You are on page 1of 2

CHAPITRE 4 : NOYAUX RADIOACTIFS

Noyau atomique

A
Z

X représente un noyau atomique de symbole chimique X, constitué de Z protons et de (A - Z) neutrons. Deux

noyaux sont isotopes d'un même élément chimique s'ils ont le même numéro atomique Z, mais des nombres de
nucléons A différents.

Radioactivité
• Un noyau radioactif est instable: il se désintègre inéluctablement en un autre noyau. La désintégration radioactive
est un phénomène aléatoire.
• La radioactivité α est une émission de noyaux
• La radioactivité β + est une émission de positons,
d'hélium, suivant la réaction dont l'équation est:
suivant la réaction dont l'équation est:
A
ZX

→

4
A-4
2He + Z-2

A
0
A
Z X → +1e + Z-1Y

Y

• La radioactivité β - est une émission d’électrons,
suivant la réaction dont l'équation est:
A
ZX

→

0
-1 e

+

A
Z+1Y

• L'émission γ est une émission de photons très
énergétiques, qui se produit lorsque le noyau fils se
trouvant dans un état excité retombe dans son état
d’énergie fondamental. L’équation de la réaction est:
A
Z

Y* →

A
Z

Y+ γ

Famille radioactive
A

Lors de la désintégration d’un noyau radioactif Z X (noyau père), le numéro atomique du noyau obtenu (noyau
fils) est différent : on obtient donc un nouvel élément chimique. Si le noyau fils est lui-même radioactif, il peut se
désintégrer à son tour en engendrant un nouveau noyau…Ces désintégrations s’arrêtent lorsqu’on obtient un noyau
stable. L’ensemble des noyaux issus de ces désintégrations successives forment une famille radioactive.

Stabilité des noyaux

Les noyaux ne peuvent être stables que si N>Z et N<84.
Les noyaux situés à gauche de la zone de stabilité sont trop
riches en neutrons : un neutron peut se transformer en un
proton avec émission d’un électron → radioactivité β

• Les noyaux situés à droite de la zone de stabilité (noyaux
artificiels) sont trop riches en protons : un proton peut se
transformer en un neutron avec émission d’un positon →
radioactivité β+
• Les noyaux trop riches en nucléons émettent des noyaux
d’hélium (particules α)
• L'équation d'une réaction nucléaire vérifie les lois de
conservation de la charge électrique et du nombre de
nucléons.

N = A-Z
160

Noyaux
émetteurs βNoyaux stables
100

Noyaux
émetteurs α
Noyaux
émetteurs β+

100

Z

Décroissance radioactive
• L'évolution dans le temps de la population moyenne d'un ensemble de N noyaux radioactifs obéit à une loi de
décroissance du type:

N = No. e-λλ.t

(voir démonstration à la fin)

où NO représente le nombre de noyaux radioactifs de l'échantillon à l'instant t = 0, et où λ est la constante de
radioactivité, exprimée en s-1. L'inverse de la constante de radioactivité est la constante de temps:
1
τ = exprimée en s.
λ
• La demi-vie t ½ d'une source radioactive représente la durée au bout de laquelle la moitié de la quantité initiale de
noyaux radioactifs contenus dans l'échantillon s'est désintégrée. Elle s'exprime en s et se détermine par les
ln2
relations:
t½ =
ou encore t ½ = τ. ln2
λ

Activité d'une source radioactive : elle mesure le nombre de désintégrations par unité de temps
• Le nombre de noyaux radioactifs d'une source passe de N à N+ ∆N (où ∆N <0), entre t et t+ ∆t. L'activité de la
-∆
∆N ∆N

source radioactive est une grandeur positive, égale à: A =
=
∆t
∆t
• L'unité d'activité est le becquerel (Bq): un becquerel correspond à une désintégration par seconde.
Pour ∆t faible :

A=

-dN
= Ao. e-λλt
dt

• Plus l’activité d’une source radioactive est grande, plus les risques qu’elle fait courir aux personnes est
important.

Application à la datation de vestiges organiques par le carbone 14
Le carbone 14 est radioactif de demi-vie 5568 ± 30 ans. Il se forme en permanence dans l’atmosphère par une
réaction nucléaire des neutrons cosmiques avec les atomes d’azote 14 :

14
7N

+ 10 n →

14
6C

+

1
1H

Cette réaction produit autant de noyaux 146 C qu’il ne s’en désintègre pendant le même temps.
La proportion de carbone 14 par rapport au carbone 12 dans l’atmosphère est donc à peu près constante.
La proportion de carbone 14 par rapport au carbone 12 dans les tissus est identique à la proportion
atmosphérique, tant que l’organisme est en vie.
A leur mort, les organismes cessent de fixer l’élément carbone, et le carbone 14 n’est plus régénéré : la quantité de
carbone 14 présent dans les tissus diminue alors selon la loi de décroissance radioactive.
Remarque: Pour la datation de roches, on choisira un noyau radioactif de demi-vie plus longue
ex : potassium 40 τ ½ = 1,3.109 ans
Connaissances et savoir-faire exigibles
Connaître la signification du symbole AZ X et donner la composition du noyau
correspondant.
Définir l’isotopie et reconnaître des isotopes.
Reconnaître les domaines de stabilité et d’instabilité des noyaux sur un diagramme (N,Z).
Définir un noyau radioactif.
Connaître et utiliser les lois de conservation.
Définir la radioactivité α, β-, β +, l’émission γ et écrire l’équation d’une réaction nucléaire
pour une émission α, β-, β +, en appliquant les lois de conservation.
À partir de l’équation d’une réaction nucléaire, reconnaître le type de radioactivité.
Connaître l’expression de la loi de décroissance et exploiter la courbe de décroissance.
Savoir que 1 Bq est égal à une désintégration par seconde.
Expliquer la signification et l’importance de l’activité dans le cadre des effets biologiques.
Connaître la définition de la constante de temps et du temps de demi-vie.
Utiliser les relations entre τ, λ et t ½
Déterminer l’unité de λ ou de τ par analyse dimensionnelle.
Expliquer le principe de la datation, le choix du radioélément et dater un événement.
Savoir-faire expérimentaux
Réaliser une série de comptages relatifs à une désintégration radioactive.
À partir d’une série de mesures, utiliser un tableur ou une calculatrice pour calculer la
moyenne, la variance et l’écart-type
du nombre de désintégrations enregistrées pendant un intervalle de temps donné.

Démonstration de la relation N = No. e-λλ.t
Le nombre de désintégration -δN qui se produisent
pendant la durée δt dans un échantillon radioactif
contenant N noyaux est proportionnelle à N et à la
durée δt.
-δN
-δN = λ.N.δt ⇒
= λ.N
δt
Pour δt tendant vers 0, la relation précédente s’écrit :
dN
dN
- dt = λ.N où dt représente la dérivée de N par
rapport au temps. Cette équation différentielle peut
s’écrire :
dN
N = - λ.dt
La solution générale de cette équation est de la
forme N = k.e-λt
En tenant compte des conditions initiales, on
retrouve bien k = No et donc N = No. e-λλ.t