U.C.

M

Droit fiscal
RAKOTONIRINA Olivier
RAMIANDRISOA Ainanirina
11 heures/45 heures

Juriste consultant et enseignant à l’UCM depuis 2000

Pour les entreprises. Au temps de la royauté. La taxe la plus connue est la TVA et elle frappe tous les biens que l’on commercialise dans les magasins. modifier le montant du revenu pour payer moins d’impôt. taxe douanière. L’IRSA est un retrait sur les salaires. A titre exceptionnel. . de l’IRSA. ce sont les revenus salariaux. il faut vérifier cette loi de finance pour savoir si les règles en matière fiscales ont été modifiées ou non. il y a des exonérations. Pour la personne physique. l’état va se mobiliser pour le contraindre à payer. Le CGI regroupe toutes les règles qui régissent le droit fiscal. la seule forme de paiement d’impôt se fait en numéraire (argent liquide). La modification du CGI doit se faire par voie législative.Aujourd’hui. Le paiement en nature n’est plus accepté. Le revenu est la somme que l’on perçoit. C’est le code général des impôts qui impose les taux de la TVA. vignette et patente sont des taxes directes. Seule la loi de finance peut le modifier. Les IRSA. de l’IR. il y avait une sorte de contribution en nature qu’il faut donner au roi (LOHA VOKATRA) Le paiement de l’impôt est obligatoire. alors. Le paiement de l’impôt est une charge pour les contribuables (personne physique et personne morale) IRSA : impôt sur les revenus salariaux et assimilés. Les taxes prélevées sur les achats sont des taxes indirectes. Le fisc. et les revenus qui sont assimilés au salaire (autres revenus perçus : indemnité. heures supplémentaires La notion d’IBS n’existe plus pour Madagascar car les lois de finances ont remplacé ce terme par IR. Fraude fiscal : ne pas payer impôt. A chaque fois qu’il y a une loi de finance. c’est l’administration fiscale. Si le contribuable ne paie pas. IR. Il y a également les taxes douanières. ce sont les bénéfices salariaux. La notion de revenue est également importante.

voire nul.  IR pour les sociétés  IS (impôt synthétique) pour les petits commerces Zone franche : dans le domaine textile. Ces entreprises bénéficient d’une franchise douanière.L’IR se divise en 5 éléments dont voici :  IRSA pour salarié. Seule ceux qui paye des impôts directs ont la NIF Un paradis fiscal est un pays ou des pays où le taux d’imposition est très faible. Mais tous les produits sont exportés. Base imposable : montant pour calculer les impôts : base imposable. . l’importation de matière première est exonérée d’impôt.

PLAN Chapitre I : LES SOURCES DU DROIT FISCAL Section 1 : Les sources du droit fiscal Paragraphe 1 : Les sources internationales Paragraphe 2 : Les sources internes Section 2 : La notion d’impôt Paragraphe 1 : Explication de la définition de l’impôt Paragraphe 2 : Les fonctions de l’impôt Section 3 : Les classifications de l’impôt Chapitre II : LA TECHNIQUE FISCALE Section 1 : L’évaluation de la matière imposable Paragraphe 1 : La notion d’assiette de l’impôt Paragraphe 2 : Les méthodes d’évaluation de la matière imposable Section 2 : La liquidation de l’impôt Paragraphe 1 : La détermination du taux de l’impôt Paragraphe 2 : Les modalités d’application des taux Section 3 : Le recouvrement de l’impôt Paragraphe 1 : Les modalités techniques de recouvrement Paragraphe 2 : Le moment du recouvrement Chapitre III : L’IRSA Chapitre IV : IMPOTS SUR LE REVENU Chapitre V : LES RAPPORTS ENTRE L’ADMINISTRATION ET LES CONTRIBUABLES Section 1 : Le contrôle fiscal Section 2 : Les sanctions en matière fiscale Section 3 : Eléments de contentieux fiscal Chapitre VI : QUELQUES ELEMENTS DE FISCALITE LOCALE .

