You are on page 1of 16

Plan

:
Introduction
1. Caractéristiques sociodémographiques et économiques du Maroc
Répartition de la population
2. Les inégalités sociales
3. Les disparités régionales
Les disparités naturelles
Les disparités en services public ( santé et éducation)
3. La régionalisation avancée
Conclusion

en décortiquer les causes. les conséquences et peut-être essayer de remettre en question les solutions adoptées pour en faire face. technologie.. synonyme du secteur primaire d’agriculture. le niveau de vie. qui se propose de mesurer les disparités et les inégalités entre les régions du royaume du Maroc. industrie.) souciant de combler des besoins secondaires voire des désirs latents chez la population. éducation. coincées dans les plus basiques des besoins selon la pyramide de Maslow (eau. et en survolant un peu les inégalités sociales.) Donc le but de ce rapport serait la discussion de ces différentes disparités. alors que d’autres régions vivent la misère dans toutes ses formes. électricité. la densité de population et le taux de chômages. et ce en attaquant abord le niveau de développement humain. de pêche et d’énergies. Les inégalités sociales Quelques fractures au niveau de services publics Histoire de mettre l’accent sur les richesses parfois très concentrées. et ce en procédant par secteur d’activité à savoir :    Les inégalités en matière de ressources naturelles. Tout en s’intéressant à la thématique de la volatilité de l’économie du Maroc et son dépendance aux aléas de la nature. nourriture. . On trouve des régions développées (services. le développement inéquitable entre l’urbain et le rural.Introduction : Le sujet que j’ai choisi tourne autour d’une thématique assez délicate. Pour ensuite entamer les secteurs où ces inégalités régionales se révèlent encore plus flagrantes.

Donc la population a connu une croissance étonnante en 20ème siècle. Parce que 116 ans avant. surtout durant la génération des années 1950 où la fécondité atteint son summum. pour connaitre par la suite une transition démographique extrêmement rapide. Après il convient de constater les disparités de concentration de la population entre le rural et l’urbain à travers les années. les industries et le secteur tertiaire sont concentrés dans les villes à dominance urbaine. Ce fut l’un des facteurs fondamentaux qui ont amplifié encore plus les disparités de la concentration de la population à travers les régions du Maroc. comme le montre le tableau suivant : Pourquoi une telle répartition ? En 2014. . Et qui varie entre les milieux urbain et rural et selon la classe sociale bien-sûr. Et ce dû à plusieurs raisons à savoir notamment :    Concentration dans le littoral vu le niveau de vie assez digne Facilité d’accès et proximité des services publics. écoles… Plupart des emplois dans le public. Sans comparer autant la densité de population par km² en considérant la superficie qui atteint les 350 habitants par kilomètre² à Casablanca. infrastructure routières.Répartition de la population du Maroc : Avant de parler d’une certaine répartition de la population marocaine. hôpitaux.5 enfants par femme. versus 1 à 2 habitants dans des régions du sud.5 à 2. plus d'un tiers de la population marocaine habite désormais sur l'axe CasablancaKenitra. le Maroc ne comptait que 6 millions d’habitants. il faut retracer l’histoire de l’évolution de cette population. qui passe entre 1982 et 2004 de 5.

