SPEECH/08/688

Jacques Barrot
Vice-président de la Commission Européenne

Forum européen sur les droits de l'enfant

Intervention de M. Jacques Barrot Mardi 9 décembre 2008 – Bruxelles

Je suis heureux d'être parmi vous et je vous remercie d'être ici aujourd'hui. Le forum européen sur les droits de l'enfant est une enceinte importante dans la construction d'une stratégie européenne solide sur les droits de l'enfant. J'ai voulu que ce Forum européen soit articulé en groups de travail pour stimuler une réelle discussion autour de 2 questions principales - Comment lutter plus efficacement contre toute forme de violence sur les enfants? - "Qui", "comment" et "sur quoi" devons-nous consulter les enfants? Une stratégie européenne pour les droits de l'enfant doit être à l'écoute des préoccupations des enfants. Avant de détailler l'action de l'UE pour la protection des Droits de l'enfant, je tiens à rappeler la cruelle réalité de la situation.

1. L'exploitation et la violence envers les enfants: une réalité
1.1 Une pratique criminelle bien réelle La violence envers les enfants est une violence cachée. Elle peut survenir dans toutes les cultures, classes sociales et religions. Entre 20% et 65% des enfants ont déclaré avoir été intimidés à l'école dans les pays industrialisés; environ 150 millions de filles et 73 millions de garçons de moins de 18 ans ont connu la violence sexuelle; l'OIT estime que 5,7 millions d'enfants sont au travail forcé, 1,8 million à la prostitution et la pornographie, et 1,2 million étaient victimes de la traite. La violence peut avoir de graves répercussions sur le développement des enfants. Dans les cas les plus graves, elle peut causer leur mort ou leur infliger des blessures. Elle peut aussi nuire à leur santé, diminuer leur capacité d'apprentissage, voire amoindrir leur volonté même d'aller à l'école. Elle peut inciter les enfants à fuir leur foyer, ce qui les expose à d'autres risques. Les enfants victimes de la violence courent un plus grand risque de dépression et d'envie de suicide dans leur vie future. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) a calculé que 40 millions d'enfants de moins de 15 ans souffrent de maltraitance et d'abandon moral, et ont besoin de soins de santé et de protection sociale. Nous ne pouvons pas les laisser sans protection et nous devons intervenir quand des enfants sont victimes de violence ou risquent de le devenir. Il faut protéger les enfants quand cette violence les frappe au sein de leur famille, dans les écoles et dans les lieux publics. 1.2 Les formes de violences et d'exploitations L’exploitation des enfants et les violences sur les enfants englobent un large éventail de problèmes tels que la traite, les sévices sexuels et l’exploitation, le travail des enfants, toute forme de maltraitance.

2

Les violences peuvent être subies dans la famille et dans les écoles. Les études montrent que la plupart des violences sont infligées aux enfants par les personnes qui les entourent ou qu'ils connaissent. Les auteurs d'actes de violence ne viennent pas seulement de l'extérieur de la dite zone de confort de l'enfant (la maison et l'école), mais de plus en plus, viennent de ces zones, qui devraient, au moins en théorie, fournir un abri et une protection contre les abus. Pauvreté et violence souvent liées: 19% des enfants en Europe sont exposés au risque de pauvreté. Les enfants qui grandissent dans la pauvreté et l'exclusion sociale ont moins de chance de réussir à l'école, de jouir d'une bonne santé ou de trouver un emploi plus tard. Pour ces raisons l'UE et les Etats membres font de la lutte contre la pauvreté des enfants une priorité de premier plan. Violence à dimension transnationale: y compris la traite et l'exploitation des enfants, tourisme sexuel et la pornographie impliquant des enfants sur Internet. Les guerres, les conflits armés, les persécutions, les catastrophes et les déplacements restent une réalité pour des millions d'enfants dans le monde. La protection des droits de l'enfant est et reste une priorité de l'union. Les violations des droits des enfants sont nombreuses et nous avons le devoir de les combattre. Face à ce constat, nous devons mettre en place une stratégie globale européenne qui permette de lutter contre la violence envers les enfants

2. Protection des Droits de l'Enfant: l'Action de l'Union
Depuis l'adoption de la Communication de la Commission de 2006 "vers une stratégie européenne pour les droits de l'enfant" nous nous sommes engagés à intervenir avec des actions concrètes (mesures législatives, de coopération judiciaire et policière, de coopération entre Etats membres) afin de lutter contre toute violation des droits des enfants. Notre stratégie européenne doit être axée sur : - Des initiatives concrètes dans les domaines de compétence de l'Union - Une prise en compte des droits des enfants dans toutes les politiques de l'Union européenne 2.1 Initiatives lancées Alerte enlèvement Objectif de mise en place dans les 27 Etats Membres d'un mécanisme d'alerte rapide pour les enlèvements d'enfants, avec une interopérabilité transfrontalière. - Le guide de bonnes pratiques de la Commission a été accueilli favorablement par tous les Etats membres au Conseil JAI du 27-28 novembre. - Présidence FR: remerciements, promotrice d'échanges de bonnes pratiques, réalisation de simulation de déclanchement du dispositif d'alerte - Prochaines présidences: aller de l'avant avec ce dossier. 116 000 Décision février 2007: réservation d'un numéro unique, le 116000, aux appels d'urgence pour les enfants disparus. La décision oblige les pays de l’UE à rendre le numéro disponible, (mais pas à l'attribuer à un prestataire de services, ni à assurer la fourniture de ces services)

