You are on page 1of 71

Veille réglementaire

« Mercredi du CTC Centre »
28 Juin 2006

Animé par: Mr. ABDELLAOUI Mohamed Lamine,
Chef Dpt. Formation
1

2

3

et c’est pour cela qu’une étude de formulation d’un béton doit être soigneusement faite afin de remplir tous les vides et d’avoir une compacité totale. 4 .Effectivement un béton durci présente une meilleure résistance à la traction mais doit être résistant aux efforts de compression. cette faiblesse est due aux vides inter granulaires qui peuvent se former lorsqu’on conçoit mal ce béton.

5 .

on recherche une résistance à la traction. Si par contre. on devra s’assurer d’une bonne adhérence entre le liant et les grains et un parfait enrobage. nous pouvons fabriquer un béton selon la qualité désirée : Si la qualité primordiale recherchée est la résistance mécanique à la compression. 6 .A partir de là. on devra rechercher un mélange plein comportant donc un minimum de vide.

7 .

8 .

LA PATE DE CIMENT CIMENT + EAU LES GRANULATS SABLE + GRAVILLON 9 .

10 .

VALLETTE. Elles sont toutes 11 basées sur une adaptation de résultats expérimentaux. BOLOMEY... . résistance au gel..LA RESISTANCE Résistance en compression du béton à 28 jours : fc28 L'OUVRABILITE Affaissement au cône d'Abrams : A Mais il faudra. DREUX-GORISSE. etc. mais des méthodes de composition ( FAURY. en fonction de l'utilisation du béton. Il n'existe pas une composition type. rechercher d'autres qualités: Etanchéité.).. parement..

12 .

c'est la nature de la pâte qui est fondamentale (nature du ciment et quantité d'eau). Ces deux caractéristiques sont liées à la viscosité de la pâte de ciment et à sa proportion dans le mélange. Cette fois. la pâte de ciment se transforme en un enchevêtrement de cristaux qui assure le " collage " des granulats et la résistance du béton. 13 .Dans le béton frais. Dans le béton durci. après la réaction d'hydratation du ciment. la pâte de ciment permet à la fois d'assurer la fluidité du béton et la cohésion du mélange ( plasticité ).

14 .

15 .

16 .

plus les risques de retrait et de fluage sont importants. l'ouvrabilité croît avec le dosage en ciment. L'augmentation du dosage C en ciment implique une augmentation de la quantité de pâte de ciment et donc une plus grande plasticité du béton frais.Le rapport C/E étant constant. Plus la proportion de pâte de ciment est importante. 17 .

qui a une consistance plus ou moins fluide.Les ciments usuels sont aussi appelés liants hydrauliques car ils ont la propriété de s'hydrater en présence d'eau et parceque cette hydratation transforme la pâte liante. Il ne faut pas confondre: 18 . en un solide pratiquement insoluble dans l'eau.

poudre commercialisée en sac ou en vrac.le ciment. la pâte de ciment. le ciment hydraté ou pâte de ciment durcie lorsque le mélange eau + ciment s'est solidifié. 19 . au moment du gachage du ciment avec l'eau. avant son gâchage avec l'eau.

puis concassés. de silice et d'oxyde de fer apportés par des argiles.0 à 3. homogénéisés. 20 . Le clinker. auquel on ajoute quelque pourcentage de gypse est ensuite finement broyé de manière à obtenir une poudre dont la masse volumique absolue varie de 3. portés à haute température ( 1450 °C ) dans un four.2 kg/m3.Le composé de base des ciments est un mélange de chaux apportée par des roches calcaires et d'alumine. Calcaires et argiles sont extraits de carrières. Le produit obtenu après refroidissement rapide est le clinker Portland.

pour indiquer que le produit est un ciment pour indiquer le type de ciment Pour indiquer la proportion des constituants. Classes de résistances R : résistance au jeune âge élevée ( 2 jours). 21 .

25 Dmax C : en Kg/m³.Dosage des ciments : La norme NA 2596 équivalente à la norme NFP 18-305 préconise un dosage minimal en ciment par la formule suivante: C = (250 + 10 Fck) / 5 v 1. D : Diamètre maximal du granulat en mm 22 . Fck : Résistance du béton demandée en Mpa.

23 .25 Dmax Et à : 5 700 / v 1. le DTR préconise de prendre le dosage minimal en ciment pour des ouvrages exposés. mais sans agressivité particulière égal à : 5 550 / v 1.En outre.25 Dmax Pour des ouvrages exposés à des conditions agressives sévères.