Mais il n’y a rien de tel pour réduire les inégalités à la base que de redistribuer la richesse pour permettre à tous les citoyens d’accéder à un niveau de vie décent. - Solidarité entre les membres De la famille proche dans un premier lieu. on trouve des disparités entre les villes. Sur ce.Et même au sein des régions. le Danemark) plutôt réduire un minimum ces inégalités ? - Mieux redistribuer les richesses. mais il convient mieux de parler au niveau des villes. à tous les niveaux Un débat oppose ceux qui voudraient redistribuer la richesse et ceux qui pensent qu’il faut réduire les inégalités « primaires » (avant redistribution). . où les différences sociales sont encore plus flagrantes ! On retrouve dans une seule ville des palais et des voitures de luxe. Du coup on ne peut parler de disparités régionales au Maroc.395 contre 0. puisqu’elles datent d’avant le protectorat français sur le Maroc. Est-ce grâce à leurs intellects ? Talents extraordinaires ? Leurs inventions ? Leurs entreprises industrielles ? Est-ce qu’on a rendu les richesses à ceux de droits ? Est ce qu’on les a réparties équitablement sur le peuple ? Ou est ce qu’on les a détourné pour enrichir les plus riches et écraser les pauvres ? Mais ce qui mérite d’être discuté est plutôt comment peut-on (ne visant quand même pas la lune d’un coup et dire éliminer les inégalités sociales pour garantir une vie digne pour chacun d’entre nous et nous comparer au suède. Problématique d’Inégalités sociales au Maroc : Le Maroc avec son indice GINI de 0. de la grande famille ensuite. inutile de rappeler comment les plus riches se sont accaparé leurs richesses à travers les années. avec une dominance d’une seule ville au sein de la région qui peut couvrir jusqu’à 80% de la population. et enfin la solidarité au sein de la société entre les riches et les pauvres pour réduire les écarts entre eux. à quelques pas ce qu’on appelle le Maroc poubelle (bidonvilles) où les gens ne trouvent de quoi manger ou subvenir aux besoins de leurs enfants.455 au brésil. Il est inutile de s’arrêter sur les causes de ces inégalités. est l’un des pays au monde. le reste du rapport concernera des comparaisons et disparité entre les villes au lieu des régions.

6 T 1.Massa .8 T 165.4 0.6% 5.3 T 3 658. les services collectifs. sont des facteurs de réduction des inégalités et porteurs de mobilité sociale.Chrarda .1% 269.Tétouan Chaouia .- Renforcer les services publics : Bien entendu il ne faut se limiter à agir sur la répartition des richesses entre les membres de la population.Es-Semara Souss .4 T 2 032.1% -12.3% Production nette d’électricit é en Million KW/h -- 3 245 10304 1.8% 0.2 9. Or.1 8. on retrouve : Région OUED EDDAHABLAGOUIRA Laâyoune . ne serait-ce qu’un minimum les inégalités dans les générations à suivre et essayer de donner une chance aux pauvres nés pour devenir indépendant à l’avenir.2 H 17.Boujdour Sakia El Hamra Guelmim .2 1% 4 233.3% 7.9 T 45.Drâa Gharb . Répartition des richesses naturelles : Le Maroc dispose de ressources naturelles très diversifiées.Béni Hssen Région Oriental Grand Casablanca Tanger .8 15.3 T 1. parce qu’on aurait toujours à refaire la même chose. de l’éducation à la santé. le logement et la culture.Ouardigha Production eau potable (1000m²) part de produc tion nationa le Part de production nationale 0. et qui se retrouve dans l’obligation d’améliorer et protéger vu leurs importance stratégique et vitale pour le développement de l’économie du pays . du niveau national au niveau local.2 438.5% 68900 -119500 10000 7.Parmi ces ressources naturelles. - Exiger des impôts sur la succession et l’héritage de richesses pour réduire.1% 12405 74020 50783 1.1% -- . en passant par les transports. mais plutôt agir sur les racines de ces inégalités en améliorant la qualité des services collectifs.1 T 29.

mais on ne peut nier que les quantités d’eaux potables dont dispose le Maroc restent insuffisantes (le Maroc est un pays a dominance aride). ainsi que dans les régions de Fès et Boulemane et le thermique dans la l’oriental.5 6.4 H 1.1 H -53. repose notamment sur le thermique et l’hydraulique. qui impliquent des investissements importants et un appel accru au secteur privé.Zaër Doukkala . Et essayer de développer des sources d'électricité renouvelables.1 H 159.6 H 264. en particulier éolienne et solaires qui ne représentent à ce jour qu'entre 3 % et 5 % du parc installé.4 7 2.7 -965.Al Hoceïma Taounate -- -- 18.8 14.. Et les prévisions de 2030 sont encore plus pessimistes. (exemple du bassin hydrique de Oud Sebou qui dispose d’une nappe phréatique importante).Azilal Meknès . concentré notamment dans les régions de Tadla azilal avec plus de 50% de la production nette du pays.Abda Tadla .1 8. le Maroc devrait réduire sa dépendance aux énergies fossiles.Salé Zemmour . Tache qui devient un peu lourde vu que le pays doit faire face à de nouveaux besoins énergétiques.Boulemane Taza .3 Source : Office National de l'Electricité et de l'Eau Potable. L’électricité quant à elle.6 H 1 149330 42600 52679 68750 26026 15. de transport et de distribution. qui devrait être faite de manière efficiente qui évite tout gaspillage d’eau. Mais pour couvrir l’écart d’électricité dont il a besoin. Enfaite le Maroc cherche à atteindre la suffisance voire une certaine indépendance en matière d’électricité généré en essayant de couvrir la consommation nationale en électricité.2% 34.4 5.Tensift Al Haouz 89500 9. .3% 4.Marrakech .2 H 114. L’eau potable qui se concentre dans les bassins hydrauliques au Nord du pays. Et ce pour un pays dont l’économie repose majoritairement sur l’agriculture… D’où la nécessité d’une bonne gouvernance de l’utilisation de l’eau potable surtout en matière d’irrigation des terres. surtout avec les effets de serre. vu le passage de l’eau de son stade d’insuffisance à la rareté. vu la forte volatilité actuelle des prix des énergies fossiles. le développement des capacités de production. En matière d'électricité. notamment en modernisant les techniques d’irrigation comme prévu dans le plan Maroc Vert.Tafilalet Fès .9 Rabat . bien sûr l’hydraulique avec plus de 70%.

