You are on page 1of 14

MECANIQUE DES FLUIDES

INTRODUCTION :
L'objet de cette partie du programme consiste à établir les relations fondamentales décrivant
l'équilibre d'un fluide. Ce dernier peut être :
 En repos

STATIQUE DES FLUIDES ,
permet de déterminer la répartition de pression et des forces de contact .
 ou en mouvement  DYNAMIQUE DES FLUIDES ,
dans le cas général, l'équilibre d'un fluide en mouvement peut être décrit par les principes
fondamentaux de la mécanique et de la thermodynamique;
 PRINCIPE DE CONSERVATION DE LA MASSE :
Un fluide voit sa masse se conserver au cours de son mouvement
(équation de continuité)
 PRINCIPE DE CONSERVATION DE LA QUANTITE DE MOUVEMENT :
La dérivée de la quantité de mouvement d'un système matériel est égale à la somme des forces
extérieures s'exerçant sur ce système .
(lois fondamentales de la dynamique)
 PRINCIPE DE CONSERVATION DE L'ENERGIE :
qui se traduit par l'égalité entre la somme des différentes énergies apportées au domaine fluide
considéré, par unité de temps et la variation d'énergie totale du fluide contenu dans le domaine
pendant le même temps (variation d'énergie interne plus variation d'énergie cinétique).
Certaines notions et définitions qui vont nous faciliter l'établissement des équations correspondantes,
vont êtres introduites au premier chapitre de ce document.

………………………………………………………………………………………………… …chapitre1 – page
Cours „mécanique des fluides‟ - par Zgolli Ridha - ENIT

1

 l'isotropie assure que dans le domaine occupé par le fluide (domaine fluide). MILIEUX CONTINUS . est considéré comme un milieu continu (fluide homogène) . Exemples:  l'air (mélange de gaz). Dans la suite de ce cours. très petites et libres de se déplacer les unes par rapport aux autres.ENIT 2 .Chapitre1 : NOTIONS FONDAMENTALES 1. Une telle situation se rencontre dans la très haute atmosphère (rentrée des véhicules spatiaux) et dans les systèmes d‟ultravide utilisés en physique du solide. on fait souvent la distinction entre liquides et gaz. ………………………………………………………………………………………………… …chapitre1 – page Cours „mécanique des fluides‟ . Du point de vu mathématique une particule est assimilée à un point (analogie avec la notion de point matériel en mécanique rationnelle).  à très basse pression. nous considérerons tous les fluides comme des milieux continus dont les propriétés physiques et la dynamique peuvent être d´ecrits par des fonctions des coordonnées spatiales. Les liquides et gaz habituellement étudiés sont isotropes. mobiles et visqueux. les propriétés sont identiques dans toutes les directions de l'espace. La propriété physique qui permet de faire la différence entre les deux est la compressibilité.  la viscosité caractérise le fait que tout changement de forme d‟un fluide réel s'accompagne d'une résistance au mouvement des particules ( : frottements). c‟est le libre parcours moyen qui fixe la limite de l‟hypothèse de continuité. Parmi les fluides.  un domaine fluide constitué d'une suspension d'un liquide dans un autre. on ne peut plus appliquer les lois classiques de la mécanique des fluides. Un fluide peut être considéré comme étant formé d'un grand nombre de particules matérielles.  la mobilité fait qu'un fluide n'a pas de forme propre et qu'il prend la forme du récipient qui le contient.1.par Zgolli Ridha . Un fluide est donc un milieu matériel continu.FLUIDES: Un fluide est constitué à chaque instant par les mêmes éléments de matière appelées particules fluides. déformable. sans rigidité et qui peut s'écouler. Lorsque la pression est suffisamment basse pour que la distance moyenne entre molécules devienne plus grande que les dimensions caractéristiques de l‟´ecoulement. Dans un gaz. le gaz raréfié voit les distances intermoléculaires trop grandes pour qu'on puisse admettre que ses propriétés varient continûment (milieu non continu). n'est pas un milieu continu.

