You are on page 1of 8

Vœux  à  la  presse  de  Jean-­‐‑Christophe  CAMBADÉLIS  

Premier  secrétaire  du  Parti  socialiste  
Paris,  mardi  12  janvier  2016  
Seul  le  prononcé  fait  foi  
 
 
 
 
Commençons   par   le   commencement  :   Permettez-­‐‑moi   de   vous  
souhaiter   une   bonne   année   2016,   ainsi   qu’à   l’ensemble   de   votre  
profession.   Au   cours   de   l’année   passée,   certains   de   vos   collègues   sont  
morts  en  l’exerçant.  Le  Parti  socialiste  pense  à  eux,  salue  leur  mémoire  et  
n’oublie   pas   que   la   France   est   devenu   le   troisième   pays   le   plus   touché  
après  l’Irak  et  la  Syrie.  Alors,  je  vous  souhaite  de  pouvoir  exercer  votre  
beau  métier  dans  les  meilleures  conditions,  au  service  de  vos  lecteurs  et  
de  vos  auditeurs,  au  service  de  la  liberté  et  de  la  République.  
 
L’année   2016   sera   une   année   de   transition.   2016,   c’est   la   fin   de  
l’insouciance   et   le   début   des   années   de   sang.   La   fin   des   élections  
intermédiaires   et   le   début   de   la   présidentielle.   La   fin   du   débat   sur   le  
pacte  de  responsabilité  et  le  début  de  celui  sur  la  fléxisécurité.  La  fin  de  
la  COP21  et  le  début  de  sa  mise  en  application.  C’est  aussi  la  fin  du  Parti  
socialiste   à   l’ancienne,   à   la   papa   et   le   début   d’une   nouvelle   donne   à  
gauche  :   un   pôle   à   vocation   majoritaire,   renouvelant   les   contenus   et   les  
contenants,  une  gauche  sociale,  écologique  et  républicaine.    
 

 

 

Au  cours  de  cette  année  2016,  nous  serons  confrontés  à  des  crises  

conjointes,  lourdes  de  potentialités  dangereuses  :  
 

1  

-­‐ La   crise   du   terrorisme   tout   d’abord.   Daech   recule   là-­‐‑bas   mais  
frappe  ici.  Il  faut  le  combattre  là-­‐‑bas  avec  la  coalition  internationale  
et  ici  avec  notre  cohésion  nationale.  
-­‐ La   crise   du   chômage   ensuite.   Le   chômage   ne   recule   pas   encore  
assez,   la   précarité   progresse   trop.   Les   inégalités   sont   trop  
marquées,  il  faut  persévérer  et  mieux  cibler.  
-­‐ La  crise  écologique  ensuite.  La  signature  de  la  COP21  n’a  pas  mis  
un   terme   au   saccage   de   notre   planète   mais   à   notre   inconséquence  
coupable.  Il  faut  désormais  agir  au  quotidien  pour  éviter  que  notre  
planète  se  meure.    
-­‐ La   crise   des   réfugiés.   L’Europe   est   en   première   ligne   et   doit  
défendre   à   la   fois   ses   frontières   et   ses   racines   humanistes.   Le   défi  
est  immense.  
-­‐ La   crise   de   l’Europe   enfin,   après   le   Grexit   nous   allons   vivre   le  
Brexit   sur   fond   de   tentation   nationale   populiste   sur   tout   le  
continent.    
 
Dans   ce   contexte   complexe   et   périlleux,   je   demanderai   au   Parti  
socialiste   de   défendre   la   République   réelle,   la   République   jusqu’au  
bout,   la   République   sociale   et   solidaire.   Il   ne   s’agit   pas   de   défendre   la  
IIIème,   la   IVème   République   mais   LA   République   moderne,   celle   de   la  
liberté   ordonnée,   de   l’égalité   réelle   et   de   la   fraternité   laïque.   Il   faut   la  
défendre  en  assurant  la  sécurité  de  nos  concitoyens  en  garantissant  notre  
cohésion   sociale   en   agissant   pour   la   concorde   nationale.   Pour   les  

 

2  

socialistes,  la  France  sans  la  République  ce  n’est  plus  la  France.  C’est  ce  
contrat,  ce  contrat  social  qui  doit  être  renouvelé,  défendu  et  promu.    
 
