You are on page 1of 12

La Cie Les Gueules Tapées

Présente

en partenariat avec le Théâtre National Daniel SORANO
Texte écrit par Macodou MBENGUE a partir de

« Tu ne traverseras pas le détroit » de Salim JAY
« La réclusion Solitaire » de Tahar Benjelloun
« Le ventre de l’Atlantique » de Fatou DIOM

Mise en scène Macodou MBENGUE
Assistant à la mise en scène : Bourama BASSENE
Régie lumière : Moussa DIALLO
Accessoires et costumes Tina DIAW
Avec le concours de Massamba GUEYE

Le clandudestin
Création Ouverture saison 2006 – 2007 Théâtre National Daniel SORANO

Dossier Le Clan d u destin 1
DES MOTS… DES MOTS

Préparez vos cercueils !

A vos sépultures !

Vous ne traverserez pas le détroit de Gibraltar.

Le 19 novembre 2003 dans libération, un quotidien français, Tahar Ben jelloun écrivain Marocain dénonçait :

Le crie désespoir de nos frères qui traversent le grand bleu dans le noir, avec la Lune qui les observe de son œil mort, avec la mer
dans tous ses états, Ils trouvent la mort là où ils espéraient la vie. Ils ont, comme tant d’autres avant eux, rêvé de départ et tenté
de rejoindre l’Europe, ici seulement distante d’une quarantaine de kilomètres. Et ils ont payé de leur vie ce désir d’ailleurs qui les a
poussés à s’embarquer sur un esquif bien trop fragile tout court.

Tous, enfants de l’exode rural et du bidonville. Autant dire de la misère et du désespoir. Tous finissent sur un petit bateau ou….
Cercueil "à destination de la mort".
Les Clandestins !!!! .C’est comme cela qu’on les appelle d’un cote de la méditerranée.

Ce ne sont pas des naufragés c’est des clandestins, et puis, ils n’ont pas cries au secours. Basta !

De l’autre, les «brûleurs» parce que les passeurs leur demandent de brûler tout ce qui pourrait les identifier.

"Nous sommes ainsi de plus en plus nombreux, partout dans le monde, qui lorgnons vers des eldorados à découvrir, acceptant de
courir des risques affreux.[…] Nous sommes les dépositaires d’une résolution qu’aucune menace, aucune punition ne parviennent
à désarmer. […] Est-ce le même rêve que le nôtre celui des Sénégalais, des Maliens, qui gagnent le Maroc dans l’espoir
d’atteindre l’Europe ?

Bien sûr, parce que le monde est devenu le rêve du monde. Leur voyage marocain est un calvaire. Le rêve du monde est devenu
le cauchemar du monde.

Dossier Le Clan d u destin 2
MON MOT
L’homme dans la plénitude, cherche, fouille, tout au long de sa vie, à trouver des solutions aux maux que la vie lui impose. Quand
on se heurte à la gênes, à la confusion, à l’ennui, à la passivité face aux corps de ces milliers d’africains décomposés que la mer
cruelle a jetés on se dit : où est « l’homme ». Celui qu’on croyait humain, celui qui pouvait se dire et si c’était moi ce corps
écorché, mangé par le sel et des bêtes marines, rouillé de l’intérieur, rongé par la détresse et envoyé à la mort comme dans un
tour de loterie, comme un oiseau de mauvais présage, comme un destin dont personne ne veut ? Personne. Aux corps anonymes
brouillés avec la chance, pris par la nuit puis abandonnés par le jour, aucune main ne s’est tendue, aucun regard ne s’est posé sur
l’horizon peuplé d’ombres, aucune voix ne s’est levée pour faire rougir la clémence du ciel, aucune étoile n’a pali de honte en
éclairant le sable où les noyés ont rendu l’âme. Je crie, hurle, Gueule, oui ! Je gueule, ou non ! Je donne la parole aux
clandestins, mieux que moi dans leur réserve, pour qu’ils parlent d’eux-mêmes avec leurs propres mots, ils sont les plus
éloquents, les plus exhaustifs, leur propre sensibilité pour redonner une dimension humaine à ce drame à travers le théâtre. C’est
cette multiplicité des voix, ce changement de tons qui donnent aux mots et aux maux leur force. Moi je transcende.

