C16- Le futur antérieur On l’utilise pour parler de quelque chose qui sera certainement fait dans le futur.

Ex : Dans quelques années, j’aurai grandi. Demain, ils seront partis. Le futur antérieur est composé de deux parties : l’auxiliaire être ou avoir + le participe passé du verbe. Exemple de conjugaison avec « chanter » : J’aurai chanté tu auras chanté il aura chanté nous aurons chanté vous aurez chanté ils auront chanté O- L’Orthographe O1- Comment écrire le son [s], le son [z] et le son [k]? Le plus souvent, le son [s] s’écrit : - s en début de mot, avant ou après une consonne : sortir, vestiaire, verser - ss entre deux voyelles : dessert - c devant i, e et y : ceci, encyclopédie - ç devant a, o et u : plaçait, reçu Le plus souvent, le son [z] s’écrit : - s entre deux voyelles : désert, bêtise - z en début ou milieu de mot : zèbre, bizarre Le plus souvent, le son [k] s’écrit : - c devant a, o et u ou devant une consonne : caisse, cours, cri… - qu : quand, piquer O2- Comment écrire les sons « g » et « j » ? Devant a, o, u, la lettre g se prononce « g » Exemple : gorille, une galette Devant le e et le i on écrit « GU » pour garder le son « g » Exemple : une guirlande, un guichet Pour faire le son « j », la lettre g est suivi d’un e ou d’un i. Exemple : un villageois, nous voyageons

C16- Le futur antérieur On l’utilise pour parler de quelque chose qui sera certainement fait dans le futur. Ex : Dans quelques années, j’aurai grandi. Demain, ils seront partis. Le futur antérieur est composé de deux parties : l’auxiliaire être ou avoir + le participe passé du verbe. Exemple de conjugaison avec « chanter » : J’aurai chanté tu auras chanté il aura chanté nous aurons chanté vous aurez chanté ils auront chanté O- L’Orthographe Comment écrire le son [s], le son [z] et le son [k]? Le plus souvent, le son [s] s’écrit : - s en début de mot, avant ou après une consonne : sortir, vestiaire, verser - ss entre deux voyelles : dessert - c devant i, e et y : ceci, encyclopédie - ç devant a, o et u : plaçait, reçu Le plus souvent, le son [z] s’écrit : - s entre deux voyelles : désert, bêtise - z en début ou milieu de mot : zèbre, bizarre Le plus souvent, le son [k] s’écrit : - c devant a, o et u ou devant une consonne : caisse, cours, cri… - qu : quand, piquer O2- Comment écrire les sons « g » et « j » ? Devant a, o, u, la lettre g se prononce « g » Exemple : gorille, une galette Devant le e et le i on écrit « GU » pour garder le son « g » Exemple : une guirlande, un guichet Pour faire le son « j », la lettre g est suivi d’un e ou d’un i. Exemple : un villageois, nous voyageons

O3- Comment utiliser la cédille (ç) ? Pour faire le son « s », la lettre c doit toujours être suivie d’un e ou d’un i. Exemple : effacer, le domicile Si ce n’est pas le cas, on écrit ç. Exemple : Une leçon, je reçois, ça O4- Les accents, le tréma Pour choisir entre l’accent grave (è) et l’accent aigu (é), on prononce la syllabe qui vient après. Si cette syllabe contient le son « e », on écrit è. Si elle contient un autre son, on écrit é. Exemple : poè-me
On écrit è car dans la seconde syllabe il y a le son « e »

O3- Comment utiliser la cédille (ç) ? Pour faire le son « s », la lettre c doit toujours être suivie d’un e ou d’un i. Exemple : effacer, le domicile Si ce n’est pas le cas, on écrit ç. Exemple : Une leçon, je reçois, ça O4- Les accents, le tréma Pour choisir entre l’accent grave (è) et l’accent aigu (é), on prononce la syllabe qui vient après. Si cette syllabe contient le son « e », on écrit è. Si elle contient un autre son, on écrit é. Exemple : poè-me
On écrit è car dans la seconde syllabe il y a le son « e »

Exemple : une é-pée
On entend é dans la seconde syllabe, donc on écrit é

Exemple : une é-pée
On entend é dans la seconde syllabe, donc on écrit é

L’accent circonflexe (ê) remplace une lettre disparue, souvent un s. Exemple : la forêt (forestier) Le tréma montre que deux voyelles se lisent séparément. Il se met sur la seconde voyelle. Exemple : maïs, noël O5- Les mots commençant par acc- ; app- ; att- ; arr- ; aff-. Ces mots ont en général un verbe dans leur famille : Un accord ; accorder, un appel ; appeler → donc on double la consonne au début Lorsqu’il n’y a pas de verbe dans leur famille, ces mots ne prennent qu’une consonne. Une académie ; un acrobate, une araignée, après, un atelier Quelques verbes commençant par AP- s’écrivent avec un seul p : Apercevoir, aplatir, apaiser… O6- L’écriture des nombres Les mots qui forment des nombres inférieurs à cent sont reliés par « et » ou par un trait d’union (-) Exemple : trente et un, cent quatre-vingt-douze On met un s à cent et à vingt s’ils n’ont rien après eux Exemple : quatre-vingts ; trois cents Mille est invariable mais on accorde millier (s), million(s) et milliard(s). Exemples : trois mille ; dix millions, deux milliards