» Un certain nombre d’éléments de réflexion peut être tiré de ces deux définitions : 1) A nos jours. à titre définitif et sans contrepartie. Nous pouvons retenir le 2 principales définitions suivantes :  L’impôt est considéré comme une perception pécuniaire perçue par l’Etat et les collectivités publiques. . Ex : . il ne doit pas s’attendre à une contrepartie directe et individualisée 4) Les impôts collectés servent à couvrir les charges publiques 5) Le paiement des impôts se fait selon « la capacité contributive » des contribuables Si le paiement de l’impôt est obligatoire.INTRODUCTION Dans la pratique.  Gaston Jèze a quant à lui donner les définitions suivantes de l’impôt : « L’impôt est une prestation pécuniaire requise des particuliers par voie d’autorité. il faut faire la distinction entre l’impôt et certaines recettes non fiscales perçues par l’Etat et les collectivités décentralisées.Les redevances qui sont la contrepartie d’un service effectivement rendu (ex : redevance audiovisuelle) - Le produit des amendes et pénalités fiscales Chapitre I : LES SOURCES DU DROIT FISCAL ET LES NOTIONS D’IMPOT Section 1 : Les sources de droit fiscal Il faut faire la distinction entre les sources internationales et les sources internes du droit fiscal. Il a pour but de couvrir les dépenses publiques et les interventions économiques et sociales de l’Etat de ces mêmes collectivités. plusieurs auteurs ont essayé de présenter une définition de cette notion d’impôt. en vue de la couverture des charges publiques. l’impôt est une obligation de nature monétaire 2) Le paiement de l’impôt est obligatoire 3) Quand le contribuable paye l’impôt. Il est ajusté en fonction de la capacité contributive de chacun des agents assujettis à l’impôt.

Du point de vue de leur portée.) et qui visent à répartir les compétences fiscales entre les Etats.Paragraphe 1 : Les sources internationales du droit fiscal Les conventions internationales en matière fiscale constituent une source du droit fiscal. etc. c'est-àdire que lesdites conventions attribuent à l’un des Etats signataires la compétence pour imposer. C’est notamment le cas en matière d’imposition des revenus des personnes physiques et des bénéfices des entreprises. Le plus souvent. il s’agit des conventions fiscales bilatérales. En effet. le fait qu’un contribuable (personne physique ou personne morale) échappe au système fiscal des 2 pays concernés. notion qui comprend 3 éléments : 1) Matière imposable 2) Fait générateur 3) Personne imposable Ex 1 : IRSA : 1) Le salaire et ses éléments 2) C’est le fait qui rend obligatoire le paiement de l’impôt (élément qui rend exigible l’impôt = le moment où doit être payé l’impôt) = perception du salaire Ex2 : Impôt sur le revenu : 1) Bénéfices 2) Clôture de l’exercice 3) Entreprise (société commerciale) . certains contribuables peuvent se voir imposer dans 2 Etats différents. (SADEC) ***  ASSIETTE DE L’IMPOT : chaque type d’impôt a son assiette. Dans ce dernier cas. Celles-ci ont pour objet principal d’éviter d’une part les doubles impositions. Il en est de même en matière d’imposition du patrimoine. elles visent à faciliter la lutte contre l’évasion ou la fraude fiscale en permettant l’échange d’informations entre les administrations fiscales des pays signataires. en l’absence de conventions fiscales. Pour éviter ces doubles impositions qui sont préjudiciables au contribuable. et d’autre part. France. Madagascar a conclu des conventions fiscales bilatérales avec d’autres pays (Ile Maurice. les conventions internationales en matière fiscale ont une autorité supérieure à celle de la loi. Ex : Une personne peut se trouver dans une situation où elle est imposée dans 2 pays au titre d’un même revenu.

Les Constituions successives à Madagascar ont toujours consacré le principe de la légalité de l’impôt. III.01. l’assiette et le taux maximum des impôts et taxes des CTD » II. la Constitution est la première source normative du droit fiscal. L’article 95 Paragraphe 1 de la Constitution en vigueur actuellement prévoit que « la loi fixe les règles concernant … la nature et l’assiette des impôts et taxes des CTD ». aux taux et aux modalités de recouvrement des impôts de tout nature. L’article 87 Paragraphe 1 de la Constitution révisée en 2007 prévoit que « la loi fixe les règles concernant … la nature. L’ensemble des règles législatives en matière fiscale est contenu dans le Code Général des Impôts. principe selon lequel l’essentiel des règles qui forment le droit fiscal est posé par la loi. s’il appartient au législateur le soin de déterminer les règles relatives à l’assiette. Il en est ainsi de l’article 01. La loi (comme source interne du DF) Conféré à l’article 95 Paragraphe 1 de la Constitution en vigueur actuellement et conféré à l’article 87 Paragraphe 1 de la Constitution révisée de 2007 (à rechercher). Le règlement En matière fiscale. La Constitution Au niveau interne. notamment…les amortissements réellement effectués par l’entreprise dans la limite des taux maximaux fixés par décision du Ministre de la règlementation fiscale… » . Ce principe découle directement du principe de consentement à l’impôt. Valeur imposable = valeur locative : valeur estimée par la commune sur le loyer d’une maison à louer) *** Paragraphe 2 : Les sources internes I. il arrive souvent que la loi confie au pouvoir règlementaire le soin de préciser certaines règles (secondaires) d’assiettes.10 du CGI : « Elle (base imposable) est établie sous déduction des charges supportées (par l’entreprise).

