P 1 , P 1 _ P 2 , P 2 _ P 3 ,… ..

, P n-2 _ P n-1, P n-1 _B

8-1-2- Type de polygonale :

Polygonale ouvert : lorsque le point B est distinct du point de départ, on dit que le

cheminement est ouvert. Il est d’autant plus tendu que les angles i et βi sont plus voisins de 200Gr et qu’ils se rapprochent davantage de l’alignement AB.

Polygonale fermé : lorsque le cheminement revient à son point

Support de cours levé et implantation Année Universitaire 2014/2015 8- POLYGONATION : 8-1- Principe du cheminement

de départ, on dit qu’il est fermé.

11
11

Mr : ABADLIA ZIED

ISET TOZEUR

Support de cours levé et implantation

Année Universitaire 2014/2015

8-1-3- Tolérance sur l’écart de fermeture angulaire

Soit l’écart type sur chaque angle observé Pi . Puisqu’on stationne (n-1) sommets intermédiaire, plus A et B, le nombre total d’angles observés est (n+1). Les erreurs accidentelles en tous les sommets se composent pour donner en B, sur l’orientement final une erreur moyenne résultante de :

Support de cours levé et implantation Année Universitaire 2014/2015 8-1-3- Tolérance sur l’écart de fermeture angulaire

n 1 . L’erreur maximum correspondante est appelée tolérance de fermeture angulaire : T fa

n1 T fa = 2,7  
n1
T fa = 2,7  

Avec

= 2 mgr : l’écart type sur chaque angle i mesuré n: nombre de cotés et n+1 est le nombre d’angles mesurés

8-1-4- Compensation angulaire :

La répartition de l’écart de fermeture angulaire est faite également entre tous les angles mesurés,

chaque angle étant corrigé de la quantité :

Ca

f

a

n 1

Il en résulte que les gisements successifs doivent recevoir des corrections cumulées :

Ca

pour

G

AP1

2Ca

pour

G

P1P2

:

:

:

(n+1)Ca

pour

G BD mesuré

Dans ces conditions le gisement final [G BD mesuré fa] est bien égale au gisement exact [G BD exact ].

Les gisements ainsi obtenus s’appellent les gisements compensés. f a = G BD mesuré - G BD exact

8-1-5- Ecart de fermeture linéaire:

En raison des erreurs de mesure on obtient pour B, par l’enchaînement considéré, un point B’ (X’ B , Y’ B ) différent de sa position exacte B (X B , Y B ). l’écart BB’ s’appelle écart de fermeture linéaire. L’opération qui consiste à voir si l’écart de fermeture est acceptable s’appelle la fermeture du

cheminement polygonale ; celle-ci donne une vérification des mesures et permet de compenser les erreurs. ses composantes de l’écart de fermeture linéaire du cheminement polygonale suivant l’axe

des abscisses et des ordonnées :

Avec

f

x

est l’écart de fermeture en X et

f

y

f

x

X ' X

B

B

f

y

Y '

B

Y

B

est l’écart de fermeture en y

La méthode de calcul de

f

x

et

f

y

est présentée dans la section calcul de polygonation.

12
12

Mr : ABADLIA ZIED

ISET TOZEUR

Support de cours levé et implantation

Année Universitaire 2014/2015

Ses composantes :

f L = B’’B’ dans la direction du cheminement ; c’est l’ecart de fermeture longitudinal du

cheminement f T = BB’’ dans la direction perpendiculaire au cheminement ; c’est l’écart de fermeture transversal La notion d’écart longitudinal et d’écart transversal n’a de sens que pour un cheminement tendu.

8-1-6- Tolérance sur l’écart de fermeture du cheminement polygonale:

Pour un cheminement tendu de n cotés égaux à l et de longueur L = n l

L’écart moyen transversal

mesure d’angle L’écart moyen longitudinal

n f T     L   3 f    n
n
f
T  
L
3
f    n
L
l
avec

avec

est l’erreur moyenne quadratique de

  • l est l’erreur moyenne quadratique de longueur

sur chaque coté Les tolérance respectives sont : 2.7 fT et 2.7 fL

Ellipse de tolérance :

A

2.7f T 2.7f L B
2.7f T
2.7f L
B

Soit B le point de fermeture d’un cheminement supposé tendu. Soit AB la direction du cheminement. Portons de part et d’autre de B, sur AB, la quantité 2.7f L et sur la perpendiculaire en B à AB, de part et d’autre de B, la quantité 2.7f T . nous définissant ainsi une ellipse de tolérance dans laquelle devra situé le point B’calculé par l’enchaînement.

Pour un cheminement quelconque on calcule

B

2

n  1 AB  n 2  2 l
n  1
AB  n
2
2
l

2

; on forme ensuite 2.7

B

qui fixent la tolérance du cheminement. On peut tracer un cercle de centre B et de rayon 2.7

B

. Le

point B’ calculé par l’enchaînement devra se trouver à l’intérieur de ce cercle. Lorsque l’écart de fermeture est inférieur à la tolérance, on compense le cheminement selon l’une

des méthodes ci-après.