L’accent circonflexe (ê) remplace une lettre disparue, souvent un s. Exemple : la forêt (forestier) Le tréma montre que deux voyelles se lisent séparément. Il se met sur la seconde voyelle. Exemple : maïs, noël O5- Les mots commençant par acc- ; app- ; att- ; arr- ; aff-. Ces mots ont en général un verbe dans leur famille : Un accord ; accorder, un appel ; appeler → donc on double la consonne au début Lorsqu’il n’y a pas de verbe dans leur famille, ces mots ne prennent qu’une consonne. Une académie ; un acrobate, une araignée, après, un atelier Quelques verbes commençant par AP- s’écrivent avec un seul p : Apercevoir, aplatir, apaiser… O6- L’écriture des nombres Les mots qui forment des nombres inférieurs à cent sont reliés par « et » ou par un trait d’union (-) Exemple : trente et un, cent quatre-vingt-douze On met un s à cent et à vingt s’ils n’ont rien après eux Exemple : quatre-vingts ; trois cents Mille est invariable mais on accorde millier (s), million(s) et milliard(s). Exemples : trois mille ; dix millions, deux milliards

O7- Les adverbes terminés par –amment ; -emment ; -ement. On écrit –amment quand l’adverbe vient d’un adjectif terminé par -ant (ex : brillant → brillamment) On écrit –emment quand l’adverbe vient d’un adjectif terminé par -ent (ex : prudent→ prudemment) Quand on entend « aman » on met deux m O8- Un « L » ou deux dans les verbes? Un « T » ou deux ? Quand on entend « è » comme dans « j’appelle », on met deux « l » ou deux « t ». Exemple : tu appelles, je jette Quand on entend « e » comme dans « nous appelons », on met un « l » ou un « t ». Exemple : nous jetons, vous appelez O9- Les lettres muettes en fin de mot Une lettre muette c’est une lettre que l’on écrit mais qui ne s’entend pas quand on prononce le mot. Ex : blanc (on n’entend pas le « c ») Pour savoir si un nom ou un adjectif se termine par une lettre muette, il faut trouver un mot de la même famille ou le mettre au féminin. Ex : petit → petite (j’ai mis au féminin et je sais qu’il faut un « t ») Ex : le respect → respecter (j’ai trouvé un mot de la même famille) O10- Les noms terminés par –er, -é et –ée Les noms féminins terminés par le son [e] comme dans purée s’écrivent –ée. Ex : une araignée, la vallée
Les noms féminins terminés par le son [te] ou le son [tje] s’écrivent -té ou -tié (un seul e).

O7- Les adverbes terminés par –amment ; -emment ; -ement. On écrit –amment quand l’adverbe vient d’un adjectif terminé par -ant (ex : brillant → brillamment) On écrit –emment quand l’adverbe vient d’un adjectif terminé par -ent (ex : prudent→ prudemment) Quand on entend « aman » on met deux m O8- Un « L » ou deux dans les verbes? Un « T » ou deux ? Quand on entend « è » comme dans « j’appelle », on met deux « l » ou deux « t ». Exemple : tu appelles, je jette Quand on entend « e » comme dans « nous appelons », on met un « l » ou un « t ». Exemple : nous jetons, vous appelez O9- Les lettres muettes en fin de mot Une lettre muette c’est une lettre que l’on écrit mais qui ne s’entend pas quand on prononce le mot. Ex : blanc (on n’entend pas le « c ») Pour savoir si un nom ou un adjectif se termine par une lettre muette, il faut trouver un mot de la même famille ou le mettre au féminin. Ex : petit → petite (j’ai mis au féminin et je sais qu’il faut un « t ») Ex : le respect → respecter (j’ai trouvé un mot de la même famille) O10- Les noms terminés par –er, -é et –ée Les noms féminins terminés par le son [e] comme dans purée s’écrivent –ée. Ex : une araignée, la vallée
Les noms féminins terminés par le son [te] ou le son [tje] s’écrivent -té ou -tié (un seul e).

