You are on page 1of 69

Aspects de l’anarchisme

Idées et commentaires sur certaines des questions les


plus importantes auxquelles les anarchistes doivent
se confronter, d’un point de vue communiste
anarchiste.

Fédération Anarchiste du Royaume-Uni.

Index:

Communisme anarchiste 2
Liberté 5
Conscience de classe 8
Organisation 10
Solidarité 12
Droits 15
Action collective 18
Action directe 20
Nature humaine 23
Contre l’exploitation 26
Travail 29
Chefs 34
Patriarcat 37
Militarisme 39
Crime et châtiment (1) 44
Crime et châtiment (2) 48
Mouvement écologiste 52
Fédéralisme 55
Internationalisme 59
Violence révolutionnaire 61
Terrorisme 64

Buts et principes 67

Les chapitres de cette brochure ont été originalement


publiés dans Organise! The Magazine of Revolutionary
Anarchism entre 1990 et 1995.
Aspects of Anarchism 1
Communisme anarchiste

Le communisme anarchiste est un ensemble distinct d’idées politiques


sociales et révolutionnaires. Il offre une alternative radicale aux
systèmes de pensée étatistes mis en échec au vingtième siècle.

Le Marxisme, sous ses formes Bolcheviques tout comme sociales-


démocrates, s’est révélé être un échec complet. Le Socialisme, et les
autres idéologies basées sur le capitalisme comme le Fascisme et la
démocratie libérale, se sont révélés meurtriers, ouvertement ou de
façon hypocrite. Seul le communisme anarchiste reste à tester comme
approche tout à fait cohérente de l’organisation du monde. Alors que
le second millénaire touche à sa fin, on a assisté au cours du siècle
passé à la montée en puissance incontestée de l’état et, avec cela, à
la guerre virtuellement continuelle, au pillage que l’on déguise en
‘économie mondiale’ et à la destruction de l’environnement. La
population du monde aujourd’hui mérite bien mieux que ce qui est
proposé pour l’instant à la vaste majorité d’entre nous.

La montée du capitalisme, de l’état technologique et de l’impérialisme


éliminent le facteur humain de la vie sociale. L’individu dans l’état
industrialisé avancé est coupé-e de la communauté et isolé-e dans des
boîtes en béton, avec la télévision comme lien principal avec
l’extérieur. La majorité pauvre en Afrique, en Amérique latine et en
Asie lutte pour survivre, tandis que leur mode de vie est de plus en
plus dicté par les besoins insatiables de l’économie mondiale et que
leurs propres élites encouragent cette exploitation dont ils
bénéficient. Le racisme et le nationalisme ne sont que plus forts,
incités par divers éléments de la classe dirigeante et repris par
beaucoup au sein de la classe ouvrière qui ne peuvent voir d’autre
solution à leurs problèmes. Les femmes sont attaquées dans le monde
entier avec la montée du fondamentalisme religieux et l’obsession
généralisée autour du ‘déclin de la famille’ et des ‘valeurs morales’.

Le communisme anarchiste, c’est l’alternative. Il place l’individu au


centre de son approche, car seules des personnes actives et
pensantes peuvent être libres. Cependant, l’individu n’existe pas
coupé-e du reste de l’humanité. L’exploitation capitaliste, tout en
détruisant les communautés ‘naturelles’, a créé une solidarité sociale
sur la base de la réalité et de l’identité de classe, par laquelle les gens
choisissent de s’identifier les un-es aux autres plutôt que d’être
forcé-es d’appartenir à une communauté par tradition. Les classes
Aspects of Anarchism 2
dirigeantes dans le monde ont déclaré une guerre de classe
désespérée contre de vastes populations de travailleur-ses et de
paysan-nes. Pour la recherche de profit, les classes productrices sont
soumises à toujours plus d’attaques violentes. Mais c’est par cette
lutte entre exploiteur-trices et exploité-es, entre oppresseur-euses et
oppressé-es, que la population arrivera à la liberté humaine. La
révolution est le seul moyen de parvenir à cette libération.

Un rêve utopique

Le communisme anarchiste est souvent accusé d’être un rêve


utopique car il est à la fois contre le capitalisme et contre l’état. On
dit que ces deux maux sont nécessaires à cause de la ‘nature
humaine’. De nouvelles formes d’exploitation et de nouvelles classes
n’émergeront-elles pas? N’est-il pas inévitable que certains aient plus
de pouvoir que d’autres? N’y a-t-il pas besoin de l’état pour maintenir
l’ordre? Nous répondons fortement non à tous ces arguments. Dans le
contexte général d’une société sans état et sans argent, la nouvelle
société créera des communautés et d’autres relations sociales qui
seront l’expression des désirs des individus et de la société. Il n’y a là
pas d’antagonisme entre individu et collectivité pour deux raisons.
D’abord, l’individu appartient à et survit dans le contexte collectif, les
groupes d’affinité, les coopératives, les conseils de travailleur-ses et
de voisinage, qui formeront les moyens sociaux de s’organiser et d’agir
en société, seront de simples extensions de l’individu en société.
Deuxièmement, tous les groupes et systèmes établis pour agir auront
établi en leur sein des moyens de prévenir les abus de pouvoir. Ce
seront des assemblées de gens directement impliqués ou bien qui
portent intérêt à ce qui est fait ou proposé, et si une quelconque
forme de délégation est nécessaire, les délégués seront élus
directement, facilement révocables et temporaires.

De plus, étant donné le développement des technologies de


communication, la participation de masse, que ce soit à une
assemblée populaire ou via des réseaux de groupes locaux et
d’individus, sera rendue possible. La société dépendra d’un accès
complet à l’information et de sa bonne communication. Les
assemblées au niveau local ou régional pourront planifier pour l’avenir
sur la base de l’apport régulier de la participation aux assemblées
populaires. Nous avons ici utilisé un exemple territorial, mais le même
principe peut s’appliquer à tous les exemples de coopération et de
travail de solidarité, où qu’ils se passent. Étant donné qu’il n’y aura
Aspects of Anarchism 3
pas d’appareil coercitif d’état pour faire appliquer les décisions prises
par les différentes organisations populaires, il n’y aura pas
d’imposition violente d’options indésirées. Le but constant sera
d’arriver à des résultats sur la base du consensus et du compromis.

La société communiste anarchiste sera une société sans argent. Les


biens et les services seront accessibles sur la base des besoins, et la
société dans son ensemble déterminera des priorités de production et
du niveau de consommation. On devra y réfléchir et planifier, mais les
histoires d’horreur de gloutonnerie et de personnes amassant des
biens n’est qu’un pur fantasme. Il y a une limite maximum à ce que
l’on peut consommer, la possessivité deviendra l’exception et non la
norme, il n’y aura pas de ‘richesses’ à accumuler, pas de publicité pour
stimuler la demande et on sera éduqués au bénéfices du partage, de la
solidarité et de la coopération; tout cela limitera naturellement la
demande et permettra à la production et à la consommation de
s’équilibrer. Une des fonctions de l’argent est de servir de ‘stock de
valeur’. Cela permet aux individus dans les sociétés capitalistes
d’accumuler des sommes énormes bien plus importantes que ce
qu’elles peuvent dépenser. Dans une société sans argent il n’y a pas
de moyens d’accumuler de la richesse, ce qui crée un nouvel obstacle
à la réémergence d’une classe dominante.

Certains disent que cette base d’organisation sociale est adaptée à


des populations à l’échelle d’un village mais ne peut fonctionner à
grande échelle. Cependant, il n’y a aucune raison pour laquelle elle ne
pourrait fonctionner à plus grande échelle si elle est basée sur les
principes de coopération volontaire et de fédération, qui
permettraient la liberté et la solidarité. Même au sein du capitalisme
les grandes organisations et entreprises ne sont souvent pas autre
chose que des conglomérats de petits groupes agencés dans une
structure de gestion. Les efforts locaux à petite échelle s’inscrivent
dans une direction particulière. Il n’y pas de raison pour laquelle ces
efforts ne pourraient pas être volontairement organisés pour le bien
commun et individuel suivant les initiatives de la base.

Pour qu’une société communiste anarchiste fonctionne efficacement,


l’éducation au sens large doit faire sa priorité d’une socialisation
mettant l’accent sur le développement personnel, d’un amour de la
liberté lié à un sens des responsabilités, et de la solidarité.
L’éducation capitaliste a en effet su faire accepter à la majorité de la
population d’un système qui les exploite, par un processus subtil
Aspects of Anarchism 4
d’endoctrinement et une déformation de la tendance naturelle à la
solidarité sociale en mettant l’accent sur le patriotisme, le
nationalisme et la fidélité à l’entreprise. Une approche communiste
anarchiste de l’éducation permettraient aux tendances naturelles de
se développer pour que les individus puissent participer activement à
la nouvelle société de manière confiante et mutuellement
respectueuse, poussés par leur désir de s’associer et de coopérer.

La plupart des autres idéologies visent à dominer et contrôler la nature


et en effet on a assisté ces derniers siècles à la transformation du
monde naturel, distordu pour répondre aux besoins supposés des
êtres humains. Aujourd’hui la nature répond, d’une telle manière que
l’existence de l’espèce humaine est menacée. Le communisme
anarchiste cherche à fonctionner en harmonie avec les forces
naturelles, en utilisant des niveaux de technologies appropriés aux
besoins des gens. Il y a suffisamment de ressources sur la planète pour
fournir à toute-s de quoi vivre, sans détruire la planète ce faisant.

Le communisme anarchiste est la seule idéologie qui défie toute


exploitation et oppression, que ce soit celles des travailleur-ses par les
patron-nes, des femmes par les hommes ou de l’environnement par les
êtres humains. Il est la seule à mettre en avant à la fois la liberté de
l’individu et la solidarité au sein de la société et des luttes pour une
société libérée de l’exploitation économique et de l’oppression
étatique. Le communisme anarchiste seul peut ouvrir la voie vers la
survie et le bien-être.

Liberté

Au nom de la liberté, les États-Unis ont envahi et dominé des dizaines


de pays et de régions, y compris le Viêt-Nam, Grenade, le Nicaragua et
le Salvador. Pour défendre la liberté, l’Angleterre impose la loi martiale
en Irlande du Nord. La liberté, pour Hitler, c’était l’extermination des
Juifs, pour Staline, elle demandait qu’il envahisse l’Europe du Nord.
Tout le monde aujourd’hui semble vouloir la liberté. Mais la liberté
pour les états, les entreprises et les partis capitalistes ne peut
sûrement pas être la même chose que pour les anticapitalistes. Comme
le montrent ces exemples, il ne semble pas y avoir de définition
unique et acceptable de ce qu’est la ‘liberté’. La liberté a-t-elle une
valeur réelle, hormis comme arme de propagande pour justifier ses
propres intérêts?

Aspects of Anarchism 5
Définitions

Les anarchistes considèrent que la liberté est vitale pour l’humanité.


Pourtant, d’autres craignent la liberté et préfèrent la sécurité aux
responsabilités que donne la liberté. Dans le système capitaliste, la
plupart des citoyens croient que la liberté, c’est la liberté de
consommer le dernier magnétoscope ou lecteur mp3 - la liberté
consiste-t-elle vraiment en l’acquisition de biens de consommation?
L’une des plus vieilles idées à propos de la liberté, c’est qu’elle
consisterait à être laissé-e en paix et à poursuivre sa vie sans
interférence. Tout cela va très bien dans un sens général: personne
n’aime être contraint-e ou gêné-e. Mais, dans le contexte de sociétés
de classe, cette demande sert à camoufler et à justifier les inégalités.
Ce qu’on appelle la ‘liberté négative’ (l’absence de lois
contraignantes) prônée par les partis libertariens et capitalistes est
censée bénéficier à tou-tes. En pratique, cette liberté est celle des
riches de voler aux pauvres, celle des hommes d’affaires d’exploiter
leur main d’oeuvre, celle des publicitaires d’humilier les femmes et
ainsi de suite. De telles libertés d’exploiter et de maltraiter sont
souvent assurées par des lois passées par les classes dirigeantes afin
de protéger leurs privilèges. S’il y a d’importantes inégalités de
pouvoir, la liberté ne fait que conserver l’inégalité au détriment de la
grande majorité de la population.

Les Socialistes, et particulièrement ceux du genre Marxiste, sont plus


enclins à voir la liberté en termes de classe. Tant que les classes
existent, il est clair que la liberté reste une fiction. Mais les marxistes
au pouvoir ont-ils mieux fait que les capitalistes? Sans exception ils
ont été sévèrement répressif-ves. Usant de la rhétorique de la
‘dictature du prolétariat’, le parti essaie d’exercer un contrôle total
sur le prolétariat. Le marxisme est une idéologie d’intellectuel-les aux
interprétations ‘scientifiques’ spéciales (à ce qu’elles-ils prétendent).
Une fois au pouvoir, ces intellectuel-les utilisent leurs interprétations
pour décider de quelle ‘liberté’ les gens bénéficieront. Les états
marxistes-léninistes sont tous sans exception des sociétés divisées en
classes avec des codes sévères de discipline au travail, des réseaux de
police politique importants et de la répression politique. Tous les
états marxistes-léninistes sont des états-prisons dans lesquels la
liberté n’existe que pour les classes dirigeantes. Ce n’est pas de
l’histoire ancienne, les héritiers de ces partis et de ces
gouvernements sont par là encore aujourd’hui, à essayer de prendre le
pouvoir. L’une des forces du communisme anarchiste est de n’avoir
Aspects of Anarchism 6
jamais développé une formule stérile pour la liberté. La liberté est vue
comme un élément riche et vital applicable à tous les domaines de
l’activité humaine. D’un point de vue communiste anarchiste, la
liberté existe en termes individuels et sociaux, et il existe une
interrelation intense entre les deux.

Coercion

Pour les anarchistes, partout où elles existent, les institutions


bureaucratiques et coercitives affecteront la liberté. Dans les relations
humaines, la famille hiérarchique est généralement patriarcale et
dominée par les adultes. Les organisations soi-disant démocratiques
qui institutionnalisent le pouvoir et l’autorité deviennent
oligarchiques, soit ouvertement par la dégénération de structures
internes, soit de façon masquée par des dirigeant-es informels. A plus
grande échelle, l’état empiète sur les libertés (au bénéfice de la classe
dirigeante) au moyen des systèmes judiciaires, bureaucratiques et
militaires qu’il entretient. Dans la société d’aujourd’hui, il y a une
alliance entre tous les types d’institutions coercitives chargées du
maintien de l’ordre, y compris des institutions de bases comme la
famille. La liberté demande la destruction de l’ordre imposé de
l’extérieur (et, peut-être, du sens de la discipline intériorisé quand
celui-ci empêche le développement humain). Pour parvenir à la liberté,
le gouvernement depuis l’extérieur doit être remplacé par la
coopération volontaire au sein de la société. Les anarchistes ont
envisagé une société où la liberté est maximisée tout en préservant la
liberté des autres. D’après les anarchistes, les individus doivent agir
comme bon leur semble, tant qu’il n’interfère pas de façon intolérable
avec la liberté des autres. C’est-à-dire: la liberté à ses limites, la limite
étant atteinte quand d’autres sont exploité-es, dominé-es ou blessé-
es de toute autre façon.

Puisque les humains sont naturellement des animaux sociaux, pour que
la liberté s’accorde avec notre nature, elle doit être dans un contexte
de société. Pour ce qui est des libertés sociales, les anarchistes
pensent qu’elles sont intégrées à la communauté. La liberté est
impensable hors de la communauté. Dans la société d’aujourd’hui, la
communauté, dans son sens significatif de solidarité sociale, a été en
très grande partie détruite par la domination de classe. Une des
tâches clefs de la société post-capitaliste sera de recréer une
communauté pour promouvoir le développement personnel et social. Il
peut cependant advenir des contradictions entre les buts individuels
Aspects of Anarchism 7
et sociaux, que les anarchistes pensent pouvoir être en grande partie
résorbés par un système de fédération. Les individus et les groupes
locaux et plus larges acceptent d’agir à l’unison tant que cela leur est
avantageux. Du point de vue de l’individu, les avantages de se joindre
volontairement à d’autres sont ceux de la vie commune, c’est-à-dire
amitié, relations sexuelles, soutien et accès aux biens et aux services.
Tant que l’individu gagne plus à participer à la société, cela lui sera
avantageux. Quand les désavantages deviennent intolérables,
l’individu peut ‘abandonner’. Du point de vue de la communauté, elle
a le ‘droit’ de défendre sa liberté collective de saboteurs individuels
et peut chercher recours dans l’expulsion de l’individu antisocial.
Étant donné que la vaste majorité d’entre nous veulent les avantages
qu’apportent la vie sociale et la société, il est important de
commencer à se figurer et à mettre en pratique un équilibre entre
individu et communauté, à la fois dans nos pensées et nos actions.

La liberté dans le monde réel du capitalisme et de l’état est une


illusion. Dans une société communiste anarchiste, avec son égalité et
sa solidarité sociales, elle devient enfin possible.

Conscience de classe

Le but de l’anarchisme est d’obtenir une société libre et égale. Pour


les anarchistes, aujourd’hui, le plus gros problème est de savoir
comment parvenir à transformer le monde capitaliste actuel en un
monde anarchiste. Les anarchistes sont une minuscule minorité à
travers le monde mais nous croyons qu’une société anarchiste
bénéficiera à toute l’humanité. Puisque nous pensons que
l’anarchisme est objectivement dans l’intérêt de tou-tes, beaucoup
de gens remettent en question l’accent mis sur la lutte des classes
pour parvenir à une révolution. Ici, nous allons expliquer l’analyse de
classe communiste anarchiste et le besoin d’une conscience de classe
parmi la classe ouvrière pour faire triompher les idées anarchistes.

Le concept de classe génère beaucoup de confusion. Ce n’est pas ici


l’endroit d’examiner la myriade de définitions économiques,
sociologiques et psychologiques, qui ont toutes des considérations à
offrir à l’analyse de la société actuelle. A la place, nous allons nous
concentrer sur la définition politique communiste anarchiste pour
laquelle la classe ouvrière, faute d’un meilleur terme, comporte la
vaste majorité de la population mondiale qui est exploitée et
opprimée par une petite minorité de dirigeant-es, le patronat, qui leur
Aspects of Anarchism 8
donne des ordres et vit des fruits de leur labeur. Ce ne sont pas des
termes précis et ce n’est pas, et ne doit pas être, pour étiqueter les
individus comme appartenant à l’une ou l’autre classe. La classe est
une entité collective et ne peut exister que dans le contexte d’un
tout social. Nous identifions la classe ouvrière comme l’acteur
principal du changement de société parce que sa force collective,
numérique et productive, et le fait évident que les plus pauvres et les
plus opprimé-es ont plus à gagner et moins à perdre à renverser le
capitalisme, et sont donc plus enclins à le faire. Cependant, pour
arriver à ce résultat, la classe ouvrière doit se reconnaître comme ce
qu’elle est et quelle est sa relation au patronat. Comme Marx l’a dit
justement, seule la classe, consciente d’elle-même, peut parvenir à la
révolution.

La conscience et l’individu

Pour les anarchistes, ce que cela implique, c’est que la révolution ne


peut être menée à bien à la place de la classe ouvrière par une
minorité ‘éclairée’ qui agirait en son nom. Cela ne veut pas dire,
comme disent beaucoup d’anarchistes ‘éducationalistes’ bien
gentiment, que la grande majorité des individus doit être convaincue
de la politique anarchiste avant que l’on puisse agir pour le mettre en
place. La conscience de classe n’est pas un produit de l’engagement
personnel mais une transformation idéologique qui affecte tous les
aspects des relations sociales. Elle sera réalisée non quand tout le
monde pourra citer Bakounine et Malatesta ad infinitum, mais quand
la classe ouvrière se reconnaîtra comme telle et que les formes
d’organisation libertaires seront vues comme à la fois possibles et
naturelles. Pour amener ce sens de conscience de classe à l’existence,
les anarchistes doivent à la fois œuvrer à détruire la domination
idéologique des idées capitalistes et lutter comme membres de notre
classe contre le capitalisme en pratique. La première chose nous la
faisons en répandant les idées anarchistes et en exposant ce que sont
réellement les fausses valeurs du libéralisme, de la démocratie, du
travaillisme, c’est-à-dire des excuses pour justifier le règne et les
privilèges d’une petite élite. L’anarchisme gagne à son tour à
apprendre de l’expérience de la classe ouvrière de laquelle provient au
final toute théorie anarchiste: l’exemple des anarchistes prônant des
conseils ouvriers en est un bon exemple. La participation à la lutte des
classes vient naturellement aux anarchistes car nous ne luttons pas
seulement contre notre propre oppression mais reconnaissons qu’elle
est un aspect de tout un système oppressif, ce qui entraîne une
Aspects of Anarchism 9
solidarité avec d’autres dans la même position que nous. Ce désir
naturel de lutter permet également de montrer au reste de notre
classe ce qu’est vraiment l’anarchisme et de contrer les mensonges et
les mythes répandus par les médias. Ces deux branches de l’action
anarchiste sont intimement liées car de meilleures idées nous rendent
plus efficaces en pratique et l’implication dans les luttes mènent à de
meilleures idées.

