You are on page 1of 16

LE LASER

PRÉSENTATION

Laser, dispositif qui amplifie la lumière et la rassemble en un étroit
faisceau, dit cohérent, où ondes et photons associés se propagent en
phase, au lieu d'être arbitrairement distribués. Cette propriété rend la
lumière laser extrêmement directionnelle et d'une grande pureté
spectrale.
Le mot « laser » est l’acronyme de l'anglais Light Amplification by
Stimulated Emission of Radiation (« amplification de la lumière par
émission stimulée de radiations »). D'abord cantonnés à la lumière
visible, les lasers couvrent aujourd'hui toute la gamme des
rayonnements électromagnétiques, des rayons X et ultraviolets aux
ondes infrarouges et micrométriques.

la réalisation de masers optique ou infrarouge. Townes et Schawlow publient et brevètent leur théorie sur le principe de fonctionnement d’un laser (l'antériorité de l'invention a été contestée par le physicien et ingénieur américain Gordon Gould. Puis.HISTORIQUE Le principe de l'émission stimulée (production sur commande d'un photon par un électron) est décrit par Albert Einstein dès 1917. le physicien américain Peter Sorokin construit le premier laser à liquide. toujours plus perfectionnés et adaptés aux besoins des diverses industries et de la recherche scientifique. la première application pratique ne voit le jour qu’à la fin de l’année 1953. reste un défi pour la communauté scientifique. D’autres types de lasers suivront (lasers à semiconducteurs et à électrons libres). c’est-à-dire de lasers. dans le domaine des micro-ondes : il s’agit du maser (acronyme de Microwave Amplification by Stimulated Emission of Radiation). Un an plus tard. c’est leur compatriote Theodore Maiman qui obtient pour la première fois une émission laser en 1960. . Cependant. qui réalisent à leur tour un maser au début de l’année 1954. Toutefois. Finalement. les bases de cette technologie sont également développées parallèlement et indépendamment par une équipe russe constituée par Aleksandr Prokhorov et Nicolaï Bassov. en excitant des cristaux de rubis. en 1961. le physicien américain d'origine iranienne Ali Javan met au point un laser à gaz (hélium et néon). en 1966. En 1958. composée notamment de Charles Townes et Arthur Schawlow. qui a obtenu gain de cause en 1977 pour l'une des composantes du système). Si le premier maser est l’œuvre d’une équipe de physiciens américains.

De plus. Ce processus d’émission stimulée. les électrons excités retournent à leur niveau d’énergie initial en émettant de nouveaux photons. . Dans une seconde phase.PRINCIPE DE FONCTIONNEMENT Principe du laser Le principe du laser consiste à exciter les électrons d'un milieu. ce qui permet à une fraction de la lumière d’être relâchée à chaque aller-retour. Deux miroirs situés aux extrémités du laser se réfléchissent les photons émis. puis à y déclencher l'émission de photons en cascade sous forme de rayon. les photons obtenus par émission stimulée ont la même énergie et la même direction que les photons incidents. Pour ce faire. Cette excitation du milieu actif est appelée « pompage ». provoquant des collisions entre électrons excités et photons. L’un des deux miroirs est semi-réfléchissant. le dispositif du laser consiste en un réservoir d'électrons (milieu fertile qui peut être solide. ce qui explique la pureté et la directivité du faisceau (les photons qui ne se déplacent pas dans l’axe des miroirs vont se perdre dans les parois opaques). associé à une source excitante qui élève les électrons à des niveaux d'énergie supérieurs. la lumière se densifiant à chaque parcours. d’origine quantique. de la lumière est injectée dans le milieu. liquide ou gazeux) appelé milieu actif. Lors de ces collisions. La lumière laser doit sa cohérence au fait que les photons du milieu naissent sur le passage d'autres photons qui sont en phase avec eux dans leur déplacement. produit l'amplification de la lumière.