Ex : la propreté, une amitié, la moitié Exceptions : la dictée, une montée… Les noms masculins s’écrivent le plus souvent –er. Exemple : le dîner, le lever, le déjeuner Exceptions : le lycée, le café, le thé, le nez

Ex : la propreté, une amitié, la moitié Exceptions : la dictée, une montée… Les noms masculins s’écrivent le plus souvent –er. Exemple : le dîner, le lever, le déjeuner Exceptions : le lycée, le café, le thé, le nez

dialogue O11- Les noms en –ail, -eil, -euil… O11- Les noms en –ail, -eil, -euil… Les noms masculins terminé par le son [j] s’écrivent –il : le travail, le soleil, le seuil les noms féminins terminés par le son [j] s’écrivent –ille : la paille, une bouteille, une grenouille… O12- M devant m, b, p O12- M devant m, b, p Devant m, b, p le « n » se transforme en « m » : Un pompier, emménager, un timbre, une jambe Exceptions : un bonbon, néanmoins. G- La Grammaire G1- C’est quoi une phrase ? G1- C’est quoi une phrase ? Une phrase est une suite de mots qui a un sens. Elle commence par une majuscule et se termine par un point. Le chien marche sur le chemin. G2- A quoi sert la ponctuation ? G2- A quoi sert la ponctuation ? Signes Le point [.] Le point d’interrogation [?] Le point d’exclamation [ !] Les points de suspension […] La virgule [,] Emploi Fin d’une phrase Termine une phrase interrogativ e Termine une phrase exclamative Indiquent que tout n’est pas dit Marque une respiration dans la lecture Avant des guillemets ou quand on va citer des choses Pour le dialogue Quand on change de personne dans un Exemple Je mange. Quand viendras-tu ? Que c’est beau ! Bien… Vite, dépêche-toi ! Il a tout mangé : la viande, les légumes… « oui, je l’ai vue » -Je viens. - Non, reste là. Signes Le point [.] Le point d’interrogation [?] Le point d’exclamation [ !] Les points de suspension […] La virgule [,] Emploi Fin d’une phrase Termine une phrase interrogativ e Termine une phrase exclamative Indiquent que tout n’est pas dit Marque une respiration dans la lecture Avant des guillemets ou quand on va citer des choses Pour le dialogue Quand on change de personne Exemple Je mange. Quand viendras-tu ? Que c’est beau ! Bien… Vite, dépêche-toi ! Il a tout mangé : la viande, les légumes… « oui, je l’ai vue » -Je viens. - Non, reste là. Une phrase est une suite de mots qui a un sens. Elle commence par une majuscule et se termine par un point. Le chien marche sur le chemin. Devant m, b, p le « n » se transforme en « m » : Un pompier, emménager, un timbre, une jambe Exceptions : un bonbon, néanmoins. G- La Grammaire Les noms masculins terminé par le son [j] s’écrivent –il : le travail, le soleil, le seuil les noms féminins terminés par le son [j] s’écrivent –ille : la paille, une bouteille, une grenouille…

Les deux points [ :]

Les deux points [ :]

Les guillemets [« »] Le tiret [-]

Les guillemets [« »] Le tiret [-]

dans un dialogue G3- Les types de phrases Il y a quatre types de phrases. 1. La phrase déclarative sert à donner un renseignement, raconte un fait. Il déteste les araignées. 2. La phrase interrogative sert à poser une question. Elle se termine par un point d’interrogation. Qui vient ce soir ? 3. La phrase exclamative sert à exprimer un sentiment (joie, colère, surprise…). Elle se termine par un point d’exclamation. Comme c’est beau ! 4. La phrase impérative sert à donner un ordre. Elle se termine par un point. Fermez les fenêtres. G4- Les formes de phrases Chaque phrase peut prendre deux formes. La forme affirmative (OUI) : Nous irons au bois.
Phrase déclarative à la forme affirmative

G3- Les types de phrases Il y a quatre types de phrases. 1. La phrase déclarative sert à donner un renseignement, raconte un fait. Il déteste les araignées. 2. La phrase interrogative sert à poser une question. Elle se termine par un point d’interrogation. Qui vient ce soir ? 3. La phrase exclamative sert à exprimer un sentiment (joie, colère, surprise…). Elle se termine par un point d’exclamation. Comme c’est beau ! 4. La phrase impérative sert à donner un ordre. Elle se termine par un point. Fermez les fenêtres. G4- Les formes de phrases Chaque phrase peut prendre deux formes. La forme affirmative (OUI) : Nous irons au bois.
Phrase déclarative à la forme affirmative

Attends moi.
Phrase impérative à la forme affirmative

Attends moi.
Phrase impérative à la forme affirmative

La forme négative (NON), c’est le contraire de la forme affirmative : Nous n’irons pas au bois.
Phrase déclarative à la forme négative

La forme négative (NON), c’est le contraire de la forme affirmative : Nous n’irons pas au bois.
Phrase déclarative à la forme négative

Ne m’attends pas.
Phrase impérative à la forme négative

Ne m’attends pas.
Phrase impérative à la forme négative

G5- C’est quoi un verbe ? Les verbes sont des mots qui changent avec le temps et les personnes. On peut utiliser trois techniques pour les reconnaître : 1. On change le temps de la phrase (on passe au passé, au futur ou au présent) Je joue de la guitare Hier, je jouais de la guitare 2. On change la personne (on passe au singulier ou au pluriel) Nous parlons fort Vous parlez fort 3. On utilise la négation (elle encadre le verbe) Il écoute la radio Il n’écoute pas la radio Quand il est à l’infinitif (ex: jouer), le verbe n’est pas conjugué.

