You are on page 1of 7

RESU ME C HAP I TRE 3

F O NC TIO NS USUELLES
Le formulaire des dérivées usuelles complète le résumé de ce chapitre
P 3.1 Si f est une fonction dérivable sur un intervalle I et si f ' est strictement positive (respectivement
strictement négative), alors : 1) f réalise une bijection de I sur J = f(I)
2) Sa réciproque f -1 est dérivable sur J et ∀ b ∈ J, (f -1)'(b) =
et donc (f -1)'(b) =

1
avec a = f -1(b) i.e. b = f(a)
f ' (a)

1
f ' ( f !1 (b))

LOGARITHME NEPERIEN
D 3.1 ∀ x > 0, ln(x) =
Conséquences :

x1

!1 t dt

1) ln(1) = 0
1
donc ln est strictement croissante sur ]0,+∞[
x
u ' ( x)
3) Si u est dérivable sur I et u ≠ 0 sur I, ∀ x ∈ I, (ln u (x) )' =
u ( x)

2) ∀ x > 0, ln'(x) =

P 3.2 ∀ (x,y) ∈ (]0,+∞[)2
(1) ln(x.y) = ln(x) + ln(y)
&

n

#

n

%

i =1

"

i =1

(2) ln(x/y) = ln(x) −ln(y) et ln(1/y) = −ln(y)

ln( x i )
x !=
$' i ! !

(3) ln $

(4) ∀ x > 0, ∀ n ∈ Q, ln(xn) = n.ln(x)

P 3.3 limites du logarithme. Soit α > 0 et β > 0.
(1)

lim ln(x) = +∞

x!"+#

(2) lim ln(x) = −∞
x !"0

(5) lim

u !"0

(3)

lim

x!"+#

(ln( x))"
x!

=0
!

(4) lim xα. ln(x) = 0
x !"0

ln(1 + u )
=1
u

ln

Graphe du logarithme :

comparaisons puissance – ln

exp(u(x)) i.+∞[ est strictement croissante sur R.3 Soit a ∈ ]0. ∀ n ∈ Q. x lim x !"+# lim x% & x #$"! = +# x .e% . ex+y = ex. eln(x) = x Conséquences : P 3.5 limites de exp. ex–y = n = !ex P 3.y) ∈ R2. ax = ex.e.+∞[. (2) lim ex = +∞ (3) x!"+# ex = 0 lim x #$"! ey (4) ∀ x ∈ R.+∞[ ∀ x > 0. ln(ex) = x et ∀ x ∈ ]0. loga(x) = ln( x) ln(a ) ∀ x ∈ R.e.EXPONENTIELLE D 3. en.2 La fonction exp est la réciproque de la fonction ln ln : ]0.x = (ex)n i i =1 (1) ex (4) e$ .y) ∈ R2. (1) exp'(x) = exp(x) i.x = 0 comparaisons puissance-exp Graphe de exp : Loga Expa D 3.+∞[ → R et exp : R → ]0. (ex)' = ex (2) [exp(u(x)]' = u'(x).ey n " xi (3) e i =1 (2) ∀ (x.eu(x) (3) ∀ x ∈ R. Soit α > 0 et β > 0.ln(a) a>1 a<1 a<1 loga expa a>1 . [eu(x)]' = u'(x).1[ ∪ ]1.4 (1) ∀ (x.

y)a (2) xa.FONCTION PUISSANCE D 3. th(x) = sh( x ) e x ! e ! x e 2 x ! 1 1 ! e !2 x = = = ch( x ) e x + e ! x e 2 x + 1 1 + e !2 x P 3. tan à la formule correspondante en ch .ln(x) avec a ∈ R.ln(u(x)) Applications : (xa)' = a.ln(a) [(u(x))α]' = α. th en remplaçant cos par ch . sh .7 (1) ch(x) + sh(x) = ex (2) ch(x) −sh(x) = e–x (3) ch2(x) − sh2(x) = 1 Remarque : on peut passer d'une formule en cos .b (4) x ! a = 1 x a (5) ln(xa) = a. sin . P 3.th P 3. sin par i.ln(x) IMPORTANT : [u(x)]v(x) = ev(x). u(x) Fonctions hyperboliques ch – sh – th D 3.xb = xa+b (3) (xa)b = xa.xa–1 (ax)' = ax.6 (1) xa.5 ch(x) = e x + e! x 2 . sh(x) = e x ! e! x 2 .8 ch'(x) = sh(x) sh'(x) = ch(x) th'(x) = 1 2 ch ( x) ch et sh th .4 On appelle fonction puissance a la fonction définie pour x > 0 par : x → xa = ea.sh et tan par i.ya = (x.[u(x)]α –1.u'(x) ( u(x) ) = ' u '(x) 2.