RESUME
Sur les bords de la mer méditerranée, trois candidats à l’émigration que le vent de la misère a balayée vers les rives, tentent de
traverser le grand bleu pour regagner les rives du nord réputées prospères. Au cours d’une interminable attente d’un passeur, Ils
rencontrent un homme de dieu avec son cercueil que tout un village à supplié d’aller chercher leur fils disparu dans flots de la
clandestinité. Il va attendre avec impatience que la mer rejette un corps parmi les milliers qu’elle a engloutis, n’importe lequel pour
aller le présenter au village pour un repos eternel. Usés par l’attente, obnubilés par le départ, les clandestins stipulent que :
«Puisse que l’eau de la mer épouse la forme et la couleur du récipient qui la reçoit, l’objet doit lui aussi s’adapter aux
circonstances que la vie lui impose » Ainsi le cercueil est baptisé pirogue à destination de la mort. Dans cette rencontre fortuite,
chacun a son histoire propre, chacun est un univers que nous découvrons ou croyons découvrir.

EXTRAIT DE TEXTE
• Un jour, nous trouverons un jour terre en vue. Ce sera le jour où notre dignité deviendra évidente à autrui. Vienne ce jour où
nous n’aurons plus de raison de ne croire en personne. Nous aurons échappé à nos poursuivants. Alors enfin nous ne seront
plus considérés comme étant ce poids mort qui s’encombre lui-même, ce poids mort dont les rires sonnent faux. Nous ne seront
plus des gens qui doutent d’avoir un visage alors même que ce visage vient d’imiter la gaité. Nous n’effrayeront plus et nul ne
nous effrayera plus. C’est trop demander, sans doute, pour le moment. Nous ne seront plus regardé comme des créatures
dangereuses, inadéquates, incomplètes. Nous ne seront plus surveillés comme des évadés repris de justesse.

Dossier Le Clan d u destin 3
• A quoi cela ressemble t-il d’avoir conquis le droit d’avancer, le droit de reculer, le droit de sauter, une ou plusieurs cases
• A rester debout. N’oublie pas chaque miette de vie doit servir à conquérir sa dignité. Si tu es déterminé, une seule pensée doit
inonder ton cerveau. Partir. Loin.
• J’ai piétiné la terre noire de l’ouest au nord, je vais traversais l’océan pour atterrir sur cette terre blanche qui brille de mille
feux. Partir sans se retourner. On ne se retourne pas quand on marche sur la corde du rêve. Aller voir cette herbe qu’on dit
tellement plus verte là où s’arrête les dernières gouttes de la mer, la- bas, la ou les mairies payent les ramasseurs de crottes de
chiens, la où même ceux qui ne travaillent pas perçoivent un salaire . Partir donc la où les fœtus ont déjà des comptes
bancaires à leur nom et les bébés des plans de carrière. Et maudits sont ceux qui s’avisent à contrecarrer notre volonté.
Aujourd'hui donc un corps prendra, animé le chemin de l’aller ou le chemin inanimé du retour
• Eh ! Moi je ne suis pas disposer à mourir
• Je ne te demande pas ton avis. Chez nous on doit tout partager, le bonheur de traverser comme le malheur de mourir.

• Prenez, prenez tout, mais s’il vous plait laisser moi ma mort. Chacun sa tombe, je ne
veux pas mourir. Toi le courage te manque pour mourir. C’est pourquoi tu risque ta
vie. Le cœur te manque pour cesser d’aimer la vie. C’est pourquoi tu risque ta vie
• Partir, c’est beaucoup plus une façon de demander autre chose qu’un moyen sûr
d’obtenir quelque chose. Naufragés, nous représenterions quelque chose, pour une
fois, nous occuperions l’attention, nous nous regarderions nous même avec surprise,
avec intérêt, avec compassion. Nous sommes l’autorité que nous conservons sur nous
–mêmes. Nous ne sommes rien que l’autorité du désespoir.
• J’ai pas bien compris mais ca ne change rien. Je ne veux toujours pas mourir…
bêtement.
• On se débrouillera sans toi, on va y aller quelques soit le prix à payer. Nos parents vont vieillir sans retraite, nos petits frères
et nos petites sœurs comptent sur nous. Chaque portion de temps perdu est un supplément ajouté à leur souffrance à leur
misère.