G5- C’est quoi un verbe ? Les verbes sont des mots qui changent avec le temps et les personnes. On peut utiliser trois techniques pour les reconnaître : 1. On change le temps de la phrase (on passe au passé, au futur ou au présent) Je joue de la guitare Hier, je jouais de la guitare 2. On change la personne (on passe au singulier ou au pluriel) Nous parlons fort Vous parlez fort 3. On utilise la négation (elle encadre le verbe) Il écoute la radio Il n’écoute pas la radio Quand il est à l’infinitif (ex: jouer), le verbe n’est pas conjugué.

→ à Maël (COI du verbe donner)

G6- C’est quoi le sujet du verbe ? Le sujet du verbe c’est la personne, l’animal ou la chose dont on parle dans la phrase : on dit ce qu’il fait ou ce qu’il est. L’autruche danse.
sujet du verbe danser

G6- C’est quoi le sujet du verbe ? Le sujet du verbe c’est la personne, l’animal ou la chose dont on parle dans la phrase : on dit ce qu’il fait ou ce qu’il est. L’autruche danse.
sujet du verbe danser

Pour le trouver, on pose la question : « Qui est-ce qui+VERBE ? » Qui est-ce qui danse ? → C’est l’autruche qui danse. G7- Les compléments de verbe (essentiels) et de phrase (facultatifs). → Un GN est complément du verbe s’il ne peut pas être déplacé à l’intérieur de la phrase. Exemple : le soleil va chauffer l’eau
Complément du verbe « va chauffer » car ne peut pas être déplacé

Pour le trouver, on pose la question : « Qui est-ce qui+VERBE ? » Qui est-ce qui danse ? → C’est l’autruche qui danse. G7- Les compléments de verbe (essentiels) et de phrase (facultatifs). → Un GN est complément du verbe s’il ne peut pas être déplacé à l’intérieur de la phrase. Exemple : le soleil va chauffer l’eau
Complément du verbe « va chauffer » car ne peut pas être déplacé

→ Un GN est complément de phrase s’il peut être déplacé à l’intérieur de la phrase ; cela veut dire qu’il est indépendant des autres groupes de la phrase. Exemple : les joueurs forment un cercle loin de leur camp.
Complément de phrase (on peut le déplacer)

→ Un GN est complément de phrase s’il peut être déplacé à l’intérieur de la phrase ; cela veut dire qu’il est indépendant des autres groupes de la phrase. Exemple : les joueurs forment un cercle loin de leur camp.
Complément de phrase (on peut le déplacer)

→ Loin de leur camp, les joueurs forment un cercle. G8- Les C.O.D et les C.O.I, deux compléments de verbe. Le complément d’objet direct (COD) → il répond à la question

→ Loin de leur camp, les joueurs forment un cercle. G8- Les C.O.D et les C.O.I, deux compléments de verbe. Le complément d’objet direct (COD) → il répond à la question

Quoi ? posée après le verbe.
Le chat mange QUOI? → une souris (COD du verbe manger)

Qui ?

ou

Quoi ? posée après le verbe.
Le chat mange QUOI? → une souris (COD du verbe manger)

Qui ?

ou

Exemple : Le chat mange une souris.
COD du verbe manger

Exemple : Le chat mange une souris.
COD du verbe manger

Le complément d’objet indirect (COI) → il répond à la question Á

qui ?, Á quoi, De qui ?, De quoi ?
posée après le verbe. Exemple : Camille parle à Maël.
COI du verbe parler.

Le complément d’objet indirect (COI) → il répond à la question Á

qui ?, Á quoi, De qui ?, De quoi ?
posée après le verbe. Exemple : Camille parle à Maël.
COI du verbe parler.

Camille parle A QUI?

Camille parle A QUI? → à Maël (COI du verbe donner)

G9- Les circonstanciels, des compléments de phrase. → Pour donner des précisions sur les circonstances de ce qui se passe (quand ça se passe, où ça se passe, comment ça se passe) on utilise des compléments circonctanciels. → Le plus souvent on peut déplacer les compléments circonstanciels sans changer le sens de la phrase -Le complément circonstanciel de temps (C.C.T) indique quand se passe l’action. Il répond à la question Quand? Exemple : La nuit, le lion chasse le zèbre
C.C.T

G9- Les circonstanciels, des compléments de phrase. → Pour donner des précisions sur les circonstances de ce qui se passe (quand ça se passe, où ça se passe, comment ça se passe) on utilise des compléments circonctanciels. → Le plus souvent on peut déplacer les compléments circonstanciels sans changer le sens de la phrase -Le complément circonstanciel de temps (C.C.T) indique quand se passe l’action. Il répond à la question Quand? Exemple : La nuit, le lion chasse le zèbre
C.C.T