13
13

Mr : ABADLIA ZIED

ISET TOZEUR

Support de cours levé et implantation

Année Universitaire 2014/2015

8-1-7- Compensation d’un cheminement calculé :

Compensation parallèle simple : (selon le nombre de coté)

On répartit également les composantes

f

x

et

f y
f
y

C x = -f x /n

et C y = -f y /n

sur les coordonnées partielles de tous les côtés avec n est le nombre de côté de la polygonale

Compensation parallèle proportionnelle Elle consiste à déplacer chaque sommet parallèlement à BB’ d’une quantité proportionnelle à sa

distance au point de départ A.

C

i

x

 

f

x

l

i

l

i

et

C

y

i

 

f

y

l

i

l

i

8-2- Mesure de polygonation :

On stationne un théodolite gradué dans le sens des aiguilles d’une montre, sur chaque point de la polygonale et on mesure les angles i. A l’aide d’un distancemètre, on mesure les distances des cotés de la polygonale en utilisant l’inversion des visées.

Tableau : Mesure de polygonation

   

Lectures

   

Lectures

Distances selon

Station

Points visés

horizontales

verticales (Gr)

la pente D p (m)

(Gr)

A

C

---

   

1

---

---

---

1

A

---

---

---

2

---

---

---

:

 

---

---

---

 

---

---

---

n-1

n-2

---

---

---

B

---

---

---

B

n-1

---

---

---

D

---

   
14
14

Mr : ABADLIA ZIED

ISET TOZEUR

Support de cours levé et implantation

Année Universitaire 2014/2015

8-3- Calcul de polygonation :

Calcul planimétrique (X, Y)

1/

Calcul des gisements compensés des différents côtés de la polygonale:

Calcul des gisements mesurés :

Pour un point Pi

un angle intérieur i = L Pi+1 Pi L Pi-1 un angle extérieur i = L Pi-1 Pi L Pi+1

Pi

Pi

G PiPi+1 mes =G PiPi-1 mes + i

Calcul de la fermeture angulaire de la polygonale

f a = Vérifier si

G BD mes - G BD

donné

f a < T fa = 2,7

n1
n1

ou n : nombre des cotés

Calcul de la compensation angulaire Ca

C a = - f a / n+1

ou n : nombre des cotés

Calcul des gisements Compensés des différents côtés de la polygonale :

G AiP1 comp = G AC + A comp = GCA + A comp 200 G P1P2 comp = G AP1 comp + P1 comp 200 G PiPi+1 comp = G PiPi-1 comp + i comp 200 G BD comp = G P3B comp + B comp 200

2/

Calcul des distances réduites à la projection (Dr)

Pour chaque côté de la polygonale on applique les réductions suivantes :

Réduction a l’horizon

Réduction au niveau zéro

: D h = D p sin V : D 0 = R D h / (R+H)

Réduction à la projection sur plan et carte topographique : D r = D 0 (1+ )

Avec est la constante d’altération diffère d’une région à une autre.

3/

Calcul des X comp et Y comp Calcul des X mes et Y mes X PiP i+1 mes = D r (PiPi+1) * sin G PiPi+1 Y PiP i+1 mes = D r (PiPi+1) * cos G PiPi+1

comp

comp

  • Calcul des fermetures planimétriques : f x et f y

f x =

X AB mes -

X AB

Donné

15
15

Mr : ABADLIA ZIED

ISET TOZEUR

Support de cours levé et implantation

Année Universitaire 2014/2015

f y =

Avec

Y AB mes - mes

=

X AB

Y AB

Donné

X PiP i+1

mes

et

Y AB mes

=

Y PiP i+1

mes

  • Calcul des compensations C x et C y

C x = -f x /n

et C y = -f y /n

avec n est le nombre de côté de la polygonale

C

i

x

 

f

x

l

i

l

i

et

C

y

i

 

f y
f
y

l

i

l

i

  • Calcul de X comp et

Y comp

X i i+1 comp = Y i i+1 comp =

X i i+1 mes + C x Y i i+1 mes + C y

  • Calcul des coordonnées (X i , Y i )

X

i+1

=

X i + X i i+1

Y i+1 = Y i +

Y i i+1

comp

comp

Calcul altimétrique

Nivellement géodésique

  • Calcul des dénivelées :

visée directe

visée inverse

Z i+1 mes = D p i i+1 cos v i i+1 +h a h r Z i+1 mes = -( D p i i+1 cos v i i+1 +h a h r )

H i+1 mes = la moyenne des résultats des deux visées

  • Calcul de fermeture :

f = Z AB mes - Z AB

Donné

Ou

Z AB mes = Z i+1

mes

  • Calcul des compensations C i

des dénivelées :

C i = -f *  Z i mes /   Z i mes

  • Calcul des dénivelées compensées :

Z i comp = Z i mes

+ C i

  • Calcul des altitudes Z i :

Z i+1 = Z i +Z i+1

comp

16
16

Mr : ABADLIA ZIED

ISET TOZEUR