Il est important de se rendre compte que l’action anarchiste continue


ne mènera pas inexorablement à la conscience de classe. Le
capitalisme se réinvente lui-même continuellement pour assurer sa
survie. Non seulement il dénigre les idées communistes libertaires et
renforce sa propre position idéologique par le système d’éducation,
les médias, etc. mais il essaye toujours de coopter les mouvements de
résistance dans son propre système. Les syndicats, les partis
Marxistes-Léninistes et même le parti travailliste ont tous contesté le
capitalisme à leur début, même si de manière gentillette, et tous ont
fini intégré à sa structure ou d’une forme alternative du capitalisme.
La conscience de classe que nous souhaitons créer doit être telle que
non seulement elle s’oppose au système actuel, mais qu’elle soit
capable de contrôler celles-ceux qui se servent de la lutte des classes
pour accéder elles-eux-mêmes au pouvoir. A cette fin, une conscience
de classe émergente doit se manifester de façon plus forte qu’un
sentiment vague parmi notre classe, c’est-à-dire s’exprimer dans des
organisations aux principes libertaires et dans un mouvement
anarchiste cohérent et uni. Les idées et les pratiques de la Fédération
Anarchiste sont une étape dans cette direction.

Organisation

Qu’est-ce que l’organisation? Vaste sujet. Réfléchissons donc à un


type d’organisation utile aux anarchistes: l’organisation
révolutionnaire. Chaque type d’organisation à sa propre raison d’être.
Elle permet aux gens d’accomplir ce qu’elles ne pourraient pas
individuellement, elle dispose des énergies et des ressources de façon
productive. Cependant les organisations ne sont pas de pures
constructions rationnelles. Elles ont leur propre culture, souvent
masquées par leur structure formelle. Si l’on élève l’organisation
théorique de l’état, des entreprises et des partis politiques, on révèle
la hiérarchie, l’autorité, la peur et l’avarice qui forment la véritable
organisation de la société capitaliste. A cause de cela, certains
anarchistes rejettent non seulement l’ordre imposé à nos esprits par la
Aspects of Anarchism 10
société capitaliste, mais toute forme d’organisation. Nous, à la
Fédération Anarchiste, reconnaissons les problèmes que posent
l’organisation mais l’acceptons comme nécessaire à la fois au sein
d’une société libertaire et au cours de son élaboration. L’important,
c’est de mettre en place des organisations qui reflètent les idées
communistes anarchistes dans leur propre pratique.

Détermination et solidarité

Afin de créer des organisations efficaces, nous devons connaître nos


avis et ceux des autres, et il doit donc y avoir un haut degré de
communication et de partage. Nous devons nous attelés à créer des
aspirations, poser des buts atteignables, nous consacrer encore et
toujours aux raisons pour lesquelles nous avons formé ou rejoint
l’organisation. De plus, puisque l’organisation est une activité
mutuelle et de partage, ces choses ne doivent pas rester dans la tête
de quelqu’un ou n’être que pensées, mais agies et exister
tangiblement à travers des mots et des actions. En même temps, nous
devons rester des individus capables de jugements indépendants et
objectifs, et non les rouages d’une vaste machine.

Quel est donc le but d’une ‘organisation révolutionnaire’? Peut-il être


décrit? Étant donné qu’il y a déjà besoin d’une révolution,
l’organisation doit faire augmenter le demande de révolution. La
structure doit améliorer la capacité de l’organisation à se perpétuer
tant que son but n’est pas atteint. Elle doit augmenter le ‘poids’ ou la
‘force’ mesurable des ressources unies pour la révolution. Elle doit
augmenter la capacité de l’organisation à résister aux attaques en
augmentant la détermination et la solidarité de ses membres et en
s’arrangeant pour que les effets du mal qu’elle subisse (attaques
externes, démissions, conflits internes, etc.) soit minimisé. Elle doit
être flexible, capables d’absorber et de déflechir ses évolutions et ses
défis, avoir la capacité à changer ou à cesser d’être selon les
circonstances et se connaître suffisamment bien pour initier des
changements si nécessaires. De hauts niveaux de communication
positive, de la célébration et du respect mutuel, des aspirations
partagées et de la solidarité, tout cela décrit l’organisation
révolutionnaire.

Créer une structure révolutionnaire

Les anarchistes dans une société libre s’ordonnerons eux-mêmes et la


Aspects of Anarchism 11
société se régulera elle-même. Les organisations que nous
construirons émanerons des besoins du moment, filtrés par nos
connaissances et nos perceptions. Les organisations, qu’il s’agisse de
libres associations, de collectifs, de fédérations, de communes ou de
familles, seront flexibles et fluides pour garder la capacité à subsister.
Elles réagiront aux besoins collectifs et individuels. Leur structure et
leur culture correspondront aux besoins, aux croyances et aux
objectifs de leurs membres. Leurs cultures ne seront pas les cultures
rigides, monolithiques ou divisionnaires de compétition,
fragmentation, subordination et conflit qui existent au sein des
organisations aujourd’hui. Créer des organisations à la structure
révolutionnaire est un acte révolutionnaire en lui-même. Plus on le
fait, avec succès, plus nous serons préparés à la révolution et plus
nous serons proches de la révolution. Mais pour réussir, nous devons
apprendre beaucoup plus sur la nature des organisations, sur ce qu’est
la communication efficace et comment répondre aux demandes de
transformations.

La Fédération Anarchiste est une tentative de mise en pratique de ces


idées. Nous ne prétendons pas détenir toutes les réponses, mais nous
sommes convaincus que le communisme anarchiste ne peut qu’espérer
faire de réels progrès en tant qu’idée conductrice dans un mouvement
révolutionnaire unifié. Le travail au sein d’une organisation a renforcé
nos interventions dans la lutte des classes et clarifié nos idées par
rapport à ce qu’elles seraient si nous étions isolé-es ou dans des
groupes locaux, et bien que nous ayons encore devant nous un long et
dur chemin à parcourir, nous pouvons être sûr-es qu’une coordination
toujours renforcée nous met sur la bonne voie. Une organisation
révolutionnaire puissante ne se mettra pas en place avec des gens qui
sont tout simplement d’accord. Seulement par la dynamique du travail
commun nous pouvons réaliser l’unité d’action et de théorie
nécessaires pour mettre en place une société juste et égale.

‘L’anarchisme c’est de l’organisation, de l’organisation et encore de


l’organisation.’ Malatesta

Solidarité

L’idée que l’individu est d’importance primordiale n’est qu’un


développement récent du point de vue historique. Pendant la plupart
de l’histoire de l’humanité, l’appartenance au groupe primait; les gens
s’identifiaient à la tribu, au clan, à la famille et à la région. La
Aspects of Anarchism 12
solidarité sociale est ce qui comptait et les actes commis par des
individus été vus comme la responsabilité du groupe social plus large
auquel ils appartenaient. Les vendettas, par exemple, qui impliquaient
des familles en guerre, étaient souvent causées par l’action d’un
individu isolé mais ressortissaient de la responsabilité collective. A
l’inverse du capitalisme moderne, qui tend à isoler les individus, les
systèmes pré-capitalistes tendaient à les incorporer. Les gens étaient
liés par différents liens sociaux. Cette solidarité sociale était autrefois
un type de relation normal et universel, bien qu’il n’était pas le seul
que les gens partageaient.

Naturelle

Dans la mesure où les individus trouvent très difficile de vivre en


isolation totale, on peut sûrement s’accorder à dire que la solidarité
sociale est naturelle. Les êtres humains sont des animaux sociaux qui
tirent parti de la coopération et ont besoin de s’associer les uns aux
autres. Même dans les sociétés industrielles modernes, l’envie
d’appartenir à une communauté quelconque semble largement
répandue. Dans le combat contre l’exploitation et l’oppression au sein
du système capitaliste, les gens ont toujours reconnu le besoin de
solidarité pour gagner même les revendications de base. Depuis le
début du dix-neuvième siècle, les grévistes et ceux qui
entreprenaient des luttes sociales, telles que des grèves de locataires
ou des luttes pour de meilleures habitations et conditions d’hygiène,
avaient compris le pouvoir d’être unis et de maintenir le plus fort
degré d’unité possible pour vaincre contre ceux qui s’opposaient à
eux. La tension entre l’individualisme qui se sert à lui-même du
capitalisme et le besoin d’action de classe unie a été l’une des
principales préoccupations des travailleurs en lutte. Les droits de
l’individu (d’agir dans le cadre de la loi comme il l’entend peu importe
les conséquences) ont toujours été mis en avant par le patronat et
l’état précisément pour briser la force de la classe ouvrière organisée.
Lorsque si l’on ne travaillait pas, on mourrait de faim, le-la ‘travailleur-
se jaune’ qui prenait votre emploi quand vous étiez en grève était la
personne la plus haïe des communautés ouvrières. Il est bien plus aisé
d’encourager les gens à être des ‘jaunes’ quand le droit au travail et
d’agir dans son intérêt personnel est mis en avant par les ministres du
gouvernement et mis en application par les matraques de la police. La
meilleure forme de solidarité est, bien sûr, celle de tou-tes envers
tou-tes. Les communistes anarchistes ont toujours lutté afin de créer
ce genre de solidarité quelles que soient les différences artificielles
Aspects of Anarchism 13
qui nous divisent. Puisque nous travaillons à l’unité de la classe
ouvrière, nous nous opposons aux syndicats qui dressent les
travailleur-ses les un-es contre les autres (par exemple les travailleur-
ses manuel-les contre celles-ceux des services, les ouvrier-ères
qualifié-es ou non, les employé-es contre les chômeur-ses). Les
syndicats agissent comme une barrière à la solidarité plus large puisque
leur intérêt premier est une profession ou une industrie particulière.
Le sectorialisme, c’est-à-dire la division de la classe ouvrière, a
toujours été une caractéristique du syndicalisme en Grande-Bretagne,
maintenue par les bureaucraties syndicales et appréciée des patron-
nes.

Efficace

La solidarité à grande échelle peut être terriblement efficace. Durant


la grève générale de 1926, la sympathie et le soutien envers les
mineurs était tels que le respect de la grève était presque total au
sein de la classe ouvrière - la classe dirigeante dut effectuer les tâches
essentielles elle-même: les policiers, l’armée et les étudiants
conduisaient les tramways et transportaient le charbon. Une telle
solidarité était extrêmement efficace, si efficace que les
bureaucraties syndicales craignirent qu’elle échappe à leur contrôle.
Bien que le gouvernement était terrifié à mesure que les mois de
grève passaient, ce furent les bureaucraties syndicales qui appelèrent
à la fin de la grève quand la légitimité d’un gouvernement qui ne
cédait pas aux revendications des travailleur-ses commença à être
mise en doute. Sans gouvernement, les existences confortables des
bureaucrates syndicaux disparaîtraient; elles-ils préfèrent que des
millions souffrent de bas salaires et de mauvaises conditions de travail
plutôt que de renoncer à leurs privilèges par solidarité avec la classe
ouvrière. L’échec dans l’établissement d’une solidarité d’action et de
but a en général de lourdes conséquences. Pendant la grève des
mineurs de 1984, les dissensions internes au sein du syndicat et le
manque de soutien extérieur significatif ont sérieusement affaibli la
lutte pour la préservation de l industrie minière, de centaines de
milliers d’emploi et de centaines de communautés minières. Si la
solidarité est importante pour des luttes de nature défensive et
limitée au sein du capitalisme, c’est clair que l’unité la plus large et la
plus déterminée possible est essentielle pour renverser le capitalisme.
Manquer de faire jouer la masse des travailleur-ses et d’au moins
neutraliser la plupart des autres mènerait soit à un échec rapide soit à
une guerre civile. Plus la cohésion et la solidarité entre les travailleur-
Aspects of Anarchism 14
ses et entre leurs luttes sera forte, plus il sera facile de créer
l’anarchisme post-révolutionnaire, la société libre.

L’individu en société

Une société anarchiste demande par définition l’absence de


gouvernement. Les anarchistes cherchent également à abolir toutes
les institutions et relations coercitives. Par quoi les remplacer et
permettre à des millions de personne de vivre et travailler en relative
harmonie sans lois, gouvernements ou police? Une partie de la réponse
se trouve dans la création de réseaux de groupes sociaux qui
répondent aux besoins des individus et qui entretiennent des liens
forts entre eux et entre les groupes.

Alors que le danger existe que les pressions sociales rétrécissent les
espaces de liberté individuelle, cela doit être combattu par
l’éducation et la socialisation libertaires, l’éveil chez toute-s d’un
désir, d’une faim si vous voulez, d’expression et de développement
personnel. Nous devrons aussi créer des structures et des dynamiques
sociales qui permettent le plus grand degré possible d’autonomie
individuelle. Les communistes anarchistes croient que la solidarité
sociale est est tout simplement la façon de vivre la plus ‘naturelle’.
L’anarchie ne sera pas un amalgame d’individus isolés sans
connections, mais une solidarité dynamique au sein de laquelle les
gens interagiront sur des bases de liberté et d’égalité.

Droits

Les droits surgissent fréquemment dans nos vies. Presque tous les
débats et les choix sur ce que l’on peut faire ou pas est teinté par un
discours sur différents droits. Les droits naturels, les droits de
l’homme, des enfants, des animaux, le droit à la vie, le droit de
mourir, le droit de savoir, le droit à la vie privée et une infinité
d’autres. Tous sont des appels à ce que les gens reçoivent ce qu’ils
méritent et ce à quoi ils ont droit. Pris dans leur ensemble, les droits
composent une justice universelle, qui, si seulement ils étaient tous
respectés, ne laisserait de raison de se plaindre à personne. Tout ce
qu’il faut en société pour résoudre n’importe quel conflit, c’est peser
les droits droits les uns par rapport aux autres et trouver la solution la
plus équitable. Nos lecteurs ne seront pas surpris que nous trouvions
cette conception complètement pourrie et que nous ayons tendance
à être d’accord avec le philosophe Jeremy Bentham quand il dit que
Aspects of Anarchism 15
les droits naturels sont ‘une absurdité sur des échasses’. Cet article
jette un bref regard sur les droits, critique les problèmes qu’ils posent
et développe ce que les anarchistes peuvent utiliser comme
alternative dans le dialogue politique. Bien sûr nous ne disons pas que
changer le cadre théorique de la discussion politique peut amener en
lui-même une transformation révolutionnaire. En revanche nous
sommes d’avis qu’ il y a une interaction entre idées et pratiques. Le
fait de rejeter les luttes pour nos ‘droits’ nous permet de voir au-delà
des objectifs immédiats limités à la société actuelle, tout comme les
luttes nous ont montré en pratique le besoin d’aller au-delà de ce que
le patronat peut céder en termes de droits.

La question des droits a gagné une influence politique considérable


avec les révolutions américaines et françaises et s’est depuis étendue
à presque tous les aspects des interactions humaines. Il faut noter la
différence entre droits positifs et négatifs. Ces derniers sont ceux qui
permettent à l’individu d’être libre de toute interférence de l’état.
Ces droits, surtout professés par libéraux, ont été en général les
premiers à être mis en place, par exemple le droit a la vie, à la liberté
et à la poursuite du bonheur dans la constitution américaine. Les
droits positifs sont arrivés par la suite, appuyés par les socialistes
étatistes et les capitalistes keynésiens. Ils diffèrent en ce qu’ils
demandent l’action d’autres ou de l’état pour assurer leur mise en
pratique, par exemple le droit au travail. Pour ‘bénéficier’ de ce droit,
quelqu’un doit vous procurer un travail à faire. La distinction entre
ces deux types de droits n’est en aucun cas clairement délimitée et ils
se rejoignent dans la justification de leur existence. Toutes les
revendications de droits reposent sur le fait de faire partie d’un ordre
naturel auquel la société humaine devrait se conformer, d’où le terme
de ‘droits naturels’.

Sur le plan logique, il y a des trous énormes dans la théorie des droits.
D’abord il n’y a aucune preuve que les droits existent dans un ordre
naturel supposé. Même s’ils existaient, il n’est pas si aisé de relier ce
qui est à ce qui doit être (au sujet de l’erreur de logique naturaliste,
lire G.E.Moore). Par exemple il est naturel de mourir de maladie mais
cela ne veut pas dire qu’il ne faille pas soigner les malades.
Deuxièmement, les droits applicables à certains groupes connaissent
des problèmes de démarcation: les droits de l’homme s’appliquent-ils
aux fœtus? Les droits des animaux s’appliquent-ils aux invertébrés?
Cependant pour les anarchistes ce ne sont que des débats mineurs.
Notre opposition aux droits reposent sur leur contenu politique. Les
Aspects of Anarchism 16
droits ne servent que s’ils peuvent être mis en application. Ce qui
nous fait nous demander: qui décide quels droits existent et qui
s’assurera qu’ils sont effectifs? Cela ne peut être évité par des formes
de processus décisionnels plus ‘démocratiques’ ou anarchistes. Le
concept de droits présuppose qu’il y ait une réponse correcte à
découvrir, ce qui en fait l’affaire d’experts. Les anarchistes ne croient
pas qu’il existe de réponse factuelle à comment les gens interagissent.
Ce problème affecte la communauté entière et toute-s doivent
participer au processus décionnel. Personne n’est un plus grand
expert à votre sujet que vous-même. Bien sûr si vous voulez bâtir une
maison vous seriez stupide de ne pas consulter des personnes qui ont
de l expérience en architecture et en construction, mais elles-ils n’ont
pas plus d’autorité que les autres sur la question du besoin d’une
nouvelle maison. Ces genres de décision peuvent être parfois floues,
mais on constate une différence nette avec les droits. Les droits sont
le produit d’une société hiérarchique. Si vous êtes en conflit avec
quelqu’un au sujet de vos droits vous devez faire appel à une autorité
supérieure. Quand les décisions des tribunaux britanniques vont à
l’encontre du peuple, elles sont revues par la Cour Européenne des
Droits de l’Homme. Qu’ils réussissent ou pas, ces appels sont la
relégation du contrôle de nos vies en faveur d’autres personnes. Nous
ne disons pas que l’idée des droits est une manipulation capitaliste
qui viserait à canaliser la révolte dans des voies acceptables, mais elle
est un produit du mode de pensée capitaliste, individualiste et
autoritaire qui ne peut servir de base à une société égalitaire et
libertaire.

Que faire? Il est évident que nous ne devons pas renoncer aux
quelques droits que le patronnat nous a cédé en pratique aujourd’hui.
Au contraire nous devons lutter férocement s’il pense reprendre nos
droits à une retraite, notre droit de grève, à l’avortement, etc.
Malheureusement il a déjà repris la plupart des droits qu’on ait jamais
eu. Nous devons trouver un moyen de prendre le pouvoir pour nous-
mêmes de façon à ce que l’on ne puisse pas nous le reprendre. Sans
trop spéculer sur la société anarchiste future, nous pouvons en voir
des traits émerger dans les luttes de notre classe ici et maintenant.
L’un d’entre eux est le genre d’arguments que nous utilisons pour
résoudre les controverses entre nous. L’anarchisme rejette les
opinions qui basent leur justification sur ce qui est ‘naturel’ ou sur
l’opinion de quelqu’un juste à cause de qui elle-il est. A la place, nous
cherchons à mettre en avant les idées qui convainquent les gens par
leur mérite propre. Les décisions réelles au sujet de nos vies ne
Aspects of Anarchism 17
peuvent être résolues de façon bénéfique en recourrant à des
catégories abstraites, aussi bénignes soient elles. Croire aux droits,
c’est abdiquer la responsabilité pour nos propres décisions et nous
soumettre à une tyrannie plus subtile mais plus étendue que celle du
bâton de police.

Action collective

Contrairement au préjugé largement répandu, engendré à la fois par


les médias et par les tribulations d’un certain nombre d’ ‘anarchistes’
auto-proclamé-es, l’anarchisme n’est ni individualisme brute ni révolte
individuelle. Même si les anarchistes défendent l’idée selon laquelle la
liberté individuelle est essentielle à toute politique réellement
révolutionnaire, nous n’identifions pas cette liberté fondamentale au
droit des individus d’exprimer leur ego sans regard pour la totalité
sociale. Plus important, nous croyons que c’est l’action collective qui
crée le changement et est essentiel à l’anarchisme, plutôt que
l’activité d’individus isolés et atomisés.