Toutefois. l’étendu du champ de compétence du pouvoir règlementaire en matière fiscale est variable. La conséquence en est que le contribuable ne peut se soustraire à ses obligations fiscales. L’impôt en question est perçu soit par l’Etat soit par les collectivités territoriales décentralisées (régions et communes). C'est-à-dire qu’il est effectué par voie d’autorité. (Gaston Jèze) I. l’équivalent de l’impôt pouvait être réglé en nature. on doit payer l’impôt. L’on peut affirmer que cette évolution a été facilitée par le développement de l’économie marchande. Le prélèvement effectué par l’Etat ou par les CTD est obligatoire. II. La notion de prestation pécuniaire Aux temps des royautés. IV. Prestation pécuniaire requise par voie d’autorité Qu’on le veuille ou non. requise par voie d’autorité. La Jurisprudence C’est l’ensemble des règles tirées des décisions de justice sensées compléter les lois ou les préciser ou définir le champ d’application d’une règle donnée. Section 2 : LA NOTION D’IMPOT Paragraphe I : Définition On rappelle que l’impôt est défini comme « une prestation pécuniaire. C’était le cas des « VOALOHAM-BOKATRA » que les sujets devaient réserver aux rois et reines. par l’Administration sur le fondement de ses prérogatives de puissance publique. à titre définitif.Quoiqu’il en soit. . Ces dispositifs anciens de règlement en nature ont disparu. on peut affirmer que les règles d’organisation interne de l’administration fiscale relèvent de la compétence du pouvoir règlementaire. sans contrepartie directe en vue de la couverture des charges publiques ».

qui encore est liée étroitement avec la notion d’Egalité des contribuables devant l’impôt. Il y a les Dépenses d’Investissement (construction . le taux d’impôt sera calculé en fonction de ça. A titre définitif et sans contrepartie directe (A titre définitif = L’Etat ne rembourse pas les sommes qui dépassent les montants réguliers = pas de remboursement mais ce surplus servira pour le prochain paiement) (Sans contrepartie directe = car il sert aux biens publics et non à des fins personnelles) Le prélèvement est effectué à titre définitif. (Sur une base de 20% TVA). La notion de Faculté Contributive D’une manière générale. SUJET 1 : notion de JUSTICE FISCALE Justice Fiscale : le taux progressif est le mieux adapté car il tient compte de la situation du contribuable. l’Administration ne fait aucun remboursement en matière fiscale. S’il est pauvre. Cette notion renvoie à une autre notion : la notion de Justice fiscale qui est étroitement liée à celle de l’égalité des contribuables devant l’impôt. Le prélèvement est effectué sans contrepartie directe et personnalisée à l’égard du contribuable. cette notion signifie que chaque contribuable doit payer l’impôt selon ses revenus. Cela signifie qu’en payant l’impôt le contribuable ne doit pas s’attendre à une contrepartie individualisée de la part de l’Administration. En principe. L’impôt est perçu par l’Etat et les CTD dans le but de faire face à l’ensemble des dépenses qu’ils doivent effectuer. Autrement dit. même chose pour les personnes très riches. Cette notion appelle une autre qui est la Justice Fiscale.III. c'est-à-dire que le contribuable ne doit pas s’attendre à un quelconque remboursement. La couverture des charges publiques et l’intervention de l’Etat dans les domaines économiques et sociale. IV. selon ses biens ou selon les opérations qu’il effectue. Les quelques exceptions se rapportent au remboursement des « Crédits de TVA » (créance du contribuable à l’égard de l’Etat). l’impôt est collecté en vue de la couverture des dépenses publiques.