Dossier Le Clan d u destin 4
LA COMPAGNIE
La Compagnie « Les Gueules tapées » est l’association de deux promotions sorties du Conservatoire National Douta Seck,
depuis la réouverture de la section art dramatique en 1989.
L’aventure des gueules tapées commence en 1994 avec la première promotion ou « bande des cinq »qui présenteront à l’examen
de sortie comme spectacle de fin d’études une création théâtrale originale inspirée de la bande dessiné connu par le monde :
Hergé et son personnage légendaire Tintin. Cette création donnera déjà un ton des futures Gueules Tapées, l’humour et la
dérision.
En 1995 la « bande des cinq » obtiendra une bourse de trois mois au conservatoire royal de lièges. Deuxième temps fort du
groupe ; ils reviendront à Dakar avec un spectacle intitulé « la carte d’identité » de jean Marie ADjaffi qu’ils présenteront au centre
Culturel Blaise Senghor
Cette même année « la bande des cinq » et les étudiants
de dernières années en art dramatique au conservatoire
National suivront un stage sur le jeu farcesque organisé
dans le cadre de la coopération bilatérale entre la
Belgique et le Sénégal. Ce premier stage à connu une
heureuse destinée puisqu’en décembre 1995 les deux
promotions regroupées fondent définitivement et
institutionnellement une nouvelle compagnie théâtrale
appelée « Les Gueules Tapées »
Depuis, la compagnie a crée plusieurs spectacles dont,
La Terre com…promise qui s’est vue décerner le grand
prix FESTHEF 2001 et du meilleur comédien au (Festival
de théâtre de la fraternité) à Lomé au Togo.
Pourquoi les Gueules tapées ?
L’appellation a été choisie par sa richesse polysémique.
Tous les Dakarois savent que gueules Tapées est un
quartier de la capitale. Se baptiser ainsi, signifiait pour les comédiens que tout projet théâtral devait s’inscrire dans la vie et la
réalité contemporaine. Mais aussi une façon d’articuler en unité dialectique deux tendances opposées : Celle du théâtre brut,
farcesque, satirique : Des gueules bien tapées, et celle à laquelle nous renvoie l’animal totémique : Le théâtre sacré.

Dossier Le Clan d u destin 5
LE METTEUR EN SCENE Macodou MBENGUE
Membre fondateur, Directeur, metteur en scène de la compagnie « Les Gueules Tapées », il a très tôt tâté la
scène à RUFISQUE sa ville natale. D’abord au lycée, puis dans son association de quartier ou il fut remarqué et
intégré a l’atelier de théâtre expérimental de Rufisque une troupe semi professionnelle dirigé par le
comédien metteur en scène Mame Birame Diouf. Il y incarne différents personnages dans une adaptation de
l’aventure ambiguë de cheikh Amidou Kane, de l’étrange destin de Wangrin de Amadou Hampâté Bâ de l’enfant
de Soweto de Zounga Bongolo, de Adja la militante du GRAS de Marouba FALL, de la confession de Ibrahima
Sall, et du malentendu de Camus. Invité avec l’atelier à représenter le Sénégal au 1er Festival International de
théâtre scolaire et universitaire de la Francophonie à Bouaké, il fut découvert par un professeur d’art dramatique
qui conduisait la délégation.
Inscrit un an plus tard au conservatoire National ou il visite le répertoire classique français et africains, dans des personnages
variés et assiste ses professeurs dans plusieurs mise en scène crée au sein de l’établissement, entre autres : Pot de vin et consort
Adaptation de Maurice. S .SENGHOR du revisor de GOGOL, la Marmite de KOKAMBALA, la Décision de Cheikh Aliou NDAW,
cahier d’un retour au pays natal de AIME CESAIRE, il en ressort 4 ans plus tard avec un premier prix d’interprétation.
Débute alors l’aventure avec la Compagnie « les Gueules Tapées » formées en 1995 par les diplômés de la première et deuxième
promotion du conservatoire après sa réouverture. Sous la direction du metteur en scène, coopèrent Belge Philippe Laurent, il
participe à toutes les créations des Gueules Tapées : Les sketchs de Karl Valentin «la Rentrée sans retour ou le retour sans
rentrées »« Apocalypse Waaw »« Yaabooy » « Rien n’est plus comme avant depuis que Tintin n’est plus. » « Ah ! Fric !
Ah ! C’est chic ».
Apres le départ de Philippe Laurent, il fait montre de son expérience accumulée au cours des stages avec Françoise BLOCH et
Holindo BOLZAN pour jeu farcesque et le masque grotesque, avec BRUNO BULTE pour Improvisation, avec Alougbine DINE
pour le stage le rire noir »et pour le renforcements des capacités des metteurs en scène en Afrique dans le cadre du MASA, avec
Sophie LOUKACHEVSKY pour le stage « Vide tes Poches » et la mise en espace de VOLCAN de Philippe MINYANA. Sa
première expérience de mise en scène avec les Gueules Tapées fut un succès total. Il remporta avec « La terre Com…promise »
le grand prix du FESTHEF 2001 et Prix du Meilleur comédien (Festival International de la Fraternité au TOGO).Depuis il a
participé au Festival Africalia en Belgique, au FITMO a Ouagadougou, au JOUTHEC à Pointe Noire au Congo et bien d’autres
rencontres au Sénégal et Afrique et crée d’autres spectacles et encadré de jeunes générations de comédiens dans le cadre des
ateliers du FEST’ART.