L’impasse de l’individualisme

C’est tellement évident que cela pourrait se passer de commentaire,


mais l’individualisme est si souvent regardé comme un fondement de
l’anarchisme et non comme son opposé. Cela ne veut pas dire, bien
sûr, que les anarchistes sociaux, surtout les communistes anarchistes,
sont opposé-es à l’individualité, au contraire, mais que dans la société
capitaliste, l’indivualisme est au mieux une excuse pour certain-es de
se laisser aller à l’égoisme et au pire une idéologie qui encourage la
compétition et l’exploitation les plus atroces. Le capitalisme adore et
vante les mérites de l’individualisme tout en écrasant la vraie
individualité. Le capitalisme a au contraire peur de l’action collective.
La force d’un syndicat émane du potentiel de ses membres
d’entreprendre une action collective. La capacité du syndicat à
mobiliser et contrôler cette action est cruciale s’il veut être une
influence médiatrice crédible entre travailleur-ses et patron-nes. Si la
possibilité d’action collective est supprimée, les syndicats tendent à
ne plus être pris au sérieux ni par ses membres ni par le patronnat.

L’individu peut être comparé au doigt de la main. Seul, il n’est pas


très fort ou efficace, mais avec les autres doigts il peut former un
poing. La classe ouvrière, que ce soit sur le lieu de travail ou le lieu de
vie, est plus facilement exploitée et dominée quand elle est divisée,
Aspects of Anarchism 18
car elle est alors impuissante. Quand elle s’organise collectivement,
elle peut agir de façon concertée contre le capital. Le lieu de travail
offre la possibilité pour des actions individuelles de sabotage,
d’absentéisme et de ‘vol’, mais ces activités, même clandestines,
peuvent être plus efficaces quand elles sont collectives. Les actions
individuelles peuvent changer les relations et conditions au sein d’une
classe, mais pas entre les classes ou de façon permanente. Et il est
bien plus probable que les actions de la classe dirigeante manipulant
les relations sociales à son avantage apportera des transformations
beaucoup plus facilement que les efforts d’un ou plusieurs individus.
Quoi d’autre que la mutualité, alors? Comme dit Malatesta, Ma liberté
est la liberté de tou-tes.

L’action collective crée également un esprit de combativité en


permettant aux gens de se rendre compte que, loin d’être impuissant-
es, ils ont le pouvoir de changer les choses. L’exemple le plus
remarquable ces dernières années est le mouvement anti-Poll Tax. Si
la résistance à cet impôt avait été purement le fait d’individus
refusant de payer, au lieu d’être une communauté de lutte collective,
elle se serait rapidement effondrée quand l’Etat a attaqué des
individus isolés.

L’entraide

L’entraide, comme base pour la société humaine et toutes formes de


relations et d’organisation sociales, est bien supérieure comme
principe organisationnel que la compétition ou l’interaction régulée
(contrat). Kropotkine a démontré que l’entraide était la règle parmi les
espèces les plus fructueuses (de toutes sortes, y compris chez les
prédateurs et les humains): ‘Les espèces [...] qui savent le mieux
coopérer ont les plus grandes chances de survie et d’évolution
ultérieure’. La réussite d’un individu est toujours obtenu au
détriment du groupe, est destructive et consomme beaucoup
d’énergie. En même temps, ‘les espèces qui vivent en solitaires ou en
familles restreintes sont relativement peu nombreuses, et leur nombre
est limité’, et l’énergie qu’elles doivent déployer pour vivre à un
niveau autre que rudimentaire est conséquente. Une vie plus simple
pour certains signifie moins de vie pour les autres. La relation sociale
qui active et étend la mutualité dans le temps et l’espace est la
solidarité. C’est ce qui change la tendance naturelle à coopérer et à
partager en une force dont les gouvernements ont peur. C’est le
moyen par lequel les nouvelles relations sociales potentielles gagnent
Aspects of Anarchism 19
la force de transformer la société et qui permet aux relations et aux
institutions fondés sur l’entraide de garder leur force.

L’individu anarchiste est limité dans ce qu’elle-il peut accomplir seul.


Le sentiment d’isolement que le capitalisme impose à la-au revolté-e
individuel-le peut souvent mener à la désillusion et au désespoir.
L’action collective sous la forme d’un groupe anarchiste peut
accomplir bien plus, tandis qu’un réseau national constant guardant
les militant-es informé-es et motivé-es... qui sait où cela pourrait nous
mener? Pourquoi pas prendre la décision individuelle d’entreprendre
des actions collectives avec la Fédération Anarchiste?

Action directe

L’un des thèmes centaux de l’anarchisme est le principe selon lequel


les gens devraient avoir la liberté et les moyens de prendre pleinement
le contrôle de leurs vies. Les anarchistes ont développé une approche
collective et individuelle de l’émancipation humaine. Cette approche a
pris le nom d’action directe et prend de nombreuses formes. Les
anarchistes croient en une forte corrélation entre les moyens
employés et les fins recherchées, ce qui signifie que la liberté n’est
pas quelque chose que l’on peut recevoir des politiciens. Nous devons
agir nous-mêmes si nous voulons un monde meilleur.

La croyance en l’émancipation par soi-même vient d’une méfiance


profonde des politiciens, des hommes d’état, des bureaucrates et
autres personnes qui prétendent avoir le droit de et l’expertise pour
faire fonctionner la société. Les anarchistes sont cyniques face à de
telles personnes, qu’elles se situent à gauche ou à droite du spectre
politique. La position socialiste absurde qui vise, par exemple, à
s’emparer de postes à l’intérieur de l’appareil d’état mène
inévitablement à ce qu’elles-ils soient au mieux prisonnier-es du
système et plus vraisemblablement transformé-es par celui-ci. Le
parlement a domestiqué tou-tes les représentants enragé-es qui
soient resté-es entre ses murs suffisament longtemps. L’action directe
signifie essentiellement la prise de contrôle de nos propres vies et de
nos propres actions pour créer un monde meilleur sans médiation de
partis politiques et d’autres organisations qui agissent à notre place.
Comme les anarchistes l’ont fait remarqué depuis des générations,
même les chefs et les organisations les mieux intentionné-es sont
corrompues par le pouvoir. Le sociologue Robert Michels est allé
jusqu’à parler d’une ‘loi de fer de l’oligarchie’ qui selon lui affecte
Aspects of Anarchism 20
jusqu’à la plus démocratique des organisations représentatives. La
seule façon réaliste de gagner un monde meilleur et de le faire nous
mêmes. Les anarchistes rejettent donc les institutions autoritaires,
bureaucratiques et représentatives comme opposées à nos intérêts.

Ses objectifs

L’action directe a cependant un caractère plus positif. Elle permet aux


oppressé-es et aux exploité-es de se rendre compte de leur propre
valeur et de leur propre pouvoir. Se donner et réaliser des objectifs
augmente en effet la conscience et la confiance de celles-ceux qui
luttent; c’est un processus de libération en lui-même. Les oppressé-
es, quand ils entreprennent une lutte, développent et découvrent des
qualités qu’elles-ils n’avaient jamais rêvé avoir. Et puisque la lutte est
sous le contrôle des personnes directement impliquées et non sous
celui d’agents extérieur-es, comme les délégués syndicaux à temps
plein, cela développe des capacités d’organisation et de propagande.
Un exemple récent est les milliers de groupes locaux qui sont apparus
dans tout le pays dans les années 80 contre la Poll Tax. Commençant
de zéro, des gens ordinaires ont mis en place des groupes d’action
directe efficaces qui ont mis fin à la Poll Tax. Même lorsque les luttes
s’achèvent sur un échec, elles peuvent indiquer quelles méthodes et
tactiques ne pas employer à l’avenir. Cependant, ce sont les
organisations traditionnelles de la classe ouvrière qui mènent le plus
souvent à l’échec: les syndicats, dirigés par des bureaucrates cyniques
et fatigué-es retiennent et limitent toujours les luttes. La description
du Syndicat National des Mineurs comme ‘des lion-nes dirigé-es par
des ânes-ses’ est assez vraie de tout syndicat. L’un des avantages de
l’action autonome est d’offrir une approche extrêmement flexible qui
peut être utilisée au niveau d’un individu, d’un groupe ou de masse.
L’anarchiste isolé-e, par exemple, peut et doit passer le message
anarchiste que ce soit par des tracts, des autocollants, une feuille
d’info locale, des posters, etc. Ce serait pourtant une erreur de
fétichiser l’acte individuel. Sur le plan collectif, on peut s’organiser de
façon beaucoup plus efficace, avoir d’avantage de ressources et de
nombre pour agir à une échelle plus grande. Les grèves massives, les
occupations, les émeutes et autres formes militantes de révolte sont
des exemples flagrants de ce qui est possible si l’on a l’imagination, la
motivation et la militance des travailleur-ses en lutte. Des actions
moins évidentes sont la grève de zèle, l’application des règles à la
lettre et le sabotage.

Aspects of Anarchism 21
Une forme d’action directe qui a causé une controverse parmi les
anarchistes est la ‘propagande par le fait’, qui se différencie par
exemple de campagnes d’informations ou ‘propagande par les mots’.
Cela comporte à la foirs l’assassinat politique, les attentats, etc. et a
été acclamé par les anarchistes de la fin du dix-neuvième, y compris,
pour une brève période, par Kropotkine. Ces actes été d’ordinaire
perpétrés par des individus ou des groupes restreints isolé-es du
mouvement de masse. Les assassinats de rois-reines et de politicien-
nes ont pu être retentissants mais ont toujours été contre-productifs
en ce qu’ils ont fourni une excuse à l’état pour sa propagande contre-
révolutionnaire et sa répression. Parfois, l’action directe prend des
forme qui mettent en avant les nouvelles formes révolutionnaires
d’organisation, des exemples embryonnaires de la société post-
révolutionnaire au sein de la société actuelle. Lorsque les travailleur-
ses occupent et contrôlent les usines, ils-elles démontrent leur
pouvoir et leur droit sur celles-ci. Les comités d’usines qui virent le
jour en Russie en 1917 avant la contre-révolution bolchévique
montrent que les travailleur-ses avait la capacité et la volonté de
prendre en main la production.

Expériences

Au cours de nombreux soulèvements, les masses elles-mêmes ont pris


en main la charge de maintenir l’ordre face au sabotage et à la terreur
contre-révolutionnaires. En réalité tout le processus révolutionnaires
ressemble à une immense école d’auto-émancipation et
d’expériences. Il y a eu au cours du vingtième siècle des exemples
célèbres de travailleur-ses rejetant leurs propres formes d’organisation
politique pour des formes plus directes d’auto-organisation, telles que
des assemblées politiques. Les soviets en Russie en 1905 et en 1917 et
en Hongrie en 1956 viennent de suite à l’esprit. Cependant, et cela
est essentiel, l’action en elle-même n’est pas suffisante. Il doit y avoir
une conscience politique si l’auto-organisation veut survivre aux
subversions autoritaires. Les soviets en 1917 furent intoxiqués par la
propagande bolchévique qui avait l’air radicale et qui les a transformé
en outils de leurs ennemis, c’est-à-dire de l’état et des socialistes. Le
même type de développement a eu lieu en Allemagne un an plus tard,
bien que cette fois ce fut le Parti Social-Démocrate de droite qui mis
en déroute la révolution.

En dépit de ces difficultés et de bien d’autres, l’action directe des


oppressé-es peut certainement mener à la libération. La liberté doit
Aspects of Anarchism 22
être doit être saisie, par nous nous-mêmes dans tous les aspects de
nos vies.

Nature humaine

La question de la nature humaine est un point de départ fondamental


de toute philosophie politique et sociale. Les philosophes politiques
les plus importants de l’histoire, tels que Hobbes et Rousseau, avaient
des vues très précises sur le sujet, qui ont défini les sociétés idéales
qu’ils-elles proposaient. En général, les points de vue politiques qui
ont une vue ‘pessimistes’ de la nature humaine sont à la droite du
capitalisme. Le ‘pessimisme’ dans ce contexte se base sur l’idée selon
laquelle les êtres humains (ou du moins les masses) seraient
moralement faibles, corruptibles, avides et auraient besoin de chefs.
Les sociétés basées sur ces vues doivent être organisées de façon
hiérarchique, avec les masses faibles contrôlées par une élite ou une
classe dirigeante éclairée ou supérieure d’un autre point de vue. Le
fascisme et le conservatisme partagent cette vue selon laquelle des
privilèges, un état fort pour mettre en place ces privilèges et des
inégalités économiques sont naturelles et même nécéssaires,
puisqu’elles ne sont que le reflet de la réalité de la nature humaine.

Propagande

On doit reconnaître que, dans la société de Grande-Bretagne et dans


bien d’autres, beaucoup de travailleur-ses acceptent ce point de vue
pessimiste. Des décénnies de propagande, à travers l’école et les
média, ont été gobées et l’acceptation des inégalités et l’impossibilité
d’une société égalitaire sont généralement acceptées. La nature
humaine, on nous dit, fait d’une société juste et égale un rêve
utopique. Le communisme anarchiste, en tant que doctrine politique,
prend en compte une vision ‘optimiste’ de la nature humaine, tout en
prenant un point de vue très critique (certains disent cynique) sur les
réalités des organisation sociales et politiques d’aujourd’hui au sein
du système capitaliste. Nous rejetons bien sûr le pessimisme de
droite, qui n’est selon nos convictions rien d’autre qu’une
justification sommaire de l’exploitation de l’humanité. Comment
justifier un tel optimisme au sujet de la nature humaine du point de
vue communiste anarchiste?

Tout d’abord, nous nous tournons vers l’anthropologie pour montrer


que les sociétés humaines ont été et sont souvent organisées sur des
Aspects of Anarchism 23
bases communistes. People Without Government de Harold Barclay et
La Société contre l’état de Pierre Clastres donnent de nombreux
exemples de peuples vivant sans classe ou état tout à fait
convenablement. L’archéologie nous apprend que l’état et les classes
économiques n’ont émergé qu’à certains endroit (Mésopotamie,
Egypte, etc.) il n’y a que 5000 ans (comparés aux 100 000 ans de
préhistoire humaine qui les ont précédé), le reste du monde se
débrouillant sans état pour bien plus longtemps. Les raisons pour
lesquelles l’état et les classes ont émergées sont controversées mais la
vérité c’est que les humains ont vécu dans des sociétés sans classe
pendant des milliers d’années. Si la nature humaine a toujours été
égoïste, avide, individualiste et mauvaise (comme de nombreux
philosophes de droite intéréssés nous le disent), de telles sociétés
n’auraient jamais pu exister, ne parlons pas de survivre pendant des
millénaires.

Impossible?

Nos critiques disent qu’il est impossible de ‘prouver’ le postulat


communiste anarchiste selon lequel les gens sont généralement
coopératif-ves et sociaux-les dans leur approche de la vie. Après tout,
il y a des exemples quotidiens de gens agissant de façon irresponsable
et égoïste. Notre réponse à cela est que le développement de
hiérarchies, de classes sociales, d’un état et du capitalisme ont pris
leur effet et ont detourné nos natures humaines fondamentales. Les
êtres humains, à la différence de toutes les autres êtres vivants, ont la
capacité d’agir consciemment contre leur nature et sont hautement
flexibles dans leur réaction aux conditions sociales ‘anormales’ qui
sont les types de la vie quotidienne. Ce qu’il y a de remarquable, c’est
que, étant donné la nature fondamentalement anti-humaine du
capitalisme, tant de gens conservent malgré tout un sens de
coopération, de solidarité et d’attention aux autres dans leur
approche de la vie. Les gens ont besoin de sécurité dans leur vie
quotidienne dans un contexte de solidarité et de cohésion
communautaires. En Allemagne d’avant guerre, les conditions étaient
telles que des millions de gens ont voté pour le sentiment illusoire de
sécurité qu’offrait le fascisme (et ont rejoint le parti nazi par désir de
sécurité et d’appartenance), au lieu de la démocratie bourgeoise
chaotique de la république de Weimar. Pour un développement
intéressant de cette idée, lire La Peur de la Liberté de Erich Fromm.
Aujourd’hui, le besoin désespéré de sécurité et de communauté mène
Aspects of Anarchism 24
les gens à rejoindre toutes sortes de cultes religieux ou de groupes
culturels, et à chercher une expression commune de leurs craintes,
sous la forme de chasseurs fanatique de pédophiles ou de gangs de
jeunes musulmans. Le regain des religions alternatives en Occident et
d’autres phénomènes sont directement imputables à la nature anti-
humaine du capitalisme.

Avec les besoins de base de communauté et de sécurité (à la fois


économique et psychologique), les humains doivent avoir un degré
significatif d’autonomie ou, si l’on veut, de liberté, s’ils-elles veulent
se développer selon leurs natures. Les sociétés capitalistes offrent
l’illusion de la liberté (de consommer) tout en asservissant des millions
dans des usines, magasins, bureaux et domiciles. Les systèmes
politiques et législatifs fixent les limitent de la liberté de façon encore
plus limitée, en déformant de toutes sortes de façon la vie
quotidienne des travailleur-ses. L’exploitation et la domination
capitaliste a créé une armée de gens confus-es et désorienté-es,
incapables de se lier à d’autres à un niveau significatif ou seulement
au sein de la culture et de la langue de leur ‘tribu’.

Conformité

On modèle les enfants pour qu’ils se conforment à la division sexuée


d’expression et de comportement, ce qui les prépare à la division
subséquente du travail selon les genres. Les garçons sont poussés à
jouer des rôles actifs, aggressifs et masculins. Leurs réactions
naturelles doivent être réprimées: ‘un garçon, ça pleure pas’ et ils
sont conditionnés à se nier eux-mêmes. Les filles sont élevées de
manière à être passives et dépendantes, avec le but ultime de la
maternité comme moyen de devenir une personne à part entière.
Même les rôle d’ ‘Homme Nouveau’ ou de ‘garçonne’ sont créés pour
créer une illusion de liberté mais en réalité ne créent qu’une
obligation de se comporter (de consommer) d’une certaine manière.
Même des concepts jugés fondamentaux tels que la féminité et la
masculinité ne sont pas naturels, mais inculqués et doivent être acquis
par un processus long et bien souvent douloureux. On ne peut pas
s’étonner de ce que beaucoup de gens soient brisé-es, étant donné
que ce processus s’impose à tou-tes, quel-les qu’elles-ils soient.

Seul l’anarchisme, et plus particulièrement le communisme anarchiste,


permet le développement entier des êtres humains qui dépend autant
des interactions de toutes sortes avec d’autres humains que de la
Aspects of Anarchism 25
volonté individuelle que l’on peut exercer. Il est seul à fonder son
approche sur le besoin prouvé que les humains ont à la fois de sécurité
collective à travers la communauté et l’autonomie personnelle à
travers la sociabilité et la solidarité. Si l’on place cela dans le contexte
d’une société sans exploitation et sans classe, condition nécessaire
pour protéger et nourrir la nature humaine, et vous obtenez le
communisme anarchiste. Bien que la nature humaine soit
nécessairement très complexe, c’est seulement dans la société
anarchiste communiste du futur (mais qui se construit déjà
aujourd’hui) que la nature humaine peut atteindre son expression la
plus complète et se révéler dans sa totalité. Créativité, amour,
appartenance et liberté sont mutilés dans la société d’aujourd’hui,
mis en boîte et vendus quand ils peuvent être rentables, détruits
quand ils ne le peuvent pas. Dans la société future, ces qualités de la
nature humaine essentielle seront libérées.

Contre l’exploitation

Le développement des sociétés de classe, qui dans l’Antiquité ont


remplacé les sociétés égalitaires à travers le monde, se sont révélées
être un désastre pour la majeure partie de l’humanité. Bien qu’il fut
en général accompagné de gains en terme d’augmentation de la
productivité par l’amélioration des moyens de communication etc, la
société a été divisée entre riches et pauvres. Les sociétés de classe
sont fondées sur l’exploitation, c’est-à-dire sur un processus par
lequel la majorité pourvoit au bien-être d’une minorité. L’ ‘invention’
de la propriété privée et l’explosion du capitalisme comme système
économique dominant au cours des derniers siècles a parfait ce
processus d’exploitation. L’exploitation capitaliste signifie avant tout
que les patrons dérobent aux travailleur-ses la valeur de leur travail. Si
le patron veut faire un profit et de l’argent pour développer et faire la
publicité d’un produit, il-elle ne peut que voler une part toujours plus
grande de sa valeur sur le marché des personnes qui le produisent.
L’ironie, c’est bien sûr que les patrons détestent que les travailleur-
ses volent. Un vol important par une seule personne est acceptable à
ce qu’il semble, mais le vol de bas étage par d’autres ne l’est pas.
Seule une partie de la richesse que les travailleur-ses créent leur
revient et souvent une bien petite portion! Le reste revient au
capitaliste sous la forme de profit qui mène avec le temps, et selon le
niveau d’exploitation, à l’amas de richesse personnelle et financière.
Même les patrons de petites entreprises peuvent souvent laisser des
millions dans leurs testaments.
Aspects of Anarchism 26
Marx

Karl Marx, malgré les critiques anarchistes de son manque d’analyse


des dangers du pouvoir étatique, a expliqué de façon convaincante
comment l’exploitation peut fonctionner. La richesse, selon lui, se
produit lorsque les matières premières naturelles (bois, coton,
charbon, etc) sont transformées par le travail en utilisant des
technologies (outils, science, machines, etc). Avant le capitalisme, la
production des biens était une série de transactions entre
producteurs indépendants. Le-la bûcheron-ne vendait du bois, le-la
charpentier-ère le travaillait, le-la marchand-e le transportait et la-le
vendeur-euse le vendait. Chacun-e vendait ce qu’elle-il possédait pour
ce que cela valait pour elles-eux ou ce qu’offrait le marché, librement
et de son propre accord. La richesse volée et accumulée durant les
siècle de féodalisme (dépendant de l’exploitation des travailleur-ses
asservis) a permis aux proto-capitalistes de prendre aux travailleur-ses
le contrôle de ces transactions, les transformant en des salarié-es
entièrement dépendants de leur propriétaire. Les forêts ont été
cloturées et sont devenues la propriété des nobles, qui ont vendu le
droit d’utiliser leur bois aux nouvelles-aux marchand-es et industriel-
les. Les charpentier-ères ne pouvaient se procurer du bois que si elles-
ils acceptaient de vendre leurs produits finis aux industriel-les qui
contrôlaient alors le prix des vendeur-ses. A mesure que toujours plus
des parties du processus étaient aux mains d’une même personne, de
la-du capitaliste, d’avantage de profit sur chaque étape de la
transaction a été accumulé en un seul endroit, donnant aux
propriétaires toujours plus de pouvoir, puisqu’elles-ils pouvaient alors
demander des prix plus bas pour les produits et fixer des prix plus
élevés sur les produits finis, en achetant les organes du gouvernement
dont elles-ils avaient besoin (armée, milices locales, juges, législateurs,
etc.) pour protéger leur richesse et accélérer le processus.