on peut doubler ou tripler le taux d’imposition des produits importés. Inversement. Dans ce cas. achat de consommable informatique. certains produits coutent 2 ou 3 fois plus qu’à l’extérieur. La fonction sociale de l’impôt : Prenons l’exemple de la Chine. Ils ont adopté la politique de l’enfant unique. réhabilitation d’infrastructure) et les Dépenses de Fonctionnement (rémunération des fonctionnaires. la détaxation des produits essentiels à l’agriculture permet de réduire le prix de revient. l’Etat peut modifier les taux d’impositions. construction d’école. Il y a 2 types de dépenses : - Dépense d’investissement : construction d’infrastructures publiques. l’Etat a d’autres fonctions : I. ce qui permet l’accession des producteurs à ces matériaux. quand l’Etat veut promouvoir un secteur d’activité donné.d’hôpitaux et d’école. Dépense de fonctionnement : rémunération des fonctionnaires. les familles à enfant unique bénéficient d’une exonération fiscale. II. paiement de facture d’énergie. Si l’on veut réduire l’importation. de communication. Cette détaxation a favorisé l’importation de ces produits. C’est pourquoi. Si une famille a plus d’enfant. A part cette fonction principale. En résumé. c’est la couverture des charges publiques. l’impôt permet de favoriser la production. si l’Etat veut freiner l’importation. achat de fourniture. La détaxation se traduit par le fait que le prix de ces véhicules est plus bas que s’ils sont taxés. L’impôt est donc un instrument d’intervention dans le secteur économique. achat de fournitures. . fonction économique. dépenses de - réhabilitation. l’Etat malgache a fait la détaxation pour toutes les importations d’équipement. Par exemple. il peut prévoir un ensemble de facilitation sur le plan fiscal : détaxation. cette famille risque de ne pas bénéficier de certain bénéfice fiscal. Donc. de production et de transport. paiement de … Paragraphe II : les fonctions de l’impôt La principale fonction de l’impôt. La fonction économique de l’impôt : Dans les années 2004-2005.

au niveau des médias. Le 1. La fonction politique de l’impôt : Cette fonction est un point qui est largement discuté au niveau de la doctrine. ni droit de douane. le pharmacien s’approvisionnement auprès de la pharmacie centrale. ils devront chercher des ouvriers étrangers. tous les propriétaires doivent payer l’IFPB : impôt foncier sur les propriétés bâties. Le problème est que l’émission de ce reçu est souvent tardive (en année).000 sera imposé dans un taux normal. ces pays ont instauré un système permettant aux familles nombreuses de bénéficier d’une exonération d’impôt et des prises en charges (réduction d’impôt pour enfant à charge). Suède. TRANO FALAFA) sont-ils imposables (difficile de déterminer la valeur) ? Du côté des contribuables. parce que les familles ne veulent pas avoir beaucoup d’enfant. L’administration fiscale émet un bout de papier indiquant le montant de l’impôt. A Madagascar. C’est parce qu’on n’a pas l’argent. . Quand la pharmacie centrale importe des médicaments. on fait semblant de ne pas voir. Finlande). les médicaments sont détaxés. La raison principale.000 euro. même si l’on reçoit le reçu. Le paiement ne peut avoir lieu qu’après la réception du reçu. le prix des médicaments augmentera.Dans les pays scandinaves (Norvège.000. Ces pays vont alors avoir des problèmes de mains d’œuvre productive. III. Le problème est à voir de part et d’autre. les parents bénéficieront d’une exonération.250. c’est pour permettre à la majorité de la population d’accéder à ce médicament. on parle d’impôt de solidarité. Le problème est que peu de malgache paie. Pourquoi les faibles revenus sont exonérés et que les grosses fortunes paient beaucoup d’impôt ? En France. Ainsi. Ici. En outre. la tranche supérieure sera imposée à 75% : exemple : 1. pour permettre à une grande partie de la population estudiantine d’accéder à ces fournitures scolaires. si le revenu est supérieur à 1. il n’y a ni taxe. comme solution. on assiste au vieillissement de la population car la moyenne d’âge est très élevée. et 250. Enfin.000 d’euro. Si une famille a des enfants en charge.000 sera imposé à un taux de 75%. A Madagascar.000. Donc. Sinon. la détaxation de tout ce qui est fourniture scolaire et livres scolaires. les maisons rurales (TRANOBONGO. ou manque de confiance à la gestion des impôts. Ceci.