Dans le cas de lasers impulsionnels. . il faut un certain temps pour que le milieu actif soit convenablement pompé. il n’y a pas de miroir semiréfléchissant : le laser est équipé d’un obturateur qui libère le faisceau lorsque l’on commande le tir. Entre deux impulsions.

le milieu actif est exclusivement constitué d'atomes neutres à l'état gazeux. Il possède une petite puissance de sortie et est peu coûteux à produire. à 632. lasers à liquide et lasers à électrons libres. Ces atomes vont ensuite exciter les atomes de néon par collision. pur ou en mélange. le milieu actif de ce type de laser est un gaz. bien qu'il émette à quelques autres longueurs d'onde. connu pour la pureté de sa longueur d'onde d'émission et la directivité du faisceau obtenu. lasers à gaz. selon la nature du milieu excité : lasers à solide.  Lasers à gaz Comme son nom l'indique.8 nm. Dans ce laser. pour la lecture des codes-barres ou pour des expériences en optique. mais le pompage peut aussi être optique. Les lasers de ce type sont d'une efficacité moyenne. Finalement. C'est pour ces raisons qu'il est utilisé pour le positionnement du patient pour des radiographies. Le meilleur exemple en est le laser hélium-néon (HeNe). lasers à semi-conducteurs. Le laser HeNe est particulièrement utilisé pour son émission dans le rouge.  Atomes neutres Dans ce type de laser. d'une directivité du faisceau exceptionnelle et d'une puissance variable. Il a été le premier laser à gaz construit. le néon émet de la lumière. Le milieu est habituellement excité par une décharge électrique. l'hélium est excité par la décharge électrique.LES TYPES DE LASERS Les lasers sont classés en cinq grandes familles. .

 Excimer Le milieu actif d'un laser excimer est un gaz de molécules diatomiques excitées.4 et à 10. CO et N2O. mais c'est le CO2 qui produit le rayonnement laser. d'azote et de dioxyde de carbone. La lumière rose n'est pas l'émission laser mais plutôt la lumière émise par fluorescence par l'hélium. Les longueurs d'onde de faible puissance sont souvent utilisées dans des spectacles sons et lumière. allant du vert à l'ultraviolet.Tube de laser HeNe en fonctionnement. avec des puissances variant de 100 mW à 10 W. Il peut émettre à une vingtaine de longueurs d'onde.4 µm. H2. D'autres gaz moléculaires sont utilisés couramment dans la fabrication de laser : N2.   Moléculaires Le laser à gaz moléculaire le plus connu est certainement le laser à dioxyde de carbone (CO2). Le mieux connu d'entre eux est le laser à argon ionique (Ar+). . Cette caractéristique exceptionnelle lui permet de sectionner un tissu organique et d'empêcher le saignement au cours de la découpe. Le laser excimer a de plus une grande efficacité (1.5 à 2 %) et produit de petites impulsions qui permettent de faire l'ablation des surfaces de tissus ou des incisions. Il est surtout reconnu pour sa forte puissance (1 W à 1 kW). Il émet à de nombreuses longueurs d'onde dans l'infrarouge mais est surtout utilisé à 9. Ce type de laser a été développé pour sa grande puissance (10 à 100 MW) d'émission dans l'ultraviolet. le Kr2 et l’Ar2. comme le Xe2. C'est pourquoi il est utilisé pour les chirurgies de la cornée. Le milieu actif de ce laser est le plus souvent constitué d'un mélange d'hélium.  Ioniques Le milieu actif est dans ce cas-ci composé d'ions sous forme gazeuse. La cicatrisation se fait alors dans de bonnes conditions suivant le processus naturel.