3

- le numéro unique est un outil complémentaire au dispositif "alerte enlèvement". - A un an de son adoption, le numéro est opérationnel seulement en Hongrie, ce retard est injustifiable. Le 15 février 2007 la Commission a adopté une Décision sur la réservation de la série nationale des numéros commençant par 116 à des numéros harmonisés pour des services à valeur sociale harmonisés. Daphné Daphné est né en 1997 de l’inquiétude grandissante suscitée par une forme particulière de violence qui a défrayé la chronique en 1996: la violence sexuelle envers des enfants. C'est l'instrument principal de la Commission dans le domaine de la protection des enfants et les adolescents contre la violence. Le programme soutient les actions de terrain par les autorités publiques locales ou par les organisations non gouvernementales et est reconnu comme un important instrument de programmation pour lutter contre toutes les formes de violences faites aux enfants, aux adolescents et aux femmes. Daphné dispose, aujourd’hui, d’une enveloppe financière de 16 millions d’Euros par an et ce jusqu’en 2013. Depuis 1997, le programme Daphné a financé 193 projets concernent les problématiques de la violence envers les enfants et les adolescents (sur les 500 projets financés). Cela représente un financement total de plus de 30 millions d'euros.

- Les résultats de Daphné: renforcement des moyens à la disposition des victimes afin de lutter par elles-mêmes, sensibilisation de la société (formation, canevas de compréhension des phénomènes de violences). Domaine pénal - Décision Cadre du Conseil concernant la lutte contre l'exploitation sexuelle des enfants et la pédopornographie - instrument juridique principal de l'UE dans la lutte contre l'exploitation sexuelle des enfants et la pédopornographie. Etat actuel de la législation: - favorise une approximation minimale des législations nationales en la matière, - criminalise les formes plus graves d'abus, - élargit la juridiction nationale - prévoit un niveau minimal de l'aide pour les victimes. La Décision Cadre a certains points faibles, - des éléments importants dans la lutte contre l'exploitation sexuelle des enfants (par exemple les règles spécifiques pour faciliter le témoignage des enfants et alléger leur trauma) doivent être renforcés. - De nouvelles formes d'abus se multiplient, notamment en liaison avec les nouvelles technologies d'internet: il a été estimé que le nombre de sites pédopornographiques a quadruplé dans la période 2003-2007 (des milliers de sites existent) En mars 2009 je présenterai une proposition législative pour améliorer et renforcer le contenu de la Décision Cadre, afin de tenir compte de ces développements et de porter la protection des enfants dans l'UE au niveau des standards internationaux les plus élevés:

4

- mise en place d´un système de management des délinquants sexuels (diagnostique individuel, évaluation du risque, thérapie), - la criminalisation de certaines pratiques comme la séduction d'enfants en ligne (« grooming ») ou l´abus sexuel en ligne pour ne citer que ces deux, - Il pourrait être question aussi de bloquer l'accès aux sites comportant des images d'abus d'enfants. - Lutte contre la cybercriminalité: Création d'une plate-forme d'alerte destinée à centraliser les procès-verbaux de cyber infractions dressés dans les Etats Membres, par exemple pour affichage de contenus illégaux, afin de permettre les recoupements par Europol. - La Commission a affecté un crédit budgétaire de 300 000 euros à Europol, pour la mise en œuvre de cette plate-forme de lutte contre la cybercriminalité. - Programme de l'UE pour un internet plus sûr: (adoption du rapport au PE le 22 oct 2008) - promouvoir l'utilisation plus sûre d'Internet et des nouvelles technologies en ligne, en particulier pour les enfants, - lutter contre les contenus illicites et les contenus non désirés par l'utilisateur final, - Le nouveau programme disposera d'un budget de 55 millions € pour la lutte contre les contenus illicites et nuisibles tels que les pratiques de manipulation psychologique (grooming) et d'intimidation (bullying), - Important sensibiliser les enfants, les parents et les enseignants. - Coalition financière européenne: Mais ne nous trompons pas: Le moteur derrière la diffusion de la pédopornographie, plus qu´ailleurs peut être, est le profit qui en résulte. Attaquons-nous aux profits, et nous aurons prévenu nombre d'abus à venir. C'est le but de la « Coalition financière » contre les images pédopornographiques commerciales. - Combiner les efforts des différents acteurs publics ou privés pour lutter contre la production, la distribution et la vente des images pédopornographiques sur l'Internet et rendre plus difficile la perception des profits tout en localisant et appréhendant les criminels - Les acteurs de cette coalition, sont les principaux fournisseurs Internet, les banques et fournisseurs de systèmes de paiement, les ONG, les opérateurs téléphoniques, les entreprises d'informatique, les agences gouvernementales, des organisations internationales (Europol, Eurojust) ainsi que des autorités policières et judiciaires. - Si on parvient à un accord sur le financement en comitologie, on peut espérer lancer cette coalition en janvier 2009 - Décision Cadre du Conseil concernant la lutte contre le trafic des être humains La traite représente une infraction pénale grave et constitue une violation des droits fondamentaux des victimes. Il est difficile d’évaluer l’échelle du phénomène. - En 2005, l'OIT a estimé que 2,45 millions de personnes sont victimes de la traite d'êtres humains dans le monde entier, dont 43% à des fins d'exploitation sexuelle et 32% à des fins d'exploitation du travail. Les enfants représentent de 40% à 50% des victimes.

