Construire en métal, un art, notre métier

N° 3-2015

Octobre 2006 - éditeur délégué: l’Officiel de l’Immobilier d’Entreprise

Le magazine d’informations de la construction métallique

Developpement durable
Démodulor, une démarche
de mixité des matériaux
pour favoriser la démontabilité

Sur le terrain

DOSSIER
Les formations
au CTICM

Nouveau hall d’exposition au
Bourget
Un origami d’acier

Rencontre

Philippe Ascone, PDG d’Alkar

Tous types de structures acier
avec rapidité et précision
La solution BIM Tekla est la seule
solution certifiée IFC 2X3 pour l’acier. La
garantie d’une bonne intégration dans un
processus BIM.
www.tekla.com

AVEC TEKLA VOUS POUVEZ
a Travailler sur tous les types de projets quels que soient leurs tailles et
matériaux avec une seule solution.
a Travailler sur chantier et au bureau : Coordonner la conception, gérer la
fabrication et le chantier pour améliorer les processus automatisés.
a Travailler en mode collaboratif : Ingénieurs, chefs de projets, dessinateurs
d’exécution et autres intervenants peuvent partager le modèle.
a Etre compétitif et remporter des appels d’offres.
contact-teklastructures@tekla.com

ÉDITORIAL
Directeur général adjoint - CTICM

© CTICM

La formation, le moteur
de votre développement

Comme chaque année à pareille époque paraît le catalogue des formations
proposées par le CTICM pour l’année à venir, et cette parution constitue un
événement marquant de l’année pour la construction métallique puisqu’il vous
permet de mieux identifier vos besoins pour les prochains mois et de programmer les actions correspondantes.
Le dossier de ce numéro 3-2015 de votre magazine CMI est consacré à la formation professionnelle et il décrit en détail les orientations prises dans le cru
2016 de notre catalogue.
Les parcours pédagogiques y ont été restructurés pour être plus efficaces, des
stages y ont été modifiés ou créés, et nous avons complété notre offre par un
certain nombre de stages développés par nos partenaires formation : Oger
Institut et le Cetim.
Je vous invite donc à découvrir le renouveau de notre catalogue dans ce CMI,
puis à le consulter plus complètement, soit dans sa version papier, soit sur le
site dédié www.cticm-formation.com.
En complément des stages du catalogue, des formations « sur mesure » peuvent
être organisées au sein de votre entreprise, pour répondre à vos besoins de
contenus spécifiques et de dates. Le programme peut en être conçu par compilation/combinaison des programmes de certains stages du catalogue et/ou
faire l’objet de développements spécifiques à l’activité de l’entreprise : le stage
intra a connu un fort développement en 2015 du fait de sa complète adéquation
aux besoins exprimés.
Quelles que soient les évolutions de son cadre législatif, la formation continue
reste l’outil majeur de l’entreprise pour accroître sa performance, sa capacité à
innover et à faire face aux nouvelles demandes du marché ; c’est aussi le moyen
d’entretenir la motivation de ses salariés en développant leurs compétences.
C’est pourquoi, année après année, le CTICM en fait le fer de lance de sa mission
de transfert des connaissances, dont le dispositif de réalisation est complété par
l’assistance technique questions-réponses, l’organisation de rencontres régionales
et de journées techniques, la publication de revues et d’ouvrages et la mise à
disposition d’outils logiciels sur son site Internet.

CMI 3-2015
3

GEMINI HD36

STEEL THINKING

Portique automatique à commande numérique de perçage,
fraisage, et de coupe thermique pour le travail
de la tôle de grandes dimensions

La GEMINI HD36 est un portique à commande numérique avancé pour le
travail de la tôle, sa conception modulaire permet de réaliser des opérations
de perçage, fraisage, marquage et de découpes thermiques (Oxycoupage +
Plasma). De plus la GEMINI HD36 permet de réaliser des chanfreins en une
seule opération grâce à une nouvelle technologie de tête orientable.

Système automatique
Les systèmes entièrement automatiques de
fabrication pour l’acier sont de plus en plus
fréquents car ils fournissent:
une réduction du besoin en compétences de haut
niveau, un environnement de fabrication plus
sécurisé, une diminution des heures / Tonne,
une meilleure qualité, une augmentation de la
production et une durabilité environnementale.
Ficep est le premier fournisseur au monde pour
les systèmes entièrement automatiques.

ENDEAVOUR 1203DD
Ligne de perçage

La nouvelle gamme de produits ENDEAVOUR a été développée pour améliorer le processus de perçage
des profilées (de 610 x 310 mm à 1220 x 610 mm). Elle assure une meilleure qualité et une productivité supérieure
à celle d’une ligne de perçage traditionnelle. Les trois têtes de perçages équipées de moteurs type
«élèctrobroches» travaillent simultanément grâce à une course supplémentaire de 250 mm pour diminuer
le mouvement des profilés. L’ENDEAVOUR peut être proposée également pour des profilés de 2030 x 610 mm.

Basée à Varese, Italie, Ficep est le premier fabricant de machines-outils pour l’industrie de
la construction métallique, avec des clients dans près de 90 pays dans le monde. La société
offre la plus large gamme au monde de machines, à la fois pour la structure métallique et les
industries de la forge.

www.ficepgroup.com

SOMMAIRE

Éditeur :

CTICM - Centre
Technique Industriel de la
Construction Métallique

© Hélène Peter

Directeur
de la publication :
Christophe Mathieu
directeur général du
CTICM

Rédactrice en chef :
Isabelle Pharisier, chef du
service publications
Tél. : 01 60 13 83 00
ipharisier@cticm.com
Imprimé en France

Fabrication et réalisation :
MRGS,
Tél. : 09 84 49 71 61
CTICM
Espace technologique
L’Orme des Merisiers
Bâtiment Apollo
91193 Saint-Aubin
Tél. : 01 60 13 83 00
Fax : 01 60 13 13 03
CMI est diffusé
gracieusement
à 8 500 exemplaires.

CMI, dans un souci
de préservation de
l’environnement,
est imprimé sur
papier recyclable. La
reproduction même
partielle de tout matériel
publié dans CMI est
strictement interdite. Les
annonceurs prennent
l’entière responsabilité
des informations qu’ils
insèrent et déclarent être
autorisés à les utiliser.
Pour vous abonner
gracieusement :

P. 32

EN COUVERTURE

Nouveau hall d’exposition au Bourget

Actualités techniques

6

Sur le terrain

32

L’acier, un atout dans la conception des
parkings aériens largement ventilés 6

Nouveau hall d’exposition au Bourget
Un origami d’acier
32

Actualités de nos
organismes professionnels 8

Rencontre

ConstruirAcier
Prix de l’architecture acier :
le palmarès !

Dossier formations

8

10

Les formations au CTICM

14

La parole à nos partenaires

20

42

Rencontre avec Philippe Ascone, PDG
d’Alkar
« Nous voulons rendre notre entreprise
et notre métier beaucoup plus convivial
et attrayant. »
42

Assistance technique

48

Développement durable 24
DÉMODULOR
Une démarche de mixité des matériaux
pour favoriser la démontabilité
24

D

CMI 3-2015
5

photo). des cas où la surface des ouvertures est inférieure à 50 % jusqu’aux parkings partiellement enterrés ou encore présentant un patio. En pratique. La règlementation a ainsi évolué en 2006 pour prendre en compte ces spécificités. Elle a abouti à une définition règlementaire des parcs de stationnement largement ventilés et à des contraintes destinées à garantir un désenfumage naturel efficace. cet essor. En effet. Cependant. ce type de superstructure possède une très grande surface ouverte sur l’extérieur qui empêche la formation d’une importante couche de gaz chauds et rend le désenfumage naturel du parking très efficace. La question qui se pose alors pour le maître d’œuvre est la suivante : comment. dans ce type de parking. Nous n’en sommes pas encore. le feu localisé constitue la situation la plus défavorable pouvant survenir en cas d’incendie. a favorisé l’apparition de conceptions que le législateur n’a pas envisagées. à considérer que l’exigence de stabilité au feu est automatiquement assurée si la ventilation naturelle est suffisante mais les évolutions règlementaires vont dans le bon sens. d’où l’absence d’incendie généralisé. le CTICM a étudié les paramètres influençant le désenfumage des PSLV aussi bien pour des configurations au-delà des limites règlementaires que pour des solutions atypiques. des solutions innovantes peuvent voir le jour si elles sont justifiées par une étude d’ingénierie. Christophe Thauvoye. voire des façades déportées. Les résultats de cette étude montrent qu’une forte attention doit être portée à la hauteur sous poutre. Là encore. les dispositions constructives imposées par la réglementation sont largement respectées. couplé aux facilités apportées par l’acier. . Les configurations couvertes dans l’article vont des parkings avec des façades ouvertes distantes de plus de 75 m. Dans cet article. des règles et recommandations simples sont définies. Par exemple. permettant de déterminer facilement si la conception prévue pour un parking aérien permettra de le considérer équivalent à un PSLV. Toute la question est de savoir en tirer parti. nombre de parkings aériens ont vu le jour et la solution acier est rapidement devenue la norme. chef de projet recherche incendie. CTICM Parking aérien construit à Vernon et utilisé pour plusieurs essais. Depuis. la distance entre deux façades ouvertes ne doit pas dépasser 75 m. CMI 3-2015 6 Dans un parking aérien largement ventilé (PSLV). Elle est l’élément clef pour dépasser les contraintes règlementaires dans nombre de cas. Sur la base des résultats obtenus. les évolutions règlementaires apportées par l’ouverture à l’ingénierie de la sécurité incendie (ISI) ont permis de dépasser ces limitations.ACTUALITÉS L’acier. dès la phase avant-projet orienter la conception pour remplir d’une part les exigences (cahier des charges) du client et être d’autre part certain que l’étude ISI confirmera in fine que la conception prévue pour le parking permettra de le considérer équivalent à un PSLV ? C’est à cette question que l’article paru dans la Revue construction métallique 2-2015 répond. Cette situation aboutit à un bon comportement en cas d’incendie de ces parkings comme l’ont démontré les essais réalisés par le CTICM à Vernon (cf. construire des parkings aériens sans protection au feu rapportée est devenu possible en France. Ainsi. comme nos voisins européens. La surface des ouvertures fait également l’objet d’obligations. un atout dans la conception des parkings aériens largement ventilés Depuis quelques années. Il faut bien noter que les règles énoncées dans cet article ne se substituent pas à une justification via une étude d’ingénierie du désenfumage par un organisme agréé.

75012 Paris .ateliersmersch.a. 01. www.be Eurocode 4 NOUVEAU Calcul structures mixtes & EC4 Version Analyse élasto-plastique Extension des assemblages calculés Open Design : intégration de vos propres vérifications liées au modèle éléments finis • Note de calcul encore plus explicite • Saisie en tableau de toutes les données • … et aussi tout nouveau menu pour le calcul complet détaillé des poutres et poteaux EC2 • • • • 15 Poste de tremies chargement camions © Preci www. Place des Vins de France .info@scia. 100% Open BIM • 8000 licences actives • 25 ans de présence en France (250 licences) Mertens Plastique © Ateliers Mersch s.90 .net .02.fr Analyse sismique Analyse élasto-plastique Demandez votre licence d’évaluation sur www.be-preci.net Nemetschek Scia sarl .Tél.8.scia.00.84.Logiciel d’analyse structurelle pour tous vos projets Fiabilité | Ergonomie | Transparence | Productivité • Intègre l’analyse avancée sismique à l’EC8 • Assistance technique métier par équipe d’experts • Interopérabilité avec tous les logiciels de conception du marché (Tekla …) • Interface IFC certifiée.

in 2015. professionnels de la filière acier… : près de 400 invités se sont retrouvés le 7 octobre dernier au ShowCase. prescripteurs. le jury a attribué un prix par catégorie – Apprendre. Habiter. ont déposé leur candidature pour cette première édition des trophées Eiffel d’architecture acier. maîtres d’ouvrage. pour la première fois. attribuée par un jury indépendant. Six lauréats et deux prix spéciaux Quelque 111 candidats. sous le pont Alexandre III. Ils sont décernés à des projets architecturaux réalisés tout ou partie grâce au matériau acier et livrés entre le 1er janvier 2013 et le 31 décembre 2014. Lanoo Vif succès pour la première édition des Trophées Effel d’architecture acier qui a distingué des réalisations architecturales qui témoignent de la vitalité et de la qualité de la construction acier en France. les trophées Eiffel sont une distinction d’envergure nationale. maîtres d’ouvrages. les trophées Eiffel d’architecture acier. architectes. conçues par des architectes sans restriction de nationalité. Huit projets ont été distingués : . Sous la CMI 3-2015 8 © J. © J. bureaux d’études. à l’occasion de la Steel. architectes. à des œuvres construites en France. présidente du Conseil National de l’ordre des architectes. bureaux d’études. Lanoo Lauréat APPRENDRE École nationale supérieure de Strasbourg Maître d’ouvrage : ministère de la Culture et de la Communication Bureau d’étude : Marc Mimram Ingénierie SA Constructeur métallique : ZM Autres intervenants : Peutz.ACTUALITÉS Les actualités de ConstruirAcier Prix de l’architecture acier : le palmarès ! Étudiants en architecture. Organisée par ConstruirAcier. entreprises. Alto Ingénierie présidence de Catherine Jacquot. elle a récompensé les lauréats des deux concours étudiants – le Défi Culture Acier et le Concours Acier – et a décerné. Travailler et Voyager – et remis deux prix spéciaux. cérémonie de remise des prix d’architecture acier. Divertir Franchir.

M. Darbois. ASE Lauréat FRANCHIR La Jetée – Mont Saint-Michel Maître d’ouvrage : Syndicat mixte Baie du Mont-Saint-Michel Bureau d’étude : Schlaich Bergermann & Partner Constructeur métallique : Eiffage Métal Métallier : BP Métal CMI 3-2015 9 . Tohier. D. VS-A. Pascal Payeur. Desvigne.Actualités Lauréat DIVERTIR © Mathias Neveling © Cécile Septet © Cécile Septet Le Centre culturel des Quinconces – Le Mans Maître d’ouvrage : la ville du Mans Bureau d’étude : Grontmij Sechaud Bossuyt Constructeur métallique : CM Grésillon Autres intervenants : Heulin.

Setec Bâtiments et Setec TPI. Ceres Constructeur métallique : Iemants Autres intervenants : Egis Bâtiments. Berim. GTM Bateg CMI 3-2015 10 . DVVD.© DR ACTUALITÉS Lauréat HABITER @ Mathieu_Ducros © DR Les Docks Malraux – Strasbourg Maître d’ouvrage : Icade Promotion Bureau d’étude : CTE Ingénierie Constructeur métallique : Baumert CM Métallier : Serrurerie Stroph Lauréat TRAVAILLER La Tour D2 – La Défense Maître d’ouvrage : Sogecap Bureau d’étude : Setec TPI. Setec Bâtiments. Egis Bâtiments.