Chrarda .Toutefois L'optimisation de la consommation de l’électricité passe par une éducation de l'utilisateur à utiliser modérément cette ressource.Zemmour .Taounate Tanger .4 milles 19709 1 million Souss .1 millions 4 millions Source : Ministère de l'Agriculture et de la Pêche Maritime. A constater aussi que les villes à dominance urbaine ne génèrent pas une production importante en matière des cerceaux.Drâa 60% de la banane 90 979 Gharb .Al Haouz Région Oriental Grand Casablanca 41673 5.Massa . agrumes… .6 millions 5.8 millions 6.Boujdour . ces ressources naturelles sont de faible importance ou quasiment inexistant dans d’autres parties du pays où réside le climat subsaharienne a caractère aride.Es-Semara SAU (hectares) Superficie des reboisement s (hectares) Production des céréales en quintaux 750 SAU irriguée 212 -- 132 SAU irriguée -- -- 79234 289564 3693 85. ou en augmentant le montant de la facture électrique au delà d’un seuil de consommation.3 millions 2.Tétouan 7 millions 794345 541007 595 415 363108 1064357 563650 102 314 3446 3 millions 331.2013 Les sols fertiles au Maroc sont concentrés dans les plaines au Nord Ouest de pays où le climat méditerranéen est dominant.Sakia El Hamra Guelmim .Boulemane Taza .Tensift .4 millions 39 404 20 251 48 559 20 472 95 245 70 195 6 millions 3. Agriculture par région : Région OUED EDDAHABLAGOUIRA Laâyoune .3 millions 6.Ouardigha 832860 964685 Marrakech . Par contre.6 millions 44 571 481 112 47463 324823 Rabat .Tafilalet Fès . Ne serait-ce qu’en utilisant des ampoules à consommation économique d’électricité.Zaër Doukkala .Abda Tadla .Béni Hssen 573293 Chaouia .Salé .Azilal Meknès .Al Hoceïma .8 milles 53 080 2.

Mines (millions de tonnes) par région : Les principaux produits miniers qui sont actuellement en cours d'exploitation au Maroc sont :      Le phosphate : 3e producteur mondial / 1er exportateur (2006) Le charbon: 15e producteur mondial / 7e exportateur Le plomb : 10e producteur mondial. Laayoun et Agadir. millions -138.Salé .Es-Semara Souss .7 millions Source : Office National des Pêches Dans les cotés Atlantiques. L'argent : 10e producteur mondial Le zinc : 16e producteur mondial .Pour ce qui est des forêts.9 millions 137.Boujdour . et regroupe très essentiellement à savoir le chêne verte et le chêne liège.Zaër Façade littorale (km) Volume (en Tonne) Valeur (en DH) 667 488 000 1 654 millions -- 261 000 947 millions -360 140 --150 200 km 98 km 75 Km 129 000 86 000 76 00 -10 506 11 905 18 310 5870 494 millions 564 millions 65.Al Hoceïma .8 mille Tadla . le Rif et la plaine de Maamora. les superficies des reboisements sont majoritaires dans l’Atlas. tandis que le halfa se trouve dans la partie Est du pays.Chrarda . lesprincipaux ports de pêche se trouvent dans els villes de Tantan.Abda 350 km 46.Massa .Ouardigha Marrakech .7 270.Al Haouz Région Oriental Grand Casablanca Rabat .Tétouan deux façades maritimes 7 ports 35 041 311 millions de dirhams ---90 millions de dirhams 393.Sakia El Hamra Guelmim .Drâa Gharb .Boulemane ---- ---- Taza . Pêche par région : Régions du royaume (3500km / 22 ports) OUED EDDAHABLAGOUIRA Laâyoune .Taounate 72 km 7000 Tanger .Zemmour .Béni Hssen Chaouia .8 Doukkala .Tensift .Tafilalet Fès .Azilal Meknès .