Dossier Le Clan d u destin 6
Au cinéma et à la télévision il tourne dans Demain la fin du monde », le choix de Madior » de Ibrahima Sall, « La Bataille de
Guillé » à la RTS «Fann Océan»une coproduction RTS, RTBF, « Mammy Mamours » – RTS -France 2, RTS « DER
CAPITAIN » Nova Film.
Comédien sollicité aussi dans d’autres structures et compagnies, il joue dans les deux plus grandes productions de la dernière
décennie crée par le Théâtre National Daniel Sorano : « le spectacle son et lumière », crée grandeur nature joué pendant 6 ans
à l’île de Gorée et dans Guy Jully une pièce de Cheikh
Aliou NDAW d’une durée de 4 heurs 30 qui retrace la
grande bataille du Saloum. Il incarne aussi le
personnage central CREON de NGOYE une Antigone
d’Afrique adaptation de Antigone de Sophocle dans une
tournée au Théâtre Saint GERVAIS de Genève (12
dates) à Yverdon en Suisse à ANNECY en France en
2003. Ce spectacle a continué son périple en automne
2004 sur demande générale au théâtre St GERVAIS (8
dates) et au Festival de LIMOGES. Il crée aussi le
personnage de Horacio dans Hamlet avec la Boyokani
Compagnie qui a fait le tour de l’Afrique dans une
distribution internationale qui a regroupé le Sénégal, le
Mali, la côte d’Ivoire, le Congo Brazzaville.

Initiateur et Directeur du Festival International « Théâtre
Pour la Paix » FEST’ART crée en 2001, il met son
expertise d’administrateur au service du théâtre en
créant le seul événement majeur de théâtre
professionnel au Sénégal. Fort de trois ces éditions
réussies, il organise une rencontre des operateurs
culturels africains pour une meilleure optimisation de la
circulation des artistes et des œuvres théâtrales en
décembre 2006 à Bamako et la quatrième édition du
festival en mai 2007.

Dossier Le Clan d u destin 7
LES COMEDIENS
SADIBOU MANGA
L’écrivain fécond de la troupe, il est également un membre fondateur. Il a toujours été d'un grand apport dans
l'écriture des textes depuis la création des Gueules Tapées. Sadibou a également écrit beaucoup de sketchs qui ont
été joués jusqu'en Belgique. Sorti du conservatoire National Douta Seck en 1995, il a joué aussi au Théâtre National
Daniel Sorano dans une saison au Congo de Aime CESAIRE et a assisté Giles LAUBERT metteur en scène franco-
suisse dans NGOYE une Antigone d’Afrique joué au Théâtre Saint ERVAIS de Genève, a Yverdon= Annecy et au
festival des francophonies en limousin. Il est aussi familier du cinéma.