Actualités La gare de Montpellier Saint-Roch Maître d’ouvrage : SNCF Gares & Connexions Bureau d’étude : MAP3 Constructeur métallique : Groupe Briand (Gagne) L’ombrière du Vieux-Port – Marseille (catégorie DIVERTIR) Maître d’ouvrage : Communauté urbaine Marseille provence métropole .Difra Bureau d’étude : Ingérop Constructeur métallique : Eiffage Construction Métallique Prix spéciaux Le Carreau du Temple –Paris (catégorie DIVERTIR) Maître d’ouvrage : Ville de Paris Bureau d’étude : Bollinger + Grohmann Constructeur métallique : Eiffage Construction Métallique Métallier : Loison Autres intervenants : Fonderie du Vincent © Edmund Summer/ Eiffage Métal © Fernando Javiee Urquijo © M. Vigneau © M. Vigneau Lauréat VOYAGER CMI 3-2015 11 .

organisme de formation d’Oger International Dans un contexte économique et législatif en profonde évolution.DOSSIER Les formations au CTICM Ont collaboré à ce dossier: Patrick Gacek. pour une efficacité accrue. la formation reste un outil essentiel de la performance des entreprises . plus que jamais. à ce titre. parallèlement à la publication de notre catalogue 2016. d’en mesurer les évolutions. réglementaires ou normatifs.formation et gestion des compétences. Cetim . Sandrine Rousseau. elle doit. nous voulons contribuer à cette création de valeur ajoutée en misant sur le capital humain de nos entreprises. En nous adressant à l’ensemble de la filière construction métallique. être considérée comme un investissement. CMI 3-2015 12 . techniques. Ce dossier vous permettra. sous les angles scientifiques. responsable d’Oger Institut.

© Fotolia .© elen31 Dossier CMI 3-2015 13 .

la formation. du corpus Eurocodes et de leurs annexes nationales. et l’offre de formation continue du CTICM. Un signe qui ne trompe pas est l’importance de ces 2 postes dans la répartition de la fréquentation de nos stages par thèmes comme illustré dans le tableau ci-dessous. associé pour les aspects liés à l’exécution à l’EN 1090. et où la formation doit être abordée comme un enjeu startégique. confirmant les signes déjà patents constatés en 2013. ••125 jours de formation dispensés. …) CMI 3-2015 14 . Notre offre. les modules de formation proposés par le CTICM aux acteurs de la construction métallique sont les composants essentiels de parcours destinés à la maîtrise du référentiel qui sous-tend notre activité. Le calcul aux Eurocodes représente près du quart de l’activité (en légère progression par rapport à 2013) et l’EN 1090 (essentiellement sa partie 2) est en nette progression (plus du doublement de la part 2013). anticorrosion. passerelles piétons. en matière de conception et calcul des structures. est conçue comme une mission d’accompagnement aux salariés et aux entreprises pour : ••enrichir leurs compétences. les formations plus spécifiques sont en repli.5 % 2 8% 4 Autres (RDM. Le calcul sismique se maintient . qu’il s’agisse de nos stages catalogue ou de stages organisés « sur mesure ».vérification des éléments constitutifs) 23 % 5 Exécution des structures selon NF EN 1090-2 15 % 1 Calcul sismique 15 % 2 Calcul des assemblages 12 % 2 Détermination des actions sur les structures 7% 2 Bases de la conception des structures métalliques 7% 1 Études de cas concrets (rédaction de notes de calculs) 4% 2 Étude des chemins de roulement selon NF EN 1993-6 4. Ce référentiel est désormais constitué. Outre les formations catalogue. en particulier. Et ceci. d’une façon générale. La structure et la pédagogie de nos stages. ••acquérir les nouveaux savoir-faire à détenir. Ces mêmes thèmes représentent 54% de nos animations intra. les niveaux de formation ou d’expérience requis sont suffisamment variés pour que vous puissiez trouver la formation la plus adaptée à vos besoins.  quelques chiffres significatifs de l’activité en 2014 : ••52 modules animés dont 13 réalisés en entreprise. ••430 stagiaires formés. construction mixte. représente un levier de performance pour chaque entreprise. Thème % de stagiaires Nombre de stages catalogue animés Stages de formation au calcul des structures métalliques selon les Eurocodes (analyse de la structure . dont les maîtres mots sont ceux d’employabilité et de compétitivité. ••1050 jours stagiaires. nous répondons également à toute demande de programme spécifiquement adapté à vos besoins. Convaincu que le capital humain est le premier facteur de succès et de résistance à la crise. ••s’adapter aux évolutions de leurs différentes missions.DOSSIER Les formations au CTICM Dans un contexte économique resté tendu en 2014.5 % 1 Calcul des structures à l’incendie 4. dans un contexte législatif en forte évolution. Outils primordiaux dans la mise à jour des connaissances et de la montée en compétence des personnels.

Notre ligne pédagogique privilégie les applications pratiques qui illustrent pas à pas chaque sujet abordé. Lorsque le sujet s’y prête. nos formations sont déclinées en suivant un exemple « fil rouge » regroupant les sujets abordés.I. à la pédagogie éprouvée .M. CMI 3-2015 15 . nos formateurs sont tous des experts « métier ». BAS 21 Incendie 1 PER 21 Incendie 2 OUV 11 a et b Produits verriers BAS 31 Mixte 1 PER 31 Mixte 1 OUV 21 Escaliers garde-corps ALU 01 Aluminium Le CTICM met en œuvre ses savoir-faire et son expérience pour assurer un niveau de qualité indispensable aux formations dédiées aux métiers de la construction métallique.Dossier Le catalogue 2016 FON 02 RDM BAS 01 Action 1 PER 01 Action 2 FON 03 Bases conception BAS 04 Eurocode 3 Éléments courants PER 01 Eurocode 3 Analyse PAN 02 Découverte soudage PER 04 Eurocode 3 Sections/Barres OUV 10 Appareils de levage BAS 05 Assemblages 1 PER 05 Assemblages 2 OUV 01 Chemins de roulement CNX 01 EN 1090-2 BAT 04 BAT 05 a et b OUV 02 a et b Éléments formés à froid CNX 04 Impacts environnementaux BAS 11 Eurocodes 8 Bases PER 11 Eurocodes 6 Niveau 2 OUV 03 Passerelles piétons CNX 11 B. Les retours d’expériences de nos stagiaires et les questions qui sont régulièrement posées au titre de l’assistance technique nous alimentent en « flux continu » pour constituer la base de la réactualisation de nos supports de formation. En contact constant avec les évolutions techniques. nombre d’entre eux interviennent également comme enseignants dans diverses écoles au titre de la formation initiale. normatives et réglementaires.

par exemple. ••BAS : aborder le dimensionnement de composants ou de structures simples. explorant la plupart des aspects tant de l’analyse globale que de la justification des sections ou des éléments. tout en restant compatible avec les prescriptions de l’Eurocode 3. il s’agit bien de 2 approches distinctes. des structures métalliques selon les Eurocodes. . potelets de bardage. Les ossatures et composants concernés sont ceux rencontrés dans les bâtiments courants : pannes. le module PER 04 traitera des questions relatives à l’inertie variable ou aux instabilités de voilement. Seule l’analyse globale élastique des structures y est abordée . Ils s’adressent plus spécifiquement à des ingénieurs ou des personnels expérimentés. À l’issue de ce module de 4 jours. de vérification. de même. ••OUV : maîtriser le calcul d’ouvrages ou de composants d’ossature spécifiques. le calcul et la justification de tout élément courant de structure peut être réalisé. il nous est néanmoins apparu important d’insister sur quelques modules particuliers. Plusieurs modules sont identifiés par une étoile : ••Verte pour les modules qui font l’objet d’un redécoupage ou d’une modification de contenu significative ••Rouge pour les nouveaux modules Sans entrer dans le détail de toutes les évolutions apportées que vous découvrirez dans le catalogue. Si. ••BAT : procéder à des études de cas de bâtiments axées sur l’établissement d’une note de calculs dans le référentiel « EUROCODES ».DOSSIER Notre offre « catalogue » en 2016 reste organisée autour des mêmes familles thématiques. Les modules BAS 04 et PER 03 + PER 04. Ce module est plus adapté à des calculateurs projeteurs ou personnels de bureaux d’études opérant sur des ossatures courantes. poutres au vent et stabilités en croix de saint André. ••PER : disposer d’une vision complète d’un sujet et avoir les outils pour aborder des cas de figure plus complexes. sous tous leurs aspects. Les modules PER 03 et PER 04 ont vocation à apporter une information beaucoup plus complète. Pour se repérer dans notre offre : ••FON : acquérir ou faire le point sur les bases indispensables au calcul ou à la conception. CMI 3-2015 16 pour proposer aux stagiaires une méthode de justification rapide des éléments visés. voire enveloppe. dans un souci de clarté et de cohérence accru. Le module privilégie les méthodes simples. Les PRS à âme élancée (classe 4) n’y sont abordés que dans le cas courant de profils doublement symétriques et dont les semelles sont au minimum de classe 3. Les modules « BAS » et « PER » Nos modules BAS et PER sont ceux liés aux calculs. partie 1-1. On y précise les conditions d’application des méthodes et les conséquences sur la vérification des éléments. Ces modules mettent l’accent sur une présentation exhaustive des règles et la compréhension de leur origine et de leur formulation afin d’exploiter de manière optimale les possibilités offertes par l’Eurocode 3. l’objectif de ces modules peut sembler assez similaire dans la mesure où ils concernent les bases de calcul de l’Eurocode 3. à première vue. les barres en profils laminés du commerce (classes 1 à 3) constituent l’essentiel des éléments traités en vérification. ••CNX  : comprendre les sujets transversaux connexes à la conception et au calcul. portiques à âme pleine. s’adressant à des publics dont les besoins et les attentes sont différentes. représentés sous forme synthétique sur le schéma ci-dessous. le contenu de ces modules a considérablement évolué. Ainsi. Par rapport au catalogue 2015. Le module BAS 04 est résolument orienté vers la justification des ossatures simples et des composants de base de toute ossature métallique. le module PER 03 abordera les méthodes d’analyse plastique ou les questions liées aux calculs 3D . Le stagiaire qui aura suivi ces 6 jours (2+4)de formation disposera de toutes les clés de lecture pour comprendre et appliquer la partie 1-1 de l’Eurocode 3. Les partenariats noués avec le Cetim et Oger Institut se développent dans la continuité des sujets déjà abordés en 2015. Elle est constituée de 31 modules.

fr Route d’Osnes .5000 t de stock permanent DD11 .Margut - RCS 803 518 455 . réactivité .Grandes dimensions Souplesse.Caractérisation chimique par spéctrométrie (+33)603 12 59 50 www.Carignan / Avenue de la gare .08370 .S235 .Parachèvement d’acier depuis 60 ans norme EN1090 : Voyez les choses en plus grand ! PRS jusque 40 m Epargnez vous des soudures chères et complexes ! Notre métier : Transformer l’acier à votre mesure Déroulage jusqu’à 20 mm Planage jusqu’à 100 mm Cisaillage jusqu’à 12 mm Oxycoupage table 40 m Plasma table 35 m Refendage jusqu’à 8 mm Fortes épaisseurs .fr .S355 .tagar@tagar.HLE Le laboratoire qualité Essai traction .Noir .08110 .tagar.DKP .

savez-vous que l’aluminium est le métal le plus utilisé après le fer ? Que l’on peut augmenter CMI 3-2015 18 sa résistance – mécanique. les 2 propriétés qui viennent le plus naturellement à l’esprit sont sa légèreté (environ le tiers du poids de l’acier) et sa bonne résistance naturelle à la corrosion atmosphérique (due la couche compacte d’oxyde qui se forme naturellement à sa surface). Ils s’adressent plus spécifiquement aux projeteurs. Il s’adresse plus spécifiquement à des ingénieurs et techniciens de bureaux d’études expérimentés. Les modules BAS permettent d’aborder les sujets les plus souvent rencontrés. … – par des alliages ou par traitement à froid ? Qu’il peut être soudé et collé ? Que l’on peut recycler presque indéfiniment sans perdre ses propriétés ? … Toutes ces caractéristiques en font un matériau particulièrement intéressant pour des applications structurelles. Dès son retour en fonction. À l’issue d’un module de type BAS. disposant d’une vraie note de calculs pédagogique.DOSSIER Les autres modules Ils sont généralement constitués par « paires » associant un module BAS et un module PER. ces modules sont organisés autour d’une succession d’exercices pour mettre le stagiaire en immersion pendant la durée de la formation. Le module « chemins de roulement et monorails» Suite à des demandes récurrentes. Les méthodes simples ou forfaitaires. Une première connaissance des Eurocodes acquise par l’expérience ou une formation est cependant nécessaire pour tirer le meilleur parti de ces modules. approches complémentaires ELS et ELU. Par analogie aux stages BAS et PER. ••le calcul des structures mixtes ••la résistance au feu. le stagiaire pourra réinvestir les connaissances acquises avec une autonomie accrue et une meilleure efficacité. ••le calcul parasismique. En effet. IL n’est donc pas étonnant que le CTICM ait reçu plusieurs demandes pour organiser une . Création d’un module « Aluminium» Lorsque l’on parle d’aluminium. Les modules BAT 04 et BAT 05 Ces modules sont dorénavant basés sur une pédagogie «  active  » sollicitant les stagiaires sur des durées limitées tout en leur permettant d’aborder un maximum de thèmes liés au calcul des ossatures de bâtiments selon les Eurocodes. voire enveloppe sont privilégiées. Les thèmes traités sont ••la détermination des actions. calculateurs ou personnels de niveau BTS ou de connaissances équivalentes. etc. l’approche de ces éléments est considérablement modifiée par rapport aux habitudes antérieures . ••le calcul des assemblages. le but est de pouvoir aborder et résoudre les problèmes couramment rencontrés. physique. les 2 modules proposés en 2016 s’adressent à des publics différents : Le module BAT 04 vise les « bâtiments simples » et s’adresse à toute personne chargée du dimensionnement d’ossatures ou d’éléments de structure courants en privilégiant des approches simplifiées. Les aspects « tolérances » et « fatigue » des poutres supports des appareils de levage sont également révisés à l’occasion de cette refonte. Mais au-delà. N’hésitez pas à consulter le catalogue 2016 qui présente un tableau de synthèse comparatif permettant d’identifier les différences des 2 modules. Les modules PER sont conçus comme des compléments visant à donner une vision complète d’un sujet et à disposer d’outils et méthodes permettant d’aborder des configurations moins courantes. vérifications locales plus complexes. Il est recommandé de disposer d’un niveau équivalent à celui du module BAS correspondant pour aborder ces modules d’approfondissement. Non conçus comme des cours. il est apparu nécessaire de redéployer le contenu du module existant pour permettre d’y intégrer les aspects du calcul des poutres monorails supports de chariots-palans. voir complexes. introduction des critères de réversibilité. Le module BAT 05 vise les « bâtiments courants » et aborde des notions plus complexes comme la classe 4 ou la semi-rigidité des assemblages.

“made in France” avec rigueur.fr SONDAGE FORAGE SOIL INVESTIGATION DRILLING INJECTION FONDATIONS FOUNDATIONS MELANGEURS MIXERS 14.info@tecsystem.FONDATION SONDAGE INJECTION Concepteur Ensemblier l’expérience innovante FONDATION SONDAGE INJECTION TEC System a commercialisé depuis 15 ans plus de 800 machines.86530 Naintré . TEC vous accompagnera pour les mises en route et la maintenance de vos machines. et dispose de 5000 références en stock afin de mieux vous servir. rue Emile Zola . représentant plus de 50% de son chiffre d’affaires à l’export dans 30 pays.tecsystem.fr photo Studio LUDO GROUTING . Abyss 75 www.Fax : 00 33 (0)5 49 93 76 26 . 00 33 (0)5 49 93 76 00 . Chaque machine. intégrant les dernières normes de sécurité et répondant aux besoins spécifiques de chaque client. est unique.France Tél.