5

L'assistance aux victimes doit être immédiate et non conditionnée à la légalité du séjour ou à la décision de témoigner, surtout dans le cas des mineurs. Pour lutter efficacement contre la traite des enfants, la prévention est essentielle. Cela implique la mise en œuvre de systèmes de protection des enfants efficace dans les pays d'origine ainsi que dans les pays de destination. Afin d'améliorer l'efficacité des poursuites pénales et la protection des victimes, en particulier des enfants, nous allons maintenant préparer la révision de notre Décision Cadre sur la traite des êtres humains. A cette fin, nous allons présenter une proposition législative en mars 2009. Les principales avancées introduites pourraient être d'élargir le champ d'application au trafic d'organes et à des typologies d'exploitation des enfants qui ne rentrent pas actuellement dans la définition classique d'exploitation du travail ou encore une approximation plus poussée des sanctions et des mesures ciblés de support aux victimes. Présentation d'une proposition modifiée de Décision cadre prévue dans le Programme de Travail de la Commission pour mars 2009, ensemble avec la proposition pour lutter contre l'exploitation des enfants. 2.1. Prise en compte des droits des enfants dans les politiques de l'UE Au-delà des actions concrète de lutte contre l'exploitation des enfants et des violences envers eux; il ne faut jamais perdre de vue l'intérêt supérieur de l'enfant dans les politiques de l'UE. Ceci doit se refléter par exemple dans nos politiques de migration et d'asile - Immigration irrégulière: On a beaucoup critiqué la directive retour. Elle est sans aucun doute perfectible, mais nous avons clairement inscrit dans ce texte l'obligation de l'assistance juridique, le respect absolu de l'intérêt supérieur de l'enfant…. La Cour de Justice pourra sanctionner les Etats membres qui ne respecteraient pas les droits établis pour les immigrés irréguliers. Je serai très vigilant sur l'application et le plein respect des principes contenus dans la Convention européenne des droits de l'homme et dans la Convention des Nations Unies de 1989 sur les droits de l'enfant. - Immigration régulière: Le devoir d'intégration - Le grand chantier de la politique européenne d'asile – 1er paquet adopté le 3 décembre: - Principe de non détention des mineurs non accompagnés – une avancée majeure. - Modification de la directive sur les conditions d'accueil, afin de tirer vers le haut les normes d'accueils. - Proposition de révision du règlement de Dublin II, afin notamment de mieux prendre en compte les besoins des réfugiés en ce qui concerne l'intérêt supérieur de l'enfant ou le regroupement familial.

Conclusion
Malgré des avancées indéniables, beaucoup reste encore à faire afin que les enfants puissent jouir pleinement de leurs droits et être protégés efficacement.

6

Comme annoncé dans la Communication de 2006 sur les droits de l'enfant, la Commission veut lancer une consultation en 2009, qui sera la base pour la présentation par la Commission d'une stratégie de l'UE pour les droits de l'enfant. Ce processus de consultation sera composé par un certain nombre d'outils, les discussions de groups d'experts et le partage de l'information mais aussi les réunions du Forum comme aujourd'hui Les enfants seront également consultés, afin de donner forme à une stratégie qui est sensible à leurs vues et leurs expériences, et qui répond à leurs préoccupations. Un site internet spécialement pensé pour les enfants est en train d'être conçu afin de les sensibiliser à leurs droits. J'attends de ce Forum une réponse concrète autour de 2 grands axes correspondant aux 2 groupes de travail qui ne devront pas perdre de vue l'intérêt supérieur de l'enfant: - Lutter contre la violence sur les enfants - Encourager la participation et la consultation des enfants Je suis convaincu qu'il faut, et que nous pouvons, avancer pour que les enfants puissent exercer leurs droits, et qu'ils puissent mener une vraie vie d'enfant.

7

Sign up to vote on this title
UsefulNot useful