D avec (M. la force df que la partie (1) exerce sur la partie df (2) à travers un élément de surface dS (au sein même du fluide ou le df df T long de sa frontière) a une direction quelconque. dS 2 1 dS  df t La quantité  dS Par définition. Alors que la densité d‟un gaz est le rapport entre la masse volumique du gaz considéré et la masse volumique de l‟air sec à la pression atmosphérique à 20°C.une composante normale : dfn  df n représente la contrainte tangentielle et  represente la contrainte normale.2.I.Hg (mm Colonne de mercure). en Kg/m3 dans le (S. (mm Colonne d‟Eau) ou le mm C. tend vers 0 (donc tend vers le point M). PRESSION DANS UN FLUIDE : (p)  Dans un milieu fluide. lorsque   l‟élément de surface dS centré en M. Leur conversion dépend évidemment des masses volumisues (voir chapitre „Statique‟).t) : la masse volumique du fluide à l'instant t au point M. Remarque : les unités industrielles habituellement utilisées sont le mm C.t) tel que la masse m du fluide contenu dans D soit défini par : m=   (M .ENIT 3 . Rappelons que la densité d‟un liquide est le rapport entre la masse volumique du liquide considéré et la masse volumique de l‟eau pure (à 1000Kg/m3). ………………………………………………………………………………………………… …chapitre1 – page Cours „mécanique des fluides‟ .E. t )dv D.I): le [N/m²] ou aussi le [Pa] (Pascal) .).par Zgolli Ridha . le domaine occupé par le fluide à l'instant t. Cette force N élémentaire peut toujours être décomposée en :  . 1.1. 1 bar = 105 Pa = 1daN/cm2 .une composante tangentielle : dft  . Il existe xM M .t) à cet instant une fonction scalaire non négative (M.  lim df n p    (  ) dS  0 dS Unités de p dans le Système Universel (S.3. t. MASSE VOLUMIQUE: ( ) Soit D de volume V. Remarques : - Ne pas confondre avec la densité qui est sans unité. la pression p au point M representera la limite de la contrainte normale. - Les fluides évoluant à masse volumique invariante (Cteseront appelés „fluides isovolumes‟ ou aussi „fluides incompressibles‟. 1 Pa = 1 N/m² On utilise aussi le « bar » .

5).. pour les gaz (considérés incompressibles) µ  lorsque T . On utilise souvent le Stokes (St) ou le centiStokes (cSt) ou aussi le mm2/s .. noté  et défini par la relation suivante . PROPRIETES DE LA VISCOSITE : Pour les fluides classiques.. =µ/ l‟unité de  dans le Système International (S.5...1 Huile de graissage:10 à 1200 Air. c) Fluide parfait (ou idéal) pour lequel la viscosité est nulle...6 Glycérine..6 essence..018 mercure.. FLUIDE REEL .I) est le „m2/s‟.. 0. la vitesse de chaque particule située dans une section droite perpendiculaire à l'écoulement d'ensemble. Unités de µ dans le Système International (S.par Zgolli Ridha . 0.. 1 Po = 0... La notion de fluide parfait est une pure abstraction destinée à faciliter certains calculs de mécanique des fluides théoriques. La figure et le tableau suivants montrent que la viscosité cinématique de l‟eau décroît lorsque T augmente... le coefficient de viscosité dynamique µ est considéré constant ne dépendant que de la température du fluide (cette dernière étant considérée constante ). Dans ce cas les forces de frottement (entre les différéntes particules fluide et entre le fluide et le milieu adjacent) sont nulles. La force de frottement qui s'exerce à la surface de séparation de deux couches fluides contiguës. Exemple : à 20°C. 1 cSt = 10-2 St = 10-6 m2/s = 1 mm2/s...:870 b) Viscosité cinématique  : La viscosité du fluide peut être aussi caractérisée par le coefficient de viscosité cinématique..I) : le Poiseuille (Pl). 1 cPo = 0..1 Pl . la viscosité dépend essentiellement de la température T.. quelques valeurs de µ en cPo eau. ………………………………………………………………………………………………… …chapitre1 – page Cours „mécanique des fluides‟ .. 1.. Si on représente par un vecteur. L'expérience montre que.ENIT 4 . alors que pour les liquides µ  lorsque T (plus de détails au &1. 2) a) coefficient de viscosité dynamique µ : Pour les fluides classiques en écoulement incompressible. et les forces surfaciques se réduisent aux forces de pression..4... voir ch. les particules fluide ne s'écoulent pas à la même vitesse... 1..01 Pl.VISCOSITE D'UN FLUIDE: Sous l'effet des forces d'interaction.1. Le mouvement du fluide peut être considéré comme résultant du glissement des couches de fluide les unes sur les autres... s'oppose au glissement d'une couche sur l'autre et elle est généralement proportionnelle au coefficient de viscosité dynamique µ (considéré constant pour les fluides classiques .. 1 Pl = 1 Ns/m2 on utilise aussi le Poise (Po) ou le centipoise ( cPo). la courbe lieu des extrémités de ces vecteurs représente le « profil de vitesse »......