Ce stage vise. membre du réseau CTI. dimensionner un élément de charpente ou de mécanisme vis-à-vis des risques de ruine par plastification. etc. identifier les principaux défauts et modes de défaillances possibles . les outils…). expliquer l’impact des exigences normatives sur l’organisation des activités en soudage .I. » Le Plan transition numérique du bâtiment. les niveaux d’usage. Les technologies associées évoluent rapidement. deux formations sont mises  au service des acteurs de la construction métallique: « Découverte du soudage » et « Éléments de calcul des appareils de levage ». À l’issue de la formation. en 3 jours. en une journée. À l’issue de la formation. fatigue. Pour préparer ce que François Pelegrin (architecte urbaniste membre du bureau du comité stratégique du Plan bâtiment durable) définit comme un Bouleversement interprofessionnel majeur. technique et innovation. Du mur rideau traditionnel à la façade active. nous apporte sa connaissance dans les techniques industrielles et la mécanique. les participants pourront : classer un appareil de levage. 2016 verra donc l’apparition d’un module dédié au calcul des éléments en aluminium selon l’Eurocode 9. Introduction au soudage L’objectif de la formation « Découverte du soudage » est de donner. spécificités des assemblages. élément de charpente . .DOSSIER formation sur ce thème. 1 jour pour tout comprendre» vous serez en mesure d’accompagner votre organisation dans son passage au BIM. les applications et le cadre réglementaire des différents produits verriers du bâtiment. les participants pourront : lister les différents procédés et technologies en soudage . Les évolutions technologiques des produits verriers dans le monde sont telles que l’architecture moderne internationale ne se conçoit pas sans eux. Calcul des appareils de levage La formation de trois jours « Éléments de calcul des appareils de levage » vise à donner. CMI 3-2015 20 La formation «Connaissance et choix des produits verriers» vous permet d’appréhender le matériau verre et les technologies du verre plat et de comprendre les caractéristiques. annoncé en décembre 2014 par Sylvia Pinel ministre du Logement. société d’ingénierie de la construction nous apporte son expérience issue de la réalisation de grands projets  en France et à l’étranger. pôle formation d’Oger International. d’apprécier la valeur ajoutée du BIM sur l’ensemble du cycle de vie du bâtiment et d’identifier l’impact du BIM pour sa profession et son métier. La conception des façades doit tenir compte d’un nombre croissant d’exigences. est lancé. instabilités des barres. à fournir les notions permettant de procéder à l’analyse de structures et aux différents aspects des justifications de ces ossatures : classification et résistance des sections. il faut être capable de comprendre ce qu’est et sera le BIM (le système. un état de l’art s’impose pour être capable d’identifier les points critiques des «Systèmes de façades». En 2016. La parole à nos partenaires Oger Institut. les éléments aux équipes pour dialoguer efficacement sur une problématique de soudage en intégrant des notions technico-économiques. lister les matériaux métalliques soudables et les précautions de mise en œuvre (soudabilité métallurgique). Le BIM (Building Information Modeling/Management) est au cœur de cette transition numérique. Un module d’initiation au « B. L’ensemble des acteurs du bâtiment et de l’immobilier sont donc maintenant concernés par le passage au BIM. mécanisme.  L’institut Carnot Cetim.M. qui les rendent complexes à réaliser. parfois contradictoires. Les modules « VERRE » Les façades comme les produits verriers du bâtiment sont aujourd’hui à la fois art. critères ELS. aux personnels du bureau d’études. À l’issue de la formation «BIM. évaluer individuellement puis combiner les efforts subis par un appareil de levage . choc fragile. la maîtrise des bases scientifiques et des règles essentielles du dimensionnement des appareils de levage.

Sur notre site internet www. etc. ainsi que la gamme complète Lindapter avec. en adoptant un seul type de fixation. en plus de la partie crapautage. matériel de manutention mécanique et appareils de renforcement de pont figurent parmi les applications types. au-delà des infrastructures et bâtiments. Inventeur du crapaud de fixation de poutrelles et du Hollo-Bolt®. les fixations pour sections creuses. Maurin Fixation est présent dans de nombreux secteurs d’activités dont l’industrie automobile et ferroviaire. Maurin Fixation vous fournit le Type AAF en dimensions M12. revêtements ou filetages * produits de supportage avec collier (isophonique ou non). nous vous proposons une offre produits complète et diversifiée. réduction du temps de construction et des coûts de main-d’œuvre. Enfin. le crapaud s’adapte automatiquement à toute une gamme d’épaisseurs d’ailes et permet aux entrepreneurs de répondre aux exigences d’un grand nombre de systèmes d’assemblage. ce qui permet une * visserie bois avec des vis à bois. notamment pour les applications suivantes : glissement. pour suspentes. d’ancrage. De par sa conception innovante en deux parties. etc. cloueur.fr . un nouveau crapaud permettant de relier des profilés de charpentes métalliques qui allie capacité de réglage. l’environnement. En complément des fixations Lindapter. la fixation Type AAF se pose en quelques minutes. supportage et visserie bois déjà proposés par le groupe Maurin. Nous fournissons des milliers d’articles pour toutes les constructions métalliques. adaptés à tous types de structures : pont. Ces produits sont complémentaires aux gammes de boulons de construction. protection anticorrosion et capacités de charges élevées.emile-maurin. Les produits Lindapter sont utilisés à travers le monde sur tout type de projets prestigieux tel que la Tour Eiffel Nous intervenons dans l’ensemble des constructions à travers nos gammes : * boulonnerie de construction métallique avec des boulons non précontraints SB (EN 15048) et des boulons précontraints HR-HV-HRC (EN 14399) Nous élaborons tous vos produits de fixation suivant vos plans et cahiers des charges. cheville. même dans les environnements à basse température. scellement chimique. Maurin Fixation distribue les produits pour charpente métallique Lindapter. traction et charges combinées. finitions et matières au choix. procédés de fabrication. l’énergie. musée. console. La gamme très étendue permet de s’adapter à chaque corps de métier. ancre-vis. constructions bois. etc Le crapaud Type AAF en situation de montage Par rapport aux méthodes classiques comme le perçage ou le soudage. hôpital. Lindapter a mis au point le Type AAF. Avec plus de 40 000 articles gérés et 8 000 t de stock.Maurin Fixation et Lindapter® : assembler les bâtiments et infrastructures Depuis plusieurs années. stade. Toitures à ossature acier.fr (rubrique Fixation) vous accédez à tous nos modèles détaillés. sans avoir besoin d’obtenir de permis de feu. etc Nos experts sont à votre disposition pour répondre à vos demandes spécifiques. gymnase. suspentes de canalisations industrielles. pour plancher et les fixations de rail. rail profil en C ou en U. Maurin Fixation vous propose d’autres gammes adaptées à chaque corps de métier. supermarché. contact : Christophe MARSON marsonc@emile-maurin. * éléments d’ancrage avec goujon. avec possibilité de téléchargement des pièces en 3D. Le Type AAF fait partie de la gamme de crapauds de fixation à haute résistance au glissement (HSR) conçue pour des exigences élevées en matière de charge. vis agglo. la maintenance. vis pour PVC en acier ou inox avec différents types d’empreintes. M16 et M20. bâtiment agricole.

cticm-formation. Vos cas concrets peuvent servir à illustrer votre formation pour la rendre plus « parlante » à vos collaborateurs. Ces différentes formules vous permettent. Toutes les formules sont envisageables depuis l’animation décentralisée de nos stages catalogue.DOSSIER L’offre « intra » et « sur mesure » Les stages à la carte visent à vous proposer des formations adaptées aux besoins précis préalablement identifiés par un dialogue avec l’entreprise. Ces sessions de formation dédiées et organisées pour les collaborateurs de votre entreprise sont réalisées selon vos souhaits sur notre site de Saint-Aubin ou dans vos locaux. d’optimiser le coût de votre formation. visualisez le calendrier des sessions à venir. Inscrivez-vous en ligne. même s’il ne correspond pas à une offre du catalogue. CMI 3-2015 22 . l’animation d’un stage catalogue dans vos locaux. les 2 catalogues 2015 et 2016 sont en ligne.com Depuis septembre. en outre. Téléchargez les fiches de stages. l’adaptation d’un ou plusieurs stages du catalogue à votre besoin jusqu’à la création d’un stage spécifique. Retrouvez nos formations sur www.

Techniques et Contrôles Durée 3 jours .dieval@iprs.83 790 Pignans – tél :04 94 33 28 86 .fr Fiche de stage détaillée sur demande IPRS SAS | ZA la Lauve Migranon .en partenariat avec NOUVEAU STAGE PROTECTION FEU DES STRUCTURES METALLIQUES Peintures Intumescentes – Réglementation.Lieu Châteauneuf Les Martigues Objectifs 2015 : Du 17/11 au 19/11 2016 : Du 08/03 au 10/03 Connaître les exigences et la règlementation  Mieux appréhender les différentes techniques  Pouvoir rédiger un CCTP de travaux  Notions de garanties  Méthodes pédagogiques • Exposés • Etude de cas • Vidéos • Démonstrations Inscription auprès de Valérie DIEVAL 06 15 54 31 22 – valerie.

la conception de leur adaptation et les premiers essais mécaniques de validation et. la réutilisation ou le réemploi des matériaux et composants. Pour les accompagner. quatre centres techniques de la construction (CTICM. Analyse des pratiques actuelles de gestion des déchets du bâtiment et de construction-déconstruction L’évolution de la ville et de ses usages appelle une mutation récurrente des éléments de composition du tissu urbain qui se traduit par de nombreux CMI 3-2015 24 programmes de réorganisation et de construction.. en centres spécialisés ou non. l’Ademe a lancé un appel à projets portant sur les déchets du BTP.52 Mt) – métaux (0. Mené sur un peu plus de deux ans. CTMNC* et FCBA*) ont choisi d’engager une recherche commune de solutions constructives de prévention de la production de déchets grâce à une approche systématique de démontabilité. Réunis au sein de l’alliance MECD*.4 Mt) . économiques et technologiques.6 Mt.. La pratique la plus répandue de gestion des déchets issus de la construction a longtemps été la mise en décharge.Céline VINOT. Stéphane HERBIN. réutilisation du patrimoine.83 Mt) .. dont béton (3. CERIB*. ••déchets non dangereux : 10 Mt. L’approche globale et multimatériaux portée par les partenaires a pour but de sélectionner des solutions constructives et d’envisager une évolution de ces procédés pour faciliter : La séparation des systèmes et composants sur chantier. dont bois (1.Jean-Luc KOUYOUMJI. ••déchets dangereux : 0. La pénurie de la ressource foncière. construction dans les friches urbaines ou industrielles. CTMNC . Le projet Démodulor vise les techniques de mise en œuvre représentatives du gros œuvre et de l’enveloppe qui sont pour une large part à l’origine du volume important de déchets attribué à la construction.DURABLE DÉMODULOR  Une démarche de mixité des matériaux pour favoriser la démontabilité En 2012.9 Mt) et briques/céramique/ardoise (2.2 Mt entre les 3 catégories de déchets est la suivante (Enquête SOeS_2008) : ••déchets inertes : 27. FCBA * MECD : matériaux et équipements pour la construction durable CERIB : centre d’études et de recherches de l’industrie du béton CTMNC : centre technique des matériaux naturels de construction FCBA : institut technologique forêt cellulose bois ameublement. une analyse environnementale et socio-économique des potentialités. en vue de . CERIB Olivier DUPONT. il est fréquent de lancer auparavant des projets de démolition totale ou partielle du domaine bâti : démolition/reconstruction. le besoin croissant de répondre à la nécessité structurelle de ces nouvelles constructions et la meilleure maîtrise de la consommation de ressources naturelles justifient d’améliorer la prise en compte des déchets issus de la construction : la valorisation des matériaux ouvre aujourd’hui de nouvelles perspectives environnementales. La séparation des matériaux en vue d’un recyclage ou d’une élimination optimisée. Pour le Bâtiment. Retour sur ce projet achevé récemment. La déconstruction engendre des millions de tonnes de déchets de natures diverses chaque année et ce mélange est à l’origine des difficultés de traitement et de tri des matériaux et produits. CTICM . secteur qui constitue un enjeu majeur en matière de prévention des déchets. le projet s’est déroulé en phases successives : l’analyse des marchés et des volumes de matériaux et de déchets. la détermination de solutions constructives porteuses.6 Mt. enfin. la répartition en masse des 38.

béton. CMI 3-2015 25 . par extension. commercial et bureaux. la complémentarité des systèmes a permis de proposer une association deux à deux. puis établi une étude des processus de montage et démontage des éléments. même si les pratiques tardent parfois à changer. soit encore parfois pour une réutilisation des produits. . la sécurité des abords du site et des personnels intervenant dans les opérations est une donnée fondamentale. les préoccupations sanitaires et environnementales ont apporté une série d’évolutions. En amont. la suite du projet consiste à établir une sélection de procédés constructifs susceptibles d’être améliorés pour les rendre démontables.) permettent d’estimer le gisement de ressources disponibles par parties d’ouvrages. Depuis plusieurs années. Solutions Démodulor : sélectionconception-expérimentation Après une revue du parc construit. Les études récentes menées par chaque filière et notamment chaque CTI. --les techniques de la démolition et la faisabilité sur le site (accessibilité.Développement durable leur enfouissement. La nécessité de comprendre l’historique d’une construction et de la traçabilité des matériaux et des interventions s’avère cruciale au moment de préparer un tel chantier. ont été choisis à l’aide de critères permettant d’estimer leur potentiel de valorisation des éléments qui les composent. visant un usage tertiaire ••Le plancher sec multi composants pour la rénovation ou le neuf en maison individuelle ou petit collectif résidentiel ••Le mur modulaire en terre cuite destinée à la façade de maison individuelle ••La paroi à ossature bois. des techniques de déconstruction sur site et de la capacité à la valorisation des produits et matériaux. avec une connexion réalisée par boulons. industriel. notamment en termes de déchets dangereux. De plus. constitutive de parois légères en façades Pour chaque procédé. Lors des étapes de démolition ou de déconstruction. Désormais. --Les interfaces et les procédés d’assemblages entre éléments constructifs sont directement liés aux exigences de performances requises. En ce sens. terre cuite) ont chacun leurs propriétés et leur spécificité lors de ces étapes de fin de vie. dès la conception industrielle ou lors des études de projet. En premier lieu. les partenaires de Démodulor ont étudié les composants d’origine et déterminé les modifications à apporter. outillage. Le traitement des déchets valorisables issus de ces opérations est en principe conçu pour favoriser leur évacuation vers des filières plus ou moins structurées afin de recycler le plus possible de matériaux. Quatre systèmes constructifs ont été finalement retenus : deux pour le plancher et deux pour la façade. sécurité) renseignent sur les freins au déploiement ou non de nouvelles approches de démantèlement. et l’enfouissement. soutenues par des réglementations. soit par la collecte effectuée par des entreprises spécialisées aux fins de recyclage de matériaux.…) constituent bien souvent un obstacle majeur. Enfin. etc. les voies du recyclage/valorisation et du réemploi ont été considérées distinctement dans l’analyse des procédés. ••Une solution de plancher mixte acier-béton. la valorisation des déchets en fin de vie est la voie à privilégier : soit pour une production énergétique via incinération. Ces critères d’évaluation pour la détermination des procédés constructifs potentiellement intéressants pour la démontabilité reposent sur les 4 principes suivants : --le volume de matériaux utilisés dans les constructions courantes. pour réduire la production des déchets et pour améliorer leur exploitation en fin de vie. transport. Cela est particulièrement le cas pour les structures des bâtiments pour lesquels la nécessaire séparation des matériaux pour faciliter leur valorisation en seconde vie est cruciale. La méthode de sélection repose moins sur la seule capacité intrinsèque du système à sa démontabilité que sur la marge de progression du potentiel des systèmes constructifs à une « seconde vie ». ont été rassemblées pour permettre de disposer de la ventilation des usages observés en fin de vie : entre les filières de valorisation. dont le recyclage. bois. Cependant l’espace disponible sur les sites pour le tri et surtout le coût de ces traitements (organisation du chantier. en fonction de la segmentation des marchés (résidentiel. la valeur économique envisageable. les principaux matériaux concernés (acier. --la capacité au recyclage et le niveau de développement des filières déterminent le champ des débouchés et. le constat montre qu’à ce jour peu de produits ou systèmes constructifs utilisés dans le bâtiment font l’objet d’une réflexion. tous utilisés pour le gros œuvre et l’enveloppe du bâtiment. ces procédés.