Le lion chasse Quand ? → La nuit (C.C.T) -Le complément circonstanciel de lieu (C.C.L) indique où se passe l’action. Il répond à la question Où ? Exemple : La nuit, le lion chasse le zèbre dans la savane.
C.C.L

Le lion chasse Quand ? → La nuit (C.C.T) -Le complément circonstanciel de lieu (C.C.L) indique où se passe l’action. Il répond à la question Où ? Exemple : La nuit, le lion chasse le zèbre dans la savane.
C.C.L

Le lion chasse le zèbre Où ? → dans la savane (C.C.L) -Le complément circonstanciel de manière (C.C.M) indique comment se passe l’action. Il

répond à la question Comment ? Exemple : La nuit, le lion chasse le zèbre dans la savane avec méthode
C.C.M

Le lion chasse le zèbre Où ? → dans la savane (C.C.L) -Le complément circonstanciel de manière (C.C.M) indique comment se passe l’action. Il répond à la question Comment ? Exemple : La nuit, le lion chasse le zèbre dans la savane avec méthode
C.C.M

Le lion chasse le zèbre Comment → avec méthode (C.C.M)

?

Le lion chasse le zèbre Comment → avec méthode (C.C.M)

?

→ Donner le nombre d’un nom c’est dire s’il est au singulier ou au pluriel. Les fleurs → nom au pluriel G10- Les adverbes Les mots invariables qui apportent une indication sur l’action tout en se plaçant près d’un verbe, d’un adjectif ou d’un autre adverbe pour en compléter ou en modifier le sens s’appellent : les adverbes. L’adverbe est un mot invariable. L’adverbe sert à préciser : → un verbe : Il se trompe rarement. → un adjectif :Cette glace est trop froide. → un autre adverbe: On devrait se voir plus souvent. On distingue six sortes d’adverbes selon les idées qu’ils expriment: 1. Les adverbes de lieu : Ici, là, loin, près, auprès, où, dedans, dehors, devant, derrière, là-bas… 2. Les adverbes de temps : Avant, après, aujourd’hui, demain, hier, autrefois, bientôt, encore… 3. Les adverbes de manière : Ainsi, bien, mal, mieux, exprès, prudemment, lentement, court, peu à peu… 4. Les adverbes de quantité : Assez, trop, autant, plus, moins, davantage, peu, si, tellement, très beaucoup... 5. Les adverbes de négation : Non, nullement, pas, ne … pas, point, ne … jamais, ne … plus… 6. Les adverbes d’affirmation ou de doute Oui, certes, assurément, sans doute, probablement, peut-être, sûrement … On peut les regrouper en 2 catégories : Ceux qui complètent : 1, 2 et 3. Ceux qui modifient : 4, 5 et 6. G11- Le nom → Un nom est un mot qui désigne une personne, un personnage, un animal, une chose ou une idée.
Exemples : enfant, Astérix, souris, téléphone, liberté…

G10- Les adverbes Les mots invariables qui apportent une indication sur l’action tout en se plaçant près d’un verbe, d’un adjectif ou d’un autre adverbe pour en compléter ou en modifier le sens s’appellent : les adverbes. L’adverbe est un mot invariable. L’adverbe sert à préciser : → un verbe : Il se trompe rarement. → un adjectif :Cette glace est trop froide. → un autre adverbe: On devrait se voir plus souvent. On distingue six sortes d’adverbes selon les idées qu’ils expriment: 1. Les adverbes de lieu : Ici, là, loin, près, auprès, où, dedans, dehors, devant, derrière, là-bas… 2. Les adverbes de temps : Avant, après, aujourd’hui, demain, hier, autrefois, bientôt, encore… 3. Les adverbes de manière : Ainsi, bien, mal, mieux, exprès, prudemment, lentement, court, peu à peu… 4. Les adverbes de quantité : Assez, trop, autant, plus, moins, davantage, peu, si, tellement, très beaucoup... 5. Les adverbes de négation : Non, nullement, pas, ne … pas, point, ne … jamais, ne … plus… 6. Les adverbes d’affirmation ou de doute Oui, certes, assurément, sans doute, probablement, peut-être, sûrement … On peut les regrouper en 2 catégories : Ceux qui complètent : 1, 2 et 3. Ceux qui modifient : 4, 5 et 6. G11- Le nom → Un nom est un mot qui désigne une personne, un personnage, un animal, une chose ou une idée.
Exemples : enfant, Astérix, souris, téléphone, liberté…

→ Pour le trouver il faut que je puisse mettre un déterminant (un, une…) devant. Un enfant→ le mot enfant est un nom G12- Le genre et le nombre → Donner le genre d’un nom c’est dire s’il est masculin ou féminin La guitare → nom féminin

→ Pour le trouver il faut que je puisse mettre un déterminant (un, une…) devant. Un enfant→ le mot enfant est un nom G12- Le genre et le nombre → Donner le genre d’un nom c’est dire s’il est masculin ou féminin La guitare → nom féminin

→ Donner le nombre d’un nom c’est dire s’il est au singulier ou au pluriel. Les fleurs → nom au pluriel

Le mot « possessif » vient de « posséder ».