Il n'existe pas de calcul mathématique fondamental permettant de déterminer à priori la variation de la viscosité en fonction de la température pour tous les fluides. Les huiles de moins bonne qualité (huiles à tendance asphaltique) vont avoir un indice I <100. et  est le coefficient de viscosité cinématique du liquide à la température absolue T.841 29 0.141 20 1. Pour une huile donnée.442 a) Equation de Walter. on peut utiliser l'une des deux méthodes suivantes.556 65 0. Une transformation logarithmique des coordonnées.727 40 0.804 35 0.par Zgolli Ridha .661 50 0. l'expression la mieu adaptée est de forme exponentielle. il suffit de connaître la viscosité à deux températures différentes pour déterminer la viscosité à une troisième température. La loi semi empirique la plus utilisée pour exprimer cette transformation. des huiles de synthèse d'indice de viscosité dépassant largement la valeur moyenne de 100. au moyen d'un nombre (: I). Selon la catégorie à laquelle appartient l'huile dont on veut déterminer l'indice de viscosité.823 30 0. est la suivante (Walter): Log[log( + 0.308 15 1. viscosité et température. Et à l'heure actuelle on obtient à l'aide d'additifs synthétiques. permet de convertir les courbes de variation de la viscosité en droites.896 26 0.ENIT 5 .6)] = k1 log T + k2 où k1 et k2 sont deux constantes qui dépendent du liquide considéré.005 25 0.(à tendance paraffinique). b) Indice de viscosité. ………………………………………………………………………………………………… …chapitre1 – page Cours „mécanique des fluides‟ .856 28 0.Temp Viscosité cinématique de °C l‟eau (x 10-6 m2/s) °C m2/s 5 1.878 27 0. Pour les huiles minérales. Il permet d'exprimer. on assiste à une baisse de la viscosité lorsque la température augmente. L'indice I=100 a été alloué aux huiles minérales standards. la variation de viscosité d'une huile en fonction de sa température.520 10 1. Pour toutes les huiles minérales ( et aussi pour les huiles synthétiques mais dans un ordre moindre).

ont respectivement des viscosités c et d à T=37. 0075 (N=log(antilogN)) 1. log a (anti log N )  1  100 0.6. pour les huiles à indice I < 100 . o Surface de séparation :frontière de deux fluides différents (exemple de la suraface libre = surface de séparation d‟un liquide de l‟air libre de l‟atmosphère) ………………………………………………………………………………………………… …chapitre1 – page Cours „mécanique des fluides‟ .100 od  oc Où .ENIT 6 . Soit à déterminer I(X) correspondant à une huile X de viscosité a(X) à T=99°C et b(X) à T=37.8°C. SURFACES DE DISCONTINUITE : (de 1ère espèce: discontinuité finie) o Surface de glissement: surface de discontinuité(de vitesse) séparant deux domaines d'un même fluide à vitesses différentes. et od sont des quantités mesurées sur l'axe des ordonnées de la figure suivante. ob.par Zgolli Ridha . Exemple : surface séparant le fluide en écoulement dans la conduite et le flude en répos dans le tube piézométrique (figure suivante) fluide en en repos Surface de glissement fluide en écoulement o Surface de contact :surface de discontinuité de toute autre propriété que la vitesse et la pression pour deux domaines adjacents d'un même fluide. L'indice de viscosité recherché de l'huile X s'obtient alors par la formule suivante: I(X) = oc  ob .  pour les huiles à indice I > 100.8 T2=99 T(°C) dans ce cas l'indice de viscosité de l'huile X est déterminé par l'expression suivante: I(X) = Où N = log c  log b . oc. (cSt) d Huile B Huile X b c a o Huile A T1=37.8°C. Les deux huiles de référence A(indice 100) et B(indice 0) ayant la même viscosité (a) à 99°C. non traversée par les particules.