Bien entendu, ce processus est censé être régulé par le marché et, au
vingtième siècle, les interventions des gouvernements sociaux-
démocrates. Dans les périodes fastes, quand le marché est florissant
et les prix élevés, la classe propriétaire fait beaucoup de profits.
Sûrement, ces chefs d’entreprise, ces grand-es preneur-ses de
risques, qui construisent des empires politiques et commerciaux,
perdent de l’argent quand les économies se contractent et que les
prix chutent? Pas du tout! Puisqu’elles-ils possèdent tout et sont
protégé-es par le gouvernement, c’est plus facile pour elles-eux de
Aspects of Anarchism 27
réduire les coûts en mettant leur travailleur-ses à la porte. Les
travailleurs deviennent un facteur économique en période de
récession et la puissance de travail de la-du travailleur-se, la puissance
qui crée toute richesse, un bien de consommation supplémentaire qui
ne peut qu’être vendu pour ce que le marché du travail, contrôlé
également par la classe propriétaire, est prêt à payer.

Les travailleur-ses sont ainsi volé-es quoi qu’il en soit. Ce qu’elles-ils


possèdent est acheté pour moins que ce que cela vaut. Ce qu’elles-ils
produisent est pris pour moins que ce qu’elles-ils pourraient en retirer
par la vente. Ce qu’elles-ils doivent acheter pour vivre leur est vendu
plus cher que le coût de production. Malheureusement, beaucoup
d’entre nous ne sont pas conscients de cela. Beaucoup de travailleur-
ses acceptent le principe d’un travail juste pour un salaire juste, sans
se rendre compte que les dés sont pipés dès le départ. Parce que la
plupart d’entre nous ne contribuent qu’un peu à la production d’un
produit fini, cette exploitation est presque invisible. Nous pensons
que les managers organisent et contrôlent le processus de production,
qu’elles-ils sont comme nous, alors qu’en réalité elles-ils n’ont de
cesse que d’augmenter la productivité et de faire baisser les coûts
pour créer du profit. Un-e mauvais-e patron-ne nous met en colère et
crée parfois un sentiment d’injustice, par exemple si une usine très
rentable est fermée, mais nous sommes rarement conscients de notre
exploitation.

Nous exploiter nous-mêmes

Les travailleur-ses, en général, acceptent l’approche économique


capitaliste et se voient comme l’un des coûts de production plutôt
que comme la source principale de la richesse de la société. Ce faisant,
ils acceptent sans le savoir le principe de base du système capitaliste.
Il y a beaucoup de raisons qui font que travailleur-ses acceptent leur
exploitation. C’est en partie à cause du pouvoir de persuasion de
l’école et des média de masse, mais c’est aussi une conséquence du
syndicalisme.

Les syndicats acceptent le capitalisme. Leur rôle n’est pas d’aider à sa


destruction mais d’oeuvrer en son sein. Ce faisant, ils aident à
promouvoir l’exploitation capitaliste. Les syndicats essaient
d’améliorer les conditions de travail et les salaires mais pour cela ils
doivent accepter le droit des patrons de contrôler et d’exploiter. Si
jamais les travailleur-euses, à travers les syndicats, arrivent à
Aspects of Anarchism 28
récupérer une proportion trop importante de la richesse qu’elles-ils
créent, les patron-nes ferment tout simplement l’usine considérée
comme ‘non-rentable’. Le processus de convention collective entre
travailleur-ses et patronnat est une reconnaissance de la légitimité du
système. En d’autres mots, le mieu que les syndicats peuvent offrir,
c’est un système d’exploitation ‘plus juste’ (!).

En divisant les travailleur-ses sur la base de ce qu’elles-ils font, par


branche, secteur et classe, les syndicats aident aussi le processus
d’exploitation en divisant les travailleur-ses. Une classe ouvrière
divisée est affaiblie. Là où les employeurs voient la possibilité
d’augmenter le niveau d’exploitation, ils-elles le font. Par exemple, les
jeunes travailleur-ses, les femmes et les nouvelles-aux immigré-es sont
faciles à exploiter grâce à différents facteurs culturels qui les rendent
vulnérables, et elles-ils en souffrent. En dépit de législation soi-disant
protectrice et la montée du féminisme, les femmes gagnent toujours
moins que les hommes à travail égal.

Contrairement à beaucoup de marxistes qui voient le processus


d’exploitation dans des termes soi-disant ‘scientifiques’, les
communistes n’ont que faire d’une telle ‘objectivité’. Le capitalisme
est un système moralement injuste, corrompant, dégradant et
extrèmement destructif pour l’environnement, les peuples et les
sociétés. Le salariat, qui est le mécanisme de base de l’exploitation,
doit être éliminé dans le mouvement pour détruire le capitalisme.
Comme l’a fait remarqué Kropotkine, toute la richesse du monde qui a
été produite au cours des siècles est le résultat des efforts de toute
l’humanité. Les richesses doivent être rendues à tou-tes, elles
n’appartiennent à personne et à tout le monde.

Travail

C’est devenu un credo de la moralité moderne que de prétendre que


tout travail est bon en lui-même - une croyance utile à celles-ceux qui
vivent de la richesse des autres.
William Morris, Travail utile contre labeur inutile, 1885

Reconnaissons-le, le travail que nous connaissons et que nous haïssons


aujourd’hui craint. N’importe qui qui a travaillé pour un salaire le
confirmera. Le travail, pour la plupart d’entre nous, c’est simplement
le travail forcé. Et on le ressent ainsi! Que l’on travaille de façon
temporaire et souffre de toutes les insécurités que cela comporte ou
Aspects of Anarchism 29
que l’on soit suffisemment ‘chanceux-se’ pour avoir un poste à long
terme où la sécurité de l’emploi se resserre comme un garot autour du
cou, cela ne change rien. Le travail offre tout cela: fatigue physique et
nerveuse, maladie et, le plus souvent, un ennui qui paralyse l’esprit.
Sans oublier le sentiment d’être arnaqué-e au profit d’un-e autre.
Pensez-y. Le travail nous bouffe la vie. Et pas seulement le temps
qu’on lui consacre physiquement: en dehors des heures rémunérées,
le travail domine tous les aspects de notre existence. Quand on n’est
pas au travail, on y va et en revient, on s’y prépare ou on s’en remet,
on essaie de l’oublier ou d’y échapper dans ce qu’on appelle
dérisoirement le temps de ‘loisir’.

Le travail, mot abject, est en effet trop horrible à contempler. Le fait


que celles-ceux qui travaillent sacrifient la plupart de leur vie pour
survivre pour travailler... Cet aspect effrayant de la réalité fait
tellement peur que le travail lui-même devient une sorte de drogue
qui nous endort, nous obscurcit l’esprit, avec la paye comme
récompense ultime. Pensez-y trop et même le travail le plus
‘confortable’ devient insupportable. En plus du simple fait que ne pas
travailler (ne pas vendre sa puissance de travail) et ne pas accepter la
misère des minimas sociaux revient à ne pas manger, les esclaves du
salariat sont menées vers l’emploi par des idéologies qui nous
persuadent de la nécéssité personnelle et sociale d’ ‘avoir un emploi’.
On peut appeler ça l’idéologie du travail. Ce qu’on doit se demander
c’est d’où viennent ces idéologies et comment elles ont une telle
emprise sur nous.

De nombreux types d’esclaves

En Grèce antique, ce modèle pour les démocraties modernes, on ne


considérait pas que le travail physique ait une quelconque valeur
intrinsèque autre que son bénéfice immédiat à l’individu et à la
communauté. Qu’une idéologie du travail ne se soit pas développée
dans la société grecque est du au simple fait que la plupart du travail
était fourni par une population captive, les esclaves, conscrit-es et
forcé-es à merci. L’impuissance et la dépendance abjecte des esclaves
envers leurs maître-sses faisaient qu’il y avait peu d’intérêt à les
convaincre de la valeur de leur labeur. C’était aussi vrai des
différentes formes de servitude qui existaient dans l’Antiquité. Nous
avons peu de traces de ce que les esclaves elles-eux-mêmes pensaient
du travail qu’i-elles étaient contraint-es de faire, bien que l’esclave-
gladiateur Spartacus donna plus tard à penser aux Romains.
Aspects of Anarchism 30
Une idéologie du travail identifiable a commencé à émerger avec le
déclin de l’esclavage et l’émergence du féodalisme. L’Eglise catholique
a, à travers son histoire, toujours fait parti du dispositif de la classe
dirigeante et a toujours servi ses intérêts. Les nombreux
soulèvements de paysans et les mouvements hérétiques fondés sur la
pauvreté du Christ ont menacé l’Etat comme l’Eglise, déclarant un
paradis sur terre où le pouvoir des nobles d’imposer le travail à travers
les impôts serait aboli par un partage des richesses entre les pauvres.
De plus, les gens commencèrent à contrôler d’avantage leur travail,
demandant des salaires plus élevés et s’organisant dans des guildes de
métier. En réaction à cela, l’idéologie du travail comme activité noble
et spirituelle à commencé à être prêchée du haut des pupitres. Celles-
ceux qui travaillaient commencèrent à se faire à leur nouveau statut
au sein de la hiérarchie divine avec les nobles et le clergé au sommet,
les bourgeois au milieu et les humbles vilains en dernier. Ces esprits
libres ou personnes brisées qui résistèrent à la domestication, les
mendiant-es, furent attaqué-es par les classes dirigeantes par des lois
contre l’errance et le vagabondage. Les individus qui n’avaient pas été
intégré-es à l’économie était peint-es comme des hors-la-loi
paresseux-ses et indignes et forcé-es de devenir ce qui était
l’embryon de la classe ouvrière.

La théologie calviniste soutient que seul-es quelques élu-es verront le


paradis. La preuve de l’élection et de la divine récompense assurée de
quelqu’un-e se voyait dans son succès sur terre, ce qui poussa les
calvinistes à développer une éthique stricte du travail. Les calvinistes
s’attelaient à travailler dur et à accumuler des richesses, témoins de
leur destinée manifeste. Cette idéologie monocentrée, méthodique et
disciplinée a été très utile aux classes capitalistes émergeantes qui
étaient, dans bien des pays, également les classes religieuses. Cela
menait également à une théorie de la société qui assurait le
transformation réussie des serfs de la société médiévale en des
personnes théoriquement libres, les futur-es esclaves du salariat qui
allaient devoir vendre leur force de travail, sans trop de risque qu’ils-
elles tournent le dos à tout cela. Résultat: le capitalisme a changé
fondamentalement la nature du travail.

L’éthique du travail protestante, comme on l’a appelée, se renforçait


à mesure que le capitalisme industriel consolidait sa mainmise sur la
société (mais pas sans une résistance considérable et violente de la
part de la classe ouvrière). Il est aujourd’hui presque impossible de se
Aspects of Anarchism 31
rendre compte que tout ce que la société produit (à l’exception de ce
qui demandait un effort collectif comme les mines, brasseries ou
boulangeries) appartenait à ceux-celles qui le produisaient, qui
pouvaient contrôler la valeur de leur travail par le prix pour lequel
elles-ils étaient prêt-es à le céder. Le ‘succès’ des usines a donné au
capitalisme le moyen de créer de nombreux emplois mais au prix de ce
pouvoir et de la liberté qui l’accompagnait. Mais pendant des
décennies il ne pouvait pas assouvir son besoin de travail, d’où
l’asservissement (recrutement) de dizaine de milliers de femmes et
d’enfants dans les usines et les mines. De nouvelles lois furent passées
restraignant la possibilité de travailler de manière temporaire.
L’existence elle-même (sans moyen de subsistance visible) est devenu
un crime à mesure que les maître-sses industriel-les cherchait à faire
d’une classe paysanne et artisanale essentiellement libre unearmée
d’usine docile. Au bâton de la reprobation sociale, du camp de travail
et de la prison pour celles-ceux qui refusaient de travailler, le
patronnat ajouta la carotte de l’emploi à vie pour la-le travailleur-se
humble et loyal-e, des différences de salaire pour le travail non-qualifié
ou semi-qualifié et un prestige social mythique pour les ‘rois du
travail’ (mineurs, métallurgistes, etc). Un ‘emploi à vie’ devint un but
courant, atteind et maintenu dans les périodes saines du capitalisme
et repris en temps de récession ou de restructuration du capitalisme.
Jusqu’à récemment, il arrivait que des enfants quittent l’école à
quatorze ans et travaillent pour la-le même employeur-se, souvent au
même poste, jusqu’à la retraite. L’éthique du travail était renforcé
par l’encouragement de l’auto-identification des travailleur-ses avec
leur emploi. Même aujourd’hui, la première question quand on
rencontre quelqu’un est ‘que faites-vous dans la vie?’ Les villages de
mineurs, les clubs de travailleur-ses, les ligues d’usine, les syndicats,
les retraites professionnelles étaient tous des aspects de la société
qui divisaient les travailleur-ses autant qu’ils les définissaient. Cet
identification au travail était renforcée par les guildes puis les
syndicats qui encourageaient les travailleur-ses qualifié-es à se
considérer spéciaux et de ne pratiquer l’entraide et la solidarité
qu’avec celles-ceux de leur métier ou de leur niveau d’ancienneté
dans ce métier.

L’idéologie du travail

Tout cela se passait tandis que le salariat se généralisait et devenait


légitime aux yeux de la nouvelle classe ouvrière et de la société dans
son ensemble. Le chômage devint un problème moral et pas social et
Aspects of Anarchism 32
les chômeurs des ‘victimes’ et ‘malchanceux-ses’ pour les
progressistes et des parias aux yeux du reste de la société. Cette
idéologie régnait malgré les efforts des socialistes de faire constater le
fait que seul le capitalisme créait le chômage. Beaucoup de gens se
reprochent à eux-mêmes leur chômage, leur pauvreté et leur manque
de valeur même aujourd’hui, ce à quoi l’état ne voit pas de raison de
remédier. Cela empêche les gens de demander du travail quand il n’y
en a pas mais ne les empêche pas d’être forcé-es à reprendre leur
place au sein de la force de travail quand on a à nouveau besoin
d’elles-eux.

Cette idéologie du travail a été remise en question par les récentes


transformation du capitalisme lui-même, par le chômage de masse
chronique et le sous-emploi, le phénomène de travail temporaire et
précaire, les contrats à courte durée et la flexibilité. La notion
d’emploi à vie, si répandue dans le capitalisme d’après-guerre, est
devenu dépassée à part pour les travailleur-ses indépendant-es. Les
apprentissages qui créaient des travailleur-ses manuel-les qualifié-es
pour l’industries ont presque disparu. Le travail est transitoire,
fragmenté en période d’emploi et de chômage regardées comme
naturelles. Beaucoup de jeunes n’ont jamais connu la ‘dignité’ que le
travail est censé donner et celles-ceux qui n’ont jamais connu le
‘monde du travail’ ne ressente que peu de culpabilité de ne pas en
faire partie. Au même moment, il est évident que le travail en tant
que base de l’intégration sociale sans heurts de la classe ouvrière que
souhaite le capitalisme est sabotée à la fois par des crises
économiques mondiales chroniques, qui demandent une
restructuration rapide et radicale, et par les nouvelles technologies
qui rendent de plus en plus de travailleur-ses inutiles.

Qu’est-ce que cela fait aux révolutionnaires libertaires et à notre


projet de transformation sociale? Nos arguments pour une société sans
‘emploi’, c’est-à-dire sans patronnat et sans salariat, aura-t-elle plus
de sens aux yeux des travailleur-ses pour lesquel-les le travail est déjà
un moyen méprisable d’obtenir quelque chose, et pour lesquel-les il a
peu de sens? Se pourrait-il que l’affaiblissement de l’identification des
travailleur-ses avec leur emploi entraîne un affaiblissement de leur
identification au statu quo? Ou bien peut-être que l’atomisation de
grandes parties de la classe ouvrière par le processus constant du
développement capitaliste dissipera encore d’avantage la conscience
de classe.

Aspects of Anarchism 33
Quelles que soient les conséquences du déclin de l’éthique du travail
et de son idéologie, une chose est sûre: le salariat restera une
expérience aliénée et aliénante pour celles-ceux qui sont forcé-es d’y
prendre part à quelque niveau que ce soit et l’exploitation inhérente
au système capitalistene disparaîtra pas. L’émancipation du travail est
la tâche des travailleur-ses seul-es!

Leaders

La plupart des gens de gauche prétendent que la ‘démocratie’ est


infiniment préférable au fascisme et beaucoup de travailleur-ses
meurent dans ce qu’elles-ils voyaient comme un combat contre la
tyrannie du fascisme. Cependant, cette soi-disant alternative nous
prend aussi notre liberté, de manière peut-être plus insidieuse grâce à
l’écran de fumée derrière lequel elle se cache. L’une des principales
distinctions entre les deux est l’utilisation de la force brute par le
fascisme au lieu du subtil lavage de cerveau que la démocratie utilise.
L’une des méthodes est crue et immédiate, l’autre subtile et
sophistiquée, mais elles mènent au même résultat: à notre
acceptation passive su système qui nous oppresse. L’un des points
principaux de cette stratégie est le culte des dirigeants, incompatible
avec l’établissement d’une société fondée sur la liberté et l’égalité.

Dans n’importe quelle société, il y a une vaste gamme de capacités,


sur laquelle la plupart des gens se situent au centre. L’intelligence, le
savoir et l’expérience collective de beaucoup importe bien d’avantage
que la contribution de quelques soi-disant génies. Malgré cela,
l’histoire humaine est marquée par l’usurpation des luttes et des
mouvements sociaux par des dirigeants qui prétendent savoir mieux
que tout le monde quoi faire. La lutte des hommes et des femmes
pour se libérer de leurs entraves politiques, économiques et
spirituelles a toujours été longue et douloureuse. Mais à maintes
occasions, une fois débarassé-es d’une tyrannie, les gens ont permis à
une autre de prendre sa place. Effrayé-es par leur nouvelle liberté, ils
tendent leurs poings liés à un-e nouveau-elle gardien-ne de prison. Si
l’on veut parvenir à une société réellement libre, qui ne peut être
qu’une société communiste anarchiste, nous devons faire d’avantage
que de juste nous débarasser des sources évidentes d’oppression. La
classe ouvrière doit aussi se transformer en tant qu’individus de façon
à rejeter les dirigeants et toute forme de nouvelle tyrannie.