Le rubis est un cristal d'oxyde d'aluminium (Al2O3) contenant des impuretés de chrome (Cr3+). qui sont particulièrement utilisés en chirurgie plastique pour « effacer » des imperfections de la peau. Il existe aussi des lasers YAG dopés à l'erbium (Er3+). de l'infrarouge à l'ultraviolet. que ce soit par la lumière émise par une lampe à décharge ou par un autre laser. Le milieu actif se présente sous forme de tige dont les extrémités sont parfaitement parallèles et ont été recouvertes d'un matériau réfléchissant. La lumière. De tous les lasers. est émise par des impuretés (on dit alors que le cristal est dopé) de néodyme (Nd3+). C'est d'ailleurs pour cette raison que les lasers à solide fonctionnent généralement en mode à impulsions. Les lasers à solide fonctionnent généralement grâce à un pompage optique.  Rubis Le premier laser fonctionnel était un laser à rubis. Les lasers à solide couvrent une grande partie du spectre électromagnétique. Ils sont entre autres utilisés pour façonner des diamants et autres pierres précieuses et pour découper des métaux. ce qui permet de ménager le matériau. Les défauts qui sont ainsi créés nuisent à la qualité du faisceau laser.  YAG YAG est l'acronyme d’Yttrium Aluminium Garnet et désigne le composé solide Y3AL5O12. ce sont ceux qui fournissent la plus grande puissance utile et sont généralement utilisés dans un mode à impulsions. dans ce type de laser. Ce sont ces ions qui donnent au rubis sa couleur rouge et qui lui permettent d'émettre du rayonnement laser lorsqu'ils sont . Lasers à solides Les lasers à solide utilisent des verres ou des cristaux comme milieu actif. Les lasers de ce type produisent du rayonnement infrarouge dont la puissance varie généralement de 10 à 100 W. Un désavantage des lasers à solide est que le milieu actif s'endommage si sa température devient trop élevée.

qui est excitée par un laser à argon. Pour un semi-conducteur.excités par la lumière émise par une lampe au xénon. comme le NPP (NdP5O14) et le LNP (LiNdP4O12). Ce sont les .  Néodyme Le milieu actif pour ce type de laser est une petite plaquette (moins de 1 mm d'épaisseur) de composés contenant du néodyme. les énergies permises pour les électrons sont sous forme de bandes. comme c'est le cas pour des atomes seuls. Le laser à rubis émet à une longueur d'onde de 694 nm et est utilisé pour l'épilation au laser. plutôt que sous forme de niveaux discrets bien séparés les uns des autres. Cela est dû à la superposition des niveaux énergétiques de chacun des atomes constituant le cristal. les deux dernières bandes sont celles qui joueront un rôle dans l'émission laser.  Lasers à semi-conducteurs Le mode d'émission du rayonnement laser dans un matériau semiconducteur est très différent de celui décrit précédemment. Dans un cristal.

l'émission est peu directionnelle et n'est pas monochromatique. on considère que les semiconducteurs de type p ont un surplus de « trous ». la lumière devient plus intense. Cependant. comme l'arséniure de gallium (GaAs) dopé à l'aluminium. qui sont séparées par une zone d'énergie interdite. À température normale. ces petites sources lumineuses que l'on retrouve sur bon nombre d'appareils électriques. au-dessus d'un certain courant de seuil. ce qui permet à un courant électrique de circuler dans le matériau.bandes de valence et de conduction. un grand courant peut traverser la jonction. Cette jonction est à la cour du fonctionnement d'un grand nombre de pièces électroniques comme les transistors. qui se comportent comme des charges positives. qui ont plutôt une déficience en électrons de conduction. Lorsque le courant traversant la jonction p-n est faible. on utilise plutôt des semi-conducteurs dopés. qui ont un excès d'électrons de conduction et d'autres de type p. C'est de cette manière que fonctionnent les diodes électroluminescentes (aussi appelées LED). une petite portion des électrons de la bande de valence a assez d'énergie pour passer à la bande de conduction. En effet. pour former ce qu'on appelle une jonction pn. qui joue alors le rôle de milieu actif. La jonction p-n. On peut alors fabriquer des semi-conducteurs de type n. sont de peu d'intérêt pour la fabrication des lasers. Souvent. . Les semi-conducteurs purs. contenant des impuretés. comme le silicium ou le germanium. Lorsqu'un potentiel positif est appliqué au semi-conducteur de type p et un potentiel négatif au type n. produit un faisceau laser. plus directionnelle et monochromatique. Des électrons sont injectés dans le semi-conducteur de type p et des trous dans celui de type n. Ces deux types de semi-conducteurs sont le plus souvent juxtaposés. Il peut alors y avoir des recombinaisons trou-électron. qui se font avec l'émission de lumière.