1. masse volumique et température) à chaque instant t. L'éqution analytique correspondante s'écrit: dx3 dx1 dx2    dt u1 ( xi .7.t) et(M. c‟est à dire que l‟on peut écrire M(t)=M(M0.t). t ) u2 ( xi . TRAJECTOIRE: C'est une courbe. 1. qui represente en chaque point M de l'espace. des différentes particules du fluide qui passent par ce point. et toute grandeur physique associée à cette particule est exprimée en fonction de M0 et t: M(t) = M(M0. lieu des positions occupées par une particule donnée au cours de son mouvement (M(xi . pression.ENIT 7 .2. 1. va être à l'instant t au point M de coordonnées xi(xi0 .par Zgolli Ridha .t) . x3 Soient x1.1. telle que la vitesse. x2.t)). en exprimant ses caractéristiques (vitesse. nous utiliserons la fonction vectorielle U (M.et qui mesure une propriété. la méthode dite de Lagrange et la méthode d'Euler.). la particule passant par le point M0 de coordonnées xi0 à t0 . (ce qui revient à placer un instrument de mesure en ce point M . t ) avec xi les coordonnées dans le repère cartésien et ui les composantes du vecteur vitesse en ce point à cet instant t. M(xi) et t sont des variables indépendantes. position. 1. ………………………………………………………………………………………………… …chapitre1 – page Cours „mécanique des fluides‟ . Remarque : Pour toute la suite. en fonction de ses caractéristiques t0à un instant antérieur fixé t0. x1  Pour décrire l'état cinématique du fluide. Et pour ce fait. il existe deux méthodes . METHODE D'EULER : Dans ce cas le mouvement du fulide est décrit en suivant l'évolution de ses propriétés physiques(principalement la vitesse) en chaque point M de l'espace occupé par le fluide à chaque instant t.t) =  (M0.7.7. DESCRIPTION LAGRANGIENNE : Dans ce cas le comportement du fluide est décrit. t ) u3 ( xi . DEFINITIONS DE CINEMATIQUE DES FLUIDES : On rappelle que l'objet de la cinématique est la description de son mouvement.t) . x3 les coordonnées M(xi ) x2 dans un repère Galiléen du point M .t).7. Autrement-dit. Ce sont les variables d'Euler. cette méthode sera abandonnée et nous adopterons plutôt la description Euleurienne suivante. le vecteur vitesse de la particule qui à l'instant t se trouve en M.3.

on dit qu'on a un tube de rotation. TOURBILLON-SURFACE DE ROTATION ET CIRCULATION :  1  Le vecteur   rotU est appelé vecteur rotation ou tourbillon. t0 ) 1.1.6. L‟intensité du tube tourbillon est égale à la circulation le long d'une courbe fermée tracée sur la surface du tube tourbillon.ENIT 8 . Une surface de rotation est constituée de lignes de rotation qui s'appyent sur une coube donnée. 2  Les lignes de rotation à un instant donné sont les lignes de force de champ des vecteurs  à cet instant.  Alors le flux de  à travers ce tube est constant et s'appelle intensité du tube de rotation:    . L étant un contour fermé S entourant S.4.7.ndS . SURFACE DE COURANT .dS S2 S1 S2 Consequence: Un tube de rotation d'intensité non nulle ne peut pas se terminer au sein du fluide considéré. ………………………………………………………………………………………………… …chapitre1 – page Cours „mécanique des fluides‟ .5. une ligne de courant est tangente au vecteur vitesse de la particule qui passe par ce point à cet instant.7. Remarque :Une particule qui rentre dans un tube de courant. et qu'elle entoure une fois le tube. ne peut plus s'échapper par ses surfaces latérales. t0 ) u2 ( xi .TUBE DE COURANT: une surface de courant est constituée de l‟ensemble des lignes de courant qui reposent sur une courbe donnée. dx3 dx1 dx2   u1 ( xi .par Zgolli Ridha .  En notant par  la circulation du vecteur vitesse U le long d'un arc (AB).    U . L‟équation analytique correspondante s‟écrit en coordonnées cartésiennes comme suit . En chacun de ses points. défini par sa surface latérale Slat(surface de rotation) délimitée par S1 et S2 deux cloisons n1 interieurs au tube(voir figure). la surface de courant prend la forme d'un tube appelé "tube de courant". lorsque cette courbe est décrite dans le sens direct autour de  la direction n liée au sens de parcours sur le contour L(règle du tire-bouchon). de normales unitaires n1 et n2.7. Soit un tube de rotation à l'instant t. Et lorsque cette courbe est fermée.dl = L    rotU . 1. on a :    Uds  AB  Le théorème du rotationnel (de Stokes) donne.dS  S1 n2 Slat    . LIGNE DE COURANT (à l'instant t0) C'est la ligne de force du chmp des vitesses à cet instant. Lorsque cette dernière est fermée. t0 ) u3 ( xi .