La  réforme  constitutionnelle  doit  s’inscrire  dans  cette  bataille  pour  la  
République   réelle.   Elle   constitutionnalise   l’état   d’urgence   et   va   contenir  
une  mesure  sur  la  déchéance  nationale  qui  doit  respecter  quatre  critères  
essentiels  :  
 
-­‐ Montrer  la  détermination  de  la  nation  face  aux  Français  qui  portent  
atteinte  aux  autres  Français  
-­‐ Assurer   la   cohésion   de   la   nation,   ce   qui   est   la   meilleure   mesure  
antiterroriste  qui  soit  
-­‐ Empêcher   toute   forme   de   stigmatisation,   notamment   vis-­‐‑à-­‐‑vis   des  
binationaux    
-­‐ Empêcher  que  la  Patrie  des  Droits  de  l’Homme  crée  des  Hommes  
sans  patrie,  donc  éviter  l’apatridie  
 
Je  ne  suis  ni  aveugle,  ni  sourd.  Etant  socialiste,  je  vois  les  hésitations  
des  socialistes,  j’entends  des  protestations  de  socialistes  mais  aussi  ceux  
que  cela  ne  choque  pas  et  qui  veulent  aller  vite.  De  fait,  nous  travaillons,  
avec   des   experts,   pour   trouver   une   position   équilibrée   qui   s’appuie   sur  
les  principes  évoqués  à  l’instant.  Nous  travaillons  à  une  formulation  qui  
respecte  la  parole  présidentielle,  qui  tient  compte  aussi  de  la  parole  des  
socialistes   et   qui   parle   en   outre   à   la   droite   dite   républicaine   afin   que   la  
réforme  constitutionnelle  puisse  être  votée  par  les  deux  Assemblées.    
 

3  

 
Le  Parti  socialiste  a  aussi  travaillé  sous  l’égide  de  Laurent  Azoulai  à  la  
refonte  du  service  civique.  Nous  nous  félicitons  donc  que  le  président  de  
la  République  ait  décidé  de  faire  de  cette  question  la  pierre  angulaire  de  
l’engagement.  
 
Nous   ajoutons   une   nouvelle   disposition   politique  :   la   création   d’une  
garde  nationale.  Après  les  attentats  du  13  novembre  2015  et  l’urgence,  il  
faudra  trouver  un  moyen  pour  épauler  nos  forces  de  sécurité.  Rappelons  
que   le   territoire   est   soumis   à   Vigipirate   depuis   vingt   ans   sans  
interruption.  Les  forces  de  sécurité  ne  peuvent  être  mobilisées  sans  arrêt.  
Il   nous   semble   opportun   de   faire   appel   au   civisme   et   à   l’esprit  
patriotique  de  nos  concitoyens.  Et  de  renouer  avec  une  tradition  issue  de  
la  Révolution  française  jusqu’en  1870  :  les  gardes  nationaux.  Comment  ?  
La   garde   nationale   pourrait   mobiliser   toutes   les   réserves   des   forces  
armées,   la   gendarmerie   nationale,   la   police   nationale   et   les   unifier   dans  
un  dispositif  unique.    C’est  plusieurs  dizaine  de  milliers  de  concitoyens  
mobilisables.    
 
Au  cours  de  cette  année,  le  Parti  socialiste  doit  également  travailler  
à   l’émergence   de   la   société   décente   pour   tous.   Il   n’y   a   pas   de  
République  réelle  sans  société  décente.  Société  décente  cela  veut  dire  une  
société   qui   respecte   la   dignité   de   chacun,   qui   permet   de   maitriser   des  
destins   individuels,   une   société   qui   ne   laisse   personne   sous   la   ligne   de  
flottaison,  qui  refuse  le  précariat,  la  relégation  et  l’exclusion.  Dans  cette  
 

