FIÈVRE TYPHOÏDE ET PARATYPHOÏDE

Dr KABERA René
Hôpital Régional de Bossangoa
République Centrafricaine

PLAN

Introduction

Pathogénie

Clinique

Diagnostic

Traitement

Références

16/02/2016

INTRODUCTION
Définition

La fièvre typhoïde (du grec tuphos, torpeur) ou typhus abdominal est
une maladie infectieuse systémique et invasive

Décrite en 1818 par Pierre Bretonneau

Agent causal: Une bactérie de la famille Entérobactérie, du genre
des salmonelles, Entérobactéries bacilles à gram négatifs

4 espèces : Salmonella enterica – Typhi (10x) ou Paratyphi A,B,C. Salmonella
enterica Typhi est encore appelée bacille d’Eberth

16/02/2016

INTRODUCTION
Epidémiologie

OMS: 21 millions de personnes atteintes chaque année et 600000 décès

Pays développés : FT quasi-inexistante

PED : Données sont pauvres et les moyens de diagnostic sont absents ou
biaisés

Bossangoa: ?

16/02/2016

PATHOGÉNIE

Quatre serotypes de salmonella sont adaptés à l'homme, qui en constitue le seul
réservoir et chez qui ils provoquent une maladie spécifique.

Ce sont S. Typhi(bacille d’Eberth), S. Paratyphi A, S. Paratyphi B (bacille de
Schotmüller) et S. Paratyphi C (bacille d'Hirschfeld),

Les germes pénètrent, même en nombre restreint, par voie digestive et après une
incubation assez longue (jusqu'à 3 semaines) traversent la muqueuse intestinale
et envahissent le tissu lymphoïde intestinal (Plaques de Peyer).

De là, le germe passe dans les ganglions lymphatiques mésentériques puis dans
la lymphe et enfin dans la circulation sanguine, ce qui détermine un état
bactériémique.

16/02/2016

16/02/2016

16/02/2016

PATHOGÉNIE

La bactériémie avec sepsis n'est pas une complication accidentelle mais
s'inscrit dans l'évolution normale de la maladie.

Les plaques de Peyer peuvent s'ulcérer et entraîner une perforation
intestinale et une péritonite .

Le malade guéri peut être porteur de germes pendant des mois ou des
années, les bactéries persistant surtout dans les voies biliaires.

16/02/2016

CLINIQUE

La clinique est décrite en 3 septénaires
- Premier septénaire : fièvre + obnubilation,
Deuxième septénaire : fièvre, douleurs abdominales (FID), diarrhée, pouls
dissocié, splénomégalie,
- Troisième
septénaire : les complications (péritonite par perforations du grêle,
cholécystites, hémorragies, …)

16/02/2016

CLINIQUE
Période d’incubation (1er septénaire)

Fièvre, céphalée, asthénie, anorexie, insomnie.

Cet épisode dure une dizaine de jours (8 à 15), pendant laquelle il y a
multiplication des salmonelles dans les ganglions mésentériques ; il précède la
phase de dissémination du germe dans le sang (septicémie).

Phase septicémique: Début (2e septénaire)

Maux de tête (sans raideur de la nuque) ;insomnie, fatigabilité
(asthénie) ;une fièvre atteignant un plateau à 40 °C, sans accélération
du pouls : on parle d'une dissociation pouls-température ou de fièvre
paradoxale (retrouvée également dans la brucellose et la légionellose) -Signe
de Faget

Splénomégalie

16/02/2016

CLINIQUE
Phase septicémique :Tardive ( 3e Septénaire )

Saignements de nez (épistaxis),une langue blanchâtre (saburrale)

Douleurs abdominales, diarrhée ou constipation, abdomen augmenté de
volume et tendu (météorisme)

Un état de stupeur et d’abattement extrême ou tuphos.

Le malade est prostré, la prostration pouvant aller jusqu'à la torpeur, le délire,
et à des signes digestifs intenses (diarrhées).

C’est la destruction des salmonelles qui, libérant une substance toxique,
l‘endotoxine, provoque des ulcérations responsables d'hémorragies et de
perforations digestives.

Cette phase est responsable des complications qui peuvent entraîner le décès
dans 30 % des cas en l'absence de traitement.

16/02/2016

CLINIQUE

Complications :
- Digestives : Hémorragies, perforations
- Myocardiques : myocardite
- Neurologiques : Encéphalites
- Autres : Cholécystite, atteintes osseuses ou articulaires, abcès spléniques

A évoquer si mauvaise réponse au traitement ou reprise de la fièvre

16/02/2016

DIAGNOSTIC

Cultures: Hémoculture, le germe retrouve dans 60 % des cas. Coproculture
(Selles) et urines

NFS Le bilan sanguin: leucopénie, Hypoplaquettose (Thrombopénie)

Test de Widal ne permet pas de distinguer une infection actuelle d'une
atteinte ancienne et guérie.

Ponction de la moelle épinière

Test rapides : TUBEX ou TYPHIDOT

16/02/2016

TRAITEMENT
Préventif

Hygiène

Vaccin

Curatif

Ciprofloxacine oral 500mg2x/jr pour 5 – 7 jours (TTT de choix )

Others: Cefixime,Ceftriaxone,

TTT adjuvant Dexamethasone

(Voir tableau)

16/02/2016

Antibiotic Therapy for Enteric Fever in Adults
Indication

Agent

Dosage (Route)

Duration, Days

Ceftriaxone or Cefotaxime

1–2 g/d (IV)

7–14

Azithromycin

1 g/d (PO)

5

Ciprofloxacin (first line) or
Ofloxacin

500 mg bid (PO) or 400 mg
q12h (IV)

5–7

Amoxicillin (second line)

1 g tid (PO) or 2 g q6h (IV)

14

Chloramphenicol

25 mg/kg tid (PO or IV)

14–21

Empirical Treatment

Fully Susceptible

Trimethoprim-sulfamethoxazole 160/800 mg bid (PO)

14

Ciprofloxacin

500 mg bid (PO) or 400 mg
q12h (IV)

5–7

Ceftriaxone

2–3 g/d (IV)

7–14

Azithromycin

1 g/d (PO)c

5

Ceftriaxone

1–2 g/d (IV)

7–14

Azithromycin

1 g/d (PO)

5

High-dose ciprofloxacin

16/02/2016
750 mg bid (PO) or 400 mg q8h
10–14
(IV)

Multidrug-Resistant

Nalidixic Acid–Resistant

REFERENCES
1. Harrison's Principles of Internal Medicine, 19e. Dennis Kasper, Anthony
Fauci, Stephen Hauser, Dan Longo, J. Larry Jameson, Joseph Loscalzo
2. Fièvre typhoïde et paratyphoïde. www.pasteur.fr
3. Guide Clinique MSF, 2013.Page 174
4. Données épidémiologiques sur la typhoïde sur le site de l'OMS.2015

16/02/2016

Fin

Merci

16/02/2016