You are on page 1of 18

TP03 : Propagation et Rayonnement radio

3BTEL04

SOMMAIRE

I.

Etude d’une antenne PATCH en bande L 2
1. Description de l’antenne Patch
a. Antenne
b. Fonctionnement en Bande L.
2. Mesure de la bande de fonctionnement de l’antenne et de la
puissance émise par l’antenne
a. Mesure de la puissance.
b. Bande de fréquence d’utilisation de l’antenne.
3. Etude de la transmission entre 2 antennes Patch
a. Calcul de la zone de Fraunhofer
b. Synoptique du banc de mesure utilisé
4. Diagramme de rayonnement de l’antenne Patch

II. Etude de l’effet Doppler
5. Synoptique du banc de test
6. Fonctionnement du banc de test
7. Calcul de la vitesse maximale du mobile
8. Calcul théorique

2
2
3
3
3
5
5
5
6
8
10
10
10
13
13

ANNEXE
15
1. Code Matlab pour le tracé du diagramme de rayonnement dans
le plan horizontal
15
2. Code Matlab pour le tracé du diagramme de rayonnement dans
le plan vertical
16

De Oliveira José
De Villardi de Montlaur Sébastien
Emiliyanov Grigoriy

Page 1/18

TP03 : Propagation et Rayonnement radio

3BTEL04

I. Etude d’une antenne PATCH en bande L
1. Description de l’antenne Patch
a. Antenne
Une antenne à éléments rayonnants imprimés, communément appelée antenne patch
est une ligne microbande de forme particulière. Elle se compose d’un plan de masse et d’un
substrat diélectrique dont la surface porte un ou plusieurs éléments métalliques (figure 1).

Elément rayonnant
( cuivre )

Substrat diélectrique
( verre-téflon )

Figure 1 : Antenne à élément imprimé
L’antenne que nous utilisons dans notre TP est une antenne patch de dimensions
75mm*60mm, composée d’un substrat en verre-téflon et d’un élément rayonnant en cuivre
ainsi que d’un plan de masse.
Remarque :
Le mécanisme de rayonnement d’une antenne patch rectangulaire se comprend
aisément à partir de sa forme géométrique. Lorsque vous excitez la ligne d’alimentation avec
une source RF, une onde électromagnétique va se propager sur cette ligne puis va rencontrer
l’élément rayonnant (de largeur plus grande que la ligne, donc plus apte à rayonner..). Une
distribution de charge va s’établir à l’interface Substrat / Plan de masse, sur et sous l’élément
rayonnant.

De Oliveira José
De Villardi de Montlaur Sébastien
Emiliyanov Grigoriy

Page 2/18

TP03 : Propagation et Rayonnement radio

3BTEL04

Avantages et inconvénients d’une antenne PATCH :

Inconvénients

Avantages

Bande passante étroite, souvent associée avec
les problèmes de tolérances
(géométriques et physiques)

Faible poids, encombrement réduit,
configurations conformes possibles

Généralement faible gain ( 6 dB)

Faible coût de fabrication, production en
masse possible

La plupart des antennes rayonnent
uniquement dans le demi-plan

Polarisation linéaire et circulaire pour les
télécommunications

Supportent uniquement des faibles
puissances ( 100 W)

Antennes multibandes, multipolarisations
possibles

Pertes de rayonnement par ondes de surfaces

Compatibilité avec les circuits hybrides et
MMIC
Réseaux d’alimentation et d’adaptation
fabriqués simultanément avec l’antenne

b. Fonctionnement en Bande L.
La bande de fréquence que l’on utilise est la bande L qui correspond à une plage de
fréquences de 0.39GHz jusqu’à 1.55GHz.
Les longueurs d’onde correspondant à ces valeurs limites sont les suivantes :
λ1 = 76.9 cm et λ1 = 19.6 cm.

