You are on page 1of 1

LE COURRIER FOCUS 3

SAMEDI 22 AOÛT 2009


SOLIDARITÉ

ISTE SUISSE AVOULU TUER EVO MORALES


TESTAMENT COMMENTAIRE
VIDÉO
«Il y a un an et demi
on est venu me
chercher de Bolivie.
Rendre justice
(...) Il y a de grosses
différences entre
à Christian
l’Est, où est pro-
duite toute la
richesse, et l’Ouest,
Würtenberg
BERNARD PERRIN
où le président Evo
Morales est en train Le Tribunal pénal international
de dilapider les res- pour l’ex-Yougoslavie l’a lui-
sources. C’est même reconnu: «Les journa-
injuste et cette listes en mission dans des
partie réfléchit à se zones de guerre servent un
séparer. (...) Cer-
intérêt général, parce qu’ils
tains pensent que
les problèmes vont jouent un rôle capital dans la
s’aggraver et on mesure où ils attirent l’atten-
m’a demandé d’ai- tion de la communauté inter-
der. Je ne suis ni nationale sur les horreurs et les
Rambo, ni Super- réalités des conflits.» Dix-sept
man. Mais j’ai un ans après la mort tragique du
peu d’expérience
reporter suisse Christian Wür-
de la guerre.»
tenberg en Croatie, les autorités
Extrait d’une interview
de Rosza réalisée en fédérales auront-elles enfin le
2008, destinée à être dif- courage de reconnaître que le
fusée seulement en cas Bâlois, alors âgé de 27 ans, ne
de mort du mercenaire. Debout: Rosza (g.) et Tadic, au temps de la Yougoslavie. Rosza mort, son lieutenant incarcéré à La Paz intéressera-t-il la justice suisse? KEYSTONE portait l’uniforme des merce-
naires que pour dénoncer au