l’Etat va subventionner en payant une certaine somme pour que le prix soit 125. IRSA. 2) Les impôts locaux sont ceux perçus au profit du Budget des CTD (n’entre pas dans le BGE). Alors. Donc prix au moins 150. les différentes catégories d’impôts peuvent être classées selon chacun de ses éléments. etc… Ainsi. Mais les emprunts qu’ils effectuent sont sous le contrôle de l’Etat (l’Etat va supporter l’insolvabilité de ces derniers). BGE Dépenses Investissement Fonctionnement Ressources Recettes fiscales Emprunts (remboursable) Subventions (non remboursable) Exemple d’impôt d’Etat : IR. La valeur. Exemple : les impôts fonciers sur la propriété bâtie. impôts locaux. La matière imposable qu’il frappe. Section 3 : les classifications de l’impôt. La distinction entre les différentes catégories d’impôt peut être basée sur plusieurs éléments : - Leur caractère direct ou indirect. Les communes élaborent également leur budget comme l’Etat. TVA. Le type de taux d’imposition applicable. impôts fonciers sur les terrains. 1) Les impôts d’Etat sont ceux perçus au profit du budget général de l’Etat. L’entité bénéficiaire de l’impôt collecté.Détaxation : on ne paye pas l’impôt. Les recettes fiscales = impôts d’Etat. Si l’on achète un camion à l’extérieur : 100. en sortie de douane sera de 100+ frais de transport. Paragraphe 1 : impôts d’Etat. Par exemple l’importation d’impôt : 100 et taxe 50. Subvention : l’Etat va payer une partie de ce que l’on doit payer. les budgets des communes et des régions comprennent exactement les mêmes éléments. .

Les impôts récoltés se partagent entre la commune et la région. IFP Paragraphe 2 : impôts proportionnels et impôts progressifs.000 10% 5. Impôts 15000 ? 1ère tranche : 1000 – 0 = 1000 * 5% = 50 2ème tranche : 5000 – 1000 = 4000 * 10 % = 400 . Il faut faire ici la distinction entre la progressivité globale et la progressivité par tranche. C’est le cas de la TVA = 20%. on est en présence non pas d’un taux fixe et unique mais d’un taux progressif. Prix TTC = 1200 Ex : 15000 * 20% = 3000 Par tranche Raisonner par tranche.000 25% Taux fixe 1000 (HT) * 20% (taux) = Progressivité Globale 200 (TVA) Situer la MI et déduire le taux. le taux d’imposition augmente au fur et à mesure qu’augmente la valeur de la matière imposable (MI).001 à 20. Tranche de revenus 0 à 1.001 à 5. et c’est la loi qui fixe ce pourcentage. Donc. 1) Les impôts proportionnels sont calculés sur la base des taux fixes quel que soit la valeur de la matière imposable. 2) Dans le cas des impôts progressifs.000 Taux applicables 5% 1.000 15% 10. d’un taux multiple.000 20% > 20.001 à 10. Ex : les impôts fonciers : IFPB.

L’impôt est payé par le commerçant ou le prestataire de service mais. . D’une manière générale.01 du CGI (fonctionne exactement comme la TVA. etc. c’est le consommateur final qui le supporte. IRSA. Impôts synthétique. L’impôt est donc payé à l’occasion de la réalisation d’une opération de vente ou de prestations de service. les impôts directs sont calculés sur une matière stable. Ex : IR. incorporé dans le prix de vente du bien) Paragraphe 4 : impôt sur le capital.3ème tranche : 10000 – 5000 = 5000 * 15% = 750 4ème tranche : 15000 – 10000 = 5000 *20% = 1000 15000 = 5000+5000+4000+1000 = 400 + 750 + 1000+50 = 2200 N.01.01. impôt sur la dépense Une autre classification des impôts est possible en retenant comme critère soit la matière imposable. C’est l’exemple de la TVA (ART 06.B : Les mêmes impôts classés dans le 1er paragraphe peuvent être reclassés dans le 2nd paragraphe. impôt sur le revenu. Ex : droit d’accises prévu par l’ART 03. Paragraphe 3 : impôts directs et impôts indirects. ou plus exactement. une matière amenée à se renouveler périodiquement. dans la réalité. soit l’opération origine de l’imposition.01 et suivants du Code Général des Impôts). les impôts indirects portent sur des dépenses. En revanche.