2. Mesure de la bande de fonctionnement de l’antenne et
de la puissance émise par l’antenne
a. Mesure de la puissance.
On ajuste la puissance du générateur de manière à avoir 13 dBm. On effectue ensuite
la mesure de la puissance réfléchie en entrée de l’antenne suivant le montage ci-dessous :

De Oliveira José
De Villardi de Montlaur Sébastien
Emiliyanov Grigoriy

Page 3/18

TP03 : Propagation et Rayonnement radio

3BTEL04

Analyseur de spectre

ANTENNE

Le signal de réflexion obtenue en fonction de la fréquence est présenté sur la figure
suivante :

Nous voyons que la puissance réfléchie est minimale autour de 1.464 GHz. C’est pour
cette raison que nous allons nous intéresser à cette région de fréquence. La figure suivante est
un zoom sur cette plage.

De Oliveira José
De Villardi de Montlaur Sébastien
Emiliyanov Grigoriy

Page 4/18

TP03 : Propagation et Rayonnement radio

3BTEL04

Tenant compte des 20 dB de perte du coupleur, les mesures de la puissance réelle sont
les suivantes :
f, GHz
Préfl, dBm

1.4
11.6

1.42
10

1.447
10

1.455
7

1.4635
0.27

1.471
7

1.485
10

1.5
10

b. Bande de fréquence d’utilisation de l’antenne.
D’après les résultats établis précédemment, nous concluons que l’antenne est utilisable dans la
bande [1.455 GHz ; 1.471 GHz]. Le coefficient de réflexion ρ est minimale (-12.73 dB ou
0.23) pour une fréquence f0=1.4635 GHz. La puissance réelle transmise est de :
Ptrans   1   ²  .Pémise = 12.76 dBm
A la frequence f1=1.4 GHz le coefficient de réflexion est de -1.4dB ou 0.85 et la puissance
réelle transmise et de 7.4 dBm.
Alors, nous pouvons conclure que l’adaptation de l’antenne est optimale pour une fréquence
de 1.4635 GHz et le coefficient de réflexion est de – 12.73 dB ou 23 %.

De Oliveira José
De Villardi de Montlaur Sébastien
Emiliyanov Grigoriy

Page 5/18

TP03 : Propagation et Rayonnement radio

3BTEL04

3. Etude de la transmission entre 2 antennes Patch
La relation fondamentale à utiliser est l’équation du bilan d’une liaison Emission
Réception entre deux aériens :
PR
  
 GE GR 

PE
 4 D

Avec :

2

G : Gain en puissance de l’antenne
 : Longueur d’onde
D : Distance entre les deux antennes
Les mesures permettent de déterminer l'affaiblissement dû à la propagation en espace libre.
Pour réaliser les mesures nous nous placerons au delà de la zone de Fraunhofer.

a. Calcul de la zone de Fraunhofer
La zone de Fraunhofer est la région qui s’étend depuis la zone de 2L²/ (L est la plus
grande dimension de l’antenne) jusqu’à l’infini. Il est licite de considérer la propagation de
l’onde comme celle d’une onde sphérique issue d’un point. Les champs et les intensités
suivent respectivement des variations en 1/R et 1/R 2, que multiplie une fonction des angles θ
et φ, invariante avec R. C’est seulement dans cette région que les notions de diagramme et de
directivité, et donc de gain, peuvent être utilisées sans faire référence à la distance de
l’antenne.
C’est donc aussi à partir de cette distance que seront utilisées les principales
approximations permettant le calcul du champ rayonné, c’est aussi la distance à laquelle on
pourra mesurer les caractéristiques de l’antenne à l’infini.
Distance de Fraunhofer :
DFRAUNHOFER 

2 L2

Avec L : dimension maximale de l’antenne
L=7,5 cm
Pour calculer la distance de Fraunhofer on se placera à la fréquence f0=1.4635GHz.
2.  7,5.102  .1, 4635.109
2

DFRAUNHOFER 

3.108

DFRAUNHOFER  5, 48 cm

De Oliveira José
De Villardi de Montlaur Sébastien
Emiliyanov Grigoriy

Page 6/18

TP03 : Propagation et Rayonnement radio

3BTEL04

b. Synoptique du banc de mesure utilisé
On considère que les deux antennes Patch sont identiques. Le banc de mesure
permettant de mesurer le gain de l’antenne est le suivant :
D
Générateur
Marconi

Antenne 1

Antenne 2

Analyseur de
spectre

Nous observons la puissance de réception Pr sur l’analyseur de spectre, la puissance
d’émission Pe étant réglée sur le Marconi à 13 dBm.
Pour la courbe suivante on place les antennes à 1m l’une de l’autre.