ANNE MARIE DOLIVERA
Très expérimentée, elle a acquis des techniques ’expressions théâtrales dans maints stages de formations : Stage
sur les clowns et le bouffon, technique de théâtre contemporain, expression corporelle ; Stage de danse, art martial
du Kalari avec la troupe «SABO BALDE». Elle a joué dans la « Sécheresse », « Mythes et contes », « Antigone »,
« l’ours de CHEKOV », « Songe d’une nuit d’été » sous la direction de Gérard CHENET. Membre aussi de la
compagnie F’Âme, elle vient d’entamé une nouvelle création, le Clan du destin, avec la compagnie les Gueules
Tapées

ROGER SAMBOU
Diplômé de la promotion de 1999 de l’école National des arts, Roger est l’un des plus doué de sa génération. Apres
un périple a sa sortie de l’école avec la Compagnie Wax TAAC formée avec ses promotionnaires du conservatoire, il
est recruté au théâtre National Daniel Sorano avec son style particulier qui a fait le bonheur des spectateurs dans
« Penthum fann de Abdou Anta ka, la tragédie de l’indépendance de Moustapha Wade, de fauzamandéla, une
saison au Congo, Kujjé de Momar SAMB, et l’os de Mor LAAM.

Ousseynou BISSICHI
Ousseynou BISSICHI est un comédien autodidacte que son immense talent à propulsé devant la scène du théâtre
professionnel notamment au théâtre national Daniel Sorano ou il a interprété le personnage Général Massens .dans
une saison au Congo de Aimé CESAIRE, Dans la compagnie Zénith Art dans la patrie ou la mort de Mamadou
Traoré DIOP et la fille des dieux de Abdou Anta KA. Familier du cinéma Ouzin à joué dans Ndiaboot ji, Madame
Brouette de Moussa SENE ABSA, Super power, dans la série goorgoorlu et l’Appel des arènes. Producteur
extérieur, il anime plusieurs émissions à la radio nationale et joué dans plusieurs spots à la télévision.

Dossier Le Clan d u destin 8
IBRAHIMA MBAYE SOPE
Comédien, sorti de la promotion 1998 de l’Ecole Nationale des Arts de Dakar, metteur en scène et Moniteur diplômé des
collectivités éducatives. Tournées internationales avec «La terre com... promise» de la Cie Les Gueules Tapées
(Sénégal) mis en scène par Macodou MBENGUE. Meilleur comédien au FESTIF 2001 de Assahoun (Togo) où la
pièce a reçu le Grand Prix du festival. FITAH 2003 de Bruxelles, FITMO 2003 de Ouagadougou (Burkina). Avec
«Ngoye, une Antigone d’Afrique» création de la Cie Des Cris, mise en scène par Gilles Laurent, tournées en France
(Limoges, Annecy) et en Suisse (Genève) en 2003 et 2004. En 2006 Il crée Les soldats inconnus avec la compagnie
Graines de soleil de France en coproduction avec les Gueules Tapées au Maroc et tourne à Paris à Avignon à Lyon
au Sénégal et au mali . Il est fondateur, directeur et metteur en scène de la Compagnie F’ÂME cree en 2001 au
Sénégal

MOUSSA DIALLO (REGISSEUR)
Comédien autodidacte, Moussa a longtemps côtoyer la scène avant de se spécialiser en régie lumière après une
solide formation dans beaucoup de domaines techniques et une expérience dans plusieurs entreprise. Sa
connaissance artistique et sa formation de techniciens lui permet de faire plusieurs stage (au Masa, à Limoge, à
Avignon, au CCF de Dakar, au Théâtre National Daniel Sorano avant d’accompagner presque toutes les
Compagnies dans plusieurs de leurs créations(Les 7 Koûss, les Gueules Tapées, Le Faro Théâtre, la compagnie les
amis de LOUKACHEVSKY, Compagnie de danse OPUGBU 6eme sens et récemment la compagnie de Irène
TASSAMBEDO dans sa tournée Carmen en Afrique et en Europe