Ces boutonnières accueillent les boulons fixés au travers de la poutre acier jouant ainsi le rôle de connecteur. . L’ensemble entièrement démontable ne comporte que des composants manuportables. propose la mise en place d’un assembleur métallique. et le béton de clavetage. Cet assembleur ne modifie pas la mise en œuvre et rend le démontage rapide. flexion. facilitant la séparation de composants préservés et donc le réemploi des ossatures. CMI 3-2015 26 Le mur démontable en terre cuite et le plancher sec acier-bois-béton (usage résidentiel) La solution associe une maçonnerie porteuse en briques Terre Cuite (mise en œuvre à sec et reprenant les charges gravitaires) entre des profils acier horizontaux haut et bas reliés par des tirants en acier mettant en précontrainte la paroi (solidarisation des éléments. pour être noyés dans la dalle béton coulée sur place. avec des assemblages mécaniques (pas de mortier ni enduit). Ce dernier est constitué d’un bac acier. La solution de façade à ossature bois destinée à l’enveloppe. les dalles en béton sont préfabriquées en présentant une série de réservations formant des boutonnières au droit de chaque zone de connexion sur la poutre support.) entre chaque niveau de plancher. Dans le cas présent. sur le modèle des connecteurs de fermettes. efforts de traction. etc.DURABLE Le plancher mixte acier-béton et le panneau bois (usage tertiaire) Le plancher mixte acier-béton est une évolution du principe de connexion. de panneaux bois revêtus de dallettes de béton allégé Thermolitys®. habituellement effectué par goujons soudés tout au long de la poutre acier. conçu à l’occasion du projet. disposé à la jonction de deux panneaux.

les modalités actuelles de fixation par vissage permettent le démontage et la séparation facilitée des composants . Solutions Démodulor : évaluations environnementale et économique Analyse environnementale multicritères La méthodologie retenue pour l’analyse environnementale entre systèmes existants et systèmes démontables innovants est une démarche multicritère qualitative. ces derniers ne pourraient être réutilisés qu’en décalant le pas de fixations. etc. sécurité et perception des parties prenantes. Dans le cas du plancher sec. Au-delà des aspects environnementaux. méthode quantitative habituellement pratiquée pour les études environnementales. Les pièces de bois massifs démontées. Pour optimiser l’emploi de la dalle béton. Les éléments métalliques (assembleurs. les performances devraient être similaires à celle d’une maçonnerie traditionnelle. Enfin. pour les panneaux de façade à ossature bois. Le projet Démodulor a permis de tester les capacités potentielles de montage-démontage et de résistance mécanique de chaque partie d’ouvrage. les évolutions apportées ne représentaient pas toujours un changement de quantité significatif. compte tenu des chocs reçus lors de la dépose. De plus. Dans ce cas. Pour le dimensionnement des ouvrages en résistance et contreventement.Développement durable Bilan de la campagne d’essais menée sur les 4 solutions constructives Démodulor. car cette dernière nécessite un nombre important de données chiffrées qui ne sont actuellement disponibles que pour le système existant. Il est possible d’envisager une évolution du procédé de fixation (type goupille filetée) qui permettrait le réemploi des dalles préfabriquées en béton allégé (sous réserve de la vérification de leur intégrité). Pour conduire l’analyse multicritères. Des briques faisant appel aux procédés de rectification industrielle permettraient d’améliorer la rigidité et la résistance du mur. Dans le cas du mur terre cuite.) sont recyclés. La solution permet bien une déconstruction sélective. Les panneaux inutilisables après déconstruction doivent être recyclés. deux voies de valorisation sont envisagées. risquant alors de n’être que peu perceptible dans une ACV. Elles ont été contrôlées sur des maquettes réalisées à l’échelle 1 dans un même laboratoire. peuvent être réemployées après examen visuel (exclusion des pièces attaquées par les insectes ou les champignons). mais les boulons doivent être intégralement remplacés. des études Éssais Solutions Démodulor Murs terre cuite Plancher sec complémentaires sont à mener sur les armatures de liaison. Pour le plancher mixte (destination tertiaire) l’ossature acier est réutilisable. dissociant les différents composants et une capacité partielle au réemploi. cette dernière permet d’apporter une palette d’éléments contextuels déclinable à plusieurs aspects sociaux : santé. vis. les systèmes ont été considérés intégrés dans un bâtiment et leur durée de vie sont inspirés des modules du cycle de vie figurant dans les normes en vigueur de l’ACV : Montage/démontage Essais mécaniques Objectif de l’essai Remontage intégral Essai dans le plan Essai hors plan Effort maximal pour assurer le contreventement Capacité de résistance aux actions du vent Remontage partiel après désolidarisation Essai de flexion Plancher mixte Tri des composants après désolidarisation ou remontage partiel Essai de flexion (test de la liaison boulonnée) Façade bois Remontage partiel de l’ossature Essais dans le plan Charge limite à partir de laquelle le plancher perd son intégrité et déplacements relatifs des composants Effort maximal pour assurer la stabilité du panneau Tableau résumant les propriétés de montage-démontage et essais subis par les solutions Démodulor CMI 3-2015 27 . l’ensemble des composants manuportables sont réutilisables à l’exception du rail d’ancrage de départ bas inséré dans la dalle béton après le coulage. les niveaux de performances permettent déjà de répondre aux cas de logements R+1 qui constituent le cœur de cible visée. équerres. Cette approche a été préférée à une analyse de cycle de vie (ACV).

eau. les gains apparaissent déjà durant la phase de production-construction-utilisation aux postes : consommations de ressources (eau et emballage).) 3 - I3 Consommation énergie recyclage/réutilisation 0 L2 Perception maîtres d’ouvrages. B – Utilisation .... Lors de l’étape de déconstruction. les effets engendrés par la solution Démodulor ne sont pas toujours novateurs mais restent significativement bénéfiques.. --les émissions (air. d’eau..) - -3 - J1 Déchets K2 Sécurité opérateurs J2 Emissions air K1 Santé opérateurs J3 Emissions eau - J4 Emissions sols et eaux souterraines Vue de 2 graphiques prenant en compte la fin de vie sans ou avec le début du cycle de vie suivant (ex : du plancher mixte) CMI 3-2015 28 . D – bénéfices et charges au-delà du système. surtout lorsqu’on considère les avantages apportés au cycle de vie suivant. Analyse économique sur 2 cycles de construction/ déconstruction Le bilan économique semble intéressant lorsque le montage/démontage pourra être reproduit plusieurs fois durant la vie des produits notamment pour absorber les opérations de curage et de préparation (tri. --fin de vie (modules C2 à C4 et D).. Il s’agit souvent de 50 ou 100 ans pour l’acier. le niveau des impacts ou des effets liés à la solution de démontabilité est estimé par différence entre les deux systèmes. donnant le découpage en étapes suivant : --production. La durée de vie de référence (DVR). Dans le cas des solutions constructives de mise en œuvre à sec. utilisée pour les fiches de déclaration environnementale et sanitaire. le démontage s’apparentant à un curage permet logiquement des progrès très significatifs en matière de réduction des émissions et déchets. sols) et la production de déchets . palettisation) des matériaux du gros Etape de fin de vie du 1er cycle de vie (Plancher Mixte) Etape de fin de vie du 1er cycle de vie et Bénéfices et charges imputables au cycle de vie suivant (Plancher Mixte) I1 Consommation ressources 3 - 2 L3 Perception usagers et propriétairesexploitants 1 I4 Transport -1 - -3 - J1 Déchets J2 Emissions air K2 Sécurité opérateurs K1 Santé opérateurs J3 Emissions eau - 2 L3 Perception usagers et propriétairesexploitants 1 I2 Consommation eau I3 Consommation énergie recyclage/réutilisation 0 L2 Perception maîtres d’ouvrages. les économies observées sur les postes de consommation de ressources. émission dans l’eau et le sol et/ou dans la production de déchets. --la perception des parties prenantes.. correspond à la performance technique et fonctionnelle du produit dans un bâtiment. --les aspects sanitaires et sécurité . et ne tient pas clairement compte d’un possible réemploi. architectes/ MOE . Dans ce cas. Les gains et impacts environnementaux et sociaux sont groupés et présentés selon les catégories suivantes : --les consommations de matières premières et énergétiques . recycleur .DURABLE A – production et construction . Cette DVR peut être différente de la durée de vie totale. d’énergie et de production de déchets sont clairement mises en évidence. I4 Transport -1 -2 L1 Perception acteurs actuels (centre de stockage. Selon la méthodologie établie. le bois et la terre cuite.. On constate pour l’ensemble des étapes du cycle de vie considéré que le système démontable est majoritairement plus avantageux que le système traditionnel aux points de vue environnemental. Elle dépend des propriétés du produit et des conditions d’utilisation de référence. Les charges et bénéfices liés à la seconde vie des constituants réutilisés sont évalués dans l’étape de fin de vie. recycleur . construction & utilisation (modules A et B) . les modules A et B sont groupés et le chantier de déconstruction a été isolé pour faciliter la lecture. architectes/ MOE . Les bénéfices des solutions Démodulor s’expriment pleinement lorsque l’on prend en compte les gains sur le début du second cycle de vie traduisant l’intérêt du réemploi. La durée de vie d’un produit de construction peut avoir plusieurs sens. I1 Consommation ressources I2 Consommation eau J4 Emissions sols et eaux souterraines -2 L1 Perception acteurs actuels (centre de stockage. Afin de mieux exprimer l’évaluation de la démontabilité. l’actuel et sa version innovante. sanitaire et sécuritaire. le béton. --déconstruction (module C1) . Le système traditionnel comportant initialement un fort potentiel de recyclabilité et l’évaluation ne quantifiant que la différence entre les deux systèmes. C – fin de vie .

même si plusieurs freins restent à lever. sans estimation des coûts observés dans le circuit de tri et de valorisation. menées au cours de la phase 4 du projet Démodulor mettent en évidence une série d’atouts. Les variations proviennent surtout des incertitudes liées à des sujets innovants : manque de lisibilité sur les temps et les prix pour l’analyse économique. imprécision sur les possibilités de réemploi dans le cadre des évaluations environnementales. la prise en compte réaliste du réemploi a permis de souligner la pertinence de l’approche de la déconstruction. la maturité des marchés.Développement durable Réemploi D n tio es sa rc ili ou Ut ess r de de Ges s d tio éc n he ts Évolutivité DÉMODULOR Économie de fonctionnalité Traçabilité Schéma du modèle stratégique pour Démodulor œuvre plus longues comparées à une démolition traditionnelle. Opportunités et freins pour le développement de l’économie circulaire intégrant le principe de démontabilité des constructions Au-delà du développement de solutions constructives pertinentes. environnementales et économiques. Les filières de recyclage s’organisent mais le marché du réemploi des produits de la construction est aujourd’hui anecdotique et inexistant pour les produits de structure dits « industrialisés » La nécessaire CMI 3-2015 29 . la solution semble plus particulièrement pertinente dans la perspective d’apporter une réponse aux demandes croissantes d’évolutivité dans le temps des programmes de construction résidentiels ou tertiaires. la culture des métiers et des professions et même les grands aspects du développement durable peuvent aboutir à des freins à la diffusion de ce type de solutions. Dans les deux approches. propres aux différentes solutions constructives et à leurs usages privilégiés. --une croissance en termes de volume et de marge. Toutefois. Les deux analyses comparatives. il convient de préciser que les éléments de l’analyse économique se sont arrêtés au site de démolition-déconstruction. celui-ci doit apporter soit des avantages en termes de coût soit en terme de différenciation par rapport aux solutions concurrentes (traditionnelles dans ce cas) qui doivent permettre : --une appropriation durant toute la chaîne de valeur. Analyse des gains et conséquences sur les usages et sur les conditions de réalisation d’une opération jusqu’à son démantèlement Pour rendre attractif un nouveau concept (la démontabilité). Sans évolution significative du contexte actuel sur la gestion des déchets de construction.

apparaissent pour rendre viable ce modèle économique nécessaire à l’émergence du concept de démontabilité dans la construction/déconstruction : ••la traçabilité des produits pendant tout leur cycle de vie. L’objectif initial du projet était de définir et faire évoluer des procédés constructifs de gros œuvre pour faciliter leur démontabilité.). Au vu des scénarios précédents. mais une collaboration plus étroite avec les professionnels de la démolition est une piste afin de mieux ajuster les modes opératoires. représentatifs d’un volume de marché significatif dans les domaines du résidentiel et du tertiaire. ••l’évolutivité des bâtiments. Conclusion et poursuite du projet Démodulor Le projet Démodulor a été une recherche prospective passionnante dont la première innovation a consisté à réunir les centres techniques industriels des principaux matériaux de construction utilisés dans le gros œuvre et plus habitués à une situation de forte concurrence que de partenariat ouvert. malgré l’hétérogénéité des données recueillies. a été CMI 3-2015 30 revisité pour les rendre démontables en conservant les niveaux de performance requis initialement. un volet prometteur de la démarche de la transition numérique de la construction. filières ou métiers sont aussi à investiguer. coût global. les perspectives sont prometteuses de développement de nouvelles pratiques tant pour la construction/déconstruction que pour l’utilisation des bâtiments (évolutivité. ••la validation complète des systèmes proposés. Au préalable. aboutir à des montages d’opérations de bâtiments prototypes est un prolongement souhaitable de Démodulor. constructeurs. réemploi. Au-delà des attentes du programme. Le projet a permis de sélectionner quatre procédés de gros œuvre (structure et enveloppe). Ces trois pôles permettent de créer les passerelles entre les enjeux du développement durable que sont : ••l’utilisation des ressources. ce. Les objectifs d’écoconception du projet ont été confirmés par une évaluation qualitative multi-critères. L’étude préliminaire des marchés et des volumes a permis de mieux comprendre les modes de gestion des déchets et d’identifier les voies de valorisation selon leur organisation actuelle et. À terme. ••la gestion des déchets. pour la mise sur le marché.. les premiers objectifs à réaliser seront : ••l’optimisation des composants pour l’industrialisation des solutions Démodulor . remplacement de la démolition par un curage étendu au gros œuvre.DURABLE professionnalisation du négoce de produits de réemploi ne pourra se faire qu’au travers d’un nouveau modèle économique d’économie circulaire attractif pour les investisseurs. la première campagne d’expérimentations de concepts constructifs a apporté des résultats satisfaisants mais elle doit se prolonger vers les autres exigences. . Chaque système. Les enseignements de cette confrontation seront les clés pour déterminer la pénétration technologique et le volume des marchés potentiels et par voie de conséquence les bénéfices en matière de valorisation des déchets. les partenaires ont réussi à réaliser des prototypes à l’échelle 1 qui ont permis de vérifier la démontabilité des systèmes et de les soumettre à des essais mécaniques. porteur d’un potentiel de progrès. Les scénarios de développement des solutions Démodulor que nous proposons composent le schéma du modèle stratégique (figure ci-dessous) fondé sur trois pôles essentiels (sommets du triangle) à la croissance du concept de démontabilité : évolutivité. maîtres d’ouvrage. allant jusqu’à l’avis technique. entreprises et distributeurs d’évaluer le potentiel d’appropriation du concept. Ce sera l’opportunité en associant des partenaires industriels. nouvelle demande croissante rendue incontournable par l’évolution de la société et des technologies. traçabilité.. Les opérations de montage et démontage ont été effectuées avec nos équipes. Techniquement. ••la réalisation des essais complémentaires de caractérisations des performances en laboratoires et in situ . Ses résultats satisfaisants soulignent en particulier tout l’intérêt du réemploi. Des opportunités pour la création de nouveaux modèles économiques. préférée à l’analyse de cycle de vie initialement envisagée. Heureusement deux leviers favorables que nous avons développés précédemment. ••l’économie de fonctionnalité. maintenance.