o En variables d‟Euler .y.t) = f(x(t).t) représentant la densité d‟une certaine grandeur G relative à tout le domaine D occupé par le fluide à cet instant.3. t) et dans ce cas la dérivée particulaire de f se réduit à la dérivée partielle par rapport au temps puisque x0.ENIT 9 .y0. on montre facilement que l‟on peut écrire en variables d‟Euleur . f(x. ………………………………………………………………………………………………… …chapitre1 – page Cours „mécanique des fluides‟ .2 . y et z.8.) f dt t f : dérivée instantanée ou locale( pour rappeler que P reste fixe dans cette dérivation.t) s‟écrit .y.d. Pour V  U on aura :   dt t 2 1. DERIVEE MATERIELLE D'UNE FONCTION VECTORIELLE:  Par application de la dérivée particulaire d‟une fonction scalaire aux composates du vecteur V . df f  dt t Par exemple si f est la position de la particule. DERIVEE MATERIELLE D'UNE FONCTION SCALAIRE: Considérons une fonction scalaire f rattachée à la particule fluide P de coordonnées x. dite expression de Helmoltz. et z sont les coordonnées de la particule en question et sont donc fonction de t.par Zgolli Ridha .z0 . f (P .y. DERIVEE MATERIELLE D'UNE INTEGRALE DE VOLUME: Consdérons la fonction g(P.8. A chaque instant t. on fait apparître les termes x y z t  dx dy dz  u. la dérivée particulaire est sa vitesse. En suivant la particule dans son mouvement.   df f   (U .à.)V dt t      dU U 1  2      (.z(t).U )  (U )U . Et on peut écrire .8. DERIVEE MATERIELLE: la dérivée materielle ou particulaire est la dérivée par rapport au temps lorsqu‟on suit la particule d dans son mouvement. x.y0.z0 sont des constantes. le domaine D occupé par le fluide est de volume V délimité par une surface S considéré régulière. o En variables de Lagrange .  v.y(t). et  w représantant les composantes du vecteur U vitesse de la particule fluide dt dt dt passant par P à l‟instant t. c. On montre que l‟on peut écrire dans ces cas .) f  U . t )dv D A l‟instant t. dt 1.z et t sont des variables indépendantes.8. x. f = f(x0.  df  1.1. On la notera ici par .t) f f f f dx  dy  dz dt et en divisant par dt.z.grad f : partie convective .G s‟écrit : G   g ( P.elle est nulle s‟il n‟y a pas de mouvement. t     et (U .      dV V   (U .1.

Cette équation peut écrite aussi sous la forme suivante .  dG    gdv   gU . dt t V S   n étant le vecteur unitaire normal à d S .ndS  0 S C‟est l‟équation de conservation de la masse sous forme intégrale. en appliquant le théorème de Green on a . dirigée vers l‟exterieur du domaine D Le premier terme est la partie instationnaire de la dérivée materielle. APPLICATION : Equation de continuité Le principe de conservation de la masse traduit le fait qu'il n'y a ni apparition ni disparition de matière au sein du fluide en mouvement. nous aurons . on peut écrire . c‟est à dire :(voir „dérivation matérielle‟) D dm 0  dt   t dv      U.8. Avec l‟Hypothèse que le volume V ne renferme pas de surface de discontinuité pour g et pour la   g vitesse U . t V t V    De plus.4. Sa masse m définie par : m    dv reste inchangée .  gU .n)dS dt t V S 1. occupant à l‟instant t un domaine D de frontière S. ………………………………………………………………………………………………… …chapitre1 – page Cours „mécanique des fluides‟ . d‟où : S V   dG  g     div( gU ) dv dt t  V  On étend les résultants précédents à une intégrale de fonction vectorielle en considérant séparément   les composantes de cette fonction.ndS . Considérons un fluide en mouvement.ndS   div( gU )dv . et le second terme est la partie  convective représentant le flux de f U à travers S. L’équation précédente (de continuité) peut s’écrire aussi sous la forme . Soit J   rdv . Et dans ce cas.ENIT 10 . Dans un domaine fluide le taux d'accumulation de la masse est compensé par le flux de masse à travers la frontière de ce domaine.  gdv   dv . l‟ écoulement est dit conservatif. Remarque .   [  div(  U) ] dv  0  t D et comme D peut être choisi arbitrairement.    div( U )  0 t appelée équation de continuité . c‟est l‟équation de conservation de la masse sous sa forme locale. on a : V      dJ    rdv   r (U .par Zgolli Ridha .