Il n’est pas surprenant que l’on soit si empréssé-e de se soumettre à


Aspects of Anarchism 34
des chefs. La société capitaliste est organisée de façon à nous
déposséder de notre capacité de pensée autonome de façon à
prendre contrôle de nos vies. Cette passivité acquise se manifeste aux
niveaux psychologiques les plus subtils. On apprend aux individus dès
leur plus jeune âge que la meilleure manière pour eux de répondre au
besoin humain de sociabilité, c’est d’obéir, d’accepter l’autorité et la
hiérarchie entre leader et suiveur-se. Il y a beaucoup d’examples de
telles hiérarchies dans différentes sous-cultures, qu’il s’agisse de
partis politiques ou de groupes de skinheads. Ils ont un code
vestimentaire (pensez aux clones du New Labour!) qui permet
d’identifier les membres du groupe. Pour devenir membre, les
individus signalent leur acceptation de cette culture (et de sa
hiérarchie) en changeant leur garde-robe, leur apparence et leurs
opinions pour se conformer. Si l’individu remet en cause le
comportement du groupe ou ses structures hiérarchiques, formelles et
informelles, elle/il est alors rejeté-e, ce qui est pour beaucoup une
expérience traumatisante. Même des groupes censés combattre le
capitalisme, comme les partis trotskyistes et communistes à
l’ancienne, incorporent et cristallisent ces valeurs de hiérarchie et de
division du travail entre, par exemple, ‘leader’ et ‘millitant de base’.
La subversion du besoin de sociabilité et le besoin (dans un monde
tumultueux) de sécurité a produit un culte des leaders. Les écoles et
les mouvements de jeunesse sont sensés permettre aux enfants de
devenir les ‘leaders de demain’. Les lettres de références pour un
emploi doivent mettre en valeur les ‘qualités de leader’ de la/du
postulant-e. Les travailleur-ses doivent élire des représentant-es qui
négocieront avec la/le patron-ne. Les partis politiques de gauche
comme de droite choisissent un leader, les électeur-trices doivent à
leur tour choisir entre elles-eux, et la/le gagnant-e prend alors des
décisions concernant toute la population. Le culte des leaders
s’’étend à toute la société.

Initiative

Avant d’examiner ce qu’entraîne cette acceptation générale des


leaders, nous voulons la différencier de quelque chose de différent
que l’on confond souvent avec elle: l’initiative individuelle. Cette
impulsion fondamentale qui nous pousse à inover et à construire, de
créer quelque chose d’utile à d’autres et qui nous gagne leur
approbation est commune à toute l’humanité. C’est une impulsion
expressive de l’individu qui n’a rien à voir avec la volonté de pouvoir
de quelques un-es. La réalisation de soi, l’expression de notre unicité,
Aspects of Anarchism 35
est l’une des aspirations humaines les plus puissantes et une brique de
base d’une société libre et doit être préservée envers et contre tout
dans la société actuelle. Cependant, en tant que communistes
anarchistes, nous sommes intimement convaincu-es que l’individu ne
peut se réaliser pleinement que dans un contexte social, au sein de la
communauté et non pas à ses dépends. On nous demande d’admirer
les histoires d’ascencion sociale de celles-ceux qui ont rejeté leurs
origines pour une vie de richesse et de privilèges mais n’apprennent
que rarement le coût humain du succès, tant pour l’individu que pour
celles-ceux qu’elle/il a pu blesser sur son parcours. Nous nous
étonnons de ce qu’elles-ils soient devenu-es des ‘monstres’, des
personnages qui semblent suprahumains, sans nous rendre que, ayant
abandonné leurs communautés, leur individualité est la seule chose
qui les définit encore. Par contraste, si nous avons tou-tes la
possibilité de nous exprimer dans le contexte des nombreux groupes
et communautés auxquels nous appartenons, notre individualité est
renforcée et non, comme beaucoup le prétendent, submergée.

On nous dit aussi que nous avons besoin de leaders parce que sans
obéissance, ce serait le chaos. On suppose que sans personne pour
nous dire quoi faire, on ne saurait pas quoi faire et rien ne se ferait.
nous ne saurions pas non plus comment nous comporter. En tant
qu’anarchistes, nous savons que les êtres humains sont naturellement
des animaux coopératifs capables de résoudre des problèmes et qui
peuvent très bien se passer de leaders: c’est la société capitaliste qui
engendre l’aggression et la compétition égoïste. C’est rare, en effet,
que les leaders aient réellement les solutions aux problèmes sociaux et
personnels auxquels nous sommes confronté-es. Ce besoin de
rémédier à ces problèmes nous amènent vers ces escrocs auxquel-les
nous offrons le pouvoir. Ce qu’elles/ils offrent est une arnaque, un
rituel démagogue qui nous persuade que le travail, l’effort et le
sacrifice demandés pour résoudre ces problèmes en valent la peine,
pour faire plaisir aux dirigeant-es. Beaucoup de groupes qui se veulent
progressistes, y compris les partis de gauche, combattent simplement
pour le droit à de ‘meilleur-es’ dirigeant-es. Les travailleur-ses, ou le
peuple, selon eux, ont été trahi-es par de mauvais-es leaders. En
d’autres termes, elles-ils veulent elles-eux-mêmes remplacer les
‘mauvais-es’ dirigeant-es aujourd’hui au pouvoir. Ce n’est qu’une
autre arnaque, une diversion dangereuse car ce qu’il nous faut ce ne
sont pas de meilleur-es dirigeant-es mais plus de dirigeant-e du tout.

Sociétés contre nature


Aspects of Anarchism 36
La hiérarchie sociale que nous acceptons comme naturelle est tout
aussi contre nature et absurde que le gouvernement lui-même. Il n’y a
pas de leaders-nés, seulement une classe dirigeante qui s’est emparée
du pouvoir et qui utilise ce pouvoir pour exploiter et dominer la
majorité de l’humanité. Les classes sociales ne sont pas organisées
selon un ordre naturel mais sont le produit historique d’une société
d’exploitation. Malheureusement, l’acceptation de la hiérarchie s’est
propagée à tous les niveaux de la société et existe même au sein des
organisations que les travailleur-ses créent pour remettre en cause le
système.

La responsabilité collective est l’alternative au dirigeantisme et la


contre-part de l’égalité. Si nous voulons réussir à construire une
société communiste anarchiste, la classe ouvrière doit apprendre à
dépendre d’elle-même. Chaque individu de cette classe doit être prêt-
e à prendre la responsabilité pour et prendre part à la transformation
sociale. La révolution ne doit pas se faire uniquement entre la classe
dirigeante mais contre lmes dirigeant-es et les hiérarchies à tous les
niveaux de la société. De plus, et c’est important, elle doit être une
révolution contre notre propre passivité.

Patriarcat

Un bien grand mot que beaucoup utilisent pour décrire les sociétés
dirigées par les hommes. A l’origine, le terme était employé pour
décrire des sociétés plus ‘primitives’, des cultures plus anciennes, les
comparant aux sociétés matriarcales (dirigées par les femmes) qui
semblaient avoir existé auparavant. Le terme est devenu populaire à la
fin des années 60 et dans les années 70 avec la croissance du
mouvement des femmes. Au lieu de parler de la société capitaliste, qui
était un terme non-sexué impliquant seulement la loi du capital, les
féministes souhaitèrent utiliser un mot reflétant le rôle dominant des
hommes dans la société. Patron-nes, chefs militaires, politicien-nes,
violeurs, ceux-celles qui battent leur femme, etc. sont, pour la
plupart, des hommes. Même les hommes de la classe ouvrière dirigent
leurs foyers et les femmes de la classe dirigeante sont dépendantes de
et soumises à leurs maris et pères. En utilisant le terme de patriarcat,
les féministes espéraient ébranler la position de révolutionnaires de
différentes tendances: celle selon laquelle abattre le capitalisme
mettrait automatiquement fin à l’oppression des femmes.
Aspects of Anarchism 37
Le terme de patriarcat pouvait décrire tout un système social. Au
court des années 70 et 80, des débats s’enflammèrent pour savoir si
un tel système existait. La gauche traditionnelle des organisations
marxistes dénoncèrent l’emploi de ce terme car il impliquait que
l’oppression des femmes par les hommes soit plus importante que
l’exploitation de la classe ouvrière par le patronnat. Des féministes
accusèrent les organisations poplitiques de réduire toute oppression à
l’oppression de classe, et d’ignorer ainsi l’existance du statut
oppressif de l’homme en société. D’autres tentèrent de combler le
différend en utilisant le terme de capitalisme patriarcal, défendant le
fait que l’oppression sexuelle et l’exploitation de classe sont toutes
deux importantes: ‘Ce que nous entendons par patriarcat, c’est un
système dans lequel les femmes sont oppressées, une oppression qui
est totale, qui prend effet dans tous les aspects de nos vies. Tout
comme l’oppression de classe existait avant le capitalisme, il en est de
même en ce qui concerne notre oppression. Nous ne reconnaissons
pas l’oppression de l’homme en tant que sexe bien que les hommes de
la classe ouvrière, les homosexuels et les noirs sont opprimées en tant
que travailleur-ses, homosexuel-les et noir-es, une oppression
partagée par les femmes homosexuelles, noires et de la classe
ouvrière.’ (Editorial: Scarlet Women 8, lettre d’info du Courant
Féministe Socialiste.)

Une question secondaire?

Le débat n’aboutit à rien. Dand les organisations léninistes le point de


vue ‘de classe’ l’a emporté et l’oppression des femmes a été de
nouveau relegué au plan des questions secondaires. Beaucoup de
femmes se tournèrent amèrement vers le séparatisme, soutenant le
point de vue selon lequel les hommes sont les principaux ennemis.
Alors que pensent les communistes anarchistes dans tout ça? Les
communistes anarchistes rejettent le point de vue selon lequel
l’oppression des femmes cesserait d’exister avec l’abolition du
patronnat et reconnaissent qu’on ne peut l’expliquer uniquement par
les termes d’un système économique. On a besoin d’un cadre
d’analyse plus complexe, qui reconnaitrait le rôle de l’idéologie et des
hommes dans le maintien des femmes dans une position subordonnée.
En cela le concept de patriarcat est utile, bien qu’abstrait. Cela ne
veut pas dire que la domination masculine soit naturelle ou inévitable.
Ce ne sont pas les hommes en tant que tels qui sont nos ennemis,
mais les rôles de masculinité qu’ils jouent et le pouvoir qu’ils ont. En
Aspects of Anarchism 38
même temps l’oppression des femmes ne peut pas être comprise
seulement en termes de patriarchie car cela ne souleverait pas le
problème de l’influence du capitalisme sur l’oppression des femmes,
en ce qu’il crée des circonstances différentes pour les femmes de
classes différentes tout en leur donnant différents degré de pouvoir.
De la même manière que l’on ne peut pas ignorer la différence entre
hommes et femmes au sein de la classe ouvrière, on ne peut ignorer
les différences entre les femmes. Néanmoins, le concept de patriarcat
souligne le fait que les femmes sont oppressées et qu’elles ne sont pas
uniquement oppressées par le capital mais par les hommes qui ont un
intérêt à maintenir cette situation.

Dans certains cas, les avantages du sexisme pour les hommes sont
évidents: la place privilégiée des hommes dans le marché de l’emploi
et les bénéfices émotionnels et matériels qu’ils obtiennent de la
famille. Cependant, les hommes bénéficient également par des voies
moins évidentes, comme sur le plan de la sexualité où la femme porte
la responsabilité de la contraception. Le communisme anarchiste
s’attache à transformer tous les aspects de la vie et non juste les
conditions matérielles. Il en suit que nous devons mettre en échec la
culture entière, ce qui implique de révolutionner les relations entre
hommes et femmes et de libérer les deux sexes du rôle traditionnel
qui nous a été inculqué.

Cette lutte doit faire partie du mouvement révolutionnaire général


pour renverser le capitalisme. Le capitalisme utilise les différences de
genres à son avantage: l’homme ‘macho’ dédié à la guerre et aux
affaires et la femme féminine dédiée aux soins, au soutien et à la
reconstruction. La révolution doit mettre fin à tout pouvoir, qu’il soit
capitaliste, étatique ou mâle. Pris à part, le concept de patriarcat ne
permet pas de comprendre l’oppression des femmes. Cependant,
utilisé en conjonction avec une analyse générale de classe, il joue un
rôle essentiel dans notre compréhension de la société.

Militarisme

De tous les mots en ‘-isme’, le militarisme est le plus venimeux, le plus


destructeur et le plus dangereux. Quand il est actif, il détruit des
gens, des cultures et la pensée rationnelle. Quand il est relativement
passif (bien qu’il ne soit jamais complètement passif), il penètre les
esprits et les systèmes de valeur de la société de manière à renforcer
Aspects of Anarchism 39
la conformité et l’obéissance.

Les valeurs militaires demandent l’uniformité, non seulement en ce


qui concerne l’apparence, mais aussi l’attitude et les valeurs. Les
forces armées font un effort considérable pour s’assurer que les
soldats de tout grade acceptent sans conteste la supériorité inhérente
et incontestable de leurs méthodes, de leurs objectifs et de leur
idéologie. Dans le feu de la bataille, il n’y a pas d’espace pour mettre
en doute la validité de la campagne ou de l’action en question.
L’acceptation d’un robot est de mise. Le militarisme, la glorification
des valeurs et des méthodes militaires a une longue histoire. En
Europe, en Asie et en Amérique du Nord, ce symbole incontesté du
militarisme, l’uniforme militaire et le prestige qui l’accompagne, a
existé depuis des millénaires, comme le montrent les reliefs assyriens
pillés en Iraq et exposés aujourd’hui au British Museum, représentant
les rangs disciplinés de l’armée du roi, qui datent d’il y a bien plus de
2500 ans. Les valeurs militaires acceptent aussi sans conteste la
validité de la hiérarchie. Les ordres viennent d’en haut et sont relayés
jusqu’aux troupes. Bien qu’il y ait un espace pour la prise de décision
individuelle (aucune large organisation ne peut survivre sans aucune
imagination ou initiative) elle n’est permise que selon une chaîne de
commandement stricte et rigide. Malgré le scepticisme des troupes,
les ordres sont faits pour être obéis. L’obéissance est un aspect
essentiel de l’approche militaire et, en temps de guerre, ne pas obéir
pour mener à de fortes peines.

Le militarisme et la société

Un autre aspect de l’approche militaire est la discipline. Le soldat,


marin ou personne de l’armée de l’air doit agir au sein d’une équipe,
avec auto-discipline en toutes circonstances. Et cette auto-discipline
doit être une extension et une internationalisation de la discipline
militaire plus large. Discipline, hiérarchie et obéissance s’associer pour
créer plus efficacement le but ultime des valeurs militaires:
l’activation de la violence. Depuis l’invention de la chasse et de l’arc,
la technologie militaire a poursuivi un but simple: la destruction la plus
efficace possible de l’ennemi avec le moins de pertes possibles de son
côté. Les importants investissements du capitalisme dans ces
technologies et les profits qu’ils engendrent ont donné aux forces
militaires des pays les plus puissants du monde une capacité de tuerie
qui fait passer la destruction de Dresde et d’Hiroshima pour des
soirées dansantes.
Aspects of Anarchism 40
Le militarisme, c’est l’application des méthodes et des valeurs
militaires au reste de la société. Il est d’autant plus efficace s’il
accompagne une autre soi-disant vérité telle qu’une religion, la pureté
de la race, l’impérialisme ou le nationalisme. Dans ses expressions les
plus abouties, en Allemagne nazie et en Russie stalinienne, toute
opposition était soit éliminée, soit soumise, et toute la société était
soumise à des méthodes et à une organisation de type militaire,
menant à la guerre. Qu’il s’agisse du nationalisme racial en Allemagne
ou du ‘socialisme dans un seul pays’ en Russie (qui a mené à la grande
guerre patriotique de 1941-45), l’identification de la nation avec
l’armée était une combinaison puissante. Plus récemment on en a vu
de pâles copies telles que la longue guerre de Saddam Hussein contre
l’Iran ou bien l’idéologie nationaliste, raciste et religieuse qui a
alimenté le génocide rwandais, avec la destruction totale de la société
civile. La réémergence des fondamentalismes religieux comme forces
significatives, avec le nationalisme et le militarisme, forme un cocktail
explosif et destructeur. Comparable au Japon d’avant-guerre, il
s’étend à la fois aux états Islamiques de la frontière russe et aux Etats-
Unis. Imaginez des Etats-Unis chrétiens, impérialistes et militaristes
sauvant le monde par la guerre contre les hordes païennes au-delà de
ses frontières.

Militaristes, nous?

Le militarisme n’est pas réservé aux dictatures. Il infecte


insidueusement beaucoup d’aspects de la vie dans les sociétés
démocratiques et qui aiment la paix. On inculque en effet subtilement
ou non aux jeune garçons le comportement et la pensée militaires. Les
scouts et les différentes forces de cadets prétendent offrir
l’accomplissement individuel et l’aventure mais promeuvent en réalité
les idées et valeurs militaires. Il suffit de comparer les uniformes,
l’organisation et les activités des scouts à ceux des Jeunesses
Hitlériennes, les ressemblances sont saisissantes. De telles
organisations militaristes de jeunesse sont symptomatiques d’une
tendance sous-jacente du capitalisme vers le militarisme. Les films et
les jeux vidéos violents font scandale dans la bonne société alors que
des adolescents qui doigtent des mitraillettes ou grimpent dans des
chars quand l’armée vient recruter en ville est vu d’un bon oeil.

La présence militaire britannique en Irlande du Nord a accru


l’acceptation du militarisme au sein de l’opinion publique. Le fait que
Aspects of Anarchism 41
les forces armées britanniques aient utilisé systématiquement la
violence répressive pour maintenir l’ordre capitaliste n’a soulevé
qu’un murmure en Grande-Bretagne et est largement ignoré en dehors
des six contés. Comparé au tapage fait à chaque fois qu’un soldat
britannique est tué ou blessé ou emprisonné pour avoir abattu un civil
sans armes. Le soldat britannique a été mis sur un piédestal et même
s’il est prouvé coupable d’avoir tué un civil, il est considéré comme
innocent par l’establishment et par les médias.

Les rituels de la journée des vétérans au pied des monuments aux


morts à travers toute la Grande-Bretagne rappellent à la populace
l’importance des forces armées dans notre culture. En prétendant
honorer celles-ceux qui ont été tué-es ou blessé-es à la guerre (ce qui
n’empêche pas d’insulter les veuf-ves et handicapé-es par des
pensions insuffisantes), ils ne servent qu’à glorifier le militarisme. Ces
cérémonies rendent sacrée toute la machine guerrière en lui donnant
une qualité religieuse, patriotique et spirituelle. Bien que menées
pour les classes dirigeantes, les guerres sont légitimées et placées hors
d’atteinte des critiques. De tels spectacles gardent le public intéréssé
par le militaire à un niveau constant, prêt à se mobiliser si la classe
dirigeante a besoin de faire la guerre. Ce sont, comme la propagande
qui les accompagne, une partie d’un processus mythologisant qui
légitime toutes les actions militaires britanniques passées et, par
extension, qui aide à légitimer tous les conflits futurs.

Le militarisme, bien qu’atténué dans les soi-disant démocraties


libérales, a gagné une nouvelle dimension et une aspect magique grâce
aux nouvelles technologies. Il n’y a pas de limites à ce que la
technologie et la science sont supposées pouvoir faire et cela nous est
révélé par des magazines de combat et leurs photo de missiles
‘intelligents’. On ne nous dit pas, avant que cela arrive, à quel point la
technologie militaire soi-disant avancée est désastreuse ou à quel
point elle est efficace pour tuer ‘nos’ troupes, les troupes alliées et
les civil-es. La mort par un tir ami est un prix que le camp des
vainqueurs et prêt à payer et n’est rien comparé à ce que l’ennemi-e
ferait si on ne l’arrêtait pas. La rengaine de la technologie militaire
supérieure veut convaincre le front domestique de sa supériorité
morale et justifier l’investissement dans de nouvelles armes pour
maintenir cette supériorité dans les guerres à venir.

Le Culte des armes

Aspects of Anarchism 42
Puisque les armes doivent être vendues aux armées et que leur usage
doit être vendu à celles-ceux qui doivent combattre et payer, leur
publicité est souvent étonnante. La fascination pour la technologie
militaire a été utilisée pour rendre sexy la machine de mort de l’état:
regardez ce bombardier, admirez sa puissance, ses lignes, ses
perfomances. Le chic des treillis et les frappes chirurgicales.
L’arrogance des élites militaires est partagée par le soldat ordinaire
dans les armées militarisées (contrairement, par exemple, aux armées
de conscrits, aux milices et aux forces de guerilla), fondée sur un culte
de la masculinité qui atteint des sommets venimeux dans les forces
armées. La parodie de ce que devraient être des hommes s’exprime
entièrement à travers le culte de la boisson, la brutalité, la dureté et
la ségrégation des femmes.

Ces éléments mènent à leur tour à une brutalité quotidienne dans les
pays occupés (et dans les villes du Royaume-Uni occupées par des
casernes militaires), par exemple les Paras en Irlande et aux Malouines,
les U.S. Marines à Okinawa, les troupes hollandaises en Bosnie et les
soldats canadiens en Somalie. Les nombreux viols de femmes
allemandes par les soldats russes durant la seconde guerre mondiale,
par les forces serbes en Bosnie ou par les milices interahamwe au
Rwanda sont les conséquences inévitables d’un militarisme fondé sur
la manipulation et l’exagération de la masculinité maladive
qu’engendre le capitalisme. Toute idée selon laquelle l’armée est
fondée sur le travail d’équipe androgyne et sur le mérite est une
absurdité dangereuse et tout ce que les travailleur-ses peuvent faire,
c’est de lutter pour détruire une institution aussi corrompue.