il est possible d’agir sur le degré d’industrialisation de ces richesses.Al Haouz : 2. ils sont dispersés dans le pays tel que le phosphate dans la plaine de Khouribga et Youssoufia au Nord et Boukraa au Sud. D’ailleurs le Maroc commence à se rendre compte de l’importance de cet aspect.4 millions = 15. qui ne peut choisir la couleur de sa peau.9 millions= 10. c’est un peu comme la naissance d’un être humain. des Mines.7 mille tonnes de barytine Région Oriental : de 180 000 tonnes de barytine Sources minérales d’autres régions :    Rabat . soit environ 83% Source : Ministère de l'Energie. Principales mines de phosphate :     Chaouia – Ouardigha : 18 Millions tonnes soit 63.Boujdour .Salé . ni choisir des parents riches. Comme cela on peut créer plus d’emplois.7% de la production nationale Doukkala – Abda : 4. éparpillées d’une manière hasardeuse. le Charbon dans l’Oriental Nord et quelques puits de pétroles à Essaouira et Sidi Kassem.Zemmour – Zaër : 76 084 tonnes de Fluorine Fès – Boulemane : 1 419 tonnes de Ghassoul Souss . de l'Eau et de l'Environnement Qu’on est-Il des richesses naturelles du pays ? Les richesses naturelles étaient là depuis la création de la planète terre. et essayer de les vendre après les avoir industrialisé localement.Tensift .Massa – Drâa : Cobalt 22 mille tonnes Cobalt et 48 mille tonnes en fer et en manganèse chimique.Sakia El Hamra : 2. bref des gènes correspondant à son gout. ses cheveux. et l’applique plus ou moins en matière du phosphate puisqu’il .8 millions = 9. Par contre.5% de la production nationale Laâyoune . de façon à réduire le taux d’exportations de ces ressources en état primaire pour les transformer ailleurs. et en tirer plus de bénéfice.8% de la production nationale Marrakech .9% de la production nationale Régions productrices du barytine :    Meknès – Tafilalet : 547 mille tonnes de barytine. Top 4 producteur du phosphate : Pour ce qui est des gisements miniers. et 26 milles de plomb Doukkala – Abda : 14.

il y’a deux types de régions.en est le premier exportateur mondial. où l’état doit intervenir pour investir d’importants budgets pour tenir le coup et monter des projets susceptibles de générer du revenu sur le long terme. le Maroc est totalement dépendant aux aléas de la nature (pluie) vu que son évolution économique en est basée. non douées par la nature. Ou en moins on y retrouve de l’équilibre . Au Maroc. Il faut mentionner quand même que malgré les terres fertiles du Maroc et ses richesses d’agriculture. celles où les villes sont douées par la nature. ainsi que dans d’autres domaines à savoir la fabrication de jus à base d’agrumes au lieu de se limiter à leur exportation en état brute. régi par la protection de la nature et l’exploitation modérée de ses ressources ? (ce point sera discuté en conclusion tout en relevant les majeurs problèmes naturels du Maroc) Les inégalités d’accès aux services publics : Secteur de santé : Nombre d’habitants par médecin (public et privé) . lacune compensée par les importantes quantités de poissons contenues dans leur littoral. Comment peut-on se construire un modèle plutôt stable d’évolution et de développement durable. Et d’autres régions pauvres. où l’agriculture est quasi absente ou totalement irriguée. jusqu’à retrouvaille de l’équilibre après retour sur investissement. comme les régions du sud.