Les partenaires du projet Démodulor souhaitent aujourd’hui prolonger la démarche en faisant appel à l’ensemble des acteurs de la filière construction/ déconstruction. du réemploi et de sa nécessaire généralisation dans les bâtiments du futur. ••soutenir l’élaboration effective des plans de gestion des déchets dès la conception des ouvrages. ••initier la mise en place active du « carnet de santé du bâtiment ». ••l’approfondissement des réflexions pour l’extension à d’autres systèmes constructifs permettant d’étendre l’aptitude au réemploi favorisant le réemploi.Développement durable ••des approches expérimentales coordonnées par les entreprises de déconstruction et de mise en œuvre. ••renforcer les contrôles sur chantiers. L’histoire du projet Démodulor résumée en quelques mots… CMI 3-2015 31 . ••inciter un taux élevé de recyclage des déchets de construction et de démolition par opération. Nos espoirs portent aussi sur un renforcement des engagements des pouvoirs publics pour favoriser les démarches de recyclage des déchets et surtout de réemploi des matériaux « durables » de construction. démonstrateur . ••introduire dans les appels d’offres une clause de « mieux disant recyclage – réemploi ». Ce soutien pourrait être marqué par des initiatives à court terme telles que : ••lancer une réflexion sur le statut des déchets de construction. L’ensemble de nos actions devront être envisagées aussi au travers d’une communication renforcée et spécifique pour convaincre les parties prenantes des bénéfices de la démontabilité.

aérien. L’ensemble paraît léger. La réponse sera structurelle : huit portiques effilés en acier brun enveloppés d’un bardage gris métal. L’architecture de ce projet ne s’arrête pas à la définition d’une forme globale : elle est présente dans le dessin même de sa charpente. il semble presque prêt à s’envoler dans le ciel du Bourget… Vincent Rey CMI 3-2015 32 .TERRAIN Nouveau hall d’exposition au Bourget Un origami d’acier La commande était simple : un hangar de 1  800 m2 pour abriter quelques avions symboles de la seconde guerre mondiale. dans tous les détails d’assemblage de cet origami de métal. dans chacun des pliages de l’acier.

Sur le terrain CMI 3-2015 33 .

et enfin construire l’ouvrage et le réceptionner. surprend dans l’environnement du Musée. Dewhurst en souvenir du lieutenant-colonel David Dewhurst. les « flaps ». finaliser l’ensemble des éléments techniques avec son bureau d’étude STEBAT. Skyraider ou encore Dakota. seules les formes profilées des différents aéronefs exposés venaient s’opposer à la rigidité de la géométrie des halls d’exposition.P (établissements recevant du public). mettre au point avec l’entreprise les documents d’exécution. L’ensemble du projet détonne. réaliser le dossier de consultation des entreprises. ce n’est pas un projet simple. les « warbirds ». Il développe en coupe un profil tendu. et s’ouvre sur le tarmac de l’aéroport du Bourget par une immense façade vitrée. lancer l’appel d’offres public. Le bâtiment est à livrer impérativement au mois de mai 2015 afin d’être inauguré et ouvert au public pour le salon du Bourget en juin. Mustang. un nouveau bâtiment est inauguré au Musée de l’air et de l’espace du Bourget : le Hall 39-45 destiné à exposer les avions de la seconde guerre mondiale. Son aspect aérodynamique est renforcé par une série d’étranges appendices suspendus : il s’agit de 21 brise-soleils dont le design est directement influencé par les volets mobiles des avions. l’architecte du projet.R. Il abrite quelques merveilles de l’aéronautique du milieu du XXe siècle : Spitfire. Jr. Jusqu’alors. Il a été édifié grâce au mécénat de la fondation David H.Viry ©Hélène Peter Une aile d’acier CMI 3-2015 34 Le 12 juin dernier. Il n’a que 14 mois pour réaliser ce nouveau hall. inspiré des ailes d’avion. « Si cela était à refaire. négocier les marchés. La genèse du projet Mars 2014 : Nicolas Kelemen. Les contraintes de l’air et de l’espace ne sont pas celles de la terre et du sol ! Mais ce nouveau hall tente une synthèse improbable : comment faire se rencontrer des univers aussi différents que l’aéronautique et la construction de bâtiments ? La réponse sera structurelle et architecturale. je ne sais pas si je m’engagerais à . le budget limité (un peu plus d’un million d’euros pour une surface couverte de près de 1 800 m2). Le délai est contraint. 14 mois pour concevoir le projet. pilote de l’armée de l’air américaine durant le conflit. obtenir un permis de construire E.TERRAIN © Kelemen .. L’architecture de ce nouveau bâtiment contraste fortement avec les formes conventionnelles des hangars présents sur le site. Un bardage gris acier vient épouser le profil en courbe de cette nouvelle construction. signe son marché de maîtrise d’œuvre.

Nicolas Kelemen achève l’esquisse du bâtiment. Derrière eux. Il va donc puiser son inspiration dans l’architecture des hangars qu’édifiaient les forces alliées au fur et à mesure de leur avancée sur le front. un passage dans lequel transitent la majorité des visiteurs. l’histoire de ce musée et des collections qui y sont présentées » déclare Nicolas Kelemen. dissymétrique. sur le spectacle des avions. et côté est. le projet est lancé ! © Vincent Rey nouveau sur une telle opération avec des délais aussi courts » confie Nicolas Kelemen. Urbaine. mais il est clairement contredit par l’enthousiasme et la fierté de l’architecte quand il évoque son projet ! En un mois. Très vite. une coupe en forme d’aile rappelant l’univers aéronautique.Sur le terrain © Kelemen . par la présence de « failles ». Cette transparence se traduit par la volonté de créer une façade totalement vitrée à l’ouest. une série de hangars où sont exposés hélicoptères et avions. En l’espace CMI 3-2015 35 . Transparence. Nicolas Kelemen juge qu’il y a là une leçon d’efficacité architecturale à retenir. La volonté de l’architecte est claire : il s’agit du plus grand aéroport d’affaires d’Europe et il est donc nécessaire que son projet s’ouvre pleinement sur les pistes. Sa réflexion procède tout d’abord d’une approche « urbaine » du site.Viry d’une journée. Il connaît bien la seconde guerre mondiale : son agence a déjà réalisé différents projets en relation à cette période. les Américains construisaient leurs premiers aéroports. Cet aveu témoigne d’une genèse complexe et délicate du bâtiment. des hangars opérationnels faits de métal et de toile étaient montés. L’urbanité. c’est l’attention porté aux éléments en présence. de grandes ouvertures permettant depuis la rue intérieure d’apercevoir les pistes à travers toute la construction. donner en spectacle les pistes du Bourget. si le mot paraît incongru dans cet environnement aéroportuaire. il est cependant juste. les proportions sont présentes. notamment le centre d’interprétation d’Omaha Beach et le musée du débarquement de Utah Beach. Ces différentes constructions viennent créer une sorte de rue. Il va s’inspirer de ces constructions pour imaginer une structure tridimensionnelle alliant légèreté et dynamisme. Le bâtiment doit être transparent. On distingue déjà sur son dessin les portiques effilés. « L’architecture du Hall doit raconter une histoire. Le futur bâtiment vient dans l’alignement du Hall Concorde et donne directement sur le tarmac. l’architecte dessine le croquis du hall : on y voit un bâtiment ouvert. c’est la prise en compte du contexte. Dès le lendemain du débarquement. le mot est jeté. sur le tarmac.

mais surtout un gaspillage de matière : « il y a souvent dans les projets un pourcentage très important d’acier qui est inutile structurellement ». C’est pour cette raison que CMI 3-2015 36 . Il y avait certes l’aspect brut du métal que souhaitait l’architecte. devant l’écran d’ordinateur. Le travail de conception de la structure peut débuter. Le challenge est de taille : ces portiques ont une portée de près de quarante mètres et reposent sur trois fixations articulés. éviter tout surdimensionnement. une perte de savoir-faire. Ne garder que l’essentiel. Une envie : des portiques tridimensionnels en treillis soudés. Nicolas Kelemen a l’habitude des constructions métalliques. sculptent leurs formes. le défi que s’est fixé Nicolas Kelemen.TERRAIN Économie du matériau Nicolas Kelemen ne travaille pas avec les profilés reconstitués soudés. les assemblages du métal. ingénieur consultant. tel est la contrainte. ils dessinent les portiques. Pour lui. Le même souci écologique a présidé au choix de l’acier autopatinable. dans l’idée d’un rapport poids-performance le plus efficace possible » indique l’architecte. « Il y a eu un calcul optimal de la structure. Ensemble. il fait appel à Jean-Christophe Grosso. mais surtout cela permet d’éviter tous traitements ultérieurs de la ©Hélène Peter Une matière : l’acier autopatinable. n’utiliser que le strict minimum. le minimum de matière possible. mais compte tenu de la complexité de l’ouvrage. l’utilisation des PRS reflète tout à la fois une standardisation des modes d’assemblages. Un principe : une architecture légère et transparente. imaginent les pliages d’acier nécessaires. « C’est aussi une question environnementale » confie l’architecte : il faut être économe du matériau.

Métal et bois. un travail itératif est rapidement engagé avec le bureau d’étude STEBAT. quelque chose que nous n’avions jamais réalisé auparavant. le plus élégant. mais c’est la première fois que l’on réalise un bâtiment avec une structure de ce type. la recherche permanente d’une synthèse entre légèreté et solidité. Il a imaginé des poutres treillis tridimensionnelles avec des solutions « pliées » qui minimisent le travail de découpe et d’assemblage en soudure.©Hélène Peter © Viry Sur le terrain Entretien avec Jean-Pierre Tahay. Nous sommes ici très éloignés des standards et contraintes des constructions terrestres ! Qu’est-ce qui vous a motivé à répondre à l’appel d’offres du Hall 39-45 ? Ce qui nous a d’abord intéressés était le matériau employé. L’Eurocode 3 spécifie cependant qu’un accord entre maîtrise d’ouvrage et maîtrise d’œuvre permet de s’abstenir des valeurs standards. les résultats donnent une flèche dépassant les valeurs recommandées. c’est sa structure. le concept. C’est ici que réside le « plus » que peut apporter l’entreprise par rapport à l’idée initiale : il faut respecter le concept et le développer jusqu’au bout. « L’architecture de ce bâtiment. Une des principales contraintes était la problématique du soulèvement au vent. tout en la rendant technologiquement réalisable ? ». u CMI 3-2015 37 . Concernant la forme particulière des portiques. Toute la difficulté de cette opération était de respecter les proportions des portiques » déclare Philippe Noiray. Ce projet était un prototype. l’approche particulière développée par Nicolas Kelemen nous a également séduits. Ce sera le cas pour le projet du Hall. Et les principales difficultés inhérentes à votre réponse ? Dans ce type de projet. Notre valeur ajoutée a été de compléter le dispositif prévu par l’architecte par des éléments additionnels qui ont rendu possible la réalisation de la structure. au final. La section des portiques est l’exact reflet des contraintes structurelles : épaisse au niveau de sa base et de sa grande courbure. en terme de calcul. Une architecture de métal… et de bois Le dessin des portiques avance : une poutre treillis composée de trois « V » en métal plié et d’entretoises soudées. éviter tout superflu ! Les délais de l’opération étant très courts. structure : « ce coût environnemental n’est que très rarement pris en compte. Nous avons construit récemment deux passerelles piétonnes en acier autopatinable. L’histoire des premiers aéronefs et de leurs modes de construction. « On est ici très loin. il y avait certaines parties en tôles pliées qui nécessitaient un façonnage assez sophistiqué. lui. chargé du projet au sein du bureau d’étude. c’était là que résidait toute la complexité de l’étude de prix. en relation aux spécificités techniques du bâtiment. Encore une fois. pour altérer l’architecture et ses solutions techniques initiales. Nous devions donc évaluer de manière très précise la valeur ajoutée en terme de main-d’œuvre. Il nous fallait investir dans une forme pliée complexe pour pouvoir bénéficier d’un assemblage qui. Le concept. Le calcul de la quantité de matière première nécessaire à la structure est. la principale difficulté est l’évaluation du temps de travail. Certaines charges sont néanmoins trop importantes pour rester en treillis soudés : Nicolas Kelemen et Jean-Christophe Grosse optent alors pour un caissonnage partiel des portiques uniquement aux endroits ou cela est nécessaire. il fallait s’engager sur un prix forfaitaire. il est assez peu utilisé en structure. Comme nous étions dans le cadre d’un appel d’offres public. Quels étaient les défis techniques posés par cet ouvrage ? Dans le projet de Nicolas Kelemen. soit le plus simple possible. et non pas tenter à tout prix d’utiliser les outils que nous avons à notre disposition pour faire différemment. elle vient s’affiner côté tarmac. de même que la dépense de matière superflue n’est jamais réellement évaluée ». relativement simple. Si l’on retrouve cet acier très souvent en parement et en habillage. Nicolas Kelemen souhaitait dès le départ associer ces deux matériaux : « l’idée était de raconter une histoire avec la structure ». l’acier autopatinable. Les premiers calculs de pré-dimensionnement sont effectués. Nous nous sommes posé la question : « comment peut-on faire pour respecter l’idée du projet. directeur général de l’entreprise Viry. Il faut comprendre l’architecture. il nous a fallu réfléchir en amont avec le cintreur. puis inventer un outillage spécifique pour créer leurs profils. Nous devions donc imaginer de nouveaux moyens de production pour pouvoir réaliser ce qui était demandé. d’un hangar basique » rajoute Philippe Noiray. Cette problématique est essentielle dans les ouvrages architecturaux.