Heureusement, bien que le succès n’ait pas toujours suivi, le


militarisme a était combattu par des mouvements anti-militaristes. Les
anarchistes révolutionnaires ont toujours été investi-es dans les
activités anti-militaristes. Il devrait être évident (bien que ce ne le
soit pas pour tout le monde) que celles-ceux qui ont le moins à gagner
et le plus à sacrifier sur l’autel du militarisme sont les travailleur-ses.
En plus du coût de développement et de maintenance de l’armée en
temps de paix, le coût en temps de guerre se mesure en litres de sang.
Il ne fait aucun doute que les mouvements contre la guerre organisés
par les syndicats officiels et le mouvement travailliste ont
généralement été des échecs et souvent de complètes trahisons. Le
renoncement ignominieux de la politique de la Seconde Internationale
de s’opposer à la première guerre mondiale et la récente loyauté à la
cause étatique en Afghanistan et en Irak rentrent dans cette
Aspects of Anarchism 43
catégorie.

C’est peut-être les techniques constantes et subtiles de persuasion


qui peut expliquer l’enthousiasme apparent de pans entiers de la
classe ouvrire pour la guerre. Cette confiance mal avisée en la Nation
et en l’Etat a eu des conséquences désastreuses. Etant donné la
capacité militaire actuelle de pays tels que les Etats-Unis et étant
donné le fait qu’ils soient prêts à utiliser toutes les armes de leur
arsenal, peu importe l’horreur et la destruction qu’elles causent, le
combat contre le militarisme n’a jamais été aussi important
qu’aujourd’hui.

Crime et châtiment

Tout le débat autour de la criminalité est désespérément confus et


déroutant. Une chose est sûre, la peur de la criminalité au sein de la
population que les politicien-nes, surtout les conservateurs-trices mais
de plus en plus les travaillistes également, exploitent à des fins
politiques. Il y a une demande toujours grandissante des
réactionnaires de tout horizon d’être plus dur envers la criminalité.
C’est un slogan facile qui garantie d’attirer l’attention mais, malgré
des décennies d’initiatives en ce sens et des dépenses massives pour
la police, les tribunaux et les prisons, la criminalité est loin d’être
anéantie. Pourquoi donc?

Qu’entend-on par criminalité?

Dans la société capitaliste, c’est l’état qui détermine ce qui constitue


un crime. Cela correspond ou non à ce que les travailleur-ses
considèrent un comportement nuisible. Celles-ceux qui vivent des
minima sociaux ou d’un salaire de misère qu’offrent les capitalistes ne
peuvent pas survivre avec ce qu’on leur donne. Est-ce surprenant
qu’elles-ils aient recours à la ‘fraude’, au vol à l’étalage ou à d’autres
petits délits, ou bien encore qu’elles-ils ne cherchent pas à savoir de
quel camion est ‘tombé’ ce qu’on leur propose dans un pub ou au
porte à porte? Leur attitude change bien évidemment lorsqu’elles-ils
sont victimes d’un crime. Mais tous les crimes liés à la pauvreté ne
sont pas tolérés. C’est un fait malencontreux que certain-es soient
satisfaits de voler ou maltraiter leur propre classe. Les vols de
télévisions dans des H.L.M. ou les attaques raciales ou sexuelles sont
des exemples de comportements criminels inacceptables au sein de la
classe ouvrière.
Aspects of Anarchism 44
Cela veut-il dire faire deux poids de mesure? Pas du tout. La
criminalité doit être comprise en termes de classe. La criminalité est
généralement définie et combattue par les classes dirigeantes agissant
par le biais de l’état pour préserver leur ordre et protéger leur
propriété. On présente le maintien de l’ordre comme un intérêt de
toutes les classes quand il s’agit en vérité de créer des conditions
propices à la promotion du capitalisme. Le capitalisme lui-même est
fondé sur une forme de vol: l’exploitation. Mais l’état ne considère
pas celle-ci comme un crime. De même, nous avons tous des biens
personnels, mais l’état se soucie avant tout de protéger les biens
privés et les instruments du vol légal: les banques, les usines,
magasins, etc. Les travailleur-ses en sont généralement conscients. Il
n’est pas rare d’entendre qu’il existe une loi pour les pauvres et une
autre pour les riches. Jusque là, d’un point de vue communiste
anarchiste, nous devons nous montrer tout au moins sceptiques face
au débat sur la criminalité.

Le capitalisme et la criminalité

Nous sommes sûr-es d’une chose: la criminalité anti-sociale, c’est-à-


dire qui oppresse, vole ou fait violence à la classe ouvrière, doit être
combattue. Nous ne pouvons pas attendre les lendemains qui
chantent pour combattre les ennemis actifs du peuple. Les attaques
racistes ou sexuelles sont inacceptables et nous devons y rémédier
dès aujourd’hui. Cela implique de la vigilance et de l’auto-défense de
la part des communautés affectées. Les crimes et attaques de la part
des classes supérieures contre la classe ouvrière par la spéculation ou
le démembrement de compagnies, bien que souvent invisibles, sont
aussi insidieux et doivent être combattus de façon collective, partout
où c’est possible dans cette longue nuit noire qu’est le capitalisme.
Bien entendu ces actions sont rarement perçues par l’état comme
criminelles ou si elles le sont entraînent de légères sanctions.

Les actes anti-sociaux sont l’expression directe du capitalisme


aggressif. L’égoïsme, l’intimidation, la violence et le vol
institutionnalisé sont inhérents au système. Les tentacules et
l’éthique de la société de classe affectent tous les aspects de la vie.
Ce n’est pas un hasard si les hommes sont responsables de la plupart
des crimes et si les femmes sont presque absentes des statistiques.
Les hommes sont socialisés dès la naissance afin d’être aggressifs et
violents alors que les femmes le sont afin d’être soumises et
Aspects of Anarchism 45
attentionées. Cette éducation soumet les hommes a une violence
psychologique de la part de leurs parents et de la société qui les
poussent à la violence. A cela s’ajoute un système éducatif strict et
régimenté, un avenir sans emploi ou de sous métiers et d’ennui. Cela
n’excuse en aucun cas les comportements machos mais les mettent en
perspective. La criminalité et le capitalisme sont inséparables.

La criminalité et la société communiste anarchiste

Si la criminalité fait partie de la société capitaliste, qu’adviendra-t-il


dans une société communiste anarchiste. Le communisme anarchiste
est fondé sur les principes d’une société sans classe au sein de
laquelle la liberté émane de la solidarité commune et d’un système de
socialisation et d’éducation éclairé. La propriété privée sera abolie et
l’objectif de la production sera de répondre aux besoins humains et
non l’accumulation de biens privés. Les biens et services seront
plannifiés par les communautés actives se concertant entre elles.
L’individu sera encouragé à prendre part à la prise de décision. De
cette façon, les biens et les services seront fournis en réponse aux
besoins de chacun, autant que possible. De plus, de nombreux
services seront offerts par la communauté, telles que les bibliothèques
aujourd’hui, de façon à ce que la culture, les transports etc soient
librement accessibles. Le communisme anarchiste demande l’abolition
de l’argent et de l’exploitation. Dans une société sans argent il est
imossible d’accumuler de la richesse au-delà de ce qu’un individu peut
maintenir. Puisque les biens sont offerts, il y aura peu d’intérêt à
voler et la plupart, sinon tout, les crimes contre la propriété
disparaîtront.

Dans une société solidaire qui abolira la lutte désespérée pour la survie
quotidienne, la plupart des raisons matérielles du besoin disparaîtront.
La révolution cherchera consciemment à éliminer les comportements
anti-sociaux et l’éducation et la socialisation des enfants seront
dirigées vers la tolérance, l’égalité et le partage. La violence, qui fait
aujourd’hui partie du quotidien, sera désamorcée par le
développement du jeu et de l’éducation coopératifs. L’obsession
actuelle envers l’individualisme agressif et la glorification de toutes
sortes d’aspirations compétitives produisent de nombreux maux de
société, non seulement la criminalité. Alors que l’individualisme
comme moyen d’arriver à un développement personnel est à
encourager, cela doit se faire de façon positive. Le gain d’un individu
est un gain pour la société dans son ensemble. Le but du communisme
Aspects of Anarchism 46
anarchiste n’est pas d’étouffer l’effort individuel mais de le laisser
s’exprimer dans des directions constructives. Dans la société actuelle,
la plupart d’entre nous sont séparé-es de leurs voisins. Très peu de
vraies communautés survivent et celles qui survivent sont
profondément imbues des valeurs capitalistes. Dans une société
communiste anarchiste, la communauté et la solidarité cimenteront la
société.

Malgré l’éducation et autres moyens de socialisation il y aura des actes


isolés de violence, de violence sexuelle et d’autres actes anti-sociaux.
Beaucoup d’entre eux seront perpétrés par des individus
émotionellement perturbé-es. La communauté a le droit de se
protéger et des décisions devront être prises afin d’éliminer les
comportements violents et destructeurs. De telles personnes doivent
être prises en charge tant que possible par la communauté. Cette
approche n’est en rien comparable avec l’abandon dans les rues des
individus perturbé-es mentalement auquel on assiste aujourd’hui.
Dans les communautés de face-à-face chacun-e reconnaît ses voisin-es
et prend une responsabilité de contrôle social. L’aide médicale et
psychiatrique visera à l’intégration des individus perturbés et à la
promotion de leur bien-être. Il n’y a pas de solutions miracles à des
comportements obsessifs et perturbés tels que les attaques sexuelles,
la pyromanie etc. Mais l’approche de ces problèmes sera éclairée,
thérapeutique et sociale, non pas punitive.

Châtiment

Cela nous amène à la discussion du châtiment. Le châtiment, violence


infligée pour de soi-disant crimes, a été un aspect de virtuellement
toutes les sociétés dont la connaissance nous est parvenue.
L’approche de l’Ancien Testament du châtiment selon laquelle non
seulement le coupable est puni mais également ses proches et
descendants se retrouve dans beaucoup de sociétés. Des aspects de
cette approche se retrouvent dans la loi islamique ou l’initiative du
gouvernement conservateur de punir les parents pour les crimes de
leurs enfants.

Il y a plusieurs justifications pour le châtiment, toutes gravement


erronées. La vengeance est la plus primitive, fondée sur le désir d’être
quittes avec le criminel. L’approche rétributive part de l’assomption
selon laquelle les crimes individuels méritent une punition: les
meurtrier-ères méritent d’être exécuté-es, les violeurs d’être castrés.
Aspects of Anarchism 47
En plus du problème de juger ce qu’est le châtiment approprié à
chaque crime selon ses circonstances, cette approche présume qu’un
acte de violence doit être condamné alors qu’un autre, le châtiment
(qui peut être tout aussi violent), est acceptable. Elle accepte aussi
qu’une autorité supérieure, l’Etat, a seul le droit de punir.

L’idée de dissuasion est liée à la justification du châtiment par la


vengeance. En effet elles sont ordinairement toutes deux invoquées
par les tribunaux pour déterminer une peine ‘appropriée’. L’idée que
les comportements criminels seraient réduits par la peur du châtiment
si l’on se fait prendre ne tient pas la route. Tout d’abord, beaucoup
de crimes graves surviennent sur le moment lorsque l’on perd contrôle
de soi sous l’effet de la colère, de la jalousie ou de drogues. On ne
pense pas aux conséquences de ces actes. Deuxièmement, les actes
criminels prémédités ne sont pas empêchés à la pensée d’un
châtiment potentiel mais par la probabilité de se faire prendre. S’il est
probable de se faire prendre, le crime n’est pas commis. Il y a quelques
centaines d’années, des pick-pockets étaient pendu-es sur la place
publique. Des pick-pockets sévissaient parmi le public de ces
exécutions.

L’idée selon laquelle châtier est bon pour la société ne tient pas
debout. Une société injuste et inégalitaire produit sa propre
criminalité. C’est aux fondements socieux et économiques de la
criminalité que l’on doit remédier. De même, l’idée de réformer les
criminel-les au sein du système carcéral est une mauvaise blague. Il n’y
a pas la moindre lumière salvatrice dans le régime carcéral répressif
britannique. Ce ne sont pas le criminel-les qu’il faut réformer mais la
société elle-même qu’il faut changer.

Crime et Châtiment (2)

Le désir de punir -d’infliger une souffrance sur celles-ceux que l’on


perçoit comme malfaisant-es- a une longue et sombre histoire. Le
châtiment est imposé par les dirigeant-es sur celles-ceux qui ont
relativement moins de pouvoir dans un but précis: pour préserver des
coutumes de vie, une société, un système politique des attaques de
celles-ceux qui n’y obéissent pas. Les religions, qui ont souvent été
les bras-droits de régimes autoritaires, relatent souvent les châtiments
les plus horribles envoyés par dieu et ses croyant-es à celles-ceux qui
renient son autorité ou ses commandements. Une éternité de maux
infernaux attendent celles-ceux qui les transgressent même de façon
Aspects of Anarchism 48
mineure s’ils-elles ne se soumettent pas à son autorité avant de
mourir. Le bras laïque de l’état -sa police, son armée, ses juges, ses
profs et ses patrons- réservent également les pires châtiments à
celles-ceux qui défient son pouvoir. Il est également vrai que le
châtiment n’arrive pas à son but affiché.

Les communistes anarchistes s’opposent à l’idée de châtiment pour


plusieurs raisons: raisons morales, idéologiques et pratiques.
Kropotkine, par exemple, dans sa brochure Les Prisons et leur
Influence morale sur les prisonniers met à bat tous les arguments de
létat pour justifier son utilisation de l’incarcération humaine. Son
observation de 1877 reste tout à fait actuelle: ‘Une fois qu’un homme
(sic) est allé en prison, il y retournera. C’est inévitable et les
statistiques le prouvent. Les rapports annuels de l’administration de la
justice criminelle en France montrent que la moitié de tout-es ceux-
celles qui, chaque année, passent devant les cours de police pour des
offenses mineures ont reçu leur éducation en prison... Pour ce qui est
des prisons centrales, plus d’un tiers des prisonnier-es relâché-es par
les institutions soi-disant correctionnelles sont réemprisonné-es dans
les douze mois suivant leur remise en liberté’. Le tableau en Grande-
Bretagne aujourd’hui n’est guère différent, ce qui montre un manque
d’imagination pathologique de la part de l’état. En Grande-Bretagne,
environ une personne sur mille (contre une sur cent aux Etats-unis)
est actuellement en prison, et la criminalité est censée augmenter.
Voilà ce qu’il en est de l’eficacité du châtiment pour combattre la
criminalité.

Justifications

Il y a plusieurs arguments sensés soutenir l’idée de châtiment. Ils


comprennent l’idée selon laquelle une action donnée mérite
récompense ou châtiment. Là où les bonnes et mauvaises actions sont
déterminées de façon arbitraire, là où elles ne sont pas décidées par
tou-tes mais imposées et où de soi-disant mauvaises actions
comprennent des actions qui bénéficient à l’être humain (s’exprimer
au lieu de se laisser faire ou voler de la nourriture quand on a faim), les
règles de la société seront toujours enfreintes. L’installation de
châtiments en une sorte de code et leur soi-disant application
objective réfletent toujours les valeurs, attitudes et préjugés
arbitraires de ceux-celles qui écrivent et appliquent les lois, de la
classe dirigeante en d’autres termes. Puisque la plupart des lois sont
destinées à protéger la propriété privée et mettre en application
Aspects of Anarchism 49
l’inégalité sociale, il n’est pas surprenant que la plupart des
châtiments sont infligés à celles-ceux qui volent et à celles-ceux qui
possèdent le moins: la classe ouvrière.

Un autre argument habituel pour le châtiment est qu’il dissuaderait de


commettre des crimes ou d’autres actes anti-sociaux, définis eux aussi
en des termes qui soutiennent le statu quo. Le problème est de
nouveau que cela ne marche pas. Comme le remarquait Kropotkine, les
prisons sont pleines de récidivistes, malgré des châtiments fréquents.
La pendaison pour des crimes tels que le vol d’animaux ou même d’un
mouchoir n’a pas mis terme à la criminalité du 18ème siècle. Il a
souvent été observé en effet qu’alors même que le public regardait
l’exécution d’un voleur des rues, ses collègues travaillaient au sein de
la foule. Dissuasion ultime, mon oeil!

Justice primitive

Beaucoup de gens ont un besoin assez primitif d’exercer une


vengeance contre un mal qui leur est fait. Les vendettas en sont un
exemple, où un mal doit en suivre un autre sur des générations,
jusqu’au point absurde ou l’offense originelle a été oubliée. Comme
réponse rationnelle à une mésaction, surtout à l’échelle de celles
commises par l’état, la vengeance, motivée par des sentiments
irrationels, s’avère tout à fait inappropriée.

Une autre approche (et les intellectuel-les se sont montré-es oh


combien inventif-ves pour défendre l’indéfensible) comprend l’idée
que les malfaiteur-trices doivent être aidé-es et réformé-es, bien qu’il
y ait toujours une quantité surprenante de souffrance dans le
processus de rehabilitation! Malheureusement, l’état n’a pas grand
intérêt à explorer les causes sociales de la criminalité qui pourraient la
prévenir, et à ne soigner le-la criminel-le que lorsque la société
s’oppose à un châtiment excessif. L’état peut prétendre s’intéresser
à la réhabilitation, mais pour chaque John McVicar ou Jimmy Boyle,
criminels célèbres qui ont été ‘réformés’, il y a des centaines de
milliers qui ne l’ont pas été. Le châtiment est préservé pour garder le
couvercle sur la contestation sociale mais y échoue de façon évidente.

Quelle est alors la vision communiste anarchiste du châtiment?


D’abord, on doit se rendre compte que nous rejetons toutes les
justifications et les méthodes habituelles de châtiment aujourd’hui et
dans toute société future. Le capitalisme blesse les individus
Aspects of Anarchism 50
d’innombrables façons, il n’est donc pas surprenant que cela s’exprime
par des actes et comportements anti-sociaux.

Le capitalisme crée les conditions dans lesquelles les ‘crimes’ sont


commis -crimes de violence et contre la propriété- sous la forme de la
pauvreté, de désirs inatteignables, de besoin de richesse et de statut
social etc, en divisant, volant et humiliant des millions de personnes.
Le communisme anarchiste, au contraire, est fondé sur une parfaite
égalité de biens et de choix, en faisant participer les gens à la création
et au maintien d’une société qui rende la vie assurée, libre et
interrésante.

Dans la société capitaliste il y a d’énormes différences de richesse et


de pouvoir, il est donc très probable que ses victimes se tournent vers
la violence et le vol de façon similaire aux rouages du capitalisme lui-
même. Dans une société fondée sur la justice sociale, l’égalite, la
liberté et l’abolition de l’argent, beaucoup de conditions qui mènent à
la criminalité et au châtiment disaparaîtront. De même, l’abolition du
concept de crime sans victime permettra à une catégorie entière
d’actes d’échapper au domaine de l’intervention sociale.

L’approche anarchiste classique du problème des comportements anti-


sociaux est thérapeutique: persuader l’individu de s’éloigner de la
société qu’elle-il blesse et de se mettre à l’écart du danger. Dans les
cas extrêmes, où l’aide proposée n’est pas acceptée, les
communautés peuvent prendre le droit de ne pas avoir à subir ce
comportement, en imposant une sorte d’exil ou d’abandon de
l’individu ou du groupe. Dans le cas de violences, le droit de légitime
défense peut être invoqué. Et bien sûr les individus, groupes et
sociétés ont le droit de se protéger des menaces intérieures et
extérieures. Il faut prendre soin qu’une telle approche thérapeutique
ne soit pas utilisée comme châtiment, pour contrôler les dissidents ou
stigmatiser celles-ceux qui diffèrent de la majorité. Cela demande une
société ouverte, au contraire de la société actuelle où le châtiment, le
contrôle et l’incarcération des ‘fous-folles’ dans des hôpitaux
sécurisés se passe en grande partie en secret. Il serait idiot de dire
que la société communiste anarchiste impliquerait l’abolition des
comportements anti-sociaux, mais les comportements anti-sociaux
auraient un sens très étroite au contraire d’aujourd’hui où ils sont
définies de façon large.

Il n’y a pas de solutions miracles aux problèmes causés par les violeurs
Aspects of Anarchism 51
et tueurs en série par exemple, deux exemples extrêmes de
comportements qu’aucun individu ou aucune société ne peut tolérer.
Notre réponse doit être guidée par deux principes qui existent
généralement en opposition l’un à l’autre mais qui ne sont pas
incompatibles: d’un côté la justification de la défense légitime d’un
individu ou d’une société et de l’autre la liberté de l’individu. Une
approche solidaire, appliquée de façon humanitaire et non blessante
doit en définitive être la base de l’alternative communiste anarchiste
au châtiment.

Mouvement écologiste

On peut dire que la conséquence logique de la pensée communiste


libertaire a toujours été la création d’une société ‘verte’ puisque
qu’elle a toujours mis en avant la nécessité de la destruction du
capitalisme, le système qui, comme nous le savons, doit s’étendre ou
mourir et qui a donné naissance aux idéologies productivistes et
consuméristes.