Puissance reçue par l’antenne de réception Puissance reçue par l’antenne de réception
pour une distance de 0.75m
pour une distance de 1m

De Oliveira José
De Villardi de Montlaur Sébastien
Emiliyanov Grigoriy

Page 7/18

TP03 : Propagation et Rayonnement radio

3BTEL04

Puissance reçue par l’antenne de réception
pour une distance de 1,25m
Conclusions :
On constate que l’antenne de réception reçoit un maximum de puissance pour la fréquence
correspondant au minimum de puissance réfléchie par l’antenne d’émission. Ce résultat n’est
pas surprenant puisque l’on a considéré que les antennes étaient parfaitement identiques.
En effet l’antenne de réception réfléchissant le moins à cette fréquence cela revient à dire
qu’elle recevra un maximum de puissance (conservation de l’énergie).
On a donc :
F2=F0= 1,4635 GHz

Puisque l’on a considéré les antennes identiques on en déduit la relation suivante :
G

4 D

PR 4 D

PE

PR
 1    PG

Avec :
PR : puissance reçue par l’antenne de réception
PG : puissance délivrée par le générateur
D : distance entre les deux antennes
Le tableau suivant représente les résultats ainsi obtenus :
D (m)
0.75
1
Pr (dBm)
-15.51
-16.7
G (dB)
2.3
3

1.25
-21.4
1.6

Conclusions :
On constate que quelques soit la distance à laquelle se trouve les antennes l’une de
l’autre les gain relevés restent à peu près constant. En effet lorsque les antennes sont près la
De Oliveira José
De Villardi de Montlaur Sébastien
Emiliyanov Grigoriy

Page 8/18

TP03 : Propagation et Rayonnement radio

3BTEL04

puissance à la réception est élevée mais la distance est faible. A contrario lorsque les antennes
sont éloignées la puissance reçue est faible mais la distance est élevée.
Ainsi on remarque que la distance compense la perte de puissance due à l’éloignement
des antennes pour donner un gain d’antenne d’environ 3dB ce qui est typique de ce type
d’antennes.

4. Diagramme de rayonnement de l’antenne Patch

Nous constatons sur le diagramme de rayonnement ci-dessus qu’il y a des lobes
secondaires pour une ouverture d’environ 30°. Les appareils de mesures ainsi que le type
d’antenne que l’on utilise ne nous permet pas de les distinguer parfaitement. En effet on ne
visualise pas le retour à zéro du lobe principal.

De Oliveira José
De Villardi de Montlaur Sébastien
Emiliyanov Grigoriy

Page 9/18

TP03 : Propagation et Rayonnement radio

3BTEL04

Lorsque l’on dispose les antennes verticalement on constate que le maximum de
puissance rayonnée n’est pas obtenue dans l’axe mais pour une ouverture de 10°.

De Oliveira José
De Villardi de Montlaur Sébastien
Emiliyanov Grigoriy

Page 10/18

TP03 : Propagation et Rayonnement radio

3BTEL04

II. Etude de l’effet Doppler
5. Synoptique du banc de test

Générateur

Découpleur

Détecteur
d’enveloppe

Antenne

Oscilloscope

Un autre synoptique était cependant possible :
Au lieu d’utiliser un détecteur d’enveloppe on aurait pu utiliser un coupleur 3dB afin de
réaliser la transposition adéquat pour se ramener en bande de base.

Générateur

Découpleur

Coupleur
3dB

50Ω

Antenne

Oscilloscope

6. Fonctionnement du banc de test
Un découpleur est placé entre le générateur et l’antenne pour récupérer les puissances
réfléchies par l’antenne et le mobile en mouvement.
Le mobile (cylindre métallique) réfléchit l’onde incidente. Une onde réfléchie vient
ainsi se superposer à l’onde incidente. De plus le mobile est en mouvement, l’onde réfléchie
n’a pas la même fréquence que l’onde émise.
En sortie du découpleur nous avons la superposition de l’onde incidente et de l’onde
réfléchie. Ce sont des signaux situés en hyperfréquences.
De Oliveira José
De Villardi de Montlaur Sébastien
Emiliyanov Grigoriy