 Le taux le plus bas : Laâyoune Boujdour-Sakia El Hamra (12.  Les régions de Grand Casablanca et de Rabat-Salé-Zemmour-Zaer : 16. Grand Casablanca et Fès-Boulemane : 26% de la population / 53% des médecins.5 % de taux d’analphabétisme. Les Régions de Rabat-Salé-Zemmour-Zaer.  La région de Taza Al Hoceima Taounate : 4046 habitants/ médecins Secteur d’éducation Taux d'analphabétisme des personnes âgées de 10 ans et plus  Les Régions de Taza-Al Hoceïma-Taounate.7 % et 19.8%) Nombre d'élèves par enseignant dans l'enseignement primaire public . Tadla-Azilal : 38.1 % et 35.1%.

Un Maroc composé en deux partie « Maghrib lmkhzen » et « MAghrib siba » et ce pour trancher les amis du mekhzen des militants. Nombre d’étudiants par enseignant dans l’enseignement supérieur public : Université Ibn Zohr-d’Agadir : 76 étudiants par enseignant. Comment peut-on équilibrer l’inégalité entre les régions ? La régionalisation avancée : Les critères de nouvelle décomposition des régions : La première répartition du Maroc retrouve ses sources lors de l’époque coloniale. . Universités Mohammed Ben Abdellah-et Quaraouiyine de Fès (54) Université Ibn Tofaïl.La Région de Guelmim-Es-Semara : 29 élèves/ salle. La Région de Tanger –Tétouan : 41 élèves/ salle. Universités de Mohammed V Souissi et de l’Agdal-Rabat et l’Université Chouaïb Eddoukali d’El Jadida : 21 étudiants par enseignant en 2011-2012.de Kénitra (46).

les principes pris en compte sont notamment : Efficience de gestion des ressources entre les différentes régions. et ce afin d’assurer la sureté et la paix dans les différentes régions du royaume. équipement. établissements. A cet effet. en considérant des aspects historiques. Le projet de régionalisation avancée propose l’adoption d’un plan de mise à niveau social des régions. est ce que ce découpage était fait indépendamment du ministère de l’intérieur ? Bref. Et maintenant la régionalisation avancée.) Homogénéité dans le groupement de quelques régions. Proximité : qui renvoie cette fois-ci à une distance relationnelle . Proportionnalité et équilibre : pour éviter que les grandes villes écrasent les petites . un fonds de mise à niveau social devrait être crée par l’Etat dont le capital varie entre 128 à 215 milliards de dirhams. mais là encore il faut se poser la question. ce fonds sera dédié à la mise à niveau des régions à la norme national ou international dans les secteurs de la santé.Après il a eu après l’indépendance une nouvelle répartition régionale faite par le ministère de l’intérieur. réseaux routiers. Alors le nouveau découpage proposé sert à réduire entre autres les distances et les déplacements non-nécessaires en consolidant sa politique de Décentralisation et en s’investissant plus dans l’E-administration. un exemple illustratif de cela est le groupement de Fès et Meknès. donc c’est par un but de protection et de maitrise. pour consolider les principes d’une bonne gouvernance. De façon à intégrer les régions marginalisées qui n’ont pas assez de potentialités avec les grandes pour leur faire beneficier des grands projets et chantiers de développement (infrastructures. culturels et relationnels entre ces régions . La région devant être un lieu d’identification et un cadre d’implication des acteurs locaux où les citoyens partagent un minimum de repères communs » . qui repose entre autres sur quelques dits principes et critères pour découper.. Accessibilité : réfère à la « distance kilométrique entre deux entités et donc la durée du trajet et le coût du déplacement. d’éducation et d’infrastructures routières.

dans un contexte de compétition et d’ouverture continue à l’international. .Principales critiques : Au niveau de la loi des finances de l’année 2016. création des opportunités d’emploi . on ne constate pas une grande différence au niveau des sommes allouées aux régions et aux établissements qui reflète vraiment l’instauration d’une telle régionalisation. La qualification du capital humain Régional : avec l’externalisation de quelques taches. ou bien qu’elles seront toujours intrinsèquement liées à aux établissements centraux ? Et pour la prise de décisions? et les différentes prérogatives décisionnelles et exécutives qu’on prétend élargir pour plus d’efficience et facilité de contrôle ? est ce qu’il y’aura vraiment une indépendance et une marge de liberté ? ou est ce qu’il y’aurait toujours l’intervention du ministère de l’intérieur. Alors qu’on est-il de l’autonomie financière ? Est-ce qu’on aura des annexes régionales qui sont plutôt indépendants financièrement. et quelques prérogatives décisionnelles. gestion économe des ressources). il faut se poser la question « est ce qu’on a les compétences nécessaires pour reprendre l’activité de offrir des prestations de qualités aux citoyens ? Sinon quelles formations il faut prévoir ? pour quelles catégories d’employés ? Comment motiver les plus vieux ? Les bientôt retraités ? Comment évaluer les acquis du personnel formé ? Comment peut-on intégrer cette régionalisation dans une perspective de développement qui garantie entre autres l’évolutivité et l’adaptation aux exigences futures ? De façon à permettre au pays de faire face aux multiples enjeux présents et futurs (population croissante . urbanisation galopante . rattrapage des retards d’équipement .