4  

perspective,   il   faut   continuer   le   combat   frontal   contre   le   chômage   et  
entamer   la   lutte   centrale   contre   la   précarité.   J’ai   demandé   une   inflexion  
en  ce  sens  et  le  Parti  Socialiste  a  travaillé  :  vous  allez  avoir  le  pré-­‐‑rapport  
d’Emeric   Bréhier,   intitulé   «  la   Justice   au   cœur  »   et   qui   ouvre   un   certain  
nombre   de   pistes.   Oui,   en   cette   année   2016,   je   demanderai   au   Parti  
socialiste   d’être   fidèle   à   sa   source,   de   retrouver   le   chemin   de   la   lutte  
contre  les  inégalités  et  les  exclusions.  Contre  la  précarité,  beaucoup  reste  
à   faire.   Même   si   beaucoup   a   été   fait   malgré   une   marge   de   manœuvre  
budgétaire   étriquée  :   le   compte   social   universel,   le   compte   pénibilité,   le  
compte  personnel  d’activité,  le  plan  pauvreté  etc.    
 
 

Pour   le   Parti   socialiste   enfin,   l’année   2016   sera   l’année   du  

dépassement.   Avant   d’aborder   ce   dépassement,   il   faut   évoquer  
succinctement  la  situation  politique  dans  lequel  il  se  fera.  Je  ne  parle  pas  
ici  des  sondages  mais  des  votes  aux  régionales.  Le  Front  national  a  viré  
en  tête  mais  il  n’est  pas  parvenu  à  prendre  la  tête  d’exécutifs  régionaux.  
Le  «  ni-­‐‑ni  »  de  la  droite  a  volé  en  éclat  et  les  primaires  sont  entrées  dans  
la   phase   de   l’impeachment,   voire   de   l’éviction   de   Monsieur   Sarkozy.  
Enfin   les   gauches   qui   perçoivent   la   nécessité   de   s’unir   dès   le   premier  
tour,   explorent   des   chemins.   Ils   ont   raison   parce   que   le   tripartisme  
nécessite   non   pas   le   rassemblement   au   deuxième   tour   mais   d’être   au  
deuxième  tour.  C’est  le  grand  changement  stratégique.  Le  Parti  socialiste  
fait   une   lente   remontée   électorale,   14%   aux   élections   européennes,   22%  
aux   élections   départementales,   plus   de   23%   aux   élections   régionales  
malgré  l’élimination  dans  des  régions  entières,  ce  que  je  n’oublie  pas.  La  
 

5  

gauche  est  trop  divisée.  Elle  est  frappée  par  la  cacophonie.  Elle  est  plus  
dans  la  désignation  du  candidat  à  la  prochaine  présidentielle  que  dans  le  
nouveau   projet   pour   celle-­‐‑ci.   Paradoxal,   lorsqu’on   se   réclame   pour  
certains  de  la  VIe  République.  Certains  évoquent  l’idée  d’une  primaire.  Il  
faudrait  quand  même  préciser  de  quel  type  de  primaire  on  parle.  Si  c’est  
une  primaire  de  la  contestation,  si  elle  se  limite  à  la  gauche  de  la  gauche,  
le   Parti   socialiste   ne   se   sent   pas   concerné.   Si   c’est   une   primaire   de   la  
refondation,   si   elle   concerne   toute   la   gauche   pour   la   ressouder   et   la  
renforcer,  si  elle  est  ouverte  sans  exclusive,  d’Emmanuel  Macron  à  Jean-­‐‑
Luc  Mélenchon,  alors,  oui,  pourquoi  pas.  Mais,  cette  primaire  devra  être  
sincère  et  unitaire  jusqu’au  bout,  c’est-­‐‑à-­‐‑dire  qu’elle  engagerait,  une  fois  
passée,   tous   les   candidats   malheureux   à   soutenir   l’heureux   élu.   Il  
faudrait  demander  aux  heureux  candidats  potentiels  s’ils  sont  ouverts  à  
cette  option.  
 
Indépendamment   de   cette   hypothèse   de   la   primaire,   le   Parti  
socialiste   préparera   cette   échéance   présidentielle   sur   le   fond,   avec  
notamment   les   «  Cahiers   de   la   Présidentielle  »   qu’animera   Guillaume  
Bachelay.  Il  s’agira  ici  de  redonner  du  sens  et  non  de  rédiger  une  somme,  
de  faire  le  point  sur  nos  actions  mais  surtout  d’ouvrir  un  horizon.    
 