ces volets articulés situés à l’arrière des ailes d’avion. leurs deux extrémités sont en tôles pleines et cela rappelle. le choix initial de l’architecte était une couverture d’aspect aluminium. . L’ensemble de la façade vitrée est indépendante des portiques. Pour la vêture extérieure. les fondations. Les portiques étaient découpés en trois parties. Nicolas Kelemen confie avoir toujours été fasciné par les « flaps ». Nous avons travaillé sur un système de tuilage. Il change alors de stratégie. C’est comme une sorte de retour aux sources. Ce qui est intéressant. c’est une question externe à l’entreprise qui a représenté un des plus grands freins à notre projet. CMI 3-2015 38 Pour l’ossature secondaire du Hall. qui s’ouvre sur le tarmac » déclare Nicolas Kelemen. comment se sont passés vos échanges avec l’architecte ? Il y a eu un véritable dialogue avec Nicolas Kelemen. à l’exception de la couverture et de l’électricité : la structure métallique. Pour les vitrages. Nous avions prévu un assemblage des éléments sur place avec des gabarits spécialement conçus : il fallait absolument garantir la géométrie des portiques avant le levage. précisément. la principale difficulté a été le délai très contraint d’exécution.TERRAIN u Pour la structure de ce bâtiment. c’est que l’on retrouve le métier initial de Viry qui. Ils viennent épouser la forme courbe et tendue du bâtiment. Nous avons dû organiser de manière condensée la production en atelier. L’ensemble du travail a été très efficace : nous avions un délai contraint en termes d’étude et de chantier. de couleur ocre-brune. L’association de l’acier autopatinable. en raison de leurs formes tout à la fois cintrées et fermées. « Je voulais une façade totalement vitrée avec un porche qui invite vers l’extérieur. en aluminium. L’effet est totalement réussi : vus du sol. il fallait ne pas perdre de temps. ce qui est extrêmement agréable ! Il avait des idées très précises mais est resté disponible pour examiner toutes nos propositions : s’il y avait une difficulté technique à réaliser une pièce. destinées à fixer la peau extérieure. Il y a eu globalement peu d’allers-retours. L’ensemble des pannes du projet. en partie basse. nous avons été très vite à l’essentiel pour pouvoir réaliser cet ouvrage dans les délais impartis. C’est très court pour un ouvrage de ce type. de grands vitrages continus sont surmontés d’une casquette d’acier. et tente de réaliser ces appendices en acier autopatinable. Nous sommes ici dans un travail de métallerie presque navale. Une façade ouverte sur le tarmac L’autre singularité de ce hall. En partie haute. nous avons obtenu les autorisations au bout de dix semaines. Une fois que le chantier a été lancé. Ensuite. portique par portique. Mais rapidement. sont réalisées en lamellé-collé. mais nous le temps d’obtention des autorisations administratives a été anormalement long : le délai normal est de quatre semaines et. soulignent son aspect dynamique. les pannes en bois. les coques de bateaux. le vitrage. Et pour finir. comme suspendue. Les portiques sont composés d’une partie en treillis soudés : c’est de l’assemblage classique de charpente métallique. Nicolas Kelemen a souhaité ajouter en cours de projet une série de brise-soleils sur la façade ouest. nous avons monté la structure. Des bacs acier de couleur grise seront donc utilisés. Pour des raisons économiques. Absents de ses premières esquisses. L’effet est réussi : une véritable sensation de transparence et une vue immense sur les pistes du Bourget. Nicolas Kelemen a parlé de « chaudronnerie »… Il y a effectivement certaines parties de l’ouvrage qui se rapprochent de la chaudronnerie. par des « pinces » ponctuelles. Comment s’est déroulé le chantier ? Sur le chantier. mais les plus grandes pièces faisaient plus de 25 mètres de long ! Nous devions donc les acheminer par transport exceptionnel. dans les faits. Nous avons signé le marché en décembre pour un début de fabrication en janvier. Vous aviez également le lot menuiseries extérieures ? Nous avions tous les lots sur ce chantier. Les vitrages sont tenus au final avec très peu de métal. ce qui augmente la transparence de la façade. Nous avons travaillé avec un architecte qui comprenait vraiment la problématique technique. qui nécessite le savoir-faire du chaudronnier. Finalement. et venant s’inscrire dans l’exacte géométrie de la courbure du bâtiment. une réussite esthétique. avec des verres posés en « écaille ». il était ouvert aux modifications nécessaires. ils semblent prêts à s’incliner et à se mouvoir à l’image de leurs homologues aéronautiques. et le surcoût engendré par une vêture de ce type était trop important. le choix est donc établi d’utiliser le bois. c’est sa façade ouest ouverte sur les pistes de l’aéroport. nous avait permis de réaliser des bateaux sur la Seine il y a quelques années. encore une référence à l’histoire de l’aéronautique. Par contre. il n’y a pas eu de problème majeur dans la mise en œuvre. l’architecte a opté pour un système de « tuilage » : les vitrages sont fixés en écailles par un système de pinces métalliques. Sur toute la longueur du bâtiment. et des pièces de bois est d’une grande élégance. à l’instar des portiques. Il s’inspire directement de leur design pour dessiner des brise-soleils composés de trois parties. il se rend compte qu’il ne dispose pas d’un budget suffisant. Il y a eu également des difficultés avec le transport. Mais l’enveloppe budgétaire du projet imposait de faire des choix. l’architecte se tourne tout d’abord vers des éléments standards. l’idée était de minimiser les pièces d‘attache de telle sorte qu’ils soient le plus indépendants possibles de la structure.

Et l’élégance de son architecture tient à l’efficience du dessin de ses portiques. à la hauteur des exceptionnels avions qui y sont exposés. puis assemblés au sol directement sur le site. « Trop simple » avaient-elles répondu ! Et beaucoup de charpentiers français interrogés avaient. à l’aide de gabarits. ajoute-t-il. qui a tout à la fois les capacités et le désir de se lancer dans un projet hors normes. Nicolas Kelemen a rempli son contrat. mais nous n’avons pas eu le temps d’aller jusqu’au bout de nos calculs ». dès l’appel d’offres. Ce qui importe. les deux premiers éléments centraux sont levés. les portiques arrivent finalement sur le chantier. qu’à la condition de trouver une entreprise qui rentre dans le jeu. ces brise-soleils seront réalisés par l’entreprise Viry. Peu de changements au final par rapport au projet initial. des chaudronniers. avaient été consultés. Le musée de l’air et de l’espace peut s’enorgueillir d’une nouvelle architecture. sans difficultés particulières. L’entreprise Viry obtient l’ensemble des lots à l’exception de l’électricité et de la couverture. avec un regret de l’architecte : « nous aurions pu nous passer des contreventements en croix de Saint-André. « Viry avait. La problématique était effectivement complexe : des sociétés spécialisées dans la construction navale. Le Hall 39-45 est exemplaire d’une approche technique et sensible de la problématique structurelle. Un véritable origami d’acier. Un appel d’offres complexe Fiche signalétique Maitrise d’ouvrage : Musée de l’air et de l’espace Maitrise d’œuvre : Nicolas Kelemen architecte Consultant structure acier : Jean-Christophe Grosso Bureau d’étude structure : Stebat Entreprise : Viry Surface : 1 733 m2 Coût des travaux : 1. équipés de raidisseurs. jugé le projet trop complexe. dont la société Viry. selon l’architecte. Ils sont transportés en trois parties.4 M€ Livraison : juin 2015 Au final… Il y a une fausse opposition entre un projet « basique et économe » et un projet « sophistiqué et cher » déclare Nicolas Kelemen. La compréhension est mutuelle : « Viry a vraiment joué le jeu » déclare Nicolas Kelemen. Le chantier avance vite. CMI 3-2015 39 . la flexibilité des portiques : « c’est une structure souple jusqu’à ce qu’elle trouve sa dimension statique » explique l’architecte. comprendre le matériau dans ses qualités et limites. Mais l’analyse des premières réponses donne un coût global dépassant l’enveloppe budgétaire initiale. Malgré quelques retards dans l’obtention des autorisations de convoi exceptionnel. Seules quelques entreprises répondent à la consultation. compris les enjeux du projet » déclare l’architecte. c’est de rentrer dans la logique de l’acier. Mais cela n’est vrai. Il faut donc travailler à nouveau le projet et renégocier les offres. Une complexité. ce nouveau bâtiment est inauguré. Au mois de mars. © Hélène Peter L’appel d’offres de l’opération est lancé à la fin du mois de juin pour des propositions attendues en septembre. Le Hall 39-45 ne sera revenu au final qu’environ 7 % plus cher qu’un hangar classique : « on peut sortir du standard sans faire du haut de gamme ». « Peu d’entreprises avaient les compétences pour répondre » reconnaît Nicolas Kelemen.© Vincent Rey Sur le terrain Composés de caissons creux en acier. En décembre. Au mois de juin. les marchés sont signés. eux. Les délais sont extrêmement contraints : la mise au point des documents d’exécution commence début janvier et les premières fondations doivent être coulées aux premiers jours de février pour respecter le planning de l’opération ! Le dialogue entre l’architecte et l’entreprise se déroule bien. Cette période durera deux mois.

En France. o automatiser la conception de pylônes. Fort de ses filiales. mais aussi le service commercial. Des produits performants et personnalisables sont Dlubal solutions Les intuitives et personnalisables. Dlubal a su s'affirmer en tant que référence sur le marché international. La documentation des notes de calcul peut être générée dans l'une des 11 langues disponibles indépendamment du choix adopté pour l'interface utilisateur. dont : EDF. ils répondent efficacement aux besoins des ingénieurs structures. Dlubal est certifié IFC et ses logiciels échangent aussi des informations sous tous les formats usuels utilisés par les bureaux d'études. les données visualisables et éditables. Visitez-les au stand : Hall SB Allée J Numéro 49 Centre aquatique de Courchevel (Savoie) réalisé avec RSTAB par le BET Bollinger-Grohmann (Image© Auer & Weber) . AOC (Groupe Fayat). Ces deux programmes associés aux modules additionnels offrent un large panel pour la modélisation et la vérification de structures. Une large gamme de normes internationales : Eurocodes et ses annexes nationales. vous avezun droit de regard et de modification sur l'intégralité des paramètres de calculs et les entrées de votre modèle.Y BERNARD! Thomas Construction Métallique « Nous avons choisi RFEM. de nombreuses sociétés sont satisfaites de la valeur ajoutée technique et de la fiabilité des résultats. » P. car il est complet et simple d'utilisation. partenaire d'Autodesk et de Tekla. permet aussi bien la création automatique des combinaisons de charges que la exhaustive des vérification critères de dimensionnements des éléments. Dlubal conçoit et édite des produits intégrant les exigences des normes et méthodes de construction de nombreux pays. AIR LIQUIDE. » T. ce qui nous conforte dans notre choix. tout client bénéficie d'une configuration de programmes adaptée à ses besoins. Témoignages de clients « Doté d'une interface fluide et sont efficace. De l'interface utilisateur au rapport de sortie des données. KIEFFER Air Liquide « Nous avons développé une note de calcul très satisfaisante. o rechercher des formes de structures à câbles et de membranes en interaction avec leurs structures primaires L'Eurocode 8 est intégré dans les modules dynamiques. Intégration BIM Depuis des années Dlubal. est très engagé dans le développement des méthodes BIM. o analyser le flambement. nous sommes ravis. o réaliser des assemblages. Grâce aux modules. CSA (norme canadienne) ou encore SIA (norme suisse). Nous avons réussi à optimiser nos coûts de matière. et de ses revendeurs à travers le monde. Venez au salon BATIMAT Dlubal sera présent au salon BATIMAT du 2 au 6 Novembre 2015 à Paris. L'assistance technique. » F. AREVA. c'est évoluer vers le meilleur choix Diu bal Avec plus de 25 ans d'expérience dans l'édition de logiciels de calculs de structure. ont répondu pleinement à nos attentes. Les consultants de Dlubal seront ravis de répondre à vos questions. Le service technique est remarquable. ALSTOM. CATALANO Actemium (Groupe Vinci) La gamme de logiciels s'étend également à la caractérisation des sections minces et massives et à la des poutres conception de roulement. Des produits vos besoins adaptés à Avec son système modulaire.Choisir Dlubal. Sur les bases d'un haut niveau technique et scientifique. dont une située à Paris. Dlubal propose deux lignes de programmes: o RFEM effectue une analyse aux éléments finis o RSTAB traite des éléments filaires. o effectuer des vérifications à la fatigue. vous pouvez: o générer des charges mobiles.

: +33 1 78 42 91 63 Fax: +33 1 78 42 91 01 info@dlubal. dgn. le premier fournisseur indépendant de solutions logicielles pour le calcul de structures en Allemagne. Grâce à une CAO intégrée. un mailleur automatique et un système de 64 bits.Logiciel de calcul de structures linéaires et non-linéaires multi-matériaux dans un environnement totalement graphique pour tous vos projets de construction (pylônes. rue de Cambrai Immeuble l‘Artois F-75019 Paris Tel.. il vous permet un calcul très rapide avec une exploitation des résultats sous forme graphique et de notes de calcul assez explicites.) RFEM .dlubal. ifc. désormais présent aussi en France.fr . Logiciel de charpentes 3D Sections Conception modulaire du logiciel de base Environnement intuitif et convivial Application BIM (AutoCad. Formats stp.fr D‘autres informations: Dlubal Software Sarl 11.). dxf... CadWork. Tekla Structures. Suivez-nous sur: Charpentes 3D Construction mécanique © www. usines industrielles.Logiciel d‘analyse statique et dynamique Avec plus de 25 années d‘expérience et de succès.de Version d‘essai sur www...de Application BIM Choisir les solutions de DLUBAL.ibehlenz..ibehlenz. c‘est faire le bon choix à temps. stades. Logiciel d‘analyse MEF Structure métallique Stabilité et dynamique Eurocodes 3 Eléments finis Pont © www. bâtiments.

et.RENCONTRE Rencontre avec Philippe Ascone. manger et demeurer sur la région ? Créer une entreprise ! Les 5 amis ont choisi le statut de Scop par hasard. comme accessoirement il était comptable. Son premier rôle était de faire connaître Alkar au-delà de Mauléon. il s’occupait de la gestion de l’entreprise ! Il a quitté la société à la fin 1987. Alors que faire pour pouvoir vivre. contrairement à certaines personnes qui à l’époque créaient des Scop par conviction. je vivais chez mes parents et j’étais fonctionnaire ! J’ai obtenu un brevet de technicien en bâtiment et au moment de faire mon BTS génie civil. une sixième personne a intégré la société pour en devenir le gérant.A priori vous n’étiez pas destiné à devenir dirigeant d’Alkar. dont mon père ont créé la société en 1983. L’entreprise est née de rien. Visite guidée de cette dynamique entreprise de la Soule au Pays basque. les usines fermaient les unes après les autres. Au retour de mon service militaire. PDG d’Alkar « Nous voulons rendre notre entreprise et notre métier beaucoup plus convivial et attrayant. pendant mes vacances scolaires. afin de développer notre activité commerciale dans une région où beaucoup de constructeurs métalliques étaient déjà présents. je travaillais comme manœuvre chez un maçon de la région. C’est ainsi que je me suis retrouvé à 21 ans numéro deux d’un service de trente personnes. à 45 ans. C’était une véritable petite entreprise ! Les personnes de l’équipe étaient très sympathiques et compétentes mais aigris par l’exercice de métiers très . et ne nous voyaient pas naître d’un bon œil ! Outre ce travail de développement et de prospection commerciale. » Née de l’entreprenariat de 5 amis. Propos recueillis par Isabelle Pharisier Philippe Ascone. en 1987 j’avais 24 ans. l’espadrille qui avait été le fer de lance de Mauléon pendant des décennies.Pourquoi et comment est née Alkar ? Philippe Ascone : Cinq amis. périclitait. Immédiatement après la création d’Alkar. vu la situation… j’y suis resté. l’adjoint chargé des travaux à la mairie de Mauléon m’a proposé un poste au service technique pour être en charge des équipes de chantiers. PDG d’Alkar CMI 3-2015 42 CMI . qui de fil en aiguille m’a proposé de m’embaucher pour devenir chef d’équipe . acronyme constitué des initiales des créateurs. À cette époque. signifie également « ensemble » en basque ! Mais ce n’est pas sa seule singularité : son visionnaire dirigeant a su très tôt introduire les éléments qui demain feront le BIM. Cet été-là. mon père a été licencié économique et l’entreprise qui employait ma mère a déposé le bilan. Alkar a une particularité : être l’une des toutes premières Scop (Société coopérative et participative) de construction métallique à avoir vu le jour en France. et venaient. comment s’est construit votre parcours ? Philippe Ascone : Effectivement. Pourquoi ce choix. avec l’équivalent de 30 000 €. Bon choix de statut quand on sait qu’Alkar. année où j’y suis arrivé pour assurer sa succession. CMI . la vente. il faisait les devis. Ensemble ils avaient travaillé chez un charpentier de la région. d’être licenciés économiques.