Il est aussi peu puissant : entre 1 et 100 mW. les lecteurs de disques compacts et comme source lumineuse pour la fibre optique.Les lasers à semi-conducteurs sont particulièrement compacts. Ce sont aussi eux que l'on retrouve dans les fameux pointeurs laser. Ils sont typiquement d'une longueur de 100 à 500 µm et la couche active à une épaisseur entre 0. Les lasers à semi-conducteurs sont notamment utilisés pour les imprimantes laser. Le faisceau résultant d'un tel laser est cependant peu directionnel. principalement à cause de leur petite taille.1 et 2 µm. parce qu'il est émis par une petite surface de moins de 20 µm de côté. ayant une divergence de 5° à 30°. . Ils possèdent également une efficacité très appréciable d'environ 50 %.

On peut dans ce cas augmenter la puissance du laser à peu de frais.Tableau comparatif des lasers à solides et gaz  LA COMPRESSION TEMPORELLE Certains lasers impulsionnels émettent des rayonnements composés de la superposition de plusieurs longueurs d’onde différentes. On commence par séparer les différentes longueurs d’onde à la sortie du laser. Se fondant sur le fait que la vitesse de propagation d’un .

les rayons réfléchis par l'objet pénètrent dans l'œil. la géodésie. L'iris contrôle la quantité de lumière pénétrant dans l'œil. miroirs. Quand vous regardez quelque chose. la recherche scientifique. Les rayons lumineux sont absorbés ou réfléchis. on interpose alors sur le trajet de chaque rayonnement un jeu d’optique (lentilles. Selon une estimation. les télécommunications. et la durée de l’impulsion est ainsi réduite. la médecine. les divers faisceaux arrivent en même temps sur la cible. De tous les sens. alors que ceux qui les réfléchissent tous apparaissent blancs. Le gain en puissance obtenu par cette technique peut atteindre un facteur dix. * APPLICATIONS DU LASER EN MEDECINE Le laser est un outil précieux dans l'industrie.rayonnement électromagnétique dans un milieu dépend de sa longueur d’onde. Si le jeu d’optique est judicieusement choisi. les quatre cinquièmes de ce que nous connaissons sont transmis au cerveau par l'intermédiaire des yeux. Les objets colorés absorbent certaines parties du spectre lumineux et réfléchissent les autres. la technologie militaire et les arts. la vue est souvent considérée comme le plus important.). La lumière est réfractée par la cornée et traverse l’humeur aqueuse et la pupille et se dirige vers le cristallin. la physique des ultrabasses températures. Les objets absorbant tous les rayons lumineux apparaissent noirs. Les yeux reçoivent l'information à partir des rayons lumineux. L’anatomie de l’œil Les globes oculaires sont logés dans le tissu graisseux des cavités  orbitaires (deux alvéoles osseux) du crâne. etc. Puis les rayonnements sont à nouveau combinés en un seul avant d’atteindre la cible. où ils sont situés au-dessus et latéralement par rapport au centre. Les yeux transmettent des flux continus d'images au cerveau par l'intermédiaire de signaux électriques. puis le cristallin focalise la .

notamment pour cicatriser une déchirure et prévenir ou soigner un décollement de la rétine. . Le laser est également utilisé en laboratoire dans les analyses d'échantillons biochimiques. Ils sont utilisés notamment dans les opérations de décollement de la rétine. formant une image inverse.lumière qui traverse l’humeur aqueuse et atteint la rétine. Exp. les rayons laser servent à couper et à cautériser les tissus organiques. Le cerveau " perçoit " l'image dans le bon sens. En raison de leur précision directionnelle. ainsi que pour cautériser les vaisseaux sanguins et vaporiser les lésions. Les cellules photosensibles de la rétine transmettent l'image au cerveau par des signaux électriques. sans endommager les tissus sains environnants. pour ressouder les tissus. On peut en effet atteindre la rétine à travers la cornée et le cristallin. Laser (soins de l'œil) L'une des principales applications médicales du rayon laser est l'ophtalmologie.