G13- Le Groupe Nominal (GN) Dans une phrase les noms sont accompagnés d’autres mots qui leur apportent des précisions. Tous ces mots qui sont attachés au nom (= sans lui ils ne servent à rien) sont dans le groupe nominal (= le groupe du nom). Exemple : Les gentils élèves de CE2 jouent dans la belle cour.
Groupe nominal (nom principal c’est « élève »+les mots qui sont attachés à « élèves »)

G13- Le Groupe Nominal (GN) Dans une phrase les noms sont accompagnés d’autres mots qui leur apportent des précisions. Tous ces mots qui sont attachés au nom (= sans lui ils ne servent à rien) sont dans le groupe nominal (= le groupe du nom). Exemple : Les gentils élèves de CE2 jouent dans la belle cour.
Groupe nominal (nom principal c’est « élève »+les mots qui sont attachés à « élèves »)

GN= nom principal + mots qui sont attachés Dans un GN, le nom peut être seul (ex : Tautavel) ou il peut être : 1→Accompagné d’un déterminant (G14) 2→Accompagné d’un déterminant et d’adjectifs (G15) 3→Accompagné d’un déterminant et d’un complément du nom (G16) 4→Accompagné d’une proposition subordonnée relative (G17) G14-Les déterminants Les mots placés avant les noms s’appellent des déterminants. Les principaux sont dans ce tableau.
AU SINGULIER Les articles indéfinis : Pour parler d’une personne, d’un animal ou d’un objet en général. Les articles définis : Pour parler d’une personne, d’un animal ou d’un objet que l’on connaît. Les articles contractés Les adjectifs démonstratifs : Pour montrer ou désigner précisément une personne, un animal ou un objet. Les adjectifs possessifs : Pour indiquer à qui appartient un objet, un animal ou un personnage AU PLURIEL

GN= nom principal + mots qui sont attachés Dans un GN, le nom peut être seul (ex : Tautavel) ou il peut être : 1→Accompagné d’un déterminant (G14) 2→Accompagné d’un déterminant et d’adjectifs (G15) 3→Accompagné d’un déterminant et d’un complément du nom (G16) 4→Accompagné d’une proposition subordonnée relative (G17) G14-Les déterminants Les mots placés avant les noms s’appellent des déterminants. Les principaux sont dans ce tableau.
AU SINGULIER Les articles indéfinis : Pour parler d’une personne, d’un animal ou d’un objet en général. Les articles définis : Pour parler d’une personne, d’un animal ou d’un objet que l’on connaît. Les articles contractés Les adjectifs démonstratifs : Pour montrer ou désigner précisément une personne, un animal ou un objet. Les adjectifs possessifs : Pour indiquer à qui appartient un objet, un animal ou un personnage AU PLURIEL

un chien

une chatte

des oiseaux

un chien

une chatte

des oiseaux

le chien l’ours au jardin Il parle du film

la chatte l’abeille

les oiseaux aux jardins Il parle des films

le chien l’ours au jardin Il parle du film

la chatte l’abeille

les oiseaux aux jardins Il parle des films

ce chien cet homme

cette chatte ma sœur ta trousse sa flûte

ces oiseaux ces enfants

ce chien cet homme

cette chatte ma sœur ta trousse sa flûte

ces oiseaux ces enfants

mon père ton sac son cartable

mes frères tes crayons ses livres

mon père ton sac son cartable

mes frères tes crayons ses livres

Le mot « déterminant » vient du mot « déterminer » qui veut dire préciser. Le mot « adjectif » vient de « ajouter ». Un adjectif est un mot qu’on ajoute au nom. Le mot « démonstratif » vient de « montrer ».

Le mot « déterminant » vient du mot « déterminer » qui veut dire préciser. Le mot « adjectif » vient de « ajouter ». Un adjectif est un mot qu’on ajoute au nom. Le mot « démonstratif » vient de « montrer ». Le mot « possessif » vient de « posséder

G15- L’adjectif qualificatif L’adjectif est un mot qui apporte des précisions au nom qu’il accompagne. On dit qu’il qualifie le nom. Ex : L’immense voiture
Immense donne des précisions au nom voiture

G15- L’adjectif qualificatif L’adjectif est un mot qui apporte des précisions au nom qu’il accompagne. On dit qu’il qualifie le nom. Ex : L’immense voiture
Immense donne des précisions au nom voiture

G16- Le complément du nom Un complément du nom est un groupe de mots qui apporte des précisions au nom. Il est rattaché au nom par une préposition (de, à, sans, avec, en…) et il est toujours placé après le nom. Une cocotte en papier
Complément du nom