vous avez fait entrer Alkar dans l’air du numérique. à nous faire certifier Iso 9001. VVF Claoney. Avec la fougue de mon jeune âge. apprenant que le gérant d’Alkar démissionnait. nous avons continué cette activité. mais à la place ils m’ont proposé. J’ai beaucoup appris et j’ai réellement découvert le métier de charpentier avec lui. j’ai souhaité relever le challenge : Prendre la direction d’Alkar. pourtant. nous avons été sollicités par un grand distributeur de matériaux national pour leur faire un bâtiment. avec mon père… qui n’avait rien d’un commercial ! C’est à ce moment-là que j’ai compris que la route allait être longue. Problème : il fallait réaliser du calcul. quel a été votre cheminement ? Philippe Ascone : Patrice Lemaire était un excellent concepteur et calculateur mais un dessinateur « modeste ». ils nous ont ensuite © Alkar Rencontre fait travailler sur un secteur géographique beaucoup plus important. en 1996. achetée d’occasion. Ce n’était donc pas une solution pour nous. C’est une des raisons qui nous a amenés. CMI . Nous avons avec Patrice continué nos recherches. notre plus gros client. être mieux organisés. les matériaux arrivent au bon moment au bon endroit ! Cela impliquait de mettre en place une certaine organisation. Je connaissais très bien les gens avec lesquels mon père s’était associé et je savais que ce métier me plairait car gamin mon père m’avait souvent amené à l’atelier dans lequel il travaillait. J’y ai passé trois ans et demi. Je me souviens de mes premières démarches commerciales. C’est ainsi que je suis arrivé en décembre 1987 dans l’entreprise. Cela nous a permis de faire nos premiers pas à tous les deux dans la CAO. Ceci n’était pas grave ! Nous faisions un traçage hybride mêlant logiciel et traçage à la main. par exemple. La maîtrise de la conception et du calcul a rendu notre métier plus agréable et plus intéressant. nous faisions tout à la main avec une poinçonneuse. nous avons été consultés pour réaliser l’extension de l’Intermarché de Mauléon. De mon arrivée jusqu’aux années 1990. Convaincre mon père n’a pas été simple. Jusque-là. Cette enseigne et leur architecte de l’époque Monsieur Moussac ont été les déclencheurs de cette prise de conscience. Il fallait aussi que les pièces. Notre marché était purement local. Cette enseigne a été. Nous devions trouver une solution à cet important problème car nous ne pouvions pas continuer à sortir le chalumeau et le poste à souder régulièrement pour rectifier les pièces de charpente sur chantier ! J’ai alors entendu parler du logiciel de dessin TCA. en bâtiment. Satisfaits de notre collaboration. C’est ainsi que nous avons commencé une collaboration de plusieurs années avec un ingénieur conseil en charpente métallique : Patrice Lemaire. par la suite. Pour débuter il nous fallait CMI 3-2015 43 . pendant presque 10 ans. J’ai rencontré mes deux premiers clients entre Noël et Premier de l’an. Ils nous ont permis de nous développer. nous avons réalisé des choses plus complexes.peu valorisés.Très rapidement après votre arrivée. un an de congés sans solde pour que je puisse réaliser mon projet. ma voie était tracée pour être nommé directeur du service technique quand. Or pour se déplacer il nous fallait nous améliorer. mais il coûtait une fortune et demandait un apprentissage très long. À son contact. qui avait 50 ans. je n’avais pas perçu les éventuels écueils du parcours. ils n’en n’ont pas voulue. Ces constructions étaient généralement très simples et correspondaient à notre savoir-faire de l’époque. Le cadeau extraordinaire fait par la mairie prenait alors tout son sens. Ensuite il y a eu la première machine à commandes numériques pour l’atelier. de dessiner des acrotères. Nous avions besoin de nous épanouir et de faire autre chose que du bâtiment agricole.Quels étaient les marchés de l’entreprise et comment ont-ils évolué ? Philippe Ascone : Les premières années nous ne faisions que des bâtiments agricoles car c’était la période où l’élevage se développait et où les agriculteurs devaient s’équiper. Il avait des faiblesses car il ne permettait pas. pour me frotter à la réalité du terrain… c’était un fabuleux présent. Lège-CapFerret (33) CMI . et un jour nous avons découvert le logiciel ATOM qui permettait de dessiner du bâtiment simple. Puis un jour. J’ai donné ma démission. C’est à ce moment-là que j’ai pris conscience qu’il était nécessaire d’agrandir notre périmètre d’intervention. Un an pour « tester ». des plans et nous n’avions pas cette compétence.

continuer à exister bien au-delà des départs de dirigeants. je le leur ai donné. grâce à cette communication nous arrivons aussi à recruter des gens du pays : ils savent que nous pouvons leur proposer des métiers et des possibilités de s›épanouir dans un travail intéressant. nous avons installé notre première grosse machine numérique. Grâce à cette intervention un jeune est venu faire son stage de 5e année chez nous… À l’issue de son cursus. qu’elle doit transmettre. CMI 3-2015 44 CMI . C’est comme ceci qu’a débuté notre collaboration avec cette société bordelaise concepteur et éditeur de logiciels de devis. quasiment en temps réel d’avoir un suivi financier et technique de nos chantiers. Aujourd’hui. cela a-t-il été un handicap ? Quels bénéfices en tirent les salariés ? Philippe Ascone : Quand nous avons voulu passer d’une clientèle d’agriculteurs qui connaissait et faisait confiance au milieu coopératif à nos clients actuels nous avons été confrontés à la réticence de certains. l’idée a rapidement germé de créer avec nos partenaires une interface informatique. Notre communication passe entre autres par l’accueil des écoles : nous avons un jeune ingénieur calcul qui a découvert Alkar lors d’une visite scolaire. En 1996. Lorsque le directeur de l’école m’a proposé de participer à leur « jeudi de l’emploi ». J’ai fait part au démonstrateur de mon étonnement puisque justement avec mon programme c’était déjà faisable ! Du coup. En 2006 pour y recruter quelqu’un.Vous êtes constitués en Scop. Nous avons commandé une machine qui pouvait être reliée au bureau d’études afin de recevoir directement les programmes sans avoir à réaliser ces derniers en atelier. à la création du bureau d’études. N’ayant pas le sens des affaires. C’était à l’époque un enjeu financier énorme ! Dans le même temps. proche d’ici. En 12 ans d’utilisation de ces logiciels dans l’ensemble des services de l’entreprise une émulation s’est créée et des idées émergent. Cela leur permet d›envisager un avenir local dans notre métier et redynamise l›ensemble du secteur. il est vrai. La démonstration initiale du programme ne fut pas probante. Mais il a fallu que nous apprenions à nous mettre sur le devant de la scène ne serait-ce que pour faciliter le recrutement. sur la base d’une bibliothèque métier. L’économie sociale et solidaire dont les Scop font partie est perçue comme entrant dans . nous l’avons embauché. je n’ai pas hésité. Plus tard j’ai voulu me lancer dans l’aventure des ERP mais ceci était extrêmement coûteux. croyez-moi il a fallu argumenter. à Anglet est installée l’ISA BTP. avec un ami passionné de programmation.Vous avez également introduit la culture de la communication… Philippe Ascone : oui. nous l’avons immédiatement informatisé en achetant notre première licence de CAO/DAO. CMI . nous avons créé un petit programme permettant de faire du métré et du devis. Depuis cet outil nous permet. Il a été le premier ingénieur de notre service travaux. dans un amphi au milieu de jeunes étudiants de quatrième et cinquième années. bien entretenue par certains de nos concurrents ! Nous entendions dire qu’il n’y avait pas de patron dans une Scop et que sans patron l’entreprise ne pouvait durer dans le temps ! Aujourd’hui tout le monde a compris que la Scop est tout à fait l’inverse. de réaliser les devis. en vase clos. Actuellement les collèges et les lycées viennent régulièrement visiter notre entreprise. C’est la raison pour laquelle nous avons entrepris de le faire évoluer avec nos partenaires historiques. Une réticence. La qualité de l’enseignement et les débouchés attirent des jeunes de toute la France. et à ma demande d’ajout de telle ou telle fonctionnalité. effectivement.RENCONTRE donc une machine simple et le choix s’est porté sur une poinçonneuse numérisée sur un seul axe. En parallèle. Lorsque nous avons créé le bureau d’études nous avons dû recruter bien au-delà du Pays basque. lorsqu’ils l’ont vu ils ont voulu me l’acheter. on m’a répondu que ce n›était techniquement pas possible. j’ai consulté une société proposant un logiciel qui permettait. Depuis 4 autres nous ont rejoints. Pendant de très nombreuses années nous avons vécu cachés. une école reconnue qui forme des ingénieurs spécialisés dans la gestion et le suivi de travaux. Lorsque j’ai voulu évoluer vers un produit du commerce. L’exercice consistait à parler de notre métier et de notre projet d’entreprise. Un autre exemple . Constatant que les outils que nous avions nous convenaient parfaitement et que seule l’impossibilité de communication entre eux ne fonctionnait pas.

des SARL. existe-t-il des filiales d’Alkar ? Philippe Ascone : Notre capital social est détenu à 100 % par des personnes de l’entreprise. mais notre marché principal va du sud de Bordeaux jusqu’à Menton. lorsque vous déposez un permis de construire. Nous avons déjà quelques commandes. je pensais que nous allions être plus rapidement. L’autre particularité c’est la participation de tous à la réflexion stratégique sur l’avenir de l’entreprise. sur le même modèle une quatrième filiale . Nous travaillons aussi à l’export. entre 2011 et 2013. ont également apporté une part significative du capital. alors que par le passé j’étais gérant de la SARL élu par l’ensemble des coopérateurs. Notre entreprise est d’ores et déjà organisée de telle sorte que demain et pour longtemps nous soyons encore là. les besoins de chaque lot. Aujourd’hui nous ne sommes plus une SARL mais une SA coopérative à conseil d’administration. Nous avons la particularité d’avoir gardé aussi des compétences en couverture. Il existe également. Au 30 juin 2015 avec nos filiales notre CA cumulé a été de 27 millions d’euros pour environ 100 personnes. quelle concurrence est-ce pour vous ? Philippe Ascone : Sincèrement. un service administratif. à Arbérats Sillèsue (64) CMI 3-2015 45 . véritables patrons locaux de la structure. après impôt. En Espagne. Aujourd’hui un autre charpentier suit le même chemin. Ce n’est pas le cas en France où force est de constater que nous chiffrons parfois des projets qui ne sont pas finalisés techniquement. Pendant de nombreuses années nous avons eu un partenaire basé à Mayotte. Vous joignez au dossier des documents techniques tels plans de structure.Vous êtes à quelques encablures du Pays basque espagnol. Nous n’avons pas la prétention de faire immédiatement une part importante du CA à l’export . L’objectif est d’aller chercher la demande là où elle est la plus forte.5 millions d’euros pour 70 personnes. C’est ce dernier qui m’a élu PDG. Lorsque nous avons été sollicités par le mouvement coopératif pour aider la reprise des établissements Cabrol par le personnel c’est tout naturellement et avec beaucoup d’enthousiasme que nous l’avons fait. Alkar Atlantique et Alkar Méditerranée qui sont.Rencontre CMI . Nous avons par le passé travaillé en Espagne. Comme toutes les autres entreprises nous devons faire du chiffre et du résultat pour exister. Nous pouvons ponctuellement aller au-delà. C’est la raison pour laquelle nos commerciaux sont avant tout des techniciens qui travaillent avec l’architecte et les autres corps d’état. nous souhaitons juste avoir un pied là-bas et nous développer en fonction des opportunités. la définition technique du projet est faite. Pour les salariés les avantages ne sont pas négligeables. L’organisation n’y est pas la même qu’en France. est partagé à parts égales entre les salariés et une provision pour investissement. basée dans la région toulousaine. En 2011. pour collecter les hypothèses de calcul. Depuis juillet 2014 nous avons opéré un rapprochement et aujourd’hui nous venons de créer Alkar Export « Abil hoa ». plans béton etc. Alkar aluminium. © Alkar une démarche de développement durable. elles. Nous avons créé. Nous faisions des prestations de bureau d’études. Nous allons faire jouer les synergies pour développer cette activité de menuiserie aluminium. CMI . L’objectif de ces filiales est d’amener de l’activité en bureau d’études et à l’atelier de Mauléon. À Mauléon nous sommes 75 répartis entre un service commercial.F. mais à la différence que chez nous le résultat. Le courant est très bien passé avec leur gérant Christian Vertadier à tel point que nous allons rester à leur côté en participant au capital de cette nouvelle SCOP. bardage et métallerie ce qui nous permet de réaliser.Comment êtes-vous structurés. Il y a donc une importante réflexion à avoir au niveau de l’étude de prix.Quel est votre rayon d’action ? Avezvous une activité à l’export ? Philippe Ascone : Nous sommes très présents dans tout le sud de la France. lorsque nous étions seuls notre CA moyen annuel était de 12. plus massivement et de façon plus virulente impactés par la concurrence espagnole et portugaise. CMI . 3 filiales de construction métallique : Alkar Garonne. de fabrication et de chargement en containers. Nos expériences et savoir faires complémentaires nous enrichirons mutuellement et nous ouvrirons de nouvelles portes… Fonderie M.A. un bureau d’études. hormis la maçonnerie des bâtiments en clos couvert. l’atelier de production et le service de montage. Alkar en est majoritaire au capital et les directeurs.