…) 24 . Le Dosage en ciment doit être compris entre 250 et 450 Kg/m³ (sauf justificatif spécial) Un surdosage peut entrainer des désordres sur le béton (retrait.On remarque que plus le diamètre du granulat est grand plus le dosage en ciment diminue. fissures.

soit des particules en suspension.Prise et résistance . dans certains cas.Toutes les eaux ne peuvent pas être utilisées pour gâcher du béton car elles contiennent. etc… Ces impuretés sont soit des composés chimiques. La teneur en matières en suspension < 5g/l La teneur en sels dissous <35g/l 25 .Corrosion des armatures. un excès d’impuretés qui détériorent les propriétés du béton tel que: .

un doute persiste. à titre d’exemple: 26 .A défaut d’une analyse. peut normalement nous orienter sur sa qualité. on doit la soumettre à une analyse. l’odeur et la vue d’une eau. Ces analyses nous permettrons d’évaluer les limites d’appréciation de son utilisation. Si.

- Chlorures : < 2000 mg/l Sulfates : < 2000 mg/l Sucre (Glucose et Saccharose) < 100 mg/l Phosphates < 100 mg/l Nitrates < 500 mg/l Zinc < 100 mg/l Sulfures < 100 mg/l Sodium et Potassium < 1000 mg/l 27 .

Dosage en eau : La quantité d’eau contenue dans les granulats doit être déduite E/C = 0.5 Nous pouvons par contre déterminer la quantité d’eau théorique par la formule de FAURY : E = (K / 5 v Dmax) x 1000 28 .

29 .

30 .

Le principe retenu est donc de déterminer une composition granulaire ( rapport G/S ) conduisant à un mélange laissant un minimum de vides. La plupart des méthodes sont fondées sur la recherche d'une courbe granulométrique de référence conduisant à ce minimum de vides inter granulaire. qui seront comblés par la pâte de ciment . 31 .

Un bon béton est un béton compact: il doit contenir le moins d’air possible. 32 . La quantité de ciment est déterminée par rapport à la résistance souhaitée du béton. Pour réduire la quantité d’air du béton.Il s’agit de déterminer les proportions optimum d’un mélange de plusieurs granulats. il faut donc réduire les vides crées par les granulats eux-mêmes. Il faut une certaine quantité d’eau pour assurer l’hydratation du ciment et sa prise. en général un sable et un gravillon. Le ciment et l’eau forment une pâte liquide qui vient remplir les vides entre les granulats.

FUSEAU GRANULOMETRIQUE : Zone délimitée par deux courbes granulométriques enveloppes. 33 .GRANULAT : Ensemble de grains de dimensions comprises entre 0 et 125 mm. GRANULARITE : Distribution dimensionnelle des grains d'un granulat. GRANULOMETRIE ou ANALYSE GRANULOMETRIQUE : Détermination de la granularité. COURBE GRANULOMETRIQUE : Elle traduit la distribution en masse des grains par classe granulaire. non sécantes.

0.0.5.0.16 .25 .63 .315 .1.00 mm. 34 .2.50 .

25 .40 .125 mm Ces dimensions correspondent à la grosseur des grains déterminée par l’analyse granulométrique par tamisage 35 .80 .0.0.63 .125 .On appelle CLASSE GRANULAIRE l’intervalle d / D dans lequel d et D représentent respectivement la plus petite et la plus grande des dimensions du produit.3 .15 .100 .5 .0.0.4 .0.1 .2.2 .0.20 .063 .6.14 .31.08 .1.315 0.25 .60 .2 .8 .0.1.4 5 .8 .0.3.5 .50 63 .10 .16 . Les dimensions d / D sont choisies dans la série suivante : 0 .5 .16 .0.0.0.5 .12.1 .25 .

36 .

lorsqu'ils sont issus de roches meubles ou massives et qu'ils ne subissent aucun traitement autre que mécanique. lorsqu'ils proviennent de la transformation à la fois thermique et mécanique de roches ou de minerais. RECYCLES.Les granulats sont dits : NATURELS. ARTIFICIELS. LEGERS lorsque MVR < 2 t / m3 COURANTS lorsque MVR 2 t / m3 37 . lorsqu’ils proviennent de la démolition d'ouvrages ou lorsqu’ils sont réutilisés.

063 et 125 mm.ANALYSE GRANULOMETRIQUE L'analyse granulométrique consiste à déterminer la distribution dimensionnelle des grains constituants un granulat dont les dimensions sont comprises entre 0. 38 . TAMISAT ( ou passant ) : quantité de matériau qui passe à travers le tamis. On appelle : REFUS sur un tamis : quantité de matériau qui est retenue sur le tamis.