C’est la transmission du bien qui donne lieu à mutation. La transmission d’un bien (transfert de propriété) peut se faire dans le cadre d’une cession ou bien d’une succession. L’imposition du capital. Il s’agit notamment des éléments suivants : . a. S’il s’agit d’un héritage. Ex : impôt touchant les plus-values réalisées lors de la vente d’un immeuble. l’impôt concerné : LES DROITS DE SUCCESSION. c. Les impôts qui frappent la possession du capital. 20 est imposable d’impôt sur les plus-values (on ne parle pas de plus-values en marchandises). II. Les impôts qui frappent la transmission du capital. Plusieurs types d’impôts peuvent frapper « le capital » (ou la richesse) soit dans le cadre de sa transmission. Il s’agit d’impôts qui frappent les gains ou les bénéfices réalisés par le propriétaire dans la transmission d’un bien donné. d’une succession. il s’agit ici d’impôts qui sont applicables du seul fait de la possession du bien (IFPB). soit les gains obtenus de ce capital. il a été vendu à 120. c’est le DROIT DE MUTATION.I. l’impôt s’applique toujours même en l’absence d’une mutation. Les impôts sur les revenus. Contrairement aux 2 cas précédents. IFPB). donation). soit tout simplement de la possession de ce capital. en l’absence d’une transmission du bien. Les impôts qui frappent les gains en capital. b. Cette catégorie d’impôts frappe l’ensemble des revenus réalisés par les contribuables. l’impôt applicable. Dans le cadre d’une cession (vente. Dans ce cas. voire en l’absence d’une exploitation du bien (impôt foncier sur le terrain. Ex : la valeur de l’immeuble est 100.

- Impôt sur les revenus (IR) tels que prévus par les Articles 01.04. Une fois que l’homme a la majorité civile. Les insolvables s’enfuient dans la forêt et cet impôt n’existe plus. si le CA est inférieur à 20 millions d’Ariary. - Impôt synthétique (IS) produit prévus les articles 01. Généralement. on sera soumis à l’IR Paragraphe 5 : impôt réel et impôt personnel. il doit payer un impôt.01 et suivants du CGI (frappent les dividendes). mais s’il est supérieur à 20 millions d’Ariary.01. il faut un employeur : sinon pas d’IRSA ex : auto-entrepreneur.02. - Impôt sur les revenus salariaux et assimilés (IRSA) prévus par les articles 01.01 et suivants du CGI. c’est dire. La distinction entre impôt réel et impôt personnel est une distinction très ancienne. Mais le conceptions modernes de l’impôt ne permettent plus de considérer la personne du contribuable comme une matière imposable. les impôts qui frappent directement sans tenir compte de sa situation. on sera soumis à l’impôt synthétique. Il n’y a plus d’impôt personnel. les transporteurs des passagers. Aujourd’hui.03. mais sur sa personne. sans tenir compte de sa situation. - Impôts sur le revenu des capitaux mobiliers (IRCM) prévus par les articles 01. .01 et suivants du CGI. les petites épiceries). les impôts réels sont ceux qui sont assis sur des biens et les impôts personnels sont ceux qui sont assis sur la personne du contribuable. les impôts sont assis sur des biens ou activités. -xxxPour qu’il y ait salarié. IFT et IFPB le disc doit mesurer la superficie. l’exploitation du terrain Impôt personnel : HETRA ISAN-DAHY (colonial et 1ère république). Impôt réel : on ne tient pas compte de la situation du contribuable.01 du et suivants du CGI (impôts qui frappent les petits commerçants. -xxxDes cas peuvent se présenter.

La distinction entre l’impôt réel et l’impôt personnel avait une grande importance car elle avait conduit au développement de la notion de l’impôt personnel. Chapitre II : la technique fiscale 3 étapes : - Evaluation de la matière imposable.Liquidation de l’impôt (calculer) L’impôt est de 10% - Le recouvrement de l’impôt Formalité pour le paiement de l’impôt . Salaire Avantage  En la matière imposable est de 1 million d’Ariary .