G16- Le complément du nom Un complément du nom est un groupe de mots qui apporte des précisions au nom. Il est rattaché au nom par une préposition (de, à, sans, avec, en…) et il est toujours placé après le nom. Une cocotte en papier
Complément du nom

Nom+ mots qui commencent par à, de…

Nom+ mots qui commencent par à, de…

G17- La proposition subordonnée relative C’est un morceau de phrase avec un verbe qui apporte des précisions au nom et qui commence par un pronom relatif (qui, que, dont, où). Le garçon qui joue dans la cour est gentil.
Proposition S.R attachée à « garçon »

G17- La proposition subordonnée relative C’est un morceau de phrase avec un verbe qui apporte des précisions au nom et qui commence par un pronom relatif (qui, que, dont, où). Le garçon qui joue dans la cour est gentil.
Proposition S.R attachée à « garçon »

Nom+mots qui commencent par qui, que… G18- Les pronoms personnels Ce sont des mots qui remplacent un nom ou un GN. Ils servent à éviter les répétitions. Les animaux → ils Leur métier dans la phrase peut être sujet, COD ou COI. Sujet COD COI je Me (m’) me m’ (ou moi) tu Te (t’) te t’ (ou toi) il Le (l’) lui elle la lui on nous nous nous vous vous vous ils les leur elles les leur

Nom+mots qui commencent par qui, que… G18- Les pronoms personnels Ce sont des mots qui remplacent un nom ou un GN. Ils servent à éviter les répétitions. Les animaux → ils Leur métier dans la phrase peut être sujet, COD ou COI. Sujet COD COI je Me (m’) me m’ (ou moi) tu Te (t’) te t’ (ou toi) il Le (l’) lui elle la lui on nous nous nous vous vous vous ils les leur elles les leur

G19- Les pronoms possessifs G19- Les pronoms possessifs Ils remplacent un nom ou un GN et permettent d’indiquer à qui appartient ce dont on parle.
singulier masculin Le mien Le tien Le sien Le nôtre Le vôtre Le leur féminin La mienne La tienne La sienne La nôtre La vôtre La leur masculin Les miens Les tiens Les siens Les nôtres Les vôtres Les leurs pluriel féminin Les miennes Les tiennes Les siennes Le mien Le tien Le sien Le nôtre Le vôtre Le leur

Ils remplacent un nom ou un GN et permettent d’indiquer à qui appartient ce dont on parle.
singulier masculin féminin La mienne La tienne La sienne La nôtre La vôtre La leur masculin Les miens Les tiens Les siens Les nôtres Les vôtres Les leurs pluriel féminin Les miennes Les tiennes Les siennes

Mamie a fait des crêpes. Les siennes sont aussi bonnes que celles de maman G20- Les pronoms démonstratifs Les pronoms démonstratifs servent à remplacer des noms comme si on les montrait du doigt. Les élèves travaillent. Ceux-là ont terminé.
Singulier féminin Celles Celles-ci Celles-là masculin Celui Celui-ci Celui-là féminin Celle Celle-ci Celle-là Ceux Ceux-ci Ceux-là Pluriel masculin féminin Celles Celles-ci Celles-là

Mamie a fait des crêpes. Les siennes sont aussi bonnes que celles de maman G20- Les pronoms démonstratifs Les pronoms démonstratifs servent à remplacer des noms comme si on les montrait du doigt.
Singulier masculin Celui Celui-ci Celui-là féminin Celle Celle-ci Celle-là Ceux Ceux-ci Ceux-là Pluriel masculin

Les élèves travaillent. Ceux-là ont terminé. V- Le Vocabulaire V1- Comment chercher dans un dictionnaire ? Il faut connaître l’alphabet et savoir la place de chaque lettre. abcdefghijklmnopqrstuvwxyz L’alphabet comporte 26 lettres : 20 consonnes et 6 voyelles (a,e,i,o,u,y)

V- Le Vocabulaire V1- Comment chercher dans un dictionnaire ? Il faut connaître l’alphabet et savoir la place de chaque lettre. abcdefghijklmnopqrstuvwxyz L’alphabet comporte 26 lettres : 20 consonnes et 6 voyelles (a,e,i,o,u,y)

V2- Lire un article de dictionnaire Un article de dictionnaire contient différentes informations sur un mot :

V2- Lire un article de dictionnaire Un article de dictionnaire contient différentes informations sur un mot :

Coller ici une photocopie d’une définition

Coller ici une photocopie d’une définition

→Son orthographe →Sa nature, sa classe grammaticale (sous forme d’abréviation *) →Des explications sur le ou les sens qu’il peut avoir →Des phrases exemple (écrites en italique) où on trouve le mot cherché →Des mots contraires ou synonymes Certains dictionnaires précisent les mots qui appartiennent à la même famille que celui de l’article. A côté du mot, on peut trouver sa terminaison au féminin. Ex : Instituteur, trice
(*) Pour bien comprendre un article de dictionnaire, il faut connaître le sens des abréviations qu’on peut rencontrer : n.f. nom féminin prép. préposition n.m. nom masculin adv. adverbe adj. adjectif v. verbe syn. synonyme contr. Contraire