Page 11/18

TP03 : Propagation et Rayonnement radio

3BTEL04

Le détecteur d’enveloppe permet de ramener en bande de base la superposition de l’onde
incidente et de l’onde réfléchie pour pouvoir les visualiser sur l’oscilloscope.
A la sortie du découpleur, on récupère deux composantes :
 Une sinusoïde en cos  2 F0t  à la fréquence d’adaptation de l’antenne (1,4635GHz),
qui est le signal fournit par le générateur.
 Une sinusoïde en cos  2 F0t  F  , qui correspond au décalage introduit par le
mobile en mouvement.
En sortie du détecteur d’enveloppe, on récupère une composante continue et un signal dont la
fréquence est accélérée ou ralentie par le mobile en mouvement, c’est la fréquence Doppler
F .

tension

Amplitude et
fréquence min.

Amplitude et
fréquence max.

Amplitude et
fréquence min.

temps

Vitesse nulle et
SER min.

position
du mobile
Vitesse nulle et
SER min.

Vitesse max et
SER max.
Horizontale

Lorsque le mobile est à un ‘sommet’, sa vitesse est nulle donc la fréquence de l’onde réfléchie
est identique à celle de l’onde incidente => la fréquence observée à l’oscilloscope est nulle.
De Oliveira José
De Villardi de Montlaur Sébastien
Emiliyanov Grigoriy

Page 12/18

TP03 : Propagation et Rayonnement radio

3BTEL04

De plus la surface présentée par le mobile (SER) est minimum, ce qui se traduit par une
amplitude faible à l’oscilloscope.
Lorsque le mobile est à la verticale, sa vitesse est maximale et sa SER est maximale. D’où une
fréquence élevée et une forte amplitude visualisées à l’oscillo.
Ces deux cas extrêmes étant expliqués, on comprend alors l’allure de la tension relevée par
l’oscilloscope.
Le problème d’amplitude provient de la SER car le mobile est un cylindre qui est présenté à
l’antenne de façon verticale comme on peut le voir sur le schéma ci-dessus. D’après les
diagrammes de rayonnement que nous avons obtenu dans la première partie nous pouvons
prévoir que si le cylindre était présenté à l’antenne de façon horizontale on n’aurait pas de
variation d’amplitude au cours du temps puisque lors de son mouvement le mobile
présenterait toujours la même SER comme on peut le voir ci-dessous.

Vitesse nulle
position
du mobile

Vitesse nulle

Vitesse max
Horizontale

Visualisation temporelle de la fréquence Doppler pour une position du
mobile horizontale

De Oliveira José
De Villardi de Montlaur Sébastien
Emiliyanov Grigoriy

Page 13/18

TP03 : Propagation et Rayonnement radio

3BTEL04

7. Calcul de la vitesse maximale du mobile
La fréquence la plus élevée correspond au moment où la vitesse du mobile est le plus grande.
Nous mesurons la période la plus faible à l’aide des curseurs, nous trouvons : T = 100 ms.
La fréquence Doppler lorsque la vitesse du mobile est maximale est de 10Hz.
Or on peut déterminer la vitesse maximale du mobile à partir de la relation suivante :
V

c.Fd
2.F0

Avec :
c = 3.108 m.s-1
F0 = 1,4635 GHz
Fd = Fmax = 10 Hz (fréquence Doppler)
D’où :
Vmax  1 m / s

8. Calcul théorique
Vérifions maintenant le résultat obtenu, à l’aide d’un calcul théorique simple utilisant
les lois fondamentales de la physique.
Ecinétique+Epotentielle=constante
1
mv2+mgΔz=constante=Em (énergie mécanique)
2

Cette relation se caractérise par le fait que lorsque l’énergie potentielle est maximale la vitesse
du mobile est minimale. De même lorsque l’énergie cinétique du mobile est maximale (vitesse
maximale car on a un corps de masse constante) l’énergie potentielle est minimale.
Nos relevés on été réalisés pour un angle de laché de 45°.

l=17 cm

θ=45°

m=1Kg
Le principe de conservation de l’énergie mécanique appliqué au mobile donne :
v max 