La guerre civile plutôt qu’Evo Morales


monde leurs exactions?
A l’époque, la Suisse s’était fri-
leusement caché derrière l’ar-
ticle constitutionnel interdisant
à tout citoyen de combattre
«Je pars pour la libération de Santa demandé de venir exécuter ce plan ne, spécialement les Indios de l’alti- La commission d’enquête parlemen- pour une armée étrangère. His-
Cruz», confiait Eduardo Rozsa Flores à criminel? L’immigration européenne plano. C’est la conception des «deux taire a dévoilé une partie de la conspi- toire de rester en retrait de cette
un journaliste hongrois en octobre explique en partie le caractère unique Bolivie» inconciliables, qui présente ration. «Les billets d’avion ont été
sale guerre aux portes de l’Eu-
2008 (lire ci-dessus), juste avant de Santa Cruz et sa volonté farouche les descendants d’Européens à la payés par Alejandro Melgar, membre
d’embarquer pour sa mission boli- d’autonomie qui, de plus en plus sou- peau blanche, travailleurs et mo- de la puissante Chambre de commer- rope, de ne froisser personne, à
vienne... Une libération qui aurait vent, dérape vers le séparatisme eth- dernes, opposés aux communautés ce et d’industrie (CAINCO). Et on re- commencer par le régime du
plus ressemblé, dans les faits, au dé- nique et la violence raciale. L’élite de attardées des hauts plateaux, Indiens trouve notamment dans le groupe des président Franjo Tudjman.
clenchement d’une véritable guerre Santa Cruz a surgi entre 1880 et 1915 sales et fainéants, à la peau foncée. parrains Mauricio Roca, président de Cette neutralité couarde a assez
civile orchestrée par des groupes pa- avec le boom du caoutchouc. Si elle est Cette idéologie excluante et raciste la Chambre d’agriculture de l’Orient duré: une famille aujourd’hui
ramilitaires, afin d’obtenir l’indépen- en partie issue de la colonisation, elle a été renforcée par l’immigration après (CAO), Guido Nayar, président de la demande la réhabilitation d’un
dance territoriale de cette région possède aussi des traits modernes ap- la Deuxième Guerre mondiale. Com- Fegasascruz, la grande foire dans la-
citoyen courageux.
prospère de Bolivie. portés par les Européens, les «Blancs» me le rappelle Jean Ziegler dans son quelle les terroristes avaient installé
Les enquêteurs ont retrouvé dans accueillis à bras ouverts parce que sy- livre La Haine de l’Occident, «la Bolivie leur dépôt d’armes, et des membres de Mais il ne s’agit pas que de
l’ordinateur du mercenaire des plans nonymes de progrès. a accueilli après 1945 un grand nombre l’UJC, le bras armé du Comité ci- réhabiliter le passé. Le merce-
du département de Santa Cruz avec De fait, les migrants européens, d’anciens nazis, des oustachis croates vique», énumère César Navarro. naire qui ordonna l’assassinat
les objectifs des terroristes: les voies de notamment des pays de l’Est, ont fait et nombre de criminels fascistes». Des Branko Marinkovic, l’ancien prési- de Christian Würtenberg en
communications, les aéroports et les leur Eldorado de ce département gens qui ont eux aussi intégré le cercle dent, d’origine croate, de ce Comité ci- 1992 en Croatie a tenté, cette
casernes notamment. Dans des ha- longtemps isolé du reste du pays. des élites de Santa Cruz. vique, qui regroupe les principaux diri- année, de plonger la Bolivie
ciendas proches de la ville, l’entraîne- Exemple parmi tant d’autres, le Croate geants d’entreprises du département,
démocratique et plurinatio-
ment de milices paramilitaires était Mateo Kuljis arrive en 1938 comme Notables mouillés est aussi soupçonné: «Il aurait payé
déjà en cours, notamment avec de vendeur de chaussures, avant d’esca- L’arrivée au pouvoir du premier 200000 dollars pour l’achat d’armes et nale dans la guerre civile. Der-
jeunes recrues issues de la Phalange lader les échelons sociaux, d’acquérir président indien, Evo Morales, la na- participé à certaines réunions», avance rière lui et son groupe de
socialiste bolivienne et l’Union des de grandes extensions de terres et tionalisation des ressources naturelles M.Navarro. Autre personnage clé qui paramilitaires, on retrouve
jeunesses de Santa Cruz (UJC), deux d’entrer à la Chambre de commerce et et surtout la redistribution des terres a jusque-là a refusé de répondre aux en- exactement les mêmes méca-
organisations d’extrême droite. d’industrie de Santa Cruz (CAINCO). profondément bouleversé les élites de quêteurs: Ruben Costa en personne, le nismes nauséabonds du sépa-
Aujourd’hui, ses fils sont notamment Santa Cruz, dont les privilèges ont été préfet du département. ratisme ethnique, de l’extrême
Propager le chaos propriétaires des supermarchés Hi- remis en cause. La riposte n’a pas
droite raciste. La Suisse
La campagne de terreur devait permaxis ou encore de la chaîne de tardé et l’an dernier les autorités poli- L’ombre des Etats-Unis
commencer par une série d’attentats à télévision Red Uno, ouvertement op- tiques du département ont tenté Enfin, un lien intéresse particuliè- comme l’ensemble de la com-
la voiture piégée, contre des intérêts de posée au gouvernement actuel. d’imposer leur autonomie par la vio- rement César Navarro: «Un des ban- munauté internationale se
Santa Cruz, afin de pouvoir accuser le A ces fils d’immigrés, Santa Cruz lence, lors d’une tentative de coup quiers du groupe semble être Hugo doit donc de condamner cette
gouvernement central. Le 15 avril, à la doit en partie son développement d’Etat en août et septembre, ferme- Acha, président de l’ONG Human opposition au gouvernement
veille de l’intervention décisive de la économique foudroyant. Mais parfois ment condamnée par l’Union sud- Rights Foundation. Il s’est réfugié aux d’Evo Morales, que l’on dit
police à l’Hôtel Las Americas, qui de- également des conceptions discrimi- américaine des nations (Unasur). Etats-Unis après les faits. Selon nos radicale mais qu’il faut quali-
vait coûter la vie à Eduardo Rozsa natoires, marquées par le mépris des Mais visiblement, la droite premières investigations, il aurait été
fier aujourd’hui de criminelle;
Flores, le groupe terroriste avait fait ex- indigènes. Pour se consolider, l’élite conservatrice la plus dure n’a pas consultant de l’ambassadeur améri-
ploser une première bombe devant le de Santa Cruz a construit un discours pour autant abandonné ses velléités cain à La Paz, Philip Goldberg, ex- celle notamment du Comité
domicile de l’archevêque de Bolivie Ju- régionaliste, qui s’articule autour du indépendantistes, et certains sont pulsé en septembre dernier de Boli- civique de Santa Cruz et de
lio Terrazas, sans faire de victime. fait «d’être cruceño» et de l’idée qu’il allés jusqu’à engager de véritables vie.» Un ambassadeur qui était en son bras armé, l’Union Juvenil
«Le but était pourtant bien d’at- existe une différence raciale entre la «chiens de guerres», d’anciens mer- poste en Bosnie pendant la guerre des Cruceñista, mouvements aux
teindre rapidement un nombre élevé société camba (celle des basses- cenaires de la guerre des Balkans Balkans et qui fut chef de mission au relents fascistes hérités de la
de morts et de provoquer des actes de terres) et le reste de la société bolivien- avec à leur tête Eduardo Rozsa Flores. Kosovo durant deux ans. BPN Seconde Guerre mondiale, qui
vengeance au sein des communautés
ont tenté de «balkaniser» la
boliviennes. Dans les Balkans, la guerre