Les penseur-ses anarchistes et communistes libertaires des débuts du


mouvement ouvrier révolutionnaire, dans leur critique du système
industriel ‘moderne’ et de sa tendence à transformer la-le travailleur-
se en pièce de machinerie, peuvent être vu-es comme proto-verts.
Mais ce serait exagérer que de dire que le mouvement anarchiste de
cette époque constituait un mouvement consciemment écologiste,
malgré la contribution critique de gens tels qu’Elisée Reclus, William
Morris, Edward Carpenter et Pierre Kropotkine. Même si le travail de
tous ces auteurs contient des implications ou du moins un sentiment
écologiste, personne ne peut sérieusement les considérer comme des
penseurs systématiquement écologistes. Ce que l’on peut dire, c’est
que la vision communiste de gens tels que Morris et Kropotkine, celle
d’une société décentralisée de travail intégré à des environnements
humanisés, contraste avec celle de nombreux ‘socialistes’ (initiée part
certains des socialistes ‘utopistes’ mais à laquelle Marx a donné une
assise ‘scientifique’) qui considérent l’Usine comme le modèle de la
nouvelle société.

Le Socialisme et le progrès

Cette pensée s’est trouvée réalisée par l’industrialisation rapide sous


le capitalisme d’état dans l’Union Soviétique qui, bien que forcée de
le faire pour être competitive au plan international, a trouvé un
Aspects of Anarchism 52
support idéologique parfait dans la croyance presque jamais remise en
question des socialistes selon laquelle l’industrialisation du monde
était une ‘nécéssité historique’. Ce n’est pas une coïncidence si
certaines des catastrophes écologiques les plus effroyables ont été
commises sous la bannière du socialisme. Malheureusement, les
anarchistes n’ont pas été exempts de ne pas avoir une critique de la
civilisation industrielle. Même s’il serait rare de trouver une véritable
glorification de l’usine moderne chez les anarchistes, il n’y a aucun
doute que l’impression que donne la littérature anarcho-syndicaliste
de la fin du dix-neuvième siècle jusqu’au milieu du vingtième est celle
selon laquelle la technologie ne peut pas être critiquée et, de façon
dérangeante, que peu de choses se passent en dehors des usines. Les
communistes anarchistes n’ont pas fait beaucoup mieux de ce côté-là.
Pourquoi donc? Bien entendu, les anarchistes et les communistes
libertaires sont des produits de leur temps et le niveau de destruction
environnementale à l’époque des premiers mouvements anarchistes
de masse n’étaient en aucun cas aussi apparents qu’ils ne l’ont été
depuis la seconde guerre mondiale. Tandis que les révolutionnaires
maintenaient que le capitalisme détruisait l’ouvrier-e et la-le paysan-
ne, corps et âme, il n’était pas aussi évident que le capital était en
train de détruire la planète où vivaient la-le paysan-ne et l’ouvrier-e. Il
n’était pas non plus possible de deviner que le capital allait développer
sa capacité à annihiler toute forme de vie sur la planète en moins de
quelques semaines avec la fission nucléaire. Les mouvements
consciemment écologistes qui se sont développer en parallèle des
grands mouvements ouvriers étaient généralement mystiques, souvent
réactionnaires et bourgeois, parfois fortement Malthusiens et racistes
et rarement parmi les mouvements sociaux ‘progressistes’.

La ‘Révolution’ écologiste

Aujourd’hui pourtant la plupart du mouvement écologiste dit avoir


beaucoup en commun avec l’anarchisme. Même parmi les éléments les
plus réformistes du mouvement écologiste, de temps en temps, se
font entendre des demandes d’organisation non-hiérarchique, de
prise de décision décentralisée et d’autres éléments
traditionnellement associés à l’anarchisme. Parmi de nombreux
activistes écologistes prônant l’action directe, le sentiment anarchiste
est fort, bien que souvent très éparpillé, et l’on trouve un mépris pour
la politique traditionnelle. Il existe aussi une aliénation envers la
préoccupation principale traditionnelle de l’anarchisme, la lutte de
classe. Souvent la classe ouvrière est identifiée à la ‘culture
Aspects of Anarchism 53
industrielle’ et, comme on peut le comprendre, la notion de solidarité
de classe reste étrangère à celles-ceux qui, souvent sans emploi,
empêchent la construction de routes et dont le contact réguliers avec
leurs frères et soeurs de classe sont les vigiles privés aux salaires de
misère.

L’Ecologie sociale

Le mouvement anarchiste lui-même a été forcé de prendre en compte


des positions explicitement écologistes, a du se confronter à la
question du progrès et a du sérieusement discuter de la nature de la
technologie. Peut-être le premier écrivain communiste libertaire à
adresser de façon exhaustive la question de la crise écologique et de
ses solutions est Murray Bookchin. Bookchin en effet peut être
compté parmi les premiers théoricien du mouvement écologiste
moderne, avec des ouvrages tels que Notre environnement
synthétique (1962) et Crise dans nos villes (1965) qui posent les bases
de ce qui allait devenir l’écologie sociale.

Tout en utilisant la critique anarchiste du pouvoir hiérarchique et de


la relation entre buts et fins comme point de départ, Bookchin a
développé une perspective politique qui a eu un impact considérable
sur, en particulier, le mouvement écologiste nord-américain. Sa
popularité aux Etats-Unis et au Canada a été étayé par sa théorie
selon laquelle le centre d’attention traditionnel des révolutionnaires
(Marxistes, anarcho-syndicalistes ou communistes anarchistes), la lutte
de classes, n’est plus centrale au projet révolutionnaire. Il a
récemment révisé en certains points sa croyance en le fait que la
révolution sociale dépendrait du développement de styles de vie
oppositionnels et des ‘nouveaux’ mouvements sociaux (féministes,
anti-nucléaires, anti-racistes, etc.). La pensée écologiste sociale, qui
envisage une possibilité de technologie libératrice (une fois libérée de
ses propriétaires) dans une société écologiqte libertaire future, est
entrée en conflit avec un autre courant écologiste se revendiquant de
l’anarchisme, les anarcho-primitivists. La position anarcho-primitiviste
soutient qu’une société non-hiérarchique est impossible tant qu’il
reste une forme de civilisation industrielle et donc que de parler d’une
technologie libératrice est absurde. Alors que de nombreux écrits du
mouvement anarcho-primitiviste (qui est loin d’être homogène) sont
une contrebalance efficace contre les discours technophiles de toutes
origines (dont certaines ‘révolutionnaires’), leur perspective générale
n’a pas de dynamique révolutionnaire et montre souvent un fanatisme
Aspects of Anarchism 54
confus idéaliste et misanthropique en conflit avec l’anarchisme
véritable.

Vers un communisme libertaire écologiste

Aucun mouvement qui se veut révolutionnaire aujourd’hui ne peut


ignorer le besoin de développer une perspective écologiste. Mais cela
ne veut pas dire coller quelques mesures bonnes pour l’environnement
a un programme politique par ailleurs entièrement gris béton. Cela
veut dire s’engager activement avec des forces spécifiquement anti-
capitalistes au sein du mouvement écologiste. Cela veut dire
présenter une analyse anarchiste de lutte de classes des luttes
actuelles contre la destruction de l’environnement à celles-ceux que
cela concerne. Les luttes contre la construction de routes par exemple
sont implicitement des luttes de classe puisqu’elle remettent en
question non seulement la politique gouvernementale actuelle mais la
logique capitaliste elle-même, la logique et le besoin d’expansion. De
même, quand les écologistes parlent de ‘croissance zéro’, les
anarchistes et communistes libertaires doivent montrer la nature
explicitement communiste de cette idée. De même, les anarchistes
doivent comprendre les implications de leurs politiques sur
l’environnement (au sens large). Déjà une dynamique apparait alors
que les limites de la politique traditionnelle deviennent de plus en plus
évidentes alors que le monde et ses habitants doivent choisir entre
une société nouvelle ou une lente annihilation. Si le choix historique
était entre socialisme ou barbarie, il est maintenant entre le
communisme libertaire écologiste ou une mort barbare dans les nuages
de fumées toxiques.

Fédéralisme

Une partie du mouvement anarchiste est collectiviste, dans le sens où


elle maintient que la société anarchiste future sera fondée sur une
série de communautés d’une sorte ou d’une autre. Les communistes
anarchistes en particulier envisage la liberté et la sécurité
individuelles, par example, comme issues de la vie sociale où nous
vivons et travaillons solidaires les un-es des autres. Notre but n’est
donc pas un monde d’individus intéressé-es par leur propre bien-être
au détriment des autres, mais un monde dans lequel la liberté
individuelle se développe et s’exprime pour le bénéfice de tou-tes. La
liberté provient de, et ne s’oppose pas à, la communauté.

Aspects of Anarchism 55
Les anarchistes collectivistes sont malheureusement agrégé-es à tou-
tes les autres anarchistes qui sont dépeinds eux-mêmes par les médias
comme des individus isolé-es qui aiment la terreur. En vérité, à travers
l’histoire et surtout aujourd’hui encore, les anarchistes travaillent en
groupe et certain-es, comme la Fédération Anarchiste, cherchent à
construire des organisations d’importance nationale et internationale.
Nous cherchons à construire un mouvement anarchiste de masse. Le
problème se pose alors, une fois l’individualisme rejeté, de comment
organiser ce mouvement et, on l’espère, la société future, de façon à
maximiser le bénéfice de la solidarité tout en préservant et étendant
la liberté individuelle et collective. Comment, dans notre lutte
révolutionnaire et la transformation de la société, éviter les dangers
de la bureaucratie, des élites et du pouvoir?

Pour citer une anarchiste italien, Errico Malatesta, ‘Une organisation


anarchiste doit... permettre une autonomie et une indépendance
totales et donc une responsabilité complète des individus et des
groupes; le libre accord entre ceux-celles qui pensent qu’il est utile de
se regrouper pour une action cooperative, pour des buts communs; un
devoir moral d’accomplir ses promesses et de ne pas entreprendre
d’action contraire au programme accepté.’ (Il Risveglio, 15 Octobre
1927). En d’autres termes, pour qu’une organisation anarchiste opère
efficacement sur une base de principes, ses membres doivent articuler
liberté et responsabilité, une pleine participation aux prises de
décision et un engagement à mettre en oeuvre les décisions
collectives. Aucune organisation anarchiste ne peut être efficace si
ses membres agissent contre les buts et méthodes collectives. De
même, cependant, aucune organisation ne peut être anarchiste sans
liberté totale de prendre part à la formulation des buts et des
méthodes mais, également, le droit de se retirer de ce processus.

L’Approche fédéraliste

La méthode habituelle qu’ont adopté les anarchistes pour articuler


liberté et organisation est le fédéralisme. Cette idée est l’inverse de la
forme d’organisation standard dans laquelle les décisions sont prises
au sommet par une élite et appliquées par les subordonné-es. Dans un
système fédéral, les membres autonomes de l’organisation, organisé-
es en groupes ou branches à la base, prennent les décisions qui sont
appliquées par l’organisation. Le pouvoir politique coule de la base
vers le sommet ou plutôt de la circonférence vers le centre puisque
l’organisation anarchiste est horizontale (fondée sur l’égalité), et non
Aspects of Anarchism 56
verticale (fondée sur l’inégalité et la hiérarchie). Les organisations
anarchistes doivent être l’expression de la voix collective et non des
centres de direction qui contrôle des individus.

L’unité de base est la-le membre qui rejoint librement l’organisation.


D’habitude, il-elle fait partie d’un groupe local ou professionnel qui
accepte librement de faire partie d’une unité plus large par exemple
au niveau régional. Cette région est alors affiliée à un corps national
qui fait partie au final d’une fédération internationale. Le groupe le
plus local prend les décisions qui l’affecte et qu’il est le mieux placé
pour prendre. Les petits collectifs peuvent décider de comment vivre
et travailler ensemble, cela n’a que peu d’impact à l’extérieur. Une
commune peut décider le lieu d’un nouveau centre médical mais
construire un barrage sur une rivière, ce qui a un impact plus large,
doit être décidé par un groupe plus large de toutes les communes
intéressées.

Chaque partie de la société, que sont, bien sûr, les individus qui la
compose, peut influencer l’orientation du tout, ses buts et ses
méthodes. Si un groupe refuse les décisions prises, il a le droit de se
retirer du processus et de son afiliation en entière. Cependant, s’il a
participé à la prise de décision, pour citer de nouveau Malatesta, il a
pour devoir de “ne pas entreprendre d’action contraire au programme
accepté” tant qu’il reste dans les limites du tout: organisation,
commune ou fédération.

Pour qu’un système fédéral opère de façon anarchiste, il doit y avoir le


plus fort degré possible d’implication de ses membres, libre
communication et des contrôles sur le travail des ‘chefs’ ou
‘fonctionnaires’, par la rotation des positions de représentation, le
changement régulier et extraordinaire des délégués et une
interdiction des postes permanents. Strictement parlé, dans les
sociétés et organisations anarchistes, il n’y aura pas de positions
officelles et pas de personnes officielles pour les occuper. Chaque
partie de l’organisation et de la société se représente directement par
les moyens de communication de masse accessibles à tou-tes les
intéressé-es et par des délégué-es temporaires, parfois tiré-es au
hasard. Au final, cependant, la santé de l’organisation dépend et
reflette l’enthousiasme et l’engagement de celles-ceux qui la
compose.

Les sociétés anarchistes comme les organisations anarchistes


Aspects of Anarchism 57
opèreraient de façon fédérale. La société serait une ruche ou une
dentelle ou des groupes, collectifs ou communes interconnectés,
prenant parfois des décisions pour eux-mêmes (mais partageant
l’information de ces décisions avec d’autres) et se groupant parfois
avec d’autres groupes pour prendre des décisions communes et agir
ensemble. Chaque groupe aurait le droit à l’auto-détermination en ce
qui concerne ses affaires et le droit de sécession dans des
circonstances extrêmes. Le groupe social de base (pour des décisions
affectant ceux-celles qui vivent dans un même lieu) serait sans doute
le groupe de voisinage et le groupe d’affinité pour celles-ceux qui
travaillent ensemble ou coopèrent d’autre façon. Ceux-ci se
fédèreraient probablement en groupes plus larges, région ou province
ou association. Des délégué-es de groupes et communes traiteraient
des problèmes qui demandent leur coopération. Il y aurait une limite
naturelle à la complexité de cette forme d’organisation puisqu’à un
certain point la coopération cesse d’être plus efficace que les niveaux
locaux.

En pratique

Le fédéralisme est une forme d’organisation aisée qui allie la liberté


individuelle et locale maximale aux décisions collectives. Il permet de
plannifier à grande échelle par négociation, coopération et accord
mutuel, que cette plannification soit faite par un groupe d’anarchistes
ou une société anarchiste entière. Il assure, avec son droit vital de
sécession, toutes les minorités contre les majorité potentielles.
Cependant, bien qu’un tableau idéal, le fédéralisme seul ne peut créer
ou préserver une société libre. Il doit s’accompagner de la destruction
du pouvoir centralisé, de la hiérarchie, de l’autorité et de l’inégalité.
Là où ceux-ci sont préservés, la liberté est un leurre et toute
fédération vide de sens, un fait qui serait révélé dès qu’un groupe
s’oppose à un autre. En théorie, l’ancienne Union Soviétique était
une fédération de républiques qui disposaient du droit de sécession.
En réalité c’était probablement la nation la plus centralisée du
vingtième siècle. La structure fédérale de la Yougoslavie était tout
aussi fausse. Lorsque l’autorité centrale échoua, comme elle le fit dans
les années 90, les nationalismes locaux et rivaleries ethniques ont
réemergé et les pseudo-fédérations se sont désintégrées avec des
conséquences désastreuses. Aucune fédération fondée sur des
inégalités sociales, nationales ou entre groupes et qui ne comporte
aucun des aspects de la vision anarchiste ne peut former la base de
l’organisation anarchiste ou mener à bien la tâche de la révolution.
Aspects of Anarchism 58
C’est la tâche des anarchistes révolutionnaires et de la classe ouvrière
de la créer.

Internationalisme

L’internationalisme, c’est la solidarité des révolutionnaires par-delà les


frontières nationales. C’est une partie clef de la lutte de classe. Les
deux derniers siècles environ ont vu les états-nations glorifier le
patriotisme et le nationalisme. Comme outil de contrôle social, cela
s’est prouvé très efficace. Des millions de gens, en effet, ont sacrifié
leurs vies pour la nation. La première et seconde guerres mondiales ne
sont que les exemples les plus flagrants du processus continu
d’agression que les nations-états emploient contre leurs rivales.

Effondrement de l’ancien ordre mondial

Avec l’effondrement du ‘communisme’ léniniste à travers le monde, le


vide idéologiquea été en grande partie comblé par le nationalisme.
Cela est porté jusqu’à l’absurde dans des pays tels que l’ex-
Yougoslavie, ou des mini-états s’affrontent pour leur fierté nationale
et leur auto-détermination. Cependant, le nationalisme qui a été si
puissant au vingtième siècle va à l’encontre de tout le développement
du capitalisme. Le capitalisme est au moins internationaliste, du moins
en ce qui concerne les compagnies les plus importantes. Ces
entreprises sont immenses, emploient des centaines de milliers de
travailleur-ses dans différents pays et leur capital dépasse celui des
nations du monde de secong rang. Des compagnies telles que ICI,
Exxon, General Motors, Coca Cola, Sony, etc, bien que basées dans
des nations-états, n’ont pas de loyauté envers un quelconque pays.
Leur but est de croître et d’augmenter leurs profits. Elles ne veulent
pas être freinées par des gouvernements nationaux. En partie à cause
de ce fait de la vie capitaliste et en partie pour s’assurer la domination
des marchés mondiaux, des nouvelles rivalités impérialistes émergent.
L’ALENA, la communauté européenne et les ambitions du Japon
autour de la bordure du Pacifique ont tous pour buts d’assurer la
domination des marchés mondiaux.

Le Besoin d’unité

Pour ces simples raisons, il est essentiel que le mouvement


révolutionnaire ouvrier cherche l’unité. Cependant,
l’internationalisme des travailleur-ses n’est pas seulement une
Aspects of Anarchism 59
réponse à la menace internationale du capitalisme. L’internationalisme
date du dix-neuvième siècle et tout particulièrement de la création de
l’Association Internationale des Travailleurs (Première Internationale).
Il y eut une prise de conscience du besoin d’un un mouvement
révolutionnaire international. Malgré les manipulations cyniques des
socialistes tels que Marx, qui ont préféré ruiner la Première
Internationale plutôt que de la laisser tomber sous l’influence des
anarchists, et le patriotisme et le chauvinisme qu’ont montrés les
partis socio-démocrates qui ont mit fin à la Seconde Internationale à la
veille de la première guerre mondiale, l’internationalisme a été une
menace continue. La Troisième Internationale de Lénine était un outil
des Bolchéviques, devenant sous Staline une voie éhontée de la
politique étrangère soviétique.

Ces pseudo-internationalismes n’invalident pas la nécessité de


solidarité internationale mais la rendent d’autant plus vitale. Alors que
le capitalisme cherche la conformité à travares le monde,
l’internationalisme invite et soutient les diversités des peuples. Il est
anti-raciste et cherche une unité fondée sur la reconnaissance et la
célébration de nos différences et de nos similarités.
L’internationalisme est une affirmation positive de la solidarité de
tou-tes les travailleur-ses exploité-es et opprimé-es.
L’internationalisme est également un outil tactique pour permettre à
la classe ouvrière révolutionnaire de renverser le capitalisme. Si le
capitalisme est internationaliste, la classe ouvrière doit l’être
également. Etant donné les importantes différences de
développement économique entre les pays, il serait surprenant que la
révolution ne survienne simultanément à travers le monde. Il est bien
plus probable que la révolution survienne à l’intérieur de frontières
nationales. Alors, la solidarité internationale devient vitale pour
défendre une révolution isolée et la propager à plus large échelle.

La Révolution

Nous devons éviter le piège de penser que les révolutions sont


condamnées à succomber aux forces impérialistes mondiales. Le fait
que les Etats-Unis, par exemple, dispose d’un large arsenal ne signifie
pas qu’ils peuvent l’utiliser ou qu’il peut être efficace. L’example de
l’échec des etats-Unis contre le seigneur de guerre Aideed en Somalie
est un exemple des limites de l’intervention armée. La jeune
révolution ouvrière, même si elle est d’abord cantonnée à un ou deux
pays, a de bonnes chances de réussite si elle a le soutien des
Aspects of Anarchism 60
travailleur-ses à travers le monde. Un tel soutien peut inclure des
grèves, des boycotts et des mobilisations pour la révolution chez soi.
En dernier lieu, l’internationalisme n’est pas qu’un moyen pour
l’objectif révolutionnaire. C’est un but en lui-même, au sens où les
frontières nationales et le nationalisme seront abolies. Il y aura une
fédération internationale de peuples. Pour la première fois le monde
n’appartiendra à personne et à tou-tes.