 Laser dépilatoire Il existe plusieurs lasers dépilatoires. Dans d'autres cas. On parle d'épilation progressivement définitive. en première partie. on choisit volontiers un laser Nd:YAG Le principe des lasers dépilatoires est de chauffer et détruire le poil. Leur rôle vise à pulvériser les taches de pigments de la peau. de resurfacing.Les lasers par classe thérapeutique Nous avons vu. vasculaires. pigmentaires. on cherche à obtenir du laser une puissance importante . Pour les teints clairs (poils noir et peau peu hâlée). Le traitement aboutit à la raréfaction des poils et à un calibre de plus en plus fin. On peut également classer les lasers selon leurs indications thérapeutiques par famille d'orientation: lasers esthétiques dépilatoires. . Compter entre 4 et 6 séances habituellement. Pour parvenir à cette réaction.  Laser pigmentaire Il existe plusieurs types de lasers à orientation pigmentaire. parfois moins.. il est habituel d'utiliser un laser alexandrite. ils peuvent être couplés à des systèmes d'impacts automatisés (scanner) qui répartissent automatiquement la lumière et évitent un nouveau passage tout en diminuant les sensations douloureuses. On distingue schématiquement les lasers pour les peaux claires et les lasers pour les peaux foncées. Ils nécessitent pratiquement toujours l'organisation de plusieurs séances en fonction des zones à traiter et du type de patient.. Dans de rares cas. Pour les types de peaux méditerranéennes et noires. les différentes familles de laser en distinguant les technologies. de rajeunissement. certains patients pourront nécessiter une à deux séances d'entretien par an.

Cette croissance modifie les forces de traction sur la peau et effectue en quelque sorte un 'lifting soft'. mais aussi les lasers à colorant pulsé. Ces lasers peuvent être utilisés manuellement par le praticien. les lasers les plus adaptés au traitement des lésions cutanées pigmentaires sont les lasers Q-Switch ou les lasers à temps de tir très court (pulse court) comme les Yag ou KTP.pendant un temps très court. Ainsi.  Laser de remodelage. D'autres lasers pigmentaires ont la possibilité d'agir sur certaines lésions par phénomène d'abrasion: Co2. Ils permettent également de limiter les sensations douloureuses. Les lampes flash pulsées restent les équipements les plus adaptés au photo-rajeunissement. Les dispositifs de scanners sont particulièrement confortables pour les zones étendues. Erbium  Laser vasculaire Les lasers vasculaires regroupent différences technologies. Le remodelage vise à faire pénétrer la lumière laser au dessous de l'épiderme dans les tissus sous-jacent afin de stimuler la croissance de molécules (le collagène). notamment à éclaircir le teint et à diminuer ou supprimer les taches cutanées. . Dans d'autres cas. Le photo-rajeunissement (on photo-rajeunissement) consiste à gommer les imperfections de la peau. On compte bien sûr parmi eux les lasers nd: Yag ou KTP. ils peuvent être couplés à des systèmes d'impacts automatisés (scanner) qui répartissent automatiquement la lumière et évitent un nouveau passage. rajeunissement De nombreux lasers permettent le photo-rajeunissement ou le remodelage. Les lasers de type nd:Yag sont bien adaptés à ce type de traitement.

 Laser de relissage Les lasers de relissage sont utilisés pour leur propriété abrasive. une anesthésie locale ou générale et demandent un temps de cicatrisation qui peut gêner la reprise immédiate d'une activité. la plupart du temps. Ils 'rabotent' la surface de la peau pour en retirer les couches superficielles: ils agissent selon le même processus que le peeling. On regroupe parmi les lasers de relissage deux types principaux de matériel:  les lasers CO2  les lasers Erbium Ces lasers nécessitent. .