=0  x2 x3 Il ne faut. On a dans ce cas : u2 = u3= 0 et   = 0. Dans ce dernier mouvement on a encore u2 = u3= 0 mais les propriétés du fluide peuvent dépendre de x2 et de x3 . ECOULEMENTS PARTICULIERS :  Ecoulement permanent (ou stationnaire) .Un mouvement est dit méridien: (ou de révolution) ) par rapport à l'axe Ox1 par exemple. un mouvement de fluide est dit permanent si toutes ses caractéristiques sont indépendantes du temps ( u v w p  T       0 ). Plus généralement. pas confondre mouvement à une dimension et mouvement „par droites paral!èles‟. ………………………………………………………………………………………………… …chapitre1 – page Cours „mécanique des fluides‟ . si la vitesse rencontre Ox1 et si les propriétés du fluide sont invariantes dans une rotation autour de Ox1. soit Ox1 par exemple. et si les propriétés du fluide sont invariantes dans une translation normale à Ox1 . si la vitesse est parallèle à une direction donnée (unidirectionnel). x3  écoulement ‘méridien’ .9. 1.ENIT 11 . Il s'agit donc d'un mouvement plus général que le mouvement à une dimension.par Zgolli Ridha .  écouleement unidimensionnel (à une dimension) . t t t t t t Remarques :  Il est évident qu'en mouvement permanent les surfaces de discontinuité sont fixes. si la vitesse est parallèle à Ox1x2 (c'est-à-dire si u3 = 0) et si toutes les propriétés du fluide sont invariantes dans une translation normale à Ox1x2 (c'est-à-dire si  = 0 ).    U .  écoulement ‘plan’ . et ceci en tout point du domaine fluide considéré. la masse volumique d n‟évolue pas au cours du temps ( :  0 ) et l‟´equation de conservation de la masse se réduit à : dt  divU  0 .  les lignes de courant sont les mêmes à tout instant et elles sont confondues avec les trajectoires  Il est à souligner que si un mouvement est permanent relativement à un repère il ne l'est pas forcément relativement à un autre repère. parallèlement au plan Ox1x2 par exemple.grad    divU  0 t La somme des deux premiers termes du membre de gauche est la d´erivée “particulaire” (en suivant le mouvement du fluide) de la masse volumique. Lorsqu‟en description Eulerienne. Si le fluide est incompressible. Un mouvement est plan. le vecteur vitesse se trouve indépendant du tems t.

elles sont donc confondues sans que le mouvement soit permanent.  Ecoulements irrotationnels ou à potentiel des vitesses     L‟écoulement est irrotationnel si   rotU  0 . les valeurs des fonctions courant sont  1 et  2 .dl   grad.     et v   Pour un écoulement plan xOy. Cette propriété conduit au fait qu‟il existe une    fonction potentiel  dont dérive le vecteur vitesse U .  Débit volumique et fonction courant .n  u cos   v sin   u  v dl dl ………………………………………………………………………………………………… …chapitre1 – page Cours „mécanique des fluides‟ .Remarque : Dans les mouvements à une dimension ou par droites parallèles (parallèlement à Ox 1 par exemple) les trajectoires et les lignes de courant sont des droites parallèles à Ox 1 .ndl   dy dx U . le débit élémentaire     par unité de hauteur est égale à : dQ  U . y x x y   =  dx  dy  0   ( x. y )  Cte Les lignes de courant sont définies par : u v x y  est appelé fonction courant. u  .dl   d  ( B)   ( A) (C ) (C ) (C )   En introduisant l‟équation de conservation de la masse on obtient div(  grad )   0.ENIT 12 .par Zgolli Ridha . Soient deux lignes de courant 1 et 2 passant respectivement par A et B.        U . t Et dans le cas d‟un fluide incompressible . en général. La circulation du vecteur vitesse est indépendante du chemin suivi pour un écoulement potentiel. on obtient   0  Ecoulement incompressible-fonction de courant . Nous avons vu que ce type d‟écoulement correspond au cas général de l‟écoulement de fluide incompressible. Soit un chemin quelconque allant de A à B.       divU  0  il existe un potentiel vecteur  tel que : U  rot (le vecteur vitesse dérive d‟un potentiel vecteur). on a    ( x. L‟écoulement est plan. U  grad L‟écoulement est dit à potentiel des vitesses ou plus simplement écoulement potentiel. y )e z .dS  U .