Vive l’Internationale!

Violence révolutionnaire

La question de la violence a longtemps été controversée au sein du


mouvement anarchiste. Le mouvement anarchiste des débuts, que
l’on associe à Michel Bakounine, était ouvertement insurrectionnel et
les communistes anarchistes de la fin du dix-neuvième siècle
estimaient les actes terroristes à l’encontre des oppresseur-ses
parfaitement légitimes. Kropotkine, Malatesta et d’autres ont soutenu
des actions de ‘propagande par le fait’. Cette idée mettait en avant
l’importance des actions exemplaires telles que les grèves, les
occupations de bâtiments publics, etc, par de petits groupes de
révolutionnaires qui mettrait feu à une situation révolutionnaire
préexistante. Elle est bien vite devenue l’idée selon laquelle des
individus convaincu-es ont attaqué personnellement des rois,
présidents et capitalistes. Etant donné la sévère répression dans
beaucoup de pays européens et d’Amérique du Sud (par exemple en
France avec la répression sanglante de la Commune) et la difficulté
d’agir ouvertement, cela était compréhensible. L’état, par le biais des
médias, a pu associer violence et anarchisme de façon à ce que ces
idées sont devenes presque interchangeables auprès du public, au
détriment du mouvement. Aujourd’hui, beaucoup de soi-disant
anarchistes rejettent toute la tradition révolutionnaire. Alors,
comment les anarchistes révolutionnaires devraient-ils approcher
cette question?

La première remarque à faire, c’est que ce sont les états, agissant en


défense des privilèges et de l’exploitation, qui pratiquent la violence à
grande échelle. L’assassinat de chefs d’état devient presque
insignifiant quand on le compare aux actions quotidiennes de l’état.
Les états sont au sens propre des violences organisées. Les forces
armées, la police, les prisons, etc. sont les formes institutionnelles
utilisées pour protéger l’ordre établi. Et l’ordre établi est en lui-même
Aspects of Anarchism 61
violence car il signifie pauvreté de masse, manque de logements,
d’accès à la santé et désespoir. Si quiconque remet en question la
terreur légale quotidienne, elle-il se trouve face au poing répréssif de
l’état.

Violence d’état

Et les états ne se contentent pas d’infliger leur violence à leurs


populations soumises, mais apprécient l’opportunité de l’appliquer à
d’autres. Le bombardement d’Hiroshima et de Nagasaki en sont peut-
être les plus terribles exemples. Certains chefs, tels qu’Hitler et
Staline, ont excéllé à massacrer des millions dans leur pays et à
l’étranger. Comparé à l’horreur de la violence de masse commise par
les états, les assassin-nes et révolutionnaires de l’histoire doivent être
vu-es pour ce qu’elles-ils étaient: des individus héroïques bien que
dans l’erreur, agissant en légitime défense contre la violence d’état
habituelle. A l’exception des pacifistes, la plupart des gens acceptent
le principe de légitime défense. Se défendre ou défendre sa famille est
volontiers compris et accepté. Défendre une classe exploitée et
opprimée dont on fait partie n’est qu’une extension de ce principe.
User de violence mesurée et appropriée contre l’incarnation de la
violence qu’est l’état n’est rien d’autre qu’une contre-attaque. Une
insurrection violente ou une grève générale doit être vue en ces
termes: défense légitime, justifiée et nécessaire contre le monstre de
l’état capitaliste. Quiconque refuse de reconnaître cette nécessité
accepte le ‘droit’ de l’état capitaliste de nous dévorer.

On doit cependant considérer un élément clef: les actes de violence


individuels, en effet, aussi bien intentionnés soient-ils, justifié par la
colère, la pauvreté ou le désespoir, sont généralement contre-
productifs. La terreur individuelle et les conspirations de groupe sont
facilement contenues par l’état. Plutôt que d’inspirer les masses à
s’insurger, elles les horrifient en général, surtout étant donné la
machine de propagande dont dispose l’oppresseur. La violence
révolutionnaire de masse est toutefois différente si elle exprime la
détermination de mettre un terme à l’exploitation et à l’oppression.
Et elle prend plusieurs formes. La prise d’usines, de banques et
d’autres propriétés est de nature violente puisqu’elle les enlève de
force à leurs propriétaires. Ne pas le faire serait capituler au système
d’exploitation. Les révolutionnaires anarchistes défendent toutes les
méthodes que les opprimé-es utilisent contre l’ennemi-e, depuis les
manifestations paisibles et légales jusqu’au soulèvement violent
Aspects of Anarchism 62
inclus. La violence comme but en elle-même n’est pas justifiée et, en
effet, dans des situations révolutionnaires, les travailleur-ses ont eu
tendance à rechigner à en user. Pas l’état, qui s’il s’octroit une
victoire à n’importe quel stade de la lutte de classes inflige une
terreur de masse à ses ennemi-es, le peuple. Quiconque en doute
devrait jeter un oeil aux lendemains de la Commune de Paris dans les
années 1870 ou de la guerre civile espagnole dans les années 1930.

La violence révolutionnaire est l’expression claire du refus des masses


de continuer à vivre selon l’ancien système. Parfois, cependant, des
minorités déterminées, souvent inspirées par le Marxisme-Léninisme,
ont réussi à prendre contrôle de tels mouvements à leurs propres fins.
La révolution d’octobre 1917 a mené à la création d’un des états les
plus brutaux au monde. Cette erreur ne doit pas se répéter. Soit la
révolution se charge d’éliminer l’état une fois pour toute, soit elle ne
fait qu’apporter une nouvelle forme d’oppression.

L’Etat et la violence

Durant les dix dernières années, à travers le monde, la classe ouvrière


a été la cible d’attaques de plus en plus nombreuses. Le chômage de
masse est maintenant perçu comme normal par celles-ceux qu’il
n’affecte pas, inévitable ou comme un effet du développement. Il y a
eu une ample redistribution des richesses des pauvres vers les riches,
ce qui a laissé des millions de personnes dans un état de misère. Des
impôts exceptionnellement régressifs ont réduits des millions de
personne à la précarité. La violence raciste inspirée par l’état est
ordinaire dans certains quartiers de nos villes. Dans un tel contexte,
est-il surprenant d’assister à des accès de violence quasi-
insurrectionnels? L’émeute à Trafalgar Square contre la Poll Tax était
une expression claire et bienvenue de colère de classe, comme
l’étaient les groupes qui immobilisaient les voitures et résistaient à la
police durant la longue grève des mineurs de 1984-85. Lorsque des
noir-es mettent en place des groupes d’auto-défense contre les
attaques racistes, ils ont raison. Lorsque des manifestants répondent
aux provocations de la police, ils ont raison. Quand une classe entière
se soulève contre l’état et le capitalisme, elle a raison.

Quand on lit les témoignages de celles-ceux qui subissent une mort


souvent horrible dans la lutte pour la survie, massacré-es par des
seigneurs de guerre, mourant de faim dans des régions isolées ou de
maladies dans des ghettos urbains, peut-être celles-ceux qui
Aspects of Anarchism 63
condamnent la violence révolutionnaire commenceront à y voir plus
clair: le capitalisme et l’état ne vont pas disparaître ou se réformer. Ils
doivent être détruits, et malheureusement la violence de la classe
ouvrière est presqu’assurément un ingrédient nécessaire de ce
processus.

Terrorisme

Les anarchistes ont souvent été associé-es à la violence irréfléchie


dans l’imagerie populaire. On peut voir L’Agent Secret à la télé et on
lit souvent dans les journaux qu’il y a eu des ‘émeutes menées par des
anarchistes’. Alors, qu’ont fait les anarchistes pour mériter ça? La
classe dirigeante a toujours utilisé le terme anarchiste comme une
insulte, avant même que le mouvement anarchiste n’émerge au dix-
neuvième siècle. Les leaders actuel-les ne manquent jamais une
occasion de nous diffamer non plus. Mais les anarchistes n’y sont pas
tout à fait pour rien. A la fin du dix-neuvième siècle, beaucoup
d’anarchistes, impatienté-es par les lents résultats de la ‘propagande
par les mots’, ont développé la théorie de la propagande par le fait. Au
départ, elle consistait en l’action de groupes déterminés de
révolutionnaires par des manifestations, insurrections et d’autres
formes d’action directe et collective pour faire éclater une situation
déjà potentiellement révolutionnaire. Mais dans les décennies qui
suivirent elle devint synonyme d’assassinats d’individus: si les
militant-es anarchistes prenaient les devant et attaquaient
physiquement les membres de la classe dirigeante, cela devait inspirer
la classe ouvrière à la révolution.

Echec

Cette théorie fut un échec total. Elle causa la mort de peut-être une
vingtaine de dirigeant-es important-es (qui ont été facilement
remplacé-es) et le mouvement anarchiste entier en a sévèrement
souffert. Cela a donné l’excuse aux gouvernements pour passer des
lois répressives visant à détruire le mouvement ouvrier et à faire
monter une hystérie anti-anarchiste. Le communiste anarchiste russe
Kropotkine, qui avait été un ardent défenseur de ces tactiques, fut
l’un des premiers à se rendre compte qu’elles étaient erronnées. Dans
une série d’articles de 1890, il écrit: ‘On doit être avec le peuple, qui
ne veut plus d’actes isolés, mais qui veut des hommes (sic) d’action
dans ses rangs’. Il continue en mettant en garde contre ‘l’illusion que
l’on peut vaincre la coalition des exploiteurs à l’aide de quelques kilos
Aspects of Anarchism 64
d’explosifs’. Il est clair que comme moyen vers la révolution sociale, le
terrorisme ne mène à rien. Si c’est le cas, alors pourquoi des groupes
terroristes existent-ils aujourd’hui?

La réponse évidente est bien entendu que les terroristes


d’aujourd’hui ne s’intéressent pas à la révolution sociale. La plupart
sont impliqué-es dans des luttes de libération nationale, sont
marxistes-léninistes, ou les deux. Ils sont d’ordinaire des avant-
gardistes autoritaires de premier ordre. A leur façon, ces groupes sont
parfois victorieux, puisqu’ils ‘libèrent’ un pays ou établissent une
nouvelle dictature appellée ‘socialisme’. Les anarchistes n’ont pas de
temps à consacrer à celles-ceux-là qui veulent devenir les maître-sses
de demain. Cependant le terrorisme retient toujours une fascination
pour celles-ceux qui se considèrent habituellemnt anarchistes. Cela va
des supporters que l’on voit arborer le tee-shirt de leur groupe
terroriste préféré, aux femmes-hommes d’action qui pensent qu’il
nous faut prendre les armes dès aujourd’hui. Cela peut s’expliquer par
l’impatience et le manque de compréhension de ce que signifie la
révolution sociale. Pour créer une société communiste anarchiste, les
travailleur-ses doivent détruire la structure de pouvoir actuelle et
prendre le pouvoir en mains propres. Les groupes terroristes ne font
rien pour avancer vers cet objectif. En étant une élite armée, ils
prennent le rôle d’une avant-garde qui résoudrait les problèmes du
peuple pour lui. Les anarchistes devraient être capables de voir les
travers de n’importe quel groupe qui a l’arrogance de penser pouvoir
régler les problèmes du monde par soi-même. Tout au moins cela peut
mener à d’avantage de divisions au sein de la classe ouvrière: entre
chefs terroristes et suiveur-ses passif-ves. Au lieu d’encourager les
gens à penser et agir par elles-mêmes, les terroristes cherchent à
contrôler les luttes à leurs propres fins. Comme dit Gerry Adams,
président du Sinn Fein: ‘Ceci est un message pour les jeunes:pas de
détournements, pas de vols de voiture, pas de lancer de pierres aux
Britanniques. Si vous avez envie de faire ça, il y a des organisations
qui le font pour vous’. Même les groupes terroristes qui se
revendiquent anarchistes ne peuvent échapper à ler nature avant-
gardiste. Un-e ‘anarchiste’ du Mouvement du 2 Juin en Allemagne de
l’Ouest déclarait: ‘L’analyse de l’impérialisme nous montre que les
luttes ne commencent plus en métropole, il n’est plus question de la
classe ouvrière mais ce qu’il faut c’est une avant-garde en métropole
qui déclare sa solidarité avec les mouvements de libération du Tiers-
Monde’. Ceci n’est guère une position communiste libertaire.

Aspects of Anarchism 65
Notre rôle

Le travail des révolutionnaires, c’est de clarifier et de coordonner les


luttes en tant que membre de la classe ouvrière. Dans les périodes
non-révolutionnaires, les communistes anarchistes seront une
minorité consciente avec la primauté de leurs idées. Nous devons
toujours pousser pour que les luttes aillent aussi loin que possible et
soient liées à d’autres mouvements. Cependant, nous ne devons
jamais sous-estimer notre propre importance et nous ne devons jamais
oublier que quand les révolutions éclatent les organisations
révolutionnaires sont souvent prises au dépourvu. Un autre problème
qu’on doit se poser quand on traite du terrorisme est l’usage de la
violence. En posant des bombes dans des lieux publics, les terroristes
montrent de nouveau leur arrogance et un mépris problématique pour
la vie humaine. Dans toute campagne d’explosion, qu’il s’agisse de
bombes aériennes, de voitures ou de colis explosifs, il y a
obligatoirement des victimes civiles. Même si cela ne pose pas de
problèmes pour les autoritaires du gouvernement ou des
gouvernements terroristes en devenir, c’est inacceptable pour des
révolutionnaires. Nous rejetons la violence aléatoire du terrorisme
mais nous ne sommes pas pacifistes non plus.

Selon nous, les tactiques violentes et non-violentes sont polarisées à


tort. Beaucoup d’actions de masse ne comprenne pas de violence,
d’autre oui. Les grandes manifestations et grèves peuvent souvent
dégénérer violemment et nous devons accepter le besoin de se
défendre. Les groupes tels que ceux issus des grèves de mineurs sont
l’expression franche de la résistance ouvrière. Il serait idiot de rester
dans des tours d’ivoire de principes idéalistes en les condamnant.

En tant qu’anarchistes nous devons constammant combattre dans tous


les aspects de la vie pour faire avancer le processus révolutionnaire.
Parfois nous devrons nous défendre contre la violence de nos
ennemis. Mais aussi dure que soit la lutte, ou aussi frustré-es que nous
laisse l’échec, nous ne devons jamais oublier cette ancienne
déclaration: ‘l’émancipation des travailleur-ses doit être l’oeuvre des
travailleur-ses elles-eux-mêmes’. Les groupes élitistes quels qu’ils
soient ne sont qu’un obstacle à cela.

Aspects of Anarchism 66
Buts et Principes

1. La Fédération Anarchiste est une association d'anarchistes


révolutionnaires reconnaissant la lutte des classes. Nous visons
l'abolition de toute hiérarchie, et luttons pour créer une société
mondiale sans classes: le communisme anarchiste.

2. Le Capitalisme est fondé sur l'exploitation de la classe ouvrière par la


classe dirigeante. Mais l'inégalité et l'exploitation s'expriment aussi en
termes de race, de sexe, de sexualité, d'aptitude, d'âge ainsi qu'au
niveau de la santé, et dans ce sens une partie de la classe ouvrière en
opprime une autre. Ceci nous divise, provoquant un manque d'unité
de classe, dans un combat qui profite à la classe dirigeante. Les
groupes opprimés deviennent plus fort lorsqu'ils agissent d'une façon
autonome en contestant les rapports de pouvoir sociaux et
économiques. Il faut abandonner le pouvoir de l'un sur l‘autre à un
niveau individuel aussi bien que politique pour atteindre notre
objectif.

3. Nous croyons que combattre le racisme et sexisme est aussi


important que les autres aspects de la lutte des classes. On ne peut
pas arriver au communisme anarchiste tant que le racisme et le
sexisme existent. Afin d'être efficaces dans leur lutte contre leur
oppression au sein de la société et de la classe ouvrière, ils se peut
que les femmes, les homosexuels/lesbiennes et les Noirs aient besoin
de s'organiser de façon indépendante. Cependant, il faudrait que ce
soit en tant que femmes, homosexuels/lesbiennes et les Noirs de la
classe ouvrière, puisque les mouvements interclassiste cachent les
vraies différences de classes et sont peu efficaces. Sans l'abolition du
capitalisme, l'émancipation complète est impossible.

4. Nous nous opposons à l'idéologie des mouvements de libération


nationale qui prétend qu'il ya un intérêt commun entre la classe
ouvrière et le patronat du même pays devant la domination étrangère.
Nous sommes en faveur des luttes prolétaires contre le racisme, le
génocide, l'ethnocide, el le colonialisme politique et économique.
Nous nous opposons à la création d'une classe dirigeante quelle qu'elle
se soit. Nous rejetons toutes formes de nationalisme, puisque ceci ne
sert qu'à redéfinir les divisions au sein de la classe ouvrière mondiale.
La classe ouvrière n'a pas de patrie et il faut éliminer les frontières
nationales. Nous cherchons à construire une internationale anarchiste
pour travailler avec d'autres révolutionnaires libertaires partout dans le
Aspects of Anarchism 67
monde.

5. En parallèle à l'exploitation et l'oppression de la plupart des gens, le


Capitalisme menace le monde par la guerre et la destruction de
l'environnement.

6. Il n'est pas possible de supprimer le Capitalisme sans révolution, qui


émergera de la lutte des classes. La classe dirigeante doit être
complètement renversée pour réaliser le communisme anarchiste.
Parce que la classe dirigeante n'abandonnera pas le pouvoir sans
recours la force armée, cette révolution constituera une période de
violence aussi bien que de libération.

7. Les syndicats, de par leur nature, ne peuvent devenir des véhicules


pour la transformation révolutionnaire de la société. Pour fonctionner,
il faut que le capitalisme les accepte, donc ils ne peuvent jouer de rôle
dans son renversement. Les syndicats divisent la classe ouvrière (entre
les salariés et les chômeurs, le commerce et l'artisanat, entre les
ouvriers qualifiés et non qualifiés). Mêmes les syndicats anarcho-
syndicalistes sont contraints par la nature fondamentale du
syndicalisme. Tout syndicat doit pouvoir contrôler sus membres afin
de traiter avec la direction. Ils négocient pour réaliser une forme
d'exploitation plus équitable pour le personnel. Les intérêts des
dirigeants et des représentants seront toujours différents des nôtres.
La classe patronale est notre ennemie. Pendant que nous nous
battons contre elle pour de meilleures conditions, nous devons nous
rendre compte qu'elle peut revenir sur les réformes réalisées
aujourd'hui. Notre objectif final doit être l'abolition complète de
l'esclavage capitaliste. Ce n'est pas en œuvrant dans un syndicat que
nous pourrons atteindre cet objectif. Cependant, nous ne disons pas
aux gens de quitter les syndicats jusqu'à ce que leur existence soit
rendue inutile par l'événement révolutionnaire. Le syndicat est un
point de départ commun à beaucoup d'ouvriers. Les initiatives de la
base peuvent nous fortifier dans la lutte pour le communisme
anarchiste. L'important est de nous organiser collectivement, en nous
battant pour que les ouvriers contrôlent leur luttes eux-mêmes.

8. La véritable libération ne peut se réaliser que par l'activité


révolutionnaire autonome de la classe ouvrière à une échelle de
masse. Une société communiste anarchiste signifie non seulement la
coopération entre égaux, mais aussi leur participation active en ce qui
concerne la mise en forme et la création de cette société pendant et
Aspects of Anarchism 68
après la révolution. En temps de trouble et de lutte, les gens auront
besoin de créer des organisations révolutionnaires contrôlées par tous
ses membres. Ces organisations autonomes seront en dehors du
contrôle des partis politiques, et en leur sein nous apprendrons
beaucoup en ce qui concerne l'activité autonome.

9. En tant qu' anarchistes nous nous organisons dans tous les domaines
de la vie pour faire progresser le processus révolutionnaire. Nous
croyons qu'une organisation anarchiste importante est nécessaire pour
nous aider à cette fin. Contrairement à d'autres soi-disant socialistes
ou communistes, nous ne voulons ni pouvoir, ni domination pour notre
organisation. Nous savons que la révolution ne sera effectuée que
directement par la classe ouvrière. Pourtant, il faut que la révolution
soit précédée par des organisations qui peuvent convaincre les gens
de l'alternative et de la méthode communistes anarchistes. Nous
prenons part à la lutte en tant que communistes anarchistes, et nous
nous organisons de façon fédérale. Nous rejetons le sectarisme et
travaillons pour un mouvement anarchiste révolutionnaire unifié.

Vous voulez en savoir plus? Contactez l’AF:


BM ANARFED, LONDON WC1 3XX, Angleterre, Royaume-Uni
E-mail : info@afed.org.uk Web: http://www.afed.org.uk

Internationale des Fédérations Anarchistes:


www.iaf-ifa.org

Aspects of Anarchism 69