Les masses des différents refus et tamisats sont rapportées à la masse initiales de matériau. Les pourcentages ainsi obtenus sont exploités sous forme numérique et sous forme graphique. 39 .L'essai consiste à fractionner au moyen d'une série de tamis un matériau en plusieurs classes granulaires de tailles décroissantes.

Il faut préparer 2 échantillons : L'un de masse Mh1 pour déterminer la masse sèche de l'échantillon soumis à l'analyse granulométrique.2 D avec M en kilogrammes et D..La masse d'échantillon pour l'essai doit être telle que M > 0. un risque de perte d'éléments fins du matériau. etc. en millimètres. afin d'éviter une perte de temps pour séchage. L'essai s'effectue sur le matériau à le teneur en eau à laquelle il se trouve. 40 . L'autre de masse Mh pour effectuer cette analyse. plus grande dimension des grains..

Granulat de masse Mh1 Granulat de masse Mh Lavage Séchage Séchage Granulat de masse Ms1 Granulat de masse M1s 41 .

Ms1 Ms = -------.x Mh Mh1 M1s 42 .

R1=m1 R2=R1+m2 R3=R2+m3 Rn=Rn-1+mn 43 .

Calculs Les résultats sont portés sur une feuille d'essai Les masses des différents refus cumulés Ri sont rapportées à la masse totale de l'échantillon pour essai sec Ms. Ri ------.x 100 Ms 44 . Les pourcentages de refus cumulés ainsi obtenus.

sont inscrits sur la feuille d'essai.x 100) Ms 45 . Les pourcentages de tamisats correspondants sont égaux à : Ri 100 – (------.

La courbe doit être tracée de manière continue et peut ne pas passer par tous les points. échelle logarithmique en ordonnée : les pourcentages sur une échelle arithmétique. 46 .Tracé de la courbe granulométrique : Il suffit de porter les divers pourcentages des tamisats ou des différents refus cumulés sur une feuille semi-logarithmique : en abscisse : les dimensions des mailles.

interprétation des courbes La forme de la courbe granulométrique obtenue apporte les renseignements suivants : Les dimensions d et D du granulat La plus ou moins grande proportion d'éléments fins. 47 . La continuité ou la discontinuité de la granularité.

Sable à majorité de grains fins Sable normal Sable plutôt grossier Gravillon 5 / 10 à granulométrie continue Gravillon 8 / 25 à granulométrie discontinue 48 .

Sable à majorité de grains fins
Sable plutôt grossier
Sable normal
Gravillon 5 / 10 à granulométrie continue
Gravillon 8 / 25 à granulométrie
discontinue

49

FUSEAU GRANULOMETRIQUE RECOMMANDE
POUR LE SABLE

A

Module de finesse
1.80 à 2.20

B
C

2.20 à 2.80
2.80 à 3.20

FUSEAUX
SABLES
ADMISSIBLES

un pe u trop fin
Pré fére ntie l
un pe u trop
grossier

50

Granulats D (tamis)
Caractéristiques de la pièce à bétonner
Roulés
e Espacement horizontal entre armatures
h Espacement vertical entre armatures
E Epaisseur de la pièce à bétonner
Enrobage de 1 à 2 cm
Enrobage de 2 à 4 cm
Enrobage de 4 et plus

Concassés

D = 0,8 e
D = 0,7 e
D=h
D = 0,9 h
D = 0,25 E D = 0.25 E
D = 2 fois l’enrobage
D = 1,25 fois l’enrobage
D = 0,8 fois l’enrobage

51

Tous les granulats contiennent plus ou moins d'impuretés ayant un effet néfaste sur les qualités principales du béton : résistance. durabilité. Certaines impuretés sont prohibées : elles perturbent les résultats au-delà des limites permises. imperméabilité. même à l'état de traces. Ce sont essentiellement : 52 .

5 cm3 et régulièrement répartis dans la masse du granulat. s'ils sont en grains de moins de 0. de bois ou leurs résidus. 53 . D'autres sont tolérées dans certaines limites : Les éléments très fins.Les particules de charbon. Les particules adhérentes d'argile qui isolent le granulat du liant.

Les sulfates et sulfures. très fines. au bout de 24 heures. ne doit pas être plus foncée qu'une coloration type. 54 .Les matières organiques. qui provoquent la désagrégation du béton par augmentation du volume des parties qui les contiennent. dont la détection se fait par l'intermédiaire de produits chimiques dont la réaction fait apparaître une coloration qui.

Les éléments fins et l'eau forment une boue qui gêne l'adhérence du liant. 55 . La résistance d'un béton varie dans le même sens que le rapport C/E.L'influence des éléments fins dans un béton est importante : Il faut plus d'eau pour mouiller des éléments fins que pour les gros granulats. L'eau de gâchage ainsi mise en plus s'évaporera au cours du durcissement : retrait plus important et risques de fissures. Un sable contenant beaucoup d'éléments fins conduira à une faible valeur de C/E et donc à une moindre résistance du béton.