Je   l’ai   dit,   2016   sera   l’année   du   dépassement,   donc   l’année   de   la  
mise  en  place  de  l’Alliance  Populaire,  de  la  Belle  Alliance.  Il  faut  sans  
doute   ici   préciser   les   choses   et   lever   un   malentendu  :   il   ne   s’agit   pas  
d’une  gauche  plurielle  bis,  ou  de  la  seule  union  de  la  gauche.  La  stratégie  
 

6  

mise  en  place  est  claire  :  il  s’agit  d’abord  de  rassembler  autour  du  Parti  
socialiste   toutes   celles   et   tous   ceux   qui   refusent   le   Front   national   et   la  
droitisation  de  la  droite  dans  les  solutions  économiques  et  sociales,  ceux  
qui   veulent   prendre   à   bras   le   corps   la   question   écologique   et   qui  
souhaitent   enfin   une   renouveau   européen.   Nous   le   ferons   sachant   que  
sur  notre  gauche,  des  responsables  et  des  individus  ne  sont  pas  d’accord  
pour  nous  accompagner  dans  cette  première  phase.  C’est  respectable.  Le  
Parti  socialiste  refuse  de  les  traiter  en  surplomb,  mais  puisqu’il  règne  la  
division  et  voire  la  confusion,  nous  entrons  nous  dans  l’action.  L’alliance  
populaire  est  tout  à  la  fois  une  stratégie  et  un  but.  Elle  commence  par  la  
fédération   des   écologistes,   des   socialistes,   des   démocrates,   des   radicaux  
et   surtout   de   citoyens   pour   un   rassemblement   social,   écologique   et  
républicain.     Elle   s’achèvera   quand   toutes   les   forces   de   gauche   seront  
rassemblées.   Le   Parti   socialiste   doit   se   dépasser   pour   répondre   à   cette  
équation   nouvelle.   Puisque   la   voie   du   haut   est   fermée,   nous  
rassemblerons   par   le   bas,   puisque   les   appareils   coincent,   nous   en  
appelons  directement  aux  citoyens,  aux  associations  et  aux  personnalités.  
Nous   le   ferons   pour   renforcer   la   grande   alliance   entre   le   peuple  
progressiste   et   les   valeurs   progressistes,   ce   sera   aussi   la   meilleure  
manière   pour   créer   le   mouvement   dès   le   premier   tour   de   la  
présidentielle.   Rendez-­‐‑vous   fin   février,   début   mars   pour   l’appel   et   à  
l’automne   pour   la   Convention   sur   la   Belle   Alliance-­‐‑Alliance   Populaire.  
Entre   temps   nous   installerons   dans   chaque   département   des   collectifs  
unitaires  qui  se  coordonneront  à  l’automne  dans  la  convention.    
 
 

7  

Enfin,   l’année   2016   sera   marquée   par   un   certain   nombre   de  
commémorations.   Il   y   aura   le   centenaire   de   la   naissance   de   François  
Mitterrand.   Il   y   aura   aussi   le   1er   mai   qui   sera   l’occasion   de   saluer   la  
mémoire   de   Léon   Blum,   comme   je   le   fais   chaque   année   depuis   mon  
entrée   en   fonction,   mais   aussi,   cette   année,   de   commémorer   le   Front  
Populaire   (1936-­‐‑2016).     Le   Front   Populaire   ce   n’est   pas   seulement   la  
référence   d’une   gauche   unie,   c’est   aussi   celle   d’une   gauche   qui   agit,   un  
esprit  auquel  il  nous  faut  être  fidèle  aujourd’hui.    
 
Voilà,  j’en  ai  finis  pour  le  tableau  de  cette  année  dont  les  contours  
exacts  dépendront  avant  tout  de  nous.  
 
Je  vous  souhaite  à  nouveau  une  bonne  année  2016,  une  année  qui  
vous  donne  l’occasion  d’aimer  la  vie,  une  année  bien  évidemment  pleine  
de  questions  pointues  et  de  relances  précises.  Je  suis  donc  tout  ouïe.  
 
 
 

 

8