2. g.l.1  cos  

avec l : longueur du fil en considérant le mobile comme un corps ponctuel de masse 1Kg
De Oliveira José
De Villardi de Montlaur Sébastien
Emiliyanov Grigoriy

Page 14/18

TP03 : Propagation et Rayonnement radio

3BTEL04

 : angle du lâché
Pour obtenir la relation du dessus on a considéré la position où le mobile est à hauteur
maximale (vitesse nulle) et quand le mobile a une vitesse maximale (hauteur minimale).
Ce qui donne avec l = 17cm et  = 45° :
vmax = 0,988 m/s
Ce résultat est en accord avec la vitesse trouvée en pratique.

De Oliveira José
De Villardi de Montlaur Sébastien
Emiliyanov Grigoriy

Page 15/18

TP03 : Propagation et Rayonnement radio

3BTEL04

ANNEXE
1. Code Matlab pour le tracé du diagramme de rayonnement
dans le plan horizontal
%Definition de l'angle en degrés
THETA=0:5:180;
%Initialisation
R=ones(1,37);
P=ones(1,37);
%Conversion en radian
THETA=(THETA-90).*(pi/180);
%Puissances relevées pour différentes valeurs angles
R(1,1)=-15.6;
R(1,2)=-15.8;
R(1,3)=-16;
R(1,4)=-16.3;
R(1,5)=-16.7;
R(1,6)=-17.3;
R(1,7)=-18;
R(1,8)=-18.2;
R(1,9)=-19.3;
R(1,10)=-19.9;
R(1,11)=-20.5;
R(1,12)=-21.5;
R(1,13)=-22;
R(1,14)=-22.3;
R(1,15)=-23.1;
R(1,16)=-23.6;
R(1,17)=-24.3;
R(1,18)=-25.3;
R(1,19)=-25.8;
%Les valeurs ont été entrées dans l'ordre inverse
for h=1:19
P(1,20-h)=R(1,h);
end
%Symétrie par rapport à l'axe des 0°
k=1;
for i=20:37
P(1,i)=P(1,(19-k));
k=k+1;
end
De Oliveira José
De Villardi de Montlaur Sébastien
Emiliyanov Grigoriy

Page 16/18

TP03 : Propagation et Rayonnement radio

3BTEL04

%Conversion en linéaire
for j=1:37
P(1,j)=10^(P(1,j)/10)
end
%Tracé du graphique
polar(THETA,P);
title('Diagramme de rayonnement sur le plan horizontal');

2. Code Matlab pour le tracé du diagramme de rayonnement
dans le plan vertical
%Definition de l'angle en degrés
THETA=0:5:180;
%Initialisation
R=ones(1,37);
P=ones(1,37);
%Conversion en radian
THETA=(THETA-90).*(pi/180);
%Puissances relevées pour différentes valeurs angles
R(1,1)=-17.8;
R(1,2)=-17.6;
R(1,3)=-17.5;
R(1,4)=-17.8;
R(1,5)=-18.3;
R(1,6)=-18.9;
R(1,7)=-19.4;
R(1,8)=-20;
R(1,9)=-20.5;
R(1,10)=-21.5;
R(1,11)=-22.2;
R(1,12)=-22.7;
R(1,13)=-23.2;
R(1,14)=-24;
R(1,15)=-25;
R(1,16)=-25.3;
R(1,17)=-25.8;
R(1,18)=-28;
R(1,19)=-30;
%Les valeurs ont été entrées dans l'ordre inverse
for h=1:19
De Oliveira José
De Villardi de Montlaur Sébastien
Emiliyanov Grigoriy

Page 17/18

TP03 : Propagation et Rayonnement radio

3BTEL04

P(1,20-h)=R(1,h);
end
%Symétrie par rapport à l'axe des 0°
k=1;
for i=20:37
P(1,i)=P(1,(19-k));
k=k+1;
end
%Conversion en linéaire
for j=1:37
P(1,j)=10^(P(1,j)/10)
end
%Tracé du graphique
polar(THETA,P);
title('Diagramme de rayonnement sur le plan vertical');

De Oliveira José
De Villardi de Montlaur Sébastien
Emiliyanov Grigoriy

Page 18/18