" Pour ce qui est de la forme géométrique. certes le commentaire du DTR stipule que la rupture du béton est due soit à la rupture des grains. 56 . soit à la rupture de l’adhérence de la pâte ciment aux grains. il faut éviter d’employer les graviers en plats ou d’aiguilles" Concernant les graviers roulés. mais cette adhérence ne pourrait être conséquente que si nous avons une bonne pâte de ciment. et pour qu’il y est une bonne adhérence il sera préférable d’opter pour un gravier concassé.

En résumé: La formulation d’un béton dépend : Du choix des Granulats et d’une distribution granulaire continue Du choix du ciment et d’un dosage adéquat. en se referant au rapport E/C 57 . en se referant au rapport C/E D’une quantité d’eau suffisante.

58 .

mais toutes font référence à la compacité du mélange. plusieurs méthodes peuvent être utilisée.Pour une composition de béton. 59 . etc…. soit pour chaque type de granulats. et c’est de là que diffère une méthode à une autre. car elle est la plus récente. La plus connue des méthodes est celle de Dreux Gorisse. mais parfois nous sommes dans une situation où ont doit préparer un béton soit pour chaque ouvrage à bétonner.

il est préconisé) 60 . La consistance du béton. Le mode de serrage (Mise en œuvre) Mais par contre (se qui diffère de la méthode Dreux Gorisse) elle ne prend pas en compte la résistance du béton (le dosage en ciment n’est pas calculé par rapport à la résistance fc28.La méthode de Faury est une méthode semi empirique qui prend en compte : La forme des granulats.

61 .

Dmax = D1 + (D1-D2) x X/Y D1: Le plus gros diamètre de l’analyse granulométrique D2: Le diamètre juste inférieur à D1 X: Différence entre le pourcentage du tamisat correspondant à D1 et 100 % Y: Différence des pourcentages des tamisats correspondants à D1 et D2 62 .

5 E = (K / v Dmax) x 1000 E : Quantité d’eau en l/m³ K : Coefficient dépendant de la forme des granulats et de l’ouvrabilité désirée. Dmax : Diamètre maximal réel des grains 1000 : Le volume d’1 m³ de béton en litre 63 .

35 0.37 et plus Sable roulé Gravier concassé 0.405 0.405 et plus Sable et Gravier concassés 0.46 Ferme 0.35 à 0.43 à 0.350 à 0.375 à 0.375 0.37 0.33 à 0.46 et plus Plastique 0.Valeurs de K Consistance Fluide Sable et Gravier Roulés 0.43 64 .40 à 0.

C MVRciment Vciment (%) = x 100 VRbéton sec Vciment : Proportion qu’occupe le ciment dans un béton sec en %. C: Dosage du ciment préalablement défini en Kg/m3 65 .

1 kg/m3 VRbéton sec : Volume absolu du béton sec en m3 égal à : 1000 Litres – E (volume d’eau) 100 : pour un volume en pourcentage 66 . généralement égale à 3.MVRciment : Masse volumique absolu (réel) du ciment.

En Abscisse : Dmax/2 (Dmax calculé) En Ordonné : A + 17 x 5v Dmax Dmax calculé A : Dépend de la forme des granulats et de la consistance du béton. 67 .

Consistance Très fluide Valeurs de A Sable et Sable roulé Gravier et Gravier roulés concassé Sable et gravier concassé 32 et plus 34 et plus 38 et plus Fluide 30 à 32 32 à 34 36 à 38 Plastique 28 à 30 30 à 32 34 à 36 Ferme 26 à 28 28 à 30 32 à 34 Très ferme 24 à 26 26 à 28 30 à 32 68 .

Après avoir déterminer les coordonnées du point de brisure. la distribution granulaire du mélange. A + 17 x 5v Dmax) B (Dmax . 100%) Cette courbe représente.0) – A(Dmax/2 . on trace une courbe linéaire passant par les OAB avec: O (0. 69 .

70 .On trace par la suite les lignes de partage. le point d’intersection avec la courbe du mélange donnera lieu au proportion de chaque granulat. entre deux courbes successives.

66 pour les gravier et 2.Les masses (quantités pondérales) des granulats seront égales à : VRbéton sec x La proportion du granulat x MVRgranulat. 71 . généralement égal à 2.62 pour les sables. Avec : VRbéton sec = 1000 – E en m3 La proportion du granulat trouvée en % MVRgranulat : La masse volumique du granulat en Kg/m3.