des biotopes précieux sont constamment et irrémédiablement perdus. les côtes sont érodées ou sur-occupées. Et ce fut une bonne raison pour le faire autrement. mais pourquoi faire ? Parce que c’est comme cela qu’on le fait depuis toujours. Maintenant pour conclure. solide et insensible aux changements climatiques. n’était pas d’aborder tout simplement les problématiques économiques contemporaines du Maroc. c’était possible de faire un simple petit récapitulatif de tout ce qui a précédé. qui possède des ressources fragiles. La forêt est en recul rapide. quelques conséquences et finir par des solutions et recommandations. Ne serait-ce que la Remise en question de tout. les séances que nous avons partagées nous ont permises de se doter d’un instrument vital. les ressources de la mer en raréfaction. parce que tout le monde fait de même sans la moindre remise en question. Tout cela entraîne un coût environnemental élevé que paient la communauté et les individus. Ce qui laisse à penser. Pour s’arrêter à ce niveau : « mission accomplie ». pourquoi ne pas se construire un modèle non volatile. arrêter de jouer à la roulette russe. le modèle marocain est basé sur l’agriculture. transition bioclimatique et écologique. avaler des faits et opinions sans trop se poser la question pourquoi ? Et pourquoi au juste ? Parce qu’elles sont des vérités absolues. alors que la planification à long terme pour y remédier et les plans d’urgence de sauvegarde sont rarement conçus ou mis en place La prospective d’évolution de l’environnement semble donc plutôt sombre : épuisement des ressources. les espaces steppiques sont menacés par la désertification. et essayer d’avoir un minimum de maitrise de la croissance annuelle comme ce qui est des pays européens ou américains industriels par excellence. Les sols sont très vulnérables et largement soumis à l’érosion. des conditions hygiéniques de la qualité de la vie. si je ne me trompe. Pour chasser de son esprit tout ce qu’il a de figé par la société. suivre un chemin déjà tracé. un peu comme les pays du Golf où le pétrole dirige et influence le taux de croissance annuel . D’ailleurs le cœur objectif du cours. menacées de dégradation rapide. tout ce qui doit être fait. Non ! Loin de là. qui devrait nous accompagner toute la vie durant.Conclusion Le risque de volatilité de l’économie du Maroc a persisté depuis longtemps. qui connait pays qui connait accentuation des effets de serre. dégradation du milieu de vie. sans que ce coût ait forcément le moindre effet curatif. au prix fort. Et passer volontiers de tout développement nuisible de la nature. dépendante des aléas naturels (la pluie) et apparemment la prière du bon dieu pour irriguer les sols Or que Maroc. Des catastrophes naturelles menacent le territoire. pour les faire connaitre. en décortiquer les causes. D’ailleurs le Maroc est toujours . en cas de sur-prélèvement.

sa force. une critique de toute la raison. Des questionnements ! « Puisque tous les philosophes ont négligé d’admettre l’hypothèse. pour finir avec ce qu’il y’a de mieux que les réponses.» Demander à ce qu’un instrument se mît à critiquer sa propre perfection et sa propre aptitude? Que l’intellect lui-même «connût» sa valeur. il suffit de se pencher sur la liberté d’expression au Maroc pour constater les écarts entre le souhaitable et l’appliqué sur terrain pour trancher.coincé dans des discours prêtant illusion à parfaire les choses et trop positiver et maquiller la réalité. l’examen du fondement. ses limites? N’était-ce pas un peu absurde même? . Et pour conclure je partagerai un extrait de « l’aurore » de Frédérique Nietzsche sur la remise en question de tout.