You are on page 1of 1

La naissance de la brebis Dolly, en Écosse, a causé un émoi sur toute la planète.

Dolly est le premier mammifère à avoir été cloné à partir d'une
cellule d'un animal adulte. Depuis 1986, il était possible de cloner des cellules d'embryons de moutons, mais pas de cellules d'adultes.
Le principe du clonage est fort simple: on prend une cellule de l'individu qu'on veut cloner et, après l'avoir " fusionnée " avec un ovule, on l'incite à
se multiplier. Peu importe de quelle cellule il s'agit : toutes les cellules renferment les mêmes gènes.
La technique n'est pas plus compliquée: dans le cas de Dolly, on a prélevé une cellule dans le pis d'une brebis de race Finn Set à face blanche.
On prélève également un ovule sur une autre brebis, mais on enlève le noyau qui contient le bagage génétique. Pourquoi un ovule? Pour qu'il
devienne éventuellement un embryon. À l'aide d'un choc électrique, on fusionne in vitro la cellule du pis qui contient tous ses gènes et l'ovule
vidée de tout matériel héréditaire. C'est la raison pour laquelle Dolly n'aura pour tout bagage génétique que celui que contenait la cellule du pis.
L'ovule ainsi " électrisé " se divise et le processus de vie s'enclenche. Après s'être divisée un nombre suffisant de fois, l'ovule est placé dans
l'utérus d'une brebis porteuse. Dolly est née de cette technique, identique en tous points à la brebis qui a fourni la cellule du pis.
Mais le problème est le suivant: le destin de la cellule prélevée dans le pis de la brebis est de contribuer à fabriquer du lait. C'est ce qu'on appelle
une cellule différenciée, spécialisée pour remplir une tâche précise, comme une autre cellule fabriquera de l'insuline, du collagène, etc. Dans ces
cellules, l'ADN comporte des marqueurs qui dirigent l'expression des gènes. Par contre, dans les cellules d'un embryon, au tout début de son
développement, la différenciation n'est pas encore survenue et ces cellules sont dites non différenciées. C'est la raison pour laquelle il est plus
facile de cloner des cellules d'embryons.
Le Dr Wilmut a fusionné près de 1000 cellules de pis et d'ovules. Moins du tiers ont survécu, 29 se sont développées suffisamment pour être
transplantées dans des utérus. Dolly est la seule naissance qui a résulté de cette expérience.
Par contre, personne ne peut dire si la cellule de pis dont origine Dolly était une cellule différenciée. Il est en effet possible que des cellules, même
chez des individus adultes, n'aient pas encore de destin précis.
Toujours à l'Institut Roslin, quelques mois plus tard, on présentait Polly, une brebis issue du clonage d'une cellule d'embryon. La particularité de
Polly réside dans la combinaison de la technique du clonage et celle de la transgénie. Un gène humain, présentant un intérêt thérapeutique, a été
introduit dans la cellule destinée à être clonée.
Le but de fabriquer des Polly à la douzaine est de produire des usines à médicaments. Ces animaux seraient porteurs de gènes exprimés en
protéines dites thérapeutiques, et qui serait produites dans leur lait. On pourra considéré la partie gagnée si les rejetons de Polly deviennent aussi
porteurs du gène humain.