→Son orthographe →Sa nature, sa classe grammaticale (sous forme d’abréviation *) →Des explications sur le ou les sens qu’il peut avoir →Des phrases exemple (écrites en italique) où on trouve le mot cherché →Des mots contraires ou synonymes Certains dictionnaires précisent les mots qui appartiennent à la même famille que celui de l’article. A côté du mot, on peut trouver sa terminaison au féminin. Ex : Instituteur, trice
(*) Pour bien comprendre un article de dictionnaire, il faut connaître le sens des abréviations qu’on peut rencontrer : n.f. nom féminin prép. préposition n.m. nom masculin adv. adverbe adj. adjectif v. verbe syn. synonyme contr. Contraire

V3- Les familles de mots Tous les mots que je peux créer à partir d’un autre mot constituent une famille. La partie commune dans tous les mots s’appelle le radical. Exemple : terr est le radical de : terrain, terreau, terre, déterrer On peut rajouter un groupe de lettres devant le radical pour modifier sons sens : c’est le préfixe défaire → dé (préfixe)+faire Si on rajoute un groupe de mots après le radical, on parle de suffixe. Parfumeur → parfum + eur (suffixe)
Préfixes pour exprimer le contraire in → invisible il → illisible ir → irrégulier dé → désaccord dis → disjoint Des préfixes de quantité et de mesure multi (plusieurs) → multiprise mini (petit) → minigolf micro (très petit) → microscope super (très grand) → supermarché mono (un seul) → monoski poly (plusieurs) → polygone

V3- Les familles de mots Tous les mots que je peux créer à partir d’un autre mot constituent une famille. La partie commune dans tous les mots s’appelle le radical. Exemple : terr est le radical de : terrain, terreau, terre, déterrer On peut rajouter un groupe de lettres devant le radical pour modifier sons sens : c’est le préfixe défaire → dé (préfixe)+faire Si on rajoute un groupe de mots après le radical, on parle de suffixe. Parfumeur → parfum + eur (suffixe)
Préfixes pour exprimer le contraire in → invisible il → illisible ir → irrégulier dé → désaccord dis → disjoint Des préfixes de quantité et de mesure multi (plusieurs) → multiprise mini (petit) → minigolf micro (très petit) → microscope super (très grand) → supermarché mono (un seul) → monoski poly (plusieurs) → polygone

V4- Les synonymes Ce sont des mots qui ont le même sens (ou presque). On les utilise pour éviter les répétitions quand on écrit. Exemples: enfant, bambin, gamin, gosse, môme, marmot V5- Les homonymes Ce sont des mots qui se prononcent de la même manière mais qui n’ont ni le même sens ni la même orthographe. Exemples: vers (la direction) – ver (de terre) – vert – verre (pour boire) V6- Les différents sens d’un mot Sens propre et sens figuré Selon la phrase dans laquelle il est, un mot peut ne pas avoir le même sens. Une carte à jouer La carte routière Une carte de visite Le sens propre d’un mot est le sens le plus courant d’un mot ou d’une expression, celui qu’on trouve dans le dico. Il creuse la terre Le sens figuré est un sens imagé. Il se creuse la tête V7- Les niveaux de langage On ne s’exprime pas de la même façon selon la situation ou la personne à qui l’on parle. Le niveau de langage peut être : - familier : Un cabot est entré dans la baraque ! - courant : Un chien est entré dans la maison ! - soutenu : Un chien s’est introduit dans la demeure !

V4- Les synonymes Ce sont des mots qui ont le même sens (ou presque). On les utilise pour éviter les répétitions quand on écrit. Exemples: enfant, bambin, gamin, gosse, môme, marmot V5- Les homonymes Ce sont des mots qui se prononcent de la même manière mais qui n’ont ni le même sens ni la même orthographe. Exemples: vers (la direction) – ver (de terre) – vert – verre (pour boire) V6- Les différents sens d’un mot Sens propre et sens figuré Selon la phrase dans laquelle il est, un mot peut ne pas avoir le même sens. Une carte à jouer La carte routière Une carte de visite Le sens propre d’un mot est le sens le plus courant d’un mot ou d’une expression, celui qu’on trouve dans le dico. Il creuse la terre Le sens figuré est un sens imagé. Il se creuse la tête V7- Les niveaux de langage On ne s’exprime pas de la même façon selon la situation ou la personne à qui l’on parle. Le niveau de langage peut être : - familier : Un cabot est entré dans la baraque ! - courant : Un chien est entré dans la maison ! - soutenu : Un chien s’est introduit dans la demeure !