11 TENSION DE SURFACE (σ) À l‟interface entre deux fluides. On appelle tension de surface ou tension capillaire cette force surfacique permettant de maintenir deux fluides en contact le long d‟une interface commune. parallèlement à xOy par exemple . comme le montre figure suivante.      U (u. bulle sphérique en équilibre La bulle est à l‟équilibre si le travail des forces de surface est contrebalancé par le travail des forces de pression (on suppose qu‟on augmente virtuellement le rayon d‟un incrément dR et on impose que la bulle retrouve sa position d’équilibre. ………………………………………………………………………………………………… …chapitre1 – page Cours „mécanique des fluides‟ . il existe des interactions moléculaires en général de répulsion : les milieux n‟étant pas miscibles.    dQ  U . La pression dans la bulle est pi . On l‟exprime parfois aussi comme une énergie par unité de longueur [J/m2].ndl  udy  vdx  dy  dx  d y x  Le débit Q entre les deux lignes de courant est indépendant du chemin pris pour aller d‟une ligne à l‟autre . Pour ce type d'écoulement oa a :    divU  0  U  rot et     rotU  0  U  grad et dans ce cas les fonctions  et  et vérifient l‟équation de Laplace :     0 Pour un écoulement plan. donc tous les travaux des différentes forces doivent se compenser) : – travail élémentaire des forces δWp de pression (force de volume) : pression × incrément de volume . Q= 2  1  Ecoulement incompressible et irrotationnel .ENIT 13 .  bulle de gaz en équilibre dans un liquide en repos . u   et v  x y y x 1. σ a la dimension [Pa·m] ou N/m. On la note σ . il existe une force à la surface de contact qui permet de séparer les deux fluides et éviter leur imbrication ou leur mélange. Considérons une bulle de rayon R d‟un gaz au repos immergée dans un liquide au repos. v). La tension de surface de l‟eau en contact avec l‟air est σ = 70×10−3 Pa·m.par Zgolli Ridha . celle dans le liquide (fluide extérieur) est pe .

On en déduit donc la remontée capillaire h 2 cos   gr C‟est la loi de Jurin. remontée capillaire le long d’un tube cylindrique. la pression vaut donc : pB = pA + ϱgh.δWp = −∆p × d (4/3. En différentiant. la surface libre dans le tube capillaire est supposée de forme hémisphérique de rayon de courbure R . Wt = σ × d (4πR2). Ce rayon de courbure peut être relié au diamètre du tube et à l‟angle de contact de la façon suivante : r = Rcos θ. En effet. avec ∆p = pi − pe . On doit avoir δWp + δWt = 0.ENIT 14 . pA = pa – 2/R. pi=pa et pe = pA) . La pression en A (point du liquide en contact avec l‟hémisphère de l‟atmosphère) peut être déterminée à l‟aide de l‟équation de Laplace précédente (avec dans ce cas . La tension de surface permet d‟expliquer la remontée capillaire le long d‟une paroi solide. expérimentalement on observe que la surface libre d‟un liquide ne marque pas un angle droit avec une paroi. ………………………………………………………………………………………………… …chapitre1 – page Cours „mécanique des fluides‟ . – travail élémentaire des forces Wt de tension (force de surface) : tension σ × incrément de surface . Au point B. mais est légèrement incurvée vers le haut (liquide mouillant) ou vers le bas (liquide non mouillant).par Zgolli Ridha . puis en simplifiant. or ce point étant à la même altitude que la surface libre non perturbée du liquide. la pression doit être égale à la pression atmosphérique. on trouve : p  pi  pe  2 R C‟est la loi de Laplace  remontée d’un liquide dans un tube capillaire .πR3).