Dossier Le Clan d u destin 9
CE QUE LA PRESSE A DIT

Le clan du destin ou Mbëk mi c’est l’âme, libre, qui jaillit. Pas beaucoup d’accessoires, décor sobre et léger. Bien élaboré. Des
déclamations entre gésine, sanglots et chevrotement. Le clan du destin, c’est un théâtre vivant. Et difficile de se distendre de la
mise en scène de Macodou MBENGUE du jeu des comédiens et de l’intimité du vivant. Tant le clan du destin embarque son
public sur la conscience de l’esprit et le fil de l’émotion. On a envie de retourner au théâtre car il y’a encore des comédiens dans
ce pays infecté par des artistes de pacotilles²
Babacar DIOP - Source le Quotidien

Ces candidats à l’exil ont su, par un texte lyrique et des intonations de voix tantôt douloureuses, tantôt courageuses, mais
surtout par la force des mots, placer le public dans une posture d’appréciation du phénomène de l’émigration, dans ses
moindres revers. Les propos amusants et les discours quelques fois comiques des acteurs de cette pièce théâtrale se
transforment en cri de détresse. Le clan du destin mérite bien, de l’avis de certains spectateurs, d’être repris dans tout le
Sénégal et partout en Afrique.
Gilles Arsène TCHEDJI - Source le Quotidien

L’immigration clandestine représentée sur les planches. La démarche pouvait se révéler périlleuse et risquer de tomber dans le
genre mélodramatique. Mais la difficulté a été heureusement contournée pour trouver le ton juste et les mots vrais exprimant le
désespoir de deux hommes et d’une femme, déterminés à aller vers cet ailleurs où ils croient pouvoir obtenir tout ce qui leur
manque chez eux : Tout au long de la pièce, le drame est tourné en dérision. Alternant la gravité de la situation présentée avec
des répliques et un jeu des comédiens suscitant les rires des spectateurs. Parce qu’ils arrivent à rire d’eux-mêmes, le public
peut aussi rire avec eux. Une pièce à la mise en scène réussie et remarquablement interprétée par les comédiens Pierre
Koudédé Seck, Roger Sambou, Anne-Marie Dolivera, Ousseynou Bissichi et Sadibou Manga.
KARO DIAGNE source Soleil

Dossier Le Clan d u destin 10
FICHE TECHNIQUE
SPECTACLE : LE CLAN DU DESTIN OU (MBEK MI WOLOF)

COMPAGNIE : LES GUEULES TAPEES THEATRE

DUREE : 1 H 10 MN
TEXTE ECRIT A PARTIR DE : TU NE TRAVERSERAS LE DETROIT DE SALIM JAY,
LE VENTRE DE L’ATLANTIQUE DE FATOU DIOM,
RECLUSION SOLITAIRE DE TAHAR BENJELLOUN
ECRITURE ET MISE EN SCENE : MACODOU MBENGUE

PERSONNES EN TOURNEE 7 : 5 COMEDIENS, 1 METTEUR EN SCENE, 1 REGISSEUR

DECOR ET ACCESSOIRES : 200 KG

CONDITION TECHNIQUE
PLATEAU : 13 X 8 AU MINIMUM,
2 PLANS DE PENDRILLONS NOIR A L’ITALIENNE COTE COURS ET JARDIN
FOND NOIR
SABLE DE MER SUR L’ESPACE DE JEU
ECLAIRAGE : JEUX D’ORGUE CLASSIQUE 24 PISTES 10 PC 10 PARS 5 DECOUPES
LE PLAN DE MONTAGE LUMIERE SERA FOURNI PAR LA COMPAGNIE
SON : MATERIEL DE SONORISATION CLASSIQUE AVEC LECTEUR CD ENCEINTE FAÇADE& RETOUR
MONTAGE & REPETITION : MONTAGE 4 HEURES DEMONTAGE 2 HEURES.
REPETITION DE PREFERENCE LA VEILLE AU SOIR APRES MONTAGE

Dossier Le Clan d u destin 11
CONTACT

Macodou MBENGUE
Centre Culturel Blaise Senghor 6, Bd Dial. Diop BP 7001 Dakar Médina
Tél / Fax [221] 33 824 98 38 / cellulaire : [221] 77643 37 15
Mail : lesgueulestapees@hotmail.com
macfestart@hotmail.com
www.festart.over-blog.com

Dossier Le Clan d u destin 12