1[ A valeurs dans [1.6 ch est dérivable et strictement croissante sur [0.+∞[ → [0. R ]–1.+∞[ est la bijection réciproque de ch sh est dérivable et strictement croissante sur R : elle réalise une bijection de R sur R Argsh : R→ R est la bijection réciproque de sh th est dérivable et strictement croissante sur R : elle réalise une bijection de R sur ]−1.+∞[ Argch : [1. R [1.1[ → R est la bijection réciproque de th 1 P 3. Argch(x) = ln x + x 2 !1 ) ( ∀ x ∈ R.+∞[ R+ R R ]–1.1[ Argth : ]− 1.+∞[ R R R Dérivée sh ch x→ x→ 1 x 2 !1 1 x 2 +1 x→ 1 ch (x) 2 R x→ 1 1! x 2 .1[.1[ Domaine de dér.+∞[ R R R ]–1.+∞[ : elle réalise une bijection de [0.Fonctions hyperboliques réciproques Argch – Argsh – Argth D 3.9 (1) ∀ x ∈ R.+∞[. Argsh(x) = ln x + x 2 + 1 ) Récapitulatif sur Argch – Argsh et Argth ch Argch sh Argsh th Argth Domaine de déf . Argsh'(x) = x 2 +1 1 (3)∀ x ∈ ] –1.+∞[.+∞[ sur [1. Argth'(x) = 1 (2) ∀ x ∈ ]1. Argch'(x) = x 2 !1 1! x 2 ( Remarque: ∀ x ∈ [1.

π/2[ est la bijection réciproque. sin(Arccos(x)) = 1 ! x 2 et cos(Arcsin(x)) = 1 ! x 2 .1] Arcsin : [− 1. tan est dérivable et strictement croissante sur ]−π/2.π/2] sur [−1. sin est dérivable et strictement croissante sur [−π/2.π/2[ : elle réalise une bijection de ]−π/2.10 (1) cos'(x) = −sin(x) (2) sin'(x) = cos(x) cos (3) tan'(x) = 1 cos 2 ( x) = 1 + tan 2 ( x) sin tan D 3. Remarque : sur [−1.1] → [0.π/2] est la bijection réciproque.1] Arccos : [− 1.1] → [−π/2.1].π/2[ sur R Arctan : R → ]−π/2.π/2] : elle réalise une bijection de [−π/2.π] sur [−1.π] : elle réalise une bijection de [0.Cos – sin – tan ET FONCTIONS RECIPROQUES P 3.π] est la bijection réciproque.7 cos est dérivable et strictement décroissante sur [0.

sin cos tan Arcsin Arccos Arctan .

1] .1 P 3. R [–1. Arccos(x) + Arcsin(x) = π/2 (3) Arcsin est impaire P 3. cos(Arccos(u)) = u (2) Arctan est impaire RÉCAPITULATIF SUR Arccos – Arcsin et Arctan cos Arccos sin Arcsin Domaine de déf . ∀ x < 0 .1[ x→ –1 1! x 2 cos tan R – {π/2 + kπ} R [–π/2.13 Propriétés de Arctan (1) ∀ x > 0 . [Arcsin(u(x)]' = 1! (u(x))2 (Remarque analogue concernant Arccos et Arctan) P 3.1] R [–1.π/2[ R – {π/2 + kπ} ]–1.1[ u '(x) Alors [x → Arcsin(u(x))] est dérivable sur I et ∀ x ∈ I.1] R ]–1. Arccos(cos(x)) = x (2) ∀ x ∈ [–1. 1] .π] . Arctan(x) + Arctan(1/x) = −π/2 ∀ u ∈ [–1 . (Arcsin)‘(x) = 1– x (3) ∀ x ∈ R . (Arccos)‘(x) = – 2 1 1 – x2 1 1 + x2 Conséquence: Soit u dérivable sur I et à valeurs dans ] –1.1[ .1[ .1].π] Domaine de dér.12 Propriétés de Arcsin et Arccos (1) ∀ x ∈ [–π/2 . sin(Arcsin(u)) = u ∀ u ∈ [–1 .11 (1) ∀ x ∈ ]–1.1] A valeurs dans [–1. (Arctan)’(x) = (2) ∀ x ∈ ]–1. Arctan(x) + Arctan(1/x) = π/2.π/2] 1 1! x 2 x→ R ]–π/2. Arcsin(sin(x)) = x ∀ x ∈ [0. π/2] .1[ x→ Arctan 1 cos 2 (x) R x→ 1 1+ x 2 . R Dérivée –sin [–1.1] [0.