eux. En dehors des problèmes de coûts. Total tout est à faire maintenant et c’est indispensable de le faire. ils seront de sérieux concurrents avec des coûts de production moins élevés que les nôtres si nous ne réagissons pas. de se connaître donc tout simplement contribue à renforcer la culture de notre entreprise. participé à sa fabrication… Cela montre bien qu’ils ne savent pas ce qu’ils fabriquent ni même parfois qui est notre client. or elle sortait de notre atelier et il avait. du lien. Mais aujourd’hui nous avons des difficultés à trouver des gens pour faire ce métier. comment allez-vous vous y prendre ? Philippe Ascone : Nous voulons rendre notre entreprise et notre métier beaucoup plus convivial et attrayant. nos nouvelles machines. Nous avons renouvelé notre ERP. nous avons un autre gros désavantage vis-à-vis de cette concurrence depuis le 1er juillet 2014 : l’EN 1090. Nous voulions réduire la coupure du déjeuner à une heure afin de réduire la durée de présence en entreprise tout en ayant la même durée du temps de travail. alors ce vivier était excellent. ce n’est pas le cas chez eux. Jusqu’à présent la compétitivité des Espagnols et des Portugais. nous obtenions 10 % de gains de productivité. . Pourquoi ? Parce qu’aujourd’hui les personnes de l’atelier ne savent pas à quoi servent les pièces ni même à quoi ressemble le bâtiment qu’ils fabriquent. nos nouveaux outils informatiques. CMI . de se structurer en recrutant des techniciens français pour travailler selon nos méthodes. n’était pas si flagrante. On utilisera aussi le système pour communiquer les informations classiques à véhiculer auprès du personnel. nous y installons de la réalité virtuelle. Nous devons être meilleurs parce qu’aujourd’hui la différence entre français.Vous souhaitez gagner en compétitivité notamment en motivant les salariés. du dialogue. sans le savoir. Au fil de la fabrication nous projetterons dans l’atelier à l’aide d’une image virtuelle la progression de la fabrication de la charpente. notamment au tout début de la crise. Nous avons donc entrepris de nous faire certifier. Notre audit est programmé pour le début décembre de cette année. Pour rendre l’atelier plus attrayant. depuis juillet 2014 et l’utilisent comme argumentation commerciale. Pour ce faire. J’ai eu un déclic le jour où une personne de l’atelier m’a parlé d’une superbe charpente qui se montait à Pau. C’est aussi dans le cadre de l’amélioration de l’attractivité de l’entreprise que nous avons inauguré notre « cantine » début mai de cette année. l’amélioration de la motivation du personnel. tout comme boire un café autour de la machine. Alors. Lorsque l’on est très sectorisé et spécialisé avec un bureau d’études un atelier etc. Mais attention : ils sont en train de s’adapter. dans cinq ans nous sommes morts. nous avons renouvelé notre table plasma de découpe et l’un de nos deux bancs de sciage perçage… Notre objectif est de faire en sorte qu’en fin d’année notre nouvelle organisation. Déjeuner ensemble. Mais ils ont amélioré la leur et il continue à le faire. espagnols et portugais se fait sur le coût de la main-d’œuvre uniquement. pour de multiples raisons.RENCONTRE les souhaits architecturaux… Cela nous permet de valoriser notre savoir-faire en proposant des solutions qui respectent le budget. C’est d’autant plus important que nous sommes cinq charpentiers dans un rayon de 10 km. on nous a dit « ne vous inquiétez pas en juillet 2014 ça ne sera absolument pas obligatoire…. L’entreprise finance les repas à 100 %. permet de créer de la mixité. je pense qu’une fois habitués à nos modes de fonctionnement.Quelle stratégie avez-vous mis en place pour lutter contre cette concurrence ? Philippe Ascone : Nous investissons. Il défilera aussi des photos des chantiers en cours de montage et du bâtiment terminé. les souhaits et les besoins de chacun. Pendant deux ans. Nous travaillons sur la possible traçabilité de nos produits avec des codes-barres et des douchettes informatiques qui vont permettre d’incrémenter des nomenclatures d’expédition. Nous commençons à avoir des difficultés à recruter. S’il est habituel de travailler de cette façon en France. le délai va être repoussé il y aura des aménagements… ». Principalement à cause de l’interprétation qui en a été faite sur son application. Donc si nous n’améliorons la nôtre. Lorsqu’une pièce sera terminée l’information remontera directement via le logiciel de gestion de production… et alimentera la vue projetée en 3D dans l’atelier. puisque les Espagnols et les Portugais l’appliquent. mais également de CMI 3-2015 46 suivre le cycle de production. Être métallo en atelier de charpente ou monteur sur chantier c’est dur. Jusqu’à présent nous avions un vivier extraordinaire avec les enfants d’agriculteurs pour qui le travail est naturel. la concurrence est donc forte. très peu de gens dans l’entreprise ont une vision globale de notre travail… J’ai décidé qu’il devait en être autrement. CMI . nous collaborons avec le CTICM. nous avons investi dans une aire de peinture. Je pense que c’est la raison pour laquelle leur concurrence n’est pas plus importante pour le moment.. Nous voulons donc le rendre plus attractif et rendre l’entreprise elle aussi plus attrayante.

fabrication. montage et consistance du dossier d’exécution. rédacteur du CCTP. description de l’ouvrage et des travaux à réaliser. Construire en métal. not n directio fotec Sous la ck Le Chaf tri de Pa N RATIO O B A L d’É ents GUIDE TP C re en acier » dnetsbâtim C n u ’ tu ra d s cou « struc lle au lot ustrie relatif llations ind a ou inst fs ux neu trava Ce guide rassemble toutes les informations utiles à l’établissement d’un CCTP relatif au lot « structure en acier » d’une opération courante de bâtiment. La liste des données ou options à définir.ÉDITIONS DU CTICM de Vient pa raî tre ! Guide d’élaboration d’un CCTP relatif au lot « structure en acier » de bâtiments ou installations industrielles courants Sous la direction de Patrick Le Chaffotec . conception et études. Ce guide s’adresse au prescripteur.Format numérique uniquement 50 €TTC tal. et ce dans le cadre en vigueur aujourd’hui des normes dites européennes (EN 1090 et Eurocodes). Tout est passé en revue : documents de référence. Les interfaces entre lots sont spécifiquement étudiées.ISBN : 978-2-902720-46-0 – 88 pages . être laissé à l’initiative de l’entreprise. un art. matériaux et produits. précisant ce qui est de la responsabilité du prescripteur et ce qui peut. voire devrait. un ire en mé Constru re métier art. les informations qu’il contient sont également capitales pour l’entreprise et l’organisme de contrôle technique. est dressée. notre métier .

com 01 60 13 83 43 dsemin@cticm.com Justification du comportement (à froid) des structures par l’expérimentation Alain Bureau 01 60 13 83 56 abureau@cticm.com Réglementation « sécurité incendie » pour bâtiments et ICPE Patrice Russo CONSTRUCTION MÉTALLIQUE .. Flambement.GÉNÉRALITÉS Analyse globale des structures Alain Bureau 01 60 13 83 56 abureau@cticm.com Comportement des structures soumises au séisme PS92.com Dynamique des structures . Thèmes Contacts Téléphone Courriel RÉGLEMENTATION ET NORMALISATION Eurocodes : statut. déversement.com Assemblages boulonnés Anthony Rodier 01 60 13 83 66 arodier@cticm.com Logiciels utilisés en CM Jean-Claude Delongueville 01 60 13 83 42 jcdelongueville@cticm. Dans le cas où la demande d’assistance nécessite une étude particulière de plus longue durée.com Boulonnerie – Fixations Anthony Rodier 01 60 13 83 66 arodier@cticm. voilement local Alain Bureau 01 60 13 83 56 abureau@cticm. et permet aux praticiens d’obtenir des réponses concrètes à leurs interrogations au quotidien. Dominique Semin montage. avancement Valérie Lemaire 01 60 13 83 37 vlemaire@cticm. Pierre-Olivier Martin EC8 PS-MI Exécution des structures métalliques : fabrication.com CMI 3-2015 48 . Il s’agit généralement de conseils ou renseignements ne nécessitant pas d’études approfondies..com 01 60 13 83 30 prusso@cticm.) Philippe Beguin MATÉRIAUX Aciers inoxydables et EC3-1-4 Alain Bureau 01 60 13 83 56 abureau@cticm.com Rupture fragile Mladen Luki 01 60 13 83 68 mlukic@cticm.com Vérification des sections et des éléments.ASSISTANCE Assistance téléphonique L’assistance technique contribue à faciliter et encourager le choix des solutions métalliques.com Chemins de roulement et EC1-3/EC3-6 Dominique Semin 01 60 13 83 43 dsemin@cticm.com 01 60 13 83 69 pomartin@cticm.com Voilement des plaques et EC3-1-5 Pierre-Olivier Martin 01 60 13 83 69 pomartin@cticm.com Conception des structures de bâtiment Philippe Beguin 01 60 13 83 59 pbeguin@cticm.Vibrations Mladen Luki 01 60 13 83 68 mlukic@cticm. tolérances Fatigue Mladen Luki 01 60 13 83 68 mlukic@cticm.com Produits d’enveloppe en acier Stéphane Herbin 01 60 13 83 63 sherbin@cticm.com 01 60 13 83 59 pbeguin@cticm. un devis est alors proposé dans le cadre des prestations d’ingénierie et de conseil.com Calcul des coques et EC3-1-6 Tien Minh Nguyen 01 60 13 83 67 tnguyen@cticm. Elle est délivrée aux constructeurs métalliques mais également à l’ensemble des acteurs du secteur de la construction métallique. poteaux.com Assemblages soudés Dominique Semin 01 60 13 83 43 dsemin@cticm..com ÉLÉMENTS DE STRUCTURE ET OUVRAGES PARTICULIERS Cheminées et EC3-3-2 Patrick Le Chaffotec 01 60 13 83 40 plechaffotec@cticm.com Soudage Dominique Semin 01 60 13 83 43 dsemin@cticm. et qui sont donc donnés à titre gratuit.com CONSTRUCTION MIXTE Bâtiments mixtes acier-béton (planchers.com Réglementation et normalisation française Valérie Lemaire 01 60 13 83 37 vlemaire@cticm.

Chef du Service Formation. IWE r questions su Pour toutes 2 journée : 1/ e tt ce e d t n e m le le dérou haffotec Patrick le C néral Adjoint Directeur Gé PROGRAMME LILLE .METZ . Chef du Service Certification • QUESTIONS RÉCURRENTES SUR LES ASPECTS «SOUDAGE» DE L’EN 1090-2 Dominique Semin.G RAT U I T E PA RT IC I PAT ION L’EN 1090 DANS LES ENTREPRISES DE CONSTRUCTION MÉTALLIQUE RETOURS D’EXPÉRIENCE les Régionales 2 e CY CLE 20 1 5 Actualisez vos connaissances… Conception : Obea communication | Crédit photo : ©Thinkstock en profitant de l’expertise du CTICM à l’occasion de cette ½ journée d’information et d’échange Le CTICM accompagne l’ensemble des acteurs de la construction métallique dans leur appropriation des normes EN 1090 2 thèmes abordés : OV EM BRE L IL L E 0 3 N OV EM BRE METZ 24 N ÉC E M B R E LYO N 15 D • LA DÉMARCHE DE MARQUAGE CE Frédérique Algranti. : 01 60 icm.LYON 9H00 / 10H30 La démarche de marquage CE 10H30 / 11H00 Pause 11H00 / 12H30 Questions récurrentes sur les aspects «soudage» de l’EN 1090-2 13 83 40 Tél.com te affo c@ct plech .

com 01 60 13 83 27 crenaud@cticm.com Actions en cas d’incendie EC 1-1.3 Dominique Semin 01 60 13 83 43 dsemin@cticm.com Escaliers et garde-corps Anthony Rodier 01 60 13 83 66 arodier@cticm.com Performances acoustiques de bâtiments à ossature métallique Philippe Beguin 01 60 13 83 59 pbeguin@cticm.com Produits de protection des structures contre l’incendie Christophe Renaud 01 60 13 83 27 crenaud@cticm.com Christophe Renaud 01 60 13 83 27 crenaud@cticm.com Actions d’exploitation (charges) Laëtitia Molina 01 60 13 83 72 lmolina@cticm.com 01 60 13 83 26 gbihina@cticm. Application Gisèle Bihina de l’EC4-1.Flèches admissibles Philippe Beguin 01 60 13 83 59 pbeguin@cticm.com Stabilisation d’un bâtiment par les parois .com PHYSIQUE DU BÂTIMENT INCENDIE Calcul du comportement au feu des éléments de second œuvre à ossature métallique Christophe Renaud Calcul du comportement au feu des structures mixtes.com DÉVELOPPEMENT DURABLE Construction métallique et développement durable Stéphane Herbin 01 60 13 83 63 sherbin@cticm.com Performances thermiques et énergétiques de bâtiments à ossature Amor Ben Larbi métallique 01 60 13 83 61 abenlarbi@cticm.2 Comportement au feu des entrepôts.com Protection anticorrosion des structures métalliques Stéphane Herbin 01 60 13 83 63 sherbin@cticm.com Structures en aluminum Mladen Luki 01 60 13 83 68 mlukic@cticm.2 et EC9-1.Règles NV et EC1 Laëtitia Molina 01 60 13 83 72 lmolina@cticm.com États limites de service .com Pylônes et pylônes haubanés et EC3-3.2 Christophe Thauvoye 01 60 13 83 21 cthauvoye@cticm.ASSISTANCE Thèmes Contacts Téléphone Courriel ÉLÉMENTS DE STRUCTURE ET OUVRAGES PARTICULIERS (suite) Éléments minces formés à froid et EC3-1.com Comportement au feu des parcs de stationnement Bin Zhao 01 60 13 83 16 bzhao@cticm.com Flux thermique émis par un feu d’entrepôt (Flumilog) Christophe Thauvoye 01 60 13 83 21 cthauvoye@cticm.com ACTIONS Actions climatiques : neige et vent .com Actions sismiques PS92 et EC8 Pierre-Olivier Martin 01 60 13 83 69 pomartin@cticm.com Étanchéité à l’air de bâtiments à ossature métallique Amor Ben Larbi 01 60 13 83 61 abenlarbi@cticm.1 Patrick Le Chaffotec 01 60 13 83 40 plechaffotec@cticm.2 Calcul du comportement au feu des structures en acier et aluminium – Application des EC3-1.com 01 60 13 83 15 falgranti@cticm. bâtiments industriels et centres commerciaux à simple RDC CERTIFICATION Marquage CE des produits de construction métalliques CMI 3-2015 50 Frédérique Algranti .com Combinaisons d’actions Laëtitia Molina 01 60 13 83 72 lmolina@cticm.Effet diaphragme Mladen Luki 01 60 13 83 68 mlukic@cticm.com Ponts métalliques et mixtes EC3-2 et EC4-2 Daniel Bitar 01 60 13 83 38 dbitar@cticm.com Christophe Renaud 01 60 13 83 27 crenaud@cticm.com Silos et réservoirs et EC1-4/EC3-4 Patrick Le Chaffotec 01 60 13 83 40 plechaffotec@cticm.com Poutres alvéolaires Alain Bureau 01 60 13 83 56 abureau@cticm.

8 et 10.fr Site : www.8 galvanisés à chaud. Alain Borgnet a su redynamiser l’entreprise. pièces spéciales sur plan…).03 26 59 97 97 .utn.9 bruts et galvanisés à chaud. -2. Stéphane.LES BOULONS Votre fabricant ! FABRICANT FRANÇAIS ET EUROPÉEN DE BOULONS HAUTE TECHNOLOGIE. NORMES NF EN 15048 parties -1.fr Votre spécialiste des boulons pour constructions métalliques. le développement et l’avenir en consolidant les positions commerciales et diversifiant les fabrications. n’a cessé de se moderniser et de développer ses fabrications permettant de satisfaire les attentes du marché. UTN EST L’UNE DES DERNIÈRES ENTREPRISES À PERPETUER LE SAVOIR-FAIRE ET LA QUALITÉ FRANÇAISE ! UTN. Ils disent de l’entreprise : Laëtitia « en assurer la pérennité est une première évidence ». Musée des Confluences. Boulons non précontraints. Certifiés NF et CE.8 galvanisés à chaud. goujons.6505 . LES BOULONS 08800 Thilay Tél. Laëtitia et Stéphane. marteaux. queue de carpe. -3 et -6.RATP . « développer l’activité de façon dynamique et durable ! » UTN EST RÉFÉRENCÉE : SNCF . boulons classe 8. .Réseau Public de Transport d’Electricité … BOULONS SB (Structural Bolting) Classe 8. -2. NORMES NF EN 14399 parties -1. Stade de Nice. Certifiés NF et CE. 03 24 32 84 81 Fax 03 24 32 81 29 Email : utn@utn. reprise en 1997 par la famille Borgnet. Aptes à la précontrainte. tiges filetées. BOULONS HR (Haute Résistance) Classe 8. fraisées.07-15 Les boulons UTN ont contribué à l’édification des ouvrages : Stade de France. (Têtes hexagonales. investir au bon moment et en confier à ses enfants. . Métro de Lille. AUTRES FABRICATIONS Rivets.