Attentats inexpliqués à La Paz


n’a été gagnée par personne, mais elle a Bolivie en la plongeant dans
abouti à une séparation territoriale. un bain de sang.
Idem au Kosovo. C’est avec le même De l’ex-Yougoslavie en passant
but que Rozsa Flores a débarqué en Alors que l’effervescence autour des élections générales pas été totalement désarticulé et il menace aujourd’hui les par l’Angola ou le Soudan, les
Bolivie», commente César Navarro, dé- du 6 décembre prochain embrase déjà la Bolivie et que douze principaux leaders des mouvements sociaux, qui remettent mercenaires tombés en Boli-
puté du Mouvement vers le socialisme candidats se sont annoncés pour affronter le président sor- en question les privilèges des puissants groupes écono- vie ont été durant deux décé-
(MAS) et président de la commission tant Evo Morales, la campagne a pris une tournure drama- miques de droite. C’est une sale guerre, pour nous intimider
nies les «chiens de guerre» de
parlementaire chargée de l’enquête. tique la semaine dernière avec l’explosion de deux colis et nous forcer à quitter le pouvoir.»
Dans une conversation enregis- piégés à La Paz. La première bombe a blessé deux pompiers En guise de contre-attaque, le sénateur de Podemos trafiquants en tout genre,
trée par la police, Eduardo Rozsa qui tentaient de la désamorcer, alors que la seconde a Walter Guiteras a lui attribué les attentats «à une guerre d’idéologues fascisants, mais
Flores évoque aussi l’assassinat d’Evo explosé au visage d’Arminda Colque, l’épouse de Fidel Surco, interne aux mouvements sociaux, à une lutte de pouvoir aussi parfois au service de
Morales, du vice-président Alvaro destinataire du colis et président de la Conalcam, la Coordi- entre les cercles proches du président». douteux «intérêts» occiden-
García Linera et de plusieurs mi- nation nationale pour le changement, qui regroupe les mou- taux. En toute impunité, des
nistres. Un plan pour mettre la Bolivie vements sociaux favorables au gouvernement. Mme Colque, Ces deux actes terroristes ont provoqué la peur parmi la milliers de mercenaires sont
à feu et à sang et contraindre la com- qui doit être opérée à l’étranger, pourrait perdre la vue. population, qui craint une nouvelle vague de violences.
encore aujourd’hui les
munauté internationale à accepter à Le président a immédiatement accusé «la droite néolibérale L’ombre du terrorisme plane toujours sur la Bolivie. Il y a dix
terme une division territoriale basée de recourir aux attentats pour freiner ou empêcher les jours, la police a arrêté un groupe de Péruviens munis de marionnettes de ce théâtre
sur l’ethnicité. changements sociaux démocratiquement souhaités par le fusils à visée télescopique, «qui ne s’apprêtaient certaine- sordide et cynique. Ce que
Mais comment un ancien merce- peuple bolivien». Evo Morales a rappelé que son gouverne- ment pas à braquer une banque», comme l’a souligné Fidel Christian Würtenberg a tenté
naire des Balkans, certes d’origine bo- ment avait été victime de vingt-huit attentats en trois ans et Surco. Le Ministère public, de son côté, n’exclut pas que ces de dénoncer, il y a dix-sept ans
livienne, s’est-il retrouvé engagé dans demi, dont plusieurs ont directement visé des ministres. attentats soient liés au cas Rozsa Flores. Des mercenaires du déjà, au prix de sa vie. I
un tel complot séparatiste? Qui lui a Fidel Surco, lui, a avoué son inquiétude: «Le terrorisme n’a groupe seraient encore actifs en Bolivie. BPN